Vous êtes sur la page 1sur 238

TABLE DES MATIERES

ARRETE INTERMINISTERIEL DU 15 JUILLET 1974

Pages
Articles 1 à 18 ……………………………………………………….………………… 1 à 16

INSTRUCTIONNTERMINISTERIELLE DU 15 JUILLET 1974

Préambule.

Article 1 er. - Objet de la signalisation routière………………………….….......................... 2


Article 2. - Bases légales de la signalisation routière ……………………….…………..…. 2

PREMIERE PARTIE.-Prescriptions générales

Article 3. - Catégories des signaux ………………..……………………...………..….……3


Artic1e 3-1. - Efficacité de la signalisation routière ………………….……………..…….…3
Article 3-2. - Signalisation avancée -Signalisation de position ……..…………………...…..4
Artlc1e 4. - Forme des signaux ………………………………………………………….…..4
Article 5. - Nature et modèle des signaux ………………………………...……….………..4
Article 6. - Supports des signaux ………………………………..…………………………..5
Article 7. - Fondation des signaux permanents …………………………………..………….6
Article 8. - Implantation des signaux ……………………………………………..…..……..6
Article 9. - Hauteur des signaux……………………………….………………..…………..6
Article 10. - Envers des signaux ……………………………………..…………..………….7
Article 1l. - Inscriptions sur les signaux et panneaux additionnels…….……..…………….7
Article 12. - Emploi de revêtement lumineux sur les signaux ……..………..………………7
Article 12-1. - Emploi de dispositifs réfléchissants………………....…………………………7
Article 13. - Ec1airage des signaux pendant la nuit ……………………..…………..………8
Article 14. - Emploi exclusif des signaux prescrits ………………………………………….8
Article 15. - Droits exclusifs de l'Administration………………..……………..…………....8
Article 16. - Prescriptions financières……………………………..………………………….9
Article 17. - Entretien des signaux - Dégradations - Contravention de voirie………..……..10
DEUXIEME PARTIE - Signalisation d'avertissement de danger

Chapitre 1er – Généralités

Pages
Article 18. - Principaux dangers à signaler ……………………………………………11
Article 19. - Forme des signaux d’avertissement de danger …………………………..12
Article 20. - Dimensions des signaux …………………………………………………12
Article 21. - Couleurs des signaux …………………………………………………….12
Article 22. - Emploi de revêtements réfléchissants ……………………………………12
Article 23. - Implantation des signaux d'avertissement de danger …………………….12

Chapitre II - Dispositions particulières aux divers dangers

Article 24. – Virages…………………………………………………………………..13.


Article 25. - Descente dangereuse …………………………………………………....16
Article 25-1. - Montée à forte inclinaison …………………………………………..…16
Article 26. - Chaussée rétrécie …………………………………………………….…..16
Article 27. - Pont mobile …………………………………………………………………16
Article 28. - Débouché sur un quai ou sur une berge ………………………………….17
Article 29. - Cassis ou dos d'âne ………………………………………………………17
Article 30. - Chaussée glissante ………………………………………………….……17
Article 3l. - Projection de gravillons ……………………………………………….….17
Article 32. - Chute de pierres ……………………………………………………..…...18
Article 33. - Passage pour piétons ……………………………………………..….…...18
Article 34. - Endroit fréquenté par les enfants ……………………………….….…….18
Article 35. - Débouché de cyclistes ……………………………………..…….……….18
Article 36. - Passage d’animaux …………………………………………………..…..18
Article 37. - Travaux …………………………………………………………………..….18
Article 38. - Signalisation lumineuse …………………………….………………..…..18
Article 39. - Aérodromes ………………………………………………………..……19
Article 40. - Chaussée inondable ……………………………………………..……….19
Article 40-1. - Sable, dunes …………………………………..……………….……..20
Article 41. - Circulation dans les deux sens …………………………………..………20
Article 42. - Autres dangers ………………………………………………..…...20
Article 42-a. - Passage inférieur de hauteur limitée ………………………..………..…21
Article 43. - Intersections (carrefours et bifurcations) ……………………………..…21
Article 44. - Passage à niveau munis de barrières ou de demi-barrières …………..….28
Article 45. - Passage à niveau sans barrière ni demi-barrière ………………………...30
Article 46. - Passage à niveau situés en agglomération ………………………..……..31
Article 47. - Dispositions spéciales applicables aux passages à niveau des voies
ferrées électrifiées ……………………………………………..………....31
Article 48. - Voie ferrée industrielle …………………………………..…….…..……31
Article 49. - Neige ………………………………………………………...………..32
TROISIEME PARTIE - Signalisation de règlementation

Chapitre 1 er - Signalisation de priorité.

Pages
Article 50. - Objet de la signalisation de priorité …..……………………………….33
Article 51. - Emploi de revêtements réfléchissants ………….….…………………..33
Article 52. - Cédez le passage ……………………………………..……………33
Article 53. - Arrêt obligatoire……………………………………………….…………….34
Article 54. - Indication du caractère prioritaire d'une route à grande circulation..….34
Article 55. - Perte de priorité d’une route à grande circulation …………….………35
Article 56. - Passage à niveau sans barrière ni demi-barrière ……………………...35

Chapitre II - Signalisation d'interdiction ou de restriction

Article 57. - Interdictions ou restrictions à signaler ………………………………..35


Article 58. - Forme des signaux d'interdiction ou de restriction …………………..37
Article 59. - Dimensions des signaux……………………………………………....37
Article 60. - Couleurs des signaux…………………………………………………38
Article 61. - Emploi de revêtements réfléchissants………………………………...38
Article 62. - Implantation des signaux d'interdiction ou de restriction…………….38
Article 63. - Accès interdit à tout véhicule (sens interdit)………..………………..39
Article 64. - Accès interdit à certains véhicules ou certaines catégories d’usa-
gers…………………………….……………………………….……..39
Article 65. - Accès interdit aux véhicules ayant une largeur totale supérieure à
X mètres……………………………………………………………...40
Article 66. - Accès interdit aux véhicules ayant une hauteur totale supérieure à
X mètres………………………………………………………….…...40
Article 67. - Accès interdit aux véhicules ou ensemble des véhicules ayant un
poids total en charge supérieur à X tonnes……………………….…..40
Article 68. - Interdiction de tourner……………………………………………….41
Article 69. - Interdiction de faire demi-tour………………………………………41
Article 70. - Interdiction de dépasser……………………………………………..41
Article 71. - Vitesse limitée à X kilomètres par heure……………………..……...41
Article 72. - Interdiction de faire usage des avertisseurs sonores………….……...41
Article 73. - Interdiction de passer sans s'arrêter…………………………………42
Article 74. - Fin d’interdiction ou de restriction imposées aux véhicules en mou-
vement……………………………………………………….………...42
Article 75. - Stationnement interdit ou réglementé…………..…………………...43
Article 75-1. - Arrêt et stationnement interdits…………………………………...44
Chapitre III - Signalisation d'obligation
Pages
Article 76. - Obligations à signaler ………………………………………….…………..45
Article 77. - Forme des signaux d'obligation……………………………..……………..45
Article 78. - Dimensions des signaux……………………………………..…………45
Article 79. - Couleurs des signaux………………………………………………………46
Article 80. - Emploi de revêtements réfléchissants……………………….…………….46
Article 81. - Implantation des signaux d'obligation………………….…………………46
Article 82. - Direction obligatoire……………………………………….……………...46
Article 83. - Intersection à sens giratoire obligatoire………………….…..…………….46
Article 84. - Piste obligatoire pour cycles et cyclomoteurs……………..……………….46
Article 85. - Vitesse minimale obligatoire……………………………..………………...47
Article 86. - Autres obligations dont la nature est mentionnée par une inscrip-
tion sur le signal……………………………………………………………..47

QUATRIEME PARTIE - Signalisation d'indication

Chapitre 1er - Signalisation d'identification des routes

Article 87. - Routes à identifier………………………………………………..…………48


Article 88. - Cas d'identification des routes………………………………………..……..48
Article 89. - Couleurs des signaux et emploi de revêtements réflectorisés.…….…49

Chapitre II - Signaux de présignalisation

Article 90. - Objet de la présignalisation…………………………………………………49


Article 91. - Forme des signaux de présignalisation………………………………………49
Article 92. - Dimensions des signaux de présignalisation………………………………...49
Article 93. - Couleurs des signaux de présignalisation……………………………………49
Article 94. - Caractères………….………………………………………………………...50
Article 95. - Emploi de revêtements ref1ectorisés ………………………………………50
Article 96. - Implantation des signaux de présignalisation………………………………..51
Article 97. - Signaux de présignalisation………………………………………………….51

Chapitre III- signaux de direction

Article 98. - Objet de la signalisation de direction………………………………………..51


Article 99. - Signalisation de direction dans les traverses………………………………..52
Article 100. – Catégories des signaux de direction……………………………………….53
Article 101. - Formes des signaux de direction…………………………………………….53
Article 102. - Dimensions des signaux……………………………………………………..53
Article 103. - Couleurs des signaux de direction…………………………………………..53
Pages
Article 104. – Caractères………………………………………………………..……53
Article 105. - Emploi de revêtements réflectorisés……………………..……………54
Article 106. - Implantation des signaux de direction………………………..……….54
Article 107. - Signaux de direction de localités………………………..…………….54
Article 108. - Signaux de direction complémentaire………………….……………..58
Article 109. - Signaux de jalonnement………………………………….……………59
Article 11O. – Superjalonnement…………………………………………..……………..61

Chapitre IV - Signaux de localisation

Article 111. - Objet de la signalisation de localisation…………………..…………...61


Article 112. - Agglomération et autres localités………………………..…………….62
Article 113. - Signaux indiquant l'entrée des agglomérations………….…………….63
Article 113-1. - Signaux indiquant la fin des agglomérations…………………………63
Article 114. - Signaux Indiquant un lieu-dit……………………………….…………63
Article 115. - Signaux indiquant une voie d'eau…………………………….………..63
Article 116· - Bornes: formes, dimensions, couleurs, caractères…………….……….64
Article 117. - Implantation de bornes limitées de wilayate……………………..…….65
Article 118. - Emploi de dispositifs ou de revêtements réfléchissants……..…………..65
Article 119. - Entretien des bornes…………………………………………..………..65

Chapitre V - Signaux de confirmation

Article 12O. - Objet de 1a signalisation………………………………………………66


Article 121. - Signaux de confirmation………………………………….…………...66
Article 122. - Implantation des signaux de confirmation……………….……………66
Article 123. - Signaux de confirmation complémentaire……………….……………67

Chapitre VI - Autres signaux donnant des indications


utiles pour la conduite des véhicules

Article 124. - Indications à signaler…………………………………………………….67


Article 125. – Hôpital……………………………………………………………………68
Article 126. - Voie à sens unique…………………………………………..….………..68
Article 127. - Route sans issue…………………………………………….…..………..68
Article 128. – Autoroute……………………………………………………………………68
Article 128.bis - Fin d'autoroute………………………………………..………………..69
Article 129. - Praticabilité de la route…………………………………………………...69
Article 130. - Parc de stationnement…………………………………...………………..69
Article 131. - Forêt facilement inflammable………………………...…………………70
Chapitre VII - Signaux indiquant des installations qui
peuvent être utiles aux usagers de la route

Pages
Article 132. - Installations à indiquer……………………………………………...70
Article 133. - Caractéristiques des signaux………………………………………..71
Article 134. - Poste de secours…………………………………………………….71
Article 135. - Poste d'appel téléphonique………………………………………….71
Article 136. - Poste à essence………………………………………………….72
Article 137. - Arrêt d'autocar………………..…………………………………………72
Article 138. - Station de taxis……………………………………………………...73
Article 139. - Signalisation touristique ou d'intérêt local………………………….73

CINQUIEME PARTIE - Signalisations particulières diverses

Chapitre 1 - Signaux lumineux de circulation

Article 140. – Conditions d'emploi des signaux lumineux……...…………………..74


Article 141. - Couleurs et signification des feux……………………………………74
Article 141-1. - Disposition des feux…………..……………………………………74
Article 142. - Feux clignotants…………………………………………………….76
Article 143. - Signaux lumineux pour piétons……………………………………..77

Chapitre II - Marques sur chaussées

Article 144. - Dispositions générales………………………………..………………77


Article 144-1. - Modulations et largeurs de lignes………………………………….80
Article 144-2. - Matériaux et dispositifs réfléchissants……………………………..82
Article 145. - Délimitation des voies en section courante…………………………82
Article 145-1. - Harmonisation des diverses lignes d'une même chaussée…………85
Article 146. - Généralités sur le marquage des points singuliers…………………..86
Article 147. - Principaux cas de marquage des points singuliers………………….90
Article 148. - Marques transversales………………………………………………95
Article 149. - Passages pour piétons……………………………………………….96
Article 149-1. - Traversée des chaussées par les pistes cyclables………..…………96
Article 149-2. - Marquages relatifs au stationnement………………………..………..97
Article 149-3. - Emplacements d'arrêt d’autobus-ligne zig-zag……………………..97
Article 149-4. - Postes distributeurs de carburant……………………………………97
Article 149-5. - Balisage d'obstacles…………………………………….……….98
Article 149-6. - Inscriptions sur chaussée…………………………….…………..98
Article 149-7. - Marquage des chaussées par des tiers…………………....…………99
Chapitre III - Signalisation temporaire

Pages
Article 150. – Introduction………………………………………………………….100
Article 151. - Règles générales…………………………………….………………100
Article 151-l. - Dimensions des signaux…………………………………………….101
Article 151-2. – Présignalisation…………………………………………………….102
Article 152. - Signalisation avancée……………………………………………….102
Article 153. - Signalisation de position……………………………………………104
Article 154. - Réglementation générale de la vitesse au droit des chantiers…........105
Article 155. - Signalisation des déviations de circulation…..……….…………….106
Article 156. - Chantiers spéciaux………………..…………………….…………...107
SIGNALISATION ROUTIERE
Arrêté Interministériel
du 15 juillet 1974
1

ARRETE INTERMINISTERIEL RELATIF A LA SIGNALISATION ROUTIERE.

Le Ministre de l'Intérieur, le Ministre d'Etat chargé des Transports et le Ministre des


Travaux Publics et de la Construction,
Vu l’ordonnance n° 71-15 du 5 avril 1971 complétée par l'ordonnance 74-46 du 3 avril
1974 portant code de la route,
Arrêtent:

Article 1er :

La nature des signaux, leurs conditions d'implantation ainsi que toutes les règles se
rapportant à l'établissement de la signalisation routière sont fixées dans des instructions,
interministérielles prises par le Ministre de l'Intérieur, le Ministre d'Etat chargé des transports
et le Ministre des Travaux Publics.

Le Ministre des Travaux Publics et de la Construction définit les conditions


d'homologation de certains dispositifs et produits ou de leurs composants destinés à la
signalisation routière.

Il désigne ceux des dispositifs ou produits qui ne pourront être utilisés sans
homologation. Il détermine les conditions d'agrément de leurs fournisseurs.

Article 2 :

Les panneaux de signalisation dont le modèle figure dans les annexes ci-jointes sont
de formes et de couleurs différentes suivant la nature des indications à porter à la
connaissance des usagers de la route.

Ils se subdivisent en 3 catégories qui sont les suivantes:

1°) - Signaux d'avertissement de danger :

− Type A

2°) - Signaux de règlementation.

Ils se subdivisent en :
a) - Signaux de priorité: Type B
b) - Signaux d'interdiction ou de restriction: Type C
c) - Signaux d'obligation: Type D

3°) - Signaux d'indication.

Ils se subdivisent en :
a) - Signaux d'identification des routes: Type E
b) - Signaux de présignalisation : Type E
c) - Signaux de direction : Type E
d) - Signaux de localisation : Type E
e) - Signaux de confirmation : Type E
f) - Autres signaux donnant des indications utiles pour la conduite des véhicules :
Type E.
g)-Autres signaux indiquant des installations qui peuvent êtres utiles aux usagers
de la route: Type F.
2

Article 3 :

Les différents signaux d'avertissement de danger figurant à l'annexe (A) du présent


arrêté imposent aux usagers de la route une vigilance spéciale avec ralentissement adapté à la
nature du danger signalé.

Ils annoncent les dangers suivants :

− Signal A1a, A1b, A1c, A1d, - Virages.


− Signal A2 - Descente dangereuse.
− Signal A3-Montée à forte inclinaison.
− Signal A4-Chaussée rétrécie.
− Signal A5-Pont Mobile.
− Signal A6 - Débouché sur un quai ou sur une berge.
− Signal A7 - Cassis ou dos d’âne.
− Signal A8 - Chaussée glissante.
− Signal A9 - Projection de gravillons.
− Signal A10- Chutes de pierres.
− Signal A11- Passage pour piétons.
− Signal A12-Endroit fréquenté par des enfants.
− Signal A13 - Débouché de cyclistes.
− Signal A14a, A14b - Passage d'animaux.
− Signal A15- Travaux. Ce signal impose, dans tous les cas, aux usagers de ralentir
suffisamment pour tenir compte des difficultés de passage, en vue d'assurer en même
temps que leur propre sécurité, celle du personnel du chantier. Il indique en
particulier que la chaussée risque de se trouver rétrécie. Le dépassement de tous les
véhicules, sauf les véhicules à deux roues sans side-car ni remorque est interdit. La
signalisation temporaire des chantiers fait l'objet d’une annexe dans l'instruction
interministérielle sur la signalisation routière.
− Signal A 16 - Signalisation lumineuse, réglementant la circulation.
− Signal A17 - Aérodrome. La proximité d'un aérodrome est susceptible d'interdire
momentanément la circulation routière.
− Signal A18 - Chaussée inondable. En cas d'inondation de la chaussée, la circulation
est interdite. L'usager doit s'assurer que le passage n'est pas inondé.
− Signal A18 bis - Sable, dunes. Le dépôt de sable éolien et de dunes sur la chaussée
présente un danger à la circulation qui peut même être interrompue. L'usager doit
ralentir et s'assurer que le passage des zones ensablées peut se faire sans danger.
− Signal A19 - Circulation dans les deux sens.
− Signal A20 - Autres dangers. La nature du danger peut être précisée par une
inscription bilingue sur un panneau additionnel du type G.
− Signal A21 - Intersection de routes où le conducteur est tenu de céder le passage aux
véhicules débouchant de la ou des routes situées à sa droite.
− Signal A22 - Intersection avec une route dont les usagers doivent céder le passage,
− Signal A23-Intersection avec une route, aux usagers de laquelle le passage doit être
cédé sans obligation d'arrêt.
− Signal A24-Intersection avec une route, aux usagers de laquelle le passage doit être
cédé avec obligation d'arrêt.
− Signal A25- A25 bis- Passage à niveau muni de barrières ou de demi-barrières.
3

−Signal A26 - A25 bis - Passage à niveau sans barrière ni demi-barrière. Ces signaux ne
sont pas utilisés aux passages à niveau des voies ferrées industrielles où la circulation
routière est réglée par des signaux donnés à la main par un convoyeur au passage des
trains. Dans ce cas le signal employé est le signal A20.

Les signaux d'avertissement de danger ont la forme d'un triangle équilatéral dont un
côté est horizontal et dont le sommet opposé est en haut. Ils ont le fond crème et sont bordés
d'un listel rouge. Les symboles et les inscriptions sont bleu foncé.

Les signaux d'avertissement de danger seront placés à une distance de l'endroit


dangereux telle que leur efficacité soit la meilleure, compte tenu des conditions de la route et
de la circulation.

Article 4 :

Les différents signaux de réglementation, figurant aux annexes B, C et D du présent


arrêté se subdivisent en:

1°) - Signaux de Priorité:

Ils réglementent le régime de priorité aux intersections des routes et de


voies ferrées.

- Signal B1 - Cédez le passage. Il est employé pour notifier que les conducteurs
doivent, à l'intersection où il est placé céder le passage aux véhicules circulant
sur la route dont ils s'approchent.

Ce signal est précédé du signal A23, en signalisation avancée.

- Signal B2 - Arrêt obligatoire. Il est employé pour notifier aux usagers qu'ils
doivent, à l'intersection où il est placé, marquer l'arrêt et céder le passage aux
véhicules circulant sur la route dont ils s'approchent avant de s'engager dans
l'intersection. Ce signal est précédé du signal A24, en signalisation avancée.

- Signal B3 - Indication du caractère prioritaire d’une route à grande circulation.


Il indique aux usagers d'une route à grande circulation qu'aux intersections de
ladite route avec d'autres routes, les conducteurs de véhicules circulant sur ces
autres routes ou venant de ces autres routes, ont l'obligation de leur céder le
passage.

- Signal B4 - Perte de priorité d'une route à grande circulation. Il indique aux


usagers que la route à grande circulation cesse de bénéficier de la priorité par
rapport aux autres routes.

- Signal B5- Signalisation des passages à niveau sans barrière ni demi-barrière et


des aérodromes dont la proximité constitue un danger pour la circulation
routière. Dans le cas où le signal B5 est complété par un signal lumineux
annonçant l'approche des trains ou des avions les deux signaux seront placés sur
le même support.
4

Le signal B1 a la forme d'un triangle équilatéral dont un côté est horizontal et dont le
sommet opposé est en bas. Le fond est crème, bordé d'un listel rouge. Le signal ne porte pas
de symbole.

Le signal B2 est octogonal à fond rouge bordé d'un listel blanc et porte la mention
« STOP » en blanc.

Le signal B3 a la forme d'un carré dont une diagonale est verticale. Le listel du
signal est bleu. Le signal comporte en son centre un carré jaune avec un listel bleu. L'espace
entre les deux carrés est blanc.

Le signal B4 est constitué par le signal B3 auquel est ajoutée une bande médiane bleu
perpendiculaire aux côtés inférieur gauche et supérieur droit.

Le signal B5 est à fond blanc, bordé d'un listel rouge,

2°) – Signaux d'Interdiction ou de Restriction:

Ils portent à la connaissance des usagers de la route les interdictions ou


restrictions suivantes:

− Signal C1 - Accès interdit à tout véhicule.


− Signal C2a- Accès interdit à tout véhicule à moteur de plus de deux roues.
− Signal C2b- Accès interdit aux motocycles.
− Signal C2c - Accès interdit aux cycles et cyclomoteurs.
− Signal C2d - Accès interdit aux véhicules affectés au transport des
marchandises. Lorsque la silhouette du véhicule porte le chiffre d'un
tonnage. L’interdiction ne s'applique que si le poids maximal autorisé du
véhicule, ou de l'ensemble des véhicules dépasse ce chiffre.
− Signal C2e- Accès interdit aux piétons.
− Signal C2f- Accès interdit aux véhicules à traction animale.
− Signal C2g-Accès interdit aux charrettes à bras.
− Signal C2h - Accès interdit aux véhicules agricoles à moteur et aux
matériels de Travaux Publics.

Pour notifier l'interdiction d'accès à plusieurs catégories de véhicules ou d'usagers les


silhouettes des véhicules ou des usagers seront groupées sur un seul signal. Toutefois il ne
pourra être placé de signal comportant plus de deux silhouettes en dehors des agglomérations
ni plus de trois dans les agglomérations.

Les signaux C3a « Accès interdit aux véhicules à moteur » et C3b « Accès interdit aux
véhicules agricoles à moteur, aux véhicules à traction animale et aux charrettes à bras » sont
des exemples d'un tel signal.

Les signaux C1, C2 et C3 peuvent être complétés par des autorisations particulières
portées sur un panneau additionnel G4 mis en place sous le signal.

Ex: Signal C1, Accès interdit à tout véhicule. Complément à porter le cas échéant, en
cas d'autorisation d'accès aux bus, ambulances, pompiers « sauf bus, ambulances et
pompiers ».
5

Si l'interdiction est limitée dans le temps, ou portera la mention suivante « sauf


de…… h à ……h »

− Signal C4 - Accès interdit aux véhicules ayant une largeur totale supérieure à
……….mètres.
− Signal C5 - Accès interdit aux véhicules ayant une hauteur totale supérieure à
………mètres.
− Signal C6 - Accès interdit aux véhicules ou ensemble de véhicules ayant un poids
total en charge supérieur à… tonnes.
− Signal C7 - Interdiction de tourner à gauche.
− Signal C8 - Interdiction de tourner à droite.
− Signal C9 - Interdiction de faire demi-tour.
− Signal C10a - Interdiction de dépasser. Le signal notifie qu'en supplément des
prescriptions générales imposées par le code de la route, il est interdit de dépasser
les véhicules à moteur autres que les cyclomoteurs à deux roues et les motocycles
à 2 roues sans side-car.
− Signal C10b - Indique que le dépassement est interdit aux véhicules affectés au
transport de marchandise.
− Signal C11a - Vitesse maximale limitée à....... kilomètres par heure, Ce signal
annonce une limitation de vitesse, sauf lorsqu'elle résulte de décrets ou arrêtés
ministériels ayant une portée générale publiés au journal officiel. Il annule toute
limitation de vitesse antérieure, qu'elle soit plus ou moins restrictive que la
présente. Pour notifier une limitation de vitesse applicable seulement aux
véhicules dont le poids maximal autorisé en charge dépasse un chiffre donné, une
inscription comportant ce chiffre sera placée dans un panneau additionnel au-
dessous de signal.
− Signal C11b - Indique une double limitation de vitesse, d'une part pour les
véhicules dont le poids total autorisé en charge est supérieur à 3,5 t, d'autre part
pour les autres véhicules.
− Signal C12 - Interdiction de faire usage d'avertisseurs sonores.
− Signal C13a - Interdiction de passer sans s'arrêter - Poste de Douane.
− Signal C13b - Interdiction de passer sans s'arrêter. - Poste de Police.
− Signal C13c - Interdiction de passer sans s'arrêter. - Poste de Gendarmerie.
− Signal C14a - Fin de toutes les interdictions imposées aux véhicules en
mouvement.

Pour indiquer le point où une interdiction ou une restriction donnée, notifiée aux
véhicules en mouvement par un signal d'interdiction ou de restriction, cesse d'être valable il
sera employé le signal C14a dans lequel figurera le symbole du signal d'interdiction ou de
restriction - Les signaux C14b « fin de limitation de vitesse », C14c « fin d'interdiction de
dépasser » et C14d « fin d'interdiction de faire usage des avertisseurs sonores » sont des
exemples d'un tel signal.

− Signal C15 - Stationnement interdit.


− Signal C16 - Stationnement et arrêt interdits.

Les signaux C15 et C16 peuvent être complétés par des panneaux additionnels,
modèle G3, indiquant aux usagers la longueur sur laquelle s'applique l'interdiction.

Dans les rues où le stationnement est unilatéral, à alternance semi-mensuelle, le signal


C15 est complété par un panneau additionnel, modèle G4, portant selon le cas : « Interdit du
1er au 15 du mois » ou « Interdit du 16 à la fin du mois ».
6

− Signal C17 - Fin d'interdiction de stationner.


− Signal C18 - Zone de stationnement à durée limitée. Il indique dans les
agglomérations l'entrée d'une zone où le stationnement est à durée limitée, qu'il y
soit ou non payant. Les jours et les heures de la journée pendant lesquels cette
limitation s'applique ainsi que les modalités de cette limitation seront indiqués sur
le signal même.
− Signal C19 - Fin de zone de stationnement à durée limitée.

L'interdiction de stationner peut également être portée à la connaissance des usagers


de la route par des bandes peintes alternativement en rouge et blanc ou par une bande
discontinue en carrelage de couleur rouge insérée dans le revêtement du trottoir.

Les interdictions de stationner d'ordre général, prévues au code de la route n'ont pas à
être signalées. Les dispositions réglementaires concernant le stationnement dans l'ensemble
d'une agglomération peuvent n'être portées à la connaissance des usagers de la route que par
le signal C18, placé sur chaque route à l'entrée de l'agglomération. Le signal E7 défini à
l'article 5 du présent arrêté, placé sur chaque route à la sortie de l'agglomération indique alors
aux usagers de la route la fin des dispositions réglementaires concernant le stationnement dans
l'ensemble de l'agglomération.

Les signaux d'interdiction ou de restriction sont circulaires, à l'exception des signaux


C18 et C19 qui sont rectangulaires.

Le signal C1 est à fond rouge. La barre horizontale est blanche. Les signaux C2a à
C13c sont à fond blanc avec une large bordure rouge. Les signaux C3a, C3b, C7, C8, C9 et
C12 ont en plus une barre rouge oblique continue reliant le quadrant supérieur gauche au
quadrant inférieur droit. Les symboles figurant dans ces signaux sont bleus, à l'exception des
symboles figurant à gauche sur les signaux C10a et C10b, qui sont rouges. Le signal C11b
possède une barre rouge horizontale.

Les signaux C14a, C14b, C14c et C14d sont à fond crème. La bande diagonale
inclinée de haut en bas en partant de la droite est bleue. Les symboles qui peuvent figurer sur
ces signaux seront gris. Les signaux du type C17 sont à fond crème. Les inscriptions sont
bleues.

Les signaux C15, et C16 sont à fond bleu, avec une large bordure rouge. Le signal
C15 comporte une bande continue rouge reliant les quadrants supérieurs gauche et inférieur
droit. Le signal C16 comporte deux bandes diagonales perpendiculaires entre elles de couleur
rouge, l'une reliant les quadrants supérieurs gauche et inférieur droit, l'autre les quadrants
supérieurs droit et inférieur gauche.

Le signal C18 est à fond crème bordé d'un listel bleu. Il porte en son centre le signal
C15. Les inscriptions pouvant figurer sur ce signal sont bleues et se trouvent sur le fond. Le
signal C19 est le même que le signal C18 à l'exception du signal C15 qui apparait en gris. Il
est barré par une bande diagonale bleue reliant les coins supérieur droit et inférieur gauche;

3°) - Signaux d'obligation.

Ils portent à la connaissance des usagers de la route les obligations


suivantes :
7

− Signal D1 - Direction obligatoire.


− Signal D2 - Contournement obligatoire.
− Signal D3 - Intersection à sens giratoire.
− Signal D4 - Piste obligatoire pour cycles et cyclomoteurs. Accès interdit aux autres
véhicules.
− Signal D5 - Vitesse minimale obligatoire.
− Signal D6 - Fin de vitesse minimale obligatoire.
− Signal D7 - Autres obligations dont la nature est mentionnée par une inscription
sur le signal.

L’annexe D du présent arrêté donne un exemple : « Obligation de serrer à droite ».

Les signaux d’obligation sont circulaires, de couleur bleue. Les symboles et les
inscriptions sont blancs, à l'exception de la barre oblique du signal D6, qui est rouge.

Tous les signaux de règlementation seront placés dans le voisinage immédiat de


l'endroit où commence la règlementation. En particulier, les signaux B1 et B2 seront
implantés à proximité immédiate de l'intersection, autant que possible sensiblement à l'aplomb
de l'endroit où les véhicules doivent marquer l'arrêt ou que, pour céder le passage, ils ne
doivent pas franchir.

Article 5 :

Les signaux donnant des indications utiles aux usagers de la route figurent aux annexes
E et F du présent arrêté. Ils se subdivisent en:

1°) - Signaux d'identification des routes:

A l'annexe E du présent arrêté figurent les signaux destinés à identifier les routes par
leur numéro. Ils sont de quatre types suivant l'importance et la nature de la route ainsi
identifiée :

− Routes nationales: -fond rouge, inscriptions blanches.


− Chemins de Wilayate: - fond jaune, inscriptions bleues.
− Chemins Vicinaux: - fond blanc, inscriptions bleues.
− Routes Forestières: - fond vert, inscriptions blanches.

Les signaux d'identification des routes sont rectangulaires, bordés d'un listel bleu.
Ils surmontent les signaux du type E2, E6, E7 et E10 définis dans les paragraphes trois, quatre
et cinq du présent article.

2°) - Signaux de présignalisation:

− Signal E1 - Présignalisation directionnelle. Les signaux de présignalisation


représentent un schéma clair de la disposition du carrefour tel qu'il apparait à l'usager
qui l'aborde.
8

3°) - Signaux de direction:

− Signaux E2 - Indiquent la direction de localités.


− Signaux E3 - Signaux de direction complémentaire.
− Signaux E4 - Jalonnement d'un itinéraire.
− Signal E5 - Direction d'un aérodrome - Signal de jalonnement.
− Signal E5 bis - Direction d'un terrain de camping-Signal de jalonnement.
− Signal E5 ter - Direction du centre d'une ville-Signal de jalonnement.

4°) - Signaux de localisation:

− Signal E6 - Entrée d'agglomération. Ce signal indique aux usagers de la route


qu'ils ont à se conformer aux règles d'ordre général prévues par le code de la
route pour la circulation à l'intérieur des agglomérations.
− Signal E7 - Fin d'agglomération. Ce signal indique aux usagers de la route la
modification des règles de circulation applicables en agglomération.
− Signal E8 - Indique un lieu dit.
− Signal E9 - Indique un cours d'eau ou une forêt.

5°) - Signaux de Confirmation:

− Signal E10 - Confirme une ou plusieurs directions routières.


− Signal E10 bis - Signal de confirmation complémentaire.

L'annexe E du présent arrêté donne un exemple pour chaque type de signal défini
ci-dessus dans les paragraphes 1 à 5. Les mots figurant sur les signaux d'indication E1 à E 10
sont donnés sur le même signal en caractères arabes et en caractères latins.

A l'exception du signal E8, les caractères sont bleus; le fond des signaux est crème,
bordé d'un listel bleu, sauf pour le signal E2 bis, dont seule la pointe est bordée d'un listel
bleu.

Les caractères du signal E8 sont blancs, sur fond bleu. Les signaux de
presignalisation, de localisation et de confirmation sont rectangulaires. Les signaux de
direction ont la forme d'un rectangle à grand côté horizontal, terminé par une pointe de flèche.

6°) - Autres signaux donnant des indications utiles pour la conduite des véhicules:

− Signal E11 - Hôpital.


− Signal E12 - Voie à sens unique.
− Signal E13 - Route sans issue.
− Signal E14 - Autoroute.
− Signal E15 - Fin d'autoroute.
− Signal E16 - Praticabilité de la route.
− Signal E17 - Parc de stationnement.
− Signal E18 - Forêt facilement inflammable.
9

Ces signaux sont rectangulaires. A l'exception du signal E18, ils sont à fond bleu
bordé d'un listel blanc. Les symboles sont blancs à l’exception de la partie inférieure du
symbole figurant sur le signal E13, ainsi que la bande oblique barrant le signal E15, qui sont
rouges.

Le signal E16: « Praticabilité de la route » comporte 3 panneaux 1, 2, et 3


amovibles. Si le passage est fermé le panneau 1 est de couleur rouge et porte l'inscription
« fermé ». Si le passage est ouvert, il est de couleur verte et porte l'inscription « ouvert ». Les
inscriptions sont en blanc, en caractères arabes et latins.

Les panneaux 2 et 3 sont, à fond blanc avec inscriptions en bleu. Si le passage est
ouvert, le panneau 3 ne porte aucune indication et le panneau 2 selon l'état de la route ou bien
ne porte aucune indication, ou bien montre un symbole signifiant « chaines ou pneumatiques
a neige recommandés ».

Si le passage est fermé le panneau 3 porte le nom de la localité jusqu’à laquelle la


route est ouverte et le panneau 2 porte, selon l’état de la route soit l’inscription « ouvert
jusqu’à » en caractères arabes et latins, soit le symbole « chaines ou pneumatiques à neige
recommandés ».

Le signal E18 est à fond blanc, bordé d'un listel rouge. Le symbole figurant sur le
signal est bleu, rouge et Jaune. Les inscriptions sont bleues.

7°) -Signaux indiquant des installations qui peuvent être utiles aux usagers de la route et
signaux divers :

− Signal F1 - Poste de secours.


− Signal F2 - Poste d'appel téléphonique.
− Signal F3 - poste à essence.
− Signal F4 - Arrêt d'autocar.
− Signal F5 - Station de taxi.
− Signal F6 - Signalisation touristique ou d’intérêt local.

Les signaux F1, F2, F3 sont rectangulaires sur fond bleu. Ils portent un rectangle
blanc sur lequel apparait le symbole en bleu, sauf le symbole du signal F1 qui est rouge.

Les signaux divers, F4, F5, F6 sont particuliers à chaque cas.

Article 6 :

1°) - les précisions à apporter à certaines signalisations font l'objet de panneaux


additionnels. Ils sont placés au dessous du signal qu’ils rendent plus explicite et
sur le même support. Ils figurent à l'annexe G du présent arrêté.

2°) - Les panneaux additionnels « Modèle G1 » indiquent la distance entre le signal et


le début du passage dangereux ou de la zone dans laquelle s'applique la
prescription.
10

3°) - Les panneaux additionnels « Modèle G2 » indiquent la longueur de la section


dangereuse ou de la zone dans laquelle la prescription s'applique.

4°) - Les panneaux additionnels "Modèle G3" indiquent la longueur d'application de


l'interdiction. Ils sont placés au dessous des signaux C15,"stationnement interdit"
et C16 "stationnement et arrêt interdits ».

5°) - Les panneaux additionnels " Modèle G4" rappellent aux usagers de la route
l'existence d'une interdiction ou d'une obligation déjà signalée, ou précisent les
indications portées sur les signaux au dessous desquels ils sont placés.

6°) - Les panneaux additionnels "Modèle G5" précisent sur quelle branche d'un
carrefour les usagers ont la priorité. Le symbole représente le schéma du
carrefour tel qu'il est vu par l'usager qui l'aborde: la branche prioritaire y est
figurée par un trait de plus grande largeur que les branches non prioritaires. Ils
sont disposés obligatoirement au dessous des signaux B3 placés à l'approche des
intersections et éventuellement au dessous des signaux A22, A23 A24, B1 ou B2
en cas d'ambiguïté sur les branches prioritaires.

Les panneaux additionnels sont rectangulaires, leur plus grande dimension étant
horizontale; ils sont à fond crème et ne comportant pas de listel sauf ceux du modèle G5 qui
sont carrés et qui sont bordés d'un listel bleu. Les inscriptions et les symboles sont bleus.

Article 7:

Les dispositifs suivants, figurant à l'annexe H du présent arrêté sont employés pour la
signalisation de position de dangers particuliers.

- Dispositifs H1-
Tout passage à niveau sera muni de barrières ou demi-barrières, marquées
distinctement en bandes alternées de couleur rouge et blanche. Leur visibilité sera en outre
renforcée par des matériaux ou des dispositifs réfléchissants.
Tout passage à niveau muni de barrières ou demi-barrières dont la manœuvre est
commandée depuis un poste d'où elles ne sont pas visibles, ou dont la manœuvre est
commandée automatiquement par l'approche des trains sera équipé d'une signalisation de
l'approche des trains constituée par un feu rouge clignotant, et si nécessaire par un signal
sonore. Toutefois, les dispositions du présent article ne s'appliquent pas dans les cas suivants:

− Aux croisements de routes et de voies ferrées ou à la fois la circulation ferroviaire


est très lente et la circulation routière est réglée par un convoyeur de véhicules ferroviaires
faisant avec le bras les signaux nécessaires.
− Aux croisements de voies ferrées et de chemins de terre où la circulation est très
faible, ou de chemins pour piétons.
− Balise H2 - Signalisation des virages.
− Balise H3 - Balisage des virages ou des rétrécissements de chaussée.
Ce signal est de forme rectangulaire, le grand coté étant horizontal. Les chevrons
figurants sur le signal sont alternativement de couleur blanche et bleue.
Article 8:

Les seuls feux qui puissent être employés comme signaux lumineux règlementant la
circulation des véhicules ou des piétons sont les suivants et ont la signification ci-après:
11

1°) -Signaux destinés à régler la circulation des véhicules :

a- feux non clignotants :

- Le feu vert signifie autorisation de passer; toutefois un feu vert destiné à régler la
circulation à une intersection ne donne pas aux conducteurs l'autorisation de passer si, dans la
direction qu'ils vont emprunter, l'encombrement est tel que s’ils s'engageaient dans
l'intersection, ils ne pourraient probablement pas l'avoir dégagée lors du changement de phase.

- Le feu rouge signifie interdiction de passer; les véhicules ne doivent pas franchir la
ligne d'arrêt, ou s'il n'ya pas de ligne d’arrêt, l’aplomb du signal ou si le signal est placé au
milieu ou de l'autre coté d'une intersection, ils ne doivent pas s’engager dans l'Intersection ou
sur un passage pour piétons à l'intersection.

- Le feu Jaune signifie qu'aucun véhicule ne doit franchir la ligne d'arrêt ou l'aplomb du
signal, à moins qu'il ne s’en trouve si prés lorsque le feu s’allume, qu’il ne puisse plus
s'arrêter dans des conditions de sécurité suffisantes avant d'avoir franchi la ligne d'arrêt ou
l'aplomb du signal. Si le signal est placé au milieu ou de l'autre coté d'une intersection, le feu
jaune signifie qu'aucun véhicule ne doit s'engager dans l’intersection, à moins qu'il ne puisse
plus s'arrêter dans des conditions de sécurité suffisantes avant de s’engager dans l'intersection
ou le passage pour piétons.

b- feux clignotants :

- Un feu rouge clignotant signifie que les véhicules ne doivent pas franchir la ligne
d’arrêt ou, s’il n'ya pas de ligne d’arrêt, l'aplomb du signal. Ce feu ne peut être employé que
pour indiquer l'interdiction de passer à cause des voitures de pompiers débouchant sur la route
ou de l'approche d'un avion dont la trajectoire coupe à faible hauteur la direction de la route
ou de l'approche d'un train à un passage à niveau .Dans ce dernier cas le feu est placé sur le
même support que le signal B5 ou que le dispositif H1.

- Un feu jaune clignotant signifie que les conducteurs peuvent passer mais avec une
prudence particulière.

c- feux du système tricolore :

- les signaux du système tricolore se composent des trois feux respectueusement rouge,
jaune et vert non clignotant. Chacun des feux ne peut être allumé que si les deux autres
sont éteints.
- Les feux sont placés verticalement, le feu rouge en haut, le feu jaune au centre et le feu
vert en bas. Les couleurs se succèdent dans le temps, dans l’ordre, vert, jaune, rouge,
vert jaune, etc…

Tous les feux sont circulaires.

Un feu jaune clignotant peut être placé seul : un tel feu peut aussi remplacer, aux heures
de faible circulation, les feux du système tricolore.
12

Lorsque le feu vert d'un système tricolore présente une ou plusieurs flèches, l'allumage
de cette flèche ou de ces flèches signifie que les véhicules ne peuvent prendre que la direction
ou les directions ainsi indiquées.

Les flèches signifiant l'autorisation d'aller tout droit auront leur pointe dirigée vers le
haut. Lorsqu'un signal du système tricolore comporte un ou plusieurs feux verts
supplémentaires présentant une flèche ou plusieurs flèches, l'allumage de cette flèche ou de
ces flèches supplémentaires signifie, quelle que soit à ce moment là la phase en cours du
système tricolore, autorisation pour les véhicules de poursuivre leur marche dans la direction
ou directions indiquées par la flèche ou les flèches; il signifie aussi que lorsque des véhicules
se trouvent sur une voie réservée à la circulation dans la direction qui est indiquée par la
flèche, ou que cette circulation doit emprunter, leurs conducteurs doivent sous réserve de
laisser passer les véhicules du courant de circulation dans lequel ils s'insèrent et sous réserve
de ne pas mettre en danger les piétons, avancer dans la direction indiquée pour autant que leur
immobilisation bloquerait la circulation de véhicules se trouvant derrière eux sur la même
voie.

Lorsqu’au-dessus des voies, matérialisées par des marques longitudinales, d'une chaussée
à plus de deux voies il est placé des feux verts ou rouges, le feu rouge signifie l'interdiction
d'emprunter la voie au-dessous de laquelle il se trouve, et le feu vert signifie l'autorisation de
l'emprunter

Le feu rouge ainsi placé doit avoir la forme de deux barres inclinées croisées et le feu vert
a la forme d'une flèche dont la pointe est dirigée vers le bas.

2°) – Signaux à l'intention des seuls piétons:

Les seuls feux qui puissent être employés comme signaux lumineux s'adressant aux
seuls piétons sont les suivants et ont la signification ci-après:

a- Feux non clignotants:

- Le feu vert signifie, aux piétons, autorisation de passer.


- Le feu rouge signifie, aux piétons, interdiction de s'engager sur la chaussée.

b- Feux clignotants:

Le feu vert clignotant signifie que le laps de temps pendant lequel les piétons
peuvent traverser la chaussée est sur le point de se terminer et que le feu rouge va s'allumer.

Les feux sont disposés verticalement, le feu rouge étant toujours en haut. De
préférence, le feu rouge aura la forme d'un piéton immobile et le feu vert la forme d’un piéton
en marche.

Les signaux lumineux pour piétons doivent être de taille beaucoup plus petite que
les signaux lumineux réglementant la circulation des véhicules et doivent être placés de
manière à exclure toute possibilité d'être interprétés par les conducteurs comme étant des
signaux lumineux destinés à régler la circulation de véhicules.
13

Article 9 :

Des feux rouges ou jaunes peuvent être utilisés par les services de police, de
gendarmerie ou de douanes pour obtenir, selon leur signification définie à l'article précédant,
l'arrêt ou le ralentissement des véhicules.
Ces signaux peuvent être soit placés temporairement sur la voie publique, soit balancés
à bout de bras.
L'emploi sur la voie publique des signaux visés au présent article est interdit aux
usagers de la route.
Article 10 :

Les dispositions particulières concernant la signalisation temporaire des routes sont


fixées dans une instruction interministérielle prise par le Ministre des Travaux Publics et de la
Construction, le Ministre des Transports et le Ministre de l'Intérieur, en complément de
l’instruction interministérielle sur la signalisation routière.
Article 11 :

Les signaux et dispositifs de signalisation temporaire figurant à l’annexe J du présent


arrêté et définis ci-dessous sont employés pour la signalisation de tout obstacle ou danger dont
l’existence est elle-même temporaire, ou pour remplacer temporairement, tout autre dispositif
de signalisation.

− Barrages J1, J2 et J2bis - Signalisation de position de travaux sur chaussée ou de


tout autre obstacle de caractère temporaire.
− Signal J3- Nature du chantier. Il n’est mis en place que pour indiquer la nature des
travaux.
− Piquet de chantier J4 ou dispositif conique J4a : signalisation du bord des obstacles
que peut présenter un chantier.
− Signaux J5, J6 à J6b – Signalisation des détournements de circulation.
− Signal J7- Présignalisation sur itinéraire de déviation.
− Signal J8- Présignalisation de déviation de circulation.
− Signal J9- Balisage de virage ou rétrécissement de chaussée.
− Piquet mobile J10- Piquet de réglementation manuelle de circulation comportant sur
une face le symbole du signal B1 d’interdiction d’accès et sur l’autre face une surface
circulaire de couleur verte, qui autorise les véhicules à franchir un passage étroit pendant que
les véhicules de l’autre sens de circulation sont arrêtés.

− Les barrages J1, J2 et J2bis, les dispositifs J4 et J4a et le signal J9 comportent des
bandes alternativement rouges et blanches.
− les signaux J3, J5, J6a, J6b, J7, J8 sont de forme rectangulaire, terminés en pointe de
flèche pour les signaux J6a, J6b. Ils sont à fond jaune bordé d’un listel bleu.
− Les inscriptions sont bleues. Le signal C1 représenté sur le signal J8 est conforme
aux prescriptions de l’article 4 ;
Article 12 :

Les marques sur chaussée sont employées pour régler la circulation, avertir ou guider
les usagers de la route. Elles peuvent être employées soit seules, soit avec d’autres moyens de
signalisation qui en renforcent ou en précisent les indications.
Toutes les marques sur chaussées sont de couleur blanche à l’exception des marques
indiquent les emplacements ou le stationnement est à durée réglementé (zone bleue) qui
peuvent être bleues.
14

Les marques sur chaussées se subdivisent en trois catégories qui sont les suivantes:
1°) Les lignes longitudinales

a) Les lignes longitudinales continues apposées sur la surface de la chaussée


signifient qu'il est interdit à tout véhicule de les franchir ou de les chevaucher
ainsi que, lorsque la marque sépare deux sens de circulation, de circuler du
coté gauche de la marque par rapport au sens de circulation. Les lignes
continues sont annoncées à ceux des conducteurs auxquels il est interdit de les
franchir par une ligne discontinue éventuellement complétée des flèches de
rabattement.
b) Les lignes longitudinales discontinues utilisées pour les marquages se
différencient, suivant leur signification, par leur module, c'est à dire le rapport
de la longueur des traits à celle de leurs intervalles. On distingue:
− Les lignes axiales ou lignes de délimitation de voies pour lesquelles la
longueur des traits est égale au tiers environ de leurs intervalles.
− Les lignes de rive; les lignes de délimitation des voles d'accélération, de
décélération ou d'entrecroisement, les lignes de guidage en intersection; les lignes
d'entrée et de sortie des voies pour véhicules lents, pour lesquelles la longueur
des traits est sensiblement égale à celle de leur intervalles.

− Les lignes d'avertissement de lignes continues, les lignes discontinues axiales


remplaçant une ligne continue sur chaussée étroite, les lignes de délimitation des
voies pour véhicules lents, les lignes de délimitation d'un couloir réservé aux
autobus dans le même sens de circulation, les lignes délimitant les pistes
cyclables, les lignes délimitant les bandes d'arrêt d'urgence, pour lesquelles la
longueur des traits est sensiblement triple de celle de leurs intervalles.
c) Lorsqu’une ligne longitudinale discontinue est accolée à une ligne
longitudinale continue, les conducteurs ne doivent tenir compte que de la ligne
qui est située immédiatement à leur gauche. Cette disposition n'empêche pas
les conducteurs qui ont effectué un dépassement autorisé de reprendre leur
place sur le coté droit de la chaussée.
Le rapport des traits aux Intervalles des lignes discontinues accolées aux lignes
continues est de un tiers dans le cas général et de trois lorsque la section ou
dépassement est possible est immédiatement suivie d'une section où il ne l'est
pas.
2°) Les marques transversales

− La ligne transversale continue, tracée sur la largeur d'une ou plusieurs voies de


circulation à la limite ou les conducteurs doivent marquer un temps d'arrêt imposé
par le signal B2 "Arrêt obligatoire" aux intersections, désignées par application de
l'article R29 du code de la route ont une largeur de 0,50 à 0,75 m suivant
l'importance de la route. Une telle ligne sera en principe apposée chaque fois
qu'est placé le signal B2.

− La ligne transversale discontinue éventuellement tracée toute la largeur de la


chaussée à la limite où les conducteurs doivent céder le passage en vertu d'un
signal B1 "cédez le passage" aux intersections désignées par application des
articles R28 et R28bis du code de la route ont une largeur de 0,25 à 0,35 mètres
suivant l'importance de la route. La longueur des traits est égale à celle de leurs
intervalles.
15

− La ligne transversale discontinue, dite ligne d’effet des signaux , qui peut être
tracée aux carrefours , s’il n'y a pas de passage réservé aux piétons, pour indiquer
l'endroit où les véhicules doivent éventuellement s'arrêter lorsque l'arrêt ne doit
pas se faire au droit des feux ou de la ligne des bordures, ont une largeur de 0,15 à
0,25 mètres suivant l’importance de la route. La longueur des traits est égale à
celle de leurs Intervalles.
3°) Les autres marques.

Pour marquer les passages prévus pour la traversée de la chaussée par les piétons,
il sera apposé de préférence des bandes larges parallèles à l'axe de la chaussée.
D’autres marques sur la chaussée, telles que les flèches , les raies parallèles ou
obliques, ou des inscriptions peuvent être employées pour répéter les indications des signaux
ou pour donner aux usagers de la route des indications qui ne peuvent pas leur être fournies de
façon appropriée par des signaux.
De telles marques seront notamment utilisées pour indiquer les limites des zones ou
bandes de stationnement, les arrêts d’autobus ou de trolleybus où le stationnement est interdit
ainsi que la présélection avant les intersections.
Les flèches se différentient, suivant leur signification, en :
Flèches de rabattement: ces flèches légèrement incurvées signalent aux usagers qu'ils
doivent emprunter la voie située du côté qu'elles indiquent.
Flèches de sélection: ces flèches situées au milieu d’une voie signalent aux usagers,
notamment à proximité des intersections, qu'ils doivent suivre la direction indiquée,
ou l'une ou l'autre des deux directions indiquées s'il s’agit d’une flèche bifide.
Le marquage d'une zone de la chaussée par des raies obliques parallèles encadrées
d'une ligne continue ou discontinue signifie que les véhicules ne doivent pas pénétrer dans
cette zone.
Article 13:
Les limites des agglomérations telles que ces dernières sont définies à l’article R 1er
du Code de la route sont fixées par arrêté du Président de l’Assemblée Populaire Communale,
après approbation du Wali.
Lorsque cet arrêté intéresse des sections de routes classées dans la voirie nationale, il
ne peut être approuvé par le Wali qu’après avis du Directeur de l'Infrastructure et de
l'Equipement de la Wilaya. En cas de désaccord, le Wali transmet d’office, pour décision avec
son avis au Ministre des Travaux Publics et de la Construction, qui statue en accord avec le
Ministre de l’Intérieur.
Les limites des agglomérations sont matérialisées par l’implantation des signaux de
localisation E6 et E7 définis à l'article 5 du présent arrêté.
Article 14:

La liste des routes à grande circulation est déterminée par le décret n°74-67 du 3 avril
1974, pris sur le rapport du Ministre des Travaux Publics et de la Construction, du Ministre
chargé des Transports et du Ministre de l’Intérieur, conformément à l’article R 28 du Code de
la route.
Article 15:

L'emploi des signaux d’autres types ou modèles que ceux qui sont définis dans le
présent arrêté est strictement interdit.
16

Article 16 :

Tout règlement non conforme au présent arrêté, en particulier l'arrêté interministériel


du 22 juillet 1954 et ses instructions interministérielles d'application est abrogé.
Les nouvelles dispositions du présent arrêté seront appliquées au fur et à mesure du
remplacement des signaux ou des marques actuellement en place.

Article 17 :

Le Ministre des Travaux Publics et de la Construction, le Ministre chargé des


Transports et le Ministre de l’Intérieur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de
l’exécution du présent arrêté.

Article 18:

Le présent arrêté sera publié au journal Officiel de la République Algérienne


Démocratique et Populaire.

Fait à Alger, le 15 juillet 1974.

Le Ministre de l'Intérieur Le Ministre d'Etat chargé des Transports

Rabah BITAT

Le Ministre des Travaux Publics


et de la Construction

Abdelkader ZAIBEK
SIGNALISATION ROUTIERE
Instruction Interministérielle
du 15 juillet 1974
1

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE

SUR LA SIGNALISATION ROUTIERE

Prévue par l'article 1er de l'arrêté interministériel


du 15 juillet 1974

PREAMBULE

La signalisation routière acquiert une importance de plus en plus grande au fur et


à mesure que se développe la circulation et que la vitesse des véhicules augmente.

Les textes jusqu'alors en vigueur tendant à être inadaptés aux nouvelles


conditions de circulation, la présente instruction est destinée à avoir une influence
favorable sur le débit des routes et sur la sécurité de leurs usagers. Pour cela elle fixe
jusque dans les détails la nature des signaux, leurs conditions d'implantation ainsi que
toutes les règles se rapportant à l'établissement de la signalisation routière.

L'efficacité de la signalisation routière doit résulter des principes suivants :

1°- Les prescriptions de l'instruction sont applicables à toutes les catégories de


routes ouvertes à la circulation quelle que soit l'autorité administrative chargée de leur
gestion.

2°- Le maintien de l'unité de la signalisation implique l'interdiction d'employer


des signaux d'autres types ou modèles que ceux qui sont définis dans la présente
instruction, étant entendu que cette interdiction s'étend à toutes les voieries.

3°- Au principe de l'unité, se rattache celui de l'homogénéité de la signalisation.


L'usager circulant sur un long parcours doit trouver dans des conditions identiques, des
signaux de même valeur et de même portée implantés suivant les mêmes règles.

4°- Un autre principe essentiel est la continuité en ce qui concerne les directions
signalées. Cette continuité est assurée dans le cas des routes nationales par le fait que la
liste des localités et des grands centres est soumise à l'approbation du Ministre des
Travaux Publics et de la Construction. Ce principe est également à retenir pour les
autres routes, lors de l'établissement des plans de signalisation qui nécessiteront de
nombreux contacts entre services,

5°- Afin de conserver son efficacité, la signalisation ne doit pas seulement être
uniforme, continue et homogène, elle doit aussi être simple. Une surabondance de
signaux routiers fatigue l'attention de l'usager qui tend alors de plus en plus à négliger
les indications qui lui sont données.
2

C’est ainsi que, notamment en matière de signalisation de danger, il doit être


procédé à une étude attentive des lieux, les signaux ne devant être implantés, afin de
conserver toute leur valeur, que s'ils sont indispensables.
De même en ce qui concerne les signaux de limitation de vitesse : des
prescriptions trop nombreuses et trop strictes risquent de ne plus être respectées par
les usagers de la route.
Article. 1er : Objet de la signalisation routière.

La Signalisation routière a pour objet :

− de rendre plus sûre la circulation routière,


− de faciliter cette circulation ;
− d’indiquer ou rappeler diverses prescriptions particulières de police.
Elle n’a, et ne saurait avoir, le caractère d’une garantie assurée par la puissance
publique aux usagers de la route contre les risques et dangers de la circulation, les
usagers de la route circulant toujours à leurs risques et périls.

Article. 2 : Bases légales de la signalisation routière.

Sur le plan international le premier essai d’une unification des principes


généraux de la signalisation routière fut réalisé par « la convention internationale sur
l'unification de la signalisation routière » signée à Genève le 30 mars 1931.
Cette convention a été remplacée par la convention sur la signalisation
routière signée à Genève le 19 septembre 1949, puis par la convention sur la
signalisation routière signée à Vienne le 8 novembre 1968 et ratifiée par la République
Algérienne Démocratique et Populaire.
Sur le plan algérien la base légale de la signalisation routière est :

− l'arrêté du 30 septembre 1965 relatif au bilinguisme de la signalisation routière


− l'ordonnance n° 71-15 du 5 avril 1971, complétée par l'ordonnance 74-46 du 3
avril 1974, portant code de la route.
− le décret n° 74-67 du 3 avril 1974 déterminant les routes à grande circulation.

En application de ces textes légaux, le Ministre d’Etat chargé des Transports,


le Ministre des Travaux Publics et de la Construction et le Ministre de l'Intérieur
fixent par arrêté conjoint les conditions dans lesquelles est établie la signalisation
routière.

Cet arrêté interministériel a été pris le 15 juillet 1974.


L'objet de la présente instruction est de compléter l'arrêté de base susvisé et de
donner toutes précisions utiles tant en ce qui concerne les règles à suivre pour
l'implantation des panneaux de signalisation , que la nature même des types de signaux
à adopter, lesquels sont conformes à ceux prévus par les accords internationaux.
Toutes dispositions ou prescriptions antérieures contraires à la présente
instruction sont abrogées.
3

PREMIERE PARTIE

PRESCRIPTIONS GENERALES

Article 3 : Catégories de signaux.

Les différentes signalisations se répartissent en trois catégories, à savoir :

1°- Signaux d'avertissement de danger (type A).

2°- Signaux de réglementation, se subdivisant en :

a. - Signaux de priorité (type B)


b. - Signaux d'interdiction ou de restriction (type C)
c. - Signaux d'obligation (type D).

3°- Signaux d'indication, se subdivisant en :

a. - Signaux d'identification des routes (type E)


b. - Signaux de présignalisation (type E)
c. - Signaux de direction (type E)
d. - Signaux de localisation (type E)
e. - Signaux de confirmation (type E)
f. - Autres signaux donnant des indications utiles pour la conduite des
véhicules (type E)
g. -Autres signaux indiquant des installations qui peuvent être utiles aux
usagers de la route (type F)

Article 3-1 : Efficacité de la signalisation routière.

La signalisation routière ne peut être efficace que si l'on respecte certains


principes. Dans sa conception et dans son implantation, on ne doit pas perdre de vue les
conditions de perception par l'usager qui se déplace à une vitesse qui peut être grande et
dont l’attention est sollicitée par les nécessités de la conduite.

a. - Principe de valorisation:

La multiplication des signaux nuit à leur efficacité. Il ne faut donc en placer que
s'ils sont indispensables. De plus ils sont autant d'obstacles susceptibles d'être heurtés par
des véhicules quittant accidentellement la chaussée.

Il y a intérêt à inspecter périodiquement la signalisation et à faire disparaitre les


signaux devenus superflus.
4

b. - Principe de concentration:

Lorsqu'il est indispensable que plusieurs signaux soient vus en même temps ou à peu
près en même temps, il faut absolument les implanter de façon que l'usager puisse les
percevoir d'un seul coup d'œil, de nuit comme de jour.

Même si la simultanéité de perception ne s'impose pas, il y a intérêt, si rien ne s’y


oppose par ailleurs, à grouper deux ou trois indications sur un même support ou sur deux
supports très voisins afin de ne pas disperser l'attention du conducteur.

Cette concentration trouve toutefois une limite dans le troisième principe:

c. - Principe de lisibilité:

Il ne faut pas demander à l'automobiliste un effort de lecture ou de mémoire


irréalisable. On devra donc réduire et simplifier les indications au maximum et
éventuellement les décomposer.

Article 3.2 : Signalisation avancée- Signalisation de position.

On dira qu'un signal est placé en signal avancé lorsqu'il sera implanté à une distance
suffisante pour prévenir l'usager de l'approche de l'objet, du début de la zone ou du point
signalé.

Lorsque le signal sera placé approximativement à l'aplomb de l'objet, du début de la


zone ou du point ainsi signalé, on dira qu'il est placé en signal de position.

Article 4 : Forme des Signaux.

Les formes des signaux, différentes pour chacune des trois catégories, sont les
suivantes:

1°- Signaux d'avertissement de danger : forme triangulaire


2°- Signaux de règlementation, à l'exception des signaux priorité: forme circulaire.

Les signaux de priorité ont une forme spécifique adaptée à chaque cas.

3°- Signaux d'indication: forme générale rectangulaire, étant entendu que certains
signaux de direction sont constitués par des rectangles terminés en pointe de
flèche.

Article 5 : Nature et modèle des signaux.

Pour obtenir une stricte uniformité des signaux permanents, ceux-ci doivent être
fournis uniquement par des entreprises agréées par le Ministre des Travaux Publics et de la
Construction et exécutés conformément à des modèles semblablement agréés. Cette
obligation s'applique à tous les signaux permanents destinés à être implantés sur l'ensemble
du réseau routier et à l'intérieur des agglomérations.
5

Alors que les signaux permanents doivent être en matériaux durables, les signaux
temporaires, notamment, ceux de chantier, peuvent être constitués, ainsi que leurs supports,
par des matériaux moins résistants offrant l'avantage d’être plus légers et plus économiques.

Article 6 : Support des signaux.

1°- Nature:

Les supports des signaux permanents doivent être soit en métal, soit en béton
armé.

2°- Dimensions :

Les supports métalliques sont constitués:

− Soit par des laminés du commerce.

− Soit par des appareils en tôle emboutie ou laminée à froid, de modèles


homologués par le Ministre dès Travaux Publics et de la Construction.

− Soit par des tubes.


..
Dans le premier cas, en emploiera des fers en U.P.N dans les conditions
suivantes :
− Signaux n'ayant aucune dimension supérieure à 0.70 m :
fer en U de 80 mm au moins ;

− Signaux dont la plus grande dimension est comprise entre 0.70 m et l, 25 m:


fer en U de 80 mm à 120 mm de largeur suivent le cas.

− Signaux dont la plus grande dimension est supérieure à l, 25 m:


deux fers en U de 80 mm à 120 mm de largeur suivant le cas.

Les supports en béton armé doivent être conformes à des modèles


homologués par le Ministre des Travaux Publics et de la Construction.

3°- Couleurs:

En règle générale, les supports sont peints en blanc; toutefois, d’autres couleurs
peuvent être employées à condition que les teintes choisies soient neutres (gris, brun) et
uniformes, (toute juxtaposition de teintes contrastées, blanc et noir ou blanc et rouge par
exemple, étant notamment proscrite).

Pour les supports métalliques, la peinture aluminium est admise.

Lorsque le support est accolé à un mur il pourra être peint de la même couleur que
celui-ci.
6

Article 7 : Fondation des signaux permanents.

Les supports des signaux sont obligatoirement scellés dans du béton.

Lorsque le signal est implanté sur un trottoir muni d'un revêtement, les
fondations sont arasées au niveau du trottoir. Dans le cas contraire, le dé de fondation
fait saillie de 0.10 m sur le niveau du sol et est terminé par une pointe de diamant à
quatre faces.

Article 8 : Implantation des signaux.

Bien que dans certains cas un signal puisse être plus visible pour un usager s'il
est placé à sa gauche (ce cas peut notamment se présenter pour un virage à droite), les
signaux doivent, sauf exceptions stipulées dans la présente instruction, et à moins de
circonstances particulières, se trouver à droite de la chaussée dans le sens de la
circulation. Ils doivent être sensiblement perpendiculaires à l'axe de la route et l'on doit
s'efforcer de régler l’implantation de telle façon que le reflet des feux sur la surface du
panneau ne soit pas gênant.

La distance entre l'aplomb de l'extrémité du signal située du côté de la chaussée


et la rive voisine de cette extrémité ne doit pas être inférieure à 0.70 m.

En rase campagne, l'axe des signaux est placé en principe à 2 m du bord voisin de
la chaussée, à moins que des circonstances particulières ne s'y opposent (accotements
étroits, présence d'une plantation, d'une piste cyclable, d'une voie ferrée).

Il n’est pas exclu d'implanter le support d'un signal sur la propriété riveraine,
après accord, dans ce cas, avec le propriétaire riverain.

Article 9 : Hauteur des signaux.

La hauteur des signaux au-dessus du sol définie dans la présente instruction


s'entend toujours, sauf indication contraire, de la hauteur du bord inférieur du signal par
rapport au niveau de l'accotement ou du trottoir et non pas par rapport à la surface de la
chaussée.

En rase campagne, la hauteur réglementaire des signaux au-dessus du sol est


fixée en principe à 1 m. Dans certains cas, notamment dans les îlots directionnels de
carrefour, il peut être nécessaire d'accepter une hauteur plus faible pour ne pas masquer la
circulation. On peut également admettre une exception pour certains signaux temporaires.

Si deux signaux sont placés sur le même support, cette hauteur est celle du signal
inférieur.

Dans les traverses ou dans les zones suburbaines bénéficiant d'un éclairage public les
signaux peuvent être placés à une hauteur différente, allant jusqu'à 2,30 m, compte tenu,
notamment pour les signaux d'avertissement de danger ou de réglementation, des
véhicules qui peuvent les masquer et de la circulation des piétons.
7

Article 10 : Envers des signaux.

L'envers du signal ne doit pas attirer l'attention : il faut donc renoncer à la


peindre en blanc ou en noir. Les signaux métalliques doivent être peints d'une teinte
neutre, grise.

Par exception, l'envers des signaux de chantier doit être crème.

Article 11 : Inscription sur les signaux et panneaux additionnels.

Les panneaux additionnels prévus à l'article 6 de l'arrêté interministériel sur la


signalisation routière, du 15 juillet 1974 sont destinés à donner des indications
complétant le signal qu'ils accompagnent. Ils sont conformes aux modèles définis à
l'annexe G.

Aucun don n'étant accepté en ce qui concerne la signalisation routière, toute


inscription du nom d'un possible donateur se trouve éliminée des signaux.

La face des signaux ne doit comporter aucune autre inscription que celles
prévues dans la présente instruction et ses annexes.

En principe toutes les inscriptions sur les signaux sont bi1ingues. Les
inscriptions sont composées de lettres et de chiffres conformes aux modèles définis à
l'annexe L. Les inscriptions en caractère latin sont en lettres droites. L'écriture cursive
ne doit être employée que dans les cas prévus à la présente instruction.

Article 12 : Emploi de revêtement lumineux sur les signaux.

On entend par revêtements lumineux, les revêtements ou peintures dont


l'apposition sur un signal ou sur une chaussée permet d'obtenir un effet lumineux, cet
effet pouvant résulter d'une réflexion sous les feux des véhicules automobiles ou de
tout autre phénomène. Le procédé de signalisation lumineuse par ces revêtements ou
ces peintures est appelé dans la présente instruction « réflectorisation », les signaux
sont alors dits « réflectorisés ». On appelle de mêmes peintures réflectorisées, les
peintures pour chaussées lumineuses.

D'une façon générale, l'emploi des revêtements lumineux est déconseillé sur
les appareils posés à l'intérieur des centres urbains et partout où l'éclairage public est
tel que les feux de route ou de croisement ne sont pas employés.

Dans le cas d'emploi de revêtements lumineux ceux-ci doivent présenter très


sensiblement le même aspect le jour et la nuit.

Les revêtements lumineux doivent, comme les signaux eux-mêmes être


soumis à l'homologation du Ministre des Travaux Publics et de la Construction.

Article 12-1 : Emploi de dispositifs réfléchissants.

Les dispositifs réfléchissants ne sont utilisés que dans les cas et dans les conditions
précisés aux articles 24, 26, 44, 144-2, 147-II, 149-5, 152, 153, 155.
8

Article 13 : Eclairage des signaux pendant la nuit.

La signalisation doit être établie de manière à être efficace le jour et la nuit.

En rase campagne , la hauteur des signaux et l'emploi éventuel de dispositifs


.. réfléchissants ou de revêtements lumineux sont prévus de telle sorte qu'ils assurent aux
signaux une visibilité satisfaisante, lorsque ces derniers sont frappés par les feux de route ou
de croisement des véhicules automobiles.

Dans les traverses pourvues d'un éclairage public, il peut être utile de doter les
signaux d'un éclairage spécial pour leur donner une visibilité suffisante.

Les types de signaux éclairés, que ce soit par transparence, par réflexion ou par tout
autre dispositif, doivent être agrées par le Ministre des Travaux Publics et de la Construction.

Quel que soit le dispositif d'éclairage adopté, les signaux doivent rester, de jour
comme de nuit, conformes aux modèles fixés par la présente instruction quant à leur forme,
leurs couleurs et leurs dimensions.

Les feux rouges devant être réservés, aux signaux lumineux de circulation imposant
l’arrêt, ne doivent en aucun cas être employés pour éclairer des signaux qui ne comportent
pas cette obligation. Les conditions de fourniture et d'entretien des signaux éclairés sont
précisées à l'article 16-5e ci-après.

Article 14 : Emploi exclusif des signaux proscrits.

L'emploi de signaux d'autres types ou modèles que ceux qui sont définis dans la
présente instruction est strictement interdit.

Dans les cas, qui doivent d'ailleurs rester exceptionnels, où des autorités jugeraient
indispensable de recourir à d'autres signaux, elles seraient tenues d'en demander l'autorisation
au préalable au Ministre des Travaux Publics et de la Construction.

Article 15 : Droits exclusifs de l’Administration.


.
Le droit de placer en vue du public, par tous les moyens appropriés, des indications
ou signaux concernant à un titre quelconque la circulation n'appartient qu'aux administrations
chargées des services de voirie. Il en découle dès lors , pour ces administrations, 1'obligation
de veiller à la disparition sur les signaux, affiches, etc., de toute nature, établis par des
particuliers, soit sur la voie publique, soit sur des façades ou clôtures riveraines, soit enfin à
l’intérieur des propriétés, de toutes inscriptions comportant des indications de direction ou
de distance, de danger et de circulation, s'adressant aux personnes qui circulent sur la route.

Est notamment interdit : le jalonnement temporaire ou permanent par des organismes


privés de certains itinéraires à l'aide de signaux spéciaux ou de marques de peinture. Toutefois
des autorisations spéciales et essentiellement temporaires pourront être délivrées, à titre
exceptionnel, dans certains cas, notamment à l'occasion de grandes manifestations sportives,
par les services de voiries compétent.
9

Article 16 : Prescriptions financières.

Chaque collectivité (Etat, Wilaya, Commune) prend à sa charge les dépenses


afférentes aux signaux implantés dans l'emprise de ses propres routes.

Au débouché des voies privées ouvertes à la circulation publique, où de ce fait les


prescriptions du code de la route s'appliquent, la signalisation est en règle générale à la
charge de la collectivité dont dépend la route sur laquelle débouchent ces voies privées.

Par exception à ces règles:

1°- Les signaux d'interdiction ou de restriction (type C), les signaux d'obligation
(type D), les signaux donnant des indications utiles pour la conduite des véhicules (type E11
à E18 ), les signaux indiquant des installations qui peuvent être utiles aux usagers de la route
(type F), les feux de carrefours, les signaux A11, A12, A13, A14, A20 ainsi que les signaux
indiquant un lieu dit, les signaux de direction proprement dits placés aux carrefours, les
signaux de jalonnement établis dans les traverses le long d'itinéraires sont pour ce qui
concerne les frais de première installation et les frais de renouvellement mis à la charge de la
collectivité de l'administration ou de la société qui en demande l'installation ou le
renouvellement; sous réserve de l'accord de la collectivité de laquelle dépend la route sur
l'opportunité de cette signalisation.

Dans certains cas particuliers une convention pourra prévoir la répartition de la


charge financière entre les parties.

La pose et l'entretien de la signalisation est toujours à la charge de la collectivité de


laquelle dépend la route où cette signalisation est implantée.

2°- Les signaux de danger A23 et A24 et les signaux de priorité B1 et B2 sont à
la charge de la collectivité dont dépend la route où la circulation est prioritaire.

3°- Pour la signalisation concernant les passages à niveaux gardés ou non gardés
prévue aux articles 44, 45, 46, et 47 les signaux avancés sont fournis et entretenus par le
service routier y compris les signaux du type C1l et les panneaux additionnels.

La signalisation de position est fournie, posée et entretenue par l'exploitant de la


voie ferrée. En ce qui concerne la signalisation des passages à niveaux des voies ferrées
industrielles prévue à l'article 8 le permissionnaire est tenu d'assurer la fourniture, la pose et
l'entretien des signaux tant avancés que de position.

En conséquence chaque fois qu'une autorisation de traversée d’une voie publique


par une voie ferrée industrielle est accordée ou renouvelée il doit être spécifié que le
permissionnaire posera et entretiendra la signalisation correspondante.

4°- Le signal A19 «circulation à double sens » est à la charge de la collectivité


qui a établi le sens unique dont la fin nécessite l'implantation dudit signal.
10

5°- Les frais d'établissement, d’entretien et d’alimentation en électricité des signaux


éclairés pendant la nuit, prévus à l'article 13 peuvent dans certains cas être repartis entre
l'Etat, la Wilaya et la Commune conformément à une convention à établir dans chaque cas
particulier.

En principe la fourniture du courant, la surveillance et l'entretien des signaux sont à


la charge de la collectivité dont dépend la route.

6°- a) Chantiers routiers.

Les signaux de chantier sont en principe à la charge des collectivités (Etat, Wilaya,
Commune), des services publics (SONELGAZ, service des eaux) ou personnes privées au
bénéfice desquelles sont effectués les travaux.

Toutefois, lorsque ces travaux ne sont pas effectués directement par ces
collectivités, services ou personnes, sauf clause contraire prévue par contrat ou par l'arrêté
d'autorisation, les services ou entreprises publiques ou privées qui effectuent les travaux ont à
leur charge et assument, de ce fait, la responsabilité de la signalisation à mettre en place pour
protéger aussi bien les usagers de la voie publique que les travailleurs du chantier.

b) Autres dangers temporaires:

Leur signalisation incombe à la collectivité (Etat, Wilaya, Commune) dont dépend


la route.

Toutefois, dans la mesure où le danger à signaler est imputable à un tiers, la


signalisation est à mettre à la charge de ce dernier.

Ainsi, les signaux du type A 8 dont la pose est rendue nécessaire par une pollution
anormale de la chaussée sont à la charge du responsable de la situation quand celui-ci peut
être déterminé.

Article 17 : Entretien des signaux - Dégradation - Contraventions de voirie.

L'attention des ingénieurs et des Assemblées Populaires Communales est


particulièrement appelée sur la nécessité d’assurer l'entretien des signaux et de leurs
supports. Toute détérioration accidentelle doit être réparée dans le plus bref délai.
L'implantation de signaux, exécutée conformément aux prescriptions de la présente
instruction, doit d'ailleurs tenir compte des dispositions particulières des lieux et tendre à
éviter la possibilité de détériorations accidentelles. La peinture doit être refaite, en tout ou
partie, toutes les fois qu’elle commence à perdre ses qualités protectrices ou son coloris
initial.

Les signaux constituent des ouvrages de la route et, à ce titre sont protégés par les
lois et règlements sur la voirie, au même titre que la voie publique elle-même.
11

DEUXIEME PARTIE

SIGNALISATION D'AVERTISSEMENT DE DANGER

CHAPITRE 1er

GENERALITES

Article 18 : Principaux dangers à signaler.

L'objet de la signalisation d'avertissement de danger est d'appeler de façon toute


spéciale l'attention des usagers de la route aux endroits où leur vigilance doit redoubler,
en raison:

1°- soit de la structure même de la route:


− Virages ;
− Pentes et rampes dangereuses;
− Chaussée rétrécie;

2°- soit de 1'état de la route:


− Cassis ou dos d'âne ;
− Chaussée glissante ;
− Projection de gravillons ;

3°- soit de la présence sur la chaussée de personnes ou d'animaux:


− Passage pour piétons ;
− Endroit fréquenté par des enfants;
− Débouché de cyclistes;
− Passage d'animaux;

4°- soit de la présence de sections ou de points dangereux liés à des circonstances


locales :
− Signalisation lumineuse;
− Aérodrome ;
− Chaussée submersible ;

5°- soit de l'approche d'intersections avec une ou d'autres routes ou avec des voies
de chemines de fer.
12

Il convient d’éviter, conformément au principe de valorisation énoncé à l'article 3-


1a, de multiplier à l'excès les signaux de danger dont on a tendance à user avec exagération.
Il en sera placé pour annoncer les passages dangereux de la route qu'il est difficile à un
conducteur observant la prudence requise d'apercevoir à temps. Les signaux superflus doivent
être enlevés.

Article 19 : Forme des signaux d'avertissement de danger.

Les signaux d’avertissement de danger ont la forme de triangles équilatéraux. Le


sommet opposé à la base du signal est dirigé vers le haut.

Article 20 : Dimension des signaux.

Les signaux triangulaires ont normalement un mètre de côté. Pour le signal A15
« Travaux » un grand modèle de 1.50 m de coté peut être utilisé dans les cas exceptionnels.
Les angles du triangle sont arrondis suivant des cercles de 0.05 m de rayon.

Toutefois les dimensions des côtés du triangle peuvent être réduites à 0,70 m ou 0,85
m en traverse ou dans le cas d'accotements de largeur réduite ou de difficultés spéciales
(rangée d'arbres près de la chaussée, routes de montagne, etc..). Dans ce cas toutes les côtes
sont réduites proportionnellement et arrondies.

Par contre en bordure de chaussées à plus de trois voies, les dimensions des côtés du
triangle peuvent être portées à 1,25 m pour tous les signaux.

Article 21 : Couleur des signaux.

Les signaux d'avertissement de danger sont à fond crème. Les symboles et


éventuellement les inscriptions sont bleu foncé. Les signaux sont bordés d'un listel rouge de
0.03 m de largeur.

Article 22 : Emploi de revêtements réfléchissants.

Les signaux A15, A16, A17, A21 lorsqu’il est accompagné d'un panneau additionnel
« DANGER », A23, A24, A25bis, et A26, ainsi que les panneaux additionnels susceptibles
de les accompagner ont leur fond crème réflectorisé.
Les signaux A21 et A22 ne sont qu'exceptionnellement réflectorisés.
Les autres cas d’emploi de revêtements réflecteurs pour la signalisation de danger
sont traités au chapitre II ci-après.

Article 23 : Implantation des signaux d'avertissement de danger.

Les signaux d'avertissement de danger seront implantés conformément aux


prescriptions générales de l'article 8. On met en place une signalisation avancée, destinée à
prévenir l’usager de la route de l'approche de l'obstacle, du point dangereux ou du début de la
zone dangereuse. Lorsqu'on signale une zone dangereuse, il convient d'en indiquer la
longueur sur un panneau additionnel « Modèle G2 » portant la mention bilingue:
« sur X km » ou « sur X m ».
13

Selon la vitesse de base des itinéraires à signaler les signaux de danger


sont, en dehors des agglomérations, implantés à 150 m ou 200 m de l'obstacle, du
point ou du début de la zone dangereuse à signaler, sauf difficultés spéciales
sérieuses ou avantages marqués à modifier cette distance, notamment pour
améliorer la visibilité du signal.

Lorsqu'on ne peut pas placer le signal à une distance suffisante de


l'obstacle, du point ou du début de la zone dangereuse ou lorsque la circulation des
véhicules est très rapide, la distance peut être augmentée et atteindre
exceptionnellement 400 m. Lorsque la distance d'implantation est supérieure ou
égale à 250 m, elle doit être portée à la connaissance des usagers sur un panneau
additionnel. Le chiffre à indiquer est celui de la distance, arrondie aux 50 m les plus
voisins (Panneau additionnel "Modèle G1 ").

Dans la mesure du possible il convient de répéter à 150 m ou 200 m le


signal de danger qui doit également indiquer sa distance au danger signalé.

Le signal A19 doit être accompagné d'un panneau additionnel indiquant la


distance à laquelle se trouve le début de la zone de circulation à double sens. Il doit
en outre être placé au début de cette zone en signal de position.

Las signaux d'avertissement de danger et notamment ceux du type A15,


A16 et A21 à A26 situés en agglomération peuvent être implantés à une distance
inférieure à 150 m. Elle est alors indiquée sur un panneau additionnel.

CHAPITRE II

DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX DIVERS DANGERS.

Article 24 : Virages.

1°- Signalisation avancée:

La signalisation avancée des virages se fait à l'aide des signaux de type A1.

Cette signalisation doit être faite avec beaucoup de discernement, et


seulement dans les endroits où les courbes de la route, soit par leur faible rayon ou
la variation brusque de celui-ci, soit par le défaut de visibilité, soit encore par leur
apparition inopinée sur un itinéraire où les sinuosités sont rares, constituent
réellement un danger. Une excessive multiplication de ces signaux lasse l'attention
et nuit à leur efficacité.

Une courbe unique est signalée par des panneaux du type A1a ou A1b,
suivant qu'elle est à gauche ou à droite. Une série de deux ou trois courbes est signalée
par des panneaux du type A1c ou A1d, suivant que la première courbe est à gauche ou à
droite, Une série plus longue de courbes est marquée par deux signaux seulement, un
pour chaque sens de circulation, du type A1c ou A1d, suivant que la première courbe
sera à gauche ou à droite, avec panneau additionnel « Modèle G2 » portant la mention
bilingue « sur X km».
14

Les répéter à chaque virage risquerait de lasser l'attention des conducteurs et


de ne pas atteindre le but qu'on se propose.

Ces signaux peuvent toutefois être exceptionnellement répétés à l'intérieur de


la section sinueuse, notamment après chaque intersection importante, en donnant
l'indication de la longueur sinueuse restant à parcourir.

Sur une route, facile où les conducteurs sont tentés de rouler à grande
vitesse, ceux-ci redoutent surtout les virages qui se présentent de manière imprévue
et les virages dont le dévers laisse à désirer ; on s'attachera donc à signaler ceux qui
offrent ces caractères, mais on s'abstiendra de placer des signaux à toutes les courbes
quelles qu’elles soient.

En particulier, on ne doit pas signaler le long d'un itinéraire aménagé pour


une vitesse de référence donnée, sur une assez grande longueur, les virages dont les
rayons sont égaux ou supérieurs aux rayons normaux tels qu'ils sont définis dans
l'instruction générale sur les conditions techniques d'aménagement des routes
nationales en vigueur, sauf dans le cas où la visibilité ne serait pas assurée.

2°- Signalisation de position:

a) En rase campagne, lorsqu'il existe sur la route des arbres formant une
plantation régulière, i1 y a lieu de peindre en blanc sur tout le pourtour des troncs situés
du côté du Grand rayon de virage, et de ce côté seulement, une bande de 0,70 m de
hauteur dont la base est à 0,60 m au-dessus de l'accotement.

Si les arbres sont trop espacés, on peut, pour matérialiser le tracé de la courbe,
implanter dans la file même des balises conformes au type défini ci-après.

b) Si la route n'est pas plantée, et si aucune construction; aucun parapet ou


aucune Glissière de sécurité ne borde le côté extérieur du virage, en peut jalonner, s'il
y a lieu, celui-ci au moyen de balises en béton légèrement armé, ou matériaux
analogues, de 1,30 m de hauteur. Les balises en béton sont alors cylindriques et
creuses et mesurent 0,20 m de diamètre (type H2).

Par raison d'économie, la grosseur des balises peut toutefois être réduite sur les
routes peu importantes.
Les balises sont peintes en blanc neige.
L'espacement des balises doit être réduit suffisamment pour que quatre balises
au moins se trouvent simultanément dans le champ visuel.
En outre, en aucun point de la route on ne doit avoir l'impression que celle-ci
passe entre deux balises.

Une balise se doit être implantée sensiblement dans le prolongement de l'axe


de la voie que suit chaque conducteur abordant la courbe.
Deux ou trois balises doivent être posées sur l'alignement avant l'entrée et
après la sortie de la courbe.
15

L'espacement entre deux balises consécutives doit être en principe constant et


ne pas dépasser 15m. Toutefois, des obstacles peuvent s'opposer au respect de cette
règle (embranchement de route, entrée charretière, etc.). En pareil cas, on doit
s'efforcer de réaliser une répartition se rapprochant autant que possible de celle
définie par les règles ci-dessus sans que les différences entre intervalles consécutifs
soient sensibles à l'œil du conducteur.

Les principes qui viennent d'être exposés s'appliquent au cas où les balises
servent à compléter une plantation.

Sauf difficulté spéciale, les balises doivent être implantées sur l’accotement
situé du côté extérieur du virage en bordure de la plate-forme, l'axe de la balise à 0.50 m
de l'arête extérieure de l'accotement.
-
Toutes les fois que les balises ont leur axe à moins de 1.50 m de la limite de la
chaussée, elles doivent être protégées par un trottoir ou par une banquette de terre.

En général, les balises doivent avoir une hauteur comprise entre 0.80 m et 1.30
m au-dessus du niveau de l'accotement. Dans le cas où elles risquent d'être dégradées par
des animaux, cette hauteur peut être réduite à 0.60 m.
'
L'emploi de dispositifs réfléchissants ou de revêtements lumineux sur les balises
n'est admis que dans les virages particulièrement dangereux. Les balises doivent être
agréées par le Ministre des Travaux Publics et de la Construction. Dans ce cas, les
dispositifs doivent être tels que l'usager de la route reçoive une lumière rouge des balises
situées sur le côté droit de la route qu'il suit et une lumière jaune ou blanche de celles
situées sur le côté gauche.

Lorsqu'il n'est pas possible de satisfaire à cette condition, ce qui se produit


notamment dans les lacets, le dispositif réfléchissant est de couleur jaune pour les deux
directions.

c) Dans les virages de faible rayon exceptionnellement dangereux les


balises H2 peuvent être remplacées par le signal H3 dont les dimensions sont à adapter
aux caractéristiques des lieux (largeur de la route, etc.) en gardant aux chevrons les
proportions précisées en annexe. Ce signal doit être réflectorisé et la réflectorisation ne
porte que sur les chevrons blancs.

d) Si un parapet borde le côté extérieur du virage, on peint pour le rendre


plus visible :

− soit des bandes verticales blanches de 0,30 m de largeur, distantes entre


elles de 2 m (ces bandes partant du couronnement du parapet et s'arrêtent
à 0,20 m au dessus du sol) ;

− soit des chevrons blancs (ou, s'il est nécessaire, alternativement blancs et
bleu foncé) en respectant les proportions indiquées en annexe pour le
signal H3.

e) Un mur situé à l'extérieur d'un virage peut également être rendu plus
visible en y peignant ;
16

− soit des bandes verticales blanches d'une hauteur comprise entre 0,80 m et
1,30 m s'arrêtant à 0,20 m du sol, d'une largeur de 0,30 m, distantes entre
elles de 2 m.

− soit des chevrons dans les conditions indiquées ci-dessus au paragraphe d,

f) S'il existe une barrière de sûreté, les dés en sont peints en blanc, les mains
courantes métalliques en blanc ou en peinture aluminium.

Article 25: Descente dangereuse.

A l'approche d'une descente dangereuse, si la déclivité est supérieure à l0% ou


comporte un danger résultant des conditions locales ou lorsque la descente n'est pas abordée
dans les conditions normales de visibilité, le signal A2 peut être employé.

Article 25.1: Montée à forte inclinaison.

Pour signaler aux usagers de la route une montée suffisamment longue dont la
déclivité est au moins de 10%, on emploi le signal A3.

Article 26: Chaussées rétrécies.

La signalisation avancée des rétrécissements de chaussées se fait à l'aide des signaux


de type M.

Seuls doivent être signalés les rétrécissements qui sont susceptibles d'entrainer des
dangers sérieux.

La signalisation de position doit faire l’objet d’une étude attentive pour chaque cas
afin que le début de la zone dangereuse soit localisé avec autant de précision que possible
compte tenu de la disposition particulière des lieux. C'est ainsi que le signal H3 à chevrons
blancs et bleu foncé, qui est à conseiller hors agglomération, ne doit être utilisé dans les
traverses qu'avec modération dans la mesure où il pourrait porter atteinte à l'esthétique d'un
site.

Par contre, s'il s'agit d'un rétrécissement temporaire le signal J9 peut être utilisé dans
tous les cas. Il doit être réflectorisé en totalité alors qu'en ce qui concerne le signal H3 seuls
les chevrons blancs doivent l'être.

La signalisation de position peut se faire également à l'aide de dispositifs


réfléchissants, de peintures blanches réflectorisées sur la bordure de la route ou les parapets
de pont ou les pieds droits de tunnels.

Lorsque le rétrécissement est tel qu'il ne permet pas à deux véhicules de se croiser,
le signal M est complété par un panneau additionnel portant l'inscription bilingue « Voie
unique ».

Article 27: Ponts mobiles.

La signalisation avancée des « ponts mobiles », se fait à l'aide d'un signal du type
A5.
17

La signalisation de position est réalisée à l'aide de barrières oscillantes faciles


à manœuvrer, établies de part et d'autre du pont. Chaque barrière doit être peinte-en
blanc et rouge et porter le disque « sens interdit » défini à l'annexe C, sous le n° 1 ;
elle est, ainsi que le disque, rendue visible la nuit, soit par éclairage, soit par
réflectorisation ou par tout autre procédé permis par les circonstances locales.

Lorsque les circonstances locales et, en particulier, la nature et l'importance


de la circulation le justifient, on ajoute à la barrière un signal lumineux à trois feux:
rouge, jaune et vert (voir article 141 et 141- 1). Ce dispositif doit fonctionner de telle
sorte qu'une coloration de feu soit toujours apparente, sans que jamais deux
colorations différentes soient visibles simultanément.

Pour les ponts manœuvrés mécaniquement par un personnel à demeure. les


barrières et, le cas échéant, les signaux lumineux à trois feux sont autant que possible,
enclenchés avec l'organe de verrouillage de l'ouvrage, de manière que celui-ci ne
puisse être ouvert qu'après fermeture complète des barrières et, s'il y a lieu, après mise
au rouge des signaux lumineux.

Lorsque cet enclenchement ne peut être réalisé, ainsi que pour les ponts
légers manœuvrés par des auxiliaires ou par les mariniers eux-mêmes, une consigne
impose la fermeture des deux barrières avant toute manœuvre du pont.

Article 28 : Débouché sur un quai ou sur une berge.

La signalisation avancée de ce danger se fait à l'aide du signal A6. Cette


signalisation doit être faite avec beaucoup de discernement, et seulement lorsqu'il
existe un

Article 29 : Cassis ou dos d’âne.

La signalisation avancée des cassis ou des dos d’âne se fait à l'aide de


signaux du type A7.

Seuls peuvent être signalés les cassis ou dos d'âne accentués qui peuvent
présenter un danger pour la circulation rapide.

Article 30 : Chaussée glissante.

La signalisation avancée des sections de chaussée glissante se fait à l'aide de


signaux du type A8.

Article 31 : Projection de gravillons.

La signalisation avancée des sections de chaussée nouvellement revêtue se fait à l'aide


des signaux temporaires du type A9, qu'il n'est en général pas nécessaire d'assortir
d'une limitation de vitesse.
18

Article 32 : Chutes de pierres.

Ce risque, lorsqu’il est grave et prévisible est porté à la connaissance des


usagers de la route par les signaux du type A10.

Article 33 : Passage pour piétons.

Lorsque la signalisation horizontale ne parait pas suffisante on peut la


renforcer par le signal A11 (cf. article 149).

Article 34 : Endroits fréquentés par des enfants.

La signalisation avancée d'endroits fréquentés par des enfants, tels que: écoles,
colonies de vacances, terrains de jeux, etc. ..., se fait à l'aide de signaux du type A12.

Article 35 : Débouché de cyclistes.

Le signal A13 est réservé à la signalisation avancée du débouché des seules


pistes cyclables. Il est recommandé de l'utiliser notamment aux intersections où la piste
croisée est éloignée de la chaussée principale qu'elle longe. Il convient alors de le placer
sur le même support que le signal avancé du carrefour.

La signalisation de position des pistes aux intersections est réalisée à l'aide du


signal B1, de la balise type H2 bis et éventuellement d'un marquage conforme aux
dispositions de l'article 149-1.

Article 36 : Passage d'animaux.

Les signaux A14a et A14b sont employés lorsque les autorités compétentes
estiment nécessaire d'indiquer la proximité d'une zone spéciale dans laquelle des
animaux domestiques ou des animaux sauvages sont susceptibles de traverser la
chaussée.

Artic1e 37 : Travaux.

La signalisation avancée des chantiers se fait à l'aide des signaux du type A15. Le
signal « Travaux » peut, notamment dans les traverses, être mis en place à une distance
inférieure à 150 m, une telle réduction de la distance normale d'implantation étant de
nature à présenter un avantage marqué et rentrer de ce fait, dans le cas prévu à l'article
23 ci-dessus.

La signalisation de position se fait conformément aux prescriptions figurant aux


articles 153 et 156 ci-après, relatifs à la signalisation des chantiers.

Article 38 : Signalisation lumineuse.

Lorsque la circulation des véhicules est réglée par des feux colorés dont la présence peut
surprendre l'usager, il peut être utile d'en avertir les usagers par un signal du type A16.
(cf. article 141-1).
19

Article 39 : Aérodromes.

1°- Lorsqu'une route traverse une zone où les aéronefs sont susceptibles de se
déplacer au sol ou lorsque la tète de la surface de servitude dans l'intérêt de la navigation
aérienne n’est située, au-dessus de certains points de la chaussée, qu'à une côte
inférieure à 4,85 m, la circulation doit être interdite sur cette dernière à chaque
mouvement d'aéronef.

Cette obligation est matérialisée de la façon suivante:

a) - Signalisation avancée: 200m en deçà de l'entrée dans la zone où la


circulation est susceptible d'être interdite, est implanté un signal du type A17.

b) - Signalisation de position: aux limites de la zone d'interdiction, sont


implantés des signaux du type B5 comportant un dispositif lumineux d'interruption de la
circulation (feu rouge oscillant ou deux feux rouges clignotants et placés à la même
hauteur).

Sous le signal B5 est placé un panneau additionnel indiquant: « Aérodrome.


Stop au feu rouge (avion annoncé) ».

Le listel rouge du signal B5 est réflectorisé.

Si la circulation aérienne et la circulation routière sont intenses, il est posé sur la


route des demi-barrières, ou même des barrières. L'inscription sur les panneaux
additionnels devient alors « Aérodrome. Stop devant la barrière (avion annoncé) ».

c) - Signalisation de police: à 10 m au-delà des signaux B5 est implanté un


signal du type C16 « Stationnement et arrêt interdits ».

Ce signal est réflectorisé.

2°- Lorsque, sur un tronçon de route, la surface de servitude dans l'intérêt de la


navigation aérienne est à moins de 10 m au-dessus de la chaussée. On implante aux
limites de ce tronçon les signaux avancés du type A17.

Article 40 : Chaussée inondable.

La signalisation avancée des chaussées inondables se fait à l'aide du signal Al8.

Seuls doivent être signalés les sections de route ou ouvrages (gués) susceptibles
d'être recouverts par les eaux ou par les dépôts laissés par les eaux et qui présentent de
ce fait un danger sérieux pour les usagers de la route.

Il est recommandé de prendre des mesures pour préciser les limites latérales de
la chaussée lorsque celle-ci est submergée.

Dans le cas des gués, aménagés ou non, le signal A18 doit être accompagné d'un signal
du type C11 de limitation de vitesse placée sur le même support.
20

Artc1e 40-1 : Sable, dunes.

Lorsqu'une section de chaussée est susceptible d’être encombrée par du sable, on


emploie le signal A18 bis, placé au début de la zone dangereuse dans la mesure où celle-
ci peut être déterminée.

Article 41 : Circulation dans 1es deux sens.

Lorsqu'il est utile, notamment à la fin d'une section de route où la circulation


s'effectue en sens unique, de signaler que la circulation s'effectue dans les deux sens, un
signal A19 est implanté à la limite des deux sections. Si le signal A19 est employé
comme signal avancé, il convient de le compléter par un panneau indiquant la distance à
laquelle commence la circulation à double sens.

Artic1e 42 : Autres dangers.

La signalisation avancée d’avertissement de dangers autres que ceux énumérés


aux articles 24 à 41 ci-dessus, et autres que les intersections et les passages à niveau, et
résultant notamment :
− d'une sortie d'usine ;
− du voisinage d’une carrière exploitée à la mine ;
− d’un passage à hauteur limitée ;
− d'un passage à charge limitée ;
− d’une section de chaussée déformée ;
− d'un arrêt d'autocar situé en un point présentant un danger particulier ;
− etc.;

se fait à l'aide d'un signal du type A20.

Une inscription bilingue, sur un panneau additionnel du type G4 précise autant


que possible la nature exacte du danger comme suit :
− Sortie d'usine ;
− Carrière ;
− Hauteur limitée à X m ;
− Charge limitée à X t ;
− Chaussée déformée ;
− Arrêt d'autocar ;
− etc.. ;

Il n’est pas prévu dans ces divers cas de signalisation de position sauf pour les
passages de hauteur ou à charge limitée (signaux C5 et C6).

Il est en principe interdit de signaler les sorties d’automobiles d’une propriété


ou d'un chemin privé.

Aux termes du Code de la route (article R27-2) c'est en effet à l'automobiliste


s’engageant sur la route de prendre toutes les précautions voulues et la fausse sécurité
que lui donne l'existence d'un signal peut être une cause d'accident.
21

Il ne peut être dérogé à cette interdiction que si la sortie sur la route se fait dans de
très mauvaises conditions de visibilité, surtout si la déclivité est prononcée.

Il ne faut pas confondre ce cas avec celui de « sortie d'usine » qui vise à signaler
les groupes de piétons et de cyclistes qui encombrent les abords à certaines heures.

Article 42 - a : Passages inférieurs de hauteur limitée.

La signalisation avancée des passages inférieurs de hauteur limitée se fait à l'aide du


signal du type A20 « autres dangers » avec l'inscription « hauteur limitée à X m ».

Ce signal est placé pour indiquer les ouvrages dont la hauteur, au-dessus d'un point
quelconque de la chaussée et mesurée normalement à la surface de celle-ci, est inférieure à
4,30 m.
La signalisation de position est réalisée à l'aide d'un signal de type C5 (cf. article
66). En outre, il est bon de signaler avec de la peinture blanche l'entrée de l'ouvrage.

Lorsque la hauteur libre est variable (cas notamment des ponts voûtés), il est
recommandé d'indiquer sur les bandeaux la cote libre en différents points, et notamment au
droit des bords de chaussée, ainsi qu'aux points, s'ils existent, où cette cote atteint 4,30 m.

Etant donné la diversité des conditions locales, il ne paraît pas possible de normaliser
ces indications qui devront toujours être lisibles et faciles à interpréter.

Article 43 : Intersections. (Carrefours et bifurcations.)

I.- PRINCIPES GENERAUX - VISIBILITE.

Les intersections sont généralement des points dangereux et, avant même d’y
apposer une signalisation de danger, il convient que les ingénieurs prennent toutes les
mesures utiles pour réduire ce danger. L'étude des accidents qui se produisent aux
intersections et l'importance des différents courants de circulation en fourniront les idées
directrices.

L’un des éléments essentiels pour la sécurité est la visibilité. Tout doit être mis en
œuvre pour l'améliorer, dans la mesure, où les circonstances locales le permettent. En
particulier :

1°- S'il existe, à l'intersection, des haies vives, celles-ci doivent, en règle générale,
être arrachées et remplacées sur une longueur correspondant au dégagement nécessaire à la
visibilité, à partir du confluent, par une clôture sèche en fil de fer de 1,10 m de hauteur , en
principe à quatre fils supportés par des potelets en bois ou béton armé distants de 2 m et
peints en blanc.

2°- En rase campagne comme dans les traverses plantées, le maintien d'arbres à
proximité des intersections n'est pas recommandable, les troncs des arbres pouvant nuire à la
visibilité. Une bonne pratique consiste même à suspendre les plantations régulières sur une
longueur de 30 rn au moins de part et d'autre des intersections importantes.
22

La suppression des arbres contribue d'ailleurs dans ce cas à attirer l’attention


des conducteurs sur la présence d'une intersection.
3°- Les ingénieurs doivent veiller à ce que les différents signaux placés à une
intersection (balises, signaux de direction) ne constituent pas eux-mêmes un obstacle à
la visibilité. Une étude soignée de leur implantation est nécessaire dans ce but. Voir à
ce sujet l'article 9 ci-dessus.
4°- En rase campagne, il convient de se borner à signaler les intersections qui
offrent, soit par l'importance ou par la nature de la circulation qui les fréquente, soit
par la disposition des lieux, soit du fait de quelque autre circonstance et malgré les
aménagements ci-dessus recommandés, un caractère dangereux.
Dans les agglomérations où l'on circule généralement moins vite, notamment
dans les villes où existe une police de la circulation, la pose de tels signaux doit être
considérée comme exceptionnelle.

II. RAPPEL DES REGLES DE CIRCULATION.

Il y a lieu de rappeler les règles de circulation édictées aux articles R27, R28, R28
bis, R29 et R29 bis du Code de la route, aux termes desquels, Article R27: « Lorsque
deux conducteurs abordent une intersection de routes par des routes différentes, le
conducteur venant par la gauche est tenu de céder le passage à l'autre conducteur ».
Le bénéfice de la priorité à droite ne s'applique pas :
1°- Lorsqu'un conducteur débouche d'une route non revêtue sur une route qui, elle,
est revêtu. Dans ce cas, le conducteur devra céder la priorité aux véhicules circulant sur
cette route.
2°- Lorsqu'un conducteur débouche d'une propriété riveraine sur une route. Dans
ce cas, le conducteur est tenu de céder la priorité aux véhicules circulant sur cette route.
Ce régime de priorité est dit" de priorité à droite".
Article R 28 : « En dehors des agglomérations et par dérogation à la règle
prévue à l'alinéa premier du précédent article, tout conducteur abordant une route à
grande circulation et ne se trouvant pas lui-même sur une route de cette catégorie est
tenu de céder le passage aux véhicules qui circulent sur la route à grande circulation.

Un décret pris sur le rapport du Ministre chargé des Transports, du Ministre des
Travaux Publics et de la Construction et du Ministre de l'Intérieur, détermine les
routes à grande circulation.
Pour l'application du présent article, les autoroutes sont assimilées aux « routes à
grande circulation ».
Le Code de la route précise d'ailleurs en son article R 1er que, pour l'application
des règles édictées le terme «agglomération » désigne tout groupement d'immeubles
bâtis, rapprochés, sinon contigus, bordant l'un ou l'autre côté de la route.
Les articles 113 et 113-1 indiquent comment sont signalées les limites
d'agglomération.
L'article 13 de l’arrêté interministériel sur la signalisation du 15 juillet 1974 indique
la façon dont sont fixées les limites des agglomérations.
23

Le décret n°74-67 du 3 avril 1974 déterminant les routes à grande circulation


stipule dans son article 1er que : « Sont considérées comme route à grande circulation
pour l'application des dispositions de l'article R28 du Code de la Route:
a) Toutes les routes nationales à l'exception de leurs sections en lacune,
b) Les chemins de wilayas suivants:
(Suit la liste des chemins de wilayas).,
L'article R28bis du Code de la route stipule que:
« Par dérogation aux règles prévues aux articles R27 et R28 relatives à la
priorité de passage aux intersections de route entre:
− des routes classées à grande circulation,
− des routes non classées à grande circulation,
− des routes situées en agglomération;
Tout conducteur doit, si la signalisation le lui prescrit, céder le passage aux
véhicules circulant sur l'autre, ou les autres routes, sans obligation d'arrêt, et ne
s'engager qu'après s'être assuré qu'il peut le faire sans danger.»
Ce régime de priorité est dit « de priorité simple »
Enfin l’article R29 du Code de la route stipule que:
« En dehors ou à l'intérieur des agglomérations, tout conducteur doit à certaines
intersections indiquées par une signalisation spéciale, marquer un temps d'arrêt à la
limite de la chaussée abordée. Il doit céder le passage aux véhicules circulant sur
l'autre ou les autres routes et ne s'y engager qu'après s'être assuré qu'il peut le faire
sans danger.»
Ce régime de priorité est dit « de priorité avec obligation d'arrêt »,
Les intersections prévues aux articles R28 bis et R29 du code de la route sont
désignées par arrêté, conformément à l'article R29 bis du Code de la route qui stipule
que:
« Les intersections prévues aux articles R28bis et R29 ci-dessus sont désignées:
a)Pour les routes classées à grande circulation, par arrêté du ministre chargé
des travaux publics si elles sont situées en dehors des agglomérations, par
arrêté du wali si elles sont situées en agglomérations.
b) Pour les chemins de wilayas, par arrêté du Wali si elles sont situées en
dehors des agglomérations;
c) dans tous les autres cas, par arrêté du président de l'assemblée populaire
communale.
Les arrêtés prévus aux alinéas a, b, c, ci-dessus sont pris après avis du chef
de service de police et de gendarmerie territorialement compétents, et du directeur de
l'infrastructure et de l'équipement de la wilaya.)
Selon les règles énoncées ci-dessus, le régime de priorité applicable:
− aux intersections en agglomération, non réglementées par des feux lumineux
ou des agents de la circulation,
− aux intersections en rase campagne de deux routes non classées à grande
circulation,
− aux intersections en rase campagne de deux routes à grande circulation,
est:
− soit le régime de priorité à droite
− soit exceptionnellement, le régime de priorité avec obligation d'arrêt sur l'autre
route
24

− soit le régime de priorité simple.


Ce régime, normalement appliqué aux intersections d'une route à grande
circulation avec une route non classée à grande circulation, peut être en effet
étendu à chacun des cas d'intersections cités ci-dessus par application de l'article
R 28bis du code de la route.

On choisira celle des trois solutions: priorité à droite, priorité simple, priorité avec
obligation d'arrêt sur l'autre, route, estimée la meilleure tant du point de vue de la
sécurité du point de vue de la fluidité du trafic.

Il sera notamment possible en tout carrefour, y compris en agglomération, de


rendre un des axes prioritaire, en substituant au régime de priorité à droite un régime de
priorité simple, sans pour autant qu'il soit indispensable aux conducteurs devant céder
la priorité de marquer l'arrêt.

La signalisation aux intersections est destinée à concrétiser, pour les usagers de la


route, dans chaque cas, les règles qui viennent d'être énoncées ou leurs exceptions. Elle
doit respecter également les principes qui ont été dégagés au cours de la conférence des
Nations unies sur la signalisation routière, signée à Vienne le 8 novembre 1968, visant à
homogénéiser d'un pays à l'autre les solutions adoptées en matière de signalisation
d'intersection et de signalisation de priorité.

Les signaux de réglementation de priorité aux intersections de deux routes sont les
signaux B1, B2, B3 et B4. Ces signaux sont placés aux intersections, en signalisation de
position.

Les principaux signaux d'avertissement de danger aux intersections sont au


nombre de quatre, correspondant aux quatre comportements possibles de l'usager:

− Signal A21 : Intersection de routes où le conducteur est tenu de céder le


passage aux véhicules débouchant de la ou des routes situées à sa droite.

− Signal A22 : Intersection avec une route dont les usagers doivent céder le
passage.

− Signal A23 : Intersection avec une route aux usagers de laquelle le passage
doit être cédé, sans obligation d'arrêt. Le signal A23 est constitué par le signal
B1 complété d'un panneau additionnel avec listel rouge modèle Gl indiquant la
distance qui sépare le signal de l'intersection signalée. Dans ce cas, le signal de
position est le signal de priorité B1: « cédez le passage ».

− Signal A24 : Intersection avec une route aux usagers de laquelle le passage
doit être cédé, avec obligation d'arrêt. Le signal A24 est constitué par le signal
B1 complété d'un panneau additionnel avec listel rouge -modèle G4-portant la
mention bilingue: « Stop à X m ».

La signalisation des intersections se ramène ainsi à trois cas principaux (cf.


schémas de l'annexe B) :
25

III. INTERSECTIONS SOUMISES AU REGIME DE LA PRIORITE A DROITE:

1°- Signalisation avancée:

Dans le cas d'intersections de routes non classées à grande circulation, elle est
constituée par le signal A21 implanté sur chaque route affluente.

Dans le cas d'intersections de routes à grande circulation la signalisation sur


chaque route affluente est constituée par le signal A21 accompagné d'un panneau
additionnel portant la mention bilingue « DANGER » et le signal B4 « perte de
priorité d'une route à grande circulation » placé 100 mètres environ avant le signal
A21.

2°- Signalisation de position:

A défaut de signaux de direction sur poteaux bien visibles, il est recommandé


de marquer la position même des intersections d'une certaine importance par des
balises du type H2. Il doit y avoir en principe deux éléments de repérage à chaque
bifurcation et quatre à chaque croisement. Toutefois, dans le cas où ces éléments (ou
l'un d'eux) ne peuvent être vus à la fois des deux routes qui se croisent, il y a lieu de
procéder à leur doublage.

Les balises ne doivent jamais être placées à moins de 1 m de la bordure de la


chaussée. Elles ne doivent pas comporter de dispositifs réfléchissants ou de
revêtement lumineux sauf si elles font partie d'un balisage de virage
exceptionnellement muni de tels dispositifs.

Dans le cas où une intersection se trouve dans un virage balisé, les balises de
l'intersection sont distinguées par un anneau de peinture rouge de 0,20 m de hauteur,
dont la partie inférieure est à 0.50 m ou 0.80 m du sol suivant la hauteur de la balise.

Dans le cas d'intersections de routes à grande circulation, le signal B3


« Indication du caractère prioritaire d'une route à grande circulation » sera implanté à
environ 150 m après l'intersection ou au même niveau que le signal A21 destiné aux
usagers venant en sens inverse, pour indiquer aux usagers de la route qu'ils se trouvent
à nouveau sur une route à grande circulation et qu'il ont la priorité sur les autres routes
affluentes , conformément aux dispositions de l'article 54.

Il doit y avoir en principe 3 signaux B3 et 3 signaux B4 par bifurcation et 4 signaux


B3 et 4 signaux B4 par croisement de 2 routes à grande circulation.

Les signaux B3 et B4 peuvent avoir leur fond jaune exceptionnellement réflectorisé.

3°- Cas d’implantation de signalisation de priorité à droite:

La signalisation de priorité à droite, telle qu'elle est définie ci-dessus aux


alinéas 1° et 2° est implantée dans les cas suivants:

−Intersections de routes dont aucune n'est classée à grande circulation, lorsque


la visibilité est bonne.
26

− Compte tenu des remarques faites aux paragraphes IV et V. la priorité à droite


constitue également le cas général de signalisation des intersections en agglomération.
−Intersections de deux routes à grande circulation, si toutefois il n' ya pas lieu
de rendre l'un des axes prioritaire sur l'autre compte tenu de l'importance du trafic sur
chaque route.

IV. INTERSECTIONS SOUMISES AU REGIME DE LA PRIORITE SIMPLE.

1°- Signalisation avancée :

Elle est constituée:

− Sur la ou les routes dont les usagers doivent céder le passage à l'intersection
par le signal A23. Dans le cas d'une route à grande circulation, le signal A23 est
précédé du signal B4 « Perte de priorité d'une route à grande circulation » placé 100
mètres environ avant le signal A23.

− Sur la route prioritaire par le signal A22 dans le cas d'une route non classée
à grande circulation ou par le signal B3 « Indication du caractère prioritaire d'une route
à grande circulation » accompagné dans tous les cas d'un panneau additionnel- modèle
G 5-, comportant le schéma de l'intersection telle qu'elle est vue par les usagers qui ont
la priorité, dans le cas d'une route à grande circulation.

2°- Signalisation de position :


Au débouché de la route ou des routes dont les usagers doivent céder le
passage à l'intersection, on place un signal de priorité du type B1 « Cédez le
passage ». Ce signal doit être placé autant que possible en avant de la ligne d'arbres sur
les routes pourvues de plantations et sur le côté droit de la route affluente, la face
portant le triangle crème vers les usagers qui arrivent par cette dernière route.
Lorsqu'il existe un terre-plein au milieu de la route, le signal peut être répété
sur ce terre-plein.

Il doit y avoir en principe un signal par bifurcation et deux signaux par


croisement de deux routes.

Les signaux peuvent avoir leur fond crène réflectorisé (cf. article 50).

Dans le cas où l'implantation du signal B1 ne pourrait être réalisée sans laisser


une certaine ambigüité sur l'endroit où les usagers doivent céder le passage, une ligne
transversale discontinue marquant la limite de la chaussée prioritaire sera tracée,
conformément aux dispositions de l'article 148-8.

Les signaux de priorité doivent être aussi rapprochés que possible de


l'intersection.

Il n'existe pas de signalisation de position sur la ou les routes dont les usagers
ont la priorité.
27

3°- Sur les routes à grande circulation et conformément aux dispositions de


l’article 54 un signal de priorité du type B3: « Indication du caractère prioritaire
d’une route à grande circulation » sera placé après l'intersection, à la hauteur du
signal B3 (ou A23) destiné aux usagers venant en sens inverse pour autant que la
route garde (ou retrouve) son caractère prioritaire après l'intersection.
4°- Cas d'implantation de la signalisation de priorité simple:
La signalisation de priorité simple, telle qu'elle est définie ci-dessus aux
alinéas 1° , 2° et 3° est implantée dans les cas suivants :

− Aux intersections de routes dont l'une seulement est classée route à grande
circulation, conformément aux dispositions de l'article R 28 du Code de la Route.

− Aux intersections de routes dont aucune n'est classée route à grande


circulation, mais dont l'une, de par la nature, la densité ou la rapidité de son trafic,
peut être considérée comme nettement plus importante que l'autre.

− Aux intersections de routes à grande circulation. Par application de l'article


R 21 bis du Code de la route, on abandonnera le régime de priorité à droite toutes les
fois que les trafics sont très inégaux et lorsque l'intersection est dangereuse. Il
convient alors, compte tenu de l'importance du trafic sur chaque route, de rendre un
axe prioritaire.
La signalisation de priorité simple peut être implantée toutes les fois qu'il est
nécessaire de protéger un axe prioritaire, sans pour cela avoir recours au signal B2
« arrêt obligatoire », notamment en agglomération.

V.INTERSECTIONS SOUMISES AU REGIME DE PRIORITE, AVEC OBLIGATION D’ARRET :

1°- Signalisation avancée:


Sur la route dont les usagers doivent marquer l'arrêt à l'intersection le signal A24
doit être implanté à une distance de 150 à 200 mètres de l'intersection. Toutes les fois
que ce signal ne peut être implanté à une distance de 150 à 200 mètres de l'intersection,
le panneau additionnel indiquera la distance le séparant de l'intersection,
conformément aux dispositions de l'article 23. Cette mesure s'applique en particulier en
agglomération où, pour des raisons de visibilité, le signal est souvent placé à moins de
moins de 150 m de l'intersection. Le signal A24 peut être supprimé en agglomération
lorsque la vitesse des véhicules est réduite. Dans le cas où la route est classée à grande
circulation, le signal A24 est précédé du signal B4 « Perte de priorité d'une route à
grande circulation » placé 100 mètres environ avant le signal A24.
Sur la route prioritaire est implanté le signal A22 dans le cas d'une route non
classée à grande circulation ou le signal B3 accompagné dans tous les cas d'un
panneau additionnel modèle G5 comportant le schéma de l'intersection telle qu'elle
est vue par les usagers qui ont la priorité, dans le cas d’une route à grande
circulation.

2°- Signalisation de position:


Sur la route dont les usagers doivent marquer l'arrêt à l’intersection on place un
signal de priorité du type B2: « arrêt obligatoire ».
28

Le signal B2 doit être implanté aussi près que possible de la limite de la


chaussée abordée, mais à un emplacement où il soit bien visible des usagers qui ont
à marquer l'arrêt. Quand le débouché de la voie affluente est très évasé et qu'il existe
un terre-plein central, le signal peut être répété sur ce terre-plein.
Une bande continue de couleur blanche doit être tracée, à la limite de la
chaussée abordée, lorsqu'en agglomération, le signal avancé A24 est supprimé ou
lorsque le signal de position B2 est de dimensions réduites. La largeur de cette bande
sera conforme aux dispositions de l'article 148 - A-.
Cette bande peut être mise en place dans les autres cas où l'implantation du
signal B2 ne pourrait être réalisée sans laisser une certaine ambigüité sur l'endroit où
l’arrêt doit être marqué.
Cette bande ne doit régner que sur la ou les voies de la chaussée affluente,
où les véhicules doivent être canalisés par une ligne longitudinale continue,
conformément aux dispositions de l'article 148-A-.

Enfin lorsqu'il est rigoureusement impossible d'implanter le signal B2 ou


lorsque son implantation risque de prêter à confusion, on peut exceptionnellement
peindre sur la chaussée le mot « STOP » en blanc conformément aux dispositions du
schéma M5-f de l'annexe M.
3°- Sur les routes à grande circulation et conformément aux dispositions de
l'article 54, un signal de priorité du type B3: « Indications du caractère prioritaire
d'une route à grande circulation », sera placé après l'intersection, à la hauteur du
signal B3 (ou A22) destiné aux usagers venant en sens inverse, pour autant que la
route garde (ou retrouve), son caractère prioritaire après l'intersection.

4°- Cas d'implantation de la signalisation de priorité avec obligation d'arrêt:


Le signal « arrêt obligatoire », de par sa forme, sa couleur et son symbole est un
signal exceptionnel, destiné à attirer l’attention des usagers, Il doit être réservé aux
carrefours particulièrement dangereux ; sa prolifération entraine sa dévalorisation.
Par ailleurs, le signal B1 « cédez le passage » assure dans la majorité des cas une
aussi bonne sécurité, la règle de priorité étant la même.
Le signal « arrêt obligatoire » doit faire l'objet d'une étude approfondie. En
règle générale, on peut l'implanter si la visibilité est mauvaise avant le carrefour,
mais bonne pour l'usager arrêté à la limite de la chaussée prioritaire.
Dans le cas des carrefours aménagés, si la visibilité n'est pas bonne sur l'une
des branches du carrefour, on peut implanter un signal « arrêt obligatoire » au lieu du
signal « «cédez le passage ».
Article 44 : Passages à niveau munis de barrières ou de demi-barrières.

1°- Signalisation avancée:


Elle est constituée par le signal d'avertissement de danger A25,
réflectorisé, complété par un balisage, type A25bis, comportant des bandes rouges
obliques, également réflectorisées, inclinées vers l'axe de la chaussée.
29

Dans le cas des passages à niveau munis d'une signalisation automatique


lumineuse et sonore avec demi-barrière automatique, le signal A25 est complété par un
panneau additionnel portant l'inscription bilingue : « Signal automatique » en lettres
bleues sur fond crème réflectorisé.
La première balise, confondue avec le support du signal A25 comporte trois
bandes rouges réflectorisées, les deux autres implantées aux 2/3 et au 1/3 de la distance
séparant le signal du passage à niveau comportent respectivement deux et une seule
bande réflectorisée.

Si le tracé de la route est sinueux, le signal A25 et le balisage A25bis peuvent


être installés à droite et à gauche de la chaussée.

2°- Signalisation de position.


2°-1 Dans le cas des passages à niveau munis de barrières, la signalisation de
position est constituée par les barrières dont est doté tout passage à niveau gardé. Ces
barrières sont peintes en blanc et rouge,
Cette signalisation de position est complétée la nuit, quand il y a des
circulations ferroviaires ou quand les barrières sont habituellement fermées, et si
l’importance de la circulation routière le justifie, par un ou deux feux de position blancs,
placés à proximité immédiate des barrières et éventuellement rouges sur les barrières
quand celles-ci sont fermées.
En outre, la signalisation de position comporte des plaques rectangulaires de
0,53 m par 0,20 m comprenant deux bandes rouges réflectorisées de 0,19 m x 0,17 m
encadrent une bande blanche également réflectorisée de 0,12 m x 0,17 m. Ces plaques
sont placées. sur les barrières perpendiculairement à l'axe de la chaussée, leur grand axe
horizontal à 0.80 m au dessus de la chaussée, et sont régulièrement espacées sur cette
perpendiculaire de 0.50 m à 2 m entre elles, jusqu'à 2 m ou plus des extrémités des
barrières.
Les supports des barrières, à droite et à gauche de la chaussée sont matérialisés
conformément aux prescriptions de l'article 26 concernant les passages étroits, par une
peinture blanche réflectorisée.
Toutefois il est possible, aux lieux et places des peintures réflectorisées,
d'employer des dispositifs réfléchissants rouges et blancs du type catadioptre de 60
millimètres au moins de diamètre.
Dans le cas où les barrières habituellement ouvertes ne sont pas visibles du
poste de manœuvre à distance, et si la circulation routière le justifie, un feu clignotant
rouge doit être mis en action, afin d'avertir en temps utile les usagers de la route que le
mouvement de fermeture de la barrière va commencer. Ce mouvement doit être
suffisamment lent pour permettre aux usagers qui se trouveraient déjà engagés sur le
passage d'achever leur traversée.
2°-2 Dans le cas des passages à niveau munis d'une signalisation automatique
lumineuse et sonore, avec demi-barrière automatique, la signalisation de position est
constituée par un dispositif du type H1 comportant un signal sonore, un feu clignotant
rouge et une demi-barrière peinte en blanc et rouge, réflectorisée en totalité. Le dispositif
Hl doit être implanté à proximité immédiate du passage à niveau, sur la droite de la route,
dans chaque sens.
30

La signalisation de position concerne, en outre, un deuxième feu clignotant


rouge placé sur la gauche de la route, soit au-delà de la voie ferrée sur l’envers du
dispositif H1 opposé, soit lorsque les conditions locales l'exigent sur un support
indépendant, de manière que les conducteurs approchant du passage à niveau
puissent, autant que possible voir un feu quelle que soit la position de leur véhicule:
sur la droite le feu clignotant rouge du signal de face, ou sur la gauche, soit celui de
l'envers du signal situé de l'autre côté de la voie ferrée, soit celui placé en deçà de la
voie ferrée sur un support indépendant.
2°-3 La signalisation de position définie aux alinéas 2-1 et 2-2 précédents
peut être complétée, sur les lignes à voles multiples par l'inscription bilingue: « un
train peut en cacher un autre » en bleu sur fond crème placée soit sur le dispositif
H1, soit sur un support indépendant implanté à droite de la chaussée, à proximité
des supports de la barrière.
Lorsque c’est nécessaire, les deux sens de circulation sur la chaussée,
peuvent être séparés par une ligne blanche continue précédée d'une ligne blanche
discontinue, conformément aux dispositions de l'article 147 (paragraphe I, alinéa E)
D'autre part, le Wali, ou le président de l'Assemblée Populaire Communale
peut prescrire une limitation de vitesse à partir du signal avancé. Un signal de
restriction du type C11: « vitesse maximale limitée à ………. kilomètres par heure »,
réflectorisé, est alors placé sur le support du signal avancé A25.

Article 45 : Passages à niveau sans barrière ni demi-barrière.

1°- Signalisation avancée:

Elle est constituée par le signal d'avertissement de danger A26, réflectorisé,


et par le balisage défini au 1er alinéa de l'article 44. Ce balisage, sans être
obligatoire est recommandé pour les passages à niveau à circulation automobile
notable, et sans qu’il soit nécessaire de réflectoriser les balises.

2°- Signalisation de position:

Elle est constituée par le signal de priorité du type B5, à fond blanc et
bordure rouge. Ce signal peut être peint sur un support rectangulaire à fond gris. Il
est implanté à proximité immédiate du passage à niveau, sur la droite de la route,
dans chaque sens.

Dans le cas de passages à niveau avec signalisation automatique lumineuse


et sonore, le signal est complété par un signal sonore et par un feu rouge clignotant,
placés sur le même support que le signal B5. La Signalisation de position comporte,
en outre, un deuxième feu clignotant rouge placé sur la gauche de la chaussée, soit
au-delà de la voie ferrée sur l'envers du feu destiné à l'autre sens de la circulation,
soit, lorsque les conditions locales l'exigent, en deçà de la voie ferrée sur un support
indépendant, de manière que les conducteurs approchant du passage à niveau
puissent, autant que possible, voir un feu quelle que soit la position de leur véhicule:
sur la droite, le feu clignotant rouge du signal de face, ou sur la gauche, soit celui de
l'envers du signal situe de l’autre coté de la voile ferrée, soit celui placé en deçà de la
voie terrée, sur un support indépendant.
31

La signalisation de position peut être complétée par les mêmes dispositions


que celles qui sont définies à l’article 44, alinéa 2-3. Le panneau additionnel portant la
mention « un train peut en cacher un autre » étant implanté sur le même support que le
signal B5 et le signal de limitation de vitesse C11 étant placé sur le même support que le
signal avancé A26.

Article 46 : Passages à niveau situés en agglomération.

Lorsqu'ils sont situés en agglomération, les passages à niveau autres que ceux
qui sont déjà munis d'une signalisation lumineuse doivent être équipés de deux feux
rouges clignotants implantés à proximité du passage à niveau de part et d'autre de la
chaussée: le feu situé à gauche peut toutefois être placé à l'arrière du feu destiné à
l'autre sens de circulation et en conséquence, se trouver de l’autre coté de la voie ferrée,
ces feux doivent avoir une intensité analogue à celle des feux utilisés, pour la
réglementation de la circulation aux carrefours.

Article 47 : Dispositions spécial applicables aux passages à niveau des voies


ferrées électrifiées.

Lorsque la hauteur des fils de contact mesurée au dessus de la chaussée, ou du


rail si celui-ci est en saillie, est intérieure à 6 m, les dispositions ci-après sont prévues:

1°- Signalisation avancée :

Elle est constituée par un signal du type A25 ou A26 accompagné d'un panneau
additionnel portant l'inscription: « hauteur limitée à ……. m » en caractères arabes et
latins.

2°- Signalisation de position:

Elle est constituée par un portique du type H1bis et un signal de restriction du


type C5 : « accès interdit aux véhicules ayant une hauteur totale supérieure à …
mètres »,

La hauteur du portique est égale à la hauteur des fils, mesurée au-dessus de la


chaussée, ou du rail si celui-ci est en saillie, diminuée de 1 m.

Le chiffre porté sur le signal C5 et sur le panneau additionnel accompagnant les


signaux A25 ou A26 est égal à celui de la hauteur du portique.

Article 48 : Voies ferrées industrielles.

Lorsqu’une route est traversée par une voie ferrée industrielle, la signalisation
avancée et la signalisation de position sont conformes à celles prévues aux articles
précédents, mais elles peuvent n'être installées qu'au moment où la desserte de la voie
ferrée l'exige.

Toutefois, lorsque, au passage des trains, la circulation routière est réglée par
des signaux donnés à la main par un convoyeur, le signal avancé A26 doit être remplacé
par un signal A20 et le signal de position B5 doit être supprimé.
32

La signalisation peut être complétée, de part et d'autre du passage à niveau,


par un ou deux feux rouges clignotants d'une intensité analogue à celle des feux
utilisés pour régler la circulation aux carrefours.

Article 49 : Neige.

Sur les sections fréquemment enneigées, les balises de virage peuvent


comporter, à la partie supérieure, sur 0,25 m de hauteur, un capuchon de peinture
rouge.

Sur les routes dont le tracé peut devenir incertain sous la neige, on peut, au
début de chaque hiver, jalonner le tracé par des perches de hauteur appropriée dont la
partie supérieure est, quelle que soit la catégorie de la route, peinte en rouge ou
bandes alternées rouges et blanches.

Ces perches sont implantées sur l'accotement.


33

TROISIEME PARTIE

SIGNALISATION DE REGLEMENTATION

CHAPITRE 1er

SIGNALISATION DE PRIORITE.

Article 50 : Objet de la signalisation de priorité.

La signalisation de priorité est destinée à notifier ou à porter à la connaissance


des usagers de la route les règles particulières de priorité à des intersections de routes, à
des passages étroits ou à des passages à niveau non munis de barrières ou de demi-
barrières. Elle permet d'éviter les conflits qui peuvent résulter de circonstances locales
en obligeant certaines catégories de véhicules à laisser la priorité à d'autres. Cette
règlementation de la priorité est portée à la connaissance des usagers par les signaux :

B1 : Cédez le passage à l’intersection ;


B2 : Arrêt obligatoire à l'intersection:
B3: Indication du caractère prioritaire d’une route à grande circulation;
B4 : Perte de priorité d'une route à grande circulation;
B5 : Passage à niveau sans barrières ni demi-barrières.

La forme, la dimension et la couleur des différents signaux de priorité sont


particulières à chaque cas et sont décrites dans les articles concernant chaque signal.

Article 51 : Emploi de revêtements réfléchissants.

Le signal B1 à son fond crème réflectorisé lorsqu’il est placé à l'intersection de


deux routes à grande circulation et chaque fois que le trafic sur la route non prioritaire
est faible, que la route aux usagers de laquelle le passage doit être cédé soit à grande
circulation ou pas.

Lorsque l'éclairage public est insuffisant, le signal B2 à son fond rouge réflectorisé.

Les signaux B3 et B4 ont leur fond crème toujours réflectorisé.

La bordure rouge du signal B5 est réflectorisée lorsque le signal n’est pas


accompagné d'un feu rouge clignotant et lorsque le trafic sur la route où il est implanté est
important.

Article 52 : Cédez 1e passage.

Aux intersections désignées par application des articles R28 et R28bis du Code
de la route, on emploie le signal B1 pour signifier aux usagers d'une route qu’ils
doivent, à l'intersection qu'ils abordent, céder le passage aux véhicules circulant sur
l'autre route.
34

Il a la forme d'un triangle équilatéral dont un côté est horizontal et dont le


sommet opposé est en bas. La dimension du côté est en général de 1 m. Toutefois les
dimensions des côtés du triangle peuvent être réduites à 0,70 m ou à 0,85 m en traverse ou
dans le cas d’accotements de largeur réduite ou de difficultés spéciales (rangée
d'arbres près de la chaussée, route de montagne etc. …). Par contre en bordure des
chaussées de plus de trois voies, les dimensions des côtés du triangle peuvent être
portées à 1,25 m.
Les signaux ont leur fond crème, peuvent être réflectorisé, bordé d'un listel rouge.
Les conditions d'implantation du signal B1 sont fixées à l'article 43, alinéa IV-4a.
Article 53 : Arrêt obligatoire.

Conformément aux dispositions de l'article R29 du Code de la route: « en dehors


ou à l'intérieur des agglomérations, tout conducteur doit, à certaines intersections
indiquées par une signalisation spéciale, marquer un temps d’arrêt à la limite de la
chaussée abordée , Il doit ensuite céder le passage aux véhicules circulant sur l'autre
ou les autres routes et ne s'y engager qu'après s'être assuré qu'il peut le faire sans
danger. « Cette signalisation spéciale est constituée par le signal B2 « arrêt
obligatoire ».
Le signal est octogonal à fond rouge et porte le mot « STOP » en blanc. Le listel
du signal est blanc. La hauteur du signal est de 1 m, toutefois, et dans les mêmes
conditions que pour le signal B1 « cédez le passage », la hauteur peut être réduite à
0,70 ou à 0,80 m, ou augmentée à 1,25 m. Les dimensions des caractères sont fixées à
l'annexe B. Elles sont augmentées ou diminuées suivant la hauteur du signal et dans le
même rapport que l'augmentation de cette hauteur.
Les conditions d'implantation du signal B2 sont fixées à l'article 43, alinéa V-2e
e
et V-4 .
Article 54 : Indication du caractère prioritaire d'une route à grande circulation.

Pour signifier aux usagers d'une route à grande circulation, qu'aux intersections
de la dite route avec d'autres routes, les conducteurs des véhicules circulant sur ces
autres routes ou venant de ces autres routes, ont l'obligation de céder le passage aux
véhicules circulant sur la route à grande circulation, on emploie le signal B3.
Il a la forme d'un carré dont une diagonale est verticale. Le listel du signal est
bleu foncé. Le signal comporte en son centre un carré jaune réflectorisé bordé d'un
listel bleu foncé. L'espace entre les deux carrés est blanc.
Le côté du signal de dimensions normales est de 0,50 m; toutefois, dans les
mêmes conditions que pour les signaux B1 et B2, la dimension des côtés peut être
réduite à 0,40 m ou augmentée à 0,60 m.
Le signal B3 est implanté sur les routes à grande circulation dans les cas suivants:

− au début d’une route à grande circulation,


− d’une manière générale; à la fin de chaque tronçon où la route à grande
circulation à perdu momentanément son .caractère prioritaire. Néanmoins,
dans le cas des sorties d’agglomérations, le signal B3, disposé au dessus du
signal A7 « Fin d'agglomération » sera toujours placé, que la route à grande
circulation ait perdu durant la traversée de l'agglomération son caractère
prioritaire ou pas.
35

− après toutes les intersections, pour autant que la route à grande circulation
garde ou retrouve alors son caractère prioritaire. Le signal B3 est implanté dans
ce cas, en principe 150 mètres après le carrefour. Il indique aux usagers venant
de l'autre ou des autres routes qu'ils se trouvent désormais sur une route à
grande circulation.

− avant les intersections où la route à grande circulation garde son caractère


prioritaire, les usagers de l'autre ou des autres routes devant céder le passage,
avec ou sans obligation d'arrêt. Dans ce cas est implanté 150 mètres avant le
carrefour le signal B3 accompagné d'un panneau additionnel modèle G5
comportant le schéma de l'intersection; sauf difficulté spéciale ou avantage
marqué à modifier cette distance, notamment pour améliorer la visibilité du
signal.

Article 55 : Perte de priorité d'une route à grande circulation.

Pour signifier aux usagers que la route à grande circulation sur laquelle ils
circulent cesse de bénéficier de la priorité par rapport aux autres routes, on emploie le
signal B4. Il est constitué par le signal B3 auquel est ajouté une bande médiane bleu
foncé, perpendiculaire aux côtés inférieur gauche et supérieur droit. Il a les mêmes
dimensions que le signal B3.

Il est employé, sur les routes à grande circulation, dans les cas suivants:

− à la fin d'une route à grande circulation

− à l'entrée des agglomérations lorsque la route à grande circulation cesse d'y


bénéficier de son caractère prioritaire. Il est alors implanté au dessus du
signal E 6 « Entrée d'agglomération ».

− aux intersections de routes à grande circulation soumises au régime de la


priorité à droite. Le signal est alors implanté 100 mètres environ avant le
signal A21 annonçant l'intersection.

− sur les routes à grande circulation qui perdent leur priorité aux intersections
avec d'autres routes à grande circulation. Le signal est alors implanté 100
mètres environ avant le signal A 23, ou A 24, annonçant l'intersection.

Article 56 : Passage à niveau sans barrières ni demi-barrières.

Pour notifier aux usagers qu'il doivent, aux passages à niveau non munis de
barrières ou demi-barrières et avant de traverser une zone où les mouvements
d'aéronefs constituant un danger pour la circulation routière, s'arrêter et céder le
passage soit au matériel ferroviaire, soit aux aéronefs, on emploie le signal B5.

La forme et les dimensions du signal sont données à l'annexe B.

Le signal est à fond blanc, bordé d'un listel rouge réflectorisé. Il peut être peint
sur un support rectangulaire de 0,96 m x 0,61 m de couleur grise.
36

Il est Implanté en signalisation de position, à proximité du passage à niveau ou


au début de la zone dangereuse, conformément aux dispositions des articles 39:
« aérodromes » et 45 « passages à niveau sans barrières ni demi-barrières ».

CHAPITRE II

SIGNALISATION D'INTERDICTION OU DE RESTRICTION

Article 57 : Interdictions ou restrictions à signaler.

L'objet de la signalisation d'interdiction ou de restriction est de porter à la


connaissance des usagers de la route les d'interdictions ou restrictions particulières,
résultant de mesures de police prises par les autorités compétentes.
Les différents types de signaux ainsi que leur signification exacte seront
rappelés plus loin, et on ne peut leur donner aucune autre signification.
Pour des raisons d’esthétique et par application du principe d'efficacité (cf.
article 3-1), il convient de limiter l’emploi des signaux de police à ceux qui sont
strictement nécessaires, et, par suite, d'éliminer les répétitions abusives.
Par contre si les prescriptions de po1ice sont nombreuses, le principe de
lisibilité conduira, à l’entrée d'une traverse, à grouper par deux ou trois les signaux
correspondants sur des supports espacés de quelques dizaines de mètres.
Les interdictions ou restrictions susceptibles d'être portées â la connaissance
des usagers de la route sont les suivantes :

1°- Interdictions ou restrictions concernant les véhicules en mouvement:


− Accès interdit à tout véhicule ;
− Accès interdit à tout véhicule à moteur de plus de deux roues;
− Accès interdit aux motocycles ;
− Accès interdit aux motocycles et cyclomoteurs ;
− Accès interdit aux véhicules affectés au transport de marchandises;
− Accès interdit aux piétons ;
− Accès interdit aux véhicules à traction animale ;
− Accès interdit aux charrettes à bras;
− Accès interdit aux véhicules agricoles à moteur ;
− Accès interdit aux véhicules agricoles à moteur, aux véhicules à traction
animale, aux charrettes à bras ;
− Accès interdit aux véhicules ayant une largeur totale supérieure à…..mètres ;
−Accès interdit aux véhicules ayant une hauteur totale supérieure à…..mètres ;
37

− Accès interdit aux véhicules ou ensembles de véhicules ayant un poids total de


plus de ……. Tonnes ;
− Interdiction de tourner à gauche;
− Interdiction de tourner à droite;
− Interdiction de faire demi-tour;
− Interdiction de dépasser;
− Dépassement interdit aux véhicules affectés aux transports de marchandises ;
− Vitesse maximale limitée à ………. kilomètres par heure;
− Interdiction de faire usage des avertisseurs sonores;
− Interdiction de passer sans s’arrêter. Poste de douane ;
− Interdiction de passer sans s’arrêter. Poste de police ;
− Interdiction de passer sans s’arrêter. Poste de gendarmerie ;
− Fin de toutes les interdictions imposées aux véhicules en mouvement;
− Fin de limitation de vitesse;
− Fin d'interdiction de dépasser ;
− Fin d'interdiction de faire usage des avertisseurs sonores;

2°- Interdictions ou restrictions concernant l'arrêt et le stationnement:


− Stationnement interdit;
− Stationnement et arrêt interdits;
− Fin d'interdiction de stationner;
− Zone de stationnement à durée limitée;
− Fin de zone de stationnement à durée limité.

Article 58 : Forme des signaux d'interdiction ou de restriction.

Tous les signaux d'interdiction ou de restriction sont circulaires à l'exception


des signaux C18 et C19 qui sont rectangulaires.

Article 59 : Dimensions des signaux.

Les signaux ont normalement 0,70 m de diamètre. Toutefois, en traverses et


dans le cas d'accotements de largeur réduite, si l'on éprouve des difficultés spéciales
à disposer de tels signaux, le diamètre peut être ramené à 0,60 m hors
agglomérations et à 0,40 m en agglomérations.

Les dimensions des signaux C18 et C19 sont variables suivant les
inscriptions à porter sur le fond jaune. Toutefois, la largeur ne devra pas être
supérieure à 1 m.
38

Article 60 : Couleur des signaux.

Les signaux d'interdiction ou de restriction sont à fond blanc, à l'exception du


signal Cl: « accès interdit à tout véhicule » dont le fond est rouge, des signaux du type
C14, C17, C18 et C19 dont le fond est crème et des signaux C15 et C16 dont le fond
est bleu.

Les symboles et inscriptions sont bleu foncé, sauf pour le signal Cl où le


symbole est blanc, les signaux du type C10 où une partie du symbole est rouge, les
signaux de fin d'interdiction ou de prescription, du type C14 et C19 où les symboles
sont gris. Enfin, le symbole du signal C18 a les mêmes couleurs que le signal C15.

Le disque est bordé d'une bande circulaire rouge, de 0,09 m de largeur, sauf
pour les signaux C1, C14, C17, C18 et C19.

Les signaux C3a, C3b, C7, C8, C9, C12, CI5 et C16 sont de plus barrés par une
bande de couleur rouge de 0,06 m de largeur reliant le quadrant supérieur gauche au
quadrant inférieur droit. Le signal C16 comporte une deuxième bande oblique de
couleur rouge de 0,06 m de largeur perpendiculaire à la précédente.

Article 61 : Emploi de revêtements réfléchissants.

1°- Les signaux C6, C13a, C13b, Cl3c doivent être toujours réflectorisés
en totalité, à l'exception des surfaces bleues.

2°- Les autres signaux sont réflectorisés, conformément aux indications


données ci-dessus au 1er alinéa, s’il apparaît nécessaire de renforcer leur efficacité.

3°- Le signal Cl peut être éclairé pendant la nuit lorsque cette mesure est
jugée nécessaire par les autorités compétentes.

Article 62 : Implantation des signaux d'interdiction ou de restriction.

Les signaux d'interdiction ou de restriction sont placés en signalisation de


position, au voisinage immédiat de l'endroit où l'interdiction ou la restriction
commence ou continue à s’imposer.

Toutefois, les signaux C7, C8, C9, C13a, Cl3b et Cl3c sont placés en
signalisation avancée, à une distance appropriée de l'endroit où s'applique l'interdiction
ou la restriction, compte tenu de la disposition des lieux et de la vitesse moyenne des
véhicules.

Les signaux C15 et C16 sont placés du côté où le stationnement ou l'arrêt sont
interdits ou réglementés.

Les signaux de fin d'interdiction ou de fin de restriction peuvent, par


exception, être à la gauche de l'usager auquel ils s'adressent, sur le même support que
celui du signal intéressant l'autre sens de la circulation.
39

Article 63 : Accès interdit à tout véhicule ou sens interdit.

La signalisation de cette interdiction se fait à l'aide d'un signal du type C1.

Dans bien des cas, l'emploi simultané sur des ilots directionnels, des deux signaux
Cl et D1 ou D2 ne s'impose pas et le signal D1 ou D2 suffit.
.
Par autorisation du Wali, cette interdiction peut ne pas s'appliquer à certains
usagers (services publics).

Lorsque l'interdiction ne s'applique pas d'une façon permanente ou ne s'applique


pas à certaines catégories d’usagers, il y aura lieu de porter les limites de durée de
l'interdiction ou les catégories d’usagers non concernés sur un panneau additionnel -
modèle G4- portant suivant le cas la mention bilingue « interdit de ... h à ….h » ou
« interdit sauf … ».

Article 64 : Accès interdit à certains véhicules ou certaines catégories d'usager.

Pour signifier des interdictions d'accès à certains véhicules ou à certaines


catégories d'usagers, on emploie les signaux suivants :

− Signaux C2a : Accès interdit à tout véhicule à moteur de plus de deux roues.
− Signal C2b : Accès interdit aux motocycles. Cette interdiction concerne les
véhicules définis à l'article R.164 du Code de la Route, à l'exclusion des tricycles et
quadricycles à moteur.

− Signal C2c : Accès interdit aux cycles et cyclomoteurs. Cette interdiction


concerne les véhicules définis à l'article R. 181 du Code de la Route.
− Signal C2d : Accès interdit aux véhicules affectés au transport de marchandises.
L'inscription, en clair sur la silhouette du véhicule, d'un chiffre de tonnage, signifie que
l'interdiction ne s'applique que si le poids maximal autorisé en charge du véhicule, ou de
l'ensemble de véhicules dépasse ce chiffre.
Lorsque cette interdiction comporte certaines modalités d'application (par
exemple: « interdit de 9 h à 18 h ») celles-ci peuvent être indiquées en caractères arabes
et latins sur un panneau additionnel placé en dessous du signal.
− Signal C2e : Accès interdit aux piétons;
− Signal C 2f : Accès interdit aux véhicules à traction animale ;
− Signal C2g : Accès interdit aux charrettes à bras;
− Signal C2h : Accès interdit aux véhicules agricoles à moteur et aux matériels de
Travaux Publics, Cette interdiction concerne les véhicules définis à l'article 134 du Code
de la route ;

− Signal C3a : Accès interdit aux véhicules à moteur. Cette interdiction concerne
tous les véhicules automobiles munis d'un moteur, à l'exception des cyclomoteurs.
− Signal C3b : Accès interdit aux véhicules agricoles à moteur, aux véhicules à
animale, aux charrettes à bras. Ce signal, comportant plus de deux silhouettes ne peut
être placé qu'en agglomération.
40

Lorsque l'interdiction d'accès concerne plusieurs catégories de véhicules ou


d'usagers autres que celles figurant sur les signaux C3a et C3b, on peut regrouper les
silhouettes des catégories de véhicules ou d'usagers suivant les modèles figurant sur les
signaux C3a et C3b. Toutefois, on ne peut disposer plus de trois silhouettes sur un
même signal. Lorsqu’'un signal comporte trois silhouettes, il ne peut être implanté
qu'en agglomération.

Lorsque l'interdiction d'accès ne s'applique pas de manière permanente ou


comporte des dérogations vis à vis de certains usagers il y a lieu de porter ces mentions
sur un panneau additionnel type G4 comme indiqué à l'article 63.

Article 65 : Accès interdit aux véhicules ayant une largeur totale supérieure à ….
mètres.

La signalisation se fait à l'aide d'un signal du type C4. Les chiffres indiquant
la largeur ont 0,20 m de hauteur pour les unités et 0,15 m pour la décimale. Ce signal
est précédé en principe d'un signal avancé du type A4 : « Chaussée rétrécie » et peut
être complété par la signalisation de position prévue à l'article 26.

Article 66 : Accès interdit aux véhicules ayant une hauteur totale supérieure à ….
mètres.

Un signal du type C5 est mis en place pour signaler un pont ou un tunnel


offrant un tirant d'air inférieur à 4,30 m sur tout ou partie de la chaussée, cette hauteur
étant mesurée normalement à celle-ci. La hauteur limite qu'il indique doit être de 10 à
20 cm inférieure à la hauteur minimale réelle de l’ouvrage, Il s'emploie également à un
passage à niveau de ligne électrifiée lorsque la caténaire se trouve à une hauteur
inférieure à 6 mètres au-dessus de la chaussée ou du rail si celui-ci est en saillie. La
hauteur limite qu'il indique est celle au portique H1 bis, inférieure de 1 m à celle de la
caténaire mesurée comme indiqué ci-dessus. Les chiffres indiquant la hauteur limite ont
0,20 m de hauteur pour les unités et 0.15 m pour la décimale.

Ce signal, qui constitue une signalisation de position, est précédé en principe


d'un signal du type A25, A26 ou A20 et complété, s'il y a lieu par les indications à
porter sur l'ouvrage (cf. article 42a).

Dans le cas d'un pont ou d'un tunnel, il est recommandé de répéter le signal C5
sur l'ouvrage dans l'axe de la chaussée.

Article 67 : Accès interdit aux véhicules ou ensemble de véhicules ayant un poids


total en charge supérieur à………….. tonne.

On emploie un signal du type C6. Les chiffres indiquant le tonnage maximum


ont 0,20 m de hauteur pour les unités et 0,15 m pour la décimale. Il peut être placé, le
cas échéant, au-dessous de ce signal, un panneau additionnel indiquant certaines règles
complémentaires (nombre maximum de véhicules admis à passer simultanément sur un
pont, espacement des véhicules, …….)

Ce signal qui constitue une signalisation de position, est précédé d'un signal du
type A20.
41

Article 68: Interdiction de tourner.

Pour notifier l'interdiction de tourner (à droite ou à gauche selon le sens de la


flèche) on emploie le signal C7: « Interdiction de tourner à gauche » ou le signal C8:
« Interdiction de tourner à droite ».

Article 69 : Interdiction de faire demi-tour.

Le signal C9 est employé pour notifier l’interdiction de faire demi-tour. Il doit


être complété dans tous les cas par un panneau additionnel précisant en caractères
arabes et latins l’étendue du domaine d'application de cette mesure
− dans toute l'agglomération,
− sur X mètres
− du prochain carrefour,
− etc.

Article 70 : Interdiction de dépasser.

La signalisation de 1'interdiction de dépasser tous les véhicules sauf les


véhicules à deux roues, à traction animale ou les charrettes à bras se fait à l'aide d'un
signal du type C10a. Lorsque cette interdiction ne s'impose qu'aux véhicules poids
lourds, on utilise le signal Cl0b.

Article 71 : Vitesse limitée à .................... kilomètres par heure.

Pour notifier cette restriction on emploie les signaux C11a et Cl1b. Les chiffres
indiquant la vitesse limite ont 0,20 m de hauteur pour le signal C11a et 0,10 m pour le
signal C11b. Le signal C11b définit une vitesse limite pour les véhicules dont le poids
total autorisé en charge excède 3,5 tonnes et pour les autres véhicules.

Lorsque la limitation de vitesse ne s'applique qu'aux véhicules dont le poids


total autorisé en charge dépasse 3,5 tonnes, le signal C11a peut être complété par un
panneau additionnel à fond crème portant l’inscription en caractères arabes et latins :
« Poids lourds » (Modèle G4).

Si la limitation de vitesse est faite à un emplacement exigeant une décélération


importante, il est recommandé de placer avant le signal définitif C11, un ou plusieurs
autres signaux indiquant une limitation de vitesse supérieure, et espacés de telle façon
que les usagers circulant à vitesse élevée aient le temps de réduire progressivement leur
vitesse.

Il est recommandé de ne limiter la vitesse à un chiffre inférieur à 60 kilomètres


par heure que dans des cas exceptionnels, de manière à respecter le principe
d'efficacité: en effet la prolifération des limitations de vitesse inférieures à 60
kilomètres par heure risque d'entrainer la dévalorisation des signaux et le non respect
de cette limitation.

Article 72: Interdiction de faire usage des avertisseurs sonores.

Conformément aux prescriptions de l'article 36 du Code de la Route, pour


notifier cette interdiction on emploie le signal C12.
42

Article 73 : Interdiction de passer sans s'arrêter.

Pour notifier la proximité d'un poste de douane, d'un barrage de police ou de


gendarmerie, où l'arrêt est obligatoire, on emploie respectivement les signaux C13a,
C13b et C13c. Les mots « douane » « police », ou « gendarmerie » figurent sur ces
signaux en caractères arabes et latins. Les signaux C13b et C13c sont à compléter, la
nuit, par un dispositif d'éclairage émettant une lumière rouge non éblouissante,
suffisamment puissante pour que les automobilistes soient en mesure de s'arrêter au
droit du signal, sauf dans les cas où l'éclairage public est suffisant.

Article 74: Fin d'interdiction ou de restrictions imposées aux véhicules en mouvement.

Il y a lieu généralement de signaler la limite d'une interdiction ou d'une


restriction à l'aide d'un signal de fin d'interdiction ou de restriction, notamment
lorsqu'elle s'applique à l'intérieur d’une agglomération et ne s'étend pas jusqu'à la limite
de celle-ci.

En ce qui concerne les interdictions ou restriction qui s'appliquent à l’intérieur d'une


agglomération et prennent fin à la limite de celle-ci, cette limite peut être indiquée par
le seul signal de fin d'agglomération (cf. article 113-1).

On emploie :

1°- Le signal C14a pour indiquer le point où toutes les interdictions ou restrictions
notifiées par des signaux d'interdiction ou de restriction pour des véhicules en
mouvement cessent d'être valables.

2°- Les signaux C14b, C14c, C14d pour indiquer le point où une interdiction ou une
restriction donnée notifiée aux véhicules en mouvement par les signaux d'interdiction
ou de restriction correspondants : C11, C10, C12, cesse d’être valable. On a ainsi les
signaux C14b : « Fin de limitation de vitesse » ; C14c : « Fin d'interdiction de
dépasser »; C14d : « Fin d'interdiction de faire usage des avertisseurs sonores »,

Ces signaux comportent une bande oblique bleue de 0,12 m de large, sur fond crème.

3°- Des signaux du type C17, portant en lettres bleues sur fond crème les inscriptions
bilingues telles que:
− Fin d'interdiction de stationner
− Fin de piste cyclable
− Fin de sens unique

Ces signaux peuvent, par mesure d'économie, être implantés sur le côté gauche de la
route en utilisant le support d'un signal afférent au sens de circulation opposé, et situé
au droit de la limite de la zone d'interdiction.

Lorsqu'il y a seulement modification des interdictions ou restrictions, réduction de la


vitesse limite, changement de la règlementation du stationnement, etc., il n’y a pas lieu
de signaler la fin de la première interdiction.
43

Artic1e 75 : Stationnement interdit ou réglementé.

Pour notifier que le stationnement est interdit ou règlementé, on emploie les


signaux C15, ou C18 ou des bordures des trottoirs peintes comme il est prévu au
paragraphe 3 de cet article. Pour indiquer la fin des zones où le stationnement est
interdit ou règlementé, on peut employer les signaux Cl7 ou C19. Toutefois il n'y a pas
lieu de signaler la fin d'une interdiction de stationner, lorsque cette interdiction s'étend
sur moins de 30 mètres avant d'atteindre une rue affluente.

I. Cas général d'emploi du signal C15.

Le signal C15 employé sans inscriptions explicatives sur panneau additionnel


indique que le stationnement est interdit de façon permanente à tout véhicule au-delà du
signal dans le sens de la marche.

Si l'interdiction de stationner porte sur plus de 30 m, on doit en principe


indiquer sur quelle longueur elle s'applique à l'aide d'un panneau additionnel modèle G3
placé parallèlement à l'axe de la chaussée, et sur lequel figure une flèche indiquant le
sens de l'interdiction suivant la place du signal C15 et portant l'indication de la longueur
où le stationnement est interdit. On peut renouveler le signal C15 tous les 30 m environ:
les signaux sont plus petit et portent l'indication « Rappel » en dehors des
agglomérations ou sont accompagnés d'un .panneau additionnel modèle G3 en
agglomération.

Des inscriptions bilingues sur un panneau additionnel -Modèle G4- précisent


par exemple:

− les heures limites d'application de l'interdiction de stationner,


− la durée au delà de laquelle le stationnement est interdit,
− les exceptions concernant certaines catégories de véhicules,
− la distance sur laquelle porte l'interdiction,

Ces indications complémentaires doivent toujours comporter le mot


« interdit » précédé ou suivi d'un membre de phrase précisant soit l'interdiction, soit
les conditions dans lesquelles l'interdiction est limitée ou suspendue, par exemple:
« interdit plus de trente minutes ».

II. Stationnement unilatéral à alternance semi-mensuelle.

Dans les rues où s'applique la réglementation du stationnement prévue par


l'article R40 au Code de la Route, on utilise le signal C15 complété par un panneau
additionnel du modèle G4 portant selon le cas l'une des deux inscriptions suivantes en
caractères arabes et latins:
« Interdit du ler au 15 mois »
« Interdit du 16 à la fin du mois»
44

III. Interdiction permanente de stationner.

Dans le cas d'interdiction permanente, l'indication de cette interdiction par un


signal C15 peut être remplacée par la peinture, sur la face supérieure du trottoir, d'une
bande alternativement rouge et blanche, dont les caractéristiques sont précisées à
l'article 149-2 (paragraphe B).
Cette bande peut, au lieu d'être peinte sur la bordure être insérée dans le
revêtement du trottoir au contact de la bordure.
IV. Dispositions de caractère général s'appliquant à toute une agglomération ou à toute
une zone.

Lorsque la réglementation concernant le stationnement comporte des


dispositions de caractère général s'appliquant à toute une agglomération ou à toute une
zone, il n'est pas nécessaire de répéter la signalisation relative à cette réglementation tout
le long des routes traversant l'agglomération ou la zone. Il suffit de placer sur chaque
route, à l'entrée de l'agglomération ou de la zone un signal du type C18, et à la sortie un
signal du type C19, sauf pour les sorties d'agglomérations, où le signal C7 « Fin
d'agglomération » suffit.
Le signal C18 porte des inscriptions suivantes en caractères arabes et latins :
− « Stationnement alterné semi-mensuel » ;
− « Zone à stationnement réglementé » ou « Zone bleue ».
Dans ce cas, à chaque sortie de la zone en question, le signal C19 porte les
inscriptions : « Fin de zone à stationnement réglementé » ou « Fin de zone bleue ». Les
signaux peuvent être également complétés par toutes inscriptions complémentaires
utiles:
− « Zone bleue - Disque obligatoire », s'il s'agit d'une zone à l'intérieur de
laquelle la durée du stationnement est limitée avec l'obligation pour les conducteurs de
véhicules d'apposer sur ceux-ci le dispositif destiné à faciliter le contrôle de cette
limitation.
− « Stationnement payant ». Pour signaler les exceptions à la règlementation
générale du stationnement applicable dans toute une agglomération ou toute une zone, il
convient d'utiliser le signal C15, muni d'un panneau additionnel portant la mention de la
nouvelle réglementation.
Pour notifier aux usagers les limites d'interdictions de stationner, on emploie le
signal C17, portant en lettres bleues sur fond crème, l'inscription bilingue « Fin
d'interdiction de stationner ». On peut, par mesure d'économie l'implanter sur le côté
gauche de la route en utilisant le support d'un signal afférent au sens de circulation
opposée, et situé au droit de la limite de la zone d'interdiction.
Article 75. 1 : Arrêt et stationnement interdits.

Pour notifier aux usagers que le stationnement et l'arrêt, même momentané, sont
interdits, on emploie le signal C16.
L’usage de ce signal est à réserver aux voies urbaines supportant un trafic intense ou à
des cas particuliers comme par exemple, celui d'une route traversant une zone où les
aéronefs sont susceptibles de se déplacer soit au sol soit à faible altitude (Article 39).
45

CHAPITRE III

SIGNALISATION D'OBLIGATION

Article 76 : Obligations à signaler.

L'objet de la signalisation d'obligation est d’imposer aux usagers de la route un


comportement différent de celui qu’ils pourraient avoir.

Les obligations à porter à la connaissance des usagers de la route sont les suivantes:
− Direction obligatoire.
− Contournement obligatoire.
− Intersection à sens giratoire obligatoire,
− Piste obligatoire pour cycles et cyclomoteurs.
− Vitesse minimale obligatoire.
− Fin de vitesse minimale obligatoire.
− Autres obligations dont la nature est mentionnée par une inscription sur le signal.

Article 77 : Forme des signaux d'obligation.

Tous les signaux d'obligation sont de forme circulaire.

Article 78 : Dimension des signaux.

Les signaux ont normalement 0,70 m de diamètre. Toutefois en traverse et dans le


cas d'accotements de largeur réduite, si l’on éprouve des difficultés spéciales à disposer de
tels signaux, le diamètre peut être ramené à 0,60 m hors agglomération et à 0,40 m en
agglomération.
46

Article 79 : Couleur des signaux.

Les signaux d'obligation sont à fond bleu, bordé d'un listel blanc. Les symboles
et inscriptions sont blancs, sauf la bande barrant le signal D6 qui est rouge.

Article 80 : Emploi de revêtements réfléchissants.

Les signaux d'obligation n'ont leur surface bleue réflectorisée que s'il apparaît
nécessaire de renforcer leur efficacité. Les signaux Dl, D2 et D3 peuvent être éclairés
pendant la nuit, lorsque cette mesure est jugée nécessaire par les autorités compétentes.

Article 81 : Implantation des signaux d'obligation.

Les signaux sont placés en signalisation de position au voisinage immédiat de


l'endroit où l'obligation commence ou continue à s'imposer. Toutefois les signaux du
type D3 sont implantés en avant de l’intersection à sens giratoire, obligatoire, en
signalisation avancée. Le signal D6, « Fin de vitesse minimale obligatoire » peut être
implanté à la gauche de l'usager auquel il s'adresse, sur le même support que celui du
signal D5 intéressant l'autre sens de circulation.

Article 82 : Direction obligatoire.

Cette obligation a pour objet d'imposer à tous les véhicules une direction de
marche. La signalisation en est faite à l'aide d'un signal de type D1ou D2.

Le signal D1 est utilisé dans le cas général; le signal D2 peut être utilisé:

a) Sur les îlots de petites dimensions ;


b)Dans le cas où le signal Dl risquerait d’introduire une ambigüité sur la
direction à prendre.

Article 83 : l'intersection à sens giratoire obligatoire.

La signalisation de cette obligation se fait à l'aide du signal D3. Ce signal ne


doit être employé qu’à titre exceptionnel, quand il n'est pas évident que l'article R 11 du
Code de la Route impose le contournement par la droite de l'obstacle ; ce cas se
présente notamment quand l'obstacle est excentré ou lorsque sa forme ou son étendue
laisse un doute sur la manœuvre à effectuer. Ce signal a le caractère d'une
présignalisation et doit être placé à une certaine distance avant l'obstacle à contourner,
sur lequel un signal du type D1ou D2 peut être placé.

Article 84 : Piste obligatoire pour cycles et cyclomoteurs.

La signalisation de cette obligation se fait à l'aide d'un signal du type D4,


complété par un panneau additionnel portant une flèche, lorsque la piste se présente sur
la gauche du conducteur.
47

Article 85 : Vitesse minimale obligatoire.

Le signal D5 est employé pour indiquer que les véhicules circulant sur la route
sont tenus de circuler au moins à la vitesse indiquée. La fin de cette obligation est
indiquée par le signal D6 « Fin de vitesse minimale obligatoire ». Les chiffres ont 0,20
m de hauteur. La barre rouge du signal D6, allant du bord supérieur droit au bord
inférieur gauche à 0,06 m de large.

Article 86:Autres obligations dont la nature est mentionnée par une inscription sur le
signal.

La signalisation en est faite à l'aide d’un signal du type D7 portant une


inscription bilingue, telle que :
« Serrez à droite ».
« Allumez vos lanternes ».

Les modalités d'application sont éventuellement inscrites sur un panneau


additionnel modèle G4. Par exemple, dans le cas d’une voie supplémentaire pour
véhicules lents, le signal D7 portera la mention « serrez à droite » et le panneau
additionnel « véhicules lents ».
48

QUATRIEME PARTIE

SIGNALISATION D'INDICATION

CHAPITRE 1er

SIGNALISATION D'IDENTIFICATION DES ROUTES

Artic1e 87: Routes à identifier.

Les routes sont identifiées par leur numéro. Les seules routes à signaler aux
usagers sont:
− les routes nationales,
− les chemins de wilayate,
− les chemins vicinaux,
− les routes forestières.

Le numéro de la route est inscrit dans un cartouche rectangulaire, de couleur


variable suivant la catégorie de la route à signaler. Il est bordé d'un listel bleu foncé
interrompu sur le côté inférieur du cartouche. Les chiffres ont 0,10 m de hauteur.

Article 88: Cas d'identification des routes.

Les cartouches d'identification des routes surmontent les signaux suivants :

− Signaux de direction d'une localité.


− Signaux de localisation indiquant l'entrée et la sortie des agglomérations.
− Signaux de confirmation.

Lorsque plusieurs signaux concernant la même route sont placés les uns au-
dessus des autres sur le même support, le cartouche d'identification de la route est
placé sur le signal supérieur.

Les routes ainsi identifiées sont celles sur lesquelles sont implantés les
signaux portant les cartouches. Dans le cas des signaux de direction d'une localité,
implantés à une intersection, la route à identifier est celle qui mène à la localité dont
la direction est signalée.
49

Article 89 : Couleur des signaux et emploi de revêtements réflectorisés.

Seul le fond des cartouches identifiant les routes nationales est réflectorisé.

Les cartouches et les inscriptions qu'ils comportent sont de couleur différente


suivant la nature de la route à signaler :
− rouge avec inscriptions blanches pour les routes nationales.
− jaune avec inscriptions bleues pour les chemins de wilayate.
− blanc avec inscriptions bleues pour les chemins vicinaux.
− vert avec inscriptions en blanc pour les routes forestières.

CHAPITRE II

SIGNAUX DE PRESIGNALISATION

Article 90 : Objet de la présignalisation.

L'objet de la présignalisation directionnelle est de porter à la connaissance des


usagers de la route les différentes directions qu’ils pourront emprunter à une
intersection. De cette façon les usagers sont avertis, avant d'aborder l’intersection, de la
configuration de celle-ci, et peuvent en toute sécurité prendre les dispositions
nécessaires à un changement de direction.

Bien que la présignalisation directionnelle ait pour objet essentiel d'annoncer


des directions, elle peut exceptionnellement comporter l'annonce d'un sens interdit, d'un
passage à niveau, etc., par la reproduction réduite d'un signal Cl, A25 ou A26,
notamment quand la disposition des lieux ne permet pas de placer un signal avancé de
danger dans les conditions réglementaires.

Article 91 : forme des signaux de présignalisation.

Les signaux de présignalisation ont la forme d'un rectangle.

Article 92 : Dimensions des signaux de présignalisation.

Les dimensions des signaux sont variables suivant la complexité du schéma


représentant l'intersection, suivant le nombre de noms de localités à y inscrire et suivant
le nombre de lettres que comportent ces noms.

Article 93 : Couleur des signaux de présignalisation.

Les signaux de présignalisation sont à fond crème bordé d'un listel bleu foncé.
Les inscriptions et les symboles sont bleu foncé, à l'exception des reproductions des
signaux C1, A25 et A26 dont les couleurs sont conformes aux types de référence.
50

Article 94 : Caractères.

Les lettres capitales définies aux planches L sont à l'exclusion de tous autres
caractères, employées pour les noms de localité. Les tableaux L donnent de façon
précise les proportions exactes des lettres composant les divers alphabets dont l'emploi
est prévu.

Les dimensions (hauteur et largeur) de ces lettres, doivent être rigoureusement


respectées. En outre, les intervalles entre les lettres (non liées) doivent être fixés de telle
sorte que chaque nom soit inscrit avec le maximum de lisibilité. Il est donc
recommandé de ne pas diminuer ces intervalles pour obtenir une réduction des
dimensions des signaux. Pour les caractères arabes, le trait de liaison entre certaines
lettres pourra être allongé en vue d’améliorer l'esthétique du signal (cf. commentaires
en annexe L).

Les signes diacritiques (accents, trémas, cédilles, points) doivent toujours


figurer même sur les lettres capitales.

Il y a lieu de noter que les noms composés peuvent donner lieu à des
abréviations courantes pour réduire les dimensions des signaux.

Article 95 : Emploi de revêtements réflectorisés.

L'emploi de revêtements lumineux s'avère souvent utile lorsqu'il apparaît


nécessaire d'attirer, spécialement la nuit, l'attention des usagers sur les signaux. Seul le
fond crème est réflectorisé.

Pour assurer une meilleure lisibilité de nuit des signaux réflectorisés, sans pour
cela compromettre leur lisibilité de jour, on adopte pour les dimensions des lettres et
leurs espacements, les dispositions suivantes :

−Les caractères réduits du type L3 doivent être exclus pour les lettres de module
supérieur ou égal à 15.

− Pour les lettres de module inférieur à 15, les caractères du type L2 et L3 ne


doivent pas être employés. On a le choix entre les caractères du type L1 et les
caractères du type L1 + 10 % (la hauteur des lettres restant inchangée, l'épaisseur des
traits et la largeur des blancs étant majorée de 10 %).

−Les espacements entre les lettres doivent être plus important que ceux qui
suffiraient normalement à la lisibilité de jour. En particulier, les bords verticaux de deux
lettres voisines, lorsque ces bords sont contigus, doivent toujours être séparés par un
vide plus large que l'épaisseur des parties verticales des lettres, d'au moins 10% pour
les lettres de module 20, d’au moins 20 % pour les lettres de module 15 et d'au moins
30 % pour les lettres de module 10.
51

Article 96 : Implantation des signaux de présignalisation.

Les signaux doivent être sensiblement perpendiculaires à l'axe de la route, dans la


mesure où les usagers ne sont pas gênés par le reflet des phares. Ils sont implantés en rase
compagne, à 100 m environ des intersections et de telle manière qu’ils ne soient pas masqués
par le signal avancé de l'intersection.

Article 97 : Signaux de présignalisation.

La présignalisation se fait à l’aide des signaux du type E1.

A proximité de toute intersection de routes importantes, il doit être établi sur chaque
branche où c'est utile un signal de présignalisation implanté conformément aux dispositions
de l'article le 96 ci-dessus. Cette prescription s'étend même aux traverses quand les
circonstances locales le permettent.

Chaque direction ne doit comporter que le nom d'un grand centre ou d'une localité
importante. Il ne peut être dérogé à ce principe que:

1°- En faveur d’une direction complémentaire qui fait l’objet d’un signal E3 ou E4
à l'intersection annoncée.

2°- Dans les traverses, en faveur des principales directions figurant sur les signaux
de jalonnement.

Il arrive parfois qu’une route importante s'infléchisse brusquement, alors qu’une


route n'intéressant pas la circulation générale paraît la prolonger en ligne droite. Dans ce cas
on peut pour faciliter la circulation, utiliser le signal de présignalisation sans aucune
indication se rapportant à l'itinéraire accessoire.

L'utilisation des signaux de présignalisation doit être limitée aux cas indiqués par le
présent article.

Il faut en effet observer que leur multiplication excessive disperse l'attention des
usagers qui risquent de laisser échapper une intersection importante.

CHAPITRE III

SIGNAUX DE DIRECTION

Article 98 : Objet de la signalisation de direction.

L’objet de la signalisation de direction est de permettre aux usagers de suivre de nuit


comme de jour, sans erreur ni hésitation, l’itinéraire qu’ils se sont fixé, en les dispensant,
autant que possible, de la consultation de la carte en cours de route;
52

Il est souhaitable en effet qu'il leur suffise d'examiner la carte préalablement et


de retenir les noms des points principaux jalonnant leur itinéraire et les numéros
des routes empruntées.

Ce résultat doit être obtenu aussi bien dans les traverses qu'en rases compagne.

Article 99 : Signalisation de direction dans les traverses.

Bien que sur l'ensemble des itinéraires à signaler, les traverses ne représentent
qu’un pourcentage kilométrique relativement faible, on constate que c'est dans ces
traverses que l'automobiliste perd le plus de temps avant d'arriver à identifier avec
précision l'itinéraire qu'il doit suivre.

La signalisation complète d'une traverse doit permettre à l'usager de trouver, à


partir de toutes les artères principales, à l’intérieur d'une agglomération, son chemin
vers les divers itinéraires routiers en respectant les règlements de police édictés sans
considération de la catégorie des voies empruntées.

A. - plans de circulation.

La détermination des voies à emprunter pour suivre ou relier les divers


itinéraires constitue l'ossature d'un plan de circulation qui doit être établi par les
Présidents des Assemblées populaires Communales pour l'ensemble des voies de
l'agglomération.

Il est évident qu'il y a le plus intérêt à ce que ces plans soient établis en accord
avec les services de l'Infrastructure et de l'Equipement et les services de police: par
conséquent il est recommandé aux présidents des Assemblées populaires Communales
de prendre les contacts nécessaires.

En outre, lorsque ces plans intéressent, même en partie, des grands itinéraires,
ils doivent être soumis à l'approbation préalable du Wali.

B. - plans de signalisation de direction.

La signalisation complète d'une localité comporte un ensemble de signaux qui


intéressent en général des voies de diverses catégories.

Le projet de cet ensemble de signaux constitue le « plan de signalisation » de la


localité qui concrétise le « plan de circulation ». L'étude du plan de signalisation doit
être conduite par le service de l'Infrastructure et de l'Equipement en accord avec les
Assemblées populaires Communales et les services intéressés.

Les plans de signalisation des agglomérations de plus de 20.000 habitants sont


soumis, avant exécution, à l'approbation du Ministre des Travaux publics et de la
Construction qui définit par circulaire le mode de présentation du dossier.

Les autres plans sont soumis à l'approbation du Directeur de l'Infrastructure et


de l'Equipement de la Wilaya.
53

Article 100 : Catégories des signaux de direction.

La signalisation de direction se fait à l'aide des catégories de signaux ci-après:

− Signaux de direction de localités.


− Signaux de direction de lieux d'importance minime.
− Signaux de direction complémentaire.
− Autres signaux de direction.
− Signaux de jalonnement.

Article 101 : Forme des signaux de direction.

Les signaux de direction ont la forme d'un rectangle terminé par une pointe
de flèche d'angle au sommet égal à 75°.

Les signaux indiquant les directions des localités comportent en outre, à la


partie supérieure, un cartouche rectangulaire indiquent le numéro de la route et
conforme aux prescriptions des articles 87, 88 et 89 du chapitre 1.

Article 102 : Dimensions des signaux.

Les dimensions des signaux de direction sont variables suivant le nombre de


noms de localités y inscrire et le nombre de lettres que comportent ces noms.

Les hauteurs de signaux sont en rapport avec le nombre de localités à


indiquer et la hauteur des caractères à adopter pour chacun de ces noms. Les signaux
de direction comportant un seul nom de localité seront bilingues. Les caractères
arabes figurent sur la partie supérieure du signal.

Lorsqu'on doit signaler au moins deux directions, les inscriptions dans


chaque langue se feront sur deux signaux distincts. Les inscriptions du signal
supérieur seront en caractères arabes, les inscriptions du signal inférieur seront en
caractères latins.

Article 103 : Couleur des signaux de direction.

Les signaux de direction sont à fond crème bordé d'un listel bleu foncé sauf
pour les signaux de direction de lieux d'importance minime qui ne sont pas bordés
d'un listel. Les inscriptions sont bleu foncé.

Article 104 : Caractères.

En dehors des exceptions prévues à l'article 107 ci-après et hormis les


caractères du signal E2bis, les caractères sont conformes aux dispositions de l'article
94 concernant les signaux de présignalisation. De plus, les lettres et les chiffres
doivent s'inscrire dans la partie rectangulaire et ne pas déborder dans la pointe de
flèche. Les chiffres sont toujours placés de côté de la pointe. Les caractères du signal
E2bis sont en écriture cursive.
54

Article 105 : Emploi de revêtements réflectorisés.

Les dispositions concernant l'emploi des revêtements réflectorisés sur les


signaux de direction sont les mêmes que celles concernant les signaux de
présignalisation, prévues à l'article 95.
Article 106 : Implantation des signaux de direction.

Les signaux de direction sont implantés aux intersections.


Leur position doit, dans chaque cas particulier, être déterminée avec soin, de
façon qu'ils soient bien visibles pour un conducteur tenant sa droite, et orientés de telle
sorte qu'ils lui permettent de se diriger sans hésitation.
Pour cela, ils doivent faire avec l'axe de la route un angle tel qu'il permette une
lecture facile pour les usagers auxquels ils sont destinés, compte tenu de leur vitesse.

Pour chaque intersection, il convient de faire une étude particulière afin de


déterminer quelles sont les directions susceptibles d'être suivies par les usagers arrivant
par les différentes branches de l'intersection. Il est généralement superflu de placer des
panneaux correspondant à des parcours qui ne sont jamais suivis par des étrangers de la
région et qui ne sont pas utiles pour lever une ambigüité,

Il faut, d'autre part, veiller, par application du principe de concentration énoncé


à l'article 3 -l-b, à ce que l'automobiliste puisse, de jour comme de nuit, percevoir d'un
seul coup d'œil l'ensemble des indications qui lui permettront de choisir sa route. Pour
cela, sauf en cas d'impossibilité absolue, au point où se séparent deux voies, l'usager qui
est susceptible d'emprunter l'une ou l'autre doit voir deux signaux placés à côté l'un de
l'autre et indiquant les deux directions. Les signaux se rapportant à deux directions
opposées et superposés verticalement sont moins lisibles que s'ils sont côte à côte, et
cette dernière disposition est à préférer toutes les fois qu'elle est réalisable.

La règle ci-dessus conduit à prescrire la signalisation par élimination qui


consiste à ne placer le signal visible que sur un seul itinéraire, l'usager devant en
déduire que les directions non signalées , sont sur l'autre.

Cependant, lorsque les deux routes sont d'importance très inégale et que la
disposition des lieux ne laisse place à aucune ambiguïté, on peut ne pas placer de signal
intéressant la route principale. Il faut toutefois penser que, dans des régions où les
carrefours ne sont pas très rapprochés, un signal sur la route principale constitue, un
rappel des localités et des distances qui est apprécié des usagers.

Article 107 : Signaux de directions de localités.

La signalisation de direction d'une ou plusieurs localités se fait à l'aide des


signaux du type E2 ou E2bis conformément aux indications ci-après.
55

A. - Indications à porter sur les signaux.

Les signaux comportent en principe deux noms de localités desservies ainsi


que l'indication kilométrique des distances de ces localités.

B. - Choix du nom des localités à porter sur les signaux.

a. - Routes non classées à grande circulation.

Sur la première ligne on doit faire figurer en principe le nom de la première


localité à rencontrer, signalée par des signaux de localisation. On peut assimiler à une
localité un col, un cap, une frontière etc.. La rencontre avec une autre route lorsque le
carrefour n’a pas de nom peut exceptionnellement être signalée par la désignation de
cette route sous la forme « vers N…. », par exemple (le mot « vers » étant en lettres
cursives).

Dans le cas où le nom à inscrire en première ligne se trouve être celui d’un
grand centre, on utilise le signal E2abis où les caractères utilisés pour les deux
inscriptions sont de dimensions identiques (15 cm).

Sur la deuxième ligne, on inscrit le nom de la première localité importante à


rencontrer au delà, l'ensemble de ces deux noms de localité constitue ce que l’on
appelle les « inscriptions courantes ».

Le nom d’une localité inscrite sur un signal doit continuer à figurer sur tous les
signaux successifs situés au-delà dans le sens de la marche tant que cette localité n’a
pas été atteinte.

Les signaux utilisés sont du type E2a.

Il peut arriver que l’on ne puisse trouver de localité importante normalement


desservie par l’itinéraire signalé. Deux solutions sont alors possibles:

− ou bien on se contente d’inscrire le seul nom de la première localité


rencontrée (signaux E2d et E2 bis) ;

− ou bien on inscrit sur la seconde ligne le nom de la deuxième localité rencontrée


en caractères de même importance que ceux de la première localité (signaux E
2b),

On peut également être amené à n'inscrire que le seul nom de la première localité
rencontrée dans les cas suivants:

− les agglomérations au-delà de cette localité ne sont pas desservies par l’itinéraire
signalé ;

− La première localité rencontrée est un centre important au-delà duquel on n’a pas
de raison de présumer que les usagers suivront telle route plutôt que telle autre (*).
(*) Par exemple, il n'y a pas de raison de penser que les usagers qui arrivent à Mascara par la N.6 se dirigent ensuite vers Saïda située sur la
même route, plutôt que vers Tiaret située sur la N.14.
56

On utilise dans ces cas un signal du type E2c sur les routes nationales et les chemins
de wilayate importants, du type E2d dans les autres cas.
Il peut se produire qu’à une bifurcation les indications ci-dessus conduisent à inscrire
sur la seconde ligne le même nom de localité sur deux routes différentes. Ceci est à éviter, car
cette situation provoque souvent une hésitation dangereuse pour l'usager.
En général, l’un des deux itinéraires est préférable à l’autre et c’est vers lui qu'il
convient de diriger la circulation. L'autre est alors signalé, soit par un signal E2d ou E2c avec
le seul nom de la première localité rencontrée, soit par un signal E2b portant le nom des deux
premières localités; la deuxième solution conduit à un aspect préférable si le signal de
l'itinéraire principal comporte lui-même deux lignes.
Lorsqu’il y a des arguments équivalents pour signaler les deux itinéraires comme
voies d'accès à la localité, on peut faire suivre le nom de celle- ci par les mots entre
parenthèses « (par x) », « par » étant en écriture cursive et « x » étant une indication
permettant d'identifier l'itinéraire et qui pourra être soit le nom d'une localité intermédiaire
(*), soit une indication d'ordre géographique. Ce cas doit être tout à fait exceptionnel et, pour
les routes nationales, donner lieu à une décision du Ministre des Travaux Publics et de la
Construction.
Aux abords des grandes villes, il peut y avoir intérêt à faire suivre le nom de la
localité de celui d'un point de repère, par exemple: Alger (port), ou de celui d'un quartier, par
exemple : Alger (El-biar). Ces dernières indications sont alors inscrites entre parenthèses et
en caractères cursifs. Dans le second cas l'inscription peut ne pas être complétée par une
indication de distance.
En principe, doivent être exclusivement mentionnés sur les signaux les noms des
localités desservies par les routes qui s’y raccordent directement ou indirectement.
Toutefois, cette règle subira les exceptions suivantes :
Quand une route X se terminé sur une autre Y, on peut considérer qu'elle est
prolongée par cette dernière et les noms des localités situées sur la route Y peuvent figurer
sur les signaux de la route X (**).
Quand deux ou plusieurs routes ont un tronc commun, les localités situées sur ce
tronc sont à considérer comme étant sur chacune de ces routes.
Quand il a été créé une déviation pour éviter la traversée d'une localité, le nom de
celle-ci peut, si la nouvelle route s'en écarte peu, continuer à figurer sur les panneaux de
signalisation jusqu'à l'origine de la déviation comme si la route continuait à la traverser.
Quand un itinéraire à grande circulation est constitué par une série de tronçons
appartenant à des routes différentes, cet itinéraire est traité comme une route unique.
Quand il apparaît que les numéros des routes ne correspondent en aucune façon aux
courants de circulation, on peut tenir compte de ceux-ci, mais seulement sur l'autorisation de
l’Ingénieur en chef de la Wilaya. Dans ce cas, il est préférable de modifier la numérotation
des routes si cette opération ne se heurte pas à de trop grandes difficultés.

(*) par exemple entre Blida et Alger, on peut emprunter soit la N.l, soit la N.36 et la N41. A la bifurcation des N.l et N.36, c'est.à.dire au
« carrefour des quatre chemins » on signalera respectivement Alger (par Birtouta) et Alger (par Douera)

(**) C’est souvent le cas pour les villes qui dans la nomenclature officielle des routes, servent à désigner l'itinéraire; par exemple la N.4 est
désignée comme route d'Alger à Oran or elle n'aboutit pas directement à Alger et s'embranche sur la N.1 à Boufarik; dans le sens
d'Oran vers Alger le grand centre à considérer doit néanmoins être Alger dès qu'on aura dépassé El. Asnam.
57

b. - Routes à grande circulation.

Les règles ci-dessus sont applicables, sauf aux points suivants: intersections
situées à la rencontre avec une autre route à grande circulation ou avec une autre route
importante, intersections où il y a ambigüité particulière sur la continuité de la route à
grande circulation, et intersections situées dans les traverses dont la signalisation
comporte des signaux de jalonnement.

A ces intersections, on inscrit sur les signaux, en première ligne, le nom de la


première localité importante à rencontrer (nom qui figure généralement en deuxième
ligne sur les panneaux placés aux carrefours ordinaires) et sur la deuxième ligne on
inscrit le nom du premier « grand centre » à rencontrer au-delà. Les dites inscriptions
sont appelées « principales ». Toutefois, l'étude de l'intersection telle qu'elle est prévue
à l'article 106 peut conduire à employer les inscriptions courantes pour certains des
signaux de ces intersections.

Lorsque, sur un signal « courant », le nom à inscrire en première ligne est celui
d'un grand centre, il y a lieu de substituer une inscription principale à l'inscription
courante en utilisant le signal E2a bis.

Quand il n'y a plus de localité importante à rencontrer avant le grand centre,


celui-ci passe en première ligne et on inscrit en deuxième ligne le grand centre suivant.

L’appréciation de l'importance des localités et des centres doit varier d'ailleurs


suivant l’importance de la route elle-même.

Sur une route à grande circulation établissant essentiellement des liaisons à


grande distance on doit considérer comme localité importante une localité de l'ordre
d'une daïra moyenne ou une localité qui constitue un carrefour important d'itinéraires,
et l’on doit prendre comme grands centres des wilayate ou les villes d'importance au
moins comparable à une wilaya moyenne (*).

Sur les voies à grande circulation d’importance moindre on peut prendre


comme localité importante des localités de l'ordre de grandeur d'un chef-lieu et comme
grand centre les daïra ou villes d'importance comparable à une daïra moyenne.

c. -Indication des distances.

Les distances sont comptées à partir de la wilaya ou du centre de la localité


choisie dans l'endroit le plus fréquenté, là où convergent la plupart des services de
transports, où se trouvent les principaux hôtels. Elles sont exprimées en kilomètres,
avec l’indication éventuelle du chiffre des hectomètres, à l'exclusion de toute
indication K (ou Km).

Les distances sont cependant arrondies au kilomètre, le plus voisin dès que la
distance entre le centre et le signal de localisation est de l'ordre du kilomètre au moins.

(*) Exemple: Sur R.N.l, entre Alger et El Goléa, les localités à faire figurer comme grands centres sont: Alger, Médéa, Laghouat,
Ghardaïa, el Goléa.
58

Toutefois, lorsque deux signaux indiquant une même localité sont situés à
moins d'un kilomètre l'un de 1'autre, les distances se rapportant à cette localité peuvent
être exprimées en kilomètres et hectomètres sur les deux signaux, ou sur l'un des deux,
si cela permet d'éviter les anomalies apparentes (signaux voisins portant des chiffres
différents ou signaux éloignés portant le même chiffre),

Il convient de même d’éviter les discordances entre les indications portées sur
une borne et sur un signal voisin.

On doit veiller à ce que, sur divers signaux consécutifs la différence, des


distances indiquées pour les deux localités, demeure constante quand les distances sont
l'une et l'autre arrondies au kilomètre ou à l'hectomètre.

Les règles édictées aux trois alinéas précédents peuvent conduire à s'écarter
légèrement du principe de l'arrondissement à l'unité la plus voisine.

Le nom d’une localité ne doit en aucun cas figurer sur les signaux de direction
placés au-delà du signal de localisation qui l'annonce.

Les ingénieurs doivent se mettre d'accord avec leurs collègues des wilayate
voisines sur les noms des localités et sur les distances à faire figurer sur les signaux. Il
est inadmissible qu'il y ait des divergences entre les indications de distance données au
public.

Article 108 : Signaux de direction complémentaire.

La signalisation de direction complémentaire se fait à l'aide des signaux du


type E3, qui portent l'indication de la distance dans les conditions définies à l'article
107.

Ces signaux ne doivent être employés qu'en combinaison avec les signaux de
direction du type E2a, E2b, E2c, E2d, au-dessous desquels ils sont fixés sur un même
support.

Ils doivent être employés aux intersections où cela est nécessaire dans les cas
suivants:

a. - pour indiquer une ville importante, située à proximité de la route, mais


non traversée par celle-ci, qui constitue cependant, sur une partie de son parcours,
l'itinéraire habituel d'accès à cette ville (*).

b. - pour indiquer, en campagne, le nom d'un grand centre ou d'une localité


importante située sur une route ayant un tracé commun assez court avec celle qui porte
la signalisation, étant bien entendu que, dans ce cas, les signaux de direction de
localité concernent l'itinéraire à grande circulation s'il y en a un et un seul (**).

(*) Par exemple la N.4 passe prés de Miliana. On peut aux intersections de la N.4 avec la N.4 bis porter Miliana en signalisation
complémentaire.

(**) L’itinéraire à grande circulation: Constantine - Annaba emprunte successivement la N.3, N.3 AB et la N.44.
Les signaux placés à des carrefours situés avant l'embranchement de la N.3 et de la N.3 AB dans le sens Constantine-Annaba doivent
indiquer ANNABA sur un signal E2a. SKIKDA, localité importante située sur la N.3 figurera sur un signal E3.
59

Dans le cas contraire, ces signaux concernent la route de la catégorie la plus


élevée ou, à égalité, celle du numéro le plus bas. Le signal du type E3 est réservé à la
signalisation de l'autre route (*). Si celle-ci est un chemin de wilaya non classé à
grande circulation, il est fait en principe usage du signal du type E3a.

Il ne doit jamais être fait usage de plus d'un signal de direction complémentaire
associé à un signal de direction de localité , sauf éventuellement si l’on utilise un
signal E3 pour le super jalonnement (cf. ortie le 110).

Article 109 : Signaux de jalonnement.

A. - Dispositions générales.

La signalisation de jalonnement des localités se fait à l'aide des signaux du type E4.
Les signaux du type E5, E5bis et E5ter servent à jalonner les itinéraires menant
respectivement à un aérodrome, à un terrain de camping ou au centre de la ville.

Le nombre des noms de localité à inscrire sur un signal du type E4 n’est pas limité.
Toutefois, lorsqu'il dépasse quatre l'aspect devient disgracieux, En pareil cas, il est
recommandé de superposer plusieurs signaux comportant chacun un nombre
d'inscriptions inférieur ou égal à quatre.

L'emploi des signaux de jalonnement n'est prévu que pour la signalisation des
directions à prendre, dans la traversée des localités, et lorsqu’il est impossible de
réaliser cette signalisation à l’aide des signaux de direction de localité et des signaux de
direction complémentaire. C’est-à-dire dans les cas suivants:

a. - Quand plus de deux directions doivent être indiquées sur le même itinéraire ;

b. - Quand le plan de signalisation prévoit l'emprunt d'une route de catégorie


différente de celle desservant la direction signalée ;

c. - Lorsque les digressions des signaux types E2a, E2b, E2c, E2d, E2bis, ou E3
nécessitent un emplacement plus grand que celui dont on dispose.

Les directions à indiquer sur les signaux de jalonnement sont celles qui permettent
de gagner chacune des sorties de la localité.

Plusieurs noms correspondant à chacune de ces sorties figurent donc généralement


sur ces signaux. Pour chaque sortie il ne doit être porté que le nom d'une seule
agglomération.

Ce nom doit être celui du premier grand centre tel qu'il a été défini à l'article 107,
s'il s'agit d'une route à grande circulation, ou celui de la première localité importante,
s'il s'agit d'une route d'une autre catégorie.

(*) Par exemple à l'ouest du carrefour entre les N.1 et N.23 à proximité de Relizane, on indiquera El Asnam sur un signal E2a. Tiaret, grand
centre auquel conduit la N.23 figurera sur un signal E3.
60

Si deux routes se séparent à proximité de la sortie de la localité, on peut faire


figurer sur les signaux de jalonnement le nom du premier grand centre ou de la
première localité importante rencontrés sur chacune d'elles. Lorsque cette séparation a
lieu à une assez grande distance, on peut exceptionnellement faire figurer sur les
signaux le nom du premier grand centre rencontré sur la route embranchée. Cette
indication complémentaire doit toutefois répondre à un besoin réel des usagers. Son
opportunité dépend donc à la fois de l'importance des courants considérés et de la
distance à laquelle ils se séparent. Le long de l'itinéraire commun, cette indication doit
être répétée à chaque intersection où elle est nécessaire.

Dans une localité traversée par une ou plusieurs routes à grande circulation, on
peut, lorsque les emplacements prévus pour les signaux de jalonnement sont suffisants,
compléter l'indication du grand centre auquel conduit l'itinéraire par celle du numéro
de la route correspondante.

Le numéro de la route figure alors sur la même ligne que le grand centre, dans
un cartouche de même hauteur que ce dernier et dans la partie du signal opposée à la
pointe de la flèche. L'inscription du numéro de la route et le cartouche sont conformes
aux prescriptions des articles 87 et 89.
Le signal est alors du type E4a.

Pour l'indication d'un aérodrome, on peut utiliser un signal du type E5 qui,


outre le nom de celui-ci, comporte une silhouette d'avion. Celle-ci est placée du côté
opposé à la flèche et l'avion est dirigé dans le même sens que cette dernière,

Pour indiquer la direction d'un terrain de camping, on peut utiliser un signal du


type E5bis qui comporte la silhouette d'une tente, suivi du côté de la pointe de la flèche
de l'indication de la distance.

Enfin lorsque cela apparaît nécessaire, on peut indiquer la direction du centre


d'une ville à l'aide d'un signal du type E5ter portant la mention « centre ville » en
écriture cursive et en caractère arabes et latins.

Les indications figurant sur les signaux de jalonnement doivent se succéder


dans le même ordre que celui des sorties de la localité en suivant l'itinéraire.

Pour l'application de cet article, peuvent être assimilées aux intersections en


traverse les intersections situées à l'origine et à l'extrémité du contournement d'une
localité.

Dans les centres importants, on est parfois conduit à réaliser des signalisations
obligeant à certaines bifurcations à la lecture d'un très grand nombre de noms de
localités, ce qui est contraire au principe de lisibilité énoncé à l'article 3-1-C.

Pour limiter cet inconvénient, on peut avoir recours à l'un des moyens suivants:

1°- Réduire au minimum le nombre des noms de localités, en se montrant plus


strict pour les routes n'aboutissant pas directement dans la ville, en ne mentionnant pas,
dans la zone centrale, des directions peu importantes, en réduisant ou en supprimant les
indications de super jalonnement (voir article 110 ci-après), en éliminant des
indications touristiques non indispensables, etc.
61

2°- quand, conformément aux directives de l'article 106, on a placé côte à


côte deux signaux se rapportant à des voies divergentes, il est souvent commode de
remplacer le texte de l'un d'eux (en principe celui qui comporterait le plus grand
nombre d'indication) par la mention « autres directions » ;

3°- Quand il ne s'agit pas d'une bifurcation, mais d'un coude au d'un
embranchement avec une voie qui n'intéresse pas la circulation générale, on peut
employer les mots « toutes directions » ;

4°- Quand, parmi les localités signalées, se trouve un très grand centre et que
la majeure partie du trafic se dirige vers celui-ci, on peut employer pour lui les
caractères de 0,15 m, surtout s'il figure en première ou en dernière ligne.

B. -Jalonnement applicable à certaines catégories de véhicules.

Lorsque cette particularité se présente, les panneaux de jalonnement sont


assortis d'une inscription précisant qu'il s'agit d'un itinéraire affecté aux véhicules de
cette catégorie.
Ex. : « « Poids lourds ».
Cette inscription figure alors en lettres cursives soit en première ligne sur le
signal de jalonnement correspondant, soit sur un signal placé immédiatement au-
dessus.
Sauf impossibilité, deux signaux de jalonnement s'appliquant à des catégories
différentes de véhicules ne doivent pas être superposés.

Article 110 : Superjalonnement.

Sur les itinéraires importants où les usagers accomplissent habituellement de


longs trajets, il peut se révéler nécessaire de compléter la signalisation en certains
points par un superjalonnement donnant l'indication des grandes villes où conduit
l'itinéraire des routes suivies, comme Alger, Oran, Constantine, etc.
Les localités au profit desquelles est fait ce superjalonnement sont indiquées
en principe par les signaux El, E4, E4a, au-dessous des grands centres correspondant
à la même sortie.
Un superjalonnement peut également être autorisé hors traverses, aux
intersections importantes, en plaçant un signal E3 au-dessous du signal principal.

CHAPITRE IV

SIGNAUX DE LOCALISATION

Article 111 : Objet de la signalisation de localisation.

L'objet de la signalisation de localisation est de permettre aux usagers de


déterminer leur position en leur indiquant les noms des localités (agglomérations ou
points caractéristiques) ou des voies d'eau ou des forêts qu'ils rencontrent, les limites
des wilayate qu'ils traversent ainsi que le jalonnement kilométrique de la route à
laquelle ils sont parvenus.
62

La signalisation de localisation se fait :

1°- Par des signaux pour indiquer les localités, les voies d'eau et les forêts ;

2°- Par des bornes, pour les limites de wilayate et le jalonnement kilométrique
des routes.

Article 112 : Agglomérations et autres localités.

Deux catégories de localités sont à envisager:

1°- Celles auxquelles est reconnue la qualité d'agglomération au sens de


l'article R.l du code de la route ;

2°- Les autres points caractéristiques qui seront ci-après conventionnellement


désignés sous l'appellation "lieux-dits".

Ce classement ne dépend que des caractéristiques de l'agglomération et non de


sa catégorie administrative.

Il peut arriver que le chef-lieu d'une commune ne constitue pas une


agglomération alors qu'un hameau mérite cette qualification.

Article 113 : Signaux indiquant l'entrée des agglomérations.

Ces signaux ont la forme d'un rectangle dont les dimensions varient suivant la
longueur du nom à y faire figurer. Ils sont surmontés d'un cartouche (type E6, E6a),

Les prescriptions des articles 92, 93. 94 concernant les dimensions, les couleurs
et les caractères des signaux de direction sont applicables à ces signaux. Toutefois, le
nom des agglomérations ne doit jamais comporter d’abréviations non courantes.

La hauteur des caractères est de 0,20 m pour les signaux implantés sur les
routes nationales et les chemins de wilayate importants et de 0,15 m pour toutes les
autres routes.

Aucune inscription, autre que le nom de l’agglomération, ne doit être portée sur
ces signaux.

Dans le cas où le nom de l'agglomération à signaler est composé et comporte un


nombre de lettres ne permettant pas de l'inscrire sur une seule ligne, l'inscription peut
être faite sur deux lignes.

Les signaux doivent être implantés aux limites de l'agglomération fixées par
arrêté de l'Assemblée Populaire Communale, comme il est dit à l'article 43, et sur les
routes importantes on peut les répéter sur la gauche de la chaussée,
63

Il arrive qu'une ville déborde sur le territoire d'une commune voisine pour
laquelle elle constitue un écart distinct du centre de cette seconde commune et n'ayant
en général pas de nom qui lui soit propre.

En pareil cas, le signal de localisation placé en lisière de l'agglomération doit


porter le nom de la ville, même s'il n'est pas implanté sur le territoire de celle-ci.
L'indication de la limite administrative exacte ne présente en effet aucun intérêt pour
l'usager.

Article 113 - 1 : Signaux indiquant la fin des agglomérations.

Ces signaux sont, comme les signaux de localisation placés à l’entrée des
agglomérations, constitués d'un rectangle à fond crème et listel bleu foncé et portant le
nom de l'agglomération en caractères bleu foncé, mais ils sont barrés d'une diagonale
rouge (type E7).

Ils sont implantés aux limites de l'agglomération telles qu'elles sont fixées par
arrêté du président de l'Assemblée populaire Communale en application de l'article R 1
du code de la route et de l'article 13 de l'arrêté interministériel sur la signalisation
routière.

Ils dispensent de la mise en place de tous autres signaux indiquant la fin des
interdictions applicables à l'intérieur d'une agglomération.

Normalement implantés du côté droit de la chaussée, ils peuvent, sur les routes
de faible importance, être placés à gauche, au dos du signal de localisation destiné à
l'autre sens de circulation.

Article 114: Signaux indiquant un lieu-dit.

Pour tous les lieux-dits, habités ou non, ces signaux sont du type E8. Ils ne
comportent pas de cartouche. Les inscriptions y sont portées en lettres cursives
blanches sur fond bleu foncé.

Le nom du lieu-dit ne doit pas comporter d'abréviations non courantes. Aucune


inscription, autre que ce nom, ne doit être portée sur ces signaux, sauf l'altitude d'un
col.

Pour toutes les communes dont le territoire est traversé par une route à grande
circulation, l'arrêté de l'Assemblée populaire Communale prévu à l'article 113 pour
déterminer les limites de l'agglomération fixe également les lieux-dits situés sur
l'itinéraire, dépendant de la commune, et pour la localisation desquels doivent être
prévus des signaux du type E8.

Article 115 : Signaux indiquant une voie d'eau ou une forêt.

Ces signaux sont du type E9. Ils ne comportent pas de cartouche. Les
prescriptions des articles 92, 93, 94 concernant les dimensions, les couleurs et les
caractères des signaux de direction sont applicables à ces signaux. Les lettres utilisées
sont de caractère cursif, hautes de 0,20 m ou 0,15 m suivant l'importance de la route.
64

Les noms des cours d'eau doivent être précédés du mot « Oued » (par exemple:
Oued Tafna).
Quand la disposition des ouvrages d'art le permet, il est recommandé de
remplacer le signal E9 par une inscription sur la maçonnerie ou le métal de l'ouvrage et
qui, pour être d'une lecture facile, doit se présenter autant que possible
perpendiculairement à l'axe de la route:
Les forêts sont indiquées par la mention complète « Forêt de………. » .
Article 116: Bornes: formes; dimensions, couleurs, caractères.

Les formes, dimensions, couleurs et caractères à adopter pour les bornes limites
de wilayate ainsi que pour les bornes de jalonnement kilométrique des routes sont
indiqués à l'annexe K,

Les bornes limites de wilaya sont conformes au type K1.

Leur partie supérieure est peinte dans la couleur définie à l'article 89 pour les
cartouches.

Sur la face parallèle à la route, on inscrit dans la partie demi-circulaire le


numéro de la route en caractère de 0,10 m. Ces inscriptions sont faites en blanc pour les
routes nationales et les voies forestières, en noir pour les chemins de wilayate et les
chemins vicinaux.

Sur les routes autres que nationales où la désignation de la route change, on fait
deux inscriptions séparées par un trait vertical de même couleur.

La partie rectangulaire est partagée par un trait vertical noir. Dans chacune des
deux parties, on inscrit en noir :

−le nom de la wilaya contiguë en lettres de 0,08 m ;


Le jalonnement kilométrique des routes se fait à l'aide de bornes kilométriques
conformes au type K2 indiquant les kilomètres.

Le jalonnement par bornes hectométriques est inutile.

Sur la face de ces bornes parallèle à l'axe de la route, est inscrit en noir le
numéro de la borne en caractères de 0,10 m. La partie cylindrique est peinte dans la
couleur définie à l'article 89 pour les cartouches.

Sur les faces perpendiculaires à l'axe de la route des bornes kilométriques on


inscrit :

−dans la partie demi-circulaire, sur un fond de la couleur définie à l'article 89


pour les cartouches, les numéros de la route en blanc pour les routes nationales et voies
forestières, en noir pour les chemins de wilayate et les chemins vicinaux.

− dans la partie rectangulaire, le numéro de la borne en caractères noirs de 0,10 m.


65

Article 117 : Implantation des bornes limites de wilayate.

Ces bornes matérialisent le point où la route franchit la limite de wilayate.

Elles sont placées sur la gauche de la route, dans le sens défini par son
appellation officielle, leur grande face étant parallèle à l’axe de la route.
Par exception aux règles précédentes :

a. - quand une route, après son entrée dans une wilaya A, recoupe sur une
courte section le territoire d’une wilaya voisine B et que l'entretien de cette section est
assuré par les services de la wilaya A, il n’est pas placé de borne limite.

b. - Quand une route recoupe plusieurs fois la limite de deux wilayate voisines,
ou en cas d'existence d'une section mitoyenne, et lorsqu'on a été amené à fixer
arbitrairement un point limite d'action des deux services de voirie, on ne place qu'une
seule borne limite au premier point de franchissement dans le sens de la route. La limite
des deux services est marquée par une borne kilométrique ordinaire portant le chiffre 0.

Article 117 bis: Implantation des bornes du jalonnement kilométrique.

Les bornes doivent être placées sur l'accotement de gauche de la route, dans le
sens défini par son appellation officielle. Quand il existe une plantation, les bornes
sont placées dans l'alignement des arbres.

La grande face des bornes est perpendiculaire à l'axe de la route.

Dans les traverses ou sur les ouvrages d'art, quand on manque de place on peut
placer la grande face parallèlement à l'axe de la chaussée et réduire l'épaisseur de la
borne qui, à la limite, peut ne consister qu’en une plaque scellée dans un mur ou une
inscription peinte sur celui-ci.

Article 118 : Emploi de dispositifs ou de revêtements réfléchissants.

L'emploi de dispositifs ou de revêtements réfléchissants est strictement interdit


sur les bornes.

En ce qui concerne les signaux de localisation se référer aux indications


données à l'article 95 pour les signaux de présignalisation.

Article 119 : Entretien des bornes.

Les inscriptions des bornes doivent rester constamment lisibles. Il convient de


porter sur les bornes les diverses mentions réglementaires dans le moindre délai dès que
la surface sur laquelle elles doivent être opposées est en état de les recevoir.
Les accotements doivent être dressés et fauchés ou désherbés autour des bornes
de manière que les inscriptions portées sur ces dernières soient toujours parfaitement
lisibles.

Si l'on observe strictement cette prescription, il est inutile de construire des


socles spéciaux pour surélever les bornes.
66

CHAPITRE V

SIGNAUX DE CONFIRMATION

Article 120 : Objet de la signalisation de confirmation.

Les signaux de confirmation sont destinés à confirmer, lorsque c'est


nécessaire, par exemple à la sortie d'agglomérations importantes, la ou les directions
de la route. Ils portent les noms des localités que les usagers sont susceptibles de
rencontrer sur la route, ainsi que la distance qui les en sépare.

Article 121 : Signaux de confirmation.

Les signaux de confirmation sont du type E10. Ils sont de forme


rectangulaire et surmontés d'un cartouche indiquant le numéro de la route sur
laquelle ils sont implantés.

Les dimensions, la couleur et les caractères sont conformes aux prescriptions


des articles 92,93 et 94 concernant les signaux de présignalisation. Les chiffres
indiquant les distances figurent à droite du signal.

Lorsque le signal doit comporter au moins deux noms de localité, les


inscriptions se feront dans chaque langue sur des signaux distincts placés l'un au-
dessus de l'autre. Celles du signal supérieur seront en caractères arabes, celles du
signal inférieur seront en caractères latins.

Les signaux de confirmation sont réflectorisés, conformément aux


prescriptions de l'article 95.

Article 122 : implantation des signaux de confirmation.

Cette signalisation peut être placée aux principales sorties de toute localité
importante ou de traversée compliquée, afin de confirmer s'il y a lieu aux usagers la
direction dans laquelle ils se trouvent.

Il ne faut pas, en général, la placer au-delà des dernières maisons de la


localité, car, en cas d'erreur, l'usager doit faire demi-tour dans une zone où la vitesse
des autres véhicules est déjà - ou encore - assez grande, et parcourir à nouveau une
distance parfois importante.

Ces signaux doivent être implantés à une distance de l'ordre d'une centaine
de mètres au-delà du point où une erreur de parcours est possible en cas d'inattention,
de brouillard, etc.
67

Dans certains faubourgs exceptionnellement étirés et comportant des


embranchements, on peut être amené à répéter les signaux de confirmation.

Dans le cas où il est fait usage du signal E2abis, le signal de confirmation


correspondant est du type E10a.

Chaque signal porte :

− Les inscriptions courantes définies à l'article 107, paragraphe B-a, sur les
routes non classées à grande circulation;

− Les inscriptions principales définies au même article, paragraphe B-d, sur


les routes classées à grande circulation.

Article 123 : Signaux de confirmation complémentaire.

Lorsqu'à la sortie d'une localité, il est prévu de mettre un signal de confirmation


de type E10, ce dernier peut être accompagné d'un signal de confirmation
complémentaire du type E108bis si :

a. - Dans la traversée de cette localité; une direction complémentaire a été


indiquée sur la même route;

b. -Si un superjalonnement a été prévu dans les conditions édictées à l'article 110.

Dans le cas où il existe à la fois un superjalonnement et une direction


complémentaires, ce signal pourra comporter les deux noms.

CHAPITRE VI

AUTRES SIGNAUX DONNANT DES INDICATIONS

UTILES POUR LA CONDUITE DES VEHICULES

Article 124 : Indications à signaler.

L'objet de la signalisation donnant des indications utiles pour la conduite des


véhicules est de porter à la connaissance des usagers de la route la proximité ou la
présence:

−d'établissements hospitaliers exigeant certaines précautions, notamment en ce


qui concerne le bruit;
−de voies à sens unique ;
−de routes sans issue ;
−du début ou de la fin d'une autoroute ;
−de sections de routes, et en particulier de cols, pouvant être fermés ou ouverts à
la circulation automobile ;
68

− de parcs affectés au stationnement des véhicules automobiles ;


− de forêts facilement inflammables.

Article 125: Hôpital.

La signalisation indiquant la présence ou la proximité d'un établissement


hospitalier se fait à l'aide d'un signal du type E11. Le signal a la forme d'un carré de
0,70 m de côté; cette dimension pouvant être réduite à 0,40 m dans les traverses.

Il est à fond bleu, bordé d'un listel blanc.

Le symbole est constitué par un croissant de couleur blanche, Dans la mesure


où- il peut être mal compris, ce signal peut être complété par un panneau additionnel
portant la mention bilingue "Hôpital".

Article 126 : Voies à sens unique.

Lorsque toutes les voies d'une chaussée sont réservées au même sens de
circulation, cette indication peut utilement être donnée aux conducteurs qui
l'empruntent par le signal E12. Il est à implanter à la limite de la zone qu'il signale.

Les dimensions et les couleurs sont les mêmes que celles du signal E11.

Article 127 : Route sans issue.

Le signal E13, placé à l'entrée d'une route indique que celle-ci est sans issue
pour les véhicules automobiles. Dans la mesure où il risque d'être mal compris, ce
signal peut être complété par un panneau additionnel portant l'inscription en
caractères arabes et latins « Impasse » ou « Route sans issue ».

Les dimensions sont les mêmes que celles du signal E11. Il est à fond bleu
bordé d’un listel blanc. Le symbole est blanc, à l'exception de la partie supérieure qui
est rouge.

Article 128 : Autoroute

Les usagers sont prévenus qu’ils vont entrer sur une autoroute, par un signal
du type E14, et qu'en conséquence les diverses prescriptions, obligations et
interdictions relatives à la circulation sur autoroute, doivent être respectées.

Le signal à la forme d'un rectangle ayant 1,80 m de hauteur et 1,20 m de


largeur. Il est à fond bleu bordé d'un listel blanc. Le symbole est blanc.

Ce signal est implanté à l’origine de l'autoroute ou de la bretelle d'entrée,


mais au-delà du signal de direction.
69

Article 128 bis: Fin d'autoroute.

Le signal E15 indique aux usagers le retour aux règles de circulation sur route ordi-
naire.

La forme les dimensions et les couleurs sont les mêmes que celles du signal E14.
Il est de plus barré par une bande oblique rouge joignant le coin supérieur droit au coin
inférieur gauche, de 0,12 m de largeur.

Il est implanté là où cesse le statut autoroutier et en fin de l'autoroute. Dans ce


dernier cas, la proximité de cette fin est annoncée par deux signaux E15 implantés environ
1000 et 400 m avant la fin de l'autoroute et accompagnés d'un panneau additionnel
mentionnant la distance en caractères blanc sur fond bleu, de 0,30 m de hauteur pour les
chiffres.

Article 129 : Praticabilité de la route.

Le signal E16 est employé pour indiquer si une route de montagne, notamment au
passage d'un col, est ouverte ou fermée; il est placé à l'entrée de la route ou des routes menant
au passage en cause.

Le signal est à fond bleu bordé d'un listel blanc. Il a la forme d'un rectangle de 1,00
m de largeur et de 1,60 m de hauteur. Les inscriptions sont blanches. Les caractères latins
sont en écriture cursive.

Le signal E16 comporte trois panneaux amovibles dont le premier est à fond rouge si
le passage est fermé ou vert si le passage est ouvert et porte, en lettres blanches, l'inscription
« Fermé » ou « Ouvert » suivant le cas.

Si le passage est ouvert le panneau 3 ne porte aucune indication et le panneau 2, selon


l'état de la route, ou bien ne porte aucune indication, ou bien montre un symbole signifiant
« chaînes ou pneumatiques à neige recommandés ».

Les deux autres sont à fond blanc et inscriptions bleues.

Si le passage est fermé le panneau 3 porte le nom de la localité jusqu'à laquelle la route
est ouverte et le panneau 2 porte, selon l'état de la route, soit l'inscription « ouvert jusqu'à
………. » soit le symbole « chaines ou pneumatiques à neige recommandés ».

Toutes les inscriptions sont en caractères arabes et latins.

Article 130 : Parc de stationnement.

La signalisation indiquant la présence d'un parc pour automobiles se fait à l'aide d'un
signal du type E17, que l'on implante à proximité du parc.

Les diverses caractéristiques concernant les dimensions et couleurs de ce signal sont


celles qui sont prévues pour le signal E11 (cf. article 125).
70

Le symbole est constitué par la silhouette d'une automobile, vue de face, de


couleur blanche et de 0,40 m de haut pour le signal de dimensions normales et de
0,25 m pour le signal réduit.

Il peut être placé, le cas échéant, au-dessous de ce signal, un panneau


additionnel donnant certaines indications complémentaires par exemple :

− accès à l'entrée du parc.


− jours et heures où le parc est mis à la disposition des usagers.
L'inscription peut être remplacée par une flèche.

Article 131 : Forêt facilement inflammable.

La signalisation attirant l'attention sur les dangers d’incendies de certaines


forêts se fait à l'aide d'un signal du type E18.

Ce signal à la forme d'un rectangle ayant 0,60 m de largeur et 0,80 m de


hauteur.

Il est d’une couleur blanche, avec encadrement rouge de 0,04 m bordé d'un
listel blanc de 0,015 m.

L'inscription « Attention au feu » est portée au-dessus du symbole en


caractères arabes et sous le symbole en caractères latins, de module 5. Les caractères
sont bleu foncé. Le symbole est bleu foncé, jaune et, rouge.

L'implantation de ces signaux doit se faire sous l'autorité du Wali, après


consultation de l'ingénieur en chef de la direction de l'Infrastructure et de
l'Equipement, et du service des eaux et forêts.

CHAPITRE VII

1°- SIGNAUX INDIQUANT DES INSTALLATIONS


QUI PEUVENT ETRE UTILES
AUX USAGERS DE LA ROUTE

Article 132 : Installations à indiquer.

L'objet de la signalisation indiquant des installations qui peuvent être utiles


aux usagers de la route est de porter à leur connaissance la proximité ou la présence :

− de postes de secours établis par une association officiellement reconnue ;


− de postes d'appel téléphonique ;
− de postes à essence.
71

Article 133 : Caractéristiques des signaux.

Les signaux indiquant des installations qui peuvent être utiles aux usagers de la
route figurent à l'annexe F.

Ils ont la forme d'un rectangle ayant 0,60 m de largeur sur 0,90 m de hauteur.

Ils sont de couleur bleue et comportent en leur centre un symbole apparaissant


sur un rectangle blanc de 0,40 m de largeur et de 0,55 m de hauteur.

Les symboles figurant dans ces rectangles blancs sont bleus, à l'exception du
symbole figurant sur le signal F1 qui est rouge.

Dans la partie inférieure du signal, on peut porter en blanc la distance à laquelle


se trouve l'installation signalée: les chiffres ont alors 0.10 m de hauteur.

Les signaux indiquant des installations qui peuvent être utiles aux usagers de la
route ne sont pas réflectorisés.

Article 134 : Poste de secours.

La signalisation indiquant la présence d'un poste de secours établi par une


association officiellement reconnue se fait à l'aide d'un signal du type F1.

Par exception à la règle édictée à l'article 8, suivant laquelle les signaux doivent
être implantés à droite de la chaussée, dans le sens de la circulation, ce signal peut être
placé au droit du poste de secours, d'un côté ou de l'autre de la route, lorsqu’il est
constitué de deux signaux accolés dos à dos sur un support unique.

L’implantation du signal doit faire l'objet d'une autorisation d'occupation


temporaire du domaine public, lorsqu'il ne s'agit pas d'un poste d'Etat.

Article 135 : Poste d'appel téléphonique.

La signalisation indiquant la présence d'un poste d'appel téléphonique


accessible en permanence à toute personne ayant besoin de secours, se fait à l'aide d'un
signal du type F2.

Comme pour les postes de secours visés à l'article 134, les signaux « poste
d'appel téléphonique » qui doivent en principe être posés au droit du poste des deux
côtés de la route pour chaque courant de circulation, peuvent être réunis dos à dos sur
un seul support , de préférence du côté de la route où se trouve le poste et auprès de
celui-ci.

Lorsque le poste d'appel téléphonique est installé dans un immeuble en bordure


de la route, le signal peut être répété sur la façade.
72

Lorsque le poste est installé dans un immeuble à l'écart de la route le signal est
implanté à l'angle de la route et du chemin d'accès à l'immeuble ; il comporte en sa
partie inférieure, sur le fond bleu, une flèche blanche avec mention de la distance à
parcourir pour atteindre le poste conformément aux prescriptions de l'article 133.

Lorsque le poste d'appel téléphonique est installé sur l'accotement de la route,


le support sur lequel il est fixé ne doit recevoir aucune inscription.

L'implantation du signal doit faire l'objet d'une autorisation d'occupation


temporaire du domaine public, lorsqu'il ne s'agit pas d'un poste d'Etat.

Article 136 : Poste à essence.

La signalisation d'un poste à essence se fait à l'aide d'un signal du type F3.

Le signal ne doit être implanté que dans les cas exceptionnels où il est jugé
utile d'indiquer la présence ou la proximité d'un poste de ravitaillement en essence,
dans une région qui en est peu pourvue et si ce poste ou les installations distributrices
sont peu visibles pour les usagers de la route.

Après le poste indiqué, il peut être utile de signaler la distance à parcourir pour
atteindre le poste suivant si celui-ci est éloigné. Dans ce cas on mentionnera cette
distance en kilomètres dans la partie inférieure du signal conformément aux
prescriptions de l'article 133.

2°- – SIGNAUX DIVERS –

Article 137 : Arrêt d'autocar.

La signalisation des arrêts d'autocar se fait à l'aide d'un signal du type F4.

Le signal à la forme d'un rectangle ayant 0.60 m de longueur et 0,90 m de


hauteur. Il est de couleur bleue.

Il porte en son centre un symbole représentant un autocar apparaissant en bleu


sur un rectangle blanc ayant 0,40 m de largeur et 0,55 m de hauteur

Au-dessous de ce signal peut être placé un panneau mobile ou non, dont les
dimensions sont inférieures ou au plus égales à celles du signal principal et sur lequel
figurent, en lettres blanches sur fond bleu, les indications des lignes desservant le point
d'arrêt et s'il y a lieu, la raison sociale de l'entreprise.

Les conditions de fourniture ou d'entretien de ces signaux sont précisées à l'ar-


ticle 16.
73

Article 138 : Station de taxi.

Dans le cas où il y a lieu d'indiquer une station de taxis, on emploie un signal


du type F5. Il a la forme d’un rectangle de couleur crème, entouré d’un cadre bleu de
0,055 m de largeur. Les indications sont données en lettres bleu foncé de module 10
pour les caractères arabes et latins.

Le signal porte l’inscription « sur ses deux faces ».

Il signifie que le stationnement est réservé aux taxis, en amont du


signal, en sorte que le début de la zone interdite au stationnement des autres
véhicules doit être précisé par un signal de stationnement interdit portant la
mention « interdit sauf taxis », soit si la zone interdite à moins de 10 m de
largeur, simplement à l’aide des marques sur trottoir prévues à l’article 75.

Lorsqu’il est nécessaire de faire connaitre aux automobilistes certaines


dispositions concernant la circulation, on utilise un signal du même type. Par
exemple : « voie des droite réservée aux autobus ».

Article 139 : Signalisation touristique ou d’intérêt local.

L’établissement des signaux du type F6, donnant des indications


touristiques ou d’intérêt purement local, peut être autorisé. Ces signaux son
conforme au type indiqué à l’annexe F.
74

CINQUIEME PARTIE

S1GNALISATIONS PARTICULIERES DIVERSES

CHAPITRE 1

SIGNAUX LUMINEUX DE CIRCULATION

Article 140 : Conditions d'emploi des signaux lumineux.

Dans les agglomérations et sur les routes particulièrement fréquentées il peut


être nécessaire de réglementer la circulation à certains carrefours par l'emploi de
signaux lumineux de couleur.

Il doit donc être entendu que la dépense importante d'établissement et


d'exploitation d'une signalisation lumineuse ne doit être envisagée qu'aux carrefours où
elle est nécessaire pour permettre l'écoulement de la circulation. Le seul caractère
dangereux d'un carrefour ne doit conduire qu'à l'utilisation des signaux de danger ou du
signal jaune clignotant défini à l'article 143. Cependant en agglomération si une
importante circulation piétonnière existe, les signaux lumineux peuvent être utilisés
pour des raisons de sécurité.

Ces signaux lumineux de couleur peuvent également être utilisés pour


réglementer la circulation par sens alternés sur les sections de route où elle est instituée,
à titre permanent ou temporaire.

Sur certaines chaussées à plusieurs voies, ils peuvent permettre d'affecter la ou


les voies centrales à un sens de circulation privilégié.

Ces signaux doivent répondre aux caractéristiques définies dans les articles ci-
après et être homologués.

Article 141 : Couleur et signification des feux.

La couleur, la signification et l'ordre de succession des feux réglant la


circulation aux intersections sont définis par l'article 8 § 1er, de l'arrêté interministériel
relatif à la signalisation routière.

Le signal jaune doit avoir, à un carrefour donné, une durée constante comprise
entre 3 et 5 secondes, de façon à permettre aux conducteurs d'effectuer en temps utile la
manœuvre qui leur est commandée.

On peut adopter un temps de rouge commun aux différentes voies qui se


croisent pour assurer, à la fois, l'évacuation des véhicules lents et la sécurité. Cette
disposition s'impose pour un carrefour à quatre branches si la proportion des véhicules
qui tournent est importante ou si les piétons traversant la chaussée sont nombreux.
75

Exceptionnellement, dans les carrefours complexes, le feu vert peut être


remplacé sur certaines voies par un feu jaune clignotant. Ce signal indique alors que les
automobilistes ne peuvent franchir le carrefour qu'avec prudence et en respectant la
priorité à droite des véhicules qui peuvent être engagés en même temps qu'eux dans le
carrefour. Cette disposition ne doit être adoptée qu'à la condition qu'il n'en résulte
aucun conflit de priorité et la durée du signal jaune fixe qui suit le clignotant doit
toujours être alors de 5 secondes avant de passer au rouge.

Article 141 - 1 : Disposition des feux.

Les feux des signaux lumineux (schéma figurant à l'annexe N) sont disposés sur
un même support, verticalement l'un au-dessous de l'autre dans l'ordre suivant:

− le feu rouge en haut ;


− le feu jaune au milieu,
− le feu vert en bas.

L'espacement entre axes des lentilles doit être compris entre 0,25 m et 0,35 m.
Il est recommandé d'améliorer la visibilité du signal par l'usage d'écrans et de visières
de couleur foncée.

Le diamètre des lentilles est de 0,20 m. Les feux sont munis d’une lentille
arrière d'au moins 0,08 m de diamètre.

Toutefois, la face arrière doit être occultée, totalement ou partiellement, suivant


le cas, si la vue de cette face peut introduire une ambiguïté dans la signification d'un
signal principal, ce qui se produit souvent dans les intersections à plusieurs phases ou
en y. Les lentilles arrière peuvent être remplacées par un autre groupe de feux orientés
face au trafic auquel ils s'adressent. La puissance lumineuse des signaux doit assurer
une bonne visibilité par temps ensoleillé sans pour autant éblouir la nuit.

Le feu vert ne doit pas être à une hauteur inférieure à 2,30 m, ni supérieure à
3,50 m au-dessus du niveau du trottoir.

Les feux peuvent être répétés à une hauteur réduite, celle du feu vert étant
comprise entre 1 m et 1,50 m, en vue d'accroître leur visibilité pour les piétons ou pour
les conducteurs du premier rang de voitures.

Les supports sur lesquels sont fixés les feux sont implantés à droite du courant
des véhicules. Dans les rues à sens unique, ils peuvent utilement être répétés sur le côté
gauche.

La distance entre l'aplomb de l'extrémité de l'appareil de signalisation situé du


côté de la chaussée et la rive voisine de cette extrémité doit être égale à 0,60 m.

Dans certains cas, notamment si la proximité des façades ne le permet pas, il


peut être nécessaire d'adopter une distance légèrement différente.
76

Lorsque la chaussée comporte des refuges, les signaux peuvent être répétés sur ceux-
ci, à la hauteur normale ou à la hauteur de l,50 m environ.

Dans certains cas, les feux peuvent aussi être répétés au-dessus de la chaussée à une
hauteur supérieure ou égale à 4,75 m. Un tel dispositif ne doit jamais être utilisé isolément.

Dans le cas d'une bifurcation le signal de droite s'appliquera à la rue qui oblique
vers la droite si une indication lumineuse en forme de flèche le précise; dans ce cas, le
courant de circulation qui continue en ligne droite est commandé par le signal central situé
sur refuge ou par le signal de gauche si l'on se trouve dans une rue à sens unique; de toute
façon, le tracé des refuges et des bordures ainsi que l'emplacement des supports doivent être
tels qu'il ne résulte pas d'ambiguïté de ces dispositions. Il est alors conseillé de séparer les
courants de circulation par une ligne longitudinale appropriée.

Dans le cas où le feu rouge est accompagné d'une flèche verte orientée vers la droite
dont l'apparition indique à l'automobiliste qu'il peut tourner dans la voie située
immédiatement à sa droite , en prenant les précautions indiquées à l'article 8 de l'arrêté
interministériel, cette flèche est placée sur le même support que les feux lumineux tricolores.
Elle ne doit pas être à une hauteur inférieure à 1,30 rn ni supérieure à 2,30 m au-dessus du
niveau du sol. Si les feux tricolores sont répétés à hauteur réduite, la flèche est disposée
immédiatement au-dessus du feu rouge répétiteur.

La flèche apparaît sur un fond noir avec un décalage d'au moins 6 secondes après
l'apparition du feu rouge. Le décalage peut être supprimé s'il n'y a pas de traversée de piétons
et si le virage ne peut gêner la progression des véhicules sur la voie transversale.

L'emploi des dispositifs tricolores lumineux munis d'une flèche verte ne devra, en
aucun cas, être systématique. Cet emploi ne saurait être admis qu'après une étude approfondie
des incidences pouvant en résulter, non seulement pour la fluidité de la circulation, mais aussi
quant aux risques que cette utilisation peut avoir sur la sécurité des piétons et des autres
usagers,
Lorsqu'il existe en rase campagne une réglementation de la circulation par feux
colorés pour protéger un carrefour, un chantier, etc., il y a lieu de procéder à une
signalisation avancée en plaçant sur le même support un signal du type A16 et un signal
C11a limitant la vitesse à 60 km à l'heure. Un panneau C14b sera placé au-delà du carrefour
ou de la zone à vitesse réglementée.

Article 142 : Feux clignotants.

Les feux clignotants ont pour objet de donner aux conducteurs de véhicules des
indications de caractère permanent.

Ils ont les significations définies par l'article 8-1e b de l'arrêté interministérie1.
77

Les feux clignotants peuvent être placés sur le bord des chaussées comme les
signaux lumineux de circulation et à la même hauteur que ceux-ci. Ils peuvent aussi être
suspendus au-dessus des chaussées et au centre même des intersections nécessitant la
prudence.

Dans ce cas, leur hauteur au-dessus du sol doit être supérieure ou égale à 4,75 m.

La couleur des feux clignotants rouges ou jaunes est la même que celle des feux
fixes; le nombre des éclats à la minute doit être au minimum de 60 et au maximum de
80.

Article 143 : Signaux lumineux pour piétons.

Ces signaux, qui ont pour objet de régler la traversée des piétons sur les
passages qui leur sont réservés, ne doivent pas pouvoir être confondus avec les signaux
destinés à la circulation des véhicules, ni par leur forme, ni par leur orientation.

Autant que possible, ces signaux seront composés d'un système lumineux
bicolore: rouge et vert; le feu rouge ayant forme d’un piéton immobile et le feu vert la
forme d’un piéton en marche. Les silhouettes doivent se détacher sur un fond neutre.

A défaut on peut utiliser un dispositif lumineux portant des inscriptions telles


que « Attendez piétons », ou « Passez piétons ».

Les mots "Attendez" ou "Passez" se détachent sur des fonds lumineux


respectivement rouge ou vert ou apparaissent eux-mêmes en rouge ou' en vert sur fond
neutre.

L’éclairage de ces indications, qu'elles soient formulées à l'aide d'une


inscription ou d'un symbole, doit être légèrement décalée par rapport à l'allumage des
feux destinés à régler la circulation automobile.

CHAPITRE II

MARQUES SUR CHAUSSEES

Article 144 : Dispositions générales.

Les marques sur chaussées ont pour but d'indiquer sans ambiguïté les parties de
la chaussée réservées aux différents sens de circulation ou à certaines catégories
d’usagers, ainsi que, dans certains cas, la conduite que doivent observer les usagers. Le
marquage des chaussées n’est pas obligatoire. Lorsque l'administration juge opportun
d’y recourir, il doit être réalisé dans les conditions définies dans la présente instruction.

I. -CONDITIONS GENERALES D'EMPLOI DES MARQUES

A. -Catégories des marques

On distingue :
78

1°- Les lignes longitudinales (Art. 145)


− continues infranchissables
− discontinues de délimitation de voies (forte prédominance des vides sur les pleins)
− discontinues d’avertissement (forte prédominance des pleins sur les vides.)
− discontinues de guidage (vides et pleins approximativement équilibrés)
− mixtes (Ligne discontinu accolée à une ligne continue) qui ne peuvent être
franchies que si, au début de la manœuvre, la ligne discontinue se trouve la plus
proche du véhicule et à condition que cette manœuvre soit terminée avant la fin de
la ligne discontinue.

2°- Les marques transversales (Art. 148)


− ligne « STOP »
− ligne « Cédez le passage »
− ligne d'effet des signaux

3°- Les autres marques


− passage pour piétons (Art.149)
− passage pour cyclistes (Art. 149 - 1)
− flèches de rabattement (Art. 146 - III - B)
− flèches de sélection (Art. 146 - III - C)
− lignes obliques (Art. 146 - IV)
− marquages relatifs au stationnement (Art. 149 - 2)
− marquages spéciaux (Art. 149-3 à 149-7)

B. - Principes généraux.

La délimitation des voies de circulation joue un rôle essentiel dans la sécurité


routière. Mais sa présence ne dispense pas les usagers de se conformer strictement aux
dispositions des articles R7 et Rl7 du code de la route. En conséquence, il convient
d'une part, de faire une exacte application des règles édictées par ces articles, d'autre
part de garder tout particulièrement présent à l'esprit le principe de valorisation
indiqué ci-après.

1°- Rappel des règles édictées par l'article R.7 du Code de la route:

<1°- Lorsque la chaussée comporte des voies délimitées par des lignes
continues, le conducteur suivant une telle voie ne peut franchir ni
chevaucher ces lignes ;

<2°- Lorsque la chaussée comporte des voies délimitées par des lignes
discontinues, le conducteur doit, en marche normale, emprunter la voie
la plus à droite et ne franchir ces lignes qu'en cas de dépassement, dans
les conditions fixées au paragraphe 3 du présent titre ou lorsqu'il est
nécessaire de traverser la chaussée;

<3°- Lorsqu’une voie est délimitée par une ligne discontinue accolée à une
ligne continue, le conducteur ne peut franchir cette dernière si elle se
trouve immédiatement à su gauche. Il peut au contraire, la franchir si
c’est la ligne discontinue qui se trouve immédiatement à sa gauche.)
79

Des possibilités de franchissement résultent donc des paragraphes 2° et 3° ci-


dessus. Mais, en aucun cas, les conducteurs qui dépassent dans ces conditions ne
seront affranchis des autres règles posées par l'article R.l7, relatif au dépassement, qui
précise notamment que :

« Avant de dépasser par la gauche le conducteur doit s'assurer qu'il peut le


faire sans danger », et que « lors du dépassement, le conducteur ne peut emprunter la
moitié gauche de la chaussée que s'il ne gêne pas la circulation en sens inverse et
seulement en cas de nécessité.»

En d'autres termes, c'est à tort que les conducteurs interpréteraient la présence


d'une ligne discontinue soit seule, soit immédiatement à leur gauche, comme une
autorisation de dépasser quelles que soient les circonstances. Cette observation trouve
en particulier son application lorsqu'il y a une succession de points singuliers.

2°- Principe de valorisation:

Tout abus dans l'emploi des lignes continues doit être évité, notamment
lorsqu'il conduirait à créer de façon artificielle des goulots d'étranglement de la
circulation ou une réduction sensible de la capacité d'écoulement de la route sur une
grande longueur.

En l'espèce, ceci se traduit par les règles suivantes:

- Ne pas placer de ligne continue là où, en raison de la visibilité suffisante,


elle ne s'impose pas, ni là où il est impossible de la respecter en raison de la largeur
insuffisante de la chaussée ;

- Là où une ligne continue est nécessaire, ne lui donner que la longueur


strictement indispensable, sans toutefois descendre en dessous de 30 mètres en rase
campagne et 20 mètres en agglomération.

- En contrepartie , faire en sorte que le début d’une ligne continue ne


surprenne pas l'usager.

II.CARACTERISTIQUES GENERALES DES MARQUES

A. - Couleurs des marques.

Le blanc est la couleur utilisée pour les marquages sur chaussées.

Pour certains marquages spéciaux, on utilise d'autres couleurs dans les


conditions suivantes:

- Le rouge et le blanc pour les marques sur bordures indiquant les emplacements
faisant l'objet d'interdiction d'arrêt ou de stationnement.
- Le bleu, éventuellement, pour les emplacements réservés au stationnement
réglementé, dits « zone bleue ».

Les produits employés pour les marques sur chaussées sont soumis à homologation.
80

B. - Modulations des lignes discontinues.

Pour la bonne compréhension des marquages, trois types de modulation ont été
retenus se différenciant par le rapport des pleins aux vides.

Ces modulations (tirets plus intervalles) sont des multiples ou sous-multiples de 13


mètres.

Le tableau ci-après donne leurs caractéristiques :


Intervalle entre
Longueur Rapport
Type de 2 traits suc-
du trait pleins
modulation cessifs
(en mètres) vides
(en mètres)

T1 3,00 10,00
Environ 1/3
T1 1,50 5,00

T2 3,00 3,50
Environ 1
T’2 0,50 0,50

T3 3,00 1,33
Environ 3
T’3 20,00 6,00

C. - Largeur des lignes.

La largeur des lignes est définie par rapport à une largeur unité "u" différente
suivant le type de route.

On adopte les valeurs suivantes pour " u " :

− u = 7,5 centimètres sur autoroutes et voies rapides urbaines,

− u = 6 centimètres sur les routes et voies urbaines dont le trafic dépasse 3000
véhicules par jour,

− u = 5 centimètres sur toutes les autres routes.

Article 144 - 1 : Modulations et largeur des lignes.

Le tableau ci-après indique pour chaque catégorie de ligne la modulation et la


largeur à adopter.
81

DESIGNATION DES MARQUES Modulation Largeur

Lignes longitudinales

1- Lignes continues
- Ligne axiale ou de délimitation de voies…………………………………... cont. 2 u (a)
- Ligne de délimitation de terre-plein central (art. 145-V)……………………… cont. 3u
- Ligne axiale sur chaussée 4 voies (Art.145-III)………………………………… cont. 3u
- Ligne de délimitation de certains couloirs réservés aux autobus (Art.145-IV). cont. 3u
- Ligne de délimitation de voie réservée aux véhicules lents dans certains cas
(Art. 145-IV)……………………………………………………………………………. cont. 3u
- Ligne délimitant les bandes cyclables (Art. 145-IV)…………………………….. cont. 3u
- Ligne délimitant les bandes d'arrêt d'urgence dans certains cas (Art. l45-IV) cont. 3u

2- Ligne du type T1 :
- Ligne axiale ou de délimitation de voie…………………………………… T1(b) 2u

3- Lignes du type T2 :
- Ligne de rive………………………………………………………………… T2 3u
- Ligne de délimitation des voies de décélération, d'accélération ou d’entre-
Croisement………………………………………………………………….. T2 5u
- Ligne de guidage en intersection……………………………………………. T’2 2u
- Ligne d'entrée et de sortie de voies pour véhicules lents…………………… T2 5u
4- Lignes du type T3:
- Ligne d’avertissement (Art. 146-III)………………………………………………..
T3 2 u (a)
- Ligne axiale en remplacement d'une ligne continue sur une chaussée étroite.
T3 2u
- Ligne de délimitation de voies pour véhicules lents sur lesquelles il n'y a
pas interdiction de dépasser (Art.145-IV)…………… ………………………….
T3 5u
- Ligne de délimitation dans certains cas d'un couloir réservé aux autobus
(An. 145- IV)……………………………………………………………………………
T3 5u
- Ligne délimitant les bandes cyclable (Art. 145-IV)……………………………….
T3 3u
- Ligne délimitant une bande d'arrêt d'urgence (Art. 145-IV)……………………
T’3 3u
- Ligne de rive aux approches de certains carrefours (Art. 145-V)……………….
T3 3u
5- Lignes mixtes:
La ligne mixte est constituée par une ligne continue doublée par une ligne dis
continue du type T1 dans le cas général………………………………………. T1 2 u (a)

Cette ligne devient du type T3 lorsque la section où le dépassement est


possible est suivie d'une section où il ne l'est pas (c}; elle constitue alors la
ligne normale d’avertissement…………………………………………………… T3 (d)

Lignes transversales

1- Ligne " STOP" (Art. 148)…………………………………………………. cont. 10 u


2- Ligne "Cédez le pas sage (Art. 148)………………………………………. T’2 5u
3- Ligne d'effet des signaux (Art. 148)……………………………………… T’2 3u

(a) A porter à 3 u à l'approche d'un îlot (Art. 147-II).


(b) L'emploi de T1 s'impose en agglomération lorsque l'emploi de T1 conduirait à tracer un nombre insuffisant de traits.
(c) Cela se produit par exemple aux abords d'un point d'inflexion ou d'un point bas entre deux dos-d’âne rapprochés. (schéma M 1-h).
(d) Espacement égal à la largeur.
82

Article 144-2: Matériaux et dispositifs réfléchissants.

1°) Réflectorisation des marques:

Dans le cas où se pose le problème de la visibilité de nuit, l'emploi de lignes


réflectorisées est souhaitable. Il n'est donc pas indispensable à l'intérieur d'une
agglomération dotée d'un éclairage public adéquat.

2°) Dispositifs réfléchissants sur lignes axiales ou de délimitation de voies:

Ces dispositifs ponctuels, de couleur blanche, ne doivent pas être utilisés en


principe, sur ces lignes.

On peut toutefois poser de tels dispositifs pour souligner, aux abords d'un point
où le tracé de la route n'est pas évident, la ligne continue sur l’axe de laquelle ils sont
placés. L’espacement de ces dispositifs doit faire l'objet d'une étude propre à chaque
cas. Il peut y avoir intérêt à faire varier cet espacement le long d'une même ligne
continue, en prenant par exemple 4 mètres aux abords immédiats d'un obstacle sur
chaussée ou dans la partie centrale de la zone dangereuse et de 10 à 13 mètres dans les
parties extrêmes.

3°) Dispositifs réfléchissants de rives de chaussée:

Le bord de la chaussée peut être jalonné par des dispositifs réfléchissants en


certains points particulièrement dangereux la nuit ou dans le cas où les accotements
sont dérasés et se distinguent mal de la chaussée.

Sur les routes ou chaussées, qu'elles soient à sens unique ou à double sens, ces
dispositifs renvoient une lumière blanche de chaque coté. Ces dispositifs ne doivent pas
être susceptibles de causer des dommages aux véhicules qui les franchiraient. Leur
espacement est de 20 à 33 mètres en alignement droit. En courbe, il peut, en fonction du
rayon, être réduit jusqu'à 5 mètres.

4°) Balisage des obstacles ponctuel:

Les obstacles ponctuels isolés situés hors de la chaussée, mais à proximité de


celle-ci (par exemple: dés de pont) doivent porter un ou plusieurs dispositifs
réfléchissants de couleur rouge s’ils sont à droite de la chaussée, de couleur blanche ou
jaune s'ils sont à gauche.

Pour le balisage des autres obstacles, se reporter à l'article 149-5.

Les produits réflectorisés et les dispositifs réfléchissants employés pour les


marques sur chaussées sont soumis à homologation.

Article 145: Délimitation des voies en section courante.

I. Chaussées à deux voies (Schéma M 1-b).

En section courante, la ligne axiale discontinue de jalonnement est du type T1


et de largeur 2 u, En agglomération elle est du type T1 (ou T'1 lorsque l'emploi de T1
conduirait à tracer un nombre insuffisant de traits) de largeur 2 u.
83

a) Sur les chaussées à faible circulation, il n'y a pas lieu, en règle générale, de
tracer de ligne discontinue de jalonnement dans l'axe en section courante.

b) Sur les chaussées supportant une circulation relativement intense une ligne
axiale discontinue de jalonnement axial peut être tracée dans la mesure où la largeur
utilisable de la chaussée est suffisante pour que les conducteurs ne soient pas enclins à
chevaucher la ligne en dehors des manœuvres de dépassement (cf. paragraphe 2 de
l'article R7 du code de la route)

c) On trace également une ligne axiale discontinue de jalonnement dans les


zones où le brouillard est très fréquent et lorsqu'il n'y a pas de lignes de rives.

d) La ligne axiale discontinue de jalonnement est remplacée par une ligne du


type T3 dans les cas visés à l'article 147 (III).

e) La ligne axiale discontinue de jalonnement est remplacée par une ligne


continue disposée selon les prescriptions de l'article 146 (1 et II) quand l'insuffisance de
visibilité l'exige. Le cas des zones de visibilité insuffisante étendues et rapprochées est
traité à l'article 147 (III).

II. Chaussées à trois voies (schéma M 1-e).

Il ne faut pas considérer que toute chaussée dont la largeur atteint ou dépasse 9
mètre peut, ipso facto être réellement exploitable à trois voies. Sur une telle chaussée,
le fait de trouver systématiquement en section courante le marquage correspondant à
une exploitation à trois voies peut être de nature à créer des difficultés d'exploitation et
de police. Les statistiques d'accidents faites dans divers pays montrent, d'ailleurs, que
les chaussées de 9 mètres exploitées à trois voies font plus de victimes que celles de
10,50 mètres, ou que celles de 7,00 mètres exploitées à deux voies. Inversement, une
chaussée de 9 mètres exploitée à deux voies incite les usagers à des manœuvres de
dépassement dangereuses.

En conséquence, les ingénieurs doivent, avant de décider l'exploitation à trois


voies d'une chaussée dite à « trois voies », examiner attentivement quelle est la largeur
réellement utilisable. Les points importants à considérer à cet égard sont l'intensité de
la circulation, la proportion des poids lourds, le profil transversal et le fait que les
véhicules ne tiennent pas toujours exactement leur droite en raison de l'état des rives,
bordures et caniveaux.
Après examen:

− Si on pense que l'exploitation à trois voies n'est pas indiquée, il est conseillé
de placer des lignes de rive de telle sorte que la largeur de la chaussée entre celles-ci
n'excède pas 7,50 mètres. En outre, un marquage axial doit être disposé sur toute la
longueur de la section.

− Si, par contre, la chaussée permet effectivement une exploitation à trois voies,
la délimitation des voies est nécessaire en section courante afin de permettre l'utilisation
de la route à pleine capacité.

Il peut d'ailleurs être dans l'un ou l'autre cas opportun de procéder à un essai
préalable sur une section de longueur limitée, afin de juger de l'efficacité des marques
sur chaussée.
84

Enfin, les ingénieurs des wilayate limitrophes devront se concerter pour adopter,
dans toute la mesure du possible, des dispositions homogènes.

On a parfois, sur des chaussées exploitées à trois voies, réalisé en section courante
un marquage qui consiste, sur des tronçons successifs, à affecter alternativement deux voies à
l'un des sens de circulation, avec inversion en des points à peu prés équidistants et qui ne sont
pas forcément des points singuliers. Les expériences faites dans divers pays ont montré que
ce dispositif diminuait de façon substantielle le débit de la route sans pour autant diminuer le
nombre d'accident. Il convient donc d’en proscrire l'usage.

En tout état de cause, lorsque les lignes discontinues sont tracées en section courante
sur une chaussée à trois voies, la largeur de chacune de ces lignes doit être entièrement
compromise dans le tiers central de la chaussée.

III. - Chaussée à quatre voies (Schéma M 1-d).

Les ingénieurs doivent s'inspirer pour le marquage des voies par des lignes
discontinues, des observations du paragraphe II ci-dessus relatif aux chaussées à trois voies.

Toutefois, une ligne continue doit être tracée sur l'axe des chaussées à quatre voies
affectés à la circulation automobile, sauf dans des cas exceptionnels de sections suburbaines
où cette ligne peut être remplacée par une ligne discontinue, notamment si le stationnement
n’est pas interdit.
L'emploi d'une ligne continue double est interdit. En effet une telle disposition qui à la même
signification qu'une ligne continue simple pourrait faire naitre dans l’esprit des usagers l’idée
que l'interdiction de franchir cette dernière présente un caractère moins impératif que pour la
double ligne.

Si la largeur de la chaussée le permet, on peut constituer une bande centrale entre


les deux moitiés de la chaussée sous forme de hachures (cf. art. 147-II) enterrées entre deux
lignes continues de largeur 3 u. Pour que les hachures soient visibles et donnent bien l'aspect
d'un terre-plein, il faut laisser entre les lignes continues et les hachures un espace non peint
de largeur 2 u , l'espacement entre les bords intérieurs des lignes continues est d’au moins
0,50 mètres.

En cas de construction d'une chaussée nouvelle, ou d’élargissement d’une chaussée


existante, ce système très onéreux est implicitement exclu.

IV. - Voies réservées à certaines catégories de véhicules.


Bandes d’arrêt d’urgence

A. -Voies réservées à certaines catégories de véhicules (Schéma M 1-f).


'.
Les bandes cyclables sont séparées de la chaussée principale par une ligne continue
de largeur 3 u. Toutefois, cette ligne peut être remplacée par une ligne discontinue du type T3
de largeur 5 u.
85

Les voies réservées aux autobus, taxis, ambulances, véhicules de police, de


gendarmerie, de lutte contre l'incendie, etc., sont séparées de la voie principale par:

− une ligne continue de largeur 3 u dans le cas de couloirs réservés à


contresens ou d'un couloir dans le sens normal réservé en permanence et sur
lequel tout dépassement est interdit.

− une ligne discontinue de type T3 de largeur 5 u dans tous les autres cas de
couloirs réservés dans le sens normal.

Les voies réservées aux véhicules lents sont séparées de la chaussée par une
ligne de largeur 5 u, discontinue du type T2 à ses extrémités, discontinue du type T3
dans sa partie centrale, cette dernière ligne pouvant être continue de largeur 3 u pour
les voies réservées de faible longueur.

B. - Bandes d’arrêt d’urgence.

Pour délimiter les bandes d'arrêt d'urgence, on utilise une ligne discontinue de
type T3 et de largeur 3 u.
V. - Bordures et rives de chaussée.
A. -Section courante

Lorsque les chaussées sont munies de bordures et que celles-ci sont peintes, la
couleur du marquage doit être blanche en dehors des cas prévus à l'article 149-2.
Dans le cas de chaussées ne comportant pas de bordures, il peut être opportun
de matérialiser les limites de la chaussée par une ligne discontinue de type T2 et de
largeur 3u.
Les lignes de délimitation de terre-plein central sur autoroute et route à
chaussées séparées sont considérées comme des lignes axiales; elles sont continues et
de largeur 3u.
B. - Cas des intersections

Aux croisements et bifurcations dont le régime est la priorité à droite, la ligne


de rive est interrompue à la traversée de la chaussée de la voie affluente.
Si l'une des voies à la priorité sur l'autre, on peut placer dans le prolongement
de la ligne de rive de cette première l'une des lignes transversales définies à l'article
148 (cf. schémas M 4).
Si l'intersection comporte une voie d'accélération, de décélération ou
d'entrecroisement, la ligne la séparant de la chaussée principale est du type T2 et de
largeur 5 u (cf. schéma Ml-g), Par ailleurs, si en section courante la chaussée est
délimitée par une ligne discontinue, cette ligne est remplacée par une ligne de type T3
de largeur 3u sur 150 mètres au moins avant et après les voies d'accélération et de
décélération.
Article 145·1 : Harmonisation des diverses lignes d'une même chaussée.

Lorsque sur une section de route existent deux ou plusieurs lignes discontinues les tirets
sont, dans toute la mesure du possible, disposés de manière à avoir leurs extrémités dans
le même profil en travers.
86

Les schémas Ml-b, Ml-c, Ml-d et Ml-e comportent cette disposition et montrent
comment faire correspondre tous les 13 mètres les tirets des lignes de types T1 et T2.

Dans les courbes, cette correspondance exige une légère modification des
intervalles entre traits.

Article 146: Généra1ités sur le marquage des points singuliers.

I. DISPOSITIONS GENERALES

Par opposition aux sections courantes, on appelle points singuliers les sections
où par suite d'un dos d’âne, d’un virage ou pour toute autre cause, la distance de
visibilité réduite constitue un danger pour le dépassement.

Sont à ranger également parmi les points singuliers les sections où les
caractéristiques de la chaussée subissent une variation (rétrécissement, terre-plein ou
îlot central, etc. .) et, généralement tous les points où un danger particulier conduit à
imposer des restrictions au dépassement.

La distance de visibilité est définie de manière précise comme la distance à


laquelle un objet placé sur l'axe de la route à l mètre au dessus de la chaussée peut être
aperçu par un observateur placé sur l'axe de la route et dont l'œil est à l mètre au dessus
de la chaussée.

Les règles prévues à l'article R5 du code de la route conduisent à établir, au


moyen d’une combinaison de lignes continues et discontinues, des zones de
dépassement interdit aux points singuliers où la distance de visibilité est inférieure à un
certain minimum ∆ .

II. -VALEUR DE LA DISTANΠMINIMALE DE VISIBILITE

Une détermination exacte des zones où le dépassement est dangereux implique


l’étude statistique des vitesses normales des véhicules sur la route considérée et la
fixation de la distance minimale de visibilité permettant le dépassement compte tenu de
ces vitesses et de leur distribution.

Il convient de remarquer , en effet, que cette distance varie suivant la vitesse


des véhicules les plus rapides mais quelle dépend également de la proportion et de la
vitesse des véhicules lents, donc, dans une certaine mesure, de la composition du trafic.
La distance de visibilité qui permet le dépassement dépend aussi de la vitesse des
véhicules venant en sens inverse, ainsi que de leur nombre.

En outre, sur une route à deux voies, ces mêmes véhicules peuvent retarder
l’exécution des manœuvres de dépassement: le conducteur qui s’apprête à dépasser doit
alors attendre que la voie de gauche soit libre pour entamer sa manœuvre et a besoin
dans ce cas d’une plus grande distance que s’il n‘avait pas été retardé.

Ces considérations montrent la complexité d’une étude de dépassement par


suite des nombreux facteurs qui interviennent. Suivant les valeurs qui leur sont
attribuées et leur combinaison, la distance permettant le dépassement peut varier du
simple au double en un même point singulier.
87

La distance minimale de visibilité à adopter pour l'établissement des lignes


continues sur les routes à deux ou trois voies est donc nécessairement un compromis entre les
exigences de la sécurité et celles de la facilité de circulation. Si on adopte la distance la plus
longue, c'est à dire celle qui correspond aux conditions les plus défavorables au dépassement,
les lignes ainsi déterminées garantissent la sécurité, mais elles restreignent considérablement
l'utilisation de la chaussée, alors que ces conditions très défavorables ne se présentent que
rarement.

Si le trafic comporte une proportion notable de véhicules lents, on peut craindre que
les usagers ne respectent pas le marquage s’ils se rendent compte qu’ils disposent d’une
visibilité suffisante pour dépasser le véhicule lent qui les précède. Aussi, la distance
minimale à prendre comme base doit être telle que la fréquence des dépassements qui
pourraient être tentés sans danger alors que le marquage l'interdit soit assez faible. S'il en était
autrement, l’utilisation de la route serait considérablement gênée et la sécurité serait illusoire
car des interactions ne manqueraient pas d’être commises.

Valeur de ∆ à adopter

La valeur minimale ∆ de la distance de visibilité à partir de laquelle le marquage


interdisant ou restreignant le dépassement doit être effectué varie avec le point singulier
considéré. Elle est fonction de la vitesse des véhicules à l'approche de ce point.

La valeur ∆ à adopter est celle qui correspond à la vitesse V couramment pratiquée


par les véhicules les plus rapides à l'approche du point singulier.

Les valeurs ∆ sont, en fonction de la vitesse V, les suivantes:

VITESSE V (en km/ h) 40 50 60 70 80 90 100 110 120


∆ NORMAL (en mètres) 60 90 120 160 200 250 300 360 430
∆ minimum ABSOLU (en m) 40 60 80 100 130 160 190 230 270

Une valeur de ∆ est donc attachée à chaque point singulier, et ∆ varie le long d'un
itinéraire en fonction des vitesses pratiquées.

En règle générale, le ∆ choisi sera dans toute la mesure du possible le ∆ normal qui
carres pond au maximum de sécurité.

Toutefois, dans les cas où, compte tenu de la situation géographique et des
caractéristiques de la route, le choix du ∆ normal conduirait, malgré sa modulation en
fonction de la vitesse à restreindre l’utilisation de la chaussée à un point tel que les usagers,
jugeant la gêne intolérable, ne manqueraient pas de commettre des infractions, les valeurs de
∆ seront abaissées sans toutefois descendre en dessous des valeurs minimales absolues
indiquées.

Dans le cas particulier de points singuliers successifs rapprochés, on adopte les


dispositions de l'article 147-III.

Dans l’étude d’implantation des lignes continues, on peut être amené à essayer,
pour une section donnée, plusieurs valeurs de ∆. Des avant-projets sont établis sur ces
différentes bases et permettent de guider le choix définitif. Lorsque les valeurs de ∆ sont
88

différentes du ∆ normal, on veillera à assurer l'homogénéité de la signalisation qui est


en elle-même un facteur de sécurité.

En agglomération, il n’est pas nécessaire en général, en raison des faibles


vitesses des véhicules, de tracer des lignes continues. Si l’on décide d'en établir, on
adopte les valeurs de ∆ correspondant à la vitesse limite imposée par la réglementation.

III. - PRESIGNALISATION DES POINTS SINGULIERS

A. Lignes d’avertissement (schémas M2-a et M2-b)

Sur les routes à deux voies toute ligne continue axiale doit être précédée d’une
ligne d'avertissement constituée par une ligne discontinue dont la modulation est
précisée à l'article 144-1. Cette ligne d’avertissement peut être complétée par des
flèches de rabattement. La longueur de cette ligne, appelée distance de présignalisation
L, doit être adaptée aux différentes vitesses de référence, donc aux ∆ comme indiqué
dans le tableau ci-dessous.

Vitesse V (en km/ h) 40 50 60 70 80 90 100 110 120


∆ Normal (en mètres) 60 90 120 160 200 250 300 360 430
Distance de présigna-
39 78 117 156 195 234 273
lisation L (en mètres)
Nombre de modulation
3 x 13 6 x 13 9 x 13 12x 13 15x 13 18 x 13 21 x 13
de 13 mètres

Sur les routes à trois voies, les lignes continues doivent être précédées d’une ligne
d'avertissement de longueur L/3 dans le cas des marquages figurés aux schémas M2-b,
M3-b, M3-e, M3-d et M3-e.

B. -- Flèches de rabattement

Ces flèches légèrement incurvées (Schéma M2-e) signalent aux usagers qu'ils
doivent emprunter la voie située du côté qu'elles indiquent.

1°) Implantation transversale

A l'approche d'une ligne continue dans le cas d'une route à deux voies ou d'une
ligne oblique de réduction du nombre de voies ainsi que de rétrécissement de chaussée
dans le cas d'une route à trois ou quatre voies, il est recommandé de tracer des flèches
de rabattement pour inciter les usagers à emprunter la voie située du côté indiqué par
les flèches dans le sens de la circulation.

− Sur les routes à deux voies, les flèches sont implantées à cheval sur la ligne
d'avertissement.

− Sur les routes à trois ou quatre voies, les flèches sont implantées suivant
l'axe de la voie qui est supprimée (la voie supprimée doit être, sauf cas exceptionnel, la
voie située le plus à gauche dans le sens de circulation considéré).
89

2°) Nombre et règles d'implantation des flèches de rabattement (Schémas M2-a, M2-b,
M3-c et M3-d)

Le nombre de flèches de rabattement est normalement de trois. En agglomération il


peut être réduit à deux. Dans certains cas exceptionnels (routes sinueuses et vallonnées) il
peut être porté à quatre, voire à cinq.

Dans le cas de routes à deux voies, la première flèche est implantée à la distance L
en amont du point origine de la ligne continue.

Dans le cas d'un rétrécissement de chaussée ou d'une réduction du nombre de voies,


la première flèche est implantée à une distance L/2 en amont du point de référence constitué
par le début de la ligne oblique de raccordement (cela revient, pour le schéma M2-b, à
compter une longueur L à partir du point médian de la ligne oblique).

Les interdistances successives entre flèches sont, dans le sens de circulation,


décroissante, et indiquées dans le tableau ci-dessous. (Lorsque le nombre de flèches est égal à
trois, la troisième interdistance est la distance séparant la troisième flèche du début de la ligne
continue)
Première Deuxième Troisième
L
Interdistance Interdistance Interdistance
3 x 13m = 39 m 2 x 13m = 26 m 1 x 13m = 13m
6 x 13m = 78 m 3 x 13m = 39 m 2 x 13m = 26m 1 x13m = 13 m
9 x 13m = 117 m 4 x l3m = 52 m 3 x 13m = 39m 2 x 13m = 26 m
12 x 13m = 156 5 x 13m = 65 m 4 x 13m = 52m 3 x 13m = 39 m
15 x 13m = 195 6 x 13m =78 m 5 x 13m = 65m 4 x 13m = 52m
18 x 13m = 234 7 x 13m = 91 m 6 x 13m = 78m 5 x 13m = 65m
21 x 13 m = 273 8 x 13m=104 m 7 x 13m = 91m 6 x 13m =78m
m

C. Flèches de sélection

La présignalisation de sélection et la signalisation de position peuvent, dans certains


cas, être utilement complétées, notamment pour les carrefours urbains, par des flèches au sol
dites flèches de sélection affectant par préférence chacune des voies de la chaussée à une ou
plusieurs directions.

Ces flèches (Schéma M2-d) situées au milieu d'une voie signalent aux usagers,
notamment à proximité des intersections, qu'ils doivent suivre la direction indiquée (ou l'une
ou l'autre des directions indiquées s'il s'agit d'une flèche bifide).

Dans les intersections avec marquage de sélection par files, on utilise de préférence
la ligne discontinue de type T2 et de largeur 5 u pour délimiter les voies spécialisées « tourne
à droite » et « tourne à gauche ». Les voies directes sont en général délimitées par des
lignes discontinues de type T1 et de largeur 2 u. Elles peuvent exceptionnellement être
délimitées, à l’approche du carrefour, sur de courtes longueurs, par des lignes discontinues de
type T3 et de largeur 3 u. Ce marquage est complété par des flèches de sélection (au moins
deux par file) et par un panneau de présignalisation par file ou sur portique.

Le schéma M2-d représente les types de flèches de -sélection (le tourne à gauche se
déduit du tourne à droite par symétrie) qu'il convient d'adopter.
90

IV. - LIGNES OBLIQUES

−Pour le marquage des points singuliers des routes à trois voies (schéma M2-b) on
est conduit à tracer des lignes obliques continues de raccordement de deux à une voie
de circulation. La longueur de la ligne oblique est égale dans ce cas à L (longueur de
présignalisation)
−Pour le marquage d’un rétrécissement physique de chaussée de trois à deux voies
ou de quatre à trois voies (schémas M3-c et M3-d), la longueur de la ligne oblique est
égale à une distance Li qui sépare le point origine du point fin de la zone de
rétrécissement (pour la valeur de la distance d’intersection Li se référer aux normes en
vigueur concernant les conditions techniques d’aménagement des routes nationales).
Si la distance Li est inférieure à L, on adopte comme longueur de la ligne oblique la
distance L (à l'amont du point de fin de rétrécissement).
Ces lignes obliques continues sont précédées par une ligne continue de longueur
L/6 .
−Pour le marquage des ilots directionnels de carrefour, on est conduit à implanter
des lignes obliques de déport de circulation (sans qu’il y ait changement du nombre de
voies de circulation)
Lorsque le déport est d’une file de circulation, la longueur de raccordement (ligne
oblique) est égale à L .
Lorsque le déport correspond à n files de circulation, la longueur de raccordement
est égale à n L .

C’est ainsi que dans le cas de têtes d'îlots implantés symétriquement par rapport à
l'axe de la chaussée et correspondant à un déport d’une demi-file de circulation, la
longueur de la ligne oblique est égale à L/2.
Par contre, lorsque l'implantation des têtes d'îlots est dissymétrique, et correspond à
un déport effectif d'une file de circulation, la longueur de la ligne oblique est égale
à L.
Toutefois, les caractéristiques géométriques de certains carrefours n'autorisent pas
l’implantation d'une ligne oblique de longueur L. Dans ce cas l’inclinaison du biseau de
rabattement est augmentée sans toutefois dépasser la valeur du 1/30 et la ligne continue
est alors prolongée parallèlement à l'axe de la chaussée jusqu'à la longueur L.
Lorsque la ligne oblique présente une cassure importante par rapport à la ligne
longitudinale, on raccorde ces deux lignes par une courbe de rayon approprié. Le
rayon de la courbe de raccordement correspond alors sensiblement à celui adopté pour
les bords de la chaussée

Article 147: Principaux cas de marquage des points singuliers.

1- MARQUAGE DES POINTS SINGULIERS.


A. -Points singuliers des chaussées à deux voies (schéma M 3-a)

Le schéma M3-a (A) s'applique dans le cas d'un dos d'âne dont le profil en long
comporte un recouvrement des zones de visibilité au sommet. Le schémaM3-a(B) s'applique
91

dans le cas contraire. Les schémas M3a-C et M3a-D s'appliquent au cas d'un virage
sans visibilité suffisante à l'intérieur de la courbe, suivant qu'il y a ou non un
recouvrement des zones de visibilité.

Dans ces schémas, ∆ représente la distance minimale de visibilité définie à


l'article 146-II ci-dessus, et les points a, b, c, et d doivent résulter d'une construction
géométrique à faire dans chaque cas. Le point a (ou d), début de la zone de dépassement
interdit est le point où la distance de visibilité devient inférieure à ∆. Le point b (ou c)
fin de la zone de dépassement interdit est le point où la distance de visibilité devient
supérieure à ∆.

La ligne continue est toujours tracée dans l'axe géométrique de la chaussée.

Dans certains cas particuliers, il est à craindre que tous les véhicules de gabarit
réglementaire ne puissent pratiquement pas respecter la ligne continue en raison de
l'étroitesse de la chaussée ou de la disposition des lieux. On la remplace alors par une
ligne discontinue de type T3 de même largeur.

B. - Points singuliers des chaussées à trois voies (schémasM3-b)

Le schéma M3-b (E) s'applique au cas d'un dos d'âne dans lequel la zone sans
visibilité est longue.

Si cette zone est courte, et à fortiori si les zones de visibilité en sens inverse se
recouvrent, cela conduit à interdire le dépassement dans des zones où la visibilité est
suffisante. Si ces dernières zones ont un certain développement, on peut pour l'éviter:

− Soit utiliser les schémas M3-b (F) ou M3-b (G) qui peuvent convenir quand
il y a, à certaines heures, une forte proportion de véhicules à deux roues et que les
véhicules lents sont peu nombreux,

− Soit adopter le schéma M3-b (H)

Lorsqu'on a une visibilité insuffisante du fait d'un changement de pente, le


souci de réserver deux voies dans le sens de la montée conduit à adopter le schéma
M3-b (J) qui s'applique quelle que soit la position respective des points b et c ( la ligne
continue venant toujours jusqu'en b )

On remarque que le schéma M3-b-(H) est une combinaison de deux schémas


M3-b(J) en sens opposé.

Le schéma M3-b-(K) précise le marquage qu'il convient d'adopter pour un


dos d'âne au droit duquel la chaussée a été élargie à quatre voies de façon à ne pas
réduire la capacité de la route tout en assurant une sécurité maximale.

Il s'applique quelle que soit la disposition relative des points b et c (c'est à dire
qu'il y ait ou non recouvrement des zones de visibilité).

Les schémas M3-b-(M) d'une part, M3-b-(L) et M3-b- (N) d'autre part,
montrent deux conceptions possibles du marquage d'un virage à trois voies suivant que les
zones de visibilité insuffisante se recouvrent ou ne se recouvrent pas.
92

Dans les schémas M3-b-(M) et M3-b-(L) le marquage est symétrique et la


chaussée ne comporte dans la partie médiane que deux voies larges.

Le schéma M3-b-(N) est établi dans l'hypothèse où l'on se propose de


favoriser un sens de circulation auquel sont affectées deux des trois voies. Si la
route présente une déclivité marquée, le sens préférentiel est celui de la montée. En
palier, à défaut de raisons contraires, ce sens est ce lui pour lequel le virage se
présente vers la gauche, car la visibilité pendant le dépassement y est meilleure.

Le choix de l'un ou l'autre de ces types de marquage dépend, pour une large
part, des circonstances locales.

Pour l'application des schémas sur les chaussées de 9 mètres de largeur


utile, seule la ligne continue est imputée sur la largeur de la voie centrale, tandis que
les lignes accolées discontinues et l'intervalle les séparant des lignes continues sont
imputés sur les voies latérales.

Sur les chaussées de 10,50 mètres de largeur utile, toutes les lignes sont
imputées sur la largeur de la voie centrale.

C. - Rétrécissements de chaussée

Les schémas M 3-c représentent le passage de trois à deux voies.

Les schémas M 3-d représentent le passage de quatre à trois voies.

D. - Intersections

En ce qui concerne les intersections, il n'y a pas lieu en principe d'y tracer
de lignes longitudinales, sauf si elles présentent un danger particulier ou si l'on veut
guider certains usagers. Ces lignes, dites lignes de guidage, sont du type T'2 (cf.
article 144-1)

Mais il y a lieu de préciser que les lignes discontinues tracées sur la


chaussée à trois voies d'une route à grande circulation ne doivent pas en principe
être interrompues ni remplacées par une ligne continue (axiale ou non) aux
intersections, situées en rase campagne, de cette route avec des routes non classées à
grande circulation.

Par exception à ce principe, le schéma M3-e montre le parti qu'on peut tirer
de la signalisation horizontale pour faciliter la manœuvre "tourne-à-gauche'" à
l'intersection d'une route à trois voies avec une route non classée à grande
circulation mais d'un trafic notable. La ligne continue permet d'interdire les
dépassements dans le sens de la flèche et d'assurer la sécurité des véhicules venant
en sens inverse et se disposant à tourner à gauche.

Dans ce cas, la réduction du nombre des voies affectées à un sens doit


impérativement être signalée par des flèches de rabattement.

Pour le marquage des carrefours aménagés avec des ilots, voir l'article 147-
(paragraphe II).
93

E. - Passages à niveau non gardés équipés de demi-barrières à abaissement


automatique.

Sur la demande et aux frais de l'exploitant de la voie ferrée, une ligne continue
axiale peut éventuellement être tracée de part et d'autre de ces passages à niveau dans
les cas où la nature de la chaussée et sa largeur permettent un tel marquage.

Ces lignes doivent être annoncées par une ligne discontinue d'avertissement du
type T3. Cette dernière ligne est seule employée quand la largeur de la chaussée est
inférieure à 5 mètres et ne permet donc pas de réserver des voies de 2,50 mètres au
moins.

F. – Traverses

Dans les traverses, les dispositions doivent être adaptées dans chaque cas aux
mesures de police prises par l'autorité municipale.

On doit en particulier veiller à ne pas tracer de lignes continues sur les


chaussées où, le stationnement étant autorisé, les automobilistes circulant au droit des
véhicules à l'arrêt ou en stationnement seraient pratiquement dans l'obligation de
chevaucher ces lignes.

Inversement, on ne créera pas par marquage une voie destinée aux


dépassements s'il existe une interdiction de dépassement portée à la connaissance des
usagers par le signal C10.

II.-BORNES-REFUGES POUR PIETONS-ILOTS-

Lorsqu'il est nécessaire, notamment en raison de la largeur de la chaussée, de


séparer ou de délimiter les sens de circulation, il peut être fait emploi de refuges, d’îlots
ou de bornes. De même, à l'intersection de deux ou plusieurs routes, il peut être
opportun de réserver un ou plusieurs espaces interdits à la circulation, que les véhicules
doivent contourner; suivant les dimensions de l'intersection, ces espaces peuvent être
délimités par des marques sur chaussée, des bordures ou des bornes. A la limite, l’îlot
peut se réduire à une borne basse du type défini ci-après ou à un marquage au sol.

Ces refuges, îlots ou bornes sont normalement précédés par un marquage sur
chaussée.

A. – Bornes

Les bornes constituent des obstacles qu'il importe de bien mettre en évidence.
Dans les agglomérations, il est recommandé d’adopter soit le type "borne basse" d'une
hauteur maximale de 0,12 m susceptible d'être franchie le cas échéant, soit le type "borne
haute", d'une hauteur minimale de 1,60 m au-dessus de la chaussée, susceptible d'être
aperçue à travers le pare brise d'une voiture de tourisme, dans les zones où la visibilité est
bien dégagée. On peut aussi constituer des îlots directionnels avec un ensemble de bornes
du type "demi-haute" d'une hauteur d'environ 0,80 m. Il est nécessaire de rendre ces
bornes très visibles la nuit, soit par des feux fixes ou clignotants, soit par des dispositifs
réfléchissants très apparents, de couleur blanche, incorporés dans les ouvrages et fixés,
suivant la nature des bornes, à leur sommet, au ras du sol, ou sur toute la hauteur. On
emploie de préférence les bornes basses en dehors des agglomérations.
94

B. - Refuges pour piétons

Les refuges doivent empêcher les véhicules d'empiéter sur les zones abris
réservées aux piétons; ils sont délimités par des bordures hautes et sont de préférence de
niveau avec la chaussée au droit du passage pour piétons. Ils peuvent être complétés par
des bornes et sont rendus visibles la nuit.

C. - Ilots

Les ilots diviseurs ou directionnels, lorsqu'ils n'ont pas pour objet principal la
protection des piétons, ou lorsque la vitesse des véhicules qui les abordent est élevée,
notamment dans les zones rurales, seront de préférence délimités par des bordures
basses franchissables. En dehors des têtes d’îlots, on peut supprimer ces bordures et
assurer le guidage des véhicules par des lignes peintes sur la chaussée.

Les têtes d’îlots sont conçues de manière à indiquer clairement aux usagers de la
route la présence de ces îlots et la trajectoire à suivre. On peut utiliser à cet effet le
marquage sur la chaussée et les signaux de réglementation. Les surfaces de la chaussée
normalement inutilisées à l'approche dé l'îlot peuvent être couvertes par des bandes
blanches peintes sous forme de hachures. Il est essentiel que les têtes d'îlots soient
visibles de jour comme de nuit. Ce résultat peut être atteint en peignant les bordures
basses et en y incorporant des dispositifs réfléchissants. Chaque fois que cela est
possible, les têtes d'îlots sont éclairées de nuit. Les hachures de couleur blanche sont
inclinées à 2 (parallèlement à la rive) pour 1 (perpendiculairement à celle-ci); leur
largeur est de 0,50 mètre et leur espacement, mesuré perpendiculairement à leur
direction est de 1,35 mètre; ces dimensions peuvent être réduites homothétiquement
pour les petits ilots (cf. schémas M3-g)

L'inclinaison des hachures est telle qu'elle tend à ramener l'usager vers l'axe de la
voie de circulation qu'il emprunte. Aux points de convergence ou de divergence, elles
se présentent donc sous forme de chevrons convenablement orientés (pointe toujours
dirigée vers le conducteur). L'inclinaison 2 sur 1 des hachures est alors définie par
rapport à la bissectrice de l’angle.
Entre les lignes continues délimitant les bords des îlots et les hachures, on laisse
un espace non peint de largeur 2 u.
Dans les pointes d'îlots très effilées quand le dessin des chevrons n'est plus
discernable (espace disponible inférieur à 0,50 mètre) on peut les remplacer par une
peinture blanche uniforme.

Les schémas M3-f donnent des exemples d'aménagement de carrefours avec îlots.

III.- SUCCESSION DE POINTS SINGULIERS

L'expérience montre qu'il peut arriver que certains points singuliers se succèdent
et soient rapprochés de telle façon qu'on éprouve des difficultés à appliquer les
dispositions qui précèdent. Dans certaines combinaisons de sinuosités ou de déclivités,
et lorsque le trafic est particulièrement chargé en véhicules lents ou, de façon générale,
dans les fortes rampes, l'hétérogénéité du trafic fait qu'il peut être dangereux de
chercher à dépasser un véhicule roulant à 70 ou 80 kilomètres/heure alors que le
dépassement d'un tracteur agricole ou d'un camion très lent, ne demandant que quelques
secondes, est sans aucun danger.
95

En pareil cas, il peut arriver que, même en réduisant sensiblement la valeur


de ∆, des lignes continues se soudent, ou ne laissent subsister que des intervalles
insuffisants pour entreprendre un dépassement qui serait sans danger dans la majorité
des cas créant ainsi une gêne intolérable si elles doivent régner sur une grande
longueur.

S'il apparait qu’un compromis acceptable ne peut être trouvé entre les
exigences de la sécurité (valeur minimale de ∆) et celles du débit de la route
(longueur des tronçons marqués par une ligne discontinue), on trace une ligne
discontinue du type T3.

Article 148: Marques transversales.


A. - Ligne « STOP » (schemas M 4-a)

La ligne transversale continue, dite ligne « STOP », éventuellement tracée à


certaines intersections, à la limite où les conducteurs doivent marquer un temps d'arrêt
aux intersections désignées par application de l’article R 29 du code de la route, a une
largeur égale à l0 u et s'étend sur toute la largeur des voies affectées à la circulation
des véhicules qui doivent marquer l'arrêt.
Cette ligne n’est pas forcément dans le prolongement des bordures. Elle doit
être choisie de façon que les véhicules à l'arrêt aient la meilleure visibilité possible du
trafic sans gêner en aucune façon ce dernier.
Elle peut opportunément, sur les routes à double sens de circulation, être
complétée, sur une vingtaine de mètres avant l’intersection, par une ligne longitudinale
continue pour séparer les deux sens de la circulation.
Pour les conditions d’emploi de cette ligne, se référer à l’article 43 (paragraphe
IV, alinéa 2)
B. - Ligne "CEDEZ LE PASSAGE" (cf. schémas M 4-b)

La ligne transversale discontinue, dite ligne "Cédez le passage", éventuellement


tracée à la limite où les conducteurs doivent céder le passage aux intersections désignées
par application des articles R 28 et R 28 bis du code de la route, est du type T2 et de
largeur 5 u.
Elle s'étend sur toute la largeur de la chaussée et marque la limite de la
chaussée prioritaire.
Pour les conditions d'emploi de cette ligne se référer à l'article 43 (paragraphe
IV, alinéa 2)
C. - Ligne d'effet des signaux (schémas M 4-c)

La ligne transversale dite "ligne d'effet des signaux" qui peut être tracée à
certains carrefours, s'il n'y a pas de passage réservé aux piétons, pour indiquer l'endroit
où les véhicules doivent éventuellement s'arrêter lorsque l'arrêt ne doit pas se faire au
droit des feux ou de la ligne des bordures, est discontinue de type T'2 et de largeur 3 u .

Elle ne s'étend, comme la ligne STOP, que sur les voies affectées à la
circulation des véhicules auxquels s'adressent les signaux lumineux tricolores, les
commandements des agents de la circulation ou les signaux lumineux des passages à
niveau non munis de barrières où de demi-barrières.
96

Cette ligne n'est tracée que dans les cas prévus ci-dessus.

Article 149 : Passage pour piétons. (Schémas M5-a)

Il est nécessaire de marquer par une signalisation horizontale, et


éventuellement verticale, les passages que les piétons sont tenus d'emprunter lors de la
traversée des chaussées, en vertu dé l'article R 212 du code de la route.

Cette signalisation devant être plus ou moins développée selon la situation du


passage il convient de distinguer trois cas principaux.

1°- Passages associés à des signaux lumineux tricolores.

A de tels passages, la signalisation peut à la rigueur se limiter à des lignes de


plots ou des lignes de peinture blanche discontinues non réflectorisées de 3 u de
largeur, de type T’2. Il est toutefois conseillé d'avoir recours à une signalisation
analogue à celle des cas suivants.

2°- Passage sans signaux lumineux tricolores.

De tels passages doivent être rendus d'autant plus visibles, que les piétons ne
traversent pas sous la protection d'un signal lumineux au rouge et que les conducteurs
les abordent souvent à une vitesse élevée. Dans ce cas, il est recommandé de remplacer
les lignes délimitant l'emplacement de la traversée par des bandes horizontales
rectangulaires blanches parallèles à l'axe de la chaussée d'une longueur au moins égale
à 2,50 mètres si la vitesse des véhicules n'excède pas 60 km/h et à 4 mètres dans le cas
contraire. Leur largeur est de 0,50 mètre, et leur distance de 0,50 à 0,80 mètre.

Lorsque les chaussées qui se coupent sont biaises et qu'en raison des
circonstances locales, il est jugé utile de tracer également les passages biais, les
marques ont la forme de parallélogrammes dont les côtés sont respectivement parallèles
aux axes de la chaussée traversée et du passage pour piétons.

3°- Passages situés hors agglomération ou dans les zones suburbaines permettant une
vitesse élevée.

A de tels passages, il est recommandé de réaliser la signalisation horizontale


décrite au paragraphe précédent avec de la peinture réflectorisée et, lorsque cela ne
présente pas de difficultés insurmontables, d'éclairer la chaussée et ses abords
immédiats et de poser des signaux lumineux tricolores annoncés par des panneaux
A16.

Lorsqu'ils ne sont pas équipés de signaux lumineux tricolores, ces passages sont
annoncés aux conducteurs par des panneaux A1l.
Ce dispositif ne doit être réalisé que sur avis conforme du service de voirie
compétent.
..
Article 149.1: Traversée des chaussées par les pistes cyclables. (Schémas M5-b)

La traversée d'une voie ouverte à la circulation publique par une piste ou bande
cyclable est signalée au sol par deux lignes discontinues formées de carrés blancs de
0,50 mètre de côté séparés par des intervalles- de 0,50 à 0,80 mètre.
97

La largeur totale de la traversée (marquage inclus) est au moins égale à 1,80


mètre pour les pistes à sens unique et à 3 mètres pour les pistes à double sens.

Pour les traversées biaises, les marques ont la forme de parallélogrammes dont
les côtés sont respectivement parallèles aux axes de la route et de la piste.

La traversée est annoncée aux usagers de la chaussée principale par un signal A13.

Article 149.2: Marquages relatifs au stationnement (cf. schémas M5-c)

1°- Zones de stationnement autorisé

Dans le cas où les limites de stationnement sont matérialisées, ces limites sont
réalisées par des lignes de peinture blanche de 2 u de largeur, continues (pour les
rangements en épis) ou discontinues du type T’2 pour les limites franchissables.

En « zone bleue » on peut utiliser la couleur bleue.

2°- Interdiction ou réglementation du stationnement.

Cette interdiction peut être indiquée ou confirmée par le marquage sur la face
supérieure de la bordure du trottoir d'une ligne discontinue du type T’2 et de largeur 2
u, Les traits sont rouge et les intervalles blancs.

Article 149-3: Emplacements d'arrêt d'autobus-ligne zigzag (schéma M5-d)

Pour marquer l'emplacement d'un arrêt d'autobus, on peut utiliser la ligne zigzag.

Cette ligne signifie qu'il est interdit de stationner ou de s'arrêter sur toute la
zone marquée pendant la période où circulent les autobus.

Cette ligne est continue de largeur 2 u et de couleur blanche.

Article 149-4: Postes distributeurs de carburants (schémas M5-e)

Il est rappelé que les postes de distribution de carburants ne peuvent être installés
sur les voies publiques ou en bordure de celles-ci que conformément à la
réglementation en vigueur, notamment en matière d'autorisation de voirie.

Les dispositions, prévues par ces règlements, relatives à l'implantation des


appareils distributeurs de carburants et à la disposition des accès, sont complétées par
des marquages.
Lorsque le service de voirie compétent le juge nécessaire, on traite les accès des
distributeurs sur domaine privé (station-service) en appliquant les règles prévues pour
les voies d'accélération, de décélération, ainsi que pour les approches de têtes d'îlots.
En particulier, aux entrées et sorties des pistes d'accès, la limite de chaussée est
matérialisée par une ligne discontinue de type T2 et de largeur 5 u, les surfaces de
chaussée, normalement inutilisées à l'approche de l’îlot, sont traitées avec des hachures
(cf. article 147-II-G) délimitées par une ligne continue prolongée, devant l'îlot,
98

en limite de chaussée, sur la longueur nécessaire pour éviter toute manœuvre


dangereuse (notamment entrées ou sorties en tourne à gauche).

Dans tous les cas, la tête d'îlot du côté de l’entrée du poste doit être délimitée
par des dispositifs réfléchissants rouges suffisamment rapprochés pour que le contour
de la tête d'îlot soit nettement perceptible. Cette tête peut en outre être dessinée par une
rampe lumineuse non éblouissante de couleur jaune.
De part et d’autre de la limite des accès, la rive de la chaussée est matérialisée
par une ligne discontinue T'3 sur 50 mètres de longueur. Une ligne continue est tracée
au droit de l’ilot entre les accès.
Enfin, les voies de circulation doivent être matérialisées au droit de la station et
sur une longueur de 50 mètres au moins de part et d’autre des limites extrêmes des
accès par une ligne soit continue, soit discontinue, soit jumelée, suivant qu'il est jugé
possible, à l'emplacement considéré, de permettre le dépassement des véhicules ou la
traversée de la chaussée, de l'interdire ou de ne l'admettre que dans un sens de
circulation.

L'installation, l'entretien et la dépose en fin de, permission de l'ensemble de


cette signalisation sont à la charge du permissionnaire, ce qui doit être précisé dans
l'arrêté d'autorisation.
Article 149-5: Balisage d'obstacles.

Il est recommandé, pour baliser les obstacles engageant le gabarit ou peu distants
de celui-ci, de les marquer par des bandes alternées bleu foncé (ou noir) et blanc ou par
de la peinture blanche réflectorisée. De plus, il est conseillé de disposer en avant de
l’obstacle une série de dispositifs réfléchissants blancs sur une longueur convenable.
Le cas d'un obstacle ponctuel isolé est traité à l'article 144-2.
Article 149-6: Inscriptions sur chaussée.

Les inscriptions sur chaussée peuvent fournir aux usagers des indications utiles.
Cependant, elles ne sauraient être utilisées que comme complément d'une
signalisation verticale. En effet, ces inscriptions peuvent n'être que peu ou pas visibles
si elles sont plus ou moins effacées par le trafic, la boue, la neige, etc.
Les caractères des inscriptions sont fortement dilatés dans le sens longitudinal
pour tenir compte de l'incidence sous laquelle ils sont vus.
A titre d'indication on peut adopter un rapport de trois pour les vitesses ne
dépassant pas 60 km/h et de six au-dessus.

On doit n'employer que des mots courts et si possible, compris par tous les
usagers (par exemple Bus, Stop, etc.).
Si l'on est obligé de porter l'inscription sur plusieurs lignes, on n'oubliera pas que
celles-ci sont lues dans le sens de progression des véhicules.
Par exemple, Autoroute s'écrira
Route
Auto.
99

La couleur utilisée pour les inscriptions est le blanc.

Un exemple d'une telle inscription est donné par le schéma M5-f.

Article 149-7: Marquage des chaussées par les tiers.

Conformément aux prescriptions de l'article 15 de la présente instruction,


l'apposition de marques sur chaussée par des tiers est interdite.

Les administrations chargées des services de voirie seront en droit d'engager


des poursuites contre tous ceux qui, sans autorisations de ces administrations, auront,
par quelque procédé que ce soit, effectué des inscriptions, tracé des signes ou dessins
sur la chaussée d'une voie publique ou sur ses dépendances. Si ces inscriptions sont
indélébiles, il y a dégradation d'ouvrage public.

Toutefois, des autorisations spéciales et essentiellement temporaires pourront


être délivrées à titre exceptionnel (notamment à l'occasion de grandes manifestations
sportives) par le service de voirie compétent. L'autorisation administrative, lorsqu'elle
est sollicitée, peut être accordée sous les réserves suivantes:

− Les marques seront de couleur jaune (à titre transitoire, quand le marquage


normal de la route à proximité est encore de couleur jaune, on utilisera la
couleur blanche).

− Ces marques devront avoir disparu soit naturellement, soit par les soins
des utilisateurs, au plus tard vingt-quatre heures après le passage de la
course

Les organisateurs ou sociétés qui ne respecteraient pas ces prescriptions


pourraient, indépendamment des sanctions pénales encourues, se voir refuser à
l'avenir toute autorisation de l'espèce.
100

CHAPITRE III

SIGNALISATION TEMPORAIRE

Article 150 : Introduction.

Conformément aux prescriptions de l'article 10 de l'arrêté interministériel du 15


juillet 1974 les dispositions particulières concernant la signalisation temporaire des routes
sont fixées dans une circulaire d’application sur la signalisation temporaire des routes établie
en complément de la présente instruction.

Article 151 : Règles générales.

La signalisation temporaire sert à signaler les obstacles ou dangers dont l'existence


est elle-même temporaire : inondations, boue sur chaussée, projection de gravillon, chantiers
divers, détournements de circulation, etc.

En particulier, les chantiers, quelque faible que soit leur importance, constituent un
danger particulièrement important pour la circulation routière.

Leur présence sur une route, même à l'intérieur d'une agglomération, nécessite donc
l'emploi d’une signalisation spéciale.

La signalisation des chantiers routiers doit être considérée comme un facteur


essentiel de sécurité tant pour les usagers que pour le personnel du chantier.

Par ailleurs, une mauvaise signalisation engage, en cas d'accident, la responsabilité


civile de l'administration et peut engager, le cas échéant, la responsabilité pénale de l'agent
responsable ou de l'entreprise.

Tout doit donc être mis en œuvre pour mettre en place une signalisation efficace,
c’est-à-dire bien visible, claire et compréhensible. Le choix et l'implantation des signaux sont
en particulier déterminés pour répondre à cet impératif.

La signalisation temporaire n'a sa pleine efficacité que si les conducteurs ont la


certitude que le danger annoncé existe réellement. Il y a donc lieu de veiller avec soin à ce
qu'elle soit enlevée aussitôt qu'ont disparu les motifs ayant conduit à l’implanter (principe de
valorisation). Pendant les arrêts de travail (midi, nuit, fin de semaine jour férié), la
signalisation doit être retirée ou allégée chaque fois que la nature des travaux le permet, il faut
s'efforcer en particulier de restituer à la circulation les voies qui ne sont pas directement
intéressées par les travaux; il faut également supprimer la limitation de vitesse ou imposer une
limitation moins restrictive.

Par ailleurs, pour assurer l'efficacité de la signalisation temporaire, il faut :

− éviter les associations de signaux, seule l'association de deux signaux de même


forme étant tolérée ;
101

− espacer, hors agglomération, deux signaux ou deux groupes de deux


signaux successifs d’au moins 50 mètres sur route ordinaire et 100 mètres sur route
importante,

En règle générale, la nature d'un danger temporaire est mentionnée en


présignalisation ou en signalisation avancée (au moyen d'un signal de danger) plutôt
qu'en signalisation de position ou qu'en signalisation avancée complémentaire (signal
J13),

En principe, il n'y a pas lieu de prévoir l'éclairage des signaux la nuit.


Cependant, quelques signaux peuvent être éclairés, de préférence lorsque le chantier
est gardé :

− pour les travaux de longue durée, sur route importante ;


− en zone d'éclairage public,

Sur les routes importantes, tous les signaux doivent être réflectorisés lorsqu' ils
restent en place la nuit.

Article 151 -1 : Dimension des signaux.

1°- Routes ordinaires:

Sur route ordinaire, les dimensions des signaux sont les suivantes.

− 0,70 m pour le diamètre des signaux circulaires


− 1 m pour le côté des signaux triangulaires,

Les dimensions des signaux J6a, 16b, J7, J8 sont:

− 0,15 m pour 1’inscription du signal J6a ou J6b ;


− 1 m environ pour le côté du signal J7 ou J8.

Le signal J9 a le plus souvent 0,50 m de hauteur, Toutefois ses dimensions, et


notamment sa longueur, sont variables. Les chevrons ont des angles de 45° et leur
largeur est égale à la moitié de la hauteur de la barrière.

2°- Routes importantes:

Sur routes importantes les dimensions des signaux sont les mêmes que sur
routes ordinaires sauf pour les signaux A15 qui ont 1,25 m ou exceptionnellement l,50
m de côté.

Les dimensions des signaux J6a, J6b, J7 et J8 sont caractérisées par:

− 0,20 m pour les inscriptions du signal J6a ou J6b,


− 2 rn environ pour le coté du signal J7 ou J8.

Le signal J9 a le plus souvent 0,70 m de hauteur,


102

3°- Signaux de dimensions réduites :

L’usage des signaux à dimensions réduites doit être réservé aux zones urbaines
ou aux routes dont les caractéristiques l’imposent.

Article 151 - 2 : Présignalisation.

Sur route importante, les travaux entraînant un rétrécissement de chaussée ou


un détournement de circulation doivent être présignalés.

Dans le cas de travaux ou d'un obstacle temporaire réduisant la capacité de la


voie, le signal A15 ou A20 est implanté à 300 m, ou 400 m du chantier suivant
l'importance de la route et du rétrécissement. Un panneau additionnel de même
longueur que le côte du signal A15 ou A20 précise, en lettres bleues sur fond crème, ces
distances (modèle G1).

Article 152 : Signalisation avancée.

Lorsque ces travaux ou cet obstacle barrent la route, un signal J8, situé à 400 m
de l’origine de la déviation, présignale le détournement de circulation.

La notion de chantier doit être entendue au sens le plus large; elle comprend les
chantiers et obstacles fixes sur la chaussée (excavation, dépôt de matériaux, etc.) et les
chantiers mobiles constitués par un ou plusieurs engins, accompagnés ou non
d’ouvriers, et occupés à des travaux d'entretien, de grosses réparations ou
d’aménagement.

Sur les routes importantes, ces chantiers mobiles ne constituent pas un danger
moindre que les obstacles fixes, du fait, en particulier, de leur vitesse de déplacement
généralement très faible par rapport à celle des véhicules qui s'en approchent. La
signalisation des chantiers mobiles sur route importante doit donc, en principe, être
voisine de celle du chantier fixe correspondant.

1°- Cas général: Chantiers ou obstacles temporaires sur route importante sans diminution
de capacité de la voie ni déviation de circulation, ou sur route ordinaire.

La signalisation avancée est constituée par:

− un ou plusieurs signaux A15, qui incitent les usagers à une vigilance spéciale
dans le cas des chantiers, ou bien, un ou plusieurs signaux A20 de danger, mentionnant,
sur un panneau additionnel G4, la nature du danger, dans le cas d'un obstacle
temporaire;

− le cas échéant, un signal J3 portant la mention « goudronnage », « sortie de


chantier » ou « circulation alternée », etc.;

− un ou plusieurs signaux C11a dans les conditions précisées à l'article 153.


103

Lorsqu’un chantier empiète sur la chaussée, sans diminuer le nombre de files de


véhicules pouvant normalement se croiser ou se dépasser (nombre égal au nombre de
voies lorsque celles-ci sont matérialisées), le panneau de signalisation avancée A15, ou
d’une manière plus générale, le panneau de signalisation avancée d'avertissement de
danger d'un obstacle en bordure du chaussée ,ou bien encore le signal J8 de
présignalisation de détournement de circulation, peut être muni de deux feux jaunes
clignotants non synchronises , disposés aux deux sommets inférieurs du triangle ou du
rectangle.

Lorsqu'un chantier empiète sur la chaussée en diminuant le nombre de files de


véhicules pouvant normalement se croiser ou se dépasser, le panneau de signalisation
avancée A15 ou d'une manière plus générale, le panneau de signalisation avancée
d’avertissement de danger d'un obstacle à la circulation peut être muni de trois feux
jaunes clignotants synchronisés, aux sommets du triangle.

Lorsque le chantier ou l'obstacle reste en place la nuit, les mesures précédentes sont
obligatoires.

Ces feux doivent être homologués.


2°- Routes glissantes.

La signalisation des sections de routes devenues glissantes se fait au moyen d’un


panneau additionnel rectangulaire placé au-dessous du signal triangulaire A8 et portant
une inscription telle que: « BOUE » (modèle G4 ).
Ces indications sont, le cas échéant, suivies de la mention « Sur X…Km » ou "Sur X
….m».
3°- Signalisation avancée faisant suite à une présignalisation (chantier ou obstacle
temporaire sur route importante avec diminution de capacité ou déviation de circulation).

Outre une signalisation de règlementation (limitation de vitesse ou interdiction de


dépasser) la signalisation avancée d'un chantier ou obstacle temporaire important avec
présignalisation A15, A20 ou J8 peut comporter:
− un ou plusieurs signaux A4 de rétrécissement de chaussée, avec mention de
distance à l’origine du rétrécissement sur panneau additionnel modèle G1

− un ou plusieurs signaux A1a ou A1b de virage, dans le cas d'une déviation de


circulation faisant suite à une longue ligne droite;

− un ou plusieurs signaux A16, dans le cas où une signalisation lumineuse a été


mise en place
− un ou plusieurs signaux J3 portant sur fond jaune, la mention bilingue
« CIRCULATION ALTERNEE » en lettres bleu foncé d’une hauteur de 0,15 m ou
exceptionnellement de 0,20 rn,
Les panneaux de signalisation avancée sont implantés en respectant les règles
générales d'espacement entre deux signaux successifs et de limitation du nombre de
signaux associés, L'efficacité d'un dispositif de signalisation diminue lorsque le nombre
de signaux dépasse un certain seuil, et l'on veillera à ne pas développer outre mesure la
signalisation avancée lorsqu'une présignalisation existe.
104

Dans le cas d'un détournement de circulation, l'un des signaux avancés peut, être
muni de deux feux jaunes clignotants non synchronisés et, dans le cas d'un
rétrécissement de trois feux jaunes clignotants disposés en triangle et synchronisés.

Article 153 : signalisation de position.

La signalisation de position à mettre, en place dépend du genre de travail


effectué, de l'encombrement de la chaussée et de l'intensité de la circulation.

Il a été observé, dans certains cas, des accidents fréquents et graves sur des
chantiers dont le peu d’importance n’attire pas de loin l’attention des usagers de la
route, surtout sur les sections de route permettant de circuler à vitesse élevée.

En fonction de cette remarque, la signalisation de position peut être constituée:

− dans les cas où une signalisation réduite suffit, par une barrière légère J1.

− dans les cas justifiant une signalisation plus importante, par une barrière J2 ou
J2bis.

Sur les chantiers très longs, on peut être amené à répéter ces signaux. Il faut
alors veiller à ce que les signaux intermédiaires ne portent pas au revers l'inscription
« fin de chantier ».

L'origine et l'extrémité de tout chantier maintenu pendant la nuit doivent être


signalées dès la chute du jour, et pendant toute la durée de l’obscurité, par des feux
jaunes fixes, ayant une alimentation séparée, et mis autant que possible à l'abri du vol
ou du renversement fortuit. Ces feux doivent être homologués.

Les barrières J2 et J2bis sont réflectorisées et munies de catadioptres.

Le bord des obstacles que peut présenter un chantier (excavations, tas de


déblais ou de matériaux; etc. ) doit être balisé au moyen, soit de piquets de chantiers
conformes au type J4 comportant sur chaque face une barrette verticale réflectorisée
sur toute sa surface ou munie de trois dispositifs réfléchissants ; rouge ,blanc ,rouge de
90 mm de diamètre, soit de balises J4a, soit encore, mais à titre de palliatif, des fûts
métalliques peints en rouge et blanc ,et munis de dispositifs réflectorisés placés dans
les parties de couleur correspondante de ces fûts.

Sur route importante, de façon à faciliter les manœuvres des usagers et à éviter,
qu’une voie ne soit retirée trop brutalement à la circulation, les rétrécissements de
chaussées sont introduits par des biseaux matérialisés sur la chaussée.

La pente de ces biseaux est égale, hors agglomérations, à ce qu'elle est en


signalisation horizontale, (pente maximale égale à 1/30). Une voie est ainsi occultée
en 100 m environ. (cf. Article 146.§IV)
105

La matérialisation est effectuée au moyen de piquets ou balises accompagnés


de trois ou quatre signaux D2 augmentant à grande distance la visibilité du biseau.

Lorsque deux voies sont retirées à la circulation, le rétrécissement de chaussée


est introduit par deux biseaux de 100 mètres de longueur chacun, séparés par un
alignement droit (matérialisé par des piquets ou balises) également de 100 mètres de
longueur.

Dans les zones d'un éclairage public, il n'y a pas lieu d'atténuer les mesures de
signalisation prescrites ci-dessus, mais au contraire de s'assurer que le chantier est
bien visible. Au cas où celui-ci serait situé entre deux foyers lumineux, il pourrait y
avoir lieu de mettre en place un éclairage complémentaire destiné à accroître la
visibilité du chantier.

Il convient, en outre, d'assurer un jalonnement des limites du chantier par des


feux jaunes suffisamment reprochés pour que l'usager n'ait pas l'impression qu'il
puisse passer entre deux d'entre eux (par exemple, l,50 m dans la partie frontale et 10
m dans la partie longitudinale ).

Enfin, de façon générale, de jour comme de nuit, la signalisation de position


doit être répétée à chaque accès des voies affluentes.

Sur les sections de routes recouvertes par une inondation, on place, à


proximité immédiate de la submersion, un barrage du type J2 ou J2bis. Celui-ci
s'étend sur toute la largeur de, la chaussée si la circulation est interrompue, sur la
demi-largeur de droite si la circulation peut être admise.

Article 154 : Réglementation générale de la vitesse au droit des chantiers.

1°- Type du signal:

La limitation de vitesse, unique pour tout type de véhicule, est imposée au


moyen d'un signal C11a.

2°- Limitation finale

La limitation finale doit être prise égale à : 60 km/ h,

Seule la présence d'ouvriers travaillant trop près d'une voie de circulation peut
justifier une limitation finale inférieure à 60 km/h, mais-uniquement dans la zone
dangereuse. Dans ces cas exceptionnels, la vitesse ne sera pas limitée à moins de 30
km/h.

Une chaussée dangereuse pour l'usager (chaussée déformée ou glissante) ne


doit pas être signalée au moyen d’une limitation de vitesse inférieure à 60 km/ h ,
mais au moyen du signal de danger correspondant.

3°- Place du signal C11a : association avec d'autres signaux:

Il n'y a aucun intérêt à ce que le signal C11a soit associé au signal A15, en
particulier sur les chantiers où une présignalisation importante s'impose.
106

Le signal C11a doit être mis près du chantier, de façon à ne limiter la vitesse
qu’en zone effective de travaux. L'usager accepte ainsi plus facilement d’être soumis à
une limitation de vitesse. Le premier signal de limitation de vitesse rencontré par
l'usager ne doit pas être à plus de 300 m de l'obstacle.

Le premier signal de limitation de vitesse vu par l'usager doit être implanté


après le ou les signaux de présignalisation de danger ou de détournement de
circulation ou après la signalisation avancée.

Les signaux C10a et C11a forment un ensemble très visible, qui ne peut
échapper à l'usager; de ce fait, on peut recommander leur association sur un même
support.

4°- Limitation dégressive :

Dans certains cas, et pour éviter les coups de freins brutaux, il est
indispensable d'introduire de façon dégressive la limitation, sous forme de signaux
C11a indiquant 100, 80 et 60, ou plus simplement 80 et 60.

5°- Autorités compétentes en matière de limitation de vitesse au droit des chantiers:

Sans préjudice des pouvoirs conférés à l'Assemblée populaire Communale, un


arrêté de la Wilaya fixe les vitesses limites à respecter au droit des chantiers.

Sous cette même réserve quant aux travaux effectués à l'intérieur des
agglomérations, c'est à l'ingénieur subdivisionnaire en ce qui concerne les routes
nationales et les chemins de wilayate, et à l'autorité responsable des travaux en ce qui
concerne les autres voies, qu'il appartient de proposer l’arrêté de limitation de vitesse
applicable à un chantier donné de façon qu'un tel signal puisse être apposé, étant
entendu que, pour éviter des ralentissements inutiles de la circulation, on ne doit
recourir à cette mesure que si les circonstances l'exigent.

Article 155 : signalisation des déviations de circulation.

Les déviations de circulation peuvent être rendues indispensables, soit par une
coupure fortuite de la route (inondation, éboulement, etc.), soit par l'exécution de
travaux sur celle-ci.

La signalisation particulière suivante doit être mise en place.

1°- Présignalisation et signalisation avancée:

La présignalisation des déviations de circulation est réalisée à l'aide du signal J8.

Les distances d'implantation de ces signaux sont de 150 m sur route ordinaire, et
400 m sur route ·importante pour le signal J8.

La signalisation avancée est établie conformément aux règles des articles 152 et 154.
107

2°- Signalisation de position:

Un ou plusieurs signaux réflectorisés J9 constituent la signalisation de position


des déviations de circulation.

3°- Balisage lumineux:

Les barrages (constitués par des barrières J9) signalant les déviations de
circulation peuvent être munis de deux feux jaunes clignotant non synchronisés.

4°- Flèches de jalonnement :

Les flèches de jalonnement seront généralement du type J6a portant la seule


mention « Déviation », sauf :

− à l'origine d'une déviation, où une flèche J6b surmonte la flèche J6a ;

− lorsque l'itinéraire de déviation se sépare en plusieurs routes à destinations


différentes, où des flèches J6a et J6b peuvent être en outre utilisées aux intersections en
cause,

5°- Présignalisation de certains carrefours:

Sur l'itinéraire de déviation, les principaux carrefours peuvent être présignalisés


à l'aide de signaux J7.

Article 156 : Chantiers spéciaux.

Certains chantiers exceptionnels constituent un danger particulièrement grave


pour la circulation routière, ainsi que pour le personnel appelé à y travailler (par
exemple: réparation d'éboulements, de murs de soutènement, de talus de déblais,
exhaussements ou abaissements de chaussées, consolidation ou reconstruction
d'ouvrages sous chaussée).

La signalisation réglementaire de ces chantiers peut être, dans ce cas, complétée


par une signalisation spéciale indiquant aux conducteurs les précautions particulières à
observer (vitesse appropriée, espacement des véhicules, sens de circulation alternés,
etc.,)

1°- Chantiers mobiles:

Les chantiers de sablage, de dessablage ou de déneigement, d'entretien ou de


réparation de la chaussée, constitués par un ou plusieurs engins sont signalés vers
l'arrière (et vers l'avant, si l'engin apporte une gêne à l'autre sens de circulation) au
moyen d'un ensemble de trois feux jaunes clignotants, synchronisés, visibles à grande
distance, disposés aux sommets d'un triangle équilatéral, pointe vers le haut, de côté
compris entre 0,50 m et 2 m selon l'importance de la route et l'importance de la gêne
apportée à la circulation.

Ces feux peuvent être situés aux sommets du signal A15 de présignalisation d'un
chantier mobile.
108

2°- Réglementation de la circulation:

La réglementation particulière de la circulation aux abords et au droit d'un


chantier doit faire l'objet d'un arrêté de Wilaya affiché aux deux extrémités du
chantier.

La circulation alternée au droit d'un chantier peut être réglée par feux
tricolores ou manuellement, deux ouvriers manœuvrant un piquet mobile J10 à
chaque extrémité du chantier. Ceux-ci présentent aux usagers, l'un la face verte,
l'autre le signal Cl. Les usagers voyant la face verte avancent jusqu'à ce que la face Cl
leur soit montrée. La dernière voiture ayant libéré la zone à sens unique, l'autre
ouvrier, peut alors retourner son piquet et montrer la face verte aux usagers de l'autre
sens de circulation, leur permettant à leur tour de franchir la zone des travaux.

La décision autorisant que la circulation soit ainsi réglée sur un chantier est
prise par arrêté de la wilaya ou de l'Assemblée populaire Communale, précisant les
jours et heures d'utilisation.

Dans les cas suivants, la circulation alternée ne doit pas être réglée au moyen
de piquets J10, mais l'aide de feux tricolores;

− mauvaise visibilité (due aux conditions atmosphériques ou aux caractéristiques


du tracé)
− chantier de longue durée;
− chantier devant rester en place de nuit, même si les ouvriers n'y travaillent plus;
− route telle que les véhicules peuvent circuler à grande vitesse avant d'aborder
le chantier.

3°- Chantiers urbains:

En agglomération, la vitesse est limitée le plus souvent à 60km/h (parfois


80km/h), par exemple sur une voie à caractéristiques autoroutières ou sur une route
importante traversant une petite localité sans réduction de ses caractéristiques
géométriques).

Les principes généraux de la signalisation des chantiers s'appliquent en zone


urbaine, mais du fait de la limitation de vitesse, des mesures d'allègement du
dispositif prévu sur route peuvent être prises :

− disparition des signaux de limitation de vitesse et de fin de limitation de vitesse;

− réduction des distances entre signaux, ou entre signaux de présignalisation et


chantier , sans toutefois que ces distances puissent être inférieures à 30 m ; sauf
lorsque les circonstances imposent une distance plus faible (exemple: chantier situé à
proximité d'un carrefour );
109

− suppression des signaux de répétition.

Par contre, les chantiers urbains doivent être munis d'un dispositif d'éclairage
particulièrement en zone où le niveau de l'éclairage public est nul ou faible, de façon à
être visibles à une distance au moins égale à 100 mètres.

Ainsi, et sous réserve de ces modifications, la signalisation de la voirie


ordinaire est semblable à celle des routes ordinaires, celle des rues, avenues ou
boulevards de grande longueur, à celle des routes importantes, et celle des voies à
caractéristiques autoroutières, à celle des autoroutes.

Fait à Alger, le 15 juillet 1974.

Le Ministre de l'Intérieur Le Ministre d'Etat chargé des Transports

Rabah BITAT

Le Ministre des Travaux Publics


et de la Construction

Abdelkader ZAIBEK
Signalisation
Routière
annexes A à M

Arrêté et Instruction Interministériels du 15 juillet 1974


TABLE DES MATIERES
Annexe A : Signaux d'avertissement de danger
Annexe B : Signaux de priorité
Annexe C : Signaux d'interdiction ou de restriction
Annexe D : Signaux d'obligation
Annexe E : Signaux d'indentification des routes
− Signaux de présignalisation de direction
− Signaux de direction
− Signaux de localisation
− Signaux de confirmation
− Autres Signaux donnant des indications utiles pour la conduite des véhicules
Annexe F : Signaux indiquant des installations qui peuvent être utiles aux usagers de la
route.
Annexe G : Panneaux additionnels
Annexe H : Signalisation de position de dangers particuliers
Annexe J : Signalisation temporaire
Annexe K : Bornes
Annexe L : Caractères
− L0 : Caractères arabes
− L1 : Caractère latins larges
− L2 : Caractère latins normaux
− L3 : Caractère latins réduits
− L4 : Caractère latins cursifs
− Dimensions des signaux de direction et de localisation
Annexe M :
− M1 : Marques longitudinales
− M2 : Schémas de presignalisation
− M3 : Principaux cas de marquage des points singuliers
− M4 : Marques transversales
− M5 : Autres marque
annexes A à K

SIGNAUX

Les planches ci-après représentent les modèles normaux de signaux à


l'échelle du 1/20.

Les cotes des signaux de plus grand ou de plus petit modèle seront
augmentées ou réduites proportionnellement.
ANNEXE L : CARACTERES

CARACTERES ARABES
Planches L0

CARACTERES LATINS
Caractères larges : Planche L1
Caractères normaux: Planche L2
Caractères réduits: Planche L3
Ecriture Cursive: Planche L4

Proportions en fonction du module H

Le module H est la hauteur exprimée en centimètres, des caractères latins normaux


faisant l'objet de la planche L2.

Les caractères arabes et latins d'une inscription bilingue ont le même module H.

Les lettres LAM initiale (planche L0) et L (planche L2) Servent de base
conventionnelle pour la correspondance entre caractères arabes et caractères latins de même
module H.

1- Caractères arabes

Les inscriptions en arabe sur les signaux sont prévues en caractères de module 4, 6, 10,
15 et 20 correspondant respectivement aux caractères latins de module 4, 6,1-0, 15 et 20.

Les types de caractères adoptés présentant une grande importance pour la lisibilité des
signaux, les prescriptions suivantes seront observés :
a) forme des caractères

La forme des caractères sera strictement celle indiquée sur les planches L0.

b) Dimensions des caractères

Chaque module H est défini par l'épaisseur e des traits horizontaux gras sur la ligne
d'appui, qui, exprimée en centimètres, devra être e = 0,175 H ce qui donne:

e = 0,700 cm pour les caractères de module 4


e = 1,050 cm pour les caractères de module 6
e = 1,750 cm pour les caractères de module 10
e = 2,625 cm pour les caractères de module 15
e = 3,500 cm pour les caractères de module 20

Les planches L0 représentent les caractères arabes pour e = l,50 centimètre (di-
mension hors module)

Les dimensions des lettres des différents modules se déduisent en augmentant ou


en réduisant proportionnellement les dimensions des lettres figurant sur les planches L0.

Les dimensions des lettres figurant sur les planches L0 sont à multiplier par:
7/ 15 = 0,467 pour obtenir le module 4
7/ 10 = 0,700 pour obtenir le module 6
7/6 = 1,1.67 pour obtenir le module 10
7/4 = 1,750 pour obtenir le module 15
7/3 = 2,333 pour obtenir le module 20

2- Caractères latins

Les inscriptions en caractères latins sur les signaux sont prévues en caractères de
module 4, 6, 10,15 et 20. Ces modules sont caractérisés par une hauteur de lettres de 4 cm
6 cm, 10 cm, 15 cm, et 20 cm respectivement.

A chaque module correspondent trois épaisseurs de lettres:


caractères larges (planche L1)
caractères normaux (planche L2)
caractères réduits (planche L3)

Le type des caractères adoptés présentant une grande importance pour la


lisibilité des signaux, les prescriptions suivantes doivent être observées:

a) Distance de lisibilité
La distance maximale de lisibilité D exprimée en mètres des écritures latines est
d'environ, en appelant H le module exprimé en centimètres:
caractères L1 : D1 = 5 H
caractères L2 : D2 = 4 H
caractères L3 : D3 = 3 H
b) Forme des caractères

La forme des lettres et des chiffres est celle indiquée sur les planches L1, L2, L3,
et L4. L'emploi de l'écriture cursive (planche L4) est limité aux divers cas particuliers
suivants:

Signal E2bis – « Direction de lieux d'importance minime »


Signal E5 ter – « Direction du centre d’une ville »
Signal E 8 - « Indication d’un lieu-dit »
Signal E 9 - «Indication d'une voie d'eau ou d'une forêt »
Signal E16 - « Praticabilité de la route »
Signal J6 a - « Jalonnement d'un itinéraire de déviation »

La mention « Déviation » sur le signal J7. « Présignalisation d'un itinéraire de


déviation. »

Toutes les autres inscriptions sur panneaux seront composées de lettres droites
(planches L1, L2, et L3)

c) Largeur des caractères et épaisseur des lettres.

Les planches L1, L2, et L3 donnent les dimensions des lettres de module 20 et des
chiffres de module 15, pour les caractères larges, normaux et réduits qui seront employés
respectivement pour les inscriptions courtes, moyennes et longues.

Les dimensions des lettres et chiffres d'autres modules se déduisent en


augmentant ou en réduisant proportionnellement les cotes portées sur les planches, L1,
L2, et L3.

Fait exception à la règle de normalisation l'inscription « STOP » portée sur le si-


gnal B2.

Sur les itinéraires importants, on ne doit employer que des lettres et chiffres du
type L1 ou L2 (caractères larges ou normaux)

d) Espacement des caractères

Les intervalles entre les lettres doivent toujours être fixés de telle sorte que
chaque nom soit inscrit avec le maximum de lisibilité conformément aux articles 94 et 95
de la présente instruction.
DIMENSIONS DES PANNEAUX

La signalisation de direction et de localisation fait l'objet des chapitres III et IV de


la 4 ème partie de la présente instruction (Article 98 à 115)

1- Hauteur des panneaux

D'une manière générale, la hauteur des panneaux de direction et de localisation dé-


pend:
− du module choisi pour les caractères
− du nombre de ligne d'écriture

a) Dans le cas des inscriptions en caractères latins, la hauteur du panneau est


définie par :
− le module, qui représente la hauteur en centimètres des lettres des inscriptions.
− l'épaisseur des listels qui est toujours de 2 cm.
− les intervalles verticaux entre deux inscriptions superposées (ou entre une
inscription et le bord du listel) qui peuvent varier entre 4 cm et 6 cm de façon à
obtenir une hauteur totale du panneau multiple de 5 cm.

b) Dans le cas des inscriptions en caractères arabes, on procède tout d'abord à la


détermination du rectangle circonscrit à chaque inscription. La hauteur du rectangle
circonscrit n’est pas seulement fonction du module adopté, mais peut varier dans de grandes
proportions suivant les lettres que comporte l'inscription.

Cette hauteur peut varier, par exemple dans le cas du module 10, de 9 cm à 25 cm.
De plus la ligne d'appui de l’écriture occupe une position variable à l'intérieur du rectan-
gle.
En appliquant les mêmes règles que celles définies ci-dessus pour les inscriptions en
caractères latins, on obtient une hauteur totale du panneau multiple de 5 cm.

Cependant, l'application stricte de ces règles peut entrainer une hauteur excessive du
panneau comportant les inscriptions en caractères arabes.

On sera alors conduit à réduire cette hauteur en diminuant l'intervalle entre deux
rectangles circonscrits et même en les faisant se chevaucher, s'il est possible d’encastrer des
1ettres de deux lignes d'écriture superposées, sans compromettre la lisibilité de chaque
inscription. La calligraphie arabe laisse à ce sujet une certaine latitude pour allonger ou
raccourcir la longueur du trait de liaison, ce qui donne des possibilités supplémentaires pour
encastrer harmonieusement des lettres d'inscriptions superposées.
2- Longueur des panneaux

La longueur des panneaux de direction et de localisation dépend:


− du module adopté pour les caractères
− du nombre de lettres composant l'inscription.

La longueur de l'inscription est parfaitement déterminée par les caractères latins.

Dans le cas des inscriptions en caractères arabes, la longueur sera adaptée en jouant
sur la longueur des traits horizontaux de liaison entre certaines lettres. On cherchera à
obtenir pour chaque inscription bilingue des longueurs en caractères arabes et latins
sensiblement égales.

3- Dispositions pratiques

Les règles ci-dessus peuvent parfois conduire à des dimensions ou des assemblages
de panneaux particulièrement inesthétiques.

Afin d'éviter ces inconvénients, il est recommandé de respecter les rôles ci-après.

a) Le rapport l / h de la longueur l de la partie rectangulaire à la hauteur h d'un


panneau; doit rester supérieur ou égal à 1,5.

b) Sur un panneau bilingue, on s'efforcera d'obtenir des inscriptions de longueur


sensiblement égales

c) Dans le cas de deux panneaux de direction superposés, les bases des triangles
formés par les flèches doivent se trouver sur une même verticale.
Il est rappelé que l'angle au sommet des flèches est constant et égal à 75° pour
le bord intérieur du listel et 85° pour le bord extérieur,

d) Dans le cas de deux panneaux superposés portant les mêmes inscriptions, l'un
en caractères arabes et de hauteur totale h0 , l'autre en caractères latins et de
hauteur totale h1 , le rapport h0 / h1 devra être voisin de 1 et en aucun cas
dépasser l,50

e) La hauteur totale maximale d'un groupe de panneaux devra rester inférieure


à 1,25 mètres.
M - SCHÉMAS DE MARQUAGE

- MARQUES LONGITUDINALES
M. Marques sur chaussées

M2-SCHEMAS DE PRESIGNALISATION
M. Marques sur chaussées

M3 - PRINCIPAUX CAS DE MARQUAGE


DES POINTS SINGULIERS
M. Marques sur chaussées

M4 - MARQUES TRANSVERSALES
M. Marques sur chaussées

M5 - AUTRES MARQUES
Cette Brochure a été conçue par le Ministère
des Travaux Public et réalisé par l’imprimerie
de la SAETI.

48, RUE Belkacem AMANI - LE PARADOU – HYDRA ALGER.

Vous aimerez peut-être aussi