Vous êtes sur la page 1sur 40

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche


Scientifique
Université Blida 1
Faculté des sciences de la nature et de la vie

BIOLOGIE
CELLULAIRE

Section
A,B
Mr MOHAMED SAID R. 2015/2016

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV Bloc 3 COPYFAD)

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Cours de Mr MOHAMED SAID R. Biologie cellulaireCOURS 1

GENERALITES:

Dans le monde il existe plusieurs classifications mais celle qu'on retient pour plusieurs
raisons c'est celle qui classent les êtres vivant en 3 grands règnes :
- Règne animal
- Règne végétal
- Règne des protistes (Haeckel 1866)

L’exemple d’une classification du règne animal ( la Systématique ) est la suivante : le singe


Magot qui est du :
-Règne : animal
-Embranchement : des Vertébrés (Cordés)
-Classe : Mammifères
-Ordre : Primates
-Famille : Cercopithécidés
-Genre : Macaques
-Espèce : sylvanus (ou rhésus :autre espèce)

La classification du règne végétal ( voir partie biologie végétale au second semestre).

La classification du règne des Protistes est la suivante :


-Protistes inferieurs:Bacteries (Schizomycetes) et les algues bleues (schizophytes ) ou
cyanobacteries

-Protistes superieurs : -Algues(ressemble au vegetaux # autotrophes : photosynthèse)


-Protozoaires (ressembleent Animaux # hétérotrophe)
-Champignons (absorption et parasitisme)
Les protistes supérieurs sont dits "Eucaryotes "car ils possèdent un vrai noyau avec
enveloppe nucléaire, de nombreux chromosomes et un appareil de mitose.
Les protistes inférieurs sont dits "Procaryotes" car eux, sont de petites cellules dans
lesquelles le noyau est un unique chromosome nu, dépourvu de membrane nucléaire.

Protistes inférieurs :
Les Bactéries qui furent parfois classées dans le règne végétal ou parfois dans le règne
animal constituentle groupe le plus important des protistes inférieurs qui sont des
procaryotes.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Les bactéries sont les plus simples des organismes trouvés dans la nature. Ceux sont des
cellules sphériques ou en bâtonnet de quelques micromètres (voir TD) . Elle possède une
coque protectrice
:paroi cellulaire (cf Gram+ et Gram-) et une membrane plasmique qui délimite un
compartiment cytoplasmique unique qui contient de l'ADN, de l'ARN, des protéines et de
petites molécules. Les bactéries se divisent par scissiparité.
Dans les conditions optimales, une seule cellule procaryote (bactérie) peut se diviser toutes
les 20 minutes et donner ainsi naissance à 4 milliards de cellules en moins de 11heures.
On peut distingué 2 grands groupes de bactéries de parenté éloigné :
-Les Eubactéries : qui sont les formes courantes habitants dans le sol, l'eau, et dans les
organismes vivants (ex : E.coli).
-Les Archéobactéries: On les trouve dans les marais, les fonds océaniques, les eaux salées et
les sources chaudes acides.
Ils existent des espèces bactériennes pouvant utilisés n'importe quel type de molécules
organiques comme aliment y compris les sucres, les acides aminés, polypeptides et
polysaccharides Les bactéries sont le type cellulaire le plus abondant sur terre.
Les bactéries bien qu'elles aient une structure simple mais biochimiquement variées : toutes
les voies métaboliques majeures peuvent être trouvés chez les bactéries y compris les
principaux processus générateurs d'énergie :glycolyse, la respiration et la photosynthèse.
Les cellules Eucaryotes sont plus grandes et plus complexes et contiennent plus d'ADN sous
forme de chromosomes . Elles renferment de nombreux autres organites limités par une
membrane.

Les Virus : c'est une information génétique (molécule d'acide nucléique ADN ou ARN mono
ou bicatenaire) entouré d'une coque de protection Ils doivent emprunter la machinerie
d'une cellule vivante pour se reproduire déviant totalement le métabolisme cellulaire à leur
profit. Ceux sont donc des Parasites intracellulaires obligatoires On ne peut les observer
qu'au microscope électronique ; ilsprovoque les maladies virales appelée viroses

Les protistes supérieurs


On a 3 grandes catégories : 1
1) Les Algues
2)Les Protozoaires
3)Les champignons (protistes fongiformes)

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


A-Protozoaires
Ingèrent leur nourriture = mode de nutrition plutôt animal =hétérotrophe
Ils recherchent activement leurs nourritures parmi les bactéries, les autres protistes et les
détritus (déchets organiques) Certains protozoaires vivent en symbiotes notamment
certains parasites responsables de maladies chez l'Humain La classification se fait selon leur
mode de nutrition ou de locomotion
1)-Rhizopodes Amibes avec ou sans coque : se servent de larges pseudopodes pour se
déplacer et se nourrir ex Amibe (Amoeba proteus ) (Rhizopoda = pied en forme de racine )
2)-Actinopodes :même habitat que le plancton (regroupement d'organismes le plus souvent
microscopiques qui dérivent passivement ou nagent faiblement près de la surface des
océans des étangs et des lacs ).De forme habituellement sphérique et symétrique, ils se
nourrissent grâce à des axopodes : minces pseudopodes rayonnants soutenus par des
microtubules internes ;Les Radiolaires (forme marine) possèdent un squelette de silice
tandis que les Heliozoaires
(eau douce) n'en possèdent pas (Actinopoda : pieds en rayon)
3) -Foraminifères :possèdent une coque calcaire d'où sortent des pseudopodes intereliées
qui servent à la nutrition et à la locomotion . Forme marine :vivent dans le sable ou se fixent
aux rochers et aux algues.
4)-Apicomplexes ou Sporozoaires : Sont tous des parasites d'animaux ;certains causent de
graves maladies chez l'Humain . Ces parasites disséminent de minuscules cellules
infectieuses appelées Sporozoites exemple :le plasmodium :agent du paludisme (Malaria)
transmise par le vecteur le moustique femelle :Anophèle.
5)-Zoomastigophores ou Zooflagellés :ils utilisent des flagelles pour se déplacer et se
nourrir.
la plupart sont unicellulaires , certains vivent en colonie. Il sont hétérotrophes . Certains
vivent en symbiose ex ceux qui vivent dans l'intestin de termite qui digèrent la cellulose du
bois que son hôte ronge.
Ils y a des zooflagellés parasites dont certains pathogènes chez l'Humain : ex Trypanosoma
qui causent la maladie du sommeil transmise par la piqûre de la mouche Tsé-Tsé.
6)-Ciliophores ou Ciliés :utilisent des cils pour se déplacer et se nourrir . La plupart sont
unicellulaires quelques espèces vivent en colonies .ex :La paramécie :Paramecium

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


B-Les Algues (organismes photosynthétiques )

C-les Champignons ou Mycètes

Conclusion : l'origine de l'organisation pluricellulaire: Dans le règne des protistes,


l'organisation pluricellulaire a évolués plusieurs fois . Des amas de cellules individuelles ont
probablement formés des colonies où elles se sont spécialisées et réparties le travail.
NB: Le flagelle est généralement une structure assurant la mobilité d'une cellule. Les
procaryotes et les eucaryotes ont développé ce type d'organelle sur des principes
architecturaux et fonctionnels très différents.
-Le flagelle des procaryotes :c'est une protéine appelée flagelline qui est fixée à la surface de
la membrane
-Les flagelles et cils des Eucaryotes sont des prolongements cytoplasmiques contenant des
faisceaux
de microtubules recouverts par la membrane plasmiques (type 9+ 2)
-Les protistes peuvent se reproduire par les 2 voies : -sexuée et asexuée
-Dans les conditions défavorables les protistes se transforment en cellules résistantes
appelées Kystes

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


COURS 2
Cours de Mr MOHAMED SAID R. Biologie cellulaire

Chapitre : Théorie cellulaire

La théorie cellulaire est la théorie centrale et principale de la biologie cellulaire et le


fondement le plus reconnu de la biologie en général.
Les 3 principes élémentaires de la théorie sont :
-Tout organisme vivant est composé d'une ou plusieurs cellules.
- La cellule est élémentaire de la vie.
-Toute cellule provient d'une autre cellule, par biogénèse.
Historique
1660 : Anton Van Leeuwenhock observe pour la première fois des cellules vivantes, des
bactéries.
1675 : Anton Van Leeuwenhoeck (1632-1723) est le véritable inventeur de la terminologie «
cellule » et du microscope.
C'est en 1838 avec Matthias Jakob Schleiden et Theodor Schwann que la notion de cellules
prend toute son ampleur : « la cellule est l’unité structurale et fonctionnelle des plantes et des
animaux » Leurs observations du matériel
vivant vont les amener à énoncer que « tous les organismes sont faits de petites unités : les
cellules ». C'est le second axiome de la théorie cellulaire.
En 1858, Rudolf Virchow, un médecin allemand, suggère que toute cellule provient d'une
autre cellule. C'est le troisième axiome de la théorie cellulaire.
En 1861, Louis Pasteur, en démontrant que la théorie de la génération spontanée est erronée,
• Tous les êtres vivants sont constitués d'une ou plusieurs cellules
• Toute cellule provient d'une autre cellule par division cellulaire ;
• La cellule est une unité vivante et l'unité de base du vivant
• Il y a individualité cellulaire grâce à la membrane Plasmique qui règle les échanges
entre la cellule et son environnement ;
• La cellule renferme sous forme d'ADN de l'information nécessaire à son
fonctionnement et à sa reproduction.
Ces cinq points peuvent être résumés comme suit : La cellule est l'unité structurale, l'unité
fonctionnelle et l'unité reproductrice.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Rappelons que les trois fonctions de base des être vivants peuvent être résumé en trois
grandes fonctions :
1 -AUTO-CONSERVATION : c'est la possibilité de se maintenir en vie ,par la nutrition
,l'assimilation,les réactions de respiration)
2-AUTO-REPRODUCTION :la possibilité de propager la vie ,grace à la reproduction,
3-AUTO-REGULATION :la possibilité de se conduire soi-même, par la coordination la
synchronisation, la regulation et le controle des réactions d'ensemble
Ces fonctions se rapportent aussi bien à la bacterie qu'à l'homme.cependant la structure
élementaire capable d'accomplir ces trois fonctions de base c'est la cellule vivante
constituant de tout organisme vivant qu'il soit microbe ou être humain.
La cellule représente donc l'unité fondamentale de vie mais est aussi une veritable usine à
l'echelle moléculaire.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


COURS 3
Cours 3 de Mr MOHAMED SAID R. Biologie Cellulaire

Les membranes cellulaires : CARACTERISTIQUES

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Les membranes cellulaires sont des doubles couches phospholipidiques dans lesquelles
s’insèrent de manière asymétrique et non homogène d’autres structures (proteines et glucides)
La membrane délimitant la cellule est appelée membrane plasmique
les membranes des organites sont appelées par le nom de l’organite concerné (membrane
nucléaire, membrane mitochondriale, etc.).

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Composition chimiques des membranes
• Les résultats de l’étude par isolement de fractions (Globule rouge ou Hématie) : la MP
est composée globalement de :
• -40% de lipides et de 60% de protéines .
• plus detaillée il y a 43% de lipides , 49% de proteines et 8% de glucides .

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


• les autres types de membranes : mêmes résultats : : il y des lipides et des protéines
avec des proportions différentes selon le type de membrane ,mais pour toutes les
membranes (MP ,RE,AG etc...) la proportion des protéines est toujours elevée à la
proportion des lipides.
a)les lipides : représentent environ la moitié de la masse membranaire. Tous amphiphiles
(tête) hydrophile et une queue hydrophobe : ceux sont les phospholipides ,les glycolopides, du
cholestérol et de la sphingomyéline
Cholesterol : représente 30% des lipides membranaires. Les membranes des cellules
eucaryotes renferment toutes du cholestérol dans des proportions variables (en moyenne 1
cholestérol pour 1phopholipide
La bicouche lipidique est asymétrique
Dans la membrane plasmique les lipides sont animés de mouvements permanents tels : des
rotations, des déplacements latéraux et enfin des mouvements de bascule d’une monocouche à
une autre appelés « Flip-flop » .
Sur la face externe on trouve tous les glycolipides et la plus grande partie des phosphatidyl
choline et les sphingomyéline (charge négative) .
Sur la face interne on trouve les phosphatidyl-sérine (amphotère) et phosphatidyl-éthanol-
amine (charge négative).
b)Les protéines :Les protéines sont encastrées entre les lipides (milieu de dispersion) . Il y a
des protéines facilement détachables de la bicouche appelée protéines périphériques ou
extrinsèques . Il y a des proteines détachables qu’après dislocation de la membrane appelées
protéines intégrées ou intrinsèques
C)les glucides : toutes les cellules eucaryotes portent des glucides sur la face externe de leur
membrane . Ce sont des chaines de polyholosides (serie d’oses) liés de façon covalente aux
protéines membranaires(glycoprotéines ) et aux lipides (glycolipides). Ces glucides sont
présents dans les autres membranes (R.E, A.G, lysosomes ) sauf dans les membranes des
mitochondries et des chloroplastes. Ces glucides sont toujours orientés et dirigés vers la face
luminale.
Les chaines d’oligosaccharides liées aux protéines et aux lipides forment le glycocallix . En
plus il y a des protéoglycannes (protéines portant de nombreuses chaines glucidiques)
sécrétées par la cellule elle même et qui viennent s’adsorber sur le glycocallix
Parmi plus de 100 monosaccharides existant dans la nature ,seuls 7 d’entre eux forment le
glycocallix :acide sialique , le fructose, le galactose, le galactosamine le glucose, le
glucasamine et le mannose
ARCHITECTURE MOLECULAIRE
Selon le modèle de SINGER et NICOLSON (1972) les membranes fonctionnelles sont des
solutions bidimensionnelles de protéines intégrées globulaires, dispersées dans une matrice
phospholipidique fluide : ce modèle est appelé le modèle de la mosaïque fluide.
Dans les membranes plasmiques ,les lipides sont disposés en deux couches ;les parties
hydrophobes sont en vis-à-vis, leur pôles hydrophiles étant en contact avec le milieu acqueux

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


qui borde la membrane. Selon leur solubilité les protéines membranaires hydrosolubles sont
situées sur les bords de la bicouche .Ces protéines sont dites périphériques ou extrinsèques
.Les autres sont immérgées plus ou moins profondément dans les couches lipidiques ,ces
protéines sont dites intégrées ou intrinsèques .Elles sont en général amphiphiles ,leur partie
hydrophobe étant enfoncée dans les lipides ,leur partie hydrophile faisant saillie dans le
milieu extra cellulaire ou hyaloplasmique .Ces protéines intégrées représente 50 à 70 % des
protéines membranaires.

-SPECIALISATION DE LA SURFACE CELLULAIRE.


a)Microvillosité et invagination
Les cellules dont une des fonctions est d’assurer des échanges importants avec le milieu
extracellulaires présentent des modifications morphologiques superficielles qui sans changer
le volume de la cellule en augmentent considérablement la surface .Ces modifications qui ont
pour but d’augmenter la surface d’échange de la cellule sont de deux types :
• les microvillosites :exemple cellule de l’épithélium intestinale ;il y a en environ
3000/cellule . Ces microvillosites ne sont visibles qu’au microscope électronique .Au
microscope optique le bord de la cellule dans cette région apparaît finement strié d’où
le nom de plateau strié ou encore bordure en brosse attribué autrefois à l’ensemble de
ces formations (voir schéma du cours).
• l’invagination exemple :cellules du tube contourné distal du rein :l’augmentation de la
surface cellulaire est obtenu d’une autre manière ,par formation d’invagination
profondes sur la face opposée à la lumière du tube. (voir schéma du cours).
b)complexes jonctionnels

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Si l’on se réfère à l’épaisseur de l’espace intercellulaire au niveau de la jonction ,la
classification est la suivante: dans un complexe dit occludens l’éspace intercellulaire a disparu
(nul).Dans une jonction de type gap ,l’éspace est très réduit .Dans un complexe dit adherens
,l’espace intercellulaire est plus large .C’est à cette catégorie qu’appartiennent les
Desmosomes .Tous les types de jonctions contribuent à l’adhésion cellulaire.

c)le glycocallyx ou cell-coat

Le glycocallyx est une couche glycoproteique localisée à la surface de la membrane


plasmique , dont l’intégrité est essentielle au maintien des activités physiologiques vitales de
la cellule .
Le glycocallyx contient une très grande quantité de glucides, en général liés soit à des lipides
,soit à des protéines
-ROLE PHYSIOLOGIQUE DE LA MEMBRANE PLASMIQUE
La membrane des cellules agit à la façon d’une interface sélectivement perméable entre la
cellule et son environnement et entre son cytosol et ses organites intracellulaires . Quatres
mécanismes majeurs sont résponsables de ces besoins pour effectuer soit des entrées
(absorption) soit des sorties (excrétions et sécrétions ) :
-transport passif (diffusion) ,
-transport actif,
-endocytose ,
ENDOCYTOSE
a)endocytose (planche page 61)
L’endocytose est un mécanisme de transport qui permet l’entrée de matériel extracellulaire
dans les cellules et implique donc la formation de vésicules endocytotiques.
L’endocytose est caractérisée par la formation d’une dépression à la surface cellulaire ,
dépression qui s’invagine en une poche dans laquelle se trouve emprisonné un certain volume
du milieu extracellulaire . Cette poche se détache ensuite de la surface et passe à l’intérieur de
la cellule , son contenu reste séparé du hyaloplasme par la portion de la membrane plasmique
qui s’est invaginée.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Selon l’échelle à laquelle se fait l’endocytose ,la cellule peut soit capturer des particules
solides de grandes tailles dans des vacuoles d’endocytose ,c’est la phagocytose (macrophage
et granulocytes)(phagie# « manger »), on parle alors de micro ou macrophagocytose ,
soit prélever des gouttelettes de liquides extracellulaire renfermant ou non des particules de
petites dimension dans des vésicules d’endocytose c’est la pinocytose (pinos # »boire »).

Exocytose (planche page 61)


Des substances contenues dans des vésicules (avec membranes) (déchets, hormones ,lait etc...) peuvent
être transférés dans le milieu extracellulaire sans avoir à traverser la membrane plasmique . Cette
opération se fait par fusion de la membrane de la vésicule avec la membrane plasmique exemple :

• substance d’origine exogène (déchets non digérés)


• substance d’origine endogène synthétisée par la cellule elle même :Hormones , lait :
il y a :
- sécrétion mérocrine :transfert direct dans le milieu externe sans membrane
-sécrétion apocrine : transfert avec membrane dans le milieu externe (lait)
-PERMEABILITE CELLULAIRE
Les échanges cellulaires avec le milieu extra cellulaire se font à travers la membrane
plasmique. Ces échanges concernant l’eau, les électrolytes, les molécules de tailles diverses et
se font dans les 2 sens. Ces échanges peuvent se faire par un processus de transport passif, ne
consommant pas d’énergie.
TRANSPORT PASSIF
-TRANSPORT DE L’EAU.
-TRANSPORT DES MOLECULES NON ELECTROLYTIQUES
Diffusion simple.(P.59) Les molécules passent du compartiment hypertonique vers le
compartiment hypotonique, sans consommation d’énergie.
Diffusion facilitée. Un exemple est celui de la perméase du glucose
II TRANSPORT ACTIF

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


-Perméabilité des ions et potentiel électronique.
Le transport des ions à travers les membranes est plus complexe que celui des non
électrolytes. Il dépend du gradient de concentration ainsi que du gradient électrique présent
dans le système membranaire.
La répartition des principaux électrolytes est très inégale :
• Le sodium et les chlorures sont des ions principalement extra cellulaire.
• Le Potassium et les anions de nature organique se trouvent à l’intérieur de la cellule.
La première cause de cette inégalité de répartition est l’existence d’une différence de potentiel
électrique transmembranaire. Ces phénomènes prennent toute leur importance au niveau des
cellules nerveuses dont l’une des propriétés fondamentales est la transmission de l’influx
nerveux.
Notion de transport couplé

L’entrée dû potassium et la sortie dû sodium de la cellule sont couplées.Chaque fois qu’un ion
sodium (Na+) sort de la cellule, il y a entrée d’un ion potassium (k+). Ces déplacements sont
le fait d’une pompe à Sodium-Potassium (ATPase) (pompe Na+/k+). Cette pompe Na+/k+
travaille contre le gradient osmotique. Elle consomme de l’énergie sous forme d’ATP. Elle
possède une activité ATPasique et est appelée ATPase Na/k dépendante.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


COURS 4
Cours 4 Biologie cellulaire Mr MOHAMED SAID

Cytosquelette et Motilité Cellulaire


DEFINITION : C'est l'ensemble des mouvements qu'on peut observer au niveau d'une
cellule.Parmis ces mouvements, on peut citer : les mouvements des cellules libres, les
mouvements intracellulaires (mouvement des organites,des chromosomes lors de la division
cellulaire, etc...), les mouvements des cils et flagelles, la contraction musculaire.
La Biomotilité cellulaire est dirigée et coordonnée grâce à une structure spcialisée appelée le
cytosquelette.
le cytosquelette :

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


La motilité cellulaire désigne l'aptitude de la cellule à effectuer des mouvements
spontanés ou réactionnels. La motilité de la cellule intervient dans de nombreux processus
physiologiques tels que l'embryogenèse, la cicatrisation, l'inflammation ou lors de processus
pathologiques tels que la croissance tumorale et la formation de métastases
La forme de la cellule résulte de l'organisation de trois types de filaments formant son
cytosquelette:
les microfilaments d'actine, les filaments intermédiaires et les microtubules.
Le réseau de microfilaments d'actine est directement responsable des mouvements
cellulaires grâce à ses propriétés de polymérisation/ dépolymérisation et à ses propriétés
contractiles en présence de myosine, autre protéïne importante de la cellule.
le cytosquelette qui est constitué par 4 types de filaments.
1) Les microtubules : filaments longs, dont le diamètre mesure 25 nm,constitués de tubilines
alpha et béta
2) Les microfilaments : de 7 nm de diamètre qui sont répartis surtout vers la surface de la
cellule, sont constitués d'actine. A l'actine peuvent s'associer une dizaine de protéines. Parmi
ces protéines, on peut citer la Troponine, la Tropomyosine, la Vinculine,la Villine, etc…
3) Les filaments intermèdiaires : de 1O nm de diamètre, comme exemple on peut citer : les
cytokéralines (des cellules épithéliales), les neurofilaments (qu'on retrouve au niveau des
axones), les gliofilaments (des cellules gliales).
4) Le réseau microtrabéculaire : Constitué par des fines libres entrecroisées, formant un
réseau en trame très fine. Constrairement a ce qu'on pourrait penser, le cytosquelette ne donne
pas à la cellule une forme rigide, mais c'est une structure dynamique, en changement
permanent, qui organise les déplacements et les mouvements internes de la cellule.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


LES MOUVEMENTS DES CELLULES LIBRES
a) les mouvements améboides : Les amibes, les cellules migratrices du sang, du
tissu conjonctif, les cellules cancéreuses (lors des métastases), les cellules en
culture, les cellules impliquées dans la cicatrisation, possèdent définitivement
ou temporairement la possibilité de se déplacer individuellement au sein des
autres tissus ou sein des liquides (plasma, liquide interstitiel, milieu de
culture).
b) ) Mouvement des cellules embryonnaires : Des mouvements de cellules sont
observés lors des phénomènes cinétiques de l'embryogénèse, exemple : la
migration des cellules tyroidiennes, des cellules de la crête neurale ou des
gonocytes primordiaux. Ce mouvement est effectué sur un lit constitué par une
protéine appelée : fibronectine . Ces cellules utilisent comme substance
d'adhésion les Cell Adhesion Molecules ou CAM (molécule d'adhésion
cellulaire) trés riches en acide sialique
LES MOUVEMENTS INTRACELLULAIRES
-Au niveau des cellules en mouvement, il ya déplacement d'une certaine zone du cytoplasme
qui vient remplir un pseudopode, entrainant avec lui un certain nombre d'organites cellules.
- Mouvement de cyclose dans cellules végétales :
On observe un courant cytoplasmique qui produit le déplacement des divers organites . Les
mouvements de Cyclose sont spécifiquement inhibés par la cytochalasine B.
- Mouvements saltatoires :Ce sont des mouvements en sauts, de proche en proche les
modèles du mouvement saltatoire est l'axone qui est le siège de différents types de
déplacements
AUTRES MOUVEMENTS INTRACELLULAIRES
- L'endocytose : La membrane plasmique capte dans le milieu extracellulaire les substances
solides et liquides . Ensuite, elles sont englobées dans des vésicules , qui rentrent dans le
cytoplasme et elles migrent le lonq des voies définies par microtubules vers le centre de la
cellule ou elle fusionnent avec les lysosomes qui dégradent le matériel incorporé
Les microfilaments jouent aussi un rôle dans le processus d'exocytose .On a remarqué que la
sécrétion rapide des granules contenant l'insuline au niveau des cellules Bêta du pancréas
endocrine
-les mouvements des chromosomes lors de la métaphase: le mouvement des chromosomes
vers la plaque équatorial se fait grâce à l'interaction des microtubules kinétochoriens et
polaires
La cytodiérése : On sait que l'anneau contractile qui s'édifie dans le cytoplasme sous-cortical
à la fin de l'anaphas ( au moment de la formation du sillon de division) est constitué de
myosine et d'alpha-actinine .
Adhésion et matrice extracellulaire

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Matrice extracellulaire : substrat contenant des protéïnes d'adhésion sur lequel la cellule peut
adhérer et migrer
L’adhérence cellulaire est une fonction indispensable que les organismes supérieurs ont
acquis afin de permettre la formation de tissus, organes et systèmes qui s’efforcent de
satisfaire les fonctions physiologiques nécessaire à la survie de l’individu.
L’adhérence cellulaire est permise d’une part grâce à la présence d’une matrice extracellulaire
(adhérence indirecte) et d’autre part par la formation d’adhérence directe par la présence de
molécules d’adhérence au sein des membranes plasmiques.
Les molécules d’adhérence
Parmi les molécules d’adhérence on trouve les CAM (pour Cell Adhesion Molecules) qui
permettent l’interaction cellule-cellule et les SAM (pour Substrate Adhesion Molecules) qui
permettent l’interaction cellule-matrice extracellulaire.
Ces interactions peuvent être homophile, c’est-à-dire qu’il y a interaction entre deux mêmes
protéines, et hétérophile, c’est-à-dire qu’il y a interaction entre deux protéines différentes.
Les CAM (Cell adhesion molecule) sont des glycoprotéines transmembranaires ou associées
à des lipides membranaires, et appartenant à la famille des immunoglobulines. Elles sont
présentes dans différents tissus : nerveux (N-CAM), épithéliaux (E-CAM), musculaires (M-
CAM), etc. Les parties extracellulaires de ces CAM peuvent se lier lors de contacts
homophiles, mettant en jeu des CAM identiques, ou hétérophiles lorsque les CAM sont
différentes. Ces molécules sont également associées au cytosquelette.
a) Immunoglobuline
Les immunoglobulines sont des monomères de la même superfamille que les anticorps,
possédant également une chaîne lourde et une chaîne légère, avec des boucles fermées par des
liaisons disulfure. Ce sont des glycoprotéines riches en acide sialique et possèdent une
trentaine de membres, dont les N-CAM présentent au niveau du système nerveux.
Les immunoglobulines sont calcium (Ca2+) indépendante, contrairement aux autres
molécules d’adhérence, et sont exprimés de manière constitutive au niveau de la membrane
plasmique, autrement dit en permanence. Elles réalisent des liaisons homophiles mais qui
peuvent se faire avec des membres différents, ainsi que des liaisons hétérophiles avec des
protéoglycanes de la matrice extracellulaire et des intégrines.
b) Cadhérine
Les cadhérines sont des glycoprotéines sous la forme de monomère, possédant une extrémité
N-terminale extracellulaire et étant calcium (Ca2+) dépendante. Les différents types de
cadhérines sont spécifiques au tissu.
Ces molécules jouent un rôle principal dans les jonctions intercellulaires de type
desmosomes. De cette manière leurs extrémités intracellulaires C-terminale interagiront avec
les plaques denses ou directement avec les protéines du cytosquelette, et leurs extrémités
extracellulaires N-terminale réaliseront des interactions homophiles et hétérophiles avec des
autres cadhérines, des intégrines et des protéines de la matrice extracellulaire.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Dans les tissus, les cellules inhibent leurs propres croissances en interagissant les unes avec
les autres et ceci grâce à la présence des cadhérines qui sont responsables de ce phénomène
appelé inhibition de contact.
c) Sélectine
Les sélectines sont des glycoprotéines sous forme de monomère possédant une extrémité N-
terminale extracellulaire. Les sélectines sont des lectines calcium (Ca2+) dépendante qui ont
la spécificité de reconnaître les groupements glucidiques d’autres glycoprotéines.
Les sélectines permettent la formation de liaison brève et de très haute spécificité. Elles ne
sont pas exprimées en permanence, mais nécessite une activation entraînant son endocytose.
Elles interviennent dans des interactions hétérophiles lors de la diapédèse.
d) Intégrine
Les intégrines sont des glycoprotéines sous forme de dimère (αβ) présentant une extrémité
extracellulaire N-terminale et étant elles aussi calcium (Ca2+) dépendante.
Les intégrines interagissent avec les composants de la matrice extracellulaire et de la lame
basale tels que les fibronectines, les laminines et le collagène. Elles interagissent également
par des interactions hétérogènes avec des immunoglobulines et des cadhérines, et dans le
milieu intracellulaire avec le cytosquelette.
Les matrices extracellulaires
La matrice extracellulaire (MEC) est un édifice supramoléculaire qui entoure les cellules. Elle
est fabriquée par la cellule qui s’y trouve prisonnière et détermine de nombreuses propriétés
des tissus. La matrice extracellulaire animale a une composition différente de celle de la
matrice des tissus végétaux
Les matrices extracellulaires sont des trames macromoléculaires (polysaccharides, protéines
fibreuses et glycoprotéines) synthétisées par des cellules caractéristiques suivant le tissu
considéré (fibroblastes, cellules épithéliales, ostéoblastes, chondroblastes, etc.). Ces cellules
se fixent à la trame par des récepteurs membranaires de type SAM (Substrate Adhesion
Molecules
On trouve deux types de morphologie :
Les matrices extracellulaires lâches sont des structures mésenchymateuses où les cellules se
déplacent facilement (exemple : derme).
Les matrices extracellulaires denses sont des structures dans lesquelles les cellules ne
bougent pas (exemple : lame basale de l’épiderme).
Constituants de la matrice extracellulaire
a) Polysaccharides
Les polysaccharides sont principalement représentés par deux types de molécules :
Les glyco-amino-glycanes (GAG) sont de longues chaînes (25 000 résidus), non ramifiées,
formées de polymère de disaccharides dont l’un des deux est aminé. Les GAG ont la propriété
de piéger l’eau formant un gel aqueux qui remplit la matrice.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Les protéoglycanes correspondant sont liés à des protéines par liaison O-glycosidique avec
des GAG non ramifiés.
b) Protéines fibreuses
Les protéines fibreuses sont principalement représentées par deux types de molécules :
Les fibres de collagènes sont des glycoprotéines qui représentent 25% des protéines totales
de l’organisme et qui permettent une résistance à de forte tension mécanique et ainsi la
cohésion tissulaire .
Les fibres élastiques sont présentes dans les tissus soumis à des variations de tailles et de
formes. Ces fibres élastiques sont formées de protéines, appelées les élastines, reliées entre
elles et associées au collagène et aux polysaccharides, limitant les étirements excessifs.
c) Les autres glycoprotéines
D’autres glycoprotéines sont présentes dans la matrice extracellulaire, parmi elles on trouve la
fibronectine, et plus particulièrement au niveau de la membrane basale la laminine.
La lame basale
La lame basale est une région différenciée de la matrice extracellulaire, située à la base des
épithéliums ou autour de certaines cellules telles que les cellules endothéliales, les cellules
graisseuses, les cellules musculaires et les cellules de Schwann. Elle est constituée de
laminine, de GAG, de protéoglycanes, de collagène de type IV et d’autres glycoprotéines.
La lame basale étant à l’interface entre différents tissus, elle a une fonction de filtre, permet
l’assise de cellules (épithéliales et endothéliales) et le contrôle de la localisation de protéines
membranaires.
La lame basale, par exemple, est une mince épaisseur matricielle de 0,1 μm, située à la base
de l’épithélium. À travers cette matrice, de nombreux échanges se réalisent entre la cellule et
les vaisseaux sous-jacents. Cette matrice renferme des glycosaminoglycanes, des
protéoglycanes, de
la fibronectine et du collagène IV. Ce dernier ne s’agence pas en fibres comme le collagène I,
mais s’assemble en formant un treillis moléculaire multicouche. À cet ensemble se lient la
laminine et d’autres protéines comme le nidogène et l’entactine.

COURS5
BC de MOHAMED SAID
Chromatine chromosome noyau cellulaire
Chromatine
La chromatine condensée est appelée heterochromatine (80% de la chromatine totale) elle
est inactive(pas de synthèse d'ARN).
La chromatine moins dense est l'euchromatine (20% de la chromatine totale)elle represente
la forme active (c.a.d synthèse d'ARN).

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


L'hétérochromatine est subdivisée en deux types :
 l'hétérochromatine constitutive, qui n'est jamais exprimée. Elle est située
autour du centromère et consiste en général en des séquences répétitives. Elle
est condensée en permanence dans tous les types cellulaire. Ce type
d'hétérochromatine contient des séquences d'ADN hautement répétées qui
pourraient jouer un rôle structural dans le chromosome. On peut la détecter
dans les chromosomes par la technique du caryotype avec coloration en bandes
C. Chez le mâle le chromosome Y est composé essentiellement
d'hétérochmatine constitutive,
 l'hétérochromatine facultative, qui contient des gènes inactivés pouvant être
parfois exprimés. Les femelles des mammifères ont deux chromosomes X dont
un est largement inactif, en ce qui concerne la transcription, il est transformé
en hétérochromatine, on peut l’observer sous forme d’un point dense dans le
noyau interphasique connu sous le nom de Corps de Barr ou chromatine X.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Figure 2 : Différents niveaux de condensation de l'ADN. (1)
double brin d'une molécule d'ADN. (2) Brin de chromatine (ADN
avec histones). (3) Chromosome au cours de l'interphase avec
centromère. (4) Chromosome condensé au cours de la prophase.
(Deux copies de molécules d'ADN sont présentes) (5) au cours de
la métaphase.
Les proteines de la chromatine associées à l'ADN sont soit basiques comme les Histones soit
acides comme les non-Histones .Il y a 5 histones distinctes connues H1=très riche en lysine;
H2A et H2B=riche en lysine H3 et H4=riches en arginine. Les Histones représentent 30% du
contenu nucléaire. Les proteines acides (non-histones) représentent 10 à 25% (proteines de
structure du chromosome +proteines enzymatiques)
Une méthylation des résidus lysine aura généralement un effet inhibiteur, réprimant
l'expression du génome ; alors que son acétylation couplé à une méthylation des arginines
aura plutôt un effet activateur réduisant les charges positives de celle-ci et participant ainsi à
sa désorganisation.
Chromosome
Ils apparaissent au moment de la division cellulaire par suite de la condensation de la
chromatine: chromatine et chromosomes représentent 2 aspects différents d'un même
matériel
Un chromosome est un élément microscopique constitué de molécules d'ADN et de
protéines, les histones et les protéines non-histones. Il porte les gènes, supports de
l'information génétique, transmis des cellules mères aux cellules filles lors des divisions
cellulaires.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Dans les celluleseucaryotes, les chromosomes se trouvent dans le noyau. Dans les cellules
procaryotes, qui ne contiennent qu'un seul chromosome circulaire ,nu, ce dernier se trouve
dans une région du cytoplasme appelée nucléoïde.
Chez les Eucaryotes la plus grande partie de l'ADN est localisée à l'interieur du noyau
cependant on trouve de l'ADN dans la mitochondrie et le chloroplaste et dans ces cas il est nu
cad dépourvu de proteines,circulaire et en double chaine. L'ADN se condense
progressivement au cours de la division cellulaire pour prendre lors de la métaphase une
apparence caractéristique en forme de bâtonnet, de X ou de V.
il faut noter que les spermatozoîdes sont dépourvus d'Histones leur ADN est lié à des
proteines basique de faible poids moléculaire appelées Protamines
Les chromosomes en nombre pair. Ils sont appariables 2à 2 sauf la paire de chromosomes
sexuels appelés aussi heterochrosomes ou gonosomes qui sont différent l'un de l'autre

Le nombre de chromosomes (n) est constant et caractéristique de l'éspèce .Il est double dans
les cellules somatiques =cellules diploides à 2n chromosomes .Il est simple dans les cllules
gérminales =cellules haploides à n chromosomes.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


En prophase les chromosomes sont formés par 2 chromatides attachés par une constriction
Iaire qui est le centromère. Ce centromère par sa position permet de définir 3 types de
chromosome (voir page 83):
-métacentrique=les bras du chromosome sont égaux
-acrocentrique=bras court et bras long
-télocentrique =bras court réduit
• Position du centromère
Chromosome métacentrique (D): le centromère divise la chromatide en 2 bras égaux
(il est en position médiane)
Chromosome acrocentrique (B) : le centromère divise la chromatide en 2 bras
inégaux: un bras court P, un bras long Q
Chromosome télocentrique (A) : le centromère se confond avec le télomère (en fait
il est très proche du télomère, mais reste une région différente du télomère et le bras P
est tellement réduit qu'on ne l'observe pas)
Remarque: Le chromosome C est appelé submétacentrique
• Définition de l'indice centromérique: Ic = P / (P+Q)
où P signifie longueur du bras P, et Q longueur du bras Q

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Noyau cellulaire
in-vivo: le noyau est mobile et capable de se déformer et d'effectuer des mouvements de
rotation autour de son axe En microscopie photonique ,le noyau interphasique est delimité par
une enveloppe nucléaire nette dans laquelle se trouve une ou plusieurs masses réfringentes qui
correspondent à un ou plusieurs nucléoles, du nucléoplasme et de la chromatine.Cette
derniere represente l'aspect que prennent les chromosomes pendant l’interphase.
Au microscope electronique ,le noyau cellulaire apparait separé du hyaloplasme par une
enveloppe nucléaire (qui manifestement fait partie du reticulum endoplasmique). Cette
enveloppe ou membrane nucléaire est formée de deux membranes : Mb interne et Mb externe
(d'epaisseur de 60 à 70 A) séparé par un espace périnucléaire d'une épaisseur de 200 à 300A
Le nucléole est le lieu de synthèse des ARN ribosomiques (voir planche-schema) d'ou
l'observation des grains de ribonucléoproteines' (RNP).
Le noyau (caryoplasme) renferme essentiellement des acides nucléiques et les proteines
d'origines cytoplasmiques (histones et non-histones associées à l'ADN),des enzymes qui
édifient et dégradent les elements initiaux et les produits finaux du metabolisme
nucléaire,surtout l'ADN.
Les enzymes de l'oxydation biologiques sont absents dans le noyau et l'energie nécessaire au
noyau est fournie principalement par l'ATP des mitochondries.L'ARN nucléaire représente 5 à
10 % de l'ARN totale de la cellule. On peut par ailleur trouver divers composés tel que les
lipides, les nucléotides libres,le phosphore inorganique,les acides aminés,le glucose et des
éléments minéraux (Ca,Mg ,K ,Fe etc...)

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


A-Phases du noyau interphasique (Interphase): (page 77)
La plus grande partie du cycle est occupée par l'interphase, période comprise entre la fin d'une
division et le début de la suivante: le noyau est alors mécaniquement inactif. Par contre, au
cours de cette phase, l'activité de synthèse de la cellule double ses composants. L'interphase se
décompose donc en phase G1 ,une phaseS ,et une phase G2.
a)-Phase G1: elle débute dès la fin de la télophase. Sa durée est variable,les durée de G1.sont:
-G1 a une durée nulle chez les cellules à division rapides: cellules des jeunes
embryon,cellules souches de certains tissus,cellules cancéreuses.
-G1 dure aussi longtemps que la vie de la cellule chez les cellules ne se divisant plus : la
plupart des cellules différenciées ,on parle alors de GO (neurones)
Cette phase G1 se caracterise par un noyau contenant 2n ADN,c'est à dire que chaque
molécule d'ADN n'est présente qu'en un exemplaire. cette quantité d'ADN reste constante en
G1.S'il n'y pas de synthèse d'ADN il y a par contre synthèse de protéines en particulier celles
nécessaires au bon fonctionnent de la cellule inter phasique.
b)-Phase S: période ou l'ADN se duplique; on peut mettre en évidence cette duplication par
autoradiographie avec la thymidine radioactive. A la fin de S chaque molécule d'ADN a un
stade 4n ADN. Il y a également synthèse de proteines, en particulier des histones qui sont
incorporées au fur à mesure dans le filament nucléosomique en cours de formation. La durée
de cette phase S est constante.
c)-phase G2 :Au cours de la phase G2 a lieu la condensation des chromosomes qui precède la
mitose. Sa durée est également constante. Le noyau contient 4n ADN. Il y a alors préparation
du cytoplasme à la mitose avec une grande activité de synthèse (en particulier les tubilines):si
on bloque ces synthèses par des inhibiteurs la mitose est retardée.
d)-Phase M (mitose): La mitose est la division d'une cellule en deux cellules-filles
génétiquement identiques.Au début de la mitose les chromosomes se dupliquent puis se
distribuent dans les2 cellules-filles au cours du processus de division Ces deux dernières se
retrouvent en phase G1

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Cours 6
BC de MOHAMED SAID
Ribosome et synthèse des protéines

Le dogme central de la BM

ADN
transcription

ARNm
traduction

Protéines
Ribosome –code genetique-protéosynthese

I-LA TRANSCRIPTION
1 La transciption de l'ADN correspond à la synthèse d'une molécule d'ARN à partir d'un seul
brin d'ADN.L'ADN del''Heterochromatine n'est pas transcrit soit parce qu'il n'est pas porteurs
de gènes (constitutive) soit parcequ'ils possèdent des gènes inactifs (facultative) . Seul l'ADN
de l'Euchromatine est transcrit. Un seul brin d'ADN sert à la synthèse de l'ARNm (c'est le
brin moule ou matrice et son complementaire c'est le brin anti-moule).L'enzyme responsable
s'appelle l'ARNpolyméraseADNdépendante ou ARNpolymerase
Synthèse de l'ARN: lasynthèse de l'ARN se fait par un processus semblable à celui de la
replication de l'ADN .Ladouble helice se déroule aux points de departs de la transcription
(evenements contrôlés par des signaux de régulation propres à la cellule ) pour permettre à la
synthèse de l'ARN de commencer.Les precurseurs de l'ARN les ribonucleotides
(ATP,GTP,CTP,et UTP)sont polymérisés dans le sens 5'-----3'en utilisant une chaine d'ADN
comme matrice ou moule .
La transcription de l'ADN en ARN est catalysé donc par l'ARN polymerase ,enzyme qui
fonctionne avec les même règles d'appariement des bases que l'ADN polymerase.. L'enzyme
elle même ne peut polymeriser de nucléotides que dans le sens 5'-----3' et elle est capable
d'initier des chaines (débuter la synthèse des chaines).Cette dernière propriété est essentielle

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


étant donné que des molécules d'ARN différentes sont necessaires dans des cellules
différentes ou à des moments différents de la vie d'une cellule

II-LE CODE GENETIQUE


A-Le code génétique à 3 lettres
L'information necessaire à la sequence primaire des acides aminés dans les polypeptides est
codée dans la sequence des nucléotides de l'ARNm . La 1 ère hypothèse émise à priori disait
que le code devait être à 3 lettres .En effet un code à une lettre dans lequel un nucléotide
correspondrait à un acide aminé ne permettrait pas de traduire les 20 AA connus des
proteines Un code à 2 lettres aurait permis de former 4x4 =16 "mots",ce qui est encore une
capacité de codage insuffisante. Au contraire ,un code à 3 lettres permettait ,par
combinaisons de 4 nucléotides tois par trois,de former 4x4x4 =64 combinaisons ou mots, ce
qui est superieur au nombre d'AA On a maintenant des preuves irrefutables que le code est
bien formé de combinaisons de 3 nucléotides .Ainsi on a pu attribuer à des AA specifiques 61
codons sur 64 possibles .Nous savons aujourd'hui que les 3 derniers sont des codons de
terminaison ou stop de la chaine proteique qui ne correspondent à aucun AA on appelle code
génétique l'ensemble des attributions des 64 codons ,soit à un AA soit à la terminaison de la
synthèse proteique.
B-Caracteristiques du code génétique les caracteristiques du code génétique sont:
1-le code génétique n'a pas de ponctuation et il est non chevauchant c.a.d que le message
est lu sans interruption par blocs de trois bases à la suite les uns des autres.
2-le code est universel cad que tous les organismes etudiés utilisent le même language. Le
message provenant d'une celllule animale produira la même proteine ,qu'il soit traduit par la
cellule d'origine ou par le système de synthèse proteique issu d'E .coli
3-Le code est degénéré cad qu'à 2 exceptions près (AUG et UGG) ,il y a plus d'un codon
correspondant à un AA
donné. On remarque d'ailleurs certaines règles :quand les deux premieres bases de deux
codons d''un même AA sont identiques la 3 ème peut être C ou U . Même règle lorsque A et
G sont en 3 ème position
4-Le code possède des codons de départ et d'arrêt specifique . Le codon de départ est
AUG .Les codons de terminaisons sont UAG ,UAA et UGA et dans beaucoups d'ARNm
naturels on trouve plusieurs codons stop côte à côte, probablement pour assurer l'arrêt
definitif de la synthèse polypeptidique

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


III- RIBOSOMES-et PROTEOSYNTHESE=TRADUCTION
1-STRUCTURE
Les ribosomes sont des organites cellulaires qui ne sont visibles qu'au microscope
éléctronique.Les observations des coupes minces de cellules fixées au tétroxyde
d'osmium(M.E.) montrent que les ribosomes sont des particules globulaires de 150 à 200 A
de diamètre. Les ribosomes sont des organites que l'on trouve chez toutes les cellules,ils
sont situés dans le hyaloplasme(cellules procaryotes et eucaryotes) et ils sont absents dans
le noyau,mais par contre on les trouve dans la matrice et le stroma des mitochondries et
chloroplastes des cellules eucaryotes Les ribosomes sont soit libres dans le hyaloplasme,soit
attachés du coté hyaloplasmique au membranes du réticulum endoplasmique que l'on appelé
R.E.rugueux ou granulaire ou encore ergastoplasme. Enfin,l'association de plusieurs
ribosomes (5 à 20) sous forme d'un collier de perles est appelé polysomes ou
polyribosomes.Ces ribosomes sont reliés entre eux par un filament de 15 A de
diamètre.L'observation au M.E.(coloration négative) du ribosome montre qu'il est constitué
de deux -sous-unités de taille inégale ,une grosse et une petite

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


2-COMPOSITIONCHIMIQUE
L'etude par isolement de fraction montrent que les ribosomes isolés forment une population
homogène de particules globulaires que l'on caractérise par leur coefficient de sédimentation
(qui correspond à la mesure de l'ultracentrigation dont l'unité est le Svedberg).Les ribosomes
de procaryotes ont un coefficient de sédimentation de 70S, ceux des eucaryotes ont un
coefficient de 80S environ (selon l'espèce il varie de 78 à 83S).Il renferme 70% d'eau Les
ribosomes de procaryotes sont constitués de deux sous-unités,une grosse de 50S et une
petite de 30S Les ribosomes des eucaryotes sont constitués de deux sous-unités, une grosse
de 60S et une petite de 40S. Il faut noter que c'est par la grosse sous-unité 60S que les
ribosomes sont attachés au membrane du reticulum.Par ailleurs,on note que les proteines
ribosomales représentent chez les procaryotes 40% du poids sec d'ou le ribosome des
procaryotes est donc composé de proteines et d'ARN ribosomiens,
-la grosse sous-unité50S est constituée de 34 proteines dénommées L1,L2...L34 (large) et
de deux chaines d'ARNr (une petite chaine de 5S et une grande chaine de 23S)
-la petite sous-unité 30S est composée de 21 proteines ribosomales denommées
S1,S2...S21(Small) est une longue chaine d'ARNr 16S. Les connaissances sur la
composition chimique des ribosomes 80Sdes eucaryotes sont limitées par rapport aux
procaryotes,cependant il est confirmé que les constituants de ces ribosomessont très
differents de ceux des procaryotes.Par exemple les ribosomes des jeunes globules rouges
de lapin ont une longue chaine d'ARN 28S et une petite chaine d'ARN 5S qui forment la
grosse sous-unité 60S La petite sous unité 40S est formée par une longue chaine d'ARN
18S. Les proteines ribosomales représentent 50% du poids sec.On estime à une centaine le
nombre de chaines polypeptidiques par ribosome 80S elles sont peu connues
actuellement,mais se révèlent différentes de celles des procaryotes

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


3-BIOGENESE DE L'ARNr
La production de nouveaux ribosomes est une activité importante du métabolisme cellulaire
d'une part pour renouveller les ribosomes qui se dégradent,d'autre part pour augmenter le
nombre de ribosomes lors de la croissances et de la différenciation cellulaire. Cette
biogénèse met en jeu deux types de phénomènes: la synthèse des constituants nucleiques et-
proteiques et l'assemblage de ceux-ci en sous-unités.Chez les cellules eucaryotes (cellule
Hela) la synthèse des ARNr se fait par transcription de deux types de gènes différents qui
sont au nombre d'un millier d'exemplaire chacun.Ces gènes sont respectivement transcrit en
longues chaines d'un ARN précurseur 45S et en chaines courtes 5S .Ils ne sont pas localisés
aux mêmes endroits du génome:les gènes de l'ARN 45S sont groupés dans une région que
l'on appelle l'organisateur nucléolaire,ceux de l'ARN 5S sont dispersés sur divers
chromosomes.Apres la synthèse l'ARN précurseur 45S est methylé puis il est amputé d'une
partie non méthylée donnant un précurseur 41S qui est à son tour coupé en deux segments
20S et 32S Pour terminer cette maturation des ARN ribosomiens majeurs,les segments 20S et
32S perdent une partie de leur extrémité donnant naissance aux ARNr 18S et 28S. Les
proteines ribosomales sont synthétisées par les ribosomes du cytoplasme puis très
rapidement migrent dans le noyau et viennent s'associer à l'ARN precurseur en cours de
maturation L'autoassemblage des molécules donne d'abord des particules intermédiaires 80S
et 55S et enfin des particules 50S et 30S qui sont exportées vers le cytoplasme à travers la
membrane nucléaire L'assemblage commence au voisinage de l'organisateur nucléolaire;la
masse du nucléole représente d'une part les chaines d'ARN 45S en cours de
transcription,d'autre part l'ensemble des particules en cours de maturation qui
morphologiquement correspondent aux constituants fibreux etgranulaires de cet organites. Au
cour du cycle cellulaire la synthèse des constituants des ribosomes cesse à la fin de
l'interphase;l'assemblage et l'exportation des particules se poursuivant, le nucléole disparait
alors pour se reformer au début de l'interphase suivante.

4-PROTEOSYNTHESE =TRADUCTION
a)chez les procaryotes
La synthèse d'une chaine peptidique se fait en trois étapes
successives:l'initiation,l'elongation,et la terminaison.Chacune de ces étapes nécessite
l'association temporaire au ribosome de proteines qui ne lui sont pas liées normalement ,au
nombre d'une dizaine ,ces proteines appelées facteurs conditionnent le fonctionnement du
ribosome pendant la synthèse. Cette dernière nécessite un apport d'energie,qui est fourni par
l'hydrolyse de molécules de GTP. On rappelle que le polypeptide est synthétisé dans le sens
N-terminal vers le C-terminal.

-INITIATION:
* ARNtinitiateur: le premier A.A de toutes les chaines polypeptidiques bacteriennes est le
N- formylmethionine(fmet),qui est une methionine modifiée dans laquelle le groupe aminé
est bloqué par addition d'un groupement formyl et qui ne peut donc pas participer à une
liaison de ce côté.L'addition du residu formyl a lieu après attachement de la methionine sur
un ARNt specifique appelé ARNt ou fARNt. Cette reaction est catalysé par l'enzyme
transformylase .Cette formylmethionine est enlevée du polypeptide à la fin de la synthèse par

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


une enzyme particulière. les étapes de l'initiation: la première etape de l'initiation est
caractérisée par la formation d'un complexe entre la sous-unité ribosomale 30S ,le fmet-
ARNt et la molécule d'ARNm. La sous-unité 50S s'additionne ensuite pour former le
ribosome 70S. L'ARNm contient l'information necessaire à la synthèse d'une ou plusieurs
chaines polypeptidiques.Le facteur FI3 sert à fixer la sous-unité 30S sur l'ARNm.Donc le
1ercomplexe sera composé de : FI3 + ARNm + sous-unité 30S ===> complexe FI3-ARNm-
30S Le facteur FI2 sert à la fixation de l'ARNt initiateur sur le complexe FI3-ARNm-30S en
utulisant l'energie du GTP après foramtion du complexe FI2-GTP-fmetARNt qui va
s'associer au complexe FI3-ARNm-30S et à la proteine FI1 pour former le complexe 30S
d'initiation.Après il y a dissociation des facteurs d'initiations(FI1,FI2,FI3) du complexe
d'initiation. L'etape suivante c'est l'addition de la sous-unité ribosomale 50S pour former le
complexe d'initiation 70S.Il se produit alors l'hydrolyse de GTP en GDP + Pi et la liberation
de trois facteurs d'initiation.,

COMPLEXE D'INITIATION 70S + GDP+Pi+FI1+FI2+FI3 (voir schema page 91 du


polycopié)

ELONGATION:Le ribosome 70S possede deux sites d'attachement pour les aminoacyl-
ARNt. Au cours de la biosynthèse,l'ARNt chargé de son A.A.s'associe d'abord au site
"A"(aminoacyl) et son acide aminé s'additionne par une liaison peptidique sur la chaine
polypeptidique en croissance porté par l'ARNt précedent qui se trouve au site "P" (peptidyl)
C'est ainsi qu'une suite cyclique d'evenements se deroule,au cours de laquelle un A.A. est
ajouté à chaque tour sur la chaine en croissance.L'addition de chaque A.A. comporte trois
phases successives qui recommencent autant de fois qu'ily a d'A.A. dans la chaine à
synthétiser:
-fixation de l'aminoacyl-ARNt qui necessite l'intervention de deux facteurs d'elongation FE-
Ts et
FE-Tu et une molécule de GTP
-formation de la liaison peptidique qui necessite l'intervention du 3ème facteur d'elongation
FE-G et une nouvelle molécule de GTP
-translocation qui represente le passage du peptidyl-ARNt du site P sur le site A après depart
de l'ARNt precedent du site P(qui devient site E). Donc l'operation est repété jusqu'à ce que
l'ARNm soit traduit depuis son extremité 5' à l'autre extremité 3'.

TERMINAISON:la fin de la chaine polypeptidique est signalée sur la molécule d'ARNm


par un codon specifique determinaison (codon d'arrêt ou stop).Ces codons sont UAA,UAG,et
UGA.Il n'existe aucun ARNt naturel qui possede un anti-codon complementaire de ces trois
codons d'arrêt et en principe aucun A.A. ne peut etre additionné sur la chaine polypeptidique
à cet endroit.Le ribosome se deplace alors le long de la molécule d'ARNm jusqu'à ce qu'il
rencontre un autre codon d'initiation AUG ou bien il se dissocie de l'ARNm.Il faut noter que
pour la terminaison il faut un facteur de terminaison FR (voir schema page 95 du polycope)

b)Chez les Eucaryotes

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


La biosynthèse des proteines par le ribosome 80S des eucaryotes montre au moins dans ses
grandes lignes de grandes analogies avec ce que nousvenons de decrire chez les
procaryotes.Le 1er A.A. mis en place est encore la methionine maiscelle-ci n'est pas
formylé.Cette methionine initiale s'associe à la petite s/u 40S avant même que l'ARNm se soit
lié à cette s/u. Plusireurs facteurs d'initiation proteique sont necessaires (FIe1,FIe2...FIe5 \
)(equivalents de FI1,2,3)et une molecule de GTP.L'elongation comportant aussi 3 phases
necessite 2 facteurs d'elongation: FEe1 qui est l'equivalent de FE-T(s et u) et FEe2
l'equivalent de FE-G.La terminaison necessite aussi le facteur R (FR).Chez les eucaryotes le
rôle des ribosomes est fonction de leur localisation;les ribosomes libres dans le cytoplasme
synthétisent des proteines qui restent libres à l'interieur du cytoplasme.Les ribosomes liés aux
membranes du reticulum(R.E.G.) synthétisent des proteines qui seront secrétées par la
cellule et aussi les proteines membranaires integrées.

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


Cours 7
LA MITOCHONDRIE

1-Structure(voir schema page 119,121,123)


Les mitochondries sont des organites intracellulaires de formes généralement arrondies ou
en bâtonnet de 1,5 microns de diamètre . Leur nombre dépend de la taille de la cellule et le
plus souvent elles sont dispersées dans le hyaloplasme .La mitochondrie est constituée de 2
membranes de 60 A° d'épaisseur chacune :la membrane mitochondriale externe et la
membrane mitochondriale interne .La mb mitoch. interne forme des replis vers l'interieur
qu'on appelle les crêtes mitochondriales L'espace intermembranaire est l'espace entre les 2
membranes qui représente le 1er compartiment (100 A° épaisseur).La mb mitoch. interne
délimite une cavité qu'on appelle matrice qui représente le 2ème compartiment (schéma voir
cours) Il faut noter que les mitochondries d'une même cellule sont habituellement de forme
très diverses :sphères,batonnets,anneaux, disques aplatis ...De plus les mitochondries changent
rapidement de formes:
-déformation par les courants cytoplasmiques
-augmentation ou diminution de volume
-fusionner pour donner de longues mitochondries qui se fragmentent ensuite en
mitochondries globuleuses.
2-composition chimique
a) membrane externe :
-elle est composée de 40% de lipides et 60% de proteines
-il y a 14 chaines polypeptidiques majeures (enzymes) et une chaine de transport d'électron
ces enzymes sont principalement des enzymes du métabolisme des lipides comme l'acetyl -
Co-A-synthétase.
la chaine de transport d'électron =cytochrome b5+NADH déshydrogénase :La NADH -
cytochrome b5 réductase
b)membrane interne
-Elle est composée de 80% de proteines et de 20% de lipides
-il y a 24 chaines polypéptidiques majeures dont certaines glycosylées .Ces proteines sont
classées en 3 groupes selon leur rôles physiologiques :
-les constituants de la chaines réspiratoires et des enzymes annexes
-l'ATPase (phosphorylation oxydative=couplage du transport d'e- avec la phosphorylation de
l'ADP en ATP

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


-transporteurs spécifiques =transporteurs de métabolites

1)les constituants de la chaine respiratoire et enzymes annexes: sont des transporteurs


d'électrons (réaction d'oxydo-réduction):
*transporteurs d'électrons et de protons (FAD) tel que
-les déshydrogénases flavoproteique :exemple le NADH déshydrogénase
-les hydroquinones (ubiquinones)
*transporteurs d'électrons :c'est les métalloproteines:
-cytochrome
-proteines fer-soufre
la chaine réspiratoire comprend 5 cytochromes classées dans l'ordre croissant en fonction de
leur potentiel d'oxydo-réduction ;b,c1,c ,a ,a3
Les cellules synthétisants les hormones stéroides possèdent en plus de la chaine réspiratoire
,une chaine de transport d'électron =cytochrome P450
2)L'ATPase :c'est une ATP synthétase :elle est composée d'une base hydrophobe intégrée
dans la membrane ,d'un pédoncule et d'une sphère de 90 A° de diamètre coté matriciel
;Cette ATPase est inhibée par l'oligomycine. (voir schéma)
3)transporteurs spécifiques :qui interviennent dans le transport passif ou actif du fait que la
mb mitoch.interne est imperméables aux protons :
-transporteurs d'ADP/ATP (1 ADP entre dans la matrice ,1 ATP sort =mouvement couplé)
-transporteurs de phosphates
-transporteurs d'ac. dicarboxyliques
-transporteurs d'ac. tricarboxyliques
-transporteurs d'ac. aminés
-transporteurs d'ac gras
c)contenu de l'espace intermembranaire
il y a quelques enzymes surtout l'adenylkinase qui convertit la molécule d'AMP en molécule
d'ATP /

AMP + ATP  2ADP qui vont rentrer dans la matrice subir la phosphorylation pour devenir
ATP.
aussi il ya l'enzyme qui fixe les ac. gras sur le CoA pour former AcetylCoA actif

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


d) contenu de la matrice :elle renferme de nombreux ions (calcium et phosphates) des
nucléotides (ADP,ATP) du coenzyme A des métabolites et de très nombreux enzymes .Elle
renferme aussi de l'ADN de l'ARN et des ribosomes .Les enzymes sont de 2 types :
-enzyme de l'oxydation de nombreux combustibles (cycle de Krebs)
-enzymes de la réplication,de la transcription et traduction de l'information mitochondriale.
3-ROLES PHYSIOLOGIQUES
Les fonctions de la mitochondrie peuvent se résumer en 4 ensembles :
-Oxydation réspiratoire =réspiration cellulaire ,Production de précurseurs pour diverses
biosynthèses, Accumulation de diverses substances,Synthèse des protéines (Mitochondriale)
A-Oxydation réspiratoire=réspiration cellulaire:
Les oxydation réspiratoires qui se déroulent dans les mitochondries se font en trois étapes :
1)-la 1ère est l'oxydation en acetate ou acetyl Co-A de l'acide pyruvique et des acides gras
provenant réspectivement de la glycolyse et de l'hydrolyse des triglycerides (glycolyse et
hydrolyse des triglycerides se déroulent dans le hyaloplasme ,l'oxydation en acetyl Co-A se
fait dans la matrice).
2)-la seconde étape est la dégradation complète des radicaux acetyle en CO2 et atomes
d'hydrogènes grâce aux décarboxylation et déshydrogénation du cycle de Krebs(CK)

3)-la 3ème étape est la phosphorylation oxydative :


les électrons provenants des atomes d'hydrogènes enlevés aux substrats lors de leur
oxydation pendant les 2 étapes précédentes , sont transportés jusqu'à l'oxygène
moléculaire ( ceci se fait au niveau de la membrane interne).L'oxygène moléculaire devient
alors un anion super oxydé O2- qui grâce à l'action d'enzyme est immédiatement combiné à
des protons pour donner de l'eau :4 e-+ O2 + 4 H+  2 H2O

Au cour du transport des électrons à l'oxygène l'energie perdue par les électrons est en
partie récupérée pour la phosphorylation de molécules d'ADP en ATP . L'oxydation des
combustibles en acetyle Co-A et la dégradation de ce dernier dans le cycle de Krebs se font
dans la matrice ,la phosphorylation oxydative s'effectue au niveau de la membrane
mitochondriale interne .
Le bilan globale de l'oxydation d'un acetyl Co-A est donc la formation de 12 ATP : 1 ATP par
phosphorylation au niveau du substrat dans le C K ,11 ATP par phosphorylation oxydative .
L'Energie produite par le flux de proton et par le transport d'électrons est stockée :une
partie en ATP ,une partie servira pour le transport des métabolites et une partie se dégage
sous forme de chaleur.(animaux homéothermes)
B-Production de précurseurs pour diverses biosynthèses

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


-Précurseurs de la néoglycogénèse ex: ac. oxaloacétique (matrice)
-précurseurs de la biosynthèse des acides gras ex: acetyle Co-A (matrice
-précurseurs de l'Uréogénèse (cycle de l'Urée) ex: Citrulline (matrice)
-précurseurs de la biosynthèse des acides aminés et des porphyrines (cas des a. aminés non
indispensables)
exemple :l'acide alpha cetoglutarique en réagissant avec l'ammoniaque donne de l'acide
glutamique ,de la glutamine et de la proline .
autre exemple :par transamination avec l'acide glutamique ,l'acide pyruvique et l'acide
oxaloacétique donnent respéctivement de l'alanine et de l'acide aspartique (synthèse se
faisant dans le hyaloplasme).
C-Accumulation de diverses substances
Il ya des échanges constants entre la mitochondrie et le hyaloplasme à travers la membrane
externe très pérméables et grâce aux nombreux transporteurs portés par la membrane
interne Ainsi un transporteur phosphate/hydroxyle fera sortir OH- pour neutraliser les
protons accumulés dans l'espace intermembranaire en échange il fera entrer des ions
phosphates H2PO4- dans la matrice contre leur gradient de concentration .
Ces ions s'accumulent et s'associent aux Ca2+ pour des dépôts de phosphates tricalcique
surtout dans le cas des ostéoblastes en début d'ossification. autre exemples :grains de
vitellus dans les ovocytes mitochondrie ayant accumulées des lipoproteines =vitellus)
D- Synthèse des proteines
il y a à peu près 5 à 10 % de protéines mitochondriales qui sont synthétisée par la
mitochondrie elle même notamment les transporteurs d'électrons ,l'ATPase et le
transporteur d'ADP/ATP.

4)BIOGENESE MITOCHONDRIALE Toutes les mitochondries du futur organisme proviennent


des mitochondries maternelles. A chaque mitose elle se répartissent équitablement dans
les 2 cellules -filles . Au cour de l'accroissement cellulaire les mitochondries peuvent se
diviser ou " grandir" par production de membranes mitochondriales .Pour cela il ya
coopération étroite entre l'ADN mitochondriale et l'ADN nucléaire.

La pathologie mitochondriale peut concerner divers type de modification ::la forme,la taille,
la structure et la disposition des crêtes et enfin l'aspect de la matrice. :comme exemple
:pathologie de la taille: -cas du "gigantisme mitochondriale " observé : -dans les cellules du
foie atteint de Cholostase ,d'Hépatite virale et alcoolique
-dans certaines tumeurs de l'ovaire ou des surrénales
-dans les tissus musculaires striés atteint de myopathie

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


-au cours de carence alimentaire cas de régime dépourvu de riboflavines (vitamine B2)
Les cellules cancereuses sont caractérisées par des variations numériques et structurales des
mitochondries mais aucune n'est spécifique à la cellule cancéreuse.

LE HYALOPLASME
VOIR SCHEMA PAGE 65

Le Hyaloplasme , dans sa structure et dans la nature de ses constituants chimiques, varie


grandement d'un type cellulaire à l'autre et, pour une même cellule , suivant l'état
physilogique de la cellule.
Dans la matrice hyaloplasmique, peuvent en effet se rencontrer divers produits de sécrétion
ou de catabolisme de nature et d'importance très variables
Trois types d'éléments figurés peuvent être observés dans le hyaloplasme : des structures
fibrillaires, granulaires ou globulaires.et une substance fondamentale :
1_Structure fibrillaire du hyaloplasme
les microtubules : : Ils existent de façon pérmanente dans certains types cellulaires alors
que dans d'autres ces formations n'apparaissent qu'au moment de la division cellulaire .
Commelesmicrotubulesformant les centrioles ou leurs dérivés, les microtubules
cytoplasmiques sont des formations cylindriques creuses de 200 à 300 A° de diamètre Ils
sont constitués de sous unités proteiques globulaire de 50 A° de diamètre disposés à la
périphérie du microtubule dont ils constituent la paroi . Les microtubules sont constitués de
proteines . celles qui sont dominantes c'est les tubulines .
Ces micritubules sont très abondants dans l'axone des cellules nerveuses, dans les
plaquettes sanguines , autour du noyau de cerains spermatozoides , toutes cellules où ils
sont disposés selon un arrangement régulier , parallèle entre eux et généralement parallèle
au grand axe de la cellule . Les rôles devoulus à ces formations se resument en 3 grands
rôles :
-participation aux mouvements intracellulaires (mouvement des organites et des
chromosomes)
-rôle structural dans le maintien des formes cellulaires constituant ainsi un veritable
cytosquelette
-rôle dans le déplacement du hyaloplasme avec substance dissoutes .
Les filaments Ils sont de deux types :

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)


-Les tonofilaments dispersés dans le hyaloplasme mais nombreux aux niveau des
desmosomes . Ils sont constitués de proteines du type kératine :fins filaments de 50A° de
diamètre .
-Les myofilaments formés de proteines agencées de façon régulière dans les cellules du
muscle strié . Ces myofilaments sont constitués soit par des faisceaux de molécules d'actine ,
soit par des faisceaux de molécules de myosine
2-structure granulaire et globulaire du hyaloplasme
Le glycogène se présente sous forme de granules dans les cellules musculaire ou sous forme
d'amasde forme et de taille dans l'hépatocyte . Les globules proteiques et les globules
lipidiques donnent la structure globulaire au hyaloplasme respectivement dans les cellules
du pancréas exocrine et dans les cellules adipeuses ou les cellules endocrines sécrétrices de
stéroides.
3-substance fondamentale on y trouve des elements de nature et de taille moléculaire très
diverses :ions minéraux ,précurseurs de macromolécules (acides aminés,nucléotides, oses,
acides organiques divers), métabolites des voies de synthèse (anabolisme) et du
catabolisme , des proteines , des enzymes , des acides nucleiques (ARNm et ARNt).des
lipides etc...

ASSOCIATION DES SCIENCES DE LA VIE BI.A.V (FSNV bloc 3)