Vous êtes sur la page 1sur 49

Spermogramme-

spermocytogramme
DU reproduction 2015-16
Dr A. Papaxanthos
Service de biologie de la reproduction – CECOS
CHU de Bordeaux
Explorations de l’homme infécond
Examens
Interrogatoire paracliniques,
Examen clinique biologiques et autres

Spermogramme-
spermocytogramme

Exploration de la
partenaire
Les explorations du sperme: Les explorations
• Examens de base de l’homme:
– Spermogramme - spermocytogramme (B110) Consultation
(29.7E) d’andrologie
• Examens de deuxième intention
– Recherche d’éjaculation rétrograde (B110) Bilan hormonal
– Test de migration survie (B120) Bilan génétique
– Spermoculture
– Biochimie séminale Echographie
– Détection des anticorps antispermatozoïdes (B50 à 280)
– Microscopie électronique (BHN 2500)

• Étude des fonctions du spermatozoïde


– Fonction flagellaire - Analyse automatisée des trajectoires des spermatozoïdes
- Test post-coïtal (B45)
– Reconnaissance des membranes ovocytaires:
• Etude de la réaction acrosomique,
• Interactions spermatozoïdes-ovocytes: hémizona-assay, (hamster test), fixation des spz à la
zone pellucide en cours de FIV

– Fonction nucléaire (bleu d’aniline, fragmentation d’ADN)


Le spermogramme-spermocytogramme
• Partie intégrante du bilan de base de l’infertilité de couple

• Examen de base du sperme

• Sperme: liquide complexe


résultant de l’activité testiculaire: rendement de la spermatogénèse
des évènements dans les voies spermatiques

composé d’une phase cellulaire (spermatozoïdes, cellules rondes)


d’une phase liquide ou plasma séminal
- sécrétions épididyme-déférent (10% du volume)
- sécrétions des glandes associées:
vésicules séminales (65%)
Prostate (20%)
Bulbo-uréthrales (glandes de Cowper) (4.5%)
Conditions de réalisation: Éléments à la base d’une
interprétation correcte ++
• Conditions de recueil : au laboratoire par masturbation dans un
réceptacle adapté stérile non cytotoxique
– Éviter :
• perte de début de l’éjaculat
– Première fraction : Prostate, épididymes, déférents
– Deuxième fraction : Vésicules séminales
• contamination vaginale
• délai de transport trop long, variation de température (pas plus d’une heure entre 20 et 37°C)
• Existence de préservatifs spéciaux

• Perturbation temporaire de la spermatogenèse :


fièvre élevée, maladie aiguë, chirurgie ou atteinte sévère de l’état général…

• Délai théorique entre deux examens en cas d’altérations: 2 mois et demi (74 j)
pour spermatogenèse et 12 jours de transit épididymaire

• Délai d’abstinence : 2-7 jours


permet une standardisation
Influence du
délai
d’abstinence
Spira et al. 1984

14x106/ml/j
0.33ml/j
Etude du TMC

Influence du délai
d’abstinence
A pondérer….
Tur- Kaspa et al. 1994
Conditions de
recueil du sperme
au laboratoire

SONNEZ
Référentiel pour la réalisation des analyses
Paramètres spermatiques et infertilité
Notion de normes

NORMES OMS /WHO 1999 -2010


Compte rendu de
spermogramme -
spermocytogramme
Examen macroscopique

• Aspect: homogène, gris opaque (normal)

jaune (ictère, certains médicaments, vitamines)


rouge-brun: hématies

Hémospermie: Idiopathique dans 1/3 cas, malformation, infection,


traumatisme, lithiase des canaux éjaculateurs, bénignes en général
Examen macroscopique
• Volume: ≥1,5 ml (5ème centile, 95% IC 1,4 -1,7)
(pesée du réceptacle avec une balance à 2 décimales:
densité de 1 (1g=1ml) [1.043-1.102] ou
à la pipette graduée, faite à 0.1 ml près)
Témoins du fonctionnement des glandes associées

Aspermie:
Hypospermie: Nouveau contrôle anéjaculation
3 semaines après éjaculation rétrograde totale
perte de l’éjaculat
abstinence courte
Recherche de
Dysfonctionnement du reflexe
éjaculatoire: éjaculation rétrograde
spermatozoïdes dans
Défaut anatomique: Absence bilatérale
les urines
ou unilatérale des canaux déférents,
obstruction des canaux éjaculateurs….
Biochimie séminale Hyperspermie:
Endocrinienne: hyperprolactinémie
hypogonadisme, antiandrogènes…
Abstinence longue
Spermoculture Infection aiguë

Rôle pathologique ?
Hyperspermie: diminution du potentiel par dilution et par perte de sperme IIU
Hypospermie: pouvoir tampon du liquide séminal/acidité vaginale (Fox 1973)
Examen macroscopique
• Viscosité: liquéfaction dans les 30 min après émission
Façon dont le sperme s’écoule de la pipette: gouttes séparées: normale
filament de plus de 2 cm= anormale
Témoins de l’activité de la prostate (enzymes) et vésicules séminales
(coagulum)

Hyperviscosité: facteur d’hypofertilité par entrave à la mobilité des


spermatozoïdes? liquéfaction artificielle et IIU

• pH: > 7.2 dans les 30 min, avant 1 heure après émission
Lecture sur papier pH (gamme de 6.5 à 10, au labo de 2.0 à 9.0, unité de 0.5)
Témoins de l’équilibre entre les sécrétions acides prostatiques et basiques des
vésicules séminales

pH anormal: problème de recueil ou de glandes associées


– <7: atteinte des VS (et/ou des anses épididymo-déférentielles
(atrésie des vésicules séminales)
– >8: délai d’examen trop long ou infection
Examen microscopique
• La mobilité des spermatozoïdes est influencée par la température: à 35°C

• Evaluation sous microscope au grossissement x200 :


Vue d'ensemble permettant de noter la présence de filaments
muqueux, d’agrégation ou agglutination de spermatozoïdes et
l’homogénéité de la préparation

• Etude des différents paramètres:


- concentration
- mobilité
- agglutinats ?
- éléments cellulaires autres que spermatozoïdes

• Présence d’agglutinats: attachement des spermatozoïdes mobiles entre eux


Cause immunologique dans 70% des cas : recherche d’autoAnticorps
≠ agrégats (cellules, débris, filaments mucineux…)
• Concentration des spermatozoïdes:

– Après immobilisation (1 minute entre 50° et 60°C)


– Après homogénéisation et sur plusieurs échantillons
– Avec cellules de comptage (cellule de Makler, hémocytomètre…)

OMS: au moins 15x106/ml ou au moins 39x106 par éjaculat


(5ème centile, 95% IC 12 – 16) (33 – 46)

– Polyzoospermie (>200 M/ml OMS 1999) : impact discuté sur la fécondité


(abstinence longue, éjaculations peu fréquentes)
– Azoospermie: absence de spermatozoïdes
– Oligozoospermie si < 15 M/ml
Définition d’une concentration normale?
Féconds
Inféconds

Guzick et al
2001

Prédiction : HYPOFERTILE STATUT FERTILE


INDETERMINE
Définition d’une concentration normale?

3
3
ans

1
a
an
n Jouannet
s et al
1988

Pourcentage de grossesse obtenues sans aucun traitement 1 an


et 3 ans après un premier examen de sperme
Qu’est ce qu’une concentration normale ?

Selon l’OMS (2010) :


au moins 15x106/ml ou au moins 39x106 par éjaculat
(5ème centile, 95% IC 12 – 16) (33 – 46)
Variations interlaboratoires de l’étude de la numération
Neuwinger et al. 1990

23%

75%
Evaluation externe de la qualité de l’analyse
Evaluation externe de la qualité de l’analyse
Variation individuelle
(d’après Paulsen, manuel de l’OMS 1999)

Même sujet, recueil bihebdomadaire pendant 120 semaines


Notion d’azoospermie
Absence de spermatozoïdes à au moins trois spermogrammes espacés d’au
moins deux mois et demi
(74 j pour la spermatogenèse plus 12 jours de transit épididymaire)

Eliminer les azoospermies réversibles: fièvre, intervention chirurgicale…

Examen de la totalité de l ’éjaculat par examen du culot de centrifugation


en microgouttes sous huile ou après coloration (1800g pendant 5 minutes)
Notion de cryptozoospermie
(Ron El 1997: 6/20 biopsies testiculaires annulées)

avec comptage des spermatozoïdes

Impose un bilan étiologique complet: clinique, paraclinique, biologique


(bilan hormonal, génétique…)

Azoospermie: recueil chirurgical des spermatozoïdes dans le cadre d’une AMP?


Etude des cellules rondes:
LEUCOCYTOSPERMIE si > 1 M/ml (OMS)...
Seuil controversé
• Techniques de mise en évidence spécifique:
– Test à la péroxydase
– Elastase
– Marqueurs spécifiques: Ag spécifique CD45 par immunocytochimie

• Rôle pathologique in vivo? 10 à 20% des hommes infertiles ont une leucospermie
– Pouvoir toxique: stress oxydatif (Aitken 1989)
cytokines cytotoxiques (Hill 1995)
Altération de la numération, la mobilité, la qualité fonctionnelle (Wolff 1987)
– Contrebalancé par l’activité antioxydante du liquide séminal (Aitken 1995)

• Pathologie quand ce dernier est dépassé:


– infection (aucun germe dans 80% des cas, prostatite asymptomatique?)
– processus inflammatoire (lithiase prostatique, séquelles d’infection)
– irritations chimiques (tabac, alcool, drogues…. Yanushposki 1995)

• Effets délétères démontrés in vitro (Aitken 1995)


• MOBILITE ++ 2 fois 100 spermatozoïdes sur plusieurs champs entre
lame et lamelle (10µl de sperme) dans les 30 min à une
heure maximum

Type de mobilité:
– Progressive: a: rapide et progressif (>24µm/s à 36°C ou >19µm/s à 20°C)
b: lent ou faiblement progressif
– Non progressive (c): mobile mais non progressif (< 5µm/s)
– Immobile (d)

Asthénozoospermie: diminution du pourcentage de formes mobiles ou altération


des vitesses de déplacement des spermatozoïdes
Notion d’asthénozoospermie totale: après élimination d’une nécrospermie
microscopie électronique
Définition d’une mobilité normale?
Féconds
Inféconds

Guzick et al
2001

Prédiction : HYPOFERTILE STATUT FERTILE


INDETERMINE
Qu’est ce qu’une mobilité normale ?
Selon l’OMS (1999) :
Au moins 50% de mobilité progressive avec au moins 25% de
progressifs rapides

Selon l’OMS 2010:


Au moins 40% de formes mobiles
(5ème centile, 95% IC 38-42)
Au moins 32% de mobilité progressive (a+b)
(5ème centile, 95% IC 31-34)
Evaluation externe de la qualité de l’analyse
Evaluation externe de la qualité de l’analyse
Evaluation externe de la qualité de l’analyse
• VITALITE deux fois 100 spermatozoïdes
Colorant vital ou test hypo-osmotique (HOS-test)
Cytochimie: éosine ± nigrosine (test de Williams): coloration
rose des spermatozoïdes morts
Au moins 58% (5ème centile, 95% IC 55-63) de formes
vivantes

Nécrospermie: moins de 58% de spermatozoïdes vivants


– Eliminer des conditions défavorables d’examen,
– Infection, Ac cytotoxiques
– Conditions défavorables de transport dans les voies génitales …
…idiopathique
Le spermocytogramme
Étude au microscope (X1000 à l’immersion) de la morphologie des spermatozoïdes
(200 de spermatozoïdes fixés et colorés) et leur classification
Définition du spermatozoïde normal et classification
• Tête de forme ovalaire, de contour net et régulier
• Pièce intermédiaire
• Flagelle fin et régulier
OMS KRUGER DAVID
Mucus cervical Mucus cervical
Papanicolaou Diff Quick Shorr
Ombelet 1997 Kruger 1986 David 1975
Longueur (µm) 4 - 5.5 5-6 4-5
Largeur 2.5 - 3.5 2.5 - 3.5 2-3
L/l 1.5 - 1.75 ND 1.5 - 2
Acrosome 40 à 70 40 à 70 50
(% de surface de la tête)
Reste cytoplasmique <1/3 <1/2
(/surface de la tête)

Sperme normal (> ) 30 14 40


% de formes normales
Différents types
d’anomalies du
spermatozoïde
Étude de la répartition des anomalies
• Type d’anomalies
– Anomalies de l’acrosome: son % est inversement corrélé au taux de clivage
en FIV mais impossibilité de définir une valeur seuil, paramètre le plus
soumis à des variations interlaboratoires
– Flagelles enroulées: sénescence des spermatozoïdes
• Les anomalies associées: IAM ou index des anomalies associées
– IAM = nombre d’anomalies totales / nombre de spermatozoïdes anormaux
Jouannet 1988, Mortimer 1990, Menkveld and Kruger, 1996: TZI, tératozoospermie index
In vivo: < 1.6 64% de grossesses à 3 ans
> 1.6 45% de grossesses à 3 ans
• Tératozoospermie monomorphe: au moins 90 % des spermatozoïdes
porteurs de la même anomalie
Têtes: rondes sans acrosome ou globozoospermie
Flagelles: (asthénozoospermie totale)
courts
microcéphale de calibre irrégulier:
macrocéphales anomalies des gaines fibreuses
têtes multiples

Microscopie électronique
Intérêt du spermocytogramme
• Problématique: Absence de standardisation de l’analyse
phénotypique des spz

– En dehors des anomalies évidentes et uniformes, peu d’intérêt à une


description précise des différentes anomalies morphologiques des spz

– In vivo: question toujours d’actualité, recherche d’un seuil de formes


typiques pour une fécondabilité spontanée:
• 10 à 20% de formes typiques pour l’OMS (Menkveld 2001),
• 3 à 4% pour Kruger (Eggert-Kruse 1996, Menkveld 2001)
– FIV conventionnelle: corrélation entre tératozoospermie et faibles taux de
fécondation mais difficultés d’établir des valeurs seuils, association avec
d’autres facteurs (mobilité)
– ICSI: Pas de corrélation entre le degré de tératozoospermie globale et les
taux de fécondation en ICSI et de grossesses
(Nagy 1995; Svalander 1995; Aboulghar 1996; Nagy 1998, Oehninger 1998, Ludwig 2003)
Sauf cas particuliers (macrocéphales, globozoospermie, anomalies
flagellaires…)
Intérêt du spermocytogramme

• Problématique:

– Variabilité individuelle: 3 à 4 cytogrammes pour évaluer le


profil de tératozoospermie d’un sujet donné
Le premier paramètre à s’altérer par un facteur externe
(infection, exposition à des toxiques…)
– Variabilité liée à l’expérience de l’observateur
Définition d’une morphologie normale?
Féconds
Inféconds

Guzick et al
2001

Prédiction : HYPOFERTILE STATUT FERTILE


INDETERMINE
Normes OMS 2010 pour le spermocytogramme

• OMS 1999:
Tératozoospermie quand <30% de formes typiques

• OMS 2010: Tératozoospermie


quand < 4% (5ème centile, IC 3.0-4.0)
(classification de Kruger)
< 15% selon la classification David modifiée
par Auger et Eustache
< 23% (95CI, 20-26) (2015) (Auger, Jouannet, Eustache 2015)
Spermatozoïdes normaux
Forme amincie sans acrosome, microcéphale sans acrosome
Spermatozoïde allongé, tête normale avec reste cytoplasmique et double flagelle,
flagelle isolé enroulé, allongé enroulé
Compte rendu de
spermogramme -
spermocytogramme
Le spermogramme - spermocytogramme
Conclusion
• Technique
– Formation spécialisée, standardisation des méthodes d’analyse (OMS,
Bioforma)
– Champs de l’accréditation
– Contrôle de qualité interne et externe
– Systèmes automatisés ?

• Interprétation
– Indicateur de potentiel de fécondité
Notion de délai à concevoir
– Replacer le problème au sein du couple
– Ces examens définissent des catégories descriptives, aux limites arbitraires
en l’absence de pathologie définie
Ne pas porter de diagnostic d’infertilité masculine sur un seul examen
Les explorations complémentaires dans l’infertilité
masculine:

• Examens de deuxième intention

– Recherche de spermatozoïdes dans les urines


– Test de migration survie
– Spermoculture
– Biochimie séminale
– Détection des anticorps antispermatozoïdes
– Microscopie électronique
Recherche de spermatozoïdes dans les urines

Urines recueillies au décours du prélèvement par masturbation

Etablir le diagnostic d’éjaculation rétrograde totale ou partielle témoins


d’un dysfonctionnement du reflexe éjaculatoire

Conditions particulières: alcalinisation des urines deux jours avant


l’examen

Indications:
– Hypospermie (à pH normal)
– Antécédents évocateurs: dysfonctionnement du reflexe éjaculatoire
• Pathologies neurologiques: blessés médullaires, sclérose en plaques,
neuropathies diabétiques…
• Iatrogénie chirurgicale: curage lomboaortique, chirurgie du col
vésical, de l’anévrysme aortique, colorectale…
• Iatrogénie médicamenteuse: neurotropes, psychotropes, α-bloquants,

Traitement de dernier recours: IIU ou FIV


Test de migration – survie (TMS)
• Principe: à partir du sperme, isoler les spermatozoïdes mobiles à morphologie
normale et étudier leur survie à 24 h

• Reproduire in vitro les événements survenant dans le tractus génital féminin

• Objectifs:
Isoler le plus grand nombre de spz mobiles du plasma séminal
Eliminer les spz morts, cellules rondes
Eliminer les virus et bactéries
Sans entraîner d’altérations des spz
Améliorer les dysfonctions spermatiques

• Techniques de lavages-migration
de gradients de densité
Communes aux IIU et aux FIV avec ou sans ICSI

Après recueil au laboratoire, par masturbation après deux à cinq jours


d’abstinence sexuelle, dans un réceptacle stérile.
• Les techniques de lavages par centrifugation
Permettent d’éliminer le liquide séminal.
Associées à une migration des spermatozoïdes dans un milieu de
culture utilisant leur propriété de migrer de façon ascendante dans
un liquide,
Recueillent qu’une fraction de spermatozoïdes mobiles et éliminant
ainsi les débris cellulaires, les leucocytes et les spermatozoïdes
morts restés dans le culot de centrifugation.

• Les techniques de gradients de densité sélectionnent sur


la mobilité et la densité des spermatozoïdes.
Centrifuger le sperme sur un gradient de densité croissante
(particules silico-colloïdales recouvertes de silane, trois niveaux de
concentration en général).
Les spermatozoïdes mobiles à noyau condensé de morphologie
normale ont une plus forte densité et migreront dans la fraction de
haute densité.
Celle-ci sera recueillie et lavée par centrifugation.
Technique la plus utilisée
Test de migration - survie

Intérêt: avant assistance médicale à la procréation

Évaluer la quantité de spermatozoïdes « disponibles » afin de choisir le type


d’AMP en fonction du nombre de spermatozoïdes mobiles progressifs
récupérés

– En insémination intra-utérine: indispensable


• « au moins 1 million de spermatozoïdes mobiles progressifs avec une
survie positive à 24 heures» dans le GBP d’août 2010 « à l’exception
d’une tératozoospermie sévère »

– FIV ou ICSI ?:
• Limites mal définies
• ICSI indiscutable devant moins de 500 000 spermatozoïdes mobiles et
normaux recueillis après technique de sélection (équipe de Van Steirteghem)
Mais aussi: moins de 106 spermatozoïdes mobiles dans l’éjaculat
Conclusion
• Devant un couple infertile: penser à
l’homme
• Le seul examen de sperme ne résume pas la
fécondité d’un homme
• La fécondité d’un homme ne résume pas la
fécondité du couple