Vous êtes sur la page 1sur 3

Le francais dans le monde

Le français, langue mondiale


e
• 5 langue mondiale par le nombre de ses locuteurs, apres le mandarin,
l’anglais, l’espagnol et l’arabe, la langue française est la seule, avec
l’anglais, a etre presente sur les 5 continents. En 2018, sur 106 pays et
territoires, 300 millions (Statistiques par pays – extrait LFDM-2018) de
personnes sont capables de s’exprimer en français.

APPRENTISSAGE DU FRANÇAIS : ÉTAT DES LIEUX ET TENDANCES EN 2018

L’apprentissage d’une langue recouvre des realites differentes selon le statut


que lui reconnaît un territoire donne. Et celui-ci differe considerablement,
meme dans le cas des Etats et gouvernements membres, associes ou
observateurs de la Francophonie :
premiere langue parlee ou « maternelle » ;
langue principale de la scolarisation (comme dans de nombreux pays
d’Afrique subsaharienne) ou « langue seconde » ;
langue parmi d’autres langues, utilisee dans l’enseignement secondaire
ou superieur (comme en Afrique du Nord) ;
langue etrangere parmi d’autres, parfois proposee dans le cadre d’un
enseignement precoce ou bilingue.

UNE LANGUE DE PARTAGE ET D’ÉCHANGE

Qu’ils en soient conscients ou pas, les francophones disposent d’une « force de


frappe » et d’un avantage comparatif évident à partager une langue de
communication dont les études commencent à révéler l’intérêt
proprement économique, pour favoriser les échanges en général mais aussi
l’accès à certains marchés : de l’audiovisuel, de l’édition, des produits et
services culturels… Elle leur permet aussi de développer des réseaux et de
créer des espaces de concertation et d’échange à l’échelle internationale
comme le démontrent les Rencontres et les forums de la Francophonie
économique, le réseau des associations professionnelles francophones
(RAPF), l’Union des banques francophones (UBF) ou le Réseau francophone
de l’innovation (FINNOV).

L’espace dit « francophone » est en réalité marqué par la présence d’un très
grand nombre de langues et le français se trouve pratiquement toujours en
situation de coexistence avec d’autres idiomes nationaux et même, très
souvent, en position minoritaire, soit par le nombre de ses locuteurs, soit par
l’usage qui en est fait quotidiennement. À cet égard, les dynamiques démo-
linguistiques propres aux pays d’Afrique subsaharienne sont particulièrement
intéressantes à étudier (voir « Cohabitation des langues dans l’espace
francophone » – extrait LFDM-2014).
De ce fait, la Francophonie a, dès l’origine, reconnu et souhaité valoriser cette
diversité comme une richesse développant de nombreux programmes
favorables aux langues nationales désignées comme « partenaires » du
français et à leur expression culturelle. Ainsi, par exemple, du soutien aux
travaux consacrés à l’élaboration de bi-grammaires dans le cadre du
programme ELAN, des prix attribués aux ouvrages ou aux traductions de et
vers les langues nationales, des financements accordés aux industries et
créations éditoriales, musicales et audiovisuelles par les différents fonds et
appels à projets gérés par l’OIF
Cette diversité linguistique francophone s’applique à la langue française elle-
même, qui connaît ainsi des mutations, des variations, voire des hybridations
selon les territoires dans lesquels elle est présente (voir « Le français comme
on le parle »). Outre les particularités qui caractérisent les langues françaises
pratiquées dans les pays où elle est la langue première, comme en Fédération
Wallonie-Bruxelles, en France, au Québec ou en Suisse romande, le français se
modifie et évolue au grès des usages et au contact des autres langues de ses
locuteurs, comme au Maghreb, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et
dans l’Océan indien, dans la Caraïbe et le Pacifique… On parle par exemple du
nouchi (Côte d’Ivoire), du franbanais (Liban), du camfranglais (Cameroun), du
Toli bangando (Gabon)…
Enfin, par-delà son espace, la Francophonie perçoit la présence et la vitalité
des autres langues de communication internationale comme un facteur
favorable et nécessaire à la diversité linguistique.