Vous êtes sur la page 1sur 24

CHAPITRE 6

Les approches humanistes

J. Denis
Introduction
•  Erasme, Montaigne ou Leonard de Vinci
•  Humain = valeur suprême de toute chose

•  Approches humanistes
•  Humain = Être libre
•  Humain = Conscient de ses choix
•  Humain = Possède des compétences
•  Humain = Fondamentalement bon (e.a. peut avoir de bonnes relations)

La thérapie s'appuie sur l'expérience consciente du client

Intérêt pour les ressources internes positives actuelles et conscientes de l’individu


Historique et fondements

•  Débat autour de la notion de « compétence »

•  Lien avec notion de « pulsion de vie » (Freud)


•  Pulsion : force brute parfois violente; lent travail de socialisation ;
énergie qui ne demande qu’à se libérer
•  Le Moi n’émerge qu’au terme d’une confrontation avec la réalité.

•  Lien avec concept de «Moi autonome» ( Hartman)


•  Présence d’un moi archaïque (et sain) dès la naissance

•  Le Moi = peau qui à la fois enveloppe le psychisme, le protège


des agressions de l’extérieur et trouve des compromis entre la
réalité́ et les pulsions inconscientes.
Compétence (selon Larousse)
•  Aptitude d'une autorité́ à effectuer certains actes.

•  Aptitude d'une juridiction à instruire et à juger une affaire.

•  Capacité́ reconnue en telle ou telle matière en raison de


connaissances possédées et qui donne le droit d'en
juger : avoir des compétences en physique.
En psychologie, la compétence:
•  Aptitudes très concrètes – que l’on peut nommer «
instrumentales ». Dans cette approche, la compétence
d’un individu est comparable à un répertoire d’aptitudes à
la fois dénombrables et mesurables.

•  Idée d’autoguérison. Dans cette perspective, le concept


de compétence s’appuie sur l’idée que l’être humain
possède en lui les ressources et les capacités pour se
développer et, lorsque cela est nécessaire, pour faire face
à l’adversité ou à la maladie.
Carl Rogers (1902-1987)
Thérapie centrée sur le client
•  Regard positif inconditionnel
•  Congruence
•  Empathie
Regard positif inconditionnel

•  L’intervenant ne critique pas, ne juge pas et accepte le


client tel qu'il est (celui-ci ne doit pas se sentir rejeté́)

•  Neutralité́ bienveillante: respecte les valeurs morales, sociales,


religieuses ou philosophiques du client.
•  Attitude de respect de l'autre et de confiance vis-à-vis des
ressources du client.

Rogers estime que celui qui se sent


compris et accepté peut épanouir sa personnalité
Congruence
•  Accord entre ce que l'on est réellement et ce que l'on
manifeste.
•  Ex: réagir de façon professionnelle ET en tant qu’humain
•  Être authentique: càd que l’expérience de Soi que l’on donne à vivre aux
autres correspond effectivement à ce que l’on est (le Soi) réellement. => On
ne « joue » pas. Être comme on est !

•  Objectifs: permettre au client de s'exprimer sans résistance.


Intervention centrée sur le client.

•  Comment: transformer la séance en un atelier d’expression où


le client se confie sur ses états émotionnels, ses valeurs,… et
où l’intervenant peut partager des morceaux de son expérience
pour faire avancer la thérapie.
•  Attention à ne pas tomber dans la confession ! Juste milieu et intérêt
de la thérapie avant tout !!
Empathie
•  une attitude envers autrui caractérisée par un effort
objectif et rationnel de compréhension intellectuelle des
ressentis de l'autre.

•  Comprendre ce que l’autre traverse


•  Notion de neurones miroirs
•  Théorie de l’esprit

•  contagion émotionnelle dans laquelle une personne


éprouve le même état affectif qu'une autre sans conserver
la distance qu'on observe dans l'empathie.

•  Sympathie: dimension affective


Concept clef: Non-directivité
•  Principe général : ne pas chercher à prendre le contrôle
de l'autre.

•  La non-directivité consiste à laisser parler le sujet avec


attention et bienveillance.

•  L’intervenant évite d'interrompre le patient en s'abstenant


de toute interprétation.

•  Permet la compréhension empathique


Techniques

•  Regard de Rogers: l’être humain est consideré comme


un être libre et conscient de ses choix => la thérapie
consiste à l’aider à accroître cette conscience via un
travail d’instrospection sans être directif.

•  Reformulation : le thérapeute peut reprendre le matériel


formulé par le patient en le reformulant aussi fidèlement
que possible sans aucune tentative d’interprétation.
rôle du thérapeute est double
•  accompagnateur dans le travail qui consiste à
explorer et examiner les expériences et les
compétences du client.

•  facilitateur dans l’amplification et l’actualisation des


compétences.
Existentialisme et ses exigences
•  Importance d’être conscient de Soi et de pouvoir choisir

•  L’être est animé d’un processus évolutif constant

•  Capacité à transcender son Soi et le monde physique


Réactions face à la société US
•  Le matérialisme
•  La compétition
•  L’individualisme
Concept clef

•  Auto-actualisation : l’homme possède en lui-même les


ressources de sa propre croissance

•  conditions de base :
•  Organiques
•  Psychologiques
•  Sociales
•  Spirituelles
Normal & Pathologique
•  1° Toute personne possède la capacité d’auto-actualiser ses
potentialités

•  2° Il est fondamental d’être ouvert à toutes nos expériences

•  Actuelle : l’essentiel se joue dans l’ici et maintenant


•  Subjective: ce n’est pas ce que fait l’individu objectivement, mais ce qu’il
•  pense ou ressent au cours de l’action qui importe.
•  Unique: on peut exécuter plusieurs fois le même geste, l’expérience qui
en découle ne sera jamais vécue de la même manière.
•  Inobservable: impossibilité de décrire le vécu de quelqu’un de l’extérieur.
•  Mentale: ne peut être réduite à des comportements ou à un réseau de
neurones.
•  N’est accessible qu’à l’individu qui fait l’expérience : il a un accès
privilégié au contenu de sa conscience. Lui seul peut nous dire ce qui se
passe et tout ce qu’il nous dira est authentique.
•  Accès direct: directement accessible grâce à sa conscience.
Normal & Pathologique
•  3° Toute personne a, de façon innée, la capacité et la
sagesse nécessaires pour faire la différence entre les
expériences qui permettent de s’actualiser et celles
qui ne le permettent pas
•  système d’évaluation interne

•  4° Nous avons besoin de personnes de référence


pour nous aider à mener pleinement nos
expériences
•  Expérience : médiatisée par des personnes de
référence
Normal & Pathologique
•  5° Chacun développe une représentation de Soi au
travers d’interactions complexes avec notre propre
corps et avec d’autres personnes

•  Quand cela devient pathogène:

•  6° Il peut arriver que l’on sacrifie notre ouverture à


l’expérience afin de gagner l’amour des autres
(aliénation)

•  7° Un fossé peut se creuser entre la représentation du


Soi et l’expérience (incongruence)
Normal & Pathologique
•  8° Lorsque ce fossé devient trop important, l’angoisse
ou des comportements désorganisés apparaissent

•  Ce qu’il faudrait:

•  9° Lorsque les autres acceptent notre « réalité » au


lieu de nous imposer la leur, nous arrivons plus
facilement à accepter notre « réalité »
Abraham Maslow (1908 - 1970 )
•  Fondateur de l’approche humaniste

•  Développement de la personnalité est lié à la satisfaction


des besoins :

•  Les besoins physiologiques, liés à la survie (faim, soif, sommeil


sexualité, ...) proche de la vie animale
•  Le besoin de sécurité physique : protection contre les différents
dangers, besoin de conservation
•  Le besoin d’appartenance ou besoins sociaux : dimension sociale
de l’individu (famille, travail, association, ...).
•  Le besoin d'estime être reconnu par les autres en tant qu’individu
•  La réalisation de soi est l'affirmation de soi et sa singularité
Caractère transversal de l’approche humaniste

•  Bowlby (théories de l’attachement) : remise en cause du


concept pulsionnel au profit du besoin d’attachement

•  Erickson : l’inconscient est comparable à un vaste


réservoir de ressources que le patient n’a pas encore
suffisamment exploitées.

•  Théorie des systèmes :la famille = ensemble d’individus


en interaction, orientée vers une série de finalités. Des
propriétés nouvelles, inconnues au niveau des individus,
émergent du fait des interactions entre ceux-ci (propriété
émergente).
Psychologie positive
•  Fraser et Labbé (1993) et leurs postulats:

•  « Pour aider les personnes à avoir un style de vie significatif et


enrichissant, il faut croire qu’elles peuvent jouer un rôle plus actif et
faire leurs propres choix ».

•  « Pour établir avec elles des rapports respectueux et chaleureux,


des rapports d’interdépendance, il faut les considérer comme des
personnes qui ont de la valeur et qui peuvent nous influencer ».

•  « Pour respecter les droits des personnes et favoriser l’exercice de


ces droits, il faut les reconnaître comme des individus à part
entière, quel que soit leur niveau de déficience ».
Psychologie positive
•  Fredericks (1988) s’est intéressé aux enfants présentant des
troubles du comportement. Il a observé qu’en augmentant de
25% à 75% le nombre d’interactions positives avec l’enfant, les
problèmes s’estompaient de façon naturelle.

•  Concept de salutogenèse (Antonovsky) : sentiment de


cohérence = facteur de protection

•  Comprehensibility: le fait que la situation peut être ordonnée de manière


compréhensible.
•  Manageability : la conviction qu’a le sujet de garder un certain contrôle sur la
situation. Ce qui implique la perception de disposer des capacités et des
ressources appropriées pour y faire face.
•  Meaning : La perception que la vie en général, et la situation en particulier,
conserve un sens.
Cibles de la Psychologie positive
•  Qualité de vie = Woodill & al. (2000) : « La QDV est le degré
de satisfaction que la personne ressent quant aux possibilités
importantes de sa vie ».

•  Goode & Hogg (2000) proposent trois concepts de base


permettant de cerner le concept de qualité de vie :
•  le sentiment général de bien-être,
•  l’occasion d’atteindre les limites de son potentiel
•  un sentiment de participation sociale positive.

•  concept de résilience (travaux de Rutter)


•  capacité de l'individu à faire face à un stress intense, il intègre
également la possibilité de fonctionnement de progrès (Mangham,
1995). Cyrulnik (1999, 2000) va plus loin en évoquant la possibilité
d’un néo-développement après une «agonie psychique».