Vous êtes sur la page 1sur 1

LE TRENTE-ET-UN DU MOIS D'AOÛT Chant de marin traditionnel Français

∀ 5
œ œ œι œ ι
G D

œ œ œ œ− œ œ œ œ− œ œ œ
% 7 œ œ œ œ−
1. Le trente - et - un du mois d'a - oût, le trente - et - un du mois d'a - oût, on vit ve

∀ ι ι œ−
G D G

% œ− œ œ œ œ− œ œ œ œ œ œ œ œ− œ œ œ œ œ œ
nir sous l'vent à nous, on vit ve nir sous l'vent à nous, u- ne fré - ga - te d'An - gle-


C G Em A7 D7 G D7 G

% ι œ œ œ œ œ œ œ− œ œ œ œ− œ œ œ œ− œ œ œ
œ− œ œ
ter - re qui fen - dait la mer et les flots, c'é- tait pour at - ta-quer Bor - deaux. Bu - vons un

∀ ι ι ι
D G

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ ι
% œ− œ− œ œ œ œ− œ œ œ
coup, bu - vons - en deux, à la san - té des a - mou - reux, à la san - té du roi de


C G D G Am G/D D7 G

% œ−
ι
œ œ œ œ œ œ œ œ œ− œ œ œ œ− œ œ œ œ−
Fran - ce. Et merde pour le roi d'An - gle - terre qui nous a dé - cla - ré la guerre !

2. Le capitaine du bâtiment 4. Le maître donne un coup d'sifflet


Fit appeler son lieutenant : Pour faire monter les deux bordées.
"Lieutenant, te sens-tu capable, Tout est paré pour l'abordage.
Dis-moi te sens-tu assez fort Hardi gabiers, fiers matelots,
Pour prendre l'anglais à son bord ?" Braves cannoniers, mousses petiots !

3. Le lieutenant, fier z-et hardi, 5. Vire lof pour lof en arrivant,


Lui répondit "Capitaine, z-oui". Je l'abordions par son avant,
Faites branlebas à l'équipage, À coup de haches et de grenades,
Je vais hisser not' pavillon De piques, de sabres, de mousquetons,
Qui rest'ra haut, nous le jurons. En trois cinq sec, je l'arrimions !

6. Que dira-t-on du grand rafiot,


A Brest, à Londres, à Bordeaux,
Qu'a laissé prendre son équipage
Par un corsaire de dix canons,
Lui qu'en avait trente-et-six bons !

Vous aimerez peut-être aussi