Vous êtes sur la page 1sur 108

LIVRE BLANC SUR

LES INSTRUMENTS
FINANCIERS ALTERNATIFS
É D I T I O N 2 0 1 7
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

«Les économies émergentes tendent à s’appuyer principalement sur le développement durable et l’exploitation
judicieuse des opportunités offertes par l’Economie Verte.
Ainsi, le domaine des énergies renouvelables a connu un véritable essor suite aux grands projets que Nous
avons lancés, parallèlement à l’adoption de la stratégie d’efficacité énergétique et de la politique ambitieuse de
mobilisation des ressources en eau.
A cet égard, le plan marocain d’énergie solaire et éolienne constitue une preuve supplémentaire de notre capacité
à relever les défis. S’il en est ainsi, c’est grâce notamment à une vision claire et anticipative, conjuguée à une
planification rigoureuse des priorités pressantes, garantissant la satisfaction des besoins énergétiques de
notre pays et la réduction de sa dépendance de l’étranger et ce, grâce à une exploitation judicieuse de nos
ressources propres en énergies renouvelables»

Extrait du discours de SM le Roi Mohammed VI adressé à la Nation le mercredi 20 août 2014, à


l’occasion du 61ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

«Emerging economies tend to rely mainly on sustainable development and the judicious exploitation of
opportunities offered by the Green Economy. Thus, the field of renewable energies has been flourishing thanks to
the major projects that we launched alongside the adoption of the energy efficiency strategy and the ambitious
policy of mobilizing water resources.
In this respect, the Moroccan plan for solar and wind energy constitutes an additional proof of our ability to meet
the challenges. This has been a reflection of a clear and anticipatory vision, translated by a rigorous planning
of pressing priorities, ensuring meeting the energy needs of our country and reducing its dependency overseas,
thanks to the judicious exploitation of our own resources in renewable energies»

An Excerpt from His Majesty’s King Mohammed VI speech that he delivered to his nation on Wednesday,
August 20, 2014, on the occasion of the 61st anniversary of the King’s and People’s Revolution.

5
SOMMAIRE

PRÉFACE PAR MOHAMED BOUSSAÏD, 8


Ministre de l’Économie et des Finances

PANELS
OTHMANE ELALAMY, 10
Secrétaire Général de l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance
Sociale (ACAPS).
Nabil BADR, 13
Directeur Adjoint de la Direction de la Supervision Bancaire, Bank Al-Maghrib
Ahmed RAHHOU, 16
Président Directeur Général de CIH Bank
Brahim BENJELLOUN-TOUIMI, 18
Administrateur Directeur Général Exécutif du Groupe BMCE Bank
Saïd AMAGHDIR, 20
Président, de l’AMFP
Anouar HASSOUNE, 22
Directeur Général d’Euris Groupe
Nasser SEDDIQI, 25
Directeur des opérations financières et des marchés de l’AMMC
Saïd MOULINE, 30
Directeur général, de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE)
FOUAD BENSEDDIK, 33
Directeur des méthodes et des affaires institutionnelles, VIGEO EIRIS
Jilali KENZI, 35
Adjoint au Directeur , Chargé du Pôle Macroéconomie à la Direction du Trésor
et des Finances Extérieures ( DTFE), Ministère de l’Economie et des Finances
Driss BENCHEIKH, 37
Secrétaire Général de l’Office des Changes
Younes AISSAMI, 39
Adjoint Direction des opérations monétaires et de change à Bank Al-Maghrib
Abdelkader BOUKHRISS, 41
Président de la Commission Fiscalité et Réglementation des Changes à la CGEM

SYNTHÈSE 43

BIOGRAPHIES 53

VERSION EN LANGUE ANGLAISE 67

7
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Mohamed Boussaïd,
Ministre de l’Économie et des Finances

La finance participative a suivi Notre économie, notre système


un long processus sur le plan financier doit s’insérer au mieux dans
règlementaire et législatif. l’économie mondiale. Concernant
Les dossiers d’agrément ont obéi le secteur financier, nous travaillons
à un caractère intégré et global. à le moderniser et le renforcer, le
L’’approche qui a été suivie est rendre plus solide, plus profond, plus
une approche plus financière et ouvert, capable de répondre aux
économique qu’idéologique. Si nous besoins qui découlent d’un processus
pouvons maintenir cette approche d’intégration économique et régional.
intégrée, nous pourrons avoir, de par L’intégration du Maroc à cet espace
la finance participative, une chance économique est une grande
d’attirer plus d’investissements opportunité pour les deux parties.
étrangers, drainer plus d’épargne
publique, diversifier l’ensemble des La finance verte est un autre
instruments financiers à la disposition exemple de la capacité de notre
des entreprises et des citoyens. secteur financier à se mobiliser pour
Cette approche va être complétée apporter les solutions adéquates
par de nombreuses mesures, parce aux principaux enjeux dans lesquels
qu’il ne s’agit pas que de la banque, il notre pays s’est engagé en matière
y’a aussi le secteur des assurances. de développement durable. En effet,
Aujourd’hui, nous travaillons la croissance verte constitue plus
conformément à nos promesses, qu’un choix, c’est un engagement
pour que dans quelques mois nous fort de notre pays pour contribuer
puissions lancer la première émission à l’effort international en matière
souveraine de sukuk. de développement durable.
L’organisation réussie de la COP 22

8
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
à Marrakech a été une occasion pour
le secteur financier de présenter une
feuille de route qui représente un
travail collectif. Le Maroc a toujours Notre économie, notre
réussi quand il y a un travail collectif système financier doit
où tout le monde s’est mobilisé, s’insérer au mieux dans
autour d’un sujet important comme la
l’économie mondiale.
finance verte. Le but est de présenter
le système financier avec une feuille
de route extrêmement pertinente,
claire et concrète qui a reçu l’adhésion titre sont la mise en place du cadre
de l’ensemble des partenaires : réglementaire pour promouvoir, avec
les banques, Maroclear, la Bourse des instruments du marché dédié aux
de Casablanca, les assurances financement du climat, notamment
et les opérateurs économiques et les fonds d’investissement verts,
financiers. les obligations vertes. Je me
rends compte avec vous que de
Quand on évoque la finance nombreuses entreprises se sont déjà
verte, on pense aux opportunités qui lancées dans les obligations vertes,
s’offrent en la matière. Des besoins qui ont eu beaucoup de succès. Nous
financiers importants découlent des n’écartons pas la possibilité pour
engagements forts du Royaume. Le notre pays éventuellement de lancer
Maroc a présenté, faut-il le rappeler, à l’avenir une émission souveraine
un programme doté d’une enveloppe verte au niveau international.
de 35 milliards de dollars pour le volet
adaptation. Aujourd’hui, une dynamique réelle
est enclenchée dans notre pays
Pour réaliser ces objectifs, nous aussi bien en matière de finance
travaillons sur un cadre réglementaire participative que dans la finance
incitatif pour développer des verte. Néanmoins, plusieurs défis
solutions de financement adaptées restent à relever. Des efforts doivent
aux financements verts et aux être déployés par l’ensemble des
changements climatiques. Les partenaires pour atteindre les objectifs
actions portent d’abord sur la que nous avons fixés collectivement.
diversification de la panoplie des Les échanges et les débats entre
instruments financiers offerts et le experts lors de cette conférence vont
développement des compartiments sûrement contribuer aux objectifs
verts. Les actions prévues à ce arrêtés.

9
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

FINANCE PARTICIPATIVE

OTHMANE ELALAMY,
Sectrétaire Général de l’ACAPS

L’assurance TAKAFUL au déficit.


Maroc Pour ce qui est des opérateurs,
deux modèles se présentent :
LES PRINCIPES DE BASE • TAKAFUL exercé par une entreprise
d’assurance classique : cela se fait
Interdiction de l’usage des intérêts, par le biais de l’ouverture de fenêtres
interdiction de l’incertitude et de la (windows) opérant dans l’assurance
spéculation, interdiction plus générale TAKAFUL, en plus de l’activité
de tout ce qui est illicite, tels que certains d’assurance conventionnelle de la
secteurs comme l’alcool, le jeu… société.
• TAKAFUL exercé à titre exclusif par
Investissement dans des valeurs un opérateur TAKAFUL.
conformes à la chariaa. L’opérateur TAKAFUL est dans
ce cas une entreprise chargée de la
Risque assurantiel supporté par la gestion du fonds/compte TAKAFUL.
collectivité des participants, donc il y a A ce titre, il reçoit les contributions,
un partage des risques, des pertes et supporte l’indemnisation et assure
des profits entre eux. la répartition de l’excédent entre
Participation dans l’opération participants.
d’assurance TAKAFUL basée sur un
engagement de l’opérateur d’accorder Principales disposition du code des
une avance sans intérêt en cas de assurances modifiées ou complétées

10
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
par la loi n’59-13 du 25 août 2016.

Définition de certains
concepts La conformité à la chariaa
des opérations d’assurance
➢ Assurance TAKAFUL TAKAFUL est prononcée
Opération d’assurance réalisée en par le Conseil supérieur
conformité avec les avis conformes des Ouléma.
du Conseil supérieur des Oulama
ayant pour objet la couverture des
risques prévus au contrat d’assurance TAKAFUL, on entend par prime la
TAKAFUL pour un compte d’assurance contribution du participant.
TAKAFUL géré moyennant une
rémunération de gestion par une PRINCIPALES DISPOSITIONS DU
entreprise agréée pour pratiquer les CODE DES ASSURANCES
opérations d’assurances «TAKAFUL».
Les opérations d’assurances Principes retenus
TAKAFUL et l’activité de gestion • La conformité à la chariaa des
du compte d’assurance TAKAFUL opérations d’assurance TAKAFUL est
pour une entreprise d’assurance ne prononcée par le Conseil supérieur
peuvent en aucun cas donner lieux des Oulémas (article 10-1 du code
ni à la perception ni au versement des assurances).
d’intérêts. • En assurance TAKAFUL, les
excédents techniques et financiers
➢ Compte d’assurance TAKAFUL réalisés sont répartis entièrement entre
Compte constitué par les les participants après déduction, le cas
contributions des participants dans échéant, des avances TAKAFUL. La
l’opération d’assurance TAKAFUL répartition des excédents techniques
et par tous les revenus de ce et financiers ne peut avoir lieu qu’après
compte, y compris ceux résultant de constitution des provisions et réserves
l’investissement de son solde. (article 10-3 du code des assurances);

➢ Prime • L’entreprise d’assurance et de


Somme due par le souscripteur réassurance TAKAFUL doit tenir et
d’un contrat d’assurance en gérer de manière séparée les comptes
contrepartie de garanties accordées d’assurances ou de réassurance
par l’assureur. Pour l’assurance TAKAFUL de ses propres comptes.

11
‘‘
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Cette séparation doit être constatée En cas d’insuffisance de l’actif


dans les états de synthèse de représentatif des provisions
l’entreprise (article 10-2 du code des techniques par rapport
assurances); auxdites provisions, l’entreprise
d’assurances doit combler, dans
• En cas d’insuffisance de l’actif les conditions fixées par voie
représentatif des provisions techniques réglementaire, ce déficit par des
par rapport auxdites provisions, avances TAKAFUL.
l’entreprise d’assurances doit combler,
dans les conditions fixées par voie
réglementaire, ce déficit par des président de l’ACAPS, en les adaptant
avances TAKAFUL. Cette disposition aux principes régissant l’assurance
doit être rappelée dans tout contrat TAKAFUL.
d’assurance TAKAFUL (article10-3 du
code des assurances). Ces dispositions concernent
principalement le contrat d’assurance
LES ETAPES EN COURS et le contrôle des entreprises
• Les modes de rémunération de d’assurances TAKAFUL (règles
l’entreprise d’assurances et de prudentielles, de gestion et comptables
réassurance au titre de la gestion du relatives aux opérations d’assurance
compte d’assurance TAKAFUL ainsi TAKAFUL).
que les critères de détermination
de cette rémunération (WAKALA, LES ÉTAPES À VENIR
MOUHARABA ou combinaison des • L’avis conforme du Conseil supérieur
deux modes); des Oulémas sur le projet d’arrêté et
• Les modalités de répartition des sur le projet de circulaire;
excédents techniques et financiers des • Le passage par la commission de
comptes d’assurance TAKAFUL entre régulation de l’ACAPS qui donne un
les participants dans les opérations avis à son Président sur les projets
d’assurances TAKAFUL. de textes législatifs ou réglementaires
• Elaboration d’une circulaire spécifique ainsi que sur les projets de circulaire ;
à l’assurance TAKAFUL, reprenant • L’homologation de la circulaire par le
la majorité des dispositions des ministre des Finances;
différents arrêtés du ministre chargé • La transmission de l’arrêté et la
des Finances pris pour l’application du circulaire d’application au Secrétariat
code des assurances, et qui relèvent, général du gouvernement pour
désormais, des prérogatives du publication.

12
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Nabil BADR,
Adjoint du responsable de la supervision
bancaire (Bank Al-Maghrib)

Les principaux objectifs sous- BILAN DE L’EXPÉRIENCE DES


tendant la genèse de la finance PRODUITS ALTERNATIFS
participative au Maroc sont : 2007 : Introduction des produits de
➢ Développer l’inclusion financière; financement alternatifs par Bank Al-
➢ Capter de nouveaux Maghrib.
investissements directs étrangers ;
➢ Compléter l’offre CFC. 2010 : Agrément d’une société de
financement dédiée à l’offre de produits
L’approche adoptée par Bank Al- alternatifs.
Maghrib repose sur une démarche
progressive, inclusive et participative. Cette expérience a fait face à
En effet, les principales parties plusieurs défis, notamment:
prenantes de l’écosystème de la ➢ Cadre fiscal inadapté ;
finance participative ont été impliquées ➢ Absence d’une instance de
pour la mise en place de ce nouveau certification Charia ;
système, à savoir les ministères ➢ Absence d’un marché monétaire:
concernés, le Conseil supérieur des Certificats de Sukuk ;
Oulema, le GPBM, etc. Cette approche ➢ Inexistence des autres
progressive intègre aussi le retour composantes de l’écosystème.
d’expérience des produits alternatifs
au Maroc ainsi que les enseignements Cette expérience a permis de
tirés des expériences internationales prendre conscience de la nécessité d’un
en la matière. cadre légal et réglementaire propice à

13
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

l’éclosion et au développement d’un PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DES


écosystème de la finance participative. AGRÉMENTS
➢ Publication de la circulaire relative
CADRE LÉGAL aux documents et renseignements
nécessaires pour l’instruction des
• Définition des banques participatives, demandes d’agréments.
des dépôts d’investissements, des ➢ Instruction des demandes de
produits financiers et des opérations dossiers d’agrément, notamment aux
que les banques participatives plans de l’actionnariat, de la valeur
sont habilitées à exercer et des ajoutée au marché marocain, de la
établissements de crédits et organismes gouvernance, des risques…
assimilés pouvant exercer tout ou ➢ Avis favorable formulé par le CEC
partie des opérations mentionnées au tenu le 29 novembre 2016 sur les
titre III de la Loi 103.12, sous réserve demandes formulées pour la création
de leur agrément. de 5 banques participatives et
• Définition de la fonction de conformité l’autorisation de 3 banques d’exercer
aux avis conforme du Conseil supérieur les opérations de banque participatives
des Ouléma. à travers des fenêtres;
• Obligation de soumettre des rapports ➢ Publication au Bulletin Officiel de
annuels relatifs à la conformité au toutes les décisions d’agrément.
Conseil supérieur des Ouléma et à
Bank-Al Maghrib. CADRE REGLEMENTAIRE
• Création d’un fonds indépendant ➢ Cadre réglementaire finalisé :

‘‘
de garantie des dépôts des banques 1) Caractéristiques techniques
participatives ainsi que la détermination et modalités de présentation à la
des dispositions relatives à la gestion clientèle des produits Mourabaha,
du fonds. Ijara, Moucharaka, Moudaraba et
Salam ;
2) Conditions et modalités de
collecte et de placement des dépôts
d’investissement ;
3) Conditions et modalités d’exercice
L’approche adoptée par des activités et opérations visées
Bank Al-Maghrib repose sur au Titre III de la loi bancaire par les
une démarche progressive, banques conventionnelles ;
4) Fonction de conformité aux avis
inclusive et participative. du Conseil supérieur des Ouléma ;
5) Cadre comptable.

14
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
➢ Cadre réglementaire en cours de
finalisation :
1) Cadre prudentiel ;
2) Instruments de gestion de la liquidité; L’amendement du cadre fiscal
3) Modèles types de contrats a pour finalité de garantir
participatifs ;
une neutralité fiscale entre
4) Adaptation des produits de
garantie ;
les produits de la banque
5) Adaptation des systèmes de conventionnelle et ceux de la
paiement. banque participative.

CADRE FISCAL
L’amendement du cadre fiscal a l’écosystème en leur présentant le
pour finalité de garantir une neutralité cadre règlementaire de la FP ainsi que
fiscale entre les produits de la banque les spécificités de cette industrie :
conventionnelle et ceux de la banque 1) Le ministère de la Justice,
participative. notamment le corps de la magistrature
et les Avocats pour mieux répondre
COOPÉRATION INTERNATIONALE aux situations de litiges;
➢ Adhésion de Bank Al-Maghrib à 2) Les notaires et les Adouls pour la
l’Islamic Financial Services Board passation des transactions;
(IFSB) en tant que membre observateur 3) Les commissaires aux comptes pour
en 2006, puis membre à part entière l’examen des états de synthèses et la
depuis 2013; certification des comptes.
➢ Adhésion de Bank Al-Maghrib à ➢ Réformer le cadre légal en vigueur
l’Accounting and Auditing Organization pour l’adapter aux spécificités de
for Islamic Financial Institutions la finance participative (DOC, loi
(AAOIFI) en 2015; de protection du consommateur…)
➢ Participation des agents de BAM à et garantir la sécurité juridique
des workshop organisés par plusieurs des transactions financées par les
organismes depuis 2005; instruments participatifs;
➢ Organisation au Maroc de Workshops ➢ Renforcer l’éducation financière
et événements sur la finance islamique du public au sujet de la finance
avec l’IFSB en Novembre 2011 et en participative ;
Mars 2017. ➢ Encourager l’utilisation des
dispositifs de règlement à l’amiable
PISTES DE DÉVELOPPEMENT en cas de différends portant sur les
Sensibiliser les professionnels de produits participatifs.

15
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Ahmed RAHHOU,
PDG de CIH Bank

Concernant les banques et de gestion des dépôts, car parmi


participatives, il y a lieu de souligner les six produits ou services validés,
que le Maroc a choisi un modèle figure la convention de tenue des
avec un seul organe de conformité comptes. La rémunération des
à la Chariaa. La loi relative aux comptes des déposants, du fait
banques participatives est claire et que les intérêts sont prohibés, se
précise en termes de fixation des fera à travers la participation aux
modalités de fonctionnement de ces financement de projets et à la prise
banques. C’est très important, car de risque. Ces fonds déposés par
cela permet de faciliter la tâche aux les investisseurs vont être utilisés
futurs acteurs. A partir du moment où dans un ou plusieurs projets, et vont
une décision a été prise au niveau permettre d’assurer la rémunération
d’une banque participative et validée sur la base des bénéfices, comme
par le Conseil Supérieur des Ouléma, doit l’être toute activité concernant la
elle va s’appliquer à l’ensemble du banque participative.
système. Cela va permettre aux
différents acteurs de progresser Notre filiale, baptisée UMNIA Bank,
rapidement dans le lancement. est une banque de plein exercice, qui
gère des comptes, délivre des cartes
Nous avons aujourd’hui une bancaires, chéquiers, en conformité
demi-douzaine de produits qui sont avec la législation sur les banques
confirmés. Nous pouvons d’ores et participatives, tout en gardant une
déjà exercer l’activité de financement grande dimension technologique, à

16
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
savoir la banque sur Internet, sur le
mobile…

Les clients de la banque


participative auront les mêmes C’est une chance pour le
prestations que ceux de la banque Royaume de s’intégrer à
classique. Mais pour activer tout un système de financement
ce système, certains paramètres
participatif qui gère des
sont indispensables : par exemple
la compensation, le système centaines de milliards de
monétique, le système international dollars de flux à travers le
Swift. Il faut aussi gérer la trésorerie monde.
qui doit migrer d’une banque à une
autre, et cela nécessite un travail
supplémentaire. Car la différence avec le circuit bancaire classique.
entre une banque classique et une Nous pourrons leur proposer des
banque participative est qu’elles comptes d’investissements ou des
n’accèdent pas au même marché investissements directs, avec un
monétaire, et c’est l’une des accompagnement de la banque
difficultés qui reste à traiter. Aussi, participative. C’est une chance
les Sukuks doivent absolument pour le Royaume de s’intégrer à un
exister pour permettre un échange système de financement participatif
entre l’excédent des trésoreries qui gère des centaines de milliards
dans ces banques. Il faut aussi de dollars de flux à travers le monde.
que les assurances de type Takaful Cela entre dans la politique générale
soient mises en place pour pouvoir du pays qui consiste à s’intégrer
accorder des crédits aux particuliers dans l’économie mondiale.
ainsi qu’aux entreprises pour couvrir
les risques d’invalidité ou de décès.

De par leur existence, les


banques participatives vont
permettre de drainer des capitaux
étrangers qui n’auraient pas pu
venir au Maroc faute de canal
adéquat. De nombreuses personnes
souhaitent investir au Maroc, mais
ne veulent pas forcément travailler

17
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Brahim BENJELLOUN-TOUIMI,
Administrateur Directeur Général Exécutif
BMCE Bank of Africa

La finance participative mérite Group présent dans une douzaine


d’être considérée davantage comme de pays arabes et musulmans, dont
une finance éthique et socialement le Pakistan, la Turquie, l’Egypte,
responsable. L’appellation est ainsi l’Algérie ou la Tunisie…
laïcisée, même si elle se base sur un
référentiel religieux qu’est la Chariaa. La nouvelle banque, après
J’ai presque envie de dire qu’elle l’agrément de Bank Al-Maghrib et
participe de la finance durable, d’une à l’issue des conventions scellées
finance à impact positif. entre les Présidents Othman
Benjelloun et Ahmed Youssif Adnan,
La finance participative est est créée sous forme d’un Joint-
conforme à une éthique spécifique Venture entre le groupe BMCE
qu’est l’éthique islamique, telle que Bank of Africa et Al Baraka Banking
consignée dans la loi marocaine et Group. Notre banque participative
édictée dans la réglementation de se nomme Bank Al Tamweel Wa Al
la Banque Centrale, le tout dans le Inma, BTI Bank.
cadre des institutions du Royaume.
BTI Bank sera financée
Dans le cadre du lancement de conjointement par ces deux
cette activité au Maroc, nous avons actionnaires à hauteur de leurs
été approchés par un grand groupe participations respectives. Le capital
bahreïni, à savoir Al Baraka Banking est réparti à 51% pour BMCE Bank

18
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
of Africa et 49% pour Al Baraka
Banking Group. Le total des fonds
injectés est de 400 millions de
dirhams.
Nous avons l’ambition de
À l’exemple de toute banque de bien réussir cette expérience
cette catégorie, ses ressources
de banque participative au
proviendront de son capital,
mais aussi des dépôts collectés, Maroc, pour l’exporter en
essentiellement des Particuliers, Afrique subsaharienne.
des commissions engrangées sur
les services financiers rendus. Les
marges seront réalisées grâce
aux projets qu’elle financera qui, Par ailleurs, comme l’a dit le
bien entendu, ne peuvent être des Ministre des Finances dans son
marges d’intérêt. allocution introductive, nous avons
l’ambition de bien réussir cette
C’est le groupe ABG qui, à nos expérience de banque participative
côtés, prépare la structuration au Maroc, pour l’exporter en Afrique
de notre partenariat et va gérer la subsaharienne.
banque. Notre Banque est en charge
du contrôle, donc essentiellement
des fonctions régaliennes.

19
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Saïd AMAGHDIR,
Président de l’AMFP

La Finance Participative Sharia émanant du Conseil Supérieur des


Compliant est une nouvelle finance Ouléma.
au Maroc appelée à se développer de
manière progressive et intelligente. Le Grace aux réseaux Bancaire et
Maroc dispose d’énormément d’atouts lui Assurance existants et au hub financier
permettant de prendre le lead sur cette Casa finance City, le Royaume dispose
nouvelle Finance en Afrique. de l’infrastructure nécessaire pour réussir
l’expérience localement et structurer
Le Business Model adopté par les l’offre et l’adapter à d’autres partenaires
autorités marocaines pour développer en Afrique.
la Finance Participative au Royaume
repose sur deux piliers importants : Avec les efforts déployés par sa majesté
• Adaptation de la dénomination de le Roi Mohamed VI - que Dieu l’assiste
cette nouvelle Finance «Participative» - et les partenariats ficelés en Afrique
aux finalités, notamment le principe ainsi que les relations économiques
de partage et l’ouverture à toutes les solides avec nos partenaires du GCC, le
religions. En Malaisie, plus de 60% Maroc possède toutes les chances pour
des clients de la Finance Participatives capter une partie du volume d’affaires
sont des Bouddhistes intéressés par en Finance Participative estimé à 2000
l’éthique et la performance de cette Milliards USD.
nouvelle industrie.
• Validation des produits de la Finance Par ailleurs, la Bourse de Casablanca
Participative (Banque, Assurance et a tissé un partenariat stratégique et
Marché des capitaux) par le comité technologique avec London stock
Sharia pour la Finance Participative exchange Group (LSEG) pour renforcer

20
‘‘
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

l’attractivité du Royaume qui se positionne


en tant que hub financier régional.
L’évolution se fera de manière
En effet, la majorité des cotations progressive, intelligente,
Sukuk de nos partenaires GCC est en partenariat avec les
réalisée à Londres et, aujourd’hui, la régulateurs.
Bourse de Casablanca dispose de
tous les prérequis pour coter une partie
des Sukuk et donc permettre aux des assurances gèrent directement où
investisseurs GCC de diversifier leurs à travers des fonds dédiés. Ces fonds
zones géographiques. dédiés, qui sont des OPCVM Sharia
compliant, peuvent également servir
ECOSYSTÈME DE LA FINANCE de support d’investissement pour le
PARTCIPATIVE marché des capitaux et les compagnies
L’écosystème de la Finance d’assurances. On aura in fine un
Participative a besoin de deux piliers écosystème participatif.
importants :
• L’Assurance Participative pour J’insiste sur le fait que l’évolution se
backer les produits bancaires fera de manière progressive, intelligente,
participatifs (Mourabaha immobilier, en partenariat avec les régulateurs, parce
auto, investissement…); que l’idée est de réussir cette expérience
• Le Capital Market au Maroc et ensuite l’exporter de manière
Participatif, notamment les Sukuk progressive vers nos partenaires en
pour dynamiser le marché monétaire Afrique.
et par conséquent l’échange de cash
entre les banques participatives. Aujourd’hui, nous avons trois banques
marocaines très sollicitées en Afrique. A
La Bourse de Casablanca est appelée ce titre, Maroclear pourra jouer un rôle
également à lancer son premier indice très important en Afrique parce qu’il faut
boursier Sharia compliant pour disposer accompagner les banques participatives
d’un benchmark pour les professionnels. sur place en concertation avec l’AMMC,
l’ACAPS et Bank Al-Maghrib.
Dès la validation de l’indice par
l’AMMC et le CSO, il sera utilisé comme Pour conclure, cet écosystème
indice de référence par les assureurs participatif jouera un rôle essentiel dans
takaful et les gestionnaires de Fonds la création de la richesse, de l’emploi et
(Asset managers). sera une vraie valeur ajoutée pour notre
Il faut garder en tête que la plupart économie.

21
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Anouar HASSOUNE,
Directeur général d’Euris Groupe

Historiquement, il y a eu deux grands capitaux est indissociable. L’un ne peut


hubs en matière de finance participative fonctionner sans l’autre : ce sont trois
dans le monde : l’Asie du sud-est et éléments qui se répondent l’un à l’autre.
les pays du Moyen-Orient. Aujourd’hui
émerge un nouvel horizon : la zone euro- A ce titre, les sukuk occupent une
afro-méditerranéenne, essentiellement place spéciale. Outre l’Etat et les
arabe, et plus à l’ouest. A partir du Maroc organismes publics, il faut que les
qui, il y a dix ans, était perçu comme sociétés privées émettent des sukuk
un marché frontière pour la finance pour dynamiser le marché, que ce soit
participative, on pourra faire croitre une des titres obligataires participatifs de
plateforme de lancement pour les pays titrisation ou bien des titres garantis par
francophones, notamment en Afrique l’émetteur.
subsaharienne. Il nous est donc donné L’autre élément important qu’on a
de réussir, mais collectivement. tendance à oublier, est qu’il faut des
institutions spécialisées. C’est bien
Je voudrais vous parler de quatre d’avoir des banques universelles, mais
éléments, qui sont autant de propositions il faut aussi des banques d’affaires.
de réponses à ce qui a été évoqué ce On peut les créer avec les institutions
matin : mondiales, dont la Banque Islamique
du Développement. Cela doit se faire ici
1) L’importance fondamentale au Maroc, précisément à Casablanca
de l’écosystème, une réalité Finance City.
économique
Le triangle optimal formé par
l’assurance, la banque et le marché des

22
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
2) Il y a de fausses vérités sur la
finance participative
La première fausse vérité souvent
véhiculée par des «observateurs» Une banque participative qui
mal informés est que les banques
participatives sont plus chères que
respecte un certain nombre de
les banques classiques. Ce n’est préceptes devient une banque
pas vrai. La banque participative de valeurs.
peut être moins chère; et elle devra
l’être, tout simplement pour lui
donner une crédibilité et une visibilité pas qu’à l’immobilier, c’est-à-dire qu’aux
commerciales, pour avoir une légitimité crédits hypothécaires. La finance
éthique. participative peut parfaitement faire
du corporate, donc autre chose que le
La deuxième fausse vérité est que financement immobilier.
la finance islamique n’applique pas de
manière conforme les préceptes de Enfin, on prétend que la finance
l’Islam, et ne fait finalement que «singer» participative est moins rentable, parce
les banques conventionnelles. C’est qu’elle suppose davantage de coûts :
faux : connaissez-vous des banques ce n’est pas vrai. En mars 2017, une
qui se donnent leurs propres normes ? agence de notation a publié un article
Une banque participative qui respecte assez intéressant sur la performance
un certain nombre de préceptes des banques islamiques dans les pays
devient une banque de valeurs. Et ces du Golfe. Sur plusieurs années, elles
valeurs, elle se les donne à elle-même. sont en moyenne plus rentables que les
Par conséquent, elle ne peut pas être banques conventionnelles.
exactement équivalente à la finance
conventionnelle. 3) Le lien entre la finance verte et
la finance islamique participative :
On dit aussi que la finance islamique elles partagent un ADN commun,
n’est pas intéressante, qu’elle est mais ce n’est pas exactement le
vieillotte. Faux, car il y a des banques même
participatives dans le monde qui font Les banques islamiques se sont
des choses nouvelles comme les concentrées essentiellement sur la
fintechs participatives, au service des bancarisation de la population. Elles
communautés humaines, notamment ne se sont pas encore appropriées
les plus démunies. l’économie solitaire et responsable. Si
La finance participative ne s’intéresse nous voulons passer au photovoltaïque,

23
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
nous aurons besoin des investissements
verts, et donc des sukuk. Si la finance
participative souhaite gagner ses lettres Si la finance participative
de noblesse, c’est aussi par l’écologie et
l’économie verte qu’elle y parviendra… souhaite gagner ses lettres
sinon, elle risque de se cantonner à de noblesse, c’est aussi par
n’être qu’une pâle copie pseudo-éthique l’écologie et l’économie verte
de la finance conventionnelle.
qu’elle y parviendra…
4) Le modèle de la finance
participative au Maroc est-il finaliser l’écosystème. On le saura dans
exportable ? quelques années.
La réponse est oui pour deux
raisons: la première concerne la langue. Il y a trois directions que nous
Nos amis et partenaires de la partie pouvons emprunter parmi les quatre
occidentale du monde musulman possibles: l’Ouest, le Nord, l’Est et le
parlent la même langue que nous. Nous Sud.
pouvons donc déployer nos propres
initiatives que nous avons développées L’Ouest, ce n’est pas possible, car je
ici au Maroc. La deuxième raison est vois mal la BMCE s’implanter au Brésil
que si la finance participative marocaine et offrir des Mourabaha. En revanche, le
n’évolue pas pendant dix ans, nous Sud a un taux de bancarisation de 14%.
n’aurons rien à dire ou à améliorer. Nous devons participer à l’amélioration
J’espère que d’ici dix ans nous aurons de la bancarisation dans ces pays. Pour
le plaisir de recevoir nos amis d’Afrique nos partenaires de l’Est, les pays du
subsaharienne. Golfe, ils peuvent nous apporter des
capitaux et en tirer aussi des bénéfices.
Conclusion Et n’oublions nos amis de l’Asie du
Je souhaite revenir sur le thème du sud-est, dont le modèle de finance
double sens… du mot «sens». Le premier participative, ouvert et généreux, peut
sens est la direction et le deuxième est nous donner quelques idées salutaires
la signification. Est-ce que la finance en matière d’innovation. Il reste le Nord:
participative marocaine est signifiante ? je viens du Luxembourg et là-bas, on
Évidemment oui, nous savons qui nous n’a pas mal d’idées sur les émissions
sommes et donc nous avons quelque de sukuk intelligentes et sur les fonds.
chose à offrir. En revanche, dans quelle C’est ce qu’on y fait de mieux. Il y a la
direction ? Nous ne la connaissons pas matière à réflexion et sans doute de
encore, car nous sommes en train de bonnes idées à prendre.

24
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

FINANCE VERTE

Nasser SEDDIQI,
Directeur des opérations financières et des marchés
de l’AMMC

Finance verte : Concepts et objectifs du développement durable,


Contexte les acteurs de la société auront besoin
de mobiliser des fonds très importants.
Je me permets de rappeler L’Agence Internationale de l’Energie
brièvement ce qu’on entend par a estimé, à l’échelle de la planète,
finance verte. On peut la définir comme le financement nécessaire pour
l’ensemble des services offerts par les refondre l’infrastructure, l’immobilier
marchés financiers pour investir dans et réadapter l’ensemble des modèles
les initiatives qui ont pour objectif de énergétiques pour tenir les objectifs
réduire l’impact des activités humaines climatiques à onze mille milliards de
dans l’environnement ou à offrir des dollars d’ici 2030.
bénéfices pour l’environnement.
La question à poser est : comment
Qu’est-ce qui distingue alors la peut-on réorienter la finance
finance verte de la finance tradi- traditionnelle vers une finance verte,
tionnelle ? Je dirais essentiellement aux modèles plus économiques, et
une dimension morale très forte qui surtout plus durables ?
permet de conjuguer à la fois la gestion Cette réorientation passe par une
financière et la prise de conscience de prise de conscience des investisseurs,
l’environnement. une volonté propre, qui peut se
traduire notamment par des actions
Pour lutter contre le réchauffement comme la «décarbonisation» des
climatique et atteindre l’ensemble des portefeuilles ou par des stratégies

25
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

financières adaptées comme des 2) L’émergence de la finance durable


«stratégies climat». A l’échelle de en Afrique.
l’entreprise, le passage vers la finance
verte émane essentiellement d’un Dans le cadre de la feuille de route
engagement de son actionnariat, à nationale, l’AMMC et les acteurs du
travers le désinvestissement des outils marché des capitaux devront œuvrer
de productions énergivores ou des autour de 5 axes majeurs :
énergies fossiles et l’investissement
dans de nouvelles technologies ➢ L’extension de la gouvernance
vertes. fondée sur les risques socio-
environnementaux :
Quelles initiatives nationales • intégrer la dimension durable dans
et continentales en faveur de la le modèle de gouvernance ;
finance verte ? • procéder à une communication
dédiée ;
Au Maroc, de nombreuses initiatives • et évaluer l’empreinte carbone
ont été prises par le secteur financier des fonds gérés ;
marocain, parmi lesquelles les deux
feuilles de route suivantes qui ont été ➢ Le développement d’instruments et
présentées à la COP22 : de produits financiers durables :
• créer des véhicules
1) L’alignement du secteur financier d’investissement orientés ;

‘‘
marocain sur le développement • et accompagner les émissions de
durable et le financement de la produits verts (green Bonds) ;
transition vers une économie plus
durable ; ➢ La promotion de l’inclusion
financière :
• réduire les gaps entre les genres ;
• et adopter une stratégie nationale
d’inclusion financière ;
L’AMMC et les acteurs du
➢ Le renforcement des capacités
marché des capitaux devront dans le domaine de la finance durable:
œuvrer autour de 5 axes • sensibiliser les acteurs du
majeurs, dont la promotion marché aux préoccupations
environnementales;
de l’inclusion financière. ➢ La transparence et la discipline du
marché :

26
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
• publier un guide ESG ;
• introduire de nouvelles exigences
d’informations ;
• et mettre en place un indice ESG.
La feuille de route continentale Pour la première fois au
s’articule autour de deux axes majeurs : Maroc, en 2016, le marché des
capitaux a connu l’émission
➢ Le renforcement de la coopération
sur le plan régional et continental en d’obligations vertes appelées
matière de développement durable. aussi Green Bonds.
Plusieurs actions sont prévues à cet
effet, parmi lesquelles :
• proposer et intégrer le sujet de la continent s’engagent à promouvoir le
finance verte dans les accords de marché des capitaux verts en Afrique.
coopération avec les différentes C’est un véritable appel à l’action qui
parties prenantes. A titre d’exemple, s’articule autour de 3 priorités :
l’AMMC a signé 3 conventions
en ce sens avec des autorités de 1) Le développement d’instruments
régulation en Afrique ; financiers et de véhicules
• Contribuer aux travaux de d’investissements verts ;
développement de normes 2) Le développement d’un écosystème
internationales pour la régulation qui permet de faire émerger un marché
de la finance verte ; de capitaux vert en Afrique ;
• Fédérer les régulateurs et les 3) La promotion de la transparence et
Bourses des pays africains autour l’accès à l’information sur ces produits.
d’un engagement en faveur du
développement des marchés des
capitaux verts en Afrique ; Qu’en est-il du financement vert au
Maroc via le marché des capitaux ?
➢ Le positionnement de la place
financière de Casablanca en tant que Pour la première fois au Maroc,
hub pour la finance climat. en 2016, le marché des capitaux a
connu l’émission d’obligations vertes
Ainsi, en marge de la COP22, appelées aussi Green Bonds.
l’AMMC a impulsé la signature du
«Marrakech Pledge» où plusieurs Les Green Bonds sont des
Autorités et Bourses africaines obligations ordinaires sur le plan de
représentant une vingtaine de pays du la structuration financière dont le

27
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

produit est exclusivement affecté au En matière de chiffres, la tendance


financement partiel ou total de projets a été déclenchée au T4 2016 avec
existants ou futurs dont l’impact deux émissions totalisant un montant
environnemental est positif. de 1.650 MDH (Masen : 1.150 MDH
Cet impact peut revêtir différentes et BMCE Bank Of Africa : 500 MDH),
formes telles que la réduction des et pourrait se poursuivre au S1 2017
émissions de carbone, l’amélioration avec 2 visas préliminaires accordés
de la gestion des déchets, en 2016 pour des émissions totalisant
l’amélioration de la gestion des terres, un maximum de 2.500 MDH (Crédit
le remplacement des énergies fossiles Agricole du Maroc : 500 MDH et
par des ressources renouvelables,. Banque Centrale Populaire : 2.000
MDH ou son équivalent en devise).
Pour accompagner le lancement de
ce nouveau marché, l’AMMC a publié Green Bonds au Maroc en 2030 ?
un guide avec le soutien de IFC. Ce
guide a pour objectif de fournir aux Le plan d’investissement vert
investisseurs et aux émetteurs toutes marocain, préparé avec l’appui de la
les informations nécessaires pour Banque mondiale, met en exergue des

‘‘
pouvoir se lancer sur ce marché projets phares en matière d’adaptation
avec une explication détaillée des aux changements climatiques et des
différentes étapes à suivre et des réductions des émissions de gaz
exigences à respecter. à effet de serre. Le plan compte
mobiliser 25 milliards USD à horizon
2030. Combien le marché des
capitaux pourra-t-il en capter ? Seul
l’avenir nous le dira, mais il y a de
Le plan d’investissement fortes chances que le financement
vert marocain, préparé vert au Maroc, via l’émission de green
bonds ou autres instruments, se
avec l’appui de la Banque développe et se généralise, à l’instar
mondiale, met en exergue des de ce qui se passe aujourd’hui dans
projets phares en matière les pays développés.
d’adaptation aux changements
Finance verte et Finance
climatiques et des réductions
responsable
des émissions de gaz à effet
de serre. La finance verte est aussi une
finance responsable. En effet, de

28
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
nombreux investisseurs sur le marché
financer ont commencé à adopter
des stratégies d’investissement plus
consciencieuses, parmi lesquelles
l’investissement socialement durable
(ISR).
Le marché financier marocain
a connu la création de 2
L’investissement socialement OPCVM en 2014 qui sont
responsable est un label octroyé à un actuellement labélisés ISR.
investisseur qui cherche à financer des
entreprises ou des entités publiques
qui contribuent au développement
durable, quels que soient leurs L’AMMC va accompagner et
secteurs d’activités. favoriser ce marché, à travers
notamment :
C’est une pratique en démarrage au • La publication de guides pratiques
Maroc. Le marché financier marocain et pédagogiques à destination des
a connu la création de 2 OPCVM en émetteurs et des investisseurs ;
2014 qui sont actuellement labélisés • Le développement réglementaire,
ISR. Ils ont une taille d’actifs sous qui devrait inclure des obligations
gestion limitée, mais qui est appelée de reporting ESG.
à se développer avec les différentes • La création d’un indice de
actions en cours (Green Bond, ESG développement durable pour la
etc.). Bourse de Casablanca.

29
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Saïd MOULINE,
Directeur général de l’AMEE


Il est bien connu que les produire de l’énergie décarbonée
transitions énergétiques reposent et qui, aujourd’hui, lorsque des
sur deux axes de même importance. bonnes politiques sont menées, les
Le premier est celui des énergies investisseurs se bousculent pour
renouvelables permettant de développer des projets.
Si dans le monde l’investissement
dans le domaine des énergies
renouvelables a atteint en 2015 plus
de 320 milliards de dollars, malgré la
Au Maroc, la compétitivité chute des prix des énergies fossiles,
des énergies renouvelables est il faut aussi remarquer que plus de la
déjà acquise : les stratégies moitié de ce flux a été réalisé dans
solaires et éoliennes marocaines les pays du Sud.
(institutions dédiées, visibilité
donnée aux investisseurs, Notre pays a été volontariste,
appel d’offres transparents, en regroupant tous les acteurs.
partenariat public privé) ont Pour le premier projet qui a été
permis d’attirer des dizaines développé dans les énergies
d’investisseurs et d’obtenir des renouvelables, nous cherchions les
prix exceptionnellement bas tout financements auprès des banques
en développant une industrie de développement. Aujourd’hui, il y a
locale. des obligations verte, qui dépassent
les 80 milliards de dollars au niveau

30
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs


mondial (10 milliards en 2013).

L’autre axe de la transition


énergétique concerne l’efficacité
énergétique. C’est malheureusement Développé avec l’aide de
le parent pauvre. Moins visible, plusieurs acteurs financiers
car il s’agit d’accompagner des internationaux et nationaux et
politiques et non des projets d’un montant global de près de
«visibles» comme peuvent être les
100 millions de dollars, MorSEFF
centrales solaires ou éoliennes, il a
est la ligne de financement de
cependant autant d’impact sur les
l’énergie durable destinée aux
économies et sur l’environnement.
entreprises privées marocaines.
L’agence internationale de l’énergie
Il propose des prêts ou du leasing
et ses états membres ont défini
par des banques partenaires
l’efficacité énergétique comme
locales, des subventions
étant l’option la plus rapide et la
d’investissement mais aussi des
moins couteuse pour faire face aux
mesures d’accompagnement
problèmes de sécurité énergétique
technique gratuites pour la
et aux défis économiques et
réalisation de projets d’efficacité
environnementaux. Au Maroc, dès
énergétique et énergies
mars 2009, lors des Assises de
l’Energie, la lettre royale a donné
renouvelables permettant une
priorité aux énergies renouvelables
meilleure compétitivité des
et à l’efficacité énergétique dans la
entreprises.
politique énergétique. L’objectif à
l’horizon 2030 est pour les énergies
renouvelables d’atteindre 52% de la
capacité électrique et pour l’efficacité agriculture et l’éclairage public).
énergétique, c’est une réduction Il s’agit de mettre en place des
de 20% par rapport à un scenario nouvelles mesures réglementaires,
«business as usual». des financements dédiés, mais aussi
des projets pilotes, de la formation et
L’Agence Marocaine pour de la sensibilisation.
l’Efficacité Energétique (AMEE,
ex-ADEREE), est chargée de Au niveau industriel, il est
promouvoir l’efficacité énergétique important de sensibiliser les
dans plusieurs secteurs cibles acteurs sur les meilleures pratiques
(transport, bâtiment, industrie, leur permettant de réduire leur

31
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

facture énergétique ainsi que Enfin, les politiques énergétiques


leurs émissions. Cela est fait en devront aussi être cohérentes,
collaboration avec le patronat car pour promouvoir la transition
marocain, la CGEM, qui possède énergétique, il faut arrêter les
une commission dédiée à l’énergie, subventions aux énergies fossiles
au climat et à l’économie verte. Des et plutôt accompagner les couches
outils financiers ont aussi mis en sociales les plus défavorisées à
place pour faciliter l’investissement s’équiper de technologies moins
dans ce domaine. énergivores, mais souvent plus
chères en investissement. Les
Le financement de l’efficacité différents financements doivent
énergétique a été pris en compte aussi faciliter cela.
par la majorité des banques locales.
D’ailleurs, lors de la COP 22, les
secteurs financiers (bancaire et celui
des assurances) ont joué un rôle très
important et se sont engagés à lutter
contre le changement climatique.
Plusieurs annonces s’en sont
suivies en termes de financements
et d’obligation. Bank Al-Maghrib, a
été pionnière en étant la première
Banque centrale à émettre des
obligations vertes.

32
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

FOUAD BENSEDDIK,
Directeur des méthodes et des affaires
institutionnelles VIGEO EIRIS

L’information financière ne raconte Directeurs à l’attention des entreprises.


pas toute l’histoire de l’entreprise, et Cette recommandation s’est muée en
ne suffit pas pour en appréhender les exigence normative au niveau européen
perspectives. Considérée seule, elle ne avec l’adoption par la Commission, puis
permet pas d’identifier ni d’apprécier les le Parlement européens, en avril 2014,
risques, les opportunités ou les capacités de la directive relative au reporting extra-
de création de valeur. L’ère de la simple financier qui rend obligatoire la publication
communication financière s’achève. A d’informations non financières au sein
côté de leur devoir de conformité aux des rapports de gestion pour les grandes
obligations de tenue et de publication sociétés. Indépendamment même de
des comptes financiers édictées par les l’exigence normative, la pression en
législateurs et les places boursières, faveur de la publication de l’information
les entreprises sont appelées, de plus sur les risques et les performances de
en plus, à se conformer à un devoir de responsabilité sociale s’exerce par les
reddition sur leur modèle économique, investisseurs et les gérants, de plus
sur la matérialité des risques auxquels en plus nombreux à mettre en place
elles sont confrontées, sur leurs impacts des fonds thématiques et à utiliser des
sociaux et environnementaux, et sur leurs filtres de sélection et des critères de
relations avec leurs parties prenantes. gestion basés sur des principes, des
objectifs et des indicateurs sociaux,
Ce devoir de reddition sur l’exercice de environnementaux, d’éthique des affaires
la responsabilité sociale a commencé et de gouvernance.
par être recommandé, en tant que
bonne pratique volontaire, au milieu des Mais au-delà même des opérateurs
années ’70 par l’OCDE, via ses Principes engagés dans l’investissement et la

33
‘‘
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Nous sommes à un tournant. Il y a déjà


pléthore de référentiels de reporting;
Le droit des entreprises au plus de 400 sont répertoriés au niveau
secret des affaires et à la mondial. Les Nations-Unies ont par
protection de leurs intérêts exemple adopté des Lignes directrices sur
concurrentiels ne permet plus la responsabilité des entreprises (2011)
pour le respect des droits de l’homme
de limiter la communication
et la remédiation en cas d’atteinte à
à un exercice volontaire et ces droits. Ces lignes directrices sont
discrétionnaire. accompagnées de règles de reddition,
créant ainsi une incitation forte pour les
gestion socialement responsables, ce entreprises à rendre de leurs stratégies et
sont désormais aussi les analystes et les de leurs processus sur ce sujet longtemps
gérants classiques qui se rendent compte considéré comme hors de leur champ de
que le marché a besoin d’améliorer sa responsabilité. La directive européenne
capacité d’information et d’évaluation des adoptée en 2014 sur le reporting de la
paramètres de la valeur des firmes et de responsabilité sociale concerne en plus
leur avenir. des droits de l’Homme, la reddition sur
la prévention de la corruption, la gestion
A la pression des législateurs et aux des ressources humaines, la santé et la
besoins des investisseurs, s’ajoutent sécurité, la protection de l’environnement,
les attentes non moins légitimes des ou la gestion des achats et de la supply
autres parties prenantes, notamment les chain. Cette directive est en cours de
collaborateurs et leurs représentants, les transposition à l’ensemble des pays de
clients et les consommateurs, les ONG, l’Union européenne; elle a valeur de loi
les communautés riveraines, les médias, dotée d’une force contraignante.
etc. Le droit des entreprises au secret des
affaires et à la protection de leurs intérêts Le Maroc s’étant engagé à intégrer «
concurrentiels ne permet plus de limiter la l’acquis communautaire », c’est-à-dire la
communication à un exercice volontaire réglementation européenne, il est donc
et discrétionnaire et aura ainsi besoin de la vocation des entreprises opérant au
de s’exercer simultanément avec une Maroc de rendre compte, en même temps
obligation d’informer et de rendre compte que leur information financière, de leurs
non seulement aux actionnaires, mais engagements, de leurs processus, de
aussi aux autres parties prenantes, sur leurs impacts de responsabilité sociale.
des thématiques et avec des indicateurs Le mieux est d’envisager cette évolution
plus larges que les seules dimensions non comme, une contrainte mais comme
financières. une opportunité.

34
34
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

RÉGIME DE CHANGE

Jilali KENZI,
Adjoint au Directeur, Chargé du Pôle Macroéconomie
Direction du Trésor et des Finances Extérieures
(DTFE), Ministère de l’Economie et des Finances

Il n’y a pas de régime de change Quand on regarde l’évolution


unique qui est valable pour tous de la structure par produit des
les pays et tous les temps. Il est exportations au cours de ces
déterminé et choisi en fonction dernières années, on remarque une
des caractéristiques structurelles tendance nette vers le renforcement
et institutionnelles de chaque de la part des produits à fort contenu
économie, et progresse en fonction technologique comme ceux des
de l’évolution de l’économie. secteurs de l’automobile, de
l’aéronautique et et de l’électronique
Il faut souligner que l’économie qui ont déjà largement devancé les
marocaine a connu des secteurs exportateurs traditionnels
changements structurels importants (textiles, phosphates et ses dérivés).
durant ces dernières décennies. Le La dynamique que connaissent
Maroc a une croissance maintenant ces nouveaux secteurs s’inscrit dans
plus résiliente aux conditions le cadre de la stratégie d’intégration
climatiques, grâce à l’émergence de notre pays dans les grandes
d’un certain nombre de secteurs chaînes internationales de création
à fort potentiel de croissance. Par de la valeur. On enregistre aussi
ailleurs, cette diversification au une diversification au niveau des
niveau des structures productives marchés, car la zone Euro, qui
s’est reflétée également au niveau constituait notre principal marché, a
des exportations. perdu de son attrait depuis la crise,

35
35
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

au profit des pays asiatiques, ceux de n’est plus approprié. Il est temps
l’Amérique Latine, mais également donc de migrer vers un régime de
de l’Afrique où la part de marché de change plus flexible, sinon ce régime
nos exportations a doublé. fixe sera remis en cause par ces
évolutions, cette ouverture et ces
Il faut aussi souligner notre changements structurels.
intégration croissante à l’économie
mondiale suite à la signature d’un A cet égard, il convient de
certain nombre d’accords de libre- souligner que les pays à niveau
échange avec l’ensemble des similaire du Maroc ont été forcés
régions du monde. d’abandonner le régime de change
fixe suite à une crise systémique
Cette ouverture de l’économie dont les conséquences étaient
marocaine s’est également renforcée désastreuses sur leurs économies.
au niveau financier sous l’effet de la Au Maroc, par contre, la décision
libéralisation totale des opérations a été prise après mûre réflexion et
de capital pour les non résidents le moment de passer à un régime
et les assouplissement accordés de change flexible a été bien
auxs résidents, notamment pour le choisi.Compte tenu du stade de
financemen du commerce extérieur développement actuel de notre

‘‘
et des investissements. pays, les avantages d’un régime de
change plus flexible sont beaucoup
Toutes ces évolutions montrent plus évidents. Ce régime permettra
que notre régime de change fixe de protéger notre économie contre
les chocs exogènes, d’améliorer sa
compétitivité et d’élever son niveau
de croissance.

Les pays à niveau similaire Tous les prérequis ont été mis en
du Maroc ont été forcés place pour passer à un régime de
change flexible ordonné, notamment
d’abandonner le régime
un cadre macro-économique stable,
de change fixe suite à une un taux de change proche de son
crise systémique dont niveau d’équilibre, un marché des
les conséquences étaient changes relativement développé,
désastreuses sur leurs une faible exposition du système
économies. financier au risque de change et une
politique monétaire crédible.

36
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Driss BENCHEIKH,
Secrétaire Général de l’Office des Changes

La réglementation des opérations en capital des résidents :


changes à l’heure actuelle • Personnes morales : 100 MDH en
Afrique et 50 MDH dans les autres
➢ Convertibilité quasi totale pour continents.
toutes les opérations courantes
Institutions financières :
Importation de biens et de • Banques dans les conditions
services, exportations de biens et fixées par BAM.
de services, transport international, • Compagnies d’assurances : 5%
assurance et réassurance, de leurs actifs.
économies sur revenus, soins • Caisses de retraite : 5% de leurs
médicaux, études à l’étranger… réserves ;
• OPCVM : 10% de leurs actifs.
➢ Convertibilité totale pour les
opérations en capital des non- ➢ Comptes en devises et en DH
résidents : entièrement libérée pour : convertibles :

* Investir au Maroc sans limitation Personnes morales résidentes


de montant. ou non-résidentes (étrangers,
* Tr a n s f é r e r l e s r e v e n u s MRE, exportateurs de biens ou de
d’investissement. services).
* Transférer le produit de cession et
de liquidation de l’investissement. • Opération de couverture des
risques financiers :
➢ Convertibilité partielle pour les

37
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

En 2013, on exigeait dans Cette disposition vise à permettre


la réglementation des changes aux opérateurs d’arbitrer entre
l’adossement d’opérations par diverses possibilités de financer les
opérations. Dans le cadre du investissements autorisés.
projet de l’Instruction Générale des
Opérations de Change de 2017, ➢ Harmoniser le règlement par
l’adossement sera à l’activité de anticipation des importations de
la personne bénéficiaire de la biens et de services.
couverture, à l’exclusion de toute • Unifier la règle de paiement par
opération spéculative. anticipation en adoptant un seul
régime à hauteur de 200.000 DH.
Aujourd’hui, on est dans • Cette mesure, en plus de donner
une phase de coopération, de plus de souplesse pour les
sensibilisation et d’échanges avec la importateurs, permet de lever les
Banque centrale. ambiguïtés au niveau des banques.

- Mesures de libéralisation prévues Délai de rapatriement du produit


dans le cadre du projet de l’Instruction des exportations de services : le
Générale des Opérations de Change délai de rapatriement sera porté de
60 à 90 jours.
➢ Libéralisation des opérations
d’emprunts extérieurs dans le cadre Cette mesure vise à harmoniser

‘‘
d’investissements à l’étranger notre exigence avec les pratiques
réalisés dans les conditions fixées à l’international, notamment en
par la réglementation des changes. Afrique.

Mesures d’assouplissement

Dans le cadre du projet


de l’Instruction Générale des
Opérations de Change 2017, nous
avons proposé d’introduire des
Aujourd’hui, on est dans une
mesures d’assouplissement qui ont
phase de coopération, de permis l’allègement des opérations
sensibilisation et d’échanges de change et des articles afférents
avec la Banque centrale. à la réglementation des changes,
passant ainsi de 800 articles à 240
articles et de 400 pages à 200 pages.

38
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Younes AISSAMI,
Adjoint Direction des opérations monétaires
et de change à Bank Al-Maghrib

Le modèle économique adopté le flottement à la dévaluation. Ils ont


au Maroc, qui est une économie attendu l’arrivée d’une réelle crise
ouverte sur les autres économies, pour adopter le régime de change
et la signature de plusieurs accords flexible. Le fait d’avoir attendu
de libre-échange qui se sont pour le a provoqué une dévalorisation
moment traduits par un déséquilibre de leur monnaie par rapport à la
commercial qui nous expose à des valeur fondamentale, ce qui a pour
chocs externes, nécessitent une conséquence une correction brutale.
réforme afin de nous prémunir. Il est à noter que très peu de pays
ont réalisé une approche graduelle
Le régime de change fixe a et ordonnée.
apporté beaucoup de choses à
l’économie marocaine, surtout en Il faut se féliciter pour le cas du
termes de stabilité des prix, mais il a Maroc, premier pays à avoir planifié
aussi ses limites parce que l’un des toute sa réforme et à avoir attendu
prérequis d’un régime de change le moment propice pour passer à
fixe, ce sont les réserves de change une réforme graduelle. Notre pays
qui doivent être disponibles pour a rétabli les fondamentaux macro-
défendre la parité affichée par les économiques, les réserves de
autorités. change sont assez importante et
l’inflation est très faible.
Le problème réside dans la crainte
du flottement, car dans la plupart Dans une première phase, cette
des pays les opérateurs associent réforme sera accompagnée par la

39
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
Banque centrale.

Il faut savoir que la Banque


centrale, détenteur des réserves
de change au Maroc, continuera à La Banque centrale, détenteur
assurer la liquidité en devise pour le
des réserves de change au
marché tout en introduisant la notion
de flexibilité à travers l’élargissement Maroc, continuera à assurer
des bandes de fluctuation des la liquidité en devise pour le
cours de change avec le maintien marché...
la composition du panier actuel
de manière à accompagner les
opérateurs économiques qui ne sont change manuel des banques
pas encore conscients des risques contre DH vers les opérations
de change. contre devises.
• Assurer le fonctionnement du
Il est nécessaire de se conformer marché des changes via les
aux pratiques internationales en adjudications de devises.
réduisant le nombre de cours de
change communiqués, qui se En conclusion, nous pouvons dire
limiterait à : que le processus de transition vers
• Une bande de fluctuation à un régime de change plus flexible
l’ouverture du marché en dollars sera graduel et ordonné, axé sur
US. la préparation des opérateurs et la
• Un cours de référence moyen réalisation des prérequis nécessaires
à 12h30 pour toutes les devises au préalable de chaque phase.
traitées sur le marché des
changes. La réforme du régime de change
• Dynamiser le marché des vient accompagner les autres
changes interbancaire en réformes structurelles entreprises au
transférant les opérations de Maroc.

40
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

FISCALITÉ

Abdelkader BOUKHRISS,
Président de la Commission Fiscalité et
Réglementation des Changes à la CGEM

Aujourd’hui, le Code général Il faut savoir que certains


des impôts ne comporte pas tout organismes financiers avaient déjà
l’arsenal fiscal permettant de commencé à faire de la finance
réaliser les opérations de la finance participative sans le savoir avant
islamique au même titre que la 2009. Nous avons retrouvé un certain
finance conventionnelle. Malgré les nombre d’opérations qui étaient
avancées enregistrées ces dernières faites, mais malheureusement
années, malheureusement, nous ne bénéficiaient pas des mêmes
sommes toujours en retard en termes conditions fiscales comme la finance
de réglementation fiscal concernant conventionnelle classique.
la finance islamique. En 2009, nous avons enregistré
Ce constat s’explique, d’une au Maroc les premières dispositions
part, par le fait que le législateur a fiscales qui concernent la finance
toujours composé, uniquement, avec participative. Ensuite, cela a évolué
la finance conventionnelle. Il est en 2010, 2016, puis en 2017.
certain que l’exercice d’adaptation Nous avons eu graduellement
du business model de cette nouvelle une avancée sur les mesures
approche de la finance au niveau fiscales, mais notre dispositif reste
fiscal pose une réelle difficulté. malheureusement incomplet en
D’autre part, un tel exercice sera matière d’équité entre les produits de
considéré, à tort, comme une financement aussi bien participatifs
incitation fiscale ayant un impact sur que conventionnels.
le budget.

41
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
Concernant la fiscalité verte,
l’approche retenue par nos pouvoirs
publics est celle consistant à
utiliser la fiscalité comme un
instrument de financement de
La fiscalité verte devrait
projets environnementaux. Or,
la fiscalité devrait être utilisée constituer un nouveau
comme un levier économique pour levier pour améliorer
changer le comportement des
la compétitivité de nos
acteurs polluants et encourager les
bonnes initiatives. Actuellement, entreprises.
notre réglementation a introduit un
nombre de taxes « parafiscales » :
l’écotaxe, la taxe sur le sable, la taxe développement durable? Pour
sur le ciment et certains nombres de rappel, le Maroc a adopté la Charte
taxes locales et qui sont là pour la Nationale de l’Environnement et
sanction. Aujourd’hui, on demande du Développement Durable qui
à un opérateur économique, qui consacre clairement le principe
a mis tous les moyens en place d’institution d’un système de fiscalité
pour recycler et dépolluer, de payer environnementale composée de
une taxe supplémentaire : ce n’est taxes et de redevances écologiques
pas possible. La CGEM regrette imposées aux activités qualifiées de
l’absence d’une réelle réflexion polluantes ou consommatrices de
autour de la fiscalité verte. Il est ressources naturelles. La fiscalité
nécessaire de donner de la visibilité verte devrait constituer un nouveau
aux opérateurs économiques sur ce levier pour améliorer la compétitivité
volet de la fiscalité environnementale. de nos entreprises, avec comme seul
Doit-on nous orienter vers une objectif l’incitation à investir et créer
politique du «pollueur-payeur» de nouvelles opportunités d’emplois.
ou vers un encouragement C’est l’enjeu aujourd’hui au Maroc.
des initiatives basées sur le

42
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

SYNTHÈSE
DONNÉE FINANCIÈRE le traitement, l’agrégation et l’utilisation
Le Meeting sur l’information finan- efficace de l’information d’une manière
cière en est à sa quatrième édition. générale, et de celle financière en par-
Initié par la Bourse de Casablanca, ticulier.
Maroclear et Finances News Hebdo, En cela, l’un des principaux ensei-
ce rendez-vous annuel, très attendu gnements tirés à travers ce premier
des professionnels du marché, a eu Meeting est, pour reprendre les propos
aborder différents thèmes importants, de Monsieur le ministre des Finances,
en phase avec l’évolution que connaît Mohamed Boussaid, «l’importance de
l’industrie financière dans le monde, en traiter avec célérité et transparence
général, et au Maroc en particulier. l’ensemble des données financières
Ainsi, les trois précédentes éditions ont disponibles, car c’est l’un des premiers
abordé : signaux forts à transmettre à la commu-
• La donnée financière au Maroc. nauté des investisseurs». Autrement
• La dématérialisation des marchés fi- dit, la transparence est un gage de
nanciers. confiance.
•Les instruments financiers alternatifs. Dès lors, trois éléments importants
sont à retenir : la disponibilité de l’infor-
Après trois éditions, il semble oppor- mation en général et de l’information
tun de faire le point sur les différentes financière en particulier, sa qualité et sa
réalisations, surtout que différentes richesse.
recommandations ont été émises afin
de permettre à notre place financière, Pour ce faire, il faut, entre autres :
qui aspire à être une plateforme de ré- • Un environnement réglementaire pou-
férence en Afrique, de gagner en effi- vant garantir une protection contre no-
cience et en efficacité, et ce dans une tamment les dérives et les risques sys-
logique de perfectionnement perma- témiques, mais également qui ne soit
nent. pas assez contraignant afin d’attirer les
investisseurs étrangers.
I/ La donnée financière au Maroc • S’orienter vers une convergence inter-
Aujourd’hui, l’évolution naturelle nationale et réglementaire en matière
des marchés financiers oblige à raison- juridique.
ner Big Data, une donne qui ouvre la • Améliorer les pratiques de place et
voie à de nouvelles opportunités dans consolider les infrastructures de marché.

43
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

• Améliorer qualitativement et quantita- alors qu’en Europe, par exemple, ce


tivement la communication financière, chiffre se situe plutôt autour de 40%.
afin d’en garantir la fiabilité, l’exacti- Les principaux objectifs fixés par la
tude, la régularité et la sincérité. tutelle consistent à assurer le position-
• Renforcer les mécanismes de contrôle nement africain de la Bourse de Ca-
et de régulation, surtout avec l’avène- sablanca, et surtout développer une
ment des réseaux sociaux. nouvelle offre de produits à même de
dynamiser le marché des capitaux ma-
BILAN DES ACTIONS rocain, tels que les sukuks, les green
La réforme du marché des capitaux bonds, les ETF, ou encore les OPCI.
passe tout d’abord par la démutuali- La nouvelle vision stratégique de la
sation de la Bourse qui a été entamée Bourse de Casablanca se fixe trois ob-
en 2016. Cette impulsion, pilotée par jectifs stratégiques :
le ministère des Finances, a consisté • La construction d’une infrastructure
en l’ouverture du capital de la Bourse de marché intégrée, solide et pérenne,
à l’ensemble des parties prenantes du capable de traiter les différents instru-
marché (banques, assureurs, etc.), ments financiers, comptant ou à terme,
alors que cette institution était aupara- et de dénouer les opérations dans les
vant contrôlée exclusivement par les meilleures conditions de coût et de sé-
intervenants sur le marché, à savoir les curité.
sociétés de Bourse. Cette réforme im- • Une meilleure contribution au finan-

‘‘
portante doit permettre de développer cement de l’économie nationale, avec
davantage le marché de capitaux, qui la stimulation de l’offre de papier, l’en-
ne contribue qu’à hauteur de 10% au richissement des services et expertises
financement de l’économie nationale, visant à mobiliser davantage les inves-
tisseurs locaux et à attirer les investis-
seurs internationaux et le développe-
ment de la liquidité du marché.
• Le rayonnement régional de la Bourse
de Casablanca, avec l’amélioration de
Les principaux objectifs fixés par la connectivité avec les marchés finan-
la tutelle consistent à assurer ciers internationaux et les places finan-
le positionnement africain de la cières africaines (African Exchange
Bourse de Casablanca, et surtout Linkage Project), le développement
développer une nouvelle offre de de partenariats avec des Bourses afri-
produits à même de dynamiser le caines (BRVM, Tunisie,…) et le dé-
marché des capitaux marocain. ploiement de ses services et expertises
auprès de ses partenaires africains.

44
‘‘
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

L’autre évolution majeure est le


lancement par l’Autorité marocaine du
marché des capitaux (AMMC) d’une Parce qu’ELITE forme un
consultation publique pour la modifica- écosystème dynamique, bâti
tion du livre III de sa circulaire. La pé- autour de l’entreprise pour
riode de consultation s’est étendue du soutenir et favoriser l’innovation,
13 février au 14 mars 2018. Parmi les l’entrepreneuriat et la croissance,
points importants de cette «refonte», il connaît depuis son lancement
les modalités relatives aux indicateurs un véritable succès.
trimestriels à publier par les émetteurs.
Cette avancée tant attendue par les pas. Pour dépasser cette situation, les
opérateurs a déjà été évoquée et lar- entreprises marocaines doivent travail-
gement commentée par le passé. Le ler concrètement sur leurs probléma-
projet de circulaire précise, cela dit, tiques et acquérir les outils nécessaires
quelques détails techniques. Ainsi, tout pour être en phase avec les exigences
émetteur doit publier, dans les qua- du marché financier. Par outils, nous
rante-cinq jours (45) suivant la clôture entendons une gouvernance et une or-
de chaque trimestre, un communiqué ganisation optimales, des stratégies de
de presse contenant certains indica- croissance claires, des businessplans
teurs. Ce communiqué de presse est solides … Et c’est justement pour les
publié, concomitamment, dans un jour- soutenir dans cette démarche que la
nal d’annonces légales et sur le site In- Bourse de Casablanca a lancé le pro-
ternet de l’émetteur. Si les indicateurs gramme ELITE.
ont fait l’objet de vérification de la part Le programme ELITE est la 1ère
des contrôleurs des comptes, il y a lieu concrétisation du partenariat global
de le mentionner et de publier l’attesta- de la Bourse de Casablanca avec le
tion y afférente. groupe LSE. ELITE a été développé
par le London Stock Exchange Group et
PRÉPARATION DE L’ELITE déployé pour la 1ère fois en 2012 par
DE DEMAIN sa filiale Borsa Italiana en Italie. Le pro-
D’après son expérience avec les gramme a été adapté et mis en place
chefs d’entreprises marocaines lors de au Royaume-Uni en 2014 et dans plu-
réunions de prospection, la Bourse de sieurs pays d’Europe en 2015. Parce
Casablanca a pu constater les difficultés qu’ELITE forme un écosystème dyna-
rencontrées pour accéder aux diverses mique, bâti autour de l’entreprise pour
sources de financement du marché. Ce soutenir et favoriser l’innovation, l’entre-
dernier a des exigences auxquelles de preneuriat et la croissance, il connaît de-
nombreuses entreprises ne répondent puis son lancement un véritable succès.

45
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

A ce jour, il regroupe plus de 320 en- Le secteur financier marocain est passé
treprises qui opèrent dans des secteurs progressivement au digital à partir de
divers, plus de 150 partenaires et près l’an 2000 avec, entre autres, le système
d’une centaine d’investisseurs institu- de cotation de la Bourse, le système de
tionnels. règlement brut du Maroc, le Centre mo-
Au Maroc, 1er pays non européen à nétique interbancaire et, de façon plus
le développer, ELITE est déployé par la large, le e-banking. Ce processus de
Bourse de Casablanca. Il a pour objectif digitalisation de l’industrie financière,
de combler l’écart entre les exigences conséquence d’une mutation technolo-
du marché des capitaux et la réalité des gique qui s’est accélérée, a connu une
entreprises marocaines, et notamment forte évolution ces dernières années,
les PME. Cet écart a bien été constaté permettant une meilleure connexion
de près par la Bourse de Casablanca entre les pourvoyeurs de services fi-
lors des réunions de prospection avec nanciers et leurs clientèles, tout en fa-
les chefs d’entreprises et à travers la ré- vorisant l’inclusion financière.
cente étude menée conjointement avec C’est dire que la digitalisation est un
Maroc PME et l’APSB. facteur profond de mutation qui va bou-
leverser tous les métiers de la finance
DÉMATÉRIALISATION et qui nécessite une véritable stratégie.
La seconde édition du Meeting sur l’in- Conséquence directe : il faut inventer
formation financière, qui a eu lieu en les businessmodels de demain pour
2016, a porté sur la dématérialisation. pérenniser les entreprises.
Ce thème a été abordé sous l’angle de Au Maroc, les acteurs de la place

‘‘
sa conception de transformation numé- financière (banques, assureurs, régu-
rique des titres physiques ou des don- lateurs...) ont pris la mesure de l’enjeu
nées financières, mais également sur majeur de la digitalisation. Cependant,
sa conception la plus large de digitali- pour qu’elle soit un levier de croissance
sation de notre secteur. pour les services financiers au Maroc et
en faire un acteur régional d’envergure,
un certain nombre de prérequis sont
nécessaires, dont notamment :
• L’amélioration des services numé-
La digitalisation est un facteur riques et de leur écosystème pour
profond de mutation qui va mettre le Maroc au niveau des meil-
bouleverser tous les métiers de leurs standards internationaux. 

la finance et qui nécessite une • Un travail sur la chaîne de valeur, afin
véritable stratégie. d’inclure en amont toute la population
aujourd’hui exclue (inclusion finan-

46
‘‘
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

cière), et en aval, afin d’accompagner La nouvelle plateforme de


l’innovation dans les start-up. 
 cotation et de surveillance
• La levée d’un certain nombre de freins de la Bourse de Casablanca
réglementaires dans la banque comme «Millenium» est construite
dans l’assurance, la tarification des ca- sur la base d’une architecture
naux digitaux, l’éducation des clients et garantissant un niveau de
des acteurs eux-mêmes. 
 résilience accru et une haute
• Une véritable stratégie de gestion, de disponibilité.
valorisation et de protection de la data,
matière première de l’économie de de-
main. 
 permet à la Bourse de Casablanca
• L’ouverture sur de nouvelles tech- d’améliorer significativement les ser-
nologies disruptives, comme la vices qu’elle offre à ses clients, à tra-
Blockchain… 
 vers de nouveaux types d’ordres plus
évolués qui répondent aux besoins des
BILAN DES ACTIONS investisseurs, des règles de gestion
Nouvelle plateforme de cotation automatisées, une panoplie plus large
La nouvelle plateforme de cotation de validité des ordres qui en facilitent
et de surveillance de la Bourse de Ca- la gestion opérationnelle, ainsi qu’une
sablanca «Millenium» est construite sur gestion automatique des ordres qui ne
la base d’une architecture garantissant respectent pas la variation maximale
un niveau de résilience accru et une fixée par rapport au cours de référence.
haute disponibilité. Installée en août En outre, la nouvelle plateforme tech-
dernier par la Bourse, cette plateforme nologique offre la possibilité de traiter
regroupe deux solutions : Millenium Ex- de nouveaux produits et instruments fi-
change, solution intégrée de cotation nanciers, tels que les Exchange Traded
et de négociation, et Millenium Surveil- Fund (ETF), les Organismes de pla-
lance, solution de surveillance du mar- cement collectif immobilier (OPCI), les
ché. L’ensemble des serveurs redon- bons du Trésor et les produits dérivés.
dants, à la fois sur le site primaire et sur
le site de secours, garantit une continui- LES INSTRUMENTS
té de service selon un mécanisme de FINANCIERS ALTERNATIFS
réplication en temps réel qui optimise la Le 3ème Meeting sur l’information fi-
reprise d’activité du site de back-up. nancière, qui s’est tenu au mois d’avril
En outre, la performance et l’archi- 2017, a eu comme thème central «Les
tecture de la solution sont évolutives et instruments financiers alternatifs»,
peuvent être augmentées afin de suivre avec un focus sur les mesures d’ac-
les évolutions du marché. Millenium compagnement, notamment le régime

47
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

de change et la fiscalité. Un choix large- l’assurance, la banque et le marché des


ment justifié par l’évolution que connaît capitaux.
le système financier marocain, avec Depuis la tenue de notre dernier
notamment l’émergence de la finance Meeting, l’écosystème financier au
participative, mais aussi de la finance Maroc s’est enrichi avec notamment le
verte. lancement des banques et des fenêtres
participatives. Le panorama «participa-
1/ Finance participative tif» devra être complété par :
La finance participative, Sharia
Compliant, est une nouvelle finance au a/L’assurance participative Takaful
Maroc appelée à se développer de ma- A ce niveau, il faut :
nière progressive et intelligente. L’ob- • Déterminer les modes de rémunéra-
jectif est de réussir cette expérience tion de l’entreprise d’assurances et de
afin de pouvoir ensuite l’exporter vers réassurance au titre de la gestion du
nos partenaires en Afrique. compte d’assurance Takaful, ainsi que
Le Royaume, qui a choisi un mo- les critères de détermination de cette
dèle avec un seul organe de confor- rémunération (Wakala, Mouharaba ou
mité à la Chariaa, semble, à cet effet, combinaison des deux modes);
disposer de tous les atouts pouvant lui • Déterminer les modalités de réparti-
permettre de capter une partie du vo- tion des excédents techniques et finan-
lume d’affaires générée par la finance ciers des comptes d’assurance Takaful
participative et estimée à plus de 2.000 entre les participants dans les opéra-
milliards de dollars US. tions d’assurances Takaful.
Pour autant, on ne peut soutenir • Elaborer une circulaire spécifique à

‘‘
pour l’instant qu’il y a un véritable éco- l’assurance Takaful.
système relatif à la finance participative
au Maroc. Car, pour cela, il faut la com- b/Le capital market participatif, no-
binaison de trois éléments essentiels : tamment les Sukuk pour dynamiser
le marché monétaire et l’échange
de cash entre les banques partici-
patives.

Ce dispositif devra, entre autres, être


L’écosystème financier au Maroc soutenu, par un certain nombre d’initia-
s’est enrichi avec notamment le tives :
lancement des banques et des - Le lancement, par la Bourse de Casa-
fenêtres participatives. blanca, de son premier indice boursier
Sharia compliant afin de disposer d’un

48
‘‘
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

benchmark pour les professionnels.


Dès la validation de l’indice par l’AMMC
Pour les sukuk, le marché est
et le Conseil supérieur des ouléma, il
complètement dépourvu de
sera utilisé comme indice de référence
références et il est nécessaire que
par les assureurs Takaful et les gestion-
naires de fonds.
l’Etat fasse le premier pas.
• La compensation, le système moné-
tique et le système international Swift.
• La gestion de la trésorerie, qui doit mi- Quant aux actions Sharia Compliant,
grer d’une banque à une autre, ce qui le Conseil des Ouléma devra fixer les
nécessite un travail supplémentaire. critères d’éligibilité pour faire partie de
Car la banque classique et la banque l’indice boursier Sharia Compliant. La
participative n’accèdent pas au même démarche est ouverte. En Malaisie, par
marché monétaire, et c’est l’une des exemple, les ouléma ont arrêté un seul
difficultés qui reste à traiter. critère, à savoir le secteur d’activité. Si
le secteur ne présente pas de vices, les
BILAN DES ACTIONS actions qui le composent sont éligibles.
Avec l’entrée en vigueur des Cela s’est traduit par l’éligibilité de plus
banques participatives et des assu- de 700 entreprises cotées. Mais au
rances Takaful, les gestionnaires de Maroc, les critères seront un peu plus
fonds seront dans l’obligation de trou- poussés. On parle d’un Gearing (ratio
ver des moyens compatibles avec la dettes/fonds propres) qui ne doit pas
Charia pour placer leurs excédents dépasser un certain seuil et une part
de trésorerie. Dans l’état actuel des des intérêts financiers extrêmement
choses, la loi bancaire met à leur dispo- réduite dans les revenus de ces entre-
sition deux types d’outils : les sukuk et prises. D’autres critères peuvent être
les actions compatibles. rajoutés avec le temps.
Pour les sukuk, le marché est com-
plètement dépourvu de références 2/ FINANCE VERTE
et il est nécessaire que l’Etat fasse le L’Agence internationale de l’énergie
premier pas. Cela aura comme consé- a estimé, à l’échelle de la planète, le
quence de donner une référence mo- financement nécessaire pour refondre
nétaire aux investisseurs qui agissent l’infrastructure, l’immobilier et réadapter
dans le circuit bancaire participatif l’ensemble des modèles énergétiques
fermé, d’une part, et d’autre part, de afin de tenir les objectifs climatiques à
permettre aux gérants de placer leurs 11.000 milliards de dollars d’ici 2030.
liquidités, notamment dans le cadre de En 2015, l’investissement dans le
l’assurance Takaful. domaine des énergies renouvelables a

49
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

atteint plus de 320 milliards de dollars Plus globalement, le secteur finan-


dans le monde. cer marocain aspire à jouer les pre-
Au Maroc, c’est en mars 2009, lors miers rôles en matière de lutte contre
des Assises de l’énergie, qu’il a été le changement climatique, à travers
décidé d’ériger les énergies renou- notamment l’adoption de 2 feuilles de
velables et l’efficacité énergétique en route lors de la COP22 à Marrakech :
priorité dans la politique énergétique. • Son alignement sur le développement
Aujourd’hui, le Royaume s’est doté d’un durable et le financement de la transi-
programme d’une enveloppe de 35 mil- tion vers une économie plus durable.
liards de dollars.
Et dans le cadre de la lutte contre • L’émergence de la finance durable en
le changement climatique, en 2016, le Afrique.
marché des capitaux a connu sa pre- Et dans le cadre de la feuille de route
mière émission d’obligations vertes, nationale, l’AMMC et les acteurs du
appelées aussi Green Bonds. En cela, marché des capitaux devront œuvrer
le plan d’investissement vert marocain, autour de 5 axes majeurs :
préparé avec l’appui de la Banque • L’extension de la gouvernance fondée
mondiale, met en exergue des projets sur les risques socio-environnemen-
phares en matière d’adaptation aux taux;
changements climatiques et des ré- • Le développement d’instruments et de
ductions des émissions de gaz à effet produits financiers durables;

‘‘
de serre. Ce plan compte mobiliser 25 • La promotion de l’inclusion financière;
milliards USD à l’horizon 2030. Reste à • Le renforcement des capacités dans
savoir combien le marché des capitaux le domaine de la finance durable;
pourra en capter. • La transparence et la discipline du
marché.

BILAN DES ACTIONS


Reporting ESG : Le chantier officiel-
lement lancé
Au Maroc, c’est en mars 2009,
Ce guide a été élaboré par l’Autori-
lors des Assises de l’énergie, qu’il té marocaine du marché des capitaux
a été décidé d’ériger les énergies (AMMC) et la Bourse de Casablanca,
renouvelables et l’efficacité avec la contribution de la Confédéra-
énergétique en priorité dans la tion générale des entreprises du Maroc
(CGEM) et du Conseil économique,
politique énergétique. social et environnemental (CESE). Il a
pour objectif de promouvoir la culture

50
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
de la Responsabilité sociétale des en-
treprises (RSE) au niveau des socié-
tés faisant appel public à l’épargne au
Maroc, et de préparer ces dernières
aux futures obligations de reporting Pour assurer au rapport ESG un
ESG qu’il est prévu de mettre en place. niveau de qualité et de crédibilité
Pour ce faire, le guide clarifie quelques optimales, son élaboration, la
concepts et présente une démarche vérification de son contenu et sa
pratique pour la mise en place de la dé- diffusion doivent s’appuyer sur
marche RSE et du reporting ESG. Par une série de bonnes pratiques et
ailleurs, les autres acteurs du marché, de recommandations.
notamment investisseurs, trouveront
aussi dans ce guide des informations
seuils de matérialité.
qui leur sont utiles pour mieux appré-
hender la RSE et intégrer les questions
Etre transparent sur la méthodolo-
ESG dans leurs périmètres d’activité.
gie de collecte et de traitement de
l’information.
Bonnes pratiques et recommanda-
Il est préconisé de présenter au
tions pour l’élaboration du rapport
niveau du rapport une note méthodo-
ESG
logique décrivant le processus d’iden-
Pour assurer au rapport ESG un
tification, de collecte, de traitement et
niveau de qualité et de crédibilité opti-
de compilation des informations extra
males, son élaboration, la vérification
financières, ainsi que les limites atta-
de son contenu et sa diffusion doivent
chées à cette méthodologie. Les indi-
s’appuyer sur une série de bonnes pra-
cateurs quantitatifs ainsi que les mé-
tiques et de recommandations. Il s’agit
thodes de calcul retenues doivent être
d’adopter un référentiel reconnu en ma-
clairement définis et précisés.
tière de reporting ESG afin d’avoir une
communication structurée permettant
Assurer la comparabilité des indica-
une analyse pertinente par les parties
teurs communiqués
prenantes, l’entreprise devant se baser
L’entreprise doit veiller à garder les
sur un référentiel reconnu en matière
mêmes indicateurs d’un exercice à un
de reporting ESG. En effet, plusieurs
autre pour permettre aux utilisateurs
initiatives ont été élaborées sur le plan
du reporting de comprendre les évolu-
international pour standardiser la com-
tions de la performance de l’entreprise.
munication ESG. Aussi, il convient de
En cas de changement des indicateurs
décrire dans le rapport la méthodolo-
communiqués, l’entreprise doit expli-
gie utilisée dans la détermination des

51
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

‘‘
té budgétaire, une inflation maîtrisée,
des réserves de change à un niveau
adéquat, un système bancaire solide,
la modestie de l’élargissement de la
bande de fluctuation du Dirham…
Le régime de change est
déterminé et choisi en fonction b/ Fiscalité
des caractéristiques structurelles Les premières dispositions fiscales
et institutionnelles de chaque qui concernent la finance participative
économie, et progresse en sont apparues au Maroc en 2009.
fonction de l’évolution de Cependant, malgré les avancées
l’économie. enregistrées ces dernières années, le
Code général des impôts ne comporte
quer les raisons dudit changement et pas tout l’arsenal fiscal permettant de
assurer dans la mesure du possible la réaliser les opérations de la finance is-
publication des indicateurs abandon- lamique au même titre que la finance
nés pendant une période transitoire. conventionnelle.
Concernant la fiscalité verte, la
3/ MESURES réglementation a introduit un certain
D’ACCOMPAGNEMENT nombre de taxes «parafiscales» : l’éco-
a/ Régime de change taxe, la taxe sur le sable, la taxe sur le
Le régime de change est détermi- ciment et certaines taxes locales. Pour
né et choisi en fonction des caractéris- la CGEM néanmoins, l’approche rete-
tiques structurelles et institutionnelles nue par les pouvoirs publics est celle
de chaque économie, et progresse en consistant à utiliser la fiscalité comme
fonction de l’évolution de l’économie. un instrument de financement de pro-
Au Maroc, la réforme du régime de jets environnementaux. Or, la fiscalité
change a pour objectif de servir de le- devrait être utilisée comme un levier
vier aux réformes structurelles que le économique pour changer le comporte-
gouvernement doit mener, notamment ment des acteurs polluants et encoura-
afin de rendre l’économie nationale ger les bonnes initiatives.
beaucoup plus compétitive. Le passage En cela, la fiscalité verte devrait
d’un régime de change fixe à un régime constituer un nouveau levier pour
de change flexible a eu lieu le 15 janvier améliorer la compétitivité de nos entre-
2018. prises, avec comme seul objectif l’inci-
Selon la Banque centrale, tous les tation à investir et créer de nouvelles
prérequis nécessaires pour entamer la opportunités d’emplois.
réforme étaient réunis : la soutenabili-

52
BIOGRAPHIES
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Né à Rabat en 1960, M. El ALAMY est Juriste de formation. Il a effectué toute sa


carrière au sein de la Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale (DAPS)
au ministère de l’Economie et des Finances qu’il a intégré en 1983 en tant que cadre
au service des études juridiques et des relations internationales. M. EL ALAMY
a, par la suite, occupé successivement plusieurs postes de responsabilité au sein
de la DAPS à savoir Chef du service des risques divers (1996 – 1999), Chef de
la division du contrôle des intermédiaires d’assurances (1999 – 2011), Adjoint au
Directeur chargé du contrôle des entreprises et des intermédiaires d’assurances
(2011 – 2015) et par la suite, Adjoint au Directeur chargé de l’organisation du
marché. A partir d’avril 2016, M. El Alamy, a occupé au sein de l’ACAPS, le poste
de directeur de la « protection des assurés » et a assuré l’intérim du Secrétariat
Général avant d’être confirmé à ce poste en mai 2017.

Othman Khalil EL ALAMY,


Secrétaire Général de l’Autorité de contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS).
Secretary General of the Insurance Supervisory Authority and Social Welfare (ACAPS).

Born in Rabat in 1960, Mr. El Alamy is a lawyer by training, he has spent his entire
career in the Directorate of Insurance and Social Welfare (DAPS) at the Ministry
of Economy and Finance that he integrated in 1983 as a senior staff member in
the Department of Legal Studies and International Relations. Mr. EL ALAMY
successively held several positions of responsibility at the DAPS, namely Head
of the Miscellaneous Risks Department (1996 - 1999), Head of the Insurance
Intermediaries’ Control Division (1999 - 2011). ), Assistant to the Director of
Corporate Control and Insurance Intermediaries (2011 - 2015) and thereafter,
Deputy Director in charge of market organization. From April 2016, Mr. El Alamy,
held in the ACAPS, the position of director of «protection of the insured» and served
as interim Secretary General before being confirmed in this position in May 2017.

54
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Juriste privatiste de formation, Monsieur Nabil Badr a également un master en


ingénierie juridique et financière. Il a intégré Bank Al-Maghrib depuis 2004 au
sein de la Direction de la Supervision Bancaire après une première expérience en
tant que conseiller juridique au sein d’une banque commerciale. Il a assuré depuis
plusieurs fonctions notamment dans le domaine de la réglementation bancaire, de
la protection de la clientèle et de l’inclusion financière. Parallèlement, il a piloté
le projet des produits alternatifs depuis 2005 et le projet de Finance Participative
depuis 2010.
Depuis janvier 2016, il a été nommé Directeur Adjoint au sein de la Direction de la
Supervision Bancaire chargé de la finance participative, de la réglementation et des
agréments et du contrôle sur place.
Monsieur Nabil Badr est né en 1973à Casablanca. Il est père de 2 enfants.

Badr Nabil,
Directeur Adjoint de la Direction de la Supervision Bancaire, Bank Al-Maghrib
Deputy Assistant to the chief of banking supervision division (Bank Al-Maghrib)

Mr. Nabil Badr has a degree in private law and has a master’s degree in legal and
financial engineering. He joined Bank Al-Maghrib since 2004 in the Banking
Supervision Directorate after his first experience as a legal advisor in a commercial
bank. He has assumed several roles in the areas of banking regulation, customer
protection and financial inclusion. At the same time, he has steered the alternative
products project since 2005 and the Participative Finance project since 2010.
Since January 2016, he has been appointed as Deputy Director in the Banking
Supervision Directorate responsible for participatory finance, regulation and
licensing and on-site supervision.
Mr. Nabil Badr was born Casablanca in 1973. He is the father of 2 children.

55
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Ahmed Rahhou est diplômé de l’Ecole polytechnique (1980) et de l’École nationale


supérieure des télécommunications à Paris (1982).
Il a occupé plusieurs postes dont celui de responsable du service informatique à la
Royal Air Maroc (octobre 1982-mai 1985) et Directeur général adjoint au Crédit du
Maroc (1994).
En mars 2003, il a été nommé PDG de Lesieur Cristal, poste qu’il a occupé jusqu’à
sa nomination par le Roi en tant que PDG de CIH Bank le 6 octobre 2009.

Ahmed Rahhou,
Président Directeur Général de CIH Bank
Chairman and CEO of CIH Bank

Ahmed Rahhou graduated from the Polytechnic school (1980) and the National
Higher School of telecommunications in Paris (1982).
He has held several positions, including Chief Information Officer at Royal Air
Maroc (October 1982-May 1985) and Deputy General Manager at Credit du Maroc
(1994).
In March 2003, he was appointed CEO of Lesieur Cristal, a position he held until
his appointment by the King as CEO of the CIH on October 6, 2009.

56
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Brahim Benjelloun-Touimi est Administrateur Directeur général Exécutif Groupe de BMCE Bank. A cet égard, il assure
la présidence du Comité de direction générale, la vice-présidence du Comité exécutif Groupe et la vice-présidence du
Comité de crédit senior.
Dans le cadre de la stratégie internationale du Groupe BMCE Bank, Brahim Benjelloun-Touimi est président de Bank
of Africa, groupe bancaire détenu à près de 73% par BMCE Bank et présent dans 19 pays, essentiellement en Afrique
subsaharienne. Il est administrateur des entités bancaires européennes du Groupe.
Par ailleurs, au titre de ses fonctions, il est président de Conseil ou administrateur de différentes sociétés du Groupe
au Maroc opérant dans les activités de banques d’affaires, services financiers spécialisés – affacturage, crédit à la
consommation, leasing, recouvrement-, ou le courtage d’assurance.
Dans le cadre des partenariats stratégiques avec les actionnaires de référence, Brahim Benjelloun-Touimi est administrateur
de la compagnie d’assurances RMA et de sa Holding, FinanceCom. Il est également président du Conseil de Surveillance
d’EurAfric Information, spécialisée dans le domaine technologique ainsi qu’administrateur d’Euro Information, filiale
technologique du Groupe Crédit Mutuel - CIC.
Reflétant l’engagement du Groupe dans la responsabilité sociétale, Brahim Benjelloun-Touimi est administrateur de la
Fondation BMCE Bank pour la promotion de l’éducation et la préservation de l’environnement.
Il siège également au Conseil d’administration de Proparco, institution financière de développement. Il est aussi
administrateur de la Société de la Bourse de Casablanca.
Né en 1960, Brahim Benjelloun-Touimi est Docteur en Monnaie, Finance et Banque de l’Université Paris I Panthéon
Sorbonne. Il a débuté sa carrière sur les marchés financiers en France, assumé la responsabilité de la recherche au sein de
la salle des marchés d’une grande banque d’affaires française et rejoint BMCE Bank en 1990.
Marié, il est père de 3 enfants.

Brahim Benjelloun-Touimi,
Administrateur Directeur Général Exécutif du Groupe BMCE Bank
Director and Chief Executive Officer of BMCE Bank Group

Brahim Benjelloun-Touimi is Director and Chief Executive Officer of BMCE Bank Group. In this respect, he chairs the Executive
Committee, the Vice-Chairman of the Group Executive Committee and the Vice-Chairman of the Senior Credit Committee.
As part of the BMCE Bank Group’s international strategy, Brahim Benjelloun-Touimi is chairman of Bank of Africa, a banking group
almost 73% owned by BMCE Bank and present in 19 countries, mainly in sub-Saharan Africa. He is a director of the Group’s European
banking entities.
In addition, he is the Chairman of the Board or director of various Group companies in Morocco operating in merchant banking,
specialized financial services - factoring, consumer credit, leasing, collection - or insurance brokerage.
As part of the strategic partnerships with key shareholders, Brahim Benjelloun-Touimi is a director of the RMA insurance company and
its Holding, FinanceCom. He is also Chairman of the Supervisory Board of EurAfric Information, specialized in the technology field and
a director of Euro Information, the Crédit Mutuel Group’s technology subsidiary - CIC.
Reflecting the Group’s commitment to social responsibility, Brahim Benjelloun-Touimi is a director of the BMCE Bank Foundation for
the promotion of education and the preservation of environment.
He is also a member of the Directors Board of Proparco, a finance development institution. He is also a director of the Société de la
Bourse de Casablanca.
Born in 1960, Brahim Benjelloun-Touimi holds a PhD in Money, Finance and Banking from Paris I Panthéon Sorbonne University. He
started his career in the financial markets of France, took the responsibility of the trading office of a large French investment bank and
joined BMCE Bank in 1990. Married, he is the father of 3 children.

57
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Il a rejoint RMA Capital dès sa création en 2008 en tant que Responsable de


Contrôle Interne et a été nommé Secrétaire Général puis Directeur de l’ Assurance
Participative chez RMA. Said AMAGHDIR est Président de l’Association Marocaine
pour les Professionnels de la Finance Participative (AMFP). Il a démarré sa carrière
à Wafabank, en tant que Responsable Contrôle Interne et Risk Management, puis
a rejoint sa filiale de gestion d’actifs Wafa Gestion, pour occuper les mêmes
fonctions. Il a été le représentant légal de Wafa Gestion en Asset Management
auprès de l’ASFIM (Association des Sociétés de Gestion et Fonds d’Investissement
Marocains) de 2001 à 2005 et membre du Comité de Notation Fitch Ratings et
de la Certification GIPS AIMR. Said est titulaire d’un Master 2 en Finance des
Marchés de l’Université Montesquieu - Bordeaux IV, est accrédité par l’Association
Française des Analystes Financiers (SFAF), et également par le General Council For
Islamic Banks and Financial Institution (CIBAFI) Bahrain.

Saïd Amaghdir,
Président, AMFP
President, AMFP

He joined RMA Capital since its creation in 2008 as Head of Internal Control and
was appointed General Secretary and then Head of Participatory Insurance at RMA.
Said AMAGHDIR is President of the Moroccan Association for Professionals of
Participatory Finance (AMFP). He began his career at Wafabank, as Internal Control
and Risk Manager, and then joined his asset management subsidiary Wafa Gestion,
to hold the same position. He was the legal representative of Wafa Gestion in Asset
Management with ASFIM (Association of Moroccan Investment Management
Companies and Investment Funds) from 2001 to 2005 and member of the Fitch
Ratings Rating Committee and the GIPS AIMR Certification. Said holds a Master’s
degree in Finance from Montesquieu University - Bordeaux IV, is accredited by the
French Association of Financial Analysts (SFAF), and by the General Council for
Islamic Banks and Financial Institution (CIBAFI) Bahrain.

58
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Anouar HASSOUNE est l’un des fondateurs et administrateurs d’Euris Group et de


West Africa Rating Agency. Expert en analyse-crédit et en finance islamique, Anouar
a été de 2008 à 2011 Vice-président de Moody’s Investors Service où il a assuré la
notation financière des banques islamiques et souverains d’un certain nombre de
pays émergents. Entre 2001 et 2008, Anouar était directeur associé auprès d’une
autre agence de notation financière, Standard & Poor’s, où il a contribué à élargir la
couverture en notation des émetteurs du Moyen-Orient et à approfondir les méthodes
et techniques analytiques applicables aux institutions financières islamiques et
souverains de cette région. De 2012 à 2015, Anouar était aussi responsable de la
recherche, de la stratégie et de la finance islamique pour le Moyen-Orient auprès de
The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFG (BTMU), à Dubaï. Diplômé de l’école HEC,
de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’Université de Paris 1, Anouar est
aussi normalien et agrégé en sciences de gestion. Anouar est professeur à Dauphine,
à l’école HEC, à Sciences Po, à l’ENA, à l’UCL et à l’EM de Strasbourg, où il
propose de nombreux modules de finance islamique, essentiellement orientées vers
les banques islamiques et les marchés de capitaux.

Anouar Hassoune,
Directeur général d’Euris Groupe
Managing Director, Euris Group

Anouar HASSOUNE is one of the founders and administrators of Euris Group and
West Africa Rating Agency. Expert in credit analysis and Islamic finance, Anouar
was from 2008 to 2011 Vice President of Moody’s Investors Service where he was
in charge of the financial rating of Islamic banks and sovereigns of a number of
emerging countries. Between 2001 and 2008, Anouar was an Associate Director
with another rating agency, Standard & Poor’s, where he helped broaden rating
coverage for Middle Eastern issuers and deepen analytical methods and techniques
applicable to Islamic financial institutions and sovereigns in the region. From 2012
to 2015, Anouar was also responsible of research, strategy and Islamic finance for
the Middle East with The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFG (BTMU) in Dubai. He
graduated from the HEC School, the Institute of Political Studies of Paris and the
University of Paris 1. Anouar is also a former student of Ecole Normale Supérieure
and associate professor of management sciences. Anouar is a professor at Dauphine,
HEC School, Sciences Po, ENA, UCL and EM Strasbourg, where he teaches many
modules on Islamic finance, mainly oriented towards Islamic banks and capital
markets.

59
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Nasser Seddiqi est Directeur à l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux,


responsable de la Direction des Opérations Financières et des Marchés en charge
de la supervision des opérations financières réalisées sur le marché des capitaux, du
contrôle de l’information financière des émetteurs et du suivi des intervenants et des
infrastructures du marché des capitaux.
Il a démarré sa carrière à Paris en cabinet d’audit international au sein duquel il a
mené pendant plusieurs années des missions d’audit et de conseil. En 2003, il rejoint
le groupe d’assurances Groupama pour assurer la maîtrise d’ouvrage financière
dédiée au lancement de l’activité bancaire en partenariat avec la Société Générale.
Il prend ensuite en charge la Direction comptable et financière du Groupe de gestion
d’actifs UFG pour accompagner plusieurs opérations de croissance externe et mener
des projets d’optimisation des processus de production de l’information financière.
Nasser Seddiqi est titulaire du diplôme d’expertise comptable d’Etat français et
membre de plusieurs commissions et organismes nationaux tels que l’Unité de
Traitement du Renseignement Financier ou le Conseil National de la Comptabilité.

Nasser Seddiqi,
Directeur des opérations financières et des marchés de l’AMMC
Director of Financial Operations and Markets AMMC

Nasser Seddiqi is Director at the Moroccan Capital Markets Authority, Head of the
Financial Operations and Markets Department in charge of overseeing financial
transactions on the capital market, controlling issuers’ financial information and
monitoring stakeholders and capital market infrastructures.

He began his career in Paris in an international audit firm where he conducted audit
and consulting assignments for several years. In 2003, he joined the Groupama
insurance group to provide financial management for the launch of the banking
business in partnership with Société Générale. He then took charge of the Accounting
and Financial Department of the UFG Asset Management Group to support several
external growth operations and to lead projects aimed at optimizing the process
of producing financial information. Nasser Seddiqi holds the French State Public
Accountancy Diploma and is a member of several national commissions and bodies
such as the Financial Intelligence Processing Unit or the National Accounting
Council

60
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Né en 1963 à Rabat, Saïd Mouline est un Ingénieur spécialisé dans les secteurs de
l’Energie et de la Protection de l’Environnement, diplômé de l’Institut National
Polytechnique de Grenoble et de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie. Il
est Président de la Commission énergie, climat et économie verte à la CGEM ainsi
que du Centre Marocain de Production Propre. Il fût aussi conseiller au Cabinet du
Ministre de l’Energie et des Mines et a également conseiller plusieurs organismes
nationaux et internationaux comme la Fondation Mohammed VI pour la protection
de l’environnement, la BMCE Bank, le WLPGA, la Banque Mondiale, la SFI, la
GTZ, la KfW et le PNUD. Il a aussi été conseiller Développement Durable du
président de l’OCP. Il est actuellement Directeur général de l’Agence Marocaine
pour l’Efficacité Energétique (AMEE) et Responsable des partenariats public privé
au sein du comité d’organisation de la COP22.

Said Mouline,
Directeur général, de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE)
General Director of the Moroccan Agency for Energy Efficiency (AMEE)

Born in 1963 in Rabat, Saïd Mouline is an engineer specialized in Energy sectors


and Environment Protection, graduated from the National Polytechnic Institute of
Grenoble and the University of Pennsylvania in Philadelphia, he is President of the
Energy, Climate and Green Economy Commission at CGEM and the Moroccan
Center for Cleaner Production. He was an advisor at the Cabinet of Energy and
Mines Minister and advised several national and international organizations such
as the Mohammed VI Foundation for Environment Protection, BMCE Bank,
WLPGA, World Bank, IFC. , GTZ, KfW and UNDP. He has also been a Sustainable
Development Advisor to the President of OCP. He is currently Director General of
the Moroccan Agency for Energy Efficiency (AMEE) and Head of Public Private
Partnerships in the Organizing Committee of COP22.

61
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Fouad Benseddik est depuis 2002 membre du Comité de Direction de l’agence internationale
de notation de la responsabilité sociale des Organisations, de VigeoEiris (ex Vigeo jusqu’en
2015). Il exerce à Paris les fonctions de directeur des Méthodes et des Relations institutionnelles
de l’agence, et assure la direction de la succursale au Maroc de l’agence. Il est l’auteur des
méthodes de rating développés par l’agence et anime son réseau de partenariats institutionnels
et académiques.. Il a participé aux travaux de rédaction du groupe international d’experts sur
la norme ISO 26000 de responsabilité sociale. Il a de même activement contribué à l’adoption
en 2006 de la Charte RSE et du dispositif de labellisation de de la CGEM. Fouad Benseddik
enseigne l’évaluation de la RSE à l’Université Paris-Dauphine et anime des conférences et
des séminaires d’entreprises sur la mise en place, l’évaluation des démarches et la gestion des
risques de responsabilité sociale.
Il est membre du Conseil économique, social et environnemental du Maroc depuis 2011 et
a été rapporteur de cinq avis (sur la charte sociale du CESE, sur les droits de l’homme dans
les provinces du Sud, sur l’égalité entre les femmes et les hommes, sur la mutualité, et sur le
projet de loi relatif à l’Apald). Il a été décoré par SM le Roi Mohammed VI le 30 juillet 2014
à l’occasion de la fête du trône.
Fouad Benseddik est âgé de 59 ans, il est Docteur d’état en science politique.

Fouad Benseddik,
Directeur des méthodes et des affaires institutionnelles, VIGEO EIRIS
Director of Methods and Institutional Affairs, VIGEO EIRIS

Since 2002, Fouad Benseddik has been a member of the Management Committee of the
international rating agency for corporate social responsibility, of VigeoEiris (formerly Vigeo
until 2015). He practices in Paris as Director of Methods and Institutional Relations of the
agency, and manages the agency’s branch in Morocco. He is the author of the rating methods
developed by the agency and leads his network of institutional and academic partnerships.
He participated in the drafting of the ISO 26000 standard of social responsibility with an
international group of experts. He has also actively contributed to the adoption in 2006 of
the CSR Charter and the labeling scheme of the CGEM. Fouad Benseddik teaches CSR
evaluation at Paris-Dauphine University and conducts conferences and business seminars on
the implementation, evaluation of approaches and the management of social responsibility
risks.
He has been a member of the Economic, Social and Environmental Council of Morocco since
2011 and has been the rapporteur of five opinions (on the Social Charter of the ESEC, on
Human Rights in the Southern Provinces, on Equality between Women and men, on mutuality,
and on the bill on the Apald). HM King Mohammed VI decorated him on July 30, 2014 in the
Throne celebration Day. Fouad Benseddik is 59 years old, he is a Doctor in political science.

62
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

• Chef de la Division des Etudes Monétaires et de la Règlementation Bancaire à la


DTFE ;
• Chef de Service des Etudes Monétaires à la DTFE à partir de 1996 ;
• Intégration de l’Inspection Générale des Finances le 2 mai 1988 ;
• Intégration de l’Office des Changes le 2 novembre 1985.

AUTRES RESPONSABILITÉS
•Participation aux assemblées annuelles et de printemps du Fond Monétaire
International et de la Banque Mondiale ;
• Membre du Groupe Consultatif Régional du Conseil de la Stabilité Financière
(Financial stablity Board) pour la région MENA ;
• Participation aux négociations commerciales avec l’Organisation Mondiale du
commerce (OMC) ;
• Participation aux réunions du Partenariat de Deauville.

Kenzi Jilali,
Adjoint au Directeur , Chargé du Pôle Macroéconomie à la Direction du Trésor et des Finances
Extérieures ( DTFE), Ministère de l’Economie et des Finances
Assistant to the Director, Head of the Macroeconomics Division at the Directorate of Treasury and
External Finance (DTFE), Ministry of Economy and Finance

• Head of the Division of Monetary Studies and Banking Regulations at DTFE;


• Head of the Department of Monetary Studies at DTFE from 1996;
• Integration of the General Inspectorate of Finance on May 2, 1988;
• Integration of the Office des Changes on November 2, 1985.

OTHER RESPONSIBILITIES
• Participation in the annual and spring meetings of the International Monetary Fund
and the World Bank;
• Member of Regional Advisory Group of the Financial Stability Board’s for the
MENA region;
• Participation in trade negotiations with the World Trade Organization (WTO);
• Participation in the meetings of the Deauville Partnership.

63
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

• Économiste de formation;
• Inspecteur de l’Office des Changes du 1er janvier 2005 au 30 avril 2011;
• Chef de Département Audit et Contrôle de Gestion du 1er mai 2011 au 24 avril
2015;
• Directeur par intérim de l’Office des Changes du 24 avril 2015 au 8 mars 2016;
• Préparation d’un doctorat d’Etat sous le thème «passage à la convertibilité totale
du dirham et au taux de change flexible».

Driss Bencheikh,
Secrétaire Général de l’Office des Changes
Secretary General of the Office des Changes

Secretary General of the Office des Changes


• Economist by training ;
• Inspector of the Office des Changes from 1 January 2005 to 30 April 2011;
• Head of Audit and Management Control Department from May 1, 2011 to April
24, 2015 ;
• Interim Director of the Office des Changes from April 24th 2015 to March 8th
2016;
• Preparation of a state doctorate under the theme «transition to the total convertibility
of the dirham and the flexible exchange rate».

64
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Younes Issami est titulaire d’un MBA de l’université de Cranfield au Royaume


Uni et actuaire diplômé de L’Université Mohammed V de Rabat. il est également
titulaire un DESSS de l’Ecole Nationale Supérieure de Sécurité Sociale en France.
Younes ISSAMI a rejoint Bank Al-Maghrib en 2006 en tant que gérant de portefeuille.
En 2007, il devient responsable du service gestion des réserves de change puis en
2009 responsable du département des opération de marché en charge de la mise en
œuvre de politique monétaire et gestion des réserves de change.
En 2017, il devient adjoint au responsable de la Direction des opérations monétaires
et de change.

Younes AISSAMI,
Adjoint Direction des opérations monétaires et de change à Bank Al-Maghrib
Assistant Director of monetary and foreign exchange operations Bank Al-Maghrib

Younes ISSAMI holds an MBA degree from Cranfield University in the United
Kingdom. He is an actuary who graduated from Mohammed V University in Rabat.
He also holds a DESS (Master’s degree of Specialized Studies) from the National
School of Social Security in France.
Younes ISSAMI joined Bank Al-Maghrib in 2006 as a Portfolio Manager. In 2007,
he became head of foreign reserve assets and then in 2009 head of the market
operations department in charge of the implementation of monetary policy and
management of foreign exchange assets.
In 2017, he became assistant director of the Monetary and Currency Operations
Department.

65
Livre Blanc sur les Instruments Financiers Alternatifs

Abdelkader BOUKHRISS, Expert-Comptable, membre de l’Ordre des Experts


Comptables du Maroc. Il débute sa carrière en Afrique, comme consultant pour la
Banque Mondiale, avant de revenir au Maroc pour diriger un cabinet d’expertise
comptable, de conseil et d’audit. Actuellement Tax Partenr au sein du cabinet
Société Fiduciaire du Maroc (SFM).
Membre du Conseil d’Administration de la Confédération Générale des Entreprises
du Maroc (CGEM), il est également Président de la Commission fiscale de cette
dernière. Il est membre du Conseil d’Administration de l’Association Internationale
de Fiscalité (IFA Maroc), membre du Comité Permanent du Conseil National de
la Comptabilité (CNC) et membre de la Commission Nationale de Recours Fiscal.

Abdelkader Boukhris,
Président de la Commission Fiscalité et Réglementation des Changes à la CGEM
President of the Committee on Taxation and Exchange Regulations at the CGEM

Abdelkader BOUKHRISS, Accountant, Member of the Moroccan Order of


Chartered Accountants. He began his career in Africa as a consultant for the World
Bank before returning to Morocco to head up a firm of accounting, consulting and
auditing. Currently Tax Partenr at the firm Société Fiduciaire du Maroc (SFM).
Member of the Board of Directors of the General Confederation of Enterprises of
Morocco (CGEM), he is also President of the Tax Commission in this latter. He
is a member of the Board of Directors of the International Taxation Association
(IFA Morocco), a member of the Standing Committee of the National Accounting
Council (CNC) and a member of the National Commission for Tax Remedies.

66
WHITE PAPER ON
ALTERNATIVE FINANCIAL
INSTRUMENTS
E D I T I O N 2 0 1 7
White Paper on Alternative Financial Instruments

Mohamed Boussaïd,
Minister of Finance and Economy

Participatory finance has economy. With regard to the financial


undergone a long regulatory sector, we are working for its
and legislative process. Licence strengthening and modernization, by
applications have been processed making it stronger, far-reaching, more
with an integrated and global open, and capable of responding to
approach, which is financial and the arising needs of economic and
economic than ideological. If we can regional integration. The integration
maintain this integrated approach, of Morocco in this economic area is
we could have, through participatory a great opportunity for both parties.
finance, a chance to attract more
foreign investment, drain more Green Finance is another example
public savings, and diversify all that shows the ability of our financial
financial instruments that are at the sector to mobilize in providing
disposal of companies and citizens. suitable solutions to the key issues
This approach will be complemented of sustainable development. Indeed,
by other measures, since banks and green growth is more than a choice; it
insurance industry are both involved. is a strong commitment of our country
Today, we are working to deliver on to contribute to the international
our promises, the first sovereign effort for sustainable development.
issue of sukukin the few coming The successful organization of COP
months. 22 in Marrakech was an opportunity
for the financial sector to present a
Our economy and our financial roadmap that represents a collective
system must fit into the global effort. In fact, Morocco has always

68
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
succeeded - when it is a matter of
collective work to mobilize, around
an important subject such as green
finance. The aim is to present the
financial system with an extremely Our economy, our financial
relevant, clear and concrete system must fit into the global
roadmap that has received the
economy.
support of all partners namely: the
banks, Maroclear, the Casablanca
Stock Exchange, the insurance possibility for our country to launch in
companies and the economic and the future a green sovereign bond at
financial operators. the international level.

When we talk about green finance, Today, we witness a real dynamic


we think about the opportunities that in our country in participatory
exist in this area. Significant financial finance as well as in green finance.
needs stem from the Kingdom’s Nevertheless, we are still facing
strong commitments. Morocco has several challenges. Thus, all partners
presented, for the record, a program and stakeholders should unite their
with a budget of $ 35 billion for the efforts to achieve the goals we have
adaptation component. set collectively. The exchanges and
debates between experts during this
To achieve these objectives, conference will surely contribute to
we are working on an incentive attain these shared objectives.
regulatory framework to develop
financing solutions adapted to green
finance and climate change. These
actions focus on diversifying the
range of financial instruments and
developing green segments. They
concern mainly the implementation
of a regulatory framework to promote;
along with other instruments such
as green investment funds, green
bonds…I realize with you that many
companies have already started
green bonds, which have been very
successful. We are not ruling out the

69
White Paper on Alternative Financial Instruments

OTHMANE ELALAMY,
Secretary General of the Insurance Supervisory Authority
and Social Welfare (ACAPS).

TAKAFUL insurance in • TAKAFUL exercised by a traditional


Morocco insurance company: this is done
through the opening of windows
BASIC PRINCIPLES operating in TAKAFUL insurance, in
- Prohibition of the use of interests, addition to the conventional insurance
prohibition of uncertainty and business of the company.
speculation, a general prohibition • TAKAFUL exercised exclusively by a
of all that is illegal, such as alcohol, TAKAFUL operator.
gambling ... • The operator TAKAFUL is in this case a
- Investment in Shariaa-compliant company in charge of the management
values. of the TAKAFUL fund / account. As
- Insurance risk endured by the such, he receives the contributions,
community of participants, so there is supports the compensation and
a sharing of risks, losses and profits ensures the distribution of the surplus
between them. between participants.
- Participation in the TAKAFUL • Main provisions of the Insurance
insurance operation based on a Code amended or supplemented by
commitment by the operator to grant Law n ° 59-13 of 25 August 2016.
an interest-free advance in the event
of a deficit. Definition of certain concepts

As far as operators are ➢ TAKAFUL insurance transaction :


concerned, there are two models: Carried out in accordance with the

70
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
compliant opinions of the Higher
Council of Oulama for covering the
risks provided in TAKAFUL insurance
contract for a TAKAFUL insurance The Shariaa compliance
account managed for a management of TAKAFUL insurance
fee by an approved company to practice operations is pronounced by
insurance operations «TAKAFUL».
The TAKAFUL insurance operations
the Higher Council of Oulema.
and the TAKAFUL insurance account
management activity for an insurance
company cannot give rise to the
collection or payment of interest under • In TAKAFUL insurance, the technical
no circumstances. and financial surpluses are allocated
entirely among participants after
➢ TAKAFUL insurance account: deduction, if necessary, of TAKAFUL
Account constituted by the advances. The distribution of technical
contributions of the participants in and financial surpluses can only take
the TAKAFUL insurance transaction place after constitution of provisions
and by all the income of this account, and reserves (Article 10-3 of the
including those resulting from the Insurance Code);
investment of its balance.
• The TAKAFUL insurance and
➢ Insurance premium : reinsurance company must separately
Sum due by the subscriber of hold and manage the TAKAFUL
an insurance contract in return for insurance or reinsurance accounts of
guarantees granted by the insurer. For its own accounts. This separation must
TAKAFUL insurance, premium means be noted in the financial statements
the contribution of the participant. of the company (Article 10-2 of the
Insurance Code);
MAIN PROVISIONS OF THE CODE
OF INSURANCE • In the event of insufficient assets
Retained principles representing technical provisions
• The Higher Council of Oulama (Article in relation to these provisions, the
10-1 of the Insurance Code) approves insurance company must meet this
TAKAFUL Shariaa compliance deficit by TAKAFUL advances as stated
insurance operations. in the conditions set by regulation.

71
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
This provision must be stated in any
TAKAFUL insurance contract (article
10-3 of the Insurance Code).
In case technical provisions’
STAGES IN PROGRESS
representative assets are
• The methods of remuneration of the
deficient, the insurance
insurance and reinsurance company
for the management of TAKAFUL
company must fund this
insurance account as well as the criteria deficit, through Takaful
for determining this remuneration advances as defined by the
( WA K A L A , M O U H A R A B A o r regulation.
combination of the two modes);
• Arrangements for distributing
technical and financial surpluses • The passage by the Regulatory
of TAKAFUL insurance accounts Commission of ACAPS, which gives
between participants in TAKAFUL an opinion to its President on the
insurance operations. legislative or regulatory bills or circular
• Preparation of a specific TAKAFUL drafts
insurance circular, incorporating the • The approval of the circular by the
majority of the provisions of the various Minister of Finance;
orders issued by the Minister of Finance • Transmission of the decree and the
for the application of the Insurance application circular to the General
Code, which are now the prerogatives Secretariat of the Government for
of the President of ACAPS, adapting publication.
them to the principles governing
TAKAFUL insurance.

These provisions mainly concern


the insurance contract and the control
of TAKAFUL insurance companies
(prudential, management and
accounting rules relating to TAKAFUL
insurance operations).

NEXT STEPS
• The assent of The Higher Council
of Oulama on the decree and circular
draft

72
White Paper on Alternative Financial Instruments

Nabil BADR,
Deputy Assistant to the chief of banking supervision
division (Bank Al-Maghrib)

The main objectives underlying REVIEW OF THE EXPERIENCE OF


the genesis of participative finance in ALTERNATIVE PRODUCTS
Morocco are: 2007 : Introduction of alternative
➢ Developing financial inclusion; financing products by Bank Al-Maghrib.
➢ Attracting new foreign direct 2010 : Approval of a financing company
investment; dedicated to the supply of alternative
➢ Enriching the CFC offer. products.

Bank Al-Maghrib has adopted This experience has faced several


a progressive, inclusive and challenges, including:
participatory approach. Indeed, the ➢ Unsuitable fiscal framework;
main stakeholders in the participatory ➢ Absence of a Sharia certification
finance ecosystem have been involved body;
in setting up this new system, namely ➢ Absence of money market: Sukuk
the competent state departments, The certificates;
Higher Council of Oulema, the GPBM, ➢ Absence of the other components of
etc. This progressive approach also the ecosystem.
incorporates feedback from alternative
products in Morocco as well as lessons This experience brought the attention
learned from international experiences to the need for a legal and regulatory
in this area. framework conducive to the emergence
and development of a participatory

73
White Paper on Alternative Financial Instruments

finance ecosystem. governance, risks, etc


➢ Favorable opinion were formulated by
LEGAL FRAMEWORK the CEC held on November 29th, 2016
• Definition of participatory banks, with regard to approval applications for
investment deposits, financial products the creation of 5 participatory banks and
and operations that fall within the scope the authorization of 3 banks to exercise
of participatory banks, outlining credit the participatory bank operations
institutions, and similar bodies that may through windows;
exercise all or part of the afromentioned ➢ Publication in the Official Bulletin of
operations in Title III of Law 103.12, all accreditation decisions.
subject to their approval.
• Definition of the compliance function REGULATORY FRAMEWORK
of the Higher Council of Oulema ➢ Finalized regulatory framework:
• Obligation to submit annual compliance 1)Technical characteristics and
reports to the Higher Council of Oulema presentation terms of Murabaha,
and Bank-Al Maghrib Ijara, Moucharaka, Moudaraba and
• Creation of an independent deposit Salam products;
guarantee fund for participatory banks 2) Terms and conditions for the
as well as determination of fund collection and investment of
management provisions. investment deposits;
3) Conditions and procedures
ISSUING APPROVALS PROCESS for carrying out the activities and
➢ Issuance of the bulletin defining the transactions referred to in Title III of
necessary documents and information the Banking Law by conventional

‘‘
for processing approval application banks;
➢ Examination of approval applications, 4) Compliance Function with the
particularly with regard to shareholding opinions of the Higher Council of
plans, benefit to the Moroccan market, Oulema;
5) Accounting framework.

➢ Regulatory framework in the process


of being finalized:
1) Prudential framework;
Bank Al-Maghrib’s approach 2) L i q u i d i t y management
is based on a progressive, instruments;
inclusive and participatory 3) Standard models of participatory
approach. contracts;
4) Adaptation of guarantee products;

74
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
5) Adaptation of payment systems.

FISCAL FRAMEWORK
The amendment of the fiscal
framework is performed in order to The purpose of the tax
guarantee fiscal neutrality between the framework amendment is to
products of conventional banks and
guarantee fiscal neutrality
those of the participatory banks.
between the conventional
INTERNATIONAL COOPERATION bank products of and those of
➢ Accession of Bank Al-Maghrib to The the participatory bank.
Islamic Financial Services Board (IFSB)
as an observing member in 2006 then
as a full member since 2013 ;
➢ Accession of Bank Al-Maghrib to the statements and accounts certification
Accounting and Auditing Organization ➢ Reform the legal framework in force
for Islamic Financial Institutions in order to adapt it to the specificities of
(AAOIFI) in 2015; participatory finance (DOC, consumer
➢ Participation of Bank Al Maghrib protection law ...) and guarantee the
agents in workshops organized by legal security of transactions financed
several organizations since 2005; by participatory instruments ;
➢ Organization in Morocco of ➢ Strengthen public financial education
Workshops and events on Islamic about participatory finance;
finance with the IFSB in November ➢ Encourage the use of out-of-
2011 and March 2017. court settlements in disputes over
participatory products.
DEVELOPEMENT PATHWAYS
Raise awareness among ecosystem
professionals by presenting the
regulatory framework of Participatory
Finance as well as the specificities of
this industry:
1) The Ministry of Justice, including
the Judiciary and Lawyers in order to
respond to litigation situations;
2) Notaries and Adouls for the
transaction;
3) Auditors to review primary financial

75
White Paper on Alternative Financial Instruments

Ahmed RAHHOU,
Chairman and CEO of CIH Bank

With regard to participatory The remuneration of depositors’


banks, it is worth mentioning that accounts, since interest is prohibited,
Morocco has chosen a model with will be through participation in project
a single Shariaa compliance body. financing and risk-taking. These
The law on participatory banks funds deposited by investors, will be
is clear and precise in terms of used in one or more projects, and will
setting the operating procedures of allow remuneration based on profits,
these banks. This is very important as it must be the case of any activity
because it facilitates the process for in participatory banks.
future actors. From the moment a
decision is taken by a participatory Our subsidiary, called UMNIA
bank and approved by the Higher Bank, is a full-service bank that
Council of Oulema, it will apply to manages accounts, issues bank
the entire system. This will allow the cards, checkbooks, in accordance
various players to progress quickly in with the legislation on participatory
the launching process. banks, while maintaining a large
technological dimension, namely the
We have today, half a dozen e-bank, mobile...
products that are approved.
We can already carry out the Clients of the participatory
activity of financing and deposit bank will benefit from the same
management, because among the services as those offered by the
six validated products or services, classic bank. However, to activate
there is the accounting convention. this system, some parameters are

76
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
crucial: for example compensation,
the electronic money system, the
international Swift system. It is also
necessary to manage the cash flow
that must migrate from one bank to It is a chance for the Kingdom
another, which requires additional
to join in the crowdfunding
work. Because the difference
between a conventional bank and system that manages
a participatory bank is that, they do hundreds of billions of dollars
not access the same money market.
in flows around the world.
This difficulty remains unsolved and
should be addressed properly. In
addition, the Sukuks must absolutely
exist to allow an exchange between offer them investment accounts or
the surpluses of the treasuries in direct investments, with support from
these banks. Takaful-type insurance the participatory bank. It is a chance
must also be in place to provide for the Kingdom to integrate into a
credit to individuals and businesses crowdfunding system that manages
to cover the risks of disability or hundreds of billions of dollars in flows
death. around the world. This is part of the
country’s overall policy of integrating
By their existence, the participatory into the global economy.
banks will drain foreign capital that
could not have come to Morocco
for lack of adequate channel. Many
people want to invest in Morocco, but
do not necessarily want to work with
the classic banking circuit. We can

77
White Paper on Alternative Financial Instruments

Brahim BENJELLOUN-TOUIMI,
Director and Chief Executive Officer
of BMCE Bank Group

Participatory finance deserves Algeria or Tunisia ...


to be considered as an ethical and
socially responsible finance. The This new bank, after the approval
appellation is thus secularized, of Bank Al Maghrib and after the
even if it is based on a religious sealed agreements between the
framework, which is the Shariaa. Presidents Othman Benjelloun and
I want to underline its contribution Ahmed Youssif Adnan, is created in
to sustainable finance, which is the form of a Joint Venture between
definitely a positive impact. BMCE Group Bank of Africa and
Al Baraka Banking Group. Our
Participatory finance is consistent participatory bank is named Bank Al
with Islamic ethics, as enshrined in TamweelWa Al Inma, BTI Bank.
Moroccan law and enacted in the
regulations of the Central Bank, These two shareholders in
all within the framework of the proportion to their respective
Kingdom’s institutions. holdings will jointly finance the BTI
Bank. The capital is 51% for BMCE
At the launching of this activity in Bank of Africa and 49% for Al Baraka
Morocco, we were approached by a Banking Group. The total of injected
large group from Bahrain, namely Al funds is 400 million dirhams.
Baraka Banking Group existing in a
dozen of Arab and Muslim countries, As a participatory bank, the
including Pakistan, Turkey, Egypt, resources will come from its capital,

78
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
but also from collected deposits,
mainly individuals as well as earned
commissions which receive return
of financial services it provides. The
bank will achieve margins thanks to We have the ambition to
the projects that it will finance which, complete successfully this
of course, cannot be margins of
interest.
experience of participatory
banking in Morocco and
The ABG group, alongside export it to sub-Saharan
the BMCE Bank, will prepare the
Africa.
structuring of our partnership and
will manage the bank. Our bank is
in charge of the control, therefore speech, our ambition is to complete
assuring essentially sovereign successfully the experience of
functions. participatory banking in Morocco,
and to transfer it to sub-Saharan
Besides, as underlined by the Africa.
Minister of Finance in his introductory

79
White Paper on Alternative Financial Instruments

Saïd AMAGHDIR,
President of AMFP

Sharia Compliant Participative Committee at the Higher Council of


Finance is a new finance in Morocco Oulema.
that will develop gradually and
intelligently. Morocco has many Thanks to the existing Banking
strengths to take the lead on this new and Insurance networks and the
finance in Africa. Casa finance City financial hub,
the Kingdom has the necessary
The Business Model adopted by infrastructure to succeed in the local
the Moroccan authorities to develop experience and to structure the offer
the Participatory Finance in the and adapt it to other partners in Africa.
Kingdom is based on two important
pillars: With the efforts of His Majesty
King Mohamed VI - may God assist
• Reworking the name of this new him - and the partnerships in Africa as
«Participative» Finance and adapt it well as the solid economic relations
to the target public, in particular, the with our GCC partners, Morocco has
principle of sharing and openness to every chance to capture some of
all religions. In Malaysia, more than the volume of Participatory finance
60% of participatory finance clients estimated at 2000 Billion USD.
are Buddhists interested in the ethics
and performance of this new industry. In addition, the Casablanca Stock
• Approval of participatory finance Exchange has forged a strategic
products ((Banking, Insurance and and technological partnership with
Capital Markets) by the Sharia London Stock Exchange Group

80
80
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
(LSEG) to enhance the attractiveness
of the Kingdom, which is positioning
itself as a regional financial hub.
The evolution will be
Indeed, the majority of Sukuk progressive, intelligent,
quotes from our GCC partners are
made in London and today the in partnership with the
Casablanca Stock Exchange has all regulators.
the prerequisites to quote a portion
of the Sukuk and therefore allow directly through dedicated funds.
GCC investors to diversify their These dedicated funds, which are
geographical areas. Sharia compliant UCITS, can also
serve as investment capital market
Ecosystem of Participatory and insurance companies. We
Finance will ultimately have a participative
The Participatory Finance ecosystem.
ecosystem needs two important pillars:
• Participatory Insurance to back I insist that the evolution will be
up participatory banking products progressive, intelligent, in partnership
(Murabaha real estate, auto, with the regulators, because the
investment ...) ambition is to succeed this experience
• The Participatory Capital Market, in Morocco and then transfer it
especially the Sukuk to boost the gradually to our partners in Africa.
money market and therefore the
cash exchange between participatory Today, we have three highly
banks. sought-after Moroccan banks in
Africa. In this respect, Maroclear can
The Casablanca Stock Exchange play a very important role in Africa
should launch its first compliant because it is necessary to support
Sharia stock market index to provide the Participative banks on site in
a benchmark for professionals. consultation with the AMMC, ACAPS
and Bank Al-Maghrib.
As soon as the index is approved
by the AMMC and the CSO, Takaful To conclude, this participatory
insurers and asset managers will use ecosystem will play a vital role in
it as a benchmark tool. creating wealth and employment
We should keep in mind that and will be a real added value for our
most insurance companies manage economy.

81
81
White Paper on Alternative Financial Instruments

Anouar HASSOUNE,
Managing Director, Euris Group

Historically, there have been insurance, banking and the capital


two major crowdsourcing hubs in the market is inseparable. One cannot
world: Southeast Asia and Middle East work without the other: these three
countries. Today, a new horizon is elements respond to each other.
emerging; the Euro-Afro-Mediterranean
zone, essentially the Arab zone, and As such, sukuk occupy a special
further west. From Morocco, which was place. In addition to the state and
perceived ten years ago as a frontier public bodies, private companies must
market for participatory finance, we issue sukuk to boost the market, be
will be able to develop a launching it participative securitization bonds or
platform for French-speaking countries, securities guaranteed by the issuer.
particularly in sub-Saharan Africa. We The other important thing that we tend
should collectively work tp achieve this to forget is that we need specialized
ambition. institutions. It is good to have universal
banks, but you also need investment
I would like to speak to you about banks. They can be created with
four elements, which propose some global institutions, including the
answers to what has been mentioned Islamic Development Bank. This must
this morning: be done here in Morocco, specifically
at Casablanca Finance City.
1) The fundamental importance
of the ecosystem, an economic 2) There is distorted information
reality about participatory finance
The optimal triangle formed by The first false truth often conveyed

82
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
by uninformed «observers» is
that participatory banks are more
expensive than conventional banks.
This is not true. Participatory banking
can be cheaper; and it should
be, simply to give it commercial A participatory bank
credibility and visibility and have an that respects a number
ethical legitimacy. of precepts becomes a bank
The second false truth is that
of values.
Islamic finance does not consistently
apply the precepts of Islam, and
ultimately only «ape» conventional not true. In March 2017, a rating
banks. This is false: do you know agency has published an interesting
banks that set their own standards? article on Islamic banks performance
A participatory bank that respects a in the Gulf countries. Over several
number of precepts becomes a bank years, they are on average more
of values. Therefore, it cannot be profitable than conventional banks.
exactly equivalent to conventional
finance. 3) The link between green finance
and participatory Islamic finance:
It is also said that Islamic finance they share a common DNA, but it
is not interesting, that it is old is not exactly the same
fashioned. False, because there Islamic banks have focused
are participatory banks around the mainly on the population’s account
world that are doing new things like penetration. They have not yet
participatory fintechs, that serves the adopted the solitary and responsible
poor communities. economy. If we want to switch to
photovoltaic, we will need green
Participatory finance is not just investments, and therefore issuing
about real estate, that is, about sukuk. If participatory finance wishes
mortgages. Participatory finance can to win its acclaim, it will through
also do corporate business, so it is ecology and green economy ...
not just real estate finance. otherwise, it risks being confined to
being only aso called ethical copy of
Finally, it is argued that conventional finance.
participatory finance is less profitable 4) Is the model of participatory
because it involves more costs: it is finance exportable in Morocco?

83
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
direction are we heading? The
answer is unclear yet, because we
are in the process of finalizing the
ecosystem. We will know the answer
probably in the coming years.
Participatory finance
respectability will be achieved, We have three directions out of
through ecology and green four that we can take: West, North,
East and South:
economy …
The West, it is not possible,
The answer is yes for two reasons: because I cannot see the BMCE
the first concerns the language. Our Bank set up in Brazil offering
friends and partners in the western Murabaha. On the other hand, the
part of the Muslim world speak the South has a banking rate of 14%.
same language as us. We can We must participate in improving the
therefore deploy our own initiatives banking system in these countries.
that we have developed here in For our eastern partners, of the Gulf
Morocco. The second reason is that if countries, can bring us capital and
Moroccan participatory finance does generate benefits from it. Let us not
not evolve in ten years, we will have forget our friends from Southeast
nothing to say or improve. I hope that Asia, whose open and generous
in ten years we will have the pleasure participatory finance model can give
of welcoming our friends from sub- us some great ideas for innovation.
Saharan Africa. Finally, we have the North: I come
from Luxembourg and there are
Conclusion many ideas about issuing smart
I would like to explain the double sukuk and funds. There are many
meaning of the French word “sense”. great ideas and good practices that
Its first explanation refers to meaning should be considered and applied in
and its second meaning refers the Moroccan context.
to direction. If you ask me does
participatory finance in morocco
has significance or meaning? I will
obviously answer yes. We have
created our identity and therefore
we have something to offer. On the
other hand, if you ask me in which

84
White Paper on Alternative Financial Instruments

Nasser SEDDIQI,
Director of Financial Operations and Markets AMMC

Green Finance: Concepts and worldwide, the necessary financing to


Context rebuild infrastructure, real estate and
I will briefly make a small review readjust all energy models to meet the
of what is meant by green finance. climate goals to eleven trillion dollars
It can be defined as all the services by 2030.
offered by financial markets to invest
in initiatives that aim to reduce the The question is: how can we
impact of human activities on the reorient traditional finance towards
environment or to offer benefits for the green finance, create more economic
environment. models, and above all make it more
sustainable?
What then distinguishes green
finance from traditional finance? I This reorientation requires a
would say essentially a very strong growing awareness from investors,
moral dimension that combines both a strong will to adhere to this
financial management and awareness green approach, which can be
of the environment. translated through actions such as
«decarbonisation» of portfolios or
To fight against global warming adapted financial strategies such as
and achieve all the objectives of «climate strategies». At the level of
sustainable development, the actors the company, the transition to green
of the society will need to mobilize finance comes essentially from a
very important funds. The International commitment of its shareholders
Energy Agency has estimated, through the divestment of energy-

85
White Paper on Alternative Financial Instruments

consuming production tools or fossil ➢ The extension of governance based


fuels and investment in new green on socio-environmental risks:
technologies. • integrating the sustainable
dimension into the governance
What are the national and model;
continental initiatives for green • working on a dedicated
finance? communication plan ;
• assessing the carbon footprint
In Morocco, many initiatives have induced by funds;
been taken by the Moroccan financial
sector, including the following two ➢ The development of sustainable
roadmaps that were presented at financial instruments and products:
COP22 : • create oriented investment tools;
1)The alignment of the Moroccan • and support Green Bonds;
financial sector to sustainable
development and the financing of the ➢ The promotion of financial inclusion:
transition towards a more sustainable • reducing gaps between genres;
economy; • adopting a national strategy for
2) The emergence of sustainable financial inclusion;
finance in Africa.
➢ Capacity building in the field of
As part of the national roadmap, the sustainable finance:
AMMC and the capital market players • Raise awareness of market

‘‘
will have to work around five major players to environmental concerns;
axes:
➢ Transparency and market discipline:
• publish an ESG guide;
• introduce new information
requirements;
• put in place an ESG index.

The continental road map is


The AMMC and the capital
organized around two major axes:
market players will have to work
➢ Strengthening regional and
around 5 major axes, including
continental cooperation on sustainable
the promotion of financial
development. Several actions are
inclusion.
planned for this purpose, among
which:

86
‘‘
White Paper on Alternative Financial Instruments

• Proposing and integrating


green finance into cooperation For the first time in Morocco,
agreements with different in 2016, the capital market
stakeholders. For example, the witnessed the issuance Green
AMMC has signed 3 agreements Bonds.
to this effect with regulatory
authorities in Africa;
• Contributing to the development to information about these products
of international standards for the
regulation of green finance; What about green financing in
• Federating African regulators Morocco via the capital market?
and stock exchanges around a For the first time in Morocco, in
commitment to the development of 2016, the capital market saw the
green capital markets in Africa; issuance of green bonds.

➢ The positioning of Casablanca’s Green Bonds are ordinary financial


financial center as a hub for climate structuring bonds whose proceeds are
finance. exclusively allocated to partial or total
financing of existing or future projects
Thus, on the sidelines of the with a positive environmental impact.
COP22, the AMMC has pushed the
signature of the «Marrakech Pledge» This impact can take various forms
where several African Authorities and such as reducing carbon emissions,
Stock Exchanges representing over improving waste management,
twenty countries from the continent improving land management,
are committed to promoting the green replacing fossil fuels with renewable
capital market in Africa. It is a real resources.
call to action that revolves around 3
priorities: To accompany the launch of this
new market, the AMMC has published
1) Developing financial instruments a guide with the support of IFC. The
and green investment vehicles; purpose of this guide is to provide
investors and issuers with all the
2) Developing an ecosystem that information they need to enter the
allows the emergence of a green market with a detailed explanation of
capital market in Africa; the different steps and requirements.

3) Promoting transparency and access In terms of figures, the trend

87
‘‘
White Paper on Alternative Financial Instruments

finance in Morocco, via the issuance


of green bonds or other instruments,
The Moroccan green will flourish and expand, like what
investment plan, prepared happens today in developed countries.
with the support of the
Green Finance and Responsible
World Bank, highlights Finance
flagship projects in terms of Green finance is also a responsible
finance. Indeed, many investors in
adaptation to climate change
the finance market have begun to
and reductions of greenhouse adopt more conscientious investment
gas emissions. strategies, including socially
sustainable investment (SRI).
Socially responsible investment is a
was triggered in Q4 2016 with two label awarded to an investor seeking
issuances totaling an amount of to finance companies or public
1,650 MDH (Masen: 1,150 MDH and entities that contribute to sustainable
BMCE Bank of Africa: 500 MDH). This development, whatever their sectors
trend continued in H1 2017 with two of activity are.
preliminary licenses granted in 2016
for issuances totaling a maximum It is a start-up practice in Morocco.
of 2,500 MDH (Crédit Agricole of The Moroccan financial market saw the
Morocco: 500 MDH and Banque creation of two UCITS in 2014, which
Centrale Populaire: 2,000 MDH or its are currently labeled SRI. They have a
equivalent in currency). limited asset size under management,
which is expected to grow with the
Green Bonds in Morocco in 2030? various actions in progress (Green
The Moroccan green investment Bond, ESG etc.).
plan, prepared with the support of
the World Bank, highlights leading The AMMC will support and promote
projects in green finance in terms this market, notably through:
their adaptation to climate change • Publication of practical and educational
and reductions of greenhouse gas guides for issuers and investors;
emissions. The plan expects to • Regulatory development, which should
mobilize 25 billion USD by 2030. How include ESG reporting requirements.
much the capital market will be able • Creation of a sustainable development
to capture? Only the future will tell, index for the Casablanca Stock
but there is a good chance that green Exchange.

88
White Paper on Alternative Financial Instruments

Saïd MOULINE,
General Director of the Moroccan Agency
for Energy Efficiency (AMEE)

It is well known that energy despite the significant drop of fossil


transitions rest on two axes of equal energies prices, it is necessary to
importance. The first is renewable notice that more than half of that
energies allowing the production flow has been achieved in Southern
carbon-free energy, and today, when countries.
good policies are implemented,
investors race to develop projects Our country has been proactive,

‘‘
when grouping all the actors. For the
If in the world, investments in the first project that was developed in
field of renewable energies reached renewable energies, we were looking
in 2015 more than 320 billion dollars, for funding from development banks.
Today we have green bonds, which
go beyond $ 80 billion globally (10
billion in 2013).

In Morocco the competitiveness The other axis of energy transition


of renewable energies is already concerns energy efficiency. It is
acquired: Solar and wind strategies unfortunately the poor relation.
Moroccan (dedicated institutions,
Less visible, because it is a matter
visibility given to investors,
of accompanying policies and not
transparent call for tenders,
partnership private sector) have «visible» projects such as solar or
attracted dozens of investors and wind power plants, it has as much
get exceptionally low prices while impact on the economy and on
developing a local industry. the environment. The International
Energy Agency and its member states

89
White Paper on Alternative Financial Instruments

have identified energy efficiency involves making new regulatory


as the fastest and cheapest option measures, dedicated funding, and
to address energy security issues pilot projects, training and raising
and economic and environmental awareness among target population.
challenges. In Morocco, in March
2009, during the Energy Forum, the At the industrial level, it is
royal letter gave priority to renewable important to raise actor’s awareness
energies and energy efficiency in on best practices allowing them
energy policy. The target for 2030 to reduce their energy bill as well
is to reach 52% of the electricity as their emissions. This is done in
capacity for renewable energies collaboration with the CGEM, which
and a reduction of 20% for energy has a commission dedicated to
efficiency according to a scenario energy, climate and green economy.
«business as usual». Financial tools have been set in place
The Moroccan Agency for Energy to facilitate investment in this area.
Efficiency (AMEE, former ADEREE),

‘‘
is responsible for promoting energy Financing energy efficiency was
efficiency in several target sectors a major concern during COP22.
(transport, building, industry, Finance market and insurance
agriculture and public lighting). It players have committed to fight
against climate changes. Several
announcements were made
consequently in terms of financing
and obligations. Bank Al-Maghrib
Developed with the help of several has been a pioneer in being the first
national and international financial central bank to issue green bonds.
actors, with a global amount
of nearly 100 million dollars, Finally, energy policies must also
MorSEFF is the sustainable energy be coherent, because to promote the
financing line for Moroccan private energy transition, we must stop fossil
companies. It offers loans or leasing fuel subsidies and rather support the
by local partner banks, investment most disadvantaged social strata to
grants and free technical support equip themselves with technologies
for the implementation of energy that consume less energy and are
efficiency and renewable energy often more expensive in terms of
projects to improve business investment. The different types of
competitiveness. funding must also facilitate this and
consider it.

90
White Paper on Alternative Financial Instruments

FOUAD BENSEDDIK,
Director of Methods and Institutional Affairs,
VIGEO EIRIS

Financial information does not tell European level with the adoption
the whole story of the company, by the Commission and then the
and is not enough to understand European Parliament in April 2014 of
the prospects. When examined the Non-Financial Reporting Directive
separately, it does not identify or which makes the publication of non-
estimate risks, opportunities or value financial information mandatory
creation capabilities. The era ends in management reports of large
with mere financial communication. companies. Independently of the
In addition to their duty to comply with normative requirement, investors
the requirements for keeping and and managers are increasingly into
publishing financial accounts issued setting up thematic funds and using
by legislators and stock exchanges, selection filters and management
companies are increasingly criteria based on social and
expected to report on their business environmental principles, business
model, the materiality of risks they ethics and governance indicators.
face, their social and environmental
impacts, and their relationships with However, beyond operators’
stakeholders. commitment to socially responsible
investment and management, the
The OECD through its directions conventional analysts and managers
recommended social accountability realize today that the market needs
as a good practice in the mid 70’s to improve its information capacity
and This recommendation became and firm’s evaluation variables and
a normative requirement at the their future.

91
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
the remediation of human rights
violations. These guidelines are
complemented by accountability
rules that create a strong incentive
Companies’ right to business for companies to report on their
strategies and processes, which has
secrecy and the protection of
been considered for a long time as
their competitive interests no outside their area of responsibility.
longer limits disclosure to a The European directive adopted
voluntary and discretionary in 2014 on social accountability
concerns in addition to human rights,
exercise. the prevention of corruption, the
management of human resources,
To the pressure of legislators and health and safety, the protection of
the needs of investors, we have the environment, or purchasing and
the equally legitimate expectations supply chain management. This
of other stakeholders, including directive is being transposed to all
employees and their representatives, the European Union countries; it has
customers and consumers, NGOs, the power of law with a binding force.
local communities, the media, etc.
The right of companies to business Morocco has integrated the
secrecy and the protection of their Community acquis, which is
competitive interests no longer the European regulation; it is
limits disclosure to a voluntary and therefore the vocation of Moroccan
discretionary exercise and thus enterprises to report on their financial
needs to be exerted simultaneously information, their commitments, their
with an obligation to inform and report processes, their impacts of social
not only to shareholders, but also to responsibility. The best is to consider
other stakeholders, on themes and this evolution not as a restriction but
indicators that are broader than the as an opportunity.
financial dimension alone.
We reached at a turning point. There
is already a plethora of reporting
repositories; more than 400 are
listed globally. The United Nations,
for example, has adopted Guidelines
on Corporate Responsibility (2011)
for the respect of human rights and

92
92
White Paper on Alternative Financial Instruments

Jilali KENZI,
Assistant to the Director, Head of the Macroeconomics
Division at the Directorate of Treasury and External
Finance (DTFE), Ministry of Economy and Finance

There is no single exchange rate share of products with a high


regime that is valid for all countries technological content such as those
and all times. It is determined and of the automotive, aerospace and
chosen according to the structural electronics, which have already
and institutional characteristics of outpaced traditional export sectors
each economy, and progresses (textiles, phosphates and its
according to the evolution of the derivatives).
economy.
The dynamics of these new
It must be emphasized that the sectors are part of our country’s
Moroccan economy has undergone integration strategy into the major
significant structural changes in international value chains. There is
recent decades. Morocco is growing also a diversification in the markets,
more resilient to weather conditions, because the Euro zone, which was
thanks to the emergence of a number our main market, has lost its appeal
of sectors with high growth potential. since the crisis, to the benefit of Asian
In addition, this diversification in countries, those of Latin America,
production structures has also been but also of Africa where the market
reflected in exports. share of our exports has doubled.

When we look at the evolution It is worth mentioning that our


of the product structure of exports growing integration into the world
in recent years, there is a clear economy is the consequence of the
trend towards strengthening the signature of a number of free trade

93
93
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
the fixed exchange rate regime
following a systemic crisis whose
consequences were disastrous for
their economies. In Morocco, on the
Morocco’s like-minded other hand, the decision was taken
countries were forced to after careful consideration and the
time to switch to a flexible exchange
abandon the fixed exchange rate regime was well chosen. Given
rate regime following the current stage of development of
a systemic crisis whose our country, the benefits of a more
flexible foreign exchange regime are
consequences were disastrous
much more obvious. This regime
for their economies. will protect our economy against
exogenous shocks, improve its
competitiveness and raise its level of
agreements with all regions of the growth.
world.
All the prerequisites were put in
This opening up of the Moroccan place to move to a flexible exchange
economy has also been strengthened rate regime, including a stable
financially under the effect of the total macro-economic framework, an
liberalization of capital transactions exchange rate close to its equilibrium
for non-residents and the easing level, a relatively developed foreign
measures granted to residents, exchange market, a low exposure to
particularly for the financing of financial system to currency risk and
foreign trade and investments. a credible monetary policy.

All these developments show that


our fixed exchange rate regime is
no longer appropriate. It is therefore
time to migrate to a more flexible
exchange rate regime; otherwise,
this fixed regime will be challenged
by these developments - this opening
and these structural changes. In
this regard, it should be noted that
Morocco’s similar-level countries
have been forced to abandon

94
White Paper on Alternative Financial Instruments

Driss BENCHEIKH,
Secretary General of the Office des Changes

Current foreign exchange Resident’s capital accounts:


regulation • Corporation: 100 MDH in Africa
and 50 MDH in other continents.
➢ A nearly total convertibility of
all current accounts: Financial institutions :
• Banks under the conditions set by
Importation of goods and BAM.
services, exportation of goods and • Insurance companies: 5% of their
services, international transport, assets.
insurance and reinsurance, income • Pension funds: 5% of their reserves;
savings, medical care, study abroad • UCITS: 10% of their assets.
...
➢ Accounts in convertible foreign
➢ Total Convertibility for Non- currency and DH:
Resident Capital Transactions:
Fully Paid for: Resident or non-resident legal
persons (foreigners, MRE, exporters
* Invest in Morocco without amount of goods or services).
limitation.
* Investment income transfer. • Financial risk hedging
* Transfer investment proceeds and operations:
liquidation
In 2013, foreign exchange
➢ Partial Convertibility for regulations required back-to-back

95
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
➢ Harmonize the regulation of
goods and services importation.
• Unify the advance payment rule by
adopting a single plan of up to DH
200,000.
Today, we are in a phase
• This measure, in addition to giving
of cooperation, awareness more flexibility to importers, removes
raising and exchanges with ambiguities at the bank level.
the Central Bank.
Repatriation deadline for services
exportations: the repatriation period
transactions. According to the will be increased from 60 to 90 days.
2017 Exchange Policy Statement
draft, backing will be the activity This measure aims at harmonizing
of the person receiving the our requirement with international
hedge, excluding any speculative practices, particularly in Africa.
transaction.
Easing measures
Today, we are in a phase of
cooperation, awareness raising and As part of the foreign exchange
exchanges with the Central Bank. general Instructions draft 2017,
we proposed to introduce easing
- Liberalization measures planned in measures that allowed the lightening
the General Instruction on Foreign of foreign exchange transactions
Exchange Operations and articles related to the exchange
regulations from 800 articles to 240
➢ Liberalization of foreign articles and 400 pages to 200 pages.
borrowing operations as part
of foreign investments made
under the conditions set by the
exchange regulations.

This provision aims at allowing


traders to arbitrate between various
possibilities to finance authorized
investments.

96
96
White Paper on Alternative Financial Instruments

Younes AISSAMI,
Assistant Director of monetary and foreign exchange
operations Bank Al-Maghrib

The Moroccan economic model, rate regime. This await caused a


which is open to other economies, devaluation of their currency in
and the signing of several free trade relation to the fundamental value,
agreements that resulted in a trade which results in a brutal correction.
imbalance, exposes us to external It is worth mentioning that very few
shocks; which requires a real reform countries have achieved a gradual
to protect us. and orderly approach.

The fixed exchange rate regime The Moroccan case should


has brought many advantages to welcomed, since it is the first country
the Moroccan economy, especially to have planned all its reform and
in terms of price stability, but it also to have waited for the right moment
has its limits because one of the to proceed to a gradual reform. Our
prerequisites of a fixed exchange country has restored macroeconomic
rate regime is the reserves of foreign fundamentals, foreign exchange
exchange that must be available reserves are quite large and inflation
to defend the parity displayed by is very low.
authorities.
In a first phase, this reform will be
The problem lies in the fear of assisted by the Central Bank.
floating, because in most countries
operators associate floating with It is worth mentioning, that the
devaluation. They waited for a real Central Bank as the holder of foreign
crisis to adopt the flexible exchange exchange reserves in Morocco

97
97
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
The Central Bank, holder of
foreign exchange reserves
in Morocco, will continue to
provide currency liquidity for
the market ...

will continue providing liquidity in


the currency for the market while
introducing the notion of flexibility.
These operations will occur through
12:30 for all currencies traded on the
foreign exchange market.
• Boost the interbank foreign
exchange market by transferring
the manual currency exchange
operations of banks against
DH towards foreign exchange
transactions.
• Maintain the functioning of the
foreign exchange market via
currencies auctions.

In conclusion, we can say that


the widening of exchange rate the process of transition to a more
bands with the maintenance of the flexible exchange rate regime will
exchange rate in order to support be gradual and orderly, focused on
economic operators who are not yet the preparation of operators and the
aware of the exchange rate risks. fulfillment of the prerequisites for
each phase.
It is necessary to comply with
international practices by reducing The reform of the exchange rate
the number of communicated regime comes along other structural
exchange rates, which would be reforms that are undertaken in
limited to the following: Morocco.

• A band of fluctuation at the opening


of the market in US dollars.
• An average reference price at

98
White Paper on Alternative Financial Instruments

Abdelkader BOUKHRISS,
President of the Committee on Taxation and Exchange
Regulations at the CGEM

Today, the Tax Code does not started doing participatory finance
include the entire fiscal arsenal without knowing it before 2009. We
to carry out the operations of found a number of operations that
Islamic finance in the same way were done, but unfortunately did not
as conventional finance. Despite enjoy the same tax conditions as
the progress made in recent years, conventional finance. In 2009, we
unfortunately, we are still behind in registered in Morocco the first tax
terms of tax regulations for Islamic provisions concerning participatory
finance. finance. Then, it evolved in 2010,
2016, and in 2017. We have
This observation is explained, gradually made progress on tax
on the one hand, by the fact that measures, but unfortunately, our
the legislator always dealt with the system remains incomplete in terms
conventional finance. It is certain of equity between both participatory
that adapting the business model of and conventional financing products.
this new approach to finance at the
tax level poses a real problem. On With regard to green taxation,
the other hand, such an exercise the approach adopted by our public
will be wrongly considered as a authorities is that of using taxation
tax incentive with an impact on the as an instrument for financing
budget. environmental projects. Taxation
should be used as an economic
It should be noted that some lever to change the behavior of
financial institutions had already polluting actors and encourage good

99
99
White Paper on Alternative Financial Instruments

‘‘
taxation. It is necessary to give
visibility to economic operators on
environmental taxation aspect. Shall
we be guided towards a «polluter
Green taxation should be pays» policy or towards encouraging
sustainable development based
a new lever to improve initiatives?
the competitiveness of our
businesses. As a reminder, Morocco has
adopted the National Charter for
the Environment and Sustainable
initiatives. Development, which clearly
establishes the principle of taxation
Currently, our regulations have on activities that are considered
introduced a number of «parafiscal» polluting or natural resource-
taxes: the ecotax, the sand tax, the intensive. Green taxation should be a
cement tax and some local taxes, new lever to improve competitiveness
which are used as penalty. Today we of our companies, with the sole
ask an economic operator, who has objective of encouraging investment
put all means in place to recycle and and creating new job opportunities.
clean up, to pay an additional fee: it This is the challenge today in
is not possible. Morocco.

The CGEM regrets the absence


of a real thinking about green

100
White Paper on Alternative Financial Instruments

SUMMARY OF THE 3
MEETINGS
FINANCIAL DATA aggregation; thus, an efficient use of in-
The Meeting on financial data is in its formation generally, and of the financial
fourth edition. Initiated by the Casa- one particularly.
blanca Stock Exchange, Maroclear
and Finance News Hebdo, this annual In that respect, one of the main lessons
event, highly anticipated by market pro- learned through this first meeting is, in
fessionals, had to address different im- the words of the Minister of Finance,
portant topics, in line with the evolution Mohamed Boussaid, “the importance of
experienced by the financial industry in processing transparently and with cele-
the world, in general, and in Morocco in rity all available financial data, because
particular. it’s one of the first strong signals to
Thus, the three previous editions have convey to the investors community.” In
addressed: other words, transparency is a pledge
• The financial data in Morocco. of trust.
• The dematerialization /digitalization of
the financial markets. Therefore, three important elements are
• Alternative Financial instruments. to remember: availability of information
in general and the financial information
After three editions, it seems a ti- in particular, its quality and richness.
mely opportunity to take stock of the To this end, some requirements, among
various achievements made, especial- other things, should be satisfied:
ly that various recommendations have • A regulatory framework that can en-
been made to enable our financial sures protection against drifts and sys-
center, which aspires to be a reference temic risks, as well as enabling some
platform in Africa, to gain in efficiency flexibility to attract foreign investors.
and effectiveness, and for the reason of • Moving towards international legal
continuous improvement convergence regarding legislative as-
pects.
I/ Financial Data in Morocco • Improving local practices and consoli-
Today, the natural evolution of financial dating market infrastructures.
markets is compelling to think Big Data, • Improving the quality and quantity of
a context that opens the way to new financial communication to ensure its
opportunities in data processing and reliability, accuracy, regularity and au-

101
White Paper on Alternative Financial Instruments

thenticity. sukuks, green bonds, ETFs, or OPCIs.


• Strengthening control and regulation The new strategic vision of Casa-blanca
mechanisms, especially with the advent Stock Exchange has three objectives:
of social networks. • The construction of an integrated, so-
lid and sustainable market infrastruc-
ACTIONS STATEMENTS ture, able to process the different finan-
Capital market reform begins with cial instruments, spot or forward and
the demutualization of the stock ex- allowing operations in the best condi-
change, which started in 2016. This tions of cost and security.
impulse, was initiated by the Ministry of • A better contribution to national eco-
Finance and consisted in opening the nomy, with the stimulation of paper tra-
stock ex-change to all market stakehol- ding, the enrichment of services and
ders (banks, insurance, etc.), whe-reas expertise aimed at mobilizing more lo-
this institution was previously controlled cal investors and attracting international
exclusively by the market participants, ones and the development of market li-
namely the brokerage firms. This im- quidity.
portant reform should further develop • The regional outreach of Casablanca
the capital market, which con-tributes Stock Exchange, with the improvement
only 10% to the national economy, of its connectivity with the internatio-
while in Europe, for example, this figure nal financial markets and the African
is around 40%. The main objectives financial centers (African Exchange

‘‘
set by the trusteeship are to ensure the Linkage Project), the development
African positioning of the Casa-blanca of partnerships with African stock ex-
Stock Exchange, and especially to de- changes (BRVM, Tunisia ...) and the
velop new products capable of boosting deployment of its services and exper-
the Moroccan capital market, such as tise to its African partners.

The other major evolution is the


launch by the Moroccan Capital Mar-
ket Authority (AMMC), which is made
The main objectives set by
of public consultation, for the modifi-
the trusteeship are to ensure cation of Book III of its circular. The
the African positioning of the consultation pe-riod extended from 13
Casablanca Stock Exchange, February to 14 March 2018. Among the
important points of this «reform», the
and especially develop a new
procedures related to the quarterly in-
range of products to boost the dicators to be published by the issuers.
Moroccan capital market. This long-awaited advance has already
been suggested and widely debated by

102
‘‘
White Paper on Alternative Financial Instruments

operators in the past. The draft circu- Because ELITE forms a


lar specifies, however, some technical dynamic ecosystem, built
details. Thus, any issuer must publish,
within forty-five days (45) following the
around the company to
end of each quarter, a press re-lease support and promote
containing certain indicators. This press innovation, entrepreneurship
release is published concomitantly in a and growth, since its launch,
legal notice newspaper and on the is-
ELITE has been a real success.
suer’s website. If auditors have audited
the indicators, it should be men-tioned
and the corresponding certificate publi-
shed accordingly. loped by the London Stock Exchange
Group and deployed for the first time in
PREPARING FUTURE 2012 by its subsidiary Borsa Italiana in
LEADERS Italy. The program was adapted and im-
According to its experience with plemented in the UK in 2014 and in se-
Moroccan business leaders during veral European countries in 2015. Be-
prospecting meetings, the Casablanca cause ELITE is a dynamic ecosystem,
Stock Exchange has been able to see built around the company to support
the difficulties encountered in acces- and foster innovation, entrepreneurship
sing various sources of financing for the and growth, it has known a great suc-
market. The latter has requirements that cess since its launching. Today, it brings
many companies do not meet. To over- together more than 320 companies that
come this situation, Moroccan compa- operate in various sectors, more than
nies must work concretely on their pro- 150 partners and nearly a hundred of
blems and acquire the necessary tools institutional investors.
to be aligned with the requirements of
the financial market. By tools, we intend Morocco through Casablanca
optimal governance and organization, Stock Exchange is the first non-Euro-
clear growth strategies, solid business pean country to adopt ELITE program.
plans ... And it is precisely to assist Its main objective is to bridge the gap
them in this process that the Casablan- between capital market requirements
ca Stock Exchange has launched the and the real-ity of Moroccan companies,
ELITE program. especially SMEs. This gap has been
closely observed by the Casablanca
The ELITE program is the first Stock Exchange during pros-pecting
concrete expression of the Casa-blan- meetings with business leaders and
ca Stock Exchange’s global partnership through the recent study conducted
with the LSE Group. ELITE was deve- jointly with Maroc PME and the APSB.

103
White Paper on Alternative Financial Instruments

DIGITALIZATION real strategy. Consequently, we must


The second edition of the Meeting invent future business models to sus-
on Financial data took place in 2016 tain businesses. In Morocco, actors of
and focused on Digitalization. This the- the financial market (banks, insurers,
me has been ap-proached from the regulators, etc.) have taken up the ma-
perspective of digital transformation of jor challenge of digitalization. However,
physi-cal securities or financial data, to be a growth driver for financial ser-
and also from its broadest concep-tion vices in Morocco and make it a major
of digitization of the sector. regional player, a number of prerequi-
sites should be satisfied, including:
The Moroccan financial sector has
progressively moved to digitali-zation • The improvement of digital services
since 2000 along with the stock ex- and their ecosystem to bring Moroc-
change trading system, the Moroccan co to the level of the best international
gross settlement system, the interbank standards;
electronic banking center and, more • Working on the value chain, to include
broadly, the e-banking system. This pro- upstream the entire population who is
cess of financial industry digitalization excluded today (financial inclusion),
is a consequence of a rapid technolo- and downstream, to support innovation
gical change. It has undergone a strong in start-ups;
evolution in recent years, allowing a • Lifting regulatory restrictions in
better connection between the financial banking as in insurance, pricing digital
service providers and their customers, channels, customers and actors educa-
while promoting the finan-cial inclusion. tion;

‘‘
• Adopting a real strategy of data mana-
This is to say that digitalization, is a gement, valuation and protection which
profound factor of change that will upset is the raw material of tomorrow’s eco-
all financial professions and requires a nomy;
• Opening on new disruptive technolo-
gies, such as Blockchain ...

ACTIONS STATEMENTS
New listing and trading platform
Digitization is a profound The new listing and monitoring plat-
factor of change that will form of Casablanca Stock Exchange
upset all financial professions «Millennium» is a platform built on an
architecture that guarantees a higher
and requires a real strategy.
level of resilience and availability. The
Exchange installed this platform last

104
‘‘
White Paper on Alternative Financial Instruments

August, and combines two solutions: «Millennium» new platform of


Millennium Exchange integrated tra-
listing and monitoring of the
ding and listing solution, and Millennium
Surveillance, a market monitoring solu- Casablanca Stock Exchange is
tion. The set of redundant servers, both built in a way that ensures a
on the primary site and on the backup
higher level of resilience and
site, ensures service continuity based
on a real-time replication mechanism availability.
that optimizes the recovery of the back-
up site’s activity. change rate regime and the taxation. A
choice largely justified by the evolution
In addition, the solution’s perfor- of the Moroccan financial system, with
mance and architecture is scalable and the emergence of participatory finance
can be expanded to keep pace with and green finance.
market growths. Millennium enables
the Casablanca Stock Exchange to si- 1/Participatory Finance
gnificantly improve the services it offers Participatory finance, Sharia Com-
to its customers, through new, more ad- pliant, is a new finance in Morocco that
vanced order types that meet investors’ will develop gradually and intelligently.
needs, automated management rules, The goal is to succeed in this expe-
a wider range of validity orders that faci- rience so that we can then transfer it to
litate operational management, as well our partners in Africa.
as automatic order management that
does not respect the maximum varia- The Kingdom, which has chosen a
tion set against the reference price. In model with a single body of compliance
addition, the new technology platform to Shariaa, seems, in this respect, to
offers the opportunity to process new fi- have all the assets that can enable it to
nancial products and instruments, such capture a share of the business volume
as the Exchange Traded Fund (ETF), generated by the crowdfunding and es-
real estate investment trusts (REIT), timated to more 2,000 billion US dollars.
treasury bills and derivatives.
However, for the moment, we can-
ALTERNATIVE FINANCIAL not claim that there is a real ecosystem
INSTRUMENTS for participatory finance in Morocco. For
The 3rd Meeting on Financial Re- it takes the combination of three essen-
porting, held in April 2017, had as a tial elements: insurance, banking and
central theme «Alternative Financial the capital market.
Instruments», with a focus on accom- Since our last meeting, the finan-
panying measures, notably the ex- cial ecosystem in Morocco has been

105
‘‘
White Paper on Alternative Financial Instruments

For the Sukuk, the market benchmark for professionals. As soon


as the in-dex is validated by the AMMC
is completely devoid of and the High Council of Ulema, Takaful
references and it is high time insurers and fund managers will use it
the state took the first step. as a reference.
• Compensation, the electronic pay-
ment system and the international Swift
enhanced with the creation of partici- system.
patory banks and windows. The «par- • Cash management, which must mi-
ticipative» panorama will have to be grate from one bank to another, which
completed by : requires additional work. Be-cause the
conventional bank and the participative
a / Takaful Participatory Insurance bank do not access the same money
At this level, you must: market and this is one of the difficulties
• Determine the methods of remunera- that remain to be addressed.
tion of the insurance and reinsurance
undertaking for the management of the ACTIONS STATEMENTS
Takaful insurance account, as well as With the advent of participatory
the criteria for determining this remune- banks and Takaful insurances, fund
ration (Wakala, Mouharaba or combina- managers are compelled to find Sha-
tion of the two modes); riah compliant ways to invest their cash
• Determine procedures to distribute the surpluses. In the current situation, the
technical and financial surpluses of the banking law provides them with two
Takaful insurance accounts among the types of tools: Sukuk and compatible
participants in Takaful insurance opera- actions.
tions.
• Develop a specific Takaful insurance In relation to Sukuk, the market is
circular. completely devoid of references and it
is necessary to take the first step. This
b / The participative capital mar- will give a monetary reference to inves-
ket, especially the Sukuk to boost tors who act in the closed participatory
the money market and the cash banking circuit, on the one hand, and
ex-change between participatory on the other hand, to allow managers
banks. place their cash within the framework of
This mechanism will be supported by a Takaful insurance.
number of initia-tives: As for Sharia compliant shares,
• The launch by the Casablanca Stock the Board of Ulema (senior scholars)
Exchange of its first compliant Sharia will have to set the eligibility criteria to
stock market index in order to have a be part of the Sharia Compliant stock

106
White Paper on Alternative Financial Instruments

market index. The procedure is open. This plan intends to mobilize 25 billion
In Malaysia, for example, Ulema have USD by 2030. Let us see how much the
adopted only one criterion, namely the capital market will be able to capture.
sector of activity. If the sector does not
have defects, the actions that compose Generally, the Moroccan financial
it are eligible. This resulted in the eligibi- sector aspires to play the lead-ing roles
lity of more than 700 listed companies. in the fight against climate changes, no-
However, in Morocco, criteria will be tably through the adoption of two road-
more advanced; we are talking about a maps of COP22 held in Marrakech:
Gearing (debt / equity ratio) that must • Its alignment with sustainable deve-
not exceed a certain threshold and a lopment and financing the transition to
very low share of financial interest in the a more sustainable economy.
revenues of these companies. Other • The emergence of sustainable finance
criteria could be added over time. in Africa.
And as part of the national roadmap, the
2/ GREEN FINANCE AMMC and the capital market players
The International Energy Agency will have to work around 5 major axes:
has estimated, worldwide, the financing • The extension of governance based
needed to rebuild the infrastructure, on socio-environmental risks;
real estate and readjust the set of en- • Development of sustainable financial
ergy models to meet the climate goals instruments and prod-ucts;

‘‘
to 11 trillion dollars by 2030. In 2015, in- • Promoting financial inclusion;
vestment in renewable energy reached • Capacity building in the field of sustai-
more than $ 320 billion worldwide. nable finance;
• Transparency and market discipline.
In Morocco, it was until March 2009,
during “Energy Meeting”, that it was de-
cided to make renewable energies and
energy efficiency a priority in energy
policy. Today, the Kingdom has a pro- The Moroccan green
gram with a budget of 35 billion dollars.
investment plan, prepared with
In 2016, capital market has known the support of the World Bank,
the first issue of green bonds, hence the highlights flagship projects in
emergence of Morocco’s green invest- terms of adaptation to climate
ment plan, pre-pared with the support change and reductions of
of the World Bank. This plan focuses
on green projects such as reduction of
greenhouse gas emissions.
greenhouse effect and gas emissions.

107
White Paper on Alternative Financial Instruments

ACTIONS STATEMENTS Good practices and recommenda-


ESG Reporting: The official project tions for the ESG report
The Moroccan Capital Market Au- To ensure the highest quality and
thority (AMMC) and the Casa-blanca credibility of ESG report, its de-velop-
Stock Exchange, with the contribution ment, content verification and disse-
of the General Con-federation of En- mination must be based on a series of
terprises of Morocco (CGEM) and the best practices and recommendations.
Economic, Social and Environmental Adopting a recognized standard for
Council (CESE), developed this guide. ESG reporting will allow a structured
The purpose was to promote the corpo- communication contributing to a rele-
rate social responsibility (CSR) culture vant analysis by stakehold-ers. Indeed,
at the level of publicly traded compa- several initiatives have been developed
nies in Mo-rocco, and prepare them for at the inter-national level to standar-
the future ESG reporting obligations. In dize ESG communication. In addition,
this respect, the guide clarifies some the report should describe the metho-
concepts and presents a practical ap- dology used in determining ma-teriality
proach for the implementation of the thresholds.
CSR approach and ESG reporting.
In addition, other market players, in- Transparency about the methodolo-

‘‘
cluding investors, will also find in this gy of collecting and processing in-
guide useful to better understand CSR formation.
and integrate ESG issues in their areas It is recommended to provide a
of activity. methodological note describing the
process of identification, collection,
processing and compila-tion of extra-fi-
nancial information, as well as the li-
mits attached to this methodology. The
quantitative indicators and calculation
In order to ensure the highest methods used must be clearly defined
quality and credibility of ESG and specified.
reports, their development,
Ensuring comparability of the com-
content verification and municated indicators
dissemination must respond The company should keep the
to a series of best practices same indicators from one year to ano-
ther to enable reporting users to un-
and recommendations. derstand the changes in the company’s
performance. In the event of a change

108
‘‘
White Paper on Alternative Financial Instruments

in the communicated indicators, the The exchange rate


company must explain the reasons for
the change and publish the abandoned
regime is determined and
indicators during a transitional period. chosen according to the
structural and institutional
3 / ACCOMPANYING
characteristics of each
MEASURES
a / Exchange rate regime economy, and progresses
The exchange rate regime is de- according to the evolution of
termined and chosen according to the
the economy.
structural and institutional characteris-
tics of each economy, and progresses
according to the evolution of the eco- made in recent years, the General Tax
nomy. Code does not include the entire fis-
cal arsenal to carry out the operations
In Morocco, the reform of the ex- of Islamic finance in the same way as
change rate regime aims to serve as a conventional finance.
lever for structural reforms that the go-
vernment must carry out, in particular Regarding green taxation, the regu-
in order to make the national economy lations introduced a number of «para-
much more competitive. The transition fiscal» taxes: the eco-tax, the sand tax,
from a fixed exchange rate re-gime to the cement tax and certain local taxes.
a flexible exchange rate regime took For CGEM, however, the approach
place on January 15, 2018. adopted by the public authorities is
that of using taxation as an instrument
According to the Central Bank, all for financing environmental projects.
the prerequisites needed to be-gin the In fact, taxation should be used as an
reform were met: fiscal sustainability, economic lever to change the behavior
controlled inflation, adequate foreign of polluting actors and encourage good
exchange reserves, a strong banking initiatives.
system, modest expansion of Dirham
fluctuation band … In this respect, green taxation
should be a new lever to improve the
b / Tax system competitiveness of our companies,
LThe first tax provisions concerning with the sole objective of encouraging
participative finance appeared in Mo- investment and creating new job oppor-
rocco in 2009. tunities.

However, despite the progress

109