Vous êtes sur la page 1sur 34

Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Table des matières

Chapitre 1 : l’analyse par les ratios :.................... .............. ............. ............. .............. ............. ........... 2

1. L’analyse des ratios les plus significatifs :.................... ............. ............. .............. ............. ....... 3

1.1. Les ratios de structure financière et de liquidité : ................................................................ 3


1.2. Les ratios d’activités :...................... ............. ............. ............. .............. ............. .............. .... 4
1.3. Les ratios de rentabilité et marge : ...................................................................................... 5
Cas Maroc Précision : ........................................................................................................................ 5

Chapitre 2 : le diagnostic de la rentabilité et de risque ...................................................................... 8


Section 1 : la rentabilité et le ri sque d’exploitation ............ ............. .............. ............. .............. ...... 8
A. Le seuil de rentabilité (le point de mort ou le pont critique) : .............................................. 9
B. le levier d’exploitation ou économique: ............................................................................ 10

C. Appréciation du risque d’exploitation : ............ .............. ............. ............. .............. ........... 12

Section 2 : le diagnostic de la rentabilité et de risque financier : .................................................. 13

1) L’effet de levier financier : .............. ............. ............. ............. .............. ............. .............. .. 13

Application 1 : ......................................................................................................................... 14
Application 2 : ......................................................................................................................... 15
Application 3 : .......... ........... ........... ........... ........... ........... ........... ........... .......... ........... ........... . 17

2) Le risque financier : ........................................................................................................... 18


Application 1 : ......................................................................................................................... 18
Application 2 : ......................................................................................................................... 19
Application 3 : ......................................................................................................................... 21

Chapitre 3 : l’analyse financière, dynamique : le tableau de financement ........................................ 22


Section 1 : la structure du tableau de financement : .................................................................... 22

1) La synthèse des masses du bilan : ..................................................................................... 23


2) Le tableau des emplois et des ressources (TER): ................................................................ 24
A. Les ressources stables : ..................................................................................................... 25
B. Les emplois stables : ......................................................................................................... 25

3) Analyse du tableau de financement : ................................................................................ 25


Application 1 : ......................................................................................................................... 26
Application 2 : ......................................................................................................................... 27
Solution de l’exercice : ............. .............. ............. ............. ............. .............. ............. .............. .. 27
Application : ............................................................................................................................ 29
Questions/réponses : ..................................................................................................................... 31

www.facebook.com/groups/gestionsettat 1
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Chapitre 1 : l’analyse par les ratios :

Un ratio est un rapport entre deux quantité (variables, indicateurs, gr andeurs…) entre
lesquels existe une relation logique de nature économique et financière sans ce lien logique
un ratio est une simple donnée incorporable dans le diagnostic financière.

L’existence d’une relation logique entre le numérateur et le dénominateur d’un ratio signifie
que les variables sont homogènes c'est-à-dire que le rapport est cohérent avec ce que l’on
cherche à mesurer

Un ratio est un rapport significatif entre deux grandeurs cohérentes


Un rapport significatif : l’analyste doit rapprocher deux données du bilan, du CPC ou d’Etat de
solde de gestion dont le rapport permet la mesure d’un critère (rentabilité, autonomie
financière, liquidité, endettement….) entre deux grandeurs cohérentes, le numérateur et le
dénominateur doivent (avec un lien ou une relation logique) être sélectionnés sur la même
base par exemple en donnée brut, net, hors TVA ou TVA comprise

L’analyse financière ne peut être mené { bien que si l’on utilise des ratios pertinent,
sélectionnés et significatif

Outils de diagnostic financier :

Les ratios aliments, les tableaux du bord du responsable est constitue ainsi les instruments de

pilotage précieux
L’analyse par les ratios est donc une aide sur la décision car elle permet :

 d’établir des comparaisons sectorielles et internes dans le temps et dans l’espace,


 détermine un tableau de bord grâce au choix d’indicateurs subjectif (dépend de
l’utilisateur)
 Destiner à mettre en valeur les différents niveaux d’analyse retenus

Il existe de nombreux ratios dont l’élaboration dépend largement des besoins d’informations
d’utilisateur

Un ratio n’a d’intérêt que si :

 Il est apte à traduire le phénomène étudié


 Les grandeurs rapprochées sont homogène et surtout liés par une logique économique
 Il permet des comparaisons dans le temps et dans l’espace

www.facebook.com/groups/gestionsettat 2
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

1. L’analyse des ratios les plus significatifs :

1.1. Les ratios de structure financière et de li quidité :

FDR/BFRE :
Ce ratio nous permet d’apprécier l’importance de fond de roulement dans la couverture des
besoins engendré dans le cycle d’exploitation le BFRE
Il doit être supérieur ou égale à 0.80

(BFRE/CAHT)*360 :

le BFRE est considéré comme quasiment presque proportionnelle au chiffre d’affaire, ce ratio
permet d’exprimer le BFRE en nombre de jours de chiffre d’affaire normalement ce ratio doit
rester stable dans le temps

CAF/augmentation du BFRE :

Ce ratio nous permet de vérifier que le CAF dégagé par l’entreprise est suffisante pour couvrir
l’augmentation de BFRE

Capitaux propres/capitaux permanents :

Il s’agit du ratio d’autonomie financière appelé également capacité d’endettement, les


analystes financier notamment les banques exigent qu’elle soit toujours supérieur ou égale {
0.50, on peut également utiliser le ratio Capitaux propres/dette de financement >=1
Dettes financière/ total passif :

Ce ratio permet d’apprécier l’endettement global de l’entreprise vis-à-vis des banques, il doit
être inférieur ou égale à 0.60

Charges d’intérêt/CAHT :

Le poids des charges d’intérêt par rapport au CAHT précise la capacité de l’entreprise { faire
face aux charges d’endettement, ce ratio doit normalement rester inférieur ou égale à 4%

Charges d’intérêts/EBE :

Ce ratio permet d’évaluer la part de l’excédent brut d’exploitation EBE utilisé pour couvrir les
charges d’intérêts qu’il doit être inférieur ou égale 30%
Dettes de financement/CAF :

Il s’agit d’apprécier la capacité de remboursement de l’entreprise, ce ratio doit être inférieur


ou égale à 3 c'est-à-dire les dettes de financement actuel ne doivent pas dépasser trois fois la
CAF actuel

www.facebook.com/groups/gestionsettat 3
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

CAF/CAHT :

Ce ratio permet de savoir combien de dirham du CAF l’entreprise dégage pour 100DH de
vente, il s’agit d’un taux de marge global

Amortissement cumulé/immobilisation :

Ce ratio permet de vérifier si l’entreprise dispose d’un outil de production performant

(ACT- stock)/PCT =liquidité réduite :

Il s’agit de vérifier
permettent l’actif circulant
de rembourser qui des
la totalité sontdettes
les stocks, lesterme
à court valeurs à réalisable et disponible

1.2. Les ratios d’activités :

N-(N-1)/N-1*100 :

Il s’agit d’apprécier l’évolution des différentes variables liés { l’activité de l’entreprise,


l’appréciation des donnés doit être aussi bien horizontal que vertical

Valeur ajoutée/production :

Ce ratio permet d’analyser le poids économique de l’entreprise, c’est une donnée qui est liée à
l’activité de l’entreprise aussi ce n’est pas la valeur du ratio qui nous importe mais son
évolution dans le temps

Charges de personnel/valeurs ajoutée :

Il s’agit d’évaluer la part de la valeur ajoutée consacré { la rémunération des facteu rs de


travail (=<0.8 de la VA)

Délai clients et Délai fournisseurs :

   = 


é
   −  ∗
(  +   ) 
é

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

   =    


é ′
−  ∗
é

   


Pour les deux délais, Il s’agit des crédit s inter-entreprise, la situation idéale voudrait que les
délais fournisseurs soit supérieur aux délais clients, ces deux ratios ont bien entendu un
influence majeur sur le BFRE

www.facebook.com/groups/gestionsettat 4
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

1.3. Les ratios de rentabilité et marge :

Rentabilité financière, des capitaux propres ou des actionnaires :

é  = é  ∗  ∗ 


é   =      
Rentabilité économique :

é  = é ′ = é ′ ∗ 


  
La rentabilité suppose la comparaison ou le rapport entre un résultat et les capitaux engagés
pour réaliser ce résultat autrement dit lorsque vous rapporter un résultat aux chiffre d’affaire
ou à la valeur ajoutée vous ne pouvez pas parler de rentabilité il s’agit de taux de marge
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cas Maroc Précision :

1-bilan fonctionnel :

2-Tableau de formation des résultats (TFR) :

www.facebook.com/groups/gestionsettat 5
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

3-Calcul de la CAF :

Méthode indirecte ou additive :

Méthode directe ou soustractive :

4-les ratios de structure financière :

5-les ratios d’activité :

www.facebook.com/groups/gestionsettat 6
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

5-les ratios de rentabilité :

 L’équilibre financier minimum de cette entreprise se dégrade brutalement en N4 à cause


du résultat négatif de l’exercice la perte réalisé cette année est supérieur au capital social
ce que reste très inquiétant dans les années précédentes

le FDR été positif mais insuffisant comparée aux BFRE qui augmente sans cesse d'une
année { l’autre, d'où la Trésorerie net qui s'aggrave elle aussi d'une année { l’autre cela
risque de poser des problèmes sérieux { l’entreprise si les banques refuse de continuer à
augmenter leur concourt (crédit de trésorerie) l’évolution de la trésorerie est liée bien
entendu { l’évolution relative du FDR et BFRE, en effet on constate que le BFRE augmente
d’une manière plus que proportionnelle par rapport aux FDR et également aux CA, le
gonflement du BFRE est dû essentiellement aux poids des produits de stock fini
 Un autre déséquilibre a été relevé c’est celui de l’augmentation de la CAF pour couvrir
l’augmentation de BFRE, l’autonomie financière de l’entreprise se dégrade de plus en plus
surtout en N4 à cause notamment de la perte
 Les charges d’intérêts augmentent évidement aussi bien par rapport aux chiffres
d’affaires que l’EBE en N4, les deux ratios devient inquiétant
 L’activité de l’entreprise enregistre une croissance satisfaisante en N2 et N3 mais en N4 il
a subit une baisse aussi importante que brutale de la demande, les autres variables
d’activités ont évolué dans le même sens que la production, le poids des charges de

www.facebook.com/groups/gestionsettat 7
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

personnel reste convenable sauf en N4, en effet l’entreprise ne pouvez pas adapter
immédiatement sa masse salariale { la baisse brutale et importante de l’activité,
 les délais client reste inférieur aux délais fournisseurs ce que confirme que c’est
l’arrondissement de stock qui a augmenté le BFRE
 La rentabilité : la capacité bénéficiaire de l’entreprise est convenable sauf { N4 encore une
fois qui reste l’exercice de la chute de tous les indicateurs de performance
En définitif l’entreprise doit essayer de réduire sa production dés les premiers signes de

baisse des ventes malheureusement et très souvent l’entreprise poursuive la production et


essaye de relancer les ventes par des crédits plus lents ce qui entraine un allongement du
cycle financier et par conséquent une augmentation de BFRE, par ailleurs si les charges fixes
ne seront pas comprimé (ce qui reste difficile) et si l’entreprise maintien ces investissements,
le FDR continuera à baisser aggravant encore la trésorerie

Chapitre 2 : le diagnostic de la rentabilité et de risque

Section 1 : la rentabilité et le risque d’exploitation

La rentabilité économique peut être définie comme la capacité de l’entreprise { dégager des
bénéfices suffisante par rapport aux attentes des apporteurs des capitaux (actionnaires et
créanciers)


 =  Ou bien

 = 
La rentabilité économique mesure donc la rentabilité globale de l’entreprise et représente le
gain que vont devoir se partager les actionnaires et les créanciers

La rentabilité économique peut être analysée en distinguant deux facteurs :

la marge ou la profitabilité économique :





 la rotation de l’actif économique nette :


Le premier ratio représente la marge économique dégagé par l’entreprise, il exprime
combien de dirham de bénéfice d’exploitation sont dégagé pour 100dh de vente, Il indique
par conséquent l’efficacité économique de l’entreprise

Le deuxième ratio mesure la capacité de l’entreprise { utiliser les moyens économiques


(AEN) dont il dispose, c'est-à-dire sa capacité { engendrer du chiffre d’affaire en faisant
tourner son capital économique

www.facebook.com/groups/gestionsettat 8
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Il faut rappeler que les deux ratios dépendent fortement du secteur d’activité de l’entreprise
et de la disposition de l’entreprise toutefois dans ce secteur

Finalement on peut dire que l’outil économique est plus essentiel que son financement car
tous se ramène { la performance industriel de l’entreprise

Le résultat d’exploitation dépend essentiellement de trois facteurs :

 Le prix de vente
 Les quantités vendues

Le coût de revient des produits vendus
Mais la variabilité (la sensibilité, la volatilité) du résultat d’exploitation dépend également de
la structure des coûts car le chiffre d’affaire et le total des charges ne varie pas
proportionnellement à cause de la stabilité de certain charges.

C’est { partir de la structure des coûts que l’on peut apprécier la capacité de l’entreprise {
s’adapter aux variations du CA ou de l’activité autrement dit { maitriser le risque
d’exploitation ainsi l’étape préalable et indispensable { l’analyse du risque d’exploitation est
la répartition des coûts entre charges fixes et charges variables

A. Le seuil de rentabilité (le point de mort ou le pont critique) :

L’analyse du risque d’exploitation repose sur la notion de seuil de rentabilité et préconise


comme indicateur de risque, La position de l’entreprise par rapport { son seuil de rentabilité
opérationnelle ou d’exploitation

Le seuil de rentabilité est le niveau d’activité pour lequel l’ensemble des produits couvre la
totalité des charges autrement dit c’est le niveau d’activité { partir duquel l’entreprise
commencera à dégager des bénéfices

On peut le calculer comme suit :

 = 
 é
 
û 
L’analyse du seuil de rentabilité doit être compléter par le calcul de l’indice de sécurité qui
égale à :

 =  éé ∗ = −


 ∗
Il traduit la marge de sécurité dont dispose l’entreprise en cas de baisse brutale de son
activité, plus il élevé, plus l’entreprise dispose d’une marge de sécurité importante

www.facebook.com/groups/gestionsettat 9
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

B. le levier d’exploitation ou économique:

L’effet de levier d’exploitation ou opérationnelle est mesuré par un coefficient du levier


d’exploitation (CLE) qui représente l’élasticité (la variabilité) du résultat d’exploitation par
rapport { l’activité

Le coefficient de levier d’exploitation :  = 


/

Il indique le changement en pourcentage du résultat d’exploitation qui résister d’un

changement donné en % du volume d’activité


CLE = 3 signifie que le CA augmenté de 10%, le résultat d’exploitation augmentera de
3*10%=30%

De même une baisse de CA de 10% réduira le résultat d’exploitation de 30%

Exemple 1 :

Les donnés d’exploitation de l’entreprise X relative { l’exercice N sont :

CAHT=500 charge variable=300 charge fixe=150

Calculer le CLE :

CAHT 500
-Charge variable 300
------------------------------
=M/CV 200
-Charge fixe 150
--------------------------------
=Résultat d’exploitation 50

 = 
/ 
=
 = 
Cela signifie que lorsque l’activité varie de 1%, le résultat d’exploitation varie de 4*1%=4%
Pour l’exercice N+1 l’entreprise X prévoit une augmentation du CA de 50%, d’après le CLE son
résultat d’exploitation en N+1 devrait augmenter de 4*50% =200% c'est-à-dire devrait
réaliser un résultat d’exploitation = 150
Vérification :

(150-50)/50 * 100 = 200%

www.facebook.com/groups/gestionsettat 10
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

N N+1
CAHT 500 750
CV 300 450
CF 150 150
RE 50 150

Exemple 2 :

Soit deux entreprises A et B appartenant au même secteur et ayant la même taille :

A B
CAHT 7500 7500
M/CV 40% 70%
CF 2000 4200
T.A.F :
1. Calculer le RE en fonction du niveau d’activité « plus 20% et moins 20% »
2. Calculer le levier opérationnel CLE
3. Commenter le résultat obtenu

A B
CA normal +20% -20% CA normal +20% -20%

CAHT 7500 9000 6000 7500 9000 6000


M/CV 3000 3600 2400 5250 6300 4200
CF 2000 2000 2000 4200 4200 4200
RE 1000 1600 400 1050 2100 0

A B
M/CV 3000 5250

RE 1000 1050
CLE 3 5

L’entreprise A résiste mieux que le chiffre d’affaire baisse mais l’entreprise B améliore plus
son résultat d’exploitation quand l’activité augmente ceci est dû à la structure des coûts dans
les deux entreprises.

www.facebook.com/groups/gestionsettat 11
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

C. Appréciation du risque d’exploitation :


Le seuil de rentabilité représente finalement le niveau des ventes à partir duquel va jouer
l’effet de levier d’exploitation
La variabilité du bénéfice d’exploitation est d’autant plus importante que l’entreprise est
proche de son seuil de rentabilité autrement dit lorsque l’entreprise est proc he de son seuil
de rentabilité une faible variation du CA entraine une forte variation du résultat
d’exploitation

Exemple :
Une entreprise vous présente les caractéristiques d’exploitation suivantes :
Charge fixe d’exploitation =200 000 DH
Charge variable unitaire = 50DH
Prix de vente = 100 DH
Seuil de rentabilité = 4000 unité
T.A.F :
Présenter dans un tableau les variations comparées de l’activité et du résultat d’exploitation
pour 5 niveaux de vente
4000 unités, 5000 unités, 6000 unités, 7200 unités, 8640 unités
Quantité vendues Résultat d’exploitation
unités +% -% Rexp +% -%
4000 20% 0 ------ 100%
5000 25% 16,67% 50000 Infini 50%
6000 20% 16,67% 100000 100% 37,5%
7200 20% 16,67% 160000 60% 31%
8640 20% 232000 45% ------

Ainsi, au dessus de seuil de rentabilité une augmentation du volume d’activité entraine une
augmentation plus importante de résultat d’exploitation (effet de levier opérationnel) et cette
relation est d’autant plus grande que l’on se situe près de seuil de rentabilité, en définitif une
forte amélioration des résultats qui accompagnerai une progression de niveau d’activité serai
{ relativiser cette amélioration peut simplement traduire l’effet d’amplification des résultats
liés au dépassement de seuil de rentabilité, en rappelant que le niveau de seuil de rentabilité
dépend de l’importance des charges fixes c'est -à-dire la structure des coûts

www.facebook.com/groups/gestionsettat 12
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Section 2 : le diagnostic de la rentabilité et de risque financier :

La rentabilité économique est le point de vue et l’objectif de gestionnaire il permet


d’apprécier la bonne composition du capital économique
La rentabilité financière par contre est le point de vue et l’objectif de l’actionnaire, il permet
d’apprécier la bonne composition du financement de cet actif économique

Actif eco net Financement permanent

Immobilisation
+ nette Capitaux+propres
BFRE dettes financiers

L’analyse de la rentabilité financière vice { apprécier l’enrichissement qui revient aux


actionnaires par rapport aux capitaux qu’ils ont apportés


 =  (  )
Cependant l’évolution de ce ratio ne permet pas de juger de la bonne composition des
financements apporté par les actionnaires et les créanciers financiers, l’instrument privilégie
pour appréhender la formation de la rentabilité financière est la relation de l’effet de levier
financier

1) L’effet de levier financier :


L’effet de levier opérationnel nous a proposé une analyse de l’exploitation sans tenir compte
de l’effet de l’endettement ou de l’influence des modes de financement aussi la prise en
compte de l’endettement par l’intégration des charges d’intérêt dans le calcul de la rentabilité
permet de définir un nouveau outil : le levier financier
Le principe de l’effet de levier financier est le suivant :
Lorsque une entreprise sans dette et investit les fonds emprunté dans son activité il obtient
sur ce montant un résultat économique ou d’exploitation normalement supérieur aux coûts
de l’emprunt, l’entreprise réalise donc un surplus égale { la différence entre la rentabilité
économique et le coût de l’emprunt, ce surplus revient bien entendu aux actionnaires et
augmente ainsi la rentabilité financière.
Le concept de l’effet de levier financier repose donc sur l’amélioration de la rentabilité
financière grâce { l’utilisation des capitaux étrangers (dettes financiers) à condition que la
rentabilité économique reste supérieure aux coûts de l’emprunt

www.facebook.com/groups/gestionsettat 13
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Pour expliquer la relation de l’effet de levier financier deux hypothèses fondamentales


doivent être admise :
AEN = immobilisation nette + BFRE = CP + dette financier
Résultat net = (Résultat d’exploitation - charges d’intérêt)*0,70 (1-IS)=1-0,3

La relation de l’effet de levier financier peut être formulée comme suit :

 =  + −  ∗   (− )


Application 1 :

Une entreprise réalise un résultat d’exploitation net égale à 120 pour une AEN=1200

1- on considère trois hypothèses d’endettement :

Dette financier (D) Capitaux propres (CP) Ratio d’endettement D/CP


0 1200 0
600 600 1
1000 200 5

2- on considère également deux hypothèses du taux d’emprunt après l’IS de 4,5% et 11%

T.A.F. :

Montrer dans un tableau la relation de l’effet de levier financier { partir des données ci -
dessus

Taux d’emprunt 4,5% 11%

Ratio d’endettement
0 1 5 1 5

CP 1200 600 200 600 200


+D 0 600 1000 600 1000

= AEN 1200 1200 1200 1200 1200

RE net 120 120 120 120 120


Re après l’IS 10% 10% 10% 10% 10%

Charge d’intérêt net0 27 45 66 110

Résultat net 120 93 75 54 10

Rentabilité de CP 10% 15,5% 37,5% 9% 5%

www.facebook.com/groups/gestionsettat 14
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Tout d’abord on peut faire deux remarques fondamentales :


 La structure financière n’a aucun impact ni sur l’AE ni sur la rentabilité économique
 En cas d’absence de dette, la rentabilité financier = Rentabilité économique nette
Par ailleurs cet exemple nous permet de mettre en évidence les deux facettes de l’effet de
levier financier : favorable ou positif et défavorable ou négatif
 Lorsque la conjoncture économique est favorable c'est-à-dire la rentabilité économique
supérieur aux coûts des dettes (10%>4,5), La rentabilité financière ou des capitaux

propres s’améliore avec l’endettement : l’effet de levier dans ce cas est positif ou
favorable
 Lorsque la conjoncture économique est défavorable c'est-à-dire la rentabilité
économique inférieur aux taux d’emprunt (10%<11%) La rentabilité financière ou des
actionnaires se diminue avec l’endettement : L’effet de levier financier s’inverse et
devient négatif ou défavorable (Rcp=10%=9%=5%)

Au total, on peut dire que l’effet de levier financier ne joue positivement que si Re>I or si le
taux d’intérêt est connu { priori, il n’est pas de même de la rentabilité économique
L’entreprise espère simplement que sa rentabilité économique sera supérieure aux coûts de

l’endettement, aussi il faut impérativement surveiller l’écart ou la différentielle entre la


rentabilité économique et le coût des dettes Re - I

Application 2 :

Les dirigeants de l’entreprise s’interrogent sur la meilleure structure financière à retenir, à


cet effet ils vont communiquer les informations suivantes :
M/CV=5000
Charge fixe d’exploitation = 2600
Actif immobilisé net = 7500
BFRE = 2500
Deux hypothèses de financement sont envisagées :
 100% de capitaux propres (pas de dettes)
 1/3 de CP et 2/3 par emprunt au taux de 15%
T.A.F. :
1. Calculer la rentabilité économique avant et après IS
2. Calculer la rentabilité financière selon les deux hypothèses de financement

www.facebook.com/groups/gestionsettat 15
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

3. Mettre en évidence la relation de l’effet de levier financier


4. Renouveler les calculs précédents en envisageant successivement et indépendamment
les deux modifications suivantes :
a. La structure financière devient ¼ de capitaux propre et ¾ de dette
b. La M/CV n’est plus que de 4000
Solution :

Avant l’impôt =
− =  = %
+ 
1)  = 

Après l’impôt =
−∗(−,) =  = , %
 

100% de CP =
−∗, = , %
()
2)  = 

1/3 de CP et 2/3 de dette =
−%  ∗/∗, = , %
∗/

On constate que la rentabilité financière s’améliore avec l’endettement parce qu’on est
présence d’un effet de levier financier positif et ce grâce au différentiel (Re - i) positif
(24%>15%)
D
Rcp = [Re + (Re - i)* ]*0,70
CP

= [0,24 + (0,24 - 0,15)*2]*0,70 = 29,4%

la structure financière devient ¼ de CP et ¾ de dette


Cette modification de la structure de financement n’aura aucun impact sur les données
économique, et notamment la rentabilité économique, de plus on est toujours en présence

d’un différentiel Re - i) positif c'est-à-dire d’un effet de levier financier favorable ceci doit
permettront une amélioration de la rentabilité des actionnaires avec une augmentation de
l’endettement
Rcp = [0,24 + (0,24 - 0,15)*3]*0,70 = 35,70%

le M/CV = 4000

www.facebook.com/groups/gestionsettat 16
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Avant l’impôt =
− = %
+

 = 
∗, = , %
Après l’impôt =

∗,
100% de CP =
() = , %
 = 
 1/3 de CP et 2/3 de dette =
−%  ∗/∗, = , %
∗/

La rentabilité des CP se baisse avec l’endettement à cause d’un effet de levier financier devenu
défavorable ou négatif

Une entreprise vous communique les informations suivantes :

 CP = 2500000

 Dette financière = 1500000


 Résultat net = 300000 et taux d’intérêt après l’IS 6%

Quelle structure de financement cette entreprise doit elle présenter pour bénéficier d’un
taux de rentabilité financier maximum compte tenu de la contrainte traditionnellement
admise (D/CP<=1)
A partir de quel niveau de r ésultat d’exploitation net l’effet de levier devient négatif

Calcul de la rentabilité financier avec la structure actuelle


 = %
 =   =     
 =   = , % > 6%
+ %
+

La rentabilité économique 9,75% est supérieur aux coûts de l’emprunt 6% cela signifie
que nous sommes dans la situation d’un effet de levier favorable, cette entreprise peut donc
améliorer la rentabilité de ces actionnaires en augmentant la part des dettes dans le
financement de l’AEN mais à condition de respecter les deux conditions suivants :
www.facebook.com/groups/gestionsettat 17
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

D’où la nouvelle structure financière CP= 2000000 et D=2000000 vérifiant que la rentabilité
financier va s’améliore avec cette nouvelle structure financière :
 = 
 =
− %   = , % > 12%


RE net
2) Re -i <0 ==> < 0,06
AEN

==> RE net < 0,06*4000000 ==> RE net <240000

2) Le risque financier :

La méthode utilisée pour appréhender le risque d’exploitation peut être aménager pour
diagnostiquer le risque financier, il suffit de remplacer le résultat d’exploitatio n par le résultat
courant ou bien le résultat net et d’évaluer la position de l’entreprise par rapport à son seuil

de rentabilité financier ou global, ce pour lequel le


dernier représente le niveau d’activité
résultat courant est nul, il se distingue de seuil de rentabilité opérationnel par la prise en
compte des charges d’intérêts considéré comme des char ges fixes
    =  é +  ′éê
 /

On veut communiquer ci-dessous les CPC résumé de quatre entreprises réalisant le même
chiffre d’affaire mais ayant des charges d’exploitation et une structure financière différente
A B C D
 100 100 100 100
 65 55 36 30
 25 29 50 55
 2 8 4 6
 2 6 1,5 6

www.facebook.com/groups/gestionsettat 18
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Calculer le SR opérationnel, SR financier et la position de l’entreprise


A B C D
 M/CV
 Taux de M/CV 0,35 0,45 0,64 0,70
 CF opérationnel 27 37 54 61
 SR opérationnel 77,14 82,22 84,37 87,14

 Indice de sécurité 22,86% 17,78% 15,63% 12,86%


CF opérationnel 29 43 55,5 67
+ charges d’intérêts
 SR financier 82,85 95,55 86,71 95,71
 Indice de sécurité 17,15% 4,45% 13,29% 4,29%

On constate que malgré un même chiffre d’affaire les quatre entreprises connaissent des SR
opérationnel différents ceci est la conséquence de la structure des coûts et surtout de
l’importance des charges fixes c’est la société D qui courte le risque d’exploitation le plus
élevé puisqu’il se situe à 13% selon CAHT, Inversement c’est la société A qui présente le plus

de sécurité en cas de baisse brutale de son activité (indice de sécurité =23%)


Par ailleurs on remarque que dans les 4 cas les charges d’intérêts augmente nt le risque
puisque les 4 entreprises enregistrent une augmentation du seuil de rentabilité et une baisse
de l’indice de sécurité
Bien entendu c’est les sociétés les plus endetté (B et D) qui voient leur position par rapport
au seuil de rentabilité financier s'affaiblir très sensiblement c'est-à-dire qui enregistre une
augmentation importante du risque de perte

Une société en création prévoit un CA pré visionnel de 750 avec une M/CV de 40% et d’autre
charge d’exploitation de 244, son actif économique net est estimé à 400, deux solutions de
financement sont envisagé :

1- 100% de capitaux propres

2- 50% de CP et 50% de dette aux taux de 10%

www.facebook.com/groups/gestionsettat 19
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Pour les deux hypothèses de financement retenues, calculer la rentabilité économique et la


rentabilité financière dans les deux cas suivants :
1. L’entreprise réalise un chiffre d’affaire égale à 90% et 110% du chiffre d’affaire prévu
2. Commenter les résultats obtenu s en faisant référence à l’effet de levier financier

CP CP+D CP CP+D
 675 675 825 825
 270 270 330 330
 244 244 244 244
 26 26 86 86
 18,20 18,20 60,20 60,20
 400 200 400 200
 200 200
 400 400 400 400
 6,50% 6,50% 21,50% 21,50%
 4,55% 4,55% 15,05% 15,05%
 0 20 0 20
 18,20 4,20 60,20 46,20
 4,55% 2,10% 15,05% 23,10%
 0 7% 0 7%
 0 1 0 1
 0 -2,45% 0 8,05%
 4,55% 2,10% 15,05% 23,10%

On constate que lorsque la situation économique est défavorable 90% du chiffre d’affaire
prévu laquelle va générer une rentabilité économique inférieur du coût de l’emprunt
(4,55<7%) la rentabilité financière se dégrade avec l’endettement et passe de 4,55% à
2,10% :

Par contre lorsque la conjoncture économique est favorable ( 110% de chiffre d’affaire prévu)
permettant à l’entreprise denous
l’emprunt (15,05%>50%)
dégrader une rentabilité économique supérieur aux coûts de
sommes alors en présence d’un l’effet de levier favorable ou
positif qui va permettre une amélioration de la rentabilité financière avec l’endettement, cette
dernière passe de 15,05% à 23,10%

www.facebook.com/groups/gestionsettat 20
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Une entreprise vous communique les informations suivantes :


CAHT : 1500000
Résultat d’exploitation : 120000
Actif immobilisé : 450000
BFRE : 90 jours de CA
Deux solutions de financement sont retenues :
 100% de CP
 2/3 de CP et 1/3 de dette à 9%

1. Calculer la rentabilité économique avant et après l’IS


2. Calculer la rentabilité financière pour les deux hypothèses de financement
3. Que passera t- il si l’endettement finance la moitié des capitaux investis
4. Et si le taux d’intérêts passe à 16%

AEN=450000+1500000*90/360 = 825000
Avant l’IS =
 = , %


 = 
Après l’impôt = , % ∗ ,  = , %
100% de CP =  = , %
2.  = 

−(%  ∗)∗,
2/3 de CP et 1/3 de dette = = 12,13%
/
∗ 
Rcp = [0,1455 + (0,1455-0,09)*1/2]*0,70 = 12,12

L’endettement finance 50% de l’AEN :


Rcp = [0,1455 + (0,1455-0,09)*1]*0,70 = 14,07%>12,12%

www.facebook.com/groups/gestionsettat 21
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Si le taux d’intérêt passe à 16% c'est-à-dire si l’entreprise devait rémunérer ces dettes à
un taux de 16% alors que la rentabilité économique c'est-à-dire la rentabilité de son
activité reste égale à 14,55%, l’effet de levier financier va s’inverser et devenir négatif
Rcp = [0,1455+(0,1455-0,16)*1/2]*0,70 = 9,67%<12,12%

Chapitre 3 : l’analyse financière, dynamique : le tableau de financement

Les moyens financiers et les moyens économiques


bilan.
de l’entreprise s’apprécient à partir du
L’activité et les résultats sont analysés à partir du CPC, le diagnostic de la rentabilité a permet
de rapprocher les résultats et les moyens.
Une approche dynamique en termes de flux doit intégrer deux ou plusieurs bilans et CPC pour
reconstituer et analyser la cohérence des décisions prise au cours d’un exercice .
En fait un diagnostic financier serait incomplet s’il ne comporter pas une approche
dynamique permettant d’expliquer l’évolution du patrimoine ou de la situation financière
d’une entreprise entre deux date, ceci exige l’utilisation des éléments de CPC puisque l’activité
à travers la CAF modifier le patrimoine de l’entreprise

L’analyse financière à partir d’un bilan est dépendante du niveau d’activité à la date
d’établissement de ce bilan : c’est une analyse statique et insuffisante car il est inapte à
expliquer l’évolution du patrimoine de l’entreprise
Une analyse financière dynamique consiste à étudier n’ont pas des stocks d’emplois et de
ressources mais les différents flux qui résultent de l’activité de l’entreprise
Section 1 : la structure du tableau de financement :

La structure du tableau de financement répond à une question fondamentale qui peut être
formulé de deux manières :

Quelles ont été les emplois stables de la période et comment ont-ils été financés ?
 Quelles ont été les ressources durables mise à la disposition de l’entreprise au cou
rs de la
période et comment ont-ils été employés ?
Le tableau de financement est construit à partir de deux bilans qui encadre la période
analysée, il a pour objet de rendre en compte de la manière dont l’entreprise a fait face à ces
besoins de financement durable (les investissements)
L’élaboration de tableau de financement repose sur l’établissement de deux tableaux :
www.facebook.com/groups/gestionsettat 22
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

 Une première étape qui consiste à calculer les variations des postes de l’actif et du passif
entre les deux bilans qui encadre la période analysée : il s’agit de la synthèse des masses
du bilan qui reste un tableau purement descriptif
 La deuxième étape consiste à prendre en considération les informations supplémentaires
figurant dans l’annexe et dans la liasse fiscale pour passer de la notion de variation de
poste à la notion du flux d’emplois et de ressources : il s’agit du tableau des emplois et des
ressources (TER) qui est un tableau explicatif

1) La synthèse des masses du bilan :

La mécanique de construction de la synthèse des masses du bilan va consiste :


 D’une part à calculer les variations de chaque rubrique significative du bilan fonctionnel
entre le début et la fin de l’exercice
 D’autre part à reclasser ces variations en flux soit d’emploi soit de ressource
Ainsi :
 Toute augmentation d’un poste de l’actif et toute diminution d’un poste de passif sera
l’objet d’un flux d’emploi
 Toute diminution d’un poste de l’actif et toute augmentation d’un poste de passif sera
considérer comme un flux de ressource

*Financement permanent
-Actif immobilisé
= FDR fonctionnel
*Actif circulant HT
- passif circulant HT
= BFR

Trésorerie nette

La structure de ce premier tableau repose sur la relation fondamentale de la trésorerie :


Trésorerie nette = FDR - BFR
Laquelle dans une optique dynamique devient :
∆T nette = ∆FDR - ∆BFR

www.facebook.com/groups/gestionsettat 23
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Les dirigeants d’une entrepris se demande pourquoi la trésorerie de leur entreprise est en
forte diminution alors que le résultat de l’exercice N est en augmentation satisfaisante

Immobilisations 650 870 Capital 200 400


Amortissements (-220) (-300) Réserves 225 130
Stocks 107 127 Résultat 70 105

clients 285 401 Dette de financement 240 300


Trésorerie Actif 58 2 fournisseurs 145 165

880 1100 880 1100

Etablir la synthèse des masses du bilan et commenter le résultat obtenu

*Financement permanent 935 735 ------ 200


-Actif immobilisé 570 430 140 ------
= FDR fonctionnel 365 305 ------ 60
*Actif circulant HT 528 392 136 ------
- passif circulant HT 165 145 ------ 20
= BFR 363 247 116 ------
Trésorerie nette 2 58 ------ 56

Au niveau du haut de bilan on constate une amélioration des ressources stable de l’entreprise
puisque le FDR connait une hausse de 60, cependant pour expliquer la variation de la
trésorerie la variation du FDR doit être impérativement comparé à celle de besoin de fond de
roulement, cette dernière s révélé plus importante que la variation du FDR (plus 116) :

d’où une détérioration de la’esttrésorerie nette et ce malgré des résultats satisfaisants


2) Le tableau des emplois et des ressources (TER):
La logique financière sur laquelle repose la construction du TER est une comparaison entre
les ressources stables et les emplois durable à deux date différents ceci dans le but
d’expliquer la variation de fond de roulement consacré au financement de la variation de
besoin de fond de roulement, la variation de la trésorerie nette assure l’ajustement global

www.facebook.com/groups/gestionsettat 24
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

On peut également avancer que le TER est un tableau destiné à recevoir les flux initié durant
l’exercice et classer selon leur srcine pour les ressources ou selon leur destination (pour
les emplois)
Il est fondamental de préciser que le TER ne prend en considération que le flux qui
l’entreprise, autrement dit les simples transferts de poste à poste sont ignorés par le tableau
des emplois et des ressources

Il s’agit de la CAF de l’exercice N diminuer les dividendes de l’exercice N -1 (distribuer


effectivement en N)

C’est le prix de cession qu’il faut retenir

Il s’agit des apports en capital et compris les primes d’émission et pour les montants libérés
L’incorporation de réserve n’est pas prise en considération car ce n’est pas un flux
Les retenues pour leur montant effectivement encaissé
subventions d’investissements sont
 On ne doit pas tenir compte des virements de poste à poste
 Les remboursements des crédits de trésorerie sont exclus du TER
3) Analyse du tableau de financement :

C’est la variation de fond de roulement qui résume les informations fournis par la synthèse
des masses du bilan, si cette variation est positive il traduit une amélioration de la structure
financière de l’entreprise
Toutefois il y a lieu de comparer la variation de fond de roulement à celle du besoin de fond
de roulement si cette dernière est supérieur cela signifie une dégradation de la trésorerie
Le tableau de financement constitue une mine d’information qui permet de répondre à des
questions diverse relative à la politique financière de l’entreprise ainsi que sa stratégie
d’investissements
Le TER permet également :
 De comparer les ressources propres aux capitaux étrangers

www.facebook.com/groups/gestionsettat 25
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

 De comparer les ressources internes aux ressources externes


 De mesurer l’importance de l’autofinancement
 D’apprécier la politique de dividende de l’entreprise
 D’apprécier la stratégie de croissance de l’entreprise

Une société anonyme réalise à N-1 un bénéfice de 2.500.000 et en N un bénéfice de 3.000.000

il procède à une double augmentation du capital au 15 juin N


 Augmentation par émission de 50.000 actions du numéraire de 500dh au prix d’émission
de 1300dh, ces actions sont libérées du minimum légal
 Augmentation par incorporation de réserve et distribution d’action gratuite 12.500.000dh
 Extrait du bilan de la société S

50.000.000 39.200.000

Quelles sont les postes de la TER concerné par ces informations et pour quelle montant

Deux postes de TER sont concernés :


1. dividendes à distribuer:
Bénéfice : 2.500.000
Réserves : 1.700.000
Dividendes : 800.000

50.000.000 12.500.000 39.200.000


1.700.000

2. Augmentation de capital :
On ne va re tenir que l’augmentation en numéraire et uniquement pour sa partie libéré
Pour une action : 800 + 500/4 = 925dh

Pour 50.000 actions : 925*50.000 = 46.250.000dh

www.facebook.com/groups/gestionsettat 26
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Au cours de l’exercice N une entreprise a encaissé les soldes suivantes :


Cession d’un terrain 800.000
Cession d’un camion 150.000
Cession d’untitre de participation 200.000
L’entreprise vous fournis le tableau des immobilisations suivant :

2.000.000 1.200.000 500.000 2.700.000


12.000.000 6.000.000 0 18.000.000
650.000 430.000 300.000 780.000
210.000 0 110.000 100.000

Quelles sont les postes de la TER concerné par ces informations et pour quelle montant

Trois postes sont concernés :


Acquisition d’immobilisation corporelle = 7.630.000
Les bonus d’immobilisation corporelle = 950.000
Les bonus d’immobilisation financier = 200.000

Synthèse des masses du bilan :

*Financement permanent 650 600 ----- 50

-Actif immobilisé 470 470 ----- -----


= FDR fonctionnel 180 130 ----- 50
*Actif circulant HT 240 220 20 -----
- passif circulant HT 150 180 30 -----
= BFR 90 40 50 -----
Trésorerie nette 90 90 0 -----

www.facebook.com/groups/gestionsettat 27
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Acquisition
VO des immobilisations cédées

500 300 100 700


200 0 99 101
49 / / 49

200 200 100 300


50 16 20 46
29 5 / 34

Ressources stables :
*Autofinancement
*Cessions
*Augmentation de capital
= Total ressources stables
Emplois stables :
*acquisition des immobilisations
*Remboursement des dettes
= Total Emplois
= ∆BFR
Trésorerie nette
Total général

www.facebook.com/groups/gestionsettat 28
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

Une entreprise vous fournie ses bilans à la fin de l’exercice N -1 et N

Terrain 1200 1200 Capital social 6000 7000


Construction 2350 2250 Réserves 1150 300
Matériel 4800 4700 Provision durable 240 280

TP 450 750 Dettes de financement 3000 2500


Stocks 3100 3300 Fournisseurs 2400 2500
Clients 1300 1700 Etat 450 500
Trésorerie actif 560 260 Trésorerie passif 520 1080
13760 14160 13760 14160

*Financement permanent 10080 10390 310 ------


-Actif immobilisé 8900 8800 100 ------
= FDR fonctionnel 1180 1590 410 ------
*Actif circulant HT 5000 4400 600 ------
- passif circulant HT 3000 2850 ------ 150
= BFR 2000 1550 450 ------
Trésorerie nette 820 40 ------ 860

 Le capital social a été augmenté par incorporation de réserve



Aucun mouvement n’a affecté le poste construction pas d’acquisition, pas de cession )
 Les mouvements relatifs au poste matériel :
o Une machine a été cédée pour sa valeur nette d’amortissement (VNA) égale 400
o Un matériel neuf acheté en remplacement pour 1500 est amortissable selon le
système dégressif sur 5 ans

www.facebook.com/groups/gestionsettat 29
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

o L’amortissement concernant les autres éléments du poste matériel a été de 600


pour l’exercice N en dehors de la machine céder du matériel acheté
o Ces mouvements achat et cession sont considéré au début de l’exercice
 L’entreprise en tant maintenir en N le même dividende quand N-1
Etant donné que le dividende de l’exercice N -1 est égal à celui de N, on peut calculer
directement le montant de l’autofinancement

 Rt net mis en réserve= Rt net - dividendes =150

1150 150 1000 300


 Dotation aux provisions = 280 - 240 = 40
 Dotation aux amortissements :
o Construction 2350 - 2250 = 100
o Matériel : machine neuve = 1500*20%*2 = 600
Autofinancement = 150 + 40 + 1300 = 1490

*Autofinancement
*Cessions

*acquisition des immobilisations corporelle


* acquisition des immobilisations financières
*Remboursement des dettes de financement

∆BFR
Trésorerie nette
Total général

www.facebook.com/groups/gestionsettat 30
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

a. Excédent des capitaux permanents sur l’actif immobilisé


b. Un excédent de l’actif circulant total sur le passif circulant total
c. Un excédent de la trésorerie actif sur l’excédent de la trésorerie passif
d. Doit être obligatoirement positif
e. Est la somme de la trésorerie nette et le BFRE
f. Est un somme acyclique
g. Varie avec le résultat net de l’exercice
a. Un besoin net de financement
b. Le solde du CPC
c. Le besoin permanent
d. Est obligatoirement positif
e. L’excédent de l’actif circulant hors trésorerie sur le passif circulant hors trésorerie

a. EBE
b. Le résultat financier
c. Le FDR
d. Le BFR
e. La trésorerie
f. Le résultat courant
g. Le CAF

a. Augmente le résultat net


b. Diminue la trésorerie
c. Augmente le BFR
d. Diminue le FDR
e. Modifie le total du bilan
f. Augmente l’EBE
g. Diminue le résultat courant

www.facebook.com/groups/gestionsettat 31
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

a. Evaluation des stocks


b. Dotations aux amortissements R
c. Augmentation de capital par apport en espèce TR
d. Acquisition d’une immobilisation en comptant TR
e. Constatation et versement de salaire TR et R
f. Cession d’un actif à sa valeur net d’amortissement TR

g. Vente de marchandises à crédit R


h. Remboursement d’un emprunt T

a. Au personnel
b. Au fournisseur
c. A l’Etat
d. Aux actionnaires
e. Aux prêteurs
f. A l’entreprise
a. Est le rapport entre l’endettement financier et les capitaux propres
b. Est le rapport entre charge d’intérêt et l a valeur ajoutée
c. A un impact sur le taux de rentabilité économique
d. Influence le taux de rentabilité financière
e. Augmente le risque fi nancier de l’entreprise
f. Doit être supérieur à 1
g. Influence le SR les dettes ↗ =>charges d’intérêts (se sont des charges fixes) ↗
a. nous donne une mesure de ce que rapporte le capital engagé dans l’exploitation
b. peut être égale aux taux de la rentabilité financière
c. est influencé par la structure financière
d. est un taux de marge économique
e. donne une mesure de ce que rapporte les capitaux investis par les actionnaires
f. doit être supérieur aux coûts de dette
g. est la rémunération des actionnaires et des créanciers financiers

www.facebook.com/groups/gestionsettat 32
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

a. le FDR
b. la variation du FDR
c. la CAF de l’exercice
d. la variation de BFR et celle de la trésorerie nette
e. la variation de la disponibilité
f. la politique de financement de l’entreprise
g.
la politique d’investissement de l’entreprise

D/CP 0 0,50 1
Rcp = Re = 13,33%
Rcp 13,33% 16,67% 20%
’ ’
*Calculer l effet de levier financier pour chaque niveau de levier d endettement
Rcp =[Re+(Re-i)*D/CP]*0,70
Effet de levier financier = R cp-Re
Rcp-Re 0 3,34% 6,67%


Ce résultat signifie qu il faut à cette entreprise environ trois année de CAF pour rembourser le
montant de son endettement à terme ou encore, son endettement à terme représente trois
année de CAF de plus il faut préciser que cette entreprise est à limite du plafond


d endettement acceptable

a. attribué aux salariées


b. attribué à l’Etat
c. revenons à l’Etat
d. revenons aux apporteurs des capitaux

www.facebook.com/groups/gestionsettat 33
Gestion financière Mr Bermaki 2015/2016

a. les ressources internes générées par l’activité de l’entreprise


b. un élément des ressources stables nécessaire au financement des emplois stable
c. les ressources externes générées par l’activité de l’entreprise
a. plus la caf est élevé, plus les possibilités financières pour l’entreprise sont grands
b. plus la caf est faible, plus les difficultés financière de l’entreprise reste d’être
importante
c. la caf est toujours positif
d. on peut assimiler la caf et ressource de trésorerie

www.facebook.com/groups/gestionsettat 34