Vous êtes sur la page 1sur 14

Lettre

d’intention pour la constitution d’une


Communauté Professionnelle Territoriale de
Santé (CPTS) sur le bassin de Thau

Intitulé du projet : Création d’une CPTS sur le bassin de Thau


Date de création : 29 mars 2019

Le rédacteur principal : Dr Jean-Christophe Calmes, médecin généraliste à Frontignan


Adresse :
Mail :
Téléphone :

1
Table des matières
Lettre d’intention pour la constitution d’une Communauté Professionnelle Territoriale de
Santé (CPTS) sur le bassin de Thau ............................................................................................ 1
Professionnels engagés directement dans la construction du projet ................................... 3
Professionnels sollicités et dans l’attente d’une confirmation d’engagement sur le projet . 3
Contexte ................................................................................................................................ 4
Les problématiques ciblées : leurs objectifs et indicateurs ................................................... 4
1. Remédier à l’absence de médecins traitants .......................................................... 4
2. Répondre aux demandes de soins non programmés .............................................. 5
3. Eviter les ré-hospitalisations ................................................................................... 5
4. Un système de communication commun pour faciliter le parcours de soins des
patients .............................................................................................................................. 6
5. Une réponse à la baisse de la démographie médicale ............................................ 6
6. Favoriser la démocratie sanitaire ............................................................................ 7
Synthèse des outils et indicateurs mobilisés ......................................................................... 7
Le territoire de la future CPTS ............................................................................................... 8
1. Données démographiques ...................................................................................... 8
2. Données concernant les professionnels de santé et établissements de soins...... 13
Une structure d’appui.......................................................................................................... 13
Calendrier prévisionnel pour la réalisation du projet .......................................................... 14
Evaluation du financement pour la création de la CPTS ...................................................... 14
Conclusion ........................................................................................................................... 14

2
Professionnels engagés directement dans la construction du
projet

Secteur Activité
Structure
NOM Prénom Profession (sanitaire, médico- Lieu d'exercice
d’appartenance
social, social)
Calmes J.Christophe Médecin généraliste Sanitaire 34110 MSP

Billet Bertrand Médecin généraliste

Gromoff Serge Médecin généraliste

Albaric Pierre Médecin généraliste

Albaric Alexandre Médecin généraliste

Plique Guilbert Radiologue

Puecheral Flrorence Infirmière

Roche-Gomis Infirmiére
Christine
Mattera Marie Médecin généraliste
Thérése
Dedieu Michel Médecin généraliste

Escrig Julien Pharmacien

Rico bernard Pharmacien


Professionnels sollicités et dans l’attente d’une confirmation
d’engagement sur le projet
Nous avons commencé à informer de ce projet nos confrères sur le territoire de la CPTS.
Nous avons également rencontré le service des urgences du CHG de Sète, la clinique Ste
Thérèse et certains acteurs du médico-social.
Au niveau politique, les maires de Sète et Frontignan sont informés du projet. Le député de
Frontignan, a été rencontré. Celui de Mèze le sera au mois de mai.
Organiser des réunions d’information sur le territoire après mailing, phoning et courrier fait
partie des priorités.
Cela ne peut pas se faire sans des moyens de démarrage.

3
Contexte
L’ensemble des professionnels de santé du territoire du bassin de Thau connaissent depuis
plusieurs années des bouleversements dans leur exercice quotidien. La baisse du nombre de
médecins généralistes (départs à la retraite, souhait des jeunes médecins de travailler
moins) associé à l’augmentation de la demande de soins de la population (maladies
chroniques et graves, vieillissement) créent une inadéquation entre l’offre et la demande qui
se traduisent par des difficultés d’accéder aux soins (délais d’obtention d’un rendez-vous et
temps d’attente en salle d’attente trop longs).

Conscients de la nécessité d’une réorganisation du système de soins pour lutter contre les
inégalités sociales de santé et améliorer la prise en charge des patients chroniques, les
professionnels de santé de ce territoire ont créé une association. Cette initiative a permis de
coordonner rapidement l’ensemble des professionnels concernés par les soins primaires sur
le territoire de Frontignan, soit environ 70 personnes.

Cette réorganisation a permis l’amélioration des prises en charge sur la commune en :


- facilitant les circuits de communication (mise en place d’un logiciel partagé)
- développant les protocoles de prise en charge
- organisant des réunions de concertation,
- planifiant des réunions d’information et de formation à l’attention de l’ensemble des
professionnels impliqués.
- utilisant un outil informatique commun (Weda)

Il nous est paru rapidement indispensable de développer la coordination vers le deuxième,


le troisième recours et le secteur médico-social afin d’améliorer la prise en charge de la
population et d’étendre notre expérience initiale de la création de la Maison de Santé
Pluriprofessionnelle (MSP) multisite, à la plupart des communes du bassin de Thau.

Ce projet de santé, que nous allons détailler s’intègre dans le cadre prévu par la loi santé et
désigné sous le nom de Communauté Professionnelle Territoriale de Santé par l’article 65 de
la loi santé.

Les problématiques ciblées : leurs objectifs et indicateurs



1. Remédier à l’absence de médecins traitants

Les médecins impliqués dans la Permanence des Soins Ambulatoire (PDSA) au sein de la
Maison Médicale de Garde (MMG) de Sète constatent que de plus en plus de patients n’ont
pas de médecin traitant sur le territoire. Or, l’absence de médecin traitant est un facteur de
désorganisation du système de soins, notamment pour les patients atteints de pathologies
chroniques.
L’amélioration des parcours de soins et de la fluidité des relations entre professionnels
libéraux et structures devraient permettre aux équipes de soins primaires de prendre en

4
charge les patients en errance de soins. Dans ce contexte, la CPTS s’engagera à prendre en
charge tout nouveau patient.
Indicateur de suivi de la CPTS : Le nombre de patients sans médecin traitant.

2. Répondre aux demandes de soins non programmés

Le recours aux urgences de l’hôpital de Sète dans le cas de soins non programmés entraine
régulièrement des tensions, notamment en période estivale où la population peut être
multipliée par huit. Afin d’améliorer l’accès aux soins non programmés, nous souhaitons
mettre en place une régulation médicale libérale sur le territoire en utilisant un agenda
partagé commun aux professionnels de santé et qui permettrait aux patients de trouver
rapidement un professionnel disponible.

Outil : Agenda commun partagé.


Indicateur de suivi de la CPTS :
- le nombre de professionnels de santé utilisant cet agenda
- le nombre de patients utilisant cet agenda
- une enquête auprès de la population pour identifier leur difficulté en matière d’accès
aux soins non programmés.

D’autre part, la CPTS permettra d’éviter la surcharge des structures d’urgence, de fluidifier
les entrées et sorties de l’hôpital grâce à la mise en place de protocoles d’accord entre les
professionnels de santé.

Indicateur de suivi de la CPTS : Création de protocoles d’accord entre les professionnels de


santé.

3. Eviter les ré-hospitalisations

L’hospitalisation puis le retour à domicile des patients atteints de maladies chroniques et en


décompensation sont source d’encombrement des urgences. Le taux de ré-hospitalisation
reste important dans le mois suivant la sortie de l’hôpital. Ce taux variable suivant les études
peut atteindre 18% sur l’indicateur RH30 pour les patients de plus de 75 ans.
Les facteurs sont multiples et concernent 3 domaines :
• Le système de soins avec notamment l’accessibilité des professionnels de premier
recours
• Les facteurs épidémiologiques avec le nombre de personnes en ALD
• Les facteurs populationnels avec notamment le nombre de bénéficiaires de la CMU-C
En collaboration avec l’hôpital et la clinique, la mise en place de procédures
d’hospitalisations et de retours à domicile permettra de réduire le taux de ré-hospitalisation.
Une première réunion de concertation avec le responsable des urgences, le docteur Puch, a
permis de proposer la mise en place d’une fiche type d’entrée et de sortie des urgences afin
d’améliorer la coordination.

5
Outils : Les fiches type utilisées à l’entrée et à la sortie des urgences et destinées à la
coordination.
Indicateur de suivi de la CPTS : Le taux de ré-hospitalisation dans le mois suivant la sortie de
l’hôpital.
4. Un système de communication commun pour faciliter le parcours de
soins des patients

Afin de faciliter le parcours de soins, les relations entre les professionnels des soins primaires
le second recours et les structures hospitalières du bassin de Thau (Clinique Sainte Thérèse
et CHG de Sète) et les structures médico-sociales devront être formalisées.
Pour cela, la mise en place d’un système de messagerie commun aux professionnels
libéraux et aux structures hospitalières et médico-sociales apparaît comme un préalable
indispensable à l’organisation de l’accès aux soins sur le territoire. Actuellement, les
professionnels de santé utilisent de nombreux systèmes de communication, tous disparates.
Cette absence d’harmonisation est la cause de retard dans la transmission des données
médicales pouvant altérer les prises en charge, à la fois lors des hospitalisation et des
sorties.
Cette mise en place devra s’accompagner de réunions de formations à cet outil destinées
aux professionnels de santé du territoire.
Nous envisageons dans un second temps, la mise en place d’un réseau social de santé qui
permettra de créer du lien entre les professionnels et d’améliorer la prise en charge des
patients. La mise en place d’une interface web et mobile permettant une communication
simple et sécurisée entre les différents intervenants permettra d’améliorer la pertinence des
soins

Outils : Un système de messagerie commun aux professionnels libéraux et aux structures


hospitalières et médico-sociales.
Indicateur de suivi de la CPTS : Le nombre de professionnel utilisant le système de
messagerie commun.

5. Une réponse à la baisse de la démographie médicale

Concernant les professionnels de santé, la démographie médicale de notre territoire est en


baisse et cette dynamique va se poursuivre les dix prochaines années. Dans ce contexte, les
actions que nous souhaitons mettre en place au sein de la future CPTS nous permettront de
diminuer la surcharge de travail et de rendre le territoire attractif pour les jeunes
professionnels de santé :
- une organisation de soins coordonnés,
- une régulation de la demande de soins non programmés permettant du temps de
travail partagé entre professionnels,
- une amélioration de la concertation et la mise en place de protocoles de prise en
charge avec les infirmiers libéraux, les pharmaciens, les kinés, les sages-femmes, les
podologues, les orthophonistes.

Indicateur de suivi de la CPTS : L’évolution du nombre de professionnels de santé sur le


territoire.
6
6. Favoriser la démocratie sanitaire

Enfin, la mise en place d’une CPTS sur le territoire permettra d’établir une interface entre
professionnels de santé et patients, afin favoriser la démocratie sanitaire sur le territoire
grâce à des réunions de concertation organisées en accord avec les municipalités.

Indicateur de suivi : Le nombre de réunion organisée.

Synthèse des outils et indicateurs mobilisés

Problématique Outils Indicateurs

Remédier à l’absence de Le nombre de patients sans


médecins traitants médecin traitant

Le nombre de professionnels de
santé utilisant cet agenda
Le nombre de patients utilisant cet
Répondre aux demandes de agenda
Agenda commun partagé
soins non programmés Une enquête auprès de la
population pour identifier leur
difficulté en matière d’accès aux
soins non programmés
Création de protocoles d’accord
Les fiches type utilisées à entre les professionnels de santé
l’entrée et à la sortie des
Eviter les ré-hospitalisations
urgences et destinées à la
Le taux de ré-hospitalisation dans le
coordination
mois suivant la sortie de l’hôpital

Un système de Un système de messagerie


Le nombre de professionnel
communication commun commun aux professionnels
utilisant le système de messagerie
pour faciliter le parcours de libéraux et aux structures
commun
soins des patients hospitalières et médico-sociales

L’évolution du nombre de
Une réponse à la baisse de
professionnels de santé sur le
la démographie médicale
territoire

7
Favoriser la démocratie
Le nombre de réunion organisée
sanitaire

Le territoire de la future CPTS


Nous avons choisi de privilégier les communes qui, comme Frontignan, sont en lien avec le
Centre Hospitalier Général (CHG) de Sète, étant donné que cette unité fonctionnelle
correspond aux pratiques des professionnels et aux habitudes des patients.

Ainsi, la CPTS du bassin de Thau définit son territoire d’intervention au sein des 13
communes suivantes : Sète, Frontignan, Mèze, Bouzigues, Balaruc-les-Bains, Balaruc-Le-
vieux, Gigean, Poussan, Villeveyrac, Vic, Mireval, Loupian et Montbazin. La commune de
Marseillan n’est pas intégrée au projet car elle s’organise plus naturellement autour du CHG
de Béziers.

1. Données démographiques

8
Figure 1: Carte de la situation géographique de la future CPTS du bassin de Thau

La future CPTS est située sur la frange littorale à Proximité de Montpellier et Béziers. Elle
intègre la commune de Sète (carte 1). Le nombre d’habitants de ce territoire est de 117 070
(dernier recensement Insee en 2015), allant de 1 724 habitants pour Bouzigues à 43 620
pour Frontignan (carte 2).

9
Figure 2 : Carte de la population communale en 2015 (dernier recensement Insee)

Tandis que l’évolution moyenne de la population communale en France est de + 0,48%, ce


territoire est davantage dynamique avec un taux d’accroissement de la population allant
jusqu’à 4,76% (Balaruc-le-Vieux), essentiellement en raison des flux migratoires (carte 3).
Ces éléments démographiques montrent l’importance d’anticiper les besoins de la
population en matière de soins dans un contexte d’attractivité de ces communes et de
baisse de la démographie médicale. Etant la situation géographique de ce territoire (espace
littoral héraultais touristique), il est également nécessaire que les professionnels de santé se
coordonnent pour assurer un accès aux soins de qualité en période estivale durant laquelle
la population peut être multipliée par 10.

En France, la part de la population âgée de moins de 20 ans est de 24,4% (Insee, Rp 2015).
Sur le présent territoire, les huit communes les plus proches du littoral présentent moins de
jeunes que les autres (carte 4). Les communes les éloignées du littoral voient la part de la
population âgée de moins de 20 ans augmenter le plus : jusqu’à 5,3% (0,3 étant la moyenne
française), voir carte 5. Inversement, les communes dont la part de la population âgée de 65
ans et plus est la plus élevée sont situées sur le littoral : jusqu’à 29,8% (19,6% étant la
moyenne nationale). En revanche, le taux d’évolution annuel des 65 ans et plus est très
élevé sur l’ensemble de la future CPTS, allant jusqu’à 9% tandis que la moyenne française est
à 2,5% (carte 6). Ainsi, dans ce territoire attractif, l’augmentation de la part des jeunes et
surtout le vieillissement de la population constituent des éléments importants à prendre
en compte pour anticiper les besoins de santé.

10
Figure 3 : Carte de l'évolution de la population communale entre 2010 et 2015

Figure 4 : Carte de la part de la population de moins de 20 ans en 2015

11
Figure 5 : Carte du taux d'évolution annuel de la population de moins de 20 ans en 2015

Figure 6 : Carte de la part de la population âgée de 65 ans et plus

12
Figure 7 : Carte du taux d'évolution annuel de la population de 65 ans et plus en 2015

2. Données concernant les professionnels de santé et établissements de


soins

Le territoire de la CPTS compte notamment 170 médecins généralistes, 345 infirmiers, 210
kinésithérapeutes. Plupart des spécialités médicales libérales sont présentes permettant un
accès aux soins de second recours relativement fluide.

Les ressources hospitalières sont bien représentées avec le CHG de Sète et une clinique
privée, Clinique Sainte Thérèse, également à Sète. Il existe plusieurs maisons de retraite et
EHPAD réparties sur les différentes communes.

Une structure d’appui


Un accord de principe devra être conclu avec la PTA RESODOC. Des contacts préliminaires
ont été pris entre les responsables de la MSP de Frontignan et RESODOC. Une aide à la mise
en place des moyens de communication et de coordination est envisagée dans un premier
temps.

13

Calendrier prévisionnel pour la réalisation du projet
A revoir :
Etapes Dates
Dépôt du dossier Mai 2019
Réunions d’information Mai à octobre 2019
Concertation avec le CHG de Sète et la clinique Sainte Thérèse Mai à octobre 2019
Concertation avec les établissements médico-sociaux Mai à octobre 2019
Réflexion et concertation avec RESODOC sur les outils Mars 2019
Mise en place de la messagerie commune Janvier 2020
Agenda partagé Mars 2020
Répertoire opérationnel des Ressources Juin 2020
Protocoles d’entrée et sortie d’hôpital Juin 2020
Premières évaluations Juin 2021

Evaluation du financement pour la création de la CPTS


Financements Financement
Intitulé Total
ARS CPAM
Information/ communication 60 000€ 315 000€ 365 000€

Rédaction du projet de santé 10 000€

Conclusion
En souhaitant créer une CPTS, les professionnels libéraux s’engagent au cœur des
politiques locales pour l’amélioration de la santé publique et de la réduction des inégalités
d’accès aux soins. La CPTS permettra de développer les nouveaux modes de travail
coopératifs entre les acteurs de santé et de créer un réseau de soins souple, adaptable à la
réalité du terrain, organisé par des professionnels libéraux, en lien avec les structures
hospitalières et médico-sociales. Elle démontrera que les solutions aux inégalités sociales de
santé sont à trouver à l’échelle locale, auprès des acteurs de terrain qui créent les conditions
d’une véritable démocratie sanitaire. Enfin, la CPTS sera à l’origine de la création d’emplois
locaux dans les nouveaux métiers de la coordination et de la médiation sociale.

14