Vous êtes sur la page 1sur 3

Comment le baron est-il présente dans le premier et le deuxième

chapitre d’Une Vie?

Le baron Simon-Jacques Le Perthuis des Vauds est le père de Jeanne. Il était un


gentilhomme de l’autre siècle, aristocrate de naissance et disciple enthousiaste de
J.J. Rousseau qui aime la nature. Dans le premier et le deuxième chapitre de « Une
Vie », le personnage Baron est présenté comme un vrai aristocrate. Mais est-ce
qu’il a la même pensée comme un aristocrate maintenant ?

Le personnage du baron se trouve à l’incipit du texte. Avec ce personnage,


Maupassant nous montre une personne d’autre génération. Cela indique la
Révolution dans ce récit, le baron est né bien avant la Révolution Française et il
a grandi durant la Révolution. Donc il y a un grand impact de la Révolution avec
ce personnage. Quand l’auteur présente ce personnage, le personnage est
historiquement situé dans ce récit. Si on voit le baron, en le présentant, l’auteur
évoque une connaissance historique à travers l’histoire. Alors avec la description
du baron, on peut dégager que ce personnage est situé dans une période de
turbulence.

« Le baron Simon-Jacques Le Perthuis des Vauds était un gentilhomme de


l’autre siècle, maniaque et bon. Disciple enthousiaste de J.J. Rousseau, il avait
des tendresses d’amant pour la nature… » (p.31)

Après la révolution française, la société d’aristocrate est dévalorisée.


Le baron était appartient à l’Ancien Régime. Mais maintenant tout a changé. Il y
a de terreur partout qui affectait la vie politique, sociale, économique et
émotionnelle. En 1793, c’était le règne de terreur. C’est pourquoi le baron déteste
cette période. Il a beaucoup troublé par la société. A cause de la période de terreur,
la condition matérielle a changé. Il ne peut pas supporter ce nouveau type de vie.
Alors il n’y a plus l’Ancien Régime. Donc il faut se comporter pour cette nouvelle
situation mais il ne peut pas changer son habitude aristocrate.
« Aristocrate de naissance, il haïssait par instinct quatre-vingt-treize ;
mais philosophe par tempérament et libéral par éducation,.. » (p.31)

Cette période de transition a beaucoup changé la personnalité du baron.


On sait que le baron est un homme de théorie. Il est un libertin qui ne suit pas les
règles des sociétés. Ainsi qu’il est libérale par éducation qui le donne l’attitude
de questionner les valeurs religieux. C’est la raison qu’il a envoyé sa fille au
couvent pour l’éducation. Dans la perspective rousseauiste : pour le baron, il
s’agit d’abord de préserver sa fille de la contamination par la société. Donc il l’a
isolée et la rend ignorante pour des choses humaines. Il voulait la faire heureuse
et bonne. Mais par contre il n’a pas préparé sa fille pour affronter la réalité de la
vie. Ici on peut voir une contradiction de ce personnage. Par exemple, il a
l’éducation libérale mais il a mis sa fille dans une école religieuse. Maupassant a
montré la contradiction parce que le baron lui-même est dans un état complexe.
Il ne sait pas quoi faire. Il y a de complexité parce qu’il est dans la période de
transition.

Ensuite on voit le changement de statut socio-économique des aristocrates.


Cela nous montre la description de la condition de précaire. Maintenant leur
société est en voie de disparaitre. Donc pour eux, il est difficile de s’accommoder
à la nouvelle situation. Les aristocrates sont habitués de vivre en certaine manière.
La noblesse ne travaille pas. Ils vendent ce qu’ils héritent. Mais après la
révolution, l’ordre de noblesse devient un ordre de défunt. Par exemple quand le
baron garde le portefeuille, ce n’est pas l’attitude des noblesses, maintenant ils
deviennent économes. Mais auparavant ce n’est pas un souci pour perdre un
portefeuille. Donc on peut comprendre l’attitude de noblesse auparavant et
maintenant.

Enfin le personnage du baron nous montre la transition personnelle d’un homme


à cause de la société. Il n’est plus un aristocrate. Il fait des affaires, participent
aux paysans pour leur progrès. Cette notion de progrès vient de la Révolution
Française. Il pense au progrès de gens qui n’est pas un comportement aristocrate.
Il s’écarte des préjuges de sa classe parce qu’il les refuse. Il se mêle aux paysans
qui n’est pas attendu par un aristocrate. Le baron est un homme pragmatique qui
lui rend faire des affaires en agricole après la période de transition. Grâce à son
attitude d’homme de théorie. Il fait des agricoles parce qu’il aime la nature.
Maupassant montre une ambivalence de ce personnage, il n’est pas ni
complètement aristocrate ni bourgeoise. Il est un dilemme entre les deux. C’est
pourquoi il y avait beaucoup de contradiction.

« Le baron de son cote méditait de grandes entreprises agricoles ; il voulait


faire des essais, organiser le progrès, expérimenter des instruments nouveaux,
acclimater des races étrangères,.. » (p.46)

Par contre, tous les nobles ne transforment pas à bourgeoise. Bien qu’il
appartienne à la société aristocrate, il a développé sa pensée qui s’appuie sur cette
nouvelle situation. On ne peut pas dire qu’il a totalement changé son attitude
aristocrate mais on peut dire qu’il ne repose pas toujours dans la gloire de passé
de noblesse.

------------------------------------------------------------------------------------------------