Vous êtes sur la page 1sur 38

Filtrage analogique 1

Filtrage Analogique

A. Oumnad
Filtrage analogique 2

Sommaire

I Le Filtrage ..............................................................................................................................................................3
I.1 Les deux représentations du signal.........................................................................................................3
I.2 Cas des signaux sinusoïdaux......................................................................................................................3
I.3 Cas des signaux périodique........................................................................................................................4
I.4 LES FILTRES ...............................................................................................................................................6
I.5 filtre passe bas ............................................................................................................................................6
I.6 Autres filtres...............................................................................................................................................7
I.7 Les Filtres passe-bas du premier ordre.................................................................................................8
I.7.1 Les courbes de Bode ..............................................................................................................................8
I.7.2 Réalisation par un filtre passif ..........................................................................................................10
I.7.3 Réalisation par un filtre actif ............................................................................................................ 11
I.8 Les Filtre passe-haut du premier ordre...............................................................................................13
I.8.1 Réalisation par un filtre passif ..........................................................................................................14
I.8.2 Réalisation par filtre actif .................................................................................................................14
I.9 Les Filtres passe-bas du second ordre.................................................................................................16
I.9.1 Réalisation à l'aide d'un filtre passif...............................................................................................18
I.9.2 Réalisation avec un filtre actif..........................................................................................................19
I.10 Les Filtres passe-haut du second ordre.............................................................................................. 20
I.10.1 Réalisation par filtre actif............................................................................................................ 22
I.11 Les filtres passes-bande du second ordre ......................................................................................... 23
I.11.1 Réalisation par filtre actif............................................................................................................ 24
I.11.2 Passe bande à large bande passante ........................................................................................... 26
I.12 Transformation de fréquence ............................................................................................................... 27
II Les filtres de Chebyshev............................................................................................................................. 29
III Les filtres de Butterworth ......................................................................................................................... 36
Filtrage analogique 3

I LE FILTRAGE
Un filtre est un dispositif électronique (amplificateur ou atténuateur) dont le gain dépend de la
fréquence. De ce fait il va laisser passer certaines composantes spectrales et en arrêter d'autres.

I.1 Les deux représentations du signal


Jusqu'ici, nous n'avons considéré que la m(t)
représentation temporelle des signaux, qui
consiste à représenter la variation de
l'amplitude d'un signal en fonction du temps. t
La figure (Fig. I.1) illustre un exemple de
représentation temporelle.
Fig. I.1 : Représentation temporelle du signal triangulaire
Il existe une autre représentation non 14

moins importante, c'est la représentation 12

fréquentielle ou représentation harmonique ou 10

tout simplement spectre du signal. Elle consiste à 8

représenter la variation de l'amplitude du signal en 6

fonction de la fréquence. La figure (Fig. I.2) 4

montre un exemple de représentation harmonique. 2

Pour les signaux sonores comme la voix humaine 0

ou la musique, le sons graves où les "basses" ont


0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000
frequency (Hz)

une représentation harmonique où les basses Fig. I.2 : Spectre d'un signal vocal
fréquences sont prépondérantes (Fig. I.3). Alors
que les sons aigus ont une représentation fréquentielle où les hautes fréquences sont prépondérantes
(Fig. I.3).

1500 1800

1600

1400

1000 1200

1000

800

500 600

400

200

0 0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 Hz 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000

Fig. I.3 : spectre d'un son grave Fig. I.4 : spectre d'un son aigu

I.2 Cas des signaux sinusoïdaux


Un signal sinusoïdal m(t) = A sin(2πfot) est un signal particulier car son spectre se réduit à une seule
raie spectrale (Fig. I.5).
1 1

0.8
0.5
0.6
0
0.4
-0.5
0.2

-1
00 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500
0 2 4 6 8 10 ms 4000 Hz

Fig. I.5 : signal sinusoïdal, f = 500 Hz Fig. I.6 : spectre du signal sinusoïdal

Les figures Fig. I.7 et Fig. I.7 montrent les représentations temporelles et fréquentielle d'un signal
Filtrage analogique 4

constitué de la somme de deux signaux sinusoïdaux de fréquences f1 = 500 Hz et f2 =750 Hz

2 1

1 0.8

0.6
0
0.4
-1
0.2

-2 0
0 2 4 6 8 10 12 ms 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000
Fig. I.7 : m ( t ) = sin( 2 π f 1 t ) + sin( 2 π f 2 t ) Fig. I.8 : Spectre de m(t),

I.3 Cas des signaux périodique


1
On peut vérifier que n'importe quel signal périodique mp(t) de fréquence f o = est constitué d'une
T
superposition de signaux sinusoïdaux de fréquences multiples de fo et dont les amplitudes respectives
sont définies par les relations ci-dessous.
Ao ∞
mP ( t ) = + ∑ ( An cos( 2πnf ot ) + Bn sin( 2πnf ot )) (6.1)
2 n =1
T

2 2
An = ∫ m p ( t ) cos( 2πnf ot ) dt (6.2)
T −T
2
T
2
2
T −∫T
Bn = m p ( t ) sin( 2 πnf ot ) dt (6.3)
2

Les différents signaux sinusoïdaux sont appelé les harmoniques de mp(t) car leurs fréquences
respectives sont des multiple de la fréquence fo qu'on appelle la fréquence fondamentale. Le premier
harmonique a une fréquence égale à fo, le 2ème a une fréquence de 2fo, le 3ème a une fréquence de 3fo ...
Pour les signaux paires, c.a.d les signaux symétriques par rapport à l'axe des y, vérifiant m(t) = m(-t),
tous les termes Bn sont nuls, le signal est une somme de cosinus.
Pour les signaux impaires, c.a.d les signaux symétriques par rapport au point (0,0) constitué par
l'intersection des axe x et y, vérifiant m(t) = -m(-t), tous les termes An sont nuls, le signal est une
somme de sinus.
D'autres propriété de symétrie font que certains signaux n'ont que les harmonique d'ordre paire n =
2, 4, 6, .... ou encore que des harmonique d'ordre impair n = 1, 3, 5, ...

Ao
Le terme représente la composante continue du signal. Ce n'est rien d'autre que la valeur
2
moyenne mo du signal, en effet, si on remplace n par 0 dans l'expression (6.2), le cosinus disparaît car
cos(0) = 1 , on obtient :

Ao 1 2
2 T −∫T
= m p ( t ) dt
2

Cette expression n'est rien d'autre que la définition de la valeur moyenne d'un signal périodique. La
composante continue apparaît sur le spectre comme une raie spectrale à la position f = 0.
Filtrage analogique 5

La représentation d'un signal périodique par une somme de signaux sinusoïdaux est connue sous le nom
de décomposition en série de Fourier. Voici des exemples de développement en série de Fourier de
quelques signaux périodiques.

m(t)
A
4A ⎡ ⎤
sin(2πfot ) + sin(2π3 fot ) + sin(2π5 fot ) + ...+ sin(2πnfot ) + ...⎥ , n impair
1 1 1
t m( t ) = ⎢
π ⎣ 3 5 n ⎦

m(t)
A
4A ⎡ ( −1)n ⎤
cos(2π( 2n + 1 ) f o t ) + ...⎥
1 1
t m( t ) = ⎢cos(2πf t ) − cos(2π3 f t ) + cos(2π5 f t ) + ...+
π ⎣ 2n + 1
o o o
3 5 ⎦

m(t)
8A ⎡ ⎤
cos(2πf ot ) + cos(2π3 f ot ) + cos(2π5 f ot ) + ...+ 2 cos(2πnfot ) + ...⎥, n impair
1 1 1
m( t ) = 2 ⎢
t π ⎣ 9 25 n ⎦

m(t)
2A ⎡ ( −1 )n+1 ⎤
sin(2πnfot ) + ...⎥
1 1
t m( t ) = ⎢sin(2πf t ) − sin(2π2 f t ) + sin(2π3 f t ) + ... +
π ⎣
o o o
2 3 n ⎦

m(t)

2A ⎡ ⎤
+1 n
( −1 )2 × 2
cos(2πnfot ) + ...⎥
2 2
t m( t ) = ⎢1 + cos(2πfot ) + cos(2π2 fot ) − cos(2π4 fot ) + ...+
π ⎣⎢ 3 15 n −1
2
⎦⎥
Fig. I.9
n pair

Le tableau ci-dessous contient les amplitudes et les fréquences des harmoniques du premier signal
m1(t) de la liste ci-dessus avec fo = 125 Hz. Son spectre est représenté sur la figure (Fig. I.10)

Harmonique fréquence amplitude 1.4


1 125 1.2732
3 375 0.4244 1.2

5 625 0.2546
7 875 0.1819 1

9 1125 0.1415
0.8
11 1375 0.1157
13 1625 0.0979 0.6
15 1875 0.0849
17 2125 0.0749 0.4
19 2375 0.0670
21 2625 0.0606 0.2

23 2875 0.0554
3125 0.0509
0
25 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 Hz
27 3375 0.0472
Fig. I.10 : Spectre du signal m1(t)

Les figures ci-dessous montrent la reconstitution du signal carré à l'aide de 2, 3, 15 et 30 harmoniques.


Filtrage analogique 6

1.5
1er 1.5
1er
1
1

0.5 0.5
5ème

0 0

3ème
-0.5 -0.5 3ème

-1 -1

-1.5 -1.5
0 1 2 3 4 5 6 7 8ms 0 1 2 3 4 5 6 7 8ms

Fig. I.11 : reconstitution avec 2 harmoniques Fig. I.12 : reconstitution avec 3 harmoniques

1.5 1.5

1 1

0.5 0.5

0 0

-0.5 -0.5

-1 -1

-1.5 -1.5
0 1 2 3 4 5 6 7 8 ms 0 1 2 3 4 5 6 7 8 ms

Fig. I.13 : reconstitution avec 15 harmoniques Fig. I.14 : reconstitution avec 30 harmoniques

I.4 LES FILTRES


Un filtre est un dispositif qui laisse passer certaines composantes sinusoïdales et en arrêtent
d'autres. La première fois que nous avons parlé de filtrage était dans le paragraphe II.5.3 : "Filtrage
par condensateur en tête", l'idée était alors d'éliminer toutes les composantes sinusoïdale pour ne
laisser que la composante continue.

I.5 filtre passe bas Ve Filtre Vs


passe-bas
Un filtre passe bas laisse passer les basses fréquences et
arrête les fréquences élevées. La figure (Fig. I.15) montre la H
réponse d'un filtre passe bas idéal, c'est la courbe qui
Vs 1
représente le gain en tension H = en fonction de la
Ve
fréquence. fc s'appèlle la fréquence de coupure. La bande f
passante est l'intervalle de fréquence [0,fc]. La bande coupée fc
est constituée de toutes les fréquences supérieures à fc. Fig. I.15 : Filtre passe-bas idéal
Toute onde sinusoïdale à l'entrée du filtre et dont la
fréquence se situe dans la bande passante apparaîtra à la sortie du filtre. Mais toute onde sinusoïdale
dont la fréquence est supérieure à fc est complètement atténuée par le filtre.

Ve (f) Vs (f)
Filtre
passe-bas

f f
fc fc
Fig. I.16 : Spectres des signaux d'entrée et de sorties d'un filtre passe-bas
Filtrage analogique 7

Dans la pratique, on sait pas réaliser un filtre dont la réponse H


en fréquence est celle de la figure (Fig. I.15). Les filtres réels 1
ont une réponse semblable à celle représentée sur la figure (Fig.
I.17). Par définition la fréquence de coupure est la fréquence
1
pour la quelle le gain est égal à . f
2 fc
Le plus souvent, on préfère représenter la réponse du filtre Fig. I.17 : Filtre passe-bas réel
par le gain en dB H dB = 20 Log 10 H avec une échelle
logarithmique pour l'axe des fréquences. La fréquence de coupure correspond alors à une chute du gain
de 3 dB (Fig. I.18).

0
-3
-5

-10

-15

-20
101 102 103 104
fc
Fig. I.18 : réponse en décibels d'un filtre passe bas

I.6 Autres filtres

H H H

1 1 1

f f f
fc fc1 fc2 fc1 fc2
(a) (b) (c)
Fig. I.19 : réponses de filtres idéaux

La figure (Fig. I.19a) représente la réponse idéale d'un filtre passe-haut, sa bande passante est
constituée des fréquences supérieures à fc.
Sur la figure (Fig. I.19b), on trouve la représente la réponse idéale d'un filtre passe-bande, sa
bande passante est constituée des fréquences comprises entre fc1 et fc2 .
Enfin, la réponse idéale de la figure (Fig. I.19c) est celle d'un filtre coupe-bande, ou réjecteur de
bande, qui a la propriété d'arrêter toutes les fréquences comprises entre fc1 et fc2 .
Filtrage analogique 8

I.7 Les Filtres passe-bas du premier ordre


Ce sont les filtre dont la fonction de transfert est de la forme :

h ( p )=
ho soit h ( ω ) = ho
1 + ωpo 1 + j ωωo

Avec ho une constante et ωο la pulsation de coupure. La fonction de transfert dépend de la fréquence


( ω = 2πf ), les différents harmoniques à l'entrée ne seront pas traités de la même façon d'ou la
fonction de filtrage. On remarque aussi que le gain est complexe, il a donc un module et une phase,

Le module de la fonction de transfert est :


H
H (ω ) = o

1 + (ωω o )
2

Pour la phase, il faut faire attention avec l'utilisation de la fonction arctg. En tg


effet, la fonction arctg implantée sur les calculatrices est une fonction deux
quadrants ( -π/2 < arctg(x) < π/2). Si on n'y prend pas garde, l'utilisation de cette
fonction peut mener à des erreurs importantes. Prenons l'exemple du nombre
complexe z = -1 + j, nous savons que l'argument de ce nombre est 135°. Si on essaie
de le calculer à l'aide de la fonction arctg on obtient arctg(1/-1) = arctg(-1)=-45°.
Pour lever cette indétermination, il faut utiliser la fonction arctg sur les quatre quadrants du cercle
trigonométrique en procédant comme suit, pour calculer l'argument d'une expression z = a + jb :
• a > 0 ⇒ φ = atan(b/a)
• a < 0 ⇒ φ = atan(b/a) + 180°

Suite à cette remarque, la phase de la fonction de transfert est :

ω ⎧ ho > 0 ⇒ s = 0
φ ( ω ) = s π − Arctg ( ) ⎨
ωo ⎩ ho < 0 ⇒ s = 1

Le module nous informe comment chaque harmonique sera atténué et la phase nous informe de
combien cet harmonique sera déphasé. Ainsi si on applique à l'entrée du filtre un signal sinusoïdal
d'amplitude A et de fréquence fm :
Ve ( t ) = A cos( 2πf mt ) = A cos( ω mt )
Alors le signal de sortie sera :
Vs ( t ) = (H ( ω m ) A) cos(2πf mt + φ ( ω m ))

I.7.1 Les courbes de Bode


Les courbes de bode d’un filtre sont tout simplement les courbes illustrant la variation en fonction
de la fréquence du module et de la phase de la fonction de transfert.
Pour le gain H, on préfère tracer le gain en décibel HdB = 20 log(H) avec une échelle logarithmique
sur l'axe des fréquences. Le tracé de cette courbe est rendu très simple par le comportement
asymptotique de HdB quant f → 0 et quant f → ∞ et aussi par la connaissance de HdB au point f = fc
Si on prend Ho = 1 pour faciliter l’écriture :

)=−20log 1+ω 2 =−10log(1+u2 ) avec u= ω =


2 f
HdB =20log( 1
ωc ωo fo
1+ω 2
2

ωc
Filtrage analogique 9

• f→0 ⇒ u→0 ⇒ HdB → 0

• f→∞ ⇒ u→∞ ⇒ 1+u2 → u2 ⇒ HdB → -10log(u2)

Ce qui correspond (sur échelle logarithmique) à une droite (asymptote) de pente -6dB / octave,
c'est à dire le gain HdB chute de 6 dB chaque fois que la fréquence double. En effet :
u2
H dB ( 2u ) − H dB ( u ) = −10 log( 2u )2 + 10 log u 2 = 10 log = −6 dB
4u 2
Cette asymptote coupe l'axe des x au point f = fc , en effet :

− 10 log u 2 = 0 ⇒ u =1 f = fc

HdB
fc 2f c 4f c
0 f

-3

-6

-12

Fig. I.20 : courbe de réponse HdB d'un filtre passe bas de premier ordre.

Si Ho est différent de 1, on obtient H dbo0.1


1 10

HdB =20log(Ho )−10log(1+u2 )


0
f→0 ⇒ u→0 ⇒ HdB → 20log(Ho) = HdBo
Il suffit de décaler la courbe précédente verticalement.
(Fig. I.21)

6dB/octave
Pour la phase, on obtient :
Fig. I.21

• ho > 0 => φ ( ω ) = − Arctg ( ωω )


o

- ω Æ 0 φ = -arctg(0) = 0
- ω = ωo φ = - arctg(1) = -45°
- ω Æ ∞ φ = - arctg(∞) = -90°

• ho > 0 => φ ( ω ) = π - Arctg ( ωω o )

Il faut ajouter 180° aux valeurs précédentes, on obtient la courbe ci-dessus


Filtrage analogique 10

0 180

-15 165

-30 150

ho>0 -45 135 ho<0

-60 120

-75 105

-90 90 u
0.01 0.1 1 10 100

Fig. I.22 : Courbe de phase φ(f) d’un filtre passe bas du premier ordre

I.7.2 Réalisation par un filtre passif R


Les filtres passifs doivent leur nom au fait qu'ils n'utilisent
que des composants passifs comme des résistances des Ve C Vs
capacités et des selfs.
Pour déterminer la fonction de transfert du filtre, il suffit
de se rappeler que l'impédance d'une capacité est 1 jCω et Fig. I.23 : Filtre passif passe bas

d'appliquer la règle du diviseur de potentiel :


1 jCω
Vs = Ve
1 jCω + R
V 1
d'où h( ω ) = s =
Ve 1 + jRCω
1
Le module est : H ( ω ) =
1 + R 2 C 2 ω2

La phase est : φ( ω ) = − Arctg( RCω )

La pulsation de coupure est ωo = 1 , et la fréquence de coupure est fo= 1


RC 2πRC

A.N. :
Filtre : R = 16 kΩ, C = 10 nF
Signal d’entrée : signal sinusoïdal d’amplitude A = 5V et de fréquence fm = 2 kHz,

• La fréquence de coupure est fo = fo= 1 =944.7 Hz ≈ 1 kHz


2πRC
• Pour les courbes, il suffit d’adapter l’axe des x de courbes précédentes en plaçant fo = 1kHz.
• Le module du gain à la fréquence fm est H( fm ) = 0.4252
• L'argument du gain à la fréquence fm est φ( fm ) = -1,1317 rad = -64,84 °
• Le signal de sortie aura donc une amplitude de 0.4252 × 5 = 2.126 , il est retardé par rapport au
signal d’entrée de 1.132 rad = 64.84 ° . Pour avoir le retard en temps, il suffit de se rappeler que
pour un signal sinusoïdal, on a φ = ωt. D’où retard = 1.132 / (2π 2000 Hz) s = 0.09 ms

Les deux signaux Ve et Vs sot représenté sur la figure (Fig. I.24)


Filtrage analogique 11

0.09 ms
64.84 °
1.132 rad
5 Ve
4
3 Vs
2
1
0
−1
−2
−3
−4
−5
0 π/2 π 3π/2 2π 5π/2 3π ω t (rad)
0 90 180 270 360 450 540 ω t (°)
0 0.125 0.25 0.375 0.5 0.625 0.75 t (ms)

2.7 rad
0.215 ms
154.8 °
Fig. I.24 : Filtrage d'un signal sinusoïdal$

I.7.3 Réalisation par un filtre actif


-
Pour réaliser ce filtre, nous avons le choix entre deux structures Ve
R
Vs
+
simples :
C

Première structure :
Fig. I.25 : passe bas
Ce filtre à exactement les mêmes caractéristiques que le filtre passif
du premier ordre. Elle a seulement l'avantage d'être suivi par un
amplificateur suiveur à très haute impédance d'entrée et très faible impédance de sortie. De cette
façon, ses caractéristiques ne sont pas altérées par les composants qui seront reliés à sa sortie.
Rappelons que les caractéristiques de ce filtre sont :

1 1
• Fréquence de coupure : ωc = , fc =
RC 2 πRC

Vs 1 1 1
• Fonction de transfert h( ω ) = = = =
Ve 1 + jRCω 1 + j ω 1 + j f
ωc fc

• Module de la fonction de transfert ( gain ) :

1 1 1
H( ω) = = =
1 +R C ω2 2 2
ω 2
f2
1+ 2 1+ 2
ωc fc

• Argument de la fonction de transfert (phase) :

ω f
φ( ω ) = −Arctg ( RCω ) = −Arctg ( ) = −Arctg ( )
ωc fc
Filtrage analogique 12

Deuxième structure : C
Pour déterminer la fonction de transfert, on va noter Z2 = R2 // C
R2 1
jCω R2
Z2 = = R1 R2
R2 + 1 + jR2 Cω
1 Ve -
jCω + Vs
R2
VS Z2 R1 Fig. I.26 : passe bas
La fonction de transfert est : = h( ω ) = − =-
Ve R1 1 + jR2 Cω
1 1
• La fréquence de coupure est : ωc = , fc =
R2 C 2 πR2 C

• Module de la fonction de transfert ( gain ) :


R2 R2 R2
R1 R1 R1
H( ω) = = =
1 + R22 C 2 ω 2 ω2 f2
1+ 1+
ωc2 fc 2

On remarque qu'à la différence de la structure précédente, pour f =0, nous avons un gain différent
de 1, Ho = R2/R1 . C'est ce qu'on appelle le gain statique, c'est approximativement le gain dans la bande
passante. Les signaux dont la fréquence est à l'intérieur de la bande passante peuvent non seulement
passer dans le filtre, mais ils peuvent en plus être amplifié, c'est la caractéristique des filtres actifs.
10
6

-10

-20

-30 u= f/fc
0.01 0.1 1 10 100

Fig. I.27 : gain en décibel avec gain statique Ho = 2 ≈ 6 DB

• Argument de la fonction de transfert ( phase) :

ω f
φ( ω ) = π − Arctg ( R2 Cω ) = π − Arctg ( ) = π − Arctg ( )
ωc fc

180
170
160
150
140
130
120
110
100
90 u= f/fc
0.01 0.1 1 10 100

Fig. I.28 : Phase du passe bas de la structure 2


Filtrage analogique 13

I.8 Les Filtre passe-haut du premier ordre


Ce sont les filtre dont la fonction de transfert est de la forme :

ho ωpo ho j ωωo
h (p ) = soit h(ω ) =
1 + ωpo 1+ j ωωo

Le module de la fonction de transfert est :


H o (ωωo )
H (ω ) =
1 + (ωωo )
2

La phase de la fonction de transfert est :

π ω ⎧ ho > 0 ⇒ s = 1
φ( ω ) = s − Arctg ( ) ⎨
2 ωo ⎩ho < 0 ⇒ s = − 1

Courbes de réponse :
⎛ 2 ⎞
H dB = 20 log( H o )+ 20 log ω − 10 log ⎜ 1+ ω 2 ⎟ = 20 log( H o )+ 20 log u − 10 log( 1+ u 2 )
ωc ⎝ ωc ⎠
• f → 0 , HdB → 20log(Ho)+20 log(u), ce qui correspond à une asymptote +6 dB / octave coupant la
ligne horizontale 20log(Ho) x au point u=1 c.a.d f = fc
• f → ∞ , HdB → 20 log u -10 log u2 = 0

0.1 1 10 0.1 1 10
H dbo 0

-3
0 -5

-10
Ho ≠ 1 Ho=1
-15

6dB/octave 6dB/octave

Fig. I.29 : Courbe de gain d’un filtre passe haut du premier ordre

Pour la phase, la plage de variation dépend du signe de ho :

90 -90

75 -105

60 -120
ho>0 ho<0
45 -135

30 -150

15 -165

0 -180
0.01 0.1 1 10 100

Fig. I.30 : Courbe de phase d’un filtre passe haut du premier ordre
Filtrage analogique 14

I.8.1 Réalisation par un filtre passif

La fonction de transfert est :


C
jRC ω
h ( ω )= Ve R Vs
1+ jRC ω

Fig. I.31 : Filtre passe-haut


La pulsation de coupure est ωo = 1 , fo= 1
RC 2πRC

ω f
Le module est H ( ω )= RC ω = ωo
= fo

1+ R C ω 1+ (ω o ) 1+ ( ffo )
2 2 2 ω 2 2

La phase est φ (ω )=π − Arctg ( ω )


2 ωo

Si on applique un signal m(t) = A cos(2πfmt) avec A = 5 et fm = 2 kHz , alors le signal de sortie aura
une amplitude A×H(fm) = 5×0.905 = 4.525 et sera déphasé (en avance) de φ(fm ) = 0.439 rad.

5
4 Ve
3
2 Vs
1
0
−1
−2
−3
−4
−5
0 π/2 π 3π/2 2π 5π/2 3π
Fig. I.32 : Filtrage d'un signal sinusoïdal (A=5, fm = 2kHz) par un filtre passe haut (fc = 1 kHz)

I.8.2 Réalisation par filtre actif


Ici aussi on peut utiliser, soit un filtre passif suivi d'un amplificateur suiveur, soit la structure
représentée sur la figure (Fig. I.33).
C2
Pour déterminer la fonction de transfert, on va noter Z2 = R // C2
R jC12ω C1
Z2 = = R R
R+ jC12ω 1+ jRC2ω Ve -
Vs
+

VS Z Fig. I.33 : passe haut actif


La fonction de transfert est : h(ω) = =− 2
Ve Z1

jRC1ω
h(ω) = -
1+ jRC2ω

• La fréquence de coupure est : ωc = 1 , fc = 1


RC2 2πRC2

• Le module de la fonction de transfert ( gain ) est :


Filtrage analogique 15

ω f
RC 1ω C1 ωc C1 fc
H ( ω )= = =
1 + R 2 C 22ω 2 C 2 ω
1+ 2
2 C2 f2
ωc 1 +
f c2
C1
Pour les fréquences élevées, le gain tend vers Ho = . Pour les basses fréquences, (bande
C2
coupée), le gain a une pente de +6 dB / octave

10
6

-10

-20

-30 u= f/fc
0.01 0.1 1 10 100

Fig. I.34 : gain en décibel du passe avec Ho = 2 ≈ 6 DB

• Argument de la fonction de transfert ( phase) :

π π ω π f
φ( ω ) = − − Arctg ( RC 2 ω ) = − − Arctg ( ) = − − Arctg ( )
2 2 ωc 2 fc

-90
-100
-110
-120
-130
-140
-150
-160
-170
-180 u= f/fc
0.01 0.1 1 10 100
Fig. I.35 : Phase du passe haut
Filtrage analogique 16

I.9 Les Filtres passe-bas du second ordre


Les filtres passe-bas de second ordre ont une fonction de transfert de la forme :
ho ho
h(p) = h(ω) =
1 +2ζ ωpo +(ωpo )
2
1 + j2ζ ωωo −(ωωo )2
• ω0 : Pulsation caractéristique dite aussi pulsation naturelle ou de brisure. Nous l'appellerons aussi
pulsation de coupure bien que cela ne soit pas très exact.
• ζ : Coefficient d'amortissement = 1/2Q avec Q : Coefficient de surtension
• ωr : Pulsation de résonance = ω 0 1 − 2ζ
2

Module :
H0
H =
(1− ( ) ) + 4 ζ ( )
ω 2
ω0
2 2 ω
ω0
2

H dB = 20 log 10 H 0 − 10 log 10 [(1 − ( ω


ω0 ) ) +4 ζ ( )
2 2 2 ω
ω0
2
]
• ω → 0 , HdB → 0
• ω → ∞ , HdB varie comme -40 log(ω/ω0) ⇒ Chute de 12 dB / Octave
H dB
fo 2f o
20log(Ho) f

12dB

Fig. I.36 : Asymptotes d'un filtre passe-bas du 2ème ordre

Phase :
⎧ 2ζ ωω0
Arctg si ω < ω0
⎧⎪0 si ho >0


1 −(ωω0 )2
φ = φ(N) - φ(D) Φ(N) =⎨ Φ(D) =⎨
⎪⎩π si ho <0 ⎪ 2ζ ωω0
Arctg +π si ω > ωo

⎩ 1 −(ωω0 )2
Les figures ci-dessous donnent l'allure de H, HdB et de φ en fonction de f pour différentes valeur de
l'amortissement ζ
1.2
1.1
0.6
1
0.5
0.9 0.7
1
0.8
0.7
0.6
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0
0.1 1 10
Fig. I.37 : courbes du gain d'un filtre passe bas du 2 ème
ordre (avec Ho = 1)
Filtrage analogique 17

20 0.05

0.1 MODULE
10
0.25

0.5
0 0.7
1

-10
2
1er Ordre
5
-20

-30

-40

fc
-50
Fig. I.38 : courbes du gain d'un filtre passe bas du 2ème ordre (avec Ho = 1)

0 180
PHASE
-15 165
-30 150
-45 135
-60 120
-75 105
-90 90
-105 75
-120 60
1
-135 0.6 0.7 45
-150 30
0.25 0.5
-165 15
0.1
-180 0
0.1 1 10
Fig. I.39 : courbes de phase d'un filtre passe bas du 2ème ordre
Filtrage analogique 18

I.9.1 Réalisation à l'aide d'un filtre passif


Les filtres passifs du second ordre peuvent être réalisés de plusieurs façons.

R,L R,L R,L R,L

Ve C Vs Ve C C Vs Ve C Vs

(a) (b) (c)


Fig. I.40 : Filtre passe bas du second ordre. (a) : structure en L, (b) : structure en π, (c) : structure en T

Pour la structure en L, la fonction de transfert est :

1
jCω 1
h( ω ) = =
+ R + jLω 1 + jRCω − LCω
2
1
jCω

ho
Si on identifie avec l'expression générale : h ( p )=
1+ j2 ζ − (ωω0 )
ω 2
ω0

1 R C
ho = 1, ωo = , ζ =
LC 2 L
Exercice :
• Si on prend L = 50 mH, calculer R et C pour avoir fo = 1000 Hz et ζ = 0.5
• Si on applique à l'entrée de ce filtre un signal Ve(t) = Ae sin(2π. fe t) , avec Ae = 5V et fe = 2000Hz
• Dessiner en fonction du temps sur le même graphique le signal d'entrée Ve(t) et le signal de sortie
(
Vs(t) = As sin 2π. fe t + φ(fe ) . )
On trouve :
C = 506.6 nF, R = 314 Ω ,
H(fe ) = 1/√13 = 0.2774, ⇒ As = Ae * H(fe ) = 0.2774 × 5 = 1.38V
φ(fe ) = -2.55 rad = -146,3° = -0.2 ms
Le déphasage est négatif, le signal de sortie est en retard par rapport au signal d’entrée.
5
4
3
2
1
retard
0
−1
−2
−3
−4
−5
0 π/2 π 3π/2 2π 5π/2 3π rad
0 0.125 0.25 0.375 0.5 0.625 0.75 ms
0 90 180 270 360 450 540 °
Fig. I.41 : Signaux d'entrée et de sortie du filtre
Filtrage analogique 19

I.9.2 Réalisation avec un filtre actif


Ces filtres peuvent être réalisés à l'aide de plusieurs C
structures à ampli-op, nous avons retenu la structure
passe-bas de Salen-Key (Fig. I.42) dont la fonction de
transfert est : R R
k Ve K
F( p) =
1 + ( 3 − k ) RCp + R 2 C 2 p 2 C Vs

k est le gain (positif) d'un amplificateur qu'on


réalisera à l'aide d'un amplificateur non inverseur, on Fig. I.42 : Structure passe bas de Salen-Key
obtient le filtre représenté sur la figure (Fig. I.43).
Si on identifie la fonction de transfert h(p) du filtre avec la fonction de transfert F(p) de la
structure de Salen-Key on obtient :

1 R2
ωo = , 3 − k = 2ζ ⇒ k = 3 − 2ζ = 1 +
RC R1

En général, quand on veut réaliser un filtre, on C

connaît la fréquence de coupure ωo et le R2


coefficient d'amortissement ζ. ωo permet de
R1
calculer la valeur de R après avoir fixé une valeur
pour la capacité C. La valeur de ζ permet de Ve
R R
calculer le gain k de l'amplificateur non inverseur, Vs
donc de R2 et R1.
C

Fig. I.43 : filtre passe bas du second ordre


Exemple :
Etudier un filtre passe bas du second ordre qui a une fréquence de coupure de fc = 2000 Hz et un
facteur d'amortissement ζ = 0.5.
--------
On fixe C = 50 nF
ωo = 2 π fc = 2 × π × 2000 = 1 / RC Î R = 1.59 k
k = 3 – 2ζ = 2 = 1 + R2 / R1 , on prend R2 = R1 = 10 k.

Fig. I.44 : filtre passe bas du second ordre simulé sur le logiciel Electronics WorkBench
Filtrage analogique 20

Fig. I.45 : courbes obtenues par simulation sur EWB

I.10 Les Filtres passe-haut du second ordre


Les filtres passe-haut de second ordre ont une fonction de transfert de la forme :

( ) −ho (ωω0 )2
p 2
ho
h (p ) = ω0
h (ω ) =
1+ 2 ζ p
ω0 + ( ) p
ω0
2
1 +2 ζ ωω0 − (ωω0 )2
Module :
H0 (ωω0 )2
H =
(1 − ( ) )
ω 2
ω0
2
+ 4ζ 2 ( )
ω 2
ω0

H dB = 20 log 10 (H 0 ) + 20 log 10 (( ) ) - 10 log [(1− ( ) ) + 4 ζ ( ) ]


ω 2
ω0 10
ω 2
ω0
2 2 ω
ω0
2

Phase :
⎧ 2ζ ωω0
Arctg si ω < ω0
⎧⎪π si ho >0


1 −(ωω0 )2
φ = φ(N) - φ(D) Φ(N) =⎨ Φ(D) =⎨
⎪⎩0 si ho <0 ⎪ 2ζ ωω0
Arctg +π si ω > ωo

⎩ 1 −(ωω0 )2

Les figures ci-dessous donnent l'allure de H, HdB et de φ en fonction de f pour différentes valeur
de l'amortissement ζ
Filtrage analogique 21

1.2 0.5
1.1
0.6
1
0.9
0.7
0.8
0.7
1
0.6
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0
0.1 1 10

Fig. I.46 : Gain des filtres passe haut du second ordre

20

0.1
10
0.25

0.5
0
0.7
1 1.4
-10 2

-20

-30

-40
0.1 1 10
Fig. I.47 : Gain en dB des filtres passe haut du second ordre

0 180
0.1 PHASE
-15 0.25 165
-30 0.7 0.5 150
1
-45 1.4 135
-60 2 120
-75 105
ho<0 ho>0
-90 90
-105 75
-120 60
-135 45
-150 30
-165 15
-180 0
0.1 1 10
Fig. I.48 : Phase des filtres passe haut du 2ème ordre
Filtrage analogique 22

I.10.1 Réalisation par filtre actif


Le lecteur peut vérifier qu'en permutant la self et la
capa dans le montage de la figure (Fig. I.40a), on R
n'obtient pas un vrai filtre passe haut du 2ème ordre. De C C
ce fait, nous ne verrons que des réalisations par filtre Ve K
actif. Ces filtres peuvent être réalisés à l'aide de R
Vs
plusieurs structures à ampli-op différentes, nous avons
retenu la structure passe-haut de Salen-Key (Fig. I.49)
Fig. I.49 : Structure passe haut de Salen-Key
dont la fonction de transfert est :
kR 2 C 2 p 2
F( p) =
1 + ( 3 − k ) RCp + R 2 C 2 p 2
On obtient le filtre représenté sur la
R
figure (Fig. I.50). Les valeurs des composants
sont déterminées en identifiant h(p) avec F(p) R2
exactement de la même façon que pour le R1
filtre passe bas. On obtient :
1
ωo = , 3 − k = 2ζ Ve
RC
Vs
C C R
R2
k =1 +
R1
Fig. I.50 : Filtre passe haut du second ordre

Exemple :
Etudier un filtre passe haut du second ordre qui a
une fréquence de coupure de fc = 2000 Hz et un facteur
d'amortissement ζ = 0.5.
--------
Les mêmes calculs que le passe basse-bas donnent : C
= 50 nF, R = 1.59 k, R2 = R1 = 10 k.

Fig. I.51 : filtre simulé sur le logiciel EWB

Fig. I.52 : résultats de la simulation sur EWB


Filtrage analogique 23

I.11 Les filtres passes-bande du second ordre


Ce sont les filtres ayant une fonction de transfert de la forme :

h (p ) =
ho ( )
p
ω0 jh o (ωω0)
h (ω ) =
+( ) −( )
2
1+ Δω p
ω0 ω0
p
ω0
1+j Δω ω
ω0 ω0
ω
ω0
2

• Δf = f2 – f1 = Bande passante à 3 dB ( Δω = ω2 - ω1 = 2 π Δf)


• Δω = 2 ζ
ωo
ω
• Q= o
Δω
Ho
• Gain maximum = H (ω o ) =

fo
• f1 , f2 et fo sont liées par les relations : fo = f1f2 Q=
f2 − f1
Module :
H0 (ωω0 )
H =
(1 − ( ) ) + ( ) ( )
ω 2
ω0
2
Δω 2 ω 2
ω0 ω0

H dB = 20 log 10 (H 0 ) + 20 log 10 ( ) - 10 log [(1− ( ) ) + ( ) ( ) ]


ω
ω0 10
ω 2
ω0
2
Δω 2 ω 2
ω0 ω0

Phase :
⎧ 2ζ ωω0
⎧π si ho >0 ⎪ Arctg 1 −( ω )2 si ω < ω0
⎪2 ⎪ ω0
Φ = Φ(N) - Φ(D) , Φ(N) =⎨ Φ(D) =⎨
⎪−π si ho <0 ⎪ 2ζ ωω0
⎩ 2 Arctg +π si ω > ωo

⎩ 1 −(ω
ω )2
0

Les caractéristiques de transfert (paramétrées par ζ ) sont représentées ci-dessous.

1
0.5
0.9
0.6
0.8

0.7
0.7
0.6

0.5
1
0.4

0.3

0.2

0.1
0
0.1 1 10
Fig. I.53 : Gain des filtres passe-bande du second ordre
Filtrage analogique 24

20

0.1

10
0.25

0 0.5
0.7
1

-10
2 -6dB/Octave
6dB/Octave
3

-20 5

-30
0.1 1 10
Fig. I.54 : Gain en dB des filtres passe-bande du second ordre

90 -90

45 -135

Ho > 0 0 -180 Ho < 0


2

1
-45 -225
0.5

0.1
-90 -270
0.1 1 10
Fig. I.55 : Phase des filtres passe-bande du second ordre

I.11.1 Réalisation par filtre actif

Ces filtres peuvent être réalisés à l'aide de plusieurs structures à C


ampli-op différentes, nous avons retenu la structure de Delyiannis
R
(Fig. I.56) dont la fonction de transfert est :

R
kRC
− p
F(p)= k-1 avec k =1+
R
C
⎛ 1 ⎞ R1
1 + ⎜2 − ⎟RCp + R C p
2 2 2

⎝ k −1 ⎠
R2
R1
Les valeurs des composants sont déterminés en identifiant h(p)
avec F(p). On trouve :
1 Fig. I.56 : structure de Delyiannis
ωo =
RC
Filtrage analogique 25

⎛ 1 ⎞ Δω 1 Δω Δf 1
RC ⎜ 2 − ⎟= Î 2− = = Î k =1 + Î
⎝ k − 1 ⎠ ωo2 k −1 ωo fo 2− Δf
fo

R2 R2 1 R1 Δf
sachant que k =1 + on obtient = ou encore =2 −
R1 R1 2 − Δf
fo
R2 fo

k k
Ho = − et H ( ωo ) =
k −1 2k −3
Exemple :
Etudier un filtre passe bande du second ordre qui a une fréquence centrale de fo = 10000 Hz et
une largeur de bande à 3 dB Δf = 2000 Hz.
--------------------
On fixe C = 1 nF Î R = 1 / 2π fc C = 15.9 K.
R1 / R2 = 2 – 2kHz/10kHz = 2 –0.2 = 1.8, on prend R1 = 18 k et R2 = 10 k.

On obtient le filtre de la figure ci-dessous. On peut vérifier sur l'agrandissement de la courbe du


gain (obtenue par simulation) autour de fc que
• le gain maximum correspond à la valeur théorique :
K = 1 + R2 / R1 = 1.555 Î H(fc) = 1.555 /( 2 × 1.555 –3 ) = 14 ⇒ HdB(fc) = 20 log(14) = 23 dB
• Que la largeur de bande à 3 dB est bien égale à 2 kHz

Fig. I.57 : filtre passe-bande du second ordre simulé sur le logiciel Electronics WorkBench
Filtrage analogique 26

Fig. I.58 : résultats de la simulation sur EWB

I.11.2 Passe bande à large bande passante


Pour réaliser un filtre passe-bande à large bande passante, il est recommandé d'utiliser un filtre
passe haut et un filtre passe-bas en cascade.

Exemple :
Réaliser un filtre passe bande tel que la fréquence de coupure basse est fob = 1 kHz et la fréquence
de coupure haute est foh = 10 kHz. On prendra un amortissement ζ = 0.6.
avec les structures de Salken-Key, si on prend C=50nF et R1=10 kΩ on trouve :
Passe haut, fo = 1kHz : R=3.18 kΩ , R2 = 8 kΩ
Passe bas, fo = 10kHz : R=318 Ω , R2 = 8 kΩ
Filtrage analogique 27

I.12 Transformation de fréquence


Les fonctions de transfert des filtres passe-haut, passe bande et réjécteur de bande peuvent être
déduites de la fonction de transfert du filtre passe bas à l'aide des transformations suivantes :

• Passe bas passe haut :


Pour transformer une fonction passe bas en une fonction passe haut on remplace p/ωo par ωo/p

• Passe bas - passe bande


Pour transformer une fonction passe bas en une fonction passe bande, on remplace p/ωo
par (p/ωo + ωo/p) ωo/Δω = (p/ωo + ωo/p) /2ζ
ωo devient la fréquence centrale
Δω = ω2 - ω1 = bande passante à 3 db, ωo/Δω = 1/2ζ = Q
L'ordre du filtre est doublé

• Passe bas - réjécteur de bande


Pour transformer une fonction passe bas en une fonction réjecteur de bande on remplace p/ωo

par (ωo/Δω) / (p/ωo + ωo/p) = 2ζ / (p/ωo + ωo/p)

ωo devient la fréquence centrale

Δω = ω2 - ω1 = bande passante à 3 db, ωo/Δω = 1/2ζ = Q


L'ordre du filtre est doublé
Filtrage analogique 28

PASSE BAS PASSE HAUT PASSE BANDE

h( ω ) =
ho Ho ho
p
Ho ( )
ω

H(ω) = h( ω ) =
ωo
H (ω) =
ωo

1 + ωpo + ( )
p
1 + ( ωω )2 1 + ωo 1 ω 2
ωo

ω ⎧ ho > 0 ⇒ s = 0 π ω ⎧ ho > 0 ⇒ s = 1
φ ( ω ) = s π − Arctg ( ) ⎨ φ( ω ) = s − Arctg ( ) ⎨
ωo ⎩ ho < 0 ⇒ s = 1 2 ωo ⎩ ho < 0 ⇒ s = − 1
0 0 180
0 90 -90
-15 165
-5 75 -105
-30 150 -5
ho>0 60 -120
-10 -45 135 ho>0
-10 45 -135
120
1er
-60
-15 30 -150
-75 105 -15
6dB/octave 15 -165

Ordre
-20 -90 90 6dB/octave
0.1 1 10 0.01 0.1 1 10 100 -20 0 -180
0.1 1 10 0.01 0.1 1 10 100

C C2
R R1
R2 C C1
R
- R -
C + +
R2 R2
1 1 R1 R1 jRC ω f jRC 1ω C1 f
- fo
- C2 fo

1 + jRCω 1 +( f )
2 1 + jR2Cω 1 +( f )2 1 + jRC ω 1 + (f) 2 1+ jRC 2ω 1+ ( )
f f 2
fo fo o fo

ho H0 ho (ωp0 )
2
H0 (ωω0 )2 ho (ωp0 ) H 0 (ωω0 )
( ) ( )
p 2
(1 − ( ) ) ( )
(1 − ( ) ) ( ) ( )
p
p 2 1 +2ζ 2 2

(1 − ( ) ) ( )
+
p
1 + 2ζ
2
+ ω 2
2
ω 2 1 + 2ζ p p 2 2 ω
+ 4ζ 2 ω
+ 4ζ 2 + ω 2 ω 2
ω0 ω0
ω0 ω0 ω0 ω0 ω0 ω0 ω0 + 4ζ 2 ω0
ω0 ω0

π 2 ζ ω
ω0 ⎧ ho > 0 : s = 1
Φ = s − Arctg
2ζ ω
ω0 ⎧ho > 0 : s = 0 2ζ ω
⎧ ho > 0 : s = 1 2 1 − ( ) ω 2 ⎨
⎩ ho < 0 : s = − 1
Φ = s π − Arctg Φ = s π − Arctg
ω0 ω0

1 − ( )
ω 2
ω0

⎩ ho < 0 : s = 1 1 − ( )
ω 2
ω0

⎩ho < 0 : s = 0
10
0.25
90 -90

-135
10 0 0 0.5 45
180 10 180 0.1 0 0.7 Ho>0 Ho<0
0.5 1 -180
0 -45 0 140 1
-45 6dB/Oct 0
135 2 -10 2

-10 h>0 h<0 H>0 H<0 2 -45


1 -225
-90 90 -10 0.5

2er
90 -90 0.1
-20 -20 -20 -90 -270
-135 45 0.1 1 0.1 1 10
-135 10
Ordre -30 45
R2 1
12dB/octave -30
-180
k =1 +
-40 12dB/octave
ωo =
0 -40 0 -180
0.1 1 10 0.1 1 10 0.1 1 10
R
C
R R1 RC
R R
kR 2 C 2 p 2
R1 Δf
R C k
R,L
=2 −
k
1 + ( 3 − k ) RCp + R 2 C 2
p2 C
R2 fo
C C C C
R
R1 R2
1 k kRC
1 + jRC ω − LC ω 2
1 + ( 3 − k ) RCp + R 2 C 2 p 2 1 − p
ω o = 3 − k = 2 ζ k-1
RC ⎛ 1 ⎞
1 R C 1 1 + ⎜2 − ⎟ RCp + R C
2 2
p 2

ωo = ζ = ω o = 3 − k = 2 ζ ⎝ k −1 ⎠
LC 2 L RC
Filtrage analogique 29

II LES FILTRES DE CHEBYSHEV

Les Filtres de Chebyshev sont les filtres construit à l’aide des polynômes de Chebyshev. Ils ont une
fonction de transfert h(jω) dont le module est de la forme :
H0
H (ω ) =
1 + ε 2 T n2 (ωω0 )
Tn(u) sont les polynômes de Chebyshev, ils sont définis par :

⎧⎪Tn(u) = cos(n arcos(u)) pour 0 < u < 1 soit 0 < ω < ωo



⎪⎩Tn(u) = ch(n argch(u)) pour u > 1 soit ω > ωo

Le paramètre ε définit l’amplitude de l'ondulation de H dans la bande passante. En effet si on


exprime Tn(u) dans l’intervalle (ω < ωo) et ceci pour différentes valeurs de n on obtient :

T0(u) = 1
T1(u) = u
T2(u) = 2u-1
T (u) = 4u3 - 2u
3

T4(u) = 8u4 - 8u2 +1

Si on trace ses fonctions on s’aperçoit qu'elles oscillent n/2 fois entre +1 et -1 pour u<1. Il en
résulte que H oscille n fois entre 1 et γ = 1 , On voit bien que l'amplitude de l'ondulation dépend
1+ε 2
de ε. HdB oscille n fois entre 0 et –R où R est l'ondulation en dB du filtre :
⎛ ⎞
−R = 20log10⎜⎜ 1 2 ⎟⎟
⎝ 1+ε ⎠
Le coefficient d'ondulation ε et l'ondulation R sont donc liée par les relations :

R = 10 log10 (1 +ε 2 )
R
ε 2 =10 10 −1

La figure ci dessus montre les courbes de T4(u), H4 et H4dB pour u < 1 et une ondulation R = 0.5 dB

1
T4(u)
0

-1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
1
H
0.95

0.9
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
0
H
dB

-0.5
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1

Fig. II.1 : ondulation d’un filtre de Chebyshev


Filtrage analogique 30

La recherche des fonctions de transfert de Chebyshev est un travail fastidieux car il faut
résoudre des équations trigonométriques non linéaires.
Des tables fournissant ses fonctions pour différentes valeurs de n et de R existent. Elles sont
données en fonction de la variable de la place normalisée s = ju = j ω . Seuls les dénominateurs D(s)
ωo
ho
sont fournis car ses fonctions sont de la forme h(s) = avec :
D(s)

⎪ho = 1 pour n impair

R
⎪h = γ = 10 −20 pour n pair
⎩o
Les dénominateurs sont fournis sous forme quadratique, c.a.d en forme de produit de polynômes de
degré 2 et éventuellement de degré 1 pour n impair. Cela dans le but de faciliter le passage à la
réalisation pratique par l'utilisation de filtres de second ordre en cascade. La liste ci-dessous fournit
quelques-uns de ces polynômes :

Polynômes de Chebyshev ε=0.508847 γ=0.891251 R=1dB

1 (1+0.508847s)
2 (1+0.995668s+0.907021s²)
3 (1+0.497051s+1.00583s²)(1+2.02359s)
4 (1+0.28289s+1.01368s²)(1+2.4114s+3.57912s²)
5 (1+0.181032s+1.01182s²)(1+1.09111s+2.32938s²)(1+3.45431s)
6 (1+0.125525s+1.00935s²)(1+0.609201s+1.79302s²)(1+3.72173s+8.0188s²)
7 (1+0.0920921s+1.00737s²)(1+0.391989s+1.53033s²) (1+1.60618s+4.33933s²) (1+4.86821s)
8 (1+0.0704291s+1.00589s²)(1+0.275575s+1.38209s²) (1+0.875459s+2.93376s²)
(1+5.00983s+14.2326s²)
9 (1+0.0556s+1.00479s²)(1+0.205485s+1.28968s²)(1+0.556611s+2.28018s²)
(1+2.10336s+7.02425s²)(1+6.27626s)
10 (1+0.0450063s+1.00396s²)(1+0.159743s+1.22786s²) (1+0.389282s+1.92112s²)
(1+1.12661s+4.41233s²)(1+6.28949s+22.2213s²)

Polynômes de chebyshev ε=0.349311 γ=0.944061 R=0.5dB

1 (1+0.349311s)
2 (1+0.94026s+0.659542s²)
3 (1+0.548346s+0.875314s²)(1+1.59628s)
4 (1+0.32976s+0.940275s²)(1+2.37556s+2.80574s²)
5 (1+0.21619s+0.965452s²)(1+1.22963s+2.09746s²)(1+2.75999s)
6 (1+0.151805s+0.977495s²)(1+0.71912s+1.69489s²)(1+3.6917s+6.36953s²)
7 (1+0.112199s+0.984148s²)(1+0.471926s+1.47736s²)(1+1.8182s+3.9389s²) (1+3.90366s)
8 (1+0.0862115s+0.988209s²)(1+0.335124s+1.34892s²)(1+1.03671s+2.78823s²) (1+4.98097s+11.3569s²)
9 (1+0.0682765s+0.990873s²)(1+0.251348s+1.26684s²)
(1+0.671707s+2.20975s²)(1+2.38502s+6.39622s²)(1+5.04019s)
10 (1+0.0553925s+0.992718s²)(1+0.196118s+1.21109s²)
(1+0.474268s+1.88038s²)(1+1.33583s+4.20319s²)(1+6.25989s+17.7686s²)
Filtrage analogique 31

Polynômes de Chebyshev ε=0.15262 γ=0.988553 R=0.1dB

1 (1+0.15262s)
2 (1+0.715851s+0.301747s²)
3 (1+0.573699s+0.591804s²)(1+1.03156s)
4 (1+0.397218s+0.751862s²)(1+2.04753s+1.60533s²)
5 (1+0.278732s+0.836864s²)(1+1.37121s+1.57252s²)(1+1.85558s)
6 (1+0.203107s+0.885436s²)(1+0.899942s+1.43601s²)(1+3.2506s+3.79706s²)
7 (1+0.153492s+0.915377s²)(1+0.623766s+1.32763s²)(1+2.05601s+3.02831s²) (1+2.65408s)
8 (1+0.119646s+0.935024s²)(1+0.456131s+1.25173s²) (1+1.31031s+2.40263s²)(1+4.41789s+6.86755s²)
9 (1+0.0956885s+0.948574s²)(1+0.348121s+1.19851s²)
(1+0.894419s+2.00987s²)(1+2.7112s+4.96659s²)(1+3.4428s)
10 (1+0.0781757s+0.958301s²)(1+0.274687s+1.16026s²)
(1+0.64921s+1.76061s²)(1+1.6952s+3.6484s²)(1+5.5708s+10.8158s²)

Les figures ci-dessous fournissent quelques courbes normalisées qui peuvent servir à définir
l'ordre d'un filtre en fonction de l'ondulation dans la bande passante et de l'atténuation dans la bande
coupée.
0
1

-10
2

-20
dB 3

-30
4
Chebyshev -- Module (R=1dB)
-40

5
-50 0 0.5 1 1.5 2
Fig. II.2 : Courbes du gain des filtres passe-bas de Chebyshev

0
1
-2 2

dB 3
-4
Chebyshev -- Module (R=1dB)
4
-6

5
-8
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Fig. II.3 : agrandissement de la courbe de gain
Filtrage analogique 32

-50

-100

-150

-200
Phase en °
-250

-300

-350
Chebyshev -- Phase (R=1dB)
-400

-450
0 0.5 1 1.5 2
Fig. II.4 : Courbes de phase des filtres passe-bas de Chebyshev

0
1

-100 2

3
-200

4
-300
Phase en °
5
-400

Chebyshev -- Phase (R=1dB) 6


-500
7

-600
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Fig. II.5 : Illustration de la phase dans la bande passante

On remarque sur la courbe ci-dessus que les filtres de Chebyshev on une phase quasi linéaire dans la
bande passante ce qui fait que ces filtres auront une faible distorsion de phase. Rappelons que pour
avoir une distorsion de phase nulle, il faut que tous les harmoniques subissent le même retard θ.

Sachant que le retard est obtenu par θ= , si φ(ω) est linéaire alors θ est constante et la distorsion

de phase est nulle.
Filtrage analogique 33

Exemple :
Réalisons un filtre de Chebyshev qui a une fréquence de coupure fo de 1 kHz, une ondulation de 1
dB dans la bande passante et une atténuation supérieure 45 dB pour les fréquences supérieures à 2fo
(u>2).

Si on observe les courbes correspondant à R = 1dB, on constate qu'il faut un filtre d'ordre 5 pour
obtenir l’atténuation de 45 dB désirée.
Dans la liste des polynômes de Chebyshev, on choisit celle correspondant à n = 5 soit :

(1 + 0.181032s + 1.01182s²) (1 + 1.09111s + 2.32938s²) (1 + 3.45431s)

La fonction de transfert du filtre est donc :


h(s) = 1
(1 + 0.181032s + 1.01182s²) (1 + 1.09111s + 2.32938s²) (1 + 3.45431s)

h(s) = 1 1 1
(1 + 0.181032s + 1.01182s²) (1+1.09111s + 2.32938s²) (1 + 3.45431s)

Donc le filtre pourra être réalisé en cascadant 2 filtres du second ordre et un filtre du premier
ordre.

h1( s ) = 1 = 1
1 + 0.181032s + 1.01182s² 1+ 0.181032 p + 1.01182 p2
ω0 ω02
h2 ( s ) = 1 = 1
(1 + 1.09111s + 2.32938s²) 1 + 1.09111 p + 2.32938 p2
ω0 ω 02
h3(s) = 1 = 1
1+3.45431s 1 + 3.45431 p
ω0
On va utiliser des filtres actifs à base d'amplificateurs opérationnels pour réaliser les 3 filtres h1,
h2 et h3. Plusieurs structures électroniques de base existent, Nous allons utiliser une structure du
premier ordre simple pour h3 et une la structure de Salen-Key passe bas pour h2 et h1.

Les schémas de la structure de Salen-Key ainsi que sa fonction de transfert sont fournis ci-dessous.
On va faire la correspondance avec les fonctions de transfert h1 et h2 et en déduire la valeur des
composants.
C

R R
Ve F ( p )= k
k 1 + ( 3 − k ) RCp + R 2 C 2 p 2
C Vs

Fig. II.6

R1 R2
Pour l'amplificateur k on prendra un amplificateur non-inverseur
classique. k = 1 + R2 / R1.
Filtrage analogique 34

Commençons par h1 :
1+ 0.181032 p+ 1.01182 p2 = 1 +(3 −k)RCp +R 2C 2 p 2
ω0 ω02
R²C² =
1.01182 ω = 2πf = 2π × 1000 = 6283.2 rad/s
o o
ω02
RC = √1.001182 / 6283.2 = 1.59 10-4
Si on prend C = 50 nF on obtient R = 3.2 k Ω .

0.181032 = (3 −k)RC = (3 -k) 1.001182


ω0 ωo
k = 3 - 0.181032 / √1.001182 = 2.82 = 1 + 1.82
Ce qui donne pour l’amplificateur : R2 = 18.2k et R1 = 10 k
On obtient la structure suivante pour h1
50 nF

18.2k

10k

3.2k 3.2k
Ve
Vs
50nF

Fig. II.7

Les mêmes calculs pour h2 aboutissent à :


C = 50 nF, R = 4.86 k et k = 1 + 1.29

Pour h3, on utilisera la structure du premier ordre ci dessous, elle nous permettra d'ajuster le gain
global de l'amplificateur afin d'avoir un gain statique global = 1. Mais elle introduit un décalage de la
phase de +π à cause du signe – dans la fonction de transfert.
C

R1 R2 R2/R1
- H(p)=
Ve + Vs 1+ R2Cp

1+R2Cp = 3.45431/ωo , on prend C=50 nF, on obtient R2 = 11 kΩ

Le gain statique global du filtre ainsi obtenu est k1 . k2 . R2/R1 = 1


On en déduit R1 = 2.82 x 2.29 x 11kΩ = 70 kΩ

1 0

0.8 -10

0.6 -20

dB
0.4 -30

0.2 -40

0 -50
0 500 1000 1500 2000 0 500 1000 1500 2000

Fig. II.8 : tracé théorique sur échelle linéaire des gains H et HdB du filtre désiré
Filtrage analogique 35

0 180

-10
90

-20
0
Phase
-30
-90
-40

-180
-50

1 2 3
-270
10 10 10 500 1000 1500 2000 2500 3000

Fig. II.9 : tracé théorique de HdB sur échelle semi-log Fig. II.10 : tracé théorique de la phase

Fig. II.11 : Schéma du filtre

Fig. II.12 : courbe du gain HdB obtenue par simulation sur EWB

Fig. II.13 : : courbe de la phase obtenue par simulation sur EWB


Filtrage analogique 36

III LES FILTRES DE BUTTERWORTH


Les Filtres de Butterworth sont les filtres construit à l’aide des polynômes de Butterworth. Ils ont
une fonction de transfert h(jω) dont le module est de la forme :
H0
H n(ω ) =
1 + (ωω0 )2n

Les filtres de Butterworth ont une réponse relativement plate dans la bande passante mais ils ont
une sélectivité mois forte que les filtres de Chebyshev.

La liste ci-dessous fournit les dénominateurs D(s) des fonctions de transfert passe bas de
Butterworth jusqu’à l'ordre 10. Ils sont fournis en fonction de la variable de Laplace normalisée s = ju.
La fonction de transfert est de la forme h(s) = 1
D(s)

1 (1+s)
2 (1+1.41421s+s²)
3 (1+1s+s²)(1+s)
4 (1+0.765367s+s²) (1+1.84776s+s²)
5 (1+0.618034s+s²) (1+1.61803s+s²) (1+s)
6 (1+0.517638s+s²) (1+1.41421s+s²) (1+1.93185s+s²)
7 (1+0.445042s+s²)(1+1.24698s+s²) (1+1.80194s+s²) (1+s)
8 (1+0.390181s+s²) (1+1.11114s+s²) (1+1.66294s+s²) (1+1.96157s+s²)
9 (1+0.347296s+s²) (1+1s+s²) (1+1.53209s+s²) (1+1.87939s+s²) (1+s)
10 (1+0.312869s+s²) (1+0.907981s+s²) (1+1.41421s+s²) (1+1.78201s+s²) (1+1.97538s+s²)

0.8

0.6

0.4

0.2

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3

Fig. III.1 : Gain en linéaire des filtres de Butterworth


Filtrage analogique 37

-20

dB
-40

-60

-80
-1 0 1
10 10 10
Fig. III.2 : Gain en dB sur échelle semi-logarithmique des filtres de Butterworth

-100

-200

-300

-400
Phase
-500

-600
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
Fig. III.3 : phase des filtres de Butterworth
Filtrage analogique 38

1
-100

2
-200

3
-300
4
-400
5

-500
6

-600 7
-1 0 1
10 10 10

Fig. III.4 : phase des filtres de Butterworth sur échelle semi- logarithmique

Exemple : Filtre passe bas de Butterworth, Ordre=5, fc=2kHz, C=50 nF


Premier terme : (1+0.618s+s2) ⇒ R=1.59 kΩ , k=1+1.38
2ème terme : (1+1.618s+s2) ⇒ R=1.59 kΩ , k=1+0.38
3ème terme : (1+s) ==> R2 = 1.59 kΩ, R1 = 5.24 kΩ

Fig. III.5 : résultat de simulation sur EWB