Vous êtes sur la page 1sur 39

Durabilité des matériaux et

réhabilitation des structures

2017-2018
Chap 4: réparation- réhabilitation des
structures
Réparations
Terminologie:

 Restaurer, c’est conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du


monument. La restauration se fonde sur le respect de la substance ancienne et de
documents authentiques. [Article 9 ICOMOS 2003]

 Rénover, c’est remettre à neuf un ouvrage ou un objet jugé usé. La rénovation peut aller
jusqu’à la destruction complète de l’objet et sa reconstruction.

 Réhabiliter, c’est améliorer l'habitat existant en le remettre aux normes de confort,


d’hygiène et de sécurité au regard des exigences contemporaines.
Réparations
Options envisageables:
Sur la base des conclusions de l’inspection, on sélectionne les interventions les plus
appropriées:

Laisser en
l’état

Restreindre L’ouvrage Réparation


son usage

Démolition ou
remplacement
partiel
Réparations
Options envisageables:
Sur la base des conclusions de l’inspection, on sélectionne les interventions les plus
appropriées:

Sécurité

Origine,
ampleur et Facteurs
évolution L’ouvrage liés à
des l’exécution
désordres

Exigences
Réparations
Facteurs influençant le choix
 La sécurité de l’ouvrage:
• La sécurité structurale liée a stabilité de l’ouvrage ou de ses éléments: corrosion avancée
des armatures, dislocation du béton, fissuration sévère, décollement ou du glissement des
appuis.
• La sécurité générale couvre toutes les autres situations comportant un risque pour les
passants ou pour l’environnement (par exemple, chute de fragments de béton).
 La nature et l’ampleur des désordres: Elles ont une influence sur le choix de la
méthode de réparation: la position de la surface endommagée dont dépendra la
consistance du mortier de ragréage. la nécessité de remplacer ou de renforcer les
armatures.
 Les facteurs liés à l’exécution: L’utilisation de matériel facilitant l’accessibilité
(échafaudages, nacelles élévatrices, ...) , des horaires de travail inhabituels, représenter un
danger pour la sécurité des personnes, générer des nuisances....
 Les exigences concernant l’aspect extérieur du béton: Lorsque l’aspect extérieur de
l’ouvrage doit être conservé (monument classé, béton architectonique, ...), il y a lieu
d’adopter des techniques de réparation moins invasives.
Réparations
Facteurs influençant le choix
 Les exigences concernant l’aspect extérieur du béton:
 cas du béton architectonique

 cas des monuments historiques  Plus d’exigences


 le respect de la valeur culturelle du monument.
 l’intervention minimale.
 la réversibilité de l’intervention.
 la compatibilité des matériaux.
Réparations
Facteurs influençant le choix
 Les exigences concernant l’aspect extérieur du béton:
 cas des monuments historiques  Plus d’exigences

Remplacement des parties manquantes à Volubilis : a) par un mortier à base de


[Article 9 ICOMOS 2003] ciment gris (colonne Arc en Triomphe) b) par de la brique (colonne Basilique)
 La restauration s'arrête là où commence l'hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout
travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la
composition architecturale et portera la marque de notre temps.
 Restoration must stop at the point where conjecture begins, and in this case moreover any extra work
which is indispensable must be distinct from the architectural composition and must bear a
contemporary stamp.
Réparations
Facteurs influençant le choix
 Les exigences concernant l’aspect extérieur du béton:
 cas des monuments historiques  Plus d’exigences

Exigences pour un mortier de restauration de joints par rapport aux


propriétés de la pierre [Sasse & Snethlage 1997; Snethlage 2008]

Propriétés Exigences par rapport à la pierre


Module dynamique E 20-60 %
Résistance à la compression 20-60 %
Dilatation hydrique 50-100 %
Dilatation thermique 50-150 %
Coefficient de capillarité 50-100 %
Résistance à la diffusion de la vapeur d’eau 50-150 %
Adhérence 50-100%
Réparations
 La norme ENV 1504-9 définit les principes sur lesquels doivent reposer la réparation et la protection
du béton ainsi que le traitement et la prévention de la corrosion des armatures. [Réparation et
protection du béton armé avec Sika]
Principes et méthodes de réparation
et de protection du béton:

(renforcement)
Principes et méthodes de prévention et de
traitement de la corrosion des armatures. Réparations
Réparations
 Principes 1 et 2 : Protection contre toute pénétration et maitrise de l’humidité:
Ces principes concernent la prévention de ces agressions (liquides ou gazeuses) et décrit les méthodes
pour réduire la perméabilité et la porosité du béton.

Imprégnation (hydrophobe) Revêtement Colmatage superficiel des fissurations

• Une imprégnation hydrophobe est un traitement du béton qui modifie ses propriétés de surface. Les
pores et les capillaires ne sont pas remplis. Le principe est de réduire la tension de surface de l'eau et
d’empêcher son passage dans les pores sans stopper la diffusion de la vapeur d'eau.

• Une imprégnation est un traitement du béton qui réduit la porosité et renforce la surface. Elle bloque les
pores contre toute pénétration d'agents agressifs.

• Les revêtements de surface sont des matériaux conçus pour améliorer la surface du béton, afin
d'augmenter la résistance ou la performance aux agents agressifs externes spécifiques.
Réparations
 Principes 1 et 2 : Protection contre toute pénétration et maitrise de l’humidité:

• Les consolidants et les hydrofuges n'ont pas d'action directe sur la protection contre la
corrosion des armatures. Mais ils peuvent être utilisés comme traitement
complémentaire.

• Une hydrofugation se justifie, si le béton subit une altération liée à un contact avec de
l’eau liquide provenant de l’atmosphère
Réparations
 Principes 1 et 2 : Protection contre toute pénétration et maitrise de l’humidité:
De nombreuses dégradations d’ouvrages sont dues à la pénétration d’agents agressifs liquides ou gazeux
dans le béton. Le principe 1 concerne la prévention de ces agressions et décrit les méthodes pour réduire
la perméabilité et la porosité du béton.

Transformation des fissures en joints Pose de panneaux externes Application d’une membrane

• Les procédés de protection du béton doivent prendre en compte la position et la taille des fissures et des
joints dans le béton.
• Les fissures inertes doivent être simplement réparées / colmatées avec un produit adéquat.
• Pour remédier au mouvement des fissures, on crée un joint dont la largeur et la position sont étudiées
pour absorber ce mouvement. Les fissures sont ensuite colmatées avec un produit élastique (BET spé)
Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:

Application manuelle de mortier Coulage de béton Projection de béton Remplacement des éléments

• Pour les réparations ponctuelles du béton se font par application manuelle de mortier.

• Les réparations par coulage : cas de grandes zones dégradées, réparations d’éléments porteurs difficiles
d’accès avec une forte densité d’armatures. Propriétés principales: la fluidité et la capacité d’enrobage
des armatures.

• La projection des mortiers: adaptée aux réparations de gros volumes, à l’augmentation d’épaisseur de
recouvrement des armatures et aux chantiers d’accès difficile pour les techniques de coulage ou
d’application manuelle.

• un remplacement pourrait être plus économique que la réparation. Il est nécessaire d’assurer la
continuité de la structure et la répartition des charges en utilisant des agents d’adhérence.
Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:

1. Piquer le support, brosser ou sabler les


armatures, coffrer si nécessaire
2. Appliquer le produit de passivation sur
les armatures
3. Humidifier le support
4. Préparer le mortier (suivre la notice
technique)
5. Appliquer le mortier en serrant fortement
Laisser raffermir puis talocher à la
taloche ou au polystyrène
6. Décoffrer et ragréer éventuellement
Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:
 Elimination des zones dégradées
Avant de réparer les zones dégradées (armatures apparentes, éclatements de béton, traces de
rouille, etc.), les revêtements en place doivent être retirés, sur toute la surface, par un moyen
mécanique ou chimique.

● Enlever les parties de béton non adhérentes et contaminé par les chlorures ou la
carbonatation.
Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:
 Elimination des zones dégradées
Pour traiter les armatures corrodées, il convient de les dégager. Le dégarnissage doit être
effectué jusqu’à ce qu’un acier sain apparaisse et la longueur de cet acier doit être dégagée
sur toute sa périphérie, un dégagement d’un minimum de 2 cm derrière l’armature, est
conseillé.

 Nettoyage de la surface : lavage à l’eau sous pression , brossage, aspiration, soufflage…


Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:
 Nettoyage de la surface :

Sablage à pression
Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:
 Mortiers:
La réfection des bétons consiste à rétablir l’enrobage des armatures par la mise en œuvre de
mortier. Ce dernier doit respecter les critères :

• de tenue verticale sans coffrage,


• de montée en résistance rapide et de résistance mécanique supérieure au béton support,
• d’adhérence supérieure ou égale à la cohésion du support,
• d’imperméabilité à l’eau et aux agents agressifs,
• de coefficient de dilatation thermique et de module d’élasticité dynamique équivalent au
béton support,
• de bonne protection des aciers.
Réparations
 Principe 3 : Réparation du béton:
 Béton projeté:
Un béton projeté est constitué d’un mélange de granulats, de ciment et d’eau avec parfois des
ajouts, projeté grâce à de l’air comprimé, sur une paroi.
Deux techniques de projection, suivant le moment d’introduction de l’eau dans la chaîne :
• par voie sèche avec ou sans pré-mouillage : l’eau est introduite au niveau de la lance,
• par voie mouillée : l’eau est introduite au malaxage du béton.

Le débit de la voie humide est plus faible mais


elle produit moins de rebond et donc moins de
poussière que la voie sèche.
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural: cas de
 Structures endommagées : -Suite à un événement extérieur (chocs, inondations, séisme ) , Suite à une
malfaçon lors de l’exécution (enrobage insuffisant, armature oubliée ou mal positionnée),
vieillissement de l’ouvrage (carbonatation du béton, oxydation des aciers)
 Surcharges supplémentaires : Changement d’usage ou de vocation d’un local (élimination de poteau),
nouvelles surcharges d’exploitation ( trafic plus important, ajout de machines ou matériel lourd),
erreurs de conception : (ferraillage insuffisant, sections faibles)

Ajout ou remplacement de barres Collage d’une plaque de


d'armature incorporées ou externes renforcement

• Le dimensionnement et le positionnement des armature : le bureau d'Etudes structures.


• Nettoyage et préparation des surfaces du béton qui doivent recevoir le renfort externe. Tout béton de
faible qualité, endommagé ou détérioré doit être réparé.
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:
Renforcement par tôles collées :
 Mise en œuvre :
 Préparer le support: surface plane et propre
 Préparer la tôle : sablage pour la face à encoller et protection contre la corrosion
 Encollage : colle époxy et serrage pour collage efficace
 Verrouillage
 Contrôle du collage
• Inconvénients
 Sensibilité des tôles à la corrosion
 Contrôle rigoureux
 Formation des bulles d’air dans la colle
 Difficultés de manutention et de transport
 Échafaudages et outils appropriés
 Possibilités de décollement
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:
Tissus à base de fibres de carbone pour s’affranchir les difficultés posées par les
tôles collées:
 Plus légers
 Plus résistants
 Plus minces
 Longueur illimités
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:
Pour les travaux de réparation en cas de surcharge temporaire, l'injection de matériaux à base de résine
époxydique peut restaurer l'état structural d'origine. Il est possible aussi d’utiliser un renfort précontraint.

Injection des fissures, des vides Colmatage des fissures, des Précontrainte (par post-contrainte)
ou des interstices vides ou des interstices

• Nettoyage et préparation des fissures + le système d’injection le mieux adapté peut être sélectionné,
afin de rétablir l'intégrité structurale du béton.
• Cas des fissures larges: remplissage par gravité ou en utilisant un mortier de réparation époxy
• Précontrainte : plus de résistance à des charges de travail supplémentaires avec moins de flèche
résiduelle. (la post-contrainte est une méthode de précontrainte d'une structure sur chantier une fois que
le béton a durci).
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:

• Micro-ciment bicomposant
• Résine époxydique
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:

Précontrainte
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:

• Chemisage
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:
Quel que soit le matériau de la structure en place qu’on veut réparer ou renforcer, le nouveau matériaux
doit avoir des liaisons avec lui si on souhaite qu’ils travaillent ensemble.

Ajout d’armatures scellées dans


des trous pré-creusés ou forés

On dispose les tiges dans des trous forés, préalablement


nettoyés et remplies d’un mortier de scellement. La mise en
place de la tige assure un bon remplissage du trou par le
mortier.
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:
Remplacement ou ajout d’armatures de béton armé:
Si le défaut de capacité portante concerne les armatures de béton armé, le remplacement de certaines de
ces armatures est envisageable lorsque les actions ont entraîné :

 une modification de leurs caractéristiques mécaniques (ce peut être la conséquence d’un incendie…) ;
 leur rupture (ce peut être la conséquence d’un choc…) ;
 une forte réduction de leur section (ce peut être la conséquence d’une corrosion, d’une érosion…)

conséquences d’un choc de bateau état avancé de corrosion des


sur le tablier d’un pont en béton armé armatures d’une passerelle piétons
Réparations
 Principe 4 : Renforcement structural:
Ajout d’armatures de béton armé:
Réparations
 Principes 5 et 6 : Augmentation de la résistance physique et chimique

Revêtement Imprégnation Ajout de mortier ou de béton

• Des revêtements à base de résine.


• Des imprégnations à base de silicate.
• Des mortiers hydrauliques ou à base d’Epoxy-ciment.
Réparations
 Principe 7 : Préservation ou restauration de la passivité:
Les conditions de corrosion des armatures : une perte de passivité, la présence d'oxygène et la présence
d'une quantité suffisante d'humidité dans le béton.

Augmentation de l’enrobage par Remplacement de béton pollué ou Ré-alcalinisation électrochimique


mortier ou béton additionnel carbonaté du béton carbonaté

• Si l'armature ne dispose pas d'un enrobage suffisant, l'ajout de mortier ou de béton permettra de réduire
l'attaque chimique (par ex. carbonatation ou chlorures) de l'armature.
• En éliminant le béton dégradé et en reconstituant l’enrobage de l'armature, l'acier est de nouveau
protégé par l'alcalinité du milieu.
• La ré-alcalinisation par traitement électrochimique est réalisé en appliquant un courant électrique entre
l'armature et un système externe composé d'un treillis-anode intégré dans un réservoir électrolytique
placé temporairement en surface du béton.
Réparations
 Principe 7 : Préservation ou restauration de la passivité:
La ré-alcalinisation par traitement électrochimique est réalisé en appliquant un courant
électrique entre l'armature et un système externe composé d'un treillis-anode intégré dans un
réservoir électrolytique placé temporairement en surface du béton.
 Redonner au béton carbonaté son pH basique

Au niveau des aciers : Hydrolyse de l’eau et


obtention d’OH-
Au niveau du béton et de l’électrolyte: Migration
des anions (de l’acier vers le parement) et migration
des cations (de l’électrolyte vers l’acier)
Réparations
 Principe 8 : Augmentation de la résistivité électrique

Imprégnation hydrophobe Imprégnation Revêtement

• Plus la résistivité est élevée, plus la quantité d'humidité résiduelle dans les pores est faible.
Ce qui signifie que le béton armé avec une résistivité élevée présentera moins de risques de
corrosion.
Réparations
 Principe 9 : Contrôle des zones cathodiques
 Ce principe est basé sur la limitation de la pénétration de l'oxygène dans les zones potentiellement
cathodiques pour prévenir la corrosion. Une des solutions est de limiter la teneur en oxygène par
l'utilisation d'un revêtement sur l'acier.

Limitation de la teneur en oxygène (au niveau de la


cathode) par saturation, ou par revêtement de surface.
• ...
Réparations
 Principe 10 : Protection cathodique
 Elle consiste à abaisser le potentiel électrochimique de l’armature jusqu’à une valeur seuil appelée
potentiel de protection qui est telle que la vitesse de corrosion de l’acier devient négligeable, en
créant un courant électrique depuis le béton jusqu'à l'armature, afin d'éliminer les parties anodiques
de la réaction de corrosion.
 Le courant est fourni par une source externe (protection cathodique par courant induit) ou en créant
un courant galvanique en connectant l'acier à un métal moins noble (anodes galvaniques par ex. le
zinc).
Réparations
 Principe 11 : Contrôle des zones anodiques
Les dégradations dues à la corrosion de l'armature surviennent d'abord dans des zones à faible
recouvrement, particulièrement dans des structures très fortement contaminées aux chlorures.

Revêtement de protection de Revêtement actif de l'armature Application d'inhibiteurs de


l'armature corrosion dans ou sur le béton

• Les revêtements de protection fonctionnent en isolant totalement l'armature de l'oxygène ou de l'eau.


Ils peuvent contenir des composants actifs qui offrent un environnement passif par leur alcalinité.

• Les inhibiteurs de corrosion appliqués en surface du béton migrent vers l'armature et forment une
couche de protection. Les inhibiteurs de corrosion peuvent également être ajoutés sous forme
d'adjuvants au béton ou au mortier de réparation qui est utilisé pour les travaux de réfection.
Réparations
 Principe 11 : Contrôle des zones anodiques
Les inhibiteurs de corrosion:
Un inhibiteur de corrosion est un composé chimique qui, ajouté en faible concentration au milieu
corrosif, ralentit ou arrête le processus de corrosion d'un métal placé dans ce milieu.

migration dans le béton ,fixation sur l’acier,


formation d’un film protecteur, inhibition de la
corrosion, recouvrement progressif de l'acier

Curatif: Ajout de l’inhibiteur par Préventif: Ajout de l’inhibiteur dès le


pulvérisation ou par peinture: arrêt de la malaxage du béton: protection des aciers
corrosion. SIKA FERROGARD 901 par prévention. SIKA FERROGARD 903