Vous êtes sur la page 1sur 351

9

CONFLITS DE NATIONALITÉS
PLURINATIONALITÉ ET APATRIDIE

par

MICHEL VERWILGHEN

ACADÉMIE DE DROIT INTERNATIONAL DE LA HAYE


Tiré à part du Recueil des cours,
tome 277 (1999)

HORS COMMERCE

2000
MARTINUS NIJHOFF PUBLISHERS
The Hague/Boston/London
10

BLANCHE
11

M. VERWILGHEN
12

BLANCHE
13

TABLE DES MATIÈRES

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Liminaires (1-13) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Section 1. Objet du cours (1-9) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Section 2. Méthode (10-12) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Section 3. Plan (13) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Chapitre I. Notions générales sur la nationalité (14-108) . . . . . . . . . 47
Introduction (14-15) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Section 1. Evolution historique du concept de nationalité (16-69) . . . 48
Par. 1. Conceptions anciennes (18-40) . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
III. La nationalité comme allégeance de l’individu (18-32) . . . . 50
A. L’allégeance dans les pays de common law (18-26) . . . . 50
1. Notion d’allégeance (18-20) . . . . . . . . . . . . . . . 50
2. Caractéristiques de l’allégeance (21-24) . . . . . . . . . 52
3. Déclin relatif de l’allégeance (25-26) . . . . . . . . . . 54
B. L’allégeance dans les pays de droit civil (27-32) . . . . . . 57
III. La nationalité comme statut de la personne (33-40) . . . . . . 61
A. Racines lointaines (33) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
B. Essor de l’acception (34-40) . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
1. En France (34-36) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2. En Allemagne (37-38) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
3. En Espagne (39-40) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Par. 2. Conceptions modernes (41-69) . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
III. Définitions (41-50) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
A. Nationalité de fait (42-46) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
B. Nationalité de droit (47-50) . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
III. Précisions terminologiques (51-69) . . . . . . . . . . . . . . . 75
A. Nationalité et citoyenneté (54-63) . . . . . . . . . . . . . . 77
1. Origine de la distinction (54-58) . . . . . . . . . . . . . 77
2. Dans les systèmes coloniaux (59) . . . . . . . . . . . . 80
3. Dans les systèmes juridiques complexes (60-61) . . . . 81
4. Dans les ordonnancements supranationaux (62-63) . . . 83
B. Nationalité et indigénat (64-66) . . . . . . . . . . . . . . . 84
C. Nationaux et ressortissants (67-68) . . . . . . . . . . . . . 86
D. Une terminologie flottante (69) . . . . . . . . . . . . . . . 88
Section 2. Utilisation du concept de nationalité (70-107) . . . . . . . . 88
Par. 1. Dans les relations internationales (71-96) . . . . . . . . . . . 89
III. Droit international (public) (71-84) . . . . . . . . . . . . . . . 89
A. Généralités (71-73) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
B. Protection diplomatique (74-79) . . . . . . . . . . . . . . . 91
1. La nationalité, condition nécessaire (75-78) . . . . . . . 92
2. La nationalité, condition non suffisante (79) . . . . . . . 95
14 Michel Verwilghen

C. Principe des nationalités (80-84) . . . . . . . . . . . . . . . 96


1. Origine et contenu (80) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
2. Critique (81-84) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
III. Droit international privé (85-96) . . . . . . . . . . . . . . . . 100
A. Conflits d’autorités et de juridictions (86-91) . . . . . . . . 101
1. La nationalité, critère de compétence internationale (86-
89) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
2. La nationalité, condition de l’efficacité d’un acte étran-
ger ou d’une décision étrangère (90-91) . . . . . . . . . 105
B. Conflits de lois (92-96) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
1. La nationalité, facteur de rattachement législatif (92-94) 106
2. Conflits de lois personnelles (95-96) . . . . . . . . . . . 109
Par. 2. Dans l’ordre interne (97-107) . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
III. Intérêt public de la nationalité (98-105) . . . . . . . . . . . . . 110
A. Droits publics fondamentaux (99-100) . . . . . . . . . . . 111
B. Droits politiques (101-103) . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
C. Droits économiques, sociaux et culturels (104-105) . . . . 115
III. Intérêt privé de la nationalité (106-107) . . . . . . . . . . . . 118
A. En droit civil (106) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
B. En droit judiciaire (107) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Conclusion du chapitre (108) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Chapitre II. Droit international de la nationalité (109-168) . . . . . . . . 122
Section 1. Principe de souveraineté étatique (109-150) . . . . . . . . . 122
Par. 1. Compétence exclusive de chaque Etat dans la détermination de
ses nationaux (109-119) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
III. Formulation du principe (109-115) . . . . . . . . . . . . . . . 122
III. Corollaire du principe (116-118) . . . . . . . . . . . . . . . . 130
III. Mise en œuvre du principe (119) . . . . . . . . . . . . . . . . 132
Par. 2. Admission par chaque Etat du droit de la nationalité des autres
Etats (120-150) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
III. Formulation du principe (120-122) . . . . . . . . . . . . . . . 134
III. Conditions à la mise en œuvre du principe (123-150) . . . . . 136
A. Conformité aux conventions internationales (124-125) . . . 138
B. Conformité avec le droit coutumier international (126-
130) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
C. Conformité aux principes de droit généralement reconnus
en matière de nationalité (131-150) . . . . . . . . . . . . . 144
1. L’exigence (131-133) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
2. L’effectivité (134-143) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
3. L’égalité (144-149) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
4. La réciprocité (150) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Section 2. Principe de nécessité d’une nationalité (151-167) . . . . . . 160
Par. 1. Droit à une nationalité (151-157) . . . . . . . . . . . . . . . . 160
III. Consécration internationale de ce droit (151-156) . . . . . . . 160
III. Liberté étatique dans l’octroi d’une nationalité (157) . . . . . 166
Par. 2. Droit de n’avoir qu’une nationalité ? (158-165) . . . . . . . . 167
III. Mutisme du droit international (158-161) . . . . . . . . . . . . 167
Conflits de nationalités 15

III. Tendance du droit international (162-166) . . . . . . . . . . . 170


III. Conséquence : des attitudes étatiques variées (167) . . . . . . . 174
Conclusion du chapitre (168) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Chapitre III. Présentation des conflits de nationalités (169-319) . . . . . . 177
Section 1. Typologie des conflits de nationalités (169-248) . . . . . . . 177
Introduction (169) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Par. 1. Nationalités concurrentes : le conflit positif (170-194) . . . . 177
III. Sens de l’expression « conflits positifs de nationalités » (170-
172) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
A. Notion (170) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
B. Terminologie (171-172) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
III. Distinction avec des notions proches (173-175) . . . . . . . . 180
III. Classifications des conflits positifs de nationalités (176-194) . 183
A. Classification en fonction du contexte dans lequel le conflit
apparaît (177-182) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
1. Le pluripatride possède la nationalité du for (179-180) . 184
2. Le pluripatride ne possède pas la nationalité du for (181-
182) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
B. Classification en fonction des racines du conflit (183-187) . 186
1. Plurinationalité d’origine (184-185) . . . . . . . . . . . 187
2. Plurinationalité adventice (186-187) . . . . . . . . . . . 189
C. Classification en fonction de la nature de l’ordre juridique
concerné (188-193) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
1. Plurinationalité de droit interne (190-191) . . . . . . . . 192
2. Plurinationalité de droit conventionnel (192-194) . . . . 193
Par. 2. Nationalité inexistante : le conflit négatif (195-202) . . . . . . 196
III. Sens de l’expression « conflits négatifs de nationalités » (195-
196) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
A. Notion (195) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
B. Terminologie (196) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
III. Distinction avec des notions proches (197-202) . . . . . . . . . 198
A. Le réfugié (197-199) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
B. La personne de nationalité indéterminée (200-202) . . . . . 200
Par. 3. Nationalités superposées : le conflit fictif (203-247) . . . . . . 203
III. Sens de l’expression « conflits fictifs de nationalités » (203-209) 203
A. Notion (203-207) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
1. Sous-nationalités (205) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
2. Supranationalités (206-207) . . . . . . . . . . . . . . . 206
B. Terminologie (208-209) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
III. Pluralité de statuts dans les ordres juridiques internes (210-227) 208
A. Aperçu historique (210-215) . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
1. Dualité coloniale (210-212) . . . . . . . . . . . . . . . 208
2. Dualité raciale (213) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
3. Dualité territoriale (214-215) . . . . . . . . . . . . . . . 211
B. Exemples actuels (216-227) . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
1. Dualité fédérale (216-220) . . . . . . . . . . . . . . . . 212
2. Dualité ethnique (221-222) . . . . . . . . . . . . . . . . 217
16 Michel Verwilghen

3. Dualité linguistique (223) . . . . . . . . . . . . . . . . 219


4. Dualité confessionnelle (224-227) . . . . . . . . . . . . 219
III. Pluralité de statuts dans l’ordre juridique international (228-
247) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
A. Dualité hégémonique postcoloniale (229-239) . . . . . . . 224
1. Le Commonwealth britannique (230-236) . . . . . . . . 225
2. De l’Union française à la Communauté française (237-
241) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
B. Systèmes d’unions d’Etats (242-248) . . . . . . . . . . . . 234
1. La citoyenneté européenne (242-244) . . . . . . . . . . 234
2. Vers une supranationalité arabe ? (245-248) . . . . . . . 236
Section 2. Etiologie des conflits de nationalités (249-293) . . . . . . . 240
Par. 1. Racines profondes des conflits de nationalités (249-257) . . . 240
III. Conflits positifs (250-255) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
III. Conflits négatifs (256-257) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
Par. 2. Causes des conflits de nationalités (258-293) . . . . . . . . . 245
III. Conflits positifs (259-274) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
A. Plurinationalité d’origine (260-264) . . . . . . . . . . . . . 246
1. Divergences ou incompatibilités législatives (260-263) . 246
2. Effet récurrent des conflits positifs (264) . . . . . . . . 248
B. Plurinationalité adventice (265-274) . . . . . . . . . . . . . 249
1. Plurinationalité par acquisition d’une autre nationalité
(266-267) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
a) Acquisition volontaire (266-267) . . . . . . . . . . . 249
b) Acquisition involontaire (268) . . . . . . . . . . . . 250
2. Plurinationalité par suite de changements territoriaux
(269-273) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
3. Plurinationalité par accords diplomatiques (274) . . . . 255
III. Conflits négatifs (275-293) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
A. Apatridie d’origine (276-279) . . . . . . . . . . . . . . . . 257
1. Divergences ou incompatibilités législatives (276-278) . 257
2. Effet récurrent des conflits négatifs (279) . . . . . . . . 259
B. Apatridie adventice (280-293) . . . . . . . . . . . . . . . . 259
1. Apatridies désirées ou imposées (281-287) . . . . . . . 259
a) Dénationalisations volontaires (281) . . . . . . . . . 259
b) Dénationalisations involontaires (282-287) . . . . . . 260
2. Apatridies individuelles ou collectives (288-289) . . . . 264
Section 3. Nature des conflits de nationalités (294-299) . . . . . . . . . 269
Par. 1. Débat sur leur existence (294-295) . . . . . . . . . . . . . . . 269
III. Thèse de l’impossibilité des conflits de nationalités (294-295) . 269
III. Constat de l’existence des conflits de nationalités (296-297) . 271
A. Conflits positifs (296) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
B. Conflits négatifs (297) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
Par. 2. Place des conflits de nationalités dans la science juridique
(298-318) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
III. Un rameau du droit international privé (299-301) . . . . . . . 274
III. Détermination de la loi applicable à la nationalité (302-303) . 275
Conflits de nationalités 17

III. Détermination des nationalités (304-318) . . . . . . . . . . . . 278


A. Détermination de la nationalité du for (304-312) . . . . . . 278
1. Principes (304-305) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
2. Questions préalables de statut personnel (306-312) . . . 280
a) Enoncé du problème (306) . . . . . . . . . . . . . . 280
b) Solutions proposées (307-312) . . . . . . . . . . . . 280
B. Détermination de nationalités étrangères (313-318) . . . . . 283
1. Principes (313-314) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
2. Questions préalables de statut personnel (315-317) . . . 285
C. Détermination de l’apatridie (318) . . . . . . . . . . . . . . 288
Conclusion du chapitre (319) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
Chapitre IV. Politiques étatiques sur les conflits de nationalités (320-
406) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
Section 1. Sur les conflits positifs (320-394) . . . . . . . . . . . . . . . 290
Par. 1. L’attitude traditionnelle de rejet (320-349) . . . . . . . . . . . 290
III. Prononcé de la condamnation des conflits positifs (320-338) . 290
A. En doctrine (321-328) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
B. Dans les textes législatifs ou conventionnels (329-338) . . 299
1. République populaire de Chine (330-334) . . . . . . . . 299
2. Nouvelles républiques issues de la division de l’URSS
(335) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
3. Autres exemples (336-337) . . . . . . . . . . . . . . . . 305
4. Conventions internationales (338-339) . . . . . . . . . . 307
III. Motifs de la condamnation des conflits positifs (339-349) . . . 308
A. Une concurrence nocive d’obligations juridiques (340-
346) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
1. L’impossible partage de loyauté (341-343) . . . . . . . 309
2. Le cumul désagréable de service militaire (344-345) . . 312
3. Le poids de la double imposition (346) . . . . . . . . . 313
B. Une incertitude irritante dans l’exercice de certains droits
(347-349) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
1. Les divergences des droits régissant le statut personnel
(347-348) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
2. Les doutes en matière de protection diplomatique (349) . 314
Par. 2. L’attitude moderne d’acceptation (350-394) . . . . . . . . . . 315
III. Le revirement (350-354) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
III. L’acceptation prudente (355-368) . . . . . . . . . . . . . . . . 320
A. Balance des intérêts en présence (355-356) . . . . . . . . . 320
1. Estompement des inconvénients (357-362) . . . . . . . 321
2. Affermissement des avantages (363-369) . . . . . . . . 325
B. Approche pragmatique des conflits positifs (370-383) . . . 328
1. En Europe occidentale (370-372) . . . . . . . . . . . . . 328
2. Dans l’ancienne Union soviétique (373-375) . . . . . . 332
3. En Amérique (376-383) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
a) Etats-Unis d’Amérique (376-381) . . . . . . . . . . . 335
b) Amérique du Sud (382-383) . . . . . . . . . . . . . . 340
18 Michel Verwilghen

III. L’acceptation hésitante (384-394) . . . . . . . . . . . . . . . . 341


A. Le débat sur la double nationalité en Allemagne (384-388) . 341
B. Le débat sur la double nationalité en Israël (389-393) . . . 345
IV. La résignation silencieuse (394) . . . . . . . . . . . . . . . . . 349
Section 2. Sur les conflits négatifs (395-405) . . . . . . . . . . . . . . 350
Par. 1. L’attitude ancienne de rejet (395-399) . . . . . . . . . . . . . 350
Par. 2. L’attitude moderne d’engagement (400-405) . . . . . . . . . . 353
III. Prise de conscience de l’anomalie (400-401) . . . . . . . . . . 353
III. Mesures prises en faveur des apatrides (402-405) . . . . . . . 355
Conclusion du chapitre (406) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
Chapitre V. Résolution des conflits de nationalités (407-545) . . . . . . . 360
Introduction (407-411) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360
Section 1. Solutions applicables à tous les conflits de nationalités (412-
457) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
Par. 1. Prévention des conflits (412-432) . . . . . . . . . . . . . . . 363
III. La méthode préventive (412-413) . . . . . . . . . . . . . . . . 363
III. La prévention par accords diplomatiques (414-432) . . . . . . 365
A. Eviter les conflits positifs (414-428) . . . . . . . . . . . . . 365
1. Traités postérieurs aux grandes guerres (415-416) . . . . 366
2. Conventions régionales (417-418) . . . . . . . . . . . . 369
3. Accords sur les agents diplomatiques et consulaires et
leur famille (419) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370
4. Accords liés à la décolonisation (420-428) . . . . . . . 371
a) Un idéal difficile à atteindre (420-422) . . . . . . . . 371
b) Le retour de Hong Kong à la Chine (423-424) . . . . 373
c) Le retour de Macao à la Chine (425-426) . . . . . . . 374
d) L’avenir de la Nouvelle-Calédonie (427-428) . . . . 376
B. Eviter de susciter l’apatridie (429-432) . . . . . . . . . . . 377
Par. 2. Réduction des conflits de nationalités (433-443) . . . . . . . 380
III. Réduire les conflits positifs (434-442) . . . . . . . . . . . . . 380
A. L’action des organisations internationales (434) . . . . . . 380
B. Méthodes de réduction des cumuls de nationalités (435-
442) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
1. Réduction de la plurinationalité par option obligatoire
(435-436) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
2. Réduction de la plurinationalité par délaissement de na-
tionalité (437-442) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
a) La « Convention Bancroft » (438-439) . . . . . . . . 383
b) Les législations étatiques (440-442) . . . . . . . . . 384
III. Réduire l’apatridie (443-445) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387
A. Par conventions internationales (443) . . . . . . . . . . . . 387
B. Par mesures législatives (444-445) . . . . . . . . . . . . . 388
Par. 3. Réglementation de certains effets des conflits (446-459) . . . 390
III. En faveur des pluripatrides (446-453) . . . . . . . . . . . . . . 390
A. Mesures pour éviter le double service militaire (446-448) . 390
B. Mesures pour améliorer la condition des pluripatrides (449-
453) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392
Conflits de nationalités 19

1. Trancher le conflit de nationalités (449-451) . . . . . . . 392


2. Régler les droits et obligations des bipatrides (452) . . . 394
3. Promouvoir des mesures administratives (453) . . . . . 394
III. En faveur de l’apatride (454-459) . . . . . . . . . . . . . . . . 395
A. Agir au plan international (454) . . . . . . . . . . . . . . . 395
B. Accueillir les apatrides (455-456) . . . . . . . . . . . . . . 396
C. Fixer la loi régissant le statut personnel des apatrides (457-
459) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
Section 2. Solutions propres aux conflits positifs de nationalités (460-
545) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399
Par. 1. Aperçu général du problème (460-463) . . . . . . . . . . . . 399
Par. 2. Solutions conventionnelles (464-505) . . . . . . . . . . . . . 402
III. Code Bustamante (464-465) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402
III. Convention de La Haye du 12 avril 1930 (articles 3 et 5) (466-
505) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 403
A. Conflits entre la nationalité du for et une ou plusieurs natio-
nalités étrangères (article 3) (467-477) . . . . . . . . . . . 403
1. Enoncé du principe (467-468) . . . . . . . . . . . . . . 403
2. Portée du principe (469-471) . . . . . . . . . . . . . . . 405
a) Personnes visées (469) . . . . . . . . . . . . . . . . 405
b) Caractère facultatif de la règle (470-471) . . . . . . 406
3. Justification du principe (472) . . . . . . . . . . . . . . 407
4. Effets du principe (473-475) . . . . . . . . . . . . . . . 408
5. Mise en œuvre du principe (476-477) . . . . . . . . . . 410
B. Conflits entre deux ou plusieurs nationalités étrangères (ar-
ticle 5) (478-505) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 411
1. Contrôle de l’existence du conflit (478) . . . . . . . . . 411
2. Obligation de trancher le conflit (479-481) . . . . . . . 412
3. Solutions expédientes des conflits (482-504) . . . . . . 414
a) Prééminence de la nationalité de l’Etat de résidence
(484-487) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
b) Prééminence de la nationalité la plus effective (do-
minant nationality) (488-504) . . . . . . . . . . . . . 417
4. Prééminence d’autres nationalités (505) . . . . . . . . . 427
Par. 3. Solutions non conventionnelles (506-545) . . . . . . . . . . . 428
III. Solutions objectives (506-514) . . . . . . . . . . . . . . . . . 428
A. Préférence donnée à des critères de proximité (507-508) . . 429
B. Préférence donnée à la nationalité la plus ancienne ou la
plus récente (509) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 431
C. Préférence donnée à la nationalité la plus proche du système
du for (510) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 433
D. Préférence laissée à l’autonomie de la volonté (511) . . . . 434
E. Préférence donnée à la nationalité commune du ménage
(512-513) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 435
F. Préférence laissée à l’opportunité politique (514) . . . . . . 437
III. Solutions fonctionnelles (515-536) . . . . . . . . . . . . . . . 438
A. L’application d’un traité imposant une solution particulière
(516-518) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 438
B. L’application d’une disposition législative imposant une so-
lution particulière (519-522) . . . . . . . . . . . . . . . . . 441
20 Michel Verwilghen

C. Solution prenant en compte la fonction de la nationalité


(523-536) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 444
1. L’idée : une approche non dogmatique et relativiste du
cumul de nationalités (523-528) . . . . . . . . . . . . . 444
2. La critique : une réduction de la nationalité en un
« concept caméléon » (529-536) . . . . . . . . . . . . . 448
III. Solutions spécifiques pour la protection diplomatique des bi-
patrides (537-545) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 453
A. Première tendance : irrecevabilité des demandes de pro-
tection diplomatique (538-542) . . . . . . . . . . . . . . . 454
B. La thèse de la nationalité la plus effective (543-547) . . . . 458
Conclusion (548-550) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 466
21

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Michel J. P. G. M. Verwilghen, né le 8 janvier 1939 à Bruxelles, de nationalité


belge.
Humanités gréco-latines à Elisabethville (Congo belge). Candidatures en phi-
losophie et lettres à l’Université Lovanium de Léopoldville (Congo belge) et à
l’Université catholique de Louvain (UCL). Doctorat en droit à l’UCL. Etudes
complémentaires à la Faculté internationale pour l’enseignement du droit com-
paré (à Montréal, Canada) et à l’Académie de droit international de La Haye.
Assistant à l’Université de Kinshasa (République démocratique du Congo),
puis à l’Université catholique de Louvain. Chargé de cours, puis professeur et
professeur ordinaire à la faculté de droit de l’UCL. Secrétaire académique de
cette faculté (1976-1979). Secrétaire général du Conseil pour le développement
intégré de l’UCL (1980-1991). Membre du Conseil académique (1984-1992) et
du Bureau exécutif de l’UCL (1985-1990). Représentant de l’UCL au Conseil
interuniversitaire de la Communauté française de Belgique (1990-1992). Repré-
sentant de l’UCL auprès du Centre de coordination de la recherche de la Fédé-
ration internationale des Universités catholiques (1980-1990). Président du jury
de notariat (1991-1998) et du département de droit international de l’UCL
(1993-1998).
Promoteur et coordonnateur de programmes de recherche pour l’Union inter-
nationale du notariat latin, le Fonds de développement scientifique de l’UCL et
le Fonds national de la recherche scientifique de Belgique, la Commission des
Communautés européennes, la Communauté française de Belgique dans le cadre
des accords culturels belgo-égyptiens, belgo-marocains et belgo-tunisiens,
l’Agence de la Francophonie, la Fédération internationale des Universités catho-
liques et la Fédération royale des notaires de Belgique.
Membre de l’International Law Association, du Comité français de droit inter-
national privé, de l’Association Henri Capitant des amis de la culture juridique
française, de l’Institut international de droit d’expression et d’inspiration fran-
çaise (vice-président de la section belge), de la Société belge de droit internatio-
nal, de la Société de législation comparée (Paris), de l’Institut international
d’histoire du notariat. Correspondant de l’Interuniversitair Instituut voor Interna-
tionaal Recht T. M. C. Asser (Pays-Bas). Directeur de rédaction de la revue
Annales de droit de Louvain.
Directeur du séminaire d’étude approfondie à l’Académie de droit internatio-
nal (1977). Professeur visiteur à l’Université du Burundi (1981-1984). Profes-
seur invité aux Universités d’Alexandrie (1992), d’Ottawa (1997) et de Bor-
deaux (1999). Représentant du Gouvernement belge à la Conférence de La Haye
de droit international privé : à la huitième session (1972-1973 : obligations ali-
mentaires, élu rapporteur), à la dix-septième session (1990-1993 : adoption
internationale) et à la Commission spéciale sur les obligations alimentaires
(1995, élu président), ainsi qu’auprès du Conseil des Communautés européennes
(1973-1978 : adhésion du Danemark, de l’Irlande et du Royaume-Uni à la
Convention de Bruxelles du 27 septembre 1968). Expert au Conseil de l’Europe
(1983) et au Parlement européen (1992). Chargé de mission au Rwanda par le
Gouvernement belge (1992) et par l’Exécutif de la Communauté française de
Belgique (1993). Délégué de la Communauté française de Belgique à l’Agence
de coopération culturelle et technique (Paris) pour les questions de coopération
judiciaire et de promotion des droits de l’homme (depuis 1991).
Officier de l’ordre de Léopold. Commandeur de l’ordre de la Couronne.
Prix Frochot 1993 de l’Institut international d’histoire du notariat.
22

PRINCIPALES PUBLICATIONS

« Un cas de mariage confessionnel contracté par des Belges à l’étranger », Jour-


nal des tribunaux, 1970, no 4686, pp. 57-76.
« La police des étrangers : accès, séjour, établissement. Droit commun et traités
bilatéraux » et « Annexes », Annales de droit, vol. 30, 1970, no 4, pp. 331-426
et pp. 605-643.
« Les principaux aspects juridiques de la nationalisation de l’Union minière du
Haut-Katanga », Revue belge de droit international, vol. 6, 1970, no 1, pp. 104-
164.
« Le champ d’application dans l’espace des règles uniformes de droit privé maté-
riel » (en collaboration avec F. Rigaux), Rapports belges au VIIIe Congrès
international de droit comparé, Pescara (Italie), 29 août-5 septembre 1970,
Bruxelles, CIDC, vol. VI, 1970, pp. 217-289.
« Quelques conséquences de l’indépendance des Etats africains et malgache sur
le droit international privé belge », Penant. Revue de droit des pays d’Afrique,
vol. 82, 1972, no 738, pp. 511-568.
« La filiation adoptive en droit international privé belge. Etude des règles de
conflits de lois introduites à l’article 344 du Code civil par la loi du 21 mars
1969 », Revue du notariat belge (Bruxelles), vol. 99, 1973, no 2602 (avril),
pp. 162-199, et no 2603 (mai), pp. 226-244.
« Conflits d’autorités et de juridictions en matière de filiation adoptive », Journal
des juges de paix, vol. 82, 1973, no 5, pp. 161-178.
« Les effets des dépréciations monétaires sur les rapports contractuels dans l’ordre
juridique international » (rapport belge — partie « Droit international » — pré-
senté aux Journées d’études de l’Association Henri Capitant des amis de la
culture française, à Istanbul, les 21-24 septembre 1971), Travaux de l’Associa-
tion Henri Capitant, 1971, Istanbul, faculté de droit, vol. 23, 1973, pp. 69-148.
« Compétence des tribunaux belges à l’égard des sociétés étrangères et spéciale-
ment des sociétés zaïroises », Revue pratique des sociétés, vol. 72, 1973
(deuxième trimestre), no 5744, pp. 77-110.
« Le divorce en droit international privé belge à la lumière de la jurisprudence
récente » (en collaboration avec B. Martin-Bosly), Nederlands Tijdschrift voor
Internationaal Recht, vol. 21, 1974, no 1, pp. 51-67.
« Rapport explicatif des avant-projets et des projets de convention concernant la
reconnaissance et l’exécution des décisions relatives aux obligations alimen-
taires et de la Convention sur la loi applicable aux obligations alimentaires »,
Actes et documents de la douzième session de la Conférence de La Haye de
droit international privé, t. IV : Obligations alimentaires, pp. 95-139 et 384-
465, La Haye, Imprimerie Nationale, 1975. (Traduction anglaise sous le titre
« Explanatory Reports of the Draft Convention on the Recognition and Enforce-
ment of Decisions relating to Maintenance Obligations and Convention on the
Law Applicable to Maintenance Obligations », loc. cit.)
« Une enquête sur la pratique du contrat économique international dans les
milieux d’affaires belges » (en collaboration avec A. F. Ravet-Gobbe) et
« Conclusions : stabilité et évolution du contrat économique international » (en
collaboration avec G. Horsmans), Le contrat économique international. Stabi-
lité et évolution, travaux réalisés à l’occasion des Septièmes Journées d’études
juridiques Jean Dabin, Louvain-la-Neuve, 22-23 novembre 1973, Bruxelles,
Bruylant, et Paris, Pedone, 1975, pp. 312-360 et pp. 450-473.
« L’évolution du droit matrimonial espagnol (droit interne et droit international
privé) », Etudes de droit et d’histoire. Mélanges Mgr H. Wagnon, Louvain, Bibl.
centr. UCL, et Louvain-la-Neuve, Fac. int. dr. can., 1976, pp. 603-649.
Conflits de nationalités 23

« La 58e session de l’Institut de droit international (Oslo, août-septembre 1977) »,


Revue belge de droit international, vol. 13, 1977, pp. 379-396.
Droit et politique du tourisme international (publié sous la direction de M. Ver-
wilghen), Louvain-la-Neuve, Centre Charles De Visscher pour le droit interna-
tional et Annales de droit, 1978, 288 pages.
Régimes matrimoniaux, successions et libéralités. Droit international privé et
droit comparé (publié sous la direction de M. Verwilghen), Publication
de l’Union internationale du notariat latin (Commission des affaires euro-
péennes), Neuchâtel (Suisse), Editions de la Baconnière, 1979, t. I :
1170 pages ; t. II : 1030 pages.
« La nationalité de l’enfant », Annales de droit (numéro spécial sur « La réforme
du droit de la filiation »), vol. 34, 1979, nos 3-4, pp. 309-335.
« Conflits de lois relatifs à la protection de la personne des mineurs » (Théories et
réalités du droit international privé belge), Revue trimestrielle de droit
familial, vol. 3, 1980, pp. 5-50.
« Conflits d’autorités et de juridictions relatifs à la protection de la personne du
mineur » (en collaboration avec Hans Van Houtte), Revue belge de droit inter-
national, vol. 15, 1980, pp. 309-342.
« République populaire de Chine — Loi sur la nationalité », Revue de droit inter-
national et de droit comparé, vol. 58, 1981, pp. 312-322.
« Burundi — Nouvelle législation de droit international privé », Revue critique de
droit international privé, vol. 70, 1981, pp. 576-588.
« Droit international privé (Titre V) », Cinq années d’application de la réforme
des régimes matrimoniaux — Rapports, Cabay, Louvain-la-Neuve, 1981,
pp. 313-371.
« Le logement et la famille en droit belge », Annales de droit de Louvain, 1982,
vol. XLII, pp. 65-119 ; et dans Travaux de l’Association Henri Capitant —
Journées Mexicaines, Paris, Dalloz, 1984, pp. 353-396.
« Les règles de droit limitant leur propre domaine d’application en droit interna-
tional privé belge », Rapports belges au XIe Congrès de l’Académie internatio-
nale de droit comparé, Caracas, 29 août-5 septembre 1982, Bruxelles, CIDC,
et Anvers, Kluwer, 1982, pp. 333-368.
« Régimes matrimoniaux — Droit international », Répertoire pratique de droit
belge — Compléments (Bruxelles, Bruylant), vol. VI, 1983, pp. 867-988 (en
collaboration avec Pierre Van den Eynde). Paru aussi sous le titre Traité pra-
tique des régimes matrimoniaux, t. II : Droit international, Bruxelles, Bruylant,
1985, 130 pages, in-4o.
Juris-classeur Nationalité — Commentaire des traités internationaux et des
législations nationales, Paris, Editions techniques (sur feuillets mobiles), un
volume in-folio, depuis 1983.
« Les lignes de faîte du droit international privé belge en matière successorale et
la place de la Convention de Washington dans cet ensemble », De nouvelles
normes testamentaires — La Convention portant loi uniforme sur la forme
d’un testament international, faite à Washington le 26 octobre 1983, Louvain-
la-Neuve, Cabay, et Bruxelles, Bruylant, 1983, pp. 73-87.
« Belgique » (en collaboration avec Michèle Decat) et « Droit conventionnel »,
L’obligation alimentaire en droit international privé, rapports présentés à la
Table ronde d’Ivry, 11-14 décembre 1979, Paris, Editions du CNRS, Institut de
recherches juridiques comparatives, 1983, t. I, pp. 29-74 ; 1984, t. II, pp. 10-
95.
« Les instruments de coopération civile internationale face aux opérations finan-
cières des initiés. Réalités et perspectives », Opérations financières réalisées
par les initiés (Actes du Colloque européen organisé à Milan, 16-18 novembre
1983) (en collaboration avec Denis Philippe), Strasbourg, Conseil de l’Europe,
direction des Affaires juridiques, 1984, pp. 62-105. (Traduction anglaise sous
le titre « International Civil Co-operation Instruments and Insider Trading :
Situation and Prospects », Insider Trading (Proceedings of the Colloquy or-
24 Michel Verwilghen

ganised at Milan 16-18 November 1983), Strasbourg, Council of Europe,


Directorate of Legal Affairs, 1984, pp. 62-101.
Nationalité et statut personnel — Leur interaction dans les traités internationaux
et dans les législations nationales (publié sous la direction de M. Verwilghen),
Bruxelles, Bruylant, et Paris, LGDJ (Bibliothèque de la faculté de droit de
l’Université catholique de Louvain), t. XVI, 1984, 578 pages.
« Le statut matrimonial », L’étranger et le droit belge, Bruges, La Charte, 1984,
pp. 1-79.
J’hérite à l’étranger, Journées notariales de Hasselt, Bruxelles, Fédération royale
des notaires de Belgique, 1984 (« Les lois applicables aux successions interna-
tionales », pp. 13-103, « Examen de cas concrets (de successions internatio-
nales) », pp. 7-12, et « Sources sur le droit successoral international », pp. 167-
181). (Traduction néerlandaise sous le titre Ik erf in het buitenland, Notariële
dagen Hasselt, Brussel, Koninklijke Federatie van Belgische Notarissen, 1984
(« De wetten toepasselijk inzake internationale nalatenschappen », pp. 13-118,
« Cases studies (over internationaal erfrecht) », pp. 7-12, et « Bronnen over
internationaal erfrecht » pp. 181-195)).
Le Code de la nationalité belge — Loi du 28 juin 1985, Bruxelles, Bruylant,
1985, 673 pages.
« Droit et développement », Le développement intégré, Louvain-la-Neuve,
CIACO (Groupe de synthèses de Louvain), 1987, pp. 135-155.
« La preuve de la nationalité en droit international privé belge », Revue juridique
et politique. Indépendance et coopération, Rapports au XVIIe Congrès de
l’IDEF, Bruxelles et Luxembourg, 30 septembre-6 octobre 1984, vol. 39, 1985,
pp. 525-533.
L’égalité juridique entre hommes et femmes dans la Communauté européenne —
Equality in Law between Men and Women in the European Community (publié
sous la direction de M. Verwilghen), Actes du Colloque européen organisé à
Louvain-la-Neuve, 22-24 mai 1985, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires
de Louvain, 1986, t. 1, 224 pages, t. 2, 456 pages.
« Les régimes matrimoniaux — Chronique de jurisprudence (1977-1984) — Le
régime primaire » (en collaboration avec Etienne Beguin), Journal des tribu-
naux, 1986, no 5383, pp. 377-394.
« Contribution à l’étude historique du droit international privé des obligations ali-
mentaires », Mélanges offerts à Raymond Vander Elst, Bruxelles, Editions
Nemesis, 1986, pp. 863-883.
« De la publicité des dispositions législatives au Zaïre » (en collaboration avec
J. M. Turlot et Ntambwe-Katshay), Revue juridique du Zaïre, 63e année, 1987,
supplément annuel, pp. 45-78 ; paru également dans African Journal of Inter-
national and Comparative Law/Revue africaine de droit international et com-
paré (Londres), vol. I, no 1 (mars), pp. 99-128, et no 2 (juin), pp. 301-322.
« Droit international privé — Belgique », Juris-classeur de droit comparé, Paris,
Editions techniques, fascicule 8/1987, 25 pages, in-4o.
« Les conventions européennes sur les relations privées internationales », Revue
de droit européen (Athènes — en grec), 1989, no 1, mars, pp. 5-26.
Musulmans en Belgique — Un statut juridique spécifique ? (publié sous la direc-
tion de M. Verwilghen, avec J.-Y. Carlier), Louvain-la-Neuve, Academia (col-
lection SYBIDI Papers, no 3), 1989, 170 pages.
« L’établissement de la filiation adoptive internationale en Belgique », Adoption
et formes alternatives d’accueil, Bruxelles, Story-Scientia, 1990, pp. 179-191.
Les conséquences sociales des mutations d’entreprises dans la Communauté
européenne/The Social Consequences of Company Transfers in European
Community Law (en collaboration avec M. Fallon et B. Nyssen), rapport pour
la Commission des Communautés européennes, Direction générale V : Emploi,
Affaires sociales et Education, Louvain-la-Neuve, 1990, 295 pages.
« Présents d’usage, souvenirs et bijoux de famille », Revue du notariat belge,
vol. 116, 1990, pp. 574-588.
Conflits de nationalités 25

L’adoption internationale en droit belge (en collaboration avec J.-Y. Carlier,


C. Debroux et J. de Burlet), Bruxelles, Bruylant, collection des Travaux de
la faculté de droit de l’Université catholique de Louvain, 1991, 216 pages.
« Les règles de droit international privé européen régissant les conflits indivi-
duels du travail », Revue générale de droit (faculté de droit de l’Université
d’Ottawa), vol. 20, 1991, pp. 79-107.
1891-1991 — Un siècle au service du notariat, Bruxelles, Fédération royale des
notaires de Belgique, 1991, 188 pages, in-4o (en collaboration avec Fred Ste-
vens). (Traduction en néerlandais sous le titre 1891-1991 — Een eeuw ter
dienste van het Notariaat, Brussel, Koninklijke Federatie van Belgische Nota-
rissen, 1991, 188 pages, in-4o.)
« Les cessions de droits indivis entre époux en droit civil et en droit international
privé belge et français », Quinze années d’application de la réforme des
régimes matrimoniaux, Bruxelles, Bruylant, et Louvain-la-Neuve, Academia,
1991, pp. 275-297.
« Le nouveau visage de la nationalité belge » (en collaboration avec Colette
Debroux), Journal des tribunaux, vol. 111, 4 janvier 1992, no 5615, pp. 2-12.
Le statut personnel des Musulmans. Droit comparé et droit international privé
(publié sous la direction de M. Verwilghen et de J.-Y. Carlier), Bruxelles,
Bruylant, 1992.
« Traités maltraités. La légalisation des actes notariés dans les relations belgo-
allemandes et belgo-françaises », Liber amicorum Léon Raucent, Bruxelles,
Bruylant, et Louvain-la-Neuve, Academia et Presses universitaires de Louvain,
1992, pp. 485-507.
Glossaire de droit international privé (publié sous la direction de M. Verwilghen
et de N. Watté), recherche interuniversitaire ULB-UCL, Bruxelles, Bruylant,
1992, 289 pages.
« Le conflit de nationalités », Droit international privé (publié sous la direction
de F. Rigaux et M. Fallon), t. II : Droit positif belge, chap. XVI, Bruxelles, Lar-
cier, 2e éd., 1993, pp. 9-43, nos 545-589.
« La genèse d’une convention sur l’adoption d’enfants originaires de l’étranger »,
Revue belge de droit international, 1991, pp. 438-468.
« Du neuf sur la loi régissant le régime matrimonial primaire », Nouveaux itiné-
raires en droit — Hommage à François Rigaux, Bruxelles, Bruylant, 1993,
pp. 581-618.
Access to Equality between Men and Women in the European Community/
L’accès à l’égalité entre femmes et hommes dans la Communauté européenne
(publié sous la direction de M. Verwilghen), Louvain-la-Neuve, Presses uni-
versitaires de Louvain, 1993, 294 pages.
Relations familiales internationales (publié sous la direction de M. Verwilghen et
de R. De Valkeneer), Bruxelles, Bruylant, 1993, 483 pages.
Droits humains fondamentaux. Recueil de documents internationaux et natio-
naux, Bruxelles, CGRI, et Paris, ACCT, 1993, 340 pages.
« Les leçons du Colloque », Droit et propriété : mutations et limites d’un droit
fondamental (Actes du colloque du Centre des droits de l’homme tenu à Lou-
vain-la-Neuve le 15 novembre 1993), Bruxelles, Bruylant, 1994, pp. 202-210.
« Emploi, sécurité sociale et protection juridictionnelle en droit communautaire
et en droit hellénique », Revue de droit du travail (Athènes — en grec), vol. 44,
1985, pp. 681-695.
Encyclopédie sur l’égalité juridique entre femmes et hommes dans la Commu-
nauté européenne (directeur de collection, en collaboration avec F. von Prond-
zynski), Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés
européennes, Bruxelles, Bruylant et Dordrecht, Nijhoff (publication en cours ;
quinze volumes, dont neuf parus).
« Histoire de la promotion de la paix privée par la coopération internationale »,
Le Gnomon — Revue internationale d’histoire du notariat, 1994, no 95/96
(novembre-décembre), pp. 68-79.
26 Michel Verwilghen

L’avenir de la politique sociale européenne, Louvain-la-Neuve, Presses universi-


taires de Louvain, UCL, 1994, 416 pages (avant-propos, pp. IX-XII, et coordi-
nation générale de ces actes du Colloque européen tenu à Bruxelles du 26 au
28 mai 1994) — The Future of the European Social Policy, Louvain-la-Neuve,
Presses universitaires de Louvain, UCL, 1994, 386 pages.
« Nationalité, multipatridie et apatridie des mineurs » (en collaboration avec
Elena Popa-Tudoran), Revue de droit des étrangers, numéro spécial hors série
(actes des journées organisées les 19 et 20 mai 1994), 1994, pp. 49-68.
« La vente immobilière dans les relations internationales » (en collaboration avec
Jean-Louis Van Boxstael), Les relations contractuelles internationales — Le
rôle du notaire/De internationale contractuele relaties — De rol van de nota-
ris, Antwerpen, Apeldoorn, Maklu uitg., 1995, pp. 263-335.
« Un colloque sur la Conférence ? — A symposium on the Conference ? », E plu-
ribus unum — Liber Amicorum Georges A. L. Droz, La Haye, Boston, Londres,
M. Nijhoff, 1996, pp. 479-498.
« La résidence conjugale — La protection du logement familial », Les régimes
matrimoniaux, t. I : Droits et devoirs des époux, Répertoire notarial, Bruxelles,
Larcier, 1997, pp. 61-102.
« Vers un Code belge de droit international privé », Travaux du Comité français
de droit international privé, 1999 (à paraître).
27

PRINCIPALES ABRÉVIATIONS

aff. affaire
al. alinéa(s)
Americ. Journ. of Int. Law American Journal of International Law
Ann. fr. dr. int. Annuaire français de droit international
Ann. lég. fr. Annuaire de législation française
Annuaire IDI Annuaire de l’Institut de droit international
art. article(s)
Ass. nat. Assemblée nationale
Belg. jud. La Belgique judiciaire
Bull. Bulletin
Cass. Cour de cassation
Cass. fr. (ch. civ.) Cour de cassation de France (chambre civile)
ch. ou chap. chapitre
ch. chambre
CIDC Centre interuniversitaire de droit comparé
CIJ Cour internationale de Justice (La Haye)
Civ. tribunal civil
CJCE Cour de justice des Communautés européennes
codif. Codifié
coll. collection
comp. comparez
concl. conclusions
Cons. Etat Conseil d’Etat
Const. Constitution
Cour eur. DH Cour européenne des droits de l’homme
CPJI Cour permanente de Justice internationale
disp. transit. dispositions transitoires
doc. document
Doc. parl. Documents parlementaires
e. a. entre autres
Ed. ou éd. édition
HR Hoge Raad
Ibid. ou ibid. Ibidem (même référence)
Id. ou id. Idem (même auteur)
IDEF Institut de droit d’expression et d’inspiration
française (Paris)
Int. Comp. Law Quart. International and Comparative Law Quarterly
Iprax Praxis des Internationalen Privat- und Ver-
fahrensrechts
JOCE Journal officiel des Communautés européennes
Journ. off. Journal officiel
Journ. trib. Journal des tribunaux
Law Quart. Rev. Law Quarterly Review
28 Michel Verwilghen

LDIP Loi fédérale suisse sur le droit international privé


LGDJ Librairie générale de droit et de jurisprudence
Libr. Librairie
LRDC Loi fédérale (suisse) sur les rapports de droit
civil des citoyens établis ou en séjour
no / nos numéro(s)
Netherl. Yearb. Int. Law Netherlands Yearbook of International Law
ONU Organisation des Nations Unies
op. cit. opere citato (ouvrage cité)
PUF Presses universitaires de France
QBD Queen’s Bench Division
RAU République arabe unie
Rec. Recueil
Rec. avis consult. Recueil des avis consultatifs
Rec. sent. arbitr. Recueil des sentences arbitrales
Rec. tr. arbit. mixtes Recueil de la jurisprudence des tribunaux arbi-
traux mixtes
Recueil des cours Recueil des cours de l’Académie de droit inter-
national (La Haye)
Répert. dr. int. Darras Répertoire de droit international (fondé par A.
Darras)
Rev. admin. La Revue de l’Administration (Bruxelles)
Rev. crit. dr. int. pr. Revue critique de droit international privé
(anciennement : Revue de droit international
privé)
Rev. crit. jur. belge Revue critique de jurisprudence belge
Rev. dr. étrangers Revue de droit des étrangers (Bruxelles)
Rev. dr. int. lég. comp. Revue de droit international et de législation
comparée
Rev. dr. int. sc. diplom. pol. Revue de droit international de sciences diplo-
matiques et politiques
Rev. dr. int. et dr. comp. Revue de droit international et de droit com-
paré
Rev. dr. Univ. Sherbrooke Revue de droit de l’Université de Sherbrooke
(Québec, Canada)
Rev. gén. dr. int. publ. Revue générale de droit international public
Rev. jurisp. Liège Revue de jurisprudence de la cour d’appel de
Liège et de son ressort
Rev. notariat belge Revue du notariat belge
Rev. prat. soc. Revue pratique des sociétés (Bruxelles)
Rev. trim. dr. fam. Revue trimestrielle de droit familial
Rev. trim. dr. homme Revue trimestrielle des droits de l’homme
Rev. polit. et parlem. Revue politique et parlementaire
RFA République fédérale d’Allemagne
Riv. dir. int. Rivista di diritto internazionale
Riv. dir. int. priv. proc. Rivista di diritto internazionale privato e pro-
cessuale
s. d. sans date
sect. section
Conflits de nationalités 29

s. l. sans lieu
s. n. sans nom
SDN Société des Nations
sér. série
sess. ord ou extr. session ordinaire ou extraordinaire
somm. sommaire
spéc. spécialement
ss. suivants
t. tome
trad. traduction
Trav. Comité fr. dr. int. pr. Travaux du Comité français de droit internatio-
nal privé (Paris)
Univ. Université
v. versus
vo verbo
vol. volume
Zeit. Zeitschrift
30

BLANCHE
31

AVANT-PROPOS

Pour rédiger cette étude dans les meilleures conditions, il fallait avoir
l’esprit libre d’autres préoccupations, consulter d’innombrables sources
et bénéficier d’alliés efficaces. J’ai eu la bonne fortune de pouvoir rem-
plir ces trois exigences.
Que soit d’abord remercié le Conseil rectoral de l’Université catho-
lique de Louvain (UCL), qui m’a admis au bénéfice d’une année sabba-
tique, me procurant ainsi des conditions de travail propices à la
recherche.
Plusieurs bibliothèques ont mis leurs richesses et l’amabilité de leur
personnel à ma disposition. Outre celle de la faculté de droit de l’UCL,
qui est mienne d’habitude, je remercie, pour l’appui qu’elles m’ont
donné, celles du Palais de la Paix à La Haye, de la faculté de droit de
l’Université d’Ottawa et de l’Université Montesquieu (Bordeaux IV), du
Centre de droit comparé de l’Université de Lausanne et du Centre inter-
universitaire suisse de droit comparé, ainsi que celle de la salle de droit
international de l’Université de Paris Panthéon-Sorbonne, la sympa-
thique « salle 102 » créée naguère par Phocion Francescakis.
Comme les lecteurs le verront, les pages qui suivent tirent très large-
ment profit des nombreuses publications savantes du professeur
François Rigaux, qui a voué avec éclat l’essentiel de sa féconde car-
rière universitaire à l’étude du droit international privé. J’eus le privi-
lège de suivre son enseignement — il m’initia naguère à la belle
matière des conflits de nationalités — avant de devenir son disciple,
puis son collègue à la faculté de droit de l’Université catholique de
Louvain. Il fut en ce sens mon principal guide, mais non point le seul
car je dois beaucoup aussi à d’autres collègues dont on lira souvent
les noms en notes dans les pages qui suivent.
A ceux-là sont venus s’ajouter des alliés, combien précieux, qui m’ai-
dèrent dans la collecte des sources. Rendons un hommage spécial à mes
collègues Jean-Yves Carlier, chargé de cours à l’UCL, et Gerard-René
de Groot, professeur à l’Université de Maastricht, à M. Peter Pfund,
Special Adviser for Private International Law auprès du Department of
State (Etats-Unis d’Amérique), à Thomas M. Franck, membre du Board
of Editors de l’American Journal of International Law, à M. Andrew
Grossman, auteur d’une étude solide, encore inédite, sur le thème de la
nationalité et correcteur attentif des références du présent cours aux
32 Michel Verwilghen

ouvrages et aux décisions en langue anglaise, ainsi qu’à Mme Bernadette


Martin-Bosly, documentaliste à l’UCL. J’ai aussi bénéficié du soutien
constant, cordial et efficace de Mme Rita Vandenplas-Cardon, qui a
aimablement accepté de prendre en charge le traitement de texte de cette
étude et ses corrections successives. A elle aussi vont mes sentiments de
gratitude, renforcés par une longue connivence professionnelle.
Je tiens enfin à exprimer ma sincère reconnaissance aux auditrices et
auditeurs de l’Académie qui, fort nombreux et attentifs, ont participé
avec une régularité digne d’éloges à l’enseignement dont les pages qui
suivent forment le support écrit. Ils m’ont exprimé à la fin leur satisfac-
tion d’une manière particulièrement démonstrative et, en outre, plu-
sieurs d’entre eux ont enrichi la recherche d’ultimes renseignements.
Qu’ils sachent que cette étude fut conçue d’abord à leur intention.

Je dédie le présent cours à la mémoire du professeur Paul De Vis-


scher, autre grand maître du droit international à la faculté de droit
de Louvain, qui fut pendant vingt-trois ans (1972-1995), jusqu’à son
décès, un membre apprécié du Curatorium de l’Académie de droit
international. Pourquoi cet hommage posthume? Là où il est, lui le
sait. Laissons-le dans la confidence...

Louvain-la-Neuve (Belgique), le 10 juillet 1999.


33

LIMINAIRES

« Un jour [alors que Victor Hugo vivait en exil à


Bruxelles], son voisin de table remarqua : « Vous
mangez beaucoup de pain, monsieur, on voit bien
que vous êtes Français... »
« Le poète ne répondit pas, mais quand l’autre se
leva, il lui dit : « Je ne pourrais jamais deviner votre
nationalité, monsieur, car vous mangez énormé-
ment de tout ! »
(Le diable à Bruxelles.)

Section 1. Objet du cours

1. Il y a quelques années, le sérieux mensuel The Economist


accepta, non sans une certaine audace, de publier dans les pages
d’annonces publicitaires clôturant plusieurs numéros consécutifs 1,
un petit avis libellé en ces termes :
« IMMEDIATE LEGAL GOV’T ISSUED
2ND CITIZENSHIPS
2ND NATIONALITY
2ND PASSPORTS
2ND TRAVEL DOCUMENTS
100% Legal Government Nationalization thru Economic Invest-
ment. 60 to 90 Days start to finish. Dual Nationality, Residency
if desired. Eight desired countries covering South & Central
America, Commonwealth and E.C. Global visa-free travel. From
$29.500 to $250.000. Money in Escrow. No payment unless
application successful. A citizenship is for Life. Go with profes-
sionals you can trust. Offices world-wide. Not available to U.K.
residents or nationals. »
Suivait le nom du souscripteur de l’annonce : Faxon International
Law, une firme d’apparence aussi respectable que l’Académie de
droit international, à en juger par la proximité identitaire. Venait
ensuite son adresse : celle d’un immeuble situé au cœur de la City.

1. A titre d’exemple, voir l’édition du 4 juin 1994 ; les annonces publicitaires


d’années plus récentes ne reprennent pas l’avis ici reproduit.
34 Michel Verwilghen

Une mention finale permettait aux candidats éventuels d’en savoir


plus : il leur suffisait, « for details », d’appeler un numéro de télé-
copie...
Quelle offre alléchante pour quiconque souhaitait bénéficier
promptement, en totale légalité (?) et ad vitam, d’une deuxième
nationalité ou citoyenneté 2, avec tous les avantages y attachés : pas-
seport, droit de résidence, suppression de l’obligation de visas !
Certes, il y avait une formalité à remplir, l’acquisition proposée
devant s’effectuer à titre onéreux (ô combien !), la dette étant toute-
fois payable pas avant mais après... Et encore convenait-il d’être
attentif à la réserve placée in cauda, dont la justification procédait
évidemment de l’implantation du souscripteur de la publicité : natio-
naux britanniques et personnes résidant au Royaume-Uni s’abste-
nir...
Tout juriste fureteur qui eut son attention attirée par cette curieuse
annonce apprit ainsi que la double nationalité était bel et bien deve-
nue, en cette fin du XXe siècle, un objet de commerce international.
Et, pour s’en convaincre pleinement, le lecteur n’avait qu’à glisser
son regard vers une autre publicité tout aussi aguichante, figurant sur
la même page d’annonces sous le titre accrocheur « Secrets revealed »
et débutant en ces termes : « How to legally obtain a second foreign
passport ? Discover the secrets of dual nationality with over
100 countries examined... » Ou encore, juste en dessous, une publi-
cité pour des Second Passports, avec proposition de délivrance, tou-
jours moyennant de solides paiements, de Banking passports et de
Camouflage Passports...
2. Plus récemment, à la fin du mois de janvier 1999, les lecteurs
des grands quotidiens d’Allemagne connurent à leur tour un certain
étonnement : le champion international de tennis, Boris Becker, s’y
affichait en compagnie d’un animateur de télévision bien connu,
Thomas Gottschalk, et de la vedette de la chanson Marius Müller-
Westernhagen, pour défendre un projet gouvernemental sur la double
nationalité. Sous leur triple portrait figurait un texte où l’on pouvait
lire :
« Nous voulons être fiers d’une Allemagne moderne et cos-
mopolite. La double nationalité fait aussi partie de cela. Qui est
né ici doit être ici chez lui, avec tous ses droits et ses devoirs.
2. Notons tout de suite l’emploi de ces deux termes : nous y reviendrons
infra, nos 54 ss.
Conflits de nationalités 35

C’est pourquoi, nous soutenons le gouvernement dans sa


réforme de la loi sur la nationalité... » 3
Cette profession de foi s’inscrivait dans la campagne pour la
double nationalité lancée par le Gouvernement allemand de Gerhard
Schröder, un projet de réforme qui suscitait de vifs débats dans le
pays. Pour témoigner de cette vivacité, citons une autre prise de
position, radicalement opposée, datant du même mois de janvier
1999 et affichée par Edmund Stoiber, président de la Christlich-
Soziale Union (CSU) et ministre-président de la Bavière : « Le projet
de double citoyenneté mettrait plus en péril la sécurité de l’Alle-
magne que les actions terroristes de la « Fraction armée rouge » dans
les années 70-80... » 4 Propos excessifs, donc insignifiants ? Ils
témoignent en tout cas de l’âpreté du débat sur la bipatridie au cœur
de l’Europe à l’aube du troisième millénaire 5.
3. Autant l’avouer tout de suite : le présent cours consacré aux
conflits de nationalités décevra assurément ceux qui le consulteront
dans l’espoir d’y lire des motions politiques favorables à tel ou tel
programme gouvernemental ou avec l’avidité d’amateurs de petites
annonces présentant les moyens de décrocher vite et bien, encore
que chèrement, une nouvelle nationalité. Qu’ils n’espèrent point
trouver dans les pages qui suivent les recettes miraculeuses propo-
sées dans ces annonces publicitaires ou des engagements enflammés
pour des actions politiques en matière de nationalité.
La démarche que l’on se propose d’emprunter ici se situe, en
effet, aux antipodes de semblables dépêches commerciales ou poli-
tiques, puisqu’elle se veut avant tout scientifique et, dès lors, désin-
téressée. Mais s’il fallait trouver quelque part des preuves récentes,
même par l’absurde, de l’intérêt pratique et de l’actualité du sujet de
cet enseignement, les voici certes toutes trouvées, et dans des
organes de presse sérieux, voire de haut renom !
4. Quelles difficultés juridiques convient-il d’englober sous l’ex-
pression de « conflits de nationalités », objet de ce cours et matière
juridique classée par d’éminents auteurs d’Europe occidentale parmi
les rameaux de la branche du droit international privé ?

3. Cette information a été diffusée en France par une dépêche AFP du


1er février 1999.
4. Cité par O. Mannoni, « Allemagne : 2 millions de têtes de Turc », L’événe-
ment, 18-24 février 1999, p. 4.
5. Sur l’évolution ultérieure de ce débat, voir infra, nos 384-388.
36 Michel Verwilghen

Pour certains d’entre eux, cette expression doit être comprise dans
un sens strict, donc restrictif. Prise à la lettre, elle suppose qu’il y ait
plusieurs nationalités en concours. Dès lors, elle ne peut viser que
les cumuls de nationalités (conflits positifs) 6, de vraies nationalités,
il s’entend, c’est-à-dire de celles conférées par des Etats souverains.
Il faut donc qu’au regard de deux ou plusieurs lois régissant la natio-
nalité de pareils Etats un individu soit considéré par chacune d’elles,
au même moment, comme leur national 7.
D’autres estiment qu’il ne faut pas se laisser enfermer dans le
libellé même de l’expression et voir logiquement les réalités. Ils
n’hésitent donc pas à ajouter à l’hypothèse précitée son contraire,
c’est-à-dire le cas d’une personne qui, par le jeu simultané de toutes
les lois ayant vocation à régir, à un moment donné, son rattachement
à un ordre juridique étatique, se trouve dépourvue de tout lien poli-
tico-juridique avec un Etat (conflit négatif). Il faut approuver cette
seconde attitude, car au-delà d’arguments de pure logique, elle a
pour elle des motifs pratiques : bien des principes applicables aux
conflits positifs de nationalités régissent les conflits négatifs, en
sorte que l’examen des deux volets du problème global gagne à être
réalisé conjointement. En somme, plurinationalité et apatridie se pré-
sentent, en droit, comme des jumeaux hétérozygotes : leur naissance
procède des mêmes causes profondes ; elles se développent dans un
contexte de grande proximité, mais elles prennent des visages bien
différents, même s’il existe entre elles un « air de famille », c’est-
à-dire des traits communs et des ressemblances indéniables.
Faut-il consacrer à ces deux facettes du même thème des dévelop-
pements d’ampleur semblable ? Certes non, car l’actualité com-
mande de faire plus large place à la première : la plurinationalité
pose aujourd’hui dans le monde des questions juridiques plus
controversées et plus délicates que l’apatridie. Ce cours tiendra donc
compte de cette évidence.
5. Non sans de bons arguments scientifiques, certains auteurs
classent aussi dans les conflits de nationalités, à côté de l’étude des
6. Voir G. Cornu, vo « Conflits (de nationalité) », Vocabulaire juridique, Paris,
PUF (Association Henri Capitant), 1987, p. 180 :
« Situation dans laquelle plusieurs nationalités sont attribuées à un même
individu et où il est nécessaire de n’en retenir qu’une ; ainsi lorsque la
nationalité est retenue comme circonstance de rattachement par une règle de
conflit. »
7. C. Jordan, vo « Conflits de nationalités », Répert. dr. int. Darras, Paris,
Sirey, 1921, t. IV, p. 639, no 1.
Conflits de nationalités 37

conflits positifs et négatifs de nationalités, celle des procédés de


détermination d’une nationalité étrangère 8.
Cette position se justifie par l’idée que cette détermination porte
par hypothèse sur un élément d’extranéité. Elle se fonde aussi sur le
fait qu’en pratique il est artificiel de disjoindre cet aspect des choses
des conflits de nationalités, la détermination d’une nationalité étran-
gère étant indispensable, le cas échéant, au constat de l’existence du
conflit.
En vérité, la détermination d’une nationalité étrangère n’implique
pas ipso facto l’apparition d’un conflit de nationalités. Le plus sou-
vent, il s’agira simplement de dégager, dans le chef d’un individu,
une nationalité par hypothèse autre que celle du for. Mais il reste
que, pour ce faire, le juriste se situera dans une démarche familière
au droit international privé : la mise en œuvre de législations étran-
gères en vue de déterminer un élément du statut personnel d’un indi-
vidu (son rattachement juridico-politique à un Etat étranger). Si l’on
accepte que la désignation, l’interprétation et l’application d’un droit
étranger relèvent de la problématique des conflits de lois — donc du
droit international privé —, il est indiqué de ne pas négliger, dans
l’étude des conflits de nationalités, type particulier des conflits de
lois, les questions spécifiques à la détermination d’une nationalité
étrangère 9.
6. La matière qui forme l’objet de ce cours a été doublement
annoncée. Il y a d’abord un titre générique : « Les conflits de natio-
nalités. » Cette expression, forme syncopée pour désigner les conflits
de lois sur la nationalité, est empirique et, soulignons-le d’emblée,
utilisée seulement par la doctrine juridique de certains pays, comme
la Belgique et la France 10. Un sous-titre explicatif — « Plurinatio-
nalité et apatridie » — a donc été jugé indispensable pour éclairer
ceux dont ni le droit national ni les auteurs d’ouvrages savants de
leur pays n’utilisent la formule ci-dessus.
Car cette locution « conflits de nationalités », familière aux
juristes d’expression française, est rarement utilisée dans la doctrine

8. En ce sens, F. Rigaux, Droit international privé, Bruxelles, Larcier, 1re éd.,


t. II, 1979, p. 24, no 549. Dans le chapitre sur les conflits de nationalités de la
deuxième édition (1989) de cet ouvrage, rédigé par l’auteur du présent cours,
cette présentation a été reprise : voir pp. 40-43, nos 587-589. Contra : P. Mayer,
Droit international privé, Paris, Montchrestien (Coll. Domat Droit privé), 6e éd.,
1998, p. 542, no 841.
9. Voir à ce sujet infra, nos 313-317.
10. G. Cornu, vo « Conflits (de nationalité) », Vocabulaire juridique, p. 180.
38 Michel Verwilghen

exprimée en d’autres langues, notamment dans celle du droit anglo-


saxon 11. Comment, d’ailleurs exprimer ces mots en anglais, sinon
par périphrase descriptive : Multiple Nationality and Statelessness ?
Il est d’ailleurs très exceptionnel de voir un juriste rattaché à la tra-
dition de common law décider d’englober dans une même réflexion
les matières qui viennent d’être présentées : pluralité de nationalités
et apatridie, et plus rare encore d’y inclure celle de la détermination
d’une nationalité étrangère 12. Qu’il nous soit cependant permis d’in-
voquer l’autorité d’un des plus illustres noms de la doctrine améri-
caine du droit international, car il a utilisé l’expression « conflits de
nationalités ». Philip Jessup, dans ses réflexions publiées en 1946
sous le titre A Modern Law of Nations, écrit en effet :
« Questions of conflicts of nationality have frequently pro-
voked international controversy, and they have often engaged
the attention of international tribunals, particularly in claims
cases. » 13
7. Le présent cours s’attachera à l’étude des conflits de nationali-
tés touchant les personnes physiques.
Certes, il y a une propension à étendre l’expression « conflits de
nationalités » aux personnes morales, tout comme le concept de
nationalité servit pour la présentation du lien d’allégeance aux Etats
des sociétés, associations ou autres personnes juridiques 14. Mais ce

11. Nous n’avons trouvé que très peu d’ouvrages utilisant l’expression
« conflits de nationalités » en d’autres langues que le français ; voir par exemple
A. C. Hepburn (dir. publ.), The Conflict of Nationality in Modern Ireland,
Londres, E. Arnold, 1980 ; A. de Castro y Casaleiz, Conflictos de nacionalidad,
Madrid, Fernando Fé, 1900 ; J. Gonzalez Campos et autres, Derecho internacio-
nal privado, Madrid, Eurolex, 6e éd. rév., 1995, pp. 45 ss. (conflictos de nacio-
nalidad) ; H. Valladão, Direito internacional privado, Rio de Janeiro, Biblioteca
Juridica Freitas Bastos, t. I, 4e éd., 1974, pp. 324 ss. (conflitos de nacionalidade),
ainsi que la traduction en espagnol, par A. Borrás, du traité de F. Rigaux, Dere-
cho Internacional Privado — Parte general, Madrid, Civitas, 1985 (conflictos
de nacionalidad). Dans son ouvrage Soviet Citizenship Law, Georges Ginsburgs
utilise l’expression the Conflict of Nationality Laws, Leyde, Sijthoff, 1968,
p. 59.
12. Voir par exemple I. Brownlie, Principles of Public International Law,
Oxford, Clarendon Press, 1966, qui consacre une cinquantaine de pages aux
« relations of nationality », mais sans du tout s’attacher aux conflits de nationa-
lités comme le font les juristes du continent.
13. Ph. Jessup, A Modern Law of Nations — An Introduction, Archon Press,
1968 (réimpr. de l’édition de 1946, Macmillan), p. 86 (l’italique est de nous).
14. H. Batiffol, « Observations sur le problème de la nationalité des socié-
tés », La società per azioni alla metà del secolo XX — Studi in memoria di A.
Straffa, Padoue, Cedam, 1962, t. I, pp. 65-78 ; L. Levy, La nationalité des socié-
Conflits de nationalités 39

lien imaginé au départ à l’usage exclusif des individus présente de


telles spécificités qu’il n’est pas indiqué de transférer sans plus le
mot « nationalité » aux personnes morales et, par identité de motifs,
d’user de l’expression « conflits de nationalités » en l’appliquant aux
associations, sociétés ou autres personnes morales.
Bornons-nous à avancer deux arguments. D’une part, on ne peut
admettre qu’une personne morale jouisse de multiples allégeances
juridiques au sein du même ordre interne, alors que cette idée est
parfaitement envisageable d’un point de vue international et qu’en
outre une société peut avoir plusieurs allégeances politiques au
regard du droit d’un Etat. D’autre part, en droit international privé,
l’idée qu’une personne morale puisse être apatride est à rejeter 15.
Sans allégeance juridique (ou si l’on préfère, sans nationalité), cette
personne n’en est pas une, puisqu’elle est dépourvue de personnalité
juridique. Elle n’existe et ne peut juridiquement exister que par son
rattachement à un droit, soit une législation étatique, soit le droit
international.
On le voit à travers ces deux brèves observations : pour autant que
l’on oserait étendre l’expression « conflits de nationalités » aux per-
sonnes morales, ces conflits différeraient radicalement des conflits
de nationalités des personnes physiques.
A fortiori ne traitera-t-on pas ici des éventuels « conflits de natio-
nalités » de biens. Sans doute est-ce aussi par une audace de langage
que des juristes parlent de la nationalité de choses corporelles (mon-
naie, moyens de transport, films, voire animaux 16). La propension à
tés, Paris, LGDJ, 1984 ; J. Hamel, « Faut-il parler de « nationalité » des sociétés
commerciales ? », Ius et Lex — Festgabe Max Gutzwiller, Basel, Helbing &
Lichtenhahn, 1959, pp. 365-371 ; L. Mazeaud, « De la nationalité des sociétés »,
Clunet, vol. 55, 1928, pp. 30-66 ; J.-P. Niboyet, « Existe-t-il vraiment une natio-
nalité des sociétés ? », Rev. dr. int. pr., vol. 22, 1927, pp. 402-417 ; V. Simonart,
La personnalité morale en droit privé comparé, Bruxelles, Bruylant, 1995 ; G.
Van Boxsom, Rechtsvergelijkende studie over de nationaliteit der vennootschap-
pen, Brussel, CIDC, 1967.
15. En ce sens : F. Rigaux, Droit international privé, Bruxelles, Larcier,
2e éd., 1987, t. I, p. 94, no 135 : « Il ne saurait y avoir de personnes morales apa-
trides ». Contra : J. Verhoeven, « Condition des étrangers, conflits de lois et
sociétés offshore (note sous Cass. (1re ch.), 15 décembre 1994, Indra Company
Ltd c. Leroy et Brebart) », Rev. crit. jur. belge, vol. 51, 1997, p. 17.
16. A propos du Code et du règlement des courses de chevaux régis par le
Jockey Club de Belgique, le professeur François Rigaux relève que « tout cheval
a une nationalité et ne peut la perdre que par la vente à un acquéreur étranger... »
(dans « Les situations juridiques individuelles dans un système de relativité
générale — Cours général de droit international privé », Recueil des cours,
tome 213 (1989), p. 65. Voir aussi G. Cornu, vo « Nationalité », Vocabulaire juri-
dique, p. 518).
40 Michel Verwilghen

imaginer que certaines d’entre elles puissent se rattacher à plusieurs


Etats peut se rencontrer. Nous signalons cette tendance en passant et
émettons les réserves sur l’extension de la notion de conflit de natio-
nalités à ces biens pour ne plus devoir y revenir.
8. Sans doute est-il opportun d’ouvrir cet enseignement par une
illustration des situations juridiques que l’on se propose d’analyser.
Pour fixer concrètement les idées, voici, à travers un exemple tiré de
la jurisprudence belge — l’affaire Leclercq c. Lagrou — ce qu’est
un apatride et ce qu’est un pluripatride. Certes, il arrive assez excep-
tionnellement qu’un même individu connaisse, durant son existence,
ces deux formes classiques de conflits de nationalités, mais l’affaire
évoquée démontre cependant qu’une pareille hypothèse se rencontre
parfois 17. Pour présenter les faits de la cause, à dire vrai peu cou-
rants et embrouillés, le juge saisi de l’affaire s’est vu contraint de les
résumer en onze points successifs et détaillés, que l’on peut synthé-
tiser davantage comme suit.
Un avocat belge, Renatus Lagrou, né en Belgique et époux de
l’une de ses compatriotes, a versé dans la collaboration active avec
l’ennemi durant la seconde guerre mondiale, poussant le zèle jusqu’à
fonder une Algemeene SS Vlaanderen, soutien militaire au IIIe Reich.
Vers la fin de l’occupation, il noue des relations extraconjugales
avec une jeune femme belge. En septembre 1944, devant l’approche
victorieuse des Alliés, il s’empresse de suivre, avec sa compagne, les
troupes allemandes en retraite. Le couple séjourne d’abord dans le
Reich, puis s’enfuit en Espagne, avant de pouvoir émigrer en Argen-
tine.
Le 24 janvier 1945, Lagrou est condamné à mort par le Conseil de
guerre d’Anvers. Rendu par défaut 18, ce jugement entraîne pour lui
la déchéance de plein droit de sa qualité de Belge ; le voilà privé de
nationalité, donc désormais apatride. Son épouse ayant peu après
obtenu le divorce en Belgique, Lagrou se trouve en mesure d’épou-
ser sa concubine. Pour réaliser ce projet, il va se camoufler sous une
fausse identité et emprunter une prétendue nationalité estonienne.
Par surcroît de prudence, la célébration se déroule dans l’Etat de
17. Pour un autre exemple de pareille hypothèse, voir infra, no 321.
18. Cette déchéance, qui était prévue dans l’arrêté-loi du 6 mai 1944 (Moni-
teur belge, 2 septembre 1944) touchait à l’époque tous les Belges condamnés
par défaut pour infraction contre la sûreté extérieure de l’Etat. La mesure ne
devait pas être qualifiée de sanction, mais elle constituait une conséquence civile
d’une peine non exécutée. Voir à ce sujet M. Verwilghen, Le Code de la natio-
nalité belge – Loi du 28 juin 1984, Bruxelles, Bruylant, 1985, p. 32, no 35.
Conflits de nationalités 41

Morelos (Mexique), où les conjoints ne se rendent pas mais se font


représenter par des porteurs de procurations.
Plus tard, ces époux acquièrent tous les deux, par naturalisation,
la nationalité argentine. Avec le temps, l’harmonie conjugale se dété-
riore et, en 1960, les conjoints se séparent. Un an plus tard, la natu-
ralisation brésilienne est accordée à Lagrou par décret présidentiel.
Voici donc que cet ancien Belge, d’abord tombé dans l’apatridie,
va jouir, pendant quelques années, de la condition juridique de
bipatride, jusqu’au jour de 1965 où il renonce à sa nationalité
argentine.
Entre-temps, revenue pour un bref séjour en Belgique, la seconde
épouse a intenté, en 1962, une action tendant à obtenir l’annulation
de son mariage célébré par procuration. Le tribunal civil de Liège,
saisi de cette demande, décide de ne pas prononcer la nullité du
mariage mexicain. Pour lui, la demanderesse belge et le défendeur
d’origine belge, apatride le jour de son second mariage, bipatride
(Argentin et Brésilien) au moment de l’introduction de l’action en
justice, mais exclusivement Brésilien au moment du prononcé du
jugement, demeurent bel et bien mariés. Pourquoi ? Quelque peu
effrayé par la complexité des faits et par la question juridique à
résoudre, le juge belge ne parvient pas vraiment à dégager le droit
applicable à la validité du mariage selon ses règles de rattachement
et il préfère user d’arguments moralisateurs. Après un raisonnement
juridique embrouillé, les motifs du jugement s’achèvent par un
attendu au libellé... inattendu :
« Attendu que les parties se sont mariées pour le meilleur et
pour le pire ; le pire est maintenant arrivé ; il leur appartient
d’en supporter les conséquences et il serait trop aisé pour la
demanderesse de vouloir effacer son passé : nos actes nous sui-
vent... » 19
Comme quoi les conflits de nationalités, lorsqu’ils s’avèrent trop
complexes, mènent à tout — tel le droit, lui-même dit-on —, jusqu’à
l’évocation d’un roman dû à la plume d’un académicien français qui
eut naguère son heure de célébrité... 20
9. Depuis plus de soixante années — précisément depuis cette

19. Civ. Liège, 3 février 1966, Leclercq c. Lagrou, Rev. jurispr. Liège, 1965-
1966, p. 203.
20. Voir le roman de Paul Bourget, Nos actes nous suivent, Paris, Plon et
Nourrit, 1927.
42 Michel Verwilghen

semaine de 1938 durant laquelle le doyen Pierre Louis-Lucas 21, de


l’Université de Dijon, traita des conflits de nationalités à l’Académie
de droit international —, cette matière n’y a plus fait l’objet d’un
enseignement spécifique. Elle ne fut toutefois point totalement
délaissée puisque certains enseignants l’ont abordée, mais de façon
incidente et non systématique, dans quelques cours sur des sujets
plus larges ou généraux 22.
Or, il s’agit d’un domaine du droit international privé qui a connu
une remarquable évolution durant le dernier quart de siècle. En
témoignent notamment la teneur de diverses conventions internatio-
nales, préparées sous l’égide d’organisations internationales —
Nations Unies, Conseil de l’Europe, etc. —, ou de traités bilatéraux,
de même que le développement de la jurisprudence des juridictions
internationales, notamment celle de la Cour de justice des Commu-
nautés européennes et celle du Tribunal irano-américain des récla-
mations institué en application de la Claims Settlement Declaration
conclue à Alger le 19 janvier 1981. En témoignent aussi les disposi-
tions récentes de plusieurs législations étatiques sur la nationalité
(mesures pour éviter l’apatridie, position plus nuancée vis-à-vis des
cumuls de nationalités). La doctrine elle-même, après avoir long-
temps négligé cette matière, recommence à s’y intéresser derechef.
De par son actualité et ses nouveautés autant qu’en raison de son
intérêt pratique et de sa richesse au plan doctrinal, ce filon paraît
donc bien prometteur. Le moment paraît venu de faire le point, en
présentant d’abord le nouveau visage des conflits de nationalités
(leurs formes, leurs origines, leur nature, les attitudes étatiques à leur
égard...), puis en s’attachant à dresser le tableau des solutions appor-
tées à ces conflits par le droit positif, tant au plan international
qu’étatique, dans une optique largement comparative.

Section 2. Méthode
10. Un cours étant par nature un enseignement, donc une relation
pédagogique, il doit d’abord et surtout faire clairement le point, le

21. P. Louis-Lucas, « Les conflits de nationalités », Recueil des cours, tome 64


(1938), pp. 5-69.
22. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », Recueil des cours, tome 102 (1961), pp. 515-634 ; E. Pérez Vera,
« Citoyenneté de l’Union européenne, nationalité et condition des étrangers »,
Recueil des cours, tome 261 (1996), pp. 243-425 ; J. F. Rezek, « Le droit inter-
national de la nationalité », Recueil des cours, tome 198 (1986), pp. 333-400.
Conflits de nationalités 43

« tour du sujet », selon l’expression consacrée, en fournissant aux


auditeurs de l’exposé — comme, ultérieurement, aux lecteurs de
l’écrit qui en constitue le support permanent — des informations
sûres et complètes. Sur ce dernier point, l’idéal s’avère ici inacces-
sible. La matière envisagée, vaste et aux sources innombrables (qui
oserait prétendre posséder toutes les lois et règlements du monde en
matière de nationalité ?), contraint à la sélectivité. On s’efforcera de
présenter les meilleurs échantillons de dispositions, internationales
ou nationales, et de solutions, jurisprudentielles ou doctrinales.
Un enseignement ne présente pas les traits d’une thèse doctorale,
car il ne vise pas à la démonstration d’une proposition juridique, ce
qui n’interdit nullement à l’enseignant, tout au long des développe-
ments, de prendre parti dans des controverses et de justifier des posi-
tions originales. Il ne s’agit pas davantage d’un discours engagé,
enflammé, pour tout dire politique. L’enseignement se doit d’être
serein, même lorsqu’il aborde des points qui peuvent soulever des
passions ; et il y en a assurément dans la matière ici étudiée, qui se
situe aux confins de la nationalité et de la condition des étrangers,
c’est-à-dire des problèmes de politique d’immigration. La démarche
à suivre consistera à se montrer résolument rigoureux et objectif,
présentant les avis en présence avec le plus d’équité scientifique pos-
sible. Enfin, l’objet de ce cours n’est pas de décrire par le menu les
diverses réglementations nationales du droit de la nationalité des
Etats qui forment aujourd’hui la société internationale. Outre que
cette énumération serait fastidieuse, elle s’avérerait bien vite dépas-
sée en raison de l’épidémie actuelle de réformes législatives en
matière de nationalité. Ces lois ne seront mentionnées, à l’occasion,
que comme support exemplatif d’assertions et pour concrétiser un
exposé qui, sans elles, deviendrait abstrait à l’excès.
11. Les cours de l’Académie de droit international ne s’adressent
point à des néophytes. L’enseignement qui y est prodigué se veut
approfondi. Qu’il en soit ainsi dans cet exposé sur les conflits de
nationalités. On n’envisage donc pas d’initier l’auditeur-lecteur à
cette matière, mais d’approfondir ses connaissances acquises dans
les facultés universitaires et autres hautes écoles de droit, voire sur le
terrain de l’expérience professionnelle. Cela signifie que sous
réserve de quelques rappels opportuns de notions supposées
connues, l’on entend surtout creuser le sujet en profondeur.
Tout comme les praticiens du droit — juges, avocats, notaires,
fonctionnaires — préfèrent appliquer la lex fori, qu’ils sont censés
44 Michel Verwilghen

maîtriser bien mieux que les lois étrangères, ainsi les professeurs de
l’Académie privilégient-ils naturellement, dans leur exposé, les
sources formelles de l’Etat dont ils ont la nationalité (voire les
nationalités). Ce réflexe national a un mérite : il conduit ainsi à
honorer la doctrine du pays du professeur, qui comprend ses anciens
maîtres. Mais il ne faudrait point, surtout dans un cours axé sur la
nationalité et ses conflits, verser dans le nationalisme ! Aussi sacri-
fiera-t-on quelque peu à cette habitude en laissant toutefois la plus
large place aux autres droits, car le sujet commande qu’il en soit
ainsi.
12. Conformément à un autre usage bien ancré à l’Académie et
propice à une pédagogie efficace, l’enseignement comprend deux
phases. La première s’exprime ex cathedra, à l’image de cette œuvre
sculptée qui figure dans la salle de cours de l’Académie et qui repré-
sente un « cours de droit » professé en Italie médiévale. La seconde
prend la forme d’un séminaire permettant une pédagogie plus
interactive. La présente publication ne reprend que l’enseignement
magistral, en le développant et en le nourrissant, comme il se doit,
des références aux sources citées.
Une dernière remarque méthodologique s’impose. Pour bien faire,
dans tout processus de transmission du savoir, doivent intervenir
deux composantes : une partie documentaire (l’information) et une
autre, de nature critique, donc réflexive (la formation). La réflexion
critique sur le droit enseigné constitue une responsabilité partagée
entre le professeur et les auditeurs. Le cours ne peut atteindre sa plé-
nitude que dans le prolongement de réflexions qu’il suscite dans
l’esprit de chaque auditeur ou lecteur. On se bornera à le rappeler en
soulignant que, lorsque le crédit horaire de l’enseignement est res-
treint, le temps laissé aux développements critiques en souffre inévi-
tablement, ce qui postule de l’enseigné un effort personnel plus exi-
geant.

Section 3. Plan

13. On vient de l’annoncer : avant d’aborder l’étude détaillée des


conflits de nationalités, il s’impose d’ouvrir ce cours par un aperçu
sur la nationalité. Non point pour en livrer ici une théorie générale
complète — pareille démarche justifierait et postulerait un cours
exclusivement consacré à ce sujet — mais pour permettre de mieux
suivre et comprendre les développements sur la matière qui forme
Conflits de nationalités 45

l’objet même de l’enseignement, les conflits de nationalités, expres-


sion vague et à préciser aussi. Le premier chapitre servira donc à cla-
rifier quelque peu le concept de nationalité. A cet effet, un survol,
même trop rapide, de son évolution historique se justifie, car les
réglementations actuelles de l’institution ne peuvent guère se com-
prendre sans l’évocation de leurs racines profondes. Il faudra abor-
der la signification même du terme « nationalité » et l’on en profitera
pour fournir une série d’informations d’ordre terminologique car, en
ce domaine, les ambiguïtés abondent. On rappellera enfin dans les
grandes lignes quelques utilisations du concept de nationalité.
Au deuxième chapitre seront rappelés les principes de droit inter-
national en matière de nationalité, car d’eux procèdent bien des
développements sur la plurinationalité et l’apatridie. On y analysera
la position du droit international à l’égard de ces conflits positifs ou
négatifs.
Cela conduira naturellement à présenter ensuite une typologie des
conflits de nationalités en veillant à lever, à leur propos aussi, les
confusions trop répandues. Il s’agira de bien distinguer les vrais
conflits de nationalités — positifs et négatifs — de ce que nous qua-
lifierons de conflits fictifs. Ce troisième chapitre se poursuivra par
des développements consacrés aux principales caractéristiques des
conflits de nationalités : on évoquera leurs racines profondes et leurs
causes, puis leur nature juridique, en justifiant pourquoi il y a lieu de
les classer dans le droit international privé.
Dans le quatrième chapitre, on examinera successivement les
diverses attitudes que les Etats ont réservées et réservent aux conflits
de nationalités. Ce cadre donnera l’occasion de décrire l’évolution
des mentalités à l’égard du phénomène de la plurinationalité (en par-
ticulier de la bipatridie) et de celui de l’apatridie. Cette matière est
en quelque sorte préalable à celle des solutions aux conflits de natio-
nalités. Il est évident que si un Etat rejette l’idée même de pareils
conflits, il ne se posera que fort peu la question de savoir comment
les résoudre.
Enfin, il faudra s’attacher à l’exposé systématique des solutions,
classiques et modernes, apportées aux conflits positifs et négatifs de
nationalités. Tel sera l’objet du dernier chapitre. On évoquera
d’abord les solutions applicables aux deux formes de conflits, à
savoir les méthodes de prévention et de réduction de ceux-ci, puis
les remèdes apportés à certains de leurs effets pervers. Les solutions
propres aux conflits positifs feront ensuite l’objet d’une présentation
46 Michel Verwilghen

détaillée, en insistant sur celles consacrées par traités. Après l’ex-


posé des solutions classiques les plus répandues, on fera place à la
controverse récente, assez vive, sur les mérites et les dangers des
solutions fonctionnelles avancées depuis peu.
Quelques réflexions finales clôtureront l’enseignement.
47

CHAPITRE I

NOTIONS GÉNÉRALES SUR LA NATIONALITÉ

« Nationality has no positive, immutable mean-


ing . . . It may acquire a new meaning in the
future as the result of further changes in the cha-
racter of human society and developments in inter-
national organization. Nationality always connotes,
however, membership of some kind in the society
of a state or nation. »
(Harvard Draft on Nationality. 23)

Introduction

14. Il faut partir d’un constat : l’existence, au-delà des évidentes


spécificités de chacune des réglementations étatiques, de traits com-
muns à tous les systèmes juridiques dans leur réglementation sur la
nationalité et les conflits de nationalités. Sans doute serait-il plus
exact de parler de réalités et de difficultés communes, tant il est vrai
que les solutions nationales retenues pour les résoudre varient à l’ex-
trême. Tous les Etats sont confrontés à la nécessité de définir leur
patrimoine humain. Pour ce faire, ils doivent choisir parmi les cri-
tères d’établissement de la nationalité — peu nombreux, au demeu-
rant — celui ou ceux qui leur conviennent. Il leur faut aussi déter-
miner les hypothèses dans lesquelles les nationaux seront considérés
comme n’étant plus membres de la communauté étatique. De même,
ils doivent tous, au moins de façon concise, fixer les règles de
preuve et organiser le contentieux de la nationalité. Enfin, il leur
incombe encore de donner des indications aux praticiens du droit sur
la manière de trancher les éventuels conflits de nationalités qui appa-
raîtraient dans leur ordre juridique étatique.
Mais le constat doit aussitôt être complété : ne relève-t-on pas la
présence de « problèmes devant être résolus avant même que des dis-
positions n’entrent en jeu » ? 24 Ces problèmes forment véritablement

23. « Nationality, Responsibility of States, Territorial Waters — Draft of


Conventions », Americ. Journ. of Int. Law, vol. 23, 1929, Special supplement
(April 1, 1929), p. 21.
24. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », Recueil des
cours, tome 74 (1949), p. 275, no 1.
48 Michel Verwilghen

les fondements de la matière. Citons, par exemple, celui de la défi-


nition et de la nature du lien de nationalité, de ses caractères essen-
tiels, des motifs profonds qui poussent le législateur dans le choix des
réglementations sur la nationalité, de l’attitude politique des pouvoirs
publics à l’égard des cumuls de nationalités et de l’apatridie, etc.
15. Un grand nombre de manuels, précis ou traités de droit inter-
national privé, de droit public, voire de droit civil, contiennent des
développements plus ou moins étendus sur ces matières que l’on
peut classer dans la théorie générale de la nationalité, alors même
que ces livres ont pour objet un système juridique étatique bien
déterminé.
La place laissée à l’étude des traits fondamentaux de la nationalité
et, plus encore, des conflits de nationalités, demeure cependant sou-
vent fort réduite, surtout dans les pays de common law 25. Si l’on
excepte quelques exposés remarquables (encore que vieillis) 26, l’exa-
men systématique des principes généraux régissant ces domaines n’a
pas souvent été réalisé. D’où le flou qui accompagne bien des
concepts, à commencer par ceux-là même de nationalité et de
conflits de nationalités. Il conviendra donc de tenter de les clarifier.
Comme l’indique son titre, ce cours portera essentiellement sur la
matière des conflits de nationalités, dont on démontrera plus loin que
son cadre le plus naturel est celui du droit international privé. En
guise d’entrée en matière, ce premier chapitre évoquera la théorie
générale de la nationalité, non de façon exhaustive mais dans la
mesure nécessaire pour la bonne compréhension des autres chapitres.

Section 1. Evolution historique du concept de nationalité

16. La doctrine contemporaine enseigne qu’en droit la nationalité


vise généralement « l’appartenance juridique et politique d’une per-
sonne à la population constitutive d’un Etat » 27. Cette formule
dégage les deux dimensions classiques de l’institution, que nous
développerons plus loin 28 :

25. Voir cette assertion de A. Dummett et A. Nicol, dans Subjects, Citizens,


Aliens and Others — Nationality and Immigration Law, Londres, Weidenfeld
and Nicolson, 1990, p. 1 : « The law of nationality plays no part in standard poli-
tical histories of the British nation. It is often omitted even from constitutional
histories... »
26. On consultera à ce propos la bibliographie donnée à la fin de ce cours.
27. P. Lagarde, La nationalité française, Paris, Dalloz, 3e éd., 1997, p. 3, no 1.
28. Voir infra, nos 18-50.
Conflits de nationalités 49

1) par la dimension verticale, on insiste sur l’idée qu’un individu est


placé dans un lien d’allégeance vis-à-vis de l’Etat et qu’il prend
dès lors la qualité de « sujet » de cet Etat, car il se trouve en situa-
tion de sujétion vis-à-vis de lui 29 ;
2) dans la dimension horizontale, la personne considérée comme
rattachée à une communauté ou population bénéficie de ce fait du
statut réservé à celle-ci 30 ; cette population forme l’un des élé-
ments constitutifs de l’Etat 31, sans que l’on doive s’interroger sur
la localisation des personnes qui la composent : elles peuvent
aussi bien se trouver sur le territoire de cet Etat ou à l’étranger.
Dans une thèse défendue aux Pays-Bas, un auteur ne rejette pas
cette distinction mais avance une autre présentation : il voit dans la
nationalité au sens formel la qualité de membre d’un Etat souverain,
et vise par nationalité au sens matériel l’ensemble des règles de droit
matériel (substantive law) qui donne sa « signifiance » à la nationa-
lité au sens formel, c’est-à-dire son contenu et son sens 32.
17. Ces différentes dimensions ne sortent pas du néant. Elles pro-
cèdent d’une longue et lente évolution historique. Au cours des
siècles, selon les milieux géographiques, l’une ou l’autre se déve-
loppa davantage. Certes, c’est seulement vers le début de la période
contemporaine, à l’aube du XIXe siècle, que la nationalité est deve-
nue une notion juridique méritant d’être réglementée et qu’elle a
commencé à prendre un aspect politique aux effets consistants. Mais
les leçons de l’histoire antérieure à cette émergence ne doivent pas
être oubliées. Nul ne saurait comprendre la notion actuelle de la natio-
nalité, tant d’un point de vue général que dans les droits nationaux,
sans référence à l’évolution historique du concept. De même, nul ne
pourrait aisément appréhender la notion de conflit de nationalités et
apprécier son évolution sans connaître les racines de ce phénomène.
En 1844, Demangeat écrivait justement : « En droit, pour bien com-
prendre ce qui est, il faut nécessairement connaître ce qui a été... » 33

29. H. F. van Panhuys, The Rôle of Nationality in International Law — An


Outline, Leyde, Sijthoff, 1959, p. 24.
30. F. Terré, « Réflexions sur la notion de nationalité », Rev. crit. dr. int. pr.,
vol. 64, 1975, p. 199.
31. B. Audit, Droit international privé, Paris, Economica, 2e éd., 1997,
p. 742, no 889.
32. H. F. van Panhuys, The Rôle of Nationality in International Law — An
Outline, p. 240.
33. Ch. Demangeat, Histoire de la condition civile des étrangers en France,
Paris, Joubert, 1844, pp. I-II.
50 Michel Verwilghen

Comme il n’est pas possible de retracer ici le développement de


toutes les législations étatiques en la matière, il faut établir des syn-
thèses et consentir à des sélections. Pour ce faire, et en schématisant
quelque peu, on retiendra une présentation inspirée de la double
dimension rappelée ci-dessus.

Par. 1. Conceptions anciennes

I. La nationalité comme allégeance de l’individu

A. L’allégeance dans les pays de common law

1. Notion d’allégeance
18. Dans de nombreux pays rattachés au système juridique de
common law, la nationalité prend ses racines dans les conceptions
féodales. La notion de « sujet » y correspond à une certaine idée du
rapport de l’individu à la puissance publique, bien différente de celle
qui prévalut au fil des siècles dans les territoires influencés de façon
plus profonde par le droit romain.
En common law, la nationalité s’est historiquement développée à
partir de la notion d’allégeance 34. Apparue dès le haut Moyen Age
en Angleterre, elle pénétra dans tous les territoires qui, « par la force
absorbante des armes, de la diplomatie, de la politique et de l’ar-
gent » 35, furent englobés dans ce qui devint l’Empire britannique.
Cette notion a donc fortement influencé le droit de la nationalité de
pays aussi divers que les Etats-Unis d’Amérique, l’Australie, le
Canada, l’Afrique du Sud, ainsi que la plupart des Etats du tiers
monde que la colonisation plaça jadis sous l’influence britannique :
Inde, pays d’Afrique orientale, Moyen-Orient…
19. La notion d’allégeance est née et s’est développée en Angle-
terre à l’époque féodale : « Le mot est féodal, comme la chose... »,
écrit François Laurent, non sans cynisme 36. L’allégeance était l’obli-

34. C. Parry, British Nationality, Londres, Stevens & Sons, 1951, p. 7 : « For
at Common law, the basis of nationality was permanent allegiance to the
Crown » ; voir aussi A. Dummett et A. Nicol, Subjects, Citizens, Aliens and
Others — Nationality and Immigration Law, pp. 21-38 (« Land and Alle-
giance »).
35. E. S. Zeballos, La nationalité au point de vue de la législation comparée
et du droit privé humain, Paris, Sirey, 1914, t. I, p. 149.
36. F. Laurent, Le droit civil international, Bruxelles, Bruylant, et Paris,
Marescq, t. III, 1880, p. 239, no 134.
Conflits de nationalités 51

gation de fidélité et d’obéissance qu’un vassal devait à son suzerain,


à charge pour celui-ci d’apporter sa protection en contrepartie. Au fil
du temps, le roi devint le seigneur féodal suprême de l’ensemble de
la population. Dès lors, les individus placés sous la suzeraineté
royale prirent la qualité de « sujets » (British subjects).
La doctrine de l’allégeance perpétuelle, liée à la qualité de British
subject, prévalut très tôt en Angleterre. Elle s’implanta plus tard par
la force des armes dans les colonies de la Couronne, notamment
dans les territoires formant aujourd’hui le Canada, les Etats-Unis
d’Amérique, l’Australie et l’Inde. Ainsi, à l’époque de la conquête
du Nouveau Monde par les forces anglaises, les Français, les Aca-
diens et les autres habitants de ces territoires furent placés par la
contrainte sous allégeance britannique : ils devinrent sujets du roi
d’Angleterre. A la fin du XIXe siècle, analysant les problèmes de
nationalité au Canada, un auteur a pu écrire :
« It is evident, therefore whether we view it as part of the
common law of England, or as a prerogative right of the
Crown, that the doctrine of indelible allegiance became part of
the law of this country at the time that the sovereignty of the
British Crown was established on it. » 37
Depuis le temps où elle fut élaborée à l’occasion de l’affaire
Robert Calvin 38, les idées sur l’allégeance ont évidemment évolué.
L’opinion de Coke, selon laquelle l’allégeance permanente se devait
d’être perpétuelle et exclusive, a été quelque peu battue en brèche
pour s’estomper de nos jours.
20. Au plan étymologique, le terme « allégeance » vient du mot
ligentia, lui-même dérivé du prédicat ligius, qui signifie « absolu » 39.
A l’origine, l’allégeance visait la « féauté lige », c’est-à-dire le rap-
port de féauté absolue. Si un vassal pouvait théoriquement dépendre
de plusieurs suzerains, il n’était jamais soumis qu’à un seul suzerain
lige. Or, comme le roi prit bientôt place au sommet de la hiérarchie
féodale, il devint évident que le seul lien de féauté lige était le ratta-
chement de l’individu au roi. Dans la même logique, tout étranger se
37. A. Howell, Naturalization and Nationality in Canada, Toronto, Carswell,
1884, p. 32.
38. Calvin’s Case (1608) 2 St.Tr. 599, 585 ; (1608) 7 Co.Rep. 1a, 17a ; 77
Eng. Rep. 377. Voir infra, no 40.
39. Selon le doyen Gérard Cornu, le mot anglais allegiance paraît en outre
avoir été partiellement confondu avec allégeance, dans le sens de soulagement
(dérivé d’alléger) : voir vo « Allégeance », Vocabulaire juridique, p. 44.
52 Michel Verwilghen

trouvait nécessairement en état de féauté lige vis-à-vis de son propre


suzerain lige ; par conséquent, il devait allégeance à ce dernier.
Bref, la double allégeance ne se concevait guère et personne
n’imaginait, dans les pays anglo-saxons, qu’un homme puisse porter
la qualité de bipatridie 40. En outre comme dans le système féodal,
une personne se trouvait nécessairement en lien de vassalité, à l’ex-
ception du souverain, personne n’échappait à l’allégeance. Il n’y
avait donc pas davantage d’apatride. Enfin, vouloir changer de
féauté lige s’apparentait à une trahison et, dès lors, en droit comme
en fait, l’idée d’allégeance perpétuelle s’imposait comme allant de
soi.

2. Caractéristiques de l’allégeance

21. Dans une étude sur l’évolution du droit de la nationalité bri-


tannique, Robert Kiefé relève les trois principales caractéristiques de
l’allégeance : sa réalité, sa personnalité et sa perpétuité 41. A des
degrés divers, mais en tout cas fort atténués par rapport au passé,
celles-ci s’observent encore dans les législations actuelles impré-
gnées de la notion d’allégeance.
22. Par réalité de l’allégeance, on entend que les individus nés
dans les limites du territoire sur lequel s’exerce de facto la souverai-
neté royale pouvaient prétendre à la qualité de « sujets ». Inverse-
ment, quiconque naissait, même d’auteurs ayant cette qualité, en
dehors de la portée de l’autorité du roi — soit à l’étranger, soit en
territoire sur lequel le roi d’Angleterre n’exerçait plus effectivement
ses pouvoirs (en Normandie, par exemple, après la perte de cette
province par la Couronne anglaise) — ne pouvait être considéré
comme placé sous l’allégeance royale 42.
Ce principe connut diverses exceptions apportées sous la pression
de certaines circonstances 43. Bénéficièrent de celles-ci les princes

40. Sur le concept d’allégeance, voir Ch. Abbott, Naturalization and Alle-
giance, s. l., s. n., Great Britain, Foreign Office (confidential), 1868 ; R. Kiefé,
« L’allégeance », La nationalité dans la science sociale et dans le droit contem-
porain, Paris, Sirey, 1933, pp. 47-68 ; J. Salmond, « Citizenship and Alle-
giance », Law Quart. Rev., vol. 18, 1902, p. 19.
41. La nationalité des personnes dans l’Empire britannique, Paris, Rousseau,
1926, pp. 7 ss.
42. En ce sens, Craw v. Ramsey (1669) Vaugh 274, Dyer 224 a, b ; 124 Eng.
Rep., p. 1072.
43. Sur ces exceptions, voir notamment A. Henriquez, The Law of Aliens and
Naturalization, Londres, 1906.
Conflits de nationalités 53

royaux nés en pays étrangers 44, les enfants nés à l’étranger de pères
militaires au service du roi, les enfants nés à bord des navires battant
pavillon anglais, les enfants nés sur le continent de sujets britan-
niques ayant fui le pays durant une épidémie de peste 45, etc.
23. Il faut bien comprendre l’idée de la personnalité de l’allé-
geance, car elle pourrait à première vue sembler contradictoire avec
la première caractéristique : n’oppose-t-on pas généralement réalité
et personnalité des lois ?
La doctrine, lorsqu’elle utilise ici le mot « personnalité », veut sim-
plement signifier qu’à l’origine l’allégeance était due au roi, personne
physique, et non à la couronne ou au royaume, entités morales.
De cette caractéristique, il découlait d’abord que l’allégeance pre-
nait naissance à l’instant même de la prise de pouvoir par le roi,
c’est-à-dire au décès de son prédécesseur ; l’intronisation ou le cou-
ronnement n’exerçait donc aucune influence 46. En plus, l’allégeance
suivait la personne du roi partout où il voyageait. Enfin, elle formait
un tout indivisible, mais en raison du fait que, dans le système féo-
dal, l’idée de graduated allegiance prévalait, l’allégeance multiple
hiérarchisée restait imaginable, ce qui ne fut plus vrai lors de l’émer-
gence de l’Etat moderne 47.
Avec le temps, il fut cependant admis que l’allégeance devait être
comprise comme due au roi en sa qualité de puissance politique, et
non en raison de son pouvoir personnel (« in his political, and not his
personal, capacity ») 48.
24. En vertu du principe de perpétuité de l’allégeance, le sujet
était soumis au roi pour toujours, et ce lien ne pouvait être ni sus-
pendu, ni rompu :
« Un Anglais qui émigre en France ou en Chine doit la même
allégeance au roi d’Angleterre que s’il résidait dans son pays et
aussi bien vingt ans après qu’au jour de son départ… » 49

44. Statut 25 du roi Edouard III.


45. Statut De natis ultra mare adopté en 1350 par le roi Edouard III, p. 25,
ch. 1.
46. Isaacson v. Durant (1886) 17 QBD, 54, pp. 59-60.
47. En ce sens, Commission mixte mexico-américaine, sentence no 633 du
16 août 1871 ; William E. and William Barron v. USA, dans J. Moore, History
and Digest of the International Arbitration to Which the United States Has Been
a Party, 1898, t. III, pp. 2520-2525.
48. Isaacson v. Durant (1886) 17 QBD, 54, p. 66.
49. W. Blackstone, Commentaries on the Law of England, Londres, Brooke,
t. I, 1811, pp. 369-370.
54 Michel Verwilghen

Cette caractéristique de la common law s’exprimait dans l’adage


« once a subject always a subject ».
On devine que, compris avec rigueur, le principe allait donner lieu
à de graves difficultés : ainsi, les Anglais qui optèrent pour la natu-
ralisation américaine après la proclamation d’indépendance des
Etats-Unis connurent de sérieux déboires dès qu’ils tombèrent aux
mains des soldats du roi d’Angleterre 50. Sous la pression des faits, il
fallut progressivement accepter des tempéraments à ce principe.
L’inflexibilité de la règle fut battue en brèche d’abord dans quelques
statuts adoptés dès l’époque féodale, puis de façon plus prononcée
au XIXe siècle 51 pour s’effacer à la fin de ce millénaire 52.

3. Déclin relatif de l’allégeance

25. Très longtemps, le principe d’allégeance figura en bonne


place dans les textes des statuts britanniques. On le relève encore
expressis verbis dans le British Nationality and Status of Aliens Act
de 1914 53, qui se réfère aux « individus nés dans l’étendue de la
domination de Sa Majesté et sous son allégeance ». On le retrouve
tout autant dans la littérature juridique anglaise 54.
Aux Etats-Unis d’Amérique aussi, la notion d’allégeance fit son
chemin. En voici une bonne preuve. A la veille de la codification du
droit international entreprise sous l’égide de la Société des Nations,
la Harvard Law School entreprit une recherche en vue d’élaborer, à
l’intention de la future conférence diplomatique, un avant-projet de
convention internationale. Le groupe de travail composé exclusive-
ment d’Américains proposa en tête de son texte les deux définitions
suivantes, qui trahissaient on ne peut mieux leurs racines anglo-
saxonnes :
« Au sens de la présente convention :
1) la « nationalité » est la qualité d’une personne physique unie
à un Etat par un lien d’allégeance (by a tie of allegiance),

50. Voir à ce propos R. Kiefé, « L’allégeance », pp. 12-16.


51. Voir le Naturalization Act 1870.
52. Voir, entre autres, le British Nationality Act 1981.
53. 4 et 5 Geo, 5, ch. 17.
54. Voir par exemple W. E. Hall, A Treatise on International Law, 8e éd. par
A. P. Higgins, Oxford, Clarendon Press, 1926, p. 275 et p. 293 ; T. J. Lawrence,
The Principles of International Law, Londres, Mac Millan, 7e éd. par P. H. Win-
field, 1925, p. 199.
Conflits de nationalités 55

2) le « national » est une personne physique unie audit Etat par


un lien d’allégeance... » 55
Quant à la notion de British subject, liée à celle d’allégeance, elle
aussi s’est retrouvée dans maintes dispositions législatives, voire
dans des traités internationaux liant l’Empire britannique. Citons
comme exemple le Cyprus (Annexation) Order in Council 1914 56,
aux termes duquel les Ottomans qui résidaient habituellement à
Chypre et qui y habitaient encore devinrent British subjects en raison
de l’annexion de l’île par l’Empire britannique. Cette mesure sera
reprise dans la Convention relative à l’établissement et à la compé-
tence judiciaire en Turquie, signée à Lausanne le 24 juillet 1923 57,
mais avec une faculté pour les personnes intéressées : l’option pos-
sible pour la nationalité turque, à condition de quitter l’île. L’expres-
sion British subject figure encore dans la législation actuelle sur la
nationalité britannique, le British Nationality Act 1981, mais le statut
de sujet britannique y a perdu beaucoup de ses effets. Désormais,
c’est le bénéficiaire de la citoyenneté britannique (British citizen-
ship) qui jouit de l’essentiel des droits et assume le poids des obli-
gations liées à la nationalité du Royaume-Uni.
26. De nos jours, les dispositions figurant dans les sources de
droit positif, plus modernes, ne retiennent plus guère le terme « allé-
geance » (ou « allégeance juridique »), qui a perdu bien du terrain. La
plus célèbre décision de la Cour internationale de Justice en matière
de nationalité, l’arrêt Nottebohm, l’a néanmoins utilisé 58. Aux Etats-
Unis d’Amérique comme au Royaume-Uni, quelques ouvrages
continuent à insister sur la notion d’allégeance en affirmant qu’elle
reste l’essence de la nationalité 59.

55. M. O. Hudson (dir. publ.), Nationality, Responsibility of States, Territorial


Waters, Cambridge (Mass.), Harvard Law School, 1929, pp. 13-20, et dans Ame-
ric. Journ. of Int. Law, vol. 23, 1929, Special supplement (April 1, 1929),
pp. 13-20.
56. Cet Act sera amendé en 1917 et en 1929. Sur la nationalité des habitants
de Chypre avant l’annexion, voir J. de Burlet, Nationalité des personnes phy-
siques et décolonisation, Bruxelles, Bruylant, Bibl. faculté de droit de l’Univer-
sité catholique de Louvain, t. X, 1975, pp. 87-88.
57. SDN, Recueil des traités, 1924, no 704, pp. 151 ss.
58. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, pp. 4 ss. ; sur cet arrêt, voir la doctrine citée infra, no 134,
note 350. Voir aussi Cass. fr. (ch. civ.), 19 février 1975, Rev. crit. dr. int. pr.,
vol. 65, 1976, somm. 735, qui use du mot « allégeance ».
59. En ce sens, voir l’encyclopédie américaine de William Mack et Donald
Kiser, Corpus Juris, New York, American Law Book, vol. 65, 1928 : le mot
Nationality est défini en ces termes : « A man’s natural allegiance », lesquels sont
56 Michel Verwilghen

Mais, dans bien des pays, la vieille idée d’allégeance, qui forme la
principale racine historique de la nationalité, explique les obligations
réciproques entre l’individu et l’Etat : elle permet de comprendre
pourquoi le citoyen doit faire preuve de loyalisme et effectuer un
service militaire et pourquoi l’Etat lui accorde sa protection diplo-
matique.
Nul ne peut contester que
« la vision verticale du lien « nationalité » est celle qui explique
le mieux les effets de droit public de la nationalité, ainsi que
certains traits de sa réglementation par les droits étatiques » 60.
Même si les règles ont changé et si, de plus en plus, les pays
anglo-saxons se montrent, en matière de nationalité, perméables
à des idées étrangères à leurs conceptions juridiques, les fonde-
ments historiques imprègnent donc profondément encore ces légis-
lations.
La prépondérance du jus soli, la préférence pour la permanence de
la citoyenneté, la méfiance vis-à-vis des conflits positifs de nationa-
lités, etc., s’expliquent d’abord par référence à l’idée selon laquelle
la nationalité est avant tout un rapport d’allégeance de l’individu à
l’Etat.
Sur le continent européen, des études sur la nationalité des per-
sonnes morales distinguent encore l’allégeance juridique de l’allé-
geance politique, tout en soulignant la valeur relative de la distinc-
tion 61.

d’ailleurs repris d’arrêts de la Cour suprême ; dans la seconde édition, due à


Francis Ludes et Harold Gilbert, Brooklyn, vol. 65, 1966, les auteurs ajoutent :
« The term denotes a relationship between an individual and a nation involving
the duty of obedience or allegiance on the part of the subject and protection on
the part of the State. » Enfin, dans l’édition de 1991 (vo « Citizens », vol. 14,
par. 1), le mot allegiance est encore utilisé. Il est aussi symptomatique de
constater que, dans la réédition de 1979 d’un dictionnaire américain des termes
juridiques, dont la première édition remonte à la fin du XIXe siècle, on continue
à définir la nationalité comme étant « that quality or character which arises from
the fact of a person’s belonging to a nation or state. Nationality determines the
political status of the individual with reference to allegiance » (H. Campbell
Black, vo « Nationality », A Dictionary of Law, Saint Paul (Minn.), West Publ.,
1891, 5e éd., 1979).
60. E. Pérez Vera, « Citoyenneté de l’Union européenne... », p. 278.
61. P. De Visscher, « La protection diplomatique des personnes morales »,
Recueil des cours, tome 102 (1961), pp. 430 ss. ; Y. Loussouarn, « La condition
des personnes morales en droit international privé », Recueil des cours, tome 96
(1959), pp. 447-552 ; F. Rigaux, « Les personnes morales en droit international
privé », Annales de droit (Louvain), vol. 24, 1964, pp. 241-266.
Conflits de nationalités 57

B. L’allégeance dans les pays de droit civil

27. Sous l’Ancien Régime, la nationalité fut aussi considérée,


dans certaines régions d’Europe continentale, comme découlant de
l’allégeance au souverain. Toutefois, cette allégeance y reçut un sens
assez différent qu’en Angleterre et son histoire « ne présente pas des
traits aussi nets que dans le droit anglais » 62.
28. En France, l’économiste et philosophe Jean Bodin consacra
un chapitre de ses Six livres sur la République 63 parus en 1576 sur le
thème « Du citoyen et de la différence d’entre le citoyen, le subjet,
l’estranger, la ville, cité et République ». Selon lui, toute personne
soumise au prince est sujet, qu’il s’agisse d’un homme libre, d’un
esclave ou d’un étranger. Quant au citoyen, synonyme de national,
ce n’est autre chose que le « franc sujet de la République où il est
natif soit de deux citoyens, soit de l’un ou l’autre seulement » 64. Le
critère du jus sanguinis est donc retenu ; plus tard seulement viendra
la naturalisation.
L’idée de l’allégeance au souverain apparaît bien dans cette
phrase de Bodin où il affirme que
« les privilèges ne font pas le citoyen, mais l’obligation
mutuelle du souverain au sujet, auquel, pour la foi et l’obéis-
sance qu’il reçoit, il doit justice, conseil, confort, aide et pro-
tection, ce qui n’est point dû aux estrangers » 65.
Ce lien d’allégeance au prince, Bodin le conçoit comme inalié-
nable et cite à l’appui de cette opinion un arrêt du Parlement de Paris
du 13 juin 1554 selon lequel un citoyen français ayant vécu près
d’un demi-siècle à Venise est toujours « sujet du Roy de France » et
peut à ce titre hériter de ses parents en France 66.
Un autre juriste français, mais du XVIIe siècle, Jean Bacquet, avo-
cat du roi en la Chambre du trésor, a consacré tout un traité à la
condition des étrangers, qu’il appelle « aubeins » et oppose aux natu-
rels français. Il affirme que « les vrays & naturels François [sont
ceux] qui sont naiz dedans le Royaume, pays, terres & seigneuries

62. R. Kiefé, « L’allégeance », p. 60.


63. J. Bodin, Six livres sur la République, Paris, Jacques Du Puys, 1re éd.,
1576 ; Lyon, Gabriel Cartier, 10e éd., 1593 ; rééd. Paris, Fayard (Corpus des
œuvres philosophiques en langue française), 1986.
64. Ibid., p. 70.
65. Ibid., p. 85.
66. Ibid., p. 91.
58 Michel Verwilghen

de la nation, domination & obéissance du Roy » 67, par opposition


aux aubeins, « c’est-à-dire estrangers qui ne sont naiz en France, ains
en pays estrange, auquel le Roy de France n’est recogneu, ny obey,
& sont venus demeurer au Royaume » 68. Chez cet auteur, l’accent
est donc nettement mis sur le jus soli, mais aussi sur le lien d’allé-
geance avec le roi. Le chapitre qu’il consacre aux lettres de natura-
lité (forme primitive de naturalisation) est généralement considéré
comme le meilleur texte prouvant que la conception anglaise de l’al-
légeance existait aussi en France à cette époque : le roi jouissait véri-
tablement d’un pouvoir personnel sur les habitants du royaume.
Une thèse consacrée aux lettres de naturalité sous l’Ancien
Régime a bien montré qu’à cette époque le royaume de France était
formé de « l’ensemble des âmes groupées autour d’une personne et
communiant dans la même ferveur envers celle-ci » 69. L’auteur de
cette recherche a établi aussi que la naturalité royale, geste politique
assez différent de la naturalisation d’aujourd’hui, n’effaçait pas com-
plètement la pérégrinité de l’étranger, mais se présentait comme une
faveur permettant d’écarter le droit d’aubaine : « Grâce à elle, la fidé-
lité envers le seigneur est devenue l’une des forces qui contribuèrent
à la grandeur française, la loyauté envers la Couronne. » 70 Qu’était-
ce donc d’autre qu’un lien d’allégeance ?
29. En Espagne aussi prévalut, sous une forme particulière, l’idée
de lien unissant le « national » à son seigneur. D’après les Partidas,
cette allégeance constituait le premier et le meilleur des liens. Le
vassal lige devait fidélité à son seigneur et était tenu de lui rendre
des services (par exemple, celui de combattre à ses côtés en cas de
nécessité) ; en contrepartie, il bénéficiait de la justice du seigneur. De
même en était-il du naturel, à ceci près que le lien entre ce dernier et
le seigneur résultait de la naissance sur le territoire soumis à la juri-
diction du seigneur, et non d’un accord de volonté 71.
30. C’est précisément sur le rôle de la volonté des personnes que
les idées évoluèrent dans le continent européen. Au siècle des
Lumières se développa la conception selon laquelle la nationalité

67. J. Bacquet, Du droit d’aubeine, Paris, 1658, éd. revue par son gendre
Belut, Paris, Cochart, 1664, 1re partie, ch. I, par. 2, p. 2.
68. Ibid.
69. J. Boizet, Les lettres de naturalité sous l’Ancien Régime, Paris, Lavergne,
1943, p. 163.
70. Ibid., p. 162.
71. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », pp. 530 ss.
Conflits de nationalités 59

devait être considérée comme un lien rattachant une personne à un


Etat. Toutefois, elle s’y développa bien plus comme théorie philoso-
phique relative à la formation de l’Etat que comme le fruit d’une
évolution des structures politiques et sociales. De plus, loin de plon-
ger ses racines dans la féodalité et dans l’idée d’un rapport hiérar-
chique entre un monarque et ses sujets, elle se fondait sur le consen-
sualisme.
Celui qui passe pour le père de cette théorie, Jean-Jacques Rous-
seau, l’a présentée dans son Contrat social 72. Selon le célèbre pen-
seur français, la société n’est rien d’autre que la résultante d’un
contrat par lequel des personnes ont abandonné leur liberté naturelle
en obtenant de la communauté, en contrepartie, protection et assis-
tance. Dans cette perspective, la nationalité se présente d’abord
comme un rapport contractuel synallagmatique entre l’individu et
l’Etat : les droits et devoirs du premier subordonnent ceux de l’autre
partie, et vice versa.
La Révolution française va dégager la notion de citoyenneté, en
considérant comme citoyens tous ceux qui acceptent de se plier à la
Constitution. Pour des raisons d’intérêt public, le national et l’étran-
ger ne sont plus distingués : on les confond dans un seul terme, car
comme citoyens, tous jouissent des mêmes droits civils. Au plan du
droit privé, ils se trouvent sur pied d’égalité. Mais cela ne dura pas.
Dès 1803, le législateur en revient à la distinction classique et,
depuis lors, le mot « national » désigne les Français pour mieux les
distinguer des étrangers. La nationalité fait peu après une entrée
remarquée dans le Code Napoléon 73.
31. Reprise plus tard par de nombreux juristes français 74, la théo-
rie de Rousseau eut une influence considérable et durable, nonobs-

72. Rousseau n’a-t-il pas habilement emprunté cette théorie à son compatriote
Emer de Vattel ? Celui-ci publia ses Principes de la loi naturelle appliquée à la
conduite et aux affaires des nations et des souverains en 1758 (repr. des livres
III et IV en langue anglaise dans The Classics of International Law, Carnegie
Instit., Washington DC, 1916), en y développant les idées d’un « contrat social ».
On retrouve celles-ci dans la première édition de l’ouvrage Du contrat social
que Jean-Jacques Rousseau fit paraître quatre ans plus tard, en 1762 (Amster-
dam, chez Marc Michel Rey).
73. M. Vanel, Histoire de la nationalité française d’origine, Paris, Anc. impr.
Cour d’appel, 1945, p. 139.
74. Voir par exemple G. Cogordan, La nationalité au point de vue des rap-
ports internationaux, Paris, Larose et Forcel, 2e éd., 1890, p. 7 ; E. Rouard de
Card, La nationalité française, Paris, Pedone et Gamber, 2e éd., 1927, p. 1 ; A.
Weiss, Traité théorique et pratique de droit international privé, Paris, Larose et
Forcel, 2e éd., 1907, t. I, p. 7.
60 Michel Verwilghen

tant la faiblesse de ses fondements. Elle ne résista finalement pas


aux critiques dont elle fit l’objet.
Certes, l’idée de Rousseau contenait une part de vérité, tant il est
vrai que des Etats ont pu se former à partir de groupes sociaux
constitués pour bonne part sur des volontés individuelles de vivre en
commun :
« C’est bien par leur consentement tacite, tout au moins par
leur adhésion à une situation de fait, que les membres du grou-
pement se sont trouvés vivre en communauté se comportant
comme un Etat. » 75
Mais il est encore plus certain que la thèse rousseauiste « se heurte
au fait que la plupart des règles sur l’attribution de la nationalité à
titre originaire jouent indépendamment de la volonté de l’intéressé »
et qu’en soi « la nationalité échappe au cadre du contrat de droit
privé » 76. Un contrat ne peut être la base d’un Etat et la nationalité
ne peut se définir comme un rapport contractuel 77. Comme le
constate Joe Verhoeven :
« L’idée que c’est aux personnes qu’il appartient en dernière
analyse de choisir leur Etat est séduisante. Il paraît bien, cepen-
dant, que le droit, au moins contemporain, sanctionne l’idée
contraire. C’est l’Etat qui choisit ses nationaux, et non l’in-
verse. » 78
32. Il reste que l’autonomie de la volonté des personnes peut et
doit jouer un rôle dans le droit de la nationalité. Une phrase du rap-
port de M. Siméon au Tribunat, prononcée le 25 frimaire an X, à
l’occasion de l’examen des articles sur la nationalité française intro-
duits dans le Code civil, est éclairante à cet égard, même si le
conseil qui y figure ne semble plus systématiquement écouté de nos
jours :
« Quelque riches que nous soyons en population, nous pou-
vons acquérir encore. Ouvrons nos portes aux étrangers, profi-

75. E. Tyan, Précis de droit international privé, Beyrouth, Editions Librairies


Antoine, 1966, p. 495, no 416.
76. H. Batiffol et P. Lagarde, Droit international privé, Paris, LGDJ, 7e éd.,
1981, t. I, p. 66, no 68.
77. E. Isay, « De la nationalité », Recueil des cours, tome 5 (1924), p. 431.
78. J. Verhoeven, « Condition des étrangers, conflits de lois et sociétés off-
shore… », p. 16.
Conflits de nationalités 61

tons du hasard qui leur donnera des enfans (sic) chez nous,
mais ne nous en saisissons pas malgré eux. » 79
Même lorsqu’un législateur exige des étrangers désireux de deve-
nir nationaux qu’ils manifestent leur volonté par la souscription
d’une déclaration auprès d’une autorité déterminée, c’est lui qui
décide des conditions d’acquisition de sa nationalité. De nos jours se
manifeste une tendance à supprimer cette démarche individuelle
lorsque l’étranger se trouve dans certaines conditions ; la nationalité
lui est alors conférée de plein droit. On peut stigmatiser ces incorpo-
rations collectives autoritaires, dans la nationalité d’un Etat, de per-
sonnes qui, peut-être, ne le souhaitent pas et qui demeurent parfois
dans l’ignorance de cette décision.

II. La nationalité comme statut de la personne

A. Racines lointaines

33. Des raisons historiques expliquent aussi pourquoi, dans


maints pays, l’accent est davantage placé aujourd’hui sur le statut du
national. La nationalité y est conçue comme un état de la personne,
état qui permet de distinguer le national de l’étranger.
Pour bien comprendre cette conception, il faut remonter jusqu’au
droit romain, voire jusqu’à l’Antiquité grecque, c’est-à-dire à une
époque où la notion d’Etat ne s’était pas encore développée. En ce
temps-là, c’est la cité qui représente l’entité politique de base. Celle-
ci est constituée d’un ensemble de familles ayant une origine com-
mune. L’appartenance à une famille forme l’élément clef de la
citoyenneté d’une personne : on est Athénien, Corinthien ou Romain
si l’on fait partie d’une famille incorporée à la cité considérée.
Cette appartenance ne peut alors s’acquérir que jure sanguinis,
c’est-à-dire par le sang reçu de ses auteurs : filius civitatem ex qua
pater eius naturalem originem ducit, non domicilium, sequitur 80.
L’évolution la plus significative s’observa en droit romain : le sta-
tus civitatis forma bientôt l’un des degrés de la capacité juridique
des personnes, distinct du status familiae 81. Pourquoi s’étonner que

79. P. A. Fenet, Recueil complet des travaux préparatoires du Code civil,


Paris, Ducessoi et autres, 1827, t. VII, pp. 166-167. (L’italique est de nous.)
80. Ulpien, I, 6, par. 1, D, ad munic., L., 1.
81. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 280, no 5.
62 Michel Verwilghen

des auteurs aient qualifié la nationalité d’état civil ? Ils visaient par
là, dans le droit fil de la tradition romaniste, la condition du citoyen,
c’est-à-dire de celui qui appartient à un groupe social déterminé,
condition qui comprend un ensemble de droits et d’obligations 82.
Rappelons d’ailleurs que, dans l’Antiquité, seul le citoyen jouissait
de la personnalité juridique, sauf exception consacrée par traité 83.
Cette conception de la nationalité pénétra ultérieurement dans de
nombreux pays d’Europe et s’y développa.

B. Essor de l’acception

1. En France
34. Dans le royaume de France comme en Angleterre, l’époque
féodale entraîna avec elle le principe de la prééminence du droit du
sol. Emergea alors l’idée que l’appartenance à une société civile
découlait avant tout de la naissance sur le territoire soumis à un sei-
gneur. Assez vite, cependant, les liens avec la communauté politique
et sociale de ce royaume primeront le simple lieu de naissance. La
consolidation du pouvoir royal alla de pair avec l’émergence d’une
mentalité française. Et l’on comprit bientôt
« que la qualité de sujet du roi ne devait pas dépendre unique-
ment du fait purement matériel de la naissance sur le territoire
du royaume, qu’elle pouvait résulter aussi d’autres causes,
telles que les traditions et les intérêts de la famille à laquelle
l’enfant appartenait » 84.
Comme le vocable de « sujet » comportait un rappel trop net aux réa-
lités cruelles de l’asservissement prévalant dans l’Antiquité, on pré-
féra le remplacer par le mot « régnicole », terme couramment
employé par les auteurs de l’ancien droit dans le sens d’« habitants
du royaume ». Après l’ouragan de la Révolution, ce mot fit place un
certain temps, sous le Directoire, qui n’en était point à une fantaisie
près, à celui de « républicole »... 85

82. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-


lité », p. 547.
83. P. Mayer, Droit international privé, p. 540, no 838.
84. J. Valéry, Manuel de droit international privé, Paris, Fontemoing, 1914,
p. 129, no 126.
85. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 541.
Conflits de nationalités 63

La qualité de régnicole fut reconnue non seulement à ceux qui


naissaient sur le sol de l’Etat, mais aussi aux enfants nés en terre
étrangère d’un père national de cet Etat et qui soit y avait conservé
son domicile, soit avait manifesté son intention de revenir y vivre.
En outre, dès le XVIIIe siècle, la vieille règle féodale de la perpétuité
de l’allégeance fut fort assouplie en France : le droit s’inclinait
devant les nécessités pratiques de l’émigration.
35. Les constitutions françaises de la période révolutionnaire
fixèrent sommairement les conditions d’attribution de la qualité de
citoyen. Elles prirent davantage soin d’en déterminer le statut, à
savoir les droits et obligations du citoyen. La conception de la natio-
nalité comme état des individus y transparaît donc nettement.
C’est surtout dans le Code Napoléon que cette conception se
manifesta. Les dispositions relatives à la nationalité y figurent, au
premier chapitre du titre I, sous l’intitulé « De la jouissance des
droits civils ». Après avoir été longtemps retirée du Code civil pour
former un code séparé, le droit de la nationalité française y a fait un
retour remarqué 86. Présentation des plus démonstratives : on n’aurait
pas pu mieux établir que la nationalité, dans l’esprit des auteurs du
Code, constitue un élément du statut personnel du citoyen. Elle
forme, en effet, la condition préalable à la pleine jouissance des
droits civils. Par après, les civilistes français, tout comme les inter-
nationalistes, dans leurs commentaires concernant ces articles du
Code civil, reprirent et approfondirent cette conception de la nature
juridique de la nationalité prise comme état de la personne.
36. Au début du XIXe, le mot « nationalité », entendu dans son
acception socio-politique, vise encore une communauté humaine
spécifique bien plus qu’un lien juridique.
Introduit d’abord dans des lois — comme dans le Code Napo-
léon —, il ne pénètre dans la doctrine de droit international privé
qu’au milieu du XIXe siècle. Un juriste d’origine allemande, natura-
lisé Français, Foelix, l’emploie dans son traité de droit international
privé paru en 1843 87 ; il s’inspire d’ailleurs d’un auteur américain,
Joseph Story, qui avait introduit la curieuse expression national
86. Ce retour s’est effectué par la loi no 93-933, du 22 juillet 1993, mais au
sein d’un titre Ier bis, séparé de celui relatif aux droits civils.
87. M. Foelix, Traité de droit international privé, Paris, Joubert, 1843, t. I,
pp. 36 ss., nos 26 ss. Ce livre, qui reprend des articles publiés auparavant par
l’auteur dans la Rev. étrang. législ. et écon. polit. fondée en 1834, sera réédité
par lui en 1847. Une troisième édition, posthume, due à Charles Demangeat,
parut à Paris, chez Marescq et Dugatin, en 1856.
64 Michel Verwilghen

domicile dans ses Commentaries on the Conflict of Laws parus aux


Etats-Unis en 1834 88, sans toutefois utiliser le mot « nationalité ».
Foelix va jusqu’à écrire : « Les expressions de « lieu du domicile de
l’individu » et de « territoire de sa nation ou patrie » peuvent être
employées indifféremment. » 89 Deux ans après la parution de la pre-
mière édition du livre de Foelix, le Français Mailher de Chassat fit
paraître un Traité des statuts ou du droit international privé dont le
sous-titre est évocateur : « De la nationalité et de ses modifications
diverses » ; effectivement, l’ouvrage contient d’amples développe-
ments sur la nationalité, « le triomphe des institutions modernes sur
les institutions du moyen-âge, le triomphe de la vie politique, vie
d’association, sur la vie individuelle flottant au gré des usages... » 90
Mais pas un mot sur les conflits de nationalités...
Plus tard, les législations sur la nationalité firent une place — sans
doute encore modeste — à l’autonomie de la volonté des personnes.
L’acquisition ou la perte volontaire d’une nationalité intervint plus
que dans le passé, car on admit que l’Etat ne pouvait exister et se
maintenir sans l’assentiment (l’adhésion tacite, à tout le moins) des
individus formant son patrimoine humain. La volonté des particu-
liers ne joua cependant qu’un rôle restreint et il demeura entendu
que le statut de citoyen relevait d’abord de la souveraineté étatique,
non du bon vouloir des individus 91.

2. En Allemagne

37. Dans le Saint-Empire, l’ancien droit n’avait pas encore consa-


cré l’idée même de nationalité comme lien unissant un individu à un
ordre juridique étatique. Fritz Sturm rappelle que l’on distinguait à
l’époque toutes sortes de statuts dont le contenu varia dans le temps
et l’espace : celui de sujets du souverain (Untertanen), de bourgeois

88. J. Story, Commentaries on the Conflict of Laws, Boston, Hilliard, Gray &
Co, 1834, réimpr. New York, Arno Press, 1972, pp. 39 ss., par. 39 ss.
89. M. Foelix, Traité de droit international privé, t. I, 1843, p. 39, no 28.
90. M. A. Mailher de Chassat, Traité des statuts, Paris, Durant, 1845, p. 150.
91. Voir supra, nos 30-31. Le débat sur la place à laisser à la volonté des per-
sonnes en droit de la nationalité n’est pas clos : voir à ce propos les hésitations
du législateur français, dont le cœur balance entre les deux positions au gré des
résultats électoraux et des changements de majorités : la loi française no 98-170,
du 16 mars 1998, relative à la nationalité (Journ. off., 17 mars 1998) revient au
système d’automaticité antérieur à la loi no 93-933 du 22 juillet 1993, laquelle
avait, pour sa part, exigé de l’étranger une démarche de manifestation de sa
volonté.
Conflits de nationalités 65

d’une ville (Bürger), d’aubains (Elende ou Beisassen), de forains


(Fremde), de Juifs (Juden)... En l’absence d’unité nationale, la qua-
lité d’Allemand n’existait pas.
Le concept de nationalité (Staatsangehörigkeit) apparaîtra sous
l’influence française : c’est la révolution de 1789 qui, en défendant le
principe de la souveraineté nationale, provoqua chez son voisin
l’émergence de l’idée subséquente selon laquelle tout citoyen appar-
tient à une nation. L’évolution doctrinale — visible surtout dans les
ouvrages de droit public — parvint donc au même résultat qu’en
France, mais par un cheminement quelque peu différent.
A la fin du XIXe siècle, en effet, les auteurs allemands s’attachè-
rent à établir des théories générales de l’Etat qui mettaient en valeur
sa personnalité morale. N’oublions pas le contexte de l’époque :
celui de l’unification du pays. La place du monarque dans ces
conceptions différait profondément de celle qui lui avait été recon-
nue auparavant :
« le monarque devint un organe de l’Etat, et le rapport juridique
entre lui et son sujet put trouver un fondement juridique tout
nouveau. Le centre de gravité de la situation juridique de l’in-
dividu devint sa situation de membre de la corporation, de cette
personne morale qu’était l’Etat, c’est-à-dire son statut de
membre de l’Etat. » 92
38. Alors que les constitutions des différentes entités politiques
indépendantes qualifiaient encore les habitants d’« indigènes »
(Inländern), une loi du 1er juin 1870 vint unifier ces dispositions dis-
parates pour organiser la qualité de « confédérés » dans les Etats uni-
fiés du Nord. Le mot Staatsangehörigkeit apparaît enfin dans le titre
de la loi. Celle-ci s’étendit ultérieurement aux entités du Sud qui se
joignirent aux premières pour former l’Empire allemand (Deutsches
Reich). Mais il faudra attendre la veille de la grande guerre pour voir
promulguée la première vraie loi sur la nationalité allemande, du
22 juillet 1913 93. Depuis 1934, il n’y a d’ailleurs plus que celle-ci,
car les « indigénats » propres aux entités fédérées ont été supprimés.
92. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 281, no 5,
citant notamment P. Laband, Das Staatsrecht des Deutschen Reiches, Fribourg et
Leipzig, J. C. B. Mohr, 5e éd., t. I, 1911, p. 150, et G. Jellinek, System der sub-
jektiven öffentlichen Rechte, Tübingen, J. C. B. Mohr, 2e éd., 1905, pp. 116 ss.
93. R. Brunet, La nationalité dans l’Empire allemand, Paris, Giard et Brière,
1912 ; A. Makarov et H. von Mangoldt, Deutsches Staatsangehörigkeitsrecht —
Kommentar, Francfort-sur-le-Main, Metzner, 3e éd., 1981, Einl., IV, nos 3 ss. ;
66 Michel Verwilghen

3. En Espagne

39. L’évolution historique de la notion de nationalité en Espagne


n’est guère aisée à retracer. Sous certains aspects, elle se rapproche
de la tradition anglaise, puisque l’idée féodale du « vassal lige » y
prévalut, comme on l’a vu plus haut 94. Le professeur de Castro y
Bravo, qui a relevé ce fait, y voit surtout une confusion regrettable.
En vérité, dit-il, le « naturel » est d’abord le membre d’un peuple,
unité organique rassemblant entre eux tous les citoyens, les compa-
triotes. Ce peuple passe au premier plan, dans les lois des Partidas :
« Il a ses devoirs, dont l’un des principaux est d’aimer la terre, de
l’augmenter et de mourir pour elle si cela est nécessaire... » De plus,
dans les Cortès de Castille, les rois sont tenus de promettre le respect
du principe juridique selon lequel seuls les naturels, les originaires,
et non pas les naturalisés, « ont la capacité de jouir de terres, de vil-
lages, de villes, de charges, d’offices, de bénéfices et de rentes du
Royaume » 95. Ainsi donc, le statut de naturel est bien distingué de
celui d’étranger, même d’étranger naturalisé : « Les étrangers ne doi-
vent pas profiter de biens qui appartiennent en propre aux naturels
du Royaume », lit-on déjà dans un texte datant de 1575 96.
40. La meilleure preuve des différences fondamentales entre la
conception anglaise et la conception espagnole de l’allégeance res-
sort des positions différentes qui furent retenues en Angleterre et en
Espagne lors d’unions de deux couronnes.
Un individu, né en Ecosse avant le rattachement de ce royaume à
l’Angleterre en la personne de Jacques VI d’Ecosse (Jacques Ier
d’Angleterre), devait-il être considéré en Angleterre comme naturel
ou comme étranger ? Si l’on considérait que l’élément essentiel était
de se trouver sous l’allégeance du roi, il fallait qualifier cet individu
de « naturel ». Dans l’affaire Robert Calvin, né en Ecosse, il fut
décidé que l’élément décisif était l’allégeance liant la personne du

A. Ruby, L’évolution de la nationalité allemande d’après les textes, 1842-1953,


Baden-Baden, Wervereis, 1954 (remarquable synthèse complète du sujet) ;
F. Sturm, « Allemagne », Juris-classeur Nationalité (sous la direction de M. Ver-
wilghen et Ch. Closset), Paris, Editions techniques, 1998, pp. 14-15, nos 9-15.
94. Voir supra, no 29.
95. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 535.
96. M. Pelaez, Tractatus majoratuum et meliorationum Hispaniae, Granatae,
R. Rabut, 1575, 1re éd. ; Matriti, excud. L. Sanctius, 1620, 2e éd., t. I, ch. 51,
par. 31, f. 193 ; pour plus d’indications à ce sujet, voir F. de Castro, « La natio-
nalité, la double nationalité et la supra-nationalité », pp. 535-536.
Conflits de nationalités 67

sujet à la personne de son souverain. La notion de royaume ne fut


considérée que comme une métaphore pour désigner le roi 97.
En Espagne, un cas similaire reçut une autre solution. Lorsque les
royaumes d’Aragon et de Castille furent réunis se posa la question
de savoir si les « naturels » d’un des royaumes avant la fusion pou-
vaient prétendre obtenir des offices ou bénéfices de l’autre royaume.
L’idée selon laquelle l’individu était considéré comme membre d’un
royaume (d’un peuple) l’emporta, pour justifier le refus d’assimiler
le « naturel » d’un royaume aux « naturels » de l’autre, sans égard au
fait qu’un même roi régnait sur ces deux territoires.
Bien plus : alors que dans la conception anglaise le jus soli devait
être considéré comme essentiel, en Espagne, c’est le jus sanguinis
qui recevait préférence, comme on l’a vu au royaume de Castille,
tant dans ses lois que dans les interprétations doctrinales.
Bref, le droit espagnol s’est davantage rapproché de la conception
qui voit dans la nationalité un rattachement à un peuple, supérieur au
souverain, avec en corollaire l’idée que le citoyen est appelé à parti-
ciper, fût-ce indirectement, au gouvernement de la cité. Cette
manière de voir est évidemment plus proche de l’acception horizon-
tale de la nationalité.

Par. 2. Conceptions modernes

I. Définitions

41. Tous les auteurs qui s’attachent à définir la notion de nationa-


lité soulignent in limine non seulement l’impossibilité de proposer
une définition précise 98, mais aussi l’impérieuse nécessité de distin-
guer le fait et le droit car, sauf exceptions assez rares, il n’y a pas
coïncidence entre la nation et l’Etat. Le terme « nationalité » peut
s’entendre, en effet, sous deux angles : « un même individu peut

97. Voir à ce sujet supra, no 19, et M. Jones, British Nationality Law, Oxford,
Clarendon Press, 2e éd., 1956, pp. 125-189 (sur le British Nationality Act 1948) ;
C. Parry, « British Nationality and the History of Naturalization », Comunica-
zioni e studi, Milan, 1954.
98. En ce sens, P. Louis-Lucas, La nationalité française, Paris, Sirey, 1929,
p. 1 : « Il n’est pas possible de proposer une définition précise et absolue de la
nationalité ; les éléments qui la constituent sont multiples et variables » ; W. P.
Kennedy, Report Submitted to the Honorable, the Secretary of State for Canada,
on Some Problems in the Law of Nationality, Ottawa, Acland, s. d., p. 7 : « The
term which we seek might be broadly that of “nationality”, in that term has
never had, either in law or practice, an unchanging and absolute connotation. »
68 Michel Verwilghen

appartenir en fait à une certaine nationalité et relever en droit d’une


autre » 99.
Considérant l’autorité qui s’attache à la jurisprudence de la Cour
internationale de Justice, on reprendra ici, dans l’arrêt Nottebohm,
cette distinction entre la nationalité de fait et la nationalité de droit,
même si ces appellations ne sont ni l’une ni l’autre satisfaisantes et
qu’elles ont été critiquées à juste titre 100. La distinction n’y transpa-
raît-elle pas, en effet, dans cette phrase de l’arrêt où l’on affirme que
la nationalité est
« un lien juridique ayant pour fondement un fait social d’atta-
chement, une solidarité effective d’existence, d’intérêts et de
sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs » ? 101

A. Nationalité de fait

42. Envisagée comme un fait, la nationalité (Volkstum) appartient


à la sociologie politique. Il s’agit de l’appartenance à une nation
(notion sociologique), c’est-à-dire une communauté d’individus ou,
plus précisément, une suite de générations d’individus empreints du
même caractère national 102. La nation, écrit Loisel, est
« un ensemble d’individus consciemment ou non en commu-
nauté d’habitat, de race, de religion, de mœurs, de traditions,
d’histoire, de langue, de civilisation, de culture, de pensée et
d’intérêt » 103.
A le croire, il faut donc beaucoup pour faire une nation... Et l’auteur
d’ajouter que son énumération n’est pas limitative et qu’aucun des
éléments cités n’est comme tel déterminant.
Dans son franc-parler, Charles de Gaulle a affirmé un jour : « Les

99. H. Batiffol et P. Lagarde, Droit international privé, t. I, p. 59, no 57. Dans


le même sens, B. Audit, Droit international privé, p. 743, nos 890-891.
100. Voir notamment les objections à la première formule, exprimées par
P. Mayer, Droit international privé, Paris, Montchrestien, 1977, p. 587, no 806,
et les critiques adressées à la seconde par P. Louis-Lucas, La nationalité fran-
çaise, pp. 1 et 2.
101. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, p. 23.
102. J. Dabin, L’Etat ou le politique, Paris, Dalloz, 1957, pp. 11 ss., no 4, et
pp. 31 ss., nos 14 ss.
103. M. Loisel, « La nationalité française et sa preuve », Textes de droit fami-
lial — vo « Nationalités », Paris, 1964, no 36, p. 5.
Conflits de nationalités 69

seules réalités internationales, ce sont les nations. » 104 S’exprimant


en termes sobres, mais exigeants, il définit la nation tant par ce
qu’elle fut que par ce qu’elle sera. Or, qui peut prédire l’avenir ?
« Une nation, confie-t-il à l’un de ses ministres, c’est une population
qui a un passé commun et un avenir commun. » Et appliquant sa
définition à la France, il ajoute : « Avons-nous un passé ? Oui ! le
plus glorieux... Avons-nous un avenir ? oui. Nous avons recouvré
notre unité, et nos institutions nous donnent toutes nos chances de la
garder. » 105 Judicieuse observation, car elle conduit à placer la nation
sur la ligne du temps et admettre qu’elle évolue. Il faut donc logi-
quement considérer qu’au-delà de la nation ethnique, préexistante et
frileusement fermée sur elle-même pour mieux se protéger des autres
qui font peur, il y a la nation élective, communauté ouverte à ceux
qui désirent la rejoindre et s’y intégrer 106.
Une autre fois, l’illustre personnalité revient sur ce thème en
reliant nation et Etat :
« Le sentiment national est naturel à toutes les nations, à tous
les pays. Il est aussi naturel que l’amour filial ou que l’affec-
tion familiale. Il est souhaitable qu’une nation veuille vivre, se
défendre et se perpétuer... Ce que nous voulons, ... c’est que
tous les peuples du monde forment des nations et soient proté-
gés par des Etats qui coopèrent entre eux... » 107
43. La plus célèbre approche de la notion de nationalité de fait se
situe dans l’œuvre de l’Italien Mancini, qui la définit comme une
société naturelle d’hommes possédant l’unité de territoire, d’origine,
de mœurs, de langue, formée par la communauté de vie et l’union au
point de vue social 108. Mais bien avant Mancini, d’autres juristes, tel
le marquis de Rodes, dans son Essai sur la nationalité du peuple
belge, avaient posé la question et proposé une réponse : « A quoi
tient la nationalité d’un peuple ? A l’usage constant de la Constitu-

104. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Editions de Fallois, Fayard, t. 1,


1994, p. 297 (la phrase fut prononcée le 10 septembre 1962).
105. Ibid., t. II, 1997, p. 211.
106. Voir à ce sujet P. Lagarde, La nationalité française, p. 4, no 3 ; M. Long,
Etre Français aujourd’hui et demain — Rapport de la Commission de la natio-
nalité, Paris, La documentation française, 1988, et Paris, Union générale d’édi-
tions, t. II (coll. 10/18), 1988, pp. 595 ss.
107. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. II, 1997, p. 296.
108. P. E. Mancini, Della nazionalità come fondamento del diritto delle
genti, Turin, 1851 ; Diritto internazionale — Prelezioni, Naples, 1873, spéc.
p. 37.
70 Michel Verwilghen

tion, de ses lois, de ses mœurs et usages, reconnus et respectés par


lui-même et par les peuples voisins. » 109
Comme définition moderne de la nationalité dans son acception
sociologique, on retiendra ici celle proposée par le doyen Gérard
Cornu, car elle met l’accent plus sur ses effets souhaitables que sur
ses éléments constitutifs :
« Ensemble de personnes ayant des caractères communs (de
race, de culture et de langue) rendant souhaitable qu’elles aient
leur Etat propre ou bénéficient de règles protectrices de leurs
particularités au sein de l’Etat auquel elles sont rattachées. » 110
44. D’où provient le caractère national ? En vérité, il est bien dif-
ficile de le dire avec certitude et les idées de Mancini sur ce point ne
sont pas nécessairement à considérer comme parole d’Evangile.
Selon la doctrine contemporaine, le phénomène serait irréductible à
un seul élément :
« Ni la race, ni la langue, ni la religion, ni la géographie ne
suffisent à déterminer une mentalité. Une communauté natio-
nale est une formation qui s’appuie toujours sur l’un ou l’autre
des facteurs ci-dessus mentionnés, mais dans une mesure très
variable suivant les cas. » 111
Le fait pour une population de vivre en commun pendant une cer-
taine durée peut, à la faveur de tout ou partie des critères précités
autant que sous l’influence de circonstances historiques, politiques et
même économico-sociales, constituer insensiblement une certaine
mentalité et créer une nation. Plus que la langue, la culture commune
ou, si l’on préfère, le sentiment national, cette force qui fait qu’un
groupe humain se sente uni et unique forme l’âme d’une nation. Le
professeur Hauriou a pu affirmer : « Une nationalité est une menta-
lité », phrase tellement illustre qu’aucun professeur, nous inclus,
n’oserait omettre de la citer 112.
45. Comment se manifeste cette mentalité ? Essentiellement par

109. Bruxelles, Société nationale, 1838, 2e éd., pp. 12-13. L’auteur n’envisage
que la nationalité au sens sociologique. Dans le même sens, G. Kurth, La natio-
nalité belge, Namur, Picard-Balon, 1913.
110. G. Cornu, vo « Nationalité » (quatrième sens), Vocabulaire juridique,
p. 518.
111. H. Batiffol et P. Lagarde, Droit international privé, t. I, p. 60, no 58.
112. M. Hauriou, Précis élémentaire de droit constitutionnel, Paris, Sirey,
1925, 1re éd., p. 9. Les éditions ultérieures ont repris cette mention.
Conflits de nationalités 71

une manière d’exister (way of life). C’est le mode de vivre et de pen-


ser, d’agir et de réagir des personnes qui, peu à peu, les rassemble.
Les champs d’actions privilégiés de la nationalité de fait seront
donc à la fois d’ordre spirituel et matériel. Le caractère national trans-
paraît à travers les arts (surtout la littérature), la culture (y compris le
sport, surtout en cas de victoire de l’équipe dite « nationale ») et la
civilisation matérielle (l’habitat, par exemple). Il se concrétise aussi
à travers les sciences humaines, notamment la philosophie et, pour
autant qu’on puisse le classer dans cette branche du savoir, le droit.
Dans sa thèse sur la société internationale, Joseph Delos, a fort
bien analysé ce phénomène. Il voit dans la nation un « milieu social
générateur » qui imprime à l’individu ce que Aristote aurait appelé
une « forme » et saint Thomas d’Aquin un « habitus ». La nation est
ce milieu qui confère à l’homme les aptitudes nécessaires à l’exis-
tence. En cultivant son génie propre, chaque peuple met ainsi en
lumière un aspect original de l’esprit humain. Quant à la nationalité
de fait, elle n’est rien d’autre qu’un ensemble de « formes » phy-
siques et psychologiques qui déterminent les sentiments, les pensées
et l’agir humains. Cette nationalité, écrit Delos, « nous borne en
même temps qu’elle nous enrichit » 113.
46. La notion de nationalité sociologique transparaît tant dans des
dispositions législatives que dans la littérature juridique.
La loi sur la nationalité de la République populaire de Chine, du
10 septembre 1980 contient un article 2 qui, dans sa traduction fran-
çaise, se lit comme suit :
« La République populaire de Chine est un Etat unifié multi-
national. Quiconque appartient à l’une de ses nationalités pos-
sède la nationalité chinoise. »
A dire vrai, la traduction française ne peut qu’imparfaitement
reproduire le texte officiel : en effet, la langue chinoise utilise deux
mots différents, l’un pour désigner la nationalité au sens large,
appartenance à un Etat, qui est celle attribuée à tous les ressortis-
sants chinois (Guo ji) et l’autre pour désigner l’appartenance à une
ethnie (Min zu) 114. Selon Tsien Tche-hao, il y aurait, à côté des Han,
comprenant quatre-vingt-quatorze pour cent de la population, une

113. R. Delos, La société internationale et les principes de droit public, Paris,


Pedone, 1950, 2e éd., pp. 8 ss. et pp. 126 ss.
114. D. T. C. Wang, « Chine », Juris-classeur Nationalité, 1983, p. 9, no 40.
72 Michel Verwilghen

cinquantaine de millions de personnes formant cinquante-cinq mino-


rités ethniques 115, qualifiées de nationalités au sens sociopolitique.
Comme exemple tiré de la doctrine, retenons une étude au titre
évocateur : The Equal Rights of Nationalities — Legal Protection of
Minorities 116. Ses deux auteurs y analysent les problèmes juridiques
que suscitent en Hongrie les nationaux qui font partie des « nationa-
lités » minoritaires, ethniques ou linguistiques (Slovaques, Rou-
mains, Allemands, Slaves...), au plan du respect des droits humains
fondamentaux 117. Hongrois selon leur nationalité de droit, ils s’atta-
chent, au plan ethnico-linguistique, à une nationalité de fait différente.

B. Nationalité de droit

47. En droit, la nationalité a été généralement définie comme le


lien politico-juridique entre un individu et un Etat (notion politique).
C’est « l’appartenance juridique d’une personne à la population
constitutive d’un Etat » 118 ou « le lien politique en vertu duquel un
individu fait partie des éléments constitutifs d’un Etat » 119 ou encore
la notion « qui permet d’identifier un des éléments constitutifs de
l’Etat » 120. Un dictionnaire américain récent de droit international et
comparé propose la définition suivante, qui recoupe les précédentes :
« fundamental legal bond between an individual and a State giving
rise to reciprocal rights and duties » 121.
Aux termes de l’article 2 de la Convention européenne sur la
nationalité élaborée sous l’égide du Conseil de l’Europe et signée à
115. Tsien Tche-hao, L’empire du milieu retrouvé, Paris, Flammarion, 1979,
p. 131. Les minorités ethniques (« nationalités ») sont d’ampleur très variable :
1,6 million de Coréens, 2,6 millions de Mandchous, 2,6 millions de Mongols,
3,4 millions de Thibétains, 5,4 millions de Uygurs, 4,6 millions de Yi... La plus
petite minorité, les She, dans la province du Yunan, ne compterait que 300 000
personnes.
116. K. Fürész et T. Révész, « The Equal Rights of Nationalities — Legal
Protection of Minorities », Human Rights in Today’s Hungary, Budapest, Mezon,
1990, pp. 230-249.
117. Ces minorités formeraient un groupe de près d’un demi-million de per-
sonnes, qui possèdent la nationalité hongroise.
118. H. Batiffol et P. Lagarde, Droit international privé, t. I, p. 60, no 59. Voir
aussi G. Cornu, vo « Nationalité (premier sens) », Vocabulaire juridique, p. 518 :
« Lien juridique et politique défini par la loi de la nationalité d’un Etat, unissant
un individu audit Etat. »
119. J.-P. Niboyet, Traité de droit international privé français, Paris, Sirey,
t. I, 2e éd., 1947, p. 77, no 68.
120. E. Pérez Vera, « Citoyenneté de l’Union européenne... », p. 277.
121. J. Fox, Dictionary of International and Comparative Law, Oceana Publ.,
1992, p. 297.
Conflits de nationalités 73

Strasbourg le 6 novembre 1997 122, le mot nationalité, au sens de


cette convention, « désigne le lien juridique entre une personne et un
Etat et n’indique pas l’origine ethnique de la personne ». On ne sau-
rait mieux démontrer en une courte phrase qu’il existe bien deux
acceptions du terme, la première juridique, la seconde sociologique,
la convention ne visant que la première.
48. La nationalité de droit ne peut donc se concevoir sans réfé-
rence à l’Etat, c’est-à-dire à la communauté politique (fondée ou non
sur une nation) parvenue au stade ultime de son développement, qui
fait d’elle un Etat. « Le caractère étatique du groupement territorial
dont la qualité de membre est en question est donc une condition
préalable de l’existence de la nationalité. » 123
La nationalité de droit apparaît donc bien comme un corollaire de
l’existence des Etats, quelle que soit la forme des gouvernements
placés à la tête du territoire ou de la population qui y vit 124. Car
l’Etat, sujet de droit international, implique nécessairement l’exer-
cice d’une souveraineté sur un territoire donné et sur une population
déterminée. L’objet même du droit de la nationalité sera donc de
déterminer cette population, patrimoine humain de l’Etat.
49. Le lien juridique et politique avec l’Etat fait d’une personne
le national de cet Etat, et c’est celui-ci qui va conférer à celle-là la
qualité de « national ». Par là même, l’individu sera soumis à la com-
pétence personnelle de l’Etat dont il relève (« under the personal
jurisdiction of that State » 125), compétence opposable aux autres
Etats. Selon certains auteurs, telle est la substance même du lien de
nationalité 126.
En droit, le terme « nationalité » est donc équivoque, puisque, par
sa racine étymologique, il dérive du mot « nation » et laisse croire, à
tort, que la nationalité, juridiquement parlant, est l’appartenance à
une nation, voire qu’il y a toujours coïncidence entre nation et Etat.
La vision verticale du rattachement de l’individu à l’Etat
« souligne la nature politique de la nationalité en tant que cri-

122. Le texte de la Convention et l’exposé des motifs sont disponibles auprès


du Secrétariat général du Conseil de l’Europe, à Strasbourg.
123. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 283, no 8.
124. En ce sens, Ch. Closset, Traité pratique de la nationalité belge,
Bruxelles, Bruylant, 1970, p. 19, no 1.
125. A. Randelzhofer, vo « Nationality », Encyclopedia of Public International
Law (R. Bernhardt, dir. publ.), Amsterdam, New York, Oxford, North-Holland,
t. VIII, 1985, p. 417.
126. P. Mayer, Droit international privé, p. 589, no 807.
74 Michel Verwilghen

tère pour l’établissement de l’un des éléments constitutifs de


l’Etat : celui de sa population, comprise comme l’ensemble de
personnes liées à l’Etat par un lien qui doit être permanent et
stable » 127.
50. Que contient la nationalité de droit ? Elle emporte de nom-
breux effets juridiques, si indispensables à l’individu que la nationa-
lité d’origine et le droit de changer de nationalité ont été considérés
comme droits de l’homme.
Ces effets juridiques se situent tant dans l’ordre international que
dans les ordres nationaux (ou « internes », selon une terminologie
aussi incorrecte que bien implantée). Car
« la nationalité est tout à la fois, et de droit interne, et de droit
international, puisqu’elle intéresse la bonne organisation inté-
rieure de chaque Etat et la bonne harmonie entre les divers
Etats » 128.
Mais il faut rappeler ici que les principaux effets de la nationalité se
produisent dans l’ordre interne. Comme l’a affirmé la Cour interna-
tionale de Justice dans l’arrêt Nottebohm,
« la nationalité a ses effets les plus immédiats, les plus étendus
et, pour la plupart des personnes, ses seuls effets dans l’ordre
juridique de l’Etat qui l’a conférée » 129.
L’inventaire de ces effets sera établi plus loin 130. Disons cepen-
dant dès à présent que l’examen de l’ensemble des ordres juridiques
contemporains ne permet pas d’identifier de façon catégorique les
droits et les obligations réservés aux nationaux et dont les étrangers
sont donc dépourvus. En effet, au sein même des Etats, il apparaît
que quasi tous les droits et devoirs liés à la qualité de national peu-
vent être étendus à certaines catégories plus ou moins larges d’étran-
gers, tout comme ils peuvent être retirés exceptionnellement à cer-
tains nationaux. Qu’il est difficile d’identifier un seul effet qui serait,
par nature consubstantiel et réservé aux seuls nationaux, sans aucune
exception, dérogation ou réserve !

127. E. Pérez Vera, « Citoyenneté de l’Union européenne... », p. 278.


128. P. Louis-Lucas, La nationalité française, pp. 3-4.
129. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, p. 23.
130. Voir infra, nos 70-107.
Conflits de nationalités 75

II. Précisions terminologiques

51. On l’a vu : le mot « nationalité » (nationality, nacionalidad,


Staatsangehörigkeit ou Nationalität, cittadinanza) est apparu assez
récemment dans la littérature juridique autant que dans la pratique
diplomatique. Il s’introduit en France après la révolution de 1789 et
ne s’implante que tardivement dans les pays de common law, qui
continuent, pour une large part, à lui préférer celui de citoyenneté.
D’évidence, le mot comprend la racine « nation ». Or, voilà un
mot bien difficile à définir « parce que vague et évolutif [et qui] a
engendré des passions politiques violentes » 131. Bien plus, la doc-
trine n’a pas manqué de souligner que ce mot « nationalité », du fait
même qu’il vise un lien juridique unissant une personne à un Etat, et
non à une nation, est assez mal choisi.
Mais alors que la langue française connaît les noms « étatisation »
et « étatisme », l’adjectif « étatique » et le verbe « étatiser », elle
ignore le substantif « étatité ». Un auteur français a suggéré jadis
l’usage du néologisme « étatialité », considérant ce dernier comme
plus indicatif 132. Sans aucun succès... Lui-même admettait d’ailleurs
que le mot « nationalité », nonobstant ses imperfections, était consa-
cré par l’usage à un point tel « qu’il ne saurait être question de lui en
préférer un autre d’un néologisme aussi barbare... » 133 On se gardera
donc d’entrer dans cette voie en suggérant des innovations termino-
logiques avec leurs versions en différents idiomes. Evitons, en effet,
d’aggraver davantage les ambiguïtés terminologiques et envions les
juristes allemands dont la langue évocatrice, par le mot Staatsan-
gehörigkeit, parvient excellemment à marquer que la nationalité est
bien un lien entre un individu et un Etat.
52. Le mot « nationalité » a reçu tant de significations différentes
en droit qu’il paraît bien délicat, aujourd’hui, de tenter de relever,
pour les lever, toutes les ambiguïtés suscitées par l’usage de ce
terme.
Cela dit, pour clarifier quelque peu son sens, partons de la défini-
tion moderne présentée plus haut, selon laquelle la nationalité est
avant tout une qualité juridique reconnue aux membres d’un Etat,
fondement des droits et devoirs qui y sont rattachés. Or, cette qualité

131. J. Boudet, vo « Nation », Les mots de l’histoire, Paris, Larousse (coll. In


extenso), 1998, p. 771.
132. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 2.
133. Ibid.
76 Michel Verwilghen

peut prendre des aspects multiples, puisque l’Etat lui-même ne se


présente pas comme une entité uniforme : Flournoy l’a bien dit :
« Nationality has no positive, immutable meaning. On the
contrary, its meaning and import have changed with the chan-
ging character of States. » 134
Considérés d’un point de vue politique, les Etats du monde sont loin,
en effet, de constituer un corps simple. De même, si l’on observe les
composantes de leur population, les Etats ne forment pas une réalité
uniforme. Ces constats s’accentuent lorsque le facteur temps est pris
en considération par l’observateur, car le contenu du statut de
membre d’une communauté étatique varie dans le temps aussi bien
que dans l’espace.
Disons tout de suite, pour ne plus devoir y revenir, que le droit
international répugne à admettre l’existence de ce que le professeur
Terré a élégamment appelé les « nationalités gigognes » 135. En
d’autres termes, dans l’ordre juridique international, seule existe la
nationalité de l’Etat lui-même. Quel que soit le nom qui leur est
accordé, les nationalités internes, liées à la situation personnelle ou
au rattachement territorial, ne sont pas considérées comme de vraies
nationalités, même s’il arrive que, par un dérapage de langage, cette
appellation leur soit donnée.
53. Quelles sont les manifestations les plus répandues des ambi-
guïtés terminologiques en la matière ?
Il y a d’abord la confusion entre deux mots tantôt opposés, tantôt
utilisés comme synonymes : ceux de « nationalité » et « citoyenneté ».
Désireuse d’apporter quelques clartés dans ces notions, une juriste
française a intitulé son étude : « La citoyenneté : un concept juridique
flou. » 136 La lecture de ses réflexions prouve la pertinence du titre.
Et comme cette première difficulté terminologique a engendré une
distinction entre les notions de « citoyen » et de « sujet », on s’effor-
cera de définir ces termes aussi.
134. R. W. Flournoy, « Nationality, Responsibility of States, Territorial
Waters — Draft of Conventions », Amer. Journ. of Int. Law, vol. 28, 1929, Spe-
cial suppl. (April 1, 1929), p. 21, et « The Law of Nationality — Introductory
Comment », Nationality, Responsibility of States, Territorial Waters, Amer.
Journ. of Int. Law, vol. 29, 1930, Suppl., p. 21.
135. F. Terré, « Réflexions sur la notion de nationalité », p. 208.
136. D. Lochak, « La citoyenneté : un concept juridique flou », dans Citoyen-
neté et nationalité — Perspectives en France et au Québec (sous la direction de
D. Colas, C. Emeri et J. Zylberberg), Paris, PUF (coll. Politique d’aujourd’hui),
1991, pp. 179-208.
Conflits de nationalités 77

Il y a ensuite la distinction, tout aussi embrouillée, entre les mots


« nationalité » et « indigénat ». On peut dire que ce dernier fut utilisé
à toutes les sauces avant de s’effacer presque complètement en cette
fin de siècle.
Enfin, il faudra évoquer l’usage des mots « ressortissants » et
« nationaux » dans des sens peu clairs. Ils servent tantôt à distinguer
deux catégories différentes de personnes, tantôt, au contraire, à viser
indistinctement toutes les personnes qui jouissent de la nationalité
d’un Etat déterminé.
Reprenons successivement ces distinctions.

A. Nationalité et citoyenneté

1. Origine de la distinction

54. Dans le domaine du rattachement juridico-politique des indi-


vidus à l’Etat, chaque législateur utilise les concepts qu’il désire et
les définit comme il l’entend. Que le même vocable soit compris,
d’après les divers contextes, dans des sens différents devient inévi-
table. Il en est ainsi non seulement du terme « nationalité », mais
aussi de celui de « citoyenneté ». Certains textes législatifs emploient
d’ailleurs ces deux mots simultanément, attisant ainsi les ambiguïtés.
La distinction entre nationalité et citoyenneté se complique par celle
entre le national et le citoyen, à laquelle s’ajoute celle entre le
citoyen et le sujet.
Dans son Contrat social, Jean-Jacques Rousseau, philosophe et
non juriste, affirme que les associés formant un peuple « s’appellent
en particulier Citoyens comme participans [sic] à l’autorité souve-
raine, & Sujets comme soumis aux lois de l’Etat », mais pour concé-
der aussitôt après : « ces termes se confondent souvent & se prennent
l’un pour l’autre ; il suffit de les savoir distinguer quand ils sont
employés dans toute leur précision » 137.
Henri Capitant enseigne qu’à l’origine la distinction entre natio-
nalité et citoyenneté fut retenue dans le but de distinguer les per-
sonnes vivant dans un régime monarchique de celles qui habitaient

137. J.-J. Rousseau, Du contrat social — Principes du droit politique, p. 31.


Dans l’exemplaire annoté par Voltaire et acheté par la tsarine Catherine II de
Russie, on peut lire cette note marginale : « Quelle pitié ! Ne voilà-t-il pas une
chose difficile à comprendre ! » (Paris, Le serpent à plume, 1998 ; fac-similé
inédit).
78 Michel Verwilghen

une république, le citoyen étant sensé être « le national d’un Etat pra-
tiquant la forme républicaine de gouvernement », alors que le sujet
était le « national d’un Etat à gouvernement monarchique » 138. Le
titre même de la Déclaration française des droits de l’homme et du
citoyen est citée à l’appui de cette explication 139.
55. En vérité, pour bien saisir la portée de l’opposition entre
national et citoyen, il faut plutôt se souvenir que, dans plusieurs
ordres juridiques, il est arrivé jadis aux étrangers — à certains
d’entre eux, du moins — d’être admis comme des « sociétaires
d’Etat », jouissant d’un statut privilégié, à mi-chemin entre celui du
national et celui des étrangers ordinaires de passage dans l’Etat. Bien
que n’ayant pas été naturalisées, ces personnes présentaient avec cet
Etat des attaches territoriales profondes, manifestées par des faits
tels que le séjour prolongé, la domiciliation, l’acquisition immobi-
lière… Ces individus furent partiellement assimilés aux nationaux.
La doctrine a comparé leur statut à celui que les Latins possédaient
par rapport aux citoyens romains : dans cette situation antique
comme bien plus tard dans l’histoire, il y eut donc des membres à
part entière de l’Etat et des membres aux droits plus ou moins res-
treints 140.
56. La distinction entre le national et le citoyen — et, à travers
elle, entre la nationalité et la citoyenneté — est donc apparue dans
un contexte historique différent de celui qui prévaut à la veille du
troisième millénaire dans la plupart des pays du monde qui mettent
en exergue le principe d’égalité de tous les nationaux. Jadis et
naguère, tous les nationaux n’étaient pas citoyens, car leurs statuts
juridiques différaient, ce qui conduisit à nommer les non-citoyens
d’un terme spécifique : celui de « sujet ». L’utilisation des mots
« citoyen » et « sujet » servit donc pour classer différentes catégories
de personnes au sein d’un même ordre juridique étatique, en fonc-
tion des droits reconnus à chacune d’elles dans cet Etat. Même si le
contenu de ce qu’on appelle la « citoyenneté » a varié selon les lieux
et les époques, cette notion a permis le plus souvent de distinguer,
parmi les personnes rattachées à un système juridique complexe, une
catégorie privilégiée, réunissant les nationaux au statut le plus riche
de droits et d’obligations.

138. H. Capitant, Vocabulaire juridique, Paris, PUF, 1936, p. 114.


139. J. Verhoeven, « Les citoyens de l’Europe », Annales de droit de Louvain,
vol. 53, 1993, p. 168.
140. Voir à ce sujet, E. Isay, « De la nationalité », p. 432.
Conflits de nationalités 79

Encore que la vieille distinction entre le citoyen et le sujet ait


perdu beaucoup de son intérêt pratique, il ne faudrait pas croire
qu’elle ait complètement disparu. Il y a une trentaine d’années, un
auteur relevait encore à juste titre que la catégorie de nationaux infé-
rieurs survivait en des formes particulières, de portée plus ou moins
étendue :
« Tel est le cas dans les pays où, en raison de leur race et de
leur couleur, certains nationaux ne jouissent pas de la plénitude
des droits publics. Tel est aussi le cas dans les Etats à doctrine
et partis déterminés, où les nationaux qui ne professent pas
officiellement cette doctrine et ne sont pas adhérents au parti ne
participent pas à l’activité politique de l’Etat. Il y a donc des
degrés dans la qualité de sujets, suivant l’étendue des droits
dont ils sont privés. » 141
Et cet éminent internationaliste libanais d’ajouter :
« Il y a lieu de rapprocher de cette situation le cas de pays
qui, bien que proclamant officiellement l’égalité entre tous les
nationaux, n’en traitent pas moins, en fait, certaines catégories
d’entre eux comme des nationaux de seconde zone. » 142
Oserait-on affirmer qu’aujourd’hui, ces situations aient totalement
disparu ?
57. Pour distinguer les différentes catégories de personnes liées à
un Etat, on fit aussi appel aux termes, apparemment synonymes, de
national et de citoyen, mais utilisés dans un sens différent : le mot
« citoyens » (citizens) désigna ceux qui jouissaient de la plénitude
des droits ; le terme « nationaux » (nationals) fut retenu pour viser les
membres de l’Etat placé en situation juridique inférieure. Dans cette
perspective inversée, tous les citoyens n’étaient pas des nationaux.
D’après certains auteurs, cette terminologie aurait prévalu longtemps
aux Etats-Unis d’Amérique 143, alors que d’autres enseignent que le
mot citizen comprenait toute personne de nationalité américaine,
qu’elle possède ou non des droits politiques 144. Qui dit vrai ? Déci-
dément, le sens des mots paraît bien difficile à déterminer.
141. E. Tyan, Précis de droit international privé, p. 498, no 420.
142. Ibid.
143. J. Basset Moore, A Digest of International Law, Washington, 1906, t. III,
p. 273.
144. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés,
Paris, Rousseau, 1892, p. 12.
80 Michel Verwilghen

La distinction s’observa aussi dans la littérature juridique latino-


américaine, qui distingua la nacionalidad, nationalité prise en géné-
ral, et la ciudadania, qualité supérieure englobant les droits civils et
politiques, le « statut de bourgeoisie ».
Un autre mot, celui de « ressortissant », fut parfois appelé à la res-
cousse pour viser le statut moins riche de droits et d’obligations 145.
58. Récemment encore, lors de l’élaboration de la dernière
convention du Conseil de l’Europe sur la nationalité, adoptée le
6 novembre 1997, les hésitations terminologiques ont rebondi. Plu-
sieurs experts auraient préféré que l’on substitue le terme citoyen-
neté à celui de nationalité dans le titre et les dispositions de la
convention. Ce furent surtout les pays d’Europe centrale et d’Europe
de l’Est qui insistèrent pour obtenir ce changement, en faisant valoir
que, dans leur ordre juridique étatique, prévalait la distinction entre
la « nationalité », au sens de lien à une communauté ethnique, et la
« citoyenneté », au sens juridique, statut comprenant des droits et des
obligations envers l’Etat. Finalement, on s’en tint au terme de natio-
nalité consacré par le droit international 146.

2. Dans les systèmes coloniaux


59. La double terminologie « nationalité - citoyenneté » (nationa-
lity - citizenship) a prévalu à l’époque coloniale pour permettre de
distinguer le national jouissant de la plénitude des droits, dénommé
« citoyen » — à savoir les personnes originaires de la métropole,
ainsi que les colonisés assimilés au statut juridique de citoyen moyen-
nant le respect de certaines conditions de fond et de procédure —,
et le national autochtone de la colonie, dont le statut fut générale-
ment inférieur en droits, et que l’on qualifia de « sujet ».
Il y a dans le Code civil belge une trace de cette distinction : l’ar-
ticle 170 définit la loi applicable aux mariages concernant les

145. Voir infra, nos 67-68.


146. Sur cette négociation, voir G.-R. de Groot, The European Convention on
Nationality : an Incentive for Approving the Access of Foreign Permanent Resi-
dents to Nationality, doc. ronéo, inédit, Universiteit Maastricht, 1998, pp. 3-4.
L’auteur souligne que la difficulté terminologique se rencontre aussi en Alle-
magne et en Autriche (opposition entre Staatsangehörigkeit ou Staatsbürger-
schaft, visant la nationalité, et Nationalität, pour désigner le lien ethnique ; en
Italie, avec l’opposition entre cittadinanza (lien avec l’Etat) et nazionalità (lien
ethnique)...). Voir aussi H. U. Jessurun d’Oliveira, « Het Europees Verdrag
inzake Nationaliteit — Strasburg, 6 november 1997 — Een verkenning », dans
H. U. Jessurun d’Oliveira (dir. publ.), Trends in the nationaliteitsrecht, La Haye,
SDU, 1998, pp. 7-47.
Conflits de nationalités 81

citoyens et les citoyennes belges. Introduites dans le Code par la loi


du 12 juillet 1931 — au cœur de la période coloniale —, ces dispo-
sitions sont les seules encore en vigueur à utiliser ces expressions ;
partout ailleurs, le simple nom de « Belges » est retenu. On rappro-
chera cet article de l’ancienne charte coloniale, du 18 octobre 1908,
selon laquelle on visait par l’expression « sujets belges » les indi-
gènes de la colonie du Congo belge 147.

3. Dans les systèmes juridiques complexes

60. La même distinction apparut dans des Etats à structures juri-


diques complexes, pour bien faire ressortir l’idée d’une dualité de
statuts, des nationaux bénéficiant de plus de droits et assumant
davantage d’obligations que d’autres.
Dans ces ordonnancements juridiques, la nationalité, envisagée
comme un état de la personne, se décomposa donc en plusieurs qua-
lités, réglées différemment.
Pour corser encore les confusions terminologiques, le praticien du
droit doit parfois donner au mot « citoyenneté » un sens différent
d’après le problème à résoudre. Garner enseigne, à propos de la
citoyenneté d’un Etat fédéré des Etats-Unis d’Amérique : « For pur-
pose of federal diversity jurisdiction, citizenship and domicile are
synonymous. » 148
Même pour un juriste européen continental, cela ne surprend pas
trop, puisque l’on sait qu’à l’époque de la Révolution française
la confusion entre le domicile et la nationalité allait de soi. Mais
Garner ajoute : « For other purposes, however, the words are quite
different. » 149
61. Pour désigner les personnes qui se rattachent à l’ensemble
étatique, le législateur ou la doctrine ont souvent utilisé le terme
« nationalité », à juste titre puisque telle est l’appellation consacrée
par le droit international. Ainsi envisagée dans un sens large et géné-

147. Voir aussi A. Durieux, Nationalité et citoyenneté, mémoires, Académie


royale des sciences coloniales, Bruxelles, 1959, vol. 23, fasc. 2 ; R. Decottignies,
« Nationalité et citoyenneté en Afrique noire », Annales africaines (Dakar),
vol. 6, 1959, pp. 41-71. Voir infra, nos 210-212.
148. B. A. Garner, A Dictionary of Modern Legal Usage, New York et
Oxford, Oxford University Press, 1995, citant Hendry v. Masonite Corp., 455 F.
2d 955, (5th Cir. 1972). Cet ouvrage définit le mot citizenship, mais ignore celui
de nationality.
149. Ibid.
82 Michel Verwilghen

ral, l’institution se superpose à toutes les qualités ou « états » (au


sens de statuts ou conditions) reconnus aux individus dans le pays
considéré, en fonction de liens avec des groupes humains ou avec
des parties de territoires. Mais hélas, ces liens internes ont souvent
aussi été nommés « nationalités », voire « nationalités spéciales » ou
« nationalités au sens étroit », ou « sous-nationalités ». Ces usages
terminologiques n’ont toutefois jamais reçu une portée universelle.
Inversement, dans maints cas, le vocable de « citoyenneté » a été pré-
féré à celui de nationalité, pour désigner le lien situé au sommet,
c’est-à-dire la nationalité au sens du droit international. Mais il n’est
pas rare non plus de rencontrer ce même mot de « citoyenneté » pour
qualifier le lien politico-juridique avec une entité fédérée.
En Australie et au Canada, les législateurs fédéraux ont retenu
comme intitulé même de leur législation en la matière respective-
ment l’expression Australian Citizenship Act et « Citizenship Act —
Loi sur la citoyenneté » 150. Comparons ces intitulés à celui de la loi
en vigueur au Royaume-Uni, où l’expression British Nationality Act
a été retenue. Cette dernière loi distingue diverses citoyennetés (citi-
zenship) applicables à certaines catégories de personnes liées à des
Etats indépendants ou des territoires dépendants. L’usage simultané
des vocables « nationalité » et « citoyenneté » dans cette loi britan-
nique soulève de sérieuses difficultés, spécifiques à ce droit, qui
méritent de retenir l’attention et sur lesquelles on reviendra donc
plus loin 151.
Quant à l’ancienne Union des Républiques socialistes soviétiques,
elle forme un exemple déjà historique intéressant depuis que la chute
du mur de Berlin y a entraîné des bouleversements politiques et ter-
ritoriaux majeurs. Avant ces changements, l’appartenance à l’URSS,
Etat fédéral, de même qu’aux républiques fédérées, avait été dési-
gnée par le mot russe Grazhdanstvo qu’il est permis de traduire en
français par le mot « nationalité », lequel visait donc à la fois la
nationalité au sens large et les citoyennetés internes. Aux termes de
la loi du 18 août 1938 sur la citoyenneté soviétique, tout citoyen
d’une république de l’Union était aussi citoyen de l’Union elle-

150. Tel est le titre de la loi en vigueur actuellement et celui du projet déposé
au Parlement le 7 décembre 1998 : voir le fascicule Citizenship of Canada Act —
Loi sur la citoyenneté au Canada, Ottawa, ministère de Travaux publics et Ser-
vices gouvernementaux, 1998 (no Ci-51-85/1998), et le communiqué 98-59 : Une
nouvelle loi sur la citoyenneté.
151. Voir infra, nos 231-235.
Conflits de nationalités 83

même 152. La loi chinoise sur la nationalité a préféré désigner ses eth-
nies internes par un mot chinois dont la traduction la plus autorisée
est « nationalités », comme on l’a vu 153.
Ce bref survol de droit comparé démontre déjà à suffisance l’im-
possibilité de définir de façon univoque les termes « nationalité » et
« citoyenneté ».

4. Dans les ordonnancements supranationaux

62. La confrontation des concepts de nationalité et de citoyenneté


est revenue plus récemment dans l’actualité juridique. Lors de la
décolonisation, des anciennes puissances coloniales suscitèrent la
création d’entités supranationales avec leurs possessions devenues
Etats autonomes ou indépendants, en y instaurant une citoyenneté
propre à ce cadre. Citons le cas de la citoyenneté du Commonwealth,
qui se superpose aux nationalités sécrétées par les ordres juridiques
étatiques membres de cette association d’Etats. Mentionnons aussi
l’exemple historique de la citoyenneté de l’Union française, dont
bénéficiaient les ressortissants des Etats autrefois colonisés ou proté-
gés par la France 154.
Cette idée d’un statut supérieur aux nationalités étatiques, com-
mun à tous les nationaux d’Etats unis dans un cadre commun, vient
encore de refaire surface de façon remarquable dans l’Union euro-
péenne, avec l’émergence d’une citoyenneté européenne qui s’ajoute
aux nationalités conférées par les Etats membres 155.
63. Fort heureusement, dans ces trois exemples, la terminologie
s’est fixée de manière plus ou moins harmonieuse. Le mot « nationa-
lité » vise le lien juridique qui unit les personnes à un Etat, le terme
« citoyenneté » étant réservé à la qualification du lien avec l’entité
supraétatique. Le système d’attribution de la citoyenneté retenu dans

152. G. Ginsburgs, Soviet Citizenship Law, p. 19. La loi du 18 août 1938 fut
remplacée par celle du 1er juillet 1979, laquelle céda à son tour la place, après la
dissolution de l’URSS, à la loi de la Fédération de Russie sur la citoyenneté
fédérale russe, du 28 novembre 1991, entrée en vigueur le 6 février 1992. Voir
aussi G. Ginsburgs, The Citizenship Law of the USSR, La Haye, Nijhoff, 1983 ;
M. Tratnik, Het nationaliteitsrecht in de Osteuropese landen, Deventer, Kluwer,
1989 ; G. E. Vilkov, Zakonodatelstvo SSSR mejdounarodnye saghachneria po
voprossam grafdanstva (Législation de l’URSS et coutume internationale de la
nationalité), Moscou, Mejdovarodnye Otsachniia, 1964.
153. Voir supra, no 46.
154. Voir à ce sujet infra, nos 237-241.
155. Voir infra, nos 242-244.
84 Michel Verwilghen

les trois cas est aussi semblable : l’appartenance nationale à un Etat


attribue indirectement la citoyenneté supraétatique. En d’autres
termes, seuls les nationaux d’un Etat membre pourront prétendre à la
citoyenneté de l’entité fédérante. Comme il appartient à chaque Etat
de déterminer par sa législation, dans le respect du droit internatio-
nal, quels sont ses nationaux, c’est l’ensemble de ces législations
qui, indirectement, dira qui sont les citoyens de l’Union. Celle-ci
aura donc pour citoyens les personnes que chacun des Etats
membres tiendra pour ses nationaux 156.

B. Nationalité et indigénat

64. Au début du XXe siècle, une partie de la doctrine d’expres-


sion française prit soin de distinguer le concept de nationalité de
celui d’indigénat 157.
Certains auteurs enseignaient alors que si la nationalité était le
lien rattachant une personne à un Etat, l’indigénat pouvait être défini
comme « la qualité qui résulte pour un individu de sa nationalité » 158.
D’autres internationalistes usèrent du terme indigénat pour dési-
gner la qualité de membre d’un Etat fédéré : comme ces entités poli-
tiques internes, si étendues ou autonomes fussent-elles, ne consti-
tuaient pas un Etat au sens du droit international, on préférait ne pas
user du terme « nationalité » pour viser le lien unissant chacun des
membres de cette entité à celle dont il faisait partie. Le vocable
retenu fut parfois alors celui d’indigénat 159.
Souvent aussi, ce mot entendit viser l’ensemble des étrangers sou-
mis à la protection d’un Etat déterminé, telles des minorités eth-
niques. Comme exemple de cette distinction entre nationalité et indi-
génat, on peut se référer au titre même de la Convention entre la
Roumanie et la Yougoslavie réglant la question de la nationalité et de
l’indigénat des personnes qui, par suite de la délimitation, ont perdu
leur nationalité originaire, signée à Belgrade, le 30 janvier 1933 160.
Bref, à ce propos aussi, les équivoques n’ont point manqué.

156. En ce sens, J. Verhoeven, « Les citoyens de l’Europe », p. 169.


157. Voir par exemple le titre évocateur de l’ouvrage de H. Otto, De la natio-
nalité et de l’indigénat en Belgique, Bruxelles, Bruylant, et Paris, LGSAL, 1911.
158. H. Otto, op. cit., p. 5.
159. E. Tyan, Précis de droit international privé, p. 492, no 414.
160. SDN, Recueil des traités, vol. 146, 1934, no 3398, pp. 173 ss. Un accord
additionnel à cette convention fut signé à Bucarest, le 13 mars 1935 ; SDN,
Recueil des traités, vol. 178, 1937, no 4133, pp. 58 ss.
Conflits de nationalités 85

65. Le vocable « indigénat » fut utilisé longtemps et prévalut


même dans la pratique diplomatique durant l’entre-deux-guerres.
Les traités de paix qui suivirent la fin de la première guerre mon-
diale, en retenant le concept d’indigénat pour viser certaines catégo-
ries de personnes autrefois domiciliées dans l’Empire austro-hon-
grois, ont suscité de sérieux problèmes juridiques par le simple fait
que cet élément n’était pas défini avec précision. Il engendra des
dénationalisations et suscita des apatridies qu’il fallut bien tenter de
réduire ou gérer par des traités bilatéraux 161. On trouve ainsi des
traités aux titres curieux, dans lesquels s’entrechoquent les concepts
de nationalité, d’indigénat et de ressortissants 162.
66. Le mot indigénat tend à disparaître de nos jours, par désué-
tude, sans doute moins en raison de son ambiguïté que de la conno-
tation péjorative attribuée au terme « indigène » à l’époque de la
décolonisation 163. Des dictionnaires modernes de terminologie juri-
dique considèrent d’ailleurs qu’« indigénat » désigne aujourd’hui le
régime administratif spécial qui fut appliqué autrefois aux indigènes
d’une colonie. Ils ne font pas d’allusion aux autres sens du mot.
Ce concept n’apparaît plus de nos jours dans les traités internatio-
naux et, lorsqu’il advient qu’il soit encore retenu aujourd’hui dans
des ouvrages de doctrine, on l’emploie le plus souvent comme syno-
nyme de nationalité. Certains auteurs définissent l’indigénat comme
la matière visée par les dispositions légales relatives aux modes
d’établissement et de perte de la nationalité, ainsi que celles relatives
à la réintégration dans cette nationalité. L’indigénat, dans cette pers-
pective, ne comprendrait donc pas les règles fixant le régime admi-

161. En témoigne l’intitulé de certaines conventions internationales, telle


celle du 30 janvier 1933 citée au numéro précédent. Voir à ce sujet A. Harari,
Situation de l’apatride et du réfugié dans la législation française actuelle, Paris
(thèse), Sirey, 1940, p. 14.
162. Voir la Convention entre la Roumanie et la Yougoslavie réglant la ques-
tion de la nationalité et de l’indigénat des personnes qui, par suite de la délimi-
tation, ont perdu leur nationalité originaire, signée à Belgrade, le 30 janvier
1933, SDN, Recueil des traités, vol. 146, 1934, no 3398, p. 173 ; la Convention
entre l’Egypte et la Turquie pour régler certaines questions de nationalité des
ressortissants ottomans établis en Egypte ou qui bénéficiaient de l’indigénat
égyptien, signée à Ankara, le 7 avril 1937, SDN, Recueil des traités, vol. 191,
1938-1939, no 4439, pp. 105-110 ; la Déclaration relative à la communication
réciproque des copies littérales des actes de l’état civil ou de nationalité entraî-
nant changement d’indigénat dans le chef de ressortissants belges et luxembour-
geois, signée à Bruxelles, le 4 mars 1939, SDN, Recueil des traités, vol. 197,
1939, no 4610, p. 141.
163. Celui-ci fut d’ailleurs remplacé, à cette période, par le mot « autoch-
tone » qui lui-même ne se maintint que peu de temps.
86 Michel Verwilghen

nistratif et judiciaire de la nationalité, ni celles contenant les solu-


tions expédientes aux conflits de nationalités.

C. Nationaux et ressortissants
67. Pour éviter la contradiction dans les termes résultant de l’as-
similation de certains étrangers aux nationaux 164, on a tenté de pro-
poser un vocable pouvant viser à la fois le national citoyen et le
national étranger privilégié. C’est le mot « ressortissant » que l’on
retint.
C’est pourquoi Zeballos a pu affirmer jadis ce qui paraît aujour-
d’hui comme une erreur de langage : les étrangers sont des ressortis-
sants ! Terminologie inacceptable pour quiconque assimile aujour-
d’hui les notions de ressortissants et de nationaux et considère que la
nationalité est précisément le concept qui permet de distinguer les
nationaux des étrangers. L’affirmation de Zeballos se situe aux anti-
podes de la langue juridique actuellement utilisée en Occident, voire
de l’usage traditionnel, universellement répandu, du vocable de
nationalité. N’a-t-on pas coutume, précisément, de marquer l’opposi-
tion entre le national et l’étranger ? « Dans le langage courant, écrit
Isay, étranger et national sont des concepts qui s’excluent. » 165
Bien après, le mot « ressortissant » fera fortune lorsqu’il s’agira de
rapprocher des nationaux « certains étrangers dépendant à titre plus
ou moins permanent de la souveraineté considérée » 166. L’usage
s’implanta, en effet, de nommer « ressortissants » ceux qui relevaient
d’un protectorat, d’un pays sous mandat de la Société des Nations
ou, plus généralement, de tout territoire protégé. La pratique fran-
çaise introduisit ce vocable de ressortissants pour viser les citoyens
de pays tels que le Maroc ou la Tunisie lorsque ceux-ci furent placés
sous protectorat français. Ce type de lien s’appuyait sur des traités
qui ne conduisaient pas à une annexion car ils laissaient subsister la
personnalité internationale de l’Etat protégé et donc la nationalité
qu’il conférait 167.
Dans ses premiers arrêts, la Cour permanente de Justice interna-
tionale préféra utiliser le mot ressortissant à celui, plus étroit, de
national. Comme le souligne Paul De Visscher, la notion de national,

164. Voir supra, nos 56-57.


165. E. Isay, « De la nationalité », p. 433.
166. H. Batiffol et P. Lagarde, Droit international privé, t. I, p. 65, no 66.
167. B. Audit, Droit international privé, p. 746, no 895.
Conflits de nationalités 87

au sens du droit public interne, n’épuise pas celle de ressortissant, au


sens du droit international. Par le mot « ressortissant », l’on vise les
personnes qui relèvent d’une compétence ; il y va donc d’une notion
générale de droit. L’arrêt Nottebohm, du 6 avril 1955, constitue la
meilleure preuve de la pertinence de ce point de vue.
68. Certains auteurs ont souligné à juste titre les équivoques dues
à l’usage inconsidéré de ce terme qui, à dire vrai, ne visa jamais un
lien spécifique et précis. Le mot « ressortissant » fut employé « tantôt
pour désigner indistinctement citoyens et sujets, tantôt des personnes
qui, sans être ni les uns, ni les autres [donc des étrangers], relèvent,
à certains titres, de l’Etat » 168. Dans l’ancien régime des « capitula-
tions », le même mot fut retenu pour désigner des personnes ayant la
nationalité d’un pays déterminé qui étaient placées sous la protection
d’un autre Etat. L’exemple le plus connu reste celui de l’Empire
ottoman. Mais au vocable « ressortissant », on préféra parfois, dans
ce cas, celui de « personnes protégées » 169.
En Allemagne aussi, le droit de la nationalité connut cette double
qualité : la loi du 15 septembre 1935 sur la qualité de citoyen du
Reich établit, en effet, la distinction entre le citoyen (Reichbürger),
seul titulaire des droits politiques, et le ressortissant (Staatsangehö-
riger), national de seconde zone. Imprégnée de l’idéologie national-
socialiste, cette loi réserva la qualité de citoyen aux Allemands de
race aryenne démontrant, par leur comportement, leur fidélité au ser-
vice du Reich et du peuple allemand. Les Juifs furent, quant à eux,
catalogués comme des ressortissants. Ces textes disparurent à la fin
de la guerre, lorsque le Conseil de contrôle des Alliés les abrogea par
une loi du 20 septembre 1945.
En temps de guerre, l’expression « ressortissants ennemis » visa
les personnes dont les biens furent placés sous séquestre soit car

168. E. Tyan, Précis de droit international privé, p. 499, no 421.


169. M. Loisel, « La nationalité française et sa preuve », p. 8, no 5. Sur la
nationalité dans l’Empire ottoman, voir P. Arminjon, Etrangers et protégés dans
l’Empire ottoman, Paris, A. Chevalier-Maresq, 1903, et De la nationalité dans
l’Empire ottoman et spécialement en Egypte, Paris, Chevalier-Maresq, 1903 ; id.,
« De la nationalité dans l’Empire ottoman et spécialement en Egypte », Rev. gén.
dr. int. publ., vol. 8, 1901, pp. 520 ss. ; N. Bentwich, « Nationality in Mandated
Territories detached from Turkey », British Year Book of Int. Law, vol. 7, 1926,
pp. 97 ss., et « The Mandate for Palestine », British Year Book of Int. Law,
vol. 10, 1929, pp. 137 ss., P. Ghali, Les nationalités détachées de l’Empire otto-
man à la suite de la guerre, Paris, Domat-Montchrestien, 1934 ; E. Nomer,
Vatandaslik Hukuku Derleri (cours de droit de la nationalité), Istanbul, 4e éd.,
1980.
88 Michel Verwilghen

elles portaient la nationalité de l’Etat ennemi, soit parce que, bien


qu’étrangères à cet Etat, elles collaborèrent avec l’ennemi 170.

D. Une terminologie flottante

69. Ce bref survol des différents termes en usage dans les lois, la
doctrine et la jurisprudence des Etats en matière de nationalité
démontre qu’il est bien difficile de définir de façon unique et cer-
taine tous les vocables rencontrés. La signification des termes varie
dans le temps comme dans l’espace. Sans nous attacher ici à évoquer
davantage les querelles terminologiques, contentons-nous d’attirer
une fois pour toute l’attention sur ce point.
Qu’on ne s’étonne point de constater, dans les commentaires doc-
trinaux présentant le droit de la nationalité de divers Etats, l’emploi
de termes identiques dans des sens différents, voire contradic-
toires 171. Les spécialistes de droit comparé chercheront en vain, dans
l’ensemble de ces législations, des repères propices à une approche
sûre des notions fondamentales de la matière. Telle est, en effet,
l’inéluctable conséquence du principe de droit des gens selon lequel
il appartient à chaque Etat de légiférer, en toute souveraineté, sur sa
nationalité, jusque dans le choix de la terminologie nécessaire à cet
effet.

Section 2. Utilisation du concept de nationalité

70. Le statut que confère la nationalité à l’individu et le fait


membre d’une communauté nationale « constitue l’intérêt principal
de la notion de nationalité » 172. Quel est ce statut ? Que contient-il ?
Quels en sont les effets les plus importants dans le cadre du droit

170. B. Audit, Droit international privé, p. 759, no 913.


Dans l’article 3 du protocole no 4 de la Convention européenne de sauvegarde
des droits de l’homme et des libertés fondamentales, selon lequel :
« 1. Nul ne peut être expulsé, par voie de mesure individuelle ou collec-
tive, du territoire de l’Etat dont il est le ressortissant.
2. Nul ne peut être privé du droit d’entrer sur le territoire de l’Etat dont
il est le ressortissant »,
c’est bien dans le sens de « national » que le mot « ressortissant » est utilisé. Au
demeurant, la version anglaise utilise le terme « national ».
171. Voir par exemple les différentes contributions réunies dans le Juris-clas-
seur Nationalité (sous la direction de M. Verwilghen et Ch. Closset), Paris, Edi-
tions techniques, depuis 1983 (fascicules mobiles).
172. P. Lagarde, La nationalité française, p. 3, no 2.
Conflits de nationalités 89

international ? Quels sont ceux qui se produisent dans l’ordre éta-


tique qui en fixe la teneur ?
Donnons ci-après quelques informations à ce sujet, sans toutefois
entrer dans le détail de toutes les réglementations nationales. Elles
conduiront à distinguer le national de l’étranger, car « partout et tou-
jours, il y eut des étrangers jouissant d’un statut plus ou moins par-
ticulier, différent de celui des personnes qu’on ne considère pas
comme étrangères » 173. Ces informations permettront aussi, plus
loin, de mieux saisir l’analyse critique des conflits de nationalités.

Par. 1. Dans les relations internationales

I. Droit international (public)

A. Généralités
71. Le droit international n’a pas créé lui-même le concept de
nationalité. Il a emprunté celui-ci au droit interne, dans lequel la
notion prit ses racines, comme on l’a exposé 174. Mais s’il en a bien
été ainsi jadis, le concept de nationalité peut le mieux se définir
aujourd’hui dans le cadre du droit international (public) : la nationa-
lité est, selon Mayer, « la qualité dont l’attribution par un Etat
confère à celui-ci, à l’égard de l’individu attributaire, une compé-
tence personnelle opposable aux autres Etats » 175.
Le droit international a donc puisé le concept de nationalité en
droit interne pour lui faire produire divers effets dans l’ordre inter-
national. D’autres ordonnancements juridiques l’ont imité : certains
d’entre eux, situés dans la sphère transnationale — des ordres juri-
diques sportifs, par exemple — ont décidé de le retenir en vue
d’édicter leurs propres réglementations 176.
72. De manière générale, l’effet de nationalité dans l’ordre inter-
national procède de ce que tout Etat se définit notamment par sa
population :
« Il exerce à l’égard de ses nationaux une compétence dite

173. J. Gilissen, « Le statut des étrangers à la lumière de l’histoire compara-


tive », L’étranger. Recueils de la Société Jean Bodin, Bruxelles, Ed. Libr.
encycl., vol. 9, 1958, p. 6.
174. Voir supra, nos 16-40.
175. P. Mayer, Droit international privé, p. 540, no 838.
176. F. Rigaux, « Les situations juridiques individuelles… », p. 66, no 40 ;
V. Duke, Football, Nationality and the State, Harlow, Longman, 1996.
90 Michel Verwilghen

personnelle, reconnue par le droit international. Celle-ci lui


permet de prendre des mesures à leur égard où qu’ils se trou-
vent : les nationaux ne cessent pas d’être soumis au pouvoir
normatif de l’Etat du seul fait qu’ils franchissent la fron-
tière. » 177
La nationalité de droit devint ainsi la condition de nombreux effets
reconnus par le droit international 178. Le plus connu est assurément
la protection diplomatique. Son importance théorique et pratique jus-
tifie un commentaire particulier, présenté plus loin 179. Mais sa noto-
riété ne doit pas oblitérer d’autres effets, dont voici quelques illus-
trations.
Il faut être le national d’un Etat contractant pour pouvoir bénéfi-
cier des avantages reconnus par un traité d’établissement ou d’ami-
tié. Une règle de droit international exige le traitement correct des
nationaux d’Etats étrangers, qui ont droit au respect d’un standard
minimum de droits. Les règles de droit pénal international ne s’op-
posent pas à ce que les juridictions d’un Etat soient compétentes
pour connaître des infractions criminelles commises à l’étranger soit
par des nationaux soit par des étrangers à l’égard de nationaux. En
droit des gens, la nationalité est encore prise comme un élément
indicatif de l’objet de représailles et de sanctions collectives, en par-
ticulier dans le droit de la guerre. Ont ainsi été dégagées la notion de
« ressortissants ennemis », qui vise les personnes possédant la natio-
nalité d’un Etat belligérant hostile, ainsi que la notion de « biens
ennemis », à savoir ceux qui forment la propriété d’un ressortissant
ennemi 180.
73. Alors qu’il appartient
« à tout Etat souverain de régler par sa propre législation l’or-
ganisation de sa nationalité ainsi que de conférer celle-ci par la
naturalisation octroyée par ses propres organes conformément à
cette législation » 181,

177. B. Audit, Droit international privé, p. 745, no 893 ; P. Mayer, Droit inter-
national privé, p. 540, no 838.
178. Pas seulement par le droit international : d’autres ordonnancements juri-
diques firent de même, en particulier l’ordre juridique sportif (voir supra note 16).
179. Voir infra, nos 74-78.
180. H. F. Van Panhuys, The Rôle of Nationality in International Law — An
Outline, pp. 41-178. Voir aussi supra, no 68.
181. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, p. 20.
Conflits de nationalités 91

aucun Etat ne peut invoquer cette règle de compétence exclusive


pour exiger que sa nationalité puisse produire des effets dans l’ordre
international 182.
Ce n’est point ici l’endroit pour développer ces effets en détail,
mais il est sans doute opportun de donner quelques informations sur
le rôle de la nationalité dans la protection diplomatique des per-
sonnes qui ne possèdent qu’une nationalité. Ces explications permet-
tront de suivre avec plus de profit les développements ultérieurs sur
la protection diplomatique des pluripatrides 183.
La nationalité sociologique mérite aussi de retenir quelque peu
l’attention, car dans les relations internationales s’est développée la
théorie connue sous le nom de « principe des nationalités ». Elle sera
donc aussi évoquée, encore que trop sommairement sans doute,
parce qu’elle apportera un complément d’éclairage et facilitera la
compréhension des commentaires sur la double allégeance et sur la
politique des Etats vis-à-vis des conflits de nationalités.

B. Protection diplomatique

74. De tous les effets que la nationalité produit sur le plan du


droit international (public), celui qui a suscité le plus de contro-
verses, par les difficultés concrètes qu’il suscita, est assurément la
protection diplomatique 184.
On sait que cette protection comprend deux aspects. Il y a, d’une
part, l’aide et l’assistance générale qu’apportent les agents diploma-
tiques et consulaires à leurs nationaux dans l’exercice de leurs droits
ou de leurs autres activités légales à l’étranger 185. Il y a, d’autre part,
les demandes de dommages et intérêts que l’Etat protecteur réclame
à l’Etat qui aurait commis un manquement aux règles de droit inter-
national préjudiciable à un ou des nationaux de l’Etat demandeur 186.

182. F. Rigaux, Droit public et droit privé dans les relations internationales,
Paris, Pedone, 1977, p. 123, par. 60.
183. Voir infra, nos 537-547.
184. Sur les positions respectives des grands maîtres du Droit des gens en la
matière, voir R. Donner, The Regulation of Nationality in International Law,
Irvington-on-Hudson (NY), Transnational Publishers Inc., 2e éd., 1994, pp. 19 ss.,
no 4.4.
185. Voir l’article 3, point 1 b), de la Convention sur les relations diploma-
tiques, conclue à Vienne, le 18 avril 1961 (Nations Unies, Recueil des traités,
vol. 500, 1964, no 7310, pp. 95-221), et l’article 5, lettres a) et e), de la Conven-
tion sur les relations consulaires, conclue à Vienne, le 24 avril 1963 (Nations
Unies, Recueil des traités, vol. 596, 1967, no 8633, pp. 261-467).
186. A. Randelzhofer, vo « Nationality », pp. 420-421.
92 Michel Verwilghen

Selon la jurisprudence internationale :


« C’est un principe élémentaire du droit international que celui
qui autorise l’Etat à protéger ses nationaux lésés par des actes
contraires au droit international causés par un autre Etat, dont ils
n’ont pas pu obtenir satisfaction par les voies ordinaires. » 187
La notion de protection diplomatique doit être comprise ici dans son
sens strict. Elle ne couvre pas d’autres types de démarches, telles
que le droit de protestation ou le droit d’intervention licite 188.
Comme l’a clairement décidé l’arrêt Nottebohm, « c’est le droit
international qui détermine si l’Etat a qualité pour exercer la protec-
tion » 189. Par ailleurs, lorsqu’un Etat exerce sa protection diploma-
tique d’un national, il « fait valoir son propre droit et non celui du
national ; il ne représente donc pas ce dernier » 190.

1. La nationalité, condition nécessaire


75. La nationalité est une condition nécessaire à toute protection
diplomatique d’un Etat. Cette protection
« ne peut nécessairement être exercée qu’en faveur de son
national, parce que, en l’absence d’accords particuliers, c’est le
lien de nationalité entre l’Etat et l’individu qui seul donne à
l’Etat le droit de protection diplomatique » 191.
Il en résulte que l’Etat ne peut, en principe, exercer sa protection
diplomatique qu’en faveur de ses nationaux. Ce principe n’est toute-
fois pas absolu, car il ne relève pas du jus cogens 192.

187. CPJI, arrêt du 31 août 1924, affaire des Concessions Mavrommatis en


Palestine, Rec., série A no 2, p. 12.
188. P. De Visscher, « Cours général de droit international public », Recueil
des cours, tome 136 (1972), p. 160, qui cite comme autre exemple l’exercice
d’interventions humanitaires par le Saint-Siège en faveur de certains nationaux
d’Etats étrangers.
189. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, pp. 20-21.
190. J. Salmon, Manuel de droit diplomatique, Bruxelles, Bruylant, 1994,
p. 105, no 154.
191. CPJI, 28 février 1939, affaire du Chemin de fer Panevezys-Saldutiskis, Rec.,
série A/B no 76, p. 16 ; J. Salmon, Manuel de droit diplomatique, p. 106, no 155.
192. P. De Visscher, « Cours général de droit international public », p. 150.
Pour des exemples très particuliers de protection diplomatique de non-natio-
naux, voir J. Salmon, Manuel de droit diplomatique, pp. 105-106, no 155, qui
cite notamment l’article 8c (devenu article 20) du Traité instituant la Commu-
nauté européenne, introduit par le Traité sur l’Union européenne, signé à Maas-
tricht le 7 février 1992.
Conflits de nationalités 93

Si l’on excepte quelques cas isolés et anciens dans lesquels furent


admises des protections diplomatiques fondées sur la localisation du
domicile de la personne sur le territoire de l’Etat protecteur, on ne
relève aucune exception à la règle 193. La nationalité fut et reste tou-
jours une condition nécessaire à cette protection 194. Certes, les Etats
peuvent s’entendre pour y déroger par accords généraux ou particu-
liers, mais alors, il n’y a pas vraiment exception : un autre principe,
selon lequel les conventions librement consenties font la loi des par-
ties, intervient en la matière.
76. Il faut bien comprendre la portée de cette condition nécessaire
de nationalité. Le lien de nationalité qui unit l’Etat demandeur à la
personne lésée « constitue simplement le titre d’un Etat déterminé à
produire une réclamation, et ce titre est indépendant des mérites de
la réclamation elle-même » 195. Les deux juges qui rédigèrent cette
phrase, dans leur opinion individuelle en une affaire tranchée par la
Cour permanente de Justice internationale, soulignent que prima
facie, « la contestation du rapport de nationalité, dans une affaire de
ce genre, ne comporte aucune appréciation du bien-fondé de la
demande comme telle » 196.
En d’autres termes, si l’Etat défendeur conteste que la personne
lésée, au moment où le dommage est survenu, possédait la nationa-
lité de l’Etat protecteur, il lui appartient de soulever une exception
préliminaire dont la juridiction internationale ou arbitrale saisie doit
admettre la recevabilité. Ce n’est qu’après avoir statué sur cette
exception qu’il deviendra possible, si elle est rejetée, d’apprécier le
fond.
77. De ce qui précède, il découle que la preuve de la nationalité
de la victime à protéger doit être apportée, la charge de cette preuve
incombant à l’Etat qui entend exercer sa protection. Pour certains, le
principe de souveraineté commande de retenir uniquement les modes
de preuve admis par le droit interne de l’Etat dont la nationalité est
en cause. D’autres internationalistes se montrent moins formalistes
193. Voir à ce sujet R. Donner, The Regulation of Nationality in International
Law, pp. 37 ss., no 1.2.2, citant deux anciens cas dans lesquels la protection
diplomatique de sujets britanniques demeurant depuis longtemps au Mexique ne
fut pas admise au motif que la nationalité devait coïncider avec le domicile.
194. Voir déjà G. de Leval, De la protection diplomatique des nationaux à
l’étranger, Bruxelles, Bruylant, 1907. Pour une étude récente, J. Salmon,
Manuel de droit diplomatique, pp. 104-109, nos 151-161.
195. Ch. De Visscher et comte Rostworowski, opinion individuelle dans l’af-
faire du Chemin de fer Panevezys-Saldutiskis, Rec., série A/B no 76, p. 25.
196. Ibid.
94 Michel Verwilghen

et enseignent que cette preuve peut être aussi établie selon ce que
permet le droit international.
La plupart du temps, cette preuve est administrée devant l’autorité
ou la juridiction appelée à se prononcer sur la recevabilité de la
plainte. Elle prend la forme d’une production d’actes administratifs
ou judiciaires établis dans l’Etat dont l’intéressé se déclare être le
national : une décision d’autorité publique (un décret de naturalisa-
tion, par exemple), un jugement ou un arrêt coulé en force de chose
jugée avec effet erga omnes, un simple certificat de nationalité éma-
nant d’un officier public ou d’un juge, voire uniquement un passe-
port ou une carte d’identité 197.
Sauf à violer la souveraineté étatique de l’Etat protecteur, il n’est
pas possible pour une autorité de l’autre pays en cause de rejeter les
preuves de nationalité dans lesquelles se manifeste l’exercice de
l’imperium étatique. Ainsi d’une loi de naturalisation ou d’un arrêté
du chef de l’Etat octroyant la nationalité. Quant aux autres docu-
ments, il conviendra de consulter la loi interne de l’Etat protecteur
pour en apprécier la force probante. Cette loi dira s’il s’agit d’une
preuve irréfragable, parfaite, ou si elle ne forme qu’une présomption
juris tantum, admettant que la preuve contraire soit apportée.
78. A quel moment la nationalité doit-elle exister ? Pour certains,
il suffit d’exiger qu’elle soit prouvée existante à la date du dommage
qui sert de base à la demande de réparation. Une thèse plus moderne
et manifestement mieux soutenue enseigne que l’exigence de natio-
nalité doit être continue et couvrir au moins la période qui va du
dommage jusqu’à la date de l’introduction de la demande. Les plus
rigoureux exigent même que la victime de l’acte justifiant la
demande de protection diplomatique conserve la nationalité de l’Etat
protecteur jusqu’au jour du prononcé de la réparation par le tribunal
saisi, voire de l’exécution de cette réparation. C’est excessif : pareille
solution ne tient pas compte des lenteurs judiciaires ou administra-
tives et laisse à l’Etat défendeur toute latitude pour éterniser la situa-
tion 198.
La production de la preuve, au bon moment, de l’existence de la

197. F. Rigaux, Droit public et droit privé dans les relations internationales,
p. 127, par. 62.
198. Sur l’ensemble de cette question, voir P. De Visscher, « Cours général de
droit international public », pp. 165-166 ; E. Wyler, La règle dite de la continuité
de la nationalité dans le contentieux international, Paris, PUF (Publ. de
l’Inst. univ. hautes études int. de Genève), 1990.
Conflits de nationalités 95

nationalité durant la période requise, ne suffit pas à éteindre toute


contestation. L’autorité étatique ou, le cas échéant, l’autorité interna-
tionale ou arbitrale appelée à se prononcer sur la réclamation
conserve toujours le droit d’examiner si la nationalité dûment prou-
vée satisfait à la triple exigence de conformité au droit international,
telle que rappelée dans la codification de La Haye en 1930 199.

2. La nationalité, condition non suffisante

79. Depuis qu’en 1955 la Cour internationale de Justice a rendu


l’arrêt Nottebohm, on sait qu’en droit international la protection
diplomatique ne peut pas s’exercer si la nationalité de la personne
dont les droits ont été méconnus ne repose pas sur un lien de ratta-
chement substantiel ou effectif 200. La nationalité n’est donc pas une
condition suffisante, au regard du droit international, pour permettre
l’exercice de la protection diplomatique. Car un Etat ne peut pré-
tendre intervenir de cette façon qu’en faveur de ses ressortissants
dont la nationalité est effective, en ce sens qu’elle exprime un lien
substantiel à cet Etat.
Par ailleurs, nul n’a jamais contesté que cette nationalité doit
avoir été acquise sans fraude et que la protection diplomatique
s’exerce exclusivement lorsque la personne en cause jouit d’une
nationalité effective acquise régulièrement et donc incontestable de
ce point de vue.
Dans l’affaire Nottebohm, la Cour internationale s’est vue obligée
de trancher une question de nationalité préalable à l’exercice de la
protection diplomatique. La théorie du degré minimum d’effectivité,
appliquée dans l’arrêt du 6 avril 1955 pour apprécier seulement la
recevabilité de la demande du Liechtenstein contre le Guatemala,
doit-elle recevoir une portée plus large en droit international ? Sur ce
point, des avis divergents ont été exprimés en doctrine, mais la ten-
dance la plus forte et, progressivement, la plus autorisée s’oriente
vers une réponse affirmative 201. Pour mémoire, dans le droit interna-

199. Voir infra, nos 123-150.


200. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, pp. 4 ss.
201. P. De Visscher, « Cours général de droit international public », p. 164 :
« Cet arrêt revêt, en effet, une portée qui dépasse de loin le domaine de la pro-
tection diplomatique ». Contra : A. Gross, dans son opinion individuelle en l’af-
faire de la Barcelona Traction, CIJ, 5 février 1970, CIJ Recueil 1970, pp. 3 ss.,
no 24.
96 Michel Verwilghen

tional de la nationalité, la notion d’effectivité, bien antérieure à l’ar-


rêt Nottebohm, s’était déjà vue consacrer comme critère de solution
de certains conflits positifs de nationalités 202.

C. Principe des nationalités


1. Origine et contenu
80. Alors que les internationalistes, savants du droit, prennent
bien soin de distinguer la nationalité de fait et la nationalité de droit,
les politologues, experts de la science politique, ont préféré s’inter-
roger sur l’opportunité de les lier, de les confondre. D’aucuns ont, en
effet, élaboré au milieu du XIXe siècle une théorie selon laquelle la
paix internationale et la concorde entre les peuples ne pourraient
exister que par la coïncidence des deux formes de nationalité. « Un
peuple n’est bien dans sa peau que s’il forme une nation indépen-
dante », a déclaré un jour Charles de Gaulle à l’un de ses
ministres 203.
Plus précisément, les partisans de cette théorie ont exprimé le
fameux « principe des nationalités » en affirmant que toute nation a
non seulement la vocation, mais le droit de se constituer en un Etat
souverain. Implicitement, ils ont donc admis le corollaire du prin-
cipe : tout Etat ne devrait, dans l’idéal, englober dans sa population
que les personnes formant une seule nation 204.
Cette théorie prend ses racines lointaines dans la Révolution fran-
çaise. « L’affirmation des droits de la Nation est, en effet, à la base de
l’idéologie révolutionnaire. » 205 Elle a été propagée au XIXe siècle,
notamment par l’illustre Mancini. En politique, elle servit comme
levier pour conquérir l’indépendance ; elle favorisa notamment l’uni-
fication italienne et allemande et inspira profondément les traités de
paix conclus après la première guerre mondiale. En droit positif
interne, le principe des nationalités conduisit à admettre que l’ori-
gine du pouvoir réside dans la nation : « Tout pouvoir émane de la
Nation », lit-on dans plusieurs constitutions ; c’est la doctrine de la
souveraineté nationale.
202. Voir infra, nos 134-143, nos 488-504 et nos 543-547.
203. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. I, p. 296.
204. Ce principe aurait été formulé pour la première fois par la fille de Nec-
ker, la célèbre baronne de Staël-Holstein (A. Favre, Principes de droit des gens,
Fribourg, Ed. univ., et Paris, LGDJ, 1974, p. 75).
205. A. Hauriou, Droit constitutionnel et institutions politiques, Paris, Mont-
chrestien, 4e éd., 1970, p. 100.
Conflits de nationalités 97

L’effet pervers de cette théorie se situe dans ce qu’elle conduisit à


une conception ethnique de la nationalité :
« Une science conjecturale et orgueilleuse, foncièrement
étrangère aux grands courants humanistes, à son esprit de tolé-
rance et de mesure, servilement associée aux entreprises poli-
tiques du jour, s’appliquera à découvrir dans le plus lointain
passé de l’humanité les titres des peuples à la nationalité. » 206

2. Critique

81. Les aléas de l’histoire tout autant que la situation mondiale


actuelle conduisent à reconnaître le caractère largement irréaliste du
« principe des nationalités » 207. Celui-ci est loin de s’être partout tra-
duit dans la réalité.
Certes, il est des cas, peu nombreux au demeurant, où prévaut la
confusion parfaite entre le concept de nation et celui d’Etat. « La
France a eu la chance d’échapper au malheur des Yougoslaves. Elle
est une nation qui ne comporte qu’une nationalité. Elle a accueilli,
mastiqué, assimilé tous les apports extérieurs », affirme, non sans
aplomb, le général de Gaulle à l’un de ses collaborateurs à l’issue du
Conseil des ministres du 13 octobre 1965 208. Feignons de le croire sur
parole, en ajoutant que le plus souvent — l’expérience le prouve —,
cette coïncidence, pour opportune qu’elle puisse paraître en théo-
rie, ne s’est pas réalisée sur le plan des faits. Tantôt, le brassage de
populations hétérogènes sur un même territoire est tel qu’il paraît
exclu — sauf par le recours aux migrations collectives forcées ou,
pire, par le génocide — de parvenir à appliquer le principe des natio-
nalités. Tantôt, c’est la pression des armes ou de la diplomatie, voire
de ces deux facteurs conjugués, qui a entravé sa mise en œuvre. Le
plus souvent, ce sont des raisons économiques qui l’ont emporté : il
n’est pas possible de morceler un Etat en autant de micro-Etats à
population parfaitement homogène à tous égards, car ce serait les
condamner au sous-développement ; pareilles entités ne seraient
guère viables.

206. Ch. De Visscher, Théories et réalités en droit international public, Paris,


Pedone, 3e éd., 1960, p. 52.
207. Sur les origines de ce principe et ses premières manifestations concrètes,
voir G. Kojuharoff, Du principe des nationalités, Genève, Impr. Carey, 1884.
208. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. II, 1997, p. 211.
98 Michel Verwilghen

82. Il advient donc inéluctablement que des Etats soient consti-


tués de nations multiples, désireuses de vivre en commun, ou au
moins résignées à cette cohabitation pacifique ; depuis longtemps et
actuellement encore, le cas de la Suisse est exemplaire à cet égard.
Si la cohésion entre les « nations » formant de pareils Etats disparaît,
elle entraîne inéluctablement leur transformation constitutionnelle :
d’une structure fédérale ou confédérale, on s’oriente vers l’éclosion de
plusieurs Etats, par un processus de sécession ; l’exemple tragique de la
Yougoslavie durant la dernière décennie vient évidemment à l’esprit.
De même, il arrive que des nations ne soient pas constituées en
Etat, nonobstant la volonté parfois très vive d’une large frange de popu-
lation de vivre en commun dans une totale indépendance. Que l’on
songe aux exemples, historiques ou actuels, d’Arméniens, de Basques,
de Palestiniens, de Kurdes, ou encore de Québécois, de Flamands…
83. Que reste-t-il, aujourd’hui, de ce principe des nationalités ? Il
semble bien qu’il « n’a pas atteint son but, qui n’est autre que celui
de faire correspondre à toute nation un Etat qui lui apporterait l’or-
ganisation juridico-politique nécessaire » 209. Les réalités de la vie
contemporaine manifestent d’évidence que la distinction entre natio-
nalité de fait et nationalité de droit demeure d’une éclatante actualité.
La récente apparition massive de nouveaux Etats sur la scène juri-
dique internationale témoigne fort bien du peu de cas réservé au
principe des nationalités : plutôt que de profiter de la décolonisation
pour ériger en Etats distincts des populations homogènes (au moins
au plan ethnique), on jugea préférable de clicher les frontières des
nouveaux Etats sur celles dessinées lors de la formation des colonies
à la fin du XIXe siècle 210. Le phénomène s’observa surtout en
Afrique, où les événements ultérieurs allaient d’ailleurs donner par-
tiellement raison à ceux qui liaient la concorde internationale au res-
pect des principes des nationalités : la sécession katangaise, la guerre
civile du Biafra, les hostilités au Tchad, les luttes des Sarahouis, le
génocide des Tutsi au Rwanda et les tueries des Hutu au Burundi,
explicables au moins en partie par des antagonismes ethniques, sont
hélas ! là pour en témoigner.

209. E. Pérez Vera, « Citoyenneté de l’Union européenne... », p. 277.


210. G. Breuning, Staatsangehörigkeit und Entkolonisierung — Die Abgrenz-
ung des Staatsvolkes bei der Verselbstandigung der frankophonen Staten
Schwarzafrikas unter Volkerrechtlichen Gesichtspunkten, Berlin, Duncker et
Humbolt, 1974 ; J. de Burlet, Nationalité des personnes physiques et décoloni-
sation, Bruxelles, Bruylant, 1975.
Conflits de nationalités 99

84. Dans la doctrine, on ne rencontre plus souvent, aujourd’hui,


de partisans inconditionnels du principe des nationalités. Au
contraire ! Un auteur aussi éminent que Charles De Visscher n’a pas
hésité à en dénoncer la perversité en termes cinglants : « une idéolo-
gie aussi étroitement unie aux réalisations politiques est toujours
exposée à s’écarter de la liberté pour légitimer les entreprises du
pouvoir », écrit-il 211. Plus loin, il se montre plus net encore :
« Inféodé à l’Etat, le nationalisme a graduellement mis l’em-
preinte du politique sur les valeurs humaines. Le totalitarisme
qui en est l’aboutissement brutal, mais logique, ne conçoit plus
l’homme qu’en fonction de l’Etat. » 212
Les exemples historiques et récents démontrent la vanité de ce
principe des nationalités et laissent douter de sa pertinence. Quant
aux juristes qui, durant l’entre-deux-guerres, s’efforçaient de démon-
trer le bien-fondé du principe par le caractère viable d’Etats plurina-
tionaux dans lesquels la majorité a absorbé les minorités, leurs écrits
paraissent de nos jours parfois bien dépassés, voire franchement
risibles 213.
Plusieurs auteurs continuent néanmoins à considérer que le prin-
cipe des nationalités demeure défendable au titre de directive. Sans
nier l’importance de facteurs tels que la configuration géographique
cohérente, les moyens de communication satisfaisants, les potentiali-
tés de défense nationale, les ressources économiques suffisantes,
etc., dans la création d’un Etat, cette portion non négligeable de la
doctrine affirme encore qu’« un Etat, pour être viable, doit grouper
une population aussi homogène que possible » 214.

211. Ch. De Visscher, Théories et réalités…, p. 51.


212. Ibid., p. 221.
213. Voir, par exemple, le cours de R. Redslob à l’Académie de droit interna-
tional, consacré au « Principe des nationalités » (Recueil des cours, tome 37
(1931), pp. 1 ss.). Pour l’auteur, les Boers de l’Afrique du Sud et les Français du
Canada, « tout en conservant leurs traditions ancestrales, si profondément gra-
vées dans leur être, sont devenus des citoyens de foi britannique... » (pp. 74-75).
Le recul du temps permet d’apprécier la vanité de pareille analyse.
214. Voir à ce propos B. Audit, Droit international privé, p. 744, no 892 ;
H. Batiffol et P. Lagarde, Droit international privé, t. I, pp. 62-63, no 61 ; J.
Maury, vo « Nationalité — Théorie générale et droit français », Répert. dr. inter-
nat. Darras, Paris, Sirey, t. IX, 1931, pp. 239 ss., nos 12 ss. ; E. Tyan, Précis de
droit international privé, p. 491, no 413. Voir aussi CIJ, 6 avril 1955, affaire Not-
tebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ Recueil 1955, p. 20, lorsqu’il affirme
que la nationalité est « un lien juridique ayant à sa base un fait social de ratta-
chement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments joints à
une réciprocité des droits et des devoirs... »
100 Michel Verwilghen

Pour notre part, nous croyons que l’avenir de l’humanité se situe


dans l’acceptation de la coexistence inéluctable, au sein de chaque
Etat, de populations d’origines différentes et nous estimons que la
forme contemporaine la plus raffinée de la démocratie passe par le
respect des minorités. C’est pourquoi nous faisons nôtre cette affir-
mation d’une éminente internationaliste espagnole qui a enseigné
naguère à l’Académie de droit international :
« quand les sentiments nationaux évoluent vers des sentiments
irascibles d’exclusion du non-national, on peut parler de mani-
festations pathologiques du nationalisme, dont peuvent décou-
ler des mouvements xénophobes et être, à l’extrême, les causes
de bouleversements graves de la paix sociale, nationale et inter-
nationale » 215.
Le principe des nationalités poussé à l’extrême n’est rien d’autre
qu’un virus polymorphe et mutant, cause de cancers politico-juri-
diques aux métastases imprévisibles. Ses manifestations, condam-
nées par le droit international, eurent pour noms fascisme, nazisme,
apartheid et purification ethnique ; elles prennent de nos jours la face
hideuse du tribalisme et d’une résurgence puissante du nationalisme
qui s’alimente « dans l’exploitation des passions populaires » 216.

II. Droit international privé


85. La nationalité tient aussi une place importante en droit inter-
national privé 217. Elle intervient dans les principaux rameaux de
cette discipline juridique, son rôle y étant plus ou moins étendu, mais
toujours évident 218. Rôle majeur dans le domaine des conflits de natio-
nalités, dont il suffit de citer le nom pour en attester. Rôle important
dans les conflits de lois, au moins au sein des Etats qui retiennent
ce concept comme facteur de rattachement législatif. Rôle sans doute
moindre, mais non négligeable, en matière de conflits d’autorités et
de juridictions. Enfin, s’agissant de la condition des étrangers, il

215. E. Pérez Vera, « Citoyenneté de l’Union européenne... », p. 277.


216. Ch. De Visscher, Théories et réalités…, p. 53.
217. Au sens donné à l’expression par la doctrine belge : voir F. Rigaux, Droit
international privé, 2e éd., 1987, t. I, pp. 18-41, nos 25-58.
218. Sans entrer ici dans les querelles autour du domaine de cette branche du
droit, nous retenons la position de ceux qui évitent d’émietter les relations pri-
vées internationales en plusieurs sous-disciplines, mais préfèrent les envisager
dans un tout cohérent, incluant les conflits de lois, d’autorités et de juridictions,
certes, mais aussi les conflits de nationalités et la condition des étrangers.
Conflits de nationalités 101

est évident que pour s’assurer si une personne peut jouir de certains
droits dans un Etat, il convient de déterminer d’abord sa nationalité.
De façon générale, on observe qu’en pratique la nationalité se pré-
sente très souvent comme la première des difficultés à résoudre.
Pour fonder sa compétence, l’autorité ou la juridiction saisie devra,
le cas échéant, s’interroger sur la nationalité du défendeur ou du
demandeur. Pour déterminer la loi applicable à une situation ou une
relation privée à éléments étrangers, il lui faudra pareillement déga-
ger la nationalité des personnes en cause dans bien des cas, lorsque
la norme de rattachement impose le respect de la loi nationale.
Même pour savoir s’il convient de reconnaître ou d’exécuter une
décision étrangère ou un acte public étranger, il advient parfois qu’il
faille vérifier si la compétence du juge ou de l’autorité d’origine
s’est ou non fondée sur la seule nationalité de la personne en cause,
et donc connaître cette nationalité. Et enfin, s’il apparaît que cette
personne est plurinationale ou apatride, il conviendra de résoudre ou
de surmonter le conflit de nationalités. Bref, la question préalable de
nationalité surgira très souvent.

A. Conflits d’autorités et de juridictions

1. La nationalité, critère de compétence internationale


86. En droit international privé, déterminer la compétence inter-
nationale (appelée aussi « générale ») des autorités et des juridictions
d’un Etat consiste à s’assurer qu’elles ont le droit de connaître de
l’affaire qui leur est soumise et qui, par hypothèse, présente des élé-
ments étrangers. En d’autres termes, au regard du droit judiciaire en
vigueur dans cet Etat et conçu pour régir de pareilles situations, l’af-
faire en cause se rattache-t-elle suffisamment à lui pour permettre au
fonctionnaire ou au juge d’intervenir ?
Il ne s’agit donc pas de dire quelle est l’autorité ou la juridiction
compétente pour traiter de l’affaire, mais de répondre à une question
préalable à celle-ci : prises dans l’abstrait, l’ensemble des autorités
ou juridictions de l’Etat considéré sont-elles autorisées à connaître
de la demande aux yeux des règles de compétence internationale de
droit judiciaire de cet Etat ? 219

219. Sur ces deux paliers de la compétence, voir M. Verwilghen, « Compé-


tence des tribunaux belges à l’égard des sociétés étrangères... », Rev. prat. soc.,
vol. 72, 1973, pp. 77 ss.
102 Michel Verwilghen

En cas de réponse affirmative à cette première question, mais


alors seulement, il faudra se prononcer sur la compétence territoriale
interne (à l’autorité ou à la juridiction de quel lieu l’affaire peut ou
doit-elle être soumise ?) et sur la compétence interne d’attribution
(vu la matière et la qualité des personnes en cause, à quel type d’au-
torité ou de juge convient-il de s’adresser ?)
87. Paraphrasant la première règle de la Convention de La Haye
du 12 avril 1930 sur les conflits de nationalités 220, on doit affirmer
qu’il appartient à chaque Etat de déterminer par sa législation les cri-
tères de compétence internationale de ses autorités et de ses juridic-
tions. Ou bien il préfère s’entendre avec d’autres Etats pour fixer des
règles communes de compétence ; ou alors, il se prononce isolément,
dans ses propres codes et lois.
L’examen des sources conventionnelles ou du droit positif interne
des Etats en la matière fait apparaître que, parmi les « chefs de com-
pétence » ainsi retenus, figure en bonne place la nationalité.
Nul n’ignore, s’il a quelque expérience de droit international
privé, l’existence des articles 14 et 15 du Code Napoléon. Selon le
premier de ces articles, un Français demandeur en justice peut saisir
les tribunaux de son pays même si le litige ne présente aucun autre
rattachement objectif avec la France. Quant à l’article 15, il permet
de citer un défendeur français devant les juridictions de la Répu-
blique sans devoir faire appel à d’autres critères pour justifier la
compétence internationale de celles-ci. Des dispositions similaires
existent dans bien d’autres pays, soit d’application générale, soit
dans des matières particulières 221.
Dans les conventions internationales aussi, la nationalité a parfois
été retenue comme chef de compétence générale.
Les conventions sur les relations diplomatiques et sur les relations

220. Cette convention sera présentée longuement dans les chapitres suivants.
221. Voir par exemple, outre les articles 14 et 15 du Code civil luxembour-
geois (semblables à ceux du Code civil français) : les articles 9, 32 et 37 de la loi
italienne no 218, du 31 mai 1995, portant réforme du système de droit interna-
tional privé (Gazetta ufficiale, 3 juin 1995, suppl. ordin. no 128, sér. gén. ; Rev.
crit. dr. int. pr., vol. 85, 1996, pp. 174 ss.) ; l’article 75 du décret-loi libanais
no 90, du 16 septembre 1983, instituant un nouveau Code de procédure civile
(Journ. off., 6 octobre 1983, suppl. no 40 ; Rev. crit. dr. int. pr., vol. 81, 1992,
pp. 564 ss.) ; les articles 43, 47, 51, 60, 67 et 80 de la loi fédérale suisse sur le
droit international privé (LDIP), du 18 décembre 1987 (Feuilles fédérales,
12 janvier 1988, I.5 ; Rev. crit. dr. int. pr., vol. 77, 1988, pp. 409 ss.) ; les articles
148, 150 et 151 de la loi roumaine no 105, du 22 septembre 1992, sur le règle-
ment des rapports de droit international privé (Monitorul Oficial, première par-
tie, no 245, 1er octobre 1992 ; Rev. crit. dr. int. pr., vol. 83, 1994, pp. 172 ss.)...
Conflits de nationalités 103

consulaires préparées sous l’égide de l’Organisation des Nations


Unies et conclues respectivement le 18 avril 1961 222 et le 24 avril
1963 223 en constituent de bons exemples. Elles consacrent une règle
des plus traditionnelles selon laquelle les agents extraterritoriaux
n’interviennent en principe que dans les affaires concernant leurs
compatriotes voire, plus directement encore, qu’à l’égard de ces res-
sortissants de l’Etat qui les a institués en qualité de diplomates ou de
consuls.
D’autres exemples de traités multilatéraux peuvent être cités,
notamment dans certaines conventions préparées sous l’égide de la
Conférence de La Haye de droit international privé, dont on connaît
la préférence pour d’autres chefs de compétence, comme la rési-
dence habituelle 224.
88. La nationalité sert surtout de critère de compétence interna-
tionale dans les matières qui concernent directement l’état ou la
capacité des personnes et les relations familiales. Pourquoi s’en
étonner ? On verra plus loin que la nationalité sert aussi, dans de
nombreux pays, comme facteur de rattachement pour la détermina-
tion de la loi applicable au statut personnel 225. Il ne s’agit donc pas
d’un hasard. Il y a volonté d’unité dans la désignation du forum et du
jus, grâce à l’appel à un même critère suffisamment stable.
Force est cependant de reconnaître que, même dans le statut per-
sonnel, la nationalité a perdu, au fil des ans, beaucoup du terrain
qu’elle occupait naguère comme critère de la compétence générale,

222. Voir supra, no 74, note 185.


223. Ibid.
224. Voir par exemple l’article premier de la Convention sur la loi applicable
aux obligations alimentaires envers les enfants, conclue à La Haye, le 24 octobre
1956 ; les articles premier et 2 de la Convention concernant la compétence des
autorités et la loi applicable en matière de protection des mineurs, conclue à La
Haye, le 5 octobre 1961 ; l’article 2 de la Convention sur l’administration inter-
nationale des successions, conclue à La Haye, le 2 octobre 1973 ; l’article 4 de
la Convention sur la loi applicable aux obligations alimentaires, conclue à La
Haye, le 2 octobre 1973 ; l’article 4 de la Convention sur la loi applicable aux
régimes matrimoniaux, conclue à La Haye, le 14 mars 1978 ; l’article 4 de la
Convention sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants,
conclue à La Haye, le 25 octobre 1980 ; l’article 3 de la Convention sur la loi
applicable aux successions à cause de mort, conclue à La Haye, le 1er août 1989 ;
l’article 2 de la Convention sur la protection des enfants et la coopération en
matière d’adoption internationale, conclue à La Haye, le 29 mai 1993 ; ainsi que
les articles 3 et 15 de la Convention concernant la compétence, la loi applicable,
la reconnaissance, l’exécution et la coopération en matière de responsabilité
parentale et de mesures de protection des enfants, conclue à La Haye, le
19 octobre 1996.
225. Voir infra, nos 92-94.
104 Michel Verwilghen

et ce aussi bien dans les lois internes que dans les traités, surtout
dans ceux-ci. Edifiante à cet égard est la Convention concernant la
compétence judiciaire et l’exécution des décisions en matière civile
et commerciale, conclue à Bruxelles le 27 septembre 1968, telle que
modifiée ou complétée ultérieurement 226. En son article 2, alinéa 1,
cette convention rejette la nationalité du défendeur, au profit de son
domicile, comme règle générale de compétence internationale. Puis,
elle prend soin d’écarter l’application de toutes les règles de droit
judiciaire des Etats contractants qui consacrent le for de la nationa-
lité du demandeur et du défendeur (notamment les articles 14 et 15
du Code civil français). Il est vrai qu’aux termes de son article pre-
mier, alinéa 2, cette importante convention ne s’applique pas aux
matières de statut personnel ou patrimonial (régimes matrimoniaux,
successions). Mais de façon générale, il faut le reconnaître, en droit
judiciaire international privé, la nationalité a tendance à s’effacer
devant d’autres chefs de compétence, même si elle demeure encore
indiscutablement présente comme telle dans de nombreuses sources
de procédure civile.
89. Dans un cours axé sur les conflits de nationalités, il n’est pas
sans intérêt de constater, dès à présent, que les cumuls de nationali-
tés et les situations d’apatridie peuvent engendrer des conflits posi-
tifs ou négatifs de compétence internationale. Un binational dont les
deux patries admettent la nationalité comme chef de compétence
générale, qu’il soit demandeur ou défendeur, se verra tiraillé entre
deux compétences, alors qu’un apatride pourrait, quant à lui, se
retrouver victime d’un déni de justice faute de pouvoir plaider son
affaire dans l’Etat dont il n’est pas le national. A dire vrai, tant l’es-
tompement de la nationalité prise comme chef de compétence que la
consécration de bien d’autres critères attributifs de juridictions inter-
nationales ont largement écarté ces risques, surtout celui de déni de
justice pour cause d’absence de nationalité.

226. Sur cette convention et celles qui l’ont suivie, la littérature juridique est
pléthorique. Voir notamment P. Byrne, The EEC Convention on Jurisdiction and
the Enforcement of Judgments, Dublin, Round Hall Press, 1990 ; M. Carpenter,
M. Haymann et P. Volken, The Lugano and San Sebastian Conventions,
Londres, Butterworths, 1990 ; G. Droz, Compétence judiciaire et effets des juge-
ments dans le Marché commun, Paris, Dalloz, 1972 ; P. Gothot et D. Holleaux,
La convention de Bruxelles du 27.9.1968, Paris, Jupiter, 1985 ; P. Mercier et
B. Dutoit, L’Europe judiciaire : les Conventions de Bruxelles et de Lugano,
Bâle, Helbing, 1991 ; M. Weser, Convention communautaire sur la compétence
judiciaire et l’exécution des décisions, Paris, Pedone, 1975.
Conflits de nationalités 105

2. La nationalité, condition de l’efficacité d’un acte étranger ou


d’une décision étrangère

90. Aucun Etat du monde n’accepte de reconnaître et d’exécuter


sans aucun contrôle et d’office les actes passés à l’étranger et les
décisions judiciaires rendues par des juges étrangers. Que ce soit par
le biais de la législation interne ou par celle de conventions interna-
tionales, tous subordonnent l’efficacité internationale des actes et les
décisions en provenance d’un autre Etat au respect de certaines
conditions. Tantôt, celles-ci s’avèrent nombreuses et rigoureuses ;
tantôt, le système fait preuve de plus de libéralisme 227.
L’une des conditions parfois retenues a trait à la compétence inter-
nationale de l’officier public étranger qui a passé l’acte ou du tribu-
nal étranger qui a rendu la décision. On veut par là s’assurer que cet
acte ou ce jugement n’excède pas cette compétence et on va jusqu’à
exiger qu’elle ne soit pas « exorbitante ». Ainsi, l’article 570, alinéa 2,
du Code judiciaire belge enjoint-il au tribunal de première ins-
tance appelé à se prononcer sur une demande d’exequatur d’une
décision rendue à l’étranger de contrôler notamment « si le juge
étranger n’est pas uniquement compétent à raison de la nationalité
du demandeur ». Comme la règle n’entend nullement fixer une règle
de compétence internationale directe — il n’appartient pas à la Bel-
gique d’imposer une pareille règle à un autre Etat, sauf à violer le
sacro-saint principe de souveraineté étatique à la base de l’ordre
international —, celle-ci a reçu en doctrine l’appellation de « règle
de compétence internationale indirecte ».
91. On trouve aussi des exemples de semblables règles sur l’effi-
cacité des actes ou jugements étrangers dans maints traités interna-
tionaux 228.

227. Voir, à ce sujet, Conseil de l’Europe, Guide pratique de la reconnais-


sance et de l’exécution des décisions judiciaires étrangères en matière civile et
commerciale, Londres, Morgan Grampian Ltd., 1975 ; J. Larsen, « Enforcement
of Foreign Judgments in Latin-America : Trends and Individual Differences »,
Texas Int. Law Journ., 1982, pp. 213-227 ; K. W. Patchett, Recognition of Com-
mercial Judgments and Awards in the Commonwealth, Londres, Butterworths,
1984 ; Y. P. Quintin, « La reconnaissance et l’exécution des jugements étrangers
en droit américain », Rev. crit. dr. int. pr., vol. 74, 1985, pp. 433-470.
228. Citons comme exemples les nombreuses conventions sur l’efficacité des
décisions judiciaires et des actes publics étrangers préparées sous l’égide de la
Conférence de La Haye de droit international privé ou du Conseil de l’Europe.
On sait, en revanche, que la Convention du 27 septembre 1968 et celles qui l’ont
suivie au sein des Communautés européennes rejettent en principe le critère de
nationalité comme chef de compétence.
106 Michel Verwilghen

Ainsi, la nationalité apparaît-elle dans ce secteur des conflits


d’autorités et de juridictions comme dans celui de la compétence
internationale directe. Mais, à ce sujet aussi, on doit à la vérité de
dire que ce type de contrôle de la compétence de l’autorité ou du
juge étranger n’a plus la faveur des législateurs ou des négociateurs
de conventions internationales. Son apparente méfiance, trop bruta-
lement affichée, à l’égard d’organes d’un pays étranger, explique
pour bonne part sa disgrâce. Pour freiner ou empêcher la reconnais-
sance ou l’exécution de décisions ou d’actes en provenance d’un
autre pays, point n’est nécessaire d’utiliser une arme aussi peu habile
et, pour tout dire, de maniement trop compliqué (puisqu’elle impose
la consultation du droit procédural étranger). D’autres conditions
s’avèrent moins ostensiblement méfiantes vis-à-vis des organes
d’autres pays et bien plus efficaces : l’exigence de conformité à
l’ordre public, le respect des droits de la défense ou d’un due pro-
cess of law, la stricte authenticité du document produit…

B. Conflits de lois

1. La nationalité, facteur de rattachement législatif

92. Parmi les divers critères théoriques qui s’offrent au législa-


teur pour désigner, dans ses règles nationales de rattachement, la loi
applicable à une situation juridique internationale ou à une relation
du même ordre, il y a, comme chacun sait, la nationalité. Depuis
qu’au début du XIXe siècle ce concept a fait sa percée en droit éta-
tique interne, l’idée a germé de le retenir aussi comme facteur de rat-
tachement législatif. Lentement, mais sûrement, ce critère s’est ainsi
imposé, dès la fin du même siècle, dans de très nombreux pays pour
régir les matières dans lesquelles la situation d’une personne et les
relations entre membres d’une même famille trouvent la place pré-
pondérante. Dans maints pays, la stabilité du droit applicable appor-
tée par la nationalité en a fait le critère idéal dans des matières telles
que le statut personnel (identité des personnes, établissement et relâ-
chement du lien conjugal, filiation sous tous ses aspects, y compris
la filiation adoptive, capacité et parfois aussi obligations alimen-
taires) et le statut patrimonial (successions, régimes matrimoniaux,
donations et testaments…). Même la forme des actes, traditionnelle-
ment soumise, selon l’adage locus regit actum, au droit du lieu de
leur passation, s’est parfois laissée régir par le facteur de rattache-
Conflits de nationalités 107

ment qu’est la nationalité. Pour y parvenir, il a suffi d’interpréter


l’adage de façon alternative.
Pourquoi la nationalité connut-elle une telle faveur comme facteur
de rattachement, dans les conflits de lois en matière de statut per-
sonnel et de statut patrimonial ? Pourquoi, malgré une sensible perte
de crédit depuis un quart de siècle, continue-t-elle néanmoins à mar-
quer le système de rattachement législatif de nombreux pays ?
93. La réponse à la première de ces questions tient avant tout à la
permanence des solutions qu’apporte le critère de nationalité. Bien
plus que le domicile ou la résidence habituelle, trop aisément
mobiles, la nationalité offre une garantie suffisante de stabilité dans
les matières touchant les personnes et, dès lors aussi, de sécurité juri-
dique pour elles-mêmes et pour les rapports qu’elles nouent avec
d’autres. La prévisibilité du droit s’avère évidemment plus forte
lorsqu’elle s’appuie sur la nationalité plutôt que sur d’autres cri-
tères par nature plus aisés à déplacer dans l’espace, comme le domi-
cile ou la résidence. Quel avantage dans des domaines tels que l’état
et la capacité des personnes, les régimes matrimoniaux, les succes-
sions !
Le débat entre les partisans de la loi du domicile ou de la rési-
dence habituelle, d’une part, et ceux qui restent fidèles à l’applica-
tion de la loi nationale, d’autre part, a mobilisé d’innombrables éner-
gies. Cette véritable saga a été racontée à l’Académie même 229, en
sorte qu’il n’est point nécessaire d’y revenir longuement. On ne doit
d’ailleurs pas croire que le combat cessera bientôt faute de combat-
tants, car il risque d’y en avoir longtemps encore, tant les positions
en présence demeurent opposées. Bornons-nous à relever une seule
évidence : historiquement, le domicile fut consacré comme critère de
rattachement d’abord au Royaume-Uni, c’est-à-dire en un ordre juri-
dique dans lequel la définition donnée à ce terme par le législateur
était (et reste) telle que cette notion s’apparente à une nationalité.
Par l’idée même du domicile of origin de droit britannique, bien dif-
férente de celle consacrée à l’article 102 du Code Napoléon — à
savoir celle de principal établissement —, on défend donc aussi
l’idée d’une permanence du droit applicable. Dès lors, tant qu’il sera
nécessaire d’élaborer des règles de rattachement pour déterminer
la loi régissant les personnes et les relations familiales, les argu-

229. L. I. de Winter, « Nationality or Domicile », Recueil des cours, tome 128


(1969), pp. 340 ss.
108 Michel Verwilghen

ments pro et contra, dans le vif débat sur les mérites respectifs de la
nationalité et du domicile, se répéteront indéfiniment, un peu comme
dans la controverse entre partisans et adversaires de la peine de
mort.
Il reste un fait : le droit de nombreux pays dans lesquels le domi-
cile s’avère moins stable qu’au Royaume-Uni continue de faire
confiance à la nationalité comme facteur de rattachement, nonobs-
tant une évidente érosion de son empire 230.
94. Après que la Conférence de La Haye de droit international
privé soit parvenue à rapprocher les points de vue autour du critère
de la résidence habituelle, cependant située à égale distance de la
nationalité et du domicile d’origine, la nationalité a connu, en effet,
une période d’effacement relatif. Mais voilà qu’elle opère depuis peu
un retour en force dans certaines régions du globe, pour régir le sta-
tut personnel et le statut patrimonial familial. Pourquoi ? Sans doute
parce que, comme l’a constaté un bon observateur,
« l’identité culturelle a renforcé le principe de la nationalité
dans le sens que ce principe est considéré comme plus apte à
tenir compte du lien culturel d’une personne avec un certain
droit qu’un rattachement local. Si toutes les parties possèdent la
même nationalité, l’application de leur loi nationale semble
plus appropriée pour la sauvegarde de leur identité cultu-
relle. » 231
Cette phrase est tirée du cours général donné à l’Académie par
Erik Jayme. Elle se situe dans le droit fil d’une constatation émise
quatre ans plus tôt au même endroit par Hélène Gaudemet-Tallon
dans son exposé sur la désunion du couple dans les relations privées
internationales :
« Il nous semble que, précisément, sous l’angle du conflit de
cultures que révèle la confrontation avec les droits religieux,
seul le rattachement à la nationalité est susceptible de fonction-
ner sans trop de difficultés. » 232

230. Un auteur belge, M. Fallon, n’a pas hésité à intituler une de ses études
« Les heures sombres du facteur de la nationalité en droit international privé
belge », Journ. trib. (Bruxelles), vol. 93, 1978, p. 641.
231. E. Jayme, « Identité culturelle et intégration : le droit international privé
postmoderne », Recueil des cours, tome 251 (1995), p. 253.
232. H. Gaudemet-Tallon, « La désunion du couple en droit international
privé », Recueil des cours, tome 226 (1991), pp. 219-220.
Conflits de nationalités 109

2. Conflits de lois personnelles

95. Le principal argument des adversaires de la nationalité


comme facteur de rattachement réside dans le constat suivant : il
existe maintes situations dans lesquelles se retrouvent deux ou trois
personnes de nationalités différentes, qu’il s’agisse d’époux, de per-
sonnes divorcées ou séparées, de parents et d’enfants… Quelle loi
nationale choisir, en ce cas, pour résoudre les problèmes de leurs
relations qui, par hypothèse, les concernent toutes ensembles ?
Il est vrai que la détermination de la loi applicable aux relations
personnelles ou patrimoniales entre époux, à l’admissibilité, aux
causes ou aux conditions de leur divorce, aux rapports entre des
enfants et leurs auteurs, pose problème dès lors que les parties ne
jouissent pas d’une même nationalité. Pourquoi retenir la loi natio-
nale de l’une plutôt que celle de l’autre ? Le problème à résoudre est
naturellement commun à toutes les personnes en cause, lesquelles ne
se rattachent pas au même Etat par leur nationalité. C’est s’empêtrer
dans la quadrature du cercle que de demeurer alors fidèle à la natio-
nalité.
Le moyen d’en sortir consiste à retenir un autre critère, commun
aux parties. L’idée selon laquelle la loi de leur domicile ou de leur
résidence habituelle dans le même pays — ou dans le même ordre
juridique fédéré, s’il s’agit d’un Etat de type fédéral — exprime
alors une attache suffisante à cet ordre juridique commun et paraît la
meilleure des solutions subsidiaires.
96. La tendance, parfois observée en jurisprudence, de rechercher
sur quelle partie se concentre un prétendu « intérêt prépondérant »
pour expliquer la prise en considération de sa loi nationale doit être
condamnée.
Elle tient plus de l’arbitraire du juge, même bien intentionné, qu’à
une vision rationnelle du problème à résoudre. Celui-ci est de régir
un rapport bilatéral dans lequel les deux parties sont également inté-
ressées.
Le critère du domicile ou de la résidence habituelle commune doit
en tout cas être préféré aux solutions qui favorisent l’application de
la loi nationale de la personne jouissant en droit d’une prééminence
sur l’autre partie, en raison d’un privilège d’autorité : le mari, dans
les ordres juridiques qui ignorent l’égalité des sexes ; le père, consi-
déré comme « chef de famille » ; la mère, à défaut de père connu ou
en vie, en sa qualité de détentrice de la puissance parentale…
110 Michel Verwilghen

Répétons-le : en cas de conflit de lois nationales ou personnelles,


un critère commun aux parties doit être préféré à la nationalité de
l’une d’elles.

Par. 2. Dans l’ordre interne

97. Dans l’ordre juridique interne, c’est-à-dire dans le cadre d’un


Etat, les effets de la nationalité sont multiples. Ils concernent les
droits civils (l’état, la capacité) et les droits politiques (le droit de
suffrage, l’exercice de fonctions et de mandats publics, etc.). Cette
constatation a conduit la majorité des auteurs à considérer que le
droit à la nationalité est à la fois un droit civil et un droit politique.
En vérité, s’il faut qualifier le droit à la nationalité d’après les
principaux effets que celle-ci engendre, sa nature politique l’em-
porte 233. La matière des droits politiques est généralement la seule
où subsistent des discriminations notables (mais non absolues) entre
l’étranger et le national. L’argument tiré de ce que l’état et la capa-
cité, droits civils, découlent de la nationalité n’est avancé que dans
les pays favorables à ce critère de rattachement. Même dans ce cadre
limité, il porte à faux, car si la loi nationale régit l’état et la capacité,
la jouissance des droits civils n’est pas subordonnée à une condition
de nationalité, sauf dans quelques rares exceptions. Dès lors, la prin-
cipale conséquence pour une personne de ne pas posséder la natio-
nalité d’un Etat réside dans le fait qu’elle s’y voit surtout privée des
droits politiques. Mais il faut même nuancer cette dernière affirma-
tion, car il advient de nos jours que des étrangers puissent être admis
à exercer certains droits de nature politique, par exemple pouvoir
participer aux élections locales.

I. Intérêt public de la nationalité

98. La qualité de national d’un Etat est partout considérée comme


un précieux atout, puisqu’elle permet à l’individu de vivre et de
s’épanouir au sein d’une communauté étatique, d’y jouir de droits
fondamentaux, civils et politiques. Encore faut-il que l’Etat daigne
consacrer ceux-ci et veiller concrètement à les protéger et à les
garantir, ce qui est loin d’être le cas partout. Cette carence engendre

233. F. Rigaux et M. Fallon, Droit international privé, précis de la faculté de


droit de l’Université catholique de Louvain, t. II, Droit positif belge, Bruxelles,
Larcier, 1993, p. 21, no 559.
Conflits de nationalités 111

l’exode de populations vers l’étranger et le drame des réfugiés. Mais


cette pénible situation de fait ne détruit pas la pertinence du constat
théorique, d’ailleurs implicitement admis par la Déclaration univer-
selle des droits de l’homme, qui conduit à voir un avantage dans la
jouissance d’une nationalité 234.
S’il est exact que, selon les termes de l’arrêt Nottebohm, « la
nationalité a ses effets les plus immédiats et les plus étendus … dans
l’ordre juridique de l’Etat qui l’a conférée » 235, il est tout aussi vrai
que, parmi ces effets internes, les droits publics et politiques forment
l’essentiel. C’est en eux que se distingue le mieux la condition de
l’étranger par rapport à celle du national, même si l’on assiste, en ce
domaine, à un glissement progressif des privilèges de nationalité
vers certaines catégories d’étrangers. Le caractère politique de la
notion de nationalité et son appartenance principale au droit public
des Etats trouve ici son prolongement naturel.

A. Droits publics fondamentaux

99. Sur le point précis de la reconnaissance des droits publics


fondamentaux, les anciennes discriminations entre les nationaux et
les étrangers tendent heureusement à s’estomper, mais la plupart des
Etats continuent d’affirmer d’abord et nettement que ces droits sont
reconnus à ceux qui peuvent se prévaloir du privilège de la nationa-
lité. Les étrangers n’en bénéficient que sous certaines réserves 236.
Dans le noyau dur des privilèges reconnus aux nationaux, il y a en
premier lieu le droit d’accès, de séjour et d’établissement sur le ter-
ritoire de l’Etat dont on possède la nationalité. Ce droit emporte
concrètement l’assurance de pouvoir vivre dans sa patrie, la vieille
sanction du bannissement n’étant plus guère admise 237. La discrimi-
nation la plus forte à l’égard des étrangers, parce que préalable à
toutes les autres éventuellement retenues, se situe précisément là :

234. Voir infra, nos 151-156.


235. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, p. 20.
236. Voir par exemple, en Europe, Council of Europe, Human Rights of
Aliens in Europe — Proceedings of the Colloquy, Funchal, 17-19 October 1983,
Dordrecht, Boston, Lancaster, Martinus Nijhoff, 1985 ; en Belgique, P. Bouc-
quey, « La Cour d’arbitrage et la protection des droits fondamentaux de l’étran-
ger », Annales de droit de Louvain, vol. 56, 1996, pp. 289-330 (en Belgique, la
Cour constitutionnelle a pour nom « Cour d’arbitrage »).
237. Certains auteurs considèrent le bannissement comme contraire au droit
international : voir infra, no 129.
112 Michel Verwilghen

aucune personne n’a le droit de pénétrer et de s’installer sur le terri-


toire d’un Etat qui n’est pas le sien — c’est-à-dire un pays dont il ne
possède pas la nationalité —, sauf autorisation individuelle ou col-
lective conforme à la loi de cet Etat et sauf conventions internatio-
nales contraires.
Une observation, même superficielle, des sources de droit positif
en la matière laisse apparaître que, dans leur écrasante majorité, les
Etats se sont engagés à ouvrir plus ou moins largement, selon les
époques et les régions, leurs frontières aux étrangers remplissant cer-
taines conditions. Le privilège de nationalité s’est donc, sur ce point,
quelque peu émoussé. Ainsi, en Europe, la jurisprudence de la Cour
des droits de l’homme a interprété la Convention européenne du
4 novembre 1950 de façon si extensive qu’on a pu lui reprocher
d’avoir imaginé un concept nouveau : celui de quasi-nationalité 238.
Partant du droit de chacun au respect de sa vie privée et familiale
consacré par l’article 8, point 1, de la Convention, elle a reconnu le
droit d’étrangers, même délinquants récidivistes, d’exiger de pouvoir
séjourner en permanence dans les Etats liés par cette convention et
dans lesquels s’étaient fixées leurs familles 239.
Faut-il dire que pareil libéralisme ne se rencontre pas partout dans
le monde ?
Assez souvent, le droit de séjour d’un étranger est subordonné aux
liens familiaux qui l’unissent à un national. On a relevé dès lors que
des femmes enceintes préfèrent aller accoucher dans tel Etat favo-
rable au jus soli. Leur enfant se verra attribuer à sa naissance la
nationalité de cet Etat et ce simple fait permettra ultérieurement à sa
mère d’obtenir plus aisément dans ce pays un droit de séjour ou une
naturalisation. Des auteurs ont été jusqu’à dénoncer le risque de
« tourisme de la naissance ».
A ce phénomène s’apparentent ceux des mariages de nationalités
et des adoptions de nationalités, situations déjà plus classiques et
mieux connues, encore qu’il soit bien délicat d’en apprécier l’am-
pleur réelle. Vu l’évolution des mentalités et du droit, on peut même
prophétiser qu’apparaîtront un jour des cohabitations ou partenariats
de nationalités, nouvelle forme de détournement de l’institution.
100. S’agissant des autres libertés et droits fondamentaux, tels
que le respect du domicile et de la correspondance, la liberté de pen-

238. Voir infra, nos 173-175.


239. Voir infra, no 174.
Conflits de nationalités 113

sée, de conscience et de religion, la liberté d’expression 240 et le droit


à la liberté de réunion pacifique comme à la liberté d’association,
etc., les Etats les reconnaissent généreusement à leurs nationaux, au
moins en théorie. En outre, aujourd’hui bien plus que dans le passé,
ils acceptent d’en étendre la jouissance aux étrangers, moyennant
parfois certaines limites. Cela transparaît autant dans les constitu-
tions ou les lois nationales que dans la politique d’adhésion ou de
ratification par les Etats des grandes conventions internationales pro-
tectrices de droits humains fondamentaux.
L’assimilation des étrangers aux nationaux, même en ce domaine
des droits de l’homme, n’est pas absolue. Le plus souvent, on trouve
dans les textes nationaux des clauses d’exception ou d’atténuation
qui permettent aux gouvernements d’arrêter des mesures discrimina-
toires pour les étrangers ou certains d’entre eux 241. Seules les conven-
tions internationales évitent généralement d’emprunter cette voie.
Les Etats les plus xénophobes ne brillent pas nécessairement par
leur ouverture démocratique vis-à-vis de leurs propres nationaux.
Les restrictions aux droits de manifester ses opinions, à se réunir
pacifiquement avec d’autres ou à s’associer visent tant les nationaux
que les étrangers. Ou alors, si les textes privilégient les nationaux,
ceux-ci se retrouvent souvent de facto dans une situation identique
aux étrangers. L’estompement de la distinction entre le national et
l’étranger s’explique donc parfois par l’assimilation du national à
l’étranger, et non par l’inverse…

B. Droits politiques
101. Dans la très grande majorité des Etats, la constitution elle-
même et la législation règlent l’exercice des droits politiques en le
conditionnant à la qualité de national. Le privilège de nationalité se
manifeste en particulier dans les domaines suivants :
1) le droit d’être électeur et éligible à tous les échelons (national ou
fédéral, régional ou fédéré, local…), pour toutes élections à des

240. Voir par exemple, pour les Etats-Unis d’Amérique, C. B. Swisher et S.


Thomas, « The Status of Aliens in the United States », L’étranger. Recueils de la
Société Jean Bodin, vol. 10, 1958, p. 529, et la position de la Cour suprême dans
Bridges v. Wixon, 326 US 135 (1945), p. 148 : « The guarantee of freedom of
speech as provided for in the First Amendment has since 1941 been explicitly
made applicable to aliens. »
241. Voir à ce sujet R. Lillich, The Human Rights of Aliens in Contemporary
International Law, Manchester Univ. Press, 1984.
114 Michel Verwilghen

mandats publics représentatifs, et pour quelque fonction que ce


soit (législative, gouvernementale, voire judiciaire) ;
2) le droit de prendre part comme juré à des procès ;
3) le droit de fonder un parti politique, d’en être membre et de s’as-
socier à ses activités ;
4) le droit de participer à tout référendum ou à toute autre forme de
consultation populaire ;
5) le droit de pétition aux autorités publiques ;
6) le droit d’accéder à toute fonction publique sensu lato, de
quelque nature que ce soit (administrative, militaire, parasta-
tale…) et dans quelque domaine que ce soit (y compris la presse).
102. Dans ce cadre aussi, la traditionnelle distinction entre le
national (privilégié) et l’étranger (discriminé) a connu une double
évolution qui a eu pour effet d’en réduire l’impact pratique.
D’une part, certains nationaux ont été, sont ou seront privés de
l’exercice de tout ou partie de ces droits. Il en fut ainsi, par exemple,
s’ils vivaient en dehors du territoire métropolitain, dans des colonies
ou des territoires d’outre-mer, voire tout simplement à l’étranger, ou
s’ils exerçaient telle ou telle profession (dans les forces armées,
notamment) ou s’ils s’affichaient comme ministres d’un culte… Plus
simplement, certains sont déchus de leurs droits politiques par déci-
sion judiciaire, en raison de leur condamnation pour avoir commis
certaines infractions graves.
D’autre part, la jouissance de certains droits politiques a été
reconnue à certaines catégories d’étrangers. Ainsi ont-ils pu partici-
per à des élections municipales ou communales s’ils résidaient
depuis un temps suffisamment long dans ce lieu 242. Ainsi aussi ont-
ils été autorisés à exercer certaines fonctions publiques… Cette évo-
lution prit appui sur deux socles : celui de la réciprocité et celui d’ac-
cords internationaux, les deux jouant souvent simultanément, mais
pas toujours. Le meilleur exemple de pareille ouverture se situe dans
l’Union européenne. Le Traité de Maastricht, en créant une citoyen-
neté européenne, a donné sur ce point une impulsion significative au
sein des Etats membres.
103. L’autorisation de participer à la vie du citoyen a son revers :

242. A ce sujet, voir « La participation des étrangers aux élections munici-


pales dans les pays de la CEE (Actes du colloque de Louvain-la-Neuve,
28 février 1978) », Etudes Migrations (Rome, Centro Studi Emigrazione, 1978,
no 49).
Conflits de nationalités 115

elle crée aussi des obligations dans le chef des nationaux. Le plus
connu est le service militaire à rendre au profit de sa patrie.
En principe, seuls les nationaux y sont tenus. Plus exactement,
seuls des nationaux doivent remplir cette obligation, car la loi pré-
voit généralement de la faire peser sur certains d’entre eux : les
jeunes hommes reconnus aptes au plan physique et mental. Mais, ici
encore, l’on rencontre des exceptions, car certains Etats ont admis
d’étendre leur système de conscription à des étrangers, spécialement
dans le cas où l’Etat se trouve en belligérance avec un autre pays 243.
Ainsi, durant la seconde guerre mondiale et la guerre du Viêt-nam,
les Etats-Unis d’Amérique enrôlèrent dans les contingents améri-
cains destinés à se rendre dans la zone des combats des étrangers
admis comme résidents permanents aux Etats-Unis, souvent des étu-
diants en médecine ou en phase de perfectionnement dans les uni-
versités américaines.

C. Droits économiques, sociaux et culturels


104. Sauf conventions internationales contraires, le droit d’exer-
cer une profession indépendante, celui d’occuper un emploi, celui de
rendre des services ou d’en bénéficier dans le cadre d’une profession
sont réservés, dans tous les pays du monde, aux nationaux, tout
comme les droits d’entrer, de séjourner et de s’établir dans un Etat.
La jouissance de ces deux catégories de droits se trouve d’ailleurs,
très souvent, en connexion étroite, comme on peut l’observer dans
l’Union européenne et dans le droit communautaire la régissant. Tout
étranger qui ne peut invoquer valablement le bénéfice d’un traité
étendant les droits économiques aux ressortissants de son propre
pays doit dès lors se soumettre à la condition classique de l’autorisa-
tion individuelle préalable. Les lois internes donnent à l’autorité
compétente pour donner cette autorisation un très large pouvoir
d’appréciation. Quant à l’individu qui, n’étant ni national, ni étran-
ger privilégié, ose exercer des droits économiques en violation de
cette condition, il s’expose à des sanctions diverses, de nature pénale
ou administrative (l’éloignement du territoire, notamment) 244.

243. P. Mayer, Droit international privé, p. 540, no 838 ; A. Karamanoudian,


Les étrangers et le service militaire, Paris, Pedone (public. de la Rev. gén. dr.
int. publ., nouvelle série, no 30), 1978. Sur les Irlandais habitant en Grande-Bretagne
durant la guerre, voir notamment Bicknell v. Brosman, [1953] 2 QB 77 (Divis. Ct.).
244. B. Sundberg-Weitman, Discrimination on the Grounds of Nationality,
Amsterdam, North Holland, 1977, pp. 127-136.
116 Michel Verwilghen

Les traités multilatéraux demeurent assez rares en ce domaine,


encore qu’ils soient particulièrement connus, comme les traités insti-
tutionnels à l’origine de la Communauté économique européenne.
Les accords bilatéraux constituent un mode plus répandu de recon-
naissance de droits économiques à des ressortissants de pays tiers
par rapport aux grands ensembles économiques interétatiques que
sont les unions intégrées et les zones de libre-échange.
L’accroissement de ces conventions, le développement du droit
supraétatique, voire les règles internes décidées unilatéralement par
les législateurs pour des raisons d’opportunité économique, expli-
quent que, de nos jours, les étrangers bénéficient plus largement
qu’autrefois de permis de travail ou de cartes professionnelles. Mais
il suffit souvent d’une récession économique, même passagère et, a
fortiori, d’un début de vraie crise pour qu’aussitôt le privilège de
nationalité revienne en force. Par ailleurs, les étrangers qui vont tra-
vailler en dehors de leur pays se trouvent toujours confrontés à des
démarches exigeantes (comme l’immatriculation à un registre pro-
fessionnel), à des restrictions de droits (comme l’interdiction d’accès
à certaines professions 245), à des contrôles tatillons justifiés par la
nécessité de lutter contre le travail de clandestins. L’existence de ces
mesures atteste à elle seule que les droits économiques demeurent
bien un apanage des nationaux, même s’il est vrai, qu’en ce domaine
aussi, le privilège de nationalité s’est érodé, au fil du temps, dans
certains continents.
105. Qu’en est-il des droits sociaux, c’est-à-dire des avantages de
toute nature reconnus aux travailleurs salariés comme aux indépen-
dants ? En principe, tout national peut exercer librement ses droits
syndicaux et jouit de la protection prévue en cas de maladie profes-
sionnelle ou d’accident de travail, bénéficie de la sécurité sociale
(pension de vieillesse, allocations familiales, couverture de frais de
maladie…) et de l’aide sociale. D’importantes conventions interna-
tionales ont été conclues pour étendre ces droits aux étrangers. La
Charte sociale européenne, dont le préambule dispose que « la jouis-
sance des droits sociaux doit être assurée sans discrimination fondée

245. Ainsi, par exemple, en Belgique, le droit positif prévoit encore la condi-
tion de nationalité pour devenir notaire. Un projet de réforme soumis actuelle-
ment au Parlement maintient cette exigence, malgré que la Commission euro-
péenne ait demandé que l’on s’engage à abandonner celle-ci dans les relations
entre les Etats membres de l’Union européenne (voir Notarius Actualité,
Bruxelles, Fédération royale des notaires de Belgique, no 99-1, p. 4).
Conflits de nationalités 117

sur ... l’ascendance nationale ou l’origine sociale », va dans ce


sens 246. Dans maints pays développés — mais pas dans tous —, ces
droits sociaux sont étendus largement par traité ou par la loi aux
étrangers, la tendance étant l’assimilation de ceux-ci à tous les natio-
naux se trouvant dans les mêmes conditions.
Mais voilà précisément où gît la discrimination, qui apparaît plus
en fait qu’en droit. Les travailleurs étrangers, migrants comme fron-
taliers, ne parviennent pas toujours à remplir les conditions légales
ou réglementaires en vertu desquelles il faut avoir effectué telles
prestations durant tel nombre d’années dans l’Etat pour se voir
reconnaître les avantages sociaux. Sur ce point, il y a aussi évolution
des textes, car les activités et services prestés dans un autre pays —
par exemple celui dont le travailleur est originaire — sont parfois
pris en considération pour l’octroi de ces avantages. Il demeure
néanmoins que les discriminations se maintiennent, dont pâtissent
les étrangers ou certaines catégories d’entre eux (les handicapés, les
travailleurs temporaires ou saisonniers…). Même les droits syndi-
caux classiques ne sont pas toujours reconnus sans restrictions aux
travailleurs étrangers 247.
La situation de ceux-ci à l’égard des droits culturels présente
beaucoup de similitudes avec celle qui vient d’être décrite. Les
nationaux continuent de jouir de privilèges dans l’accès à des avan-
tages, tels que l’obtention de bourses ou de prêts d’études ou l’accès
aisé à l’enseignement public. Les étrangers n’y sont admis que sur

246. Voir, outre les fascicules de la série Human Rights Social Charter Mono-
graphs, Strasbourg, Council of Europe, P. Boucaud, Migrant Workers and their
Families : Protection within the European Social Charter, Strasbourg, Council
of Europe, 1996 ; D. Harris, The European Social Charter, Charlottesville, Uni-
versity Press of Virginia, 1984, pp. 157-188 ; A. Jaspers et L. Betten, 25 Years
European Social Charter, Deventer, Kluwer, 1988 ; L. Samuel, Fundamental
Social Rights : Case Law of the European Social Charter, Strasbourg, Council of
Europe, 1997.
247. Voir les cas cités dans Liberté syndicale et négociation collective,
Conférence internationale du travail, quatre-vingt-unième session, Genève, BIT,
1994, pp. 31-32, no 63 : Algérie (article 6 de la loi no 90-14, du 2 janvier 1990,
réservant le droit de constituer une organisation syndicale aux seuls nationaux
d’origine ou naturalisés depuis dix ans) ; Thaïlande (article 88 de la loi de 1975
sur les relations professionnelles) ; Colombie (article 384 du Code du travail,
exigeant une proportion de nationaux dans les organisations syndicales) ;
Panama (article 347 du Code du travail : ibid.) ; Koweït (article 72 du Code du
travail, imposant une condition de résidence prolongée aux étrangers pour
l’exercice de droits syndicaux) ; Lituanie (article premier de la loi no I-2018 de
1991 : ibid.) ; Philippines (article 269 du Code du travail, prévoyant une condi-
tion de réciprocité) ; Libye (article 5 de la loi no 117 de 1975 : ibid.) ; Centra-
frique (ibid.)...
118 Michel Verwilghen

base de traités fondés sur la réciprocité, très rarement en vertu de


dispositions législatives internes libérales et sans contrepartie. Mais
il est vrai qu’au cours du dernier quart de siècle les exceptions
conventionnelles se sont multipliées.

II. Intérêt privé de la nationalité

A. En droit civil
106. Historiquement, la jouissance de certains droits privés fut
conditionnée, dans maints pays, à l’appartenance juridique et poli-
tique à la communauté nationale considérée. L’exemple le plus
connu se situe en matière successorale. Pendant des siècles, les
étrangers furent exclus de tout droit d’héritage, les biens formant
l’actif successoral étant purement et simplement accaparés par le
souverain local, plus tard par le trésor public, en vertu du fameux
droit d’aubaine. Bodin soulignait à ce sujet que
« le plus notable privilège que le citoyen a par-dessus l’estran-
ger est qu’il a pouvoir de faire testament et disposer de ses
biens selon les coutumes : ou bien laisser ses proches parents
héritiers. L’estranger n’a nez l’un nez l’autre et ses biens sont
acquis au seigneur du lieu où il est mort. » 248
De même, à des degrés variables, selon les époques et les contrées,
furent subordonnés à la qualité de national le droit de convoler en de
justes noces, d’adopter et d’être adopté, de remplir la mission de
témoin instrumentaire lors de la passation d’actes publics, d’accéder
à certains avantages tels que le bénéfice d’un domicile de droit,
d’être propriétaire ou locataire, de devenir membre ou administrateur
d’une société ou d’une association…
De nos jours, la plupart des discriminations civiles touchant les
étrangers ont tendance à disparaître progressivement des législations
nationales, mais il ne faudrait pas croire qu’elles ont disparu totale-
ment. Bien des Etats continuent d’en consacrer. Il serait fastidieux
d’en établir le relevé. Citons un seul exemple démonstratif puisque
tiré du droit d’un pays cité par ailleurs comme un modèle de démo-
cratie : la loi fédérale suisse du 16 décembre 1983 sur l’acquisition
d’immeubles par des personnes à l’étranger 249. Cette dernière

248. J. Bodin, Six Livres sur la République, 1583, livre I, ch. VI, p. 65.
249. Feuilles fédérales, 1981, III, 553 ; RS, 211.412.41.
Conflits de nationalités 119

expression ne vise évidemment pas les Suisses demeurant hors de


leur pays. Malgré les notables amendements qui lui ont été apportés
depuis sa mise en vigueur le 1er janvier 1985, cette loi continue de
limiter sévèrement l’accès de la plupart des étrangers à la propriété
immobilière dans la Confédération helvétique.

B. En droit judiciaire

107. Comme dans le cadre de la compétence internationale, le


droit judiciaire des Etats utilise souvent la nationalité non seulement
comme chef de compétence — sur cet aspect, l’essentiel a déjà été
dit 250 — mais comme élément de la condition procédurale.
L’accès des tribunaux se voit ainsi parfois réservé aux seuls natio-
naux et aux étrangers pouvant invoquer le bénéfice de la réciprocité
diplomatique. Un national a le droit de réclamer à un demandeur
étranger le versement d’une caution pour garantir les frais d’un pro-
cès et jamais le ressortissant de l’Etat du juge saisi n’est tenu de ver-
ser cautio judicatum solvi ; l’étranger est ainsi doublement discri-
miné, sauf exceptions prévues par conventions internationales ou par
la loi en faveur de certains étrangers privilégiés. Le bénéfice de l’as-
sistance judiciaire fut de même longtemps réservé aux nationaux,
jusqu’à une évolution assez récente plus favorable aux étrangers ou
à certains d’entre eux…
Dans tous les domaines, même si des discriminations envers
l’étranger demeurent dans les législations nationales, on constate une
tendance à les atténuer toujours davantage, plus rarement à les sup-
primer totalement.

Conclusion du chapitre

108. S’il fallait tirer une conclusion provisoire des développe-


ments du premier chapitre, celle-ci pourrait être puisée dans un
ouvrage plus que centenaire, mais qui, sur ce point en tout cas,
demeure pleinement actuel :
« Il en est de la nationalité comme de toutes les parties du
droit civil international, c’est un droit qui n’est pas formé, il est
en voie de formation. » 251

250. Voir supra, nos 86-89.


251. F. Laurent, Le droit civil international, t. III, p. 178, no 93.
120 Michel Verwilghen

Ce constat explique sans doute les difficultés rencontrées par la doc-


trine pour appréhender la notion de nationalité, qui n’a rien d’un
« corps simple » 252, tout comme il permet de comprendre les hésita-
tions terminologiques des auteurs et des législateurs étatiques, dans
le passé comme aujourd’hui.
Certes, étudiés dans une optique comparative, les effets de la
nationalité ont largement évolué. Ainsi, en droit international privé,
ils ont été quelque peu érodés : comme chef de compétence autant
que comme facteur de rattachement législatif, la nationalité a perdu
du terrain, mais n’a toutefois pas été éliminée. On est en droit,
d’ailleurs, de se poser la question : n’est-ce pas aussi et surtout la
condition de l’étranger qui s’est métamorphosée, non pas tant celle
du national ? Examinées sur le long terme, les situations juridiques
du national et de l’étranger se rapprochent ou s’éloignent, selon les
époques et les lieux. De nos jours, l’étranger n’est plus celui que les
idéogrammes du troisième millénaire avant le Christ associaient à
l’ennemi ou à l’esclave, celui que la monarchie franque considérait
comme rechtlos, celui que le Japon, à ses périodes de complète
xénophobie 253, entendait capturer, dépouiller et massacrer. Progressi-
vement, il a été assimilé aux nationaux sous l’angle de la jouissance
des droits civils et des libertés individuelles, mais il lui est encore
très souvent dénié tout droit politique, sauf dans les communautés
d’Etats qui tendent à se fédérer ou à s’intégrer. La distinction entre
le national et l’étranger demeure partout une réalité juridique autant
que politique, même s’il est vrai que son rôle s’est réduit dans cer-
tains ordres juridiques, le monde anglo-saxon en particulier, où l’ac-
cent est davantage placé sur les notions de domicile ou de rési-
dence 254.
Autre constat : « C’est au niveau du droit international public que
peut le mieux se définir aujourd’hui la nationalité. » 255 Pierre Mayer,
auteur de cette affirmation, propose ensuite cette définition, déjà
citée, de la notion de nationalité :
252. F. Terré, « Réflexions sur la notion de nationalité », p. 199.
253. T. Miyaoka, The Japanese Law of Nationality and the Rights of Foreign-
ers in Land Under the Laws of Japan, New York, Carnegie Endowment, 1925.
254. « Within the internal law of the United Kingdom, nationality has been
reduced to such a level of insignificance for most practical purposes as to be
largely irrelevant », dans J. P. Gardner, « Plural Nationality and Special Ties with
Other Countries : Developments in Great Britain », Plural Nationality : Chan-
ging Attitudes (Rapport à la conférence tenue à Florence, les 15-16 juin 1992),
European University Institute, doc. ronéo, 1992, p. 8.
255. P. Mayer, Droit international privé, pp. 540-541, no 838.
Conflits de nationalités 121

« Elle est la qualité dont l’attribution par un Etat confère à


celui-ci, à l’égard de l’individu attributaire, une compétence
personnelle opposable aux autres Etats. » 256
Cette citation nous conduit vers le chapitre suivant, qui entend pré-
cisément étudier en profondeur le droit international de la nationa-
lité, dont la connaissance va s’avérer indispensable pour la bonne
compréhension des conflits de nationalités.

256. P. Mayer, Droit international privé, pp. 540-541, no 838. (L’italique est
de lui.)
177

CHAPITRE III

PRÉSENTATION DES CONFLITS DE NATIONALITÉS

« L’éventualité n’est pas exclue, et même la pos-


sibilité est grande, qu’un individu possède deux ou
plusieurs nationalités (sujet mixte) ou que, juridi-
quement, il ne soit ressortissant d’aucun Etat (hei-
matlose ou apolite)... »
(H. Kelsen 427.)

Section 1. Typologie des conflits de nationalités

Introduction

169. Les conflits de nationalités, on l’a rappelé dès le départ, se


présentent dans la réalité sous une double forme, l’une positive et
l’autre négative, selon que le lien de nationalité unissant un individu
à un Etat est multiple ou inexistant. Ces « deux types inverses de
conflits de nationalités » 428, il convient à présent de les examiner
plus en détail.
Nous avons aussi évoqué, en parlant de la terminologie, le phéno-
mène de nationalités superposées, qui donne à penser qu’un conflit de
nationalités existe entre celle conférée au niveau supérieur et celles
attribuées aux rangs inférieurs. En vérité, comme on le démontrera, il
s’agit tout au plus d’un conflit fictif, pour autant d’ailleurs qu’on
puisse parler, dans cette hypothèse, de conflits de « nationalités ».
Examinons successivement ces trois situations.

Par. 1. Nationalités concurrentes : le conflit positif

I. Sens de l’expression « conflits positifs de nationalités »


A. Notion
170. Prise dans son acception classique ou étroite, l’expression
« conflit positif de nationalités » définit de façon générique toutes les

427. « Théorie générale de droit international public — Problèmes choisis »,


Recueil des cours, tome 42 (1932), p. 246.
428. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 5.
178 Michel Verwilghen

situations dans lesquelles une personne physique est, à un moment


donné ou durant une période donnée, nationale de deux ou plusieurs
Etats.
Il y a conflit positif, écrit Jacques Maury,
« quand il y a, pour une même personne, deux ou plusieurs
nationalités ; quand cette personne, sujet d’un Etat d’après le
droit de cet Etat, est en même temps sujet d’un autre ou même
de plusieurs autres Etats d’après les lois de ce ou de ces
Etats » 429.
Ainsi, le conflit positif, dans son sens strict, ne vise que le phéno-
mène de la nationalité multiple « produite par la collision des lois
des Etats en matière de nationalité, lorsque les Etats se disputent une
même personne et qu’ils lui imposent des charges et des
obligations » 430.
En d’autres termes, le cumul classique de nationalités est celui
dans lequel coexistent, sur un plan de stricte égalité de principe,
plusieurs nationalités étatiques dans le chef d’une même personne.
Ces nationalités se situent en concurrence, mais cette rivalité ne
dégénère pas toujours en conflit ouvert, aigu, entre la personne
en cause et l’une de ses patries, voire entre les divers Etats qui la
revendiquent comme national ; le plus souvent, le conflit demeure
latent. A l’instar des volcans, il connaît donc des phases dormantes
parfois suivies d’éruptions.
Le conflit positif stricto sensu ne couvre donc pas toutes les
formes de multiplicité d’allégeance qui ont existé ou existent encore
dans le monde, mais seulement l’une d’elles. Le fait de cumuler,
dans un système plurilégislatif, la nationalité fédérale avec une
citoyenneté fédérée, le lien que le national d’un Etat peut présenter
avec une entité supranationale dont ce dernier est membre, l’appar-
tenance simultanée à un ordre juridique étatique et à d’autres ordres
juridiques 431 (une confession religieuse, une association sportive
internationale, etc.) sont certes des situations de multiples allé-
geances, mais qui présentent des caractéristiques différentes de
celles des conflits de nationalités au sens propre.

429. J. Maury, vo « Nationalité — Théorie générale et Nationalité en France »,


p. 285, no 84.
430. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 589.
431. F. Rigaux, « Les situations juridiques individuelles... », p. 61.
Conflits de nationalités 179

B. Terminologie

171. Consacrée par l’usage et confirmée par la doctrine de plu-


sieurs pays, l’expression « conflits de nationalités » est cependant
loin d’être unique. Pour viser la même situation juridique, il existe
bien d’autres formules. Les auteurs utilisent indistinctement celle de
bipatridie ou de double nationalité, de multipatridie ou de cumul de
nationalités 432, de nationalités multiples ou de polypatridie 433. L’ar-
ticle 2 de la Convention européenne sur la nationalité, signée à
Strasbourg le 6 novembre 1997, utilise l’expression « pluralité de
nationalités », en la définissant, pour les besoins de cette convention,
comme « la possession simultanée de deux nationalités ou plus par la
même personne ».
Quant à cette personne ainsi rattachée simultanément à plusieurs
Etats, les juristes l’appellent « binationale », « double nationale » ou
« bipatride », « multipatride », « pluripatride » ou « polypatride »,
termes repris de façon similaire dans les diverses langues sans trop
se soucier si chacun de ces mots est ou non agréé par les académies.
La doctrine allemande la désigna naguère par l’expression française
peu heureuse de « sujet mixte » 434.
Dans la suite, nous retiendrons souvent les mots plurinationalité
et plurinational, non parce qu’ils sont objectivement meilleurs que
les autres, mais pour nous rapprocher de la terminologie retenue
dans la plus récente convention européenne en la matière, celle faite
à Strasbourg le 6 novembre 1997. Nous emploierons aussi les mots,
déjà bien consacrés par l’usage, de pluripatridie et de pluripatride,
antonymes d’apatridie et d’apatride, et par là même idoines.
172. Dans la littérature juridique en d’autres langues, les expres-
sions les plus courantes pour viser les conflits positifs de nationali-
tés sont en anglais : dual nationality, double nationality, plural ou
multiple nationality 435 ; en espagnol : binacionalidad et doble nacio-
nalidad ; en italien : dopia ou plurima cittadinanza ; en allemand :

432. Il semble que cette expression soit due à A. Weiss, « Note sur la loi fran-
çaise du 26 juin 1889 », Ann. lég. fr., 1890, pp. 124 ss.
433. J. P. A. François, « Règles générales du droit de la paix », p. 137.
434. C. L. von Bar, Theorie und Praxis der Internationalen Privatrechts,
Hanovre, t. I, 1889, réimpr. Aalen, Scientia Verl., 1966, p. 257, no 86, n. 3 ; K.
Strupp, vo « Sujets mixtes », Wörterbuch des Völkerrechts und der Diplomatie,
vol. 2, 1925, p. 698 ; H. Kelsen, « Théorie générale du droit international public
— Problèmes choisis », p. 246.
435. Voir par exemple R. Donner, The Regulation of Nationality in Interna-
tional Law, passim.
180 Michel Verwilghen

mehrfache Staatsangehörigkeit 436 ou doppelte Staatsangehörigkeit ;


en néerlandais : meervoudige nationaliteit...
Les personnes se trouvant dans cette situation reçoivent une
appellation analogue.

II. Distinction avec des notions proches

173. Pour qu’il y ait bipatridie ou plurinationalité, il faut néces-


sairement une confrontation de deux ou plusieurs nationalités au
sens propre, c’est-à-dire des nationalités de droit. Telle n’est pas la
situation d’une personne qui possède une nationalité et qui jouit en
outre d’un statut d’étranger qui se rapproche tant de celui des natio-
naux d’un autre pays qu’il a pu se voir qualifier de quasi-nationalité.
Cette notion nouvelle est, en effet, apparue dans divers contextes et
la doctrine s’en est emparée. Pour éviter les équivoques, on se doit
de la présenter ici, dans le but de bien démarquer les diverses situa-
tions.
Le sens de l’adverbe « quasi » placé devant un nom est bien
connu. On entend signifier par là que le mot ne vise pas une réalité
complète ou qu’il ne vise que son apparence. Parler de quasi-natio-
nalité, c’est donc admettre que la situation visée est presque une
nationalité, mais qu’elle n’en est pas encore une ou que l’on se
trouve devant un lien ayant les apparences d’une nationalité tant il
lui ressemble, mais qui n’en est toutefois point une au sens strict.
Dans ce cas, il ne saurait y avoir plurinationalité.
174. La notion de quasi-nationalité est apparue pour la première
fois, semble-t-il, dans le cadre de la Cour européenne des droits de
l’homme, lorsque celle-ci fut appelée à trancher l’affaire Beld-
joudi 437, similaire à un cas antérieur, l’affaire Moustaquim 438. Dans
ces deux dossiers, il s’agissait de savoir quel sort réserver à un étran-
ger établi depuis longtemps dans un Etat lié par la Convention euro-
péenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fonda-
mentales. Les deux pays en cause (France et Belgique) s’étaient

436. Telle est l’expression utilisée notamment par L. von Bar, Theorie und
Praxis…, p. 257, no 86.
437. Cour européenne des droits de l’homme, 26 mars 1992, Beldjoudi c.
France, série A, no 234 A, pp. 4-52 ; Rev. trim. dr. homme, vol. 4, 1993, pp. 449 ss.
et note J.-Y. Carlier.
438. Cour européenne des droits de l’homme, 12 février 1991, Moustaquim c.
Belgique, série A, no 93, pp. 4-39 ; Rev. trim. dr. homme, vol. 2, 1991, pp. 385 ss.
et note P. Martens ; Rev. dr. étrangers, 1991, no 62, pp. 3-9 et note E. Mignon.
Conflits de nationalités 181

fondés sur le passé criminel très chargé des individus — tous deux
condamnés pour d’innombrables infractions et présentant les carac-
téristiques de récidivistes impénitents — pour prendre à leur égard
une mesure d’éloignement de leur territoire. Ces étrangers contestè-
rent la décision prise à leur encontre et, après épuisement des voies
de recours internes, invoquèrent devant la Cour européenne la viola-
tion de certaines dispositions de la Convention (l’article 8 protégeant
la vie privée et familiale, l’article 3 interdisant les « traitements inhu-
mains et dégradants »). Et la Cour leur donna raison. Elle estima que
ces étrangers, nonobstant leur attitude asociale, avaient le droit
d’exiger de vivre dans leur pays d’accueil et d’intégration prépondé-
rante.
Dans son opinion dissidente en l’affaire Beldjoudi, le juge fran-
çais, M. Pettiti, observa que « la majorité de la Cour paraît aussi
avoir considéré que M. Beldjoudi était un quasi-Français, notion
inconnue du droit international » 439. En vérité, la Cour s’était pro-
noncée dans les deux affaires avec plus de nuances, ne reprenant pas
l’affirmation de la Commission selon laquelle « le lien de nationalité
[des intéressés], s’il correspond à une donnée juridique, ne corres-
pond toutefois à aucune réalité humaine ». La doctrine en a déduit,
non sans pertinence, que la Cour, même si elle ne consacra pas
expressis verbis la notion de quasi-nationalité, admit que l’existence
d’un lien humain ou social entre un individu et l’Etat puisse engen-
drer des effets juridiques aussi considérables que le droit de séjour
sur le territoire de cet Etat 440.
175. La même notion que, faute de mieux, nous appellerons
« quasi-nationalité », transparaît aussi dans diverses dispositions
nationales qui ont valeur de loi ou qui sont appelées à acquérir celle-
ci. Citons comme exemple l’article premier de la loi néerlandaise du

439. Cour européenne des droits de l’homme, 26 mars 1992, Beldjoudi c.


France, série A, no 234 A, p. 33.
440. Sur l’arrêt Beldjoudi et la notion de quasi-nationalité, voir les commen-
taires de J.-Y. Carlier, « Vers l’interdiction d’expulsion des étrangers intégrés ? »,
Rev. trim. dr. homme, vol. 4, 1993, pp. 449 ss., et « Perspectives et conclusions.
Quels droits pour quels étrangers ? », Rev. dr. étrangers, 1998, no 90, pp. 679-
687.
En revanche, la Cour paraît plus réservée depuis 1996, considérant plus rare-
ment qu’il y a violation de la vie privée et familiale de l’étranger intégré en cas
d’expulsion et soulignant à plusieurs reprises que l’étranger concerné, contraire-
ment à ce qui fut le cas dans l’affaire Beldjoudi, n’a pas manifesté la volonté
d’acquérir la nationalité du pays d’accueil (par exemple, Cour européenne des
droits de l’homme, 27 mars 1996, Boughanemi c. France, Rec. arr. et déc., no 8,
1996-II, pp. 593 ss.).
182 Michel Verwilghen

25 mars 1981 réglant les conflits de lois en matière de dissolution du


mariage, dont l’alinéa 2 consacre nettement le critère d’effectivité
sociale de la nationalité lorsqu’il affirme :
« Est assimilé à l’absence d’un droit national commun le cas
où, pour l’une des parties, un lien social effectif avec le pays de
la nationalité commune fait manifestement défaut. » 441
Dans un premier avant-projet de codification du droit international
privé belge actuellement en préparation au sein du ministère de la
Justice, une clause allait dans le même sens, mais plus résolument
encore puisqu’elle visait la manière dont la nationalité doit s’appré-
cier lorsqu’elle intervient comme facteur de rattachement en toute
matière :
« Il n’est pas tenu compte de la nationalité d’une personne
lorsque celle-ci ne présente manifestement plus de lien effectif
avec l’Etat dont la nationalité est en cause. » 442
Mais cette disposition semble avoir été abandonnée dans des mou-
tures ultérieures du projet de loi, sans que l’on sache pourquoi.
Voici une troisième manifestation de l’émergence de cette nou-
velle notion dans les ordres juridiques étrangers. Lors de l’établisse-
ment de la coalition gouvernementale allemande de 1994 — la der-
nière que présida le chancelier Kohl —, l’on s’accorda sur un
programme commun qui prévoyait de soumettre au Parlement une
réforme du droit de la nationalité. Ce projet envisageait l’introduc-
tion d’une Kinderstaatsangehörigkeit, sorte de quasi-nationalité,
pour les enfants nés en Allemagne dont un des auteurs au moins était
lui-même né sur le territoire allemand 443.
Quoi qu’il en sera de l’avenir de cette notion, qui met en valeur
l’effectivité du lien social, il reste qu’en droit ceux qui jouissent, en
plus de leur nationalité, d’une quasi-nationalité étrangère ne peuvent
se confondre avec les bipatrides au sens strict.

441. Staatsblad, 1981, no 166 ; Rev. crit. dr. int. pr., vol. 70, 1981, p. 89.
442. Ce projet n’a pas encore été déposé devant les chambres législatives ni
fait l’objet d’une publication. Il a été rédigé par des professeurs d’universités
réunis au sein du Groupe belge de droit international privé. Nous l’avons pré-
senté le 19 mai 1999 au Comité français de droit international privé, dans une
communication intitulée : « Vers un Code belge de droit international privé », qui
paraîtra prochainement aux Travaux du Comité français de droit international
privé.
443. F. Sturm, « Allemagne », Juris-classeur Nationalité, 1998, p. 18, no 31.
Conflits de nationalités 183

III. Classifications des conflits positifs de nationalités

176. Les juristes, dit-on, ont la manie des classifications et l’art


d’imaginer des catégories toujours plus raffinées, en se complaisant
à établir des distinguos toujours plus subtils, plus recherchés et plus
compliqués. Sans verser dans l’excès, il est bon de classifier, pour
clarifier. Cela postule la recherche des meilleurs critères de distinc-
tion, c’est-à-dire de ceux qui peuvent le plus contribuer à dégager
des méthodes de solutions. La littérature juridique comparée propose
plusieurs classifications des conflits positifs de nationalités, qu’il
serait fastidieux de reprendre intégralement. On en retiendra ici trois,
en se réservant le droit d’en présenter une quatrième dans un
contexte plus approprié : celle qui distingue dans les cumuls de
nationalités un phénomène plus apparent que réel 444.
Sans doute parce que la bipatridie présente des aspects spécifiques
en droit espagnol, en raison des liens historiques de l’Espagne avec
de nombreux pays latino-américains, c’est surtout dans la doctrine
de ce pays que les propositions les plus abondantes et structurées de
classifications se rencontrent. Mais on en trouve également chez cer-
tains auteurs français, italiens, allemands... 445 La classification la
plus courante, parce que la plus évidente, reste celle qui figure dans
la Convention de La Haye du 12 avril 1930 elle-même, qui distingue
selon que le plurinational possède ou non, parmi ses nationalités,
celle de l’Etat dans lequel il faut résoudre le conflit positif.

A. Classification en fonction du contexte dans lequel le conflit


apparaît
177. Le phénomène de la plurinationalité peut apparaître dans
divers contextes. Dès lors qu’il pose problème, il postule un choix :
parmi les nationalités en concours, une autorité ou une juridiction se
verra appelée à en préférer une. Cela découle du caractère éminem-
ment processuel du droit international privé. Les individus, de par la
dispersion des éléments de fait ou de droit qui les rattachent aux
ordres juridiques, peuvent voir leur situation soumise concurrem-
ment à plusieurs organes étatiques ou internationaux. Tout va

444. Voir infra, nos 294-295.


445. Voir par exemple L. Darras, La double nationalité, Paris (thèse), 1986,
polyc., pp. 11 ss. ; l’auteur s’attache à classer les conflits positifs de nationalités
à partir du comportement actif ou passif de l’Etat et de l’individu dans ce pro-
cessus.
184 Michel Verwilghen

dépendre, dès lors, du contexte dans lequel le conflit positif de natio-


nalités devra être tranché.
178. S’il s’agit de résoudre le conflit dans un cadre étatique, deux
situations peuvent se présenter : ou bien le particulier en cause pos-
sède, parmi d’autres nationalités, celle de l’Etat dont une autorité ou
une juridiction est saisie ; ou bien, au contraire, toutes les nationali-
tés portées par cet individu sont étrangères par rapport à l’ordre juri-
dique dans lequel le problème se pose 446.
Si le conflit de nationalités est soumis à une juridiction internatio-
nale ou arbitrale, l’alternative prémentionnée disparaît : la personne
physique plurinationale est inéluctablement étrangère par rapport à
cette juridiction. Celle-ci constatera qu’elle se trouve devant une per-
sonne jouissant de la nationalité de plusieurs ordres juridiques éta-
tiques.

1. Le pluripatride possède la nationalité du for

179. La première hypothèse de conflit positif de nationalités est


celle qu’envisage l’article 3 de la Convention de La Haye du 12 avril
1930 pour régler les conflits de lois en matière de nationalité. Il
s’agit du cas du multipatride qui possède, parmi ses nationalités,
celle de l’Etat dans lequel une autorité publique ou une juridiction se
trouve confrontée à la nécessité de conférer la préférence à l’une de
ces nationalités.
Y a-t-il alors véritablement « conflit positif » ? Certains en dou-
tent :
« L’idée même de conflit paraît ici peu adéquate car elle
introduit dans le fonctionnement de l’ordre juridique un élé-
ment extérieur qui n’y a pas sa place. » 447
Il est vrai que, dans ce cas, chaque Etat dont la personne possède la
nationalité ne résiste guère à la propension de la considérer exclusi-
vement comme sa ressortissante (nationale), sans se préoccuper des
autres nationalités. Bien sûr, il y a des exceptions, lorsque des cir-
constances particulières commandent l’adoption par cet Etat de

446. Cette classification est celle qui a retenu le plus souvent l’attention de la
doctrine. C. Jordan la retint comme division principale pour les développements
sur les conflits de nationalités (vo « Conflits de nationalités », Répert. dr.
int. Darras, t. IV, 1921, pp. 638 ss.).
447. F. Rigaux, « Les situations juridiques individuelles... », p. 75.
Conflits de nationalités 185

normes obligeant à préférer la prise en considération d’une autre des


nationalités possédées par cette personne. Mais dans ce cas, comme
le relève Rigaux, cet Etat
« a lui-même introduit dans son ordonnancement interne le fac-
teur d’extranéité contre lequel il entend se protéger, créant ainsi
le conflit de nationalités qui, dans des conditions normales,
n’appartient pas au fonctionnement de son propre ordre
interne » 448.
180. Quelle que soit la pertinence de ces observations, même
dans cette hypothèse, un conflit de nationalités apparaît, qui appelle
une solution. L’autorité ou la juridiction interpellée à propos d’un
pareil cas devra toujours examiner s’il y a lieu de suivre la règle,
consistant à faire prévaloir la nationalité du for, ou l’exception,
l’obligeant à préférer l’autre nationalité (ou l’une des autres nationa-
lités) dont la personne peut se prévaloir.
De même qu’on peut parler de conflit de lois lorsque les droits en
concours comprennent une ou plusieurs lois étrangères et la lex fori,
ainsi il n’y a pas d’écart de langage dans l’usage de l’expression
« conflits positifs de nationalités » lorsqu’elle vise le plurinational
qui, outre une ou plusieurs nationalités étrangères, possède aussi
celle du for, à savoir celle de l’organe étatique confronté au choix
entre les nationalités en concours.
La meilleure preuve de l’importance pratique de ce type de conflit
de nationalités réside dans les développements très conséquents aux-
quels il donne lieu dans les débats parlementaires, les instructions
gouvernementales et les commentaires doctrinaux. Et ce sans parler
de la jurisprudence (judiciaire ou administrative) des Etats, particu-
lièrement nourrie sur ce point, surtout à propos du contentieux rela-
tif au séquestre des biens ennemis, dès lors que ceux-ci appartien-
nent à des binationaux d’Etats en belligérance 449.

2. Le pluripatride ne possède pas la nationalité du for


181. La deuxième hypothèse de conflit positif de nationalités se
pose « dans un Etat tiers » par rapport au plurinational, pour
reprendre l’expression qui figure au début de l’article 5 de la
Convention du 12 avril 1930. Autrement dit, la personne en cause ne

448. F. Rigaux, « Les situations juridiques individuelles... », p. 76.


449. Voir infra, no 342 et nos 520-522.
186 Michel Verwilghen

possède pas la nationalité de l’Etat dans lequel le conflit apparaît et


où il doit être tranché, mais bien deux autres nationalités, voire
davantage.
Rigaux voit dans ce cas « l’hypothèse du seul véritable conflit de
nationalités » 450, ce qui se comprend dans la logique de son raison-
nement relatif au cas précédent. Mais il reste que la problématique
ne change guère pour l’organe confronté au conflit : il y a toujours
lieu de choisir une des nationalités en présence, en fonction d’un cri-
tère exclusif de toutes les autres.
182. Dans les pays qui retiennent la nationalité comme facteur de
rattachement en matière de statut personnel, les praticiens du droit
doivent souvent trancher de pareils conflits de nationalités avant de
pouvoir déterminer la loi applicable au problème d’état ou de capa-
cité formant la question principale. Le législateur lui-même ou, à
défaut, la jurisprudence des tribunaux ou des administrations, éclai-
rés par la doctrine, proposent alors des solutions.
Dans les autres ordres juridiques, ce cumul de nationalités, beau-
coup moins fréquent, présente si peu d’intérêt que de nombreux
Etats s’en désintéressent au point de ne pas dégager de principes de
solution. En ce cas, doctrine comme jurisprudence affichent, par le
silence, leur peu de préoccupations à cet égard.
Toute juridiction internationale ou arbitrale confrontée à un pluri-
national se trouve nécessairement dans la même position que les
autorités ou les juridictions d’un « Etat tiers » par rapport à cette per-
sonne. Il en est ainsi même si les juges internationaux ou les arbitres
possèdent par hasard l’une des nationalités du multipatride. Dans ce
contexte, en effet, il ne peut être question de « nationalité du for ».

B. Classification en fonction des racines du conflit

183. Dans une thèse publiée à Paris il y a plus d’un siècle et


entièrement consacrée à la double nationalité, Henri Fromageot pro-
posait une classification des cumuls de nationalités fondée sur le
moment de l’apparition du conflit. Il distinguait ainsi la pluralité des
nationalités de naissance (dans et hors mariage) et celle qui résulte
d’une naturalisation 451. Reprenons cette idée en l’actualisant et dis-
tinguons la plurinationalité d’origine, c’est-à-dire celle qui apparaît à
450. F. Rigaux, « Les situations juridiques individuelles... », p. 76.
451. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés,
pp. 23 ss.
Conflits de nationalités 187

la naissance, sans tenir compte des conditions de celle-ci 452, et la


plurinationalité adventice, à savoir les cas dans lesquels le phéno-
mène surgit durant l’existence d’une personne.
A dire vrai, on peut douter de l’utilité pratique de cette distinction.
Elle ne présente qu’un intérêt limité pour les juristes qui s’attachent
à dégager des principes de solutions des conflits positifs. Mais
comme elle fut retenue naguère et qu’elle peut contribuer à clarifier
les idées, en particulier dans l’examen de la solution des cumuls
consistant à retenir la nationalité la plus ancienne ou la plus récente,
présentons-la dans ses grands traits.

1. Plurinationalité d’origine

184. La pluralité peut apparaître dès la naissance d’une personne,


pour deux raisons essentielles. D’une part, l’application combinée de
deux législations, l’une favorable au jus sanguinis (de façon absolue
ou relative), l’autre au jus soli (avec ou sans conditions complémen-
taires), engendre le plus souvent un cumul de nationalités si l’enfant
naît dans l’Etat consacrant le droit du sol et de parents nationaux de
l’Etat favorable au droit du sang. D’autre part, si les deux auteurs de
l’enfant sont connus au moment de la naissance (par exemple parce
qu’ils sont mariés ou parce qu’ils reconnaissent leur enfant né hors ma-
riage) et que, à ce moment, ils sont les ressortissants de deux Etats
différents qui se rallient chacun au jus sanguinis, l’enfant bénéficiera
ab initio tant de la nationalité de son père que de celle de sa mère.
Pas plus aujourd’hui qu’autrefois, les Etats ne se montrent atten-
tifs à éviter ces plurinationalités d’origine. Au contraire, pourrait-on
dire ! La consécration toujours plus ferme du principe d’égalité des
sexes, jusque dans l’attribution de la nationalité, a fortement accru le
nombre de cumuls de nationalités. Par ailleurs, même si les législa-
teurs ont tendance à compliquer leurs règles sur la nationalité d’ori-
gine, en cumulant les conditions à remplir par l’enfant, il advient que
celles-ci soient toutes respectées et que, dès lors, l’enfant tombe
dans la bipatridie. Il est vrai que le jus soli et le jus sanguinis ne
jouent que rarement à l’état pur car, de plus en plus, ils interviennent
ensemble selon des combinaisons plus ou moins complexes. Les lois

452. La tendance observée dans les Etats développés de ne plus établir de dis-
criminations entre les enfants dont les auteurs sont mariés et ceux nés hors
mariage conduit à ne plus distinguer les enfants légitimes et les enfants naturels
dans le droit de la nationalité.
188 Michel Verwilghen

exigent, outre les conditions classiques, que les parents ou l’un d’eux
soient eux-mêmes nés sur le territoire de l’Etat ou qu’ils y demeu-
rent habituellement depuis plusieurs années. Mais cette accumula-
tion d’exigences n’a pas vraiment freiné la plurinationalité d’origine,
et encore moins supprimé celle-ci.
185. Les législateurs qui annoncent leur ferme intention de lutter
contre la multipatridie sont-ils disposés, pour éviter qu’elle n’appa-
raisse dès la naissance, à s’effacer devant l’existence d’une autre
nationalité ? Certes non.
D’abord, si tous les Etats agissaient ainsi, on verrait le risque de
plurinationalité céder la place au danger d’apatridie. Ensuite, il faut
admettre qu’au-delà des aspects politiques du problème il y a une
difficulté technique à résoudre : quel est le critère qui pousserait un
Etat à admettre l’effacement de sa nationalité ? D’aucuns diront : la
nationalité la moins effective devrait s’effacer au profit de la plus
effective, l’enfant ne recevant que cette dernière à sa naissance. Mais
précisément, les seuls éléments d’effectivité à ce moment-là sont,
outre le lieu de naissance, le rattachement objectif des auteurs de
l’enfant ou de l’un d’eux (voire de leur famille) à un Etat. Or, ces
éléments sont l’un et l’autre respectables : ils peuvent fort bien se
valoir et donc se détruire comme argument justifiant l’attribution
exclusive de telle nationalité.
On comprend dès lors que la très grande majorité des Etats défa-
vorables à la plurinationalité se résignent à l’accepter néanmoins
durant un certain temps. Pour demeurer toutefois fidèles à leur
option anticumul, ils prévoient la faculté ou l’obligation pour l’inté-
ressé de trancher lui-même définitivement le conflit positif de natio-
nalités lorsqu’il aura atteint la maturité d’âge nécessaire pour opérer
ce choix. A ce moment, le jeune adulte pourra ou devra — c’est
selon — rompre le cumul en renonçant à l’une de ses nationalités.
Mais l’Etat qui prévoit ce genre d’option facultative ou impérative
ne peut que permettre la perte volontaire de sa nationalité, jamais
celle de l’autre Etat en cause. Quelques législateurs ont été jusqu’à
organiser la perte de plein droit de leur nationalité lors de l’accession
à la majorité ou à l’émancipation par des binationaux qui utilisent
exclusivement leur autre nationalité 453.

453. Tel est le cas en Espagne : voir J.-C. Fernández Rozas et A. Alvarez
Rodríguez, « Le droit espagnol de la nationalité », dans B. Nascimbene (dir.
publ.), Le droit de la nationalité dans l’Union européenne, p. 235, no 39.
Conflits de nationalités 189

2. Plurinationalité adventice
186. Les causes de cumuls de nationalités qui apparaissent posté-
rieurement à la naissance d’un individu sont multiples et variées. Mais
toutes procèdent d’un même fait : l’une des nationalités en cause — à
savoir, le plus souvent, la nationalité d’origine — est maintenue malgré
l’acquisition, volontaire ou non, d’une autre nationalité.
Ici aussi, il faut souligner la progression numérique du phéno-
mène : il y a de plus en plus de cas de plurinationalité adventice.
Pourquoi ? D’abord parce qu’il est plus aisé que naguère d’acquérir
une nouvelle nationalité à la suite d’une modification d’un élément
de son statut personnel ou d’une volonté de naturalisation. Ensuite
parce que, contrairement à ce qui prévalut longtemps, plusieurs
législateurs n’exigent plus l’abandon de la nationalité antérieure lors
de l’acquisition de leur nationalité, pas plus qu’ils ne prévoient la
perte automatique de leur nationalité par suite de l’acquisition,
même volontaire, d’une autre nationalité.
Conserver ses nationaux, même s’ils deviennent bipatrides, est
progressivement devenu une politique, tout comme acquérir de nou-
veaux nationaux, même s’ils conservent leurs attaches nationales
antérieures, dès lors qu’ils le méritent ou, plus simplement, qu’ils le
souhaitent. Il y a là une évolution assez remarquable : dans le passé,
les législateurs exigeaient surtout le maintien quasi obligé du lien de
nationalité vis-à-vis des jeunes gens devant encore remplir leurs
obligations militaires. Nonobstant la tendance de certains pays à sup-
primer la conscription ou à l’atténuer, beaucoup d’Etats tiennent à
présent à conserver leurs nationaux. Ils n’acceptent d’entériner leur
désir de quitter la communauté internationale que moyennant le res-
pect de procédures qui permettent de s’assurer de cette volonté en
cas d’acquisition d’une autre nationalité.
187. L’observation des codes et lois sur la nationalité, en vigueur
de nos jours — et principalement ceux d’Europe occidentale — fait
apparaître diverses sources potentielles devenues classiques de
conflits positifs de nationalités :
1) L’établissement d’un lien de filiation postérieurement à la nais-
sance peut susciter une bipatridie adventice si l’enfant reçoit à ce
moment la nationalité de son auteur à l’égard duquel la filiation
est établie, laquelle vient s’ajouter à celle acquise jure soli à sa
naissance. Encore faut-il que l’Etat de sa première nationalité ne
prévoie point la perte de plein droit de celle-ci par acquisition
190 Michel Verwilghen

involontaire de l’autre et que le droit de la seconde nationalité ne


confère pas d’effet de rétroactivité lors de la naissance à l’acqui-
sition de cette nationalité nouvelle (auquel cas on se trouverait
devant une hypothèse de plurinationalité d’origine).
2) L’adoption ne s’accompagne pas toujours de la perte par l’adopté
de sa nationalité d’origine, mais elle emporte assez souvent, sur-
tout lorsque l’adopté est mineur d’âge, l’acquisition dans son
chef de la nationalité de l’adoptant ou d’un des époux adoptants.
Lorsque les effets de cette acquisition ne remontent qu’au jour de
l’adoption, et non à celui de la naissance, il y a bipatridie adven-
tice.
3) L’acquisition volontaire d’une nationalité étrangère, qualifiée le
plus souvent de naturalisation, suscite aussi un cumul inévitable
et nécessairement postérieur à la naissance de l’intéressé, si elle
concerne une personne déjà pourvue d’une nationalité et dont la
loi nationale n’exige pas la renonciation à cette nationalité d’ori-
gine ni ne prévoit la perte automatique de celle-ci.
4) S’agissant des effets du mariage sur la nationalité — et donc de
la bipatridie adventice à raison du mariage s’il y a maintien de la
nationalité antérieure —, les Etats se classent en deux groupes. Il
y a d’abord celui, de plus en plus étoffé, qui réunit les Etats dont
la loi décide que le mariage n’entraîne de plano aucun effet sur la
nationalité des conjoints, en particulier de l’épouse, mais qui
favorise l’acquisition volontaire de la nationalité par le conjoint
étranger d’un national. Il y a ensuite le groupe, qui tend aujour-
d’hui à se réduire, de pays encore fidèles à la vieille tradition
selon laquelle la femme mariée suit automatiquement la condi-
tion de son mari, national de cet Etat. Que le conjoint étranger
reçoive la nouvelle nationalité après le mariage ou lors de celui-
ci, le résultat est le même dès lors qu’il conserve sa nationalité
d’origine : il y a bipatridie adventice.

C. Classification en fonction de la nature de l’ordre juridique


concerné
188. Cette classification a été essentiellement proposée par la doc-
trine espagnole 454. Elle consiste à distinguer la plurinationalité de
454. Voir notamment A. Alvarez Rodríguez, Guia de la nacionalidad
española, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos sociales, 1996, 2e éd.,
pp. 115-138 ; J. C. Fernández Rozas, Derecho Español de la Nacionalidad,
Madrid, Tecnos, 1987, pp. 246-266.
Conflits de nationalités 191

droit interne, apparue sans que les Etats, dont les binationaux sont les
ressortissants, ne se soient entendus pour tolérer ou reconnaître cette
situation, d’une part, et la plurinationalité de droit conventionnel,
suscitée volontairement par les Etats concernés (généralement deux
Etats), qui concluent à cet effet un accord entre eux, d’autre part.
D’autres auteurs espagnols préfèrent une approche un peu diffé-
rente, mais qui se situe dans la même perspective. Ils s’interrogent
sur le point de savoir si le cumul de nationalités est spontané ou
construit 455. Ils en viennent à admettre que, parfois, le phénomène
surgit sans être voulu par les Etats, alors que, dans d’autres cas, la
bipatridie peut aussi résulter d’accords interétatiques. Autant dire
que ces vues recoupent la distinction précédente.
Ces deux sortes de cumuls de nationalités n’appellent d’évidence
pas les mêmes solutions. Seules les plurinationalités de la première
catégorie, celles « de droit interne », purement spontanées et en un
certain sens pathologiques, postulent des solutions, que chacun des
pays concernés dégagera séparément. Pour le professeur de Castro :
« La double nationalité accidentelle est une imperfection
juridique probablement inévitable, mais toujours regrettable et
cause de préjudices et d’ennuis pour les personnes qu’elle
touche. Voilà pourquoi il faut l’éviter dans toute la mesure du
possible. » 456
Au contraire, si les autorités gouvernementales de deux Etats accep-
tent de plein gré, par traité, certaines hypothèses de plurinationalités
(d’où leur nom de « conventionnelles »), elles auront d’évidence non
seulement fixé ces cas, mais arrêté à l’avance les solutions à leur
apporter. Citons encore de Castro :
« La double nationalité par convention est un système adapté
au bénéfice des nationaux de deux pays. Il faut le considérer
comme un progrès juridique servant à exprimer juridiquement
la communauté existant entre la population des deux Etats
contractants. » 457
455. M. Aguilar Navarro, Derecho civil internacional, Madrid, Tecnos, 1975,
p. 66 ; E. Pérez Vera, Derecho internacional privado, Madrid, Tecnos, 1980,
pp. 68-69.
456. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 521.
457. Ibid. L’essentiel du cours à l’Académie du professeur de Castro portait
sur l’exemple espagnol de binationalité conventionnelle. Mais depuis cet ensei-
gnement, très rares sont les pays qui ont accepté d’imiter cet exemple.
192 Michel Verwilghen

189. Loïc Darras, dans sa thèse sur la double nationalité présen-


tée à l’Université de Paris I, présente des idées quelque peu diffé-
rentes, mais situées dans la même ligne. Il constate, lui aussi, que le
conflit positif peut apparaître comme un cas fortuit, dans lequel l’in-
dividu n’exerce aucun choix entre des allégeances qui lui sont impo-
sées par les circonstances. Par quelques exemples, il démontre com-
ment naissent des cumuls sans aucune manifestation individuelle de
volonté de la personne concernée, par le simple hasard de législa-
tions internes différentes ou par suite d’un changement d’état civil.
Farouchement opposé à toute forme de cumul de nationalités, l’au-
teur stigmatise la passivité des Etats dans ce processus de génération
spontanée de bipatrides, et reproche aux autorités publiques de ne
pas veiller à l’empêcher, ni par accords entre eux ni par mesures
législatives propres. Au phénomène de cumul spontané, Darras
oppose la plurinationalité voulue, recherchée soit par option indivi-
duelle de l’intéressé (en jouant habilement sur le clavier de la natu-
ralisation ou sur celui de la réintégration dans une ancienne nationa-
lité), soit par un Etat déterminé, agissant seul, mû par des
considérations d’ordre politique. Et Darras de montrer comment cer-
tains législateurs s’engagent dans cette voie pour des raisons tantôt
défensives, tantôt offensives 458. Mais, dans cette présentation, le
jeune auteur oublie ce système que les auteurs espagnols mettent en
exergue : les accords bilatéraux entre Etats en vue de susciter la bipa-
tridie. Trop souvent et bien à tort, les juristes pensent couvrir toutes
les réalités en ne les approchant qu’à travers le prisme de leur propre
droit national.

1. Plurinationalité de droit interne


190. Ces cumuls naissent sans que les Etats dont la nationalité est
en cause n’aient envisagé ensemble de les créer pour des motifs qui
leur sont propres. Ils surgissent, comme on le verra, de la divergence
des droits régissant la détermination de la nationalité dans ces pays
autant que des circonstances dans lesquelles se trouvent les per-
sonnes intéressées. Comme l’a écrit de Moura Ramos, la double
nationalité apparaît alors comme
« le résultat de l’impuissance du législateur qui n’a pas pu
dominer soit certains aspects d’une évolution des idées ayant

458. L. Darras, La double nationalité, pp. 11-58.


Conflits de nationalités 193

une portée juridique ..., soit certaines données sociologiques ...


Tout se passe comme si, face à certaines réalités factuelles ou
juridiques, le législateur laisse tomber les bras et la règle de la
nationalité unique cède. La double nationalité en devient la
conséquence. » 459
191. Cette pluralité dite « de droit interne » peut elle-même se
diviser en deux branches, selon qu’elle est simplement tolérée ou
que, au contraire, elle se voit positivement reconnue (de façon unila-
térale, insistons-y) par l’un des Etats en cause. Dans le premier cas,
elle n’est admise que passivement, parce que l’Etat n’entend que
constater son existence et en tirer les conséquences sur l’applicabi-
lité des solutions qu’il consacre pour surmonter le cumul dans son
ordre juridique. Dans le deuxième cas, l’Etat fait plus qu’entériner
un fait accompli : il prend positivement acte du fait ; il « reconnaît »
dans son droit l’existence du cumul de nationalités.
L’article 23, alinéa 1 in fine, du Code civil espagnol se présente
comme un bon exemple de pareille reconnaissance. Cette disposition
permet qu’un Espagnol devenu volontairement titulaire d’une autre
nationalité conserve sa qualité d’Espagnol si la demande d’allé-
geance étrangère nouvelle s’explique par des impératifs de nature
professionnelle. L’acquisition de la nationalité étrangère doit en prin-
cipe faciliter ou permettre l’exercice d’un métier, l’accès à une pro-
fession. La loi espagnole a même été jusqu’à admettre le recouvre-
ment, sous certaines conditions, de la nationalité espagnole perdue
en raison d’une acquisition volontaire d’une nationalité étrangère
justifiée par des motifs de cette nature 460.

2. Plurinationalité de droit conventionnel

192. Cette forme de cumul de nationalités présente la caractéris-


tique suivante : elle est voulue par deux Etats, qui s’entendent pour
l’admettre par traité bilatéral et, bien entendu, pour l’organiser au

459. R. M. de Moura Ramos, « La double nationalité et les liens spéciaux


avec d’autres pays — Développements et perspectives au Portugal », Plural
Nationality : Changing attitudes (rapport à la conférence tenue à Florence, les
15-16 juin 1992), European University Institute, doc. ronéo, 1992, pp. 6-7. Voir
aussi, du même auteur, « Nationalité, plurinationalité et supranationalité en droit
portugais », Archiv des Völkerrechts, vol. 34, 1996, pp. 96-119.
460. Voir les dispositions transitoires de la loi espagnole no 51/82 du 13 juil-
let 1982.
194 Michel Verwilghen

mieux des intérêts des deux pays, en la confinant dans un cadre juri-
dique délimité.
La plus connue des illustrations de ce type de conflits positifs de
nationalités a pour origine l’Espagne, qui l’a conçu en raison des
relations privilégiées qu’elle désirait conserver avec certains pays
dont elle se sentait proche par des liens historiques. L’article 22,
paragraphe 4, du Code civil, dans la teneur introduite par une loi du
15 juillet 1954, disposa, en effet, que l’acquisition de la nationalité
d’un pays ibéro-américain ou des Philippines n’entraînerait pas la
perte de la nationalité espagnole dès lors qu’un traité entre l’Espagne
et l’Etat dont la nationalité était ainsi acquise prévoirait expressé-
ment ce maintien de la nationalité espagnole. Ultérieurement, l’Es-
pagne signa plusieurs traités bilatéraux en ce sens, avec l’Argentine,
la Bolivie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala,
l’Equateur, le Nicaragua, le Paraguay, le Pérou... 461 Ces régimes
conventionnels concernent bien la double nationalité : ils exposent
tant les modes d’acquisition de celle-ci que leurs effets. Mais comme
l’ont relevé certains commentateurs, s’il existe bien, juridiquement
parlant, deux nationalités dans le chef d’une même personne, ces
liens légaux sont « de force et de conséquence si différents que l’on
peut se demander si le plus faible des deux peut encore être consi-
déré comme une nationalité » 462.
193. Il y a d’autres exemples de plurinationalité de droit conven-
tionnel : l’Italie a signé, elle aussi, certains traités bilatéraux avec des
pays d’Amérique latine en vue de régler certaines questions de natio-
nalité. Ces accords se caractérisent par une approche favorable à la
bipatridie, en ce sens que leur but n’est pas d’empêcher qu’elle ne
survienne, tout au contraire. Par exemple, la Convention conclue
avec l’Argentine, signée à Buenos Aires le 29 octobre 1971, n’en-
tend pas imposer aux binationaux des deux Etats de quitter cette
condition en optant en faveur de l’une de leurs nationalités. Ses solu-

461. Pour un aperçu de ces traités passés avec douze pays d’Amérique latine,
voir B. Dutoit, « Théorie générale — Sources formelles du droit de la nationa-
lité », Juris-classeur Nationalité, 1984, p. 8, nos 53-56 ; A. Marín López, « La
doble nacionalidad en los Tratados suscritos por España con la Republicas ame-
ricanas », Anuario de derecho internacional (Univ. de Navarra), vol. 6, 1982,
pp. 219-231 ; A. Miaja de la Muela, « Los Convenios de doble nacionalidad
entre España y algunas Republicas americanas », Revista española de derecho
internacional, 1966, pp. 381-410 ; E. Pérez Vera et J.-M. Espinar y Vicente,
« Espagne », Juris-classeur Nationalité, 1993, p. 5, nos 16-24.
462. E. Pérez Vera et J.-M. Espinar y Vicente, « Espagne », p. 5, no 21.
Conflits de nationalités 195

tions s’expliquent évidemment par la forte immigration d’Italiens en


Argentine 463.
Citons aussi, dans le cadre des relations entre la Russie et ses
anciens satellites, un traité bilatéral dont l’objet n’est pas d’éliminer
les conflits de nationalités dans les rapports entre les deux Etats
contractants, mais, tout au contraire, de les accepter et de préciser le
statut des binationaux dans chacun desdits Etats : la Fédération de
Russie et la République du Tadjikistan ont conclu une Convention
sur le règlement de questions de double nationalité, qui fut signée à
Moscou, le 7 septembre 1995 464. Le préambule de ce traité souligne
que les deux Etats entendent régler les questions concernant la
double nationalité « d’une façon équitable et humaine ». Et, de fait,
l’article premier, paragraphe 1, de ce traité, dispose : « Chacun des
Etats parties reconnaît le droit de ses nationaux d’acquérir la natio-
nalité de l’autre Etat partie sans perdre sa nationalité. » Quant à l’ar-
ticle 2, il dispose que :
« Les nationaux de l’un des Etats parties qui, avant l’entrée
en vigueur de ce traité, acquièrent de leur propre initiative la
nationalité de l’autre Etat partie sans perdre leur nationalité
précédente, conservent les deux nationalités. »
Cet exemple est d’autant plus intéressant que, dans le passé, l’URSS
eut plutôt comme politique de conclure des traités bilatéraux destinés
à éliminer ou empêcher tout cumul de sa nationalité 465.
194. Il convient de bien distinguer les conventions bilatérales
précitées et les traités conclus par le Portugal avec divers pays autre-
fois colonisés par lui : le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, São
Tomé-et-Principe, l’Angola et le Mozambique. Il est vrai que, dans
ces cas aussi, un pays s’est montré désireux de conserver certaines
attaches historiques avec d’autres. Comme les réalités sociologiques
et l’état des rapports avec ces autres pays varient, les traités n’ont

463. Sur cette convention, voir notamment E. Morelli, « L’accordo di cittadi-


nanza italo-argentino : una occasione mancata », Riv. dir. int., 1977, pp. 152-160 ;
T. Treves, « Costituzione e accordo italo-argentino sulla cittadinanza », Riv. dir.
int. priv. proc., 1975, pp. 294-300.
464. Le texte en anglais de cette convention nous a aimablement été fourni
par l’Institut de droit comparé de l’Université de Lausanne, que nous remercions
vivement.
465. Voir par exemple la Convention réglementant la nationalité des per-
sonnes ayant la double nationalité, signée entre l’URSS et la République popu-
laire de Corée, à Pyongyang, le 16 décembre 1957 (Nations Unies, Recueil des
traités, 1958, vol. 292, no 4269, pp. 113-119).
196 Michel Verwilghen

pas un contenu identique, mais tous ont un point commun : ils n’ac-
ceptent ni ne réglementent la bipatridie, mais se bornent à assimiler
les ressortissants des deux Etats signataires par la reconnaissance de
l’égalité des droits et devoirs respectifs, sauf les privilèges de nature
constitutionnelle. Même le plus élaboré de ces accords bilatéraux, la
Convention conclue à Brasilia, le 7 septembre 1971, entre le Portu-
gal et le Brésil, ne va pas plus loin : elle n’a pas pour objet de pro-
mouvoir la binationalité des Portugais résidant habituellement au
Brésil ou vice versa 466.
On ne peut confondre un système, créé par traité diplomatique, de
« traitement national » d’étrangers privilégiés et un régime de double
nationalité conventionnelle.

Par. 2. Nationalité inexistante : le conflit négatif

I. Sens de l’expression « conflits négatifs de nationalités »


A. Notion
195. Un auteur français a écrit autrefois :
« Il y a conflit négatif quand un individu est repoussé comme
national par les lois de tous les pays auxquels il prétend se rat-
tacher : cet individu est alors sans nationalité ; il est un apatride,
un heimatlos. » 467
La même idée a été présentée en d’autres termes dans un ouvrage
plus récent, également publié en France : « Lorsque aucun Etat ne
revendique un individu déterminé comme son national, on est en
présence d’un conflit négatif de nationalités. » 468 Le doyen Cornu dit
tout simplement que l’apatride est un « individu sans nationalité » 469.
Aux définitions imagées de certains auteurs — et répétées par
d’autres 470 — qui voient dans l’apatride une res nullius 471, un vaga-
466. Sur ces traités, voir R. M. de Moura Ramos, « Nationalité, plurinationa-
lité et supranationalité en droit portugais », Archiv des Völkerrechts, vol. 34,
1996, pp. 96-119.
467. J. Maury, vo « Nationalité — Théorie générale et Nationalité en France »,
p. 285, no 84.
468. P. Lagarde, « Nationalité », Encyclopédie juridique Dalloz, Répertoire de
droit international, 1re éd., 1998, p. 361, no 24.
469. G. Cornu, vo « Apatride », Vocabulaire juridique, p. 55.
470. P. A. Mutharika, The Regulation of Statelessness under International
and National Law, New York, Dobbs Ferry, Oceana, t. II, 1980, p. 1.
471. G. Schwarzenberger et E. Brown, A Manual of International Law, Mil-
ton, Professional Books Ltd., 6e éd., p. 115.
Conflits de nationalités 197

bond international 472, un vaisseau voguant sans pavillon en haute


mer 473 ou un oiseau volant isolément 474, il est certes plus opportun
d’ajouter celle, juridique et plus précise, formulée à l’article premier,
alinéa 1, de la Convention concernant le statut des apatrides, faite à
New York, le 28 septembre 1954 475 : « Aux fins de la présente conven-
tion, le terme « apatride » désigne une personne qu’aucun Etat ne con-
sidère comme son ressortissant par application de sa législation. »
Cette définition, relevons-le dès à présent, vise tant ceux qui n’ont
jamais possédé de nationalité que ceux qui en ont possédé une, mais
qui l’ont perdue par suite de diverses circonstances de fait ou de droit.

B. Terminologie

196. Pour désigner l’état de la personne physique dépourvue de


toute nationalité, le terme le plus souvent cité est celui d’apatridie
(statelessness, apátridia, Heimatlosigkeit, Staatenlose). Il semble
que le mot français apatride ait été utilisé pour la première fois en
1918 dans une étude due à Me Claro 476. Il reçut une consécration
internationale lors de la conférence diplomatique tenue à La Haye en
1930 : le mot figure, en effet, dans certains des protocoles adoptés.
Quant à celui de heimatlosat, vieilli, il est issu du mot heimatlos
proposé à l’article 56 de la Constitution helvétique de 1848, mais
l’un comme l’autre ne se rencontrent plus guère de nos jours.
Les individus qui subissent cet état anormal sont nommés apa-
trides, sans patrie, ou plus rarement heimatlos (Stateless persons,
apátrida, Statenlose(r)...). Hans Kelsen utilisa encore, durant l’entre-
deux-guerres, les mots heimatlose et apolide, aujourd’hui hors
d’usage. Un autre auteur qualifie joliment les apatrides d’« orphelins
de droit international » 477.

472. D. de Folleville, Traité théorique et pratique de la naturalisation —


Etudes de droit international privé, Paris, Marescq, 1880, no 26, p. xvi.
473. L. F. Oppenheim, International Law, Londres, Longmans Green & Co.,
8e éd. (par H. Lauterpacht), 1955, p. 668 ; la neuvième édition (par R. Jennings
et A. Watts), 1992, ne reprend plus l’image.
474. B. Jowett, Politica — The Works of Aristotle, Oxford Univ. Press, t. IV,
1885 (réimp. éd. 1921), p. 18.
475. Nations Unies, Recueil des traités, vol. 360, 1960, p. 130, no 5158 ; sur
la définition de l’apatridie, voir C. A. Batchelor, « Statelessness and the Problem
of Resolving Nationality Status », Int. Journ. Refug. Law, t. 10, 1998, nos 1-2,
pp. 156 ss.
476. « Les Apatrides », Rev. dr. int. pr., vol. 14, 1918, p. 307.
477. Ch. Perrault, La nationalité, s. l. (Québec), Imprimerie d’Arthabaska,
1939, p. 60.
198 Michel Verwilghen

Faut-il préciser que tout apatride porte nécessairement la qualité


d’étranger ? Dans tous les Etats du monde, il ne peut être considéré
que comme tel.

II. Distinction avec des notions proches

A. Le réfugié

197. Pour des raisons historiques, l’apatride a souvent, et est


encore de nos jours, rapproché du réfugié. Jusqu’à la fin de la
seconde guerre mondiale, d’ailleurs, les mesures internationales de
protection des apatrides et des réfugiés furent étudiées et adoptées
conjointement. Même par après, ce rapprochement a encore prévalu.
On en veut comme preuve la solution apportée par les conventions
internationales établies pour régler le statut des réfugiés ou des apa-
trides, au plan de la détermination de la loi applicable à leur statut
personnel. En effet, tant dans l’article 12, paragraphe 1, de la
Convention sur le statut des réfugiés, conclue à Genève, le 28 juillet
1951, que dans l’article 12, paragraphe 1, de la Convention sur le
statut des apatrides, conclue à New York, le 28 septembre 1954, la
loi applicable à l’état et à la capacité de ces personnes est celle du
pays de leur domicile ou, à défaut de domicile, celle du pays de leur
résidence.
Or, il y a des différences profondes entre la situation de l’apatride
et celle du réfugié. En principe, ce dernier possède une nationalité,
mais pour divers motifs, il n’est plus en mesure de revendiquer effi-
cacement les droits et privilèges qui en découlent. Il s’est vu
contraint de quitter son pays pour trouver asile ou refuge à l’étran-
ger. En général, le réfugié ne possède qu’une nationalité, celle qui,
précisément se trouve gelée en fait et en droit. Certes, théorique-
ment, une personne possédant plusieurs nationalités pourrait aussi
craindre de subir des discriminations graves dans toutes ses patries.
En pratique, cependant, l’hypothèse d’un réfugié plurinational
n’existe guère : si l’intéressé doit quitter l’une de ses patries où il est
en péril, il peut généralement se rendre dans l’autre sans devoir y
réclamer le statut de réfugié.
Il n’arrive qu’exceptionnellement qu’un bipatride sollicite le sta-
tut de réfugié dans un Etat dont, par hypothèse, il n’a pas la nationa-
lité. Mais, tout comme les cas de bipatridie, ces hypothèses ont
néanmoins tendance à se multiplier. En témoigne un arrêt de la Cour
Conflits de nationalités 199

suprême du Canada, du 30 juin 1993, rendu dans une affaire mettant


en cause un Irlandais qui était aussi vraisemblablement Anglais 478.
Si les circonstances qui ont poussé un réfugié à prendre ce statut
disparaissent, il est en mesure de recouvrer de plein droit la pléni-
tude des droits de national et d’assurer toutes les obligations liées à
sa nationalité. Au contraire, l’apatride ne peut pas espérer bénéficier
d’un pareil retour d’office dans la condition juridique d’un national.
198. La protection des personnes en droit international constitue
assurément l’un des domaines dans lesquels se manifeste le mieux la
différence entre le statut de réfugié et celui de l’apatride. Blaser a
très correctement souligné combien « la protection internationale des
apatrides se présente très différemment de celle des réfugiés » 479.
Sans entrer ici dans des détails qui paraîtraient hors sujet, rappe-
lons qu’il n’existe pas encore, à l’heure présente, de règles certaines
de droit international sur la protection diplomatique des apatrides.
Des auteurs ont appelé de leurs vœux la reconnaissance d’une mis-
sion spécifique de l’Organisation des Nations Unies à cet égard et il
s’en est fallu de peu que cette idée ne soit retenue dans l’article 15
de la Déclaration universelle des droits de l’homme 480. Par après, la
Commission du droit international reprit cette idée, mais sans abou-
tir à sa consécration effective 481. D’autres ont plaidé en faveur de la
consécration du droit de l’Etat du domicile de l’apatride à le proté-
ger dans les relations diplomatiques. Tel fut le souhait de l’Institut de
droit international en 1936, souhait répété par d’éminents juristes 482,
mais qui furent bien vite contrés par d’autres 483. L’espoir de voir le
478. Canada (Procureur général) c. Ward, [1993] 2 RCS, p. 689. Sur l’en-
semble, voir J.-Y. Carlier (dir. publ.), Qu’est-ce qu’un réfugié ?, Bruxelles,
Bruylant, 1998.
479. P.-M. Blaser, La nationalité et la protection internationale de l’individu,
p. 131.
480. H. F. van Panhuys, The Rôle of Nationality in International Law — An
Outline, pp. 221-222.
481. Voir G. Langrod, « Le problème de l’apatridie », Rev. polit. et parlem.,
mars 1957, no 221, p. 287.
482. Voir la résolution publiée dans Annuaire IDI, session de Bruxelles,
vol. 39, 1936, t. II, p. 295. Cette résolution disposait, en son article 7 : « L’Etat
sur le territoire duquel un apatride non réfugié a établi son domicile ou, à défaut,
sa résidence habituelle, pourra exercer, dans l’intérêt de celui-ci, la protection
diplomatique… » ; adde : la proposition du juge suisse Merz, dans SDN, Confé-
rence pour la codification du droit international, t. II : Nationalité, doc.
C.73.M.38.1929,V, Questions juridiques, Genève, 1929, p. 40. Voir aussi H.
Wehberg, « Observations », Annuaire IDI, session de Bath, vol. 43, 1950, t. I,
pp. 109-110.
483. H. F. van Panhuys, The Rôle of Nationality in International Law — An
Outline, p. 73 et p. 132.
200 Michel Verwilghen

nouvel Etat d’Israël s’engager dans la voie de la protection diploma-


tique d’apatrides placés sous son allégeance, dans l’affaire relative à
l’Incident aérien du 27 juillet 1955 (Israël c. Bulgarie) soumis à la
Cour internationale de Justice 484, fut déçu : plutôt que de mettre en
œuvre cette protection en faveur tant des apatrides que de ses natio-
naux morts dans l’accident causé par la Bulgarie, Israël préféra fon-
der sa plainte sur la protection de l’avion immatriculé par ses autori-
tés, et non en faveur des passagers ou de l’équipage 485.
La protection diplomatique des réfugiés répond à des principes
bien mieux établis, qu’il n’est pas nécessaire d’aborder ici. Il suffit
de souligner leur existence.
199. Il existe aussi des personnes qui, tout en possédant une
nationalité et en n’étant pas réfugiées, ne peuvent pas concrètement
bénéficier de tous les droits reconnus aux nationaux, notamment de
la protection diplomatique de leur Etat. Autrefois, cette hypothèse
s’est rencontrée plus souvent que de nos jours. L’affaire Nottebohm
en constitue l’exemple le plus illustre : bien que naturalisé lichten-
steinois, l’intéressé fut considéré comme ne pouvant pas revendiquer
la protection diplomatique car sa nouvelle et unique nationalité ne
parut pas assez effective 486.
Pour exceptionnelle qu’elle soit aujourd’hui, cette situation, pas
plus que celle du réfugié, ne saurait en tout cas pas être assimilée à
l’apatridie. Par hypothèse, la personne en cause se rattache à un Etat
par un lien de nationalité. Qu’un des effets traditionnellement ratta-
chés à celle-ci en droit international — la protection diplomatique —
ne puisse se produire ne signifie pas pour autant qu’il y ait eu perte
de ladite nationalité 487.

B. La personne de nationalité indéterminée

200. S’il est vrai que l’apatride est « celui qui est libre ou détaché
du lien de solidarité », comme l’a écrit Zeballos 488, est-il correct de
dire que toute personne ne pouvant fournir la preuve de sa nationa-

484. CIJ, 26 mai 1959, affaire relative à l’Incident aérien du 27 juillet 1955
(Israël c. Bulgarie), CIJ Recueil 1959, pp. 127-204.
485. Ibid., p. 73 et p. 241.
486. CIJ, 6 avril 1955, affaire Nottebohm (Liechtenstein c. Guatemala), CIJ
Recueil 1955, pp. 4 ss. ; sur cet arrêt, voir la doctrine citée supra, note 350.
487. Ch. Perrault, La nationalité, p. 61.
488. E. S. Zeballos, La nationalité…, t. I, 1914, pp. 239-240.
Conflits de nationalités 201

lité répond aussi à cette définition ? Certains l’ont cru et l’ont


affirmé 489.
Pour répondre à cette question, il est bon de faire allusion à la pra-
tique de certains Etats qui créent entre l’apatride et l’étranger en
mesure de prouver sa nationalité une catégorie intermédiaire :
l’étranger de nationalité indéterminée (uncertain nationality). Ainsi,
en Belgique, le ministre de la Justice, répondant à une question par-
lementaire, a affirmé que la pratique administrative belge a créé
entre l’étranger ayant fait la preuve de sa nationalité et l’apatride une
catégorie intermédiaire : l’étranger « de nationalité indéterminée ».
D’après la réponse du ministre, porteraient cette qualité toutes les
personnes dont la nationalité est douteuse 490. Il semble bien que la
même terminologie soit utilisée en Allemagne, voire dans d’autres
pays 491. En son article 6, la loi sur la nationalité chinoise, du 10 sep-
tembre 1980, établit ainsi une distinction entre l’apatride et l’indi-
vidu de nationalité indéterminée 492. On comparera cette expression à
celle figurant dans le Protocole relatif à un cas d’apatridie, signé le
même jour à La Haye 493 à la suite de la Convention concernant cer-
taines questions relatives aux conflits de lois sur la nationalité. Ce
protocole envisage le cas d’un père « sans nationalité ou de nationa-
lité inconnue ».
La pratique présentée ci-dessus est critiquable et si elle devait pré-
valoir devant les tribunaux, ceux-ci se rendraient coupables de déni
de justice en s’abstenant de trancher une question de droit au pré-

489. En ce sens, J. C. Bluntschli, Le droit international codifié, Paris,


Guillaumin, 1895, 5e éd., sub. art. 369 ; Ch. Perrault, La nationalité, p. 60.
490. Voir cette réponse dans Bull. questions et réponses Sénat de Belgique,
sess. 1974-1975, no 47, du 26 août 1975, p. 1829. A la suite de cette réponse, le
sénateur C. De Clercq déposa une proposition de lois assimilant, au regard de la
législation sociale, les « personnes de nationalité indéterminée » aux « apatrides »
(Doc. parl., Sénat, sess. extr. 1977, no 85). Cette proposition présentait l’incon-
vénient de faire entériner par le législateur la notion de nationalité indéterminée,
mais elle devint caduque par suite d’une dissolution des Chambres législatives.
Le projet de loi belge portant Code de droit international privé ne consacre pas
la notion de nationalité indéterminée, mais son article 3, paragraphe 4, dispose :
« Toute référence faite par la présente loi à la nationalité d’une personne
physique dont il est impossible d’établir la nationalité est remplacée par une
référence à la résidence habituelle. »
491. L. N. Salwin, « Uncertain Nationality Status of German Refugees », Min-
nesota Law Rev., vol. 30, 1946, pp. 107 ss.
492. Voir une traduction française de cette loi dans M. Verwilghen, « Répu-
blique populaire de Chine — Loi sur la nationalité », Rev. dr. int. dr. comp.,
vol. 58, 1981, pp. 312-322.
493. SDN, Recueil des traités, vol. 179, 1937-1938, no 4138, pp. 115-124.
202 Michel Verwilghen

texte que celle-ci est douteuse. « La notion de statut indéterminé


paraît incompatible avec la logique conceptuelle de notre système
juridique », écrit Rigaux 494, qui ajoute : « On pourrait aussi bien déci-
der qu’il est douteux qu’un homme ou une femme soient mariés,
qu’un individu soit créancier d’un autre… »
201. La solution de droit positif à cette question assez formelle ne
devrait-elle pas être cherchée dans l’organisation des preuves ? Serait
tenue pour étrangère toute personne ne répondant pas aux conditions
d’attribution de la nationalité du for. Ou bien cet étranger possède
une ou plusieurs nationalités étrangères, ou bien il est apatride.
Comme l’écrit encore Rigaux :
« Le doute éprouvé au cours du raisonnement qui soutient la
détermination de la nationalité doit aboutir à une conclusion :
s’il est sérieux, parce qu’une preuve suffisante de la réunion
des conditions prévues par la loi compétente n’est pas rappor-
tée, il faut décider que l’intéressé n’a pas cette nationalité, et si
l’on ne peut lui en attribuer aucune autre, on doit le tenir pour
apatride. » 495
Si l’on devait suivre ce raisonnement — et nous considérons qu’il
s’impose au moins dans les ordres juridiques qui se sont inspirés du
système de preuve du Code Napoléon — la catégorie intermédiaire
de personnes de nationalité indéterminée disparaîtrait d’elle-même.
Cette solution se retrouve dans plusieurs lois récentes sur la natio-
nalité adoptées par d’anciennes républiques socialistes soviétiques
devenues indépendantes après la disparition de l’URSS. En Bélarus
(Biélorussie), en Moldova (Moldavie), au Turkménistan et en
Ukraine, la loi décide de façon claire et nette que, sur le territoire de
la république, tout individu qui n’est pas citoyen de celle-ci et qui
n’a pas la preuve qu’il possède la citoyenneté d’un autre Etat sera
considéré comme apatride (le mot « citoyenneté » visant ici la na-
tionalité de droit) 496. La même solution avait déjà été retenue à l’ar-
ticle 3 de la loi sur la nationalité autrichienne, de 1981 : sous la seule
réserve des enfants trouvés en Autriche, régis par une règle spéciale,
494. F. Rigaux, Droit international privé, t. II, 1979, p. 28, no 567.
495. Ibid.
496. Voir l’article 6, alinéa 2, de la loi sur la citoyenneté de la République de
Bélarus, du 18 octobre 1991 ; l’article 7, alinéa 2, de la loi sur la citoyenneté de
la République de Moldova, du 5 juin 1991 ; l’article 6 de la loi sur la citoyenneté
de la République du Turkménistan, du 30 septembre 1992 ; l’article 11 de la loi
sur la citoyenneté de la République d’Ukraine, du 8 octobre 1991.
Conflits de nationalités 203

« une personne dont la nationalité ne peut être déterminée est à


considérer comme apatride ».
202. Autorités et juridictions d’un Etat peuvent être confrontées à
des conflits négatifs de nationalités comme à des cumuls. S’il paraît
rare de les voir appelées à se prononcer à titre principal sur l’apatri-
die d’un individu, les cas dans lesquels elles statuent sur une ques-
tion incidente sont plus courants.
Il n’est évidemment pas demandé au juge ou à l’autorité saisie de
contrôler toutes les lois en vigueur dans le monde pour s’assurer si
l’individu ne remplit effectivement pas les conditions fixées par elles
pour bénéficier d’au moins une nationalité. Ce sont les faits de la
cause qui viennent circonscrire le problème, conduisant le juge ou
l’autorité à ne prendre connaissance de la teneur que de quelques
législations, point trop nombreuses : celle du lieu de naissance de
l’individu ou de ses parents, celle de l’Etat de sa résidence habi-
tuelle, celle dont ses auteurs ont la nationalité… 497

Par. 3. Nationalités superposées : le conflit fictif

I. Sens de l’expression « conflits fictifs de nationalités »


A. Notion
203. L’expression « conflit fictif de nationalités » n’est pas consa-
crée par la doctrine ni par l’usage. Nous proposons cette locution
néologique pour désigner un ensemble de situations dans lesquelles
il y a multiplicité de liens entre une personne et des entités poli-
tiques, sans que ces liens présentent les caractéristiques propres aux
vrais cumuls de nationalités, tels que présentés plus haut.
Il a existé autrefois et il existe encore de nos jours de nombreuses
situations dans lesquelles semblent coexister plusieurs nationalités.
Ainsi, un individu, national d’un Etat, se rattache en outre à une
catégorie de personnes en fonction de son appartenance à une reli-
gion, une ethnie, une communauté culturelle ou linguistique. Egale-
ment, il peut faire partie d’une entité politique interne de l’Etat, par
sa résidence localisée sur le territoire de cette subdivision autonome.

497. La jurisprudence belge a affirmé qu’« en vertu de sa compétence dans


les matières relatives à la nationalité, qui est un attribut de l’état des personnes,
le tribunal de première instance est compétent pour reconnaître le statut d’apa-
tride » (Civ. Bruxelles (9e ch.), 8 décembre 1980 et Civ. Bruxelles (9e ch.),
8 décembre 1981, Rev. dr. étrangers (Bruxelles), 1982, nos 16-17, pp. 8-12).
204 Michel Verwilghen

Cette personne peut en conséquence se voir attribuer de ce fait plu-


sieurs statuts juridiques spécifiques et jouir de citoyennetés « en deçà
de l’Etat » 498.
De même, une personne possédant la nationalité d’un Etat déter-
miné peut se rattacher à un ensemble supranational auquel celui-ci
fait partie et bénéficier d’une citoyenneté complémentaire à sa natio-
nalité étatique, celle que Francis Delpérée appelle « la citoyenneté
au-delà de l’Etat » 499.
204. Pourquoi qualifier ces cas de conflits fictifs ?
Est fictif ce qui n’existe qu’en apparence. Or, les situations pré-
sentées ci-dessus prennent l’apparence d’un conflit positif puis-
qu’une même personne semble posséder simultanément deux « natio-
nalités ». Mais, en vérité, il n’y a ni nationalités multiples, ni
conflits. D’une part, en effet, ce n’est pas parce que cette personne
se rattache à deux ordres juridico-politiques différents que ces liens
méritent tous la qualification de nationalité au sens strict : seul un de
ces ordres forme, par hypothèse, un Etat souverain au sens du droit
international. Et quand bien même accepterait-on, par convenance de
langage ou facilité, d’appeler ces liens et les statuts qui en découlent
du nom de « nationalités », celles-ci ne se trouveraient point en
opposition conflictuelle — en « collision » pour reprendre la racine
allemande du terme français « conflit » — mais en complémentarité,
car elles se situent sur des plans différents. Il n’y a pas conflit mais
coexistence pacifique.

1. Sous-nationalités
205. Sans reprendre ici en détail la description savante des divers
systèmes juridiques complexes — ils ont fait récemment l’objet d’un
enseignement exhaustif à l’Académie 500 —, rappelons la principale
distinction doctrinale en y intégrant ses effets sur la nationalité ou
plutôt ceux constitutifs d’une sous-nationalité.
Une première forme de sous-nationalité apparaît dans les systèmes
juridiques interterritoriaux. Les dispositions constitutionnelles régis-
sant certains ordres juridiques reconnaissent l’existence de subdivi-

498. Cette expression est avancée par F. Delpérée, qui l’utilise dans un
contexte exclusivement belge (« La citoyenneté multiple », Annales de droit de
Louvain, vol. 56, 1996, p. 263).
499. F. Delpérée, op. cit., p. 266.
500. A. Borrás, « Les ordres plurilégislatifs dans le droit international privé
actuel », Recueil des cours, tome 249 (1994), pp. 145-368.
Conflits de nationalités 205

sions territoriales autonomes, structures de droit public interne jouis-


sant d’un pouvoir législatif en certaines matières. Ces entités reçoi-
vent des appellations diverses : Etats (fédérés) aux Etats-Unis
d’Amérique, provinces au Canada, républiques dans l’ex-URSS,
cantons en Suisse… Lorsque ces ordres juridiques sont autorisés à
conférer leur propre citoyenneté aux personnes relevant de leur juri-
diction territoriale, cette « sous-nationalité » vient s’ajouter à la natio-
nalité que l’Etat organise en sa qualité de sujet de droit des gens,
seule nationalité à pouvoir être reconnue au plan international. Cette
situation prévaut fréquemment dans les Etats fédéraux et dans les
confédérations d’Etats. Si le nom à réserver au rattachement des indi-
vidus à l’Etat fédéral ou confédéral est bien celui de nationalité, com-
ment désigner le lien qui unit chaque personne à son ordre juridique
interne ? Nous reviendrons sur cette question terminologique 501.
Il arrive aussi que, sur le territoire d’un Etat, vivent des groupes
sociaux formant des communautés distinctes. Parmi les critères de dis-
tinction le plus souvent retenus, il y a l’origine de la population, l’ap-
partenance raciale, ethnique ou tribale 502, l’adhésion à une croyance
religieuse ou à une idéologie, l’insertion à un groupement politique,
l’appartenance à une communauté linguistique ou culturelle, la sou-
mission à un droit coutumier… Dans ces systèmes juridiques inter-
personnels, le lien entre une personne et l’une de ces catégories
régies par des dispositions légales propres est perçu aussi comme une
nationalité interne ou « sous-nationalité », distincte de la nationalité
conférée par l’Etat. Il y donc apparemment double allégeance.
Dans de pareils ordonnancements juridiques, toute personne peut
donc posséder deux statuts réglés différemment. Bien plus, si un Etat
présente à la fois une structure interterritoriale et interpersonnelle —
phénomène rare dans la société internationale actuelle — les ressor-
tissants de ce pays jouissent d’un triple statut : celui que leur confère
leur nationalité stricto sensu, leur statut territorial interne et leur sta-
tut personnel spécifique 503.
501. Voir infra, nos 208-209.
502. Sans que l’on puisse, en aucune façon, admettre la domination ou la
prééminence d’une race, ethnie ou tribu sur les autres. Cela va sans dire,
mais mieux encore en le disant...
503. Voir le cas de la Belgique après la réforme constitutionnelle du
17 février 1994 : une même personne jouit simultanément de la nationalité belge
(Const., art. 8 et 9), d’un rattachement à une région territoriale (Const., art. 3 et
5) et d’un lien avec sa communauté linguistique (Const., art. 2). Le droit consti-
tutionnel belge ne consacre toutefois pas la notion de « sous-nationalités » terri-
toriales ou communautaires.
206 Michel Verwilghen

2. Supranationalités

206. L’autre hypothèse de pluralité de statuts résultant de l’exis-


tence d’un double lien politico-juridique unissant un individu à une
entité politique complexe est celle rencontrée au sein des systèmes
supraétatiques 504. Elle suppose que cette personne soit ressortissante
d’un pays membre d’une union ou d’une communauté d’Etats suffi-
samment organisée pour pouvoir instituer sa propre citoyenneté. Le
XXe siècle en a connu au moins trois illustrations : le Common-
wealth britannique, l’Union française (devenue par après Commu-
nauté française) et, plus récemment, l’Union européenne. C’est dans
de pareils contextes que s’est développée la notion de supranationalité.
A dire vrai, son émergence ne suscita pas que des marques de
satisfaction. En 1960, le président de Gaulle disait à l’un de ses
jeunes collaborateurs, à propos des Communautés économiques
européennes : « Supranationalité », c’est absurde ! Rien n’est au-des-
sus des nations, sinon ce que leurs Etats décident ensemble ! » 505
Pour lui, les prétentions d’une organisation internationale à un statut
de supranationalité étaient tout simplement inacceptables et l’idée
même d’une citoyenneté européenne ne l’effleurait pas.
207. Les trois illustrations de systèmes supranationaux cités plus
haut résultèrent précisément chaque fois d’un accord interétatique.
Dans les deux premiers, une puissance coloniale placée devant l’iné-
luctable réalité de la décolonisation songea à susciter une entente
entre elle et ses anciennes possessions, devenues autonomes ou indé-
pendantes, en vue de conserver des liens préférentiels et, pour tout
dire, hégémoniques avec ces Etats in statu nascendi ou nouveaux.
Dans le troisième exemple, celui de la citoyenneté européenne, c’est
la volonté des Etats membres qui explique l’émergence de cette
supranationalité encore peu consistante, mais néanmoins vivante et
assurément plus élaborée que dans les cas précédents, parce que fon-
dée sur l’accord de partenaires égaux en droit.
Cette dualité de statut peut se combiner avec celle qui prévaut
504. L’expression, on le sait, a été discutée en doctrine. Dans son cours à
l’Académie, Morelli parlait de « soi-disant communautés internationales » à pro-
pos de la CECA (Recueil des cours, tome 89 (1956), p. 577, no 126). Que dirait-
il aujourd’hui de l’Union européenne ?
Sur la notion elle-même, voir F. Rosenstiel, Le principe de supranationalité,
Paris, Pedone, 1962. Cet auteur se montre pour le moins sceptique à cet égard :
« Si la supranationalité existait, il ne se trouverait personne pour la mettre en
doute ; l’existence se constate, elle ne s’invente point... » (p. 129).
505. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. I, p. 67.
Conflits de nationalités 207

dans les ordres juridiques complexes interterritoriaux. Ainsi, l’Aus-


tralie, Etat fédéré, fait partie du Commonwealth ; les ressortissants
de ce pays jouissent donc à la fois de leur nationalité australienne,
reconnue en droit international, d’une « sous-nationalité » en raison
de leur rattachement à une entité fédérée (Queensland, Victoria, Tas-
manie, Nouvelle-Galles du Sud, etc.), et d’une supranationalité par
leur appartenance à l’ordre juridique supraétatique qu’est le Com-
monwealth britannique 506.
B. Terminologie
208. Ce qui caractérise les situations présentées ci-dessus et les
différencie par rapport à des conflits positifs de nationalités au sens
strict, c’est évidemment le phénomène de superposition de liens et de
statuts, les uns attribués par l’Etat (la nationalité), les autres conférés
soit par une subdivision interne à celui-ci (les sous-nationalités), soit
par un ensemble interétatique (les supranationalités). Pour distinguer
ces divers liens et les statuts qui en découlent, les législateurs et la
doctrine ont usé d’un vocabulaire peu cohérent, ambigu et varié.
Lorsque les auteurs d’autrefois se référaient à ces situations de
double allégeance superposée, ils avaient tendance à employer l’ex-
pression de « double nationalité » déjà consacrée par l’usage, mais
visant, on l’a vu, une autre hypothèse 507. C’était tomber dans la
confusion. Quant aux législateurs, ils se montrèrent à la fois plus
précis, mais aussi plus confus, en usant d’une terminologie appro-
priée mais non unanime, chacun se prononçant pour lui-même. Ils
reprirent souvent l’ancienne distinction entre nationalité et citoyen-
neté, mais sans surmonter l’obstacle terminologique dès lors que ces
deux mots servirent pour désigner tantôt le lien de droit internatio-
nal, tantôt au contraire pour qualifier le lien avec un ordre juridique
interne ou supranational. Certains auteurs ont cru clarifier en quali-
fiant ces dernières de nationalité au sens large et en réservant les
termes nationalité au sens strict pour le premier lien, purement éta-
tique, mais cela n’a pas contribué à établir clairement la démarcation
entre nationalités fédérale, fédérée, supérieure, juridique, ethnique…
En définitive, les termes qui paraissent les moins ambigus sont
aussi les plus simples : réservons donc le mot nationalité pour viser

506. Australian Citizenship Act 1948, outre les six Etats autonomes, il y a le
Territoire de la capitale fédérale — Canberra — et le Territoire du Nord.
507. Voir par exemple H. Fromageot, De la double nationalité des individus
et des sociétés, p. 14.
208 Michel Verwilghen

le lien d’une personne à un Etat souverain et utilisons, faute de


mieux, les expressions sous-nationalités pour indiquer l’allégeance à
une structure interne de cet Etat et supranationalité pour désigner le
lien avec une organisation interétatique.
209. Fort heureusement, beaucoup de juristes évitent d’étendre l’ex-
pression « conflits positifs de nationalités » aux hypothèses décrites
ci-avant. Ils montrent ainsi qu’ils ne sont pas dupes des apparences
et qu’ils admettent la distinction nécessaire. Et, il est vrai, ces « natio-
nalités » ou « citoyennetés » (peu importe l’appellation) se situent
non en concurrence, mais dans un rapport de complémentarité. Les
droits et obligations qui découlent de chacune d’elles n’ont rien de
contradictoire puisqu’ils se meuvent sur des plans différents. Et quand
bien même apparaîtraient d’éventuelles contradictions ou oppositions
de statuts rédigés de façon malhabile, le conflit serait aussitôt résolu
par référence au principe de la hiérarchie des normes.
Dans les autres sections de ce cours, les développements porteront
exclusivement sur les conflits classiques de nationalités, qui relèvent
pleinement du droit international privé. Le phénomène de suprana-
tionalité ne pourra cependant pas être tout à fait négligé car la
citoyenneté européenne mérite une attention particulière. Son émer-
gence progressive a eu comme effet d’atténuer, dans l’Union euro-
péenne, l’impact des nationalités des Etats membres 508. En outre,
elle eut aussi une influence non négligeable sur l’évolution des men-
talités jadis hostiles à la bipatridie classique. L’étude des sous-natio-
nalités sera, en revanche, sacrifiée. Mais avant de quitter les conflits
fictifs, il est bon d’en présenter quelques illustrations pour bien faire
comprendre combien ils diffèrent de ceux qui seront abordés ensuite.

II. Pluralité de statuts dans les ordres juridiques internes

A. Aperçu historique
1. Dualité coloniale
210. L’existence de populations hétérogènes coexistant au sein d’un
même Etat s’est particulièrement révélée à l’époque coloniale 509.

508. En ce sens, R. M. de Moura Ramos, « Nationalité, plurinationalité et


supranationalité en droit portugais », Archiv des Völkerrechts, vol. 34, 1996,
nos 23 ss., pp. 111-118.
509. Voir notamment à ce sujet J.-P. Brasseur, « La nationalité belge de statut
colonial », Revue juridique du Congo belge, 1941, pp. 81 ss. ; C. Bruschi, « La
Conflits de nationalités 209

On distinguait alors deux catégories principales de personnes,


selon leurs racines familiales : les premières étaient d’origine métropoli-
taine, les secondes se rattachaient à la colonie. La condition juridique de
ces groupes de population ne coïncidait pas. Certes, ils comprenaient
tous deux des individus soumis à la même puissance étatique, ce
qui justifiait que toutes ces personnes jouissaient de la même natio-
nalité. Ce mot visait donc bien, dans ce contexte, l’ensemble de la
population constitutive de l’ordre étatique, du point de vue du droit
international. Mais, pour distinguer ces deux catégories de nationaux,
il fallut raffiner la terminologie. En se fondant sur le degré plus ou
moins élevé de participation à la vie politique et civique, on établit
généralement une différence entre le citoyen et le sujet. Autant le dire
nettement : ces deux notions s’appuyaient très souvent sur une distinc-
tion de race : aux Blancs le titre et le statut de citoyen, aux Noirs ou
aux Jaunes ceux de simples sujets. Avec le temps, l’on admit l’assi-
milation de quelques rares colonisés au statut de citoyens, en leur
conférant les mêmes droits qu’aux citoyens établis dans la colonie.
211. La citoyenneté désignait la qualité des membres de l’Etat
qui, du moins en principe, jouissaient de la plénitude des droits civils
et politiques et qui, en contrepartie, étaient soumis aux obligations
de nature similaire, tel que le service militaire.
Ces nationaux à part entière étaient donc nommés citoyens et c’est
par leur intermédiaire que s’exerçaient les activités publiques et poli-
tiques de l’Etat. Les législations elles-mêmes établirent la qualité de
citoyen 510. Il advint toutefois qu’elles admirent des différences de
statut entre les citoyens eux-mêmes. Certains de ceux-ci, à savoir les
citoyens qui quittaient le territoire métropolitain pour s’établir dans
l’une des colonies, ne purent plus exercer tous leurs droits poli-
tiques, comme celui d’électeur ou d’éligible.

nationalité dans le droit colonial », Procès, cahiers d’analyses politiques et juri-


diques, vol. 18, 1987-1988, pp. 29 ss.
510. Voir par exemple la loi française du 7 mai 1946, disposant que : « Tous
les ressortissants des territoires d’outre-mer (Algérie comprise) ont la qualité de
citoyen » ; l’article 170 du Code civil belge, tel que modifié par la loi du
12 juillet 1931, qui se réfère aux seuls « citoyens » belges, c’est-à-dire aux
Belges d’origine métropolitaine, et non aux Belges indigènes de la colonie du
Congo belge. Voir aussi le cas de l’Italie, où l’on opposa, à l’époque coloniale,
les cittadini et les sudditi : comp. à ce propos les titres des deux ouvrages sui-
vants de R. Quadri, La cittadinanza della donna maritata, Pérouse, Venise, La
Nuova Italiana, 1929, et La sudditanza nel diritto internazionale, Padoue,
Cedam, 1936. Sur l’ensemble du problème, voir A. Makarov, Allgemeine Lehren
des Staatsangehörigkeitsrecht, Stuttgart, Kohlhammer, 1947, pp. 43 ss.
210 Michel Verwilghen

212. La qualité de sujet fut reconnue aux membres de l’Etat qui


ne possédaient pas les droits et privilèges du citoyen ni les obliga-
tions corrélatives. Ces nationaux de seconde zone — les indigènes
des colonies — ne pouvaient généralement exercer aucun droit poli-
tique 511. La sujétion coloniale prit cependant, dans certains cas, des
aspects multiformes. Dans plusieurs colonies, le pouvoir décida pro-
gressivement d’établir des statuts différents selon l’évolution cultu-
relle, sociale ou économique des sujets. Ainsi, les indigènes dits
« évolués » jouirent de droits et furent soumis à des obligations non
reconnues ou imposées aux autres sujets : pour distinguer les pre-
miers des seconds, on imagina divers systèmes, tels que l’immatri-
culation.

2. Dualité raciale

213. Si la distinction entre le citoyen et le sujet prévalut surtout


dans les Etats coloniaux, cette illustration typique du phénomène ne
doit pas faire oublier que le dualisme des « nationalités » s’est ren-
contré dans d’autres contextes. A la nationalité étatique vinrent
s’ajouter des nationalités internes (sous-nationalités) pour distinguer
certaines communautés humaines présentant des caractères histo-
riques, culturels ou religieux propres. On a relevé cette tendance
dans des Etats confessionnels, qui considérèrent comme citoyens les
seuls habitants professant la religion nationale, les autres personnes
étant reléguées au rang de simples sujets 512.
Les exemples les plus connus de ces statuts inégalitaires se déve-
loppèrent surtout en fonction de critères raciaux. Tel fut le cas dans
le Reich allemand 513, lorsque les lois raciales nazies établirent une
démarcation entre les citoyens, apanage des nationaux d’origine
aryenne et ceux qualifiés de juifs sur la base de critères raciaux ou
religieux fort peu scientifiques (avec, notamment, des distinctions

511. Cette situation prévalut, par exemple, dans les colonies françaises. Elle
ne fut supprimée qu’après la seconde guerre mondiale, la Constitution de 1946
disposant, en son article 80, que « [t]ous les ressortissants des territoires d’outre-
mer ont la qualité de citoyen français » : voir P.-F. Gonidec, Droit d’outre-mer,
Paris, Montchrestien, 1959, t. I, no 86 et no 235. Mais le statut des citoyens de la
Métropole et des citoyens d’outre-mer continua de diverger, jusqu’en 1956 (et
pour l’Algérie jusqu’en 1958).
512. Voir la situation prévalant dans plusieurs pays musulmans, où le milli
(citoyen) bénéficiait des droits refusés au dhimmi (sujet) : cf. E. Tyan, Précis de
droit international privé, p. 498, no 420. Voir à ce propos infra, nos 224-227.
513. Voir supra, no 68 et no 144.
Conflits de nationalités 211

alambiquées entre métis de premier et de deuxième degré 514). En


Afrique du Sud aussi, le législateur décida dès 1950 d’établir des
statuts internes différents pour les personnes dites de race blanche ou
de race noire ou considérées comme « colorées ». En effet, à la veille
de parvenir au pouvoir en 1948, le parti nationaliste, expression poli-
tique de la majorité des Afrikaners, annonça clairement sa volonté de
pratiquer une politique d’apartheid :
« Nous nous proposons de séparer les groupes et sous-
groupes ethniques les plus importants en les installant chacun
dans son propre territoire ... Nous souscrivons au principe
général de la ségrégation territoriale entre les Bantous et les
Blancs ... Dans les zones urbaines, les Bantous doivent être
considérés comme des migrants qui ne peuvent jouir de droits
économiques et sociaux égaux à ceux des Blancs... » 515
Deux ans plus tard, le Population Registration Act 1950, plusieurs
fois amendé par la suite dans le sens de la rigueur, organisa le clas-
sement de la population en trois groupes principaux : Blancs, Métis
(incluant les Asiatiques) et Africains. Une multitude de dispositions
législatives entrèrent ensuite en vigueur pour régir cette pluralité de
statuts internes dans l’optique d’une séparation factice et inégalitaire
de plus en plus poussée, jusqu’au jour où, sous la pression conjuguée
de la communauté internationale et de réalités internes socio-écono-
miques, le gouvernement blanc fut contraint de passer la main à la
majorité noire, qui supprima l’apartheid.

3. Dualité territoriale

214. La coexistence d’une nationalité étatique supérieure aux


diverses nationalités territoriales internes s’est retrouvée au XXe siècle
dans certains grands pays pluriethniques.
Un bon exemple d’Etat à population non homogène, formée
d’ethnies disséminées sur le territoire de plusieurs subdivisions terri-

514. Voir à ce sujet les définitions du terme « national » (Staatsangehöriger)


et du terme « citoyen » (Reichbürger) dans les paragraphes 1 et 2 de la loi alle-
mande du 15 septembre 1935, cités par A. Ruby, L’évolution de la nationalité
allemande d’après les textes. 1842-1953, Baden-Baden, Wervereis, 1954,
pp. 97-98. On reste étonné, plus d’un demi-siècle plus tard, devant la bêtise des
textes imaginés avec la collaboration de soi-disant juristes. Voir à ce propos
F. Rigaux, La loi des juges, Paris, Odile Jacob, 1997, pp. 101 ss.
515. Cité dans L’apartheid, Paris, Unesco, 1972, 2e éd., p. 16.
212 Michel Verwilghen

toriales ou concentrées dans l’une d’elles, fut l’Union des Répu-


bliques socialistes soviétiques, Etat multinational. Il y avait une dif-
férence très nette entre sa situation et les cas présentés ci-dessus :
l’appartenance à une « nationalité interne » (c’est-à-dire à l’un des
peuples ou groupes ethniques qui y habitaient) ne faisait pas du
citoyen un individu jouissant de droits limités. En principe, tous les
nationaux étaient égaux en droits et devoirs, mais il était possible de
les distinguer selon leur rattachement à une ethnie. En URSS, les
nationalités internes s’établirent à partir de critères d’appartenance
ethnique, mais les subdivisions territoriales jouèrent néanmoins un
certain rôle, sans doute en raison du fait que beaucoup d’ethnies se
localisaient dans un territoire déterminé.
215. C’est par le mot « citoyenneté » qu’en URSS l’on visait à la
fois l’appartenance de l’individu à la fédération et à une république
fédérée. Il était de principe que tout citoyen d’une république sovié-
tique se trouvait de droit citoyen de l’URSS 516. L’usage d’un terme
identique pour désigner la nationalité au sens large et celle au sens
strict s’expliquait par des raisons d’opportunité politique. En effet,
l’on désirait à la fois marquer l’existence d’une citoyenneté uni-
forme, contrôlée par l’Etat central, et affirmer l’existence de citoyen-
netés des républiques constitutives de l’Union, afin de faire paraître
officiellement leur autonomie politique et juridique 517, de même que
l’existence de droits et devoirs spécifiques aux citoyens établis dans
ces entités.
Quant au terme « nationalité », il désignait uniquement la qualité
de membre d’une entité ethnique interne : plus de cent nationalités
vivaient ainsi en URSS, empire éclaté, selon l’expression connue
d’Hélène Carrère d’Encausse 518.

B. Exemples actuels

1. Dualité fédérale
216. Les Etats-Unis d’Amérique constituent assurément une
excellente illustration actuelle de dualité fédérale. Fromageot l’a
bien observé. Il voit dans les premiers mots de la Constitution amé-

516. Voir l’article 33, alinéa 1, de la Constitution soviétique du 7 octobre 1977.


517. G. Ginsburgs, « Substantive Aspects of the 1978 Law on Soviet Citizen-
ship — First Impressions », Rev. of Socialist Law, vol. 5, 1979, no 4, pp. 381-382.
518. H. Carrère d’Encausse, L’empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978.
Conflits de nationalités 213

ricaine du 17 septembre 1787 un indice de la coexistence entre l’al-


légeance due à chaque Etat et celle due à l’Union : « Nous, le peuple
des Etats-Unis... » 519 Effectivement, aux Etats-Unis, les nationaux
jouissent de la qualité de citoyens américains et possèdent aussi une
autre qualité : celle de citoyens d’un des Etats fédérés — Californie,
Nevada, Floride, Texas… —, à savoir celui dans lequel chacun a sa
résidence. On lit dans une encyclopédie de droit américain cette
phrase démonstrative, qui s’appuie sur plusieurs décisions judi-
ciaires, en particulier sur la jurisprudence de la Cour suprême :
« There is a clear distinction between national citizenship and state
citizenship. » 520
A la suite de la guerre de Sécession fut adopté le quatorzième
amendement à la Constitution américaine, qui entra en vigueur en
1868. Aux termes de la section 1, première phrase, de cet amende-
ment : « All persons born or naturalized in the United States, and
subject to the jurisdiction thereof, are citizens of the United States
wherein they reside. » Selon la Cour suprême, cette disposition
constitue le fondement du droit de la nationalité américaine 521, qui
s’ajoute à la seule règle constitutionnelle originaire, selon laquelle le
Congrès possède le pouvoir exclusif de légiférer en matière de natu-
ralisation 522. Depuis l’adoption de cet amendement, il est acquis que
la citoyenneté des Etats-Unis prédomine celle des Etats fédérés :
« Citizenship of the United States is permanent and dominant, and
not subordinate and derivative from state citizenship. » 523 En consé-

519. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés,


p. 42.
520. W. Mack et D. Kiser, Corpus Juris Secundum, Brooklyn, American Law
Book, vol. 65, 1966, p. 1131, par. 2. Voir aussi, comme obiter dictum, dans Jor-
dan v. Tashiro, 278 US 123 (1928). Adde : E. S. Zeballos, La nationalité…, t. I,
1914, p. 629.
521. US v. Wong Kim Ark, 169 US 649 (1898). Au siècle passé, un auteur a
affirmé, à tort, semble-t-il, que la naissance aux Etats-Unis ne suffisait pas pour
conférer la nationalité américaine ; il fallait en plus que les parents soient soumis
à la juridiction des Etats-Unis (P. Morse, « De l’acquisition de la nationalité aux
Etats-Unis », Clunet, vol. 13, 1887, pp. 32-35). Cet avis isolé est aujourd’hui
dépassé : L’Immigration and Nationality Act 1952 (8 USC, par. 1101 ss.) fixe les
règles permettant de déterminer qui est citoyen des Etats-Unis. Sur le quator-
zième amendement, voir E. S. Zeballos, La nationalité…, t. I, 1914, pp. 701-
705.
522. Voir à ce sujet Chirac v. Chirac, 15 US 259 (I817).
523. W. Mack et D. Kiser, Corpus Juris Secundum, vol. 65, 1966, p. 1131,
par. 2. Une édition plus récente du même ouvrage ne retient plus cette formule,
mais souligne : « the right of citizenship is a national right or condition and does
not pertain to the individual states separately considered » (vo « Citizens », t. 14,
1991, par. 5, p. 432).
214 Michel Verwilghen

quence, le citoyen américain « doit sa première et plus haute allé-


geance à l’Union, et non à l’Etat particulier dont il est membre » 524.
217. Le Canada peut-il également être cité comme exemple
d’Etat fédéral dont les nationaux jouissent d’une double qualité :
celle de Canadiens et celle de « national » d’une des provinces ou
territoires ? La réponse doit être nuancée.
Il ne peut être mis en doute que le Canada, comme Etat souverain,
confère à tous ceux qui répondent aux conditions légales le statut de
citoyen canadien. Telle est la situation qui prévaut au moment où ces
lignes sont écrites, c’est-à-dire sous l’empire de la loi fédérale de
1977 régissant cette matière. Le projet de loi concernant la citoyen-
neté canadienne actuellement examiné par le Parlement 525 fournit
une série de définitions en tête de la loi, parmi lesquelles celle du
mot « citoyen » : ce dernier est tout simplement le « citoyen cana-
dien ». On est loin du temps (cependant pas si éloigné : 1930) où un
rapport confidentiel soumis au secrétaire d’Etat à la Justice du
Canada, relatif à certains problèmes du droit de la nationalité 526,
suggérait de rejeter l’expression « Canadian citizen » pour lui préfé-
rer celle, jugée meilleure, de « Canadian National and subject of His
Majesty, George V, by the Grace of God of Great Britain, Ireland
and the British Dominions beyond the Seas King, Defender of the
Faith, Emperor of India »...
En revanche, il n’existe pas, à proprement parler, de citoyenneté
provinciale 527 mais, de par sa domiciliation sur le territoire d’une
entité fédérée, chaque citoyen canadien (tout comme les étrangers,
d’ailleurs) voit son statut personnel de droit privé régi par le droit
provincial du lieu de ce domicile. Cette solution inspirée de la com-
mon law 528 a été reprise même au Québec 529. Certes, l’on sait que le
524. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés,
p. 42, et les nombreuses références doctrinales et jurisprudentielles américaines
citées par cet auteur.
525. Projet de loi C-63, Chambre de communes du Canada, première session,
3e législ., 46-47 Elizabeth II, 1997-1998.
526. W. P. M. Kennedy, Report Submitted to the Honourable the Secretary of
State for Canada on Some Problems in the Law of Nationality, Ottawa, F. A.
Acland, 1930, p. 9.
527. En ce sens, S. Slosar, « La citoyenneté canadienne et ses effets juri-
diques », Rev. dr. Univ. Sherbrooke, vol. 10, 1979, p. 161, no 5.
528. J. G. Castel, Canadian Conflict of Laws, Toronto, Butterworths, 2e éd.,
1986, pp. 71 ss., nos 22 ss.
529. E. Groffier, Précis de droit international privé québécois, Montréal, éd.
Blais, 1980, pp. 61 ss., nos 100 ss. ; voir aussi le nouveau Code civil québécois,
art. 3083 ss. (et, déjà, en matière de compétence internationale, les articles 3134,
3141 ss. et 3148 ss.).
Conflits de nationalités 215

sentiment d’appartenance à telle ou telle province peut être très puis-


sant — spécialement dans la province francophone du Québec —
mais, sur le plan du droit constitutionnel, la consécration de nationa-
lités provinciales n’a pas encore été formellement admise. Selon
l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867, qui sert de
Constitution au Canada, le pouvoir fédéral a compétence exclusive
sur la naturalisation et les étrangers (aubains), alors que certaines
conséquences du statut de ressortissant et d’étranger relève de la
juridiction provinciale (droits civils, propriété...) 530. Le partage labo-
rieux de compétences législatives entre les autorités fédérales et les
institutions provinciales laisse croire que, dans un domaine aussi
politiquement chargé, l’entente sur ces matières délicates ne sera
point aisée à atteindre. Dans le projet déjà cité de réforme fédérale
du droit de la citoyenneté canadienne, il n’y a forcément aucune
allusion à d’éventuelles « sous-nationalités » provinciales.
218. Le plus étendu des Etats d’Amérique du Sud mérite assuré-
ment d’être cité comme exemple de pays fédéral dans lequel coexis-
tent la nationalité étatique et les citoyennetés des entités fédérées. Le
nom historique de cet immense pays l’annonce, à l’exemple de la
puissance mondiale du nord du continent : Estados Unidos do Brasil,
tout comme d’ailleurs son appellation officielle actuelle : República
Federativa do Brasil.
Les nombreuses constitutions du Brésil, depuis son accession à
l’indépendance en 1824, ont réglé à grands traits la nationalité de
l’Etat. Lorsque celui-ci, par la réforme constitutionnelle du
15 novembre 1889 (consécutive au renversement de l’empire et à
l’instauration d’un gouvernement républicain), adopta une structure
fédérale, apparut pour la première fois un régime de dualité d’allé-
geance 531. La constitution fédérale actuelle, du 5 octobre 1988 532,

530. E. Groffier, « Canada », Juris-classeur Nationalité, 1983, p. 3, no 2.


531. Voir notamment O. A. Bandeira de Mello, « A nacionalidade no Direito
constituçional brasileiro », Revista de direito administrativo, vol. 15-16, 1949 ;
E. Espinola et E. Espinola Filho, Da nacionalidade brasileira, São Paulo, Livr.
ed. Freitas Bastos, 1940 ; I. Penna Marinho, Tratado sobre a nacionalidade, Rio
de Janeiro, Dep. Impr. Nacional, 1956-1961, 4 vol.
532. Voir Corpus constitutionnel, Leyde, E. J. Brill, 1968-1972, t. I (Brésil),
pp. 803-881, et A. Blaustein et G. Flanz, « Federation Republic of Brazil »,
Constitutions of the Countries of the World, Dobbs Ferry (NY), Oceana, t. III,
septembre 1998 ; E. Pinheiro do Nascimento, « Constituante et constitution au
Brésil », Problèmes d’Amérique latine, vol. 90, 1988, pp. 23-37 ; C. Pinheiro
Pimenta, « Estudo comparativo de Constituição de 1988 com as bases constitu-
tionais brasileiras », Revista de ciëncia politica (Rio de Janeiro), vol. 32, 1989
(mai-juillet), no 3, pp. 67-93.
216 Michel Verwilghen

n’a pas changé fondamentalement ce système : il y a d’une part la


nationalité brésilienne 533, seule à être reconnue au plan international,
ainsi qu’une citoyenneté (cidadania) fédérale 534. Il y a ensuite des
citoyennetés fédérées : celles conférées par les anciennes capitaine-
ries concédées par le roi du Portugal, devenues des provinces par
après, puis des Etats dans la Constitution de 1891 — Bahia, Minas
Gerais, Rio Grande do Sul, etc. —, à ceux qui résident habituelle-
ment dans ces entités. Aux termes de l’article 25 de la Constitution
de 1988, les Etats membres de la fédération jouissent du principe
d’autonomie constitutionnelle. Ils ont donc été en mesure de confé-
rer une citoyenneté interne aux Brésiliens demeurant sur leur terri-
toire.
219. En Allemagne, la question de savoir s’il existait deux natio-
nalités dans le chef des autochtones fut posée dès 1912, l’année
même de l’entrée en vigueur de la loi allemande sur la nationalité du
Reich : « Y a-t-il en Allemagne une seule nationalité, la nationalité
fédérale ou la nationalité des Etats (Länder), ou bien y a-t-il deux
nationalités, la nationalité fédérale et la nationalité d’Etat ? S’il n’y a
qu’une nationalité, quelle est-elle ? S’il y en a deux, quels rapports
ont-elles l’une vis-à-vis de l’autre, quelle influence exercent-elles
l’une sur l’autre ? » 535 Brunet, qui s’interrogeait ainsi, s’est livré lui-
même à une analyse fouillée de la notion d’Etat fédéral appliquée en
ce temps-là à l’Empire allemand. Il conclut en affirmant que chaque
individu y possède une double « nationalité » 536, car tant le rattache-
ment à l’Etat fédéral que celui à l’Etat fédéré méritent ce nom,
d’après lui, alors qu’un troisième statut, qu’il qualifie d’« indigé-
nat », comprend l’ensemble des droits et des devoirs qui sont garan-
tis et imposés à chaque national d’Etat dans toutes les entités fédé-
rées autres que la sienne propre. Il va jusqu’à dire que cette
allégeance est aussi une véritable « nationalité », mais une nationalité
pour ainsi dire subsidiaire. Elle sera d’ailleurs supprimée plus tard.
La conclusion est donc simple, selon Brunet, en Allemagne, au
début de ce siècle, la notion de nationalité présentait un triple aspect,
bien différent de la nationalité des pays unitaires. Le même auteur

533. Constitution fédérale du 5 octobre 1988, art. 12. Voir à ce sujet G. D.


Duarte, A Constituição, Belo Horizonte, Ed. Lê, 1989, pp. 49-51.
534. Constitution fédérale du 5 octobre 1988, art. premier.
535. R. Brunet, La nationalité dans l’Empire allemand, Paris (thèse Lille),
1912, p. 16.
536. Ibid., p. 33.
Conflits de nationalités 217

poursuivait en affirmant que la nationalité d’Etat (c’est-à-dire le lien


avec un Land) constituait le rapport primaire, alors que l’apparte-
nance à la nationalité fédérale était secondaire, en ce sens que le fait
même de posséder la nationalité d’un Land permettait de posséder
aussi la nationalité allemande. L’inverse n’était pas possible, en prin-
cipe : pour devenir Allemand, il fallait commencer par acquérir la
nationalité d’un des Etats fédérés. En somme, cette description est
celle qui prévaut de nos jours lorsqu’il s’agit de définir la citoyen-
neté européenne à partir de la possession d’une des nationalités d’un
Etat membre de l’Union européenne.
220. Aujourd’hui, la présentation de Brunet n’est plus d’actualité.
Chacun s’accorde à affirmer que la nationalité fédérale est préémi-
nente et, par ailleurs, la seule reconnue en droit international. L’ap-
partenance à un Land (Bavière, Hesse, Sarre, Saxe, Berlin, etc.)
existe bien sûr encore, mais les dispositions constitutionnelles alle-
mandes ne permettent pas de douter de la soumission à la nationalité
allemande de cette nationalité interne. Rappelons qu’aux termes de
l’article 20 de la Loi fondamentale (Grundgesetz) 537, la République
fédérale d’Allemagne est un Etat fédéral démocratique et social, et
que l’article 31 du même texte dispose : « Le droit fédéral prime le
droit de Land. » De plus, selon l’article 73, la nationalité dans la
fédération relève de la compétence exclusive de cette dernière, alors
que, d’après l’article suivant, la compétence législative concurrente
(au sens donné à cette expression par l’article 72) s’étend notamment
à la nationalité dans les Länder. Enfin, rappelons aussi que tous les
Allemands ont, dans chaque Land, les mêmes droits et obligations
civiques (art. 33, par. 1, Grundgesetz). On ne saurait mieux démon-
trer que, s’il y a bien dualité de liens, il n’existe pas à proprement
parler de conflits positifs de nationalités au sens classique de l’ex-
pression.

2. Dualité ethnique

221. En Chine, on l’a vu, l’article 2 de la loi du 10 septembre


1980 sur la nationalité chinoise consacre expressis verbis le dualisme
des nationalités 538. Mais il ne s’agit pas d’un système fondé sur l’in-

537. Promulguée le 23 mai 1949, cette Loi fondamentale est entrée en


vigueur le 24 mai 1949. Elle a fait l’objet de nombreuses révisions depuis lors.
538. Voir supra, no 46.
218 Michel Verwilghen

tégration d’une personne, par le biais d’une résidence permanente, à


un territoire donné. Ici, le critère distinctif est bien de nature eth-
nique. D’ailleurs, la loi elle-même insiste sur un point : la Répu-
blique populaire de Chine est un Etat unitaire multinational
(article 2, première phrase, de la loi).
La volonté d’intégration des minorités ethniques dans l’ensemble
de la communauté nationale, tout en leur réservant une certaine auto-
nomie culturelle, voire administrative, a été l’un des axes politiques
gouvernementaux constant des autorités communistes de Beijing
depuis la création de la République populaire de Chine en 1950. Les
cinquante-cinq minorités ethniques, regroupant environ soixante mil-
lions de Chinois occupant près de la moitié de la surface du pays,
sont en quelque sorte placées sur un pied d’égalité juridique avec le
peuple Han, comprenant près de quatre-vingt-douze pour cent de la
population, vivant surtout dans les provinces de l’est et du sud qui
bordent la mer de Chine.
222. Pour bien marquer l’appartenance de ces communautés eth-
niques minoritaires (shaoshu minzu) à la population chinoise, le
législateur a utilisé une norme curieuse, peut-être, mais non équi-
voque : toute personne se rattachant à l’une de ces ethnies localisées
sur le territoire de la République populaire jouit de plein droit de la
nationalité chinoise au jour de l’entrée en vigueur de la loi sur la
nationalité chinoise, soit le 10 septembre 1980. A l’évidence, la
nationalité chinoise reçoit la place prééminente, qui lui revient de
droit international. Les « nationalités » ethniques internes ne sont pas
dépourvues de signification juridique, certes, mais elles se situent en
subordination par rapport à l’Etat chinois. Un document officiel en
témoigne :
« Any area where a minority nationality lives in a compact
community or where a number of minority nationalities live
together can exercise regional autonomy and set up organs of
self-government as long as it constitutes an administrative unit
— autonomous region, autonomous prefecture and autonomous
county. All the national autonomous areas are inalienable parts
of the People’s Republic of China. » 539

539. « China’s Minority Peoples », Beijing Review, 1979 (février), p. 17. Sur
l’ensemble du problème, voir E. Pak-wah Leung, « Ethnic Compartementaliza-
tion and Regional Autonomy in the People’s Republic of China », Chinese Law
and Government, vol. 14, 1981-1982 (hiver), no 4, pp. 4 ss.
Conflits de nationalités 219

Il y a donc bien, pour les intéressés, dualité de statuts juridiques —


la nationalité chinoise et l’appartenance à une minorité ethnique
éventuellement constituée en région autonome —, mais non double
nationalité au sens strict. On ne peut donc pas voir dans cette réalité
un conflit positif de nationalités, mais bien un conflit fictif, selon
l’expression proposée.

3. Dualité linguistique

223. Existe-t-il des Etats dans lesquels la dualité de statuts se fon-


derait exclusivement sur un critère d’appartenance linguistique ? On
songe bien sûr à la Suisse, au Canada, à la Belgique... Or, aucun de
ces pays n’a développé jusqu’à présent des structures constitution-
nelles prévoyant de façon formelle des sous-nationalités linguis-
tiques. La législation interne de ces pays contient certes de nom-
breuses dispositions régissant les droits et devoirs linguistiques des
habitants ou l’emploi des langues dans l’administration et les juri-
dictions, mais sans aller jusqu’à l’établissement d’une véritable
citoyenneté fondée sur la langue principale. Il y a tout au plus, dans
la typologie ici envisagée, dualité de statuts in statu nascendi, mais
en aucune façon de bipatridie juridique classique.

4. Dualité confessionnelle

224. C’est assurément la situation juridique des Musulmans qui


mérite, sur ce point, de retenir surtout l’attention 540.

540. Sur la nationalité dans les pays musulmans, voir notamment S. A. A.


Abu-Sahlieh, L’impact de la religion sur l’ordre juridique. Cas de l’Egypte :
non-Musulmans en pays d’Islam, Fribourg, Editions universitaires, 1979 ; I. A.-
K. Alghasi, Die Staatsangehörigkeit in den Bundestaaten im Staatenbund und in
der Staatgemeinschaft angefürt als Beispiel : die Staatsangehörigkeit in den ara-
bischen Staaten, Würzburg, 1965 ; J. Bendeddouche, Notion de nationalité et
nationalité algérienne, Alger (thèse), SNED, 1982 ; A. Belkeziz, La nationalité
dans les Etats arabes, Paris, Libr. de Medicis, et Rabat, Ed. La Porte, 1963 ; B.
Boitiveau, Loi islamique et droit dans les sociétés arabes, Paris, Karthala, 1993 ;
Z. Boushaba, Nationalité et double nationalité dans les rapports franco-algé-
riens, Aix-en-Provence (thèse), s. n., ronéo, 1992 ; M. M. Ellafi, The Status of
Protected Subjects in Islamic Law, With Particular Reference to the Concept of
Nationality, University of Exeter (thèse), s. n., juin 1984 ; P. Guiho, La nationa-
lité marocaine, Paris, Lib. de Médicis, 1961 ; W. Menski, « Nationalité, citoyen-
neté et Musulmans en Grande-Bretagne », Robert Bistolfi et François Zabbal
(dir. publ.), Islams d’Europe — intégration ou insertion communautaire ?, La
Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 1995, pp. 133 ss. ; Th. Opermann et A. Yousry, Das
Staatsangehörigkeitsrecht der Arabischen Staaten, Berlin et Francfort-sur-le-
Main, Metzner, 1964 ; J. S. Saba, L’Islam et la nationalité, Paris, Duchemin, 1931.
220 Michel Verwilghen

En droit musulman classique, c’est-à-dire avant l’intervention des


puissances occidentales dans les territoires d’Islam (ceux où s’appli-
quaient les lois musulmanes et dont le souverain était de religion
musulmane), la notion de nationalité n’existait pas, tout comme était
ignorée la distinction entre le national et l’étranger et plus encore
celle de plurinationalité. L’Islam se fondait, en effet, sur l’idée de
communauté des croyants, laquelle supplante celle de peuples, de
nations ou d’ethnies. L’idéal islamique part de la conviction de ce
que la parole d’Allah est universelle ; dès lors, l’Ummat al-Islam doit
englober l’humanité tout entière. Comme bien d’autres religions,
l’Islam a une vocation supranationale, une vocation universelle
dynamique à réunir tous les hommes, sans tenir compte des fron-
tières juridiques (celles des Etats) ou sociologiques (celles des
nations) 541.
Il n’existait donc, en droit islamique, qu’une seule distinction.
Aux éléments musulmans de la population, on opposait les infidèles
ou non-Musulmans. Au plan du droit public, cette dichotomie per-
mettait de distinguer les territoires de l’Islam et les autres, définis
comme terres de guerre, dans lesquelles l’Islam devait se développer
par la force jusqu’à l’instauration d’une domination musulmane,
conférant à ces territoires conquis la qualité de parcelles de l’Islam.
« L’idée maîtresse qui était à la base de toute politique musulmane
est que tout homme qui n’adhère pas à la loi du Prophète est un
ennemi. » 542 L’apostasie, abandon de la foi de l’Islam, faisait de
celui qui osait s’y décider un renégat, un hors-la-loi, perdant tout
droit sur ses biens et toute autorité sur ses proches familiaux ; il
méritait la mort, sans que sa dépouille puisse ensuite trouver place
dans aucun cimetière, même pas dans ceux réservés aux infidèles.
225. Au sein d’un pays islamique, tous les habitants ne jouis-
saient pas des mêmes droits et n’étaient pas tenus aux mêmes obli-
gations. Les Musulmans bénéficiaient, on s’en doute, d’un sort assu-
rément privilégié par rapport à celui réservé aux infidèles.
Le droit islamique classait ces derniers en catégories différentes.
Il distinguait, d’une part, les Dhimmis, mécréants des pays conquis,
541. Si, en cela, l’Islam ne se distingue pas aujourd’hui d’autres grandes reli-
gions, en revanche, l’instauration de républiques islamiques théocratiques,
régies par la loi religieuse, la Charia, lui est spécifique.
542. A. Belkeziz, La nationalité dans les Etats arabes, Rabat, Ed. La Porte,
et Paris, Libr. de Medicis, 1963, p. 4. Voir aussi B. Boitiveau, Loi islamique et
droit dans les sociétés arabes, Paris, Karthala, 1993 ; J. S. Saba, L’Islam et la
nationalité, Paris, Duchemin, 1931.
Conflits de nationalités 221

mais adeptes de l’une des religions révélées, dites « du Livre » (la


Bible), à savoir les Juifs et les Chrétiens 543 et, d’autre part, les
Moustaminins, tout aussi mécréants, mais sans religion, simples
étrangers bénéficiant d’un sauf-conduit accordé à la demande 544. Il y
avait aussi les Harbis, personnes dépourvues de statut, en quelque
sorte « morts civils » au sens occidental du terme, n’ayant qu’une
condition civile vide de droit. En principe, tous les infidèles devaient
payer un tribut en raison de leur indignité ; même les Dhimmis furent
traités comme des « tributaires » 545.
Ainsi, déjà dans le droit musulman classique, prévalait une multi-
plicité de statuts de niveaux différents, celui de Musulman étant
supérieur à celui de non-Musulman, celui de Dhimmi étant plus
favorable que celui de Moustaminin, et ce dernier bien meilleur que
celui de Harbi. Un spécialiste marocain de cette matière enseigne à
ce sujet :
« En définitive, on remarque que la « nationalité », pour ce
qui est des Musulmans, se confond avec la religion, de sorte
que tout Musulman est citoyen de l’Etat musulman et il jouit
des prérogatives attachées à cette qualité.
En ce qui concerne les non-Musulmans, la « nationalité » est
basée sur la résidence en pays d’Islam et la soumission à la
puissance musulmane moyennant le payement du tribut de
capitations. » 546
Mais en vérité, comme la notion de nationalité faisait défaut, l’ap-
pellation de sous-nationalités pour définir les statuts divers appli-
cables aux infidèles ne convient pas davantage. La situation de
l’Islam, sui generis, est difficilement classable et c’est sans doute
à tort que nous l’intégrons dans un cours sur les conflits de nationa-
lités. A notre décharge, il peut être avancé qu’en tout cas le rappro-

543. Pour la translittération de l’écriture arabe, certains auteurs écrivent


Dhimmî-s.
544. M. M. Ellafi, The Status of Protected Subjects in Islamic Law, With Par-
ticular Reference to the Concept of Nationality, University of Exeter (thèse),
s. n., juin 1984, p. 327.
545. A. Abel, « L’étranger dans l’Islam classique », L’étranger. Recueils de la
Société Jean Bodin, vol. 9, 1958, p. 340. Voir aussi S. A. A. Abu-Sahlieh, L’im-
pact de la religion sur l’ordre juridique. Cas de l’Egypte : non-Musulmans en
pays d’Islam, Fribourg, Editions universitaires, 1979 ; P. Lory et al., « Les
Musulmans et les autres », Les Arabes, du message à l’histoire (sous la direction
de D. Chevallier et A. Miquel), Paris, Fayard, 1995, pp. 203-283.
546. A. Belkeziz, La nationalité dans les Etats arabes, p. 6.
222 Michel Verwilghen

chement doit permettre d’insister sur cette spécificité. Assimiler, en


droit classique, les Musulmans à des nationaux et les infidèles à des
étrangers, en classant ceux-ci en privilégiés et ordinaires, est l’erreur
à éviter.
226. La situation de l’Islam classique évolua. Elle connut par la
suite de profonds changements, sans pour autant effacer l’existence
de ces statuts multiples, mais en modifiant les rapports entre eux.
C’est au sein de l’Empire ottoman que survint la première muta-
tion importante. Le sultan concéda progressivement aux non-Musul-
mans résidant sur le territoire — le plus souvent des « étrangers »,
venus d’autres pays — le privilège d’être administrés et jugés par
leurs propres autorités et juridictions. Ces droits furent reconnus par
traités dits de capitulations 547. Durant toute cette phase historique, la
dualité de statuts entre les Musulmans soumis au droit islamique
appliqué par les tribunaux coraniques, d’une part, et les étrangers
bénéficiaires du système de capitulations, d’autre part, connut un
développement sans précédent jusqu’au démembrement de l’Empire
ottoman à la fin de la Grande guerre 548.
D’une situation dans laquelle se superposaient des conditions juri-
diques différentes, qui n’avaient en réalité que très peu de points
communs avec les liens de nationalité, on passa dans un système de
coexistence de statuts parallèles et applicables à des catégories diffé-
rentes de personnes. Il n’y avait toutefois aucun « conflit positif de
nationalités » dans le chef de ces personnes, ni avant les capitulations
ni durant leur existence.
227. Enfin, avec le XXe siècle, la notion de nationalité imaginée
en Occident s’implanta en Orient et dans les territoires d’Afrique du
Nord, mais en y prenant certains caractères particuliers. Les pre-
mières lois en la matière se caractérisaient par l’important pouvoir
d’appréciation laissé aux autorités publiques dans le règlement des

547. Sur les capitulations, voir notamment P. Arminjon, Etrangers et protégés


dans l’Empire ottoman, Paris, A. Chevalier-Marescq, 1903 ; P. Pradier-Fodéré,
Traité de droit international public européen et américain, Paris, Pedone, 1897,
t. VII, pp. 589-636, nos 2917-2926 ; G. Young, Corps de droit ottoman, Oxford
Univ. Press, vol. 2, 1905, p. 227. Sur leur disparition, voir J. Ray, « Des conflits
entre principes abstraits et stipulations contractuelles, Recueil des cours,
tome 48 (1934), p. 695 : « C’est du jour où [le système des capitulations] est
apparu comme un régime d’exception que la Turquie l’a trouvé intolérable. »
Ce système exista dans d’autres continents : voir R. H. Ouang, Essai sur le
régime des capitulations en Chine, Paris, Sirey, 1933.
548. Voir P. Ghali, Les nationalités détachées de l’Empire ottoman à la suite
de la guerre, Paris, Domat-Montchrestien, 1934.
Conflits de nationalités 223

cas individuels et par l’élaboration d’un statut beaucoup plus poli-


tique et de droit public que de droit privé, sauf exception 549. Le lien
d’allégeance au souverain, vieille idée puisée dans le droit britan-
nique, reçut une consécration telle qu’il fut pendant longtemps
considéré comme perpétuel.
Quasi tous les Etats musulmans qui accédèrent à la souveraineté
internationale au cours du siècle qui s’achève, surtout après 1945,
s’empressèrent de légiférer pour fixer les conditions d’attribution,
d’acquisition, de perte et de recouvrement de leur nationalité. En
outre, certains d’entre eux conclurent des traités internationaux en la
matière, bilatéraux ou multilatéraux, le plus souvent avec d’autres
Etats musulmans. Bien des dispositions de ces textes ont une teneur
marquée d’interférences religieuses ; d’autres résultent davantage
d’influences étrangères assez classiques de ce secteur du droit 550.
Peu à peu, les étrangers originaires d’un pays arabe purent acqué-
rir la nationalité d’un autre Etat arabe. La dualité des statuts internes
à la catégorie des nationaux s’estompa pour laisser place à la dis-
tinction entre le national et l’étranger. Mais dans tous ces territoires
d’Islam, la condition de l’étranger musulman demeura toutefois pri-
vilégiée par rapport à celle des étrangers infidèles.
Aujourd’hui, la notion laïque de nationalité, même si elle est par-
fois contestée par des esprits intégristes, s’est implantée dans tous
les pays souverains dont la religion d’Etat est l’Islam. Mais dans
toute son histoire et jusqu’à récemment, le monde musulman n’a
pas vraiment connu le phénomène de plurinationalité. Si une plura-
lité de statuts s’y développa, ceux-ci n’eurent que peu de traits com-
muns avec les situations semblables nées dans d’autres régions du
monde.
Récemment, une nouvelle conception a fait son apparition : celle
de la nation arabe, qui pourrait laisser croire à une dualité hiérar-
chique de statuts. On y reviendra dans son contexte approprié 551.

549. Comme au Maroc, sous le protectorat.


550. La thèse de A. Belkeziz, La nationalité dans les Etats arabes, auteur ori-
ginaire d’un pays arabe et qui en comprend la langue, est éclairante à cet égard.
Un jeune auteur français, ignorant cette langue, affirme dans sa thèse doctorale :
« Quoique l’on ait cherché à démontrer l’occidentalisation progressive des légis-
lations arabes par imprégnation des concepts laïcs, nous restons sceptiques sur
cette prétendue évolution. » Et de citer à l’appui de cette assertion l’exemple de
la législation iranienne et les freins gouvernementaux parfois mis à la possibilité
légale de perdre sa nationalité d’origine par suite de l’acquisition d’une nationa-
lité étrangère (L. Darras, La double nationalité, pp. 17-18).
551. Voir infra, nos 245-248.
224 Michel Verwilghen

III. Pluralité de statuts dans l’ordre juridique international

228. Y eut-il dans le passé des cas de coexistence entre une natio-
nalité propre à un Etat et une forme de citoyenneté située dans
l’ordre international ?
Des spécialistes d’histoire du droit ont évoqué la double allé-
geance hiérarchisée qui prévalut dans l’Antiquité hellénique, entre
Grecs de cités différentes. Selon Hérodote, « ce qui unit tous les
Grecs, [c’est qu’ils ont] même sang et même langue, sanctuaires et
sacrifices communs, semblables mœurs et coutumes » 552, ensemble
d’éléments qui laissent croire en une nationalité sociologique hellé-
nique sublimant l’appartenance juridique aux différentes cités. Cicé-
ron semble confirmer cette situation lorsqu’il rapporte : « In Graecis,
civitatibus videmus, Athenis, Rhodios, Lacedemonios, ceteros
undique adscribi, multarumque esse eosdem homines civitatum. » 553
Et, il est vrai, une citoyenneté commune, la koinopoliteia, vint
unir tous les citoyens des cités liées en une Alliance, tout comme
l’isopoliteia permit à un citoyen d’une ville grecque de jouir dans
une cité alliée du statut privilégié d’un citoyen de la ville hôte. Le
professeur de Castro, qui a rappelé ces faits dans son cours à l’Aca-
démie de droit international, signale même l’existence d’une faculté
reconnue à tout citoyen grec d’acquérir une autre citoyenneté hellé-
nique tout en conservant la sienne propre 554. Mais il faut raison gar-
der et ne point voir, dans ces allégeances multiples primitives, à une
époque où la notion même d’Etat — et a fortiori celle de nationalité —
n’existaient pas, une première manifestation de supranationalité, pas
plus d’ailleurs qu’elles ne doivent être confondues avec un classique
conflit positif de nationalités.

A. Dualité hégémonique postcoloniale

229. Tout comme la colonisation, la décolonisation, ce reflux


d’un flux porteur de changements de souveraineté territoriale, a sus-
cité à tort un recours à la notion de double nationalité. Mais cette
fois il fut question de citoyenneté supranationale dominant des natio-

552. Hérodote, Histoires (texte établi et traduit par Ph.-E. Legrand), Paris,
Les Belles Lettres (coll. Budé), 1953, livre 8 (Uranie), chap. 144, p. 160.
553. Cicéron, Pro Balbo, chap. XII, 30.
554. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 590.
Conflits de nationalités 225

nalités étatiques, lorsque l’Empire britannique d’abord, la France


ensuite, désireux de maintenir des contacts privilégiés avec leurs
anciennes possessions coloniales, imaginèrent de créer des
ensembles aux allures supranationales : le Commonwealth britan-
nique et l’Union française.

1. Le Commonwealth britannique

230. Historiquement, c’est dans l’Empire britannique que naquit


pour la première fois l’idée de supranationalité.
Ebauchée dès 1911, l’idée de fonder un Commonwealth réunis-
sant tous les British subjects, c’est-à-dire toutes les personnes qui,
dans l’Empire, se trouvaient dans un lien d’allégeance à l’égard du
souverain régnant à Londres, put mûrir au cours des années de
guerre, lorsque les plus anciennes possessions britanniques d’outre-
mer prirent une part active aux opérations militaires pour venir en
aide à la Grande-Bretagne : le Canada, l’Australie, l’Afrique du Sud,
la Nouvelle-Zélande. En 1917, ces nations autonomes formèrent
avec le Royaume-Uni un Commonwealth impérial, qui changea ulté-
rieurement de nom plusieurs fois : Commonwealth des Nations bri-
tanniques, Commonwealth des Nations, puis, tout simplement, Com-
monwealth. Cette association s’étendit progressivement à toutes les
colonies et protectorats britanniques. Il y avait au départ une idée
généreuse : conférer un common status à tous les British subjects,
avec à la clef, en principe, un droit d’immigration dans toutes les
parties de ce nouveau Commonwealth.
Comment qualifier le Commonwealth ? Dépourvu d’un véritable
traité fondateur, d’institutions juridiques stables et même d’armature
administrative internationale, ce rassemblement d’Etats naguère
autonomes et aujourd’hui indépendants ne présente pas les traits
classiques d’une organisation internationale. C’est beaucoup plus
« an association of independent sovereign states, acknowledging the
Sovereign of the United Kingdom and the other realms as its
Head » 555. Winston Churchill qualifia un jour le Commonwealth
d’« énigme enveloppée de mystère... » 556
Comme on le dira, cette institution connut de profondes mutations

555. W. Dale, « Is the Commonwealth an International Organization ? »,


Int. Comp. Law Quart., vol. 31, 1982, p. 457.
556. Cité par Ch. Rousseau, Le Commonwealth dans les relations internatio-
nales, Paris, Les cours de droit, 1964, p. 3.
226 Michel Verwilghen

au fil des ans et le common status prit progressivement l’aspect


d’une peau de chagrin, au moins dans ses mesures concernant la
faculté d’immigration. En 1971, à Singapour, les partenaires s’enten-
dirent pour en fixer de nouvelles règles de fonctionnement dans une
« Déclaration commune des principes » 557.
231. Cette entité supranationale un peu particulière produisit des
effets de droit sur les personnes physiques nationales des Etats par-
ties, par le biais d’une citoyenneté commune. Pour l’époque, cette
innovation marqua l’originalité de cette forme de supranationalité,
mais aussi ses limites. D’abord, la preuve de la position dominante,
hégémonique, de la Grande-Bretagne au sein de cette union d’Etats
transparaissait bien dans les faits que cette citoyenneté était régie par
des lois britanniques, comme elle l’est d’ailleurs encore. Dès 1914,
le British Nationality and Status of Aliens Act conféra une même
nationalité britannique à tous les individus nés sous allégeance avec
le souverain britannique. Ce statut n’établissait aucune discrimina-
tion entre les personnes nées au Royaume-Uni, dans des territoires
qui en dépendent ou dans d’anciennes colonies devenues indépen-
dantes. Comme British subjects, tous jouissaient des mêmes droits et
étaient soumis aux mêmes obligations. Phénomène remarquable :
une « nationalité » unique était attribuée à des personnes qui, par
ailleurs, se voyaient attribuer une citoyenneté dans l’Etat auquel
elles se rattachaient, comme au Canada dès 1921, en Afrique du Sud
en 1927. Puis, en 1931, le « Statut de Westminster » relatif au Com-
monwealth des Nations britanniques, tout en admettant le droit des
Etats membres de créer leur propre nationalité, maintint le concept
de British subject, statut commun, à vocation supranationale.
Comme Parry l’expose, tout Etat pouvait instituer sa propre régle-
mentation en matière de nationalité 558.

557. Voir, à ce sujet, H. Grimal, Histoire du Commonwealth britannique,


Paris, PUF, 1962, et De l’Empire britannique au Commonwealth, Paris, Colin,
1971 ; J. E. S. Fawcett, The British Commonwealth in International Law,
Londres, Stevens, 1963 ; Z. Cowen, The British Commonwealth of Nations in a
Changing World — Law, Politics and Prospects, Evanston, Northwestern Univ.
Press, 1965 ; D. H. Hall, Commonwealth — A History of the British Common-
wealth of Nations, Londres, Van Nostrand Reinhold Co., 1971 ; K. C. Whearre,
The Constitutional Structure of the Commonwealth, Oxford, The Clarendon
Press, 1960.
558. C. Parry, Nationality and Citizenship Laws of The Commonwealth and of
The Republic of Ireland, Londres, Stevens, 1957, pp. 95 ss. ; « Plural Nationality
and Citizenship with Special Reference the Commonwealth », British Year Book
of International Law, vol. 30, 1953, pp. 244-292.
Conflits de nationalités 227

232. Ce qui paraît le plus remarquable, dans ce système, c’est


qu’à l’époque la nationalité « supérieure » commune aux personnes
physiques rattachées à l’une des entités publiques formant le Com-
monwealth — souvent des Etats indépendants ayant leur propre
nationalité — n’était pas celle du Commonwealth lui-même, mais la
nationalité britannique ! Dès lors, tous les habitants de l’ancien
empire partageaient leur nationalité avec ceux du Royaume-Uni, ces
derniers étant les seuls à ne posséder qu’un seul statut : celui de Bri-
tish subject.
Comme parmi les droits des bénéficiaires de ce système figurait
celui de s’installer au Royaume-Uni, ce système portait en lui le
germe de sa propre mutation obligée. En 1948, pour entériner l’évo-
lution politique de pays comme l’Inde et le Canada, il fallut modifier
sensiblement le système antérieur. L’affirmation toujours plus ferme
de la nationalité des Etats souverains, au sein du Commonwealth,
commanda de céder la prééminence à celle-ci, de constituer une
nationalité du Royaume-Uni et de ses colonies et enfin de charpen-
ter toutes celles-ci, de façon plus formelle que par le passé, par une
citoyenneté du Commonwealth, laquelle se déduisait de l’apparte-
nance des personnes à la nationalité d’un Etat membre. Mais ses
effets devenaient assez importants : garantie de protection diplo-
matique britannique, droit d’établissement libre et jouissance de
droits politiques au Royaume-Uni... Aux termes de la section I, para-
graphe 2, du British Nationality Act 1948, les termes British subject
et Commonwealth Citizen devaient être considérés comme parfaite-
ment équivalents 559.
233. L’étape suivante fut franchie en trois phases qui aboutirent à
des réformes législatives en 1960, 1971 et 1981. Il s’agissait de faire
face à un problème d’immigration devenu très préoccupant : l’arrivée
massive au Royaume-Uni de bénéficiaires de la citoyenneté du Com-
monwealth. Le British Nationality Act 1981 a apporté des raffine-
ments — des complications — dans la terminologie. Bien plus, sur
le fond, des discriminations ont été établies à l’intérieur même de la
nationalité britannique.
La distinction entre le citoyen et le sujet prévaut encore dans la
législation britannique. En revanche, le mot « national » n’apparaît

559. P. F. Gonidec, « Le statut commun et les citoyennetés locales dans l’Em-


pire britannique : le British Nationality Bill de 1948 », Rev. jur. et pol. de l’Union
française, vol. 2, 1948, pp. 339 ss.
228 Michel Verwilghen

pas dans les articles de la loi, et il n’a dès lors pas paru nécessaire de
le définir. Mais on sait qu’il figure dans des conventions internatio-
nales liant le Royaume-Uni 560.
Certains commentateurs de cette loi ont affirmé que les mots
« nationalité » et « citoyenneté » ne sont pas juridiquement interchan-
geables en droit britannique, mais aucun d’eux n’a pris soin d’en
proposer une signification précise. En se fondant sur l’intitulé offi-
ciel de la loi, on pourrait soutenir que la nationalité britannique (au
sens large) recouvre toutes les citoyennetés visées dans la loi, de
même d’ailleurs que les autres situations visées par elle (British sub-
jects, British protected persons).
234. Alors que, comme on l’a dit, la loi elle-même s’intitule Bri-
tish Nationality Act 1981, quasi toutes les dispositions légales omet-
tent d’utiliser le mot « nationalité » pour lui préférer celui de
« citoyenneté » (citizenship). La loi crée trois régimes : la citoyenneté
britannique, la citoyenneté britannique des territoires dépendants et
la citoyenneté britannique des territoires d’outre-mer. Enfin, il y a
aussi une reprise des expressions en usage dans les lois antérieures :
les sujets britanniques (British subjects), définis comme des per-
sonnes n’ayant pas la citoyenneté britannique, et les British pro-
tected persons 561.
Désormais, l’un des éléments essentiels du statut de citoyen bri-
tannique est la jouissance du droit de séjour (right of abode) au
Royaume-Uni, droit que ne possèdent pas nécessairement les autres
citoyens visés par la loi, pas plus que les sujets 562. La loi maintient
aussi la notion de citoyenneté du Commonwealth qui s’apparente à
une supranationalité.
235. La doctrine s’est interrogée sur le sens de toutes ces for-
mules qui, pour un juriste continental, apparaissent comme singuliè-
rement compliquées. Un auteur français, à l’issue d’une présentation
sommaire de ce système, écrivit poliment : « Cet exemple, particuliè-

560. Par exemple dans les traités institutionnels sur la Communauté euro-
péenne et l’Union européenne.
561. Voir supra, nos 19, 25, 139-140 et 230-234.
562. Sur tous ces points, voir M. Killerby, « Nationalité et statut personnel
dans la nouvelle loi sur la nationalité britannique », Nationalité et statut person-
nel, Bruxelles, Bruylant, 1984, pp. 239-260 ; I. Stanbrook, British Nationality —
The New Law, Londres et Bruxelles, Clement Publ. Ltd., 1982, p. XXI. La légis-
lation britannique sur la nationalité est actuellement (1999) en voie de réforme
partielle pour promouvoir une totale intégration des British (dependent territo-
ries) citizens.
Conflits de nationalités 229

rement riche et significatif, montre la difficulté de définir un contenu


uniforme au concept de nationalité. » 563 Un professeur espagnol,
plus audacieusement, affirma que
« tous les nationaux des Etats appartenant au Commonwealth
possèdent une double condition que l’on pourrait appeler
double nationalité dans la terminologie latine... » 564
Bref, dans ce système juridique, les notions utilisées n’ont appa-
remment pas la même acception que dans la plupart des Etats. Le
législateur a heureusement pris soin de définir la plupart d’entre eux
de façon assez précise. Mais, quoi qu’il en soit, une réalité ne peut
être niée : il y a actuellement, en droit du Royaume-Uni, à côté de la
nationalité britannique au sens classique du terme, des citoyennetés
internes (sous-nationalités) et une citoyenneté supraétatique : celle
du Commonwealth.
236. Pour illustrer la coexistence d’une nationalité étatique et
d’une supranationalité, l’on peut aussi puiser dans la loi sur la
citoyenneté du Canada, adoptée par le Parlement fédéral en 1976.
L’article 31 de cette loi, en son paragraphe 2, reconnaît implicite-
ment qu’une même personne peut simultanément posséder le statut
de citoyen du Canada et de citoyen du Commonwealth. Les deux
notions se superposent et se complètent. Elles engendrent des effets
juridiques différents mais compatibles entre eux.
Le projet de réforme de la loi sur la citoyenneté canadienne, en
voie d’approbation parlementaire actuellement, contient une clause
qui va résolument dans le même sens : l’article 47, paragraphe 1, dis-
pose :
« Les personnes qui sont citoyens ou nationaux d’un autre
pays du Commonwealth ont, au Canada, la qualité de citoyen
du Commonwealth. » 565

563. F. Borella, « Nationalité et citoyenneté », Citoyenneté et nationalité —


Perspective en France et au Québec, p. 216.
564. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 603.
565. Projet de loi C-63, Chambre de communes du Canada, première session,
3e législ., 46-47 Elizabeth II, 1997-1998, p. 24 ; l’article 48 du même projet dis-
pose que la mention de la qualité de sujet britannique dans une disposition de la
loi « vaut mention de celle de citoyen canadien ou de citoyen du Commonwealth
ou des deux, selon l’esprit de la disposition en question », un article qui peut sur-
prendre un juriste continental européen peu au fait des particularités du droit bri-
tannique sur la nationalité.
230 Michel Verwilghen

2. De l’Union française à la Communauté française

237. Un deuxième exemple historique de supranationalité apparut


dans ce qu’on appela d’abord l’Union française et qui se transforma,
en 1958, en Communauté française des peuples libres 566.
Dans la Constitution française de 1946, la France était appelée à
former avec les peuples d’outre-mer une union fondée sur l’égalité
des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.
Selon l’article 60 de cette constitution, l’Union française était for-
mée, d’une part, de la République française, et comprenait la France
métropolitaine, les départements et les territoires d’outre-mer et,
d’autre part, des territoires associés (le Cameroun et le Togo) et des
Etats associés (le Cambodge, le Laos et le Viêt-nam, ainsi que le
Maroc et la Tunisie), à savoir des entités politiques soumises aux
règles du droit des gens. Les personnes liées au premier groupe pos-
sédaient la nationalité française et une citoyenneté française au
contenu différent selon leur appartenance à la métropole, à tel dépar-
tement d’outre-mer ou à tel territoire d’outre-mer. Quant aux indivi-
dus du deuxième groupe de pays, ils ne possédaient pas la nationa-
lité française (donc pas davantage une quelconque forme de
citoyenneté française), mais jouissaient soit d’un statut lié au régime
international de leur pays d’origine (territoires sous tutelle de l’Or-
ganisation des Nations Unies), soit de la nationalité de l’entité éta-
tique à laquelle ils se rattachaient 567. Mais, en outre, la Constitution
de 1946 consacrait l’existence d’une autre citoyenneté, celle de
l’Union française, attribuée aux ressortissants de toutes les compo-
santes de l’Union : à leur nationalité propre et à ces divers statuts de
citoyenneté,
566. Sur les problèmes de nationalité consécutifs à l’accession à l’indépen-
dance de colonies françaises, voir, outre les auteurs mentionnés dans les notes
suivantes, R. Bilbao, « La nationalité française et l’accession à l’indépendance
des anciens territoires d’outre-mer », Penant — Rev. dr. pays d’Afrique, 1961,
pp. 517 ss. ; J.-P. Dumas, « Effets de la décolonisation sur la nationalité française
des métis », Rev. jur. et pol. — Indépendance et Coopération, vol. 14, 1970,
pp. 35 ss. ; P. F. Gonidec, « La communauté et les relations internationales. Com-
munauté et Commonwealth », Penant — Rev. dr. pays d’Afrique, 1960,
pp. 141 ss. ; id., « La nationalité dans les Etats de la Communauté et dans les
Etats marginaux », Ann. fr. dr. int., vol. 7, 1961, pp. 814 ss. ; M. Vanel, « La
notion de nationalité. Evolution en droit interne et en droit colonial comparé
(droit français - droit britannique) », Rev. crit. dr. int. pr., vol. 40, 1951, pp. 3 ss.
567. Par exemple, pour le Maroc, voir R. Boulbès, « Le problème de l’appli-
cation au Maroc du Code de la nationalité française », Nouv. rev. dr. int. pr.,
vol. 15, 1948, pp. 5 ss. ; P. Decroux, « La nationalité marocaine », D., 1948,
chronique, pp. 111 ss.
Conflits de nationalités 231

« se superpose la citoyenneté de l’Union française, qui marque,


au-dessus des particularismes, une appartenance à l’ensemble
et qui est la conséquence de l’organisation même de
l’Union » 568.
238. Pour le rapporteur général de la Constitution, ce lien à
l’Union n’était rien d’autre qu’une « citoyenneté fédérale com-
mune » 569, ce qui n’est pas tout à fait correct, car l’Union française
ne formait pas à proprement parler une fédération d’Etats souve-
rains, de statut international identique. Pour la doctrine, il s’agissait
plutôt de ce qu’on aurait appelé autrefois une « citoyenneté d’Em-
pire » 570. Pour Jacques de Burlet, cette citoyenneté spéciale
« ne constituait pas une nationalité au même titre que la qualité
de sujet britannique au sein de l’ensemble politique formé sous
l’autorité de la Grande-Bretagne et on y a plutôt vu une institu-
tion du genre de celle qui, au sein d’une confédération, reflète
l’union des Etats confédérés » 571.
Que contenait cette « citoyenneté de l’Union » ? 572 Ce statut devait
assurer à ses bénéficiaires, au moins au plan théorique, un traitement
privilégié au regard de la puissance française, alors même que tous
les citoyens de l’Union française ne possédaient pas, comme on l’a
vu, la nationalité française. Mais, à dire vrai, le contenu de ce statut
demeura d’abord assez limité, car les droits et obligations du citoyen
de l’Union n’atteignirent jamais l’ampleur de ceux attachés à la qua-
lité de Français. Un aussi bon observateur que le doyen Georges
Vedel considérait cette citoyenneté comme de caractère « plus poli-
tique et sentimental que juridique » 573. Pouvait-on néanmoins y voir

568. P. Lampué, « L’Union française d’après la Constitution », Rev. jur. et pol.


de l’Union française, vol. 1, 1947, p. 160.
569. Débats de la Commission constitutionnelle, deuxième séance, 20 sep-
tembre 1946, Journ. off., 21 septembre 1946, p. 3889.
570. P. Lampué, loc. cit., citant Chauveau, « La notion de sujet d’Empire »,
Sem. jur., 1941, p. 227.
571. J. de Burlet, Nationalité des personnes physiques et décolonisation,
p. 95.
572. P. Lampué, « La citoyenneté de l’Union française », Rev. jur. et pol. de
l’Union française, vol. 4, 1950, pp. 305 ss. ; voir aussi R. Decottignies, « L’ap-
plication du Code de la nationalité dans les territoires d’outre-mer », Annales
africaines (Dakar), vol. 1, 1954, pp. 48-90.
573. G. Vedel, Manuel de droit constitutionnel, Paris, Montchrestien, 1949,
p. 341. Adde : J. de Burlet, Nationalité des personnes physiques et décolonisa-
tion, pp. 96-97.
232 Michel Verwilghen

une forme de supranationalité ? Oui, sans doute, mais une suprana-


tionalité aux contours peu définis et, pour ainsi dire, peu consistante.
239. En 1953, parut en France un ouvrage intitulé Aux frontières
de l’Union française. L’auteur, ministre d’Etat et ancien ministre de
la France d’outre-mer, y proposait un projet de statut de nature à
concilier les aspirations de la Tunisie à l’indépendance et le maintien
d’une présence française jugée par lui nécessaire. Ce projet ingé-
nieux se fondait notamment sur l’idée de double nationalité, pour
permettre aux ressortissants binationaux de participer à la vie poli-
tique en France et en Tunisie. Le nom de cet auteur ? François Mit-
terrand 574.
C’est donc dans le cadre de l’Union française que le futur prési-
dent de la République proposait de voir germer un système de bici-
toyenneté (plus que de binationalité) qui, disons-le tout de suite, ne
vit jamais le jour. Ce n’était pas là le premier exemple de suggestion
généreuse, mais quelque peu utopique, plus politique que juridique,
favorable à un régime binational ; il y avait eu deux précédents
célèbres issus du même homme d’Etat : Winston Churchill. Le pre-
mier fut lancé en plein mois tragique de juin 1940 (création d’un
Etat franco-britannique) 575, et le second fut proposé en 1943 (instau-
ration d’une nationalité américano-britannique) 576.
240. Une situation assez similaire à celle de l’Union française se
développa lors de la constitution de la Ve République, lorsque la
France décida de maintenir certains de ses liens avec des anciens ter-
ritoires coloniaux ou quasi coloniaux, alors en phase d’accession à la
souveraineté. La Constitution de 1958 créa la Communauté française
et, en son article 77, instaura une citoyenneté de la Communauté, qui
s’ajoutait aux nationalités locales. En d’autres termes, outre la
« supranationalité » commune — celle consacrant l’appartenance à la
Communauté française —, il y avait toutes les citoyennetés des Etats
autonomes ou les nationalités des Etats indépendants qui, bon gré,
mal gré, s’étaient décidés à rejoindre ladite Communauté.
Compliquant la situation, le président Charles de Gaulle, aussi fin
politique que non-juriste, jugea bon de proclamer le 9 février 1959 :
574. Voir J. Lacouture, Mitterrand — Une histoire de Français, t. I : Les
risques de l’escalade, Paris, Seuil, 1998, p. 145.
575. Sur ce projet d’Anglo-French unity, voir J. Lacouture, De Gaulle, Paris,
Ed. du Seuil, 1984, pp. 339-340 (en fait, l’inventeur du projet était Jean Monet :
voir ses Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 27).
576. Fait rapporté par F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la
supra-nationalité », p. 609.
Conflits de nationalités 233

« Au sein de la Communauté, il n’existe qu’une nationalité, qui est la


nationalité de la République française et de la Communauté. » 577 Il
fut aisé à d’excellents juristes 578 de démontrer que, en droit, les Etats
indépendants ou autonomes qui faisaient partie de la Communauté
française jouissaient chacun bel et bien d’une nationalité. Pour les
pays souverains, l’évidence allait de soi ; pour les pays encore
dépourvus de pleine souveraineté internationale, mais déjà parvenus
à un degré d’autonomie suffisante pour être classés dans le cadre des
entités étatiques, il en était de même 579. Et cette nationalité se dis-
tinguait de la qualité de citoyen de la Communauté, commune à
toutes les personnes se rattachant à celle-ci et située sur un plan
supranational. Car la Communauté ne formait pas un Etat fédéral
classique, mais une association sui generis d’Etats.
241. Fort judicieusement, les rares auteurs qui ont étudié cette
situation juridique ont évité d’utiliser l’expression « conflits de
nationalités » pour définir ce double statut des personnes, préférant
parler plutôt de coexistence de deux types différents de citoyennetés.
Seul de Castro, professeur espagnol, a cru bon d’enseigner à ce
sujet :
« Il semble nécessaire d’admettre qu’il existe des nationalités
locales à côté de cette nationalité commune. Ceci donne à la
figure de la double nationalité les deux visages de Janus
bifrons. » 580
Cette dualité de statuts en forme hiérarchisée ne dura point. Une
réforme constitutionnelle survenue en 1960 poussa plus tard le
ministère français de la Justice à faire savoir que les dispositions
relatives à la Communauté française étaient désormais dépourvues
d’effet 581. Puis, la loi constitutionnelle no 95-880, du 4 août 1995,
confirma qu’il en était bien ainsi.

577. Cité dans Rev. crit. dr. int. pr., vol. 48, 1959, p. 180. Sur la portée de
cette déclaration, voir R. Decottignies, « Nationalité et citoyenneté en Afrique
noire », Annales africaines (Dakar), vol. 6, 1959, pp. 41-71, surtout p. 60.
578. Outre l’étude précitée de R. Decottignies, voir par exemple P. F. Goni-
dec, « Note sur la nationalité et les citoyennetés dans la Communauté », Ann. fr.
dr. int., vol. 5, 1959, pp. 748-761.
579. Voir A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 283,
no 8 ; J.-P. Niboyet, Traité de droit international privé français, t. I, 2e éd., p. 81.
580. F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la supra-nationa-
lité », p. 606.
581. Voir l’intervention du ministre reproduite dans Journ. off. Ass. nat.,
2 mai 1988, p. 1892.
234 Michel Verwilghen

B. Systèmes d’unions d’Etats

1. La citoyenneté européenne

242. La forme actuellement la plus développée de supranationa-


lité se situe en Europe, mais elle demeure cependant encore trop
limitée dans ses effets. C’est qu’avant d’émerger elle eut à affronter
de sérieuses oppositions, lesquelles demeurent vivaces ici et là. En
veut-on une preuve ? La voici :
« Vous savez ce que ça veut dire, la supranationalité ? La
domination des Américains. L’Europe supranationale, c’est
l’Europe sous commandement américain. Les Allemands, les
Italiens, les Belges, les Pays-Bas sont dominés par les Améri-
cains. Les Anglais aussi, mais d’une autre manière, parce qu’ils
sont de la même famille. Alors, il n’y a que la France qui ne
soit pas dominée... Vous nous voyez avaler la supranationalité,
nous ? »
Point n’est besoin de dévoiler l’identité de l’auteur de cette cita-
tion : le lecteur y aura reconnu le verbe audacieux et direct de
Charles de Gaulle, auquel on laissera la responsabilité de ses propos,
qui furent prononcés le 13 mai 1964 582. Quatre ans plus tôt, le même
président avait dit à l’un de ses jeunes collaborateurs son hostilité à
l’égard de l’idée même de supranationalité, puisqu’il croyait profon-
dément que rien ne surpassait les nations, « sinon ce que leurs Etats
décident ensemble » 583. Or, précisément, il advint qu’une trentaine
d’années plus tard des Etats européens décidèrent de se lancer dans
un projet audacieux de citoyenneté commune. Par le Traité sur
l’Union européenne conclu à Maastricht le 7 février 1992, prit forme
cette citoyenneté dans le cadre d’un système politique intégré
regroupant quinze Etats, France incluse, soit près de trois cent cin-
quante millions de personnes...
243. Bien avant que l’on ne parle de citoyenneté européenne et
que l’on ait osé y voir une forme de supranationalité, la question
s’était posée, en Europe communautaire, de savoir qui étaient les
ressortissants des Etats membres de la Communauté bénéficiaires du
régime de libre circulation des travailleurs. La Commission répondit

582. A. Peyrefitte, op. cit., t. II, 1997, p. 211.


583. Voir supra, no 206.
Conflits de nationalités 235

que la qualité de ressortissant relevait de la législation nationale de


chaque pays membre. Elle souligna au passage que le Royaume-Uni,
en sa qualité de nouvel Etat membre, avait fait, au moment de la
signature du traité d’adhésion, une déclaration sur la définition de
ses ressortissants. Selon cette déclaration, seuls les citoyens du
Royaume-Uni et des colonies disposant d’un droit de séjour perma-
nent et irrévocable au Royaume-Uni bénéficiaient de cette qualité.
Etaient donc exclus de cette dernière les ressortissants des pays indé-
pendants, membres du Commonwealth, qui possédaient leur propre
citoyenneté (les Canadiens, les Australiens, les Néo-Zélandais...) et
les personnes jouissant de la citoyenneté britannique sans pouvoir
revendiquer le right of abode (droit de séjour permanent) 584.
Au sein de l’Union européenne, il ne s’agissait donc point de
prendre une part active dans le débat sur les conflits classiques de
nationalités mais de promouvoir une citoyenneté européenne pour tous
les nationaux des Etats membres. Cette citoyenneté vit le jour lors de la
signature du Traité sur l’Union européenne, signé à Maastricht, le
7 février 1992, précisément aux nouveaux articles 8 à 8 E du Traité CE
(devenus les articles 17 à 22 depuis le Traité d’Amsterdam) 585.
244. Comme la citoyenneté de l’Union européenne a fait récem-
ment l’objet d’un enseignement de qualité à l’Académie de droit
international et, déjà, de multiples publications savantes 586, il n’est

584. JOCE, no C 134 du 27 décembre 1972, p. 10 ; Rev. crit. dr. int. pr.,
vol. 62, 1973, pp. 181-182.
585. JOCE, no C 224, 31 août 1992, pp. 1-130.
On relèvera l’ambiguïté des instruments : créée par le Traité sur l’Union euro-
péenne, la citoyenneté est définie comme citoyenneté « de l’Union » (article 8,
devenu article 17 CE), mais intégrée dans le Traité instituant la Communauté,
entité à personnalité juridique, distincte de l’Union qui n’a pas de personnalité
juridique.
586. E. Pérez Vera, « Citoyenneté de l’Union européenne, nationalité et
condition des étrangers », Recueil des cours, tome 261 (1996), pp. 243-425. Voir
aussi F. Bouquelle et I. Picard, « La supranationalité en Europe », Annales de
droit de Louvain, vol. 52, 1992, pp. 231 ss. ; J.-Y. Carlier, « Vers une citoyenneté
européenne ouverte », Annales d’études européennes de l’Université catholique
de Louvain, vol. 58, 1998, pp. 119 ss. ; A. C. Evans, « European Citizenship »,
Modern Law Review, vol. 45, 1982, pp. 497 ss. ; id., « European Citizenship : A
Novel Concept in EEC Law », American Journal of Comparative Law, vol. 32,
1984, pp. 679 ss. ; Ch. Hen, « Vers une citoyenneté européenne ? », Citoyenneté
et nationalité — Perspectives en France et au Québec (sous la direction de
Dominique Colas, Claude Emeri et Jacques Zylberberg), Paris, PUF (coll. Poli-
tique d’aujourd’hui), 1991, pp. 273 ss. ; J. Verhoeven, « Les citoyens de l’Eu-
rope », Annales de droit de Louvain, vol. 53, 1993, pp. 165 ss. ; J. H. H. Weiler,
« European Citizenship and Human Rights », dans Jan A. Winter et al. (dir.
publ.), Reforming the Treaty on European Union : The Legal Debate, La Haye,
Kluwer, 1996, pp. 57 ss.
236 Michel Verwilghen

ni nécessaire ni opportun de la représenter ici en détail : il suffit de


renvoyer le lecteur au Recueil des cours et à ces ouvrages. Bornons-
nous simplement à situer cette citoyenneté dans notre problématique.
Que la citoyenneté européenne se soit développée pour démocra-
tiser davantage le processus d’intégration, pour mieux conscientiser
les ressortissants des Etats membres sur leur destinée commune
d’Européens, nul n’en disconviendra. Que cette citoyenneté ait
aujourd’hui un contenu certain, même s’il reste moins consistant que
celui procuré par la qualité de national d’un Etat membre, c’est aussi
une évidence. Qu’il y ait pour autant « conflit positif de nationalités »
dans le chef des personnes jouissant de ce double statut, certes non.
Il m’est parfaitement loisible et possible d’assumer ma qualité de
national belge et celle de citoyen européen sans me sentir déchiré
entre deux fidélités, acculé à des obligations concurrentes, tiraillé
entre des droits et devoirs incompatibles, tout comme je puis vivre
mon appartenance à des citoyennetés internes diversifiées : au plan
local, régional ou national. Ce double destin ne fait pas de moi un
bipatride. A la fois Belge et Européen, me voici appelé à assumer
deux appartenances situées sur des niveaux différents, complémen-
taires. Le simple fait que la Belgique soit l’un des Etats membres de
l’Union européenne entraîne mon appartenance à l’Europe commu-
nautaire, laquelle me confère une citoyenneté placée « au-delà » de la
nationalité qui me lie à mon pays 587. Dualité de statuts ? Bien évi-
demment. Plurinationalité ? Pas du tout, sauf en apparence, et chacun
sait que l’apparence est le plus souvent trompeuse.

2. Vers une supranationalité arabe ?

245. Puisque la nation arabe semble une réalité incontestable,


régulièrement évoquée dans les cénacles internationaux et dans des
ouvrages scientifiques depuis son émergence au milieu du XIXe siècle,
la question de l’existence d’une supranationalité arabe, supérieure
à la nationalité conférée par les divers Etats qui se rattachent à cette
culture et à cette langue, vient naturellement à l’esprit. Qu’en fut-il
en droit ?

587. Voir sur ce point les propos éclairants de F. Delpérée, « La citoyenneté


multiple », Annales de droit de Louvain, vol. 56, 1996, pp. 261-273. Si l’on en
doute, il suffit de lire la phrase ajoutée par le Traité d’Amsterdam, du 2 octobre
1997, à l’article 17 CE : « La citoyenneté de l’Union complète la citoyenneté
nationale et ne la remplace pas. »
Conflits de nationalités 237

Il a été vu plus haut que la notion même de nationalité, ignorée du


droit musulman classique, n’a pénétré que tardivement dans les Etats
dont la religion officielle est celle du Prophète, parmi lesquels les
pays de langue et de culture arabes forment le groupe le plus impor-
tant 588. Or, dans le même temps s’est développée une doctrine poli-
tique puissante de panarabisme, partie d’un constat : le rattachement
de millions de personnes à ce qui est dénommé le « Monde arabe »,
même s’ils vivent dans des pays de niveaux économiques très diffé-
rents.
Le 5 avril 1954, soit avant la première tentative de création d’en-
sembles fédéraux par des Etats arabes, plusieurs de ceux-ci signèrent
une Convention sur la nationalité 589. En son article premier, ce traité
définissait les Arabes comme étant « toute personne qui possède la
nationalité d’un des Etats membres de la Ligue arabe ».
Une définition simple et objective bien différente de celle, alam-
biquée et mêlant les éléments subjectifs et objectifs, avancée par un
auteur :
« Est arabe [de la nation arabe], tout homme dont la langue
originelle est l’arabe ou qui habite en territoire arabe, pour
autant qu’il ne soit pas dominé par un parti pris qui le rende
incapable de s’assimiler à la nationalité arabe. » 590
Il n’eut sans doute pas suffi que cette convention entre en vigueur
pour qu’on puisse reconnaître l’existence d’une supranationalité
arabe. Encore aurait-il fallu apporter un contenu juridique à ce statut,
c’est-à-dire fixer les droits et les obligations des titulaires de cette
nationalité supérieure à celle des Etats membres de la Ligue arabe.
246. La doctrine du panarabisme trouva une première consécra-
tion juridique lorsque l’Egypte et la Syrie décidèrent d’unir leurs
destinées en formant un seul Etat : la République arabe unie. Dans la
loi no 82 du 22 juin 1958 sur la nationalité de ce nouvel Etat, né
d’une fusion, figurait un article 31 selon lequel, au sens de ladite loi,

588. Voir supra, nos 224-227.


589. Texte anglais (traduction non officielle de l’arabe) dans M. Khalil, The
Arab States and the Arab League — A Documentary Record, Beyrouth, Khayats,
t. II (International Affairs), 1962, pp. 127-129, no 52. Elle fut signée par la Jor-
danie, la Syrie, l’Iraq, l’Arabie saoudite, le Liban et le Yémen. Pour entrer en
vigueur, cette convention devait être ratifiée par trois Etats signataires. A notre
connaissance, elle ne parvint pas à les réunir.
590. S. Pierre-Caps, Nations et peuples dans les constitutions modernes,
Nancy, Presses universitaires, t. I, 1987, p. 120.
238 Michel Verwilghen

il fallait entendre par « nation arabe » tous les habitants des terri-
toires compris entre l’océan Atlantique et le golfe Persique et dont
l’arabe était la langue principale. La même loi usait du terme « Etat
arabe » mais sans en proposer de définition. Enfin, l’article premier
de la loi considérait comme « citoyen arabe de la RAU » tout indi-
vidu qui, au 22 février 1958, date de la proclamation de l’union de la
Syrie et de l’Egypte, jouissait soit de la nationalité syrienne, soit de
la nationalité égyptienne 591.
Ces dispositions ne laissent planer aucun doute. Dans sa thèse
présentée à Leyde, en 1959, van Panhuys avait épinglé cet exemple
de citoyenneté arabe, qu’il qualifiait de frappant (striking). Au-des-
sus des nationalités égyptienne et syrienne, historiques certes, mais
réduites à un lien de droit interne, il n’existait plus qu’une seule
nationalité au sens du droit international : celle du nouvel Etat né de
la fusion de ses deux composantes. Mais il ressortait aussi de ces
textes que cette nationalité s’intégrait dans un ensemble plus vaste,
encore peu défini juridiquement : celui de la « nation arabe ». Pou-
vait-on aller jusqu’à affirmer l’existence d’une supranationalité
arabe émergente ? Il ne le semble pas, car aucune disposition ne
fixait la teneur de ce statut, par une précision des droits et devoirs du
« national arabe ».
C’est en s’appuyant notamment sur ce précédent que, en 1960, un
auteur marocain, donc arabe, utilisa l’expression « nation arabe »
dans un ouvrage sur la nationalité dans les Etats arabes et démontra
que cette nation prévalait tant dans le domaine du droit interne des
pays liés à cette culture que dans celui du droit conventionnel.
Mais la nouvelle république ne connut qu’une existence éphé-
mère, ses deux composantes préférant se séparer après quelques
années d’expérience de vie commune. Suite à un coup d’Etat mili-
taire survenu en Syrie en septembre 1961, les deux pays reprirent
leur indépendance, mais l’Egypte conserva l’appellation de Répu-
blique arabe unie jusqu’en 1971.
247. Le 17 avril 1971 était proclamé à Damas l’avènement d’un
nouvel Etat fédéral regroupant l’Egypte, la Libye et la Syrie. La
Constitution de cette nouvelle fédération disposait, en son article 3 :
« Le peuple dans la Fédération des Républiques arabes est une partie
intégrante de la nation arabe. » Quant à l’article 10, il se lisait
comme suit :

591. Journ. off. RAU, no 17, n. s., du 25 juillet 1958.


Conflits de nationalités 239

« En attendant la promulgation d’une loi fédérale organisant


les affaires de la nationalité unique de la Fédération, chacune
des républiques règle les questions relatives à la nationalité de
ses citoyens dans le cadre des dispositions générales qui seront
définies par une loi fédérale. » 592
Ainsi, treize années après la première tentative d’union fédérale
interarabe, les mêmes mesures juridiques apparaissaient. Un texte de
droit positif, cette fois de portée constitutionnelle, affirmait l’exis-
tence d’une nation arabe et, par là même, d’une nationalité sociolo-
gique arabe. Cette évidence, nul ne pouvait la contester. Même si,
derechef, le projet fédératif avorta, il demeure que la nation arabe
s’affirma dès lors comme elle s’affirme de plus en plus fermement
de nos jours. Elle ressent non seulement la force de ses liens cultu-
rels, mais aussi la puissance des impératifs économiques qui com-
mandent une entente interétatique.
Qu’il existe pour autant en droit une supranationalité arabe paraît
plus douteux à l’observateur scientifique car, faute de reconnais-
sance ferme et générale, elle n’a pas reçu jusqu’à présent une effec-
tivité suffisante. Tant qu’une organisation internationale, telle la
Ligue des Etats arabes constituée au Caire le 22 mars 1945 593,
n’aura pas défini un statut juridique au contenu solide, commun à
tous les nationaux des pays membres, on doit se borner à constater
que cette nationalité supérieure à celle des Etats arabes reconnus en
droit international se dégage progressivement. Par identité de motifs,
on peut d’ailleurs dire la même chose d’une prétendue nationalité
maghrébine, propre à l’Union du Maghreb arabe constituée en
1989 594. L’avenir réservera peut-être, en ces domaines, des évolu-
tions intéressantes.
248. Une dernière remarque doit être formulée à ce sujet. Pas
plus durant ces expériences que de nos jours, l’expression « nation

592. V. Syriani, Recueil des lois de la FRA, Damas, doc. ronéo, 1972 (tra-
duction française non officielle).
593. Voir à ce sujet M. Khalil, The Arab States and the Arab League — A
Documentary Record, Beyrouth, Khayats, t. II (International Affairs), 1962,
pp. 51-142 ; Atlas de l’Islam, Paris, Nathan, 1987. Le Pacte de la Ligue des Etats
arabes, signé au Caire le 22 mars 1945, prévoit, en son article 2, que la Ligue
doit assurer la coopération entre les Etats membres notamment dans le domaine
de la nationalité.
594. Voir Ch. Rousseau, « Chronique des faits internationaux », Rev. gén. dr.
int. publ., vol. 93, 1989, pp. 656-657 ; A. El Kadiri, « Réflexions sur le traité de
Marrakech constituant l’Union du Maghreb arabe », Rev. gén. dr. int. publ.,
vol. 95, 1991, pp. 71-92.
240 Michel Verwilghen

arabe » ne peut se confondre avec celle de communauté musulmane.


Certes, l’Islam s’étend à tous les pays arabes, mais il englobe aussi
des territoires situés en dehors de la sphère culturelle et linguistique
arabe : comme l’Iran, le Pakistan, l’Indonésie... Certaines sources
avancent même que la majorité des Musulmans ne sont pas arabes,
mais même si cela est correct, il reste vrai que la révélation du Pro-
phète s’est réalisée en Arabie et en langue arabe 595.
Pour les raisons déjà présentées plus haut, il serait totalement
erroné de parler de supranationalité musulmane. Viendrait-il à quel-
qu’un l’idée de parler de supranationalité chrétienne ou bouddhiste ?
L’adhésion à une religion qui a vocation universelle ne peut être
confondue avec une allégeance juridico-politique, donc d’un autre
ordre.

Section 2. Etiologie des conflits de nationalités

Par. 1. Racines profondes des conflits de nationalités

249. Les conflits de nationalités ont si souvent été qualifiés de


maux de la société internationale que l’étude de leurs causes s’appa-
rente à cette discipline de la science médicale qui a pour nom étio-
logie. Chacun sait que, pour bien circonscrire ou surmonter un phé-
nomène atypique, il faut en connaître les raisons. L’attitude que l’on
prendra à l’égard des conflits de nationalités, tout comme les solu-
tions qu’on leur apportera, dépendront de cette analyse. Celle-ci dé-
montrera vraisemblablement qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que
tant les cumuls de nationalités que l’apatridie entraînent des désa-
vantages pour les Etats comme pour les personnes qui connaissent
ces situations. Mais peut-être laissera-t-elle aussi apparaître que le
mal fut exagéré et qu’il peut sortir des effets bénéfiques de certains
de ces conflits, à savoir la plurinationalité, dès lors que plusieurs lois
viennent simultanément conférer des droits à leurs nationaux.
Avant d’examiner les circonstances qui provoquent de façon
concrète l’éclosion des cumuls de nationalités et de l’apatridie, l’on
doit s’interroger sur leurs racines profondes : qu’est-ce qui les rend
juridiquement possibles ?

595. C’est donc une erreur d’affirmer, comme l’a fait Abel, que l’Umma
musulmane peut être appelée « nation arabe » (A. Abel, « L’étranger dans l’Islam
classique », L’étranger. Recueils de la Société Jean Bodin, vol. 10, 1958,
p. 331).
Conflits de nationalités 241

I. Conflits positifs

250. A la base des conflits positifs de nationalités, il y a essen-


tiellement le fait que, dans l’état actuel de développement de la
société internationale, il n’existe aucune autorité supranationale
compétente pour répartir de façon harmonieuse les individus entre
les diverses souverainetés étrangères. Kelsen le constatait déjà en
1932, pour le regretter : il prônait la conclusion de traités internatio-
naux « pour éviter les conséquences très désagréables résultant de
l’heimatlosat ou de la double nationalité » 596. Mais il ne donnait
aucun détail sur ces effets jugés par lui désagréables, et ne précisait
pas qui en pâtissait : les Etats intéressés, des pays tiers ou les per-
sonnes concernées.
Charles De Visscher s’est prononcé dans le même sens en des
termes plus nets. Après avoir rappelé que la nationalité, institution
de droit public dans l’ordre interne, est une matière qui, dans l’ordre
international, appartient à la souveraineté de chaque Etat, mais que
la répartition des hommes entre Etats est un problème dont l’intérêt
international est certain, il poursuit en affirmant :
« C’est de l’antinomie entre ces deux points de vue que pro-
cèdent les conflits de nationalités. Cette antinomie ressort du
texte même de la Convention du 9 [sic] avril 1930, adoptée par
la Conférence pour la codification du droit international, texte
qui, tout en proclamant dans son préambule « qu’il est de l’in-
térêt général de la communauté internationale de faire admettre
par tous ses membres que tout individu devrait avoir une natio-
nalité et n’en posséder qu’une seule » a néanmoins reconnu
qu’« il appartient à chaque Etat de déterminer par sa législation
quels sont ses nationaux. » 597
251. Lorsque la Société des Nations prit, dans l’entre-deux-
guerres, l’initiative de réunir une conférence diplomatique pour trai-
ter des conflits de nationalités, elle n’eut pas comme ambition de
s’ériger elle-même en législateur mondial pour imposer des critères
de nature à prévenir les conflits de nationalités. La conférence recon-
nut d’ailleurs que

596. H. Kelsen, « Théorie générale du droit international public — Problèmes


choisis », p. 246.
597. Ch. De Visscher, Théories et réalités, p. 223.
242 Michel Verwilghen

« dans les conditions économiques et sociales existant actuelle-


ment dans les divers pays, il n’est pas possible de procéder dès
maintenant à un règlement uniforme de tous les problèmes [de
conflits de lois sur la nationalité] » 598.
La Convention du 12 avril 1930, issue de ces travaux, n’a pas éta-
bli un régime unique et universel de répartition des personnes phy-
siques entre les Etats. Au contraire, ce traité commence par affirmer
le principe de souveraineté étatique existant en ce domaine : « Il
appartient à chaque Etat de déterminer par sa législation quels sont
ses nationaux. » Repris des travaux du groupe d’experts réunis sous
l’égide de la Harvard Law School en 1929, ce principe coutumier du
droit des gens traduit bien l’origine profonde des conflits de natio-
nalités :
« le conflit de multinationalité découle de ce que le droit des
gens laisse en principe à la discrétion des Etats le soin de déci-
der qui est ou non citoyen. C’est le droit des gens qui est, en fin
de cause, à l’origine du conflit. » 599
Et le professeur Mayer d’abonder dans le même sens : le fait qu’une
personne soit nationale de deux ou plusieurs Etats
« ne constitue pas une impossibilité logique et ne suppose
aucun abus de la part de l’un d’eux : on peut présenter avec un
Etat certains liens qui justifient l’inclusion dans sa population
constitutive, et avec un autre des liens différents, mais tout
aussi solides, provoquant une réaction identique » 600.
252. Depuis lors, on n’a guère progressé vers l’instauration d’un
pouvoir législatif mondial en ce domaine. Jamais l’Organisation des
Nations Unies, lorsqu’elle marqua son intérêt pour l’étude de cer-
tains problèmes touchant la nationalité, n’a prétendu s’arroger la
compétence de fixer les critères de répartition des individus entre les
Etats. Tout au plus décida-t-elle de s’efforcer, par négociations
diplomatiques, de prévenir certains conflits positifs ou négatifs de
nationalités ou d’en atténuer des effets pervers 601.

598. Préambule à la Convention du 12 août 1930.


599. E. Isay, « De la nationalité », p. 441 ; dans le même sens : A. De Mestral
et S. Williams, Introduction au droit international public, Toronto, Butterworths,
1982, p. 185.
600. P. Mayer, Droit international privé, p. 547, no 853.
601. Voir infra, nos 419, 443, 454 et 459.
Conflits de nationalités 243

253. Au plan régional, il n’a pas davantage été envisagé sérieuse-


ment de promouvoir une législation unique sur la nationalité des
Etats membres d’une organisation internationale donnée. Récem-
ment encore, au sein du Conseil de l’Europe, les Etats membres ont
abordé ce sujet en se bornant prudemment à « promouvoir le déve-
loppement progressif des principes juridiques concernant la nationa-
lité, ainsi que leur adoption en droit interne », comme l’annonce le
préambule de la Convention européenne sur la nationalité, conclue à
Strasbourg, le 6 novembre 1997.
254. Même s’il existait une autorité internationale unique pour
légiférer en matière de nationalité, encore faudrait-il qu’elle décide
de supprimer les conflits positifs. Or, rien ne dit qu’elle se pronon-
cerait ainsi.
Il est vrai que pendant bien longtemps, la multipatridie a été considé-
rée comme pernicieuse, mais jamais elle ne fut condamnée en principe
dans un instrument diplomatique international de portée universelle.
Aujourd’hui, les esprits ont évolué à ce propos. On peut croire que
l’éventuel législateur international lui-même hésiterait désormais à
jeter l’anathème sur ces conflits positifs de nationalités. On peut
même prédire qu’il serait probablement tenté d’en accepter certaines
manifestations. Le préambule déjà cité de la Convention euro-
péenne sur la nationalité est évocateur à cet égard lorsqu’il affirme :
« Notant que les Etats ont des positions différentes sur la
question de pluralité de nationalités et reconnaissant que
chaque Etat est libre de décider des conséquences qui décou-
lent, dans son droit interne, de l’acquisition ou de la possession
d’une autre nationalité par l’un de ses ressortissants. »
255. Même en dehors de toute intervention d’une autorité inter-
nationale pour régir de façon cohérente les principes généraux du
droit de la nationalité, les Etats auraient pu d’eux-mêmes éviter les
conflits de nationalités, si chaque ordre juridique étatique s’était vu
attribuer « une zone d’expansion particulière et réservée » 602. En ce
cas, en effet, un individu n’aurait jamais pu être réclamé par plu-
sieurs Etats ; seul celui possédant les titres les plus pertinents, les
plus sérieux aurait été en droit de le revendiquer comme son ressor-
tissant : la nationalité aurait été construite, en quelque sorte, sur le
lien prédominant, le plus significatif (most significant relationship).

602. P. Louis-Lucas, La nationalité française, pp. 6-7.


244 Michel Verwilghen

Ici aussi, les faits démontrent que la réalité se situe loin de cet
idéal. Chaque Etat légifère en ce domaine sans se soucier particuliè-
rement de l’extension personnelle donnée à ses règles. C’est pour-
quoi les régimes d’établissement, de perte et de recouvrement des
nationalités étatiques varient à l’infini et se font mutuellement
concurrence. Voir les Etats mettre spontanément leurs législations en
harmonie est, selon l’euphémisme d’Isay, un espoir « léger » 603.

II. Conflits négatifs

256. Tous les travaux entrepris au niveau international l’attestent :


l’apatridie est vue de nos jours comme un mal qu’il convient d’évi-
ter dans toute la mesure du possible 604.
On peut donc raisonnablement croire que s’il existait une autorité
universelle compétente en matière de nationalité, elle prendrait bien
soin de ne pas admettre l’apatridie. Un éminent internationaliste
français a pourtant enseigné le contraire :
« Même s’il n’y avait qu’une législation unique, mondiale,
sur la nationalité, elle pourrait contenir des privations de la
nationalité, source d’apatridie. » 605
Théoriquement, l’assertion est fondée. Pratiquement, il est certain
que l’existence d’un législateur international contribuerait aujour-
d’hui efficacement à diminuer ce malaise qu’est l’apatridie, sinon à
le supprimer.
257. Contredisant ce que prophétisait Louis-Lucas dans l’entre-
deux-guerres, l’apatridie a bel et bien été depuis lors, comme on l’a
vu 606, condamnée dans son principe par les plus hautes institutions
internationales. En outre, une doctrine pour une fois unanime s’est
prononcée dans le même sens en appelant les législateurs à se mon-
trer davantage vigilants que par le passé pour éradiquer ce
malaise 607. Mais il est vrai que, si elle est de nos jours tenue pour un
mal, l’apatridie demeure en fait tolérée, voire favorisée pour des rai-
sons souvent politiques. Quel paradoxe de constater que les condam-
nations internationales de l’apatridie abondent, alors que jamais le
603. E. Isay, « De la nationalité », p. 438.
604. Voir supra, nos 151-156, et infra, nos 400-405.
605. J. Maury, vo « Nationalité — Théorie générale et Nationalité en France »,
p. 316, no 153.
606. Voir supra, nos 151-156.
607. F. Laurent, Le droit civil international, t. III, p. 433, no 250.
Conflits de nationalités 245

mal ne s’est tant développé en réalité : il y a de plus en plus de per-


sonnes privées de toute nationalité, surtout dans les pays jeunes.
Plus encore que pour les conflits positifs, c’est donc bien l’ab-
sence d’une autorité universelle — ou, ce qui revient politiquement
au même, l’absence d’une contrainte interétatique mondiale — qui
constitue l’origine profonde de ce malaise.

Par. 2. Causes des conflits de nationalités

258. Voyons à présent quelles sont les circonstances qui, concrè-


tement, engendrent les conflits de nationalités. En vérité, on peut
douter qu’une énumération exhaustive de ces circonstances soit pos-
sible. Un bon auteur, se penchant sur les causes immédiates de l’apa-
tridie en droit américain, a pu recenser pas moins de quatre-vingt-six
causes ! 608 Essayons néanmoins d’établir un tableau synthétique des
diverses éventualités, tant pour les conflits positifs que pour l’apa-
tridie.

I. Conflits positifs

259. Revenant plus systématiquement sur une classification des


cumuls de nationalités déjà présentée plus haut 609 en l’observant du
point de vue des causes, constatons que la double nationalité ou la
plurinationalité peuvent apparaître dès la naissance d’une personne
ou durant son existence. On présentera d’abord ci-après les causes
de la multipatridie d’origine, c’est-à-dire celle qui prévaut par l’at-
tribution au même individu de deux ou plusieurs nationalités lors-
qu’il naît ; puis seront analysées celles qui peuvent intervenir plus
tard, par acquisition d’une ou de plusieurs nationalités autres que
celle attribuée à la naissance et qui est conservée nonobstant les nou-
velles acquisitions ; nous appellerons cette deuxième hypothèse
« multipatridie adventice ».
Un autre critère de classification conduirait à distinguer la pluri-
nationalité individuelle et collective, c’est-à-dire celle qui concerne
une personne isolée et celle dont la cause immédiate provoque un
cumul de nationalités chez plusieurs personnes à la fois. On évo-
quera cette dernière plus sommairement.
608. C. Seker-Hudson, Statelessness, with Special Reference to the United
States, 1934, p. 245.
609. Voir supra, nos 183-187.
246 Michel Verwilghen

A. Plurinationalité d’origine

1. Divergences ou incompatibilités législatives


260. A l’intérieur des frontières de son empire juridique, l’Etat
règne souverainement et organise comme il l’entend, en toute indé-
pendance, le lien juridico-politique qui le rattache à des personnes.
Comme chaque Etat agit de même, il arrive inévitablement, par le
hasard des lois, que des individus se rattachent à deux patries, voire
plus, ou ne soient les nationaux d’aucun Etat. La principale cause de
la multipatridie d’origine est la divergence des réglementations
nationales en matière d’attribution de nationalité ou, en d’autres
termes, de dispositions législatives non synchronisées et incompa-
tibles entre elles, émanant de deux ou plusieurs législateurs.
C’est ce qu’affirmait François Laurent au siècle passé lorsqu’il
écrivait : « il peut arriver que, par suite d’un conflit des législations
diverses, une personne ait deux patries » 610. Il n’imaginait pas
davantage, la bipatridie constituant déjà une anormalité et la plurina-
tionalité étant à l’époque inimaginable. Récemment, Rigaux s’est
prononcé dans le même sens : « Loin d’être une anomalie, pareils
conflits sont une conséquence nécessaire de l’autonomie des divers
Etats. » 611 Quant à Pierre Mayer, il observe pertinemment :
« Quelque injustice que cette situation puisse comporter, elle
se constate, en principe, et ne se discute pas, chaque Etat ayant
agi compétemment en attribuant sa nationalité, et en en tirant
les conséquences. » 612
261. La manifestation la plus brutale de la divergence législative
apparaît dans le choix, par les Etats, de critères radicalement diffé-
rents d’attribution de la nationalité d’origine. En droit comparé, deux
systèmes dominent le régime de la nationalité : le jus sanguinis et le
jus soli. Selon le premier système, la nationalité d’un individu est
déterminée par celle d’un de ses auteurs : « possèdent la nationalité
d’un Etat les descendants d’un sujet de cet Etat » 613. En ce cas, le
lieu de naissance n’est pas pris en considération. Quant au second
principe, il place précisément l’accent sur ce dernier fait : l’Etat attri-

610. F. Laurent, Le droit civil international, t. III, p. 433, no 250.


611. F. Rigaux, « Les situations juridiques individuelles... », p. 75.
612. P. Mayer, Droit international privé, p. 548, no 854.
613. J. P. A. François, « Règles générales du droit de la paix », p. 120.
Conflits de nationalités 247

bue sa nationalité à toute personne qui naît sur son territoire, indé-
pendamment de la nationalité de ses auteurs ou de l’un d’entre eux.
Le choix par chaque législateur national de l’un ou l’autre de ces cri-
tères, tout comme l’option actuellement la plus courante de leur
combinaison plus ou moins poussée, est déterminé par différents fac-
teurs : politiques, économiques, démographiques, sociaux, reli-
gieux…
Il résulte du jeu combiné des deux systèmes classiques d’attribu-
tion de nationalité qu’un individu né dans un Etat favorable au jus
soli de parents originaires d’un Etat consacrant le jus sanguinis pos-
sédera, le jour de sa naissance, deux, voire trois nationalités si ses
parents sont de nationalités différentes et que leur droit national
accepte l’égalité des époux dans l’attribution de la nationalité. L’en-
fant pourrait en avoir davantage si ses parents sont eux-mêmes mul-
tipatrides.
262. Dans les Etats qui optent pour le même système de base —
soit jus soli, soit jus sanguinis, soit combinaison des deux critères —,
il peut fort bien arriver qu’une réglementation différente engendre
des conflits positifs de nationalités. Il suffit pour cela qu’il y ait
incompatibilité entre les deux lois sur un point précis, même mineur.
Prenons l’exemple de deux pays favorables au jus sanguinis à
propos de la nationalité des enfants nés hors mariage. Si le premier
Etat décide que l’enfant acquiert en ce cas de plein droit la nationa-
lité de sa mère à la naissance, alors que l’autre pays préfère retenir
un système d’attribution de la nationalité de l’auteur qui reconnaîtra
l’enfant en premier lieu, le conflit positif apparaît comme inévitable
dès lors que le nouveau-né est reconnu à sa naissance par son père.
263. A la limite, même lorsque deux Etats prévoient un mode
identique d’attribution de leur nationalité, formulé exactement dans
les mêmes termes, le conflit de nationalités peut encore apparaître.
Supposons que deux pays consacrent chacun la règle suivante :
« L’enfant reçoit à sa naissance la nationalité de son père ou de sa
mère si cet auteur de l’enfant possède à ce moment la nationalité de
l’Etat. » L’application de cette disposition dans le premier de ces
pays, dont le père est ressortissant, aura pour conséquence d’attri-
buer à l’enfant la nationalité de celui-ci, et dans le second de ces
Etats, patrie de la mère, la nationalité de celle-ci.
Cette situation est loin d’être exceptionnelle. Vu la consécration
progressive du principe d’égalité des sexes par les législateurs natio-
naux jusque — et y compris — dans l’attribution de la nationalité, il
248 Michel Verwilghen

arrive de plus en plus souvent qu’un enfant puisse se voir attribuer à


la naissance la nationalité de son père selon la loi de ce dernier et
celle de sa mère en application du droit sur la nationalité en vigueur
dans l’Etat dont elle est la ressortissante. Ces conflits positifs de
nationalités, naguère rares, tendent à devenir courants. L’essor du
principe de l’égalité des sexes est aujourd’hui, peut-on dire, un des
vecteurs les plus puissants de la multipatridie d’origine dans cer-
taines parties du monde. L’exemple de l’Europe occidentale en
témoigne.

2. Effet récurrent des conflits positifs

264. La multipatridie d’origine peut aussi apparaître si, lors de sa


naissance, l’enfant est issu d’auteurs bipatrides ou multipatrides et
que la loi de chacun de leur pays prévoit l’attribution de leur natio-
nalité à l’enfant. Ainsi, dans l’Etat actuel du droit positif, un enfant
né dans le mariage d’un père binational belgo-français pourrait fort
bien être Belge jure sanguinis a patre dès sa naissance, par applica-
tion de l’article 8 du Code de la nationalité belge du 28 juin 1984, et
Français au même moment, en vertu de l’article 18 du Code civil
français 614. Si la mère de cet enfant est elle-même binationale de
deux autres Etats, son enfant pourrait posséder dès l’origine non pas
deux, mais quatre nationalités. C’est ce qu’on a appelé l’effet récur-
rent des conflits positifs de nationalités. En langage plus imagé, on
qualifierait cette situation d’effet « boule de neige », hantise de cer-
tains législateurs qui craignent la plurinationalité excessive autant
que la surpopulation nationale et sont bien décidés à les enrayer par
des dispositions légales appropriées.
S’agit-il de situations si exceptionnelles ? Certes, ces cas demeu-
rent encore rares, mais de nos jours, en raison même des évolutions
législatives en la matière, ils risquent de se produire de plus en plus
souvent. Pour éviter cette « progression géométrique » en puissance,
certains Etats veillent à permettre aux intéressés d’abandonner la
nationalité de ceux-ci soit par démarche volontaire, soit par congé
automatique de nationalité, lorsqu’il apparaît que les attaches avec
cet Etat ne sont plus suffisantes et que l’intéressé conservera au
moins une de ses nationalités.

614. Tel que révisé par la loi no 73-42 du 9 janvier 1973 (ancien article 17 du
Code de la nationalité française).
Conflits de nationalités 249

B. Plurinationalité adventice

265. Un individu peut devenir bipatride ou multipatride par le fait


d’une acquisition, volontaire ou involontaire, d’une ou de plusieurs
nationalités venant s’ajouter à celle qui lui fut attribuée à la nais-
sance, lorsque cette acquisition n’entraîne pas ipso facto la perte de
la nationalité d’origine, voire de toute nationalité antérieure.

1. Plurinationalité par acquisition d’une autre nationalité


a) Acquisition volontaire
266. Autrefois, la grande majorité des Etats du monde, précisé-
ment pour éviter de favoriser l’éclosion de conflits positifs de natio-
nalités (alors considérés unanimement comme pernicieux), prévoyait
la perte de plein droit de leur nationalité dans le chef des personnes
qui acquéraient volontairement une nationalité étrangère. On trouve
encore aujourd’hui plusieurs systèmes législatifs caractérisés par
cette perte automatique. Ainsi du droit belge (article 22 du Code de
la nationalité), du droit chinois (article 9 de la loi chinoise sur la
nationalité, du 19 septembre 1980) et du droit japonais (article 11,
alinéa premier nouveau, de la loi no 147 du 4 mai 1950, tel que
modifié à ce jour).
La tendance actuelle des législations nationales va plutôt dans le
sens contraire : le principe selon lequel il faut éviter la suppression
automatique d’une nationalité en raison de l’acquisition volontaire
(ou, a fortiori, involontaire) d’une autre nationalité tend à s’implan-
ter progressivement. La loi française se rattache à ce principe : aux
termes de l’article 23 du Code civil, il faut une démarche positive de
l’intéressé majeur — une déclaration reçue par le juge d’instance ou
par un consul — qui manifeste ainsi son intention de se détacher de
la nationalité française.
267. Dans de nombreux pays, on s’est éloigné tout autant de l’ap-
plication rigoureuse de l’allégeance perpétuelle, car ce qui importe,
désormais, c’est la décision de l’intéressé 615. Ce principe d’autono-
mie de la volonté connaît toutefois des limites. De nombreux Etats,
par exemple, n’admettent pas la dénationalisation par des personnes
en âge de service militaire ou civique. L’acquisition volontaire d’une

615. Voir par exemple E. Szlechter, Les options conventionnelles de nationa-


lité à la suite des cessions de territoires, Paris, Sirey, 1948.
250 Michel Verwilghen

nationalité étrangère ne permet pas de se dégager aisément de la


nationalité d’origine et, par là même, le conflit positif est inévitable.
S’il est malaisé, faute de statistiques, de fixer l’ampleur de ce phé-
nomène dans le monde, nul doute qu’il existe bel et bien.
Le nom précis donné à l’acquisition volontaire d’une nationalité
importe peu. Le plus souvent, il s’agit d’une naturalisation, terme
générique, mais qui reçoit ici et là des appellations particulières
lorsque l’intéressé appelé à exprimer sa volonté se trouve dans cer-
taines conditions (option de patrie, acquisition à raison du mariage
avec un national, acquisition par suite d’une adoption...).

b) Acquisition involontaire

268. L’acquisition involontaire d’une nationalité, c’est-à-dire


celle qui s’opère par l’effet de la loi (ou selon une autre expression,
par le bienfait de la loi, car l’octroi d’une nationalité est générale-
ment tenu comme un privilège par les législateurs nationaux) est à
l’origine de maints cumuls de nationalités. Il est rare, en effet, de
voir les codes et lois sur la nationalité consacrer la perte de plein
droit de la nationalité d’origine en cas d’obtention d’office d’une
autre nationalité.
On peut mentionner ici tous les faits de la vie familiale qui sont à
l’origine de l’acquisition automatique d’une nationalité. L’établisse-
ment d’un lien de filiation biologique, par reconnaissance volontaire
ou judiciaire de paternité, même de maternité, la création d’un lien
de filiation adoptive, la célébration d’une union conjugale valable au
regard des lois régissant le mariage, etc., sont autant de situations
qui peuvent engendrer l’acquisition de plein droit d’une deuxième
nationalité, mais sans perte de la première. Certains ont pensé que,
dans ces hypothèses, il y avait changement volontaire de nationalité,
puisque c’est de plein gré que les intéressés modifient le statut per-
sonnel et qu’ils n’ignorent pas quel sera l’effet de nationalité de ce
changement. Grossière erreur : la volonté individuelle ne s’exprime
que sur l’élément qui concerne l’état de la personne ; c’est le législa-
teur lui-même qui en tire la conséquence en matière de nationalité.
Dès lors, il y a bel et bien acquisition de plein droit d’une nationalité
nouvelle non expressément voulue.
Mais les événements liés à un élément du statut personnel ne sont
pas les seuls à entraîner cette conséquence. L’histoire a connu — et
des lois actuelles admettent encore — des cas d’acquisition automa-
Conflits de nationalités 251

tique d’une nationalité fondée sur d’autres démarches faites par une
personne, comme l’acceptation d’un emploi dans une administration
publique d’un Etat, l’accomplissement du service militaire ou l’exer-
cice de responsabilités dans les rangs de l’armée de l’Etat qui édicte
pareille règle. Si le pays d’origine demeure fidèle au principe de
conservation de la nationalité, même dans ces hypothèses, il y a
nécessairement plurinationalité.

2. Plurinationalité par suite de changements territoriaux

269. Voici encore une autre cause d’apparition de multipatridie


adventice : celle résultant de changements territoriaux. Ceux-ci ont
porté tant sur le territoire « historique » de l’Etat lui-même, c’est-
à-dire ses assises géographiques les plus évidentes, que sur les pos-
sessions territoriales acquises en période d’expansion coloniale,
lorsque celles-ci accédèrent à l’indépendance.
Cette matière appartient à la théorie de la succession d’Etats. On
ne saurait l’étudier ici en détail. Rappelons sommairement les thèses
en présence. Pour les uns, la population touchée par la modification
territoriale change de plano de nationalité, en ce sens qu’elle prend
d’office la nationalité de l’Etat qui exerce désormais son imperium
sur le territoire cédé. Déjà, François Laurent s’était attaché à présen-
ter le problème et cette solution, en les puisant chez Pothier 616.
Brownlie enseigne, quant à lui : « the population follows the change
of sovereignty in matters of nationality » 617. Cette thèse s’appuie
notamment sur un précédent illustre : les traités de paix conclus
après la grande guerre de 1914-1918. Mais un puissant courant doc-
trinal enseigne qu’en vérité il n’y a pas transfert automatique de
nationalité, le droit coutumier international n’ayant jamais été jus-
qu’à entériner pareille règle. Il a seulement admis que l’Etat succes-
seur possède le droit de conférer sa nationalité à la population qui
réside sur le territoire transféré, pour autant que ce changement de
souveraineté territorial soit conforme au droit international 618. Car

616. F. Laurent, Principes de droit civil, Bruxelles, Bruylant, et Paris, Durant


et Pedone, 1869, t. I, pp. 458 ss., nos 354 ss.
617. I. Brownlie, Principles of Public International Law, 3e éd., 1979, p. 658.
618. En ce sens, A. Randelzhofer, vo « Nationality », op. cit., p. 420. Voir
aussi W. Czaplinsky, « A Note on the Decolonization and Nationality », Ver-
fassung und Recht in Verbesee, no 18, 1985, pp. 329 ss. ; G. de La Pradelle, « Des
changements territoriaux et les effets sur les questions de nationalité », Austrian
Journ. Publ. and Int. Law, 1995, pp. 81 ss. ; E. Gordon, « Les cessions de terri-
252 Michel Verwilghen

les annexions, sécessions et autres formes de mutations territoriales


soulèvent toujours la question préalable de leur validité ; cette
matière relève aussi des principes généraux du droit des gens.
270. Alors que dans les causes visées précédemment la multipa-
tridie concernait des cas individuels, la particularité de cette cause-ci
réside dans le fait qu’elle touche des populations entières. Il s’agit vrai-
ment de plurinationalités collectives. Heureusement, les exemples
historiques, encore que bien réels, demeurent rares. Parfois, en effet,
les Etats concernés par le changement territorial veillent à conclure
entre eux des traités destinés à régler le sort des populations subissant
la mutation. A cette occasion, ils prennent soin de prévenir les cumuls
de nationalités, voire de les régler 619. Mais ce sont les principes de
succession d’Etats qui permettent surtout d’éviter le problème.
Si le changement territorial intervient trop brusquement ou dans
un contexte d’hostilité, il n’est pas toujours possible aux pays en
cause de s’entendre sur les problèmes de nationalités. Il faut surtout
citer le sort des personnes d’origine allemande vivant dans les terri-
toires qui, après la chute du IIIe Reich, ont été rattachés à la Pologne
ou à l’URSS. La décision fut d’abord prise unilatéralement par les
gouvernements des deux Etats. Les traités signés ultérieurement à
Moscou et à Varsovie n’ont pas établi de règles directes de conduite
des individus. Leur nationalité demeura longtemps douteuse 620.
Voici un autre exemple, moins dramatique et d’ampleur bien plus
limitée : la décolonisation du Congo belge ; rien ne fut organisé en
temps voulu et, plus tard, il fallut prendre à chaud des mesures uni-
latérales pour régler les situations les plus délicates 621. Autre illus-

toires et leurs effets sur la nationalité des habitants », La nationalité dans la


science sociale et dans le droit contemporain, Paris, Sirey, 1933, pp. 127 ss. ; F.
A. Mann, « The Effect of Changes of Sovereignty upon Nationality », Modern
Law Rev., 1942, pp. 218 ss. ; J. Perrinjaquet, « Des annexions déguisées de terri-
toires », Rev. gén. dr. int. publ., vol. 16, 1909, pp. 316 ss.
619. Voir, par exemple, pour la France, les textes cités par P. Lagarde, La
nationalité française, Paris, Dalloz, 3e éd., 1997, pp. 199-229 ; pour la Belgique :
les articles 36 et 37 du Traité de Versailles, du 28 juin 1919, et le Traité relatif à
la ratification de la frontière belgo-allemande et en règlement de divers pro-
blèmes concernant les deux pays, conclu le 24 septembre 1956, à Bruxelles.
Pour le Royaume-Uni, voir infra, nos 423-424, à propos de l’accord sur le retour
de Hong Kong à la République populaire de Chine.
620. Voir à ce sujet Bundesverfassungsgericht, 7 juillet 1975, E 40, 141,
1 BvR 247/72 et al.
621. Voir M. Verwilghen, « Quelques conséquences de l’indépendance des
Etats africains et malgache sur le droit international privé belge », Penant —
Rev. dr. pays d’Afrique, 1972, no 738, pp. 514-521 ; Le Code de la nationalité
belge, pp. 44-45, nos 50-51.
Conflits de nationalités 253

tration plus récente : le démembrement de la République socialiste


fédérative de Yougoslavie (RSFY) n’a pas été suivi d’un accord
diplomatique pour régler les questions de nationalités entre les Etats
nés de cette division. On peut lire dans un rapport établi sous l’égide
du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés :
« The combination of the unanimous automatic continuation
of republican citizenship and of the possibility, in some States,
of obtaining the citizenship of the country in which one resided
at the time of independence has led to situations of dual, and
sometimes multiple, citizenship. This is particularly true in Slo-
venia where the option given to SFRY residents to obtain Slo-
vene citizenship without renunciation of previous citizenship,
created around 170,000 dual citizens. » 622
271. Les exemples les plus connus et, sans doute aussi, les plus
massifs, de naturalisations collectives en Europe datent de la période
qui a précédé et suivi l’ouverture des hostilités de la seconde guerre
mondiale.
Dès 1938 et jusqu’en 1943, le gouvernement national-socialiste
allemand procéda à diverses naturalisations de ce type (Sammelein-
bürgerungen) de personnes qui, du point de vue ethnique, étaient ré-
putées appartenir au peuple allemand. Premier cas : les Autrichiens,
après l’Anschluss, acquirent d’office la nationalité allemande à la suite
de cette annexion 623. Le 23 septembre 1941, les habitants de quelques
communes belges unilatéralement annexées au Reich — à savoir
Eupen, Malmedy et Moresnet — furent à leur tour et malgré eux incor-
porés dans la nationalité allemande par ordonnance prise ce jour-là 624.
Le 23 août 1942, une autre ordonnance nazie décida la naturalisation
collective des Luxembourgeois et des personnes de race allemande
établis en Alsace-Lorraine 625. Enfin, par arrêté du 19 mai 1943, Hitler
attribua la nationalité allemande à toutes les personnes qui, d’origine
ethnique allemande, s’étaient engagées dans la Wehrmacht, les S.S.,

622. UNHCR Regional Bureau for Europe, Citizenship and Prevention of


Statelessness Linked to the Disintegration of the Socialist Federal Republic of
Yugoslavia, Genève, UNHCR, European Series, t. III, no 1, juin 1977, pp. 41-42.
Voir aussi J. M. M. Chan, « Citizenship and Statelessness in the Former Yugo-
slavia : the Legal Framework », Refugee Survey Quart., vol. 14, 1995, no 3.
623. Voir le règlement du 3 juillet 1938 relatif à la nationalité allemande en
Autriche (Deutsches Reichsgesetzblatt, 1938, I, p. 790).
624. Reichsgesetzblatt, 1941, I, p. 584.
625. Reichsgesetzblatt, 1942, I, p. 553.
254 Michel Verwilghen

la police et l’organisation Todt 626. Cet arrêté fut ultérieurement précisé,


voire contredit, par une circulaire du ministre de l’Intérieur 627.
Y eut-il, dans ces cas, émergence de doubles nationalités ? Appa-
remment non. Si l’on devait considérer l’annexion comme valable,
les personnes liées au territoire annexé auraient perdu leur ancienne
nationalité pour devenir Allemandes. Mais s’il y a lieu de contester
la validité du changement territorial, et donc aussi de l’acquisition de
la nationalité allemande, seule la nationalité antérieure continua
d’exister. Or, toutes ces mesures de naturalisation collective furent
déclarées nulles après la guerre par les autorités d’occupation alliées
ou par le nouveau gouvernement d’Allemagne fédérale 628.
272. Dans d’autres continents aussi, le phénomène de naturalisa-
tion collective s’est rencontré autrefois ou plus récemment. Citons-
en un seul exemple : celui du Tibet. Après la pénétration des troupes
chinoises dans ce pays en 1950, le Tibet alors indépendant fut incor-
poré dans la République populaire de Chine et sa population, jus-
qu’alors titulaire de la nationalité tibétaine, devint une minorité eth-
nique chinoise 629. Plus de trois millions de personnes eurent ainsi à
connaître en fait et en droit une naturalisation collective. En mars
1959, à la suite d’une rébellion antichinoise maîtrisée par les armes,
le dalaï-lama, autorité politique jusqu’en 1951 et simplement reli-
gieuse depuis lors — il est resté le chef de l’église tibétaine —, fut
contraint de fuir le pays avec plusieurs milliers de ses compatriotes.
De nos jours, la loi sur la nationalité chinoise du 10 septembre 1980
s’applique effectivement à tous ceux qui, autrefois, possédaient la
nationalité tibétaine et qui vivent dans cette région autonome, ainsi
qu’à leurs descendants 630. Pour la République populaire de Chine, la
626. Reichsgesetzblatt, 1943, I, p. 315.
627. Voir la circulaire du 25 mai 1944 selon laquelle la nationalité allemande,
octroyée apparemment par naturalisation collective, n’était en fait attribuée que
cas par cas, moyennant une autorisation individuelle de la Centrale d’immigra-
tion (Ministerialblatt des Reichs- und Preussischen Ministeriums des Innern,
1944, p. 551).
628. Sur ces mesures, notamment celles de la Haute Commission alliée, voir
F. Sturm, « Allemagne », Juris-classeur Nationalité, 1998, p. 16, nos 22-24 ; F. A.
Mann, « The Present Validity of Nazi Nationality Laws », Law Quart. Rev.,
vol. 89, 1973, pp. 194 ss.
629. Les positions du Gouvernement chinois de Beijing et celles du Gouver-
nement tibétain en exil sur la qualification juridique donnée aux événements
sont évidemment en opposition totale et irréductibles.
630. Bien que les statistiques concernant les victimes de la répression consé-
cutive à ces événements soient impossibles à contrôler, certaines sources avan-
cent qu’environ un million de Tibétains auraient perdu la vie entre 1951 et 1983
(B. Philip, « Tibet interdit », Le Monde, mercredi 3 mars 1999, p. 13).
Conflits de nationalités 255

nationalité tibétaine n’existe plus qu’au titre de nationalité ethnique.


Pour ceux qui contestent la validité de l’annexion, le fait est qu’il
existe une centaine de milliers de réfugiés tibétains de par le monde,
dont la nationalité juridico-politique, bien que dépourvue d’effica-
cité, n’a pas disparu.
273. Comme on le voit à travers les derniers exemples cités, la
question de la validité, en droit international, des naturalisations col-
lectives a très correctement été liée à celle de la validité internatio-
nale des changements territoriaux, en particulier des annexions.
Dans l’entre-deux-guerres, un auteur italien a analysé longuement
ces situations de naturalisations groupées, en décrivant leurs causes
et leurs conséquences. Parmi ces dernières, bien sûr, figurait l’émer-
gence de nombreux cas de bipatridies 631.
Ce type d’acquisition involontaire d’une nationalité peut se pré-
senter sans qu’il y ait pour autant perte de la nationalité antérieure
des personnes qui en sont l’objet, même si l’effectivité de la nou-
velle nationalité est acceptée. Un observateur peu averti aurait ten-
dance, dès lors, à s’effrayer devant l’irruption massive de pluripa-
trides. L’exemple allemand présenté plus haut démontre que ces
situations troublées et souvent ambiguës demeurent parfois provi-
soires. Elles se résorbent assez rapidement après le retour à la paix.
Mais, entre-temps, que de préoccupations et d’ennuis pour les per-
sonnes qui en ont été les victimes !
Plusieurs documents internationaux sont venus récemment enri-
chir et clarifier les solutions concernant l’incidence des successions
d’Etats sur la nationalité des personnes physiques. Comme leur
objectif est davantage de permettre aux populations concernées de
posséder une nationalité que de jouir de plusieurs nationalités, nous
les examinerons plus loin 632.

3. Plurinationalité par accords diplomatiques

274. D’autres cas de création de multipatridies collectives sont


apparus dans le passé par la conclusion même de traités internatio-
naux. Dans cette éventualité, l’accord international, loin de prévenir
le cumul de nationalités, a précisément pour objet de le reconnaître.

631. C. Lipartiti, La teoria e la prassi delle naturalizzazioni collettive, Rome,


Anonima Romana Edit., 2 tomes, 1935 ; voir surtout le tome II, pp. 79-100.
632. Voir infra, no 288.
256 Michel Verwilghen

L’exemple le plus célèbre est assurément celui qui touche les


peuples ibéro-américains.
On l’a vu : tant le phénomène des émigrants que celui de commu-
nauté de peuples expliquent pourquoi des pays comme l’Espagne ou
l’Italie, d’une part, et plusieurs pays latino-américains, d’autre part,
ont conclu entre eux des accords en vue de consacrer l’existence de
doubles nationalités 633. En principe, les deux nationalités ainsi
reconnues à un grand nombre d’individus se veulent « intégrales » ;
toutefois, il fut généralement admis que l’une serait actuelle et
l’autre virtuelle. Ainsi, l’accord entre l’Espagne et le Chili, du
24 mai 1958, tout comme celui avec le Pérou, du 16 mai 1959, pré-
cisent dans leur préambule :
« Il n’y a aucune objection juridique à ce qu’une personne
puisse posséder deux nationalités, à condition que l’une d’entre
elles ait sa pleine efficacité, soit à l’origine de la dépendance
politique et implique la législation à laquelle elle est sou-
mise. » 634
En principe, la nationalité du pays dans lequel le binational est
domicilié reçoit la préférence. Pour éviter toute équivoque, les trai-
tés prennent bien soin de définir le concept de domicile 635. Le Traité
d’amitié et d’extradition conclu à Lima, le 18 octobre 1890, entre
l’Italie et la Bolivie dispose :
« Sont considérés comme Italiens en Bolivie et comme Boli-
viens en Italie :
a) les Italiens qui s’établissent en Bolivie et les Boliviens qui
s’établissent en Italie et qui ont conservé leur nationalité
conformément à la loi de leur pays ;
b) leurs enfants. » 636

633. Voir supra, no 176 et nos 192-194.


634. Sur ces conventions, voir A. Marín López, « La doble nacionalidad en
los tratados suscritos por España con la Republicas americanas », Anuario de
derecho internacional (Univ. de Navarra), vol. 6, 1982, pp. 219-231 ; A. Miaja
de la Muela, « Los Convenios de doble nacionalidad entre España y algunas
Republicas americanas », Revista española de derecho internacional, 1966,
pp. 381-410.
635. Sur ces cas, voir F. de Castro, « La nationalité, la double nationalité et la
supra-nationalité », pp. 110-115.
636. Voir S. Bariatti, « Italie », Juris-classeur Nationalité, 1994, pp. 6-7,
no 13.
Conflits de nationalités 257

II. Conflits négatifs

275. Comme les conflits positifs, l’apatridie peut atteindre un


individu dès le moment de sa naissance ou apparaître au cours de
son existence : il y a donc des apatridies d’origine et des apatridies
adventices. Et comme pour les cumuls de nationalités, il y a les apa-
trides qui n’ont rien fait pour le devenir mais subissent leur sort
voulu par d’autres et ceux qui, de par leur comportement, ont été
placés dans cette situation. Retenons surtout la première classifica-
tion, la plus classique, et négligeons quelque peu l’autre pour l’ins-
tant, car elle s’intégrera mieux dans le prochain chapitre.

A. Apatridie d’origine

1. Divergences ou incompatibilités législatives

276. La première et la plus évidente des causes de l’apatridie est


assurément l’incohérence dans les critères attributifs d’une nationa-
lité, tout comme on a pu le constater pour les cumuls des nationali-
tés. C’est ce qu’un auteur qualifie de cause tirée des conflits de lois
sur la nationalité (conflict of nationality laws) 637. Makarov ne dit
rien d’autre lorsqu’il affirme que la qualité d’apatride est une consé-
quence de conflits négatifs de nationalité 638.
277. Si les législateurs se prononcent de façon radicalement dif-
férente sur les choix des critères attributifs de nationalité, il peut
arriver, en raison des circonstances de fait, qu’une personne ne
réponde à aucun de ces critères et tombe dès sa naissance dans l’apa-
tridie. Ainsi, il résulte du jeu combiné du critère du jus soli et du jus
sanguinis qu’un individu né dans un Etat favorable à ce deuxième
système de parents originaires d’un Etat consacrant le premier ne
possède, à sa naissance, aucune nationalité.
Pour classique qu’elle soit, cette hypothèse ne se rencontre plus
aujourd’hui aussi souvent que par le passé. De nos jours, les Etats,
conscients de ce danger d’apatridie, prennent généralement soin de
prévoir dans leur loi nationale une clause spéciale permettant d’évi-
ter l’apparition de ces cas d’apatridie d’origine. Ils agissent ainsi en

637. A. P. Mutkarike, The Regulation of Statelessness under International


and National Laws, New York, Oceana, 1977, p. 3.
638. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 357, no 79.
258 Michel Verwilghen

vue de tenir compte des traités tendant à réduire l’apatridie. Même


s’ils ne sont pas liés par ces instruments, les Etats admettent la per-
tinence des réglementations qu’ils contiennent et suivent de bon gré
leurs règles prises comme des conseils judicieux. Mais il reste que
ce malaise est théoriquement possible et qu’il prévaut encore en fait
de nos jours.
Il peut arriver aussi que les lois nationales se montrent favorables
au même critère de base (par exemple le jus sanguinis), mais
qu’elles contiennent des réglementations détaillées dont la mise en
œuvre simultanée peut engendrer l’apatridie. Il suffit parfois de peu,
en pratique, pour que le malaise survienne : un mot différent, une
condition particulière...
278. Plus sournois sont les conflits négatifs qui résultent d’une
solution différente apportée par les droits nationaux (en ce compris
la jurisprudence) aux questions préalables du statut personnel.
Prenons l’exemple d’un couple mixte dans lequel la femme est
ressortissante d’un Etat qui impose la célébration civile du mariage,
alors que le mari se rattache à un Etat qui exige de ses nationaux,
même s’ils se marient à l’étranger, qu’ils procèdent à une cérémonie
religieuse. Supposons que les conjoints se soient unis devant l’offi-
cier de l’état civil de l’Etat de l’épouse. Un enfant naît de ce couple,
dans cet Etat. L’examen de la loi sur la nationalité de ce pays permet
de constater que l’enfant ne bénéficie pas de l’attribution de la natio-
nalité dudit Etat qui, supposons-le, n’admet ni le jus soli, ni le jus
sanguinis a matre. Cet enfant se verra-t-il attribuer la nationalité de
son père si celui-ci consacre le jus sanguinis a patre ? A première
vue, oui, puisque le droit national du père va en ce sens. Survient
alors la question préalable de filiation : le lien de paternité est-il
légalement établi selon le droit du père, droit dont dépend l’attribu-
tion de nationalité ?
Il suffit que, d’après la loi de cet Etat, la présomption de pater-
nité légitime tombe en raison du constat de non-validité du ma-
riage (en raison du vice de forme), pour que l’enfant ne puisse pas
recevoir la nationalité de son père, vu que celui-ci n’est pas léga-
lement son père dans l’Etat de ce dernier. Ainsi donc, alors que les
deux pays optent pour le jus sanguinis, l’enfant tombera dans
l’apatridie.
En ce domaine aussi, progressivement, certains Etats ont accepté
d’introduire dans leurs lois des dispositions subsidiaires, véritables
bouées de sauvetage de nature à éviter l’apatridie, pour permettre à
Conflits de nationalités 259

l’enfant d’obtenir une nationalité jure soli s’il tombe dans ces cir-
constances 639.

2. Effet récurrent de conflits négatifs


279. Comme pour les conflits positifs de nationalités, l’apatridie
peut résulter de l’effet récurrent d’une situation d’apatridie. L’enfant
né d’une mère apatride et dont le père est inconnu peut ainsi suivre
la néfaste condition de sa mère dès sa naissance. Assez souvent, la
filiation naturelle a été victime de cet effet collectif.
Pour éviter cette difficulté, quelques Etats admettent dans ce cas
l’application à titre subsidiaire du jus soli. Citons comme exemple
l’article 10, alinéa premier, du Code de la nationalité belge, du
28 juin 1984 :
« Est Belge, l’enfant né en Belgique et qui, à un moment
quelconque avant l’âge de dix-huit ans ou l’émancipation anté-
rieure à cette date, serait apatride s’il n’avait cette nationalité. »

B. Apatridie adventice

280. Une personne physique possédant à sa naissance une ou plu-


sieurs nationalités peut devenir apatride si, durant sa vie, elle perd
toutes ses nationalités, volontairement ou involontairement. Le cas
d’un plurinational versant dans l’apatridie demeure évidemment
exceptionnel, mais en revanche, on connaît de nombreux cas d’indi-
vidus privés, souvent sans le savoir ni le vouloir, de leur nationalité
d’origine.
La doctrine a distingué l’apatridie désirée ou imposée, d’une part,
et l’apatridie individuelle ou collective, d’autre part.

1. Apatridies désirées ou imposées


a) Dénationalisations volontaires
281. La renonciation volontaire de la nationalité ne prévaut plus
guère de nos jours, en droit positif, comme source de l’apatridie. On
la mentionne pour mémoire. Il s’agirait du cas d’un individu possé-
dant une nationalité déterminée (soit attribuée à sa naissance, soit

639. Voir, par exemple, l’article 10, alinéa 1, du Code de la nationalité belge
du 28 juin 1984.
260 Michel Verwilghen

acquise postérieurement à celle-ci) et qui renoncerait de plein gré à


cette nationalité en effectuant toutes les démarches nécessaires à
cette fin, alors qu’il ne possède par ailleurs aucune autre nationalité.
On voit mal ce qui pourrait pousser une personne à adopter pareille
attitude qui le prive du droit de vivre dans l’Etat dont il a la natio-
nalité comme dans tout autre Etat.
Il y eut cependant un exemple historique demeuré célèbre. Dans
son essai d’interprétation psychanalytique intitulée Hitler avant Hit-
ler, Jacques Brosse rappelle
« la complaisance avec laquelle il [Hitler] renonça à sa nationa-
lité autrichienne et devint un apatride, l’apatridie étant par lui
considérée comme un nécessaire purgatoire le préparant à
devenir un authentique citoyen allemand » 640.
On sait qu’Hitler recula longtemps ce moment : bien qu’ancien com-
battant dans l’armée allemande, il ne devint allemand que lorsque les
circonstances politiques l’y conduisirent inéluctablement. Ce cas
exceptionnel ne doit pas faire oublier qu’en règle générale, dans leur
écrasante majorité, les apatrides n’ont nullement souhaité porter
cette condition détestable.
Il y a plus : de nos jours, il n’est guère aisé de se débarrasser de sa
nationalité si l’on ne parvient pas à démontrer aux autorités de son
pays qu’on en possède une autre ou qu’on va en acquérir une autre.
Enfin, on voit surtout mal des Etats accepter sans plus qu’un de leurs
nationaux puisse répudier sa nationalité pour tomber dans l’apatridie
en raison de cette dénationalisation. Le dilemme de ce qui fut appelé
jadis « brevet de vagabondage politique » 641 ou congé de nationalité
n’est plus guère de mise de nos jours.
Le cas du réfugié politique est évidemment très différent de l’hy-
pothèse d’une apatridie volontaire. On a insisté déjà sur la nécessaire
distinction à opérer entre les deux cas.

b) Dénationalisations involontaires
282. Beaucoup plus vraisemblable et, hélas !, beaucoup plus
répandue est l’hypothèse de la dénationalisation involontaire.

640. J. Brosse, Hitler avant Hitler, Paris, Fayard (coll. Le lieu de la per-
sonne), 1972, pp. 57-58.
641. H. Suffrian, Die Rechtstellung der Heimatlosen, Hambourg, Lütke &
Wolff, 1925, p. 45.
Conflits de nationalités 261

On distingue à cet égard les pertes involontaires de nationalité


dues à l’attitude de l’intéressé lui-même (de la simple négligence
jusqu’à la trahison) de celles prévues par l’autorité étatique pour des
motifs les plus divers, notamment en raison du statut de la personne
en cause.
Le plus souvent, elles visent alors des minorités ethniques, reli-
gieuses, tribales, etc. 642
Les exemples de lois de déchéance de nationalité justifiée par une
condamnation pour crime, notamment en raison d’une atteinte à la
sécurité nationale ou d’un acte de déloyauté grave, sont très nom-
breux : rares sont les lois dans le monde qui ne comptent pas de
pareilles mesures.
La deuxième catégorie de cas de dénationalisation comprend
toutes ces lois par lesquelles un législateur souvent inattentif admet
l’apatridie ; certaines dispositions sur la nationalité hellénique ont été
citées en exemple 643.
Elle inclut aussi des mesures de dénationalisations de nature plus
politique, comme cette ancienne loi égyptienne no 391, du 20 no-
vembre 1956 644, qui suscitait l’apatridie de tous les Egyptiens quali-
fiés de « sionistes » dans cette loi nouvelle, sans que ce mot ne soit
légalement défini.
283. Même les Etats qui voient dans l’apatridie une anomalie
juridique à éviter dans toute la mesure du possible ont été amenés à
l’admettre vis-à-vis des personnes qui se sont rendues coupables de
certains crimes contre la sûreté de l’Etat. Tantôt, la dénationalisation
ainsi prévue intervient comme une déchéance de nationalité, peine
civile elle-même ; tantôt elle résulte du prononcé d’une sanction
pénale grave. Ainsi, dans plusieurs pays du monde, l’individu qui a
été condamné aux plus lourdes peines criminelles pour trahison en
temps de guerre est de plein droit privé de sa nationalité. Parfois,

642. Voir F. Branchu, Le problème des minorités en droit international public


depuis la seconde guerre mondiale, Lyon (thèse), s. n., polyc., 1959 ; A. Demi-
chel, « L’évolution de la protection des minorités depuis 1945 », Rev. gén. dr.
int. publ., vol. 64, 1960, pp. 22 ss. ; K. Fürész et T. Révész, « The Equal Rights
of Nationalities — Legal Protection of Minorities », Human Rights in Today’s
Hungary, Budapest, Mezon, 1990, pp. 230 ss.
643. Ainsi de l’ancien article 19 du Code sur la perte de la nationalité hellé-
nique en raison de l’abandon de territoire par des personnes d’ethnie non
grecques (abrogé par l’article 9 (14) de la loi no 2623, du 24 juin 1998) et des
articles 8 et 9 (dispositions transitoires) de la loi no 1438, des 5-6 mai 1984,
réformant le Code de la nationalité.
644. Voir infra, no 337.
262 Michel Verwilghen

cette déchéance n’est possible qu’à l’égard de naturalisés, et non vis-


à-vis de ceux qui possèdent la nationalité d’origine.
Plusieurs législations actuelles voient dans certains comporte-
ments de nationaux une intention de renoncer à la nationalité. Ainsi,
le fait de servir dans les forces armées d’un pays étranger, d’occuper
un poste administratif au service d’un gouvernement étranger ou de
prêter un serment quelconque d’allégeance à un pays étranger 645
peuvent entraîner la perte d’office de la nationalité possédée ou une
investigation des autorités de l’Etat de cette nationalité ayant pour
effet une décision de retrait de celle-ci.
284. Les mesures législatives nationales de déchéance de nationa-
lité ont été critiquées en doctrine alors même qu’elles retenaient
cette méthode de privation forcée de la nationalité exclusivement à
l’égard des individus qui, par leur comportement personnel, s’étaient
affichés comme traîtres à leur patrie, en collaborant avec l’ennemi
durant une guerre. Ce n’est pas tant le fait même de susciter l’apa-
tridie des personnes visées qui fut ainsi dénoncé que l’inefficacité de
la mesure. Car l’idée sous-jacente était bien d’écarter de la commu-
nauté nationale ces personnages peu recommandables, en les éloi-
gnant, bon gré, mal gré, du territoire national. Mais comme aucun
Etat n’est tenu, sauf s’il s’est lié par une convention contraire, de
recevoir des apatrides sur son propre territoire, il en résulte soit une
obligation pour l’Etat d’origine de ces individus de les garder chez
lui, soit une éternelle errance des exclus.
Mohamed Riad a cité l’exemple d’un apatride d’origine égyp-
tienne obligé de demeurer à bord d’un navire et il a rappelé la
pénible aventure de Juifs privés de leur nationalité allemande ou
autrichienne dont Cuba refusa l’entrée sur son territoire avant la
seconde guerre mondiale 646.

645. A titre d’exemple, voir les dispositions américaines sur cette forme de
renonciation tacite de la citoyenneté américaine (A. del Rey, « Etats-Unis
d’Amérique », Juris-classeur Nationalité, 1986, pp. 21-22, nos 108 ss.), système
abandonné par suite d’arrêts récents de la Cour suprême des Etats-Unis.
Autre exemple : l’article 12 de la loi italienne no 12 du 5 février 1992 prévoit
la perte de la nationalité italienne par ceux qui, ayant accepté un emploi public
ou une charge publique d’un Etat étranger ou d’un organisme public étranger ou
même d’une organisation internationale à laquelle l’Italie n’est pas membre,
n’obtempèrent pas, dans le délai imparti, à l’injonction que le Gouvernement ita-
lien lui fait d’abandonner cette charge. Il en est de même lorsque la personne
accomplit un service militaire pour un pays étranger (S. Bariatti, « Italie », Juris-
classeur Nationalité, 1994, p. 16, no 85).
646. M. Riad, La nationalité égyptienne, pp. 145-146.
Conflits de nationalités 263

285. On rencontre aussi des cas de dénationalisation résultant de


l’attitude prise par l’intéressé à l’égard de son Etat, sans que cette
attitude puisse être considérée comme reprochable. Il s’agit le plus
souvent de consacrer en droit la disparition des liens effectifs qui
unissaient l’individu à son Etat.
Comment se manifeste cette disparition ? Par des faits personnels
qui dénotent la volonté de l’intéressé de rompre ses liens d’allé-
geance avec sa patrie : ainsi de l’acceptation d’un emploi officiel
dans l’administration politique d’un pays étranger, de l’accomplisse-
ment d’un service militaire au sein d’une armée étrangère, voire de
la participation à toute action militaire dans les rangs d’une armée
étrangère régulière ou comme mercenaire… Certaines lois vont
même jusqu’à prévoir la perte de la nationalité en raison d’un éloi-
gnement prolongé du territoire national ou, ce qui revient au même,
de la résidence prolongée en un pays étranger : le fait pour la per-
sonne de vivre habituellement en dehors de son pays, sans manifes-
ter aucunement, par des démarches précises, son attachement à sa
patrie, peut engendrer une dénationalisation automatique après
l’écoulement d’un certain délai.
286. On peut aussi mentionner parmi les cas d’apatridie indivi-
duelle l’exemple historique de femmes mariées qui, d’après la loi de
leur pays d’origine, perdaient leur nationalité en cas de mariage avec
un étranger, alors même que la nationalité de ce dernier ne leur était
pas attribuée selon la loi de ce dernier. Ces situations semblent
exceptionnelles aujourd’hui car, d’une part, les Etats conditionnent
la perte de la nationalité à l’acquisition de la nationalité du conjoint
et, d’autre part, le principe de l’égalité des sexes conduit les Etats à
ne plus admettre ces pertes de plein droit par mariage de la nationa-
lité d’une femme mariée.
287. L’examen attentif du droit positif comparé en matière de
nationalité permet d’affirmer qu’aujourd’hui, beaucoup plus que par
le passé, les Etats veillent à ne pas abuser des mesures de dénationa-
lisation non désirée par les individus. Même si la volonté des per-
sonnes n’est pas prise en compte, les législateurs demeurent néan-
moins attentifs à n’accepter ces pertes automatiques de nationalité
que si les personnes visées possèdent une autre nationalité ou en
acquièrent lors de la mise en œuvre effective de la mesure de déna-
tionalisation. Ainsi, les cas d’apatridie peuvent, dans une certaine
mesure, être évités. Cette politique législative nationale s’est pro-
gressivement implantée à la suite des recommandations en ce sens
264 Michel Verwilghen

prises par diverses organisations internationales, telles que l’Organi-


sation des Nations Unies ou le Conseil de l’Europe 647.

2. Apatridies individuelles ou collectives


288. La plupart des cas de dénationalisations désirées, de même
que certaines hypothèses de dénationalisations imposées, présentés
ci-dessus, conduisent parfois à des apatridies individuelles, car elles
ne touchent qu’un individu pris isolément.
Les cas de dénationalisation de masse ou d’apatridie collective,
par décision législative, sont hélas ! devenus plus fréquents. Ils appa-
raissent souvent à la suite de changements territoriaux, soit par déco-
lonisation (au moment de l’accession d’une colonie à l’indépen-
dance, voire ultérieurement), soit par démembrements d’Etats par
suite de conflits armés.
On a évoqué plus haut ce qu’il advient des habitants d’un terri-
toire qui passe d’une souveraineté à une autre 648. On a vu qu’en
principe ces personnes perdent la nationalité de l’Etat qui fut le leur
pour acquérir, soit de plein droit, soit par une mesure spéciale du
nouveau pouvoir, la nationalité du nouvel Etat. Ni les autorités de
l’ancienne puissance ni celles de l’Etat successeur n’ont intérêt à
accepter qu’en ces circonstances des individus vivant sur ce terri-
toire cédé tombent dans l’apatridie. Et cependant, que de fois ne se
montrent-ils pas assez attentifs à éviter celle-ci ! L’histoire autant
que l’actualité apprennent qu’à l’occasion de transferts de souverai-
neté consécutifs à des démembrements d’Etats il se produit souvent
des transferts de populations qui se retrouvent sans nationalité, soit
par l’insouciance des législateurs, soit par la volonté délibérée des
gouvernements.
Trois documents récents ont été préparés en vue de lutter contre
l’apatridie collective résultant de changements de souveraineté terri-
toriale. Tel est leur premier et principal objectif. A l’heure où ces
lignes sont écrites, le troisième de ces documents n’a pas encore
atteint son stade de rédaction définitive.
647. L’exemple le plus récent est celui de l’article 7 de la Convention euro-
péenne sur la nationalité, conclue à Strasbourg, le 6 novembre 1997 ; selon cet
article, un Etat partie à la Convention ne peut prévoir, dans son droit interne, la
perte de sa nationalité de plein droit, dans les cas visés aux paragraphes 1 et 2
de l’article, si la personne concernée devient ainsi apatride, sauf en cas de
conduite frauduleuse de fausse information ou de dissimulation d’un fait de la
part de l’intéressé.
648. Voir supra, no 269.
Conflits de nationalités 265

Le premier document fut rédigé par la Commission européenne


pour la démocratie par le droit, dite « Commission de Venise »,
constituée au sein et à l’initiative du Conseil de l’Europe, lors de sa
vingt-huitième réunion plénière tenue à Venise les 13 et 14 sep-
tembre 1996. Le deuxième figure au chapitre VI, intitulé « Succes-
sion d’Etats et nationalité », de la Convention européenne sur la
nationalité, du 7 novembre 1997. Quant au troisième, il est l’œuvre
de la Commission du droit international de l’Organisation des
Nations Unies : un texte sur la nationalité des personnes physiques
en relation avec la succession d’Etats, comprenant un préambule et
vingt-sept articles, a été adopté en 1997, lors de la quarante-neu-
vième session de la Commission 649.
Si des différences notables existent entre ces documents, en raison
de leur nature juridique et de leur objet différent autant que de leur
portée internationale variable, ils vont tous les trois dans le même
sens, au moins sur l’essentiel. En effet, ils témoignent d’une remar-
quable convergence des positions étatiques sur l’opportunité de pré-
venir l’apatridie — donc de considérer la nationalité comme un droit
fondamental — et de permettre aux personnes visées par les change-
ments territoriaux d’exprimer leur volonté en matière de nationalité.
Cette volonté se voit respectée dans une très large mesure.
289. Dans un cours à l’Académie, le professeur François citait
l’exemple de ressortissants de l’ancien empire austro-hongrois qui,
par suite des traités de paix signés avec l’Autriche à Saint-Germain-
en-Laye, le 10 septembre 1919 650, et avec la Hongrie au Trianon de
Versailles, le 4 juin 1920 651, eurent la mauvaise surprise d’apprendre
qu’ils étaient devenus apatrides. Pourquoi ? Moins par la rédaction
défectueuse de ces traités de paix que par le fait que ceux-ci avaient
laissé aux Etats successeurs de l’empire démantelé la faculté d’écar-
ter certaines catégories de personnes de leur communauté natio-
nale 652.

649. Postérieurement à la rédaction de ce cours, la Commission s’est réunie à


Genève pour sa cinquante et unième session ; elle a adopté le projet d’articles le
20 juillet 1999.
650. J.-P. Niboyet et P. Goulé, Recueil de textes usuels de droit international,
t. II, pp. 276-318 ; C. Parry, The Consolidated Treaty Series, vol. 226, 1919,
pp. 8-168.
651. J.-P. Niboyet et P. Goulé, Recueil de textes usuels de droit international,
t. II, pp. 361-405 ; Treaties, Conventions, etc. between the United States and
Other Powers, t. III, p. 3724.
652. J. P. A. François, « Le problème des apatrides », Recueil des cours,
tome 53 (1935), pp. 310-314.
266 Michel Verwilghen

Au cours de la première moitié de ce siècle, les cas de dénationa-


lisation de masse ou d’apatridie collective se sont multipliés :
« Inaugurée par l’URSS dès 1921, sanctionnée tour à tour par
les lois d’Etats totalitaires, cette pratique a fait de l’apatridie,
autrefois considérée comme un accident et une anomalie, la
condition de millions d’individus. ... La pratique des dénationa-
lisations massives entraîne des conséquences internationales
dont les plus importantes concernent l’exercice du droit d’ex-
pulsion et celui de l’asile territorial. » 653
Au temps du fascisme triomphant, de nombreux ressortissants ita-
liens furent aussi privés de leur nationalité parce qu’ils affichaient
des convictions politiques contraires à celles du pouvoir : une loi du
31 janvier 1926 organisa leur dénationalisation collective 654.
La situation des populations de colonies accédant massivement à
l’indépendance durant les dernières décennies s’est vue réglée par ce
principe d’automaticité. Certains documents ont relevé toutefois
quelques cas, heureusement point trop nombreux, de création d’apa-
tridies consécutives à ces transferts de souverainetés 655. L’accord
conclu entre les gouvernements de l’Inde et de Ceylan (aujourd’hui
Sri Lanka) sur le statut et l’avenir de personnes d’origine étrangère à
Ceylan, conclu à New Delhi le 30 octobre 1964, apprend que près
d’un million de personnes n’avaient pas, à cette date, été reconnues
comme possédant la nationalité de l’un ou de l’autre de ces pays 656.
290. Les dénationalisations collectives ne se rencontrent plus tant
de nos jours, mais n’ont point totalement disparu. Il suffit de
troubles politiques dans l’une ou l’autre partie du monde pour que le
phénomène réapparaisse.
En voici un exemple assez récent qui fut à l’origine de maints
troubles et de massacres collectifs en Afrique centrale.
En 1908, lors de la cession de l’Etat indépendant du Congo à la
Belgique par le roi Léopold II, de nombreux Banyarwanda, impor-
tant groupe ethnique de la région des Grands Lacs africains, se

653. Ch. De Visscher, Théories et réalités, p. 226.


654. Voir G. Nitti, « La situation juridique des émigrés italiens en France »,
Rev. gén. dr. int. publ., vol. 36, 1929, pp. 739 ss.
655. Voir par exemple G. Breunig, Staatsangehörigkeit und Entkolonisierung
— Die Abgrenzung des Staatsvolkes bei der Verselbstandigung der frankopho-
nen Staten Schwarzafrikas unter Volkerrechtlichen Gesichts-punkten, Berlin,
Duncker et Humbolt, 1974.
656. India Bilateral Treaties and Agreements, New Delhi, t. II, p. 182, no 313.
Conflits de nationalités 267

retrouvèrent, sans pour autant se déplacer, sur le territoire de la nou-


velle colonie du Congo belge. Ils n’eurent pas conscience que la loi
votée par le Parlement belge leur conférait ipso facto la nationalité
belge, mais sous une forme diminuée : ils devinrent des sujets
belges, et non des citoyens belges à part entière.
D’autres Banyarwanda, demeurés sur le sol de l’ancien royaume
du Rwanda, passèrent sous occupation allemande avant de se retrou-
ver, par la force des armes et des traités de paix consécutifs à la pre-
mière guerre mondiale, sous allégeance belge. Peu de temps après,
ce royaume fut placé par la Société des Nations sous mandat belge.
Dès lors, les frontières des deux territoires — Congo belge, d’une
part, Ruanda-Urundi, de l’autre — cessèrent de constituer de réelles
démarcations infranchissables, pour autant qu’elles l’aient été aupa-
ravant pour les autochtones. Et cela d’autant plus que la Belgique
rattacha au plan administratif le territoire du Ruanda-Urundi à la
colonie du Congo belge.
Dans les décennies suivantes, le pouvoir colonial organisa lui-
même des migrations profondes de populations — il y eut un fort
appel de main-d’œuvre au Congo entre 1937 et 1955 — ce qui eut
pour effet la transplantation d’une nouvelle vague migratoire de
Banyarwanda, surtout dans le Nord-Kivu, plus précisément dans la
zone de Masisi. A cette main-d’œuvre transplantée s’ajoutèrent les
transferts individuels de réfugiés, d’infiltrés, de « clandestins »
fuyant les famines sévissant au Rwanda. Près de deux millions de
personnes parlant le kinyarwanda et comprenant des Tutsi et des
Hutu s’implantèrent ainsi au Congo belge.
Six mois avant l’indépendance de la colonie belge, le 30 juin
1960, des troubles graves éclatèrent au Rwanda, provoquant un
exode massif de réfugiés tutsi au Congo.
291. Toutes ces vagues successives de personnes originaires de
l’ancien royaume du Rwanda s’intégrèrent progressivement à leur
nouveau pays d’adoption. Mais quelle était la nationalité de ces indi-
vidus ? Pendant longtemps, elle demeura incertaine. Plusieurs textes
juridiques, de nature constitutionnelle ou législative, mais de portée
douteuse 657, laissent croire que ces sujets belges devinrent Congolais
le 30 juin 1960 pour autant que l’un de leurs ascendants avait été

657. L’ordonnance-loi no 71-020 du 26 mars 1971 relative à la reconnaissance


de la nationalité congolaise aux personnes originaires du Ruanda-Urundi établies
au Congo au jour de l’indépendance.
268 Michel Verwilghen

membre d’une tribu ou partie de tribu implantée sur le territoire du


Congo belge avant l’indépendance. Il fallut attendre la Constitution
du 1er août 1964 pour en avoir la certitude juridique. Un décret-loi
du 18 septembre 1965 précisa cette position. Plus tard, une autre
disposition législative 658 mit plus clairement encore les choses au
point. Elle ne visait que les personnes originaires des territoires pré-
cités, mais leur conférait sans aucun doute possible la nationalité zaï-
roise. Une loi prise un an plus tard, toujours sous l’autorité du prési-
dent Mobutu, retint le même principe de solution en faveur des
Rwandais transplantés 659.
De toutes ces dispositions pas toujours très claires, il ressort un
constat : des centaines de milliers de personnes d’ethnies hutu ou
tutsi et parlant le kynarwanda furent reconnues comme des Congo-
lais ou des Zaïrois. Et la très grande majorité de ces personnes ne
possédaient aucune autre nationalité ; plus précisément, elles ne
répondaient pas aux conditions fixées par le Code de la nationalité
rwandaise du 28 septembre 1963 660 pour être considérées comme de
nationalité rwandaise.
292. Or, le 29 juin 1981, toujours du temps de la dictature de
Mobutu, une loi fut promulguée, puis diverses mesures réglemen-
taires adoptées 661. Toutes ces dispositions revenaient sur celles
prises antérieurement. Selon certains auteurs, elles annulaient les
certificats de nationalité zaïroise délivrés en application des disposi-
tions antérieures 662. Ainsi, des mesures rétroactives venaient porter
atteinte aux droits acquis d’une population importante, qui se trouva
dès lors privée de toute nationalité. Nul doute que ces nouvelles
mesures, au demeurant de nouveau bien peu claires, violaient le droit
international en ce qu’elles organisaient une perte collective de
nationalité zaïroise.
Ces événements allaient peser lourd dans l’éclatement des

658. Loi no 71-020 du 26 mars 1971 relative à la reconnaissance de la natio-


nalité congolaise aux personnes originaires du Ruanda-Urundi établies au Congo
au jour de l’indépendance.
659. Loi no 72-002 du 5 janvier 1972.
660. Journ. off. Rép. Rwanda, no 19, 1er octobre 1963, pp. 427-434.
661. Loi no 81-002 sur la nationalité zaïroise ; ordonnances no 82-002 du
29 juin 1981 et no 82-061 du 15 mai 1982 ; arrêtés du 31 octobre 1983.
662. O. Ndeshyo Rurihose, « La nationalité de la population zaïroise d’ex-
pression kinyarwanda au regard de la loi du 29 juin 1981 », Dialogue — Revue
d’information et de réflexion (Bruxelles), no 192, 1996, pp. 3-33 ; J.-P. Pabanel,
« La question de la nationalité au Kivu », Politique africaine, no 41, 1991,
pp. 32-40.
Conflits de nationalités 269

troubles qui perturbèrent la région du Kivu après le génocide rwan-


dais de 1994.
293. Il y a un exemple plus récent : la désintégration de la Répu-
blique socialiste fédérative de Yougoslavie. En 1997, le Bureau
régional pour l’Europe du Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés publia une étude où l’on peut lire :
« Statelessness, although not a new phenomenon, has taken
on new dimensions because of such recent developments as the
dissolution of States. Its potential as a source of regional ten-
sion and of involuntary displacement has come to be more
widely recognized . . . Since 1991, the Office of the High Com-
missioner for Refugees has been directly involved in address-
ing the dramatic humanitarian consequences of the violent
disintegration of the former Yugoslavia . . . » 663
Ces phrases furent écrites avant les événements survenus au
Kosovo : en moins d’un mois, près d’un million de Yougoslaves
d’origine albanaise ont été jetés hors de leur pays dans des condi-
tions odieuses. Leur bannissement s’est réalisé avec la ferme inten-
tion de les projeter dans l’apatridie. Toutes les mesures prises à cet
effet en attestent : privation de tout document d’identité, destruction
organisée d’archives d’état civil et de banques de données les
concernant, même la reprise de force des plaques d’immatriculation
des véhicules automobiles témoignent de cette politique étatique.
La proximité de ces événements et leur évolution inachevée ne
permettent cependant pas de se faire une idée exacte de la gravité de
ce nouveau drame au plan de l’apatridie.

Section 3. Nature des conflits de nationalités

Par. 1. Débat sur leur existence

I. Thèse de l’impossibilité des conflits de nationalités


294. Aussi surprenant que cela puisse paraître, certains auteurs
ont enseigné autrefois que les conflits de nationalités n’existaient
pas. Dans sa thèse publiée en 1892, Fromageot a ainsi relevé dans la

663. UNHCR Regional Bureau for Europe, Citizenship and Prevention of


Statelessness Linked to the Disintegration of the Socialist Federal Republic of
Yugoslavia, « Foreword ».
270 Michel Verwilghen

littérature juridique autrichienne et allemande de la fin du siècle


passé des ouvrages qui nient la possibilité des cumuls de nationali-
tés 664. Un internationaliste aussi illustre que von Bar figure dans
cette liste 665. Quant au Belge François Laurent, il a apparemment
contesté, lui aussi, l’existence du phénomène de la plurinationa-
lité 666, mais ce fut pour mieux en affirmer l’existence effective plus
loin dans son Droit civil international. Comment aurait-il pu nier
l’évidence, alors qu’il se savait lui-même binational ?
En 1913, un auteur américain écrivait :
« Internationally, and even, at last analysis, nationally, an
individual can partake of only a single citizenship — giving to
the term its usual meaning of membership in an independent
political society, which, when put in somewhat more precise
words, is simply membership in a sovereign state. To be sure,
there are cases where two sovereign nations claim the citizen-
ship of the same individual ; but those arise only from an unde-
termined conflict of laws and are not at all instances of double
citizenship. » 667
295. Un avis similaire, vraisemblablement inspiré par certains
ouvrages de doctrine française 668, fut présenté au sein de l’Institut de
droit international au cours de sa session de Stockholm, en 1928.
Deux ans auparavant, un juriste anglais, associé de l’Institut avait
fait paraître un article au titre évocateur : « La double nationalité est-
elle possible ? » 669 Il concluait par la négative, mais pour un motif
pour le moins curieux : il entendait démontrer, en effet, qu’un seul
critère déterminatif de la nationalité des personnes était acceptable
au plan international : le lieu de naissance (jus soli), critère consacré
par le droit britannique 670.
664. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés,
pp. 16-17.
665. L. von Bar, Theorie und Praxis des internationalen Privatrechts, Han-
novre, Hahn, 3e éd., vol. I, 1889, pp. 257-258.
666. Droit civil international, t. III, 1880, p. 158, no 144.
667. A. J. Lien, Privileges and Immunities of Citizens of the United States,
New York, Columbia University, 1913, p. 20.
668. Notamment celui de E. Rouard de Card, La nationalité française, Paris,
Pedone, 2e éd., 1922.
669. Th. Baty, « La double nationalité est-elle possible ? », Rev. int. de lég.
comp., troisième série, vol. 7, 1926, pp. 622-632.
670. Le même auteur revint sur ses propos, en les précisant :
« It appears to be proper that permanent residence, in the sense of the
English Domicile, in which all idea of ever leaving the adopted bound is
Conflits de nationalités 271

A Stockholm, Camille Jordan, membre de l’Institut, avança une


présentation assez astucieuse, encore que simpliste, du phénomène.
Pour lui, il n’y avait jamais de conflits de nationalités, car
« lorsque deux législations donnent à un même individu cha-
cune une nationalité différente de celle que lui accorde l’autre,
chaque législation s’applique à son propre territoire et sur ce
territoire seulement, si bien qu’elle ne heurte pas l’autre. Il n’y
a donc pas de conflits de nationalités, mais seulement nationa-
lité variable suivant le territoire. » 671
Complétant son point de vue, l’orateur reconnut :
« Il est vrai que sur le territoire d’un Etat tiers, les deux
législations ont chacune le même titre à être compétente. Mais
là encore, en pratique, il n’y aura pas conflit, car une seule
nationalité s’appliquera : celle que l’individu s’attribuera et
dont il fera la preuve. L’autre nationalité n’existera qu’à l’état
passif, latent, et le conflit lui-même n’accédera pas à la réa-
lité. » 672
Récemment, un auteur espagnol, inspiré par les mêmes idées, a qua-
lifié certains conflits de nationalités de « phénomène apparent » 673.

II. Constat de l’existence des conflits de nationalités

A. Conflits positifs

296. Si l’on se place non pas du point de vue abstrait d’une légis-
lation, mais dans la peau d’un plurinational ou dans celle d’autorités
ou de juges confrontés à ce phénomène, la réalité de ce dernier appa-
raît comme une évidence. Il y a bel et bien conflit et il s’agit de lui
trouver une solution adéquate. Fromageot écrit à juste titre, à propos
de la doctrine contestant la réalité du phénomène : « Il semble que ce

excluded, should become the sole criterion of nationality. » (Th. Baty, The
Canons of International Law, Londres, Murray, 1930, p. 364.)
Soixante-dix ans après avoir été écrite, cette affirmation n’a toujours pas été
confirmée dans le droit positif des Etats.
671. Annuaire IDI, session de Stockholm, vol. 34, 1928, pp. 1-32 et pp. 678-
707 ; résolution pp. 760-761.
672. Ibid.
673. J. M. Espinar Vicente, La nacionalidad y la extranjería en el sistema
jurídico español, Madrid, Civitas, 1994, pp. 329-330.
272 Michel Verwilghen

soit là des opinions théoriques qui, bien qu’exactes en droit pur, se


heurtent en fait à la réalité du droit positif. » 674 Et de citer de nom-
breux internationalistes — également prestigieux : Calvo, Fiore, Bro-
cher, Savigny... — admettant l’évidence. On pourrait aujourd’hui y
ajouter d’innombrables noms. Contentons-nous d’un seul, parce
qu’il souligne le paradoxe de l’existence des cumuls. Selon Bou-
shaba :
« Malgré les avis des auteurs et les essais faits en vue de
l’élaboration des principes communs de droit international
devant guider l’attribution et l’acquisition d’une nationalité, le
cumul de nationalités devient une situation qui se développe
partout. » 675
Malheureusement, il n’existe quasi pas de statistiques fiables à ce
sujet, ni au plan international ni dans la plupart des Etats. On peut le
comprendre : chaque pays ne s’intéresse qu’à sa propre nationalité.
Peu lui chaut de savoir si certains de ses nationaux possèdent en
outre une ou plusieurs autres nationalités, et pourquoi entreprendrait-
il d’établir des statistiques sur les étrangers qui, vivant sur son terri-
toire, se targuent de posséder deux ou plusieurs nationalités étran-
gères ? Il y a cependant ici et là quelques indices de l’importance
numérique des cumuls 676.

B. Conflits négatifs
297. S’agissant de l’apatridie, aucun auteur, à notre connaissance,
n’en a jamais nié l’aveuglante évidence. Le simple fait que des orga-
674. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés,
pp. 17-18.
675. Z. Boushaba, Nationalité et double nationalité dans les rapports franco-
algériens, Aix-en-Provence (thèse), s. n., ronéo, 1992, p. 275. Un autre auteur
affirme : « La double nationalité est toujours possible ; elle est même assez fré-
quente » (L. Aureglia, Manuel théorique et pratique de la nationalité moné-
gasque, Monaco, Impr. Chêné, Etudes monégasques, II, 1938, p. 202, no 143) ;
cet auteur cite la loi du 18 décembre relative à la nationalité monégasque et l’or-
donnance du 18 juillet 1937 rendant exécutoire la Convention du 12 avril 1930
(Journ. monég., 1er juillet 1937).
676. Voir par exemple EUROSTAT, Statistics in Focus, qui donne le nombre
de naturalisations dans les pays de l’Union européenne et de l’AELE (année
1993). Autre indice : selon un rapport établi par la Commission 1997 sur la
nationalité en Suède, il y aurait dans cet Etat environ trois cent mille binatio-
naux, alors même que le droit suédois a défendu jusqu’à présent l’idée selon
laquelle la double nationalité doit être évitée ; ce rapport a paru sous le titre
Swedish Nationality, Stockholm, Printing Works of the Cabinet Office and
Ministries, 1999 (voir p. 7).
Conflits de nationalités 273

nisations internationales, telles que l’Organisation des Nations Unies


et le Conseil de l’Europe, se soient efforcées d’en réduire le nombre
et de donner un statut juridique respectueux de leur dignité humaine
à ces personnes dépourvues de toute nationalité démontre par lui-
même que cette réalité sociale autant que juridique existe aujour-
d’hui comme par le passé. Même les organisations internationales ou
les autorités nationales spécialisées demeurent bien en peine d’éta-
blir des statistiques fiables de cette réalité. Tout comme l’immigra-
tion clandestine, le nombre d’apatrides dans le monde ne paraît pas
chiffrable. Mais qu’il puisse être évalué non en dizaines, mais en
centaines de milliers de cas ne paraît pas davantage niable 677.

Par. 2. Place des conflits de nationalités dans la science juridique

298. La question de savoir à laquelle des branches du droit se rat-


tachent les conflits de nationalités peut présenter des aspects à la fois
théoriques et pratiques. Elle recoupe en partie celle, très classique,
de la nature juridique du droit de la nationalité.
A une époque où les meilleurs auteurs s’accordent pour dénoncer
les faiblesses et les incohérences de la vieille division entre le droit
public et le droit privé 678 et contestent les fondements traditionnels
de ce découpage du droit en deux branches principales, veillons à ne
pas tomber dans ce travers. Chacun admet aujourd’hui que, dans la
plupart des Etats du monde qui, par tradition plus que par convic-
tion, consacrent cette dichotomie contestable, la nationalité participe
à la fois au droit public et au droit privé. Quant aux conflits de natio-
nalités, une analyse spontanée conduirait à affirmer la même chose,
alors que la vraie question qu’ils suscitent à cet égard est bien plus
de savoir ce qui, dans cette matière, procède du droit international
(public) et ce qui relève du droit international privé. Enfin, pour cer-
tains, évoquer la nationalité en général, c’est traiter d’une matière de
droit international, alors que commenter le droit de la nationalité
américaine, française, belge, congolaise, indonésienne, etc., c’est
parler d’un domaine qui concerne tant le droit international privé
que le droit interne des Etats en cause.

677. Il suffit de se référer au seul indice numérique donné supra, no 289, pour
en attester.
678. Voir par exemple F. Rigaux, Droit public et droit privé dans les relations
internationales, p. 19, par. 14 : « La frontière entre le droit public et le droit
privé doit être récusée... »
274 Michel Verwilghen

Tout comme la nationalité elle-même, les conflits positifs et néga-


tifs de nationalités sont de nature hybride et se meuvent sur plusieurs
plans. Ils répugnent à des classements simplistes et, pour tout dire,
inévitablement réducteurs. Mais s’il fallait quand même désigner,
parmi les branches du droit, celle à laquelle la plurinationalité et
l’apatridie se rattachent le plus naturellement et le plus harmonieu-
sement, l’hésitation ne serait point de mise : leur cadre le plus pro-
pice est celui du droit international privé.

I. Un rameau du droit international privé

299. Dans certains pays, surtout en Europe et en Amérique latine,


la matière des conflits de nationalités est traditionnellement rattachée
à la branche du droit international privé, tant dans les ouvrages de
doctrine que dans l’enseignement au sein des facultés de droit. Cette
présentation prévaut même dans les pays qui limitent cette discipline
juridique à la seule matière des conflits de lois, ce qui paraît logique
aux yeux de ceux qui enseignent que le conflit de nationalités se pré-
sente comme une variante des conflits de lois 679. Et de citer à l’ap-
pui de leur position le titre de la première convention internationale
multilatérale, à vocation universelle, en la matière, conclue à La
Haye le 12 avril 1930 : Convention concernant certaines questions
relatives aux conflits de lois sur la nationalité.
300. Les développements consacrés à l’étude des conflits de
nationalités varient évidemment d’un pays à l’autre mais, en général,
professeurs et auteurs appartenant aux Etats qui classent cette
matière dans le droit international privé n’hésitent pas à lui donner
une ampleur certaine.
Dans les autres Etats, en revanche, les ouvrages juridiques et l’en-
seignement universitaire n’accordent que très peu de place à ce sujet.
Tout au plus y fait-on une brève allusion dans les livres et cours de
droit public ou de droit des gens. C’est que, dans ces pays, surtout
ceux rattachés à la tradition juridique anglo-saxonne, la nationalité
elle-même ne paraît pas présenter un intérêt majeur en droit interna-
tional privé ; elle s’efface devant des notions telles que le domicile et
la résidence permanente, porteuses de plus d’effets juridiques pour
les personnes 680. Lorsque les ouvrages et les programmes d’ensei-
679. Voir infra, nos 302-303.
680. En ce sens : J. G. Castel, Droit international privé québécois, Toronto,
Butterworths, 1980, p. 30.
Conflits de nationalités 275

gnement des pays de common law traitent de dual nationality


(double nationalité), ils envisagent une réalité parfois bien différente
de celle des cumuls de nationalités étudiés par la doctrine d’Europe
continentale ou d’Amérique latine.
301. Est-il logique de joindre aux commentaires sur les conflits
de nationalités l’exposé sur la nationalité de l’Etat dans lequel ils
apparaissent ? Quelques auteurs répondent par l’affirmative. Suivant
l’exemple de la doctrine française, elle-même influencée naguère par
la législation sur les programmes d’enseignement universitaire, ils
incorporent dans le droit international privé tant les conflits de natio-
nalités que les règles sur la détermination de la nationalité de leur
pays, à savoir l’étude des modes d’établissement, de perte et de
recouvrement de cette nationalité, avec des incursions dans son
régime administratif (la preuve de la nationalité, par exemple) et
dans son contentieux.
A dire vrai, on peut douter de la pertinence de cette méthode. La
détermination par un Etat de ses propres ressortissants n’inclut ni
élément international ni élément étranger. Il semble donc plus
logique de rattacher cette matière-là au droit national et de l’ensei-
gner ou de la commenter, par exemple, dans le cadre du droit public
interne. Sans nullement nier l’étroite relation « naturelle » qui peut
unir la nationalité et les conflits de nationalités, on devrait veiller, de
préférence, à bien les distinguer dans les ouvrages de doctrine.

II. Détermination de la loi applicable à la nationalité

302. La Convention de La Haye du 12 avril 1930 porte, comme


l’annonce son intitulé, sur « certaines questions relatives aux conflits
de lois sur la nationalité ». Comme on l’a déjà vu plus haut, la natio-
nalité d’un Etat relève exclusivement de la loi de cet Etat. Il en
résulte que, pour déterminer si un individu possède la nationalité de
tel Etat, il faut se référer à la législation de cet Etat et à elle seule.
C’est exactement ce que dit la Convention de La Haye du 12 avril
1930 lorsqu’elle décide, en son article 2, que « toute question rela-
tive au point de savoir si un individu possède la nationalité d’un Etat
doit être résolue conformément à la législation de cet Etat ».
Affirmer pareille règle, c’est énoncer une norme de rattachement
législatif en matière de nationalité ; c’est édicter une règle de conflit
de lois.
Ce qui vient d’être constaté éclaire fort bien sur la nature des
276 Michel Verwilghen

conflits de nationalités : ceux-ci ne sont rien d’autre que des cas par-
ticuliers de conflits de lois. Cas particuliers car ils sont précisément
axés sur les législations en matière de nationalité. Si les diverses lois
applicables considèrent que telle personne répond aux conditions
légales pour être tenue comme nationale de l’Etat, il y aura conflit
positif de nationalités. Au contraire, si toutes les lois ayant vocation
à s’appliquer à une personne (en raison de sa filiation, du lieu de sa
naissance, etc.) conduisent à rejeter celle-ci de la communauté des
nationaux, il y aura conflit négatif de nationalités. Bref,
« le principe que nous venons de formuler, le principe de la loi
compétente, est un principe de conflit du droit de la nationalité,
parce qu’il détermine la législation applicable pour préciser la
nationalité d’une personne » 681.
Ruth Donner se prononce dans le même sens :
« Nationality may only be handled as a problem of the
choice of law, when a tribunal has to decide what nationality
law to apply, and thus, for example, in French textbooks, the
question of nationality is normally dealt with in treatises on pri-
vate international law and, indeed, most of the draft codes on
nationality have been concerned with the problems of private
international law. » 682
303. Pierre Mayer semble contester ce point de vue lorsqu’il
affirme catégoriquement :
« aucun problème de conflits de lois n’est susceptible de se
poser en matière de nationalité, bien que l’expression soit
employée, notamment dans l’intitulé de la Convention de
1930 » 683.
Aussitôt après cette prise de position, il reconnaît cependant qu’un
individu puisse se voir attribuer cumulativement deux nationalités,
mais, explique-t-il, « cette question est celle du conflit de nationali-
tés, qui est toute différente de celle du conflit de lois en matière de
nationalité » 684.

681. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 319, no 39.


682. R. Donner, The Regulation of Nationality in International Law, p. 17,
no 4.1.
683. P. Mayer, Droit international privé, p. 544, no 844.
684. Ibid.
Conflits de nationalités 277

S’agit-il surtout d’une querelle de mots ? Il y a évidemment du


vrai dans l’observation de Mayer, mais elle paraît tellement vraie
qu’elle donne l’impression d’enfoncer une porte ouverte. Ce qui
paraît important, c’est de bien relever les ressemblances et les diffé-
rences entre le conflit de nationalités et le conflit de lois. François
Rigaux s’y est employé excellemment en commençant par replacer
le conflit de nationalités dans la problématique juridictionnelle (ou
dans celle de la théorie dite « du for hypothétique », ce qui revient au
même en fait), qui est celle du droit international privé. Il rappelle
qu’en principe les conflits de nationalités sont appelés à être tran-
chés dans le cadre interne des Etats. Et il poursuit en ces termes :
« C’est ici que le droit international privé entre en scène : le
tribunal étatique est tenu de faire un choix entre les nationalités
concurrentes ... Comme le conflit de lois, le conflit de nationa-
lités a, dans l’ordre interne, une nature purement dialectique :
de même que le juge national désigne la loi applicable, il choi-
sit celle des nationalités en concours qui lui paraît pertinente
pour la solution de la question principale. » 685
Mayer et Rigaux se rejoignent alors sur un point : tous deux souli-
gnent, à juste titre, que les tribunaux d’un Etat n’ont pas la compé-
tence de se prononcer à titre principal sur la détermination d’une
nationalité étrangère, mais peuvent seulement intervenir pour
résoudre une question préalable de nationalité étrangère. Puis,
Rigaux poursuit son raisonnement en des termes qui méritent d’être
reproduits intégralement, nonobstant la longueur de la citation :
« Entre le conflit de lois et le conflit de nationalités, il existe
toutefois une différence notable : sauf quand il y est tenu en
vertu d’une convention internationale sur la loi applicable, le
juge choisit selon ses méthodes propres à son ordonnancement
interne la loi à laquelle la situation juridique litigieuse doit être
rattachée. En revanche, il ne saurait dénier la compétence, garan-
tie par le droit international, en vertu de laquelle un autre Etat
lui attribue sa nationalité. Il se borne — et le résultat n’est guère
différent — à refuser à cette nationalité l’effet de droit auquel
elle pouvait prétendre dans son seul ordre interne. La solution
ainsi apportée au conflit de nationalités est deux fois relative :

685. F. Rigaux, « La pluralité de nationalités comme moyen d’intégration des


résidents étrangers : développements en Belgique », p. 3, no 3.
278 Michel Verwilghen

non seulement elle concerne les effets déniés ou reconnus à une


nationalité étrangère dans l’ordre juridique national de référence
mais elle ne vaut que pour le litige dont le juge étatique a été
saisi. Rien ne s’oppose à ce qu’une autorité du même Etat donne
une solution différente au conflit de nationalités concernant la
même personne à propos d’une question principale différente. » 686

III. Détermination des nationalités 687

A. Détermination de la nationalité du for

1. Principes
304. Il peut arriver que certaines personnes éprouvent des doutes
sur leur nationalité, par exemple après avoir consulté un avocat, un
notaire ou un fonctionnaire. Il arrive aussi que certains services de
l’administration publique (territoriale ou extraterritoriale), appelés à
se prononcer sur le dossier d’un individu qui se prétend national, lui
contestent cette qualité. Toute personne qui est ainsi amenée à s’in-
terroger sur sa nationalité a le droit de s’adresser à l’organe admi-
nistratif ou juridictionnel de l’Etat qui joue le rôle de gardien de
ladite nationalité.
S’il est prévu une première phase exclusivement administrative,
un organe de cette nature (le ministre de la Justice, de l’Intérieur ou
de la Sécurité, une juridiction administrative, un haut fonctionnaire
de l’Etat...) appréciera la qualité de national ou d’étranger du deman-
deur. Eclairé par l’avis d’experts de ses services, cet organe se pro-
noncera donc sur la nationalité du requérant. Sa décision se bornera
à dire si l’intéressé est ou non national de l’Etat. Le cas échéant, elle
précisera s’il s’agit d’un national d’origine ou par acquisition de la
nationalité postérieure à la naissance.
Dans de nombreux pays, la personne qui conteste cette décision
prise par l’autorité administrative statuant au premier degré a le droit
de s’adresser à une juridiction ordinaire ou spéciale et de l’inviter à
se prononcer sur une telle action. La détermination de la juridiction
686. F. Rigaux, « La pluralité de nationalités comme moyen d’intégration des
résidents étrangers : développements en Belgique », p. 3, no 3.
687. Dans cette partie du cours, nous reprenons sous une autre forme certains
développements déjà présentés par nous dans F. Rigaux et M. Fallon, Droit
international privé, Bruxelles, Larcier, 1993, t. II, pp. 19-43, nos 558-589, et
dont plusieurs éléments doivent beaucoup à la première édition de cet ouvrage,
dû à F. Rigaux (Droit international privé, t. II, Bruxelles, Larcier, 1re éd., 1979).
Conflits de nationalités 279

compétente procède souvent de la qualification donnée en droit à la


nationalité dans l’Etat où se pose le problème : droit civil, droit
public, droit politique ? Cette qualification permet d’apprécier si le
législateur doit confier le contentieux de la nationalité aux tribunaux
ordinaires ou à des juridictions particulières, aux tribunaux adminis-
tratifs ou à ceux de l’ordre judiciaire...
305. Lorsque la contestation sur la nationalité de l’Etat en cause
est ainsi portée devant les juridictions de celui-ci par voie d’action
principale, la décision, coulée en force de chose jugée, tranche en
général définitivement la question. A ce contentieux de la nationalité
du for, l’on peut rattacher les procédures organisées par des disposi-
tions législatives spéciales conférant parfois des compétences admi-
nistratives à certaines juridictions.
Que se passe-t-il si la qualité de national est contestée à titre de
question incidente ou préalable devant d’autres juridictions de l’Etat
dont la nationalité est en cause ? Sauf si le législateur organise une pro-
cédure de question préjudicielle à soumettre à une autorité ou juridic-
tion particulière, tout organe juridictionnel saisi doit en principe tran-
cher lui-même la question de nationalité dont la solution commande
la réponse à la question principale faisant l’objet de l’action. Le juge
commettrait un déni de justice s’il refusait de statuer au prétexte de
son incompétence en matière de nationalité considérée comme élé-
ment du statut personnel. L’arrêt rendu le 16 juillet 1998 par la Cour
suprême du Maroc en l’affaire Abraham Serfaty, dans lequel la Cour
s’est déclarée incompétente pour statuer sur la nationalité, marocaine
ou brésilienne, de l’intéressé est à cet égard surprenant 688.
Les décisions ainsi rendues dans des affaires suscitant une ques-
tion préalable de nationalité ne tranchent sans doute pas toujours
celle-ci de façon définitive. Si les motifs relatifs à la nationalité

688. Opposant politique, Abraham Serfaty avait été condamné à la prison à


vie en 1974, pour complot contre la sûreté intérieure de l’Etat, mais il fut
expulsé vers la France en 1991. Il s’adressa alors aux juridictions marocaines
pour faire déclarer l’illégalité de l’arrêté d’expulsion. Le demandeur apporta la
preuve de sa qualité de Marocain en déposant une attestation établie en 1956
(sous le protectorat français) par les autorités de l’époque. Il soutenait que, en
raison de cette nationalité, il ne pouvait être banni comme étranger, sur la base
de son autre nationalité brésilienne, qu’il aurait éventuellement acquise en raison
du fait que son père, comme de nombreux Juifs tangérois, avait travaillé dans les
plantations de caoutchouc au Brésil. Refusant de se prononcer sur la question
préalable de nationalité (et donc aussi de trancher le conflit éventuel de nationa-
lités), la Cour suprême du Maroc confirma l’arrêté d’expulsion. Décision sur-
prenante : selon les règles marocaines régissant le contentieux de la nationalité
(voir à ce sujet les articles 36 et 38 du dahir du 6 septembre 1958 portant Code
280 Michel Verwilghen

constituent un support indispensable au dispositif, ils bénéficieront


de l’autorité de chose jugée attachée à la décision, autorité en tout
cas relative car limitée à l’objet de la demande principale. Certains
auteurs considèrent toutefois que l’intéressé pourrait se prévaloir de
la décision auprès d’autorités administratives du même pays 689.

2. Questions préalables de statut personnel

a) Enoncé du problème
306. La grande majorité des lois sur la nationalité des différents
Etats du monde utilisent abondamment des concepts empruntés à
diverses branches du droit, principalement du droit privé familial.
Ces notions ne reçoivent pas toujours, voire très rarement une défi-
nition légale précise, mais leur sens est suffisamment déterminable à
la lumière du droit interne.
Faut-il, dans chaque Etat où surgit la question préalable du sens à
donner à ces termes, la résoudre par application de la règle de conflit
de lois régissant l’état et la capacité des personnes et donc, appliquer
le cas échéant une loi étrangère : la loi nationale, celle du domicile
ou encore celle de la résidence habituelle de l’intéressé (position
internationaliste) ? Ou faut-il au contraire retenir exclusivement les
définitions proposées par le droit matériel (ou substantiel) de l’auto-
rité ou du juge saisi (position nationaliste) ?

b) Solutions proposées
307. Une première manière de résoudre les questions préalables
de statut personnel liées à la détermination de la nationalité du for
consiste à les soumettre systématiquement au droit matériel du for,
en considérant que tous les concepts utilisés dans la lex fori sur la
nationalité ne peuvent être définis que par référence aux dispositions
du droit interne de l’Etat appelé à trancher la question principale.

de la nationalité marocaine, Bull. off., 12 septembre 1958, p. 1492, et l’article 18


du dahir du 28 septembre 1974, Bull. off., 30 septembre 1974), il semble avéré
que la haute juridiction devait se prononcer au moins sur cette question inci-
dente puisque celle-ci concernait la nationalité du for. Sur l’ensemble du cas,
voir A. Bouhaya et K. Lachhab, La nationalité et l’expulsion en droit internatio-
nal privé marocain à travers le cas d’Abraham Serfaty, mémoire de licence en
droit privé sous la direction de A. Moulay R’Chid et K. Berjaoui, Université
Mohamed V, Rabat-Souissi, 1998-1999, ronéo.
689. En ce sens, voir la note de M. Cogen sous Civ. Gand, réf., 12 septembre
1983, Rev. dr. étrangers (Bruxelles), 1983, no 25, p. 144.
Conflits de nationalités 281

Les partisans de cette solution considèrent que l’éviction du droit


étranger s’impose pour sauvegarder le principe de la souveraineté de
l’Etat dans la détermination de ses nationaux. Or l’empire de la loi
étrangère s’arrête aux limites de la question préalable de statut per-
sonnel et ne touche pas directement celle de la nationalité. Et il n’est
pas rare que le législateur lui-même commande l’applicabilité d’un
droit étranger, par le biais de sa règle de conflit de lois, pour régir la
question de l’état des personnes. Cette solution nationaliste a été
assez souvent retenue, mais pour des motifs contestables 690.
308. Une thèse plus conforme aux principes de conflits de lois
consiste à se référer aux définitions proposées par la loi étrangère
désignée par la norme de rattachement du for.
Car rien n’est plus faux que de prétendre que le droit étranger ris-
querait, s’il intervenait, de déterminer les nationaux d’un autre Etat
que le sien. La qualité de national n’est aucunement subordonnée à
une souveraineté étrangère, même non arbitraire. C’est le législateur
du for qui fixe lui-même les conditions requises pour être national.
C’est lui qui retient, parmi les éléments des hypothèses légales, des
critères liés au statut personnel. C’est lui encore qui admet, dans ce
cas, par ses règles de rattachement, l’applicabilité des normes maté-
rielles étrangères.
309. Encore que difficiles, les questions de statut personnel préa-
lables à la détermination d’une nationalité ne sont pas insurmon-
tables. Pour les résoudre, il y a lieu :

690. En Belgique, la Cour de cassation considéra que « l’application des lois


personnelles étrangères [était] de nature à compromettre un intérêt national
belge » et ajouta qu’il y avait un intérêt national « à ce que le droit de réclamer
la qualité de Belge ne soit pas organisé sur une base variable et ne soit pas
subordonné à l’arbitraire des souverainetés étrangères » (Cass., 19 février 1878,
Belg. jud., 1878, col. 321).
R. Standaert, fonctionnaire au ministère de la Justice, écrivit à ce sujet :
« Dès qu’il intervient un élément belge ou qu’il s’agit de la nationalité
belge, la majorité, la minorité, la filiation, la reconnaissance, la légitima-
tion, etc., dont il est question dans nos lois sur la nationalité sont détermi-
nées par les notions de droit civil belge. »
Et Standaert d’ajouter :
« Les lois sur la nationalité relèvent du droit public ; elles régissent la
conservation et le développement de la race ; elles associent l’individu à la
vie de la nation. En conséquence, il ne peut appartenir à la loi étrangère qui
n’est basée ni sur nos us et coutumes, ni sur notre mentalité, de conférer à
un individu des droits aussi importants que ceux qui naissent de la nationa-
lité. » (R. Standaert, La nationalité belge, pp. 30 ss., nos 27 ss. ; « La natio-
nalité belge », Novelles — Droit civil, t. 1, 1938, pp. 49 ss., nos 38 ss. ; c’est
nous qui soulignons, par l’italique, l’argument racial, voire raciste).
282 Michel Verwilghen

1) de voir d’abord si la question préalable se pose à propos de la


nationalité du for ou d’une nationalité étrangère ;
2) lorsqu’elle est relative à la nationalité du for, de bien distinguer
ensuite si elle se pose à propos de la détermination de la nationa-
lité d’origine (c’est-à-dire attribuée au moment de la naissance)
ou à propos des effets de changements de statut personnel sur la
nationalité du for ;
3) d’être attentif, enfin, à éviter le cercle vicieux dans lequel on
risque de s’enfermer si, pour déterminer la nationalité d’origine
par l’effet de la filiation, on doit rattacher la question de filiation
à la loi nationale de la personne intéressée.

310. Dans de nombreux pays, la nationalité d’origine découle de


la filiation. Pour qu’une personne, homme ou femme, puisse com-
muniquer sa nationalité à son enfant, il faut démontrer le rapport
juridique qui les unit au moment de la naissance. Cette question
préalable de droit civil suscite un conflit de lois : quelle est la loi
compétente pour déterminer le rapport de filiation auquel est subor-
donnée l’attribution de ladite nationalité d’origine ?
Qu’il s’agisse de filiation paternelle ou maternelle, dans ou hors
mariage, si l’on veut éviter tout risque de cercle vicieux découlant de
ce que la filiation est réglée par la loi nationale, alors que la natio-
nalité dépend de la filiation, il faut soumettre au droit matériel du for
la question préalable de filiation. Ce droit a évidemment un titre à
s’appliquer : c’est la loi nationale de la personne considérée comme
l’auteur de l’enfant.
311. Parmi les changements de nationalité postérieurs à la nais-
sance, certains peuvent conférer la nationalité du for ou la faire
perdre en suscitant une question préalable de statut personnel. Ces
changements sont tantôt la conséquence d’une modification subie
par l’état de la personne intéressée, tantôt l’effet d’un acte de volonté
ayant précisément pour objet l’acquisition ou la répudiation de la
nationalité du for.
Dans la première série d’hypothèses, on retrouve une question
préalable d’état, analogue à celle que suscite la détermination de la
nationalité d’origine par l’effet de la filiation : il s’agit de choisir la
loi applicable à la validité d’une reconnaissance d’enfant naturel,
d’une adoption, d’un mariage, alors que ce changement d’état condi-
tionne l’acquisition ou la perte de la nationalité du for, soit de plein
droit, soit moyennant le respect d’une procédure.
Conflits de nationalités 283

Quant aux changements volontaires de nationalité, ils concernent


plutôt la capacité que l’état des personnes : quand le législateur per-
met d’acquérir ou de répudier sa nationalité par un acte volontaire, il
y a lieu de déterminer la loi applicable à la capacité requise pour
accomplir un acte.
312. Il peut arriver que les dispositions sur la nationalité du for
ne se prononcent pas sur la loi applicable au changement d’état à la
validité duquel est subordonnée l’acquisition, la perte ou le recou-
vrement de cette nationalité.
Or, l’acquisition et la perte de cette nationalité sont parfois l’effet
accessoire d’une modification apportée à l’état de la personne inté-
ressée. Ainsi de l’enfant étranger adopté par une personne jouissant
de cette nationalité, d’une étrangère qui se marie avec une personne
possédant ladite nationalité... En cas de silence de la loi, il convient
de se référer aux principes généraux du droit international privé. On
doit affirmer qu’il n’est certes pas requis que l’acte juridique privé
satisfasse aux conditions du droit interne (privé) du for. La condition
nécessaire et suffisante est que l’acte soit valable selon les lois
internes qui le régissent en vertu du système de conflit de lois du for.
Il n’y a même pas d’obstacle à ce que l’état nouveau exerçant un
effet sur la nationalité du for découle d’une décision judiciaire étran-
gère, à condition que celle-ci soit reconnue dans l’Etat du for. Citons
comme exemples un jugement étranger ayant prononcé l’adoption
d’un enfant étranger par des nationaux du for, une décision étrangère
faisant droit à une action en recherche de paternité… Quand de telles
décisions ont été prononcées par une juridiction étrangère, il faut,
pour qu’elles produisent effet sur l’acquisition, la perte ou le recou-
vrement de la nationalité du for, que ces décisions soient reconnues
dans l’Etat du for selon les règles du droit international privé qui y
sont en vigueur.

B. Détermination de nationalités étrangères

1. Principes
313. On l’a dit : même si certains auteurs enseignent le
contraire 691, la détermination d’une nationalité étrangère peut oppor-
tunément être rattachée aux conflits de nationalités 692.

691. P. Mayer, Droit international privé, p. 542, no 841.


692. Voir supra, nos 298-301.
284 Michel Verwilghen

A la différence de la nationalité du for, une nationalité étrangère


ne saurait toutefois faire l’objet d’une action principale, déclarative
de nationalité : quel organe étatique pourrait valablement contredire
le demandeur qui se prétendrait ressortissant d’un pays étranger ?
« La violation de la compétence exclusive de l’Etat dont la
nationalité est en cause est certaine, mais lorsque c’est par
application des règles de cet Etat que le tribunal le constate,
lorsqu’il le fait à titre principal : pas plus qu’on ne peut régle-
menter la nationalité étrangère, on ne peut en faire l’objet d’une
décision. » 693
Seules, les autorités ou juridictions de l’Etat étranger dont la natio-
nalité est en cause sont en droit de se prononcer à titre principal sur
cette nationalité.
Les autorités et juridictions de tout Etat peuvent cependant être
appelées à statuer sur l’extranéité d’une personne et à se prononcer
sur sa nationalité étrangère (ou ses nationalités étrangères) lorsque
ces questions présentent un caractère préalable. Par exemple,
lorsque le juge français doit appliquer l’article 3, alinéa 3, du Code
civil, règle de conflit de lois en matière de statut personnel, il doit
déterminer la nationalité étrangère de l’intéressé pour savoir quelle
loi matérielle appliquer.
De même, les autorités et juridictions de n’importe quel pays sont
parfois tenues de se référer à une règle étrangère en matière de natio-
nalité lorsque celle-ci conditionne l’attribution, l’acquisition, la perte
ou le recouvrement de la nationalité du for. Ainsi, pour éviter les cas
d’apatridie, les dispositions relatives à la perte de la nationalité du
for subordonnent généralement cette perte à l’acquisition préalable
d’une nationalité étrangère selon ce que prévoit la loi étrangère com-
pétente 694.
314. Pour démontrer qu’elle possède une nationalité étrangère
déterminée, une personne produit souvent une décision judiciaire, un
acte administratif, un certificat, voire un simple passeport ou une
693. P. Mayer, Droit international privé, p. 544, no 843 et références citées.
694. Quand une loi étrangère est la condition d’application de la lex fori,
notamment en matière de nationalité, il faut écarter les dispositions rétroactives
éventuelles de la loi étrangère qui n’auraient pas acquis force obligatoire au
moment où se réalise le fait auquel la lex fori, combinée avec la loi étrangère,
attache certaines conséquences juridiques. Voir, en ce sens, Cass. civ. (sect. civ.),
24 octobre 1949, Rev. crit. dr. int. pr., vol. 39, 1950, p. 367, note H. Batiffol ;
26 janvier 1953, ibid., 1954, note Y. L., et sur l’ensemble de la question F.
Rigaux, « Le conflit mobile », Recueil des cours, tome 117 (1966), pp. 414-415.
Conflits de nationalités 285

carte d’identité émanant d’une autorité du pays auquel elle prétend


se rattacher. Il y a alors lieu de déterminer l’efficacité de l’acte étran-
ger ou du jugement étranger invoqué. Cette efficacité dépend en
principe du respect des conditions prévues par la lex fori, mais celle-
ci peut fort bien accepter que la validité de l’acte ou du document
étranger relève de la loi de l’Etat dont ils émanent.
Il ne suffit pas toujours d’établir la possession de telle nationalité
étrangère d’origine ; il faut encore prouver que celle-ci n’est pas per-
due au moment pris en considération pour que s’y attache l’effet
juridique qui en découle. En général, la charge de la preuve est ren-
versée au profit de l’étranger qui, ayant établi sa nationalité d’ori-
gine, est présumé l’avoir conservée tant que n’a pas été rapportée la
preuve que cette nationalité a été perdue 695.

2. Questions préalables de statut personnel


315. Des questions préalables similaires à celles présentées plus
haut se posent parfois à propos de la détermination d’une nationalité
étrangère. Sur ce point aussi, il faut s’interroger sur le droit appli-
cable à leurs solutions.
Lorsqu’une question préalable se pose à propos de la détermina-
tion d’une nationalité étrangère, il est évident que la lex fori, interne
autant qu’internationale, n’a plus à intervenir. Conformément à l’ar-
ticle 2 de la Convention de La Haye du 12 avril 1930, les questions
de droit international privé préalables à la détermination d’une natio-
nalité étrangère doivent être résolues par les règles de droit interna-
tional privé de l’Etat dont il faut décider si la personne en cause est
ou non ressortissante. C’est, par exemple, ce que décide expressé-
ment l’article 1014 de la loi de droit international privé du Burkina
Faso : « Toute question d’état préalable à l’attribution d’une nationa-
lité est soumise au droit international privé de l’Etat dont la nationa-
lité est en cause. » 696
Donnons un exemple en puisant dans les décisions judiciaires
belges relatives aux enfants nés hors mariage et reconnus seulement
par un homme de nationalité marocaine. En droit marocain, la recon-

695. En jurisprudence belge, voir Cass., 2e ch., 16 mai 1898, Marx-Levy,


Pas., 1898, I, 188 ; 27 juin 1899, Lemaire, Pas., 1899, I, 313.
Pour un cas de détermination de la nationalité étrangère selon la loi de l’Etat
à l’égard duquel doit être établi le lien prétendu, voir Cass., 1re ch., 31 janvier
1958, Duc Charles de Croy et cs. c. Office des séquestres, Pas., 1958, I, 586.
696. Rev. crit. dr. int. pr., vol. 80, 1991, p. 223.
286 Michel Verwilghen

naissance volontaire de la paternité naturelle, qu’elle soit simple ou


adultérine, est interdite par l’article 83 du Code de statut personnel
marocain (Muddawanna). En Belgique, la jurisprudence, encore
qu’hésitante, a tendance à soumettre la reconnaissance volontaire à
la loi de l’enfant, lequel peut être Belge par sa mère ou par applica-
tion de l’article 10 du Code de la nationalité (jure soli). Dès lors, aux
regards du droit international privé belge, il serait possible d’ad-
mettre, dans ce cas, que la filiation paternelle soit légalement établie.
Mais il reste qu’on ne pourra jamais se fonder sur cette filiation
considérée en Belgique comme valable pour affirmer que l’enfant
aurait acquis la nationalité marocaine de son père par application de
l’article 6, alinéa 1, du Code de la nationalité marocaine, selon
lequel : « Est Marocain l’enfant né d’un père marocain. » Or, dans
l’exemple cité, le droit marocain ne reconnaît pas que l’enfant soit
né du père marocain qui l’a reconnu, parce qu’il rejette la validité
juridique de cette reconnaissance. Aucune autorité ou juridiction
belge ne pourra tenir pour Marocain un individu que la loi maro-
caine ne considère pas comme tel 697.
316. En d’autres termes, quand une nationalité étrangère se trans-
met par filiation, la question préalable de la validité de cette filiation
doit être tranchée selon le droit international privé de l’Etat de cette
nationalité. De façon plus générale, l’on dira que pour résoudre cor-
rectement la difficulté suscitée par l’interaction entre une question
d’état ou de capacité et la détermination d’une nationalité étrangère,
il faut faire application de la théorie des questions préalables 698.
Le système proposé inclut l’application des règles étrangères sur
la reconnaissance des jugements étrangers. De manière assez para-
doxale, un jugement prononcé dans l’Etat du for ne produira d’effet
sur l’attribution d’une nationalité étrangère que s’il satisfait aux
conditions auxquelles il est reconnu selon le droit international privé
du pays de cette nationalité 699.
317. C’est conformément au système de droit international privé
étranger que doit être déterminée la loi applicable aux actes juri-

697. Voir par exemple Civ. Liège, 3e ch., 28 avril 1980, Rev. trim. dr. fam.,
1981, 97.
698. En ce sens, P. Mayer, Droit international privé, p. 545, no 846.
699. Autrefois, la teneur de certains droits donnait à ce problème une acuité
particulière : ainsi des lois espagnole et grecque faisant une large place à des
normes confessionnelles en matière de mariage ou de divorce. Depuis que, dans
ces pays, le droit familial a été largement laïcisé au début des années quatre-
vingt, le problème apparaît moins souvent. Voir la loi grecque 1250/1982, du
Conflits de nationalités 287

diques ayant effet sur une nationalité étrangère ou ayant pour objet
un changement (acquisition, perte ou recouvrement) involontaire de
cette nationalité.
La question de capacité requise pour qu’un national du for puisse
acquérir ou recouvrer volontairement une nationalité étrangère ou
pour qu’un étranger puisse répudier sa nationalité étrangère en vue
de devenir national du for est controversée. La question se com-
plique lorsque la capacité est relative à un changement de nationalité
intéressant des Etats tiers. L’affaire de Bauffremont, déjà tranchée en
France, fut soumise en ces termes aux tribunaux belges par la prin-
cesse de Bauffremont. La cour d’appel de Bruxelles se prononça
d’abord sur son statut matrimonial pour décider si son second époux
devait l’autoriser à ester en justice. Comme les tribunaux français, la
cour d’appel de Bruxelles considéra que le second mariage de la
princesse était nul, en affirmant qu’elle n’avait pas, au regard du
droit français, perdu la nationalité française, parce que son acquisi-
tion volontaire de la nationalité allemande s’était faite sans autorisa-
tion maritale, exigée à l’époque 700.
Cette décision a soumis implicitement à la règle belge de conflit
de lois la détermination de la capacité requise pour qu’une Française
acquière volontairement la nationalité allemande. Solution contes-
table : en recourant à la théorie de la fraude à la loi, les tribunaux
français avaient admis que la nationalité française avait été perdue à
la suite de l’acte de naturalisation allemand. La cour d’appel de
Bruxelles n’avait pas à se prononcer sur la validité de l’acte de natu-
ralisation émanant d’un Etat étranger mais, le cas échéant, seulement
à en écarter les effets frauduleux ou contraires à l’ordre public. Et si
cette nationalité est en conflit avec la nationalité d’un autre Etat
tiers, le cumul doit être résolu conformément aux solutions des
conflits de nationalités en vigueur dans l’Etat du for, par exemple
5 avril 1982, sur la consécration du mariage civil (Rev. crit. dr. int. pr., vol. 71,
1982, pp. 790-795, avec un commentaire de E. Vassilakakis) et la loi espagnole
du 7 juillet 1981 modifiant la réglementation du mariage et déterminant la pro-
cédure en matière de nullité, séparation et divorce (Rev. crit. dr. int. pr., vol. 72,
1983, pp. 140-141, avec un commentaire de J. A. Carrillo Salcedo, « La nouvelle
réglementation du mariage dans le droit international privé espagnol », ibid.,
pp. 1-35 ; J. Lisbonne, « A propos de la loi espagnole sur le divorce », Rev. dr.
int. et dr. comp., 1981, pp. 420-425).
700. Bruxelles, 5 août 1880, de Bauffremont c. de Bauffremont, de Chimay et
le prince Bibesco, Pas., 1880, II, 319 ; Clunet, vol. 5, 1880, p. 508. L’arrêt de la
Cour de cassation (19 janvier 1882, Pas., 1882, I, 36 ; Clunet, vol. 7, 1882,
p. 365) n’eut pas à se prononcer sur la validité du second mariage ni sur le
conflit de nationalités.
288 Michel Verwilghen

selon les principes présentés à l’article 5 de la Convention de La


Haye du 12 avril 1930 701.

C. Détermination de l’apatridie
318. Prouver une situation d’apatridie n’est guère aisé, car cela
revient à démontrer l’absence de toute nationalité dans le chef d’un
individu. C’est donc apporter un ensemble de preuves négatives :
preuves non seulement diaboliques, mais plusieurs fois telles !
Sans doute est-il relativement aisé pour l’intéressé d’établir qu’il
s’est dégagé de sa nationalité d’origine ou a perdu celle-ci, si tant est
qu’il en avait possédé une 702. Sans doute aussi doit-il lui être pos-
sible de montrer que les incohérences entre deux législations sur la
nationalité l’ont empêché d’acquérir l’une d’elles. Mais comment
démontrer qu’ultérieurement il n’a acquis aucune autre nationalité,
ni volontairement ni involontairement ? Comment prouver aussi
qu’il n’a point recouvré sa nationalité perdue ?
En principe, la charge de la preuve incombe à celui qui se prévaut
de la qualité d’apatride, c’est-à-dire de l’absence de toute nationalité
dans son chef. Le plus souvent, il incombe donc à l’intéressé de rap-
porter cette preuve. Mais si une autorité prétend retirer les droits
d’un particulier au motif qu’il n’a pas de nationalité, le poids de la
preuve pèsera sur elle : actori incumbit probatio, sauf si une loi ou
un traité en dispose autrement.
Aucun tribunal n’ira jamais jusqu’à exiger du plaideur qu’il établisse
positivement l’absence de tout rattachement légal à la totalité des Etats
du monde. Les faits de l’espèce viendront eux-mêmes circonscrire natu-
rellement le débat autour de quelques lois nationales : deux, trois, rare-
ment plus. C’est ce qui rend possible la preuve de l’apatridie.

Conclusion du chapitre
319. Plusieurs leçons essentielles se dégagent de ce long chapitre
placé au cœur du cours et appelé à en présenter de façon détaillée le
sujet retenu.
En premier lieu, la similitude des racines profondes et des causes
plus immédiates des conflits positifs et négatifs de nationalités ne

701. Voir infra, nos 478-504.


702. Selon le Conseil d’Etat de Belgique, pour être considéré comme apa-
tride, un étranger doit établir la perte de sa nationalité d’origine (Conseil d’Etat,
3e ch., 26 juin 1973, no 15941, Nemeth).
Conflits de nationalités 289

peut faire oublier leurs évidentes spécificités. Il est certes opportun


de rapprocher ces deux formes de conflits ; il serait erroné de les
amalgamer jusqu’à la confusion. Comme l’enseigne Michel Fou-
cault, la bonne démarche consiste moins à rapprocher les choses
entre elles que de les discerner
« c’est-à-dire établir les identités, puis la nécessité de passage à
tous les degrés qui s’en éloignent. En ce sens, le discernement
impose à la comparaison la recherche première et fondamentale
de la différence. » 703
Les Etats doivent donc apprendre à considérer les conflits de natio-
nalités pour ce qu’ils sont chacun, dans leurs aspects propres, et
admettre que l’ancienne habitude (encore bien présente lors de la
codification de 1930) consistant à les placer dans la même catégorie
pour leur réserver un traitement semblable (les dissoudre) s’avère
contre-indiqué.
Ensuite, dans une matière aussi complexe, que l’on évite de tom-
ber dans des confusions supplémentaires par des rapprochements
hâtifs ! Les réalités que nous avons qualifiées de conflits fictifs
gagnent à être soigneusement distinguées des conflits classiques de
nationalités, car ils ne présentent avec ceux-ci qu’une similitude
trompeuse. Que l’émergence de certaines formes de sous-nationalités
ou de supranationalités ait contribué à renouveler la vision des
conflits positifs, nul n’en disconviendra. Mais méfions-nous des
apparences ! S’agissant de la citoyenneté européenne, Rigaux a
observé pertinemment : « la qualité de citoyen de l’Union ne procure
que l’illusion d’une seconde nationalité venant s’ajouter à celle de
ressortissant d’un Etat membre » 704.
Autre conclusion provisoire : la place naturelle des conflits de
nationalités se situe bien dans le droit international privé et non
ailleurs dans les subdivisions de la science juridique. Il en découle
une série d’effets importants, notamment à propos de la détermina-
tion des nationalités, de leur cumul ou de leur carence.
Le cadre est ainsi tracé, les vrais problèmes identifiés, placés dans
leur contexte idoine et dégagés des questions périphériques. Il reste
à voir comment les Etats les ont approchés, puis comment les
résoudre.
703. M. Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 69.
704. F. Rigaux, « La pluralité de nationalités comme moyen d’intégration des
résidents étrangers : développements en Belgique », p. 14, no 16.
360

CHAPITRE V

RÉSOLUTION DES CONFLITS DE NATIONALITÉS

« Il résulte de cette diversité considérable des


législations que de bien nombreux conflits de loi
pourront surgir, sur le point de savoir à quelle
nationalité appartient un individu.
Bien que les nations aient fait des progrès consi-
dérables dans la compréhension de ce qu’exige leur
intérêt commun ... il convient d’examiner comment
doivent se résoudre, à l’heure présente, ces conflits
encore inévitables dans l’état ... actuel du droit
international privé. »
(A. Rolin, Principes
du droit international privé 892.)

Introduction

407. Les mesures prises pour résoudre les conflits de nationalités,


tant les cumuls que l’apatridie, se trouvent dans des sources interna-
tionales (instruments diplomatiques, coutume internationale, déci-
sions des juridictions internationales ou arbitrales, propositions de
sociétés savantes de droit international, à vocation universelle) et
dans le droit interne des Etats.
Puisque le phénomène se déploie, sous ses deux formes, dans les
relations juridiques internationales, on a très naturellement considéré
que le meilleur moyen de les approcher efficacement résidait dans
des conventions diplomatiques. « Moyen partiel, il est vrai, mais effi-
cace », comme l’a dit Henri Fromageot il y a plus d’un siècle déjà 893.
Et de fait, les traités, multilatéraux ou bilatéraux, se sont multipliés
pour tenter de maîtriser les cumuls de nationalités et les apatridies.
Mais à défaut de pouvoir s’entendre à ce sujet, les Etats ont été le
plus souvent contraints d’élaborer chacun, de façon unilatérale, des
mesures constitutionnelles, législatives et jurisprudentielles concer-
nant les conflits de nationalités. La doctrine s’est employée à éclairer
les constituants, les législateurs et les tribunaux, en imaginant divers

892. Paris, Libr. Marescq, t. I, 1897, p. 643, no 425.


893. H. Fromageot, De la double nationalité des individus et des sociétés, p. 113.
Conflits de nationalités 361

moyens pour les éviter, les réduire, les circonscrire dans la mesure
jugée opportune ou pour atténuer l’impact de leurs effets négatifs.
Faute de pouvoir établir ici un inventaire, même partiel, de ces
sources de droit positif, tant il y en a, donnons des échantillons illus-
tratifs puisés dans divers contextes géographiques ; ils apparaîtront
au sein même de l’exposé des diverses catégories de mesures rete-
nues, à leur place logique. Commençons par celles applicables à
toutes les formes de conflits (section 1) ; passons ensuite à celles qui
sont propres aux cumuls de nationalités (section 2).
408. Disons d’abord qu’il est des solutions radicales, qui ont
comme effet de supprimer absolument tout problème. Tantôt, elles
s’apparentent à la prophylaxie, puisqu’elles entendent éviter les
conflits, c’est-à-dire empêcher que naissent ou apparaissent des plu-
ripatrides ou des apatrides ; de nos jours, ces mesures préventives
sont surtout utilisées pour éviter l’apatridie. Tantôt, il s’agit de
mesures thérapeutiques, qui parviennent à éradiquer le mal ou, au
moins, à le réduire ; en effet, ces solutions ont pour but d’éliminer,
totalement ou partiellement, les conflits positifs ou négatifs lorsque,
d’aventure, ils existent.
D’autres remèdes s’avèrent moins puissants, plus modestes, car ils
ne s’en prennent pas aux conflits eux-mêmes, mais à leurs consé-
quences. Les uns envisagent seulement de supprimer certains effets par-
ticulièrement désagréables des conflits de nationalités ; ainsi des dis-
positions tendant à surmonter l’obstacle du double service militaire
ou de celles qui entendent procurer un statut juridique aux apatrides.
D’autres, propres aux conflits positifs de nationalités, n’espèrent pas
supprimer le cumul mais s’arrangent pour trouver, lorsqu’il pose pro-
blème, un remède pragmatique, soit expédient, soit fonctionnel.
409. Les solutions préventives ou curatives les plus souhaitables
pour surmonter les difficultés suscitées par les conflits de nationali-
tés devraient, dans l’idéal, provenir d’une codification internationale
du droit de la nationalité, de portée universelle. N’a-t-on pas
constaté, en effet, que ces conflits trouvent leurs origines profondes
dans l’absence de pareille réglementation ? 894 On doit cependant
demeurer réaliste et affirmer qu’en l’état actuel de développement de
la société internationale la création d’un régime unique de répartition
des personnes entre les divers Etats, assorti d’un système de solution
uniforme pour résoudre les éventuels conflits de nationalités encore

894. Voir supra, nos 250-257.


362 Michel Verwilghen

tolérés nonobstant cette répartition, est parfaitement utopique 895.


Même dans un milieu international plus restreint, comme celui d’un
sous-continent, l’entente à ce sujet risque de se faire attendre long-
temps. Récemment encore, réunis pour rédiger une convention sur la
nationalité appelée à contenir des règles uniformes sur la plurinatio-
nalité, les Etats membres du Conseil de l’Europe ont bien dû consta-
ter leurs profondes divergences : aucun accord sur ces solutions ne
fut atteint et la nouvelle convention ne dit mot au sujet de celles-ci.
En ce domaine, des efforts ont néanmoins été consentis au niveau
mondial, d’abord par la Société des Nations, puis par l’Organisation
des Nations Unies. Ces deux organisations internationales sont inter-
venues pour codifier certains principes fondamentaux du droit de la
nationalité et des conflits de nationalités, ainsi que pour promouvoir
l’harmonisation des législations nationales en ces matières. Certains ac-
cords internationaux ont ainsi été préparés sous leur égide pour tenter
de circonscrire les effets les plus néfastes des conflits de nationalités.
410. Bien qu’il s’agisse de tentatives plus modestes, il faut aussi
évoquer les très nombreux accords conclus entre certains Etats en
vue de régler de façon bilatérale diverses questions irritantes susci-
tées par les cumuls de nationalités, notamment à propos de la natio-
nalité des émigrants ou de la femme mariée, des effets de change-
ments territoriaux et, plus encore, de l’exigence du service militaire
touchant les binationaux.
Les traités bilatéraux, dont les clauses contiennent certaines
mesures de prévention de conflits de nationalités, sont plus rares et
leur mise en œuvre laisse parfois à désirer. Il est arrivé que certains
d’entre eux, pourtant bien utiles, soient dénoncés lors d’une crise
politique entre les deux Etats contractants. Ainsi du Traité sur la
double nationalité entre la République populaire de Chine et la
République d’Indonésie, signé le 3 juin 1955, et de son complément,
signé le 15 décembre 1960, en vue de promouvoir une meilleure
application du Traité, textes d’un impact pratique évident en raison
du nombre de bipatrides sino-indonésiens 896. Ces accords furent
dénoncés unilatéralement par l’Indonésie en 1969 comme une consé-
895. Pour un bref aperçu historique des efforts consentis en ce sens, voir J.
Maury, vo « Nationalité — Théorie générale et Nationalité en France », pp. 247-
248, nos 4-7.
896. Sur ce traité, voir H. Chiu et M. Johnston, Agreements of the People’s
Republic of China 1949-1967 : A Calendar, Cambridge, Harvard University
Press, 1968, no 44, p. 1959 ; Le droit au service de la Paix, Bruxelles, Associa-
tion internationale des juristes démocrates, décembre 1955, pp. 105-108.
Conflits de nationalités 363

quence des accusations du gouvernement de ce pays sur l’implica-


tion chinoise dans le coup d’Etat avorté de 1965 897.
Beaucoup de conventions bilatérales antérieures à la seconde
guerre mondiale, voire plus récentes, ont ainsi cessé de produire
leurs effets et ne présentent donc plus qu’un intérêt doctrinal ou his-
torique 898.
411. Il reste que les principales responsabilités dans la prévention
des conflits de nationalités se situent effectivement au plan étatique :
ce sont les législateurs nationaux qui, placés en première ligne dans la
rédaction même des lois sur l’attribution, l’acquisition, la perte et le
recouvrement de la nationalité, doivent veiller à prendre position à cet
égard. On a déjà souvent évoqué ce point dans le présent cours, pour
relever notamment que les principales causes des conflits de nationa-
lités se situent dans les lois internes ou dans le jeu combiné de leurs
applications simultanées. Nous n’y reviendrons donc pas, sinon pour
répéter que, de nos jours, les législateurs veillent beaucoup mieux
que naguère à prévenir l’apatridie, mais beaucoup moins qu’autre-
fois à éliminer, ab initio ou ultérieurement, les multiples nationalités.

Section 1. Solutions applicables à tous les conflits de nationalités

Par. 1. Prévention des conflits

I. La méthode préventive
412. Le meilleur moyen d’éviter les éventuels inconvénients que
suscitent les conflits de nationalités ne revient-il pas à empêcher que
ceux-ci n’apparaissent ? La méthode préventive consiste à prendre
des mesures législatives, soit au plan international (par la conclusion
de traités multilatéraux ou bilatéraux), soit au plan national (dans la
897. Voir infra, no 452.
898. Voir par exemple la Convention pour régler la nationalité des émigrants,
conclue le 16 novembre 1868 entre la Belgique et les Etats-Unis d’Amérique,
dénoncée le 21 octobre 1981, et la Convention sur la nationalité de la femme
mariée, conclue le 9 janvier 1947 entre la Belgique et la France, dénoncée par le
Gouvernement belge invoquant sa volonté d’approuver de façon imminente la
Convention des Nations Unies du 29 janvier 1957. La dénonciation eut lieu par
un avis du 23 juillet 1971 sortant ses effets le 3 août 1972 (Moniteur belge,
23 juillet et 28 septembre 1971). Une circulaire ministérielle du 5 juin 1972 en
précisa les effets (Moniteur belge, 15 juin 1972). Cette dénonciation ne joua pas
avec effet rétroactif ; il est donc encore nécessaire de se référer au traité pour
déterminer la nationalité des femmes belges ou françaises mariées durant l’in-
tervalle entre l’entrée en vigueur de la convention et la date de prise d’effet de
la dénonciation.
364 Michel Verwilghen

rédaction même des lois et règlements étatiques), pour éviter l’éclo-


sion de la plurinationalité et, plus encore, de l’apatridie. C’est dans
cette voie que, pendant des décennies, la communauté internationale
s’est engagée résolument, jusqu’au jour où les Etats ont pris
conscience des avantages de la pluripatridie et du fait que, en évitant
le phénomène pour ne point en subir les désagréments, on en perdait
aussi les avantages.
Etudiant les modes de solution du cumul de nationalités, certains
auteurs ont confondu les mesures préventives (qui tendent à empê-
cher que les conflits ne naissent) et curatives (les solutions à mettre
en œuvre lorsque ces conflits existent d’évidence ; soit pour les sup-
primer, soit pour en atténuer les effets, soit encore pour les contour-
ner par un choix entre les nationalités en présence). Dans sa thèse
sur les cumuls soumis aux autorités d’un pays intéressé à leur solu-
tion, El-Sedawi tombe dans ce travers, non sans en être partiellement
conscient, car il admet lui-même que ses suggestions s’adressent
plus aux négociateurs de traités et aux législateurs qu’aux juges et
aux fonctionnaires 899. La majeure partie de son travail expose les
mesures adoptées en France et en Egypte pour réduire les conflits
positifs, mais l’auteur sent quand même le besoin d’évoquer les
articles 3 et 5 de la Convention de La Haye, lesquels n’ont rien à
voir avec la prévention des cumuls.
413. L’un des premiers auteurs à avoir prôné l’utilisation de la mé-
thode préventive fut le Français André Weiss, qui la proposa dans la
première édition de son Traité théorique et pratique, paru en 1892 900,
et y revint dans un rapport à l’Institut de droit international en 1894-
1895 901. Mais en plaidant en faveur d’une harmonisation conven-
tionnelle des lois nationales en la matière plutôt que d’une vigilance
des législateurs nationaux, il s’avançait dans une voie peu réaliste.
Un auteur lui reprocha de rechercher « la quadrature du cercle » 902.

899. M. I. El-Sedawi, Le cumul de nationalités devant le tribunal d’un pays


intéressé à sa solution (Etude de droit international privé comparé franco-égyp-
tien), Univ. Mansoura, fac. droit, 1983, p. 244.
900. A. Weiss, Traité théorique et pratique du droit international privé,
1re éd., t. 1, 1892, pp. 304 ss.
901. Annuaire IDI, session de Paris, vol. 13, 1894, pp. 162 ss. ; session de
Cambridge, vol. 14, 1895, pp. 194 ss. (séance du 14 août 1895), et session de
Venise, vol. 15, 1896, pp. 235 ss. (séance du 26 septembre 1896) ; Annuaire IDI
(édition abrégée), vol. 3, 1892-1896, pp. 394-410, 586-597, 681-688, 917-924 et
989-1026.
902. J. Maury, vo « Nationalité — Théorie générale et Nationalité en France »,
p. 291, no 198.
Conflits de nationalités 365

Un auteur anglais, Thomas Baty, s’est déclaré aussi partisan de


cette méthode, mais de façon si naïve qu’on en reste confondu. Par-
tisan de l’allégeance perpétuelle de tout individu à l’Etat du lieu de
sa naissance, il s’insurge contre le fait que la France ait osé décider,
en 1804, que l’enfant d’un Français né à l’étranger soit lui-même
Français. « Ceci est manifestement inadmissible comme règle de
droit international », affirme-t-il sans le moindre support argumen-
taire. Pour lui, le meilleur moyen de supprimer les conflits de natio-
nalités consiste à
« faire du domicile [dans le sens anglo-saxon], le critérium de
la nationalité ou, si les difficultés pratiques ne sont pas trop
grandes, d’adopter comme critérium à cet égard ... le lieu de
résidence pendant l’adolescence ou le pays d’éducation ».
Et de justifier sa position par cet argument : « C’est le lieu où l’être
humain a été élevé qui laisse sur lui son empreinte. » 903
Oublions cette position contestable. Il est évident que la solution
des conflits de nationalités ne découlera pas avant longtemps de
l’instauration d’un critère universel unique — et utopique — d’attri-
bution de la nationalité. Et proposer comme solution de principe l’at-
tribution de la nationalité du pays d’éducation paraît à la fois une
solution imprécise et surtout illusoire. Les nouveaux Etats émergeant
de la décolonisation ont-ils songé à accorder leur nationalité aux
enfants des coloniaux qui y ont passé leur jeunesse ? La position de
Baty démontre aussi, jusqu’à l’absurde, son caractère nationaliste : si
tous les juristes entament une négociation à ce sujet avec la convic-
tion que leur critère national est le meilleur du monde et s’impose
naturellement car celui du voisin est « inadmissible comme règle de
droit international », l’entente diplomatique risque de se faire
attendre longtemps.

II. La prévention par accords diplomatiques

A. Eviter les conflits positifs

414. Dans le passé, s’il était loisible aux Etats de prévenir


ensemble l’apparition des cumuls de nationalités, ils n’hésitaient

903. Th. Baty, « La double nationalité est-elle possible ? », Rev. dr. int. lég.
comp., troisième série, vol. 7, 1926, p. 632.
366 Michel Verwilghen

généralement pas à s’entendre pour y parvenir. Les techniques de


solutions préventives par traité s’élaborèrent progressivement et sont
aujourd’hui bien connues. On rappelle ici certains des remèdes clas-
siques contre la pluripatridie :
1) S’agissant de l’attribution de la nationalité d’origine, les Etats
contractants s’entendent sur le critère fondamental. S’il s’agit du
jus soli, celui-ci est accepté à titre exclusif. S’il s’agit du jus san-
guinis, le traité précise lequel des auteurs de l’enfant sera seul en
mesure d’attribuer sa nationalité : soit le père exclusivement (par
exemple en cas de naissance dans le mariage), soit la mère exclu-
sivement (par exemple si l’enfant naît hors mariage sans que le
père soit connu).
2) S’agissant de l’attribution de la nationalité adventice, le principe
le plus courant est qu’il n’est pas possible d’acquérir une nou-
velle nationalité sans perdre par le fait même la nationalité anté-
rieure.
3) La prévention des conflits de nationalités suscités par des chan-
gements territoriaux peut également être réglée par traité. L’his-
toire en fournit de nombreux exemples 904.
Mais bien évidemment, tout dépend du contexte dans lequel le
traité est signé. De ce point de vue, les accords se classent selon
toute une série de critères et leurs solutions varient à l’extrême.

1. Traités postérieurs aux grandes guerres


415. Les premiers traités internationaux multilatéraux relatifs aux
conflits de nationalités furent antérieurs à la création de la Société
des Nations. Il s’agissait des traités de paix conclus peu après la fin
de la première guerre mondiale. Ces conventions contenaient des
règles relatives aux effets de nationalité résultant des changements
territoriaux consécutifs à la guerre 905.
Dans quasi tous ces traités de paix figure l’une ou l’autre disposi-
tion destinée à régler les problèmes de nationalité des personnes

904. Voir par exemple ceux cités par I. Soubbotitch, Effets de la dissolution
de l’Autriche-Hongrie sur la nationalité de ses ressortissants — Etude de droit
international et de droit comparé, Paris, Rousseau, 1926. Voir aussi infra,
nos 415-420 et 429.
905. J.-P. Niboyet, « La nationalité d’après les traités de paix qui ont mis fin
à la grande guerre de 1914-1918 », Rev. dr. int. lég. comp., troisième série,
vol. 2, 1921, pp. 285 ss.
Conflits de nationalités 367

déplacées d’un pays à l’autre soit par suite d’une annexion partielle,
soit en raison de leur installation dans un autre pays que leur patrie
d’origine. Le but était clair : il fallait essentiellement empêcher
l’éclosion de cumuls de nationalités suscités par des déplacements
de populations ; mais les traités eux-mêmes avaient évidemment une
portée plus large : les conflits de nationalités n’y étaient abordés que
de façon incidente, comme éléments de problèmes divers à résoudre
par voie diplomatique.
Avec le temps, ces normes ont perdu progressivement leur impact
pratique, puisque ces traités ont épuisé leurs effets sur ce point ; elles
ne présentent plus, à cet égard, qu’un intérêt historique, sauf rares
exceptions 906.
416. Plusieurs instruments diplomatiques bilatéraux conclus
après la fin des grandes guerres mondiales, sans avoir le caractère de
traité de paix, contenaient des dispositions destinées à régler les pro-
blèmes de nationalités des personnes risquant, par suite des consé-
quences des hostilités ou de leurs suites, de tomber dans des cumuls
de nationalités 907. En voici quelques exemples :

— Accord entre l’Egypte et l’Italie sur la nationalité des Libyens


906. Voici la liste de ces traités de paix, avec la mention des articles consa-
crés à la nationalité :
Traité de paix signé à Versailles, le 28 juin 1919 (Allemagne), [art. 278] ;
Traité de paix signé à Versailles, le 28 juin 1919 (Pologne), [art. 4 et 6] ; Traité
de paix signé à Saint-Germain-en-Laye, le 10 septembre 1919 (Autriche),
[art. 64, 65 et 230] ; Traité de paix signé à Saint-Germain-en-Laye, le 10 sep-
tembre 1919 (Serbie, Croatie, Slovénie), [art. 4 et 6] ; Traité de paix signé à
Saint-Germain-en-Laye, le 10 septembre 1919 (Tchécoslovaquie), [art. 4 et 6] ;
Traité de paix signé à Neuilly-sur-Seine, le 27 novembre 1919 (Bulgarie),
[art. 51 et 52] ; Traité de paix signé à Paris, le 9 décembre 1919 (Roumanie),
[art. 4 et 6] ; Traité de paix signé au Trianon de Versailles, le 4 juin 1920 (Hon-
grie), [art. 56, 57 et 213].
On y ajoutera un instrument diplomatique lié aux suites de la première guerre
mondiale et conclu quelques années plus tard : la Convention relative à l’éta-
blissement et à la compétence judiciaire en Turquie, signée à Lausanne, le
24 juillet 1923 (SDN, Recueil des traités, 1924, no 704, pp. 151 ss.).
907. Exemples : Convention réglant la question de la nationalité et de l’indi-
génat des personnes qui, par suite de la délimitation, ont perdu leur nationalité
originaire, signée à Belgrade le 30 janvier 1933 entre la Roumanie et la Yougo-
slavie, ainsi que l’Accord additionnel signé à Bucarest le 13 mars 1935 (SDN,
Recueil des traités, vol. 146, 1934, p. 173, no 3398, et vol. 178, 1937, p. 58,
no 4133) ; Convention sur la nationalité, entre l’Egypte et la Turquie, signée à
Ankara, le 7 avril 1937 (SDN, Recueil des traités, vol. 191, 1938, p. 105,
no 4439) ; Déclaration relative à la communication réciproque de copies littérales
des actes de l’état civil ou de nationalité entraînant changement de l’indigénat
dans le chef de ressortissants belges ou luxembourgeois, signée à Bruxelles le
4 mars 1939 (SDN, Recueil des traités, vol. 197, 1939, p. 141, no 4610).
368 Michel Verwilghen

résidant en Egypte, signé le 14 avril 1923 908. Selon cet accord,


les personnes originaires de la Libye (Tripolitaine et Cyrénaïque)
qui résidaient en Egypte avant la date d’annexion de la Libye par
l’Italie et qui ont continué d’y résider depuis lors, étaient consi-
dérées désormais comme de nationalité italienne, sous certaines
conditions.
— Convention réglant la question de la nationalité et de l’indigénat
des personnes qui, par suite de la délimitation, ont perdu leur
nationalité originaire, entre la Roumanie et la Yougoslavie,
signée à Belgrade, le 30 janvier 1933 909, ainsi que l’Accord addi-
tionnel à cette convention, signé à Bucarest, le 13 mars 1935 910.
— Convention pour régler certaines questions de nationalité des
ressortissants ottomans établis en Egypte ou qui bénéficiaient de
l’indigénat égyptien, entre l’Egypte et la Turquie, signée à
Ankara, le 7 avril 1937 911.
— Traité franco-italien signé à Paris, le 17 février 1947, consacrant
la cession par l’Italie à la France de quelques territoires (com-
munes de Tende, de la Brigue...). Cette convention bilatérale
conféra la nationalité française aux habitants de ces territoires,
sous réserve de leur option en faveur du maintien de leur natio-
nalité italienne 912.
— Traité relatif à la rectification de la frontière belgo-allemande et
au règlement de divers problèmes concernant les deux pays,
conclu le 24 septembre 1956 à Bruxelles 913. Ce traité se pro-
nonça sur la nationalité des personnes habitant sur les territoires
faisant l’objet de la rectification de frontières. Un système d’op-
tion facilitée fut offert aux nationaux des deux Etats contractants
résidant sur ces territoires.
— Accord sur les options des habitants des territoires frontaliers
(Trieste), conclu à Osimo, le 10 novembre 1975, entre l’Italie et
la Yougoslavie, selon lequel la nationalité des personnes qui rési-

908. Journ. off. d’Egypte, no 5/1924 ; Répert. perman. législ. égypt., Alexan-
drie, V. Sista Ed., 1968, p. 1.
909. SDN, Recueil des traités, vol. 146, 1934, no 3398, pp. 173 ss.
910. SDN, Recueil des traités, vol. 178, 1937, no 4133, pp. 58 ss.
911. SDN, Recueil des traités, vol. 191, 1938-1939, no 4439, pp. 105-110.
912. Voir les références et commentaires dans P. Lagarde, La nationalité fran-
çaise, p. 208, no 298.
913. Loi belge d’approbation du 28 avril 1958, Moniteur belge, 23 août
1958 ; Pasin., 1958, p. 907. Voir à ce sujet L. Stichelbaudt, « Les conséquences
du Traité du 24 septembre 1956 relatif à la modification de la frontière belgo-
allemande », Rev. admin. (Bruxelles), 1959, pp. 67, 94 et 145.
Conflits de nationalités 369

daient le 10 juin 1940 à Trieste est déterminée par la loi de l’Etat


de leur résidence actuelle, sous réserve d’un droit d’option en
faveur de la nationalité de l’Etat de leur groupe ethnique s’ils
vont vivre dans ce pays 914.

2. Conventions régionales

417. La codification panaméricaine réunissant les Etats d’Amé-


rique latine, pays d’immigration généralement favorables au jus soli,
eut aussi comme but d’empêcher que ne naissent des conflits posi-
tifs.
Le 26 décembre 1933 fut signée à Montevideo une Convention
sur la nationalité, qui entra en vigueur dans une demi-douzaine
d’Etats 915. Elle érigeait en règle de principe que toute naturalisation
de personnes originaires d’un pays contractant devait, dans tout Etat
lié par la convention, entraîner la perte de la nationalité antérieure.
Certes, le texte de l’article premier de la Convention ne précisait pas
expressément qu’il ne visait que les nationaux des pays contractants,
mais le contexte (la teneur des autres articles) conduisait nécessaire-
ment à cette interprétation. Tant en raison des réserves émises par la
plupart de ces pays que de dénonciations ultérieures, cette codifica-
tion n’a pas contribué efficacement à surmonter les difficultés
concrètes suscitées par les conflits de nationalités. En outre, la
Convention sur la nationalité de la femme, signée le même jour dans
la même ville et qui reçut un meilleur accueil 916, favorisait l’éclo-
sion de conflits positifs en prohibant toute discrimination fondée sur
le sexe en matière de nationalité, donc aussi d’attribution de natio-
nalité.
418. Sur le Vieux Continent, la récente Convention européenne
sur la nationalité, du 7 novembre 1997, énonce en son article 4 le
principe selon lequel
« les règles sur la nationalité de chaque Etat partie doivent être
fondées sur les principes suivants :
...
b) l’apatridie doit être évitée ;
c) nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité… »

914. S. Bariatti, « Italie », Juris-classeur Nationalité, 1994, p. 7, no 17.


915. Voir supra, no 146.
916. Ibid.
370 Michel Verwilghen

On peut voir dans ces clauses de véritables règles de préventions


des conflits négatifs, mais pour apprécier leur efficacité, il convien-
dra d’examiner comment le droit interne des Etats les mettra en
application.
En Afrique, on relève l’existence d’une Convention sur la double
nationalité, conclue par les Pays de l’entente africaine, signée le
30 décembre 1965 917, qui prône aussi la méthode de prévention des
conflits. Nous n’en parlerons plus dans la suite car il s’agit d’un bel
exemple de traité mort-né : faute de ratification, il n’entra jamais en
vigueur et il n’a jamais influencé de quelque façon que ce soit la
jurisprudence des pays signataires. Bien plus, la doctrine l’ignore
complètement. Pourquoi s’en étonner ? La convention n’a jamais, à
notre connaissance, reçu la moindre publication officielle.

3. Accords sur les agents diplomatiques et consulaires et leur


famille

419. Bien que relatifs à de tout autres matières, à savoir les rela-
tions diplomatiques et consulaires, il faut aussi mentionner les tra-
vaux d’unification du droit entrepris par les Nations Unies en ces
domaines 918. En effet, les experts ajoutèrent tant à la Convention de
Vienne sur les relations diplomatiques, signée le 18 avril 1961 919,
qu’à la Convention de Vienne sur les relations consulaires, signée le
24 avril 1963 920, des protocoles de signature facultative concernant
l’acquisition de la nationalité. L’objectif poursuivi dans ces instru-
ments fut d’éviter que les enfants d’agents diplomatiques et consu-
laires ne deviennent binationaux en raison de leur naissance dans
l’Etat où s’exercent les fonctions de leurs auteurs, lorsque la loi
nationale de l’agent diplomatique ou consulaire consacre le jus san-
guinis. Dans le protocole à la Convention sur les relations diploma-
tiques, l’article II est libellé comme suit :
« Les membres de la mission 921 qui n’ont pas la nationalité

917. Cette entente africaine rassembla à l’époque la Côte d’Ivoire, le Daho-


mey (aujourd’hui Bénin), la Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso), le Niger et
le Togo. L’existence de cette convention est attestée par B. Dutoit et autres, La
nationalité de la femme mariée, t. II, p. 103.
918. Voir déjà supra, nos 87 et 129.
919. Nations Unies, Recueil des traités, 1967, vol. 500, no 7311, pp. 223-239.
920. Nations Unies, Recueil des traités, 1976, vol. 596, no 8639, pp. 469-485.
921. Au sens donné à cette expression par l’article premier, lettre b), de la
Convention de Vienne, selon ce que commande l’article I du protocole.
Conflits de nationalités 371

de l’Etat accréditaire et les membres de leur famille qui font


partie de leur ménage n’acquièrent pas la nationalité de cet Etat
par le seul effet de sa législation. »
Dans le protocole à la Convention consulaire, la même idée pré-
vaut, mais en des termes un peu différents :
« Les membres du poste consulaire 922 qui n’ont pas la natio-
nalité de l’Etat de résidence et les membres de leur famille
vivant à leur foyer n’acquièrent pas la nationalité de cet Etat
par le seul effet de sa législation. »
Certains Etats (parmi lesquels figurent les Etats-Unis d’Amérique)
interprètent ces clauses comme n’empêchant pas que les enfants
visés puissent acquérir la nationalité de l’Etat de leur naissance, mais
par l’application d’autres règles, notamment jure sanguinis, si l’autre
parent, non agent diplomatique ou consulaire, possède la nationalité
de cet Etat. Il peut donc subsister des conflits de nationalités.

4. Accords liés à la décolonisation

a) Un idéal difficile à atteindre

420. Il est de principe, en droit international, qu’en cas d’an-


nexion, de cession ou de sécession de territoires les nationaux ratta-
chés à la portion territoriale qui passe sous une nouvelle souverai-
neté perdent cette qualité pour acquérir collectivement, soit de plein
droit, soit par décision du nouveau souverain 923, la nationalité de
l’Etat annexant, cessionnaire ou nouveau. Encore faut-il que le chan-
gement de souveraineté s’effectue conformément aux exigences du
droit international. Pour la population dont les racines plongent dans
le territoire soumis au changement de souveraineté, ce passage
brusque d’une souveraineté à l’autre et, par voie de conséquence,
d’une nationalité à l’autre, peut susciter bien des problèmes indivi-
duels.
Pour les régler préventivement, il est arrivé que les Etats concer-
nés s’entendent par traité, en laissant une place plus ou moins large

922. Au sens donné à cette expression par l’article premier, paragraphe 1,


lettre g), de la Convention de Vienne, selon ce que commande l’article I du pro-
tocole.
923. Sur cette alternative, voir supra, no 269.
372 Michel Verwilghen

à l’autonomie de la volonté des personnes touchées par le transfert


territorial et en prévoyant des délais de transition harmonieuse 924.
421. Un bon exemple de pareil accord se situe dans la période
d’autonomie interne qui précéda l’accession de la Tunisie à la sou-
veraineté internationale complète. Le 3 juin 1955, la France et son
ancienne possession conclurent une convention relative à la situation
des personnes, dont les articles 7 à 14 concernaient la nationalité.
Par l’article 7, la Tunisie acceptait (parce que la France l’y invitait...)
de restreindre sa compétence législative en la matière. Mais c’est
surtout l’article 8 qui mérite de retenir l’attention. Il obligeait chacun
des Etats contractants à reconnaître la nationalité de l’autre, la Tuni-
sie acceptant de ne pas attribuer, par dispositions générales, sa natio-
nalité aux ressortissants français et chacun des deux pays s’enga-
geant à respecter les naturalisations individuelles de ses propres
nationaux. Des mesures favorables à la possibilité pour les Tunisiens
de décliner la nationalité française, tout comme pour certains enfants
de renoncer à celle-ci, étaient également prévues. Bref, on trouvait
dans cet accord des dispositions manifestement favorables à la pré-
vention des conflits, mais aussi d’autres qui, au contraire, s’accom-
modaient de ceux-ci 925.
422. L’entente entre deux Etats pour régler ensemble les pro-
blèmes de nationalité en cas de changement territorial n’est pas tou-
jours politiquement possible, même si elle demeure en soi souhai-
table. Il n’est pas rare de constater qu’en définitive chacun des deux
pays règle unilatéralement le sort, au plan de la nationalité, des habi-
tants des territoires transférés sous l’autre souveraineté. Tantôt, ils
légifèrent en vue de réduire les cas de bipatridie ; tantôt, ils s’ac-
commodent de cette situation de plurinationalité.
Il y a une quarantaine d’années, la Belgique s’est ainsi montrée
incapable de prévenir des conflits de nationalités cependant bien pré-
visibles. Aucun traité bilatéral ne fut conclu entre la Belgique et ses
anciennes possessions d’Afrique devenues indépendantes : le Congo
(devenu Zaïre avant de retrouver son ancienne appellation), le
Rwanda et le Burundi. Le défaut de mesures préventives engendra
924. B. Audit, Droit international privé, p. 763, no 919 ; P. Lagarde, La natio-
nalité française, pp. 199-230, nos 200-229 (surtout à propos des relations de la
France avec ses anciennes possessions devenues indépendantes) ; P. Mayer,
Droit international privé, p. 546, no 848. Sur l’ensemble de la question, voir
M. Riad, La nationalité égyptienne, pp. 36-45.
925. Sur cette convention, voir P. Lagarde, La nationalité française, p. 281,
no 381.
Conflits de nationalités 373

l’éclosion de conflits positifs ou négatifs de nationalités, que la Bel-


gique tenta plus tard de régler unilatéralement par des mesures légis-
latives appropriées 926.
Quelques exemples récents de pareilles difficultés ne manquent
pas d’intérêt et méritent un bref commentaire. Il s’agit de la décolo-
nisation de Hong Kong, de Macao et de la Nouvelle-Calédonie.

b) Le retour de Hong Kong à la Chine

423. Le cas récent du retour de Hong Kong à la Chine constitue


un premier exemple de situation laissée en suspens dans le domaine
de la nationalité. La Déclaration conjointe des gouvernements bri-
tannique et chinois, signée à Beijing le 19 décembre 1984, annonça
le transfert à la République populaire de Chine de la totalité des ter-
ritoires de Hong Kong sous administration britannique, le change-
ment de souveraineté devant s’effectuer le 1er juillet 1997 927.
Conformément à l’article 31 de la Constitution chinoise, ces terri-
toires, réunis à la Chine, forment depuis lors une région administra-
tive spéciale.
L’accord bilatéral prévoyait une période transitoire au cours de
laquelle un groupe de contact devait régler les problèmes d’applica-
tion de l’accord. Or, celui-ci ne faisait aucune allusion au sort des
habitants de l’île et de ses dépendances quant à leur future nationa-
lité. D’évidence, le problème avait paru trop délicat pour pouvoir
recevoir une solution commune 928. Dès lors, chacune des parties usa
de sa compétence exclusive pour résoudre le problème de son seul
point de vue 929.
424. Le 19 mars 1997, la reine Elisabeth II promulgua le British

926. Le législateur belge, agissant seul, adopta une loi du 22 décembre 1961
relative à l’acquisition et au recouvrement de la nationalité belge par des étran-
gers nés ou domiciliés sur le territoire de la République du Congo ou par les
Congolais ayant eu en Belgique leur résidence habituelle (Moniteur belge, 8 jan-
vier 1962 ; Pasin., 1962, p. 914). Voir à ce sujet M. Verwilghen, Le Code de la
nationalité belge, pp. 44 ss., nos 50 ss.
927. Le texte officiel en anglais de cet accord a été publié dans Asian Year-
book of Int. Law, vol. 5, 1995, pp. 567 ss. Voir aussi, HMSO, Treaty Series,
no 26 (1985) Cmnd. 9543, Londres.
928. Pour un exposé de ces difficultés, voir Asian Yearbook of Int. Law,
vol. 1, 1991, pp. 302-303.
929. Sur le problème, voir R. M. White, « Hong Kong : Nationality, Immigra-
tion and the Agreement with China », Int. Comp. Law Quart., vol. 36, 1987,
pp. 483-503, et du même auteur « Nationality Aspects of the Hong Kong Settle-
ment », Case W. E. Res. Journ. of Internat. Law, vol. 20, 1988, pp. 225 ss.
374 Michel Verwilghen

Nationality (Hong Kong) Act 1997 930, dont le but fut d’organiser
l’acquisition de la nationalité britannique par certaines personnes
ayant leur résidence habituelle à Hong Kong et qui possédaient la
qualité de British dependent territories citizens (Hong Kong). Il
s’agissait surtout d’éviter que, lors du passage sous souveraineté chi-
noise de la colonie britannique, des personnes résidant habituelle-
ment à Hong Kong ne tombent dans l’apatridie. En revanche, qu’il y
ait multiplication de cas de bipatridie ne semblait pas constituer un
handicap majeur.
Pour sa part, la Chine étendit tout simplement sa loi sur la natio-
nalité, du 10 septembre 1980, aux territoires désormais placés sous
sa souveraineté. Pour mémoire, en son article 3, cette loi décide que
la République populaire ne reconnaît pas au citoyen chinois le statut
de double nationalité. On peut donc comprendre que, pour elle,
l’éventualité de voir des habitants de Hong Kong jouir, dès le
1er juillet 1997, de la nationalité britannique en plus de la nationalité
chinoise ne méritait aucun arrangement particulier.
L’absence d’accord entre les deux pays n’est cependant pas
demeuré sans conséquence juridique au plan de la nationalité des
habitants. La loi britannique n’a pas supprimé radicalement tout
risque d’apatridie et, malgré l’attitude chinoise de rejet de la bipatri-
die, nul doute que le changement de souveraineté a accru ce phéno-
mène, sans que l’on puisse bien apprécier son ampleur, faute de sta-
tistiques sur ce point précis.

c) Le retour de Macao à la Chine

425. Une situation analogue risque de se produire le 20 décembre


1999, lors du transfert de Macao sous souveraineté chinoise après
quatre cent quarante-deux années de souveraineté portugaise. Dans
ce cas aussi, une Déclaration conjointe fut signée par les gouverne-
ments des deux Etats, le 26 mars 1997, pour annoncer à la fois le
futur changement de souveraineté et la création d’une région admi-
nistrative spéciale 931. La teneur de cette déclaration s’inspirait visi-
blement du modèle arrêté pour Hong Kong. Comme dans ce dernier
cas, il a été prévu qu’un groupe de contact commun sino-portugais

930. 1997 Ch. 20. http ://hmso.gov.uk/acts/acts1997/1997020.htm.


931. Le texte en anglais (version non officielle) de cet accord bilatéral a été
publié dans l’Asian Yearbook of Int. Law, vol. 5, 1995, pp. 567 ss.
Conflits de nationalités 375

serait mis en place durant la période transitoire pour assurer l’appli-


cation effective de la Déclaration conjointe et pour créer les condi-
tions appropriées du transfert de pouvoir. Mais, de son côté, la Chine
a aussi mis en place son propre comité préparatoire.
426. Pas plus que dans la Déclaration conjointe relative au sort de
Hong Kong, l’accord sino-portugais ne fixe la nationalité des cent
sept mille habitants de Macao qui, bien que d’origine ethnique chi-
noise, jouissent encore de la nationalité portugaise. En juin 1998, la
Chine a publié la liste des lois chinoises considérées comme appli-
cables dès le 20 décembre 1999 à Macao et la loi chinoise sur la
nationalité figure parmi elles 932. Peu après, un porte-parole du
Comité préparatoire chinois déclara qu’après le transfert de souve-
raineté tout habitant de Macao qui n’aura pas opté pour la nationalité
chinoise sera considéré comme un résident permanent étranger de la
nouvelle région administrative spéciale. Il ajouta que ces personnes
ayant ainsi conservé leur nationalité portugaise pourraient utiliser
leur passeport portugais uniquement comme document de voyage à
l’étranger.
Le gouvernement portugais de Macao a réagi dès le 3 novembre
1998 contre cette décision « unilatérale et ambiguë » en publiant un
communiqué marquant son désaccord 933. Selon lui, les autorités
gouvernementales des deux pays s’étaient entendues sur le respect
de la spécificité du statut des Macanais, la question de leur nationa-
lité ne devant plus faire l’objet que d’une « solution technique » à
établir conjointement au sein du groupe de contact bilatéral. Il rap-
pela que les plus hautes autorités chinoises s’étaient engagées vis-
à-vis du premier ministre et du président du Portugal à respecter la
spécificité de la communauté locale :
« both Li [Peng] and Jiang [Zenmin] had pledged that the terri-
tory’s “Macanese” community would be able to keep their Por-
tuguese nationality beyond next year’s handover and that China
would not impose its own nationality on them » 934.
On en est là au moment où ces lignes sont écrites. A défaut de
parvenir à un accord, les deux pays régleront séparément la situation
des « Macanais ». Mais comme ceux-ci vivront pour la plupart bien-

932. http ://www.umac.mo/basiclaw/english/annex3.html.


933. http ://www.macau.gov.mo/e_news.shtml#0611981.
934. Ibid.
376 Michel Verwilghen

tôt sous souveraineté chinoise, leur avenir au plan de la nationalité


dépendra en fait beaucoup plus de la volonté des autorités de la
République populaire que de celles de Lisbonne. Et, ici aussi, l’on
peut annoncer sans risque de se tromper que, sauf accord improbable
de dernière minute, des conflits de nationalités surgiront de plein
droit le 20 décembre 1999, même à l’insu des intéressés ou contre
leur volonté.

d) L’avenir de la Nouvelle-Calédonie

427. Un autre cas actuel de pays en phase de décolonisation


laisse croire que la puissance coloniale est disposée à s’engager dans
la voie d’une solution conventionnelle. Il s’agit de l’avenir de la
Nouvelle-Calédonie.
L’accord sur la Nouvelle-Calédonie, signé à Nouméa le 21 avril
1998, déclare dans son préambule :
« Il est aujourd’hui nécessaire de poser les bases d’une
citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie, permettant au peuple
d’origine de constituer avec les hommes et les femmes qui y
vivent (c’est-à-dire tant les Kanaks que les Français d’origine)
une communauté humaine affirmant son destin commun. »
Envisageant une phase de partage de souveraineté de vingt années
entre la France et la Nouvelle-Calédonie sur la voie de la pleine sou-
veraineté, le même texte poursuit :
« Au cours de cette période, des signes seront donnés de la
reconnaissance progressive d’une citoyenneté de la Nouvelle-
Calédonie, celle-ci devant traduire la communauté de destin
choisie et pouvant se transformer, après la fin de la période, en
nationalité, s’il en était décidé ainsi. »
428. Au terme de cette période de vingt années,
« le transfert à la Nouvelle-Calédonie (dont le nom pourrait être
changé) des compétences régaliennes, l’accès à un statut inter-
national de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyen-
neté en nationalité seront proposés au vote des populations
intéressées ».
Texte ambigu : lorsque cette phase s’achèvera, la Nouvelle-Calé-
donie atteindra la « pleine souveraineté », ainsi qu’il est déjà prévu et
Conflits de nationalités 377

affirmé ; elle possédera, comme tout Etat souverain, sa nationalité et


l’organisera comme elle l’entendra. Il est inexact d’affirmer que la
citoyenneté provisoire pourra se transformer alors, « s’il en était
décidé ainsi » en nationalité. Car le droit international lui-même
décide que tout Etat possède une nationalité. La décision visée dans
le préambule ne peut porter que sur l’accession à la souveraineté
internationale. Tout autre est la question du contenu des dispositions
constitutionnelles et législatives du nouvel Etat. Du contenu de ce
droit futur de la nationalité calédonienne et du droit français de la
nationalité en vigueur lors de l’accession à l’indépendance de la
Nouvelle-Calédonie dépendra l’émergence éventuelle de cumuls de
nationalités. L’accord n’en dit rien. On verra dans vingt ans, voire
avant ce terme, si un esprit aussi imaginatif que celui de François
Mitterrand à propos des rapports franco-tunisiens 935 verra dans la
double nationalité un moyen de contribuer à une entente entre les
communautés en présence.

B. Eviter de susciter l’apatridie

429. La volonté des Etats d’éviter de susciter l’apatridie transpa-


raît dans les conventions internationales négociées, signées et rati-
fiées par certains d’entre eux.
Rappelons ici l’existence d’un premier instrument annexé à la
Convention du 12 avril 1930 et concernant le problème des « sans
patrie » : le Protocole relatif à un cas d’apatridie, signé le même jour
à La Haye 936. Le cas envisagé est celui d’un enfant né d’un père
sans nationalité ou de nationalité inconnue et d’une mère nationale
de l’Etat du lieu de la naissance de l’enfant, Etat dont la législation
ignore le jus soli. Les Etats contractants acceptent de conférer leur
nationalité à cet enfant.
Au plan régional, une organisation internationale plus modeste et
ne réunissant qu’un nombre restreint d’Etats, la Commission inter-
nationale de l’état civil, a préparé, pour sa part, un autre traité sur le
même sujet, qui devint la Convention no 13 tendant à réduire le
nombre de cas d’apatridie. Elle fut signée à Berne le 13 septembre
1973 937. Malgré son titre, qui laisse croire que le but de l’instrument

935. Voir supra, no 239.


936. SDN, Recueil des traités, vol. 179, 1937-1938, no 4138, pp. 115-124.
937. CIEC, Conventions et recommandations 1956-1987, Strasbourg, Secré-
tariat général, 1988, pp. 139-148 (avec l’exposé des motifs).
378 Michel Verwilghen

est de réduire les cas d’apatridie, ce traité entend bel et bien empê-
cher qu’ils ne naissent dans les pays contractants. En effet, aux
termes de l’article premier :
« L’enfant dont la mère a la nationalité d’un Etat contractant
acquiert à la naissance la nationalité de celle-ci au cas où il eût
été apatride.
Toutefois, lorsque la filiation maternelle ne prend effet en
matière de nationalité qu’au jour où elle est établie, l’enfant
mineur acquiert à ce jour la nationalité de sa mère. »
Et la Convention de poursuivre en disposant, à l’article 2, que
l’enfant né d’un père ayant la qualité de réfugié est considéré comme
ne possédant pas la nationalité de celui-ci. Le rapport explicatif de la
Convention reconnaît que ces principes sont déjà incorporés dans la
législation de beaucoup d’Etats, mais que d’autres pays hésitent à
suivre cet exemple parce qu’ils estiment que l’enfant devrait suivre
plutôt la nationalité du père. Le fait d’introduire ces principes dans
un traité fondé sur la réciprocité pourrait les pousser à changer
d’avis.
Voici un dernier exemple : la Convention concernant la nationalité
des arabes résidant dans un Etat dont ils ne sont pas les nationaux,
conclue au Caire le 23 septembre 1952. L’objet principal de cet ins-
trument fut de lutter contre l’apatridie et les nationalités indétermi-
nées. Il prévoyait l’acquisition de plein droit de la nationalité de
l’Etat d’origine, mais assortie d’une option possible en faveur de la
nationalité de l’Etat d’accueil (à savoir celui du domicile). Faute de
données disponibles il n’est pas possible de se faire une idée, même
sommaire, de l’application que reçut ce traité.
430. Les Etats liés par de telles conventions assument au moins
une obligation internationale d’abstention : ils ne devraient rien déci-
der qui soit de nature à provoquer des situations d’apatridie, ni dans
l’énoncé de leurs lois et règlements ni dans la prise de mesures indi-
viduelles, sauf les exceptions éventuellement admises par ces instru-
ments diplomatiques. L’absence de sanction et le fait que les indi-
vidus n’ont guère de moyen d’exiger réparation en cas de trans-
gression de ce principe atténuent en fait l’impact pratique de ce
dernier.
431. A défaut d’accord diplomatique, il appartient à chaque Etat
de se montrer attentif à éviter de susciter l’apatridie, en rédigeant à
cet effet des dispositions appropriées. Donnons-en un exemple.
Conflits de nationalités 379

Le phénomène de l’apatridie paraît exceptionnel en Chine popu-


laire. De l’aveu du commentateur déjà cité, dans ce pays, « il n’y a
qu’un petit nombre de personnes qui n’ont pas de nationalité ou sont
de nationalité inconnue » 938. A l’occasion de l’élaboration de la loi
chinoise sur la nationalité, le législateur se devait néanmoins d’être
attentif à ces cas et surtout, d’éviter qu’ils ne se multiplient. C’est
pourquoi il a veillé, dans diverses dispositions, à prendre des
mesures « prophylactiques » destinées à empêcher que n’apparaisse
le malaise. Il prévoit même expressément, à l’article 7 de la loi du
10 septembre 1980, que l’apatride peut déposer une requête en natu-
ralisation chinoise 939. On relève surtout l’article 6 selon lequel l’en-
fant né en Chine de parents apatrides domiciliés en Chine ne suit pas
la condition de ses parents, mais se voit attribuer la nationalité chi-
noise jure soli.
Est-ce à dire que tous les risques d’heimatlosat aient disparu ?
Non. La loi n’a pas prévu que la perte de la nationalité chinoise soit
conditionnée par l’acquisition d’une autre nationalité. A l’article 10,
elle mentionne trois conditions de perte en une liste visiblement
limitative. Mais le même article prévoit que cette perte doit être
« autorisée ». On peut espérer que l’autorité compétente refusera de
donner son autorisation si celle-ci devait entraîner la naissance d’une
apatridie.
432. Pour bien faire, les Etats, en réglementant les effets du
mariage ou de la filiation sur la nationalité, devraient toujours avoir
le souci d’éviter les cas d’apatridie. Pour cela, ils auront, dans une
certaine mesure, à prendre en considération les lois sur la nationalité
des autres pays ou, plus précisément, l’impact que pourraient avoir
ces lois étrangères sur les personnes dont ils entendent régir la natio-
nalité.
Mal rédigées, des lois peuvent engendrer l’apatridie :
« Ce serait le cas, par exemple, d’une législation qui exige-
rait, pour transmettre sa nationalité, la filiation à l’égard de
deux nationaux, sans vérifier si la loi du parent étranger donne
à l’enfant la nationalité de ce dernier. » 940

938. Gong Qiuxiang, « Quelques problèmes sur le Code de la nationalité »,


Beijing Information, 10 novembre 1980, p. 26.
939. Ibid.
940. P. Lagarde, « Nationalité et filiation : leur interaction dans le droit com-
paré de la nationalité », p. 480, no 1079.
380 Michel Verwilghen

Il faut se réjouir de constater que les législateurs nationaux se mon-


trent beaucoup plus attentifs à ce danger et rédigent des lois qui per-
mettent d’éviter le risque d’apatridie 941.

Par. 2. Réduction des conflits de nationalités

433. Un autre procédé de solution des conflits de nationalités, qui


vaut pour la pluripatridie comme pour l’apatridie, intervient quand
ceux-ci existent. Il n’a donc pas été possible de les éviter, mais les
réduire en tout ou en partie demeure réalisable, voire opportun. La
réduction totale, théoriquement envisageable, équivaut à une élimi-
nation pure et simple ; la réduction partielle — celle qui, en fait, se
réalise presque toujours — freine le phénomène sans l’exclure radi-
calement.
De nombreuses organisations internationales ont encouragé les
Etats à entrer dans cette voie.

I. Réduire les conflits positifs

A. L’action des organisations internationales


434. Sur le continent européen, et plus précisément au sein du
Conseil de l’Europe, les problèmes soulevés par le cumul de natio-
nalités furent étudiés durant les années qui suivirent la seconde
guerre mondiale. Les experts s’attachèrent non seulement à l’étude
des moyens d’empêcher les conflits positifs de nationalités mais
aussi à ceux destinés à les faire disparaître et aux remèdes à appor-
ter à l’un des effets du cumul : le double service militaire. De ces tra-
vaux sortirent d’importants accords internationaux axés en premier
chef sur la réduction des cumuls de nationalités, comme l’atteste le
titre donné aux instruments :
1) la Convention sur la réduction des cas de pluralité de nationali-
tés et sur les obligations militaires en cas de pluralité de natio-
nalités, conclue à Strasbourg, le 6 mai 1963 942 ;

941. A titre d’exemples, voir l’article 10, alinéa 1, du Code de la nationalité


belge ; l’article 19-1 du Code civil français ; l’article 1.1.d de la loi sur la natio-
nalité portugaise, etc.
942. Conseil de l’Europe, Série des traités européens, no 43 ; European
Conventions and Agreements — Conventions et accords européens, Strasbourg,
1961-1970, t. II, pp. 88-98.
Conflits de nationalités 381

2) le Protocole portant modification de la Convention, conclu à


Strasbourg, le 24 novembre 1977 943 ;
3) le Protocole additionnel à la Convention, fait à Strasbourg, le
24 novembre 1977 944 ;
4) le deuxième Protocole portant modification à la Convention, fait
à Strasbourg, le 2 février 1993 945.
Faute de pouvoir donner un commentaire, même sommaire de ces
textes, on se bornera à souligner un seul point. La Convention du
6 mai 1963 exigea la perte de plein droit de la nationalité antérieure
en cas d’acquisition volontaire d’une nouvelle nationalité dûment
constatée. Acceptable au début des golden sixties, cette règle ne
répond plus aux aspirations politiques des Etats trente années plus
tard. C’est ce qui explique l’existence des protocoles additionnels,
venus peu à peu nuancer la rigidité du système de réduction dras-
tique des conflits positifs de nationalités 946.

B. Méthodes de réduction des cumuls de nationalités


1. Réduction de la plurinationalité par option obligatoire
435. Voici le conseil donné par un éminent internationaliste belge
du siècle passé :
« Il y a un moyen simple de mettre fin à la condition anor-
male d’une personne qui a deux patries. C’est de lui imposer
l’obligation d’opter dans un certain délai. » 947
Le système d’option obligatoire de nationalité consiste, en effet, à
contraindre le plurinational à choisir le moment venu (souvent lors
de l’accession à l’âge de la majorité civile) entre les nationalités
qu’il possède et à n’en retenir qu’une. Ce procédé est effectivement
assez courant et organisé par traité ou par les lois internes. Dans ce
dernier cas, il n’est efficace que si l’Etat dont la nationalité est
943. Conseil de l’Europe, Série des traités européens, no 43 ; European
Conventions and Agreements — Conventions et accords européens, Strasbourg,
1975-1982, t. IV, pp. 104-108.
944. Ibid., pp. 109-113.
945. Conseil de l’Europe, Série des traités européens, no 43 ; European
Conventions and Agreements — Conventions et accords européens, Strasbourg,
1990-1994, t. VI, pp. 207-212.
946. Sur ces instruments, voir O. Kimminich, « The Conventions for the
Prevention of Double Citizenship... », pp. 224-248, ainsi que l’opinion de
P. Lagarde, La nationalité française, pp. 30-31, no 32.
947. F. Laurent, Le droit civil international, t. III, p. 435, no 251.
382 Michel Verwilghen

délaissée par option admet cette forme de perte par renonciation, car
on ne se débarrasse pas d’une nationalité comme d’une chemise usa-
gée. Un particulier ne peut décider seul de répudier sa nationalité si
sa loi nationale elle-même ne l’y autorise pas et s’il ne respecte pas
la procédure légale prévue à cet effet.
Si le système est prévu par traité, les Etats contractants peuvent
prendre soin de coordonner leurs attitudes, en sorte que l’option pro-
duise ses effets dans tous les pays liés conventionnellement. En par-
ticulier, les Etats contractants, dont la nationalité n’est pas retenue
par l’intéressé dans le cadre de son option, admettront la perte de
leur nationalité. « L’option, pour fonctionner de manière satisfai-
sante, suppose l’entente entre les Etats », écrit Louis-Lucas 948. Avant
lui, François Laurent avait plaidé pour la conclusion de pareilles
ententes, « afin que [l’option] se fît partout de la même manière et
avec le même effet » 949.
Si, au contraire, le procédé est organisé par simple mesure légis-
lative unilatérale, l’Etat qui édicte la loi ne peut qu’organiser la perte
de sa propre nationalité par une option du bipatride en faveur de
l’abandon de celle-ci, corrélative au maintien exclusif de sa nationa-
lité étrangère. Cette perte sera soit volontaire (renonciation expresse
de cette nationalité par l’intéressé), soit automatique (intervenant de
plein droit, à défaut de choix formé dans le délai fixé par la loi).
Cette seconde branche de l’alternative, autrefois assez répandue,
perd aujourd’hui du terrain car les Etats n’acceptent plus aussi aisé-
ment que naguère la perte non volontaire de leur nationalité.
436. Le choix de l’intéressé se concrétise soit au plan administra-
tif, par l’enregistrement d’une déclaration auprès d’un service com-
pétent pour la recevoir et, le cas échéant, contrôler sa régularité, soit
par voie judiciaire, par homologation d’une requête déposée devant un
juge appelé à statuer sur celle-ci. Assez souvent, le législateur qui pré-
voit ce système se montre libéral dans le fond (le choix de l’intéressé
est libre), mais strict dans la forme. L’option doit, par exemple, être
réalisée dans un certain délai, souvent dans les mois qui précèdent
ou suivent l’accès à la majorité civile ; passé ce délai, une solution lé-
gale s’applique de plein droit, sans plus s’attarder à l’éventuel souhait
de l’intéressé qui a eu le tort de ne pas se prononcer à temps : c’est
le retrait de nationalité, pourvu qu’il y ait conservation d’une autre, au

948. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 33.


949. F. Laurent, loc. cit.
Conflits de nationalités 383

moins, pour éviter l’apatridie. L’option peut se voir simplement enre-


gistrée ou soumise à l’agrément d’un juge (acceptation par jugement)
ou d’une autorité gouvernementale (acceptation par arrêté, décret...).
La manifestation de volonté peut avoir pour objet soit le refus
d’acquérir une nationalité supplémentaire qui s’offre de plein droit à
l’intéressé, soit la renonciation à une des nationalités que possède ce
binational (ou à toutes ses nationalités, sauf une, s’il est plurinatio-
nal) — ce qui revient à une répudiation —, soit le désistement de la
faculté de conserver la nationalité dont il préfère se débarrasser.

2. Réduction de la plurinationalité par délaissement de natio-


nalité

437. On a déjà dit que plusieurs lois nationales entendent réduire


les cas de plurinationalité en retirant leur nationalité, soit lors de
l’acquisition volontaire d’une nationalité étrangère 950, soit à un cer-
tain âge si le cumul est déjà présent à la naissance. D’autres législa-
teurs laissent aux multipatrides le soin de décider eux-mêmes
d’abandonner volontairement l’une de leurs nationalités ; il leur suf-
fira de déposer une déclaration en ce sens auprès d’une autorité de
l’Etat de cette nationalité 951.
Il existe encore un autre procédé, qui connaît de nos jours un suc-
cès certain : celui de l’extinction de nationalités délaissées ou « dor-
mantes », mais qui peuvent éventuellement se réveiller un jour. His-
toriquement, il apparut pour la première fois dans ce qui a été appelé
la « Convention Bancroft ». On le retrouve aujourd’hui, sous une
autre forme, dans quelques législations nationales.

a) La « Convention Bancroft »
438. Les tensions survenues au cours de la première moitié du
XIXe siècle entre les Etats-Unis d’Amérique et diverses puissances
européennes, qui formèrent plus tard l’Empire allemand, furent à
l’origine d’une solution conventionnelle aux cumuls de nationalités,
connue sous le nom de « Convention Bancroft », du nom du chef de
mission diplomatique américain qui la signa.
Il faut se souvenir qu’à l’époque l’émigration allemande vers les
950. Voir par exemple les articles 7 et 9 du South African Citizenship Act 88
of 1995.
951. Voir par exemple l’article 16 du Citizenship Act 1998 du Botswana,
signé le 20 avril 1998.
384 Michel Verwilghen

Etats-Unis d’Amérique connaissait un essor considérable. Bavarois,


Hanovriens, Prussiens et autres ressortissants allemands s’installè-
rent outre-Atlantique où ils obtinrent le droit de cité sans pour autant
perdre leur indigénat antérieur. Lorsqu’il leur arrivait de revenir dans
leur terre natale, ils y rencontraient dès lors de sérieux ennuis, pour
ne pas avoir rempli leurs obligations militaires dans cet Etat d’ori-
gine. Alertées, les autorités diplomatiques américaines intervinrent, par-
fois avec fermeté, en vue de protester contre la violation des « droits
sacrés de l’hospitalité à l’égard d’un citoyen américain » 952, ainsi
que pour défendre les droits de ces nouveaux citoyens de l’Union.
439. Le 22 février 1868 fut conclue entre les Etats-Unis d’Amé-
rique et la Confédération de l’Allemagne du Nord, constituée peu
auparavant, une convention destinée à régler non seulement le pro-
blème du service militaire des binationaux germano-américains,
mais le problème même de leur nationalité. Cet accord tentait de
supprimer le conflit positif en faisant prévaloir l’une des nationalités
en présence. Après cinq ans de séjour aux Etats-Unis, les immigrants
allemands perdaient de plein droit leur nationalité d’origine. Toute-
fois, s’ils entendaient revenir définitivement en Allemagne, ils per-
daient leur droit de cité américain pour recouvrer d’office la natio-
nalité allemande. Sous réserve des mesures légales applicables aux
déserteurs, l’Allemagne excluait l’insoumission militaire de la liste
des délits punissables. Ce texte allait inspirer un grand nombre
d’autres conventions bilatérales. Il servit de modèle non seulement
aux accords conclus dans le même but par les Etats-Unis avec
d’autres pays d’Europe, mais aussi pour régir les conflits de nationa-
lités opposant d’autres Etats européens et américains 953.

b) Les législations étatiques


440. De nos jours, le procédé consiste surtout pour un législateur
à décider que, dans certaines circonstances, le ressortissant de l’Etat

952. L. Bendix, Fahneflucht und Verletzund der Werhpflicht durch Auswan-


dung — Eine rechtswissenschaftliche und politische Studie zu den Deutch-Ame-
rikanischen Bancroft Verträgen, 1906 ; F. M. Dufour, La double nationalité,
p. 85 ; E. Gordon, « De l’importance de la notion de « nationalité » en droit inter-
national public. Traités, décisions et juridictions internationales », La nationalité
dans la science sociale et dans le droit contemporain, Paris, 1933, p. 105 ;
C. Jordan, vo « Conflits de nationalités », Répert. dr. int. Darras, t. IV, 1921,
pp. 656-659.
953. Voir une liste et une brève analyse de ces conventions dans F. M.
Dufour, La double nationalité, pp. 86-88.
Conflits de nationalités 385

perd de plein droit cette qualité pour n’avoir pas manifesté à suffi-
sance de droit son désir de continuer à faire partie de la communauté
nationale.
Le problème est évidemment de savoir quand il y a délaissement
de nationalité. Le fait pour une personne qui réside habituellement à
l’étranger de ne pas poser tel ou tel acte durant un certain délai
(comme celui de réclamer un passeport, de séjourner quelque temps
dans sa patrie, d’acquérir un immeuble sis sur le territoire de celle-ci
ou, plus simplement, de s’être présenté avant un moment donné
devant telle autorité de cet Etat, pour déclarer sa volonté de conser-
ver sa nationalité) peut-il suffire pour présumer une volonté d’aban-
don de nationalité dans le chef de l’intéressé ? Quand un simple
désintérêt pour l’une de ses patries, dû à une expatriation prolongée,
signifie-t-il volonté implicite de dénaturalisation ?
441. Certains pays ont mis en œuvre pareil système de dénatura-
lisation de plein droit. Ils ont naturellement été confrontés à la
nécessité d’en fixer clairement les conditions (notamment de délai,
mais aussi de conservation d’une autre nationalité, pour éviter l’apa-
tridie). Ecrire, comme l’a fait un auteur, que ce délai doit être assez
bref pour que les conflits de nationalités ne se perpétuent pas et
assez long pour qu’ils ne soient pas tranchés d’une manière arbi-
traire 954, c’est formuler un vœu pétri de bon sens mais qui n’engage
pas à grand-chose. Le vrai problème réside dans le fait que la plupart
des personnes se trouvant dans cette situation ignorent le risque
qu’elles courent de perdre leur nationalité. Et lorsqu’elles reçoivent
l’information, il est trop tard.
On pourrait, à cet égard, multiplier les citations. Il suffirait de
reproduire ces articles, longs, alambiqués et complexes, presque tou-
jours « à tiroirs », c’est-à-dire avec moultes sections, sous-sections,
paragraphes et alinéas en cascade, pour en dégager toute la perver-
sité 955. Plutôt que de se livrer à pareil exercice en montrant du doigt
des lois lointaines, il nous a paru plus correct de dire ce qui est prévu
à ce sujet dans le Code de la nationalité belge (art. 22, par. 1, al. 5,
et par. 3) :
« [Perd la qualité de Belge] ... le Belge né à l’étranger à l’ex-
ception des anciennes colonies belges lorsque :

954. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 35.


955. Voir par exemple l’article 21 de la loi sur la citoyenneté du Sri Lanka.
386 Michel Verwilghen

a) il a eu sa résidence principale et continue à l’étranger de


dix-huit à vingt-huit ans ;
b) il n’exerce à l’étranger aucune fonction conférée par le
Gouvernement belge ou à l’intervention de celui-ci, ou n’y
est pas occupé par une société ou une association de droit
belge au personnel de laquelle il appartient ;
c) il n’a pas déclaré, avant d’atteindre l’âge de vingt-huit ans,
vouloir conserver sa nationalité belge ; du jour de cette
déclaration, un nouveau délai de dix ans prend cours.
... Le paragraphe 1, 5o et 6o, ne s’applique pas au Belge qui,
par l’effet d’une de ces dispositions, deviendrait apatride. »
Il apparaît clairement, à l’examen des législations les plus
récentes sur la nationalité, que ce système tend à se répandre depuis
une trentaine d’années. L’article 12, paragraphe 4, de la loi sur la
citoyenneté de Fidji, promulguée le 28 mai 1971, est là pour en
témoigner, en des termes passablement compliqués. Fort heureuse-
ment, quasi toutes les dispositions en ce sens prennent soin de for-
muler la réserve de l’inapplicabilité de ces pertes automatiques de
nationalité devant le risque d’apatridie.
442. Que penser de ces mesures de réduction des conflits posi-
tifs de nationalités par privation de plein droit d’une des nationali-
tés en présence ? Elles méritent assurément d’être blâmées. Car, en
réalité, il s’agit le plus souvent, pour ceux qui en sont l’objet, d’une
perte de nationalité par surprise. Il est parfaitement illusoire d’es-
pérer que les intéressés soient assez attentifs pour agir dans les dé-
lais, parce qu’ils seraient parfaits connaisseurs de la loi. En vérité,
les législateurs qui édictent de pareilles règles spéculent sur l’insou-
ciance ou la négligence des intéressés, pour les exclure subrepti-
cement de la communauté nationale au motif qu’ils ne se montrent
pas assez proches de celle-ci. Il suffit ensuite d’invoquer l’adage
selon lequel nul n’est censé ignorer la loi... En outre, ce procédé
d’élimination des conflits positifs n’atteint son efficacité que si les
autorités étatiques sont en mesure de déceler les cas de dénaturali-
sation par effilochage des attaches nationales. Or, établir une liste
systématiquement actualisée des expatriés qui remplissent les con-
ditions légales de dénationalisation n’est certes pas aisé. En outre,
l’apatridie forme un risque non négligeable si le législateur n’a pas
été strictement attentif à l’exigence du maintien d’une autre natio-
nalité.
Conflits de nationalités 387

Pour apaiser les réactions d’associations de nationaux expatriés,


mécontents de ce système de rejet par l’Etat de ses nationaux loin-
tains, les gouvernements avancent que les personnes concernées peu-
vent, le cas échéant, solliciter leur réintégration dans la nationalité
perdue. Explication peu satisfaisante : on connaît la lourdeur des for-
malités administratives de pareilles procédures et l’incertitude de
leur résultat.

II. Réduire l’apatridie

A. Par conventions internationales


443. Poursuivant ses efforts en vue du respect des droits humains
fondamentaux, l’Organisation des Nations Unies suscita en 1959 la
tenue à Genève d’une conférence internationale de plénipotentiaires
pour élaborer une convention sur l’élimination ou la réduction des
cas d’apatridie. Malgré l’idéal humanitaire de ce projet, les Etats ne
parvinrent pas à s’entendre et la conférence dut suspendre ses tra-
vaux 956.
Quelques mois plus tard, les Nations Unies se remirent au travail
avec des objectifs plus restreints. Elles préparèrent une Convention
sur la réduction des cas d’apatridie, qui fut signée le 30 août
1961 957. Le titre l’atteste : on a préféré se limiter à la réduction du
conflit négatif, non à sa suppression. Cette convention n’a pas
recueilli beaucoup de succès : elle n’a été ratifiée que par une quin-
zaine d’Etats.
En 1993, constatant les problèmes d’apatridie provoqués par le
démembrement d’Etats socialistes (URSS, Yougoslavie) et les
troubles en Afrique, la quarante-troisième session de la Commission
du droit international des Nations Unies inscrivit à son ordre du jour
le sujet « Succession d’Etats et nationalité des personnes physiques
et morales ». Après plusieurs années de négociations, un projet de
convention sur la nationalité des personnes physiques en relation

956. M. G. Peiser, « La Conférence de Genève sur l’apatridie », Ann. fr. dr.


int., vol. 5, 1959, pp. 504-522.
957. Texte dans Yearbook of Human Rights for 1961 — Annuaire des droits
de l’homme pour 1961, pp. 427 ss. et pp. 439 ss. Voir les commentaires de
S. Torres Bernárdez, « La Conférence des Nations Unies pour l’élimination ou
la réduction des cas d’apatridie dans l’avenir », Ann. fr. dr. int., vol. 8, 1962,
pp. 528-556, et de P. Weis, « The United Nations Convention on the Reduction
of Statelessness », Int. Comp. Law Quart., vol. 11, 1962, pp. 1073-1096.
388 Michel Verwilghen

avec les successions d’Etats put enfin être adopté. L’idée centrale de
ce nouvel instrument est de garantir le droit de toute personne impli-
quée dans un changement de souveraineté territoriale à acquérir la
nationalité du pays avec lequel elle possède les liens les plus étroits,
pour éviter qu’elle ne tombe dans l’apatridie 958. A l’heure présente,
ce texte n’existe encore qu’à l’état de projet, alors que croît le
nombre d’apatrides.
Les efforts en vue de réduire, voire d’éliminer, l’apatridie se ren-
contrent aussi au niveau européen. Les travaux du Conseil de l’Eu-
rope sont édifiants à cet égard et la récente Convention du 7 no-
vembre 1997 sur la nationalité en témoigne encore, même s’il est
vrai que les mesures qu’elle retient s’avèrent plus nuancées que dans
les conventions ou recommandations antérieures. Cette convention
contient notamment une série d’articles sur l’incidence des succes-
sions d’Etats en matière de nationalité (chapitre VI). Ces disposi-
tions ont pour objet d’éviter que ce phénomène ne suscite l’apatridie
ou plutôt de réduire les cas virtuels d’apatridie. L’article 7 de la
Convention l’exprime de façon formelle.

B. Par mesures législatives

444. Même dans les pays qui admettent la nécessité de favoriser


les apatrides, les lois nationales ne prévoient guère de mesures ten-
dant à permettre à ceux-ci de sortir de leur condition en devenant un
national de l’Etat de résidence. L’article 7 de la loi chinoise, relatif à
la naturalisation, place sur un pied d’égalité formelle l’étranger
bénéficiant d’une nationalité et l’apatride. En théorie, ce dernier ne
jouit donc d’aucun privilège dans la procédure d’acquisition de la
nationalité chinoise par naturalisation. Mais, ici encore, il faut une
« autorisation » et on peut espérer qu’en pratique les autorités com-
pétentes se montreront plus libérales, dans leur appréciation de fait,
lorsque le requérant sera un apatride.
A l’opposé, il y a des lois internes manifestement désireuses d’en-
courager les « sans patrie » à rejoindre le camp des nationaux. Selon
la loi sur la nationalité néerlandaise, toute personne, apatride depuis
sa naissance, née aux Pays-Bas, aux Antilles néerlandaises ou à
Aruba, acquiert la nationalité néerlandaise par simple déclaration si

958. Voir S. Saroléa, « L’apatridie : du point de vue interétatique au droit de la


personne », Rev. dr. étrangers, no 98, 1998, pp. 190-191.
Conflits de nationalités 389

elle réside de façon permanente dans ces territoires depuis trois ans
au moins 959.
445. D’autres dispositions législatives marquent la volonté éta-
tique de pousser l’apatride à quitter sa condition par l’acquisition
d’une nationalité. Ainsi, l’article 19 du Code de la nationalité belge
réduit en sa faveur l’exigence de durée de résidence en Belgique exi-
gée comme condition de recevabilité de demande de naturalisation :
alors que tout étranger doit avoir fixé sa résidence principale dans le
Royaume depuis cinq ans au moins, ce délai est réduit à trois ans
pour celui qui a la qualité de réfugié ou d’apatride. Un même sys-
tème de réduction de délais en faveur des apatrides se retrouve à
l’article 9, alinéa 1, lettre e), de la loi sur la nationalité italienne. La
loi sur la nationalité danoise, en son article 3, prévoit aussi quelques
mesures de faveur envers les apatrides désireux de devenir Danois
par simple déclaration après un séjour prolongé dans le pays.
Parfois, la loi exprime plus une bonne intention qu’une règle de
droit positif créant, dans le chef de l’apatride, un droit, même condi-
tionné, à pareille acquisition. L’article 8, alinéa 3, de la loi sur la
citoyenneté arménienne dispose ainsi :
« La République d’Arménie encouragera les apatrides rési-
dant en République d’Arménie à acquérir la nationalité de la
République d’Arménie et ne les empêchera pas d’acquérir une
nationalité étrangère. »
Mais rien dans la même loi n’est ensuite prévu pour faciliter l’ac-
quisition de la nationalité arménienne. L’apatride est dès lors placé
sur le même rang que tout étranger s’il désire obtenir cette nationa-
lité. Entre autres conditions, il devra avoir au moins dix-huit ans,
avoir eu sa résidence permanente en Arménie durant les trois années
précédant sa demande, s’exprimer en langue arménienne et avoir
des connaissances de la Constitution du pays. Autant dire que, mal-
gré la déclaration d’intention exprimée par l’article 8 ci-dessus, le
nombre de naturalisations d’apatrides en Arménie risque de
demeurer réduit.

959. Déjà présente dans la loi actuelle du 29 décembre 1984, cette règle
figure à l’article 6, alinéa 1, lettre b), du projet de révision arrêté le 14 février
1998 ; voir à ce sujet G. R. de Groot, Nederlands nationaliteitsrecht, Deventer,
Tjeenk Willink, 1998, pp. 76 et 190, et « Een nieuwe poging tot wijziging van de
Rijkswet op het Nederlanderschap », dans H. U. Jessurun d’Oliveira (dir. publ.),
Trends in het nationaliteitsrecht, pp. 53-110.
390 Michel Verwilghen

Par. 3. Réglementation de certains effets des conflits

I. En faveur des pluripatrides

A. Mesures pour éviter le double service militaire

446. Lorsque le cumul de nationalités est inévitable, les pays


s’entendent parfois pour en atténuer les effets indésirables par accord
bilatéral beaucoup plus souvent que par conventions multilatérales.
Par là, les deux pays concernés écartent un des effets nocifs du
cumul, le plus courant étant la double obligation de service militaire
dans les deux pays dont il relève. Bon nombre de ces accords pren-
nent bien soin de préciser qu’ils n’entendent en rien modifier la
condition des pluripatrides en matière de nationalité. Le conflit posi-
tif persiste entièrement, mais il est désamorcé sur le seul point des
obligations de milice ou civiques.
Le nombre de ces traités, surtout bilatéraux, est considérable.
Presque tous les pays du monde se sont engagés dans ce processus,
entrepris au départ par des institutions internationales.
La Convention européenne sur la nationalité, du 7 novembre
1997, a aussi eu comme objectif d’établir des règles déterminant les
obligations militaires en cas de pluralité de nationalités : le chapitre VII
de la Convention reprend intégralement le chapitre II de celle de
1963 et les dispositions du Protocole de 1977, relatifs aux obliga-
tions militaires, au service civil de remplacement, ainsi qu’à l’ex-
ception des obligations militaires.
447. Entrepris à la fin des années vingt, les travaux de la Société
des Nations relatifs à la codification du droit international aboutirent,
on l’a dit, à la signature, le 12 avril 1930, à La Haye, de la Conven-
tion concernant certaines questions relatives aux conflits de lois sur
la nationalité 960, ainsi que de trois protocoles annexes. L’un de ceux-
ci était relatif aux obligations militaires dans certains cas de double
nationalité 961.
Dans son approche des problèmes soulevés par le cumul de natio-
nalités, le Conseil de l’Europe, lui aussi, ne négligea pas d’apporter
remède au plus irritant des effets de la plurinationalité : le double
service militaire. De ces travaux sortirent les instruments déjà men-

960. SDN, Recueil des traités, vol. 179, 1937-1938, no 4137, pp. 89-110.
961. Ibid., no 4117, pp. 227-236.
Conflits de nationalités 391

tionnés relatifs à la fois à la réduction des cumuls de nationalités et


aux obligations militaires 962.
Quant aux conventions bilatérales, elles foisonnent, car très nom-
breux sont les Etats qui se sont engagés dans cette voie 963. Les plus
anciennes consacrèrent comme solution le système de la première
incorporation : le bipatride qui a rempli ses obligations militaires
dans une de ses patries n’était plus tenu de les accomplir dans
l’autre. A ce procédé, certains Etats préférèrent (rarement) un sys-
tème qui obligeait le bipatride à effectuer son service militaire dans
sa patrie d’origine, c’est-à-dire celle de sa naissance. Par la suite, les
Etats ont utilisé la méthode de l’option. Parvenu à l’âge de remplir
des obligations militaires, le bipatride devait choisir, entre les armées
de ses deux patries, celle dans laquelle il allait passer son temps de
service.
Actuellement, la solution la plus souvent retenue dans les conven-
tions bilatérales consiste à contraindre le bipatride, national des deux
pays contractants, à servir dans les forces de celui de ces Etats avec
lequel il présente le rattachement le plus effectif.
448. En vertu de ces conventions bilatérales, le plus souvent, le
bipatride n’est appelé sous les armes que dans l’Etat dont il a la
nationalité et où il réside habituellement. En cas d’appel sous les
drapeaux de son autre patrie, il est tenu compte du service militaire
accompli dans l’Etat de résidence habituelle. Toutefois, pour bien
circonscrire leur point d’accord, les conventions prévoient générale-
ment que leurs dispositions n’affectent en rien la condition juridique
des intéressés en matière de nationalité. En d’autres termes, le
conflit de nationalités persiste et il peut donc susciter des problèmes
dans d’autres contextes, par exemple dans la détermination de la loi
applicable au statut personnel. Seul un de ses effets est réglé, le plus
politiquement chargé du point de vue des pays concernés, le plus
pénible à supporter dans le chef du bipatride.
A défaut de pareils accords, les binationaux sont soumis aux obli-
gations militaires dans les deux pays dont ils possèdent la nationa-
lité, si la loi de ces Etats impose un système de conscription obliga-
toire. Il y a lieu, le cas échéant, de tenir compte des dispositions
prises par les législateurs de ces Etats, qui peuvent prévoir unilatéra-

962. Voir supra, no 434.


963. Le Juris-classeur Nationalité en établit un relevé assez complet, pays
par pays. Voir aussi R. Donner, The Regulation of Nationality in International
Law, pp. 106 ss., no 4.2.
392 Michel Verwilghen

lement la possibilité d’obtenir, dans certains cas, la dispense du ser-


vice lorsqu’un binational a déjà rempli ses obligations militaires
dans son autre patrie. De pareilles lois existent, mais demeurent
rares 964.

B. Mesures pour améliorer la condition des pluripatrides

1. Trancher le conflit de nationalités


449. Bien qu’elles soient propres aux conflits positifs, mention-
nons déjà dans cet inventaire (en se réservant d’y revenir plus loin),
pour être complet, certaines conventions multilatérales destinées à
trancher les cumuls de nationalités.
Il y a d’abord celles nées au cœur du continent américain et qui
connurent des fortunes diverses. Le Code Bustamante mérite la pre-
mière mention, car il est non seulement le plus ancien traité multila-
téral dans ce domaine, mais aussi celui qui connut le plus grand
nombre d’adhésions 965. Ce code de droit international privé adopté à
la sixième conférence panaméricaine, à La Havane en 1928, ne
contient toutefois que quelques dispositions sur la loi applicable aux
conflits de nationalités : les articles 9 à 15 966. Elles seront présentées
plus loin 967.
450. La Convention concernant certaines questions relatives aux
conflits de lois sur la nationalité, conclue à La Haye le 12 avril 1930,
contient des dispositions fixant la manière dont les cumuls de natio-
nalités doivent être tranchés 968.
La nationalité devait constituer le premier pas de la codification
du droit international. Paradoxalement, ce projet ambitieux débuta
donc par une matière que les gouvernements considéraient comme
un élément essentiel de leur compétence exclusive. De plus,
« à mesure qu’on étudia la nationalité, on s’éloigna du but,
s’enlisant dans les détails... Il était impossible d’arriver, en un

964. Voir par exemple l’article 12, paragraphe 1, alinéa 8, des lois belges
coordonnées sur la milice, du 30 avril 1962 (Moniteur belge, 9 mai 1962).
965. Voir supra, no 123.
966. Voir à ce sujet F. J. Urrutia, « La codification du droit en Amérique
latine », Recueil des cours, tome 22 (1928), pp. 85 ss. ; M. Cruchaga, « La confé-
rence panaméricaine de 1889 à 1928 — Bilan des faits et des résultats », Rev.
gén. dr. int. publ., vol. 36, 1929, pp. 88 ss.
967. Voir infra, no 464.
968. SDN, Recueil des traités, vol. 179, 1937-1938, no 4137, pp. 89-110.
Conflits de nationalités 393

temps si court, à une entente sur des questions aussi difficiles


que celles de la double nationalité et de l’apatridie, en s’occu-
pant de toutes les difficultés qu’elles pouvaient engendrer. » 969
451. La conférence diplomatique au cours de laquelle fut rédigé
cet instrument avait réuni près de cinquante Etats, mais le rapporteur
dut convenir que le résultat ne fut pas pleinement satisfaisant :
« Nous concéderons volontiers que l’œuvre réalisée ne fut ni com-
plète, ni parfaite. Elle ne représente, à vrai dire, qu’une
ébauche... » 970 Peu de pays décidèrent de ratifier la Convention et
ses protocoles. Aujourd’hui, ces textes ne lient qu’une vingtaine
d’Etats, en sorte que certains auteurs parlent, non sans raison, d’un
échec décevant. D’après son article 18, la Convention entendait
s’appliquer dans le cadre de la réciprocité diplomatique, c’est-à-dire
dans les relations mutuelles entre parties contractantes. C’est dire
qu’effectivement, elle voit, en droit comme en fait, son application
fort limitée.
Toutefois, dans ses premiers articles relatifs aux principes géné-
raux du droit des gens et de conflits de lois en matière de nationalité,
la Convention codifiait des solutions consacrées antérieurement par
la coutume internationale. Dès lors, les praticiens du droit pouvaient
s’y référer même pour résoudre des conflits positifs de nationalités
dans les relations entre Etats non contractants. On vit donc la
Convention invoquée dans des pays qui, comme la France, ne
l’avaient point ratifiée 971. De même, dans les Etats liés par elle, on
l’appliqua à des situations non couvertes par la réciprocité 972.

969. C. Maresh, La codification du droit international, Paris (thèse), Pedone,


1932, p. 118.
970. J. G. Guerrero, La codification du droit international — La première
conférence, p. 60.
971. Dans la jurisprudence française, voir par exemple Civ., 15 mai 1974,
Consorts Martinelli c. dame Ben Khafifa, Rev. crit. dr. int. pr., vol. 64, 1975,
p. 260, note M. Nizard.
972. En ce sens, voir Bruxelles, 2e ch., 22 avril 1988, Montanari c. Queru,
Journ. trib., 1988, p. 664 ; dans ce dernier arrêt, la cour d’appel de Bruxelles
s’est clairement prononcée pour l’application de l’article 5 de la Convention à
une femme franco-italienne, alors que ni la France ni l’Italie ne sont liées par la
Convention :
« la Convention de La Haye n’a été ratifiée ni par la France, ni par l’Italie,
mais le principe qu’elle consacre dans l’article 5 correspond à une solution
traditionnelle admise en droit international privé ».
La Cour se fonde à ce sujet sur l’autorité de P. Graulich, Principes de droit
international privé, Paris, Dalloz, 1961, p. 104, no 145.
394 Michel Verwilghen

2. Régler les droits et obligations des bipatrides

452. Il existe quelques conventions bilatérales entièrement axées


sur le règlement de l’ensemble des questions soulevées par la pluri-
patridie dans les relations réciproques entre deux pays. La plupart
des problèmes concrets mentionnés ci-avant forment ainsi un tout
réglé globalement. Ces traités n’entendent pas nécessairement préve-
nir les conflits, mais bien les assumer pratiquement lorsqu’ils appa-
raissent, voire les dominer.
On citera comme exemple le Traité sur la double nationalité entre
la République populaire de Chine et la République d’Indonésie,
signé le 3 juin 1955 973, et son complément signé le 15 décembre
1960 en vue de promouvoir une meilleure application du Traité
(mais tous les deux dénoncés en 1965), le Traité sur la double natio-
nalité entre la République populaire de Corée et l’Union des Répu-
bliques socialistes soviétiques, signé à Pyongyang, le 16 décembre
1957 974, ainsi que le Traité sur le règlement de questions de double
nationalité entre la Fédération de Russie et la République du Tadji-
kistan, fait à Moscou le 7 septembre 1995 975.

3. Promouvoir des mesures administratives

453. Parfois aussi, les Etats s’entendent pour régler des questions
de nature administrative, tant dans leur intérêt propre que pour faci-
liter l’existence des particuliers. Les pluripatrides ne sont générale-
ment pas visés exclusivement dans ces accords, mais ils en sont sou-
vent les principaux bénéficiaires. Les traités organisant l’échange de
renseignements sur leur nationalité ou leur état civil en forment un
bon exemple. Ainsi de la Convention concernant l’échange d’infor-
mations en matière de nationalité et son annexe, signées à Paris, le
10 septembre 1964 (elles ne concernent les conflits de nationalités
que de façon indirecte), du Protocole additionnel relatif à l’échange
de communications entre Etats membres, conclu à Strasbourg, le
24 novembre 1977 976, ou de la Déclaration relative à la communica-

973. Ce traité fut dénoncé unilatéralement par l’Indonésie en 1969 : voir


supra, no 410.
974. Nations Unies, Recueil des traités, 1958, vol. 292, no 4269, pp. 107-119.
975. Voir supra, nos 193 et 375.
976. Conseil de l’Europe, Série des traités européens, no 96 ; European
Conventions and Agreements — Conventions et accords européens, Strasbourg,
1975-1982, t. IV, pp. 109-113.
Conflits de nationalités 395

tion réciproque de copies littérales des actes de l’état civil ou de


nationalité entraînant changement d’indigénat dans le chef de ressor-
tissants belges ou luxembourgeois, signée à Bruxelles, le 4 mars
1939 977.

II. En faveur de l’apatride

A. Agir au plan international


454. Une première mesure prise au plan international en faveur
des apatrides figure dans l’un des deux Protocoles sur l’apatridie,
signés à La Haye le 12 avril 1930 à la suite de la fameuse conven-
tion déjà souvent mentionnée 978. Il porte sur le cas des personnes qui
deviennent apatrides durant un séjour à l’étranger. Faute d’un sou-
tien étatique suffisant, ce protocole n’est pas entré en vigueur. En
vérité, la mesure de faveur qu’il retenait consistait à contraindre
l’Etat contractant dans lequel l’apatride séjournait d’admettre que
celui-ci puisse demeurer dans ce pays. Il y allait donc plus d’un ins-
trument de condition des étrangers que d’un conflit de nationalités.
Dès le début des années cinquante, l’Organisation des Nations
Unies s’attela à l’œuvre d’amélioration du sort des apatrides par
l’élaboration d’un véritable statut international. Le 28 septembre
1954 fut signée à New York la Convention relative au statut des apa-
trides 979. Cet instrument diplomatique ratifié par un grand nombre
d’Etats s’efforce d’améliorer la condition juridique de l’individu
qu’aucun pays ne considère, par application de sa législation,
comme son ressortissant. En soi, elle ne prétend donc ni résoudre ni
prévenir l’apatridie, mais seulement atténuer certains effets préjudi-
ciables aux personnes qui répondent à la définition d’apatride 980.
Reconnaître les apatrides au plan international, pour leur donner
un statut protecteur, c’est bien. Mais beaucoup de gens sans nationa-

977. SDN, Recueil des traités, vol. 197, 1939, no 4610, pp. 141 ss.
978. Le texte du protocole figure dans l’acte final de la Conférence diploma-
tique (SDN, C227 M.114 1930).
979. Nations Unies, Recueil des traités, vol. 360, 1960, p. 130, no 5158 ; sur
le contexte dans lequel fut élaborée cette convention, voir C. A. Batchelor, « Sta-
teless Persons : Some Gaps in International Protection », Int. Journ. Refug. Law,
t. 7, 1995, no 2, pp. 232 ss.
980. Sur cette convention, voir P. A. Mutharika, The Regulation of Stateless-
ness under International and National Law, New York, Dobbs Ferry, Oceana,
1980 ; P. Weis, Nationality and Statelessness in International Law, Alphen-aan-
den-Rijn, Germantown (Maryland), Sijthoff and Noordhoff, 2e éd., 1979.
396 Michel Verwilghen

lité risquent de ne jamais pouvoir prétendre au bénéfice de cette


reconnaissance et ils demeureront donc apatrides de fait, dépourvus
de quasi toute protection juridique. Pis, si l’on n’y prend garde, des
mesures purement formelles risquent de transformer des apatrides de
droit en apatrides de fait 981.
Deux clauses de la Convention de 1954 doivent retenir l’atten-
tion : l’article 12, qui désigne la loi compétente pour régir le statut
personnel des apatrides, et l’article 32, dans lequel des Etats contrac-
tants s’engagent à faciliter « dans toute la mesure du possible » la
naturalisation des apatrides.
Les efforts de diverses autres organisations internationales, géné-
rales ou régionales, en faveur de la suppression d’effets négatifs de
l’apatridie doivent être également mentionnés. Récemment, le Haut
Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés s’est efforcé de
définir les conditions pour procurer des documents d’identité aux
personnes d’origine yougoslave qui, en raison des troubles et des
opérations militaires, vivent dans une situation d’apatridie et ont été
privées de tout document (les registres de population et d’état civil
ayant par ailleurs été souvent détruits) 982.

B. Accueillir les apatrides

455. Le devoir primordial des Etats à l’égard des apatrides est


d’accepter qu’ils restent vivre sur leur territoire lorsque les circons-
tances de la vie les y ont conduits. Car le pire des risques, en cette
matière, réside dans leur rejet constant d’un pays à l’autre, les rédui-
sant à l’état d’éternels errants.
Sur ce point, les législateurs acceptent d’assumer leurs responsa-
bilités aujourd’hui mieux qu’autrefois. Les lois sur l’entrée et le
séjour des étrangers contiennent assez souvent des mesures de faveur
pour ceux qui n’arrivent pas à démontrer qu’ils possèdent une natio-
nalité. On les assimile parfois aux réfugiés, ce qu’ils sont aussi en
fait, dans maints cas. L’article 2 de la loi lituanienne du 4 juillet
1995 sur le statut des réfugiés dispose ainsi que la reconnaissance de

981. M. O. Hudson, « Report on Nationality, including Statelessness », Com-


mission du droit international, quatrième session, doc. ONU/A/CN.4/50 du
21 février 1952, p. 49.
982. UNHCR Regional Bureau for Europe, Citizenship and Prevention of
Statelessness Linked to the Disintegration of the Socialist Federal Republic of
Yugoslavia, pp. 39-40.
Conflits de nationalités 397

la qualité de réfugié s’étend à ceux qui n’ont pas de nationalité et qui


ont dû fuir leur pays de résidence habituelle par crainte de persécu-
tions. Cette clause reprend un passage de l’article premier de la
Convention de Genève relative au statut des réfugiés, du 28 juillet
1951.
456. Mais qu’en est-il de la pratique administrative et judiciaire
des Etats à l’égard des apatrides et, plus encore, des candidats apa-
trides, c’est-à-dire de personnes qui entendent obtenir une reconnais-
sance officielle de leur statut de « sans patrie », pour obtenir le béné-
fice de l’application des mesures conventionnelles et légales
favorables aux apatrides, en particulier le droit de séjour dans le
pays et de libre circulation d’un Etat à l’autre ? Sur ce point, les indi-
cateurs disponibles démontrent une situation généralement assez
sombre.
Une étude récente portant sur la jurisprudence belge décrit le
« parcours du combattant » des candidats apatrides désireux d’obtenir
l’autorisation de s’établir en Belgique 983.
Au sein des Etats, bien des discriminations continuent donc
d’exister à l’égard des sans-patrie. La pire, au plan pratique ? Une
limitation de leur droit de libre circulation. La plus durement ressen-
tie, au plan moral ? La défiance de certaines autorités étatiques et de
franges importantes de la population nationale, voire des résidents
étrangers jouissant d’une nationalité.

C. Fixer la loi régissant le statut personnel des apatrides


457. En 1880 déjà, l’Institut de droit international s’était attaché
à améliorer le sort des personnes dépourvues de toute nationalité. A
sa session d’Oxford, il élabora une règle qui, trois quarts de siècle
plus tard, devait inspirer les Nations Unies et recevoir une consécra-
tion internationale. Cette disposition entendait fixer clairement la loi
applicable au statut personnel des apatrides. Elle se présentait en ces
termes : « Lorsqu’une personne n’a pas de nationalité connue, son
état et sa capacité sont réglés par les lois de son domicile. » 984 Pro-
posée à nouveau à la Conférence de La Haye de droit international
privé lors de sa session de 1928, cette solution y fut écartée au pro-

983. S. Saroléa, « L’apatridie : du point de vue interétatique au droit de la per-


sonne », pp. 184-211.
984. Annuaire IDI (édition abrégée), session d’Oxford, vol. 1, 1875-1883,
p. 732.
398 Michel Verwilghen

fit d’un autre critère de rattachement : celui de la résidence habi-


tuelle 985.
458. Pillet avait avancé naguère une proposition curieuse pour
résoudre cette difficulté toutes les fois où l’heimatlos a eu une natio-
nalité primitive qu’il a ensuite perdue sans en acquérir une nouvelle.
Il la présenta en ces termes :
« Cette nationalité primitive constituait pour cet homme un
droit internationalement acquis que son abdication n’a pas pu
faire disparaître, puisqu’elle ne lui a pas conféré une qualité
nouvelle capable de remplacer la précédente au point de vue
international. » 986
Mais cet auteur propose cette solution au fondement curieux en
oubliant qu’elle s’avère de toute façon inapplicable aux apatrides de
naissance. Il n’est pas bon de soumettre le statut personnel des apa-
trides à deux lois différentes selon qu’ils ont ou non eu auparavant
une nationalité. Le critère proposé par Pillet ne correspond d’ailleurs
plus à un rattachement effectif, mais purement historique, sans
connexion avec la réalité de l’existence actuelle de l’apatride.
459. La solution consacrée par l’article 12, paragraphe 1, de la
Convention de New York sur le statut des apatrides paraît bien
meilleure. Dans tout Etat contractant, les questions d’état et de capa-
cité de l’apatride seront régies par « la loi du pays de son domicile
ou, à défaut de domicile, par la loi du pays de sa résidence ». Cette
dernière notion, de pur fait, laisse croire que d’autres critères subsi-
diaires ne sont pas nécessaires, car l’apatride vivra toujours physi-
quement en un Etat du monde lorsque le problème se posera. Il est
prévisible, d’ailleurs, que, dans la plupart des cas, la loi de la rési-
dence coïncidera avec la lex fori.
Certaines lois nationales ont repris cette solution en la modi-
fiant quelque peu. L’article 5, paragraphe 2, de la loi allemande du
25 juillet 1986 portant réforme du droit international privé dispose
ainsi :
« Lorsqu’une personne est apatride ou que sa nationalité ne

985. Actes et documents de la Conférence, sixième session, 1928, La Haye,


Impr. Nat., 1928, t. I : Documents, pp. 26 et 413 ; t. II : Actes, p. 408 (article 15
du projet de Convention sur les conflits de lois et de juridictions en matière de
successions et de testaments).
986. A. Pillet, Principes de droit international privé, Paris, Pedone, et Gre-
noble, Allier, 1903, p. 568, no 316.
Conflits de nationalités 399

peut pas être établie, sera appliquée la loi de l’Etat de sa rési-


dence habituelle ou, à défaut, celle de sa résidence. » 987
Cette règle a manifestement inspiré les auteurs de l’avant-projet de
Code de droit international privé belge 988, dont l’article 3, para-
graphe 3, reprend la première partie de la solution. Citons encore
l’article 1015 de la loi de droit international privé du Burkina Faso,
selon lequel :
« L’apatride est régi, toutes les fois que les dispositions qui
suivent désignent la loi nationale, par la loi de son domicile ; à
défaut de domicile, par la loi du for » 989 ;
l’article 2, paragraphe 2, de la loi coréenne (du Sud) sur le droit
international privé, qui assimile la loi du domicile à la loi nationale,
pour les apatrides, en acceptant qu’à défaut de domicile la loi de la
résidence habituelle soit applicable 990 ; l’article 10, paragraphe 2, de
la loi du 19 septembre 1996 sur le droit international privé du Liech-
tenstein, qui consacre, pour la même hypothèse, le critère de la rési-
dence habituelle 991, etc.

Section 2. Solutions propres aux conflits positifs de nationalités

Par. 1. Aperçu général du problème

460. Lorsqu’un individu possède deux ou plusieurs nationalités,


parce qu’il est avéré et prouvé qu’il répond aux conditions édictées
par plusieurs législations étatiques pour être considéré comme res-
sortissant de chacun de ces Etats, il y a donc cumul de nationalités.
Comment surmonter pareille difficulté de droit ? Comment trancher
le conflit positif de nationalités ?
461. Le conflit positif de nationalités peut se poser dans des
contextes et devant des autorités et des juridictions internationales,
arbitrales ou étatiques très différentes. Chaque fois, le conflit ne sera
surmonté qu’à l’égard de l’effet juridique ayant fait l’objet de la

987. Bundesgesetzblatt, 30 juillet 1986, no 37, p. 1143 ; traduction française


dans Rev. crit. dr. int. pr., vol. 76, 1986, p. 172.
988. Cet avant-projet a été adopté par le Conseil des ministres le 2 avril 1999.
989. Rev. crit. dr. int. pr., vol. 80, 1991, p. 223.
990. Rev. crit. dr. int. pr., vol. 61, 1972, p. 347.
991. Liechtenst. GBl, 1996, no 194, du 28 novembre 1996 ; Iprax, vol. 17,
1997, p. 364, et Ch. Kolher, « Kodifikation und Reform des Internationalen Pri-
vatrechts in Liechtenstein », Iprax, vol. 17, 1997, pp. 309-311.
400 Michel Verwilghen

demande ou se situant au cœur du litige. Et chaque fois les autorités


ou juridictions saisies trancheront aujourd’hui le conflit de nationali-
tés d’une façon très différente des autorités ou juridictions confron-
tées demain au même conflit. La relativité des solutions paraît, en
l’état actuel du droit international, aussi inévitable que la persistance
du conflit de nationalités.
Bien sûr, cette conséquence de la relativité de la chose jugée n’est
pas bonne en soi. Elle donne l’impression que le multipatride joue
sur plusieurs tableaux différents selon les circonstances. Elle laisse
croire aussi que les autorités et juridictions appelées à se prononcer
sur son cas agissent comme des girouettes, parce qu’elles hésitent à
trancher une fois pour toutes le conflit de nationalités. Mais telle est
cependant bien la conséquence inéluctable des principes de droit
judiciaire consacrés dans maints Etats.
462. Puisque aux termes de la codification du droit international
opérée par la Convention de La Haye du 12 avril 1930 concernant
certaines questions relatives aux conflits de nationalités, « il appar-
tient à chaque Etat de déterminer par sa législation quels sont ses
nationaux » (art. 1) et que « toute question relative au point de savoir
si un individu possède la nationalité d’un Etat doit être résolue
conformément à la législation de cet Etat » (art. 2), on aurait pu
croire que les conflits de nationalités devraient être résolus par appli-
cation de solutions contenues dans les droits positifs nationaux.
Or, s’il est vrai que plusieurs droits internes se montrent attentifs
à prévoir une solution, d’autres législations ne se sont pas pronon-
cées à ce sujet. Il n’est donc pas sûr de trouver dans les lois sur la
nationalité d’un Etat des principes de solution des cumuls de natio-
nalités. D’ailleurs, des auteurs considèrent que pareilles lois n’ont
pas pour mission « de fournir par avance les solutions des conflits
qui naîtront » 992, mais bien de statuer sur les conditions d’attribution,
d’acquisition, de perte et de recouvrement de la nationalité des légis-
lateurs visés. Tout au plus peuvent-elles aussi, occasionnellement,
tenter d’éviter que les conflits de nationalités ne naissent.
Quant aux traités internationaux contenant des principes de solu-
tions aux conflits de nationalités, ils demeurent exceptionnels. On
présentera ci-après les deux plus connus à cet égard : le Code Busta-
mante et la Convention de La Haye du 12 avril 1930.
Le Statut de la Cour internationale de Justice, annexé à la Charte

992. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 305.


Conflits de nationalités 401

des Nations Unies signée à San Francisco le 26 juin 1945, se pro-


nonce aussi sur les conflits positifs, mais seulement dans le cadre
bien restreint de la condition de nationalité requise pour devenir
membre de la Cour. A l’article 3, il est dit qu’elle ne pourra com-
prendre plus d’un ressortissant du même Etat. Puis, l’article précise :
« A cet égard, celui qui pourrait être considéré comme le res-
sortissant de plus d’un Etat sera censé être ressortissant de celui
où il exerce habituellement ses droits civils et politiques. » 993
On citera encore l’article 85, paragraphe 2, des dispositions de
droit international privé du projet de Code arabe unifié des transac-
tions 994, selon lequel tout Etat lié par ce code doit toujours faire pré-
valoir la nationalité du for si elle apparaît dans un conflit de natio-
nalité.
463. A défaut de traité et si la loi de l’autorité ou de la juridiction
étatique confrontée au conflit — autrement dit, la lex fori — est
muette à ce sujet, les solutions doivent être puisées par priorité dans
les principes de droit international. Ceux-ci contiennent-ils des solu-
tions de droit positif suffisamment sûres et fermement établies ?
Autrefois, on a pu en douter ; aujourd’hui, il paraît possible de
répondre affirmativement à la question précitée.
Ces solutions prennent leurs racines dans la coutume internatio-
nale. Elles ont été en partie codifiées aux articles 3 et 5 de la
Convention de La Haye du 12 avril 1930.
Certes, on l’a dit 995, cette convention ne lie en principe que les
Etats contractants et se fonde sur la réciprocité. Toutefois, comme
elle ne fait que reproduire des solutions antérieures de nature coutu-
mière, on peut affirmer que les solutions expédientes retenues par
elle ont une valeur plus générale, universelle même. Dans tout Etat
du monde et, dans une mesure plus limitée, au sein des juridictions
internationales ou arbitrales, elles peuvent être appliquées pour
résoudre les conflits positifs de nationalités. Tantôt, la solution s’im-
posera comme droit positif conventionnel ; tantôt, dans les ordres
juridiques non expressément liés par la Convention, elle interviendra
comme règle coutumière. Certes, dans le premier cas, les disposi-
tions internationales s’imposeront avec plus de force, puisque les

993. Texte des Statuts dans M. O. Hudson et R. Bacon, International Legis-


lation, t. IX, 1973, no 654, p. 510.
994. Rev. crit. dr. int. pr., vol. 73, 1984, p. 385.
995. Voir supra, nos 359 et 451.
402 Michel Verwilghen

Etats en cause se seront engagés au plan international à les appli-


quer. Mais, même dans les autres Etats, leurs solutions ne sauraient
être écartées sans de solides motifs juridiques — par exemple, si une
loi spéciale prévoit cette autre solution — et, ce, du fait même de
leur valeur coutumière et de leur pertinence intrinsèque autant que
de leur affirmation répétée par la doctrine et la jurisprudence du
droit des gens.

Par. 2. Solutions conventionnelles

I. Code Bustamante
464. Le Code Bustamante propose d’abord une solution aux
conflits de nationalités qui apparaissent lorsque l’une des nationali-
tés en cause est celle de l’Etat dans lequel se pose le problème. Son
article 9, assez alambiqué, consacre la solution suivante :
« Chaque Etat contractant appliquera son propre droit à la
détermination de la nationalité d’origine de toute personne
individuelle ou juridique, et à l’acquisition, perte ou réintégra-
tion postérieures réalisées dans ou hors de son territoire, lors-
qu’une des nationalités, objet de la controverse, appartient
audit Etat... » 996
465. Le Code Bustamante avance aussi une solution aux
« conflits sur la nationalité d’origine, auxquels n’est pas intéressé
l’Etat où ils sont soulevés », c’est-à-dire pour les cas dans lesquels
l’autorité invitée à trancher le conflit positif est étrangère par rapport
au plurinational. En son article 10, il commande d’appliquer en ce
cas « la loi de celui des pays en litige où la personne dont il s’agit a
son domicile ». Plus loin, aux articles 22 à 26 inclus, le même code
donne plusieurs indications utiles sur le sens à réserver à ce mot
« domicile » dans le cadre conventionnel considéré. Les négociateurs
réunis à La Haye en 1930 furent mieux inspirés en retenant pour
cette hypothèse, comme on le verra plus loin 997, un facteur de ratta-
chement qui ne postulait pas de définition aussi compliquée. Ils ont
tranché de façon pragmatique en préférant le concept de résidence
(élément de fait) à celui de domicile (notion de droit).
996. SDN, Recueil des traités, 1928, vol. 86, p. 111. Voir G. Parra-Aranguren,
Codificación del Derecho Internacional Privado en America, Caracas, Univ.
Central de Venezuela, 1982.
997. Voir infra, nos 484-486.
Conflits de nationalités 403

L’article 11 du Code Bustamante vient compléter la règle ci-des-


sus en précisant : « A défaut de ce domicile, on appliquera au cas
prévu à l’article précédent, les règles adoptées par la loi du tribu-
nal. »
En d’autres termes, cette règle ne formule pas elle-même une
solution subsidiaire de droit matériel. Simple norme de rattachement,
elle désigne la lex fori comme applicable. Il appartient donc à celle-
ci de dire in concreto quelle solution subsidiaire retenir. Mais que
faire si ce droit ne fournit aucune règle subsidiaire ? S’il n’existe pas
de lois écrites, il conviendra de s’inspirer des solutions jurispruden-
tielles ou des suggestions doctrinales les plus fermement établies,
que l’on présentera plus loin 998.

II. Convention de La Haye du 12 avril 1930 (articles 3 et 5)

466. Dans cet instrument aussi, deux situations ont été distin-
guées : le cumul de nationalités ne reçoit pas la même solution selon
qu’il apparaît dans un pays dont le pluripatride possède la nationalité
ou qu’il est porté devant une autorité ou juridiction d’un « Etat
tiers », c’est-à-dire un Etat dont la nationalité n’est pas en cause.
Cette distinction se retrouve dans la Convention de La Haye du
12 avril 1930, aux articles 3 et 5, c’est-à-dire dans le chapitre pre-
mier intitulé « Principes généraux ». Un auteur américain aurait sou-
haité qu’ils figurent dans un chapitre séparé, intitulé « Double ou
multiple nationalités », puisqu’ils concernent seulement cette
matière 999. Exigence un brin spécieuse. Même si les deux premiers
articles du traité sont des principes généraux d’un autre ordre que les
articles 3 à 6, toutes ces dispositions formulent des règles générales
en matière de nationalité.

A. Conflits entre la nationalité du for et une ou plusieurs nationa-


lités étrangères (art. 3)
1. Enoncé du principe
467. Pour établir la nationalité d’une personne physique dans un
ordre juridique déterminé, le praticien du droit (avocat, notaire,

998. Voir infra, nos 506-514.


999. R. W. Flournoy, « Nationality Convention, Protocols and Recommenda-
tions Adopted by the First Conference on the Codification of International
Law », Americ. Journ. of Int. Law, vol. 24, 1930, p. 469.
404 Michel Verwilghen

conseil légal...) et, après lui, l’autorité ou la juridiction saisie (fonc-


tionnaire, magistrat) doivent d’abord vérifier si l’intéressé remplit
les conditions qui lui permettent de se voir considérer comme le
national de l’Etat du for.
La réponse est-elle affirmative, l’organe saisi du problème n’a
plus, en principe, à se soucier si cette personne possède ou non
d’autres nationalités auxquelles elle prétend se rattacher, et ce même
si elle apporte la preuve de ce rattachement. Conformément au pres-
crit de l’article 3 de la Convention de La Haye du 12 avril 1930,
l’autorité ou la juridiction confrontée au conflit positif de nationali-
tés pourra, en effet, considérer l’intéressé comme national de l’Etat
du for. Elle s’en tiendra à cette solution 1000, sauf cas exceptionnels
qui seront examinés plus loin 1001.
468. Que prévoit l’article 3 de la Convention du 12 avril 1930 ? Il
dispose comme suit :
« Sous réserve des dispositions de la présente Convention,
un individu possédant deux ou plusieurs nationalités pourra être
considéré, par chacun des Etats dont il a la nationalité, comme
son ressortissant. »
Les nationalités ici visées sont évidemment celles conférées par
des sujets de droit international ayant le statut d’Etat, et non pas
des sous-nationalités, des citoyennetés internes, voire des supranatio-
nalités.
On trouve rarement, en jurisprudence internationale ou comparée,
une formulation aussi claire du principe. Selon Lagarde, « c’est pro-
bablement l’évidence de la règle qui fait que celle-ci n’est jamais
énoncée par les juges » 1002. Dans les rares cas où des autorités ou
juridictions nationales ont cru bon de formuler le principe, elles ont
eu le tort de le présenter comme impératif et absolu ; l’article 3 de la
Convention ne lui confère pas cette portée 1003.

1000. Pour un cas d’application de ce principe, fondé sur les anciennes lois
belges coordonnées le 14 décembre 1932, voir Bruxelles (3e ch.), 30 juin 1981,
JT, 1981, p. 723. C’est en termes excessifs que la Cour décide : « Pour le juge
belge, seule la nationalité belge du binational peut être retenue » ; en effet, l’ar-
ticle 3 de la Convention de La Haye n’est pas libellé en termes impératifs.
1001. Voir infra, nos 509-536.
1002. P. Lagarde, vo « Nationalité », Encycl. jur. Dalloz — Répert. dr. int.,
t. II, 1re éd., 1969, p. 361, no 27.
1003. Voir par exemple la réponse du ministre belge de la Justice à une ques-
tion parlementaire du 6 mars 1990, Bull. quest. et rép., Sénat, session 1989-
1990, p. 1262 ; question no 88 de M. Lenfant.
Conflits de nationalités 405

2. Portée du principe

a) Personnes visées

469. La Convention de La Haye, en son article 3, ne vise pas seu-


lement la double nationalité, mais tous les cas de plurinationalité
dans lesquels intervient la nationalité du for 1004. Malgré les termes
formels de l’article 3, qui vise « un individu possédant deux ou plu-
sieurs nationalités », sans aucune autre précision ou limitation, il
advint que, dès l’élaboration de la règle, des contestations sur sa por-
tée exacte ont surgi. La délégation américaine fit savoir qu’elle sou-
haitait restreindre l’application de la règle en la réservant aux seuls
cas de binationalités d’origine, c’est-à-dire existant dès la naissance
de l’intéressé.
En d’autres termes, elle voulait écarter du champ d’application
conventionnel la grande majorité des cumuls de nationalités : ceux
qui concernent des personnes ne jouissant que d’une nationalité à
leur naissance, mais qui ont acquis une ou plusieurs autres nationali-
tés durant leur vie, le plus souvent par naturalisation, tout en conser-
vant la première 1005.
Le délégué égyptien à la conférence considéra que l’article 3 de la
Convention était inutile. Pour lui, les deux premiers articles du traité
suffisaient pour trancher tous les conflits positifs : puisque les Etats
pouvaient légiférer souverainement en la matière, il leur appartenait
de prévoir dans leur droit interne les solutions aux conflits positifs
de nationalités 1006. Mais l’on sait que, d’une part, de nombreux
législateurs omettent de prévoir des règles dans ce but et que, d’autre
part, l’adoption d’une solution conventionnelle uniforme, outre son
mérite d’uniformité, allait conférer à celle-ci valeur de droit interna-
tional, avec sa primauté sur les règles internes. Que la conférence
diplomatique ait élaboré des dispositions spécifiques sur les conflits
de nationalités est donc en soi une bonne chose.

1004. M.-J. G. Guerrero, « Rapport de la Première Commission (Nationalité) »,


Conférence pour la codification du droit international, doc. C.229.P.116.1930.V,
Questions juridiques, 1930.V.8, Genève, 2 mai 1930, p. 4 (Base 3, repris sous le titre
« Report of the first Committee », American Journ. Int. Law, 1930, pp. 215-233. Voir
aussi, du même auteur, La codification du droit international — La première confé-
rence, pp. 39-40.
1005. Voir le procès-verbal de la Première Commission dans M.-J. G. Guer-
rero, La codification du droit international — La première conférence, p. 39.
1006. Ibid.
406 Michel Verwilghen

b) Caractère facultatif de la règle

470. L’article 3 de la Convention du 12 avril 1930 n’impose pas


une solution de façon impérative, mais elle énonce une simple
faculté : sa solution pour l’hypothèse visée se veut facultative,
comme l’indique clairement le verbe utilisé (« pourra »). Toutefois,
« la règle correspond trop à son intérêt politique pour ne pas être
généralement respectée » 1007. Selon Makarov, la prééminence de la
nationalité du for est un principe « très répandu » 1008. C’est pourquoi,
lorsqu’elle est formulée en termes catégoriques, la règle décrit exac-
tement la pratique administrative des Etats en ce domaine.
Mais il reste que le principe fort bien énoncé à l’article 3 de la
Convention de La Haye ne se présente pas comme une solution
impérative. Des atténuations et des exceptions au principe peuvent
donc se rencontrer, voire s’imposer. On y reviendra 1009.
Donnons déjà deux exemples démonstratifs. Le premier, tiré de la
jurisprudence du Hoge Raad des Pays-Bas, est relatif à une personne
qui possédait la nationalité néerlandaise et une nationalité étrangère :
le Hoge Raad a préféré tenir compte de cette dernière, parce qu’elle
lui a paru comme la plus effective 1010. Cette solution peut s’expli-
quer par son contexte : le litige portait sur la reconnaissance d’un
divorce prononcé en Norvège entre un Néerlandais et son épouse
binationale néerlandaise et norvégienne. Dans un cas très similaire,
la Cour de cassation de France a préféré, au contraire, tenir compte
de la nationalité française d’un binational franco-turc, se montrant
ainsi fidèle au principe de primauté de la nationalité du for 1011.

1007. F. Rigaux, Droit international privé, 2e éd., 1987, t. I, p. 86, no 122. Le


ministre belge de la Justice a déclaré à plusieurs reprises que, sur base de l’ar-
ticle 3 de la Convention de La Haye, « les personnes ayant la nationalité belge et
une ou plusieurs nationalités étrangères sont considérées en Belgique comme
Belges et inscrites comme telles » (voir les réponses aux questions parlemen-
taires reproduites dans F. Rigaux, loc. cit.). En considérant cette solution aux
cumuls de nationalités comme impérative, le ministre semble oublier que l’ar-
ticle 3 de la Convention de La Haye du 12 avril 1930 énonce une simple faculté.
Formulées en termes trop catégoriques, ces déclarations décrivent cependant
bien la pratique administrative en ce domaine.
1008. A. Makarov, « Règles générales du droit de la nationalité », p. 353,
no 74.
1009. Voir infra, nos 509-536.
1010. H. R., 9 décembre 1965, Rev. crit. dr. int. pr., vol. 55, 1966, p. 297,
note L. I. De Winter.
1011. Cass., ch. civ., 13 novembre 1951, Biadelli c. Orphelins d’Auteuil, Rev.
crit. dr. int. pr., 1952, p. 323 ; Cass, 1re ch. civ., 17 juin 1968, Kasapyan c. dame
Kasapyan, Rev. crit. dr. int. pr., vol. 58, 1969, p. 59, note H. Batiffol.
Conflits de nationalités 407

471. Dans les Etats qui ne sont pas liés par la Convention, il est
souvent enseigné que cette primauté de la nationalité du for, par rap-
port à toute autre nationalité étrangère, s’impose toujours. Ainsi, en
France, Pillet enseignait autrefois :
« Cela va de soi, car ces matières sont d’ordre public et, lors-
qu’il s’agit d’ordre public, l’indépendance de l’Etat est la règle.
Les lois sur la nationalité sont rigoureusement obligatoires, et
en cette matière (comme dans toutes celles qui concernent
directement l’ordre public), le point de vue national l’emporte
sur le point de vue international. » 1012
Plus récemment, le ministère français des Affaires étrangères,
répondant à une question parlementaire, s’est prononcé dans le
même sens : la position gouvernementale accepte que priorité soit
toujours donnée à la nationalité française d’un plurinational qui,
effectivement, a la qualité de Français 1013. La jurisprudence des juri-
dictions de la République va dans le même sens 1014.
Cette position se retrouve dans de très nombreux pays, comme on
le verra ci-après 1015.

3. Justification du principe

472. Comment justifier la prééminence de la nationalité du for


par rapport à toutes les autres ?
Un premier argument classique est avancé : la souveraineté des
Etats dans l’ordre international ne connaît aucune hiérarchie.
Grandes puissances politiques, économiques ou militaires se trou-
vent sur pied d’égalité avec les micro-Etats dans le droit d’élaborer
leur système juridique sur la nationalité. Il est donc justifié, selon
beaucoup d’auteurs, que chaque Etat s’en tienne à ses propres
options législatives en la matière lorsqu’il rencontre une situation de
plurinationalité dans laquelle sa nationalité est présente.
Les auteurs liés à des ordres juridiques demeurés fidèles aux
conceptions de Montesquieu sur la division des pouvoirs étatiques,
donc aussi au principe de séparation de ces pouvoirs, avancent une

1012. A. Pillet, Principes de droit international privé, p. 567, no 316, n. 2.


1013. Ann. fr. dr. int., vol. 19, 1973, p. 1058.
1014. Tribunal de grande instance de Nanterre, 5 avril 1974, Luquiser c. Pru-
gnaud, Ann. fr. dr. int., vol. 21, 1975, p. 1029.
1015. Voir infra, no 507.
408 Michel Verwilghen

autre justification : comme la détermination de la nationalité est déci-


dée par le législateur, il n’appartient pas aux autorités administra-
tives et judiciaires chargées d’appliquer la loi de remettre en cause
les choix effectués par celui-ci.
En vérité, comme l’a observé Bernard Audit, aucun de ces motifs
n’est pleinement et universellement satisfaisant et décisif. Et, dès
lors, « le principe de solution consistant à faire prévaloir la nationa-
lité du for n’est pas intangible » 1016. Mais force est de relever que, de
nos jours, il s’est fermement implanté dans de très nombreux pays,
certains allant jusqu’à le qualifier d’impératif et d’ordre public.

4. Effets du principe

473. Lorsqu’elle décide, conformément au principe, de favoriser


la nationalité du for, l’autorité saisie ne supprime pas le conflit posi-
tif. Celui-ci continue d’exister, dans l’ordre international comme
dans les ordres juridiques internes. La meilleure preuve en est que
l’intéressé, s’il se rend dans un des autres Etats dont il est aussi le
national, y sera très vraisemblablement tenu comme le national de
cet Etat, par application du même principe de l’article 3 de la
Convention de La Haye. Peut-on dès lors parler de solution du
cumul de nationalités ? Pour El-Sedawi, la réponse va de soi : « Evi-
demment non : c’est une solution toute relative, toute apparente, fic-
tion de solution. » 1017 La mise en œuvre par le juge étatique de la
« solution » proposée à l’article 3 de la Convention de La Haye
« cristallise la divergence » 1018.
La préférence marquée pour la nationalité du for par chaque Etat
dont l’individu possède la nationalité n’a pas pour objet d’affirmer
l’existence exclusive de cette nationalité. L’autorité qui statue et
tranche ainsi le conflit, dans le cadre d’un problème déterminé, ne
nie pas l’existence, prouvée ou simplement possible, d’autres natio-
nalités dans le chef de la personne en cause. Elle se borne à les
déclarer inefficaces dans son propre ordre juridique. « Par un arbi-
traire nécessaire », selon la formule de Louis-Lucas 1019, il est sim-
plement décidé que l’Etat du for considère cette personne comme
son ressortissant, et uniquement comme tel.

1016. B. Audit, Droit international privé, p. 766, no 922.


1017. M. I. El-Sedawi, Le cumul de nationalités..., p. 251, no 221.
1018. F. Rigaux, Droit international privé, t. II, 1987, p. 87, no 124.
1019. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 307.
Conflits de nationalités 409

474. Au plan du droit international, il est évident que les autres


nationalités de l’intéressé subsistent. C’est pourquoi, un auteur a pu
écrire : « Autant dire que l’apparente solution du conflit n’en est pas
une ; que rien rationnellement n’est changé et que rien ne peut l’être
avec les moyens juridiques insuffisants dont on dispose aujour-
d’hui. » 1020
Bien plus, la solution retenue par l’article 3 de la Convention de
La Haye conduit évidemment à des situations variables, au gré des
hasards de la compétence internationale d’autorités et de juridic-
tions 1021. Loin de promouvoir l’harmonie juridique internationale,
cette solution est marquée par son caractère nationaliste autant que
processuel. Quant à la décision ainsi prise dans l’un des Etats dont
l’intéressé possède la nationalité, elle ne sera pas, sauf miracle,
reconnue dans les autres Etats dont il possède aussi la nationalité :
« Ce défaut d’harmonie est d’autant plus regrettable que,
parfois, la compétence juridictionnelle se détermine, non pas
d’après des données rationnelles, mais d’après la nationalité
des plaideurs ; et, lorsqu’il en est ainsi, le juge, qui doit appré-
cier sa propre compétence, la retiendra sur le fondement de la
nationalité d’un des plaideurs, même si une loi étrangère se
trouve en conflit positif avec la sienne sur ce point ; la loi du
juge saisi est seule prise en considération et, pour déterminer la
compétence de ce juge, c’est encore elle qui décide. » 1022
475. Doit-on dès lors affirmer avec Louis-Lucas que l’on se
trouve devant une « faillite complète du droit » ? 1023 Assurément non.
Car dans l’ordre juridique dans lequel le problème s’est posé, c’est-
à-dire l’Etat du for, le cumul de nationalités a pu en quelque sorte
être « désamorcé » ; le pluripatride a été considéré seulement comme
national de cet Etat. En d’autres termes, pour le problème précis à
propos duquel il convenait de trancher le conflit positif de nationali-
tés, ce dernier a perdu non pas son existence, mais sa virulence, son
impact concret. Autant dire qu’à défaut d’être résolu il a été habile-
ment contourné. N’est-ce pas là l’essentiel ?
Même les auteurs qui reconnaissent la faiblesse des arguments
juridiques en faveur de cette solution expédiente, donc empirique, et

1020. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 307.


1021. Voir supra, no 468.
1022. M. Gégout, « Les conflits de nationalités », p. 323.
1023. P. Louis-Lucas, La nationalité française, p. 307.
410 Michel Verwilghen

qui vont jusqu’à en critiquer certaines conséquences, doivent ad-


mettre qu’en l’état actuel de développement de la société internatio-
nale c’est la meilleure solution possible, voire la seule raisonnable.
On verra cependant plus loin qu’elle connaît certains tempéra-
ments et exceptions 1024.

5. Mise en œuvre du principe


476. Le pouvoir d’appréciation de la faculté est laissée à l’Etat.
L’article 3 s’exprime à cet égard en disant que le plurinational pourra
être considéré, par chacun des Etats dont il a la nationalité, comme
son ressortissant. Dès lors, si l’organe chargé de trancher le conflit
positif de nationalités est une juridiction internationale ou un tribu-
nal arbitral, la solution de l’article 3 de la Convention du 12 avril
1930 ne peut jamais l’aider à trancher le conflit. Cet article, en effet,
suppose que le pluripatride possède, parmi ses nationalités, celle de
l’Etat dont la juridiction est saisie. Or, par hypothèse, l’organe juri-
dictionnel appelé à trancher le conflit de nationalités ne tire pas sa
compétence d’un Etat. La juridiction saisie constatera, dans un pre-
mier temps, que chaque Etat dont l’individu en cause est le national
a le double droit de considérer celui-ci comme tel et de négliger
toutes ses autres nationalités. Elle tranchera ensuite, le cas échéant,
le conflit positif de nationalités par application de l’article 5 de la
Convention, comme on le verra plus loin 1025.
Mayer relève en outre ce qui suit :
« Lorsqu’une juridiction internationale est requise de sanc-
tionner l’utilisation qu’a faite, ou que veut faire, un Etat de sa
compétence à l’égard de l’un de ses nationaux, elle doit en
principe retenir la nationalité de l’Etat qui se prétend compé-
tent, s’il l’a réellement attribuée, sans se demander si, par
ailleurs, l’individu concerné ne possède pas aussi une ou plu-
sieurs autres nationalités, même plus effectives. » 1026
Les juridictions internationales ou arbitrales ont été confrontées à
un cumul de nationalités surtout dans des litiges relatifs à l’exercice
de la protection diplomatique. Dans ce contexte s’appliquent des
solutions particulières, d’ailleurs controversées 1027.
1024. Voir infra, nos 509-536.
1025. Voir infra, nos 478-504.
1026. P. Mayer, Droit international privé, p. 548, no 856.
1027. Voir infra, nos 537-547.
Conflits de nationalités 411

477. En revanche, lorsque le conflit se situe dans l’ordre juri-


dique étatique, l’article 3 de la Convention de La Haye prend tout son
sens. Mais qui vise-t-il concrètement lorsqu’il laisse à l’Etat le soin de
décider si le plurinational en cause doit ou non, dans l’ordre juridique
étatique concerné, être considéré comme ressortissant de cet Etat ?
Il appartient à la constitution de chacun d’eux de répondre à cette
question et de dire quel est le pouvoir compétent pour décider. Dans
certains pays, il incombera au législateur de trancher, pour autant
que la constitution n’ait pas réservé cette attribution au constituant
lui-même (mais nous n’en connaissons pas d’exemple) ; dans
d’autres, chaque juge saisi statuera ; dans d’autres encore, cette com-
pétence appartiendra au gouvernement pris dans son ensemble ou à
tel ministre. Il peut arriver aussi que la compétence soit partagée et
dépende du contexte dans lequel se posera la question ou de la
nature de celle-ci 1028.

B. Conflits entre deux ou plusieurs nationalités étrangères (article 5)


1. Contrôle de l’existence du conflit
478. Lorsque le conflit positif de nationalités se situe entre deux
ou plusieurs nationalités étrangères par rapport à l’autorité ou à la
juridiction saisie, le premier rôle de celle-ci consiste à contrôler si la
personne en cause remplit les conditions auxquelles les lois étran-
gères attribuent leurs nationalités, de manière à s’assurer qu’il y ait
vraiment cumul de nationalités et à déterminer les nationalités étran-
gères en présence. Tout ce qui a été dit à propos de la détermination
d’une nationalité étrangère peut être rappelé ici 1029.
Dès lors que le conflit positif de nationalités étrangères est ainsi
dûment constaté, et vu qu’il n’est, par hypothèse, plus possible de
favoriser la lex fori, d’autres solutions que celle de l’article 3 de la
Convention de La Haye doivent prévaloir. Le droit coutumier inter-
national et le droit interne des Etats les ont progressivement déga-
gées. L’on peut affirmer que, de nos jours, il existe à ce sujet des
principes de solutions suffisamment fermes et établis pour être
considérés comme de droit positif. Ces principes figurent notamment
dans la codification de La Haye, à l’article 5. Lorsqu’il n’est pas

1028. Pour un exemple d’affirmation du principe, voir tribunal de grande ins-


tance de Nanterre, 5 avril 1974, Luquiser c. Prugnaud, Ann. fr. dr. int., vol. 21,
1975, p. 1029.
1029. Voir supra, nos 313-317.
412 Michel Verwilghen

possible de les mettre en œuvre, en raison des circonstances de fait


propres à la cause, il convient de retenir des solutions subsidiaires. A
l’heure présente, le droit coutumier international ne les a pas suffi-
samment développées. Elles ne s’imposent donc pas avec certitude ;
il appartient à chaque autorité saisie d’apprécier s’il y a lieu de les
retenir et dans quelle mesure. C’est plutôt dans les solutions de droit
interne qu’il faudra puiser.

2. Obligation de trancher le conflit


479. Une première règle a été dégagée par la coutume internatio-
nale et codifiée en 1930. Elle forme la première phase de l’article 5
de la Convention de La Haye du 12 avril 1930 : « Dans un Etat tiers,
l’individu possédant plusieurs nationalités devra être traité comme
s’il n’en avait qu’une. »
Cet article, on le voit, part d’une perspective précise : le conflit de
nationalités apparaît « dans un Etat tiers », à savoir tiers par rapport
aux nationalités en présence. Ce conflit entre deux ou plusieurs natio-
nalités étrangères, par rapport à l’autorité ou la juridiction saisie,
est la figure que rencontre nécessairement une juridiction internatio-
nale ou arbitrale ; en effet, celle-ci se situe en dehors du cadre éta-
tique et, dès lors, les nationalités en conflit ne