Vous êtes sur la page 1sur 5

1.

introduction :

La pièce qui résiste à un effort de flexion résiste en fait à des efforts de


compression d’une part et à des efforts de traction d’autre part, comme
le linteau en bois d’une porte dans la partie haute de la poutre, les
fibres de bois toutes parallèles, sont comprimées. Si on cessait l’effort,
ces fibres repousseraient leurs extrémités pour se retrouver à
l’horizontale, en situation d’équilibre. En revanche, dans la partie
basse, les fibres sont tendues, étirées. Elles résistent à des efforts de
traction. Si on cessait l’effort, ces fibres tendraient à attirer leurs
points vers le centre jusqu’à les remettre à plat. Seule, la fibre centrale,
est en position d’équilibre et n’est soumise à aucun effort.

2.Objectifs du TP :

 mesurer les déformations de flexion d’une poutre lorsqu’on lui


applique une force dont on peut modifier l’intensité.

 d'étudier les allongements relatifs et les contraintes le long de la


poutre .

Matériels utilisés :

•une poutre en aluminium (20*20).


• Jauge de déformation (k=2) collée sur la poutre.
• Pont d’extensomètre et boîtier de commutation(1 /4 de pont).

Etude d'une poutre encastrée :

Le système étudié est une éprouvette en aluminium (20*20) encastrée


à l'extrémité A. On étudiera le comportement de cette poutre pour un
cas de chargement.

1
Couple de flexion et containte de flexion :

la tige de flexion doit absorber un couple de flexion Mb en tous point et on


calculer par :
Mb=F*L
L :250mm
En général , le couple de flexion atteint un niveau maximal au niveau
de la suspension de tige.
La contrainte σb est donc maximum pour y = ymax

Mb∗y
σb=
IGZ
IGZ=∬ 𝑦²𝑑𝑠 / ds=b*dy

2 𝑏ℎ³
IGZ =∫ 𝑏𝑦 ²𝑑𝑦 =
−ℎ
2
12

Mb∗h2 Mb
σb= bh³ =𝑏ℎ²
12 6
 dans le cas ou la section de poutre est carré : σb= Mℎ³b
6
ℎ3 Mb
w= danc: σb=
6 w

2
I : le moment d’inertie de la section par rapport à l’axe neutre.
y: la distance du point de la surface moyenne.
W : couple de résistance(mm³)

Tableau des moments quadratiques de quelques surfaces usuelles :

Essai de reference :

1) pour etudier le comportement des contraintes de flexion nous chargeons


l’éprouvette de l’aluminium avec des poids de1 a 5 kg au niveau du
marquage de L=200mm

3
On obtient le tableau suivant : (voir fig1)

Fig :1
Voir le tableau :

charge F (N) 10 20 30 40 50

allongement ε(μm/m) 21×10-6 45×10-6 65×10-6 85×10-6 105×10-6

Contrainte σ (N/mm²) 1.470 3.150 4.550 5.950 7.350

Couple (N.mm) 2×103 4×103 6×103 8×103 10×103

2)
a) on a σ =ε.E

D’où ε : allongement
E : module d’élasticité(E aluminium =70×10³N/mm²)

Ex : m=1kg

σ=21×70×10-3=1.470Mpa

b) pour la couple Mb:

Mb=L×F → Mb=200×10=2×103

c) on déduire le couple w:

4
Mb Mb
σ= → wexp= (expérimentale)
𝑊 σ

2×103
wexp= =1360.54mm3
1.470

h3
W= (théorique)
6

(20)3 8000
Wth= = =1333.33mm3
6 6

3)la comparaison :

W (théorique) 1.33×103 1.33×103 1.33×103 1.33×103 1.33×103


W (expérimentale) 1.36×103 1.27×103 1.32×103 1.34×103 1.36×103

Wth≈ wexp
Conclusion :

 D’après cette étude on constate que la déformation varie


proportionnellement avec la charge appliquée.

 Toute fois les différences entre les résultats théorique et expérimentaux


de couple de résistance W sont dues aux manques de précision des
calcules.

Vous aimerez peut-être aussi