Vous êtes sur la page 1sur 67

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’HYDRAULIQUE -ARBAOUI Abdellah-

LABORATOIRE DE RECHERCHE MOBILISATION ET VALORISATION DES


RESSOUSCES EN EAU

DEPARTEMENT AMENAGEMENT ET GENIE HYDRAULIQUE

MEMOIRE DE MASTER
En vue de l’obtention du diplôme de Master en Hydraulique

Option: Aménagement et Ouvrages Hydrotechniques

THEME :

Contribution à l’étude de la hauteur des vagues sous l’effet


d’onde générée par les mouvements gravitaires rapides pour
les barrages en remblai

PRESENTE PAR :
BENHAMIDA Nour El Houda

Devant les membres du jury

Nom et Prénoms Grade Qualité

Mr A.HADJ SADOK Maitre de conférences (A) Président


Mme D.DJOUDAR Maitre de conférences (B) Examinatrice
Mme N.SAIL Maitre Assistante (A) Examinatrice
Mr M.D BENSALAH Maitre Assistant (A) Examinateur
Mr I.ZAIBAK Maitre Assistant (B) Examinateur
Mr M.K MIHOUBI Professeur Promoteur

Session – 2016
D
Je
DéDie ce modeste
E
Travail en

D Signe de reconnaissance :
A ma mère et mon père
À mon meilleur ami
I À MiMi,
Hamada, MohaMed, ali,
C Amine et Mounia
A toute lA fAmille et les
A Amis
SanS ExcEption

C
D

E
Remercîments
Je remercie Dieux
de m’avoir aidé à réaliser mon travail.
Je tiens aussi à exprimer ma profonde
gratitude et mes vifs remerciements à
ma mère
Ma reconnaissance va plus
particulièrement à :
Mon promoteur Mr M.K.MIHOUBI pour
avoir contribué à l'élaboration de cette
présente thèse.
Je remercie le président et les membres du
jury qui me feront l’honneur de juger mon
travail.
Enfin, à toute personne qui m’a soutenu de
prés ou de loin, merci beaucoup.


D
‫ﻣﻠﺨﺺ‬

‫ﻛﺜﯿﺮا ﻣﺎ ﺗﺘﻌﺮض اﻟﺴﺪود اﻟﻰ ﻋﻮاﻣﻞ طﺒﯿﻌﯿﺔ و ﻣﻨﺎﺧﯿﺔ ﻗﺎﺳﯿﺔ ﻣﺎ ﻗﺪ ﯾﺠﻌﻠﮭﺎ ﻋﺮﺿﺔ ﻟﺨﻄﺮ اﻻﻧﮭﯿﺎر وﯾﮭﺪد ﺳﻼﻣﺔ‬
‫ ﻓﻲ ھﺬا اﻟﺼﺪد ﺗﮭﺪف ﻣﺬﻛﺮﺗﻨﺎ ھﺬه إﻟﻰ دراﺳﺔ ﺗﺄﺛﯿﺮ ظﺎھﺮة اﻷﻣﻮاج اﻟﻨﺎﺗﺠﺔ ﻋﻦ اﻟﺮﯾﺎح وﻛﺬا اﻟﻨﺎﺗﺠﺔ‬. ‫اﻟﻤﻨﺎطﻖ اﻟﻤﺠﺎورة ﻟﮭﺎ‬
‫ اﻟﻨﺘﺎﺋﺞ اﻟﻤﺘﺤﺼﻞ ﻋﻠﯿﮭﺎ ﻣﻦ ﺧﻼل ﺣﺴﺎب ارﺗﻔﺎع ﻣﻨﺴﻮب اﻟﻤﯿﺎه ﻣﻜﻨﺘﻨﺎ ﻣﻦ‬.‫ﻋﻦ ﺳﻘﻮط اﻟﺼﺨﻮر و اﻟﺜﻠﻮج ﻣﻦ ﻣﻨﺤﺪر اﻟﺴﺪ‬
.‫ﺗﺤﺪﯾﺪ اﻻرﺗﻔﺎع اﻻﺣﺘﯿﺎطﻲ اﻟﻤﻨﺎﺳﺐ ﻟﺤﻤﺎﯾﺔ اﻟﺴﺪ‬

. ‫ﺳﻘﻮط اﻟﺼﺨﻮر‬- ‫ارﺗﻔﺎع‬- ‫ اﺣﺘﯿﺎط‬- ‫اﻷﻣﻮاج‬- ‫ﻣﻨﺤﺪر‬- ‫ اﻟﺮﯾﺎح‬- ‫اﻷﻣﻮاج‬: ‫اﻟﻜﻠﻤﺎت اﻟﺮﺋﯿﺴﯿﺔ‬

Résumé

Les barrages sont souvent soumis à des aléas naturels et météorologiques qui peuvent
engendrer des risques de défaillance pouvant toucher la sécurité des régions voisines. Dans ce
présent mémoire on s’intéresse à l’étude de la revanche due aux phénomènes de propagation
des vagues provoquées par le vent et les ondes générées par les mouvements gravitaires
rapides suite au glissement plan du revêtement ou de neiges sur le talus amont d’une digue.
Les résultats de calcul obtenus permettent de parvenir à des enseignements intéressants sur le
choix de calcul de la revanche.

Mots clés : vague, vent, gravitaire, onde, revanche, amplitude, glissement.

Abstract

Dams are already subject to natural and meteorological phenomena which could
generate risk for its stability and for security of regions around it. In this present study based
on the evaluation of wave run-up, we are going to talk about waves generated by wind and
waves generated by sliding and gravity falling rocks or snow. The interesting results of our
study can help us to determinate the security hand necessary for the protection of our dams.

Key words: wave, wind, gravity, wave, hand, amplitude, sliding.


Tab l e d e s ma t i è r e s
I n t roduc t ion Géné r a l e ....................................................................................................... 1

Chap i t r e I : E t a t d e conna i s s ance s u r l ’ a c t i on de s vague s


dan s b a r r age s r é s e r vo i r s
I n t roduc t ion ........................................................................................................................... 2
I . 1 . Géné ra l i t é s s u r l e s b a r r ag e s ................................................................................ 2
I . 1 . 1 . Type s d e b a r r ag e s ............................................................................................... 2
I . 1 . 2 . Hau t eu r d e b a r r age ............................................................................................. 3
I . 1 . 3 . Dé f i n i t i o n d e l a r evanche .............................................................................. 3
I . 2 . 4 . Fac t eu r s d é t e rminan t du c a lcu l de l a r evanche ..................................... 3
I . 2 . Géné ra l i t é s s u r l e s vagues .................................................................................... 4
I . 2 . 1 . Ca r ac t é r i s t i qu e s d e s vague s .......................................................................... 4
I . 2 . 2 . Le s hou le s ............................................................................................................. 5
I . 2 . 3 . Or ig i n e e t e f f e t s d e s vague s ........................................................................ 5
I . 3 . Hau t eu r d e s vague s ..................................................................................................... 6
I . 3 . 1 . Mé t hode s d e c a l cu l d e l a h au t eu r d e s vague s : ..................................... 6
I . 3 . 2 . Hau t eu r d e vague d e p ro j e t .......................................................................... 13
Conc lu s ion ............................................................................................................................. 13

Chap i t r e I I : E t ude d e géné r a t i on d e s vague s e t d e


su r é l éva t i on du p l an d ’ e au d an s un ba r r age r é s e r vo i r
I n t roduc t ion ......................................................................................................................... 14
I I . 1 . Dé f i n i t i o n s ............................................................................................................... 14
Défe r l emen t d e s vague s ................................................................................................. 14
Franch i s s emen t d e l a ho u le ......................................................................................... 14
La Ré f l e x ion d e s vague s ............................................................................................... 14
I I . 2 . Géné ra t ion d e s vague s .......................................................................................... 15
I I . 2 . 1 . Vague s g éné r ée p a r l e v en t ........................................................................ 15
I I . 2 . 2 . Vague s g éné r ée s p a r d e s mouvemen t s g r av i t a i r e s r ap id e s
(Naa im, 2010 ) . ................................................................................................................. 15
I I . 2 . 3 . I n t e r a c t io n g l i s s emen t - e au ( Fr i t z , 2003 ) .......................................... 18
I I . 2 . 3 . 1 . Appa r i t i o n d ’un c r a t è r e ....................................................................... 18
I I . 2 . 3 . 2 . Vo lume d ’ e au d ép la cé ( F r i t z , 2003 ) ................................................ 19
I I . 2 . 3 . 3 . Ca r ac t é r i s t i qu e s d e s o nde s p ro du i t e s ( F r i t z , 2003 ) ............... 20
I I . 3 . Ca lcu l d e r un - up d e s vagues .............................................................................. 21
I I . 3 . 1 . Run- up d an s l e c a s d e s o nde s s i nu so ïd a le s , (Naa im, 2010 ) .......... 21
I I . 3 . 2 . Run -up d an s l e c a s d e s o nde s so l i t a i r e s , (Naa im, 2010 ) ............. 24
I I . 3 . 3 . Au t r e s fo rmu le s d e c a l cu l d e r un - up .................................................... 25
Conc lu s ion ............................................................................................................................. 27

Chap i t r e I I I : E t ude compa r a t i ve du c a l cu l d e l a r e vanche pa r


l ’ e f f e t d e s vague s géné r é e s p a r l e ven t e t l e s mouvemen t s
g r av i t a i r e s r ap i d e s
I n t roduc t ion ......................................................................................................................... 28
I I I . 1 .Types d e mouvemen t s g r av i t a i r e s r ap id e s ...................................................... 28
I I I . 1 . 1 Mouvemen t d e t e r r a i n ................................................................................................. 28
I I I . 1 . 2 Mouvemen t s d es a va la nches ....................................................................................... 28
I I I . 2 . Or ig i ne d e s mouvemen t s d e t e r r a i n ................................................................ 29
I I I . 3 . E f fe t s d e s mouvemen t s g r av i t a i r e s r ap id e s su r une d igue en
t e r r e ........................................................................................................................................ 30
I I I . 4 . Mé t hode s u t i l i s é e s pou r l e c a l c u l d e l a r evanche ................................. 30
I I I . 4 . 1 . Ca lcu l d e l a r evanche en f onc t i o n de l a hau t eu r d es vagues du e
au ven t ............................................................................................................................................ 30
I I I . 4 . 1 . 1 . Fo rmu le d e Ma l l e t e t Pacquan t / Dav i s : ................................................ 30
I I I . 4 . 1 . 2 .Fo rmu la t i on d e Kâ la l ( Sch l e i s s e t Pouga t s ch , 2011 ) : ........................ 31
I I I . 4 . 1 . 3 .Fo rmu le d e l ’USBR (USBR, 1981 ) ..................................................................... 31
I I I . 4 . 2 . Ca lcu l d e l a r evanche en f onc t i o n du r un - up due aux mouvemen t s
g r av i t a i r es r ap i des .................................................................................................................... 32
I I I . 5 . Desc r i p t io n d e l ’ é chan t i l l o n d e b a r r ag e s r é s e r vo i r s ........................... 34
I I I . 6 .Donnée s d e ba se ....................................................................................................... 35
I I I . 7 . Ré su l t a t s d e c a l cu l e t I n t e rp r é t a t io n ....................................................... 36
Conc lu s ion ............................................................................................................................. 44
Conc lu s ion Géné r a l e ......................................................................................................... 45
Liste des Tableaux

Tableau I.1 : Hauteur significative des vagues pour des cas courant (Smith 1991) ............................ 8
Tableau I.2 : Coefficient K en fonction du type de barrage (CFBR, 2013). ..................................... 13
Tableau II.1 : Run-up relatif pour un parement amont lisse (Saville 1962). ..................................... 21
Tableau II.2: Run-up pour un parement amont lisse de pente 1/3 (Smith 1991). .............................. 22
Tableau II.3: Run-up pour un parement amont rugueux de pente 1/3. (Sancold, 1990) .................... 23
Tableau II.4: Facteur de rugosité des parements (Meet et Janssen (1994)). ..................................... 27
Tableau III.1 : Différents niveaux de probabilités d’atteinte d’une retenue par un mouvement
gravitaire rapide de magnitude centennale ; (Mériaux, 2009). ......................................................... 29
Tableau III.2: Echantillon des barrages choisis pour étude. ............................................................. 34
Tableau III.3 : Données de base nécessaires pour le calcul de la revanche....................................... 35
Tableau III.4: Récapitulatif des résultats de calcul de la hauteur de vagues par les formules de
Stevenson et Molitor. ..................................................................................................................... 36
Tableau III.5: Récapitulatif des résultats de calcul de la hauteur de vagues par les formules de
de Stevenson et Molitor (cas des vitesses de vent U > 50 km/h) ...................................................... 37
Liste des Figures

Figure I.1 : Caractéristiques de la vague (www.culture-maritime.com). .......................................... 4


Figure I.2: Caractéristiques de la houle (www.culture-maritime.com). ........................................... 5
Figure I.3: Abaque Bretschneider (1954) revisité par Hasselman et al. (1976) donnant la
hauteur significative Hs pour un Fetch < 1500km ........................................................................ 11

Figure I.4: Abaque de Bretschneider (1954) revisité par Hasselman et al. (1976) donnant la
hauteur significative Hs pour un Fetch : 200 < F < 20000 Km. ..................................................... 12

Figure II.1 : Schéma et notions utilisées pour les vagues produites par l’impact d’un
glissement rapide (Fritz, 2003). .................................................................................................... 17
Figure II.2: Impact sans séparation pour un nombre de Froude de 1.4 et une épaisseur
relative de 0.23 ............................................................................................................................ 18
Figure II.3 : Impact sans séparation pour un nombre de Froude de 3.6 et une épaisseur
relative de 0.21 ........................................................................................................................... 18
Figure III.1 : Caractéristique du calcul de la hauteur des vagues par méthode Kâlal (Schleiss
et Pougatsch, 2011). ..................................................................................................................... 31
Figure III.2 : Schéma de calcul de la longueur du fetch effective (Kjaernsli et al. 1992). .............. 33
Figure III.3 : Calcul de la hauteur des vagues de Molitor en fonction de la formule de
Stevenson. ................................................................................................................................... 36
Figure III.4 : Calcul de la hauteur des vagues de Molitor en fonction de la formule de
Stevenson pour des vitesses de vent très appréciables : U> 50 km /h ............................................ 37
Figure III.5 : Calcul de la revanche générée par ondes de gravitées Rg en fonction revanche
due aux vagues Rv (Davis et Mallet-Pacquant) ............................................................................ 38

Figure III.6 : Calcul de la revanche générée par ondes de gravitées Rg en fonction de la


revanche due aux vagues Rk (Kâlal) ............................................................................................ 39

Figure III.7 : Calcul de la revanche générée par ondes de gravitées Rg en fonction revanche
due aux vagues RUSBR (formule de l’USBR) ............................................................................. 39

Figure III.8 : Run-up en fonction de la profondeur pour A= 0,4 m ................................................ 40


Figure III.9 : Run-up en fonction de la profondeur pour A= 0,8 m ................................................ 41
Figure III.10 : Run-up en fonction de la profondeur pour A=1 m .................................................. 41
Figure III.11 : Revanche relative générée par ondes de gravitées Rg/D en fonction de
l’amplitude relative A/D .............................................................................................................. 42
INTRODUCTION GENERALE

a notion de calcul de la revanche d’un barrage en remblais revêt d’une importance

L décisive dans la prévention et la sécurité d’un barrage face aux risques de


débordement des vagues produites par le vent. A ce titre, l’ensemble des approches et
méthodes de calcul de celle-ci sont essentiellement fonction des paramètres suivant :
vitesse du vent, hauteur et vitesse des vagues et de l’ampleur du fetch.

Cependant, il est possible d’envisager la possibilité de naissance d’une vague suite à


un train d’ondes générées par les mouvements gravitaires rapides au voisinage immédiat
d’une retenue en raison d’un glissement de terrain au niveau des berges ou en présence des
avalanches (cas des retenues d’altitude). Le train d’ondes, une fois créé, se propage et donne
naissance à la formation d’un exhaussement du plan d’eau dénommé run-up résultant du
contact et à la réflexion des vagues sur le talus amont, pouvant ainsi conduire ainsi au
débordement des eaux.

Grâce aux travaux expérimentaux en laboratoires sur modèles réduits par similitude
entre le phénomène réel et le modèle, il existe une approche de calcul basée sur des nombres
adimensionnels, qui gouvernent la génération des vagues produite par ses mouvements
gravitaires rapides.

L’objectif est donc d’établir une étude comparative à partir de l’examen d’un
échantillon de barrages-réservoirs dont la plus part sont situés en altitude. Cette dernière est
une cause privilégiée favorisant la génération d’ondes de gravités en raison de gel et dégel du
sol qui peuvent se produire. En effet, il a été constaté qu’il existe des différences qui résident
dans le calcul de la revanche par les méthodes classiques et ceux qui sont d’origine de
surélévation du plan d’eau rapide par le run-up induit par le glissement du talus amont d’une
digue.

Pour répondre à cette question, Le présent travail est structuré en trois chapitres dont le
premier concerne un état de connaissance sur l’étude des vagues, leurs action sur les retenues
et le calcul de la hauteur des vagues par les différentes méthodes, le deuxième chapitre étudie
la génération et de la surélévation d’eau (run-up) des vagues. Le troisième chapitre s’intéresse
aux différentes méthodes de calcul de la revanche par l’effet des vagues générées par le vent
et les mouvements gravitaires rapide et de dresser un état comparatif entre les différentes
approches de calcul.

L’achèvement du travail est ponctué par une conclusion générale qui permettra de
livrer certaines consignes et orientations utiles à la conception de digues en altitudes.

1
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

Introduction

Pour une conception d’une digue en remblai il est important de prévoir une revanche
et une protection de talus amont. Cette dernière doit tenir compte de l’intensité de l’effet des
vagues. Dans ce chapitre, il s’agit d’aborder les différentes méthodes de calcul de la hauteur
des vagues dans un barrage réservoir.

I.1. Généralités sur les barrages

Les barrages en remblais sont des constructions, en général, de forme trapézoïdale.


Leurs principaux objectifs sont le soutien des étiages, l’irrigation, l’écrêtement des crues, les
loisirs et/ou la fourniture d’eau potable. (Alonso et al).

I.1.1. Types de barrages

Les différents types de barrages selon les matériaux d’édification sont :


a) Matériaux meubles (souples)
 type 1 : barrages en terre homogènes, constitués de matériaux étanches ;
 type 2 : barrages à zones avec massif amont ou noyau central assurant l’étanchéité ;
 type 3 : barrages en matériaux perméables (sable, grave, cailloux, tout-venant) munis
d’un dispositif d’étanchéité artificielle.

b) Matériaux rigides (béton)


 type 2 : contreforts et multi-voutes
 type 1 : poids et poids évides
 type 3 : voûtes, poids voutes, voûtes plongeants

Dans notre étude on va traiter seulement le cas des barrages en remblais avec
revêtement en enrochement puisque on va s’intéresser a l’effet des vagues générées par le
glissement du talus.

2
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

I.1.2. Hauteur de barrage

La hauteur totale du barrage est égale à la hauteur normale de la retenue des eaux
majorée de la charge déversant et de la revanche. Cette dernière permet de protéger la face
amont du barrage contre l’action des vagues et des corps flottants, ainsi qu’au débordement
du massif de ce dernier.

Sur un site donné, le calcul de la hauteur du barrage se fait en 05 étapes qui sont les
suivantes :
 Détermination à partir de la topographie de la cuvette et des volumes de déblais, de la
cote de la retenue normale RN permettant de stocker le volume utile souhaité.
 Calcul du niveau des plus hautes eaux PHE pour la crue de projet considérée.
 Détermination de la revanche vis-à-vis du vent.
 Calcul, s’il y a lieu, du tassement.
 Vérification que la revanche est suffisante pour les vagues crées par les avalanches et
les chutes de blocs survenant aprioris lorsque le niveau d'eau dans la retenue se trouve à la
cote du niveau RN et c’est le but de notre travail.(Mihoubi, 2014).

I.1.3. Définition de la revanche


La revanche R est la différence de cote entre le PHE (le niveau des Plus Hautes Eaux
correspondant à la crue de projet) et la crête pour éviter la submersion du remblai par les
vagues, il existe plusieurs formules basées notamment sur la vitesse du vent U et la longueur
du plan d’eau (ou fetch) F, qui permettent d’abord de calculer la hauteur des vagues Hv (en
considérant la direction la plus défavorable pour le couple F, U).(Alonso et al).

I.1.4. Facteurs déterminant du calcul de la revanche


La détermination de la revanche tient compte de plusieurs facteurs à savoir :
- La surélévation du plan d’eau lors du passage de la crue maximale (crue de sécurité)
considérée dans le projet.
- Le disfonctionnement des ouvrages ou organes de décharge et d’évacuation,
- La hauteur maximale des vagues provoquées par le vent extrême considéré,
- Le déferlement des vagues à la surface du parement amont (wave run-up).
- La surélévation du plan d’eau provoquée par le vent extrême considéré (Wind set up).
- Le supplément de sécurité (par exemple pour les vagues causées par des glissements de
terrain, avalanche, tremblement de terre……etc.). (Mihoubi, 2014).

3
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

I.2. Généralités sur les vagues

I.2.1. Caractéristiques des vagues

Définition de la vague :

Une vague est une onde mécanique qui se propage à l’interface entre la surface de l’eau et
l’air. Elle est caractérisée par sa longueur d'onde, son amplitude, sa période et sa célérité.

Figure I.1 : Caractéristiques de la vague (www.culture-maritime.com).

La longueur d’onde correspond à la distance entre deux vagues (crêtes) successives.

L’amplitude se calcule en divisant la hauteur de la vague (mesurée entre la crête et le creux)


par deux.

La période représente l’intervalle de temps en secondes s’écoulant entre le passage de deux


crêtes de vagues.

La célérité (ou vitesse de déplacement d’une vague) est le rapport de la longueur d’onde par
la période.

Les vagues de courte période se déplacent moins vite, perdent leurs énergies, s’amortissent
puis disparaissent rapidement.

Les vagues à longue période se déplacent plus vite et peuvent parcourir de longues
distances. Elles sont régulières et puissantes, elles forment un train de vagues appelé la
houle. La houle se poursuit même si le vent cesse.

4
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

I.3.2. Les houles

La houle est une ondulation de la surface de l’eau relativement régulière en direction et en


période.

Déferlantes sur
le parement

Figure I.2 : Caractéristiques de la houle (www.culture-maritime.com).

Lors de ce mouvement ondulatoire, il n’y a pas de déplacement d’eau car les vagues
ne transportent que de l’énergie. L’eau se trouvant dans le creux d’une vague est soulevée
vers l’arrière et effectue une rotation circulaire et retrouve ainsi sa position initiale. Ce
phénomène peut être mis en évidence avec un objet flottant (bouchon en liège, bout de bois..),
la houle va le ballotter mais ne le déplace pas.

Le relief du fond a un impact sur la morphologie et la vitesse de déplacement de la


houle. Dés que la profondeur est inférieure à la moitié de la longueur d’onde, les particules
d’eau sont freinées par frottement avec le sol. La vitesse de propagation de la houle diminue
mais la hauteur de la vague augmente jusqu’à atteindre sa courbure limite puis déferler
(basculement de l’eau vers l’avant). La longueur d’onde diminue, seule la période reste
constante.

I.2.3. Origine et effets des vagues

Le nom de vagues peut servir à désigner de nombreux phénomènes physiques de


diverses origines (action du vent, tremblement de terre, glissement des talus, chute de blocs,
explosion sous-marine, passage d'un navire, ...). Les seiches ou oscillations de longue période,
les barres des estuaires, les ondes de marée, les écoulements provenant de la rupture d'une
digue ou d'un barrage sont aussi des vagues.

Les vagues peuvent se propager en direction de la digue en supposant que le vent


souffle suivant la même direction et se réfléchissent sur le parement amont de la digue. Le
pourcentage des vagues qui passe par-dessus de la crête et ruisselle sur le parement aval
provoque des érosions plus au moins importantes donc on doit adopter une revanche
suffisante pour que ce pourcentage soit très faible. La revanche donc apporte une sécurité plus
élevée vis-à-vis d’une crue supérieure à la crue de projet.

En générale on peut dire que les vagues sont régulièrement provoquées par le vent et
accidentellement par les chutes de blocs.(Naaim, 2010).

5
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

I.3. Hauteur des vagues

La hauteur des vagues dépend de plusieurs facteurs et principalement de la force du


vent, de sa durée et de l’étendue sur laquelle il souffle avec une direction à peu près constante
(fetch).

Après l’introduction de la notion de la revanche d’un barrage qui dépond


essentiellement de calcul de la hauteur des vagues, nous présentons les différentes méthodes à
utilisées pour le calcul de la hauteur des vagues produites par le vent.

On s’intéresse à leur hauteur significative (notée Hs), c’est-à-dire la hauteur moyenne


du tiers supérieur de toutes les vagues du spectre. Elle dépend de la vitesse du vent, de la
longueur du fetch et de la profondeur de la retenue.

3 N /3
Hs   Hi
N i
(I.1)

avec,

N : nombre de vagues du spectre ;

Hi : amplitude des vagues.

I.3.1. Méthodes de calcul de la hauteur des vagues :

L’action des vagues dépend essentiellement de la dimension de la retenue et de sa


localisation géographique (rose des vents).
Pour le calcul de la hauteur des vagues, il existe plusieurs formules (approximatives) :

 Formule de Stevenson (Thomas, 1976) :

Cette méthode dépend de la valeur du fetch :

 Pour F < 30 km : Hv = 0,34 F1/2 + 0,76 + 0,26 F1/4 (I.2)


 Pour F > 30 km : Hv = 0,34 F1/2 (I.3)

avec,

Hv : Hauteur des vagues en (m) ;

F : Longueur du fetch en (km).

Cette formule donne des valeurs acceptables pour des vitesses de vents de l’ordre de
100 Km/h, mais tend à surestimer les hauteurs de vague pour des vitesses inferieures et à les
sous estimer pour des vitesses supérieures. Pour l'application de cette formule il est important
de connaitre la vitesse de vent de la région d'étude. Dans l'annexe D est présentée la carte des
vitesses moyennes annuelles du vent en Algérie estimées à une altitude de 10 mètres au-
dessus du sol .

6
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

 Formule de Molitor (1935) :

Dans cette formule empirique, l’auteur fait intervenir la vitesse du vent" U " exprimée en
km/h et la longueur du fetch « F » en Km :

 Pour F < 30 km : Hv =0,76 + 0,032 (UF) 1/2 0,27 F 1/4 (I.4)


 Pour F > 30 km : Hv =0,032 (UF) 1/4 (I.5)

avec,

Hv : Hauteur des vagues en (m) ;

U : Vitesse des vagues en (km/h) ;

F : Longueur du fetch en (km).

On constate que pour une vitesse de vent égale zéro, la hauteur de vague est non nulle.
Ces formules doivent être utilisées que pour des vitesses de vent appréciables.

 Formule Suédoise :

H v  0,36 F (I.6)

avec,

Hv : Hauteur des vagues en (m) ;

F : Longueur du fetch en (km).

Bien que la formule de Stevenson-Molitor soit toujours couramment utilisée,


l’expérience a démontré que la fiabilité des résultats obtenus n’était pas garantie. A ce titre, on
a signalé plusieurs hauteurs de vague avaient été nettement supérieures aux valeurs calculées
par les formules précitées, en conséquence ces formules donnent des valeurs approximatives
pour un calcul de projet.

 Formule de Smith (1991) :

Cette méthode donne de meilleurs résultats dans le cas d’une vitesse de vent
supérieure à 120 km/h rencontrés en montagnes :

Hs = 0.00048*Ua eff ×√ (I.7)

avec,

Hs : Hauteur significative des vagues en m.

F : Longueur du fetch en km.

7
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

Ua eff : Vitesse efficace du vent (mesuré à 10 m du sol) en m/s ;

Ua eff = Ua×cosθ (I.8)

avec, θ: l’angle entre la direction du vent et des vagues

Ua = U(0.75+0.67*U)1/2 (I.9)

U : la vitesse moyenne sur 1h du vent au-dessus de la surface de l’eau.

En cas d’absence d’informations supplémentaires sur la direction des vents on prend :

Ua eff = Ua (I.10)

Tableau I.1 : Hauteur significative des vagues pour des cas courant (Smith 1991)

Hs (m)
U 150 km/h 120 km/h 180 km/h
F 100 m 500 m 100 m 500 m 100 m 500 m
D
5m 0.27 0.59 0.49 1.98 0.64 1.26
10 m 0.28 0.61 0.49 1.02 0.64 1.34
15 m 0.28 0.61 0.49 1.02 0.64 1.34

Le tableau donne les valeurs de la hauteur significative des vagues pour des cas
courants (profondeur de l’eau D et longueur du fetch F en mètres), calculée par la méthode de
Smith. Les valeurs données pour D = 5m sont un peu différentes, car elles résultent de
l’application des formules valables en eau non profonde, dues à Bretschneider et Reid
(USACE, 1984). Elles conduisent a des valeurs légèrement inferieures, d’au plus de 6% dans
cet exemple.

Dans le cas des vents supérieurs à 120km/h qui sont rencontrés en montagne, cette
méthode donne de meilleurs résultats que celle de Bretschneider, dont la formule fait
intervenir la profondeur D du plan d’eau, et qui est proposée dans l’ouvrage du comité
français des barrages et réservoirs.

 Formule Bretschneider :

Adaptée dans les retenues modestes avec superficie <100 ha, cette formule tient
compte de la vitesse du vent U et la profondeur de l’eau D à proximité du barrage :

× /
∗ / .
Hv = 0.26 × th 0.578 × th / × (I.11)
×
.

8
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

avec,

U : vitesse du vent (la valeur de U est la vitesse du vent trentenaire de durée d’une heure) en
(m/s) ;

D : profondeur de l'eau (m) ;

F : longueur du fetch (m) ;

g : accélération de la pesanteur (m/s2).

Les différentes valeurs de hauteurs des vagues Hv calculées par la formule de


Bretschneider pour des valeurs de fetch allant de 300 à 3000 km et des profondeurs entre 5 à
25 m sont représentées en abaque dans l’annexe A.

 Formule Sverdrup-Munk et Bretschneider (1957) :

× .
Hv = 0.283× ×tℎ 0.0125 (I.12)

avec,

Hv : la hauteur des vagues en (m) ;

U : vitesse du vent (m/s) ;

F : longueur du fetch (m) ;

g : accélération de la pesanteur (m/s2).

 Formule de Jonswap (1973) :

Hs = 1.6×10-3×U (I.13)
avec,

Hs : Hauteur significative des vagues en m ;

U : vitesse du vent (m/s) ;

F : Longueur du fetch (m) ;

g : accélération de la pesanteur (m/s2).

9
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

 Formule de Donelan (1982) :

Hs = 3.66×10-3 g-0.62 U1.24 F0.38 θ1.63 (I.14)

avec,

Hs : Hauteur significative des vagues en m ;

U : vitesse du vent (m/s) ;

F : Longueur du fetch en m ;

θ : l’angle entre la direction du vent et des vagues ;

g : accélération de la pesanteur (m/s2).

 Formule de Walsh (1985) :

Hs = 1.7×10-3 U θ1.63 (I.15)


avec,

Hs : Hauteur significative des vagues en m ;

U : vitesse du vent (m/s) ;

F : Longueur du fetch en m ;

θ: l’angle entre la direction du vent et des vagues ;

g : accélération de la pesanteur (m/s2).

Bretschneider a établi des abaques permettant le calcul de l’ordre de grandeur de la


hauteur de la houle et la période correspondante, connaissant la longueur du Fetch (en mille
nautique), la vitesse du vent (en nœud) et la durée d’action (en heure).

avec,

 1 mille nautique =1.852 km ;

 1 nœud =0.514 m/s.

10
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

 Prévision de la hauteur Hs pour un Fetch inférieur à 1500 km :

Figure I.3 : Abaque Bretschneider (1954) revisité par Hasselman et al. (1976) donnant la
hauteur significative Hs pour un Fetch < 1500km

11
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

 Prévision de la hauteur Hs pour un Fetch 200 < F < 20000 Km :

Figure I.4 : Abaque de Bretschneider (1954) revisité par Hasselman et al. (1976) donnant la
hauteur significative Hs pour un Fetch : 200 < F < 20000 Km.

12
Chapitre I Etat de connaissance sur l’action des vagues dans les barrages réservoirs

I.3.2. Hauteur de vague de projet

Notée Hd, elle dépend du pourcentage de vagues du spectre que l’on accepte de laisser
dépasser la crête.
Hd = K Hs (I.16)

On propose de retenir les valeurs suivantes pour le coefficient K en fonction du type de


barrage (plus particulièrement de son talus aval) :

Tableau I.2: Coefficient K en fonction du type de barrage (CFBR, 2013).

Type de barrage K
Eton ou maçonnerie 0.75
Enrochements 1
Terre 1.25

Pour les barrages réservoirs en terre dont le parement aval est enherbé ou protégé, on
peut tolérer que 5% des vagues atteignent la crête. Dans cette hypothèse il faut prendre
comme hauteur de vague de projet (selon la Commission Internationale des Grands Barrages,
CIGB, 1993) :

Hd = 1.25*Hs (I.17)

Conclusion

On a cité plusieurs formules de calcul de la hauteur des vagues (résumé dans l'annexe
E). Le choix de la formule adéquate dépendra des paramètres qui rentre en jeux dans la
formulation de chacune et de leurs domaine d' application. On a adopter la formule de
Stevenson et Molitor tenant compte du fetch et de la vitesse du vent puisque elles sont
applicables sur les sites de barrages de notre échantillon et aussi vu la disponibilité des
paramètres de calcul.

13
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Introduction

Lorsqu’une vague se propage sur un plan d’eau de profondeur moyenne D, et rencontre


une berge ou un parement amont de barrage de pente α, celle-ci va s'étendre verticalement ce
qui va augmenter la surface libre par rapport à la houle incidente, il en résulte alors, au niveau
de la berge, une surélévation par rapport au niveau moyen du lac c'est-à-dire que la houle
vient déferler sur l'ouvrage, ce qui va entraîner une remontée de l'eau sur ce dernier : les
niveaux maximum et minimum de remontée sont appelés respectivement run-up et run-down.

Le run-up donc représente la surélévation du niveau d’eau due aux vagues par rapport au
niveau moyen du lac.

II.1. Définitions

Déferlement des vagues

Le déferlement est un phénomène au cours duquel l'onde est partiellement ou totalement


détruite; il est caractérisé par un haut niveau de turbulence et une grande dissipation
d’énergie.

Franchissement de la houle
Il correspond au moment où la houle franchit l'ouvrage, c'est-à-dire lorsque le run-up
dépasse le niveau de la crête de l'ouvrage. En général, les digues sont dimensionnées pour
qu'une faible portion de vagues puisse franchir l'ouvrage (vagues rares).
Le franchissement frontal d'un talus est caractérisé par la hauteur au dessus du niveau d'eau
moyen « run-up » que peut atteindre l'eau des vagues qui se brisent sur le parement amont de
la digue.

La Réflexion des vagues

Lorsqu'une houle arrive sur une surface, celle-ci peut être absorbée en partie ou être
réfléchie. Chaque surface possède son propre coefficient de réflexion. Il est préférable que le
coefficient de réflexion soit inférieur à 1, dans le but de dissiper une partie de l'énergie de la
houle.

14
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

II.2. Génération des vagues

II.2.1. Vagues générée par le vent

Le vent représente la principale cause de la formation des vagues dans les retenues.
Un écoulement de type turbulent se forme dans les très basses couches atmosphériques
provoquant une turbulence à la surface du plan d’eau et l’apparition des ondulations dont
l’amplitude et la longueur d’onde dépendent de la force induite de la vitesse du vent ainsi que
de la surface du lac dénommé (fetch). Ces caractéristiques sont d’autant plus importantes que
le vent est fort. (Naaim, 2010).

Une très faible brise génère des rides éparses sur l’eau. Elles se déplacent plus
lentement que le vent qui les a engendrées. Elles disparaissent très vite dès que le vent cesse.

A partir de 5 nœuds (9,26 km/h) de vent, les vagues sont entretenues.


Dès que le vent souffle à plus de dix nœuds (18.52 km/h), le creux des vagues augmente plus
vite que la longueur d’onde et la courbure de la crête augmente. La crête devient instable et
bascule vers l’avant, des moutons se forment. Plus la vitesse du vent augmente, plus le
nombre de moutons est important.

Au fur et à mesure que les vagues s’éloignent de leur zone de génération (l’eau du
vent), elles se regroupent en fonction de leur énergie et de leur longueur d’onde et forment un
train de vagues.

La célérité (vitesse de propagation) d’un train de vagues et l’énergie transportée par


les vagues sont proportionnelles à la longueur d’onde et à la période.

II.2.2. Vagues générées par des mouvements gravitaires rapides(Naaim, 2010).

Les mouvements gravitaires rapides peuvent donner naissance à un train d’ondes qui
se propage rapidement à l’intérieur du plan d’eau provoquant une surélévation (run-up).
Cette dernière rencontre une berge qui est le parement amont de la retenue. Cette dernière se
réfléchi sur le parement en qui peut induire au débordement de la retenue. Ces événements
peuvent être parfois même désastreuses (Annexe F).

Dans la zone d’impact, le mouvement gravitaire rapide met brutalement en


mouvement un volume d’eau. De cette interaction chaotique, émergent des vagues dont la
nature et l’amplitude dépendent de la masse volumique, de la vitesse ‘v’ et des dimensions
géométriques (‘e’ l’épaisseur, ‘l’ la longueur et ‘b’ la largeur) du mouvement gravitaire rapide
et de la profondeur moyenne de la retenue ‘D’.

Pour évaluer les grandeurs du phénomène a un endroit donné dans la retenue, il est
utile d’avoir une idée précise du domaine dans lequel la zone est situé par rapport à la
source, car les effets entendues dépendent de la distance par rapport au point d’impact.
(Naaim, 2010).

15
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Dans la zone dite splash, qui s’étend du point d’impact jusqu’au point ou le
mouvement gravitaire rapide s’arrête, les dynamiques du mouvement gravitaire rapide et de
l’eau sont fortement couplées (Heller, 2008). Si la zone d’intérêt est située dans cette zone, il
faut alors tenir compte des effets chaotiques et tridimensionnels locaux. Le volume d’eau mis
en mouvement est bien plus grand que le volume du glissement qui pénètre dans le lac. Il peut
atteindre 8 fois le volume du glissement.

Si la zone de splash est faible par rapport aux dimensions du lac, elle peut être
considérée comme une boite noire d’où émerge une vague cohérente avec des caractéristiques
définissables telle que la forme, l’amplitude et la longueur d’onde. Ces vagues représentent
un alea réel, car elles sont capables de transporter loin du point d’impact une part non
négligeable de l’énergie initiale.

Dans la plus part des cas la question du run-up est réduite a l’étude d’une onde simple
sur un fond constant interagissant avec un parement monodimensionnelle, lisse, imperméable
et ne comportant qu’une seule rupture de pente.

L’évaluation de l’aléa que représentent les vagues dans une retenue repose sur un
ensemble de connaissances obtenues pour l’essentiel grâce à des expérimentations au
laboratoire en canal horizontal équipé d’une rampe de pente variable sur laquelle glissent les
matériaux simulant le mouvement gravitaire rapide.

Les paramètres de contrôle des expériences sont :

 La masse volumique ‘’.


 Le volume ‘Vs’.
 Vitesse du centre de gravité à l’impact ‘vs’.
 La profondeur d’eau ‘D’.
 La pente du terrain ‘α’.

Les paramètres mesurés en fonction du temps t et de la distance du point d’impact x sont :

 Le déplacement de la surface v(x ; t).


 L’amplitude de la vague principale ‘A’.
 Sa vitesse de propagation ‘c’.
 Sa longueur d’onde ‘L’.

16
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Figure II.1 : Schéma et notions utilisées pour les vagues produites

par l’impact d’un glissement rapide (Fritz, 2003).

Dans ce contexte Fritz (2003) a investigué, numériquement et expérimentalement la


phase d’interaction entre un glissement granulaire et un plan d’eau.
La similitude entre un phénomène réel et une expérimentation en modèle réduit est
assurée grâce aux critères de similitude obtenue par adimensionnalisation des paramètres
classiques de la mécanique des fluides.

Les principaux nombres sans dimensions qui gouvernent la génération des vagues
selon Fritz (2003) sont :

 L’épaisseur relative E = e/D (II.1) ;


 Le volume relatif Vr = Vs /bD2 (II.2) ;
 Le rapport des masses volumiques s/ w ;
 Le nombre de Froude d’impact Fr = vs/ (II.3).

17
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Les travaux de Fritz ont donnée les résultats suivants (l’ensemble des résultats sera
exprimé en fonction de ces quatre nombres sans dimension) :

II.2.3. Interaction glissement-eau (Fritz, 2003)

II.2.3.1. Apparition d’un cratère

Pour une large gamme de nombre de Froude d’impact F et d’épaisseur relative E, l’impact
provoque une séparation hydrodynamique qui n’apparait que pour les impacts vérifiant la
condition suivante :

F> + E (II.4).

Le cratère se referme vers l’amont, c'est-à-dire sur le front de glissement dans la phase
de décélération si la condition suivante est vérifiée :

F<4- E (II.5).

Au delà de 4 - E (II.6), la masse d’eau déplacée plonge vers l’aval.

Figure II.2 : Impact sans séparation Figure II.3 : Impact avec séparation pour
pour un nombre de Froude de 1.4 et une un nombre de Froude de 3.6 et une
épaisseur relative de 0.23 épaisseur relative de 0.21

(Fritz, 2003)

18
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

II.2.3.2. Volume d’eau déplacé (Fritz, 2003)

Le déplacement du glissement dans l’eau entraine la mise en mouvement d’un


volume d’eau Vd et donc d’un débit Qd définie comme le gradient temporel du volume Vd.

`L’évolution de ces deux grandeurs a été investiguée. En traçant le volume d’eau


déplacé divisé par sa valeur maximale en fonction de td/tVD.

avec,

td : Temps après l’impact c’est le temps correspondant au volume déplacé Vd

tvD : Temps correspondant au volume maximal VD.

Les résultats expérimentaux sont situés sur une même courbe maitresse montrant
l’existence d’une loi d’échelle générique. Le calage sur les résultats expérimentaux a permis à
Fritz (2003) de dégager la formule empirique reliant le volume d’eau déplacé au temps qui est
la suivante :

= sin (II.7)

Le volume maximum VD varie entre 1.8 à 8 fois le volume solide Vs. Le volume

maximum normalisé par (bD2) et le temps correspondant tVD normalisé par , varie en

fonction du nombre de Froude d’impact et du volume sans dimension du glissement selon les
équations suivantes :

= 0.8 F (II.8)

.
tvD = 1.7 F0.3 (II.9)

L’épaisseur relative du glissement n’a pas beaucoup d’influence sur le volume


déplacé. Suivant la même procédure Fritz (2003) a établi une loi d’échelle qui relie le débit
normalisé par le débit maximum au temps normalisé par le temps par le temps correspondant
au débit maximum tqD :

= (II.10)

19
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Et une loi d’échelle qui relie le temps ts que met le glissement solide pour s’arrêter

normalisé par , varie en fonction du nombre de Froude d’impact et du volume sans


dimension du glissement :

.
ts = 5.2 F-0.2 (II.11)

Le débit maximum (QD) est de 1.7 à 2.8 fois le débit solide maximum Qs = vseb (II.12)
et de 1.7 à 4.8 fois le débit solide moyen défini comme le volume de glissement divisé par le
temps entre l’impact et l’arrêt du glissement s = (II.13).

Le débit QD et le temps tqD ont été reliés aux grandeurs sans dimensions
caractéristiques par les équations suivantes :
.
= 0.6F (II.14)

. .
= 2.2 F-1.6 (II.15)

Contrairement au volume d’eau déplacé, le débit est significativement influencé par


l’épaisseur relative. Les modèles de type Saint-Venant ou Boussinesq utilisés pour l’étude de
la propagation des vagues, ne peuvent simuler de manière pertinente l’interaction entre le
glissement et le plan d’eau. Ces deux dernières relations peuvent être utilisées comme
conditions à la limite de ces modèles pour rendre compte du phénomène complexe
tridimensionnel de génération de la vague.

II.2.3.3. Caractéristiques des ondes produites (Fritz, 2003)

De l’interaction chaotique et tridimensionnelle, émerge une vague cohérente avec des


caractéristiques définissable telle que la forme, l’amplitude et la longueur d’onde. Cette vague
principale est suivie d’un train d’onde. De nombreux travaux ont permis de dégager des lois
d’échelle permettant de prédire la nature, la forme, l’amplitude et la longueur.

 Nature des eondes

La nature de la vague principale produite dépend du nombre de Froude d’impact et de


l’épaisseur relative du glissement. Elle est de type sinusoïdale si : Fr < 4 - 7.5E.

Elle est de type conoïdale si : 4-7.5 E < Fr < 6.6 - 8E.

Elle est de type solitaire si : 6.6-8 E < Fr < 8.2-8E

Au-delà de : 8.2 - 8E les vagues produites sont des ressauts mobiles.

20
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

 Amplitude de la vague

La distance xg parcourue par le glissement sous l’eau est donnée par :


.
.
= 3.7 (II.16)

La durée ts du mouvement du glissement dans l’eau est donnée par :


.
.
ts = 5.2 (II.17)

La distance par rapport au point d’arrêt de glissement, ou l’amplitude de la vague


atteint sa valeur maximale est comprise entre une et trois fois la profondeur d’eau D.

A cette distance, l’amplitude de la vague principale peut être estimée en exploitant les
nombreuses lois empiriques disponibles, comme par exemple celle proposé par Fritz, 2003.

Elle exprime l’amplitude relative en fonction du nombre de Froude d’impact et de


l’épaisseur relative selon la formule :
.
.
= 0.25 (II.18)

II.3. Calcul de run-up des vagues

II.3.1. Run-up dans le cas des ondes sinusoïdales, (Naaim, 2010)

Pour les vagues sinusoïdales produites par le vent, on distingue deux cas selon que le
parement de la retenue est lisse ou rugueux.

Le premier cas est celui d’un parement amont lisse (par exemple une géomembrane non
recouverte). Le run-up relatif de la vague Ru/Hd est donné en fonction de la pente de talus et
Hd/L, (Saville 1962);

Tableau II.1 : Run-up relatif pour un parement amont lisse (Saville 1962).

Run-up relatif Ru/Hd


Pente du talus amont 1/3 1/ 2.5 1/2
Hd/L = 0.1 1.15 1.4 1.9
Hd/L = 0.08 1.37 1.64 2.0
Hd/L = 0.07 1.49 1.73 2.0

21
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Sachant que :

Hd : Hauteur de vague de projet (m) ;

L : Longueur d’onde des vagues (m) ; elle est donnée par la relation suivante (Saville, 1962) :

L = 1.56×T2 (II.19)

avec,

D : Profondeur de la retenue (m);

T : Période du pic spectral des vagues (s). Elle peut être estimée par la formule suivante due
au Smith (1991) :

T = 0.0716F0.28/Ua eff (II.20)

avec,

Ua eff : Vitesse efficace du vent (mesuré a 10 m du sol) (m/s) ;

F : Longueur du fetch (km).

Ces résultats conduisent aux valeurs de run-up calculées dans le cas d’une pente de
1/3, habituelle en cas de géomembrane, (Tableau II.2).

Tableau II.2 : Run-up pour un parement amont lisse de pente 1/3 (Smith 1991).

U 150 km/h 120 km/h 180 km/h


F 100 m 500 m 100 m 500 m 100 m 500 m
D
5m 0.53 1.13 0.71 1.48 0.92 1.85
10 m 0.53 0.19 0.71 1.61 0.92 2.06
15 m 0.53 1.19 0.71 1.63 0.92 2.06

Le second cas, est celui d’un parement amont rugueux (par exemple, géomembrane
recouverte par des enrochements) le run-up des vagues est moins important dans ce cas. On
propose d’après les publications de : l’institution of Civil Engineers (1996) et le South African
Committee on Large Dams Sancold (1990), de prendre 60% du run-up calculé pour un
parement amont lisse, (Tableau II.3).

22
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Tableau II.3 : Run-up pour un parement amont rugueux de pente 1/3. (Sancold, 1990)

U 150 km/h 120 km/h 180 km/h


F 100 m 500 m 100 m 500 m 100 m 500 m
D
5m 0.32 0.68 0.43 0.89 0.55 1.11
10 m 0.32 0.72 0.43 0.96 0.55 1.23
15 m 0.32 0.72 0.43 0.98 0.55 1.23

Le troisième cas à envisager est celui ou la protection rugueuse de la géomembrane est


enneigée ou englacée (notamment dans les zones ou les congères peuvent se former sous
l’effet du vent).

Quelle que soit la rugosité du parement amont, pour une pente de 1/2,5, les valeurs de
run-up obtenues pour une pente de 1/3 sont à multiplier par 1,2. Pour une pente de 1/2, elles
sont à multiplier par 1,4.

Batjes (1974) a montré que le nombre sans dimension d’Iribarren tient compte des
transformations des ondes sinusoïdales près du talus et du run-up qui en résulte, qui n’est
autre que le rapport entre la tangente de l’angle de pente et de la racine carrée de la raideur
de la vague :

Ir = .
(II.21)
( ⁄ )

Le run-up d’une onde sinusoïdale adimensionné par sa hauteur est donné par :

= k Ir (II.22)
avec,

k : constante qui dépend de la rugosité de la pente.

Cette approximation n’est valable que pour Ir < 2.5 ; au delà, le rapport Ru/A tend vers
environ 2.5 pour un surface lisse et 1 pour une surface rugueuse (Saville 1955).

Le run-up des ondes sinusoïdales augmente avec la pente et diminue avec la raideur de la
vague (A/L).

23
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

II.3.2. Run-up dans le cas des ondes solitaires, (Naaim, 2010)

Pour les ondes solitaires, Hall et Watts (1995) ont mené une étude expérimentale très
approfondie, qui fait encore référence aujourd’hui, et qui leur avait permis de construire une
loi d’échelle empirique donnant le run-up normalisé par la profondeur d’eau en fonction de
l’amplitude relative de l’onde incidente :
.
= 3.1 (II.23)

Synolakis (1987) a établie une formule donnant le run-up normalisé par la profondeur
d’eau (Ru/D) en fonction de l’amplitude de la vague, pour les vagues qui déferlent :
.
= 1.11 (II.24)

avec,

Ru : Run-up de la vague (m);

D : Profondeur d’eau (m);

A : Amplitude de la vague (m).

Pour les vagues non-déferlantes, il existe une formule qui donne le run-up normalisé
par la profondeur d’eau en fonction de la pente ∝ et du rapport de l’amplitude de la vague A
a la profondeur d’eau.

Synolakis (1987) a établie une formule donnant le run-up normalisé par la profondeur
d’eau (Ru/D) en fonction de l’amplitude de la vague, pour les vagues qui ne déferlent pas :

.
= (II.25)
√ ∝

avec,

Ru : Run-up de la vague (m);

D : Profondeur d’eau (m);

∝ : Pente du talus du parement amont ;

A : Amplitude de la vague (m).

24
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

Bien que les ondes solitaires aient théoriquement une longueur infinie, on peut
approximer leur longueur d’onde par :

L= (II.26)

Dans ce cas, la formule (II.25) de Synolakis devient :

.
= 2.3 Ir-0.5 (II.27)

Elles montrent l’importance différence qui existe en termes de run-up entre les ondes
sinusoïdales générées soit par le vent, soit par l’impact d’un mouvement gravitaire lent, par
rapport aux ondes solitaires produites par l’impact d’un mouvement gravitaire épais et rapide.

II.3.3. Autres formules de calcul de run-up

1- Les études menées par Miche (1951) ont permis d'établir une expression théorique du run-
up sur un talus de pente régulière :

= (II.28)

avec,

Ru : Run-up de la vague (m);

∝ : Pente du talus du parement amont ;

Hv : Hauteur de la vague (m).

2- Pour les houles non linéaires, Le Méhauté et all (1968) ont obtenu une expression
théorique plus complexe à utiliser :

= + -∆ (II.29)

avec,

Ru : Run-up de la vague (m) ;

∝ : Pente du talus du parement amont ;

Hv : Hauteur de la vague (m).

L : Longueur d’onde (m).

∆ : Dissipation d'énergie engendrée par le déferlement et le frottement sur le fond.

25
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

3- Hunt (1959) a proposé la relation empirique :

= Ir (II.30)

avec,

Ru : Run-up de la vague (m);

Hv : Hauteur de la vague (m);

Ir : Nombre d’Irribaren Batjes.

4- Les différents travaux expérimentaux, réalisés en particulier au LNH (EDF), ont permis
d'établir, pour les houles régulières, la loi empirique suivante :

0.51
= 0,67× (II.31)
avec,

Ru : Run-up de la vague ;

Hv : Hauteur de la vague ;

Ir : Nombte d’Irribaren Batjes.

5- Sur la base de 200 expériences en laboratoire, Muller a calculé la hauteur de remontée


(Run-up) Ru d’une onde d’impulsion le long d’un obstacle (tel que le parement d’un
barrage) (Vischer & Hager, 1998)

/ / /
= 1.25D (II.33)

avec,

∝ : Angle du parement par rapport à l’horizontale 18°≤∝≤90° dans les expériences de


Muller ;

H : Hauteur maximale de la vague ;

D : Profondeur de la retenue ;

L : Longueur d’onde.

26
Chapitre II : Etude de génération des vagues et de
surélévation du plan d’eau dans un barrage réservoir

6- Selon Meet et Janssen (1994) le déferlement dépendant non seulement de l’inclinaison


mais aussi de la rugosité du parement amont, est donnée par le rapport suivant :


R = 1.6 K Hs (II.34)

avec,

∝ : Angle du parement amont avec l’horizontale ;

Hs : Hauteur significative de la vague ;

K : facteur qui caractérise la rugosité du parement amont ;

Les valeurs de K sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau II.4 : Facteur de rugosité des parements (Meet et Janssen (1994)).

Parement amont K

Talus uni (béton, béton bitumineux, blocs de béton) 1,0

Gazon (3 cm) 0,9 / 1,0

Une couche de RIPRAP déversé avec dimension caractéristique d, 0,55/ 0,60


étant Hs/d entre 1,5 et 3
Deux ou plus de couches de RIPRAP déversé avec dimension 0,5 / 0,55
caractéristique d, étant Hs/d entre 1,5 et 6

Conclusion

Dans ce chapitre on a présenté les différentes méthodes d’estimation de run-up. La


connaissance de ce paramètre est très importante pour la détermination de la revanche
nécessaire au dimensionnement de la crête du barrage définissant le degré de protection contre
l’effet des vagues générées par le vent ou par un mouvement gravitaire.

27
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

Introduction

Il est nécessaire de connaitre l’amplitude des vagues produite par le vent et le run-up des
vagues que les mouvements gravitaires rapides peuvent produire qui dépend de l’amplitude
que génère ces derniers, puisque ces vagues peuvent générer des risques plus ou moins graves
pour la retenue.

III.1.Types de mouvements gravitaires rapides

Il s’agit de définir les phénomènes susceptibles à apporter des dommages dans la retenue
qui peuvent être générées par les mouvements gravitaires rapides.

III.1.1 Mouvement de terrain

Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol et/ou du sous-
sol sous l'effet d'influences naturelles (agent d'érosion, pesanteur, séisme, tassement, etc.) ou
anthropiques (exploitation de matériaux, déboisement, terrassement, etc.).
Il peut ainsi se traduire par :
 Glissements de terrain.
 Effondrements.
 Ecroulements et chutes de blocs (éboulements).
 Coulées boueuses et torrentielles.
 Retraits-gonflements des argiles.(Deque, 2013)

Les désordres sur la couche de protection anti-batillage peuvent causer des déplacements
des enrochements sous l’effet de l’action des vagues et ainsi générer un glissement. (Royet,
2006)
La vidange rapide peut aussi être une cause de glissement des enrochements. (Degoutte,
1993)

III.1.2 Mouvements des avalanches

Une avalanche correspond à un déplacement rapide d'une masse de neige sur une pente,
provoquée par la rupture du manteau neigeux. Se sont des phénomènes qui caractérisent les
retenues d’altitude. Trois facteurs sont principalement en cause.
 Surcharge du manteau neigeux.
 Température.
 Vent.(Deque, 2013).

28
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

III.2. Origine des mouvements de terrain

Des milliers de mètres cubes de terre, de roches, de boues peuvent soudainement


menacer un site de retenue, des habitations, à la faveur d'une pluie importante ou de travaux
entrepris par l'homme.
La pluie, la fonte des neiges, l'augmentation des infiltrations, la modification des
circulations souterraines, liée ou non à des travaux sont donc à l'origine de nombreux
glissements.
Un séisme, même de faible magnitude peut parfois déclencher le phénomène.

Une analyse quantitative sommaire qui a été faite par le Cemagref sur la probabilité
d’atteinte du site de la retenue par de tels événements de magnitude centennale qui a donné
les résultats présentés sur le tableau suivant :

Tableau III.1 : Différents niveaux de probabilités d’atteinte d’une retenue par un mouvement
gravitaire rapide de magnitude centennale ; (Mériaux, 2009).

Probabilité d’atteinte par Signification


un événement de
magnitude centennale

Compte tenu de sa situation, le site d’implantation projeté est atteint


Forte presque à chaque fois que survient l’événement, ou de plus souvent.

La parcelle bénéficie d’une situation moins défavorable que


Moyenne précédemment vis-à-vis des directions probables d’écoulement, ce
qui la conduit à être nettement moins souvent affectée.
L’atteinte du site d’implantation projeté reste possible pour
Faible l’événement, mais nécessite la concomitance de nombreux facteurs
aggravants.
La probabilité que le site soit atteint par l’événement est très faible.
Très faible Néanmoins, il est domine par des versants le long desquels des
phénomènes gravitaires peuvent se propager.
Le site est situe en eau d’un versant et aucun phénomène gravitaire
Nulle n’est susceptible de le menacer.

29
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

III.3. Effets des mouvements gravitaires rapides sur une digue en terre

L’effet du mouvement gravitaire sur la retenue va dépendre de l’action de la


surélévation des vagues (run-up des vagues) provoquée par ce dernier qui dépend elle-même
des dimensions de la retenue (surface de la retenue du niveau d’eau considéré et la profondeur
d’eau de l’impact gravitaire) et aussi de celles du mouvement gravitaire (l’épaisseur e du
glissement et sa largeur b).
Il peut être :
 Une érosion du parement amont d’un barrage, même sans surveste peut provoquer la
formation d’une marche ce qui engendre la diminution de la largeur en crête.
 En cas de surverse peut provoquer une érosion au niveau de la crête et du parement
aval du barrage avec un risque de formation d’une brèche.
 Une érosion des berges du barrage avec possibilité de déclanchement d’un glissement
par sapement de pied de l’ouvrage.
 Une érosion des berges au contact de la digue avec un risque de
contournement.(Naaim, 2010).
III.4. Méthodes utilisées pour le calcul de la revanche

Selon l’origine des vagues le calcul de la revanche est effectué en utilisant deux approches :

III.4.1. Calcul de la revanche en fonction de la hauteur des vagues due au vent

III.4.1.1. Formule de Mallet et Pacquant / Davis :


- Pour les petits barrages dont la revanche est comprise entre 1-2 m on utilise la formule
de Mallet et Pacquant (1951):
R = Hv + (III.1)

- Pour les grands barrages on utilise la formule de Davis reprise par Post et Land
(1953), qui tiennent compte de la hauteur et la vitesse des vagues :

R = 0,75 Hv + (III.2)

avec,

Hv : Hauteur des vagues (m) calculée a partir des formules de Stevenson et Molitor selon la
vitesse du vent U ;

v : Vitesse de propagation des vagues (m/s) ;

Pour le calcul de la vitesse des vagues on utilise la formule de Gaillard qui est la suivante :

v = 1,5 + 2 Hv (III.3)

g : Accélération de la pesanteur (m/s2).

30
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

III.4.1.2. Formulation de Kâlal (Schleiss et Pougatsch, 2011) :

1
R  3, 2 H v k (III.4)
n

Hv : Hauteur des vagues (m) ;

n : Fruit du talus du parement amont;

k : Coefficient qui dépend du type de la nature de la surface du talus amont ;

k = 0,72 riprap.

k = 1,00 pavé.

k = 1,25 pavé de blocs en béton préfabriqué.

k = 1,40 surfaces lisses.

Figure III.1 : Caractéristique du calcul de la hauteur des vagues par méthode Kâlal
(Schleiss et Pougatsch, 2011)

III.4.1.3. Formule de l’USBR (USBR, 1981)

Rv = .
(III.5)
. ( ⁄ ) ∝

avec,

Rv : Revanche (m) ;

Hv : Hauteur de vague (m);

Lv : Longueur d’onde (m); calculée par la formule suivante :

L = 1,56T2 (III.6)

31
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

T: Période (m) ; estimée par la formule :

. /
T = 0,556 U F (III.7)

avec,

U : Vitesse du vent (m/s);

F: Fetch (m) ;

Cette formule est valable pour des valeurs de cot α < 5 et en cas de protection de surface
du talus amont.par des blocs (riprap), (USBR, 1981).

La surélévation du plan d’eau provoquée par le vent extrême est très faible et ne dépasse
pas 5 a 10 cm même pour de très grands réservoirs. (Schleiss et Pougatsch, 2011).

III.4.2. Calcul de la revanche en fonction du run-up due aux mouvements gravitaires


rapides

Pour le calcul de la revanche a partir du run-up due aux mouvements gravitaires rapides
(glissement des talus), on va utiliser la méthode proposée par l’institut Norvégien de
technologie (Valstad et al, 1992) qui tient compte de la surélévation du plan d’eau au
déferlement des vagues et à l’accroissement du vent de marée qui est estimée par :

R = Ru + S (III.8)

avec,

Ru : Hauteur verticale au-dessus du niveau de la marée de vent (m) ;

On suppose que ‘Ru’ égale au run-up calculé par la formule de Hall et Watts (1955)
qui donne le run-up normalisé par la profondeur des ondes générées par les mouvements
gravitaires rapides en fonction de l’amplitude relative de l’onde incidente en variant
l’amplitude pour calculer le run-up relatif pour en déduire la revanche correspondante.

S : L’accroissement du vent de marée (m) ; il est donne par la relation suivante :

U2 Fe
S (III.9)
4800.D

avec ,

U : Vitesse de vent (m/s) ;

D : Profondeur en (m) ;

32
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

Fe : Longueur du fetch (km) effective ; avec :

 45
 R i. cos 2  i
 45
Fe   45 (III.10)
 cos  i
_  45

Ri : Distance du large à l’exécutoire (digue) (km);

i : Angle entre la direction du vent et la perpendiculaire à l’axe du barrage.

Figure III. 2 : Schéma de calcul de la longueur du fetch effective (Kjaernsli et al. 1992).

Le calcul de la revanche est effectué en utilisant les différentes formules citées


précédemment pour un échantillon compose de 15 barrages réservoir en remblais.

33
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

III.5. Description de l’échantillon de barrages réservoirs

Notre échantillon se caractérise de 15 barrages algériens. Ce sont des barrages en remblais


se situant à des altitudes qui varient de11 m à environ 1200 m, et une hauteur de digue allant
de 15 à 69 m, qui sont regroupés dans le tableau III.2.

Tableau III.2 : Echantillon des barrages choisis pour étude.

Barrage Wilaya Hauteur de la digue


(m)
Zit Emba Skikda 50

El Anig M’Sila 15,3

Bouhaloufa El Taref 42

Elnasseur Medea 29

Gargar Relizane 66

Aris Batna 35

Beni Slimane Medea 67

Soubella M’Sila 60

Tagharist Khenchela 36,6

Boulatane El Taref 24

Mahouane Setif 69

Tarzout Chelief 55

Ouled Sidi Moussa Blida 16,2

Zaouia Tizi Ouzou 20,1

Les caractéristiques de chaque barrage sont représentées dans l’annexe B.

34
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

III.6. Données de base

Pour effectuer le calcul on a besoin de la vitesse du vent ‘U’et le fetch de la région dans
laquelle se situe le barrage pour le calcul de la hauteur des vagues due au vent, la vitesse de
propagation des vagues ainsi que l’accroissement de la marrée. Pour le calcul du run-up due
aux mouvements gravitaires on aura besoin de l’amplitude de la vague qui en résulte qu’on va
varier de 0 à 3 m et de la profondeur ‘D’ de la retenue.

Tableau III.3 : Données de base nécessaires pour le calcul de la revanche.

Barrage D (m) U (km/h) F (km)

Zit Emba 45,6 97,20 7,40

Oued El Anig 12,8 72,00 1,10

Barrage Bouhaloufa 37 155,88 1,50

El Anasseur 27,56 99,97 7,5

Gargar 27,5 79,99 5,08

Aris 57,28 90,00 2,5

Beni Slimane 30,3 23,00 3,13

Soubella 64 19,44 4,3

Tagharist 55 6,98 4,3

Boulatane 32,28 12,60 1,246

Mahouane 19,33 9,72 5

Tarzout 65,78 16,20 1,06

M’djedjel 37,73 14,18 2,5

Ouled Sidi Moussa 33 5,04 0,12

Zaouia 14,46 7,78 3,16

35
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

III.7. Résultats de calcul et Interprétation

Les résultats de calcul de la revanche due au vent en utilisant les trois méthodes ainsi
que la revanche calculée à partir du run-up provoqué par le glissement des talus pour chaque
barrage sont représentés en annexe C.

Les résultats de calcul de la hauteur de vague en utilisant les formules de Molitor et


Stevenson pour les barrages de notre échantillon sont représentés dans le tableau suivant :

Tableau III.4 : Récapitulatif des résultats de calcul de la hauteur de vagues par les formules
de Stevenson et Molitor.

F. Mollitor F. (Stevenson)
Hv (m) Hv (m)
1,17 1,26
0,77 0,85
0,95 0,89
1,19 1,26
0,61 1,26
1,00 1,14
0,90 0,97
0,67 1,02
0,66 1,09
0,55 1,09
0,60 0,86
0,58 1,13
0,62 0,85
0,61 0,97
0,63 0,72
0,56 1,02

1,30
y = 0,4752x + 0,2763
1,20 R² = 0,1365
1,10
Hv Molitor (m)

1,00
0,90
0,80
0,70
0,60
0,50
0,40
0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30
Hv Stevenson (m)

Figure III.3 : Calcul de la hauteur des vagues de Molitor


en fonction de la formule de Stevenson.

36
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

Récapitulatif des résultats de calcul de la hauteur de vagues par les formules de Stevenson et
Molitor.

Tableau III.6 : Récapitulatif des résultats de calcul de la hauteur de vagues par les formules
de Stevenson et Molitor (cas des vitesses de vent U > 50 km/h).

Vitesse de vent F. Mollitor F. Stevenson


U (km/h) Hv (m) Hv (m)
72 0,77 0,85
155 0,95 0,89
99,97 1,19 1,26
111,6 0,92 0,93
79,99 1 1,14
90 0,9 0,97
99,72 0,81 0,84

1,3
y = 0,7974x + 0,1506
1,2 R² = 0,8446
Hv Molitor (m)

1,1
1

0,9
0,8
0,7
0,8 1 1,2 1,4
Hv Stevenson (m)

Figure III.4 : Calcul de la hauteur des vagues de Molitor


en fonction de la formule de Stevenson pour des vitesses de vent très appréciables :
U> 50 km /h.

Pour des vitesses de vent quelconques, les résultats de calcul de la hauteur des
vagues par les méthodes de Stevenson et Molitor ne corroborent pas en raison des différences
qui résident entre les deux approches de calcul notamment pour les faibles vitesses de vent
(figure III.3).

Par contre le figure III.4, illustre de manière significative la concordance des


résultats de calcul par les deux méthodes en raison des vitesses de vent importantes et le
coefficient de corrélation à tendance à accroitre au fur et mesure que la vitesse du vent et la
longueur du fetch sont significatives pour un site de barrage. Ce constat peut être confirmé par
la formule de Molitor qui tend à diverger en calcul de hauteur de vagues pour les faibles
vitesses.

37
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

1,40

1,20 y = 0,825x - 0,3208


R² = 0,7541
Rg (m) 1,00

0,80

0,60

0,40

0,20
0,70 0,90 1,10 1,30 1,50 1,70 1,90
Rv (m)

Figure III.5 : Calcul de la revanche générée par ondes de gravitées Rg en fonction revanche
due aux vagues Rv (Davis et Mallet-Pacquant).

Les résultats de la figure III.5 illustrent bien la bonne corrélation qui existe entre la
revanche générée par ondes de gravitées ‘Rg’ en fonction de la revanche due aux vagues ‘Rv,’
correspondant aux hauteurs de vagues ‘Hv’ correspondant aux mêmes amplitudes de l’onde de
gravite générée par le glissement ‘A’ et ceux pour différentes conditions de glissement
définies par la profondeur d‘eau ‘D’.

Il y a lieu de constater que les résultats de calcul pour une hauteur de vague générée
par le glissement correspondante à celle calculée à partir des formules empiriques : Stevenson
et Molitor indiquent que la revanche préconisée par le vent ‘ Rv’ est bien supérieure de 35 à
76% par rapport à celle provoquée par le glissement d’une onde de gravité ‘ Rg’.

L’expression de la revanche due aux vagues ‘Rv’ établis par les formules de : Davis et
Mallet-Pacquant aboutissent à des valeurs comprises entre (1,5-2,5) fois supérieures à celles
calculées par la formule proposée par l’institut Norvégien de technologie, fondée sur le calcul
du run- up générée par le glissement de talus de même gamme qu’une hauteur de vague
provoquée par la propagation du vent sur le site d’un barrage réservoir distant d’un élan
correspondant à la longueur de fetch. Ce qui explique que la formule préconisée par les
ingénieurs norvégiens est valable pour le calcul de la revanche qui tient compte des
glissements des talus ou des avalanches pour les réservoirs en altitude.

38
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

1,30
1,20
1,10
y = 0,1324x + 0,628
1,00 R² = 0,0238
Rg (m)
0,90
0,80
0,70
0,60
0,50
0,40
0,00 0,50 1,00 1,50 2,00
Rk (m)

Figure III.6 : Calcul de la revanche générée par ondes de gravitées Rg en fonction de la


revanche due aux vagues Rk (Kâlal)

Les résultats de la figure III.6 démontre clairement qu’il n’y a aucune corrélation entre
la revanche générée par les ondes de gravitées ‘Rg’ et la revanche due aux vagues générées
par le vent calculée en utilisant la formule de Kâlal ‘Rk,’ correspondant à des hauteurs de
vagues ‘Hv’ correspondant aux mêmes amplitudes de l’onde de gravite générée par le
glissement ‘A’ et ceux pour différentes conditions de glissement définies par la profondeur
d‘eau ‘D’. Ces disparités des résultats de calcul entre les deux modèles sont dues aux
hypothèses non concordantes dans l’approche de calcul de la méthode de Kâlal qui tient
compte uniquement de la surélévation du plan d’eau et de son amortissement sur le talus de la
digue.

1,40

1,20 y = 5,0909x + 0,2765


R² = 0,898
1,00

0,80
Rg (m)

0,60

0,40

0,20

0,00
0,00 0,05 0,10 0,15 0,20
R USBR (m)
Figure III.7 : Calcul de la revanche générée par ondes de gravitées Rg en fonction revanche
due aux vagues RUSBR (formule de l’USBR).

39
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

On voit clairement d’âpres les résultats que montre la figure III.7 qu’il y’a une
corrélation entre la revanche générée par les ondes de gravitées ‘Rg’ et la revanche due aux
vagues ‘RUSBR,’ calculées par la formule de l’USBR pour des hauteurs de vagues ‘Hv’
correspondant aux mêmes amplitudes de l’onde de gravite générée par le glissement ‘A’ et
ceux pour différentes conditions de glissement définies par la profondeur d‘eau ‘D’.

Il y a lieu de constater que pour hauteur de vague générée par le glissement


correspondant à celle calculée à partir des formules empiriques des hauteurs de vagues
produites par le vent indique que la revanche provoque par le glissement d’une onde de
gravité ‘ Rg’ est bien supérieure de 2 à 15% par rapport à la revanche préconisée par le vent
par la formule de l’USBR‘ RUSBR’.

La revanche due aux vagues ‘RUSBR’ établis par la formule de l’USBR qui tient compte
des caractéristiques de l’onde produite par le vent et de la pente du parement amont de la
retenue ; donnent des valeurs largement inférieures à celles calculées par la formule proposée
par l’institut Norvégien de technologie fondée sur le calcul du run-up générée par le
glissement de talus de même gamme qu’une hauteur de vague provoquée par la propagation
du vent sur le site d’un barrage réservoir.

L’étude de l’évolution du run-up dû aux mouvements des ondes gravitaires rapides


généré par le glissement de talus pour chaque barrage réservoir en fonction de la profondeur
et suivant une amplitude donnée (Figure III.6). On remarque que le run-up est inversement
proportionnelle à la profondeur d’eau du réservoir ’D’, c'est-à-dire que lorsqu’on a une faible
profondeur, la surélévation d’eau est plus importante, indépendamment de l’amplitude de la
vague ‘A’. Les Figures III.6, III.7 et III.8 représentent l’évolution de la hauteur du run-up en
fonction de la profondeur d’eau ’D’suivant des valeurs fixes de l’amplitude des vagues A :
0,4, 0, 8 et 1m.

0,85
0,83
Run-un des vagues en m

0,81
y = -0,0099x + 0,8728
0,79
R² = 0,9662
0,77
0,75
0,73
0,71
0,69
0,67
0,65
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0
Profondeur D en m

Figure III.6 : Run-up en fonction de la profondeur pour A= 0,4 m.

40
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

1,90
1,85

Run-up des vagues en m


1,80 y = -0,0219x + 1,9371
R² = 0,9671
1,75
1,70
1,65
1,60
1,55
1,50
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0
Profondeur D en m

Figure III.7 : Run-up en fonction de la profondeur pour A= 0,8 m.

2,5
Run-up des vagues en m

2,4
y = -0,0294x + 2,5171
R² = 0,9672
2,3

2,2

2,1

2,0

1,9
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0
Profondeur D en m

Figure III.8 : Run-up en fonction de la profondeur pour A=1 m.

La courbe de tendance linéaire montre qu’il y a une corrélation entre le run-up des
vagues et la profondeur d’eau dans la retenue avec un coefficient de corrélation R = 0,9 > 0,7.

Rg
Cependant le tracé de l’évolution de  f ( A ) indique qu’il existe une bonne
D D
Rg
corrélation entre la revanche adimensionnée par la profondeur et l’amplitude normalisée
D
par la profondeur A puisqu’il existe une relation entre le run-up relative Ru/D et
D
l’amplitude relative A/D sachant que la revanche Rg est calculée en fonction de Ru (Rg = Ru +
cst) comme l’illustre la figure 9 ci-contre.

41
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

0,09

0,08
y = 2,3504x - 0,0114
R² = 0,9645
0,07

0,06
Rg /D

0,05

0,04

0,03
0,01 0,02 0,03 0,04 0,05
A/D

Figure III.9 : Revanche relative générée par ondes de gravitées Rg/D en fonction de
l’amplitude relative A/D.

Les résultats de calcul de la revanche due au glissement des talus en proposant des
différentes valeurs d’amplitudes de 0 à 3 m sont représentés en annexe A, sachant que le
calcul est fait dans le cas ou les barrages sont remplis au niveau normal de la retenue NNR.

Dans le dimensionnement d’un barrage le calcul de la revanche est une étape très
importante puisque cette dernière à pour rôle de protéger l’ouvrage contre l’érosion des talus
provoquée par les vagues et éviter sa submersion.

La comparaison entre les différentes valeurs de la revanche due aux vagues des vents
calculées par les trois méthodes et celle due aux vagues des mouvements gravitaires rapides a
donnée les résultats suivants:

- Formules de Mallet-Pacquant et Davis

D’après ces résultats de calcul de la revanche on constate que pour une amplitude de
vagues dues au glissement des talus A< 0,4 m, la revanche Rv > Rg. Dans ce cas là, on peut
dire que pour une valeur d’amplitude inferieur ou égale à 0,4 m correspondant à une hauteur
de vague Hv = 0,8 m notre barrage ou retenue collinaire ne peut être submergée et
endommagée par les vagues provoquées par les glissements des talus.

Pour une amplitude A > 0,8 on remarque que Rg > Rv. C'est-à-dire que lorsque le
glissement provoque une vague d’amplitude supérieure à 0,8m qui correspond à une hauteur
de vague de 1,6 m, le run-up qui en résulte peut provoquer une submersion de la digue
lorsqu’elle est remplie au NNR.

Pour une amplitude 0,4 < A< 0,8 il y a des cas ou Rv > Rg et d’autres ou Rg > Rv, mais
on peut dire que dans le risque de submersion de la digue est minime puisque la surélévation
du plan d’eau ne peut excéder la charge déversant.

42
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

- Formule de Kâlal

D’après ces résultats de calcul de la revanche par la formule de Kâlal on constate que
pour des amplitudes de vagues dues au glissement des talus A< 0,3 m, la revanche Rk > Rg.
Donc pour une hauteur de vague Hv< 0,6 m notre barrage ne peut être submergé par les
vagues provoquées par les glissements des talus.

Pour une amplitude A > 0,7 on remarque que Rg > Rk. C'est-à-dire que lorsque le
glissement provoque une hauteur de vague supérieure à 1,4m, le run-up qui en résulte peut
provoquer une submersion de la digue lorsqu’elle est remplie au NNR.

Pour une 0,3 < A< 0,7 il y a des cas ou Rk > Rg et d’autres ou Rg > Rv. Dans ce cas, on
peut éviter la submersion de la digue puisque la surélévation du plan d’eau ne peut excéder la
charge déversant.

- Formules de l’USBR

D’après les résultats de calcul de la revanche par cette méthode, on constate que pour
des amplitudes de vagues dues au glissement des talus A< 0,1m, on aura une revanche
RUSBR>Rg. Dans ce cas la on peut dire que pour une valeur d’amplitude inferieur ou égale a
0,1 m correspondant a une hauteur de vague Hv < 0,2 m notre barrage ou retenue collinaire ne
peut être submergée par les vagues provoquées par les glissements des talus. Dans le cas
contraire, Rg > RUSBR. Donc les vagues générées par le glissement peuvent submerger la
digue.

43
Chapitre III : Etude comparative du calcul de la revanche par l’effet des vagues
générées par le vent et les mouvements gravitaires rapides

Conclusion

Les résultats de calcul de hauteurs de vagues calculées par la formule de Molitor


convergent vers les valeurs données par celle de Stevenson pour des vitesses de vents
appréciables et divergent pour de faibles valeurs de vitesses de vent.

Le calcul de la revanche des vagues générées par le vent a été effectué en utilisant les
formules de Mallet-Pacquant/Davis (Rv), Kâlal (Rk) et la formule de l’USBR (RUSBR). En
comparant les résultats trouvées par les trois méthodes citées précédemment avec les résultats
de calcul de la revanche des vagues générées par des mouvements gravitaires rapides en
utilisant la formule proposée par l’institut Norvégien de la technologie pour une même
gamme d’hauteur de vagues, on trouve qu’il y’a corrélation entre Rv et Rk avec Rg par contre
il y’en a aucune entre RUSBR et Rg. Il existe aussi une corrélation entre la revanche relative du
glissement Rg/D et l’amplitude relative A/D. La corrélation entre les différentes méthodes de
calcul indique la relation et l'intensité de liaison qui existe entre ces dernières.

Le run-up générée par le glissement est inversement proportionnelle à la profondeur D


indépendamment de l’amplitude induite par ce dernier.

L’analyse des résultats de calcul nous permet de dire que la formule de Mallet-
Pacquant et Davis donnent des valeurs de revanches supérieures à celles calculées par les
formules de Kâlal et de l’USBR. D’après l’étude comparative, la valeur limite de la hauteur
de vague de glissement a partir de laquelle la digue risque d’être endommagée par la force de
run-up est de 1.6 m pour la première méthode, 1,4 m pour la formule de Kâlal et de 0,2m pour
la méthode de l’USBR. Il est donc préférable d’utiliser la formule qui assure le moindre
risque pour le dimensionnement de l’ouvrage, c’est donc la formule de Mallet-Pacquant et
Davis.

44
CONCLUSION GENERALE

D
ans la pratique, le choix d’une hauteur pour la revanche pour une digue ou un
barrage est primordial afin de permettre à l’ouvrage d’être en sécurité contre tout
risque de submersion. La revanche nécessaire est déterminée par rapport au
couronnement théorique en tenant de niveau de la digue après consolidation (tassement du
corps du barrage), des effets des vagues sur le parement amont de la digue ou bien d’autres
aléas qui peuvent induire des glissements, exemple les phénomènes de gel ou dégel des
recharges du talus amont.
Les vagues dues au vent ne peuvent être évitées. Pour protéger les retenues face à
l’effet de cette dernière, il suffit de bien choisir le revêtement adéquat, par les dimensions et le
poids des enrochements nécessaires à mettre en place pour amortir l’énergie des vagues et
atténuer les effets de déferlement des vagues.
Dans notre travail il a été question de faire un examen exhaustif par différentes
méthodes de calcul de la revanche due aux vagues, qui est souvent préconisées le calcul de la
revanche pour les barrages. Cependant, de travaux de recherche récents ont révélé que le
calcul de la revanche pour des barrages en remblai situé en haute altitude doit tenir de l’aléa
climatique. En effet, la variation de la température durant un temps court peut provoquer des
glissements de fragments de sol de talus pouvant amorcer la formation d’onde de gravité et
d’un run-up.
Les vagues dues aux mouvements gravitaires rapides sont particulièrement
destructrices pour les fortes épaisseurs et les fortes vitesses d’impacts (avalanches,
éboulements, glissements rapides). Les forts volumes même en cas de vitesse modérée créent
généralement des surélévations importantes.
Dans cette optique, il est nécessaire de trouver une approche appropriée et de
comparer les résultats de calcul avec ceux de la revanche due au vent qui repose
essentiellement sur les paramètres : hauteur de vague ‘Hv’, longueur de fetch ‘F’ et vitesse du
vent ‘U’. Contrairement à la méthode de calcul du run-up, qui survient l’issue de formation
d’une onde de gravité dépendant essentiellement de l’amplitude ‘A’ de la vague, de la
profondeur d’eau ‘D’.
A lumière des résultats obtenus suite à une étude sur un échantillon de quinze (15)
barrages, plusieurs enseignements utiles ont été livrés relatifs à l’évolution de la revanche en
présence d’un run-up et celle due aux vagues.
Le calcul effectué dans ce travail présente un intérêt particulier pour l’étude de
petits barrages ou retenue collinaire en altitude et mérite d’être mieux approfondi par des
travaux de recherche expérimentaux en laboratoire sur un modèle réduit afin de connaitre les
conditions dynamiques d’apparition du cratère entre le glissement et le plan d’eau. Tenant
compte des caractéristiques des vagues, c’est-à-dire en fonction de l’amplitude, la longueur
d’onde et l’étalement du front de la vague produit par le run up.

Page 45
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
(Norme Iso690)

ANCEY, Christophe. Hydraulique à surface libre. Phénomènes de propagation: ondes et


ruptures de Barrage. Bases mathématiques, outils de simulations, applications. Notes de
cours, version, 2010.
BOUGIS, Jean – Ingénieur conseil, Etats de mer naturels : Le déferlement des vagues.
CHAMBAREL, Julien. Etude des vagues extrêmes en eaux peu profondes. 2009. PhD
Thesis. Université de Provence-Aix-Marseille I.
CHAUCHAT, Julien. Polycopie de cours : Hydraulique Maritime, L'Institut polytechnique
de Grenoble, 2013/2014.
Comité Français des Barrages et Réservoirs (CFBR), Recommandations pour
le dimensionnement des évacuateurs de crues de barrages, juin 2013.
DEGOUTTE, Gérard. Guide pour le diagnostic rapide des barrages anciens. Editions Quae,
1993.
DEQUE, Gérard. Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs -
D.I.C.R.I.M. – Métabief, 2013.
MALLET, Ch; PACQUANT, Jean. Les barrages en terre, Eyrolles, Paris, 1951, 346 p.
MÉRIAUX, Patrice; PEYRAS, Laurent. Retenues d'altitude. Editions Quae, 2009.
MERZOUK, N. Kasbadji. Carte des Vents de l’Algérie-Résultats Préliminaires.Laboratoire
dévaluation du Potentiel Énergétique, Centre de Développement des Énergies Renouvelables
BP, 1999, vol. 62.
MIHOUBI, M.K. Processus côtier , Tome I hydrodynamique , polycopié de cours, ENSH,
2014.
NAAIM, Mohamed; DEGOUTTE, Gérard; DELORME, François. Les vagues dans les
retenues d'altitudes: analyse et méthodes pour la prévention. Sciences Eaux et Territoires,
2010, 2: p. 102-p. 113.
DEGOUTTE, Gérard, (ENGREF). Petits barrages: recommandations pour la conception, la
réalisation et le suivi. Cemagref, 1997.
POST, G ; LONDE, P, Les barrages en terre compactée. Pratique américaine, Gauthier-
Villars, Paris, 1953.
RODRIGUEZ, Bernardo ; LA ROSA, Santos. Manuel de conception et projets typiques
des digues en terre : Procédures méthodologiques pour l'exécution des études des retenues
collinaires et petits barrages, ANB UNITEE RETENUES COLLINAIRES, TECHNICA
HIDRAULICA, S.A, 2004.
ROYET, Paul. La surveillance et l'entretien des petits barrages. Editions Quae, 2006.
SCHLEISS, Anton J ; POUGATSCH, Henri. Les barrages: du projet à la mise en service.
PPUR Presses polytechniques, 2011.
VALSTAD, B.T; HOEG, K. Rockfill Dams, Hydropower development, Norwegian Institue
of technology, division of hydraulic engineering, N-7034 Trondheim.f, 1992.
BOUGIS, Jean – Ingénieur conseil, Etats de mer naturels : Le déferlement des vagues.
DETREMBLEUR, Sylvain. Etude des hydrogrammes de surverse et de la ruine des barrages
consécutives à des glissements de terrain dans la retenue. 2002. Thèse de doctorat. Université
de Liège, Liège, Belgique.

REFERENCES SITO-GRAPHIQUES

[http://www.culltture-maritime.com];(consulté le 20 novembre 2016).


[http://hmf.enseeiht.fr/travaux/bei/beiere/content/21-etudes-preliminaires]; (consulté le 15
Décembre 2016).
[http://www.irmagrenoble.com/PDF/05documentation/brochure/risques_majeurs2007/07
Mouvements_Terrain.pdf]; (consulté le 08 Mars 2016).
Annexe A :
Hauteurs des vagues Hv selon la formule de Bretschneider (m).
Annexe : B
Caractéristiques des barrages de
l’échantillon d’étude

Barrage: Zit Emba Wilaya. Skikda


Digue zoné en enrochements avec noyau central en argile.
X : 911,265 km Y : 350,583 km Z : 45 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
50 120 95 93 90,6 3 2,5 13

Barrage: Anig Wilaya. M’Sila


Digue en remblais
X : - km Y : - km Z : 921 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
15,3 - 936,6 935,3 933,8 3 3 -

Barrage: El Anasseur Wilaya. El Taref


Digue zonée à noyau central en argile avec des recharges en alluvions et enrochements
X : - km Y : - km Z : 23 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
42 - 65 - 60 2,1 2,5 10

Barrage: Bouhaloufa Wilaya. El Taref


Digue zoné à noyau central en argile avec des recharges en alluvions et enrochements
X : - km Y : - km Z : 23 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
42 - 65 - 60 2,1 2,5 10

Barrage: El Anasseur Wilaya. Medea


Digue zoné à noyau central argileux et recharges en gravier.
X : - km Y : - km Z : 801 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
29 - 830 827,56 826 - - -
Barrage: Aris Wilaya. Batna
Digue zoné à noyau central argileux avec recharges alluvions
X : - km Y : - km Z : 1107 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
35 1,85 1142 - 1137,3 3 3 8

Barrage: Beni Slimane Wilaya. Medea


Digue zoné à noyau central en argile avec des terrasses sableuses et enrochements.
X : 530,69 km Y : 4002,23 km Z : 657 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
69 - 726 724 722 3 2,75 11

Barrage: Soubella Wilaya. M’sila


Digue en terre homogène.
X : 694,499 km Y : 3952,558 km Z : 725 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
60 18 785 782 780 3 2, 5 10

Barrage: Tagharist Wilaya. Khenchela


Digue en terre a noyau d’argile.
X : 286,303 km Y : 3198,672 km Z : 1216,5 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
41 6,286 1257,5 1219,91 1248,78 3 2, 5 9

Barrage: Boulatane Wilaya. El Taref


Digue homogène en matériaux alluvionnaires argileux.
X : - km Y : - km Z : 11 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
24 6,29 35 33,17 30,3 3 2, 5 8

Barrage: Mahouane Wilaya. Setif


Digue zoné en enrochements avec noyau central en argile.
X : 713,63 km Y : 4015,66 km Z : 1070 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
69 46,1 1138 1136,3 1135,78 2 2 13
Barrage: Tarzout Wilaya. Chelief
Digue zoné en enrochements avec noyau central en argile.
X : 349,8 km Y : 352,15 km Z : 25 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
55 - 76,06 78,28 51,06 1,6 1,6 11

Barrage: M’Djedjel Wilaya. M’sila


Digue zoné à noyau central en argile avec recharges en alluvions graveleuses.
X : 562,75 km Y : 3886,67 km Z : 868 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
36,8 14,82 905,3 902,8 901 2,8 2,2 9

Barrage: Ouled Sidi Moussa Wilaya. Blida


Type de barrage : Barrage homogène en argile.
X : 490,792 km Y : 403,816 km Z : 280 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
16,2 0,1 296,2 295,11 294,46 2,5 2,2 -

Barrage: Zaouia Wilaya. Tizi Ouzou


Type de barrage : Barrage homogène en argile.
X : 662,2 km Y : 384,7 km Z : 65 m
Hb (m) V (Mm3) NC(m) NPHE(m) NNR (m) m1 m2 b (m)
20,1 9,27 85,1 82,84 81 3 2,5 8
Annexe : C
Résultats de calcul de la revanche des vagues générées par le vent (R v, Rk et RUSBR) et par le
glissement de talus (Rg)
Barrage Zit Emba w.Skikda
A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,32 0,51 0,72 0,93 1,14 1,36 1,59 1,82 2,05 2,29 2,53 2,78 3,02 3,27 3,52 3,78 4,04 4,29 4,56 4,82 5,08 5,35 5,62 5,89 6,16 6,43 6,71 6,98 7,26
Rg (m) 0,07 0,22 0,39 0,59 0,79 1,00 1,21 1,43 1,66 1,89 2,13 2,36 2,60 2,85 3,10 3,34 3,60 3,85 4,11 4,37 4,63 4,89 5,16 5,42 5,69 5,96 6,23 6,51 6,78 7,06 7,33
Hv (m) 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26
Rv (m) 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76 1,76
Rk (m) 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96 0,96
RUSBR(m) 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18 0,18

Barrage sur oued Anig w.M'Sila


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,33 0,53 0,74 0,95 1,18 1,40 1,64 1,87 2,11 2,36 2,61 2,86 3,11 3,37 3,59 3,81 4,03 4,25 4,47 4,69 4,91 5,12 5,34 5,56 5,78 6,00 6,22 6,44 6,66
Rg (m) 0,01 0,16 0,34 0,54 0,74 0,96 1,18 1,41 1,64 1,88 2,12 2,37 2,62 2,87 3,12 3,38 3,60 3,82 4,03 4,25 4,47 4,69 4,91 5,13 5,35 5,57 5,79 6,01 6,22 6,44 6,66
Hv (m) 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77 0,77
Rv (m) 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32 1,32
Rk (m) 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65
RUSBR(m) 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07

Barrage Bouhaloufa w.El Taref


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,16 0,36 0,58 0,81 1,04 1,29 1,54 1,79 2,05 2,32 2,58 2,86 3,13 3,41 3,69 3,90 4,10 4,31 4,53 4,74 4,95 5,17 5,38 5,60 5,81 6,03 6,25 6,46 6,68 6,90
Rg (m) 0,08 0,25 0,45 0,66 0,89 1,13 1,37 1,62 1,87 2,13 2,40 2,67 2,94 3,21 3,49 3,77 3,97 4,17 4,37 4,58 4,79 5,00 5,21 5,42 5,63 5,85 6,06 6,28 6,49 6,71 6,92
Hv (m) 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95 0,95
Rv (m) 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48 1,48
Rk (m) 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98 0,98
RUSBR(m) 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16 0,16
Barrage sur Oued El Anasseur w.Medea
A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,33 0,53 0,74 0,96 1,18 1,41 1,64 1,88 2,12 2,37 2,62 2,87 3,12 3,38 3,60 3,82 4,04 4,26 4,48 4,69 4,91 5,13 5,35 5,57 5,79 6,01 6,23 6,45 6,67
Rg (m) 0,10 0,25 0,43 0,63 0,84 1,05 1,27 1,50 1,74 1,97 2,22 2,46 2,71 2,96 3,22 3,48 3,70 3,92 4,15 4,37 4,59 4,81 5,03 5,25 5,48 5,70 5,92 6,14 6,36 6,58 6,80
Hv (m) 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,26 1,31 1,35 1,39 1,43 1,47 1,51 1,55 1,58 1,62 1,65 1,68 1,72 1,75 1,78 1,81
Rv (m) 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,77 1,84 1,91 1,98 2,05 2,11 2,18 2,24 2,30 2,36 2,41 2,47 2,53 2,58 2,63 2,69
Rk (m) 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,60 1,67 1,73 1,79 1,85 1,91 1,96 2,01 2,07 2,12 2,17 2,22 2,27 2,32 2,36 2,41
RUSBR(m) 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,19 0,20 0,21 0,22 0,23 0,24 0,25 0,26 0,26 0,27 0,28 0,29 0,30 0,30 0,31 0,32

Barrage Gargar w.Relizane


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,33 0,53 0,74 0,96 1,18 1,41 1,65 1,89 2,13 2,37 2,62 2,88 3,13 3,39 3,61 3,83 4,05 4,27 4,49 4,71 4,92 5,14 5,36 5,58 5,80 6,02 6,24 6,46 6,68
Rg (m) 0,04 0,19 0,38 0,58 0,78 1,00 1,23 1,45 1,69 1,93 2,17 2,42 2,67 2,92 3,18 3,43 3,66 3,88 4,10 4,32 4,55 4,77 4,99 5,21 5,43 5,65 5,87 6,09 6,31 6,53 6,75
Hv (m) 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,04 1,08 1,12 1,15 1,19 1,22 1,25 1,28 1,31 1,34 1,37 1,39 1,42 1,45 1,47
Rv (m) 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,62 1,70 1,76 1,83 1,89 1,95 2,01 2,07 2,12 2,18 2,23 2,28 2,33 2,38 2,43 2,48
Rk (m) 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,87 0,91 0,95 0,99 1,02 1,06 1,09 1,12 1,15 1,18 1,20 1,23 1,26 1,28 1,31 1,33
RUSBR(m) 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,14 0,16 0,17 0,18 0,19 0,20 0,21 0,22 0,22 0,23 0,24 0,25 0,25 0,26 0,27 0,28

Barrage Aris w.Batna


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,32 0,52 0,72 0,93 1,14 1,37 1,59 1,82 2,06 2,30 2,54 2,78 3,03 3,28 3,50 3,72 3,94 4,16 4,38 4,60 4,82 5,04 5,26 5,48 5,70 5,92 6,14 6,35 6,57
Rg (m) 0,02 0,17 0,34 0,54 0,74 0,95 1,17 1,39 1,61 1,85 2,08 2,32 2,56 2,81 3,05 3,30 3,53 3,75 3,98 4,20 4,43 4,65 4,87 5,10 5,32 5,54 5,76 5,98 6,21 6,43 6,65
Hv (m) 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 1,04 1,10 1,16 1,21 1,26 1,31 1,35 1,39 1,43 1,47 1,51 1,55 1,58 1,62 1,65
Rv (m) 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,57 1,69 1,80 1,90 2,00 2,09 2,17 2,25 2,33 2,41 2,48 2,55 2,62 2,69 2,76 2,83
Rk (m) 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,75 0,80 0,85 0,89 0,93 0,97 1,00 1,04 1,07 1,10 1,13 1,16 1,19 1,22 1,24 1,27
RUSBR(m) 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,11 0,13 0,14 0,16 0,17 0,18 0,19 0,20 0,21 0,22 0,23 0,24 0,25 0,25 0,26 0,27
Barrage Beni Slimane w.Medea
A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,32 0,52 0,72 0,93 1,14 1,37 1,59 1,82 2,06 2,30 2,54 2,78 3,03 3,28 3,50 3,72 3,94 4,16 4,38 4,60 4,82 5,04 5,26 5,48 5,70 5,92 6,14 6,35 6,57
Rg (m) 0,00 0,15 0,33 0,52 0,72 0,93 1,15 1,37 1,59 1,83 2,06 2,30 2,54 2,79 3,03 3,28 3,50 3,72 3,94 4,16 4,38 4,60 4,82 5,04 5,26 5,48 5,70 5,92 6,14 6,36 6,58
Hv (m) 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,67 0,69 0,70 0,72 0,73 0,74 0,75 0,77 0,78 0,79 0,80 0,81 0,82 0,84 0,85 0,86
Rv (m) 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,08 1,11 1,13 1,15 1,17 1,20 1,22 1,24 1,26 1,27 1,29 1,31 1,33 1,35 1,37 1,38
Rk (m) 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,83 0,87 0,92 0,95 0,99 1,03 1,06 1,09 1,12 1,15 1,18 1,21 1,23 1,26 1,28
RUSBR(m) 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,08 0,09 0,10 0,10 0,11 0,12 0,12 0,13 0,13 0,14 0,14 0,15 0,15 0,16 0,16

Barrage Soubella w.M'sila


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,16 0,34 0,55 0,77 0,99 1,22 1,46 1,70 1,94 2,19 2,45 2,71 2,97 3,23 3,50 3,71 3,93 4,15 4,37 4,58 4,80 5,02 5,24 5,45 5,67 5,89 6,11 6,33 6,55 6,77
Rg (m) 0,00 0,16 0,35 0,55 0,77 0,99 1,22 1,46 1,70 1,95 2,20 2,45 2,71 2,97 3,23 3,50 3,72 3,93 4,15 4,37 4,59 4,80 5,02 5,24 5,46 5,68 5,90 6,11 6,33 6,55 6,77
Hv (m) 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,68 0,69 0,70 0,71 0,72 0,73 0,74 0,75 0,76 0,77 0,78 0,79 0,80 0,81 0,81
Rv (m) 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,07 1,09 1,11 1,12 1,14 1,16 1,18 1,19 1,21 1,22 1,24 1,25 1,27 1,28 1,30 1,31
Rk (m) 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,88 0,92 0,96 1,00 1,03 1,06 1,10 1,13 1,15 1,18 1,21 1,24 1,26 1,29 1,31
RUSBR(m) 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,09 0,10 0,10 0,11 0,11 0,12 0,12 0,13 0,13 0,14 0,14 0,15 0,15 0,16

Barrage Tagharist w.Khenchela


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,14 0,32 0,51 0,70 0,91 1,12 1,34 1,56 1,79 2,02 2,26 2,49 2,73 2,98 3,22 3,44 3,66 3,88 4,10 4,32 4,54 4,76 4,98 5,20 5,42 5,63 5,85 6,07 6,29 6,51
Rg (m) 0,00 0,14 0,32 0,51 0,71 0,91 1,12 1,34 1,56 1,79 2,02 2,26 2,49 2,73 2,98 3,22 3,44 3,66 3,88 4,10 4,32 4,54 4,76 4,98 5,20 5,42 5,63 5,85 6,07 6,29 6,51
Hv (m) 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,54 0,54 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,56 0,56 0,56 0,56 0,57
Rv (m) 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,89 0,90 0,90 0,90 0,90 0,91 0,91 0,91 0,92
Rk (m) 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,84 0,88 0,92 0,96 1,00 1,03 1,06 1,10 1,13 1,15 1,18 1,21 1,24 1,26 1,29 1,31
RUSBR(m) 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,06 0,06 0,06 0,07 0,07 0,08 0,08 0,08 0,09 0,09 0,09 0,10 0,10 0,10 0,10
Barrage Boulatane w.Taref
A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,14 0,31 0,50 0,69 0,90 1,10 1,32 1,54 1,76 1,99 2,22 2,45 2,69 2,93 3,17 3,39 3,61 3,82 4,04 4,26 4,48 4,70 4,92 5,14 5,36 5,58 5,79 6,01 6,23 6,45
Rg (m) 0,00 0,14 0,31 0,50 0,69 0,90 1,11 1,32 1,54 1,76 1,99 2,22 2,45 2,69 2,93 3,17 3,39 3,61 3,82 4,04 4,26 4,48 4,70 4,92 5,14 5,36 5,58 5,79 6,01 6,23 6,45
Hv (m) 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60 0,60
Rv (m) 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97 0,97
Rk (m) 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66 0,66
RUSBR(m) 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04 0,04

Barrage Mahouane w.Setif


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,17 0,37 0,60 0,83 1,07 1,32 1,58 1,84 2,11 2,38 2,66 2,94 3,22 3,51 3,80 3,99 4,19 4,40 4,61 4,82 5,03 5,24 5,45 5,66 5,88 6,09 6,31 6,52 6,74 6,96
Rg (m) 0,00 0,17 0,38 0,60 0,83 1,08 1,33 1,58 1,84 2,11 2,38 2,66 2,94 3,22 3,51 3,80 4,00 4,20 4,40 4,61 4,82 5,03 5,24 5,45 5,67 5,88 6,09 6,31 6,53 6,74 6,96
Hv (m) 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,58 0,59 0,59 0,60 0,60 0,60 0,61 0,61 0,62 0,62 0,62 0,63 0,63 0,64
Rv (m) 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,94 0,95 0,95 0,96 0,96 0,97 0,98 0,98 0,99 0,99 1,00 1,01 1,01 1,02 1,03
Rk (m) 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,37 1,42 1,48 1,53 1,58 1,63 1,67 1,72 1,76 1,80 1,84 1,88 1,92 1,96 1,99
RUSBR(m) 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,09 0,10 0,11 0,11 0,12 0,13 0,13 0,14 0,14 0,15 0,15 0,16 0,16 0,17 0,17 0,18

Barrage Tarzout w.Chelief


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,17 0,37 0,59 0,82 1,07 1,31 1,57 1,83 2,10 2,37 2,64 2,92 3,20 3,48 3,77 3,97 4,17 4,38 4,59 4,80 5,01 5,22 5,43 5,65 5,86 6,08 6,29 6,51 6,73 6,94
Rg (m) 0,00 0,17 0,37 0,59 0,83 1,07 1,32 1,57 1,83 2,10 2,37 2,64 2,92 3,20 3,48 3,77 3,97 4,17 4,38 4,59 4,80 5,01 5,22 5,44 5,65 5,87 6,08 6,30 6,51 6,73 6,95
Hv (m) 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,63 0,64 0,64 0,65 0,66 0,67 0,68 0,69 0,70 0,70 0,71 0,72 0,73 0,74
Rv (m) 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00 1,02 1,03 1,04 1,05 1,07 1,08 1,10 1,11 1,12 1,14 1,15 1,16 1,17 1,19
Rk (m) 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,22 1,35 1,46 1,55 1,63 1,71 1,79 1,85 1,92 1,98 2,04 2,10 2,15 2,21 2,26 2,31
RUSBR(m) 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,07 0,09 0,11 0,13 0,14 0,15 0,16 0,17 0,18 0,19 0,20 0,21 0,22 0,23 0,23 0,24
Barrage M'Djedjel w.M'sila
A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,14 0,32 0,50 0,70 0,91 1,12 1,33 1,55 1,78 2,01 2,24 2,48 2,72 2,96 3,20 3,42 3,64 3,86 4,08 4,30 4,52 4,74 4,96 5,17 5,39 5,61 5,83 6,05 6,27 6,49
Rg (m) 0,00 0,14 0,32 0,50 0,70 0,91 1,12 1,33 1,56 1,78 2,01 2,24 2,48 2,72 2,96 3,20 3,42 3,64 3,86 4,08 4,30 4,52 4,74 4,96 5,18 5,39 5,61 5,83 6,05 6,27 6,49
Hv (m) 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61 0,61
Rv (m) 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35
Rk (m) 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80 0,80
RUSBR(m) 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06 0,06

Barrage Ouled sidi moussa (Blida)


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,15 0,33 0,52 0,72 0,94 1,15 1,38 1,61 1,84 2,08 2,32 2,56 2,81 3,06 3,31 3,53 3,75 3,97 4,19 4,41 4,63 4,85 5,07 5,29 5,50 5,72 5,94 6,16 6,38 6,60
Rg (m) 0,00 0,15 0,33 0,52 0,72 0,94 1,15 1,38 1,61 1,84 2,08 2,32 2,56 2,81 3,06 3,31 3,53 3,75 3,97 4,19 4,41 4,63 4,85 5,07 5,29 5,50 5,72 5,94 6,16 6,38 6,60
Hv (m) 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,63 0,56 0,54 0,53 0,52 0,52 0,51 0,51 0,51 0,51 0,51 0,51 0,51 0,51 0,51 0,51
Rv (m) 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,11 1,20 1,28 1,35 1,41 1,47 1,52 1,57 1,61 1,66 1,70 1,74 1,78 1,82 1,86 1,89
Rk (m) 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,65 0,72 0,78 0,83 0,87 0,92 0,95 0,99 1,03 1,06 1,09 1,12 1,15 1,18 1,21
RUSBR(m) 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,01 0,03 0,03 0,04 0,04 0,05 0,05 0,06 0,06 0,06 0,07 0,07 0,07 0,08 0,08 0,08

Barrage Zaouia (Tizi Ouzou)


A (m) 0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00 2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00
Ru (m) 0,00 0,14 0,32 0,51 0,71 0,92 1,14 1,36 1,58 1,81 2,05 2,28 2,52 2,77 3,01 3,26 3,48 3,70 3,92 4,14 4,36 4,58 4,80 5,02 5,23 5,45 5,67 5,89 6,11 6,33 6,55
Rg (m) 0,00 0,14 0,32 0,51 0,71 0,92 1,14 1,36 1,58 1,81 2,05 2,28 2,52 2,77 3,01 3,26 3,48 3,70 3,92 4,14 4,36 4,58 4,80 5,02 5,24 5,45 5,67 5,89 6,11 6,33 6,55
Hv (m) 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56
Rv (m) 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37 1,37
Rk (m) 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78 0,78
RUSBR(m) 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05
Annexe D :

Figure représentant la carte des vitesses moyennes annuelles du vent en Algérie


estimées à une altitude de 10 mètres au-dessus du sol (MERZOUK, N et all,
1999).

On distingue quatre classes, à savoir :


V < 3.0 m/s classe 1

3.0 < V < 4.0 m/s classe 2

4.0 < V < 5.0 m/s classe 3

5.0 < V classe 4


Annexe E :
Tableau récapitulatif des formules de calcul de la hauteur des vagues citées dans le memoire.

Formule : Paramètres : Observations :

Pour F < 30 km :
Formule de Hv = 0,34 F1/2 + 0,76 + 0,26 F1/4 Vitesses de vent
Stevenson Tomas F de l'ordre de 100
(1976) Pour F > 30 km : Km/h
Hv = 0,34 F1/2

Pour F < 30 km :
Formule de Molitor Hv =0,76 + 0,032 (UF) 1/2 0,27 F 1/4
(1935) F,U Vitesses de vent
Pour F > 30 km : appréciables
Hv =0,032 (UF) 1/4

Formule Suédoise H v  0,36 F F /


Vitesses de vent
Formule Hs = 0.00048*Ua eff ×√ F,U supérieure à 120
Bretschneider km/h

∗ /
Hv = 0.26 × th 0.578 ×
Formule U,D,g Adaptée dans les
/
Bretschneider .
× retenues modestes
th / × avec superficie
×
. <100 ha
Formule Sverdrup- Hv = 0.283× Evaluer la hauteur
Munk et U,D,g significative Hs en
× .
Bretschneider (1957) ×tℎ 0.0125 fonction de la
vitesse moyenne
du vent à dix
mètres d'altitude

Formule de Jonswap Hs = 1.6×10-3×U U,D,g Estimation de la


(1973) hauteur
significative
Estimation de la
Formule de Donelan Hs = 3.66×10-3 g-0.62 U1.24 F0.38 θ1.63 U,F,g, θ hauteur
(1982) significative

U,F,g, θ Estimation de la
Hs = 1.7×10-3 U θ1.63 hauteur
 Formule de Walsh
(1985) significative
Annexe F
Quelques événements désastreux des glissements dans
les barrages
Les glissements de terrain dans les retenues de barrages sont loin
d’être monnaie courante. Ils sont en effet considérés comme des
événements exceptionnels auxquels correspondent des situations parfois
désastreuses. Un des plus grands cataclysmes recensés est l’accident
survenu dans la baie de Lituya, sur la côte méridionale de l’Alaska. Nous
sommes le 9 juillet 1958 et, soudain, un prisme de terrain d’environ
30.600.000 m³ se détache et glisse dans la baie provoquant une immense
vague. Celle-ci avait une hauteur de 30 mètres. La vague s’est propagée
et, après avoir atteint le rivage, la vague a progressé sur plus de un
kilomètre à l’intérieur des terres, ravageant les forêts et érodant 30
centimètres de sol. Par ailleurs, 2 bateaux furent coulés et 2 personnes
perdirent la vie.

Un autre accident, relativement important lui aussi est survenu le 9


octobre 1963 au barrage Vaiont en Italie. Durant la nuit, un énorme
prisme de terrain s’est détaché d’un des versants de la retenue pour venir
s’échouer dans celle-ci. Il avait un volume de 240.000.000 m³ et a dévalé
la pente à une vitesse de 30 m/s soit à plus de 100 Km/h ! L’arrivée des
terres dans la retenue a créé une vague qui a vidangé la retenue et qui a
submergé la crête du barrage. L’onde s’est ensuite propagée dans la
vallée et a atteint la ville de Longavone 1,6 kilomètre plus loin. A cet
endroit, le mur d’eau mesurait encore 70 mètres et a détruit la ville
provoquant la mort de 2.600 personnes.

Plus récemment, en 1971, plusieurs centaines de mineurs


travaillant au bord du lac Chungar au Pérou, furent noyés par la vague
créée par la chute d’une avalanche dans la retenue. (D.Sylvain, 2002).

Vous aimerez peut-être aussi