Vous êtes sur la page 1sur 77

RP1318

REPUBLIQUE DE GUINEE
*-*-*-*-*-*-*-
MINISTERE DE L’AGRICULTURE
*-*-*-*-*-*-*-
Projet d’Urgence d’Appui à la Productivité
Agricole (PUAPA 2)
*-*-*-*-*-*-*-

CADRE DE POLITIQUE DE REINSTALLATION


DES POPULATIONS (CPRP) DU PUAPA 2

Rapport final

Par

Dr. Euloge OGOUWALE

Géographe et Expert en Evaluation et Sauvegarde Environnementale


(+229) 97 12 98 00 Email : ogkelson@yahoo.fr

Février 2012
SOMMAIRE

Sommaire 2
Liste des figures...................................................................................................................... 3
Liste des tableaux................................................................................................................... 3
Liste des photos...................................................................................................................... 3
Sigles et acronymes................................................................................................................ 4
Résumé exécutif..................................................................................................................... 5
Summary................................................................................................................................. 7
Introduction............................................................................................................................. 9
1. Description du projet..........................................................................................................11
2. Analyse de l’état initial des milieux récepteurs..................................................................12
3. Analyse des impacts socio-économique du projet.............................................................31
4. Cadre juridique et intitutionnel de la réinstallation.............................................................34
5. Rôles et responsabilités des autorites et structures impliquées dans la mise en œuvre du
plan de réinstallation.........................................................................................................35
6. Eligibilité............................................................................................................................ 37
7. Processus de préparation, revue et approbation du Plan d’action de réinstallation (PAR) 44
8. Mesures de réinstallation..................................................................................................47
9. Modalités et méthodes de consultation des personnes affectées avec leur participation. .52
10. Système de gestion des plaintes.....................................................................................53
11. Calendrier d’exécution du PAR........................................................................................54
12. Indication, assistance et dispositions à prévoir dans le PAR pour les groupes vulnérables
......................................................................................................................................... 55
13. Modalités institutionnelles pour la mise en œuvre du CPRP...........................................56
14. Mécanisme de suivi-évaluation.......................................................................................58
15. Audit du processus de réinstallation................................................................................60
16. Coûts et budget...............................................................................................................60
17. Synthèse des coûts du PAR............................................................................................61
Bibliographie......................................................................................................................... 62
Annexes................................................................................................................................ 63
Table des matières................................................................................................................75

2
LISTE DES FIGURES
FIGURE 1: RÉGIME PLUVIOMÉTRIQUE DE LA GUINÉE MARITIME................................................12
Figure 2: Régime pluviométrique de la Haute Guinée..........................................................................15
Figure 3: Répartition de la population dans les quatre (4) régions de la Guinée..................................18
Figure 4: Croissance démographique par sexe en Guinée entre 1993 et 2008....................................19
Figure 5: Données démographiques des quatre (4) régions du pays...................................................19
Figure 6: Taux de mortalité infanto-juvénile en 1999 et 2005 dans les régions du pays.......................24
Figure 7: Situation épidémiologique en Guinée....................................................................................26
Figure 8: Taux d'accès à l'eau potable par préfecture..........................................................................26
Figure 9: Sources d’approvisionnement en eau dans les régions........................................................27
Figure 10: Principaux modes d’éclairage dans les ménages des milieux récepteurs du Projet............27
Figure 11: Disparité d’accès et d’utilisation de l’électricité entre les lieux de résidence........................28
Figure 12 : CIE (Constat d’Impact Environnemental)...........................................................................46

LISTE DES TABLEAUX


TABLEAU 1: LOCALISATION DES PRÉFECTURES D’INTERVENTION DU PROJET DANS LES
RÉGIONS............................................................................................................................................. 18
Tableau 2 : Taux de croissance démographique par région de 1995 à 2007........................................20
Tableau 3 : Typologie de quelques habitations recensées généralement.............................................40
Tableau 4 : Coûts de remplacement des arbres à vocation économique (arbres fruitiers)...................41
Tableau 5: Formes de compensation.................................................................................................... 42
Tableau 6: Biens (habitations et infrastructures connexes) affectés par personne...............................43
Tableau 7: Format pour la détermination du coût des arbres à vocation économique affectés............43
Tableau 8 : Compensation par perte de revenu pour les activités formelles et informelles.................44
Tableau 9: Actions principales et les responsables...............................................................................47
Tableau 10 : Droits par catégories d’impacts........................................................................................ 51
Tableau 11 : Planning prévisionnel du plan de réinstallation.................................................................55
Tableau 14 : Arrangements institutionnels de mise en œuvre - Charte des responsabilités.................56
Tableau 13: Coût d'intervention de la Préfecture et du CLR.................................................................60

LISTE DES PHOTOS


PHOTO 1: ECOSYSTÈMES DE MANGROVE DANS LA BASSE GUINÉE.........................................13

3
SIGLES ET ACRONYMES
ANPROCA Agence Nationale de Promotion Rurale et du Conseil Agricole
AGIR Appui à la Gestion Intégrée des Ressources
BGEEE Bureau Guinéen des Études et Évaluation Environnementale
BM Banque Mondiale
BSD Bureau de Stratégie de Développement;
BTGR Bureau Technique du Génie Rural
CAEM Cabinet Africain d’Études et de Maîtrise d’œuvre
CIRA Conseil Ingénierie et Recherche Appliquée
CNOPG Confédération Nationale des Organisations Paysannes de Guinée

CRD Communauté Rurale de Développement


CPRP Cadre de Politique de Réinstallation des Populations
DAO Dossier d’Appel d’Offres
DNA Direction Nationale de l’Agriculture
DNEF Direction Nationale des Eaux et Forêts
DNGR Direction Nationale du Génie Rural
DNPN Direction Nationale de la Protection de la Nature
DPE Direction Préfectorale de l’Environnement
DNDIP Direction Nationale de la Dette et des Investissements Publics
DPESM Division de la Protection de l’Environnement et de la Sécurité Minière
DPFMR Déclaration de Politique Foncière en Milieu Rural
DSP Direction de la Santé Publique
EDSG Enquête Démographique et de Santé en Guinée
EIE Études d’Impact sur l’Environnement
EIES Études d’Impact Environnemental et Social
IRA Infection Respiratoire Aiguë
MA Ministère de l’Agriculture
MEDD Ministère de l’Environnement et du Développement Durable
MEH Ministère de l’Énergie et de l’Hydraulique
MMG Ministère des Mines et de la Géologie
MPA Ministère de la Pêche et de l’Aquaculture
MDDL Ministère de la Décentralisation et du Développement Local
MEPA Ministère de l’Élevage et de la Protection Animale
MEF Ministre de l’Économie et des Finances
MSHP Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique
MST Maladie Sexuellement Transmissible
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONG Organisation Non Gouvernementale
PAFN Plan d’Action Forestier National
PNAE Plan National d’Action Environnemental
PAP Personnes Affectées par le Projet
PAR Plan d’Action de Réinstallation

PGES Plan de Gestion Environnementale et Sociale


RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitation
SBDT Société de Bauxite de Dabola-Tougué
SIDA Syndrome d’Immuno Déficience Acquise
SRFR Service des Ressources Foncières Rurales
SRP Stratégie de Réduction de la Pauvreté
UICN Union Internationale de la Conservation de la Nature

4
RÉSUMÉ EXECUTIF

Dans le cadre de la réponse à la crise alimentaire de 2007-2008, la Guinée a bénéficié d’un


financement de la Banque Mondiale pour la mise en œuvre d’un Projet d’Urgence d’Appui à
la Productivité Agricole (PUAPA). La consommation d’une partie du financement du Projet,
en phase 1, a permis au cours des campagnes 2009 et 2010 (i) l’approvisionnement de
23.825 producteurs en semences de riz (488 tonnes), en engrais (299 tonnes), en pesticides
(2610 litres), et (ii) la réhabilitation d’ouvrages régulateurs des périmètres irrigués,
notamment de Koba. C’est pour renforcer ces acquis que le second PUAPA a été initiée.

Le Projet d’Urgence d’Appui à la Productivité Agricole de deuxième génération s’articule


autour de plusieurs composantes à savoir :
Composante 1 : Réhabilitation et gestion des infrastructures d’irrigation dont l’objectif est
d’accroître les superficies irriguées et de s’assurer de leur exploitation de manière optimale
et durable.
Composante 2 : Développement et Valorisation de la Production Agricole Vivrière qui vise à
améliorer l’accès des populations rurales aux facteurs de production et aux équipements de
transformation leur permettant d’augmenter les rendements des productions alimentaires
ciblées et d’accroitre la capacité de transformation desdites productions.
Composante 3 : Renforcement des Capacités et Gestion du Projet qui vise à améliorer la
disponibilité et la qualité des services au profit des producteurs dans les zones cibles
d’intervention du projet et la mise en place d’un système efficace et efficient de gestion, de
suivi et d’évaluation du Projet.

A l’instar des Projets financés par la Banque Mondiale, le Projet d’Urgence d’Appui à la
Productivité Agricole devra satisfaire aux exigences des Politiques de Sauvegarde
applicables (OP 4.01 Évaluation Environnementale, y compris la Participation du Public ; OP
4.09 Lutte antiparasitaire ; OP 4.12 Réinstallation Involontaire des populations et OP 7.50
Projets relatifs aux voies d’eau internationales). Ces documents de sauvegarde devront être
diffusés dans le pays et au niveau de Infoshop de la Banque avant l’évaluation et
l’approbation du Projet. Les exigences par rapport aux Politiques de Sauvegarde
s’expliquent à cause des possibilités et des opportunités du PUAPA 2 de financer ou
d’appuyer la réalisation des sous-composantes ayant des impacts environnementaux et
sociaux négatifs.

Le CPRP est un instrument d'atténuation des effets de réinstallation. Il est utilisé chaque fois
que la localisation et le contenu des projets ne sont pas connus avec précision et l'impact
social sur la population du point de vue de déplacement de personnes, de pertes d’activités
socioéconomiques et d'acquisition de terres n'est pas non plus connu avec précision. Le
CPRP vise à clarifier les règles applicables en cas de réinstallation, d’organisation prévue et
les critères applicables pour les différents sous-projets en précisant la procédure de
compensation pour éviter l'appauvrissement des populations dont la perte, la ruine d’identité
culturelle, d’autorité traditionnelle et des possibilités d’entraide pourraient remettre en cause
leur stabilité ou leur bien-être social.

Dans ce contexte, la procédure de réinstallation involontaire n'est pas déclenchée


simplement parce que des personnes sont affectées par un déplacement physique. Elle est
mise en œuvre parce que l'activité envisagée nécessite l'acquisition de terres occupées ou
exploitées par des personnes pour divers besoins ou activités (habitation, activités agricoles,
pastorales, forestières, halieutiques, spirituelles, etc.). En cas de besoin, un Plan de
Réinstallation sera préparé par l’unité de coordination du Projet. Ce plan sera approuvé par
les collectivités locales, le comité de pilotage du PUAPA 2 et les instances nationales, et
transmis à la Banque mondiale pour évaluation et approbation. Le CPRP présente les
principes généraux qui serviront de guides à toutes les opérations de réinstallation dans le

5
cadre de la mise en œuvre du PUAPA 2. Si un sous projet du PUAPA 2 exige une ou des
opérations de réinstallation, l’unité de coordination du Projet initie un Plan d'Action de
Réinstallation (PAR) en étroite collaboration avec les communautés et d’autres organes
d’exécution.

L’unité de coordination du Projet veille à informer, à consulter et à donner l’opportunité à ce


que les Personnes Affectées par le sous projet participent à toutes les étapes du processus
de manière constructive. Les personnes qui sont touchées par la mesure de réinstallation
doivent avoir à leur disposition un mécanisme clair et transparent de plaintes et de gestion
des conflits éventuels : mécanismes locaux de résolution à l’amiable, de saisine des
instances locales et de saisine de la justice en dernier recours (tableau 1).

Tableau 1 : Responsabilité des acteurs institutionnels


Acteurs institutionnels Responsabilités
Ministère de l’Agriculture Diffusion du CPRP
Mise en place d’un comité d’approbation au sein de
l’unité de coordination du Projet
Supervision nationale de la réinstallation
Mobilisation du financement de la compensation due à la
réinstallation
Coordination du PUAPA 2 Approbation et diffusion des PAR
Supervision du processus
Coordination du Projet Travail en étroite collaboration avec les communautés ou
(coordonnateur du PUAPA 2) d’autres organes d’exécution
Désignation d’un Expert Social chargé de la coordination
de la mise en œuvre des PAR
Recrutement de consultants/ONG/Bureau d’Etudes pour
réaliser les études socioéconomiques, les PAR/PSR et le
suivi/évaluation
Supervision des indemnisations des personnes affectées
Préparation du PAR
Diffusion du PAR
Evaluation du PAR
Collectivités locales • Suivi et évaluation du PAR
• Diffusion des PAR
• Mise en œuvre du ¨PAR

Le suivi et l’évaluation seront effectués pour s’assurer que toutes les PAP sont indemnisées,
déménagées et réinstallées dans le délai le plus court possible, et sans impact négatif, et ce,
avant le démarrage des travaux. L'estimation du coût global de la réinstallation et de la
compensation sera déterminée durant les études socioéconomiques dans le cadre de
l’établissement des PAR. Les coûts d’appropriation du CPRP du PUAPA, et à incorporer
dans son budget global, ont été estimés comme suit (tableau 2).

Tableau 2 : Récapitulatif des coûts


Coordination des activités 239 600 000 GNF
Réunions avec l’ANPROCA et divers imprévus 21 800 000 GNF
Réserve pour interventions non programmées 23 400 000 GNF
TOTAL 284 800 000 GNF soit 40 685,71 dollars US

Le coût de fonctionnement du Comité Local de Réinstallation dans la mise en œuvre


du PAR ou du PSR sera estimé à 284 800 000 GNF soit 40 685,71 dollars US. Pour
assurer la prise en compte effective du CPRP du PUAPA 2, il est recommandé que son
budget soit inclus dans les différents manuels d’exécution du PUAPA 2.

6
SUMMARY
As part of the response to the 2007-2008 food crises, Guinea has been granted a fund from
the World Bank in aim to implement an Emergency Project to Support Agricultural
Productivity known as PUAPA. Consumption of part of the fund allocated to the Project in its
first phase has helped during 2009 and 2010 campaigns (i) supply 23,825 farmers with rice
seeds (488 tones), fertilizer (299 tones), Pesticides (2610 liters), and (ii) better the irrigation
control facilities, including the one of Koba. In a context to strengthen these achievements,
the second phase of PUAPA (PUAPA—phase 2) has been initiated.

The Emergency Project to Support Agricultural Productivity in its second phase is made up of
several components including:

Component 1: Rehabilitation and management of irrigation facilities in order to increase their


scope and ensure they are operating optimally and sustainably.

Component 2: Development and Exploitation of crop products in aim to better rural access
to factors of production and processing equipments enabling them to increase targeted crops
productivity rate and the capacity of processing the said crops.

Component 3: Capacity Building and Project Management in aim to assure an access to


adequate quality of services to producers in the target areas and an establishment of an
effective and efficient management system, and Project Monitoring and Evaluation.

Like the projects financed by the World Bank, the Emergency Project to Support Agricultural
Productivity must meet the requirements relating to the applicable safeguard policies (OP
4.01 Environmental Assessment, including Public Participation; OP 4.09 Pest Management,
OP 4.12 Involuntary Resettlement of Populations, and OP 7.50 Projects on International
Waterways). These safeguards documents will be disclosed in-country and at Bank’s Info
shop before evaluation and approval of the Project. Requirements relating to safeguard
policies are necessary because of the possibilities and opportunities to finance or support the
achievements of sub-components of the PUAPA_phase2 which have negative socio-
environmental impacts.

The CPRP is an instrument for mitigating the effects of relocation. It is used whenever the
target and scope of projects are not precisely known in the one hand and the social impacts
on the population in terms of displacement, loss of socio-economic or cash income activities
and land possession is not precisely known on the other hand. The CPRP is aiming to clarify
the rules applicable (in case of relocation), organizational provision and criteria required for
the different sub-projects by specifying the compensation procedure to prevent the
impoverishment of populations due to the destruction or loss of cultural identity, traditional
authorities and probably the loss of socio-mutual support could jeopardize their stability or
social welfare.

In this context, the process of involuntary resettlement is not set out simply because people
are affected by physical movement. It is implemented because the planned activity requires
the acquisition of plot of land which are occupied or used by people for various activities or
needs (housing, farming, grazing, forestry, fisheries, spiritual, etc...). If necessary, a
Resettlement Plan will be set out by the Project Coordination Unit. This plan will be approved
by local authorities, the steering committee of PUAPA_phase2 and Governmental
institutions, and then forwarded to the World Bank for review and approval. The CPRP
presents the general principles as guides to all resettlement operations as part of the
implementation of PUAPA_phase2. If a project under the PUAPA_phase2 requires or one or
several resettlement operations, the Project Coordination Unit has to set off a Resettlement
Action Plan (RAP) in close collaboration with communities and other executive agencies.

The Project Coordination Unit ensures the information, consultation and provides
opportunities so that People Affected by the sub-project can get involved in all stages of the
process constructively. People who are affected by the relocation procedure must have at

7
access to a rightful and transparent mechanism for complaint and potential conflicts
management: local mechanisms for reaching amicable agreement, referring a case to the
local jurisdiction and to the court of Justice as last resort (Table 1).

Table 1: Responsibility of institutional authorities


Institutional authorities Responsibilities
Ministry for Agriculture Diffusion of the CPRP
Setting up of a committee of approval within the unit of
coordination of the Program
National supervision of the resettlement
Raise Funding of the compensation due to the
resettlement
Coordination of the PUAP—phase 2) Approval and issuing of the RAP
Process monitoring
Coordination of the Program Work in close cooperation with the communities or other
(coordinator of the PUAPA—phase 2) executive bodies
Appointment of a Social Expert in charge of the
coordination of the implementation of Resettlement
Action Plan
Recruitment of consultants/NGO/Bureau of Studies to
carry out the socio-economic impact analyses, the
Resettlement Action Plan and the monitoring/evaluation
Supervision of the compensations of the persons
affected
Setting up of Resettlement Action Plan
publication of Resettlement Action Plan
Evaluation of Resettlement Action Plan
Local communities • Follow-up and evaluation of Resettlement Action Plan
• publication of Resettlement Action Plan
• Implementation of the Resettlement Action Plan

Follow-up and evaluation will be carried out to make sure that all the Persons Affected by the
Project (PAP) are compensated, moved and reinstalled within the shortest possible time, and
without negative impact, and this, before the work gets started. The total cost of the
resettlement and the compensation plan will be estimated during the socio-economic impact
analyses within the framework of the implementation of the RAP. The cost of appropriation of
the CPRP of the PUAPA, and to be incorporated in its total budget, has been estimated as
follows (table 2).

Table 2 : Recapitulative cost

Coordination of activities GNF 239 600 000


Meetings with the ANPROCA and various GNF 21 800 000
unforeseen
Miscellaneous GNF 23 400 000
TOTAL GNF 284 800 000 or 40 685.71 US
dollars

The operational budget of the Local Committee of Resettlement for the implementation
of the PSR is estimated to GNF 284 800 000 (40 685.71 US dollars). To make sure that
the CPRP of the PUAPA--phase 2 will effectively be taken into account, it is suggested
to include its budget in the various implementation manual of the PUAPA--phase 2.

8
INTRODUCTION

Le prix du riz au niveau international n’a cessé de grimper depuis décembre 2006, créant
des difficultés d’approvisionnement des marchés des pays en développement comme la
Guinée et des capacités d’accès limitées pour les populations vivant pour la grande majorité,
en insécurité alimentaire. Cette situation, ressentie à l’échelle mondiale, n’est pas sur le point
de se résorber du fait d’une part, de l’accroissement des importations et d’autre part, des
disponibilités en riz très limitées dans les pays exportateurs. Aussi, les cours internationaux
du riz vont probablement connaître de nouvelles perturbations au cours des prochaines
années.

Cette situation s’est empirée par la crise alimentaire de 2007-2008. Dans le cadre de la
réponse à cette crise, la Guinée a bénéficié d’un financement de la Banque Mondiale pour la
mise en œuvre d’un Projet d’Urgence d’Appui à la Productivité Agricole. La consommation
d’une partie du financement du Projet, en phase 1, a permis au cours des campagnes 2009
et 2010 (i) l’approvisionnement de 23.825 producteurs en semences de riz (488 tonnes), en
engrais (299 tonnes), en pesticides ( 2610 litres), et (ii) la réhabilitation d’un des ouvrages
régulateurs du périmètre irrigué de Koba. Ces actions ont abouti à la mise en valeur de
8075 hectares de riz, à une amélioration du rendement de riz chez les paysans bénéficiaires
qui est passé de 1,3 à 2,8 tonnes/ha, soit 138 % en Basse Guinée; de 1,5 à 2,4 tonnes/ha,
soit 60 % en Haute Guinée et de 1,3 à 2,5, soit 92 % en Guinée Forestière.

Compte tenu de ce qui précède, le pays est dans un besoin urgent de prendre des mesures
immédiates pour atténuer l'impact de la hausse des prix alimentaires sur les ménages les
plus pauvres et donc de renforcer les capacités de production alimentaire. En outre les
instruments développés par le Projet d’Urgence de la Productivité Agricole pour accélérer
l’amélioration de la productivité du riz ont montré leur efficacité et les résultats obtenus sont
très encourageants. Cela justifie d’amplifier ce Projet et de l’étendre à des filières autres que
le riz. D’où le lancement du second PUAPA. Ce second PUAPA en plus du riz s’étend sur la
valorisation des cultures du maïs, du manioc et de la volaille traditionnelle.

Compte tenu de ce qui précède, le pays est dans un besoin urgent de prendre des mesures
immédiates pour atténuer l'impact de la hausse des prix alimentaires sur les ménages les
plus pauvres, et donc de renforcer les capacités de production alimentaire. En outre, les
instruments développés par le Projet d’Urgence de la Productivité Agricole pour accélérer
l’amélioration de la productivité du riz ont montré leur efficacité et les résultats obtenus sont
très encourageants. Cela justifie d’amplifier ce Projet et de l’étendre à des filières autres que
le riz, d’où le lancement de la phase 2 du Projet. Cette deuxième phase en plus du riz
s’étend sur la valorisation des cultures du maïs, du manioc et de la volaille traditionnelle.

Dans le cadre de la mise en ouvre de ce second projet , il n’est pas envisagé de transaction
foncière, ni d’expropriation a priori. Mais, ces situations pourraient survenir d’une manière
involontaire. C’est pour gérer cette éventuelle contrainte que l’élaboration d’un cadre de
politique de réinstallation/relocalisation des populations (CPRP) qui seraient affectées par le
Projet s’avère nécessaire.

De ce fait, cette étude identifie et évalue les impacts environnementaux et sociaux potentiels
liées à la mise en œuvre du PUAPA 2 et propose un Cadre de Politique de Réinstallation des
Populations (CPRP). Ce cadre expose les objectifs, principes et procédures qui régissent le
régime de l’acquisition des terrains pour la mise en place d’infrastructures d’utilité publique.
Le CPRP est un instrument d’atténuation des effets de réinstallation. Il vise à fournir les
règles applicables en cas de réinstallation, à permettre l’identification des individus qui
pourraient être affectés par l’exécution des activités des composantes des sous-Projets. Il

9
indique avec précision la procédure de compensation prévue pour éviter la perte des
ressources matérielles et culturelles des populations. Il prend en compte les exigences de la
Politique de sauvegarde de la Banque Mondiale contenue dans le PO 4.12. Le CPRP inclut
aussi l’analyse des conséquences économiques et sociales qui résultent de la mise en
œuvre des composantes du sous-Projet pouvant entraîner le retrait des terres aux
populations, la cessation temporaire des activités, etc.

Le CPRP est un document par le biais duquel le Gouvernement s’engage formellement à


respecter selon les exigences et les procédures de l’OP/BP 4.12 les droits de compensation
de toute personne ou entité potentiellement affectée par un Projet financé ou cofinancé par
la Banque mondiale.

Pour mieux répondre aux objectifs définis dans les termes de référence de la présente
étude, la recherche a privilégié une démarche méthodologique basée sur l’analyse des
textes législatifs et réglementaires régissant la gestion foncière, les politiques
environnementales et les politiques de recasement des populations en Guinée dans une
approche comparative avec les politiques de la Banque Mondiale. Des rencontres ont eu lieu
avec certains acteurs des Institutions nationales et locales concernées par le Projet,
spécifiquement, les responsables du Ministère de l’Agriculture, du Ministère de
l’Environnement, du Ministère de l’Economie et des Finances, les directions centrales et
régionales, les collectivités locales (les chefs des quartiers, chefs des familles), certains
groupes bénéficiaires du Projet et autres acteurs locaux.

Il s’agissait à travers ces échanges de compléter et de valider les données recueillies sur le
terrain. Ceci a permis de mieux appréhender la réalité sociale, de collecter la documentation
nationale et de recueillir les informations relatives aux impacts potentiels du Projet sur les
personnes et les biens : contexte légal, réglementaire et institutionnel du déplacement des
populations, mécanismes d’indemnisations prévus et mis en œuvre et méthodes d’évaluation
des biens. Les visites de terrain ont également permis d’évaluer les enjeux du Projet en
termes d’acquisition de terrain et d’identifier les propriétaires officiels des terrains des
secteurs récepteurs.

La recherche a consisté à identifier et à impliquer dans tout le processus, toutes les parties
prenantes à la mise en œuvre du Projet. C’est ainsi que tous les acteurs clés, appelés à
jouer un rôle dans ce processus, ont été consultés et informés. Le présent rapport décrit les
résultats de la mission de la recherche conformément à la structure et au contenu requis par
la Politique Opérationnelle 4.12 de la Banque Mondiale, les termes de référence de l’étude et
la méthodologie d’intervention.

10
1. DESCRIPTION DU PROJET

Les développements récents que connaît l’économie mondiale, notamment la flambée des
prix des denrées alimentaires et des cours mondiaux du pétrole, couplée avec la crise
financière internationale, constituent une réelle préoccupation pour le Gouvernement
guinéen qui doit faire face à la diminution des disponibilités de riz sur le marche mondial, la
hausse du cours mondial du riz (qui était de 600 $ US/tm en mars 2008) et la hausse
continue du cours du baril de pétrole (qui est passe de 36 a 140 $ US entre 2006 et 2008).
Cette tendance pourrait encore s’exacerber, si le dollar américain continue à s’affaiblir par
rapport aux monnaies des principaux pays exportateurs.

C’est dans ce contexte que la Guinée a mis en œuvre plusieurs initiatives tendant à
améliorer la production et la productivité du riz, principale denrée de base des populations
locales en vue de limiter la dépendance vis-à-vis des importations. Ainsi, la production de riz
s’est accrue de manière significative ces dernières années passant de 775.700 tonnes en
2000/2001 à 1.465.700 tonnes en 2008/2009. Cela a été possible grâce à un accroissement
des superficies emblavées, des appuis soutenus à la filière (recherche vulgarisation,
aménagements, routes, renforcements de capacités, etc.) et des prix incitatifs à la production
et à la commercialisation.

Au regard de ce qui précède, le Gouvernement à travers l’initiative de la CARD, se fixe


comme objectif la réduction des importations de 15 % en 2009. A l’horizon 2013, le taux de
couverture des besoins nationaux en riz sera de 111 %, dégageant ainsi un surplus de 134
886 tonnes qui sera écoulé sur le marché sous-régional. Cette tendance devrait se maintenir
avec un taux de satisfaction des besoins nationaux en riz de 109 %, avec un surplus de 153
993 tonnes.

Dans cette perspective, le Gouvernement de la Guinée a bénéficié d’un financement de la


Banque Mondiale pour la mise en œuvre d’un Projet d’urgence d’Appui à la Productivité
Agricole (PUAPA). Le PUAPA 1 a permis au cours des campagnes 2009 et 2010
l’approvisionnement de 23 825 producteurs en semences de riz (488 tonnes), en engrais
(299 tonnes), en pesticides ( 2610 litres), et la réhabilitation d’un des ouvrages régulateurs
du périmètre irrigué de Koba. Ces politiques ont permis de mettre en valeur plus de 8075
hectares de riz, ce qui a favorisé une amélioration du rendement de riz chez les paysans.

Cette amélioration au niveau du rendement du riz a incité le Gouvernement à élargir cette


politique sur d’autres cultures (maïs, manioc et volaille traditionnelle), d’où le lancement du
second PUAPA.

Mais ce Projet n’a pas prévu la réinstallation ou la relocalisation des populations occupant
les zones réceptrices du Projet. C’est dans la perspective de la gestion de la survenance
d’une telle situation que cette étude est initiée par le Ministère de l’Agriculture, en vue
d’inventorier les impacts du Projet et de proposer un Cadre de Politique de Réinstallation des
Populations (CPRP).

11
2. ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DES MILIEUX RECEPTEURS
2.1. ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
La République de Guinée est un pays côtier qui est situé au Sud-ouest de l’Afrique
Occidentale, à mi-chemin entre l’Equateur et le Tropique du Cancer (7°30 et 12°30 de
latitude nord et 7°30 et 15°10 de longitude ouest). Couvrant une superficie de 245.857 Km2,
elle est limitée à l’ouest par l’Océan Atlantique, au sud par la Sierre Léone et le Liberia, à
l’est par la Côte d’Ivoire et le Mali, et au nord par la Guinée Bissau, le Sénégal et le Mali.

Du point de vue géo-écologique, la Guinée est subdivisée en quatre (4) écorégions assez
bien distinctes et intérieurement homogènes. Il s’agit de la Basse Guinée ou Guinée
Maritime (Région côtière) ; de la Moyenne Guinée ; de la Haute Guinée ; et de la Guinée
Forestière.

2.1.1. LOCALISATION DE LA BASSE GUINÉE ET DESCRIPTION DE SON


ENVIRONNEMENT
La Basse Guinée ou Guinée Maritime constitue le bassin alluvionnaire des plaines côtières.
Située dans la partie ouest du pays, elle est large de 152 Km et s’étale le long de l’océan
atlantique sur 320 Km de côtes. Elle couvre près de 73 000 Km 2. Cette bande littorale est
découpée et pénétrée par la mer par d'importants estuaires.

Avec une pente douce régulière (0,06 %) jusqu’à l’isobathe des 50 m, elle comprend une
bande côtière marécageuse derrière laquelle s’étend une plaine s’élevant lentement jusqu’au
pied des collines du Fouta-Djalon. La côte guinéenne est caractérisée par la présence
presque continue de formation mangrovienne, (à l’exclusion du Cap-Verga et de la presqu’île
du Kaloum) entrecoupée par d’innombrables estuaires et bras de mer.

2.1.1.1. CLIMAT
Le climat de la région côtière guinéenne est influencé par le courant alizé Nord, le courant
Alizé Sud, le courant des Canaries et le contre courant Alizé. Le climat de la zone côtière
guinéenne est la variante subguinéenne. La saison pluvieuse commence en mai et finit en
novembre (figure 1).

Figure 1: Régime pluviométrique de la Guinée maritime

L’analyse de la figure 1 montre que le régime pluviométrique de la Guinée maritime est


unimodal avec une pluviométrie annuelle qui oscille entre 1.500 et 2.000 mm. Au cours de
l’année, soufflent alternativement l’harmattan et la mousson ; le premier est un vent sec de
direction NE-SW et E-W ; il est chaud le jour et frais la nuit ; il contribue au dessèchement
de la végétation et du sol. La mousson souffle d’Ouest en Est, du Sud/Ouest en Est et du
Sud/Ouest en Nord/Est ; elle se fait sentir dès mars mais son influence ne devient
prépondérante qu’en avril-mai. Toute l’année, la zone côtière est soumise à la brise marine

12
qui peut pénétrer jusqu’à 2 kilomètres à l’intérieur des terres. Au début et à la fin de la saison
pluvieuse, des vents violents caractéristiques des lignes de grains soufflent à près de 100
km/h causant parfois des dégâts importants sur leur passage.

2.1.1.2. ECOSYSTÈMES ET SOLS DE LA BASSE GUINÉE


L’espace côtier est caractérisé dans l’ensemble par la présence de plages sablonneuses, de
vastes étendues de plaines avec une végétation luxuriante de forêts de mangroves qui
constituent des frayeurs, des écloseries et niches pour une gamme variée d’espèces de
poissons, de crevettes, de mollusques, etc. Bien qu’ils ne constituent qu’une fraction de tout
l’espace habitable par les espèces marines, les écosystèmes côtiers produisent près du tiers
de toute la productivité biologique marine (biomasse vivante par les océans). Au plan
économique, la zone côtière joue un rôle important dans le développement de la riziculture,
l’approvisionnement en bois d’énergie et de service, etc.

Les écosystèmes côtiers s’étendent des estuaires, y compris la mangrove jusqu'à isobathe
20 m. Ils se subdivisent en :
 écosystème de mangrove comprenant les vasières ;
 écosystème estuarien comprenant l’estuaire du Kogon (Rio Componi), l’estuaire de
Tinguilinta (Rio Nunez), l’estuaire de la Fatala (Rio Pongo), l‘estuaire du Konkouré
(Baie de Sangaréah), l’estuaire de Bofon (Baie de Tabounsou) et l’estuaire de la
Mélakoré ;
 écosystème de la proche bande côtière qui est la partie du plateau continental
soumise à l’influence de la dynamique de la marée ;
 écosystème marin.
La mangrove est cette forêt amphibie qui s’étend sur tout le long de la façade atlantique
guinéenne, avec une superficie de 4 379, 32 Km2 périodiquement inondée par le flux (photo
1).

Photo 1: Ecosystèmes de mangrove dans la Basse Guinée


Source : Cliché Ogouwalé, Septembre 2011

La mangrove s’étend assez loin dans les rivières (parfois jusqu'à 49 Km à l’intérieur des
grands fleuves) ou l’action des marées est notoire et l’eau plus ou moins saumâtre (les
embouchures).

13
La faune de mangrove est composée d’invertébrés (de gastéropodes, de bivalves, de
crustacés). Quant aux poissons, ils sont représentés par l’espèce supralittorale.
Dans cet écosystème, les mollusques céphalopodes: pulpes (Octopodidae), les seiches
(Sepidae) et des calmars (Loligimidae); les crustacés commercialisables (Penaeus notialis,
penaeus keratum, parapenaeopsis atlantic, Palmurus regius), sont l’objet d’une pêche
intensive et se retrouvent dans le groupe des espèces menacées.

Le milieu récepteur du PUAPA renferme des terrains caractérisés par une association de
sols sur alluvions marines localisés sur l'ensemble du littoral, de sols ferralitiques divers et de
sols squelettiques avec des affluents lithiques. On y distingue trois (3) types à savoir :
 les sols hydromorphes : les sols sur alluvions marins du littoral ont des degrés
d'évolution plus ou moins avancés en fonction de l'ancienneté de leur mise en place
et de la dynamique hydro-sédimentaire. Ils sont issus de l'ennoiement limono-argileux
du littoral depuis la remontée eustatique du nouakchotien dont le maximum fut atteint
il y a environ 5.000 ans ;
 les sols sulfatés acides : ces sols qui sont les plus répandus en Guinée, sont le
résultat de l'oxydation de la pyrite (composé sulfaté issu de la réaction des sulfates
contenus dans l'eau de mer par des bactéries réductrices) ;
 les sols non sulfatés acides : ces sols sont caractérisés par la faiblesse de la pyrite
dans les profils.

2.1.2. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DE LA MOYENNE GUINÉE


2.1.2.1. CLIMAT
L’ensemble des massifs tabulaires de la Moyenne Guinée montre un double gradient
climatique, gradient latitudinal avec accentuation de la saison sèche (en intensité et en
durée) et gradient ouest - est avec diminution des précipitations.

La température moyenne annuelle se situe entre 20,4 °C et 23,2 °C avec une moyenne
mensuelle minima variant de 18° à 21,7 °C et une moyenne mensuelle maxima de 23,7 °C
à 25,7 °C. Les deux minima absolus sont en décembre et en août. Le déficit de saturation
moyenne annuelle est de 6 à 7 mm. La tension de la vapeur d’eau moyenne annuelle est de
10 à 15 mm.

2.1.2.2. HYDROGRAPHIE
Sur le plan hydrographie, le Fouta Djallon est le principal château d’eau de l‘ouest africain.
L’écoulement des eaux se partage en quatre directions :
 les fleuves du versant ouest qui s’écoulent directement vers la mer. Ils se subdivisent
en deux bassins principaux ; au nord-ouest, celui de la Komba alimenté par la
Ouességuélé, la Bantala et la Tominé et au sud-ouest, celui de la Konkouré, alimenté
par la Kakrima, la Kokoulo la Fétoré et leurs affluents,
 les fleuves du versant est : Bassin du Sénégal alimenté par la Téné, la Dombélé, etc.
 les fleuves du versant nord : Bassin de la Gambie alimenté par la Dimma, la Oundou
et la Liti, les fleuves du versant sud : formés par les bassins secondaires de la Kaba
et la Kolenté.

2.1.2.3. VÉGÉTATION ET SOLS


Du point de vue végétation, la Moyenne Guinée est marquée par la présence de savanes
boisées plus ou moins dégradées du fait du système d’exploitation agricole basée sur la
coupe et le brûlis et de l’exploitation forestière. Les formations forestières qu’on observait il y
a une vingtaine d’années aux abords des altitudes se sont alors fortement dégradées et sont
remplacées aujourd’hui par une végétation de plus en plus claire, de petites broussailles et
des graminées. Vers 800 mètres d’altitude, les savanes sont graduellement remplacées par
une forêt dense montagnarde qui actuellement est aussi fortement en proie aux actions
anthropiques. Elle a été remplacée par des broussailles et surtout par une prairie à

14
graminées à faible rendement en biomasse. La forêt, là où elle existe encore est
remarquable par la prédominance de la haute futaie de Koura (Parinari exelsa).

La savane arborée que l’on rencontre partout dans la région semble provenir de la forêt
ancienne, dégradée ; les arbres sont hauts, très espacés et ont été sélectionnés en raison
de leurs intérêts pour les populations. Certaines espèces résistantes plus ou moins
protégées pour leur caractère commercial sot restées sur place comme c’est le cas des
nérés ou du karité. La nécessité de préserver ces formations végétales a amené à protéger
les forêts et on en dénombre aujourd’hui de nombreuses forêts classées surtout dans les
préfectures de Mamou, de Mali, etc. surtout en raison de leur position d’abri naturel des
cours d’eau de la région de Fouta.

Le facteur dominant de la pédogenèse actuelle du Fouta Djallon est la topographie,


responsable de la nature colluviale des matériaux et de la mise en place des sols
squelettiques : cuirasse ferralitique, bowés, affleurements de roches,… (Maignien, 1960,
CCTA/FAMA 1961-62). En fonction de tous les facteurs de la pédogenèse, trois sous-classes
de sol sont présentes en Moyenne Guinée : les sols ferralitiques, les sols hydromorphes et
les sols squelettiques.

Dans le groupe de sols ferralitiques, on distingue les sols rouges qui sont des sols de
profondeur importante, argileux à argilo-sableux, parfois très graveleux et des sols beiges ou
jaunes ferralitiques, appelé en langue pular « N’Dantari »

La classification des sols hydromorphes repose sur l’intensité des processus d’engorgement
qui les affecte ; cela permet de distinguer :
 le groupe de sol à engorgement total et permanent représenté par les bas-fonds ;

 le groupe de sols hydromorphes à engorgement temporaire de surface ou


d’ensemble ; il comprend les sols de « Wendou » et certains sols alluvionnaires des
bordures des cours d’eau ;

 le groupe de sols à engorgement temporaire de profondeur. Ce sont de véritables


« Hollondé ».

La superficie totale des terres aménageable et aménagées est estimée à 55.000 hectares
environ.

2.1.3. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DE LA HAUTE GUINÉE


3.1.3.1. CLIMAT
La Haute - Guinée jouit d’un climat tropical sec, qualifié de Sud - soudanien ou Soudano-
guinéen. Ce climat est caractérisé par deux saisons (sèche et humide) pratiquement d’égale
durée (figure 2).

15
Figure 2: Régime pluviométrique de la Haute Guinée

Pendant la saison sèche, la zone est soumise à l’influence d’une masse d’air tropical
continental appelé harmattan (vent sec en provenance du Sahara). Par contre pendant la
saison humide, la mousson est à l’origine de la pluviométrie dont la moyenne annuelle varie
entre 1200 mm au Nord et 2000 mm au Sud. La saison des pluies dure entre 4 et 6 mois,
avec une mauvaise répartition des pluies entre mai et octobre.

2.1.3.3. HYDROGRAPHIE
Le fleuve Niger coule avec ses affluents et sous affluents sur une superficie de près de
100 000 km² du territoire guinéen couvrant pratiquement toute la région naturelle de la
Haute-Guinée (Kankan, Faranah, Dabola, Kouroussa, Siguiri). Ces écoulements de surface
se font à travers un réseau hydrographique relativement dense caractérisé, entre autres, par
un débordement dans les lits majeurs en hivernage ; un tarissement parfois de certains
cours d’eau en saison sèche ; une perturbation de la régularisation des rivières par les
activités humaines (exploitation des forêts, mise en culture, feu de végétation, etc.).

2.1.3.4. Végétation et sols


Liée au climat, la végétation de la Haute Guinée présente un gradient nord-sud bien marqué.
A la savane boisée claire au nord se différencie la savane arborée au sud.

D’une manière générale, la Haute Guinée se divise en trois grandes zones de végétation :
 la savane soudanienne à l’extrême nord. C’est une savane faiblement arborée de glacis
sur des collines et plateaux cuirassés. On y rencontre parfois quelques rares cordons
forestiers sur les rebords des cuirasses. Elle couvre les préfectures de Siguiri et le Nord
de Mandiana ;
 la savane de type humide : occupant tout le centre avec quelques forêts dégradées
d’altitude dans les préfectures de Dabola et Dinguiraye. Dans cette partie de la Haute
Guinée, les inter-fleuves sont couverts de forêts denses sèches. Au sud, notamment
dans les préfectures de Kérouané, à l’est de Faranah, au sud de Kankan et à l’ouest de
Kouroussa, on retrouve une savane arborée et des forêts secondaires dans les zones de
faible densité de population ;
 un mosaïque forêt-savane : c’est la zone de transition forêt-savane qui se trouve au
contact des forêts soudano-guinéenne. Au nord de cette zone pré forestière on retrouve
une savane boisée sur les collines et cuirassés fortement anthropisées.

Cette grande unité recouvre cependant des mosaïques de savanes arborées péri-
forestières, quelques galeries de forêt sèche et humide, notamment sur le massif du Tanko
dans la préfecture de Faranah.

Les sols de la Haute Guinée sont en général complexes avec une alternance de lithosols,
luvisols, nitosols et acrisols et présentant par endroits des zones de latérite à horizons
compacts. Une classification simplifiée des sols donne les types suivants :
 Sols de plaines d’inondation : formés sur des alluvions quaternaires (Brunet-Moet
1986), ils sont composés de limon et d’argile fins. Ils sont profonds, à pH acide,
caractérisés par une carence en phosphore et en potassium.
 Sols de terrasse : se situant entre les plaines inondables et les plateaux lessivés.
 Sols de plateau : provenant de la dislocation d’une cuirasse latéritique ancienne dont
subsistent encore quelques vestiges sur les parties hautes (buttes cuirassées).
L’horizon de surface de ces sols est graillonnaires.
 Sols des hauts bassins : formés sur du grès, ce sont des sols ferralitiques à texture
sablo-argileuse, mais fortement lessivés.
 Sols des massifs et monts : sols généralement cuirassés (bowés) rencontrés
essentiellement dans la préfecture de Dinguiraye.

16
 Sols hydromorphes : caractéristiques des bas-fonds, ils se rencontrent dans les
dépressions, notamment dans les vallées longeant la dorsale guinéenne.

2.1.4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DE LA GUINÉE FORESTIÈRE

2.1.4.1. CLIMAT
Le climat de la Guinée Forestière est de type subéquatorial et se caractérise par une longue
saison pluvieuse (7 à 8 mois). La pluviométrie annuelle moyenne varie de 1750 mm à 2500
mm en fonction de la latitude et de l’altitude. Suivant la courbe des isohyètes, on peut diviser
la région en trois zones climatiques (une zone très pluvieuse humide : 2 000 mm à 2 500
mm, une zone moyennement pluvieuse : 1750 mm à 2 000 mm et une zone moins pluvieuse
: 1 500 mm à 1 750 mm).

La température moyenne annuelle est de 24 °C. Les températures les plus basses au cours
de l'année sont observées pendant les mois de décembre à février (18 °C – 20 °C) et les
températures les plus élevées s'observent au mois de mars (22 °C – 26 °C). L'humidité est
généralement forte toute l'année, la moyenne étant de 80 %. Les vents dominants sont la
mousson en saison des pluies et l'harmattan en saison sèche.

2.1.4.2. HYDROGRAPHIE
Le réseau hydrographique de la Guinée Forestière est très dense. Les principaux cours
d'eau prennent leur source au niveau de la dorsale guinéenne. A partir de cette dorsale, il y a
principalement deux sens d'écoulement des cours d’eau, l’un vers le sud et l’autre vers le
nord pour alimenter les bassins versants de la Haute Guinée. Ces cours d'eau ont un régime
plus ou moins régulier, grâce à une pluviométrie abondante et une bonne répartition des
pluies sur l’année. Les principaux fleuves sont : le Diani, la Makona, le Bafing, la Lofa, le
Niandan, la Cavally, la Beya et la Oulé. Tous ces cours d’eau sont caractérisés par un régime
plus régulier que les autres régions (en raison de la courte saison sèche), par la fréquence
des rapides et des chutes alternant avec des biefs à pente très faible ainsi que par une
granulométrie particulière des alluvions essentiellement constituée de sable et rarement
d’argile.

2.1.4.4. VÉGÉTATION ET SOLS


La Guinée Forestière est la région naturelle la plus boisée du pays avec des massifs de
forêts ombrophiles humides (massifs du Ziama et de Diécké). Sur le plan du couvert végétal
de la région, on distingue quatre grands ensembles floristiques : les forêts denses primaires,
les forêts secondaires, les forêts mésophiles et les fourrés et jachères. A côté de ces quatre
grands ensembles, il faut ajouter les flores des plaines, des bas-fonds et des périmètres
reboisés. Les forêts classées qui témoignent le nom de cette région couvrent une superficie
totale de 287. 913 hectares dont les plus grandes sont la forêt du Ziama (112.300 hectares)
et la forêt de Diécké (64. 000 hectares). Les forêts classées en général constituent un habitat
privilégié pour toutes les espèces animales (surtout les espèces vulnérables et menacées)
par rapport aux milieux cultivés.

Sur le plan morpho-pédologique, on rencontre en Guinée Forestière, les types de sols


suivants :
 les sols des sommets des hautes et basses collines ;
 les sols des bordures de bas-fonds ;
 les sols des plaines alluviales inondables ;
 les sols de bas-fonds.

Du point de vue de la classification, les sols des collines et des bordures de bas-fonds
appartiennent en général à la classe des sols ferralitiques. Cette classe de sols ferralitiques
correspond à l'ordre des oxisols dans la classification américaine des sols ou des ferrasols

17
dans la classification de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture
(FAO). Parmi les sols de colline et de bordure de bas-fonds on rencontre également, en
fonction du degré de ferralitisation et de l'importance du couvert végétal, les sols ferrugineux
et les sols bruns forestiers. Les sols des plaines alluviales appartiennent à la classe des sols
peu évolués et à la sous-classe des sols peu évolués d'apport.

2.2. CARACTÉRISTIQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES DU MILIEU RÉCEPTEUR

2.2.1. PROFIL DES COLLECTIVITÉS DANS LE SECTEUR RÉCEPTEUR


La Guinée comporte huit régions administratives (Boké, Faranah, Kankan, Kindia, Labé,
Mamou, N’Zérékoré et Conakry) et 33 préfectures. On distingue quatre zones naturelles:
Guinée Maritime, Moyenne Guinée, Haute Guinée et Guinée Forestière.

2.2.2. PRÉFECTURES SOUS L’EMPRISE DU PROJET


La population guinéenne est répartie entre les quatre régions naturelles du pays de façon
inégale (figure 3).

Figure 3: Répartition de la population dans les quatre (4) régions de la Guinée

La Haute Guinée occupe la grande partie du pays avec 39 % de la superficie totale. Elle est
suivie de la Moyenne Guinée (26 %), de la Guinée Forestière (20 %) et de la Basse Guinée
qui couvre les 15 % de la superficie. La Basse Guinée couvre 15 % de la surface totale (36
200 km2) et comprend une zone côtière marécageuse derrière laquelle s’étend une plaine
s’élevant lentement jusqu’au pied des collines du Fouta Djallon. La Moyenne Guinée couvre
63 600 km2 soit les 26 % de la superficie du Pays et la Haute Guinée fait 96 700 km2, ce qui
représente 39 % du territoire. C’est une région de savane, située entre 200 et 400 m
d'altitude. La Guinée Forestière, pour sa part, couvre 49 500 km2 et correspond à 20 % de la
superficie de la Guinée.

Le Projet intervient dans seize (16) préfectures répartirent dans les quatre régions naturelles
du pays (tableau 1).

Tableau 1: Localisation des préfectures d’intervention du Projet dans les régions


Régions Préfectures
Guinée maritime Boffa, Forécariah, Boké et Kindia
Moyenne Guinée Tougué, Mamou et Pita
Haute Guinée Siguiri, Kouroussa, Kankan et Mandiana
Guinée Forestière Beyla, Kissidougou, N’Zerekoré, Lola et

18
Yomou

2.2.3. POPULATION DES RÉGIONS


La population Guinéenne est jeune, relativement peu instruite (surtout dans le cas des chefs de
ménage), principalement rurale, et engagée dans l’agriculture ou le secteur informel. La
population est estimée en 2007 à 9,68 millions dont 51,9 % de femmes et 48,1 % d’hommes.
Une personne sur deux a moins de 16 ans et 4,5 % seulement des individus sont âgés de 65
ans ou plus. La population croît à un rythme rapide de 3,1 % par an. Le mode d’organisation
sociale n’attribue pas souvent le statut de chef de ménages aux femmes. Ainsi, 85 % des
personnes vivent dans des ménages dirigés par un homme.

Les femmes ne sont chefs de ménages que quand elles sont veuves, mariées à un polygame
qui est déclaré chef d’un autre ménage, ou quand le conjoint est absent. Ces trois situations
comptent pour la quasi-totalité des ménages dont le chef est féminin.
La croissance de la population en fonction des sexes en Guinée est présentée par la figure 4.

Figure 4: Croissance démographique par sexe en Guinée entre 1993 et 2008

L’examen de la figure 4 montre que la population guinéenne a crû de 6 047 779 en 1993 à 9 426
134 en 2008 soit un taux d’accroissement national de 3,5 %. Cette population est caractérisée
par une dominance féminine qui représente 51,9 % contre 48,1 % en 2008.

D’une façon plus précise, la population guinéenne est répartie entre les quatre régions naturelles
du pays de façon inégale, tel qu’on peut le constater à travers la figure 5 ; répartition inégale qui
est remarquée entre les régions rurales et urbaines et qui traduit aussi une diversité culturelle et
ethnique.

19
Figure 5: Données démographiques des quatre (4) régions du pays

La Basse Guinée est la région la plus peuplée et regroupe 32 % des populations dont 23 % de
ruraux. La densité de population actuelle est estimée à 29 hab./km2.
La Moyenne Guinée regroupe 1,6 million d’habitants (27 %), dont 1,4 million de ruraux (88 %).
La Haute Guinée quant à elle, regroupe 1,2 million d’habitants (21 %), dont 0,89 million de
ruraux (75 %).

La population de la Guinée Forestière s’élève à 1,1 million d’habitants (20 %) dont 0,97 million
de ruraux (85 %). La croissance naturelle dans la région est renforcée par une forte migration
issue de la Haute Guinée et un afflux considérable de réfugiés aussi bien de Sierra Leone que
du Liberia. Sa densité de population actuelle est estimée à 22 hab/km2 (tableau 2).

Tableau 2 : Taux de croissance démographique par région de 1995 à 2007


Régions Préfectures Taux de croissance
démographique
Basse Guinée Boffa
Kindia 2,3 %
Forécariah,
Boké
Kouroussa
Tougué 2,7 %
Moyenne Guinée Kankan
Mamou
Pita
Siguiri 2,9 %
Haute Guinée Mandiana
Beyla
Guinée Forestière Lola 3,1 %
Kissidougou
N’Zerekoré
Yomou

Le taux de croissance démographique entre 1995 et 2007 a varié d’une région à une autre.
La région de Guinée Forestière est celle qui a enregistré un fort taux d’accroissement avec
3,1 %. En revanche, la région de la Basse Guinée a enregistré le plus faible taux croissance
de sa population entre les deux années.

Somme toute, la population des quatre régions naturelles de Guinée est en constante
augmentation depuis les années 1993.

2.2.4. ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES DES POPULATIONS

Plusieurs activités économiques sont développées par les populations. Ces activités sont
essentiellement dominées par l’agriculture. Le secteur agricole, avec l’élevage et la pêche,
contribue pour environ 24 % à la formation du revenu national et absorbe 80 % des emplois.
La majorité des agriculteurs vivent sur de petites exploitations individuelles de 2,5 ha en
moyenne, par famille de 7 à 8 personnes. Entre 1992 et 1997, le PIB agricole a augmenté de
4,1 % par an. En 1998, il augmentait de 5,2 % et en 1999 de 5,5 %. Cette croissance est due
aux productions vivrières et à l’élevage, et provient principalement de l’augmentation de la
superficie cultivée. Les plus importantes productions vivrières sont : le riz, l’arachide, le
manioc, le fonio et le maïs. Le riz est, par rapport à la superficie cultivée totale, la culture
vivrière la plus importante dans toutes les régions, excepté en Moyenne Guinée où le fonio
est dominant. L’élevage est pratiqué surtout en Moyenne Guinée et en Haute Guinée, et

20
constitue 17 % du PIB agricole. Les bovins dominent, suivis des ovins, des caprins, de la
volaille et des porcs.

2.3. GRANDES ZONES AGRO-ECOLOGIQUES ET LEURS CONTRAINTES LIEES A LA


FERTILITE DES SOLS

2.3.1. GUINÉE MARITIME


La Guinée Maritime comprend une zone côtière marécageuse, une plaine et des collines du
Fouta-Djalon. La pluviométrie annuelle varie de 2000 à 4000 mm. L’écologie est complexe et
fragile. Les terres cultivées s’étendent sur 217000 ha et la surface cultivée moyenne par
habitant rural est de 0,24 ha.

Les contraintes liées à la fertilité des sols varient selon l’écosystème. Dans les mangroves
basses à rhizophora, se présentent des problèmes d’acidité et d’intrusion des eaux de mer
avec une forte charge en sel. Sur les versants gréseux, se manifestent des problèmes
d’acidité des sols, de faible teneur en éléments fertilisants, de mauvaise gestion de l’eau et
de feux de végétation. Quant aux bas-fonds larges et plats, ils se ressentent de la faible
teneur en éléments fertilisants, de la mauvaise gestion de l’eau, de l’enherbement et de la
toxicité ferreuse.

2.3.2. MOYENNE GUINÉE


Dans la Moyenne Guinée, le massif du Fouta-Djalon en occupe la majeure partie. L’altitude
varie de 600 à 1500 m, sauf au Nord-Ouest où se trouvent les plaines basses de Gaoual et
Koundara. La pluviométrie varie de 2000 à 1250 mm par an. Les terres cultivées couvrent
200.000 ha. La densité rurale, de 25 hab./km2, est la plus forte du pays et la superficie
moyenne cultivée par habitant est de 0,23 ha.

Dans l’écosystème de forêt semi-décidue situé dans la zone de contact entre le Fouta-Djalon
et la Haute Guinée, les contraintes liées à la fertilité des sols sont : la faible teneur en
éléments nutritifs, l’engorgement temporaire des sols, l’acidité des sols, le surpâturage, la
collecte incomplète des déjections animales et l’existence de pentes. Dans l’écosystème
forêt galerie, les contraintes sont : la faible fertilité chimique des sols, l’acidité, la toxicité
aluminique et la faible maîtrise de l’eau dans les bas-fonds.

2.3.3. HAUTE GUINÉE


La Haute-Guinée, qui représente 39 % du territoire (96.700 km2), est une vaste savane peu
élevée (200 à 400 m) traversée par les grandes plaines inondables du fleuve Niger et de ses
affluents. Le climat est de type soudanien et est marqué par une saison sèche longue de 6 à
8 mois. La pluviométrie varie de 1300 à 1700 mm par an. Le peuplement, très ancien, s’est
concentré le long des grands cours d’eau. Les terres cultivées s’étendent sur 328 000 ha ; la
superficie moyenne cultivée par habitant rural est estimée à 0,35 ha, nettement supérieure
aux autres régions. La densité rurale, qui avoisine 10 hab./km2, est bien inférieure à la
moyenne nationale rurale (17 hab./km2).

Dans l’écosystème de savanes soudaniennes et de forêts sèches qui caractérise la Haute


Guinée, la fertilité des sols subit les effets des phénomènes suivants : érosion hydrique, feux
de végétation, acidité des sols, faible fertilité chimique, déficit en phosphore et enherbement.
Dans les petits bas-fonds et les plaines alluviales, les contraintes sont : le mauvais drainage,
la toxicité ferreuse, la faible fertilité et l’enherbement.

2.3.4. GUINÉE FORESTIÈRE


La Guinée Forestière est une région très arrosée, montagneuse à l’est et au sud où culmine
le mont Nimba (1752 m). Le climat est de type subéquatorial avec une saison des pluies
longue de 8 à 10 mois. Les précipitations annuelles varient de 1.700 mm au Nord à 2500
mm au sud. La forêt dense a diminué d’environ un tiers depuis la fin des années 1970. Les

21
superficies boisées de la région, évaluées en 1988 à 120.000 ha de forêts denses, sont
actuellement menacées par les cultivateurs traditionnels et par les plantations industrielles
d’hévéa et de palmier à huile, ainsi que par l’afflux de réfugiés venant de pays voisins. Les
terres cultivées couvrent 191000 ha, la superficie moyenne par habitant rural est voisine de
0,21 ha et la densité rurale de 19 hab./km2.

Dans la zone des plateaux de N’Zérékoré, Yomou, etc., où se cultivent le café, le palmier à
huile et l’hévéa, se présentent des problèmes d’acidité des sols, de faible fertilité minérale et
de minéralisation rapide de la matière organique. Dans les zones de N’Zérékoré, Beyla,
Kissidougou, etc. où se cultivent le riz sur brûlis, l’hévéa, le palmier et le café, les contraintes
sont : l’acidité des sols, la baisse rapide de la fertilité après la mise en culture et la
déforestation. Dans les bas-fonds de toute la zone forestière, les contraintes sont : la
submersion, la toxicité ferreuse et aluminique, la mauvaise décomposition de la matière
organique et la faible fertilité.

2.4. SERVICES D’APPUI A L’AGRICULTURE


- Le Ministère de l’Agriculture (MA) à travers le Bureau de Stratégie et de Devéloppement
(BSD) et la Direction Nationale de L’Agriculture (DNA) définit la politique agricole et la met en
œuvre.
- Les ONG : Le mouvement associatif s’est développé en Guinée. On compte 690 ONG
nationales et 78 ONG étrangères. Dans le domaine de l’intensification agricole, les ONG ont
un poids particulier ; c’est le cas de Sasakawa Global 2000 (SG 2000), qui a aidé les
instances gouvernementales à promouvoir l’expérimentation appliquée, la production de
semences et l’utilisation d’intrants. L’Association pour la promotion économique de Kindia
(APEK), créée en 1991, tente de répondre à l’ensemble des problèmes qui se posent aux
paysans organisés de cette région: vulgarisation en maraîchage, aménagement de bas-
fonds, banques semencières, organisations paysannes; elle collabore avec le Programme
spécial de sécurité alimentaire (PSSA).

- La profession agricole (groupements, unions, fédérations et Chambres d’agriculture)


s’organise petit à petit avec l’appui du Gouvernement. On compte 3.800 coopératives et
groupements en Guinée. Il existe une grande variété de groupements professionnels
spécialisés dans les productions ou dans la représentation du milieu rural.

La Chambre nationale et les Chambres régionales d’agriculture, instituées par la loi 95/031
du 30/6/95, ont été officiellement mises en place à l’initiative de l’Etat dans le courant du 3 ème
trimestre 1997. Elles ne sont pas encore pleinement opérationnelles, mais sont appelées à
jouer un rôle d’informateurs et de promoteurs du développement rural.

- Le secteur privé : L’engagement du secteur privé est resté faible malgré les efforts de l’Etat,
et le développement rural est très dépendant de projets financés sur fonds extérieurs. Il y a
cependant des entreprises privées qui occupent une place notable. C’est le cas de la
Compagnie générale d’engrais et produits phytosanitaires COGEP, qui est le plus gros
importateur d’engrais en Guinée (plus de 74 % du volume total importé chaque année). La
Fédération nationale de l’agriculture et de l’élevage (FEPAE), entreprise privée installée à
Conakry, est le 3ème plus gros importateur (6 % des parts du marché), derrière la DNA,
gestionnaire du don japonais au titre du KR2 (9 % des importations totales).

Dans les circuits de distribution des engrais, les entreprises privées jouent aussi un rôle
important. Le Comptoir Agricole de Kindia (CAK), société anonyme créée avec l’aval d’une
ONG étrangère, distribue des engrais, des semences améliorées et des produits
phytosanitaires. La Société de Production et de Commercialisation d’Intrants Agricoles
(SPCIA) produit des semences améliorées, vend des engrais, des produits phytosanitaires,
de l’outillage et de l’équipement agricole. D’autres entreprises comme El-Hadj Baldé, Karim
Diakité et Bengaly Diawara opèrent sur le marché des engrais et des produits

22
phytosanitaires. Huit entreprises privées ont formé en 1998 l’Association professionnelle des
Producteurs, Importateurs et Distributeurs d’intrants agricoles de Guinée (APIDIA), parrainée
par la Chambre d’agriculture et la Chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat.

2.5. ACCES A L'EDUCATION ET A L’ALPHABETISATION


Au plan national, le taux net de scolarisation (TNS) dans le primaire est passé de 57 % en
2002 à 62 % en 2008, et notamment de 52 % à 57 % pour les filles. Selon l’Enquête légère
pour l’Evaluation de la Pauvreté (ELEP), ce taux était de 57,1 % au niveau national en 2007,
contre 54,1 % en 2002. Les deux sources montrent que des progrès non négligeables ont
été accomplis. Toutefois, depuis 2005, on observe une relative stagnation des indicateurs de
performance dans ce secteur.

Les performances observées entre 2002 et 2008 s'expliquent, en grande partie, par
l'accroissement de l'offre d'infrastructures scolaires qui demeure l'un des acquis majeurs du
Projet d'ajustement du secteur de l'éducation (PASE), du Projet Education pour tous (EPT) et
du Projet sectoriel de l’éducation (PSE) en cours d’exécution. Toutefois, cette hausse du taux
net de solidarisation dissimule les disparités importantes entre les régions et milieux de
résidence. En effet, l’ELEP montre un déséquilibre frappant entre le taux net de scolarisation
en milieu urbain (81 %) et celui en milieu rural (48,5 %). Par ailleurs, 60 % des garçons
étaient ou avaient été scolarisés dans le primaire, contre 54,1 % des filles (ces taux ont été
respectueusement estimés à 59,4 % et 48,7 % dans le cadre de l’EIBEP 2002).

Il est important de souligner qu’en matière d’éducation, les résultats quantitatifs en termes de
scolarisation sont importants, mais les progrès restent encore très limités en matière
d’amélioration des apprentissages. Selon le Service de planification et de Statistiques
Scolaires, la qualité de l’éducation est plus nuancée en raison de multiples facteurs, dont
notamment : (i) le ratio élève/maître très élevé (surtout en zone urbaine, créant des
situations de classes pléthoriques et rendant l’administration des enseignements et
apprentissages inefficaces, (ii) le ratio livre/élève très faible, (iii) l’existence d’écoles à cycle
incomplet occasionnant des abandons et des déperditions, (iv) l’existence des classes sans
maître, (v) le taux d’absentéisme élevé des enseignants en zone rurale. En termes de
progrès enregistrés en matière d’équité entre les sexes, l’écart entre garçons et filles, qui
était de 10,7 points de pourcentage en 2002-2003, est descendu à 6 points de pourcentage
en 2007.

La proportion d’écoliers ayant commencé la première année d’études primaires et terminé


leur cycle est passée de 39 % en 2002 à 59 % en 2007 (49 % chez les filles), avant de
baisser à 51 % en 2008 (42 % chez les filles). Les facteurs susmentionnés, qui ont eu un
impact important sur la scolarisation, sont également à l’origine de ce faible taux
d’achèvement du primaire. A ces facteurs s’ajoutent : (i) la faiblesse de la formation de base
et de la formation pédagogique de nombreux enseignants (du primaire en particulier), (ii) la
faiblesse du suivi et de l’assistance rapprochée des maîtres, (iii) l’abandon de l’école, bien
que faiblement observé au primaire (3,6 %).

En ce qui concerne le taux d’alphabétisation des adultes, un écart important a été observé
entre les hommes et les femmes, mais les indicateurs restent faibles. En effet, en 2003, le
taux national enregistré était de 45,7 % chez les hommes, contre 14,1 % seulement chez les
femmes (soit 28,3 % pour l’ensemble). Il en ressort que les hommes étaient 3,2 fois plus
alphabétisés que les femmes. En 2005, cet indicateur a atteint 16,1 % chez les femmes,
contre un taux réduit de 44,1 % chez les hommes. En 2007, des efforts fournis par le
Gouvernement ont porté ce taux à 49,9 % chez les hommes, contre 21,5 % chez les
femmes. De 2005 à 2007, environ 5,4 points ont été acquis en matière d’alphabétisation des
femmes, contre 5,8 points chez les hommes. Au niveau régional, le taux d’alphabétisation
des adultes est très variable ; avec un minimum, 6 % dans les préfectures de la Guinée
Forestière et un maximum, 39,5 %, dans les préfectures de la Basse Guinée en 2007.

23
Au regard de ces taux d’accroissement de chacun des trois indicateurs au cours de ces
dernières années et compte tenu de la persistance des causes évoquées ci-dessus, aucun
d’eux ne pourra atteindre l’objectif fixé pour 2015, à moins que des efforts spéciaux soient
apportés dans ce secteur.

Ces résultats quantitatifs cachent les difficultés liées au financement du secteur de


l’Education. Les dépenses d’investissement (BND) sont faibles. La part de l’éducation dans
le PIB n’a jamais dépassé les 3 % au cours de la décennie passée. En effet, de 2000 à 2010,
la part du budget national consacrée aux dépenses de l’éducation n’a pas excédé 12 %. De
9,6 % en 2003, elle a continué à baisser pour atteindre 5,7 % en 2006. Toutefois, depuis
2007, le Gouvernement déploie de gros efforts, ce qui a permis d’atteindre le taux de 11,3 %
en 2009.

2.6. MALNUTRITION ET MORTALITE


En Guinée, le taux de mortalité infanto-juvénile a baissé passant de 177 ‰ en 1999 à 163
‰ en 2005, soit une réduction de 14 points de pourcentage en sept (7) ans. Cette tendance
s’est maintenue et ce taux est d’environ 142 ‰ en 2010. L’analyse en termes de milieu de
résidence, fait ressortir qu’en 2005, la mortalité infanto-juvénile est plus élevée en milieu
rural (204 ‰) qu’en milieu urbain (133 ‰). Les garçons sont plus touchés (200 ‰) que les
filles (174 ‰). En plus, les enfants issus des ménages les plus pauvres sont deux fois plus
touchés (217 ‰) que ceux issus des ménages pour lesquels le taux reste encore très élevé.
Cependant, on note une disparité dans l’importance du taux de mortalité infanto-juvénile
dans les quatre régions du pays (figure 6).

Figure 6 : Taux de mortalité infanto-juvénile en 1999 et 2005 dans les régions du pays

La Guinée Forestière (215 ‰) et la Haute Guinée (199 ‰) ont enregistré une baisse
sensible de la mortalité des enfants de moins de cinq ans entre 1999 et 2005, tandis que la
Basse Guinée et la Moyenne Guinée ont connu une augmentation du taux de mortalité
infanto-juvénile de 3,4 % et 0,4 % respectivement.

S’agissant de la mortalité infantile, elle a enregistré un ralentissement très marqué au niveau


national entre 1999 et 2005, en passant de 98 ‰ à 91 ‰ au cours de cette période, soit une
baisse en moyenne d’un décès sur mille naissance environ. La mortalité infantile s’est située
à environ 85 ‰ en 2010.

Les résultats enregistrés par le Projet Elargi de Vaccination (PEV) montrent que depuis
2002, la couverture vaccinale contre les principales maladies cibles s’est améliorée avec des
taux se situant à des niveaux supérieurs à la moyenne. Cette amélioration a été obtenue
grâce à la disponibilité des vaccins, à l’engagement des agents de santé, à l’acceptation des

24
populations de se faire vacciner, à l’intégration des services curatifs et préventifs, au
renforcement de la supervision et à l’appui des partenaires au développement. En effet, la
couverture vaccinale au DTC3 a été toujours au dessus de la barre de 80 % malgré des
contreperformances notées ces dernières années, en passant de 88 % en 2006 à 87 % en
2007 et à 84 % en 2008. La campagne de « supplémentation » en vitamine A, a couvert 64
% de la cible. Ainsi, 97,3 % des enfants de 6 à 59 mois ont reçu 2 doses de vitamine A aux
mois de juillet et décembre 2008 et 95,8 % des enfants de 12 à 59 mois ont reçu les 2 doses
de déparasitant durant la même période. Cinquante pourcent (50%) des femmes en post-
partum ont reçu une dose de vitamine A.

En Guinée, la mortalité maternelle très élevée (980 pour 100 000 naissances vivantes) est
liée à la faible proportion d’accouchements assistés qui est passée de 35 % en 1999 à 38,0
% en 2005, soit une augmentation de 3 points de pourcentage sur la période. En dépit de
cette hausse, l’objectif visé de 95 % à l’horizon 2010 n’est pas de loin d’être atteint. La forte
disparité en faveur de la zone urbaine (seulement un peu plus de 20 % en zone rurale)
contribue à la non atteinte des objectifs visés.

Le taux de consultations prénatales s’est fortement amélioré passant de 82,1 % à 88,2 %


sur la période 2005 - 2007. Ce résultat est le fruit des campagnes de sensibilisation et de
nombreux appuis techniques apportés au secteur de la santé ces 10 dernières années. Il est
important de rappeler que l’objectif visé par le Gouvernement en matière de consultations
prénatales était de 85 % en 2002. Le Gouvernement vient de prendre des mesures pour
rendre les accouchements, les consultations prénatales et les césariennes gratuits, ceci
dans le souci d’améliorer l’accès des femmes aux soins et particulièrement celles vivant
dans les zones rurales.

Les résultats de l’Enquête Nationale sur l’Etat Nutritionnel et le Suivi des principaux
Indicateurs de survie de l’Enfant de 2008 (UNICEF-PAM) montrent que 40 % des enfants
guinéens de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique (norme WHO). Parmi eux,
20,7 % sont atteints de malnutrition chronique sévère. Par rapport à l’EDS de 2005 (norme
NCHS/CDC/OMS), la malnutrition chronique s’est accrue de 1,4 point de pourcentage,
passant de 34,8 % à 36,2 %. Il en est de même de la malnutrition chronique sévère qui est
passée de 15,3 % à 17,4 %, soit 2,1 points en pourcentage sur la période 2005-2008. C’est
la conséquence de la dégradation de la situation socio-économique et de l’environnement
dans lequel vivent les ménages, notamment la pénurie d’eau potable et la dégradation des
conditions d’hygiène. Cette situation est également le reflet de l’augmentation graduelle des
prix des denrées alimentaires.

En ce qui concerne l’émaciation modérée, elle touche 8,3 % des enfants guinéens de moins
de 5 ans dont 2,8 % sont sous la forme sévère (norme WHO). Quant à la prévalence de
l’insuffisance pondérale, elle concerne près de 21 % des enfants Guinéens âgés de moins
de 5 ans (norme WHO). Parmi eux, 6,7 % sont atteints d’insuffisance pondérale sévère. La
comparaison avec les résultats de l’EDS de 2005 en utilisant la population de référence
NCHS/CDC/OMS révèle que la prévalence d’insuffisance pondérale modérée est demeurée
presque stable sur la période 2005-2008, passant de 25,8 % en 2005 à 26,1 en 2008. Il en
est de même de la forme sévère qui est passée de 7,1 % en 2005 à 7,3 % en 2008. Certes,
la plupart des indicateurs semblent évoluer dans le bon sens et le Ministère de la Santé et de
L’Hygiène Publique vient d’entreprendre une évaluation du Plan National de Développement
de la Santé (PNDS) pour pouvoir reformuler sa politique et préparer un nouveau plan qui
prendrait en compte l’évolution de la pauvreté.

Aussi, faut-il le signaler, l’évolution des indicateurs est fragilisée par les contraintes sanitaires (figure 7).

25
Figure 7: Situation épidémiologique en Guinée

La figure 7 permet de réaliser que le paludisme, les Infections Respiratoires Aiguës (IRA) et
les Affections Gastro-Intestinales (AGI) sont les affections majeures qui fragilisent l’état de
santé des populations guinéennes.

2.7. ACCES A L’EAU POTABLE


L’approvisionnement des populations en eau potable a été l’une des priorités du Gouvernement au cours de ces
cinq dernières années. Dans le cadre de l’évaluation des actions menées dans ce domaine, les statistiques
révèlent que 62 % des Guinéens avaient accès à une eau potable en 2002. En 2007, ce taux a atteint 73,8 % dans
l’ensemble du pays, soit une hausse de 11,6 points de pourcentage entre 2002 et 2007 et un taux de 2,4 % par an
environ avec des proportions variant de 94,1 % à Conakry à 85,6 % dans les autres centres urbains et 52,8 % en
milieu rural. C’est à ce rythme que le taux d’accès a atteint 81,0 % en 2010. Cette progression est beaucoup plus
accentuée en milieu rural qu’en milieu urbain. La figure 8 présente le taux d’accès à l’eau potable des
populations des préfectures réceptrices.

Figure 8 : Taux d'accès à l'eau potable par préfecture

L’examen de la figure 8 montre que Yomou a un taux d’accès de 73 % environ alors que
N’Zerekoré et Kissidougou ont les taux d’accès les plus élevés, avec une moyenne de 76,1 %
et 75,1 % respectivement. Les autres régions à part Mamou (45,4%) et Pita (47,2 %), ont des
taux variant entre 52 % et 60 %.

Ces progrès résultent des investissements réalisés en matière de forages d’une part et d’autre
part des Projets d’urgence entrepris pour améliorer l’adduction d’eau potable à dans les villes de
l’intérieur du pays. Le Service National d’Aménagement des Points d’Eau (SNAPE) a réalisé 728
points d’eau modernes en 2007 et 679 en 2008. Ceci lui a permis de se rapprocher de l’objectif

26
de 15 000 PEM à l’horizon 2010 fixé au démarrage du projet en 1978. A ce jour, le cumul de
Points d’eau réalisés est de 14 792, soit un taux de réalisation de 98,6 %.

En dépit de ces performances, le secteur reste confronté aux problèmes suivants : capacité de
production et de traitement de l’eau limitées par rapport à la demande, faible extension du
réseau de distribution, perte technique et fraude commerciale élevées, indisponibilité des
capacités installées pour faute de maintenance ou de combustible et cadres institutionnel et
juridique du secteur inadaptés. C’est ce qui justifie les résultats issus des enquêtes de terrain
(figure 9).

Figure 9: Sources d’approvisionnement en eau dans les régions

Pour l’ensemble des quatre (4) régions, la borne fontaine constitue la source
d’approvisionnement en eau la plus utilisée (29,0 %). Les pompes villageoises et l’eau
courante sont utilisées par 20 % des populations. Seize pour cent (16 %) de la population
des quatre (4) régions continuent de s’approvisionner dans les rivières et marigots.
L’alimentation en eau potable apparaît comme l’un des problèmes critiques auxquels une
bonne frange des populations est quotidiennement confrontée. La plupart de celles-ci
consomment encore les eaux de surface souvent sommairement traitées.

Accès aux services énergétiques


Pour l’éclairage des différentes habitations, c’est le pétrole lampant qui est la principale
source d’énergie utilisée (figure 10).

Figure 10: Principaux modes d’éclairage dans les ménages des milieux récepteurs du
Projet

27
Le pétrole lampant utilisé dans la lampe tempête constitue la principale source d’éclairage
pour 55 % des ménages selon les enquêtes de terrain. Il est suivi de l’électricité (26 %).
En milieu rural des régions parcourues, l’utilisation de cette source a atteint une proportion
de 60 %. En milieu urbain pauvre, la proportion de ménages s’éclairant à la lampe tempête
atteint 35 %. Selon le lieu de résidence, la lampe tempête est utilisée par plus de 50 % des
ménages dans toutes les régions. Cette situation est la conséquence directe de la faible
consommation d’énergie dans le pays et la faiblesse du réseau électrifié.

En effet, selon l’ELEP (2007), l’électricité n’est consommée que par 18,1 % des ménages en
Guinée. En plus de cette faiblesse notoire, s’ajoute une nette disparité entre les lieux de
résidence (figure 11).

Figure 11: Disparité d’accès et d’utilisation de l’électricité entre les lieux de résidence

De l’examen de la figure 11, il est à noter que si en milieu urbain 68,9 % des ménages ont
accès à l’électricité, seulement 62,4 % l’utilisent, tandis qu’en milieu rural, on a 2 % de taux
d’accès contre 0,9 % d’utilisation. En milieu urbain pauvre on a 54,3 % d’accès contre 48,8
% d’utilisation alors qu’en milieu rural pauvre, il y a 1,5 % d’accès à l’électricité contre 0,5 %
d’utilisation.

Entre les différentes régions administratives, on note également des disparités énormes : à
N’zérékoré Boké, le taux d’accès à l’électricité est de 1,5 % contre 0,1 % d’utilisation. Ces
taux sont respectivement à Mamou de 2,3 % et 1,1 %; à Mandiana 0,1 % et 0 % ; à Kindia,
17,2 % et 10,2 % tandis qu’à Conakry, on a 94,7 % et 89,1% d’utilisation. Cette faible
utilisation de l’énergie électrique s’explique par le grand déficit d’investissement sur tous les
segments du secteur. Les principales difficultés sont : l’insuffisance des capacités de
production et de transport HT/MT par rapport à la demande en forte croissance (6 à 8 % par
an), l’indisponibilité des capacités de production installées par manque de maintenance et de
combustible, le niveau élevé des pertes techniques et commerciales sur le réseau, la faible
extension du réseau de distribution et cadres institutionnel et juridique inadaptés.

L’utilisation du bois et du charbon de bois pour faire la cuisine est importante dans les
ménages enquêtés. Le bois est utilisé par 81,3 % des ménages pour faire la cuisine. En
milieu rural, cette proportion atteint 97,4 % et en milieu urbain pauvre, on a un ratio de 43 %.
De plus, près de 99 % des ménages ruraux utilisent le tandem (bois et charbon) contre 97 %
en milieu urbain. Les proportions élevées de ménages utilisant ces deux sources d’énergie
constituent une préoccupation majeure pour la protection de l’environnement.

28
Accès à un habitat décent et à l’assainissement

Le secteur de l’habitat est un secteur transversal ayant un impact sur tous les autres
secteurs de la vie économique et sociale du pays. Cette transversalité renvoie à la
multiplicité des acteurs, à la complexité des problèmes et à des enjeux multiples.
La croissance galopante de la population et l’urbanisation accélérée en Guinée,
s’accompagnent d’un accroissement des besoins en équipements sociaux de base et en
infrastructures. Selon l’ELEP 2007, les ménages consacrent 5,8 % de leurs dépenses en
logement, eau et énergie. Les initiatives diverses de l’Etat s’additionnant aux interventions de
nombreux autres acteurs ont été déployées pour tenter de satisfaire ces besoins.
Cependant, les tendances lourdes et les contraintes ci-après continuent de caractériser le
secteur de l’habitat et de l’assainissement.

Sur le plan du développement spatial et de la gestion foncière, il existe un développement


déséquilibré de l’armature urbaine. La forte concentration de la population et des activités
socio économiques dans les villes est de nature à induire une dégradation de la qualité de
vie des populations et des écosystèmes naturels. En matière de gestion foncière les
contraintes sont l’insécurité foncière et le développement des conflits fonciers du fait des
lotissements sauvages qui se développent en dehors des règles foncières et domaniales
édictées par la loi.

En ce qui concerne l’offre en logements neufs, la production est entravée par : (i) l’absence
d’un dispositif adapté de financement ; (ii) l’inexistence d’une banque dédiée à l’habitat
(social) et le manque de lignes de crédit spécifiques à l‘immobilier dans les filières bancaires
et financières classiques ; (iii) le faible encadrement favorise un système d’auto-construction
avec un impact, notamment sur la production de l’habitat rural qui concerne pourtant plus de
70 % de la population du pays ; (iv) le niveau de pauvreté qui empêche une proportion
importante de la population guinéenne d’accéder au logement à cause des coûts de
production élevés.

En ce qui concerne l’habitat existant, il est précaire à plus de 80 % et est constitué de zones
d’habitats spontanés manquant de tout en termes d’infrastructures. Ces zones polarisent des
micro-activités économiques censées aider la majorité des populations pauvres.
L’amélioration de ce type d’habitat devrait passer par des opérations de restructuration-
régularisation-remembrement. En conséquence, les matériaux de construction des
logements et le nombre de personnes occupant une pièce sont les principaux indicateurs de
détection des taudis et du surpeuplement des logements en milieu urbain.

En 2007, les logements couverts de tôles ondulées, de tuiles/ardoises ou de béton/ciment


représentaient 67,9 % au niveau national, contre 31,9 % de logements couverts de chaume
ou de paille. En milieu urbain, la quasi-totalité des logements sont couverts de tôle
métallique, soit 90 %. En milieu rural, par contre, les habitations couvertes de chaume ou de
paille représentent 42 %. Par rapport au matériau du sol des logements, la proportion des
habitations dont le sol est recouvert de terre a été évaluée à 48,8 % au niveau national et
11,8 % en milieu urbain en 2003. En 2005, ce taux a atteint 56 % dans l’ensemble du pays,
et a reculé à 9,3 % en milieu urbain. Les évaluations de 2007 ont chiffré ce taux à 53 % pour
l’ensemble du pays et à 17 % pour le milieu urbain.

En ce qui concerne la densité d’occupation des logements (nombre de personnes par pièce),
des enquêtes de terrain, le niveau est de 2,6 dans les centres urbains des régions
réceptrices contre 2,4 dans les milieux ruraux.

Sur le plan de l’assainissement, l’accès aux services sanitaires de base constitue un défi
majeur des centres urbains. L’analyse se concentre essentiellement sur l’accès aux toilettes
améliorées et le mode d’évacuation des eaux usées et des ordures ménagères.

29
En 2007, 31,3 % des ménages disposaient de toilettes adéquates (chasse d’eau, latrines
couvertes ou latrines ventilées améliorées), contre 25,4 % en 2002, soit une augmentation
annuelle de 1,2 %.

Des résultats des enquêtes, les ménages disposant de toilettes avec chasse d’eau sont
rares (moins de 2 %). A peine 2 % des ménages enquêtés ont accès à un réseau d’égouts et
ces ménages sont rencontrés dans les centres villes. Au total, environ 28 % ne disposent
pas de toilettes. Seulement, 35 % des ménages ont des toilettes adéquates.

S’agissant de la gestion des eaux usées, plus de 92 % des ménages dans les régions ruraux
font recours à la rue ou à la nature. En milieu urbain, ce taux est de 78 %.

Pour la gestion des ordures ménagères, 87 % des ménages jettent leurs ordures dans la
nature. Cette proportion atteint 55 % en milieu urbain des régions réceptrices. Par contre, la
proportion des ménages qui ont recours au ramassage privé ou aux poubelles publiques est
de 11 %. Pour la prestation de ramassage des ordures, environ 13 % des ménages enquêtés
en bénéficient ou utilisent une poubelle publique (enregistrés surtout dans les centres
urbains).

Néanmoins, l’évacuation salubre des ordures n’est pratiquée que par 8 % environ des
ménages enquêtés. L’évacuation des ordures des mers demeure un problème crucial de
salubrité en milieu urbain et adjoint au problème d’évacuation des eaux usées, des
inondations répétées de certains quartiers peut être à l’origine de situations sanitaires
alarmantes.

2.8. REGIME FONCIER


Dans ce domaine, le Gouvernement a approuvé en 2002 une Déclaration de Politique
Foncière en Milieu Rural (DPFMR) qui donne l’autorité aux Communautés Rurales de
Développement (CRD) de formaliser les transactions foncières.

Pour encourager les investissements privés, le Ministre chargé de l’Agriculture délivre des
arrêtés d’occupation des terres sous forme de bail à long terme. Les dispositions
réglementaires d’application de la Déclaration Foncière étant en gestation, le problème
foncier constitue toujours une contrainte majeure à la réalisation des investissements
productifs et durables.

30
3. ANALYSE DES IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUE DU PROJET

3.1. ACTIVITÉS PROPOSÉES DANS LE CADRE DE LA RÉINSTALLATION DES


POPULATIONS DES PRÉFECTURES RÉCEPTRICES DU PUAPA 2

Activité 1 : DESCRIPTION DE L’ENVIRONNEMENT INITIAL DE LA ZONE DU PROJET


Cette description a permis de mettre en exergue les enjeux et les indicateurs
socioéconomiques en rapport avec les activités du PUAPA 2. Il s’agit spécifiquement :
 de l’évolution démographique, des groupes sociaux, des traditions ou pratiques
sociales des différentes localités traversées;
 de la structure de la population selon le milieu de résidence ;
 de la structure et de la répartition spatiale de la population suivant les préfectures
concernées ;
 du taux de scolarisation par sexe et le taux d’alphabétisation de la population des
différentes préfectures ;
 de la nature des matériaux de construction ainsi que de la structure des habitations
selon le mode d’aisance et le milieu de résidence, le mode d’évacuation des eaux
usées et des déchets ménagers et le mode d’éclairage utilisé ;
 de l’évolution des infrastructures sociocommunautaires (centres de santé, écoles
primaires, CEG, centres de loisirs, etc.).

Activité 2 : ANALYSE DU CADRE LEGAL DE GESTION FONCIERE DU PROJET AU


REGARD DE LA LEGISLATION NATIONALE ET DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE
DE LA BANQUE MONDIALE
Dans ce cadre, les recherches de documents qui ont été conduites dans les structures
spécialisées, les données livresques collectées ont permis de faire une synthèse des cadres
juridique et institutionnel du foncier et de la gestion des patrimoines en République de
Guinée :
 synthèse des dispositions constitutionnelles, législatives et juridiques ;
 analyse des dispositions constitutionnelles, législatives et juridiques.
 Par ailleurs, un regard a été tourné vers les Principales Politiques de Sauvegarde
Environnementale et Sociale de la Banque Mondiale applicables au PUAPA 2. Il s’agit
de façon spécifique :
 de l’analyse succincte des Politiques de Sauvegarde ;
 du statut sur la conformité du PUAPA 2 et des activités prévues avec les Politiques de
Sauvegarde.
 du point global du cadre règlementaire et institutionnel qui encadre le foncier, le bâtit
et l’expropriation des biens en République de Guinée
 de l’analyse cohérence du cadre réglementaire guinéen en rapport avec les
exigences des Politiques Opérationnelles de la Banque Mondiale.

Activité 3 : DESCRIPTION DETAILLEE DES COMPOSANTES DU PROJET ET


IDENTIFICATION DES IMPACTS POTENTIELS SUR LA VIE SOCIO-ECOMIQUE
Cette description a permis de faire :
 la description exhaustive des composantes du Projet d’Urgence d’Appui à la
Productivité Agricole (PUAPA) ;
 l’identification des impacts sociaux potentiels du PUAPA ;
 l’évaluation de ces impacts ;
 la description des impacts sociaux potentiels, notamment négatifs, en rapport avec
les activités à financer dans le cadre du PUAPA ;
 l’évaluation de l'ampleur des limitations d’accès et de pertes de biens et de revenus
consécutifs à la mise en œuvre des composantes du Projet.
Activité 4 : PREPARATION DU PLAN D’ACTION DE REINSTALLATION ET/OU DE
COMPENSATION ET EVALUATION DES COÛTS

31
Le plan d’action de réinstallation (PAR) est fait sur la base de principes applicables, et des
fondements du plan qui définiront les catégories sociales concernées à savoir les personnes
vulnérables que sont les femmes, les enfants, les handicapés et les vieillards qui devront
être assistées dans une opération d’expropriation, quelle que soit son ampleur.
L’application de ces principes permettra de :
 minimiser, dans la mesure du possible, la réinstallation involontaire et l’expropriation
de terres ;
 s’assurer que les personnes affectées sont consultées et ont l’opportunité de
participer à toutes les étapes charnières du processus d’élaboration et de mise en
œuvre des activités de réinstallation involontaire et de compensation ;
 déterminer les indemnités en fonction des impacts subis, afin de s’assurer qu’aucune
personne affectée par le Projet ne soit pénalisée de façon disproportionnée ;
 établir un processus de compensation équitable, transparent, efficace et rassurant ;
 assister les personnes affectées dans leurs efforts pour améliorer leurs moyens
d’existence et leur niveau de vie, ou du moins à les rétablir, en termes réels, à leur
niveau d’avant le déplacement ou à celui d’avant la mise en œuvre du Projet ;
 concevoir et exécuter les activités de réinstallation involontaire et d’indemnisation en
tant que Projets de développement durable ;
 accorder une attention spéciale aux besoins des personnes les plus vulnérables
parmi les populations ;
 Identifier les préfectures/zones affectées.

Au terme de la définition des principes, il sera procédé à l’estimation des populations à


déplacer et des biens socio-économiques impactés. Cette estimation est fondée sur
l’évaluation participative avec les populations à déplacer. Les coûts des biens qui seraient
affectés et l’acquisition de terres et catégories probables d’impact sont également
déterminés lors des consultations publiques.

Activité 5: DEFINITION DES MODALITES INSTITUTIONNELLES ET


ORGANISATIONELLES DE MISE EN OEUVRE DU CPRP
La mise en place d’un dispositif organisationnel cohérent et efficace constitue la condition
sine qua non pour permettre au CPRP de répondre à l’impératif de développement humain
durable qui lui est assigné.
C’est pourquoi, dans le cadre de la réalisation de cette activité, une attention particulière a
été accordée aux aspects organisationnels et de gestion tout en étant sensible à la diversité
des interventions envisageables dans le cadre de la mise en œuvre du PUAPA 2 et au
nombre important d’intervenants et opérateurs et leur appartenance à des institutions et
organismes différents. Le dispositif d'exécution monté a pris en compte les parties prenantes
aux niveaux national, régional, local.

En ce qui concerne les modalités institutionnelles, elles se fondent sur le processus de


préparation du Plan d’Action de Réinstallation (PAR) et s’articule autour de la sélection
sociale (screening) des microprojets, suivant les quatre étapes principales : (i) information
aux collectivités territoriales ; (ii) définition des sous-composantes et détermination de la
possibilité de réinstallation ; (iii) dans le cas nécessaire, définition du PAR ; (iv) approbation
du Plan d’Action de Réinstallation par les organes qui interviennent dans la localité et par le
bailleur de fonds.

Activité 6 : SUIVI-EVALUATION DU CPRP ET MESURES DE RENFORCEMENT DES


CAPACITES DES ACTEURS CHARGES DE LA MISE EN ŒUVRE DU CPRP
Un plan de suivi est nécessaire pour pouvoir évaluer si les buts du cadre de politique de
réinstallation et de compensation ont été atteints. Le plan de suivi indique un certain nombre
d’indicateurs sociaux simples de suivi et mesurables, montrant à terme que les activités
prévues sont élaborées. Il s’agit entre autres du :

32
 nombre de ménages et de personnes affectés par les activités du Projet ;
 nombre de ménages et de personnes physiquement déplacés par les activités du
Projet ;
 nombre de ménages à compenser par le Projet ;
 nombre de ménages et de personnes réinstallés par le Projet ;
 montant total des compensations payées ;
 nombre et de la nature des griefs légitimes résolus ;
 niveau de satisfaction de la PAP ;
 etc.

De même, ce plan de suivi place des points de repère et désignera les personnes ou les
Institutions qui seront chargées d’accomplir les activités de suivi. L’évaluation des coûts de
ce plan de suivi est faite sur la base des standards et en se fondant sur les données
collectées en milieu réel et auprès des personnes ressources ayant développé récemment
des coûts similaires pour des Projets similaires.

Par ailleurs, la définition des mesures de renforcement des capacités part de l’évaluation de
la capacité des structures impliquées à gérer les questions de réinstallation des populations.
Sur cette base, un plan de renforcement des capacités est élaboré et prend en compte les
objectifs d’un CPRP et le contenu et sa démarche de mise en œuvre. Les coûts de mesures
de renforcement des capacités sont aussi évalués.

3.2. ANALYSE DES IMPACTS SOCIAUX NÉGATIFS

Impacts potentiels du Projet sur les personnes et les biens

L’exécution des activités prévues par le PUAPA 2 ne va pas directement engendrer des
déplacements de populations. Dans le cadre de ce Projet, il est question d’accompagner le
PUAPA dans sa réflexion sur son repositionnement stratégique.
Pour les sites connus, les impacts sociaux négatifs pourraient concerner l’arrêt temporaire
des activités, la perte de moyens de production (cultures), la perte de sources de revenus ou
de moyens d’existence.

Estimation du nombre des personnes affectées par le Projet et besoins approximatifs


en terres

Catégories de personnes affectées

Trois grandes catégories de personnes peuvent être affectées par les impacts potentiels de
l’exécution du PUAPA 2. Ce sont : les individus, les ménages et certaines catégories de
personnes vulnérables.

1. Individus affectés : Dans le cadre du Projet d’Urgence d’Appui à la Productivité


Agricole (PUAPA), les travaux peuvent engendrer des dommages susceptibles de
remettre en cause l’intérêt matériel de certains individus. Dans ce contexte, un
étalagiste, un vendeur, un garagiste, un agriculteur qui cultive une parcelle de terre
dans l’emprise, un artisan, un revendeur ou un prestataire de service qui utilise un
espace public peut se voir contraint de laisser ou de déplacer ses activités en raison
de la réalisation du Projet. Ces sujets constituent donc des personnes affectées par
le Projet.
2. Ménages affectés : Un dommage causé à un membre de famille par le Projet peut
porter préjudice à tout le ménage. Un étalagiste, une vendeur, un garagiste, un
agriculteur qui cultive une parcelle de terre dans l’emprise, un artisan, un revendeur
ou un prestataire de service qui survient aux besoins alimentaires de son ménage
grâce à l’exercice de ses activités, éprouvera des peines et des difficultés pour

33
répondre aux mêmes besoins s’il en vient à subir négativement l’impact de ce Projet,
notamment lors de la réhabilitation des aménagements hydro agricoles.
3. Ménages vulnérables : ce sont ceux dont la vulnérabilité risque de s’accroître du fait
du processus d’affectation ou potentiellement de réinstallation. Il s'agit de ménages
nécessitant de bénéficier de mesures de compensation ou de mesures additionnelles
d’atténuation. Ces ménages vulnérables comprennent principalement les femmes,
les enfants, les personnes âgées et les personnes avec handicaps.

4. CADRE JURIDIQUE ET INTITUTIONNEL DE LA REINSTALLATION


Durant le mois de décembre 2011, des enquêtes de terrain (enquêtes auprès des villages et
collectivités) ont été réalisées dans le cadre des études socio-économiques et du plan de
réinstallation et de compensation. La présente partie de l’étude rappelle les principales
dispositions du plan de réinstallation qui regroupe la plupart des mesures pour compenser
les impacts socio-économiques du Projet d’Urgence d’Appui à la Productivité Agricole.

4.1. DROIT FONCIER ET PROCÉDURES D’EXPROPRIATION


Le code foncier domanial, promulgué par l'ordonnance 092/019 du 30 mars 1992 organise
le régime foncier. Les chapitres et titres les plus importants pour le Projet portent sur : les
principes du droit de propriété et les atteintes au droit de propriété nécessitées par l'intérêt
général. Sur le dernier point, l’article 54 du code stipule : «Il ne peut être porté atteinte au
droit de propriété que lorsque l'intérêt général l'exige. Cette atteinte peut consister en une
expropriation pour cause d'utilité publique, à une réglementation du droit de propriété dans
un but d'urbanisme, d'aménagement rural, de recherche ou d'exploitation minière, de
sauvegarde de l'environnement et en l'édiction de servitudes d'utilité publique».

De même, l’Article 66 de ce même code en son Chapitre 1 : l'expropriation pour cause


d'utilité publique stipule que passé le délai de deux mois fixé par l'article 60 (52) et au plus
tard avant l'expiration d'un nouveau délai de trois mois, l'expropriant notifie aux intéressés le
montant de l'indemnité proposée, les invite à faire connaître le montant de l'indemnité
demandée et à comparaître devant la Commission foncière pour s'entendre à l'amiable sur le
montant de l'indemnité.

La Loi portant Code des Collectivités Locales en République de Guinée, adoptée en mai
2006, fixe, entre autres, les domaines de compétence et les missions des collectivités
locales, notamment dans les domaines suivants : la distribution de l’eau potable ; la
construction, la gestion et l’entretien des centres et postes de santé ; la construction,
l’équipement et la maintenance des écoles préscolaires et élémentaires ; l’alphabétisation ;
le développement des activités de jeunesse et de culture ; les services du contrôle de
l’hygiène et de la salubrité ; le nettoyage des rues et places publiques ; les services
d’intervention contre les incendies et les feux de brousse ; la diffusion des informations
d’intérêt public.

L’Ordonnance N°091/PRG/90 portant Régime financier et fiscal des Communautés Rurales


de Développement (CRD) est un texte de 4 Chapitres, 6 sections et 109 Articles. L’article 5
du Chapitre I (Fiscalité) de la Section I (Généralités) attribue les impôts directs, les taxes
assimilées, les taxes diverses et les revenus du domaine aux C.R.D. Le revenu du domaine
est composé entre autres des redevances des mines et carrières, et des redevances
forestières et de chasse. Selon l’article 6, les impôts, taxes et redevances attribués aux CRD
sont entièrement perçus à leur profit. Les dispositions de ces 2 articles indiquent bien que
l’exploitation des ressources forestières et des carrières des terroirs des populations doit leur
profiter.

34
4.2. RÔLE DU MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE À TRAVERS LA COORDINATION DU
PUAPA 2
En tant que maître d'ouvrage délégué, le Ministère de l’Agriculture assurera sous sa
responsabilité le financement et la mise en œuvre du plan de réinstallation des populations.
Elle interviendra directement dans le financement et la conduite d’exécution des mesures
suivantes :
 intégration lors de l’élaboration des dossiers d’appel d’offres, des instructions
particulières relatives à l’environnement. Il s’agit des mesures de respect de la
protection de l’environnement et la nécessité pour les entreprises d’initier des
mesures de protection environnementale et sociale ;
 engagement de la campagne d'information sur le PUAPA 2 ;
 implication des intervenants dans la mise en œuvre du plan de réinstallation ;
 engagement par rapport au paiement des mesures de compensation et des coûts de
remplacement définis dans le plan de réinstallation.
 La mise en œuvre et le suivi du plan de réinstallation vont mobiliser les compétences
du Bureau Guinée des Etudes et Evaluation Environnementales et du Ministère de
l’Agriculture de la manière suivante :
 préparation des termes de référence pour les différents intervenants dans la mise en
œuvre et le suivi du plan de réinstallation, selon les modalités;
 suivi de la sélection et de la passation des contrats avec les intéressés, en tenant
compte du calendrier des travaux ;
 planification des interventions des CRD, de la Préfecture et des Chefs du District pour
assurer la coordination des équipes sur le terrain ;
 contrôle des prestations effectuées par les prestataires, en termes de coûts, délais, et
qualité des prestations ;
 relations avec les autorités du District, de la Préfecture et des CRD ;
 coordination interne avec le Service des Etudes et du Suivi Environnemental ;
 préparation et participation aux opérations de dédommagement et de déplacement ;
 suivi du plan de gestion environnemental et du plan de réinstallation des populations.

5. RÔLES ET RESPONSABILITES DES AUTORITES ET STRUCTURES IMPLIQUEES


DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE REINSTALLATION
L’implication des autorités administratives et locales s’avère nécessaire dans la mise en
place du plan de réinstallation des populations. Elles seront chargées de suivre et d’éviter
toute contradiction relative aux biens et aux dédommagements. Ils s’assureront des identités
des personnes et des biens pour un juste et équitable dédommagement. Les biens et coûts
afférents enregistrés et consignés dans les procès verbaux (PV) de recensement des
personnes touchées par les travaux dans les sites du Projet dans leurs caractéristiques
seront pris en compte dans un esprit d’équité respectés.

5.1. RÔLE DES PRÉFECTURES


Les Préfectures dans lesquelles le PUAPA 2 se développe devront intervenir en termes de
soutien organisationnel des mesures de réinstallation. Elles appuieront le Ministère de
l’Agriculture dans l’organisation des diverses réunions relatives à la mise en œuvre des
mesures de réinstallation.

La reprise d’un éventuel et probable recensement contradictoire des personnes et des biens
affectés par les autorités administratives et locales (Préfets et collaborateurs, etc.) a un effet
de contrôle et s’impose pour éviter les omissions très souvent déplorées.

Par ailleurs, la réussite de l’exécution des mesures du plan de réinstallation nécessite un


suivi de reconstitution par les personnes affectées des biens perdus, pour éviter que les
indemnisations ne soient utilisées à d’autres fins. Pour ce faire, le Ministère de l’Agriculture
travaillera avec les Préfectures. Le Ministère de l’Agriculture leur délèguera le suivi des
mesures de réinstallation. En effet, à la suite des opérations de dédommagement et de

35
déguerpissement, les ménages affectés ne parviennent pas toujours à s’organiser dans la
reconstruction de leurs habitations et/ou la reprise des activités sur un nouveau site. Le suivi
de la réinstallation des personnes affectées demande que des autorités administratives et
locales participent à l’accompagnement de ces personnes.

Ces autorités devront assurer :


 le suivi de l’exécution des règlements dans les délais prévus, et en tout cas, avant le
début de travaux ;
 la gestion de la procédure de réclamation mise à disposition des personnes
affectées ;
 les relations avec les autorités territoriales.

En ce qui concerne les autres mesures du plan de gestion de l’environnement, ces autorités
locales doivent assurer :
 le suivi des emplois locaux sur le chantier ;
 l’identification des dommages divers pendant la phase de construction et lors des
travaux et la proposition de dédommagements adéquats.

5.2. RÔLE DES CRD


Pour s’assurer de la participation des personnes affectées à la préparation et à la mise en
œuvre du plan de réinstallation, il est nécessaire de constituer dans chaque Préfecture
concernée, un comité local de suivi de la compensation. Les missions prévues pour le
Comité local de réinstallation sont les suivantes :
 Approuver le recensement des biens et des populations affectés ;
 Valider le montant des compensations ;
 Régler les litiges éventuels à l’amiable ;
 Participer au processus de paiement des compensations ;
 Appuyer les ménages dans la recherche de parcelles de terrain pour la
reconstruction de leurs habitations ;
 Suivre l’exécution du planning de réinstallation des populations.
L’importance de la prestation des CRD relèverait de :
 l’habilité de la CRD de chaque Préfecture à reconnaître et affirmer l’identité de
chaque ménage affecté, du règlement des conflits liés aux recensements
contradictoires ;
 sa capacité à produire des mémoires et des Procès verbaux pour exploitation
ultérieure ;
 la confiance placée en ces autorités administratives et locales pour cette activité par
les populations, notamment les sinistrés.

5.3. RÔLE DES CHEFS DE DISTRICT


Il doit s’établir entre le Chef de District de chaque zone, les populations et le Ministère de
l’Agriculture un lien incontournable. Ces autorités participeront à toutes les discussions et
négociations entre le Ministère de l’Agriculture et les populations affectées. Il contresignera
avec le Ministère de l’Agriculture ou son représentant, la fiche d'inventaire contradictoire des
biens situés dans l'emprise, ainsi que les coûts de remplacement proposés pour les terres,
les arbres et les habitations et latrines.

5.4. COMPOSITION DU COMITÉ LOCAL DE RÉINSTALLATION (CLR)


La composition du Comité local de réinstallation est indispensable et comprend :
 le Préfet du secteur récepteur ;
 le Président de la CRD ou son représentant ;
 deux représentants des populations affectées par village ;
 les personnes ressources en cas de besoin (chefs de District, Receveurs,
Percepteurs, Sages, etc.).

36
Le Bureau Guinéen des Etudes et évaluation Environnementales a pour mission la gestion
du processus d’approbation de l’actualisation de l’étude d’impact du Projet d’Urgence
d’Appui à la Productivité Agricole (PUAPA). Ce Bureau effectuera à ce titre le suivi du plan
de gestion de l’environnement, y compris dans les aspects de réinstallation. Des
administrations compétentes sur les questions d’environnement et de réinstallation pourront
être mobilisées le cas échéant en tant que personnes ressources.

6. ELIGIBILITÉ

6.1. CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ ET FERMETURE DE L’ÉLIGIBILITÉ


Seules les trois catégories suivantes sont éligibles aux bénéfices de la politique de
réinstallation du Projet:

a) Les détenteurs d'un droit formel sur les terres (y compris les droits coutumiers et
traditionnels reconnus);
b) Les personnes qui n'ont pas de droit formel sur les terres au moment où le recensement
commence, mais qui ont des titres ou autres sous réserve que de tels titres soient reconnus
par les lois du pays ou puissent l’être dans le cadre d’un processus identifié dans le plan de
réinstallation;
c) Les personnes qui n'ont ni droit formel ni titres susceptibles d'être reconnus sur les terres
qu'elles occupent.

Les personnes relevant des alinéas (a) et (b) ci-dessus reçoivent une compensation pour les
terres qu'elles perdent. Les personnes relevant de l’alinéa (c) reçoivent une aide à la
réinstallation en lieu et place de la compensation pour les terres qu'elles occupent, et toute
autre aide permettant d'atteindre les objectifs énoncés dans le présent CPRP, à la condition
qu'elles aient occupé les terres dans la zone du Projet avant une date limite fixée ci-dessous
définie. Cependant, les personnes qui viennent occuper les zones à déplacer/compenser
après la date limite ne sont pas éligibles à la compensation ou à d'autres formes
d'assistance.

6.2. DATE LIMITE OU DATE BUTOIR


Toutes les personnes affectées par les activités du PUAPA 2 doivent bénéficier d’une
indemnisation qui sera calculée à partir d’une date précise appelée date limite d’attribution
des droits ou date butoir. Selon la PO 4.12, une date limite d’attribution de droits ou date
butoir sera déterminée, sur la base du calendrier d'exécution probable de la sous-
composante. La date limite est la date :
 de démarrage des opérations de recensement destinées à déterminer les ménages
et les biens éligibles à compensation, à laquelle les ménages et les biens observés
dans les emprises à déplacer sont éligibles à compensation ;
 après laquelle les ménages qui arriveraient pour occuper les emprises ne seront pas
éligibles.
Selon la procédure nationale, cette date butoir correspond à la date de démarrage des
opérations des enquêtes parcellaires.
Toutes les améliorations qui auraient été apportées aux biens antérieurement à l’acte
d’expropriation ne donnent pas lieu à l'indemnité si, en raison de l'époque à laquelle elles ont
été faites, ou de toutes autres circonstances, il apparaît qu'elles ont été réalisées en vue
d'obtenir une indemnité plus élevée.

Les personnes installées dans les sites récepteurs après la date butoir ne seront pas
éligibles à une compensation. Il s’agit par cette disposition d’éviter le changement de la
valeur du bien après l’annonce de l’opération d’exécution des activités du Projet. Très
souvent, la seule annonce de l’exécution du Projet provoque une hausse du prix de l’espace
qu’il serait inéquitable de faire supporter entièrement à l’Etat.

37
6.3. MINIMISATION DES DÉPLACEMENTS
Conformément à la politique OP 4.12 de la Banque mondiale, le PUAPA 2 essaiera de
minimiser les déplacements par l'application des principes suivants :
 lorsque des bâtiments habités sont susceptibles d'être affectés, les équipes de
conception devront revoir la conception de ce dernier pour éviter, dans la mesure du
possible, les impacts sur des bâtiments habités, les déplacements et la réinstallation
qu'ils entraîneraient ;
 lorsque l'impact sur les terres d'un ménage est tel que les moyens d'existence de ce
ménage sont remis en cause, et même s'il n'est pas nécessaire de déplacer
physiquement ce ménage, les équipes de conception devront revoir la conception
des interventions pour éviter cet impact dans la mesure du possible ;
 le coût de l'acquisition ou compensation des terrains, du déplacement éventuel des
populations et de leur réinstallation sera inclus dans l'estimation du coût du PUAPA 2,
pour en permettre l'évaluation complète ;
 dans la mesure où cela est techniquement possible, les équipements et
infrastructures à réhabiliter seront localisés sur des espaces publics ou des emprises
existantes et libres.

6.4. MESURES ADDITIONNELLES D’ATTÉNUATION


Les principes de réinstallation sont destinés à minimiser les impacts négatifs. Il convient
cependant de tenir compte du fait qu’il ne sera pas toujours possible d’éviter les acquisitions
de terrains lors de la mise en œuvre des activités du PUAPA 2. Dans ces cas de figure, et en
sus des mesures de minimisation des impacts mentionnées ci-dessus, des mesures
additionnelles d'atténuation seront également nécessaires.

6.5. IMPACTS SUR LES REVENUS ET ASSISTANCE À LA RESTAURATION DES


REVENUS
Le principe fondamental de la politique de la Banque Mondiale sur la réinstallation
involontaire est que les personnes affectées par la perte de terre doivent être, après le
déplacement, «si possible mieux économiquement» qu'avant le déplacement.

Si l'impact sur les terres est tel que les personnes sont affectées dans leurs moyens
d'existence, la préférence doit être donnée à des solutions où la terre perdue est remplacée
par un autre terrain plutôt que par une compensation monétaire. La politique de la Banque
concerne également les personnes «économiquement déplacées», c'est-à-dire qui ne
perdent pas forcément un terrain dont ils sont propriétaires, mais perdent leur moyen de
subsistance. Les mesures de restauration du niveau de vie doivent être précisées dans les
PAR et les PSR. Elles peuvent comprendre, à titre indicatif, les mesures suivantes :
 l’inclusion systématique des personnes affectées dans les bénéficiaires des activités
du PUAPA 2 ;
 la mise en œuvre de mesures de développement agricole (cultures, bétail, etc.) ;
 le soutien à la micro finance (épargne et crédit), et autres mesures de développement
des petites activités commerciales et artisanales ;
 la formation et le développement des capacités ;
 la considération des mesures additionnelles d’atténuation à l’échelle inter villages ou
inter communautés, au vu de l’effet cumulatif de l’importance des projets qui
pourraient être significatifs sur les populations.

6.6. INDEMNISATION
Les principes d'indemnisation seront les suivants :
 L'indemnisation sera réglée avant le déplacement ou l'occupation des terres ;
 L'indemnisation sera payée à la valeur intégrale de remplacement.

Le PUAPA 2 doit s’assurer qu’un dédommagement juste et équitable soit assuré pour les
pertes subies. Le dommage doit être directement lié à la perte de terre ou la restriction

38
d’accès. L’indemnisation prendra en compte la valeur des infrastructures et superstructures
(bâtiments, clôtures, latrines, puits, etc.) ainsi que des pertes de cultures et d’essences
forestières ; les pertes de droits d’accès ; les pertes de ressources éventuelles (commerces
et autres activités formelles ou informelles génératrices de revenues).

6.7. PRINCIPES ET TAUX DU PLAN DE RÉINSTALLATION


Les milieux récepteurs sont régis par le droit foncier moderne et/ou le droit coutumier. Les
personnes qui seront affectées par le Projet (PAP) sont les propriétaires et les exploitants
des terrains situés dans l’emprise de la piste d’accès aux infrastructures à réhabiliter. Parmi
eux, on distingue :
 les personnes dont les habitations sont situées sur l’emprise menant aux sites
d’intervention du PUAPA 2. Ces personnes devront être réinstallées. Que ce soit en
cas d’un PAR ou d’un PSR, les maisons et cases seront indemnisées au prix du
marché pour les matériaux de construction et de la main d’œuvre. Une indemnité et
toute l’assistance conseils nécessaire leur seront données afin de retrouver un terrain
pour se réinstaller ;
 les propriétaires et/ou exploitants des terres agricoles situées dans l’emprise des
secteurs d’intervention du Projet de réhabilitation et du développement et valorisation
des activités agricoles. Le Gouvernement guinéen devra indemniser les arbres
fruitiers au prix de marché. Cette indemnisation peut être individuelle ou collective
(droit coutumier) ;
 Ceux qui ont des cultures dans les sites récepteurs ou emprise existante sera en
mesure de récolter leurs cultures avant que les travaux de génie civil commencer.

La compensation ayant valeur d’acquisition au prix réel actuel, elle confère au PUAPA
2 le droit de propriété sur lesdites terres.

a. Les personnes dont les cultures vivrières sont situées dans l’emprise de la piste
d’accès aux infrastructures à réhabiliter, ne seront pas dédommagées du fait que ces
cultures vivrières seront normalement récoltées avant le début desdits travaux. Afin
de réduire ou d’éviter les indemnisations se rattachant à la perte de ces types de
cultures, le PUAPA 2 doit prendre des précautions afin que, trois à six mois avant le
démarrage des travaux, lors des consultations publiques et des séances
d’information et de sensibilisation, les propriétaires et les exploitants comprennent la
nécessité de ne pas entreprendre de nouvelles cultures.

b. Les pertes d’exploitation des plantations (arbres fruitiers). Ces plantations (arbres
fruitiers ou bois d’œuvre) seront détruites lors des travaux de réhabilitation et ne
pourront plus être pratiquées ultérieurement. Les indemnisations proposées sont
calculées en considérant le coût de remplacement de la plantation. L’indemnisation
sera proposée en GNF et par rapport au prix du marché et en fonction de leur âge et
du coût estimatif de leur production annuelle.

c. La destruction d’arbres à vocation économique isolés. Ces arbres isolés seront


détruits lors de la réhabilitation des infrastructures et du développement et
valorisation des activités agricoles. Le propriétaire ou l’ayant-droit bénéficie d’une
indemnisation calculée selon la nature de l’arbre et en fonction de leur âge et du coût
estimatif de leur production annuelle (3 classes de développement-petit-moyen-
grand). L’indemnisation est proposée en GNF/unité.

d. Les dégâts éventuels aux arbres et aux cultures, lors des travaux de réhabilitation
des infrastructures et des activités de chantier.

39
Pour les collectivités qui ont leurs habitations situées dans l’emprise de la piste
d’accès et dans l’environnement immédiat des sites récepteurs du Projet et qui seront
donc concernées par une réinstallation physique :

 le PUAPA 2 paiera en cas d’un PAR à chaque propriétaire de maisons ou cases


implantées dans le corridor une somme qui lui permettra de se réinstaller décemment
en dehors de l’environnement des sites du Projet et ou du corridor ;
 les valeurs de ces habitations et infrastructures connexes (latrines, cases et maisons)
seront été estimées en tenant compte du prix du marché pour les matériaux et de la
main d'œuvre nécessaire ; il s’agit d’un coût de remplacement, calculé par les
comités de recensement et des consultations publiques en fonction du nombre et de
la nature des habitations.

Une procédure de mise en application du PAR sera appliquée, et chacun aura la possibilité
de se faire entendre en cas de désaccord.

6.8. DÉMARCHE D’ESTIMATION DES PERTES ET DE LEUR INDEMNISATION


Des enquêtes de terrain (enquêtes auprès des districts et collectivités concernés) seront
réalisées par des équipes multidisciplinaires avant le démarrage des activités du Projet.
Dans ce cadre, les habitations et plantations affectées seront photographiées et les
collectivités/personnes recensées ; les propriétaires seront répertoriés.

Méthodologie d’évaluation du coût de remplacement des habitations

A partir du recensement des habitations, le Comité de recensement estimera les coûts de


remplacement, en tenant compte du prix du marché pour les matériaux de construction et
main d’œuvre, pour chaque habitation qui se trouvera sous l’emprise. Dans chaque cas, le
coût d’acquisition d’un nouveau terrain sera intégré. Habituellement, plusieurs types
d’habitations sont recensés avec la typologie suivante (tableau 3) :

Tableau 3 : Typologie de quelques habitations recensées généralement


Types d’habitation Coût d’un m2 (GNF)
Maison en brique + tôle ‘’bon’’ (B)
A déterminer
Maison en banco + tôle ‘’bon’’ (B)
A déterminer
Maison en banco + tôle ‘’vétuste’’ (A)
A déterminer
Case en banco + paille ‘’Moyen’’ © A déterminer
Autre à préciser A déterminer

Le coût de remplacement des habitations sera calculé en tenant compte des éléments
suivants :
 la valeur de la terre qu’occupe la concession. Elle sera calculée en fonction de la
superficie de la concession et du prix de la terre tel qu’il sera déterminé lors des
enquêtes socio-économiques ;
 la valeur de remplacement de l’habitation sera estimée par la commission technique
de recensement et des consultations publiques en fonction de plusieurs critères (prix
du marché pour les matériaux de construction et de la main d’œuvre, configuration,
nature, état, superficie et type des bâtiments).

En outre, quelques infrastructures connexes seront recensées avec diverses typologies.


Le coût de remplacement des infrastructures connexes sera calculé en tenant compte des
éléments suivants :

40
 la valeur de la terre qu’occupent ces infrastructures déterminée lors des enquêtes
socio-économiques ;
 la valeur de remplacement de ces infrastructures sera estimée par le comité
technique en fonction de plusieurs critères (prix des matériaux de construction et de
la main d’œuvre, configuration, nature, état, nombre d’unité).

Démarche méthodologique d’évaluation du coût de remplacement des arbres

Les investigations en milieu réel à réaliser permettront de rencontrer les populations


occupant l’emprise menant au site récepteur. Dans ce cadre, il sera procédé à la prise de
vue des arbres fruitiers affectés. Les collectivités propriétaires de ces arbres à vocation
économique seront répertoriées.

Les taux de compensation seront calculés conformément au principe de la valeur intégrale


de remplacement, sur les bases suivantes :

V : Valeur moyenne de commercialisation du produit d'un arbre ;


D : Durée d’installation moyenne de l'arbre à un niveau de production adulte en années ;
CP : Coût de plantation (plant, travail du sol, fertilisation initiale) ;
CL : Coût du travail nécessaire à la plantation et à l'entretien pendant la durée d’installation
de la plantation.
Le montant de la compensation C sera calculé selon la formule suivante :
C = V x D + CP + CL

Le calcul du montant de compensation des produits est basé sur le prix au kilogramme sur le
marché dans la localité et le rendement à l’hectare par produit devra être défini par la
commission d’évaluation. Cette compensation devra concerner notamment :
 les arbres fruitiers productifs : la compensation sera évaluée en tenant compte de la
production moyenne annuelle des différentes espèces et des prix du marché pour les
récoltes des arbres adultes ; le coût de remplacement intègrera les coûts
d'aménagement, de plantation et d'entretien, jusqu'à la maturité des plants ;
 les arbres fruitiers non encore productifs : dans ce cas, le dédommagement
concernera le coût d’acquisition et de remplacement des jeunes pousses, y compris
les coûts d'aménagement.

Lors des enquêtes socio-économiques qui seront effectuées, les Comités de concert avec
les populations qui seront affectées calculeront le "coût de remplacement" de chaque espèce
en tenant compte des caractéristiques agronomiques (période de non production, période
avant d'atteindre la pleine production) et des données économiques (prix d'un plant, prix de
vente des productions, main d'œuvre, etc.). Ce "coût de remplacement" est donc le prix que
le Gouvernement Guinéen à travers le PUAPA devra payer pour une compensation juste et
équitable. Il est donc proposé de retenir la base de ce "prix de marché" déterminé suivant le
détail du tableau 4.

Tableau 4 : Coûts de remplacement des arbres à vocation économique (arbres fruitiers)

N° Arbres Fruitiers Unité Nombre P. Unitaire (GNF)


1 Oranger U 15 ans A déterminer
2 Manguier U 10 ans A déterminer
3 Palmier U 15 ans A déterminer
4 Cocotier U 10 ans A déterminer
5 Corossolier U 15 ans A déterminer

7 Autres (à préciser) U/kg A déterminer A déterminer

41
Les traitements et recoupements des informations à collecter sur le terrain et au cours des
consultations publiques permettront d’avoir les coûts unitaires pour l’évaluation des coûts de
remplacement des arbres économiques qui seront dans l’emprise considérée.

6.9. BIENS À AFFECTER ET BILAN DES COÛTS DE REMPLACEMENT


L’évaluation doit être faite sur la base de la valeur acquise, qui correspond à la valeur
actualisée et qui prend en compte la valeur intrinsèque du bien considéré, mais aussi la
plus-value qui s'y est incorporée (correspondant au renchérissement général du coût des
biens).

6.10. FORMES DE COMPENSATION


Plusieurs types de mesures compensatoires sont envisageables. En effet, la compensation
des individus et des ménages sera effectuée en argent liquide, en nature, et/ou par une
assistance. Le type de compensation sera retenu en concertation avec toutes les parties
prenantes (tableau 5).

Tableau 5: Formes de compensation


L’indemnité sera calculée et payée en monnaie locale. Les taux seront
ajustés pour l'inflation ;
la valorisation du terrain occupé (avec ou sans droits formels) prendra
Paiements en aussi en compte le coût des investissements/aménagements effectués
espèces pour rendre le terrain viable ou productif
Les indemnités de désagrément, les frais de transport, les pertes de
revenus et le coût de la main-d’œuvre peuvent aussi être évalués en
espèces si nécessaire
La compensation peut inclure des objets tels que les terrains, les
Compensation maisons, puits, autres bâtiments et structures, matériaux de construction,
en nature jeunes plants, intrants agricoles et crédits financiers d’équipements
Assistance L'assistance peut comporter les primes de compensation, aide
alimentaire, transport et main-d'œuvre, ou matériaux de construction

6.11. COMPENSATION POUR LES BÂTIMENTS ET INFRASTRUCTURES


La compensation comprend les bâtiments et les infrastructures comme les immeubles, les
maisons, les cases, les latrines, les clôtures, les poulaillers, les puits, etc. S’agissant des
compensations en nature des infrastructures perdues, de nouvelles structures, de même
superficie et de même qualité que les infrastructures détruites, sont reconstruites sur des
terres de remplacement qui sont elles-mêmes acquises. Les prix du marché déterminent les
valeurs. Le calcul des indemnités prend également en compte le coût du transport et la
livraison des matériaux au site de remplacement ainsi que le coût de la main d'œuvre
requise pour la construction de nouveaux bâtiments.

Que ce soit pour le PAR, les ménages dont les habitations sont situées dans l’emprise du
site devront reconstruire leurs habitations en dehors de celle-ci, sur un nouveau terrain. Ces
habitations seront répertoriées au cours des enquêtes et réunions avec les populations qui
seront affectées, et détaillées dans des tableaux dont le format se présente comme
suit (tableau 6).

42
Tableau 6: Biens (habitations et infrastructures connexes) affectés par personne
Préfecture Village Code des Type Etat Superficie Coût du Coût total
propriétaire d'habitation/ en m2 ou m2 ou /Habitation et
s affectés infrastructur Unité en U d'une infrastructures
es connexes Unité U

TOTAL

6.12. COMPENSATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES


La destruction de ressources forestières doit faire l'objet d'une compensation par transfert à
la Direction des Ressources Forestières, sur la base d’un taux par hectare à définir pour
chaque zone et qui devra faire l’objet des concertations franches entre les administrations
ayant la gestion des forêts dans leurs attributions pour l’intérêt des communautés qui y sont
attachées. Le tableau 7 indique les coûts de compensation de quelques essences
forestières.

Tableau 7: Format pour la détermination du coût des arbres à vocation économique affectés
Préfecture Village Code desType de plantationNombre Coût Coût total /
propriétaires de piedsunitaires Plantation
affectées ou kg

TOTAL

6.13. COMPENSATION DES TERRES


Les terres affectées par l'exécution du PUAPA 2, cultivables ou incultes, seront remplacées
par des terres de même type ou compensées en espèces au prix du marché. Toutefois, le
Gouvernement guinéen peut se référer aux textes et lois relatifs à l’expropriation afin d’en
procéder autrement.

6.14. COMPENSATION POUR PERTE DE REVENU POUR LES ACTIVITÉS FORMELLES


ET INFORMELLES
Les Personnes Affectées par la mise en œuvre des activités du PUAPA 2 sont
inexorablement privées de leurs sources de revenu pendant un certain temps. Même si
l'infrastructure qu'elles doivent occuper est achevée avant le déménagement, il leur faut du
temps pour avoir une nouvelle clientèle, du temps pour s'adapter au milieu et au type de
concurrence en cours sur le nouveau site. Par conséquent, elles doivent bénéficier d’une
compensation pour perte de revenu à l’issue d'une enquête socio-économique. La
compensation devra couvrir toute la période transitoire et sera calculée sur la base du
revenu journalier de la catégorie socioprofessionnelle. Elle couvrira toute la période de
transition et sera calculée sur la base du revenu journalier de la catégorie
socioprofessionnelle, selon le tableau 8.

43
Tableau 8 : Compensation par perte de revenu pour les activités formelles et informelles

Activités Revenus moyens Durée arrêt des Montant


journaliers activités compensation
Garages et ateliers R (T) (R) x (T)
d’artisans
Vendeur d’étalage R (T) (R) x (T)
Autres activités informelles R (T) (R) x (T)

7. PROCESSUS DE PREPARATION, REVUE ET APPROBATION DU PLAN D’ACTION DE


REINSTALLATION (PAR)

7.1. VUE GÉNÉRALE DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DE LA RÉINSTALLATION


Les principes généraux qui serviront de guides à toutes les opérations de réinstallation
tiendront compte des quatre étapes suivantes :
 information des collectivités locales. Cette activité sera réalisée par la SAP ;
 détermination du (des) projet (s) à financer, en conformité avec les dispositions du
manuel de procédure ;
 en cas de nécessité, définir un PAR ; dans ces cas, l’Unité de coordination du Projet
en rapport avec les collectivités locales, jugera de la pertinence et de l’opportunité de
la réalisation du PAR ;
 approbation du Plan d’Action de Réinstallation par les collectivités locales et par le
Comité d’approbation.

7.2. PRÉPARATION DU PLAN DE RECASEMENT


L’Unité de Coordination du Projet (coordonnateur du PUAPA 2), en rapport avec les
collectivités locales et les services techniques de l’agriculture, de l’environnement, des
forêts, de l’urbanisme/habitat, les juges, etc., va coordonner la préparation des PAR.

La sélection sociale des projets sera effectuée lors de leur identification et avant leur mise en
œuvre. Les étapes suivantes du screening seront suivies :
o La première étape du processus de sélection porte sur l’identification et le
classement de l’activité à réaliser dans le cadre du PUAPA 2, pour pouvoir apprécier
ses impacts au plan social, notamment en termes de déplacement de population et
de réinstallation. La sélection sociale est effectuée par l’unité de coordination du
Projet.
o La deuxième étape consiste à déterminer le travail social à faire. Après l’analyse des
informations contenues dans les résultats de la sélection et après avoir déterminé
l’ampleur du travail social requis, l’unité de coordination du Projet fera une
recommandation pour dire si un travail social ne sera pas nécessaire : l’application de
simples mesures d’atténuation ; élaboration d’un PAR ou d’un PSR.

7.3. LE SCREENING DANS LE PROCESSUS D’APPROBATION DU PROJET

 Si le processus de sélection sociale révèle qu’un travail social n’est pas


nécessaire, l’intervention ou l’activité à réaliser pourra être approuvé sans
réserve.
 Si le processus de sélection sociale révèle qu’un travail social est nécessaire,
l’intervention ou l’activité ne pourra être approuvé qu’après avoir réalisé un
PAR ou PSR.

L’actuel CPRP présente les principes généraux qui serviront de guide à toutes les opérations
de réinstallation. Comme décrit ci-dessus la vue générale de procédure de réinstallation, il
sera développé un Plan d’Action de Réinstallation (PAR), en quatre étapes principales qui
s’ordonneront comme ce qui suit : (i) information des collectivités locales; (ii) définition du

44
(des) projet (s) de la composante à financer et détermination de la possibilité de
réinstallation, en conformité avec les dispositions du manuel de procédure ; (iii) dans le cas
nécessaire, définition du PAR ; (iV) approbation du PAR par les organes qui interviennent
dans la localité et par le bailleur de fonds concerné.

Selon la PO. 4.12, la préparation d'un Plan d'Action de Recasement (PAR) est prévue.

Le PAR devra être effectué en même temps que toutes les autres études (techniques, génie
civil, études économiques de rentabilité, études environnementales, etc.) de façon à ce que
les considérations sociales soient bien mises en évidence.

Ainsi, toutes les catégories de PAP (individus et ménages) seront recensées et classées par
catégorie sociale, les impacts consignés et les types d’assistance nécessaires clairement
définis. Aussi, il sera procédé à un recensement détaillé afin d’identifier les groupes
vulnérables (femmes, enfants, personnes âgées, femmes chefs de famille, etc.).
Les étapes de préparation de réinstallation sont illustrées dans la figure ci-après :

45
Aucun impact Impact important (rejeter
(pas de TRI le projet)
réinstallation)

IMPACT MINIMAL

Préparation d’un PAR Manuel de procédure


Exécution ou mini PAR ou d’un applicable avec PAR, mini
du projet CIE PAR ou CIE

Evaluation des projets

SUIVI-EVALUATION

Figure 12 : CIE (Constat d’Impact Environnemental)

Il convient de préciser que le TRI est géré par le comité technique réunissant les différents
points focaux des Institutions qui travaillent avec l’Unité de Coordination du PUAPA 2. Le
PAR devra être élaboré pour les projets dont il est établi qu’ils entraîneront des impacts
négatifs. Lorsqu’un PAR ou un mini PAR est exigé, son élaboration peut relever de la
responsabilité des ONG, des Consultants ou des Bureaux d’études.

7.4. APPROBATION
Le comité d’approbation à mettre en place au niveau de l’unité de coordination PUAPA 2 est
chargé d’examiner et d’approuver les PAR. Dans le cadre du processus d’approbation des
PAR, les collectivités locales doivent vérifier cette conformité et l’existence dans les plans de
réinstallation de mesures acceptables, qui relient les activités de réinstallation. Une fois
approuvés par les collectivités locales, les plans de réinstallation vont subir un processus de
sélection finale par les organes chargés d’expropriation, pour s’assurer qu’aucun individu ou
ménage ne soit déplacé avant que la compensation ne soit payée et que les sites de

46
réinstallation involontaire soient préparés et mis à la disposition des individus ou ménages
affectés. Une fois que le plan de réinstallation est approuvé par les autorités locales et
nationales, il est transmis à la Banque Mondiale pour approbation.

8. MESURES DE REINSTALLATION
Le processus de réinstallation sera effectué sous la supervision des collectivités locales
concernées. Le tableau suivant dégage la structure qui sera chargée de l’élaboration des
PR et le rôle de l’Agence d’exécution ou de la structure chargée de la revue et l’approbation
des PR si nécessaire les actions principales, ainsi que les parties responsables (tableau 9).

Tableau 9: Actions principales et les responsables


N° Actions exigées Parties Responsables
1 Préparation du PR Unité de Coordination du Projet (Coordinateur
du PUAPA) en rapport avec les collectivités
locales et les services de l’urbanisme/habitat,
etc.)
2 Approbation du PR Collectivités locales, Comité d’approbation de
l’unité de coordination, Ministère de
l’Agriculture, BM
3 Diffusion du PAR Collectivités locales, Unité de coordination
de Projet, Ministère de l’Agriculture, BM
4 Evaluation du PAR L’Unité de coordination du Projet (par
désignation d’un socio-économiste)
Parties responsables des Etat guinéen à travers l’unité de coordination
5 paiements pour la compensation des du Projet
PAP
6 Mise en œuvre du PAR Unité de coordination du Projet et collectivités
locales
7 Libération des emprises PAP
8 Suivi et Evaluation Unité de coordination du Projet, collectivités
locales

8.1. SÉLECTION ET PRÉPARATION DES SITES DE RÉINSTALLATION


Pour chaque ménage, les sites de réinstallation seront localisés à proximité immédiate de
l’ancienne habitation, sur un terrain déjà utilisé par la famille ou sur un nouveau terrain
donné par le chef de village ou les chefs de terre. Les procédures d’attribution seront celles
du droit coutumier et seront connues de tous.

8.2. PROTECTION ET GESTION ENVIRONNEMENTALE


La construction des nouvelles habitations des PAP hors du corridor sera effectuée selon les
techniques villageoises traditionnelles sur de nouvelles terres attribuées par le chef du
village. Les matériaux employés (murs en terre battue ou en paille, briques de terre, paille,
bambous, tôles, tuiles, etc.) ne constitueront pas des sources d’impact de forte intensité sur
le milieu. Des prélèvements sur les ressources naturelles (bois, par exemple) seront à
considérer, mais ces derniers seront limités.

8.3. MESURES EN FAVEUR DES ZONES ÉCOLOGIQUES SENSIBLES


o Justification des mesures
Les investigations en milieu réel montreront intéressante la biodiversité située dans l’emprise
de la piste d’accès aux sites. Les travaux de réhabilitation des infrastructures et du
développement et la valorisation des activités agricoles qui seront caractérisés par le
débroussaillement, la destruction partielle de végétation et la destruction d’arbres sur
l’ensemble de l’environnement immédiat aux sites motivent la mise en place de cette mesure
d’atténuation et de compensation. Les écosystèmes sensibles seront recensés dans

47
l’environnement immédiat aux sites récepteurs. En ce qui concerne la faune notamment
aquatique, seules des perturbations passagères sont attendues lors des travaux de
réhabilitation des infrastructures et du développement et la valorisation des activités
agricoles.

Les mesures à prévoir seront les suivantes :


a) Afin de compenser la perte inévitable de biodiversité résultant de la mise en place du
Projet, le PUAPA supportera financièrement un Projet d’accompagnement écologique qui
aura pour objectif d’effectuer des observations et des échantillonnages lors des travaux de
défrichement dans les secteurs jugés les plus intéressants. Ce travail pourra être confié à un
Laboratoire de biologie végétale de l’Université de Konakry. Le PUAPA demandera à ce
Laboratoire de lui soumettre une proposition de Projet.

b) En ce qui concerne la traversée éventuelle des zones humides, les méthodes de


débroussaillage doivent être adaptées pour atténuer la pollution des marécages et par
conséquent des différents fleuves éventuels et autres cours d’eau voisins. Cette mesure sera
discutée avec le maître d’ouvrage qui devra la traduire au niveau du cahier des charges des
entreprises qui seront en charge des travaux de réhabilitation des infrastructures et du
développement et la valorisation des activités agricoles, auxquels les habitants participeront.

o Estimation des coûts


Le Projet d’accompagnement écologique devra constituer une intervention significative pour
permettre des investigations approfondies sur les zones qui présentent un intérêt particulier,
en compensation de la perte de superficies protégées et/ou remarquables. Le budget prévu
intègre une intervention de 20 hommes-mois à 800.000 GNF/mois, sur une période de trois
mois, soit 48 000 000,00 GNF .

Protection des zones humides : l’atténuation de l’ampleur des débroussaillements n’induit


pas de coût et sera mise en œuvre par l’entreprise chargée des travaux. La plantation
d’espèces de type Vétiver représente un coût marginal, et cette plantation peut être effectuée
par les habitants contre une rémunération à négocier (coût intégré dans le budget «divers et
imprévus» du plan de gestion).

o Obligations des entreprises


Les travaux de réhabilitation des infrastructures et du développement et la valorisation des
activités agricoles entraîneront plusieurs nuisances qui seront propres à tout chantier de
construction : dégradation des sites de travaux, relations indélicates des ouvriers de
l’entreprise avec les femmes et jeunes filles des villages, mauvaises conditions sanitaires,
non respect de la végétation et des cultures, etc. La réduction de ces nuisances potentielles
doit figurer dans les cahiers des charges de l’entreprise qui sera en charge des travaux qui
devra élaborer un plan en faveur de l’environnement.

1) Mesures de protection de l’environnement


Durant l’exécution des travaux de réhabilitation des infrastructures et du développement et la
valorisation des activités agricoles, les entreprises devront observer les règles élémentaires
de protection de l’environnement en s'engageant à respecter au mieux le tapis végétal lors
de l'accès aux sites de travaux et n’en détruire que lorsque c’est nécessaire. Dans le cas des
zones d’emprunt, elle doit s’engager à les remodeler et à procéder à leur aménagement par
le reboisement après les travaux.

Lors du déplacement des champs, les entreprises devront faire nettoyer les sites et en
particulier reboucher les diverses fosses utilisés pour les latrines, rassembler, incinérer et
enterrer tous les déchets solides : ceci afin de préserver les enfants et les populations
locales des risques d'infection. Aussi, devront-elles maintenir dans les camps des conditions
sanitaires correctes, impliquant en particulier la mise en place systématique de latrines

48
sèches, de facilités de toilette et de collecte des déchets solides divers afin de les gérer
adéquatement. Enfin, les entreprises devront prendre des dispositions pour fournir aux
ouvriers les équipements de protection tels que les casques, les gants, les bottes les
masques anti-poussière et se doter d’un plan de mesures d’urgence.

Pour contraindre les entreprises à respecter les obligations énumérées ci-haut, il


importe de les inscrire dans les dossiers d’appel d’offre en termes d’instructions
environnementales particulières. Elles seront destinées aux entreprises chargées
d’exécuter les travaux de réhabilitation des infrastructures et du développement et la
valorisation des activités agricoles. Ainsi, le PUAPA 2 pourra charger un Ingénieur-conseil
responsable de la supervision de veiller au respect desdites instructions. A partir de ces
instructions, les entreprises vont élaborer leur propre plan de gestion environnementale,
cohérent avec les dispositions de la présente étude. Ce plan devra intégrer les points
suivants :
 Gestion des déchets de chantier ;
 Dépôt de matériaux ;
 Prévention de l’érosion du sol ;
 Gestion de la circulation ;
 Destruction des éléments non utilisables ;
 Santé et sécurité ;
 Réparation de propriété privée ;
 Entretien de bonnes relations avec les communautés riveraines ;
 Etc.

2) Utilisation de la main d’œuvre locale


L’utilisation de la main d’œuvre locale limitera les risques de dérapage et de conflit avec la
population. En effet, la présence d’ouvriers des villages riverains constitue un élément
d’intégration des populations dans les travaux ; ce qui limite les conflits avec elles. Le
recrutement peut se faire par l’intermédiaire des chefs de district. Ainsi, les entreprises
devront adresser leurs besoins dans les meilleurs délais. Les entreprises devront de
préférence recruter des équipes originaires des villages situés dans l’environnement
immédiat des sites récepteurs. Les travaux de nettoyage et d’ingénierie en particulier, qui
sont ceux qui vont mobiliser le plus de main d’œuvre locale, devront impérativement être
organisés selon ce principe. La rémunération journalière des manœuvres sera établie dans
le respect des réglementations nationales en vigueur à la date des travaux. Le paiement des
services sera fait en présence des chefs de villages concernés.

3) Maintien de conditions sanitaires correctes dans les installations de chantier


Les entreprises en charge des travaux seront tenues de maintenir dans leurs camps, des
conditions sanitaires correctes, impliquant la mise en place systématique de latrines sèches,
de facilités de toilette et de collecte des déchets solides divers afin de les brûler. Toutes les
autres dispositions seront prises pour éviter le déversement accidentel d’hydrocarbures. Les
entrepreneurs seront en outre tenus d’assurer la récupération, le recyclage ou le stockage
des huiles usagées dans le respect de la réglementation en vigueur. Les entreprises devront
nettoyer les sites et en particulier reboucher les diverses fosses, rassembler, incinérer et
enterrer tous les déchets solides, ceci afin de préserver les enfants et populations locales
des risques d’infection.

4) Prévention des maladies sexuellement transmissibles et du SIDA


Les entreprises en charge des travaux en collaboration avec les structures de santé et/ou
ONG à la base seront tenues d’assurer la protection de la population locale vis-à-vis des
risques de maladies sexuellement transmissibles et du SIDA et soumettra un plan d’action à
cet effet à l’Administration guinéenne à travers le PUAPA. Ce plan devra comprendre un
budget identifié et son exécution sera contrôlée par le Bureau Guinéen des Études et

49
Évaluation Environnementale en charge de la mise en œuvre du plan de gestion de
l’environnement.
Les coûts relatifs à l’ensemble de ces mesures seront supportés par les entreprises. Le
Bureau Guinéen des Études et Évaluation Environnementales veillera à la mise en œuvre
des mesures et au respect des obligations environnementales des entreprises. Les
dispositions particulières relatives à l’environnement, qui doivent être intégrées dans le
cahier des charges des entreprises d’ingénierie feront l’objet d’un document à élaborer par le
PUAPA 2.

8.4. DÉDOMMAGEMENTS DIVERS


La réhabilitation des infrastructures et du développement et la valorisation des activités
agricoles occasionneraient des dégâts aux arbres fruitiers existants. Il s’agira d’impacts
négatifs qui devront être estimés, puis dédommagés. Le coût des dédommagements pourra
être identifié et intégré au coût total du Plan de Gestion Environnementale et Sociale
(PGES).

8.5. ORGANISATION D’UNE CAMPAGNE D’INFORMATION ET DE SENSIBILISATION


DES POPULATIONS
La campagne d’information et de sensibilisation permettra de prévenir de nombreux impacts
environnementaux et sociaux du fait de l’ignorance des populations. Cette campagne devra
être organisée, trois à six mois avant le démarrage effectif des travaux de réhabilitation des
infrastructures et du développement et la valorisation des activités agricoles par le PUAPA 2.
Elle contribuera à l’information des populations pour éviter toute situation conflictuelle. Les
informations à véhiculer auprès des populations locales concernent :

 le Projet et ses objectifs ;


 la description du Projet et les différentes activités susceptibles de générer des
impacts ;
 l’explication des objectifs et bienfaits du Projet ;
 le planning et la nature des travaux ;
 les principaux impacts du Projet (cessation temporaire des activités, santé, risque
d’accident de circulation) ;
 les mesures de mitigation ;
 les rôles et responsabilités des populations et des autorités locales ;
 la main-d’œuvre à recruter ;
 l’organisation proposée du règlement des compensations ;
 l’organisation d’émissions de sensibilisation sur les radios communautaires ;
 la sensibilisation sur la question de la contamination par les MST/SIDA ;
 etc.

Cette campagne consistera à organiser des réunions d’information et de sensibilisation au


niveau des 11 Préfectures concernés par le Projet, avec la collaboration du Chef de District
et des sages. Les frais à prévoir pour cette activité sont les frais de préparation et
d’organisation des réunions par les autorités locales, les frais de déplacement des
participants aux réunions, notamment les membres des comités locaux de suivi. Le budget
prévisionnel à garantir pour mener la campagne d’information comprend la préparation de
matériels de présentation du Projet, l’utilisation des radios de proximité, les déplacements,
les invitations des responsables locaux, etc.

8.6. ESTIMATION DES COÛTS


Un budget prévisionnel de 15 000 000 GNF par préfecture est prévu pour cette campagne,
et comprend : la préparation de matériels de présentation du Projet, l’utilisation des radios de
proximité, les déplacements, les invitations des responsables locaux et des Préfets. Ainsi
donc, le coût de cette campagne est de 165 000 000,00 GNF pour les 11 Préfectures
concernées par les travaux de réhabilitation du Projet.

50
8.7. PROCÉDURE DE PAIEMENT DE COMPENSATION
La Procédure de compensation suivra les étapes suivantes :

 l’identification du bénéficiaire (à partir de sa pièce d’identité où le cas échéant de


l’ayant droit), le plan pourra prévoir des dispositions spéciales pour les ayant droits ;
 la compensation individuelle avec production de pièce d’identité ;
 l’exploitant bénéficiaire d’une indemnisation devra fournir une photocopie de sa pièce
d’identité à la commission d’indemnisation avant de percevoir son indemnité ;
 l’opérateur (ONG, représentant la société civile) est membre de la commission de
règlement des conflits et participe à l’indemnisation ;
 la durée d’indemnisation ne devra pas excéder 2 jours ouvrables par localité ;
 les dates de début et de fin des indemnisations seront largement diffusées au niveau
habitations et des coins concernés.
La compensation se fera par village concerné.

8.8. ANALYSE ET CONCLUSION


La sévérité de l’impact détermine l’indemnisation et l’assistance fournie au ménage ou à
l’entreprise :

 Si la perte concerne une partie ou même toute une parcelle qui n’a pas de structures,
l’indemnisation se limite à la valeur (en tenant compte le prix du marché) de la
superficie acquise ;
 Si elle est relative à une partie d’une parcelle occupée, mais les occupants peuvent y
retourner une fois que les structures sont restructurées, l’indemnisation couvre alors
la valeur de la parcelle perdue, la valeur des structures perdues et tout le coût de
réaménagement de la parcelle (en tenant compte le prix du marché) ;
 Enfin, si on perd toute la parcelle et qu’il n’y a pas de réaménagements de structures,
l’indemnisation couvre la valeur de la parcelle et celle des bâtiments, en plus des
coûts d’acquisition légale d’une nouvelle parcelle et les coûts du déménagement
(tableau 10).

Tableau 10 : Droits par catégories d’impacts


Impacts Eligibilité Compensation
Perte de terres Titre ou autorisation d’occuper 1- Recasement
Occupation sans titre 2-Compensation monétaire (e.g.
allocation de déménagement)
Perte de bâtiments Propriétaires du bâtiment détruit 3- Paiement du coût de
permanents réinstallation
Perte de bâtiments Propriétaire du bâtiment détruit 4- Valeur de remplacement
précaires intégrale
5-Assistance à la réinstallation
Perte de culture Propriétaire 6-Paiement du coût de
remplacement
Perte de revenus Acteurs économiques 7-Compensation monétaire
monétaires

Cette catégorisation est utile parce qu’elle facilite la planification des opérations de
réinstallation.

8.9. PLAN RÉSUMÉ DE RÉINSTALLATION


Le Plan Succinct de réinstallation à soumettre à la Banque Mondiale devra prévoir les
éléments suivants :
1. résultat du recensement de base et de l’enquête socio-économique ;
2. taux et modalités de compensation ;
3. autres droits liés à tout impact additionnel ;

51
4. description des sites de réinstallation et des Projets d’amélioration ou de
reconstitution des moyens d’existence ;
5. calendrier de mise en œuvre des activités de réinstallation ;
6. estimation détaillée des coûts.

9. MODALITES ET METHODES DE CONSULTATION DES PERSONNES AFFECTEES


AVEC LEUR PARTICIPATION

9.1. CONSULTATION SUR LE CADRE DE POLITIQUE DE RÉINSTALLATION


De manière globale, l'information et la consultation sur le processus de préparation du
présent CPRP sont organisées comme suit :
 rencontres institutionnelles avec les acteurs principalement interpellés par la
réinstallation (services du Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat ; services des
domaines du Ministère de l’Economie et des Finances ; services de l’aménagement
du territoire, etc.) ;
 rencontres avec les représentants de l’Etat dans les Collectivités locales
potentiellement impliquées dans le processus de réinstallation ;
 rencontres avec les élus locaux au niveau des Collectivités locales;
 rencontres avec les organisations locales au niveau des quartiers ;
 entretien avec les personnes susceptibles d’être affectées par la mise en œuvre de
projets dans certaines localités ciblées ;
 visites des sites d’intervention potentielle ;
 réunion de restitution avec les potentiels acteurs institutionnels, les collectivités
locales et les personnes affectées.

9.2. CONSULTATIONS AVEC LES PAP


La participation des PAP dans le processus de préparation du présent CPRP est une
exigence centrale.
Dans certains sites potentiels de mise en œuvre de PUAPA 2, la consultation des PAP
potentielles doit porter notamment sur :

 l’information sur les activités du PUAPA 2, notamment les sous-Projets, les


composantes et les projets pouvant entraîner une réinstallation ;
 des discussions sur les questions foncières au niveau local (propriété, mode
d’attribution, d’acquisition, etc.) ;
 des discussions sur les procédures d’expropriation nationales (opportunités,
faiblesses et limites d’applicabilité) ;
 une information et des échanges sur les mesures préconisées par les procédures de
la Banque Mondiale (principes et procédures de réinstallation ; éligibilité à la
compensation ; méthodes d’évaluation et de compensation des biens affectés ;
mécanismes de gestion d’éventuels conflits ; responsabilités de la mise en œuvre et
du suivi du processus de réinstallation ; mécanismes de financement de la
réinstallation, etc. ;
 la catégorisation des personnes vulnérables parmi les PAP ;
 le recueil de préoccupations, suggestions et recommandations lors de la préparation
des mesures de réinstallation, notamment en ce qui concerne l’information continue
et l’implication des PAP dans tout le processus.

Les principaux outils à utiliser sont : le questionnaire individuel, les interviews individuelles et
collectives structurées ou semi structurées et les guides d’entretien pour les focus-groups.

L’objectif de cette consultation est que les PAP soient contactées et impliquées dans la
planification (détermination des modalités de conception et de conduite de la réinstallation et
de la compensation ; définition des directives de mise en œuvre), dans la mise en œuvre et
au suivi de la réinstallation et des méthodes de résolution des conflits. De plus, le processus

52
de consultation doit prendre en compte leurs points de vue et préoccupations sur le Projet ou
l’activité à déclencher.

En ce qui concerne les constats liés à la réinstallation d’une façon générale, la libération des
sites s’effectue sans heurt quand il s’agit de sites communautaires (cas de projets
antérieurs). Certains sites privés ont même été mis à la disposition de la communauté en cas
de besoin collectif. L’ensemble des cas-problèmes fait l’objet de négociation et de règlement
à l’amiable. Dans le cas échéant, les chefs traditionnels sont impliqués de même que les
préfets et les tribunaux qui font respectivement l’objet de recours dans les conditions où une
issue favorable n’est trouvée.

A l’issue des résultats, il ressort que le processus et la mise en œuvre du Projet doivent avoir
une large implication des PAP en tenant compte des réalités socio-économiques spécifiques
de chaque milieu récepteur.

9.3. DIFFUSION DE L’INFORMATION AU PUBLIC


En termes de diffusion publique de l'information, en conformité avec l’OP 4.12, le présent
CPRP, les PAR seront mis à la disposition des personnes affectées et des ONG locales,
dans un lieu accessible, sous une forme et dans une langue qui leur soient compréhensibles.

Dans le cadre du PUAPA 2, la diffusion des informations au public passera aussi par les
médias tels que les journaux, la presse, les communiqués radio diffusés en langues
nationales pour aller vers les autorités administratives et traditionnelles qui à leur tour
informeront les collectivités locales avec les moyens traditionnels dont ils font usage.

En outre, la diffusion des informations doit se faire en direction de l’ensemble des acteurs :
autorités administratives ; chefferies traditionnelles locale ; communautés de base
(association/ONG, groupements des femmes, autorités religieuses, etc.).

10. SYSTEME DE GESTION DES PLAINTES

10.1. TYPES DE PLAINTES ET CONFLITS À TRAITER


Plusieurs types de conflits peuvent surgir en cas de réinstallation, et c’est ce qui justifie un
mécanisme pour traiter certaines plaintes. Les problèmes qui peuvent apparaître sont les
suivants : erreurs dans l'identification des PAP et l'évaluation des biens ; désaccord sur des
limites de parcelles ; conflit sur la propriété d'un bien ; désaccord sur l'évaluation d'une
parcelle ou d'un autre bien ; successions, divorces, et autres problèmes familiaux, ayant pour
résultat des conflits entre héritiers ou membres d'une même famille, sur la propriété, ou sur
les parts, d'un bien donné ; désaccord sur les mesures de réinstallation (emplacement du
site de réinstallation ; type d'habitat proposé ; caractéristiques de la parcelle de réinstallation,
etc.) ; conflit sur la propriété d'une activité artisanale/commerciale (propriétaire du fonds et
exploitant différents, donc conflits sur le partage de l'indemnisation).

10.2. MÉCANISMES PROPOSÉS


o Enregistrement des plaintes
Au niveau de chaque communauté, l’autorité locale recevra toutes les plaintes et
réclamations liées au processus de réinstallation, analysera les faits et statuera, et en
même temps, veillera à ce que la réinstallation soit bien menée par le PUAPA 2 dans la
localité. Un modèle d’enregistrement des plaintes est joint en Annexe 4 et qui sera utilisé par
chaque projet.

o Mécanisme de résolution amiable


Les mécanismes suivants sont proposés pour résoudre les conflits qui peuvent naître en
raison du déplacement des populations : (i) toute personne se sentant lésée par le
processus d’évaluation/indemnisation devra déposer, dans sa localité, une requête auprès

53
de l’autorité locale qui analysera les faits et statuera. Si le litige n’est pas réglé, il est fait
recours au Préfet ; cette voie de recours (recours gracieux préalable) est à encourager et à
soutenir très fortement ; (ii) si le requérant n’est pas satisfait, il peut saisir la Justice.

o Dispositions administratives et recours à la Justice


Le recours à la Justice est possible en cas d’échec de la voie amiable. Mais, c’est souvent
une voie qui n’est pas recommandée, car pouvant constituer une voie de blocage et de
retard des activités du PUAPA 2. C’est pourquoi dans ces cas de figure, il est suggéré que le
microprojet en question ne soit pas financé.

11. CALENDRIER D’EXECUTION DU PAR


Le lancement de l’exécution du plan sera prévu au moins trois mois avant le début effectif
des travaux préparatoires, après une campagne d’information menée par le PUAPA 2. Un
calendrier de réinstallation devra être prévu, indiquant les activités à conduire, leurs dates et
budget, en y insérant les commentaires pertinents. Il devra inclure toute activité
complémentaire visant à estimer si les personnes expulsées ont été ou non en mesure de
rétablir leurs moyens d’existence/conditions de vie. Ce calendrier devra être conçu de
manière à correspondre à l’agenda de conception et de réalisation des travaux de génie civil.
Il convient de souligner la nécessité d’inscrire la mise en œuvre du CPRP dans le cadre d’un
dialogue constructif avec les populations qui seront concernées par cette opération. Le plan
de réinstallation des populations devra faire l’objet d’une discussion, dans les détails, avec
les différentes parties prenantes au processus (l’Unité de coordination du Projet, le Comite
d’approbation de l’Unité de coordination, le Ministère de l’Agriculture, les collectivités locales
(PAP, ONG/Bureau d’études, autorités traditionnelles, préfets, maires), les services
techniques des ministères chargés de l’Agriculture, de l’Urbanisme et l’Habitat. Il ne s’agira
pas d’une implication théorique, mais plutôt d’une implication effective des PAP en les
consultant au prime abord avant la préparation du PAR et de sa mise en œuvre.

L’Unité de Coordination du Projet doit travailler en toute confiance avec les collectivités
locales et les autres services techniques concernés. Les modalités de détail de chaque PAP
ne peuvent être fixées à ce stade et seront étudiées au cas par cas. Pour le PUAPA, les
opérations à effectuer avant la période de construction des nouvelles habitations couvrent
les activités suivantes :
o la mise en place du comité chargé de la mise en œuvre du plan de
réinstallation ;
o la validation du calendrier des activités proposées par le Comité Local de
Réinstallation ;
o l’établissement des relevés contradictoires pour les biens des personnes
affectées par le Projet (PAP) ;
o la validation du montant des indemnisations ;
o le versement des règlements aux PAP pour la construction de nouvelles
habitations et la restauration des moyens de production lorsque c’est
nécessaire.
Le délai de réalisation des activités mentionnées ci-dessus sera estimé à six mois. Dans ces
conditions, le début de la mise en œuvre du plan de réinstallation est estimé à trois mois
avant le début des travaux préparatoires des activités de réhabilitation des infrastructures et
du développement et la valorisation des activités agricoles. Le planning prévisionnel serait
alors le suivant (tableau 11).

54
Tableau 11 : Planning prévisionnel du plan de réinstallation
Activités 1 2 3 4 5 6
Travaux préparatoires
Installation des outils et de la machinerie
Opération de construction
Essais et contrôles
Préparation plan de réinstallation
Exécution du plan de réinstallation
NB : L’exécution du plan de réinstallation des populations doit intervenir avant les activités
du Projet.

12. INDICATION, ASSISTANCE ET DISPOSITIONS A PREVOIR DANS LE PAR POUR


LES GROUPES VULNERABLES

La législation guinéenne n’a prévu aucune mesure spécifique pour les groupes vulnérables.
Toutefois, conformément à l’OP 4.12 de la Banque Mondiale, on peut retenir que l'assistance
aux groupes vulnérables dans le cadre d'un processus de réinstallation doit comprendre les
points suivants :
 l’identification des groupes et des personnes vulnérables et l’identification des causes
et conséquences de la vulnérabilité de ces groupes et/ou personnes ;
 Cette identification sera réalisée lors de l’étude socio-économique des PAR. Aussi,
elle sera vérifiée par le biais d'entretiens directs menés par le personnel du PUAPA
avec les personnes ou groupes vulnérables, soit indirectement en passant par les
représentants de la communauté dans laquelle le Projet intervient, soit cette étape
d'identification est essentielle, car souvent, les personnes vulnérables ne participent
pas aux réunions d'information avec le Projet, et leur existence peut demeurer
inconnue si une démarche très active d'identification n'est adoptée en leur faveur ;
 L’identification des mesures d'assistance nécessaires aux différentes étapes du
processus: négociation, compensation, déplacement ;
 La mise en œuvre des mesures d'assistance ;
 Le suivi et la poursuite de l'assistance après le déplacement si nécessaire, ou
l’identification d'organisations gouvernementales ou non gouvernementales,
susceptibles de prendre le relais quand les interventions du PUAPA prendront fin.

En pratique, l'assistance apportée peut prendre diverses formes, selon les besoins et les
demandes des personnes vulnérables concernées :
 Assistance dans la procédure d'indemnisation (par exemple procéder à des
explications supplémentaires sur le processus, tout en veillant à ce que les
documents soient bien compris, accompagner la personne à la banque pour l'aider à
toucher le chèque d'indemnisation si possible) ;
 Assistance au cours de la période suivant le paiement pour que l'indemnité soit mise
en sécurité et que les risques de mauvais usage ou de vol soient limités ;
 Assistance durant le déplacement: pour fournir le moyen de déplacement (véhicule)
et l’assistance rapprochée, aider la personne à trouver son lot de réinstallation, veiller
à ce que d'autres ne viennent pas s'installer sur ce lot, etc. ;
 Assistance dans la reconstruction : fournir un maçon ou des matériaux, ou carrément
prendre en charge la reconstruction ;
 Assistance durant la période suivant le déplacement, surtout si les réseaux de
solidarité (aide alimentaire, suivi sanitaire, etc.) dont bénéficiait le vulnérable ne
peuvent être reconstitués immédiatement ;
 Assistance médicale si nécessaire à des périodes critiques, notamment durant le
déménagement et la transition qui vient immédiatement après.

55
13. MODALITES INSTITUTIONNELLES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU CPRP

13.1. RESPONSABILITÉS
La mise en place d’un dispositif organisationnel cohérent et efficace constitue la condition
sine qua non pour permettre au Projet de répondre à l’impératif de développement humain
durable qui lui est assigné. C’est pourquoi une attention particulière devra être accordée aux
aspects organisationnels et de gestion tout en étant sensible à la diversité des interventions
envisageables dans le cadre du PUAPA 2 et au nombre important d’intervenants et
opérateurs et leur appartenance à des Institutions et organismes différents. La constitution
d’une structure organisationnelle efficace et efficiente et dotée de cadres compétents pour
assurer la coordination et la cohérence de l’ensemble, centraliser les flux d’information et
réaliser le suivi et évaluation, revêt toute l’importance requise pour réussir la mise en œuvre
de l’opération de réinstallation. Ceci se traduira par la nécessité de se doter :

 d’Institutions efficaces et renforcées ;


 de cadres de partenariat entre les différents intervenants (Administration, opérateurs
privés, associations et groupements et populations cibles) stipulant des rapports
faciles et clairs et une aptitude de souplesse requise dans le cadre de l’approche
participative.
Le dispositif d'exécution préconisé sera monté au niveau central à l’échelle de l’ANPROCA
qui assurera la Coordination du PUAPA 2.

Tableau 12 : Arrangements institutionnels de mise en œuvre - Charte des


responsabilités
Acteurs institutionnels Responsabilités
Ministère de l’Agriculture Diffusion du CPRP
Mise en place d’un comité d’approbation au sein de
l’Unité de coordination du Projet
Supervision nationale de la réinstallation
Mobilisation du financement de la compensation
due à la réinstallation
Coordination du PUAPA 2 Approbation et diffusion des PAR
Supervision du processus
Coordination du PUAPA 2 Travail en étroite collaboration avec les
communautés ou autres organes d’exécution
Désignation d’un Expert Social chargé de la
coordination de la mise en œuvre des PAR
Recrutement de consultants/ONG/Bureau d’Etudes
pour réaliser les études socioéconomiques, les
PAR/PSR et le suivi/évaluation
Supervision des indemnisations des personnes
affectées
Préparation du PAR
Diffusion du PAR
Evaluation du PAR
Collectivités locales • Suivi et évaluation du PAR
• Diffusion des PAR
• Mise en œuvre du ¨PAR

13.2. RESPONSABILITÉS DE L’ENTITÉ CHARGÉE DE L’EXÉCUTION DU PUAPA 2


L’Unité de Coordination du Projet a la responsabilité de la coordination de l'ensemble des
actions de réinstallation. En pratique, cela inclut les tâches et responsabilités suivantes :
 Faire recours à des experts socio-économistes pour la mise en œuvre des
dispositions de Cadre de Politique de Réinstallation des Populations ;

56
 S’assurer que l'exigence de minimisation du déplacement et de la réinstallation est
prise en compte dans la conception des microprojets au niveau des milieux
d’intervention du Projet ;
 Evaluer les impacts de chaque projet en termes de déplacement, et pré-identifier les
projets qui doivent faire l'objet de PAR;
 mener en relation avec toutes les parties prenantes, des enquêtes pour identifier les
occupants, évaluer les biens touchés et déterminer leur valeur ;
 Faire en sorte que les procédures d'expropriation soient lancées là où besoin sera
(préparation des plans d'expropriation, et élaboration par les autorités compétentes
des arrêtés de requête en expropriation) ;
 Sélectionner et recruter suivant les procédures appropriées les consultants en charge
de la préparation des PAR;
 Assurer le respect des termes de référence, des délais et de la qualité par ces
consultants ;
 Préparer la déclaration d'utilité publique qui intégrera la liste des biens et des
personnes affectés ainsi que les propositions d'indemnisation ;
 Veiller à ce que la consultation et l'information aient lieu au moment opportun et aux
lieux indiqués, en liaison avec toutes les parties prenantes telles que les Autorités
régionales et locales, les comités locaux de suivi, les représentants des populations,
les ONG et les organisations communautaires ;
 Exécuter les mesures de réinstallation et/ou de compensation ;
 Superviser la mise en œuvre des actions de suivi et d'évaluation.

13.3. RESSOURCES - SOUTIEN TECHNIQUE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS


Une Assistance Technique est nécessaire pour renforcer les capacités existantes des
structures de mise en œuvre du PUAPA 2 (l’Unité de Coordination du Projet et les
collectivités locales) en matière de réinstallation, notamment par le recrutement d’Experts en
sciences sociales pour appuyer la coordination des activités liées à la réinstallation. En plus,
il est nécessaire que tous les acteurs institutionnels impliqués dans la mise en œuvre de la
réinstallation soient renforcés en capacités à travers des sessions de formation sur l’OP.4.12
et sur les outils, procédures et contenu de la réinstallation (CPRP, PAR, etc.). Il s’agira
d’organiser un Atelier de formation regroupant les autres structures techniques impliquées
dans la mise en œuvre du CPRP et des PAR. La formation devra être assurée par des
personnes ressources appropriées.

13.4. PLAN D’EXÉCUTION DU PROJET DE RÉINSTALLATION


Le Projet d’exécution des plans de réinstallation sera basé sur une vision d’articulation
logique de déroulement du processus, dont les liens entre le plan de réinstallation, la
validation du Projet, le paiement des compensations et les travaux d’aménagement doivent
être maîtrisés. Le plan d’exécution du Projet de réinstallation couvre trois phases : la
planification, la mise en œuvre de la réinstallation et enfin ; le suivi-évaluation.

 Planification
Dans le cadre du PUAPA 2, chaque entité doit préparer une feuille sociale qui examinera les
droits fonciers et qui identifiera tout propriétaire et occupant. Sur la base de cette première
identification, il sera décidé s’il y aura préparation ou non des PAR.

 Mise en œuvre de la réinstallation


Une fois que le PAR est approuvé par les différentes entités concernées par le Projet en
rapport avec toutes les parties prenantes et par la Banque Mondiale, l’Unité de coordination
du Projet peut mettre en œuvre les opérations de réinstallation. Dans tous les cas de figure,
la mise en œuvre de la réinstallation doit être achevée avant que les travaux
d’aménagement ne commencent.

57
14. MECANISME DE SUIVI-EVALUATION
Les deux étapes, suivi des opérations et évaluation, sont complémentaires. Le suivi consiste
à corriger « en temps réel » les méthodes de mise en œuvre durant l'exécution du Projet,
alors que l'évaluation vise :
 à vérifier si les objectifs généraux des politiques ont été respectés et
 à tirer les enseignements de l'opération pour modifier les stratégies et la mise en
œuvre dans une perspective de plus long terme. Le suivi sera interne, et l'évaluation
externe.

14.1. SUIVI
Le suivi sera effectué à travers une surveillance continue et périodique de la mise en œuvre
physique de la composante «indemnisation» par le biais de la collecte ponctuelle
d’informations systématiques sur l’exécution, la fourniture des ressources, les résultats ciblés
nécessaires pour que la composante arrive à avoir les effets et l’impact souhaités.

14.1.1 OBJECTIFS
L'objectif général du suivi est de s'assurer que toutes les PAP sont indemnisées, déménagées et
réinstallées dans le délai le plus court possible et sans impact négatif. Dans le pire des cas, les
autorités sont informées sur la nécessité de prendre les dispositions nécessaires pour régler les
problèmes complexes et/ou spécifiques de certains groupes de PAP.

Sur le plan spécifique, les objectifs sont les suivants :


 Suivre les situations spécifiques et les difficultés apparaissant durant l'exécution, et la
conformité de la mise en œuvre avec les objectifs et méthodes définis dans l'OP 4.12,
dans la réglementation nationale et dans les CPRP et les PAR ;
 Evaluer les impacts à moyen et long termes de la réinstallation sur les ménages affectés,
sur leur subsistance, leurs revenus et leurs conditions économiques, sur l'environnement,
sur les capacités locales, sur l'habitat, etc.

Le suivi traite essentiellement des aspects suivants :


 Suivi social et économique: suivre la situation des déplacés et réinstallés, l’évolution
éventuelle du coût du foncier dans la zone de déplacement et dans celle de réinstallation,
l’état de l'environnement et de l'hygiène, la restauration des moyens d'existence,
notamment l'agriculture, le commerce et l'artisanat, l'emploi salarié, et les autres
activités ;
 Suivre les personnes vulnérables ;
 Suivre les aspects techniques : superviser et contrôler les travaux de construction ou
d'aménagement de terrains, réceptionner les composantes techniques des actions de
réinstallation ;
 Suivre le système de traitement des plaintes et conflits ;
 Assister à la restauration des moyens d'existence : agriculture, activités commerciales ou
artisanales, et suivre les mesures d'assistance éventuellement mises en œuvre dans ce
domaine.

Dans le cadre du suivi, certains indicateurs globaux sont à utiliser, notamment :


 Nombre de ménages et de personnes affectés par les activités du Projet ou sous-projet ;
 Nombre de ménages et de personnes physiquement déplacés par les activités du Projet
ou sous-projet ;
 Nombre de ménages compensés dans le cadre du Projet ou sous-projet ;
 Nombre de ménages et de personnes réinstallés du fait du Projet ou sous-projet ;
 Montant total des compensations payées.

Ces indicateurs sont complétés par des indicateurs socio-économiques, tels que :
 Revenu monétaire moyen, et revenu total moyen (avec valorisation de
l'autoconsommation) ;

58
 Ventilation moyenne des dépenses du ménage ;
 Nombre de chômeurs complets ;
 Nombre d'enfants scolarisés.

La valeur initiale de ces indicateurs est établie à partir des enquêtes socio-économiques
incluses dans le recensement. Par la suite, ces enquêtes sont réitérées à raison d'une fois
par an par exemple, sur un échantillon de l'ordre de 15 à 20 % des ménages déplacés.
Toutefois, comme indiqué plus haut, les personnes vulnérables font l'objet d'un suivi
spécifique. Pour ce faire, un rapport annuel de suivi spécifique aux actions de réinstallation
est préparé par le PUAPA 2.

Le suivi est interne, et l'évaluation externe. Les documents de référence pour servir à
l'évaluation sont les suivants :
 le cadre de politique de réinstallation ;
 les textes nationaux relatifs au foncier et à la procédure de maîtrise des terres par
l'Etat ;
 les politiques de la Banque Mondiale (OP 4.12) ;
 les PAR qui seront préparés dans le cadre de la mise en œuvre du PUAPA 2 ;
 les rapports de suivi.

14.1.2 RESPONSABLES DU SUIVI

Au niveau central (supervision)


Le suivi au niveau national sera supervisé par l’Unité de Coordination du Projet qui veillera à :
o l’établissement de rapports de suivi de la mise en œuvre des activités ;
o l’organisation et la supervision des études transversales ;
o la contribution à l’évaluation rétrospective des projets de la composante.

Au niveau décentralisé (suivi de proximité dans chaque localité)


Dans chaque localité, le suivi de proximité sera assuré par :
o les représentants des collectivités locales ;
o les représentants de la population affectée ;
o les représentants des personnes vulnérables ;
o le représentant d’une ONG active sur les questions de développement local.

14.2 EVALUATION
Le présent CPRP, les PAR qui seront éventuellement préparés dans le cadre des Projets ou
sous-projets, constituent les documents de référence pour servir à l'évaluation.

14.2.1 OBJECTIFS
L’évaluation se fixe les objectifs suivants :
 évaluer la conformité de l'exécution avec les objectifs et méthodes précisés dans le
cadre de politique de réinstallation, les PAR;
 évaluer la conformité de l'exécution avec les lois et règlements nationaux, ainsi qu'avec
la politique OP 4.12 de la Banque Mondiale ;
 évaluer les procédures mises en œuvre pour les indemnisations, le déplacement et la
réinstallation ;
 évaluer l'adéquation des indemnisations et des mesures de réinstallation par rapport aux
pertes subies ;
 évaluer l'impact des Projets de réinstallation sur les revenus, les niveaux de vie et les
moyens d'existence, en particulier par rapport à l'exigence de l'OP 4.12 sur le maintien
des niveaux de vie à leur niveau précédent et un audit indépendant ;

59
 évaluer les mesures correctives à prendre éventuellement dans le cadre du suivi, et
évaluation des modifications à apporter aux stratégies et méthodes utilisées pour la
réinstallation.

14.2.2 PROCESSUS (SUIVI ET EVALUATION)


L'évaluation utilise les documents et matériaux issus du suivi interne, et en supplément, les
évaluateurs procéderont à leurs propres analyses de terrain par enquêtes auprès des
intervenants et des personnes affectées par le Projet. L'évaluation des actions de
compensation, et éventuellement de réinstallation est menée par des auditeurs compétents
choisis sur la base de critères objectifs. Cette évaluation est entreprise en trois (3) temps :
1. immédiatement après l'achèvement des opérations de réinstallation ;
2. à mi-parcours du Projet ;
3. à la fin du Projet.

Pour l’ensemble de ces prestations, le PUAPA 2 mettra à la disposition des services


compétents un budget correspondant aux frais qui devront être engagés pour les missions :
350 000 GNF/jour x 76 jours, soit 26 600 000 GNF.

15. AUDIT DU PROCESSUS DE REINSTALLATION


Un audit du processus de réinstallation devra être mené un an après l’initiation du processus
de réinstallation.

16. COUTS ET BUDGET


Les activités du Comité Local de Réinstallation devront nécessiter la mobilisation des
personnes ressources au niveau des préfectures et entraîneront des frais de
fonctionnement : frais de déplacement, hébergement, subsistance et autres indemnités. Pour
assurer un bon fonctionnement de ce CLR, il est prévu un budget qui se présente comme
suit (tableau 13) :

Coût pour la coordination des activités : estimé à 239 600 000 GNF
Réunions avec le PUAPA 2 et divers imprévus : estimé à 21 800 000 GNF
Total réservé pour interventions non programmées et coordination : 23 400 000 GNF

Tableau 13: Coût d'intervention de la Préfecture et du CLR


Récapitulatif du coût d'intervention du Préfet et du CDR
Coordination des activités
239 600 000 GNF
Réunions avec l’ANPROCA et divers imprévus 21 800 000 GNF
Réserve pour interventions non programmées 23 400 000 GNF
TOTAL

284 800 000 GNF


Le coût de fonctionnement du Comité Local de Réinstallation dans la mise en œuvre
du PAR est estimé à 284 800 000 GNF.

L’ensemble des mesures qui composent le Plan de Gestion de l’Environnement est détaillé
comme suit, en intégrant le budget des mesures relatives au plan de réinstallation des
Populations Affectées par le Projet (PAP), dont les principales dispositions sont rappelées
dans cette étude, et développées en détail dans le plan de réinstallation. Aussi, les mesures
d’atténuation des impacts négatifs du Projet sur l’environnement ainsi que leurs coûts seront
déterminés et seront ajoutés au coût de fonctionnement du comité, ce qui donne un coût
global de 284 800 000 GNF.

60
17. SYNTHESE DES COÛTS DU PAR
Pour l’ensemble du Projet, hormis les coûts de remplacement des habitations, des
infrastructures connexes (latrines, etc.), de compensation au titre de perte des arbres à
vocation économique et le coût de reconversion socioprofessionnelle ainsi que le coût de
sensibilisation et de réinstallation des ménages affectés et toutes autres charges comprises,
le coût global est de deux cent quatre vingt quatre millions huit cent mille francs guinéens
(284 800 000 GNF)

61
BIBLIOGRAPHIE
1. APD - Rapport EIES / Réf. 08/009/DIT, Décembre 2008 : Projet de construction
de six (6) ponts ruraux sur certaines routes préfectorales et nationales dans les
préfectures de Kindia, Dalaba, Dinguiraye, Forécariah et Gaoual en République de
Guinée,
2. BCEOM, BDPA et BEI-GC, 2001 : Évaluation Environnementale Stratégique
(EES-phase 2), volume 2 et volume 3.
3. BCEOM, BDPA et BEI-GE, 2007 : Évaluation Environnementale Stratégique
(EES) phase 2 Résumé exécutif, et volume 1 (généralités).
4. Buursink, 2004 : Évaluation environnementale et PGES 1ère année.
5. CIRA/WEST Ingénierie, 2007 : Plan de Gestion Environnementale et Sociale de
880 Km de routes préfectorales et communautaires.
6. Gauff Ingénierie, 2005 : Étude d’impact sur l’environnement de la route
Dinguiraye-Siguirini.
7. HYDRO-QUÉBEC, 1995 : Rapport de synthèse des études environnementales
de la phase 2 de l’Avant Projet ; Volume 4 : Recueil des méthodes.
8. Louis Berger SA, 1997 : Études de faisabilité des Projets de désertes rurales et
de ponts ruraux (volet ponts) rapport final provisoire.
9. Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation, 2006 :
Stratégie de Réduction de la Pauvreté dans la Région administrative de Kindia.
10. Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation, 2006 :
Stratégie de Réduction de la Pauvreté dans la Région administrative de Kindia.
11. Ministère de l’Économie et de Finances, 2011 : Document de Stratégie de
Réduction de la Pauvreté en Guinée.
12. Patrick Michel ; 2001 : L’étude d’impact sur l’environnement. Objectif - Cadre
réglementaire - Conduite de l’évaluation – BCEOM ; 153 pages.
13. Pierre ANDRÉ et al, 1999 : L’évaluation des Impacts sur l’Environnement,
Processus, acteurs et pratique. Presses Internationales Polytechniques avec la
collaboration de l’IEPF ; 416 Pages.
14. PNUD, 1988 : Etude socio-économique régionale, bilan-diagnostic au niveau des
Préfectures.
15. Rapport de l’étude d’impact environnemental et social des six (6) ponts ruraux du
PNIR2 élaboré par CIRA Ingénieurs Conseils/CAEM en 2008 ;
16. Rapport de l’évaluation environnementale et PGES des 632 Km de pistes du
PNIR2 élaboré par TECSULT INTERNATIONAL en 2009.
17. Rapport final de l’Évaluation Environnementale et le Plan de Gestion
Environnementale et Sociale (PGES) de l’an 1 du PNIR2 élaboré par le Bureau
BUURSINK en 2004 ;
18. Rapports d’acticité de l’an 2007 de l’Inspection Régionale des Mines de Kindia et
Labé
19. Rapports d’activité des Directions préfectorales de l’environnement pour 2007 de
Forécariah, Kindia, Mamou, Dalaba, Tougué et Gaoual.
20. SADAR Husain, 1996 : Évaluation des impacts environnementaux, Carleton
University, Press, Deuxième édition, 158 Pages.
21. SCET Tunisie, 2004 : Étude d’impact environnemental et amélioration de la
condition féminine de la route Labé-Tougué-Dinguiraye.

62
22. Sina Consultants inc, 2004 : Rapport d’évaluation technique des DAO
23. STUDY, 2004 : Étude d’impact environnemental de la route Labé-Sériba-
Madina Gounas

ANNEXES

63
ANNEXE 1 : FORMAT POUR L’ESTIMATION DETAILLEE DES COUTS DES BIENS
AFFECTES PAR INDIVIDU

Préfecture District Village N° Nom et Super Coût Coût terres Type de Nombre Coût
d'ordre prénoms ficie du affectées plantation de d'un
(m2) m2 (F pieds pied
CFA)

Coût Type d'habitat Nombre de Coût de Coût /Habitation patrimoine Coût Coût total
/Plantation /infrastructures pièces reconstruction et infrastructures culturel /Patrimoine
connexes par pièce culturel

64
ANNEXE 2 : FICHE DE PLAINTE

Date :____________
Village Préfecture…………………. Région de ……………
Dossier N°…………..

PLAINTE
Nom du plaignant : ________________________________
Adresse : ___________________________________
Quartier: ___________________________________
Nature du bien affectée : ________________________________

DESCRIPTION DE LA PLAINTE :
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
A ………………………, le………………..
________________________________
Signature du plaignant

OBSERVATIONS du village ou de la Préfecture :


…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
A ………………………, le………………..
________________________________
(Signature du Chef du village)

RÉPONSE DU PLAIGNANT:
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
A ………………………, le………………..
________________________________
Signature du plaignant

RESOLUTION
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
A ………………………, le………………..
________________________________
____________________________________________
(Signature du Chef du village ou son représentant) (Signature du plaignant)

65
ANNEXE 3 : FORMULAIRE DE SELECTION SOCIALE

Le présent formulaire de sélection a été conçu pour aider dans la sélection initiale des
activités du Projet d’assistance technique. Il contient des informations qui permettront
d’évaluer les impacts sociaux potentiels des projets du PUAPA sur le milieu récepteur

Nom du Village//Préfecture

Nom, titre de la fonction, et détails sur la personne


chargée de remplir le présent formulaire

PARTIE A : Brève description du projet

Partie B : Brève description du milieu social et identification des impacts sociaux

1. L’environnement naturel
(a) Décrire la formation du sol, la topographie, la végétation de l’endroit/adjacente du milieu
de l’installation et/ou l’équipement communautaire_________________________________
(b) Faire une estimation et indiquer la végétation qui pourrait être dégagée ____________

2. Compensation et ou acquisition des terres


L’acquisition de terres ou la perte, le déni ou la restriction d’accès au terrain ou aux autres
ressources économiques seront-ils le fait de la construction ou réhabilitation de l’installation
et/ou l’équipement communautaire proposée? Oui______ Non______

3. Perte de terre : La réhabilitation d’infrastructures proposées provoquera –t-elle la perte


permanente ou temporaire de terres ? Oui___ Non_____

4. Perte de bâtiment : La réhabilitation d’infrastructures provoquera –telle la perte


permanente ou temporaire de bâtiments ? Oui___ Non_____

5. Perte d’infrastructures domestiques : La réhabilitation d’infrastructures d’irrigation


provoquera –t- elle la perte permanente ou temporaire d’infrastructures domestiques ?
Oui___ Non_____

6. Perte de revenus : La réhabilitation d’infrastructures d’irrigation provoquera –telle la perte


permanente ou temporaire de revenus ? Oui___ Non_____

7. Perte de récoltes ou d’arbres fruitiers : La réhabilitation d’infrastructures d’irrigation


provoquera –t-elle la perte permanente ou temporaire de récoltes ou d’arbres fruitiers ?
Oui___ Non_____

Partie C : Travail environnemental nécessaire


Pas de travail social à faire

PAR

66
ANNEXE 4 : PLAN DETAILLE DU PAR

Date : ______________

Région de ________________

Préfecture de ______________________________

Localisation du projet :

Quartier/village: ______________________________
Dimensions : ________m2 x ___________ m2
Superficie : ________(m2)
Propriétaire(s) du (des) terrain(s) :
____________________________________________________________________
Nombre total des PAP

Nombre de résidences

Pour chaque résidence :

Nombre de familles : _____________ Total : ____

Nombre de personnes : _____________ Total : ____

Sites de relocalisation à identifier (nombre) : ___________________


___________________

Sites de relocalisation déjà identifiés (nombre et ou) : ___________________


___________________

Considérations environnementales : _______________________________

Commentaires___________________________________

67
ANNEXE 5 : TDR POUR LA PREPARATION DES PLANS DE REINSTALLATION INCLUANT
LE PLAN TYPE D’UN PLAN D’ACTION DE REINSTALLATION (PAR)
TDR pour la préparation des plans de recasement (PAR)
1. Description du microprojet et de ses impacts éventuels sur les terres
1.1 Description générale du projet et identification de la zone d'intervention
1.2 Impacts, Identification
1.2.1 Composante ou actions du projet qui vont occasionner le déplacement
1.2.2 Zone d'impact de ces composantes ou actions
1.2.3 Alternatives envisagées pour éviter ou minimiser le déplacement
1.2.4 Mécanismes mis en place au cours de la mise en œuvre pour minimiser dans la
mesure du possible le déplacement
2. Objectifs : Principaux objectifs du Projet de réinstallation
3. Etudes socio-économiques et recensement des personnes, des biens et des moyens
d'existence affectés. Les conclusions des études et du recensement doivent comprendre les
points suivants :
3.1 Résultats d'un recensement couvrant les occupants actuels de la zone affectée, pour
établir la base de la conception du Projet de réinstallation et pour exclure les personnes qui
arriveraient après le recensement de l'éligibilité aux bénéfices du Projet de réinstallation.
3.2 Caractéristiques des ménages déplacés : description des systèmes de production,
d'organisation des ménages, comprenant les niveaux de production et de revenus issus des
activités formelles et informelles, et les niveaux de vie (notamment sur le plan de la santé) de
la population déplacée
3.3 Ampleur des pertes - totales ou partielles - de biens, et ampleur du déplacement
physique et économique.
3.4 Information sur les groupes ou personnes vulnérables pour lesquels des dispositions
spécifiques doivent être prises.
3.5 Dispositions relatives à l'actualisation de l'information sur les personnes déplacées,
notamment leurs moyens d'existence et leur niveau de vie, de sorte que des informations
actuelles soient disponibles lors du déplacement
3.6 Autres études décrivant les points suivants :
3.6.1 Système foncier et transactions foncières, comprenant notamment l'inventaire des
ressources naturelles communautaires utilisées par les personnes affectées, les droits
d'usage ne faisant pas l'objet de titres écrits (notamment la pêche, le pâturage, ou l'utilisation
de la forêt) et gouvernés par des systèmes traditionnels, et toute autre question relative au
système foncier dans la zone
3.6.2 Interaction sociale dans les communautés affectées, comprenant les réseaux sociaux
et de solidarité, et comment ils seront affectés par le déplacement
3.6.3 Infrastructures et services publics susceptibles d'être affectés
3.6.4 Caractéristiques sociales et culturelles des communautés déplacées, dont la
description des Institutions formelles et informelles (organisations communautaires, groupes
religieux, ONG), qui peuvent être associées à la stratégie de consultation et de participation
à la conception des actions de réinstallation
4. Contexte légal et institutionnel
4.1 Résumé des informations continues dans le présent Cadre de Politique de Réinstallation
4.2 Particularités locales éventuelles
4.3 Spécificités locales en matière institutionnelle et organisationnelle
4.3.1 Identification des organismes responsables de la réinstallation et des ONG qui
pourraient avoir un rôle dans la mise en œuvre
4.3.2 Evaluation de la capacité institutionnelle de ces organismes et ONG
5. Eligibilité et droits à indemnisation/réinstallation. Sur la base des définitions et des
catégories présentées dans ce Cadre de Politique de Réinstallation, définition des personnes
déplacées éligibles, règles de détermination de l'éligibilité à l'indemnisation ou autre
assistance à la réinstallation, dont notamment la règle de fixation de la date limite

68
6. Evaluation et compensation des pertes. Méthodologies d'évaluation destinées à
déterminer le coût intégral de remplacement, description des méthodes et niveaux de
compensation prévus par la législation locale, et mesures nécessaires pour parvenir à
l'indemnisation au coût intégral de remplacement
7. Mesures de réinstallation:
7.1 Description des mesures prévues (indemnisation et/ou réinstallation) pour assister
chacune des catégories de personnes affectées
7.2 Sélection des sites de réinstallation, préparation des sites, et réinstallation, en incluant la
description des alternatives
7.3 Mécanismes légaux d'attribution et de régularisation foncière pour les réinstallés
7.4 Habitat, infrastructure, et services sociaux
7.5 Protection et gestion de l'environnement
7.6 Participation communautaire, participation des déplacés, participation des communautés
hôtes
7.7 Intégration des réinstallés avec les populations hôtes. Mesures destinées à alléger
l'impact de la réinstallation sur les communautés hôtes
7.8 Mesures spécifiques d'assistance destinées aux personnes et groupes vulnérables
8. Procédures de gestion des plaintes et conflits. Sur la base des principes présentés dans le
présent Cadre de Politique de Réinstallation, description de mécanismes simples et
abordables pour l'arbitrage et le règlement par des tierces parties des litiges et conflits
relatifs à la réinstallation. Ces mécanismes doivent prendre en compte les recours judiciaires
effectivement possibles et les mécanismes traditionnels de règlement des conflits.
9. Responsabilités organisationnelles. Le cadre organisationnel pour la mise en œuvre de la
réinstallation, notamment l'identification des organismes responsables des mesures de
réinstallation, les mécanismes de coordination des actions, et les mesures de renforcement
de capacités, ainsi que les dispositions relatives au transfert aux autorités locales ou aux
réinstallés eux-mêmes de la responsabilité des équipements ou services créés par le Projet,
etc.
10. Calendrier de mise en œuvre, couvrant toutes les actions depuis la préparation jusqu'à la
fin de la mise en œuvre, y compris les dates pour la délivrance aux réinstallés des actions du
projet et des diverses formes d'assistance prévues. Le calendrier doit indiquer comment les
actions de réinstallation sont liées au calendrier d'exécution de l'ensemble du projet.
11. Coût et budget. Tableaux des coûts par action pour toutes les activités prévues pour la
réinstallation, y compris les provisions pour inflation, croissance de la population, et autres
imprévus. Prévisions de dépense, source de financement et mécanismes de mise à
disposition des fonds.
12. Suivi et évaluation. Organisation du suivi des actions de réinstallation par l'organisme
chargé de la mise en œuvre, intervention d'agences externes pour le suivi, information
collectées, notamment indicateurs de performance et mesure des résultats, ainsi que de la
participation des personnes déplacées au processus de réinstallation.

69
ANNEXE 6 : TERMES DE REFERENCE DE L’ETUDE PORTANT CADRE DE POLITIQUE
DE RÉINSTALLATION DES POPULATIONS (CPRP) PUAPA 2

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Dans le cadre de la réponse à la crise alimentaire de 2007-2008, la Guinée a bénéficié d’un


financement de la Banque Mondiale de 5 millions de dollars US pour la mise en œuvre d’un
Projet d’Urgence d’Appui à la Productivité Agricole. Suite aux changements politiques de fin
2008, seulement 2 millions de dollars US ont pu être décaissés en fin 2010. Ainsi, ce projet a
permis au cours des campagnes 2009 et 2010 (i) l’approvisionnement de 23.825 producteurs
en semences de riz (488 tonnes), en engrais (299 tonnes), en pesticides (2610 litres), et (ii)
la réhabilitation d’un des ouvrages régulateurs du périmètre irrigué de Koba. Ces actions ont
abouti à la mise en valeur de 8075 hectares de riz, à une amélioration du rendement de riz
chez les paysans bénéficiaires qui est passé de 1,3 à 2,8 tonnes/ha soit 138% en Basse
Guinée; de 1,5 à 2,4 tonnes/ha soit 60% en Haute Guinée et de 1,3 à 2,5 soit 92% en
Guinée Forestière. Le reliquat du financement, soit 3 millions de dollars a été mobilisé pour
financer l’achat et la distribution de 1800 tonnes d’engrais, 2000 tonnes de semences et
15000 litres de pesticides pour la campagne 2011.

La Guinée a enregistré une bonne récolte en 2010, mais l'insécurité alimentaire demeure
encore une préoccupation majeure pour le pays. Comparativement à 2009, la production
céréalière totale a connu une croissance d'environ 7 %. En dépit de cette bonne récolte,
l'accès à l’alimentation est affecté négativement par des prix élevés. Suite à une forte
dépréciation du Franc-Guinéen, le prix du riz, l'aliment de base des Guinéens, a plus que
doublé entre 2006 et 2007. Depuis lors, les prix du riz ont généralement suivi une tendance à
la hausse, alimentant l'inflation et ont sérieusement érodé le pouvoir d'achat et l'accès à
l'alimentation des populations urbaines et rurales. L'inflation des prix à la consommation est
estimée avoir atteint 15 % en 2010, en hausse de 9 % en 2009, tirée par une dépréciation du
franc guinéen et la montée continue du prix du riz.

La proportion de la population rurale vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 63 %,


contre 31 % pour la population urbaine, avec une prévalence élevée de la pauvreté,
notamment chez les femmes. La vulnérabilité des ménages aux chocs négatifs est
également élevée. Un grand nombre de personnes sont exposées à l'insécurité alimentaire
et à la malnutrition.

Compte tenu de ce qui précède, le pays est dans un besoin urgent de prendre des mesures
immédiates pour atténuer l'impact de la hausse des prix alimentaires sur les ménages les
plus pauvres, et donc de renforcer les capacités de production alimentaire. En outre, les
instruments développés par le Projet d’Urgence de la Productivité Agricole pour accélérer
l’amélioration de la productivité du riz ont montré leur efficacité et les résultats obtenus sont
très encourageants. Cela justifie d’amplifier ce Projet et de l’étendre à des filières autres que
le riz. Ce projet d’appui à la productivité agricole s’inscrit donc dans le cadre de la mise en
œuvre du Projet National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA),
dont les Projets prioritaires notamment relatifs à la production rizicole et à la diversification
des productions vivrières.

70
PRESENTATION PRELIMINAIRE DU PROJET

Zone d’intervention et ciblage


Le projet interviendra dans toutes les zones agro-écologiques du pays, avec des instruments
adaptés aux potentiels de chacune de ces zones et touchera au moins 180 000 ménages
ruraux. Le choix des préfectures est fait sur la base du potentiel d’accroissement de la
production pour les productions irriguées (liées à la réhabilitation des infrastructures) et les
productions pluviales.

La phase 2 du PUAPA couvrira 11 préfectures ‘’ 1’’ pour la production végétale et l’ensemble


du pays pour la vaccination de la volaille traditionnelle. Le ciblage des bénéficiaires se fera
en fonction du système de production dominant dans les localités. Quatre (4) filières ont été
retenues en raison de leur importance dans l'alimentation de la population guinéenne. Ces
productions qui sont pratiquées/cultivées et consommées par la grande majorité des petits
producteurs constituent aussi une source de revenus pour les femmes. Ces filières sont : le
riz, le mais, le manioc et la volaille traditionnelle.

Objectif, résultats attendus et indicateurs de résultats

L’objectif de développement du projet est d’améliorer la productivité des principaux produits


alimentaires de la Guinée.

Trois principaux résultats sont attendus du projet, à savoir : (i) l’accès aux facteurs de
production pour 180 000 ménages, (ii) l’accroissement de 30 à 100 % de rendement aux
champs de riz, de mais et de manioc en fonction du niveau de mise à disposition des
facteurs de production et (iii) réduction de 40 % du taux de mortalité de la volaille
traditionnelle vaccinée.

Description provisoire du projet

Composante 1: Réhabilitation et gestion des infrastructures d’irrigation (US$ 7,8 millions) -


vise à accroître les superficies irriguées et s’assurer de leur exploitation de manière
optimale et durable. Le choix des sites d’intervention dans le cadre du projet se fera selon
des critères qui ont été adoptés par la partie nationale au cours de la mission
d’identification/préparation du projet. Ces critères incluent : (a) les engagements antérieures
des organisations paysannes dans le sens d’une gestion durable des aménagements, (b) le
potentiel de gain de production induit; et (c) le coût unitaire de réhabilitation. Sur la base de
ces critères, le projet financera les activités relatives à (i) la remise en état d’aménagements
hydro agricoles permettant l’irrigation de 3600 ha de superficies (ii) la mise en place des
infrastructures post-récolte (iii) la gestion de l’eau et la gestion durable des infrastructures
réhabilitées (périmètres, magasins).

Composante 2 - Développement et Valorisation de la Production Agricole Vivrière (US $ 9,9


millions - vise à améliorer l’accès des populations rurales aux facteurs de production et aux
équipements de transformation leur permettant d’augmenter les rendements des productions
alimentaires ciblés et d’accroitre la capacité de transformation desdites productions. La
composante a deux sous composantes.

1 Les Préfectures ciblés sont : Bofa et Kindia (Guinée maritime), Tougué, mamou et Pita (Moyenne
Guinée), Siguiri et Mandiana (Haute Guinée) et Beyla, Kissidougou, N’Zerekoré et Yomou (Guinée
Forestière)

71
Composante 3 : Renforcement des Capacités et Gestion du Projet (US $ 2,3 millions) vise à
améliorer la disponibilité et la qualité des services au profit des producteurs dans les zones
cibles d’intervention du projet et la mise en place d’un système efficace et efficient de
gestion, de suivi et d’évaluation du projet.

II. OBJECTIFS DE LA MISSION ET RESULTATS ATTENDUS

Le projet n’envisage de transaction foncière, ni d’expropriation a priori. Mais, ces situations


pourraient survenir en cours de mise en œuvre.

Pour gérer cette éventuelle contrainte, l’élaboration d’un cadre de politique de


réinstallation/relocalisation (CPR) des populations affectées par le projet (PAP) s’avère
nécessaire ; ce cadre vise à indiquer les procédures et les règles d’équité à respecter en vue
de garantir/améliorer la qualité de vie des potentielles victimes des travaux. Ces procédures
doivent être conformes aux exigences de la Banque en matière de réinstallation des
populations déplacées (OP 4.12) et à celles la législation nationale.

L’étude portera sur la définition d’un cadre de politique global pour le déplacement, la
restriction d’accès et la compensation de population, en rapport avec les activités du projet,
notamment :

 L’abandon de biens mobiliers et immobiliers ;


 La perte d’accès aux biens, ou
 La perte des sources de revenus ou des moyens d’existence ;

Ce cadre devra définir les contours des dispositions relatives à l’indemnisation des
populations impactées, basées sur une valeur de remplacement axé sur la compensation, au
cas où l’acquisition de biens alternatifs s’avérait nécessaire.

Le rapport sera soumis à l’appréciation et aux commentaires de la Banque Mondiale et une


fois approuvé, il sera diffusé au plan national auprès de toutes les parties prenantes du projet
ainsi qu’à l’InfoShop de la Banque Mondiale.

III. TÂCHES DU CONSULTANT


Les prestations attendues du Consultant dans le cadre de l’élaboration du CPR sont les
suivantes :

1. Identifier, évaluer, et mesurer si possible l'ampleur des limitations d’accès et de pertes


de biens et de revenus consécutifs à la mise en œuvre des composantes du projet ;
2. Décrire clairement la politique et les principes de réinstallation des populations et de
compensation des dommages qui seront causés par la mise en œuvre des
composantes du Projet et des activités qui impliqueront des déplacements de
populations ou des pertes de ressources au moment de la mise en œuvre du Projet;
3. Proposer les arrangements organisationnels et institutionnels nécessaires à la mise
en œuvre du cadre de politique de réinstallation des populations dans le cadre du
Projet ;
4. Proposer les procédures de relocalisation et/ou de compensation des populations
que le Projet suivra, une fois que les activités ou composantes du Projet, sujets de
déplacements seront identifiés ;
5. Évaluer la capacité du Gouvernement et de la Structure de mise en œuvre du projet à
gérer les questions de réinstallation/relocalisation, et proposer des mesures de
renforcement de leur capacité, qu’elles soient de type institutionnel ou relatives à la
formation technique, ou encore d’assistance technique ;
6. Proposer des Termes de référence type pour l’élaboration des Plans d’Actions de
Réinstallation (PAR) pour les activités de mise en œuvre des composantes du Projet.

72
Le Consultant devra être familiarisé avec les documents relatifs aux politiques de
sauvegarde de la Banque mondiale, et devra s'assurer que le travail est effectué
conformément à toutes les dispositions indiquées dans ces documents, notamment la
directive Politique Opérationnelle 4.12 portant Réinstallation des populations déplacées.

Le consultant doit aussi se familiariser avec les textes juridiques réglementant l’expropriation
pour cause d’utilité publique et l’occupation temporaire, et de toutes autres lois et règlements
en vigueur en Guinée, et qui traitent des questions d’impacts sociaux.

Le CPRP devra donc inclure une procédure d’analyse et tri qui déterminera, pour chaque
activité proposée quelles directives opérationnelles de la Banque mondiale pourraient être
applicables.
Le CPRP fera l’objet d’une large diffusion au sein de la Banque Mondiale et dans le pays en
particulier dans la zone d’intervention du projet.

IV. ORGANISATION DE L’ETUDE

4.1 Contenu du document Cadre de Politique de Réinstallation des Populations


(CPRP)

En tant que document cadre en matière d’atténuation des effets de déplacement


involontaire, le CPRP sera autant que possible concis. Il prend la forme d’un manuel
d’exécution clair utilisable au jour le jour par les acteurs de mise en œuvre.

Le plan de rédaction du CPRP devra contenir entre autres les points cités ci-après :

 Le sommaire ;
 Les abréviations ;
 Le résumé exécutif (français et anglais) ;
 une brève description du Projet (résumé des activités du projet) ;
 l’établissement des principes et règles qui régissent la préparation et la mise en
œuvre du cadre réglementaire des déplacements involontaires (basé sur la OP 4.12)
 une description des impacts potentiels du Projet (Activités des projets, Impacts
négatifs notamment sociaux, Risques de déplacement de populations, Risque de
restriction d’accès à des ressources naturelles, Estimation du nombre de personnes
potentiellement affectées, etc.) , et des types d'impacts probables en cas de
déplacements suite aux activités du Projet;
 une revue du cadre légal et réglementaire au niveau national (différents textes de loi
et décrets existant sur le foncier, les aires protégées, l’occupation des domaines
publics, la compensation des plantes et récoltes, etc.), puis une comparaison de ce
cadre national avec les dispositions de la politique Op 4.12 de la Banque Mondiale
pour en déduire d’éventuels écarts et faire des propositions pour combler ces écarts ;
 une description du processus de préparation et d'approbation des plans de d’action
de réinstallation (PAR) par la structure de mise en œuvre du projet ;
 une description des principes et conditions d'acquisition / compensation des biens
(immobiliers, perte de revenus, restriction d’accès) y compris :
o une description claire des critères d’éligibilité ;
o l'établissement des principes et barèmes d'indemnisation pour les types de
biens immobiliers et mobiliers qui seront affectés;
o une proposition de la méthode de valorisation de certains biens qui seront
éligibles pour la compensation;
o une description de la procédure documentée de paiement des compensations
aux ayants droits ;

73
o une description des procédures de recours pour les cas de litiges/plaintes qui
pourraient subvenir suite au traitement ;
 une proposition des arrangements institutionnels pour la mise en œuvre des PAR ;
 une proposition d'un mécanisme de consultation des personnes déplacées qui
permette d'assurer leur participation à la planification des activités, au suivi et à leur
évaluation ;
 une proposition des indicateurs vérifiables qui permettent de suivre la mise en œuvre
du cadre de politique de réinstallation ;
 une estimation du budget (montant, mécanismes de financement ;
 Annexes.

4.2 Durée et déroulement de l’étude

L’étude sera réalisée sous la supervision de coordination de projet et sera menée en étroite
collaboration avec les autres parties prenantes. Le temps de travail estimé est de 20
homme/jour (HJ).

V. PROFIL DU CONSULTANT

Pour mener à bien cette étude, le Consultant devra justifier d’une expertise avérée et des
références pertinentes en matière de rédaction des documents de sauvegarde
environnementale et sociale conformes aux normes de la Banque Mondiale.

Le Consultant sera un spécialiste des sciences sociales (Sociologue, Géographe, Juriste,


Economiste, ou tout autre diplôme équivalent) de niveau Bac+5 au minimum, ayant au moins
cinq (5) années d’expérience en matière d’étude d’impact environnemental et social, et
comptant à son actif, au moins trois (03) études ayant trait à la Réinstallation des
Populations dans un pays d’Afrique subsaharienne.

VI. RAPPORTS
Le rapport principal devra être concis/succinct et centré sur le contexte, l’analyse des
informations collectées, les conclusions et les actions recommandées avec le soutien de
tableaux de synthèse sur les données collectées et les références appropriées.

Le Consultant fournira son rapport en français avec un résumé analytique en anglais dans la
version finale (sous format électronique Word) au Client. Il devra incorporer les
commentaires et suggestions de toutes les parties prenantes dans le document final y
compris les observations pertinentes relevées lors de l’atelier de validation.

74
TABLE DES MATIÈRES
Sommaire................................................................................................................................ 2
Liste des figures....................................................................................................................... 3
Liste des tableaux.................................................................................................................... 3
Liste des photos....................................................................................................................... 3
Sigles et acronymes................................................................................................................. 4
Résumé exécutif...................................................................................................................... 5
Summary................................................................................................................................. 7
Introduction.............................................................................................................................. 9
1. Description du projet........................................................................................................... 11
2. Analyse de l’état initial des milieux récepteurs......................................................................12
2.1. Environnement physique.................................................................................................12
2.1.1. Localisation de la Basse Guinée et description de son environnement............................12
2.1.1.1. Climat........................................................................................................................ 12
2.1.1.2. Ecosystèmes et sols de la Basse Guinée....................................................................13
2.1.2. Caractéristiques physiques de la Moyenne Guinée........................................................14
2.1.2.1. Climat........................................................................................................................ 14
2.1.2.2. Hydrographie.............................................................................................................14
2.1.2.3. Végétation et sols......................................................................................................14
2.1.3. Caractéristiques physiques de la Haute Guinée.............................................................15
3.1.3.1. Climat........................................................................................................................ 15
2.1.3.3. Hydrographie.............................................................................................................16
2.1.4. Caractéristiques physiques de la Guinée Forestière.......................................................17
2.1.4.1. Climat........................................................................................................................ 17
2.1.4.2. Hydrographie.............................................................................................................17
2.1.4.4. Végétation et sols......................................................................................................17
2.2. Caractéristiques socio-économiques du milieu récepteur..................................................18
2.2.1. Profil des collectivités dans le secteur récepteur.............................................................18
2.2.2. Préfectures sous l’emprise du projet..............................................................................18
2.2.3. Population des régions..................................................................................................19
2.2.4. Activités économiques des populations..........................................................................20
2.3. Grandes zones agro-écologiques et leurs contraintes lieés à la fertilité des sols.................21
2.3.1. Guinée Maritime...........................................................................................................21
2.3.2. Moyenne Guinée.......................................................................................................... 21
2.3.3. Haute Guinée............................................................................................................... 21
2.3.4. Guinée Forestière......................................................................................................... 21
2.4. Services d’appui à l’agriculture.........................................................................................22
2.5. Acces à l'éducation et à l’alphabétisation..........................................................................23
2.6. Malnutrition et mortalité....................................................................................................24
2.7. Accès à l’eau potable.......................................................................................................26
2.8. Régime foncier................................................................................................................30
3. Analyse des impacts socio-économique du projet................................................................31
3.1. Activités proposées dans le cadre de la réinstallation des populations des préfectures
réceptrices du PUAPA 2.....................................................................................................31
3.2. Analyse des impacts sociaux négatifs..............................................................................33
4. Cadre juridique et intitutionnel de la réinstallation.................................................................34
4.1. Droit foncier et procédures d’expropriation........................................................................34
4.2. Rôle du ministère de l’agriculture à travers la coordination du PUAPA 2............................35
5. Rôles et responsabilités des autorités et structures impliquées dans la mise en œuvre du plan
de reinstallation................................................................................................................. 35
5.1. Rôle des préfectures........................................................................................................35
5.2. Rôle des CRD.................................................................................................................36
5.3. Rôle des chefs de district.................................................................................................36
5.4. Composition du Comité Local de Réinstallation (CLR)......................................................36
6. Eligibilité............................................................................................................................. 37
6.1. Critères d’éligibilité et fermeture de l’éligibilité...................................................................37
6.2. Date limite ou date butoir.................................................................................................37
6.3. Minimisation des déplacements........................................................................................38

75
6.4. Mesures additionnelles d’atténuation................................................................................38
6.5. Impacts sur les revenus et assistance à la restauration des revenus..................................38
6.6. Indemnisation..................................................................................................................38
6.7. Principes et taux du plan de réinstallation.........................................................................39
6.8. Démarche d’estimation des pertes et de leur indemnisation..............................................40
6.9. Biens à affecter et bilan des coûts de remplacement.........................................................42
6.10. Formes de compensation...............................................................................................42
6.11. Compensation pour les bâtiments et infrastructures........................................................42
6.12. Compensation des ressources forestières......................................................................43
6.13. Compensation des terres...............................................................................................43
6.14. Compensation pour perte de revenu pour les activités formelles et informelles................43
7. Processus de préparation, revue et approbation du plan d’action de réinstallation (PAR).......44
7.1. Vue générale du processus de préparation de la réinstallation...........................................44
7.2. Préparation du plan de recasement..................................................................................44
7.3. Le screening dans le processus d’approbation du projet...................................................44
7.4. Approbation..................................................................................................................... 46
8. Mesures de réinstallation....................................................................................................47
8.1. Sélection et préparation des sites de réinstallation............................................................47
8.2. Protection et gestion environnementale............................................................................47
8.3. Mesures en faveur des zones écologiques sensibles........................................................47
8.4. Dédommagements divers................................................................................................50
8.5. Organisation d’une campagne d’information et de sensibilisation des populations..............50
8.6. Estimation des coûts........................................................................................................50
8.7. Procédure de paiement de compensation.........................................................................51
8.8. Analyse et conclusion......................................................................................................51
8.9. Plan résumé de réinstallation...........................................................................................51
9. Modalites et méthodes de consultation des personnes affectées avec leur participation........52
9.1. Consultation sur le cadre de politique de réinstallation.......................................................52
9.2. Consultations avec les PAP.............................................................................................52
9.3. Diffusion de l’information au public...................................................................................53
10. Système de gestion des plaintes.......................................................................................53
10.1. Types de plaintes et conflits à traiter...............................................................................53
10.2. Mécanismes proposés...................................................................................................53
11. Calendrier d’exécution du PAR .........................................................................................54
12. Indication, assistance et dispositions a prevoir dans le par pour les groupes vulnerables.....55
13. Modalites institutionnelles pour la mise en œuvre du CPRP...............................................56
13.1. Responsabilités............................................................................................................. 56
13.2. Responsabilités de l’entité chargée de l’exécution du PUAPA 2.......................................56
13.3. Ressources - soutien technique et renforcement des capacités.......................................57
13.4. Plan d’exécution du projet de réinstallation.....................................................................57
14. Mécanisme de suivi-évaluation.........................................................................................58
14.1. Suivi............................................................................................................................. 58
14.1.1. Objectifs.................................................................................................................... 58
14.1.2. Responsables du suivi...............................................................................................59
14.2 Evaluation..................................................................................................................... 59
14.2.1 Objectifs..................................................................................................................... 59
14.2.2 Processus (suivi et evaluation)....................................................................................60
15. Audit du processus de reinstallation...................................................................................60
16. Couts et budget................................................................................................................60
17. Synthese des coûts du PAR..............................................................................................61
Bibliographie.......................................................................................................................... 62
Annexes................................................................................................................................ 63
Annexe 1 : format pour l’estimation detaillee des couts des biens affectes par individu.............64
Annexe 2 : fiche de plainte......................................................................................................65
Annexe 3 : formulaire de selection sociale...............................................................................66
Annexe 4 : plan detaille du par................................................................................................67
Annexe 5 : tdr pour la preparation des plans de reinstallation incluant le plan type d’un plan
d’action de reinstallation (par).............................................................................................68

76
Annexe 6 : termes de reference de l’etude portant cadre de politique de réinstallation des
populations (cprp) puapa 2.................................................................................................70
Table des matières.................................................................................................................75

77