Vous êtes sur la page 1sur 4

ASPECTS ECHOGRAPHIQUES

DES MASSES DU TUBE DIGESTIF


A propos de 30 observations
K. N'DAKENA*, M. BRAUNER**, M. HASSAN**

RESUME Hassan, de préciser la sémiologie échographique des


masses du tube digestif.
A partir de 30 observations nous tentons de présenter
l'imagerie échographique des masses du tube digestif. II - MATERIEL ET METHODES
L'aspect en cocarde centrée ou excentrée apparaît
comme l'image caractéristique d'une anomalie du Les 30 observations ont été colligiées sur une période de
tube digestif. Cette image n'est pas spécifique. Le 4 ans : de juin 1980 à juin 1984. Nous dénombrons
principal piège diagnostic est le fécalome. 20 hommes pour 10 femmes et leurs âges s'échelonnent
Le diagnostic de nature de cette masse reste l'apanage entre 8 mois et 95 ans.
des techniques conventionnelles que sont l'opacifi- Le motif de consultation de ces patients est de :
cation barytée et/ou la fibroscopie du tube digestif. - soit des douleurs abdominales plus ou moins locali-
Mots-clés : Echotomographie abdominale, masse, tube sées avec ou sans signe d'accompagnement digestif
digestif, image en cible ou en cocarde, fécalome, (diarrhée - constipation ou vomissement) 12 malades
opacification digestive, fibroscopie. sur 30.
- soit la palpation d'une masse abdominale : 13 malades
SUMMARY sur 30.
- soit une altération de l'état général : 8 malades sur 30.
The authors re p o rt the ultrasonic features of the Ces motifs sont associés chez certains malades.
bowell loop masses. The "bull eye" or "target" pat- L'examen échographique est le plus souvent de première
tern is described as a specific sign of gastro intestinal intention du fait de son innocuité et de sa répétitivité dans
tract abnormality. There is no correlation between le temps et surtout de son coût de revient modeste.
sonographic feature and the anatomical lesion. Signalons que la seule préparation demandée au malade est
Baryum contrast and endoscopy are necessary in the le jeûne absolu de 6 à 8 heures, aucune autre préparation
steps towards the diagnosis of the anatomical lesion. spéciale n'étant imposée (5-28). Dans certains cas,
l'examen échographique est réalisé immédiatement après
une opacification sans que le résultat échographique soit
I - INTRODUCTION perturbé (6-18).
Dans tous les cas, cet examen échographique est confronté
L'échotomographie (ETG) est utilisée comme moyen avec l'opacification (25 malades) ou la fibroscopie (14 ma-
diagnostic en pathologie abdominale depuis une dizaine lades) du tube digestif et la chirurgie (24 malades).
d'années. Certains malades ont eu droit à l'association de ces vérifi-
Si cette méthode connaît une importance primordiale en cations.
pathologie hépatobiliaire, le tube digestif, du fait de son
contenu aérique et sa configuration tubulaire creuse, III - RESULTATS
bénéficie très modestement de cette nouvelle technique.
C'est dans le souci de définir la place diagnostique de Analyse sémiologique
l'ETG dans la pathologie tumorale du tube digestif intra
abdominal que nous tentons à partir de 30 observations Le tableau 4 représente les différentes images échogra-
colligiées dans le service de Radiologie du Prof. Max phiques que nous avons observées.
* Assistant Chef de Clinique, Service de radiologie, BP 8309 CHU Lomé.
** Service de Radiologie, Hôpital Jean Verdier - Bondy 93140 France.

Médecine d'Afrique Noire : 1990, 37 (6)


317 K. N'DAKENA, M. BRAUNER, M. HASSAN

TABLEAU 4 plage hypoéchogène est faite de petits échos fins. Les


Sémiologie échographique contours sont globalement réguliers, et la taille varie entre
2 et 5 cm. Parfois, cette structure hypoéchogène est
Aspect échographique Nombre N = 30 Effet de masse attenante à une structure digestive typique, ce qui fait
évoquer une adénopathie (observation n°14). L'opacifi-
Cocarde centrée 4 -
cation barytée et/ou la fibroscopie ont permis de rattacher
Cocarde excentrée 18 8
cette image à une lésion pariétale du tube digestif. Nous
Aspect globalement 3 2
l'observons chez 3 de nos malades.
hypo-échogène
Aspect globalement 3 2
d) L'aspect globalement hétérogène. Il s'agit de masses
hétérogène
volumineuses (10 à 15 cm) organisées en plages hypo-
Aspect feuilleté 2 -
échogènes contenant des échos grossiers correspondant à
Les principaux aspects échographiques observés sont : de l'air. A l'examen en temps réel, on peut distinguer le
mouvement Brownien qui permet à lui seul de rattacher
a) L'image en cocarde centrée dite en cible. Elle est cette image à une anomalie du tube digestif, que
caractérisée par une zone centrale échogène plus ou moins l'opacification barytée confirme. Nous avons observé cette
régulière entourée d'un manchon périphérique hypo- image chez 3 de nos malades.
échogène. Le manchon périphérique représente la paroi du
tube digestif et le centre échogène, la lumière accolée ou e) L'image d'aspect feuilleté. Elle est caractérisée par un
contenant de l'air (1, 7, 9, 10, 14, 31). centre échogène irrégulier fait de plusieurs anneaux
L'épaisseur normale de la paroi du tube digestif est de concentriques. Sa taille est souvent petite (2 à 3 cm) et les
l'ordre de 5 mm. Cette épaisseur varie de 2 à 3 mm selon limites nettes. Elle représenterait le boudin dans
que le segment du tube considéré est vide ou non (12). La l'invagination intestinale et serait constituée par l'accole-
minceur et la régularité de cette couronne périphérique sont ment des interfaces de la lumière et de la paroi intestinale
des arguments pour affirmer l'aspect normal de la structure au niveau de la tête du boudin d'invagination (1, 2, 25).
digestive étudiée (17). Dans nos observations, nous Cette image est observée chez 2 de nos malades.
considérons comme pathologique une épaisseur de la paroi
supérieure ou égale à 1 cm comme le préconise E. BLUTH f) L'effet de masse sur la paroi abdominale. Comme
(2). L'image en cible est observée chez 4 de nos malades. processus occupant de l'espace, les masses du tube digestif
L'épaisseur de la paroi varie entre 1 et 1,5. s'accompagnent volontiers d'un effet de masse. Cet effet est
bien visualisé en échographie sur les structures
b) L'image en cocarde excentrée, encore dite en "oeil de superficielles que sont l'estomac, le caecum, le colon
boeuf". Elle est caractérisée par l'excentration de l'écho ascendant et transverse. Cet effet de masse se caractérise
central par rapport à la couronne périphérique épaissie. Elle par une voussure de la paroi abdominale en regard de la
réalise une véritable caricature du rein. Il est même masse (épigastre et fosse iliaque). Ce signe est observé
conseillé de rechercher les deux reins avant d'évoquer une chez 12 de nos malades.
masse digestive (10). En général, les structures du
parenchyme et du sinus rénaux sont identifiables et IV - COMMENTAIRES
permettent de reconnaître un rein normal d'une masse
digestive. Les images en cocarde excentrée sont observées 1) Le diagnostic positif
sur des masses volumineuses dont la taille varie entre 5 cm Dans la littérature, deux aspects d'imagerie échographique
et 10 cm, avec une épaisseur minimum de 1,5 cm. L'écho sont rapportés par plusieurs auteurs comme traduisant une
central excentré est épais et irrégulier. Cette image est lésion du tube digestif. Ce sont :
observée chez 18 de nos malades.
a) L'image en cocarde
c) L'aspect globalement hypoéchogène, c'est l'image d'une Cette image traduit l'infiltration de la paroi intestinale par
masse solide avec ou sans renforcement postérieur, dont la des cellules anormales du liquide anormal ou du matériel

Médecine d'Afrique Noire : 1990, 37 (6)


ASPECTS ECHOGRAPHIQUES DES MASSES DU TUBE DIGESTIF 318

de surcharge. Quelque soit le processus lésionnel, l'image - L'image en cocarde avant d'être rattachée à une masse
en cocarde est univoque. Cependant des tentatives ont été tumorale du tube digestif devra être différenciée d'une
faites pour essayer de distinguer les lésions bénignes simple fécalome, ou parfois d'un spasme colique (10).
(inflammatoires) par l'aspect centré de la cocarde (4). La variation de forme voire la disparition de ces
masses lors de l'examen permettront de trancher.
Dans notre série, nous observons 22 images en cocarde - L'image hétérogène se différenciera d'un textilome
dont 4 centrées et 18 excentrées. Sur les 4 images en (15). Le contexte clinique permettant de trancher.
cocarde centrées, 2 se rapportent à des invaginations - L'image hypo-échogène se différenciera des autres
intestinales, 1 à une fibromyolimotose pelvienne et 1 à un masses solides de l'abdomen, surtout les adénopathies
adénocarcinome colique. lymphomateuses (13) dont la confluence peut parfois
simuler une image en cocarde.
Parmi les 18 images en cocarde excentrées la lésion
anatomique est une masse ulcéro végétale chez 15 mala- 4) Intérêt de l'échographie dans l'exploration des
des, les 3 autres étant des lésions infiltrantes. Certaines masses du tube digestif
séries Américaines (2) trouvent une corrélation anatomique Il apparaît comme modeste dans le diagnostic de nature
à 74 % alors que dans notre série celle-ci est de 54 %. d'une masse du tube digestif. Son véritable intérêt, c'est
devant une masse abdominale, étant la première inves-
b) L'image globalement hétérogène tigation complémentaire après l'examen clinique, d'orienter
Son rapport avec le tube digestif est très discutable si on ne les explorations vers le tube digestif, devant une image en
met pas en évidence, en son sein, le signe du mouvement cocarde, ce qui réduit énormément le facteur d'errement
Brownien par un examen en temps réel. Cet aspect est diagnostic. L'ETG étudie mieux les parois du tube digestif,
décrit dans le leiomyosarcome de l'estomac (19-29). ce que ne font pas l'opacification barytée et l'endoscopie.
Dans notre série, il s'agit de 3 lésions infiltrantes dont une Son autre intérêt, et il apparaît fondamental, c'est devant
linite gastrique, 1 pseudotumeur inflammatoire et 1 lym- une pathologie tumorale maligne, de faire le bilan
phome gastrique. d'extension locorégionale et à distance, en étudiant le foie
A ces 2 aspects échographiques décrits, nous ajouterons un et en recherchant les adénopathies métastatiques. Dans
troisième qui est beaucoup plus rare. cette exploration, elle serait aussi performante que la
C'est l'aspect feuilleté considéré comme pathognomonique Tomodensitométrie dans les néoplasmes de l'estomac (9,
de l'invagination intestinale (1-24-25). 16, 21).
Dans notre série les 2 images se rapportent à 2 invagi-
nations confirmées par l'opacification barytée. V - CONCLUSION

2) Le diagnostic topographique En pratique, devant une masse abdominale, devant des


En se basant sur les quadrants anatomiques de l'abdomen, symptômes cliniques vagues (altération de l'état général),
on peut approcher les localisations topographiques d'une l'échotomographie du fait de son innocuité et de sa facilité
anse digestive surtout si elle est colique. Mais le grêle ne se d'utilisation, est la première investigation complémentaire
prête pas à cette notion anatomique. entreprise.
Sur 11 lésions localisées à la région épigastrique, 6 sont Elle permet à cette occasion en découvrant une image en
gastriques, 3 siégeant sur le colon transverse et 2 sur le cocarde, d'orienter vers le tube digestif, le diagnostic de
grêle. De même les masses de la fosse iliaque et de l'hypo- nature étant fait par l'opacification barytée ou la fibros-
chondre droits sont facilement retrouvées. Par contre à copie.
gauche sa localisation est rare, mais du fait il s'agit d'une
méconnaissance par l'ETG de celles-ci, en raison des diffi- Au cours du même examen, un bilan d'extension loco-
cultés d'exploration de cette région. régionale, s'il s'agit d'une pathologie maligne, peut être fait
par l'étude du foie et des ganglions. L'amélioration de
3) Le diagnostic différentiel l'appareillage avec l'échoendoscopie (25) permettra peut-
Il se fera en fonction de l'image. être le diagnostic de nature lésionnel. Tel est notre souhait.

Médecine d'Afrique Noire : 1990, 37 (6)


319 K. N'DAKENA, M. BRAUNER, M. HASSAN

BIBLIOGRAPHIE

1 - AVNI E.F., BROMBART J.C., MENDES DA COSTAS Ultrasonography and computed tomography of gastric wall lesions.
L'examen échographique dans les occlusions intestinales à propos de 8 Radiology, oct. 1981, 141, (1), 147-155.
cas. J. Radiol. Juin-Juillet 1982, 63, (6/7), 409/413. 17 - HSUCHONG Y., RABINOWITZ J.G.
2 - BLUTH E.I., MERRITT C.R., SULLIVAN M.A. Ultrasonography of gastro intestinal tract. Seminars in ultrasound vol III,
Ultrasonic evaluation of the stomack, smallbowell and colon. Radiology, Déc. 1982, (4), 331.
Déc. 1979, 133, (3), 677-680. 18 - JASINSKI R., JONATHAN M.R. and all.
3 - BRET P.M. Ultrasound examination of the colon. J. Clin. ultrasound, April 1981, 9,
L'échographie abdominale doit-elle devenir un examen de dépistage 206-208.
systématique. Jemu. 1982, 3, (5), 231. 19 - KAFTORI J.K., MENUCHA and all
4 - CARLISLE L., MORGAN, WILLIAMS TROUGT and all Sonographic features of gastro intestinal leiomyosarcoma. J. Clin.
Ultrasound patterns of disorders affecting the gastro intestinal tract. Ultrasound, Janv. 1981, 9, 11-15.
Radiology, April 1980, 135, 129-135. 20 - KAUDE J.V., MAC DONALD J.D., and all
5 - DECORNET E., DECORNET A.M. Intussusception after jejuno ileal bypass as diagnosed by ultrasound. Gastr.
Intérêt de la prémédication antimétéorologique en échographie Int. Radiol 1981, 6, 135-140.
abdominale. Gaz. Med. France, 28 janv., 1983, 90. 21 - KOMALKO M.S.
6 - DENNIS A., SARTI and LAZERE A. Gastric neoplasm ultrasound and CT evaluation. Gastro Int Radiol. 1979,
Reexamination of deleterious effects of gastrointestinal contrast material 4, 131-138.
on abdominal echography. Radiology, janv. 1979, 126, 231-232. 22 - KREMER H., GROBNER W.
7 - DENNIS SARTI A., ZABLEN A. Sonographic of polypoïd gastric lesion by full filled stomach methods. J.
The ultrasonic finding in intussusception of blind loop in jejuno ileal Clinic. Ultrasound, Feb. 1981, 9, 51-54.
bypass for obesity. J. Clin. Ultra sound, 1979, 7, 50-52. 23 - LUIGI O. BIGGIOE, DERCHI L.E. and all
8 - DERCHI L.E., BIGGIO E. et all Ultrasonic anatomy of the full filled duodenum. J. clin. Ultrasound, June
Ultrasonographic appearances of gastric cancer. Brit. J. Radiol., Juin 1983, 1981, 9, 245-248.
56, (666), 365-370. 24 - MONTAL G., GROCE F. and all.
9 - DERCHI L.E., BIGGIO E. and all Intussesception of the bowell ; a new sonography pattern. Brit. J. Radiol.
Sonographic staging of gastric cancer. Amer. J. Roentgenol., Feb. 1983, Sept. 1983, 56, (669), 621-623.
140, (2), 273-276. 25 - ROUSSY M., MICHAUX F., LEMATRE G.
10 - FAKHIRY J.R., BERK R.N. Aspects échographiques de l'invagination intestinale. J. Radiol. 1982, 63,
The "target pattern" : characteristic sonographic feature of stomach and (12), 703-705.
bowel abnormalities. Amer. J. Roentgenol. Nov. 1981, 137, (5), 969-972. 26 - RIBET A., ESCOURROU J.
11 - FLEISHER A.C., MUHLETALER C.A., JAMES A.E. Justification de l'échoendoscopie. Jemu 1982, 3, (6), 243-244.
Detection of bowel lesions during abdominal and pelvie sonography. J. 27 - SCHWECK W., BRAUN B. and all
Amer. Med. Asse., 7 nov. 1980, 244, (18), 2096-2099. Real time ultra sound examination in the diagnosis of gastro intestinal
12 - FLEISHER A.C., MUHLE TALER C.A., JAMES A.E. tumors. J. Clin. Ultrasound, Déc. 1979, 7, 425-431.
Sonographic assessiment of bowell wall. Amer. J. Roentgendl., May 1981, 28 - SHERER A., MENU Y.
136, 887-891. La préparation au lavement baryté est-elle une bonne préparation pour
13 - HAMDOUCH M., SBIHI A.H. et coll. l'échographie ? J. Radiol. 1983, 64, (819), 509-510.
Apport de la pansonographie abdominale dans les lymphoses non 29 - STEPHEN I.S., RITTEMBERG G. and all.
Hodgkiniens du grèle de l'enfant. J. Radiol., Nov. 1982, 63, (11), 647-651. Pedunculated gastric leiomyoma, a wondering abdominal mass
14 - HONORE H., ESCURE M.N. demonstrated by ultra sound. J. Clin Ultrasound 1979, 7, 211-212.
Pathologie du tube digestif. Echographie clinique, Lab. R. et Carrere, Dec. 30 - SWANEPODEL L. and all. : Sonography of the gastrointestinal tract.
1981, 151-159. J. Belge Radiol. 1981, 64, (1), 89-97.
15 - HONORE H., MANSAINGEON V., ESCURE M.N. 31 - WEILL F., ZEITNER F. et coll.
Apport de l'échographie au diagnostic des tumeurs digestives. Jemu, 1981, Les images gastriques et intestinales en ultrasonographie abdominale ; le
2, (3), 137-143. signe du mouvement brownien. J. Radiol. Electro. Oct 1979, 60 (10), 579-
16 - HSUCHONG Y., RABINOWITZ J.G. 590.

Médecine d'Afrique Noire : 1990, 37 (6)