Vous êtes sur la page 1sur 16

CLASSIFICATION ET MODE D'ACTION DES ANTIBIOTIQUES

D.YALA*, A.S. MERAD**D. MOHAMEDI, M.N. OUAR KORICH***

Un antibiotique est une substance antibactérienne d'origine biologique, c'est à dire produite par des
micro-organismes (champignons microscopiques et bactéries) ou de synthèse chimique et qui est
capable d'inhiber la multiplication ou de détruire d'autres micro-organismes.

Exemples :
- La Pénicilline est produite par un champignon "penicillium notatum ".
- Le Chloramphénicol est un antibiotique de synthèse chimique.

Les antibiotiques sont définis par leur :

•activité antibactérienne (spectre d'activité),

•toxicité sélective (mode d'action),

•activité en milieu organique (pharmacocinétique),

•bonne absorption et diffusion dans l'organisme.

Classification des antibiotiques

Les antibiotiques peuvent être classés selon plusieurs critères : l'origine, la nature chimique, le
mécanisme d'action et le spectre d'action.

Tout en adoptant la classification des antibiotiques en grand e s f a m i l l e s , n o u s é t u d i e r o n s


é g a l e m e n t l e m é c a n i s m e d'action ainsi que le spectre d'action des différents antibiotiques.

LES BETA LACTAMINES (Tableau 1)

Le noyau de base est le cycle ß lactame. Les antibiotiques de cette famille sont bactéricides.

Ils se répartissent en trois groupes :

• Groupe I : il comporte le cycle ß lactame et un cy cle thiazoline (ex : spectre étroits peni M et
peni V),

• Groupe II : il comporte un cycle lactame et un cycle dihydrothiazine (ex : spectres larges peni A),

• Groupe III : il comporte un noyau limité au cycle ß-lactame (ex : céphalosporines, etc…).En
plus de ces trois groupes, il existe des inhibiteurs de ß-lactamases tels que Augmentin Composé
d'amoxicilline et d'acide clavulanique et qui agit sur les bactéries pro ductrices de
pénicillinase.

Mécanisme d'action des ß lactamines

Les ß lactamines agissent au niveau de la paroi bactérienne en inhibant la dernière étape de la


synthèse du peptidoglycane entrainant une lyse bactérienne.

LES AMINOSIDES OU AMINOGLYCOSIDES


Ce sont des hétérosides naturels formés par un ou plusieurs glycosides liés à un aminocyclitol. Ce sont
des antibiotiques rapidement bactéricides. Il existe plusieurs centaines de molécules naturelles et
hémi-synthétiques. Elles sont classées par UMEZAWA en 1979 puis par BRYSKIER en1995 en fonction de la
structure chimique centrale en trois classes :
- Streptamine
- 2 désoxystreptamine
- Streptidine
Mode d'action des aminosides

Ils perturbent la synthèse des protéines au niveau de la f r a c t i o n 3 0 S d u r i b o s o m e


e n t r a î n a n t l a d e s t r u c t i o n b a c térienne. Ils sont bactéricides.

Spectre d'action

Le spectre d'action des aminosides est large, agissant sur les bacilles Gram négatifs aérobies
notamment les entérobactéries et sur les bacilles à Gram positif (Listeria).L'action est inconstante sur
les cocci en général. Ils sont actifs sur les staphylococcus aureus sécréteurs de péni cillinas e,
sur les cocci à Gram négatif, Neisseria menin gitidis et Neisseria gonorrhoeae. Ces
antibiotiques sont inactifs sur les streptocoques, pneumocoques, les entérocoques et les anaérobies.

Cas particulier : la streptomycine est active sur les mycobactéries. Elle est réservée pour le traitement de la
tuberculose (toxicité auditive).

PHENICOLES : CHLORAMPHENICOL ET THIAMPHENICOL


Choramphénicol

Le chloramphénicol est un antibiotique bactériostatique à large spectre. En Algérie, il est réservé au


traitement de la fièvre typhoïde.

Thiamphénicol

Le thiamphénicol est très voisin chimiquement du chloramphénicol, son spectre d'action est similaire.

Mécanisme d'action

Les deux molécules sont bactériostatiques. Elles agissent au niveau de la sous unité 50 S du ribosome.
Ceci a pour conséquence une inhibition de la synthèse des protéines.

Spectre d'activité

Les phénicolés, étant de petites molécules hydrophobes, traversent facilement la membrane


externe et interne des bactéries à Gram négatif.
Ainsi le spectre d'activité est très large englobant les bacilles à Gram positif, les bacilles à Gram négatif,
les cocci à Gram positif et les cocci à Gram négatif. En Algérie, ces molécules sont réservées aux
traitements des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes et dans certains cas de méningites purulentes
à Hemophilus et streptococcus pneumoniae lorsque des molécules moins toxiques ne sont pas
disponibles.
LES TETRACYCLINES
Les tétracyclines sont bactériostatiques, elles pénètrent bien dans les cellules, ces molécules
présentent une grande homogénéité
On distingue les cyclines naturelles et les cyclines semi-synthétiques.

Cyclines naturelles
•Chlortetracycline (Auréomycine)
•Tetracycline base (Tetracyne)
Cyclines semi-synthétiques
•Oxytetracycline (Terramycine)
•Doxycycline (Vibramycine)
•Minocycline (Mynocine)
Classe Dénomination Commune Internationale Dénomination commerciale Indications

Streptamines Spectinocyne Trobicine Infection génitale à Gonocoque Streptidine


Dihydrostreptomycine Streptomycine Entercine Apramycine Ambylan vétérinaire Thérapeutiques/grpe
IV A Ribostamycines/grpe IV B Néomycine NéomycineFramycetine Soframycine Tobramycne
TobrexKanamycine Kamycine Amikacine Amiklins/grpe V B Gentamicine Gentallines/grpe V C
Netilmicine Nétromicine Autres molécule sapparentées Fortimicine A Astromicine Infection à
Pseudomonas aeruginosa Thérapeutique locale
Groupe VI Groupe IV

D é s o x y s t r e p t a m i n e s/grpe V A

Groupe V Groupe Groupe I Groupe II Groupe III

Tableau 2 : Classification des aminosides


CLASSIFICATION…

La Doxycycline et la Minocycline ont une meilleure activité in vitro et sont actives sur les
souches bactériennes résistantes aux cyclines naturelles. Elles ont, de plus, une meilleure
absorption digestive et une plus longue durée d'action.

Mécanisme d'action

Les tétracyclines inhibent la synthèse des protéines au niveau de la sous unité 30 S du ribosome
Spectre d'activité

C'est avec les tétracyclines qu'est apparu le terme "à très large spectre".

• Bacilles à Gram négatif et autres bactéries

Les tétracyclines sont indiquées pour le traitement des Pasteurelloses, Brucelloses, Chlamydioses,
Coxielloses, Rickettsioses, Mycoplasmes, Spirochètes, Leptospira et Borrelia.
• Cocci à Gram positif sont souvent résistants,

• Bacilles à Gram positif

Les tétracyclines ont une bonne activité, pour la majorité des bacilles à Gram positif aérobies et
anaérobies sporulés. Cependant, la sensibilité in vitro doit être vérifiée.

• Cocci à Gram négatif

- Les tétracyclines restent actives sur Neisseria gonorrhoeae, bien que des résistances aient été
décrites (Neisseria Gonorhoeae Résistant aux Tétracyclines)
- Les Yersinia, Haemophilus, Bordetella Pertussis et Francisella Tularensis sont toujours sensibles ainsi
que les vibrionaceae et Pseudomonas pseudomalei
- Gardenerella vaginalis est encore sensible aux tétracyclines bien que 25% d'entre eux soient
résistants.
- La résistance acquise est élevée pour les entérobactéries, cependant les souches
hospitalières sont le plus souvent résistantes et présentent une résistance croisée avec l'ampicilline et
le chloramphénicol, en ce qui concerne les salmonelles.- Legionella pneumophila ainsi que les
Bacteroides sont résistants.

• Parasites
Les tétracyclines sont actives sur Plasmodium falciparum avec un effet synergique avec la
quinine.
- Candida albicans est sensible à la minocycline.
LES POLYPEPTIDES
On distingue 7 groupes :
• Peptides linéaires
• Peptides cycliques représentés par la Capréomycine, la Viomycine, la D cycloserine ou D
cycloceine,
• Glycopeptides représentés par la Vancomycine ; la Ristocetine et la LY 33332 (anti
Staph. MétiR et anti-entérocoque Vanco- Teico R),
• Glycolipopeptides représentés par la telcoplanine ; la ramoplanine,
• Lipopeptides représentés par la Daptomycine (en développement clinique), la Polymyxine
(actif sur BGN),
• Polypeptides thiazolidiques : Bacitracine (actif sur cocci à Gram positif),
• Divers
Ces divers groupes se subdivisent en sous-groupes en fonction de leur structure chimique, de l'activité
antibactérienne, du mécanisme d'action, de la nature de la cible cellulaire. Nous ne détaillerons que la
vancomycine (groupe III des glycopeptides), la teicoplanine (groupe IV des glycolipopeptides) et les
polymyxines (groupe V des lipopeptides).

La vancomycine

Le chlorhydrate de vancomycine représente le principe actif et est administré par voie intraveineuse
uniquement Antibiotique à usage hospitalier

La teicoplanine

La molécule est un acide faible soluble dans l'eau et bien toléré en IV et en IM. Sa grande lipophilie lui
permet une meilleure diffusion tissulaire et un relargage lent. Antibiotique à usage hospitalier

Mécanisme d'action

Ces deux molécules n'agissent que sur les bactéries à Gram positif en inhibant la synthèse du
peptidoglycane donc de la croissance bactérienne.

Spectre d'activité

Ces molécules ont un spectre d'activité étroit réservé aux bactéries à Gram positif et sont d'usage
exclusivement hospitalier.

Elles sont inactives sur les bactéries à Gram négatif à cause de leur masse trop grande qui ne leur
permet pas de passer
. L é m o f l o x a c i n e .Péfloxacine : Peflacine
.Norfloxacine : Noroxine
.Sparfloxacine : Zagam
.Ciprofloxacine : Ciflox
. E n o x a c i n e

Mode d'action
Les quinolones inhibent la synthèse de l'ADN de la bacté-rie en se fixant sur le complexe
"ADN-ADN gy rase" enemp êchant la réplication et transc ription de l'ADN bacté- rien.

Spectre d'activité
Les quinolones de 1ère génération ont à peu près le mêmespectre d'activité dirigé
essentiellement contre les bactériesà Gram négatif excepté Pseudomonas spp.Les
fluoroquinolones ont un spectre élargi, on retrouve lesb a c t é ries à Gram négat i f, les
cocci à Gram positif dontl ' a c t ivité est 100 à 100 0 fois plus élévée que celles
desquinolones de 1ère génération (sauf streptocoques et pneu-mocoques)L ' o f l o x a c i n e
e t l a C i p r o f l o x a c i n e o n t u n e a c t i v i t é s u r Mycobacterium tuberculosis.Les fl u o
roquinolones sélectionnent assez facilement des mutants résistant. Ce phénomène est
particul ièrement net pour les staphylococcus et pour le Pseudomonas spp. Il
estr e c o m m a n d é d ' u t i l i s e r u n e a s s o c i a t i o n p o u r p r é v e n i
r l'émergence de ces résistances sur les espèces inconstam- ment sensibles telles que
Stap hylococcus, Pseudomonas,Serratia, Proteus, Enterobacter et Klebsielle.Les diff é
rents antibiotiques proposés en association sont les aminosides, les ß lactamines et la
fosfomycine.

SULFAMIDES ET ASSOCIATIONS

Les sulfamides

Structure
Ils se constituent d'un noyau paraminobenzène sulfonamide avec un radical R déterminant
leur pharmacocinétique et leur classification pratique selon leur durée d'action et/ou leur site
d'action. On distingue :

• Les Sulfamides classiques :

.Sulfapyridine (Dagenan)
.Sulfamérazine (Solumedine)
.Sulfafurazol (Gantrisine)
• Les Sulfamides urinaires
.Sulfamoxole (Justamil)
.Sulfaméthoxazole (Gantanol)
.Sulfaméthizol (Rufol)
.Sulfamérazine (Solumedine)
• Sulfamides à action intestinale
.Sulfaguanidine (Guanidan)
• Sulfamides à usage local
.Sulfafurazol (Gantrisine
.Sulfanilamide (Tablamide
.Sulfacélamide (Antebor
• Sulfamide semi retard
.Sulfamethoxazole (Gantanol
.Sulfamoxole (Justamil

Mécanisme d'action

Ils ont une activité bactériostatique. Ils entrent en compé-tition avec le PAB bloquant ainsi
l'action de la synthétase(figure 1).

Figure 1
D.YALA, A.S. MERAD, D. MOHAMEDI, M.N. OUAR KORICH
D i h y d r o s y n t h é t a s e A c i d e p a r a - a m i n o benzoïque (PAB) Acide g l u t a m i n i q u e
P t é r i d i n e D i h y d r o r é d u c t a s e
TRIMETHOPRIM
Guanine A D N C y t o s i n e Tetra Hydrofolique Adénine Thymine
SULFAMIDES
Acide Dihydrofolique (-)

Médecine du Maghreb 2001 n°91

Spectre d'activité

Ils ont un large spectre d'action, mais actuellement plus réduit (résistances).

• Cocci à Gram positif

- Staphylococcus ont une sensibilité variable- Stretococcus groupe A, B, C et G présentent


actuellementdes résistances acquises,- Streptococcus pneumoniae a une sensibilité variable,-
Enterococcus faecalis est résistant naturellement.
• Bacilles à Gram positif

- Les lactobacilles sont naturellement résistants,- Clostridium, Bacillus, nocardia,


Actinomyces, Listeria monocytogènes ainsi que quelques souches de corynebacterium sont
sensibles.

• Cocci à Gram négatif

- Neisseria meningitidis et gonorrhoeae ont une sensibilité variable,- Haemophilus, Pasteurella


et vibrio cholerae et Eltor sontensibles,- B r u c e l l a , F r a n c i e l l a e t B o r d e t e l l a
p e r t u s s i s s o n t p e u sensibles,- Chlamydia est sensible,- B o r r e l i a , l e p t o s p i r e ,
T r e p o n e m e s , M y c o p l a s m e s e t Rickettsies sont résistants.

ASSOCIATIONSULFAMETHOXAZOLE-TRIMETHOPRIME

Structure

Le Trim et hoprime est un inhibiteur des folates. Il appartient à la famille des


diaminopyrimidines qui sont des anti-bactériens et des antiparasitaires.

Mécanisme d'action

(figure 1)Le Trimethoprime agit dans le blocage enzymatique de la synthèse des folates, juste
après les sulfamides. L'association "sulfamide trimethoprime" la plus utilisée est le
cotrimozaxol Bactrim

. Les deux molécules bloquent la synthèse des folates à deux stades différents, ce qui renforce
leurs activités antibactériennes. L'intérêt de cette association est que les mutants résistants
aux deux composants apparaissent moins rapidement et l'association a un effet
bactéricide.

Spectre d'activité

• Cocci à Gram positif

- Staphylococcus aureus reste sensible à l'association a lorsque les staphylococcus


coagulase négative sont souvent résistants, Enterococcus faecalis et le streptocoque
du groupe A doivent être considérés comme résistants- Les streptocoques B, C et G sont le
plus souvent sensi-bles ainsi que streptococcus pneumoneae,
• Bacilles à Gram positif

- Listeria, Actinomycètes sont sensibles,- Clostridium est résistant,

• Cocci à Gram négatif

- N e i s s e r i a m e n i g i t i d i s e s t n a t u r e l l e m e n t r é s i s t a n t a u triméthoprime et a
une sensibilité vari able au sulfa -méthoxazole
• Bacilles à Gram négatif

- Entérobactéries: sensibilité variable,- Haemophilus, Legionella et pseudomonas


pseudomallei et cepacia sont sensibles.

LES NITROFURANES

Selon la structure chimique on distingue :


•Le Nifuroxazide (Ercefuryl)
•Le Nitrifurzide (Furadantine)

Spectre d'action:
large
• Les nitrofuranes à visée intestinale
- Les bacilles à Gram négatif, entérobactéries
• Cocci à Gram positif
- Giardia, amibe, trichomonas (parasites)
• Nitrofuranes à visée urinaire
- actifs sur la majorité des entérobactéries à l'exception de certaines espèces de Proteus. Cet
antibiotique est inactif sur Pseudomonas aeruginosa, les Proteus, Serratia et Acinetobacter.

Mode d'action

Les nitrofuranes agissent en perturbant la réplication de l'ADN.

CLASSIFICATION…

LES 5 NITROIMIDAZOLES

Structure

Ils font partie d'une famille complexe agissant aussi bien sur les bactéries que sur les
parasites. On distingue le Tini-dazole et le Métronidazole.

Mécanisme d'action

Ils agissent en inhibant la synthèse des acides nucléiques entraînant la mort rapide de la
bactérie. Les 5 nitroimidazolés sont bactéricides.

Spectre d'action

I l s o n t u n s p e c t r e é t r o i t . I l s s o n t a c t i f s s u r l e s b a c t é r i e s anaérobies et en
particulier sur les bacilles à Gram négatif, cocci à Gram négatif, Clostridium et quelques
peptostrept o c o q u e s . I l s n ' o n t a u c u n e a c t i o n s u r l e s P r o p i o n o b a c terium,
Actinomyces aérotolérant, et autres bacilles à Gram positif non sporulés anaérobies. Ils
agissent sur Gardnerella vaginalis et Hélicobacter pylori.

ACIDE FUSIDIQUE
L'acide fusidique (Fucidine) est un antibiotique stéroidien.

Mode d'action

L'acide fusidique agit sur la synthèse des protéines.

Spectre d'activité

C'est un antibiotique antistaphylococcique majeur. Il est actif sur les staphylocoques


Méti S. et Méti R.

NOVOBIOCINE

La novobiocine est un dérivé de la coumarine comportant en outre dans sa formule un phénol


substitué et un sucre le Noviose.

Mode d'action

La novobiocine inhibe la réplication de l'ADN. La novobiocine est un antibiotique


antistaphylococcique, actif sur les cocci à Gram négatif, les Hemophilus et les
Pasteurelles.

LES RIFAMYCINES

Les rifamycines sont constituées d'une macro cycle et d'uncycle aromatique.On distingue
trois antibiotiques :
. La Rifamycine SV (Rifocine)
.la Rifamide et,
.la Rifampicine.

Mode d'action

Les rifamycines agissent en bloquant la transcription par inhibition de l'ARN


polymérase.

Spectre d'activité

La Rifamycine SV et la Rifampicine sont bactéricides ; e l l e s o n t u n e e x c e l l e n t e


a c t i v i t é s u r l e s g e r m e s à G r a m positif ( staphylococcus et entérocoques).En Algérie,
la rifampicine est réservée au traitement de la tuberculose.

LES ANTITUBERCULEUX
Les antituberculeux sont caractérisés par leur pouvoir bactéricide sur le bacille de Koch
(B.K.).En Algérie, la Rifampicine, l'Isoniazide, l'Ethambutol, la Streptomycine et la
Pyrazinamide sont réservés au traitement de la tuberculose (émergence de mutants R
chromosomiques)

BIBLIOGRAPHIE

ANDRE BRYSKIER Les peptides. Médecine thérapeutique, Hors-série, Vol 3 Janvier


1997.LEMINOR L., VERON M Bactériologie médicale2ème Edition FLAMMARION
1989MEDICAMENTS –ANTIBIOTIQUES Traité de Chimie Thérapeutique Vol 2Edition AFECT
1994MICHEL BOURIN - MICHEL LIEVRE - HERVE ALLAIN Cours de Pharmacologie 3ème Edition

TPE ANTIBIOTIQUES
 Rubriques
o Bienvenue
o Introduction
o Mode d'action des antibiotiques
o Les grandes familles d'antibiotiques
o Mode d'acquisition de résistances aux antibiotiques
o Une mauvaise utilisation des antibiotiques
o Prévention et meilleure utilisation des antibiotiques
o De nouveaux antibiotiques
o Solutions naturelles
o Exemples de traitements par la phytothérapie et l'aromathérapie
o L'utilisation du sucre
o Les bactériophages
o Probiotiques et prébiotiques
o En conclusion...
o Lexique

Les différents modes d'action des


antibiotiques
Par TPE ANTIBIOTIQUES dans Quel antibiotique utiliser ? le 25 Janvier 2012 à 13:08

Les antibiotiques agissent spécifiquement sur certaines étapes du métabolisme


bactérien. Ils ont un mode d'action précis et ciblé. Certains antibiotiques empêchent la
formation de la paroi bactérienne, d'autres peuvent bloquer la

synthèse bactérienne de la bactérie et enfin certains antibiotiques bloquent certaines


réactions chimiques indispensables à leur métablosime. Les antibiotiques sont actifs soit
par bactériostase c'est à dire par inhibition de la multiplication bactérienne, soit par
bactéricidie c'est à dire par destruction de la bactérie.

Certains antibiotiques sont concentration-dépendants, tels les aminosides: leur efficacité


est fonction de leur concentration, d'autres sont temps-dépendants, c'est à dire que c'est
la durée d'exposition qui définira l'efficacité.

(ex: les céphalosporines)

Schéma d'une bactérie.

Action sur la paroi bactérienne

Les antibiotiques bloquent la synthèse de la paroi, la cible étant les enzymes. La cellule
bactérienne s'allonge durant la mitose sans faire de paroi et elle explose sous l'effet de la
pression osmotique interne. Si on ajoute un stabilisant osmotique, on obtient un
protoplaste.

On distingue deux grands types de paroi bactérienne :

→ Sans membrane externe: La paroi est constituée d'une couche épaisse de


peptidoglycanne (= muréine). Ce sont les bactéries Gram +
→ Avec une membrane externe : La couche de peptidoglycanne est plus fine et
recouverte par une membrane de lipopolysaccharides riche en porines. Ce sont les
bactéries Gram -

Les antibiotiques inhibent la synthèse de la paroi bactérienne:

-soit par inhibition de la synthèse de précurseurs de la paroi:

-la fosfomycine
-soit par inhibition de l'insertion des unités glycaniques, précurseurs de la paroi et de la
transpeptidation:
-Les b-lactamines qui inhibent la transpeptidase intervenant dans la synthèse
de la paroi.
- Les glycopeptides, qui se lient à un intermédiaire de synthèse du
peptidoglycane

1. la fosfomycine

Son mode d'action est une pénétration intra-cytoplasmique par transport actif, elle
inhibe l'enzyme pyruvyl transférase qui permet la constitution des précurseurs de
peptidoglycane. Son effet est bactéricide.

2. Les Béta-lactamines

Ce sont les pénicillines, céphalosporines, carbapénèmes, monobactames.

Leur caractéristique commune est leur noyau Beta-lactame

Leur mode d'action :


Pénétration jusqu'à la membrane plasmique, Fixation aux transpeptidases, Inhibition de
la transpeptidation :

-Effet bactériostatique: Activation des auto lysines par élimination ou inactivation


d'un inhibiteur de ces enzymes

-Effet bactéricide: Mort bactérienne.

3. Glycopeptides : Vancomycine, Teicoplanine

Ils inhibent la synthèse du peptidoglycane par fixation sur le motif dipeptique D-


Alanine/ D-Alanine, entraînant une inhibition par encombrement des transglycosylases
et des transpeptidases. Leur effet est lentement

bactéricide. Ce sont des molécules de grandes tailles qui ne peuvent donc passer à
travers les porines des

Gram-.

Action sur la synthèse des protéines

Différentes classes d'antibiotiques agissent en interférant avec la synthèse protéique


bactérienne, et ce, au niveau de l'une des trois étapes principales de la traduction des
ARNm en protéines au niveau des ribosomes:

- l'initiation
- l'élongation
- la terminaison

Plusieurs familles d’antibiotiques inhibent la synthèse des protéines en agissant


préférentiellement soit sur la sous-unité 30S soit sur la sous-unité 50S des ribosomes.

o Au cours de la phase d’initiation, la sous-unité 30S du ribosome et un complexe formyl-


méthionine-ARNt se fixe au site d’initiation d’une molécule d’ARNm. Ultérieurement,
la sous-unité 50S se lie à ce complexe d’initiation pour former le ribosome 70S.
o Au cours de la phase d’élongation, les acides aminés constituant le peptide vont
s’incorporer de manière séquentielle. Cette phase peut être décomposée en trois stades :
reconnaissance, transfert peptidique et translocation. Dans l’étape de reconnaissance,
une molécule d’acide-aminé-ARNt se fixe sur le site A (aminoacyl ou accepteur) du
ribosome. Puis vient l’étape de transfert du peptide en formation du site P (peptidyl) au
site A et liaison peptidique à l’acide aminé du site A : la chaîne peptidique s’allonge
donc d’un acide-aminé.

L’étape de translocation a pour but de ramener le peptide au site P. Cette phase


d’élongation fait intervenir trois protéines appelées facteurs d’élongation.

L’incorporation des acides aminés se répète jusqu’à ce qu’un codon de terminaison soit
reconnu sur l’ARNm.
Grâce à l’action de trois protéines accessoires, vont intervenir la libération du peptide,
la séparation du ribosome et de l’ARNm et la dissociation du ribosome en ses deux
sous-unités.

o L'acide fusidique, en se fixant au facteur d'élongation de la traduction, empêche


la fixation des amino-acyl-ARNt.
o Les aminoglycosides ou aminosides (exemples : streptomycine, gentamicine,
amikacine) se fixent sur la petite sous-unité des ribosomes (30 Svedberg), empêchent la
traduction de l'ARNm et conduisent à des erreurs de lecture.
o Les phénicols (exemples : chloramphénicol, thiamphénicol) bloquent la formation de la
liaison péptidique. Ils se fixent sur la grosse sous-unité du ribosome bactérien (50
Svedberg) mais pas sur celle des ribosomes eucaryotes.
o Les cyclines (exemples : tétracycline, doxycycline, auréomycine) : en se fixant sur la
sous-unité (30 S), elles bloquent l’élongation de la chaîne polypeptidique.
o Les macrolides et kétolides (exemples : érythromycine, azithromycine) agissent sur la
partie 50 S du ribosome et bloquent l’élongation de la chaîne polypeptidique.
o La puromycine mime l’extrémité d’un ARNt, prend sa place dans le ribosome et bloque
l’élongation de la chaîne polypeptidique.

Action sur la membrane bactérienne

Ce sont les polypeptides (polymyxines B et E) qui agissent sur la membrane


bactérienne. Ils ont un effet bactéricide rapide, mais ne sont actifs que sur les bactéries à
Gram négatif.

Les polymyxines actives sur les bactéries à Gram négatif, agissent tout d'abord sur la
membrane externe, puis la membrane cytoplasmique ce qui provoque la fuite de
substances intracellulaires et la mort des bactéries.

La polymixine pénètre dans la cellule bactérienne et s'insère parmi les phospholipides


(lipides constituant la paroi).

Elle imite les phospholipides, et se confond avec eux, ce qui perturbe la perméabilité
membranaire et modifie la tension de surface, ainsi les bactéries ne peuvent plus créer
de membrane cellulaire, ce qui provoque leur explosion. La désorganisation de la
structure membranaire permet aux éléments hydrosolubles de sortir de la cellule. Cet
antibiotique agit sur les cellules en croissance ou au repos, il est à la fois
bactériostatique et bactéricide.

Action sur l'ADN

L'antibiotique, issu de la famille des fluoroquinolones, a pour rôle dans ce cas


de bloquer la mitose, qui est une étape essentielle de la division cellulaire. Il agit sur une
enzyme, la gyrase, ce qui a pour effet d'inhiber la réplication

ou la transcription (suivant les différents antibiotiques). La réplication est indispensable


à la mitose, qui sans elle, ne peut avoir lieu. Durant la mitose, l'ADN subit la réplication
semi-conservative, qui est l'étape où l'enzyme ADN

polymérase crée un deuxième brin d'ADN. Mais cela n'a pas lieu après l'action
de l'antibiotique, la bactérie ne peut donc plus se développer.
Action par inhibition compétitive

L'antibiotique agissant par inhibition compétitive va s'insérer dans la bactérie, et les


différences de structures entre ces deux derniers vont entraîner un blocage des voies
métaboliques de la bactérie. Des antibiotiques (en autre, les sulfamides) agissent de la
sorte, en entrant en compétition avec l'acide PAB (para-aminobenzoïque), qui est
essentiel à la synthèse des voies métaboliques. C'est à dire que les sulfamides se
confondent avec le PAB, et cela inhibe le métabolisme de la bactérie.

Antibiotique agissant par inhibition compétitive:

L'acide tétrahydrogolique intervient dans de nombreuses voies métaboliques. Chez les


bactéries, sa synthèse se fait en trois étapes dont la première nécessite de l'acide para-
amino-benzöique ou PAB. La synthèse de l'acide tétrahydrofolique est inhibée par les
sulfamides et l'acide para-amino-salicylique

Sulfamides

Les sulfamides sont bactériostatiques et ont un spectre large.

Leur mode d’action est lié à une inhibition de la synthèse de la dihydroptéroate en


raison d’une analogie structurale avec le PAB. L’action des sulfamides est réversible et
s’annule en présence d’un excès de PAB ou de certains métabolites terminaux dont la
thymidine.

Le schéma ci-dessous représente une bactérie, et les différentes zones d'activités des
antibiotiques:

Vous aimerez peut-être aussi