Vous êtes sur la page 1sur 53

ONG DYVOSO REPUBLIQUE TOGOLAISE

132 Rue Lowou, Tokoin Solidarité Travail-Liberté-Patrie


BP : 81195 Lomé-Togo
Tél : (00228) 22386749 / 9OO75087
Email: dyvosoafrik@gmail.com
Site web: dyvoso-afrik.org

ACAO ENGEENERING

Rapport de stage

Stage d’architecture-
construction au TOGO
Rédigé par:
Nicolas RIGOUT

Etudiant en Architecture – Construction

Nationalité : Française

Période
Juillet/Août 2011
Table des matières
Remerciement ........................................................................................................................................ 4

Introduction ............................................................................................................................................. 5

I L’association DYVOSO AFRIK .................................................................................................. 6

I.1. Présentation de l’association ................................................................................................... 6

I.2. Vie associative ......................................................................................................................... 6

II. L’entreprise ACAO ENGEENERING ........................................................................................ 9

II.1. Présentation ............................................................................................................................. 9

II.2. Organigramme ......................................................................................................................... 9

III. Présentation des missions............................................................................................................ 10

III.1. Conception d’un R+1 pour une villa d’habitation ................................................................. 10

1.a. Plan AUTOCAD ............................................................................................................... 10

1.b. Plan ARCHICAD .............................................................................................................. 14

1.c. ATLANTIS STUDIO ........................................................................................................ 16

1.d. Devis .................................................................................................................................. 17

III.2. Conception d’une villa en RDC avec possibilité de niveaux supérieurs ............................... 18

2.a. Description du projet ......................................................................................................... 18

2.b. Réalisation des plans sur AUTOCAD ............................................................................... 19

2.c. 3D avec ARCHICAD ........................................................................................................ 20

2.d. Rendu ATLANTIS ............................................................................................................ 22

III.3. Réalisation d’un dossier client complet ................................................................................. 25

3.a. Réalisation du chiffrage ..................................................................................................... 26

3.a. Estimation des quantités de matériaux .............................................................................. 29

3.b. Plan d’implantation des poteaux ....................................................................................... 32

3.c. Plan de terrassement .......................................................................................................... 33

3.d. Plan de ferraillage .............................................................................................................. 34

IV. Visites de chantier ....................................................................................................................... 39

IV.1. Chantier n°1........................................................................................................................... 39

IV.2. Chantier n°2........................................................................................................................... 40

2
IV.3. Chantier n°3........................................................................................................................... 41

IV.4. Chantier n°4........................................................................................................................... 42

IV.5. Chantier n°5........................................................................................................................... 43

5.a. 1ère visite ............................................................................................................................ 43

5.b. 2ème visite ........................................................................................................................... 44

IV.6. Chantier annexe: SOKODE................................................................................................... 46

V. Analyse des différences des procédés entre la France et le Togo ............................................ 50

V.1. Procédés constructifs ......................................................................................................... 50

1.a. Dans la conception ............................................................................................................ 50

1.b. Dans la réalisation ............................................................................................................. 50

1.c. Dans les normes ................................................................................................................. 51

V.2. Sécurité .............................................................................................................................. 51

Conclusion ............................................................................................................................................ 53

3
Remerciement

Je tiens à remercier tout particulièrement M.KOMBATE, président de DYVOSO AFRIK, sans


qui ce stage n’aurait pas été possible. Il a su répondre très rapidement à ma demande en me proposant
un stage de qualité.
Je remercie bien évidement, M.OUREYA et M.ADIGUN, d’ACAO, qui ont été super durant tout le
stage, sachant m’apporter leurs connaissances et acceptant avec bienvenue mes remarques et point de
vue.

Tout les trois m’ont réservé un accueil chaleureux et ont tout fait pour que ce stage se passe pour le
mieux.
Ils se sont attachés à me faire découvrir leur pays, sa nourriture, ses traditions, ses méthodes de travail,
et pour tout cela je les remercie.
Introduction
De plus en plus il est demandé aux ingénieurs de savoir s’adapter à des situations de toutes
sortes, comme travailler dans un pays étranger afin de découvrir d’autres méthodes de travail, une
autre culture, et éventuellement une autre langue. C’est pourquoi, dans le cadre de ma formation à
l’école d’ingénieur CE SFA-BTP, j ai effectué un stage à l’étranger durant pendant les mois de Juillet
et Août 2011.

J’ai choisi de réaliser ce stage au TOGO, petit pays d Afrique de l’ouest. Avec l’aide de
l’association humanitaire DYVOSO AFRIK, j’ai pu être placé dans une entreprise de Lomé, ACAO
ENGEENERING, qui est à la fois un bureau d’étude et un cabinet de maîtrise d’œuvre. Durant cette
période j’ai pu travailler sur des appels d’offres, des projets en cours, et faire le suivi de plusieurs
chantiers.

Dans ce rapport, je m’attacherais tout d’abord à présenter les différents acteurs qui m’ont
permis de réaliser ce stage : l’association DYVOSO AFRIK et ACAO ENGEENERING.

Je détaillerais ensuite les missions que j ai eu à effectuer, que ce soit le travail de bureau
d’étude ou les missions de maîtrise d’œuvre.

Enfin, je ferais une analyse des différences entre France et Togo concernant les modes
constructifs.
I. L’association DYVOSO AFRIK

I.1. Présentation de l’association

L’association DYVOSO AFRIK est une association de solidarité internationale. Elle a été
créée en 2008 par son actuel président, Samuel KOMBATE, qui a pour sa part de nombreuses années
d’expérience dans le milieu des associations humanitaires au TOGO.

L’association en continuelle évolution, reçoit des étudiants et des bénévoles de nombreuses


nationalités, Français, Belges, Italien ect….
Certains viennent au Togo comme bénévole et réalisent pour la plupart des chantiers de courtes durée
(3 semaines) et qui ont pour thème la rénovation ou la construction de bâtiments, l’alphabétisation des
femmes, le soutien scolaire, la sensibilisation au VIH et au paludisme …
D’autres, comme moi, viennent en tant que stagiaires pour des durées supérieures à un mois. Les
stages peuvent se dérouler dans le secteur de l’urbanisme, de l’architecture/construction, de la
médecine….
DYVOSO AFRIK, bien que dépendant encore de la venue d’étranger, dispose de nombreux jeunes
volontaires togolais, employés ou étudiants, qui participent tout au long de l’année au développement
de l’association, en allant prospecter dans les villages pour des nouveaux projets, en faisant des
sondages auprès des habitants ect…

I.2. Vie associative

Durant la totalité du stage, j’ai été logé chez M.KOMBATE. Tout les repas étaient pris en
charge et préparé par sa famille, ce qui m’a permis de gouter toutes les spécialités togolaises. La
nourriture se compose principalement de féculent (riz, pate) et de céréales (blé, mais).

A Lomé, la ville n’offre pas autant de distractions que les villes européennes, mais j’y ai visité la
plage, ou paradoxalement peu de gens se baigne en raison des forts courants présents dans cette zone.
Je suis allé aussi voir le palais des congrès de Lomé, une des constructions les plus importantes en
ville.

J’ai pu néanmoins profiter des différentes excursions organisées pour les bénévoles des différents
chantiers en cours. C’est ainsi que nous sommes allé à Kpalimé ou se trouve une chute d’eau très
connue au Togo. Nous sommes tout d’abords allé rejoindre les volontaires dans le village d’Ando
Centre ou nous avons passé la nuit. Puis le lendemain nous avons pris la route de la chute d’eau. La
nature là-bas y est vraiment très verdoyante, avec des bananiers des palmiers, des fougères…
Le week-end suivant je suis parti avec les mêmes personnes à Togoville, ancienne ville royale
ou réside encore le prince de Togoville. Pour accéder à la ville nous avons pris une pirogue afin de
traverser le lac bordant celle-ci. C’est aussi ici qu’a été signé en 1888 le traité de protectorat entre
l’Allemagne et le Togo, moyen pour ce dernier de se protéger du colonialisme Britannique et Français.
Nous avons été reçus par le prince et sa délégation pendant près de deux heures, pendant lesquelles on
nous a conté l’histoire du Togo de 1888 à nos jours. Nous avons ensuite eu tout le loisir de poser des
questions sur divers sujets, allant de l’époque « coloniale », à la politique actuelle et en passant par la
pratique du vaudou, religion majoritaire au Togo. Cette rencontre à été extrêmement intéressante, le
prince étant quelqu’un de très cultivé et de très charismatique.

7
Lac aux abords de Togoville

Le weekend end suivant, je suis retourné dans le village d’Ando Centre ou était organisé une
soirée Africaine, ou pour l’occasion nous nous étions fait concevoir des habits africain. Nous avons pu
danser autour d’un feu fait par les villageois, au son des Djumbe.

Le deuxième weekend d’Aout, j’ai accompagné M.KOMBATE à Sokodé où se trouvaient


plusieurs étudiants en médecine français, en stage dans le CHR de Sokodé. Eux ont animé cette fois
une journée Européenne, en faisant pour le petit déjeuner, le déjeuner et le diner des plats européens,
ce qui a bien fait plaisir à tout le monde. Durant la journée nous avons aussi pu réaliser diverses
activités comme des jeux de sociétés.
Le lundi je suis resté à Sokodé pour visiter des chantiers, mais je détaillerais ce point la dans la partie
« visites de chantiers » ;

Enfin, le dernier weekend, bien que ce ne soit pas avec l’association DYVOSO, je suis parti en
compagnie de Mark ADIGUN au Bénin, pays natal de celui-ci. Il retournait dans sa famille le temps
du weekend pour assister à des cérémonies célébrant les morts de sa famille. Ce fut un weekend très
intéressant, ces cérémonies étant superbes.

8
II. L’entreprise ACAO ENGEENERING

II.1. Présentation

L’entreprise ACAO, Agence de Conception Assistée par Ordinateur, est une petite entreprise
de CAO/DAO fondée en 2006 par des étudiants tout justes diplômés en Génie Civil. ACAO officie en
tant que bureau d’étude et maîtrise d’œuvre dans certains cas. Elle réalise la conception architecturale
des bâtiments en réalisant des maquettes 3D, les dimensionnements de structures ainsi que les plans de
ferraillage, et enfin l’estimation du prix. En tant que maîtrise d’œuvre, elle contrôle la réalisation des
travaux et coordonne les différents sous-traitants.

Actuellement, ACAO a 4 chantiers qu’elle suit en tant que maîtrise d’œuvre.

Au-delà de ces fonctions, ACAO dispense également des formations aux étudiants en
Architecture/Génie Civil sur les logiciels Autocad, Archicad, Robot, Atlantis et d’autres.

II.2. Organigramme

Falilou OUREYA
DG

Mark ADIGUN
DGA

Koffi GNEMEGNA
Conducteur de Technicien de Technicien de
travaux chantier chantier

Chef maçon Chef ferrailleur Chef menuisier


III. Présentation des missions
Dès mon arrivée dans l’entreprise, mon maître de stage a voulu que je me familiarise avec les
logiciels qu’ils ont l’habitude d’utiliser, à savoir AUTOCAD, ARCHICAD et ATLANTIS STUDIO.

III.1. Conception d’un R+1 pour une villa d’habitation

Pour cela, on m’a confié un projet en cours de conception pour que je réalise les plans
AUTOCAD, la 3D avec AUTOCAD 3D dans un premier temps et ARCHICAD dans un second
temps, et enfin le rendu avec ATLANTIS STUDIO.
Le projet en question concernait la réalisation d’un premier étage d’une villa d’habitation, pour
laquelle ACAO avait déjà conçue le rez-de-chaussée. En effet il est fréquent au Togo, que des
particuliers fassent construire leur maison en RDC, dans l’idée d’effectuer plus tard un premier voir un
deuxième étage, une fois qu’ils disposeront des fonds nécessaires. Le maître d’ouvrage informe bien
évidement le bureau d’étude de cette intention, car la structure du bâtiment est alors dimensionnée
pour recevoir un ou deux étages.

1.a. Plan AUTOCAD

Les plans de ce premier étage avaient déjà été réalisés par l’équipe d’ACAO, mais uniquement
sur ARCHICAD. J’ai donc repris le projet sur AUTOCAD afin d’avoir des plans plus précis.
Ce premier étage comprend 5 chambres, un dressing, 5 salles de bains, une cuisine, un living room
ainsi que deux terrasses. En prévision du second étage, deux cages d’escalier permettent d’accéder à la
toiture-terrasse du R+2. Des arcades ceinturent les deux terrasses. Le living room présente sur sa
façade ouest une baie vitrée arrondie. Enfin l’escalier du living room, réalisé en béton, verra ses
marches encastrées dans un voile péri métrique donnant ainsi un effet « épuré ».
11
Sur les plans de façade, j ai choisis de faire apparaître les différents éléments constructifs afin de
permettre à un technicien sur place de suivre efficacement les travaux.

Les élévations se composent comme suit :

- Dalle basse de 20 cm comprenant une dalle d’épaisseur 15 cm composée de hourdis et d’une


table de compression de 5 cm en béton.

- Les murs périphériques et intérieurs sont réalisés en parpaings creux de 12 cm. L’allège sous
fenêtre est de 1m avec une hauteur de fenêtre de 1,15m. Les portes ont une hauteur de 2,15m.

- Un chaînage en béton armé vient ensuite par-dessus tous les murs, servant en même temps de
linteau pour les portes et fenêtres. Celui-ci fait 20 cm de haut pour 12 de large.

- Ensuite on remet 0,65 cm de parpaings pour obtenir une hauteur sous plafond de 3 m.

- La dalle haute se compose comme la dalle basse

- Un acrotère est réalisé en bordure de dalle haute sur 40 cm de haut.

- Sur la dalle haute viendra les 2 cages d’escaliers servant à accéder à la toiture-terrasse

Les plans en 2D sur AUTOCAD ne permettant pas d’avoir une bonne vision d’éléments tels que les
arcades, la baise vitrée … j’ai ensuite réalisé la 3D avec le même logiciel en différenciant tout les
éléments différents par une couleur. En marron apparaissent les élévations en parpaings, en rouge le

12
chainage en béton armé, en bleu les poteaux et arcades en béton armé et en violet l’acrotère en
parpaing.

13
Si la 3D sur AUTOCAD se révèle très précise, plusieurs inconvénients se présentent. D’une part, plus
on ajoute d’éléments, moins le logiciel réagit rapidement ce qui rend son utilisation laborieuse. D’une
autre part, la conception de certains éléments en 3D, tels que les arcades sont assez difficiles, le
logiciel ne permettant pas d’outils pour le faire automatiquement. Enfin le rendu n’est pas assez
réaliste pour pouvoir effectuer une présentation au client.
C’est pourquoi on utilise le logiciel ARCHICAD pour réaliser des maquettes 3D de qualité.

1.b. Plan ARCHICAD

Le logiciel ARCHICAD se révèle très simple d’utilisation pour quelqu’un sachant se servir
d’AUTOCAD, le fonctionnement de base étant similaire.

14
Le dessin se conçoit comme sur AUTOCAD, à la différence que l’on rentre directement la hauteur des
éléments au moment de faire la 2D, créant automatiquement la 3D. Les éléments que l’on trace sont
directement identifiés comme murs, dalle, poteaux… Ensuite il suffit d’insérer des objets pour le
mobilier.

Une fois la 3D structurelle effectuée, on va venir apposer des textures avec un autre logiciel,
ATLANTIS STUDIO.

15
1.c. ATLANTIS STUDIO

ATLANTIS permet d’appliquer des textures très réalistes sur la structure 3D ainsi que des
jeux de lumières. On applique ainsi le revêtement extérieur, les revêtements de sols, les textures de
mobiliers ect….

Vue en perspective

Vue de la terrasse

Vue du salon

Vue d’une chambre

16
Ce sont ces rendus là qui seront présentés au client, ce qui lui permet de se faire une idée de ce à quoi
ressemblera son projet.

1.d. Devis

Enfin il m’a été demandé de faire le quantitatif du Gros Œuvre, et, à l’aide d’une base de prix
empirique réalisée par l’entreprise, d’en estimer le coût.

La méthode de chiffrage est quasiment similaire que celle utilisée en France.


III.2. Conception d’une villa en RDC avec possibilité de niveaux supérieurs

Au milieu du mois de Juillet, l’entreprise a reçu un appel d’offre concernant une villa
d’habitation en rez-de-chaussée avec possibilité de niveaux supérieurs. L’entreprise a décidé de
remettre plusieurs projets au client.

2.a. Description du projet

Le projet à réaliser se trouve sur un demi-lot. Au Togo, la plupart des terrains vendus sont
normés. Un lot correspond à une parcelle de 20 m sur 30 m. Les propriétaires choisissent souvent de
diviser ce lot en deux pour effectuer deux projets distincts. Il faut savoir que les terrains en ventes
étant peu nombreux à LOME, la parcelle est utilisée dans sa totalité, les murs du bâtiment et de la
clôture étant souvent très proches.

Ici nous avions donc une parcelle de 30 m de long sur 10 m de large.

Les exigences du client étaient :

- 3 chambres

- 2 ou 3 salle d’eau

- 1 salle d’eau visiteurs

- 1 living-room

- 1 salle à manger

- 1 cuisine

- 2 terrasses

- 1 garage pour 2 véhicules

- 1 bureau si possible

- Des placards dans chaque chambre

- Un dressing pour la chambre principale si possible

Les recommandations étaient :

- Hauteur sous plafond : 3 m

- Allège 90 cm

- Hauteur des portes : 2,1 m

- Hauteur des fenêtres : 1,2 m

- Soubassement : 1 m

- 2 fosses septiques
- 1 puisard

Les terrains étant souvent en terrains inondable, la maison est surélevée par rapport au TN. Ici ce sera
de 60 cm.

Pour ma part j’ai été chargé de réaliser 2 propositions, des plans AUTOCAD à la 3D sur ATLANTIS.

2.b. Réalisation des plans sur AUTOCAD

Cette fois-ci je ne suis pas passé par AUTOCAD pour réaliser la 3D, par soucis de temps.

19
2.c. 3D avec ARCHICAD

Proposition 4

Plan masse

Façade principale

Façade sud

20
Proposition 5

Plan masse

Façade principale

Façade sud
2.d. Rendu ATLANTIS

Proposition 4

Vue en perspective

Vue du jardin

Vue du salon
Vue d’une chambre

Proposition 5

Vue du jardin et de la terrasse

Vue du salon

23
Vue en perspective de
l’arrière

Vue d’une chambre

24
III.3. Réalisation d’un dossier client complet

Concernant le projet détaillé dans la partie ci-dessus, le client n’ayant pas fait son choix
rapidement, et ne pouvant effectuer le chiffrage pour tous les projets, nous avons décidé de chiffrer un
des projets et d’en réaliser le dossier client. En effet, comme je l’ai expliqué plus haut, les commandes
de projets sont très similaires dus à la normalisation des terrains en demi-lots. Même si la proposition
chiffrée n’est pas celle retenue par le client, elle servira dans le cas d’une nouvelle commande.

J’ai donc effectué tous les métrés, puis le chiffrage. J’ai ensuite évalué les quantités de
matériaux (sable, ciment, gravier et armature) qui seront utilisées pour le gros œuvre.
Puis j’ai dessiné les plans de terrassement et d’implantations.
Enfin j’ai réalisé les plans d’armatures qui serviront aux ferrailleurs sur le terrain.
Et pour terminer, j’ai compilé tous ces documents avec les vues en plans, des façades, les rendus 3D
…en PDF.

Je vais détailler ci-après les différentes étapes de mon travail..


3.a. Réalisation du chiffrage

Pour réaliser ce chiffrage, je me suis servi de la même base de prix que pour le premier projet

Dimension Quantités
N° Désignation U Eléments PU TOTAL
semblables L l Ep/H Partielles Définitives
I Terrassement
1 Fouille sous semelle
Fouille sous semelle m3 39 1,3 1,3 0,75 1,2675 49,43 1 500 74 149
2 Fouille sous murs
m3 1 0,8 147,38 0,4 47,16 1 500 70 742
3 Remblai provenant des fouilles
m3 1 0,3 1 000 0
4 Fouille sous puisard
Fouille sous puisard m3 1 1,32665 2,5 3,32 1 500 4 975
5 Fouille sous fosse
Fouille sous fosse m3 1 3,3 1,8 2,65 15,74 1 500 23 612
II Soubassement
1 Béton de proporeté
Béton de propreté sous semelle m3 39 1,3 1,3 0,05 0,0845 3,30 70 000 230 685
Béton de propreté sous parpaings m3 1 0,8 147,38 0,05 5,90 70 000 412 664
2 Semelles
m3 39 1,3 1,3 0,3 0,507 19,77 115 000 2 273 895
3 Poteaux en soubassement
Poteaux rect. 15x20 m3 2 0,15 0,2 0,8 0,024 0,05 115 000 5 520
Poteaux carré 15x15 m3 37 0,15 0,15 0,8 0,018 0,67 115 000 76 590
4 Longrines
m3 1 0,2 147,38 0,2 29,48 115 000 3 389 740
5 Parpaings plein ep 20 cm
m2 1 0,2 147,38 0,8 117,90 7 500 884 280
6 Puisard
Parpaings plein ep 15 cm m² 1 0,15 4,08 2,5 10,20 6 400 65 280
Dalle puisard m3 1,32665 0,15 0,20 115 000 22 885
7 Fosse septique
Parpaings plein ep 15 cm m² 1 0,15 10,2 2,35 3,60 6 400 23 011
Poteaux carré 15x15 m3 6 0,15 0,15 2,35 0,052875 0,32 115 000 36 484
Chaînage 15x15 m3 1 0,15 10,2 0,15 0,23 115 000 26 393
Dalle haute m3 1 3,3 1,8 0,15 0,89 115 000 102 465
Dalle basse m3 1 3,3 1,8 0,15 0,89 115 000 102 465
III Béton élévation
1 Poteaux
Poteaux rect. 15x20 m3 2 0,15 0,2 3 0,09 0,18 115 000 20 700
Poteaux carré 15x15 m3 37 0,15 0,15 3 0,0675 2,50 115 000 287 213
2 Chaînage
Chaînage m3 1 0,15 147,38 0,2 4,42 115 000 508 461
3 Escalier
Escalier principal m3 1 1,60 115 000 184 115
4 Dalle basse
Principale m3 1 9 19,22 0,07 12,11 115 000 1 392 489
Guérite + garage m3 1 4,7 7,8 0,07 2,57 115 000 295 113
6 Eléments dalle haute principale
Poutres m3 1 0,2 4,14 0,4 0,33 115 000 38 088
Poutres noyées m3 1 0,15 40,86 0,15 0,92 115 000 105 725
Poutre périphérique m3 1 0,15 56,44 0,15 1,27 115 000 146 039
Table de compression m3 1 9 19,22 0,05 8,65 115 000 994 635
Nervures (10% T.C.) m3 1 0,86 115 000 99 464
7 Eléments dalle haute garage
Poutres noyées m3 1 0,15 4,7 0,15 0,11 115 000 12 161
27
Poutre périphérique m3 1 0,15 25 0,15 0,56 115 000 64 688
Table de compression m3 1 4,7 7,8 0,05 1,83 115 000 210 795
Nervures (10% T.C.) m3 1 0,18 115 000 21 080
IV Maçonnerie élévation m2
1 Parpaings creux ep. 15 cm
Parpaings creux ep. 15 cm brut m2 1 0,15 147,38 3 442,14
Retrait fenêtre m2 1 114,42
Parpaings creux ep. 15 cm sans fenêtre m2 1 327,72 5 500 1 802 480
2 Parpaings creux ep. 15 cm acrotères
Parpaings creux ep. 15 cm acrotères m2 1 0,15 93,12 0,4 37,25 5 500 204 864
3 Crépissage
Vertical m3 1 294,76 0,02 13,11 2 000 26 218
Horizontal m3 1 212 0,02 4,24 2 500 10 600
4 Hourdis
Hourdis m2 1 210,00 6 500 1 365 000
5 Chape au sol
Chape au sol m2 1 172,98 9 600 1 660 608
V Clôture ens 1 2 318 793
TOTAL GO 19 595 161

28
3.a. Estimation des quantités de matériaux

i) Sable / ciment / mortier


Pour estimer les quantités de matériaux, je me suis basé sur les cubages et les surfaces
obtenues pour les métrés, puis j’ai ensuite appliqués des ratios donnés par l’entreprise pour estimer les
quantités de sable, ciment et gravier.

Par exemple :

- Béton de propreté dosé à 150 kg/m3

- Béton armé, pour poteaux, semelles, chaînage, dosé à dosé à 350 kg/m3 : pour 1 m3 de béton,
il faut 0,8 m3 de gravier, 0,4 m3 de sable et 350 kg de ciment (soit 7 sacs)

- Parpaings de 10 plein dosés à 250 kg/m3 : pour 1 m² de parpaing, il faut 0,104m3 de sable et
26 kg de ciment

-
ii) Armatures
Pour les armatures, le quantitatif est un plus long à faire. Avec Falilou OUREYA, nous avons
dimensionné certains éléments à l’aide de ROBOT, et pour d’autres, c’est M.OUREYA qui m’a
indiqué les armatures à utiliser.

- Pour les poteaux

Nous avons identifié dans la structure le poteau le plus sollicité. Puis nous avons effectué une descente
de charge sur le poteau. Les charges permanentes et d’exploitation, qui m’ont été fournies par
l’entreprise sont :

g1 : Béton armé : 25000 N/m3

g2 : Hourdis : 1300 N/m²

g3 : Briques pleines ep 15 cm : 3000 N/m²

q : Terrasses accessibles au privées : 1500 N/m²

Le dimensionnement s’effectue à l’ELU avec la combinaison d action 1,35.ΣG ¨+ 1,5 ΣQ.

On dimensionne en prévoyant 2 étages.

Ce qui donne :

30
F1 ELU = 1,35(3Gdalle + 2Gpoteau) + 1,5(3Qdalle)
F1 ELU = 1,35(3x35,7 + 2x1,8) + 1,5(3x21)
F1 ELU =244 kN

F2 ELU = F1 ELU + 1,35(Gpoteau + Gpoteau soubassement)


F2 ELU = 244 + 1,35(1,8 + 2,7)
F2 ELU = 264 kN

On soumet ensuite le poteau et la semelle à ROBOT pour obtenir le ferraillage.


Le ferraillage de ce poteau et de cette semelle seront ensuite repris pour tous les autres poteaux et
semelles.

Cela nous donne pour le poteau : 6HA 16 pour les aciers longitudinaux, 13 épingles et cadres Ø 6.

- Pour les dalles

Pour la dalle on sert d’un ferraillage type, à savoir 2 lit perpendiculaire de HA 6 espacés de 50 cm.

- Pour le chaînage

De même que pour la dalle on se sert d’un ferraillage type, à savoir 4HA 10 et 2HA 8 en longitudinal,
et des cadres Ø6 espacés de 15 cm.

Au final, ces quantités ne servent pas au chiffrage financier du projet, puisque les PU pour chaque
élément comprennent les matériaux, le matériel et la mise en œuvre. Mais elles sont utiles lors des
commandes de matériaux, et permettent aussi au technicien sur place de faire un contrôle des quantités
utilisées pour chaque ouvrage. Enfin il arrive que le client ait des facilités pour se procurer les
matériaux, et dans ce cas il se charge de l’achat et de l’approvisionnement.

31
3.b. Plan d’implantation des poteaux

Le plan d’implantation des poteaux servira à implanter les poteaux et délimiter les fouilles à réaliser.

32
3.c. Plan de terrassement

Toujours dans l’optique de servir aux techniciens sur chantiers, j’ai réalisé le plan de
terrassement pour les fondations.

33
On a choisit de réaliser les fouilles suivantes :

- Pour les longrines de la clôture, des fouilles de 80 cm de largeur et de 45 cm de profondeur

- Pour les semelles des poteaux de clôture, des fouilles de 0,6 x 0,6 X 0,65m

- Pour les longrines de la villa, des fouilles de 80 cm de largeur et de 85 cm de profondeur

- Pour les semelles des poteaux de la villa, des fouilles de 1,3x1, 3X1, 15 m

Sur le plan, on voit qu’à certains endroits, la clôture étant assez proche du bâtiment, les fouilles de
la clôture et du bâtiment se superposent. Il sera alors nécessaire d’effectuer les fouilles et fondations
du bâtiment avant celle de la clôture.

Sur le plan de fondation, j’ai aussi représenté la fosse septique et le puisard. La fosse septique a été
implantée dans le garage et le puisard dans le jardin.

3.d. Plan de ferraillage


Enfin j’ai réalisé les plans de ferraillage pour les différents éléments de la villa.

i) Vue générale des poteaux de clôture

34
ii) Plan de ferraillage des poteaux en clôture simple

iii) Plan de ferraillage des poteaux en clôture mitoyenne

35
iv) Plan de ferraillage du puisard

v) Plan de ferraillage de la fosse septique

36
vi) Plan de ferraillage des poteaux intérieurs 15x20 cm

vii) Plan de ferraillage des poteaux intérieurs 15x15 cm

37
viii)Plan de ferraillage de la dalle principale

ix) Plan de ferraillage de la dalle du garage

38
IV. Visites de chantier

Comme je l’ai dit plus haut, ACAO assure dans certain cas le suivi des chantiers dont il a conçu
les plans. Cela dépend du contrat passé avec le maître d’ouvrage, qui parfois ne veut uniquement une
proposition architecturale et structurale, et qui se chargera de suivre le chantier.

ACAO assure donc le contrôle sur de nombreux chantier en cours, principalement des immeubles
d’habitation et des villas pour particuliers.

J’ai pu effectuer plusieurs visites de chantiers au cours de ces deux mois passé ici.

IV.1. Chantier n°1

Le premier chantier que j’ai visité était un immeuble d’habitation en R+3, avec au RDC des
locaux pour des commerces. La particularité de ce chantier est sa façade, avec des poteaux de
décoration apparents, et un revêtement en « péré-maçonnés ». C’est en fait un pavage en béton réalisé
dans des moules et ensuite collé à la façade.

Le chantier était en finition au RDC et en cours de corps d’états techniques dans les étages.

Façade Revêtement péré-


maçonné

Ce qui m’a marqué pour ce premier chantier, ce sont le mode d’installation des différents réseaux.

Pour les courants forts/faibles, l’électricien viens après la pose des parpaings, et parfois après enduit,
faire des saignées dans les murs pour installer ses fourreaux. Seules les réservations pour les traversées
de dalles sont assurées.

Pour la plomberie, on ne fonctionne pas en gaine, chaque arrivée et évacuation d’eau est indépendante
et se déverse dans une fosse septique en sous sol.

L’évacuation des eaux de pluie se fait par l’installation de tuyaux PVC dans certain poteaux en toiture
qui descende ensuite jusqu’en bas. Les gouttières sont quand à elles réalisées en béton et nécessitent
donc un coffrage.
39
Saignées pour courants forts Collecteur d’eaux de pluie

IV.2. Chantier n°2 (non géré par ACAO)

Le second chantier que j’ai visité était une villa d’habitation en RDC. Le chantier en était au
gros œuvre, la dalle haute n’avait pas encore été coulée et était en cours de coffrage.

La fosse septique était aussi en cours de coulage, sa dalle haute étant réalisée en coffrage perdu
constitué de branches de palmiers.

J’ai appris ici que les hourdis et parpaings étaient en fait réalisés sur place à l’aide de moules
métalliques, et non préfabriqués.

Ce qui m’a choqué ici, c’est l’étaiement de la dalle et des poutres, réalisé avec des troncs d’arbres et
souvent calés sur des pierres. Afin d’assurer une bonne portance, on met beaucoup de ces tronc
d’arbres, rendant difficile les déplacements sous la dalle.

Dalle de la fosse septique en coffrage perdu Hourdis

40
Etaiement de la dalle

Coffrage d’une poutre Ferraillage des poutres de la dalle en hourdis

IV.3. Chantier n°3

Sur ce chantier, j’ai pu voir une dalle hourdis prête à être coulée, ou l’on peut voir les hourdis, le
ferraillage des poutres entre hourdis, la poutre péri métrique et le ferraillage de la table de compression
par-dessus les hourdis.

Ferraillage d’une dalle

41
IV.4. Chantier n°4

Sur un autre chantier, d’une villa d’habitation également, j’ai pu voir la réalisation de la fouille pour le
puisard (creusée à la main) et l’utilisation de coffrage métalliques circulaires pour des poteaux.

Fouille des puisards Coffrage métallique

Sur le chantier, ils ne disposaient que d’un seul coffrage pour poteau, les obligeant à les couler un par
un.

On peut également constater sur la photo suivante la proximité entre le mur de clôture et le mur de la
maison. Les branchements pour obtenir l’eau courante sur chantier n’étant pas évident ici, ils se
servent d’une citerne extérieure qui puise son eau en profondeur dans le sol. On crée en quelque sorte
un puits ou l’on installe une pompe, alimentant ainsi la citerne.

Mur de clôture Citerne pour l’alimentation en eau

42
IV.5. Chantier n°5

C’est chantier est celui que j’ai le plus suivi. Il s’agit de la rénovation et de l’agrandissement
d’une villa d’habitation dans le quartier de la CAISSE, qui est un quartier huppé de Lomé. Ce quartier
regroupe beaucoup de villa, où logent plusieurs hommes politique de Lomé.

Voici le plan de masse de la villa. Le bâtiment central était en partie existant. Le bureau et la salle
d’eau en bas du plan ont été rajoutés, ainsi que le garage. Une piscine va être également créée, ainsi
que la guérite pour le gardien, la salle d’étude, et le bâtiment sur la droite du plan.

5.a. 1ère visite

Bâtiment existant
43
Implantation de la guérite Coulage des fondations du bar de la piscine

Lors de cette première visite, les ouvriers avaient implanté les ouvrages extérieurs. Le béton de
propreté de la guérite avait été réalisé, les longrines du bar de la piscine étaient en cours de réalisation.
La dalle basse du garage avait été réalisée. A l’intérieur, des ouvertures avaient été créées dans les
murs existants, des cloisons avaient été abattues, et les incorporations de l’électricien avaient
commencé.

Modification des cloisons intérieures

5.b. 2ème visite

Lors de notre deuxième visite, la dalle haute du garage avaient été coulée, la terrasse existante
démolie et la plupart des cloisons et des incorporations intérieures étaient terminées. Les élévations
avaient également été réalisées au niveau du bar de la piscine.

44
Vue du bar
Cloisonnement intérieur

Vue du garage

Cloisonnement intérieur

Vue de la guérite
IV.6. Chantier annexe: SOKODE

Au cours du week-end du 13 Août, accompagné du président de DYVOSO AFRIK, je me suis


rendu à SOKODE, troisième ville du Togo, à environ 500km de Lomé. Le président devait s’y rendre
pour les besoins de l’association, j’en ai donc profité pour y aller aussi afin de visiter un peu plus le
Togo. Il se trouve que les membres d’ACAO connaissaient une personne sur place, travaillant pour un
bureau de contrôle et affecté à des chantiers de ponts métalliques.

Au cours de la journée du 15 Août, j’ai donc effectué avec lui un tour des chantiers dont il s’occupe.
Il y avait deux réalisations de ponts en cours, une à Sokodé, et une à Goubie un village à 70 km de
Sokodé.

Principe de construction du pont

Le pont arrive en pièces détachées par conteneur en provenance de Belgique. Il s’agit de


pièces métalliques galvanisées. Il est composé de deux traverses, d’un ensemble de poutres et de
contreventement pour le tablier, et d’une tôle en acier galvanisé qui servira de coffrage au tablier. Il est
monté sur la terre ferme et est installé par une méthode de lançage.
L’entreprise sur place prépare le terrain en créant deux plateformes de chaque côté de la rivière. La
terre est retenue par deux voiles en U.

Schéma des plateforme

On réalise ensuite des massifs des deux cotés du long de la plateforme qui accueilleront des profilés
métalliques recouvert d’inox. Sur ces profilés viendront des patins de glissage sur lesquels viendra
reposer le pont.
En parallèle du montage du pont, un ensemble de profilés appelé « bec » est assemblé. Il sera installé à
l’avant du pont et servira, une fois le pont arrivé à mi-longueur, à relier l’autre rive.

Une fois le pont monté et le bec installé, on dépose l’ensemble sur les patins à l’aide d’une grue
mobile.

Un treuil manuel, fixé à un massif est installé à l’arrière de la plateforme et va servir à lancer le
« pont ». Un conteneur rempli de sable arrimé au pont servira de contrepoids.

47
Une fois le pont installé, un ferraillage sera réalisé sur la tôle galvanisé et une dalle béton sera coulée.
Ensuite une couche d’enrobé viendra finir la voirie. Aux extrémités du pont, son niveau étant plus haut
que le TN, on viendra réaliser une rampe dont la terre sera retenue par un voile qui viendra au droit du
pont.

Sokodé

A Sokodé, le pont à réaliser avait une portée de 40m.


Le chantier n’était pas trop avancé : les plateformes ainsi que les voiles avaient été réalisés, les massifs
de support des profilés de glissage aussi, et ils étaient en train de les installer dessus.

Installation des profilés de glissage

Les profilés jaunes présent sur la droite sont les éléments du bec.

Profilés de glissage avec les patins

48
Goubie

A Goubie, la portée du pont est de 20 m.

Le chantier était beaucoup plus avancé puisque les pont était déjà posé sur ses appuis provisoires et le
bec démonté. Il restait à descendre le pont à l’aide de quatre vérins et donc à enlever les cales, puis
réaliser le voile de retenue des terres de la rampes, réaliser la rampe, et enfin couler le tablier.

Pont vu de côté

Support du tablier en acier galvanisé

49
V. Analyse des différences des procédés entre la France et le Togo
Dans cette partie je vais essayer de décrire les différences qui m’ont marqué sur les chantiers,
tant au niveau des procédés de constructif, que de la sécurité.

V.1. Procédés constructifs

1.a. Dans la conception

Dans la conception, il n’y a pas énormément de différences par rapport à la France. Pour le
dimensionnement, on utilise ROBOT ici aussi, ce qui change bien évidement, ce sont les charges,
puisque l’on a pas à prendre en compte la neige. Les dimensionnement chez ACAO se font au BAEL.
Les différences que j ai constaté sont :
- Pour les dalles, contrairement à en France ou l’on utilise souvent les prés-dalles, on utilise ici
les planchers à hourdis, que ce soit pour des maisons ou pour de immeubles.

- Les toitures sont généralement des toitures terrasses, la pluie ne durant que quelques mois.
L’évacuation des eaux se faisant à l’aide de tube PVC intégrés dans les poteaux.

- L’utilisation des voiles en béton reste très marginale, la structure étant assurée par un
ensemble de poteaux-poutres et les murs sont généralement en parpaings creux. Donc il y a très peu de
murs porteurs en fin de compte.

- Comme je l’ai déjà dit plus haut, les terrains sont optimisés au maximum, les fenêtres se
trouvant donc très proche des murs de clôtures, limitant ainsi la luminosité dans les habitations.

- L’étanchéité sur les toitures terrasses n’est pas automatique, ce qui peut créer des problèmes
d’humidité. L’étanchéité ne sera réalisé que ponctuellement en cas de constat de fuite.

1.b. Dans la réalisation

C’est dans la réalisation que les différences sont les plus flagrantes. Cela est souvent du au
manque de matériel.
L’étaiement est généralement fait à l’aide de tronc d’arbres ce qui donne une impression de fragilité et
de mauvaise stabilité.

A la différence de la France ou nous avons souvent recours aux pièces préfabriquées, ici tout
est fait sur chantier, que ce soit les parpaings et les hourdis qui sont coulés dans des moules, les
escaliers, ou encore le maillage d’armature pour les dalles. En effet en France on a largement recours
au treillis soudés, mais ici on liaisonne les barres sur places.

Les revêtements muraux diffèrent aussi, puisqu’au Togo on enduit souvent les murs en
parpaings de mortier d’épaisseur allant jusqu’à 2 cm, alors que en France on a plutôt tendance à
recouvrir les murs d’enduit traditionnel pour préparer la couche de peinture. Ensuite l’intérieur des
habitations est souvent réalisé en enduit granuleux, de même nature que les revêtements extérieurs.

50
1.c. Dans les normes

Au Togo, les normes concernant l’habitation sont quasiment


inexistantes. Les murs ne sont généralement ni isolés thermiquement ni
acoustiquement.

Il n’y a aucunes normes handicapée en vigueur, il n’est donc pas rare


de trouver des portes de 70 cm (cf photo), ou des couloirs de 80 cm de large
alors qu’en France le minimum est de 80 cm de passage pour des portes
inférieures et de 120 cm de large pour des couloirs. On trouvera rarement
d’ascenseurs dans des immeubles d’habitations.

Il en est de même avec les normes incendie qui sont elles aussi inexistantes.

V.2. Sécurité

Concernant la sécurité, il y a beaucoup de choses à dire. Les équipements de protections


individuels ne sont pas de rigueur.

Aucun ouvriers ne portes de casques ni de chaussures de sécurité, encore moins de lunettes de


protection et de gants. On peut ainsi voir des maçons manipuler le ciment dans les mains, l’électricien
piocher un mur au burin sans lunettes de protections, des ouvriers en claquettes sur le chantier ect.

Concernant les éléments de protections collectifs, c’est à peu près la même chose. Il n’y a jamais de
garde corps provisoire, les aciers en attente ne sont pas protégés.

Il n’y a pas non plus d’échafaudage réglementaire, ceux-ci étant fait en bois sans garde corps.

Le blindage des tranchées n’est pas non plus systématique, la stabilité du sol étant estimée à vue d’œil.

Voici quelques photos de situations ou d’installations dangereuses :

Ici des aciers en attente sortant de la dalle. Le risque est qu’un ouvrier tombe et
s’embroche dessus. La solution serait simplement de recourber ces aciers en
tête, ou comme on peut le voir en France de disposer des capuchons en
plastique rond dessus.

Ici on a un puits de lumière traversant un bâtiment en R+3.


Il n’y a aucun garde corps empêchant une chute. La

51
solution serait au moins de fixer des planches aux poteaux périphériques pour retenir la chute

Ici on voit un ferrailleur en train de couper un acier,


se tenant sur le mur de la fosse septique, profonde
d’1,8m. Outre les aciers en attente on voit que
l’ouvrier travaille en claquette, et surtout qu’il
travaille en équilibre sur le mur, le coffrage perdu en
branche de palmier n’assurant en rien une protection
contre la chute.

Ici on voit un électricien, nus pieds en train de piocher un


mur sans lunettes de protection.

Enfin ici on peut voir le type d’échafaudage qu’utilisent


les ouvriers. Il s’agit de deux troncs d’arbre encastrés dans
deux murs perpendiculaires et sur lesquels sont posées des
planches.

52
Conclusion

Ce stage a vraiment été très intéressant. Découvrir une autre culture, d’autres méthodes de
travail a été très enrichissant pour moi.

Concernant l’association DYVOSO AFRIK, j’ai eu plaisir à faire mon stage avec elle. Le
sérieux de l’association, les animations organisées ont permis de maintenir une bonne ambiance durant
mon séjour au Togo. Le fait de vivre dans une famille togolaise, dans une habitation togolaise, de
manger togolais, a été très dépaysant mais très plaisant. Samuel Kombate, le président de l’association
a assuré sa fonction avec sérieux, et a été très à l’écoute de mes souhaits et besoins. L’association
mérite vraiment de continuer à se développer

Je regrette seulement de ne pas avoir pu visiter plus le Togo, les paysages les plus intéressants étant au
nord. Il aurait fallu que je prenne une semaine pour voyager, ce qui n’était pas possible.

Concernant l’entreprise ACAO, cela a été un vrai plaisir de travailler avec Fal et Mark.
L’ambiance au bureau étant toujours bonne, ils ont été toujours disponibles pour répondre à mes
questions. Ils ont tout fait pour rendre ce stage aussi intéressant que possible et pour cela je les
remercie chaleureusement. J’espère leur avoir apporté autant que eux m’ont apporté, tant au niveau
professionnel qu’humain.

Pour conclure, ce stage à vraiment été très enrichissant et très plaisant. Les togolais sont des
gens très chaleureux et sympathique, et m’ont permis de passer deux mois très sympa.

53