Vous êtes sur la page 1sur 7

VACCINS ET SERUMS

L’immunoprophylaxie vise essentiellement à produire, sans dommage chez un sujet neuf, un état
réfractaire comparable à celui qui résulte de certaines infections naturelles, apparentes ou
inapparentes.

Deux types d’immunoprophylaxie peuvent atteindre cet objectif :

 La vaccination ou l’immunisation active

 La sérothérapie/séroprophylaxie ou l’immunisation passive

I - Différents types de vaccins :

Définition: La vaccination est un procédé consistant à introduire un agent infectieux extérieur


(bactérie, virus vivants atténués ou inactivés, ou bien une fraction de bactérie ou de virus) dans un
organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire.

Il existe trois types de vaccins :

I-1- Vaccins vivants atténués : VVA

Vaccins constitués de souches bactériennes ou virales dont on a supprimé toute virulence et gardé
l’immunogénicité : ainsi le sujet vacciné développe une infection proche de l’infection naturelle
réponse immunitaire protectrice.

L’atténuation de la virulence se fait par divers procédés :

 Adaptation à un hôte étranger : vaccins viraux + BCG

 Altération d’une ou de plusieurs voies métaboliques (mutants)

 Altération de fonction (s) spécifiquement impliquée (s) dans le pouvoir pathogène de l’espèce
bactérienne.

VVA bactériens :

 BCG ++ (voie ID)


 Typhoïde
 Choléra

VVA viraux :

 Poliomyélite type 1, 2, 3 SABIN (VO)


 Rougeole (s/c)
 Grippe (voie intra nasale, s/c)
 Rubéole (s/c)
 Fièvre jaune (s/c)
 Oreillons, Varicelle, Rotavirus
I-2- Vaccins inactivés ou tués : VT

Ces vaccins sont constitués de bactéries ou de virus dont on a supprimé toute virulence par
inactivation chimique (βpropionolactone, formol) ou physique (rayonnements, chaleur,….).

Ces agents inactivés ne sont plus capables de se multiplier (diff avec les VVA) mais gardent leur
pouvoir immunogène intact.

VT bactériens :

 Choléra (IM ou s/c)


 Typhoïde (s/c)
 Coqueluche (IM)
 Peste (IM)

VT viraux :

 Poliomyélite type 1, 2, 3 SALK/LEPINE (IM)


 Grippe (IM ou s/c)
 Rage (s/c)

I-3- Vaccins sous unitaires

Vaccins purifiés ou fractionnés

Ils sont constitués de fractions bactériennes ou virales intervenants dans l’immunisation.

Exp : toxines, polysaccharides : bactéries glycoprotéines HA, NA,… :virus


I-4- avantages et inconvénients :

II - Associations des vaccins

Il existe deux types d’association de vaccins

1- Vaccins combinés : même ampoule

 DT enfant / DT adulte
 DTC
 DTP
 DTTAB
 TETRA Coq

2- Vaccins associés :

Vaccins administrés simultanément

 DTC + polio orale


 DT + HBV

Ainsi les associations suivantes sont permises en cas de retard de vaccination:

 DTC + polio + anti rougeoleux


 BCG + polio + DTC + HBV
 DTC + polio + anti rougeoleux + HBV
 DT + polio + anti rougeoleux + HBV
 BCG + DTC + anti rougeoleux
 BCG + anti rougeoleux + anti tétanique
IV - Facteurs intervenants dans la réponse immunitaire vaccinale

1- Facteurs liés aux vaccins :

 Nature et dose de l’Ag administré


 Mode d’administration
 Utilisation d’adjuvant ou non

2- Facteurs liés à l’hôte :

 Age
 Constitution génétique
 Etat nutritionnel
 Immunocompétence du sujet
 Pathologies concomitantes

V - Conservation des vaccins

L’activité du vaccin est garantie par :

 La parfaite conservation depuis la fabrication jusqu’à l’administration.

 L’utilisation avant la date de péremption.

Les Facteurs intervenants dans la dénaturation des vaccins :

 Chaleur : conservation entre 0°C et 8°C (respect de la chaine de froid)


 Congélation : pour certains vaccins : antitétanique - DTC
 Lumière

Matériel de réfrigération :

 Chambre froide : au niveau de la wilaya, structure sanitaire

 Réfrigérateur : médecin, pharmacien,….

Exp : -polio, rougeole: partie la plus froide du frigo (fond du réfrigérateur)

-DT, DTC : étagère plus basse

-Solvants : bas du réfrigérateur, éviter la congélation.

 Glacières ou boites isothermes : pour le transport avec accumulateurs de froid congelés.

La Durée de conservation varie entre 10 et 190 H max en fonction de l’endroit, la saison,…..

VI - Contre-indications des vaccins

1- Contre-indications définitives :

 Affections malignes (perturbation des mécanismes immunitaires et le vaccin risque de


compliquer l’état du malade)
 Dépressions ou anomalies des mécanismes immunitaires (DI)
 Patients souffrant d’hypo ou agammaglobulinémie
 Chimiothérapie anti cancéreuse

2- Contre-indications temporaires :

 Grossesse
 Infections ou maladies (aigues) en cours d’évolution, exp: fièvre chez un enfant
 Certains états allergiques
SERUMS

I - Généralités :

 La sérothérapie et la séroprophylaxie permettent une immunisation passive ; celles-ci


confèrent à l’Homme une immunité immédiate mais peu durable.

 L’immunisation passive est l’injection de sérum purifié complet ou fractionné ou l’injection


d’Ig purifiées.

 Ces sérums sont obtenus à partir d’humains immunisés ou convalescents ou de donneurs


volontaires, on les appelle des sérums homologues. Ils peuvent être obtenus également à
partir d’animaux hyperimmunisés et on les appelle alors des sérums hétérologues.

 En général on injecte des IgG par voie IM.

II - Indications :

1- Déficit immunitaires

2- Personnes pouvant développer la maladie avant l’élaboration d’anticorps

Exp : maladie avec temps d’incubation court.

III - Avantages et Inconvénients :

1- Avantages :

Traitement précoce : immunité immédiate et rapide.

2- Inconvénients :

 Protection de très courte durée

 Accidents avec les sérums hétérologues : Choc anaphylactique, maladies sériques tardives.