Vous êtes sur la page 1sur 34

A ceux qui nous ont tant donné sans rien attendre en retour,

qui ont foi en nous, sont toujours là pour nous encourager,

et ne cessent de nous soutenir même dans les moments

les plus difficiles,

Nos parents, familles, collègues et amis.

Aux gens respectueux auxquels nous devons

Notre humble savoir,

Nos professeurs, encadrants, et formeurs.

Que Dieu nous guide vers le chemin de la réussite.

1
Au terme de ce travail, nous tenons à remercier l’ensemble de la société

« Les Eaux Minéraux d’Oulmès », Site –Tarmilate. Et en premier lieu

à Monsieur Hani Abdelfattah (Directeur d’usine), qui nous a accepter au tant que stagiaires au sein de

l’entreprise.

Nos sincères remerciements également vont à ceux qui nous ont apporté leurs conseils, leurs encouragements ainsi

que leurs aides et en particulier Monsieur M.JANAH, M.GOUZZA, Mr. BOUJAMAA Mr. MASSAT, Mr.

ERRABAA, Mr. SALAH, Mr. AMOUR, Mr. MOUHIB, Mr. SALMOUN, et tout les ouvriers d’usine à

Tarmilate.

En signe de reconnaissance, nous aimerions faire part de notre gratitude et notre estime à tout le personnel de

laboratoire qui nous ont facilité l’accomplissement de notre travail.

Sommaire
INTRODUCTION .......................................................................... 5
I- PRESENTATION GENERALES D’OULMES ........................................... 7
1- L’ENTREPRISE D’ACCUEIL : LES EAUX MINERALES D'OULMES ................................ 7
Chiffres d’affaires............................................................................................................................... 8
Historique ......................................................................................................................................... 9
2- IMPLANTATION ............................................................................................................... 10
3- ORGANES DE DIRECTION D’OULMES ...................................................................... 11
4. ACTIVETES D’OULMES ................................................................................................. 12
4.1. Le secteur d’activité .......................................................................................................... 12
4.2. CADRE REGLEMENTAIRE ET FISCAL .......................................................................... 13
5. LES PRODUITS D’OULMES ........................................................................................... 13
5.1. Sidi Ali ............................................................................................................................... 13

2
5.2. Ain Atlas : .......................................................................................................................... 14
5.3. Oulmès ............................................................................................................................... 14
5.4. Bahia ................................................................................................................................. 14
5.5. Sodas ................................................................................................................................. 14
6. SERVICE PRODUCTION A TARMILATE : ................................................................. 14
6.1. Le cycle de soufflage : ....................................................................................................... 16
6.2. Soutirage : ......................................................................................................................... 16
6.3. Etiquetage : ....................................................................................................................... 16
6.4. Mirage : ............................................................................................................................. 17
6.5. Datage : ............................................................................................................................. 17
6.6. Fardeleuse : ....................................................................................................................... 17
6.7. Poigneteuse : ..................................................................................................................... 17
6.8. Palettisation : .................................................................................................................... 17
7. SERVICE LABORATOIRE : ............................................................................................ 19
8. MAGASIN PRODUITS FINIS : ........................................................................................ 19
9. Les caractéristiques des eaux Minérales Oulmès ............................................................. 19
PARTIE II ............................................................................... 21
INTRODUCTION : ........................................................................ 21
I- GENERALITES ...................................................................... 22
1. Les différentes types d'eaux : ................................................................................................ 22
2. Les types d'eau minérale : ..................................................................................................... 23
3. Point de vue réglementaire ................................................................................................... 23
4. Les normes ............................................................................................................................ 24
II- TRAITEMENT DU FER ET DU MANGANÈSE – APPROCHE THÉORIQUE ........... 24
1- Techniques d’élimination envisageables pour le fer ............................................................. 24
2- Techniques d’élimination envisageables pour le manganèse................................................ 26
Partie expérimentale ...................................................................... 27
I- Tests préliminaires : ................................................................... 28
1. Filtration à membrane : ......................................................................................................... 28
Filtration par des filtres a membrane 0,45μm, après chaque filtration on change de filtre. ....... 28
2. Spectro Nalco......................................................................................................................... 28
3. Etalonnage pH-mètre : .......................................................................................................... 28
II- Résultats expérimentales : ............................................................. 29
CONCLUSIONS GÉNÉRALES ........................................................... 33
Conclusion ................................................................................ 34

3
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX
- Figure1 : Représentation graphique de chiffre d’affaire en fonction des années.

- Figure2 : organigramme de la société les Eaux Minérales d’Oulmès.

- Figure3 : Le schéma suivant explique tout le system de production Sidi Ali.

- Figure4 : Le schéma suivant explique tout le system de production Oulmès.


- Figure5 : traitement du Fer par oxydation.

- Figure6 : représentation graphique de la variation du manganèse en fonction du temps.

- Figure7 : représentation graphique de la variation du Fer en fonction du temps.

4
- Figure8 : représentation graphique de la variation de la Température et le pH en fonction du
temps.
- Figure9 : représentation graphique de la variation du Fer en fonction du temps a différentes
températures.
- Figure10 : représentation graphique de la variation du Mn en fonction du temps a différentes
températures.
- Tableau1 : représente l’augmentation de chiffre d’affaire au cours du temps.
- Tableau2 : Les analyses faites à la cuve B2. (Pompage=01h00 ; Insufflation=03h00).

SYMBOLES ET ABREVIATIONS

PVC : polychlorure de vinyle


PET : polyéthylène téréphtalate
Fe : Fer
Mn : Manganèse
TH : titre hydrométrique
TAC : titre alcalimétrique

INTRODUCTION
L’eaux est vitale pour l’être humain et constitue 70% de son poids. Notre organisme en a
besoin pour digérer les aliments que nous mangeons .plus vous consommez de colories et plut vous
avez besoin d’eau pour vous aider à les éliminer.
L’eau est le principal constituant des êtres vivants et l’élément indispensable à toute forme
de vie. Pour un homme elle représente 70% de notre corps et c’est elle qui à notre organique et à
nos 50000 milliard de cellules de bien fonctionner .Une eau pure met l’accent aujourd’hui sur les
différents types d’eau que nous consommons ou quotidien et qui sont indispensable à notre
existence. IL existe quatre grands types d’eau :
L’eau du robinet : elle est rendue potable parades traitement spécifiques. Sa minéralité est
très faible (quantité de minéraux). Une eau potable est normalement par définition sans aucun
danger pour la santé humaine.

5
L’eau de source : elle nécessite une autorisation préfectorale pour être mise en bouteille.
L’eau de source est une eau souterraine naturelle potable.
L’eau minérale : potable naturellement elle diffère des eaux de source par une minéralité
obligatoirement contenue. Elle est soumise à une réglementation très stricte.
L’eau gazeuse : On ajoute un gaz carbonique ou un autre gaz naturel pour obtenir des bulles
agréables ou gout.
La planète bleue : c’est le nom que l’on donne à notre vieille terre ; car elle est constituée au
trois quarts de sa surface d’eau. L’eau possède trois états : liquide (l’eau du robinet);
Le cycle de l’eau sans fin. L’évaporation s’effectue à partir des océans ; des lacs ; des sols ;
les molécules chauffées par le soleil se chargent en énergie et s’évaporait d’eau s’assemblent en
nuages ; puis en précipitations ;dont 25%seulement s’infiltrent dans le sol. Quand elle atteint les
couches imperméables ; elle devient l’eau souterraine ;qui va ) son tour alimenter les cours d’eau en
surface ;et ainsi le cycle recommence
En effet ; l’eau est de loin l’élément le plus important sur notre terre.la formule chimique de
l’eau pure. Constituant principale de l’eau ; est H2O. L’eau est rarement pure : l’eau du robinet ; de
source ; minérale naturelle.et l’eau est rarement pure : l’eau du robinet de source minérale naturelle
et l’eau de table peuvent comporter aussi le fer le chlore le calcium le sodium le magnésium/
pourtant ; nous n’en connaissance que peu de choses et tout reste à d’couvrir avec ce liquide aux
propriétés extraordinaire.
Aujourd’hui ; le contrôle et l’amélioration de la qualité de l’eau sont une préoccupation
permanente pour la protection de l’environnement et la santé des consommateurs.de ce fait l’eau
potable doit être nécessairement analysée. Surveille l’évaluation de sa qualité repose sur les
paramètres physico-chimiques et bactériologiques.

Le but de ce travail d’approcher et de quantifier les qualités physico-chimiques


bactériologiques ; et de voir est ce que l’insufflation est un traitement efficace pour l’élimination du
Fer et du Manganèse présentent dans des Eaux Minérales d’Oulmés.

La première partie sera consacrée à la représentation de la société après dans la deuxième


partie une petite vision sur la bibliographie et les techniques d’éliminations du Fer et du
manganèse, pourquoi traitant nous le Fer et le manganèse et puis en vas s’intéresser à l’insufflation
comme méthode de traitement du Fer et Manganèse et la troisième partie qui concerne la partie
expérimentale et on va interpréter nos résultats, enfin une conclusion générales.

6
I- PRESENTATION GENERALES D’OULMES
1- L’ENTREPRISE D’ACCUEIL : LES EAUX MINERALES D'OULMES

Raison sociale : LES EAUX MINERALES D’OULMES S.A


Statut juridique : Société anonyme
Capital : 55.000.000 DH
Adresse :Siége et Dépôt de Casablanca-Zone Industrielle de Bouskoura
20180 Casablanca
Tel : (0522) 33-47-42

7
Email : sidiali@oulmes.ma
Fax : (0522) 33-47-52 –(0522) 33- 49- 07

Usine d’embouteillage –Tarmilate par Oulmès KHEMISSET


Tel. :(0537) 52-31-56 ou (0537) 52-31-73
Fax :(037) 52-34-92
Registre de commerce : 2315
Patente : 32911187
Identification Fiscale (IF) : 02220308
Surface totale : Siège et Dépôt Casablanca 10.000 m2 dont 4.700 m2 couverts.
Usine de Tarmilate : 12000 m2 dont 8700 m2 couverts
Usine Bouskoura : Unité pour les préformes et unité pour l’embouteillage de l’eau de
table 10 000 m2dont 6000 m2 couvert Unité pour soft drink

Chiffres d’affaires

Au cours des six dernières années, le Chiffre d’affaires global hors T.V.A. a été :

Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006


Chiffre d’affaires hors T.V.A. (MDH) 319 343 431 496 614 776
- Tableau1 : représente l’augmentation de chiffre d’affaire au cours du
temps.

8
- Figure1 : Représentation graphique de chiffre d’affaire en fonction des années.

Historique

 20 septembre 1933 : signature d’un contrat de concession des eaux minérales d’oulmes du bassin
d’Oulmes pour 50 ans.
 15 mars 1934 : création de la société sous le nom de société des eaux minérales d’oulmes.
 Septembre 1934 : embouteillage sur le site de l’eau minérale naturellement gazeuse de la source
BADDA (ancien nom de la source alla haya).construction d’un téléphérique
pour remonter la production, démarrage de la construction de l’hôtel des
Thermes, et aménagement d’un lotissement.
 1939_1945 : construction de la nouvelle usine sur le plateau ne sera achevée et mise en
service qu’en 1950.
 1947 : la raison sociale devient compagnie fermière des sources minérales oulmèsétat.
 1951 : la compagnie réaménage la station thermale.

9
 1956 : exploitation de la source kharouba et la production des sodas s’arrêtent suite à
l’interdiction de transporter de l’eau minérale en citerne.
 1972 : découverte de la source SIDI ALI chérif, elle est contrôlée pendant 5 ans, elle
peut être exploitée sous l’appellation d’eau minérale naturelle.
 1974 : la ligne d’embouteillage Oulmès Lalla haya est remplacée.
 1978 : début d’embouteillage en bouteilles verre de l’eau minérale naturelle SIDI ALI.
 1979 : début d’embouteillage en bouteilles PVC , de l’eau minérale SIDI ALI dans une
usine agrandie.
 1983 : renouvellement de la concession pour une durée de 25 ans.
 1988 : extension de l’usine, extension de l’atelier d’extraction des bouteilles PVC et
remplacement de l’usine d’embouteillage et de conditionnement de l’eau
Minérale SIDI ALI.
 1994_1996 : nouvelle extension de l’atelier d’extruction des bouteilles PVC de l’eau
Minérale SIDI ALI.
 1997 : remplacement de l’unité d’embouteillage verre pour l’eau Oulmès Lalla haya.
 1998 : nouvelle extension de l’usine, mise en place de trois unités de production de
Bouteilles PET pour Sidi Ali et oulmès lalla haya et deux lignes
d’embouteillage Et de conditionnement pour ces bouteilles.
 1999 : investissement dans une nouvelle unité à Bouskoura pour la fabrication des
Préformes adaptées aux besoins de l’entreprise.
 1999 : obtention de la certification ISO9002 version 94.
 2000 : extension de l’usine, augmentation de la capacité de stockage 2200 m2, et la
mise en place d’une souffleuse pour préforme Sidi Ali 150, deux palettiseurs
automatiques et unité de conditionnement de gaz naturel.
 2001 : investissement dans une nouvelle unité à Bouskoura pour l’embouteillage
d’une nouvelle eau de table BAHIA.
 2002 : Lancement d’une nouvelle ligne de fabrication à Tarmilate.
 2003 : l’introduction de production de sodas et boissons gazeuses.
 2004 : investissement dans une nouvelle machine pour fabrication préformes.
 2005 : extension de la zone de stockage préformes et produit fini Bahia, nouvelle
ligne BAHIA pour 5L et les fontaines.
 2006 : investissement dans une nouvelle ligne d’embouteillage pour l’eau minérale
Sidi Ali en bouteilles 50cl et 33cl, mise en production d’Eau sidi Ali aromatisé.
 2009 : Mise en production d’Eau Ain Atlas.

2- IMPLANTATION

OULMES est présente sur plusieurs sites :

1. Tarmilate : Situé dans le massif ZAIAN, ce site regroupe les unités d’embouteillage de Sidi
Ali, Ain Atlas et d’Oulmès. En effet, conformément à la législation en vigueur qui interdit le
transport des eaux minérales naturelles, l’embouteillage de ces trois produits se fait par
captage direct des sources. La mise en bouteille sur site permet de préserver toutes les
qualités minéralogiques des eaux embouteillées par la société.

10
2. Bouskoura 1 : Ce site regroupe la Direction générale en plus de la Direction Financière, du
Département Achat, du Département Ressources Humaines et du Département Informatique.
Par ailleurs, Bouskoura 1 est également un dépôt de produits finis Eaux pour la distribution
de Casablanca et toutes régions au Sud du Royaume.

3. Bouskoura 2 : C’est le lieu où toutes les préformes sont fabriquées pour tous les produits
commercialisés par la société (eaux et sodas). Bouskoura 2 est aussi un site de stockage des
matières premières et consommables.

4. Bouskoura 3 : Ce site regroupe les lignes de production de Bahia (bouteilles et bombonnes).

5. Bouskoura 4 : Ce site est un dépôt à ciel ouvert non encore exploité par la société.

6. Bouskoura 5 : Lieu où se situent les lignes de production de sodas en plus de la Direction


Commerciale, de la Direction Qualité et du Département Marketing.

8. Marrakech, Fès et Tétouan : Ces sites ne sont que des centres de distribution pour ces
régions et leurs environs dont la vente est prise en charge directement par la société.

3- ORGANES DE DIRECTION D’OULMES

3.1. Organigramme de la société


Pour son organisation, OULMES est dotée de pôles dédiés à chacune de ses gammes de produits.
Ceci permet à la société d’évoluer vers une structure plus large et de mieux organiser sa production.

11
Au 1 janvier 2007, OULMES est structurée selon le schéma suivant :

- Figure2 : organigramme de la société les Eaux Minérales d’Oulmès.

4. ACTIVETES D’OULMES
4.1. Le secteur d’activité
Selon la nomenclature marocaine des activités, publiées en janvier 1999 par la Direction de
la statistique, l’« industrie des eaux de table » et la « Production des boissons Rafraîchissantes »
sont des activités de la sous-branche « Industrie des Boissons » dans le cadre de la branche
«Industries Alimentaires».

12
Aujourd’hui, le marché de l’eau minérale au Maroc est en phase de croissance et présente un
potentiel de développement important. Quatre entreprises majeures sont actuellement actives dans
l’industrie des eaux à savoir Les Eaux Minérales d’Oulmès, Sotherma, Sodalmu et Coca cola.
Quant au marché des sodas, beaucoup plus concurrentiel, les Eaux Minérales d’Oulmès,
Coca-Cola et COBOMI représentent les principaux opérateurs. De même, tous les opérateurs
intervenant aujourd’hui dans ce secteur sont unanimes à reconnaître l’existence et l’importance de
la demande sur ce créneau. En effet, le retour de Pepsi et l’arrivée de nouvelles marques vont
certainement accroître la consommation de soda.
D’une manière générale, les opérateurs évaluent la consommation du marché Soda à environ
525 millions de litres par an. C’est dire que l’arrivée de cette concurrence peut réellement se faire
sans être accompagnée d’une baisse des quantités des ventes des sociétés déjà présentes sur le
marché.
4.2. CADRE REGLEMENTAIRE ET FISCAL
Le secteur de l’exploitation des sources d’eau au Maroc est très réglementé. L’exploitation et la
vente des eaux minérales naturelles et des eaux dites « de source » ou « de table » sont
conditionnées par les autorisations des entités gouvernementales suivantes :
 Le Ministère des Travaux Publics.
 Le Ministère de l’Energie et des Mines.
 Le Ministère de la Santé Publique.
 Le Ministère de l’Intérieur.
 Le Ministère de l’Agriculture.
Dans le métier d’embouteillage d’eaux minérales naturelles et d’eaux de sources, l’obtention d’une
concession et d’une autorisation est indispensable. Concernant la production d’eaux purifiée, seule
l’autorisation est obligatoire.
- Une concession confère au concessionnaire sous réserve des droits des tiers, le droit
d’occuper temporairement les installations et terrains domaniaux nécessaires à son
exploitation conformément à la législation en vigueur. Le contrat de concession signé par
OULMES ne prévoit aucune limite dans le débit de captage des eaux.
- Une autorisation, dans le secteur des boissons, est un document autorisant une société à
transformer des matières premières en vue de les commercialiser sous formes de produits
agroalimentaires. Cette autorisation est indispensable dans la mesure où cela touche le
domaine de la Santé Publique.
Dans le cadre de ses activités, la Société OULMES se conforme à toutes les autorisations requises
dans le strict respect des textes réglementaires qui régissent son secteur d’activité.

5. LES PRODUITS D’OULMES


5.1. Sidi Ali
L’eau de la source « SIDI ALI CHERIF » est une eau juvénile, hypogène, qui se forme sous
l’écorce terrestre. C’est une eau exceptionnellement pure, à l’abri de toute pollution de surface. Elle
est particulièrement riche en oligoéléments de toutes sortes, qu’elle extrait des différents minéraux
rencontrés lors de son cheminement vers la surface.

13
De plus l’eau SIDI ALI ne contient aucun métal toxique d’autant plus que l’analyse bactériologique
de l’eau SIDI ALI a révélé qu’elle est parfaitement stérile à l’émergence de la source.
5.2. Ain Atlas :
OULMES vient de lancer une eau de source baptisée « AIN ATLAS », positionnée entre l’eau
minérale SIDI ALI et l’eau de table BAHIA. AIN ATLAS, qui est puisée de la source de HAMOU
AGUEMGUEM à 4 km d’OULMES, serait amenée à être écoulée en tant qu’eau minérale dans un
délai de deux ans à condition d’être conforme aux tests prévus par la législation marocaine des
eaux.
Elle est vendue sur le marché en 3 formats de PET, soit la 50 cl, 1 litre et demi, et 5 litres pour
des prix de vente respectifs proposés de MAD 2,80, de MAD 4,80 et de MAD 11.
5.3. Oulmès
L’eau de la source « LALLA HAYA » (Oulmès) est une eau juvénile, hypogène, qui se forme
sous l’écorce terrestre par réaction entre les roches en fusion du magma. Elle remonte, ensuite,
poussée par des bulles de gaz carbonique, dans les failles entre les schistes et les granites.
Cette eau, élaborée par les laves en fusion, est à l’abri de toute pollution de surface. Elle est
particulièrement riche en gaz carbonique et en oligoéléments de toutes sortes, qu’elle extrait des
différents minéraux rencontrés lors de son cheminement vers les failles d’où elle jaillit.
5.4. Bahia
Bahia est une eau de table, lancée sur le marché en 2001 afin de pénétrer le segment des eaux
purifiées. Il s’agit, d’une eau potable qui subit une déminéralisation par osmose inverse ainsi qu’une
désodorisation et une désinfection. Cette transformation est opérée selon un mode agréé par
l’administration publique. Sa composition en minéraux et son prix accessible en font une eau
embouteillée appréciée pour son goût et son rapport Qualité / Prix.
La marque connaît un fort succès dans la région du Sud où le pouvoir d’achat est faible et où
l’eau du robinet est peu appréciée.
En lançant Bahia, eau de table produite et conditionnée dans le site de Bouskoura II, OULMES
a eu comme objectifs de démocratiser la consommation de l’eau embouteillée et de convertir les
consommateurs d’eau du robinet en consommateur Bahia.
Après neuf années d’existence, Bahia occupe aujourd’hui la seconde place sur le marché de
l’eau tout juste derrière Sidi Ali : Un succès enregistré grâce à sa qualité et au lancement du format
5 Litres.
5.5. Sodas
En 2002, OULMES a signé un accord exclusif pour embouteiller et distribuer les produits sodas
de la multinationale Pepsi Co sur tout le territoire marocain.
Les marques produites avec l’autorisation de Pepsi Co sont : PEPSI, MIRINDA et SEVEN UP.
Leurs productions se réalisent sous plusieurs formats (du 25 cl au 200 cl), plusieurs emballages
(verre, PET et cannette) et en plusieurs parfums (cola, orange, pomme, citron, etc.).

6. SERVICE PRODUCTION A TARMILATE :


L’Usine Des Eaux Minérales d’Oulmès de Tarmilate propose trois produits : Oulmès, Sidi Ali,
Ain Atlas ; en bouteilles de verre, PET et en canette pour Oulmes.
Le service de production traite largement d’étape : dés le traitement des eaux minérales et passent
par l’embouteillage jusqu’à la palettisation des bouteilles.

14
(Les cuves de capacités de 400m3 pour Sidi Ali ,100m3 pour Ain
Atlas et 75m3 Oulmès.)

N.B : cette étape est annulée pour l’Eau Ain Atlas.

N.B : cette étape est annulée pour l’Eau Ain Atlas.

- Figure3 : Procédé de production Sidi Ali :

 Captage : Le captage de cette eau s'effectue grâce à plusieurs forages où se pompe l'eau vers un
puit principale, puis grâce à deux pompes, l'eau s'envoie aux cuves de décantations à l'usine.
 Insufflation : À l'arrivée des eaux aux cuves de décantations, l'air y est insufflé grâce à des su-
presseur, pendant 12 heures, et cela pour oxyder le Fer et Mn.
 Décantation : Débarrasser l’eau de ses impuretés (oxyde de Fer et Mn) en laissant se déposer au
fond de la cuve pendant 12h.
 Filtration : Passage d’eau à travers un filtre qui arrête les particules solides, dans cette phase,
l'eau passe par trois filtre différents et on note : filtre Catadyne (0,45μm), pale (0,25μm) et les
filtres sfec à 0,01μm (ultrafiltration).
 Ultraviolet : il est utilisé pour la désinfection des micro-organismes il ne modifie pas la
composition chimique de l'eau, n'induise ni toxicité, ni corrosion.

Les étapes d’embouteillage

Soufflage Soutirage Etiquetage Datage

Rinçage Remplissag Bouchage 15

e
Mireur Fardeleuse Poignetage Palettisation

6.1. Le cycle de soufflage :

Alimentation de la machine à matière Passage du four :


première (Les Préformes) Chauffage de la matière Déchargement du
four

Alimentation du moule en Soufflage (40Bar) +


Présoufflage (10Bar) Refroidissement de la bouteille
produit chauffé

Consommation de la machine en matièreTransfert au convoyeur à


: Préformes.
la sortie

6.2. Soutirage :
Les étapes de la soutireuse :
Réception des bouteilles
prêtes au remplissage Rinçage de bouteilles Remplissages de bouteilles

Bouchage des bouteilles Transfert en convoyeur à


(bouchons) la sortie

Consommation de la machine en matière : Bouteilles en PET + Bouchons.

6.3. Etiquetage :
Réception en convoyeur des bouteilles bien
Collage de l’étiquette sur la bouteille
remplis portant des bouchons

16
Transfert en convoyeur des bouteilles
étiquetées

Consommation de la machine en matière : La colle + les étiquettes + Solution de nettoyage (la


lubrification des convoyeurs).

6.4. Mirage :
Contrôle du niveau de l’eau + contrôle des bouchons + étiquettes.

6.5. Datage :
Impression de la date de sortie expiration sur chaque bouteille au passage du convoyeur.

Consommation de la machine en matière : l’encre videojet + Solvant.

6.6. Fardeleuse :
Emballage de bouteilles au film thermo-rétractable (6 unités par emballages pour les bouteilles de
1,5L et 12 unités pour 50cl et 33cl).

Consommation de la machine en matière : le film thermo-rétractable (emballage).

6.7. Poigneteuse :
Mise du poigné pour chaque emballage.

Consommation de la machine en matière : Poignée + Scotch.

6.8. Palettisation :
Regroupement des emballages dans des étagères
Réception au convoyeur
(les intercalaires) sur chaque palette
des bouteilles emballées

Emballage de toute la palette en Transfert des palettes par les


plastique chariots élévateurs

Consommation de la machine en matière : Palette + Intercalaire + film en plastique étirable.

 Emballage et conditionnement
L’eau minérale naturelle SIDI ALI non gazeuse est conditionnée en :
 Pack de 12 bouteilles de 33 cl en PET
 Pack de 12 bouteilles de 50 cl en PET

17
 Pack de 6 bouteilles de 150 cl en PET
 Pack de 6 bouteilles de 75 cl bouchon sport cap en PET
 Pack de 12 bouteilles de 33 cl en PET de Sidi Ali aromatisé (Pêche, orange, fraise).
 Processus de production d’Oulmès

figure4 : schéma du systeme de production Oulmès.

Les étapes d’embouteillages sont les mêmes que Sidi Ali

 Emballage et conditionnement
L’eau minérale naturellement gazeuse OULMES est conditionnée en :

18
 Pack de 12 bouteilles de 50 cl en PET
 Pack de 6 bouteilles de 100 cl en PET
 Caisse plastique de 30 bouteilles de 20 cl en verre consigné
 Caisse plastique de 30 bouteilles de 25 cl en verre consigné
 Caisse plastique de 12 bouteilles de 90 cl en verre consigné
 Caisse plastique de 12 bouteilles de 100 cl en verre consigné
 Les lignes de productions :
L'usine d'embouteillage de Tarmilat comporte six lignes pour la production des bouteilles en
PET, et une ligne de verre pour le produit Oulmès :
- L1 : Sidi Ali 50 cl, Sidi Ali 75 cl, Ain Atlas 50 cl.
- L2 : Oulmès 50 cl, Oulmès 1L.
- L3, L6 : Sidi Ali 150 cl, Ain Atlas 150 cl.
- L4 : Sidi Ali 33 cl, Sidi Ali 50 cl.
- L5 : Ain Atlas 5 l.
7. SERVICE LABORATOIRE :
A l’usine tarmilate le service laboratoire est constitué de deux salles de contrôle qualité des eaux
minérales chaque produits a des contrôles spécifiques ces derniers se font au cours et à la fin de
production.
Deux types de contrôles se fait :
Les contrôles bactériologiques : Les contrôles de la qualité des eaux portent d'abord sur la
recherche des microorganismes, surtout les bactéries et les virus, susceptibles d'affecter la santé de
l'homme. (Voire l’annexe1)
Les contrôles physico-chimiques : Les contrôles de la qualité des eaux portent aussi sur la
mesure des paramètres physicochimiques classiques pH, conductivité, titre hydrotimétrique et
alcalimétrique (TH et TAC), teneur en Fer et Mn…… (Voire l’annexe2).
8. MAGASIN PRODUITS FINIS :
Après la palettisation des bouteilles, les palettes sont déplacées par des chariots élévateur jusqu’au
magasin de produits finis où elles sont stockées.
Le magasin produit finis a comme rôle la gestion du stock et la gestion du
chargement/déchargement des camions en plus les documents administratifs.
Le magasin produits finis exige le respect du FIFO en gestion de stock aussi la mise du numéro de
série pour chaque unité.
9. Les caractéristiques des eaux Minérales Oulmès
L’usine de tarmilate des Eaux minérales d’Oulmès propose trois types de produits qui ont des
paramètres une différentes à l’autre.
- Caractéristiques techniques (Sidi Ali)

19
L’examen physique révèle que la température de l’eau à l’émergence est de 19°C quelle que soit
la saison. Après décantation naturelle, l’eau atteint son équilibre à un pH neutre. L’eau SIDI ALI est
parfaitement claire, incolore et inodore.

- Caractéristiques techniques
L’examen physique révèle que la température de l’eau à l’émergence est de 42,8°C quelle que
soit la saison. Cette eau est décantée après insufflation d’air stérile activant l’oxydation du fer
colloïdale qu’elle contient. L’eau OULMES est une eau limpide, inodore et à saveur légèrement
piquante à cause du gaz carbonique naturel qu’elle contient.

20
PARTIE II

INTRODUCTION :

21
Le fer et le manganèse, abondants à l’état naturel dans tout type de roches se
retrouvent à l’état dissous dans bon nombre d’eaux souterraines, dont les eaux
minérales. Ces deux éléments sont solubles à l’état réduit mais insolubles à l’état
oxydé.
Les recours de plus en plus généralisé au captage de ces eaux à profondeurs
relativement importantes implique que le captage se faisant en milieu réducteur et
l’exploitation ou le conditionnement en milieu aéré, il va être nécessaire d’éliminer le
fer et le manganèse ou d’en abaisser les concentrations, afin d’éviter des
désagréments organoleptiques, ou de se conformer à des normes de qualité chimique
dans la bouteille.
Différents procédés existent depuis fort longtemps ; mis au point dans un
premier temps pour le traitement des eaux potables, ils ont été transposés au domaine
des eaux minérales, avec cependant toutes les contraintes particulières de mise en
œuvre imposées par la réglementation spécifique à ces eaux.

I- GENERALITES
1. Les différentes types d'eaux :

Les eaux destinées à la consommation humaine répondent à diverses appellations : eaux de table,
eaux de source, eaux minérales.
22
 L'eau distribuée au robinet répond aux critères règlementaires stricts de l'eau potable.

 Les eaux de table sont de même nature que l'eau du robinet, mais elles sont commercialisées
en bouteilles. Elles ont éventuellement subi un traitement spécifique.

 Une eau de source est une eau d'origine souterraine, ayant bénéficié d'une protection contre
la pollution, et n'ayant subi ni traitement chimique, ni adjonction. Elle doit donc être
naturellement conforme. Elle doit satisfaire les critères de potabilité (ce qui n'est pas
forcément le cas d'une eau minérale naturelle).

 Une eau minérale naturelle est une eau d'origine souterraine, protégée de toute pollution. Ses
caractéristiques chimiques doivent être stables. Elle doit être de nature à apporter, dans
certains cas, ses propriétés favorables à la santé. Elle n'est pas potable au sens règlementaire
(on ne pourrait pas la distribuer au robinet). En effet, elle contient des substances minérales
en quantités trop importantes pour pouvoir servir de boisson exclusive. Les eaux minérales
font donc l'objet d'autorisations spécifiques, après analyse de leurs effets thérapeutiques.

2. Les types d'eau minérale :

Les eaux minérales présentent souvent des teneurs en magnésium importantes, des teneurs
en nitrates généralement faibles. Leur dureté en calcium est très variable. Leur intérêt provient de la
présence de substances plus rares comme le fluor ou des oligo-éléments.

On peut aussi distinguer entre eaux "oligo minérales" à faible teneur en minéraux et des
eaux très riches en minéraux. On sépare donc les eaux minérales en trois groupes :

 les eaux très peu minéralisées,


 les eaux sulfatées calciques,
 les eaux bicarbonatées sodiques.

3. Point de vue réglementaire


Une eau minérale naturelle, telle qu’elle se présente à l’émergence ne peut faire l’objet
d’aucun traitement autre que :

a) La séparation des éléments instables, tels que les composés du fer et du soufre, par
filtration ou décantation éventuellement précédée d’une oxygénation, dans la mesure où ce
traitement ne modifie pas la composition de cette eau quant aux constituants essentiels qui lui
confèrent ses propriétés.
b) la séparation des composés du fer, du manganèse et du soufre, ainsi que de l’arsenic de
certaines eaux minérales naturelles à l’aide d’un traitement par l’air enrichi en ozone, dans la
mesure où ce traitement ne modifie pas la composition de l’eau quant aux constituants essentiels
que lui confèrent ses propriétés.

c) La séparation des constituants indésirables autres que ceux spécifiés aux points a) ou b),
dans la mesure où ce traitement ne modifie pas la composition de l’eau quant aux constituants
essentiels qui lui confèrent ses propriétés.

d) En particulier, tout traitement de désinfection par quelque moyen que ce soit et, sous
réserve du paragraphe 2, l’adjonction d’éléments bactéricides ou tout autre traitement de nature à
modifier le microbisme de l’eau minérale naturelle sont interdits.
23
4. Les normes
La directive européenne 98/83/CE du 03 Novembre 1998 et sa transposition en droit français
par le décret n°2001-1220 du 20 décembre 2001, codifié en 2003 dans le code de la santé publique,
fixent comme référence de qualité une concentration en fer total de 0,2 mg/l, et de 0,05 mg/l pour le
manganèse. L’OMS prescrit, comme valeur-guide, une concentration en fer égale à 0,3 mg/l, et de
0,1 mg/l pour le manganèse.
II- TRAITEMENT DU FER ET DU MANGANÈSE – APPROCHE
THÉORIQUE
1- Techniques d’élimination envisageables pour le fer

L’oxydation chimique
A pH > 4, le fer dissous est présent sous forme de fer ferreux. Il suffit de l’oxyder en fer ferrique
pour qu’il précipite. Cette oxydation est possible en réalisant une simple aération, selon la réaction
ci-dessous.

Cette étape permet d’éliminer également l’H2S et le CO2 agressif, lorsqu’elle est réalisée à
l’atmosphère. Les différentes techniques d’oxydation sont :

 le ruissellement en nappe mince au contact de l’air ;


 la pulvérisation de l’eau en atmosphère plus ou moins oxygénée (buses, aérateurs de surface) ;
 la diffusion de gaz surpressés (air, oxygène ou air ozoné) ;
 le barbotage avec de l’air au sein d’une masse catalytique (pouzzolane).

La réaction d’oxydation est d’autant plus rapide que le pH est plus élevé et que l’eau est plus
proche de la saturation en oxygène. Par contre la présence de matières organiques, ou de tout autre
élément complexant, retarde la réaction, nécessitant alors un traitement complémentaire, consistant,
soit en une injection d’un oxydant puissant, permanganate de potassium, ozone, soit en une
coagulation si les précipité obtenus sont très fins, risquant de ce fait de ne pas être retenus au niveau
de la filtration. Pour les cas difficiles, la filtration peut être du type bicouche (anthracite + sable).
Le procédé physico-chimique le plus classique (figure 1) consiste en une installation fonctionnant
sous-pression, comportant en amont de la filtration, une tour d’oxydation remplie de pouzzolane qui
procure une grande surface de contact.

24
Remarque : pour des eaux contenant plus de 7 mg/l de fer, il doit être interposé une étape de
décantation entre l’aération et la filtration.

Traitement associé à une décarbonatation


Pour des eaux présentant un TAC notable, l’ion Fe2+ se présente essentiellement à l’état de
bicarbonate. Si l’eau nécessite également un adoucissement partiel par décarbonatation à la chaux ,
l’élévation du pH entraînera la précipitation du fer dissous, suivant les réactions ci-dessous.

L’oxydation biologique
Certaines bactéries spécifiques (ferrobactéries), tirent leur énergie de l’oxydation du fer pour
leur développement. Pour cela toutes les conditions doivent être réunies : teneur en oxygène, pH,
température de l’eau, potentiel redox… Ces bactéries sont autotrophes, c’est à dire que leur source
de carbone est minérale (HCO3-, CO2).

Cette déferrisation est réalisée dans des filtres à sable, dont le média est colonisé par les
souches bactériennes spécifiques du fer. Un apport d’oxygène, plus ou moins important en fonction
du pH, est réalisé en amont du filtre, afin de favoriser le développement des bactéries, et en aval,
pour revenir à un taux d’oxygène normal dans l’eau après consommation par les bactéries.

25
2- Techniques d’élimination envisageables pour le manganèse

Oxydation chimique par le permanganate de potassium


Contrairement au fer, l’oxydation du manganèse par l’air n’est pas possible car la réaction est
très lente. On doit recourir à un oxydant plus puissant, comme le permanganate de potassium
(KMnO4). Le dioxyde de manganèse formé suivant la réaction ci-contre, est insoluble.

Une partie de l’oxyde de manganèse se fixe sur le sable, et sert ensuite de catalyseur à la réaction
d’oxydation du manganèse, ce qui permet de diminuer la dose de permanganate à injecter. La dose
de permanganate de potassium ne doit pas être introduite en excès, car cela entraînerait la coloration
rose de l’eau.

Oxydation catalytique sur dioxyde de manganèse naturel


Le dioxyde de manganèse naturel est un produit agréé pour l’utilisation en traitement des
eaux destinées à la consommation humaine. Du chlore, injecté en amont du filtre, oxyde le dioxyde
de manganèse en permanganate.

Le permanganate oxyde à son tour le manganèse, et le dioxyde de manganèse ainsi formé se


dépose sur le média.

Démanganisation biologique
La présence de manganèse dans l’eau, associée à des conditions favorables à leur développement
(teneur en oxygène, pH, température de l’eau, potentiel redox…), permet le développement de
bactéries spécifiques tirant leur énergie de la réaction d’oxydation du manganèse, ci-dessous.

Les principales bactéries utilisant le manganèse sont hétérotrophes, c'est-à-dire que leur
source de carbone est organique.
Afin d’obtenir des conditions idéales au développement bactérien, on injecte de l’air (50 à 90% de
la saturation) en amont du filtre à sable, le média servant de support au développement bactérien.
Ces microorganismes consommant de l’oxygène, il est donc nécessaire de réinjecter de l’air en aval
du filtre.

26
Partie
expérimentale

27
Avant d’attaquer notre suivi, il nous faut définir les conditions de travail et les
paramètres qui influencent l’oxydation du Fer et manganèse, pour que les résultats ne
soient pas erronés et pour avoir un mode opératoire fiable. Ensuite nous passerons à
l’étude afin de visualiser l’Impacte de l’insufflation sur la réduction du taux de Fer et
Manganèse.

I- Tests préliminaires :
On a d’abord pris plusieurs précautions afin de fixer des points importants dans notre étude
donnant lieu à un mode opératoire fiable, à titre d’exemple :

 La méthode de filtration doit être efficace (pas d’influence sur la concentration).

 La technique avec laquelle on déterminera les concentrations du Fer et Mn.

 Prise d’échantillonnage dans des bouteilles propres.

 Lors de mesure de pH.

1. Filtration à membrane :

Filtration par des filtres a membrane 0,45μm, après chaque filtration on change de filtre.

2. Spectro Nalco
Appareil qui joue le rôle d’un spectrophotomètre il mesure les teneures de Fer et Manganèse
c’est une nouvelle méthode rapide et efficace pour déterminer leurs concentrations.

3. Etalonnage pH-mètre :
Avant chaque essai, on fait l’étalonnage du pH-mètre à l’aide des solutions tampons de ph.

28
II- Résultats expérimentales :
Le suivi de la variation du Fer et Mn est les paramètres qui influencent l’insufflation.
Les résultats expérimentaux sont regroupés dans le tableau suivant :

t (min) Mn (mg/L) Fe (mg/L) T (°C) pH


0 0,325 0,04 19,8 8,34
180 0,243 0,03 20,1 8,17
300 0,078 0,02 20,2 8,08
360 0,069 0,01 20,2 8,32
420 0,054 0,01 20,3 8,21
480 0,036 0 20,5 8,17
540 0,027 0 20,6 8,02
600 0,021 0 20,6 7,96
660 0,011 0 20,9 7,98
Tableau2 : Les analyses faites à la cuve B2. (Pompage=01h00 ; Insufflation=03h00).

Les représentations graphiques des résultats obtenus :


Courbe Mn=f(t)

Figure6 : représentation graphique de la variation du manganèse en fonction du temps.

Interprétation :

On constate que la teneure du Mn a connus une variation décroissante lors de l’injection de


l’air donc une oxydation du Manganèse.

29
Courbe : Fe=f(t)

Figure7 : représentation graphique de la variation du Fer en fonction du temps.

Interprétation :

On constat que la vitesse d’oxydation du Fer est rapide par apport a celle du manganèse.

Courbe pH=f(t) ; T=f(t)

Figure8 : représentation graphique de la variation de la Température et le pH en fonction du temps.

Interprétation :

Le graphe montre que le pH et la Température restent presque constants au cours du temps


de traitement.

30
L’effet de la Température :

N .B : les résultats complets sont donnés dans l’annexe 3.


Les résultats des deux expériences sont représentés sur le graphe suivant :

Courbe Fe=f(t)

Figure9 : représentation graphique de la variation du Fer en fonction du temps a différentes


températures.
Courbe Mn=f(t)

Figure10 : représentation graphique de la variation du Mn en fonction du temps a différentes


températures.
Interprétation :
La vitesse d’oxydation est favorisée par une température voisine à 20°C, à titre de comparaison, les
courbes ci-dessus montrent que l’oxydation du fer est généralement rapide pour T=19°C et le même chose
pour le manganèse ces résultats sont conformes à la littérature.

31
L’effet du pH :

Courbe Fe=f(t)

figure11: représentation graphique de la variation du Fer en fonction du temps a différentes pH.


Courbe Mn=f(t)

Figure12: représentation graphique de la variation du Mn en fonction du temps a différentes pH.

Interprétation :

La vitesse d’oxydation est favorisée par l’augmentation du pH, à titre de comparaison, les courbes ci-
dessus montrent que l’oxydation du fer est généralement rapide pour un pH > 7 et le même chose pour le
manganèse ces résultats sont conformes à la littérature.

32
CONCLUSIONS GÉNÉRALES

La généralisation du recours au forage profond pour recapter les eaux minérales en s’affranchissant
notamment des problèmes environnementaux, entraîne de plus en plus fréquemment la découverte
d’eaux issues d’un milieu profond, réducteur et donc pouvant contenir du fer, du manganèse à l’état
réduit, mais également de l’ammonium, que l’on va fréquemment devoir éliminer, soit sur la base
de critères organoleptiques, soit pour se conformer à des normes de qualité chimique.
Ces problèmes ne sont pas nouveaux en particulier dans le domaine des eaux potables, pour lesquels
de nombreux procédés d’élimination de ces espèces ont été mis au point.
La réglementation spécifique des eaux minérales, en interdisant le recours à des moyens chimiques
de traitement et obligeant au maintien de leur qualité microbiologique de ces eaux sans recours à
des traitements de désinfection de l’eau, restreint considérablement le champ d’application de ces
méthodes générales, en obligeant d’une façon quasi systématique à procéder au préalable à des
essais sur installations pilotes avant de dimensionner les process de traitement en vraie grandeur.
L’enquête réalisée a permis par ailleurs de montrer les points suivants :
- en matière de traitement d’élimination de Fe2+, Mn2+, chaque eau doit apparemment être
considérée comme un cas particulier potentiel ;
- l’élimination du fer est généralement bien maîtrisée et ne pose pas de difficulté particulière
- l’élimination du manganèse peut parfois se faire par aération classique, cependant on est le
plus souvent obligé de recourir à une ozonation, en sachant que d’une part les prescriptions
ébauchées au niveau du projet de directive européenne semblent difficiles à respecter et que
d’autre part l’impact sur la flore banale, bien qu’inévitable, est généralement passé sous
silence.
A ces deux titres la catalyse de la précipitation par utilisation de sables manganifères semble
beaucoup plus respectueuse de l’eau et de l’esprit de la réglementation.
Quant aux procédés d’élimination biologique de ces espèces, les appréciations portées doivent être
beaucoup plus nuancées ; quand la participation biologique se met spontanément en place au niveau
d’un process d’aération filtration classique, elle peut être bienvenue, en améliorant les rendements
de l’installation, mais peut induire des difficultés particulières ; outre une obligation d’être plus
rigoureux en termes de gestion du risque microbien, elle n’est pas non plus exempte de risques en
cas de présence d’ammonium. Les procédés de traitement biologique “volontariste” (mise en place
d’une installation conçue à cet effet et activation par ensemencement bactérien).
Le traitement du fer et du manganèse dans les eaux minérales semblent trop risqués car trop
difficilement maîtrisables en l’absence de possibilité de recours à des traitements chimiques
d’appoint pour garantir la qualité de l’eau.

33
Conclusion

Pendant les deux mois que j’ai passés au sein de la société les Eaux
Minérales d’Oulmès, j’ai pu confronter le monde du travail, et appréhender de
nouvelles compétences techniques et professionnelles.
Ce stage a donc répondu à mes attentes aussi bien au niveau professionnel
qu’en termes de compétences relatives à la participation en place d’une démarche
qualité dans une entreprise de taille telle que les Eaux Minérales d’Oulmès.
Il me parait tout à fait justifié de conclure que ce stage à été une réussite
pour moi.
J’ai eu aussi l’opportunité d’avoir une formation concernant les techniques
des analyses et de fabrication des Eaux Minérales Naturelles que je n’aurai eu
nulle part.

34

Vous aimerez peut-être aussi