Vous êtes sur la page 1sur 8

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] édité le 24 septembre 2016 Enoncés 1

Les fractions rationnelles Racines et pôles


Exercice 7 [ 02009 ] [Correction]
Généralités Soient p et q deux entiers naturels non nuls premiers entre eux.
Déterminer les racines et les pôles de
Exercice 1 [ 02007 ] [Correction]
Xp − 1
Soit F ∈ K(X) de représentant irréductible P/Q. F=
Montrer que F est paire si, et seulement si, les polynômes P et Q sont tous deux pairs. Xq − 1
en précisant les multiplicités respectives.

Exercice 2 [ 02008 ] [Correction]


2π Exercice 8 [ 02010 ] [Correction]
Soient n ∈ N∗ et ω = ei n .
Soit F ∈ K(X).
(a) Soit P ∈ C[X] un polynôme vérifiant P(ωX) = P(X).
(a) Soit a un zéro d’ordre α ≥ 1 de F. Montrer que a est zéro d’ordre α − 1 de F 0 .
Montrer qu’il existe un polynôme Q ∈ C[X] tel que P(X) = Q(X n ).
(b) Comparer les pôles de F et de F 0 , ainsi que leur ordre de multiplicité.
(b) En déduire la réduction au même dénominateur de la fraction rationnelle
n−1
X X + ωk Exercice 9 [ 02011 ] [Correction]
F=
k=0
X − ωk Montrer qu’il n’existe pas de F ∈ C(X) telle que
1
F0 =
X
Exercice 3 [ 00539 ] [Correction]
Soit F ∈ C(X) telle que, pour tout n ∈ N non pôle de F, F(n) ∈ Q. Décomposition en éléments simples
Montrer que F ∈ Q(X).

Exercice 10 [ 02013 ] [Correction]


Degré Effectuer la décomposition en éléments simples dans C[X] des fractions rationnelles
suivantes :

Exercice 4 [ 02004 ] [Correction] X 2 +2X+5 2X 3X−1


(a) X 2 −3X+2
(d) X 2 +1
(g) X 2 (X+1)2
Montrer qu’il n’existe pas de fraction rationnelle F telle que F 2 = X. X 2 +1 1 1
(b) (X−1)(X−2)(X−3)
(e) X 2 +X+1 (h) X 4 +X 2 +1
1 4 3
(c) X(X−1)2
(f) (X 2 +1)2
(i) (X 3 −1)2
Exercice 5 [ 02006 ] [Correction]
Soit F ∈ K(X). Montrer que deg F 0 < deg F − 1 =⇒ deg F = 0.
Exercice 11 [ 02014 ] [Correction]
Soit n ∈ N. Former la décomposition en éléments simples de

Exercice 6 [ 02005 ] [Correction] n!


Déterminer un supplémentaire de K[X] dans K(X). X(X − 1) . . . (X − n)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Enoncés 2

Exercice 12 [ 02676 ] [Correction] (b) Former la décomposition en éléments simples de la fraction F.


Décomposer en éléments simples dans C(X) la fraction rationnelle (c) En déduire un couple (U, V) ∈ R[X]2 tel que :
X n−1 (X + 1)3 U + (X − 1)3 V = 1
Xn − 1

Applications de la décomposition en éléments simples Exercice 17 [ 02019 ] [Correction]


On pose ωk = e2ikπ/n avec k ∈ {0, . . . , n − 1} et n ≥ 2.
Exercice 13 [ 02015 ] [Correction] Réduire au même dénominateur
Soit la fraction n−1
1 1
F=
X
F=
X(X + 1) X − ωk
k=0
(a) Réaliser la décomposition en éléments simples de F.
(b) En déduire une simplification pour n ≥ 1 de nk=1 k(k+1)
1
P
.
Pn 1
Exercice 18 [ 02020 ] [Correction]
(c) Procéder de même pour calculer : k=1 k(k+1)(k+2) .
 que n ≥ 2 et p ∈ {0, 1, . . . , n − 1}. On pose pour k ∈ {0, 1, . . . , n − 1},
Soient n ∈ N tel
ωk = exp 2ikπn .
Mettre sous forme irréductible la fraction
Exercice 14 [ 02016 ] [Correction]
Exprimer la dérivée d’ordre n de n−1
X ωkp
1
X − ωk
X(X 2 + 1) k=0

Exercice 15 [ 02017 ] [Correction] Exercice 19 [ 02021 ] [Correction]


Soit Soient n ∈ N∗ et z1 , z2 , . . . , zn ∈ C deux à deux distincts. On pose
1
F= ∈ C(X) n
+1 X2 Y
Q= (X − zk )
(a) En réalisant la décomposition en éléments simples de F, exprimer F (n) . k=1
(b) Montrer qu’il existe Pn ∈ Rn [X] tel que
(a) Pour p ∈ {0, 1, . . . , n − 1}, exprimer la décomposition en éléments simples de X p /Q à
Pn l’aide des Q0 (zk ).
F (n) =
(X 2 + 1)n+1 (b) En déduire, pour p ∈ {0, 1, . . . , n − 1}, la valeur de
(c) Déterminer les zéros de Pn . n
X zkp
k=1
Q0 (zk )
Exercice 16 [ 02018 ] [Correction]
Soit
1 Exercice 20 [ 02022 ] [Correction]
F=
(X − 1)3 (X + 1)3 Soit P ∈ C[X] un polynôme scindé à racines simples x1 , . . . , xn .
(a) Quelle relation existe entre la partie polaire de F en 1 et celle en −1. (a) Former la décomposition en éléments simples de la fraction 1/P.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Enoncés 3

(b) On suppose P(0) , 0. Observer


n
X 1 1
=−
k=1
xk P0 (xk ) P(0)

Exercice 21 [ 02023 ] [Correction]


Soit P ∈ C[X] un polynôme scindé à racines simples : x1 , . . . , xn .
(a) Former la décomposition en éléments simples de P00 /P.
(b) En déduire que
n
X P00 (xk )
=0
k=1
P0 (xk )

Exercice 22 [ 02372 ] [Correction]


Soit P ∈ Rn [X] scindé à racines simples (x1 , . . . , xn ). Montrer
n
X P00 (xk )
=0
k=1
P0 (xk )

Exercice 23 [ 02024 ] [Correction]


Soient a1 , . . . , an ∈ C, deux à deux distincts, et α1 , . . . , αn ∈ C, deux à deux distincts, tels
que
∀i, j ∈ {1, 2, . . . , n} , ai + α j , 0
Résoudre le système
a1 +α1 + + ··· + =1
 x1 x2 xn
a2 +α1 an +α1



 a1 +α2 + + ··· + =1


 x1 x2 xn
a2 +α2 an +α2


..
.






 x1 +

 x2
+ ··· + xn
=1
a1 +αn a2 +αn an +αn

Exercice 24 [ 03335 ] [Correction]


Soit P(x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + an xn un polynôme réel dont toutes les racines sont
réelles.
(a) Montrer
∀x ∈ R, (P02 − PP00 )(x) ≥ 0
(b) En déduire
∀k ∈ {1, . . . , n − 1} , ak−1 ak+1 ≤ a2k

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Corrections 4

Corrections Par suite P est de la forme P = aX n + b.


En étudiant la partie entière de F on obtient a = n.
Exercice 1 : [énoncé] En étudiant la valeur de F en 0 on obtient b = n.
Si F est paire alors F(−X) = F(X) donc P(−X)Q(X) = P(X)Q(−X). Le polynôme Q(X) Par suite
Xn + 1
divise P(X)Q(−X) et P ∧ Q = 1 donc Q(X) divide Q(−X). De même Q(−X) divise Q(X) F=n n
X −1
Or coeff(Q(X)) = 1 et coeff(Q(−X)) = (−1)n avec n = deg Q.
Si n est pair alors Q(−X) = Q(X) puis P(−X) = P(X). Les deux polynômes sont pairs
Si n est impair alors Q(−X) = −Q(X) puis P(−X) = −P(X). Les deux polynômes sont Exercice 3 : [énoncé]
impairs mais alors non premiers entre eux ce qui est exclu. Soient P, Q ∈ C[X] tels que F = P/Q.
Le cas où P = 0 étant immédiat, supposons-le désormais exclu.
Posons p = deg P et q = deg Q et écrivons
Exercice 2 : [énoncé]
p
X q
X
(a) Écrivons P= ak X k et Q = b` X ` , ak , b` ∈ C
+∞
k=0 `=0
X
P= ak X k
k=0 Considérons p + q + 1 naturels n n’annulant pas Q. Pour chacun, la relation
avec (ak ) suite de complexe nulle au-delà d’un certain rang.
La relation P(ωX) = P(X) donne P(n) − yn Q(n) = 0 avec F(n) = yn ∈ Q

+∞
X +∞
X définit une équation
ak ωk X k = ak X k
k=0 k=0 a0 + na1 + · · · + n p a p − yn b0 − · · · − yn nq bq = 0
puis Le système formé par ses équations est compatible (dans C) et à coefficients rationnels.
∀k ∈ N, ak ωk = ak Par application de la méthode de Gauss (par exemple), on peut affirmer que ce système
P+∞ possède une solution rationnelle. Il existe donc
Par suite ak = 0 pour tout k , 0 [n]. En posant b` = an` et Q = `=0 b` X ` on
obtient
α0 , α1 , . . . , α p , β0 , β1 , . . . , βq ∈ Q
P(X) = Q(X n )
(b) La réduction au même dénominateur de la fraction tels que pour
p
X q
X
n−1 R= αk X k ∈ Q[X] et S = β` X ` ∈ Q[X]
X X + ωk
F= k=0 `=0

k=0
X − ωk on ait
R(n) − yn S (n) = 0
donne
P pour chacun de p + q + 1 naturels n initialement considéré. On a alors pour ces n,
F= n avec deg P = n
X −1
Comme F(ωX) = F(X) on obtient P(n)S (n) = Q(n)R(n)

P(ωX) P(X) et donc le polynôme


=
Xn − 1 Xn − 1 PS − QR
puis P(ωX) = P(X). admet au moins p + q + 1 racines.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Corrections 5

Or (a) Soit a zéro de multiplicité α ≥ 1. On a P = (X − a)α P̂ avec P̂(a) , 0 et Q(a) , 0.


deg(PS − QR) ≤ p + q
(X − a)α−1 (αP̂Q + (X − a)P̂0 Q − (X − a)P̂Q0 )
donc F0 =
Q2
PS = QR
a n’est pas racine de αP̂Q + (X − a)P̂0 Q − (X − a)P̂Q0 , donc a est racine de
puis
R multiplicité α − 1 de F 0 .
F= ∈ Q(X)
S (b) Soit a pôle de F de multiplicité α. On a P(a) , 0 et Q = (X − a)α Q̂ avec Q̂(a) , 0.

(X − a)P0 Q̂ − αPQ̂ − (X − a)PQ̂0


F0 =
Exercice 4 : [énoncé] (X − a)α+1 Q̂2
Si F est solution alors deg F 2 = 2 deg F = 1 avec deg F ∈ Z. C’est impossible.
a n’est pas racine de (X − a)P0 Q̂ − αPQ̂ − (X − a)PQ̂0 , donc a est pôle de multiplicité
α + 1 de F 0 .
Exercice 5 : [énoncé]
0 0
Supposons deg F 0 < deg F − 1. F = AB et F 0 = A B−AB
B2
.
Exercice 9 : [énoncé]
Si A ou B sont constants : c’est assez rapide
Par l’absurde, supposons qu’il existe F ∈ C(X) telle que F 0 = 1/X.
Sinon : deg F 0 < deg F − 1 =⇒ deg(A0 B − AB0 ) < deg A0 B = deg AB0 donc
Notons P/Q son représentant irréductible. F 0 = 1/X donne
coeff(A0 B) = coeff(AB0 ) d’où deg A = deg B puis deg F = 0.
(P0 Q − PQ0 )X = Q2

Exercice 6 : [énoncé] X divise Q2 donc 0 est racine de Q2 et donc a fortiori de Q. Posons α ∈ N∗ sa multiplicité
Soit V = F ∈ K(X) | deg F < 0 . V ⊂ K(X), 0 ∈ V et ∀λ, µ ∈ K, ∀F, G ∈ V, dans Q.

deg(λF + µG) ≤ max(deg F, deg G) < 0 donc λF + µG ∈ V. V est un sous-espace vectoriel. P et Q étant premier entre eux, 0 n’est pas racine de P.
Clairement V ∩ K[X] = {0}. 0 est racine de multiplicité α − 1 de PQ0 et racine de multiplicité au moins α de P0 Q donc
De plus ∀F ∈ K(X), F = P + G avec P = Ent(F) ∈ K[X] et G ∈ V. 0 est racine de multiplicité exactement α − 1 de P0 Q − PQ0 .
D’autre part 0 est racine de multiplicité 2α de Q2 = (P0 Q − PQ0 )X.
Par égalité de multiplicité 2α = (α − 1) + 1 d’où α = 0. Absurde.
Exercice 7 : [énoncé]
Déterminons les racines communes à X p − 1 et X q − 1. Soit ω un telle racines.
On a ω p = ωq = 1. Puisque p et q sont premiers entre eux, il existe u, v ∈ Z tels que Exercice 10 : [énoncé]
pu + qv = 1. (a) X 2 +2X+5
= 1 − X−1 8
+ X−213
X 2 −3X+2
On a alors ω = ω pu+qv = (ω p )u (ωq )v = 1. Inversement, 1 est racine commune. X 2 +1
(X−1)(X−2)(X−3) = X−1 − X−2 +
1 5 5
De plus, notons que toutes les racines de X p − 1 et X q − 1 sont simples. (b) X−3
Les racines de F sont les racines p ème de l’unité autres que 1. Elles sont simples. (c) 1
X(X−1)2
= X1 + (X−1) 1
2 − X−1
1

Les pôles de F sont les racines q ème de l’unité autres que 1. Ils sont simples.
1 n’est ni pôle, ni racine. (d) 2X
X 2 +1
= X−i 1
+ X+i 1
√ √
(e) 1
X 2 +X+1
= − i/X− 3j + X− i/ 3
j2

(f) 4
(X 2 +1)2
= − (X−i)
1
2 − X−i − (X+i)2 + X+i
i 1 i
Exercice 8 : [énoncé]
Notons P/Q le représentant irréductible de F. (g) 3X−1
X 2 (X+1)2
= − X12 + X5 − (X+1)
4 5
2 − (X+1)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Corrections 6

(1− j)/6 (1− j2 )/6 (1− j)/6 (1− j2 )/6


(h) 1
X 4 +X 2 +1
= X− j + X− j2
− X+ j − X+ j2
. Exercice 13 : [énoncé]
(i) En exploitant l’astuce F( j2 X) = F( jX) = F(X) : (a) On obtient
j2 /3 2 j/3 j/3 2 j2 /3 X+1−X 1 1
3
(X 3 −1)2
= (X−1)
1/3
2 − (X−1) + (X− j)2 − (X− j) + (X− j2 )2 −
2/3
(X− j2 )
. F= = −
X(X + 1) X X+1
(b) Par télescopage
Exercice 11 : [énoncé] n n
La partie entière est nulle et 0, 1, . . . , n sont pôles simples. 1
X X1 1 1 n
= − =1− =
On peut donc écrire k=1
k(k + 1) k=1 k k + 1 n+1 n+1
n
n! X ak
= (c) On a
X(X − 1)...(X − n) k=0 (X − k)
1 1/2 1 1/2
avec = − +
! X(X + 1)(X + 2) X X+1 X+2
n! n! n
ak = = (−1)n−k = (−1)n−k donc
k(k − 1)...1.(−1) . . . (k − n) k!(n − k)! k n
X 1 1 1 1
= − +
k=1
k(k + 1)(k + 2) 4 2n + 2 2n + 4
Exercice 12 : [énoncé]
Les pôles de cette fraction rationnelles sont simples et sont les racines n-ième de l’unité
ω0 , . . . , ωn−1 . Sachant que la fraction rationnelle est de degré strictement négatif, sa partie Exercice 14 : [énoncé]
entière est nulle et sa décomposition en éléments simples cherchée s’écrit Par décomposition en éléments simples

X αk n−1 1 1 1/2 1/2


X n−1 = − −
= X(X 2 + 1) X X − i (X + i)
X n − 1 k=0 X − ωk
et on sait !(n)
La partie polaire 1 (−1)n n!
λ =
X−a (X − a)n+1
X−a
donc
d’un pôle simple a d’une fraction rationnelle P/Q s’obtient par la relation !(n) !
1 1 1/2 1/2
= (−1)n n! − −
P(a) X(X 2 + 1) X n+1 (X − i)n+1 (X + i)n+1
λ=
Q0 (a)
En effet, si Q(X) = (X − a)R(X) on a Q0 (a) = R(a) Exercice 15 : [énoncé]
Ici
X n−1
!
1 (a) La décomposition en éléments simples est
αk = (ωk ) =
(X n − 1)0 n !
1 1 1
F= −
et donc 2i X − i X + i
n−1
X n−1 1X 1
= donc
X − 1 n k=0 X − ωk
n
(−1)n n!
!
1 1
F (n) = −
2i (X − i)n+1 (X + i)n+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Corrections 7

(b) F (n) = Pn
(X 2 +1)n+1
avec Exercice 18 : [énoncé]
On a
(−1)n n!   n−1
ωkp
Pn = (X + i)n+1 − (X − i)n+1 ∈ Cn [X] P
X
2i = n avec deg P < n
k=0
X − ωk X −1
Mais Pn = Pn donc Pn ∈ Rn [X].
De plus, par décomposition en éléments simples
(c) Pour x ∈ R :
P(ωk )
Pn (x) = 0 ⇐⇒ (x + i)n+1 = (x − i)n+1 = ωkp
! (X n − 1)0 (ωk )

⇐⇒ ∃k ∈ {1, . . . , n} , x = cot Par suite on a
n+1
P(ωk ) = nωkn−1 ωkp = nωkp−1
Cela fournit n racines réelles et il n’en peut y en avoir d’autres complexes.
Ces n relations permettent de reconnaître P puisqu’on sait deg P < n
On obtient :
Exercice 16 : [énoncé] P = nX p−1 si p ≥ 1 ou P = nX n−1 si p = 0
(a) On remarque que F(−X) = F(X).
P(X) −P(−X)
Si (X−1) 3 est la partie polaire de F en 1, alors (X+1)3
est sa partie polaire en −1.
Exercice 19 : [énoncé]
(b) On obtient
(a) On a
1 1/8 3/16 3/16 1/8 3/16 3/16 n
= − + − − − X p X λk
(X − 1)3 (X + 1)3 (X − 1)3 (X − 1)2 X − 1 (X + 1)3 (X + 1)2 X + 1 =
Q k=1
X − zk
(c) En réduisant au même dénominateur
avec
1 1 zkp
U= (2 − 3(X − 1) + 3(X − 1)2 ) et V = − (2 + 3(X + 1) + 3(X + 1)2 ) λk =
16 16 Q0 (zk )
(b) En multipliant par X,
n
Exercice 17 : [énoncé] X p+1 X λk X
=
La réduction au même dénominateur de F s’écrit Q X − zk
k=1
P zkp
F= puis en remplaçant X par un réel de limite +∞, on obtient d’un côté
Pn
et de
Xn − 1 k=1 Q0 (zk )
l’autre 1 si p + 1 = n et 0 sinon.
avec deg P < n.
∀k ∈ {0, . . . n − 1}, !
P(X)
(ωk ) = 1 Exercice 20 : [énoncé]
nX n−1
donc (a) On a
X λi n
P(ωk ) − nωn−1
k =0 1
=
1
=
P λ(X − x1 ) . . . (X − xn ) i=1 X − xi
Puisque P − nX n−1 ∈ Rn−1 [X] et possède n racines, c’est le polynôme nul.
Finalement avec
nX n−1 1
F= n λi =
X −1 P0 (xi )

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Corrections 8

(b) En évaluant en 0 En réduisant F au même dénominateur


n
X 1 1 n
=− P Y
xi P0 (xi ) P(0) F= avec P unitaire, deg P = n et Q = (X + ai )
i=1 Q i=1

Les équations F(α1 ) = . . . = F(αn ) = 0 signifient alors


Exercice 21 : [énoncé] P = (X − α1 ) . . . (X − αn )
(a) On a La décomposition en éléments simples F donne alors
X λi n
P00 P00
= = (−1)n n (αk + ai )
Q
P λ(X − x1 ) . . . (X − xn ) i=1 X − xi xi = Qn k=1
k=1,k,i (ak − ai )
P00 (xi )
avec λi = P0 (xi ) .
XP00
(b) Puisque deg P < 0 on a Exercice 24 : [énoncé]
n
X (a) En notant x1 , . . . , xn les racines réelles de P, on a
λi = 0
n
i=1 P0 (x) X 1
=
P(x) k=1
x − xk

Exercice 22 : [énoncé] En dérivant, on obtient


On a n
P(x)P00 (x) − P0 (x)2 X 1
P00 X αk
n
P00 (xk ) = −
= avec αk = 0 P(x) 2
k=1
(x − xk )2
P k=1
X − xk P (xk )
ce qui permet de conclure.
Sachant que
xP00 (x) (b) Notons x1 < . . . < x p les racines réelles de P de multiplicités α1 , . . . , α p ∈ N∗ .
−→ 0 Puisque P ne possède pas de racines complexes, on a
P(x) x→+∞
on obtient α1 + · · · + α p = deg P
n
X P00 (xk ) Par application du théorème de Rolle, P0 possède une racine dans chacun des
=0
k=1
P0 (xk ) intervalles ]x1 ; x2 [, . . . , ]x p−1 ; x p [ et de plus x1 , . . . , x p sont racines de P0 de
multiplicités α1 − 1, . . . , α p − 1 (en acceptant de dire qu’une racine de multiplicité 0,
n’est pas racine). Puisque
Exercice 23 : [énoncé] p − 1 + (α1 − 1) + · · · + (α p − 1) = deg P − 1 = deg P0
Considérons la fraction rationnelle
le polynôme P0 ne possède pas de racines complexes. Il en est de même de
n
X xi P00 ,P(3) ,. . .
F(X) = 1 −
ai + X En appliquant le résultat du a) à P(k−1) en x = 0, on obtient
i=1
((k)!ak )2 − ((k − 1)!ak−1 ) ((k + 1)!ak+1 ) ≥ 0
La satisfaction du système équivaut aux équations
puis l’inégalité voulue que le produit ak+1 ak−1 soit positif ou non.
F(α1 ) = . . . = F(αn ) = 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD

Vous aimerez peut-être aussi