Vous êtes sur la page 1sur 43

Faculté

 de  Psychologie    
et  des  Sciences  de  l’Educa6on  
1  
Méthodologie  de  l’expérimenta3on  
Phases  de  l’expérimenta6on  
Hypothèses  
Elabora6on  du  plan  expérimental  
Définir  les  variables  
Sélec6onner  les  sujets  
Cons6tuer  les  groupes  

Kathy Huet
Université de Mons
Les  phases  de  l'expérimenta3on  
 

«  l’expérience  n’est  qu’une  


observa5on  provoquée  »  
 
Claude  Bernard

Université de Mons K.  Huet   2  


Augmenter

le savoir

Problème/Question

Communiquer

La méthode Rassembler des informations

les résultats
expérimentale

Revenir sur l’hypothèse

Dresser
Construire une hypothèse

les conclusions

Rassembler et analyser les données


Expérimenter

Université de Mons K.  Huet   3  
Les phases de l’expérimentation
Constats Observation Prise d’information
fortuits systématisée Auprès des autres scientifiques
Modes de diffusion

Énonciation d’une hypothèse


qualités

Structures connues
Élaboration d’un
schéma – dispositif –dessein Biais possibles
expérimental

Recueil des mesures


Passage à l’acte expérimental
Retour sur les
hypothèses
Analyse des résultats statistiques

Prolongements
expérimentaux
Discussion-conclusion Accroissement du savoir

Nouvelles hypothèses
Université de Mons K.  Huet   4  
La  méthode  expérimentale  
QUOI  ?  
=  créer  une  situa6on  par6culière    
 

POURQUOI  ?  
pour  tester  une  hypothèse  causale  concernant  la  
mesure  d’un  phénomène  précis  =  Variable  
Dépendante  
 

COMMENT  ?  
en  manipulant  (faisant  varier)  un  ou  plusieurs  facteurs  
=  Variable(s)  Indépendante(s)  

Université de Mons K.  Huet   5  


Les grandes questions :
u Comment se diffuse l’information scientifique? Comment
peut-on y accéder ?

u Qu’est-ce qu’une hypothèse ? Quelles qualités doit-on


attendre des hypothèses expérimentales ?

u Comment construire une expérience / un plan


expérimental ?

u Quels sont les types de plans expérimentaux les plus


fréquents ?

u Quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer dans


les expérimentations? Comment y remédier ?
Université de Mons K.  Huet   6  
Les  hypothèses  
   et  leurs  caractéris6ques  

Université de Mons K.  Huet   7  


Hypothèse  :  défini3on  
«  rela6on  supposée  entre  des  faits  »  

La projection au sol, depuis


le clocher du beffroi de
Mons, d’un grand nombre
de sardines vivantes Si le sujet doit apprendre et
provoquera de nouvelles rappeler des objets de souvenir
inscriptions en logopédie à ressemblant à des objets de
la FPSE de l’UMONS souvenir précédemment appris,
alors, la restitution des objets de
souvenir acquis en premier lieu
sera inhibée

Université de Mons K.  Huet   8  


Hypothèse  «  générale  »  :  
défini3on  
«    Il  s’agit  d’une  représenta6on  abstraite  
explica6ve  et/ou  prédic6ve  de  l’existence  
d’une  rela6on  entre  deux  faits  ou  deux  
ensembles  de  faits.    
Dans  le  cadre  de  la  méthode  expérimentale,  les  
premiers  faits  font  référence  à  la  cause  et  les  
seconds  aux  conséquences  »  

On parle aussi d’hypothèse « théorique »

Université de Mons K.  Huet   9  


L’origine  des  hypothèses  …  
2  types  différents  de  raisonnement  permedent  l’énoncia6on  
d’hypothèses  :    
 

1.  Le  raisonnement  par  induc3on  =  processus  qui  permet    


de  formuler  des  hypothèses  générales  à  par6r  de  faits    
par6culiers.     Faits  
  par6culiers   Hypothèse  
Ex  :  B.F.  Skinner  (1904-­‐1990)  

2.  Le  raisonnement  par  déduc3on  consiste  à  par6r  d’une    


théorie,  donc  de  principes  généraux,  à  formuler  des    
prédic6ons  concernant  des  cas  concrets,  plus  spécifiques.    
Ex  :  Walster  &  Berscheid,  1978  

  Théorie,  principes  
généraux   Hypothèse  

Université de Mons K.  Huet   10  


Lois  et  théories   Lois  et  théories  
Principes  généraux   Principes  généraux  
Raisonnement
Démarche  
Induc6ve  

Démarche  
Déduc6ve  
Hypothèse   Hypothèse  

Empirisme

Observa6ons    
Prédic6ons  et  explica6ons  
de  faits  réels,  cas  spécifique    
René  Descartes  (1596-­‐1650)

Université de Mons K.  Huet   11  


Lois  et  théories   Lois  et  théories  
Général  
Principes   généraux   Général  
Principes   généraux  
Raisonnement
Démarche  
Induc6ve  

Démarche  
Déduc6ve  
Hypothèse   Hypothèse  

Empirisme

Observa6ons    
Spécifique   Spécifique  
Prédic6ons  et  explica6ons  
de  faits  réels,  cas  spécifique    
René  Descartes  (1596-­‐1650)

Université de Mons K.  Huet   12  


La  démarche  hypothé6co-­‐déduc6ve  :  
=  démarche  classique  de  la  science  moderne  
 les  théories  conduisent  à  des  hypothèses  qui  
sont  confirmées  par  approxima6ons  
successives,  à  par6r  à  la  fois  d’un  
raisonnement  déduc6f  et  induc6f  
 
à  on  construit  une  hypothèse  afin  de  la  medre  
à  l’épreuve  des  faits  

… découle de la méthode expérimentale


Université de Mons K.  Huet   13  
Ne  pas  confondre  :  
•  Hypothèse  théorique  :  rela6on  de  type  abstrait  
entre  deux  classes  de  faits.    
«  la  caféine  est  un  excitant  »  
•  Hypothèse  expérimentale  :  traduc6on  de  
l'hypothèse  théorique  dans  un  cas  concret  précis.    
«  L’ingurgita>on,  chez  les  personnes  de  plus  de  60  ans,  d’une  tasse  de  café  
moins  de  30  minutes  avant  le  coucher,  provoquera  un  retard  de  
l’endormissement  d’au  moins  1h.  »  

•  Hypothèse  sta6s6que  :  traduc6on  de  l’hypothèse  


opéra6onnelle  en  termes  numériques.    
«  Il  y  a  plus  de  95%  de  chances  que  les  personnes  âgées  de  plus  de  60  ans  qui  
boivent  une  tasse  de  café  moins  de  30  minutes  avant  le  coucher  
rapportent  un  retard  de  l’endormissement  d’au  moins  1h.  »  

Université de Mons K.  Huet   14  


Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
•  Opéra6onnalité    =  vertu  cardinale  
•  Vérifiabilité  (matérielle  /  personnelle)  

•  Vraisemblance  

•  Cohérence  externe  

•  Produc6vité  épistémique  
•  Admissibilité  (Acceptabilité)  
Université de Mons K.  Huet   15  
Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
Opéra6onnalité    =  vertu  cardinale  
«  énoncée  en  termes  d’opéra>ons  décrites  de  manière  
suffisamment  claire  et  univoque  pour  que  la  vérifica>on  de  
l’hypothèse  soit  accessible  à  tout  un  chacun.  »  
•  Caractère  intersubjec6f  de  la  recherche  expérimentale  (Communauté  
Scien6fique)  
•  Accroissement  de  la  précision  de  la  communica6on  des  inten6ons  du  
chercheur  
•  renforcée  chaque  fois  que  le  chercheur  communique  une  décision  
qu’il  a  prise  dans  le  cadre  de  l’élabora6on  de  son  plan  d’ac6on.    
 ex  :  Définir  quelle  échelle  de  mesure,  quel  type  de  disposi6f  
expérimental,  quels  échan6llons  seront  u6lisés  dans  
l’expérimenta6on,    …  
Université de Mons K.  Huet   16  
Exemples
continuum d’opérationnalité

Opérationnalité - - - Opérationnalité + + +

Le café empêche de L’ingurgita>on,  chez  les  


Chez les personnes
dormir personnes  de  plus  de  60  ans,  
âgées,
l’ingurgitation de d’une  tasse  de  café  moins  de  30  
café avant minutes  avant  le  coucher,  
de dormir provoque provoquera  un  retard  de  
des l’endormissement  d’au  moins  
insomnies 1h.

Université de Mons K.  Huet   17  


Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
Vérifiabilité  (matérielle  /  personnelle)  
=  on  doit  pouvoir  la  confronter  aux  faits,  elle  doit  être  testable.  
remarque  :  l’opéra6onnalité  =  facteur  de  vérifiabilité  
 
Opéra6onnalité  à
 
X  vérifiabilité  :  
le  fait,  pour  le  chercheur,  d’élucider  ses  inten6ons  rend  plus  
aisément  testables  ses  supputa6ons.    
MAIS  :  certaines  hypothèses  parfaitement  opéra6onnalisées  
peuvent  s’avérer  invérifiables  pour  diverses  raisons  :  chaque  
fois  que  l’expérience  implique  des  moyens  ou  situa6ons  
concrètement  inaccessibles.    
 Ex  :  la  durée  nécessaire  à  l’épreuve  de  l’hypothèse.  
Université de Mons K.  Huet   18  
Vérifiabilité : Exemples

L’ingurgita>on,  chez  les  


La  culture  de  salades  sur  la  planète   personnes  de  plus  de  60  ans,  
Mars  nécessite  un  apport  journalier   d’une  tasse  de  café  moins  de  
en  eau  égal  à  celui  que  nécessite   30  minutes  avant  le  coucher,  
la  même  culture  sur  Terre.   provoquera  un  retard  de  
l’endormissement  d’au  moins  
1h.

Université de Mons K.  Huet   19  


Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
Vraisemblance  
le  chercheur  procède  à  un  examen  raisonné  de  l’hypothèse  qu’il  
propose,  en  sorte  de  ne  procéder  à  la  mise  à  l’épreuve  que  
dans  la  mesure  où  tout  le  porte  à  considérer  que  son  
hypothèse  semble  vraie.    
 
•  Méthodologiquement,  la  qualité  d’une  recherche  ne  dépend  
pas  de  son  issue.  Une  hypothèse  peut  être  confirmée  ou  
infirmée.  
Mais  :  que  penser  d’un  chercheur  dont  toutes  les  hypothèses  
seraient  démen6es  ?  
 
Université de Mons K.  Huet   20  
Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
Cohérence  externe  
-­‐  être  en  liaison  avec  l’ensemble  des  connaissances  disponibles    
-­‐  ne  suppose  pas  que  l'hypothèse  s’accorde  avec  des  recherches  
connues,  mais  simplement  qu’elles  s’ar6culent  sur  elles  :  
Bonne  cohérence  externe  même  si  le  chercheur  exprime  tout  le  
contraire  de  ce  que  d’autres  ont  montré.  
 

Ex  :    une  quan>té  de  stress  contrôlée  peut  accroître  la  vigilance  


des  sujets    
 

Université de Mons K.  Huet   21  


Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
Produc6vité  épistémique  
La  vérifica6on  (confirma6on  ou  infirma6on)  de  l’hypothèse  doit  
permedre  un  véritable  accroissement  des  connaissances  dans  
le  champ  exploité.  
 
Ex  :  les  passagers  de  vols  intercon>nentaux  tendraient  plutôt  à  
opter  pour  les  fauteuils  situés  au  voisinage  des  ailes  et  plus  
volon>ers  encore  pour  ceux  offrant  de  plus  grandes  dimensions  
bonne  opéra6onnalité,  vérifiable,  vraisemblable  mais  …    
à  Quelle  valeur  ajoutée  à  la  science  du  comportement  humain  ?  

Université de Mons K.  Huet   22  


Critères  d’acceptabilité  des  hypothèses  
expérimentales  
Admissibilité  (Acceptabilité)  
–  Légale  
•  si  la  loi  prohibe  certaines  ac6ons  qui  seraient  nécessaires  pour  sa  
vérifica6on  (par  exemple,  la  mise  en  danger  des  personnes)    
–  Déontologique  
•  confronté  aux  normes  du  code  de  déontologie  d’un  groupe  auquel  il  
appar6ent  (par  exemple,  le  code  de  déontologie  de  la  FBP)    
–  Morale  
•  le  chercheur  es6me  incompa6ble  avec  ses  valeurs  morales  
personnelles  la  mise  en  œuvre  de  certaines  ac6ons    
–  Ethique  
•  l’ins6tu6on  dont  relève  le  chercheur  prend  une  posi6on  de  principe  
par  rapport  aux  ac6ons  prévues  (exemple,  avis  néga6f  du  comité  
d’éthique)  
Université de Mons K.  Huet   23  
Elabora6on  du  plan  expérimental  
-­‐  Définir  les  variables  
-­‐  Sélec6onner  les  sujets  
-­‐  Cons6tuer  des  groupes  

Université de Mons K.  Huet   24  


1.  Définir  les  variables  
= dimensions d’une expérimentation
qui peuvent varier

Ges6on  des  variables  contrôlées  


–  Variable  dépendante  (VD)  
–  Variable  indépendante  (VI)  
•  À  varia6on  provoquée  
•  À  varia6on  invoquée  
–  Variable  parasite  
Une hypothèse expérimentale exprime une relation potentielle
entre deux types de variables : Effet d’une VI sur une VD

Université de Mons K.  Huet   25  


Expérimenter  …  
Une (ou plusieurs)
Variable(s) Indépendante(s) (VI)

 =    faire  varier          dans  l’espoir    


de  voir  apparaître      des  varia6ons  
 
  de la Variable Dépendante (VD)
 
 
Une hypothèse expérimentale exprime une relation potentielle
entre deux types de variables : Effet d’une VI sur une VD

Université de Mons K.  Huet   26  


Variable  indépendante  (VI)  
Manipulée  inten6onnellement  par  le  chercheur  pour  faire  
apparaître  des  phénomènes.  
Les   niveaux   d’une   VI   sont   les   différentes   valeurs   qu’elle  
peut  prendre.  Expérimenter  c’est  manipuler  au  moins  1  
VI  qui  comporte  au  moins  2  niveaux.  
Exemples  :  
•  Aspects  de  l’environnement  :  éclairage  fort  ou  tamisé,  
niveau  sonore  élevé  ou  bas,  …  
•  Aspects  d’une  tâche  :  la  difficulté  facile  ou  difficile,  méthode  
de  lecture  (globlale/analy>que)  ,  …  
•  Etats  du  sujet  :  très  anxieux/anxieux/peu  anxieux,  heureux/triste,…  

Université de Mons K.  Huet   27  


Variable  dépendante  (VD)  
Non  manipulée  directement  par  le  chercheur  
Elle  est  l’objet  d’observa6ons  
 

Ses  varia6ons  dépendent  de  la  manipula6on  de  


la   (des)   VI   et   donc   des   changements   de  
niveaux  de  la  VI  
 

è exprime  les  varia6ons  des  phénomènes  


 
ex  :  Résultats  (scores)  à  un  test  de  lectures  

Université de Mons K.  Huet   28  


Variable  parasite  (VP)  
variable   exogène   (non   directement   testée   par  
l’expérience)   qui   exerce   un   effet   indésiré   sur   la  
VD,  de  façon  directe  ou  en  entrant  en  interac6on  
avec  la(les)  VI  
à Il  faut  Contrôler  l’effet  des  VP  :  
à  Figer  les  varia6ons  des  variables  parasites  
à  Soumedre  l’ensemble  des  groupes  à  la  même  
quan6té  d’effets  de  la  (des)  VP  
à  Contrôle  sta6s6que  :  u6liser  des  procédures  
quan6ta6ves  qui  permedent  de  tenir  compte  des  
varia6ons  de  la  (des)  VP  

 
Université de Mons K.  Huet   29  
VI  à  varia3ons  invoquées    
–  VI  à  varia3ons  provoquées  
Invoquées   :   caractéris6ques   ne   pouvant   être  
manipulées  
–  Exemples  :  âge,  sexe,  QI  ,  anxiété,  …  
 
Provoquées   :   caractéris6ques   pouvant   être  
manipulées  
–  Exemples   :   anxiété,   climat   de   travail,   formalité   d’une  
situa6on,  …  

Université de Mons K.  Huet   30  


2.  Sélec3onner  les  sujets  
POPULATION

ECHANTILLON

Techniques
d’échantillonnage

REPRESENTATIVITE !!
Comparabilité à la population parente
Université de Mons K.  Huet   31  
2.  Sélec3onner  les  sujets  
Diverses  techniques  d’échan6llonnage  (!!  représenta6vité  !!!)  
 

Aléatoire  simple  =    garan6e  de  représenta6vité  


 

 =  sélec6on  des  sujets  en  l’absence  de  tous  critères  ou  principes  
systéma6ques  :  6rage  au  sort  
 
Très  difficile  à  medre  en  place  :  
•  tous  les  sujets  de  la  popula6on  de  généralisa6on  doivent  être  
accessibles  
•  tous  les  sujets  doivent  avoir  la  même  probabilité  d’être  6rés  au  
sort  
  Comparabilité à la population parente
 
Université de Mons K.  Huet   32  
 

Occasionnel  :  basé  sur  la  disponibilité  des  sujets  


 rem  :  très  fréquent  en  sciences  humaines  à  cri6que  
 
 
 
 
 
 
Comparabilité à la population parente
Université de Mons K.  Huet   33  
 

Empirique  :  connu  pour  sa  représenta6vité  de  la  


popula6on  dont  il  est  extrait  (aubaine  !)  
   
Très  faible  probabilité  d’exister  
ex  :    
-­‐  commune-­‐test  lors  des  élec6ons  
-­‐  classe  type  dans  une  école  
 
 
 
  Comparabilité à la population parente
 
Université de Mons K.  Huet   34  
 

Stra6fié  :  établir  une  répar66on  des  sujets  


échan6llonnés  dans  les  classes  d'un  critère  déterminé  
de  manière  telle  que  la  répar66on  de  l'échan6llon  soit  
similaire  à  celle  de  la  popula6on  
ex  :  même  propor>on  d’hommes  et  de  femmes  que  celle  
de  la  popula>on  

Echantillon de 10 sujets :
9 garçons et 1 fille

Population =
Etudiants en physique :
90% garçons et 10% filles

Comparabilité à la population parente


Université de Mons K.  Huet   35  
…cons3tuer  des  groupes   ECHANTILLON
= groupe 1

POPULATION

! EQUIVALENCE !

Comparabilité entre groupes ECHANTILLON


= groupe 2
Université de Mons K.  Huet   36  
…cons3tuer  des  groupes  équivalents  
Technique  1  :  
Echan6llonnage  aléatoire  :    
par  défini6on  :  groupes  équivalents  mais  difficulté  de  mise  en  
place  (car  il  faut  avoir  accès  à  la  popula6on  toute  en6ère)  
 

 
G1
 
 
  G2

  Population
Comparabilité entre groupes
  de Mons
Université K.  Huet   37  
…cons3tuer  des  groupes  équivalents  
Technique  2  :  
par  appariement  à  Groupes  appariés  :  
Iden6fier  une  variable  externe  redoutée  (VP),  mesurer  de  
cede  VP  sur  chaque  sujet,  associer  les  sujets  dans  les  
groupes  en  fonc6on  des  valeurs  de  la  VP  
 ex  :  apparié  sur  le  niveau  de  fa>gue  
 
Rem  :  peut  s’étendre  à  plus  d’une  variable  externe  
 ex  :  état  civil,  sexe,  origine  géographique  

 
Comparabilité entre groupes
  de Mons
Université K.  Huet   38  
…cons3tuer  des  groupes  équivalents  
Technique  2  :  
par  appariement  à  Groupes  appariés  :  
 

exemple  :  VP  redoutée  :  origine  culturelle  dis6buée  de  manière  


équivalente  entre  les  groupes  

 
Population G1 G2
 
 
 
 
  de Mons
Université K.  Huet   39  
…cons3tuer  des  groupes  équivalents  
Technique  3  :  
par  «  fixa6on  »  à    Groupes  parallèles  :  
Figer  la  variable  externe  redoutée.  
 ex  :  comparaison  de  méthodes  de  lecture,  QI  entre  100  
et  110.  
 
Figer  la  variable  externe  redoutée  et  sélec6onner  
plusieurs  valeurs  de  cede  variable.    
 ex  :  Dans  chaque  groupe  :  33%  de  QI  entre  95  et  105,  
33%  entre  105  et  115,  33%  entre  115  et  125.  
Groupes équivalents entre-eux mais pas nécessairement respect
  de la distribution dans la population
Comparabilité entre groupes
  de Mons
Université K.  Huet   40  
…cons3tuer  des  groupes  équivalents  
Technique  3  :  
par  «  fixa6on  »  à    Groupes  parallèles  :  
exemple  :  VP  redoutée  :  origine  culturelle  est  figée  (on  ne  va  
considérer  que  les  sujets  d’origine  nord-­‐africaine)  

 
Population
  G1 G2

 
 
 
 
Université de Mons K.  Huet   41  
Les  groupes  contrastés  (et  donc  non-­‐équivallents)  
par  «  an6-­‐appariement  »  
Déterminer  une  variable  dont  on  veut  étudier  l’effet  (VI),  
mesurer  cede  variable  sur  les  sujets,  composer  les  
groupes  caractérisés  par  des  valeurs  volontairement  
différentes  de  cede  VI.  
!!  la  variable  par  rapport  à  laquelle  le  contraste  est  réalisé  n’est  pas  
une  VP  mais  plutôt  une  VI  dont  on  cherche    étudier  l’effet.  
ex  :  étude  de  l’effet  du  niveau  d’intelligence  sur  les  
startégies  de  résolu>on  de  problèmes  de  classement  
d’images.  QI  =  variable  de  contraste  
 
!!!  Biais  «  effet  de  régression  sta6s6que  »  
(n’apparaît  que  si  la  VI  qui  sert  à  construire  les  groupes  contrastés  peut  
être  mesurée)    
Comparabilité entre groupes
 
Université de Mons K.  Huet   42  
Les  groupes  contrastés  (et  donc  non-­‐équivallents)  
par  «  an6-­‐appariement  »  sur  les  niveaux  d’une  VI  

 
exemple   :  VI  dont  on  souahite  étudier  l’effet  :  origine  culturelle    
  que  l’on  contraste  en  rassemblant  les  sujets  d’une  même  origine    
dans  un  même  groupe  
 
  Population
G1 G2
 

Université de Mons K.  Huet   43