Vous êtes sur la page 1sur 272

 I

Évaluations environnementales des politiques


et projets de développement
Comité éditorial
Direction de la publication Comité scientifique
Jean-Pierre Ndoutoum, directeur Michel Bouchard
Martin Yelkouni
Coordination scientifique
Martin Yelkouni, directeur du département Environnement, Samuel Yonkeu
Université Senghor Collaboration à l’édition
Auteurs (par ordre alphabétique) Louis-Noël Jail, chargé de communication, IFDD
Michel A. Bouchard, professeur associé, Génie Civil, Claire Schiettecatte, experte, IFDD
École Polytechnique de Montréal Marilyne Laurendeau, assistante de communication, IFDD
Odile Dossou Guedegbe, professeur titulaire, Bibiane Kukosama, assistante de programme, IFDD
Université d’Abomey-Calavi Suzanne Youssef, chef de service administratif,
Jean Hébert, chargé de projets Environnement, Université Senghor
Hydro-Québec
Révision linguistique
Georges Lanmafankpotin, professeur associé,
Louis Courteau, trad. a.
Université du Québec à Chicoutimi
Karim Samoura, enseignant-chercheur, Université Conception graphique
Aube Nouvelle Marquis Interscript
Gisèle Verniers, consultante en environnement
Photo de la couverture
Martin Yelkouni, directeur du département Environnement, Viktor Birkus,
Université Senghor Lac Louise, Parc national de Banff
Samuel Yonkeu, professeur associé, Université Senghor

Coordination technique
E. Lionelle Ngo-Samnick, spécialiste de programme, IFDD

Il convient de citer le présent ouvrage comme suit :


Institut de la Francophonie pour le développement durable et Université Senghor, 2019, Évaluations envi-
ronnementales des politiques et projets de développement [Sous la direction de Yelkouni, M. et E.L. Ngo-­Samnick].
IFDD, Québec, Canada, 272 p.

ISBN version imprimée : 978-2-89481-286-0


ISBN version électronique : 978-2-89481-287-7
© Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD) 2019
56, rue Saint-Pierre, 3e étage
Québec (Québec) G1K 4A1 Canada
Téléphone : 418 692-5727
Télécopie : 418 692-5644
ifdd@francophonie.org – www.ifdd.francophonie.org
MOT DU DIRECTEUR
ET DU RECTEUR
La gestion durable et efficace des projets de développement et de
leurs environnements d’accueil nécessite une planification envi-
ronnementale impliquant les notions de révision et d’anticipation.
Cette gestion utilise un certain nombre d’instruments, dont
quelques-uns s’attachent exclusivement à la planification environ-
nementale. C’est notamment le cas de l’étude d’impact envi­
ronnemental et social. D’autres sont des outils permettant
d’améliorer la planification des politiques, des plans et des pro-
grammes d’aménagement du territoire (l’évaluation environne-
mentale stratégique), de réduire l’impact de la conception et de la
production des produits (l’écobilan et l’analyse de cycle de vie) ou,
tout simplement, de gérer les impacts d’une entreprise ou d’une
installation existante (l’audit environnemental et le système de
management environnemental).

L’acquisition et la maîtrise d’utilisation de ces différents outils


d’évaluation environnementale passent par le renforcement de
l’expertise des acteurs du développement, à divers niveaux d’inter­
vention : décideurs, administration centrale, s­ ervices techniques
centraux et décentralisés, services municipaux, responsables
d’entre­prises, bureaux d’études, organisations non gouvernemen-
tales, etc. Ce renforcement permettra de tendre le plus r­ apidement
possible vers un état d’indépendance et d’autosuffisance en matière
de pratique de l’évaluation environnementale.
IV Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

L’objectif du présent manuel est de sensibiliser son Nous ne saurions terminer notre avant-propos sans
lectorat à la pratique et à la compréhension des remercier chaleureusement les huit universitaires
enjeux des évaluations environnementales. Pour et professionnels qui ont généreusement accepté
atteindre les objectifs de développement durable, de partager leur savoir et leur savoir-faire avec la
une meilleure vulgarisation des évaluations envi- nouvelle génération de praticiens de l’évaluation
ronnementales auprès des cadres de l’administra- environnementale. De manière toute particulière,
tion publique ou privée est indispensable. Il s’agit nous souhaitons saluer la forte implication de
particulièrement de : ­Martin ­Yelkouni, Samuel Yonkeu et Michel A.
• développer les connaissances et les compétences ­Bouchard, qui ont coordonné avec beaucoup de
en matière d’évaluation environnementale professionnalisme cette production intellectuelle
et  sa  prise en compte dans les projets de en langue française.
développement ;
Nous espérons que ce manuel servira à renforcer
• faire connaître les outils d’évaluation environ- la pratique de l’évaluation environnementale dans
nementale et leur importance dans les activités l’espace francophone.
de développement ;
• montrer comment ces outils peuvent aider à Bonne lecture !
planifier, prévenir et gérer les impacts des
­projets de développement.

Jean-Pierre Ndoutoum
et Thierry Verdel
ABRÉVIATIONS
ET SIGLES
ACV Analyse de cycle de vie
AFD Agence française de développement
AID Agence internationale pour le développement
AMCD Aide multicritère à la décision
AES Audit environnemental et social
BAD Banque africaine de développement
BAPE Bureau d’audiences publiques sur l’environnement
BIRD Banque internationale pour la reconstruction
et le développement
CERES Coalition for Environmentally Responsible Economies
CIRDI Centre international pour le règlement des différends
relatifs aux investissements
CLEAA Réseau de développement des capacités et liens
pour l’évaluation environnementale en Afrique
(Capacity Development and Linkages in
Environmental Assessment in Africa)
CMED Commission mondiale sur l’environnement
et le développement
CNUED Conférence des Nations Unies sur l’environnement
et le développement
DD Développement durable
DO Directive opérationnelle
EE Évaluation environnementale
VI Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

EES Évaluation environnementale ODD Objectifs de développement durable


stratégique OGM Organisme génétiquement modifié
EIE Étude d’impact sur l’environnement ONG Organisation non gouvernementale
EIES Étude d’impact environnemental PAR Plan d’action de réinstallation
et social
PB Procédure de la Banque [mondiale]
EMAS Système de management et d’audit
PGES Plan de gestion environnementale
environnemental (Eco-Management
et sociale
and Audit Scheme)
PME Petites et moyennes entreprises
EPFI Établissement financier appliquant
les Principes de l’Équateur (Equator PNUD Programme des Nations Unies pour
Principles Financial Institution) le développement

ESG Gouvernance environnementale PNUE Programme des Nations Unies pour


et sociale (Environmental and Social l’environnement
Governance) PO Politique opérationnelle
GIZ Agence allemande de coopération PPP Politiques, plans et programmes
internationale (Deutsche Gesellschaft PRI Principes pour l’investissement
für Internationale Zussamenarbeit) responsable (Principles for Responsible
GRI Global Reporting Initiative Investment)
IE Inspection environnementale RSEE Responsabilité sociale et
IEG Independent Evaluation Group environnementale des entreprises

IF Intermédiaire financier SFI Société financière internationale

IMF Institutions multilatérales SIG Système d’information géographique


de financement SME Système de management
ISO Organisation internationale environnemental
de normalisation (International SO Sauvegarde opérationnelle
Standards Organization) SSI Système de sauvegardes intégré
ME Monitorage environnemental UNEP FI Initiative financière du Programme des
MIGA Agence multilatérale de garantie Nations Unies pour l’Environnement
des investissements (Multilateral (United Nations Environment
Investment Guarantee Agency) Programme Finance Initiative)
NEPA National Environmental Policy Act WBCSD World Business Council for
(États-Unis) Sustainable Development
NES Normes environnementales et sociales
OCDE Organisation de coopération
et de développement économiques
TABLE DES
MATIÈRES
Mot du directeur et du recteur . . . . . . . III

Abréviations et sigles. . . . . . . . . . . . . . . . . . V

Introduction générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

CHAPITRE 1
Principes et cadre d’analyse
et de mise en œuvre de l’évaluation
environnementale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Odile Dossou Guedegbe
Introduction et contexte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Évolution et perspectives de l’évaluation
environnementale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Définition et principes de base
de l’évaluation environnementale. . . . . . . . . . . . . . . . 6
Outils et processus d’évaluation
environnementale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Prise en compte de l’environnement
et du développement durable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Rappel des principes et des outils
du développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Le principe de prévention. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Le principe de gouvernance participative . . . . . . 10
Le principe pollueur-payeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Le principe utilisateur-payeur . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Le principe de précaution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Le principe de subsidiarité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
VIII Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

CHAPITRE 2 Le plan de gestion environnementale et sociale . . . 64


Le contenu du plan de gestion. . . . . . . . . . . . . . . 64
L’étude d’impact La mise en œuvre du programme 
environnemental et social d’atténuation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Procédure administrative. . . . . . . . . . . . . . . . 17 La surveillance et le suivi de l’environnement. . . 65
Samuel Yonkeu Les mesures institutionnelles de renforcement
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 des capacités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Le processus administratif de l’évaluation Le calendrier et le coût des programmes. . . . . . 68
environnementale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Les indicateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Les étapes qui précèdent l’étude d’impact . . . . 18 Les fiches d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Les étapes qui accompagnent la réalisation Une approche pratique de la surveillance
de l’étude d’impact, mais qui précèdent et du suivi environnemental : objectifs,
la décision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 acteurs, modalités, résultats attendus. . . . . . . . 71
Les étapes post-décision et post-projet . . . . . . . 24 La surveillance et le suivi de l’environnement :
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 méthodologie, outils et intervenants. . . . . . . . . . 71
Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Annexe 2.1.  L’évaluation environnementale Annexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
préliminaire ou le cadrage effectués Anexe 4.1.  Contenu du rapport d’étude
par le promoteur avant la réalisation d’impact sur l’environnement. . . . . . . . . . . . . . . . 75
de son étude d’impact. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Annexe 2.2.  Procédure wallonne d’EIE. . . . . . . . 31

CHAPITRE 5
CHAPITRE 3 La participation du public
au processus d’étude d’impact
L’étude d’impact
environnemental et social. . . . . . . . . . . . . 77
environnemental et social
Georges Lanmafankpotin
Processus pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Samuel Yonkeu et Gisèle Verniers Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
La participation du public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
L’étude d’impact environnemental et social. . . . . . . 34
Différents niveaux pour différents objectifs . . . . 79
Partie introductive et perspective. . . . . . . . . . . . . 34
Avantages : les apports à l’efficacité
Partie descriptive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
de l’EIES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
Partie analytique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Méthodes, outils et acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
Partie prescriptive. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Principes de bonnes pratiques. . . . . . . . . . . . . . . 87
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Études de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Annexe 3.1.  Exemple d’effets
sur l’environnement pour quelques  Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
types de projets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Annexe 3.2.  L’examen de la conformité
et de la qualité d’une étude d’impact. . . . . . . . . 60
CHAPITRE 6
Démarche, méthodes
CHAPITRE 4 et outils d’analyse des impacts . . . . . . 93
Karim Samoura, Samuel Yonkeu et Martin Yelkouni
L’étude d’impact
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
environnemental et social
Acquisition des données de base. . . . . . . . . . . . . . . . 94
Le plan de gestion
Les méthodes d’inventaire des ressources
environnementale et sociale . . . . . . . . . . . . 63 naturelles, de leur qualité et de leur 
Georges Lanmafankpotin, Samuel Yonkeu et Martin Yelkouni utilisation actuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Les sources d’information pour l’inventaire. . . . 95
Table des matières IX

Recension des méthodes et outils d’évaluation des Caractéristiques de la Méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . 144


impacts environnementaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Objectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
Définition des méthodes, outils et techniques. . 96 Les étapes d’un projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
Typologie des méthodes et outils d’évaluation Les opérations d’évaluation
des impacts  environnementaux. . . . . . . . . . . . . . 97 environnementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
Recommandations pour l’utilisation Le processus décisionnel et l’approche
des méthodes et outils dans les étapes de réduction successive du territoire. . . . . . . . . . 147
d’une EIES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Les possibilités d’adaptation de la méthode. . . 147
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Les activités d’évaluation environnementale
Annexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 à la phase 2 de l’avant-projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Annexe 6.1.  Grille d’évaluation de l’importance Les activités préliminaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
des effets et des composantes . . . . . . . . . . . . . . 124
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

CHAPITRE 7
L’aide multicritère à la CHAPITRE 9
décision : outil d’évaluation L’intégration de l’évaluation
et de participation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 environnementale dans le cycle
Karim Samoura
des projets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Martin Yelkouni
Définition et concepts afférents . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
L’aide multicritère à la décision . . . . . . . . . . . . . . 128
Les critères de réussite d’un projet . . . . . . . . . . . . . . 162
Autres concepts afférents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
Le cycle d’un projet et le processus décisionnel. . . . 163
La démarche de réalisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
Le cycle du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Définir le problème : rechercher les acteurs,
L’intégration de la protection de l’environnement
les parties prenantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
dans le cycle de vie d’un projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Dresser la liste des solutions possibles
La phase de planification. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
ou envisageables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
Les phases de construction et d’exploitation . . 166
Déterminer les enjeux des parties prenantes
et les structurer sous la forme de critères. . . . . 131 Les niveaux de prise de décision. . . . . . . . . . . . . 167
Évaluer les critères : choisir les indicateurs, Les avantages de l’intégration de la protection
déterminer les échelles de mesure, structurer de l’environnement dans la gestion de projet. . . . . . 168
les préférences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Formaliser les systèmes de valeurs Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
en présence : pondérer les critères. . . . . . . . . . . 134
Évaluer la performance des actions. . . . . . . . . . . 135
Agréger les préférences globales. . . . . . . . . . . . . 136 CHAPITRE 10
Construire un groupe robuste de solutions . . . . 137
Les domaines d’application. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 L’évaluation environnementale
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
Samuel Yonkeu et Michel A. Bouchard
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
CHAPITRE 8 Objectifs et caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Origine et historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Méthode d’évaluation Types et portée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
environnementale des lignes L’approche par enjeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
et postes d’Hydro-Québec . . . . . . . . . . . . . 143
L’évaluation environnementale stratégique
Jean Hébert et la planification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Bonnes pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
Le cadre de mise en œuvre de l’évaluation
environnementale stratégique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
X Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Processus, outils, techniques et méthodes  La politique environnementale et sociale. . . . . . 228


d’évaluation environnementale stratégique . . . . . . . 189 Les sauvegardes opérationnelles
L’évaluation environnementale stratégique environnementales et sociales intégrées. . . . . . 229
comme outil de communication. . . . . . . . . . . . . . . . . 193 L’imputabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
Le processus décisionnel axé sur la durabilité. . . . . 195 L’évaluation environnementale par 
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 la Banque asiatique d’investissement
pour les infrastructures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
La politique environnementale et sociale. . . . . . 232
CHAPITRE 11
Les normes environnementales et sociales. . . . 232
L’évaluation environnementale La liste d’exclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
en lien avec le financement L’évaluation environnementale par les banques
des projets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 commerciales : les principes de l’Équateur. . . . . . . . 234
Michel A. Bouchard Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 Le concept : la gestion du risque
environnemental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
Particularités des régimes d’évaluation
environnementale des institutions multilatérales Les institutions participantes et les projets
de financement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 assujettis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
L’évaluation environnementale Les Principes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
par la Banque mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Les engagements et les systèmes
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 de management environnemental . . . . . . . . . . . . 239
Le Groupe de la Banque mondiale. . . . . . . . . . . . 209 L’imputabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
La politique environnementale et sociale. . . . . . 211 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
L’ancien système : les Politiques  La prise en compte de l’environnement
de sauvegarde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 dans le contexte du financement privé . . . . . . . . . . . 242
Le nouveau système : les Normes Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
environnementales et sociales. . . . . . . . . . . . . . . 217 Les projets qui échappent aux régimes
La documentation additionnelle d’évaluation environnementale des bailleurs. . . 242
et l’imputabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 L’investissement responsable . . . . . . . . . . . . . . . 244
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 La responsabilité sociale et environnementale
L’évaluation environnementale des entreprises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
par la Société financière internationale. . . . . . . . . . . 222 Le « reporting développement durable »
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 et la Global Reporting Initiative. . . . . . . . . . . . . . . 247
Les Normes de performance L’imputabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
environnementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 La consommation responsable. . . . . . . . . . . . . . . 250
La documentation additionnelle Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
et l’imputabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
L’évaluation environnementale Conclusion générale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
par la Banque africaine de développement . . . . . . . 227
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Le Groupe de la Banque africaine . . . . . . . . . . . . 227
INTRODUCTION
GÉNÉRALE
Du développement après la Seconde Guerre mondiale au déve­
loppement durable depuis le Sommet de la Terre de 1992 à Rio, le
monde est toujours à la recherche de modèles « adéquats » pour
satisfaire les besoins en biens et services de l’humanité. Que ce
soit dans les pays dits du Nord ou du Sud, il est devenu priori­
taire d’intégrer les enjeux environnementaux dans les processus de
développement économique et social.

Ainsi, dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des


citoyens, plusieurs projets de développement sont mis en œuvre,
de la construction des infrastructures socioéconomiques de base à
l’approvisionnement en eau pour le développement des activités
et pour les besoins domestiques, en passant par l’exploitation des
diverses ressources naturelles.

Ces activités de développement sont susceptibles d’entraîner la


consommation des ressources naturelles, la pollution, la destruction
des milieux naturels et des espèces qui les composent, etc. Une
mauvaise gestion de l’environnement lors de la réalisation de ces
projets peut anéantir les efforts de développement souhaités.
D’où la nécessité d’intégrer les considérations environnementales
dans les programmes de développement et les politiques macro­
économiques et commerciales.
2 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

La prise en compte des préoccupations environne­ concepts et des moyens possibles de les mettre en
mentales dans les projets de développement devrait œuvre. Le premier chapitre donne le cadre d’ana­
en assurer la durabilité. Le développement durable lyse et de mise en œuvre de l’évaluation environ­
doit nécessairement tenir compte de la protection nementale tout en rappelant ses principes. Les
de l’environnement au sens large. Par ailleurs, l’exi­ chapitres 2, 3 et 4 sont consacrés à l’étude d’impact
gence d’évaluation environnementale posée par les environnemental et social. Il s’agit clairement de
bailleurs de fonds lors d’une demande de finance­ mettre en exergue ses procédures administratives,
ment, pour la réalisation d’un projet, ou de prêt, ses processus pratiques et le plan de gestion envi­
en vue d’un investissement, se justifie par leur ronnementale et sociale. La participation du public
­engagement envers le développement durable. ou sa consultation, une étape importante de l’étude
d’impact environnemental et social, est abordée au
Les activités humaines ont sur l’environnement des chapitre 5. Elle conditionne l’acceptation sociale
conséquences négatives qu’il faut amoindrir. Dès des projets de développement et nécessite une
lors, la démarche adéquate reste la prévention, par démarche particulière selon les contextes. L’expli­
des choix plus judicieux que ceux du passé. L’uti­ citation de la démarche, de la méthode et des outils
lisation de processus, de méthodes et d’outils per­ d’analyse des impacts est indispensable pour mener
tinents pour éviter, réduire ou compenser nos à bien une étude d’impact environnemental et
actions néfastes est donc indispensable de nos social (chapitre 6). Quant aux chapitres 7 et 8, ils
jours. Le cadre de l’évaluation environnementale abordent successivement l’aide multicritère à la
offre ces possibilités d’action. Il faut donc former décision, comme un outil d’évaluation et de par­
des praticiens à la mise en œuvre de l’évaluation ticipation et une présentation de la méthode
environnementale. ­d’évaluation environnementale des lignes et postes
C’est la raison pour laquelle l’Institut de la Fran­ d’Hydro-Québec. Ce manuel prend en compte
cophonie pour le développement durable (IFDD) également l’intégration de l’évaluation environ­
et l’Université Senghor ont décidé de produire ce nementale dans le cycle des projets (chapitre 9)
document didactique. L’objectif du présent manuel, et  l’évaluation environnementale stratégique
rappelons-le, est de contribuer à sensibiliser et à (­chapitre 10). Le dernier chapitre, enfin, traite de
stimuler les acteurs de développement durable à la ­l’évaluation environnementale en lien avec le
pratique de l’évaluation environnementale. ­financement des projets.

Notre manuel s’adresse à un public très large et Chaque chapitre se compose d’une introduc­
constitue un support pour des formations diverses tion,  du développement de ses différents élé­
à la pratique de l’évaluation environnementale dans ments – en favorisant des schémas, des figures et
l’espace francophone. tableaux explicatifs, des exemples et des cas pra­
tiques –, d’une conclusion thématique et d’une
Le manuel est structuré en plusieurs chapitres pour bibliographie.
permettre une progression dans l’apprentissage des
concepts et des moyens possibles de les mettre en L’IFDD et l’Université Senghor attachent un prix
œuvre. Le choix des thèmes abordés répond à un à la formation dans le domaine de l’environnement.
souci de cohérence par rapport à la pratique de La pratique de l’évaluation environnementale étant
l’évaluation environnementale dans l’espace fran­ évolutive et dynamique, ces deux instituts tra­
cophone. Il s’agit de fondamentaux que chaque vaillent ensemble à assurer la formation des acteurs
lecteur devrait connaître pour pouvoir les appro­ de l’espace francophone pour qu’ils puissent inno­
fondir au cours d’autres formations. ver et améliorer les pratiques de ces outils.

Le manuel est structuré en onze chapitres pour


permettre une progression dans l’apprentissage des
CHAPITRE 1
Principes et cadre d’analyse et de mise
en œuvre de l’évaluation environnementale

Odile Dossou Guedegbe

Introduction et contexte
Évolution et perspectives
de l’évaluation environnementale
Définition et principes de base
de l’évaluation environnementale
Outils et processus
d’évaluation environnementale
Prise en compte de l’environnement
et du développement durable
Rappel des principes et des outils
du développement durable
Le principe de prévention
Le principe pollueur-payeur
Le principe utilisateur-payeur
Le principe de précaution
Le principe de subsidiarité
Conclusion
Bibliographie
4 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION l’ordre du jour international, tout en introduisant


la notion de gouvernance environnementale en
ET CONTEXTE
insistant sur l’importance de prendre en compte
La nécessité de concevoir des outils de gouvernance les questions environnementales dans la planifica­
environnementale est née avec la prise de conscience tion et d’œuvrer de façon à protéger et à améliorer
progressive de l’importance des questions envi­ la qualité de l’environnement. Ainsi naît le concept
ronnementales et de leur dimension globale. L’éva­ d’écodéveloppement, qui se définit comme « des
luation environnementale, entendue comme un styles de développement écologiquement conve­
ensemble de règles, de procédures, de pratiques et nables » (Sachs et al., 1981).
de principes, est née de ces considérations.
Une seconde vague se manifeste à la fin des
À la fin des années 1960 et au début des années 1970, années 1980, sous l’effet d’une prise de conscience
une première vague de réflexions et de débats porte générale à l’égard de l’environnement et des
sur les « limites de la croissance », suscitant la tenue menaces qui l’affectent, à travers, d’une part, l’émer­
de la première conférence mondiale sur l’environ­ gence et la reconnaissance institutionnelle des pol­
nement. La Conférence des Nations Unies sur lutions qualifiées de « globales » et, d’autre part,
l’environnement humain, tenue à Stockholm en l’accumulation et l’ampleur de divers sinistres.
1972, met en exergue et popularise le thème de la Cette prise de conscience, amorcée avec le rapport
« croissance zéro » et celui de « l’éco­développement » de la Commission Brundtland en 1987, culmine
(figure 1.1). La Conférence de Stockholm atteint avec la Conférence des Nations Unies sur l’envi-
en effet l’objectif d’inscrire l’environnement à ronnement et le développement (CNUED), tenue

FIGURE 1.1.  Chronologie des différents événements marquants de la prise de conscience environnementale

1ers Accords 2es Accords 3es Accords


Accord de Paris sur le climat
multilatéraux multilatéraux multilatéraux
sur l’environnement sur l’environnement sur l’environnement Programme de développement
durable à l'horizon 2030
Création du Fin du
Fond mondial pour Protocole Protocole
l’environnement de Kyoto de Kyoto

1950 1972 1987 1990 1992 1997 2002 2007 2009 2010 2011 2012 2015

Rapport Commission Conférence Sommet


sur l’état de Brundtland sur le climat Rio +20
l’environnement à Bali

Conférence Premier Sommet Sommet de Conférence Conférence


de Stockholm de la Terre à Rio Johannesburg sur le climat de Durban
à Copenhague

Conférence sur la
biodiversité à Nagoya
Conférence des
Parties à Cancun
Source : adapté de SIDDTS/MIG, 2012.
CHAPITRE 1 – Principes et cadre d’analyse et de mise en œuvre de l’évaluation environnementale 5

à Rio de Janeiro en 1992. L’orientation de la et des mécanismes qui, à leur tour, influent sur les
CNUED consiste à faire évoluer les modes de pro­ pratiques nationales des États.
duction, de consommation et de développement
en prenant pour référence la notion de développe­ Par la suite, toutes les grandes conventions des
ment durable. Cette idée sera plus tard inscrite dans Nations Unies portant sur l’environnement, notam­
les objectifs internationaux de développement ment la Convention-cadre sur les changements
contenus dans la Déclaration du millénaire (ONU, climatiques, la Convention sur la diversité biolo­
2000) ainsi que lors du Sommet de Johannesburg gique et la Convention sur la lutte contre la déser­
en 2002. La Conférence de Rio adopte une décla­ tification, font explicitement appel à l’évaluation
ration qui fait progresser le concept des droits et environnementale et à ses méthodes et pratiques
des responsabilités des pays dans le domaine de pour assurer une planification cohérente avec leurs
l’environnement, conférant à ceux-ci une sorte objectifs.
de responsabilité « nationale » et internationale en
matière de gouvernance environnementale.

Une troisième vague voit se réaliser le Sommet de ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES


la Terre de Johannesburg en 2002. Ensemble et DE L’ÉVALUATION
successivement, ces manifestations amènent la
ENVIRONNEMENTALE
communauté internationale à reconnaître la néces­
sité de préserver l’environnement, afin que les Le processus d’évaluation environnementale (EE)
générations futures puissent aussi en profiter tout voit le jour aux États-Unis en 1970, avec la Natio-
en continuant notre développement (Bouvier, nal Environmental Policy Act (NEPA), une loi qui
2006). Tous ces sommets constituent autant d’évé­ exige la prise en considération des préoccupations
nements qui jouent le rôle de catalyseur, favorisant environnementales dans la prise de décision. À ses
la prise en compte de l’environnement et de toute débuts, l’EE porte principalement sur des projets
sa vitalité dans les politiques, les programmes, les ponctuels ; l’expérience ainsi acquise permet des
plans et les projets de développement. avancées considérables, notamment quant à l’iden­
tification, la qualification et l’évaluation des impacts
Les textes, contraignants ou non, nés de ces diffé­
sur l’environnement et aux méthodes de consulta­
rents événements établissent quelques principes
tion du public. Dans les années qui suivent l’adop­
fondateurs, notamment le droit à un environne-
tion de la NEPA, le Canada, le Québec, la France
ment de qualité pour tous et le droit de chacun
ainsi que toute la Communauté européenne
d’être informé et d’être consulté sur les questions
emboîtent le pas et se dotent de procédures for­
environnementales. Ces deux principes ont favorisé
melles d’étude d’impact environnemental (EIE).
la consécration normative d’un certain nombre de
régimes de gouvernance, notamment l’évaluation Bien que le concept d’EE soit inclus dès le départ
environnementale, qui apparaissent comme un dans la NEPA, qui prévoit des « évaluations pro­
fil  conducteur pour toute personne ou entité grammatiques », ce n’est vraiment qu’en 1988, à la
­soucieuse de tenir compte des préoccupations suite de la Commission mondiale sur l’environ­
­environnementales dans la planification et la réali­ nement et le développement (CMED, 1988) que
sation des plans, des programmes et des projets. La les évaluations environnementales dites straté­
prise de conscience de cette réalité par tous les giques, portant sur les politiques, les plans et les
États, autant collectivement qu’individuellement, programmes, deviennent monnaie courante. Les
a conduit à l’élaboration de nombreuses conven­ agences multilatérales de développement, à com­
tions et déclarations internationales relatives à mencer par la Banque mondiale, intègrent tour à
l’envi­ronnement. Il résulte de ces textes des règles
6 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

tour l’EE à leurs pratiques courantes. Nous revien­ En tant qu’outil, l’EE tend à s’imposer comme un
drons sur ces aspects au chapitre 11. À quelques élément indispensable de la politique et du droit
exceptions près, tous les pays, y compris les pays international de l’environnement, et s’avère un ins­
en développement, se sont dotés d’un régime d’EE trument de développement durable et d’aide à la
sous une forme ou une autre, soit au niveau des décision qui intègre les composantes environne­
projets, soit, au niveau stratégique, sur les plans et mentale et sociale associées aux activités envisagées.
les programmes. Elle s’impose depuis plus d’une vingtaine d’années,
soit en vertu de textes législatifs et réglementaires
nationaux, soit en raison des exigences des poli­
tiques et des directives de bailleurs de fonds rela­
DÉFINITION ET PRINCIPES tivement aux plans, aux programmes et aux projets
DE BASE DE L’ÉVALUATION qu’ils financent.
ENVIRONNEMENTALE Pour la Banque mondiale (1999), l’EE est un pro­
cessus dont l’ampleur, la complexité et les caracté­
L’EE s’entend d’une procédure ayant pour objectif
ristiques sur le plan de l’analyse dépendent de la
de permettre l’évaluation des effets éventuels d’une
nature et de l’échelle du projet proposé, ainsi que
activité ou d’un projet envisagé sur l’environne­
de l’impact que celui-ci est susceptible d’avoir sur
ment (Michel, 2001). Ce mécanisme primordial de
l’environnement. Elle consiste à évaluer les risques
promotion du développement durable est reconnu
que peut présenter le projet pour l’environnement
partout dans le monde. En raison de sa nature pré­
et les effets qu’il est susceptible d’exercer dans sa
ventive, une EE opportune et efficiente aboutit
zone d’influence, à étudier des variantes du projet,
à une prise de décision éclairée et favorable au
ainsi qu’à identifier des moyens d’améliorer la
développement durable. Pour Samoura et Yonkeu
sélection du projet, sa localisation, sa planification,
(2011), l’EE est un terme générique qui s’ap­
sa conception et son exécution en prévenant, en
plique à un ensemble de processus visant la prise
atténuant ou en compensant ses effets négatifs
en compte de l’environnement dans la planification
sur l’environnement, et en renforçant ses effets
des opérations ou du développement des projets,
positifs. L’EE inclut aussi le processus d’atténuation
des plans, des programmes et des politiques, tant à
et de gestion des nuisances pendant toute la durée
l’échelon de l’État qu’à celui de l’entreprise.
de l’exécution.
D’une manière générale, l’EE est définie comme
« l’ensemble de la démarche destinée à analyser les
effets sur l’environnement (d’un projet d’aména­
gement, d’un programme de développement, d’une OUTILS ET PROCESSUS
action stratégique), à mesurer leur acceptabilité D’ÉVALUATION
environnementale et à éclairer les décideurs » (Diren, ENVIRONNEMENTALE
2006, cité par Moussa, 2009), ou comme « un pro­
cessus systématique qui consiste à évaluer et à Selon Dossou Guèdègbé (2012), l’EE se compose
documenter les possibilités, les capacités et les fonc­ d’un ensemble d’instruments qui assurent l’inté­
tions des ressources et systèmes naturels, afin de gration de l’environnement dans les processus de
faciliter la planification du développement durable planification, d’exécution et de suivi-évaluation, à
et la prise de décision en général ainsi qu’à prévoir des échelles et échelons donnés. À chacun de ces
et à gérer les impacts négatifs et les conséquences échelons, ses principaux objectifs sont de faciliter
de propositions d’aménagement en particulier » la prise de décision, de réduire les répercussions
(Sadler, 1996). négatives et optimiser les positives, de déterminer
et évaluer les conséquences sur l’environnement,
CHAPITRE 1 – Principes et cadre d’analyse et de mise en œuvre de l’évaluation environnementale 7

et de permettre l’approbation des interventions par souvent associé à la doctrine capitaliste de la crois­
les acteurs impliqués. Pour ce faire, elle regroupe, sance illimitée. Devant les crises sociales, environ­
selon la même auteure, deux catégories d’outils nementales et économiques qui affectent le système
pratiques (figure 1.2) : 1) les outils prospectifs de actuel, le concept de développement a été couplé
gestion préventive et anticipative de l’environne­ à la notion de temporalité. Le développement ne
ment, soit l’évaluation environnementale straté­ peut pas simplement répondre à des besoins immé­
gique (EES), l’EIE et le plan de gestion diats : il doit être envisagé en fonction d’un temps,
environnementale et sociale (PGES), lequel fait le futur.
partie intégrante de l’EIE, mais possède une fonc­
tion particulière ; 2) les outils de contrôle et de On peut affirmer que l’historique du développe­
gestion environnementale, soit l’audit environne­ ment durable a des liens étroits avec le mouvement
mental et social (AES), l’inspection environnemen­ de protection de l’environnement de la seconde
tale (IE), le monitoring environnemental (ME), moitié du XXe siècle. Nous n’entendons pas par là
l’audit du système de management environnemental qu’il n’y a pas eu de préoccupations environnemen­
(SME), le PGES, etc. tales au cours des décennies précédentes ; plusieurs
auteurs avaient abordé la question, notamment
Georges Perkins Marsh (1801-1882) et Rachel
­Carson (1907-1964), dont l’ouvrage Printemps
PRISE EN COMPTE DE silencieux date de 1962 (Carson, 2009).

L’ENVIRONNEMENT ET DU En 1968, le Club de Rome, constatant la dégrada­


DÉVELOPPEMENT DURABLE tion de l’environnement et la forte croissance de la
population mondiale, commanda une étude pros­
Si l’évaluation environnementale normative est née pective sur les conséquences du maintien de la
du besoin de se doter d’outils de gouvernance envi­ croissance sur les ressources, le développement
ronnementale concrets et ponctuels, on conçoit industriel, la pollution et la population. Le rapport
aujourd’hui que l’EE puisse également s’inscrire issu de cette étude en 1970, intitulé Halte à la
dans un ensemble plus vaste et être un outil de croissance ? et mieux connu sous le nom de rapport
développement durable (DD). Le concept de DD Meadows, a eu l’effet d’une bombe (Meadows
conjugue deux termes ayant un historique et un et al., 1972). Les simulations effectuées par l’équipe
corpus référentiel distincts. Le terme développe- du Massachussetts Institute of Technology mènent
ment évoque l’action d’un déploiement (Cadène, à la conclusion que de profonds changements de
2003) et trouve ses origines dans l’idée de progrès, comportement s’avèrent nécessaires pour éviter
au XVIIIe siècle, période pendant laquelle il est une catastrophe économique et sociale vers le

FIGURE 1.2.  Principaux outils d’évaluation environnementale

ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE

Audiences
EIE EES IE AES
publiques

EIE simplifiée EIE Audit de conformité


EES ES Audit du SME
ou notice approfondie aux normes
sectorielle régionale ISO 14001
d’impact ou détaillée nationales
Source : Dossou Guèdègbé (2012).
8 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

milieu du XXIe siècle. Le rapport Meadows fait durable des ressources naturelles, le maintien et la
la promotion de la croissance zéro. Ses auteurs sauvegarde des écosystèmes et des processus qui
­affirment qu’il faut miser sur un contrôle de la régissent la vie, la coopération des peuples et la
population mondiale, sur la réduction de l’utilisa­ solidarité entre les générations actuelles et futures.
tion des ressources non renouvelables, sur le déve­
loppement industriel, sur la maîtrise de l’énergie Lors de la Conférence de Rio, en 1992, le concept
et sur l’éducation des citoyens à l’environnement. de soutenabilité du développement s’articule
Bien que ces perspectives apocalyptiques aient sou­ comme un souhait ; il est défini comme un pro­
levé une vive contestation et qu’on en ait surestimé cessus de planification et de gestion à la fois spa­
un bon nombre, il n’en demeure pas moins que tiale et temporelle, dont le but est de satisfaire au
cette première étude sonna l’éveil des consciences. mieux les besoins des populations présentes et
futures, tout en veillant à l’utilisation optimale
L’expression développement durable (sustainable des ressources naturelles qu’elles exploitent. Ainsi,
development) fait son apparition dans les années 1980 ; Action 21, lancé lors de la même conférence, est
elle désigne un concept né en réaction aux séquelles un plan d’action pour l’atteinte d’un développe­
bien visibles sur la nature et l’être humain d’un ment soutenable dans les organisations et les États.
développement irrespectueux des limites des res­ Les pays signataires d’Action 21 expriment leur
sources naturelles et de la capacité de soutien du engagement envers ce concept ; plusieurs adopte­
milieu, mais aussi en réaction aux échecs des modèles ront des lois et des règlements ou formuleront des
traditionnels de développement à se traduire en stratégies et des plans pour favoriser la durabilité.
développement social. La CMED, promotrice du
concept à l’échelle internationale, le définit comme Toutefois, le respect des principes du développe­
un « développement qui répond aux besoins des ment durable impose d’énormes changements dans
générations actuelles, sans compromettre la capa­ les domaines de la croissance, de la production et
cité des générations futures de répondre aux leurs » de la consommation. Cette exigence pousse les
(CMED, 1988). Cette commission, aussi nommée instances gouvernementales à revoir leurs procédés
Commission Brundtland, a propulsé le concept de conventionnels de prise de décision. La concrétisa­
développement durable dans toutes les sphères ; tion du concept de DD passe entre autres par l’éva­
les gouvernements des pays industrialisés, en tran­ luation des politiques, plans et programmes adoptés
sition et en développement, les partis politiques, et révisés. L’EES s’avère donc un outil essentiel à
les banques, les grandes entreprises, les syndicats, l’atteinte des objectifs de développement durable.
les ONG, etc. l’ont tous accaparé et redéfini en Elle permet d’anticiper et de réduire les effets
fonction de leurs propres préoccupations. Si le néfastes des politiques, plans et programmes envi­
concept a atteint une si grande popularité, c’est ronnementaux adoptés par les instances gouverne­
peut-être parce qu’il se présente comme un com­ mentales, tout en intégrant les considérations
promis entre un développement irrespectueux et sociales et économiques à la prise de décision. De
un environnement intolérant, et que la CMED plus, l’utilisation de l’EES pour la planification des
est demeurée vague sur les degrés d’attention à grandes orientations est cruciale pour l’intégration
porter à chacune de ses dimensions (économique, d’une vision sur le long terme. Ainsi, l’EES est utile
sociale et écologique). lorsque les politiques, plans et programmes à
l’étude impliquent des choix de société ayant
Cependant, la CMED voit dans le DD beaucoup des  conséquences sur plusieurs générations. Sa
plus qu’un concept accrocheur servant à justifier situation en amont permet également de proposer
des investissements et des comportements. Pour des solutions de remplacement viables et plus
elle, la réalisation d’un développement durable attrayantes à long terme pour remplacer certains
passe par de profondes transformations sociales et aspects des politiques, plans et programmes habi­
écologiques. Elle exige la satisfaction des besoins tuellement proposés.
essentiels des citoyens, l’utilisation rationnelle et
CHAPITRE 1 – Principes et cadre d’analyse et de mise en œuvre de l’évaluation environnementale 9

En général, le développement durable intègre trois différenciées. Les pays développés admettent la
dimensions : écologique, socio-institutionnelle et responsabilité qui leur incombe dans l’effort inter­
économique, avec la précaution que les problèmes national en faveur du développement durable »
de développement réglés ne soient pas déplacés (ONU, 1993, principe 7). En matière d’équité, on
dans l’espace et dans le temps. Selon Villeneuve reconnaît que les générations futures, autant que
(1998), le DD n’est possible que si la démographie les générations actuelles, ont droit à un environ­
et le système économique évoluent en harmonie nement intact et sain. Ce principe fait appel à
avec le potentiel de production des écosystèmes. ­l’altruisme et à la responsabilité. Cet effort de soli­
Autrement dit, un développement qui se fait au darité est ainsi à la fois intergénérationnel (notre
détriment de la qualité de l’environnement ne peut génération doit se préoccuper du « capital Terre »
pas être viable à long terme. Le DD implique aussi qu’elle laisse aux générations futures afin de ne pas
que les bénéfices soient gérés de manière à assurer hypothéquer leur capacité à accéder au bien-être)
un partage équitable entre les peuples d’une même et intra­générationnel (il est urgent de commencer
nation et entre les nations d’une part, entre les par réduire les inégalités entre pauvres et riches, à
générations et avec la nature d’autre part. C’est la la fois entre pays du Nord et du Sud et au sein des
raison d’être d’un quatrième pôle du DD (figure 1.3). sociétés elles-mêmes).

Le développement durable inclut également deux


principes fondamentaux qui font consensus. Il s’agit
du principe de la responsabilité différenciée des RAPPEL DES PRINCIPES
États dans les efforts de rendre davantage soute­
nable le « progrès », ainsi que du principe d’équité
ET DES OUTILS DU
inter- et intragénérationnelle. Tous les pays n’ont DÉVELOPPEMENT DURABLE
pas à avoir le même engagement en matière
L’aspiration à un développement durable repose
­d’efforts vers le développement durable. Ce prin­
sur l’acceptation d’un certain nombre de principes
cipe a été reconnu entre autres au Sommet de Rio :
opérationnels qui reconnaissent les responsabilités
« Étant donné la diversité des rôles joués dans
respectives des utilisateurs, des décideurs et des
la dégradation de l’environnement mondial, les
développeurs. La plupart de ces principes peuvent
États ont des responsabilités communes mais
s’appliquer à diverses échelles : celle de la planète

FIGURE 1.3.  Dimensions du développement durable

PÔLE ÉTHIQUE PÔLE ÉCONOMIQUE

Assurer un partage équitable entre les peuples Assurer la qualité de vie en répondant aux
d’une même nation, entre les nations, entre besoins de sécurité physique, d’alimentation,
les générations et avec la nature. d’habitation, de transport, etc.

PÔLE ÉCOLOGIQUE PÔLE SOCIAL

Maintenir les systèmes qui entretiennent la vie Répondre aux aspirations de chaque être
et assurer la pérennité des ressources. humain d’être en santé, éduqué, libre dans
son expression, aimé, reconnu, etc.

Source : Villeneuve (1998).


Le Guide d’utilisation de la Grille d’analyse de développement durable de la Chaire en éco-conseil rajoute 2 autres
dimensions : la gouvernance et la culture. La dimension culturelle du développement durable est très importante
au niveau de la Francophonie. Lire le guide avec ce lien : http://ecoconseil.uqac.ca/wp-content/uploads/2017/04/
Guide_utilisation_GADD_2016_SM.pdf
10 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

et des continents, celle des ensembles régionaux et sur la prévention de la pollution des mers résultant
des États, celle des régions et des provinces, celle de l’immersion de déchets (Convention de Londres,
des bassins hydrographiques, celle des métropoles, 29 décembre 1972), la Convention d’Espoo du
des villes et villages, et celle des quartiers et des 25 février 1991, la Convention-cadre des Nations
habitations. Unies sur les changements climatiques (Rio de
Janeiro, 9 mai 1992), la Convention sur la diversité
Le principe de prévention biologique (Rio de Janeiro, 5 juin 1992) et la
Convention pour la protection du milieu marin de
Le principe d’action préventive ou de prévention
l’Atlantique du Nord-Est (Convention OSPAR,
revêt une très grande importance en droit de
1992). Tous ces textes orientent les réflexions vers
­l’environnement. Il est à la base même du concept
le principe de prévention (Ogé, 2014). Par exemple,
de l’évaluation environnementale comme outil
l’article 2 de la Convention OSPAR mentionne que
rationnel de gouvernance environnementale. Le
les parties signataires « tiennent pleinement compte
principe de prévention vise à organiser une inter­
de la mise en œuvre des derniers progrès tech­
vention en amont de l’événement environnemental
niques réalisés et des méthodes conçues afin de
susceptible de perturber un équilibre écologique.
prévenir et de supprimer intégralement la pollu­
Dans la mesure du possible, sa mise en œuvre doit
tion » et veillent à « faire appliquer les meilleures
permettre d’éviter toute atteinte à l’environnement
techniques disponibles et la meilleure pratique
ou, tout au moins, d’en limiter les effets négatifs
environnementale ».
d’autant plus facilement qu’il est invoqué lorsque
le risque est avéré, reconnu, indiscutable (Ogé, Le principe de gouvernance
2014). Le principe de prévention apparaît d’emblée
participative
comme le principe phare du droit de l’environne­
ment : tout semble être bâti autour de cette idée Le principe de gouvernance participative est à la
de prévention des dommages écologiques. Il occupe base de la consultation et de la participation du
une place essentielle parmi les différents principes public en évaluation environnementale. La parti­
du droit de l’environnement, car il est à l’épicentre cipation peut être définie, selon Prieur (2013),
de cette politique. comme « une forme d’association et d’interven­
tion des citoyens à la préparation et à la prise de
En matière d’environnement, il est en effet préfé­
décision administrative ». Cette conception nou­
rable, tant du point de vue écologique qu’écono­
velle du fonctionnement administratif s’est affirmée
mique, de prévenir l’apparition des pollutions et
de façon particulière en matière environnementale,
des nuisances que de devoir remédier ultérieure­
portée dans un premier temps par des instruments
ment aux maux qu’elles auraient provoqués. Ce
internationaux (Jegouzo, 2012). Ce principe vise à
principe de prévention1 s’oppose ainsi à l’approche
mettre en œuvre des processus d’information trans­
curative qui caractérise, entre autres, le principe
parente et pluraliste, de consultation, de débat
pollueur-payeur. C’est également sous l’égide du
public et de gestion des conflits, en intégrant tous
principe de prévention que s’inscrivent les procé­
les acteurs concernés, à tous les niveaux de décision,
dures d’évaluation environnementale (Piette, 2002).
du local à l’international.
Le concept a été incorporé à de nombreuses
Ainsi, le principe de gouvernance participative
conventions internationales, telles la Convention
touche les conférences de citoyens, le budget

1. La politique de protection de l’environnement trouve sa justification dans le dicton « mieux vaut prévenir que guérir ». Ce
principe trouve son origine dans le droit international, en 1941, à la faveur d’un litige opposant les États-Unis et le Canada
au sujet des émissions de soufre générées par une usine canadienne (la fonderie du Trail) et impactant des agriculteurs des
États-Unis. À cette occasion, le tribunal arbitral a justifié sa décision par l’obligation pour l’entreprise industrielle de prévenir
la pollution transfrontalière (Ogé, 2014).
CHAPITRE 1 – Principes et cadre d’analyse et de mise en œuvre de l’évaluation environnementale 11

participatif, les dispositifs prévus dans l’Accord de que l’environnement soit dans un état acceptable.
Cotonou de 2000 et la Convention d’Aarhus de En d’autres termes, beaucoup de ces mesures
1998 (accès à l’information, à la participation et à devraient se répercuter sur le coût des biens et ser­
la justice environnementale). Au-delà de la partici­ vices qui sont à l’origine de la pollution du fait de
pation proprement dite, la gestion de la complexité leur production ou de leur consommation. D’une
que représente le développement durable appelle manière générale, de telles mesures ne devraient
une autre forme de structure décisionnelle. pas s’accompagner de subventions susceptibles
d’engendrer des distorsions importantes dans le
Le Programme des Nations Unies pour le dévelop­ commerce et les investissements internationaux
pement (PNUD) définit la gouvernance participa­ (OCDE, 1995).
tive comme « l’exercice des pouvoirs économiques,
politiques et administratifs pour gérer les affaires Toujours selon l’OCDE, le principe pollueur-payeur
des pays à tous les niveaux. Il comprend les méca­ n’est pas un principe de compensation des dom­
nismes, procédés et institutions par lesquels les mages causés par la pollution. Il signifie simplement
citoyens et les groupes articulent leurs intérêts, qu’en règle générale, les pouvoirs publics ne doivent
exercent leurs droits légaux, remplissent leurs obli­ pas accorder des subventions à leurs industries à
gations et gèrent leurs différences. La bonne gou­ des fins de lutte contre la pollution. Ce principe
vernance est, parmi d’autres choses, participative, vise plutôt à orienter la répartition, entre les pou­
transparente et responsable […] la bonne gouver­ voirs publics et le secteur privé, des coûts afférents
nance assure que les priorités politiques, sociales et à la pollution intérieure ou aux mesures de protec­
économiques sont fondées sur un large consensus tion de l’environnement national. Il concerne l’en­
dans la société et que les voix des plus pauvres tité à laquelle on doit imputer les coûts et non le
et des plus vulnérables sont au cœur du processus montant à payer. Le principe pollueur-payeur peut
de décision sur l’allocation des ressources pour se traduire par des investissements économiques :
le développement » (Melquiot, 2003). soit une redevance proportionnelle aux volumes et
à la toxicité des polluants rejetés dans le milieu,
Le principe pollueur-payeur qui stimule l’internalisation des coûts indirects de
production, soit la prise en charge par l’entreprise
Le principe pollueur-payeur est un principe éco­
des coûts d’évitement de la pollution. L’entreprise
nomique selon lequel le pollueur prend à sa charge
doit alors assumer les coûts de la pollution dans
les dépenses afférentes à la mise en œuvre des
l’intérêt public, sans créer de distorsions au com­
mesures de prévention de la pollution ou aux
merce international. Les rejets autorisés doivent se
­dommages provoqués par cette dernière. Le texte
situer à un niveau acceptable pour les humains et
adopté par l’OCDE (1972) relativement aux
les systèmes écologiques qui les reçoivent. Le paie­
aspects économiques des politiques de l’environ­
ment de droits ou de redevances ne constitue pas
nement sur le plan international se lit ainsi : « Le
une autorisation aveugle de rejets de type « plus je
principe à appliquer pour l’imputation des coûts
rejette, plus je paie ». Ce niveau d’acceptabilité peut
des mesures de prévention et de lutte contre la
dépendre de nombreux facteurs, dont la toxicité
pollution, principes qui favorisent l’emploi ration­
des rejets pour la faune, la flore ou les humains,
nel des ressources limitées de l’environnement tout
la sensibilité et le degré actuel de contamination
en évitant des distorsions dans le commerce et les
du milieu récepteur, et les engagements natio­
investissements internationaux, est le principe dit
naux ou internationaux. La détermination de ces
« pollueur-payeur ». Ce principe signifie que le pol­
niveaux est prise en compte dans les évaluations
lueur devrait se voir imputer les dépenses relatives
environnementales.
aux mesures arrêtées par les pouvoirs publics pour
12 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Le principe utilisateur-payeur arguments à des associations pour obtenir du


Conseil d’État, à la fin de l’année 1998, le maintien
Le principe utilisateur-payeur est de même nature provisoire de l’interdiction de commercialiser un
que le principe pollueur-payeur. Plutôt que sur maïs transgénique.
l’usage de l’environnement aux fins des rejets de
polluants, la responsabilité porte ici sur la consom­ Le principe de subsidiarité
mation de ressources que l’usager utilisait tradi­
tionnellement sans en payer le coût. Le montant à Quand il s’agit d’appliquer l’un ou l’autre de ces
payer peut dépendre du type d’usage et de son principes dans un cadre international, interrégional,
degré de perturbation des milieux (par exemple, national, régional ou autre, le principe de subsidia­
usage sur place, exportation, dégradation), de la rité permet de guider le choix de l’échelle appro­
ressource utilisée (renouvelable ou non) et des priée. En vertu de ce principe, lorsque plusieurs
volumes prélevés2. La détermination du degré de échelons peuvent prendre en charge efficacement
perturbation est prise en compte dans les évalua­ les décisions et leur application, on choisit en prin­
tions environnementales. cipe l’échelon le plus près des utilisateurs ou de
l’ensemble des citoyens.
Le principe de précaution
Le principe de précaution fournit un cadre d’aide
à la décision en situation d’incertitude. Lorsque la CONCLUSION
réalisation d’une activité ou d’un projet comporte
des risques importants ou irréversibles pour l’envi­ Au terme de ce module, il se dégage que l’EE est
ronnement naturel ou humain (dont la santé), une pratique qui tend à s’inscrire de plus en plus
­l’absence de certitude absolue quant aux effets fermement dans le contenu normatif du droit
de  cette réalisation ne doit pas justifier qu’on national et international. De ce fait, elle constitue
­s’abstienne de prendre des mesures de prévention. un mécanisme qui influence le comportement des
En Europe, le principe de précaution a été appliqué États lorsque ceux-ci entreprennent de respecter
pour la première fois en 1990, dans le cadre d’une les dispositions auxquels ils ont librement souscrit
directive interdisant la dissémination d’organismes sur le plan international. Ces effets sont d’autant
génétiquement modifiés (OGM) sans autorisa­ plus remarquables que la pratique de l’EE constitue
tion. En France, à la suite des affaires successives de plus en plus une condition et, dans une certaine
de l’amiante, de la maladie de la vache folle et du mesure, une règle en matière de protection de
sang contaminé, le principe de précaution tend à l’environnement.
s’imposer comme une nouvelle référence collec­
À l’échelon national, il existe de nombreux textes
tive. La loi Barnier relative au renforcement de la
d’application, qui se déclinent en codes et en lois,
protection de l’environnement l’a introduit dans
en lien avec les accords et conventions signés par
le droit positif français en 1995 (République fran­
le pays.
çaise, 1995). L’attrait du public pour ce concept
a débouché sur des initiatives qui ont fourni les

2. On peut appliquer le principe utilisateur-payeur à la lutte contre le tabagisme. Dans la plupart des pays de l’OCDE, on
privilégie le principe utilisateur-payeur pour lutter contre les dommages causés par le tabagisme. En effet, une étude de
l’Organisation mondiale de la santé sur l’évolution des prix, de 1990 à 2000, dans plus de 80 pays montre que dans l’ensemble,
le prix des cigarettes a augmenté dans la plupart des pays industrialisés. En Norvège, en Australie et à Hong Kong, les prix
du tabac ne cessent d’augmenter en raison de mesures draconiennes antitabac qui s’appuient sur une responsabilisation
des fumeurs. Dans le cas du tabac, l’application du principe utilisateur-payeur a une double fonction : i) couvrir le coût des
mesures visant la prévention et la réduction des dommages liés au tabac ; ii) par un prix assez élevé, d’une part, encourager
les fumeurs à consommer moins de tabac ou même les persuader d’arrêter et, d’autre part, dissuader les ex-fumeurs de revenir
au tabagisme.
CHAPITRE 1 – Principes et cadre d’analyse et de mise en œuvre de l’évaluation environnementale 13

BIBLIOGRAPHIE Cadène, P. (2003). « La dynamique spatiale des grandes


entreprises en Inde », dans L. Kennedy et al. (dir.),
Agence canadienne de développement international – Dynamiques spatiales de l’industrialisation : Chine,
ACDI (2004). Guide de l’évaluation environnementale Inde, Thaïlande, Paris, UNESCO, p. 61-71, <http://
stratégique des projets de politiques, de plans et de pro- unesdoc.unesco.org/images/0012/001298/129845fo.
grammes, Ottawa, ACDI, <http://www.international. pdf>, consulté le 27 novembre 2018.
gc.ca/development-developpement/priorities-
Carson, R. (2009). Printemps silencieux, trad.
priorites/enviro/seapppp-eespppp.aspx?lang=fra>,
J.-F. ­Gravand, Marseille, Wildproject.
consulté le 26 novembre 2018.
Commission mondiale sur l’environnement et le déve­
Agence canadienne d’évaluation environnementale –
loppement – CMED (1988). Notre avenir à tous,
ACEE (2010). Évaluation environnementale straté-
Montréal, Éditions du Fleuve.
gique : la directive du Cabinet sur l’évaluation
environnementale des projets de politique, de plans et de Crowley, M. et Risse, N. (2011). « L’évaluation envi­
programmes, Ottawa, Travaux publics et Services gou­ ronnementale stratégique : un outil pour aider les
vernementaux Canada, <https://www.canada.ca/ administrations publiques à mettre en œuvre le déve­
content/dam/ceaa-acee/documents/strategic-envi­ loppement durable », Télescope, vol. 17, no 2, p. 1-29,
ronmental-assessment/cabinet-directive-environmen­ <http://www.telescope.enap.ca/Telescope/docs/
tal-assessment-policy-plan-program-proposals/ Index/Vol_17_no2/Telv17n2_Crowley_risse.pdf>,
directive_du_cabinet_sur_levaluation_environne­ consulté le 27 novembre 2018.
mentale_des_projets_de_politiques_de_plans_et_de_ Melquiot, P. (dir.) (2003). « Gouvernance », dans 1001 mots
programmes.pdf>, consulté le 28 novembre 2018. et abréviations de l’environnement et du développe­
André, P., C.E. Delisle et J.-P. Revéret (2010). L’évalua- ment durable, Béziers, RecyConsult, <https://www.
tion des impacts sur l’environnement : processus, acteurs dictionnaire-environnement.com/gouvernance_
et pratique pour un développement durable, 3e éd., ID1918.html>, consulté le 28 novembre 2018.
Montréal, Presses internationales Polytechnique. Dossou Guèdègbé, O.V. (2012). Module de formation en
Association québécoise pour l’évaluation d’impacts – évaluation environnementale : support pédagogique,
AQÉI (2006). L’évaluation environnementale straté- Cotonou, Département de géographie et aménage­
gique : un outil performant et éprouvé à inclure dans la ment du territoire, Université d’Abomey-Calavie.
Stratégie de développement durable au Québec, Gauthier-Hétu, K. (2008). Limites et contraintes à la
mémoire au gouvernement du Québec (décembre), ­réalisation des études des impacts environnementaux
<https://www.aqei.qc.ca/static/uploaded/Files/publi­ dans les pays en développement, mémoire de maîtrise,
cations/2006-decembre_AQEIMemoireEES2006. Université de Sherbrooke.
pdf>, consulté le 27 novembre 2018. Jegouzo, Y. (2012). « L’imprévisible principe de précau­
Banque mondiale (1999). Manuel d’évaluation environ- tion », AJDA, no 5/2012.
nementale, Washington, Banque mondiale. Kiss, A. (2005). « Du régional à l’universel : la générali­
Banque mondiale (2015). Manuel d’évaluation environ- sation des préoccupations environnementales », Revue
nementale, Washington, Banque mondiale. internationale et stratégique, no 60 (hiver), p. 85-92.
Bouvier, A.-L. (2006). L’évolution de l’évaluation des Le Prestre, P. (2005). Protection de l’environnement et
impacts depuis le début des années 1970 : le cas des relations internationales : les défis de l’écopolitique
grands barrages hydroélectriques au Québec, mémoire ­mondiale. Paris, Armand Colin / Dalloz.
de maîtrise, Université du Québec à Montréal, Leduc, G.A. et M. Raymond (2000). L’évaluation des
<https://archipel.uqam.ca/1977/1/M9206.pdf>, impacts environnementaux, un outil d’aide à la décision,
consulté le 27 novembre 2018. Sainte-Foy, MultiMondes.
14 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Lerond, M., C. Larrue, P. Michel, B. Roudier et C. Sanson Organisation de coopération et de développement éco­
(2003). L’évaluation environnementale des politiques, nomiques – OCDE (2006). L’évaluation environne-
plans et programmes : Objectifs, méthodologies et cas mentale stratégique : guide de bonnes pratiques dans le
pratiques, Paris, TEC et DOC. domaine de la coopération pour le développement,
Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Lignes directrices et ouvrages de référence du CAD,
changements climatiques du Québec – MELCC Paris, OCDE, <http://www.oecd.org/fr/cad/environ­
(s.d.). À propos du développement durable, <http:// nement-developpement/37354750.pdf>, consulté le
www.environnement.gouv.qc.ca/developpement/ 27 novembre 2018.
definition.htm>, consulté le 27 novembre 2018. Organisation des Nations Unies – ONU (1993). Décla-
Meadows, D.H., D.L. Meadows, J. Randers et W. Behrens ration de Rio sur l’environnement et le développement –
(1972). Halte à la croissance ? Rapport sur les limites Principes de gestion des forêts, DPI/1299 (mai), New
de la croissance, suivi de J. Delaunay, Enquête sur le York, ONU, <http://www.un.org/french/events/
Club de Rome, Paris, Fayard. rio92/rio-fp.htm>, consulté le 27 novembre 2018

Michel, P. (2001). L’étude d’impact sur l’environnement, Organisation des Nations Unies – ONU (2000). Déclara-
Bureau central d’études pour les équipements tion du millénaire, résolution adoptée par l’Assemblée
d’outre-mer, Ministère de l’Aménagement du terri­ générale, A/55/L.2, <https://www.un.org/french/
toire et de l’Environnement de France, <https://www. millenaire/ares552f.htm>, consulté le 27 novembre
unece.org/fileadmin/DAM/env/eia/documents/ 2018.
EIAguides/france_EIA_complete.pdf>, consulté le Petit, M. (2008). Évaluation environnementale stratégique :
27 novembre 2018. un outil prometteur pour le Québec ?, mémoire de maî­
Moussa, I. (2009). Évaluation environnementale, module trise, Université de Sherbrooke.
de formation. Piette, J. (2002). L’émergence d’un droit nouveau, le droit
Nanfah, S.P.J. (s.d.). L’évaluation environnementale dans de l’environnement, exposé, mars.
les conventions internationales relatives à l’environne- Prieur, M. (2013). « Un nouvel instrument de démocratie
ment, <http://cmsdata.iucn.org/downloads/cel10_ participative, AJDA, 4 février.
nanfah.pdf>, consulté le 27 novembre 2018. République française (1995). Loi no 95-101 du 2 février
Ogé, F. (2014). Introduction aux concepts et principes du 1995 relative au renforcement de la protection de l’en-
droit de l’environnement, cours pédagogique, Univer­ vironnement, <https://www.legifrance.gouv.fr/
sité virtuelle Environnement et Développement affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000
durable. 551804>, consulté le 27 novembre 2018.
Organisation de coopération et de développement éco­ Risse, N. (2004). Évaluation environnementale stratégique
nomiques – OCDE (1972). Le principe pollueur-­ et processus de décision publics : contributions métho­
payeur : analyses et recommandations de l’OCDE, Paris, dologiques, thèse de doctorat, Université libre de
OCDE. Bruxelles.
Organisation de coopération et de développement éco­ Sachs, I. et al. (1981). Initiation à l’écodéveloppement,
nomiques – OCDE (1995). Application des principes Toulouse, Privat.
de BPL aux systèmes informatiques, Série « Les prin­ Sadler, B. (1996). L’évaluation environnementale dans un
cipes de bonnes pratiques de laboratoire et la vérifi­ monde en évolution : évaluer la pratique pour améliorer
cation du respect de ces principes » no 10, Paris, le rendement – Étude internationale sur l’efficacité de
OCDE, <https://doi.org/10.1787/20777868>, l’évaluation environnementale, rapport final, Ottawa,
consulté le 27 novembre 2018. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
<https://www.iaia.org/pdf/EIA/EAE/EAE_10F.
PDF>, consulté le 27 novembre 2018.
CHAPITRE 1 – Principes et cadre d’analyse et de mise en œuvre de l’évaluation environnementale 15

Samoura, K. et S. Yonkeu (2011). Les évaluations envi- Stinchcombe, K. et R.B. Gibson (2001). « Strategic envi­
ronnementales comme outil de mise en œuvre du déve- ronmental assessment as a means of pursuing sustai­
loppement durable : définitions, typologie, objectifs et nability : Ten advantages and ten challenges », Journal
démarche – Support pédagogique, École d’été de l’Ins­ of Environmental Assessment Policy and Management,
titut de l’énergie et de l’environnement de la Franco­ vol. 3, no 3 (septembre), p. 343-372.
phonie et Secrétariat international francophone pour Villeneuve, C. (1998). Qui a peur de l’an 2000 ? Guide
l’évaluation environnementale. d’éducation relative à l’environnement pour le dévelop-
SIDDTS/MIG (2012). Le Grenelle Environnement : pement durable, Sainte-Foy, MultiMondes.
­l’historique du développement durable, <http://www. Villeneuve, C. et Riffon, O. (2011). Comment réaliser une
s e i n e - e t - m a r n e. g o u v. f r / c o n t e n t / d o w n l o a d / analyse de développement durable ? Grille d’analyse,
4979/35469/file/FIC_20120800_Histo_DD.pdf>, Chaire de recherche en éco-conseil. Département des
consulté le 27 novembre 2018. sciences fondamentales, Université du Québec à
Chicoutimi, septembre.
CHAPITRE 2
L’étude d’impact environnemental et social
Procédure administrative

Samuel Yonkeu

Introduction
Le processus administratif de l’évaluation
environnementale
Les étapes qui précèdent l’étude d’impact
Les étapes qui accompagnent la réalisation
de l’étude d’impact, mais qui précèdent
la décision
Les étapes post-décision et post-projet
18 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION Les étapes qui précèdent


l’étude d’impact
Depuis la mise en place du processus d’évaluation
environnementale (EE) aux États-Unis en 1969, L’avis de projet
plusieurs pays ont adopté un régime national d’éva- Le processus s’amorce par le dépôt d’un avis de
luation environnementale ou travaillent à la mise projet par un promoteur, qui peut être un particulier,
en œuvre d’un tel régime. Dans l’espace franco- une entreprise ou l’État lui-même. L’avis de projet
phone, les gouvernements du Canada, de la France doit contenir un minimum d’informations sur la
et du Québec ont mis en place leur procédure au nature du projet, sa taille, son emplacement et,
cours des années 1970. Quant aux pays africains, éventuellement, son coût et le calendrier de sa mise
les principaux déclencheurs de leur action ont été en œuvre. Ces informations initiales peuvent être
le Sommet de la Terre de Rio en 1992 et la directive complétées par des indications sur la ou les tech-
opérationnelle 4.01 de la Banque mondiale, qui nologies qui seront utilisées si nécessaire, les proces-
imposait la réalisation d’une évaluation environne- sus et les procédés, ainsi que par des renseignements
mentale avant la prise de décision du financement. préliminaires sur les émissions et les effluents
Dans ce chapitre, nous présentons une synthèse anticipés.
de  la procédure administrative de l’évaluation
­environnementale telle qu’on la rencontre dans La catégorisation du projet
la plupart des pays de l’espace francophone, nous L’objectif de l’autorité compétente est de détermi-
en décrivons les principales étapes, puis nous ner, parmi tous les projets proposés, ceux qui ont
­expliquons en quoi celles-ci consistent. Nous don- besoin d’études plus poussées sur l’environnement
nons un aperçu de la période et des acteurs de mise et de soustraire de la procédure ceux dont les
en œuvre. impacts négatifs sur l’environnement sont faibles
ou nuls. On parle alors de projets assujettis ou non
assujettis. L’avis de projet doit permettre la catégo-
risation (screening) du projet et déterminer si une
LE PROCESSUS étude d’impact environnemental et social (EIES)
ADMINISTRATIF est nécessaire pour en évaluer les impacts et, enfin,
DE L’ÉVALUATION si cette EIES doit être exhaustive ou simplifiée. Il
permet donc de préciser le type d’EIES approprié
ENVIRONNEMENTALE pour un projet donné, selon ses impacts environ-
La diversité des États et leur degré d’autonomie nementaux probables.
en matière d’environnement ont donné lieu à des
La catégorisation du projet se traduit par l’un des
différences dans le processus d’EE. Cependant,
trois résultats suivants. 1) Lorsque des enjeux
on peut relever un portrait type dont le schéma
importants sont soulevés ou lorsque les impacts
administratif général est illustré à la figure 2.1.
d’un projet sont très incertains, l’évaluation envi-
ronnementale demande la réalisation d’une EIES
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 19

FIGURE 2.1.  Schéma type du processus d’évaluation environnementale et sociale

SERVICES PUBLICS PROMOTEUR, MAÎTRE D’ŒUVRE


Avis de projet
Consultation
Catégorisation
ANTE

Consultation
Cadrage
Données de référence

Énoncé d’impact environnemental


Consultation
Étude d’impact
Application, alternatives
Description du milieu de référence
Description technique du projet
Impacts du projet
Compensation, atténuation
PGE

Qualité et conformité
Analyse technique

et conformité
Consultation

Qualité
DÉCISION
Conditions
IMPLANTATION
Surveillance Autosurveillance
POST

Suivi Monitoring
Gestion

Source : M.A. Bouchard (2018). Notes du cours « Impact des projets d’ingénierie sur l’environnement », Montréal,
École Polytechnique.

complète et exhaustive. 2) Si les impacts environ- Pour déterminer si un projet est assujetti, les outils
nementaux d’un projet sont connus et peuvent utilisés varient d’un territoire de compétence à
facilement être atténués, une étude environnemen- l’autre. 1) Des listes positives ou listes d’inclusion
tale et un plan d’atténuation plus limités peuvent recensent les projets nécessitant une étude d’im-
suffire1. 3) Si l’évaluation préliminaire ne soulève pact sur l’environnement (EIE) ; une telle liste,
aucun enjeu négatif, il n’est pas nécessaire de conti- fondée sur des seuils de dimensionnement ou de
nuer l’analyse environnementale, et le projet n’est puissance, est généralement incluse en annexe de
pas assujetti à la suite de la procédure d’évaluation la loi sur l’environnement ou du décret de mise en
environnementale. œuvre de la procédure d’EIES. 2) Quelques pays

  1. Les projets susceptibles de causer peu d’impacts ne nécessitent pas d’EIES approfondie. Ils peuvent en être exemptés ou faire
l’objet d’une évaluation à portée limitée, comme l’étude d’impact environnemental et social simplifiée, parfois appelée « éva-
luation environnementale sommaire », « notice d’impact environnemental », « avis environnemental », « rapport d’opinion
environnementale » ou « prescription environnementale ».
20 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

utilisent (ou ont utilisé) des listes négatives ou listes L’exercice consiste à indiquer, parmi le vaste champ
d’exclusion, indiquant les projets qui ne sont pas des problèmes environnementaux potentiels, un
assujettis. 3) D’autres se fondent sur des avis nombre restreint d’enjeux à traiter de manière
­d’experts ou sur une combinaison comprenant une approfondie dans l’étude d’impact. Il sert égale-
liste d’inclusion et un avis d’expert. 4) D’autres ment à recenser et définir, dès les premiers stades
enfin (notamment la France) ont classé les projets du processus de planification, les préoccupations
en fonction d’une valeur monétaire seuil. des parties prenantes et les exigences et les limites
de l’EIES. C’est à cette étape que le grand public
Dans certains territoires, le processus de catégori- et la société civile (ONG, associations, leaders
sation peut prendre la forme plus élaborée d’un d’opinion, etc.) ont pour la première fois ou presque
examen préalable. Ce dernier ne nécessite ni ana- l’occasion d’entendre parler du projet proposé et
lyse élaborée ni connaissance détaillée des sites, des d’exprimer leur opinion. Le cadrage doit éviter
techniques ou des méthodes. L’examen peut se de s’attarder sur les contraintes secondaires qui
faire en fonction de divers paramètres : 1) des cri- affectent l’environnement dans une moindre
tères simples comme la taille, l’emplacement ou le mesure et qui n’ont pas une signification majeure
coût ; 2) la comparaison de la proposition de projet dans l’opinion publique.
avec des projets de même type qui nécessitent rare-
ment une EIES exhaustive (ex. : les petits travaux Une fois que l’autorité responsable de l’environne-
d’entretien routiers) ou qui en exigent toujours ment convient d’assujettir tel ou tel projet à une
(ex. : la construction d’un barrage ou d’une auto- évaluation plus élaborée subséquente à la réalisa-
route) ; 3) les écosystèmes possiblement affectés tion d’une étude d’impact, elle émet des indications
(ex. : une savane herbeuse, une forêt pluviale) et sur la façon de conduire les études subséquentes.
les problèmes environnementaux connus ou sen- Selon le territoire, ces indications peuvent prendre
sibles (ex. : l’érosion du sol, le déboisement, les la forme d’une directive, d’un cahier des charges
parcs nationaux, les écosystèmes de mangroves) ; ou de termes de référence (terms of reference). Les
4) les enseignements tirés de projets semblables. termes de référence servent à la préparation de
l’EIES ; idéalement, ils englobent les indications sur
Dans presque tous les pays, le classement du projet le contenu éventuel de l’étude. La directive précise
par l’autorité responsable de l’environnement se la portée du travail à accomplir, en indiquant les
borne à des délais prescrits par la loi, lesquels principales tâches à réaliser durant l’étude et le
peuvent varier de quelques jours à un mois à comp- niveau d’effort requis pour la préparation de l’EIES.
ter de la date de dépôt de l’avis de projet. Lorsque Elle doit être claire et assez précise pour permettre
le projet doit faire l’objet d’une EIES, le promo- aux promoteurs de réaliser efficacement l’étude
teur doit en être informé aussitôt que possible dans d’impact. Quelques pays disposent à l’avance de
le cheminement du projet, pour qu’il soit au cou- directives sectorielles construites sur la base de
rant de ses obligations avant d’engager des fonds l’expérience acquise et des consultations tenues
pour la conception et le développement ultérieur auprès d’autres ministères, de groupes environne-
du projet. mentaux, d’associations professionnelles et de
regroupements d’initiateurs de projets ou d’experts
Le cadrage et l’élaboration des termes spécialisés. Ces directives sont par la suite adaptées
de référence aux circonstances de chaque projet soumis.
Le cadrage (scoping) s’effectue une fois qu’il est
établi qu’une EIES doit être entreprise pour un Pendant l’exercice de cadrage, un brouillon des
projet donné, avec le souci de circonscrire et déter- termes de référence peut être mis à la disposition
miner avec plus de précision la nature des rensei- du public pour examen et commentaires. Un exa-
gnements que devra contenir l’étude d’impact. men critique par le public à ce stade précoce du
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 21

processus constitue une occasion clé de s’assurer Les étapes qui accompagnent
que les demandes d’information pour l’EIES sont la réalisation de l’étude d’impact,
correctement formulées et que l’EIES abordera les mais qui précèdent la décision
sujets qui intéressent la collectivité et les autres
parties prenantes (l’autorité décisionnelle de mise Cette partie de la procédure comprend deux élé-
en œuvre du projet, l’autorité de gestion du milieu ments : la réalisation de l’étude d’impact et l’analyse
d’accueil du projet, les scientifiques, la société de sa recevabilité. La première est la responsabilité
civile, le promoteur). du promoteur qui doit réaliser l’EIES conformé-
ment aux termes de référence. La seconde est la
Bien que l’exercice de cadrage soit la responsabilité responsabilité de l’autorité responsable de l’envi-
exclusive de l’autorité compétente, il peut être réa- ronnement (ministère, agence nationale, bureau
lisé en collaboration avec le promoteur. Le promo- national, direction générale de l’EIE, etc.).
teur procède alors à un exercice d’examen préalable
de son projet (voir l’annexe 2.1) et sa proposition La réalisation de l’étude d’impact environnemental
à l’autorité chargée de l’approbation devra au mini- et social est à la charge du promoteur. Celui-ci peut
mum respecter les éléments requis énumérés dans en confier le mandat de réalisation à un prestataire
l’encadré 2.1. externe, un expert ou, souvent, une firme spéciali-
sée, en demeurant le seul responsable de l’étude.
Tout au long de la réalisation de l’étude, l’initiateur
Encadré 2.1.  Contenu des termes peut demeurer en contact avec l’autorité compé-
de référence provisoires tente dans le but de veiller à ce que l’ensemble des
éléments requis par les termes de référence soient
Rendre disponible l’information sur le projet.
traités adéquatement. Au cours de la réalisation de
Proposer (sur la base des termes de référence type) l’étude d’impact, il peut s’avérer que des éléments
une liste exhaustive des impacts à étudier. non mentionnés dans les termes de référence soient
Proposer une liste des éléments spécifiques du projet importants. Dans ce cas, il revient au promoteur
(en utilisant les directives normalisées, avec la possi- d’actualiser les données contenues et de traiter tous
bilité de se concerter avec le ministère responsable les impacts associés à son projet.
de l’Environnement).
L’EIES doit être conçue et exécutée selon des
Déterminer les solutions de remplacement intéres-
santes à étudier en profondeur dans le cadre de l’EIE, méthodes scientifiques reconnues, et s’appuyer
en fondant les choix retenus sur les plans économique, sur des données fiables et validées ou, du moins,
social, technologique et environnemental. vérifiables. Elle doit intégrer les commentaires et
les recommandations émis par les parties prenantes
Établir la concertation du public et organiser la visite
du terrain. qui sont informées et consultées pendant la réali-
sation de l’étude.
Produire la première ébauche des termes de référence
(comprenant la justification des choix). Le temps imparti pour la réalisation de l’EIES est
Mettre à disposition cette ébauche de termes de à la discrétion du promoteur du projet, bien que,
référence. dans certains territoires, il arrive que l’autorité attri-
bue à la directive une date de péremption au-delà
Transmettre le projet de termes de référence complété
au ministère responsable de l’Environnement, pour de laquelle une nouvelle directive pourra être émise
approbation. si l’EIES n’est pas terminée.
22 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

La validation de l’EIES par l’autorité administrative considération dans la prise de décision. Elle permet
donne lieu à une analyse de recevabilité, parfois de vérifier si l’étude d’impact néglige de prendre
appelée examen de conformité et de qualité. en compte certaines conséquences du projet.
L’exercice est presque toujours effectué en consul-
tation avec les autres ministères et organismes Selon la législation nationale en vigueur, il peut y
concernés par le projet. Cette étape a pour but avoir plusieurs niveaux de consultation du public
de vérifier si les éléments des termes de référence (notamment pendant le cadrage, l’étude d’impact
(ou de la directive) et du règlement ont été traités proprement dite et l’analyse du rapport d’EIES) et
de manière complète et satisfaisante dans l’étude différents modes d’organisation de la participation
d’impact et, plus particulièrement, si les informa- du public. On distingue ainsi l’enquête publique
tions requises pour apprécier la qualité et la perti- (France, Union européenne, certains pays africains),
nence des données sont fournies et si les méthodes l’audience publique (Québec) et la consultation
sont appropriées. Si nécessaire, des questions sup- du rapport d’EIES par le public (la plupart des pays).
plémentaires et des commentaires sont adressés à L’enquête publique consiste à mettre à la disposi-
l’initiateur du projet afin que celui-ci apporte des tion d’un certain nombre de structures publiques
précisions ou un complément d’information à son ou privées (gouvernementales ou non), dont la liste
étude d’impact. est établie par l’autorité responsable de la validation
Lorsque le promoteur considère que son étude de l’EIE, ainsi que du public en général, l’ébauche
d’impact est achevée, il dépose officiellement du rapport d’EIE, pour analyse et commentaires,
auprès du Ministère ou de la structure représen- pendant un délai pouvant aller jusqu’à 45 jours.
tant celui-ci la version finale du rapport d’étude Au terme de ce délai, à une date préalablement
d’impact (copie physique ou électronique, ou les annoncée, l’autorité chargée de conduire l’analyse
deux), de même que tous les autres documents du rapport convoque les différentes parties pre-
constituant le dossier d’autorisation. Dans certains nantes identifiées et toute autre personne ayant un
territoires, le dépôt du rapport est accompagné intérêt à participer à une rencontre d’une journée
du paiement de la redevance administrative liée d’information et de débats sur le rapport d’étude
à  l’examen du rapport d’étude d’impact sur d’impact et les commentaires enregistrés. La date
l’environnement. et le but de cette rencontre sont publicisés dans les
différents médias et par affichage. L’ensemble des
La structure représentant le ministère responsable recommandations consensuelles émises lors de la
de l’Environnement est alors chargée de produire rencontre fait l’objet d’une synthèse et est soumis
l’avis de recevabilité. Ce document informe le au promoteur, qui en tient compte dans son rapport
ministre que l’étude d’impact répond aux exi- définitif d’EIE. La conduite de l’enquête publique
gences des termes de référence ou de la directive incombe au ministère responsable de l’environne-
et lui donne la perspective nécessaire pour décider ment (ou à la structure qui le représente), qui est
s’il est pertinent de délivrer l’autorisation environ- chargé d’en préciser les modalités.
nementale et de rendre publique l’étude d’impact.
L’audience publique, une pratique de la partici­
pation du public qui a vu le jour au Québec, est
La consultation publique
placée sous la responsabilité du Bureau d’audiences
La consultation publique permet aux personnes, publiques sur l’environnement (BAPE). L’audience
groupes et communautés concernés par le projet publique comporte trois grandes étapes : l’infor­
d’avoir accès à l’information technique, d’exprimer mation et la consultation publiques, l’audience
leur opinion sur le projet et de mettre en lumière, publique ou la médiation, et le dépôt du rapport.
entre autres, les valeurs collectives à prendre en
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 23

La phase de participation du public débute par une La consultation du rapport d’EIES


période d’information et de consultation publiques par le public
de 45 jours, pendant laquelle toute personne, tout Dans certains cas où le rapport d’EIES n’est sou-
groupe ou toute municipalité peut consulter le mis ni à une enquête publique ni à une audience
dossier de la demande d’autorisation et demander publique, il est néanmoins rendu public pour
au ministre, le cas échéant, la tenue d’une audience consultation. La consultation du rapport par toute
publique relativement au projet. Le ministre évalue personne intéressée a pour but de permettre au
alors la demande et, si elle n’est pas jugée frivole, public d’apporter ses commentaires et ses sugges-
donne au BAPE le mandat de tenir une audience tions pour améliorer le rapport et favoriser une
publique sur le projet. Lorsqu’il reçoit un mandat prise de décision qui intègre les opinions des par-
d’audience, le président du BAPE forme une com- ties prenantes et qui soit la plus consensuelle pos-
mission en vue de l’analyse du projet. La période sible. Le dépôt du rapport de l’étude est porté à
du mandat d’audience est de quatre mois. L’au- la  connaissance du public, par voie d’affichage
dience se déroule en deux parties, dont la première, aux lieux déterminés par le ministère responsable
consacrée à l’information, permet notamment aux de l’environnement et, en tout état de cause, au
requérants d’exposer les motifs de leur demande siège de la province ou de la circonscription
d’audience, à l’initiateur d’expliquer en détail son adminis­trative territorialement concernée. La dif-
projet, et au public de poser des questions sur ce fusion d’annonces à la radio ou à la télévision peut
projet. Le Ministère y est représenté afin d’apporter être envisagée.
un éclairage sur les positions techniques prises
dans le dossier d’évaluation environnementale du Très souvent, le délai légal de consultation du dos-
projet (contenu de la directive, recevabilité de sier d’étude d’impact est stipulé dans le Code de
l’étude d’impact, règlements à appliquer, etc.). Des l’environnement ou le décret d’application de l’EIE ;
experts d’autres ministères ou organismes publics il est fixé à un mois à compter du jour d’insertion
sont également présents pour assister la commis- dans un journal national. Durant cette période, le
sion dans son enquête. La deuxième partie de l’au- ministère responsable de l’environnement ou la
dience est consacrée à l’audition des mémoires. structure qui le représente ouvre un registre où
La commission entend alors toute personne, tout sont consignées les observations relatives à l’étude
groupe ou tout organisme déposant un mémoire d’impact. Si, au cours de cette période d’un mois,
ou désirant faire connaître son opinion et ses sug- aucune observation n’est formulée, le registre est
gestions sur le projet, l’étude d’impact et tout autre clos avec la mention qu’aucun avis n’a été émis.
document faisant partie du dossier. Il doit s’écouler À la fin de la consultation, un résumé des observa-
au moins 21 jours entre la fin de la première partie tions formulées est fait et mis à la disposition de la
de l’audience et le début de la seconde. commission chargée de l’examen technique du
rapport d’EIES. Les résultats de la consultation du
Dans certaines circonstances, le ministre confie au rapport par le public doivent être pris en compte
BAPE un mandat de médiation. Ce mandat, géné- lors de l’examen technique de l’étude d’impact.
ralement d’une durée de deux mois, vise à ce que
l’initiateur de projet et les requérants en viennent La validation de l’EIES
à une entente. Au terme du mandat d’audience et l’autorisation du projet
publique ou de médiation, la commission produit
À l’étape de la validation, l’autorité responsable de
un rapport comprenant la synthèse des avis expri-
l’Environnement procède à l’examen technique
més ainsi qu’une analyse de ses constatations. Ce
du rapport de l’EIES, qui consiste à en vérifier la
rapport est remis au ministre, qui doit le rendre
conformité au cadre de référence approuvé et la
public dans les 60 jours suivant sa réception.
24 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

qualité technique. Des spécialistes ministériels mesures énoncées dans l’étude d’impact, en parti-
ou interministériels analysent le rapport d’étude culier dans son plan de gestion environnementale
d’impact afin de conseiller le ministre sur son et sociale. Ce dernier, ainsi que d’autres exigences
acceptabilité environnementale, sur la pertinence supplémentaires, est presque toujours une condi-
de réaliser le projet ou non, et, le cas échéant, tion liée au certificat d’autorisation ; il constitue
sur ses conditions d’autorisation. Certains pays alors un cahier de charges qui engage légalement
ont institué un comité technique interministériel le promoteur du projet.
d’évaluation des rapports d’EIES (ex. : le Comité
technique sur les évaluations environnementales Pendant la mise en œuvre des phases d’installation,
– COTEVE – au Burkina Faso). de construction et d’exploitation, l’ensemble du
projet demeure sous surveillance afin que soit
Cette analyse de l’EIES, qui prend en compte l’en- assuré le respect de la décision prise par le ministre
quête publique ou la consultation du rapport par responsable de l’Environnement. Cette phase de
le public intéressé, permet de préconiser trois types contrôle concerne à la fois le promoteur du projet
de décisions : a) la décision motivée d’approbation et le ministère responsable de l’Environnement, et
du rapport d’EIES, avec ou sans condition ; b) la ce, pour les trois types d’activités prévues, soit la
décision motivée de rejet total du rapport d’EIES ; surveillance, le suivi et le contrôle (inspection).
c) la décision motivée de rejet du rapport d’EIES
avec possibilité d’améliorer l’étude ou procéder à La surveillance environnementale concerne aussi
une nouvelle étude. bien la phase de construction que les phases d’exploi­
tation, de fermeture ou de démantèlement du pro-
Au terme de cette analyse, un rapport d’analyse du jet. Le programme de surveillance peut permettre,
rapport d’étude d’impact est réalisé par la structure si nécessaire, de réorienter les travaux et éventuel-
responsable de l’Environnement. Le responsable lement d’améliorer le déroulement de la construc-
de l’autorité administrative désignée, le ministre tion et de la mise en place des différents éléments
responsable de l’Environnement ou, le cas échéant, du projet. Lorsque requis, des rapports de sur­
le gouvernement prend une décision motivée d’ap- veillance sont déposés au Ministère. Réalisé par
probation ou de rejet du rapport d’EIES comme l’initiateur de projet, l’exercice a pour but de s’as-
suite au rapport d’analyse du rapport d’étude surer du respect des différents aspects suivants
­d’impact, à l’issue des différentes analyses. L’appro- (encadré 2.2) :
bation du projet fait l’objet de l’émission d’un
­certificat de conformité environnementale (aussi
appelé « certificat d’autorisation », « avis de non-­ Encadré 2.2.  Objets de la surveillance
objection », etc.).
Les mesures proposées dans l’étude d’impact, y com-
pris les mesures d’atténuation ou de compensation.
Les étapes post-décision
Les conditions fixées dans la décision motivée d’appro-
et post-projet
bation par le ministre responsable de l’Environnement,
Une fois acquise l’approbation, par le ministre res- le cas échéant.
ponsable de l’environnement, du rapport de l’EIES Les engagements de l’initiateur prévus aux autorisa-
du projet soumis à l’étude d’impact, il appartient tions ministérielles.
au promoteur de réaliser son projet conformé- Les exigences relatives aux lois et règlements perti-
ment aux clauses accompagnant cette autorisation. nents des textes du cadre législatif et réglementaire
L’appro­bation du projet implique pour le pétition- concernés par le projet.
naire l’obligation de respecter et d’exécuter les
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 25

Le suivi environnemental, effectué par l’initiateur Leduc, G.A. et M. Raymond (2000). L’évaluation des
du projet, a pour but de vérifier par l’expérience impacts environnementaux, un outil d’aide à la décision,
sur le terrain la justesse de l’évaluation de certains Sainte-Foy, MultiMondes.
impacts et l’efficacité de certaines mesures d’atté- Michel, P. (2001). L’étude d’impact sur l’environnement,
nuation ou de compensation prévues à l’étude Bureau central d’études pour les équipements
d’impact et pour lesquelles subsiste une incertitude. d’outre-mer, Ministère de l’Aménagement du terri-
Les connaissances acquises au cours des pro- toire et de l’Environnement de France, <https://www.
grammes de suivi environnemental antérieurs unece.org/fileadmin/DAM/env/eia/documents/
EIAguides/france_EIA_complete.pdf>, consulté le
peuvent être utilisées non seulement pour amélio-
27 novembre 2018.
rer les prévisions et les évaluations relatives aux
impacts d’un nouveau projet de même nature, mais Parent, L. (dir.) (1998). Évaluation environnementale,
aussi pour mettre au point des mesures d’atténua- Québec, Université du Québec, Télé-Université,
coll. « Sciences de l’Environnement ».
tion et, éventuellement, réviser les normes, direc-
tives ou principes directeurs relatifs à la protection Partidàrio, M.R. (1996). « Strategic environmental assess-
de l’environnement. Au besoin, des rapports de ment: Key issues emerging from recent practice »,
suivi sont déposés au Ministère. Environmental Impact Assessment Review, vol. 16,
p. 31-55.
Le contrôle environnemental est sous la respon­ Réseau d’expertise E7 (1997). Environmental Impact
sabilité des structures nationales ou régionales Assessment: An Electric Utility Overview, Montréal,
du ministère responsable de l’Environnement. Il Réseau d’expertise E7 pour l’environnement global.
consiste à vérifier la mise en place et l’efficacité du Sadler, B. et M. McCabe (dir.) (2002). Manuel de forma-
programme de surveillance de l’initiateur de projet, tion sur l’étude d’impact environnemental, 2e éd.,
ainsi que le respect des autorisations du Ministère. Genève, Programme des Nations Unies pour l’envi-
ronnement, <https://unep.ch/etb/publications/Env
ImpAss/Manuel%20EIE%20FR.pdf>, consulté le
Bibliographie 9 décembre 2018.

André, P., C.E. Delisle et J.-P. Revéret (2010). L’évalua- Simos, J. (1990), Évaluer l’impact sur l’environnement,
tion des impacts sur l’environnement : processus, acteurs Lausanne, Presses polytechniques et universitaires
et pratique pour un développement durable, 3e éd., romandes, coll. « Meta ».
Montréal, Presses internationales Polytechnique.
Hydro-Québec TransÉnergie (2013). Évaluation environ-
nementale : synthèse des connaissances environnemen-
tales pour les lignes et les postes, 1973-2013, Montréal,
Hydro-Québec, <http://www.hydroquebec.com/
data/developpement-durable/pdf/01_EvaluationEn-
vironnementale.pdf>, consulté le 28 novembre 2018.
ANNEXES
Annexe 2.1. L’évaluation environnementale
préliminaire ou le cadrage
effectués par le promoteur avant
la réalisation de son étude d’impact
Annexe 2.2.  Procédure wallonne d’EIE
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 27

ANNEXE 2.1. • Déterminer les sources d’information existantes


et les connaissances locales.
L’évaluation environnementale • Informer les parties prenantes au sujet de l’EIES
préliminaire ou le cadrage et de ses objectifs, et solliciter leurs commen-
effectués par le promoteur taires sur l’EIES.
avant la réalisation de • Définir les principaux enjeux environnementaux
son étude d’impact (communautaires et scientifiques) liés au projet
et les préoccupations des parties prenantes, ainsi
Il est parfois demandé au promoteur de préparer,
que l’importance relative des enjeux.
pour fins d’approbation par l’autorité administra-
tive, un projet de termes de référence de l’étude • Définir un programme de travail pour l’EIES, y
d’impact. À ce stade préliminaire, le promoteur, compris un plan pour faire participer le public
face à tous les éléments à analyser du projet et du et les parties prenantes.
site, doit répondre aux questions suivantes : • Définir des variantes de projet à évaluer.
• Quels sont les enjeux environnementaux liés • Convenir des méthodes et des techniques à
à la réalisation du projet ? ­utiliser dans le cadre de l’EIES.
• Quels effets principaux le projet risque-t-il • Recenser les principaux problèmes et impacts
d’entraîner sur l’environnement ? à étudier.
• Comment, à partir de la détermination des • Préciser les limites spatiales et temporelles
enjeux et des effets, orienter le contenu et la de l’EIES.
conduite de l’étude d’impact pour qu’elle assure • Établir le cadre de référence de l’EIES.
ses missions fondamentales ? • Établir la table des matières du rapport d’EIES.
Pour répondre à ces questions, le promoteur entre-
prend une évaluation environnementale prélimi- Les parties prenantes du cadrage
naire appelée cadrage ou définition du champ de Les parties prenantes du cadrage sont habituelle-
l’étude d’impact. ment le promoteur ou maître d’œuvre du projet,
les autorités de réglementation, l’organisme res-
Objectifs du cadrage ponsable de l’EIES, les leaders communautaires, les
Le cadrage vise avant tout à déterminer les enjeux agences de financement, les institutions scienti-
qui ont de l’importance dans la prise de décisions fiques, les praticiens et experts de l’EIES, les orga-
relatives au projet. Il sert également à définir les nisations non gouvernementales, les principales
exigences et les limites de l’EIES. Le résultat de cet parties prenantes (affectées par la proposition) et
exercice devient la base des étapes ultérieures de le grand public (la communauté au sens large).
l’évaluation environnementale. Le cadrage per-
met donc d’identifier les enjeux et les préoccupa- Méthodologie du cadrage
tions des parties prenantes tôt dans le processus
de planification, et de concevoir un programme de Processus
travail adéquat. Le travail de cadrage s’effectue par étapes. Le pro-
moteur du projet amorce d’abord l’analyse des
Les objectifs spécifiques du cadrage sont les enjeux. Puis l’exercice se poursuit pour inclure les
suivants : préoccupations des autorités, des experts tech-
• Identifier les parties prenantes au projet. niques, des leaders communautaires et, enfin, du
28 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 2.2.  Contenu et place du cadrage préalable dans la démarche d’EIES

Projet soumis à l’étude d’impact

DÉMARCHE DE CADRAGE PRÉALABLE

Contexte administratif Principales caractéristiques


et institutionnel du projet et de ses variantes

Principaux effets du projet


Dimension de l’environnement
sur l’environnement

Principaux effets environnementaux


du territoire (organismes compétents,
élus, associations)

Priorité de l’étude d’impact

Avis de l’autorité chargée


de l’instruction du projet

Cahier des charges de l’étude


d’impact (cadre de référence)

Étude d’impact

grand public et des autres parties prenantes, avant • la hiérarchisation de ces problématiques (liste
de mettre la dernière main aux plans et aux pro- restreinte) ;
grammes de travail subséquents. Les étapes du • l’organisation des problématiques en catégories
­processus du cadrage comprennent : d’impact ;
• la préparation d’une définition provisoire du • la délimitation du cadre spatial (aire d’étude)
champ de l’étude ; et la définition du cadre temporel (horizon)
• l’identification de toutes les principales parties de l’étude ;
prenantes et la détermination de leurs pré­ • la détermination des solutions de remplacement
occupations et valeurs ; réalistes et pratiques ;
• l’élaboration des résultats par des consultations ; • la détermination des facteurs et effets à étudier
• l’établissement d’une première liste assez en détail ;
exhaustive des problématiques ; • l’établissement des termes de référence.
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 29

Méthodes de cadrage t­ erritoire. Ils ont trait à ce que les parties prenantes
Les principales méthodes qui permettent d’amorcer peuvent perdre ou gagner lors de la réalisation
le cadrage sont : d’un projet. Les enjeux traduisent un ensemble
de valeurs :
• l’examen d’EIES de projets similaires, dans des
environnements comparables ; • La valeur politique concerne l’importance accor-
dée par les pouvoirs publics à l’enjeu ; elle
• les listes de contrôle, matrices, réseaux, cartes
découle de l’analyse des textes réglementaires.
superposées, techniques d’évaluation et de
modélisation (hypothèses sur les effets) ; • La valeur économique concerne la manière ou la
méthode d’apprécier à la fois la valeur d’usage
• les méthodes de participation du public, incluant
et la valeur d’échange des réalités physiques
des réunions publiques, la constitution de
qu’on appelle biens, services, marchandises,
réseaux, les portes ouvertes et les conseils
­denrées ou, collectivement, richesses.
consultatifs ;
• La valeur sociale dépend de la valeur du ser-
• les méthodes de groupe comme les réunions
vice fourni sur le plan des commodités et des
interactives, la méthode Delphi et les ateliers ;
avantages dont la population bénéficie, mais
• les méthodes d’approche thématique de l’étude
aussi de l’importance accordée par la société
spatiale et fonctionnelle du territoire.
à  l’élément. Ces commodités peuvent être
­chiffrées ou évaluées qualitativement ou semi-­
Approches pratiques quantitativement.
Sur le plan pratique, il faut d’abord procéder à • La valeur écologique est la fonction écologique
l’analyse préliminaire de la base bibliographique et d’un élément à l’étude. Elle est également
documentaire. Ensuite, on procède à une visite de ­fonction de la vulnérabilité de l’élément, de la
terrain, avec la possibilité de consulter rapidement capacité de résilience du milieu ou de la rareté
les parties prenantes clés. Puis, il faut déterminer, de l’élément.
hiérarchiser et spatialiser les enjeux, délimiter l’aire
• La valeur paysagère et esthétique équivaut à la
d’étude et, enfin, établir le niveau de sensibilité des
valeur esthétique ou picturale ; elle représente
enjeux par rapport à chacune des activités du pro-
également une fonction économique (touris-
jet. La détermination des enjeux et la délimitation
tique) ou sociale (de commodité).
du champ de l’étude devraient être précédées de
• La valeur patrimoniale dépend de la valeur his-
l’établissement de l’état initial de la zone de pro-
torique, architecturale ou culturelle d’un bien
jet. La définition de l’état initial se fait par une
(matériel ou immatériel) ou d’un service.
recherche bibliographique, par l’investigation de
terrains ciblés et par la détermination des unités • La valeur objective est la sensibilité d’un élément
fonctionnelles physiques, écologiques, économiques par rapport à une activité, sa rareté, son origi-
et sociales. nalité, sa diversité, la qualité de la vie qu’il pro-
cure et sa portée (locale, régionale, nationale,
continentale, mondiale).
Les enjeux
Le cadrage permet de débattre avec les différentes
parties prenantes des enjeux environnementaux Les avantages du cadrage
soulevés par le projet. Le cadrage présente les avantages suivants :
• Améliorer la qualité des données d’EIE en axant
Les enjeux sont les grandes questions environne-
les efforts scientifiques et l’analyse sur les enjeux
mentales que soulève l’éventualité de la réalisation
vraiment importants.
d’un projet de développement à l’échelle d’un
30 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

• Intégrer les enjeux environnementaux dès • Réduire le risque de retards et de conflits


le  début du processus de planification, en aux stades ultérieurs du processus d’EIES en
même  temps que les facteurs de coût et de impliquant les parties prenantes dans une
conception. démarche participative et constructive dès le
• Réduire l’ampleur et le coût des EIE ainsi que début de l’EIES.
le temps consacré à rédiger les documents
À défaut de consulter le gouvernement et le public
d’EIES.
au moment d’établir le cadrage, on s’expose à des
• Éviter que les travaux de recherche et d’analyse critiques ultérieures quant aux prévisions des
ne portent sur des enjeux sans importance. impacts, ainsi qu’à des risques de retard dans le
• Réduire le risque d’omettre des enjeux développement du projet.
importants.
CHAPITRE 2 – Procédure administrative 31

ANNEXE 2.2.
Procédure wallonne d’EIE
Maître de l’ouvrage PROJET Le CWEDD
(et son auteur de projet = Conseil wallon pour l’environnement
concepteur de la réalisation) et le développement durable
Demandeur d’autorisation
Demande Autorisations soumises
d’autorisation au S.E.I.E.

La demande doit Liste des projets obligatoirement


comporter une EIE soumis à l’EIE
(document d’information
de la décision de l’autorité) Avis du CWEDD
Procédure
et catégories
d’agrément

L’auteur d’étude d’EIE L’EIE est réalisée


(évaluateur) est choisi par un auteur d’étude
et rémunéré par le demandeur agréé et indépendant

Procédure Avis du CWEDD


Une réunion d’information préalable est convoquée de récusation
pour entendre les remarques des intéressés
et fixer les alternatives possibles à évaluer

L’évaluation scientifique des incidences sur l’environnement


est réalisée et peut conduire à modifier le projet initial
dans le sens de meilleures solutions environnementales

Le dossier de demande d’autorisation, dont l’EIE et son résumé non technique,


est soumis à une enquête publique de durée et publicité fixées.
Si réclamations nombreuses, une réunion de concertation est convoquée

Avis du Conseil communal Avis du CWEDD


sur l’opportunité du projet sur la qualité de l’EIE
et l’opportunité du projet

Décision de l’autorité compétente informée et tenant


compte de l’EIE et des avis récoltés, refus ou autorisation,
éventuellement sous conditions issues de l’EIE

La population est informée de la décision


et de ses motivations

Source : C. Feltz (2010). Cours AT 209, Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech.
CHAPITRE 3
L’étude d’impact environnemental et social
Processus pratique

Samuel Yonkeu
Gisèle Verniers

Introduction
L’étude d’impact environnemental et social
Partie introductive et perspective
Partie descriptive
Partie analytique
Partie prescriptive
34 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION
Encadré 3.1.  Composantes d’une étude
Ce chapitre fait suite au chapitre précédent, qui d’impact environnemental et social
portait sur les procédures administratives des Partie perspective
études d’impact environnemental et social (EIES).
•• La mise en contexte du projet et sa justification.
Nous expliquerons concrètement le mode de mise
•• Le cadre législatif et réglementaire auquel il doit
en œuvre du processus sur le terrain, et nous pré-
répondre.
senterons un aperçu du déroulement de l’EIES, de
ses acteurs et de ses outils de mise en œuvre. Partie descriptive
•• La description du projet, avec le souci de le rendre
compréhensible dans tous ses effets potentiels.
•• La description du milieu naturel et social dans lequel
L’ÉTUDE D’IMPACT il s’inscrit.

ENVIRONNEMENTAL Partie analytique

ET SOCIAL •• L’analyse de ses conséquences potentielles sur les


milieux naturels et humains ainsi que la mesure de
Une étude d’impact est un document technique ces effets en matière d’impacts.
qui s’appuie sur des données fiables ainsi que sur Partie prescriptive
des méthodes et des modélisations validées et •• La présentation d’un cortège de mesures d’atténua­
reconnues sur le plan scientifique, et qui contient tion, d’évitement ou de compensation.
un certain nombre de rubriques standards compo- •• Un plan de gestion des impacts résiduels et de
sant les parties de l’étude, notamment une partie l’appli­cation des mesures de surveillance et de suivi
perspective, une partie descriptive, une partie ana- environnemental.
lytique et une partie prescriptive. Source : M.A. Bouchard (2018). Notes de cours, Montréal,
École Polytechnique.
Comme ce document servira à la prise de décisions,
il doit expliquer les enjeux importants tels les com-
promis, les critères d’évaluation, les processus Le cadre logique d’une étude d’impact consiste à
d’évaluation et de sélection et les impacts irréver- mettre les caractéristiques et les composantes du
sibles. Tous les renseignements pertinents recueillis projet en relation avec les données et les compo-
durant le processus d’EIES, le processus d’évalua- santes du milieu d’insertion, pour en déduire une
tion et la méthodologie, ainsi que la façon dont les liste et évaluer l’importance des effets du projet
renseignements ont été analysés, les hypothèses et sur le milieu (figure 3.1).
les jugements subjectifs utilisés pour recommander
le projet préférable, sont décrits dans le document Partie introductive et perspective
d’EIES afin que les décideurs puissent en suivre
chacune des étapes. La section portant sur l’éva- Mise en contexte et justification
luation des impacts décrit les impacts résiduels qui du projet
ne peuvent être évités ou atténués par des mesures La mise en contexte présente les éléments à l’ori-
d’atténuation ou de compensation et précise leur gine du projet. Elle comprend une courte présen-
importance. Par souci de clarté, il est préférable de tation de l’initiateur et du projet, un exposé du
présenter les données et les analyses détaillées contexte d’insertion et de la raison d’être du projet
importantes, mais non essentielles pour étayer qui le situe dans son environnement, une présen-
l’étude d’impact sur l’environnement (EIE), en tation des solutions de remplacement envisagées,
annexe ou dans des documents complémentaires l’analyse effectuée en vue de la sélection de la
au rapport principal. ­solution retenue et, le cas échéant, la mention des
aménagements et projets connexes.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 35

FIGURE 3.1.  Cheminement méthodologique pour l’évaluation environnementale des impacts

Planification de la démarche

Caractéristiques techniques
Données de base sur le milieu
du projet

Composantes du projet Composantes du milieu


(sources d’impact) (éléments sensibles)

Interrelations entre les composantes

Perception de la Équipe de spécialistes


population avoisinante (études antérieures,
documentations scientifiques,
expertises techniques, etc.)

Valeur de la composante du mileu

Intensité des perturbations


Étendue de l’impact
Durée de l’impact

Importance des impacts (potentiel)

Mesures d’atténuation

Impacts résiduels

Mesures de suivi
environnemental

Impacts réels
Source : SNC-Lavalin Environnement et Activa Environnement (2010). Étude d’impact sur l’environnement – Parc éolien
de la Côte-de-Beaupré.

L’étude inclut une présentation de l’initiateur et, • le secteur d’activité dans lequel se situe le
le cas échéant, de son consultant en environne- projet ;
ment, en indiquant leurs coordonnées. Cette pré- • le cas échéant, les grands principes de la poli-
sentation inclut des renseignements généraux sur tique environnementale et de développement
les aspects suivants : durable de l’entreprise.
• les antécédents de l’initiateur en relation avec
le projet envisagé ;
36 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Le document d’EIES expose d’abord le contexte La définition du projet


d’insertion du projet, c’est-à-dire les contraintes L’étude présente les coordonnées géographiques
ou les exigences liées à sa réalisation. Il explique du projet et ses principales caractéristiques tech-
ensuite sa raison d’être, c’est-à-dire les problèmes niques, telles qu’elles apparaissent au stade initial
ou les besoins motivant le projet, de même que les de sa planification. L’objectif de la définition du
objectifs poursuivis (voir par exemple l’encadré 3.2). projet, pour les besoins d’une EIES, consiste à défi-
En effet, le promoteur doit convaincre les parties nir le projet avec assez de spécificité pour détermi-
prenantes que le projet envisagé est justifié, qu’il ner avec précision la zone des impacts possibles
répond à une nécessité et à un objectif de dévelop- et pour inclure des activités qui sont étroitement
pement. L’exposé du contexte d’insertion et de la liées à la proposition de projet, de sorte que la tota-
raison d’être du projet doit permettre d’en dégager lité des enjeux et, éventuellement, des impacts
les enjeux environnementaux et sociaux, ainsi que environnementaux soit évaluée.
les contextes économique et technique, à l’échelle
locale et régionale et, s’il y a lieu, à l’échelle natio-
Le cadre législatif, réglementaire
nale et internationale. En général, cette partie de et institutionnel
l’étude d’impact répond aux questions suivantes :
L’étude d’impact présente le cadre législatif et
• Quel est le contexte de la proposition du réglementaire dans lequel elle est effectuée, notam-
projet ? ment les lois et la réglementation du pays d’accueil
• Quel est le besoin ou le problème à résoudre ? et leur pertinence pour le projet. Il s’agit non
• Quel est le projet proposé ? ­seulement de dresser une liste de textes législatifs,
• Quelles sont les options ou les variantes du mais surtout de démontrer leur pertinence et leur
­projet offertes pour résoudre le problème ? importance pour le projet. L’étude se penche aussi
sur les obligations de mise en œuvre des traités,
• Quelles sont les conséquences environnemen-
accords ou conventions internationaux touchant
tales de ces options ou de ces variantes ?
les aspects environnementaux et sociaux du projet,
• Quelle est l’option ou la variante préférable ? les normes internationales applicables ainsi que
Pourquoi ? d’autres priorités et objectifs en matière de perfor-
mance sociale et environnementale que le promo-
teur du projet peut avoir relevés. Le cadre législatif
Encadré 3.2.  Exemples de besoins comprend aussi une explication des obligations
justifiant un projet environnementales qui incombent aux cofinan-
•• Réduire les délestages d’électricité dans la ville de ceurs. Dans le cas d’un financement par un bailleur,
Ouagadougou en saison sèche. il sera par exemple question des politiques opéra-
•• Faciliter la mobilité des personnes et des biens dans tionnelles et des critères de performances.
la ville de Yaoundé, soumise à de nombreux embou­
teillages en période de pointe. L’étude présente le cadre institutionnel mobilisé
•• Favoriser l’accueil et l’éducation des enfants dans par le projet et la démarche. Cette étape consiste
une ville où les infrastructures scolaires sont ­limitées à recenser et définir les rôles que les institutions
et où le nombre d’enfants à former est en importante étatiques et privées, les organisations et les associa-
croissance. tions vont jouer au cours des différentes phases
du projet, ainsi que leur participation à l’EIES.
L’encadré 3.3 présente quelques aspects juridiques
et réglementaires pouvant être pris en compte lors
de l’étude d’impact environnemental et social d’un
projet au Burundi.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 37

Encadré 3.3.  Exemples de textes législatifs et réglementaires au Burundi


Sur le plan national •• Ordonnance ministérielle no 540/760/770/236/2006
•• Loi 1/02 du 26 mars 2012 portant Code de l’eau
no fixant la contribution annuelle pour la réhabilitation
au Burundi. des sites d’exploitations artisanales des substances
minérales.
•• Loi no 1/13 du 9 aout 2011 portant révision du Code
foncier du Burundi. •• Ordonnance ministérielle no 720/CAB/810/2003 du
28/5/2003 portant actualisation des tarifs d’indem­
•• Loi no 1/10 du 30 mai 2011 portant création et
nisation des terres, des cultures et des constructions
­gestion des aires protégées au Burundi.
en cas d’expropriation pour cause d’utilité publique.
•• Loi no 1/11 du 16 mai 2010 portant Code de la
•• Ordonnance 52/160 du 16 novembre 1995 réglemen­
­navigation et du transport lacustres (titre I, chap. I,
tant la pêche dans les lacs.
art. 14).
•• Schéma directeur d’aménagement et de mise en
•• Loi no 1/24 du 10 septembre 2008 portant Code des
valeur des marais, septembre 2000.
investissements du Burundi (titre II, art. 10).
•• Document de politique sectorielle du ministère de
•• Loi no 1/010 du 18 mars 2005 portant promulgation
l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du
de la Constitution de la République du Burundi (art. 35).
­territoire et de l’Urbanisme.
•• Loi No 1/010 du 30/06/2000 portant Code de l’Envi­
•• Documents de stratégie nationale de l’environnement
ronnement de la République du Burundi (art. 34).
du Burundi et plan d’action.
•• Loi no 1/02 du 25 mars 1985 portant Code forestier
•• Document de politique nationale de gestion des
du Burundi (code en voie de révision).
­ressources en eau et plan d’action, 2011.
•• Loi 1/6 du 25 mars 1983 portant sur la protection du
•• Documents sur les stratégies et plan d’action pour la
patrimoine culturel national.
mise en œuvre de certaines conventions spécialement
•• Décret-loi no 1/41 du 26 novembre 1992 portant ins­ la Convention-cadre sur les changements climatiques,
titution et organisation du domaine public hydraulique. la Convention sur la diversité biologique et la Conven­
•• Décret-loi no 1/40 du 18 décembre 1991 portant tion sur la lutte contre la désertification.
modification de la réglementation en matière de gestion •• Rapport national d’évaluation des dix ans de mise en
technique et administrative des carrières au Burundi. œuvre de l’Agenda 21 au Burundi, 2002.
•• Décret-loi 100/162 du 6 décembre 1979 portant
Sur le plan régional
règlement général sur la recherche et l’exploitation
des mines et carrières. •• Convention sur la gestion durable du lac Tanganyika.

•• Décret-loi no 1/138 du 17 juillet 1976 portant Code •• Loi no 1/40 du 30 décembre 2006 portant ratification
minier et pétrolier. par la République du Burundi du Traité relatif à la
conservation et la gestion des écosystèmes forestiers
•• Loi no 1/21 du 15 octobre 2013 portant Code minier
d’Afrique centrale et instituant la Commission des
au Burundi.
forêts d’Afrique centrale (COMIFAC).
•• Décret no 100/22 du 7 octobre 2010 portant mesures
•• Conférence sur les écosystèmes de forêts denses et
d’application du Code de l’environnement en rapport
humides d’Afrique centrale (CEFDHAC).
avec la procédure d’étude d’impact environnemental.
•• Initiative du bassin du Nil (IBN).
•• Décret de 1998 portant modification du décret-loi
no 1/16 du 17 mai 1982 portant Code de la santé Sur le plan international
publique. •• Ratification de la Convention-cadre des Nations Unies
•• Décret no 100/197 du 5 juillet 2012 portant régle­ sur les changements climatiques et son protocole
mentation du tourisme au Burundi. de Kyoto.
•• Décret no 100/241 du 31 décembre 1992 portant •• Ratification de la Convention sur la lutte contre la
réglementation de l’évacuation des eaux usées en désertification.
milieu urbain.
38 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Encadré 3.3.  Exemples de textes législatifs et réglementaires au Burundi (suite)


•• Ratification de la Convention sur la diversité •• Ratification de la Convention sur l’interdiction d’im­
biologique. porter des déchets dangereux et le contrôle de leurs
•• Ratification de la Convention de Vienne relative à la mouvements transfrontaliers en Afrique (Convention
protection de la couche d’ozone et son protocole de de Bamako).
Montréal relatif à des substances qui appauvrissent •• Ratification de la Convention de Paris sur la protection
la couche d’ozone. du patrimoine mondial, culturel et naturel.
•• Ratification de la Convention RAMSAR sur les zones •• Ratification de la Convention de Washington sur le
humides d’intérêt international. commerce international des espèces de faunes et de
•• Ratification de la Convention sur le contrôle des mou­ flores sauvages (CITES).
vements transfrontaliers des déchets dangereux et •• Loi no 1/10 du 23 mars 2006 portant adhésion par
leur élimination (Convention de Bâle). la République du Burundi à la Convention internatio­
•• Ratification de la Convention des Nations Unies sur nale pour la protection des végétaux.
le droit de la mer. •• Adhésion à la Convention internationale pour la pro­
•• Ratification de la Convention de Rotterdam sur la pro­ tection des végétaux, signée à Rome le 6 décembre
cédure préalable en connaissance de cause applicable 1951 et révisée en novembre 1997.
à certains produits chimiques et pesticides dangereux Source : Ministère de l’Eau, de l’Environnement,
faisant l’objet d’un commerce international. de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme du Burundi
(2013). Guide général de la réalisation des études d’impact
•• Ratification de la Convention sur les polluants orga­
sur l’environnement.
niques persistants.

Partie descriptive Par la suite, toutes les solutions seront soumises aux
phases ultérieures de l’étude. La recherche d’alter-
La description du projet, natives ou de variantes est généralement prévue
de ses composantes et par la législation.
de ses variantes ou alternatives
La description du projet concerne tant le projet Les notions d’alternative et de variante entre-
initial que toutes les alternatives et variantes qui tiennent encore des débats au niveau des spécia-
existent ou qui seront définies par la suite. La des- listes des EIES et restent peu précises dans la
cription du projet doit servir à définir la méthode plupart des législations des pays. Pour certains (par
de travail et à délimiter la sphère d’influence du exemple la législation du Québec et celle de la
projet. Elle comprend les informations relatives : France), ces deux concepts signifient la même
chose ; pour d’autres, ils traduisent des options
• au site d’implantation : emprise du projet, des
autres que le projet proposé à différents stades de
chantiers ;
la conception du projet : au stade de la réflexion
• à la nature et à la conception du projet : proces- stratégique, pour ce qui concerne les solutions de
sus de fabrication, rejets, trafic et populations rechange (de remplacement), et au stade de la réa-
concernées, types d’ouvrages d’art ; lisation, dans le cas des variantes (exemple de la
• à ses caractéristiques architecturales : dimensions, législation de la Suisse). Les définitions applicables
matériaux. à ces deux cas sont présentées dans l’encadré 3.4.

Par définition, l’EIES doit concourir à améliorer un S’il n’y a pas de distinction entre les alternatives et
projet, ce qui suppose la recherche d’alternatives les variantes, les « solutions envisagées » ou « projets
ou de variantes au projet, dans la mesure du possible. alternatifs » peuvent être de différentes natures
CHAPITRE 3 – Processus pratique 39

Encadré 3.4.  Les concepts d’alternative Encadré 3.5.  Exemples d’options


et de variante ou de solutions de rechange
•• Une solution alternative est un projet pouvant se •• Pour réduire les délestages d’électricité dans la ville
substituer au projet proposé, et permettant de de Ouagadougou, on peut envisager, par exemple :
répondre aux mêmes besoins et d’atteindre les i) de construire une quatrième centrale électrique
mêmes objectifs que ce dernier. Les alternatives à Ouagadougou ; ii) d’augmenter la capacité d’une
au projet remettent en cause la nature même de des centrales qui existent déjà ; iii) de construire
celui-ci (ex. : l’option zéro, c’est-à-dire celle de ne une centrale hydroélectrique ; iv) de réaliser l’inter­
pas réaliser le projet). connexion avec les centrales hydroélectriques à forte
•• Une variante représente une solution différente pos­ capacité des pays voisins ; v) de construire une
sible pour réaliser le projet. Elle peut, par exemple, ­centrale d’énergie solaire ; vi) de réaliser un projet
concerner la localisation d’un projet (site, corridor d’efficacité énergétique.
dans le cas d’un projet linéaire) ou de ses sous-­ •• Pour faciliter la mobilité des personnes et des biens
composantes, la taille du projet ou de certaines dans la ville de Yaoundé, soumise à de nombreux
composantes, le choix d’une technologie de produc­ embouteillages en période de pointe, on peut notam­
tion et les différents choix en matière de mesures ment : i) mettre en place une voie de contournement
d’atténuation. La définition des variantes peut aussi de la ville ; ii) améliorer le réseau urbain pour favori­
provenir d’autres sources (ex. : processus de parti­ ser le transport en commun au centre-ville et limiter
cipation publique, jugement professionnel). l’utilisation des véhicules personnels.
•• Pour favoriser l’accueil et l’éducation des enfants
dans une ville où les infrastructures scolaires sont
et  à  différents niveaux (voir l’encadré 3.5) : il limitées et le nombre d’enfants à former en impor­
peut s’agir des grands choix stratégiques du projet, tante croissance, on peut envisager, par exemple :
mais aussi de choix de localisation des zones de i) de construire de nouveaux établissements quand
développement, de choix de modalités d’aména- des terrains seront disponibles ; ii) de louer et amé­
gement des futures zones de développement (den- nager des locaux privés ; iii) d’organiser la double
vacation.
sité, desserte, dispositif d’assainissement, intégration
paysagère).

Pour répondre au « besoin » qui motive le projet, Les différentes options doivent être analysées de
différentes options ou alternatives ou solutions manière systématique et itérative, en tenant compte
de rechange doivent être envisagées et évaluées de critères techniques, environnementaux et éco-
(encadré 3.5). Pour cela, nous devons comprendre nomiques. Cette analyse doit permettre de com-
l’objectif du développement pour déterminer des parer les solutions envisagées et d’évaluer leurs
alternatives environnementales bien fondées sur le avantages respectifs, tant sur les plans environne-
plan environnemental. L’EIES explore toutes les mental et social que technique et économique,
solutions de rechange au projet, y compris l’éven- notamment en matière d’opportunités d’espace
tualité de sa non-réalisation ou de son report et, nécessaire, de ressources disponibles, de facilités
le cas échéant, toute solution proposée lors des technologiques, de risque et de sécurité pour les
consultations préliminaires effectuées par l’initia- bénéficiaires et les populations riveraines et de
teur. Si plusieurs alternatives existent, l’évaluation sources d’approvisionnement.
environnementale doit justifier le choix opéré par
Le choix de l’option préférable doit être fait ;
rapport aux autres solutions envisagées ou expliquer
l’étude le justifie en tenant compte des objectifs
les raisons pour lesquelles des projets alternatifs
poursuivis et des enjeux environnementaux,
ont été écartés.
sociaux, économiques et techniques. Cette justifi-
cation tient également compte de l’utilisation
40 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

actuelle et prévue du territoire. De ce fait, l’étude déterminer leurs interactions potentielles avec le
d’impact doit mentionner tout aménagement exis- projet proposé. L’EIES présente le raisonnement et
tant, ou tout autre projet en cours de planification les critères utilisés pour arriver à ce choix.
ou d’exécution, susceptible d’influencer la concep-
tion ou les impacts du projet proposé. Par exemple, Par ailleurs, différentes variantes de réalisation du
la considération des changements climatiques peut projet (tracés, profils, conception générale de l’in-
s’avérer déterminante dans le processus de sélection frastructure ou de l’aménagement, adaptations
d’une ou plusieurs variantes, notamment pour locales, etc.) peuvent être déterminées dès l’étape
répondre aux objectifs de réduction des émissions du cadrage. Ces variantes peuvent également être
de gaz à effet de serre et d’adaptation aux change- élaborées et ajoutées au processus d’EIES à une
ments climatiques. Les renseignements sur ces étape ultérieure (encadré 3.6).
aménagements ou projets doivent permettre de

Encadré 3.6.  Quelques exemples d’alternatives et de variantes d’un projet routier


•• La méthode alternative de résolution du problème a
trait à la structure même du projet :

•• La variante d’aménagement ou d’exécution technique


a trait à des parties d’une structure ou d’un pro­
cessus. Elle est souvent présentée pour réduire cer­
La route existante est de gabarit insuffisant pour tains types d’impacts. On parle aussi de variante
­drainer le trafic. On peut l’améliorer en l’élargissant ; environnementale.
les rectifications nécessaires entraînent la disparition
des arbres de bordure.

On peut aussi construire une nouvelle route parallèle­


ment à l’ancienne ; cette solution permet de conserver
l’ancienne route pour le trafic local.
L’illustration ci-dessus présente divers aménagements
possibles pour franchir la vallée d’un cours d’eau :

A) un remblai, la variante la moins chère, mais souvent


la plus dommageable pour l’environnement naturel ;

B) un viaduc, une variante qui respecte l’essentiel des


•• La variante de localisation a trait au lieu d’implantation milieux naturels de la vallée, sans couper les corridors
du projet : de migration de l’axe de la vallée ;
Les massifs forestiers et les villages constituent des C) un tunnel, la variante idéale pour l’environnement
points sensibles du trajet et doivent donc être naturel et le paysage, mais la plus onéreuse.
évités.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 41

L’étude décrit l’ensemble des caractéristiques S’il y a lieu, l’étude décrit les procédés de produc-
connues et prévisibles associées à la variante sélec- tion et les activités susceptibles de provoquer
tionnée ou, le cas échéant, à chacune des variantes l’émission de contaminants dans l’environnement,
sélectionnées pour l’analyse détaillée des impacts. y compris les équipements et les installations qui
Cette description comprend les activités, les amé- leur sont associés. Elle détermine et caractérise les
nagements, les travaux et les équipements prévus rejets liquides, solides et gazeux. L’étude présente
pendant les phases de la réalisation du projet, de des schémas de procédé simplifiés identifiant les
même que les installations et les infrastructures intrants, les extrants, leur mode de gestion et leurs
temporaires, permanentes et connexes. Le choix points de rejet dans l’environnement. L’encadré 3.7
des éléments à considérer dépend largement de la propose, à titre indicatif, une liste des principales
dimension et de la nature du projet ainsi que du caractéristiques pouvant être décrites pour chaque
contexte d’insertion de chaque variante dans son phase du projet. Cette liste n’est pas nécessaire-
milieu récepteur. L’étude présente aussi une esti- ment exhaustive ; chaque promoteur est tenu d’y
mation des coûts de chaque variante et le calendrier ajouter tout autre élément pertinent.
des différentes phases de réalisation.

Encadré 3.7.  Principales caractéristiques pouvant être décrites pour chaque phase du projet.
Phase de conception du sol arable, utilisation de machinerie lourde, utilisa­
•• Le plan d’ensemble des composantes du projet à une tion d’herbicides et de pesticides, démolition ou dépla­
échelle appropriée et une représentation de l’en­ cement de bâtiments, etc.).
semble des aménagements et ouvrages prévus (plan •• Les déblais et remblais (volumes approximatifs,
en perspective, simulation visuelle, etc.), en incluant ­provenance, transport, entreposage et élimination).
si possible une photographie aérienne du secteur. •• Les eaux de ruissellement et de drainage (collecte,
•• Les plans spécifiques des éléments de conception du contrôle, dérivation et confinement).
projet (dimensions, capacités, etc.). •• Les émissions atmosphériques, s’il y a lieu (ponc­
•• La localisation cadastrale complète du projet, soit le tuelles et diffuses).
lot, le rang et la municipalité touchés, fait état du •• Les résidus solides (types, volume, lieux et modes
statut de propriété des terrains (domaine hydrique d’élimination, etc.).
public, terrains municipaux, parcs nationaux, forêts
•• Les installations et infrastructures temporaires connues
classées, propriétés privées, etc.) et présente les
et probables (chemins d’accès, points de raccorde­
droits de propriété et d’usage octroyés, en décrivant
ment aux réseaux ou au milieu récepteur, aires d’entre­
les démarches nécessaires afin de les acquérir ou, le
posage et d’expédition, équipements de traitement
cas échéant, en rapportant l’état d’avancement des
des eaux et des boues, sites de dépôt de matériaux
ententes à conclure. Dans le cas des terres publiques,
secs, parcs pour la machinerie, installations sani­
la localisation doit être effectuée à l’arpentage primitif
taires, hébergement du personnel, cafétéria, bureaux
et le droit de propriété confirmé selon la loi foncière
administratifs, aires de stationnement, etc.).
en vigueur.
•• Les bâtiments et autres structures permanentes, ainsi
Phase d’aménagement et de construction que les installations connexes (infrastructures rou­
•• Les activités d’aménagement et de construction et tières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires, prises
les opérations prévues (déboisement, défrichage, brû­ d’eau, garages et entrepôts, aires de réception, de
lage, forage, excavation, dynamitage, creusage, rem­ manipulation et d’entreposage, etc.).
blayage, franchissement de cours d’eau, enlèvement
42 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Encadré 3.7.  Principales caractéristiques pouvant être décrites pour chaque phase
du projet. (suite)
Phase d’exploitation élimination, contrôle, réception, entreposage, manipu­
•• Les activités et les modes d’exploitation (entretien lation, etc.).
des ouvrages, des aménagements et des installations, •• Les mesures d’utilisation rationnelle et de conserva­
aménagements paysagers, etc.). tion des ressources (réduction à la source, améliora­
•• S’il y a lieu, les procédés et équipements, ainsi que tion de l’efficacité d’utilisation, réemploi, recyclage,
les schémas de procédé et les bilans de masse pour valorisation par, entre autres, le compostage).
chacune des étapes de production et de gestion des •• L’engagement à fournir, quelques années avant la
rejets, notamment les schémas de circulation des cessation des activités, les plans de fermeture des
eaux (de procédé, de refroidissement, sanitaires et installations ou de désaffectation des activités.
pluviales) en relation avec les activités génératrices
Autres renseignements
de contaminants.
•• Le calendrier de réalisation selon les différentes
•• Les matières premières et les additifs (quantité,
phases du projet.
­caractéristiques, entreposage, transport, etc.).
•• La durée des travaux (dates et séquences généralement
•• Les rejets liquides, solides et gazeux (quantité et
suivies).
caractéristiques physiques et chimiques détaillées,
localisation précise de leurs points de rejet) des acti­ •• La main-d’œuvre requise.
vités (par exemple, les eaux de procédé, de refroidis­ •• Les horaires de travail quotidiens.
sement et de ruissellement, la production d’énergie •• La durée de vie du projet et les phases futures de
ou de vapeur), le bruit, les odeurs, les émissions dif­ développement.
fuses et les autres types de nuisance, ainsi que les
•• Les coûts estimatifs du projet et de ses alternatives.
équipements et installations qui y sont associés
(­captage, épuration, traitement, dispersion, diffusion, Source : MDDEP (2008).

La description du milieu d’accueil FIGURE 3.2.  Cadre logique de l’analyse de l’état initial
du projet (état initial)
Délimitation de la sphère d’influence du projet
L’analyse de l’état initial (baseline) consiste à faire
le point sur l’ensemble des caractéristiques et rela-
tions propres à l’environnement susceptible d’être Analyse de l’environnement initial
modifié par le projet. On parle aussi d’environne-
ment ou milieu récepteur du projet avant sa réali-
sation. L’environnement est ici entendu comme Analyse de l’environnement de référence
l’ensemble des facteurs qui sont en relation fonc-
tionnelle avec les organismes vivants et, en parti-
Évaluation de l’environnement de référence
culier, avec les humains. L’environnement résulte
de la combinaison de trois grands types de milieux.
L’analyse de l’état initial suit le cadre logique
­illustré à la figure 3.2.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 43

Quelques définitions

Milieu biologique

Le milieu biologique comprend l’ensemble des


Milieu physique
espèces végétales et animales et des communautés
Le milieu physique comprend les éléments naturels vivantes. On distingue trois éléments étroitement
non vivants. Ceux-ci sont importants dans la mesure interdépendants :
où ils sont utilisés par les humains et participent • la flore, qui regroupe l’ensemble des espèces
au renouvellement et à la protection des ressources végétales situées sur un territoire donné ;
naturelles. Parmi ces éléments, on distingue : • la faune, qui regroupe l’ensemble des espèces
• le sous-sol et les eaux souterraines, en tant que animales qui peuplent un territoire donné, que
facteur de production (extraction de matériaux ce soit pour s’y nourrir, se reproduire, élever
de construction, d’eau, d’énergie), élément vital leur progéniture, se reposer, se déplacer ou
(captage de nappes d’eau alimentaire), facteur hiverner ;
de stabilité géotechnique (présence de grottes, • les communautés vivantes, qui sont des forma-
de failles) ; tions végétales et des populations animales
• le sol et les eaux de surface, en tant que support homogènes, vivant en accord avec les caracté-
pour les infrastructures, les transports, les dépla- ristiques spécifiques d’un milieu donné ; celui-ci
cements, en tant que facteur de production est déterminé par le sous-sol, le sol, le climat,
agricole, sylvicole, piscicole, en tant que facteur mais aussi souvent influencé par les activités et
biologique comme milieu et support de vie, en les traitements humains.
tant que facteur de loisirs (sports nautiques,
pêche, activités extensives liées à la présence
d’espace) ;
• l’air, en tant qu’élément vital, régulateur cli­
matique et facteur de production d’énergie
(éolienne, solaire) ;
• le relief, en tant que contrainte technique au pro-
jet (viaduc, tunnel, augmentation des emprises),
facteur de loisirs (escalade) et facteur d’attrac-
tivité paysagère.
Milieu humain et social

Le milieu humain et social comprend tous les élé-


ments construits, les relations sociales, les modes
d’utilisation de l’espace, le patrimoine culturel et
44 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

les paysages qui en résultent (cadre de vie). Le relations à longue distance entre les effets. Elle
milieu humain influence également de manière peut varier selon la nature des aspects, fonctions
plus ou moins importante les milieux physique ou ­systèmes environnementaux. Chaque aspect,
et biologique. Dans l’étude du milieu humain, on ­fonction ou système doit donc être délimité dans
envisage : l’espace sur la base de sa vulnérabilité au projet
• les communications et les transports, parmi les- (voir l’encadré 3.8).
quels on distingue la circulation lente (pédestre,
cycliste, équestre, ainsi que les parcours effec-
tués par les engins motorisés lents comme les Encadré 3.8.  La zone d’influence
tracteurs), la circulation routière rapide (voitures, Prenons l’exemple d’un projet autoroutier qui traverse
camions), le transport ferroviaire, la circulation une région agricole et boisée (figure 3.3). Dans ce cas,
aérienne, le transport par voies navigables, ainsi la sphère d’influence relative aux aspects hydrologiques
que le transport par câbles et canalisations respecte les limites du bassin versant ; la sphère rela­
aériennes et souterraines ; on envisage égale- tive au milieu biologique se porte surtout sur la partie
de territoire où l’exploitation agricole intensive n’a pas
ment les relations sociales ;
fortement restreint l’intérêt biologique. La sphère d’in­
• les éléments culturels, à savoir les sites archéolo- fluence relative au paysage peut se borner aux écrans
giques, les monuments culturels et les paysages ; formés par les lignes de crête du relief dominant le
• les infrastructures récréatives, c’est-à-dire les tracé du projet ainsi que par les petits massifs fores­
espaces verts urbains, les infrastructures spor- tiers. Enfin, la sphère d’influence relative à l’agriculture
comporte l’ensemble des exploitations touchées par
tives et touristiques ainsi que le support paysa-
le projet.
ger pour la récréation extensive (promenades,
pêche) ; FIGURE 3.3.  Sphères d’influence du projet relatives
au paysage (trait rose), à l’hydrologie (trait bleu),
• en milieu urbanisé, on envisage les logements,
au milieu biologique (trait vert), à l’agriculture
les commerces, l’artisanat et les services, l’in- (trait orange)
dustrie, les centres d’affaires et de décision ;
• en milieu non urbanisé, on envisage l’agriculture,
la sylviculture, la pisciculture et l’aquaculture,
la chasse et la pêche, les carrières. UTIE
R

RO
TO
AU
Cet environnement doit être pris en compte en
ET
OJ
rapport avec les éléments qui le composent, mais PR

aussi en relation avec les fonctions que chacun des


éléments peut jouer vis-à-vis des humains.

La spatialisation de l’EIES –
Définition de la zone d’influence
du projet Les aires d’étude doivent être adaptées à la théma-
Une aire d’étude correspond à une zone géogra- tique traitée. Elles sont clairement définies, carto-
phique soumise à au moins un des effets provoqués graphiées et justifiées dans l’étude d’impact, car
par le projet. L’objectif est de localiser les activités elles conditionnent l’évaluation des effets directs
du projet dans les espaces de la zone d’étude à et indirects, et donc le champ d’investigation spatial
faibles enjeux et sensibilités. Celle-ci dépend donc et les moyens à mettre en œuvre (documentation,
de la nature même du projet et des caractéristiques inventaires, mesures et prélèvements, investigations
de l’environnement initial. L’aire d’influence est et enquêtes).
appréciée sur la base des effets de diffusion et des
CHAPITRE 3 – Processus pratique 45

Tout commence donc par l’analyse de l’état initial aux différentes thématiques abordées (milieu natu-
de l’aire d’étude (milieu physique, biologique, rel, humain, paysage, pollution de l’air) et du niveau
humain, habitat, paysage, urbanisme, patrimoine, de sensibilité (zone marécageuse, par exemple).
économie), qui peut être appuyée par différentes Elle se précise en même temps que les contours de
cartes thématiques ; puis on procède à une synthèse l’étude. La détermination de l’aire d’influence du
des contraintes par superposition de ces différentes projet se base sur une analyse non seulement ana-
cartes, une définition des différentes zones d’inter- lytique, mais systémique, en ce sens qu’elle prend
ventions et une validation des zones de moindre en compte les relations fonctionnelles entre les
impact. La figure 3.3 présente un exemple de zone compartiments (encadré 3.9).
d’influence.
La description du milieu initial
L’aire d’influence du projet est composée de l’aire
d’implantation du projet et de l’aire d’influence La description de l’état initial est présentée grâce
des impacts. L’aire d’influence du projet est adaptée à des données disponibles ou à recueillir. Les

Encadré 3.9.  Les unités fonctionnelles


Une unité fonctionnelle est une aire géographique au •• flore : habitats ;
niveau de laquelle les éléments d’un même comparti­ •• paysage : continuum écopaysager ;
ment sont liés et toute modification de l’élément sur une
•• eau : bassin versant, cours d’eau, nappe phréatique ;
région de l’aire perturbe l’ensemble de l’unité.
•• sol : unités géologiques ;
Une unité fonctionnelle peut contenir plusieurs éléments
•• air : aire de propagation de la pollution, bruit ;
interdépendants. Une aire d’étude peut concerner plusieurs
unités fonctionnelles : •• social : bassin d’emploi, unité administrative ;

•• faune : corridors biologiques, voies migratoires ; •• économie : filière agricole, chaine d’entreprises (grandes
surfaces commerciales).

FIGURE 3.4.  Unités fonctionnelles

Reposoir Forêt
à hérons

s
Su

d’am ration
ien

pla
r vo

ce
phib
l pa

me
Mig

nts
r les

de
hérons

ma
mm

Mare
ifère

Plantes Marais :
s

rares zone de nourrissage


des hérons Forêt

Zone d’étude Parti retenu pour le projet 100 m

Source : République tunisienne (s.d.).


46 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

données existantes peuvent être extraites de docu- aspects de l’environnement en matière de pollution
ments cartographiques et photographiques, de ou de seuils de toxicité (normes de qualité de l’eau,
­statistiques, de banques de données informatiques, de l’air, etc.).
etc. Elles font appel à l’expérience propre de l’au-
teur de l’étude ou à des collaborations extérieures. Enfin, l’évolution de l’environnement peut être
Les données à récolter requièrent de procéder, le estimée en fonction de l’évolution probable de cer-
cas échéant, à des enquêtes, à du travail de terrain, tains facteurs sociaux et technologiques : la popu-
à des analyses in situ et en laboratoire (biologiques, lation, l’habitat, les communications, l’agriculture.
chimiques, physiques, climatologiques). À la notion d’environnement de référence est reliée
la notion d’horizon de référence, qui définit le délai
Il est important de faire ressortir les données les d’estimation de l’évolution de l’environnement.
plus pertinentes relatives au problème posé, afin Habituellement, les horizons sont déterminés :
de rester dans des limites de coût et de temps rai- • pendant la durée des travaux,
sonnables. L’information ne possède pas une valeur
• après la fin des travaux,
absolue en soi ; elle doit être bien adaptée au pro-
blème. Dans certains cas, des données existantes • à court, moyen et long terme.
suffisent ; dans d’autres cas, il faut se consacrer à L’évaluation de l’environnement de référence sup-
l’acquisition d’informations complémentaires. Très pose un jugement de valeur et fait donc appel à des
souvent, une quantité considérable de données critères d’évaluation. L’évaluation peut porter sur
n’améliore pas la qualité de l’information, mais un état de l’environnement ; elle s’exprime alors en
augmente simplement notre confiance en celle-ci termes d’intérêt ou de qualité de l’environnement.
(surtout en matière de prévisions). Souvent appuyé par la consultation publique en
Par ailleurs, les éléments les plus vulnérables au amont de l’étude d’impact ou pendant la réalisa-
projet ne se situent pas nécessairement à sa proxi- tion de celle-ci, l’environnement de référence peut
mité immédiate. Il est donc important de prendre inclure des éléments considérés comme des
du recul par rapport au terrain. C’est ainsi qu’un ­Composantes valorisées de l’écosystème (CVE).
site naturel constitué de zones marécageuses peut L’intérêt ou la qualité de l’environnement s’expri-
être irrémédiablement anéanti par l’abaissement ment par rapport à une situation minimale, où ces
d’une nappe d’eau souterraine, suite aux terrasse- éléments seraient nuls. L’évaluation peut aussi por-
ments liés à un projet situé à une certaine distance. ter sur une fonction que remplirait l’environne-
ment ; dans ce cas, elle est exprimée en termes de
performance de l’environnement pour assumer la
L’environnement de référence
fonction en question. L’expression de la perfor-
La description de l’environnement doit tenir compte mance suppose toutefois la connaissance d’un état
de son évolution au moment de la réalisation du idéal de l’environnement pour remplir pleinement
projet. Cet environnement futur prévisible constitue une fonction déterminée.
l’environnement de référence auquel les impacts
du projet seront comparés. L’évolution probable Partie analytique
de l’environnement peut être établie sur la base de
projets existants, de règlements divers tels que La détermination et l’analyse
les plans de secteur, les règlements d’urbanisme, des impacts potentiels du projet
les schémas de structure communaux, les plans L’analyse des impacts consiste à déterminer, décrire
d’aménagement particuliers, mais aussi sur la base et évaluer les interrelations qui existent entre les
d’objectifs à atteindre en vertu d’une législation, composantes d’un projet et le milieu récepteur. Il
comme les normes légales qui affectent certains s’agit ici de prévoir les impacts d’une proposition
CHAPITRE 3 – Processus pratique 47

et d’évaluer leur importance. L’objectif est de Ces deux types d’éléments clés doivent donc être
prendre en compte toutes les interactions entre bien appréhendés et bien analysés. Pour évaluer
l’environnement et les composantes du projet les impacts, il faudra prendre en compte, en plus
et  leurs impacts importants, en veillant à ne de ces deux éléments essentiels, les exigences admi-
pas omettre par inadvertance les effets indirects nistratives et réglementaires propres au projet, au
et cumulatifs potentiellement importants (enca- pays et, dans le cas des projets financés par des
dré 3.10). Ce processus débute lors de la sélection bailleurs, à chaque bailleur.
et se poursuit à travers le cadrage (l’établissement
de la portée), qui recense les problèmes clés et les L’évaluation des impacts environnementaux et
classes en catégories d’impact en vue d’une étude sociaux doit prendre en compte toutes les phases
ultérieure. d’un projet, y compris la fin de sa vie utile et, le cas
échéant, son démantèlement. Par exemple, pour
Deux éléments sont essentiels ici pour recenser un projet de construction, l’évaluation des impacts
ou déterminer les impacts : les composantes du doit aussi prendre en compte l’exploitation résul-
projet, ou sources d’impact, et les éléments du tante et l’entretien des nouvelles structures.
milieu d’accueil du projet, ou récepteurs d’impact.

Encadré 3.10.  Définition des concepts de source d’impact, de milieu récepteur et d’impact
Source d’impact sociologie et de l’économie. On peut citer, entre autres :
Une source d’impact est un élément constituant ou une la faune et la flore, les sites et les paysages, le sol, l’eau,
composante d’un projet ou d’une activité de construction, l’air, le climat, les milieux naturels et les équilibres
d’exploitation ou d’entretien qui est susceptible d’avoir ­biologiques, la protection des biens et du patrimoine
un impact sur l’environnement. Les sources d’impact culturel, la commodité de voisinage (bruit, vibrations,
se trouvent donc dans les activités et, plus précisément, odeurs, émissions lumineuses et autres émissions pol­
les interventions, les intrants (moyens nécessaires pour luantes), l’hygiène, la santé, la sécurité et la salubrité
mener les activités) et les extrants (produits ou déchets publique, de même que les interactions éventuelles
issus des activités). Pour déterminer les différentes entre ces différents éléments et l’évolution naturelle de
sources d’impact, il faut procéder à la description du cet environnement.
projet. Celle-ci peut comprendre les principaux éléments La synthèse de l’analyse de l’état initial est présentée sous
du projet : les structures permanentes et temporaires ; forme de carte ou de notice.
la façon dont le projet sera construit et valorisé ; une
explication de son type d’activité et le détail des interven­ Impact
tions ; ses processus de production, y compris les besoins Un impact est une conséquence positive ou négative
pour y aboutir ; enfin, les déchets qui sont susceptibles d’une action ou d’une activité en interaction avec l’envi­
d’être produits. ronnement. Il est qualifiable ou mesurable, ou les deux.
On distingue plusieurs types d’impacts :
Le niveau de détail utilisé pour décrire le projet est fonction
de l’envergure et de la complexité du projet, ou de l’activité •• Les impacts directs découlent d’une activité de
et de la vulnérabilité écologique de son emplacement. projet, selon un lien direct de cause à effet (ex. :
les pertes des espèces végétales rares à la suite du
Récepteur d’impact dessouchage et du débroussaillage pour l’ouverture
Un récepteur d’impact est un élément de l’environnement d’une route).
qui subira les effets des éléments constituants d’un •• Les impacts indirects sont ceux qu’on ne peut
­projet ou d’une activité. Les récepteurs sont définis pas relier à une activité du projet par un lien direct
en analysant l’état initial ou de référence du site et de de cause à effet. Ils peuvent se produire plus tard
­l’environnement du projet, avant la réalisation du projet. ou à plus grande distance, tout en étant raisonna­
Ici, la notion d’environnement recouvre un ensemble de blement prévisibles (ex. : l’érosion du sol à la suite
préoccupations interdépendantes relevant notamment de la coupe de la végétation sur le flanc d’une
de la nature, des paysages, de la qualité de vie, de la colline).
48 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Encadré 3.10.  Définition des concepts de source d’impact, de milieu récepteur et d’impact
(suite)
•• Les impacts différés se manifestent à un moment ulté­ •• les interactions entre les impacts environnementaux
rieur à la réalisation du projet ou de l’activité (ex. : la du projet ;
manifestation du cancer chez les employés d’une •• les interactions entre les impacts environnementaux
société de construction utilisant de l’amiante dans la du projet et ceux d’autres projets ou activités.
pose des plafonds).
L’analyse des impacts doit couvrir un domaine large de
•• Les impacts cumulatifs sont des effets additifs ou
l’environnement. Elle peut inclure des effets sur les
interactifs qui induisent, sur l’environnement bio­
aspects suivants :
physique ou humain, des changements brusques ou
progressifs dans le temps et dans l’espace. La consi­ •• la santé et la sécurité humaines ;
dération des impacts cumulatifs d’une intervention •• les moyens de subsistance, le mode de vie et le bien-
renvoie à l’évaluation de la potentialité de son tout ou être des personnes touchées par une proposition ;
de ses parties d’aggraver ou d’amplifier un phéno­ •• les conditions socioéconomiques ;
mène particulier.
•• la flore, la faune, les écosystèmes et la diversité
•• Les impacts synergiques résultent de l’association de biologique ;
plusieurs impacts qui concourent à un effet donné.
•• le sol, l’eau, l’air, le climat et le paysage ;
Considérés individuellement, ces impacts peuvent
présenter peu d’intérêt, alors qu’ils prennent une •• l’utilisation des terres, des ressources naturelles et
dimension significative lorsqu’ils sont conjugués. des matières premières, y compris à des fins tradi­
Les  effets synergiques doivent être considérés à tionnelles par les peuples autochtones ou groupes
deux niveaux : entre les répercussions propres à une vulnérables ;
intervention ; entre les répercussions individuelles •• les aires protégées et les sites désignés d’importance
ou  conjuguées d’une intervention et le milieu scientifique, historique ou culturelle ;
d’implantation. •• les biens patrimoniaux, récréatifs et d’agrément, y
•• Les impacts résiduels sont des impacts négatifs compris les éléments ayant de l’importance sur le
qui  persistent après l’application de mesures plan archéologique, paléontologique ou architectural ;
d’atténuation. •• l’utilisation actuelle du sol et des ressources.
L’analyse des impacts environnementaux cumulatifs Enfin, les impacts du projet sur des enjeux mondiaux
exige une approche systémique intégrant les éléments comme les émissions de gaz à effet de serre ou la bio­
suivants : diversité sont également pris en compte dans l’analyse.
•• les frontières temporelles et géographiques ;

La détermination des impacts sociaux et environ- démarche systématique de détermination des


nementaux d’un projet se fait en analysant les inter­ impacts (comparativement à des méthodes plus
actions entre chaque intervention à réaliser, chaque complexes et exigeantes en données). Les méthodes
intrant utilisé, chaque produit ou déchet généré formelles les plus courantes de détermination des
et les composantes environnementales et sociales impacts sont les suivantes (toutes ces méthodes
du milieu. Les équipements, les activités prévues sont exposées en détail au chapitre 6) :
et les déchets sont donc considérés comme des • les listes de contrôle,
sources pouvant engendrer des changements à une
• les matrices,
ou plusieurs composantes sociales et environne-
mentales sensibles (voir l’encadré 3.11). • les réseaux,
• les superpositions et les systèmes d’information
Un certain nombre de méthodologies et d’outils de géographique (SIG),
détermination des impacts ont été développés.
• les systèmes experts,
Dans la pratique, des méthodes et des outils rela-
tivement simples peuvent être appliqués pour une • le jugement professionnel.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 49

Encadré 3.11.  Quelques exemples de sources et de récepteurs d’impact


En période de construction, les principales sources •• au démantèlement des équipements à la fin de leur
­potentielles d’impact sont : vie utile.
•• le déboisement du site et la gestion des résidus Les composantes des milieux physique, biologique et
ligneux ; humain susceptibles d’être touchées par le projet cor­
•• le transport et la circulation associés aux déplace­ respondent aux éléments sensibles de la zone d’étude,
ments de la main-d’œuvre, des engins de chantier et c’est-à-dire les éléments susceptibles d’être modifiés ou
des matériaux de construction ; affectés de façon significative par les composantes ou
•• les travaux de terrassement et d’excavation, y compris les activités liées au projet, comme :
les forages et le dynamitage ; •• la qualité de l’air ;
•• le retrait et la disposition des matériaux de déblai ; •• la dégradation des berges ;
•• les travaux en eau (dragage des sédiments) ; •• l’érosion ;
•• les travaux en rive ; •• la qualité des sols ;
•• la gestion des eaux usées et des eaux de drainage •• la qualité de l’eau de surface ;
du site ; •• la qualité des sédiments et leur quantité ;
•• la construction et l’aménagement des infrastructures •• la végétation terrestre et aquatique ;
et des installations connexes ;
•• la faune terrestre, semi-aquatique et aquatique ;
•• la gestion des déchets et des produits contaminants
•• les habitats fauniques ;
(cendres) ;
•• les espèces à statut particulier ;
•• l’entreposage du carburant et des autres matériaux
de construction ; •• les caractéristiques sociodémographiques ;

•• la création d’emplois ; •• les activités économiques ;

•• les achats de biens et services. •• l’affectation et l’utilisation du territoire ;


•• les infrastructures et équipements publics ;
En période d’exploitation, d’entretien et de désaffectation,
les sources d’impact potentielles sont notamment liées : •• le patrimoine archéologique et culturel ;

•• au fonctionnement des équipements (le bruit, les •• la qualité de vie des résidents, y compris la santé,
rejets liquides, les émissions atmosphériques, la la sécurité, la qualité de l’air et le bruit ambiant ;
­gestion des déchets et des matières dangereuses, •• la sécurité de la population ;
les achats de biens et de services et la création •• le climat sonore ;
d’emplois) ;
•• le paysage.
•• aux travaux d’entretien des équipements et, éventuel­
Source : SNC-Lavalin Environnement (2010). Étude d’impact
lement, de réfection des équipements au cours de
environnemental du projet de cogénération – Thurso.
leur vie utile ;

Lorsque l’ensemble des impacts potentiels du Les critères importants, en relation avec la valeur
­projet sur une composante environnementale ou environnementale et sociale, pour déterminer la
sociale donnée ont été établis, on évalue l’impor- probabilité que les impacts significatifs se pro-
tance des modifications prévisibles de cette com- duisent sont :
posante (voir l’encadré 3.12). Dans ce cas, on se • la capacité d’assimilation de l’environnement
pose les questions suivantes : Quelles sont les pro- (résilience) ;
babilités que cet impact se produise ? Quelle sera
• la fragilité de l’environnement (sensibilité des
l’importance de chaque impact ? Quelle sera la
milieux) ;
portée spatiale et temporelle de chaque impact ?
L’évaluation de l’importance de l’impact sera • les normes, standards et objectifs environne-
­développée davantage au chapitre 6. mentaux applicables ;
50 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

• l’occupation et utilisation des terres : Partie prescriptive


–– la proximité d’une zone à statut de sauve-
garde (protégé),
La gestion des impacts anticipés :
l’atténuation, la compensation
–– le paysage qui a une valeur particulière et la bonification
(ex ante),
Les mesures d’atténuation sont des solutions pro-
–– l’abondance et la qualité des ressources posées aux différentes étapes du développement
naturelles, d’un projet, depuis la phase de planification jusqu’à
–– les enjeux sociaux, écologiques et sanitaires. l’exploitation et la réhabilitation, soit pour éliminer
entièrement les impacts négatifs, soit pour les
La description et l’évaluation des interrelations
réduire par rapport à leur valeur initiale, en donnant
relevées précédemment s’effectuent en tenant
la priorité à l’évitement de tout impact.
compte du type et de l’importance de l’impact.
• Type d’impact : un impact peut être positif L’atténuation des impacts vise la meilleure intégra-
­(amélioration), négatif (détérioration) ou tion possible du projet au milieu. À cet égard,
indéterminé. l’étude précise les actions, les ouvrages, les correc-
tifs ou les ajouts prévus aux différentes phases de
• Importance de l’impact : l’importance absolue
réalisation, pour éliminer les impacts négatifs asso-
d’un impact renvoie aux changements causés à
ciés à chacune des variantes ou pour réduire leur
l’élément du milieu par le projet.

Encadré 3.12.  L’estimation et la quantification des impacts


Une fois que tous les impacts importants ont été identi­ •• la modélisation mathématique (ex. : la dispersion
fiés, leur taille et leurs caractéristiques potentielles atmosphérique, l’hydrologie et l’hydrodynamique, la
peuvent être prédites. Dans la mesure du possible, les qualité de l’eau, la qualité des nappes souterraines,
impacts doivent être prédits quantitativement. Cela faci­ l’érosion et la sédimentation, les déversements de
lite la comparaison entre les solutions possibles et les pétrole, l’analyse de risque),
conditions de référence, ainsi que le suivi des impacts •• la modélisation physique (ex. : les maquettes hydrau­
et l’audit, plus tard dans le processus d’EIE. La prévision liques ou les tunnels aérodynamiques).
ou l’estimation des impacts est un exercice technique
•• la simulation par ordinateur (ex. : les impacts visuels
par lequel on utilise des données physiques, biologiques,
d’un projet),
socioéconomiques et culturelles pour estimer les carac­
téristiques et paramètres probables des impacts (ampleur, •• la cartographie thématique (ex. : les impacts relatifs
occurrence spatiale, etc.). à l’utilisation du sol) et les SIG.

Les prévisions s’attachent souvent aux impacts en fonc­ Une gamme de méthodes et de techniques peut être
tion d’un seul paramètre environnemental (ex. : un effluent utilisée. Celles-ci constituent un continuum allant des
toxique), puis suivent les impacts subséquents en fonc­ méthodes simples de détermination des impacts (décrites
tion de plusieurs autres paramètres (ex. : la réduction de précédemment) aux méthodes avancées, impliquant sou­
la qualité de l’eau, les impacts économiques sur la pêche vent l’application de modèles mathématiques. Il existe
et les changements socioculturels qui en découlent). des méthodes fiables pour définir certains paramètres
Parmi les méthodes couramment utilisées pour estimer environnementaux, comme les impacts sur la qualité de
ou quantifier les impacts environnementaux, citons : l’eau, tandis que d’autres prévisions, comme les impacts
sur le paysage, peuvent être une question de jugement
•• les tests en laboratoire (ex. : les tests de toxicité),
professionnel. Des exemples d’outils de prévision d’impact
•• les tests des hypothèses d’impacts, couramment utilisés seront exposés au chapitre 6.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 51

intensité, de même que les actions ou les ajouts • La compensation environnementale consiste à
prévus pour favoriser ou maximiser les impacts remplacer les éléments environnementaux
positifs. L’étude présente une évaluation de l’effi- ­perturbés ou endommagés par l’implantation
cacité des mesures d’atténuation proposées et four- du projet. Par exemple, la perte d’habitats
nit une estimation de leurs coûts. Ainsi, des mesures en milieu aquatique ou humide pourrait être
sont proposées pour chacun des impacts relevés. ­compensée par la création ou l’amélioration
L’encadré 3.13 présente, à titre indicatif, quelques d’habitats équivalents dans la zone du projet ou
mesures d’atténuation pouvant être considérées. dans le voisinage.

Les mesures d’indemnisation et de compensation Les possibilités de réutilisation des équipements


font partie du projet, mais elles peuvent être loca- ou des installations temporaires à des fins publiques
lisées hors de son emprise. Ces mesures apportent ou communautaires sont considérées comme des
une contrepartie à des impacts dommageables non mesures compensatoires, tout comme la mise en
supprimés ou réduits ou aux impacts qui subsistent réserve pour utilisation future de certains résidus
après l’application des mesures d’atténuation de construction tels que la végétation coupée, les
(impacts résiduels), tant pour le milieu biophysique matériaux de déblai ou tout autre résidu.
que pour les résidents et les communautés touchés.
Les mesures compensatoires sont de deux natures : En vertu des mêmes objectifs d’atténuation ou de
compensation des impacts négatifs, des mesures de
• La compensation financière et matérielle consiste
bonification ou de renforcement peuvent être inté-
à indemniser les personnes touchées directe-
grées au projet. Ces mesures de bonification per-
ment par les impacts ou les inconvénients du
mettent d’accroître l’importance ou la valeur des
projet soit en nature, soit en argent.
impacts positifs du projet.

Encadré 3.13.  Quelques mesures d’atténuation


Parmi les diverses mesures d’atténuation possible, on •• les moyens de réduire la mise en suspension des
peut envisager : sédiments dans l’eau ;
•• l’intégration visuelle des infrastructures et installa­ •• la conservation d’un couvert végétal ou d’une bande
tions ; boisée autour du site ;
•• le choix de la période des travaux afin d’éviter les •• la restauration du couvert végétal des sites altérés ;
zones sensibles pour la faune ou de compromettre la •• la naturalisation des lieux altérés et l’ajout d’aména­
pratique de la pêche ou d’activités récréatives ; gements ou d’équipements améliorant les aspects
•• le choix des itinéraires pour le transport et des paysager, visuel et esthétique des zones adjacentes ;
horaires afin d’éviter les accidents et les nuisances •• les précautions prises pour limiter l’introduction et la
(bruit, poussières, congestion aux heures de pointe, propagation d’espèces exotiques envahissantes ;
perturbation du sommeil et des périodes de repos) ;
•• la récupération de certains équipements et aména­
•• l’intégration sonore des installations et activités pour gements ;
les populations avoisinantes ;
•• l’installation de barrières physiques ou comportemen­
•• le mode et l’efficacité du traitement des effluents tales pour éloigner les animaux ;
liquides et des émissions atmosphériques ;
•• l’embauche d’une main-d’œuvre locale et l’attribution
•• les modalités et mesures de protection des sols, des de certains contrats aux entreprises locales ;
rives, des eaux de surface et souterraines, de la flore,
•• les mesures en cas de cessation temporaire ou
de la faune et de leurs habitats, y compris les mesures
­définitive des activités.
temporaires ;
Source : MDDEP (2008).
52 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Bibliographie Ministère du Développement durable, de l’Environne-


ment et des Parcs du Québec – MDDEP (2008).
Erphelin, G. et J.-L. Genty (1999). Procédure d’évaluation
Guide de réalisation d’une étude d’impact sur l’environ-
environnementale – Études de dangers et gestion des
nement, Québec, MDDEP, Direction des évaluations
risques, rapport de stage, École Polytechnique de Paris,
environnementales.
Montréal, Centre interuniversitaire de recherche en
analyse des organisations (CIRANO), juin. Parent, L. (dir.) (1998). Évaluation environnementale,
Québec, Université du Québec, Télé-Université,
Froment, A., B. Wildmann, F. Laruelle et Y. Lemoine
coll. « Sciences de l’Environnement ».
(1992). Les études d’incidences sur l’environnement,
Namur, Région Wallonie, Cabinet du ministre de République tunisienne (s.d.). Cadrage, Ministère de
l’Environnement. ­l’Environnement et du Développement durable,
<http://www.environnement.gov.tn/fileadmin/
Hydro-Québec TransÉnergie (2013). Évaluation envi­
medias/pdfs/projet_etude/PISEAU_II/Prog_forma-
ronnementale : synthèse des connaissances environne-
tion_sensibilisation/5/Cadrage.pdf>, consulté le
mentales pour les lignes et les postes, 1973-2013,
30 novembre 2018.
Montréal, Hydro-Québec, <http://www.hydroque-
bec.com/data/developpement-durable/pdf/01_ Simos, J. (1990), Évaluer l’impact sur l’environnement,
EvaluationEnvironnementale.pdf>, consulté le Lausanne, Presses polytechniques et universitaires
28 novembre 2018. romandes, coll. « Meta ».
ANNEXES
Annexe 3.1 Exemple d’effets
sur l’environnement
pour quelques types de projets
Annexe 3.2. L’examen de la conformité et
de la qualité d’une étude d’impact
54 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

ANNEXE 3.1 Ces exemples ne prétendent pas illustrer la totalité


des effets à considérer pour un type déterminé
Exemple d’effets de  projet. Les effets sont présentés suivant la
sur l’environnement ­classification développée ci-dessus.
pour quelques types de projets
(Froment et al., 1992) Projets d’infrastructures linéaires

Effets sur l’environnement liés Projet autoroutier


à quelques types de projets

Les effets sur l’environnement d’un projet peuvent


être définis selon diverses classifications dont il faut
tenir compte lors de la réalisation d’une EIE.

On peut distinguer, suivant les cas :


• des effets de coupure de relations, d’altération
de qualité et de quantité, de perte d’espace ;
• des effets directs, indirects et secondaires ; Les principaux effets sur l’environnement d’un
projet autoroutier sont les suivants :
• des effets permanents, périodiques et tempo-
raires ; • Coupures de relations :
• des effets à court, moyen et long terme ; –– physiques : circulation des eaux, courants
climatiques ;
• des effets réversibles et irréversibles ;
–– biologiques : voies de déplacement d’ani-
• des effets locaux, régionaux et suprarégionaux ;
maux sauvages au sein d’un habitat et entre
• des effets prévisibles et imprévisibles. des habitats différents ;
Par ailleurs, la nature des effets est également liée –– humaines : routes, chemins, sentiers, proprié-
à la nature spécifique des projets. Ci-après sont tés et exploitations agricoles ou forestières.
illustrés et commentés quelques grands types • Altérations de la qualité de l’environnement :
de projets avec les effets respectifs qu’ils peuvent –– les sols, les eaux souterraines ainsi que les
occasionner à l’environnement. milieux sauvages qui se sont développés
Les classifications des effets ne constituent nulle- en  relation avec ces facteurs ; ces altéra-
ment un canevas rigide pour l’organisation de tions peuvent être liées aux terrassements,
l’étude et la présentation des données. Un trop aux dépôts et aux infiltrations de matières
grand formalisme ne ferait que nuire à la clarté des polluantes (métaux lourds, composés
résultats par un effet de complication. hydrocarbonés) ;
–– les eaux de surface, altérées par l’écoule-
Les exemples présentés ci-après visent plutôt à faire ment d’eaux de ruissellement autoroutières
ressortir : chargées en matières polluantes ;
• la diversité des aspects à considérer lors de l’éva- –– l’air, altéré par la pollution engendrée par le
luation des impacts, suivant le type de projets ; trafic (gaz d’échappement, poussières) ;
• la sensibilité du milieu récepteur. Un même –– la vie, altérée par le bruit, la pollution et
projet peut en effet exercer des effets d’impor- l’insécurité liés au trafic, ainsi que les modi-
tance variable en fonction de la nature du milieu fications du paysage et du mode de vie des
récepteur. La notion de grandeur d’effet est habitants (modification des cheminements
donc liée à la nature du milieu et à sa sensibilité et des possibilités de loisirs).
ou à sa vulnérabilité.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 55

• Pertes d’espace : À l’inverse d’un projet autoroutier, ce type


–– agricole, forestier, urbain, biologique, récréa- ­d’infra­structure n’exerce pas d’effet de coupure
tif (figure 3.5). continu ; il a toutefois une influence négative sur
certaines populations d’oiseaux (mortalité parfois
FIGURE 3.5  Effet des coupures sur les habitats importante).

Des effets électromagnétiques éventuels pourraient


ne pas être négligeables.

Parmi les effets sur l’environnement d’un projet,


on peut relever, d’une manière générale :
• des effets de coupure de relations,
• des effets d’altération de qualité ou de quantité,
• des effets de perte d’espace.
Certaines coupures peuvent amenuiser des habitats
en les isolant jusqu’à les rendre non fonctionnels. Projets d’infrastructures touristiques
Les animaux sauvages ont en effet besoin d’un ter- et récréatives
ritoire minimum pour subsister et se reproduire.
Projet de camping ou de villages de vacances
Projet de ligne de transport électrique

Les principaux effets sur l’environnement d’un Les principaux effets sur l’environnement d’un
projet de ligne de transport électrique sont essen- projet de camping ou de village de vacances sont
tiellement liés aux modifications du paysage. les suivants :
• Effets directs :
Les pertes d’espace se limitent à l’emprise des
pylônes et des surfaces avoisinantes, des stations de –– la perte d’espace ;
transformation, de répartition ou de distribution –– la modification du relief local ;
et, le cas échéant, aux couloirs forestiers où une –– le piétinement des sols et l’abandon de détri-
végétation basse doit être maintenue. tus : la dégradation de sites sensibles forte-
ment fréquentés (berges de rivières, sentiers
Des effets acoustiques peuvent être enregistrés
et sites naturels) ;
dans le cas de lignes à très haute tension, dans cer-
taines conditions climatiques et en milieu rural la –– le bruit et le trafic ;
nuit, circonstances où les bruits portent loin. –– la modification de la circulation et de
­l’attractivité du paysage.
56 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

• Effets indirects : Projet de circuit pour sports moteurs


–– la modification de la qualité des sols voisins
(rehaussement ou abaissement des nappes
d’eaux souterraines) ;
–– la modification de la qualité des eaux ;
–– les effets sur la pêche et la baignade ;
–– l’altération de la qualité de vie des habitants.
• Effets secondaires :
–– la modification du tourisme local et de la
valeur de l’immobilier ;
–– le déséquilibre socioéconomique des com-
munautés locales et la perte de leur identité Les principaux effets sur l’environnement d’un
culturelle. projet de circuit pour sports moteurs sont les
suivants :
Parmi les effets sur l’environnement d’un projet, • Effets permanents :
on peut distinguer, d’une manière générale : –– l’altération du relief et du paysage visuel ;
• des effets directs qui découlent directement du –– la modification de la circulation locale ;
projet lui-même ;
–– la perte d’espace pour d’autres activités
• des effets indirects qui découlent de ces effets (agricul­ture, bâti, tourisme) ;
directs. Lors d’enchaînements d’effets indi-
–– la coupure de relations ;
rects, seul l’effet final doit être pris en compte
dans l’évaluation des incidences, à moins qu’un –– l’effet sur les eaux de ruissellement.
effet intermédiaire ait une importance pour • Effets périodiques :
lui-même ;­ –– le bruit et la pollution engendrés par les
• des effets secondaires qui découlent de volontés compéti­tions  ;
ou d’options délibérées, exprimées suite à la –– les effets liés à l’affluence touristique : le
réalisation du projet et exerçant leur action dans ­piétinement, l’abandon de détritus, le van-
son environnement, sans toutefois être liés aux dalisme, l’insécurité, la consommation de
effets du projet par une relation de cause à effet denrées et de services locaux.
naturelle comme pour les effets indirects. On • Effets temporaires :
peut par exemple citer la modification sponta-
–– les effets liés au chantier :
née du comportement de tou­ristes d’un jour
–– le bruit et les vibrations, les poussières,
venant des régions ou localités voisines, qui se
–– la pollution des eaux par des terres et
dirigent vers d’autres lieux de détente à la suite
des matières toxiques ;
de la modification de l’environnement du pro-
–– les atteintes au paysage visuel et au relief
jet. Des effets secondaires peuvent avoir de
local.
fortes répercussions sur l’environnement et
même contrecarrer le projet lui-même.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 57

Parmi les effets sur l’environnement d’un projet, • Effets retardés à moyen et long terme :
on peut distinguer, d’une manière générale : –– les atteintes à la qualité de la production agri-
• des effets permanents, liés à l’implantation du cole et piscicole causées par les pollutions ;
projet lui-même ; –– les atteintes à la santé publique : maladies
• des effets périodiques, liés à l’exploitation pério- pro­fessionnelles, maladies induites par les
dique de certains projets. Ils se manifestent rejets toxiques dans l’environnement.
régulièrement dans le temps et se caractérisent
par leur périodicité et leur durée ; Parmi les effets sur l’environnement d’un projet,
• des effets temporaires, souvent liés à la phase on peut distinguer, d’une manière générale :
de chantier du projet. Ils se mani­festent durant • des effets à court terme, qui se manifestent dès
une période déterminée et se caractérisent par la construction du projet ;
leur durée. • des effets à moyen et long terme, qui sont dif-
férés dans le temps et qui se manifestent dans
Projets industriels et d’équipements un délai plus ou moins long après la réalisation
du projet.

Projet de carrière

Les principaux effets sur l’environnement d’un


projet de centrale thermique sont les suivants :
• Effets immédiats ou à court terme : Les principaux effets sur l’environnement d’un
projet de carrière sont les suivants :
–– la perte d’espace pour d’autres activités
(agricul­ture, habitat)  ; • Effets réversibles :
–– l’atteinte au paysage ; –– les poussières ;
–– les pollutions atmosphérique et aquatique –– le bruit et les vibrations ;
causées par les rejets de gaz, de vapeur d’eau –– l’impact du transport des matériaux sur les
et de pous­sières ; voies de communication et les conditions
–– les incidences liées à l’élimination et au de circulation ;
transport de déchets de combustion et des –– l’effet sur la sécurité ;
processus de fabrication ; –– l’effet sur le tourisme ;
–– les bruits et les odeurs ; –– l’effet socioéconomique dû à la perte d’es-
–– la modification de la circulation du trafic pace pour d’autres activités (agriculture,
et les inci­dences sur la sécurité. habitat).
58 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

• Effets irréversibles : –– l’émission d’eaux polluées (hydrocarbures) ;


–– les effets sur la flore et la faune dans le cas –– le bruit et les contraintes urbanistiques liées
de sites intéressants à ce point de vue ; il au bruit ;
faut toutefois nuancer en relevant des effets –– les nuisances liées au chantier ;
­posi­tifs sur la flore et la faune par la créa-
–– la perte d’espace pour d’autres activités
tion d’ha­bitats nouveaux appréciés par des
(agriculture, sylviculture, habitat) ;
espèces très caractéristiques de ces milieux ;
–– l’instauration de servitudes de dégagement
–– les pollutions et les effets sur l’écoulement
et radioélectrique ;
des nappes phréatiques ;
–– l’effet sur la valeur foncière et immobilière ;
–– la dégradation des sols (tassement), si cer­
taines conditions ne sont pas remplies lors –– l’effet sur le tourisme.
du réaménagement du site. • Effets régionaux et suprarégionaux :
–– les répercussions sur la fréquentation des
Parmi les effets sur l’environnement d’un projet, autres aérodromes ;
on peut distinguer d’une manière générale : –– la modification de mouvements touristiques ;
• des effets réversibles, qui peuvent être annulés –– les effets liés au transport et au dépôt de
par la suppression de l’origine de l’effet ou par déblais de terrassement en excès.
la réhabilitation du site originel ;
• des effets irréversibles, qui ne peuvent être Dans toute EIE, les effets doivent être envisagés
annulés par l’action humaine. à  plusieurs niveaux ou échelles d’incidences.
Ces différents effets répondent à des fonction­
nements et réactions diffé­rents de la part de
Projet d’aérodrome
l’environnement.

À l’échelle locale, la vision des effets est analytique


et souvent quantitative, tandis qu’à une échelle plus
grande, elle est synthétique et qualitative.

Par exemple, à l’échelle de l’exploitation agricole,


un projet routier engendre une réduction de la sur-
face exploitée, la coupure de chemins et l’allonge-
Les principaux effets sur l’environnement d’un ment des trajets, la coupure et l’enclavement des
projet d’aérodrome sont les suivants : parcelles d’exploitation ; la rentabilité de l’exploita­
tion peut s’en ressentir. À l’échelle de la région agri-
• Effets locaux :
cole, ce même projet engendre des effets qui ne
–– la modification et l’imperméabilisation du modifient pas la structure générale de l’agri­culture :
terrain, avec des répercussions sur le l’intérêt économique régional n’est pas atteint ; les
­ruissellement des eaux ; effets économiques pourraient même être fortement
–– l’effet paysager ; atténués grâce aux opérations de remembrement
–– l’effet sur la circulation et les voies de com- qui sont mises sur pied à cette occasion.
munication locales, avec des répercussions
sur la sé­curité des riverains ;
CHAPITRE 3 – Processus pratique 59

Projet de barrage • Effets imprévisibles :


–– les accidents divers pouvant engendrer des
pollu­tions, une dégradation des ouvrages
hydrauli­ques, des inondations, des glisse-
ments de terrain, des tremblements de terre.

Parmi les effets sur l’environnement d’un projet,


on peut distinguer, d’une manière générale :
• des effets prévisibles, comme dans le cas de la
plupart des effets mentionnés dans une EIE. Ces
effets peuvent être plus ou moins localisés et
Les principaux effets sur l’environnement d’un leur intensité est estimée quantitativement ou
projet de barrage sont les suivants : qualitativement ;
• Effets prévisibles : • des effets imprévisibles ou accidentels, qu’on
–– la perte de zones naturelles dans le péri- ne peut pas localiser et dont on ne peut estimer
mètre du lac artificiel ; l’intensité par définition. Bien souvent, on n’en
soupçonne même pas l’éventualité.
–– la modification des différents facteurs
physico-­chimiques de l’eau à hauteur et en
aval du barrage et répercussions sur la vie
aquatique (substrat, flore ou végétation,
poissons) ;
–– l’effet géomorphologique (profil de la vallée
et du lit de la rivière) ;
–– l’effet sur le paysage ;
–– les effets liés au chantier et au dépôt de
déblais en excès ;
–– les effets sur le tourisme et les possibilités
de loi­sirs (pêche, canotage).
60 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

ANNEXE 3.2. Dans cette section, l’examen consiste à vérifier si


tous les enjeux du projet ont été bien identifiés.
L’examen de la conformité et
de la qualité d’une étude d’impact Qualité et pertinence des données
L’examen de la qualité du rapport d’EIE consiste Il s’agit de vérifier :
à vérifier : • si les données nécessaires pour estimer les
• si les informations requises pour apprécier impacts du projet sont présentes :
la qualité et la pertinence des données sont –– les sources et méthodes utilisées pour
fournies ; recueillir les données sont-elles identifiées ?
• si les modèles et méthodes utilisés sont –– les limites associées aux données (représen-
appropriés ; tativité spatiale ou temporelle) sont-elles
• si les éléments de contenu de l’étude d’impact expliquées ?
prévus dans la réglementation sont couverts. • si des inventaires supplémentaires sont néces-
saires pour estimer les impacts.
Raison d’être
Définitions : Respect de la réglementation
• la nécessité du projet par rapport aux besoins Dans cette section, il s’agit de vérifier :
à satisfaire ou aux objectifs à atteindre ; • si les éléments de la directive sont couverts ;
• la pertinence du projet par rapport à son • si d’autres éléments devraient être couverts.
contexte d’insertion et aux autres moyens de le
L’ampleur des informations et des explications
réaliser de façon à satisfaire les mêmes besoins
à fournir en rapport avec un élément dépend de
ou d’atteindre les mêmes objectifs.
l’importance de l’enjeu qui y est associé.
Dans cette section, l’examen consiste à vérifier si
la raison d’être du projet a été bien énoncée. Options et variantes
Définitions :
Détermination des enjeux • Options de remplacement : lorsque le bien-fondé
Définition : l’enjeu, c’est ce que la société et, plus des besoins ou des objectifs a été démontré,
particulièrement, le milieu social directement tou- toute solution visant à modifier ces besoins
ché par le projet, peuvent perdre ou gagner du fait ou ces objectifs constitue une option de rem-
de la réalisation du projet. placement du projet.
• Options de réalisation : ce sont les diverses façons
La détermination des enjeux aide à bien circons- de satisfaire les besoins ou d’atteindre
crire l’importance accordée au traitement des les objectifs.
impacts qui y sont associés.
• Variantes : ce sont les différentes façons
Les enjeux du projet peuvent être fonction : ­d’exécuter l’option de réalisation retenue.
• de sa raison d’être, Vérifier si toutes les variantes de réalisation pos-
• des milieux potentiels d’insertion du projet, sibles ont été considérées et traitées (possibles :
• des perceptions sociales, faisables techniquement et économiquement, et
acceptables sur le plan environnemental).
• des impacts appréhendés,
• des coûts (l’échéancier de financement),
• des possibilités techniques de réalisation.
CHAPITRE 3 – Processus pratique 61

Vérifier si la variante retenue est celle qui conci- • Évaluer si les possibilités de les éliminer ou de
lie  le  mieux les objectifs de rentabilité écono- les atténuer ont été adéquatement examinées.
mique, de faisabilité technique et de protection de • Se prononcer sur la capacité du milieu récep-
l’environnement. teur à supporter les impacts sans perturbations
majeures.
Qualité des modèles et des méthodes • Préciser les risques et les incertitudes.
Cette étape consiste à vérifier : • Établir si le projet est socialement acceptable.
• si les modèles utilisés pour estimer des impacts
donnent des résultats vraisemblables ; Conclusions, recommandations et suivi
• si l’utilisation d’autres modèles s’avère néces- Dans cette section, vérifier :
saire pour estimer des impacts ;
• si les conclusions sont faites de façon claire (bien
• si les méthodes utilisées pour évaluer les impacts justifier ses conclusions) ;
sont explicitées.
• si les recommandations quant à l’acceptabilité
du projet et, le cas échéant, des conditions de
Analyse des impacts réalisation ont été proposées ;
Dans cette section : • si un programme de suivi a été proposé afin
• Se prononcer sur la détermination et l’évalua- de vérifier soit les impacts dont l’évaluation
tion des impacts. présente un certain degré de risque ou d’incer-
titude, soit l’efficacité de certaines mesures
d’atténuation.
CHAPITRE 4
L’étude d’impact environnemental et social
Le plan de gestion environnementale et sociale

Georges Lanmafankpotin
Samuel Yonkeu
Martin Yelkouni

Introduction
Le plan de gestion environnementale et sociale
Le contenu du plan de gestion
La mise en œuvre du programme
d’atténuation
La surveillance et le suivi de l’environnement
Les mesures institutionnelles
de renforcement des capacités
Le calendrier et le coût des programmes
Les indicateurs
Les fiches d’action
Une approche pratique de la surveillance
et du suivi environnemental : objectifs,
acteurs, modalités, résultats attendus
La surveillance et le suivi de
l’environnement : méthodologie,
outils et intervenants
64 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION mesures d’atténuation, ce qui englobe notamment


les acteurs, les parties prenantes, le calendrier d’exé­
Le plan de gestion environnementale et sociale cution et la supervision. L’objectif principal de
(PGES) est un programme d’action qui, comme ces programmes est double : d’une part, apporter
suite à une étude d’impact, définit la stratégie, les des améliorations au projet tout au long de son
mécanismes, la justification et les acteurs des cycle de vie, à la lumière des informations collectées
mesures et activités concrètes de gestion environ­ et dans le respect des exigences de protection de
nementale et sociale à prendre et à intégrer à la l’environnement ; d’autre part, mettre en place
mise en œuvre d’un projet donné, afin d’en assurer les  mécanismes de l’amélioration continue des
l’acceptabilité environnementale et socioécono­ ­pratiques et de diffusion des résultats.
mique (voir l’encadré 4.1).
Élément essentiel du rapport d’EIES, le PGES est
L’élaboration du PGES soulève un certain nombre préparé en aval du processus technique de l’EIES,
de questionnements : Comment construire un plan lors de l’analyse et de l’évaluation des impacts du
de gestion environnementale et sociale qui assure projet. Il fait donc partie intégrante du processus
une mise en œuvre efficiente du projet, au bénéfice d’évaluation environnementale et d’autorisation
de toutes les parties prenantes ? Comment assurer du projet. Il est pris en compte dans la planification,
une surveillance et un suivi qui optimisent les la conception et l’établissement du budget, ce qui
connaissances sur l’environnement, l’insertion du lui assure un financement et lui permet d’être
projet et l’amélioration du processus d’étude d’im­ supervisé et évalué au même titre que les autres
pact environnemental et social (EIES) ? Dans ce composantes du projet. De plus, la préparation
chapitre, nous préciserons les contours de la réali­ du  PGES requiert la consultation des acteurs
sation du PGES, ses caractéristiques et ses critères concernés et des parties prenantes.
de performance, et nous traiterons de la surveil­
lance et du suivi ainsi que des modalités de leur Suivant les exigences de la plupart des institutions
mise en œuvre. financières, surtout internationales, la mise en
œuvre du PGES est référencée comme partie inté­
grante des documents juridiques de l’accord de prêt
dont le coût est pris en charge par les pays béné­
LE PLAN DE GESTION ficiaires ou par le promoteur. Dans ce cas, la diffu­
ENVIRONNEMENTALE sion du résumé du PGES précède l’approbation de
­l’accord de financement, et son examen est exigé
ET SOCIALE en fonction de l’évolution du projet.

Le contenu du plan de gestion Pour le promoteur et son équipe, l’élaboration du


PGES comporte plusieurs exigences :
Le PGES est un instrument qui décrit en détail les
mesures à prendre durant la construction, l’exploi­ • Définir l’ensemble des réponses à apporter aux
tation et la fermeture du projet soumis à l’étude impacts négatifs susceptibles d’être générés par
d’impact, en vue d’éliminer ou de compenser ses le projet.
effets négatifs sur l’environnement physique et • Déterminer les conditions requises pour que
humain, ou encore de les ramener à des niveaux ces réponses soient apportées de manière
acceptables, mais aussi en vue de bonifier ses effets ­efficace et en temps opportun.
positifs. Il tient aussi compte des mesures de sur­ • Décrire les moyens nécessaires à la satisfaction
veillance et de suivi environnementaux pour évaluer de ces conditions.
la réussite et l’efficacité des mesures d’atténuation • Désigner les acteurs ainsi que leurs rôles et
prises dans le cadre de la supervision du projet, soit ­responsabilités dans la mise en œuvre, la
les dispositifs institutionnels et de renforcement ­surveillance et le suivi.
des capacités nécessaires à la mise en œuvre des
CHAPITRE 4 – Le plan de gestion environnementale et sociale 65

L’encadré 4.1 présente un exemple de synthèse des La mise en œuvre du


éléments constitutifs essentiels du PGES, selon le programme d’atténuation
processus québécois d’étude d’impact sur l’envi­
ronnement (EIE). Le programme d’atténuation des impacts définit
les mesures faisables techniquement et économi­
quement qui sont susceptibles de ramener les effets
Encadré 4.1.  Synthèse des éléments potentiellement néfastes sur l’environnement et la
constitutifs essentiels du PGES société à des niveaux acceptables. Il définit et pré­
sente brièvement tous les effets négatifs sur l’envi­
L’élaboration du programme de mise en œuvre des
ronnement, puis il décrit les détails techniques de
mesures d’atténuation ou de bonification des impacts
donne un tableau qui contient les éléments suivants :
chaque mesure d’atténuation, en indiquant notam­
ment le type de nuisance auquel elle remédie et les
•• les composantes du milieu affectées par le projet ;
conditions dans lesquelles elle est nécessaire, et en
•• la source de l’impact (avec une indication de la
y joignant, au besoin, des plans, des descriptions
phase du projet) ;
de matériel et des procédures opérationnelles. Le
•• la description sommaire des impacts ;
programme d’atténuation estime tous les impacts
•• les mesures d’atténuation ou de bonification
potentiels de ces mesures sur l’environnement et
recommandées ;
établit des liens avec les autres plans d’atténuation
•• la mise en œuvre du plan de fermeture, s’il y a lieu ;
des effets du projet qui peuvent être exigés (dépla­
•• le coût de mise en œuvre des mesures d’atté­ cement involontaire des populations, patrimoine
nuation ;
culturel). Il prévoit des mesures compensatoires
•• l’échéancier de mise en œuvre et les acteurs ; lorsque des mesures d’atténuation sont irréalisables,
•• les indicateurs objectivement vérifiables ; trop coûteuses ou insuffisantes.
•• les moyens de vérification.
En regard de ce programme, le promoteur doit s’as­
Source : Inspiré de MDDEP (2005).
surer que l’exécution du projet satisfait à toutes les
exigences environnementales réglementaires et que
les engagements pris dans l’EIES et tout au long du
L’élaboration d’un bon PGES et sa mise en œuvre
processus, ainsi que les conditions d’approbation
requièrent une fine connaissance du milieu naturel
et de financement, sont effectivement remplis.
et humain et des compétences avérées des respon­
sables de l’évaluation environnementale, son appro­
La surveillance et
priation par les acteurs concernés, une volonté de
le suivi de l’environnement
participation des parties prenantes et un suivi
­adéquat de sa mise en œuvre. Le programme de surveillance environnementale
est un plan structuré qui définit les exigences d’at­
Les composantes du PGES sont le programme
ténuation, de surveillance et de gestion découlant
de mise en œuvre des mesures d’atténuation, le
de l’évaluation des impacts environnementaux et
programme de surveillance et de suivi de l’envi­
sociaux à mettre en œuvre lors de la phase de
ronnement, les mesures institutionnelles et de
construction du projet (voir les encadrés 4.2 et 4.3).
­renforcement des capacités de gestion environne­
Il précise les mécanismes de prise de décision et les
mentale, le calendrier d’exécution et l’estimation
mesures qui s’imposent s’il survient un problème
des coûts.
durant la phase de mise en œuvre.
66 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Encadré 4.2.  Le programme de surveillance


Le programme de surveillance environnementale contient •• la liste des éléments nécessitant une surveillance
en général : environnementale ;
•• les directives, réglementations et critères environne­ •• l’ensemble des mesures et des moyens envisagés
mentaux à respecter dans la conception, l’exécution pour protéger l’environnement ;
et l’exploitation des ouvrages ; •• les caractéristiques du programme de surveillance,
•• les commentaires des autorités et des agences de lorsqu’elles sont prévisibles (localisation des inter­
financement, ou les conditions particulières qu’elles ventions, protocoles prévus, liste des paramètres
imposent (autorisation de conformité environne­ observés, méthodes de collecte des informations,
mentale) ; échéancier de réalisation, ressources humaines et
•• les clauses environnementales propres au projet, afin financières affectées au programme) ;
de préciser les précautions et les mesures d’atténua­ •• un mécanisme d’intervention en cas de non-respect
tion relatives aux activités du projet qui risquent d’en­ des exigences légales et environnementales ou des
gendrer des impacts environnementaux importants engagements de l’initiateur ;
(passage de cours d’eau, dragage, zone d’emprunt) ; •• les engagements de l’initiateur quant au dépôt des
•• les exigences environnementales applicables aux rapports de surveillance (nombre, fréquence, contenu).
sous-traitants ;

La surveillance environnementale comporte les conséquent pour la mise en œuvre des activités
objectifs suivants : de  surveillance environnementale, un ou des
• S’assurer de l’application effective des mesures ­spécialistes de l’environnement pour assurer la
d’atténuation et de compensation préconisées ­sur­veillance (inspections, audits internes, études
dans l’EIES. sur le terrain) et pour veiller au respect des exi­
gences de protection de l’environnement. Ce pro­
• Veiller au respect par le maître d’œuvre des
gramme doit aussi assurer la création d’un comité
obligations environnementales contenues dans
de surveillance ou de suivi, composé de divers
les documents.
acteurs impliqués dans le processus global de la
• Mener toute autre action en vue de favoriser négociation environnementale : le promoteur et ses
l’insertion du projet dans l’environnement. conseillers (internes ou externes), les citoyens et
L’établissement du programme de surveillance les groupes d’intérêts, ainsi que les organismes de
requiert les éléments suivants : contrôle ou apparentés.

• la liste des exigences gouvernementales ;


• la liste des engagements pris par le maître Encadré 4.3.  Les outils de surveillance
d’œuvre ;
Les outils nécessaires à la surveillance sont :
• l’ensemble des mesures et moyens destinés à
•• le cahier des charges (exigences du client),
protéger l’environnement ;
•• le rapport d’évaluation des impacts environne­
• les ressources disponibles pour l’application ; mentaux et sociaux,
• l’échéancier de réalisation ; •• les directives environnementales internes,
• les séances de formation et de sensibilisation ; •• les documents d’appel d’offres aux entrepreneurs,
• les rapports sur l’application des mesures •• les clauses environnementales normalisées et
d’atténuation. ­complémentaires (code),
•• le guide de terrain de la surveillance environne­
En tant que partie intégrante du projet, le pro­ mentale.
gramme de surveillance doit prévoir un budget
CHAPITRE 4 – Le plan de gestion environnementale et sociale 67

Le promoteur est responsable de la surveillance. • le cas échéant, la description et la justification des


Généralement, il délègue cette tâche à un bureau écarts ou de la non-conformité des réalisations ;
de contrôle qualifié, aux rôles et responsabilités bien • des recommandations pour la poursuite du
définis, qui se voit affecter les ressources financières programme.
et matérielles nécessaires. Ce bureau de contrôle
relève soit de l’administration responsable de l’En­ Pour sa part, le programme de suivi environnemen-
vironnement, soit d’un comité de surveillance consti­ tal est une activité à caractère scientifique nécessi­
tué des principaux acteurs concernés par le projet. tant l’observation répétée, selon un calendrier
prédéterminé, d’un ou plusieurs éléments de l’en­
Selon les modalités établies, un rapport de sur­ vironnement afin de déceler leurs caractéristiques
veillance environnementale doit être produit pério­ et leur évolution dans le milieu. Le programme de
diquement et à chaque étape. Il contient les suivi environnemental précise les méthodes scien­
éléments suivants : tifiques à utiliser, les paramètres à mesurer, ainsi
• un rappel des principaux éléments du que le moment ou la fréquence et le niveau de
programme ; précision des mesures. Il porte sur les impacts les
• le taux de réalisation des mesures prévues ; plus préoccupants du projet ou contribue à cerner
d’autres impacts non évalués (encadrés 4.4 et 4.5).
• le niveau de conformité des mesures réalisées
et de respect des exigences environnementales ;

Encadré 4.4.  Le suivi environnemental


Le suivi environnemental comprend : Le suivi environnemental porte sur les éléments suivants :
•• la définition des objectifs en précisant ce qu’on veut •• les composantes du milieu à surveiller : biophysique,
vérifier ou suivre ; humain, etc. ;
•• le choix des indicateurs ; •• les mesures à appliquer ;
•• l’optimisation des ressources ; •• le moment ou la fréquence recommandés ;
•• les mesures et incertitudes (méthodes scientifiques, •• le coût de la mise en œuvre des mesures de
échéancier de réalisation…) ; surveillance ;
•• l’analyse et la présentation des résultats ; •• l’échéancier de mise en œuvre et les acteurs ;
•• la prise en compte des résultats. •• les indicateurs objectivement vérifiables ;
•• les moyens de vérification.

Encadré 4.5.  Objectifs du suivi environnemental


Les objectifs du suivi environnemental sont les suivants : •• Composer avec les changements et les circonstances
•• Vérifier la qualité de l’évaluation des impacts. imprévues.
•• S’assurer que le projet satisfait à toutes les exigences •• Adapter les plans d’atténuation et de gestion en
environnementales. conséquence.
•• Vérifier l’efficacité des mesures d’atténuation ou de •• Tirer les leçons de l’expérience et en diffuser les
compensation. résultats.
•• Assurer la conformité à tous les règlements. •• Améliorer les méthodes de gestion du projet.
•• Observer les effets de la mise en place des innovations •• Rassurer la population quant au suivi des compo­
techniques ou technologiques du projet. santes environnementales.
•• Suivre un enjeu d’importance lié aux impacts du
projet.
68 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Le suivi est la prérogative de l’administration l’exploi­tation, la supervision, la vérification de l’ap­


­responsable de l’Environnement ou d’un bureau plication, le suivi de l’exécution, les mesures cor­
de contrôle de la qualité qui relève de cette rectives, le financement, l’établissement de ­rapports
administration. et la formation du personnel.

Une évaluation des éléments suivants aidera le Afin de renforcer les capacités de gestion environ­
­gestionnaire de projet à déterminer la portée du nementale des organismes chargés de l’exécution,
programme de suivi envisagé : la plupart des PGES couvrent au moins l’un des
• Le degré de nouveauté d’un projet : Si le type de sujets suivants (voir l’encadré 4.6) :
technologie ou de projet n’a jamais été réalisé, • les programmes d’assistance technique,
le suivi permet de préciser les impacts réels de • la passation des marchés de matériel et de
ce type de projet. fournitures,
• La vulnérabilité de l’environnement : Si le projet • les modifications organisationnelles.
risque de menacer une composante de l’envi­
ronnement particulièrement sensible (prise
d’eau, habitat faunique, espèce à statut parti­ Encadré 4.6.  Éléments constitutifs
culier), un suivi sera exigé. du plan des mesures institutionnelles
• L’incertitude de l’analyse : La portée du pro­ La construction d’un plan relatif aux mesures institu­
gramme dépend de l’importance des incertitudes tionnelles donne un tableau qui contient les éléments
dans l’analyse des impacts et de la complexité suivants :
de la prévision des impacts. •• le rôle des acteurs et des institutions concernés
• Le calendrier des travaux : Si une longue période dans la mise en œuvre du projet ;
sépare le rapport d’impact et le début de la •• les mesures de renforcement des capacités des
phase de réalisation du projet, il est possible structures et des institutions : aspects techniques,
que, dans l’intervalle, certaines conditions envi­ législatifs, juridiques, formation, information, com­
ronnementales aient évolué d’une manière non munication, sensibilisation ;

prévue lors de l’évaluation des impacts. •• le coût de la mise en œuvre des mesures institution­
nelles ;
Les mesures institutionnelles •• l’échéancier de mise en œuvre et la liste des
acteurs ;
de renforcement des capacités
•• les indicateurs objectivement vérifiables ;
Afin d’assurer la bonne exécution des composantes •• les moyens de vérification.
environnementales du projet et des mesures d’atté­
nuation, le PGES s’appuie sur l’estimation que fait
l’EIES du rôle et des capacités des services de Le calendrier et
l’envi­ronnement qu’elle a recensés, sur place ou au le coût des programmes
niveau de l’organisme ou du ministère responsable
du projet. Il peut s’avérer nécessaire de renforcer Pour chacun des programmes d’action (l’atténua­
certaines capacités institutionnelles et techniques. tion des nuisances, le suivi et la surveillance de
Pour combler ce besoin, le PGES recommande la l’environnement, le renforcement des capacités),
création ou l’expansion de services adéquats et la le PGES présente :
formation de leur personnel. Le plan de gestion • un calendrier d’exécution des mesures à prendre
précise alors les dispositions institutionnelles visant dans le cadre du projet, indiquant leur échelon­
la mise en œuvre des mesures d’atténuation et nement et leur coordination avec les plans
de surveillance, notamment en ce qui concerne d’exécution d’ensemble du projet ;
CHAPITRE 4 – Le plan de gestion environnementale et sociale 69

• l’estimation des coûts d’investissement et de pour les travailleurs, les contrôles sanitaires et épi­
fonctionnement, les sources des fonds néces­ démiologiques des travailleurs et des populations
saires à la mise en œuvre du PGES, les plans de riveraines, ainsi que tous les autres coûts réels
décaissement, etc. Ces données sont également ­associés à la préservation du milieu humain (voir
intégrées aux tableaux présentant le coût total l’encadré 4.7).
du projet.
En ce qui concerne le suivi et la surveillance de
Pour l’estimation des coûts liés aux mesures insti­ l’environnement, l’estimation des coûts touche à
tutionnelles, l’attention se porte sur les coûts d’un l’acqui­sition de matériel technique et d’équipe­
examen éventuel des instruments législatifs et juri­ ment pour le contrôle, le dosage et l’analyse de
diques encadrant les matières couvertes par le certains paramètres du milieu. L’estimation tient
­projet, ainsi que sur les coûts de renforcement des compte aussi des coûts relatifs à la création et à la
capacités des institutions techniques concernées mise en place d’une fonction ou d’une unité de
par la mise en œuvre du projet (services centraux gestion environnementale et sociale du projet, à
ou locaux, ONG locales, collectivités décentrali­ son budget de fonctionnement, au personnel et aux
sées, groupements socioprofessionnels), en ce qui moyens à mettre en œuvre, aux activités à mener
concerne l’acquisition de biens, d’équipements et pour la surveillance environnementale du site (pré­
de services, la formation des acteurs, et les cam­ lèvement et analyse d’échantillons d’eau, de sols,
pagnes d’information, de communication et de de plantes, réhabilitation de certaines parties du
sensibilisation. Le coût des mesures institution­ site pendant la phase d’exploitation du projet), de
nelles doit aussi prendre en compte les frais associés même que tous les autres coûts réels associés la
au suivi et à la surveillance, avant, pendant ou après surveillance environnementale du milieu.
le projet, ainsi que les autres coûts réels relevés au
niveau institutionnel.
Encadré 4.7.  Principes clés
Quant à l’estimation des coûts relatifs aux mesures pour l’estimation des coûts du PGES
d’atténuation des impacts, elle prend en compte
•• Couvrir complètement tous les coûts liés au renfor­
les coûts de préservation ou de restauration du cement des capacités institutionnelles, à la mise en
milieu biophysique : les mesures de préservation œuvre des mesures d’atténuation, de compensation
de la faune, des ressources hydrauliques, des éco­ ou d’indemnisation de l’ensemble des effets néga­
systèmes fragiles et des espèces en danger, la pré­ tifs associés au projet, avant, pendant et après son
servation des composantes de l’environnement exploitation.
(le sol, l’air, etc.), ainsi que les autres coûts réels •• Évaluer les coûts réels basés sur la meilleure
associés à la préservation du milieu biophysique. ­technologie disponible n’entraînant pas de coûts
excessifs.
Les coûts d’atténuation des impacts socioécono­ •• Consulter les services techniques, les collectivités
miques portent sur les indemnisations à verser en locales et les populations affectées en vue de conso­
cas de déplacement des populations, la construction lider certains coûts.
d’habitats et la création d’infrastructures de base •• Intégrer le coût du PGES dans le coût global du
pour les populations déplacées, ainsi que la préser­ projet.
vation des conditions optimales de santé, d’hygiène
et de sécurité et la protection des sites et des monu­
ments culturels. Ces coûts englobent aussi l’acqui­
sition des équipements de protection individuelle
70 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Les indicateurs • les mesures de renforcement des capacités


et de gestion de l’environnement ;
La mise en œuvre du PGES nécessite la construc­
• les responsabilités institutionnelles à l’égard
tion d’indicateurs de réponse pertinents au regard
du suivi et de la mise en œuvre ;
des enjeux environnementaux, socioéconomiques
et de durabilité liés au projet. Ceux-ci doivent être • la consultation des parties prenantes ;
suffisamment robustes pour : • le calendrier d’exécution, l’estimation des coûts
• mesurer les relations entre les enjeux identifiés ; et le plan des décaissements ;
• être simples, mesurables et facilement • un cadre logique de l’intégration du PGES au
vérifiables ; projet, incluant les indicateurs objectivement
vérifiables et l’échéancier de mise en œuvre
• s’interpréter clairement et permettre de soute­
du PGES.
nir la décision ;
• intégrer le processus décisionnel ; Les fiches d’action
• ne pas exiger beaucoup de ressources.
En vue d’une bonne préparation à l’élaboration du
Au terme de son élaboration, le format standard PGES, il convient d’élaborer, pour chaque impact
d’un PGES (encadré 4.8) indique les différents relevé au cours de la phase d’évaluation, une fiche
points à inclure, notamment : d’action de mise en œuvre. Cette fiche d’action
• les objectifs du PGES ; agrège les mesures d’atténuation et les activités de
surveillance et de suivi. Ainsi, dans son contenu,
• les mesures d’atténuation ou de compensation
elle indique les éléments suivants :
des nuisances ;
• la nature de l’action environnementale à mener ;
• les mesures de surveillance de l’environnement
et des conditions sociales ; • le ou les objectifs de l’action, en termes de
­résultats à atteindre par l’action ;
• les différentes tâches de l’action ;
Encadré 4.8.  Caractéristiques • les acteurs chargés de la mise en œuvre de
d’un « bon » PGES l’action ;
Un PGES réussi se caractérise par les éléments • le ou les lieux de mise en œuvre de l’action ;
suivants :
• le calendrier de mise en œuvre de l’action ;
•• la cohérence avec les impacts identifiés : ampleur,
type, localisation, etc. ;
• les coûts de la mise en œuvre de l’action ;
•• une couverture intégrale des impacts identifiés ; • les indicateurs de suivi de l’efficacité de
•• une faisabilité prouvée sur les plans technique
l’action ;
et économique ; • les acteurs responsables du suivi de l’efficacité.
•• des mécanismes de rétroaction intégrés de manière
à gérer les changements futurs ;
Lors de la construction du PGES, il convient d’ajou­
ter à chaque fiche d’action environnementale, sous
•• un calendrier d’exécution, un budget et un plan de
financement et de décaissement bien définis ;
forme de tableau :
•• des responsabilités institutionnelles, des rôles des • la composante de l’environnement qui sera
acteurs et des échéanciers bien définis ; affectée ;
•• des indicateurs pertinents, facilement vérifiables • la source de l’impact ;
et cohérents. • l’impact identifié.
CHAPITRE 4 – Le plan de gestion environnementale et sociale 71

Une approche pratique La procédure spécifique varie d’un pays à l’autre.


de la surveillance et Elle peut s’inscrire dans un processus d’assurance-­
du suivi environnemental : qualité en environnement de type ISO 14000. La
objectifs, acteurs, modalités, surveillance environnementale se met en place
résultats attendus avant le début du projet. La publication d’un
­rapport final sur les résultats de la surveillance
La surveillance environnementale est une activité ­environnementale peut être exigée.
par laquelle l’organisme s’assure que tous ses enga­
gements et obligations en matière d’environne­ La surveillance des travaux s’effectue durant toute
ment, y compris les mesures d’atténuation, sont la phase de mise en œuvre du projet, soit de la
appliqués avant, pendant et après les travaux. conception des plans et devis jusqu’au début de
Elle peut résulter en une activité d’inspection, de l’exploitation, en passant par les phases de cons­
contrôle et d’intervention visant à vérifier si toutes truction des installations et de mise en place des
les exigences et conditions en matière de protection équipements. Elle peut se subdiviser en deux sous-
d’environnement ont effectivement été respectées étapes : l’élaboration du programme de surveillance
avant, pendant et après les travaux. et la mise en œuvre de ce programme. L’exécution
de la surveillance des travaux peut être confiée à
La surveillance environnementale vise les objectifs des représentants du promoteur ou à ceux d’une
relatifs au respect des engagements, tout au long firme ou d’un organisme environnemental externe.
du processus d’EIES, et à celui des modalités de
réalisation des travaux. Les engagements renvoient La surveillance et le suivi de
principalement aux mesures d’atténuation générales l’environnement : méthodologie,
et particulières prévues pour le projet, mais aussi outils et intervenants
au respect des lois, des règlements, des certificats
et des décrets délivrés par les autorités gouverne­ La surveillance fait appel à des mesures moins
mentales. Ils renvoient aussi à tout autre engagement quantitatives que le suivi environnemental. Elle
environnemental pris par l’organisme à l’égard du utilise comme outils, des enquêtes (grilles), des
projet. Quant à la surveillance des travaux, elle vise listes de contrôle et des formulaires types.
le respect d’une saine pratique environnementale
Trois acteurs peuvent intervenir dans la surveillance
lors de l’exécution même des travaux, que ces der­
environnementale : le requérant organise la sur­
niers soient du ressort du promoteur ou de l’un de
veillance ; l’autorité décisionnelle organise la
ses partenaires entrepreneurs.
­surveillance par l’entremise de l’agence environne­
La surveillance environnementale peut être obli­ mentale ou du service de protection de l’environ­
gatoire ou discrétionnaire. Lorsqu’elle est obliga­ nement ; le service de protection de l’environnement
toire, comme c’est le cas dans la plupart des régimes accorde l’autorisation de réaliser le projet. Cette
d’évaluation environnementale de la Francophonie, autorité vérifie si les conditions de l’autorisation
elle se fait systématiquement pour tous les projets sont bien respectées.
soumis à une étude d’impact environnemental et
La surveillance environnementale s’impose par son
social. Lorsqu’elle est discrétionnaire, la surveil­
aspect juridique, puisqu’elle a pour but de s’assurer
lance environnementale s’applique au cas par cas,
que les travaux soient conformes aux autorisations
selon les besoins. Le rapport d’impact sur l’environ­
délivrées. Elle permet de vérifier les déclarations
nement doit préciser si une surveillance environne­
énoncées dans l’étude d’impact environnemental
mentale est nécessaire.
et social, tant au niveau de la conformité des
­activités que des impacts anticipés et des mesures
d’atténuation mises en place.
72 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Le suivi environnemental • Contrôler l’efficacité du management environ­


Selon Au et Sanvicens (1996, p. 2), la procédure nemental de l’activité étudiée.
d’étude d’impact sur l’environnement ne peut • Réviser les prévisions d’impacts sur l’environ­
durer, dans notre société, en l’absence d’un suivi nement, afin de mieux gérer les risques et les
environnemental. Le suivi environnemental incertitudes.
englobe l’ensemble des activités d’observation et
de mesure qui ont pour objectif de déterminer les Trois systèmes de suivi environnemental sont en
impacts réels d’un projet ou d’une activité. vigueur : obligatoire, au cas par cas et sans objet.
Dans plusieurs régimes d’évaluation des impacts
Visant à vérifier la survenue des impacts prévus environnementaux et sociaux (Bénin, Burkina Faso,
selon leur importance et leur durée prédites, à véri­ Mali), le suivi environnemental est obligatoire et
fier l’efficacité des mesures d’atténuation et de doit se faire systématiquement pour tous les projets
bonification, ainsi qu’à définir des mesures correc­ soumis à une étude d’impact sur l’environnement.
tives et à suggérer des modifications s’il y a lieu, le Dans certains autres pays, le suivi environnemental
suivi environnemental permet d’introduire de ne se fait que pour certains types de projets majeurs
manière systématique une boucle de rétroaction (infrastructures de transport en France). Mais le
dans le système d’EIES. suivi peut aussi être appliqué au cas par cas, selon
les besoins (Canada). Dans ce contexte, le rapport
Ainsi, les enseignements tirés permettent de valider
d’impact environnemental et social précise si un
de nouvelles approches et méthodes ayant démon­
suivi environnemental est nécessaire.
tré leur efficacité à faciliter l’intégration des projets
dans leur milieu, à assurer un gain économique au La procédure spécifique de suivi environnemental
promoteur, ainsi qu’à mieux prendre en compte les varie d’un pays à l’autre. Comme pour la surveil­
préoccupations sociales et la protection des res­ lance, la procédure peut s’inscrire dans une
sources naturelles. Ce suivi peut contribuer à amé­ démarche d’assurance-qualité en environnement
liorer les prévisions des impacts et des mesures et de type ISO 14000. Le suivi environnemental se
éclairer la révision des normes en matière de pro­ met en place avant le début du chantier. La publi­
tection et de gestion environnementales. En tant cation d’un rapport final sur les résultats du suivi
que tel, il tient compte de l’ensemble des études environnemental est obligatoire.
et documents produits en lien avec le projet, soit
les études exigées dans le cadre des procédures Le suivi fait appel à des mesures plus quantitatives
d’évaluation environnementale et les rapports et que la surveillance environnementale. Il se fait par
données issus des mesures, des analyses, des vérifi­ des observations et par des mesures environnemen­
cations et des visites effectuées, afin de suivre l’évo­ tales. Les intervenants dans le suivi sont le requé­
lution du milieu suite à l’intervention planifiée. rant, les services de protection de l’environnement,
les spécialistes des ministères techniques et les
Les principaux objectifs du suivi environnemental scientifiques.
sont les suivants :
Le suivi environnemental présente plusieurs avan­
• Modifier l’activité planifiée ou la mise en place
tages. Il est nécessaire dans le contexte d’un pro­
de mesures d’atténuation, si des impacts néga­
cessus d’EIES pour les raisons suivantes :
tifs imprévus sont constatés.
• Les études d’impact environnemental et social
• Déterminer le niveau de précision des prévisions
risquent de devenir un processus pro forma pour
d’impacts et l’efficacité des mesures d’atténua­
obtenir un permis de construire au lieu d’une
tion, afin de transmettre ces expériences à des
application concrète de management envi­
activités futures similaires.
ronnemental et social visant à obtenir de réels
avantages environnementaux.
CHAPITRE 4 – Le plan de gestion environnementale et sociale 73

• Vu les ressources humaines, les moyens finan­ Michaud, J.R. (2000). Programme de surveillance et de
ciers et le temps investis, il y a un besoin de suivi environnemental de projets de dragage et de gestion
s’assurer de l’efficacité des études d’impact des sédiments : démarche de conception et de mise en
environnemental et social. œuvre, Environnement Canada, Direction de la pro­
tection de l’environnement, Région du Québec,
• Les prévisions d’impacts s’appuient trop sou­ ­Section Éco-innovation technologique.
vent sur des opinions d’experts et non sur des
Ministère du Développement durable, de l’Environnement
preuves empiriques provenant d’installations
et des Parcs du Québec – MDDEP (2005). Guide de
existantes.
réalisation d’une étude d’impact sur l’environnement,
Pour apporter une plus-value au processus déci­ Québec, MDDEP, Direction des évaluations environ­
nementales, <http://www.environnement.gouv.qc.ca/
sionnel, une stratégie de diffusion des résultats de
evaluations/documents/Guide-realisation.pdf>,
suivi devrait être définie au niveau de chaque pays,
consulté le 4 décembre 2018.
en précisant le domaine d’application (cadre régle­
mentaire, études scientifiques spécifiques), les axes Ecoscan S.A. (1999). Surveillance et suivi environnemental
des projets soumis à EIE en Suisse : aide à la définition
de diffusion des résultats (soutien approprié aux
et à l’application des mesures de protection de l’environ-
trois groupes d’acteurs), une structure adéquate
nement, Lausanne, Office fédéral de l’environnement,
(organe gestionnaire) et son mode de fonctionne­
des forêts et du paysage (OFEFP) et Groupe EIE de
ment (banque de données). Suisse occidentale et du Tessin (GREISOT), <https://
www.greie.ch/web/wp-content/uploads/2007/08/
ecoscan2_final.pdf>, consulté le 4 décembre 2018.
Bibliographie
Au, E. et G. Sanvicens (1996). « EIA follow up monito­
ring and management », dans EIA Process Strengthening,
Canberra, Environment Protection Agency.
Environnement Canada et Ministère du Développement
durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les
changements climatiques du Québec (2015). Guide
pour l’élaboration de programmes de surveillance et de
suivi environnemental pour les projets de dragage et de
gestion des sédiments, <http://www.bape.gouv.qc.ca/
sections/mandats/dragage_sept-iles_IOC/documents/
DB7.pdf>, consulté le 4 décembre 2018.
ANNEXE
Annexe 4.1 Contenu du rapport d’étude
d’impact sur l’environnement
CHAPITRE 4 – Le plan de gestion environnementale et sociale 75

ANNEXE 4.1. • une analyse des différentes variantes comparant


la conception, le site, les options technologiques
Contenu du rapport d’étude et opérationnelles de façon systématique (et
d’impact sur l’environnement quantitative si possible), en fonction des impacts
environnementaux potentiels, des coûts d’in­
De façon générale, un document d’EIE doit contenir vestissement et d’exploitation, de la pertinence
les sections suivantes : et des exigences institutionnelles, de surveil­
• un sommaire contenant un bref exposé des lance et de suivi ;
principales conclusions et recommandations ; • une analyse des impacts environnementaux
• une introduction qui situe le contexte du projet potentiels, positifs et négatifs, qui résulteront
et présente le promoteur et le bureau d’étude probablement du projet proposé et des incerti­
ou le consultant chargé de l’EIE ; tudes quant à leurs prévisions ;
• les contextes politique, juridique et administratif • la détermination des mesures d’atténuation, des
de l’EIE ; impacts résiduels impossibles à atténuer et des
• la justification du projet ; possibilités d’améliorer l’environnement ;
• la description du projet et des différentes • les programmes de surveillance et de suivi de
variantes pour le mener à bien, en fonction des l’environnement et, éventuellement, les mesures
contextes géographique, écologique, social et de renforcement des capacités ;
temporel ; • le plan de gestion environnementale et sociale ;
• la description de l’environnement, notamment • des annexes, y compris une liste des participants
les conditions physiques, biologiques, socio­ à l’EIE et des références, un registre des consul­
économiques et d’utilisation des ressources tations du public et des réunions interinstitu­
existant avant le développement du projet ; tionnelles, et les feuillets cartographiques.
CHAPITRE 5
La participation du public au processus
d’étude d’impact environnemental et social

Georges Lanmafankpotin

Introduction
La participation du public
Définition
Différents niveaux pour différents objectifs
Avantages : les apports à l’efficacité
de l’EIES
Méthodes, outils et acteurs
Principes de bonnes pratiques
Études de cas
78 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION séminaire-atelier sous le thème « Évaluation envi-


ronnementale et prise de décision en Afrique fran-
Le processus d’étude d’impact environnemental et cophone » dans le cadre du programme de bourse
social appelle quelques démarches clés, dont la par- de perfectionnement professionnel du Réseau de
ticipation du public, l’élaboration du plan de ges- développement des capacités et liens pour l’éva-
tion environnementale et sociale (PGES) concluant luation environnementale en Afrique (CLEAA)
la réalisation de l’étude, ainsi que la surveillance recommandent, entre autres :
environnementale et le suivi en phase de mise en
• le renforcement par des dispositions régle­
œuvre du projet, lorsque les permis et l’autorisation
mentaires spécifiques de l’implication du public
d’exploiter sont reçus par le maître d’œuvre.
à toutes les phases de l’évaluation environ­
Au cours de la décennie 2010, la participation du nementale et sociale, de l’élaboration et l’ap-
public est devenue l’épine dorsale de l’évaluation probation du mandat à la surveillance et au
environnementale, laquelle est un processus de suivi-évaluation ;
négociation entre des acteurs qui ont des valeurs, • le renforcement du caractère obligatoire de la
des intérêts, des horizons spatiaux et temporels mise en œuvre du PGES et l’engagement de
variés. Pour être efficace, la participation du public la responsabilité du promoteur de l’initiative à
exige des méthodes et des mécanismes permettant cet égard ;
aux parties prenantes d’influencer les décisions • l’élaboration de procédures adéquates, y com-
susceptibles de les affecter. Elle devrait aussi, pour pris sur la base du principe pollueur-payeur,
ce faire, intervenir aux différentes phases du pro- une mobilisation et une mise à disposition effec-
cessus d’évaluation qui prend fin avec l’élaboration tive, des structures désignées à cet effet, et des
d’un PGES. ­ressources liées à la surveillance et au suivi-­
évaluation, avant le début des interventions
En effet, un PGES est requis pour tous les projets
concernées ;
assujettis et soumis à une étude d’impact environ-
nemental et social (EIES) ; il est parfois même • l’amélioration de la communication à travers
demandé comme suite aux activités soumises à un la mise à disposition, sous une forme et un lan-
audit environnemental. Le PGES vise ainsi à définir, gage accessibles, des informations relatives aux
avec le concours de toutes les parties concernées, évaluations environnementales et sociales et
les conditions de la prise en compte des activités aux PGES ;
de gestion écologiquement durable des impacts du • l’informatisation de la mémoire institutionnelle
projet, aux phases d’exploitation, de fermeture et et des bases de données relatives aux évaluations
de post-fermeture, conditions qui pourraient servir environnementales et sociales, de manière à en
de plateforme d’accord avec le promoteur. Il ouvre faciliter la disponibilité.
la voie à la mise en œuvre du projet, assortie d’une
obligation de surveillance et de suivi, deux exi- Alors, comment établir et améliorer des méthodes
gences réglementaires du processus d’évaluation de participation publique ? Comment choisir la
d’impact environnemental et social. meilleure méthode de participation pour une situa-
tion particulière ? Ce chapitre s’attache à répondre
Les différentes démarches clés abordées dans ce à ces deux interrogations en précisant la définition
chapitre revêtent une importance encore plus de la participation publique en évaluation environ-
grande aujourd’hui. Ainsi, dans leur déclaration du nementale, ses objectifs et ses outils, ainsi que les
27 avril 2018, les participants réunis à Douala en principes directeurs d’une bonne pratique.
CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 79

LA PARTICIPATION
DU PUBLIC
Définition
Par participation publique, on entend l’engagement
du public dans le processus de prise de décision
d’une organisation. En évaluation d’impact, elle est
l’implication des individus ou des groupes qui sont
touchés par les effets positifs ou négatifs d’une
intervention proposée (un projet, un programme,
un plan ou une politique) assujettie à un processus
de prise de décision, ou encore qui souhaite inter- Source : Étudiant français, printemps 1968.
venir (André, Delisle et Revéret, 2010, p. 211).
Différents niveaux
La participation du public requiert l’établissement pour différents objectifs
d’une communication efficace et continue avec des
outils appropriés, adaptés aux contextes et aux La participation du public en évaluation environ-
habitudes de consommation des publics destina- nementale peut revêtir différentes formes inspirées
taires, pour tendre vers de meilleurs projets, un de l’échelle d’Arnstein (1969). Elle s’étale selon un
meilleur développement et une gouvernance gradient croissant de participation à la décision.
collaborative.

Encadré 5.1.  La participation publique dans les documents internationaux


En évaluation environnementale, dont l’étude d’impact processus de prise de décision et que l’État doit encou­
environnemental et social est l’une des composantes, la rager et faciliter la participation du public en mettant les
participation du public est une contribution majeure à la informations à sa disposition. La convention d’Aarhus de
démocratie directe consacrée par différents documents 1998 reconnaît, quant à elle, qu’un meilleur accès à
internationaux. Elle est aussi une exigence des bailleurs l’information et la participation accrue du public au pro­
de fonds prévue aujourd’hui dans la plupart des législa­ cessus décisionnel permettent de prendre de meilleures
tions nationales relatives à l’EIES. décisions et de les appliquer plus efficacement, contri­
buent à sensibiliser le public aux problèmes environ­
Ainsi, les principes 4 et 19 de la déclaration de Stockholm
nementaux, lui donnent la possibilité d’exprimer ses
de 1972 évoquent les moyens pour le public d’exercer
préoccupations et aident les autorités publiques à tenir
en pleine connaissance de cause sa responsabilité à
dûment compte de celles-ci. Au niveau africain, la Conven­
l’égard de l’environnement. Le point 5 du chapitre de
tion d’Alger du 15 septembre 1968, en son article 13,
l’économie, de la science et de la technique de l’acte
fait obligation aux États contractants de soumettre les
final de la conférence d’Helsinki de 1975 déclare que « le
principes et règles d’utilisation durable des ressources
succès d’une politique de l’environnement suppose que
naturelles à des « campagnes d’informations susceptibles
toutes les catégories de populations et toutes les forces
d’initier et de gagner le public à la notion de conserva­
sociales conscientes de leurs responsabilités, contri­
tion ». La Charte africaine des droits de l’homme et des
buent à protéger et à améliorer l’environnement ». La
peuples du 27 juin 1981, entrée en vigueur le 21 octobre
stratégie mondiale de la conservation (1980) affirme le
1986, sans être précise sur l’environnement, a mis en
caractère impérieux de la participation. Sa section 13
place le fondement pour l’accès à l’information et à la
recommande une plus grande participation du public à
participation du public dans son article 9-1 qui stipule
la planification et à la prise de décisions concernant l’uti­
que « toute personne a droit à l’information ».
lisation des ressources vivantes pour éviter les décisions
inconsidérées. Le principe 10 de Rio 1992 déclare que Source : Lanmafankpotin (2014), p. 14, note 16.
chaque individu doit avoir la possibilité de participer aux
80 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Cette typologie fondée sur l’engagement repose la décision et appliquée dans l’intérêt des commu-
sur huit échelons, dont : nautés et au bénéfice de toutes ses composantes.
• la manipulation et la thérapie, assimilées par Toute participation doit alors explicitement préci-
l’auteure à la non-participation ; ser son échelle d’intervention, en mesurant le degré
d’emprise sur la décision que ses initiateurs sou-
• l’information, la consultation et la participation
haitent laisser au public « consulté ».
accessoire à des comités, assimilées par Arnstein
à l’instrumentalisation (tokenism) ; Certains régimes d’évaluation environnementale
• le partenariat, la délégation de pouvoir et le précisent explicitement le contenu à chacune des
contrôle citoyen, relevant, selon l’auteure, du échelles d’intervention. Dans le régime québécois,
pouvoir citoyen. par exemple, l’avis informant le public du début
de l’évaluation environnementale d’un projet doit
Dans cette perspective, plus la participation se situe indiquer le nom et une brève description du projet
en haut de l’échelle, plus les citoyens ont l’assu- et du site visé, ainsi qu’une description des princi-
rance que leur opinion sera prise en compte dans paux enjeux relevés et des impacts anticipés sur le

Encadré 5.2.  Cinq niveaux et des outils adaptés pour une participation accrue
De façon opérationnelle, Santé Canada retient cinq niveaux le Web de documents de travail en vue d’obtenir des
de participation du public, auxquels correspondent des commentaires.
outils spécifiques mobilisés pour atteindre les objectifs :
Niveau 3 : Discuter – réunions bilatérales, réunions
Niveau 1 : Informer ou sensibiliser – publication d’avis publiques, rencontres de discussion.
publics ou de documents sur le Web, organisation de
Niveau 4 : Mettre à contribution – dialogue délibératif,
campagnes de sensibilisation du public.
ateliers, comités consultatifs.
Niveau 2 : Recueillir de l’information – enquêtes, groupes
Niveau 5 : Créer des partenariats – scrutin délibératif,
de discussion, envoi par la poste ou publication sur
comités de citoyens.

NIVEAU 1 NIVEAU 2 NIVEAU 3 NIVEAU 4 NIVEAU 5


Faible degré Degré moyen Degré élevé
de participation de participation de participation
de public du public du public
et d’influence et d’influence et d’influence

Informer Recueillir Discuter Engager Créer des


et sensibiliser de l’information partenariats

Communications
Écoute
Consultation
Engagement
Partenariat

Source : Santé Canada (2000).


CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 81

milieu récepteur. Le public sera consulté lorsque En fonction de sa forme, la participation peut avoir
le promoteur ou le décideur cherchera à connaître les objectifs suivants :
ses préoccupations, ses attentes et ses craintes en • Inviter le public touché ou intéressé à parti­
regard des impacts de son projet et de la pertinence ciper  au processus de prise de décision, en
des mesures prévues, sans aucun engagement que ­mettant l’accent sur la justice, l’équité et la
les avis émis influenceront la décision. Une concer- collaboration.
tation en vue d’une entente pourrait être entamée
• Informer et éduquer les acteurs sur l’interven-
lorsqu’il est nécessaire d’obtenir l’engagement
tion planifiée et ses conséquences.
a priori que les avis exprimés seront intégrés à la
décision, alors qu’il y aurait acceptation lorsque le • Recueillir des données et de l’information du
pouvoir de décision est effectivement transféré vers public en rapport avec son environnement bio-
le citoyen, qui exprime par un vote ou par référen- physique et humain, ainsi que sur les relations
dum son accord ou son désaccord avec un projet. qu’il entretient avec cet environnement.
L’avis peut découler du promoteur au cours de la • Chercher un apport du public à l’intervention,
phase de réalisation de son étude, ou encore lorsque notamment quant aux façons de réduire les
son étude d’impact est jugée recevable par le déci- impacts négatifs, d’accroître les retombées posi-
deur et qu’elle doit être communiquée au public tives et de compenser les effets non atténués et
afin de permettre à celui-ci de juger si l’importance les impacts résiduels.
du projet nécessite la tenue d’une audience • Contribuer à une meilleure analyse des propo-
publique, d’une enquête publique ou de toute autre sitions, conduisant à un développement plus
forme de consultation. créatif, plus durable et mieux accepté par la
population, sans laquelle cette dernière ne mani-
FIGURE 5.1.  Échelle de participation d’Arnstein
mise en perspective avec les objectifs festerait pas un aussi grand appui au projet.
de la participation publique • Contribuer à un apprentissage mutuel des
acteurs et à l’amélioration de la pratique de la
8 Contrôle citoyen participation publique et des études d’impacts.

Avantages : les apports


7 Délégation de pouvoir Pouvoir citoyen
à l’efficacité de l’EIES
Divers avantages sont liés à la participation du
6 Partenariat
public. La participation publique et, ultimement,
son engagement très tôt dans le processus de prise
5 Participation accessoire de décision permettent d’éviter d’éventuels conflits,
de faire émerger des solutions créatrices nouvelles
et d’accroître l’engagement de la collectivité à
4 Consultation Instrumentalisation l’égard du projet (Leduc et Raymond, 2000). Elle
permet ainsi :
3 Information • de mieux informer le public et le décideur
et de rejoindre un large auditoire ;
• de mieux apprécier les intérêts en présence ;
2 Thérapie
Non • d’établir une confiance mutuelle par une prise
participation de décision facilitée et plus acceptable par
1 Manipulation les citoyens ;
• l’expression de points de vue divergents ;
Source : Arnstein (1969). Traduction libre en français.
82 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Encadré 5.3.  Les objectifs de la participation du public et le processus type


Projet
Avis de projet
Notice préalable d’impact

EIE non
Tri préliminaire Avant le dépôt de l’avis de projet
requise
•• Assurer la transparence du processus.
EIE requise •• Jauger l’acceptabilité, mesurer les oppositions.
•• Influencer ou non la conception du projet.
•• Organiser des rencontres, des journées d’information,
Cadrage
des ateliers.

Avant l’EIE
Cadre de référence
•• Au niveau du tri, rendre compte des préoccupations
du public et s’assurer de leur prise en compte dans
Réalisation les directives.
de l’étude •• Organiser un débat public.

À la réalisation de l’EIE
Rapport •• Avoir en main les données socioéconomiques sur
d’étude d’impact la collectivité.
•• Valider les impacts et mesures.
Examen Examen
•• Réaliser diverses enquêtes et études.
interne externe
Après l’EIE
Décision •• Déterminer l’acceptabilité et ses conditions.
•• Assurer la fonctionnalité du PGES.

Surveillance •• Réaliser une enquête publique, des audiences


et suivi publiques, etc.

• l’expression des craintes et inquiétudes ; Lors de la réalisation des études, le promoteur a


• de diminuer les tensions et les conflits ; à  sa disposition plusieurs outils, dont voici les
principaux :
• de conclure des accords et de repousser ou
­d’exclure les recours judiciaires ; • le groupe de réflexion : un groupe de citoyens,
choisis pour leur représentativité de la popu­
• l’apprentissage des acteurs et l’émergence
lation ou d’une portion spécifique du public,
de solutions innovatrices.
dont les participants, avec la collaboration d’un
Méthodes, outils et acteurs animateur, discutent, en groupe, d’une série
de questions ;
Les outils de la participation du public sont diver- • la rencontre avec des groupes existants : de brèves
sifiés. Certains sont mobilisés par le promoteur rencontres avec des organisations formelles
lors de la réalisation des études ; d’autres le sont par ­existantes ou des cercles informels d’amis, de
l’administration de gestion de l’environnement, au collègues ou de connaissances ;
cours de la phase d’examen.
CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 83

• le théâtre participatif (théâtre-forum) : avec


l’aide d’une ressource extérieure, les partici- Encadré 5.4.  Différentes pratiques
pants apprennent à jouer leur histoire person- de l’audience publique en Francophonie
nelle, à mettre en lumière leurs préoccupations L’audience publique est reconnue comme étant un pro­
et à développer des stratégies avec leurs voisins cessus d’évaluation par la population (Congo, décret
ou leurs décideurs ; n o  2009-415 du 20 novembre 2009, a. 1) ou de
­consultation des populations (Bénin, loi no 98-030 du
• le sondage d’opinion : une série de questions
12 février 1999, a. 96 ; Centrafrique, loi no 07-018
posées à un échantillon représentatif de la du 28 décembre 2007, a. 94 ; Sénégal, loi no 2001-01
population ; du 15 janvier 2001, a. 2.2). Elle est aussi perçue
• l’assemblée de citoyens : une assemblée de comme une réunion ou une rencontre de présentation
toute la population visant l’établissement de du projet (Mauritanie, décret no 2007-105 du 13 avril
consensus ; 2007, a. 23) à travers laquelle les populations dûment
informées peuvent réagir. Dans la pratique, l’audience
• les ateliers de travail : des séances de travail publique peut prendre des formes diverses. Elle peut
intensives sous le mode collaboratif, tenues fonctionner, à l’exemple du Cameroun et du Sénégal,
­pendant quelques jours, au cours desquelles comme une enquête publique à la française (Cameroun,
les participants, avec l’appui de professionnels, décret no 2005 / 0577 du 23 février 2005, a. 11, al. 2 ;
proposent la conception du projet ; Sénégal, arrêté ministériel no 9468 MJEHP-DEEC du
28  novembre 2001, a. 7) ou comme une audience
• le comité consultatif de citoyens : des citoyens
publique à la façon québécoise, à l’exemple du Bénin.
individuels choisis, à titre d’experts ou de repré-
sentants de la société, pour former un comité Le moment où elle intervient dans le processus d’EIES
diffère aussi d’une réglementation à l’autre. Si, dans
de révision du projet.
la plupart des pays, elle se situe en amont de la déci­
Lors de l’examen, les modes et outils les plus mobi- sion en la préparant (Bénin, Cameroun, Centrafrique,
Mauritanie, Sénégal), elle peut parfois intervenir dans
lisés par l’administration de gestion sont la média-
les phases de préparation et de mise en œuvre comme
tion, l’enquête publique, l’audience publique et les
au Congo, ce qui lui confère, de ce fait, non seulement
réunions multiacteurs, comme les comités tech- une valeur d’outil de « validation », mais, au-delà, une
niques, les ateliers et les groupes de travail plus ou valeur de « contrôle de gestion » en faisant du citoyen
moins professionnels (Lanmafankpotin et al., 2013, un acteur actif dans la mise en œuvre des projets.
p. 101-102). Ces modes et outils sont notamment
L’audience publique est quelquefois utilisée pour un
complétés, depuis quelques années, par l’analyse examen interne des rapports lorsqu’elle n’implique que
environnementale participative, la consultation le personnel de l’organisme administratif responsable
ciblée et le dialogue environnemental. L’audience de l’étude d’impact sur l’environnement. Ainsi, des pays
publique est une procédure fonctionnelle et régle- comme le Cameroun et le Sénégal utilisent l’audience
mentée de consultation du public sur les questions publique comme dispositif interne, alors que le Bénin
relatives à l’environnement. Elle a pour objectif de l’utilise comme procédure d’examen externe.
faire participer les citoyens au processus de décision Source : Lanmafankpotin et al. (2013), p. 35 et p. 52,
sur un projet dont les incidences affectent leur note 15.

environnement biophysique et humain. Dans le


contexte québécois, où elle se pratique depuis la
fin des années 1970, l’audience publique se tient L’enquête publique est une procédure ayant pour
généralement lorsque plusieurs demandes et pré- objet d’informer le public et de recueillir, préa­
occupations variées remettent en cause la perti- lablement à certaines décisions ou à certaines
nence du projet. Elle se déroule en deux parties : ­opérations, ses appréciations, suggestions et contre-­
la première est consacrée au questionnement des propositions, afin de permettre à l’autorité compé-
enjeux du projet et la deuxième, à la présentation tente de disposer de tous les éléments nécessaires
des mémoires et des opinions. à son information (MEF, 1995, p. 31). Dans le
84 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

contexte d’un mandat d’enquête et d’audience


publique, l’enquête est une procédure par laquelle Encadré 5.5.  Différentes pratiques
l’administration publique réunit des informations de l’enquête publique dans la Francophonie
et vérifie certains faits avant la prise de décision par L’enquête publique est une activité d’information ou de
la recherche méthodique et l’accueil des avis et demande d’avis et de recueil d’appréciations, de sug­
témoignages des intéressés (BAPE, 1994, p. 4). gestions et de contre-propositions auprès du public.
Dans une telle démarche, la Mauritanie (décret no 2007-
Les procédures les plus représentatives de l’au- 105 du 13 avril 2007, a. 22 à 25) privilégie la demande
dience publique et de l’enquête publique sont d’avis sur la détermination de l’importance des impacts
celles qui se pratiquent au Québec et en France. et des mesures en cours d’étude, tandis que le Congo
Les principales différences entre les deux sont col- (décret no 2009-415 du 20 novembre 2009, a. 2) favo­
rise l’information du public et le recueil des préoccupa­
ligées au tableau 5.1.
tions des populations. Pour sa part, le Burkina Faso
La médiation est un mode de règlement des conflits (décret 2001-342 / PRES / PM / MEE du 17 juillet 2001,
a. 16 à 23) ne fait pas de l’enquête publique une acti­
dans le cadre de l’évaluation et de l’examen de
vité constitutive de son processus d’EIE ; elle vient plu­
projets ayant des impacts sur l’environnement
tôt en complément et est facultative, activée seulement
(BAPE, 1994). Pour être utilisée avec succès, elle lorsqu’elle est jugée nécessaire.
nécessite que les problèmes soient clairement défi-
Source : Lanmafankpotin et al., 2013, p. 36.
nis, qu’il ait existé une possibilité de compromis et

TABLEAU 5.1.  Principales différences entre l’enquête avec audience publique au Québec
et l’enquête publique en France
Enquête avec audience publique (Québec) Enquête publique (France)
•• Au cours du processus d’examen du projet •• Au cours du processus d’examen du projet par
par le ministre responsable de l’Environnement. les services.
•• Procédure d’information, d’enquête et •• Procédure de consultation préalable à la décision.
de ­consultation, préalable à la décision. •• Projets ayant un impact sur la propriété ­privée
•• Projets assujettis par règlement. ou l’environnement.
•• Permet au ministre responsable de l’Environnement •• Permet à l’autorité administrative de recueillir
de connaître les préoccupations du public de les observations du public et d’avoir l’avis
même que les constats et avis qui se dégagent d’une personne indépendante, le c­ ommissaire
des travaux d’une commission d’enquête agissant enquêteur, avant de prendre sa décision.
en toute indépendance, avant d’émettre sa •• Le commissaire enquêteur émet un avis motivé,
recommandation au Conseil des ministres. favorable ou non, mais qui n’est qu’un avis
•• La commission d’enquête émet des constats consultatif.
et des avis. Elle n’est pas décisionnelle. •• Permet les autorisations administratives
•• Permet de proposer des pistes de bonification (­déclaration d’utilité publique, permis
du projet dans une perspective de développement de construire, autorisation d’exploiter
durable. Le rapport du BAPE est un outil d’aide une ­installation, etc.).
à la décision, laquelle appartient ultimement •• Durée comprise entre un mois (au minimum)
au Conseil des ministres sur recommandation et trois mois (au maximum).
du ministre responsable de l’Environnement.
•• Durée maximale : quatre mois.
Source : Lanmafankpotin et al., 2013, tableau 13, p. 96.
CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 85

que toutes les parties ayant un intérêt dans le conflit En marge de ces outils formalisés, il en existe de
soient connues et participent activement à son non formalisés, qu’il peut être utile de recenser et
règlement (ibid., p. 12). Quant à la consultation de caractériser en vue d’élargir le champ de la par-
ciblée, il s’agit d’une nouvelle procédure encadrée ticipation et des acteurs (Lanmafankpotin et André,
au Québec par la Loi modifiant la Loi sur la qualité 2017). L’encadré 5.6 présente un exemple en
de l’environnement, entrée en vigueur le 23 mars milieu traditionnel.
2018, qui a pour objet de moderniser le régime
d’autorisation environnementale. Cette forme de Dans l’utilisation des dispositifs traditionnels, il est
consultation est généralement déclenchée lorsque nécessaire de tenir compte des contextes et de la
les demandes d’audience sont peu nombreuses et territorialité de la participation. Dans beaucoup de
que les préoccupations, bien que peu variées, sociétés traditionnelles, en effet, les démarches et
remettent en cause la pertinence du projet. Cette approches participatives s’effectuent dans des lieux
procédure se veut relativement flexible et à une connus, identifiés et reconnaissables par des géo-
seule partie ; elle porte sur des préoccupations rele- symboles distinctifs, qu’il faut respecter pour assu-
vées par le ministre ou par des personnes, des rer l’efficacité de la participation (Lanmafankpotin
groupes ou des municipalités devant être consultés. et André, 2015, p. 423).
À la date de parution de ce manuel, elle n’a encore Aujourd’hui, l’évolution des technologies et outils
connu aucun exemple d’application. de communication, en créant de nouveaux lieux de
L’analyse environnementale participative1, appelée discussion active, offre aussi un espace où s’exposent
communément « validation des rapports », est une différents points de vue, où s’échangent divers argu-
procédure d’analyse de la recevabilité et de la qua- ments et où peut se créer une rationalité coopérative
lité du contenu des rapports d’EIES par un examen (Martin, 2010). Ces nouveaux espaces permettent
rigoureux, en vue de formuler des recommanda- ainsi au public de s’approprier la parole et l’ini­
tions au ministre responsable de l’Environnement tiative à la participation de toucher un public
sur l’acceptabilité environnementale et sociale du ­d’autant plus large qu’il peut se laisser toucher lui-
projet (Lanmafankpotin, 2014, p. 140). Sous même. Ces nouveaux réseaux d’échange d’infor-
diverses appellations, c’est le mode le plus utilisé mation imposent ainsi une non-territorialité à la
en Afrique francophone subsaharienne. Le dialogue participation. Les citoyens qui, auparavant, étaient
environnemental a récemment été introduit en à la fois une source et une ressource se révèlent
France par l’ordonnance no 2016-1060 du 3 août aussi une nouvelle source d’autorité en faisant exis-
2016 portant réforme des procédures destinées à ter dans l’espace public les points de vue profanes.
assurer l’information et la participation du public L’espace numérique public devenu illimité devra
à l’élaboration de certaines décisions susceptibles être exploité en évaluation d’impact en dévelop-
d’avoir une incidence sur l’environnement. C’est une pant l’intelligence de ses codes de communication :
démarche de conciliation mise en branle en cas de brièveté de l’information, puissance de l’image,
risque de conflits ou de différends sur un projet, en percussion du son, etc. Les principaux outils dédiés
vue d’aboutir à la reprise du dialogue entre les par- de cet espace qui peuvent être mis à contribution
ties et à un accord entre elles sur les modalités de sont les blogues, les forums en ligne, les sites parti-
participation du public au processus décisionnel. cipatifs, YouTube, Facebook, Instagram, Twitter,
LinkedIn, etc.

1. Pour les détails sur cette procédure, voir Lanmafankpotin (2014).


86 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Encadré 5.6.  Un processus décisionnel en milieu fon :


le complexe Hon-Togbassa d’Abomey (Bénin)
Le processus décisionnel traditionnel à Abomey est village ou du quartier au conseil du royaume (Togbassa,
constitué d’instances enchâssées, de l’échelon le plus phase 2, correspondant à l’examen), où il représente les
élevé au plus bas : le conseil du trône, organe décision­ intérêts de son territoire. Sa participation fédère celle
nel ; le conseil du royaume, instance de préparation de des citoyens ayant débattu de la question au préalable,
la décision ; Togbésso et Tokplékplé, dispositifs publics sous forme de compte rendu porté directement en
d’information et de débat. Structurée en quatre phases, conseil. La décision (Hon, phase 3) sera prise plus tard
son architecture montre que chaque étape peut fonction­ et un compte sera rendu au citoyen, qui se retrouve ainsi
ner de façon indépendante et qu’il y a, en amont de la au début et à la fin du processus. Tokplékplé fonctionne
décision, un débat public auquel participent les per­ comme un mécanisme de rétroaction pour mieux jauger
sonnes intéressées, disposant des mêmes droits de les décisions et les ajuster aux attentes populaires. La
parole et de participation. Les dispositifs sont constitués, reddition de comptes (phase 4) se fait, d’une part, par
en premier lieu, d’une prérencontre publique (Togbesso, la transmission orale du message dans les quartiers par
phase 1), qui aborde les problèmes mis en débat pour le crieur public (Gandoto) et, d’autre part, par une annonce
recueillir les avis. Ce débat, à travers les recommanda­ publique de la décision aux places centrales des marchés
tions générées, fournit l’intrant qu’apporte le chef du importants par le Migan et ses émissaires.

PHASES ÉTAPES ACTEURS

Rencontre Débat public Acteurs à la base


préparatoire publique des villages, quartiers
et agglomérations
Recommandations

Examen Convocation Roi, 1er ministre

Services de renseignement

Enquêtes diverses
Recommandations
Renseignements

Recommandations

Décision Concertation avis consultatif


Roi, prince héritier

Roi, ministres,
Conseil du trône
prince héritier

Délibération Roi, ministres

Reddition de comptes Annonce publique Communiqué Migan, chefs de villages/quartiers,


au marché gongonné-crié Crieurs publics
CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 87

Les acteurs de la participation sont hétérogènes et conférences de presse, centres d’information et


et défendent des intérêts différents. Il convient bureaux extérieurs, instructions et présentations
de  bien les reconnaître, ainsi que les rôles de aux groupes communautaires).
­synergie, d’antagonisme et de superposition qu’ils
peuvent jouer : Le processus de participation devrait aussi struc-
turer le contenu de l’information (situation actuelle,
• les citoyens, dont il faut saisir les attentes, les
proposition de changement, impacts, variantes et
enjeux qu’ils considèrent comme importants,
solutions de rechange, recommandations), qui res-
les contraintes auxquelles ils font face et les
tera néanmoins objectif et factuel. Il devrait enfin
craintes, exprimées ou non (langue de bois,
adapter le médium au groupe cible en adoptant un
manque de respect, négligence des points de vue
format qui facilite la compréhension, abrège l’infor­
exprimés dans la décision, etc.), afin de s’adapter
mation, utilise les titres et listes, et indique toujours
à leurs besoins ;
les coordonnées d’une personne-ressource (contact),
• les groupes organisés et associations de la soci­ les lieux où trouver de l’information, ainsi que les
été civile (organisations non gouvernementales prochaines étapes.
nationales et internationales, groupes commu-
nautaires, sociétés, groupes d’affaires, profes- La méthode employée pour annoncer la tenue d’un
sionnels ou confessionnels, propriétaires terriens événement de participation publique ou la possibi­
et développeurs, autres acteurs et groupes orga- lité d’y contribuer doit également être soigneusement
nisés), dont il faut porter attention au bagage choisie, en privilégiant l’oralité (radio communau-
émotionnel et aux conditions de revirement taire, presse de proximité, etc.) et l’affichage grand
de position ; format (notamment des images et des appareils
• le promoteur et ses équipes, qui doivent démon- montrant la construction proposée) sur le lieu du
trer leur crédibilité et leur professionnalisme ; projet. Ces canaux sont nettement plus efficaces
que les avis légaux et les envois postaux.
• les agents gouvernementaux (employés, consul-
tants engagés, élus, comités et conseils existants, Les principes de bonnes pratiques de la participa-
autres services du gouvernement local, agences tion publique sont organisés en trois niveaux imbri-
de financement ou de régulation). qués : les principes fondateurs, qui s’appliquent à
toutes les étapes de la participation du public, les
Principes de bonnes pratiques principes opérationnels, qui décrivent comment
les principes fondateurs doivent être appliqués, et
Dans la démarche de participation publique, il
les principes en développement, qui décrivent les
est indispensable de bien expliquer comment les
directions clés pour l’amélioration de la participa-
résultats sont utilisés (notamment l’utilisation
tion publique (André et al., 2006).
que feront les décideurs du processus public), à
quelles étapes les citoyens pourront participer et Sur le plan opérationnel, en vertu des principes
quel pouvoir sera partagé. Il faudra aussi informer fondateurs, la pratique contemporaine de la parti-
les citoyens des contraintes budgétaires, légales, de cipation du public aux EIES, en plus de fournir un
temps et d’échéancier. Cette information devrait support aux participants, doit être :
apporter des faits, favoriser la compréhension et • adaptée au contexte : respect des institutions
être présentée à des niveaux de détail progressifs, sociales, des valeurs et de la culture de la
avec les canaux les plus porteurs (affiches, résumés, communauté ;
rapports techniques, glossaires, annexes, feuillets
• informative et proactive : respect du droit à l’infor­
d’information, bulletins, fiches techniques, bro-
mation de public et offre d’information adaptée
chures, annonces dans les journaux et les magazines,
et appropriée ;
encarts insérés dans les journaux, communiqués
88 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

• adaptative et communicative : reconnaissance Au terme de ces démarches de consultation, la déci-


de l’hétérogénéité du public et adaptation des sion devrait conduire à une situation de type
modes de communication ; gagnant-gagnant. En toutes circonstances, il est
• inclusive et équitable : respect de tous les nécessaire de faire une évaluation de la participa-
­segments, quelle que soit leur situation tion du public au terme du processus.
socio­professionnelle  ;
• éducative : adoption de comportements respec-
tueux des relations interpersonnelles, des valeurs Encadré 5.8.  Comment savoir si la
participation publique a bien fonctionné ?
et des us et coutumes ;
  1. Des solutions créatives et plus flexibles et diverses
• coopérative : promotion du dialogue constructif techniques ont été explorées.
et coopératif entre participants au processus
  2. Les participants ne posent pas sans arrêt les
consultatif ; mêmes questions.
• imputable : prise en compte des résultats du pro-   3. Les participants ne sont pas préoccupés ou
cessus participatif dans la décision et reddition ­frustrés par un manque d’information.
de comptes au public, de sa contribution à la   4. La majorité du temps de participation publique
prise de décision. n’est pas consacrée à corriger des lacunes dans
la communication de l’information.
  5. Les parties intéressées ont fourni des commen­
Encadré 5.7.  Aide-mémoire taires éclairés sur le sujet.
pour l’établissement de la crédibilité   6. Le public adresse ses préoccupations aux diffé­
de la participation du public rentes parties prenantes engagées activement
  1. Se rappeler les facteurs nécessaires à l’établis­ dans le processus, plutôt que de les rapporter
sement de la confiance que sont la cohérence, la directement à la presse ou aux élus.
compétence, l’attention et l’honneur.   7. La personne-ressource du promoteur répond
  2. Encourager une participation significative. aux  demandes d’information dans les délais
  3. Porter attention au processus. acceptables.

  4. Expliquer le processus et éliminer le mystère et Source : EPA (2017).


les zones d’ombre qui pourraient l’entourer.
  5. Disposer de la bonne information et impliquer le
public dès l’amont. Études de cas
  6. Porter autant d’attention à l’établissement de la
Cas 1 : Le projet de construction
confiance qu’à la présentation de données exactes.
du barrage de Dagbémabou
  7. Faire un suivi, revenir vers le public et s’acquitter
Le barrage de Dagbémabou, situé environ 40 km
de ses obligations et engagements.
à l’ouest de Nonvihoué sur une superficie de
  8. Faire des promesses réalistes et les respecter.
21 000 hectares, est le plus ambitieux projet de
  9. Fournir de l’information qui répond aux besoins
développement économique et social de ­Totchémin.
des parties prenantes.
Il est une composante du Programme de dévelop-
10. Être clair.
pement intégré de la vallée de Dagbémabou, dont
11. Assurer une coordination à l’interne. l’objectif est la mobilisation des ressources en eau
12. Ne pas transmettre de messages embrouillés. en vue d’accroître la production agricole et éner-
13. Écouter les différentes parties intéressées. gétique pour le développement socioéconomique
14. Rechercher la participation d’organisations ­crédibles et culturel de la vallée. Le projet touche dix villages
auprès des communautés. et deux communes rurales, des champs et des
15. Éviter la tenue de réunions secrètes. ­vergers. Il occasionne également un déplacement
Source : EPA (2017). de plus de 26 000 ménages de la province de
CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 89

Gbodjè. Les populations craignent que les indem- Cas 3 : Le projet de construction
nisations ne soient pas à la hauteur des pertes éco- de l’aéroport de Todagbé
nomiques et des impacts psychosociaux encourus. L’aéroport de Todagbé est une infrastructure ultra-
Elles craignent également que les différents enga- moderne de 4 400 hectares qui devra répondre aux
gements pris ne soient pas respectés. En situation normes internationales de sécurité et de sûreté.
normale, les indemnisations à prévoir au protocole Sa construction s’étend sur un territoire de 44 km²
d’accord devraient, au minimum, permettre aux comptant une population affectée de 5 760 per-
villageois de reconstruire leurs infrastructures sonnes, soit 962 ménages répartis dans 10 villages.
­aliénées du fait du projet. Pour la prise en charge des personnes affectées, neuf

?
sites ont été aménagés pour accueillir 2 622 loge-
Quels outils de participation publique
ments construits en matériaux définitifs au profit
­recommanderez-vous et pourquoi ?
des 962 ménages. Par ailleurs, la zone du projet est
Comment comptez-­vous les déployer
une zone de production maraîchère, où sont situés
et pour quels résultats attendus ?
trois plans d’eau. La préservation de ces plans d’eau
et le suivi de la qualité des eaux de surface, des
Cas 2 : Le projet d’exploitation aurifère eaux souterraines et de l’atmosphère, ainsi que de la
de la mine de Togban teneur des matières en suspension, constituent l’un
La mine de Togban, située dans la commune de Tovi, des défis majeurs de ce projet, qui devra s’insérer
est la seule mine de rang intermédiaire à Todagbé. dans un milieu aride. De ce fait, il faut préserver
Elle est détenue à 90 % par la société Tchédié et à ces plans d’eau et faire suivre leur qualité par un
10 % par le gouvernement de Todagbé. La mine est laboratoire. La sécurité routière en lien avec l’uti-
entrée en production commerciale en juillet 2010 lisation des gros engins qui font des travaux sur les
et génère des emplois et des achats locaux, des voies est un autre enjeu de ce projet d’envergure.
projets de développement communautaire et un
suivi environnemental. Elle fait aussi l’objet d’une Les populations riveraines soulèvent des inquié-
relocalisation de certains villages touchés, de la tudes quant au choix des lieux de relocalisation,
construction d’infrastructures sociocommunau- qui ne devraient pas être trop éloignés de leur ter-
taires (deux écoles, un centre communautaire pour roir d’origine afin de respecter leurs familles, leurs
femmes) et d’un mécanisme de résolution des valeurs et leurs coutumes. D’autres préoccupations
plaintes, et le promoteur s’est engagé à créer ont trait aux murs de clôture, à la restitution des
d’autres sources de revenus pour les collectivités terres irriguées et cultivables ainsi qu’aux latrines
riveraines. Une population d’environ 15 000 per- prévues au plan de dédommagement.

?
sonnes a été déplacée et réinstallée dans le cadre Quel processus de participation publique
du projet, 200 000 arbres ont été plantés avec un mettriez-vous en œuvre et quelles activités
taux de survie de 80 %, sur le site, mais aussi dans spécifiques feriez-vous pour le succès
les forêts de la zone structurée, pour assurer une de ce projet ?
compensation. Un suivi de l’arsenic dans l’eau est
également effectué.

? Choisissez trois outils de participation


publique qui pourraient : 1) répondre aux
enjeux soulevés par le projet et atteindre
CONCLUSION
La participation du public, si elle est bien menée
les objectifs ; 2) rejoindre le ou les groupes selon les bonnes pratiques régies par les principes
de population cibles. De ces trois outils, directeurs, doit constituer un processus continu
lequel serait le mieux évalué par les tout au long de la procédure d’étude d’impact envi-
instances gouvernementales et lequel ronnemental et social. Elle doit être optimisée aux
serait le mieux apprécié par le public ? moments opportuns et ne doit pas s’improviser.
90 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Elle requiert des dispositions de dialogue, d’ou­ Banque mondiale (1999b). Manuel d’évaluation envi­
verture et de transparence entre les participants, ronnementale, vol. II, Lignes directrices sectorielles,
en faisant reposer la confiance du public envers ­Washington, Banque mondiale, <http://www.sifee.
le processus sur des critères de franc-jeu et sur le org/static/uploaded/Files/publications/membres/
Manuel_BM_Vol_2.pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
sentiment que son intervention influera sur la
décision. Banque mondiale (1999b). Manuel d’évaluation environ­
nementale, vol. III, Lignes directrices pour l’évaluation
environnementale de projets énergétiques et industriels,
Washington, Banque mondiale, <http://www.sifee.
Bibliographie org/static/uploaded/Files/publications/membres/
André, P., B. Enserink, D. Connor et P. Croal (2006). Manuel_BM_Vol_3.pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
Participation publique : principes internationaux de meil­
Bureau d’audiences publiques sur l’environnement –
leure pratique, International Association for Impact
BAPE (1994). La médiation en environnement : une
Assessment, publication spéciale, série no 4, p. 1-3,
nouvelle approche au BAPE, Québec, BAPE, coll.
https://www.sifee.org/static/uploaded/Files/publica-
« Nouvelles pistes », <http://www.bape.gouv.qc.ca/
tions/membres/Participation_publique_IAIA.pdf.
sections/documentation/Mediation_environnement.
André, P., C.E. Delisle et J.-P. Revéret (2010). L’évalua­ pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
tion des impacts sur l’environnement : processus, acteurs
CLEAA, SÉEAC et USAID (2018). Déclaration des par­
et pratique pour un développement durable, 3e éd.,
ticipants, Séminaire-Atelier international sous le
Montréal, Presses internationales Polytechnique.
thème « Évaluation environnementale et prise de
André, P., P. Martin et G. Lanmafankpotin (2012). « Par- décision en Afrique francophone », Douala (Cameroun)
ticipation citoyenne », dans L. Côté et J.-F. Savard du 26 au 27 avril.
(dir.), Dictionnaire encyclopédique de l’administration
Environmental Protection Agency [États-Unis] – EPA
publique : la référence pour comprendre l’action publique,
(2017). Resource Conservation and Recovery Act Public
Montréal, École d’administration publique, <http://
Participation Manual, Washington, EPA, <https://
www.dictionnaire.enap.ca/dictionnaire/docs/defini-
www.epa.gov/sites/production/files/2017-01/docu-
tions/defintions_francais/participation_citoyenne.
ments/final_rcra_ppm.pdf>, consulté le 12 décembre
pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
2018.
Arnstein, S.R. (1969). « A ladder of citizen participation »,
Lanmafankpotin, G. (2014). Appropriation de la déci­
Journal of the American Planning Association, vol. 35,
sion collective : évaluation environnementale comme
no 4, p. 216-224.
champ d’application de la participation publique au
Au, E. et G. Sanvicens (1996). « EIA follow up monito- Bénin, thèse de doctorat. Université de Montréal,
ring and management », dans EIA Process Strengthe­ Département de géographie, <https://papyrus.bib.
ning, Canberra, Environment Protection Agency. umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/11619/
Banque africaine de développement – BAD (2003). Lanmafankpotin_Georges_2014_these.pdf>, consulté
Lignes directrices pour l’évaluation intégrée des impacts le 9 décembre 2018.
environnementaux et sociaux, <https://www.afdb.org/ Lanmafankpotin, G. et P. André (2015). « Arènes déci-
fileadmin/uploads/afdb/Documents/Policy-Docu- sionnelles dans les régimes coutumiers du Bénin et
ments/Lignes%20Directrices%20pour%20L%27eva- territorialité de la participation », Cahiers de géographie
luation%20Integree%20des%20Impacts%20 du Québec, vol. 59, no 168 (décembre), p. 407-432.
Envitonmetal%20aux%20et%20Socieux.pdf>,
Lanmafankpotin, G. et P. André (2017). « Dispositifs
consulté le 9 décembre 2018.
endogènes de participation publique au Bénin : un
Banque mondiale (1999a). Manuel d’évaluation environ­ héritage précolonial ancré dans la contemporanéité »,
nementale, vol. I, Politiques, procédures et questions Cahiers de géographie du Québec, vol. 61, n o 172
intersectorielles, Washington, Banque mondiale, (avril), p. 73-98.
<http://www.sifee.org/static/uploaded/Files/publica-
Lanmafankpotin, G., P. André, K. Samoura, L. Côté, R.
tions/membres/Manuel_BM_Vol_1.pdf>, consulté le
Beaudet et M. Bernier (2013). La participation
9 décembre 2018.
publique en évaluation environnementale en Afrique
CHAPITRE 5 – La participation du public au processus d’étude d’impact environnemental et social 91

francophone, Québec, IFDD, coll. « Points de repère », Parent, L. (dir.) (1998). Évaluation environnementale,
no 23, <https://www.ifdd.francophonie.org/media/ Québec, Université du Québec, Télé-Université, coll.
docs/publications/549_Part_publique_EE.pdf>, « Sciences de l’Environnement ».
consulté le 9 décembre 2018. République tunisienne, Ministère de l’Intérieur (2017).
Leduc, G. A. et M. Raymond (2000). L’évaluation des Programme de développement urbain et de la gouver­
impacts environnementaux, un outil d’aide à la décision, nance locale : manuel technique d’évaluation environ­
Sainte-Foy, MultiMondes. nementale et sociale, Tunis, Ministère de l’Intérieur,
Martin, A. (2010). Égocratie et démocratie : la nécessité de Caisse des prêts et de soutien des collectivités locales,
nouvelles technologies politiques, Roubaix, Fyp. <http://www.cpscl.com.tn/upload/telechargement/
telechargement290.pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
Michel, P. (2001). L’étude d’impact sur l’environnement,
Bureau central d’études pour les équipements Sadler, B. et M. McCabe (dir.) (2002). Manuel de forma­
d’outre-mer, Ministère de l’Aménagement du terri- tion sur l’étude d’impact environnemental, 2 e éd.,
toire et de l’Environnement de France, <https://www. Genève, Programme des Nations Unies pour l’envi-
unece.org/fileadmin/DAM/env/eia/documents/ ronnement, <https://unep.ch/etb/publications/EnvI-
EIAguides/france_EIA_complete.pdf>, consulté le mpAss/Manuel%20EIE%20FR.pdf>, consulté le
27 novembre 2018. 9 décembre 2018.

Ministère de l’Environnement [France] – MEF (1995). Santé Canada (2000). Santé Canada - Politiques et boîte
L’enquête publique : guide pratique, Paris, La Documen- à outils concernant la participation du public à la prise
tation française, <https://www.ladocumentationfran- de décisions, Ottawa, Santé Canada, Direction géné-
caise.fr/var/storage/rapports-publics/974046200. rale des communications et de la consultation, Secré-
pdf>, consulté le 9 décembre 2018. tariat de la consultation ministérielle, <https://www.
canada.ca/content/dam/hc-sc/migration/hc-sc/ahc-
Ministère de l’Environnement du Québec (2005). Le
asc/alt_formats/pacrb-dgapcr/pdf/public-consult/
suivi environnemental : guide à l’intention de l’initiateur
2000decision-fra.pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
de projet, Québec, Ministère de l’Environnement,
Direction des évaluations environnementales, <http://
www.mddelcc.gouv.qc.ca/evaluations/documents/
guide-suivi-enviro.pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
Ministère du Développement durable, de l’Environne-
ment et de la Lutte contre les changements clima-
tiques du Québec – MDDELCC (2017). L’information
et la consultation du public dans le cadre de la procédure
d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environ­
nement : guide à l’intention de l’initiateur de projet,
Québec, MDDELCC, Direction générale de l’évalua-
tion environnementale et stratégique, <http://www.
mddep.gouv.qc.ca/evaluations/documents/guide-­
initiateur-projet.pdf>, consulté le 9 décembre 2018.
CHAPITRE 6
Démarche, méthodes
et outils d’analyse des impacts

Karim Samoura, Samuel Yonkeu et Martin Yelkouni

Introduction
Acquisition des données de base
Les méthodes d’inventaire des ressources
naturelles, de leur qualité et de leur
utilisation actuelle
Les sources d’information pour l’inventaire
Recension des méthodes et outils d’évaluation
des impacts environnementaux
Définition des méthodes, outils et techniques
Typologie des méthodes et outils
d’évaluation des impacts environnementaux
Recension des principales méthodes
et outils
La méthode d’évaluation de l’importance
des impacts
Recommandations pour l’utilisation
des méthodes et outils dans les étapes
d’une EIES
94 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION encore d’examiner les préoccupations de la com-


munauté à l’égard du projet proposé.
Le présent chapitre, qui porte sur les aspects tech-
niques du processus d’évaluation des impacts, est Dans cette section, nous décrirons trois méthodes
centré sur une recension critique des méthodes et de collecte des données d’évaluation environne-
outils d’analyse des impacts. Celle-ci se décline en mentale : les systèmes d’information géographique,
deux volets : la recension des méthodes d’évalua- les ressources communautaires et l’approche par
tion des impacts et l’analyse multicritère (y compris feuille de calcul.
un cas pratique). Avant d’examiner les méthodes,
techniques et outils d’analyse des impacts, il est Les systèmes
intéressant de dire un mot sur la façon d’approcher d’information géographique
la collecte des données de base lorsqu’on réalise L’évolution des systèmes d’information géogra-
une étude d’impact environnemental et social phique (SIG) et leur application au domaine des
(EIES). Bien que les outils d’acquisition des données ressources naturelles ont permis aux chercheurs,
de base relèvent en général de domaines théma- aux agences et aux communautés locales, entre
tiques, nous présenterons le mode de mise en place autres, d’établir des inventaires des ressources natu-
d’une démarche d’acquisition de ces données. relles, d’évaluer les menaces pesant sur ces res-
sources et d’appliquer ces résultats aux efforts de
planification. De nombreuses administrations
locales commencent ainsi à utiliser les SIG pour
ACQUISITION exécuter des fonctions d’analyse plus complexes
DES DONNÉES DE BASE qui vont au-delà de l’inventaire des ressources natu-
relles, telle l’identification des sols adaptés à cer-
Les méthodes d’inventaire tains types de développement. Les principaux types
des ressources naturelles, de données actuellement saisies et utilisées dans les
de leur qualité et de SIG ont trait à la propriété des terres, aux sols et à
leur utilisation actuelle l’utilisation des terres.

La collecte de données originales sur les ressources Si l’on décide d’utiliser des données géographiques
naturelles locales ne doit pas obliger le promoteur numériques, il est important de garantir la qualité
à investir des ressources substantielles. Le processus et la précision des ensembles ou des couches de
d’inventaire s’appuie d’abord sur la collecte de données, d’assurer leur compatibilité avec d’autres
données existantes, qui ont déjà été produites par données utilisées dans l’étude d’impact sur l’envi-
divers organismes (par exemple, le ministère des ronnement, et d’éviter d’autres limitations poten-
ressources naturelles, les systèmes de recherche tielles telles que les données temporellement
universitaires, les groupes de conservation). Cepen- dépendantes ou l’imprécision de la projection et
dant, en l’absence de données existantes, il faut de l’échelle des produits de SIG.
recourir à la collecte des données primaires. Dans
ce cas, il est possible de solliciter l’aide de cher- Les ressources communautaires
cheurs universitaires (professeurs, étudiants pré­ Les membres de la communauté constituent sou-
parant leur diplôme) ou d’un organisme local de vent la source d’information et d’expertise la plus
conservation ou de défense de l’environnement utile sur les ressources naturelles locales, les pré­
pour inventorier les ressources environnementales occupations environnementales et les impacts
d’un site particulier. Il peut s’agir de réaliser un potentiels associés à un projet d’aménagement. Bon
inventaire biologique du site, de recueillir des nombre de résidents connaissent très bien le relief,
­données sur les attributs environnementaux pour la faune et les schémas d’utilisation des sols locaux.
le développement d’une base de données SIG, ou
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 95

Par exemple, l’agriculteur dont on étudie les terres d’inventaire des ressources environnementales
en vue d’un aménagement éventuel est peut-être développées par le Centre de ressources environ-
au courant de la présence d’espèces d’oiseaux pro- nementales (Environmental Resources Center) de
tégées pendant la période de nidification. Ces infor- l’Université du Wisconsin-Extension. Ces feuilles
mations sont essentielles à l’évaluation de l’impact de travail fournissent des informations descriptives
sur l’environnement. sur diverses ressources et sur les aspects de chaque
ressource sur lesquels l’aménagement peut avoir
Outre les aspects techniques et scientifiques, les un impact. Elles proposent également une méthode
perceptions, les valeurs et les opinions de la com- systématique de collecte d’informations sur les res-
munauté concernant les types d’aménagements ont sources, ce qui est particulièrement utile pour éva-
aussi leur importance. Un aménagement proposé luer des impacts spécifiques et pour déterminer s’il
peut être techniquement réalisable et conforme convient de poursuivre l’aménagement proposé.
aux pratiques d’aménagement antérieures dans L’encadré 6.2 présente la liste des catégories pour
la communauté. Cependant, la participation com- lesquelles des feuilles de travail peuvent être
munautaire est la source d’information la plus développées.
fiable pour déterminer si le projet est compatible
avec les objectifs à long terme de la communauté. Les sources d’information
L’encadré 6.1 présente une liste préliminaire de pour l’inventaire
questions d’enquête permettant de recueillir des
renseignements auprès des membres de la commu- Les institutions, les agences de tous les paliers de
nauté sur les impacts environnementaux potentiels gouvernement, de même que les structures privées
d’un projet d’aménagement. Cette liste n’est pas et les organisations non gouvernementales de divers
exhaustive ; les utilisateurs sont encouragés à y domaines – gestion des ressources naturelles, pré-
ajouter leurs propres questions, le cas échéant. servation de l’environnement, santé, sécurité, la
sûreté sociale – sont des sources d’information
L’approche de la feuille de travail utiles pour l’inventaire communautaire. L’expertise
et l’assistance technique au sein des différents
Pour les communautés qui ne disposent pas des
ordres de gouvernement couvrent un large éventail
capacités des SIG, un guide moins technique peut
d’enjeux, notamment la planification, la conformité
servir à préparer l’inventaire des ressources natu-
et la protection environnementales, l’information
relles. Cet outil est une série de feuilles de calcul

Encadré 6.1.  Questions d’enquête auprès des membres de la communauté


•• Quelles sont les ressources naturelles importantes •• Quel lien l’utilisation des terres dans la région a-t-elle
dans la communauté (par exemple, l’approvisionne- avec l’histoire et la culture locales ? L’aménagement
ment en eau, les terres agricoles) ? Pourquoi ? Pour proposé renforcerait-il ou menacerait-il ce lien ?
qui ont-elles le plus d’importance ? •• La communauté a-t-elle déjà vécu une période de
•• Quelles sont les principales menaces aux ressources ­pénurie de l’une de ses ressources naturelles ? Dans
naturelles dans cette communauté ? l’affirmative, quels ont été les effets ? L’aménagement
•• Comment les citoyens estiment-ils qu’il faut gérer les proposé contribuerait-il au potentiel de rareté ?
ressources naturelles locales (utilisation de l’eau, voies •• Selon vous, les effets secondaires de l’aménagement
navigables panoramiques, qualité de l’air, gestion des proposé pourraient-ils constituer une menace pour les
déchets dangereux) ? ressources environnementales de la communauté ?
•• L’éthique environnementale générale de la commu-
nauté encourage-t-elle une utilisation restreinte ou
illimitée des ressources naturelles ?
96 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

différentes solutions et variantes pour l’atteinte


Encadré 6.2.  Catégories de feuille d’un même objectif, soit la réalisation du projet, et
de travail d’analyser finement les effets du projet retenu sur
Les fiches de travail élaborées par l’Université du l’environnement afin d’assurer son acceptabilité.
Wisconsin-­Extension sont accompagnées d’informa- C’est également sur la base de cette analyse que les
tions de base spécifiques et approfondies sur chacune mesures environnementales sont dimensionnées en
des ressources suivantes : vue d’éviter, de réduire et, si possible, de compenser
•• les qualités esthétiques ; les impacts sur l’environnement.
•• les caractéristiques culturelles ;
La présentation de cette partie du chapitre est
•• les risques pour la santé humaine et l’environ­
nement ;
structurée comme suit :
•• la réduction du gaspillage ; • la définition des méthodes, outils et techniques ;
•• le cadre géographique et les ressources en sols • la typologie des méthodes et outils d’évaluation
et en minéraux ; des impacts environnementaux ;
•• les ressources et l’approvisionnement en eau • une recension des principales méthodes et outils ;
de surface ;
• l’utilisation de ces méthodes et outils au fil des
•• l’approvisionnement en eau souterraine ; étapes d’une EIES.
•• les communautés végétales ;
•• la faune et l’habitat faunique. Définition des méthodes, outils
et techniques
géographique et la cartographie. Selon les besoins Les méthodes d’EE reposent sur trois phases
de la collectivité en matière de collecte de données ­successives et interdépendantes dans l’analyse
pour l’évaluation environnementale, il peut être environnementale :
prudent de consulter plusieurs sites internets réfé- • l’identification minutieuse et complète des
rencés : ceux des bureaux locaux et régionaux, des impacts sur chacun des attributs de l’environ-
organismes publics, du réseau universitaire, ainsi nement ;
que des organisations et structures privées engagées • la mesure et la quantification de ces impacts ;
dans la protection et la gestion de l’environnement.
• une synthèse permettant d’établir l’impact glo-
bal du projet ou de chacune de ses options et
les méthodes de comparaison et d’agrégation.
RECENSION DES MÉTHODES Chacune de ces phases nécessite l’utilisation de
ET OUTILS D’ÉVALUATION méthodes, d’outils ou de techniques appropriés.
DES IMPACTS Selon Simos (1990), une méthode est une « démarche
ENVIRONNEMENTAUX scientifique ; [un] énoncé des étapes à suivre, dans
un certain ordre, pour atteindre un but donné […]
Cette section du chapitre présente une recension
C’est l’ensemble de principes, de règles, de tech-
critique des méthodes et outils d’analyse des
niques et d’étapes permettant l’atteinte de résultats
impacts. À noter que ces outils sont utilisables aussi
particuliers dans le cadre d’une démarche bien
bien dans une EIES que dans une évaluation envi-
spécifique ». L’outil, pour sa part, permet un exa-
ronnementale stratégique (EES).
men « d’une nature plus restreinte que la méthode ;
L’analyse des impacts est une phase essentielle il s’agit, par exemple, d’un moyen particulier de
de l’intégration de l’environnement dans l’élabora- présentation des données ou d’une activité plus
tion d’un projet, puisqu’elle permet de comparer spécifique, telle que l’emploi de la photographie ».
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 97

Enfin, les techniques sont des outils qui permettent L’approche systémique est particulièrement indi-
la prévision et la détermination de l’importance quée pour l’analyse des impacts cumulatifs (qu’ils
absolue (« magnitude ») de chacun des impacts soient additifs ou qu’ils résultent des interactions
ou des types d’impact. Elles sont extrêmement entre les effets).
variées, chaque technique renvoyant à une disci-
L’analyse doit être, au mieux, quantitative, à défaut,
pline précise.
semi-quantitative et, en dernier recours, qualitative.
Selon Leduc et Raymond (2000), plusieurs auteurs L’effort de caractérisation doit porter sur les effets
constatent, dans le domaine des évaluations envi- importants. On pourra réaliser, par exemple, l’éva-
ronnementales, que le « foisonnement du début luation quantitative des polluants rejetés dans un
des années 70 » en matière de développement de cours d’eau, ou l’évaluation semi-quantitative des
méthodes et outils a été suivi d’une profonde désil- impacts sur la biodiversité, selon cinq catégories
lusion sur les méthodes et d’une « longue période (négligeable, faible, modéré, fort et très fort), sur la
de stagnation ». Or, pour Poutrel (1977), l’obstacle base des dires d’un expert s’appuyant sur l’aire ou
méthodologique est « une des difficultés majeures le pourcentage des habitats détruits, ou encore sur
que rencontrent les différents agents concernés par le nombre d’individus impactés.
les études d’impact ». Retenons toutefois qu’en
Enfin, notons que dans plusieurs pays, ce n’est plus
général, les méthodes sont entachées de la volonté
l’autorité qui contrôle le processus d’EE qui
d’exhaustivité et de la tentation de proposer une
conseille la méthode à utiliser ; ce choix relève
approche « objective » qui évacue les dimensions
­plutôt du promoteur ou d’un bureau d’étude qui
subjectives, c’est-à-dire politiques, de l’évaluation
intervient comme consultant.
environnementale (EE).

Pour clore cette partie sur la méthodologie, rele- Typologie des méthodes
vons qu’il existe deux types d’approches d’évalua- et outils d’évaluation des
tion des impacts, que l’on peut utiliser de façon impacts  environnementaux
complémentaire :
Leduc et Raymond (2000) proposent cinq catégo-
• L’approche analytique consiste à évaluer chacun ries de méthodes ou d’axes d’analyse des impacts :
des impacts prévisibles du projet, pris isolément, les méthodes d’expertise, les modèles et systèmes,
sur les différentes composantes importantes les représentations spatiales et cartographies, les
identifiées lors de l’analyse de l’état initial. méthodes comparatives unicritères, les méthodes
• L’approche systémique examine les relations comparatives multicritères. Ces catégories sont
entre différentes thématiques de l’environne- résumées dans le tableau 6.1.
ment. Elle prend en compte l’environnement du
Les différentes méthodes citées dans cette catégo-
projet comme un système constitué d’éléments
risation sont décrites comme suit par Michel (2001)
en interaction, en comprenant son fonctionne-
et Leduc et Raymond (2000). Le choix de la
ment. Pour réaliser une analyse systémique, il
méthode d’étude d’impact sur l’environnement
faut s’appuyer à la fois sur la connaissance de
(EIE) dépend des facteurs suivants :
ces éléments et sur celle des liens qui existent
entre eux. • le type et la taille du projet ;
• le type de solutions de rechange envisagées ;
L’approche analytique est souvent insuffisante, car
• la nature des impacts potentiels ;
elle ne tient pas compte du caractère global et inter-
• les méthodes à disposition pour la détermination
dépendant de l’environnement. Elle reste cepen-
des impacts ;
dant indispensable comme première approche dans
les EIES, pour décrire les phénomènes sous l’angle • l’expérience de l’équipe d’EIE ;
de chaque thème. • les ressources disponibles – coût, information,
temps, personnel.
98 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

TABLEAU 6.1.  Recension des principales méthodes et outils


Catégories Méthodes Caractéristiques communes
Les méthodes d’expertise •• Listes de contrôle •• La détermination de l’impact supplante
•• Enquêtes l’évaluation de l’impact.

•• Fiches d’impacts •• Autant un effort de synthèse


qu’un processus d’analyse.
•• Méthodes ad hoc
•• Très utilisées en EE.
•• Directives
•• Guides
Les modèles et systèmes •• Matrice •• Présentation synthétique.
•• Réseau •• Tableaux bidimensionnels facilitant
•• Modèle et modélisation la détermination des impacts.

•• Systèmes experts •• Habituellement, seuls les effets directs


sont analysés.
•• Méthode bien adaptée pour
les préétudes d’impact.
Les représentations •• Superposition cartographique Permettent d’aboutir à un document
spatiales et méthodes •• Photos, vidéos, illustrations de synthèse qui met en évidence les
cartographiques potentialités et les contraintes du milieu
•• Système d’information
dans lequel les travaux sont envisagés.
géographique
Les méthodes •• Méthodes numériques
comparatives unicritères •• Méthodes économiques
Les méthodes •• Techniques ordinales
comparatives •• Techniques multicritères
multicritères

Les méthodes de détermination outil facilite la mesure des impacts cumulatifs


des impacts (additifs) et permet, au besoin, de réévaluer à
La détermination des impacts s’effectue par divers la hausse le niveau d’enjeu d’une zone ou une
moyens : superposition d’enjeux ;
• l’expertise, qui mobilise les compétences et qua- • la modélisation, outil indispensable lorsqu’un
lifications d’un ou plusieurs experts (références, enjeu fort du projet est concerné. Il existe plu-
etc.) et se fonde sur des éléments argumentés, sieurs modèles par thématique, plus ou moins
scientifiques et objectifs ; élaborés. Il convient de sélectionner le modèle
• le retour d’expérience, où l’on s’appuie sur les adéquat pour le projet envisagé et de s’appuyer
impacts déjà observés lors de projets simi- sur le spécialiste pour bien calibrer les données
laires (d’où l’importance de réaliser et valori- d’entrée et les hypothèses de travail pertinentes.
ser  le suivi des mesures de réduction ou de Enfin, il importe d’avoir un regard critique sur
compensation) ; les résultats proposés par le modèle et de pré-
senter des résultats de qualité, accessibles aux
• le SIG, qui permet de localiser les zones d
­ ’enjeux
non-spécialistes.
relatives au projet et à ses impacts. De plus, cet
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 99

Les modélisations et les SIG peuvent être éga­ Les listes de contrôle se caractérisent par les élé-
lement utilisées dans la prévision des impacts et ments suivants :
l’évaluation de l’importance des impacts. • la détermination des paramètres à considérer,
sans les évaluer ;
Les méthodes d’expertise • la possibilité de s’intégrer dans d’autres méthodes
La liste de contrôle (checklist) est un instrument de détermination ou d’évaluation des impacts ;
simple qui sert à déterminer les composantes de • la possibilité de concevoir une liste propre à un
l’environnement affectées par un projet, les effets type de projets ;
potentiels, voire les mesures de suppression, de
• la possibilité de concevoir une liste de paramètres
réduction ou de compensation. La liste de contrôle
environnementaux traduisant des impacts poten-
indique les caractéristiques ou les facteurs environ-
tiels ou une liste d’actions reconnues comme
nementaux qu’il convient de prendre en compte
source d’impacts potentiels.
lors de la détermination des impacts et des activités
du projet. Elle indique les grandes familles d’effets Les listes de contrôle présentent les avantages
qui peuvent être attendus, plutôt que les para- suivants :
mètres spécifiques à étudier. L’utilisation d’une liste • Elles sont descriptives et faciles à utiliser.
de contrôle permet de s’assurer qu’une liste de
• Elles peuvent constituer un aide-mémoire des
paramètres est bien prise en compte dans l’ana-
points-clés à évaluer.
lyse pour y déceler des impacts éventuels. Cette
méthode très utilisée (Brookes, 1999) constitue une • Elles sont faciles à modifier et à adapter à
approche structurée, au contenu variable et non chaque type de projet.
exhaustif. Les listes de contrôle peuvent être très Elles présentent cependant certaines limites :
diverses, tant par leur objet que par leur com-
• Leur présentation standardisée risque de
plexité ; elles vont de la simple liste aux métho­
conduire à omettre certains effets.
dologies et systèmes structurés (ex. : le système
d’évaluation environnementale de Batelle), qui • Elles ne rendent compte ni de la complexité des
permettent aussi de mesurer et de classer les systèmes ni du facteur temps.
impacts pour en déterminer l’importance. • Elles ne permettent pas d’évaluer les effets indi-
rects et cumulatifs.
Cependant, la liste de contrôle ne représente pas
les liens ou interactions entre les différents é­ léments, Le tableau 6.2 présente un exemple de liste de 
pas plus qu’elle ne décrit les variations environne- contrôle.
mentales dans le temps. Si elle aide à déterminer
les impacts, elle ne permet en revanche ni de les La fiche d’impact se caractérise par la présentation
prévoir ni de les évaluer. de l’activité source d’impact et des critères de
détermination et d’évaluation de l’impact. Il s’agit
Michel (2001) distingue plusieurs types de listes d’un complément indispensable à d’autres
de contrôle : la liste simple, qui énumère les effets approches d’évaluation (matrices, méthodes carto-
d’un projet type ; la liste descriptive, qui décrit les graphiques). La fiche d’impact présente l’avantage
principaux effets, voire les mesures de suppression, de faciliter la synthèse de l’information relative à
de réduction ou de compensation ; la liste-question- un impact. Ses principaux inconvénients sont de
naire, qui comporte des questions élémentaires donner une vision incomplète de l’évaluation des
regroupées par catégories d’effets. impacts d’un projet et d’omettre les interrelations
entre les impacts. Un exemple de fiche d’impact
est donné à la figure 6.1.
100 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

TABLEAU 6.2.  Exemple de liste de contrôle


Composantes Questions de la liste de contrôle Oui Non Besoin de données
de l’EIE Le projet va-t-il… supplémentaires
Sources   1. nécessiter l’acquisition ou la conversion
des impacts de surfaces importantes pour des réservoirs
ou des opérations de retraitement, etc.
(ex. : >50 ha en zone rurale, >5 ha en
zone urbaine) ?
  2. produire des quantités importantes de déchets
solides ou liquides ?
  3. nécessiter des capacités d’hébergement et des
équipements importants pour la main-d’œuvre
pendant les travaux (ex. : >100 ouvriers) ?
Cibles   4. inonder ou affecter d’une autre manière des
des impacts zones abritant des écosystèmes terrestres
ou aquatiques, une flore ou une faune qu’il
convient de protéger (ex. : zones protégées,
zones sauvages, réserves forestières, habitat
fragile, espèces menacées) ou abritant des
sites qui font partie du patrimoine historique
ou culturel ?
  5. inonder ou affecter d’une autre manière
certaines zones et porter ainsi atteinte aux
conditions de subsistance des populations
locales (par ex. : nécessiter un déplacement
de population ; menacer l’industrie locale,
l’agriculture, les réserves de bétail ou les
ressources piscicoles ; entraver l’accès
aux ressources naturelles ou aux biens
et services) ?
  6. impliquer l’aménagement d’installations
de retraitement des eaux usées près de
zones d’habitation (en particulier dans
les zones inondables) ?
  7. affecter des sources d’approvisionnement
en eau ?
Impacts sur   8. provoquer une réduction notable, permanente
l’environnement ou saisonnière des eaux souterraines et de
surface ?
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 101

Composantes Questions de la liste de contrôle Oui Non Besoin de données


de l’EIE Le projet va-t-il… supplémentaires
Impacts sur   9. produire des déchets solides et liquides
l’environnement qui représentent un risque de pollution
dangereux pour les humains, les sources
d’approvisionnement en eau, les écosystèmes
aquatiques et les espèces à protéger, ou des
réserves piscicoles qui font l’objet d’une
exploitation commerciale ?
10. provoquer des changements affectant
le système hydrologique de surface
(ex. : ruisseaux, rivières, lacs) et portant
atteinte à des réserves piscicoles importantes
à protéger ou faisant l’objet d’une exploitation
commerciale ?
11. augmenter le risque de maladie dans
une zone à forte densité de population
(ex. : onchocercose, filariose, paludisme,
hépatite, maladies gastro-intestinales) ?
12. impliquer la réalisation de projets secondaires
(ex. : le long de la route d’accès au site)
ou de services annexes à la construction
et à l’exploitation ?
Mesures 13. être susceptible de nécessiter des mesures
d’atténuation d’atténuation pouvant conduire à rendre le
projet inacceptable du point de vue financier
ou social ?
Commentaires

Je recommande de classer le projet


dans la catégorie…

Signature  : Délégation
Bureau
Source : Commission européenne, Direction générale du développement, 1993.
102 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 6.1.  Exemple de fiche d’impact

FICHE D’IMPACT

Activité source de l’impact :


Élément de l’environnement potentiellement affecté :

DESCRIPTION DE L’IMPACT POTENTIEL

Nature de l’impact :

Durée :
Intensité :
Étendue :
Autre critère :
Autre critère :

ÉVALUATION DE L’IMPACT POTENTIEL

Valorisation de l’élément affecté :

Contrainte légale :

Préoccupation publique exprimée :

Importance de l’impact potentiel :    Élevée    Faible

ATTÉNUATION DE L’IMPACT

ÉVALUATION DE L’IMPACT RÉSIDUEL


CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 103

La méthode ad hoc ou évaluation à dire d’experts d’ouvrages ou d’aménagements, ainsi que la néces-
consiste à émettre une évaluation circonstanciée sité de corriger l’évaluation de l’effet en fonction
des effets d’un projet donné sur une composante de la sensibilité des milieux concernés.
précise de l’environnement. Elle peut s’appuyer
sur des mesures physiques ou des observations La directive se situe plutôt au niveau de la table
quantifiées. Cette méthode a l’avantage, lorsque des matières de l’étude d’impact. Elle constitue une
l’information est disponible (résultats des suivis, sorte de liste de contrôle dérivée des méthodes
bilans, observations), de bien cerner les impacts ad hoc. Elle dresse en effet un plan des éléments
directs et indirects au cours des phases de travaux que devrait traiter l’étude d’impact. Elle est élaborée
et d’exploitation. Parmi les inconvénients, il faut pour un projet particulier ou pour une catégorie de
noter le retour d’expérience limité à certains types projets (elle peut alors être le résultat d’une EES).

FIGURE 6.2.  Présentation finale des résultats d’une approche ad hoc


Évaluation de l’impact

Dommageable
Effet négatif

Court terme
Indéterminé
Effet positif

Long terme

Irréversible
Pas d’effet

Réversible
Bénéfique
Éléments de l’environnement
Faune X X X
Espèces menacées X
Végétation naturelle X X X
Végétation introduite X
Nivellement du sol X X X X
Caractéristiques du sol X
Drainage naturel X
Eau souterraine X X
Nuisances sonores X X
Pavage X
Activités récréatives X
Qualité de l’air X X X X
Esthétique du paysage X
Espace ouvert X X X X
Santé et sécurité X
Valeurs économiques X X X
Édifices publics X X X
Services publics X
Conformité aux plans régionaux X X X
Source : Leduc et Raymond (2000).
104 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Le guide est une liste exhaustive, un aide-mémoire À l’instar des listes de contrôle, les matrices sont
visant à assurer qu’aucun impact n’a été oublié. génériques, sectorielles ou adaptées à un projet
C’est un instrument d’identification simple des donné. Pour le cadrage préalable, les matrices
composantes de l’environnement pouvant être simples constituent un outil souvent suffisant.
affectées par le projet. Plutôt technique, il est
approprié pour la description des impacts. Cepen- D’une manière générale, l’utilisation des matrices
dant, il n’établit pas de liens directs entre les causes a pour avantages de permettre une double lecture
et les effets, entre le projet particulier et son des activités et des effets d’un projet ou de certaines
environnement. de ses composantes, et de montrer les causes mul-
tiples d’un impact donné. Au chapitre des incon-
vénients, il faut noter le fait que seuls les effets
Les modèles et systèmes
directs sont décrits, sauf dans certaines méthodes
Les méthodes matricielles. Les matrices mettent qui prévoient des matrices annexes où les effets
en relation une liste des opérations et activités com- directs ou primaires se recoupent pour révéler les
prises dans le projet (chantier, exploitation, entre- effets indirects ou secondaires. Les effets synergiques
tien) et une liste des éléments de l’environnement et la dynamique des processus ne sont pas décrits.
susceptibles d’être affectés. La matrice identifie les
relations entre les caractéristiques du projet et les La matrice de Leopold, par exemple, se caractérise
éléments de l’environnement. Un texte peut décrire par une grille à double entrée (groupes d’activités
chacune des interactions significatives. La matrice et catégories d’éléments), comprenant 101 activités
peut contenir des estimations qualitatives ou quan- humaines et 86 éléments de l’environnement, soit
titatives. Elle présente des avantages tels que de 8 686 cases d’interactions possibles. Elle définit des
décrire visuellement la relation entre deux séries échelles d’intensité de l’impact (de 1 à 10, + ou –,
de facteurs, d’aider à identifier les impacts des dif- hors contexte d’insertion), d’importance relative
férentes phases d’un projet, et de distinguer les de l’impact (de 1 à 10) selon le contexte d’inser-
différents types d’impacts ainsi que leur impor- tion, et d’impact global, soit le produit des deux
tance relative (Sadler, 1996). On distingue plu- cotations précédentes.
sieurs types de matrices :
Cette matrice a pour principaux avantages son
• La matrice descriptive. À chaque intersection approche systématique des impacts de projets
de la matrice, une appréciation est portée sur ­complexes et sa présentation facile à comprendre.
l’impact de l’action sur une composante parti- Du côté des inconvénients, on note l’étendue de
culière de l’environnement. Au stade du cadrage, l’échelle de cotation, la non-prise en compte
l’évaluation des effets est qualitative et retient des impacts secondaires, le caractère incomplet de
une information sur le « sens » de l’effet (positif la liste des éléments humains, ainsi que l’omission
ou négatif) et son importance absolue ou rela- des aspects temporels et spatiaux et des impacts
tive (nul, faible, moyen ou fort). cumulatifs.
• La matrice numérique. Les cellules contiennent
une indication numérique sur les caractéris- Les étapes d’utilisation de la matrice de Leopold
tiques de l’effet potentiel, selon une échelle sont les suivantes :
préétablie (ex. : une échelle d’impact de 1 à 5). • Recenser toutes les actions du projet (à partir
• La matrice symbolique. Les indications numé- du haut du tableau).
riques sont ici remplacées par un symbole • Pour chaque action, passer en revue les carac-
­illustrant les différents degrés d’impact (faible, téristiques environnementales et tracer une
moyen, fort). diagonale dans toutes les cases correspondant à
un impact éventuel.
FIGURE 6.3  Section de la matrice de Leopold (partie supérieure)
Instructions A. Modification de régime B. Transformation du sol et construction
1. Identifier toutes les actions proposées (celles du haut
de la matrice) qui font partie du projet.
2. Inscrire un diagonale dans chacune des cases où une action
proposée peut avoir un impact sur un élément du milieu.
3. Une fois la matrice complétée, dans le coin gauche de chaque
case, placer un chiffre s’échelonnant de 1 à 10 qui indiquera
l’AMPLEUR de l’impact, à savoir son importance absolue
(le chiffre 10 représente la plus grande ampleur tandis que le
1 représente la plus faible; il n’y a pas de zéro). Devant chaque
chiffre, placer un + si l’impact est bénéfique. Dans le coin droit
de chaque case, placer un chiffre s’échelonnant de 1 à 10, qui
indiquera l’IMPORTANCE de l’impact, à savoir son importance
relative (ex. : régionale ou locale).
4. Le texte qui accompagne la matrice devrait être une discussion
des impacts les plus significatifs (les rangées et les colonnes
ayant le plus grand nombre de cases marquées et les cases

a. Introduction de la flore ou de faune exotiques


b. Contrôles biologiques
c. Modifications d’habitat
d. Modifications du couvert du sol
e. Modifications de l’hydrologie des eaux de surface
f. Modifications du système d’écoulement des eaux
g. Contrôle des cours d’eau/modification du débit
h. Canalisation
i. Irrigation
j. Modifications du climat
k. Brûlage
l. Pavage
m. Bruit et vibrations
a. Urbanisation
b. Aires industrielles et constructions
c. Aéroports
d. Autoroutes et ponts
e. Routes et sentiers
f. Chemins de fer
g. Câbles et monte-charge
h. Lignes de transmission, pipe-lines et couloirs
i. Barrières, y compris les clôtures
j. Dragage et redressement des chenaux
k. Revêtement des chenaux
l. Canaux
m. Barrages et digues
n. Jetées, brise-lames, ports de plaisance
o. Installations en mer
p. Équipements récréatifs
q. Dynamitage et forage
r. Déblai et remblai
s. Tunnels et constructions souterraines

individuelles contenant les chiffres les plus élevés).

Actions proposées
a. Ressources minières
b. Matériaux de construction
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts

c. Sols
d. Caractéristiques du paysage

1. Terre
e. Champs de force/rad. de fond
f. Traits physiques exceptionnels
a. De surface
b. De mer
c. Souterraine
d. Qualité

2. Eau
e. Température
f. Réapprovisionnement

Caractéristiques physiques et chimiques


g. Neige, glace, pergélisol
105

Source : Traduit et adapté de Wathern (1992) et Munn (1977), cités par Leduc et Raymond (2000).
106 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

• Pour chaque case marquée d’une diagonale, excessive de la réalité, à moins que l’on veille à bien
évaluer l’ampleur de l’impact, sur une échelle comprendre les interactions entre les composantes
croissante de 1 à 10 et inscrire la valeur attri- de l’environnement. Enfin, tout comme les listes
buée dans la partie supérieure gauche de chaque de contrôle et les matrices, les réseaux ne décrivent
case (on peut ajouter un signe + pour les impacts pas les aspects temporels de la dynamique d’un
positifs et un signe – pour les impacts négatifs). écosystème. En effet, ils ne permettent de savoir ni
• Inscrire dans la partie inférieure droite de à quel moment les impacts auront lieu ni où exac-
chaque case l’évaluation de l’importance de tement ils se produiront dans le territoire couvert
l’impact (également sur une échelle de 1 à 10). par l’étude (absence d’échelle spatio-temporelle).
Cette évaluation doit être le résultat d’un
La modélisation permet de recenser les compo-
sérieux travail de groupe.
santes d’un milieu, d’en représenter la structure et
• Rédiger des commentaires écrits sur les princi- d’en définir les relations fonctionnelles, grâce à des
paux impacts, en complément du tableau. outils de modélisation ou des modèles qualitatifs
• Rédiger un rapport écrit sur les principaux ou quantitatifs. Les modèles donnent notamment
impacts. la possibilité de simuler l’évolution de l’environne-
ment avec ou sans le projet, ainsi que d’évaluer les
Les réseaux et systèmes, du fait qu’ils décrivent les mesures visant à supprimer, réduire ou compenser
relations entre les activités d’un projet et les élé- les effets dommageables. La modélisation présente
ments de l’environnement, permettent de relever les avantages suivants :
les effets directs, indirects et cumulatifs. Le principe
• Permettre de prévoir les changements ou d’éla-
consiste à utiliser une matrice construite en réseau,
borer des variantes, y compris la variante de
dans laquelle les diverses actions d’un projet sont
non-réalisation du projet.
décomposées en actions élémentaires qui agissent
sur l’environnement (effets directs). L’exemple le • Permettre d’intégrer directement les inter­
plus connu est l’analyse par le réseau Sorensen, qui actions entre divers paramètres de l’environne-
est, à la fois : ment.
• une méthode en réseau de mise en évidence de • Favoriser une approche multidisciplinaire et
l’interaction entre les divers paramètres, notam- une réflexion théorique plutôt qu’une simple
ment les impacts secondaires et indirects ; application technique.
• une approche intermédiaire entre la matrice et Sur le plan des inconvénients, il faut noter le coût
le réseau de type « écologique » ; important de la modélisation, ainsi que le risque
• un réseau de matrice qui permet une modéli- de simplification excessive qui peut entraîner des
sation du milieu réel tenant compte des effets évaluations biaisées et irréalistes.
dynamiques (temps).
Les représentations spatiales
La figure 6.4 présente un exemple de projet d’amé-
et méthodes cartographiques
nagement urbain résidentiel sur le milieu sol.
Les cartes thématiques superposées constituent
Les principaux avantages des réseaux et systèmes une aide visuelle utile, car elles permettent de
sont qu’ils rendent compte de la complexité des représenter, sur le territoire où a lieu l’évaluation,
enjeux environnementaux et qu’ils favorisent des contraintes et potentiels d’ordre biophysique
l’inter­disciplinarité pour le développement de sys- et social. Ce genre de représentation s’obtient en
tèmes bien adaptés. Parmi les inconvénients, notons superposant une série de cartes ayant toutes des
que les systèmes sont longs à mettre en œuvre. De caractéristiques différentes (économique, biophy-
plus, un réseau constitue parfois une simplification sique, sociale) pour produire une représentation
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 107

FIGURE 6.4.  Représentation du réseau de Sorensen selon Rau


Modifications Modifications

Système d’égouts
Système d’égouts

Défrichage
Excavation
Défrichage
Excavation

Toit rigide
Toit rigide

(A) (B) (C) (D) (A) (B) (C) (D)


Appartements

Composantes
à haute densité

du projet
Aire de jeux

Aire de
stationnement

RÉSEAU SORENSEN ET RAU (1971) = CAUSE + EFFET Temps


• Objet : vue d’ensemble des liens cause-effets
• Facteurs de cause : Activités liées au projet (A, B, C, D)
• Effets/impacts : appréhendés, potentiels, réels = f (probabilité d’occurrence) entre 0 et 1
Évaluation quantitative des impacts
Mécanisme
Répercussions possibles Mesures correctives de contrôle
Conditions Conditions
Effets
initiales conséquentes

Augmentation Placer de façon


Ravinement
du ruissellement Inondations intermittente des
et érosion
de surface parterres de fleurs
Dégradation de
Pollution des
l’approvisionnement Risque sanitaire Code du bâtiment
eaux souterraines
en eau

Perte de la couche Dimunition Planter


Mort de la flore
superficielle du sol de la fertilité des arbustes

EFFETS/IMPACTS APPRÉHENDÉS EN FONCTION DES ACTIVITÉS LIÉES AU PROJET


• Eaux usées (A) F = pollution des eaux souterraines
• Augmentation surface de toiture (B) et défrichage (D) E = augmentation du ruissellement de surface
• Excavation (C) et défrichage (D) G = perte de la couche superficielle du sol

Actions Impacts Branches


(A) (F) (I) (L) 1

(B) (E) (H) (K) 2

(C)
(D) (G) (J) (M) 2

Source : Leduc et Raymond (2000).


108 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 6.5.  Modèle conceptuel illustrant les liens entre les impacts d’un projet de dragage d’un fleuve navigable
qui conduisent notamment à des changements dans la qualité de l’eau, la production des coquillages, l’habitat
des ­poissons et la présence de la végétation aquatique

Enlèvement de lits
de coquillages

Enlèvement de
vase et de la boue

Exploitation minière Enlèvement du


matériel de fond
Navigation
Augmentation de la
Sédiments profondeur de l’eau

Modification
Construction de
Dragage de la topographie
nouveaux canaux
du fond

Végétation Formation de
fosses de fond
Qualité de l’eau

Entretien des plages


Excavation
de déchets

Production Déchets solides


de matériaux à entreposer

Sable et gravier
commerciaux
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 109

1. Coquillages commerciaux

Amélioration
Qualité générale
de l’habitat des
coquillages
2. Pêche sportive
et commerciale
Diminution de la
pollution due aux Destruction d’habitats
Qualité générale
nutriments de poissons
3. Végétation
Arrêt de la croissance
et des nuisances
Empêchement de la
croissance végétale Modification
de la salinité
Amélioration 4. Industrie marine
de la navigation

Diminution 1, 2, 3
Modification de la des polluants
circulation de l’eau Qualité générale

Développement d’odeurs
5. Destruction
Promotion de la nauséabondes
de milieux humides
désintégration
organique
Destruction 1, 2
de milieux humides
Remblayage Stabilisation des berges
Développement
Disposition de berges Équipements
de l’eau de loisirs

Recouvrement de lits 4
de coquillages
1

4
Qualité
générale
110 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

composite de la zone d’étude. La carte peut aussi • Déterminer la nature, les sources, la grandeur, la
représenter les impacts environnementaux poten- localisation des atteintes à l’environnement au
tiels ainsi que leur localisation dans la zone à sein d’un écosystème ou d’une aire d’étude.
l’étude. Les cartes thématiques permettent de repé- • Décrire les degrés actuels et potentiels
rer les zones géographiques sensibles et indiquent ­d’exposition à une nuisance ou un stress d’un
visuellement les impacts potentiels d’un projet écosystème.
(Réseau d’expertise E7, 2003).
• Faciliter la comparaison de variantes.
La figure 6.7 présente un exemple de carte de syn- • Évaluer la réponse actuelle d’un milieu à des
thèse des enjeux floristiques et faunistiques au droit impacts existants ou potentiels.
de la zone d’étude. • Aider à évaluer la probabilité d’occurrence
d’un impact.
Tout comme les cartes, les photos, vidéos et illus-
trations permettent de visualiser les différents élé- Les SIG peuvent faciliter l’étude de scénarios
ments constitutifs du milieu d’accueil du projet et variés. On peut notamment modifier rapidement
les risques de leur atteinte par les éléments consti- les paramètres et produire des supports visuels. La
tutifs de la réalisation du projet. technologie des SIG peut aider à sélectionner le
site, et à faire de la modélisation (Réseau d’exper-
Les systèmes d’information géographique sont
tise E7, 2003). Outil émergent et de plus en plus
des  outils informatiques conçus pour l’analyse
adopté par les évaluateurs, le SIG présente des
et la distribution spatiale de phénomènes. Leurs
avantages multiples :
applications dans le cadre d’une étude d’impact
sont variées : • Encourager une approche plus systématique
de la collecte des données environnementales.
• Décrire les conditions et la distribution géogra-
phique des ressources naturelles. • Permettre de comparer divers ensembles
de données.

FIGURE 6.6.  Superposition de cartes thématiques et production d’une carte de synthèse


VALEUR RÉSIDENTIELLE
Zone 1 : Valeur du marché supérieure à 50 000 $
Zone 2 : Valeur du marché de 25 000 $ à 50 000 $
Zone 3 : Valeur du marché inférieur à 25 000 $ Carte synthèse
Sites écologiques
Sites historiques
DRAINAGE DU SOL Aspects visuels
Zone 1 : Mauvais drainage (marécage, marais) Santé
Zone 2 : Drainage moyen Habitations
Bruit
Zone 3 : Bon drainage
Géographie
Cours d’eau
VALEUR HISTORIQUE
Zone 1 : Secteur historique
Zone 2 : Repère historique
Zone 3 : Absence de sites historiques

VALEUR FAUNIQUE
Zone 1 : Habitats d’excellente qualité
Zone 2 : Habitats de qualité seconde
Zone 3 : Habitats pauvres
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 111

FIGURE 6.7.  Carte de synthèse des enjeux floristiques et faunistiques au droit de la zone d’étude

LÉGENDE
Zone d’étude
Zone d’étude élargie
Enjeux écologiques
Fort
Modéré

Source : MICA Environnement (2016).

FIGURE 6.8.  Présentation visuelle (photo 3D) d’un futur aménagement urbain

Source : Transports Québec, Turcot, <https://www.turcot.transports.gouv.qc.ca>.


112 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 6.9.  Exemple de simulation de scénarios d’inondation des barrages hydroélectriques projetés

Superposition de données : images spots (DNEF, 1999); Landsat, <https://zulu.ssc.nasa.gov/mrsid/mrsid.pl>;


Blue Marble Next Generation (BMNG) : les images satellite MODIS,
http://visibleearth.nasa.gov/view_rec.php?id=7107; Shuttle Radar Topography Mission (SRTM) :
le modèle numérique de terrain, http://srtm.usgs.gov/ftp://e0srp01u.ecs.nasa.gov/srtm/version2/SRTM3/;
National Geospatial Intelligence Agency (NGA_GNS) ou GEOnet Names Server :
toponymes, <http://earth-info.nga.mil/gns/html/cntry_files.html#N); VMAPO ou objets géographiques
(hydrographie, limites administratives, etc., à l’échelle 1:1 000 000,
<http://geoengine.nga.mil/muse-cgi-bin/rast_roam.cgi).

Digues de protection Digues


Source : Samoura (2011).

• Permettre à un large éventail de décideurs d’ac- quoique de nature différente, sont donc ramenés à
céder aux données nécessaires à l’élaboration une valeur monétaire (méthode unicritère agrégée)
d’une étude d’impact. et chiffrés en termes de coûts ou d’avantages.
• Favoriser une analyse spatiale des impacts
Cette méthode d’analyse est notamment utilisée
environnementaux.
pour comparer les variantes d’un projet. Les incon-
Les limites qu’ils présentent sont : vénients de son utilisation résident dans le fait
qu’elle se heurte à d’importantes difficultés, notam-
• le temps requis pour leur mise en place ;
ment pour monétiser les impacts sur l’environne-
• le coût élevé d’acquisition du matériel, des logi- ment. Elle implique aussi des choix d’actualisation
ciels et des données, et celui de leur transfor- délicats en particulier pour les effets à long terme
mation sous forme numérique ; sur l’environnement.
• les problèmes d’erreurs et de précision des
données ; La méthode ordinale permet de classer compara-
tivement diverses variantes. Elle consiste à établir
• les exigences élevées de formation et d’expertise
l’ordre de priorité des variables qui serviront à la
technique.
classification, à déterminer un ordre de per­formance
entre les variantes pour chacun des critères, puis à
Les méthodes comparatives unicritères appliquer quelques règles de décision pour établir
La méthode d’analyse coûts-avantages a pour l’ordre des priorités entre les diverses variantes.
­principe de comparer les coûts et avantages d’un Utilisée pour la comparaison des variantes et des
projet, exprimés en termes monétaires. Les impacts, options, cette méthode a pour principaux avantages
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 113

son application facile, notamment pour les petits La méthode d’évaluation


projets, et le fait qu’elle n’exige pas non plus la de l’importance des impacts
détermination de valeurs quantitatives. En revanche, La démarche méthodologique consiste à établir
son principal inconvénient réside dans le fait que l’importance des impacts, en combinant à la valeur
la variante retenue dépend presque exclusive- environnementale des composantes du milieu,
ment de l’ordre des priorités attribué aux variables ­l’intensité de la perturbation, ainsi que l’étendue
de départ. (portée spatiale) et la durée (portée temporelle)
des impacts. Il y a trois catégories d’importance des
Les méthodes comparatives multicritères impacts : forte, moyenne et faible. Pour chacune, le
Exemple de méthode unicritère, l’analyse multi­ type d’impact (positif ou négatif) doit être indiqué.
critère vise à réaliser un bilan de l’ensemble des Une méthode communément appliquée dans les
composantes de l’environnement affecté par un EIE, adaptée des méthodes d’évaluation des impacts
projet sans retenir une unité de mesure commune. préconisées par Hydro-Québec (1990) et le minis-
L’évaluation des impacts peut être qualitative, tère des Transports du Québec (MTQ, 1990) ainsi
quantitative ou monétaire. On donne à chaque type que de la démarche proposée par la Banque
d’impact une notation qui en exprime l’importance ­mondiale (1991), le ministère de l’Environnement
pour la variante envisagée. Cette méthode est rela- et de la Faune du Québec (MEF, 1996), l’Agence
tivement simple à appliquer, notamment lorsqu’un canadienne d’évaluation environnementale (ACEE,
effet du projet domine largement les autres. Elle 2000) et la Société financière internationale (SFI,
est utilisée pour la comparaison des variantes d’un 2006), repose essentiellement sur des connaissances
projet. Les systèmes interactifs d’aide à la décision objectives et des variables mesurables. Ces connais-
permettent de décomposer une situation complexe sances concernent l’appréciation de la valeur envi-
et non structurée en ses composantes essentielles ronnementale et sociale des composantes du milieu,
et d’en classer les paramètres suivant un ordre et les variables mesurables renvoient à l’intensité,
­hiérarchique. On peut ensuite attribuer des valeurs à l’étendue et à la durée des impacts appréhendés
numériques à des jugements subjectifs sur l’impor- (positifs ou négatifs) sur chacune de ces compo-
tance relative de chaque paramètre et synthétiser santes. Ces trois variables sont agrégées en un indi-
les jugements afin de déterminer quels paramètres cateur synthèse, l’importance absolue de l’impact
ont la plus grande priorité et nécessitent une action environnemental, qui permet de porter un j­ ugement
pour parvenir à une solution. Ce type d’analyse sur l’ensemble des impacts prévisibles ­qu’aurait le
multicritère, qui sera présenté plus en détail au projet sur une composante donnée de l’environne-
chapitre 7, comporte les avantages suivants : ment. Ces trois critères ont tous le même poids
• Favoriser la comparaison d’options sur la base dans l’évaluation de l’importance de l’impact. La
de critères explicitement définis. figure 6.10 résume cette démarche.
• S’insérer dans une démarche rationnelle et
transparente de prise de décision. L’intensité de l’impact
• Prendre en compte les valeurs des différents L’intensité de l’impact environnemental et social
acteurs. exprime l’importance relative des conséquences
attribuables à l’altération d’une composante. Pour
Son principal inconvénient est qu’il s’agit d’une
la majorité des composantes environnementales,
méthode lourde, nécessitant un logiciel spécialisé.
elle dépend à la fois de la valeur de la composante
environnementale considérée et de l’ampleur de la
perturbation (degré de perturbation) qu’elle subit.
114 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 6.10.  Processus d’évaluation des effets environnementaux

Valeur écosystémique Valeur socioéconomique

Valeur environnementale Degré de


de la composante perturbation

Étendue de l’impact Intensité de l’impact Durée de l’impact

Importance de l’impact
Mesures d’atténuation
spécifique

Importance de l’impact résiduel

La valeur de la composante environnementale rareté ou l’unicité. Elle est établie en faisant appel
L’intensité de l’impact pour les composantes envi- au jugement de spécialistes. La valeur écosystémique
ronnementales ne peut être déterminée en soi. En d’une composante donnée est considérée comme :
effet, la valeur environnementale d’une compo- • grande, lorsque la composante présente un inté-
sante physique ne peut être définie sans référence rêt majeur en raison de son rôle écosystémique
à un usage ou à son importance pour la flore, la ou pour la biodiversité et de ses qualités excep-
faune ou les humains. Par exemple, une modifica- tionnelles, dont la conservation et la protection
tion de la qualité de l’eau n’a de valeur que par les font l’objet d’un consensus dans la communauté
effets qu’elle entraînera sur les composantes biolo- scientifique ;
giques et humaines de l’environnement, et non • moyenne, lorsque la composante présente un
en elle-même. Cependant, comme les modifica- fort intérêt et des qualités reconnues, dont
tions du milieu physique servent d’intrant à l’éva- la conservation et la protection représentent
luation des perturbations des milieux biologiques un sujet de préoccupation, sans toutefois faire
et humains, elles doivent être analysées et quanti- ­l’objet d’un consensus ;
fiées dans la mesure du possible (SNC-Lavalin
• faible, lorsque la composante présente un intérêt
Environnement, 2010).
et des qualités dont la conservation et la pro-
La valeur de la composante intègre à la fois sa tection sont l’objet de préoccupations peu
valeur écosystémique et sa valeur socioéconomique, nombreuses.
en retenant la plus forte de ces deux valeurs.
La valeur socioéconomique d’une composante
La valeur écosystémique d’une composante exprime environnementale donnée exprime l’importance
son importance relative, déterminée en tenant relative que lui attribuent le public, les organismes
compte de son rôle et de sa fonction dans l’éco­ gouvernementaux ou toute autre autorité législa-
système. Elle intègre également des notions comme tive ou réglementaire. Elle reflète la volonté du
la représentativité, la fréquentation, la diversité, la public local ou régional et des pouvoirs publics d’en
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 115

préserver l’intégrité ou le caractère original, ainsi positives ou négatives, directes ou indirectes. Le


que la protection légale qu’on lui accorde. Cette degré de perturbation tient compte des effets
valeur découle entre autres des activités de consul- cumulatifs, synergiques ou différés qui, au-delà de
tation menées dans le cadre de la caractérisation la simple relation de cause à effet, risquent d’am-
du milieu ; elle prend en compte la sensibilité plifier les modifications d’une composante environ-
­relative des différents groupes sociaux intéressés nementale lorsque le milieu est particulièrement
(groupes désavantagés ou vulnérables, groupes sensible. Le degré de perturbation est jugé :
ciblés ou affectés directement ou indirectement de • élevé, lorsque l’effet prévu met en cause l’inté-
façon différentielle par le projet, etc.). grité de la composante ou modifie fortement et
irréversiblement cette composante ou l’utilisa-
La valeur socioéconomique d’une composante don-
tion qui en est faite ;
née est considérée comme :
• moyen, lorsque l’effet entraîne une réduction ou
• grande, lorsque la composante fait l’objet de
une augmentation de la qualité ou de l’utilisa-
mesures de protection légales ou réglementaires
tion de la composante, sans pour autant com-
spécifiques (ex. : espèce menacée ou vulnérable,
promettre son intégrité ;
parc de conservation) ou s’avère essentielle aux
activités humaines (ex. : eau potable) ; • faible, lorsque l’effet ne modifie que de façon
peu perceptible la qualité, l’utilisation ou
• moyenne, lorsque la composante est valorisée
­l’intégrité de la composante ;
(sur le plan économique ou autre) ou utilisée
par une portion significative de la population • indéterminé, lorsqu’il est impossible de prévoir
concernée, sans toutefois faire l’objet d’une comment ou à quel degré la composante sera
­protection légale  ; touchée. Lorsque le degré de perturbation est
indéterminé, l’évaluation de l’effet environne-
• faible, lorsque la composante n’est pas valorisée
mental ne peut être complétée pour cette com-
ou utilisée significativement par la population.
posante. Il est alors nécessaire d’approfondir la
La valeur de la composante intègre à la fois la collecte de données sur cette composante ou de
valeur écosystémique et la valeur socioéconomique, mettre en place un programme de suivi envi-
en retenant la plus forte de ces deux valeurs, comme ronnemental pour préciser son évolution suite
l’indique le tableau 6.3. à l’implantation du projet.

L’intensité de l’impact environnemental, variant de


Le degré de perturbation très forte à faible, résulte des combinaisons entre
Le degré de perturbation d’une composante définit les trois degrés de perturbation (élevé, moyen et
l’ampleur des modifications structurales et fonc- faible) et les trois classes de valeur de la compo-
tionnelles qu’elle risque de subir. Il dépend de la sante (grande, moyenne et faible). Le tableau 6.4
sensibilité de la composante au regard des inter- indique les différentes combinaisons permettant
ventions proposées. Les modifications peuvent être de déterminer l’intensité de l’impact.

TABLEAU 6.3.  Valeur de la composante


Valeur Valeur écosystémique
socio­économique Grande Moyenne Faible
Grande Grande Grande Grande

Moyenne Grande Moyenne Moyenne

Faible Grande Moyenne Faible


Source : EIE du projet Rabaska, 2006.
116 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

TABLEAU 6.4.  Grille de détermination de l’intensité de l’impact environnemental


Degré de perturbation Valeur de la composante
Grande Moyenne Faible
Élevé Très forte Forte Moyenne

Moyenne Forte Moyenne Faible

Faible Moyenne Faible Faible*


* Il faut noter que l’intensité de l’impact correspondant à la combinaison d’une valeur environnementale et d’un degré
de perturbation faible aurait pu être qualifiée de très faible pour respecter la logique de la grille. S’il n’en est pas ainsi,
c’est pour limiter le nombre de combinaisons possibles aux étapes ultérieures de l’évaluation. Le biais ainsi introduit
est négligeable et va dans le sens d’une surestimation de l’importance des effets.

Source : EIE du projet Rabaska, 2006.

Étendue de l’impact la source directe de l’impact, puisque celui-ci peut


L’étendue de l’impact exprime la portée ou le se prolonger après que le phénomène qui l’a causé
rayonnement spatial des effets engendrés par une aura cessé.
intervention sur le milieu. Cette notion renvoie soit
Lorsqu’un impact est intermittent, on en décrit
à une distance ou à une aire sur laquelle seront
la fréquence, en plus de la durée de chaque épi-
ressenties les modifications subies par une compo-
sode. La méthode utilisée distingue les impacts
sante, soit à la population qui sera touchée par ces
environnementaux :
modifications.
• de longue durée, dont les effets sont ressentis de
Les trois niveaux d’étendues considérées sont : façon continue pour la durée de vie de l’équi-
• l’étendue régionale, lorsque l’impact touche un pement ou des activités, et même au-delà, dans
vaste espace jusqu’à une distance importante le cas des effets irréversibles ;
du site du projet, ou qu’il est ressenti par • de moyenne durée, dont les effets sont ressentis
­l’ensemble de la population de la zone d’étude de façon continue sur une période relativement
ou par une proportion importante de celle-ci ; prolongée, mais généralement inférieure à la
• l’étendue locale, lorsque l’impact touche un durée de vie de l’équipement ou des activités ;
espace relativement restreint situé à l’intérieur, • de courte durée, dont les effets sont ressentis sur
à proximité ou à une faible distance du site du une période limitée, correspondant générale-
projet, ou qu’il est ressenti par une proportion ment à la période de construction des équipe-
limitée de la population de la zone d’étude ; ments ou à l’amorce des activités, une saison
• l’étendue ponctuelle, lorsque l’impact ne touche par exemple.
qu’un espace très restreint à l’intérieur ou à
proximité du site du projet, ou qu’il n’est res- Importance de l’impact
senti que par un faible nombre de personnes L’interaction entre l’intensité, l’étendue et la durée
de la zone d’étude. permet de déterminer l’importance absolue de l’im-
pact environnemental sur une composante touchée
Durée de l’impact par le projet. La combinaison de ces trois critères
La durée de l’impact environnemental est la période permet de distinguer cinq niveaux d’importance,
pendant laquelle seront ressenties les modifications variant de très forte à très faible (tableau 6.5).
subies par une composante. Elle n’est pas nécessai-
rement égale à la période pendant laquelle s’exerce
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 117

TABLEAU 6.5.  Grille de détermination de l’importance de l’effet environnemental


Intensité Étendue* Durée Importance
Longue Majeure
Régionale Moyenne Majeure
Courte Majeure
Longue Majeure
Forte Locale Moyenne Majeure
Courte Moyenne
Longue Majeure
Ponctuelle Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Majeure
Régionale Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Moyenne
Moyenne Locale Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Longue Moyenne
Ponctuelle Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Longue Moyenne
Régionale Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Longue Moyenne
Faible Locale Moyenne Mineure
Courte Mineure
Longue Mineure
Ponctuelle Moyenne Mineure
Courte Mineure
* En ce qui concerne le paysage, l’étendue régionale correspond à un degré de perception fort, l’étendue locale,
à un degré de perception moyen et l’étendue ponctuelle, à un degré de perception faible.

Source : EIE du projet Rabaska, 2006.

L’évaluation de l’importance d’un impact dépend préoccupations fondamentales de la population


aussi de la composante affectée, c’est-à-dire de sa influencent aussi cette évaluation, notamment
valeur intrinsèque pour l’écosystème (sensibilité, lorsque des éléments du projet constituent un dan-
unicité, rareté, réversibilité), de même que des ger pour la santé ou la sécurité ou présentent une
valeurs sociales, culturelles, économiques et esthé- menace pour le patrimoine culturel et archéolo-
tiques attribuées à ces composantes par la popula- gique terrestre et submergé. De plus, l’étude men-
tion. Ainsi, plus une composante de l’écosystème tionne, le cas échéant, la reconnaissance formelle
est valorisée par la population, plus l’impact sur de la composante par un statut particulier qui lui
cette composante risque d’être important. Les a été attribué.
118 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Alors que la détermination des impacts se base sur FIGURE 6.11.  Déroulement de l’évaluation des impacts
des faits appréhendés, leur évaluation renferme un Impacts Impacts Impacts
jugement de valeur. Cette évaluation peut aider à potentiels résiduels réels
établir des seuils ou des niveaux d’acceptabilité,
mais également permettre de déterminer les cri-
tères d’atténuation des impacts ou les besoins en
matière de surveillance et de suivi. Mesures Mesures
d’atténuation d’atténuation
L’importance relative de chacun des impacts envi-
ronnementaux est évaluée en tenant compte des Source : SNC-Lavalin Environnement et Eau et Activa
Environnement (2013).
mesures d’atténuation ou de bonification courantes
intégrées au projet. Par exemple, s’il est prévu, dans Des mesures de suivi et de contrôle environnemen-
le cadre de la conception du projet, qu’une che­ taux sont également prévues pour bien évaluer les
minée soit munie d’un silencieux, l’évaluation de différents paramètres des composantes physiques,
l’effet du projet sur le milieu sonore prendra en biologiques et humaines du milieu tout au long des
compte la réduction du bruit attribuable à ce silen- différentes phases du projet.
cieux. En revanche, si aucun équipement n’était
prévu au départ et que le niveau de bruit produit Recommandations pour
n’est pas acceptable, une mesure d’atténuation spé- l’utilisation des méthodes et
cifique sera suggérée (ex. : l’ajout d’un silencieux à outils dans les étapes d’une EIES
la cheminée). Lorsque les mesures d’atténuation
intégrées a priori au projet réduisent l’importance La démarche méthodologique est importante dans
d’un impact au point de le rendre négligeable, on la réalisation d’une EIES, parce qu’elle définit la
ne tient pas compte de cet impact dans l’analyse. crédibilité de l’étude. De manière générale, les
méthodes sont choisies en fonction de la nature et
Lorsque les impacts évalués ne sont pas négli- du contexte du projet. Toutefois, selon Leduc et
geables, des mesures d’atténuation spécifiques Raymond (2000) et Sadler (1996), les principes
peuvent être proposées pour optimiser l’intégration méthodologiques suivants sont à considérer comme
du projet à son environnement. de bonnes pratiques à prendre en compte pour
garantir la crédibilité scientifique de l’évaluation
La dernière étape de l’évaluation consiste à déter-
des impacts :
miner l’importance de l’impact environnemental rési-
duel à la suite de la mise en œuvre de mesures • Utiliser une démarche itérative d’examen.
d’atténuation particulières. Il s’agit ici d’évaluer en • Faire un examen complet et global du projet
quoi la mesure d’atténuation modifie un ou plu- et du milieu.
sieurs des intrants du processus d’évaluation décrits • Comparer les différentes variantes et solutions
ci-dessus. de rechange.
Tout au long des phases du projet (aménagement, • Faire un relevé et une évaluation des impacts.
exploitation et démantèlement), les impacts rési- • S’assurer de la pertinence, de la validité et de
duels sont évalués d’après les impacts potentiels et l’objectivité de l’information.
les effets des mesures d’atténuation proposées. Les
impacts réels traduisent l’effet véritable, appuyé Le respect de ces principes méthodologiques néces-
par le suivi du projet. La figure 6.11 permet de bien site la connaissance de plusieurs méthodes et outils
saisir le déroulement de l’évaluation des impacts. d’évaluation des impacts. Il existe de nombreuses
méthodes et outils en EIES, dont les plus usuelles
seront énumérées ici.
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 119

Bibliographie Centre de recherche et d’expertise en évaluation,


École nationale d’administration publique.
Amer, M., T. U. Daim et A. Jetter (2013). « A review of
scenario planning », Futures vol. 46, p. 23-40. Crowley, M. et N. Risse (2011). « L’évaluation envi­
ronnementale stratégique : un outil pour aider les
Banville, C., M. Landry, J-M. Martel et C. Boulaire
administrations publiques à mettre en œuvre le déve-
(1998). « A stakeholder approach to MCDA », Systems
loppement durable », Télescope, vol. 17, no 2, p. 1-29.
Research and Behavioral Science, vol. 14, p. 15-32.
Donnelly, A., M. Jones, T. O’Mahony et G. Byrne (2007).
Bouyssou, D. (1993). Décision multicritère ou Aide mul-
« Selecting environmental indicators for use in strate-
ticritère ? Working Group-Multicriteria Aid for Deci-
gic environmental assessment », Environmental Impact
sions, <http://www.cs.put.poznan.pl/ewgmcda/pdf/
Assessment Review, vol. 27, p. 161-175.
Bouyssou.pdf>, consulté le 11 décembre 2018.
Dooms, M. (2011). Crafting the Integrative Value Propo-
Brans, J.P. et B. Mareschal (2002). PROMETHEE-GAIA :
sition for Large Scale Transport Infrastructure Hubs:
une méthodologie d’aide à la décision en présence de
A Stakeholder Management Approach, Paper submitted
critères multiples, Bruxelles, Éditions de l’Université
to the 4th MEL PhD competition.
de Bruxelles, coll. « Statistique et mathématiques
appliquées »). Dooms, M. et C. Macharis (2003). A Framework for Sus-
tainable Port Planning in Inland Ports: A Multistake-
Carver, S.J. (1991). « Integrating multi-criteria evaluation
holder Approach, 43rd Congress of the European
with geographical information systems », International
Regional Science Association: « Peripheries, Centres,
Journal of Geographical Information System, vol. 5,
and Spatial Development in the New Europe »,
no 3, p. 321-339, <http://dx.doi.org/10.1080/026937
­Jyväskylä, 27-30 août.
99108927858>, consulté le 11 décembre 2018.
Friedman, A.L. et S. Miles (2002). « Developing stake­
Cissé, H. (2013). Intégration de la biodiversité dans l’éva-
holder theory », Journal of Management Studies,
luation environnementale stratégique des aménagements
vol. 39, no 1, p. 1-21.
dans le bassin fluvial du programme Kandadti au Niger,
thèse de doctorat en sciences de l’environnement, Galvez-Cloutier, R. et G. Guesdon (2011). Évaluation
Université du Québec à Montréal. des impacts environnementaux (EIE) : 5a. Méthodes et
outils utilisés en EIE / Grilles, cours 2011-02-01,
Côté, G., J.-P. Waaub et B. Mareschal (2015). « Évaluation
Faculté des sciences et de génie, Université Laval.
des impacts sur l’environnement en péril : la nécessité
d’agir », Les Cahiers du GERAD, G-2015-29, <https:// Gbanie, S.P., P. B. Tengbe, J. S. Momohb, J. Medo et V.T.S.
www.sifee.org/static/uploaded/Files/publications/ Kabba (2013). « Modelling landfill location using
m e m b r e s / E I E _ e n _ p e r i l _ C O T E _ WA AU B _ Geographic Information Systems (GIS) and Multi-­
MARESCHAL.pdf>, consulté le 11 décembre 2018. Criteria Decision Analysis (MCDA): Case study Bo,
Southern Sierra Leone », Applied Geography, vol. 36,
Côté, G. et J.-P. Waaub (2012). Mécanismes de participa-
p. 3-12.
tion publique dans les évaluations environnementales
stratégiques, rapport présenté au Comité de l’évalua- GHD (2013). Environmental Best Practice Port Deve­
tion environnementale stratégique sur les gaz de lopment: An Analysis of International Approaches,
schiste, Québec. report prepared for the Department of Sustainability,
Environment, Water, Population and Communities,
Covil, C. (2012). SuPort: Appraising Port Sustainability,
Canberra.
Greening the Research Fleet Workshop, Durham
(R.‑U.), 10-11 janvier, <https://www.unols.org/sites/ Godet, M. (2000). « Technological forecasting and social
default/files/GW_ap17_SuPort_Arup.pdf>, consulté change », North-Holland, vol. 65, p. 3-22.
le 11 décembre 2018. Greene, R., R. Devillers, J. E. Luther et B. G. Eddy (2011).
Crowley, M. (2010). Ébauche de document de cadrage « GIS-based multiple-criteria decision analysis »,
relatif à une évaluation environnementale stratégique ­Geography Compass, vol. 5, no 6, p. 412-432.
du secteur des transports sur le territoire de la Baie- Guay, J.-F. (2014). Contributions méthodologiques à la
James, Québec, étude réalisée pour le Comité consul- modélisation intégrée pour la planification territoriale et
tatif de l’environnement de la Baie-James par le environnementale, thèse de doctorat en sciences de
120 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

l’environnement, Université du Québec à Montréal, Malekpour, S., R.R. Brown et F. J. De Haan (2015). « Stra-
<https://archipel.uqam.ca/8822/1/D3086.pdf>, tegic planning of urban infrastructure for environ-
consulté le 11 décembre 2018. mental sustainability: Understanding the past to
Guitouni, A., M. Bélanger et J.-P. Martel (2010). Cadre intervene for the future », Cities, vol. 46, p. 67-75.
méthodologique pour différencier les méthodes multi­ Martel, J.-M. et B. Roy (2006). « Analyse de la signifiance
critères, Rapport technique – DRDC Valcartier TR de diverses procédures d’agrégation multicritère »,
2009-386, Recherche et développement pour la INFOR : Information Systems and Operation Research,
défense Canada. vol. 43, no 3, p. 191-215.
Guitouni A. et J.-P. Martel (1998). « Tentative guidelines Martel, J-M. et A. Rousseau (1993). Cadre de référence
to help choosing an appropriate MCDA method », d’une démarche multicritère de gestion intégrée des res-
European Journal of Research, vol. 109, p. 501-521. sources en milieu forestier, Québec, Sous-comité socio-­
Gupta, A. K., S. K. Gupta et S. Patil Rashmi (2005). économique de la gestion intégrée des ressources.
« Environmental management plan for port and har- Maystre, L. Y., J. Pictet et J. Simos (1994). Méthode multi­
bour projects », Clean Technologies and Environmental critère ELECTRE, Lausanne, Presses polytechniques
Policy, vol. 7, p. 133-141. et universitaires romandes.
Harding, A., G. Pálsson et G. Raballand (2007). Ports et Mena, S. B. (2000). « Introduction aux méthodes multi-
transport maritime en Afrique de l’Ouest et du Centre : critères d’aide à la décision », Biotechnology, Agronomy,
les défis à relever, Programme de politiques de trans- Society and Environment, vol. 4, no 2, p. 83-93.
port en Afrique subsaharienne, Document de travail Metsger, P. et R. D’Ercole (2008). Enjeux territoriaux et
SSATP No 84F. vulnérabilité : une approche opérationnelle, Colloque
Joerin, F. et A. Musy (2000). « Land management with interdisciplinaire « Vulnérabilités sociétales, risques et
GIS and multicriteria analysis », International Trans- environnement : comprendre et évaluer », Toulouse,
actions in Operational Research, vol. 7, p. 67-78. mai, <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-0119
Kørnøv, L. et W.A.H. Thissen (2000). « Rationality in 6979>, consulté le 11 décembre 2018.
decision- and policy-making: implications for strategic MICA Environnement (2016). Étude d’impact : site indus-
environmental assessment », Impact Assessment and triel et fluvial CNR des Combeaux, Commune de
Project Appraisal, vol. 18, no 3, p. 191-200. Bourg-lès-Valence (Drôme). Projet de centrale photo­
Kourouma, D. L. (2005). Approche méthodologique d’éva- voltaïque au sol. Compagnie Nationale du Rhône –
luation environnementale stratégique du secteur de Implantation d’une unité de production photovoltaïque
l’énergie : application à la dimension régionale de la au sol – Bourg-lès-Valence.
politique énergétique guinéenne en Guinée maritime, Michel, P. (2001). L’étude d’impact sur l’environnement,
thèse de doctorat en sciences de l’environnement, Bureau central d’études pour les équipements d’outre-­
Université du Québec à Montréal. mer, Ministère de l’Aménagement du territoire et de
Leduc, G. A. et M. Raymond (2000). L’évaluation des l’Environnement de France, <https://www.unece.org/
impacts environnementaux, un outil d’aide à la décision, fileadmin/DAM/env/eia/documents/EIAguides/
Sainte-Foy, MultiMondes. france_EIA_complete.pdf>, consulté le 27 novembre
2018.
Macharis, C., A. Witte et J. Ampe (2009). « The multi-­
actor, multi-criteria analysis methodology (MAMCA) Moglia, F. et M. Sanguineri (2003). « Port planning : The
for the evaluation of transport projects: theory and need for a new approach? », Maritime Economics and
practice », Journal of Advanced Transportation, vol. 43, Logistics, vol. 5, p. 413-425.
no 2, p. 183-202. Nivet, C., D. McKey et C. Legris (2010). Connaissance
Malczewski J., (2006). « GIS-based multicriteria decision et gestion des écosystèmes tropicaux. Résultats du pro-
analysis: A survey of the literature », International Jour- gramme de recherche « écosystèmes tropicaux », 2005-
nal of Geographical Information Science, vol. 20, no 7 2010, Paris, GIP Ecofor-MEEDDM.
(août), p. 703-726.
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 121

Noble, B.F. et J.A.E. Harriman (2008). Strengthening the Risse, N. (2004). Évaluation environnementale stratégique
Foundation for Regional Strategic Environmental Assess- et processus de décision publics : contributions méthodo-
ment in Canada, prepared for the Canadian Council logiques, thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.
of Ministers of Environment Environmental Assess- Rolland, A. (2013). Méthodes en agrégation de préférences,
ment Task Group. Séminaire ERIC, 21 janvier.
Nodalis (2014). Plan directeur des infrastructures auxi- Roy, B. (1985). Méthodologie multicritère d’aide à la décision,
liaires de transport minier, version finale. Paris, Economica.
Nooteboom, S. (2017). Introduction générale sur l’évalua- Roy, B. (2002). « Robustesse de quoi ? Et vis-à-vis de
tion environnementale stratégique, communication à quoi ? », Bulletin du groupe de travail européen : Aide
l’école d’été, Ouagadougou, juin. multicritère à la décision, Série 3, no 6, p. l -6.
Organisation de coopération et de développement éco- Roy, B. (2007). « La robustesse en recherche opération-
nomiques – OCDE (2006). L’évaluation environne- nelle et aide à la décision : une préoccupation multi
mentale stratégique : guide de bonnes pratiques dans le facettes », Annales du LAMSADE, no 7, p. 209-235,
domaine de la coopération pour le développement, <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00180549/
Lignes directrices et ouvrages de référence du CAD, document>, consulté le 11 décembre 2018.
Paris, OCDE, <http://www.oecd.org/fr/cad/environ-
Roy, B. et D. Bouyssou (1993). Aide multicritère à la
nement-developpement/37354750.pdf>, consulté le
décision : méthodes et cas, Paris, Economica.
27 novembre 2018.
Sadler, B. (1996). L’évaluation environnementale dans un
Pacaut, P. (2000). Description et analyse des méthodes les
monde en évolution : évaluer la pratique pour améliorer
plus fréquemment utilisées en évaluation environne­
le rendement – Étude internationale sur l’efficacité de
mentale stratégique, projet de maîtrise en sciences de
l’évaluation environnementale, rapport final, Ottawa,
l’environnement, Université du Québec à Montréal.
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
Pébayle, R. (1983). « Mangrove et éthologie humaine au <https://www.iaia.org/pdf/EIA/EAE/EAE_10F.
Brésil (Mangrove and human ethology in Brazil) », PDF>, consulté le 27 novembre 2018.
Bulletin de l’Association de géographes français, 60e
Samoura, K. (2011). Contributions méthodologiques à
année, no 496 (juin-octobre), p. 233-246, <http://
l’évaluation environnementale stratégique de l’exploita-
www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1983_num_
tion du potentiel hydroélectrique des bassins côtiers en
60_496_5418>, consulté le 11 décembre 2018.
milieu tropical : cas du Konkouré, en Guinée, thèse de
Phelps, R., C. Chan et S. C. Kapsalis (2001). « Does scenario doctorat en sciences de l’environnement, Université
planning affect performance? Two exploratory studies », du Québec à Montréal.
Journal of Business Research, vol. 51, p. 223-232.
Schoemaker, P.J.H. (1995). « Scenario planning: A tool
Prades, J. A., R. Loulou et J. P. Waaub (1998). Stratégies for strategic thinking », Sloan Management Review,
de gestion des gaz à effet de serre : le cas des transports vol. 36, no 2, p. 25-40.
urbains, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Shazmane, M.R. (2016). Contribution à la conception
Québec.
d’une approche multi-modèles pour la planification éner-
Prévil, C. M. Thériault et J. Rouffignat (2003). « Analyse gétique de la communauté métropolitaine de Montréal,
multicritère et SIG pour faciliter la concertation en rapport de projet de maîtrise professionnelle en
aménagement du territoire : vers une amélioration du géographie.
processus décisionnel ? », Cahiers de géographie du
Simos, J. (1990). Évaluer les impacts sur l’environnement,
Québec, vol. 47, no 130, p. 35-61, <http://id.erudit.org/
Lausanne, Presses polytechniques universitaires
iderudit/007968ar>, consulté le 11 décembre 2018.
romandes.
Revéret, J.-P. et R. Dancette (2010). « Biodiversité marine
SNC-Lavalin Environnement et Eau et Activa Environ-
et accès aux ressources : pêche et autres biens et ser-
nement (2013). Étude d’impact sur l’environnement
vices écologiques sous pression extrême », Revue Tiers
du Parc éolien de la Côte-de-Beaupré. Rapport résumé,
Monde, no 202, p. 75-92.
Rapport final, Québec, Éoliennes Côte-de-Beaupré
S.E.C., juillet.
122 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Steck, B. (2015). « Introduction à l’Afrique des ports et Vázquez-Rascón, M.L., J.-P. Waaub et A. Ilinca (2013b).
des corridors : comment formuler l’interaction entre « Territorial intelligence modelling for energy deve-
logistique et développement », Cahiers de géographie lopment (TIMED): A case study for the Baie-des-
du Québec, vol. 59, no 168, p. 447-467, <http://id.eru- Sables (Canada) wind farm », International Journal
dit.org/iderudit/1037258ar>, consulté le 11 décembre of  Multicriteria Decision Making, vol. 3, n os 2-3,
2018. p. 236-255.
Thérivel, R. et M. R. Partidário (1996). The Practice Vincke, P.H. (1992). « Exploitation of a crisp relation
of  Strategic Environmental Assessment, Londres, in a ranking problem », Theory and Decision, vol. 32,
Earthscan. p. 221-240.
Tshibangu, G.M. et M. Montaño (2015). « L’évaluation Waaub, J.-P. (2007). Concepts théories de l’évaluation
environnementale stratégique dans les pays en voie environnementale stratégique : méthodes – étapes, com-
de développement : le rôle des Agences multilaté- munication à l’École d’été SIFEE-IEPF, Genève, juin.
rales de développement », VertigO – la revue électro- Waaub, J.-P. (2008). L’évaluation environnementale stra-
nique en sciences de l’environnement, Regards / Terrain, tégique comme outil d’évaluation en planification éner-
2015, <http://vertigo.revues.org/15605>, consulté le gétique : concepts et outils, communication à l’École
11 décembre 2018. d’été SIFEE-IEPF, Québec, septembre.
Union internationale pour la conservation de la nature – Waaub, J,-P. et D. Bélanger (2015). Transfert de connais-
UICN (2011). Pratiques du secteur minier en Afrique sances et renforcement des capacités concernant les outils
de l’Ouest : synthèse comparative de quatre études de d’aide à la décision pour la gestion de la maladie de
cas (Sénégal, Guinée-Bissau, Guinée et Sierra Leone), Lyme et autres maladies vectorielles, dans le contexte de
Gland, UICN ; Dakar, ASAN ; Bissau, AD ; Conakry, l’adaptation au changement climatique, annexe-G,
Guinée Écologie ; Freetown, EFA. « Guide pratique de mise en place d’un processus
Vanoutrive, T. (2009). Space as mediator between SEA décisionnel multicritère et multi-acteurs : étapes et
and ports, International Conference of the World outils », GERAD, Université de Montréal.
Conference on Transport Research Society, Special Wang, J.-J., Y.-Y. Jing, C.-F. Zhang et J.-H. Zhao (2009).
Interest Group 2 (WCTRS SIG-2; Ports and Mari- « Review on multi-criteria decision analysis aid in
time), Critical issues in the port and maritime sector, ­sustainable energy decision-making », Renewable and
Anvers, 7-8 mai. Sustainable Energy Review, vol. 13, p. 2263-2278.
Vázquez-Rascón, M.L., J.-P. Waaub et A. Ilinca (2013a).
« Coupling MCDA and GIS in a decision making pro-
cess for wind farm projects analysis: Conceptual
model », International Journal of Geomatics and Spatial
Analysis, vol. 23, no 1, p. 95-123.
ANNEXE
Annexe 6.1. Grille d’évaluation de l’importance
des effets et des composantes
124 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

ANNEXE 6.1.
Grille d’évaluation
de l’importance des effets
et des composantes
Une grille d’évaluation en EIE est un tableau à deux
entrées qui recense les activités du projet à diffé-
rentes phases, les composantes du milieu bio­
physique, humain et socioéconomique et les effets
sur ce milieu, puis mesure l’impact sur la base
de méthodes logiques, pour en donner une valeur
d’appréciation. Les caractéristiques des impacts
environnementaux sont variables. Les principaux
paramètres pris en compte pour la caractérisation
et l’évaluation des impacts sont :

Pour l’évaluation des effets :


• l’étendue de l’impact ou sa localisation,
• l’intensité de l’impact,
• la durée de l’impact.

Pour l’évaluation des composantes :


• la réversibilité ou l’irréversibilité,
• la sensibilité (vulnérabilité) de l’élément du
milieu,
• la portée de l’impact.
CHAPITRE 6 – Démarche, méthodes et outils d’analyse des impacts 125

Grille d’évaluation de l’importance des effets


Durée : par rapport aux étapes
Durée Intensité Étendue Importance
du projet.

Intensité : par rapport à la toxicité


Municipal Majeure 7 +
ou à la dangerosité des rejets. Forte 3 Local Majeure 6

Étendue : par rapport Site Majeure 5


au territoire affecté. Municipal Majeure 6
Autres : régionale, provinciale,
Longue 3 Moyenne 2 Local Majeure 5
nationale.
Site Moyenne 4
Importance relative :
Mineure ou faible : 1, 2 Municipal Majeure 5
Moyenne : 3, 4 Faible 1 Local Moyenne 4
Majeure ou forte : 5, 6, 7
Site Moyenne 3

Augmentation de l’importance des effets


Municipal Majeure 6
Forte Local Majeure 5
Site Moyenne 4
Municipal Majeure 5
Moyenne 2 Moyenne Local Moyenne 4
Site Moyenne 3
Municipal Moyenne 4
Faible Local Moyenne 3
Site Mineure 2
Municipal Majeure 5
Forte Local Moyenne 4
Site Moyenne 3
Municipal Moyenne 4
Courte 1 Moyenne Local Moyenne 3
Site Mineure 2
Municipal Moyenne 3
Faible Local Mineure 2
Site Mineure 1

126 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Exemples de l’importance des effets

Durée Intensité Étendue Importance


Bruit causé tout au long
de la vie utile d’une autoroute
National Majeure 7 +
Forte Régionale Majeure 6
Émissions de gaz à effet
Local Majeure 5
de serre (CH4) pendant
la vie utile d’une usine National Majeure 6

Décharge d’un effluent toxique Longue Moyenne Régionale Majeure 5


à débit faible lors des opérations Local Moyenne 4
National Majeure 5
Faible Régionale Moyenne 4
Local Moyenne 3

Augmentation de l’importance des effets


National Majeure 6
Forte Régionale Majeure 5
Local Moyenne 4
National Majeure 5
Moyenne Moyenne Régionale Moyenne 4
Local Moyenne 3
National Moyenne 4
Faible Régionale Moyenne 3
Local Mineure 2
Bruit causé lors de la construction
National Majeure 5
d’une route
Forte Régionale Moyenne 4
Local Moyenne 3
National Moyenne 4
Courte Moyenne Régionale Moyenne 3
Local Mineure 2
National Moyenne 3
Faible Régionale Mineure 2
Local Mineure 1
Source : Galvez-Cloutier et Guesdon (2011).

CHAPITRE 7
L’aide multicritère à la décision :
outil d’évaluation et de participation

Karim Samoura

Introduction
Définition et concepts afférents
L’aide multicritère à la décision
Autres concepts afférents
La démarche de réalisation
Définir le problème : rechercher les acteurs,
les parties prenantes
Dresser la liste des solutions possibles
ou envisageables
Déterminer les enjeux des parties prenantes
et les structurer sous la forme de critères
Évaluer les critères : choisir les indicateurs,
déterminer les échelles de mesure,
structurer les préférences
Formaliser les systèmes de valeurs
en présence : pondérer les critères
Évaluer la performance des actions
Agréger les préférences globales
Construire un groupe robuste de solutions
Les domaines d’application
128 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION DÉFINITION ET
L’analyse multicritère est considérée comme un des CONCEPTS AFFÉRENTS
principaux outils émergents. Compte tenu de son
importance et son utilisation de plus en plus fré­
L’aide multicritère à la décision
quente dans les études d’impact environnemental La démarche de l’AMCD vise à fournir aux déci­
et social (EIES), les évaluations environnementales deurs des outils permettant de progresser dans la
stratégiques (EES) et d’autres formes de prise de résolution d’un problème de décision où plusieurs
décision, l’aide multicritère à la décision (AMCD) points de vue, souvent contradictoires, doivent être
sera traitée en détail dans ce chapitre. pris en compte. Pour ce faire, elle recourt à diffé­
rents critères, basés sur des points de vue variés
En effet, la complexité inhérente à la recherche de
(Simos, 1990). C’est donc une démarche qui donne
solutions face à la diversité des aspirations humaines
une vision globale à un processus décisionnel, tout
amène les décideurs à adopter une approche multi­
en mettant en évidence les éléments qui ont servi
critère pour évaluer les différents scénarios (Mena,
à la décision ainsi que l’importance accordée à ces
2000 ; Brans et Mareschal, 2002). L’analyse multi­
éléments. Également appelée « analyse multi­
critère permet de comparer différentes solutions
critère », l’AMCD implique que des acteurs diver­
stratégiques et appuie le décideur dans sa décision
sifiés soient inclus dans le processus d’aide à la
finale en indiquant, pour chaque intervenant, quels
décision afin de légitimer la décision et d’assurer
éléments ont un impact clairement positif ou
l’appropriation collective nécessaire à sa mise en
­négatif sur la durabilité des solutions stratégiques
œuvre (Risse, 2004). Simos (1990) définit l’aide
considérées (Dooms et Marichalis, 2003 ; Greene
multicritère à la décision comme une activité qui
et al., 2011).
se traduit par une démarche qui construit, assoit et
De nombreuses méthodes multicritères ont été fait partager des convictions dans une recherche de
proposées (ELECTRE, MAUT, ORESTE, AHP, solutions. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision
MACBETH, PROMETHEE, GAIA, etc.). Toutes basé sur la recherche d’une solution acceptable par
traitent le même problème multicritère, mais elles tous (consensus), qui s’oppose à la recherche d’un
se différencient par l’information supplémentaire optimum unique, possible et objectif (convaincant,
que doit fournir le décideur (Brans et Mareschal, mais sujet à controverse, car un système de valeurs
2002). Nous nous limiterons ici à présenter n’est pas toujours transparent ni partagé).
­l’approche basée sur PROMETHEE et GAIA.
Autres concepts afférents
Qu’est-ce donc que l’AMCD ? Quelles sont les
étapes de sa démarche ? Quelle amélioration peut- La démarche d’analyse multicritère est basée sur
elle apporter aux évaluations environnementales, un ensemble de principes, dont l’ouverture des
en particulier l’EIES et l’EES ? Le présent chapitre options (ou solutions possibles à un problème
nous permettra de répondre à ces questions, en donné), la participation des parties prenantes,
abordant successivement les définitions et concepts la prise en compte de critères multiples, l’évalua­
afférents à l’AMCD, la démarche pratique de réa­ tion et l’agrégation des performances. La compré­
lisation de l’AMCD, et des exemples d’application hension de ces éléments nécessite la clarification
à l’EIES et à l’EES. La démarche présentée est de concepts afférents : acteur et partie prenante,
essentiellement basée sur le guide développé par action, critères, préférence, seuil, etc.
Waaub et Bélanger (2015).
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 129

La notion d’acteur renvoie ici à la définition de Roy On désigne par le terme générique d’action (poten­
et Bouyssou (1993, p. 64) : « Un individu ou un tielle) « ce qui constitue l’objet de la décision, ou
groupe d’individus est acteur d’un processus de ce sur quoi porte l’aide à la décision » (Roy, 2000,
décision si, par son système de valeurs, que ce p. 2). Les actions sont l’ensemble des solutions
soit au premier degré du fait des intentions de cet ­envisageables par le décideur ou jugées provisoire­
individu ou groupe d’individus ou au second degré ment possibles par un intervenant pour permettre
par la manière dont il fait intervenir ceux d’autres d’atteindre des objectifs ou de solutionner des
individus, il influence directement ou indirecte­ problèmes.
ment la décision. » Les mêmes auteurs (ibid., p. 20)
distinguent deux catégories d’acteurs : les interve­ Nous appelons critère toute expression qualitative
nants et les agis. Les intervenants sont ceux qui, de ou quantitative « de points de vue, objectifs, apti­
par leur intervention, conditionnent directement tudes ou contraintes relatives au contexte réel,
la décision en fonction du système de valeurs dont permettant de juger des personnes, des objets ou
ils sont porteurs. Les agis sont ceux (administrés, des événements » (Maystre, Pictet et Simos, 1994,
contribuables, etc.) qui, de façon normalement p. 19). Selon ces auteurs, une expression est quali­
­passive, subissent les conséquences de la décision, fiée de « critère » lorsqu’elle est utile et fiable pour
laquelle est seulement censée tenir compte de leurs le problème considéré.
préférences. La notion de partie prenante peut Un indicateur est un paramètre mesurable qui per­
être difficile à appréhender. Elle désigne une per­ met de décrire essentiellement l’évolution des actions
sonne (ou un groupe) qui a un intérêt pour un objet en fonction du critère considéré (Samoura, 2011).
­commun, un problème, une décision.
La pondération des critères consiste à traduire les
À ce sujet, il nous paraît important de clarifier la préférences relatives d’un acteur pour les différents
situation en reprenant les propos de Côté, Waaub critères en tenant compte de son système de valeurs
et Mareschal (2015) : « nous associons l’expression (Samoura, 2011). Ainsi, nous désignons sous le
de parties prenantes aux groupes organisés et réser­ terme de « poids » le coefficient exprimant l’impor­
vons l’expression de public aux individus. Martel tance relative accordée par un décideur à un critère
et Rousseau (1993, p. 20) distinguent également (Maystre, Pictet et Simos, 1994, p. 317). Plus la
deux catégories de parties prenantes : les personnes valeur attribuée au poids d’un critère est grande,
impliquées et les personnes affectées. Une partie plus le rôle joué par ce critère dans le processus
prenante est impliquée lorsqu’elle participe d’une d’AMCD sera déterminant (Roy, 2000, p. 5).
façon quelconque au processus de formulation et
de résolution d’un problème. Elle a donc des inté­ Un seuil (de discrimination) désigne un élément
rêts, car elle est en mesure d’influencer directement permettant de modéliser l’écart entre les perfor­
le cours des choses. Cette catégorie fait partie inté­ mances associées à deux actions. Un seuil peut être
grante de ce que nous avons appelé les intervenants. révélateur d’une préférence en faveur de l’une
Par ailleurs, d’autres parties prenantes ou membres des actions (seuil de préférence) ou compatible avec
du public ne sont pas dans la position pour influen­ l’indi­fférence entre ces actions (seuil d’indifférence)
cer directement la formulation ou la résolution du (Roy, 2000, p. 6).
problème, car elles n’y participent pas, mais elles
Une fonction de préférence définit donc comment
seront néanmoins affectées par la décision. Cette
chaque écart d’évaluation entre une paire d’actions
catégorie correspond à ce que nous avons appelé
se traduit en degré de préférence. Elle reflète la
plus haut les agis. »
perception de l’échelle d’évaluation par le décideur
ou la partie prenante (Waaub et Bélanger, 2015).
130 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

LA DÉMARCHE débouche parfois sur une redéfinition pluraliste du


problème, objectivant sa complexité souvent
DE RÉALISATION
réduite à une perspective mécanique découlant des
Selon Waaub et Bélanger (2015), le processus outils disponibles pour traiter le problème.
d’AMCD peut être structuré en de huit étapes :
1. Définir le problème : rechercher les acteurs, Dresser la liste des solutions
les parties prenantes. possibles ou envisageables
2. Dresser la liste des solutions possibles Lors de cette deuxième étape, les parties prenantes,
ou envisageables. avec l’aide des analystes en aide à la décision, sélec­
3. Identifier les enjeux des parties prenantes et tionnent un ensemble d’actions (ou de scénarios
les structurer sous la forme de critères. d’actions) possibles pour répondre au problème
4. Évaluer les critères : choisir les indicateurs, défini. C’est aussi à cette étape que commence la
déterminer les échelles de mesure, structurer négociation multicritère. Les parties prenantes
les préférences. doivent s’entendre sur un nombre raisonnable d’ac­
tions. Toujours selon une logique itérative, c’est aussi
5. Formaliser les systèmes de valeurs en présence :
l’occasion de s’assurer que le problème est bien posé
pondérer les critères.
et que les solutions proposées sont pertinentes.
6. Évaluer la performance des actions.
7. Agréger les préférences globales. Plusieurs méthodes peuvent servir à élaborer la liste
des actions, et la documentation à ce sujet est abon­
8. Construire un groupe robuste de solutions.
dante (ex. : Roy et Bouyssou, 1993 ; Checkland et
Scholes, 1990 ; Macharis, Springael, De Brucker et
Définir le problème : rechercher
Verbeke, 2003 ; Guay et Waaub, 2015). Les princi­
les acteurs, les parties prenantes
pales méthodes sont :
La première étape du processus d’analyse multi­ • l’énumération simple au sein d’un ensemble
critère consiste à bien définir le problème et à connu ;
déterminer qui sont les acteurs et les parties pre­ • la recherche bibliographique visant à établir la
nantes. Le problème est en général posé par une liste des solutions potentielles ;
organisation qui amorce le processus. Toutefois,
• la construction d’une hiérarchie d’objectifs dont
cette organisation peut saisir l’occasion de travailler
la réalisation à chaque niveau peut faire l’objet
avec divers acteurs afin d’améliorer sa compréhen­
de quelques choix. Il est à noter que selon
sion du problème et d’en construire une définition
cette méthode, le nombre d’actions augmente
plus complète et partagée. La recherche des acteurs
très rapidement. Ainsi, à titre d’exemple, trois
et des parties prenantes qui seront invités à parti­
objectifs impliquant chacun trois possibilités
ciper au processus décisionnel revêt donc une
conduisent à la construction de 27 actions
importance primordiale.
potentielles ;
Une fois les acteurs et les parties prenantes recen­ • la construction d’actions correspondant à diverses
sés, il est utile de revenir à la définition du pro­ visions ou philosophies d’intervention, dont sont
blème. En effet, la structuration du problème est en général porteuses diverses parties prenantes ;
un des apports les plus intéressants de l’analyse • l’approche cartographique et l’utilisation des
multicritère, car la façon de poser le problème systèmes d’information géographique ;
conditionne la façon d’y répondre. En ce sens, la
• la méthodologie des systèmes souples.
confrontation des différentes perceptions d’un même
problème peut être extrêmement constructive. Elle
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 131

Déterminer les enjeux des parties Les enjeux se construisent et se définissent dans
prenantes et les structurer l’interaction des parties prenantes. Dans certaines
sous la forme de critères conditions où, par exemple, les actions sont très
conflictuelles, il est préférable de déterminer les
La détermination des préoccupations enjeux avant de définir les actions détaillées, pour
et des enjeux éviter que les parties prenantes soient tentées
À cette étape du processus, les parties prenantes d’orienter les enjeux en fonction d’une action par­
expriment leurs préoccupations ainsi que leurs per­ ticulière. Une fois les enjeux validés par la table de
ceptions des enjeux et des besoins. Les analystes, travail, ils sont ensuite formalisés en critères par
experts en aide à la décision et spécialistes du l’équipe de soutien.
domaine concerné par l’étude, favorisent les dis­
cussions pour consolider progressivement une com­ La traduction des enjeux en critères
préhension commune et partagée de ces enjeux La traduction des enjeux en critères consiste à
avec les parties prenantes (coconstruction). rechercher le nuage des conséquences de chaque
Il est toujours bon de préparer du matériel pour action potentielle (exprimées par les parties pre­
démarrer les discussions. Même si les analystes nantes comme des préoccupations ou des enjeux),
connaissent bien le problème, il ne s’agit pas de puis à décomposer ces nuages en conséquences
proposer une liste finalisée qu’il suffirait de faire élémentaires, c’est-à-dire de démêler l’écheveau
adopter. Il s’agit davantage d’inscrire les partici­ verbal pour en faire une suite d’éléments simples
pants dans une dynamique contributive assurant (une opération de traduction souvent effectuée par
une appropriation à la fois aux niveaux individuel les experts en aide à la décision). Ce processus
et collectif. Il faut proposer des éléments essentiels, revient, pour les analystes, à définir des critères de
faciles à définir, pour entamer les discussions, en performance mesurables qui traduisent, parmi les
laissant donc la place aux apports des participants. enjeux mentionnés, ceux qui sont jugés essentiels
Comme le mentionne le CRE-AT (2014, p. 20 et à la décision.
22) : « Tout le défi est dans l’émergence des idées. Il est souhaitable de s’assurer que la liste des critères
Bien souvent, les conversations les plus significa­ retenus répond bien aux propriétés suivantes :
tives et les bonnes idées se perdent parce qu’elles
• l’exhaustivité : il ne faut pas oublier de critères ;
ne sont pas bien écoutées, bien exprimées, bien
comprises ou qu’on n’y donne pas suite […] Créer • la cohérence entre les préférences locales de
le climat idéal est nécessaire afin que l’émergence chaque critère et les préférences globales ;
des idées soit possible. Cela passe par le fait de • la non-redondance : il faut éviter que les critères
prendre le temps d’écouter l’intention des partici­ se dupliquent et soient donc plus nombreux
pants dans la contribution de la rencontre, leur état qu’il est nécessaire.
d’esprit, leurs objectifs. Le simple fait que les par­
Il est préférable d’adopter une approche souple et
ticipants expriment un élément prédispose leur
pragmatique afin que les parties prenantes s’appro­
engagement à la rencontre. »
prient bien le problème et aient confiance dans la
Il faut que les parties prenantes puissent exprimer façon dont il est analysé. Il revient aux analystes de
leurs préoccupations au cours de la discussion, et s’assurer que la liste est exhaustive et cohérente.
les analystes doivent les aider d’abord à révéler ou Quant à la redondance, les analystes peuvent la
définir ces préoccupations, puis à les structurer en tolérer dans une certaine mesure, au bénéfice d’une
enjeux. Un enjeu peut être défini comme pouvant meilleure adhésion des parties prenantes au modèle
« améliorer » ou « détériorer » une situation ou, plus d’évaluation proposé. Par contre, dans ce cas, il fau­
prosaïquement, comme une chose que l’on peut dra aussi être vigilant à l’étape de la pondération,
« gagner » ou « perdre ». afin de ne pas survaloriser les critères redondants.
132 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

La validation des critères auprès de la table de tra­ Les fonctions de préférence


vail (cadre de concertation des parties prenantes) Il s’agit ensuite, pour chaque partie prenante, de
est souhaitable. La pratique montre que pour les s’interroger sur la façon dont elle tient compte de
problèmes complexes, cette étape peut nécessiter l’amplitude des écarts entre les évaluations sur
deux ou trois itérations. Il s’agit d’asseoir une base ­chacun des critères. Cela se fait par le choix d’une
de travail selon une compréhension commune et fonction de préférence pour chaque critère. Cet
partagée. La solidité de cette base est un sérieux aspect fondamental de la démarche repose sur le
atout pour la suite du processus et constitue sou­ postulat que les décideurs ou les parties prenantes
vent un facteur important de gain de temps à procèdent toujours en comparant des évaluations
l’échelle de l’ensemble du processus. et en attribuant des préférences aux écarts observés
sur chaque critère, et non sur leur valeur absolue.
Évaluer les critères : choisir Par ailleurs, la fonction de préférence permet de
les indicateurs, déterminer standardiser les écarts entre les évaluations et, ainsi,
les échelles de mesure, d’éliminer tous les effets d’échelle liés aux unités
structurer les préférences dans lesquelles les critères sont exprimés.

Le choix des indicateurs Il existe six types de fonctions de préférence :


et des échelles de mesure usuelle, en U, en V, à paliers, linéaire et gaussienne
L’étape suivante consiste, pour les analystes, à (Brans et Mareschal, 2002). Ces différents types de
déterminer l’indicateur qui représentera le mieux fonctions sont décrits au tableau 7.1.
chacun des critères. Un indicateur peut être quali­ Établir la structure de préférence consiste, pour
tatif ou quantitatif. La question de la disponibilité chacune des parties prenantes présentes à la table
des données est un enjeu majeur, bien que le logi­ de travail, éventuellement accompagnées par les
ciel Visual PROMETHEE permette de traiter le analystes, à fixer, selon le type de fonction de pré­
problème même avec des données manquantes. férence qui s’applique, des seuils d’indifférence (q),
Il existe trois grands types d’échelles de mesure : des seuils de préférence stricte (p) et des zones de
• L’échelle cardinale, qui permet la détermi­ préférence faible pour les différents critères retenus.
nation, le rangement (hiérarchie) et la significa­ Cette information représente le point de vue de
tion des intervalles entre valeurs, est compatible chacune des parties prenantes.
avec les opérations logiques, arithmétiques et
mathématiques. Ainsi, à titre d’exemple, dans le cas de l’achat
d’une nouvelle automobile, différents décideurs
• L’échelle ordinale, qui permet la détermination
pourraient évaluer différemment l’amplitude de
et le rangement (hiérarchie), n’est compatible
l’écart de coût entre deux modèles, en fonction de
qu’avec les opérations logiques.
leurs moyens financiers personnels (ex. : un déci­
• L’échelle nominale, qui ne permet que de déter­ deur pourrait être indifférent à un écart de coût de
miner les intervalles, n’est compatible qu’avec 1 000 $ entre deux modèles, alors qu’un autre éva­
un nombre restreint d’opérations logiques. luerait cette indifférence à 3 000 $ ou même plus).
Le choix d’une échelle de mesure se fait aussi Le paramètre q (le seuil d’indifférence) représente
en fonction des sources de données disponibles la plus grande déviation possible entre une paire
et  des ressources nécessaires pour les récolter d’actions pouvant être « supportée » par la partie
et les analyser (ressources humaines et financières, prenante avant de voir sa préférence modifiée, tan­
échéancier). dis que le paramètre p (le seuil de préférence
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 133

TABLEAU 7.1.  Principales fonctions de préférence


Type de fonction Description Condition de choix de la fonction
de préférence
Usuelle Ce type de fonction ne nécessite pas la Ce type de fonction peut être choisi
définition d’un paramètre de préférence si le décideur estime qu’il doit considérer
qui soit évolutif. Lorsque l’évaluation un degré de préférence positif, même
d’un scénario S1 est égale à celle d’un si l’écart observé entre deux scénarios
scénario S2, il y a indifférence entre ces (ou actions) est faible. Cela suppose
deux scénarios. Quand il y a un écart que le critère d’évaluation concerné
entre les deux valeurs, il y a préférence soit à maximiser.
stricte pour le scénario ayant la plus
grande valeur.
En U Ce type de fonction nécessite la fixation Ce type de fonction est choisi quand
d’un paramètre q, appelé seuil des données qualitatives sont mesurées
d’indifférence1. Les scénarios S1 et S2 sur une échelle discrète. Une échelle
sont indifférents tant que l’écart entre numérique associée au critère doit être
leur évaluation est inférieur au seuil définie. Cette échelle numérique peut
q d’indifférence q. Au-delà de ce seuil, la concerner des échelles nominales,
préférence est stricte. La valeur du seuil d’ordres, d’intervalles, de ratios
d’indifférence q est fixée par le bas, en ou absolues.
l’augmentant dans la zone supposée être
d’indifférence jusqu’à la valeur seuil q.
En V Ce type de fonction permet à un Ce type de fonction est utilisé pour
décideur de préférer progressivement le les critères quantitatifs. Le décideur
scénario S1 par rapport au scénario S2, le choisit lorsqu’il estime ne pas tenir
en fonction de l’écart observé entre leur compte d’une zone d’indifférence.
évaluation. Un seul paramètre doit être
p fixé : p, appelé seuil de préférence
stricte2. Sa valeur est fixée par le haut,
en l’abaissant jusqu’au moment où
la préférence cesse d’être stricte
aux yeux du décideur.
À paliers Les scénarios S1 et S2 sont indifférents Ce type de fonction est utilisé dans les
lorsque l’écart entre leur évaluation est cas où les évaluations sont de nature
inférieur à q. Entre q et p, la préférence qualitative (ex. : très mauvais, mauvais,
est faible. Au-delà de p, la préférence moyen, bon, très bon).
est stricte. Deux paramètres doivent
q p être fixés (q et p), l’un par le bas,
l’autre par le haut.
Linéaire Pour ce type de fonction, les scénarios S1 Le décideur peut choisir ce type de
et S2 sont indifférents tant que l’écart de fonction lorsque le critère est quantitatif
leur évaluation ne dépasse pas q. Au-delà et comporte des nombres réels mesurés
de q, la préférence croît linéairement sur une échelle continue. Ce type de
jusqu’à atteindre le seuil p, au-delà fonction est généralement employé
q p duquel elle devient stricte. La fonction pour les pseudo-critères.
linéaire permet au décideur d’identifier
facilement une zone d’indifférence et
une zone de préférence stricte.
134 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

TABLEAU 7.1.  Principales fonctions de préférence (suite)


Type de fonction Description Condition de choix de la fonction
de préférence
Gaussienne Pour ce type de fonction, un seul Ce type de fonction peut être choisi par
paramètre, s3, doit être fixé par le le décideur lorsqu’il estime considérer
décideur. Le degré de préférence un degré de préférence positif, même si
augmente de façon continue en fonction l’écart observé entre deux scénarios est
du décideur. Pour un écart égal à s, le faible, ou encore s’il souhaite voir croître
s décideur obtient un degré de préférence indéfiniment le degré de préférence
moyen situé autour de 0,39. lorsque cet écart grandit.
1. Le seuil d’indifférence représente le plus grand écart entre les évaluations de S1 et de S2 en dessous duquel
le décideur considère que S1 et S2 sont indifférents.
2. Le seuil de préférence p est la plus petite valeur de l’écart entre les évaluations de S1 et S2 au-dessus de laquelle
le décideur éprouve une préférence stricte en faveur d’un scénario.
3. Le seuil s contrôle l’aplatissement de la fonction de préférence gaussienne ; il correspond à un degré de préférence
moyen et se situe donc entre un seuil d’indifférence (q) et un seuil de préférence stricte (p).
Sources : Mareschal (2015), Diallo (2018).

stricte) est la plus petite déviation pouvant générer en V, l’analyste peut suggérer un seuil de préférence
une modification de l’indifférence vers une préfé­ strict (p) équivalent à la différence entre la plus
rence stricte. Ces seuils définissent des zones que grande et la plus petite évaluation d’un critère à
l’on peut décrire comme suit : maximiser.
• la zone d’indifférence, où la différence entre
deux actions est petite et le décideur n’en pré­ Formaliser les systèmes
fère aucune ; de valeurs en présence :
• la zone de préférence faible, qui marque une pondérer les critères
hésitation entre l’indifférence et la préférence L’étape de la pondération des critères permet de
stricte d’une action sur une autre ; formaliser le système de valeurs des parties pre­
• la zone de préférence stricte, où une action est nantes. Chaque critère se voit attribuer un poids
nettement préférée par rapport à une autre, en qui fait ressortir son importance relative. Les jeux
fonction de leurs évaluations respectives. de poids traduisent ainsi les priorités des parties
prenantes ou leurs préférences relatives. Cette
Pour les parties prenantes, le choix des fonctions
information est très importante, car elle affecte
de préférences associées aux critères et la détermi­
directement l’agrégation des préférences.
nation des seuils figurent souvent parmi les tâches
qu’elles trouvent les plus difficiles. Les parties pre­ Les parties prenantes réunies autour de la table
nantes ont donc besoin, à ce stade, d’un encadrement de travail doivent, de façon indépendante et avec
individualisé de la part des analystes. l’aide des analystes, attribuer un poids relatif à
­chacun des critères retenus. Plusieurs méthodes
Pour suggérer un point de départ pour une fonction
peuvent être utilisées pour élaborer des jeux de
de préférence linéaire, l’analyste peut suggérer la
poids pour les critères. Les principales sont expo­
valeur de l’écart-type sur les données comme un
sées au tableau 7.2 (Maystre, Pictet et Simos, 1994 ;
seuil d’indifférence (q) et le double de l’écart-type
Macharis, Witte et Ampe, 2009 ; Waaub et Bélanger,
comme seuil de préférence stricte (p). Pour suggérer
2015).
un point de départ pour une fonction de préférence
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 135

TABLEAU 7.2.  Typologie des méthodes d’agrégation


Méthode Description
Hiérarchisation On demande à chaque acteur de classer les critères dans des catégories
ou catégorisation* telles que « très important », « moyennement important » et « peu important ».
Ordinale* Les acteurs classent les critères du plus important au moins important.
Notation* L’importance des critères est notée de 1 à 10.
Questions sur les Les acteurs répondent à des questions comme celle-ci : « Quel est le rapport
rapports d’importance* d’importance entre les critères C1 et C2 ? »
Distribution de poids* Chaque acteur doit distribuer 100 points entre les différents critères.
La pondération peut se faire de deux façons : soit en mode hiérarchique,
qui consiste à répartir 100 points entre les catégories de critères en tenant
compte leur importance relative, soit en mode absolu, où les 100 points
sont directement répartis entre les critères.
Taux de substitution On demande aux acteurs de répondre à des questions comme celle-ci :
« À quelle variation du critère 1 consentez-vous pour obtenir le critère 2 ? »
Régression multiple Les poids des critères sont obtenus par régression multiple.
Jeu de cartes* On classe par ordre décroissant les préférences des acteurs, avec les possibilités
d’ex aequo ainsi que d’espacements. Un écart de 1 carte vaut une différence
de 1 sur la pondération, un écart de 0 carte vaut une différence de 0, etc.
Aide à la pondération Consiste à indiquer les préférences entre deux scénarios fictifs, mais réalistes.
des critères (DIVAPIME)1 Les réponses permettent d’induire des informations sur l’importance accordée
aux critères et sur l’attribution finale des poids.
* Méthodes recommandées pour la pondération des critères dans l’évaluation des scénarios d’aménagement des ports.
1. Détermination d’intervalles de variation des paramètres d’importance des méthodes ELECTRE.
Source : Diallo (2017).

Pour montrer que les points de vue des parties pre­ chaque critère. L’ensemble des évaluations est pré­
nantes sont tous importants, il est nécessaire que senté dans un tableau à double entrée, appelé
les poids soient égaux pour chaque partie prenante matrice ou tableau de performance. Nous préconi­
ou groupe d’acteurs (Macharis, Witte et Ampe, sons ici de coconstruire un seul tableau de perfor­
2009 ; Vásquez-Rascón, Waaub et Ilinca, 2013 b ; mance des actions, qui sera l’aboutissement d’une
Waaub et Bélanger, 2015). Maystre, Pictet et Simos phase de partage en amont de la démarche et reflé­
(1994) soulignent également qu’il y a lieu « d’in­ tera une compréhension commune du problème.
sister sur l’intérêt d’offrir la possibilité de fixer les
poids à chaque acteur d’une négociation pour D’autres méthodes permettent à chaque partie
accroître les chances de réussite de celle-ci ». Effec­ prenante de construire son propre tableau de per­
tuer une analyse de sensibilité sur ces poids peut formance et d’effectuer le partage par la suite, lors
aussi faire surgir de nouvelles idées. des discussions, sur la base des résultats provenant
de ces points de vue individuels et plus ou moins
Évaluer la performance partagés sur le problème.
des actions Il est plus profitable de tenir en amont toutes les
À la phase d’évaluation, chaque action est évaluée discussions nécessaires pour préciser les enjeux,
selon le ou les indicateurs de mesure associés à critères et indicateurs. Cette stratégie permet de
136 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

faire la part des choses entre les incertitudes et les Agréger les préférences globales
ambiguïtés. Les premières correspondent à une
réalité probabiliste, alors que les secondes se Le choix de la méthode d’agrégation
résolvent au fil des discussions, par la clarification et du logiciel d’analyse
verbale du sens à donner. Bien entendu, chaque Cette étape consiste en « une opération permettant
partie prenante a aussi sa fenêtre de liberté pour d’obtenir des informations sur la préférence globale
exprimer ses préférences (l’information concernant entre les actions potentielles, à partir d’information
l’échelle d’évaluation de chaque critère) et ses sur les préférences par critère » (Maystre, Pictet
­priorités (l’information concernant la priorisation et Simos, 1994). C’est ici que les données d’éva­
des critères entre eux). luation des actions, les seuils et le poids des critères
sont intégrés au logiciel d’analyse multicritère
Les analystes sont impliqués pour assurer la cohé­ et traitées.
rence avec le processus et la validité des mesures
pour les analyses multicritères subséquentes. Les Nous proposons ici l’utilisation des méthodes
parties prenantes sont informées des résultats des ­PROMETHEE et GAIA, mises en œuvre au sein
analyses réalisées selon les méthodes sectorielles du logiciel Visual PROMETHEE (acronyme de
appropriées, et elles ont l’occasion de rétroagir à la Preference Ranking Organisation METHod for
suite d’une présentation en réunion. Cette phase Enrichment Evaluations). Il est à noter que le Visual
d’interaction avec les parties prenantes concernant PROMETHEE possède de nombreuses fonction­
les données et l’évaluation des critères est utile pour nalités qui vont bien au-delà du classement des
planifier les analyses de sensibilité, qui ont trait actions. Il est notamment renommé pour ses outils
aux désaccords ponctuels sur l’évaluation de cer­ de visualisation des résultats dans des formats faci­
tains critères ainsi qu’aux sources d’incertitudes lement accessibles aux parties prenantes et aux
sur les données. décideurs. Le module PROMETHEE 5 résout le
problème de la sélection de portefeuilles d’actions,
Une fois que la matrice est remplie, les spécialistes en utilisant l’évaluation de la performance des
en aide à la décision appliquent l’approche opéra­ actions et en y ajoutant des contraintes supplémen­
tionnelle avec l’outil d’analyse multicritère. taires. D’autres méthodes et logiciels existent sur
Cette étape peut consommer beaucoup de temps le marché (voir Figueira, Salvatore et Ehrgott, 2005).
et de ressources humaines et financières. C’est ici
qu’il faut éventuellement mobiliser des expertises Les résultats uniacteurs
sectorielles bien au fait des enjeux visés par les En ce qui concerne l’agrégation uniacteur, le résul­
critères. Il faut effectuer les compromis nécessaires. tat est un classement des actions pour chaque partie
Par exemple, il demeure préférable d’avoir une prenante, selon ses préférences.
évaluation qualitative d’un critère que de renoncer
à le prendre en compte dans la résolution du pro­ Le tableau 7.3 renseigne sur les questions princi­
blème. Il peut aussi être très utile d’indiquer si les pales qu’une partie prenante ou un décideur peut
données sont fiables, empreintes d’incertitudes, etc. se poser et les fonctions d’analyse qui lui permet­
Cela permettra éventuellement de mettre en œuvre tront d’y répondre. Il s’agit d’un bon point de
des moyens d’obtenir de meilleures données départ pour constituer un « cahier du participant »,
à l’avenir. afin que celui-ci s’approprie ses résultats.
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 137

TABLEAU 7.3.  Questionnement uniacteur en appui Le tableau 7.4 présente les questions principales
à la production des résultats de l’analyse multicritère qu’une partie prenante ou un décideur peut se
en Visual PROMETHEE
poser, et les fonctions d’analyse qui lui permettront
Questions Fonctions d’y répondre. Il s’agit d’un bon point de départ
­permettant pour constituer un « cahier s’adressant au groupe »,
de répondre afin que toutes les parties prenantes s’approprient
Quelle est ou quelles sont Classements les résultats.
la ou les meilleures options ? PROMETHEE
TABLEAU 7.4.  Questionnement multiacteurs en support
Pourquoi est-ce une bonne GAIA, Profils, à la production des résultats de l’analyse multicritère de
option (forces, faiblesses) ? Arc-en-ciel groupe en utilisant Visual PROMETHEE

Qu’en est-il de l’impact de GAIA, Walking Questions Fonctions d’analyse


la pondération des critères ? Weights qui lui permettront
d’y répondre
Pourquoi ne pas choisir GAIA, Profils,
une autre option ? Arc-en-ciel Y a-t-il un consensus Classement de
sur la meilleure option ? groupe PROMETHEE,
A-t-on oublié certains critères ? Brainstorming
GAIA-Scénarios
Qui est en désaccord
Est-ce que l’option proposée Visual Stability
avec l’option proposée ?
est un choix robuste ? Intervals
Pourquoi ?
Comment chaque partie
Une analyse de sensibilité est toujours possible à la prenante influence-t-elle
fin de cette étape, notamment pour prendre en l’option proposée ?
compte l’incertitude sur les jeux de poids ou les S’agit-il d’une option
valeurs mesurées pour les critères (indicateurs). robuste ?

Les résultats multiacteurs


Ensuite, il s’agit de procéder à l’agrégation multi­ Construire un groupe robuste
critère multiacteur (avec une prise en compte éven­ de solutions
tuelle du poids respectif des parties prenantes),
selon une procédure similaire. Les analyses de sensibilité
À cette étape, les analystes, en interaction avec les
Ce résultat doit ensuite être compris et validé par parties prenantes, effectuent des analyses de sensi­
chacune des parties prenantes. Le module GDSS bilité sur les poids, l’évaluation des critères, les
(Group Decision Support System, module d’aide à seuils de préférence, etc. C’est un processus itératif
la décision en groupe) de Visual PROMETHEE de négociation, qui doit voir émerger un consensus.
permet de comparer les classements individuels L’analyse de sensibilité est définie comme une ana­
et  de générer un classement global prenant en lyse consistant à répéter l’analyse multicritère ini­
compte toutes les parties prenantes (dans VP tiale, en faisant varier les valeurs attribuées à
GDSS, les parties prenantes sont modélisées l’origine aux différents paramètres de la méthode,
comme des scénarios). valeurs qui sont souvent approximatives ou incer­
taines (Maystre, Pictet et Simos, 1994, p. 22).
L’analyse GAIA est adaptée pour générer une
représentation visuelle globale des critères (impor­
tance pour la décision, conflits, synergies, etc.), une Les négociations entre
représentation visuelle globale des parties pre­ les parties prenantes
nantes (coalitions, conflits) et une représentation Une fois les résultats produits par l’équipe de sou­
visuelle du rôle de chaque critère. tien, leur appropriation réalisée par les parties
138 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

prenantes et les analyses de sensibilité réalisées (au Bibliographie


moins en partie), les délibérations et les négocia­ Amer, M., T. U. Daim, et A. Jetter (2013). « A review
tions peuvent être entreprises. Cette négociation of scenario planning », Futures vol. 46, p. 23-40.
doit permettre la construction d’une solution négo­
Banville, C., M. Landry, J-M. Martel et C. Boulaire
ciée. En effet, la construction d’un consensus peut (1998). « A stakeholder approach to MCDA », Systems
être très difficile ; elle passe par la recherche de Research and Behavioral Science, vol. 14, p. 15-32.
compromis et, parfois, par la résolution de conflits
Bourrée, F., P. Michel et L. R. Salmi (2008). « Méthodes
(Waaub, 2018). Bourrée, Michel et Salmi (2008,
de consensus : revue des méthodes originales et de
p. 416) définissent le consensus comme suit : « un leurs grandes variantes utilisées en santé publique »,
accord général, tacite ou exprimé d’une manière Revue épidémiologique de santé publique, vol. 56, no 6
formelle, parmi les membres d’un groupe. Le (décembre), p. 415-423.
consensus correspond à un accord sur quelque
Bouyssou, D. (1993). Décision multicritère ou Aide multi­
chose, mais ne signifie pas nécessairement l’accord critère ? Working Group-Multicriteria Aid for Deci­
de tous sur tout, c’est-à-dire l’unanimité. Le consen­ sions, <http://www.cs.put.poznan.pl/ewgmcda/pdf/
sus tend à faire cohabiter les différences, non à les Bouyssou.pdf>, consulté le 11 décembre 2018.
éliminer. Le consensus, comme méthode de pro­
Brans, J.P. et B. Mareschal (2002). PROMETHEE-GAIA :
duction de connaissances ou de prise de décision, une méthodologie d’aide à la décision en présence de
met l’accent sur l’importance de l’opinion de chaque critères multiples, Bruxelles, Éditions de l’Université
participant et permet d’exprimer un résultat qui de Bruxelles, coll. « Statistique et mathématiques
ne fait pas l’objet d’une opposition formelle ». appliquées »).

Il est important de souligner que si les discussions Carver, S.J. (1991). « Integrating multi-criteria evaluation
with geographical information systems », International
aboutissent à des compromis par la construction
Journal of Geographical Information System, vol. 5,
de nouvelles actions, il n’est pas nécessaire d’insérer
no 3, p. 321-339, <http://dx.doi.org/10.1080/026937
ces actions dans le tableau de performance des
99108927858>, consulté le 11 décembre 2018.
actions afin de les comparer aux autres et de voir
Cissé, H. (2013). Intégration de la biodiversité dans l’éva­
si elles se classent au premier rang. En effet, le but
luation environnementale stratégique des aménagements
de la démarche n’est pas de sélectionner la meil­
dans le bassin fluvial du programme Kandadti au Niger,
leure action au sens de sa performance, mais bien
thèse de doctorat en sciences de l’environnement,
d’évaluer les meilleurs compromis possibles. Université du Québec à Montréal.
Côté, G. et J.-P. Waaub (2012). Mécanismes de participa­
tion publique dans les évaluations environnementales
stratégiques, rapport présenté au Comité de l’évalua­
LES DOMAINES tion environnementale stratégique sur les gaz de
D’APPLICATION schiste, Québec.

L’aide multicritère à la décision peut être appliquée Côté, G., J.-P. Waaub et B. Mareschal (2015). « Évaluation
des impacts sur l’environnement en péril : la nécessité
dans plusieurs domaines, dont la gestion de l’envi­
d’agir », Les Cahiers du GERAD, G-2015-29, <https://
ronnement. En effet, elle peut être utilisée au cours
www.sifee.org/static/uploaded/Files/publications/
de la réalisation d’une EIES ou d’une EES. Dans ce
m e m b r e s / E I E _ e n _ p e r i l _ C O T E _ WA AU B _
cadre, elle est de plus en plus utilisée comme outil MARESCHAL.pdf>, consulté le 11 décembre 2018.
d’analyse des variantes dans les EIES, ou comme
Covil, C. (2012). SuPort : Appraising Port Sustainability,
outil d’analyse comparative des options dans
Greening the Research Fleet Workshop, Durham
les EES.
(R.‑U.), 10-11 janvier, <https://www.unols.org/sites/
default/files/GW_ap17_SuPort_Arup.pdf>, consulté
le 11 décembre 2018.
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 139

Crowley, M. (2010). Ébauche de document de cadrage Guay, J.-F. (2014). Contributions méthodologiques à la
relatif à une évaluation environnementale stratégique modélisation intégrée pour la planification territoriale
du secteur des transports sur le territoire de la Baie- et environnementale, thèse de doctorat en sciences de
James, Québec, étude réalisée pour le Comité consul­ l’environnement, Université du Québec à Montréal,
tatif de l’environnement de la Baie-James par le <https://archipel.uqam.ca/8822/1/D3086.pdf>,
Centre de recherche et d’expertise en évaluation, consulté le 11 décembre 2018.
École nationale d’administration publique. Guitouni, A., M. Bélanger et J.-P. Martel (2010). Cadre
Crowley, M. et N. Risse (2011). « L’évaluation envi­ méthodologique pour différencier les méthodes multi­
ronnementale stratégique : un outil pour aider les critères, Rapport technique – DRDC Valcartier TR
administrations publiques à mettre en œuvre le déve­ 2009-386, Recherche et développement pour la
loppement durable », Télescope, vol. 17, no 2, p. 1-29. défense Canada.
Donnelly, A., M. Jones, T. O’Mahony et G. Byrne (2007). Guitouni A. et J.-P. Martel (1998). « Tentative guidelines
« Selecting environmental indicators for use in strate­ to help choosing an appropriate MCDA method »,
gic environmental assessment », Environmental Impact European Journal of Research, vol. 109, p. 501-521.
Assessment Review, vol. 27, p. 161-175. Gupta, A. K., S. K. Gupta et S. Patil Rashmi (2005).
Dooms, M. (2011). Crafting the Integrative Value Propo­ « Environmental management plan for port and har­
sition for Large Scale Transport Infrastructure Hubs: bour projects », Clean Technologies and Environmental
A Stakeholder Management Approach, Paper submit­ Policy, vol. 7, p. 133-141.
ted to the 4th MEL PhD competition. Harding, A., G. Pálsson et G. Raballand (2007). Ports et
Dooms, M. et C. Macharis (2003). A Framework for Sus­ transport maritime en Afrique de l’Ouest et du Centre :
tainable Port Planning in Inland Ports: A Multistake­ les défis à relever, Programme de politiques de trans­
holder Approach, 43rd Congress of the European port en Afrique subsaharienne, Document de travail
Regional Science Association: « Peripheries, Centres, SSATP No 84F.
and Spatial Development in the New Europe », Hydro-Québec (1992). Méthode d’évaluation environne­
­Jyväskylä, 27-30 août. mentale : lignes et poste, Montréal, Hydro-Québec.
Friedman, A.L. et S. Miles (2002). « Developing stake­ Joerin, F. et A. Musy (2000). « Land management with
holder theory », Journal of Management Studies, GIS and multicriteria analysis », International Trans­
vol. 39, no 1, p. 1-21. actions in Operational Research, vol. 7, p. 67-78.
Gbanie, S.P., P. B. Tengbe, J. S. Momohb, J. Medo et V.T.S. Kørnøv, L. et W.A.H. Thissen (2000). « Rationality in
Kabba (2013). « Modelling landfill location using decision- and policy-making: implications for strategic
Geographic Information Systems (GIS) and Multi-­ environmental assessment », Impact Assessment and
Criteria Decision Analysis (MCDA): Case study Bo, Project Appraisal, vol. 18, no 3, p. 191-200.
Southern Sierra Leone », Applied Geography, vol. 36,
Kourouma, D. L. (2005). Approche méthodologique d’éva­
p. 3-12.
luation environnementale stratégique du secteur de
GHD (2013). Environmental Best Practice Port Devel­ l’énergie : application à la dimension régionale de la
opment: An Analysis of International Approaches, politique énergétique guinéenne en Guinée maritime,
report prepared for the Department of Sustainability, thèse de doctorat en sciences de l’environnement,
Environment, Water, Population and Communities, Université du Québec à Montréal.
Canberra.
Leduc, G. A. et M. Raymond (2000). L’évaluation des
Godet, M. (2000). « Technological forecasting and social impacts environnementaux, un outil d’aide à la décision,
change », North-Holland, vol. 65, p. 3-22. Sainte-Foy, MultiMondes.
Greene, R., R. Devillers, J. E. Luther et B. G. Eddy (2011). Macharis, C., A. Witte et J. Ampe (2009). « The multi-­
« GIS-based multiple-criteria decision analysis », actor, multi-criteria analysis methodology (MAMCA)
­Geography Compass, vol. 5, no 6, p. 412-432. for the evaluation of transport projects: theory and
practice », Journal of Advanced Transportation, vol. 43,
no 2, p. 183-202.
140 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Malczewski J., (2006). « GIS-based multicriteria decision Organisation de coopération et de développement éco­
analysis: A survey of the literature », International nomiques – OCDE (2006). L’évaluation environne­
­Journal of Geographical Information Science, vol. 20, mentale stratégique : guide de bonnes pratiques dans le
no 7 (août), p. 703-726. domaine de la coopération pour le développement,
Malekpour, S., R.R. Brown et F. J. De Haan (2015). Lignes directrices et ouvrages de référence du CAD,
« Strategic planning of urban infrastructure for envi­ Paris, OCDE, <http://www.oecd.org/fr/cad/environ­
ronmental sustainability: Understanding the past to nement-developpement/37354750.pdf>, consulté le
intervene for the future », Cities, vol. 46, p. 67-75. 27 novembre 2018.

Martel, J.-M. et B. Roy (2006). « Analyse de la signifiance Rolland, A. (2013). Méthodes en agrégation de préférences,
de diverses procédures d’agrégation multicritère », Séminaire ERIC, 21 janvier.
INFOR : Information Systems and Operation Research, Pacaut, P. (2000). Description et analyse des méthodes les
vol. 43, no 3, p. 191-215. plus fréquemment utilisées en évaluation environne­
Martel, J-M. et A. Rousseau (1993). Cadre de référence mentale stratégique, projet de maîtrise en sciences de
d’une démarche multicritère de gestion intégrée des res­ l’environnement, Université du Québec à Montréal.
sources en milieu forestier, Québec, Sous-comité socio-­ Pébayle, R. (1983). « Mangrove et éthologie humaine au
économique de la gestion intégrée des ressources. Brésil (Mangrove and human ethology in Brazil) »,
Maystre, L. Y., J. Pictet et J. Simos (1994). Méthode multi­ Bulletin de l’Association de géographes français,
critère ELECTRE, Lausanne, Presses polytechniques 60e année, no 496 (juin-octobre), p. 233-246, <http://
et universitaires romandes. www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1983_num_
60_496_5418>, consulté le 11 décembre 2018.
Mena, S. B. (2000). « Introduction aux méthodes multi­
critères d’aide à la décision », Biotechnology, Agronomy, Phelps, R., C. Chan et S. C. Kapsalis (2001). « Does sce­
Society and Environment, vol. 4, no 2, p. 83-93. nario planning affect performance? Two exploratory
studies », Journal of Business Research, vol. 51,
Metsger, P. et R. D’Ercole (2008). Enjeux territoriaux et
p. 223-232.
vulnérabilité : une approche opérationnelle, Colloque
interdisciplinaire « Vulnérabilités sociétales, risques et Prades, J. A., R. Loulou et J. P. Waaub (1998). Stratégies
environnement : comprendre et évaluer », Toulouse, de gestion des gaz à effet de serre : le cas des transports
mai, <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal- urbains, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
01196979>, consulté le 11 décembre 2018. Québec.

Moglia, F. et M. Sanguineri (2003). « Port planning: The Prévil, C. M. Thériault et J. Rouffignat (2003). « Analyse
need for a new approach? », Maritime Economics and multicritère et SIG pour faciliter la concertation en
Logistics, vol. 5, p. 413-425. aménagement du territoire : vers une amélioration du
processus décisionnel ? », Cahiers de géographie du
Nivet, C., D. McKey et C. Legris (2010). Connaissance
Québec, vol. 47, no 130, p. 35-61, <http://id.erudit.
et gestion des écosystèmes tropicaux. Résultats du pro­
org/iderudit/007968ar>, consulté le 11 décembre
gramme de recherche « écosystèmes tropicaux », 2005-
2018.
2010, Paris, GIP Ecofor-MEEDDM.
Revéret, J.-P. et R. Dancette (2010). « Biodiversité marine
Noble, B.F. et J.A.E. Harriman (2008). Strengthening the
et accès aux ressources : pêche et autres biens et ser­
Foundation for Regional Strategic Environmental Assess­
vices écologiques sous pression extrême », Revue Tiers
ment in Canada, prepared for the Canadian Council
Monde, no 202, p. 75-92.
of Ministers of Environment Environmental Assess­
ment Task Group. Risse, N. (2004). Évaluation environnementale stratégique
et processus de décision publics : contributions méthodo­
Nodalis (2014). Plan directeur des infrastructures auxi­
logiques, thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.
liaires de transport minier, version finale.
Roy, B. (1985). Méthodologie multicritère d’aide à la
Nooteboom, S. (2017). Introduction générale sur l’évalua­
­décision, Paris, Economica.
tion environnementale stratégique, communication à
l’école d’été, Ouagadougou, juin. Roy, B. (2000). « Un glossaire d’aide à la décision en
français et anglais », Bulletin du Groupe de travail euro­
péen « Aide multicritère à la décision », série 3, no 1.
CHAPITRE 7 – L’aide multicritère à la décision : outil d’évaluation et de participation 141

Roy, B. (2002). « Robustesse de quoi ? Et vis-à-vis de en sciences de l’environnement, Regards / Terrain, 2015,
quoi ? », Bulletin du groupe de travail européen : Aide <http://vertigo.revues.org/15605>, consulté le
multicritère à la décision, Série 3, no 6, p. l -6. 11 décembre 2018.
Roy, B. (2007). « La robustesse en recherche opération­ Union internationale pour la conservation de la nature –
nelle et aide à la décision : une préoccupation multi UICN (2011). Pratiques du secteur minier en Afrique
facettes », Annales du LAMSADE, no 7, p. 209-235, de l’Ouest : synthèse comparative de quatre études de
<https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00180549/ cas (Sénégal, Guinée-Bissau, Guinée et Sierra Leone),
document>, consulté le 11 décembre 2018. Gland, UICN ; Dakar, ASAN ; Bissau, AD ; Conakry,
Roy, B. et D. Bouyssou (1993). Aide multicritère à la Guinée Écologie ; Freetown, EFA.
décision : méthodes et cas, Paris, Economica. Vanoutrive, T. (2009). Space as mediator between SEA
Sadler, B. (1996). L’évaluation environnementale dans un and ports, International Conference of the World
monde en évolution : évaluer la pratique pour améliorer Conference on Transport Research Society, Special
le rendement – Étude internationale sur l’efficacité de Interest Group 2 (WCTRS SIG-2 ; Ports and Mari­
l’évaluation environnementale, rapport final, Ottawa, time), Critical issues in the port and maritime sector,
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Anvers, 7-8 mai.
<https://www.iaia.org/pdf/EIA/EAE/EAE_10F. Vázquez-Rascón, M.L., J.-P. Waaub et A. Ilinca (2013a).
PDF>, consulté le 27 novembre 2018. « Coupling MCDA and GIS in a decision making pro­
Samoura, K. (2011). Contributions méthodologiques à cess for wind farm projects analysis : Conceptual
l’évaluation environnementale stratégique de l’exploita­ model », International Journal of Geomatics and Spatial
tion du potentiel hydroélectrique des bassins côtiers en Analysis, vol. 23, no 1, p. 95-123.
milieu tropical : cas du Konkouré, en Guinée, thèse de Vázquez-Rascón, M.L., J.-P. Waaub et A. Ilinca (2013b).
doctorat en sciences de l’environnement, Université « Territorial intelligence modelling for energy deve­
du Québec à Montréal. lopment (TIMED) : A case study for the Baie-des-
Schoemaker, P.J.H. (1995). « Scenario planning: A tool Sables (Canada) wind farm », International Journal
for strategic thinking », Sloan Management Review, of  Multicriteria Decision Making, vol. 3, n os 2-3,
vol. 36, no 2, p. 25-40. p. 236-255.

Shazmane, M.R. (2016). Contribution à la conception Vincke, P.H. (1992). « Exploitation of a crisp relation
d’une approche multi-modèles pour la planification éner­ in a ranking problem », Theory and Decision, vol. 32,
gétique de la communauté métropolitaine de Montréal, p. 221-240.
rapport de projet de maîtrise professionnelle en Waaub, J.-P. (2007). Concepts théories de l’évaluation
géographie. environnementale stratégique : méthodes – étapes, com­
Simos, J. (1990). Évaluer les impacts sur l’environnement, munication à l’École d’été SIFEE-IEPF, Genève, juin.
Lausanne, Presses polytechniques universitaires Waaub, J.-P. (2008). L’évaluation environnementale stra­
romandes. tégique comme outil d’évaluation en planification éner­
Steck, B. (2015). « Introduction à l’Afrique des ports et gétique : concepts et outils, communication à l’École
des corridors : comment formuler l’interaction entre d’été SIFEE-IEPF, Québec, septembre.
logistique et développement », Cahiers de géographie Waaub, J.-P. et D. Bélanger (2015). Transfert de connais­
du Québec, vol. 59, no 168, p. 447-467, <http://id.eru­ sances et renforcement des capacités concernant les outils
dit.org/iderudit/1037258ar>, consulté le 11 décembre d’aide à la décision pour la gestion de la maladie de
2018. Lyme et autres maladies vectorielles, dans le contexte de
Thérivel, R. et M. R. Partidário (1996). The Practice l’adaptation au changement climatique, annexe-G,
of  Strategic Environmental Assessment, Londres, « Guide pratique de mise en place d’un processus
Earthscan. décisionnel multicritère et multiacteurs : étapes et
outils », GERAD, Université de Montréal.
Tshibangu, G.M. et M. Montaño (2015). « L’évaluation
environnementale stratégique dans les pays en voie Wang, J.-J., Y.-Y. Jing, C.-F. Zhang et J.-H. Zhao (2009).
de développement : le rôle des Agences multilatérales « Review on multi-criteria decision analysis aid in sus­
de développement », VertigO – la revue électronique tainable energy decision-making », Renewable and
Sustainable Energy Review, vol. 13, p. 2263-2278.
CHAPITRE 8
Méthode d’évaluation environnementale
des lignes et postes d’Hydro-Québec

Jean Hébert

Introduction Activité 4 : Élaboration


des tracés ou des emplacements
Caractéristiques de la Méthode
Activité 5 : Comparaison des
Objectif
tracés ou des emplacements
Les étapes d’un projet
Activité 6 : Participation à la
Les opérations d’évaluation communication sur les tracés
environnementale ou les emplacements
Le processus décisionnel et Activité 7 : Choix et ajustement
l’approche de réduction successive du tracé ou de l’emplacement
du territoire retenus
Les possibilités d’adaptation Activité 8 : Évaluation définitive
de la méthode des impacts et mesures
d’atténuation
Les activités d’évaluation
environnementale à la phase 2 Activité 9 : Bilan environnemental
de l’avant-projet du projet
Activité 1 : Identification Activité 10 : Programme
des éléments à inventorier de surveillance et de suivi
Activité 2 : Inventaire du corridor Activité 11 : Participation
et/ou de l’aire d’accueil à la réalisation du rapport
retenu(e)(s) (zone d’étude) de la phase 2 de l’avant-projet
Activité 3 : Analyse et classement Conclusion
des données
144 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION La Méthode est l’expression d’une approche basée


sur la réduction successive du territoire et son ana-
Hydro-Québec, société d’État fondée en 1944, a lyse à différentes échelles. Elle intègre également
pour mission principale d’alimenter le Québec en une analyse multicritère alors que les critères
électricité aux meilleures conditions. Pas moins ­techniques, économiques et environnementaux
de 98 % de cette électricité est produite par des (incluant le paysage) sont considérés pour déter-
centrales hydroélectriques, dont la plupart sont miner le tracé de moindre impact. Nous en présen-
situées loin des centres de consommation. Un tons ici les principales caractéristiques.
réseau de plusieurs dizaines de milliers de kilo-
mètres de lignes à haute tension est ainsi nécessaire
pour la transporter.
CARACTÉRISTIQUES
Dans ce contexte, depuis 1973, Hydro-Québec fait
œuvre de pionnière dans la recherche et la défi­ DE LA MÉTHODE
nition de méthodes appropriées au transport de
l’énergie électrique sur de longues distances, tout Objectif
en intégrant l’environnement dans la conception La Méthode d’évaluation environnementale – Lignes
des projets. C’est en 1985 qu’Hydro-Québec a et postes vise à encadrer l’intégration de l’environ-
publié pour la première fois une Méthodologie nement à toutes les étapes de réalisation des projets
d’études d’impacts – Lignes et postes, qui a par la de lignes et de postes d’Hydro-Québec, soit les
suite été révisée en 1991 sous la nouvelle appella- étapes de l’avant-projet (étude de faisabilité), du
tion de Méthode d’évaluation environnementale – projet (construction) et de l’exploitation des équi-
Lignes et postes (ci-après, la « Méthode »). Celle-ci pements. Elle appuie le jugement du spécialiste en
comprend également différentes méthodes spécia- lui fournissant un cadre méthodologique souple et
lisées, dont celle sur le paysage, reconnue comme adaptable à tous les types d’équipements et à tous
une pionnière dans le domaine. les types de milieux. La Méthode vise trois princi-
Ces méthodes sont maintenant très utilisées au paux objectifs :
Québec et à l’étranger pour les études de différents • la localisation optimale du projet ;
types d’équipements linéaires, tels les routes et • l’évaluation des impacts sur l’environnement ;
les aqueducs. • l’élaboration des mesures d’atténuation.
La Méthode a pour principale qualité de permettre La localisation optimale du projet consiste à déter-
aux ingénieurs, techniciens et spécialistes de l’envi­ miner le tracé de ligne de moindre impact (envi-
ronnement de travailler ensemble à la conception ronnemental) tout en prenant en compte les aspects
du projet et à la détermination de sa localisation techniques et économiques. Le processus de loca-
optimale de moindre impact. L’environnement est lisation s’effectue par une réduction successive
alors intégré le plus en amont possible, afin d’éviter du territoire étudié au cours des phases 1 et 2 de
que le projet cause les impacts les plus sérieux. l’avant-projet. Sur la base des inventaires du milieu
Plusieurs variantes de tracé sont alors générées et de la classification des éléments environnemen-
et comparées afin de déterminer la variante de taux et techniques, la démarche de localisation
moindre impact. La Méthode permet de prévenir aboutit :
les impacts et de mieux intégrer le projet à l’amé-
• en phase 1 : à un corridor de moindre impact
nagement du territoire. Cette démarche facilite
à l’intérieur d’une zone d’étude ;
l’acceptation sociale des projets. Elle est reconnue
et acceptée par les autorités gouvernementales • en phase 2 : à un tracé de ligne de moindre
pour l’obtention des autorisations. impact situé à l’intérieur du corridor choisi
en phase 1.
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 145

FIGURE 8.1.  Parcs de production et de transport d’Hydro-Québec


146 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

L’évaluation des impacts sur l’environnement L’étape de l’exploitation constitue l’étape ultime
consiste à évaluer et à atténuer les impacts du du projet. Elle regroupe toutes les activités associées
­projet selon les approches suivantes : à l’exploitation et à l’entretien des équipements
• l’identification, la localisation et l’évaluation mis en place.
des impacts du projet ;
Les opérations d’évaluation
• l’élaboration des mesures d’atténuation
pertinentes ;
environnementale
• l’identification des impacts positifs et négatifs L’évaluation environnementale d’un projet de
résiduels après l’application des mesures ligne  ou de poste, incluant celle des ouvrages
d’atténuation. connexes, comporte cinq opérations1. Habituelle-
ment séquentielles, ces opérations peuvent toute-
Les étapes d’un projet fois impliquer des rétroactions. De plus, les activités
qu’elles nécessitent doivent être adaptées à cha-
Pour chacun des projets, l’étape de l’avant-projet
cune des phases des études d’avant-projet ainsi qu’à
s’amorce lorsque les autorités compétentes d’Hydro-­
la nature du projet évalué. Le nombre d’activités
Québec conviennent de l’intérêt ou de la nécessité
suggéré pour la démarche générale est de huit au
d’un projet particulier. On procède alors à la justi-
cours de l’étude des corridors et de onze (11) pour
fication du projet, à la détermination de ses prin-
l’étude des tracés.
cipales caractéristiques techniques et économiques,
à l’inventaire des milieux naturel et humain dans Toutefois, leur nombre et leur contenu peuvent
lequel le projet sera implanté ainsi qu’à la localisa- varier en fonction de la complexité du projet et des
tion et à l’évaluation du projet, de même qu’à la problématiques environnementales des milieux
communication avec les publics concernés. Pour d’accueil.
les projets de grande envergure, cette étape com-
prend généralement deux phases : Les cinq opérations fondamentales à respecter lors
de la réalisation de toute évaluation environnemen-
• l’étude des corridors, qui vise à déterminer le
tale, quel que soit le projet, sont :
corridor dans lequel la ligne et le poste seront
implantés ; • la connaissance technique du projet, qui per-
met de déterminer les caractéristiques du pro-
• l’étude des tracés, qui vise à déterminer le
jet  à l’étude susceptibles d’être des sources
tracé de la ligne ou l’emplacement du poste et
d’impact ;
à effectuer un bilan des impacts du projet.
• la connaissance du milieu, qui consiste à réaliser
L’étape du projet est consacrée spécifiquement à des inventaires afin de dégager les préoccupa-
la réalisation du projet. Elle regroupe des activités tions du milieu et les enjeux du projet ;
d’étude et de conception précises comme les rele- • la conception et l’évaluation du projet, qui
vés techniques, les plans et devis ainsi que les tra- ­permet de définir et d’analyser toutes les solu-
vaux nécessaires à la concrétisation du projet tels tions acceptables et de dégager une solution
que le déboisement, la construction et l’aménage- préférable ;
ment des emprises.
• la communication, qui permet de valider et de
compléter l’évaluation du projet auprès des
publics concernés et des experts ;

  1. Une opération est une série d’activités réalisées sur la base d’un raisonnement scientifique et d’une combinaison de techniques
et d’outils, en vue d’obtenir un résultat déterminé.
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 147

• le choix du projet et le bilan environnemental, d’analyse basée sur la réduction successive du ter-
qui permettent de sélectionner et d’évaluer le ritoire à l’étude. Le cheminement décisionnel rela-
projet optimal. tif à un projet renvoie à des étapes précises du
processus d’étude, de réalisation et d’exploitation
Ces opérations seront réalisées en totalité dans cha- des projets, auxquelles correspondent des échelles
cune des deux phases de la démarche générale courantes d’analyse spatiale. C’est ainsi que l’étude
(figure 8.2). des corridors de lignes s’appuiera habituellement
sur les cartes à l’échelle de 1 :125 000 des Éléments
Le processus décisionnel environnementaux sensibles à l’implantation d’infra­
et l’approche de réduction structures électriques2 qui sont mises à jour réguliè-
successive du territoire rement. Lors de l’étude des tracés, l’inventaire du
Le processus d’étude, de réalisation et d’exploi­ milieu est généralement réalisé à l’échelle de
tation des projets de lignes et de postes d’Hydro‑­ 1 :20 000. À l’étape du projet, les plans d’implan-
Québec est un cheminement décisionnel fondé sur tation sont effectués à l’échelle de 1 :2 000 ou de
la réduction successive des inconnues d’un dossier 1 :1 000.
et sur la prise en compte de l’opinion des publics
ou spécialistes concernés. Bien que des rétroactions
Les possibilités d’adaptation
soient possibles dans un tel processus, les étapes de la méthode
sont généralement séquentielles ; elles se caracté- Pour simplifier le travail de l’analyste, la Méthode
risent par l’établissement de choix successifs qui présente trois démarches distinctes pouvant s’ap-
s’appuient sur des niveaux de plus en plus détaillés pliquer aux différents types de projets. Il appartient
de connaissance. au chargé de projet de retenir la démarche la plus
Dans le cadre spécifique des lignes et des postes pertinente et de l’appliquer au projet à l’étude.
d’Hydro-Québec, cette adéquation entre le proces- La démarche générale d’évaluation environne­
sus décisionnel et l’exercice de localisation et d’éva- mentale concerne les projets de grande envergure,
luation se traduit en pratique par une approche soit les projets de lignes qui touchent plusieurs

FIGURE 8.2.  Démarche environnementale

Choix de la
Description Analyse des Analyse des Mesure
Variantes solution Bilan et suivi
du milieu contraintes impacts d’atténuation
préférable

Démarche de participation du public

  2. Hydro-Québec TransÉnergie, Éléments environnementaux sensibles à l’implantation d’infrastructures électriques, publication


occasionnelle, Montréal, Unité Lignes, câbles et environnement, Direction Expertise et support technique de transport.
148 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

municipalités ou qui offrent plusieurs possibilités s’agit d’un projet assujetti à une étude d’impact,
de raccordement sur un vaste territoire. Elle est en vertu d’une disposition de la réglementation
basée sur un exercice de réduction du territoire en nationale en environnement, ou d’un projet non
deux phases : assujetti devant néanmoins faire l’objet d’une éva-
La phase 1, l’étude des corridors, consiste à ana- luation environnementale interne.
lyser une zone d’étude élargie en vue de définir
Nous détaillons ici les étapes de la phase 2 de la
un corridor d’étude.
démarche générale (dite « allégée ») utilisée pour
La phase 2, l’étude des tracés et des emplace- les projets d’envergure moyenne, un type de pro-
ments, conduit au choix du meilleur tracé pour jet  plus fréquent. La Méthode se veut simple,
l’implantation d’une ligne d’énergie électrique ­adaptable et reproductible.
et, le cas échéant, du meilleur emplacement
pour chacun des postes prévus.

La démarche abrégée est adaptée aux projets de


LES ACTIVITÉS
lignes ou de postes de moindre envergure, dont les
contraintes techniques limitent les choix de tracés D’ÉVALUATION
ou d’emplacements. Elle correspond à la phase 2 ENVIRONNEMENTALE
de la démarche générale. Cette démarche se limite À LA PHASE 2 DE
à une étude des tracés, dont la première activité
consiste à déterminer et à justifier une zone d’étude.
L’AVANT-PROJET
Les autres activités de la démarche abrégée corres- La phase 2 de l’avant-projet traite de l’étude des
pondent en tous points à celles de l’étude des tracés tracés et des emplacements de postes. Sa réalisation
de la démarche générale. doit mener au choix du tracé et de l’emplace-
ment les plus propices à l’implantation d’une ligne
La démarche simplifiée a été conçue pour répondre
et d’un poste électriques, tant du point de vue
à la problématique de plus en plus fréquente de
­environnemental que technico-économique.
projets de remplacement ou de réaménagement de
lignes, ou encore d’agrandissement ou de rempla- De façon similaire à la phase 1 de l’avant-projet,
cement de postes désuets. Cette démarche diffère l’étude des tracés et des emplacements doit favo-
légèrement de la démarche usuelle, puisque les riser les échanges lors de la période de communi-
premières activités visent à porter un jugement cation, par une justification de la délimitation des
sur le tracé ou sur l’emplacement existant et à variantes de tracés et des emplacements et une
étayer, sur la base des enjeux environnementaux comparaison des diverses hypothèses viables
et techniques du projet, la pertinence d’élaborer ­analysées. Après la présentation d’une solution
des variantes. ­préférable et la prise en compte des avis des publics
concernés, une solution est retenue et un bilan
Malgré son rôle d’encadrement, la Méthode demeure
environnemental est dressé.
un outil de gestion et de référence adaptable aux
spécificités des différents projets. Ainsi, les opéra- C’est au terme de la phase 2 de l’avant-projet qu’est
tions et les activités de la démarche d’évaluation publiée l’évaluation environnementale interne ou
environnementale doivent être adaptées à la nature que l’étude d’impacts sur l’environnement requise
et à l’ampleur du projet. Les outils d’analyse dis- en vertu de la Loi est acheminée au ministère de
ponibles et nécessaires pour l’étude des corridors l’Environnement. Une telle étude doit également
ne sont pas les mêmes que pour l’étude des tracés, renfermer assez de renseignements pour orienter
non plus que le degré de précision des renseigne- les activités de surveillance environnementale et
ments justifiant les choix. De même, la Méthode de suivi environnemental applicables.
ne s’applique pas de la même façon selon qu’il
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 149

À chacune des opérations d’évaluation environne- Les activités préliminaires


mentale devant être effectuées à la phase 2 de
l’avant-projet correspondent des activités d’évalua- Activité 1 : Identification des éléments
tion environnementale répondant à des objectifs à inventorier
particuliers. Les 11 activités de la phase 2 de L’activité 1 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
l’avant-projet, ainsi que leurs objectifs spécifiques, objet de cerner les éléments d’inventaire pertinents
sont présentées au tableau 8.1. en regard de la problématique environnementale
soulevée par le projet.

TABLEAU 8.1.  Opérations, activités et objectifs particuliers de la phase 2 de l’avant-projet


Opérations d’évaluation Activités d’évaluation Objectifs particuliers
environnementale environnementale
1. Connaissance   1. Identification des •• Valider la délimitation du corridor ou de l’aire
technique du projet éléments à inventorier d’accueil retenus.
2. Connaissance du milieu   2. Inventaire du corridor •• Établir le programme d’inventaire.
ou de l’aire d’accueil •• Réaliser l’inventaire en vue de dégager
retenus les résistances du milieu.
  3. Analyse et classement
des données
3. Évaluation du projet   4. Élaboration des tracés •• Concevoir des tracés ou des emplacements
ou des emplacements qui répondent au mieux aux critères
 5. Comparaison de localisation définis pour le projet.
des tracés ou •• Positionner chacun des tracés ou des
des emplacements emplacements par rapport aux enjeux
soulevés par le projet.
4. Communication  6. Participation •• Présenter les tracés ou les emplacements
à la communication élaborés, faire état de leurs avantages
sur les tracés ou et inconvénients et dégager une solution
les emplacements préférable.
5. Choix du projet et   7. Choix et ajustement •• Sélectionner le tracé ou l’emplacement
bilan environnemental du tracé ou de optimaux et bonifier la solution retenue
l’emplacement retenus en prenant en considération les avis exprimés
  8. Évaluation définitive lors de la communication avec les publics
des impacts et concernés.
mesures d’atténuation •• Compléter l’évaluation de la solution retenue
  9. Bilan environnemental et des mesures d’atténuation requises.
du projet •• Synthétiser l’évaluation de la solution retenue
10. Programme de et déterminer les mesures d’atténuation
surveillance et de suivi devant faire l’objet d’un contrôle particulier.

11. Participation à la •• Établir les lignes directrices des programmes


réalisation du rapport de surveillance et de suivi en vue d’encadrer
de la phase 2 de les activités au cours des étapes du projet
l’avant-projet et de l’exploitation.
•• Synthétiser l’ensemble de la problématique
sous-tendant le choix du tracé et de
l’emplacement retenus.
150 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Sous-activité 1.1 : Examen de la problématique Ils ne peuvent donc se limiter à une collecte des
environnementale données existantes et doivent s’appuyer sur des
Dans le cas de l’analyse d’un projet localisé à cueillettes de renseignements au terrain et sur la
­l’intérieur d’une zone d’étude restreinte, notam- collaboration, à l’échelle locale, des gestionnaires
ment pour les infrastructures associées au réseau et principaux utilisateurs du territoire.
de moyenne tension, cette activité est le pre-
mier stade de la définition de la problématique Sous-activité 2.1 : Inventaire des éléments
environnementale. environnementaux et techniques

La définition de la problématique environnemen- Les renseignements recueillis sur le terrain doivent


tale exige la considération simultanée des sources faire l’objet d’une validation auprès des gestion-
d’impacts du projet et des éléments environnemen- naires ou des principaux utilisateurs du territoire.
taux du milieu. À la phase 2 de l’avant-projet, Les cartes déjà réalisées, le cas échéant, dans le
l’identification des sources potentielles d’impacts cadre de la phase 1 de l’avant-projet pourront servir
relève d’une connaissance beaucoup plus fine des de support lors des entrevues avec les intervenants
caractéristiques techniques du projet : les sources du milieu.
d’impacts ne se limitent plus à celles qui sont Dans plusieurs cas, l’inventaire doit intégrer des
liées à la seule présence de l’équipement dans le données issues d’études sectorielles réalisées
milieu ; elles doivent aussi prendre en considération ­spécifiquement pour le projet par des équipes
les activités de préconstruction, de construction, ­spécialisées. De telles études peuvent notam-
­d’entretien et d’exploitation de l’équipement et ment concerner l’utilisation du territoire par les
des ouvrages connexes. Autochtones, le potentiel archéologique, les zones
Si on le juge opportun, on pourra synthétiser la sensibles à l’érosion, les peuplements forestiers
problématique environnementale du projet à l’aide à  valeur commerciale, etc. Dans certaines cir­
d’une matrice des impacts prévisibles. constances, notamment dans le cas des postes à la
phase 2 de l’avant-projet, des études techniques
particulières (essais géotechniques, études de bruit)
Sous-activité 1.2 : Identification des éléments
doivent être réalisées en vue d’évaluer la compati-
à inventorier
bilité des espaces à l’étude en regard de l’équipe-
L’élaboration du programme d’inventaire repose ment à implanter.
sur la problématique environnementale définie
précédemment. Cette première lecture des inci-
Sous-activité 2.2 : Inventaire des valeurs et des
dences éventuelles du projet sur le milieu permet
préoccupations environnementales du milieu
de circonscrire les éléments devant faire l’objet
d’une investigation particulière à la phase 2 de À ce stade des études d’avant-projet, la rencontre
l’avant-projet. des gestionnaires et des principaux utilisateurs du
territoire n’est pas toujours suffisante pour cerner
de façon adéquate les valeurs et préoccupations du
Activité 2 : Inventaire du corridor
milieu. Il peut alors être nécessaire de s’appuyer
et/ou de l’aire d’accueil retenu(e)(s)
sur un questionnaire administré par voie de son-
(zone d’étude)
dage auprès des publics susceptibles d’être affectés
Lors de la phase 2 de l’avant-projet, les inventaires par le projet. Il peut également être justifié de réa-
de la zone d’étude doivent être suffisamment liser des entrevues de groupe ou de mettre à profit
exhaustifs et détaillés pour permettre d’élaborer l’apport d’un groupe témoin représentatif des
avec précision des tracés ou des emplacements. populations concernées par le projet.
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 151

Sous-activité 2.3 : L’inventaire du paysage de certains éléments du milieu ayant trait à la


construction, à l’efficacité, à la fiabilité ou à la
La méthode d’étude du paysage fournit un enca-
­sécurité d’une ligne ou d’un poste.
drement méthodologique pour l’inventaire du pay-
sage à la phase 2 de l’avant-projet. Ici, les inventaires Le degré de résistance attribué à un élément reflète
sont plus précis qu’en phase 1 ; ils s’appuient à la fois le niveau d’impact appréhendé sur cet
notamment sur les notions d’unité de paysage, de élément et la valeur qui lui est accordée. Cette
bassin visuel, de champ et d’horizon visuel. valeur est justifiée par l’analyste, qui prend en
considération la valeur accordée en général à l’élé-
Activité 3 : Analyse et classement ment par les spécialistes, par l’équipe d’environ­
des données nement directement impliquée dans l’analyse du
L’activité 3 a pour but d’analyser les données recueil- projet et par les publics concernés du milieu.
lies et de les classer sous la forme de résistances au De façon générale, seuls les éléments ou espaces
passage de lignes électriques et à l’implantation pouvant éventuellement subir une modification
de postes. Les résultats obtenus sont habituelle- réelle et mesurable à la suite de l’implantation
ment illustrés sur deux cartes différentes : la pre- de l’équipement peuvent être intégrés au classe-
mière identifie les éléments des milieux naturel ment des résistances du milieu. Les éléments ou
et humain ; la seconde présente les résultats de espaces auxquels les publics accordent une valeur
l’analyse du paysage. importante, mais qui ne sont pas susceptibles
d’être affectés par le projet, pourront quant à eux
Sous-activité 3.1 : Analyse des données être pris en considération, si on le juge utile, au
L’ensemble des renseignements pertinents recueillis moment de la définition des critères de localisation
lors de l’inventaire doivent être consignés de façon particuliers pour l’élaboration des tracés ou des
synthétique au dossier d’évaluation environnemen- emplacements.
tale. Il importe alors de ne retenir que les éléments
D’autre part, les espaces correspondant aux futurs
les plus significatifs de la réalité environnementale
projets de développement, d’aménagement, de
de la zone d’étude. Une telle description du milieu
conservation ou de protection du territoire, et sus-
doit également présenter sommairement le chemi-
ceptibles d’être intégrés au classement des résis-
nement méthodologique permettant d’établir la
tances du milieu sont pris en considération, pourvu
problématique environnementale et technique
que ces projets soient suffisamment confirmés. Il
propre à certains éléments du milieu.
appartient aux analystes d’établir les fondements
des projets retenus, lesquels peuvent renvoyer à un
Sous-activité 3.2 : Classement des résistances consensus régional (un schéma d’aménagement), à
du milieu
une orientation municipale (un plan d’urbanisme),
À l’instar de l’identification des sensibilités à la à un engagement ou à des initiatives diverses.
phase 1 de l’avant-projet, le classement des résis-
tances du milieu consiste à ordonnancer l’ensemble
Activité 4 : Élaboration des tracés
des éléments répertoriés au moment de l’inventaire. ou des emplacements
On distingue la résistance d’ordre environnemen-
L’activité 4 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
tal, qui exprime les difficultés posées à la réalisation
objet de concevoir les tracés ou les emplacements
du projet en fonction des inconvénients que le pro-
qui répondent le mieux aux critères de localisation
jet cause à l’élément environnemental, et la résis-
définis pour le projet. La figure 8.3 illustre la
tance d’ordre technique, qui exprime généralement
démarche type utilisée. Celle-ci s’appuie sur les
une difficulté apportée au projet par la présence
cartes d’inventaire et d’analyse des milieux naturels
152 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 8.3.  Démarche type utilisée pour l’élaboration de tracés ou d’emplacements

Détermination des
Carte d’inventaire et
critères de localisation
d’analyse des milieux
environnementaux et
naturels et humains
technico-économiques

Intégration de la
stratégie d’accès
envisagée

Détermination des points


Élaboration des tracés
de passage obligé
ou des emplacements
(dans le cas d’une ligne)

Détermination
des critères de
Carte d’inventaire et
localisation et
d’analyse du paysage
d’intégration
au paysage

et humains et d’inventaire et d’analyse du paysage. emplacements. Dans de tels cas, ces jonctions
Ces cartes sont issues de l’analyse et du classement doivent donc également être identifiées au début
des résistances du milieu, à l’activité précédente. même de l’activité.

Sous-activité 4.1 : Détermination des points Sous-activité 4.2 : Détermination des critères
de passage obligé de localisation
La détermination des points de passage obligé est Les critères de localisation des tracés et des empla-
essentielle à l’élaboration des tracés de ligne, ces cements sont de type restrictif ou incitatif. Dans
points de passage ayant une incidence directe sur le premier cas, ils commandent d’éviter, dans la
l’orientation des tracés. C’est notamment le cas des mesure du possible, certains éléments ou espaces.
points d’arrivée et de départ, des points de jonction Dans le deuxième cas, ils commandent de recher-
sur le réseau d’Hydro-Québec, des points d’inter- cher, dans la mesure du possible, certains éléments
connexion avec d’autres réseaux, des secteurs de ou espaces.
juxtaposition à des tronçons de réseau existants, de
l’articulation des limites territoriales et des espaces De façon générale, l’élaboration des tracés de lignes
particuliers de passage (percée urbaine, traversée et des emplacements de poste doit répondre aux
de cours d’eau, espace résiduel entre deux cours objectifs suivants :
d’eau ou deux massifs rocheux). • Éviter les aires les plus sensibles aux plans
­environnemental et technico-économique.
En ce qui concerne les postes, la jonction des lignes
• Assurer la sécurité et la fiabilité du réseau.
de dérivation ou de bouclage avec le réseau de
transport ou de répartition, ainsi que la localisation • Réduire le plus possible les coûts d’implantation
des artères de distribution existantes, peut avoir de l’équipement.
une incidence importante sur la localisation des
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 153

Les critères de localisation des tracés et des empla- le  milieu est hétérogène, il y a lieu d’élaborer
cements comprennent des critères courants et des des tracés ou des emplacements qui reflètent des
critères particuliers. Les critères courants, communs enjeux différents.
à tous les projets, peuvent varier selon qu’il s’agit
d’un projet de ligne ou de poste. Nous pensons Les tracés élaborés doivent comprendre non seu-
notamment à ceux-ci : lement les emprises de lignes prévues, mais aussi
les espaces occupés par les ouvrages connexes aux
• Rechercher l’orientation la plus directe entre
lignes, ainsi que les espaces requis pour les mesures
le point de départ et le point d’arrivée.
d’atténuation ou d’intégration particulières (ex. :
• Éviter les espaces regroupant plusieurs éléments les surlargeurs pour l’aménagement paysager près
sensibles. des traversées de routes).
• Éviter les hauts sommets.
Pour ce qui concerne les emplacements de postes,
• Respecter l’orientation cadastrale.
la superficie considérée devra englober l’aire d’occu­
• Réutiliser les emprises de lignes à démanteler. pation au sol des installations du poste et de ses
• Favoriser le regroupement des infrastructures. ouvrages connexes, les espaces nécessaires aux
manœuvres sur le terrain et, selon les impératifs du
On distingue également les critères de localisation projet, la largeur d’une bande tampon entourant le
particuliers liés soit aux résistances du milieu face poste, destinée à recevoir un aménagement (archi-
au projet lui-même, soit aux ouvrages connexes. tectural ou paysager) propre à diminuer l’impact
La connaissance fine du milieu permet de définir visuel ou sonore du poste et à favoriser son inté-
des critères particuliers sur la base des résistances gration au milieu.
environnementales et techniques établies précé-
demment. C’est ainsi que l’on pourra recourir à la Activité 5 : Comparaison des tracés
méthode d’étude du paysage, en vue d’intégrer les ou des emplacements
tracés au milieu, ou à la méthode d’inventaire et L’activité 5 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
d’analyse du milieu agricole, de manière à étudier objet de positionner chacun des tracés ou des
les types de pylônes appropriés à chaque type emplacements viables par rapport aux enjeux sou-
­d’exploitation agricole. levés par le projet, en vue d’identifier le tracé ou
l’emplacement préférables. Au point de vue envi-
Par ailleurs, la localisation (existante ou prévue)
ronnemental et technico-économique, la figure 8.4
des ouvrages connexes associés au projet constitue
illustre la démarche type utilisée pour la compa-
une seconde source de critères de localisation par-
raison des tracés et des emplacements.
ticuliers basée sur des considérations environne-
mentales et technico-économiques.
Sous-activité 5.1 : Comparaison
environnementale et technico-économique
Sous-activité 4.3 : La délimitation et la
justification des tracés et des emplacements La comparaison environnementale des tracés ou
des emplacements repose, dans un premier temps,
Il est requis d’élaborer et de justifier des tracés et
sur une évaluation globale de la nature des résis-
emplacements viables, dont le nombre peut varier
tances environnementales susceptibles d’être affec-
selon le type de projet et sa nature. Si le milieu est
tées par chaque tracé ou emplacement. Une telle
homogène, les tracés ou les emplacements seront
évaluation s’effectue généralement sur une base
établis en vue de tirer parti, si possible, d’espaces
quantitative, soit la longueur des tracés ou la super-
géographiques différents, en respectant les critères
ficie des espaces occupés, selon qu’il s’agit de lignes
de localisation propres à chacun des espaces. Si
ou de postes.
154 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 8.4.  Démarche type utilisée pour la comparaison des tracés et des emplacements
Comparaison environnementale Synthèse des avantages
et technico-économique et inconvénients

• Comparaison sur la base • Enjeux environnementaux


des résistances du milieu associés à chaque tracé
et emplacement :
– Ressources naturelles
– Utilisation du sol
• Comparaison du degré
– Paysages
de respect des critères
de localisation
Tracé ou
emplacement
• Enjeux technico-économiques préférables
• Comparaison des impacts associés à chaque tracé
résiduels significatifs et emplacement :
– Difficultés techniques
– Coûts de réalisation

• Comparaison sur la base


des critères techniques
et économiques

La comparaison environnementale des tracés ou Dans ce cas, les tracés et emplacements doivent
des emplacements est fondée, dans un deuxième être examinés en vue d’identifier les impacts les
temps, sur une évaluation du respect des critères plus significatifs qu’ils sont susceptibles d’occa­
de localisation courants et particuliers utilisés. C’est sionner. Il convient alors de réaliser, aux endroits
à ce moment, par exemple, qu’intervient la com- pertinents, les sous-activités 8.1 (évaluation des
paraison des tracés ou des emplacements en regard impacts sur l’environnement) et 9.1 (bilan des
de la stratégie d’accès au territoire. C’est également impacts sur l’environnement) (voir plus loin).
à ce stade des études que l’on pourra se référer à Les impacts significatifs correspondent, en règle
la méthode d’étude de bruit des projets d’équipe- générale, à des impacts d’importance majeure ou
ments de postes électriques pour évaluer les inci- moyenne et à des impacts de longue durée. Cette
dences respectives de chaque emplacement en règle doit toutefois être validée et justifiée au cas par
regard de l’ambiance sonore. L’évaluation du res- cas, selon le projet. Par exemple, un impact majeur
pect des critères de localisation peut se traduire non atténuable, mais de courte durée, peut, pour
quantitativement (longueur des tracés ou superficie un projet donné, être plus significatif qu’un impact
des espaces occupés) ou impliquer une analyse de majeur de longue durée qu’une mesure d’atténua-
type qualitatif ou discursif. tion peut corriger. La comparaison est effectuée sur
la base des impacts résiduels qui devraient subsister
Dans l’éventualité où les deux premières tech- suite à l’application des mesures d’atténuation cou-
niques suggérées ne suffiraient pas à différencier rantes et particulières. Les impacts résiduels signi-
de façon probante les tracés ou les emplacements ficatifs peuvent notamment regrouper :
au plan environnemental, on devra recourir, dans
• les impacts pour lesquels aucune mesure d’atté­
un troisième temps, à une comparaison fondée sur
nuation, courante ou particulière, ne peut être
la détermination des impacts résiduels significatifs
prévue ;
prévus pour chacun des tracés et emplacements.
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 155

• les impacts dont la nature serait faiblement Sous-activité 5.3 : Participation


modifiée, suite à l’application de mesures d’atté­ à la détermination du tracé
nuation, et pour lesquels les impacts résiduels ou de l’emplacement préférables
sont encore importants ; Au terme de la synthèse des avantages et des incon-
• les impacts susceptibles d’entraîner une chaîne vénients, les tracés ou emplacements sont posi­
d’impacts indirects difficilement prévisibles ou tionnés face à chacun des thèmes d’analyse (les
peu contrôlables, pour lesquels un suivi envi- traversées de cours d’eau, les croisements de lignes
ronnemental pourrait être nécessaire ; existantes, les espèces fauniques touchées, etc.), en
vue de déterminer un tracé ou un emplacement
• les impacts amplifiés par les effets cumulatifs
préférables à long terme du point de vue environ-
découlant d’un surnombre d’équipements dans
nemental, technique et économique.
la zone d’étude et se traduisant à divers niveaux
(visuel, biologique ou autre). L’hypothèse préférable est le résultat de l’analyse
La comparaison technico-économique des tracés de l’équipe de projet, à qui il appartient de déter-
ou des emplacements consiste à dénombrer et à miner si la solution qu’elle a préférée est suffi­
décrire les difficultés techniques posées au passage samment probante pour être clairement proposée
d’une ligne ou à l’implantation d’un poste, comme au public.
soulignés par les critères de localisation techniques,
et à fournir une évaluation de chacun des tracés ou Activité 6 : Participation à la
emplacements, incluant une estimation de son coût communication sur les tracés
de réalisation. ou les emplacements
L’activité 6 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
Pour les projets de lignes comme pour les projets
objectif de présenter au public et de justifier les
de postes, les ouvrages connexes (routes d’accès,
tracés ou emplacements qui ont été analysés. Elle
campements, bancs d’emprunt) associés à chacun
permet notamment de mettre en relief la démarche
des tracés ou des emplacements sont également
qui a été suivie et de présenter sommairement les
soumis à une comparaison environnementale et
résultats des inventaires et analyses. Parfois, la com-
technico-économique.
munication permet de bonifier certaines données
L’évaluation des enjeux environnementaux associés d’inventaire et, par conséquent, l’évaluation qui a
à un projet de poste doit également tenir compte, été faite du projet.
outre l’emplacement du poste lui-même, des lignes
de dérivation ou de bouclage du réseau au poste, Sous-activité 6.1 : Préparation des outils
des départs des lignes de distribution, ainsi que de de communication
la ligne de contournement prévue durant la Cette sous-activité implique la participation de la
construction de l’équipement. L’évaluation doit fonction « Environnement » à la production de docu­
prendre en considération la phase ultime de l’amé- ments de communication (cartes, croquis, présen-
nagement du poste. tations, vidéos, etc.) visant à faciliter la diffusion
des résultats des études réalisées à la phase 2 de
Sous-activité 5.2 : Synthèse des avantages l’avant-projet. Elle conduit également à une parti-
et des inconvénients cipation à la conception du bulletin d’information
La synthèse des avantages et des inconvénients des qui est alors diffusé par Hydro-Québec.
tracés et emplacements est fondée sur un bilan
analytique des enjeux environnementaux et tech- Sous-activité 6.2 : Participation à
nico-économiques associés à chacun de ces espaces. la communication avec le public
Selon la longueur et la complexité des tracés, leur La communication avec le public réalisée au terme
analyse peut se faire par alignement, par tronçon, de la phase 2 de l’avant-projet a pour but de faire
par municipalité ou encore dans leur totalité.
156 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 8.5   Démarche-type utilisée pour la comparaison des tracés et emplacements


Comparaison environnementale Synthèse des avantages
et technico-économique et inconvénients

• Enjeux environnementaux
associés à chaque tracé
et emplacement :
– Ressources naturelles
– Utilisation du sol
– Paysages
• Sous-activité 6.2 :
Tracé ou
Comparaison du degré
emplacement
de respect des critères
préférables
de localisation
• Enjeux technico-économiques
associés à chaque tracé
et emplacement :
– Difficultés techniques
– Coûts de réalisation

valider par la population concernée l’analyse réa- Sous-activité 7.1 : Intégration des résultats
lisée par Hydro-Québec, notamment les valeurs et de la communication
préoccupations du milieu ayant concouru à l’éla- L’intégration des résultats de la communication
boration des tracés ou des emplacements. Elle peut permet d’ajuster la délimitation de chacun des tra-
mener à la formulation d’une nouvelle hypothèse, cés ou emplacements avant de procéder au choix
préférable pour le public à celle qui a été mise de de la solution retenue. L’élargissement du périmètre
l’avant par l’équipe de projet. Enfin, la communi- d’un emplacement ou des limites de certaines par-
cation avec le public peut mettre au jour de nou- ties d’un tracé peut ainsi être associé à un ajuste-
velles sources de renseignements ayant une incidence ment. Si une modification majeure à l’orientation
sur la délimitation des tracés ou des emplacements, d’un tracé ou à la localisation d’un emplacement
ou encore faire ressortir des secteurs à analyser avec devait subvenir, il faudra expliciter clairement les
attention lors de l’ajustement du tracé ou de motifs ayant justifié une telle décision et envisager
­l’emplacement retenus. la nécessité de reprendre les activités 5 et 6.

Activité 7 : Choix et ajustement


Sous-activité 7.2 : Participation au choix
du tracé ou de l’emplacement retenus
et à l’ajustement de la solution retenue
L’activité 7 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
Le tracé et l’emplacement retenus par Hydro-­
but de sélectionner le tracé ou l’emplacement opti-
Québec représentent les choix arrêtés par l’équipe
maux et de bonifier la solution retenue, sur la base
de projet, sur la base de la comparaison effectuée
des avis exprimés lors de la communication avec
précédemment et en prenant en considération les
le public et de différentes enquêtes ou études
avis et commentaires du public.
menées sur le terrain.
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 157

Sous-activité 7.3 : Optimisation Il peut également advenir que certaines activités


de la solution retenue de l’étape du projet soient effectuées sur le terrain
L’optimisation du tracé ou de l’emplacement rete- à ce stade de l’avant-projet, à savoir :
nus consiste à proposer une solution précise de • les activités reliées aux études préliminaires de
localisation de l’emprise de la future ligne ou de terrain, par exemple l’implantation d’une ligne
l’emplacement du poste ainsi que de leurs ouvrages de centre à des fins d’arpentage ;
connexes (chemins d’accès, campements, aires de • les travaux d’exploration, notamment les tra-
service et d’entreposage, bancs d’emprunt). Cette vaux de sondage, de forage ou de relevés tech-
solution doit s’appuyer sur les objectifs environne- niques préalables à l’implantation de certains
mentaux et technico-économiques poursuivis, sur équipements.
les recommandations issues de la communication
avec le public et, à l’occasion, sur l’acquisition com- Dans certains cas, ces activités doivent faire l’objet
plémentaire de renseignements basée sur diverses d’une évaluation environnementale interne visant
études effectuées sur le terrain. à identifier et à gérer à la source les impacts qu’elles
peuvent induire.
L’optimisation du tracé ou de l’emplacement
­retenus peut porter sur divers aspects du projet :
Activité 8 : Évaluation définitive
la localisation de l’emprise, la localisation et la
des impacts et mesures d’atténuation
répartition des pylônes stratégiques, la hauteur
des pylônes, la configuration de l’emplacement du L’activité 8 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
poste, la localisation du chemin d’accès au poste, objet de compléter l’évaluation de la solution rete-
la longueur des portées. nue et optimisée et de déterminer les mesures d’atté­
nuation requises en vue de réduire au minimum
L’acquisition complémentaire de connaissances les impacts du projet.
en vue d’optimiser la solution retenue peut être
réalisée grâce à : Sous-activité 8.1 : Évaluation des impacts
• des rencontres avec les propriétaires ou utilisa- sur l’environnement
teurs visés ; L’évaluation définitive des impacts sur l’environ-
• la réalisation d’études particulières sur le nement s’appuie sur les sources d’impacts poten-
terrain. tielles inhérentes à chacun des grands moments
qualifiant la vie d’un projet : la préconstruction, la
Ainsi, des rencontres peuvent être organisées avec construction et la post-construction.
chaque propriétaire ou utilisateur touché par la
localisation du tracé ou de l’emplacement prévu, L’évaluation des impacts sur l’environnement a
dans le but de préciser la localisation de la ligne, pour but de déterminer l’importance des impacts
du poste et du chemin d’accès. Ces rencontres et résiduels causés par l’implantation d’équipements
les ententes qui en ressortent avec les propriétaires de transport ou de transformation électrique
sont susceptibles de générer de nouvelles données sur les milieux naturel et humain. Cette évalua-
ayant échappé aux inventaires généraux et ayant tion porte sur l’impact qui subsiste après la mise
une incidence sur la localisation précise des futurs en œuvre des mesures d’atténuation courantes
équipements. et particulières.

Également, en milieu agroforestier, on peut L’importance d’un impact résiduel est un indica-
conduire une enquête spécifique visant à réper­ teur synthèse qui constitue un jugement global sur
torier les propriétés touchées par le projet et à l’impact que pourrait subir une composante du
­préciser l’utilisation du sol de chacune d’elles (loca- milieu à la suite de la réalisation du projet. Cet
lisation des bâtiments de ferme, des puits, des drains indicateur est la résultante de l’évaluation de trois
­agricoles, etc.). critères distincts : l’intensité, l’étendue et la durée
158 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

de l’impact. Le détail de la mise en œuvre de ces Les renseignements contenus dans la documentation
trois critères est amplement développé à section 3 cartographique produite au terme de l’avant-projet
du chapitre 6, « Recension des méthodes et outils doivent être suffisamment explicites pour être tra-
d’évaluation des impacts environnementaux ». duits adéquatement sur les plans et devis (phase 1
de l’étape du projet).
Sous-activité 8.2 : Élaboration et discussion
des mesures d’atténuation Activité 9 : Bilan environnemental
Les mesures d’atténuation sont les moyens géné- du projet
raux et spécifiques que l’entreprise s’engage à réa- L’activité 9 de la phase 2 de l’avant-projet a pour
liser pour réduire ou atténuer les impacts d’un projet but de synthétiser l’évaluation des impacts et de
sur l’environnement, de façon à optimiser l’inté- cerner les mesures d’atténuation devant faire l’objet
gration du projet au milieu. On doit faire la distinc- d’un contrôle particulier.
tion entre les mesures d’atténuation courantes, tirées
des Clauses environnementales normalisées d’Hydro-­ Sous-activité 9.1 : Bilan des impacts
Québec, et les mesures d’atténuation particulières, sur l’environnement
définies en fonction d’un projet spécifique.
La synthèse des impacts du tracé ou de l’emplace-
Les mesures d’atténuation particulières, élaborées ment retenus et optimisés doit permettre d’établir
spécifiquement pour chacun des projets, doivent un bilan global des impacts positifs et négatifs
faire l’objet de discussions préalables avec les repré- du projet.
sentants des unités d’ingénierie avant d’être insérées
La synthèse des impacts du projet doit également
de façon définitive au rapport d’avant-projet. Elles
faire intervenir des notions plus générales axées
doivent également avoir été abordées avec les repré-
sur la problématique environnementale initiale
sentants des unités d’exploitation. Ces discussions
du projet, qui a été définie à la fin de l’étape de la
avec les différentes unités administratives concer-
planification ou au début de l’étape de l’avant-­
nées ont pour objectif de valider la faisabilité tech-
projet, ainsi que sur l’atténuation des nuisances
nique, économique et environnementale des mesures
environnementales existantes (ex. : le démantèle-
d’atténuation et d’assurer la prise en charge éven-
ment d’une ligne, le remplacement de deux lignes
tuelle de telles mesures par les unités concernées,
monoternes par une ligne biterne, le traitement
au cours des étapes du projet et de l’exploitation.
architectural d’un poste en milieu urbain). Les
Les mesures d’atténuation particulières et cou- impacts peuvent aussi renvoyer à des retombées
rantes font l’objet d’une carte spécifique. Le plan économiques régionales ou à des impacts sociaux
du tracé ou du poste et des mesures d’atténuation non cartographiables et plus difficilement mesu-
devra préciser au minimum, indépendamment de rables. Dans certains cas, les impacts positifs générés
l’échelle utilisée : par un projet peuvent être tels qu’on peut parler
• le tracé ou l’emplacement retenus et optimisés, d’un gain environnemental global.
ainsi que leurs ouvrages connexes (chemins
d’accès, campements, aires de service et d’entre­ Sous-activité 9.2 : Synthèse des mesures
posage, bancs d’emprunt) ; d’atténuation
• les impacts les plus importants ; Cette sous-activité a pour objet de déterminer, parmi
• toutes les mesures d’atténuation particulières ; les mesures d’atténuation courantes et particulières
• les mesures d’atténuation courantes les plus retenues à l’activité précédente, celles qui devront
importantes (modes de traversée des cours d’eau, faire l’objet d’une attention particulière, que ce soit
modes de déboisement, chemins de contourne- au moment de leur intégration aux plans et devis
ment temporaires, périodes de l’année préconi- ou dans le cadre de la surveillance environnemen-
sées pour les travaux). tale et du suivi environnemental.
CHAPITRE 8 – Méthode d’évaluation environnementale des lignes et postes d’Hydro-Québec 159

Les mesures d’atténuation devant faire l’objet applicable aux activités conduisant à l’implantation
d’un contrôle particulier comprennent, de façon de la ligne ou du poste considérés, soit :
générale : • la prise en compte des mesures d’atténuation
• les mesures d’atténuation courantes les plus pertinentes dans les plans et devis par l’intégra-
importantes pour l’insertion harmonieuse du tion des clauses environnementales normalisées
projet dans l’environnement ; et des clauses particulières au document d’appel
• les mesures d’atténuation ayant fait l’objet d’offres ;
­d’ententes spécifiques lors de la consultation • la préparation d’un guide de surveillance envi-
des publics ; ronnementale présentant sous forme de feuillets
• les mesures d’atténuation particulières. cartographiques la localisation des mesures d’at-
ténuation à appliquer ;
Les mesures d’atténuation destinées à une sur­ • la surveillance environnementale des activités
veillance environnementale particulière au cours de pré-construction, de construction et de
de l’étape du projet doivent être validées auprès post-construction.
de l’ingénieur de projet. Les mesures d’atténuation
impliquant un suivi environnemental au cours Le programme de surveillance applicable à cette
des étapes du projet et de l’exploitation doivent étape devra notamment faire état des points
également faire l’objet de discussions auprès des suivants :
responsables concernés. • les objets ou les lieux spécifiques de
surveillance ;
Activité 10 : Programme • les ressources, les outils et les moyens garantis-
de surveillance et de suivi sant la protection de l’environnement lors des
Sur la base des informations disponibles au terme travaux de chantier par la présence, notamment,
de la phase 2 de l’avant-projet, le programme de d’un surveillant environnement ;
surveillance et de suivi vise à cerner les engage- • le dépôt éventuel d’un rapport de surveillance
ments d’Hydro-Québec qui devront être respectés (guide de surveillance complété).
lors des étapes du projet et de l’exploitation.

Les engagements à intégrer aux étapes ultérieures Sous-activité 10.2 : Élaboration d’un
sont tirés principalement des mesures d’atté­ programme de surveillance applicable
nuation courantes et particulières applicables à l’étape de l’exploitation
au projet. De plus, le programme devrait com­ Cette sous-activité a pour objet d’élaborer les lignes
prendre un bilan des engagements pris lors des directrices d’un programme de surveillance appli-
périodes de consultation. Celui-ci peut prendre cable aux activités associées au fonctionnement de
la forme d’un tableau ­synthèse de l’ensemble des l’équipement et à son entretien. Le programme
en­gagements pris dans le rapport d’évaluation de surveillance applicable à cette étape devra faire
­environnementale et ceux pris envers les autorités état des points suivants :
gou­vernementales et les citoyens. • les mécanismes de transfert des engagements
entre les équipes responsables de l’étape du
Sous-activité 10.1 : Élaboration d’un projet et de l’étape de l’exploitation ;
programme de surveillance applicable • les objets ou les lieux spécifiques de
à l’étape du projet surveillance.
Le but de cette sous-activité est de cerner les
lignes  directrices d’un programme de surveillance
160 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

Sous-activité 10.3 : Élaboration d’un Par ailleurs, l’expérience acquise au cours des vingt
programme de suivi environnemental dernières années a permis d’évaluer la pertinence
Cette sous-activité, si nécessaire, vise à cerner les de certaines étapes de la méthode pour certains
lignes directrices d’un programme de suivi envi- types de projets, de raffiner les outils d’analyse,
ronnemental. Les activités de suivi retenues à cette d’élaborer des mesures d’atténuation qui font
étape font généralement référence à des observa- maintenant partie intégrante de la conception des
tions in situ reliées spécifiquement au projet projets ou qui sont applicables à tous les types de
concerné. projets, et de développer une nouvelle grille de
détermination de l’importance des impacts.
Le programme de suivi environnemental pourra
notamment relever les types d’impacts prévus Une révision de la Méthode d’évaluation environne­
ou les mesures d’atténuation particulières devant mentale – Lignes et postes sera entreprise. Elle vise
faire l’objet d’un contrôle spécifique, en vue d’en principalement à mettre à jour les textes de la
évaluer, respectivement, la pertinence ou l’exécu- Méthode, à revoir les différents outils d’analyse et
tion effectives. à concevoir un outil convivial pouvant être intégré
au site Intranet d’Hydro-Québec.
Activité 11 : Participation à la réalisation Les modifications attendues à la Méthode concernent
du rapport de la phase 2 de l’avant-projet
notamment :
Cette dernière activité de l’étape de l’avant-projet
• l’ajout d’une démarche abrégée, adaptée aux
a pour objet de synthétiser la problématique envi-
projets de lignes et de postes d’envergure
ronnementale sous-tendant le choix du tracé ou de
limitée ;
l’emplacement retenus et optimisés. Elle implique
• l’élaboration d’une démarche adaptée aux pro-
une participation à la réalisation du rapport de
jets de remplacement de lignes ou de postes ;
la  phase 2 de l’avant-projet, notamment en ce
qui concerne la rédaction des sections relatives à • la mise à jour des outils d’analyse tels que la
­l’évaluation environnementale, ainsi qu’à la réali- matrice des impacts potentiels, le classement
sation de la cartographie afférente. De plus, la des éléments du milieu, les critères de locali­
­fonction Environnement peut être appelée à col- sation courants, les sources d’impacts et la
laborer à la réalisation du bulletin d’information méthode d’évaluation des impacts ;
réalisé dans le but de rendre public le choix de la • la référence à des exemples issus de projets
solution retenue. récents ;
• la prise en considération des clauses environne-
Le rapport de la phase 2 de l’avant-projet contient,
mentales générales dans la détermination de
outre l’étude environnementale, des sections rela-
l’impact appréhendé.
tives à la justification du projet, aux caractéristiques
techniques du projet ainsi qu’à la communication
avec le public.
BIBLIOGRAPHIE
Hydro-Québec. (1992) Méthode d’évaluation environ-
CONCLUSION nementale lignes et poste. 312p. + annexe

Depuis l’élaboration de la version de 1990, les


cadres législatifs fédéral et provincial au Canada et
au Québec ont évolué, de même que l’encadrement
interne de l’entreprise, les pratiques d’aménage-
ment du territoire et le contexte social.
CHAPITRE 9
L’intégration de l’évaluation
environnementale dans le cycle des projets

Martin Yelkouni

Introduction
Les critères de réussite d’un projet
Le cycle d’un projet et le processus décisionnel
Le cycle du projet
Le processus décisionnel
L’intégration de la protection de l’environnement
dans le cycle de vie d’un projet
La phase de planification
Les phases de construction et d’exploitation
Les niveaux de prise de décision
Les avantages de l’intégration de la protection
de l’environnement dans la gestion de projet
Conclusion
162 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION gestionnaires de projets doivent tenir compte de la


complexité des interactions humaines, environ­
Depuis quelques décennies, la gestion de projet est nementales et économiques et des valeurs socio­
un processus largement appliqué qui se répartit en culturelles des acteurs impliqués. Pendant la gestion
phases distinctes. Ces phases constituent ce qu’on d’un projet, toutes les principales parties concer­
appelle le cycle d’un projet. La gestion du cycle nées sont appelées à prendre continuellement des
d’un projet est considérée comme intégrée si décisions sur la base de l’information disponible,
toutes les phases du cycle sont conçues et gérées pour rendre la réalisation du projet efficace au
de telle sorte qu’elles soient interdépendantes. Ceci regard de l’atteinte de ces objectifs. Or les pré­
implique que la gestion de chaque phase tienne occupations et les impacts environnementaux
compte des éléments (analyses, informations, risquent parfois de compromettre la réalisation
méthodes) de la ou des phases précédentes. La d’un projet pourtant bien défini sur les plans tech­
­gestion s’entend ici d’un ensemble de processus nique, économique et social.
structurant et facilitant l’accomplissement d’objec­
tifs fixés, de façon efficace et efficiente (Ecoscan En effet, certains critères sont généralement consi­
S.A., 1999). dérés comme essentiels pour la préparation, la
­gestion et l’évaluation d’un projet. Dès lors, les
La gestion intégrée du cycle de projet se concentre responsables du projet et les évaluateurs doivent
sur la gestion des différentes interventions des pro­ surveiller l’évolution de ces critères (encadré 9.1).
jets de développement. Son objectif est de contri­
buer à transformer une situation insatisfaisante Dans le cadre de la planification, de l’approbation
en une situation satisfaisante. La gestion intégrée et du contrôle des projets de développement, les
du cycle de projet est un grand défi, car il s’agit de préoccupations environnementales sont donc d’une
prendre en compte des situations complexes, parfois grande importance et doivent être prises en compte.
changeantes et souvent difficiles à maîtriser. Les évaluations environnementales et sociales per­
mettent de prendre en compte les risques de ces
Dans ce chapitre, nous aborderons quatre points projets sur l’environnement physique, biologique
essentiels. Après avoir décrit les critères de réussite et humain, au même titre que les risques tech­
d’un projet, nous nous pencherons sur le cycle d’un niques, économiques et sociaux.
projet et le processus décisionnel. Nous mettrons
ensuite en relief l’intégration de la protection de En effet, un projet de développement (aménage­
l’environnement dans le cycle de vie d’un projet. ment, installation ou équipement) peut :
Enfin, nous analyserons les avantages de l’intégra­ • générer des impacts sur l’environnement ;
tion de la protection de l’environnement dans la • produire, en cas d’accident, des risques majeurs
gestion de projet. pour les humains et l’environnement ;
• consommer des ressources non renouvelables ;
• influencer la qualité de vie et la santé de ses
LES CRITÈRES DE RÉUSSITE utilisateurs.
D’UN PROJET Afin de prévenir ces effets négatifs, il faut intégrer,
le plus tôt possible, la protection de l’environne­
Pour mener un projet à son terme, il faut disposer
ment dans la gestion du projet.
d’une méthodologie définissant les points de pas­
sage conduisant à la réussite (Marchat, 2011). Les
CHAPITRE 9 – L’intégration de l’évaluation environnementale dans le cycle des projets 163

Encadré 9.1.  Critères de qualité et de réussite de la gestion de projet


La pertinence du projet renvoie à sa raison d’être et au de rendre compte si le mode d’organisation et le style
lien qu’il a avec son environnement (biophysique, écono- de gestion répondent aux exigences du moment et sont
mique, social et politique, culturel, technologique) dans régulièrement rajustés (si nécessaire) en fonction des
son intégralité. Le critère de la pertinence indique si changements survenus dans le contexte du projet.
le projet répond à un problème réellement existant et
L’efficience d’un projet se mesure par le solde du coût
assez important.
des investissements et des profits obtenus. Ainsi, la ges-
La faisabilité indique si les objectifs du projet proposé tion est dite efficiente si elle parvient à mener le maxi-
peuvent être réellement atteints, compte tenu du contexte, mum d’activités avec le minimum de moyens.
des moyens du projet ainsi que des objectifs prévus dans
L’efficacité détermine la mesure dans laquelle un projet
le plan du projet.
atteint ses objectifs, en qualité et en quantité.
La viabilité du projet se définit comme sa capacité de
L’impact est le changement, positif ou négatif, direct ou
continuer à générer des profits une fois que l’appui exté-
indirect, prévu ou imprévu, voulu ou non voulu, produit
rieur aura cessé. Si un projet est limité dans le temps,
par la réalisation d’une intervention. Il peut également
ses avantages doivent perdurer une fois que le projet
être considéré comme un critère d’évaluation qui indique
aura été achevé.
tous les effets d’une intervention dans différents domaines :
Le partenariat renvoie à la nécessité de vérifier réguliè- financier, économique, social, culturel, institutionnel,
rement si les partenaires disposent des capacités et des environnemental.
ressources nécessaires. Il est également recommandé Source : South Research ASBL (2014).

LE CYCLE D’UN PROJET Pendant la première phase, l’avant-projet, on dis­


tingue habituellement :
ET LE PROCESSUS
• la programmation : on définit la politique de
DÉCISIONNEL développement ;
Une gestion optimale du projet et le respect effectif • l’identification : même si le projet n’est pas
de l’environnement ne peuvent se faire que si des encore détaillé, on définit :
études environnementales accompagnent systéma­ –– le bien-fondé de l’intervention envisagée,
tiquement toutes les phases du projet, depuis sa
–– les objectifs poursuivis et les buts à
planification, en passant par sa construction et son
atteindre ;
exploitation, et jusqu’à son démantèlement (André,
Delisle et Revéret, 2010). L’évaluation environnemen­ • la formulation : le projet est formulé de façon
tale s’ajuste donc à ce cycle de vie d’un projet. complète :
–– la faisabilité technique et économique du
En quoi consiste le cycle d’un projet, et comment projet,
intégrer les préoccupations environnementales à
–– la conception opérationnelle du projet
chaque phase de ce cycle ?
–– la préparation du mandat du dossier
Le cycle du projet d’appel d’offres ;
• l’évaluation et la prise de décision : on évalue les
Le cycle du projet comporte trois phases fonda­ offres techniques et financières et on choisit les
mentales : avant, pendant et après le projet. intervenants :
–– la préparation des plans et devis,
–– la soumission des dossiers d’appel d’offres,
–– la sélection des mandataires.
164 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

La seconde phase est la réalisation du projet : complète et actualise les informations de la ou des
• l’exécution des travaux et la mise en place des phases précédentes et favorise la prise de décisions
outils de gestion ; appropriées.
• le suivi des travaux, l’audit ou le contrôle ;
Le processus décisionnel
• la rédaction des rapports ;
Chaque projet passe par au moins trois niveaux
• l’évaluation à mi-parcours.
de planification :
Enfin la troisième phase est l’évaluation finale • le niveau de la décision stratégique ;
du projet : • le niveau de l’élaboration du projet ;
• l’élaboration du rapport de fin de projet ; • le niveau de la conception du projet.
• l’évaluation ex post ;
À la fin de chaque étape de planification, des déci­
• la détermination des leçons à tirer.
sions fondamentales concernant le projet sont
Dans le cycle d’un projet, le suivi est l’ensemble de prises. Dès lors, la marge de manœuvre se réduit à
méthodes de surveillance qui ont une fonction chaque étape. Dans le processus de prise en compte
de gestion et qui sont souvent comprises comme des préoccupations environnementales dans un
des activités continues, contrairement à l’évalua- projet, il faut clairement déterminer, à chaque
tion, qui intervient à un moment ponctuel ou à la étape, sur quels paramètres fondamentaux il
fin du projet (ou les deux). L’évaluation a un objec­ est  possible d’agir. En effet, une connaissance
tif double : d’une part, maintenir la bonne orienta­ approfondie des diverses composantes du projet,
tion au cours de l’évolution du projet en apportant ­notamment en ce qui concerne la période d’exploi­
des corrections au besoin ; d’autre part, faire le bilan tation, est nécessaire afin de déceler toutes les
de fin de projet en matière d’efficacité et d’effi­ sources possibles d’impacts à long terme (Leduc,
cience et tirer les leçons pour d’éventuels projets et Raymond, 2000).
similaires. Le suivi peut être interne au projet, par
Le tableau 9.1 présente, pour chacune des trois
exemple quand il est effectué par les personnes
étapes de la planification, les types de décisions à
ayant en charge le projet sur le terrain. Il peut aussi
prendre et le type de choix à faire. Comme l’écri­
être externe, quand il est fait par une tierce per­
vait l’économiste Michał Kalecki : « Planifier, c’est
sonne. Notons aussi que le suivi ne se confond pas
penser par variantes. »
avec l’évaluation. Alors que l’évaluation est globale
et porte sur l’ensemble des facteurs de qualité et de Les différentes décisions concernant un projet sont
réussite, le suivi est limité et se focalise sur l’effi­ prises à trois niveaux différents :
cience et l’efficacité, ainsi que sur la gestion et les
• Le premier niveau, bien en amont du projet
règles et pratiques administratives convenues
d’installation, est celui des décisions ou choix
(South Research ASBL, 2014).
stratégiques. Ces décisions sont réalisées lors de
En résumé, chaque phase a sa fonction propre. Dans la planification au niveau international, national
chacune d’elles, des activités spécifiques doivent ou régional. Cette planification se fait sous la
être exécutées et des informations précises collec­ forme d’une politique globale, de plans direc­
tées afin que les acteurs impliqués soient en mesure teurs ou de plans sectoriels et de programmes.
de prendre des décisions avisées. Chaque phase C’est en général à ce niveau que sont examinées
est gérée sur la base des informations recueillies les différentes solutions possibles à un projet
durant la phase précédente et des décisions qui permettant de remplir la même fonction.
ont  été prises à ce moment. Chaque phase • Le deuxième niveau est celui de l’élaboration
du projet. C’est à ce niveau que tous les choix
CHAPITRE 9 – L’intégration de l’évaluation environnementale dans le cycle des projets 165

TABLEAU 9.1.  Les trois niveaux de prise de décision pour un projet


Niveau décisionnel Type de décision Choix
Niveau de la décision Faut-il faire ou ne pas faire le projet? Alternatives
stratégique •• Choix technologiques fondamentaux
•• Comptabilité avec la planification nationale,
les stratégies sectorielles et les accords
internationaux
•• Compatibilité avec la stratégie de développement
durable
Niveau de l’élaboration •• Choix du site Variantes
du projet •• Choix de la taille optimale du projet
•• Choix du type d’installation
•• Choix de la technologie et du procédé
Niveau de la réalisation •• Choix des mesures de réduction des impacts Mesures de protection
du projet (avant-projet •• Choix des mesures de compensation de l’environnement
et projet détaillé) Mesures de compensation

fondamentaux d’un projet sont pris. Ces choix d’approche s’impose : éviter, réduire et enfin
sont étudiés sous la forme de variantes : variantes compen­ser. C’est aux deux premiers niveaux
de choix de site, de la taille du projet, du type de  planification qu’il est possible d’éviter les
d’installation, du choix de la technologie et effets négatifs.
des procédés, etc. Ces choix sont particuliè­
rement importants, puisque c’est à ce niveau
qu’il est possible d’éviter, de supprimer ou de
réduire considérablement les impacts négatifs L’INTÉGRATION DE
d’un projet. LA PROTECTION DE
• Le troisième niveau, celui de la réalisation du L’ENVIRONNEMENT
projet, permet de réduire les effets négatifs
du projet sur l’environnement sous la forme
DANS LE CYCLE
de mesures de protection de l’environnement DE VIE D’UN PROJET
(mesures d’atténuation) ou de compenser les
L’évaluation environnementale fait donc partie du
impacts résiduels restants par des mesures de
processus de planification globale d’un projet, qui
compensation. En général, ces mesures ne modi­
débute dès le début de la réflexion stratégique pour
fient pas les choix fondamentaux d’un projet,
se poursuivre avec les choix stratégiques, la concep­
mais elles s’intègrent au projet prévu.
tion et l’élaboration du projet et, enfin, sa mise
Il est important de souligner que les deux premiers en œuvre.
niveaux de la planification sont les seuls où il soit
Pour une gestion optimale du projet et un respect
possible d’influencer les décisions principales et les
effectif de l’environnement, il est impératif que des
caractéristiques majeures d’un projet, et donc
études environnementales accompagnent systé­
ses principales conséquences négatives sur l’envi­
matiquement toutes les phases du projet : la
ronnement. Dans la prise en compte des impacts
pla­nification, la construction, l’exploitation et le
négatifs d’un projet, une certaine hiérarchisation
166 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

démantèlement. La phase d’exploitation peut com­ • Enfin l’élaboration du projet lui-même.


porter des changements et des modifications à l’ins­ ­L’évaluation environnementale, sous la forme
tallation. Ensuite, celle-ci sera mise hors service et d’une étude d’impact environnemental et social
démantelée, puis le terrain pourra être remis en (EIES), n’est formellement réalisée qu’à la
état pour une réaffectation ultérieure. ­dernière étape de la phase de planification
du projet.
Le tableau 9.2 présente schématiquement le cycle
de vie d’une installation, du berceau (la planification) Les phases de construction
à la tombe (le démantèlement de l’installation). et d’exploitation
La phase de planification La phase de construction consiste à mettre en œuvre
les décisions prises lors de l’EIES. Elle pose toute­
La phase de planification se décline en trois étapes :
fois un certain nombre de problèmes qui doivent
• Tout d’abord, la planification globale : elle a trait être traités successivement (Ecoscan S.A, 1999).
à l’aménagement du territoire, de la politique
• Il s’agit premièrement d’intégrer la phase de
générale et sectorielle aux grands plans d’amé­
construction dans le rapport d’étude d’impact
nagement et d’équipement et aux programmes
sur l’environnement (EIE). De nombreux
nationaux, régionaux, locaux et sectoriels.
impacts i­rréversibles et parfois imprévisibles
• Ensuite, la planification passe souvent par une peuvent survenir sur le chantier. Un des défis
étape plus floue : la conception de projet. Plutôt consiste à traiter le mieux possible les prévisions
qu’un processus formel, il s’agit souvent de d’impacts et les propositions de mesures de
réflexions et d’études de faisabilité économique protection pendant cette phase.
ou, plus rarement, technique.

TABLEAU 9.2.  Études environnementales accompagnant les phases de planification et de réalisation d’un projet
Phases du projet Étapes principales Études environnementales
d’une installation (fiches d’études)
Phase de planification Choix stratégiques Évaluations environnementales

Phase de prévision
stratégiques
(avant décision) Conception du projet Études environnementales préliminaires
Études d’impact sur l’environnement
par étapes
Élaboration de l’avant-projet Étude d’impact sur l’environnement
et du projet définitif
Phase de construction Appel d’offres et comparaison Conditions particulières en environnement
des soumissions
Phase de gestion

(après décision) Projet d’exécution Adaptation des évaluations d’impact


Construction Surveillance environnementale
Phase d’exploitation Exploitation Suivi environnemental
Démantèlement (Analyse de projet a posteriori)
Nouveau cycle de projet Réaffectation du terrain
Source : Adapté d’Ecoscan S.A. (1999).
CHAPITRE 9 – L’intégration de l’évaluation environnementale dans le cycle des projets 167

• La continuité doit être assurée entre les phases Pour éviter une coupure entre les équipes de pla­
de planification et de réalisation. Les équipes nification et de construction, on élabore un docu­
changent entre ces deux phases. Dans de nom­ ment de synthèse des études environnementales
breux projets, on constate une coupure nette à mettant en évidence les points sensibles des milieux
ce stade. Souvent, les ingénieurs de la direction touchés par le projet et les mesures de protection
des travaux et les entrepreneurs ne sont pas au envisagées pour réduire les impacts du projet et du
courant des mesures prévues dans le rapport chantier sur ces milieux.
d’EIE. Ces renseignements doivent absolument
être transmis d’une équipe à l’autre. Ainsi, il Cette approche de la gestion de l’environnement,
faut définir clairement les contraintes environ­ fondée sur la gestion de projet et l’assurance q
­ ualité,
nementales à respecter pendant la phase de possède les avantages suivants :
construction, autant que possible en termes • Il est possible d’intégrer la protection de l’envi­
quantitatifs. Il faut aussi documenter toutes les ronnement à chaque décision prise au cours du
clauses environnementales soulevées par l’auto­ cycle de vie du projet sans être trop en avance
rité décisionnelle dans les conditions d’octroi ou en retard au niveau des études, d’où une
du certificat de conformité environnementale. économie de moyens.
Ces dispositions doivent être incluses dans le • La démarche est assez flexible pour s’adapter à
cadre de référence des dossiers d’appel d’offres. l’évolution des contraintes environnementales,
De plus, une fois les travaux en cours, il faut ainsi qu’à celle des aspects législatifs, techniques
veiller à faire circuler l’information dans la hié­ et économiques.
rarchie. Les ouvriers ne savent pas toujours dis­ • Cette approche garantit que les mesures pres­
tinguer ce qu’il faut protéger ou détruire. Des crites seront réellement mises en place et que
instructions concrètes et pratiques s’imposent. leur efficacité sera vérifiée.
• L’évolution du projet après l’autorisation de • Elle favorise l’amélioration continue, l’inté­
construire pose aussi quelquefois des problèmes gration des expériences passées et l’efficacité
entre les promoteurs et l’autorité décisionnelle. des EIE.
Le projet peut subir de nombreux changements
qui remettent en cause les prévisions d’impacts Les niveaux de prise de décision
et les mesures proposées. Les changements
Avec l’intégration des évaluations environnemen­
importants ou préjudiciables à l’environne­
tales dans le cycle de projet, différentes décisions
ment biophysique et humain doivent donc faire
doivent être prises en tenant compte de la faisabi­
­l’objet d’une évaluation environnementale et
lité technique et économique et de l’acceptabilité
de négociations.
sociale. La figure 9.1 présente les différents niveaux
La continuité du souci de protéger l’environnement de prise de décision.
doit donc être assurée lors du passage de l’étude à
L’EIE gagne en efficacité dès lors que son interven­
la réalisation. Cela peut se faire :
tion survient promptement dans le processus d’éla­
• d’une manière contractuelle, lors de la rédaction boration d’un projet, à savoir dès la planification
des conditions particulières des soumissions ; (Leduc et Raymond, 2000). En effet, plus la réa­
• par une sensibilisation des entreprises aux lisation du projet est avancée, plus les mesures
­problèmes environnementaux  ; ­correctives sont onéreuses.
• par la présence d’un spécialiste de l’environne­
ment assistant le chef de la division des travaux
sur le chantier.
168 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

FIGURE 9.1.  Tendance de l’évolution de l’étude d’impact sur l’environnement


Études Phases principales Décisions Observations et mesures
environnementales d’une installation principales de l’environnement

Étude stratégique Planification globale


sur l’environnement Décision
Avant
de planifier
Étude de faisabilité décision
Conception du projet
environnementale
Décision
d’investir Mesurer l’état
Étude d’impact sur
Élaboration du projet de l’environnement
l’environnement
Autorisation
de construire
Surveillance Mesurer les effets
Construction du projet sur
environnementale l’environnement
Autorisation
d’exploiter Mesurer les émissions
Exploitation du projet (respect
Mise des normes)
hors service Mesurer les émissions
Suivi en Analyse
Démantèlement du projet (respect
environnementale de projet
Remise des normes)
a posteriori
en état
Réaffectation
du terrain
Source : Ecoscan S.A. (1999).

LES AVANTAGES • Prévenir plutôt que guérir


Le principe de prévention appliqué à la gestion
DE L’INTÉGRATION
de projet permet d’éviter les impacts et les
DE LA PROTECTION DE risques majeurs dès l’étape de la conception
L’ENVIRONNEMENT DANS du projet.
LA GESTION DE PROJET • Réduire les coûts
Si on intègre dès la réflexion initiale le concept
L’environnement est parfois vu comme une de protection de l’environnement et de gestion
contrainte dans la réalisation d’un projet. Pourtant, du risque, les mesures de protection coûteront
sa prise en compte comporte de réels avantages à moins cher que si on attend que le projet soit
plusieurs égards : bien défini pour les établir.
• Protéger l’homme et l’environnement • Réduire l’insécurité financière
On évite ou on atténue les impacts du projet, Quand on détermine les conséquences de la
on réduit les risques d’accident et leurs consé­ protection de l’environnement et de la gestion
quences, et on améliore la qualité de vie des des risques sur le projet, il est plus facile d’éta­
utilisateurs du projet. blir son budget global.
• Respecter l’obligation légale • Instaurer un climat de confiance
Les EIE et les études de risques sont obligatoires Un bon concept environnemental et une bonne
pour tous les grands projets. communication permettent d’instaurer un climat
CHAPITRE 9 – L’intégration de l’évaluation environnementale dans le cycle des projets 169

de confiance avec les autorités, les voisins et les • Améliorer la qualité de vie
associations de protection de l’environnement. Un bon concept environnemental doit tenir
• Éviter les erreurs de procédure compte des utilisateurs de l’installation. Une
Souvent, les procédures environnementales sont bonne qualité de vie, par une architecture
très complexes et nécessitent l’obtention de durable, est un élément positif pour tous les
nombreuses autorisations. Une bonne planifica­ utilisateurs.
tion permet d’éviter les erreurs de procédure,
La figure 9.2 donne une vision d’ensemble de
le renvoi des dossiers et, partant, les retards.
­l’approche pratique. Elle montre qu’à toutes les
• Promouvoir une image respectueuse de étapes, les outils environnementaux doivent être
l’environnement pris en compte. Cela suppose que les concepteurs du
Nombre d’entreprises mettent en place des poli­ projet et ceux qui vont le mettre en œuvre travaillent
tiques et des stratégies de protection de l’envi­ en concertation pour en assurer la réussite.
ronnement. Une telle politique est souvent
intégrée dans la stratégie globale de communi­
cation de l’entreprise.

FIGURE 9.2.  Exemple d’approche pratique d’intégration de la gestion de l’environnement dans le cycle de vie d’un projet

CYCLE DU PROJET GESTION DE L’ENVIRONNEMENT

Réalisation du projet Surveillance et suivi environnemental


• Plan et devis incluant les préoccupations • Observation continue des mesures
environnementales de contrôle
• Exécution des travaux • Suivi environnemental spécifique
• Surveillance • Validation des prescriptions initiales

Évaluation du projet Audit environnemental (interne)


• Examen de l’efficacité et de l’efficience • Appréciation de la justesse
• Leçons à tirer des effets anticipés
• Appréciation de l’efficacité et de la
pérennité des mesures d’atténuation
• Leçons à tirer

Identification du projet Examen environnemental préliminaire


• Concept • Reconnaissance des enjeux
• Objectifs et objet • Détermination de la portée de l’examen

Définition et approbation du projet Analyse environnementale détaillée


• Faisabilité technique et économique • Examen des répercussions
• Opérationnalisation environnementales
• Élaboration des mesures d’atténuation
• Formulation des préoccupations
environnementales
• Décision sur l’importance relative
des effets anticipés
• Conceptualisation environnementale
170 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

CONCLUSION Ecoscan S.A. (1999). Surveillance et suivi environnemental


des projets soumis à EIE en Suisse : aide à la définition
Les projets sont indispensables pour le développe­ et à l’application des mesures de protection de l’environ-
ment. Ils constituent un outil de planification au nement, Lausanne, Office fédéral de l’environnement,
niveau national et international. Intégrer l’environ­ des forêts et du paysage (OFEFP) et Groupe EIE de
nement dans le processus d’un projet est aujourd’hui Suisse occidentale et du Tessin (GREISOT), <https://
une nécessité pour quiconque entend respecter ses www.greie.ch/web/wp-content/uploads/2007/08/
ecoscan2_final.pdf>, consulté le 4 décembre 2018.
engagements pour la protection de l’environne­
ment. L’évaluation environnementale est donc un Fortin, M.-J. (2009). « L’évaluation environnementale de
processus continuel, du début à la fin du projet. grands projets industriels : potentialités et limites pour
la gouvernance territoriale », VertigO – la revue élec-
Cette démarche continue, progressive et itérative tronique en sciences de l’environnement, vol. 9, no 1
doit être transversale pour assurer l’atteinte des (mai), <http://journals.openedition.org/vertigo/
objectifs de développement durable. Dès lors, l’éva­ 8505>, consulté le 13 novembre 2018.
luation environnementale au sens large offre des Leduc, G. A. et M. Raymond (2000). L’évaluation des
outils pour l’élaboration de projets respectueux de impacts environnementaux, un outil d’aide à la décision,
l’environnement. La législation internationale et Sainte-Foy, MultiMondes.
nationale en matière d’environnement constitue le Marchat, H. (2011). La conduite de projet, Paris, Eyrolles.
socle juridique de l’efficacité de la mise en œuvre South Research ASBL (2014). Gestion du cycle de pro-
de ces projets. jet et le cadre logique, manuel préparé pour le minis­
tère  des Affaires étrangères du Grand-Duché de
­Luxembourg – Direction de la coopération au déve­
loppement ; premier cycle de formation des ONG
BIBLIOGRAPHIE luxembourgeoises (novembre 1999 – janvier 2001)
mis à jour par le Cercle de coopération des ONG
André, P., C.E. Delisle et J.-P. Revéret (2010). L’évalua-
de développement, <http://cercle.lu/wp-content/
tion des impacts sur l’environnement : processus, acteurs
uploads/2018/01/Manuel_GCP_2014.pdf>, consulté
et pratique pour un développement durable, 3e éd.,
le 24 décembre 2018.
Montréal, Presses internationales Polytechnique.
CHAPITRE 10
L’évaluation environnementale stratégique 1

Samuel Yonkeu et Michel A. Bouchard

Introduction
Objectifs et caractéristiques
Origine et historique
Types et portée
L’approche par enjeux
L’évaluation environnementale stratégique
et la planification
Bonnes pratiques
Le cadre de mise en œuvre de l’évaluation
environnementale stratégique
Processus, outils, techniques et méthodes
d’évaluation environnementale stratégique
L’évaluation environnementale stratégique
comme outil de communication
Le processus décisionnel axé sur la durabilité

1. Bien que ce chapitre soit une recension


de plusieurs articles et documents
­scientifiques, une grande partie de son
contenu a été empruntée aux notes
de  cours du professeur Michel A.
­Bouchard (Polytechnique Montréal) et
à McCarthy et al. (2010).
172 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

INTRODUCTION • l’esquisse d’un cadre national ou régional de


gestion environnementale ;
L’évaluation environnementale stratégique (EES)
• la rationalisation du processus d’évaluation au
est un outil qui permet de porter l’évaluation envi­
niveau des projets.
ronnementale (EE) au niveau des processus déci­
sionnels liés à la planification du développement. De même, on reconnaît les caractéristiques sui­
vantes comme étant souhaitables pour une EES :
L’évaluation environnementale stratégique peut
ainsi être définie simplement comme un processus • Être systématique et pouvoir faire l’objet d’un
d’évaluation et de prise en compte des enjeux envi­ cadre réglementaire ou législatif.
ronnementaux au plus haut niveau du processus • S’insérer harmonieusement dans le processus
décisionnel de l’appareil gouvernemental, en amont de décision et de planification.
de l’évaluation des impacts environnementaux (EIE) • Viser l’examen d’options, de scénarios ou
des projets (figure 10.1). L’EES s’applique parti­ d’alternatives.
culièrement aux projets de politiques, de plans et de • Faire une large part à la consultation publique
programmes (PPP), ou à des engagements ou des ou, tout au moins, se présenter comme un
initiatives de portée nationale et internationale. Elle ­processus soumis à l’examen du public.
permet, en principe, la prise en compte d’enjeux
environnementaux au niveau décisionnel où sont La plupart des pays développés, en particulier ceux
aussi considérés les enjeux économiques ou sociaux. d’Europe, ont introduit depuis plusieurs années la
pratique de l’évaluation environnementale des PPP.
Ce chapitre présente les objectifs, les caractéris­ Celle-ci reste cependant une pratique peu répan­
tiques et le cadre de mise en œuvre de l’évaluation due. Des études récentes (Hipondoka et al., 2016)
environnementale stratégique. Ses processus, outils, indiquent qu’une quarantaine de pays, dont tous
techniques et méthodes y sont également abordés. les pays membres de l’Union européenne, disposent
de systèmes d’EES.

L’EES se situe en dehors du cadre, et en amont, de


OBJECTIFS ET l’ensemble des processus administratifs familiers
CARACTÉRISTIQUES liés aux évaluations environnementales et sociales
des projets (figure 10.1). Elle permet en outre
On reconnaît quatre objectifs généraux aux éva­ d’élargir le cadre de ces évaluations en étendant
luations stratégiques (Bouchard, 2017 ; Clark, l’analyse des impacts à l’analyse préliminaire des
2000 ; Fischer, 1999 ; Gibson et al., 2005 ; Partidário, externalités et en ouvrant la dimension de l’espace
2000, 2003 ; Sadler et Verheem, 1996 ; Thérivel et et du temps des analyses, parfois jusqu’au niveau
Partidário, 1996 ; Wood, 2003 ; Caratti, Dalkmann des effets transfrontaliers ou régionaux.
et Jiliberto, 2004 ; Dalal-Clayton et Sadler, 2005 ;
Fischer, 2002b) : Parce qu’elle se situe au niveau des PPP, l’EES est
pratiquée essentiellement par les fournisseurs
• la cohésion de la planification avec les principes
d’aide publique au développement, ainsi que
du développement durable (ou les objectifs
par les États ou les autorités gouvernementales.
de réduction de la pauvreté) ;
Elle peut aider à répondre à un certain nombre
• le balisage et la prise en compte des incidences de questions.
de grande portée, de nature globale, cumulative
• Pour le bailleur : Telle ou telle décision de prêt
ou synergique ;
ou d’investissement dans une opération de
CHAPITRE 10 – L’évaluation environnementale stratégique 173

FIGURE 10.1.  Processus administratifs liés à l’évaluation environnementale et sociale d’un projet

EES

Exante
ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES
PROMOTEUR, STRATÉGIQUES
SERVICES PUBLICS MAÎTRE D’ŒUVRE
Avis de projet
Consultation
Catégorisation
ANTE

ANTE
Consultation
Cadrage
Données de référence

Étude d’impact Consultation


Énoncé d’impact environnemental
Application,
alternatives
Description du
milieu de référence
Description
technique du projet TRANSFRONTIÈRES
Impacts du projet
Compensation,
EXTERNALITÉS
atténuation
PGE

Qualité et conformité
Analyse technique
et conformité

Consultation
Qualité

DÉCISION
POST

Conditions
IMPLANTATION
Surveillance Autosurveillance
POST

Suivi Monitoring
Gestion POST-PROJET

Source : Bouchard, M.A., Notes du cours « Impacts des projets d’ingénierie sur l’environnement »,
École Polytechnique de Montréal

« plan » ou de « programme » de développement économique, social et environnemental ? Est-il


est-elle acceptable et cohérente quant au déve­ compatible avec les objectifs nationaux de déve­
loppement durable et aux politiques internes loppement durable et cohérent avec le devoir
de l’institution en matière environnementale ? de bonne gouvernance environnementale ?
Le financement ou l’opération de prêt sont liés • Pour le gouvernement : Peut-on prévoir, pour
à la réponse à cette question. un ensemble de projets, un cadre de gestion des
• Pour l’État : La politique, le plan ou le pro­ impacts, tout en accélérant et en simplifiant la
gramme à l’étude est-il optimal sur les plans procédure d’étude d’impact pour chacun ?
174 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

L’EES doit être mise en œuvre dès que possible, En principe, l’EES doit pallier les insuffisances de
aux étapes de planification et de la prise de déci­ l’analyse au niveau des projets évalués un par un,
sion, et s’appliquer à toutes les propositions qui sans lien entre eux (Alshuwaikhat, 2005 ; Gibson,
pourraient produire des effets négatifs importants 2007 ; Partidário, 2000) :
ou qui préoccupent grandement le public, au • Une évaluation environnementale de projet est
niveau des politiques, des plans ou des programmes urgente et réactive. Elle est mue par les exi­
(encadré 10.1). gences pragmatiques et technocratiques de
l’appro­bation des projets ; souvent, elle examine
L’EES est née, du moins en partie, d’un désen­
des activités déjà choisies et même déjà conçues.
chantement collectif quant à la capacité de l’EE
d’un projet à favoriser des décisions qui respectent • Une évaluation environnementale de projet
l’environnement dans une perspective plus large a  une portée réduite. De petites décisions
(Dalal-Clayton et Sadler, 2005 ; Fischer et Seaton, ­progressives sont prises en l’absence d’une éva­
2002 ; Partidário, 2000). luation systématique et axée sur la durabilité,
ce qui élimine l’étude d’autres solutions et
empêche un examen plus général des effets
Encadré 10.1.  Terminologie cumulatifs spatiaux et temporels de projets
individuels.
La planification est la démarche d’élaboration d’une
politique, d’un plan ou d’un programme donné. • Une évaluation environnementale de projet est
mal intégrée et manque d’information perti-
Stratégique s’entend d’une initiative qui intervient en
nente. Elle est mal intégrée aux processus géné­
amont de projets ponctuels et qui définit le cadre dans
raux de planification, de politique et d’économie,
lequel ces projets sont mis en œuvre, à savoir une
politique (loi, règlement, politique ou cadre stratégique qui nécessitent un haut degré de certitude, car
gouvernemental ou ministériel), un plan (plan de déve­ elle repose sur des données, de l’information
loppement, d’urbanisme, plan régional de transport) ou et des études sur le terrain inappropriées ou
un programme (mesure d’assistance financière au déve­ difficiles à acquérir.
loppement, activité gouvernementale ou ministérielle
visant un domaine d’activité précis).

Une politique est la ligne de conduite générale ou la


proposition d’orientation d’ensemble qu’un gouver­ ORIGINE ET HISTORIQUE
nement adopte et qui guide la prise de décision en
aval. Il s’agit essentiellement d’un acte d’orientation Le concept ou le principe voulant que l’on procède
générale. à une EE qui puisse considérer les plans ou les
programmes en amont de plusieurs projets non
Un plan est un ensemble de schémas généraux ou
directeurs, ou d’objectifs coordonnés et organisés dans
encore définis se trouve en fait dans la formulation
le temps, souvent assortis de priorités, d’options et de originale de la première législation en matière
mesures, qui visent à mettre en œuvre une politique d’EE, la National Environmental Policy Act (NEPA)
dans un secteur ou une région en particulier. des États-Unis en 1969. L’énoncé original se lit
Un programme est l’ensemble des actions qui per­
comme suit :
mettent la mise en œuvre d’un plan ou d’une politique.
Include in every recommendation or report on
Le programme est un calendrier structuré et cohérent
proposals for legislation and other major Federal
d’engagements, d’instruments proposés ou d’activités
comportant des domaines d’intervention plus restreints actions significantly affecting the quality of the
(mesures d’intervention financière, activités gouverne­ human environment, a detailed statement by
mentales, activités communales ou municipales). the responsible official on –

(i) the environmental impact of the proposed


action,
CHAPITRE 10 – L’évaluation environnementale stratégique 175

(ii) any adverse environmental effects which appropriate to policies, plans and programs […] of a
cannot be avoided should the proposal be more strategic nature than those applicable to indivi-
implemented, dual projects […] likely to differ from them in several
important respects » (Wood et Djeddour, 1989).
(iii) alternatives to the proposed action,
Deux considérations ont mené à l’élaboration
(iv) the relationship between local short-term de l’EES :
uses of man’s environment and the maintenance
• Tout d’abord, l’EES se voulait un outil destiné
and enhancement of long-term productivity, and
à contrer le fait qu’une évaluation environne­
(v) any irreversible and irretrievable commit- mentale de projet peut arriver trop tard dans le
ments of resources which would be involved in processus de planification pour garantir qu’on
the proposed action should it be implemented a bien tenu compte de toutes les solutions pos­
(42 U.S.C. § 4332 C). sibles et de tous les impacts pertinents en ce qui
concerne les objectifs de développement
NEPA’s procedural requirements apply to a durable (Jones et al., 2005 ; Lee et Walsh, 1992 ;
­Federal agency’s decisions for actions, including Wood et Djeddour, 1992).
financing, assisting, conducting, or approving
• Deuxièmement, la planification et l’examen des
projects or programs; agency rules, regulations,
politiques sont de plus en plus propulsés par le
plans, policies, or procedures; and legislative
souci du développement durable. Par consé­
­proposals (CEQ, 2007, p. 4).
quent, l’EES peut être vue comme une réponse
La NEPA établit ainsi les principes de l’EE ainsi à cette tendance.
qu’à peu près toute la méthodologie encore utilisée
Sur le contenu, la forme et les méthodes de l’EES
aujourd’hui pour la réalisation des études ­d’impacts.
ont varié considérablement au fil du temps. Aux
À l’expérience, on s’est bien aperçu que certaines
Pays-Bas, depuis 1995, une « clause environnemen­
évaluations portaient sur des projets spécifiques et
tale » (Environmental Test ou E-test) doit accompa­
d’autres, sur des « actions » qui englobaient des plans
gner tout énoncé de politique soumis au Cabinet.
et des programmes. En pratique, les décisions poli­
Cette évaluation environnementale de la politique
tiques et stratégiques étaient largement exclues
doit répondre essentiellement à trois critères :
de l’examen, sauf celles en lien avec des activités
1) elle devait se faire rapidement, sans retarder le
programmées qui pouvaient être regroupées (Dalal-­
processus de planification ou de décision ; 2) l’élé­
Clayton et Sadler, 2005). C’est ce qu’on a appelé
ment procédurier devait être tenu au minimum de
de façon informelle l’évaluation environnementale
façon à s’intégrer sans interférence aux autres ana­
programmatique.
lyses ; 3) le niveau d’effort devait être proportionnel
En 1977, le Department of Housing and Urban à l’enjeu. En 1996, 96 clauses environnementales de
Development (Ministère de l’Habitation et de deux à quatre pages chacune ont été préparées.
­l’Urbanisme des États-Unis) a souhaité procéder à
En 1992, on convenait déjà que les EES recou­
l’évaluation environnementale de ses programmes
vraient deux champs disciplinaires : l’EE et la pla­
pour la mise en application de la NEPA. Il a défini
nification. En conséquence, la réalisation d’une EES
ce qu’il a appelé l’Areawide Environmental Impact
pouvait emprunter à l’un et l’autre de ces domaines.
Assessment (Merrill, 1981), appelée par la suite
Ainsi, une EES pouvait se faire soit de manière
l’évaluation environnementale régionale.
assez bien cadrée, en imitant le processus d’évalua­
L’expression évaluation environnementale straté- tion environnementale des projets, soit de manière
gique apparaît pour la première fois dans la litté­ plus flexible, en adoptant une démarche héritée du
rature professionnelle en 1992 (Wood et Djeddour, domaine de la planification et de l’aménagement.
1992). Elle désigne « the environmental assessments
176 Évaluations environnementales des politiques et projets de développement

L’EES peut (et doit) normalement être rendue for­ l’évaluation environnementale stratégique par la
melle et être encadrée par un processus adminis­ Commission européenne (2001a) et du Protocole
tratif défini, par un règlement ou même par une sur l’évaluation environnementale stratégique de
loi. Toutefois, peu de pays ont mis en place des la Commission économique des Nations Unies
dispositions formelles ou des exigences législatives pour l’Europe (CEE) (encadré 10.2).
pour assurer sa réalisation (Dalal-Clayton et Sadler,
2005). En 2001, moins de vingt pays avaient pris À l’opposé de la Directive européenne, qui rend
des dispositions officielles visant l’évaluation de PPP obligatoire la réalisation d’une EES pour tous les
(Jones et al., 2005 ; Sadler, 2001). Toutefois, ce plans et les programmes dans un certain nombre
nombre a augmenté depuis et continuera à le de secteurs précisément identifiés, il existe des
faire en raison de l’adoption d’une directive sur modèles plus flexibles, notamment celui que

Encadré 10.2.  Directives et protocoles internationaux pour l’évaluation


environnementale stratégique
Directive du Parlement européen et du conseil du Protocole de la Commission économique des Nations
27 juin 2001 relative à l’évaluation de certaines Unies pour l’Europe (CEE-ONU) relatif à l’évaluation
incidences des plans et programmes sur l’environne- environnem