Vous êtes sur la page 1sur 2

© Thomas Sanson - Mairie de Bordeaux

Imprimé sur papier écoresponsable par RP Diffusion – Paris

Prix [du métro] Goncourt

Prix [du métro] Goncourt Lors des prochains Venez vous rafraîchir les idées et rencontrer le lauréat

Lors des prochains

Venez vous rafraîchir les idées

Lors des prochains Venez vous rafraîchir les idées et rencontrer le lauréat ! de la com’pu
Lors des prochains Venez vous rafraîchir les idées et rencontrer le lauréat ! de la com’pu
Lors des prochains Venez vous rafraîchir les idées et rencontrer le lauréat ! de la com’pu

et rencontrer le lauréat !

vous rafraîchir les idées et rencontrer le lauréat ! de la com’pu bli que renseignements et

de la com’publique

renseignements et inscriptions

renseignements et inscriptions www.idcommunes.com

www.idcommunes.com

les idées et rencontrer le lauréat ! de la com’pu bli que renseignements et inscriptions www.idcommunes.com
que renseignements et inscriptions www.idcommunes.com décembre 2010 16 “ La perversion de la cité commence
que renseignements et inscriptions www.idcommunes.com décembre 2010 16 “ La perversion de la cité commence

décembre 2010

16

“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots”

“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots” Platon # 5 -
“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots” Platon # 5 -

Platon

“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots” Platon # 5 -
“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots” Platon # 5 -
“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots” Platon # 5 -
“ La perversion de la cité commence par la fraude des mots” Platon # 5 -

# 5 - Hiver 2010

# 5 - Hiver 2010

édito

DR
DR

Infobésité

Cause toujours… Les Français ne croient plus la communication. Pas seulement la pub, mais le discours. « Les entreprises nous mentent », montre en substance une enquête récente réalisée par

Makheia et Occurrence * . À mettre en parallèle avec le baromètre

« Les Français et la communication

locale » que nous avons réalisé avec CSA en 2009 : pour 43 % des Français, l’information délivrée par les collectivités locales n’est

pas transparente. La parole publique

a encore une petite longueur

d’avance. Mais pour combien de temps ? Regardons ce qui s’est produit en quelques années. Les journaux institutionnels ont grossi, se sont

étoffés d’éditions spéciales. Les supports spécifiques de toute

nature ont fleuri. L’espace public s’est rempli de médias nouveaux et imaginatifs. L’internet, le haut débit et désormais le numérique mobile ont multiplié les interactions avec le citoyen consommateur. De même que la société de consommation a créé l’obésité,

la société de l’information

engendre l’infobésité. Pour quel résultat ? Une démonétisation profonde et sans doute durable de la prise de parole dans l’espace public. Ne doutons pas que les entreprises sauront s’adapter. Mais l’intérêt

général mérite un peu plus d’éthique et de responsabilité ! Voilà le grand défi qui attend

la communication publique. Il n’est

pas question de se mettre en marge des innovations technologiques et des évolutions passionnantes

qu’elles suscitent. Mais il convient de ne pas suivre aveuglément

le troupeau et de s’interroger

sur la valeur de la parole publique,

son sens, ses finalités. Et si c’était cela, la valeur ajoutée de notre métier ?

* « Les Français jugent l’authenticité des entreprises » : enquête réalisée en septembre 2010 auprès de 1 000 Français actifs, selon laquelle une personne sur deux ne croit pas le discours institutionnel des entreprises.

Christian de La Guéronnière & Marc Dubreuil Directeurs associés d’IDcommunes

tENdANCES / technologies numériques

Soyons TIC mais pas toc

Applications mobiles, écrans tactiles, réseaux sociaux, codes 2D, géolocalisation, NFC (sans contact mobile)… Entre fascination technologique et valeur ajoutée pour le public, l’arbitrage n’est pas toujours aisé.

D’ un côté, Dominique Wolton, chercheur au CNRS, nous met en garde contre

la fascination du média, quel qu’il soit. « Ce qui est important, ce qui est compliqué, c’est l’autre », nous rappelle-t-il à longueur de confé- rences. De l’autre, James Farley,

vice-président de Ford chargé du marketing et de la communication, fait référence aux réseaux sociaux pour galvaniser les troupes : « You

can’t just say it. You have to get

people to say it to each other. »* Est- on en train de succomber à une mode stérile, artificielle et éner- givore ou assiste-t-on à une réelle révolution de la communication qui nécessite un changement en profondeur des pratiques et des modèles connus ? Force est de reconnaître que la magie numérique opère : l’inspec- teur Gadget de notre enfance est de retour, mais cette fois, dans la vraie vie ! Les TIC sont considé- rées par nombre d’acteurs publics comme l’opportunité de toucher

des populations moins sensibles aux supports « traditionnels » de la communication. On espère avoir enfin trouvé la clé

pour être entendu des jeunes, pour se faire comprendre des

personnes maîtrisant mal la langue fran- çaise, pour passer une tête dans

l’agenda surchargé d’un « CSP+ », pour convaincre le touriste de venir chez nous Sans doute, mais l’outil ne fait pas tout. Un site mobile pour

dire quoi ? Une application iPhone

pour proposer quels services ? Une présence sur Facebook pour fédérer quelle communauté ? Une table

sur Facebook pour fédérer quelle communauté ? Une table À Bordeaux, des QR codes déployés sur

À Bordeaux, des QR codes déployés sur le mobilier urbain, les panneaux d’affichage et dans le magazine, mènent vers des services gratuits : agenda, actualités, informations pour les personnes handicapées, données culturelles

tactile pour générer quel type de contacts ? Les expériences réussies constituent des exemples à suivre, mais nombreuses aussi sont les déconvenues ! Dans ce domaine plus encore que dans d’autres, il est important de faire le tri, de se documenter, de

penser l’organisation autant que le média et les messages.

IDcommunes, deve- nue administrateur de l’association des Territoires innovants (lire ci-contre), béné- ficie à cet égard d’un observatoire privilégié, qu’elle met à la disposi- tion de ses clients. Car prudence ne doit pas rimer avec immobilisme ! Les projets TIC audacieux et bien

portés permettent à des collec- tivités de s’ancrer durablement dans la modernité, de toucher de

nouveaux publics, de rendre acces- sibles des services appréciables, de faciliter l’accès à l’information ou encore – mais ce n’est pas toujours le cas – de réaliser de substantielles économies.

Besoin d’accompagnement

Notre conviction, fondée sur une expérience d’agence entièrement dédiée à l’intérêt général, est que la plupart des territoires ont besoin d’être accompagnés dans leurs choix TIC, sur une approche globale qui appréhende les aspects technique, stratégique, éditorial et opérationnel de la question posée. Une collectivité qui « veut » son application iPhone, par exemple, exprime parfois ainsi maladroite- ment son besoin d’être présente sur l’Internet mobile, ce qui ouvre, du coup, le champ des possibles en matière de solutions. Charge à nous de décrypter ces demandes et d’en valider la pertinence au regard des moyens financiers et humains mobilisables par le client, pour l’investissement comme pour le fonctionnement.

pour l’investissement comme pour le fonctionnement. * Vous ne pouvez pas vous contenter de le dire.

* Vous ne pouvez pas vous contenter de le dire. Vous devez faire en sorte que les gens se le disent entre eux.

Penser l’organisation autant que le média et les messages

Scannez le Flashcode® d’IDcommunes !

et les messages Scannez le Flashcode® d’IDcommunes ! IDcommunes a signé, en octobre 2010, un partenariat

IDcommunes a signé, en octobre 2010, un partenariat industriel avec Orange pour la distribution de Flashcodes® et QR codes. Une technologie en phase de généralisation, qui offre un nouveau mode d’accès à l’Internet mobile de manière réactive et économique.

Textos

Forum CAP’Com

Retour vers

le public

C’est le thème du 22 e forum de la

communication publique et territoriale organisé par Cap’Com du 30 novembre au 2 décembre, à Reims. Partenaire de l’événement, IDcommunes

y présentera une étude exclusive

sur la communication publique face aux quartiers en difficulté, réalisée en partenariat avec le réseau Cap’Com et l’association des maires Ville et Banlieue de France.

http://forum.cap-com.org

iNNovAtioN Et tErritoirES

Les usages à toute vitesse

iNNovAtioN Et tErritoirES Les usages à toute vitesse L’association des Territoires innovants, dont IDcommunes

L’association des Territoires innovants, dont IDcommunes est administrateur, organise le forum annuel des Interconnectés les 13 et 14 décembre,

à Lyon: conférences, débats, retours

d’expérience et ateliers autour des applications et des enjeux des nouvelles technologies pour les territoires, les collectivités et les citoyens.

www.interconnectes.com

ujjEF

La communication à l’honneur

Le 25 novembre à Paris, l’Ujjef - Communication et Entreprise remettra ses Grands prix 2010. Quatre nouveautés pour cette 24 e édition :

les prix de la campagne de communication corporate, de l’identité visuelle de marque corporate, de la campagne d’intérêt général et de la communication sur le développement durable et

la responsabilité sociétale de l’entreprise. www.ujjef.com

Prix

Clichy-sous-Bois

récompensée

La Ville a obtenu le prix du jury 2010 de la presse territoriale, décerné par Cap’Com, pour son Clichy-sous-Bois magazine, dont IDcommunes participe

à la réalisation depuis 2006. L’an

dernier, la campagne de promotion des politiques numériques de la Région Auvergne, créée par l’agence avec la participation d’Adverbia, avait été primée à quatre reprises (Ujjef, Cap’Com, Interconnectés, Forum e-démocratie).

(Ujjef, Cap’Com, Interconnectés, Forum e-démocratie). Paris - Siège social Bordeaux 75 rue de la Fontaine au
Paris - Siège social Bordeaux 75 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris Tél.
Paris - Siège social Bordeaux 75 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris Tél.
Paris - Siège social
Bordeaux
75 rue de la Fontaine au Roi
75011 Paris
Tél. : 01 49 29 75 66
contact@idcommunes.com
42 rue de Tauzia
33800 Bordeaux
Tél. : 05 56 31 47 41
contact-bordeaux@idcommunes.com

Olivier Abuli • Anne-Sophie Amiouni • Vanina Baulieu Pascal Beaumard • Christelle Bruyère • Laura Cella • Anne Chiang Marilyn Deret • Marc Dubreuil • Lionel Dupuydenus • Sandra Gérard Bettina Gillet • Quentin Josnin • Christian de La Guéronnière Céline Letellier • Aurélien Raspiengeas • Didier Rigaud Jessica Rispal • Romain Tord

• Aurélien Raspiengeas • Didier Rigaud Jessica Rispal • Romain Tord PubliCité, NE PAS jEtEr Sur

PubliCité, NE PAS jEtEr Sur lA voiE PubliquE

• Aurélien Raspiengeas • Didier Rigaud Jessica Rispal • Romain Tord PubliCité, NE PAS jEtEr Sur

questions à …

2

rEtour d’ExPériENCE / Communication concertée

Faire mieux et moins cher :

c’est possible !

En appliquant la méthode de la « communication concertée », on peut obtenir une efficacité vingt fois plus grande pour un euro investi. Tout cela en maîtrisant mieux les messages. Le citoyen dit oui !

E ces temps de crise

économique et morale,

est impératif d’être

n

il

exemplaire en matière

de dépense publique. À com- mencer par la communication publique, où l’on peut faire mieux et moins cher. Comment ? Avec un peu de volontarisme et beaucoup de bon sens. C’est ce que nous

avons appelé la « communication concertée » : une méthode simple mais formelle, qui permet à tous les acteurs publics partageant

un même territoire, une même compétence ou un même projet,

de communiquer à plusieurs de manière organisée et homogène. Non seulement le public apprécie – le message est plus lisible, moins brouillé – mais la portée de la com- munication est aussi plus grande, tout cela en réalisant de substan- tielles économies.

« Classique » vs « concertée »

En voici la preuve par l’exemple. Chacun connaît l’énergie (et l’argent)

l’exemple. Chacun connaît l’énergie (et l’argent) Communication « classique » Communication « concertée

Communication « classique »

Communication « concertée »

qu’il faut dépenser pour mettre en place une communication ad hoc. Un peu de réflexion et de coordina- tion de projet, la création d’un cadre graphique dédié, un site Internet, quelques panneaux d’exposition, un tract diffusé toutes boîtes, des affiches : c’est ce qu’un de nos clients a déployé pour amener les parties prenantes d’un projet de bus en site propre à participer à la concertation qu’il organisait (sur un territoire habité ou traversé par un peu plus de 100 000 personnes). Ce dispositif « classique », bien maî- trisé, a permis de toucher en direct quelque 35 000 « cibles ». Coût de l’opération : environ 1 le contact. En accompagnement de ces

actions, nous avons proposé à ce

client un dispositif de « communi- cation concertée » impliquant les six communes d’emprise du tracé, les grandes écoles et les entreprises du territoire. Très intéressées, y voyant un intérêt immédiat pour

« leurs » publics, ces communes, écoles et entreprises ont mobilisé massivement et significativement leurs propres moyens de commu- nication (sites Internet et maga- zines principalement) pour relayer l’information.

Impact supérieur

Nous avons évalué cette audience

à environ 150 000 contacts, via

des supports bien implantés loca- lement et aux forts taux de lecture

et de confiance. Un impact quanti- tatif et qualitatif supérieur donc, pour un coût au contact ramené

à 0,05 , soit 20 fois moins que

pour la communication « classique ».

Cet avantage économique s’accom- pagnait en outre d’une meilleure maîtrise des messages émis par les différents intervenants, gage de cohérence de la communication mise en œuvre. Au bénéfice de l’émetteur bien sûr, mais aussi du citoyen.

de l’émetteur bien sûr, mais aussi du citoyen. FormAtioN / Chaîne graphique Déjouez les pièges !

FormAtioN / Chaîne graphique

Déjouez les pièges !

Print, web, multimédia : le numérique est présent à toutes les étapes d’un projet de communication. IDcommunes, à travers sa filiale formation Le Troisième Étage, a conçu un programme qui vise

à optimiser la pratique des outils actuels et à anticiper les technologies

à venir. Déjà testée et approuvée par plusieurs clients !

T out le monde est professionnel… dans

son domaine. Or pour qu’un projet

réussisse, tous ceux qui y participent

doivent partager un socle de connaissances

et un langage commun. La communication ne fait pas exception, d’autant qu’elle convoque des technologies numériques qui évoluent sans cesse. Aussi Le Troisième Étage a-t-il élaboré une formation ad hoc destinée aux profes- sionnels de la communication – décideurs, coordinateurs, exécutants… – qui souhaitent assurer au mieux leur mission au sein d’un projet de communication et se tenir à l’affût des nouvelles technologies.

Faire les bons choix

D’une durée d’une à deux journées, la formation débute par un décryptage du monde numérique, pour mieux comprendre les rouages de la chaîne graphique plurimédia. Elle aborde ensuite toutes

les possibilités liées au bon usage du texte, des images et des différentes formes de publication. Il s’agit, à chaque étape, d’identifier les objectifs et les contraintes afin de faire les bons choix de matériels, logiciels, process, visuels, polices…

La communication de demain

S’appuyant sur un enseignement technique vul- garisé et des exemples concrets, la formation est accessible à tous et riche en conseils avisés. Le formateur, Lionel Dupuydenus, affiche plus de vingt ans d’expérience dans le secteur du graphisme et se passionne pour les nouvelles technologies, les nouveaux médias et les nouveaux usages. Avec cette formation, les professionnels de la communication renforcent donc leur maîtrise des projets d’aujourd’hui, pour leur garantir plus de qualité et d’efficacité, tout en mettant un pied dans le monde de la communication de demain.

mettant un pied dans le monde de la communication de demain. Corinne Gonthier, responsable de la

Corinne Gonthier,

responsable de la communication du Secrétariat général du Comité interministériel des villes

D R
D
R

> Votre équipe et vous-même avez suivi cette

formation. Que vous a-t-elle apporté ? J’ai une longue expérience en presse et en communication. J’avais donc l’impression de bien connaître la chaîne graphique. Pourtant, cette formation m’a appris plein de choses, notamment sur la fabrication. C’est encore plus vrai pour les membres de mon service, qui ne sont pas issus de la communication et n’avaient jamais suivi de formation sur ce sujet.

> Selon vous, quel intérêt y a-t-il à suivre

une formation ? Dans un service Communication, où le rythme est rapide, nous ne pouvons pas nous permettre de suivre des formations trop éloignées de notre activité, qui consiste à produire – newsletter, magazine, articles pour le site Internet… Elles doivent être « pratico-pratiques », comme celle sur la chaîne graphique, et trouver une application concrète dans le travail quotidien. Nous avons d’ailleurs sollicité Le Troisième Étage pour un module de formation complémentaire sur la fabrication. Mon équipe en a besoin : si on ne comprend pas ce que l’on fait ni pourquoi on le fait ainsi, on ne peut pas bien travailler.

mardi 7 décembre
mardi
7 décembre
Prochaine formation 2010
Prochaine
formation
2010

Publications print, web et multimédia

Les technologies numériques

à L’usage

des professionne

de

L a communication

Formation et chaîne graphiqueà L’usage des professionne de L a communication - www.le-troisieme-etage.fr L s Tribune DR Henry Dougier

- www.le-troisieme-etage.fr

L s

et chaîne graphique - www.le-troisieme-etage.fr L s Tribune DR Henry Dougier Directeur des éditions Autrement

Tribune

DR
DR

Henry Dougier Directeur des éditions Autrement

Les villes et la communication par le livre

Aujourd’hui, chaque territoire doit souligner ses dynamiques urbaines et ses pôles d’attraction pour attirer des cerveaux, des talents, des emplois, des financements… Le livre constitue

alors pour la collectivité ou l’institution un outil pour sensibiliser ses réseaux et raconter sa singularité. Depuis 1975, les éditions Autrement développent des collections autour du phénomène urbain en croisant les approches: socioéconomique (atlas), historique, etc. Ainsi, la série ethnographique «Monde» a longtemps été

la seule à raconter la vie urbaine des villes emblématiques du Nord et du Sud. Elle

a cédé la place à la collection « Villes en

mouvement » (Bondy, Porto, Toulouse…) qui met l’accent sur «les innovants»:

personnes, équipes et lieux qui inventent aujourd’hui de nouvelles démarches citoyennes, de développement durable. Ces livres veulent inciter à l’action, constituer une sorte de réseau de novateurs. Une démarche sans équivalent dans le monde. Plus atypique enfin, le Mook, un « magazine-book » grand format illustré, permet de « mettre en scène » une ville, un territoire, avec une panoplie très variée de textes et visuels. Ces différentes approches convergent pour stimuler l’imaginaire des lecteurs, leur sentiment d’appartenance à une communauté humaine et urbaine, leur désir de renouvellement et de mobilisation.

En bref

éCo-CoNCEPtioN

IDcommunes

sensibilise

En bref éCo-CoNCEPtioN IDcommunes sensibilise L’agence participe à la Semaine européenne de la réduction des

L’agence participe

à la Semaine

européenne de la réduction des

déchets, du 21 au 28 novembre 2010,

à travers une

série d’actions labellisées par l’Ademe. Celles-ci visent à sensibiliser collaborateurs, clients et partenaires

à la diminution de la consommation

de papier et de la production de déchets ainsi qu’à l’éco-conception dans la communication. En la matière,

IDcommunes diffuse à ses clients un document synthétisant les préconisations de l’Ademe et une mention particulière sur ce sujet est insérée dans toutes ses recommandations.

mArChéS PubliCS

Un guide

pratique…

et attendu

En juin 2009, un colloque sur les marchés publics de communication, organisé par Cap’Com avec la participation d’IDcommunes, a mis en évidence bonnes et mauvaises pratiques, et ouvert un débat qui s’est prolongé pendant plusieurs mois sur le site de Cap’Com. Ces échanges ont abouti à la publication d’un guide méthodologique et pratique, destiné aux dircoms et aux responsables des services juridiques et des achats. Un ouvrage de référence à commander ou à télécharger sur www.cap-com.org.

et des achats. Un ouvrage de référence à commander ou à télécharger sur www.cap-com.org. www.idcommunes.com

www.idcommunes.com