Vous êtes sur la page 1sur 3

Admission aux Hôpitaux

Urgences Médicales et la Loi des Droits du Patient

La loi des Droits du Patient


La loi réglemente les relations entre des établissements médicaux et les patients, et
elle dicte les droits de chaque personne – indépendamment du statut civil et de la
nationalité – qui demande ou reçoit des soins médicaux, pour protéger ses droits. La
loi assure à toute personne le droit d'avoir des soins médicaux en accord avec les
standards et les termes pratiqués en Israël. En cas d'urgence, toute personne a droit
de recevoir des soins médicaux sans condition préalable, y compris sans aucun
engagement financier et sans considération de son statut civil (visa/ passeport/
permit de travail). La loi spécifie également que tout patient a droit à la dignité.

Je ne possède pas de visa/ permit israélien, la loi peut-elle m'aider?


La loi garantit les droits de toute personne concernant l'établissement médical,
indépendamment du statut, et donc elle aide tout patient en Israël. Ceci étant, la loi ne
postule pas que le traitement est gratuit. Un résident permanent en Israël qui possède
le Bituach Leumi (Assurance Nationale/ Sécurité Sociale) recevra une référence
couvrant les coûts de la part de son fournisseur médical (Kupat Cholim), ou bien, si le
patient n'est pas résident mais possède une assurance privée, la référence peut être
obtenue par une compagnie d'assurance. Une personne n'étant pas résident et n'ayant
pas d'assurance devra payer pour son hospitalisation. Dans le cas d'urgence
médicale, la loi exige que le paiement soit réglé après avoir reçu des soins
médicaux.
Les hospitalisations aux urgences coûteront de l'argent, sauf exception. Vous
trouverez des informations sur ces cas exceptionnel dans la brochure du Ministère de
la Santé parlant des droits des assurés selon la Loi Gouvernementale d'Assurance
Médicale. La brochure est disponible en hébreu, russe, arabe et anglais, et peut être
téléchargée sur le site suivant:
http://www.health.gov.il/pages/default.asp?maincat=1&catid=5&pageid=914
La brochure peut également être obtenue au bureau de santé local. Vous avez le droit
de recevoir la brochure dans votre langue!

J'ai très mal au ventre. Est-ce une urgence médicale?


La loi ne dit pas ce qu'est une urgence médicale. Une urgence médicale est définie
selon la loi comme une situation dans laquelle la vie d'une personne est en danger
immédiat, ou une situation dans laquelle il y a un risque immédiat d'un handicap
sérieux et irréversible, si des soins médicaux ne sont pas fournis. Sans expérience,
nous pouvons dire que des conditions extrêmes telles que des os fracturés, perte de
connaissance, ou besoin urgent de dialyse, seront considérés comme des urgences
médicales. La fourniture de médicaments pour les patients atteints de cancer ou du
SIDA, ou d'injections régulières d'insuline pour les diabétiques ne sera pas considérée
comme une urgence médicale. L'accouchement est une urgence médicale en Israël!
Ainsi, puisque le patient n'est normalement pas médecin, il est préférable en général
de voir un médecin qui déterminera si le patient doit être emmené à l'hôpital. Lorsque
vous n'êtes pas sûrs et la situation est inquiétante, il vaut mieux aller directement
à la salle d'urgences, plutôt que d'attendre qu'il soit trop tard.

Je suis arrivé à l'hôpital. Ils ne voulaient pas me prendre sans paiement/


référence financière. Que dois-je faire?
Vous devez insister pour être admis et examiné par un médecin d'abord. Une urgence
médicale ne peut pas être déclarée par les réceptionnistes, les infirmiers; seul un
médecin peut déterminer si le cas est une urgence médicale avec danger de mort ou
potentiel d'infirmité s'il n'est pas soigné immédiatement. Si les médecins décident qu'il
s'agit d'une urgence, l'hôpital est obligé de vous traiter sans conditions préalables
(telles que demander un paiement ou la signature de certificat de dette). Cependant,
l'hôpital peut vous demander un paiement plus tard pour les soins. Si la situation n'est
pas une urgence médicale, l'hôpital peut vous demander un paiement avant de donner
des soins. Si, malgré votre insistance, on refuse de vous faire soigner par un
médecin, appelez-nous, à Médecins pour les Droits de l'Homme et nous vous
aiderons: 03-5133104, 03-5133110, 03-5133103.

2
Je suis arrivé à l'hôpital et j'ai reçu des soins. Maintenant l'addition est arrivée.
Que dois-je faire? Est-ce que je peux aller à l'hôpital encore une fois?

En principe, la Loi des Droits du Patient ne dit pas que le traitement est gratuit, mais
seulement ce qui n'est pas conditionnel. L'hôpital peut demander un paiement de la
part du patient ou de sa famille immédiate. Ceci étant, sachez que:
1. L'hospitalisation pour accouchement est payée par le Bituach Leumi pour
toute personne assurée ou son conjoint. Donc, même les deuxièmes
femmes palestiniennes ont droit à la subvention d'accouchement et au
paiement de l'hospitalisation par le Bituach Leumi. Pour plus de détails
lisez notre brochure la dessus (disponible aux bureaux de Médecins pour
les Droits de l'Homme).
2. L'existence d'une dette ne peut pas être une condition pour une
hospitalisation récurrente. S'il y a urgence médicale, une personne peut
revenir au même hôpital et être traitée indépendamment de sa dette.
3. Selon la directive du Ministère de la Santé, les patients palestiniens sont
chargés selon le tarif public, et non pas selon le tarif beaucoup plus cher
des touristes.
4. La vie est plus importante que l'argent. Il vaut mieux avoir des dettes à
l'hôpital et une famille en vie et en bonne santé.

Pour plus d'informations appelez-nous, et nous vous aiderons: 03-5133104,


03-5133110, 03-5133103.