Vous êtes sur la page 1sur 5

Les fonctions logiques

1. Les portes logiques

Remarque : Le symbole américain n’est pas à connaître par cœur.

1.1.Porte OUI

Symbole

européen E S
européen
E S

Symbole

Américain

1.1.Porte OUI Symbole européen E S Symbole Américain 1.2. Porte NON (inverseur) Table de vérité E

1.2. Porte NON (inverseur)

Table de

vérité E S 0 0 1 1
vérité
E S
0 0
1
1

Equation

S = E

Intérêt de cette porte :

La sortie est amplifiée en courant

Symbole

Symbole

Table de

Equation

européen

Américain

vérité

E S
E S

NO

On trouve également le symbole suivant (Inverseur avec sortie amplifiée en courant)

E S 0 1 1 0 E S
E
S
0
1
1
0
E S

S = E

1.3. Porte ET

Symbole

européen A S & B
européen
A
S
&
B

Symbole

Américain
Américain

AND

S = 1 si A ET B sont à 1

Table de vérité

Equation

A

B

S

 

0

0

0

S

= A . B

0

1

0

 

1

0

0

1

1

1

1.4. Porte ET-NON

C’est un ET associé à un inverseur

S = 0 si A ET B sont à 1

Symbole

Symbole

Table de vérité

Equation

européen

Américain

A S B &
A
S
B
&
Equation européen Américain A S B & NAND A B S 0 0 1 0 1

NAND

A

B

S

0

0

1

0

1

1

1

0

1

1

1

0

S = A .B

1.5.

Porte OU

S = 1 si A OU B sont à 1

Symbole

Symbole

Table de vérité

Equation

européen

Américain

A S 1 B 1.6. Porte OU-NON
A
S
1
B
1.6. Porte OU-NON
européen Américain A S 1 B 1.6. Porte OU-NON OR C’est un OU associé à un

OR

C’est un OU associé à un inverseur

A

B

S

 

0

0

0

S

= A + B

0

1

1

 

1 0

 

1

1 1

 

1

S = 0 si A OU B sont à 1

Symbole

Symbole

Table de vérité

Equation

européen

Américain

A S 1 B 1.7. Porte OU exclusif
A
S
1
B
1.7. Porte OU exclusif
européen Américain A S 1 B 1.7. Porte OU exclusif NOR A B S 0 0

NOR

A

B

S

0

0

1

0

1

0

1

0

0

1

1

0

S = A + B

S = 1 si A OU B sont à 1 mais pas les deux en même temps

Symbole

Symbole

Table de vérité

Equation

européen

Américain

 

A

B

S

 
A = 1 B
A
= 1
B

S

A = 1 B S 0 0 0 S = A ≈ B

0

0

0

S = A B

0

1

1

 

XOR

1

0

1

S = A.B + A.B

 

1

1

0

2. Etablissement d’une équation logique à partir d’une table de vérité

Pour obtenir l’équation logique à partir d’une table de vérité, il suffit de rechercher les différentes combinaisons des variables d’entrées qui permettent d’obtenir la sortie égale à 1.

Exemple :

A

b

c

S

0

0

0

0

0

0

1

1

0

1

0

0

0

1

1

1

1

0

0

0

1

0

1

0

1

1

0

0

1

1

1

1

On peut donc écrire :

1 1 0 0 1 1 1 1 On peut donc écrire : S = 1

S = 1

si

a = 0

ET b = 0 ET c = 1

OU

si

a = 0

ET b = 1 ET c = 1

OU

si

a = 1

ET b = 1 ET c = 1

L’équation donne :

S =

a.b.c + a.b.c + a.b.c

3.

Etablissement d’un logigramme

Un logigramme est un schéma électrique à base de portes logiques. Pour effectuer un logigramme, il suffit de suivre l ‘équation logique en repérant les termes prioritaires : un ET est prioritaire devant un OU. Remarque : Deux sorties ne peuvent jamais être connectées entre elles.

Exemple :

Logigramme correspondant à l’équation précédente :

4. Simplification

a b c a b 1 1 a.b.c & a.b.c & 1 a.b.c &
a
b
c
a
b
1
1
a.b.c
&
a.b.c
&
1
a.b.c
&

S =

a.b.c + a.b.c + a.b.c

La simplification de l’équation permet de réduire la taille du logigramme donc le nombre de portes nécessaires. Deux méthodes peuvent être utilisées, mais la plus rapide et la plus sûr est la simplification par les tableaux de Karnaugh

4.1 Simplification algébrique

Elle permet grâce à des regroupements et des propriétés des fonctions logiques de simplifier une équation.

Propriétés :

a . a = a

a . 1 = a

a . 0 = 0

a . a = 0

a + a = a

a + 1 = 1

a + 0 = a

a + a = 1

a = a

 

Distributivité :

a . ( b + c) = a . b + a . c

a + (b.c) = (a + b) . (a + c)

Consensus :

a.c + b. c + a.b = a.c + b. c

(a + c).(b+ c ).(a+b) = (a+c).(b+ c )

4.2 Simplification par les tableaux de Karnaugh Construction

Etats possibles pour l’entée a

A 3 variables d’entrée

Etats possibles pour les entées b et c

bc a
bc
a

00

01 11

 

10

0 0

   

1 1

1

1 0

   

1 0

0

    1 1 1 1 0     1 0 0 On utilise obligatoirement le

On utilise obligatoirement

le code de Gray

Etats possibles de la sortie en fonction des entrées a,b et c

A 4 variables d’entrée cd 00 01 11 10 ab 00 0 1 1 1
A 4 variables d’entrée
cd
00
01
11
10
ab
00
0
1
1
1
01
0
1
0
0
11
1
0
1
1
10
1
0
1
0

Principe de simplification :

- Réaliser des groupements de ‘1’ adjacents, dans l’ordre, par 16, 8, 4 ,2 ou 1. Il faut toujours s’arranger à regrouper le maximum de ‘1’ pour diminuer la taille des termes.

- Lorsqu’il ne reste plus de ‘1’ isolé, les regroupements sont terminés.

- L’équation simplifiée est déduite de ces groupements

Exemples :

b change c change bc 00 01 10 11 a 0 0 1 1 1
b change
c change
bc
00
01 10
11
a
0 0
1 1
1
1 1
0
0
0
S
a.b.c
+
a.c
+
a.b
1 =
On ne prend pas en compte
les variables qui changent
d’état dans le regroupement.
cd ab
cd
ab

00

01

11

10

00

 

0

0

 

01

 

0

0

 

11

 

0

0

 

10

1 1 1 1
1
1
1
1

0

0

1 1 1 1
1
1
1
1
cd 00 ab 00 1
cd
00
ab
00
1
 

01

11

10

   

0

0

1
1

01

0

0

0

0

11

0

0

0

0

10

1
1

0

0

1
1
cd ab
cd
ab

00

01

11

10

00

0

     

01

0

     

11

0

     

10

0

1 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1
1
1
1
0
1
1
0
1
1
1
1
1
   

S 2 =d

S 3 =b.d

S 4 =c + b.d

Erreurs à ne pas commettre

Réaliser des groupements de 3, 5, 7 etc …

Utiliser le code binaire pour les variables d’entrée.

Précaution à prendre :

A faire
A faire

Réaliser des groupements de 16, 8, 4, 2 ou 1

Utiliser le code de Gray pour les variables d’entrée.

- Vérifier le résultat de la simplification à partir de la table de vérité

Par exemple : S = c.a + c.b

donne

S = 1 si c = 1 ET a = 0 OU c = 1 ET b = 1 Sinon S = 0

5. Théorème de De Morgan

Le théorème est le suivant :

a.b = a + b

5.1 Application du théorème de De Morgan

a + b = a.b

Il permet d’utiliser des portes OU-NON ou ET-NON afin de réduire le nombre de circuits intégrés utilisés.

5.2

Logigramme à portes ET-NON.

On ajoute deux barres à la fonction afin de supprimer le OU :

S =

deux barres à la fonction afin de supprimer le OU : S = c.a + c.b

c.a + c.b = c.a + c.b

Rappel

:

S = S

On applique le théorème de De Morgan afin de faire apparaître uniquement des portes ET-NON :

On casse la barre au niveau du OU qui devient alors ET

S = c.a + c.b = c.a . c.b
S =
c.a + c.b
= c.a . c.b

Le logigramme devient :

a

c

b

Rappel : a.a = a

a & & &
a
&
&
&

c.a

&
&

c.b

c b Rappel : a.a = a a & & & c.a & c.b S =

S = c.a .c.b

Il ne nécessite qu’un seul circuit intégré

5.3 Logigramme à portes OU-NON.

On part de la fonction S = c.(a + b)

On ajoute deux barres à la fonction :

(L’autre équation donne un résultat plus complexe)

S =

c.(a + b)

Rappel :

S = S

On applique le théorème de De Morgan afin de faire apparaître uniquement des portes OU-NON :

S =

afin de faire apparaître uniquement des portes OU-NON : S = c. ( a + b

c.(a + b)= c + (a + b)

Le logigramme devient :

On casse la barre au niveau du ET qui devient alors OU

Rappel : a + a = a a a 1 a + b 1 1
Rappel :
a + a = a
a
a
1
a + b
1
1
b
c
c
1

S = c + (a + b)

Il ne nécessite qu’un seul circuit intégré