Vous êtes sur la page 1sur 70

Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Minhâdj Ilâ Tilâwatil


Qur’ânil Karîm
(Voie vers la psalmodie du Saint Coran)

Compilé par :
OUATTARA Ismaïla

ismael2x@yahoo.fr / 02 66 11 20
Doctorant _Géosciences et Environnement_ UFR SGE
Université d’Abobo-Adjamé (UAA)

Formateur S/C AEEMCI UAA

_ Version finale (Mars 2010) _

-1-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Table des Matières


Dédicace……………………………………………………………………………………………………….. 4
Introduction Générale…………………………………………………………………………………….. 5

INFORMATIONS GENERALES SUR LE SAINT CORAN………………………………….. 6


1.1- histoire de la compilation du coran ……………………………………………………………… 6
1.2- variantes de récitation coranique ………………………………………………………………… 7
1.3- importance de la lecture du saint qur’ân……………………………………………………….. 9
1.4- mérites de certains versets du coran……………………………………………………………… 10
1.5- bienséances lors de la lecture du saint coran………………………………………………….. 12
1.6- règles à observer en vue de la mémorisation du coran……………………………………… 14

1ERE PARTIE : ALPHABETISATION……………………………………………………………….. 20


Chap.1 : lettre de l’alphabet arabe……………………………………………………………………… 21
1.1- introduction…………………………………………………………………………………………….. 21
1.2- phonation des lettres (makhradj hourouf )…………………………………………………….. 21
Chap.2 : position des lettres dans le mot……………………………………………………………… 25
2.1- formes liées……………………………………………………………………………………………… 25
2.2- forme libre ou isolée (4eme forme)…………………………………………………………………. 25
Chap.3 : étude des voyelles……………………………………………………………………………….. 26
3.1- voyelles simples (3 sortes)……………………………………………………………………………. 26
3.2- voyelles doubles ou tanwin…………………………………………………………………………. 26
3.3- exception dans l’écriture et la lecture du tanwin fat’ha…………………………………….. 27
chap.4: les signes d’orthographe………………………………………………………………………… 28
4.1- soukoun ou voyelle muette ( ° ou )………………………………………………………….. 28
4.2- chidda ( )……………………………………………………………………………………………… 28
4.3- le ta :] marbouta ( ‫ ة‬- )……………………………………………………………………………….. 28
4.4- le wasla (la liason)……………………………………………………………………………………… 29
4.5- l’article défini (alif-lâm)………………………………………………………………………………. 29
4.6- l’allongement des sons (ou madd)………………………………………………………………… 30
4.7- écriture du hamza…………………………………………………………………………………….. 31
4.8- esthétique dans l’écriture…………………………………………………………………………… 32

2EME PARTIE : LEÇON DE TADJWID……………………………………………………………… 34


chap. 1 : définition et but de l’étude du tadjwid…………………………………………………… 35
1.1- définition & but……………………………………………………………………………………….. 35
1.2- précurseurs de cette science………………………………………………………………………… 35
1.3- position légale………………………………………………………………………………………….. 35
1.4- niveaux de la lecture du coran……………………………………………………………………. 36
1.5- différentes erreurs de lecture………………………………………………………………………. 36
Chap.2: al istiâdha & basmalah………………………………………………………………………… 37
2.1- al istiâdha……………………………………………………………………………………………….. 37
2.2- al basmalah……………………………………………………………………………………………… 38
chap.3 : les règles de noun as-sâkinah et du tanwîn……………………………………………….. 40
3.1- rappel……………………………………………………………………………………………………… 40
3.2- remarque (noun qoutni) ……………………………………………………………………………. 40
3.3- la clarification (al izhâr ou al bayâne) - ‫……………………………………………… ار‬.. 41

-2-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

3.4- l'assimilation (al idghâm) - ‫………………………………………………………………… ادم‬. 42


3.5- la substitution (al iqlâb)- ‫…………………………………………………………………… ا ب‬. 44
3.6- la dissimulation (al ikhfâ) ‫اء‬ ……………………………………………………… 44
chap.4 : caractères ou règles de mim sâkinah……………………………………………………….. 46
4.1- définition………………………………………………………………………………………………… 46
4.2- la prononciation claire labiale (chafawi) - ‫…………………………………… ار اي‬. 46
4.3- la dissimulation labiale (al ikhfa chafawi) : ‫………………………………… اء اي‬.. 46
4.4- l'assimilation de deux lettres identiques de petit degré   ‫ إدم‬...................... 47

chap.5 : autres formes d’idghâm……………………………………………………………………….. 48


5.1- idghâmul mutamâssilaïn…………………………………………………………………………….. 48
5.2- idghâmul mutaqâribaïn……………………………………………………………………………… 48
5.3- idghâmul mutadjânissaïn…………………………………………………………………………… 48
chap. 6 : mim et noun mouchaddadataïn (dédoublée)…………………………………………… 49
chap.7: al qalqalah (vibration des cordes vocales)…………………………………………………. 50
7.1- définition………………………………………………………………………………………………… 50
7.2- degré de qalqalah……………………………………………………………………………………… 50

chap.8 : les règles du madd ou allongement des sons …………………………………………….. 51


8.1- la prolongation de base (asli) - ‫……………………………………………………… ا  ا‬ 51
8.2- al-madd al-far'i…………………………………………………………………………………………. 52
chap.9 : les règles de la lettre « Râ »……………………………………………………………………. 56
9.1- cas ou le « ra » doit être lu avec légèreté -
 ………………………………………………… 56
9.2- cas ou le « ra » doit être lu avec emphase -   ………………………………………………… 56
9.3- cas ou l'on peut opter pour l'une ou l'autre des 2 solutions………………………………. 57
chap.10 : les règles du lâm as-sâkina……………………………………………………………………. 59
10.1- le lâm du verbe……………………………………………………………………………………….. 59
10.2- le lâm d’une particule………………………………………………….. …………………………. 59
chap. 11 : précision sur le soukoun des lettres de madd (alif,waw, ya)……………………….. 60
chap.12 : les signes d’arrêt (pause) lors de la lecture………………………………………………. 61
chap.13 : rappel sur les points de sorties des lettres……………………………………………….. 64
chap. 14 : attributs des lettres (sifâtoul hourouf)…………………………………………………… 66
14.1- attributs qui ont des opposés……………………………………………………………………… 66
14.2- attributs qui n’ont pas d’opposés……………………………………………………………….. 67
chap. 15 : Douâ de clôture du qur’ân et les takbirâtes…………………………………………… 68

Références bibliographiques……………………………………………………………………………… 69
Conclusion Générale………………………………………………………………………………………. 70

****o****

-3-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

*Dédicace*
Je dédie cette œuvre
A ma Mère OUATTARA Madongui (feue). Qu’Allah lui ouvre les portes de Sa Miséricorde (Amin). Et à mon
père pour m’avoir forgé une personnalité.
A mon Imam Docteur Younouss TOURE pour mon initiation aux règles du Tadjwîd ainsi qu’à ses fils
Mouhamed et Ousmane qui ont été mes formateurs. Qu’Allah l’accroisse en science et le maintienne longtemps
à nos côtés pour que nous puissons bénéficier de ses assises pleines de spiritualité.

La deuxième partie de la dédicace tient lieu de Remerciements.


Ainsi, nous ne pourrions ouvrir cette liste sans toutefois rendre un hommage à l’AEEMCI (Association des
Elèves et Etudiants Musulmans de Côte d’Ivoire) S/C de l’Université d’Abobo-Adjamé
et toute la communauté Musulmane de ladite Université.
Aux Imams COULIBALY Léréyaha, KONE Kaki, COULIBALY Khalifa, et KONE Tiémoko, je dis Merci
pour les efforts consentis tout en nous éclairant sur les sciences islamiques et Qu’Allah fotifie davantage leur
science et leur foi.

A mes frères SAMASSI Namory, CHERIF Ali Mahmud et à notre maître KONE Mouhamed Sidy, j’adresse
un Merci particulier pour avoir apporté un œil critique sur ce travail. Leurs corrections ont été judicieuses et
qu’ils reçoivent ici mes Remerciements les plus chaleureux. Et Qu’Allah fortifie davantage cette « Idylle » qui
vient de naître entre nous rien que pour la Science et la Foi en Allah. Qu’Allah nous facilite
la Mémorisation du Glorieux Qur’an (Amin).

A mon « petit » Bakari TOURE que dirai-je, si ce n’est « Choukrane » pour l’assistance informatique à la
réalisation de ce document. Merci, Merci…..

Enfin, je ne saurais clore cette liste sans toutefois remercier mes frères KONE Mohamed, YORO Bénoît,
KOUAKOU Koffi Amoulaye, DIOMANDE Ousmane, BAMBA Adama, OUEDRAOGO Moussa et ma
sœur OUATTARA Dongui Séniva ma « maman ».

A tous Merci et Qu’Allah facilite l’accès au Djannatoul Firdawss

-4-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

* Introduction Générale *
Au nom d’Allah, Clément et Miséricordieux, nous Le louons et L’implorons.
Que Sa Paix et Son Salut soient sur le noble prophète Mouhammad ( ), la meilleure des créatures, l’Imam
des messagers, l’Eclaireur.

La recherche de la science, tant exaltée par les sources islamiques, a suscité depuis quelques
années un engouement au sein de la communauté musulmane, particulièrement parmi les élèves et

étudiants musulmans. Cette tradition (hadith) de notre prophète Mouhammad ( ) à l’un de ses
compagnons : << celui qui veut le bonheur dans ce bas monde qu’il recherche la science, celui qui veut le
bonheur dans l’au-delà qu’il recherche la science et celui qui recherche la science étudie le Coran>> nous
indique remarquablement la mère de toutes les sciences. Néanmoins l’étude du Saint Qur’an
renferme sa lecture, sa mémorisation, son interprétation et sa méditation. Les règles de lecture du
Coran ont étés détaillées par de nobles savants ce qui témoigne de la sincérité et du dévouement de
leur ardeur à la recherche de la science.
C’est ainsi que nous avons entrepris la rédaction de ce fascicule dont le titre est ’’voie vers la
psalmodie du Coran’’, qui n’est d’abord qu’une voie dans cette étude du Coran et ensuite un
modeste travail de compilation de documents existants dans ce domaine si vaste qui est composé de
vingt (20) lectionnaires avec des règles toutes différentes. Nous tenons à préciser que le lectionnaire
utilisé dans le cadre de ce travail est celui de l’Imam Hafs (Rahimahoullah).
Nous sommes conscient de la difficulté et de la délicatesse du travail que nous proposons car n’eut
été la motivation sincère des frères et soeurs pour les cours d’alphabétisation et de tadjwîd, nous
n’aurons pas entrepris ce support de cours.
Je vous recommande ainsi qu’à moi-même la crainte de Dieu et la sincérité car c’est cela qui
nous aidera dans cette vie à mieux lire et méditer le Coran et nous servira de provision dans l’au-
delà. Le bonheur ici-bas et dans l'au-delà réside certes dans la proximité des paroles divines; elles
sont une lumière pour qui les lit assidûment et une intercession le jour du jugement. Nous nous
tournons donc vers Allah (subhânahu wa ta’âla) et implorons Son soutien afin qu’Il éclaire notre
intelligence, nous inspirant les propos conformes à ses recommandations et nous éloignant de
l’erreur.

-5-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

INFORMATIONS GENERALES SUR LE


SAINT QUR’ÂN

1.1- HISTOIRE DE LA COMPILATION DU QUR’AN

Sourate 2, Versert 185 "(Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu
comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement."

1.1.1- La mise du Coran par écrit à l'époque du Prophète Mouhammad

Sur l'ordre du Prophète Mouhammad ( ), les scribes mirent le Coran par écrit sur des lambeaux
de parchemin, des peaux d'animaux, des os et des pierres. Les divers fragments révélés, sans être
assemblés dans un seul livre, furent mis en ordre selon la révélation de Dieu. D'autre part, quelques
compagnons écrivirent pour eux-mêmes des parties et des sourates du coran qu'ils avaient apprises
par cœur du Prophète ( ).

1.1.2- La mise du Coran par écrit à l'époque de 'Aboû Bakr As-Siddîq (R.A)

Chargé par 'Aboû Bakr As-Siddîq et conseillé par `Oumar ibn Al-Khattâb, Zayd ibn Thâbit
rassembla le Coran en un seul livre. Pour atteindre cet objectif, il se référa aux manuscrits déjà écrits
par les scribes du Prophète ( ).

1.1.3- La mise du Coran par écrit à l'époque de `Outhmân ibn `Affân (R.A)

Le premier manuscrit du Coran assemblé en un seul volume fut écrit conformément à l'exemplaire
rassemblé par 'Aboû Bakr et conservé chez Hafsa bint `Oumar. Pour mettre fin aux désaccords, les
copistes prirent en considération les différentes lectures. Les personnes chargées de cette mission
furent : Zayd ibn Thâbit, `Abd-Allâh ibn Az-Zoubayr, Sa`îd ibn Al`Âs et `Abd Ar-Rahmân ibn Al-
Hârith ibn Hichâm. Cette copie était dépourvue de signes diacritiques. `Outhmân garda pour lui-
même un exemplaire et expédia les autres copies aux métropoles islamiques.

1.1.4- Les trois étapes du développement des signes diacritiques et de ceux


de la vocalisation.

* Les signes de vocalisation ont d'abord été mis sous forme de points, sous le règne de Mou`âwiya
ibn 'Abî Soufiyân. Celui-ci chargea 'Aboû Al-'Aswad Ad-Dou'alî d'accomplir cette tâche ; et ce afin
d'éviter les erreurs dans la lecture du Coran.

* Les points ont été mis pour distinguer les lettres homographes comme : le bâ', le tâ' et le thâ'. Ceci
eut lieu sous le règne de `Abd Al-Malik ibn Marwân qui chargea Al-Hajjâj ibn Yoûsouf de cette
mission. Ce dernier la confia à Nasr ibn ^Âsim et à Yahya ibnou Ya^mar.
* Les signes de vocalisation tels que le damma (voyelle brève ou), le fatha (voyelle brève a), le kasra
(voyelle brève i) et le soukoûn (absence de voyelle) ont été rajoutés en suivant le système de

-6-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

vocalisation établi par Al-Khalîl ibn 'Ahmad Al-Farâhîdî ; et ce afin d'éviter les erreurs dans la
lecture du Coran. Sourate 5, Versert 16 "Par ceci (le Coran), Dieu guide au chemin du salut ceux qui
cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et il les guide vers un chemin
droit."

1.2- LES VARIANTES DE RECITATION CORANIQUE


Le seigneur, a voulu que le Coran fut un miracle pour son Prophète, et une merveilleuse illustration
qu’il est son messager, envoyé à toute l’humanité pour lui faire portée de ce miracle, Allah a dit :
Ceux à qui Nous avons donné le livre, qui le récitent comme il se doit, ceux-là y croient. Et ceux qui
n'y croient pas sont les perdants (Sourate 2 ; verset 121) Ibn mas'oud a dit par celui qui déteint mon
âme entre ces main certes la vraie récitation c'est qu'il rend licite ce qu'il a rendu licite et qu'il rend
interdit ce qu'il a rendu interdit, et qu'il le lis comme Allah la descendu, et qu'il ne change pas les
paroles de leur sens. Tafsir ibnou kathir. Boukhari et Mousalim rapportèrent qu'Omar, dit : Un
jour, lors du vivant du Prophète ( ), j'entends Hisham ibn Hakim réciter la sourate Al-Fourqan.
Alors que j'écoutai attentivement sa récitation, je m'aperçus qu'il la faisait avec certaines lettres
autres que celles que le Prophète ( ) m'avait enseignées. J'étais sur le point de l'interpeller
pendant sa prière même, mais je me retiens et attendis qu'il la terminât. Je l'empoignai alors par le
col de son vêtement et lui dis : Qui donc t'a enseigné ainsi la sourate que je t'ai entendu réciter ?
C'est le Prophète ( ), me répondit-il – Tu mens, lui répliquai –je, car il me l'a enseigné ainsi
avec des lettres différentes que certaines de celles que tu vient de réciter. Je l'emmenai alors auprès
du Prophète ( ) et exposai à celui-ci le problème : j'ai entendu cet homme réciter la sourate Al-
Fourqan et y réciter certaines lettres autres que celles que tu m'as enseignées. Lâche-le me dit le
Prophète ( ). Puis, se retournant vers Hisham, il lui dit récite Hisham. Hisham récita alors la
sourate de la même manière qu'il l'avait fait auparavant. Le Prophète ( ‫م‬dit alors : Ainsi a été
révélée cette sourate. Puis il me dit Récite, toi Omar. Je le fis alors selon la façon que lui-même
m'avait enseignée. Il dit également : ainsi a été révélée cette sourate. Puis il conclut : Le coran est
révélé selon sept variantes de récitation (harf). Récitez donc celle qui est facile pour vous. Les
savants se sont mis d'accord que le coran nous a été transmis par le Prophète ( ) selon de
nombreuse variantes, et ils ont instauré pour cela une discipline qu'ils ont appelée science des
variantes de récitation coranique ('ilm al-qira'at) dans laquelle ils ont clarifié l'objet de la discipline,
les différentes variantes, les lectures les plus importants qui ont rapporté ces variantes ainsi que les
ouvrages majeurs traitant de ce sujet. La récitation du Coran peut être faite selon de légères
variantes liées à la lexicologie, à la morphologie à la syntaxe, qui n’influe en rien sur le sens global
du texte. Les savants ont classé les variantes de récitation coranique en deux principaux groupes qui
sont : la variante authentique et la variante aberrante. Une variante de récitation est dite
authentique lorsqu'elle satisfait à trois conditions : (i) Elle doit être grammaticalement et
linguistiquement correcte (en arabe) ; (ii) Sa version graphique doit correspondre à, celle de la
vulgate d'Othman (moshaf 'Otahman); (iii) elle doit nous être parvenue selon une chaîne de
transmission authentique ou connue. Par conséquent, toute variante de récitation qui répond à ces
trois exigences est une variante de récitation coranique authentique, valable pour la prière et pour la
récitation dévote.

-7-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Quant à la variante aberrante, c'est celle pour laquelle l'une des trois conditions citées
précédemment n'est pas remplie. Parmi les lectures aberrantes, il existe ce qu'on appelle un groupe
de variantes de récitation interprétative ; il s'agit d'une variante dont la chaîne de transmission est
authentique, qui est conforme à la lexicologie, à la morphologie et à la syntaxe de la langue arabe,
mais qui ne suit pas la version graphique de la vulgate d'Othman. Les savants expliquent que les
variantes de récitation aberrantes servent de commentaire aux variantes reconnues et de clarification
de ces dernières. Les savants se sont ainsi accordé à dire que toutes lectures autres que les dix
lectures reconnues sont considérées comme aberrantes et ne méritent pas, pour cela, d'être
acceptées comme coraniques. Elles ne sont de ce fait valables ni pour la prière ni pour la récitation
dévote. Elles peuvent, néanmoins, êtres apprises, enseignées, écrites et considérées du point de vue
de leur concordance avec la lexicologie, la morphologie et la syntaxe de la langue arabe. Les variantes
de récitation qui nous sont parvenue selon une chaîne de transmission authentique sont au nombre de dix,
toutes transmises par un ensemble de lecteurs qui se sont distingués par un soin exceptionnel de la tache, une
fidélité infaillible à la transmission (riwaya) et une fiabilité sure. Ces dix lectures sont :

1) Nafi' né a Médine, (mort en 169/785), et les meilleurs transmetteurs de sa lectures et de sa


psalmodie furent Warch (mort en 197/812) et ibn Qalun-école de Médine.

2) Ibn Kathir, né à la Mecque (mort en 120/854) et son disciple Qunbul (mort en 291/903) école
de la Mecque.

3) Abou Amr, né à Bassora (mort en 154/770). Ses transmetteurs furent As-soussi (mort en
261/874) et Ad-douri (mort en 246/860) école Bassora.

4) Ibn Amer, né à damas (mort en 118/736). Les plus connu de ses transmetteurs furent Hisham et
ibn Zkhwan- école de damas.

5) Assim, né à Koufa et les plus célèbres transmetteurs de sa lectures furent Shou'ba et Hafs (mort
en 190/805)- école de Damas.

6) Hamza, né à Koufa (mort en 156/772). Ses meilleurs transmetteurs furent Khalaf et Khalad école
de Koufa, système de Hamza.

7) Kisai'y, né a Koufa (mort en189/804). Les plus célèbres transmetteurs de sa lecture furent Abou
Al Hareth et Hafs Ad-douri ecole de Koufa, système de Kisai'y

8) Abou Ja'far, né à Médine. Les plus célèbres transmetteurs de sa lecture furent Wirdan et Ibn
Joummaz.

9) Ya'qub, né a Bassora. Les plus célèbres transmetteurs de sa lecture furent Rouways et Rawh.

10) Khalaf et les plus célèbres transmetteurs de sa lecture furent Is'haq et Idris.

Toute version se rapportant à l'un de ces dix lecteurs est appelée variante de récitation ou lecture,
alors que toute version rapportée par un transmetteur est appelée transmission orale.
Ainsi dit-on par exemple : la lecture d'Assim selon la transmission orale de Hafs, la lecture de Nafi'
selon la transmission orale de warch, etc.…

-8-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

1.3- IMPORTANCE DE LA LECTURE DU SAINT QUR’AN


Plusieurs hadiths authentiques font état des mérites de la lecture du glorieux coran qui reste un
miracle éternel. Nous laissons le lecteur méditer sur la portée de ces hadiths et les mérites inhérents
à la lecture du Coran.
 Omar ben Al-Khattab a dit : Le Messager de Dieu ( ) a dit : "Grâce à ce Livre, Dieu élèvera
des gens et abaissera d'autres" [Rapporté par Mouslem]
 Abou Oumama a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu ( ) dire : "Récitez le Coran, car au
jour de la résurrection, (son mérite) intercédera en faveur de ceux qui l'ont récité". [Rapporté par
Mouslem ]
 Al-Nawas ben Sama'n a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu ( ) dire :"Au jour de la
résurrection, on présentera le Coran et on fera venir ceux qui ont mis en éxécution ses
prescriptions, où les deux sourates "la vache" et "la famille de Imran", formeront un argument en
faveur de ceux qui les ont récité (et ceux qui les ont appliqué) [Rapporté par Mouslem]
 Othman ben Affan a dit : Le Messager de Dieu ( ) a dit : Le meilleur d'entre vous est celui
qui a appris le Coran, et l'a enseigné aux autres". [Rapporté par Al-Bokhari]
 Aicha [qu'Allah soit satisfait d’elle] a dit : Le Messager de Dieu ( ) a dit : "Celui qui récite le
Coran avec habilité sera avec les anges scribes purs et nobles. Et celui qui récite le Coran avec
difficultés, aura deux récompenses" [Rapporté par Al-Bokhari et Mouslem] Abou Mussa Al-Acha'ri
a dit Le Messager de Dieu ( ) a dit :
"L'image du croyant qui lit le Coran est celle du cédrat : son odeur est suave et sa saveur est suave.
Le croyant qui ne récite pas le Coran est comparable à une datte : son goût est délicieux mais elle
n'a aucune odeur. L'hypocrite qui récite le Coran est comparable à un myrte : son odeur est bonne
mais le goût est amer. Enfin l'hypocrite qui ne récite pas le Coran est comparable à une coloquinte :
elle n'a aucune odeur et son goût est amer". [Rapporté par Al-Bokhari et Mouslem]
 Ibn Massoud a dit : Le Messager de Dieu ( ) a dit : "Celui qui récite une lettre du Livre de
Dieu aura une bonne action qui sera décuplée. Je ne dis pas que "Alef, Lam, Mim", est une lettre
mais "Alef" (A), est une lettre, "Lam" (L) est une lettre et "Mim" (M) est une lettre" [Rapporté par Al-
Tirmidhi. Ibn Abbas a dit : Le Messager de Dieu ( ) a dit : "Celui qui ne retient dans son coeur
aucune lettre du Coran est comparable à une maison en ruine". [Rapporté par Al-Tirmidhi]
 Abdullah ben Amr ben Al-As a dit : Le Prophète Mohamed ( ) a dit : "On dira, le jour de la
résurrection, à celui qui récitait le Coran : "Récite et monte comme tu récitais en psalmodiant dans
le bas monde, car ta place sera là où tu réciteras le dernier verset que tu connaisses". [Rapporté par
Abou Daoud et Al-Tirmidhi]
 Ibn Omar a dit : Le Prophète ( ) a dit : "La jalousie n'est permise que dans deux choses : un
homme à qui Allah a donné d'apprendre le Coran alors il passe les heures de la nuit et du jour à le
dire et à méditer son contenu, et un homme auquel Allah a donné une fortune et il la dépense en
aumône à tout moment le jour et la nuit" [Rapporté par Al-Bokhari et Mouslem]
 Al-Bara' ben Azeb a dit : "Un homme lisait la sourate "La Caverne", et avait un cheval attaché
par deux cordes, un nuage vint le couvrir et s'abaissa peu à peu.
Le cheval fut effarouché. Au matin cet homme vint trouver le Prophete Mohamed ( ) et lui
raconta ce qui s'etait passé. Il lui répondit : "C'est une sérénité, qui est descendue grâce à la
récitation du Coran". [Rapporté par Al-Bokhari et Mouslem].

-9-
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

1.4- LES MERITES DE CERTAINS VERSETS DU CORAN

1- Abou Sa’îd Rafi’ ibn Al-Mou’alla, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah
( ) lui a dit: "Ne t’enseignerais-je pas la plus sublime sourate du Coran avant que tu sortes de la
mosquée ? Il me prit par la main et lorsque nous fûmes sur le point de sortir, je lui demandai : "Ô
Messager d’Allah, tu m’as dit que tu m’enseignerais la plus sublime des sourates du Coran" Il me
répondit : "Louange à Allah. Seigneur de l’Univers" [Sourate : "Al-Fatiha" (L’ouverture)]. Cette
sourate est (dénommée) ‘les sept versets répétés et elle est la lecture sublime que j’ai reçue" (Hadith
rapporté par Al-Boukhari).

2- lbn Abbass, qu’Allah soit satisfait d’eux (père et fils), a rapporté : "Pendant que Jibrîl (l’Ange
Gabriel), sur lui la paix, était assis en compagnie du Prophète ( ) , il entendit un son
(ressemblant à celui d’une porte qui s’ouvre) au-dessus de lui. Il leva alors la tête et déclara : ‘Voici
une porte du ciel qui a été ouverte aujourd’hui et qui n’avait jamais été ouverte avant ce jour’. Puis
un Ange en descendit et Jibrîl fit ce commentaire: ‘Voilà un Ange qui vient de descendre sur terre;
il n’y est jamais descendu avant ce jour’. L’Ange salua et dit au Prophète ( ) : "Réjouis-toi car tu
as reçu deux lumières qu’aucun prophète avant toi n’avait reçues : "Al-Fatiha" (L’ouverture du Livre)
et les derniers versets de la sourate "Al-Baqara" (La vache). Tu ne liras pas une seule lettre de l’une
de ces deux parties du Coran sans être exaucé" (Hadith rapporté par Mouslim).

3- Abou Hourayra, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( ) a dit: "Ne
faites pas de vos maisons des tombeaux; certes. Satan fuit la maison dans laquelle on lit la sourate
"Al-Baqara" (La vache)." (Hadith rapporté par Mouslim).

4- Oubay ibn Ka’b, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( ) a dit: "Ô
‘Abou Al-Moundhir, sais-tu quel est le verset du Livre d’Allah (le Coran) que tu as retenu et qui est
le plus sublime? "Je lui répondis : "Allah lâ ilaha illa houwa al-hay al-qayyoum" (Allah ! Point de
divinité à part Lui, le Vivant Celui qui subsiste par lui-même), [Sourate : "Al-Baqara" (La vache) ;
verset: 255]. Il me frappa alors la poitrine et me dit : "La science (qui t’a été octroyée) te singularise,
Abou Al-Moundhir" (Hadith rapporté par Mouslim).

5- Abou Mas’oud Al-Badrî, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète ( ) a dit:
"Celui qui lit la nuit les deux derniers versets de la sourate "Al-Baqara" (La vache) fait
suffisamment’’. (Hadith unanimement approuvé). C’est une traduction littérale qui peut
s’interpréter des manières les plus diverses telles que "sera préservé de tout désagrément au cours de
la nuit’, ou encore "sera dispensé de veille pieuse cette nuit-là", ou encore "ne sera pas tenu de
renouveler sa foi cette nuit-là".

6- Abou ‘Oumâma Al-Bahilî a rapporté qu’il a entendu le Messager d’Allah ( ) dire: "Lisez le
Coran car, au Jour de la Résurrection, il intercèdera en faveur des siens (ses lecteurs assidus). Lisez
"Az-zahrawayn" (les deux sourates pleines de lumière) : "Al-Baqara" (La vache) et "Âl-Imran" (La
famille de Imran) car, au Jour de la Résurrection, elles viendront sous la forme de deux nuages ou
de deux bandes d’oiseaux étalant leurs ailes pour plaider (la cause) de celui qui les lisait Lisez la
sourate "Al-Baqara" (La vache) car sa récitation est une bénédiction et son abandon est regrettable;
et elle a le pouvoir de réduire à l’impuissance tout ensorcellement" (Hadith rapporté par Mouslim)

- 10 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

7- Abou Ad-DardA’, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( ) a dit:
"Celui qui retient par cœur les dix premiers versets de la sourate "Al-Kahf" (La caverne) sera préservé
de l’Antéchrist." Selon une autre version : les dix derniers versets de la même sourate (Hadith
rapporté par Mouslim).

8- Abou Sa’îd Al-Khoudrî, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( )a
dit: "Celui qui lit la sourate "Al-Kahf" (La caverne) un vendredi, une lumière l’éclairera jusqu’au
vendredi suivant" (Hadith authentique rapporté par Al-Hakim et Al-Bayhaki).

9- lbn Mas’oûd, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète ( ) a dit: "C’est la
sourate Tabarak (Al-Moulk, La royauté) qui sauve des supplices de la tombe." (Hadith authentique
rapporté par Al-Hakim et Abou Na’îm)

10- lbn Oumar, qu’Allah soit satisfait d’eux (père et fils), a rapporté que le Messager d’Allah ( )
a dit: "Celui qui aimerait voir (la description) du Jour de la Résurrection comme s il le voyait de ses
propres yeux. qu’il lise:
- "Quand le soleil sera obscurci" (Sourate: At-Takwîr, L’obscurcissement)
- "Quand le ciel se rompra" (Sourate : "Al-Infitar", La rupture)
- "Quand le ciel se déchirera" (Sourate: "Al-Inchiqaq", La déchirure)".
[Hadith rapporté par ‘Ahmad, At-Tirmidhî et Al-Hakim)
11- Abou Sa’îd Al-Khoudrî, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( )a
dit à propos de la sourate "Al-Ikhlas" (Le monothéisme pur): "Par celui qui tient mon âme entre Ses
Mains, cette Sourate équivaut à un tiers du Coran’’
Selon une autre version, le Messager d’Allah ( ) dit à ses Compagnons: "L’un de vous serait-il
incapable de lire le tiers du Coran" La chose leur paraissant difficile, ils dirent : "Qui donc parmi
nous en serait capable, Ô Messager d’Allah?’’ Il répondit: "Dis : Il est Allah Unique, Allah Le Seul à
être imploré pour ce que nous désirons" (Sourate: "Al-Ikhlas" (Le monothéisme pur)) équivaut à un
tiers du Coran." (Hadith rapporté par Al-Boukharî). 12- Mou’adh ibn ‘Anass, qu’Allah soit satisfait
de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( ) a dit: "Celui qui lit dix fois "Dis : Il est Allah
Unique" [Sourate: "Al-Ikhlas" (Le monothéisme pur)], Allah lui construira une maison au Paradis"
(Hadith rapporté par Ahmad).

13- Ouqba ibn Amir, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah ( ) a dit:
"N’as-tu pas entendu les versets qui ont été révélés celle nuit? on n’a jamais rien vu de semblable !
(Ce sont les sourates : "Dis : Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante" [Sourate:
"Al-Falaq" (L’aube naissante)] et "Dis: Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes"
[Sourate: "Annas" (Les hommes)]. (Hadith rapporté par Mouslim).

14- Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, a rapporté que lorsque le Prophète ( ) allait se mettre au
lit chaque nuit, il joignait ses mains puis soufflait dedans et y lisait "Dis: Il est Allah, Unique’’, "Dis:
Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante" et "Dis : Je cherche protection auprès
du Seigneur des hommes". [Sourates : "Al-Ikhlas" (Le monothéisme pur), "Al-Falaq" (L’aube
naissante) et "Annas" (Les hommes)]. Ensuite, il passait ses mains sur (toutes les parties de) son corps
qu’il pouvait atteindre, commençant par la tête et le visage, puis (les passant sur) toute la partie
antérieure de son corps. Il faisait cela trois fois" (Hadith unanimement approuvé).

- 11 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

15- Abd-Allah ibn Yousof a rapporté la parole suivante de Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle,
transmise par Ourwa, lbn Chihab et Malik: "Lorsque Le Prophète ( ) tombait malade, il lisait
pour lui-même "Al-Mouawoudhat" (les sourates protectrices) et soufflait dans ses mains. [Sourates:
"Al-Falaq" (L’aube naissante) et "Annas" (Les hommes)]; et quand sa maladie s’aggrava, je les lisais
pour lui et je l’aidais à passer ses mains

1.5- BIENSEANCES LORS DE LA LECTURE DU SAINT CORAN

Comme tout autre acte d’adoration, la lecture du Saint Qur’an nécessite certaines
prédispositions comme la pureté et bien d’autres qu’il va falloir respecter. Au nombre de celles-ci,
nous pouvons citer :

1-Se frotter les dents avec du "siwâk avant la lecture. (siwâk : bâtonnet de bois servant à se brosser les
dents)
2- Lire dans un endroit propre et pur, à la mosquée ou dans tout autre endroit.
3- Lire tout en étant orienté vers la qibla (direction de la Ka’ba).
4- Prononcer au commencement de la lecture la formule de ‘isti’âdha:
"‘A’oûdhou billâhi mina ach-chaytân ar-rajîm" (Je cherche refuge auprès d’Allah contre Satan le
banni).
Allah - le Très-Haut - a dit: " Lorsque tu lis le Coran, demande la protection d’Allah contre le Diable
banni". * Sourate : An-Nahl (Les abeilles) : verset: 98.
5- Prononcer la formule de la basmala au début de chaque sourate, excepté la sourate "At-Tawba"
(Le repentir). Cette formule consiste à dire : "Bism-illâhi ar-rahmân ar-rahîm"
(Au nom d’Allah. le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux).
6- Lire avec ferveur et humilité, et méditer sur les versets lus du Coran: Allah-le Três-Haut-a dit:
"Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il des cadenas sur leur cœur ?"
* Sourate : "Muhammad"; verset: 24.
"(Voici) un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets..."
* Sourate : "Sâd"; verset: 29.
7- Psalmodier le Saint Coran à voix haute, tout en embellissant sa voix: Allah, Le Très-Haut, a dit:
"...Et récite le Coran lentement et clairement’’.
*Sourate : "Al-Mouzzammil" (L’enveloppé ; verset: 4.
Abou Hourayra - qu’Allah soit satisfait de lui - a rapporté que le Messager dAllah a dit: "N’est pas
des nôtres celui qui ne psalmodie pas le Coran." (Hadith rapporté par Al-Boukhâri)
Abou Hourayra - qu’Allah soit satisfait de lui - a rapporté également qu’il a entendu le Messager
d’Allah dire: " Il n’est rien qu’Allah écoute avec plus d’attention qu’un prophète doté d’une belle
voix qui psalmodie le Coran à voix haute. " (Hadith unanimement approuvé)
8- Lire lentement le Saint Coran sans se précipiter. Abou Wâil a dit: "Nous étions allés un matin
chez Abd-Allah (ibn Massoud). L’un de nous dit : "Hier, j’ai récité (toutes les sourates dites) "al-
Moufassal’ (de la sourate Qâf pour certains ou AI-Houjourât (Les appartements) pour d’autres
jusqu’à la fin du Coran)." lbn Massoud répliqua : "En les lisant donc très rapidement comme on le
fait pour la poésie. Nous avons assisté à la récitation des (meilleurs) récitateurs, et je connais par
cœur les sourates semblables que le Prophète récitait (alternativement dans les prières). Il s’agit des
dix-huit sourates (dites) "Al-Moufassal" et de deux sourates commençant par "Hâ, mîm"" (Hadith
rapporté par Al-Boukhâri)
9- Lire le Coran lentement en tenant les allongements. Qatada - qu’Allah soit satisfait de lui - a dit:
Comme j’interrogeais ‘Anas ibn Malik sur la façon dont le Prophète récitait le Coran, il me dit: "Il
tenait les allongements". (Hadith rapporté par Al-Boukhfiri)

- 12 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Une autre version ajoute que Anas a ensuite récité : "Bism-illahi ar-rahman ar-rahîm" (Au nom
d’Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux) en allongeant la voyelle qui suit le lâm, celle
qui suit le mîm ainsi que celle qui suit le hâ.
Oumm Salama - qu’Allah soit satisfait d’elle - a décrit la lecture du Messager d’Allah de la manière
suivante: "C’est une lecture nette, faite lettre par lettre." (Hadith rapporté par ‘Abou Dawoud. An-
Nasâi et At-Tirmidhî. Ce dernier l’a qualifié de bon et d’authentique)
10- Faire une pause pour invoquer Allah après la lecture des versets qui mentionnent la miséricorde
d’Allah ou Ses supplices. HoudhSyfa - qu’Allah soit satisfait de lui - a rapporté: "Une nuit, j’ai prié
avec le Prophète. Il commença à réciter le début de la sourate Al-Baqara (La Vache) puis la lut
jusqu’à la fin. Ensuite il fit de même pour les sourates An-Nisâ (Les femmes) et Al-Imrân (La famille
d’Imrân). Il récitait lentement, en psalmodiant. Chaque fois qu’il récitait un verset appelant à
glorifier Allah, il Le glorifiait, chaque fois qu’il récitait un verset invitant à implorer Allah, il
L’implorait et chaque fois qu’il récitait un verset invitant à demander la protection (d’Allah). Il la
demandait."(Hadith unanimement approuvé)
11- S’efforcer de pleurer, être triste et ressentir profondément le sens des versets en lisant le Coran.
Allah - te Très-Haut - a dit:
"Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager (Muhammad), tu vois leurs yeux
déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité. Ils disent : "Ô notre Seigneur! Nous croyons :
inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent (de la véracité du Coran)."
* Sourate : "Al-Mâida" (La table servie) ; verset: 83.
"Dis : "Croyez-y ou n’y croyez pas. Ceux à qui la connaissance a été donnée avant cela, lorsqu’on le
leur récite, tombent prosternés, le menton contre terre et disent: "Gloire à notre Seigneur! La
promesse de notre Seigneur est assurément accomplie" Et ils tombent sur leur menton, pleurant et
cela augmente leur humilité".
* Sourate : "Al-lsrâ"’(Le voyage nocturne) ; versets: 107.108.109.
12- Se prosterner à la lecture d’un verset le requerrant. Une source authentique a rapporté
qu’Oumar qu’Allah soit satisfait de lui, un vendredi, récita du haut du minbar la sourate "An-Nahl"
(Les abeilles). Après avoir récité le verset requerrant une prosternation, il descendit du minbar, se
prosterna, et tous les fidèles firent de même. Le vendredi suivant, il récita la même sourate. Arrivé
au même verset il dit: " Ô gens, en récitant le Coran, nous rencontrons des versets requerrant une
prosternation. Celui qui se prosterne à leur lecture fait bien ; tandis que celui qui ne se prosterne
pas, nul reproche n’est à lui faire"... Et Oumar ne se prosterna pas. (Hadith rapporté par Al-
Boukhari)
13- Lire avec une voix intermédiaire entre la voix haute et la voix basse: Allah, le Très-Haut, a dit :
"... Et dans ta prière, ne récite pas à voix haute: et ne l’y abaisse pas trop, mais cherche le juste
milieu entre les deux".
* Sourate : Al-lsra’a (Le voyage nocturne): verset: 110.
Ouqba ibn Âmir, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah a dit : "Celui qui
lit le Coran a haute voix est comme celui qui donne l’aumône ouvertement, et celui qui lit le Coran
discrètement est comme celui qui donne l’aumône en cachette". (Hadith rapporté par ‘Aboù
Dawoùd, An-Nassaî e t At-Tirmidhî qui l’a qualifié de bon).
14- Éviter de rire, de faire du bruit et de parler au cours de la lecture du Coran: Allah, Le Très-Haut,
a dit : ‘Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement et observez le silence afin que
vous obteniez la miséricorde (d’Allah)".
* Sourate : "Al-A’râf"; verset: 204.
15- Si l’on commence à lire le Coran selon une lecture déterminée (l’une des sept), il convient par
politesse de continuer la lecture de la même manière tout au long de la séance.
16- Lire souvent le Coran et achever sa lecture fréquemment: Abd-Allah ibn Amr a rapporté que le
Messager d’Allah lui a dit : ‘Lis le Coran une fois par mois’, il lui répondit : "J’ai la force d’en faire

- 13 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

plus.’’ Le Prophète répliqua : "Lis-le en dix jours." Il lui répondit : "J’ai la force d’en faire plus." Le
Prophète reprit: "Lis-le en sept jours, pas moins." (Hadith unanimement approuvé).

1.6- REGLES A OBSERVER EN VUE DE LA MEMORISATION DU CORAN

 Introduction du Shaykh 'Abdallah Basfar:


Allah aide et facilite l'apprentissage du Saint Coran, il nous a mis dans notre « fitra -nature innée-
l'amour de Son livre comme Il nous a mis l'amour de Son Prophète et des lieux saints, vous pouvez
voir des gens fondre en larmes lorsqu'ils aperçoivent la Maison Sacrée de la Mecque. C'est ainsi
pour le Coran ; enfants, jeunes, personnes âgées, femmes, hommes tous les Musulmans désirent
mémoriser une partie du Saint Coran Si ce n'est pas la totalité. Le Prophète (salallahu ‘alayhi
wasalam) a comparé la poitrine qui ne contient rien du Coran comme une maison vide. Il (salallahu
‘alayhi wasalam) a aussi dit : " Allah a une famille. " Qui sont-ils ? Lui demanda-t-on. Il répondit
Les gens du Coran, ce Sont Sa famille et Ses particuliers -ahlouhou wa khassatouh. Ce n'est pas
nous qui décidons d'apprendre le Coran, c'est Allah qui choisit à qui Il apprend Son livre. Allah dit
: « Nous avons donné Le Livre à ceux que Nous avons choisi parmi Nos serviteurs Avec le Coran
que tu as dans ton coeur Allah te protège contre toute sorte de maladies, malheurs etc... Il est aussi
rapporté dans certains Hadiths que celui qui apprend le Coran dans Sa jeunesse, Allah mélange le
Coran à Sa chair, son Sang et ses os et il sera ressuscité avec les nobles Anges. Quand à celui qui est
âgé, il aura aussi d'énormes récompenses car il a plus de difficultés. Le Prophète (salallahu ‘alayhi
wasalam) a dit : « Le meilleur d'entre vous est celuiqui a apprit le Coran et qui l'enseigne. »

Comment apprendre le Saint Coran?


1) La volonté
Si je veux apprendre le Coran, il faut que ce soit une volonté qui vienne entièrement de moi
et non quelqu'un qui me pousse à cela, je peux répéter la page milles fois je ne l'apprendrais pas, il
faut qu'il y ait une réelle volonté qui vient du coeur. Bien sur il est tout à fait possible d'encourager
une personne pour apprendre le Coran, mais ici je parle du cas où la personne est obligée à
apprendre le Coran contre son grès.

2) L’Intention
Tout d'abord je me demande pourquoi est-ce que je veux apprendre le Coran ?
Si j'apprends pour Allah c'est bon. Mais Si je me rends compte que ma motivation est une chose de
la vie d'ici-bas il faut que je sache que le suis dans la mauvaise voie. Je dois renouveler ma niya -
intention- et faire en sorte de n'apprendre que pour la satisfaction de Dieu ; car sache que parmi les
trois premières personnes qui entreront en enfer, il y a une personne qui a mémorisé le Coran pour
qu'on dise d'elle qu'elle connaît le Coran. Donc il faut avoir une intention pure et la renouveler
assez souvent car on peut commencer à apprendre le Coran avec une bonne intention, mais plus on
avance dans l'apprentissage, plus les gens nous encouragent et nous respectent pour ce qu'on a
apprit plus notre Intention peut changer on apprend beaucoup plus pour ne pas décevoir ou pour
satisfaire les gens la prochaine fois qu'ils nous demanderont où en sommes-nous dans la
mémorisation du Coran. D'après 'Omar Ibn Al Khattab , le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a
dit: « Certes les actions ne sont récompensées que selon les intentions qui les motivent et chacun
sera récompensé conformément à son intention », Ibn Abbâs -radiya Allahou 'anhou-, disait : «
L'Homme apprend en fonction de son intention ».

3) Craindre ALLAH et s'éloigner des péchés


S'éloigner des péchés du coeur et du corps (mains, jambes, langue etc.). Parmi les péchés du coeur il
y a le kibr (la fierté), la jalousie, comment Allah peut accorder à un serviteur Sa parole alors qu'Il

- 14 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

voit son coeur préoccupé par de telles choses? Parmi les choses qui aident à tenir Sa langue il y a le
jeûne surérogatoire. Le temps passe très vite et il ne faut pas perdre Sa jeunesse dans les verbiages
futiles, les discutions inutiles ou devant la télé ou Internet. Comparons le temps que nous
accordons à nos amis pour discuter de tout et n'importe quoi et celui que nous accordons à La
Parole d'Allah. L'Imam Chafi'i -rahimahullah- disait : « Je me suis plaint à Waki' de ma mauvaise
mémoire, il m'a conseillé de délaisser les péchés et il m'a dit Sache que la science est une lumière.
Et que La Lumière d'ALLAH n'est pas donné à un pécheur. »

4) Vider son coeur de toute Chose futile et l'occuper par l'apprentissage du Coran
La personne qui veut mémoriser le Coran doit en faire sa principale préoccupation, elle doit faire
des invocations, son esprit doit être constamment avec le Coran, nuit et jour. Lorsque Allah voit
Son serviteur dans cet état, Il lui accordera certainement l'apprentissage du Coran, Il est Le plus
Généreux des Généreux. Mais que l'on ne soit qu'a demi préoccupé par le Coran, Si on l'apprend
tant mieux, Si on l'apprend pas tant pis. Celui qui montre de la négligence envers le Livre d'Allah ,
Allah montrera de la négligence envers lui. Qu'Allah nous préserve de cela.

5) Connaître, aimer et respecter le Coran


Celui qui connaît quelque chose l'aime mais celui qui ignore quelque chose la prend comme
ennemi, c'est pour cela qu'on doit connaître les bienfaits du Coran et sa valeur. On doit aimer le
Coran et les gens du Coran, ceux qui ont passé leur vie au service de Ce Livre. Respecter le Coran
Ce n'est pas un livre comme les autres, c'est La Parole d'Allah. On ne doit pas poser le Coran
n'importe où mais dans un endroit pur et ne pas déposer des choses dessus. Lorsqu' Allah voit Son
Serviteur prendre soin de Sa parole et la respecter, Il le juge digne de porter Son livre dans sa
poitrine In cha ALLAH.

6) Corriger sa lecture et sa prononciation


Une fois par an le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) récitait la totalité du Coran à Djibril, il le fit
deux fois l'année de sa mort. Si le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) récitait le Coran et le révisait
alors que c'était à lui qu'Il était révélé, que dire de nous?
Avant de me mettre à apprendre une page je la récite devant mon Professeur pour qu'il me corrige
mes fautes de prononciations pour ne pas apprendre avec des erreurs. Il est connu qu'une personne
qui corrige une page avant de l'apprendre apprend deux fois plus vite qu'une autre qui ne l'a pas
fait. S'il ne m'est pas possible de réciter devant un professeur j'écoute sur une cassette la partie à
apprendre. Une chose très importante : Apprendre à prononcer les lettres arabes pour bien faire la
différence entre un « dal » et un « dad », un « zay » et un « za » emphatique etc. Pour cela il faut
obligatoirement avoir un professeur car il me corrige alors que moi je ne suis pas conscient(e) de
mes fautes. Ce n'est pas suffisant d'apprendre avec des 1 K7 car elles ne me répondent pas et ne
m'arrêtent pas à chaque faute. Et plus le professeur est Hàfiz (personne qui connaît le Coran par
coeur), plus il est moutquine (personne qui a une bonne lecture du Coran, qui respecte toutes les
règles de tajwid) mieux c'est car il est soucieux de faire réussir ses élèves, de les pousser jusqu'à ce
qu'ils parviennent à finir le Coran. C'est très important que le professeur encourage l'élève et le
pousse à finir le Coran surtout à un moment où l'élève n'est plus très motivé. C'est ainsi qu'est l'être
Humain, des moments nous avons envie d'apprendre des pages et des pages de Coran tellement
nous sommes motivés, et par d'autres moments notre motivation est très faible, Si du moins elle est
encore présente. Qu'Allah nous préserve de la flemme et de l'incapacité surtout lorsqu'il s'agit
d'apprendre Sa Parole.
7) Rechercher l'âge d'or pour apprendre le Noble Coran
La tranche d'age dans laquelle il est recommandé d'apprendre le Coran est de 5 à 23 ans. Plus c'est
jeune mieux c'est car la mémoire est plus performante. Mais cela ne veut pas dire que Si j'ai 25 ans

- 15 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

c'est trop tard J'ai vu de mes propres yeux un Frère âgé d'une cinquantaine d'années mémoriser la
moitié du Coran en quelques mois ! Tout dépend d'Allah , ensuite de ma volonté et du travail que
je fournirai.

8) Trouver les bons moments


Il est conseillé d'apprendre quelques instants avant salat al Fadjr et après cette salat jusqu'au levé du
soleil car ce sont des moments bénis pour la communauté Musulman. Un médecin musulman qui
s'occupe de malades présentant des troubles de la mémoire dit dans un exposé sur la mémorisation
du Coran « Le matin l'esprit est bien reposé et c'est le meilleur moment de la journée pour
apprendre, de plus ce que l'on fait le matin est aimé par le coeur c'est un effet que j'ai constaté de
par mon expérience personnelle, [...] pour vous en convaincre il faut essayer pendant quelques jours
Le matin est donc dans la mesure du possible le meilleur moment pour apprendre le Coran. [...) (et
lorsque) l'on récite avant de dormir dans son lit ce que l'on a appris du Coran, pendant la journée
on se rend compte que cela améliore énormément la qualité de la mémorisation. » Un savant disait
: « Dors bien, lèves-toi avant le Fadjr et apprends, tu n'oublieras pas Si ALLAH le veut ».

9) Trouver le bon endroit


Eviter les endroits vastes tels la rue, la forêt etc. C'est peut-être bon pour la lecture mais c'est
mauvais pour la mémorisation. Il faut plutôt préférer les endroits fermés et bien aérés. Le meilleur
de ces endroits est bien sûr la mosquée; car nos yeux ne peuvent pas se poser sur des choses
interdites et mauvaises Le mieux serait de choisir un endroit par sourate, par exemple sourate Al
Baqara je l’apprends à la mosquée, sourate Ali 'Imrane je l'apprend à la bibliothèque etc. Si j'ai la
possibilité d'avoir de l'eau de Zam-Zam je la boit avec l'intention d'apprendre le Coran. C'est ainsi
que faisaient les Salafs Salahs -pieux prédécesseurs-.

10) Rester concentré et ne pas se décourager


Mes yeux regardent le Coran, ma bouche récite, mes oreilles écoutent, mais mon coeur est
préoccupé par autre chose, même Si je répète plusieurs fois il ne m'est pas possible d'apprendre sans
la présence d'esprit. Un autre point important, lorsque l'on commence à mémoriser une sourate par
cœur il ne faut pas se mettre dans la tête que cette sourate est difficile à mémoriser ou que j'aurais
des difficultés à l'apprendre ; cela S'enregistrera dans ma tête et je trouverais une très grande
difficulté à mémoriser cette sourate car dès le début je me suis mis un obstacle dans la tête. Même Si
mon entourage me dit que telle sou rate est difficile à mémoriser je dois me dire que j'ai la capacité
à l'apprendre, qu'Allah m'aidera s'Il le veut.

11) Répéter plusieurs fois


Après avoir appris une page je la répète entre 50 et 100 fois pour plus de facilités lors des révisions.
Ibn AI Djawziya -rahimahullah- conseillait de répéter la page 50 fois minimum. Sachez qu'en
Ouzbékistan ils répètent 300 fois la page. Chacun apprend à sa vitesse, quelqu'un répète quinze fois,
un autre doit répéter la page vingt fois pour l'apprendre, l'essentiel c'est que tout le monde arrive à
apprendre sa page.

12) Souligner au crayon les mots que j'oublie


Par exemple j'apprends la deuxième page de sourate Al Baqara " Ina ladhina kafarou sawaoun
'alayhim..." et le mot "sawa-oun" m'échappe à chaque fois, je le souligne et lorsque je repasse devant
ce mot je le répète plusieurs fois.

- 16 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

13) Apprendre sur le même Coran


Mes yeux photographient la page dans mon cerveau; tel verset est en haut, tel autre en bas etc. Donc
je dois apprendre sur le même Coran et préférer celui qu'on appelle « Moushaf Al Houfâz » -le livre
de ceux qui mémorisent le Coran- car chaque page commence par un verset et termine par un
verset, ceux-ci ne sont pas coupés d'une page à une autre.

14) Elever et embellir la voix


Lorsque j’apprends je dois m'efforcer d'élever la voix pour que mes oreilles entendent et facilitent
ainsi la mémorisation. Le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : " Ne fait pas partie de nous
celui qui n'embellit pas sa voix lorsqu'il lit le Coran ". Il est aussi conseillé de prendre une
mélodie car lorsque l'on révise, les mots reviennent avec la mélodie."

15) Comprendre le sens de ce que j'apprends


Si je ne suis pas arabophone je lis la traduction du passage à apprendre et j'essaye de comprendre en
Arabe. C'est aussi bien de lire l'exégèse - tafsir- du Coran car ça aide énormément la mémoire. Je
dois aussi faire très attention aux moutashabihat -similitudes-. Le tiers du Coran se ressemble. Il est
demandé aux professeurs d'indiquer aux élèves que tel verset existe aussi dans telle sourate pour que
ceux-ci insistent bien sur le wasl des ayat -la continuité des versets- pour ne pas passer d'une sourate
à une autre sans s'en rendre compte.

16) La révision permanente


Le plus important quand on S'est mit à apprendre le Coran c'est la révision. Cela ne sert à rien
d'avancer dans l'apprentissage et de ne pas réviser ce que l'on a appris auparavant, c'est comme
construire une maison d'une main et en même temps démolir ce qu'on a construit de l'autre. Parmi
les choses qui aident à la révision des pages, il y a le fait de prier pendant la nuit ou la journée des
prières surérogatoires avec ce qu'on a appris. Il est rapporté dans le Sahih Boukhari que le Messager
d'Allah a dit : « Misère à celui qui dit J'ai oublié tel ou tel verset du Coran ! Car en fait, c'est
ALLAH [soubh] qui a causé l'oubli (en omettant de le réciter constamment). Vous devez, alors, le
réciter fréquemment, parce que le Coran échappe des coeurs des hommes plus rapidement que le
font les chameaux (quand ils sont relâchés). » Une autre chose qui aide à ne pas oublier le Coran
est que lorsque je veux avancer dans une sourate, avant de commencer à apprendre une nouvelle
page je révise toute la sourate du début. Par exemple, je suis en train d'apprendre sourate Al Kahf, je
suis arrivée à la huitième page; lorsque j'ouvre mon Coran au lieu de commencer directement à
mémoriser la neuvième page, je referme mon Livre et commence à réciter la sourate du début
jusqu'à ce que j'arrive à la neuvième page et là je commence à l'apprendre. Et cela même Si la
sourate est longue et il ne me reste que quelques pages à mémoriser pour la finir. Depuis que je
mets en pratique cette méthode je trouve que ma capacité à mémoriser est beaucoup plus élevée
qu'au départ, Je suis aussi très motivée car je sais que je suis en train de bâtir sur du solide.

17) Déterminer un moment pour le Coran


Je dois choisir un moment de la journée pour le Coran, un moment que je n'accorderai à rien
d'autre, famille, invités, courses, ménage etc. Il faut que Je sois dur(e) envers moi même et que Je
sois déterminé(e). Le mieux serait d'établir un programme, par exemple une page par jour, à la fin
du mois je dois en connaître trente alors je vérifie est-ce j'ai respecté mon programme ou non.
Pendant les vacances ou les périodes libres je dois augmenter la quantité journalière à apprendre
pour avancer plus vite etc.

- 17 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

18) Faire des Invocations et des dou'as


Moi je veux apprendre le Coran. Qui a la capacité de m'aider à atteindre mon but? Par ALLAH,
personne ne détient cette capacité Si ce n'est Allah ! Même pas mon professeur, mon école, mes
parents Je dois demander à Allah de placer le Coran dans mon cœur, Lui demander de me faciliter
l'apprentissage. Demander tout cela avec sincérité et volonté pour qu'Allah réalise mon voeux, Il est
certes Celui qui répond à l'invocation de celui qui L'invoque. Il a dit : « Invoquez-Moi, Je vous
répondrai. »

19) L'assiduité dans l'apprentissage


Certaines personnes apprennent dix hizb, vingt hizb et s'arrêtent ; quand tu leur demande pourquoi
elles se sont arrêtées, elles te répondent « Fais moi des invocations pour que Dieu m'aide a
continuer » bien sûr qu'on va lui faire des invocations mais pourquoi elle s'est arrêtée, les douas ça
ne suffit pas Si je ne fais rien à coté, il faut continuer, suivre le chemin jusqu'à arriver à son but in
cha- ALLAH. Si nous avons pendant une période plus de travail que d'habitude, nous diminuons la
quantité quotidienne à apprendre mais nous ne nous arrêtons en aucun cas, car recommencer après
s'être arrêté est très difficile.

20) Appliquer ce que j'ai appris


Je dois essayer au maximum d'appliquer ce que j'apprends pour que ça reste bien dans mamémoire.
Les Compagnons du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) dès qu'ils apprenaient un verset ils le
mettaient en pratique, à tel point que certains Compagnons mirent des années et des années pour
finir la mémorisation du Coran ! Lorsque le Coran était récité et qu'ils entendaient « Ya ayyouha
ladhina Amanou ! » -Ô Vous qui avez cru !- ils tendaient l'oreille et étaient prêts à exécuter les
ordres de ce verset.

21) Enseigner ce que j'ai appris


Il a été rapporté que le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : " Le meilleur d'entre vous est
celui qui a apprit le Coran et qui l'a enseigné ".Je ne suis pas obligé(e) d'attendre de finir de
mémoriser le Coran pour commencer à enseigner. Je peux enseigner quelques règles de tajwid de
bases à des personnes débutantes ou moins savantes que moi pour la baraka du 'ilm -la bénédiction
de Dieu dans ma science-. J'ai entendu dire par mon professeur -qu'Allah le bénisse- « La valeur d'un
savant n'est pas en fonction de la quantité de sa science mais plutôt en fonction de ses élèves et il
nous citait en exemple Shaykh Ibn Taymiyah -rahimahullah- qui avait de nombreux élèves qui
devinrent d'éminents savants dont Ibn AI Djawziya et Ibn Kâthir -rahimahumullah-.

Conclusion
In cha- ALLAH après avoir lu ces conseils, je me fais un programme et je le suis petit à petit jusqu'à
mémoriser tout le Coran. Si j’apprends une page par jour je fini la mémorisation dans 2 ans in cha-
Allah Je me conseille ainsi qu'à vous de ne pas perdre de temps, la vie est courte, le temps passe vite
et la mémorisation du Coran n'est pas donnée à tout le monde ; Allah peut m'éprouver pour voir Si
je suis apte à porter le Coran dans ma poitrine. Je ne dois pas baisser les bras devant chaque
difficulté ou chaque épreuve, serait-ce un professeur sévère, un entourage qui n'est pas favorable à ce
que je fais, une mauvaise mémoire ou des oublis fréquents. Dans toute chose qu'Allah crée il y a
une sagesse, et la sagesse qu'il y a dans l'oubli du Coran est que quand je l'oublie je le révise et je
passe beaucoup de temps avec Lui. Mais Si je ne l'oublierais pas je le délaisserais. Quelque chose que
nous nous procurons avec facilité n'a pas beaucoup de valeur pour nous, mais par contre quelque
chose qui est rare et que nous avons du mal à nous procurer a beaucoup de valeur pour nous et
nous lui accordons beaucoup d'estime. C'est ainsi pour la mémorisation du Coran, il faut que je
m'arme de beaucoup de patience, de modestie et de persévérance car ce n'est pas chose facile !

- 18 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Comme ça le jour où j'aurais mémorisé la totalité du Livre d'Allah je serais conscient(e) de la valeur
de ce qu'il y a dans ma poitrine et je ne serais pas avare de le partager car celui qui a le Coran a un
trésor qui ne diminue jamais. Quel bon ami le Coran ! Le jour où nul ami dévoué ne s'enquerra
d'un ami Je dois demander à Allah de m'honorer en m'élevant au rang de Hafiz AI Coran et de me
faciliter le chemin du bien. Aussi, je vous conseille de garder ces feuilles qui contiennent les 21
conseils et de les ressortir de temps en temps car on oublie beaucoup et le fait de les relire vous
remotivera pour aller de l'avant. Je demande à Allah de nous aider à mémoriser Son Livre et de
nous choisir parmi ceux qui portent Sa Parole dans leur poitrine, de purifier notre intention et
de nous protéger contre l'ostentation.

- 19 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

1ère Partie :

ALPHABETISATION
Selon Ibn Mas'ùd (das), le Messager de Dieu: à dit «Celui qui lit une seule lettre du Coran
s'inscrit une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que «alm» (lettres
énigmatiques se trouvant au début de certains chapitres du Coran) est une lettre, mais A est une
lettre, L est une lettre et M est une lettre». (Rapporté par Attirmidhi)

Selon 'Âisha (das), le Messager de Dieu a dit: «Celui qui lit assidûment le Coran et qui excelle
dans sa lecture, sera avec les nobles Anges Messagers qui ne font qu'obéir à leur Seigneur. Celui qui
lit péniblement le Coran et en hésitant dans sa lecture aura quand même deux salaires: (une joie
dans ce monde et une joie dans l'autre)». (Unanimement reconnu authentique)

- 20 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.1 : LETTRES DE L’ALPHABET ARABE

1.1- INTRODUCTION

La lecture de l’arabe paraît simple si les nuances entre les lettres sont levées. Ces nuances
sont observées aussi bien dans la prononciation que dans l’écriture. Il va falloir donner le droit de
chaque lettre tout en la prononçant de son lieu de phonation comme elle a été révélée. Les letttres
de l’alphabet présentent de légères modifications dans l’écriture selon qu’elles soient en début, au
milieu, en fin de mot ou isolées. Il faut souligner que les lettres de l’alphabet au nombre de vingt
huit (28) sont toutes des consonnes. Les voyelles ne faisant pas partie de l’alphabet sont
matérialisées par des signes.
Il est important de connaître le nom des lettres non vocalisées c'est-à-dire sans les voyelles.
Car dans certains versets du Saint Qur’an (versets liminaires), certaines lettres apparaissent sans
voyelles (lettres énigmatiques). Cela s’observe dans les sourates yâ sîn, Baqarah (alif lâm mîm),
Qalam (noûn) etc.

1.2- PHONATION DES LETTRES (MAKHRADJ HOUROUF)


°
Al-makhraj (‫)ا ج‬, au pluriel : al-makhârij (‫ )ارج‬désigne l'endroit d'où sort la
lettre (son lieu d’articulation) qui la différencie des autres lettres. Il existe 17 points de sorties qui
proviennent de 5 organes. Ces 17 points correspondent à la phonation des vingt-huit (28) lettres de
l’alphabet arabe (voir Chap.13). Cependant, nous présenterons de façon succincte ces différents
points d’articulations en cinq(5) groupes de lettres. Ainsi, les quatres groupes sont [2] :
- (1) les lettres ordinaires (qui ont leur phonétique dans l’alphabet français)
- (2) les lettres interdentales
- (3) les lettres emphatiques
- (4) les lettres de gorge.
- (5) les lettres de la cavité nasale faisant référence à tous ce qui est « ghounnah (son
nasal). Voir partie Tadjwîd (Ikhfa, Idghâm, Noûn et mîm Mouchaddadatain).

NB : Ce chapitre doit prendre plus de temps possible pour que les uns et les autres rendent la prononciation
parfaite des lettres, et maîtrisent les nuances entre elles. La mauvaise prononciaton des lettres fait partie des
fautes évidentes dans la lecture.

1.2.1- lettres ordinaires


Ces lettres se prononcent presque de la même manière en français. Elles ont leur phonétique dans
la langue française (tab. 1). Le lecteur francophone, n’aura donc pas du mal à les prononcer.

- 21 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Equivalent dans l’alphabet Forme de la lettre Nom de la lettre


Française
B  Bâ :)
T ‫ ة‬ Tâ :)
dj ‫ج‬ djîme

D ‫د‬ dâl
Z ‫ز‬ Zâ :)

R ‫ر‬ Râ :)

S ‫س‬ sîne
Ch ‫ش‬ chîne

F ‫ف‬ Fâ :)

K  Kâf
L  lâm

M ‫م‬ mîm

N  noûn
W wâw

Y ‫ي‬ Yâ :)

NB : On étudiera la prononciation des lettres avec la voyelle fat’ha (équivalent du « a ») matérialisé par un
trait au-dessus de la lettre avant l’étude véritable des voyelles.

1.2.2- Lettres interdentales


Ces lettres sont des variantes des premières précitées (groupe 1), elles n’ont pas de correspondants
dans la langue française. Pour l’acquisition de ces sons, il faudra intercaler la langue entre les dents
en prononçant leurs variantes du groupe 1 d’où le vocable de lettre interdentales. Elles sont au
nombre de trois (3) : " ; & ; $
‫س‬ ‫ز‬ ‫ز‬ Variantes

" ‫ذ‬ $ Lettres interdentales

Makhradj

NB : Le ( $ ) se distingue car il réunit les caractéristiques de 2 types de lettres. En même temps qu’on
intercale la langue entre les dents, on arrondit le palais (emphase) pour sa prononciation.
Lire :
"; & ;$ "; & ;$ "; & ;$
- 22 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

1.2.3- Lettres emphatiques (lettre d’Al Isti’lâ)


C’est aussi des variantes des lettres du premier groupe. Elles sont déduites de celles-ci en
arrondissant le haut du palais, ou en "remplissant la bouche". Ceci a pour conséquence de mettre
°
une note d’emphase (  ) sur la lettre. Les lettres emphatiques sont au nombre de sept (7) :

 ‫ز‬  ‫د‬ ‫س‬ Variantes

‫( ق‬qôf) ‫( ظ‬zô:]) ) (tô:]) ‫(ض‬dôd) + (sôd) Emphatiques

Makhradj

 A ces (5) cinq lettres, il faut ajouetr le ‫ غ‬et le ‫ خ‬qui sont en même temps des lettres de gorge.
Lire : ‫ ق‬- ‫ ظ‬- ) - ‫ ض‬- +
NB : Il faut signaler que certaines lettres qui originellement ne sont pas emphatiques le deviennent dans des
circonstances bien précises. Il s’agit entre autre de la lecture du « Lâm » (  ) dans le nom suprême

(majestueux) de Dieu (Lafzoul Djalâlah) ou et la lecture de la lettre « Râ » plus


complexe qu’on verra dans le Chap.9 du Cours deTadjwîd. Pour l’instant retenons que le « Râ »
surmonté d’un fat’ha ou d’un dommah se lit avec emphase.
Exemple: se lira " wa rôayta" et non " wa raayta"
se lira " Rôb-bika" au lieu de " Rab-bika"

Par contre, le « Râ : » surmonté d’un kasra se lit avec délicatesse (tarqîq), donc légèrement.

Makhradj du Râ Makhradj du Lâm

- Dans le cas du lâm dans Lafzoul Djalâlah, il y a trois (2) possibilités


 S’il est précédé de la voyelle kasra, on lit le lâm avec Tarqîq (
) càd sans emphase.

Lafzoul djalâlah est précédé de kasra


;

 S’il est précédé de Damma, on le lit avec tafkhîm (emphase) plus prononcé que le cas du fat’ha.
Aussi si Lafzoul Djalâlah est isolé ou en début de verset, il se lit avec emphase.

Précédé de damma Précédé de Fat’ha

( S5 V114)

- 23 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

NB : Il existe des degrés de tafkîm pour les lettres d’al Isti’ lâ (lettre emphatiques) voir chap. 14 (partie 1.3)

1.2.3- Lettres de gorge ou glottales (houroûfoul halquî)-  ‫ا‬

Ces lettres ont leur phonation dans la gorge et ce sont les lettres de l’Izhâr. La bonne prononciation
de certaines d’entre elles s’acquiert au prix d’un long entraînement. On distingue six (6) lettres de
gorge subdivisées en trois (3) groupes en fonction du niveau de la gorge constituant l’articulation.
Le lecteur doit faire l’effort pour que les lettres sortent effectivement au lieu indiqué.

1- dans le bas de la gorge, sortent le Hamza (‫ )ء‬et le Ha (‫)هـ‬


2- au milieu de la gorge, sortent le 'ayn (‫ )ع‬et le ha (‫)ح‬
3- en haut de la gorge, sortent le ghayn (‫ )غ‬et le kha (‫)خ‬. Ces deux (2) lettres se
prononcent aussi avec emphase

Lire : ‫ ع‬- ‫ح‬- ‫ خ‬- ‫ غ‬- ‫أ‬ - ‫ه‬

La figure ci-après est une figure récapitulative des différents lieux de phonation (Mâkharidj)

Figure résumant les différents lieux de phonation

Exercice : - Apprendre à écrire les lettres de l’alphabet


- Faire des tests de prononciation sur les lettres qui sont nuancées
- Lire l’ensemble des 28 lettres de l’alphabet.

- 24 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.2 : POSITION DES LETTRES DANS LE MOT

Les lettres de l’alphabet arabe s’écrivent de différentes façons en fonction de la position dans
le mot. Selon qu’elle soit au début, au milieu, à la fin du mot, ou isolée, elle aura une manière
spécifique d’être écrite. On aura donc des mots où toutes les lettres ne sont pas liées. On distingue
donc quatre (4) formes de la lettre qui correspondent à 4 positions dans le mot.

NB : Les 28 lettres avec les quatre formes d’écriture sont aux pages 32 et 33.

2.1- FORMES LIEES


Elles sont au nombre de trois (3) à savoir la position initiale, la position médiane (PM), et la positon

finale (PF). Dans le mot « » », nous avons trois lettres liées, avec :
- le « ha » est en début de mot, ou en position initiale (PI)
- le « sîne » est en milieu de mot, ou position médiane (PM)
- le « dâl » est en fin de mot, ou position finale (PF)
Chacune des lettres de l’alphabet peut, selon le mot dans lequel elle figure se trouver dans l’une des
trois positions. Dans chacune, elle prendra une forme légèrement différente.

2.2- FORME LIBRE OU ISOLEE (4ème forme)


Dans le mot la dernière lettre qui est le sîne ‫ س‬n’est ni en position initiale, ni en position
médiane, ni en position finale puisqu’ elle n’est pas liée à la lettre précédente. On dit qu’elle est en
position libre ou isolée.

Exemple :

NB : Il y a des lettres qui ne se lient pas aux lettres suivantes, elles ont donc 3 formes ( la forme
médiane n’existe pas). Il s’agit des lettres :
 - ‫ و‬-  - ‫ ز‬- ‫ ذ‬- ‫ د‬-‫ر‬
Exercice : Reconnaître la lettre et sa position dans la liste suivante

  ; 5 ‫ ح‬6 ‫ أ‬7   8 9 :
‫ف‬ < ‫د  خ > ط ض‬ ‫ة س ر‬
 ?+ ‫ ع ج @ ه‬A B C ‫ غ‬D EF
G ‫ ز‬H ‫  ذ‬H ‫ ى و‬K ‫ ي‬ L 
M NO P Q ‫ م   ك ق‬S ‫ث‬

- 25 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.3 : ETUDE DES VOYELLES

Dans la langue arabe, il n’existe pas de voyelles dans l’alphabet. Ces voyelles sont représentées par
des signes d’orthographe (des accents sur la lettre). Il existe deux types de voyelles : (i) les voyelles
simples et (ii) les voyelles doubles (ou Tanwîn).

3.1- VOYELLES SIMPLES (3 sortes)


Les voyelles simples sont de trois sortes, elles sont aussi appelées voyelles brèves.
a- Al-Fat’ha matérialisé par un trait au dessus de la lettre et donne le son « a » :  = "ba"
b- Al-Kasra donne le son « i », cette fois-ci le trait est en dessous :  = "bi"
c- Ad-damma donne le son « ou » matérialisé par une virgule au dessus : 
Exercice : Lire les lettres de l’alphabet surmontées des différentes voyelles

‫ ق‬- ‫ ظ‬- ) - ‫ ض‬- + ‫ ق‬- ‫ ظ‬- ) - ‫ ض‬- +


‫ ع‬- ‫ ح‬- ‫خ‬- ‫ غ‬- ‫ أ‬- ‫ه‬ ‫ ع‬- ‫ ح‬- ‫خ‬- ‫ غ‬- ‫ أ‬- ‫ه‬
Exercice : Lire ces syllabes
- ‫ ر‬- K8 - ‫ م‬- ‫ر‬F ‫ ذ‬- F - ‫ ز‬- ‫ف‬F - FH‫ ه‬- ‫ر‬B - ‫ هض‬- Q - ‫ر‬S

‫ أرك‬- ‫ هذ‬- ‫ رض‬- ‫ف‬S - ‫ ذأ‬- ‫ ?ث‬- ‫ف‬N - HA - ‫ م‬- ‫ق‬M‫ ط‬- ;> - DS

‫م‬P - ‫م‬O‫ ه‬-‫ د رس‬- ‫ > ط‬-


3.2- VOYELLES DOUBLES OU TANWIN ( !"#‫) ا‬
Elles consistent à dédoubler dans l’écriture les voyelles simples. Dans la prononciation, cela
a pour conséquence d’ajouter un noûn sâkinah ( $"‫ ) ا"ن ا&آ‬c-à-d un noûn muet à la voyelle
sans qu’on ne le voit à l’écrit. On distingue trois sortes :

a- Tanwin Fat’ha « an ». Exemple : F Lakan (exception dans l’écriture)

b- Tanwin Kasra « in ». Exemple : F Lakin

c- Tanwin Damma « oun » F Lakoun

Exercice : Lire toutes les lettres de l’alphabet surmontées des voyelles doubles

- 26 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

3.3- EXCEPTION DANS L’ECRITURE ET LA LECTURE DU


TANWIN FAT’HA

 Dans l’écriture, le tanwin Fat’ha s’accompagne toujours d’un alif, c’est à dire que la lettre qui
portera le tanwin fat’ha sera suivie d’un alif (exples a et b) à ne pas confondre avec le alif du madd
(allongement des voyelles simples). A l’exception du Ta Marbouta( ‫ ) ة‬qui ne sera pas suivi de alif
(exple c)

(a) (b) (c)


 Dans la lecture, lorsque le tanwin fat’ha se trouve à la fin d’un verset ou à une pause volontaire
ou involontaire (indiquée par les signes d’arrêts) dans la lecture du Saint Qur’an, il se lit comme un
fat’ha simple allongé en deux mouvement (ou temps) (2 harakât).

Azwâdjâ awtâdâ

Cependant, si en fin de verset on a un Ta marbouta qui porte le fat’hatâni (tanwîn fat’ha), on le lit
‫ه‬
comme un Haou sâkinah ( ° ). Exple : (Sourate 79_V11)

Nakhirah

KhâsiraH

**NB : A côté de ces principales voyelles, il existe d’autres types qui ne sont pas véritablement des voyelles. Il
s’agit du Soukoun (voyelle muette) et les voyelles longues dues au madd (l’allongement) que nous verrons
respectivement dans le chapitre des signes d’orthographe.

- 27 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.4: LES SIGNES D’ORTHOGRAPHE

4.1- SOUKOUN OU VOYELLE MUETTE ( ° ou )


Le soukoun est un signe qui sert à absorber la voyelle dans la prononciation de la lettre. Il est
matérialisé par un rond au dessus de la lettre à ne pas confondre avec celui du alif (Chap 11).
Exemple : ‫أ‬
° # ‫أ‬ 6
° # 6 ‫د‬CM
° # ‫د‬CM
(ab) (aba) (tah) (taha) (bA’da) (baAda)

Dans l’exemplaire du coran du complexe du roi Fahd le soukoun est représenté par le signe ( )
qui n’est pas parfaitement plein. Lorsque le Ayn « ‫ » ع‬et le Hamza «‫ » ء‬sont surmontés d’un
soukoun, la lecture du mot se fait en marquant une légère pause (rupture) dans la lecture des
syllabes de part et d’autre des lettres en question. Cependant, pour le Ayn la rupture est plus sèche
que dans le cas du hamza.

(a] boudou) (Ya] lamou) (bini]mati) (Mou’minan) (fata’toûna)

Exercice : Lire ces mots

4.2- CHIDDA ( )
C’est un signe qui surmonte la lettre et qui permet de dédoubler la consonne dans la lecture. On
insistera plus sur la lettre qui porte un chidda dans la prononciation. Dans le cas du noûn

mouchaddadah ( ) et du mîm mouchaddadah ( ) surmontés du chidda, le dédoublement est


accompagné d’un nasillement (en faisant sortir le son nasal)

(bi Rôb-bi) (char-ri) (fasôl-li) (oum-matin) (on nasille le mîm)

4.3- Tâ :] MARBOUTA ( ‫ ة‬- )


C’est la marque du féminin. Il s’écrit (‫ ) ة‬lorsqu’il est en position libre et ( ) lorsqu’il est lié. Il se
lit comme un Ta :] si on ne s’arrête pas à son niveau. Cependant, lorsqu’on veut s’arrêter sur un un
Ta:] marbouta dans la lecture, il se lit comme un « Haou » surmonté d’un soukoun ( ° ).
‫ه‬
Ici le ta : marbouta est lié
-si on s’arrête si le 1er verset, on lira :
« Al qâraiaH (pause) malqâriaH »
-si on ne s’arrête pas sur le 1er, on lira
(…MoûqadaH).
« Al qâriatou mal qâriaH »

- 28 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

4.4- LE WASLA ( )

4.4.1- Définition
C’est un petit Sôd (V) que l’on place au dessus du alif. Il permet la liaison entre les mots. Ainsi le
alif qui porte un wasla (hamza wasla) ne se lit que lorsqu’il est au début de la phrase ou du verset
(ou après une pause indiquée par les signes d’arrêt) (a). Il ne se prononcera pas lorsqu’il est au
milieu, et dans ce cas, il sert à faire la liaison avec le mot suivant (b).

Iqra’bismir-rabikal-ladzî khalaq
(a)
(b) (b)
4.4.2- Lecture du Wasla

 Dans l’article défini ( ) alif-lâm). Le Alif porteur du wasla se lira toujours comme un fat’ha
« a » s’il est au début de la lecture. Exemple de la sourate 112 –Verset 2
(Allahous-sômadou)

 Par contre le wasla dans un verbe à l’impératif a deux manières d’être lue.
Dans le verbe, après le alif surmonté du wasla, nous avons une lettre qui porte un soukoun. La
voyelle de la lettre suivante c’est-à-dire la troisième conditionne la lecture du wasla.
 Si la troisième lettre porte un fat’ha ou un kasra, le alif surmonté du wasla se lit comme un
kasra « i ».

La 3ème lettre le Ra porte un Fat’ha La 3ème lettre qui est le djîm porte un
donc le wasla se lit « i » kasra. Le wasla se lit « i »
 Si la 3ème porte un damma, dans ce cas le wasla se lit comme un damma « ou ».

La 3ème lettre le djîm porte un Damma


donc le wasla se lit «ou»

 Dans le cas des autres temps comme le passé où la deuxième lettre porte une voyelle autre que le
soukoun, le wasla se lit toujours comme un kasra « i ».

(it-tabiOu)

4.5- L’ARTICLE DEFINI (ALIF-LAM) : ( )


L’article défini est désigné par ( ). La lecture ou non du lâm dépendra de la première
lettre du mot qu’il accompagne. Il y a donc deux variantes selon que cette lettre soit dite lunaire
(QamariyyaH) ou solaire (ChamsiyyaH).

4.5.1- Le lâm lunaire


Le lâm lunaire : ‫ ية‬B‫م ا‬W‫ ا‬C'est le lâm de l'article défini (‫ )ال‬qui précède l'une des 14 lettres
suivantes. Règle à lui appliquer : On le prononce clairement. Ceci est du a l'éloignement qui existe

- 29 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

entre le point d'articulation (makhradj) du lâm et celui de ces 14 lettres. Le lâm dans ce cas portera
un soukoun à l’écriture. Les 14 lettres lunaires sont :
:‫ع‬ ‫ م‬ ‫ ق ي ه‬F ‫خ ف غ‬ ‫ج‬ ‫ح‬ ‫أ‬

- -
(Al aw-walou) (Al qôria’H) (Al djin-nati)

4.5.2- Le lâm solaire


Le lâm solaire :  NS‫م ا‬W‫ا‬ C'est le lâm de l'article défini qui précède l'une des 14 lettres
suivantes :
  < ‫ ط ذ س‬P ‫ر ز‬ + ‫د  ث ض‬
Règle à lui appliquer : On l'assimile à la lettre qui le suit. Ceci est dû à la similarité ou à la
contiguïté qui existe entre le point d'articulation du lâm et celui de ces 14 lettres. Le lâm ne portera
pas de soukoun, on ne le lit plus et on prononce directement la lettre suivante qui sera surmontée
d’un chidda. Tout se passe comme si le lâm est devenu la lettre solaire.

As-samâi An-nâssi Ach-chamssou

4.5.3-" Télescopage "de l’article (Wasla + lettre solaire)


C’est lorsque l’article défini précède un mot commençant par une lettre solaire, et que le alif-lâm se
trouve au milieu de la phrase (permettant donc la liaison). On parlera dans ce cas de téléscopage. Car
on ne lira ni le wasla, ni le lâm. Le wasla tombe à cause de la liaison avec le mot précédent et le lâm
tombe par assimilation. On lit directement la première lettre du mot qui suit le alif-lâm. Exple:
Wat-tîn (après le Wa on lit directement la syllabe Ti)

(…….soudoûrin-nâssi)

(……..wan-nâssi)

4.6- L’ALLONGEMENT DES SONS (ou Madd)


4.6.1- Définition
Le madd signifie de façon sémantique allongement des sons, plus précisément des voyelles simples
(brèves). Il existe différents types de madd en partant des plus simples jusqu’au plus complexe. Dans
le cadre du cours, nous nous limiterons au madd naturel. Les autres types seront étudiés dans le
cadre du cours de Tadjwîd.
Une prolongation a lieu, lorsqu’une de ces trois lettres de madd (houuroûfoul Madd) ne portant
pas de voyelle suit une lettre vocalisée (portant une voyelle).
‫ا‬
- le Alif ( ) ou ( ) lorsqu’il est précédé d’une lettre porteuse de fat’ha (tire fat’ha)
- le Waw ( ) ou ( ) lorsqu’il est précédé par une Domma (tire la damma)
- Le Ya (‫ )ي‬ou ( ) lorsqu'il est précédé par un Kasra (tire le kasra)

- 30 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

4.6.1- Madd naturel (normal) :


C'est une prolongation de base qui se prolonge toujours de 2 temps [harakatâni] et pas plus. Dans
ce cas la lettre de madd n’est ni précédée, ni suivie d’un hamza ou d’un Soukoûn. Exemple :
; ;
M #  ‫ ف‬# Z ‫ زو‬# ‫ز‬
(bâ) (ba) (fi) (fî) (zoû) (zou)

NB : 1 temps d’allongement ou 1 harakâh consiste à l’allongement qui dure le temps


qu’on prend pour plier ou pour déplier un doigt = au temps de la pronciation d’une
lettre avec voyelle brève.

4.6.2- Exception du Madd


La règle générale indique qu’une fois la voyelle longue (une lettre de Madd) dans les prépositions
ou un mot quelconque est suivie d’un Wasla de liaison, cette voyelle devient automatiquement
brève.
Transcription Exemple Type
(Il-lal-ladzîna)
Et non (Il-lâl-ladzîna)
(AlalHoudâ) et non
AlâlHoudâ
(Khalaqnal insâna) et non
(Khalaqnâl insâna)
(wa you’touz-zakâta) et non
(wa you’toûz-zakâta)

4.7- ECRITURE DU HAMZA


Le hamza proprement dit est représenté par le signe ( 7 ). Celui-ci peut se trouver seul sans support
dans le mot (Exple ) ou accompagné d’un support (les lettres de madd) qui peut être soit

- le alif ( ) ‫ا‬
- le waw ( ‫و‬ )

- le ya ( ‫ ) ى‬privé de ces deux points le ya est en position médiane

- 31 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

NB : Le support du hamza n’a aucune incidence sur la prononciation

4.8- ESTHETIQUE DANS L’ECRITURE


Le mot [ est composé de deux lettres (le lâm et le alif). Mais par souci d’esthétique, le alif est
oblique. Outre cela, ll existe d’autres types d’agencement des lettres. Dans ces exemples le alif est la
deuxième lettre et c’est elle qui porte le hamza. ]  ^ \
(bihi) (yadj) (alkha) (La prémière lettre est celle qui est au-dessus)

Exercice final : Après une révision générale des différentes leçons de la première partie, on pourra
commencer à déchiffrer dans le coran en commençant par la sourate l’ouverture (fâtiha). Il faudra
s’exercer beaucoup avant d’entamer la deuxième partie (le tadjwîd). Avant la lecture du coran, lire
attentivement les règles de bienséance.

Tableau récapitulatif des lettres et leurs quatre formes dans le mot

- 32 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

- 33 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

2ème Partie

LEÇON DE TADJWîD
Selon 'Âisha (das), le Messager de Dieu a dit: «Celui qui lit assidûment le Coran et qui excelle
dans sa lecture, sera avec les nobles Anges-Messagers qui ne font qu'obéir à leur Seigneur. Celui qui
lit péniblement le Coran et en hésitant dans sa lecture aura quand même deux salaires: (une joie
dans ce monde et une joie dans l'autre)». (Unanimement reconnu authentique)

- 34 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.1 : DEFINITION ET BUT DE L’ETUDE DU TADJWÎD

La démarche fondamentale de la lecture bitadjwîd (avec tadjwîd) reste la suivante:


 Apprendre les points d’articulation des lettres (1ère partie ou chap. 13)
 Reconnaître les attributs des lettres (sifatoul hourouf Chap. 14)
 Connaître les règles de tadjwîd
 Etudier sous la supervision d’un maître

1.1- DEFINITION & BUT

Le mot Tadjwîd vient de la racine arabe "Jawwada" qui signifie "rendre meilleur", ou
"améliorer". En tant que terme, il signifie chez les spécialistes de la lecture du coran la science qui
permet de réciter le coran correctement, en prononçant chaque lettre convenablement avec son
makhraj (sa phonation) et sa sifa (son attribut) qui conviennent, naturellement et sans forcer,
conformément à ce qui a été transmis du prophète ( ). Le but de l'apprentissage du tadjwîd est
de préserver le lecteur de commettre des erreurs dans sa récitation du coran afin de plaire à Allah le
trés-haut.

1.2- PRECURSEURS DE CETTE SCIENCE

Le premier qui a instauré cette science de manière pratique est notre prophète et envoyé
Muhammad ( ), qui l'a reçu de l'archange Gabriel, qui lui-même l'a reçue de Dieu exalté Soit-Il.
Le coran a été en effet révélé avec une récitation qui lui est spécifique, et qui se lit différemment de
tout autre texte. Quant aux premiers qui ont établi les règles théoriques, ce sont les savants de la
langue arabe tels que al-Kalil ibn Ahmed al-Farahidi et son élève Sibawayh.

1.3- POSITION LEGALE

Ce sous chapitre traitera du caractère juridique de la science du tadjwîd. Elle se subdivise en


deux parties légales qui sont :

1.3.1- Ilm at-tadjwîd an-nazarî :

Elle consiste en la connaissance des règles théoriques du tadjwîd, de ses normes, de ses
conditions et de ses appellations, telles que ahkâm al-madd (les règles de l'allongement), les règles du
nûn as-sâkina wa at-tanwîn, et autres. La connaissance de cette science incombe à la communauté
islamique mais non à chaque musulman (fard kifâya). En d'autres termes, il suffit que quelques
musulmans connaissent cette science pour que le reste de la communauté soit épargné du péché.

1.3.2- Ilm at-tadjwîd al- `amalî

Elle s’appuie sur la connaissance pratique de règles de tadjwîd. C'est la manière correcte et
juste de la récitation du Coran, comme l'a récité le Prophète de Dieu ( ). Cette connaissance est
obligatoire à tout musulman ou musulmane qui désire lire ou apprendre quelques versets du Coran
(fard 'ayn), dans la mesure de ses possibilités. Les preuves de son caractère obligatoire sont
nombreuses : Dieu dit : « Et récite le Coran, lentement et clairement» (S 73 / V 4). Les

- 35 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Compagnons ont reçu cette récitation directement du Prophète ( ) qui l'accentuait par une
lecture particulière et singulière. Ce dernier a reçu cette manière de réciter de l'ange Gabriel, qui l'a
lui-même reçue de Dieu - exalté soit-Il. Il est donc obligatoire de réciter le Coran de cette manière.
Dieu dit: « Ceux à qui Nous avons donné le Livre, qui le récitent comme il se doit, ceux-là y croient.
»( ) Ceux, donc, qui ne récitent pas le Coran conformément à la manière dont il a été révélé ne
le récitent pas comme il se doit. L'imam Ibn al-Jazarî (Rahimahoullah) dit dans sa Muqaddima : «
La connaissance du tadjwîd est une obligation, celui qui récite le Coran sans tadjwîd commet un péché. Certes
Dieu l'a révélé ainsi, et c'est ainsi qu'il nous est parvenu. »

1.4- NIVEAUX DE LA LECTURE DU CORAN

Il y a trois niveaux de lecture différents qui font partie intégrante du tartîl :

 At-tahqîq : C'est donner à chaque lettre ce qui lui revient de droit tel l'allongement (al-madd), la
prononciation correcte de la hamza, des voyelles brèves, le respect de la ghunna (nasillement), en
lisant lentement et sereinement. Cette lecture est particulièrement recommandée aux professeurs
lors de leur enseignement.
 Al-hadr : C'est une lecture rapide du Coran tout en respectant les règles du tadjwîd.
 At-tadwîr : C'est un niveau intermédiaire entre at-tahqîq et al-hadr.

NB : Lorsque le lecteur lit selon at-tahqîq, il ne doit pas tomber dans l'excès en allongeant de manière anormale
certaines lettres.

1.5- DIFFERENTES ERREURS DE LECTURE

1.5.1- Al-lahn al jaliyy (erreur considérable, évidente)

C'est une erreur qui va en opposition avec les règles essentielles de la langue arabe, elle peut
ou non changer le sens de la phrase. On l'appelle jaliyy (évidente) car c'est une erreur qui paraît
évidente aussi bien pour les spécialistes du tadjwîd que pour des non-initiés. Changer par exemple
un en est une erreur dite jaliyya (évidente). Celui qui commet un lahn jaliyy commet un
péché.

1.5.3- Al-lahn al-khafiyy (erreur dite latente ou imperceptible) :

C'est une erreur qui n'est pas en opposition avec les règles de la langue arabe, elle ne change
pas non plus le sens, mais elle intervient lorsqu'elle est en désaccord avec une règle spécifique au
tadjwîd. Elle est appelée khafiyy car seuls les initiés au tadjwîd peuvent percevoir cette erreur. Ne pas
faire la ghunna lorsque cela l'exige ou bien allonger (madd) une lettre qui ne fait pas l'objet d'un
allongement est considérée comme un lahn khafiyy. Les savants de la science du tadjwîd considèrent
le lahn al-khafiyy comme étant makrû (détestable).

- 36 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.2: AL ISTIÂDHA & BASMALAH

2.1- AL ISTIâDHA (‫ذة‬C_`[‫)ا‬

Lorsque nous nous apprêtons à lire le Coran, Dieu le Très-Haut nous a ordonné de Lui demander
protection contre Satan. Dieu dit : « Lorsque tu lis le Coran, demande protection de Dieu contre le
diable banni.» (Coran16/98). Les formules de demande de protection (appelées en arabe al-isti
`âdha) sont nombreuses, parmi les plus connues :

(avec Chidda sur les lettres Chîne et Râ)

cette formule est celle citée dans le Coran (16/98) et la plus utilisée. Nous avons aussi :

« Aoudzou billahi SamîIl Alîm minach-chaytônir- radjîm »

2.1.1- Lecture de Al-Isti`âdha

 Al-isti`âdha se dit à voix basse dans quatre cas:

- Lorsque le lecteur lit à voix basse, qu'il soit seul ou dans une assemblée.

- Lorsqu'il est seul, qu'il lise à voix basse ou haute.

- En Salât, qu'elle soit à voix haute ou basse.

- Lorsque le lecteur se trouve dans une assemblée où on lit le Coran et qu'il n'est pas le premier à
réciter, ceci afin de garder la continuité de la lecture commune. Cependant, si la lecture est
interrompue pour un motif quelconque et que l'on souhaite reprendre cette lecture, on récite alors
al-'isti `âdha à voix haute.

 Il est recommandé de la lire à voix haute dans deux cas:

- Lorsque le lecteur lit à voix haute et que les gens autour de lui l'écoutent.

- Dans le cadre de l'enseignement.

Remarque : Lorsque le lecteur souhaite réciter un passage d'une sourate qui n'est pas le début de celle-ci, il
prononce la formule d'al-'isti'âdha. Cependant, il n'est pas recommandé d'enchaîner al-'isti `âdha directement
avec le verset si cette liaison directe peut prêter à confusion quant au sens du verset. Prenons l'exemple du verset

255 de la sourate 2, âyat al-kursiyy : Le début est : « » Il n'est pas approprié de lier le
mot (radjîm) au nom de Dieu, Allâh. Ainsi l'imam ash-Shâtibî ordonnait de lire al-basmala après al-'isti `âdha
dans de tels cas.

- 37 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

2.2- AL BASMALAH ($(&)‫)ا‬

C’est le fait de dire Bismillâhir-Rahâmir-rahîm (au non de Dieu, Clément et miséricordieux)


Commencer par le nom de Dieu.

2.2.1- Différentes possibilités d'enchaîner al-'istiâdha, al-basmala et le début


de la sourate

Il y a quatre possibilités d'enchaîner al-'isti `âdha, al-basmala et le début de la sourate :

* Lire l'ensemble sans marquer d'arrêt, comme ceci :

* Lire al-'isti `âdha puis marquer un temps d'arrêt, lire al-basmala puis marquer un temps d'arrêt.
Lire ensuite le début de la sourate :

Lier al 'isti`âdha à al-basmala puis marquer un temps d'arrêt. Débuter ensuite le début de la sourate:

* Lire al-'isti `âdha puis marquer l'arrêt. Enchaîner ensuite al-basmala au début de la sourate :

Cas particulier : Il est interdit de dire la Basmalah au début de la sourate 9 (At-tawbah)

2.2.2- Al-basmalah entre deux sourates

Il y a trois façons permises d'enchaîner deux sourates séparées par al-basmalah :

*Elle consiste à lire la fin de la sourate, al-basmala et le début de la sourate sans marquer de temps
d'arrêt. Exemple :

* Lire la fin de la sourate et s'arrêter. Lire al-basmala puis marquer à nouveau un temps d'arrêt,
commencer ensuite à lire la sourate suivante :

- 38 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

* Lire la fin de la sourate puis marquer un temps d'arrêt. Enchaîner ensuite al-basmala avec le début
de la sourate suivante :

* Il y a une quatrième possibilité mais qui est interdite ; je la mentionne afin de ne pas commettre
l'erreur : elle consiste à lier la fin de la sourate avec al-basmala puis de marquer un temps d'arrêt.
Ensuite on lit la sourate suivante. Les savants ont interdit cette quatrième possibilité car al-basmala a
été établie en début et non en fin de sourate.

Il est recommandé de lire al-basmala au début de chaque sourate à l'exception de la sourate 9


at-Tawba le repentir). Lorsque le lecteur commence sa lecture en cours de sourate, il a le choix de
lire ou non al-basmala. Cependant, s'il désire enchaîner la lecture d'al-basmala avec le début du
verset en milieu de sourate, il doit veiller à ce que le sens ne prête pas à confusion, comme évoqué
auparavant concernant al-'isti`âdha.

2.2.3- Comment passer de la sourate 8 (Anfal) à la sourate 9 (At-tawbah)

Il existe trois (3) possibilités :

- Tout séparer : marquer un arrêt entre le dernier verset de Anfal et le premier verset de Tawbah.
- Tout lier : c-à-d coller le dernier verset de Anfal au premier verset de Tawbah
- Saktah : marquer une pause légère sans reprise du soufle entre le dernier verset de Anfal et le
premier verset de Tawbah.

- 39 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.3 : REGLES DE NOÛN AS-SÂKINAH ET DU TANWÎN

3.1- RAPPEL

Le ''noûn sâkina'' : $"‫ ا"ن ا&آ‬C'est le noûn dépourvu de voyelle brève. Sa prononciation
dépend de la lettre qui le suit. Le tanwîn (La nounation) : !"#‫ ا‬C'est un noûn sâkinah ajouté à la
fin d'un mot dans la prononciation mais pas par écrit. Il n'est pas prononcé si on s'arrête sur le mot
sur lequel il est situé, mais il l'est dans le cas contraire (lorsqu'on ne fait pas d'arrêt). Son symbole est
le dédoublement de la voyelle brève (deux dômma, deux fatha ou deux kasra).

 Noûn sâkinah, Ex : M
°
« boune »

 Tanwîn, Ex :  « boune »

Le noûn sâkinah virtuel du tanwîn suit les mêmes règles de la récitation (tadjwîd) que le noûn
sâkinah réel.

3.2- REMARQUE (Noûn Qoutni)

Si le noûn sâkina et celui du tanwîn sont suivis par un hamza de liaison, ils ne suivent pas les règles
de prononciation claire ('izhâr), d'assimilation ('idghâm), de substitution ('iqlâb) ou de dissimulation
('ikhfâ' ) mais ils sont prononcés avec la voyelle brève kasra pour éviter la rencontre de deux lettres
surmontées d'un soukoûn. Dans les versets 12 et 30 de la sourate Qiyâma (75) le Kasratâni est suivi
du lâm sâkina (lettre muette) d’où le noûn Qoutni.

…yawmaidzinil….. …yawmaidzinil…..

La sourate Djoum’ah (62) verset 11, le fat’hatâni est suivi du noûn sâkina (lettre muette)

……….laHwaninfadoû…….

Exception : Dans la préposition (ِ ), pour alléger la prononciation, le noûn sâkina est surmonté
d'un fat’ha et non d'un kasra [pour éviter la rencontre de deux lettres sâkin].

Le noûn porte un fat’ha


en lieu et place du kasra

Dans ce cas le soukoun


est remplacé par le kasra

- 40 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Signalons que les règles qui concernent le noûn sâkina et celui du tanwîn doivent être appliquées
seulement lorsqu'on ne fait pas d'arrêt. Après un noun as-sâkina ou un tanwîn dans le Coran, il faudra
appliquer selon le cas, l'une des quatres règles suivantes: la clarification, l'assimilation, la substitution, la
dissimulation.

3.3- LA CLARIFICATION (AL IZHÂR ou AL BAYANE) - ‫ار‬

La prononciation claire : ‫ ار‬Sens du mot ('izhâr): l'apparition, la clarté. Définition


technique : Émettre la lettre qu'il faut prononcer clairement de son point d'articulation sans faire de
nasalisation. Dans ce cas, il s’agira de prononcer le noûn sâkinah de son makhradj sans ghounnah
(son nasal).

3.3.1- Cause de l’Izhâr


C’est la distance entres les différentes sorties (phonation) des lettres qui est à la base des
différentes règles. Dans ce cas la sortie du « noûn » est au niveau de langue (bouche), pendant que
celle des lettres d’Izhâr est la gorge. La distance entre la langue et le fait qu’on ne peut pas coller les
deux lettes pour en faire une. D’où l’on prononce le « noûn » et lettre de Izhâr clairement. On peut
rencontrer cette règle dans un mot ou entre deux mots.

3.3.2- Lettres de l’Izhâr


Ses lettres sont au nombre de 6 (les six lettres de gorge). Et lorsque l’une de ces lettres suit le noûn
sâkinah ou le tanwîn, il s’en suit la règle de l’Izhâr.
a ‫غ‬ ‫ع‬ ‫خ‬ ‫ح‬ ‫أ‬
Plus la distance entre les makhradj du noûn et de la lettre d’Izhâr est élevée, plus le degré (Daradjah)
de l’Izhâr est fort. On distingue 3 degré :
 1er degré (clarification forte) : ‫ ه‬-‫أ‬
 2ème degré (moyenne) : ‫ح‬- ‫ع‬
 3ème degré (faible) ‫ خ‬- ‫غ‬
Exemples : (La règle s’applique à la fois dans un mot comme dans 2 mots successifs)

1 mot 2 mots type


Noûn
; ; Sâkinah

Tanwîn
; ;

- 41 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Quelques Exemples avec les différentes lettres de l’Izhâr

Exemple de verset Lettre d’Izhâr


‫ء‬
‫ح‬
‫خ‬
‫ع‬
‫غ‬

‫ه‬

3.4- L'ASSIMILATION (AL IDGHÂM) - ‫ادم‬

Sens du mot : insertion d'une chose dans une autre. Définition technique : c'est la fusion d'une
lettre portant un soukoûn avec la lettre qui la suit et qui porte une voyelle brève de manière à ce
qu'elles deviennent une seule lettre surmontée d'un chidda. Dans ce cas il s’agit du noûn sâkinah ou
du tanwîn qui sera assimilée à la lettre d’Idghâm (le nôun disparaît totalement). L'assimilation est
de deux types, l'une avec nasalisation, l'autre sans nasalisation. Il n'y a d'assimilation qu'entre deux
mots. Les lettres de ces deux groupes sont au nombre de six. Elles sont regroupées dans le mot

( ‫( ) !ن‬yarmaloûna = trottiner)

‫ي‬ ‫و‬ ‫ن‬ ‫م‬ ‫ل‬ ‫ر‬

3.4.1- Assimilation avec nasillement [idghâm bi ghounnah]

‫م‬  ‫و‬ ‫ي‬


Quand une des lettres suivantes: Mim ( ), Noun ( ), Waw ( ), Ya ( ), suit un noun as-
sâkinah ou at-tanwîn, il s'ensuit une assimilation avec nasalisation du son de la lettre qui suit le
 
Noun ( ). Le Noun ( ) disparaît donc, mais on prononce la lettre qui suit avec nasillement
[Ghounnah]. Les lettres se regroupent dans le mot « yanmoû ». On l’appelle aussi Idghâm Nâqiçah
(incomplète), car elle est voilée, on sent le noûn toujours.

- 42 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Versets Illustration Lettre


‫دَة‬.- (َ / .ٍ (َ 1
َ 2ِ3 ‫م‬
ٌ$)َ 
ِ -5 ٌ$َِ َ1 
6
- 7َ ‫ َو‬6
ٍ َ َ 2ِ9‫َا َأ‬.!َ ْ<)- 7َ ‫و‬
ْ‫س‬
ُ -"‫ ُر ا‬.ُ ?
ْ !َ @ٍ Aِ َ ْ!َ ‫ي‬

[ Yawmaidziyasdourou]

( le noûn disparaît et on fait sortir le son nasal pour la prononciation du « Yâ » souligné


en deux (2) harakât (2 temps d’allongement).

3.4.2- Assimilation sans nasillement [Idghâm bighayri ghounnah]

Quand une des lettres Râ (‫ )ر‬ou Lâm () suivent un noun as-sâkina ou at-tanwîn, le noun ()
disparaît sans nasillement et on prononce la lettre d’Idghâm surmontée d’un chidda. On l’appelle
encore Idghâm Kâmilah (complète), car l’assimilation est totale, elle n’est pas voilée par le
nasillement.

1-Avec la lettre Râ (S 101/V7) :

$ٍ َ B
ِ ‫ا‬-‫ ر‬$ٍ 
َ ِ1 2ِ3 َ ُ 3َ (îchatir-rôdiyah)

2 - Avec la lettre Lâm (S112/V4):

ٌ.Cَ ‫ ُآ ًُا َأ‬Eُ - ُF!َ ْGَ‫َو‬ (yakoul-lahou)

Remarques
- Il est important de bien sortir le son du nez et non de la langue lors du nasillement [Al-Ghounnah].
- Attention à ne pas prononcer tout le mot avec le nez, mais juste la lettre concernée.
- Il y a d'autres sortes d'assimilation que nous verrons incha Allâh dans les prochaines leçons.

- 43 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

3.4.3- Exception à la règle d’Idghâm

Si le noûn as-sâkina ou le tanwîn est suivi par l'une des 6 lettres du Idghâm dans le même mot,
alors on n'applique pas la règle d'assimilation [Al-Idghâm], mais celle de la clarification [Al-Izhâr]
(en pronoçant le noûn clairement). Il ya 4 mots qui font exception dans le Saint Qur’an. Ce sont :
[dounya], [Sinwân], [qinwan], [bounyan].

(S13/V4) (S61/4) (S57/20) (S6/V99)

3.5- LA SUBSTITUTION (AL IQLÂB) - ‫ا ب‬

Sens du mot : transformer la forme initiale d'une chose. Définition technique : mettre une lettre à
la place d'une autre tout en faisant une nasalisation (ghounna) et une dissimulation ('ikhfâ'). Elle a
été dénommée ainsi car, au noûn sâkina ou à celui du tanwîn, on substitue un mîm dissimulé par
une nasalisation (devant le bâ, le noûn se transforme en mîm). De façon pratique, la bouche ne se
ferme pas totalement lors de la récitation du Mîm. Il n'y a de substitution que pour la lettre bâ' ( )
qui suit un noûn sâkinah ou un tanwîn. (Elle s’observe dans 1 ou deux mots). Exemples :
Mîm bassir
 1 - Avec le Noun as-sâkina (104/4):

$ِ (َ Hَ ُ ْ ‫ ا‬2ِ3 ‫ن‬
- @َ )َ "َُ -‫َآ‬ (1 mot) {layoumbazan-na}

 2 - Avec le tanwîn (96/15):

$ِ َ 
ِ -"ِ9 ًIَ &
ْ "َ َ Eِ #َ "َ! ْG- ِAَ -‫َآ‬ (2 mots) {lanasfambin-âsiyah}

Remarque :
- Dans certains exemplaires du Qur’an, pour nous aiderle lecteur, il y a un petit Mim (appelé
Mim bassîr) au dessus du noun as-sâkina ou at-tanwîn lorsque l'on doit appliquer cette règle.
- Certaines sourates finissent par le signe de l’Iqlâb, car elles finissent par Noun as-sâkina ou At-
tanwîn, et la liaison se fait avec le Bâ de "Bismillâhi r-Rahmâni r-Rahîm" de la sourate
suivante (S100-V11)

3.6- LA DISSIMULATION (AL IKHFâ) - ‫اء‬

La dissimulation : 2JJ ‫ اء ا‬Sens du mot : le fait de cacher. Définition technique : la


prononciation intermédiaire de la lettre entre une prononciation claire et une assimilation, sans
faire de redoublement, mais en faisant une nasalisation (2 harakât). Il s’agira pour le lecteur de
prononcer le noûn sâkinah et le tanwîn dans un état entre Izhâr et Idghâm. Elle a été dénommée
''dissimulation réelle'' parce que le noûn sâkinah et celui du tanwîn mettent mieux en évidence la

- 44 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

dissimulation que les autres lettres. Les lettres qui entraînent la dissimulation sont au nombre de
15. C'est l'ensemble des lettres initiales de chaque mot du vers suivant :

( LB MJ7 23 ‫) زد‬O ‫( ***دم‬P . QRS ‫د‬T G‫" آ‬U ‫ ذا‬W
(Cif Dzâ Thanâ Kam Djâda Chakhçoun Qôd Samâ***
Doum Tôy-yiban Zid Fî Touqâ Dô] Zôliman)

{Décris ! honneur à un homme courageux qui atteint un haut niveau.


Reste aimable (bon) ! Croît en piété, et reste juste !}

Elles sont donc le sâd( ‫) ص‬, le dhâl( ‫) ذ‬, le thâ'(‫)ث‬, le kâf( ‫) ك‬, le jîm ( ‫) ج‬, le chîn( ‫) ش‬, le qâf( ‫ق‬
), le sîn( ‫) س‬, le dâl( ‫) د‬, le tâ'( ‫) ط‬, le zây( ‫) ز‬, le fâ'( ‫) ف‬, le tâ'( ‫) ت‬, le dâd( ‫) ض‬, et le zâ'( ‫ظ‬

Quelques illustrations

‫ذ‬ ‫د‬ ‫ج‬ ‫ث‬ ‫ت‬

‫ض‬ ‫ص‬ ‫ش‬ ‫س‬ ‫ز‬

‫ك‬ ‫ق‬ ‫ف‬ ‫ظ‬ ‫ط‬

Remarque : De façon pratique, il faut annoncer la lettre de l’Ikhfâ lors du nasillement (Ghounnah). Il faut
faire une légère différence entre l’Ikhfâ des différentes lettres d’où la nécessité de connaître la provenance de
chaque lettre (Makhâridj hourouf).
- La langue ne doit pas toucher le palais lorsqu'on applique cette règle, lors du nasillement [Ghounna].
- La grande difficulté de cette règle réside dans le fait que la langue se déplace du point de sortie [Al-Makhraj]
du noun (‫ )ن‬pour aller vers le point de sortie de la lettre qui suit (lettre de Ikhfâ). Et ceci doit être approfondi
avec un professeur compétent.

- 45 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.4 : CARACTERES OU REGLES DE MÎM SÂKINAH

4.1- DEFINITION

Le mîm as-sâkina : $"‫ ا&آ‬G(‫ ا‬C'est le mîm dépourvu de voyelle brève. Il précède toutes les lettres de
l'alphabet excepté les voyelles longues, et ceci afin d'éviter la rencontre de deux lettres surmontées
d'un soukoûn. Suivant la lettre qui va suivre, le "Mim as-sakina" va se prononcer selon 3 possibilités
(il a donc trois caractère): l’Izhâr, l’Idghâm, et l’Ikhfâ.

4.2- LA PRONONCIATION CLAIRE LABIALE (CHAFAWÎ) - ‫ار اي‬

Sens du mot ('izhâr): l'apparition, la clarté. Définition technique : Émission de la lettre qu'il faut
prononcer clairement de son point d'articulation sans faire de nasillement. Elle a été dénommée
''labiale'' car le point d'articulation du mîm sâkinah est les lèvres. Elle a été donc appelée d'après le
point d'articulation du mîm afin que celui-ci soit précisé et spécifié. Les lettres qui entraînent la
prononciation claire labiale du mîm sont toutes les lettres de l'alphabet. Sauf le mîm ( ‫ )م‬et le bâ'(
‫) ب‬. Elles sont donc au nombre de 26.

Remarque : Il faut que la prononciation labiale soit extrêmement claire lorsque le mîm sâkina est
situé avant un wâw( ‫ ) و‬ou un fâ'( ‫ ) ف‬afin que celui qui écoute n'ait pas l'impression qu'il y ait eu
une dissimulation comme celle qui a lieu avec la lettre bâ'( ‫) ب‬. La raison en est que le point
d'articulation du mîm est le même que celui du wâw ( ‫ ) و‬et est proche de celui du fâ'( ‫) ف‬.

a- (112/3)
ْ.َُ! ْGَ‫ْ َو‬.ِ!َ ْGَ {lam yalid}

b- (109/5)
.ُ )ُ 1
ْ ‫ن َ َأ‬
َ ‫ُو‬.9ِ َ1 ْG#ُ 5َ‫َوَ أ‬

c- (109/6)

ِ !ِ‫ د‬2
َ ِ ‫ْ َو‬GFُ "ُ !ِ‫ْ د‬GFُ َ

4.3- DISSIMULATION LABIALE (AL IKHFÂ CHAFAWÎ) : ‫اء اي‬

Sens du mot ('ikhfâ'): le fait de cacher. Définition technique : c'est prononcer la lettre d'une manière
intermédiaire entre la prononciation claire et l'assimilation, et ceci sans la redoubler mais en faisant
une nasalisation (2 harakât). Elle a été dénommée ''dissimulation labiale'', car les points
d'articulations du mîm ( ‫ ) م‬et du bâ'( ‫ ) ب‬sont les lèvres. On dissimule donc la prononciation du

- 46 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Mîm par le nasillement (tout en accolant les lèvres) La seule lettre qui entraîne la dissimulation
labiale est la lettre bâ' ( ‫) ب‬.
Remarque : Le Mîm se prononce avec la bouche pas totalement fermée comme le cas du Iqlâb

Exemples:

a- (105/4)

cٍ deP
ِ d ‫َ َر ٍة‬eِ 9ِ Gِِْ7َ {tarmihimbihidjârat…}

b- (96/14)

‫ َ!َى‬Eَ -‫ن ا‬
- gَ9ِ ْGَ Iْ !َ ْGَ ‫َأ‬
4.4- L'ASSIMILATION DE DEUX LETTRES IDENTIQUES DE PETIT DEGRE
  ‫إدم‬
Sens du mot Idghâm : insertion d'une chose dans une autre. Définition technique du mot
assimilation : c'est la fusion d'une lettre portant un soukoûn avec la lettre qui la suit et qui porte
une voyelle brève de manière à ce qu'elles deviennent une seule lettre surmontée d'un chidda (en
plus du ghounnah de 2 harakât). Elle a été dénommée assimilation de deux lettres identiques
« Mithlayni », parce qu'elle est composée de deux lettres qui ont le même point d'articulation et les
mêmes caractéristiques. Elle a été de plus dénommée assimilation de petit degré « Sôghîr », car la
première des deux lettres est surmontée d'un soukoûn et la deuxième d'une voyelle brève. Il n'y a
d'assimilation de deux lettres identiques de petit degré, que pour la lettre mîm ( ‫) م‬.

a- (106/4)

‫ف‬
ٍ َْ ْd Gُ"َ َ hَ‫ع و‬
ٍ ُT d Gُ(َ Iَ Oْ ‫@ِي َأ‬-‫ا‬ {atamaHoum-m…}

b- (104/8)

ٌ‫ة‬.َ 
َ ْj/ Gِْ َ1
َ َ5- ‫ِإ‬ {Innahâ AlayHim-mou’sôdah}

Remarque : La bouche se ferme totalement das la prononciation du Mîm.

- 47 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.5 : AUTRES FORMES D’IDGHÂM

Idghâm est un un terme désignant la fusion de deux lettres et l’inclusion de l’une dans l’autre. La
lettre muette sera assimilée à la lettre prononcée. La lettre sâkinah ne sera donc pas lue. Il se
compose de trois groupes, mutamâthilaïn (semblable), mutaqâribaïn (proche) et mutadjânissaïn (de
même nature).
NB : Dans ce chapitre, la phonation et les caractéristiques (Sifat) de chacune des lettres sont importants pour la
compréhension (voir Chap.13 et 14 )

5.1- IDGHAMUL MUTAMÂSSILAÏN (de deux lettres semblabes)


C’est la similitude de deux lettres du point de vu caractéristique et point d’articulation. Mais il faut
préciser que la première de ces lettres est surmontée d’un soukoûn et la seconde est une voyelle
brève. Quelle est la règle de l’inclusion des semblables ?
Sa règle est l’inclusion obligatoire telle que dans les exemples suivants. La lettre Sâkinah n’est pas
lue. Exemples :

(S106/V04)

; ; ;

5.2- IDGAMUL MUTAQÂRIBAÏN (de deux lettres proches)


C’est l’inclusion des lettres qui sont proche en termes de caractéristique et de lieu de phonation.
Quels en sont les exemples ?

(i) Assimilation du Lâm ( ‫ ) ذ‬et de za (k ) : ( ) Wa iz-zay-yana

(ii) Assimilation du Lâm (‫ )ل‬dans le Ra (‫ )ر‬: (S17 ; V24) Wa qour-rôb-bi

(iii) Assimilation du Lâm (‫ ) ق‬et Kâf (F ) : (S77 :V20) Yakhlouk-koum

5.3- IDGHÂMUL MUTADJÂNISSAÏN (de deux lettres affinitaires)

C’est l’idghâm homogène des lettres qui ont le même point d’articulation mais ils sont de
caractéristiques différentes. Il existe sept cas possibles dans le Coran :

(i) Assimilation du dal (‫ )د‬dans le ta (‫ )ت‬: (2/256) Qôt-tabay-yana

- (ii) Assimilation du ta (‫ )ت‬dans le Dal (‫ )د‬: (7/189) Athqôlad-daAwâ

- (iii) Assimilation du ta (‫ )ت‬dans le Tô (‫ )ط‬: (61/14)

- 48 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

- (iv) Assimilation du Ta (‫ )ط‬dans le ta (‫ )ت‬: (27/22) Ici le Tô (‫ )ط‬disparait mais son


attribut [Al-ITbâq] reste, c'est-à-dire qu'on collera la langue au palais lors de la prononciation du ta (‫)ت‬. Il
existe seulement en situations dans le Saint Coran.

- (v) Assimilation du Dhal (‫ )ذ‬dans le Za (‫ )ظ‬: (43/39)

- (vi) Assimilation du Tha (‫ )ث‬dans le Dhal (‫ )ذ‬: (7/176)

- (vii) Assimilation du Ba (‫ )ب‬dans le Mim (‫)م‬: (11/42)

Chap. 6 : MÎM ET NOÛN MOUCHADDADATAÏN

Le mîm mouchaddadah ( ) et le noûn mouchaddadah ( ) c-à-d qui portent un chidda sont des
lettres de ghounnah (nasillement). On lira donc ces deux lettres porteuses de chidda en dédoublant
la consonne, mais aussi en faisant sortir le son nasal. Ils se trouvent aussi bien dans le verbe, dans le
nom et dans la lettre (la particule).

Lettre (particule) Verbe Nom Lettre ghounnah

- -

-
‫م‬
(tam-ma)

Exemples:

{Minal djin-nati…} (S114 /V6)

…. {yahsabou an-na…} (S104/V3)

- 49 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.7: VIBRATION DES CORDES VOCALES


(AL QALQALAH)

7.1- DEFINITION
Le mot ( $  ) veut dire produire un son. C'est un fort rebond ou écho de la lettre lorsqu'elle
porte un soukoûn. Il s’agit ici de prononcer certaines lettres avec résonance (vibration des cordes
vocales). Ces lettres sont appelées les lettres de qôlqôlah regroupées dans le mot Qoutboudjadine :
°
.e 6l
‫  ج د‬O ‫ق‬

Il y a trois sortes ou degrés (Daradjah) de Qalqalah

7.2- DEGRE DE QALQALAH


7.2.1- Grande Qalqalah
On parlera de grande qalqalah lorsqu’on marque un arrêt sur l’une des lettres de qalqalah
surmontée d’un chidda (différence avec la moyenne Qalqalah). On impose alors un sukûn
circonstanciel à cette lettre et on la prononce avec une résonance (vibration) très marquée.
(S111/1) Le « ba’ » porte un chidda à une pause.

(S15/85), le qâf se situe à


une pause (signe d’arrêt).

7.2.2- Moyenne Qalqalah


On parlera de moyenne lorsqu’on marque un arrêt sur l’une des lettres de qalqalah qui ne porte
pas de chidda et ayant une voyelle brève. Dans ce cas la lettre de qalqalah ne porte pas de chidda.
On impose alors un sukûn circonstanciel à cette lettre et on la prononce avec une vibration
moyenne.

Exemples : ; ;
Puisqu’on s’arrête le soukoun du Qâf
est circonstanciel

N.B :lorsqu’on ne s’arrête pas, il n’y a pas de qalqalah puisque la lettre de qalqalah ne porte pas de sukûn en
réalité.

7.2.3- Petite qalqalah


On parle de petite qalqalah lorsque l’une des lettres de qalaqalah ne se trouve pas à un arrêt, et est
surmontée d’un sukûn originel comme dans les mots suivants (vibration moins forte que dans les 2
premiers cas) :

(S107 :V1)

, ;

- 50 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.8 : REGLES DU MADD OU PROLONGATION

Une prolongation a lieu avec les trois lettres suivantes:-Le Alif ( ‫ ) ا‬précédé du fat’ha, -Le Waw (‫)و‬
lorsqu'il est précédé par une Damma,- Le Ya (‫ )ي‬lorsqu'il est précédé par une Kasra. Ce chapitre
est l’un des pus complexes.Il faut prêter beaucoup d’attention pour son assimilation. Il existe la
prolongation de base et celle liée à un hamza ou un soukoun dans le mot.

8.1- LA PROLONGATION DE BASE (Aslî) - ‫ا  ا‬

C'est une prolongation naturelle. Elle n’est pas liée à un Hamza ou une lettre sâkinah. Elle se
prolonge toujours de 2 temps [harakatayn].

8.1.1- La prolongation normale -  ‫ا  ا‬

C'est une prolongation qui est ni suivie, ni précédée d'un Hamza ou d'un soukoûn. La prolongation
se fait de deux temps et pas plus (2 harakât).

Exemple (114:/5):

8.1.2- Al-Madd Al-Badal - ‫ا  ا ل‬

Lorsque la prolongation (la lettre de madd) est précédée d'un Hamza dans le même mot, il s'agit
d'un [Madd Badal] qui se prolonge de deux temps (2 harakât).

Exemple :

8.1.3- Al-Madd Al-'IwaDi -  ‫ا  ا‬

C'est lorsqu'on s'arrête sur le tanwîn fat’ha. La prolongation se fait de deux temps (2 harakât).

Exemple (100/1): {…….Dôbhâ}

8.1.4- Madd As-Sila s-Soughra

C'est la prolongation qui suit le pronom masculin [Hou]. Lorsque ce pronom n'est pas suivi
d'un Hamza, on le prolonge de deux temps (2 harakâh). De plus, selon le lectionnaire de Hafs, il ne
faudrait pas que le mot qui suit le pronom lui soit rapporté comme dans les exemples
suivants ( ‫د‬e‫ ا‬9e wa lahoud-dîn = et à lui appartient la religion) et
fe‫ا‬9&‫ إ‬In-nahoul haqq : ceci
est la vérité).Par conséquent pour ces cas, il n’y a pas de madd. Exemple

- 51 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

(100/4):

NB : La lettre de madd n’est pas surmontée du signe de madd, l’allongement se fera en deux temps, car après
la lettre de madd le pronom est suivi d’un noûn, qui est différent d’un Hamzah.

8.2- AL-MADD AL-FAR'I

C'est une prolongation (la lettre de madd) qui est lié à un Hamza ou un soukoûn.

8.2.1- La prolongation est suivie d'un Hamza

On a alors les trois cas suivants:

8.2.1.1- Al-Madd Al-Wâjib Al-Mouttaçil (allongement obligatoire collé)

C'est lorsque dans un même mot, la prolongation est suivi du Hamza (le hamza et la lettre de madd
sont dans le même mot donc collé). On peut alors prolonger de 4 ou 5 temps obligatoires. Exemple

(107/6):

(78/39)

Remarque: Lorsqu'on a le choix sur le nombre de temps comme ici, il convient de faire un choix et de s'y tenir
tout au long de sa lecture.

8.2.1.2- Al-Madd Al-DJâiz Al-Mounfaçil (allongement permis séparé)

C'est lorsque la prolongation est à la fin d'un mot, et que le Hamza se trouve au début du mot qui le
suit (la lettre de madd est à la fin d’un mot et est suivi d’un autre mot commençant par un hamzah).
On peut alors prolonger de 4 (tadwir) ou 5 temps (tartîl) et de 2 temps (Hadr).

Exemple (S109/V2):

- 52 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

NB: Il est difficile aux francophones que nous sommes de pouvoir distinguer à quel moment le madd et le
hamza font partie du même mot. Une astuce est proposée afin de faire cette distinction plus ou moins.
Toujours est-il que la bonne maîtise de ces types nécessite l’apprentissage de l’arabe et/ou la lecture sous la
supervision d’un maître avisé. Cette astuce a des limites (exceptions). Nous en énumérons quelques unes.

Concernant donc :
• Le hamza avec support :

 Si le hamza a pour support le « Waw» ou le «Ya», il fera partie du même mot que la lettre de

madd donc Wâdjib Mouttaçil (exception : (2 ; 31) ; (69 ;19) ;……….)


Exemples :

(94 ;8) ; (94 ; 10) ; (59 ; 17) ; (65 ;4)

 Si le hamza a pour support Alif, ils feront partie de deux mots différents (Djâiz Mounfaçil)

(S109/V3)

• Pour le hamza sans support, on a deux (2) cas :


 Le hamza fera partie du mot s’il n’est pas suivi du alif

 s’il est suivi du alif, il fera partie du mot suivant

S37/V70

Exception :

8.2.1.3- Al-Madd Al-Sila l-Koubra

C'est lorsque le pronom masculin singulier [Hou] est suivi d'un Hamza. On le prolonge de 4 ou 5
temps. Exemple

(104/3): (71/21)

8.2.2- La prolongation est suivie d'un soukoûn

8.2.2.1- Al-Madd Al-'AriDou li s-soukoûn (allongement circonstanciel)

C'est lorsqu' arrive après une prolongation un soukoûn qui est dû à l'arrêt. On peut le prolonger de
2, 4, ou 6 temps. Elle est dite circonstancielle à cause du soukoun qui surmonte la dernière lettre
du mot concerné lors de l’arrêt

- 53 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Exemple (99/1 et 2):

8.2.2.2 Al-Madd Al-Lîn (de douceur)

C'est lorsqu'on s'arrête sur un mot dont l'avant dernière lettre est un Waw (‫ )و‬ou un Ya (‫ )ي‬qui
porte un soukoûn et qui est précédé par une Fat’ha. On peut alors prolonger ce Waw ou ce Ya de 2,
4, ou 6 temps.

(S106/ 1 et 3)

Exemple 2 (S62/V9)

8.2.2.3- Al-Madd Al-Lâzim (permanent)

C'est lorsque la prolongation est suivie d'un soukoûn obligatoire, que l'on s'arrête sur le mot ou pas.
Il se prolonge obligatoirement de 6 temps. [Al-Madd Al-Lâzim] se divise en quatre catégories:

8.2.2.3.1- Al-Madd Al-Lâzim Al-Kalimi Al-Mouthaqqal (verbal allourdi)

C'est lorsque la prolongation est suivie d'une lettre dedoublée (par le Chidda) dans un mot.

Exemple (S69/1):

(S79/V34) ; (1/7)

8.2.2.3.2 Al-Madd Al-Lâzim Al-Kalimi Al-Moukhaffaf (verbal allégé)

C'est lorsque la prolongation est suivie d'une lettre sâkinah (avec soukoûn) dans un mot. Cette règle
n'existe que 2 fois dans le Coran, et pour un mot identique.

Exemples (S10 younouss/V91..) et (S10/51):

- 54 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

8.2.2.3.3 Al-Madd Al-Lâzim Al-harfi Al-Mouthaqqal (Littéral allourdi)

Il faut noter que les lettres se trouvant au début de certaines sourates et qui ne sont pas
vocalisées peuvent être divisée en trois catégories:
(i)_Les lettres qui ne se prolongent pas. Il n'y a que le Alif (‫)أ‬.
(ii)_Les lettres qui se prolongent de 2 temps. Ce sont les lettres: ha (‫)ح‬, Ya (‫)ي‬, Ta (‫)ط‬, Ha (a), et
Ra (‫)ر‬.
(iii)_Les lettres qui se prolongent de 6 temps. Ce sont les lettres: Noun (‫)ن‬, Qaf (‫)ق‬, Sad (‫)ص‬,
C'est la prolongation qui se trouve dans les lettres (lettres énigmatiques) qui débutent
certaines sourates. Pour que cette prolongation ait lieu, il faut 3 conditions:

- L'orthographe de la lettre (transcription phonétique)[voir 2éme colonne tableau page 32]) doit être
formée de 3 lettres (Exemple: Lâm ; composé du lam, du alif et du mim).
- La lettre du milieu doit être une voyelle longue (Exemple: Lâm ou la lettre du milieu est le alif).
- La 3 ème lettre s'assimile [Idghâm] avec la lettre qui suit.

Exemples: Alif-Lâm-Mîm: (S2/V1) ; (S28/V1) Tâ-Sîn-Mîm

Dans cette lecture, il aura une assimilation du mîm du lâm à celui du mîm avec nasillement. Dans le 2ème
exemple le noûn du Sîn disparaît car il est assimilé au mîm du Mîm.

8.2.2.3.4- Al-Madd Al-Lâzim Al-harfi Al-Moukhaffaf (Littéral allégé)

Cette règle est la même que la précèdente, il n'y a que la 3ème condition qui diffère: la 3ème lettre ne
s'assimile pas à la lettre qui suit.

Exemples: Qâf //Yâ-sîn (36 ;1)//Alif-Lâm-Ra (12 ;1)// (19;1)

Remarque

- Il existe un autre type de prolongation nécessaire pour différencier la forme interrogative de la


forme affirmative. Il s'appelle [Moudd Al-Farqi]. Il se prolonge de 6 temps.

- Il existe quelque autres prolongations mais qui ne sont pas appliqués dans toutes les lectures.

- 55 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.9 : LES REGLES DE LA LETTRE « Râ »

Il y a deux façons de lire la lettre Ra :

- Soit avec emphase, c'est-à-dire qu'on remplit la bouche en la prononçant. C'est ce qu'on appelle
le tafkhîm.( ) -
- Soit sans emphase, c'est-à-dire qu'on le lit légèrement, sans remplir la bouche. C'est ce qu'on
appelle le tarqîq .(
)

Lorsque l'on rencontre la lettre Ra, 3 possibilités s'offrent à nous : le tarqîq (


), le tafkhîm
( ), et la possibilité de faire l'un ou l'autre.

9.1- CAS OU Le « Râ » DOIT ETRE LU AVEC LEGERETE -  7

a- Le Ra porte une Kasra "i". Exemple (114/4) :

b- Le Ra porte un soukoûn et il est précédé par une Kasra d'origine (qui n'a pas été rajoutée) et n'est
pas suivi dans le même mot par une lettre emphatique (Kha, Sad, Dad, Ghin, Ta, Qaf, Za).

Exemple(110/3) :

c- Le Ra porte un soukoûn à l'arrêt et il est précédé par un Ya sâkin.

Exemple : ْ  - M - jk (S3/104)

d- Le Ra porte un soukoûn à l'arrêt et il est précédé par une lettre sâkin autre que le Ya, qui est elle-
même précédée d'une lettre portant une Kasra.

Exemple : ْfN
l ‫ا‬ - ْ‫آ‬nl ‫ا‬ (S16 /43)

9.2- CAS OU LA RA DOIT ETRE LU AVEC EMPHASE - GR7

- Le Ra porte une Damma "ou". Exemple (110/1) :

- Le Ra porte une Fatha "a". Exemple :

- Le Ra porte un soukoûn et est précédé d'une Damma. (S77/1) :

- 56 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

- Le Ra porte un soukoûn et est précédé d'une Fatha. (105/3)

- Le Ra porte un soukoûn, il est précédé d'une Kasra d'origine et est suivi par une lettre emphatique
(Kha, Sad, Dad, Ghin, Ta, Qaf, Za) dans un même mot. Exemple (78/21)

- Le Ra porte un soukoûn et est précédé par une kasra instable [Kasroun 'AriD] due au Hamza
WaSla. Exemple (S72/27)

- Le Ra porte un soukoûn à l'arrêt, il est précédé d'une lettre sâkin autre que le Ya, qui est elle-
même précédée d'une Fatha ou d'une Damma.

Exemple (103/1) : ْFُ ‫ا‬ ْjCَ ‫و ا‬

9.3- CAS OU L'ONT PEUT OPTER POUR L'UNE OU L'AUTRE DES DEUX
(2) SOLUTIONS

- Le Ra porte un soukoûn, il est précédé par une lettre qui porte une Kasra, et il est suivi par une
lettre emphatique portant une Kasra.

Il n'existe qu'un exemple dans le Coran : [Koulou Firqîn] (S26/V63)

- Le Ra porte un soukoûn à l'arrêt, il est précédé par une lettre emphatique sâkin, qui elle-même est
précédée par une lettre portant une Kasra. ْ) ِ - ْjrِ

Exemple (S34/12) (S12/99)

- 57 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

- Le Ra porte un soukoûn à l'arrêt, et il devrait être suivi d'un Ya qui a été supprimé.

Exemple (89/4) :

Exception : Le « Râ » de Al ‘imâlah

NB : Le « Ra » dans le lectionnaire hafs, se lit avec ou sans emphase dans tous les cas

sauf dans de la sourate 11 (Houd) verset 41 où le « Ra » se lit « Ré » tiré en


deux temps (d’où madj réhâ)

- 58 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.10 : LES REGLES DU LÂM AS-SÂKINAH

Les lam surmontés d'un soukoun (H‫آ‬N‫ا‬ ‫م‬W‫ )ا‬qui se trouvent dans le Coran sont seulement
de trois types :
-Le lam de l'article défini (st C_‫ا‬ ‫)[م‬ (dejà vu dans la 1ère partie)
- Le lam d'un verbe (C‫ا‬ ‫)[م‬.
- Le lam d'une particule (‫ ف‬f‫)[م ا‬.

10.1- LE LÂM DU VERBE

Le lam d'un verbe : C‫ [م ا‬C'est le lam surmonté d'un soukoun qui est situé au milieu ou a la fin
d'un verbe, que celui-ci soit au passé, au présent ou a l'impératif

 L’Assimilation
Le lam du verbe est totalement assimilé s'il est suivi par les lettres ra'(‫)راء‬ou lam (‫)[م‬.
Exemple : >‫وار‬ A‫ ا‬Zku‫( و  ر‬Wa Qour-rabî) le lâm disparaît
‫(ت رب‬F ‫ادا‬.  )‫آن ا‬- c
 Prononciation claire
Le lam du verbe est clairement prononcé lorsqu'il est suivi par toutes les lettres de l'alphabet excepté
le lam(‫ )[م‬et le ra'(‫)راء‬.

10.2- LE LÂM D’UNE PARTICULE


Le lam d'une particule : ‫ ف‬f‫[م ا‬C'est le lam surmonté d'un soukoun situé dans une particule.
Dans le Coran, il n'existe que deux particules qui comportent un lam surmonté d'un soukoun : il
s'agit de (‫ )ه‬et (k) .

 Assimilation

Le lam d'une particule est assimilé a la lettre d'après si cette dernière, est un ra (‫)راء‬ ou un lam
(‫)[م‬. Exception faite du verset (‫ ران‬k). Ici, on prononce clairement le lam, car après lui, on doit
faire une pause, ce qui nous empêche de faire une assimilation.
L’exception :
A cause du sakta latîfa (‫) س‬
signe d’arrêt, on marque une
légère pause sur la particule bal
D’où {bal’ Rôna}
Les autres exemples 9 ‫ ا‬v‫ ا‬9Cwu‫بل ر‬ ;

Dans ce cas assimilation d’où { bal-lâ toukrimoûna}

- 59 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

 Prononciatin claire

Le lam d'une particule est clairement prononcé lorsqu'il est suivi par toutes les lettres de l'alphabet
excepté: le lam (‫)[م‬et le ra (‫)راء‬. Exemple :
 &y‫ ة ا‬f‫ْ ? ون ا‬k  zE‫" ا‬ty> ‫هْ اَْك‬

Chap.11 : PRECISION SUR LE SOUKOUN DES


LETTRES DE MADD (Alif ,Waw,Yâ)

(1) Le soukoun oblique ( ) porté par les lettres de madd a un effet annulatoire du madd
qu’engendre ceux-ci.
Exemples :

(S76/V4)
Dans ce verset, on lira « salâsila wa aghlâlan » sans tirer le « la » car il y a interdiction d’arrêt.

Ce sont ces derniers (les soukoun obliques) que portent le alif de la marque de conjugaison du passé
(2ème et 3ème personne du pluriel masculin) de nombreux verbes, ainsi que l’impératif (pluriel masculin) pour
montrer son indifférence (celle du rôle du alif dans le madd). On ne tient pas compte de ce alif dans la
lecture.

(S71/V7) (S71/V10)

(2) Le soukoun droit ( ) porté par le alif a un effet annulatoire du madd qu’engendre celui-ci si
et seulement si l’on ne doit pas marquer un arrêt sur la lettre qui précède le alif (c'est-à-dire la lettre
qui porte le madd) (i). Dans le cas contraire (si on doit marquer l’arrêt), on a applique le madd (le
alif joue alors son rôle d’allongement) (ii).

(S33/V66)

(i) Dans cet exemple on lira: « wa atô]nar-Raçoûlâ » en tirant le « lâ. » en marquant l’arrêt.
(ii) Cependant, en enchaînant les versets 66 et 67, on lira : « wa atô]nar-Raçoûla wa qôloû
Rabbanâ » sans tirer le « la ».

- 60 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap.12 : L'ARRET ET LA REPRISE DANS LA RECITATION


‫اء‬y_k‫ و ا‬- s ‫ا‬
Al-Waqf] est un court arrêt à la fin d'un mot dans la lecture du Coran avec l'intention de poursuivre
la lecture. Lorsqu'on lit le Coran, il faut savoir qu'on ne peut pas s'arrêter à n'importe quel moment.
Il faut donc connaître les differents sortes d'arrêts.

12.1- Le jugement des differents arrêts


12.1.1- L'arrêt complet [Al-Waqf at-tâmm]
Est considéré comme un arrêt complet tout arrêt sur une phrase dont le sens est complet et qui n'est
pas liée à ce qui suit au niveau grammatical.
Pour remprendre la lecture, il suffit de reprendre ce qui a été lu.

12.1.2- L'arrêt suffisant [Al-Waqf Al-Kâfî]


C'est un arrêt sur une phrase dont le sens est complet, et qui est lié à ce qui suit dans le sens, mais
pas au niveau grammatical.
Après cet arrêt, on continue notre lecture sans reprendre ce qui a été lu.

12.1.3- L'arrêt correct [Al-Waqf Al-hasan]


C'est un arrêt sur une phrase dont le sens est complet, mais qui est lié à ce qui suit dans le sens, et
au niveau grammatical.
A moins que cet arrêt se trouve à la fin d'un verset, on doit reprendre ce qui a déjà été lu.

12.1.4- Le mauvais arrêt [Al-Waqf Al-Qabîh]


C'est un arrêt sur une phrase dont le sens n'est pas complet car il est lié à ce qui suit dans le sens, et
au niveau grammatical.
Il n'est pas permis de faire cet arrêt sauf si on n'a plus de souffle, on doit alors reprendre ce qui a
déjà été lu.

1.2- Les signes d’arrêt dans le Qur’ân

Ces signes qui permettent des arrêts ou non dans le coran sont au nombre de 6 (six) [3].Il s’agit :
 Le mîm ( ) qui entraîne une obligation d’arrêt [Al lâzim]. Le pied du mîm d’arrêt n’est
pas droit à ne pas confondre avec le mîm d’Iqlâb ( ‫)م‬. (Exple S6/V36). C'est l'arrêt qui permet à la
phrase d'être complète grammaticalement et du point de vue du sens. Ce type d'arrêt est qualifié de
''parfait'' car le discours est complet et indépendant de ce qui se trouve après lui.

 Le lâm ( [ ) qui désigne l’interdiction d’arrêt [Al mamnoû]. Il indique un endroit où il est
défendu de s'arrêter, car, si on le faisait la phrase ne serait pas complète et le sens ne serait pas
compréhensible Ceci parce que ce qui précède cet endroit dépend de ce qui le suit
grammaticalement et du point de vue du sens.

- 61 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

………… (S74/V31)

 La permission d’arrêt est marquée par le Djîm (‫[ ) ج‬Al Djâiz]. Il indique un endroit où il est
permis de s'arrêter ou de continuer sans que l'une de ces deux possibilités soit prioritaire.

 Le Sôd-Lâm ( ) indique un arrêt facultatif, mais il est préférable de continuer

(S2/V7)

 Quant au Qôf-lâm ( ) la pause est aussi facultative, mais il est préférable de s’arrêter

…. (S8/V43)

 L’arrêt de choix (pas obligatoire) ou l’arrêt lié au suivant (Al Waqf Mouraqqaba) est marqué
par . Si on s’arrête sur le 1er, on continue sur le second. Cependant, si on ne s’arrête pas
sur le 1er, il faudra s’arrêter sur le 2nd.

(Baqarah S2/V2)
1) Rayb*pause*fîhi houdan… ou 2) Rayba fîh*pause*Houdan…..

 Pause légère sans reprise du souffle est marquée par le sîn ( ) [As-sakta latîfa].
Il ne s’observe que dans 4 sourates qui sont : Ya-Sîn (S36/V52) ; Moutôffifine (S83/V14) ; Kahf
(S18/V1) et Qiyâma (S75/V27).

(S83/V14)

- 62 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Etude de quelques versets [5]

1) Madd Lâzim (6 temps)


1) Tafkhîm du « Ra »
2) Madd Mouttaçil (4 ou 5 temps)
2) Qalqalah

1) Ikhfa & tout cas de Ghounnah


1) Madd Mounfaçil (2 ou 4 ou 5 temps)
2) Idghâm & tous cas d’assimilation
2) Madd normal (2 temps)

- 63 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap. 13 : RAPPEL SUR LES MAKHÂRIDJ HOUROUF

Al-makhraj (‫ )ا ج‬- au pluriel : al-makhârij (‫ )ارج‬- est l'endroit d'où sort la lettre qui la
différencie des autres lettres.

Il existe 17 points de sorties qui sortent de 5 organes :

12.1- L'intérieur - ‫ف‬e‫ا‬

C'est l'espace vide à l'intérieur de la bouche et de la gorge. De cet espace sorte les lettres de
prolongations qui sont :

-le alif (‫ )ا‬assakina lorsqu'il est précédé d'une fatha,

-le waw (‫ )و‬assakina lorsqu'il est précédé d'une damma,

- le ya (‫ )ي‬assakina lorsqu'il est précédé d'une kasra.

Il n'y a pas vraiment d'endroit précis d'où sortent ces lettres, elles s'appuient sur le souffle.

12.2- La gorge –  ‫ا‬

il y a trois points de sortie dans la gorge :

1. Dans le bas de la gorge , sortent le (‫ )ء‬le Ha (‫)هـ‬. Cependant le hamza provient du fond sans
expiration (sortie d’air). Et le Ha se prononce avec une forte expiration.

2. Au milieu de la gorge, sortent le 'ain (‫ )ع‬en contractant celle-ci, et le ha (‫ )ح‬avec une faible
expiration.

3. En haut de la gorge, sortent le ghain (‫( )غ‬le voile du palais). Tel un g emphatique, [g confondu au
r]) et le kha (‫( )خ‬le voile du palais)

12.3- La langue - ‫ا&ن‬

Il y a 10 makharij différents sur la langue d'où sortent 18 lettres :

1. la partie postérieure de la langue(‫ن‬Ne‫ ا‬Kj ‫)ا‬, avec ce qui suit de la partie postérieure du palais
(partie molle) forment le point d’articulation de qaf (‫)ق‬

2. la partie postérieure de la langue (‫ن‬Ne‫ ا‬Kj ‫( )ا‬légèrement en dessous du point d’articulation du


qaf), avec se qui suit de la partie postérieure du palais (partie dure) forment le point d’articulation
de kaf (‫)ك‬

3. le milieu de la langue (‫ن‬Ne‫ )و`{ ا‬avec ce qui suit du palais forment le point d’articulation de
djim (‫ )ج‬de chin (‫ )ش‬et de ya (‫)ي‬, (le ya en tant que consonne et non en tant que voyelle longue).

- 64 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

4. le bord (wf‫ )ا‬de la langue en connexion avec les prémolaires et molaires supérieures (‫)ا\@ اس‬
(coté gauche ou coté droit ou les deux a la foi) forme le point d’articulation de Dad (‫)ض‬

5.un des bords du bout de la langue s’appuyant contre la muqueuse palatine des incisives ,des
canines et des prémolaires supérieures forme le point d’articulation de lam (‫)ل‬

6. la pointe de la langue légèrement en dessous du lam (‫ )ل‬s’appuyant contre la muqueuse palatine


des incisives et des canines supérieures forme le point d’articulation du noun (‫)ن‬.

7. la pointe de la langue légèrement en dessous du noun (‫ )ن‬s’appuyant contre la muqueuse


palatine des incisives et des canines et en faisant vibrer le dos de la langue forme le point
d’articulation du ra (‫)ر‬.
8. la pointe de la langue s’appuyant contre la racine des incisives centrales supérieurs ( eC‫ ا‬tH|‫)ا‬
forme le point d’articulation du ta (‫ )ت‬du dal (‫ )د‬et du Ta (‫)ط‬. Pour le ta, la pointe de la langue
s’appuie contre la muqueuse palatine des incisives supérieures. Pareil pour le dal. Le Ta se distingue
par une note d’emphase
9. la pointe de la langue en connexion avec l'espace entre les incisives centrales supérieurs et
inférieurs forme le point d’articulation du Sad (‫ )ص‬du zay (‫ )ز‬et du sin (‫( )س‬lettre sifflante.
Cependant, le Sad est sifflante et se prononce avec emphase.
10. la pointe de la langue s’appuyant contre le bout des incisives centrales supérieures forme le
point de sortie du tha (‫ )ث‬du dhal (‫ )ذ‬et du Za (‫)ظ‬. Le Za se distingue par l’emphase.

12.4- Les lèvres - ‫ن‬#‫ا‬

Il y a deux makhârij :
1. l'intérieur de la lèvre inférieure s’appuyant contre la pointe des incisives centrales supérieures
forme le point d’articulation du fa (‫)ف‬.
2. de ce deuxième point d’articulation sortent trois lettres :
a- les deux lèvres se rencontrant et en laissant un creux au milieu forment le point d’articulation
du waw (‫( )و‬en tant que consonne et non Voyelle longue).
b- les parties humides des deux lèvres forment en se touchant le point d’articulation du ba (‫)ب‬.
c- les parties sèches des deux lèvres forment en se touchant le point d’articulation du ma (‫)م‬.

12.5- La cavité nasale - ‫م‬R‫ا‬

al-khaychoum correspond au fond du nez. Il forme le point d’articulation de la ghouna on retrouve


cette ghouna dans les règles du noun as-sakina wa attanwin ( lors de l’idgham avec ghouna, al’iklab
et al-‘ikhfa), le noun et le mim dédoubles(mouchaddadatayn), al-ikhfa achafawi et al-idgham
achafawi.

- 65 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap. 14 : LES ATTRIBUTS DES LETTRES


‫ وف‬f‫ت ا‬V

On appelle attribut (Sifatou) d'une lettre l'état de cette lettre quand on la prononce.
On peut tirer 3 grands interêts à apprendre ces attributs :
- Cela permet de faire la distinction entre plusieurs lettres qui sortent du même point de sortie
[Makhraj].
- Cela permet de faire la difference entre les lettres faibles [Mouraqqaqa] et les lettres fortes
[Moufakhkhama]. Cela sera utile lorsqu'on appliquera la règle des "assimilations".
- Cela permet de perfectionner notre prononciation.

Il existe deux sortes d'attributs

14.1- ATTRIBUTS QUI ONT DES OPPOSES


Chaque lettre de l'alphabet se caractérise par ces 5 attributs.

14.1.1- [Al-Hams] - ‫ا‬


Les lettres du Hams sont les suivantes : ‫ ف‬, ‫ ح‬, ‫ ث‬, , ‫ ش‬, ‫ خ‬, ‫ ص‬, ‫ س‬, ‫ ك‬, ‫ ت‬que l'ont peut reunir
dans la parole: "  
".
Les lettres du Hams ont le souffle qui continue à sortir après que la lettre soit prononcée.
[Al-JaHr] - ‫ا‬
Les lettres du JaHr sont toutes les autres lettres.
Le souffle s'arrête de sortir après que la lettre soit prononcée.

14.1.2- [Al-Chidda] - ‫اة‬


Les lettres du Chidda sont les suivantes : ‫أ‬, ‫ج‬, ‫د‬, ‫ق‬, ‫ط‬, ‫ك ب‬, ‫ ت‬que l'ont peut reunir dans la parole:
" ‫"   أ‬.
Dans ces lettres, le son s'arrête car il s'appuie sur un son Makhraj.
[At-tawassouT] - ‫ا‬
Les lettres concérnées sont : ‫ل‬, ‫ن‬, ‫ع‬, ‫م‬, ‫ ر‬que l'ont peut reunir dans la parole: " ".
C'est une catégorie entre Chidda et Rakhâwa. Le son ne s'arrête pas clairement mais il ne continue
pas trop.
[Ar-Rakhâwa] - ‫وة‬%&‫ا‬
Les lettres concernées sont toutes les lettres restantes.
Le son de la lettre continue.

14.1.3- [Al-Isti'la]
La langue s'éloigne du palais et on remplit la bouche en prononçant les lettres suivantes (qui sont
celles de l'emphase [At-tafkhîm]) : ‫خ‬, ‫ص‬, ‫ض‬, ‫غ‬, ‫ط‬, ‫ق‬, ‫ ظ‬que l'ont peut reunir dans la parole: "
 ".
Il y a differents degrés de [tafkhîm], les premiers étant plus emphatiques que les suivants :
- Lorsque la lettre de l'Isti'la porte une fatha, et est suivie d'un 'Alif
- Lorsque la lettre de l'Isti'la porte une fatha, mais n'est pas suivie d'un 'Alif
- Lorsque la lettre de l'Isti'la porte une Damma
- Lorsque la lettre de l'Isti'la porte un soukoûn
- Lorsque la lettre de l'Isti'la porte une kasra

- 66 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

[Al-Istifâl] - ‫ل‬%*+‫ا‬
Il s'agit de l'équivalent de [At-tarqîq], la langue est proche du palais.
Les lettres concérnées sont les restantes.

14.1.4- [Al-ITbâq] - ‫ق‬%,-+‫ا‬


La langue est collée au palais. Les lettres concernées sont : ‫ص‬, ‫ض‬, ‫ط‬, ‫[ ظ‬Al-Infitâh] - ‫ح‬%*.+‫ا‬
Il reste un intervalle entre la langue et le palais, ceci pour toutes les autres lettres restantes.

14.1.5- [Al-Idhlâq] - ‫ق‬/‫ذ‬+‫ا‬


Ceci concerne les lettres qui se prononcent du bout de la langue, ou du bout des lèvres, et qui sont :
‫ف‬, ‫ر‬, ‫م‬, ‫ن‬, ‫ل‬, ‫ ب‬que l'ont peut reunir dans la parole: "  ".
Ces lettres se prononcent avec facilité et fluidité.
[Al-ISmât]
C'est une lourdeur qui affecte les lettres du ISmât de part leur prononciation ne s'appuyant pas sur
le bout de la langue ou des lèvres. Les lettres concérnées sont les restantes.

14.2- LES ATTRIBUTS QUI N'ONT PAS D'OPPOSE


Certaines lettres seulement sont caractèrisées par ces attributs.

14.2.1- [As-Safîr] - 1*2‫ا‬


C'est un son ajouté qui sort d'entre les lèvres. Les lettres du Safîr sont : ‫ص‬, ‫ز‬, ‫س‬

14.2.2- [Al-Qalqala] – 45656‫( ا‬déjà abordé )

14.2.3- [Al-Lîn] - 715‫ا‬


La lettre est lue avec une certaine facilité. Les deux lettres concernées sont : ‫ و‬, ‫ي‬

Exemple (106/4) :

14.2.4- [Al-Inhirâf] - ‫اف‬9.+‫ا‬


En prononçant ces lettres, on a tendance à s'écarter de leur Makhraj pour déborder sur le Makhraj
de la lettre suivante. Les deux lettres concernées sont : ‫ ر‬, ‫ل‬

14.2.5- [At-takrîr] - :;‫ا‬


C'est un tremblement de la langue. Il se fait uniquement avec la lettre : ‫ر‬

14.2.6- [At-tafachi] – <*‫ا‬


C'est une propagation ou une diffusion du souffle dans la bouche lors de la prononciation de la
lettre : ‫ش‬

14.2.7- [Al-IstiTâla] - 4%=+‫ا‬


C'est une extension de la lettre Dad (‫ )ض‬qui s'étend jusqu'à arriver au Makhraj de la lettre Lam (‫)ل‬.

- 67 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Chap. 15 : CLÔTURE DU QUR’AN (KHATMOUL QUR’AN)


ET LES TAKBIRÂTES

15.1- DEFINITION

Le Takbir c’est le fait de dire Allahou Akbar

• Application : Il doit être dit la formule « Allahou Akbar » après la récitation de la sourate
Douhâ et les autres sourates qui suivent jusqu’à la fin du Qur’an (c-à-d avant basmalah.
• Formulation : Allahou akabar.

Certains savants ajoutent le Tahlîl (Lâ Ilâha IllaLLah) et le Tahmîd (Al hamdoulillah)

• Cause : - Sunnah prophétique confirmée par Ibn Abass, Ikramah, Moudjahîd, Oubay Ibn
Ka’b.

- Le prophète a connu une rupture d’une durée de 10, 15, ou 40 jours dans la
révélation. Et donc fut victime de moquerie des mécréants et hypocrites. L’ange Djibril descendu
avec la sourate Douha. A la fin de la sourate, le prophète a fait un Takbîr pour montrer :
- La véracité de la révélation,
- Manifester sa joie,
- Traiter de mensongères les moqueries.

15.2- DOUÂ APRES LE KHATM QUR’AN

Le prophète a dit : Celui qui a terminé la récitation du qur’ân puis fait une invocation, quatre
mille anges disent « amin » sur le dou’â (rapporté par Al Dâmirî). Il y a beaucoup de dou’â, nous en
citerons un parmi tant d’autres. :

Seigneur ! Accorde-moi Ta miséricorde par le biais du Qur’ân. Fais qu’il soit un guide pour moi,
une guidée et une miséricorde.

Seigneur ! Rappelle à ma mémoire ce que j’ai oublié du Qur’ân et enseigne-moi ce que j’en ignore,
accorde moi sa lecture au cœur de la nuit et aux extrémités de la journée, fais qu’il soit un argument
en ma faveur, Ô Seigneur de l’univers.

- 68 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

Références Bibliographiques
Cette compilation a été possible grâce à la bibliographie suivante :

- [1] Le Tajwîd-Règle de la lecture Coranique de ZAKARIA Makri, tiré sur Internet

(http://khadematalquraan.jeeran.com/)

- [2] L’Arabe pour tous par BOUTROS Hallaq (Agrégé de l’Université)

- [3] Cours personnel pris auprès du Douctour Younouss TOURE (Imam de la mosquée

Adja-Ténin Coulibaly d’Abobo).

- [4] Moushâful At-tadjwîd (en Arabe et Traduit en Anglais)

- [5] Le Saint Qur’an scanné.

- [6] Moulakhaç al Moufid fi Ilmi Tadjwîd (Arabe). Mouhamed Ahmad Ma’boud.

- 69 -
Minhâdj Ilâ Tilâwatil Qur’ânil Karîm

**Conclusion Générale**

Au terme de notre travail, nous pouvons dire que le tadjwîd est une partie des sciences du Coran et
une infime partie du savoir religieux. Mais elle nécessite tout d’abord un enseignant (un maître)
pour une illustration orale des règles et surtout un effort personnel pour la réelle maîtrise de ses
règles. Le tadjwîd a été prescrit aux musulman(e)s, en vue de leurs permettre de réciter et d’embellir
le Coran tel leur messager.

Nous avons tenté de notre mieux de faire ressortir les points clés qui éclairent les règles de bases du
tadjwîd et permettent d’en saisir les contours. Il appartient à chaque croyant(e) de faire de sa
lecture un moyen de se rapprocher d’ALLAH (subhânahu wa ta’âla) à travers le lien sublime qu’il
nous a laissé : le Saint Coran.

Que mes frères et sœurs réfléchissent à ses aspects et soient convaincus que la lecture correcte du
Saint Coran est une source de lumière infinie ainsi qu’un excellent moyen d’accroître nos bonnes
oeuvres.
Qu’ils méditent profondément et en permanence ces nobles versets :
<<Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l'aurais vu s'humilier et
se fendre par crainte d'Allah. Et ces paraboles Nous les citons aux gens afin qu'ils réfléchissent>>
S59 v21
<<Et le Messager dit: ‹Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose
délaissée! >> S25 v31.

Ô Seigneur, nous T'implorons ô Allah par tous Tes noms, ceux que Tu as choisi de
t'assigner, ou que Tu as descendu dans Ton livre, ou que Tu as appris à l'une de Tes créatures, ou
que Tu as gardé chez Toi dans Ta connaissance de l'Invisible, de faire du saint Qur’an le printemps
de nos cœurs, la lumière de nos poitrines, le soulagement de notre tristesse, la consolation de notre
chagrin, le moyen d'atteindre Ton agrément, notre guide vers Ton agrément et Ton jardin du
bonheur suprême.

Qu’Allah nous pardonne pour les imperfections dans la compilation de ce


document, et Qu’Il agrée cette œuvre.
(Amin).

- 70 -