Vous êtes sur la page 1sur 160

SES T

Sciences économiques et sociales


le
Livre du professeur

Coordination : DIDIER ANSELM

Didier ANSELM
Lycée Charles-Gabriel Pravaz,
Pont-de-Beauvoisin (38),
ESPE, académie de Grenoble (38)

Karin BAKHTI
Lycée international Europole, Grenoble (38)

Aurélie BLANC
Lycée de l’Édit, Roussillon (38)

Laëtitia BLANC
Université Grenoble Alpes,
Saint-Martin-d’Hères (38)

Éric CASSAGNE
Lycée Pape Clément, Pessac (33)

Marc JAYAT
Lycée Stanislas, Paris (75)

Laurence MAURIN
Lycée Charles Baudelaire, Cran Gevrier (74),
ESPE, académie de Grenoble (38)

Nicolas OLIVIER
Lycée Jean Monnet, Franconville (95)

Jean-Yves PHELEP
Lycée Jeanne d’Arc, Clermont-Ferrand (63)

Roxane SAUR
Lycée Toulouse Lautrec, Toulouse (31),
ESPE, académie de Toulouse (31)

Monique SERVANIN
Lycée Marcelin Berthelot, Saint-Maur-des-Fossés (94),
ESPE, académie de Versailles (78)
Édition : Hannah-Belle Abdullah
Mise en pages : Alinéa
Infographies : Hatier, Hugues Piolet

© Hatier, 2016
m a i re
Som
1. Croissance, fluctuations et crises
Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 4
Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance économique ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 4
Chapitre 2 Comment expliquer l’instabilité de la croissance ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 13

2. Mondialisation, finance internationale et intégration européenne


Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 29
Chapitre 3 Quels sont les fondements du commerce international
et de l’internationalisation de la production ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 29
Chapitre 4 Quelle est la place de l’Union européenne dans l’économie globale ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 39

3. Économie du développement durable


Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 52
Chapitre 5 La croissance économique est-elle compatible avec la protection
de l’environnement ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 52

4. Classes, stratification et mobilité sociales


Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 63
Chapitre 6 Comment analyser la structure sociale ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 63
Chapitre 7 Comment rendre compte de la mobilité sociale ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 72

5. Intégration, conflit, changement social


Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 84
Chapitre 8 Quels liens sociaux dans des sociétés où s’affirme le primat de l’individu ? � � � � � � � � � � 84
Chapitre 9 La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur
du changement social ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 93

6. Justice sociale et inégalités


Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 101
Chapitre 10 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ? � � � � � � 101

7. Travail, emploi, chômage


Revoir les acquis de Première � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 112
Chapitre 11 Comment s’articulent marché du travail et gestion de l’emploi ? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 112
Chapitre 12 Quelles politiques pour l’emploi ?� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 128

CAHIER BAC � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 137


FICHES OUTILS � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � 153

3
1. Croissance, fluctuations et crises
Page 16

Revoir les acquis de Première


Exercice 1 Exercice 2
1 : k et n • 2 : g et i • 3 : d et m • 4 : f • 5 : h • A. a : 2 • b : 3 • c : 10
6 : c et j • 7 : b et l • 8 : a et e. B. d : 11 • e : 1 • f : 6 • g : 13
C. h : 4 • i : 12 • j : 7 • k : 5 • l : 9 • m : 8

tre
Chapi

1 Quelles sont les sources


de la croissance économique ?
La démarche du chapitre
Ce chapitre correspond au premier questionnement du programme de Terminale tel qu’il a été allégé à la rentrée 2013.
Il a pour objectif de montrer comment les économistes expliquent et décrivent la croissance économique.
Ce chapitre propose donc de répondre aux questions suivantes :
– Quel est l’intérêt du PIB et quelles sont ses limites ? (Dossier 1, p. 20-23)
– Comment peut-on analyser le processus de croissance ? (Dossiers 2A et B, p. 24-27)
– Pourquoi peut-on considérer la croissance comme un processus endogène (Dossier 2C, p. 28)

Bibliographie et webographie
– HUART Jean-Marc, La croissance s’explique-t-elle ?, DESS – GADREY Jean, Adieu la croissance, Les Petits matins,
124, juin 2001. Paris, 2012.
– STIGLITZ Joseph, SEN Amartya, F ITOUSSI Jean-Paul, – COHEN Daniel, Le monde est clos et le désir infini, Albin
Rapport de la Commission sur la mesure des performances Michel, 2015.
économiques et du progrès social, Odile Jacob, Paris, 2009 ; – BESANCON Yves, « L’hégémonie anachronique du PIB »,
www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports- Idées économiques et sociales, n° 173, septembre 2013.
publics/094000427/0000.pdf – CETTE Gilbert, KOCOGLU Yusuf, MAIRESSE Jacques,
– GADREY Jean, JANY-CATRICE Florence, Les « Un siècle de productivité globale des facteurs en France »,
nouveaux indicateurs de richesses, éditions La Découverte, Bulletin de la Banque de France, n° 139, juillet 2005.
coll. « Repères », Paris, 2005 ; www.editionsladecouverte.fr – RODRICK Dani, SUBRAMANIAN Arvind, « La primauté
– MÉDA Dominique, La mystique de la croissance : des institutions », Finances et développement, juin 2003.
comment s’en libérer, Flammarion, 2013.

Pages 18-19 Ouverture de chapitre DOSSIER 1


Pour commencer DÉFINIR ET MESURER LA CROISSANCE
Le dessin de Xavier Gorce permet d’illustrer la question des ÉCONOMIQUE
sources de la croissance économique car il montre bien l’incer-
titude qui caractérise les explications de ce phénomène.
Pages 20-21 A. Le PIB, un outil pertinent de
Activité vidéo mesure de la croissance économique
1. Le vieillissement de la population allemande va entraîner une
Ce dossier documentaire a pour objectif de montrer comment se
baisse importante de la population active allemande.
définit (doc. 1) et se mesure la croissance économique (doc. 2
2. L’immigration économique est une immigration qui se fait et 3) à travers la construction d’un outil conventionnel tel que
pour des raisons professionnelles. le PIB, dont on présente ensuite les différents intérêts (éva-
3. Cette immigration va avoir pour conséquence de faire croître luation monétaire, mesure agrégative statique et dynamique,
la population active, ce qui peut augmenter la production et comparaisons internationales). Ce dossier est aussi l’occasion
favoriser la croissance. Cette immigration va aussi soutenir de travailler les savoir-faire quantitatifs : calcul, lecture et
la demande adressée à l’économie allemande, ce qui est aussi interprétation d’un taux de variation et d’un taux de croissance
source de croissance. annuel moyen (doc. 4).

4
Doc. 1 • Qu’est-ce que la croissance économique ? 3.
1. La croissance est un phénomène de « longue période » alors
que l’expansion est un phénomène de « courte période ». On
pourra ici rappeler aux élèves la distinction que font les écono-
mistes entre le court terme (moins d’un an, moins d’un cycle de
production) et le long terme.
2. La croissance est un phénomène quantitatif (mesuré par
l’augmentation de la quantité de biens et de services produits)
et durable, c’est-à-dire se produisant sur le long terme.
3. Les photos permettent d’observer la façon dont, sur le long
terme, un même lieu peut voir augmenter la quantité de biens
et de services produits (route, taxis, bus, panneaux, boutiques,
publicités...).

Doc. 2 • Comment se construit le PIB ? Doc. 4 • Le PIB, une mesure dynamique de la richesse
produite
1. L’évaluation monétaire permet d’agréger des productions
hétérogènes qui sont souvent exprimées en unités différentes 1. – Entre 1950 et 1973, selon The Maddison-Project, chaque
(nombre de voitures, nombre de baguettes de pain, de places année en moyenne le PIB de la France a augmenté de 4 %.
de cinéma, kilogrammes, tonnes, heures...). – Entre 2001 et 2007, selon The Maddison-Project, chaque année
en moyenne le PIB de la Chine a augmenté de 9 %.
2. Les consommations intermédiaires représentent l’ensemble
– Entre 1700 et 2010, selon The Maddison-Project, chaque année
des biens de production non durables qui sont utilisés dans le
en moyenne le PIB de la France a augmenté de 1,6 %.
processus de production. Ces biens sont retirés de la valeur de la
production (le chiffre d’affaires) car ils ne sont pas produits par 2. Les pays connaissent la croissance économique la plus rapide
l’agent dont la valeur de la production est mesurée. entre 1950 et 1973. Cette période correspond à ce que l’on
appelle les « Trente Glorieuses ». Cette période peut être consi-
3. La production non marchande est évaluée par ses coûts. En
dérée comme exceptionnelle (ou comme une « parenthèse histo-
effet, la production non marchande se définit comme étant celle
rique » car jamais les taux de croissance n’ont été aussi élevés,
dont le prix de vente est inférieur à 50 % de ses coûts de pro-
et aussi longtemps).
duction. Son prix n’est donc pas significatif et ne permet pas de
dégager une valeur ajoutée positive. 3. D’après ce document, ce sont l’Allemagne, la France, le Japon
et les États-Unis qui ont amorcé leur croissance économique
Doc. 3 • Le PIB, une mesure statique de la richesse le plus tôt en connaissant des taux de croissance « modernes »
économique entre le début et la fin du xixe siècle (le Royaume-Uni connaît un
1. En 2014, selon la Banque mondiale, la France avait un amorçage de sa croissance encore plus précoce mais le décou-
Produit intérieur brut de 2 829 milliards de dollars courants et page chronologique retenu pour ce document ne le montre pas).
un Produit intérieur brut par habitant de 42 733 dollars. Cette période de décollage de la croissance économique (cf. Walt
W. Rostow, Les étapes de la croissance économique) correspond
2. Les États-Unis ont le PIB le plus élevé. C’est aussi le cas pour
aux différentes révolutions industrielles.
le PIB/habitant.
3. Ce document semble mettre en évidence l’existence d’une
corrélation positive entre le PIB et le PIB/habitant. En effet, Prépa Bac
plus un pays a un PIB élevé, plus son PIB/habitant l’est aussi. I. Un outil pertinent par sa construction…
Cependant, cette relation est parfois contredite (c’est le cas de Le PIB est un indicateur pertinent de l’activité économique
la Chine, et du Japon dans une moindre mesure). car il permet de mesurer l’ensemble des richesses produites
par l’agrégation des valeurs ajoutées. En effet, ce procédé
Exercice : Du PIB à la croissance
rend possible l’association de richesses dont les formes
1. peuvent être très variées (biens durables, non durables,
PIB Croissance économique services…), ce qui permet d’obtenir une mesure globale de
France
(en milliards) (en %) l’activité économique.
Le PIB permet également de mesurer la production non mar-
2007 2 015,4
chande alors que son prix n’est pas significatif. Car la pro-
2008 2 019,4 + 0,2 duction non marchande est vendue à un prix inférieur à 50 %
des coûts de production, ce qui rend impossible la mesure par
2009 1 960,0 - 2,9 la valeur ajoutée (si le prix est inférieur aux coûts de produc-
2010 1 995,5 + 1,8 tion, alors la valeur ajoutée est négative). Le PIB, en mesu-
rant cette production non marchande par ses coûts, intègre
2011 2 040,0 + 2,2 ainsi une partie non négligeable de l’activité économique.
2012 2 043,8 + 0,2 II. … et par son utilisation
Le PIB est également un indicateur pertinent de l’activité
2013 2 057,2 + 0,7 économique en autorisant les comparaisons internationales.
2014 2 060,9 + 0,2 L’utilisation d’un outil monétaire rend possible les compa-
raisons des PIB entre les pays grâce à la méthode des PPA
2. En 2014, selon l’Insee, le PIB de la France a augmenté de 0,2 %. (Parité de pouvoir d’achat).

5
De plus, le PIB permet de mesurer son évolution à l’aide du une externalité positive, tout comme la substitution des vélos
taux de croissance économique. Le PIB n’est pas qu’un outil aux voitures dans les centres-villes.
statique de mesure de l’activité économique, c’est aussi un HATIER - SES Terminale
2. La richesse ne se limite pas à ce que le PIB sait mesurer :
outil dynamique dont il est possible de mesurer la variation 99296_ch01_D1B_doc02
l’amitié, des relations sociales pacifiées, les solidarités familiales
d’une année à l’autre en utilisant un taux de variation. ou entre groupes sociaux, sont des richesses qui n’entrent pas
dans le PIB.

Pages 22-23 B. Les limites du PIB Exercice : Défaillances et déficiences du PIB


L’objectif est ici de montrer que le PIB pose un double pro-
blème  : non seulement ses principes de construction sont Zone
contestables (doc. 1 et 2), mais son utilisation est aussi pro- de défaillance
du PIB
blématique car il y a une inadéquation entre la richesse et l’ins-
trument de mesure retenu (doc. 3 et exercice). Des instruments
de mesure alternatifs comme l’IDH sont alors utilisés en com- RICHESSE
plément ou en substitution du PIB (doc. 4).
PIB
Doc. 1 • Le PIB, toujours plus ?
Zone
1. Pour illustrer des situations dans lesquelles la destruction de de déficience
ressources entraîne une augmentation du PIB, il est possible du PIB
© Hatier 2016.
de faire référence à l’utilisation des ressources naturelles et
halieutiques. Par exemple, la destruction des forêts entraîne une Zone de défaillance : situations 1 et 4.
augmentation de l’activité et du PIB des bûcherons et des scie- Zone de déficience : situations 2 et 3.
ries, la destruction des réserves halieutiques augmente l’activité
et le PIB des marins-pêcheurs. Doc. 4 • Un indicateur plus complet, l’IDH
Pour illustrer les situations ou la pollution entraîne une aug- 1. En 2013, selon le PNUD, l’espérance de vie à la naissance en
mentation du PIB, il est possible de faire référence aux nau- France était de 81,8 ans.
frages des pétroliers, dont la dépollution fait accroître l’activité En 2013, selon le PNUD, la durée attendue de scolarisation en
des entreprises chargées du renflouement, du nettoyage des Norvège était de 17,6 ans.
eaux et des côtes. En 2013, selon le PNUD, le revenu national brut par habitant au
2. Selon Jean-Marie Harribey, non seulement le PIB ne tient pas Qatar était de 119 029 dollars.
compte de la nature (destruction, pollution) de la production 2. L’IDH apporte « une dose qualitative » au côté quantitatif du
mesurée mais il ne connaît jamais de diminution puisqu’on ne PIB. En effet, en incorporant des indicateurs tels que l’espérance
lui soustrait jamais rien. de vie et la scolarisation, l’IDH permet de montrer ce qu’il est
fait de la richesse crée.
Doc. 2 • Le PIB mesure mal le bien-être collectif
3. L’objectif de cette question est de faire remarquer aux élèves
1. Le PIB met l’accent sur les quantités et non sur les qualités ;
la corrélation qu’il existe entre le RNB/hab. et l’espérance
il sait mesurer la quantité de fraises qui seront produites et
de vie. La France a, en 2013, une espérance de vie à la nais-
vendues, mais il ne sait pas mesurer si ces fraises sont produites
sance de 81,8 ans alors que le Niger a une espérance de vie
avec ou sans pesticides.
de 58,4 ans, soit 23,4 années de moins. Cette différence peut
2. Les activités bénévoles, l’entraide familiale (aller faire les s’expliquer par les écarts de revenus entre les populations de
courses pour ses grands-parents) ou amicale (prêter sa voiture ces deux pays : un Nigérien ne dispose que de 873 euros par an,
à un ami), les gestes citoyens (aider une personne à traverser et ce revenu ne lui permet pas de satisfaire ses besoins fonda-
la rue). mentaux (se nourrir, se soigner, …) ce qui se traduit par une
3. La réparation des dommages causés à l’environnement, espérance de vie plus faible qu’en France.
comme les marées noires, n’augmente pas le bien-être collectif 4. Cette situation s’explique par l’affectation du revenu natio-
(puisqu’elle essaie simplement de ramener ce bien-être à son nal au Qatar. La richesse créée n’est pas affectée en priorité au
niveau initial) mais est pourtant comptabilisée dans le PIB. développement parce qu’elle est captée par une minorité et non
Il en est de même lorsque l’augmentation du PIB provient des utilisée pour la santé et l’éducation, qui profitent à tous.
dépenses de santé visant à soigner les blessés d’un accident de
la route ou de train, ou encore les maladies respiratoires liées
à la pollution. Prépa Bac
4. Les dépenses réalisées dans le cadre de la correction des Le PIB est un outil défaillant car il ne mesure pas des acti-
externalités négatives ne sont pas du « bon PIB » car cette aug- vités pourtant créatrices de richesse. Il sous-estime donc la
mentation du PIB ne vient, au mieux, que compenser la dété- croissance.
rioration du capital humain et/ou naturel qui est à l’origine de Le PIB est un outil déficient car il mesure comme richesse
ces dépenses. des activités qui n’en sont pas. Il surestime alors la
croissance.
Doc. 3 • Richesse = PIB ?
1. La pollution des plages par les touristes qui laissent leurs
déchets sur le sable et la construction d’une autoroute à proxi-
mité d’un quartier résidentiel constituent des externalités néga-
tives. La construction d’espaces verts dans une ville constitue

6
Exercice : La fonction Cobb-Douglas en action
DOSSIER 2
1. Léonardo et son vélo livrent 6 pizzas en une heure.
EXPLIQUER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE 2. Léonardo et Donatello livreront environ 8,5 pizzas en une
heure. Seul le facteur travail a augmenté, le facteur capital reste
inchangé ; nous pouvons ici vérifier l’hypothèse des rendements
Pages 24-25 A. Le rôle des facteurs de production décroissants : le nombre de livreur a doublé mais le nombre de
pizzas livrées n’a été multiplié que par 1,4 (soit 8,5/6).
Dans ce dossier documentaire, il est montré que la croissance
économique dépend de la combinaison des facteurs de produc- 3. La production a doublé, les rendements sont constants.
tion (travail, capital) et du progrès technique. Cette relation 4. Dans cette nouvelle configuration, 30 pizzas pourront être
peut être formalisée à travers une fonction (doc. 2 et exercice). livrées en un heure par Léonardo et Donatello. Cette évolution a
Cette triple contribution (travail, capital, progrès technique) à été rendue possible par l’incorporation d’un capital plus perfor-
mant, c’est-à-dire de progrès technique (c’est d’ailleurs la raison
la croissance économique permet de mettre en évidence diffé-
pour laquelle la valeur de A a changé). Les rendements sont alors
rents modèles de croissance économique (croissance intensive
croissants.
ou extensive, doc. 3).
Doc. 3 • Les contributions à la croissance dans quelques
Doc. 1 • Des facteurs de production substituables ?
pays entre 2001 et 2013
1. Pour livrer une pizza, il faut combiner du travail (les livreurs) 1. Selon l’OCDE, entre 2007 et 2013, chaque année en moyenne,
et du capital (un véhicule, un sac isotherme, éventuellement la productivité globale des facteurs a augmenté de 0,7 % aux
un GPS). États-Unis.
2. L’utilisation des drones ne supprime pas l’utilisation du fac- 2. PIB = Facteur travail + Facteur capital + PGF.
teur travail car ces drones doivent être pilotés par un employé On retrouve ici ce que la fonction Cobb-Douglas met en évi-
du magasin. dence : la croissance de la production dépend de l’influence
3. L’utilisation de drones dans la livraison de pizzas devrait combinée de l’augmentation d’un ou des facteurs de production
favoriser la hausse de la production car non seulement la livrai- ainsi que du progrès technique mesuré par la PGF. Attention :
son peut se faire désormais plus rapidement, mais le drone comme pour la question 5 du doc. 2, l’addition des valeurs ne
permet également de réduire les coûts de transport (carbu- donne qu’une approximation, il faut passer par les coefficients
rant, temps perdu dans les embouteillages, etc.). Ainsi, le prix multiplicateurs pour avoir la valeur exacte.
des pizzas peut baisser, ce qui poussera les consommateurs à
accroître leur demande et entraînera ainsi la production à la
hausse. Prépa Bac
Ce document est un tableau statistique à double entrée
Doc. 2 • Fonction de production et croissance : publié en 2015 par l’OCDE. Il donne les contributions à la
l’apport de Cobb-Douglas croissance dans quelques pays sur les périodes 2001-2007
1. L’hypothèse des rendements factoriels décroissants est l’idée et 2007-2013. Les données sont en pourcentage (taux de
selon laquelle l’augmentation de la quantité d’un facteur de croissance annuels moyens) et en points de pourcentage.
production (travail ou capital) se traduit par une augmentation Les sources de la croissance sont l’augmentation de la quan-
moins que proportionnelle de la production. Par exemple, si l’on tité de facteur travail et/ou de facteur capital ainsi que le
double le nombre de travailleurs (sans changer le nombre de progrès technique (PGF). Selon les pays, la croissance repose
machines utilisées), la production augmentera, mais de manière essentiellement sur une croissance extensive car l’augmen-
moindre qu’un doublement. tation de la production s’explique essentiellement par une
2. Si la croissance ne se produit qu’en situation de rendements augmentation quantitative des facteurs travail et capital
décroissants, il n’est pas vraiment possible de parler de progrès (France, Japon) alors que pour d’autres pays, l’essentiel de
car la production par tête est de moins en moins forte au fur et la croissance de la production s’explique par la PGF (Corée
à mesure que l’on mobilise davantage de travailleurs. En effet, du Sud, États-Unis) : on parle alors de croissance intensive.
si la production augmente moins vite que la quantité de travail En effet, en France entre 2001 et 2007, chaque année en
moyenne, le PIB a augmenté de 1,9 % dont 1 point (0,7 +
utilisé, alors la productivité par tête est moins forte et la pro-
0,3 = 1 soit 52,6 %) était dû à l’augmentation quantitative
duction par habitant aussi.
des facteurs de production (travail et capital). La France s’est
3. Une croissance extensive fait reposer l’augmentation de la donc appuyée essentiellement sur un modèle de croissance
production sur une plus grande quantité des facteurs de pro- extensive entre 2001 et 2007.
duction (travail et/ou capital) alors qu’une croissance intensive En Corée du Sud, entre 2007 et 2013, chaque année en
fait reposer l’augmentation de la production sur une plus grande moyenne, le PIB a augmenté de 3 % dont 2,3 points (soit
efficacité des facteurs de production. La croissance intensive 76,6 %) étaient dus à l’augmentation de la productivité glo-
repose sur le progrès technique. bale des facteurs. La Corée du Sud s’est donc appuyée sur un
4. A est considéré comme un facteur résiduel car c’est la partie modèle de croissance intensive.
de la croissance non expliquée par L/K ou a.
5. De manière approximative, on peut poser 3 = 0,5 + 1 + A.
Dans ce cas, A = 1,5.
Pages 26-27 B. Le progrès technique au cœur
Cependant, mathématiquement, le calcul se fait en passant par de la croissance économique
les coefficients multiplicateurs : 1,03 = 1,005 x 1,01 x A. Cette double page a pour objectif d’identifier le rôle du progrès
Dans ce cas A = 1,03 / (1,005 x 1,01) = 1, 0147 soit 1, 47 %. technique dans la croissance économique (exercice) en prenant

7
le temps, au préalable, d’illustrer ce phénomène (doc. 1), de la concurrence des autres firmes. Cette propension à innover est
l’expliquer (doc. 2) et de présenter les différentes formes qu’il d’autant plus forte que la concurrence sur le marché concerné
peut revêtir (doc. 3). est forte et agressive

Doc. 1 • L’impression 3D : de l’invention à l’innovation Exercice : Expliquer un mécanisme


1. L’impression 3D a été inventée au milieu des années 1980 par 1.
Charles Hull. Les Français Alain Le Méhauté et Olivier de Witte
en revendiquent aussi la paternité.
2. Cette question sera l’occasion de faire découvrir aux élèves
que l’invention ne devient innovation que lorsqu’elle connaît une
application productive. Il sera aussi intéressant d’évoquer que
toutes les inventions ne se traduisent pas en innovation, et qu’il
peut aussi s’écouler du temps entre l’invention et l’innovation.
3. Pour les consommateurs, la démocratisation de cette inno-
vation leur permettra de se procurer à moindre coût les biens
réalisés par l’imprimante 3D. Elle leur permettra aussi de pou-
voir disposer de biens plus différenciés. Pour les entreprises, 2. Les innovations de procédé entraînent une baisse des coûts
cette innovation va permettre de réduire leurs coûts de produc- de production, ce qui permet à l’innovateur de répercuter cette
tion puisqu’elles externalisent la fabrication du produit sur le baisse sur ses prix de vente et ainsi stimuler la demande (si
consommateur. Il pourra être intéressant de signaler aux élèves l’élasticité-prix de cette dernière est non positive et non nulle).
que cette conséquence n’est pas sans effet sur l’emploi. Cette augmentation de la demande entraîne alors une augmen-
tation de la production et de la croissance économique.
Doc. 2 • D’où vient le progrès technique ?
1. La lumière du soleil, par exemple, est un bien public. Prépa Bac
2. Il y a un lien de causalité entre ces trois notions : la décou- Le progrès technique est source de croissance économique
verte est le préalable à l’invention qui est elle-même préalable car les innovations qui l’accompagnent ont un impact positif
à l’innovation. Autrement dit, la découverte peut entraîner sur la demande, puis sur la production.
l’invention qui peut à son tour entraîner l’innovation. Par exemple, l’ouverture d’un nouveau marché grâce à la
3. Le progrès technique est cumulatif car la non-rivalité des vente de musique en ligne permet dorénavant de vendre de la
inventions et des innovations permet leur utilisation par de musique à des consommateurs qui étaient éloignés des lieux
nombreux agents sans que l’utilisation qu’en font certains n’em- de vente physiques. Cette ouverture permet donc d’augmen-
pêche l’utilisation que d’autres peuvent en faire. ter la demande adressée aux producteurs de cette musique,
ce qui est source de croissance économique.
Doc. 3 • Les différentes formes d’innovation Un autre exemple, la fusion d’une entreprise avec l’un de
1. L’apparition des premiers disques durs SSD est une innovation ses fournisseurs (innovation organisationnelle) : cela permet
radicale, l’amélioration de la capacité et de la rapidité de trans- à cette entreprise de se procurer ses consommations inter-
fert de ces disques est une innovation progressive. La mise en médiaires à un coût moindre, et donc de baisser ses coûts
réseau d’ordinateurs est une innovation radicale, le passage d’un de production ainsi que son prix de vente. Cela permet de
réseau utilisant les lignes téléphoniques à un réseau utilisant la stimuler la demande, la production, et ainsi de favoriser la
fibre optique est une innovation progressive (ou incrémentale). croissance économique.
2.
Nouveau produit La voiture électrique Pages 28-29 C. Un processus auto-entretenu
Nouvelles méthodes Ce dossier documentaire permet d’introduire le caractère endo-
L’impression 3D
de production gène du progrès technique en montrant que, loin d’être un
La vente de musique en ligne phénomène « tombé du ciel », celui-ci est le résultat d’inves-
L’ouverture de nouveaux
ou les services de vidéo à la tissements en capital humain (doc. 1 et 3), de dépenses en
marchés
demande recherche-développement (exercice), mais aussi d’un cadre ins-
Nouvelles sources de matières La découverte de sable bitumeux titutionnel (doc. 2) et règlementaire pertinent (doc. 4) .
premières dans le Nord canadien
Doc. 1 • Éveil au codage et à la culture digitale : dépense
Nouvelles structures de L’acquisition de YouTube par d’aujourd’hui pour croissance de demain ?
marché Google
1. Le Plan pour le numérique à l’école peut être considéré
3. Une innovation de procédé a pour avantages de permettre comme un investissement car il consiste à renoncer à consom-
une réduction des coûts de production car le nouveau procédé mer une partie de la production d’aujourd’hui pour augmenter
peut économiser des matières premières ou permettre la réalisa- la production future. L’économie française peut en espérer une
tion du processus de production en un temps plus court. Cette amélioration de la productivité de ses travailleurs, une améliora-
baisse des coûts pourra ensuite être utilisée pour baisser les tion de sa compétitivité et de sa croissance économique.
prix et conquérir de nouvelles parts de marché. 2. Ces dépenses peuvent procurer des avantages à d’autres agents
4. Les firmes innovent dans un nouveau produit pour accélé- économiques comme les entreprises, dans lesquelles travailleront
rer le processus de renouvellement de la demande qui leur est ces étudiants formés aux techniques de codage et à la culture
adressé mais aussi pour échapper (du moins temporairement) à digitale. Il est possible de parler ici d’externalités positives.

8
Doc. 2 • Le caractère endogène du progrès 3. Il existe une corrélation positive entre dépenses intérieures de
recherche-développement et croissance économique. En effet, plus la
1. La recherche fondamentale a pour objectif de faire émerger
part des dépenses intérieures de recherche et développement dans le
des inventions, alors que la recherche appliquée vise l’innova-
PIB est forte, plus le taux de croissance du PIB est fort (pour vérifier
tion. La première est donc plus incertaine et moins rentable la nature de cette corrélation, il serait intéressant de calculer l’équa-
que la seconde. La recherche fondamentale apporte aussi des tion de la droite de régression du nuage de point représenté à la
résultats bénéfiques à de nombreux agents économiques. C’est question 2 et de constater que son coefficient directeur est positif).
pourquoi elle est financée sur des « fonds publics ». Il est alors possible de formuler deux hypothèses complémentaires :
2. L’existence du réseau de transport (routes, autoroutes, voies soit la croissance permet de dégager de nouvelles ressources qui
ferrées et aériennes) constitue un atout pour les producteurs peuvent être utilisées pour les dépenses intérieures de recherche et
développement, soit un niveau plus élevé de dépenses intérieures de
car il leur permet, à moindre coût, de faire acheminer les biens
recherche et développement favorise la croissance.
de production dont ils ont besoin, mais aussi d’acheminer plus
facilement leur propre production vers les consommateurs. Doc. 4 • Les droits de propriété au cœur de l’innovation
L’exemple d’Airbus, qui utilise la Garonne pour acheminer les
1. On peut ici se référer au lexique p. 399.
parties de l’A380 en cours de fabrication, peut être pertinent
pour illustrer ce phénomène. Il en est de même pour le réseau 2. Les droits de propriété peuvent inciter à l’innovation car ils
de télécommunications. Par exemple, l’installation de la fibre permettent d’offrir la protection du monopole à celui qui les
optique dans les zones industrielles permet de faire circuler détient. Il est alors plus facile de rentabiliser économiquement
rapidement et sans coût démesuré les informations entre les les investissements nécessaires à l’innovation.
entreprises, leurs fournisseurs et leurs clients. 3. Les droits de propriété peuvent venir empêcher la libre-
Cette baisse des coûts rendue possible par ces infrastructures entrée sur le marché des firmes les plus innovantes et maintenir
permet une baisse des prix de vente, ce qui peut être source de celles installées alors qu’elles ne font pas l’effort de recherche
croissance. et d’amélioration de leur compétitivité. Il est possible de citer
Il sera possible d’illustrer cette question par un contre-exemple, à titre d’exemples les brevets pharmaceutiques et le procédé
en abordant le problème que pose un réseau de transport d’« evergreening » qui consiste à breveter des développements
défaillant comme celui que connaît l’Est africain menacé par mineurs sur une invention pour prolonger la durée de validité
la piraterie. du brevet initial.

Doc. 3 • Capital humain et croissance économique


Prépa Bac
1. L’élévation du niveau d’éducation favorise l’apparition des
inventions et accroît le rythme des découvertes, car la popu- • La croissance est un processus endogène car elle permet de
lation dispose d’un plus grand niveau de connaissances. Elle disposer de ressources supplémentaires que l’on peut mobi-
permet aussi de maintenir l’employabilité de la main-d’œuvre, liser pour accroître les dépenses d’éducation, ce qui accroît
qui résiste mieux au changement technologique. Elle permet alors la productivité des travailleurs et génère à nouveau de
enfin une meilleure capacité des agents économiques à prendre la croissance (doc. 3).
les bonnes décisions économiques. • La croissance est aussi un processus endogène car les nou-
2. La croissance économique permet une augmentation de la velles ressources créées permettent de réaliser de nouveaux
consommation et de la distribution de revenus supplémentaires. investissements (publics ou privés) qui entraîneront à leur
Cette consommation et ses revenus font l’objet de prélèvements tour une croissance du PIB (cf. exercice du dossier).
obligatoires qui viennent alimenter les recettes des administra-
tions publiques.
Page 30 TD 1 • Investissement et croissance
3. Ce schéma illustre le caractère auto-entretenu de la crois- économique
sance car il montre bien que la croissance a des effets qui, à
leur tour, sont source de croissance (feed-back). 1. L’investissement est un élément de la demande car les biens
sur lesquels portent les investissements constituent une demande
Exercice : Corrélation et causalité de biens de production durables adressés aux entreprises qui les
1. Selon l’Insee, la dépense intérieure de recherche-développement produisent. On pourra rappeler ici aux élèves que cette question
correspond aux travaux de recherche et développement exécutés sur fait référence à l’équilibre emploi-ressources du programme de
le territoire national, quelle que soit l’origine des fonds. Une partie Première, approche par la demande, PIB = C + I + (X-M).
est exécutée par les administrations, l’autre par les entreprises. 2. À court terme, l’investissement n’a d’impact que sur la
2. demande globale et non sur l’offre, car la mise en œuvre pro-
ductive de l’investissement prend trop de temps (plus d’un cycle
de production) pour pouvoir modifier l’offre. Par contre, à long
terme, l’investissement a un impact sur l’offre puisqu’il permet
d’accroître la production (investissement de capacité) et/ou
d’améliorer l’efficacité de la combinaison productive (investis-
sement de productivité).
3.
2005- 2008- 2009- 2012-
FRANCE
2008 2009 2012 2013
Investissement ­  ­­ 
Croissance ­­  ­­ 

9
2005- 2008- 2009- 2012- 8. Alors que le RNB/habitant ne donne qu’une estimation
ALLEMAGNE moyenne du niveau de vie par habitant (ce niveau de vie n’étant
2008 2009 2012 2013
appréhendé que de manière monétaire), l’IDH complète cette
Investissement ­­  ­­ 
estimation en montrant comment la richesse disponible est
Croissance ­­  ­­  allouée pour améliorer la santé (mesurée par l’espérance de vie)
et le niveau de scolarisation. L’IDH, par ces deux dimensions
4. Il semble exister, aussi bien en France qu’en Allemagne, une
supplémentaires, apporte donc une dose de qualitatif à l’indica-
corrélation positive entre investissement et croissance. En effet,
teur quantitatif que constitue le RNB/hab.
lorsque l’investissement augmente, la croissance augmente aussi,
et lorsque l’investissement diminue, la croissance diminue aussi.
Pages 34-35 Réviser
5. Si la relation semble se vérifier sur la périodisation retenue
aux questions 3 et 4, il apparaît néanmoins que cette rela- Exercice 1 • Le vocabulaire de la croissance
tion ne se vérifie pas toujours. Pour la France, c’est le cas en A : 3 • B : 6 • C : 7 • D : 8 • E : 2 • F : 1 • G : 4 • H : 5
2006-2007 (hausse de l’investissement mais ralentissement de Exercice 2 • Vrai ou faux ?
la croissance) et en 2009-2010 (baisse de l’investissement mais 1. Vrai 2. Faux 3. Vrai 4. Faux 5. Faux 6. Vrai 7. Faux 8. Faux
accélération de la croissance). 9. Faux
6. L’investissement influence la croissance économique car, à Exercice 3 • Du PIB à la croissance économique
court terme, l’investissement est une composante de la demande a : 4 • b : 6 • c : 5 • d : 2 • e : 1 • f : 3
(question 1). Or, une stimulation de la demande peut provoquer
Exercice 4 • De la recherche au progrès technique
une augmentation de l’offre et donc de la croissance.
1. c • 2. f • 3. d • 4. a • 5. b • 6. e
D’autre part, l’investissement influence aussi la croissance car, à
long terme (question 2), il permet une amélioration des capaci- Exercice 5 • Des innovations à la croissance
tés de production ou une meilleure efficacité productive. La robotique avancée peut-être source de croissance écono-
Cette relation se vérifie à travers la corrélation positive qui mique car les robots ainsi construits peuvent accomplir des
semble lier investissement et croissance (questions 3 & 4). tâches que les humains ne peuvent pas toujours accomplir (sou-
lever de lourdes charges, intervenir en zone dangereuse). Ces
robots permettent alors aux travailleurs d’être moins exposés
Page 31 TD 2 • L’IDH, substitut ou complément aux accidents du travail, leur permettant ainsi d’être productifs
du PIB ? plus longtemps, ce qui peut ainsi être source de croissance.
1. L’Indice de développement humain (IDH) est une mesure
sommaire du niveau moyen atteint dans des dimensions-clés Pages 36-37 Méthode Bac
du développement humain : vivre une vie longue et en bonne
Application
santé, acquérir des connaissances et jouir d’un niveau de vie
décent. L’IDH est la moyenne géométrique des indices normali- • Partie 1
sés pour chacune des trois dimensions. 1.
La dimension de la santé est évaluée selon l’espérance de vie Énoncé Type de question
à la naissance ; la dimension de l’éducation est mesurée au
moyen du nombre d’années de scolarisation pour les adultes 1 a et f
âgés de 25 ans et plus et des années attendues de scolarisa- 2 b
tion pour les enfants en âge d’entrer à l’école. La dimension
3 c
du niveau de vie est mesurée par le revenu national brut par
habitant. L’IDH utilise le logarithme du revenu pour refléter 4 e
l’importance décroissante du revenu avec un RNB croissant. 5 a
Les résultats pour les trois indices de dimension de l’IDH sont
ensuite agrégés pour donner un indice composite obtenu à 6 d
partir de la moyenne géométrique. 2. L’énoncé 5 ne demande que de présenter la notion alors que
2. Cet indicateur a été créé pour ne pas réduire le développe- l’énoncé 1 demande d’avoir une approche critique sur celle-ci
ment d’un pays à la simple croissance économique. 3. L’énoncé 1 combine implicitement deux exigences : pourquoi
3. Les pays sont classés par ordre décroissant d’IDH. le PIB est limité et comment peut-on l’illustrer.
4. Selon le PNUD, en 2013, l’IDH de la Syrie était de 0,658. 4. Non, car l’existence d’un indicateur comme l’IDH n’est pas en
5. D’une manière générale, plus un pays est bien classé en soi une limite au PIB.
termes de RNB/hab. plus il l’est aussi en termes d’IDH. 5.
6. Bien qu’ayant le même RNB/ha, les États-Unis et Hong-Kong Énoncé Notion(s) à mobiliser
n’ont pas le même IDH car ces deux pays ne font pas les mêmes
choix politiques dans l’affectation et l’utilisation de la richesse 1 PIB/croissance économique
créée (deuxième colonne du doc. 1). Par exemple, « l’effort 2 Productivité globale des facteurs
scolaire » des États-Unis est plus fort que celui de Hong-Kong,
3 IDH/PIB
car le nombre d’années d’études observé s’éloigne relativement
moins du nombre d’années d’études attendu. 4 Investissement/croissance économique
7. La Syrie obtient le même IDH que l’Afrique du Sud bien que 5 PIB/croissance économique
son RNB/hab. soit plus faible car la Syrie obtient de meilleurs
6 Croissance endogène
résultats en matière d’espérance de vie que l’Afrique du Sud.

10
• Partie 2 Royaume-Uni, la part des dépenses consacrées à la recherche
1. Présenter un document consiste à le décrire précisément, afin et au développement a augmenté. Par exemple, en France, en
de permettre à celui qui ne l’aurait pas sous les yeux de pouvoir 2002, sur 100 euros de PIB, 2,2 étaient consacrés à la dépense
se le représenter. de recherche et développement contre 2,3 en 2012, soit une aug-
mentation de 0,1 point. Au Royaume-Uni, en 2002, sur 100 € de
2. Pour comparer des évolutions, il faut montrer qu’il y a aug-
PIB, 1,8 étaient consacrés à la dépense de recherche-développe-
mentation ou diminution. Il faut aussi caractériser cette évolu-
ment contre 1,7 en 2012, soit une diminution de 0,1 point.
tion (forte ou faible).
De plus, si l’augmentation de la part des dépenses de recherche et
3. La part des dépenses consacrées à la recherche et au déve- développement dans le PIB est la norme, cette augmentation est
loppement dans les différents pays étudiés augmente partout plus ou moins forte selon les pays. En effet, en Corée du Sud, la
sauf au Royaume-Uni. part des dépenses consacrées à la recherche et au développement
4. La représentation graphique proposée est trompeuse car a augmenté de 2 points contre seulement 0,1 point en France.
elle laisse penser que les parts des dépenses consacrées à la
recherche et au développement dans les différents pays diminue Pages 38-39 Bac blanc
partout sauf en Corée du Sud.
Ce sujet est posé sous la forme d’une question ouverte. Il invite
Épreuve composée donc à une réponse de type discussion (« Oui/Mais » ou « Non/
• Partie 1 Mais »). Le dossier documentaire proposé est déséquilibré car il
accompagne bien mieux la réflexion de la deuxième partie que
1. Le PIB est un indicateur limité pour mesurer la croissance
celle de la première.
économique car il ne mesure que partiellement la richesse
Alors que le Royaume-Uni et l’Italie prennent en compte dans
créée : en effet, la production réalisée dans la sphère domes-
leur PIB la prostitution, d’autres pays comme la France refusent
tique échappe à la mesure du PIB et n’entre donc pas dans la
d’intégrer à leur indicateur de mesure de richesse cette partie de
croissance. D’autre part, le PIB mesure mal la croissance écono-
l’économie souterraine. Au-delà de cette différence d’arbitrage
mique puisqu’il évalue la production non marchande à partir de
entre ce qui est ou n’est pas dans le PIB, il apparaît que le PIB
son coût : une augmentation des coûts de production (hausse
ne mesure pas parfaitement les richesses créées.
des salaires par exemple) dans le secteur non marchand entraîne
Par définition, le Produit intérieur brut est un indicateur macro-
une augmentation du PIB, alors que la production peut ne pas
économique construit par la somme de valeurs ajoutées réalisées
avoir augmenté.
par les unités institutionnelles résidentes.
2. La productivité globale des facteurs est source de croissance Dès lors, le PIB est-il un bon indicateur des richesses créées ?
économique car elle permet de produire plus avec la même Autrement dit, le PIB permet-il de mesurer convenablement
quantité de facteurs, ce qui permet alors de baisser les prix et l’ensemble des richesses créées ?
d’augmenter la demande. Pour y répondre, nous montrerons dans une première partie que
3. L’approche en termes d’IDH complète le PIB car elle permet le PIB est un indicateur pertinent pour mesurer les richesses
dans un premier temps de tenir compte de l’effet de structure créées, puis nous montrerons dans une seconde partie qu’il pré-
des pays, en mettant en rapport la richesse créée et la popula- sente toutefois un certain nombre de limites.
tion (1re dimension de l’IDH, RNB/hab.). Dans un second temps, I. Le PIB est un indicateur pertinent pour mesurer
l’approche en termes d’IDH complète aussi le PIB car elle incor- les richesses créées
pore deux indicateurs complémentaires (espérance de vie et sco- A. Le PIB un outil de mesure statique...
larisation) permettant d’apporter une touche qualitative au PIB. Le PIB est un indicateur pertinent de mesure des richesses créées
4. La productivité globale des facteurs est l’instrument de car il est construit à partir de l’agrégation des valeurs ajoutées.
mesure du progrès technique. Ainsi, plus il y a de progrès tech- Ce principe de construction permet non seulement de ne comp-
nique et plus la productivité globale des facteurs sera forte. tabiliser que la richesse nouvellement créée en évinçant les
5. Le PIB est un outil pertinent de mesure de la croissance consommations intermédiaires, mais aussi d’obtenir une évalua-
économique car il permet d’agréger des productions hétérogènes tion monétaire des différentes productions qu’il est alors possible
dans une évaluation monétaire, ce qui rend ensuite possible des d’agréger. Le PIB est également un bon indicateur de mesure car
comparaisons dans l’espace et dans le temps. il permet d’incorporer à la quantification de la richesse la produc-
tion non marchande. En effet, même si le prix de cette production
6. On parle de croissance endogène pour montrer que la crois- n’est pas significatif, cette dernière, mesurée alors par ses coûts,
sance est elle-même source de croissance. L’augmentation de peut être ajoutée à la mesure de la richesse.
la production permet de dégager des moyens supplémentaires B. ... et dynamique des richesses créées
pour investir dans les infrastructures et le capital humain, qui Le PIB est un indicateur pertinent de mesure des richesses
sont eux-mêmes source de croissance économique. La croissance créées car il en permet une mesure dans le temps. En effet, en
entraîne donc la croissance. calculant le taux de variation du PIB d’une année sur l’autre,
• Partie 2 nous obtenons alors la croissance économique qui permet de
Ce document est une représentation graphique montrant à l’aide connaître l’évolution des richesses créées.
de courbes d’évolution la façon dont évolue la part des dépenses Le PIB est aussi un indicateur pertinent de mesure des richesses
consacrées à la recherche et au développement dans quelques car il permet de faire des comparaisons internationales. En effet,
pays. Les données sont en pourcentages de répartition. Ce docu- d’après le document 1, nous pouvons observer qu’en 2014, les
ment a été publié en 2014 dans un article de Xavier Molénat États-Unis ont un PIB plus fort que la Chine : en effet, le PIB en
intitulé « La recherche cherche son avenir », paru dans le numéro 2014 aux États-Unis était de 16 663 milliards de dollars alors qu’il
340 de la revue Alternatives économiques. était de 10 357 milliards de dollars en Chine, soit 6 000 milliards
Ce document montre que, dans tous les pays étudiés sauf le de moins environ.

11
II. Mais cet indicateur connaît un certain nombre B. Le PIB est défaillant
de limites Le PIB n’est pas toujours un indicateur pertinent pour mesu-
A. Le PIB est déficient rer les richesses créées car une partie de cette richesse lui
Tout d’abord, le PIB ne connaît que des additions. En effet, les échappe. En effet, d’après le document 4, le PIB sous-estime
ressources détruites lors du processus de production ne sont entre 20 et 50 % de la richesse car certaines activités ne sont
pas retirées du PIB. Ainsi, les arbres abattus pour fabriquer des pas rémunérées. Par exemple, en France, le travail non rémunéré
meubles ne sont pas retirés du PIB, et ceci vient surévaluer la représente environ 32 % du PIB. Le PIB n’est donc pas un bon
richesse mesurée. Le PIB n’est donc pas un indicateur pertinent indicateur de mesure de la richesse. En outre, certaines richesses
de la richesse créée. D’autre part, le PIB mesure des richesses échappent totalement au PIB car elles ne donnent pas lieu à un
qui n’en sont pas. La drogue et la prostitution viennent gonfler échange marchand. C’est le cas de relations harmonieuses et
la valeur du PIB (doc. 3) alors qu’elles ne sont pas véritable- pacifiées entre les individus et les groupes sociaux. Cette forme
ment des « richesses ». de richesse n’est pas mesurée par le PIB.

12
tre
Chapi Comment expliquer l’instabilité
2 de la croissance ?
La démarche du chapitre
Ce chapitre comporte trois sections :
• La première section permet de comprendre ce que l’on entend par « fluctuations économiques » et par « cycles
économiques » ; elle fournit également les repères chronologiques indispensables à la maîtrise de ces deux notions.
• La deuxième section traite des explications des fluctuations économiques, d’abord en termes de chocs d’offre puis en
termes de chocs de demande, ce qui implique d’utiliser les courbes d’offre et de demande globales. Il est enfin fait référence
à la théorie du cycle du crédit car les comportements des offreurs et des demandeurs de crédit influent sur l’amplitude de
ces fluctuations ; une trop forte distribution de crédit peut même contribuer à la formation d’une « bulle » dont l’éclatement
mettra fin à la phase d’expansion.
• La troisième section insiste sur les effets délétères de la déflation. Ce processus, qui risque d’apparaître dans les phases de
contraction de l’activité économique et dont le retour est actuellement crédible, est en effet loin d’être aussi favorable pour
une économie qu’on pourrait a priori le penser.

Bibliographie et webographie
– « Comprendre les crises économiques », Problèmes – Centre d’études prospectives et d’informations
économiques, La Documentation française, hors-série n° 2, internationales (CEPII), données statistiques et publications :
novembre 2012. www.cepii.fr
– « La crise », Alternatives économiques Poche, n° 43 bis, – Commissariat général à la stratégie et à la prospective
nouvelle édition, avril 2010. (CGSP), publications : www.strategie.gouv.fr
– AGLIETTA Michel, La crise. Pourquoi en est-on arrivé là ? – Conseil d’analyse économique (CAE), publications :
Comment en sortir ?, Éditions Michalon, 2008. www.cae-eco.fr
– HAUTCŒUR Pierre-Cyrille, La crise de 1929, – La Documentation française, bibliothèque des rapports
éditions La Découverte, coll. « Repères », 2009, publics : www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics
www.editionsladecouverte.fr. – Fonds monétaire international (FMI), données statistiques
– KEELEY Brian et LOVE Patrick, De la crise à la reprise. et publications : www.imf.org/external/data.htm
Causes, déroulement et conséquences de la Grande Récession, – Institut national de la statistique et des études économiques
OCDE, coll. « Les essentiels de l’OCDE », 2010. (Insee), données statistiques et publications : www.insee.fr
– MARCEL Bruno et TAÏEB Jacques, Les grandes crises. – Observatoire français des conjonctures économiques
1873 - 1929 - 1973 - 2008 - ?, Armand Colin, 9e édition, (OFCE), données statistiques et publications :
2014. www.ofce.sciences-po.fr
– MUSOLINO Michel, Fluctuations et crises économiques, – Office statistique de l’Union européenne (Eurostat),
Ellipses, 2e édition, 2011. données statistiques et publications : ec.europa.eu/eurostat
– Organisation de coopération et de développement
économique (OCDE), données statistiques et publications :
data.oecd.org

Pages 40-41 Ouverture de chapitre 2. Première raison : les ménages consomment moins à titre
final parce qu’ils sont pessimistes (« Les gens sont inquiets, ils
Pour commencer ont peur du chômage »), ce qui les incite à se constituer une
Le texte du dessin contient un très bel oxymore puisqu’il allie épargne de précaution.
deux mots dont les significations sont parfaitement contradic- Deuxième raison : les entreprises, tout particulièrement les
toires : le substantif « croissance » et l’adjectif « négatif ». Il PME, hésitent à investir.
permet ainsi de faire comprendre aux élèves que la variation du Les deux principales composantes de la demande globale sont
PIB en volume d’une économie telle que la nôtre a beau être donc négativement affectées, étant entendu, comme nous le
positive sur longue période, elle n’est pas pour autant régu- verrons dans ce chapitre, qu’elles sont interdépendantes : la
lière : elle peut certes être positive, mais peut très bien être baisse de la consommation finale implique une réduction des
lente et même s’avérer négative. C’est à ces différentes possibi- investissements des entreprises ; réciproquement, moins d’inves-
lités que renvoie intuitivement l’expression « fluctuations éco- tissements, c’est moins de valeur ajoutée créée, donc moins de
nomiques » et c’est ce à quoi est consacré le présent chapitre. revenus distribués et, partant, moins de possibilités de consom-
Activité vidéo mation finale pour les ménages.
1. François-Xavier Pietri se réfère à l’évolution du PIB en 3. Première conséquence : les agences de notation (Moody’s
volume : si celui-ci diminue pendant au moins deux trimestres Investor Service, Standard & Poor’s et Fitch Rating) devraient
consécutifs, l’économie concernée est en récession. finir par retirer à la France son « triple A » puisque cette réces-

13
sion ne peut qu’induire des effets négatifs sur ses finances 2010 : le PIB de l’UE 28 ayant augmenté, en volume, de 2,1 % en
publiques. Les administrations publiques françaises devraient 2010, il vaut donc environ 104,6 fin 2010 (soit 102,4 x 1,021).
en effet dépenser davantage que naguère pour minimiser les 2011 : le PIB de l’UE 28 ayant augmenté, en volume, de 1,7 % en
conséquences économiques et sociales de cette récession ; elles 2011, il vaut donc environ 106,4 fin 2011 (soit 104,6 x 1,017).
risquent ne pas pouvoir collecter autant d’impôts et de coti- 2012 : le PIB de l’UE 28 ayant baissé, en volume, de 0,5 % en
2012, il vaut donc environ 105,8 fin 2012 (soit 106,4 x 0,995).
sations sociales qu’il leur faudrait en raison du rétrécissement
de l’assiette des prélèvements obligatoires induite par cette 3. Le PIB en volume de l’UE 28 s’est accru de 7,3 % sur l’ensemble
de la période, mais son évolution a été irrégulière. La progression
dégradation de la conjoncture macroéconomique. D’où un nouvel
de cet agrégat a été relativement rapide jusqu’à fin 2007 puis a
accroissement du déficit et de la dette publics et, partant, une
nettement ralenti en 2008. Cet agrégat a ensuite fortement baissé
aggravation des inquiétudes des agences de notation quant à la en 2009 pour ensuite croître de nouveau mais moins rapidement
soutenabilité de ladite dette. que naguère, en 2010 et 2011. Il a ensuite légèrement baissé en
Deuxième conséquence : le plan d’économies (c’est-à-dire de 2012 puis à nouveau crû (mais encore moins rapidement que
réductions de ses dépenses) que l’État français avait décidé pour naguère) à partir de 2013.
2012 et qui était basé sur une prévision de croissance écono-
mique de 1 % sera difficile à maintenir en l’état. En effet, même Doc. 1 • Fluctuations et cycles
si cette récession ne durait pas plus de deux trimestres, le PIB 1. Pour telle ou telle grandeur macroéconomique (le PIB par
de la France ne devrait augmenter, en 2012, que de 0,5 %. D’où, exemple), l’expression « en valeur absolue » utilisée ici renvoie
on vient de le voir, un nouvel accroissement du déficit et de la à sa baisse (son taux de variation devient donc négatif) alors
dette publics et, ce faisant, l’obligation de recalibrer le plan que l’expression « en valeur relative » signifie, dans le contexte,
d’économies initialement prévu afin de respecter les engage- que cette grandeur continue à augmenter mais nettement moins
ments pris par l’État français quant à l’ampleur de son déficit et rapidement que naguère (son taux de variation reste donc
de sa dette publics. positif).
C’est là le type d’information économique que les élèves 2. On ne peut parler de « cycles économiques » que si l’on a affaire
devraient être en mesure de comprendre correctement à l’issue à des fluctuations économiques relativement régulières. Tous les
de ce chapitre. cycles sont donc des fluctuations, mais la réciproque n’est pas
vraie : certaines fluctuations n’ont aucun caractère cyclique.

Doc. 2 • « Crise » et « récession » : des mots ambigus


DOSSIER 1
1. Expansion, crise, contraction (c’est-à-dire récession voire
CARACTÉRISER LES FLUCTUATIONS dépression) puis reprise.
ÉCONOMIQUES 2. Dans une phase de dépression, un agrégat tel que le PIB
diminue fortement et durablement (cas des années 1930). En
revanche, dans une phase de récession, le taux de croissance du
Pages 42-43 A. Décrire l’instabilité PIB baisse mais reste en principe positif. Le mot « récession »
de la croissance permet cependant aussi de rendre compte d’une conjoncture
L’objectif du dossier est de permettre aux élèves de maîtriser le macroéconomique se caractérisant par un taux de crois-
vocabulaire approprié à l’analyse des fluctuations économiques, sance économique négatif pendant au moins deux trimestres
que les notions figurent ou non dans la deuxième colonne du consécutifs.
programme (c’est le cas pour « fluctuations économiques », 3. Le premier exemple est celui du mot « récession » (cf. supra,
« crise économique » et « dépression », mais non pour « cycle question 2) et le second celui du mot « crise » (les auteurs pré-
économique », « expansion », « récession » et « reprise »). cisent en effet que ce mot ne renvoie pas seulement au point de
Un exercice liminaire atteste la réalité statistique des fluctua- retournement supérieur de tout cycle : on s’en sert également
tions. Les documents 1 et 2 fournissent le vocabulaire per- pour qualifier la phase de contraction elle-même). L’importance
mettant d’en rendre compte et en questionnent les modalités de ces précisions sera patente dans le dossier 2B (doc. 1 et 2
d’usage. Le dossier se termine par un exercice et un « Prépa p. 48).
Bac » qui offrent aux élèves la possibilité d’appliquer leurs nou- 4. Parce que l’existence de phases de récession ou de dépression
velles connaissances et de s’entraîner à la partie 1 de l’épreuve qui reviennent plus ou moins régulièrement ne doit pas occulter
composée. une réalité essentielle : sur longue période, le PIB en volume
d’un pays tel que le nôtre a fortement augmenté.
Exercice : Décrire l’évolution du PIB
1. « 100,0 » : le PIB de l’UE 28 valait 11 128 703 millions d’euros Exercice : Analyser l’usage du vocabulaire relatif  
fin 2005 ; par convention, il lui a été attribué la valeur 100. aux fluctuations économiques
« 103,4 » : le PIB de l’UE 28 ayant augmenté, en volume, de 3,4 % 1. Quatre mots du vocabulaire relatif aux fluctuations économiques
en 2006, il vaut donc 103,4 fin 2006 (soit 100 x 1,034). sont utilisés ici : crise, récession, dépression et reprise.
« 106,6 » : le PIB de l’UE 28 ayant augmenté, en volume, de 3,1 %
2. Tel qu’il figure sur les couvertures n° 1 et n° 3, le mot « crise »
en 2007, il vaut donc environ 106,6 fin 2007 (soit 103,4 x 1,031).
renvoie bien au type de rupture dont il est question dans la pre-
Remarque  : il est souhaitable de recommander aux élèves de mière phrase du document 2 (« une rupture […] qui marque la
conserver, d’une étape à l’autre, toutes les décimales pour obtenir fin d’une période d’expansion »). En revanche, sur la couverture
des résultats aussi peu approximatifs que possible. n° 2, il est utilisé comme un synonyme du mot « dépression »,
2. 2008 : le PIB de l’UE 28 ayant augmenté, en volume, de 0,5 % acception quelque peu dévoyée qui figure dans la deuxième phrase
en 2008, il vaut donc environ 107,1 fin 2008 (soit 106,6 x 1,005). du document 2 (« on donne aussi aujourd’hui au mot “crise” une
2009 : le PIB de l’UE 28 ayant baissé, en volume, de 4,4 % en autre signification puisqu’elle désigne la phase de dépression [ou
2009, il vaut donc environ 102,4 fin 2009 (soit 107,1 x 0,956). de récession] elle-même »).

14
Remarque : le troisième ouvrage est librement téléchargeable sur 4. Dans la troisième période, les PIB n’ont pas baissé  : on
le site de l’OCDE à l’adresse suivante : www.oecd-ilibrary.org/fr. n’était donc confronté qu’à de simples ralentissements de la
croissance économique. Alain Cotta utilise donc la première des
deux acceptions du mot « récession » (sur ces deux acceptions,
Prépa Bac cf. le dossier 1A, document 2).
La croissance économique est instable. Pour le comprendre,
il suffit de se référer aux travaux des économistes, qui ont Doc. 2 • Après les « Trente Glorieuses »
montré que les grandeurs économiques (le PIB, le niveau 1. La croissance économique est devenue nettement moins
général des prix, l’emploi, etc.) n’évoluent pas de façon rapide  ; de surcroît, le PIB français a alors diminué à trois
linéaire mais fluctuent au fil du temps : leurs taux de varia- reprises qu’aucune occurrence de ce type n’avait été observée
tion peuvent être (plus ou moins) positifs pendant une cer- pendant les « Trente Glorieuses ».
taine période puis devenir nuls voire s’avérer (plus ou moins) 2. Ronan Mahieu utilise la seconde acception du mot « récession »
négatifs. alors qu’Alain Cotta use de la première (sur ces deux acceptions,
Quand ces fluctuations sont relativement régulières quant à cf. le dossier 1A, document 2).
leur périodicité et à leur amplitude, on les qualifie de « cycles
3. Ni leurs ampleurs ni leurs conséquences ne sont identiques :
économiques ».
– Leurs ampleurs : la récession de 2009 (- 2,9 %) est nette-
L’instabilité de la croissance économique ne doit cependant
ment plus ample que celles de 1975 et de 1993 (respectivement
pas occulter un fait essentiel : sur longue période, le PIB
- 1,0 % et - 0,6 %).
en volume d’un pays tel que le nôtre a fortement augmenté.
– Leurs conséquences : le niveau de PIB qui prévalait avant
la récession est assez rapidement retrouvé à l’issue des deux
Pages 44-45 B. L’instabilité de la croissance premières récessions alors que ce n’est pas le cas (et il s’en faut
par les faits de beaucoup) à l’issue de la troisième.
Remarque : il pourrait être intéressant de faire observer aux
L’objectif du dossier est de fournir aux élèves des repères chro- élèves que, si la récession de 1993 ne se prête pas à une inter-
nologiques qui leur permettront d’apprécier la singularité de prétation d’ordre systémique, il en va autrement pour les deux
la situation économique actuelle. Aucune notion figurant dans autres récessions : celle de 1974 a fait prendre conscience que
la deuxième colonne du programme n’y est présentée pour la les rythmes de croissance économique propres aux « Trente
première fois. Glorieuses » n’étaient pas indéfiniment soutenables, alors
Un exercice liminaire permet d’amorcer très succinctement que celle de 2009 a montré qu’il est nécessaire de modifier
la réflexion historique, que les documents 1 et 2 nourrissent l’ordre systémique mondial, notamment au plan financier. « La
ensuite avec force détails. Le « Prépa Bac » offre enfin aux élèves crise économique que l’on désigne désormais par le terme de
la possibilité d’appliquer leurs nouvelles connaissances en s’ini-
“Grande Récession”, écrivent ainsi Nicolas Couderc et Olivia
tiant aux subtilités de la partie 2 de l’épreuve composée.
Montel-Dumont*, est la plus longue et la plus sévère depuis
celle des années 1930 […]. Certes, les chiffres sont sans com-
Exercice : Repérer des faits économiques à partir
d’illustrations mune mesure avec la Grande Dépression, où il avait fallu, dans
la plupart des pays touchés, plus de dix ans pour retrouver le
1. On ne peut évidemment pas préjuger des réponses des élèves. On
peut cependant conjecturer que le travail mené à bien dans le cadre
niveau de production d’avant la crise. La Grande Récession [se
du chapitre 1 ainsi que les connaissances transmises dans les cours rapproche] toutefois de la crise des années 1930 par son statut
d’histoire et de géographie leur permettront de répondre sensément et sa gravité : elle interroge, pour de nombreux observateurs, le
à cette question et que l’on pourra s’appuyer sur leurs réponses pour modèle de croissance qui prévalait depuis au moins deux décen-
introduire rationnellement l’histoire des fluctuations économiques. nies et remet en question les grands choix institutionnels euro-
Remarque : sur www.economie.gouv.fr/facileco/trente-glorieuses, péens des années 1990. Tout comme la crise des années 1930
on peut obtenir très rapidement des informations sur les « Trente avait poussé les gouvernements, dans la période de l’Après-
Glorieuses », notamment celles relatives au taux de chômage. guerre, à tirer les leçons du marasme et bâtir des institutions
2. Parce que l’on peut utiliser ce savoir pour décrypter les difficultés internationales propices au maintien de la paix et de la prospé-
du présent, et conseiller ainsi rationnellement les pouvoirs publics. rité, la crise récente a fait émerger la nécessité de reconstruire
la gouvernance mondiale et réguler la finance globalisée. »
Doc. 1 • Du xixe siècle à la fin des « Trente Glorieuses »
*« Les mécanismes de la Grande Récession », in « Comprendre les crises éco-
1. De 1800 à 1914, puis l’entre-deux-guerres et enfin les « Trente nomiques », Problèmes économiques, hors-série n° 2, novembre 2012.
Glorieuses » (de 1945 à 1973).
2. Ces fluctuations étaient intenses mais régulières. Il s’agis-
Prépa Bac
sait donc de véritables cycles économiques (cf. le dossier 1A,
document 1), dont les phases de contraction n’étaient pas seu- Présentation du document
lement caractérisées par un ralentissement de la croissance éco- Ce graphique est construit à partir de données statistiques
nomique : les PIB en volume baissaient. provenant de l’Insee. Ces données concernent l’évolution
3. On est bien en présence d’une phase d’expansion et d’une annuelle du Produit intérieur brut (PIB) de la France sur la
phase de contraction dans les deux périodes, mais le cycle de période 1950-2014.
la seconde période se caractérise par deux traits spécifiques : Chaque barre représente le taux de croissance du PIB sur une
son amplitude et sa périodicité diffèrent fortement de ce que année ; ces taux sont exprimés en pourcents et ont été cal-
l’on a pu observer dans la première période (la dépression des culés en volume, c’est-à-dire à prix non pas courants mais
années 1930 fut en effet à la fois beaucoup plus importante et constants. À titre d’exemple, pour l’année 1950 : cette année-
beaucoup plus longue que ce qu’on observait antérieurement). là, le PIB français a augmenté, à prix constants, de 8,6 %.

15
La ligne en pointillés représente le « trend » pour l’ensemble là aussi, sur le PIB et l’emploi, puisque la rentabilité des inves-
de la période. tissements s’accroîtrait.
Exploitation du document 3. Non, puisque l’auteur fait dire au personnage situé à droite
Trois remarques essentielles peuvent être formulées : du dessin (qui n’est autre que le Président Hollande) qu’il croit
1. En France, la croissance du PIB en volume ne s’est pas qu’il a vu « bouger un orteil ». Or, non seulement il faut être sûr
effectuée à un rythme annuel inchangé tout au long de la que des effets sont bien au rendez-vous (il ne s’agit donc pas
période mais a été très irrégulière. En effet, si elle a été simplement de « croire ») mais c’est l’organisme tout entier qu’il
quelquefois très rapide (de 1950 à 2014, le seuil de 6 % a s’agit de réanimer (il ne s’agit donc pas seulement d’améliorer la
été dépassé huit fois), elle s’est également avérée parfois situation d’un petit nombre d’acteurs économiques).
lente (le seuil de 1,5 % n’a pas été atteint à dix reprises
sur l’ensemble de la période) voire négative (trois récessions Doc. 2 • Le modèle OG/DG
sont observables depuis 1975). 1. La courbe de demande globale représente l’ensemble des
2. La période des « Trente Glorieuses » diffère très nettement quantités de produits que l’ensemble des demandeurs sont sus-
de la période postérieure, que Nicolas Baverez a qualifiée de ceptibles d’acheter pour chaque niveau général des prix possible
« Trente Piteuses ». En effet, depuis le premier choc pétro- (telle quantité de produits demandée pour tel niveau général
lier, la croissance du PIB en volume de la France est nette- des prix, telle autre quantité pour tel autre niveau, etc.), que
ment moins rapide que pendant les « Trente Glorieuses » ; de ces demandeurs résident ou non sur le territoire considéré (il
surcroît, le PIB a alors diminué trois fois (- 1 % en 1975, peut donc s’agir d’entreprises ou de ménages résidant à l’étran-
- 0,6 % en 1993, et - 2,9 % en 2009) alors qu’aucune occur- ger. D’où la référence à la compétitivité prix des exportations
rence de ce type n’a été observée de 1950 à 1974. dans la dernière phrase du deuxième paragraphe).
3. Le trend a beau être nettement décroissant, le taux de La courbe d’offre globale représente quant à elle l’ensemble
croissance économique a été la plupart du temps positif (62 des quantités de produits que l’ensemble des offreurs résidant
occurrences sur 65). À prix constants, le PIB de la France est sur ce territoire sont susceptibles d’offrir, c’est-à-dire de pro-
donc nettement plus élevé en 2014 qu’en 1950. duire et de mettre en vente, pour chaque niveau général des prix
possible (telle quantité de produits offerte pour tel niveau géné-
ral des prix, telle autre quantité pour tel autre niveau, etc.).
Dans les deux cas, on raisonne à l’échelle macroéconomique
DOSSIER 2 (c’est là le sens de l’adjectif « global ») et en considérant que
EXPLIQUER LES FLUCTUATIONS de très nombreux éléments ne sont pas évalués en tant que
variables mais en tant que paramètres (on raisonne donc ici
ÉCONOMIQUES « toutes choses étant égales par ailleurs »).
2. Les éléments figés par le raisonnement correspondent notam-
Pages 46-47 A. Fluctuations économiques ment aux revenus et aux patrimoines des acteurs économiques,
et chocs d’offre à leurs besoins et à leurs goûts, à la qualité des produits,
etc. Dans ces conditions, la diminution du niveau général des
L’objectif du dossier est de permettre aux élèves de comprendre
prix va faire croître le pouvoir d’achat de ces acteurs et ainsi
que les fluctuations économiques peuvent s’expliquer par des
engendrer mécaniquement une hausse de la demande globale.
chocs d’offre. Aucune notion figurant dans la deuxième colonne
Symétriquement, il suffit, dans les mêmes conditions, que le
du programme n’y est présentée pour la première fois.
niveau général des prix s’accroisse pour que leur pouvoir d’achat
Le premier document permet d’amorcer très succinctement la
baisse et que la demande globale diminue. La pente de la courbe
réflexion sur la notion de « choc ». Le cadre d’analyse est ensuite
de demande globale est donc négative.
formalisé dans le document 2, en se référant aux courbes d’offre
Les techniques de production et les réglementations émanant
et de demande globales. Puis il est montré, dans le document 3,
des pouvoirs publics sont elles aussi considérées comme des
que les chocs d’offre peuvent être négatifs ou positifs. Le dossier
paramètres. Il suffit donc, dans ces conditions, que le niveau
se termine par un exercice et par un « Prépa Bac » qui offrent aux
élèves la possibilité d’appliquer leurs nouvelles connaissances et général des prix diminue pour que la rentabilité des opérations
de s’entraîner à la partie 1 de l’épreuve composée. productives s’accroisse et, symétriquement, que ce niveau aug-
mente pour réduire les profits attendus par les firmes. De là
Doc. 1 • Un choc de compétitivité vient que la pente de la courbe d’offre globale est positive.
1. Il s’agit ici d’un événement provoqué par le gouvernement Remarque : il conviendrait de faire observer aux élèves que le
français, en l’occurrence des mesures de politique économique positionnement des variables sur les axes n’est pas conforme, en
destinées à accroître la compétitivité prix des entreprises, dont économie, à ce qui leur est enseigné dans les cours de mathé-
on attend des effets positifs quant à la croissance économique matiques ; en effet, au lieu de faire figurer Y, la variable déter-
et l’emploi, implicitement mal en point. minée (en l’occurrence le PIB), sur l’axe des ordonnées et X,
Les responsables politiques sont donc décrits ici comme des la variable déterminante (en l’occurrence le niveau général de
médecins urgentistes s’efforçant de réanimer un moribond. prix), sur celui des abscisses, les économistes ont adopté la
2. Si le coût du travail baissait, la compétitivité prix des entre- solution inverse, y compris à l’échelle de tel marché (à titre
prises augmenterait. L’appareil productif pourrait donc mieux d’exemple, cf. l’édition 2015 de notre manuel de Première ES,
faire face à la concurrence étrangère, et ce tant sur le marché p. 74).
domestique que sur les marchés extérieurs. D’où des effets posi- 3. Le point d’intersection des deux courbes correspond au point
tifs sur le solde des échanges extérieurs de biens et services et, d’équilibre : si le niveau général des prix est égal à Péq, l’offre
partant, sur le PIB et l’emploi. et la demande globales sont égales, ce qui correspond à un PIB
Ce à quoi s’ajouteraient des effets positifs sur la FBCF et donc, effectivement égal à Yéq.

16
Doc. 3 • Des chocs d’offre négatifs ou positifs Remarque  : l’interprétation du graphique peut être là aussi
1. Si l’on envisage que les prix des produits de base, les salaires moins littérale ; on conclurait alors que le niveau général des
nominaux ou la productivité peuvent varier, cela signifie que l’on prix ne baisserait pas mais se mettrait simplement à augmenter
cesse de raisonner en se déplaçant sur la même courbe d’offre moins vite que naguère (il n’y aurait donc pas déflation mais
globale et que l’on accepte que cette courbe puisse se déplacer. désinflation).
Ce déplacement s’explique par les conséquences que ces trois
Exercice : Étudier un mécanisme
types de variation vont induire sur la rentabilité des opérations
productives : 1. a. décisions • b. politiques • c. indisponibles • d. abondantes
– Si les prix des produits de base diminuent ou/et si les salaires • e. onéreuses • f. intermédiaires • g. production • h. travail •
i. baisse • j. globale • k. facteurs • l. dépression.
nominaux diminuent ou/et si la productivité apparente du tra-
vail ou/et du capital s’accroît, les profits attendus par les firmes 2. Cas 1. Une catastrophe d’origine naturelle et/ou humaine (cf.
pour chaque niveau général des prix possible augmenteront. l’accident nucléaire de Fukushima), l’épuisement des gisements de
ressources naturelles rares non renouvelables, etc.
Ce choc d’offre positif déplacera donc la courbe d’offre globale
Cas 2. Politique éducative, choix publics quant à la recherche et au
vers la droite. développement, politique familiale, politiques d’emploi (actives ou
– Symétriquement, si les prix des produits de base augmentent passives), politique monétaire, etc.
ou/et si les salaires nominaux s’accroissent ou/et si la produc- Cas 3. Épuisement de certaines ressources naturelles non renou-
tivité apparente du travail ou/et du capital diminue, la renta- velables et pour l’instant irremplaçables, bouleversements géopo-
bilité attendue par les firmes pour chaque niveau général des litiques conduisant à un très fort renchérissement des matières
prix possible baissera. Ce choc d’offre négatif déplacera donc la premières ou/et des autres intrants utilisés à titre de consomma-
courbe d’offre globale vers la gauche. tions intermédiaires (cf. les deux chocs pétroliers des années 1970
auxquels se réfère le document 3), etc.
2. Si la courbe de demande globale ne se déplace pas, le gra-
Cas 4. Pour le travail : la croissance démographique peut s’être
phique est le suivant : effondrée, les ressources en travail peuvent être moins bien mobi-
lisées que naguère (le taux d’emploi peut avoir chuté pour l’en-
semble des tranches d’âge ou pour une tranche d’âge spécifique,
la durée du travail peut avoir baissé, la productivité apparente
du travail peut avoir diminué, etc.), le coût du travail peut s’être
accru, etc.
Pour le capital : l’accès au crédit peut être rationné ou/et plus
coûteux que naguère, les flux entrants de capitaux peuvent avoir
chuté, les flux sortants de capitaux peuvent avoir augmenté, la
rentabilité des investissements productifs peut avoir diminué, etc.
Cas 5. Comme le chapitre 1 l’a montré, la croissance économique
ne dépend pas seulement des quantités de ressources utilisées :
elle est également fonction de l’évolution de la productivité globale
des facteurs. Or celle-ci ne peut pas croître rapidement de façon
pérenne ; de surcroît, les pouvoirs publics peuvent avoir pris des
décisions affectant négativement son évolution.
3. Il suffirait de modifier quelques-uns des items du schéma, ce
Deux conséquences apparaissent : si la courbe de demande glo- qui donnerait :
bale ne se déplace pas, un choc d’offre négatif fait en principe
à la fois diminuer le niveau de PIB (récession voire dépression)
et croître le niveau général des prix (inflation).
Remarque : on peut interpréter ce graphique de façon moins
littérale ; on conclurait alors que le PIB ne baisserait pas mais
se mettrait simplement à augmenter moins vite que naguère.
3. Un choc d’offre positif engendre en principe des effets inverses
de ceux qui viennent d’être mentionnés : si la courbe de demande
globale est inchangée, le PIB s’accroît et le niveau général des
prix diminue (déflation) ainsi que le montre le graphique suivant :

Prépa Bac
Les élèves vont vraisemblablement penser spontanément à
des événements spectaculaires et dont les effets apparaissent
à court terme : un tsunami, un choc pétrolier, une hausse des
taux d’intérêt, etc.
Il conviendrait cependant de leur faire observer que leur
réponse ne peut s’en tenir là : comme l’exercice vient de le

17
D’où le tableau suivant :
montrer, un choc d’offre peut avoir des origines peu spec-
taculaires et mettre longtemps à apparaître : une modifica- Ressources en biens et services Montants
tion de la politique éducative, une baisse des indicateurs de 1. Produit intérieur brut (PIB) 9 300
fécondité ou/et de natalité, etc. C’est là toute l’ambigüité de
l’expression « choc d’offre ». 2. Importations de biens et de services (M) 1 700
3. Total 11 000

Pages 48-49 B. Fluctuations économiques Emplois des biens et services Montants
et chocs de demande 4. Dépense de consommation finale (C), dont : 7 208
L’objectif du dossier est de permettre aux élèves de comprendre - Ménages 5 700
que les fluctuations économiques peuvent également s’expli-
quer par des chocs de demande. Aucune notion figurant dans - Administrations publiques 1 508
la deuxième colonne du programme n’y est présentée pour la 5. Formation brute de capital fixe (I), dont : 1 300
première fois.
- Entreprises 950
Le premier document rappelle le lien entre le PIB et la demande
globale en se référant explicitement à l’équation synthétisant - Administrations publiques 350
l’équilibre emploi-ressources qui a déjà été présentée en classe 6. Variation des stocks (VS) - 8
de Première ES, ce qu’illustre immédiatement un exercice chif-
fré. Puis le cadre d’analyse est formalisé dans le document 2, 7. Exportations de biens et de services (X)  2 500
en se référant, comme dans le dossier précédent, aux courbes 8. Total 11 000
d’offre et de demande globales. Un exercice permet ensuite de
faire réfléchir les élèves sur les origines possibles des chocs de Récapitulatif Montants
demande, qu’ils soient négatifs ou positifs. Le dossier se ter- 9. Demande intérieure 8 508
mine par un « Prépa Bac » qui leur offre la possibilité d’appliquer
leurs nouvelles connaissances en s’entraînant à la partie 2 de 10. Solde extérieur 800
l’épreuve composée. 11. Variation des stocks (VS) - 8

Doc. 1 • PIB et demande Les deux équations sont donc bien vérifiées :
• Pour la première : PIB + M = C + I + VS + X
1. Ces deux totaux, ressources et emploi, sont nécessairement
L’addition des données des lignes 1 et 2 (9 300 + 1 700) donne en
égaux car toutes les opérations correspondantes sont prises en
effet un résultat égal à celui de l’addition des lignes 4, 5, 6 et 7
compte. (7 208 + 1 300 - 8 + 2 500).
2. Première équation : PIB + M = C + I + VS + X.  • Pour la seconde : PIB = Demande intérieure + Solde extérieur +
Seconde équation : PIB = Demande intérieure + Solde extérieur Variation des stocks
+ Variation des stocks. Le PIB vaut 9 300 MC. Or c’est précisément le résultat auquel on
Pour obtenir la seconde équation, on part de la première, où l’on aboutit en additionnant les données des lignes 9, 10 et 11 (8 508 +
déplace « M » à droite du signe « = », ce qui donne : 800 - 8).
PIB = C + I + VS + X - M. 2. Les ressources et les emplois étant nécessairement égaux, le PIB
Il suffit alors d’observer que « X - M » constitue le solde extérieur aurait valu non plus 9 300 mais 9 862 MC (soit 9 000 + 870 - 8).
des échanges de biens et de services et d’appeler « demande Remarques :
intérieure » le total « C + I » pour obtenir la seconde équation. • Certaines statistiques (dont celles de l’Insee) incluent la varia-
tion des stocks dans la demande intérieure.
Remarque : les « stocks » sont des biens que possèdent les entre- • L’équation synthétisant l’équilibre emplois-ressources a déjà été
prises et qui ne sont pas du capital fixe (les produits finis qui présentée en classe de Première ES. S’y référer permet de com-
ne sont pas encore vendus, les produits en cours de fabrication, prendre que la valeur du PIB dépend étroitement de celle de la
les matières premières, etc.). Quant à l’expression « variation de demande globale à laquelle l’appareil productif est confronté. On
stocks », l’Insee la définit, pour une période donnée, comme la peut ainsi introduire aisément la notion de « choc de demande ».
« valeur des entrées en stocks diminuée de la valeur des sorties
de stocks et des pertes courantes sur stocks ». Doc. 2 • Des chocs de demande négatifs ou positifs
1. Si l’on envisage que les anticipations ou/et les revenus
Exercice : L’équilibre emploi-ressources et/ou les patrimoines des demandeurs peuvent se modifier,
1. Le PIB (9 300 MC) s’obtient en soustrayant les consommations cela signifie que l’on cesse de raisonner en se déplaçant sur
intermédiaires à la production (11 500 - 2 200). la même courbe de demande globale et que l’on accepte que
Les administrations publiques étant censées consommer à titre cette courbe puisse se déplacer : pour chaque niveau général
final leur propre production, leur consommation finale s’élève à des prix possible, les demandeurs voudront alors ou/et pour-
1 508 MC. ront alors acheter plus ou moins de produits que naguère, ce
La variation des stocks (- 8 MC) consiste à soustraire leur diminu- qui fera se déplacer la courbe de demande globale soit vers la
tion à leur accroissement (soit 7 - 15). droite (choc de demande positif), soit vers la gauche (choc de
Les exportations et le solde extérieur valant respectivement
demande négatif).
2 500 et 800 MC, les importations sont égales à 1 700 MC.
La demande dite « intérieure » s’obtient en additionnant C et FBCF
Il en va de même lorsque le volume du stock de capital physique
et vaut donc 8 508 MC (soit 7 208 + 1 300) alors que la demande existant peut varier sous l’effet des décisions des investisseurs
dite « extérieure » provient de la différence entre X et M (c’est ce privés ou publics (accroissement ou diminution de la FBCF) ou/
que l’on appelle également les « exportations nettes ») et vaut et lorsque les pouvoirs publics pratiquent des politiques éco-
800 MC (soit 2 500 - 1 700). nomiques expansionnistes ou restrictives induisant un accrois-

18
sement ou une diminution des dépenses publiques ou/et une prises diminuent, cela fera baisser les recettes des administrations
baisse ou une hausse des taux d’intérêt réels : selon les cas, on publiques et, partant, leurs dépenses. Du moins sera-ce le cas si
est là aussi confronté soit à un choc de demande positif, soit à les niveaux de prélèvements obligatoires et d’endettement public
un choc de demande négatif. restent constants.
D. La baisse de la FBCF réduit la compétitivité prix ou/et la com-
2. Si la courbe d’offre globale ne se déplace pas, le graphique pétitivité structurelle de l’appareil productif. D’où des difficultés
est le suivant : croissantes pour exporter et un accroissement de la propension à
importer.
3. Il suffirait d’inverser les raisonnements ci-dessus et de construire
un schéma tel que celui-ci :

Deux conséquences apparaissent : si la courbe d’offre globale


ne se déplace pas, un choc de demande négatif fait en principe
diminuer le PIB ainsi que le niveau général des prix.
Remarque : on peut interpréter ce graphique de façon moins
littérale ; on conclurait alors que le PIB et le niveau général des 1. Les anticipations des ménages pourraient s’être améliorées, leurs
prix ne baisseraient pas mais se mettraient simplement à aug- revenus disponibles bruts et/ou leurs patrimoines pourraient s’être
menter moins vite que naguère (il n’y aurait donc pas déflation accrus, les taux d’intérêt réels pourraient avoir baissé, etc.
mais désinflation). 2. Les débouchés des entreprises pourraient avoir augmenté, la
politique monétaire pourrait être moins restrictive, les placements
3. Un choc de demande positif engendre en principe des effets
financiers pourraient être moins profitables, etc.
inverses de ceux qui viennent d’être mentionnés : si la courbe
3. Les administrations publiques pourraient s’être engagées dans
d’offre globale est inchangée, le PIB et le niveau général des des politiques de relance budgétaire comportant à la fois une hausse
prix s’accroissent ainsi que le montre le graphique suivant : des dépenses publiques et une baisse des prélèvements obligatoires.
4.  Cet accroissement pourrait provenir de l’amélioration de la
conjoncture macroéconomique dans le Reste du monde ou/et d’une
baisse des prix de certains produits importés – un accroissement
qui serait alors d’autant plus important si l’appareil productif
considéré avait gagné en compétitivité prix ou/et hors prix.
A. L’augmentation de la consommation finale des ménages impli-
querait une hausse de la FBCF des entreprises ; réciproquement,
plus d’investissements, ce serait plus de valeur ajoutée créée, donc
davantage de revenus distribués et, partant, une hausse de la
consommation finale pour les ménages, et ce en supposant, entre
autres, que le capital fixe additionnel ne soit pas importé mais
produit sur place.
B et C. La hausse des dépenses publiques impliquerait des effets
positifs, tant pour les ménages que pour les entreprises, ce qui
ferait croître, en retour, les recettes des administrations publiques
et, partant, leurs possibilités de dépenser.
Exercice : Les origines possibles des chocs de demande  D. La hausse de la FBCF (à la fois matérielle et immatérielle) aug-
négatifs menterait la compétitivité prix ou/et la compétitivité structurelle
1. 1. a et c. 2. b et g. 3. e. 4. d et f. de l’appareil productif. D’où des facilités croissantes pour exporter
et une diminution de la propension à importer.
2. A. La baisse de la consommation finale des ménages implique
une réduction de la FBCF des entreprises ; réciproquement, moins
d’investissements, c’est moins de valeur ajoutée créée, donc moins
Prépa Bac
de revenus distribués et, ce faisant, moins de possibilités de
consommation finale pour les ménages. Du moins sera-ce le cas Présentation du document
si les équipements productifs ne sont pas importés mais produits Ce graphique est construit à partir de données statistiques
sur place et si les ménages ne modifient pas leurs arbitrages entre
provenant des travaux des comptables nationaux. Ces don-
consommation finale et épargne.
nées portent sur la période 2005-2009 et concernent la varia-
B et C. La baisse des dépenses publiques implique moins de pos-
sibilités de dépenses, et ce tant pour les ménages (si les presta- tion en volume (positive ou négative) du Produit intérieur
tions sociales diminuent, si le nombre de fonctionnaires baisse, brut (PIB) de la France et des contributions (elles-mêmes
etc.) que pour les entreprises (si les commandes publiques sont positives ou négatives) que la consommation finale, la FBCF,
réduites, si les subventions décroissent, etc.). Réciproquement, si le solde du commerce extérieur et la variation des stocks
la consommation finale des ménages et l’investissement des entre- ont apportées à cette variation. Les dépenses publiques sont

19
incluses soit dans la consommation finale, soit dans la FBCF, Pages 50-51 c. fluctuatiOns écOnOmiques
la demande dite « intérieure » résultant (du moins au sens et cYcle du crédit
strict du terme) de l’addition de ces deux agrégats.
Les données sont exprimées en pourcents pour le PIB et en L’objectif du dossier est de permettre aux élèves de comprendre
« points de PIB » pour les contributions à son évolution. À que les fluctuations économiques peuvent également s’analyser
titre d’exemple, pour l’année 2009 : cette année-là, le PIB de en se référant à la théorie du « cycle du crédit ». Aucune notion
la France a baissé en volume de 2,6 %, contre-performance figurant dans la deuxième colonne du programme n’y est présen-
qui se décompose, à 0,1 point près, comme suit : respecti- tée pour la première fois.
vement + 0,9 point pour la consommation finale, - 1,5 point Le premier document permet d’amorcer très succinctement la
pour la FBCF, - 0,2 point pour le solde du commerce extérieur réflexion sur les liens entre activités productives et activités
et - 1,9 point pour la variation des stocks. financières. Un exercice permet ensuite de faire comprendre aux
Ce document, qui s’appuie sur l’équation synthétisant l’équi- élèves que l’abondance ou la rareté du crédit sont en mesure
libre emplois-ressources, permet donc d’établir un lien entre d’accentuer l’ampleur d’une phase d’expansion ou de contraction
la variation du PIB de la France et l’évolution de la demande déjà existante, ce qu’illustrent subséquemment (et simplement)
globale (pour partie intérieure et pour partie extérieure) à les données statistiques du document 2. Quant au document 3,
laquelle son appareil productif a été confronté. Il peut donc il va plus loin puisqu’il montre, en utilisant la notion de « bulle
nous permettre de caractériser le choc de demande que notre financière », que la théorie du cycle du crédit peut également
pays a subi en 2009. être mobilisée pour expliquer le déclenchement de telle ou telle
phase de tel ou tel cycle. Le dossier se termine par un « Prépa
Exploitation du document
Bac » qui offre aux élèves la possibilité d’appliquer leurs nouvelles
Trois observations peuvent être formulées :
connaissances en s’entraînant à la partie 1 de l’épreuve composée.
1. La crise financière des « crédits subprime » a indéniable-
ment engendré des difficultés économiques pour la France. Doc. 1 • Des TPE en diffi culté
En effet, alors que son PIB progressait en volume, bon an
1. C’est en soi une bonne nouvelle car cela signifie qu’il y a eu
mal an, d’environ 2 % sur la période 2005-2007, la croissance
moins de litiges que précédemment entre les très petites entre-
économique y est devenue quasiment nulle en 2008 puis fran-
prises (TPE) et les banques. Cette diminution résulte cependant
chement négative en 2009 (- 2,6 %). Pour notre économie, il
en grande partie d’un moindre recours des TPE aux banques.
s’agit là non seulement de la troisième récession depuis la fin
de la Seconde Guerre mondiale mais de la plus importante (à 2. Non seulement leurs débouchés ont baissé (ce qui a réduit
prix constants, le PIB de la France avait en effet seulement d’autant leurs besoins d’investir et, partant, de s’endetter) mais
baissé de 1,0 % en 1975 et de 0,6 % en 1993). les banques leur ont moins fait confiance que précédemment
2. En 2009, la baisse de notre PIB s’explique, pour une part, (y compris pour de banales autorisations de découvert).
par la diminution de la demande intérieure et, pour une autre 3. Nombre de TPE sont donc confrontées à de grandes diffi-
part, par celle de la demande extérieure. La contribution de cultés. D’où des faillites et une augmentation du chômage en
la consommation finale a beau être positive (+ 0,9 point), raison de leur très grand poids dans l’économie française.
celle de la FBCF est suffisamment négative (- 1,5 point) pour
Exercice : Décrire des mécanismes
que la contribution de la demande intérieure ait été négative
(- 0,6 point). Environ 23 % de la baisse du PIB proviennent 1. Si les banques « durcissent les conditions du crédit », cela veut
donc de la diminution de la demande intérieure (puisque dire qu’elles répondent plus souvent que naguère par la négative
- 0,6 aux acteurs économiques qui les sollicitent pour obtenir un prêt
x 100 ≈ 23 %), ce qui représente une contribution trois (pour financer des opérations de consommation finale ou d’inves-
- 2,6
plus élevée que celle de la demande extérieure tissement) ou, plus banalement, une autorisation de découvert.
- 0,6 2. a. Les banques durcissent les conditions du crédit
(puisque = 3). b. Baisse de l’offre de crédit
- 0,2
c. Baisse de la demande de crédit
3. Le total de ces deux contributions (soit - 0,8) est cepen- d. Recul de la demande (des ménages et des entreprises)
dant nettement plus petit que la contribution de la variation e. Nombre de faillites.
des stocks, qui explique à elle seule près des trois quarts de
3. Un simple schéma peut suffire : voir schéma ci-dessous.
- 1,9
la récession de 2009 (puisque x 100 ≈ 73 %). Si l’on
- 2,6
convenait, comme c’est le cas dans certaines statistiques
(dont celles de l’Insee), d’inclure la variation des stocks dans
la demande intérieure, ce serait donc plus de 95 % de cette
récession que l’on pourrait imputer à la chute de la demande
0,9 – 1,5 – 1,9
intérieure (puisque x 100 ≈ 96 %).
- 2,6
En 2009, la France a donc subi un choc de demande impor-
tant qui a engendré la pire récession qu’elle ait connue
depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’essentiel de
la baisse de son PIB étant alors imputable à la diminution
de la demande intérieure si l’on convient de lui intégrer la
variation des stocks.
Remarque : l’addition des contributions étant égale non pas
à 2,6 % mais à 2,7 %, les résultats ci-dessus ne sont que des
ordres de grandeur.

20
Doc. 2 • Crédits au secteur privé et croissance économique détail dans le TD 2, p. 57, et, pour partie, dans le document 2
1. « - 0,6 » : les crédits que les Institutions financières moné- du dossier 3A, p. 53, quant à la crise des « crédits subprime ».
taires (IFM) résidant en France ont accordés aux acteurs écono-
miques privés résidant dans la zone euro (hors IFM) ont baissé
Prépa Bac
de 0,6 % de décembre 2008 à décembre 2009.
« 2,1 » : dans la zone euro, en 2010, le PIB de l’ensemble des Dans une phase d’expansion, l’offre et la demande de crédit
États-membres a augmenté, en volume, de 2,1 %. ne peuvent que s’accroître. En effet, les banques, qui ont
alors confiance en la capacité de remboursement de leurs
2. Cet ensemble de données fait ressortir une corrélation  :
débiteurs potentiels, assouplissent les conditions du crédit
le taux de croissance des crédits au secteur privé est positif
alors que les ménages non seulement peuvent, mais veulent
lorsque le taux de croissance du PIB en volume est lui-même
s’endetter tandis que les entreprises non financières ont
positif et est négatif en période de récession.
besoin d’investir. La croissance de la consommation finale
3. Ces données semblent confirmer la théorie du cycle du crédit. et de la FBCF est donc stimulée. D’où une accélération de la
Il faut cependant être prudent car elles sont très parcellaires. croissance du PIB.
Il faudrait disposer de bien d’autres données pour distinguer, Il suffit ensuite d’inverser le raisonnement pour comprendre
dans la baisse des crédits au secteur privé de 2009, ce qui que l’offre et la demande de crédit ne peuvent que diminuer
résulte des pratiques restrictives des banques et ce qui est dû dans une période de récession voire de dépression. D’où une
à la diminution de la demande de crédit par les ménages et les amplification des difficultés économiques.
entreprises non financières. Dans son article (qui, au demeurant, Remarque : le libellé du sujet ne demande pas de mobiliser la
ne concerne pas exactement la période couverte par ce tableau ; théorie du cycle du crédit pour expliquer le déclenchement
voir l’exercice), Patrick Artus concluait, au vu des chiffres dont de telle ou telle phase de tel ou tel cycle. Il s’agit simple-
il disposait alors, qu’entre 1990 et 1993, entre 2001 et 2003 ment de montrer que l’abondance ou la rareté du crédit sont
puis en 2008, il ne voyait pas « de signe [économétrique] que en mesure d’accentuer l’ampleur d’une phase déjà existante.
le crédit distribué soit significativement inférieur au crédit
demandé durant les récessions, ce qui exclurait l’hypothèse de
rationnement par les banques ».

Doc. 3 • Crédit, « bulle », crise et récession DOSSIER 3


1. Si ceux qui anticipent une forte augmentation des profits des DES MÉCANISMES CUMULATIFS
firmes concernées par ces projets sont nombreux, les actions
émises par ces entreprises seront très demandées mais très peu
offertes puisque les demandeurs et les offreurs voudront béné- Pages 52-53 A. La spirale déflationniste
ficier dans le futur de gains (sous forme de dividendes ou/et de L’objectif ici est de permettre aux élèves de maîtriser les méca-
plus-values). D’où une forte hausse des cours de ces titres et nismes par lesquels la déflation s’auto-alimente et engendre
donc des gains y afférents. Leur demande va donc continuer de inévitablement une dégradation cumulative de la conjoncture
s’accroître alors que leur offre se raréfiera. D’où une nouvelle macroéconomique. Deux notions figurant dans la deuxième
hausse des cours. Et ainsi de suite. colonne du programme y sont présentées pour la première fois :
Il n’est cependant pas nécessaire que les anticipations initiales celles de « désinflation » et de « déflation ».
aient été réalistes : il suffit qu’elles aient existé et aient été Un exercice liminaire rappelle ce qu’est l’inflation, précise qu’il
partagées par un nombre de personnes suffisamment impor- ne faut pas confondre « désinflation » et « déflation » et montre
tant (ce dont rend compte la notion de « comportements mimé- comment l’Indice des prix à la consommation a évolué en France
tiques ») et nourries par de bonnes conditions d’accès au crédit depuis 1950. Le document 1 présente ensuite quelques-uns des
pour que l’on soit entré dans une logique d’accroissement auto- arguments permettant de comprendre pourquoi la déflation
entretenu (d’où l’expression « prophétie autoréalisatrice »). ne peut que s’auto-entretenir et dégrader cumulativement la
2. À un moment donné, quelques personnes (physiques ou conjoncture macroéconomique, étant entendu, comme le pré-
morales) vont comprendre que le niveau des cours qui a été cise le document 2, que son retour est actuellement crédible.
atteint est irréaliste. Elles vont alors exprimer publiquement leur Les élèves ont enfin la possibilité de synthétiser les arguments
analyse (et vendre des titres si elles en détiennent). Si ce sont des documents 1 et 2 dans un schéma (exercice) ou/et dans un
des leaders d’opinion, autrement si leurs paroles ou/et leurs texte (« Prépa Bac ») pour exprimer au mieux la signification du
actes influencent de très nombreux intervenants sur les marchés titre du dossier (« La spirale déflationniste »).
financiers, le volume des titres offerts s’accroîtra soudainement
(il faut en effet les vendre avant que leurs cours ne s’effondrent) Exercice : Traiter des informations en ligne
et celui de la demande baissera (ce n’est pas le moment d’en 1. L’indice des prix à la consommation (IPC) est un indice dont la
acheter). D’où une baisse des cours et donc des gains y afférents définition et le calcul sont du ressort de l’Insee ; il est représentatif
et, partant, un renforcement de la défiance envers ces titres. du niveau actuellement atteint par les prix à la consommation,
D’où une nouvelle hausse de l’offre de ces titres et, symétrique- et ce par rapport à une date initiale. Il y a inflation quand la
ment, une nouvelle baisse de leur demande. Et ainsi de suite. valeur de cet indice s’accroît, et déflation dans le cas contraire.
Si la hausse de la valeur de l’indice est simplement freinée, il y a
3. L’éclatement d’une bulle engendre des effets macroécono-
désinflation.
miques très négatifs (ralentissement de la progression, voire L’Insee raisonne à qualité constante et ne se réfère ni à l’ensemble
baisse, du PIB, accroissement du chômage, etc.) qui, en retour, des produits ni à l’ensemble des points de vente, mais à ceux
alimenteront les difficultés financières (faillites d’entreprises, d’entre eux qu’elle estime être représentatifs de ce double ensemble.
baisse des indicateurs de rentabilité, développement d’anticipa- Les produits entrant dans le champ de l’IPC n’étant pas consom-
tions pessimistes, etc.). Et ainsi de suite. C’est ce qui sera vu en més dans les mêmes proportions, l’Insee pondère leurs prix de

21
façons différentes en se référant, depuis 1993, à la structure de la conservent leurs emplois perçoivent des revenus stagnants
consommation finale de l’ensemble des ménages (auparavant, cet voire décroissants ; quant aux entreprises non financières, sauf
indice était construit en référence à celle des ménages urbains dont accroissement de leurs exportations, leurs débouchés dimi-
les chefs appartenaient au groupe socioprofessionnel des ouvriers nuent). Les banques ont donc alors intérêt à réduire leur offre
ou à celui des employés).
de crédit.
Un simulateur d’indice personnalisé est disponible sur le site de
Un autre argument a cependant été évoqué dans le dos-
l’Insee depuis 2007 ; il permet à quiconque de calculer un indice
des prix le plus proche possible de sa situation personnelle en
sier 2C : il concerne la demande de crédit et doit être mobilisé
modifiant les pondérations de vingt groupes de produits selon ses ici. En période de récession voire de dépression, avait-il alors
propres habitudes de consommation. L’adresse en est la suivante : été observé, certains ménages ne peuvent plus s’endetter, et
www.insee.fr/fr/indicateurs/indic_cons/sip/sip.htm. d’autres qui le pourraient mais dont les anticipations deviennent
2. Trois observations essentielles peuvent être formulées : négatives ne désirent pas accéder au crédit ; quant aux entre-
• Le trend est si nettement décroissant que l’on peut effective- prises non financières, la contraction de leurs débouchés et les
ment s’interroger sur le retour de la déflation (dans ce cas, le taux anticipations négatives qui s’ensuivent les éloignent de l’inves-
d’inflation annuel serait négatif) : il suffit pour cela de prolonger tissement et, partant, du recours au crédit.
la droite qui le représente. C’est donc en référence non seulement à l’offre mais aussi à la
• L’évolution de l’IPC s’avère très irrégulière de part et d’autre du demande de crédit que le « credit crunch » doit être expliqué.
trend : de nombreuses périodes de baisse succèdent à de nom-
4. Même si une baisse des prix à la consommation s’avère ini-
breuses périodes de hausse mais l’ampleur des variations devient
nettement moins importante à partir du milieu des années 1980. tialement favorable pour les ménages (puisqu’elle accroît leur
•  Sur l’ensemble de la période, la déflation dont on anticipe pouvoir d’achat), ceux-ci vont ensuite anticiper de nouvelles
aujourd’hui le retour n’a été observée en France que pendant deux baisses de prix et donc différer leurs achats. Les entreprises
années consécutives et on n’a alors eu affaire qu’à un processus de réduiront alors leurs dépenses (en termes d’investissements,
faible ampleur : - 1,2 % en 1953 et - 0,4 % en 1954. de consommations intermédiaires et d’emploi) et un « credit
3. Respectivement à l’inflation, à la désinflation et à la déflation. crunch » apparaîtra (puisque tant la demande que l’offre de
crédit baisseront).
Doc. 1 • La déflation, un mécanisme cumulatif Cette diminution de la demande globale induira alors une baisse
1. Il est essentiel de tenir compte des anticipations des de la production et de l’emploi. D’où une nouvelle réduction de
ménages et des entreprises non financières pour comprendre ce la demande globale et un renforcement de la déflation. Et ainsi
qu’est la déflation, à savoir un processus qui ne peut que s’auto- de suite.
alimenter. En effet, si les prix à la consommation ont commencé La déflation est donc bien un processus cumulatif.
à baisser, les ménages et les entreprises non financières peuvent
estimer que la déflation se poursuivra. Dans ce cas, les premiers Doc. 2 • L’actualité du risque déflationniste
auront intérêt à différer certains de leurs achats pour bénéfi- 1. Les États membres de la zone euro ne peuvent plus procé-
cier de baisses de prix à venir (d’où une baisse de la demande der à des dévaluations compétitives pour espérer faire croître
de produits) alors que les seconds chercheront à déstocker au leurs exportations et décroître leurs importations grâce aux
plus vite pour espérer vendre aux prix d’aujourd’hui plutôt qu’à baisses de prix à l’exportation et aux hausses de prix à l’impor-
ceux du futur tout en réduisant dès maintenant leurs niveaux tation induites par ces mesures. Ils ont donc dû donc recourir
de production et, partant, de consommation intermédiaire, à d’autres moyens pour rééquilibrer leurs comptes extérieurs,
d’investissement et d’emploi puisque leurs débouchés auront dont celles qui consistent à réduire le coût du travail, à la fois
commencé à baisser. Il s’ensuivra de nouvelles baisses de prix. par des baisses de salaires ou/et de cotisations sociales et par
Et ainsi de suite. une diminution du niveau de l’emploi (par des licenciements,
2. Il faut distinguer le cas des acteurs économiques déjà endet- par un recours accru aux emplois précaires, en ne remplaçant
tés de ceux qui envisagent de recourir au crédit : pas l’ensemble des salariés partant en retraite, etc.). C’est
• Cas des acteurs économiques déjà endettés à ce type de mesures que renvoie l’expression « politique de
En période d’inflation, ils rembourseront leurs dettes avec une compétitivité-coût ».
unité monétaire dont le pouvoir d’achat diminuera, ce qui 2. Si les dépenses relatives au facteur travail sont des coûts
réduira la valeur réelle du service de leurs dettes. En revanche, pour les entreprises, elles engendrent des revenus pour les
s’il y a déflation, cette dette sera remboursée avec une unité ménages, qu’il s’agisse de salaires nets ou de prestations
monétaire dont le pouvoir d’achat s’accroîtra, ce qui en aug- sociales. Par conséquent, si les exportations ne s’accroissent
mentera le coût réel. pas (ce qui est le cas puisque presque tous les États de la zone
• Cas des cas des acteurs économiques envisageant de s’endetter euro, qui commercent beaucoup entre eux, ont adopté ce type
Un taux d’intérêt réel s’obtient en soustrayant le taux d’inflation de politique) et si les ménages ne modifient pas leurs com-
au taux d’intérêt nominal. Pour un taux d’intérêt nominal donné, portements d’épargne (en épargnant moins ou/et en désépar-
il suffit donc que l’IPC s’accroisse (inflation) ou diminue (défla- gnant), les ménages voient leur pouvoir d’achat diminuer. D’où
tion) pour que le taux d’intérêt réel diminue ou augmente, ce un impact négatif sur la demande globale et, partant, sur l’acti-
qui allégera ou alourdira le service de leurs dettes. vité économique.
Pour de plus amples précisions, voir le TD 1, p. 56, ainsi que 3. Quand les administrations publiques mettent en œuvre une
la fiche-outil n° 3 (« Évolutions en valeur et volume »), p. 374. politique budgétaire restrictive, elles réduisent leurs dépenses
3. Le texte ne met l’accent que sur l’offre de crédit. La défla- et augmentent les prélèvements obligatoires, ce qui réduit la
tion, observent ses auteurs, dégrade la situation financière consommation finale et l’investissement intérieurs et, en retour,
des emprunteurs tout en les fragilisant économiquement (les amplifie la récession : le taux de chômage s’accroît, ce qui ren-
ménages sont en effet de plus en plus nombreux à être frap- force la baisse des débouchés et la dégradation des anticipa-
pés par le chômage et la précarité professionnelle et ceux qui tions des ménages et des entreprises, une nouvelle détérioration

22
des finances publiques s’ensuit, ce qui nécessite de nouvelles (par exemple, si un ménage est concerné, directement ou
mesures d’austérité. Et ainsi de suite. indirectement, par le chômage ou par le développement des
4. Selon l’auteur, les effets récessifs induits par ce double choc formes particulières d’emploi, il renoncera à s’endetter ; un
de demande sont si importants que de nombreuses entreprises renoncement d’autant plus probable que la déflation induit
sont tentées de défendre leurs parts de marché en baissant leurs une hausse des taux d’intérêt réels). D’où un « credit crunch »
prix de vente. Or cette baisse n’est pas compensée par la hausse et, ce faisant, une amplification de la demande globale et
d’autres prix, dont ceux des matières premières auxquels se réfère donc un renforcement de la déflation.
Guillaume Duval. Bien d’autres prix mériteraient cependant d’être
pris en considération, dont ceux des produits semi-finis et des
produits manufacturés que le progrès technique et les économies Pages 54-55 B. Déflation, dépression et chômage
d’échelle permettent de produire à des coûts décroissants. de masse
Il suffit alors d’intégrer au raisonnement les anticipations des L’objectif de ce dernier dossier est de faire comprendre aux
acteurs économiques ainsi que les facteurs susceptibles d’engen- élèves que la spirale déflationniste étudiée dans le dossier pré-
drer un « credit crunch » pour comprendre que le double choc cédent engendre un chômage de masse, et que celui-ci ne peut,
de demande dont il vient d’être question non seulement peut en retour, qu’alimenter celle-là. Aucune notion figurant dans
engendrer des effets déflationnistes mais que ces effets sont à la deuxième colonne du programme n’y est présentée pour la
même de s’auto-alimenter, ce que montre le schéma de l’exercice première fois.
ci-après. Le document 1 sensibilise les élèves à cette thématique en les
Exercice : Étudier un mécanisme faisant se questionner sur la dépression des années 1930. Le
a. budgétaires • b. baisse • c. demande globale • d. choc • document 2 leur fournit ensuite des arguments leur permettant
e. dépression • f. consommation finale • g. anticipations • d’approfondir leur réflexion ; une réflexion que l’exercice permet
h. capital fixe • i. entreprises • j. anticipations • k. déflation • de systématiser sous la forme d’un schéma et que le document 3
l. différer • m. valeur réelle • n. défauts de paiement • illustre en se référant au cas actuel de la Grèce. Le « Prépa Bac »
o. crédit • p. taux d’intérêt réels • q. Credit crunch. propose enfin aux élèves d’appliquer leurs nouvelles connais-
sances en s’entraînant à la partie 1 de l’épreuve composée.
Prépa Bac Doc. 1 • Prix, emploi et salaires : des évolutions corrélées
La déflation est un processus cumulatif pour au moins trois 1. « Prix de gros » : prix qui ne concernent pas les consom-
raisons : mateurs finals mais les entreprises quand elles achètent des
– Si les acteurs économiques non financiers pensent que quantités de produits plus ou moins importantes.
la diminution du niveau général des prix va se poursuivre, « Emploi » : ensemble des actifs occupés à l’instant X, qu’ils
les ménages remettront certains de leurs achats à demain soient salariés ou indépendants.
(cas d’un ménage qui va renoncer à acheter ce mois-ci une « Masse salariale » : total des dépenses relatives à l’achat du
machine à laver parce qu’il suppose que son prix pourrait facteur travail. La baisse de ce total peut provenir d’une dimi-
encore baisser dans les semaines à venir) ; quant aux entre- nution des volumes achetés ou/et d’une baisse du coût unitaire
prises non financières, elles chercheront à vendre au plus du travail.
vite les produits qu’elles ont en stock (cas d’une entreprise 2. Les trois indicateurs ont évolué de la même façon : ils ont
distribuant des machines à laver et qui va faire de la publi- d’abord fortement chuté puis ont légèrement augmenté en 1933.
cité pour les écouler aux prix d’aujourd’hui plutôt qu’aux prix
On était cependant encore très loin à cette date des niveaux
du futur). D’où une nouvelle baisse de l’Indice des prix à la
atteints en 1926 puisque les indices des prix de gros, de l’em-
consommation (dont, bien sûr, celui des machines à laver).
ploi et de la masse salariale étaient alors inférieurs respective-
– Leurs débouchés ayant baissé, les entreprises non finan-
ment de 34,1 %, de 35,4 % et de 56 % à leurs niveaux de 1926.
cières réduiront leurs niveaux de production et, partant, de
Ce graphique permet ainsi de comprendre que la baisse du
consommation intermédiaire, d’investissement et d’emploi.
niveau général des prix dont on peut anticiper actuellement
D’où une nouvelle baisse de la demande globale et une
le retour est loin d’être une bonne nouvelle, puisque ce retour
amplification de la diminution du niveau général des prix
risque de s’accompagner d’une contraction du niveau de l’emploi
(cf. le cas de fabricants de machines à laver : si leurs débou-
et de la réduction corrélative de la masse salariale ainsi que ce
chés se contractent, non seulement elles produiront moins,
fut jadis le cas aux États-Unis.
ce qui fera baisser les débouchés de leurs fournisseurs, mais
elles devront se séparer de certains de leurs salariés ou, du Doc. 2 • Déflation, dépression et chômage de masse
moins, ne pas remplacer ceux qui partiront en retraite ; et
1. et 2. Même si le revenu disponible brut des ménages était
si elles embauchent, elles opteront plutôt pour des formes
constant, la diminution de l’indice des prix à la consommation
d’emploi que l’Insee qualifie de « particulières » : l’intérim, les
contrats à durée déterminée, etc.). (IPC) ferait croître leur pouvoir d’achat ; il en irait d’ailleurs
– La situation macroéconomique se détériorant, les banques de même s’il diminuait : il suffirait que cette baisse soit moins
et les compagnies d’assurance auront intérêt à réduire leur importante que celle de l’IPC.
offre de crédit aux acteurs non financiers (par exemple, si Dans les deux cas, la déflation serait effectivement une « bonne
le chômage et la précarité professionnelle s’accroissent, et chose », mais à condition qu’elle n’amène pas les consomma-
si de plus en plus d’entreprises sont en difficulté, la Société teurs à anticiper que la baisse de l’IPC puisse durer voire s’am-
générale aura moins confiance que naguère dans les capaci- plifier. Or, nous l’avons vu dans le dossier 3A, c’est précisément
tés de remboursement des demandeurs de crédit) ; de toute ce que l’on peut craindre.
façon, les ménages et les entreprises non financières solli- 3. Si la déflation était durable, on serait confronté à un chô-
citeront vraisemblablement moins les banques que naguère mage de masse pour plusieurs raisons, dont les trois suivantes :

23
– Parce que les ménages anticiperaient la poursuite voire l’am- pour espérer vendre aux prix d’aujourd’hui plutôt qu’à ceux
plification de la déflation ; ils auraient donc intérêt à différer de demain, tout en réduisant dès maintenant leurs niveaux
certains de leurs achats pour bénéficier de baisses de prix à de production et, partant, de consommation intermédiaire,
venir. Quant aux entreprises non financières, elles cherche- d’investissement et d’emploi puisque la « demande effective »
raient à déstocker au plus vite pour espérer vendre aux prix (John Maynard Keynes) se sera réduite. D’où une forte hausse
d’aujourd’hui plutôt qu’à ceux de demain, tout en réduisant dès du taux de chômage via la baisse des embauches, la hausse
maintenant leurs dépenses puisque leurs débouchés se seraient des licenciements et le non-remplacement de salariés partant
réduits. D’où, de période en période, une contraction croissante
en retraite.
de la « demande effective » chère aux économistes keynésiens
– Les anticipations de l’ensemble des acteurs économiques
(doc. 2B) et, partant, l’apparition d’un chômage de masse.
(institutions financières incluses) vont de surcroît amener à
– Parce que les anticipations de l’ensemble des acteurs éco-
une contraction de l’offre et de la demande de crédit. D’où un
nomiques (institutions financières incluses) aboutiraient à un
« credit crunch » qui amplifiera la contraction de la consom-
« credit crunch », ce qui accroîtrait les difficultés macroécono-
miques sur le double front de la consommation finale et de mation finale et de l’investissement et amplifiera la hausse
l’investissement et alimenterait la hausse du chômage. du taux de chômage.
– Parce que le chômage, une fois qu’il est présent, devient à lui-
même sa propre cause : il alimente en retour la récession ou la
dépression qui l’a produit et en sort renforcé. Et ainsi de suite.
Page 56 TD 1 • Déflation et « credit crunch »
1. Si le niveau général des prix baissait, un euro demain vau-
Exercice : Représenter le cercle vicieux de la déflation
drait plus qu’un euro aujourd’hui parce qu’il serait alors pos-
a. niveau de vie • b. ménages • c. anticipations • d. consomma-
tion finale • e. crédit • f. débouchés • g. anticipations • h. entre- sible d’acheter une plus grande quantité d’un même produit. Ce
prises non financières • i. FBCF • j. embauches • k. hausse • serait par exemple le cas d’un bonbon au caramel : si son prix
l. retraite • m. chômage de masse. unitaire, initialement égal à 20 centimes d’euro, baissait de
37,5 % (chaque bonbon vaudrait donc désormais 0,125 €), un
Doc. 3 • L’exemple de la Grèce
euro permettrait d’en acheter non plus cinq mais huit. En effet,
1. « 26,5 » : en Grèce, en 2014, sur 1 000 actifs, 265 étaient au 1 € équivaut aussi bien à 0,125 € x 8 (cas de demain) qu’à 0,2 €
chômage au sens du BIT.
x 5 (cas d’aujourd’hui).
« - 2,5 » : en Grèce, en 2014, les prix à la consommation ont
On pourrait également acheter la même quantité de bonbons au
baissé, en moyenne annuelle, de 2,5 % (situation de déflation).
caramel que naguère mais compléter son panier de consomma-
« 1,1 » : en Grèce, en 2014, le PIB en volume par habitant a
augmenté de 1,1 %. tion en achetant un autre produit. On continuerait par exemple
à acheter comme aujourd’hui cinq bonbons au caramel auxquels
2. Ces lignes représentent le trend de chaque variable sur l’en-
on ajouterait une barre de réglisse à 0,375 €. En effet, 1 € équi-
semble de la période.
vaut aussi bien à (0,125 € x 5) + (0,375 € x 1) (cas de demain)
3. Le taux d’inflation, qui était relativement faible dès le début
qu’à 0,2 € x 5 (cas d’aujourd’hui).
de la période, n’a dépassé le seuil des 5 % qu’une seule fois
(5,2 % en 2010) et est ensuite devenu quasiment nul (0,3 % 2. Comme le tableau le suggère, on peut raisonner soit en
en 2012) puis négatif dès 2013 (- 1,8 %). Son trend est donc termes d’indices, soit en termes de coefficients multiplicateurs :
globalement décroissant. a. Méthode des indices
L’évolution du taux de croissance du PIB réel par habitant a
certes été beaucoup plus irrégulière que celle de l’IPC mais on Indice de la valeur Indice du niveau Indice de la
nominale général valeur réelle
ne peut qu’être frappé par deux phénomènes : Taux
de la dette en fin des prix en fin de la dette en fin
– sur les dix années concernées par le graphique, la Grèce a d’in-
d’année d’année d’année
flation
connu six ans de récession (de 2008 à 2013) ; (base 100 = début (base 100 = (base 100 =
– les trends du taux d’inflation et de la croissance économique d’année) début d’année) début d’année)
réelle par tête sont quasiment parallèles. 4 % 100 104 96,15
Quant au chômage, son évolution est elle aussi irrégulière, mais
0 % 100 100 100,00
le trend est très fortement croissant et on peut affirmer sans
crainte d’être contredit que la Grèce est désormais confrontée à - 4 % 100 96 104,17
un chômage de masse. b. Méthode des coefficients multiplicateurs
Ces évolutions sont donc bien conformes à ce à quoi on pouvait
La valeur nominale Le niveau géné- La valeur réelle
s’attendre puisqu’il y a à la fois déflation, récession et chômage Taux
de la dette ral des prix de la dette
de masse. d’in-
a été multipliée a été multiplié a été multipliée
flation
par par par

Prépa Bac 4 % 1 1,04 0,9615

La déflation peut entraîner l’apparition d’un chômage de 0 % 1 1 1


masse pour deux raisons essentielles : - 4 % 1 0,96 1,0417
– Quand les prix à la consommation auront commencé à bais-
ser, les ménages anticiperont la poursuite de la déflation ; ils 3. Les variations relatives envisagées étant de faible ampleur,
auront donc intérêt à différer certains de leurs achats pour on peut calculer, avec une faible marge d’erreur, la valeur du
bénéficier de baisses de prix à venir. Quant aux entreprises taux d’intérêt réel en soustrayant le taux d’inflation au taux
non financières, elles chercheront à déstocker au plus vite d’intérêt nominal.

24
D’où le tableau suivant : les critères de solvabilité usuels. Il s’agissait de prêts de longue
durée (en général, trente ans), qui avaient été majoritairement
Taux d’intérêt Taux d’inflation Taux d’intérêt
nominal (A) (B) réel (C = A - B) consentis à des taux variables (les taux étant d’abord faibles puis
élevés) et dont chacun était assorti d’une hypothèque sur le bien
Cas n° 1 3 % 4 % - 1 %
immobilier dont il permettait de faire l’acquisition (si le débiteur
Cas n° 2 3 % 3 % 0 % faisait défaut, ce bien serait vendu au profit du créancier).
Cas n° 3 3 % - 1 % 4 % 5. Les institutions financières ayant distribué des « crédits
subprime » n’ont pas conservé ces créances dans leurs bilans :
4. La déflation fait croître la valeur réelle des dettes des entre-
elles les ont « titrisées », c’est-à-dire intégrées à des pro-
prises et, partant, de leurs charges de remboursement tout en
duits financiers très complexes qu’elles ont créés puis vendus
diminuant leurs recettes de vente puisqu’elle alimente la réces-
à d’autres acteurs économiques, institutions financières non
sion voire la dépression de l’économie considérée. D’où des fail-
états-uniennes incluses (ce qu’a permis l’un des trois processus
lites, un « credit crunch », un chômage de masse, etc. emblématiques de la « globalisation financière » : le processus
La situation des ménages et des administrations publiques de « décloisonnement »). Le risque inhérent à ces créances s’est
est elle aussi très problématique puisque l’augmentation de la ainsi rapidement propagé, y compris hors des États-Unis.
valeur réelle de l’encours et du service de leurs dettes s’accom- Cette propagation n’a cependant été problématique que parce
pagne, en période de déflation, d’une diminution de leurs reve- que les prix des actifs immobiliers sur lesquels étaient gagés
nus (les ménages perçoivent en effet moins de revenus salariaux les « crédits subprime » sont entrés dans une spirale fortement
puisque le chômage se développe ; quant aux administrations baissière en 2006.
publiques, elles collectent moins de prélèvements obligatoires
6. Les acheteurs de titres dans la composition desquels figurait
puisque le Revenu national et, ce faisant, l’assiette des prélève-
ce type de créance vont être confrontés à des pertes élevées,
ments obligatoires diminuent).
à la fois dans et hors des États-Unis. D’où la faillite de cer-
5. Il suffit de ne faire dépendre les décisions d’endettement que taines institutions financières (dont celle de Lehman Brothers
de l’évolution des taux d’intérêt réels pour comprendre que ni en septembre 2008) et les graves difficultés des institutions
les ménages ni les entreprises non financières n’ont intérêt à survivantes. Or, les titres achetés sont si complexes que cha-
s’endetter en cas de déflation puisque ce processus fait croître cune de ces survivantes va être incapable d’évaluer rapidement
les taux d’intérêt réels. et correctement l’ampleur de ses propres difficultés et de celles
6. La déflation est donc un processus macroéconomique très de ses concurrentes. Elles ne vont donc plus mutuellement se
nocif : en augmentant la valeur réelle des dettes déjà contrac- faire confiance et, ce faisant, ne pourront plus trouver, sur le
tées et en dissuadant les acteurs économiques non encore marché interbancaire, le refinancement qui leur est nécessaire.
endettés de formuler des demandes de crédit, demandes que les D’où le renforcement de leurs difficultés, l’aggravation de leur
banques, en manque de confiance, seraient de toute façon peu méfiance et, in fine, une très forte baisse des crédits accor-
disposées à satisfaire, elle contribue à renforcer la récession et, dés aux ménages et aux entreprises – une baisse d’autant plus
partant, la déflation elle-même. importante que les ménages et les entreprises non financières
vont devenir très pessimistes quant à l’avenir (c’est donc à
Page 57 TD 2 • Les effets de la crise la fois l’offre et la demande de crédit qui sont touchées). La
des « subprimes » consommation finale et l’investissement ne pouvant continuer
1. L’objet de ce court dossier est de faire comprendre clairement à croître rapidement, il s’ensuivra une double série de difficultés
et sans technicité comment on est passé de la distribution des interdépendantes (et qui s’auto-alimenteront) : des difficultés
« crédits subprime » états-uniens aux difficultés économiques économiques et des difficultés financières.
occidentales actuelles. Les pouvoirs publics ont donc dû intervenir :
– d’une part, pour sauver les institutions financières en dif-
2. Le premier document présente ce que sont les « crédits sub-
ficulté (par exemple en garantissant les prêts interbancaires,
prime », montre que leur distribution était viable tant que les
en recapitalisant et parfois en nationalisant partiellement cer-
prix des actifs immobiliers étaient orientés à la hausse (ce qui
taines institutions financières et/ou en les débarrassant de leurs
ne fut plus le cas à partir de l’éclatement de la bulle immobi-
« actifs toxiques ») ;
lière en 2006) et que ces créances ont été « titrisées » (ce qu’a
– d’autre part, pour soutenir l’activité économique, notamment
permis l’un des trois processus emblématiques de la « globalisa-
par des aides budgétaires et/ou fiscales à la consommation
tion financière » : le processus de « déréglementation »).
finale et à l’investissement privé, et pour protéger les fractions
Quant au second document, il explique pourquoi la crise finan-
du corps social les plus fragilisées par la récession.
cière induite par la titrisation des « crédits subprime » et l’écla-
Les déficits et les dettes publics ont donc fortement augmenté.
tement de la bulle immobilière états-unienne a débouché sur
D’où un très net alourdissement du service de leur dettes et, ce
une crise économique et, au-delà, sur ce que certains auteurs
faisant, de lourdes menaces pour un État tel que le nôtre :
qualifient de « Grande Récession » en raisonnant en deux étapes :
– Une possible dégradation de la note que lui attribuent les
la contraction de l’offre de crédit puis la crise des dettes dites
principales agences de notation (Moody’s Investor Service,
« souveraines ».
Standard & Poor’s et Fitch Rating), ce qui se traduirait par
3. Le premier document présente les prémices d’un raisonne- une augmentation des taux d’intérêt débiteurs exigés par ses
ment qui est articulé dans le second. L’ordre des documents est créanciers.
donc logique. –  Une diminution de ses marges de manœuvre (en termes
4. Les « crédits subprime » sont des prêts immobiliers hypothé- d’éducation, de R&D, d’infrastructures collectives, de politiques
caires qui avaient été accordés aux États-Unis (en Californie, en économiques, de revenus de transfert, etc.) et, in fine, une
Floride et au Texas) à des personnes qui ne remplissaient pas pérennisation des difficultés macroéconomiques.

25
– L’impossibilité, au sein de l’Union économique et monétaire en irait d’ailleurs de même si le revenu disponible brut (RDB) des
de satisfaire aux exigences du Pacte de stabilité et de croissance ménages diminuait : il suffirait que la baisse de l’indice des prix
(1997) et du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouver- à la consommation (IPC) soit plus importante que celle du RDB.
nance dans l’Union économique et monétaire (2012). La déflation paraissant a priori positive, la position de l’auteur
La plupart de États membres de la zone euro ont donc dû mettre s’apparente à un paradoxe, mot que l’Académie française définit,
en œuvre des mesures de rigueur (voire d’austérité) budgétaire, au sens courant du terme, comme une « une proposition contraire
étant entendu que ces mesures ont alors porté atteinte à la à l’opinion commune ou à la vraisemblance » (Dictionnaire de
consommation finale et à l’investissement intérieurs. D’où l’af- l’Académie française, 9e édition. Dictionnaire accessible en ligne
faiblissement de la croissance économique, la hausse du taux à l’adresse suivante : http://atilf.atilf.fr/academie9.htm).
de chômage et une nouvelle dégradation des finances publiques. 2. L’auteur a cependant raison de s’alarmer : la déflation n’est
Et ainsi de suite. positive que si l’on en évite les effets délétères sur la croissance
La crise états-unienne des « crédits subprime » a donc ainsi logi- économique et l’emploi. Or ce ne peut être le cas puisqu’elle
quement abouti, à l’échelle planétaire, à une crise financière va amener les consommateurs à anticiper qu’elle va durer voire
et, au final, à une récession de grande ampleur, et ce via des s’amplifier, et ainsi les inciter à différer certains de leurs achats
modalités de propagation d’une double nature : de la sphère pour bénéficier de baisses de prix à venir ; quant aux entre-
financière à la sphère réelle et de telle zone géographique à prises non financières, elles chercheront à déstocker au plus
telle autre zone géographique. vite pour espérer vendre aux prix d’aujourd’hui plutôt qu’à ceux
7. de demain, tout en réduisant dès maintenant leurs niveaux de
production et, partant, de consommation intermédiaire, d’inves-
tissement et d’emploi puisque leurs débouchés se seront réduits.
D’où une forte hausse du taux de chômage via la baisse des
embauches, la hausse des licenciements et le non-remplacement
de salariés partant en retraite. Les anticipations de l’ensemble
des acteurs économiques (institutions financières incluses) vont
de surcroît induire une diminution de l’offre et de la demande
de crédit. D’où un « credit crunch » qui amplifiera la contraction
de la consommation finale et de l’investissement et alimentera
ainsi la hausse du taux de chômage.
Exercice 5 • Des chocs conjoncturels récurrents au Japon
1. Ces chocs n’ont affecté ni la capacité de production des
entreprises nippones ni leur compétitivité mais leurs débouchés.
Il s’agit donc de chocs de demande.
2. Événements ayant affecté la demande intérieure : l’écla-
tement des bulles spéculatives (§ 1), la mauvaise gestion admi-
nistrative du tremblement de terre de Kobe et de l’attentat
terroriste de la secte Aum (§ 1), la politique budgétaire res-
trictive (§ 2).
Événements ayant affecté la demande extérieure : l’apprécia-
tion du yen vis-à-vis du dollar états-unien (§ 1) et la dégrada-
tion de la conjoncture dans le « Reste du monde » (§ 2).
3.

Pages 60-61 réviser


Exercice 1 • Les notions pour étudier l’instabilité 
de la croissance
A. a. 1 et b. 2 C. d. 5, e. 3 et f. 6
B. c. 8 D. g. 4 et h. 7
Exercice 2 • Vrai ou faux ?
1. Vrai 2. Faux 3. Faux 4. Faux 5. Vrai 6. Faux.
Exercice 3 • Chocs et bulles
A. a. 4, b. 6, c. 14 et d. 15
B. e. 13, f. 8, g. 9, h. 10 et i. 7 Pages 62-63 méthOde bac
C. j. 5, k. 1, l. 11, m. 2, n. 3 et o. 12
1. • Pour le sujet 1
Exercice 4 • La fausse bonne nouvelle de la baisse des prix Ce graphique est construit à partir de données statistiques pro-
1. Toutes choses étant égales par ailleurs, la baisse du niveau venant de l’Organisation de coopération et de développement
général des prix fait croître le pouvoir d’achat des ménages. Il économique (OCDE). Ces données concernent l’évolution en

26
volume, c’est-à-dire à prix constants, du Produit intérieur brut Ces deux taux ont ensuite très fortement baissé. Mais durant la
(PIB) de l’OCDE tout entière et de celui de la France (qui est l’un récession de 2009, si le PIB baisse de - 4,5 %, la diminution de
de ses trente-quatre membres) sur la période 2008-2014. Les la FBCF va être nettement plus ample (- 11,1 %).
taux de variation annuels sont exprimés en pourcents. En 2010, la récession va disparaître pour deux ans (le PIB en
• Pour le sujet 2 volume de la zone euro a en effet augmenté pendant deux
Ce tableau statistique est construit à partir de données sta- années consécutives : 2,0 % en 2010 et 1,7 % en 2011) puis
tistiques provenant de l’OCDE. Ces données concernent les revenir, mais sous une forme atténuée, en 2012 et 2013 (le PIB
évolutions en volume (c’est-à-dire à prix constants) de deux en volume va alors à nouveau baisser mais bien moins qu’en
variables : la Formation brute de capital fixe (FBCF, c’est-à-dire 2009). Pendant ce temps, que la zone euro soit en récession
l’Investissement) et le Produit intérieur brut (PIB) de l’ensemble ou en expansion, la FBCF ne va pas cesser d’y diminuer plus ou
de la zone euro sur la période 2008-2014. Les taux de variation moins fortement (les deux valeurs extrêmes étant - 0,5 % en
annuels sont exprimés en pourcents. 2010 et - 3,5 % en 2012).
2. • Pour le sujet 1 Ce n’est que lorsque la seconde récession va se terminer que la
En 2014, le PIB en volume de l’ensemble des pays membres de FBCF va de nouveau augmenter (en 2014, elle s’accroît en effet
l’OCDE a augmenté de 1,8 %, contre 0,2 % en France. de 1,2 %). En fin de période, les deux taux de variation sont
• Pour le sujet 2 donc de nouveau proches l’un de l’autre et relativement faibles
En 2014, dans l’ensemble de la zone euro, la FBCF et le PIB ont mais leurs signes sont identiques alors que c’était l’inverse qui
augmenté, en volume, respectivement de 1,2 % et 0,9 %. prévalait en début de période.

3. Quand on demande de procéder à une comparaison, il faut


mettre en évidence à la fois des ressemblances et des diffé- Pages 64-65 Bac blanc
rences. S’il s’agit de différencier, la présentation des ressem-
blances n’est pas attendue. Partie 1 de l’épreuve composée • Mobilisation  
des connaissances
4. • Pour le sujet 1
La comparaison porte sur la même variable (le PIB en volume) 1. Quand un choc de demande négatif survient, la demande glo-
mais concerne deux zones géographiques différentes (la France bale est désormais plus petite que naguère pour chaque niveau
et l’OCDE). général des prix possible. La phase d’expansion propre à tel
• Pour le sujet 2 ou tel cycle risque alors de s’arrêter ; le système économique
La comparaison concerne la même zone géographique (la zone considéré entrerait alors en crise.
euro) mais porte sur deux variables différentes (la FBCF et le C’est par exemple le cas quand le Revenu disponible brut (RDB)
PIB en volume). des ménages progresse moins vite que naguère, voire baisse,
quand les taux d’intérêt réels s’accroissent ou quand, à RDB et
5. • Pour le sujet 1
taux d’intérêt constants, leurs anticipations se dégradent. Il
En 2008, la croissance économique était quasiment nulle dans
en résulte alors des effets négatifs quant aux investissements
les deux zones géographiques : 0,1 % en France et 0,3 % dans
des entreprises et, en retour, une nouvelle détérioration de la
l’ensemble de l’OCDE.
consommation finale.
Elle est ensuite devenue nettement négative en 2009, mais
Ce type de choc peut également provenir de la baisse du PIB
la récession a alors été moins importante en France que dans
des pays vers lesquels l’économie considérée exporte une partie
l’ensemble de l’OCDE (- 2,9 % contre - 3,4 %).
de sa production ou/et du renchérissement de certains produits
Cette récession a ensuite pris fin : en 2010, le PIB en volume
non substituables qu’elle achète au Reste du monde et qui lui
de la France a en effet augmenté de 1,9 % et de 3,0 % dans
sont indispensables.
l’OCDE tout entière.
Les PIB des deux zones géographiques ont ensuite continué à 2. Quand les prix à la consommation auront commencé à bais-
croître, mais à des rythmes très différents d’une zone à l’autre : ser, les ménages vont anticiper la poursuite de la déflation ;
en France, dès 2012, la croissance redevient très faible (mini- ils auront donc intérêt à différer certains de leurs achats pour
mum de 0,2 % tant en 2012 qu’en 2014 et maximum de 0,7 % bénéficier de baisses de prix à venir. Quant aux entreprises non
en 2013) alors que la croissance économique est restée nette- financières, elles chercheront à déstocker au plus vite pour espé-
ment plus rapide dans l’ensemble de l’OCDE (minimum de 1,3 % rer vendre aux prix d’aujourd’hui plutôt qu’à ceux de demain,
tout en réduisant dès maintenant leurs dépenses puisque leurs
en 2012 et maximum de 1,8 % en 2014).
débouchés se seront réduits. D’où, de période en période, le
Le sens des deux évolutions est donc globalement le même :
développement d’un chômage de masse via la baisse des
quand l’une des deux zones géographiques est en récession,
embauches, la hausse des licenciements et le non remplacement
l’autre l’est également et il en est de même pour les phases
de salariés partant en retraite.
d’expansion.
Les anticipations de l’ensemble des acteurs économiques (ins-
Un point essentiel doit cependant être souligné : si la récession
titutions financières incluses) vont de surcroît amener à une
est moins prononcée en France que dans l’OCDE tout entière,
diminution de l’offre et de la demande de crédit. D’où un « credit
son aptitude à retrouver rapidement et durablement des taux
crunch » qui amplifiera la contraction de la consommation
de croissance économique relativement élevés y est moindre.
finale et de l’investissement et amplifiera la hausse du taux de
Alors qu’elles étaient initialement très proches l’une de l’autre,
chômage.
les situations des deux zones géographiques diffèrent donc net-
tement en fin de période.
• Pour le sujet 2 Partie 2 de l’épreuve composée • Étude d’un document
En 2008, les deux taux de variation étaient relativement faibles Présentation du document
mais de signes contraires : celui du PIB était légèrement positif Ce graphique est issu de l’hebdomadaire Le Point et est construit
(0,4 %) alors que celui de la FBCF était négatif (- 0,8 %). à partir de données statistiques provenant de l’Organisation de

27
coopération et de développement économique (OCDE). Ces don- 4. Toutefois, à l’exception de la Grèce, dont le PIB ne va pas
nées concernent l’évolution du Produit intérieur brut (PIB) de la cesser ensuite de décroître (d’abord très rapidement puis net-
zone euro tout entière ainsi que celle des PIB de quatre de ses tement moins rapidement après 2013), la récession ne sera que
États-membres sur la période 1999-2014. Même si cela n’est pas temporaire : en effet, après 2009 pour l’ensemble de la zone
précisé dans le titre du graphique, on peut légitimement penser euro, l’Allemagne et la France et seulement après 2013 pour
que les variations de PIB, qui sont exprimées en pourcents, ont l’Espagne, le PIB croît à nouveau.
été mesurées en volume, c’est-à-dire à prix non pas courants, Le cas de la Grèce est donc très atypique : la récession y a été
mais constants. plus précoce, y est plus durable et le PIB de 2014 y est quasi-
Ce graphique ne montre pas comment ont évolué les différents ment identique à celui de 1999.
taux de croissance économique annuels, mais comment a varié Partie 3 de l’épreuve composée • Raisonnement
la valeur indiciaire des différents PIB auxquels a été attribuée, s’appuyant sur un dossier documentaire
par convention, la valeur 100 pour l’année 1999. On peut ainsi Les exigences formelles de cette partie de l’épreuve composée,
facilement savoir quel a été le pourcentage de variation de n’étant pas celles de la dissertation, le raisonnement peut très
chacun d’eux sur l’ensemble de la période : par exemple, + 28 % bien comporter davantage que trois temps : il suffit que le déve-
en Espagne (puisque l’indice est passé de 100 en 1999 à 128 loppement qui lui correspond soit logiquement articulé. C’est ce
en 2014) mais seulement + 0,7 % en Grèce (puisque l’indice ne qu’illustre la proposition ci-après :
valait que 100,7 en fin de période). I. Un choc d’offre, expression qu’il faut d’abord définir, peut être
Ce graphique permet ainsi d’apprécier à la fois l’ampleur et soit positif, soit négatif. Cf. les connaissances personnelles des
la régularité du dynamisme économique de la zone euro tout élèves.
entière et, plus spécifiquement, de quatre des États qui en sont II. S’il est négatif, il peut mettre fin à la phase d’expansion
membres : l’Allemagne, l’Espagne et la France depuis 1999 et la propre à tel ou tel cycle : la crise va alors être suivie d’une
Grèce – dont le cas est très spécifique – depuis 2001. phase de contraction, c’est-à-dire d’une récession voire d’une
Exploitation du document dépression. Cf. le document 1 et les connaissances personnelles
Quatre observations peuvent être formulées : des élèves.
1. Malgré les difficultés économiques induites par la crise finan- III. S’il est positif, il peut mettre un terme à une phase de
cière des « crédits subprime », le PIB de l’ensemble de la zone contraction : la reprise va alors être suivie d’une phase d’expan-
euro est plus élevé en 2014 qu’en 1999 (+ 17,7 %). sion. Cf. le document 3 et les connaissances personnelles des
2. Il en va de même pour trois des quatre pays figurant sur ce élèves.
graphique, mais dans des proportions différentes : + 28 % pour IV. Dans les deux cas, l’ampleur des fluctuations sera d’autant
l’Espagne, + 20,9 % pour la France et + 19,4 % pour l’Allemagne. plus importante que les interdépendances à l’intérieur de l’éco-
Seule la Grèce voit son PIB quasiment stagner sur l’ensemble de nomie considérée (doc. 2) et entre cette économie et le Reste
la période (seulement + 0,7 % de 1999 à 2014). du monde (doc. 1) seront elles-mêmes importantes. Ces interdé-
3. Pour l’ensemble de la zone euro et pour chacun des quatre pendances s’observent non seulement à l’intérieur de la sphère
États-membres, la crise financière des « crédits subprime » a réelle (par exemple entre les ménages et les entreprises non
induit une crise économique puis une récession plus ou moins financières) mais également entre les acteurs non financiers et
forte : dès 2007 pour la Grèce et un an plus tard pour l’ensemble les acteurs financiers (d’où la référence possible à un « credit
de la zone euro, l’Allemagne, l’Espagne et la France. crunch).

28
2. Mondialisation, finance internationale
et intégration européenne
Page 66

Revoir les acquis de Première


Exercice 1 Exercice 2
a : 7 • b : 8 • c : 9 • d : 1 • e : 3 • f : 4 • g : 5 • h : 6 • i : 2 1 : F • 2 : C • 3 : D • 4 : A • 5 : B • 6 : E
Exercice 3
Politiques Principaux Principaux
Mécanismes à l’œuvre
conjoncturelles instruments objectifs possibles

Baisse du taux d’intérêt directeur → Baisse du coût du crédit


→ Hausse de la demande de crédits des agents économiques
Politique Taux d’intérêt Relancer l’économie
→ Hausse de la demande (Investissement + Consommation)
monétaire directeur → Reprise économique (= hausse du PIB)

Limiter l’inflation Mécanisme inverse du précédent.

Hausse des dépenses publiques → Hausse des prestations


sociales (par ex.) → Hausse des revenus des ménages ayant
Relancer l’économie les revenus les plus bas (et donc la propension marginale à
Dépenses consommer la plus forte) → Hausse de la demande → Hausse
de la production en réponse (= reprise économique)

Limiter la surchauffe Mécanisme inverse possible. On peut faire choisir aux élèves
Politique inflationniste un autre type de dépenses publiques.
budgétaire Baisse des prélèvements obligatoires en faveur des ménages
(par ex.) → Hausse du revenu disponible → Hausse du pouvoir
Relancer l’économie
d’achat → Hausse de la demande → Hausse de la production
Prélèvements (= hausse du PIB = relance de l’économie)
obligatoires
Mécanisme inverse. On peut faire choisir aux élèves un autre
Limiter la surchauffe type de prélèvements obligatoires, concernant d’autres agents
économiques (les entreprises par ex.)

Chapi
tre Quels sont les fondements
3 du commerce international et de
l’internationalisation de la production ?
La démarche du chapitre
L’objectif de ce chapitre est de présenter les caractéristiques de la mondialisation économique de la fin de la Seconde
Guerre mondiale à nos jours. Dans cette optique, il s’agit tout d’abord de mettre en évidence les déterminants du commerce
international : la réduction des obstacles à l’échange, la spécialisation des économies et les fluctuations du taux de change.
Il s’agit également d’engager un débat sur les avantages et les inconvénients du libre-échange, tant du point de vue des
consommateurs que des producteurs. Le protectionnisme peut-il être une alternative crédible au système libre-échangiste ?
Enfin, il s’agira de travailler sur les différentes stratégies mises en œuvre par les entreprises dans la mondialisation.
Le coût du travail est un élément central dans le processus de localisation des FMN, mais ce n’est pas le seul critère pris
en considération par les entreprises.

Bibliographie et webographie
– ADDA Jacques, La mondialisation. De la genèse à la crise, – BOILLOT Jean-Joseph, DEMBINSKI Stanislas,
éditions La Découverte, 2012, www.editionsladecouverte.fr Chindiafrique. La Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde
– BERGER Suzanne, Made in Monde, Seuil, 2006. de demain, Odile Jacob, 2013.

29
– CEPII, L’économie mondiale 2014, éditions La Découverte, – www.oecd.org
« Repères », 2013. – www.imf.org
– KRUGMAN Paul, WELLS Robin, Microéconomie, – www.worldbank.org
De Boeck, 2009. – www.wto.org
– MOUHOUD El Mouhoub, Mondialisation et délocalisation – www.ofce.sciences-po.fr
des entreprises, éditions La Découverte, « Repères », 2011. – www.cepii.fr
– RAINELLI Michel, Le commerce international, éditions – www.voxeu.org
La Découverte, « Repères », 2009.

Pages 68-69 Ouverture de chapitre ports et des communications. Par exemple, l’utilisation de porte-
conteneurs a été une étape décisive dans la baisse des coûts de
Pour commencer transport. L’apparition d’Internet a également facilité la com-
Ce dessin permet d’aborder la problématique du commerce inter- munication entre les pays.
national, et notamment celle de la spécialisation des économies. 2. Entre 1930 et 2000, le coût du fret maritime a diminué de
En effet, l’Allemagne est un pays spécialisé dans la production 80 % tandis que le prix d’une communication de 3 minutes entre
d’automobiles et de machines-outils de qualité, ce qui constitue New York et Londres a diminué de quasiment 100 %.
pour elle un atout dans le cadre de la mondialisation. L’Allemagne 3. La diminution des coûts du transport a permis aux entreprises
dispose d’un avantage comparatif dans ce type de production, ce d’exporter plus facilement leurs marchandises. La diminution des
qui dynamise ses échanges commerciaux avec les autres pays. coûts de communication a amélioré la circulation de l’informa-
L’Allemagne a d’ailleurs une balance commerciale largement tion, qui est à la base des échanges commerciaux internationaux
excédentaire. (publicité, gestion des stocks, etc.).
Activité vidéo
Exercice 1 : Caractériser l’essor du commerce international
1. Ces entreprises ont décidé d’investir massivement en France
1. En 2013, le commerce international représentait 59,4 % du PIB
car elles y trouvent des techniciens et des ingénieurs très qua-
mondial. La même année, le PIB mondial s’élevait à 76 124 mil-
lifiés (SMAD). L’entreprise BCD Travel considère également la
liards de dollars courants.
France comme un marché porteur.
2. 1960 1970 1980 1990 2000 2010 2013
2. Grâce aux investissements massifs, l’entreprise SMAD a doublé
son volume de production en 4 ans. Commerce 337 797 4 317 8 726 16 571 36 608 45 218
3. L’entreprise BCD Travel maîtrise ses coûts de production en en- 3. 1960 1970 1980 1990 2000 2010 2013
courageant le travail à domicile, moins coûteux pour l’entreprise.
Commerce 100 236 1 281 2 589 4 917 10 863 13 418
PIB 100 216 815 1 648 2 432 4 787 5 565
DOSSIER 1
4.
Les déterminants du commerce
international

Pages 70-71 A. La réduction des obstacles


à l’échange
Il s’agit, dans ce dossier, de présenter les différents facteurs
qui déterminent l’évolution du commerce international et qui
permettent notamment d’expliquer l’essor des échanges de mar-
chandises après la Seconde Guerre mondiale. Cet essor du com-
merce international s’explique principalement par la réduction
des obstacles à l’échange et la spécialisation des économies.
Le commerce international est enfin soumis aux variations des
taux de change. 5. On constate que les échanges commerciaux ont progressé plus
fortement que le PIB mondial. Cela signifie qu’une part de plus
Doc. 1 • La conteneurisation en plus importante de la richesse mondiale produite est exportée.
1. Les conteneurs sont standardisés, ce qui permet de les empi-
ler et de les transférer directement sur des poids lourds. Cela Doc. 3 • Le rôle de l’OMC
génère un gain de temps et des coûts logistiques plus faibles. 1. L’OMC est chargée de « libérer » le commerce internatio-
Par ailleurs, ils peuvent contenir une grande variété d’objets. nal. Cela signifie concrètement qu’elle est chargée d’œuvrer en
2. L’utilisation de supers porte-conteneurs stimule fortement le faveur de la réduction des droits de douane et des barrières à
commerce international. Le coût de transport par marchandise l’échange. Pour cela, elle organise de grands cycles de négocia-
exportée étant nettement réduit, cela encourage les exportations. tion entre les pays membres, appelés « rounds ». Elle intervient
par ailleurs pour régler les différends commerciaux entre les
Doc. 2 • La diminution des coûts de transport pays qui la saisissent.
1. Depuis la Révolution industrielle, les progrès technologiques 2. On peut dire que l’action de l’OMC a été efficace depuis 1947
réalisés ont permis de diminuer sensiblement le coût des trans- car on constate que le niveau moyen des droits de douane

30
est passé de 40 % à environ 4 % aujourd’hui. Cette baisse de 3. Si les pays se spécialisent, cela signifie qu’ils délaissent
36 points de pourcentage est tout à fait considérable. certaines activités essentielles : ils doivent alors se tourner
3. Si les droits de douane diminuent, cela signifie que le prix vers des partenaires commerciaux pour obtenir les ressources
des marchandises exportées diminue. qu’ils convoitent. Cela entraîne mécaniquement une hausse des
échanges commerciaux.
4. Si le prix des marchandises exportées diminue, cela signi-
fie que les entreprises exportatrices peuvent augmenter leur Doc. 2 • Avantages absolus et avantages comparatifs
part de marché : cela implique une augmentation des échanges
1. Un pays dispose d’un avantage absolu lorsqu’il est le plus
internationaux.
efficace parmi tous les autres pays pour produire un certain
Exercice 2 : L’importance des ACR type de marchandise. En l’absence d’avantage absolu, un pays
• ALÉNA  : États-Unis, Mexique et Canada (480 millions dispose d’un avantage comparatif dans le secteur où il est le
d’habitants) moins « mauvais » comparativement à ses partenaires commer-
• MERCOSUR : ciaux, c‘est-à-dire le secteur où il a le désavantage le plus faible
– 5 membres à part entière : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay, comparativement à ses partenaires commerciaux.
Venezuela.
2. Dans l’exemple donné par l’auteur, le professeur d’économie
– 5 membres associés : Bolivie, Chili, Colombie, Pérou et Équateur.
dispose d’un double avantage comparatif par rapport à sa secré-
• ASEAN : Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Birmanie,
Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam.
taire : il est plus efficace pour faire de la recherche et pour saisir
• UE : Les 28 États-membres sont l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, du texte à l’ordinateur. D’après A. Smith, le professeur d’écono-
la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, mie n’aurait donc aucun intérêt à échanger avec sa secrétaire.
la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la 3. Le professeur d’économie dispose d’un avantage comparatif
Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, dans l’activité de recherche en économie. La secrétaire dispose
le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la d’un avantage comparatif dans l’activité de saisie de texte car
Slovaquie, la Slovénie et la Suède. c’est dans cette activité qu’elle a le désavantage le plus faible.
4. Il est préférable de se spécialiser en fonction des avantages
Prépa Bac comparatifs car la spécialisation en fonction des avantages
La baisse des coûts du transport a favorisé l’essor du com- absolus peut aboutir à l’absence d’échange.
merce international. En effet, les progrès technologiques Exercice : Déterminer la spécialisation des pays
réalisés dans le domaine du transport de marchandises 1. Portugal : 170 heures de travail. Angleterre : 220 heures de
et dans le domaine des communications ont facilité les travail. Secteur du vin : 200 heures de travail. Secteur du drap :
échanges commerciaux entre pays. Par exemple, l’inven- 190 heures de travail.
tion du conteneur a permis de réduire de manière significa- 2. Productivité du Portugal : Vin = X/80, Drap = Y/90
tive le coût du fret maritime, ce qui a favorisé le commerce Productivité de l’Angleterre : Vin = X/120, Drap = Y/100
international.
3. D’après l’analyse d’A. Smith, les deux pays n’ont pas intérêt à
La baisse des droits de douane a favorisé l’essor du com- échanger, car le Portugal dispose d’un double avantage absolu.
merce international. En effet, des droits de douane élevés
4. L’Angleterre est moins désavantagée dans la production de drap.
empêchent les échanges commerciaux internationaux
en renchérissant le prix des marchandises exportées. 5. Étant donné que l’Angleterre a un désavantage plus faible dans
la production de drap, elle bénéficie d’un avantage comparatif pour
La baisse des droits de douane, au contraire, permet de
ce type de production et doit donc se spécialiser en conséquence.
diminuer le prix des marchandises exportées, ce qui favo-
Le Portugal doit lui se spécialiser dans la production de vin.
rise leur diffusion à travers le monde. L’action de l’OMC a
6. Portugal : 160 heures de travail (- 10 travailleurs). Angleterre :
ainsi été cruciale pour permettre de réduire le niveau moyen
200 heures de travail (- 20 heures de travail). Secteur du vin :
des droits de douane : cette institution a contribué à la 160 heures de travail. Secteur du drap : 200 heures de travail.
« libération » du commerce international.
7. Le Portugal et l’Angleterre ont intérêt à se spécialiser car cela
leur permet d’économiser du travail, qui peut être réutilisé par la
suite pour produire davantage ou pour d’autres productions.
Pages 72-73 B. La spécialisation des économies
Doc. 3 • L’importance des dotations factorielles
Doc. 1 • La division internationale du travail 1. L’Allemagne a intérêt à se spécialiser dans la production de
1. Les pays les plus développés ont tendance à exporter des voitures car elle dispose de machines très performantes. Le fac-
marchandises à fort contenu technologique. Exemple : la France, teur capital est très abondant dans ce pays, ce qui lui permet de
qui produit des équipements de transport, ou encore les États- fabriquer de nombreuses marchandises à fort contenu technolo-
Unis, qui produisent des ordinateurs. Les pays les moins déve- gique. Le Bangladesh a quant à lui intérêt à se spécialiser dans
loppés ont tendance à exporter des matières premières ou des la production de tee-shirts car il dispose d’une main-d’œuvre
produits agricoles. Exemple : gaz naturel en Bolivie, graines de abondante et peu coûteuse (faibles rémunérations, niveau de
cacao en Côte-d’Ivoire. vie très faible). Dans ce pays, c’est le facteur travail qui est
2. Les pays se spécialisent en fonction de leurs caractéris- abondant : la production de tee-shirts utilisant abondamment
tiques géographiques et économiques : ce facteur, le Bangladesh a intérêt à en produire.
– présence ou non de ressources naturelles ; 2. L’Allemagne et le Bangladesh ont intérêt à échanger car
– climat propice à telle ou telle activité économique ; l’Allemagne est en mesure de produire des véhicules grâce à
– niveau de développement/niveau de scolarisation suffi- l’abondance du facteur capital, tandis que le Bangladesh est
sant ou non pour produire des marchandises à fort contenu en mesure de produire à très faible coût des tee-shirts qui ne
technologique. nécessitent pas beaucoup de capital.

31
3. La division internationale du travail (ou DIT) s’explique par qu’auparavant pour pouvoir acheter ces monnaies. Inversement,
le fait que les pays se spécialisent en fonction de leur dotation ces monnaies permettent d’obtenir plus d’euros aujourd’hui
factorielle. Les pays dans lesquels le capital est abondant se qu’auparavant.
spécialisent dans la production de biens à fort contenu techno- 3. Si l’euro baisse, cela signifie que le prix des marchandises
logique, tandis que les pays dans lesquels le travail est abon- exportées est plus faible : les étrangers vont dépenser moins
dant se spécialisent dans la production de biens simples, à très de monnaie pour acquérir la marchandise convoitée. Par consé-
faible contenu technologique. quent, les entreprises qui exportent vont pouvoir vendre plus :
leur chiffre d’affaires va augmenter.
Prépa Bac 4. Ce phénomène ne concerne que les entreprises qui vendent
Les pays ont intérêt à se spécialiser en fonction des avan- hors de la zone euro ; la monnaie utilisée étant la même dans la
tages comparatifs, c’est-à-dire qu’ils doivent se spécialiser zone euro, il n’y a pas de différences de taux de change.
dans la production de produits pour lesquels ils possèdent
Exercice : Qu’est-ce qui fait varier le taux de change ?
l’avantage le plus fort ou le désavantage le plus faible par
rapport à leurs partenaires commerciaux. En effet, cela leur 1. Situation 1 : demande d’euros / offre de dollars.
permet de réaliser d’importants gains à l’échange. Situation 2 : offre d’euros / demande de dollars.
Cette spécialisation entraîne une division internationale du 2. Situation 1 : Le taux de change d’équilibre augmente, cela signi-
travail : chaque pays est spécialisé en fonction de sa dotation fie qu’il y a appréciation de l’euro
Situation 2 : Le taux de change d’équilibre diminue, cela signifie
factorielle, en privilégiant les productions qui utilisent le fac-
qu’il y a une dépréciation de l’euro.
teur le plus abondant dans le pays. Par ailleurs, cette spécia-
Situation 1
lisation renforce le commerce international dans la mesure où
les pays sont amenés à échanger les uns avec les autres pour
se procurer les marchandises qu’ils ne produisent plus.

Pages 74-75 c. Les fLuctuatiOns


des taux de change

Exercice : Qu’est-ce qu’un taux de change ?


1. T1 : 1 $ = 0,8 € ; T2 : 1 $ = 1,25 €.
2. Entre T1 et T2, la valeur de l’euro baisse par rapport au dollar.
3. En T1 : 12 000 $. En T2 : 8 000 dollars.
4. Lorsque le taux de change diminue, le prix des produits exportés
diminue.

Doc. 1 • Les effets de la dépréciation de l’euro


1. Une monnaie se déprécie lorsqu’elle perd de sa valeur face Situation 2
aux autres monnaies.
2. La dépréciation de l’euro entraîne une baisse du prix des pro-
duits exportés (le pouvoir d’achat des importateurs est renforcé).
Par conséquent, les entreprises de la zone euro sont plus com-
pétitives du point de vue des prix proposés : leurs prix de vente
à l’étranger diminuent. Cette diminution des prix entraîne une
hausse des ventes à l’étranger et donc davantage d’exportations.
On constate par exemple qu’une dépréciation de 10 % de l’euro
par rapport aux autres monnaies entraînerait une augmentation
de 8,4 % des exportations de véhicules à moteurs français.
3. Cependant, la dépréciation de l’euro a aussi des inconvé-
nients : elle renchérit le prix des produits importés. Cela a plu-
sieurs conséquences :
– une baisse générale de la consommation car le pouvoir d’achat
est réduit ;
– une baisse des importations ; 3. a. Une hausse des exportations de la zone euro entraîne une
– les entreprises sont confrontées à une hausse de leur coût de appréciation de l’euro. b. Une hausse des importations de la zone
production lorsqu’elles importent des biens intermédiaires en euro entraîne une dépréciation de l’euro.
provenance de l’étranger : elles risquent d’avoir des difficultés
à exporter. Doc. 3 • Les effets de l’appréciation de l’euro
Risques : baisse de la croissance, hausse du chômage. 1. La balance commerciale est un outil comptable qui permet
d’analyser la situation commerciale d’un pays en comptabilisant
Doc. 2 • Les entreprises françaises face à la baisse de l’euro ses exportations et ses importations. Le solde commercial fait la
1. D’après le texte, la croissance du chiffre d’affaires des grandes différence entre les deux.
entreprises françaises s’explique par la baisse de l’euro. 2. En 2014, le déficit commercial français s’est élevé à plus
2. Si la valeur de l’euro baisse face au dollar, au yuan ou à la de 30 milliards d’euros. La même année, un euro s’échangeait
livre sterling, cela signifie qu’il faut plus d’euros aujourd’hui contre environ 1,4 dollar.

32
3. On constate qu’entre 2000 et 2014 il y a une corrélation entre Doc. 1 • Hyundai favorable au libre-échange
l’évolution du solde commercial et le taux de change euro/dollar : 1. L’entreprise Hyundai est une multinationale sud-coréenne
– Entre 2000 et 2002, le taux de change diminue ; dans le même spécialisée dans la production de biens à fort contenu techno-
temps le solde commercial devient excédentaire. logique. Elle produit principalement des véhicules automobiles.
– À partir de 2002, le taux de change augmente jusqu’en 2008
2. Cette entreprise a décidé de mettre en place une opération de
(passant de 1 euro pour 0,9 dollar à 1 euro pour 1,6 dollar) ; dans
célébration du libre-échange, suite à l’accord de libre-échange
le même temps la balance commerciale devient très largement
entre le Canada et la Corée du Sud.
déficitaire (plus de 40 milliards d’euros de déficit en 2008).
– Après 2008, la corrélation est moins nette. On note cependant 3. Hyundai célèbre le libre-échange qui permet, à travers la
qu’après 2011, le déficit commercial français se réduit et que, réduction des droits de douane, de diminuer les coûts pour les
dans le même temps, le taux de change est tendanciellement entreprises et de diminuer les prix pour les consommateurs.
en baisse.
Doc. 2 • Libre-échange et prix
4. Lorsque le taux de change de l’euro diminue :
1. Depuis vingt ans, les importations de vêtements ont pro-
– le prix des produits exportés diminue ;
gressé, notamment celles en provenance d’Asie. Dans le même
– le prix des produits importés augmente.
temps, la production nationale a décliné. Ces changements s’ex-
→ Cela entraîne une hausse des exportations et une baisse des
pliquent par l’essor du libre-échange, qui a entraîné l’accroisse-
importations : le solde commercial s’améliore (possibilité de
ment des importations de vêtements produits à l’étranger.
réaliser des excédents commerciaux).
Lorsque le taux de change de l’euro augmente : 2. L’internationalisation des échanges a provoqué une dimi-
– le prix des produits exportés augmente ; nution des prix de vente des vêtements et chaussures car les
– le prix des produits importés diminue. produits importés proviennent de pays qui ont des coûts de
→ Cela entraîne une baisse des exportations et une hausse des production très faibles. Ces faibles coûts de production peuvent
importations : le solde commercial s’aggrave (risque de fort défi- être répercutés sur les prix.
cit commercial). 3. Le libre-échange permet aux consommateurs d’augmenter leur
pouvoir d’achat dans la mesure où ils peuvent accéder à des
Prépa Bac produits moins chers.
I. Lorsque le taux de change augmente
Exercice : Réaliser un schéma
A. Hausse du prix des produits exportés
§ – Baisse de la croissance (car moins de ventes réalisées à
l’étranger)
§ – Risque de chômage
B. Baisse du prix des produits importés
§ – Hausse de la consommation de produits étrangers et/ou
davantage de pouvoir d’achat pour consommer des produits
domestiques
§ – Possibilité pour les entreprises d’obtenir des matières
premières moins chères (baisse du prix de vente qui stimule
la consommation et donc la production)
II. Lorsque le taux de change diminue
A. Baisse du prix des produits exportés
§ – Hausse de la croissance, hausse du chiffre d’affaires des
entreprises exportatrices
§ – Diminution du chômage
B. Hausse du prix des produits importés
§ – Hausse du prix des importations qui freine la consomma- Doc. 3 • Libre-échange et diversification des produits
tion de produits étrangers et/ou pénalise la consommation 1. En mars 2015, en France, PSA a vendu 56 479 véhicules neufs ;
de produits domestiques cela représente une augmentation de 7,9 % par rapport à l’année
§ – Les entreprises ont plus de difficultés à s’approvisionner précédente.
en matières premières (hausse de leurs prix)
2. On repère deux constructeurs français, trois constructeurs
allemands, deux constructeurs japonais, deux constructeurs
américains et un constructeur italien.
3. Le libre-échange permet aux consommateurs d’accéder à une
DOSSIER 2
variété de produits, aux caractéristiques différentes. Ainsi, en
LIBRE-ÉCHANGE OU PROTECTIONNISME ? ce qui concerne le marché de l’automobile, on remarque qu’il
existe une grande diversité de constructeurs, originaires de dif-
férents pays.
Pages 76-77 a. Les avantages du Libre-échange
Il existe en économie un débat autour du libre-échange et du Doc. 4 • Libre-échange et croissance
protectionnisme. Quels sont les avantages et les inconvénients 1. Entre 1993 et 2013, les exportations mondiales de marchan-
de chacun de ces systèmes ? Il s’agit dans un premier temps de dises ont augmenté de 5,2 % par an en moyenne. Sur la même
réfléchir aux avantages et aux inconvénients du libre-échange période, le PIB mondial a augmenté d’environ 2,5 % par an en
pour voir enfin si le protectionnisme peut apporter une réponse moyenne. Les exportations ont donc en moyenne progressé deux
efficace aux limites du libre-échange. fois plus vite que le PIB mondial entre 1993 et 2013.

33
2. D’après le graphique, il semble qu’il existe un lien entre la Doc. 3 • La mise en concurrence des pays
croissance des exportations et du PIB. En effet, on remarque 1. Le taux nominal maximal de l’impôt sur les sociétés en France
que lorsque les exportations augmentent, le PIB a tendance à était de 36,1 % en 2013. Ce taux a diminué de 1,7 % depuis
augmenter (exemple : en 2010, les exportations augmentent de 2000.
14 % et le PIB augmente de 3,8 %). Inversement, lorsque les
2. De manière générale, on constate que le taux nominal maxi-
exportations diminuent, le PIB a lui aussi tendance à diminuer
mal de l’IS des pays membres de la zone euro n’a fait que dimi-
(exemple : en 2009, les exportations diminuent de 12 % ; dans
nuer entre 2000 et 2013.
le même temps, le PIB diminue de 2 %).
3. Dans le cadre du libre-échange, les pays cherchent à attirer
3. Le libre-échange a tendance à stimuler la croissance à travers
les investissements étrangers en diminuant leurs taux nominaux
la hausse des exportations. En effet, lorsqu’un pays s’ouvre au
d’impôt sur les sociétés.
commerce international, cela lui offre davantage de débouchés :
il doit donc produire davantage de richesses qui peuvent ensuite 4. En diminuant la fiscalité sur les entreprises, l’État et les admi-
être exportées. Cela entraîne une hausse de la production et nistrations publiques se privent de ressources nécessaires à leur
donc du PIB. fonctionnement. Par conséquent, la concurrence fiscale a ten-
dance à restreindre progressivement le champ d’action de l’État.
Prépa Bac Exercice : Lire un schéma

Consommateurs Producteurs
Les pays mono-exportateurs sont des pays qui n’exportent qu’un
seul type de marchandise et dont le prix est fixé sur le marché
– Baisse du coût de production mondial par la rencontre entre l’offre et la demande. Ces pays
(liée aux économies d’échelle et n’ont donc pas la possibilité de fixer librement le prix de vente des
Avantages – Baisse des prix aux transferts de technologie)
produits qu’ils exportent.
du libre- – Diversification – Hausse du chiffre d’affaires
échange des produits et du profit 1. Si la demande au niveau mondial augmente (ou si l’offre dimi-
– Innovation (liée à la nue), le prix du pétrole ou du gaz va augmenter, ce qui va entraî-
concurrence) ner un enrichissement du pays (qui tire la majorité de ses revenus
des exportations). Par conséquent, la croissance va augmenter, le
revenu par habitant va augmenter et le pays aura les moyens de
mettre en œuvre une politique de développement
Pages 78-79 B. Les inconvénients
du libre-échange 2. Si la demande au niveau mondial diminue (ou si l’offre aug-
mente), le prix risque de diminuer, ce qui va entraîner un appau-
Doc. 1 • Le phénomène des délocalisations vrissement du pays mono-exportateur (qui tire la majorité de ses
revenus des exportations). Par conséquent, la croissance va ralen-
1. D’après le graphique, les entreprises qui délocalisent sont
tir, le revenu par habitant va diminuer et le pays n’aura plus les
plutôt situées dans le secteur de l’industrie manufacturière ou moyens de mettre en œuvre une politique de développement. Le
des services de l’information et de la communication. Ce sont libre-échange est donc un piège pour les pays mono-exportateurs
généralement de grandes entreprises (7,6 % des entreprises de car il peut contribuer à leur enrichissement mais également à leur
250 salariés ou plus ont délocalisé des activités entre 2009 et appauvrissement en cas de retournement du marché.
2011), qui sont exportatrices (7,7 % des entreprises exporta-
trices ont délocalisé des activités entre 2009 et 2011 contre
0,7 % des sociétés non exportatrices). Prépa Bac
2. Certaines entreprises délocalisent leur production pour Risques liés au libre-échange :
diminuer leur coût de production (par exemple en embauchant • Mise en concurrence des travailleurs (exemple des travail-
une main-d’œuvre peu coûteuse dans un autre pays) ou pour leurs détachés en France)
conquérir d’autres marchés à l’étranger. • Mise en concurrence des État (exemple de l’évolution du

3. Pour le pays de départ : hausse du chômage, baisse de la taux nominal d’imposition sur les sociétés)
• Délocalisation de certaines activités productives (sociétés
consommation et de la production.
Pour le pays d’accueil : baisse du chômage, hausse de la consom- exportatrices, de grande taille, industrie manufacturière).
mation et de la production. • Appauvrissement des pays mono-exportateurs

Doc. 2 • La mise en concurrence des travailleurs


1. Un travailleur est considéré comme « détaché » s’il travaille Pages 80-81 C. Le protectionnisme,
dans un État membre de l’UE parce que son employeur l’envoie une solution efficace ?
provisoirement poursuivre ses fonctions dans cet État-membre.
Doc. 1 • Comment se protéger face au libre-échange ?
Si un État-membre prévoit des conditions d’emploi minimales,
ces dernières doivent également s’appliquer aux travailleurs 1. Les droits de douane diffèrent selon les produits et selon les
détachés dans cet État (conditions de travail, rémunération). pays. Cela s’explique par les intérêts commerciaux, différents
Les entreprises et les collectivités françaises recourent à ce selon les pays.
genre de travailleurs car elles ont la possibilité d’acquitter les 2. Certains pays appliquent des droits de douane élevés pour
cotisations patronales du pays d’origine des travailleurs, qui défendre leurs productions nationales. C’est le cas du Japon
sont souvent moins importantes que celles en vigueur en France. notamment pour la production de viande (droits de douane
Par conséquent, ces travailleurs coûtent moins cher que les tra- de 8  % contre 5  % et 4 % respectivement pour l’UE et les
vailleurs français. États-Unis).
2. Certaines entreprises françaises perdent des marchés, ce qui 3. Le protectionnisme ne passe pas uniquement par des mesures
génère une baisse de la production et de la croissance et une tarifaires, mais également par d’autres mesures comme les régle-
augmentation du chômage en France. mentations contraignantes, les barrières administratives, etc.

34
Doc. 2 • Le protectionnisme défensif tions aux entreprises nationales. Dans quelle mesure le recours
1. La France met en œuvre une forme de protectionnisme non au protectionnisme est souhaitable ? Nous verrons dans un
tarifaire vis-à-vis de l’Espagne, en prétextant l’impact environ- premier temps que le protectionnisme peut permettre à un
nemental que pourraient avoir les pylônes permettant d’ache- pays de maintenir ou de renforcer certaines activités produc-
miner l’électricité espagnole. tives. Cependant, le protectionnisme a plusieurs inconvénients
qui peuvent mettre en péril l’économie d’un pays.
2. On peut parler de protectionnisme défensif dans le sens où la
France cherche à protéger son industrie nucléaire de la concur-
rence des énergies renouvelables espagnoles.
3. Les risques liés à ce type de protectionnisme sont les repré- DOSSIER 3
sailles possibles (l’Espagne pourrait décider de boycotter cer- LES ENTREPRISES
tains produits français) et le gaspillage lié à l’énergie perdue,
non utilisée.
DANS LA MONDIALISATION
Doc. 3 • Le protectionnisme éducateur
1. Si un pays ne protège pas ses industries naissantes de la Pages 82-83 A. La mondialisation de la production
concurrence internationale, ces industries risquent d’être mises Les firmes multinationales jouent aujourd’hui un rôle de premier
en difficulté (risque de faillite) par l’afflux de produits concurrents plan dans la mondialisation. Il s’agira d’analyser dans un pre-
de meilleure qualité et/ou moins chers. Dans ce contexte, il est mier temps la mondialisation de la production qu’elles mettent
nécessaire de mettre en œuvre des mesures protectionnistes. en œuvre. Cette mondialisation de la production s’appuie sur
2. Grâce à des mesures tarifaires et non tarifaires, les industries différentes stratégies qui renvoient à la recherche de faibles
naissantes sont protégées de la concurrence. Cela leur permet de coûts de production (compétitivité prix) ou à d’autres facteurs
réaliser progressivement des gains de productivité grâce à des (stratégie de marché, compétitivité hors-prix).
effets d’apprentissage (assimilation de techniques de production Doc. 1 • Le groupe Ferrero, une multinationale
plus sophistiquées…) : les industries sont plus compétitives.
Elles sont alors prêtes à affronter la concurrence internationale. 1. L’entreprise Nutella est une firme multinationale car elle pos-
sède plusieurs sites de production à l’étranger (Brésil, Argentine,
3. Le protectionnisme éducateur n’a pas vocation à durer dans Australie, Russie, Pologne, Allemagne, France et Canada).
le temps, selon F. List : il permet aux pays de préparer leurs
industries naissantes à la concurrence internationale. 2. Le Nutella est un produit mondialisé car les différents ingré-
dients le composant proviennent de différents pays du monde.
Exercice : Protectionnisme tarifaire ou non tarifaire ? Par exemple, le sucre provient du Brésil, tandis que le cacao
aA • bB • cB • dA • eB provient du Nigéria.
3. Le Nutella est produit dans différents pays de manière à appro-
Doc. 4 • Les inconvénients du protectionnisme
visionner les consommateurs de différentes zones géographiques.
1. À travers cette mesure protectionniste, l’objectif du Brésil était
de favoriser l’essor d’une industrie informatique brésilienne. Doc. 2 • L’essor des FMN

2. Cette loi a entraîné un important retard technologique pour 1. Entre 1995 et 2014, le stock mondial d’IDE entrants a été
les ordinateurs brésiliens ainsi qu’un prix d’achat deux à trois fois multiplié par 3,6.
plus important que celui des ordinateurs produits à l’étranger. 2. Cette évolution est assez irrégulière. On peut remarquer que
3. Le prix élevé des ordinateurs brésiliens a entamé la compétiti- les crises économiques, comme celle de 2008, affectent la dyna-
vité de l’économie brésilienne en augmentant les coûts de produc- mique des IDE en freinant les investissements.
tion de toutes les entreprises devant utiliser des ordinateurs (à 3. On constate qu’aujourd’hui 55 % des IDE entrants s’adressent
cause du prix élevé des machines et de leur inefficacité). Cette loi aux économies en développement, le reste allant aux économies
a donc freiné la modernisation de l’industrie brésilienne. développées et/ou en transition.
4. Le protectionnisme et l’absence de concurrence ont tendance 4. Entre 1990 et 2010, le nombre de firmes multinationales a
à entraîner une augmentation des prix de vente (absence d’inci- été multiplié par 2,2 ; le nombre de filiales par 4,8, ce qui a fait
tation à la baisse des prix) et un manque d’innovation préjudi- passer le nombre moyen de filiales par FTN de 4,6 à 9,8.
ciable à la qualité des marchandises. Ces phénomènes se diffusent 5. Ces deux documents permettent de montrer que, depuis les
ensuite dans l’économie, fragilisant l’appareil productif (coûts de années 1990, il y a de plus en plus de FMN et que celles-ci
production plus élevés, mauvaise qualité des produits). réalisent de plus en plus d’IDE à destination des économies
développées et en développement.
Prépa Bac Exercice : Mesurer le degré de transnationalisation
La crise financière et économique de 2008 a plongé de nom- 1.
breuses économies dans la récession, faisant ressurgir dans le
Part Part Part
monde entier des tentations protectionnistes visant à mieux
des actifs du chiffre des
protéger les économies des chocs économiques mondiaux. Le Entreprise possédés d’affaires effectifs
protectionnisme est un ensemble de mesures visant à pro- à l’étranger réalisé à l’étranger
téger une économie nationale de la concurrence extérieure : à l’étranger
le protectionnisme tarifaire passe par la mise en place de Volkswagen Group
mesures tarifaires destinées à protéger l’économie nationale 39,6 60,8 49,6
(Allemagne)
de la concurrence étrangère (taxes versées par les importateurs
Airbus (France) 60,4 92,2 62,2
notamment), tandis que le protectionnisme non tarifaire passe
par les quotas, les normes techniques, ainsi que les subven- 2. Volkswagen : 50 % ; Airbus : 72 %

35
Doc. 3 • La Volvo S40, un exemple de DIPP matériaux peu coûteux. Cela entraîne une qualité moindre des
1. La Volvo S40 est un produit mondialisé car elle est fabriquée produits finis.
à partir de composants provenant de différents pays. 2. L’entreprise Dacia a choisi de produire ses véhicules en
2. Le processus de production est réparti à travers le monde Roumanie et au Maroc du fait des faibles salaires des ouvriers
dans le cadre d’une division internationale des processus pro- dans ces pays (500 euros par mois en Roumanie, 250 euros au
ductifs. Chaque pays dispose de certains avantages comparatifs : Maroc). Cela lui permet de diminuer ses coûts de production (et
Volvo utilise les avantages comparatifs de chaque pays pour donc de réaliser davantage de profit) tout en proposant des prix
répartir les tâches productives. Elle produit par exemple les ins- plus faibles.
truments de bord en France, car la France dispose d’une main- 3. Non, la stratégie de Dacia repose également sur la recherche
d’œuvre fortement qualifiée et de capital en abondance, ce qui d’un bon rapport qualité-prix, à travers le « design to cost ».
permet de fabriquer des produits à fort contenu technologique. 4. Cette décision permet d’augmenter la croissance en Roumanie
3. La DIPP permet de diminuer les coûts de production en s’ap- et au Maroc, tout en réduisant le chômage dans ces pays.
puyant sur les avantages comparatifs des différents pays. Cela
permet d’augmenter le profit et de diminuer le prix de vente. Doc. 3 • Pourquoi externaliser ?
1. La réduction des coûts est due aux économies d’échelle réa-
Doc. 4 • L’essor du commerce intra-firme
lisées par le sous-traitant ou au fait qu’il dispose d’une main-
1. Les biens intermédiaires de production sont des biens qui d’œuvre moins bien rémunérée.
sont acquis par d’autres entreprises dans le but d’être transfor-
2. Cela permet une plus grande réactivité grâce à la capacité
més en d’autres biens. Au bout de cette chaîne de transforma-
d’ajustement de la production en fonction des aléas de la
tion se situent les biens de consommation.
conjoncture.
2. En mettant en œuvre la DIPP, les firmes multinationales
3. Inconvénients liés à l’externalisation :
décomposent leurs produits en une série de sous-produits, fabri-
– Perte de contrôle sur la qualité des biens intermédiaires dont
qués dans des pays différents, qui sont finalement assemblés
la production a été confiée à des sous-traitants.
dans un pays. Ce processus entraîne toute une série d’expor-
– Risques en cas de faillite du sous-traitant.
tations et d’importations de biens intermédiaires au sein de la
multinationale, que l’on appelle le commerce intra-firme. Exercice : Vrai ou faux ?
a. Vrai b. Faux c. Faux d. Vrai e. Faux f. Vrai
Prépa Bac
Doc. 4 • Une action de l’État pour la compétitivité et l’emploi
Une firme multinationale (ou transnationale) est une entre-
1. Ce pacte consiste en 30 milliards d’euros d’aides (réduction
prise qui possède au moins une unité de production à l’étran-
des impôts et cotisations sociales, mesures de simplification
ger. Les FMN créent des produits mondialisés qui sont fabriqués
administrative), accordés aux entreprises pour les inciter à
dans différents endroits du monde. Elles peuvent également
embaucher et investir.
mettre en œuvre une DIPP (division internationale du travail)
qui consiste à fragmenter le processus de production en diffé- 2. Ce sont les entreprises qui sont concernées par ce pacte.
rents biens intermédiaires, produits simultanément dans diffé- 3. Les mesures mises en œuvre dans le pacte de responsabilité
rents pays et finalement réassemblés. Cela permet à la FMN de sont de nature à améliorer la compétitivité prix des entreprises
profiter des avantages comparatifs de chaque pays de manière implantées en France dans la mesure où elles permettent une
à réduire ses coûts de production. Ce phénomène génère un diminution du coût du travail et donc du coût de production.
important commerce intra-firme, c’est-à-dire d’importants L’idée derrière ce pacte est que ce type de disposition permettra
échanges au sein-même des FMN. Ce commerce intra-firme aux entreprises d’améliorer leurs marges et donc d’investir et
représente environ 1/3 du commerce mondial marchandises. d’embaucher.
4. Ces mesures ont plusieurs inconvénients :
– elles creusent le déficit budgétaire de l’État (crédits d’impôts
Pages 84-85 B. Les stratégies favorisant = moins de ressources pour l’État) ;
la compétitivité prix – elles font courir le risque d’une dégradation de la protec-
tion sociale (liée à la baisse ou la suppression des cotisations
Doc. 1 • Un coût du travail variable selon les pays
sociales).
1. Le coût horaire du travail est constitué du salaire et des
cotisations sociales patronales.
2. En 2015 en France, un salarié coûtait en moyenne environ Prépa Bac
35 euros par heure. La France est en 5e position par rapport aux Nous avons donc pu voir que les firmes multinationales
autres pays européens. Le coût du travail en France est un des cherchent à renforcer leur compétitivité prix en mettant en
plus élevés d’Europe. œuvre différentes stratégies. La stratégie de rationalisation
3. Un coût horaire du travail faible permet d’attirer des IDE consiste à minimiser les coûts en produisant dans des pays
grâce à l’amélioration de la compétitivité prix des entreprises où la main-d’œuvre coûte peu cher, avant de réexporter les
qui ont des coûts de production plus faibles. richesses produites vers les grands foyers de consommation
4. Cela lui permet d’augmenter son profit et/ou de baisser son internationaux. La stratégie de rationalisation consiste à
prix de vente. confier certaines tâches productives à des sous-traitants
implantés à l’étranger, de manière à profiter des avantages
Doc. 2 • La stratégie de rationalisation de Dacia comparatifs d’autres pays afin de produire au moindre coût.
1. Le low cost est une stratégie qui consiste à produire à La mondialisation de la production offre donc aux FMN la pos-
moindre coût en utilisant des facteurs de production et des sibilité d’améliorer considérablement leur compétitivité prix.

36
On peut toutefois s’interroger sur les effets de ces stratégies 2. Le niveau de dépense a tendance à stagner dans l’Union
qui ont tendance à mettre en concurrence les territoires et les européenne et aux États-Unis. En revanche, on constate que la
travailleurs. Chine tend à rattraper son retard sur l’Union européenne depuis
1996 : elle consacre une part de plus en plus importante de son
PIB à la R&D.
Pages 86-87 c. Les autres stratégies 3. Les dépenses de R&D influent directement sur le nombre de
d’impLantatiOn brevets déposés. On constate par exemple sur le document 4B
que l’augmentation de la part des dépenses de R&D a permis à la
Doc. 1 • La stratégie de marché de Burger King
Chine de déposer davantage de brevets entre 2008 et 2012. Sur
1. Les principaux concurrents de Burger King en France sont la même période, on remarque une quasi-stagnation du nombre
McDonald’s, Quick et KFC. de brevets détenus par l’Union européenne et une très légère
2. L’entreprise Burger King a décidé de s’implanter en France augmentation pour les États-Unis.
pour reconquérir le marché français et venir concurrencer direc- 4. Les brevets servent à protéger les innovations. Ils pro-
tement McDonald’s et Quick. viennent directement de la R&D et permettent aux entreprises
3. Cette enseigne de fast-food vend de la nourriture à bas coût. d’innover et donc de différencier leurs produits. Les brevets sont
4. La stratégie de marché est une stratégie d’implantation des essentiels dans la recherche d’une compétitivité prix.
firmes multinationales qui consiste à implanter des sites de pro-
duction à l’étranger de manière à satisfaire une demande locale Prépa Bac
et à augmenter sa part de marché.
I. Stratégie de marché (ex. de Burger King en France)
Doc. 2 • Quelle attractivité pour la France ? II. Stratégie d’approvisionnement (ex. de Michelin et les
1. 79 % des entreprises interrogées considèrent que la taille du hévéas en Amérique du Sud)
marché français est attractive pour les investissements interna- III. Stratégie de compétitivité hors-prix (ex. de Huawei qui
tionaux, contre 24 % qui pensent le contraire. implante un centre de R&D en France)
2. Les critères « fiscalité entreprises » et « coût du travail »
renvoient à la compétitivité prix.
Page 88 td 1 • La structure du cOmmerce
3. Comme on peut le voir sur ce graphique, le coût du travail
internatiOnaL
n’est pas le seul déterminant de l’implantation des firmes mul-
tinationales : de nombreux autres critères sont pris en compte 1. En 2013, le total des exportations mondiales s’est élevé à
par les entreprises dans leurs stratégies. 22 946 milliards de dollars.
4. À la vue de ces données, on peut dire que la France est un 2. L’exportation d’un service commercial correspond à la vente
pays plutôt attractif pour les entreprises étrangères, et pour d’un service à un étranger. Exemple : un touriste italien qui
d’autres critères que le coût du travail : les entreprises étran- utilise un taxi pour se déplacer à Paris.
gères sont attachées à la qualité des infrastructures de commu-
3. En 2013, l’Asie a exporté 855 milliards de dollars de marchan-
nication, à la qualité des transports, au niveau de qualification
dises à destination de l’Europe.
de la main-d’œuvre française, etc.
4. Les trois principaux pôles de l’économie mondiale sont, dans
Doc. 3 • La recherche d’une compétitivité hors-prix l’ordre : l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord.
1. Huawei est une entreprise chinoise implantée dans le secteur 5. Les marchandises représentent 80 % des exportations tandis
de l’informatique et des nouvelles technologies ; elle produit des que les services représentent 20 % des exportations.
smartphones, des tablettes et des montres connectées.
Structure des exportations mondiales
2. Huawei a décidé d’implanter un centre de R&D en France pour (marchandises et services)
deux raisons principales :
– s’appuyer sur les compétences des ingénieurs français très
qualifiés ;
– profiter du pôle de compétitivité de Sophia Antipolis (regrou-
pement d’entreprises et de centres de recherche).
Cette implantation permet à Huawei d’innover et de créer des
produits à forte valeur ajoutée.
3. Une entreprise comme Huawei est confrontée à la concur-
rence féroce de grands groupes comme Apple, Samsung, LG, Sony 6. Les exportations de marchandises représentent :
qui fabriquent des produits similaires. Il est donc vital pour ces – 13 % des exportations mondiales pour l’Amérique du Nord ;
entreprises de renforcer leur compétitivité hors-prix de manière à – 36 % pour l’Europe ;
pouvoir différencier leurs produits de ceux de leurs concurrents. – 32 % pour l’Asie.
Dans ce cadre, il est nécessaire d’investir dans la R&D, de recruter 7. 49 % des exportations de l’Amérique du Nord sont à des-
une main-d’œuvre très qualifiée (et donc coûteuse). tination de pays d’Amérique du Nord, 53 % des exportations
Exercice : Quelle stratégie ? asiatiques sont à destination de pays d’Asie et 67 % des expor-
1a • 2c • 3b • 4c • 5b • 6a tations européennes sont à destination de pays européens.
8. Quelques pistes :
Doc. 4 • Dépenses intérieures de R&D et dépôt de brevets a. Le commerce international est principalement un commerce
1. En 2012, les dépenses de R&D dans l’UE ont représenté 2,1 % de marchandises (80 % des exportations). Les services ne repré-
du PIB européen. sentent que 20 % des exportations mondiales

37
b. Les trois pôles principaux de l’économie mondiale sont, dans transports sont un critère important de localisation d’une nou-
l’ordre de leur importance : l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. velle implantation.
c. Le commerce intrarégional est prépondérant dans le commerce Exercice 5 • Illustration de la théorie des avantages
international. L’exemple le plus significatif est celui de l’Europe : comparatifs
67 % des exportations européennes sont à destination de pays
1. Si M. Dunk décide de peindre lui-même ses murs, il perd les
européens.
30 000 euros du tournage de sa publicité.
2. Si Julien choisit de peindre les murs de M. Dunk, il perd
Page 89 TD 2 • Le taux de change, 96 euros.
un instrument du protectionnisme
3. D’après la loi des avantages absolus, M. Dunk et Julien n’ont
1. Le 10 août 2015, 1 yuan s’échangeait contre 0,161 dollar. Le pas intérêt à échanger, car M. Dunk dispose d’un double avan-
13 août, 1 yuan s’échangeait contre 0,1563 dollar. tage absolu par rapport à Julien.
2. Une dévaluation consiste à modifier le taux de change officiel 4. Julien dispose d’un avantage comparatif dans la peinture ;
d’une monnaie (qui désigne le rapport d’échange entre deux M. Dunk dispose d’un avantage comparatif dans le tournage
devises) par rapport à une monnaie internationale de référence de la publicité. Ils ont donc intérêt à se spécialiser de cette
(le dollar, par exemple). manière : si M. Dunk gagne 30 000 euros, il peut reverser plus
3. Lorsque la Chine a entrepris cette dévaluation, sa situation de 96 euros à Julien, qui sera donc gagnant par rapport à l’acti-
économique s’est détériorée : ses exportations ont chuté de vité de vente de glace. La spécialisation permet à chacun de
8,3 % entre juillet 2014 et juillet 2015. Dans le même temps, le réaliser des gains à l’échange.
taux de croissance a ralenti.
4. Entre le 10 et le 13 août, le taux de change du yuan a dimi-
nué d’environ 3 %.
Pages 94-95 Méthode Bac
5. Une dévaluation entraîne une baisse des importations et une 1. FMN = entreprise qui possède au moins une unité de produc-
augmentation des exportations. En effet, il devient plus coûteux tion à l’étranger, appelée « filiale ».
pour les résidents d’acquérir des produits étrangers car la valeur 2. Voir synthèse Dossier 3B / 3C.
de leur monnaie est plus faible. En revanche, les entreprises
3. Doc. 1 : les IDE sont équitablement répartis entre les pays
sont plus compétitives car elles peuvent vendre leurs produits
développés et les pays en développement (48,4  % des IDE
à un prix plus faible à l’étranger. Cela leur permet de gagner
entrants pour les pays développés en 2010 contre 46, % pour
des parts de marché. La consommation intérieure est également
les pays en développement).
stimulée car les importations étant plus coûteuses, les individus
Doc. 2 : Certaines entreprises s’implantent à l’étranger :
préfèrent consommer des produits domestiques.
– pour conquérir un marché,
6. Cette politique est adaptée à la situation de la Chine car, – pour profiter d’une main-d’œuvre qualifiée,
depuis un an, les exportations chinoises diminuaient et la crois- – pour profiter d’un coût du travail plus faible.
sance ralentissait. En dévaluant, les exportations vont être sti- Doc. 3 : Les entreprises chinoises s’implantent à l’étranger pour
mulées ce qui devrait permettre de relancer la croissance. sécuriser leurs approvisionnements en matières premières ou
7. Les risques liés à l’utilisation de cette politique est une pour accéder à de nouveaux marchés.
« guerre des devises ». En effet, les partenaires commerciaux 4. I. Stratégie de marché
risquent de réagir en dévaluant à leur tour leurs monnaies, ce qui II. Stratégie de rationalisation
annulerait les effets bénéfiques pour la Chine de la dévaluation. III. Stratégie d’approvisionnement
8. La manipulation des taux de change peut être considérée IV. Recherche d’une compétitivité hors-prix.
comme une mesure protectionniste lorsqu’elle permet à des
États de protéger leurs entreprises nationales de la concurrence
du reste du monde. Pages 95-96 Bac blanc
Suggestion de plan :
Pages 92-93 Réviser I. Le CI et l’internationalisation présentent certains
avantages
Exercice 1 • Vrai ou faux ?
a. Pour les consommateurs (prix plus bas, diversification des
1. Faux 2. Vrai 3. Faux 4. Faux 5. Vrai 6. Vrai 7. Faux 8. Faux
produits)
Exercice 2 • Reconstituer une argumentation b. Pour les producteurs (accès à des marchés plus larges, trans-
1cB • 2aD • 3bA • 4dC ferts de technologie, économies d’échelle)
c. Les exportations stimulent la croissance économique
Exercice 3 • Les avantages du libre-échange
a : 7 • b : 4 • c : 5 • d : 2 • e : 1 • f : 3 • g : 6 II. Mais le CI et l’internationalisation de la production
présentent certains inconvénients
Exercice 4 • Développer une idée à partir d’un document a. Les délocalisations entraînent du chômage et la disparition
L’idée est la suivante : le coût du travail n’est pas le seul élé- de l’emploi industriel
ment pris en compte par les entreprises dans leurs stratégies b. Les travailleurs sont mis en concurrence
d’implantation. Par exemple, 52 % des décideurs internationaux c. Les États sont mis en concurrence (dumping fiscal, dumping
interrogés considèrent que les infrastructures logistiques et les social)

38
tre
Chapi Quelle est la place de l’Union
4 européenne dans l’économie globale ?
La démarche du chapitre
Comme spécifié dans le programme officiel, ce chapitre n’a pas pour but d’« entrer dans les détails historiques »
de l’intégration, pas plus que de s’attarder sur les dimensions institutionnelles de l’Union européenne (les élèves
les abordent en Histoire-Géographie, et l’on peut s’appuyer sur leurs connaissances).
Au-delà de l’originalité du processus d’intégration européenne qui est à montrer, ce chapitre s’intéresse davantage aux
dimensions économiques de l’intégration et ses avantages, et tout particulièrement à l’Union monétaire, dont les élèves
doivent aussi comprendre l’importance dans le contexte monétaire et financier actuel. C’est le premier dossier du chapitre.
L’attention est aussi attirée, au sein de l’UEM, sur les fondements de la coordination des politiques macroéconomiques,
les interdépendances qu’elle crée et les difficultés auxquelles cette dernière se trouve de facto confrontée en raison, à la fois,
d’une monnaie unique pour des économiques hétérogènes, et de la nature des choix de coordination qui ont été opérés.
C’est le second dossier du chapitre.

Bibliographie et webographie
– BENNASSY-QUÉRÉ Agnès, CŒURÉ Benoît, L’économie de – Europa, site officiel de l’Union européenne : europa.eu
l’euro, « Repères », n° 336, éditions La Découverte, mai 2014. – Eurostat : ec.europa.eu/eurostat/fr
– FARVAQUE Étienne, La Banque centrale européenne, – Toute l’Europe : www.touteleurope.eu
« Repères », n° 560, éditions La Découverte, juillet 2010. – OCDE : www.oecd.org/fr
– DÉVOLUY Michel, KOENIG Gilbert, Les politiques – Fondation Robert Schuman : www.robert-schuman.eu/fr
économiques européennes, « Points Économie », Seuil, janvier – Coe-Rexecode (zone euro) : www.coe-rexecode.fr
2015. – Insee : www.insee.fr
– PISANI-FERRY Jean, Le réveil des démons, Fayard, – Banque de France : www.banque-france.fr
novembre 2011. – Banque centrale européenne : www.ecb.europa.eu.
– BEITONE Alain, BUISSON-FENET Emmanuel, DOLLO Les publications de la BCE sont accessibles via le site
Christine, Économie, « Aide-mémoire Sirey », Dalloz, de la Banque de France.
5e édition, octobre 2012.
– « Crise de la zone euro : où en sommes-nous ? », Cahiers
français, n° 387, La Documentation Française, Paris, juillet-
août 2015.
– Chaque année : publication au dernier trimestre
de l’année par les éditions de La Découverte
(www.editionsladecouverte.fr), dans la collection
« Repères », de deux ouvrages : L’économie de la France, par
l’OFCE et L’économie mondiale, par le CEPII, dans lesquels
des chapitres ou paragraphes sont réservés à la situation de
l’Union européenne, et/ou de la zone euro.

Pages 98-99 Ouverture de chapitre 2. Si la BCE augmente la masse monétaire par des achats de
titres (auprès des banques), les banques vont pouvoir se refi-
Pour commencer nancer plus facilement ; la BCE attend d’elles qu’elles accordent
Les élèves se souviennent a priori, au moins partiellement, de des prêts aux agents économiques (entreprises et ménages) plus
leur cours de Première et doivent pouvoir, surtout s’ils suivent nombreux, plus faciles. Les crédits contractés par les agents
un peu l’actualité, émettre des idées face à cette question : sur économiques visent à financer des dépenses de consommation
les contraintes des finances publiques (cf. lien avec le PSC dans et d’investissement.
le chapitre), mais aussi sur l’idée que les déficits commerciaux 3. Par la baisse du taux de change qui en découle.
sont plutôt mal vus à l’inverse d’une balance commerciale excé-
dentaire… D’où le « joli conte » qui n’est en fait qu’une « his-
toire qui fait peur » (quand on connaît mieux les mécanismes
à l’œuvre au sein de la zone euro en lien avec les difficultés de DOSSIER 1
coordination qui seront abordées dans le chapitre) !
L’UEM, UNE EXPÉRIENCE D’INTÉGRATION
Activité vidéo
1. Par l’injection de liquidités très abondantes dans l’économie L’ensemble du dossier 1 présente le processus d’intégration euro-
= création monétaire, issue de l’achat massif de titres sur les péenne (dossier 1A) et les atouts qu’il représente à différents
marchés financiers, à commencer par des obligations d’État. niveaux (dossiers 1B et 1C)

39
Pages 100-101  A . L’Union européenne : euro, qui, elle aussi, s’élargit par l’adoption de l’euro par de
un processus original d’intégration nouveaux pays-membres de l’UE).
L’hétérogénéité de l’Union européenne – et de la zone euro –
Comme l’indique le titre du dossier, l’objectif est ici de montrer s’accroît donc à mesure qu’elle s’élargit. Les situations écono-
que l’intégration est un processus, au-delà même de sa dimen- miques ont d’autant plus de chances d’être différentes que le
sion originale. nombre de pays est élevé. En outre, l’élargissement au cours des
Les différents documents visent à montrer que l’intégration est quelque dix dernières années s’est essentiellement opéré vers
progressive et multidimensionnelle : elle se déroule en plu- l’Est du continent européen, dont le niveau de développement
sieurs étapes, à plusieurs vitesses, à différents niveaux (écono- est initialement moins élevé.
mique, monétaire, réglementaire, fiscal et politique) et demeure
Bilan et précisions :
inachevée. L’UE n’a pas respecté « l’ordre » des différents degrés de l’intégra-
tion économique théorisés par B. Balassa : dès le départ, il y a mise
Doc. 1 • Une expérience unique
en place des politiques communes – cf. PAC – puis des politiques
On peut s’appuyer sur la définition de François Perroux pour régionales (FEDER 1972) avant le marché unique. En cela, l’UE
répondre aux deux questions de ce document : « L’acte d’intégrer peut être considérée comme une expérience originale.
rassemble des éléments pour former un tout, ou bien il augmente De plus, elle ajoute une monnaie unique à la phase d’union éco-
la cohérence d’un tout déjà existant. » (F. Perroux, L’économie du nomique, et, fait d’autant plus original, tous les pays-membres ne
xxe siècle, 1969) sont pas concernés par la monnaie unique. Enfin, elle s’élargit en
même temps qu’elle s’approfondit (doc. 1).
1. L’intégration de l’UE répond à des volontés et des fins poli-
tiques (la paix) des États. Elle s’est dotée d’institutions, elles Doc. 2 • Une harmonisation incomplète
aussi, par essence, politiques. Il existe un certain nombre de 1. S’il existe, par exemple, des tailles d’électroménager stan-
traités, directives, etc. et politiques communes. dards qui diffèrent entre pays, cela limite les importations par
L’intégration au service de la paix se fait par un processus éco- non-adaptation des produits d’un pays aux cuisines d’un autre
nomique : marché commun, monnaie unique… pays. Idem pour des normes sanitaires : s’il y a interdiction de
2. L’approfondissement de l’intégration économique est visible certains procédés de fabrication, pour des questions de sécurité
au travers des différentes dates du document : Union douanière, alimentaire, alors il y aura interdiction de l’importation de cer-
Marché commun, UEM et monnaie unique. tains produits contraires à cette norme. Inversement, « l’harmo-
L’élargissement est visible sur la carte du document. L’Union nisation des normes et la compatibilité des produits permettent
européenne intègre sans cesse de nouveaux pays depuis 1958 : en revanche l’augmentation de la demande, voire l’apparition
elle élargit donc ses frontières (il en va de même pour la zone d’une demande nouvelle dans le cas de produits complémen-

Exercice : Les cinq phases de l’intégration économique de Béla Balassa


Nom, date et traité
Phases Caractéristiques Contenu & implications de ce degré d’intégration
correspondant
La CEE est directement
Suppression des droits de douane, ce qui favorise la libre circu-
1. Zone de Abolition des droits de passée à l’union douanière.
lation des produits entre les pays, et donc favorise les échanges,
libre-échange douane au sein de la zone L’EEE est une zone de libre-
donc la concurrence, les prix, la variété…
échange, l’ALENA aussi.
Mise en place d’une politique commerciale unique à la zone de
libre-échange, avec des droits de douane vis-à-vis de l’extérieur
Phase 1 + de la zone, communs à l’ensemble des pays de la zone (Tarif
Politique commerciale Traité de Rome en 1957, extérieur commun : TEC). Évite le contournement des droits de
2. Union douanière
unique : tarif(s) entré en vigueur en 1958. douane d’un pays, en passant par un autre pays de la zone pour
extérieur(s) commun(s) les importateurs extérieurs à la zone.
Permet de parler d’une seule voix lors de négociations interna-
tionales, type OMC, afin d’avoir plus de poids.
Phase 2 + 1987 : Acte unique pour Favorise encore la concurrence, la compétitivité et l’innovation
3. Marché commun Liberté de circulation des le Marché unique, entré en par une meilleure circulation des facteurs de production, en plus
hommes et des capitaux vigueur en 1993. des marchandises.
Phase 3 +
4. Union Pour la PAC et autres politiques structurelles, elle favorise la
• Harmonisation des 1992 : traité de Maastricht
économique « cohérence » (F. Perroux) des économies en aidant au dévelop-
objectifs et politiques 1997 : traité d’Amsterdam
(avec monnaie pement et à la convergence des économies.
économiques Mais, dès le début, mise en
et politique Pour l’Union monétaire, elle supprime les changes et leurs dif-
• Instauration d’une place de politiques com-
monétaire unique férents coûts, et permet au marché commun un fonctionnement
monnaie unique (avec munes (ex. : PAC).
pour l’UE, UEM) plus optimal.
politique monétaire unique)
Actuellement en débat :
souvent annoncé, de plus en
5. « Intégration plus nécessaire, mais réti-
Permettrait la mise en œuvre d’une véritable solidarité entre
totale » ou Phase 4 + cence des États à renoncer à
États-membres, avec de véritables transferts financiers en cas de
fédéralisme Pouvoir politique leur souveraineté.
difficultés (c’est – un peu – le cas, aujourd’hui, avec la Grèce et
politique de niveau fédéral Ex. : le discours de
le MES).
F. Hollande pour « un
gouvernement économique
européen » le 14 juillet 2015.

40
taires. [...] Les consommateurs deviennent aussi moins captifs
Prépa Bac 
d’une seule entreprise. » (G. Koenig, 2015) C’est le principe de
reconnaissance mutuelle. (Cf. le bilan de l’exercice)
2. Une fiscalité non harmonisée crée non seulement des fron- – La construction européenne se fait à plusieurs vitesses :
tières/barrières fiscales préjudiciables à l’intégration des marchés, tous les pays n’ont pas adopté l’euro, par choix (opting-out),
mais peut aussi donner lieu à des attitudes non coopératives de ou par impossibilité.
– La construction européenne n’a pas suivi l’ordre des étapes
la part des États-membres (concurrence fiscale).
d’intégration théoriques : des politiques communes ont été
Sur le coût du travail : la structure (et le niveau respectif)
mises en place avant même la réalisation du marché unique.
des prélèvements obligatoires (P.O.), notamment sur le travail
– La construction européenne mêle approfondissement de
(cotisations sociales et financement de la protection sociale)
l’intégration et élargissement : voir le document 1, à la fois
varie beaucoup d’un pays à l’autre au sein de l’UE, entraînant
la carte et la construction de l’UE en 7 dates.
des distorsions de concurrence et des écarts de compétitivité.
Sur la localisation des activités : les taux d’imposition (ex. :
IS) tendent à baisser depuis les débuts de l’UEM afin d’attirer
les entreprises. Pages 102-103 B. Les bénéfices attendus de l’UEM
Sur le prix final : la fiscalité in fine est payée par le consomma- Dans ce dossier, on s’intéresse aux avantages économiques et
teur, par répercussions des P.O. sur le prix de vente. commerciaux de l’UEM, et principalement internes à la zone. Il
Tendance au moins-disant fiscal, à la défiscalisation compéti- distingue les apports du marché unique (doc. 1) et ceux de la
tive et à la non-coopération préjudiciable pour la croissance de monnaie unique (doc. 2) – deux étapes distinctes du processus
long terme de l’ensemble de la zone (cf. les dépenses publiques abordé dans le dossier 1A. Il montre que les avantages de la
de R&D, d’éducation, d’infrastructures, la lutte contre les monnaie unique viennent compléter et renforcer ceux du marché
inégalités). unique, pour une meilleure réalisation des objectifs essentiel-
3. Il n’y a pas de fiscalité véritablement harmonisée, donc pas lement attendus (voir le schéma récapitulatif de l’exercice),
de véritable harmonisation des politiques fiscales, notamment, ici, au plan économique et commercial (doc. 3). Un intérêt de
donc l’intégration est inachevée. Idem pour les normes, les la monnaie unique, concernant la coordination des politiques
diplômes, etc. On aboutit à une légifération permanente pour économiques, est avancé ; il sera repris et développé dans le
tendre vers un rapprochement et une unification des marchés. dossier 2 et le TD 1.
Les écarts persistants sont autant d’éléments qui empêchent
l’existence d’un réel vaste marché unique, car ils créent des Exercice : Illustrer une idée avec des données chiffrées
barrières à la libre circulation, et des concurrences entre États. L’UE est l’une des premières puissances économiques mondiales en
Ils sont source de non-coopération. termes de population en 2015, avec plus de 500 millions d’indi-
vidus consommateurs (mais plus de 2,5 fois moins que la Chine,
Pour cette raison, si l’on veut réaliser un réel marché unique,
même si la population de l’UE est 1,5 fois plus nombreuse que celle
l’intégration doit encore être approfondie afin d’éliminer les
des États-Unis). Elle caracole en tête en matière de richesses créées
barrières à la libre circulation, et les sources de distorsion de avec le plus gros PIB mondial (18 000 milliards de dollars courants,
concurrence, jugée déloyale et/ou source de non-compétitivité. qui représentent presque le quart du PIB mondial), soit juste un
peu plus que les États-Unis, mais quatre fois plus que le Japon et
Doc. 3 • Favoriser le développement et la convergence
presque deux fois plus que la Chine.
économique Elle est aussi très ouverte sur le monde : non seulement pour les
1. Essentiellement, la croissance durable, et plus particu- exportations, puisqu’elle exporte 43 % de son PIB. C’est presque
lièrement la PAC, qui regroupe 41 % des dépenses du budget trois fois plus que les États-Unis (13,5 %) qui sont de taille com-
européen. parable, et davantage que la Chine (26,25 %) connue pour son
Également, la cohésion économique, sociale et territoriale qui taux d’exportation élevé. Elles représentent 15,5 % des exportations
mondiales, au-dessus des exportations chinoises qui n’occupent
correspond à 34 % des dépenses du budget européen.
que 13,4 % des exportations mondiales. La part des exportations
À eux deux, ces postes occupent les trois-quarts du budget euro-
japonaises dans les exportations mondiales n’est que de 4,8 %, soit
péen. Ils visent à financer l’agriculture et la préservation de trois fois moins que l’UE.
l’environnement (= croissance durable) d’une part, à réduire les Pour ces raisons, l’UE est attractive : son stock d’IDE, proche du
inégalités de développement entre pays et régions d’autre part tiers de son PIB, est deux fois plus élevé qu’aux États-Unis.
(= favoriser la convergence économique et la cohésion sociale
dans la mesure où les pays de l’UE sont hétérogènes). Doc. 1 • Lutter contre la segmentation des marchés
2. Pour la croissance durable : dépenses de presque 60 milliards 1. Le Grand Marché consacre la liberté de circulation des mar-
d’euros en 2015. chandises, des services, des capitaux et des hommes.
Pour la cohésion économique, sociale et territoriale : presque 2. Cette circulation facilitée des produits, des capitaux et des
50 milliards d’euros en 2015. hommes par abolition des frontières doit stimuler la production,
Soit quelque 110 milliards d’euros sur 145 en 2015 pour ces la concurrence, et donc favoriser la compétitivité, par la baisse
deux principaux postes. des prix – elle-même issue de possibles économies d’échelle –
3. Le budget européen doit forcément être équilibré. Le budget et leur convergence, ainsi que l’innovation accrue. « Un vaste
européen (donc les dépenses budgétaires) correspond environ espace économique homogène » induit aussi que l’on attend du
à 1 % du PIB de l’UE, quand les dépenses publiques en France Marché unique une convergence économique des différents pays.
dépassent les 50 % du PIB ! Sa capacité d’intervention est en 3. – Grand marché → Meilleure circulation des produits et fac-
conséquence très limitée. À ce propos, on peut regarder « Le teurs de production → Intégration économique accrue → Possi-
budget de l’Union européenne » sur Dessine-moi l’éco : bilité pour les entreprises de produire à plus grande échelle, pour
http://dessinemoileco.com/le-budget-de-lue/ un marché plus vaste → Économies d’échelle → Baisse des prix.

41
– Grand marché → Meilleure circulation des produits et facteurs Doc. 3 • Importance du commerce intra-zone UE
de production → Hausse de la concurrence → Stimulation à la pour les pays-membres
baisse des prix et de l’innovation → Amélioration de la compéti- 1. La plupart des pays ont des taux d’exportation intra-UE supé-
tivité européenne et croissance économique (via la hausse de la rieurs à 50 % du total de leurs exportations. Ex. : la France a
demande européenne et extérieure). une part comprise entre 60 et 70 %. Un constat encore plus
– Grand marché → Plus grande circulation des produits et des vrai pour les petits pays et ceux situés à l’Est, plus récem-
facteurs de production → Création d’un vaste espace économique ment membres de l’UE. L’intégration européenne vient renforcer
plus homogène économiquement. une réalité économique, géographique et même culturelle : on
échange économiquement davantage avec des partenaires qui
Doc. 2 • Les avantages de la monnaie unique
sont proches (géographiquement et culturellement).
1. On s’attend à la suppression de l’ensemble des coûts liés au
2. Par l’absence de frontières douanières et l’harmonisation
change (coûts de transaction), dont la suppression du risque de
réglementaire liées à la réalisation du marché unique, et par la
change (incertitude) : ce qui entraîne tout à la fois des gains
fin du risque de change et des coûts de change liés à la monnaie
au plan monétaire, une meilleure transparence de l’information
unique.
(les prix dans les différents pays sont libellés dans la même
monnaie) mais aussi en termes d’augmentation des échanges
Exercice : Réaliser un schéma d’implication
– de biens, de services – alors facilités, et d’investissements Voir le schéma ci-dessous.
(circulation facilitée des capitaux) qui permet une meilleure
allocation des ressources.
2. Cf. les avantages ci-dessus qui renforcent et complètent les Prépa Bac
réponses aux questions 2 et 3 du document 1. • L’UEM facilite les échanges grâce à la libre circulation et sa
3. Une monnaie unique supprime les taux de change entre les monnaie unique : la fin des droits de douane et l’harmoni-
monnaies au sein de l’UEM (ici, de la zone euro). Les États sation réglementaire associée à une seule et même monnaie
perdent donc la politique monétaire comme instrument de poli- accroît les possibilités pour les agents économiques (ex. : les
tique économique, ici dans sa dimension externe afin de favori- ménages) de circuler entre les pays-membres et de réaliser des
ser la compétitivité de leur pays en abaissant le taux de change activités économiques ; des particuliers peuvent par exemple
de leur monnaie (la valeur de leur monnaie dans les autres mon- décider de partir pour le week-end dans un pays limitrophe
naies) pour réduire le prix des exportations et devenir, ainsi, sans avoir à penser à se procurer des devises, au coût du taux
plus compétitifs (voir aussi le TD 1 p.112 du manuel). de change. Ils disposent de l’euro et peuvent dans la nuit

42
partir et réaliser dès le lendemain toutes les dépenses qu’ils naie forte évite des taux d’intérêt trop élevés pour compenser
veulent dans le pays voisin. un taux de change trop faible et pour attirer les capitaux).
• La comparaison des prix entre producteurs de la zone euro – Les agents économiques préfèrent acheter des titres libellés
est aussi facilitée pour un même bien, du fait de la monnaie dans une monnaie forte.
unique et de l’absence de droits de douane, ce qui accroît la – La confiance dans une monnaie évite la fuite des capitaux
concurrence et, par-là, la baisse des prix, la qualité, et les rapide et désordonnée qui déstabilise l’économie.
échanges. – Une monnaie forte est souvent plus stable, car elle inspire
• Pour les producteurs, enfin, la fin des frontières doua- la confiance. (Un taux de change élevé évite les changements
nières et réglementaires ainsi que la monnaie unique leur de taux brutaux, source de risques et de coûts, et donc source
permettent de produire à plus grande échelle (européenne d’incertitude.)
et non plus nationale), leur marché potentiel n’étant plus – Un euro fort diminue le prix des importations de pétrole
un État mais l’ensemble de la zone, ce qui leur permet de libellé en dollar, et accroît l’attraction des capitaux étrangers.
réaliser des économies d’échelle et de multiplier les variétés – Une monnaie forte et stable est une valeur refuge, surtout en
de produits du même coup. temps de crise.
Autant d’avantages dont bénéficieront les acheteurs, dont – Enfin, et du même coup, une monnaie forte évite de devoir
les ménages. Pour ces différentes raisons, l’UEM est source augmenter les taux d’intérêt pour être attractive vis-à-vis de
de croissance et de bien-être accru. l’étranger.
– Un euro fort constitue aussi un atout pour favoriser une spé-
cialisation dans des produits à plus forte valeur ajoutée, carac-
Pages 104-105 C . L’union monétaire,
térisée par une compétitivité hors-prix, pour des pays qui ne
source de stabilité peuvent rivaliser avec des pays en développement à la compé-
Cette troisième partie du dossier 1 s’intéresse à « l’importance titivité prix bien souvent supérieure dans des produits bas de
particulière que revêt l’Union monétaire dans le contexte moné- gamme de consommation courante.
taire et financier actuel », tel que l’indique le programme offi- Inversement, un euro fort tend à pénaliser les exportations,
ciel. Elle s’inscrit donc dans ce dossier, lequel porte sur les surtout pour les produits dont la compétitivité se fonde essen-
avantages qu’apporte l’UE aux pays-membres. Les dimensions tiellement sur le prix, comme les produits de basse et moyenne
monétaires et financières, plutôt de nature externe, sont ici gamme.
privilégiées. Cette partie traite de la dimension internationale
de l’euro (doc. 2), du taux de change (doc. 1), du taux d’intérêt Doc. 2 • L’euro, une monnaie internationale
(doc. 3) et du rôle de la BCE (doc. 4) face aux différentes crises 1. Rappel de Première sur les trois fonctions de la monnaie :
de dimension internationale qui peuvent affecter (et qui ont moyen de paiement, unité de compte, réserve de valeur.
affecté) les pays-membres de la zone euro. 2. L’usage très répandu de l’euro dans le système financier et
monétaire international démontre sa présence mondiale :
Doc. 1 • L’euro, une monnaie plutôt forte et stable
– l’euro sert de monnaie de facturation et de paiement non
1. – À partir des années 2000, on observe une appréciation de
seulement entre partenaires européens, mais aussi avec d’autres
la monnaie européenne vis-à-vis du dollar. Un euro s’échange
partenaires. Pour des transactions n’impliquant aucun partenaire
contre 1,3 dollar en 2014, alors qu’un euro valait moins de
européen, l’euro sert aussi de moyen de paiement, signe de son
1 dollar en 2001. La décennie 2000 a tendanciellement été celle
internationalisation ;
de l’appréciation de l’euro contre le dollar.
– l’euro fait partie des devises les plus échangées quotidien-
– En 2014, un euro s’échangeait contre environ 0,8 livre ster-
nement (40 % des transactions journalières se font en euro) ;
ling. Ce taux de change est resté à peu près le même depuis
– un quart des réserves de change mondiales sont en euro en
2000, oscillant entre 0,6 et 0,8 livre sterling, voire la valeur
2006, (30 % en 2006 pour les pays en développement).
de l’euro s’est tendanciellement accrue au cours de la décennie
2000 passant de 0,6 livre à presqu’une livre en 2009. Toutefois, 3. – Un tiers des emprunts internationaux, publics comme
les variations de change sont d’ampleur relativement faible. privés, sont émis en euro et les banques aussi choisissent l’euro
– Contre le franc suisse, l’euro a connu une relative stabilité de pour émettre des titres d’emprunts.
sa création jusqu’en 2009 à environ un euro contre 1,6 franc – Des pays non membres de l’UE ont ancré le taux de change de
suisse. Depuis la fin de la décennie, le franc suisse tend à s’ap- leur monnaie sur l’euro.
précier et l’on atteint à peu près le 1 contre 1 en 2015 et 2016. 4. L’euro correspond à une économie puissante (cf. l’exercice
Au total, l’euro appartient aux monnaies réputées fortes, et « Pour commencer » du dossier 1B) et stable. Il est une monnaie
maintient des taux de change globalement élevés, même si plutôt forte et stable, et à ce titre, demandée. Mieux vaut épar-
récemment des choix ont été opérés, justement, pour affaiblir le gner, échanger, et emprunter dans une monnaie dont la valeur
taux de change de l’euro, le niveau de ce dernier étant considéré ne varie pas beaucoup (et d’autant moins à la baisse), et qui
comme pénalisant internationalement pour les exportations. n’a que peu de risque de craindre les dévaluations/dépréciations
2. – Aujourd’hui, avec l’internationalisation des marchés finan- brusques. La confiance accordée en l’euro renforce ces avantages
ciers, il existe une mise en concurrence des places financières. et assoit la crédibilité de l’euro dans le monde.
Une monnaie forte et relativement stable, par rapport aux autres Pour les pays-membres de la zone euro, c’est le gage d’avoir une
grandes monnaies internationales, en l’occurrence le dollar, monnaie qui ne connaît pas ou que peu d’attaques spéculatives,
attire les capitaux. qui sera toujours acceptée et dans laquelle le monde a confiance,
– Avoir des capitaux est bénéfique économiquement, cela ce qui évite, en temps de crise, des fuites de capitaux impor-
permet à l’économie de se financer plus facilement et à moindre tantes sources de déstabilisation monétaire, financière et écono-
coût, et notamment aux États de financer leur dette (une mon- mique importantes, et facteur aggravant des crises.

43
Doc. 3 • L’euro permet un financement à moindre coût publiques par la Banque centrale) afin de limiter les tensions sur
les taux d’intérêt des pays les plus en difficulté et éviter le risque
1. Depuis la création de l’euro, les taux d’intérêt réels ont connu
de non-remboursement des créanciers) :
une baisse tendancielle de leur niveau, surtout en comparaison – Cela évite la faillite bancaire qui se répercute sur tous les agents
de la décennie précédente (les années 1990). économiques et donc sur l’économie réelle = crise systémique quand
2. Force et stabilité d’une monnaie sont très souvent liées. Des l’ensemble du système bancaire connaît une situation de panique
taux de change élevés évitent de devoir recourir à des taux suite aux difficultés d’une ou plusieurs banques avec assèchement
d’intérêt élevés pour compenser le différentiel de change afin du marché interbancaire, qui entrave le fonctionnement du sys-
tème bancaire, entraîne des faillites bancaires en chaîne et avec
d’attirer les capitaux. De plus, une monnaie forte et stable exté-
elles, celles des agents économiques ayant leurs comptes dans ces
rieurement est souvent associée à une monnaie forte intérieu- banques (cf. entreprises) avec les répercussions en chaîne qui
rement, c’est-à-dire peu inflationniste. L’euro inspire donc la s’ensuivent pour l’ensemble des agents économiques et marchés.
confiance. Pour toutes ces raisons, la Banque centrale (ici la Le risque systémique est évité.
BCE) peut poursuivre une cible d’inflation exigeante sans recou- – Cela facilite l’emprunt en le rendant moins coûteux pour les
rir à des taux d’intérêt élevés. agents économiques et en ayant facilité le refinancement pour les
banques, ce qui favorise la demande et aide à lutter contre la réces-
3. De faibles taux d’intérêt facilitent un emprunt à bas coût,
sion, mais aussi la déflation : la baisse du coût du crédit doit théo-
favorable à la demande (et notamment les investissements), riquement favoriser l’emprunt et la demande, donc la croissance
source de croissance économique. économique, mais aussi du même coup la hausse des prix (du
moins doit éviter leur baisse). Récession et déflation sont évitées.
Doc. 4 • La BCE, vecteur de stabilité et de solidité
face aux crises depuis 2008
1. Crise financière (marchés financiers), crise économique (sec- Prépa Bac
teur réel de l’économie, production), crise des dettes souve- Voici quelques éléments, non exhaustifs :
raines (endettement public). – Appartenir à la zone euro permet de bénéficier de taux de
– Crise financière et bancaire suite à la crise des subprimes → change stables (doc. 1) malgré l’instabilité monétaire, finan-
Risque de crise systémique si effondrement du système bancaire cière et économique internationale (doc. 3 et 4A), ce qui
avec faillites en chaîne et crise de liquidité et du crédit par favorise le commerce international, et notamment en euro
perte de confiance. (doc. 2), et limite les coûts liés au change → stabilité et
– Crise économique qui s’en est suivie. grandeurs économiques plus importantes si plus grande pro-
– Crise des dettes souveraines liée à l’intervention massive des tection de l’économie face aux aléas monétaires et financiers.
États pour aider leur système bancaire et leur économie, et crise – Appartenir à la zone euro permet de bénéficier d’une
de la zone euro suite à la crise grecque. monnaie relativement forte (quand bien même sa valeur
2. – « Favoriser la liquidité et le crédit » → Lutte contre la crise externe a baissé au cours des derniers mois, doc. 1), source
bancaire quand, par trop grand manque de confiance entre ins- de confiance et donc d’attraction des capitaux, et de taux
titutions financières, le refinancement devient impossible, et d’intérêt bas (doc. 3), ce qui doit favoriser le dynamisme
que l’on assiste à un credit crunch qui se répercute sur l’activité de l’activité économique (et réduit la facture énergétique).
économique → + lutte contre la crise économique en favorisant – Appartenir à la zone euro protège contre les crises ban-
la demande par l’emprunt. caires, et plus globalement systémiques, grâce à l’union ban-
– « Assurer la stabilité bancaire et financière » → Lutte contre la caire que supervise la BCE (doc. 4B).
panique bancaire et financière et l’insolvabilité bancaire consé-
cutives à une crise bancaire et/ou financière et la propagation
de facto de ces crises sur l’économie réelle.
– « Apporter une assistance aux dettes souveraines » → Lutte DOSSIER 2
contre la crise des dettes souveraines par la création d’un orga- L’UEM À L’ÉPREUVE DES FAITS
nisme de prêts aux États en difficulté (MES).
3. Il y a eu une hausse subite des taux d’intérêt, mais qui n’a Le dossier 2 décompose les trois phases de la coordination des
pas duré du fait de l’intervention de la BCE. politiques macroéconomiques depuis la création de l’euro :
4. La taille de la Banque centrale européenne est beaucoup plus – 2000-2008 (dossier A) et pro-cyclicité de la politique moné-
grande, ce qui lui permet de bénéficier d’un montant de fonds taire qui favorise l’euphorie des économies de Sud ;
beaucoup plus important pour intervenir quand il est néces- – 2008-2012 (dossier B) : les conséquences du creusement des
saire. Face à l’importance des montants échangés sur les mar- déséquilibres engendrés (pour les pays du Sud particulièrement)
chés financiers, seule une banque centrale de cette envergure par la période précédente et la crise de la zone euro ;
a encore, en partie, les moyens d’agir. La puissance de la BCE, – depuis 2012 (dossier C) : les conséquences (à court et moyen
comme sa monnaie, l’euro, est directement liée à la taille de son terme) du renforcement de la coordination vers plus de disci-
économie de référence. De plus, la BCE a réussi, par ses actions pline des finances publiques pour les pays du Sud en difficulté
depuis sa création, à assoir sa crédibilité et celle de sa monnaie et la zone euro dans son ensemble.
(pourtant nouvelle en comparaison du dollar).
Pages 106-107 A . Monnaie unique et coordination
Exercice : Retrouver des mécanismes explicatifs
des politiques économiques
Assouplissement quantitatif ou quantitative easing = baisse des
taux d’intérêt directeurs à des niveaux quasi nuls + facilité de prêts L’UEM dans sa réalisation concrète est ici abordée, notamment
et de refinancement pour les banques via injection de liquidités dans la coordination des politiques économiques qu’elle exige
massives (achat massif de titres de dettes, sur le marché secon- (doc. 1 : architecture des politiques budgétaires et monétaire
daire – car interdiction par les traités de financement des finances au sein de l’UEM), et qui est justifiée par l’interdépendance

44
renforcée entre celles-ci, que les documents 2 et 3 montrent. répondre à des chocs asymétriques. Besoin d’autant plus grand
L’exercice permet de mieux mettre en évidence les contours que ces États ne disposent plus de l’instrument monétaire.
de la coordination et les effets qui émergent d’une politique 2. Endettement excessif et déficit accru augmentent la demande
monétaire unique face à des économies hétérogènes dont les de capitaux, donc le niveau des taux d’intérêt. Un endettement
politiques budgétaires sont justement contraintes par le PSC. excessif augmente aussi les risques d’inflation (théorie quanti-
Doc. 1 • Comment s’organisent les politiques
tative de la monnaie sur laquelle se fonde le pilier monétaire de
conjoncturelles dans la zone euro ? la politique monétaire) : or l’objectif de la politique monétaire
est la stabilité des prix par une faible inflation.
1. Cf. le corrigé du tableau de l’exercice 3 p. 29.
En outre, le ciblage de l’inflation permet de conserver des taux
L’instrument phare de la politique monétaire est le taux d’intérêt
d’intérêt relativement bas car les marchés anticipent une absence
directeur. La modification du niveau du taux d’intérêt directeur
d’inflation (cf. remarque ci-dessus). Donc, cela résulte en l’alté-
agit sur le coût du refinancement des banques de second rang,
ration de la crédibilité de la politique monétaire – et une perte
qui répercutent son niveau sur les taux d’intérêt des prêts accor-
de confiance en l’euro – aussi bien en termes de cible d’inflation
dés aux agents économiques. Un taux d’intérêt directeur élevé
que de niveau des taux d’intérêt, si déficit et endettement sont
relève indirectement le coût des emprunts des agents écono-
excessifs.
miques, ce qui freine le crédit, et par voie de conséquence la
Enfin, tous les autres États seraient perdants car ils pâtiraient
demande (d’investissement et de consommation), qui ralentit la
du même coup de la hausse des taux d’intérêt et de la perte
croissance économique. La baisse du taux d’intérêt directeur a
de confiance en l’euro induite par le comportement de l’un des
les conséquences inverses.
États-membres.
2. Le budget d’un État se compose des dépenses et des recettes
(les prélèvements obligatoires, ici). La hausse ou la baisse de 3. Cf. le PSC et ses contraintes qui limitent endettement et
chacun de ces leviers permet d’atteindre des objectifs en termes déficit.
de croissance économique (et/ou d’inflation) opposés. Une Remarque : la coordination des politiques économiques a aussi
hausse des dépenses publiques favorise la croissance écono- été conçue conformément à la question des effets d’éviction
mique (les élèves décomposent le mécanisme en choisissant un d’obédience plutôt libérale qui consacre la supériorité des
type de dépenses publiques de leur choix), leur baisse entraîne agents économiques privés sur les agents économiques publics
les effets contraires. De même, la baisse des prélèvements obli- en termes d’efficacité économique. En conséquence, un excès
gatoires (les élèves décomposent le mécanisme en choisissant d’endettement public porte préjudice au financement du secteur
un type de prélèvements obligatoires de leur choix) permet de privé. C’est le double effet d’éviction, réel et par les taux.
doper la croissance économique. La hausse des prélèvements L’effet d’éviction réel : si l’État est lourdement endetté, en
obligatoires aura l’effet inverse. allant se financer sur les marchés financiers, il va éponger les
3. La maîtrise de l’inflation est gage de stabilité de la mon- capitaux disponibles au détriment du financement des inves-
naie, ce qui accroît sa crédibilité au plan international (élément tissements des agents économiques privés (les entreprises). La
d’autant plus important que la monnaie est jeune), contribue confiance en l’État des créanciers est supérieure – les adminis-
à la stabilité financière et améliore la compétitivité de la zone trations publiques ne font pas faillite de la même manière que
internationalement. les entreprises, a priori –, qui préfèrent prêter à l’État. L’État
La stabilité des prix est réductrice d’incertitude, elle évite la évince donc les entreprises des capacités de financement.
distorsion de l’information sur les prix relatifs, gage du bon L’effet d’éviction par les taux : des États lourdement endettés,
fonctionnement des différents marchés. Idem sur la réalité du en allant se financer sur les marchés financiers, accroissent consi-
pouvoir d’achat des revenus distribués ; et elle limite une redis- dérablement la demande de capitaux, dont le prix augmente (le
tribution arbitraire de la richesse et des revenus entre créanciers taux d’intérêt). De fait, un ensemble de projets d’investissement,
et débiteurs. du fait de la hausse des taux d’intérêt deviendront non rentables.
Une croissance régulière doit être favorisée. Par la hausse des taux d’intérêt qu’il entraîne, l’important endet-
4. Cf. le PSC pour les politiques budgétaires et cible d’inflation tement de l’État évince les entreprises des marchés financiers (et
autour de 2 % pour la politique monétaire. Autant d’objectifs réduit l’investissement productif, source de croissance).
qui limitent la capacité des États et de la BCE à conduire des
Doc. 3 • Crise grecque : une interdépendance coûteuse
politiques expansives, et donc de relance de l’activité écono-
mique, au besoin. La raison tient au fait que trop d’endette- 1. et 2. Par non-respect de discipline budgétaire, de surcroît dis-
ment crée des tensions inflationnistes qui contredisent l’objectif simulé, la Grèce a contribué à la hausse des taux d’intérêt, non
ultime d’un taux d’inflation autour de 2 %. seulement pour la Grèce, mais aussi pour l’ensemble des pays de
la zone, notamment les plus en difficulté et très endettés (pays
Remarque : la politique monétaire de la BCE a été élaborée au
de la périphérie). Cet épisode a jeté le discrédit sur l’ensemble de
cours des années 1990, période où la théorie économique met-
la zone euro, en proie à des difficultés de dettes souveraines et
tait en évidence la supériorité d’une cible d’inflation annoncée
de fait sur l’euro : crise de confiance en la monnaie et en l’UEM,
transparente et fiable, comme fondement de la politique moné-
notamment la coordination des politiques macroéconomiques,
taire, afin d’assoir la crédibilité de la banque centrale sur les
discrédit jeté sur le PSC ainsi que sur la fiabilité des statistiques
marchés, et par là favoriser tout à la fois une inflation basse et
des taux d’intérêt eux aussi relativement bas. publiques. Une stratégie de passager clandestin (free rider)
conduite par la Grèce. Elle voulait bénéficier des avantages de
Doc. 2 • La nécessité de coordination des politiques l’euro, tout en s’affranchissant du respect des critères du PSC de
économiques  manière dissimulée.
1. Les conjonctures des différents pays peuvent différer, d’où 3. La coordination est nécessaire, mais difficile à atteindre,
le besoin d’avoir des politiques budgétaires autonomes pour voire non respectée... Elle sera renforcée.

45
Exercice : Établir des liens entre les documents – Crédit facile → Hausse de l’endettement des pouvoirs publics
1. Pays à faible taux d’intérêt réel = pays dont le taux d’inflation → Conséquences négatives du crédit facile en Espagne : endet-
est supérieur au taux directeur → Irlande, Grèce, Espagne (lors de tement, voire surendettement des différents agents écono-
la décennie 2000). miques, dégradation de la compétitivité par hausse des coûts
Pays à fort taux d’intérêt réel = pays à taux d’inflation inférieur salariaux, dégradation des soldes budgétaires et commerciaux.
au taux directeur (taux d’intérêt réel d’autant plus fort que taux 3. Cf. l’excès des mécanismes précédents dans le secteur de
d’inflation bas) → France, Allemagne.
l’immobilier.
2. les taux de croissance sont disparates, à l’instar des taux
4. L’éclatement de la bulle immobilière a provoqué une chute des
d’inflation.
prix de l’immobilier et l’arrêt des constructions : perte et suren-
3. Les pays à faible inflation et taux de croissance économique
dettement des agents économiques qui avaient investi dans ce
faible (France et Allemagne) ont des taux d’intérêt réels plus élevés
secteur (ménages, promoteurs, BTP) au plan financier → Faillites
quand les pays à taux de croissance et d’inflation plus élevés ont
des taux d’intérêt réels plus bas (Espagne, Irlande et Grèce) : une
→ Chômage avec propagation aux différents secteurs écono-
politique monétaire unique pour des pays aux conjonctures hété- miques, du fait de l’interdépendance des activités économique.
rogènes est tendanciellement pro-cyclique.
Doc. 2 • La crise fait voler le PSC en éclats
1. En 2007, 2008, 2009, les États-Unis, qui n’ont pas de PSC à
Prépa Bac respecter, sont bien plus en déficit que les pays de la zone euro.
L’interdépendance des politiques économiques conjonctu- En dehors du cas de l’Italie, leur endettement est aussi plus
relles dans la zone euro (union monétaire) rend leur coordi- important. Toutefois, en 2014, le déficit public s’est réduit par
nation dès sa conception : la croissance économique recouvrée (il peut être intéressant ici
a. Nécessaire car les politiques économiques sont rendues de faire faire aux élèves des lectures de valeurs avec construc-
interdépendantes par la monnaie unique. tion de phrases correctes qui en donnent la signification).
d. De nature essentiellement contraignante et coercitive car 2. En 2009 et 2010, les pays ont des déficits publics supérieurs
fondée sur la règle. à 3 % du PIB et une dette publique supérieure à 60 % du PIB.
c. Tendanciellement restrictive car le policy mix consiste en
3. Elle est à la fois arbitraire (pourquoi 3 % et 60 % du PIB ?
la lutte contre l’inflation et des budgets nationaux contraints
Cf. la situation des États-Unis), contraignante et restrictive,
par le PSC.
en empêchant les pays de conduire des politiques budgétaires
b. Pro-cyclique car il existe une politique monétaire unique de relance (par le creusement du déficit et de l’endettement) qui
pour des conjonctures économiques hétérogènes (quand des leur permettraient de renouer avec la croissance économique
politiques budgétaires contraintes empêchent des mesures (cf. les États-Unis) et ainsi réduire leur déficit public puis leur
budgétaires contra-cycliques de relance). Et à l’origine, de endettement, mais tout en même temps non respectée en temps
ce fait, du creusement des déséquilibres macroéconomiques  de crise : se pose donc la question de son efficacité.
(cf. dossier 2B).
Exercice : Réaliser une représentation graphique
Il y a ici possibilité de réaliser un TD informatique avec travail
Pages 108-109 B. Coordination et crise sur Excel avec choix de représentation(s) graphique(s) en bâtons
dans la zone euro (pour les déficits et dettes des 5 pays) par année (en abscisses), et
mise en évidence des seuils de 3 % et 60 % du PIB (en ordonnées).
La coordination, nécessaire, des politiques macroéconomiques a
contribué à creuser des déséquilibres du fait de la pro-cyclicité Doc. 3 • Le PSC ou l’impossibilité d’une politique efficace
de la politique monétaire (doc. 1) et de l’insuffisante coopé- de relance ?
ration de cette coordination (doc. 4). Au final, en période de 1. Avec pour base 100 le PIB au 1er trimestre 2008, l’indice du
crise, la coordination paraît arbitraire et difficile à respecter PIB des États-Unis en 2015 est de 109 ; le PIB des États-Unis
(PSC non respecté, doc. 2), voire contreproductive (doc. 3). a donc augmenté de 9 % au cours de cette période. Idem pour
Doc. 1 • La crise immobilière en Espagne en 2008 l’Italie : baisse du PIB de presque 10 % au cours de la période
2008-2015. Et pour l’Espagne : baisse du PIB de l’ordre de 5 %
1. Les taux d’intérêt sont faibles en Espagne du fait de l’appar-
entre 2008 et 2015.
tenance à la zone euro (cf. le dossier 1C) et du fait de sa
conjoncture favorable lors de la décennie 2000 (cf. l’exercice 2. Il s’agit d’un double mécanisme, réel et statistique.
– Mécanisme réel : la récession, en accroissant le chômage et la
du dossier 2A).
pauvreté, fait mécaniquement augmenter les dépenses publiques
2. – Crédit facile → Hausse des emprunts → Hausse de la quand, parallèlement, la moindre création de richesses et distri-
demande de consommation et d’investissement (particulièrement bution des revenus réduit les recettes fiscales → Dégradation des
dans l’immobilier, en Espagne) → Hausse de la croissance … et soldes publics → Endettement public.
de l’inflation (ce qui accroît encore le crédit par baisse des taux – Mécanisme statistique : dette et déficit publics sont mesurés
d’intérêt réels) → Hausse des coûts salariaux (avec hausse de en % du PIB. Si le PIB diminue, forcément leur part dans le PIB
l’inflation) augmente, quand bien même leur montant resterait constant.
Remarque : le dynamisme de la croissance en Espagne a favo- En l’occurrence, et de plus, dette et déficit (au numérateur)
risé l’attraction des capitaux dans le pays, ce qui renforce les s’accroissent, ce qui fait d’autant plus augmenter le résultat du
phénomènes. rapport.
– Crédit facile → Hausse de la demande d’importations, et d’au- 3. et 4. Si la récession tend à dégrader les soldes publics et que
tant plus grande que l’inflation nationale augmente et avec elle le PSC contraint les pays en termes de déficit et endettement
les coûts salariaux → Dégradation du solde commercial publics, au final il obère toute politique de relance budgétaire

46
en cas de récession puisque les pays subissent déjà une dégra- Pages 110-111 C . Les limites d’une coordination
dation de la situation de leurs finances publiques (question 2), post-crise renforcée
voire il contraint à conduire des politiques restrictives afin que
les pays puissent continuer de le respecter, ce qui réduit d’au- Face au creusement des déséquilibres macroéconomiques, et
tant les possibilités de reprise économique rapide. notamment des finances publiques, l’UEM (qui est un proces-
Le PSC est donc contradictoire, puisqu’il tend à enfermer les sus inachevé, cf. dossier 1A) renforce la coordination des poli-
pays dans la restriction, et donc la croissance faible, voire la tiques macroéconomiques et la surveillance de l’UE sur les pays
récession, source d’une situation des finances publiques d’au- membres de la zone euro (doc. 1). Celle-ci se traduit par une
tant moins conforme en probabilité au respect de ses règles. hausse des inégalités socio-économiques au sein des pays en
La situation des États-Unis permet de le vérifier (question 1). difficulté (pays du Sud, doc. 2), et entre pays de la zone euro
in fine (doc. 3). Sans pour autant améliorer les mécanismes de
Doc. 4 • Une coordination non coopérative coopération (doc. 4 et exercice) avec les difficultés que cela
1. Cette dévaluation salariale consiste à baisser le coût du tra- entraîne pour l’ensemble de la zone en termes de rivalités entre
vail par baisse des cotisations sociales, afin d’améliorer la com- États, et qui montrent bien que l’intégration reste un processus
pétitivité prix des produits du pays, à l’exportation notamment, toujours inachevé (notamment au plan fiscal et budgétaire).
tout en accroissant le prix des produits vendus sur le territoire Doc. 1 • Une gouvernance économique accrue 
par une hausse de TVA en compensation de l’allègement du coût
1. Les faiblesses, insuffisances et contradictions de la coordina-
du travail (ce qui tend à désavantager les produits des pays
tion en cas de crise, et le manque de dispositifs adaptés (et de
voisins s’ils n’ont pas baissé leur coût du travail à l’instar de
solidarité) en temps de crise, non seulement économique, mais
l’Allemagne). Non-légitimité de la stratégie allemande, en fait
aussi bancaire et financière.
non coopérative, et qui va inciter les pays voisins partenaires à
se lancer dans la course à la désinflation compétitive. Au final, 2. – Le MES, pour les pays en difficulté, mais sous condition de
il s’agit d’un jeu à somme nulle en termes de compétitivité à plans d’ajustements uniquement, avec contraintes et surveil-
l’intérieur de la zone ; pour la zone euro dans son ensemble, le lance des mesures adoptées.
jeu s’avère même à somme négative, car la pression à la baisse – L’union bancaire supervisée par la BCE pour mieux contrôler
des salaires tend à réduire le pouvoir d’achat (quand la TVA tend les (grandes) banques.
à augmenter les prix) et donc la demande, source de tensions – La PDM, le PSC renforcé et le Pacte budgétaire pour mieux
déflationnistes et de croissance apathique. contrôler les indicateurs macroéconomiques et l’exercice bud-
gétaire des différents pays tout au long de l’année par l’UE.
2. Des gains en termes de compétitivité prix à l’exportation
– Les pouvoirs d’Eurostat renforcés pour le contrôle des données
sont attendus et donc amélioration du solde extérieur, voire
statistiques des comptes publics des différents pays.
excédent commercial. Plus globalement, cela dope l’activité éco-
nomique avec tous les avantages que cela engendre, notamment 3. La coordination se fonde sur des règles ; celles-ci sont éta-
en termes d’emploi. blies à partir d’indicateurs économiques à respecter, d’où l’im-
portance de la validité des données statistiques des différents
3. Elle consiste à améliorer sa situation nationale, au détriment
pays pour ce type de coordination (cf. l’expérience grecque).
des pays partenaires. On dit parfois qu’il s’agit d’une stratégie
qui consiste à « exporter son chômage ». Doc. 2 • Une coordination resserrée produisant
4. La coopération, pour éviter des stratégies non coopératives, de la dualisation 
pourrait ne pas s’en tenir à une coordination purement régle- 1. Réduction des dépenses publiques (baisse des dépenses
mentaire et contraignante (ou coercitive), mais passer par une sociales, gel des salaires des fonctionnaires et des effectifs),
plus grande mise en commun des budgets, par exemple, avec réduction de la taille du secteur public.
action discrétionnaire possible. Des mécanismes de solidarité 2. Le rétablissement de l’équilibre des finances publiques.
renforcés permettraient alors de compenser les déséquilibres
3. Risque à plus long terme d’une croissance non seulement non
entre pays, voire ils réduiraient de fait l’ampleur de ces désé-
inclusive, mais aussi fortement réduite par une faiblesse d’accu-
quilibres par la fin des stratégies non coopératives. Quel intérêt
mulation de capital humain du fait de la réduction de dépenses,
aurait l’Allemagne à enregistrer des excédents commerciaux,
source à long terme de croissance (dépenses de santé, dépenses
budgétaires et de la croissance économique, si elle devait com-
d’éducation, d’infrastructures, de R&D…).
penser les déséquilibres commerciaux, budgétaires… qu’elle
aurait contribués à créer par sa stratégie non coopérative ? 4. Risque d’un accroissement des inégalités entre pays du Sud et
Il est intéressant ici de faire un lien avec le document 1. pays du Nord ou pays de la périphérie et pays du Centre, au-delà
de la hausse des inégalités au sein des pays, du fait de la baisse
des dépenses publiques.
Prépa Bac
I. Une coordination source de déséquilibres macroécono- Doc. 3 • Une coordination coûteuse économiquement
miques accrus au sein de la zone euro du fait de l’hétérogé- et socialement
néité des pays (doc. 1 et dossier 2A) 1. Entre 2008 et 2013, le nombre d’emplois en Allemagne a
II. Des déséquilibres aggravés par des politiques non coopé- augmenté de 5 %, alors qu’il a baissé de plus de 20 % en Grèce
ratives (doc. 4) (réduction d’1/5e). Sur la même période, la consommation a
III. Et une coordination qui ne permet pas non plus de sortir enregistré une croissance supérieure à 5 % en Allemagne quand
de la crise, alors même que le PSC est non respecté : par elle se réduisait de près de 25 % (presqu’1/4) en Grèce. Enfin,
manque de concertation et coopération (doc. 2 et 3) entre 2010 et 2013, si les salaires réels ont cru de quelque 4 %
en Allemagne, ils ont baissé de l’ordre de 17 % en Grèce.
2. Les pays les plus en difficulté ont été contraints de recourir
au MES, et par-là même de mettre en place des plans d’ajus-

47
tements restrictifs (ou plans d’austérité) pour répondre à la d’achat des ménages, et au report de la consommation par
discipline des finances publiques exigée, ce qui a conduit à l’ac- anticipations à la baisse des prix. La faiblesse de la crois-
croissement des inégalités entre les pays concernant des dimen- sance économique induite par ces différents éléments accroît
sions sociales (chômage, pauvreté, santé, vieillesse…). Si, dans encore le chômage et la pression à la baisse des salaires et
le même temps, les pays les moins en difficulté améliorent leur des prix, autant d’éléments qui participent au cercle vicieux
situation, alors on assiste à un processus de dualisation sociale. « déflation, récession chômage de masse » (cf. le chapitre 2).
3. Monnaie unique = perte de l’instrument de change des États La coordination renforcée dans ses modalités a, au sein de la
pour améliorer leur compétitivité prix. zone euro, des effets déflationnistes.

Doc. 4 • Une coordination incomplète


1. Dumping social = moins-disant social = abaissement des Page 112 TD1 • Pourquoi créer une monnaie
normes sociales, ou prélèvements obligatoires affectant les unique ?
coûts du travail et/ou la protection sociale de la part des États Ce TD montre aussi l’intérêt d’une union monétaire dans le
afin d’être plus attractif que les concurrents pour les entreprises, contexte monétaire et financier actuel (voir le dossier 1C).
et les inciter à venir s’implanter sur le territoire.
Pour le pays considéré : avantage en termes de gains d’acti- 1. À la réalisation du Marché unique. L’intérêt est de favoriser
vité économique, d’emploi… mais inconvénient pour les popu- l’allocation optimale des ressources (ici les capitaux) par un
lations, moins bien protégées. marché financier plus liquide car plus vaste.
Pour les pays concurrents : inconvénients économiques (perte 2. Après réunification au début des années 1990, les pays autres
des gains réalisés par le pays plus attractif) si ces pays ne se que l’Allemagne se trouvent face au paradoxe suivant :
lancent pas à leur tour dans le moins-disant social pour rester – soit ils favorisent leur croissance économique (ils traversent
compétitifs. Auquel cas, inconvénient pour tous les pays, au une récession caractérisée par un chômage important), en bais-
plan social (sans avantage économique) par abaissement de la sant les taux d’intérêt, mais au prix d’une fuite des capitaux et
norme sociale, et des niveaux de coûts du travail. Jeu à somme d’une dégradation de leur taux de change ;
négative – soit ils relèvent les taux d’intérêt pour limiter le différen-
2. La libre-circulation du facteur travail existe au sein du tiel avec l’Allemagne, pour conserver et attirer les capitaux et
marché unique. Ce statut introduit une plus grande concurrence maintenir leur taux de change par rapport au deutsche mark
possible entre travailleurs de différents pays, dont le coût du (bénéficiant à la fois de la crédibilité et de taux d’intérêt élevés
travail est hétérogène, notamment en raison d’une part des coti- liés à la réunification), au sein du Système monétaire européen
sations sociales plus ou moins forte. Intérêt à embaucher un qui lie les taux de change entre eux (pour faciliter les échanges
travailleur par exemple roumain dans le BTP en France. Même et réduire l’incertitude), mais au prix d’une politique monétaire
si le salarié doit être payé au Smic, l’employeur ne versera pour restrictive pour l’activité économique déjà peu dynamique et
ce salarié que le montant des cotisations sociales exigibles en marquée par le chômage.
Roumanie (plus faibles qu’en France). 3. Face à ces contradictions, les spéculateurs ont mis en doute
3. En raison d’une absence d’harmonisation fiscale (cf. doc. 2 la crédibilité du SME, et la voie vers l’intégration monétaire ;
du dossier 1A) de niveau européen, les pays se livrent à une ils ont donc lancé des attaques, nommées préventives, parce
concurrence fiscale effrénée sur l’IS pour attirer les entreprises. qu’elles anticipent ce qui va arriver, et de ce fait le provoquent
En conséquence, le taux de l’IS a globalement beaucoup baissé (comme des prophéties autoréalisatrices) ce qui met un terme
en moyenne au sein de l’UE. Ce sont autant de recettes fiscales au SME : si plus aucun pays ne respecte les marges de fluctua-
en moins et/ou à compenser par des taux d’imposition supé- tions autorisées, et si ces dernières sont très grandes, alors les
rieurs sur d’autres assiettes moins mobiles que le capital. En taux de change ne sont plus fixes et le SME ne joue plus son
l’occurrence le travail, et, surtout, la consommation. rôle de stabilité des changes pour favoriser les échanges ; au
contraire, il est déstabilisant à sa fin. D’autant plus qu’avec
Exercice la montée des mouvements de capitaux (importance des mon-
Confirmation des réponses à la question 3 : entre 2002 et 2014, le tants échangés quotidiennement sur le marché des changes), les
taux moyen d’imposition sur les sociétés a baissé de 30 % à moins banques centrales ne disposent plus de montants suffisamment
de 24 %, soit une baisse de plus de 6 points, c’est-à-dire une baisse importants pour intervenir sur le marché des changes afin de
de plus d’1/5e du taux de l’IS dans l’UE en 12 ans. Inversement, la « sauver » leur monnaie face aux attaques spéculatives qui se
TVA a cru de 2 points sur la même période, en passant d’un taux
multiplient (d’où l’intérêt, voire la nécessité, d’une monnaie
moyen de 19,5 % à 21,5 %, soit une hausse de quelque 10 %.
unique pour abolir les taux de change).
4. Non, il y a nécessité de défendre leur parité au sein du
Prépa Bac SME (mécanisme de taux de change fixes). Les politiques moné-
Des politiques budgétaires restrictives (politiques écono- taires nationales sont donc consacrées au maintien de la valeur
miques qui coupent dans les dépenses publiques en particu- externe des monnaies plutôt qu’à la poursuite d’objectifs éco-
lier sociales) participent à réduire la demande des ménages, nomiques internes des pays ; la politique monétaire n’est donc
déterminant essentiel de la croissance économique. La plus autonome. C’est l’angle « autonomie de la politique moné-
recherche de compétitivité par la dévaluation salariale (les taire » qui est remis en cause, du fait du côté du triangle asso-
pays ne peuvent plus utiliser le taux de change pour amélio- ciant la liberté de circulation des capitaux aux taux de change
rer leur compétitivité prix) favorise la baisse du coût du tra- fixes qui prévaut au sein du SME.
vail, qui concourt à la faiblesse de la hausse des prix (voire 5. Les marchés financiers n’ont pas cru au fait que pouvait tenir
directement à la déflation dans certains pays). Ces éléments et perdurer cet abandon de la politique monétaire pour des
participent à la baisse de la demande, par manque de pouvoir objectifs internes face à la réalité (augmenter le taux d’intérêt

48
face à une récession semblait contre-nature, et ils prévoyaient de démocratie de niveau supranational), seul moyen d’éviter
une fin des taux de change fixes pour conserver l’autonomie de des crises de dettes souveraines, mais aussi pour favoriser la
leur politique monétaire). convergence économique (via des mécanismes de compensation
C’est donc le SME qui a disparu = angle des taux de changes avec transferts budgétaires massifs), ce qui réduit d’autant les
fixes (face au côté liberté des mouvements de capitaux et auto- risques de crise liés aux difficultés de l’UEM et la coordination
nomie de la politique monétaire). des politiques macroéconomiques.
6. En créant l’euro, on supprime de fait la question du maintien 8. Paradoxe : plus l’UEM est en difficulté, plus on a besoin de
des parités entre monnaies des pays-membres. Ainsi, au sein ce saut politique vers du fédéralisme budgétaire, et plus on
de la zone, une seule politique monétaire subsiste, totalement s’éloigne de sa réalisation. Les difficultés économiques liées
consacrée à la poursuite des objectifs internes, compte tenu du à l’UEM telle qu’elle existe à l’heure actuelle, loin de créer
fait que la liberté des mouvements de capitaux prévaut au sein l’envie d’une plus grande solidarité entre les pays, renforcent
du marché unique. le sentiment eurosceptique, voire anti-européen, et favorise le
Remarque : en créant l’euro, on résout certes les attaques spécu- repli national de la part des populations qui tendent à rejeter
latives et les problèmes de politiques monétaires des différents l’intégration européenne, ressentie comme responsable de leurs
pays entre objectifs internes et externes (stabilité des changes), maux.
et donc la question du triangle des incompatibilités en appa-
rence. Cependant, des problèmes subsistent : on ne résout pas la
question de l’hétérogénéité économique des pays qui ne nécessi- Pages 116-117 Réviser
terait pas forcément la même politique monétaire pour chacun, Exercice 1 • Le vocabulaire de l’intégration européenne
puisque les pays perdent non seulement l’autonomie de leur a : 4 • b : 14 • c : 9 • d : 2 • e : 12 • f : 3 • g : 5 • h : 7 •
politique monétaire à des fins internes mais également à des
i : 11 • j : 17 • k : 8 • l : 19 • m : 15 • n : 10 • o : 18 •
fins externes.
p : 16 • q : 6 • r : 1 • s : 20 • t : 13
Du fait d’une seule monnaie, il n’y a plus qu’une seule politique
monétaire, les pays ne disposent donc plus de l’instrument de la Exercice 2 • Mécanismes et politiques économiques
politique monétaire – ici le taux de change – pour dévaluer leur 1 : b • 2 : b • 3 : a • 4 : a • 5 : b
monnaie en cas de difficultés économiques. Actuellement, c’est Exercice 3 • UEM et politiques
le coût salarial qui joue le rôle de variable d’ajustement au sein A : 4 • B : 8 • C : 5 • D : 6 • E : 1 • F : 2 • G : 3 • H : 7
de la zone euro. On parle de « dévaluation salariale ». Exercice 4 • Le cas grec
Voir l’infographie d’Arte sur les zones monétaires optimales : – Période des années 2000  : de la création de l’euro à la
http://info.arte.tv/fr/les-zones-monetaires-optimales crise de 2008, la Grèce améliore son niveau de vie. Il passe de
On peut faire faire le quiz aux élèves préalablement à l’infogra- 25 000 $/an et par habitant à 32 000 $/an et par habitant entre
phie : http://info.arte.tv/fr/dechiffrage-euro-le-quiz 2000 et 2008. Son niveau de vie augmente de près de 30 %.
En outre, il se rapproche un peu des niveaux de vie de pays
comme l’Italie. Le PIB/hab. affichait un écart de 10 000 $ entre
Page 113 TD2 • La question grecque : un problème ces deux pays au début des années 2000, soit un niveau de vie
autant politique qu’économique inférieur de quelque 30 % des Grecs par rapport aux Italiens, en
Les questions reprennent les différents éléments du texte dans moyenne. En 2007, l’écart n’est plus que de 4 000 $ par an par
l’ordre où celui-ci les aborde. habitant, soit un niveau de vie en Grèce qui n’est plus inférieur
que d’un peu plus de 10 % seulement à celui de l’Italie (la Grèce
1. Conseil européen, Commission européenne, Eurogroupe,
bénéficie d’une inflation un peu supérieure à la moyenne des
Parlement européen + BCE. Voir avec les élèves ce qui a été fait
pays de la zone euro, de taux d’intérêt réels plutôt bas à la
en histoire-géographie, mais on peut aussi demander aux élèves
de SSP de répondre et détailler la question du rôle respectif des faveur d’une politique monétaire unique).
différentes institutions pour la classe. – Période 2008-2010 : la crise fait exploser les déficit et dette
publics de la Grèce. Alors que le déficit public s’établissait entre
2. L’UE connaît une insuffisante intégration politique et un défi-
5 et 10 % du PIB, celui-ci passe à 15 % du PIB en 2008, et la
cit démocratique. L’intergouvernemental l’emporte sur le niveau
dette publique bondit de 110 % à plus de 150 % entre 2007 et
communautaire en termes de décisions. L’UE n’a pas d’exécutif
2010.
suffisamment fort et légitime, y compris symboliquement, le
Le PSC n’est pas efficace en termes de respect de la norme,
Parlement manque de pouvoir.
et pourtant, malgré le dépassement des règles de finances
3. et 4. La seule instance ayant réellement joué un rôle fédé- publiques, il ne permet pas non plus de remettre les pays sur le
ral est la BCE, en prenant en main le sauvetage de la Grèce chemin de la croissance (cf. doc. 1 : baisse du PIB/hab./an de
(liquidités), et en supervisant l’union bancaire, mais elle n’est la Grèce dès 2008).
pas démocratique. Elle prend ses décisions indépendamment de – Période post-crise 2010-2011 jusqu’à aujourd’hui : Le PIB/
toute approbation et légitimité du peuple. hab./an de la Grèce n’a cessé de chuter jusqu’en 2014. Les Grecs
5. Non, pas de contrôle démocratique via le Parlement, ni au se retrouvent au niveau de vie qu’ils avaient il y a 15 ans, en
niveau de l’UE, ni au niveau de la zone euro. Uniquement au 2000, et même un peu moins, avec un PIB/hab./an qui n’atteint
niveau des parlements nationaux, au sein de la zone euro. plus que 24 000 $. Cette évolution creuse à nouveau les écarts
6. et 7. Intégration politique plus poussée, vers davantage entre pays, puisque l’on constate une divergence accrue entre
de fédéralisme, au moins au plan budgétaire, et au moins au la Grèce dont le PIB/hab. annuel a baissé alors que celui de
niveau de la zone euro. Création d’un Parlement de la zone euro l’Allemagne croît. Presque 20 000 $ séparent le niveau de vie
(question 5), voire véritable gouvernance de la zone euro via par habitant de ces deux pays : les Allemands sont en moyenne
un budget de la zone euro (= plus de solidarité, d’exécutif et deux fois plus riches que les Grecs.

49
Le renforcement de la coordination des politiques écono- tabilisant la crédibilité de la politique monétaire et son objectif.
miques contraint la Grèce à de féroces politiques d’ajustement, C’est l’exemple de la Grèce qui a dissimulé ses déficits, précipi-
qui, certes, rétablissent le solde budgétaire à un niveau plus tant un peu plus la zone euro dans la défiance et la crise qu’elle
conforme aux attentes européennes puisque le déficit public a traversée au tournant de la décennie.
n’est plus que de 3 % du PIB désormais. Toutefois, la dette a 2. Type de réponse attendue : choisir un des avantages abordés
continué de croître et, surtout, le pays se trouve confronté à dans le dossier 1C (cf. Prépa Bac) et le TD 1.
une croissance très faible, voire une récession qui fait croître
le taux de chômage : presque 30 % des actifs en Grèce en 2015 Partie 3 de l’épreuve composée p. 119
sont au chômage, en tout cas plus du quart de la population Proposition de plan reprenant les réponses à la question posée.
active, et le risque de pauvreté ou d’exclusion sociale concerne
I. L’UEM se heurte à des problèmes d’endettement (doc. 1)
désormais plus d’un Grec sur trois. Il est tout de même aussi et, plus globalement, de convergence nominale.
le fait d’un Allemand ou Français sur cinq. La coordination des
A. Cette limite est liée à la nature même de la coordination,
politiques économiques n’est donc pas source de croissance (cf.
contraignante et réglementaire : cf. le PCS qui, paradoxalement,
l’Italie dont le niveau de vie baisse aussi depuis 2010, celui de
en limitant les possibilités de croissance économique par des
la France stagne plutôt), mais elle est de plus coûteuse socia-
politiques de relance par creusement des déficits, accroît l’en-
lement, avec un chômage en hausse, et un risque de pauvreté
dettement, en % du PIB, par manque de croissance (contraire-
accru. Si certains pays, comme l’Allemagne, connaissent une
ment aux États-Unis, cf. dossier 2B).
amélioration de leurs indicateurs économiques, voire sociaux,
alors l’UE creuse l’hétérogénéité et favorise la divergence, bien B. Paradoxalement, du même coup, le PCS n’est même pas res-
plus qu’elle n’est source de convergence économique et de pecté, ce qui en soi est aussi une limite.
prospérité. II. L’UEM se heurte à des problèmes plus structurels
d’hétérogénéité entre pays qui rendent la coordination
des politiques économiques d’autant plus difficile (doc. 2). 
Pages 118-119 Méthode Bac A. Les niveaux de vie sont disparates, les niveaux de rémunéra-
tion aussi. La difficulté de coordination des politiques écono-
Application p. 118
miques s’en trouve d’autant plus accrue...
1. – Notions mobilisées pour la question 1 de la partie 1 de B. …Et nécessaire. Existent sinon des problèmes de concurrence
l’épreuve composée : union monétaire (zone euro) et politiques jugée déloyale entre pays, de niveaux de vie différents voire,
conjoncturelles. Les élèves doivent connaître leur contenu et
pire, des comportements tendant au moins-disant social (et/
implications. Voir le dossier 2A, le lexique et les Acquis de 1re
ou fiscal) afin de réduire les coûts du travail pour améliorer la
en ouverture de thème.
compétitivité prix du pays. Loin d’améliorer le niveau de vie de
– Notions mobilisées pour la question 2 de la partie 1 de
l’UEM, ces politiques non coopératives peuvent non seulement
l’épreuve composée : union monétaire (zone euro), BCE, taux
ne pas faire tendre l’UE vers une amélioration du bien-être mais,
de change, taux d’intérêt.
de plus, elles portent préjudice au processus d’intégration en
2. À quels problèmes/quelles difficultés doit faire face l’UEM, termes de coopération.
une zone économique intégrée dotée d’une politique et monnaie III. Ces difficultés précédentes montrent une limite plus
uniques et de politiques budgétaires coordonnées (PSC) ? globale et essentielle de l’UEM concernant le processus
3. Voir le plan proposé en correction de la partie 3 de l’épreuve même d’intégration (doc. 3).
composée. A. Face à ces problèmes, c’est d’une intégration économique et
politique accrue dont l’UEM a besoin.
Partie 1 de l’épreuve composée, p. 119
Aussi, pour pallier les problèmes de coordination insuffisante
1. Type de réponse attendue : quels sont les effets de l’union et/ou peut-être insuffisamment cohérente et efficace, faut-il
monétaire sur les politiques conjoncturelles des différents pays- modifier la nature même de la coordination en l’approfondissant.
membres et, plus particulièrement, le fait que celles-ci sont B. Compte tenu justement de la grande diversité de pays et
d’autant plus inter-reliées dans le cadre de la zone euro. situations, cette solution constitue du même coup une limite
L’union monétaire lie les différents pays-membres par une mon- supplémentaire puisque le passage à une gouvernance écono-
naie unique et sa politique monétaire unique. Les décisions
mique accrue semble pour l’heure difficile, du fait même de
politiques d’un pays, notamment en matière de politiques bud-
l’hétérogénéité et des difficultés rencontrées par l’UEM.
gétaires – instrument conjoncturel restant à sa disposition –,
peuvent avoir des effets sur les choix de la politique monétaire
et, de fait, nuire aux autres pays de la zone. Pages 120-121 Bac Blanc
Par exemple, une situation dégradée des finances publiques d’un
pays peut porter atteinte à la crédibilité de l’ensemble de la I. La coordination des politiques économiques tend
zone monétaire, et faire croître les taux d’intérêt de tous, et/ou à accroître les inégalités économiques et sociales,
générer de l’inflation, et compromettre la politique monétaire entre pays et à l’intérieur des pays
de la zone euro. A. Du fait de l’assainissement des politiques budgétaires, les
Pour cette raison, la coordination des politiques budgétaires États ne peuvent plus lutter contre les inégalités au sein de
restées autonomes est exigée. On encadre celles-ci afin d’éviter leur pays.
les effets de débordements, et les comportements de passager §1. La baisse des dépenses publiques limite la réduction des
clandestin. inégalités.
Un pays pourrait sinon profiter de taux d’intérêt bas, tout en – Doc. 1 : inégalités régionales, aussi bien économiques que
menant des politiques expansionnistes au détriment de ses voi- sociales, en termes d’emploi et de niveau de richesses (et
sins et qui affecteraient, à terme, les objectifs de la BCE en dés- niveau de vie), de chômage, de pauvreté, d’espérance de vie.

50
§2. La baisse des dépenses publiques pour répondre au PSC §2. La spécialisation qui a pris place ne permet pas de remédier
limite l’investissement source de croissance de long terme (lien aux problèmes de divergence, au contraire. Les pays les plus
au doc. 1). riches sont spécialisés dans les activités les plus dynamiques.
B. La nature de la coordination accroît les inégalités entre pays. Et ces activités sont plus à même de diffuser les effets posi-
§1. Les pays qui sont dans des situations favorables économi- tifs de leur activité sur les autres secteurs d’activité proches
quement parviennent plus facilement à développer des dépenses géographiquement.
source de croissance et de réduction des inégalités (doc. 4), ce §3. Les stratégies de localisation des firmes ne peuvent qu’ac-
qui prépare d’autant plus leur pays à une croissance future forte croître ces processus de polarisation, reléguant les pays de la
et inclusive (doc. 2). périphérie à des activités peu sources de valeur ajoutée et d’ef-
Éducation, R&D… favorisent un processus de croissance auto- fets de diffusion, pays qui sont également les plus en proie aux
entretenue, de longue période, auquel ne peuvent participer problèmes conjoncturels.
les pays pris dans des plans d’ajustement rigoureux. Ils doivent B. L’absence d’approfondissement de l’intégration, par une soli-
réduire toute dépense, pour assainir leurs finances publiques, ce darité faite de mécanismes de transfert entre pays riches et
qui limite la croissance et accroît leur endettement. pauvres ne va faire qu’accroître les disparités.
§2. Les processus sont cumulatifs et conduisent à une diver- §1. Les politiques conjoncturelles entravent la reprise écono-
gence structurelle des économies (doc. 3). mique qui favorisait des dépenses favorables à une croissance
II. Ces inégalités risquent de s’accroître au cours du temps, structurelle prompte à limiter la divergence, cf. R&D (doc. 4).
si la coordination des politiques économiques telle qu’elle §2. Plus les problèmes de certains pays s’accroissent (ainsi que
est construite demeure les inégalités entre pays), plus la divergence économique s’ac-
A. L’intégration économique de l’UE a favorisé une spécialisation compagne d’une divergence d’intérêts forte, éloignant du même
préjudiciable aux pays les plus pauvres (doc. 3). coup les possibilités de solidarité entre pays, nécessaire à une
§1. Loin d’avoir favorisé la montée des échanges intra-branches, intégration politique accrue, source de transferts économiques
la construction européenne a favorisé la concentration des activi- conséquents capables de réduire les inégalités entre pays, voire
tés par branche, au sein des pays (volonté de réalisation d’écono- de redistribuer les cartes de la spécialisation se mettant de facto
mies d’échelle) développant de ce fait une spécialisation par pays. en place (doc. 3).

51
3. Economie du développement durable

Page 122

Revoir les acquis de Première


Exercice 1 Exercice 2
1. a • 2. b • 3. c • 4. c • 5. b a : 5 • b : 1 • c : 2 • d : 3 • e : 4


Chapi
tre La croissance économique est-elle
5 compatible avec la protection
de l’environnement ?
La démarche du chapitre
Ce chapitre comporte deux parties :
– La première partie aborde la question des relations entre croissance économique et environnement et des implications
de celles-ci. Tandis que le premier dossier présente les conséquences de la croissance économique sur l’environnement,
le second montrera qu’en retour, les atteintes à l’environnement menacent cette même croissance : il sera ici question
des limites écologiques auxquelles se heurte la croissance économique (épuisement des ressources énergétiques,
augmentation de la concentration des gaz à effet de serre, etc.). La nature des relations croissance économique/
environnement identifiées, il sera possible dans un dernier temps d’aborder la question de la soutenabilité.
Plus précisément, on expliquera pourquoi l’analyse économique du développement durable s’intéresse à la question décisive
du degré de substitution entre les différents capitaux. Une importance toute particulière sera accordée à la distinction
entre les deux modèles de soutenabilité (forte vs faible) ainsi qu’aux implications politiques qui en découlent.
– La seconde partie examine quant à elle, à partir d’exemples concrets, les trois instruments principaux de toute politique
climatique : les instruments « réglementaires » d’une part, les instruments « économiques » d’autre part (taxation et quotas
d’émission). Pour l’analyse de ces instruments, et conformément aux instructions du programme officiel, les exercices et
la représentation graphique ont été privilégiés. Enfin, au terme de cette partie, on a choisi d’insister sur la complémentarité
des différents instruments préalablement examinés.

Bibliographie et webographie
Outre celles qui sont présentées en fin de chapitre page 145, – ARTUS Patrick, D’AUTUME Antoine, CHALMIN
on pourra se référer utilement aux ressources suivantes, Philippe, CHEVALIER Jean-Marie, « Les effets d’un prix
qui sont parmi les plus accessibles : du pétrole élevé et volatile », Rapport du CAE, n° 93,
– LE CACHEUX Jacques, LAURENT Éloi, Économie de La Documentation française, Paris, 2010.
l’environnement et économie écologique, Armand Colin, – BUREAU Dominique, MOUGEOT Michel, « Politiques
Paris, 2012. environnementales et compétitivité », Rapport du CAE,
– « Enjeux et politiques de l’environnement », Cahiers n° 54, La Documentation française, Paris, 2004.
français, n° 306, janvier-février 2002.
Enfin, on peut compléter les références précédentes
– « L’environnement sacrifié ? », Cahiers français, n° 374,
par les ouvrages suivants :
mai-juin 2013.
– BONTEMS Philippe, ROTILLON Gilles, L’économie de
– « Développement et environnement », Cahiers français,
l’environnement, éditions La Découverte, coll. « Repères »,
n° 337, mars-avril 2007.
Paris, 2007 ; www.editionsladecouverte.fr
– « Les économistes peuvent-ils sauver la planète ? », Regards
– ROTILLON Gilles, Économie des ressources naturelles,
croisés sur l’économie, n° 6, 2009.
éditions La Découverte, coll. « Repères », Paris, 2002.
– « Le monde de l’après-pétrole », L’Économie politique,
– VIVIEN Franck-Dominique, Le développement soutenable,
n° 33, 2007.
éditions La Découverte, coll. « Repères », Paris, 2005.
– « Une économie écologique est-elle possible ? »,
– TIETENBERG Tom, LEWIS Lynne, Économie de
L’Économie politique, n° 69, 2016.
l’environnement et du développement durable, De Boeck,
Les rapports du CAE et/ou les notes du CAE ont, à plusieurs Paris, 2013.
reprises, porté sur la question de ressources naturelles et de
Les sites consacrés à ces questions sont tout aussi nombreux.
l’environnement. Par exemple :
Il est néanmoins possible de retenir :
– TIROLE Jean, « Politique climatique : une nouvelle
– Le site SES-ENS rassemblant différentes ressources sur
architecture internationale », Rapport du CAE, n° 87,
les concepts, apports théoriques et problématiques associés
La Documentation française, Paris, 2009.

52
à la question du développement durable : ses.ens-lyon.fr/ mais qui propose également de nombreux documents en
ressources/grands-dossiers/le-developpement-durable français : www.ipcc.ch
– le site de l’Institute for Climate Economics soutenu par – Le site TED, qui propose de nombreuses conférences
la Caisse des dépôts consacré au changement climatique : ayant comme thème l’environnement : www.ted.com/topics/
www.i4ce.org environment. On retiendra plus particulièrement celles
– Le site du Groupe d’experts intergouvernemental sur de Nicholas Stern ou d’Al Gore.
l’évolution du climat (GIEC), principalement en anglais,

Pages 124-125 ouverture De chapitre 2. L’augmentation du prix du pétrole, pour partie conséquence
naturelle de l’exploitation accrue des ressources existantes, peut
Pour commencer limiter le développement de l’automobile. Le progrès technique
Le dessin de Xavier Gorce suggère un paradoxe : alors que le peut également contribuer à une réduction de l’impact environ-
réchauffement climatique est considéré comme un défi écono- nemental de l’automobile. Enfin, des mesures réglementaires et/
mique majeur, les réponses politiques semblent insuffisantes ; ou incitatives peuvent modifier l’usage de l‘automobile et, par
comment expliquer un tel paradoxe ? voie de conséquence, ses effets sur l’environnement.

Activité vidéo Doc. 2 • L’environnement : un bien commun


1. On parle de surpêche lorsque le renouvellement des stocks 1. Les ressources halieutiques sont un bien non excluable (« un
n’est plus assuré et que la survie de l’espèce en question est pâturage ouvert à tous ») mais rival, donc épuisable (« un monde
menacée. qui est limité »).
2. Jusqu’à présent, le choix a été fait d’imposer aux pêcheurs 2. À court terme, l’intérêt des pêcheurs est de maximiser le
des quotas limitant le nombre de prises de thon rouge dans une volume des prises. Mais en procédant ainsi, ils menacent la
saison. survie des espèces qui, pêchées en excès, ne parviendront plus
3. Malgré ces quotas, les stocks de thon rouge sont en fort à renouveler leurs effectifs.
déclin depuis 20 ans. L’intervention politique apparaît ici insuf- 3. Si le bien est commun, les bénéfices de son utilisation sont
fisante au regard des problèmes de long terme. privés tandis que les coûts sont partagés entre tous les membres
de la collectivité. Il est donc rationnel pour l’individu d’exploiter
cette ressource au-delà de ce qu’il faudrait à long terme pour
DOSSIER 1 l’intérêt de la collectivité.
UNE CROISSANCE ÉCONOMIQUE 4. Au lieu de conduire à une « bonne » utilisation des ressources
INSOUTENABLE ? (le pré communal, l’environnement…), le calcul coût – avantage
et le libre-jeu du marché conduisent à leur épuisement.
5. Le coût supporté par les autres membres de la collectivité
Pages 126-127 a. L’impact De La croissance à la suite de la décision prise par un individu d’utiliser à son
économique sur La nature profit la ressource commune constitue une externalité négative.
Les quatre documents retenus ont pour objectif d’illustrer et Doc. 3 • Des ressources naturelles illimitées ?
d’expliquer l’ampleur et la nature des conséquences de la crois-
1. La notion de ressources englobe tous les gisements décou-
sance économique sur l’ensemble des dimensions de l’environ-
verts ou non et exploitables ou non, tandis que la notion de
nement (qualité de l’air, ressources naturelles renouvelables et
réserve désigne les ressources identifiées (probables ou prou-
non renouvelables). Il convient en effet de souligner la diversité
vées, évaluées, mesurées) et économiquement exploitables.
des dimensions que recouvrent les termes « environnement » et
« nature ». Ceci rappelé, le premier document se propose d’ame-
ner l’élève à réfléchir aux conséquences environnementales de
ce symbole du modèle de croissance occidental qu’est l’automo-
bile. Puis le document 2 revient sur les causes de l’épuisement
de certaines ressources naturelles, tandis que le document 3
interroge la notion même de « ressources naturelles ». Le der-
nier document offre enfin l’occasion de confronter les analyses
précédentes aux faits.

Doc. 1 • L’automobile et l’environnement


1. Le développement de l’industrie automobile a sur l’envi- 2. Seules les réserves sont épuisables (et encore : il faut sup-
ronnement différentes conséquences. Tout d’abord, l’usage poser que la demande restera la même avec le temps). En
de l’automobile s’accompagne de rejets de CO2 à l’origine du revanche, il est beaucoup plus difficile de parler d’épuisement
réchauffement climatique. Ensuite, la production automobile des ressources.
s’accompagne de déchets plus ou moins facilement recyclables. 3. L’état des techniques (d’extraction mais aussi celles utilisées
La décharge de pneumatiques usagés de Seseña, au sud de par le reste de l’économie dont dépendent les besoins en res-
Madrid (10 hectares à moins de 400 mètres des habitations), sources naturelles) permet de modifier le volume des ressources
est l’un des symboles des effets pervers du développement de naturelles disponibles. Une ressource n’est en effet ressource
l’automobile. Enfin, le développement de l’industrie automobile qu’en raison de l’usage qui en est fait. Si l’usage disparaît, ou
alimente la demande de pétrole et accélère l’exploitation des si une autre matière mieux à même de satisfaire à cet usage
gisements. est découverte, alors la menace d’épuisement disparaît égale-

53
ment. En résumé, le caractère plus ou moins fini de la ressource Pages 128-129 B. La croissance limitée par
dépend du prix et des possibilités techniques du moment. les contraintes environnementales

Exercice : Classer les différents types de bien Alors que la double page précédente s’intéressait aux consé-
quences environnementales de la croissance, les documents pré-
Excluabilité Non-excluabilité
sentés ici permettent d’étudier les conséquences économiques
Bien collectif : Bien commun : des atteintes portées à l’environnement et de montrer dans
Rivalité
défense nationale ressources halieutiques quelle mesure la croissance économique peut être entravée par
Bien de club : la dégradations de l’environnement. C’est d’ailleurs ce qui justi-
Non-rivalité Bien privé : DVD
TV payante fie le choix de l’exemple de la désertification dans les PED. Les
trois documents suivants explicitent les raisons permettant de
Doc. 4 • Croissance et pollution comprendre pourquoi la croissance vient buter sur des limites
1. Les émissions de CO2 de la Chine ont augmenté de 250 % écologiques.
entre 1990 et 2012, tandis que celles de la France ont très
Doc. 1 • La désertification en Afrique
légèrement diminué entre ces deux dates.
2. La tendance est à la baisse en France tandis que la croissance 1. La désertification a deux origines humaines principales : elle
des émissions est très soutenue en Chine. est la conséquence, d’une part, de la surexploitation des terres
afin de nourrir la population et, d’autre part, de la surexploita-
3. La Chine a connu un décollage économique à partir du milieu tion des ressources en eau. À ces deux causes directes s’ajoute
de années 1990, décollage qui repose de surcroît sur l’industrie. l’influence du réchauffement climatique, qui est lui aussi la
En France, au contraire, la croissance économique est faible sur conséquence de l ‘activité humaine.
l’ensemble de la période, et l’économie française est une écono-
mie de plus en plus tertiarisée. 2. La terre est l’une des formes que prend le capital, qui est
l’un des facteurs de production nécessaire à la création de
richesses. Sa diminution réduit le taux de croissance potentiel
Prépa Bac de l’économie.
• Séquence argumentative justifiant l’optimisme
Doc. 2 • La nature, un capital ?
écologique
Une partie des inquiétudes que suscitent les conséquences 1. Une partie du capital naturel est mise gratuitement à la dis-
de la croissance sur l’environnement résulte de la confusion position des agents. Il peut dans certain cas être non renouve-
entre ressources et réserves. Le terme « réserves » renvoie en lable. Il englobe des ressources naturelles très différentes les
effet aux ressources connues, prouvées et économiquement unes des autres.
exploitables : les « réserves » ont donc bien une limite, et 2. Tous sont sources de satisfaction et permettent la produc-
il est possible de déterminer, en fonction de leur consom- tion d’autres biens et services. Tous représentent un stock qui,
mation, le moment où elles seront épuisées. Mais il ne faut en l’absence d’entretien (= d’amortissement), diminue. Tous
pas oublier qu’à côté des réserves prouvées, existent des peuvent être l’objet d’un investissement.
ressources présumées. Par ailleurs, l’état des techniques est
changeant : des ressources, aujourd’hui inexploitables, pour- Doc. 3 • Les conséquences économiques du réchauffement
ront peut-être l’être demain. Ainsi, à la fin du xixe siècle, climatique
l’absence de substitut au charbon avait conduit Jevons, 1. Les effets sont de plusieurs ordres. L’agriculture est la pre-
par exemple, à envisager l’épuisement de cette ressource. mière activité concernée : on peut s’attendre à une baisse de
Grâce à la multiplication de substituts, permise par l’évo- la production agricole. À cela s’ajoute une augmentation des
lution des techniques, le charbon n’est aujourd’hui plus coûts d’approvisionnement en eau, des dépenses de santé, des
menacé d’épuisement. Les progrès dans les techniques dépenses de protection et/ou des dépenses d’assurance contre
d’extraction du pétrole ont également permis l’exploitation les catastrophes naturelles.
de gisements considérés jusqu’à une date récente comme 2. La colonne « Alimentation » donne des exemples de la baisse
inexploitables (cf. la notion de « pétrole non convention- des rendements agricoles consécutive au réchauffement clima-
nel »). L’augmentation du ratio réserves/consommation de tique. La colonne « Santé » donne une idée des coûts du réchauf-
l’année, qui est passé de 22 ans en 1950 à 45 ans environ fement climatique pour la santé publique.
aujourd’hui, illustre bien ce point.
• Séquence argumentative justifiant le pessimisme Doc. 4 • Les conséquences de l’augmentation
écologique du prix du pétrole
Une partie des inquiétudes que suscitent les conséquences 1. Le taux de croissance du PIB réel est le taux de croissance du
de la croissance sur l’environnement résulte du fait que PIB hors augmentation des prix. Il s’oppose au taux de crois-
les sociétés humaines, en dépit du progrès général des sance du PIB nominal. Ainsi, en 1975, hors augmentation des
connaissances techniques, ne savent pas toujours comment prix des biens et des services, le PIB des États-Unis a diminué.
reconstituer le système naturel et lui permettre de conti-
2. Il semblerait que l’augmentation du prix du pétrole s’accom-
nuer à assurer ses fonctions régulatrices. On parlera ici de
pagne d’une croissance moindre. Quelques exceptions existent
« risque d’irréversibilité ». La dégradation de l’environnement,
néanmoins, comme par exemple en 2008-2009. Si on laisse de
explicable par son statut de « bien commun », ainsi que les
côté les exceptions, on peut expliquer cette corrélation par le
conséquences à terme sur la croissance peuvent justifier le
fait que le pétrole est l’une des matières premières qui entrent
pessimisme écologique. Le réchauffement climatique offre
dans les coûts de production des entreprises. Une augmenta-
un exemple des conséquences probablement irréversible de
tion de son prix s’apparente à un choc d’offre négatif (cf. cha-
la croissance économique.
pitre 2). En revanche, en 2008, la récession s‘explique par un

54
choc de demande négatif : le prix du pétrole diminue ici suite 4. On peut reprocher à la notion de développement soutenable
à la baisse du PIB. de manquer de précision. Quels sont exactement les besoins que
3. À long terme, le prix du pétrole est appelé à augmenter. l’on estime devoir être impérativement satisfaits ? En supposant
Toutes autres choses restant égales par ailleurs, cela se traduira que l’on puisse aujourd’hui procéder à cette définition, celle-ci
par un renchérissement des coûts de production des entreprises. sera-t-elle la même pour les générations futures ? Par ailleurs,
à partir de quand estime-t-on que l’épuisement des ressources
puisse compromettre la capacité des générations futures à satis-
Prépa Bac faire leurs besoins ? Ne faut-il pas tenir compte des possibilités
• Parce que la nature est un capital, donc un input, son offertes par le progrès technique ?
épuisement et/ou sa diminution peut diminuer la crois- Doc. 2 • Soutenabilité faible…
sance économique potentielle. L’obstacle que représente la
1. Les générations présentes peuvent ou bien laisser intact le
désertification au décollage économique offre un exemple de
monde dans lequel nous nous trouvons, ou bien remplacer le
l’importance du capital naturel dans la croissance.
capital (naturel) détruit par d’autres formes de capital (humain,
• Parce que le pétrole est l’une des matières premières les
physique). Solow privilégie la deuxième solution. En effet, pour
plus importantes, l’augmentation de son prix accroît les
Solow, ce qui importe est de maintenir constante une capacité
coûts de production des entreprises et a pu constituer, à
de production (et ce quels que soient les facteurs de production
plusieurs reprises par le passé, un « choc d’offre négatif »
utilisés).
pour les économies occidentales.
Ainsi, si grâce aux possibilités de substitution existantes il est
possible d’envisager la destruction des ressources naturelles
sans que cela compromette les possibilités de développement
Pages 130-131 C . Pour une croissance économique des générations futures, il n’est pas nécessaire de rechercher à
maintenir en l’état le stock de capital naturel.
soutenable
2. Substituabilité : il est possible de maintenir un niveau donné
Nous avons fait le choix d’introduire la notion de soutenabilité
de production en remplaçant un type de capital par un autre.
par un exercice qui doit permettre à l’élève d’appréhender cette
Complémentarité : le maintien d’un niveau donné de produc-
notion à partir de sa propre expérience. Le document 1 en pro-
tion exige un rapport constant entre deux types de capital.
pose une définition plus rigoureuse et plus précise. Les deux
documents suivants permettent d’introduire la distinction entre 3. Solow fait ici l’hypothèse que les techniques disponibles
soutenabilité forte et soutenabilité faible en mettant notam- autorisent aisément la substitution d’un type de capital à un
ment l’accent sur la question décisive du degré de substituabi- autre et ainsi maintiennent constant le niveau de la production.
lité entre les différents types de capitaux. 4. Si les différents capitaux sont substituables, il est possible
d’envisager la destruction des ressources naturelles sans que
Exercice : Calculez votre empreinte écologique cela compromette les possibilités de développement des généra-
1. De nombreux calculateurs d’empreinte écologique sont dispo- tions futures : il suffit pour cela de remplacer le capital naturel
nibles sur Internet. Celui de WWF Belgique complète son ques- détruit par du capital non naturel.
tionnaire par une série d’actions à mettre en place pour réduire
son empreinte et apprendre à ne consommer que les intérêts Doc. 3 • … ou soutenabilité forte ?
et non le capital  : http://calculators.ecolife.be/fr/calculator/ 1. Le personnage principal du comic strips a tenté de substituer
calculez-votre-empreinte-%C3%A9cologique?lang_select=1 du capital humain au capital physique. Or le dessin suggère qu’il
2. Le mode de vie occidental n’est pas soutenable dans la mesure n’est pas vraiment possible d’envisager de remplacer le capital
où il exigerait, s’il était généralisé, davantage de ressources natu- naturel détruit (le sapin) par un autre type de capital (ici le
relles que la planète n’en dispose. capital humain). On parle alors de substituabilité imparfaite.
3. On devrait constater que l’empreinte écologique d’un jeune Le dessin peut être l’occasion de s’interroger sur la manière
Européen est plus élevée que la moyenne mondiale mais plus faible dont on peut mesurer le degré de substituabilité entre deux
que celle des habitants des États-Unis. En effet, l’empreinte écolo- facteurs de production. Traditionnellement, la facilité plus ou
gique moyenne mondiale équivaut approximativement à 5 terrains moins grande de substitution entre ces deux formes particu-
de foot. Le mode de vie d’un Européen exige en moyenne 10 ter- lières que sont le capital naturel et le capital non naturel se
rains de foot, celui d’un Américain 20 terrains.
mesure en calculant l’élasticité de substitution de deux types
Doc. 1 • Qu’est-ce que la soutenabilité ? de capitaux par rapport à leur prix relatif. Formellement, l’élas-
ticité de substitution se définit comme la variation (en pourcen-
1. Le développement soutenable (ou durable) est un développe-
tage) de l’intensité d’utilisation des capitaux utilisés à la suite
ment présent qui ne compromet pas les possibilités des généra-
d’une variation (toujours en pourcentage) de leur prix relatif.
tions futures de disposer des mêmes conditions de vie.
Autrement dit, l’élasticité de substitution indique de combien
2. Le PIB est un indicateur de richesses, et non de dévelop- se modifie, en pourcentage, le rapport du stock de capital non
pement, et moins encore de développement soutenable dans naturel au capital naturel quand le coût du capital naturel par
la mesure où l’augmentation de la richesse présente, en raison rapport au coût du capital non naturel se modifie de 1 %. Une
de ses atteintes à l’environnement, compromet la capacité des parfaite substituabilité, correspondant à une élasticité de subs-
générations futures à satisfaire leurs besoins. titution entre le capital naturel et le capital reproductible, est
3. Dans la mesure où le développement soutenable exige la supérieure ou égale à 1.
satisfaction de tous les besoins encore non satisfaits des géné- En pratique, que savons-nous de la valeur de cette élasticité ?
rations présentes et futures, il exige une certaine croissance. Tout dépend en fait du type de ressources naturelles auxquelles
Cette croissance doit néanmoins être « harmonieuse ». on s’intéresse. Par exemple, les ressources telles que le fer, l’or

55
ou les métaux non ferreux sont, dans l’ensemble, relativement ailleurs, ce type de mesure n’incite pas à réduire les émissions
substituables. On peut en revanche se demander s’il en va de au-delà de 50 % ni à développer des véhicules moins polluants.
même pour toutes les ressources naturelles… 3. Limites d’émission des véhicules automobiles mis sur le marché
2. S’il n’est pas possible d’envisager de remplacer le capital (ex. normes Euro 1 à 6) ; réglementation thermique pour les bâti-
naturel détruit par du capital physique (ou humain, ou institu- ments neufs ; interdiction d’utilisation de certains gaz à effets de
tionnel, ou social…), la soutenabilité de la croissance exigera serre utilisés comme fluide frigorigènes (comme le fréon).
de maintenir constant le stock de capital naturel, ce qui obli-
gera à minimiser la consommation matérielle. Il faudrait donc, Doc. 2 • Les avantages de la réglementation
si l’on suit le concept de durabilité « forte », envisager à terme 1. La réglementation s’impose lorsque les pollutions sont par-
une économie stationnaire (dans sa composante matérielle en ticulièrement dangereuses, lorsque que l’on cherche à atteindre
tout cas). rapidement un objectif précis de dépollution, lorsque politique-
3. La soutenabilité est dite forte dans la mesure où l’on s’im- ment on veut donner un signal à l’opinion publique ou lorsque
pose la contrainte, « forte », de devoir maintenir le stock de l’on veut inciter à l’innovation.
capital naturel inchangé. 2. Elles sont relativement simples à mettre en œuvre et (relati-
vement) bien (mieux) acceptées par l’opinion publique.

Prépa Bac Doc. 3 • Les inconvénients de la réglementation


1. La réglementation permet une réduction de la pollution : elle
Modèle de soute- Modèle de soute-
nabilité faible nabilité forte
est efficace au niveau environnemental.
Mais cette réduction de la pollution ne se fait pas au meilleur
Degré de substi- coût : en s’appliquant indistinctement à tous les agents, ou à
tuabilité des res- Fort Faible
sources naturelles
un ensemble d’agents considéré comme un bloc homogène (par
exemple dans le cas de la circulation alternée où la moitié des
Confiance dans le automobilistes est interdite de circulation), la règle ne fait pas
Fort Faible
progrès technique
supporter le coût de la dépollution à ceux qui sont les plus à
Nature du capital même de le supporter.
dont le volume
doit rester
Capital global Capital naturel 2. Si l’État dispose d’une information parfaite, il peut adapter
constant la réglementation aux capacités de chacun : les règles les plus
sévères seront réservées à ceux qui ont le plus de facilité à les
Taux de croissance
de l’économie respecter ; les moins contraignantes à ceux qui ont les coûts de
envisageable à dépollution les plus élevés.
Fort Faible
long terme (= 3. Face à une règle, les agents se contentent de s’y conformer :
perspectives de
la pollution ne diminuera pas en-deçà du niveau fixé réglemen-
croissance)
tairement. Par exemple, si l’État fixe une norme d’émission de
C02, les agents ne réduisent pas leurs rejets en-deçà du seuil
fixé, puisqu’ils n’y sont aucunement incités.

Exercice : La norme, une solution inefficace ?


DOSSIER 2
1. La fonction de coût marginal de dépollution indique ce que
QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES coûte à une entreprise la réduction d’une unité du volume de ses
POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE ? émissions polluantes. Elle est ici décroissante dans la mesure où
l’on suppose qu’il est plus facile de réduire ses émissions d’une
unité quand on pollue beaucoup que quand on pollue peu.
Pages 132-133 a. Les mesures réGLementaires 2. Tant que le coût marginal est positif, le coût total croît. Le coût
total de la dépollution est égal à la somme des coûts marginaux
L’exemple classique de la circulation alternée (doc. 1) doit per- de dépollution.
mettre à l’élève de dégager les caractéristiques propres à toute
3. La nature des techniques utilisées, l’inégale facilité à trouver
mesure réglementaire. Ce travail préalable de définition réalisé, des techniques de substitution, l’environnement de l’entreprise…
il sera possible de dégager les avantages (doc. 2) et les incon- sont quelques-uns des éléments qui permettent de comprendre ces
vénients (doc. 3) de cet instrument particulier. Conformément différences.
aux instructions officielles, nous avons fait le choix de conclure 4. L’entreprise B.
cette double page par un exercice d’application mobilisant la
5.
représentation graphique, exercice qui permet de retrouver et
d’illustrer les résultats des deux textes précédents.

Doc. 1 • Un exemple de mesure réglementaire :


la circulation alternée
1. La circulation alternée permet de réduire par deux la circula-
tion automobile, et donc les émissions polluantes, en tirant au
sort ceux à qui il est interdit d’utiliser leur véhicule.
2. Il est possible d’enfreindre l’interdiction en maquillant sa
plaque ; ou alors, les agents peuvent se procurer deux véhicules :
l’un avec une plaque paire, l’autre avec une plaque impaire. Par

56
taire » dans le cas précédent, elle est « incitative » (économique)
Chacune des deux entreprises rejette désormais 100 tonnes de CO2
dans l’atmosphère. Le coût de dépollution que supporte A corres- ici. Le péage s’apparente à une taxe. Si les individus souhaitent
pond au triangle ABC ; celui de l’entreprise B au triangle A’B’C’. absolument utiliser leur véhicule, ils le peuvent.
On remarque que A supporte un coût total de dépollution beaucoup 2. Il sera ici intéressant de faire s’exprimer les élèves et de leur
plus élevé que B. faire relever la distinction réglementation/taxation.
6. Il aurait été possible d’obtenir un même résultat écologique à
moindre coût : il aurait fallu que l’entreprise A, dont les coûts sont Doc. 2 • Les inconvénients de la taxation
les plus élevés, soit soumise à une norme d’émission moins stricte 1. En l’absence de toute intervention de l’État, les entreprises
tandis que l’entreprise B, dont les coûts de dépollution sont plus produiront Qe ; en effet, l’offre collective correspond à la fonc-
faibles, soit soumise à une norme plus stricte. Par exemple, en tion de Cm privé. La quantité optimale Q* correspond quant
augmentant le montant du volume de 25 pour A et en le réduisant à elle au point d’intersection entre la courbe de Cm social et
de 25 pour B, le résultat écologique est le même que si chacun la demande. Si on veut, par une taxe, atteindre ce niveau de
des deux est soumise à une norme de 100, mais pour un coût
production, il est nécessaire de majorer la fonction de Cm privé
collectif moindre : une norme indifférenciée est donc bien source
d’une taxe correspondant au Cm externe. En d’autres termes,
d’inefficacité.
le taux optimal de la taxe doit refléter le dommage marginal
provoqué par les émissions
Prépa Bac 2. La détermination du montant de la taxe à son niveau optimal
• Arguments en faveur de la réglementation suppose connue la fonction de Cm social, c’est-à-dire le montant
– « Interdire l’usage de certaines substances, bannir certains des dommages (externes) occasionnés par la pollution.
composants, imposer des limites quantitatives à certain rejets 3. En raison de la propension à consommer (plus élevée) et de
ou certaines émissions polluantes permet de lutter contre les la structure des dépenses des ménages les plus pauvres, une
nuisances dans le cadre des politiques sanitaires. » (Doc. 2) taxe qui frapperait la consommation d’énergies fossiles affecte-
– « Les interdictions et normes environnementales peuvent rait davantage les ménages les plus pauvres.
produire des effets durablement bénéfiques. En effet, dès
Doc. 3 • Les avantages de la taxe
lors que l’usage de certaines substances est interdit, que des
limites sont imposées à certains rejets, la norme fait naître 1. Le principe du « pollueur-payeur » consiste à soumette le
une incitation à l’innovation, pour remplacer le produit inter- pollueur à une taxe proportionnée à la pollution. L’entreprise
dit ou réduire les rejets visés. » (Doc. 2) qui pollue intègre ainsi dans son processus de décision le coût
• Arguments en défaveur de réglementation externe de la pollution.
– « Une première difficulté réside dans la définition du niveau 2. À la différence de la norme, les agents sont libres de choisir
de la norme, dans un contexte d’information imparfaite. » leur niveau de pollution. Ceux pour qui la dépollution repré-
(Doc. 3) sente un effort trop important préféreront s’acquitter de la taxe
– « La norme n’a pas de caractère incitatif. Les agents écono- et continuer de polluer comme avant. Au contraire, ceux qui
miques ne sont pas encouragés à faire mieux que ce qu’elle peuvent facilement réduire leurs émissions polluantes le feront
prescrit. » (Doc. 3) de manière à éviter de payer la taxe. Au final, les agents qui ont
– Une norme uniforme ne permet pas de minimiser les coûts le coût de dépollution le plus faible seront ceux qui contribue-
de la dépollution. Pour obtenir un résultat écologique donné ront le plus à la lutte contre la pollution. En faisant supporter à
à moindre coût, il faut que les agents dont les coûts de ceux qui ont les coûts de dépollution les plus faibles l’essentiel
dépollution sont les plus élevés soient soumis à une norme des efforts de lutte contre la pollution, on est sûr, pour un
d’émission moins stricte que celle à laquelle sont soumis les niveau de dépollution donné, de minimiser le coût total que la
agents dont les coûts de dépollution sont les plus faibles. Or collectivité doit supporter.
il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de parvenir 3. La fiscalité écologique procure un premier bénéfice (« divi-
à une différenciation fine et complète des normes (exercice). dende ») écologique mais aussi un second dividende sous forme
de recettes fiscales qui peuvent contribuer elles aussi à une
meilleure efficacité économique en autorisant une diminution
Pages 134-135 B. La taXation des autres impôts ; notamment les charges qui pèsent sur le
Ouvrir cette double page par l’exemple des péages urbains travail, ce qui peut favoriser l’emploi (cf. mécanisme de la TVA
permet de faire écho au cas de circulation alternée choisi dans sociale).
la double page précédente. Il sera ainsi possible de procéder à
Exercice : Taxe et niveau optimal de production
une comparaison entre les deux types de mesure afin de dégager
ce en quoi le péage urbain, et plus généralement toute forme de 1.
taxation, diffère radicalement de la circulation alternée, et plus
généralement de toute mesure réglementaire. Les deux docu-
ments et l’exercice qui suivent obéissent à la même logique que
les documents retenus dans la double page précédente : iden-
tifier les avantages et les inconvénients de la taxation d’abord,
puis appliquer le modèle dans le cadre d’un exercice recourant à
la représentation graphique ensuite.

Doc. 1 • Le péage urbain de Londres (depuis 2013)


1. Dans les deux cas, l’objectif est de réduire la circulation auto-
mobile dans les centres urbains. Mais la mesure était « réglemen-

57
2. Il faut translater la courbe d’offre vers la gauche ; la translation rise à regrouper ces deux outils de la politique climatique sous
correspond au montant du coût externe. la même étiquette d’« instruments économiques ».
Q
480 540 600 660 720 780 840 Doc. 1 • Principe du marché carbone
offerte
1. Sur le marché des quotas d’émission existent une offre et
Cm 22 23 24 25 26 27 28
social (19 +3) (20 +3) (21 +3) (22 +3) (23 + 3) (24 +3) (25 +3) une demande dont la rencontre conduit à la fixation d’un prix
d’équilibre. Ce marché est relativement concurrentiel : il satisfait
3. 540 notamment aux conditions d’homogénéité et d’atomicité.
2. Le bien échangé est donné par l’État aux entreprises.

Doc. 2 • Les inconvénients des quotas d’émission


1. Comme tout marché, le marché des droits à polluer est sus-
ceptible d’être victime de fraudes et/ou de spéculation.
2. L’instabilité des prix complique la tâche des entreprises, qui
peuvent hésiter à se lancer dans des projets à long terme de
réduction de leurs émissions : elles ne sont en effet pas assurées
que le prix du quota, suffisant aujourd’hui pour justifier un pro-
gramme de réduction de leurs émissions, le soit encore demain.
4. En taxant le producteur, l’État peut amener celui-ci à tenir 3. La faiblesse des prix sur le marché du carbone traduit la
compte du coût externe et à réduire sa production. surabondance des quotas alloués par rapport aux besoins. Début
5. Si l’État impose au producteur une taxe de 3 euros par tonne 2012, la Commission estimait à plus de 2,1 milliards de tonnes
produite, l’offre privée coïncidera avec le Cm social. Le prix et la de CO2 l’excédent de crédits carbone par rapport aux besoins
quantité d’équilibre du marché correspondront au prix et à la quan- pour la période 2013-2020, soit l’équivalent des quotas dis-
tité optimaux. tribués en 2013 ou 13,4 % du total pour la période. En cause
notamment : la crise de 2008, qui a entraîné une forte réduction
de l’activité industrielle, mais aussi les importants volumes de
Prépa Bac crédits carbone acquis par les entreprises au titre du proto-
Les taxes reposent sur le principe du « pollueur-payeur » : cole de Kyoto et certifiant des baisses d’émission réalisées dans
en instaurant un prélèvement correspondant au coût de les pays du Sud. Pour la suite, l’excédent devrait cependant se
l’externalité, les pouvoirs publics contraignent l’entreprise résorber, mais très lentement. C’est également à partir de 2021
qui pollue à intégrer dans son processus de décision le coût qu’entrera en fonction un nouveau mécanisme de retrait auto-
externe de sa décision. Son coût marginal de production matique des quotas excédentaires.
étant désormais plus élevé, l’entreprise réduit sa production 4. Les 12 000 entreprises qui disposent d’énormes quantités de
(et sa pollution). Si le montant de la taxe est correctement crédits non utilisés ne sont donc pas incitées à réduire leurs
choisi, le niveau de production retenu correspond au volume émissions.
de production optimal (Q*).
Exercice : Quotas et marché des droits à polluer
1. L’entreprise dépollue tant que cela lui coûte moins cher que
de se procurer un quota : l’entreprise A choisira donc de rejeter
150 tonnes de CO2 et demandera donc 150 quotas ; l’entreprise B
choisira de rejeter 50 tonnes de CO2 et demandera 50 quotas.
2. L’entreprise A va acheter les 50 quotas dont elle a besoin à
l’entreprise B qui n’utilise que la moitié de sa dotation.
3. D’un point de vue environnemental, les deux solutions sont
comparables. En revanche, à réduction identique du montant total
des émissions de CO2, le coût supporté par l’ensemble des deux
entreprises est plus faible dans le cas des quotas d’émission échan-
geables que dans celui de la norme imposée.

On peut donc dire que les autorités publiques parviennent par Doc. 3 • Les avantages des quotas d’émission
la taxation à rétablir les incitations nécessaires à la conver- 1. En fixant le montant de permis dont bénéficient initialement
gence entre intérêts privés et intérêt collectif. les entreprises polluantes, l’État est sûr que l’objectif de dépol-
lution sera atteint.
2. À la différence de la norme, les agents sont libres de choisir
Pages 136-137 c. Les quotas D’émission leur niveau de pollution. Ceux pour qui la dépollution représente
Après avoir rappelé le fonctionnement des marchés de quotas un effort trop important préféreront acquérir des permis d’émis-
d’émission, il sera possible d’utiliser les deux autres documents sion supplémentaires et continuer de polluer comme avant. Au
et l’exercice pour identifier les avantages et les inconvénients contraire, ceux qui peuvent facilement réduire leurs émissions
de la taxation d’abord, pui appliquer le modèle dans le cadre polluantes le feront de manière à éviter d’utiliser leurs quotas,
d’un exercice recourant à la présentation graphique ensuite. qu’ils revendront sur le marché. Au final, les agents qui ont le
Ils offrent également l’occasion de montrer ce qui rapproche la coût de dépollution le plus faible seront ceux qui contribueront
technique du marché d’émission de la taxation, et ce qui auto- le plus à la lutte contre la pollution.

58
quota, une seule information, le prix du carbone, s’intègre au
Prépa Bac
processus décisionnel d’investissement et de gestion. De cette
La puissance publique commence par définir un plafond manière, les émetteurs sont en mesure de choisir l’option la
global d’émission, correspondant à l’objectif environnemental moins chère avec une grande flexibilité, en fonction de leur
recherché. Les quotas d’émission sont ensuite distribués aux situation propre.
participants, qui doivent s’assurer de disposer du montant 3. L’auteur propose la mise en place de subventions financées
de quotas correspondant au niveau de pollution visé. Si la par les recettes de la fiscalité écologique.
quantité de quotas attribuée initialement ne correspond pas
4. La taxation ou le marché des quotas permettent de réduire la
à leur pollution, ils doivent acheter d’autres quotas sur un
pollution tout en minimisant le coût que doivent supporter les
marché où ceux-ci peuvent librement être échangés à un prix
entreprises. De cette manière, le « progrès économique mondial »
qui s’établit en fonction de l’offre et de la demande.
est préservé. Par ailleurs, la taxation ou le marché des quotas
Ce prix du carbone va ainsi s’intégrer au processus décision-
incitent à l’innovation, source de croissance.
nel de l’entreprise : si le prix du quota est élevé au regard
de leur coût dépollution, les entreprises vont être incitées à Doc. 3 • Quelques mesures concernant le secteur
réduire leur pollution ; au contraire, si le prix du quota est des transports en France
faible par rapport au coût de dépollution, elles sont incitées
1. Le secteur des transports est l’un de ceux dont l’activité
à polluer. De cette manière, les émetteurs choisissent l’option
s’accompagne d’émissions de C02 (= externalité négative) à l’ori-
la plus intéressante avec une grande flexibilité, en fonction
gine du réchauffement climatique.
de leur situation propre.
2.
Nom de la mesure et année
Logique de la mesure
Pages 138-139 D. Des instruments de mise en œuvre
complémentaires Extension du système d’échange
Marché des quotas
européen de quotas d’émission à
Comment, en pratique, lutter contre la pollution ? L’exercice sur d’émission
l’aviation (2012)
lequel s’ouvre cette double page montre à quel point la gamme
des interventions est étendue et les combinaisons nombreuses. Écotaxe kilométrique pour les poids
Fiscalité écologique
lourds (en projet)
Les documents 2 et 3 exposent les raisons faisant que les poli-
tiques climatiques ont toujours une combinaison de plusieurs Règlement européen sur les émis-
Réglementation
instruments. Le document 3, consacré spécifiquement à la lutte sions des véhicules particuliers
environnementale
(« normes Euro », 1993)
contre la pollution du secteur des transports, expose la manière
dont les différents instruments sont effectivement combinés. Bonus-malus automobile (2008) Fiscalité écologique

Exercice 3. Les mesures sont complémentaires : elles concernent diffé-


L’objectif de l’exercice est d’inviter les élèves à mobiliser les différen- rents acteurs du secteur des transports et traitent différentes
tes mesures examinées dans les pages précédentes et à les décliner sources de pollution.
afin de les adapter aux différentes sources de pollution présentées
dans le document. La diversité des réponses permettra de montrer Prépa Bac
la complémentarité des instruments et la diversité des politiques.
Le sujet ne pose pas de problème particulier de compréhension.
Doc. 1 • Instruments économiques ou réglementaires ? Sa difficulté principale réside dans le choix de l’organisation
1. Les instruments économiques visent à inciter les agents en des connaissances. Il faut en effet éviter de verser dans le cata-
agissant sur le système des prix ; la réglementation impose des logue, et trouver un moyen de donner une unité thématique aux
comportements en édictant des règles. différentes parties. Pour ce faire, il est possible de s’arrêter sur
les implications et le contenu pouvant être attribués au terme
2. Comme le souligne l’auteur de l’article : « l’adoption d’une « comment ». On peut tout d’abord entendre la question comme
nouvelle taxe nécessite généralement de définir précisément les une invitation à détailler les mécanismes par lesquels les diffé-
assiettes visées, les taux appliqués, les collecteurs de la taxe, rents instruments conduisent à une réduction de la pollution.
ainsi que les mesures de contrôle et les pénalités applicables Mais il est possible également d’entendre la question comme
en cas de fraude. » De même, la mise en place d’un marché de une invitation tout à la fois à identifier les effets de la mise en
quotas d’émission exige la création d’infrastructures institution- œuvre de tel ou tel instrument et à s’interroger sur la manière
nelles, processus qui s’apparente à une activité réglementaire. dont ces différents instruments sont combinés.
3. La mise en place des instruments économiques exige une I. La politique climatique mobilise différents
activité réglementaire préalable. La fiscalité comme les marchés instruments qui reposent sur différents mécanismes
de quotas s’accommodent des réglementations existantes. Dans (comment = comment ça marche ?)
certains cas précis, les instruments réglementaires sont préfé- A. Les instruments réglementaires consistent à encadrer le
rables aux instruments économiques. comportement des agents. Ils permettent une préservation
de l’environnement dans la mesure où ils interdisent les com-
Doc. 2 • Taxation ou subvention ?
portements à l’origine de la pollution.
1. Pour l’auteur, une politique climatique doit tout à la fois B. Les instruments économiques consistent à inciter les
préserver le progrès économique mondial tout en réduisant for- agents à modifier leur comportement, à « internaliser le coût
tement les émissions de carbone. marginal externe de leur décision ». La taxation, comme le
2. Les instruments économiques permettent de lutter contre marché des quotas d’émission, permettent la fixation d’un
le réchauffement climatique tout en minimisant le coût éco- prix de la pollution dont les agents tiennent compte et qui
nomique supporté par les agents. Grâce à la taxe ou au prix du les conduit à réduire leurs émissions

59
II. La politique climatique, selon les instruments mobi- – Les instruments : les instruments économiques sont privilé-
lisés, n’a pas les mêmes conséquences économiques giés.
(comment = avec quels résultats économiques ?) 4. Considérées comme responsables du réchauffement clima-
A. Si les instruments réglementaires permettent la réduction tique, les émissions de gaz à effet de serre constituent l’objectif
de la pollution, ils ne parviennent pas, en revanche, à mini- n° 1 de toute politique climatique.
miser le coût que cette politique représente. 5. Dans la mesure où le climat est un bien commun et la lutte
B. En théorie, les instruments économiques présentent l’avan- contre la pollution un bien collectif, il est important que la
tage, sur les instruments réglementaires, de combiner effica- politique climatique soit conduite à l’échelle internationale avec
cité environnementale et efficacité économique. le plus grand nombre de pays participants, et ce afin d’éviter les
III. En pratique, la politique climatique consiste comportements de passager clandestin.
en une combinaison de ces différents éléments 6. Parmi les succès de la lutte contre le réchauffement clima-
(comment = que font effectivement les pouvoirs publics ?) tique, on peut retenir :
A. Dans la lutte contre les émissions de GES, les pouvoirs • L’acquisition d’une forte lisibilité politique pour la question
publics combinent les instruments à leur disposition. climatique : pour la première fois, le climat est l’objet d’un
B. Ce choix s’explique par le fait que ces différents instruments traitement international. Même si tous les pays n’ont pas ratifié
présentent des avantages et des inconvénients, eux-mêmes le protocole, les négociations englobent tous les pays dans la
différents, et par le souci d’efficacité des pouvoirs publics. lutte contre le réchauffement climatique, notamment les plus
gros pollueurs (la Chine, l’Inde et les États-Unis).
• L’expérimentation de divers instruments de lutte contre le
Page 140 TD 1 • Kyoto, COP 21… et après ? réchauffement (au premier rang desquels on trouve la technique
1. Adopté en 1997, le protocole de Kyoto prévoyait que les des marchés de quotas d’émission).
« pays de l’annexe B » (= les pays développés) s’engagent à • La reconnaissance de la responsabilité plus importante des
pays développés dans le changement climatique et la mise en
réduire d’ici 2012 de 5,3 % leurs émissions par rapport à 1990.
place progressive d’un système d’aide financé par les pays riches
Les engagements au titre du protocole variaient néanmoins
au bénéfice des pays en développement.
d’une nation à l’autre : ils étaient de 8 % pour les pays qui
– Parmi les échecs la lutte contre le réchauffement climatique,
constituaient, au moment de la ratification, l’Union européenne
on peut retenir :
(UE 15), la Suisse et la plupart des pays d’Europe centrale et
• La difficulté de la communauté internationale à adopter
orientale, 6 % pour le Canada, 7 % pour les États-Unis (bien
d’un nouvel accord pour succéder au protocole de Kyoto. Si
que ces derniers se soient retirés du protocole par la suite)… la COP 21 définit les grandes lignes d’un accord, beaucoup de
Par ailleurs, pour faciliter la réalisation de ses objectifs, le pro- points restent en suspens. Par exemple, en l’état actuel des
tocole prévoyait la création de marchés de quotas d’émission. choses, les contributions nationales volontaires ne permettront
Il donnait également la possibilité aux Occidentaux de réaliser pas d’atteindre les objectifs de 2 °C (voire 1,5 °C) prévus dans
leurs objectifs en investissant dans des projets « propres » dans l’accord. Dans les années à venir, le travail de la Convention sera
les pays en développement. Le protocole de Kyoto n’est entré donc d’amener les pays à réviser rapidement leurs contributions
en vigueur qu’en 2005, à la suite de la ratification par la Russie. nationales pour atteindre l’objectif.
2. La COP 21 a débouché, fin 2016, sur un accord comportant • Les contraintes pesant sur les pays sont insuffisantes : par
quatre points principaux : exemple, l’accord adopté en 2011 ne prévoit ni contrainte juri-
• L’accord prévoit de maintenir le réchauffement « bien en des- dique ni hausse du niveau des mesures pour réduire les émis-
sous de 2  °C par rapport aux niveaux pré-industriels » et de sions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement
« poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à sous le seuil de + 2 °C. Pour atteindre ses objectifs, l’accord
1,5 °C », mais sans spécifier d’objectif de réduction des émissions. de la COP 21 mise sur les contributions volontaires des États :
• Les pays du Nord ont promis à ceux du Sud de mobiliser en aucun objectif chiffré n’est ainsi mentionné dans l’accord, lequel
leur faveur 100 milliards de dollars (91 milliards d’euros) par précise simplement que chacun doit mettre en œuvre tous les
an, d’ici à 2020. efforts possibles pour atteindre les objectifs...
• Chaque pays s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à 7. Dès lors que tous les pays n’émettent pas le même volume de
effet de serre. Mais comme ces engagements sont aujourd’hui CO2, se pose la question de la répartition du coût d’une politique
insuffisantes pour contenir le réchauffement (à ce jour, 190 pays ambitieuse de réduction de ces émissions. Les pays en dévelop-
sur 195 ont revu leurs contributions qui, additionnées, mettent pement font valoir que les plus gros émetteurs (= les pays déve-
la planète sur une trajectoire de réchauffement d’environ 3 °C), loppés) devraient fournir l’essentiel des efforts. C’est d’autant plus
il est prévu un mécanisme de révision de ces contributions tous vrai lorsque le montant des émissions par habitant est élevé : il
les cinq ans, donc théoriquement à partir de 2025. est en effet plus facile (moins coûteux) de réduire ses émissions
quand le volume émis par habitant est élevé que quand il est
• Pour entrer en vigueur en 2020, l’accord devra être ratifié,
faible. Les pays en développement peuvent répondre que, désor-
accepté ou approuvé par au moins 55 pays, lesquels représentent
mais, la Chine est le premier émetteur mondial (cf. le document
au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
ci-après), que ses émissions ne cessent de croître et, qu’à ce titre,
3. Les choix qui ont été faits portent sur les objectifs, la répar- elle doit prendre sa part dans les coûts de la politique de lutte
tition des efforts entre les pays et les instruments de la poli- contre le réchauffement. On peut néanmoins faire remarquer que
tique climatique. cette croissance du volume des émissions n’est que la consé-
– Les objectifs : il s’agit de réduire les GES. Les critères rete- quence du développement économique de la Chine et qu’il serait
nus, relativement stricts, sont censés avoir un réel impact sur donc injuste, sous prétexte de lutter contre le réchauffement cli-
les changements climatiques. matique, d’interdire à ce pays et, plus généralement, à l’ensemble
– La répartition des efforts : les pays développés supportent des pays en développement, de bénéficier aujourd’hui des mêmes
l’essentiel des efforts de réduction des GES. chances que celles dont ont bénéficié hier les pays développés.

60
Le Chinois plus pollueur que le Français
Exercice 2 • Soutenabilité forte ou soutenabilité faible ?
ÉMISSIONS DE CO2 PAR HABITANT, en tonnes LES PRINCIPAUX ÉMETTEURS DE CO2 EN 2010,
en millions de tonnes
1. Si le capital physique et/ou humain est substituable/non subs-
1990 2000 2010
tituable au capital naturel, l’épuisement des ressources naturelles
20,8 8 950
5 250 4 050
1 840 1 750 1 160 n’est problématique que s’il n’est pas compensé par des investis-
19,7
18,6
18 Chine États-Unis UE Inde Russie Japon
sements en capital humain ou physique. Conséquence : il faut
16,9
16 ( France 330 )
maintenir constant le stock de capital total/le stock de capital
9,5
10,1
9,2
naturel. La soutenabilité sera dite forte/faible.
6,9 6,9 6,8
5,9
2. Si le capital physique et/ou humain est substituable/non
2,9
2,2
0,8
1
1,5 substituable au capital naturel, l’épuisement des ressources
États-Unis Australie Japon France Chine Inde
naturelles est problématique en soi. Conséquence : il faut main-
SOURCE : PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT
tenir constant le stock de capital total/le stock de capital natu-
Le Monde, 1er octobre 2011. rel. La soutenabilité sera dite forte/faible.
3. Dans les deux cas, un même objectif : accroître/maintenir/
Page 141 TD 2 • Coûts et bénéfices futurs réduire à long terme la capacité d‘une économie à produire du
de la politique climatique bien-être.
1. Les élèves devraient normalement donner un montant infé- Exercice 3 • Choix et politique climatique
rieur à 100 euros ; ceci permet de mettre en évidence le phéno-
1. Vrai 2. Vrai 3. Faux 4. Vrai 5. Faux 6. Vrai 7. Faux
mène de préférence pour le présent. La diversité des réponses
suggère que les individus sont inégalement impatients. Exercice 4 • Réglementation ou quotas ?
2. Le taux d’actualisation personnel reflète l’importance accor- 1. a. Alors que la durée de la saison est réduite, le nombre
dée au futur et le degré d’impatience propres à chaque individu. de bateaux augmente et le nombre de prises, dans un premier
3. L’actualisation est une méthode qui rend comparable deux temps, augmente également. On peut penser que cela témoigne
flux qui se produisent à des dates différentes. La valeur actua- d’une surexploitation de la ressource, comme le confirme la
lisée est la valeur du flux de demain ramenée à sa valeur d’au- diminution des prises en 1990.
jourd’hui. Le taux d’actualisation est le taux retenu pour réaliser b. Les bancs de flétan ont toutes les caractéristiques d’un
cette opération. bien commun : ils sont non excluables, mais toute prise par
4. un pêcheur prive un autre pêcheur du poisson capturé. Chaque
Valeur présente d’un coût de pêcheur se demande à chaque fois si cela vaut la peine de cap-
1 000 euros supportés dans…
turer un poisson supplémentaire. Pour cela, il compare le gain
Taux d’intérêt retenu … 10 ans … 100 ans … 1 000 ans qu’il obtient par cette prise supplémentaire au coût supplé-
1 % 905,28 € 369,71 € 0,047 € mentaire engendré par cette même prise. Or, une grande partie
des coûts de la prise sont des coûts répartis sur l’ensemble de
5 % 613,91 € 7,6 € => 0 €
la population des pêcheurs et non supportés directement par
5. Dès lors qu’une décision, quelle qu’elle soit, s’accompagne de le pêcheur à l’origine de la prise. Il est donc rationnel pour
coûts et de bénéfices à la fois dans le présent et dans l’avenir, l’individu d’exploiter cette ressource au-delà de ce qu’il faudrait,
il est nécessaire, pour pouvoir les comparer les uns aux autres, notamment, pour assurer la reproduction de cette ressource.
d’exprimer la valeur présente des coûts et des bénéfices futurs. Au lieu de conduire à une « bonne » utilisation des ressources
6. De la valeur du taux d’actualisation retenue dépend la valeur halieutiques, le calcul coût-avantage et le libre jeu du marché
actuelle des coûts futurs du réchauffement climatique : plus le conduisent plutôt à leur épuisement.
taux retenu est élevé, plus la somme actualisée des dommages 2. a. Le nombre de bateaux se réduit et le nombre de prises
futurs sera faible, et moins les générations présentes seront se stabilise sur une valeur haute. La mise en place de quotas
incitées à en tenir compte. échangeables constitue un moyen efficace d’un point vue envi-
7. Retenir un taux d’actualisation faible revient à réduire l’écart ronnemental et économique de lutter contre la surpêche.
entre la valeur présente et la valeur actuelle d’un coût supporté b. La deuxième politique est plus efficace que la première.
dans le futur. Si par exemple, situation extrême, le taux d’ac-
tualisation est de 0 %, 100 euros dépensés demain équivalent
Pages 146-147 Méthode Bac
à 100 euros dépensés aujourd’hui. En d’autres termes, plus le
taux d’actualisation est faible, plus la valeur présente d’un coût Application p. 146
futur est élevée. Or, ces coûts futurs concernent les générations
futures : retenir un taux d’actualisation faible revient donc à 1. « La norme, en dépit de son efficacité environnementale,
accorder un poids important aux générations futures. n’est pas la solution la plus judicieuse en toute circonstance. En
effet, comme le font remarquer les auteurs du doc.1, en situa-
8. Pour estimer les coûts du réchauffement climatique, l’écono-
tion d’information imparfaite, il est difficile de fixer le niveau et
miste doit se prononcer sur la valeur accordée à l’environnement
le contenu de la norme pour chaque pollueur. Or, si la norme est
et à ses atteintes, et monétariser celles-ci.
uniforme, les coûts de la lutte contre la pollution ne seront pas
9. En l’absence de consensus sur les coûts du réchauffement, il
minimisés : en s’appliquant indistinctement à tous les agents,
est plus difficile de légitimer la mise en œuvre d’une politique
ou à un ensemble d’agents considéré comme un bloc homogène,
de lutte contre le réchauffement.
la règle ne fait pas supporter le coût de la dépollution à ceux
qui sont les plus à même de le supporter (c’est le cas de la cir-
Pages 144-145 Réviser culation alternée où la moitié des automobilistes est interdite
Exercice 1 • Pourquoi agir ? de circulation). »
1 : a • 2 : c • 3 : b Intention de démonstration / Justification / Illustration.

61
2. Les termes et les éléments de ponctuation qui permettent des modes d’articulation et de compatibilité entre la croissance
d’aider le lecteur à suivre la logique de la réflexion sont indiqués économique et la préservation de l’environnement.
en gras dans le texte ci-dessus. Si cette question fait problème, c’est parce qu’il existe diffé-
3. « Les normes n’ont pas de caractère incitatif à la dépollution » rentes formes de croissance économique. Dans ce sujet comme
(= énoncé de l’intention de la démonstration). « En effet, une dans d’autres, c’est donc par une réflexion préalable sur les
norme se définit comme une obligation spécifiée à laquelle les ambiguïtés de l’un (ou de plusieurs) des termes du sujet qu’il est
individus doivent se soumettre. Pour cette raison, une fois le possible d’en dégager la problématique. Celle-ci peut se formuler
seuil atteint ou le comportement prescrit adopté, les individus de la manière suivante : « Quelles sont exactement la forme
ne sont pas encouragés à faire davantage d’efforts » (= justifi- et la nature de la croissance économique compatibles avec la
cation). « Il est possible de prendre l’exemple de la circulation préservation de l’environnement ? ».
alternée dans sa version la plus simple (interdiction/autorisa- Différents plans sont susceptibles de répondre à la question
tion en fonction de la seule plaque minéralogique) qui, par posée. Il est par exemple possible de consacrer la première
exemple, n’encourage pas les individus à adopter des véhicules partie à montrer que la croissance économique telle qu’elle est
moins polluants » (= illustration). conçue aujourd’hui implique d’importantes atteintes au capital
4. On peut par exemple rappeler que les instruments écono- naturel : elle semble donc incompatible avec la préservation
miques exigent au préalable une activité réglementaire, que de l’environnement. Puis, on peut montrer dans une seconde
l’interdiction peut être souhaitable quand les coûts de la pollu- partie qu’il est possible de concevoir un mode de croissance qui
tion tendent vers l’infini, que le choix entre fiscalité et quotas soit plus respectueux de l’environnement : il serait ainsi envi-
dépend du taux de croissance du coût marginal de la pollution sageable de mettre la croissance au service de la préservation
et du type d’incertitude (sur les coûts de dépollution ou sur les du capital naturel.
conséquences environnementales) que l’on est prêt à supporter.
Analyse des documents
Épreuve composée p. 147
– Le document 1 montre classiquement à quel point l’environ-
Exemple de plan pour la rédaction du raisonnement.
nement est affecté négativement par la croissance économique,
I. Instruments réglementaires et instruments économiques et plus encore par la croissance de la production industrielle.
sont complémentaires – En prenant le cas particulier du climat, le document 2 suggère
A. Les avantages des mesures d’incitation répondent aux limites en revanche que les atteintes à l’environnement sont variables
de la réglementation tant historiquement que géographiquement. Le document
« La réglementation a comme défaut majeur, d’un point de vue
illustre en effet l’amélioration de l’efficacité énergétique de la
économique, son application uniforme à tous les agents, sans
production depuis les années 1970 dans les pays développés. On
tenir compte des différences de coûts de dépollution entre
peut faire le lien avec la courbe environnementale de Kuznets.
entreprises », ce qui empêche de « minimiser le coût total sup-
En d’autres termes, l’activité économique peut être plus ou
porté par la société pour atteindre un objectif environnemental
moins dommageable pour l’environnement et l’enrichissement
donné » (doc. 1). Par ailleurs, la norme n’a pas de caractère
incitatif puisque les agents économiques ne sont pas encouragés des populations semble réduire les atteintes environnementales.
à faire mieux que ce qu’elle prescrit. – Le document 3 explicite la relation entre ressources naturelles
B. Les avantages des mesures de réglementation répondent aux envisagées ici, capital, et croissance économique.
limites des mesures incitatives – Le document 4 met l’accent sur les « éco-activités » qui
Les normes « restent indispensables pour des pollutions jugées constituent tout à la fois une réserve de croissance et un moyen
particulièrement dangereuses pour la santé (cf. interdiction de de préserver l’environnement. Même si ce secteur représente
commercialiser et d’utiliser de l’amiante), ou des cas de risques encore une part faible de la richesse produite et de l’emploi
d’effets irréversibles et/ou très importants. (entre 1,5  % et 2  % du PIB et de l’emploi, si l’on songe à
II. Parmi les instruments économiques, taxation et marché rapporter les données du tableau au PIB et/ou à la taille de
des quotas sont complémentaires la population active occupée), il offre un bon exemple d’une
A. Les avantages des mesures de taxation répondent aux limites croissance tirée par la protection de l’environnement.
des marchés de quotas Proposition de plan
Ainsi, le prix sur le marché des quotas « reste, selon les spé- I. Dans de nombreux cas, la croissance économique se fait
cialistes, encore trop bas pour favoriser réellement la produc- au détriment de l’environnement : croissance économique
tion d’énergies renouvelables » (doc. 2). Par ailleurs, la taxe est et préservation de l’environnement semblent donc
source d’un « double dividende » (doc. 3) dont on se prive avec incompatibles
le marché des quotas (dans le cas d’une attribution gratuite des A. La croissance économique porte atteinte, souvent de manière
permis d’émission par la puissance publique). irrémédiable, à l’environnement.
B. Les avantages des marchés des quotas répondent aux limites B. Dès lors, pour préserver l’environnement, il faudrait renoncer
de la taxation à la croissance économique.
Notamment le fait que, avec une taxe, il y a une incertitude sur
II. Cependant, il paraît possible d’envisager une
le niveau de pollution que l’on atteindra finalement.
croissance économique compatible avec la préservation de
l’environnement
A. À partir d’un certain seuil de richesse, une certaine forme de
Pages 148-149 Bac blanc croissance peut chercher à limiter les dégâts environnementaux
Analyse du sujet voire devenir un outil au service de l’environnement.
Sujet classique, qui invite à se demander dans quelle mesure la B. Si la préservation de l’environnement semble parfois incompa-
croissance économique et la préservation de l’environnement tible avec la croissance économique présente, elle est en revanche
sont opposées, ou si, au contraire, il est possible d’envisager indispensable au maintien d’une croissance économique future.

62
4. Classes, stratification et mobilité sociales
Page 180

Revoir les acquis de Première


Exercice 1 Exercice 2 Exercice 3
1 : B • 2 : C • 3 : D • 4 : E • 5 : A a : 2 • b : 4 • c : 3 • d : 1 A. Capital économique : 1, 2, 3, 5, 6
B. Capital social : 4

tre
Chapi

6 Comment analyser la structure sociale ?

La démarche du chapitre
Ce chapitre invite à mettre en évidence les différentes formes d’inégalités existant dans les sociétés contemporaines
(inégalités économiques et sociales) de manière à montrer qu’elles déterminent une certaine structuration sociale. Le
programme invite également à montrer le caractère cumulatif des inégalités.
Les théories des classes sociales – de Marx et de Weber – doivent être présentées aux élèves, ainsi que leurs prolongements
contemporains. Dans les sociétés contemporaines, les individus sont définis par une multitude de critères (âge, sexe, style de
vie...). Il s’agit également de s’interroger sur la dynamique de la structuration sociale en lien avec l’évolution des inégalités :
peut-on parler d’une disparition des classes sociales ?

Bibliographie et webographie
– CHAUVEL Louis, Les classes moyennes à la dérive, – GALLAND Olivier, LEMEL Yannick, La société française.
coédition Seuil-La République des idées, 2006. Un bilan sociologique des évolutions depuis l’Après-guerre,
– BIHR Alain, PFEFFERKORN Roland, Le système des éditions Armand Colin, 2011.
inégalités, éditions La Découverte, coll. « Repères », 2008 ; – BOSC Serge, Stratification et classes sociales, éditions
www.editionsladecouverte.fr Armand Colin, Paris, 2013 pour la 7e édition.
– GOUX Dominique, MAURIN Éric, Les nouvelles classes – « France, portrait social », Insee Référence, 2011 :
moyennes, coédition Seuil-La République des idées, 2012. www.insee.fr/fr/publications-et- services/sommaire.
– DONNAT Olivier, Pratiques culturelles des Français à l’ère asp?codesage=FPORSOC11
numérique, enquête 2008, éditions La Découverte, 2009. – « Toujours plus d’inégalités : pourquoi les écarts de revenus
– LANDAIS Camille, Les hauts revenus en France (1998- se creusent ? », OCDE, décembre 2011 : www.oecd.org/do
2006) : une explosion des inégalités ?, École d’économie de cument/10/0,3746,fr_2649_33933_49147850_1_1_1_1,00.
Paris, juin 2007. html
– LAGRANGE Hugues (dir.), L’épreuve des inégalités, PUF, – SCHWARTZ Olivier, « Peut-on parler des classes
coll. « Le lien social », Paris, 2006. populaires ? », La Vie des idées, 13 septembre 2011 :
– JOUNIN Nicolas, Voyage de classes, ©La Découverte, www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html
coll. « Cahiers libres », 2014.

Pages 152-153 Ouverture de chapitre 2. Jean-Bernard est devenu rentier après avoir gagné au loto ;
Elisa, elle, s’est constitué un patrimoine qu’elle a fait fructifier.
Pour commencer 3. Ces personnes vivent dans le luxe et l’opulence. Leur mode
Ce dessin de X. Gorce montre de manière humoristique un per- de vie est basé sur une consommation ostentatoire, qui les
démarque du reste de la population.
sonnage riche qui « vit dans l’opulence » et se plaint de ne pas
pouvoir dormir tranquillement, non pas parce qu’il a mauvaise
conscience, mais parce qu’il n’a pas de «bon système d’alarme».
DOSSIER 1
Cette situation renvoie à l’explosion des inégalités économiques
sur la période récente, avec des écarts entre les plus riches et COMMENT CARACTÉRISER
les plus pauvres qui se creusent de plus en plus. LES INÉGALITÉS ?
Activité vidéo Il s’agira ici de montrer que les inégalités sont multiformes
1. Un rentier est une personne qui vit de ses rentes, qui n’a pas (économiques, sociales) et cumulatives : elles se renforcent les
de revenus professionnels. unes les autres et forment un système.

63
Pages 154-155 A . Définir et mesurer les inégalités 3. Le patrimoine est transmis de génération en génération, ce
qui explique le fait qu’il soit davantage concentré que le niveau
Exercice : Différence ou inégalité ? de vie, qui dépend davantage de l’activité de l’individu.
A = différence sociale. B = Inégalité sociale
1 : A • 2 : B • 3 : A • 4 : B • 5 : B • 6 : A
Doc. 1 • Un exemple d’inégalité sociale
Prépa Bac
1. En 2012, 40  % des candidats aux élections législatives Les inégalités sont multiformes : on repère des inégalités
étaient des femmes et 26,9 % des députés étaient des femmes. sociales et des inégalités économiques.
– On parle d’inégalité sociale lorsqu’une différence partagée
2. Cette différence peut s’expliquer par les discriminations faites
par un groupe d’individus procure à ce groupe et à ses membres
aux femmes. Les partis politiques ont ainsi tendance à présenter
un avantage ou un désavantage par rapport à d’autres groupes
des candidates dans des circonscriptions difficilement gagnables.
sociaux. Ces inégalités dépendent donc de multiples critères
3. On constate que la part des femmes parmi les candidats et comme le sexe, l’âge, l’origine ethnique. Par exemple, en 2012,
la part des femmes élues ont tendance à augmenter au fil des seulement 26,9 % des députés étaient des femmes.
années. – Les inégalités économiques, elles, renvoient aux inégalités
4. Cela peut s’expliquer par une certaine prise de conscience de de revenus et de patrimoine. Les inégalités de patrimoine sont
cette inégalité et par la mise en place de dispositifs visant à la plus marquées que les inégalités de revenus. Ainsi, en 2013, les
réduire (loi sur la parité notamment). 50 % les plus pauvres détiennent 30,6 % du niveau de vie total,
5. On peut parler ici d’une inégalité sociale dans le sens où le alors qu’ils ne détenaient que 7 % du patrimoine en 2010.
sexe des individus procure un avantage ou un désavantage dans
l’accès au pouvoir. Le fait d’être une femme diminue les chances
d’accéder à la fonction de député, et donc de pouvoir exercer Pages 156-157 B. Les inégalités forment
une influence sur la conduite de la politique de la Nation. un système

Doc. 2 • Un exemple d’inégalité économique Doc. 1 • Les inégalités face aux technologies de l’information
1. En 2011, le niveau de vie médian des 18-29 ans était de 1. En 2013, 96 % des personnes ayant des revenus supérieurs à
18 670 euros. 3 100 € disposaient d’un téléphone portable.
2. C’est une inégalité de niveau de vie. 2. Ce document révèle des inégalités d’accès aux technologies
3. On constate que les personnes de plus de 50 ans sont moins de l’information. En effet, on constate par exemple que seu-
exposées à la pauvreté que les personnes plus jeunes. Il y a lement 65 % des personnes ayant un revenu inférieur à 900 €
donc une inégalité face à la pauvreté selon l’âge. disposent d’un micro-ordinateur, contre 97 % des personnes
ayant un revenu supérieur à 3 100 €.
Exercice : Mesurer les inégalités de niveaux de vie 3. Ces inégalités peuvent générer d’autres inégalités. En effet,
à l’aide des déciles l’accès aux technologies de la communication et de l’information
1. En 2013, le niveau de vie annuel maximal des 10 % les plus est essentiel dans nos sociétés modernes, tant pour avoir accès à
pauvres était de 10 700 euros. En 2013, le niveau de vie mini- l’information que pour pouvoir saisir certaines opportunités. On
mal des 10 % les plus riches était 3,48 fois plus important que le peut penser par exemple que le fait d’avoir un téléphone portable
niveau de vie maximal des 10 % les plus pauvres. peut permettre à un chômeur d’être plus réactif aux annonces
2. 1996 2005 2013 d’emploi et donc de diminuer le temps passé au chômage.
Niveau de vie médian (D5) 17,2 19,2 20,0 Doc. 2 • Des inégalités sociales aux inégalités économiques

Premier décile de niveau de vie 9,1


10,6
10,7 1. L’étude menée par le ministère de l’Éducation nationale révèle
(D9/3,36) que la profession des parents et leur attrait pour la lecture a
Neuvième décile de niveau 37,2 une influence sur le niveau scolaire des enfants. Les élèves issus
32,1 35,6
de vie (D9) (3,48 x D1) d’un milieu social aisé s’en sortent bien mieux que ceux élevés
3,53 dans un milieu social défavorisé.
Rapport interdécile 3,36 3,48
(D9/D1) 2. Ces inégalités peuvent s’expliquer par le fait que les parents
transmettent à leurs enfants un certain capital culturel, lequel
3. Taux de variation = 3,6. Le rapport interdécile a augmenté de
3,6 % entre 2005 et 2013. Cela signifie que les inégalités de niveaux dépend des études qu’ils ont suivies, de leurs diplômes et de
de vie ont progressé sur cette période. l’environnement culturel dans lequel les enfants évoluent.
3. Les inégalités scolaires génèrent des inégalités de diplôme,
Doc. 3 • Mesurer les inégalités économiques d’emploi et donc de salaire. On constate ainsi qu’en 2014, 48 %
avec la courbe de Lorenz des non diplômés étaient au chômage. Le salaire net mensuel
1. En 2010, les 90 % les plus pauvres détenaient 52 % du patri- médian de cette catégorie s’élevait à 1 160 €. En revanche, seule-
moine total. En 2013, les 90 % les plus pauvres concentraient ment 9 % des diplômés du supérieur long étaient au chômage. Le
76 % du niveau de vie total. salaire net mensuel médian de cette catégorie s’élevait à 2 100 €.
2. La répartition la plus inégalitaire est celle du patrimoine. On
Doc. 3 • Les inégalités économiques se renforcent
constate par exemple que les 50 % les plus pauvres détiennent
mutuellement
30,6 % du niveau de vie total, contre seulement 7 % du patri-
moine. La courbe de Lorenz du patrimoine est beaucoup plus 1. D’après la loi psychologique fondamentale de Keynes, les
« creusée » que celle du niveau de vie, ce qui traduit une grande individus accroissent leur consommation quand leur revenu aug-
inégalité de répartition. mente, mais ils en épargnent une part croissante.

64
2. Lorsque les revenus des individus augmentent, ils sont en
mesure d’épargner ou d’investir en achetant notamment des DOSSIER 2
biens immobiliers. Cela entraîne une hausse de leur patrimoine DES SOCIÉTÉS STRATIFIÉES
(financier ou non financier). Ce patrimoine va, à son tour, géné-
rer des revenus à travers les intérêts ou les loyers perçus par les Les sociétés sont stratifiées : cela signifie qu’il est possible de
individus. Cela renforce alors les inégalités de revenus. repérer en leur sein différents groupes sociaux, à partir de dif-
3. férents critères. Les premières théories des classes sociales ont
été présentées par Karl Marx et Max Weber.
Ces analyses ont été prolongées plus récemment par des socio-
logues comme Pierre Bourdieu ou Henri Mendras. Enfin, il s’agira
de montrer que, dans les sociétés post-industrielles, il existe
une multiplicité de critères de différenciation sociale (âge, sexe,
profession).

Doc. 4 • Des inégalités économiques aux inégalités sociales Pages 158-159 a. les théOries des classes sOciales
1. En 2014, 50 % des individus dont les revenus étaient compris
entre 1 200 € et 1 900 € par mois partaient en vacances. En Doc. 1 • La fusillade des Fourmis
2014, 58 % des employés partaient en vacances. 1. On peut voir des soldats en train de tirer sur des manifestants.
2. Le fait de partir en vacances dépend du revenu mensuel : 2. C’est la classe ouvrière qui est concernée par la fusillade de
en effet, on constate que plus le revenu est faible, moins les Fourmies.
individus partent en vacances. Par exemple, en 2014, 86 % des 3. Il y a une « lutte des classes » entre la classe ouvrière, qui
individus dont les revenus étaient supérieurs à 3 000 € par mois revendique une amélioration des conditions de travail, et la
partaient en vacances, contre seulement 40 % des individus bourgeoisie, dont les intérêts sont ici défendus par l’armée.
dont les revenus étaient inférieurs à 1 200 € par mois.
3. Le fait de partir en vacances dépend de la catégorie sociale : Doc. 2 • La lutte des classes
on observe par exemple que les cadres partent plus en vacances 1. On retrouve à différentes époques une organisation de la
que les ouvriers. À titre d’exemple, en 2014, 82 % des cadres société en classes distinctes :
sont partis en vacances, contre seulement 47 % des ouvriers. – Rome antique (patriciens / esclaves) ;
4. Ce document permet d’illustrer le fait que les inégalités éco- – Moyen Âge (seigneurs / serfs).
nomiques génèrent des inégalités sociales. En effet, plus le 2. Dans la société bourgeoise moderne, le prolétariat, exploité par
niveau de revenus de l’individu est élevé ou plus il appartient la bourgeoisie, est amené à lutter pour améliorer sa condition.
à une catégorie sociale favorisée, plus ses chances de partir en Il y a un rapport de domination, d’exploitation, que l’analyse
vacances sont importantes. de K. Marx vise à révéler, de manière à ce que les ouvriers se
révoltent et prennent possession des moyens de production. Sur
Exercice : Le système des inégalités
la couverture du Petit Parisien, on voit ainsi que les ouvriers qui
1.
se sont révoltés à Fourmies pour obtenir de meilleures conditions
de travail ont dû faire face à la violence de l’armée qui repré-
sente l’ordre bourgeois. À l’époque de Marx, c’est-à-dire en pleine
révolution industrielle, le prolétariat est une classe « pour soi ».
En effet, cette époque est caractérisée par l’essor de la classe
ouvrière, qui s’organise progressivement dans le cadre des usines
et des grands bastions ouvriers. Une conscience d’appartenance
forte se développe et se manifeste par des mouvements de grève
ainsi que par la mise en place du syndicalisme ouvrier. De son
côté, la bourgeoisie est une véritable classe pour soi : elle met
2. a. Origine sociale favorisée → Capital culturel important →
en œuvre des stratégies visant à conserver sa domination sur le
Réussite scolaire → Emploi stable → revenus importants
b. Revenus importants → logement confortable prolétariat et visant à transmettre le capital de génération en
génération.
3. Ce schéma illustre bien le fait que les inégalités sont liées les
unes aux autres et qu’elles se renforcent mutuellement : elles for- Doc. 3 • La stratification sociale selon Max Weber
ment donc un « système », dans le sens où elles sont en relation.
1. Selon Max Weber, les individus peuvent être situés dans
l’ordre économique, l’ordre social et l’ordre politique.
Prépa Bac 2. Les classes sociales ne sont qu’une forme de stratification, à
I. Les inégalités économiques s’auto-alimentent (doc. 2) côté des groupes de statut et des partis politique.
II. Les inégalités économiques entraînent des inégalités 3. On peut parler de hiérarchie multidimensionnelle dans le sens
sociales (doc. 4) où les individus sont classés en fonction de leur richesse, de leur
III. Les inégalités sociales entraînent des inégalités écono- style de vie et de leur niveau de pouvoir.
miques (doc. 3)
4. On peut parler de strates sociales dans le sens où ces groupes
IV. Les inégalités économiques et sociales se cumulent et
sont délimités par le sociologue : les individus n’ont pas forcé-
s’auto-entretiennent (exercice)
ment conscience d’appartenir à ces groupes.

65
Exercice : Situer des individus dans les trois ordres – le comportement (imitation de l’aristocratie sociale pour les
hiérarchiques milieux supérieurs fortunés).
1. 4. Cette stratification sociale repose sur une multitude de cri-
Ordre économique Ordre politique Ordre social tères qui sont interprétés par Lloyd Warner et son équipe. C’est
(classification (classification (classification une stratification multidimensionnelle, qui s’oppose à la vision
économique) selon le pouvoir) selon le prestige) marxiste de la société dans laquelle les individus sont « clas-
• Le PDG d’une • Le président • Le prix Nobel sés » en fonction de la place qu’ils occupent dans les rapports
puissante FMN de la République de la paix de production. Par ailleurs, ici, les « classes sociales » n’ont pas
• Le patron • Le maire • Un groupe de rock toutes conscience d’elles-mêmes (à part l’aristocratie sociale) :
d’une PME d’une petite ville qui débute il faudrait donc plutôt parler de groupes sociaux que de classes
2. L’ordre économique est fondé sur le degré de richesse, l’ordre sociales.
social sur le niveau de prestige et l’ordre politique sur le pouvoir.
Exercice : Les différentes formes de capitaux
selon Pierre Bourdieu
Prépa Bac a. Capital culturel • b. Capital économique • c. Capital social •
d. Capital culturel • e. Capital économique • f. Capital symbolique
Approche marxiste
Points communs Différences
Doc. 2 • Les classes sociales selon Pierre Bourdieu
1. Les professions libérales sont caractérisées par un fort volume
• Il existe des groupes • Pour Weber, la stratification
sociaux (partage de sociale n’est pas seulement de capital global (axe vertical). La composition de leur capital
caractéristiques sociales fondée sur des inégalités est équilibrée.
et économiques économiques : il faut aussi 2. Pratiques culturelles associées aux professions libérales :
identiques) prendre en compte les
Approche wébérienne

golf, bridge, whisky, etc.


• Il existe une hiérarchie différences de prestige (qui
économique (fondée sur fondent les groupes de statut) 3. On peut parler ici d’espace des styles de vie car Bourdieu
la propriété ou non des et les différences de pouvoir a réalisé une véritable cartographie des pratiques culturelles
moyens de production (qui s’incarnent dans les des différents groupes sociaux. On constate qu’à chaque groupe
pour Marx, fondée sur la partis politiques)
capacité à accéder à des • Approche wébérienne nomi-
social sont associées différentes pratiques culturelles qui le
biens pour Weber) naliste / Approche marxiste caractérisent.
réaliste 4. Pour Pierre Bourdieu, une classe sociale est un ensemble
• Approche wébérienne indivi- d’individus qui ont reçu la même socialisation et qui ont vécu
dualiste / approche marxiste
réaliste dans le même environnement : cela implique qu’ils ont des pra-
tiques et des jugements semblables.
5. Différents découpages sont possibles. Une proposition (en
partant du haut du graphique) :
Pages 160-161 B. Les prolongements des théories – Classes dominantes : de « professions libérales » à « cadres
des classes sociales public ».
– Petite bourgeoisie : de « professeurs secondaire » à « institu-
Doc. 1 • La stratification sociale à Yankee City teurs ».
1. L’auteur relève six « classes sociales » dans la ville de New- – Classes populaires : de « techniciens » à « salariés agricoles ».
buryport, qui sont hiérarchisées les unes par rapport aux autres.
Doc. 3 • Une société « en toupie »
2.
1. A : Élite • B : Constellation centrale • C : Indépendants •
Le schéma de Warner D : Constellation populaire • E : Pauvreté
Répartition en % de la population selon les classes d’appartenance 2. La constellation populaire regroupe les ouvriers et les
employés. Les individus qui composent ces groupes sont relati-
Classe supérieure-supérieure 1,4 % vement peu qualifiés et disposent de revenus faibles. La constel-
Classe supérieure-inférieure 1,6 % lation centrale regroupe des individus qualifiés : les cadres, les
Classe moyenne-supérieure 10,2 % enseignants, les ingénieurs.
Source : Lloyd Warner

Classe moyenne-inférieure 28,1 % 3. Selon Mendras, il n’y a plus de classe moyenne car « plus
Classe inférieure-supérieure 32,6 % personne n’est moyen si tout le monde l’est plus ou moins ».
Yankee City

Classe inférieure-inférieure 25,2 % Cela signifie qu’on ne peut plus parler de classe moyenne car les
Inconnus 0,8 %
individus sont trop semblables. L’image de la toupie résume bien
le phénomène : l’élite représente 3 % de la population, et la
3. Les classes sont hiérarchisées les unes par rapport aux autres pauvreté seulement 7 %. Par conséquent, il n’y a plus d’intérêt à
selon une multitude de critères : « classer » les individus entre ces deux extrêmes, car la majorité
– le niveau de richesses (l’aristocratie sociale est la classe de la population se situe soit dans la constellation centrale, soit
sociale la plus favorisée de ce point de vue), dans la constellation populaire.
– la profession, 4. La vision cosmographique de la société laisse de côté la
– la situation sur le marché du travail (chômage/ travail saison- dimension conflictuelle de la lutte des classes : on ne parle plus
nier dans la lower lower class), de classes, mais de constellations qui se tiennent relativement
– les valeurs (« classe inférieure honnête »), proches les unes des autres et qui n’entretiennent aucun rapport
– le type d’habitation (habitat dégradé pour la lower lower class), conflictuel.

66
catégorie doivent avoir des situations proches d’un point de
Prépa Bac
vue économique mais aussi d’un point de vue social (comporte-
La théorie de Pierre Bourdieu renvoie à la fois à la tradition ments, pratiques culturelles, etc.).
marxiste (il existe des différences de richesses entre indi- 2. Pour classer les individus, l’Insee utilise la profession indivi-
vidus) et à la tradition wébérienne (hiérarchie multidimen- duelle (métier), le statut économique (salarié ou indépendant),
sionnelle, fondée sur des différences de richesse, de prestige le niveau de qualification, la place dans la hiérarchie, la taille
et de pouvoir). Cette théorie permet de mettre l’accent sur de l’entreprise, et le secteur d’activité.
les phénomènes de distinction qui sont à l’œuvre entre les
3. Chauffeur de taxi : statut économique. Ingénieur : niveau de
groupes sociaux et sur la hiérarchie des pratiques culturelles
qualification.
qui en découle. La théorie de Henri Mendras permet de rendre
compte du fait que la structure sociale a été modifiée au Exercice : retrouver les critères de classement
xxe siècle et qu’il convient de présenter la société comme
utilisés par l’Insee
une « toupie », composée de différentes constellations entre
1. Les six premiers groupes comportent des actifs, alors que les
lesquelles les individus circulent avec facilité. groupes 7 et 8 sont composés d’inactifs. 1er critère = actif/inactif.
2. Les groupes 1 et 2 sont composés d’individus qui ne sont pas
salariés : ils sont à leur compte ou indépendants. Les groupes
Pages 162-163 c. la multiplicité des critères 3 à 6 sont composés d’individus salariés. 2e critère = statut
économique.
de différenciatiOn
3. Le groupe 1 renvoie au secteur primaire (agriculture, extraction
Doc. 1 • Qu’est-ce qui différencie les individus ? des matières premières) ; le groupe 2 renvoie au secteur secon-
1. Ces trois individus peuvent être différenciés selon leur sexe, daire. 3e critère = secteur d’activité.
leur âge, leur profession, leur statut, leur niveau de richesse, etc. 4. Les groupes 3, 4, 5 et 6 sont hiérarchisés en fonction du niveau
de qualification. Le groupe 3 comporte des individus qui ont un
2. Un individu peut appartenir simultanément à plusieurs groupes
niveau de diplôme élevé, le groupe 3 comporte des individus ayant
sociaux. Par exemple, sur la première image, cet individu appar- un niveau de diplôme moyen, les groupes 5 et 6 comportent des
tient au groupe des hommes mais également au groupe des individus ayant un niveau de diplôme bas. 4e critère = niveau de
ouvriers. qualification.
3. Le défi posé aux sociologues est celui du classement des indi- 5. Le groupe 6 (ouvriers) est composé d’individus qui exécutent des
vidus : selon quels critères doit-on assembler les individus pour travaux manuels, alors que le groupe 5 est composé d’individus qui
pouvoir étudier leurs comportements ? effectuent des travaux non manuels. 5e critère = type de travail.
6. Voir le schéma ci-dessous.
Doc. 2 • La nomenclature des PCS, un outil
multidimensionnel Doc. 3 • Un accès à Internet socialement différencié
1. L’objectif de la nomenclature des PCS est de classer les indi- 1. En 2012, 97,6 % des cadres et professions libérales dispo-
vidus, et d’abord les actifs, en fonction de leur profession, dans saient d’Internet à la maison. 70,9 % des cadres et professions
des catégories sociales qui présentent une certaine homogénéité libérales avaient utilisé l’Internet sur leur mobile au cours des
sociale. Cela signifie que les individus regroupés dans une même trois derniers mois.

67
2. L’accès à Internet est socialement différencié. On constate 2. Unité = points de pourcentage.
tout d’abord que les hommes ont plus de chances d’avoir
Artisans et commerçants +1
Internet à la maison que les femmes : en 2012, 81,5 % des
hommes disposaient d’Internet à la maison contre 75,2 % des Professions libérales et cadres supérieurs -9
femmes. On constate également que l’accès à Internet dépend Employés et professions intermédiaires - 12
de l’âge : 96,2 % des 15-29 disposaient d’un accès Internet à Ouvriers -5
la maison en 2012 contre 23,4 % des plus de 75 ans. Enfin,
l’accès à Internet dépend de la PCS : en 2012, 97,6 % des cadres Inactifs -2
disposaient d’un accès à Internet, contre 88,2 % des ouvriers. Ensemble -3
3. La nomenclature des PCS peut servir à montrer des différences 3. On constate que pour la plupart des catégories socioprofes-
de comportement ou des inégalités entre groupes sociaux. sionnelles, le sentiment d’appartenance à une classe sociale a
4. La nomenclature des PCS n’est pas suffisante pour appré- diminué entre 1967 et 2013. Cela signifie que les « classes pour
hender les phénomènes sociaux. En effet, il existe de nom- soi » au sens de Karl Marx ont tendance à disparaître.
breux critères de différenciation sociale qui ne sont pas pris en
compte par cette nomenclature. Ainsi, la nomenclature des PCS Doc. 2 • La bipolarisation des classes sociales en question
ne permet pas de voir les différences liées au sexe ou à l’âge qui 1. En 2012, les ouvriers représentaient 21,3 % des actifs ayant
sont pourtant très importantes (voir question 2). un emploi. Entre 1962 et 2012, la part des ouvriers dans la popu-
lation active occupée a diminué de 17,6 points de pourcentage.
2. – Catégories socioprofessionnelles dont la part augmente :
Prépa Bac employés, cadres, professions intermédiaires.
Ce document est un graphique de l’Insee permettant de voir – Catégories socioprofessionnelles dont la part diminue : ouvriers,
quelles sont les personnes n’ayant lu aucun livre dans l’année artisans et commerçants, agriculteurs.
en fonction de la catégorie socioprofessionnelle. Les diffé- 3. Baisse de la part des ouvriers et des agriculteurs à cause de
rentes catégories socioprofessionnelles repérées s’appuient la mécanisation, des délocalisations, du déclin de l’industrie
sur la nomenclature des PCS (professions et catégories française. Hausse de la part des employés, professions intermé-
socioprofessionnelles). Les données sont exprimées en pour- diaires et cadres à cause de la « tertiarisation » de l’économie
centage. Nous allons voir que la lecture est un phénomène (avènement d’une économie de services).
socialement différencié. 4. On assiste au déclin numérique du groupe des ouvriers et
On observe une hiérarchie dans la pratique de la lecture. Les donc à la relative disparition de la « classe ouvrière ». Ce déclin
cadres sont le groupe socioprofessionnel qui compte la plus s’accompagne d’un développement la classe moyenne, consti-
faible proportion de non lecteurs : en 2012, seulement 20 % tuée des cadres et des professions intermédiaires.
des cadres supérieurs n’avaient lu aucun livre dans l’année.
En revanche, les agriculteurs et les ouvriers sont les groupes Doc. 3 • La convergence des taux d’équipement
socioprofessionnels qui comptent la plus forte proportion de 1. En 2012, 98 % des ménages disposent d’une télévision.
non lecteurs : en 2012, 72 % des agriculteurs n’avaient lu 2. Les écarts les plus importants se trouvent dans l’équipement
aucun livre dans l’année. Cette proportion s’est élevée à 69 % en lave-vaisselle et en micro-ordinateur. En 2012, environ 55 %
pour les ouvriers. des ménages disposaient d’un lave-vaisselle et environ 75 % des
ménages possédaient un ordinateur.
3. Ce document montre que les individus sont de plus en plus
DOSSIER 3 équipés. Cela signifie que les structures de consommation se
rapprochent entre les classes sociales : il y a donc un brouillage
LA DYNAMIQUE DE LA STRUCTURATION des frontières de classes.
SOCIALE 4. Le lave-vaisselle est un équipement coûteux : tous les ménages
n’y ont pas accès.
Il existe un débat autour de la disparition possible des classes
sociales. Certaines évolutions sociales, comme la moyennisa- Exercice : Rapport interdécile et évolution des inégalités
tion, laissent à penser que les classes sociales auraient disparu 1. Le rapport interdécile mesure le rapport entre le niveau de vie
(et notamment la classe ouvrière, qui se serait fondue dans une minimal des 10 % les plus riches et le niveau de vie maximal des
vaste classe moyenne). Cependant, les inégalités économiques 10 % les plus pauvres. Il permet de mesurer l’ampleur des inégali-
ont récemment progressé tandis les inégalités sociales restent tés économiques entre les plus riches et les plus pauvres.
très importantes : ces éléments conduisent à penser qu’il sub- 2. En 2013, le niveau de vie minimal des 10 % les plus riches était
siste des classes et notamment une classe populaire, composée 3,5 fois plus important que le niveau de vie maximal des 10 % les
de travailleurs pauvres et de personnes au chômage. plus pauvres.
3. On constate que ce rapport diminue fortement entre 1960 et
le début des années 1980 (il passe de 8 à 3,5). Depuis 1980, ce
Pages 164-165 A . Des frontières de classes rapport est resté stable, autour de 3,5.
moins nettes ? 4. Cette évolution traduit une diminution des inégalités écono-
miques, et notamment des inégalités de revenu au sein de la société
Doc. 1 • L’évolution du sentiment d’appartenance
française. La baisse des inégalités économiques contribue à brouiller
à une classe sociale
les frontières de classes car on sait que ce sont les inégalités écono-
1. En 2013, 53 % des ouvriers avaient le sentiment d’appartenir miques qui sont au fondement des classes sociales. Si ces inégalités
à une classe sociale. s’estompent, il en va de même pour les frontières de classes.

68
Doc. 4 • L’affaiblissement de la conscience de classe de pouvoir) et un défaut de savoir. Ces différents éléments
1. Arguments en faveur d’une disparition des classes : montrent qu’il existe toujours des « classes en soi » au sens de
– croissance et démocratisation scolaire ; Karl Marx, c’est-à-dire des groupes d’individus qui partagent
– réduction des inégalités salariales ; des caractéristiques communes et qui sont situés dans une hié-
– développement d’une culture de masse ; rarchie sociale.
– forte mobilité sociale.
Doc. 3 • Des inégalités scolaires persistantes
2. La baisse des inégalités économiques et éducatives favo- 1. 41 % des élèves entrés en Sixième en 1995 et provenant d’une
rise la disparition des classes sociales, car les ménages les plus famille de cadres supérieurs ont obtenu un diplôme Bac + 5.
défavorisés peuvent plus facilement créer les conditions d’une
mobilité sociale ascendante pour leurs enfants (soutien écono- 2. Ce tableau permet de montrer que, selon leur origine sociale,
les élèves ne sont pas égaux face au diplôme. On constate par
mique pendant les études, meilleure prise en charge scolaire).
exemple que seulement 9 % des élèves entrés en Sixième en
3. Le développement d’une culture moyenne, « de masse », 1995 et provenant d’un milieu enseignant ont un diplôme infé-
permet aux individus de différents groupes sociaux d’adopter rieur au Bac ou aucun diplôme, contre 60 % des élèves prove-
des références culturelles communes, ce qui a tendance à les nant d’un milieu « ouvrier non qualifié ».
rapprocher d’un point de vue social.
3. Cette inégalité peut s’expliquer par les différences de capital
culturel entre les différentes catégories socioprofessionnelles :
Prépa Bac les familles ne transmettent pas le même capital culturel. Ainsi,
une famille de cadres transmettra davantage de capital culturel
I. Les mutations économiques expliquent le brouillage
aux enfants qu’une famille d’ouvriers. Cela a un impact direct
des frontières de classes
sur la réussite scolaire des enfants.
A. Déclin des inégalités économiques liées à la hausse du
niveau de vie des classes populaires (doc. 2) 4. Ce document permet d’affirmer qu’il existe toujours des
B. Rôle de l’État-providence dans la diminution des inégalités classes sociales. En effet, on constate que les inégalités per-
(prélèvements obligatoires et redistribution) durent dans notre société et ont tendance à se reproduire de
C. Tertiarisation et déclin du secteur industriel → déclin génération en génération. Il existe donc toujours des classes
numérique des ouvriers (exercice) sociales avec un certain « destin social » associé à chaque indi-
II. Des mutations sociales expliquent le brouillage des vidu en fonction de la classe à laquelle il appartient.
frontières de classes
Exercice : À quel phénomène ces illustrations
A. Rapprochement des structures de consommation et des
renvoient-elles ?
comportements (doc. 3)
1. B • 2. B • 3. A • 4. B
B. Développement d’une culture de masse
C. Montée de l’individualisme qui fragilise les classes (doc. 4) Doc. 4 • La grande bourgeoisie, la dernière des classes
sociales ?
1. Selon les auteurs, la bourgeoisie est caractérisée par une
Pages 166-167 B. Le retour des classes sociales ?
richesse multiforme :
Doc. 1 • La progression récente des inégalités → Un patrimoine important
économiques → Un prestige social fort
1. Entre 2008 et 2012, le niveau de vie moyen annuel des 10 % → D’importantes relations sociales
les plus pauvres a diminué de 541 euros. → Un capital culturel important

2. Sur la même période, le niveau de vie annuel moyen des 10 % 2. Le capital social est une richesse essentielle car il permet
les plus riches a augmenté de 450 euros. de démultiplier le capital économique et le capital social. Par
exemple, un entrepreneur qui possède un réseau va plus faci-
3. Ce document permet d’affirmer qu’il y a un retour des classes lement pouvoir développer son activité et donc augmenter ses
sociales dans le sens où on peut constater que les inégalités revenus. Par ailleurs, le capital social permet de rencontrer des
économiques (de niveau de vie, ici) progressent sur la période individus qui vont transmettre une partie de leur capital culturel
2008-2012. Cela va à l’encontre du processus de moyennisation. (exemple d’un professeur qui va accroître son capital culturel en
Doc. 2 • Une pauvreté endémique assistant à de nombreuses conférences).

1. Entre 2001 et 2013, le nombre de pauvres en France a aug- 3. La phrase soulignée signifie que la bourgeoisie est une vraie
menté de 9,1 %. classe pour soi au sens de Karl Marx, c’est-à-dire que c’est une
classe marquée par une forte conscience d’appartenance. Les
2. La pauvreté se caractérise par un défaut d’avoir, un défaut de
bourgeois connaissent précisément leurs intérêts et mettent en
pouvoir et un défaut de savoir.
œuvre des stratégies visant à maintenir leur position dans la
3. La pauvreté se mesure de manière quantitative grâce au seuil société (exemple des rallyes qui permettent aux enfants de la
de pauvreté. Cependant, le document 2B nous apprend que bourgeoisie de se rencontrer, ce qui limite les risques de disper-
c’est un phénomène bien plus complexe, qui doit être mesuré sion du patrimoine).
de manière qualitative.
4. Ces deux documents montrent qu’une part de plus en plus
importante de la population française est frappée par la pau- Prépa Bac
vreté. Cette pauvreté se mesure en termes monétaires (niveau Henri Mendras a repéré, dans la seconde partie du xxe siècle,
de vie inférieur à 60 % du niveau de vie médian), mais aussi un processus de moyennisation qui a consisté en la forma-
par une incapacité à faire face aux aléas de l’existence (défaut tion progressive d’une vaste classe moyenne en France. Ce

69
processus aurait conduit à la disparition des classes sociales, Page 169 TD2 • Les métamorphoses
au sens d’individus partageant une même place dans les rap- de la distinction
ports de production, un même mode de vie et un sentiment
d’appartenance. 1. Les classes supérieures s’approprient les formes les plus légi-
Cependant, d’autres sociologues, comme Pierre Bourdieu, ont times ou les plus nobles de culture (musées, galeries, opéra).
montré qu’il existe toujours des hiérarchies sociales et cultu- Les classes moyennes ont tendance à imiter les classes supé-
relles qui conduisent à relativiser ce phénomène de moyenni- rieures : elles s’approprient d’autres produits culturels (jazz,
sation. Les classes sociales ont-elles disparu dans la société photographie, cinéma). Les classes populaires, elles, s’excluent
française d’aujourd’hui ? du jeu de la culture : elles se contentent de produits culturels
Nous verrons dans un premier temps que certaines évolutions de masse.
économiques et sociales entraînent un certain brouillage des 2. L’éclectisme des goûts renvoie à la diversité des goûts et à
frontières de classes. Puis, nous verrons qu’il existe toujours l’ouverture d’esprit, la curiosité culturelle.
des inégalités qui témoignent d’un « retour » des classes 3. Les « omnivores » sont les individus des classes dominantes :
sociales. ils font preuve d’un fort éclectisme, c’est-à-dire qu’ils maîtrisent
à la fois des pratiques culturelles très légitimes et des pratiques
populaires. Les « univores » sont les individus des classes popu-
Page 168 TD1 • L’ampleur des inégalités laires, qui ont tendance à être enfermés dans un seul registre
économiques en Europe de pratiques culturelles
1. En 2005 en France, selon Eurostat, la part du revenu total 4. Exemple  : lorsque des membres des classes supérieures
perçu par les 20 % les plus riches était 4 fois plus élevée que écoutent du rap, musique populaire.
la part du revenu total perçu par les 20 % les plus pauvres. En 5. La logique de la distinction est le fait que les groupes
2014, la part du revenu total perçu par les 20 % les plus riches sociaux cherchent à se distinguer les uns des autres par leurs
était 4,3 fois plus élevée que la part du revenu total perçu par pratiques culturelles. Il existe donc une correspondance entre la
les 20 % les plus pauvres. hiérarchie des pratiques culturelles et celle des groupes sociaux
2. Entre 2005 et 2014, le rapport interquintile de l’Espagne a 6. Cette phrase signifie que le goût est socialement déterminé.
augmenté de 23,6 %. Le goût et le mauvais goût sont définis par le groupe social
3. En 2013, dans la zone euro, les 80 % les plus pauvres déte- auquel l’individu appartient. Le goût des uns correspond donc
naient seulement 32 % du patrimoine net total. au dégoût des autres.
4. Dans certains pays, les inégalités sont beaucoup plus impor- 7. Les omnivores se distinguent des univores par leur capa-
tantes que dans d’autres. Ainsi, en Roumanie en 2014, la part cité à emprunter des pratiques culturelles de différents groupes
du revenu total perçu par les 20 % les plus riches était 7,2 fois sociaux. Ils se distinguent donc par leur ouverture culturelle et
plus élevée que la part du revenu total perçu par les 20 % les leur maîtrise de plusieurs registres de pratiques.
plus pauvres, contre 3,6 fois plus en Finlande. 8. Les omnivores ont la capacité de s’adapter très facilement
5. Entre 2012 et 2014, le rapport interquintile de la Roumanie à tous les milieux sociaux car ils en maîtrisent les codes. Cela
est passé de 4,9 à 7,2. Cela signifie que les inégalités de revenu leur permet de s’intégrer plus facilement dans tous les milieux
ont progressé de façon importante dans ce pays. sociaux et donc de réussir plus facilement (à obtenir un emploi,
6. De manière générale, les inégalités de revenus progressent à se lier d’amitié, etc.). Les univores, en revanche, sont « pri-
dans l’UE entre 2005 et 2014 : les rapports interquintiles des sonniers » de leur milieu culturel d’origine : ils n’ont souvent
pays augmentent. pas les habitudes ou les codes sociaux valorisés pour intégrer
les positions sociales supérieures.
7. La répartition du patrimoine net dans la zone euro est très
inégalitaire. En effet, on constate que les 10 % les plus riches 9. Les stratégies de distinction ont évolué dans le temps. La
détiennent 68 % du patrimoine net total. Par comparaison, les théorie de la légitimité culturelle de Bourdieu n’est plus totale-
50 % les plus pauvres ne détiennent qu’environ 12 % du patri- ment pertinente pour comprendre les rapports entre les groupes
moine net total. sociaux. En effet, on assiste à l’émergence de nouveaux indi-
vidus, les « omnivores », qui se distinguent non seulement par
8. On constate qu’il existe d’importantes inégalités économiques
la parfaite maîtrise des codes culturels des classes supérieures,
en Europe ; elles concernent la répartition des revenus et du
mais également par la maîtrise des codes culturels des classes
patrimoine. Il y a tout d’abord des inégalités de revenus qui
populaires.
diffèrent selon les pays : ainsi, en Roumanie en 2014, la part
du revenu total perçu par les 20 % les plus riches était 7,2 fois
plus élevée que la part du revenu total perçu par les 20 % les
Pages 172-173 Réviser
plus pauvres, contre 3,6 fois plus en Finlande. Ces inégalités
ont par ailleurs tendance à augmenter sur la période récente : Exercice 1 • Inégalité économique ou sociale ?
en Espagne, le rapport interquintile est ainsi passé de 5,5 à 6,8 1 : A • 2 : B • 3 : A • 4 : B • 5 : B • 6 : A
entre 2005 et 2014, ce qui témoigne d’une hausse des inégali- Exercice 2 • Le cumul des inégalités
tés de revenu. Il existe par ailleurs d’importantes inégalités de a : 6 • b : 7 • c : 2 • d : 4 • e : 10 • f : 1 • g : 8 • h : 5 •
patrimoine en Europe. Ainsi, au sein de la zone euro en 2013, i : 3 • j : 9
les 10 % les plus riches détiennent 68 % du patrimoine net
Exercice 3 • Marx ou Weber ?
total. Par comparaison, les 50 % les plus pauvres ne détiennent
qu’environ 12 % du patrimoine net total. 1 : h (A) 2 : a (B) 3 : j (A) 4 : c (B) 5 : g (A)
6 : e (B) 7 : b (A) 8 : f (B) 9 : d (A) 10 : i (B)

70
Exercice 4 • Couples et classes sociales sont donc également des moyens pour la bourgeoisie de se dis-
1. Vrai 2. Faux 3. Faux 4. Vrai 5. Vrai 6. Faux 7. Vrai tinguer du reste de la population.
Exercice 5 • Une idée à partir d’un document Document du sujet 2
Ce document permet de mettre en évidence les stratégies mises 1. Ce document est extrait d’un article de Guillaume de
en œuvre par la bourgeoisie pour se reproduire en tant que Calignon, « La reprise est bien là mais manque d’élan » paru sur
classe sociale. On voit notamment comment la bourgeoisie Les Échos.fr le 1er octobre 2015. Il permet de faire le point sur
contrôle les adolescents par l’intermédiaire des rallyes, afin la croissance économique française en 2015.
qu’ils acquièrent les comportements attendus dans ce milieu
2. Le texte est constitué de trois paragraphes. Le premier para-
social et qu’ils se marient avec d’autres membres de la bourgeoi-
graphe est une courte introduction, le deuxième s’intéresse au
sie. Les rallyes sont un moyen efficace pour réaliser ce projet de
rôle de la demande et le troisième parapgraphe se penche sur le
reproduction sociale : les jeunes bourgeois y sont protégés des
rôle de l’offre dans la croissance économique.
« mauvaises fréquentations » et font l’acquisition de l’art de la
conversation et de la « diplomatie sociale », qui leur seront très 3. D’après l’Insee, le PIB français devait augmenter de 1,1 %
utiles plus tard dans leur vie sociale comme professionnelle. en 2015. Cette croissance s’explique à la fois par les évolutions
de la demande et par les évolutions de l’offre. On constate tout
d’abord que la demande est en progression en France, grâce
Pages 174-175 Méthode Bac à la baisse du prix du pétrole et aux baisses d’impôts pour
les ménages les plus modestes. Les exportations, qui sont une
Document du sujet 1
autre composante de la demande, contribuent également à la
1. Ce document est un compte rendu d’enquête, extrait du livre croissance : elles devaient augmenter de 6,3 % en volume en
de Nicolas Jounin, Voyage de classes, paru en 2014 aux éditions 2015. La demande contribue donc de façon importante à la
La Découverte. Ce texte décrit une enquête sociologique menée hausse du PIB. En revanche, du côté de l’offre, on note un recul
par un groupe d’étudiants de Seine-Saint-Denis qui ont enquêté
qui s’explique par les fermetures d’usines lors des vacances.
sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de Paris.
Certains économistes estiment néanmoins que le crédit d’impôt
2. Le texte est constitué de deux paragraphes. Le premier para- pour la compétitivité et l’emploi devrait permettre d’entraîner
graphe renvoie plutôt aux sentiments des étudiants lorsqu’ils une hausse de l’investissement à moyen terme.
découvrent les quartiers bourgeois, tandis que le deuxième para-
graphe renvoie plutôt à une comparaison entre la Courneuve et
les « beaux quartiers ». Pages 176-177 Bac blanc
3. Ce texte permet de mettre en évidence la logique de distinc- Proposition de plan :
tion entre les classes sociales. On constate tout d’abord que
les étudiants ressentent une forme de malaise en rencontrant I. La structure sociale de la France aujourd’hui peut être
les habitants du VIIIe arrondissement : ils se sentent « épiés » étudiée à travers les classes sociales
par les personnes qu’ils croisent. Ils se sentent très différents A. Il existe des inégalités de revenus et d’emploi (doc. 4)
de ces individus, qui ressemblent selon eux à des « clones », B. Il existe des inégalités sociales entre des groupes sociaux
« bien habillés », aux « très belles voitures ». Par leur apparence, (doc. 2)
les bourgeois manifestent donc une volonté de distinction. Par II. Mais il existe une multitude d’autres critères de
ailleurs, cette logique de distinction apparaît également à tra- différenciation sociale permettant de rendre compte
vers l’habitat urbain : les étudiants remarquent « la forme des de la structure sociale actuelle
immeubles, l’architecture » et notent un changement « radical » A. L’âge (doc. 3)
par rapport à la Courneuve. L’habitat urbain et l’architecture B. Le sexe (doc. 3)

71
Chapi
tre Comment rendre compte
7 de la mobilité sociale ?

La démarche du chapitre
Ce chapitre comporte trois dossiers.
Le premier s’attache à définir les différentes formes de mobilité, à se familiariser avec l’étude des tables, et à découvrir
l’évolution des outils de mesure avec la fluidité sociale.
Le second dossier montre l’intérêt des tables de mobilité à travers l’évolution des flux de mobilité et le déclassement,
question sociale aujourd’hui importante qui réactualise le paradoxe d’Anderson. Il met aussi en évidence les imperfections
des mesures de la mobilité (mobilité perçue et mobilité mesurée, comment analyser la mobilité des femmes, comment
mesurer l’origine sociale…).
Dans le troisième dossier, ce sont les causes de la mobilité qui sont analysées : le rôle des mutations de l’appareil productif,
de l’école et de la famille. Ces deux dernières institutions sont facteurs de mobilité, mais ce sont aussi des instances
de reproduction sociale.
Le TD 1 est consacré à la manière d’utiliser un document statistique en fonction de ce que l’on veut démontrer ; il porte
sur l’immobilité sociale. Le TD 2, à travers l’étude d’un texte long, permet aux élèves de réfléchir aux enjeux démocratiques
de la mobilité sociale, et en particulier à la méritocratie.

Bibliographie et webographie
Pour compléter le travail sur la mesure de la mobilité Pour compléter le lien famille/mobilité sociale :
sociale : – GOUYON Marie, « Une chambre à soi : un atout
– DUPAYS Stéphanie, « En un quart de siècle, la mobilité dans la scolarité ? », Données sociales, 2006 ;
sociale a peu évolué », Données sociales, 2006. Document www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/donsoc06r.pdf
accessible en ligne : www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ – GOUYON Marie, « L’aide aux devoirs apportée par
donsoc06ym.pdf les parents », Insee Première, n° 996, décembre 2004 ;
– « Mobilité sociale : l’ascenseur au ralenti », www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP996.pdf
Centre d’observation de la société, 8 janvier 2015, – GOUYON Marie, GUÉRIN Sophie, « L’implication
www.observationsociete.fr/mobilit%C3%A9-sociale- des parents dans la scolarité des filles et des garçons :
lascenseur-au-ralent des intentions à la pratique », Économie et statistique,
Pour compléter le travail sur l’école et la mobilité sociale : n° 398-399, 2006 ;
– www.lemonde.fr/idees/article/2014/06/12/la-mobilite- www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES398-399d.pdf
sociale-regresse-en-france_4437152_3232.html

Pages 178-179 Ouverture de chapitre pour les non et les peu diplômés), mais aussi l’exposition à la
précarité et l’accès au travail non qualifié. Pour lui, c’est ce qui
Pour commencer explique que les parents sont de plus en plus inquiets de la
Le chapitre traite de la mobilité sociale ; Xavier Gorce montre que scolarité de leurs enfants.
l’école est un facteur de mobilité sociale (le père attend beaucoup
de l’école : « être apprenti », « … la honte de la famille »), mais
DOSSIER 1
l’école remplit mal ce rôle comme le montre l’énumération des
diplômés de la famille, qui n’ont pas eu d’emploi correspondant QU’EST-CE QUE LA MOBILITÉ ? COMMENT
à leur situation. LA MESURER ?
Activité vidéo
1. Éric Maurin est un économiste français contemporain (né en
Pages 180-181 A . Les formes de la mobilité
1963), directeur d’études à l’École des hautes études en sciences
sociales et à l’École d’économie de Paris. Parmi ses nombreux Doc. 1 • Mobilité et immobilité sociale
ouvrages, on peut citer La peur du déclassement (Seuil, 2009)
1. Najat Vallaud-Belkacem et Jean-Noël Jeanneney ont tous
et La fabrique du conformisme (Seuil, 2015).
deux suivi des études supérieures à l’Institut d’études politiques
2. La valeur des diplômes est mesurée par la différence de de Paris. Ils ont été membres de gouvernement (respectivement
statut, dans une même génération, d’un non diplômé par rapport ministre de l’Éducation nationale et secrétaire d’État au com-
à celle d’un diplômé. merce extérieur).
Pour Éric Maurin, elle ne dépend pas de l’écart des positions des Cependant, Jean-Noël Jeanneney est dans la reproduction
diplômés (ou des non diplômés) entre deux générations. sociale (petit-fils d’un président du Sénat, fils de ministre),
3. Pour Éric Maurin, la valeur des diplômes a explosé. On peut alors que Najat Vallaud-Belkacem, fille d’ouvrier, est en mobilité
le voir à travers l’exposition au chômage (beaucoup plus forte sociale ascendante.

72
2. J.-N. Jeanneney a connu une mobilité intragénérationnelle en 3. La mobilité sociale est un enjeu politique car elle interroge
étant assistant puis professeur des universités, puis président de sur le degré de démocratie et de liberté dans une société. Dans
Radio-France, de la bibliothèque François-Mitterrand, secrétaire une société parfaitement démocratique et dans laquelle les indi-
d’État… N. Vallaud-Belkacem a gravi les échelons classiques de vidus sont libres de leurs choix, ils doivent avoir les mêmes
la vie politique : conseillère municipale de Lyon puis conseillère chances d’accéder aux différentes positions sociales. Sachant
régionale en Rhône-Alpes, elle est ensuite devenue porte-parole que cet idéal est rarement vérifié, l’analyse de la mobilité sociale
des candidats à la présidence de la République (Ségolène Royal permet d’apprécier le degré de démocratie et de méritocratie de
puis François Hollande) avant de devenir ministre. Ce qui est la société. Plus la société est démocratique, moins les statuts
une autre forme de mobilité intragénérationnelle. sont assignés ; plus la société est méritocratique, plus les posi-
tions sociales dépendent des mérites individuels (l’acquisition
Doc. 2 • Différentes formes de mobilité de connaissances, l’expérience personnelle…) et non de l’ori-
1. Mobilité sociale : changer de catégorie socio-professionnelle. gine sociale.
Mobilité géographique : changer de résidence, de ville, de
région, de pays. Exercice
Mobilité professionnelle : changer d’entreprise ou de métier. – Mobilité géographique sans mobilité professionnelle : un pro-
À cette occasion, l’individu peut changer de statut social, mais fesseur qui enseignait à Paris est nommé à Marseille.
ce n’est pas systématique. – Mobilité géographique avec mobilité professionnelle : un
commissaire aux comptes travaillant à Lyon est promu directeur
2. Mobilité intragénérationnelle  : mobilité d’un individu financier à Bordeaux.
au cours de sa vie professionnelle (changement de métier, de – Mobilité sociale intragénérationnelle et intergénération-
statut). L’Insee la désigne comme « mobilité professionnelle ». nelle : un ouvrier, fils d’ouvrier, devient contremaître (profession
Mobilité intergénérationnelle : changement de statut par rapport intermédiaire). Il a changé de position sociale au cours de sa vie
à ses parents. Elle est mesurée, le plus souvent, par le statut social professionnelle et par rapport à son père.
du père. C’est celle que l’Insee appelle la « mobilité sociale ».

Doc. 3 • La mobilité intragénérationnelle Prépa Bac


1. La mobilité professionnelle a augmenté entre les trois périodes, Les différentes formes de mobilité se combinent car les chan-
pour les hommes comme pour les femmes, et quelle que soit la gements de statuts s’accompagnent souvent de changement
classe d’âge. La faiblesse de la mobilité dans la première période de professions au cours de la carrière et/ou par rapport aux
(1980-1985) résulte sans doute de la conjoncture économique parents. Le changement d’entreprise peut aussi s’accompa-
et du niveau élevé de chômage. Ensuite, l’amélioration de la gner de changement de ville, régions voire pays.
conjoncture a facilité la mobilité ascendante, mais elle a bénéficié
davantage aux hommes qu’aux femmes.
2. En général, la part d’individus ayant changé de groupe socio- Pages 182-183 B. Des tables pour mesurer
professionnel au cours des cinq années précédentes est sou- la mobilité sociale
vent plus élevée pour les hommes que pour les femmes, quelles
Doc. 1 • Une exception ?
que soient la période et la tranche d’âge. Il y a cependant une
exception entre 1988 et 1993 pour les femmes dans la tranche 1. Franck, issu des classes populaires (son père est ouvrier,
45-49 ans. catégorie 6 ; sa mère est employée, catégorie 5), est en mobi-
lité sociale ascendante. Il a passé son enfance dans une ville
3. Ce sont les personnes âgées de 30 à 34 ans qui sont les plus
ouvrière, puis il est devenu grand patron (catégorie 2).
mobiles, quels que soient la période et le sexe.
2. Sa mobilité est exceptionnelle car il est rare de passer d’une
4. Plusieurs éléments peuvent expliquer la mobilité profession-
catégorie extrême à l’autre. La mobilité courte (vers des caté-
nelle, et ces éléments peuvent être d’autant plus vrais pour des
gories proches) est plus fréquente.
personnes encore jeunes :
– être recruté à un poste de travail en dessous de ses compé- Doc. 2 • Des tableaux pour rendre compte de la mobilité
tences en début de carrière et bénéficier ensuite d’une promo- sociale
tion vers des métiers plus en accord avec la formation initiale.
1. Les enquêtes de mobilité portent le plus souvent sur les
C’est particulièrement vrai pour les jeunes et, dans une moindre
hommes car, si les femmes sont aujourd’hui souvent actives,
mesure, pour les femmes (cf. Insee Première n° 1112, 2006) ;
elles étaient nombreuses à être inactives dans les générations
– la reconnaissance et la valorisation des compétences et de
antérieures, ce qui ne renseigne pas sur leur statut social : être
l’expérience en cours de carrière ;
femme de cadre (et inactive) n’est pas la même chose qu’être
– la formation professionnelle continue, qui enrichit le capital
femme (inactive) d’ouvrier. Dans les générations plus jeunes,
culturel ;
les taux d’activité des femmes sont élevés, ce qui favorisera les
– savoir utiliser son capital social, ses réseaux de connaissances.
études de mobilité sociale des femmes dans le futur.
Doc.4 • Les enjeux de la mobilité sociale De plus, on élimine la mobilité intragénérationnelle, ou profes-
sionnelle, en se centrant sur les hommes de 40 ans et plus. On
1. On étudie la mobilité sociale dans les sociétés de classes,
ne retient que les changements de statuts, lesquels deviennent
dans lesquelles les statuts ne sont pas assignés mais acquis.
très rares au-delà de 40 ans.
Dans les sociétés de castes, les positions sociales sont assignées
à la naissance, sans possibilité de les modifier. 2. L’indicateur de position sociale le plus souvent retenu en
France est le code des professions et catégories socioprofes-
2. La mobilité sociale a une portée idéologique car elle est liée
sionnelles car le métier est un élément très important du statut
aux représentations que l’on a de la structure sociale, de ce qui
social.
confère une réussite ou un échec…

73
3. La construction des tables de mobilité est normalisée ; les l’épargne) influence la mobilité sociale. Dans les phases de
informations sur la destinée apparaissent en colonne (ce que sont croissance, l’emploi augmente, les postes de professions inter-
devenus les fils d’agriculteurs, par exemple), les informations sur médiaires et de cadres et professions intellectuelles supérieures
l’origine figurent en ligne (d’où viennent les agriculteurs de la deviennent plus nombreux, offrant des opportunités de mobilité
génération étudiée, c’est-à-dire ce que faisaient leurs pères). ascendante. Inversement, dans les phases de crise, des salariés
perdent leur emploi voire leurs compétences si la durée du chô-
Exercice : Lire les tables de mobilité mage s’allonge. Ils peuvent subir la précarité et un déclasse-
1. L’origine sociale la plus fréquente des artisans, commerçants, ment. L’ascenseur social ne fonctionne plus.
chefs d’entreprises est ouvrier : 36 % des artisans, commerçants,
chefs d’entreprises avaient un père ouvrier. Doc. 2 • De la mobilité observée à la fluidité sociale
2. La destinée la plus fréquente des fils d’employés est profession 1. La mesure de la mobilité observée est insuffisante car la
intermédiaire. En effet, 28 % des fils d’employés deviennent profes- structure socioprofessionnelle évolue au cours du temps (moins
sion intermédiaire ; c’est le pourcentage le plus élevé de la colonne. d’agriculteurs, ouvriers, artisans commerçants ; plus de cadres,
3. Pour calculer le pourcentage d’immobiles, on additionne les employés, professions intermédiaires), ce qui entraîne néces-
effectifs de la diagonale (nombres en noir), et on rapporte la sairement de la mobilité sociale. Il faut donc adopter un autre
somme à l’effectif total. Les nombres sont en milliers. indicateur pour savoir si la société est devenue plus fluide, plus
252 + 182 + 310 + 263 + 108 + 1 373 = 2 488 / 7 045 = 35,3 %. mobile, et si le poids de la destinée s’atténue.
4. Le nombre de personnes mobiles en 2003 s’élève à 4 557 000 2. La fluidité sociale mesure la mobilité en éliminant les varia-
(7 045 000 – 2 488 000). Le pourcentage de mobiles est de 64,7 % tions de la population active entre deux générations.
(100 – 35,3), que l’on peut arrondir à 65 %.
Doc. 3 • Les odds ratios pour mesurer la fluidité sociale
Doc. 3 • Les flux de mobilité ascendante et descendante 1. Le odds ratio mesure un rapport de chances relatives. Si les
1. Les mobilités proches concernent les passages entre « cadres chances sont proches, le rapport est égal ou proche de 1 : l’éga-
et professions intellectuelles supérieures » et « professions inter- lité des chances est forte, la société est fluide, il n’y a pas de
médiaires ». De même, les passages entre « professions intermé- lien entre origine et position sociale. Si le odds ratio est égal à
diaires » et « employés » ou « ouvriers ». Les mobilités éloignées 63, le lien entre origine et positon sociale est fort : il n’y a pas
concernent les passages entre « cadres et professions intellec- d’égalité des chances, la société n’est pas fluide.
tuelles supérieures » et « employés » ou « ouvriers ». 2. La fluidité sociale a augmenté entre 1977 et 2003 (de
2. Les employés et les ouvriers sont au même niveau de la 12 % pour les hommes et de 17 % pour les femmes), ce qui
pyramide car, s’ils exercent des métiers différents, ils sont au peut être interprété comme un signe de démocratisation de la
même niveau hiérarchique : les deux catégories ont des fonc- société ; mais cela vient aussi du fait qu’il y a plus de mobilité
tions d’exécution. descendante.
3. – Les fils d’employés et d’ouvriers mobiles deviennent pro- Exercice : Calculer un odds ratio
fessions intermédiaires (respectivement 28 % et 23 %) et plus
1. Les fils d’ouvriers ont 25 % (200/800) de chances de devenir
rarement cadres (respectivement 22 % et 10 %). cadres et 75 % (600/800) de chances de devenir ouvriers.
– Les fils de cadres mobiles deviennent plus souvent professions
2. Le rapport des probabilités pour les fils d’ouvriers de devenir
intermédiaires (26 %), et plus rarement employés (6 %) ou
cadres ou ouvriers est de 25/75 = 0,33.
ouvriers (9 %).
3. Les fils de cadres ont 75 % (150/200) de chances de devenir
La mobilité est donc plus souvent courte.
cadres et 25 % (50/200) de chances de devenir ouvriers.
Remarque : la lecture se fera à partir des nombres en vert (et
4. le rapport des probabilités pour les fils de cadres de devenir
non en rouge).
cadres ou ouvriers est de 75/25 = 3.
5. Le odds ratio est de 3/0,33 = 9,09.
Prépa Bac Les chances d’être cadre plutôt qu’ouvrier sont 9,09 fois plus fortes
pour les fils de cadres que pour les fils d’ouvriers. Cette société
La table de mobilité vérifie, en partie, les assertions du docu- fictive est assez fluide, mais elle n’assure pas l’égalité des chances.
ment 1 :
– Les mobilités extrêmes demeurent des exceptions car, le Doc. 4 • La fluidité sociale des hommes et des femmes
plus souvent, la mobilité se fait vers des PCS proches : les en 1977 et 2003
ouvriers deviennent employés ou professions intermédiaires, 1. En 2003, les chances d’être agriculteurs plutôt que profes-
les employés deviennent professions intermédiaires, les pro- sions intermédiaires sont 111,8 fois plus élevées pour les fils
fessions intermédiaires deviennent cadres ou employés, etc. d’agriculteurs que pour les fils de professions intermédiaires.
– Il est excessif de dire que la reproduction sociale demeure À la même date, les chances d’être professions intermédiaires
la règle, car l’immobilité représente 35,3 % de l’effectif en plutôt qu’ouvrières sont 6,6 fois plus élevées pour les filles de
2003. Elle reste toutefois très forte. professions intermédiaires que pour les filles d’ouvriers.
2. La fluidité sociale a augmenté entre 1977 et 2003. Les odds
ratios ont presque tous diminué, à l’exception de ceux qui
Pages 184-185 C . Mobilité observée
concernent les hommes agriculteurs. En effet, sous l’effet du
et fluidité sociale
progrès technique, le nombre d’agriculteurs a considérablement
Doc. 1 • États-Unis : les pannes de l’ascenseur social diminué, ce qui laisse peu d’opportunités de devenir agriculteur
américain pour des personnes issues d’autres milieux sociaux.
La situation économique d’un pays (mesurée ici par la baisse 3. La fluidité est la plus forte entre les enfants de cadres et de
des emplois, l’augmentation des dettes et la diminution de professions intermédiaires et entre les enfants de professions

74
intermédiaires et d’employés ou d’ouvriers. Elle est forte pour cendante est plus fréquente. Les écarts entre mobilité ascendante
des PCS proches. En revanche, la fluidité est faible pour des PCS et mobilité descendante se resserrent pour les femmes alors qu’ils
éloignées dans la hiérarchie sociale : entre les enfants de cadres restent importants pour les hommes.
et les enfants d’employés ou d’ouvriers. Elle est faible aussi pour La mobilité la plus fréquente reste ascendante.
les enfants d’agriculteurs par rapport à toutes les autres PCS, 3. Le risque de déclassement est plus fort pour les femmes car
sans doute parce que c’est une PCS en déclin, et qui nécessite elles ont une mobilité descendante plus forte et une mobilité
de mobiliser un capital technique important. ascendante plus faible que les hommes. Les femmes ont en effet
L’analyse de la fluidité sociale confirme les analyses de la mobi- plus de difficultés à accéder aux postes de cadres et professions
lité observée (cf. dossier 1B p. 182-183). intellectuelles supérieures (cf. le « plafond de verre »).
4. Le document 3 illustre le 1er paragraphe du document 2 :
Prépa Bac la mobilité ascendante diminue alors que la mobilité descen-
dante progresse, même si le « mouvement de la société reste
La fluidité sociale peut être interprétée comme une mesure
ascendant ».
de la démocratisation de la société : plus le lien est faible
entre origine et position sociale, plus il y a égalité des Doc. 4 • La place des classes moyennes
chances pour accéder à cette position. 1. Les classes moyennes sont hétérogènes. É. Maurin retient
les professions intermédiaires, les artisans, les commerçants,
c’est-à-dire les catégories qui ne sont ni cadres et professions
DOSSIER 2 intellectuelles supérieures ni employés ni ouvriers.
QUELS SONT LES INTÉRÊTS ET LES LIMITES 2. Les classes moyennes sont au carrefour de la mobilité sociale
DES ÉTUDES DE MOBILITÉ SOCIALE ? car la mobilité est le plus souvent courte (c’est-à-dire vers
des catégories socioprofessionnelles proches) : les ouvriers ou
employés deviennent professions intermédiaires, ou les profes-
Pages 186-187 A . L’immobilité sociale sions intermédiaires deviennent cadres. Les ouvriers en mobilité
et le déclassement sociale ascendante peuvent aussi devenir artisans. Ou encore,
les cadres deviennent professions intermédiaires et les profes-
Doc. 1 • L’immobilité sociale sions intermédiaires deviennent employés ou ouvriers.
1. L’immobilité décline jusqu’au début du 21e siècle, puis elle 3. É. Maurin ne contredit pas l’analyse de C. Peugny, mais il
augmente pour les femmes et pour l’ensemble. Pour les hommes, met l’accent sur le fait que la mobilité la plus fréquente reste la
l’augmentation est plus tardive : elle se produit en 2005. mobilité ascendante (cf. doc. 2 et 3). En revanche, il néglige le
2. L’immobilité est plus forte pour les hommes que pour les fait que la mobilité ascendante diminue et que la mobilité des-
femmes. En 2009, 42 % des hommes appartiennent à la même cendante progresse. Pour lui, le déclassement reste une menace,
PCS que leur père, alors que seulement 27 % des femmes sont plus qu’une réalité, ce qui permet de comprendre le surinves-
dans cette situation. tissent des familles dans l’école (cf. la vidéo d’ouverture).
3. Ces différences de mobilité s’expliquent par les différences
Exercice : Commenter une illustration
de répartition des femmes et des hommes dans la population Le dessin représente la pyramide sociale. Une partie de la base
active. Par exemple, les femmes sont moins souvent ouvrières est écrasée voire résignée, alors que les autres catégories tentent
et cadres, et elles sont plus souvent employées ou professions de monter dans la hiérarchie ; certains sont laborieux, d’autres
intermédiaires que les hommes. Ainsi, par rapport à leur père, s’appuient sur les autres voire les écrasent. La lutte est plus âpre
elles sont plus souvent mobiles que les hommes. au sommet, où les positions sont les moins nombreuses.

Doc. 2 • Le déclassement
1. La mobilité ascendante est la plus forte pour les générations Prépa Bac
nées au milieu des années 1940, elle diminue pour les généra-
Déclassement Peur du déclassement
tions suivantes. En revanche, la mobilité descendante augmente
pour les générations nées entre 1964 et 1968. – La mobilité descendante
augmente pour les générations - La mobilité ascendante reste
2. La mobilité descendante concerne davantage les personnes les plus jeunes dominante
issues du haut de la hiérarchie sociale mais elle s’applique aussi – La mobilité ascendante – Les classes moyennes sont
aux classes moyennes. diminue au carrefour de toutes les
3. La société n’est pas devenue plus démocratique, car la mobi- – Le déclassement concerne formes de mobilité, ascen-
toutes les catégories sociales dante et descendante (ce sont
lité descendante des classes favorisées ne s’est pas accompa- – Le déclassement concerne elles qui expriment le plus les
gnée d’une augmentation de la mobilité ascendante pour les plus les femmes que les craintes de déclassement)
défavorisés. Il s’agit plus d’une augmentation générale de la hommes
mobilité descendante.

Doc. 3 • L’évolution des flux ascendant et descendant


Pages 188-189 B. Les limites des études
par genre
de mobilité sociale
1. En 2003, 34 % des femmes de la tranche 35-39 ans sont en
mobilité ascendante par rapport à leurs parents. Doc. 1 • Mobilité observée et mobilité subjective
2. Les évolutions vont dans le même sens pour les hommes et 1. La mobilité objective est celle qui est mesurée par les statis-
pour les femmes. Mais la mobilité ascendante est moins fréquente tiques ; la mobilité subjective est celle qui est ressentie par les
pour les femmes que pour les hommes, alors que la mobilité des- personnes interrogées.

75
2. La mobilité observée et la mobilité perçue ne sont pas iden- enfants est statistiquement plus liée au diplôme de la mère qu’à
tiques car les individus ne perçoivent pas leur position sociale celui du père. Cela tient sans doute au rôle de la mère dans la
à travers les mêmes instruments que le sociologue. Le socio- socialisation. Si les sociologues attachent autant d’importance
logue mesure la mobilité sociale à partir de la position dans la au diplôme, c’est parce que, dans la société française (c’est
structure socioprofessionnelle (le code des PCS), alors que les moins vrai dans d’autres pays), le diplôme et les études ont un
individus tiennent compte d’autres critères : l’environnement poids très important dans l’accès aux positions sociales. Les
familial, l’habitat, les diplômes, les revenus, le niveau de vie… études de mobilité devraient donc prendre en compte le niveau
comme le soulignent Marie Duru-Bellat et Annick Kieffer. de diplôme des parents, et en particulier celui de la mère, en
Pour D. Merllié, les plus mobiles relativisent leur mobilité, sans plus de leur position sociale.
doute parce qu’il s’agit souvent d’une mobilité courte.
Exercice : Résoudre un problème méthodologique
Doc. 2 • Mobilité sociale et nomenclature utilisée On ne peut pas mesurer la mobilité sociale entre les générations
1. La mesure de la mobilité dépend de la nomenclature choisie. de femmes car être inactive et femme d’ouvrier ou inactive et
Si on prend la classification des PCS en six grands groupes, on femme de cadre ne confère pas le même statut social. Mesurer
ne percevra pas des mobilités qui apparaitront à des niveaux la mobilité des filles par rapport à celle des pères est biaisé car
les femmes ont plus de difficultés à accéder aux postes de cadres.
plus fins. Par exemple, un ouvrier spécialisé qui devient ouvrier
Une solution parfois utilisée est d’étudier les positions sociales des
qualifié (les deux sont dans la catégorie 6), ou un professeur
hommes et des femmes dans le couple. Pour les femmes, épouser
qui devient proviseur, les deux étant dans la catégorie 3. Donc, un homme de statut social plus élevé est un moyen de mobilité
si on retient un niveau plus fin du code des PCS, on observera sociale ascendante.
plus de mobilité qu’en restant à un niveau agrégé.
Animation associée : avec la table de mobilité de 2003 à 6 Doc. 4 • Le couple et la mobilité sociale des femmes
niveaux, le taux de mobilité est de 64,7 %. Si on réduit la table 1. En 2011, en France, 6,3 % des couples sont composés d’une
à 3 niveaux, la mobilité diminue à 49,9 %. Si on scinde les femme employée et d’un homme cadre.
catégories pour construire une table à 11 niveaux, la mobilité
2. Les nombres le plus élevés sur la diagonale témoignent de
passe à 78,7 %.
l’importance de l’homogamie.
2. La hiérarchie des salariés correspond à la hiérarchie dans les
3. Quand la situation la plus fréquente n’est pas l’homogamie,
entreprises et les administrations. Elle représente les différences
les conjoints des femmes appartiennent à une PCS supérieure à
de qualifications et de responsabilité des postes de travail.
la leur (femme profession intermédiaire / homme cadre ; femme
3. La catégorie « indépendants » est très hétérogène. Au sens employée / homme profession intermédiaire). On peut noter
large, elle rassemble les professions libérales (médecins, notaires, que les conjoints des femmes employées sont aussi souvent des
avocats), les infirmiers et kinésithérapeutes exerçant en cabi- ouvriers car ces PCS sont très marquées par les genres.
net privé, mais aussi les agriculteurs, artisans, commerçants. Il La structure socioprofessionnelle des femmes est différente de
s’agit de toutes les professions exercées en dehors d’une organi- celle des hommes : elles sont plus nombreuses dans le bas de
sation hiérarchique (entreprise, administration). Ces personnes la hiérarchie sociale et moins nombreuses dans le haut. Elles
sont autonomes dans leurs décisions professionnelles, mais leurs accèdent plus difficilement que les hommes aux postes de
qualifications, leurs revenus, leurs prestiges peuvent être très cadres (le « plafond de verre »). Ainsi, épouser (ou vivre avec)
différents. un homme qui appartient à une PCS plus élevée est un moyen
En s’appuyant sur les qualifications requises par ces métiers, pour les femmes de monter dans la hiérarchie sociale.
l’Insee classe les professions libérales (indépendants qui
Statut d’emploi et groupe socioprofessionnel
exercent des métiers nécessitant une qualification élevée) dans
des personnes en emploi selon le sexe
la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures ».
Les infirmiers et kinésithérapeutes indépendants font partie des
professions intermédiaires. Cependant, il reste encore beaucoup
d’hétérogénéité chez les artisans, les commerçants et les agri-
culteurs. Ils ont des statuts d’indépendants, mais ils peuvent
être pris dans des relations très contraignantes avec des fournis-
seurs ou des clients, comme par exemple les contraintes que les
industries agro-alimentaires ou les grandes surfaces exercent sur
les agriculteurs, ou encore les distributeurs sur les franchisés.

Doc. 3 • Comment mesurer l’origine sociale ?


Une photographie du marché du travail en 2014, Insee Première, n°1569,
1. L’augmentation des divorces et des familles monoparentales octobre 2015 ; www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1569/ip1569.pdf
introduit un biais dans l’analyse de la mobilité sociale, car la
mobilité est étudiée par rapport à la position sociale des pères.
Or, quand il y a divorce, les enfants sont plus souvent confiés Prépa Bac
à leur mère, et le chef des familles monoparentales est plus Ainsi, différentes raisons expliquent pourquoi il est difficile
souvent une femme ; dès lors, le rôle des pères dans l’éducation de mesurer la mobilité sociale. Certaines sont méthodolo-
des enfants s’amoindrit. Les études de mobilité sociale devraient giques  : finesse des nomenclatures utilisées, population
prendre en compte non pas le père, mais un adulte de réfé- étudiée, critères de mesure de la mobilité (diplôme, revenu,
rence : mère ou beau-père. PCS…). D’autres tiennent à la perception qu’ont les per-
2. Prendre en compte le diplôme de la mère dans les analyses de sonnes interrogées. Ce qui est perçu comme mobilité (ou
mobilité sociale est plus pertinent, car la réussite scolaire des immobilité) par les enquêteurs peut être perçu différemment

76
par les enquêtés. Tout cela nécessite de perfectionner les 4. La mobilité structurelle représente 24,7 % (1 743/7 045) de
analyses de la mobilité sociale en diversifiant les critères l’ensemble des personnes étudiées.
d’analyse et en ne se limitant pas à l’étude de la mobilité
Doc. 3 • Évolution de la structure des diplômés
des hommes.
et de la structure de la population active
1. Dans la population active, on observe la croissance impor-
tante des cadres et professions intermédiaires, mais 53,5 % de
DOSSIER 3 la population active est employé ou ouvrier.
QUELS SONT LES FACTEURS EXPLICATIFS 2. Le nombre de diplômés augmente très rapidement, et cette
DE LA MOBILITÉ SOCIALE ? tendance va sans doute se poursuivre. 10 % des jeunes sortant
du système éducatif avaient le Bac en 1960, contre 69 % au
milieu de la décennie 2000.
Pages 190-191 A . L’évolution de la structure 3. Les possibilités de mobilité ascendante ne sont pas iden-
sociale tiques à celles des décennies d’après-guerre car la structure de
la population active se déplace moins vite vers le haut que la
Doc. 1 • La fin des paysans ? structure des diplômes. Pendant les Trente Glorieuses, la struc-
1. Les photos montrent que le secteur primaire s’est mécanisé, ture de la population active s’élevait plus vite.
entraînant la réduction de la main-d’œuvre dans ce secteur (on 4. En conséquence, la valeur des diplômes sur le marché du
passe de quatre personnes pour faire les foins dans les années travail diminue. Cette dévalorisation des diplômes n’a rien à
1950 à deux pour récolter la lavande aujourd’hui). voir avec le contenu des connaissances acquises (qui se modifie
2. Avec la Révolution industrielle, le progrès technique et l’évo- plus qu’il ne baisse). Cela tient plus à un phénomène d’infla-
lution des besoins, la part de l’emploi agricole a baissé (3 % des tion : tout comme une augmentation de la masse monétaire
emplois aujourd’hui) et la part de l’emploi industriel a augmenté entraîne une hausse des prix (selon la théorie quantitative de
jusqu’à la décennie 1960, puis il baisse régulièrement depuis. la monnaie) et une perte du pouvoir d’achat de la monnaie, une
La part des services a progressé. Ils représentent aujourd’hui hausse du nombre de diplômés baisse leur valeur sur le marché
75 % des emplois. du travail, car il y a plus de diplômés que de postes de travail
qualifié à pourvoir. Nécessairement, une partie des diplômés sera
3. On observe une évolution des secteurs (progrès technique, surqualifiée par rapport aux postes de travail occupés.
délocalisations) et de la taille des entreprises. Les agricul-
teurs sont de moins en moins nombreux. La part des ouvriers Doc. 4 • L’origine, le diplôme et la situation sociale
diminue également, comme celle des artisans et commerçants. 1. Il est possible d’accéder à des emplois de cadres sans être
Parallèlement, la tertiarisation, l’élévation globale des qualifi- diplômé du supérieur, mais c’est rare (entre 9 et 27 % des bache-
cations et l’augmentation de la taille des entreprises favorisent liers ou non bacheliers). Alors que 77 à 87 % des titulaires d’un
l’augmentation des emplois de cadres et professions intellec- diplôme du supérieur long sont cadres. Plus le niveau de diplôme
tuelles supérieures, professions intermédiaires et employés augmente, plus les chances de devenir cadre augmentent.
(cf. doc. 2 p. 164).
2. À niveau de diplôme égal, les enfants d’employés et d’ou-
Doc. 2 • L’évolution de la structure de la population active vriers ont moins de chances d’obtenir un emploi de cadres ou
professions intermédiaires que les enfants de cadres et profes-
1. Les agriculteurs ont très souvent un père agriculteur car le
sions intermédiaires. Cela est vrai quel que soit le niveau de
nombre d’agriculteurs a considérablement diminué, et c’est un
diplôme.
métier qui nécessite un fort capital technique (terres, cheptel,
machines agricoles) souvent transmis par héritage. 3. Les enfants de cadres ont plus de relations, d’aides pour
obtenir des postes de cadres, ils ont plus de capital social. Ils
2. Les fils d’agriculteurs deviennent de moins en moins agricul- connaissent aussi mieux les codes et les manières de se compor-
teurs car il y a moins d’emplois d’agriculteurs qu’il n’y a de fils ter (l’habitus) qui facilitent l’obtention de tels postes.
d’agriculteurs.
3. Les cadres proviennent souvent d’autres catégories sociales car
c’est une catégorie en croissance numérique ; les fils de cadres ne Prépa Bac
sont pas assez nombreux pour occuper tous les postes de cadres. Les documents 3 et 4 illustrent le paradoxe d’Anderson.
4. La mobilité structurelle ne résulte pas que des modifications Puisque l’élévation des niveaux de diplômes est plus rapide
de la population active. Elle s’explique aussi par les différences que l’élévation de la structure de la population active, tous
de fécondité entre les milieux sociaux et par les mouvements les diplômés ne trouveront pas un emploi correspondant à
migratoires. leurs qualifications. Ils subiront donc un déclassement, et les
fils d’ouvriers et employés diplômés auront moins de chances
Exercice d’obtenir un emploi de cadres : ils manquent de capital social.
1. Dans la table de 2003, il y a 2 364 000 ouvriers et 2 998 000 Ainsi, ils peuvent être plus diplômés que leur père sans être
fils d’ouvriers. sûrs d’obtenir un emploi plus élevé hiérarchiquement.
2. 634 000 fils d’ouvriers ont donc dû changer de groupe social du
fait des évolutions de la population active.
3. Pour l’ensemble des catégories socioprofessionnelles, 1 743 000 Pages 192-193 B. L’école et la mobilité sociale
fils ont dû changer de catégories du fait des évolutions structurelles
Doc. 1 • Cher Monsieur Germain
de la population active.
Il s’agit des fils d’agriculteurs (1 143 – 285), des fils d’artisans 1. Albert Camus (1913-1960) est un écrivain, romancier et phi-
(870 – 619) et des fils d’ouvriers (2 998 – 2 364). losophe français, né en Algérie dans une famille pauvre (père

77
ouvrier agricole décédé pendant la Première Guerre mondiale, des classes dominantes et, par-là, favorise la réussite des jeunes
mère servante). Il a pu poursuivre ses études grâce au soutien issus de ces milieux. La très forte présence des jeunes des
de son instituteur, M. Germain. C’est à lui qu’il dédie son dis- classes dominantes en CPGE est l’expression de cette réussite
cours lorsqu’il reçoit le prix Nobel de littérature en 1957. Il est scolaire, qui a peu à voir avec l’intelligence, mais dépend de la
l’auteur de La Peste, L’Étranger, Le mythe de Sisyphe, La Chute, proximité culturelle. Les CPGE permettent d’intégrer des grandes
Le Premier homme…. écoles (écoles d’ingénieurs, de commerce, écoles normales supé-
2. Camus n’était pas prédestiné à suivre des études et à devenir rieures) qui forment les futurs membres des classes dominantes.
un grand écrivain. Son père est décédé, sa mère est pauvre et L’école participe donc bien à la reproduction sociale.
quasi illettrée. Au début du xxe siècle, rares étaient les élèves qui Pour R. Boudon, les membres des milieux défavorisés suresti-
entraient au lycée. Il n’a pu le faire que grâce au soutien de son ment le coût de l’éducation et sous-estiment les bénéfices à en
instituteur M. Germain. En le remerciant, il montre l’importance tirer. Ainsi le calcul coûts/avantages fait très vite apparaître un
de l’école dans la promotion sociale. coût plus élevé que l’avantage retiré, donc les jeunes arrêtent
plus vite leurs études ou suivent des voies d’enseignement
Exercice : Extraire des données pour argumenter court. Dans les milieux favorisés, le raisonnement est inverse,
Le document indique le niveau des diplômes obtenus par les jeunes les jeunes poursuivent plus longtemps leurs études.
sortis du système éducatif en France sur deux périodes : 2002
à 2004 et 2009 à 2011. Il permet de comparer la situation des Doc. 3 • Massification scolaire et reproduction sociale
enfants d’ouvriers et d’employés et celle des enfants de cadres et
1. La « filiarisation » de l’enseignement désigne le découpage
professions intermédiaires. Les données sont en pourcentage.
du système scolaire en différentes filières (générale, techno-
Si 62 % des enfants de cadres et professions intermédiaires sont
sortis diplômés du supérieur entre 2009 et 2011, cela ne concerne logique, professionnelle) et à l’intérieur même de ces grandes
que 31 % des enfants d’ouvriers et d’employés. Les enfants d’ou- filières (par exemple, dans la filière générale : L, ES, S). Ces dif-
vriers et d’employés font plus souvent des études courtes (40 % ont férentes filières ne jouissent pas du même prestige. On retrouve
un CAP, BEP, Brevet ou aucun diplôme). les filières dans l’enseignement supérieur : enseignement supé-
La proportion de bacheliers chez les enfants d’ouvriers a pro- rieur court, universités, grandes écoles. Dans les universités,
gressé de 20 % sur la période 2002-2004 à 30 % sur la période médecine est l’une des plus prestigieuses.
2009-2011 ; cette forte progression est en partie due aux Bacs Les stratégies d’évitement et de distinction des classes favori-
professionnels. sées consistent à tout faire pour éviter que leurs enfants aillent
Les enfants de cadres et professions intermédiaires ont plus sou- dans une filière dépréciée : inscription dans les établissements
vent le Bac (de 22 % à 24 % entre les deux périodes) et sont moins prestigieux ayant les meilleurs résultats scolaires, choix des
nombreux à avoir un CAP ou BEP (baisse de 10 à 8 % sur les
options, cours particuliers, séjours à l’étranger. Cela peut aller
périodes observées).
jusqu’au déménagement.
Le document provient du ministère de l’Éducation nationale, à
partir de données de l’Insee. 2. Avant la démocratisation scolaire des années 1960, très
peu de jeunes des milieux populaires accédaient au lycée et à
Doc. 2 • L’école et la reproduction sociale l’enseignement supérieur. Les inégalités étaient quantitatives.
1. Pour P. Bourdieu et J.-C. Passeron, l’école favorise, en appa- Après les différentes phases de démocratisation scolaire (collège
rence, la méritocratie puisqu’elle distribue des diplômes aux dans la décennie 1960, lycée dans la décennie 1970, supérieur à
plus méritants. Les positions dominantes devraient revenir aux partir des années 1980), les jeunes accèdent massivement à des
plus méritants et non aux « héritiers ». Mais, comme la culture études plus longues, mais l’école ne devient pas plus égalitaire
transmise par l’école favorise la réussite scolaire des jeunes des car une autre forme de discrimination apparaît : les jeunes issus
milieux favorisés, l’école apporte une légitimité aux classes des classes populaires choisissent plus souvent l’enseignement
dominantes. Leur position dominante tient, en apparence, de supérieur court (IUT, BTS, ou des études longues peu sélec-
leur réussite scolaire, mais leur réussite scolaire est très lar- tives). Les jeunes issus des classes favorisées choisissent davan-
gement liée à leur origine sociale. Ainsi, l’école légitime, en tage les filières sélectives : classes préparatoires aux grandes
distribuant des diplômes, la position dominante des classes écoles, médecine, droit, sciences politiques…
dominantes. On voit à travers cela que la notion de méritocratie Il s’agit d’obtenir des diplômes qui garantiront l’accès aux
mérite d’être interrogée ; il faut analyser ce qui constitue le emplois prestigieux, lesquels confèrent du pouvoir politique ou
mérite (cf. Marie Duru-Bellat, L’inflation scolaire, les désillusions économique.
de la méritocratie et le TD 2 p. 197). On peut rapprocher ce texte des analyses de Bourdieu : l’école,
2. Exemple de coûts liés à l’investissement scolaire : frais de et les diplômes qu’elle distribue, légitime les positions domi-
scolarité, fournitures scolaires, éventuellement le logement nantes des classes dominantes.
(internat, cité universitaire), manque à gagner quand l’individu 3. Les choix scolaires favorisent la reproduction sociale car les
ne gagne pas de salaire du fait de la poursuite de la scolarité jeunes défavorisés feront des études qui les conduiront plus
(ce que les économistes appellent le « coût d’opportunité »), la souvent à des emplois subalternes, alors que les jeunes favo-
peur de l’échec… risés poursuivront des études qui leur garantiront l’accès à des
Les bénéfices : meilleur gain futur (en moyenne, les salaires emplois de cadres et professions intellectuelles supérieures.
progressent avec le niveau de formation, voir doc. 3 p. 203),
prestige…
Pour R. Boudon, l’orientation scolaire résulte d’un arbitrage Prépa Bac
entre coûts et bénéfices, elle est donc l’expression d’un choix La démocratisation scolaire peut être mesurée par l’accès
rationnel. Il s’agit là d’un exemple d’application du modèle de au Bac  : 4  % des personnes nées avant 1929 ont eu le
l’homo œconomicus à des faits sociaux. Bac, contre 65 % des personnes nées entre 1983 et 1987.
3. Pour P. Bourdieu et J.-C. Passeron, l’école participe à la Cependant, les jeunes des milieux favorisés sont plus sou-
reproduction sociale car elle diffuse une culture proche de celle vent bacheliers (90 %) que les jeunes défavorisés (50 %).

78
L’égalité des chances n’a pas progressé au même rythme : les tal social (les relations de la famille) qui leur permettra de ren-
jeunes défavorisés vont souvent vers l’enseignement profes- contrer plus souvent un cadre. Elles sont aussi familiarisées avec la
sionnel ou vers les filières courtes de l’enseignement supé- sous-culture de ce groupe social, ce qui favorise les unions.
rieur. Ils sont rares et leur présence diminue dans les filières On peut faire observer aux élèves que, lorsqu’une personne est
prestigieuses (CPGE, grandes écoles, médecine...). Si bien en mobilité descendante, épouser quelqu’un qui a la même ori-
que 62 % des jeunes favorisés ont un diplôme du supérieur, gine sociale et qui est immobile permet de préserver l’intégra-
contre 31 % des jeunes défavorisés. L’égalité des chances a tion dans le milieu d’origine, qui reste un groupe d’appartenance
moins progressé que l’accès aux études. et de référence.
C. Le différentiel de réussite des enfants d’enseignants au Bac
s’explique en grande partie par le capital culturel. Les enseignants
Pages 194-195 C . La famille et la mobilité sociale connaissent le fonctionnement explicite et implicite du système
scolaire, ses exigences ; ils peuvent transmettre à leurs enfants des
Doc. 1 • Capital social et mariage méthodes de travail efficaces, propices à la réussite.
1. On ne peut s’allier qu’avec une personne que l’on peut ren-
Doc. 4 • Donations et reproduction sociale
contrer à l’occasion des études, des loisirs, des réunions fami-
liales, amicales ou de travail. Chacun choisit son conjoint dans 1. Les formes de donation les plus fréquentes sont : le loge-
ses relations, ce qui favorise l’homogamie. ment, l’argent, du terrain.
2. Les participants au Bal des débutantes sont rigoureusement 2. Les indépendants cèdent davantage des biens à usage profes-
sélectionnés. Il s’agit de jeunes qui appartiennent à la très grande sionnel et des terrains, alors que les salariés cèdent de l’argent.
bourgeoisie. Ces rencontres peuvent être l’occasion de choisir un On ne peut céder que ce que l’on a. (Le logement est cédé aussi
conjoint. Ainsi, les jeunes filles de la très grande bourgeoisie bien par les indépendants que par les salariés.)
épouseront des jeunes gens issus de la même classe sociale. 3. Les donations favorisent la reproduction sociale. Les enfants
d’indépendants reçoivent des biens à usage professionnel, ce
Doc. 2 • La mobilité sociale dans une famille maghrébine
qui favorise leur installation dans le même type d’activité que
en France
leurs parents. Recevoir un cabinet médical, une étude notariale,
1. Dans la famille B, comme souvent dans les familles maghré- une entreprise artisanale, ou encore des terrains pour devenir
bines, les garçons bénéficient d’une grande liberté (peu de agriculteur, diminue considérablement les frais d’installation.
contraintes familiales), alors que les filles sont tenues de rester
à la maison pour faire leur travail scolaire ou participer aux
tâches domestiques. Prépa Bac
2. L’école a favorisé la promotion sociale des filles, elles ont Proposition de plan :
toutes obtenu le Bac ou un diplôme de niveau Bac +3. La famille a un rôle dual dans la mobilité sociale.
3. Les garçons ont moins bien réussi que les filles car ils n’ont I. La famille participe à la reproduction sociale
pas été contraints de rester à la maison. Comme souvent chez A. en contrôlant les relations des enfants (à l’école par le
les adolescents, ils ont été attirés par les groupes de pairs, les choix de l’établissement scolaire que les enfants fréquente-
plaisirs de la sociabilité immédiate, plus que par l’effort scolaire. ront, le choix des activités extra-scolaires…), en contrôlant
Les filles, privées de la liberté de sortir dans le quartier, ont eu le choix du conjoint (Bal des débutantes, rallyes) afin d’évi-
le temps de se consacrer à leur scolarité. Il peut aussi s’agir ter ce qui pourrait être vécu comme une mésalliance.
d’un refuge. B. En mobilisant ses ressources pour la réussite scolaire
(contrôle des devoirs à la maison, cours particuliers, stages
Doc. 3 • Taille de la famille et réussite scolaire linguistiques…), ou en faisant un calcul coûts/avantages
1. La taille de la famille a un effet significatif sur la mobilité dans les choix de poursuite ou non d’études.
sociale. En moyenne, les enfants des familles nombreuses réus- C. En transmettant des biens, en particulier les biens pro-
sissent moins bien leur scolarité et ont donc moins de chance fessionnels.Cette reproduction est surtout (mais pas exclu-
de mobilité ascendante, quel que soit le milieu social. sivement) le fait des classes dominantes qui veulent éviter
2. Cela s’explique sans doute par le fait que les parents peuvent le déclassement.
consacrer davantage de moyens à l’éducation (soutien scolaire, II. Mais la famille agit également pour la mobilité
participation à des activités périscolaires) qui permettent d’ac- sociale, en recherchant la mobilité ascendante.
quérir un capital culturel et un capital social. Disposer de sa A. Les familles des classes moyennes et des classes défa-
propre chambre facilite le travail scolaire. Les fratries peu nom- vorisées acquièrent les connaissances du système éducatif
breuses permettent d’avoir un environnement moins rigide, plus qui permettront aux enfants de fréquenter les établissements
propice à la réussite scolaire. plus favorables à la réussite scolaire. L’école est le principal
vecteur de réussite des classes défavorisées (cf. Camus, la
Exercice : distinguer les trois types de capitaux famille maghrébine).
A. Si la réussite en première année de médecine est supérieure B. Ces mêmes familles, moins dotées en capital économique,
pour les enfants de médecins, c’est parce qu’ils ont une connais- mobilisent moins cette ressource pour favoriser la mobilité
sance plus élevée du fonctionnement et des exigences de la pre- sociale, si ce n’est à travers les transferts d’argent ou en
mière année de ce cursus. Ils peuvent disposer d’une aide parentale bénéficiant de bourses scolaires.
sur certaines matières, comme la biologie (capital culturel). Les Ainsi, la famille joue-t-elle un rôle dual dans la mobilité
étudiants qui réussissent le mieux sont aussi ceux qui suivent les
sociale en étant une instance de reproduction sociale, mais
cours privés complémentaires et onéreux (capital économique).
en mobilisant aussi des ressources (capital économique,
B. Les filles de cadres devenues secrétaires épousent plus souvent culturel, social), elle favorise aussi la mobilité sociale.
des cadres que les autres secrétaires, car elles disposent d’un capi-

79
Page 196 TD 1 • L’immobilité sociale si elle reste dominante) décline (cf. dossier 2A p.186-187 du
manuel). Les enfants d’ouvriers sont plus souvent bacheliers,
Le document montre l’évolution de la part des fils et filles mais 41 % ont un Bac professionnel, diplôme qui n’offre pas
d’ouvriers exerçant un emploi d’ouvrier et d’employé de 1983 les mêmes débouchés, les mêmes opportunités d’études que les
à 2009. Les données sont en pourcentage. En 2009, 73 % des Bacs généraux (en particulier le Bac S).
enfants d’ouvriers sont ouvriers ou employés. Les données pro- C’est une fiction « nécessaire » car nous vivons dans une société
viennent d’une étude de Camille Peugny, en mars 2014, pour la où les individus sont égaux en droit, alors qu’il y a une inégalité
revue Idées économiques et sociales. d’accès aux fonctions les plus élevées. Donc, pour rendre cohé-
1. Le fait d’exercer un emploi d’employé, pour les enfants d’ou- rentes l’égalité des droits et l’inégalité d’accès aux fonctions,
vriers, est considéré comme une marque d’immobilité sociale, il faut affirmer que ceux qui accèdent aux fonctions les plus
car employés et ouvriers sont au même niveau de la hiérarchie prestigieuses le doivent à leur mérite, et un mérite sanctionné
professionnelle : il s’agit de métiers d’exécution. par des diplômes qui donnent une légitimité aux positions domi-
2. L’immobilité des enfants d’ouvriers a baissé de plus de 10 nantes. Elle donne de l’espoir aux individus, à qui l’on fait croire
points entre 1983 et 2009. Elle a tendance à stagner depuis qu’ils peuvent changer de position sociale ; elle permet de rêver.
2004. C’est un moyen de garantir l’ordre social.
L’OCDE observe que le système scolaire français est de plus en
3. 73 % des enfants d’ouvriers sont immobiles en 2009. plus inégalitaire. Cela provoquera-t-il l’écroulement de la fiction
4. L’immobilité est moins marquée dans le haut de la hiérarchie méritocratique ?
car l’immobilité concerne 40 % des enfants de cadres et pro- 5. Rares sont les élèves issus des milieux défavorisés qui
fessions intellectuelles supérieures, contre 73 % des enfants accèdent aux CPGE (11 %) alors que, s’il y avait une réelle éga-
d’ouvriers. lité des chances, ils devraient être 41 % (comme au collège). Ils
5. Le document 1 justifie la phrase soulignée car 73 % des sont moins souvent diplômés du supérieur long (31 % pour les
enfants d’ouvriers sont immobiles. Rester ouvrier ou employé enfants d’ouvriers et d’employés, contre 62 % pour les enfants
quand on est enfant d’ouvrier est bien le destin le plus probable. de cadres et professions intermédiaires, cf. doc. 2 dossier 3B,
6. Pour mettre en valeur l’importance de l’immobilité sociale, on p. 193) et ils accèdent plus souvent à l’enseignement court
peut s’appuyer sur le pourcentage de 2009 : 73 % sont immo- (filière professionnelle). Il y a donc peu de « méritants », sans
biles, ce qui est très élevé. Mais si on s’appuie sur l’évolution doute parce que l’école reproduit les inégalités sociales (voir les
depuis 1983, on mettra en évidence que l’immobilité baisse de doc. 3, 4 et 5 du dossier 3B).
manière conséquente, passant de 84 % à 73 %. 6. Le dossier 2A p. 186-187 du manuel fournit des informations
7. La reproduction sociale augmente dans le haut de la hié- sur la reproduction sociale et sur le déclassement.
rarchie car le nombre de postes de cadres augmente plus len- Dans le dossier 3B, le document de l’exercice p. 192 donne les
tement que dans les périodes précédentes (en particulier les mêmes informations statistiques.
Trente Glorieuses), laissant moins d’opportunités aux personnes Les documents 2A et 2B ainsi que le document 3 p. 193
d’autres origines sociales. Dans ce contexte, pour augmenter les expliquent pourquoi l’école reproduit les inégalités.
Pour compléter, on peut se référer aux travaux de Jules Naudet :
chances de leurs enfants de rester dans la même PCS, les parents
www.lesinrocks.com/2014/08/15/actualite/
mobilisent leurs ressources, et en particulier le système scolaire,
itw-naudet-11519336/
pour augmenter les chances de réussite de leurs enfants (choix
des options, des établissements les mieux cotés, etc.).
8. L’analyse de la mobilité reste grossière et ne tient pas compte Pages 200-201 Réviser
des différentes manières de se situer dans l’échelle sociale. Le
critère de l’appartenance à une PCS est un critère parmi d’autres. Exercice 1 • Démocratie et mobilité
On peut choisir d’autres critères : le degré de capital culturel de a : 8 • b : 4 • c : 1 • d : 2 • e : 3 • f : 7 • g : 9 • h : 5 • i : 6
chacun, l’habitat, les relations sociales, les groupes d’apparte- Exercice 2 • Mesures de la mobilité : les données
nance, les groupes de référence, etc. significatives
a : 1 • b : 4 • c : 2 • d : 6 • e : 3 • f : 5
Exercice 3 • La mobilité, sa mesure et ses déterminants
Page 197 TD 2 • La méritocratie 1. Vrai 2. Vrai 3. Vrai 4. Faux 5. Vrai 6. Faux
ou l’enjeu démocratique Exercice 4 • Comprendre un instrument de mesure
de la mobilité sociale  1. Faux 2. Vrai 3. Vrai 4. Faux 5. Vrai
1. La méritocratie désigne le fait que les individus obtiennent Exercice 5 • Mobilité intra- ou intergénérationnelle
une place dans la société à partir de leur seul mérite (efforts a : 3 • b : 1 • c : 2 • d : 4
personnels, scolarité, talents) et non par l’influence de leur ori- Exercice 6 • Analyser des situations
gine sociale. 1 : A • 2 : A • 3 : A • 4 : A • 5 : B • 6 : B • 7 : B
2. La réussite scolaire, faire des études sélectives et presti-
gieuses, réussir sa vie professionnelle sont sources de mérite.
Pages 202-203 Méthode Bac
3. L’idéal méritocratique fait l’objet d’un consensus car il sug-
gère que les personnes issues des milieux défavorisés peuvent Application p. 202
monter dans l’échelle sociale à partir du moment où elles le 1. Le sujet porte sur la mobilité sociale. Il s’agit d’analyser les
veulent et font les efforts nécessaires. liens entre mobilité sociale et démocratisation scolaire, de com-
4. La méritocratie est une « fiction » car la reproduction sociale parer ce qui se passe à un moment donné (la démocratisation)
est forte, et elle augmente. La mobilité ascendante (même avec un résultat postérieur (la mobilité sociale).

80
« Démocratisation scolaire » signifie que tous les enfants, quelle → Suffit-il de favoriser l’égalité des chances à l’école pour que
que soit leur origine sociale, ont accès à l’école. Les lois Jules la société soit plus fluide ?
Ferry, en 1881 et 1882, ont démocratisé l’accès au primaire. La → La démocratisation scolaire est-elle parfaitement réalisée ?
démocratisation du collège s’est faite dans la décennie 1960, celle → Quelle place la scolarité tient-elle dans le destin des
du lycée dans la décennie 1970. La démocratisation du supérieur, générations ?
qui débute au milieu des années 1980, est plus difficile. → Quelles sont les stratégies des familles pour influencer la
Le terme « favorisé » suggère que la démocratisation scolaire position sociale de leurs enfants ?
contribue à la mobilité sociale, mais qu’il y a d’autres détermi- → Comment apprécier la position sociale des agents (PCS,
nants (évolution de la structure socioprofessionnelle, stratégies diplôme, revenus, habitat...) ?
familiales…). 5. À travers cette dissertation, on montrera que la démocrati-
2. Outre les deux termes du sujet, il faudra mobiliser les notions sation scolaire a favorisé la mobilité sociale, mais elle ne suffit
de fluidité sociale, déclassement, reproduction… pas car les familles ont aussi des objectifs de reproduction
3. – Le document 1 montre qu’il y a eu démocratisation scolaire sociale dans un contexte où l’accès à l’emploi est difficile.
puisque, en 2011, 55 % des jeunes accèdent à l’enseignement Dissertation p. 203
supérieur, contre 28 % de leurs parents. L’accès à l’enseignement Éléments de corrigé :
supérieur a plus augmenté pour les jeunes des milieux défavori- La démocratisation scolaire (à savoir l’accès de tous à l’école,
sés que pour les autres. Ainsi, si les jeunes des milieux favorisés quelle que soit l’origine sociale) entamée à la fin du xixe siècle
avaient 3 fois plus de chance d’accéder à l’enseignement supé- pour l’école primaire, s’est poursuivie dans la décennie 1960
rieur dans la génération des parents, le rapport est de 2 dans la pour l’accès au collège puis dans les années 1970-80 pour l’ac-
génération des enfants. cès au lycée. On pouvait en attendre une augmentation de la
Cependant, la démocratisation est relative, car les jeunes des mobilité sociale, c’est-à-dire le changement de catégorie sociale
milieux défavorisés accèdent plus souvent à l’enseignement par rapport à celle de ses parents. Ces attentes sont-elles réali-
supérieur court, et les jeunes issus des milieux favorisés sont sées, la démocratisation scolaire a-t-elle tenu ses promesses ?
surreprésentés dans les filières sélectives comme les classes La fluidité sociale a-t-elle augmenté ?
préparatoires aux grandes écoles, même si le nombre d’enfants
I. La démocratisation scolaire a favorisé l’augmentation
d’ouvriers a légèrement augmenté.
de la mobilité sociale
– Le document 2 montre l’évolution, de 1983 à 2009, de l’ac- §1. La mobilité sociale a augmenté de 1983 à 2003 (doc. 1
cès aux postes de cadres pour les diplômés de l’enseignement p. 196), la fluidité a augmenté depuis 1977 (doc. 4 p. 185)
supérieur long, en fonction de leur origine sociale. Les fils de §2. On peut l’attribuer à la démocratisation scolaire : en 2011,
cadres supérieurs ont toujours plus de chances d’accéder aux 55 % des jeunes de 20 à 24 ans ont ou ont eu accès à l’ensei-
postes des cadres que les fils d’ouvriers ayant le même niveau gnement supérieur, deux fois plus que leurs parents (doc. 1).
de diplôme. Le document montre aussi qu’il y a un déclassement §3. La scolarité permet d’accéder à des emplois plus élevés dans
(au sens d’avoir un emploi inférieur à ce que le diplôme pouvait la hiérarchie sociale (doc. 4 p. 191, doc. 1 p. 192) et mieux
laisser espérer) puisque les courbes sont décroissantes. En 1983, rémunérés (doc. 3).
89 % des diplômés du supérieur dont le père était cadre ont un
II. Mais la démocratisation scolaire a plus progressé
emploi de cadre, mais ils ne sont plus que 71 % en 2009. Les
que la mobilité sociale
chiffres sont de 65 % en 1983 et 50 % en 2009 pour les fils
§1. Si, en 2011, deux fois plus de jeunes accèdent à l’enseigne-
d’ouvriers.
ment supérieur que leurs parents, la fluidité progresse beaucoup
– Le document 3 montre l’évolution du salaire en fonction du
moins vite (12 % pour les hommes et 17 % pour les femmes
niveau de diplôme, de l’âge et du genre en 2014. Les jeunes entre 1977 et 2003, doc. 3 p. 184). De plus, l’immobilité sociale
diplômés ont des salaires plus élevés que les jeunes non diplô- augmente à nouveau depuis 2005 (doc. 1 p. 186), bien que le
més. Les écarts de salaires augmentent avec l’âge. Les écarts niveau de diplôme de la population continue à augmenter.
sont de 55 % chez les jeunes hommes, et de 105,9 % chez les §2. On assiste alors à une dévalorisation des diplômes (doc. 3
hommes de 45 à 54 ans. À diplôme et âge égaux, les salaires des p. 191). Avoir un diplôme plus élevé que ses parents ne garan-
hommes sont toujours plus élevés que les salaires des femmes. tit pas une position sociale plus élevée  ; c’est le paradoxe
Quel que soit le niveau de diplôme, les jeunes femmes gagnent d’Anderson.
en moyenne 7,7 % moins que les jeunes hommes. L’écart est de Cela touche davantage les jeunes issus des classes défavorisées :
16,3 % dans la classe d’âge 45-54 ans. les jeunes diplômés du supérieur ayant un père ouvrier sont
– Le document 1 montre que les jeunes d’origine défavorisée moins souvent cadres que ceux dont le père est cadre (doc. 2).
accèdent moins souvent à l’enseignement supérieur long, qui est §3. Cela peut s’expliquer par les différences au niveau des
le plus rémunérateur (doc. 3). Ils auront donc des revenus plus études supérieures : les jeunes des classes défavorisées suivent
faibles que les jeunes d’origine favorisée. Les études de mobilité plus souvent des études supérieures courtes (BTS, IUT), alors
sociale étudient la position sociale des agents à partir de leur que les jeunes des milieux favorisés entrent plus souvent dans
PCS, mais les individus ont d’autres critères pour se positionner les filières sélectives (doc. 1). Ainsi, l’école participe à la
socialement (cf. doc 1 p. 188), comme le revenu et le niveau reproduction sociale (doc. 2A et 2B p. 193, doc. 3 p. 193, doc.
de vie, par exemple. p. 197), et les familles favorisées savent mobiliser leur capital
4. L’intérêt du sujet est de réfléchir au degré de démocratisation social pour que leurs enfants accèdent à des emplois du haut
(au sens de Tocqueville) de la société française. Il invite aussi à de la hiérarchie.
se demander si la démocratisation scolaire suffit à démocratiser Ainsi, la démocratisation scolaire n’a pas complétement tenu ses
la société. promesses. Sans elle, il ne peut y avoir mobilité sociale, mais
Les questions sous-jacentes : la structure sociale évoluant moins vite que la démocratisation,
→ La démocratisation scolaire a-t-elle tenu ses promesses ? l’école continue à participer à la reproduction sociale.

81
Pages 204-205 Bac blanc La mobilité géographique prend plusieurs formes : les dépla-
cements quotidiens travail-résidence ; le changement de lieu
Partie 1 de l’épreuve composée • Mobilisations de travail et ou de résidence ; les déplacements à l’étranger,
des connaissances temporaires ou définitifs pour des motifs de loisirs, de travail
1. La mobilité sociale mesurée par les sociologues est différente ou de changement de cadre de vie.
de la mobilité perçue par les enquêtés car les sociologues éva- La mobilité géographique peut être un moyen de mobilité
luent la position sociale des individus à partir de leur position sociale, tout dépend de la manière dont elle se fait, comment
dans le code des professions et catégories socioprofessionnelles, les acteurs l’utilisent et comment évolue l’environnement.
compte tenu de l’importance du travail dans les sociétés déve- Par exemple, au moment de la construction du quartier pavillon-
loppées. Cependant, les agents utilisent d’autres critères pour naire, y acquérir une maison était un signe de mobilité sociale
se situer socialement : la position sociale par rapport à la fra- ascendante. Cependant, l’arrivée, quelques années plus tard,
trie ou aux amis, le niveau de vie, l’habitat, les pratiques cultu- d’immigrés a pu être interprétée comme une marque de dévalori-
relles… Ainsi, des personnes considérées par les sociologues sation du quartier, si bien que ce qui était vécu comme mobilité
comme immobiles peuvent-elles se percevoir comme mobiles, ou sociale ascendante a fini par être perçu comme déclassement.
inversement. L’utilisation des voyages à l’étranger est très marquée socia-
2. La transmission du capital culturel peut être un frein à la lement, quelle que soit leur durée. Les classes supérieures les
mobilité sociale. Aujourd’hui, plus que dans le passé, le diplôme a utilisent pour entretenir leurs relations, leurs connaissances et
se maintenir dans leur position dominante, alors que les classes
pour fonction de légitimer les positions dominantes. Les familles
moyennes et populaires en recherchant davantage des loisirs,
favorisées savent mieux que les autres quelles connaissances,
les utilisent peu dans un projet d’ascension sociale. Ainsi,
savoir-faire, objets culturels valorisés doivent être transmis aux
les voyages à l’étranger participent plutôt de la reproduction
enfants. Elles vont s’employer à le faire en utilisant l’école et
sociale : ils sont un indicateur du creusement des inégalités.
en accompagnant la scolarité de leurs enfants par des séjours
linguistiques, la fréquentation des musées, théâtres, cinémas et Partie 3 de l’épreuve composée • Raisonnement
salle de concerts. Ainsi, ces enfants réussiront mieux, intégreront s’appuyant sur un dossier documentaire
plus facilement les filières élitistes et resteront dans leur milieu Les agents ont le sentiment que la mobilité sociale est devenue
d’origine. Cette transmission du capital culturel favorise la repro- difficile, que les enfants auront souvent une situation sociale
duction sociale. moins avantageuse que celle de leurs parents. Ce sentiment
Partie 2 de l’épreuve composée • Étude d’un document mérite d’être confronté aux mesures de la mobilité sociale. La
perception de la mobilité correspond-elle à la mobilité mesu-
Pistes à travailler :
rée ? La mobilité a-t-elle diminué ? Les trajectoires sont-elles
→ L’auteur s’appuie sur des enquêtes sociologiques, caractéri-
longues ou courtes ?
sées par des protocoles spécifiques qui se distinguent du travail
journalistique. I. Les enseignements de la lecture des tables de mobilité
→ Les mobilités géographiques sont diverses  : exode rural, §1. Le pourcentage d’immobiles est élevé : de l’ordre de 35 à
changement de ville, migrations internationales pour des raisons 40 %. Il a diminué de 1983 à 2003 (doc. 1), mais il augmente
politiques, professionnelles, linguistiques, pour les vacances… depuis 2003 pour les hommes et pour les femmes (dossier 2A :
→ « Capital social » : ensemble des relations qu’un individu peut doc. 1 p. 186).
mobiliser pour optimiser sa position professionnelle, son patri- §2. Les trajectoires sont le plus souvent courtes (table de mobi-
moine, son pouvoir. lité du dossier 1B p. 183, doc. 1 p. 182).
« Capital professionnel » : ensemble des connaissances, compé- Cela corrobore le sentiment d’une mobilité sociale limitée.
tences, comportements acquis par l’expérience professionnelle, II. Cependant la société est devenue plus fluide
et qui peuvent être mobilisés pour obtenir un nouvel emploi, §1. La fluidité sociale augmente (dossier 1C : doc. 4 p. 185) car
une promotion… il y a plus de mobilité de brassage (doc. 2).
→ L’habitat est un marqueur de la position sociale des individus §2. Le déclassement augmente (doc. 1, doc. 2 et dossier 2A :
(mais pas le seul) : quartier huppé vs quartier défavorisé, petite doc. 1, 2 et 3 p. 186-187).
ville vs grande ville, campagne isolée vs campagne périurbaine, Ainsi, la société reste mobile mais la mobilité descendante
etc. progresse.
→ Les cadres et professions intellectuelles supérieures, les III. Ces informations statistiques nous donnent des clefs
classes dirigeantes, sont les plus mobiles géographiquement. pour comprendre la perception d’une mobilité limitée
→ Un séjour à l’étranger témoigne d’un esprit d’ouverture. Il §1. Les agents espèrent une mobilité ascendante et sont
permet de nouer et entretenir des relations, une meilleure maî- confrontés à une mobilité descendante qui augmente, même si
trise des langues étrangères… Tout cela positionne un indi- elle reste inférieure à la mobilité ascendante (doc. 3).
vidu (groupe de référence, groupe d’appartenance) et peut être §2. La mobilité ascendante diminue car la structure sociale se
utilisé pour obtenir un emploi. C’est toujours un plus dans un déplace moins vite vers le haut que durant les Trente Glorieuses,
curriculum vitae, en particulier pour des postes d’encadrement. alors que le niveau de diplôme de la population augmente.
Proposition de réponse : Ainsi, avoir un niveau de diplôme plus élevé que celui de ses
Igor Martinache présente, dans un article paru dans la revue parents ne garantit pas une position sociale plus élevée (para-
Alternatives économiques, les différentes formes de mobilité. Il doxe d’Anderson, dossier 3A, en particulier le doc. 3 p. 191).
s’appuie sur les enseignements tirés de plusieurs études socio- §3. En conséquence, les stratégies familiales sont renforcées
logiques (dont celle d’un quartier en mutation en banlieue pari- pour favoriser la réussite des enfants, et les familles mobilisent
sienne) pour analyser les liens entre mobilité géographique et l’école dans ce sens (dossier 3C : doc. 2 et 3 p. 194-195 ; dossier
mobilité sociale. 3B : doc. 2 et 3 p. 193).

82
La mobilité sociale est limitée, dans la mesure où la reproduc- sentiment que la société laisse moins d’opportunités, parce
tion sociale reste forte et où, le plus souvent, les trajectoires qu’ils espèrent une mobilité ascendante alors que les trajectoires
sont courtes. Cependant, la fluidité progresse et le lien entre peuvent être ascendantes ou descendantes.
origine et destinée s’atténue un peu. Les agents ont donc le

83
5. Intégration, conflit, changement social
Page 206

Revoir les acquis de Première


Exercice 1 Exercice 2 Exercice 3
1 : dij • 2 : b • 3 : e • 4 : a • 5 : ch • 1. Agents : a, e, g, i, j A. Socialisation • Sociabilité • Réseaux
6 : f • 7 : g 2. Processus : c, d, f sociaux
3. Objectifs : b, h B. Anomie • Désaffiliation •
Disqualification

Chapi
tre Quels liens sociaux dans des sociétés
8 où s’affirme le primat de l’individu ?

La démarche du chapitre
Ce chapitre est composé de deux dossiers :
• Dans le premier dossier, la question posée est celle de l’évolution du lien social : la montée de l’individualisme remet-elle
en cause la cohésion sociale ? On y étudiera le passage décrit par É. Durkheim d’une forme de solidarité à une autre
(de la solidarité mécanique à la solidarité organique) et les changements que cela implique. On montrera que ce passage
ne fait pas disparaître pour autant la solidarité mécanique, qui persiste sous certaines formes.
• Dans le second dossier, on aborde l’évolution du rôle des instances d’intégration que sont la famille, l’école et le travail,
en se demandant si celles-ci jouent toujours leur rôle malgré certaines mutations, ou si ces changements rendent plus
difficile l’intégration sociale des individus. Dit autrement, ces instances d’intégration sont-elles en crise ?

Bibliographie et webographie
– DURKHEIM Émile, De la division du travail social, – « L’exclusion existe-t-elle ? », La table ronde pédagogique,
[1893], PUF, Quadrige, 2013. CNDP (Canopé), 2001, avec R. Castel, S. Paugam et d’autres
– PAUGAM Serge, Le lien social, Que sais-je ? PUF, 2013. sociologues : www2.cndp.fr/tr_exclusion
– SEGALEN Martine, Sociologie de la famille, Collection U, – HOIBIAN Sandra, Les Français en quête de lien social,
Armand Colin, 2013. Crédoc, 2013 : www.credoc.fr/pdf/Rapp/R292.pdf
– DUBET François, DURU-BELLAT Marie, VÉRÉTOUT – Entretien avec Robert Castel, Dominique Méda et
Antoine, Les Sociétés et leur école. Emprise du diplôme et Laurence Roulleau-Berger, Le travail : valeurs, attentes et
cohésion sociale, Seuil, 2010. frustrations, laviedesidees.fr, 2013 :
– MÉDA Dominique, Le travail, Que sais-je ?, PUF, 2015. www.laviedesidees.fr/Le-Travail-valeurs-attentes-et.html
– BLANCHARD Marianne, CAYOUETTE-REMBLIÈRE – Une vidéo avec Robert Castel, « Sortir du précariat »,
Joanie, Sociologie de l’école, éditions La Découverte, coll. 2013 : www.youtube.com/watch?v=f8TCB-JJzHg
« Repères », n° 672, 2016 ; www.editionsladecouverte.fr – Une vidéo avec François Dubet, « Les enjeux de
– Un article d’É. Durkheim, « L’individualisme et les l’individualisme », canal-U, 2008 :
intellectuels », Revue Bleue, 4e série, t. X, 1898 : www.canal-u.tv/video/universite_de_bordeaux/les_enjeux_
http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/ de_l_individualisme.3938
sc_soc_et_action/texte_3_10/individualisme.pdf

Pages 208-209 Ouverture de chapitre Activité vidéo


1. Ce couple vit dans des conditions difficiles (il fait froid dans
Pour commencer leur logement), ils sont pauvres du fait de la faiblesse de leurs
Le dessin met en évidence une personne ayant des liens sur revenus, d’où leur endettement, et leurs dépenses (notamment
les réseaux numériques (liens faibles), mais peu de liens forts alimentaires) sont limitées.
avec des amis dans la vraie vie (« IRL », in real life, comme 2. Handicapés et en congés longue maladie, ils ne travaillent
il se dit dans le monde numérique). Cela pose la question de pas et touchent des revenus de transfert.
l’individualisme et de la solitude malgré les moyens modernes
3. Ils bénéficient de revenus de transfert et de l’aide du Secours
de communication.
catholique (pour le bois de chauffage et un bon alimentaire
mensuel). Surtout, « ils veillent l’un sur l’autre ».

84
3. La différenciation des tâches liée à la division du travail
DOSSIER 1 dans les sociétés industrielles permet un développement des
L’INDIVIDUALISME, UN DANGER consciences individuelles au détriment de la conscience collec-
POUR LE LIEN SOCIAL ? tive. Les individus ne sont plus exactement similaires, et leurs
différences favorisent leur autonomie.
4. Même avec plus d’autonomie individuelle, on doit respec-
Pages 210-211 A. Individus et intégration sociale ter les règles en cours dans la société. Durkheim dit que, dans
l’exercice de nos professions, nous devons nous conformer aux
Pour comprendre la notion de lien social, on l’approche par son
usages et aux pratiques qui nous sont communs, donc collectifs.
contraire avec le document 1 en abordant la question de la soli-
tude et de l’isolement. Les documents 2 et 3 ainsi que l’exercice Doc. 3 • Cause et signe du changement social
permettent d’étudier la thèse d’Émile Durkheim sur l’évolution selon Durkheim
des formes de solidarité. Beaucoup de questions ; notamment
1. Le changement social est caractérisé par le passage des
de partie 1 d’épreuve composée, ont été données aux épreuves
sociétés traditionnelles (agricoles) à solidarité mécanique aux
du Bac sur cette thématique.
sociétés modernes (industrielles) à solidarité organique.
Enfin, on termine avec un texte de Serge Paugam qui illustre
les effets de la montée de l’individualisme, autonomie rendue 2. L’intégration sociale et le développement des liens sociaux
possible par l’existence d’un système de protection sociale. dépendent essentiellement du volume social croissant de la
société (la taille de la population, ou la densité physique) et de
Doc. 1 • La solitude ou l’absence de lien ? sa « densité morale », ce terme signifiant l’intensité des relations
1. Des exemples de relations dans les cinq cadres : entre membres d’une collectivité. Cette augmentation des rap-
– Famille : les liens affectifs, d’entraide et de solidarité. ports sociaux permet de dépasser l’opposition entre conscience
– Amis : les repas et sorties partagés. collective et individuelle, et fait de la division du travail une
– Travail : les activités professionnelles réalisées au sein des nécessité car elle « crée entre les hommes tout un système de
équipes. droits et de devoirs qui les lient les uns aux autres de manière
– Voisinage : la sociabilité entre voisins (repas de quartier, durable », ce qui permet de vivre dans une communauté de
échanges de services…). croyances et de sentiments. Dans le même temps, l’émancipa-
– Associations  : les activités culturelles, sportives ou tion individuelle va intensifier les innovations techniques ou
citoyennes développées au sein des associations. sociales. Ainsi, la division du travail est à l’origine de trois
phénomènes : elle crée de la solidarité, elle permet une large
2. Les instances d’intégration (et de socialisation comme la
cohésion sociale, et elle est source du changement social.
famille, l’école…) sont les lieux où se tissent les liens ; elles
favorisent le processus par lequel les membres d’une société se 3. C’est le droit qui, selon Durkheim, constitue un indice cohé-
reconnaissent, sont solidaires et partagent les mêmes valeurs. rent de l’existence du passage des sociétés traditionnelles à
Elles permettent l’instauration de relations sociales durables. solidarité mécanique aux sociétés modernes à solidarité orga-
nique. Il est un véritable révélateur de la mentalité de base
3. Cette phrase explique que la solitude est plus fréquente dans
d’une société car il intègre dans ses règles les usages sociaux en
certaines situations telles que la pauvreté, où l’on participe
vigueur. Ainsi, le type de droit permet de prouver l’existence du
moins aux activités sociales comme les loisirs, par exemple, ou
passage d’une forme de lien social à une autre. Émile Durkheim
l’isolement en ville, par opposition aux liens que l’on tisse dans précise que le droit répressif est caractéristique de la solidarité
un village où la proximité entre les individus est plus forte. mécanique (« ayant pour objectif d’infliger une peine au crimi-
Ce que semblent illustrer les données présentées par le texte : nel pour venger l’outrage fait à la société »), tandis que le droit
« 16 % des personnes vivant à la campagne ne connaissent pas restitutif ou coopératif va de pair avec la solidarité organique
leurs voisins, contre 29 % dans les villes de plus de 100 000 (« dont les règles visent au maintien et au rétablissement de la
habitants. Et dans les quartiers HLM, la solitude atteint 31 %. » vie sociale »).
4. Cf. l’encadré « Notion » sur la cohésion sociale. Dans une
société où les individus seraient fortement intégrés et solidaires Exercice : Classer des informations
et où l’on partagerait des buts communs, la solitude serait
Sociétés tradition- Sociétés modernes
absente. Le fait que l’on puisse constater ce phénomène dans nelles (agricoles) (industrielles)
nos sociétés est donc un signe de moindre cohésion.
Type de solidarité Mécanique Organique
Doc. 2 • L’évolution du lien social Fonction Intégration sociale 1
Intégration sociale1
dans les sociétés industrielles
Partagées et Distinctes
1. Les termes et expressions utilisés dans le texte et synonymes Valeurs et croyances
communes (complémentarité)
de lien social : « dépendre de la société », « solidarité sociale »,
Conscience
« cohésion sociale », « conscience collective ». Forte Faible
collective
2. La division sociale se caractérise par la différenciation des
Autonomie
tâches au sein des sociétés modernes, ce qui crée de la complé- individuelle
Faible Forte
mentarité entre ses membres, et de la solidarité. Mais contrai-
rement à Adam Smith, Émile Durkheim ne réduit pas la division Niveau de division
Faible Forte
du travail
du travail à une spécialisation professionnelle favorable à la
productivité (l’accroissement de la force productive). Il estime Droit répressif Droit restitutif
Type de droit
qu’elle concerne aussi toutes les activités humaines : il envisage (pénal) (droit civil)
ainsi les effets de la division sexuelle du travail sur la solidarité 1. Au sens d’intégration des individus à la société mais aussi d’intégration
conjugale. de la société (cohésion).

85
Doc. 4 • Montée de l’individualisme et solidarité sportive qu’elle constitue un pôle local d’identification et d’affi-
1. La place de la famille (notamment élargie) dans les sociétés liation. Pour exemple, le Football Club de Barcelone est ainsi
rurales était centrale car elle garantissait la protection de ses plus qu’un club, il est pour ses supporters l’expression même de
membres et favorisait également la reconnaissance de ceux-ci la Catalogne (lien avec le doc. 2).
(« l’identité familiale étant alors le fondement de l’intégration
Doc. 2 • Langue(s) et identité sociale
sociale »).
1. On distingue 13 langues ou groupes de langues enseignés :
2. Ce sont des protections qui couvrent des risques sociaux
le basque, le breton, le catalan, le corse, le créole, le gallo, les
(maladie, vieillesse…) et qui bénéficient à toute la population
langues amérindiennes, les langues mélanésiennes, les langues
(à l’instar de la CMU) ; cela correspond à la protection sociale.
mosellanes, les langues régionales d’Alsace, l’occitan-langue
3. Si l’individu est plus autonome et que son identité n’est plus d’oc, le tahitien, le wallisien et futunien… auxquels il faut
strictement définie par son appartenance à des cercles sociaux ajouter le français.
restreints comme la famille, il n’est pas pour autant isolé. Cette
2. L’enseignement des langues régionales ne se maintient que
autonomie a été possible grâce à l’existence d’un système d’as-
dans les régions où il y a encore un ancrage fort de la culture
surances et de protection auquel il participe, et la construction
régionale comme en Alsace, en Bretagne ou encore en Corse par
de son identité se réalise dans un processus où l’individu se
exemple. Dans ces régions, la langue est l’un des éléments-clé
définit en fonction du regard des autres membres des différents
des caractéristiques culturelles, et les populations sont atta-
groupes sociaux auxquels il participe.
chées au maintien de la pratique de la langue pour conserver ce
qui fait d’eux une communauté particulière.
Prépa Bac 3. et 4. Similitudes et ressemblances engendrent une solidarité
mécanique : en plus d’une langue régionale, il y a les traditions,
Il s’agit de montrer que si dans les sociétés industrielles
les coutumes et rites communs (fêtes, carnavals, marché de
l’autonomie individuelle s’est développée, cela ne s’est pas
Noël, etc.), une cuisine régionale, des contes et des histoires,
fait sans développer de la solidarité, du lien social, grâce à
la division du travail. un sentiment d’appartenance à une communauté qui partage
Tous les éléments pour répondre à cette question se trouvent des valeurs.
dans les documents 2 et 3 et ont été synthétisés dans le
Exercice : Mariages d’hier et d’aujourd’hui
tableau de l’exercice. On pourra d’ailleurs centrer l’étude
1. Si on ne garde que cette définition simple du rituel, « ensemble
de ce dossier sur ce travail : après avoir présenté le lien
des règles et des habitudes fixées par la tradition », alors il y plu-
social dans le document 1, on peut demander aux élèves de
sieurs éléments du mariage qui permettent de qualifier celui-ci de
répondre au sujet de l’encart « Prépa Bac » en se servant des rituel : les tenues des mariés (robe blanche de la mariée par ex.),
documents 2 et 3 et après avoir complété le tableau. les cérémonies républicaine et/ou religieuse, le repas (avec la pièce
montée sur laquelle trône une figurine d’un couple), les invita-
tions lancées aux membres de la famille et à ses amis, le choix de
Pages 212-213 B. Des formes persistantes témoins parmi ses proches, les préparatifs, les photos et vidéos du
de solidarité mécanique mariage, la liste de mariage pour les cadeaux…
Il s’agit ici de montrer que si les sociétés modernes sont carac- 2. « Qui se ressemble s’assemble » ou l’homogamie. Les gens qui
térisées par la solidarité organique selon Émile Durkheim, il s’unissent partagent des valeurs et des croyances communes, ils ont
également des caractéristiques communes. De surcroît, le mariage
persiste selon lui dans ces sociétés des formes de solidarité
est ancré dans la tradition (cf. question 1, même s’il est une insti-
mécanique.
tution en perte de vitesse).
C’est ce que l’on voit à travers l’existence de groupes de sup-
porters (doc. 1), le maintien de caractéristiques et de cultures Doc. 3 • Associations et lien social
régionales (doc. 2) et le rôle du mouvement associatif (doc. 3).
1. Sur 100 personnes de 16 ans et plus interrogées, 34,3 étaient
L’exercice met en évidence le fait qu’au sein des familles sont
adhérentes d’une association en France en 2010 selon l’Insee.
partagées des caractéristiques et des valeurs communes que l’on
La somme des taux d’adhésion est supérieure à 34,3 % car une
retrouve dans un rite comme le mariage.
même personne peut participer à plusieurs associations.
Doc. 1 • Une communauté particulière, 2. Les associations qui correspondent à un « investissement
le groupe de supporters citoyen » peuvent être celles pour la protection de l’environ-
1. Les tenues vestimentaires (maillots, écharpes, casquettes…), nement, celles pour la défense des droits ou encore celles pour
les chants, les « Tifos », la devise (« Droit au but » pour l’OM ; l’action sanitaire et sociale ou humanitaire et caritative.
« You’ll never walk alone » pour Liverpool FC), les histoires com- 3. Participer à une association revient à participer à un but
munes (victoires passées, grands joueurs du club…), les rituels : commun : avoir une activité culturelle ou sportive, défendre
discussions, avant et après match, moments des chants col- un objectif partagé (le droit au logement, par exemple). De
lectifs, de la « Ola » à l’organisation du Kop (tribunes les plus surcroît, participer à une association, c’est aussi exister au sein
animées des stades) comme un cérémonial. d’un groupe et donc partager des manières d’être, de sentir, de
2. Réponses tirées du texte ; « être supporter de… » fait partie penser qui caractérisent ce tout collectif.
de l’identité sociale : le groupe de supporters est un lieu de 4. Pour François de Singly, la montée de l’individualisme n’est
sociabilité, on y est reconnu comme faisant partie d’une même pas un risque de rupture du lien social mais plutôt une modifi-
famille, les clivages sociaux sont effacés, les associations cation de celui-ci ; les liens sont moins contraints par l’appar-
constituent un réseau d’entraide et participent à des actions tenance à un groupe d’origine comme la famille, ils sont choisis
caritatives (ex. du collectif « Remise en jeu »). Il est en outre (« liens électifs »). Le lien qu’établit l’individu aux autres se
d’autant plus aisé d’affirmer une préférence pour une équipe modifie et se recompose au cours de sa vie en fonction des

86
relations qu’il établit dans les différents milieux auxquels il est
amené à participer.

Prépa Bac
À la fin du XIXe siècle, le sociologue Émile Durkheim a pré-
senté l’idée selon laquelle les formes de solidarité ont évolué
suite au passage des sociétés traditionnelles aux sociétés
industrielles : la solidarité organique s’est substituée à la
solidarité mécanique. De nos jours cependant, la solidarité
organique n’a pas totalement fait disparaître la solidarité
mécanique ; les liens sociaux ne sont pas fondés uniquement
sur la complémentarité, mais aussi sur le partage de valeurs
et de croyances communes. C’est le cas au sein de la famille 2. La donnée manquante est 70,4 (79,7 – 9,3).
et des liens qui s’y développent. C’est aussi le cas des liens 3. L’existence de familles recomposées ou de familles mono-
sociaux nés de l’appartenance à une même nation ou une parentales est souvent le résultat d’une rupture d’une famille
même région. C’est enfin toujours le cas des groupes aux- précédente (un divorce ou une séparation), ce qui montrerait
quels on appartient, que ce soit un même groupe religieux, une moindre grande stabilité de la structure familiale.
un club de sport, une association caritative… 4. Sur 100 familles avec enfants, 70 d’entre elles sont des
familles traditionnelles, c’est-à-dire un couple avec ses enfants.
Ce qui est la situation la plus régulière statistiquement parlant.

DOSSIER 2 Doc. 2 • La « désinstitutionalisation » de la famille


DES INSTANCES D’INTÉGRATION 1. Les éléments qui permettent de parler d’une crise de la
famille : baisse du nombre de mariages, développement des
EN CRISE ? unions libres, essor des naissances hors mariage, institution de
moins en moins normée (différentes formes, modèles multiples),
Dans ce dossier, et pour les trois instances d’intégration étu- hausse des divorces.
diées (famille, école et travail), il s’agit de montrer ce en quoi
2. Le texte du document 2 évoque des modèles familiaux moins
elles sont des instances d’intégration et ce qui permet de dire
normés, multiples, ce que montre le document 1 à travers les
qu’elles sont en crise (tout en expliquant que ces institutions
trois formes définies à la question 1.
jouent toujours un rôle essentiel dans l’intégration des individus
dans la société). 3. Les ménages étant moins stables dans le temps, et leurs
L’exercice 4 de la page 225 représente une forme de synthèse de tailles étant plus réduites, les liens familiaux que l’individu a
l’étude de ce dossier. en son sein sont moins nombreux et moins pérennes, d’où un
risque d’isolement.

Doc. 3 • La famille, lieu de solidarités


Pages 214-215 a. la famille, entre rupture
et recOmpOsitiOn ? 1. Non, en 2011 en France, 40 % des personnes de 16 ans ou
plus ont bien reçu une aide (financière, matérielle ou morale),
Exercice : Savoir lire un dessin de presse
mais cette aide peut provenir des amis ou des membres de
1. Ces deux écolières sont demi-sœurs, elles ont une même mère la famille au sens large (ce que le document nomme « les
mais un père différent.
proches »).
2. Cela correspond à une famille recomposée, où des enfants de
2. L’entraide familiale peut intervenir dans plusieurs registres
parents différents vivent ensemble.
différents et complémentaires : le soutien domestique (aide-
3. le paradoxe correspond au décalage qui existe entre la première
ménagère, préparation des repas, garde d’enfants, démarches
bulle qui dit que « c’est très simple » alors que le propos tenu dans
administratives, etc.), le soutien professionnel (l’activation des
la seconde bulle est plutôt confus.
réseaux pour aider à trouver un emploi), le soutien économique
Doc. 1 • La famille, une institution en crise ? (dons financiers ou aide à l’équipement comme, par exemple,
1. Une famille « traditionnelle » est composée d’un couple l’achat d’une voiture ou d’une maison) mais aussi le soutien
d’adultes, mariés ou non, et d’enfants nés de leur union (ou moral (écoute, attention…).
adoptés ensemble) partageant la même résidence principale. 3. Si la protection sociale peut couvrir un certain nombre de
Une famille monoparentale comprend un parent isolé et un ou risques sociaux (maladie, perte d’emploi, dépendance, pau-
plusieurs enfants célibataires (n’ayant pas d’enfant). vreté…), elle ne protège pas pleinement les individus et
Une famille recomposée est constituée d’un couple d’adultes, l’entraide familiale a encore un rôle à jouer comme l’exemple
mariés ou non, et au moins d’un enfant né d’une union précé- donné dans le texte de cette femme qui s’occupe de son père
dente de l’un des conjoints et partageant la même résidence de 85 ans.
principale. Un enfant vivant en famille recomposée peut se 4. Les évolutions économiques et sociales qui peuvent avoir
retrouver dans des situations très différentes. Au sein d’une renforcé les liens familiaux : allongement des études (phéno-
famille, on peut distinguer deux grands cas de figure selon que mène « Tanguy »), chômage (doc. 3B), allongement de l’espé-
le couple a eu des enfants ensemble ou non, avec des variantes rance de vie (lien intergénérationnel), baisse de la natalité
selon qui, de l’homme ou de la femme de la famille, a des (enfant-roi), travail des femmes (garde d’enfants), crise du
beaux-enfants (cf. schéma). logement…

87
Doc. 4 • Formes familiales et construction de l’identité d’accéder à une formation post-bac quel que soit le Bac obtenu
1. La famille participe à la socialisation primaire de l’individu : (ce n’est pas tout à fait le cas, voir TD 2 p. 271).
apprentissages des normes et valeurs, du langage, des rôles et Exercice : Répartition des bacheliers selon le type de Bac
comportements… en 2014
2. Pour certains, la différence des sexes des parents serait 1. et 2.
importante dans la construction de la personnalité de l’enfant,
d’où leur rejet de l’homoparentalité : ce que semblent remettre
en cause des études menées aux États-Unis.
3. L’évolution des mentalités ne remet pas en cause la famille
mais une certaine représentation traditionnelle de celle-ci qui
était hégémonique et s’imposait à tous : le mariage pour la
vie, d’un homme et d’une femme qui fondent un foyer avec
des enfants. Ces nouvelles mentalités acceptent des formes et
des structures multiples : monoparentalité, homoparentalité,
etc. et acceptent que l’individu forge une partie de son iden-
tité en dehors de l’espace familial. Mais, pour autant, la valeur
« famille » reste fondamentale.

Prépa Bac
Doc. 3 • Une insertion professionnelle liée au diplôme
Ce « Prépa Bac » peut être l’activité de départ de cette double
page : après avoir fait l’exercice, on peut faire étudier les 1. En 2013 en France, sur 100 jeunes sortis du système éducatif
documents par les élèves afin de classer les informations pour depuis 1 à 4 ans et étant détenteurs d’une licence et plus ou
cette dissertation. d’un diplôme de grande école, 38 ont pour situation profession-
Les documents 1 et 2 mettent en évidence les évolutions de nelle un emploi de cadre.
la structure familiale et les remises en cause possibles de son 2. Principales informations :
rôle d’intégration qui en découlent. – Plus on est diplômé, plus on a de chance d’occuper une posi-
Les documents 3 et 4 relativisent ce phénomène en montrant tion professionnelle élevée (seulement 2 % et 1 % respective-
l’importance des solidarités familiales malgré l’évolution des ment des diplômés Bac +2 et de ceux détenteurs d’un Bac ont
formes de la famille. une profession supérieure, cadre).
– Moins on est diplômé, plus on a de risque d’être au chômage
ou sans activité d’ordre professionnel : c’est le cas de 64 % des
jeunes sortis du système éducatif depuis 1 à 4 ans n’ayant pas
Pages 216-217 B. École : s’intégrer de diplôme ou juste le brevet, contre 15 % de ceux ayant un
par le diplôme ? niveau supérieur à Bac +2.
3. Le rôle décisif dans l’accès à l’emploi que joue le diplôme ren-
Doc. 1 • L’école, quelle fonction d’intégration ?
force la concurrence entre les élèves, et si les familles pensent
L’école est une instance de socialisation primaire. Elle favorise que l’école est le seul recours, elles vont fortement investir dans
la diffusion d’une culture commune (langage, normes et valeurs) celle-ci. Les inégalités selon l’origine sociale (culturelles, éco-
et, par ce biais ainsi que par la formation qu’elle apporte aux nomiques…) vont donc renforcer les inégalités de réussite sco-
individus, elle favorise l’insertion professionnelle et sociale. laire et a priori favoriser la reproduction sociale (cf. chapitre 7).
Sortir sans diplôme présente alors également un risque accru de
Doc. 2 • Une plus grande part de bacheliers
difficile intégration professionnelle et de risque de chômage.
1. En France en 2014, sur l’ensemble de la génération concer-
née, 38 % ont un Bac général, 16,2 % un Bac technologique Doc. 4 • Diplômes et inégalités sociales
et 24,1 % un Bac professionnel. Les 21,7 % restant n’ont pas 1. Francois Dubet fait remarquer que, dans toutes les sociétés
obtenu de Bac. actuelles, les inégalités sociales se répercutent sur les inéga-
2. En France, jusqu’en 1968, la part des bacheliers atteint près lités scolaires ; mais la France est dans une situation particu-
de 20 % (juste avec le Bac général). À partir de 1970, cette lière : l’amplitude des inégalités scolaires est plus grande que
part augmente jusqu’en 1996 avec l’apparition des Bacs tech- ne l’impliquerait la seule amplitude des inégalités sociales. Dit
nologiques (1969) puis professionnels (1988), pour atteindre autrement, l’école renforce les inégalités sociales en France.
60 %. Depuis, cette part augmente faiblement jusqu’en 2012, 2. Le sociologue fait remarquer que les diplômes sont essentiels
pour s’accroître en 2013 et 2014 avec la montée des Bacs pro- à l’entrée dans la vie professionnelle. L’école n’est pas donc utile
fessionnels. Pour le Bac général, on constate une hausse de à tous car 21,7 % d’une génération en 2014 n’ont pas atteint le
1986 à 1996, puis la part augmente plus légèrement jusqu’à niveau Bac et auront des difficultés d’insertion.
38 % en 2014.
3. Chaque année, 140 000 jeunes quittent le système éducatif
3. Parmi les 21,7 % de non bacheliers en 2014, il y a certes des sans diplôme équivalent au baccalauréat ou à finalité profes-
jeunes sans diplôme, mais il y a aussi ceux qui ont obtenu un sionnelle. Or, la société valorise la réussite scolaire et, par ce
diplôme de niveau inférieur (CAP, BEP ou brevet des collèges). biais, facilite l’insertion professionnelle et sociale des jeunes
4. L’évolution peut être jugée comme favorable puisque près de diplômés. Les jeunes en décrochage scolaire risquent ainsi d’être
80 % d’une génération a atteint le niveau Bac. La question qui en difficulté de développer du lien social et à s’impliquer comme
reste en suspens est de savoir si tous ont les mêmes chances citoyen ; en cela, ils sont dans une situation anomique.

88
– La phase de fragilité : l’individu perd son emploi, divorce… ;
Prépa Bac
il bénéficie d’aides ponctuelles liées à ses difficultés financières.
Toutes les tensions exprimées lors des réformes de l’école – La phase de dépendance vis-à-vis des organismes d’aide
(refondation de l’école, réforme des collèges, aménagement sociale, associée à un découragement : l’individu bénéficie
des temps scolaires…) montrent à quel point celle-ci est d’une prise en charge régulière par les services sociaux.
un enjeu essentiel pour la population, et cela traduit les – La phase de rupture, caractérisée par une forte margina-
attentes fortes des familles face à cette institution. lisation.
Le système éducatif, composé des établissements d’enseigne- La « disqualification sociale » correspond selon Paugam à un pro-
ment du primaire au supérieur, joue dans notre société démo- cessus « d’étiquetage », de « stigmatisation » qui mène à l’inté-
cratique un rôle essentiel dans la cohésion sociale. Il favorise riorisation du sentiment d’exclusion et du rejet de la société.
la réalisation d’une situation dans laquelle les membres de 2. Ces phases peuvent s’enchaîner : les difficultés d’insertion
la société sont liés entre eux par un ensemble de relations professionnelle qui durent conduisent à s’adresser aux services
sociales et de normes collectives qui participent à assurer sociaux pour obtenir des aides régulières ; le découragement lié
son unité. Cette cohésion résulte du double processus de à l’absence de perspectives amène à se résigner et à accepter le
socialisation et d’intégration. statut d’assisté ; il peut s’accompagner d’une dégradation de la
Par quels moyens et quels processus l’école contribue-t-elle à santé qui éloigne de l’emploi. La situation de dépendance peut
assurer la cohésion sociale en France aujourd’hui ? déboucher sur la rupture quand le cumul de handicaps (emploi,
Dans une première partie, nous montrerons que l’école parti- santé, logement…) anéantit l’espoir de s’en sortir et conduit sou-
cipe à la cohésion sociale en socialisant les jeunes et en en vent à un abandon de soi, à des problèmes d’alcool ou de drogue.
faisant des citoyens. Dans une seconde partie, nous expli- 3. La situation décrite par la photo est particulière car la per-
querons comment l’école est source d’intégration sociale en sonne est en emploi (CDI), donc de ce point de vue n’est pas
facilitant l’accès aux diplômes, facteur important d’une inser- en situation de fragilité professionnelle. Mais elle connaît des
tion professionnelle. difficultés financières, et on peut considérer cette situation
(absence de logement) comme la première phase du processus
de disqualification, celle de fragilité (mise à l’écart, sentiment
Pages 218-219 C. Le travail, d’échec…).
toujours facteur d’intégration ?
4. R. Castel, comme S. Paugam, considèrent l’exclusion comme
Doc. 1 • Travail et reconnaissance sociale un processus et non comme un état. R. Castel insiste sur les
mutations du travail (notamment la précarisation) et les trans-
1. et 2. L’accès à l’emploi permet de s’insérer dans la société par
formations familiales qui affaiblissent la cohésion à l’échelle de
l’apport d’un revenu qui permet de participer à la vie économique
la société. S. Paugam, dans une analyse proche de l’interaction-
et sociale (logement, consommation, activités diverses…), mais
nisme symbolique (Howard Becker), insiste sur les interactions
aussi par le statut que l’emploi procure, qui permet de se définir
entre l’individu et la société qui, par sa réaction (l’étiquetage),
par rapport à la place que l’on occupe dans la société. L’emploi
amène l’individu à intérioriser l’image de soi qu’elle lui renvoie
permet d’avoir une place reconnue dans la société, de se sentir
et à l’enfermer dans sa situation. L’exclusion est alors vue comme
socialement utile (cf. la « solidarité organique » chez Durkheim).
une « carrière morale » au cours de laquelle la personnalité des
L’identité d’un individu ne se résume pas à la place qu’il occupe
individus se transforme en se conformant aux attentes sociales.
dans le système de production, mais ce rôle est central dans la
définition de qui il est à travers le regard des autres. Ne pas avoir
Exercice : Synthétiser des informations
d’emploi, être chômeur, représente alors un risque de moindre
intégration sociale avec des difficultés économiques, une identité Intégré par le travail
moins valorisante et, comme expliqué dans le texte, un sentiment Inséré par des relations + -
de culpabilité par manque de reconnaissance sociale.
+ Intégration Assistance
Doc. 2 • Chômage et désaffiliation - Vulnérabilité Désaffiliation
1. et 2. Être « désaffilié », pour R. Castel, c’est avoir subi un
double processus d’isolement social et de non-intégration par
le travail. Préférant le terme de « désaffiliation » à celui trop Prépa Bac
général d’exclusion, le sociologue la définit comme étant « le Ce document est un graphique en bâtonnets paru dans Le
décrochage par rapport aux régulations à travers lesquelles la vie
Figaro du 7 janvier 2015. Il met en évidence les causes du
sociale se reproduit et se reconduit » (La montée des incertitudes.
« burn-out », cette maladie liée au travail (fatigue et épui-
Travail, protections, statut de l’individu, Seuil, coll. « La couleur
sement). Sur 100 personnes qui ont connu cette situation,
des idées », 2009). La désaffiliation correspond donc au déficit
60 le sont du fait de l’intensité du travail. 38 % des per-
d’affiliation, conséquence d’une perte ou d’un manque de tra-
sonnes touchées par le « burn-out » le sont aussi à cause de
vail, mais aussi au déficit de filiation, c’est-à-dire d’insertion
la pénibilité du travail (même proportion pour une raison de
dans les liens sociaux (familiaux, associatifs…).
manque de temps pour réaliser les tâches). Remarque : la
3. Parmi les causes possibles, on peut citer la perte d’emploi somme des proportions dépasse 100 % car plusieurs causes
(chômage), des difficultés financières (fin de droits, surendet- ont pu être citées par l’enquêté. Plus étonnant, car le travail
tement…), des difficultés familiales (divorce, décès…) ou des devrait permettre l’intégration de l’individu et donner du sens
problèmes de santé (maladie, handicap…). à son action dans la société, 26 % et 22 % des personnes
Doc. 3 • De l’instabilité de l’emploi à la marginalisation touchées le sont, respectivement, du fait des relations avec
les collègues ou par perte de sens du travail. Ceci correspond
1. Pour Serge Paugam, l’exclusion est un processus se déroulant
bien à une situation anomique au sens de Durkheim.
en trois étapes :

89
Page 220 TD1 • Les liens sociaux et un revenu, la prise en charge à 100 % du traitement contre
l’épilepsie par l’assurance maladie, le financement des vacances
1. A3a – B1c – C4d – D2c de la fille par la CAF.
2. Exemples de formes de protection : la protection sociale 5. Cf. la question 4 du doc. 3 p. 219.
(assurance maladie, retraite, etc.), l’entraide entre amis (ser- On voit dans le texte que les difficultés d’insertion sociale de
vices rendus par exemple), les soutiens au sein de la famille cette maman (question 2) sont le résultat d’un processus, d’un
(cf. doc. 3 p. 215), l’existence d’un contrat de travail… cumul de handicaps (rupture familiale, échec scolaire, mala-
3. Par définition, l’identité regroupe les façons dont les indivi- die…), et non un état comme le montrent Castel ou Paugam.
dus ou les groupes se définissent par eux-mêmes et sont définis Robert Castel insiste sur les mutations du travail (notamment la
par autrui. L’identité est donc tout à la fois une construction des précarisation) et les transformations familiales qui affaiblissent
agents sociaux, à l’intérieur d’eux-mêmes, et une catégorisation la cohésion à l’échelle de la société et explique la désaffilia-
de la part de la communauté et des institutions sociales. Ainsi, tion, ce qui est bien caractérisé par l’exemple du texte. Dans
les formes de reconnaissance décrites dans le tableau parti- le processus de disqualification décrit par Serge Paugam, cette
cipent à la construction de l’identité de l’individu au sein de la personne serait dans la phase de dépendance (après la phase de
famille et de ses amis, dans son travail, etc. fragilité) mais pas (encore ?) dans la phase de rupture.
4. La socialisation est le processus par lequel un individu
devient un être capable de vivre en société en intégrant les
valeurs et les normes, les attitudes et les comportements Pages 224-225 Réviser
propres à la société dans laquelle il vit. Or, le tableau décrit les Exercice 1 • Les formes de solidarité
formes que peuvent prendre les liens qui relient l’individu à la a : 5 • b : 10 • c : 6 • d : 7 • e : 8 • f : 9 • g : 4 • h : 3 •
société et les lieux où se fait l’intégration, donc la socialisation i : 1 • j : 2
(famille, amis, travail…).
Exercice 2 • Les trois rôles du travail comme instance
5. Si l’individu, du fait d’un chômage prolongé, perd la recon- d’intégration sociale
naissance par le travail et l’estime de soi qui en découle, et si
les liens qui le relient à sa famille et à ses amis sont fragilisés A. Dimension B. Dimension C. Dimension
économique sociale symbolique
(divorce, par exemple), d’où une moindre reconnaissance affec-
tive, alors il a tous les risques d’être exclu, désaffilié. 3. Obtention 2. Relations 1. Validation de soi
d’un revenu professionnelles 6. Reconnaissance
6. • Solidarité organique : abordée sur la ligne du tableau 4. Accès à la norme 5. Définition d’un de l’intégration
« lien de participation organique ». de consommation statut social sociale
• Cohésion sociale : le concept est mis en évidence à travers
l’ensemble des liens sociaux décrits dans le tableau. Exercice 3 • Les trois phases de la disqualification sociale
• Capital social, réseaux sociaux et sociabilité : non direc-
tement abordés ici, si ce ne sont certaines interactions qui
découlent des liens sociaux décrits dans le tableau (par exemple,
compter sur ses parents ou ses amis pour la recherche d’un
emploi en lien avec le capital social et/ou les réseaux sociaux).
• Anomie : non abordée dans le tableau.
• Disqualification : on peut retrouver les trois étapes décrites
par Paugam (cf. doc. 3 p. 219), notamment dans la dernière
colonne → perte du lien de participation organique (fragilité,
sentiment d’être inutile) avec protection sociale (dépendance,
lien de citoyenneté fragilisé, apathie politique), puis stigmati-
sation (identité négative) et enfin rupture si perte des aides et
des autres formes de solidarité.

Exercice 4 • Quelle crise des instances d’intégration


Page 221 TD2 • Désaffiliation et disqualification sociale ?
Pour réaliser ce tableau, on peut diviser la classe en 3 groupes
1. Titre possible : « Les difficultés quotidiennes d’une maman (un par instance) et les faire travailler sur chaque dossier (de
célibataire ». 2A à 2C, p. 214 à 219) puis mettre en commun. Voir le tableau
2. Les causes des difficultés d’insertion : instabilité de la struc- page suivante.
ture familiale, problèmes scolaires, accident de la vie (grossesse
Exercice 5 • Recomposition de la famille
précoce), précarité dans l’emploi, faiblesse des revenus, d’où des
Le dessin représente une famille traditionnelle : deux parents
dépenses de sorties limitées, problèmes de santé (épilepsie),
et deux enfants (et un chien). Ce qui fait que le commentaire
isolement (lié à l’arrêt maladie).
de l’enfant peut être humoristique c’est qu’il demande à ses
3. La famille, l’école, le travail, l’État (protection sociale : assu- parents pourquoi leur famille n’est pas éclatée comme les autres
rance maladie, Caisse d’allocations familiales). familles, comme si leur famille avait une forme dépassée et que
4. – Les freins à l’insertion sociale : l’instabilité familiale, les les familles aujourd’hui étaient toutes recomposées.
difficultés à l’école, la précarité dans l’emploi. Dans les faits (cf. doc. 1 p. 214), sept enfants sur dix vivent
– Les facteurs d’insertion : la solidarité familiale (accueil dans une famille traditionnelle, alors que seulement un enfant
par la tante), l’acquisition d’un diplôme (CAP Petite enfance), sur dix vit dans une famille recomposée (même si cette forme a
l’emploi de gardien de cimetière qui donne une position sociale beaucoup augmenté ces dernières années).

90
Intégration sociale Famille École Travail

– Socialisation primaire – Socialisation primaire – Socialisation secondaire


– Transmission des capitaux – Groupe de pairs et sociabilité – Rémunération et participation
économique, social et culturel – Transmission d’une culture à la vie économique (normes de
En quoi est-ce une
– Solidarité (entraide, refuge, commune consommation…)
instance d’intégra-
affection…) – Favoriser l’intégration sociale – Lieu de sociabilité
tion sociale ?
(qualification, formation du – Identité sociale (statut social,
citoyen…) fonction et utilité sociales)
– Accès aux droits sociaux

– Désinstitutionalisation : divorces, – Reproduction d’inégalités – Montée du chômage, précarité


recul du mariage, naissances hors – Échec scolaire, diplômes sélectifs (désaffiliation et disqualification)
mariage, familles monoparentales et Inflation des diplômes (déclassement) – Travailleurs pauvres
En quoi celle-ci
recomposées – Démocratisation vs massification – Anomie (perte de repères, risque
est-elle en crise ?
– Montée de l’individualisme de stress, suicide...)
(éloignement...) – Conflits (salaires, emplois, temps
– Familles monoparentales et pauvreté de travail...)

Pages 226-227 Méthode Bac tionnelles dans lesquelles l’intégration des individus et leur
attachement au groupe reposent sur la similitude des membres.
Application p. 226 Les fonctions sociales et économiques sont peu différenciées,
Il y a plusieurs façons de s’organiser ; il faut faire comprendre d’où une faible « division du travail social ». L’uniformité des sta-
aux élèves que ce sont eux qui doivent définir l’ordre des étapes tuts, des valeurs et des croyances fait que l’individu n’existe qu’à
pour qu’ils soient efficaces et en réussite : on peut par exemple, travers « le collectif » que constitue le groupe. La conscience
après l’étude du sujet, commencer à lire et exploiter les docu- individuelle est recouverte par la conscience collective, et la
ments, mais le risque est de limiter le traitement du problème cohésion naît de la soumission des comportements individuels
aux éléments tirés des documents. On peut aussi commencer aux normes sociales dominantes (droit répressif comme signe de
par mobiliser ses connaissances avant la lecture des documents, cette forme de solidarité).
mais sans oublier ensuite de relier celles-ci aux informations Les sociétés modernes reposent, elles, sur une solidarité orga-
tirées du travail sur les documents (pour illustration, dévelop- nique, née de la division de plus en plus poussée du travail.
pement ou opposition selon les arguments mis en avant). Cette différenciation des fonctions sociales et économiques rend
Une liste et un ordre des tâches possibles : les individus différents mais complémentaires, et donc dépen-
Étudier le sujet → Exploiter ses connaissances → Dégager des dants les uns des autres. Alors que les individus deviennent
faits et/ou des idées du texte → Extraire des données chiffrées de plus en plus autonomes et que la conscience individuelle
qui illustrent les propos de l’élève → Identifier les séquences grandit, cette complémentarité nécessaire consolide la cohésion
argumentatives, les idées, utiles à la réponse → Classer les idées sociale. (Droit restitutif ou coopératif comme signe de cette
dans le plan → Construire un plan détaillé → Rédiger l’introduc- forme de solidarité.)
tion (et la conclusion) au brouillon → Rédiger le devoir 2. L’école transmet des normes et des valeurs qui servent de
Il est aussi important de signaler aux élèves que, grâce à l’expé- base à la culture commune, ce qui contribue à la cohésion
rience qu’ils vont acquérir, ils sauront mieux déterminer le temps sociale. Par l’acquisition de diplômes qui valident des savoirs,
nécessaire pour chacune des étapes, et ainsi mieux organiser le des connaissances et des qualifications, les individus s’insèrent
travail sur les 4 heures de l’épreuve. en tant que citoyens et trouvent une place dans la division du
travail.
Dissertation p. 227
Partie 2
Proposition de corrigé pour la dissertation :
C’est un diagramme en bâtons qui montre la part des travail-
I. De l’individualisme à la solidarité dans les sociétés leurs pauvres en pourcentages parmi les travailleurs en 2007 en
modernes France selon deux caractéristiques, le diplôme et la situation sur
A. Passage de la solidarité mécanique à la solidarité organique le marché du travail. Le document est produit par l’Insee dans
B. Division du travail et lien social une enquête SRCV parue en 2016.
(Doc. 2 : travail et lien social) Le document montre que les plus diplômés sont rarement des
II. Des institutions qui favorisent la cohésion sociale travailleurs pauvres (ayant un emploi ou en recherchant un et
A. Le maintien de formes de solidarité mécanique percevant un revenu inférieur à 50 ou 60 % du revenu médian) ;
(Doc. 1 : associations et cohésion sociale ; doc. 4 : voisinage en effet, environ 4 travailleurs diplômés du 2e ou 3e cycle sur
et sociabilité) 100 sont pauvres contre 12 % des travailleurs sans diplôme (ou
B. Le rôle des instances d’intégration ayant seulement le Certificat d’études primaires), soit un écart
(Doc. 1 : école, famille et État et cohésion sociale ; doc. 3 : de 8 points.
école, diplômes et intégration) De même, les salariés à temps plein ont le plus faible taux de
travailleurs pauvres (environ 4 %) alors que les indépendants ou
Pages 228-229 Bac blanc les salariés à temps partiel ont un taux respectivement de 17 %
et 12 %. La précarité favorise donc la pauvreté des travailleurs.
Partie 1 On peut conclure que la situation de travailleur pauvre est plus
1. Selon É. Durkheim, il y a changement des formes de soli- courante lorsque l’on est faiblement diplômé et que sa situation
darité. La solidarité mécanique caractérise les sociétés tradi- professionnelle est précaire.

91
Partie 3 B. Chômage et faiblesse de l’indemnisation voire non-indemni-
Il s’agit de rappeler que le travail est une instance d’intégra- sation (doc. 3)
tion importante dans nos sociétés (mobilisation de la thèse III. Fragilisation du lien produit par le travail
de Durkheim) : il donne du sens au rôle de chacun (identité et A. Chômage et difficulté d’intégration (désaffiliation et
utilité sociales), fourni un revenu pour participer à la vie éco- disqualification)
nomique et sociale (salaires ou protection sociale liée aux droits B. Précarisation de l’emploi comme frein à l’intégration (cf.
associés à l’emploi) et développe les liens sociaux (sociabilité doc. 2 et la montée des formes particulières d’emplois)
entre collègues). Mais il s’agit surtout de montrer que ce rôle Le rôle intégrateur du travail s’est donc affaibli en partie du fait
s’est affaibli. de conditions de travail qui peuvent produire une perte de sens
I. Remise en cause de l’utilité sociale du et par le travail ou des difficultés de santé pour les salariés. Mais il s’est aussi
A. Travail et situation anomique (perte de sens de la fonction affaibli sous l’effet du chômage de masse (et de longue durée)
du travailleur et de son utilité, doc. 1) et de la précarisation de l’emploi rendue possible par la dérégle-
B. Conditions de travail et santé (le travail produit de la mala- mentation du marché du travail. Chômeurs et salariés précaires
die : stress, TMS, burn-out…) partagent des conditions de vie proches, mais les premiers sont
II. Travail et pauvreté en plus privés des relations sociales que le travail procure.
A. Existence de travailleurs pauvres (l’emploi ne garantit pas un
revenu suffisant, doc. de la partie 2)

92
Chapi
tre La conflictualité sociale : pathologie,
9 facteur de cohésion ou moteur
du changement social ?
La démarche du chapitre
Le programme de Terminale ES propose d’analyser les conflits sociaux à partir de grilles de lecture contrastées. Il s’agit
de les analyser comme pathologie de l’intégration ou comme facteur de cohésion, comme moteur du changement social
ou comme restriction au changement.
Le premier dossier, plutôt descriptif, cherche à qualifier et mesurer les conflits sociaux contemporains en France. Le deuxième
dossier analyse les relations entre conflits et intégration sociale. Le troisième dossier montre comment conflits sociaux
et changement social sont liés.

Bibliographie et webographie
– NEVEU Erik, Sociologie des mouvements sociaux, éditions – SIMMEL George, Le conflit, Circé, 1995.
La Découverte, 2015 ; www.editionsladecouverte.fr – PERROT Michelle, Mélancolie ouvrière, Seuil,
– MATHIEU Lilian, L’espace des mouvements sociaux, coll. « Points », 2014.
édition du Croquant, collection « Sociopo », 2012. – Le site de la vie des idées :
– PIGENT Michel, TARTAKOWSKY Danielle, Histoire des www.laviedesidees.fr/+-conflits-sociaux-+.html
mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours, éditions – Le site de la DARES :
La Découverte, 2012. dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques
– TILLY Charles, TARROW Sidney, Politique(s) du conflit.
De la grève à la révolution, Presses de Sciences Po, 2015.

Pages 230-231 Ouverture de chapitre Pages 232-233 A. Des conflits sociaux
aux modes d’action et finalités
Pour commencer divers
Ce dessin de X. Gorce peut servir à :
– une remobilisation des connaissances de Première ES (conflit Doc. 1 • Le phénomène « Alternatiba »
social) ; 1. Né suite à la publication du cinquième rapport du GIEC,
– une prise de représentation sur les conflits sociaux et amor- Alternatiba est un mouvement citoyen qui vise à mobiliser
cer ainsi la problématisation du chapitre : Qu’est-ce ? Quelles contre le changement climatique par différents moyens : confé-
formes prennent-ils ? Comment s’expriment-ils ? Sont-ils patho- rences, exposition, ateliers, repas festifs, défilés.
logiques, intégrateurs ? 2. Les militants d’Alternatiba souhaitent promouvoir des solu-
Activité vidéo tions pour lutter contre le réchauffement climatique : agri-
culture paysage, relocalisation de l’économie, aménagement
1. Les étudiants en pharmacie se mobilisent contre le projet de
maîtrisé du territoire et alternatives au « tout-routier »…
loi Macron, car celui-ci visait à rendre possible d’acheter des
médicaments sans ordonnance en dehors des pharmacies (fin 3. Il s’agit ici de chercher les caractéristiques d’un conflit
du monopole) et à ouvrir le capital des pharmacies à des non social, puisqu’en Première seule la notion de conflit a été abor-
pharmaciens. Les étudiants en pharmacie craignent donc que dée. Dans la mesure où Alternatiba défend des valeurs (respect
ces mesures ne nuisent à leur future installation professionnelle. de l’environnement) et propose des mesures concrètes qui visent
à modifier le fonctionnement de l’économie, la production et la
2. Le représentant des pharmaciens en Charente préfère mettre
consommation des individus, il s’agit d’un mouvement porteur
en avant des arguments de santé publique afin de ne pas appa-
d’un conflit social.
raître comme défendant des intérêts particuliers (ceux d’une
profession jouissant d’un monopole), et gagner le soutien de Doc. 2 • Définir les conflits sociaux
l’opinion publique en soulignant l’intérêt général.
1. Un conflit social se caractérise par le fait d’être une action
collective, nécessitant la coordination des acteurs. Ces acteurs
défendent des intérêts communs et s’opposent à un adversaire.
DOSSIER 1
2. Il est en effet possible d’associer Alternatiba à la notion
DES CONFLITS SOCIAUX de conflit social, dans la mesure où ce mouvement fédère des
AU SEIN DES SOCIÉTÉS CONTEMPORAINES individus autour d’une cause, la lutte contre le réchauffement
climatique. Les adversaires sont également identifiés : ce sont
Au cours de ce premier dossier, il s’agit de mettre en avant, les caractéristiques d’un mode de développement non durable.
dans une perspective synchronique, la diversité des conflits Alternatiba est même davantage un mouvement social, dans
sociaux dans les sociétés contemporaines, en termes d’acteurs, la mesure où les militants promeuvent un « changement de
de moyens et de finalités. Dans une perspective diachronique, il système » économique pour limiter les effets du changement
s’agit aussi de s’intéresser aux mutations des conflits. climatique.

93
3. Les conflits sociaux peuvent prendre différentes formes Exercice : Des conflits de nature différente
(grèves, manifestations, sit-in, flash-mob, pétitions, boycott…)
Mobilisation Manifestations
et sont porteurs de revendications variées : mobilisation des des producteurs de soutien mariage
étudiants contre les frais de scolarité, défense de l’égalité laitiers pour tous
devant la loi (mariage pour tous), défense des droits des sala-
– Vivre de son travail Égalité devant la loi
riés (blocage des raffineries de pétrole lors des conflits liés à la – Revendications de des citoyens
« loi travail » en 2016), etc. Valeurs réformes structurelles
et nature pour redresser le prix
Doc. 3 • Conflit et citoyenneté des du lait
1. Le document est un graphique qui permet de recenser, sur revendications – Lutte contre les
transformateurs qui
la période 2009-2014 (de décembre à décembre) le taux de accaparent les marges
réponses obtenues à différentes propositions permettant de
savoir ce qui influence le plus les citoyens sur les décisions Syndicats agricoles, Associations, citoyens,
Acteurs
producteurs laitiers intellectuels
prises en France.
Les données ont été construites à partir d’un sondage d’opinion – Syndicats  – Manifestations
mis en place par le CEVIPOF ; 1 864 personnes de 16 ans et plus – Manifestations, – Web, réseaux sociaux
Formes barrages routiers, – Tribunes dans la
ont été interrogées par la méthode des quotas. En décembre d’organisation mobilisation devant presse
2014, sur 100 personnes interrogées, 6 déclaraient que mili- et répertoires les laiteries et les
ter dans un parti politique était le moyen qui permettait, en d’action préfectures, stockage
premier ou en second lieu, d’exercer le plus d’influence sur les des produits dans les
décisions prises en France. magasins

2. Les élections sont, pour les personnes interrogées, le moyen Les syndicats Soutien apporté
Rapport
négocient avec à une loi
le plus important pour avoir une influence sur les décisions, au politique
les pouvoirs publics
mais d’autres formes d’action peuvent aussi intervenir  : les
manifestations et grèves (qui invitent souvent au retrait d’un Les acteurs et modes d’action sont en partie différents, mais le
texte de loi contesté), les boycotts (qui obligent les entreprises plus significatifs est le rapport au politique : les manifestations
de soutien au mariage pour tous visent à appuyer un projet de
à revoir leur pratiques sociales ou environnementales), etc.
loi, tandis que les agriculteurs attendent des pouvoirs publics des
3. Manifester dans les rues, faire grève, boycotter des entre- mesures pour stabiliser les cours du lait.
prises ou produits : il s’agit bien d’une œuvre collective, orga- Liens pour aller plus loin :
nisée, mettant en avant des revendications et désignant un – www.leprogres.fr/loire/2016/04/17/la-confederation-paysanne-
adversaire. veut-une-mobilisation-des-producteurs-laitiers-et-une-maitrise-de-
4. Cette question peut être l’occasion de mobiliser la distinction la-production
– www.lesechos.fr/06/02/2016/lesechos.fr/021678217737_les-
entre la participation conventionnelle (vote, adhésion à un parti
francais-soutiennent-la-mobilisation-des-agriculteurs.htm
politique) de la participation non conventionnelle (manifes-
– www.mediapart.fr/journal/france/dossier/
tations, discussions sur blog), et de préciser que l’influence le-mariage-pour-tous-enfin
sur les décisions collectives ne se réduit pas à la participation
conventionnelle.
Prépa Bac
Doc. 4 • De nouvelles formes de conflits
Les conflits sociaux sont menés par différents acteurs, por-
1. Sit-in, pétitions, flash-mob, boycott d’entreprise ou produit,
tant des revendications variées, et prennent des formes diffé-
piratage de sites…
renciées. Ainsi, par exemple, au printemps 2016, des salariés,
2. Les nouveaux mouvements sociaux sont davantage horizon- étudiants et lycéens se sont mobilisés (grèves, manifesta-
taux que verticaux : ils refusent la centralisation de la décision tions, blocage de routes) contre le « projet de loi travail »
et la délégation d’autorité à des supérieurs. Ces mouvements dont ils craignaient les effets en termes de dégradation de la
portent aussi davantage des revendications post-matérielles, condition salariale.
qualitatives (demande d’égalité, d’autonomie, de reconnaissance À Notre-Dame-des-Landes, Sivens et Roybon, des « zadistes »
des identités) plutôt que des revendications matérielles, quan- occupent des lieux pour éviter des constructions (aéroport,
titatives (partage des richesses). barrage, complexe hôtelier) et défendre d’autres modes de
Par ailleurs, les nouveaux mouvements sociaux sont moins liés vie, durables, « décarbonnés ».
à l’État, et cherchent même à garder de l’autonomie vis-à-vis
de ce dernier.
3. Les acteurs de ces mouvements sont divers, mais ils reven- Pages 234-235 B. La mutation des conflits sociaux
diquent leur identité (musulmans, hispanophones, homosexuels, depuis les années 1970
Antillais...) comme base de leur engagement, et non une appar-
tenance à une classe sociale. Doc. 1 • De moins en moins de grèves ?

4. Le collectif Alternatiba peut être associé à un nouveau mou- 1. Le nombre de journées individuelles non travaillées pour fait
vement social. Les revendications du collectif sont qualitatives de grève a baissé de 62 % entre 2005 et 2012, mais il y a de
(lutte contre le réchauffement climatique). Il ne s’agit pas, pour fortes variations selon les années. Par exemple, en 2010, le
le mouvement, d’exercer le pouvoir, mais d’influencer les déci- nombre de journées individuelles non travaillées étaient 1,9 fois
deurs publics et de sensibiliser les citoyens. Enfin, le collectif plus nombreuses qu’en 2005.
est organisé de manière décentralisée (ville, région…) et sans 2. Le graphique semble indiquer une tendance (trend) à la
structure hiérarchisée. baisse du nombre de journées non travaillées pour cause de

94
grève dans les entreprises du secteur marchand non agricole. un « classement » des conflits observés. En effet, ce sont des
Mais il faut souligner que tous les secteurs d’activités ne sont « idéaux types » et les conflits peuvent mêler des traits de ces
pas pris en compte dans les chiffres présentés (comme la différents modèles. Par ailleurs, les critères même de distinction
Fonction publique, par exemple), et qu’il y a une forte variabi- sont à questionner : il est difficile de distinguer par exemple
lité de l’intensité des mobilisations selon les années. revendications matérielles et revendications post-matérialistes.
3. Les conflits du travail sont centraux dans la mesure où le Enfin, il faudrait se garder d’une lecture « évolutionniste » dans
travail, ou plutôt l’emploi, est un facteur essentiel de l’identité laquelle les nouveaux mouvements sociaux auraient vocation
de l’individu et ce qui fonde à la fois l’accès aux ressources et à se substituer aux anciens conflits, ne serait-ce parce que les
à l’intégration. conflits du travail restent centraux.

Doc. 2 • Le recul de la syndicalisation Exercice : Différencier les mouvements sociaux


1. Les syndicats rendent les conflits du travail plus probables, Conflits sociaux des Nouveaux mouve-
dans la mesure où ils fédèrent les mécontentements, informent sociétés industrielles ments sociaux
les salariés, disposent de moyens matériels et financiers. Dans Type de Revendications Revendications post
le même temps, ils participent à désamorcer les formes les plus revendication matérialistes matérialistes
dures de conflits, voire à les éviter par la négociation préalable
Organisation Coordinations
avec l’employeur. Syndicats
autonomes
2. La part des salariés qui adhèrent à un syndicat a baissé d’en-
Acteurs Regroupements d’indi-
viron 20 points de 1950 à 2005. Classes sociales vidus de différents
3. Le taux de syndicalisation en France est aujourd’hui très groupes sociaux
faible puisque moins de 8 % des salariés adhéraient à un syn- Lien au pouvoir En rapport avec le Autonomie vis-à-vis
dicat en 2015. On ne peut que mettre en relation la baisse du institutionnel pouvoir politique du politique
taux de syndicalisation avec le niveau relativement faible (mais
variable) des JINT pour fait de grève. Il convient néanmoins de
relativiser la corrélation car les conflits du travail ne baissent Prépa Bac
pas inexorablement, et il demeure des motifs de fortes mobili- Une introduction comprend trois éléments : le cadrage du
sations (retraites en 2010, Loi travail en 2016). Par ailleurs, il sujet (cadrage spatio-temporel, définition des termes du
y a d’autres facteurs interviennent sur la baisse des conflits du sujet), la problématisation du sujet (mise en questions du
travail (précarisation de l’emploi, chômage de masse…). sujet qui amène à des réponses non évidentes, non immé-
Doc. 3 • De nouvelles formes de conflictualité diates) et l’annonce du plan choisi pour traiter le sujet.
Depuis les années soixante, dans les sociétés occidentales
1. Débrayage, pétition, manifestation, grève perlée, grève du
et du fait de l’élévation des niveaux de vie et le passage à
zèle, recours aux prud’hommes, absentéisme, refus d’heures
ce que certains auteurs appellent des sociétés « post-maté-
supplémentaires.
rialistes », les conflits sociaux se sont modifiés. Un conflit
2. Il s’agit de faire préciser ce à quoi correspondent ces diffé- social peut être défini comme étant une opposition entre des
rents modes d’action ; cela peut aussi être aussi l’occasion de acteurs dont les intérêts ou valeurs divergent. Il convient de
distinguer des formes plus collectives ou individuelles de lutte. se demander sur quels éléments portent principalement ces
3. Au cours de la période 2008-2010, dans les établissements mutations : s’agit-il des revendications, du mode d’organi-
de 20 salariés ou plus du secteur marchand, selon les données sation, des relations au pouvoir politique ? Dans un premier
publiées par la DARES, seuls 4 % des délégués du personnel temps, nous présenterons les transformations des objets de
déclarent avoir connu au moins une grève de plus de 2 jours, mobilisation, avant d’insister, dans un deuxième temps, sur
mais 22 % déclarent qu’il y a eu des débrayages et même des le fait que les acteurs même des conflits ont changé.
pétitions (22 %). En prenant en compte une définition plus
large de la conflictualité que les JNIT pour fait de grève, il
semble difficile de conclure à une réelle diminution de la
conflictualité du travail. DOSSIER 2

Doc. 4 • Des mouvements nouveaux


CONFLITS SOCIAUX ET INTÉGRATION
1. Les mouvements écologistes, féministes, régionalistes, anti- SOCIALE : DES RELATIONS COMPLEXES
racistes, etc. se sont développés dans les années 1970. Ces
mouvements défendent des valeurs, revendiquent des droits Ce deuxième dossier présente les relations entre conflits et inté-
pour les groupes qu’ils défendent. Ces conflits sont perçus gration. Il commence par présenter ce qui est le plus proche
comme révélateurs d’une ère post-matérialiste (R. Inglerhart) du sens commun, avant d’envisager la possibilité d’associer
dans laquelle les enjeux sont déplacés du fait de la satisfaction conflictualité sociale et cohésion sociale, comme le soulignent
des besoins matériels de base. G. Simmel et L. Coser.
2. Il paraît difficile de distinguer, dans une négociation sala-
riale par exemple, ce qui relève de la revendication matérielle Pages 236-237 A. Les conflits sociaux comme
(amélioration recherchée du niveau de vie) de ce qui relève de « pathologie » de l’intégration
la revendication de la reconnaissance (le salaire étant la traduc-
tion de la reconnaissance accordée au travail exercé). Doc. 1 • Crise économique et conflits du travail
3. Les qualificatifs d’« anciens » et de « nouveaux » mouvements 1. En période de crise économique, des entreprises peuvent
sociaux peuvent s’avérer assez peu opérationnels pour établir licencier, faire pression à la baisse sur les salaires ; les décideurs

95
publics peuvent mettre en œuvre des mesures perçues comme Exercice : Étudier un texte
des régressions sociales. Ces éléments tendent à accroître les Le document est l’extrait d’une étude publiée par le Crédoc en 2012
motifs de conflits du travail. et portant sur les « jeunes d’aujourd’hui », dans la revue Cahier de
recherche, n° 292. Il s’intéresse aux perceptions que se font les
2. Mais, dans le même temps, les crises économiques s’accom-
jeunes de leur avenir, et de leur participation aux conflits sociaux.
pagnent d’une hausse du chômage conjoncturel. Or, en période Ce document permet de souligner que les jeunes participent à des
de chômage, les salariés peuvent éviter de s’engager dans des conflits ouverts, mais qu’il existe aussi des conflits latents. Ainsi,
conflits avec leur employeur de peur de perdre leur emploi. si les jeunes étudiants s’engagent auprès des manifestants contre
des projets de réforme qu’ils jugent défavorables pour leur avenir
Doc. 2 • Anomie et conflit du travail (réforme des universités, retraite, loi travail…), les jeunes non
1. Pour É. Durkheim, un phénomène social est « normal » s’il qualifiés cultivent une vision sombre de l’avenir, qui sape leur
est observé avec une certaine régularité au sein d’une société confiance dans les pouvoirs publics.
donnée. Dès lors que les conflits du travail sont régulièrement
observés, c’est donc qu’ils sont normaux. Mais, ils ne sont « nor- Prépa Bac
maux » que dans le cadre de la grande industrie et d’une forme Dans les moments où les normes sociales sont moins connues
pathologique de division du travail. par les individus, ou lorsqu’elles leurs semblent contradic-
2. Les conflits du travail dans la grande industrie sont plus toires, les conflits sociaux sont plus nombreux. Ils sont
nombreux car, dans le cadre de cette organisation du travail, alors le signe d’une fragilisation du lien social. Ainsi, lors
les travailleurs et les détenteurs du capital sont séparés, ils de crises économiques, les fermetures d’usine et l’augmen-
ne partagent pas le quotidien, ne travaillent plus ensemble, tation du chômage ainsi que les mesures visant à limiter les
n’effectuent plus les mêmes tâches, contrairement aux maîtres dépenses sociales sont sources de conflit. De même, lorsque
et ouvriers du Moyen Âge. les instances d’intégration comme l’école ou l’emploi ne par-
3. S’il y a une corrélation entre nombre de grèves et taille des viennent pas à traiter de manière égalitaire l’ensemble des
entreprises, cela signifie que ces deux variables évoluent dans citoyens sur un territoire, là encore cela crée des conflits.
le même sens ou dans le sens inverse. Il semble en effet que
plus la taille de l’entreprise est importante, plus le pourcentage
d’entreprises ayant déclaré au moins une grève sur la période Pages 238-239 B. Les conflits sociaux
2010 à 2012 augmente, selon des données de la DARES. Ainsi, comme source de cohésion sociale
en 2012, 27,9 % des entreprises d’au moins 500 salariés ont Doc. 1 • Mobilisation de stagiaires du collectif
connu au moins une grève en 2012, contre seulement 2,4 % des « Génération précaire »
entreprises de 50 à 199 salariés, soit 25,5 points d’écart. 1. Les jeunes du collectif « Génération précaire » dénoncent
4. Le document statistique semble confirmer l’intuition les conditions d’accès à l’emploi des jeunes, y compris des
d’É. Durkheim : plus les entreprises sont grandes, plus il y a de jeunes qualifiés, qui doivent parfois multiplier les stages non
distance entre les salariés et leurs employeurs, et plus augmen- rémunérés, les contrats d’intérim et les CDD avant d’accéder à
tent les conflits du travail. Il faut également souligner que les un emploi plus stable. Ainsi, en 2012, selon l’’Insee, 34,1 %
syndicats sont davantage présents dans les grandes entreprises, des jeunes actifs âgés de 15 à 29 ans étaient des salariés en
ce qui facilite l’organisation des salariés et leur capacité de contrats précaires contre 7,9 % des salariés âgés de 30 à 49 ans.
mobilisation. Enfin, dans les petites entreprises dans lesquelles 2. Ces jeunes qui manifestent, se mobilisent et mènent des
les relations entre employeurs et salariés sont interpersonnelles, actions ensemble proviennent probablement d’horizons diffé-
le coût individuel de la mobilisation en termes de salaire, de rents : certains sont encore étudiants, d’autres déjà en emploi.
carrière et de risque de perte d’emploi peut faire renoncer les Ce qui les relie, c’est la prise de conscience d’une difficulté
salariés à s’engager dans un conflit. commune à accéder à un emploi stable.

Doc. 3 • Conflits sociaux et fragilisation du lien social Exercice : Relier des notions sociologiques
Pour qu’un conflit social éclate, il faut que des individus se
1. Un conflit social est une opposition entre des individus ou
regroupent pour défendre des valeurs ou des intérêts communs face
des groupes sociaux qui défendent des valeurs ou des intérêts
à un adversaire identifié. Les individus qui se ressemblent peuvent
divergents et cherchant à modifier le rapport de forces existant à le faire sur différentes bases, mais il est nécessaire qu’ils se sentent
leur faveur. C’est pourquoi, ce que l’on nomme « émeutes » peut appartenir à un collectif qui les dépasse. La classe sociale est l’une
être qualifié de conflit social. En effet, les émeutiers cherchent à des bases de cette reconnaissance, car c’est un élément de l’identité
interpeller les pouvoirs publics et, plus largement la société, sur sociale des individus, c’est-à-dire la manière dont ils se perçoivent
les discriminations qu’ils subissent, sur les conditions dégradées et sont perçus par les autres. Ainsi, les actifs des professions juri-
en termes d’accès à l’éducation ou à l’emploi qu’ils connaissent. diques réglementées qui manifestent à Paris en décembre 2014,
Il est significatif, du reste, que l’une des cibles privilégiées des quoiqu’occupant des métiers divers (huissiers, notaires…) par-
tagent des intérêts communs et dénoncent le manque de moyens
émeutiers soit justement des équipements publics (écoles, gym-
qui entrave leurs pratiques professionnelles.
nases…) ou les représentants des forces de l’ordre.
2. Les sociologues L. Mucchielli et A. Ait-Omar ont mené une Doc. 2 • Renforcer les liens sociaux
enquête qualitative (entretiens après les émeutes de 2005 pour 1. Un conflit crée des relations entre des adversaires. Dans le
donner la parole à ceux qui ne l’avait que trop rarement, les cadre d’un conflit du travail, par exemple, salariés et représen-
émeutiers). Ces derniers expriment leur colère liée à l’humilia- tants syndicaux doivent discuter, négocier, chercher une sortie
tion vécue dans leur vie quotidienne. Ils se perçoivent comme de crise avec l’employeur. Dès lors, le conflit, au lieu de fragili-
des citoyens de seconde zone, en rupture avec l’école et l’em- ser le lien social, crée au contraire des liens qui n’auraient pas
ploi, marginalisés voire rejetés par le reste de la société. nécessairement existé autrement entre les adversaires.

96
2. Si les conflits sociaux sont inévitables, il convient de chercher Pages 240-241  A. Des conflits sociaux
à les pacifier et à les organiser. C’est ce que l’on nomme « l’ins- comme résistance aux changements
titutionnalisation des conflits ». Il s’agit de donner des formes
reconnues et acceptées par tous aux conflits. Par exemple, pour Doc. 1 • Manifester pour ou contre ?
les conflits du travail, le droit de grève est encadré : il peut y 1. En France, en 2012 et 2013, des manifestations accom-
avoir un service minimum organisé avec des salariés réquisition- pagnent l’élaboration puis la promulgation de la loi dite du
nés (hôpitaux) ; les salariés doivent déposer un préavis informant « mariage pour tous », qui ouvre le mariage aux couples de même
leur employeur et laissant la possibilité de négocier. sexe. Les opposants à cette évolution juridique se mobilisent
pour dénoncer cette loi, tandis que les partisans de l’égalisa-
Doc. 3 • Féminisme et identité
tion du droit au mariage défilent à leur tour pour soutenir cette
1. Cette photographie a été prise lors d’une manifestation deman- proposition de loi.
dant la légalisation, en France, du droit à l’avortement au début
2. Les opposants à la loi au mariage pour tous (associations,
des années 1970. C’est la loi du 17 janvier 1975, dite « Loi Veil »,
mouvements politiques et religieux) se réunissent sous l’éti-
du nom de la ministre de la Santé de l’époque qui porta la loi à
quette « Manif pour tous » et s’opposent à une modification du
l’Assemblée nationale pour dépénaliser l’avortement en France.
droit incompatible avec les normes et valeurs qu’ils portent.
2. Les luttes féministes des années 1960 ont permis de chan-
ger la place des femmes dans la société. En effet, les droits en Doc. 2 • Des mouvements défensifs en essor
matière de contraception, mais aussi la progression de l’accès à 1. Un mouvement social, au sens courant du terme, peut être
l’emploi salarié ou encore les modifications des lois encadrant la associé à une action revendicative, une grève, une manifestation.
famille vont permettre aux femmes de s’émanciper. Les sociologues en donnent des contours plus précis, en souli-
gnant qu’un mouvement social correspond au rassemblement et
Doc. 4 • Négociations et dialogue social
à la mobilisation de personnes qui cherchent par cette action à
1. Employeurs et syndicats de salariés s’opposent sur la hausse transformer la société. Alain Touraine reconnaît trois principes
des salaires. fondateurs aux mouvements sociaux : un principe d’identité (les
2. Patronat et syndicats de salariés négocient, organisent des acteurs du mouvement sont conscients de défendre des intérêts
réunions pour échanger sur leurs revendications et propositions. spécifiques) ; un principe d’opposition (les acteurs du mou-
Ils sont prêts à modifier leurs revendications en prenant en vement désignent un adversaire), un principe de totalité (les
compte les arguments de leur adversaire : dans le cas de ces acteurs sont conscients des enjeux du combat et cherchent à
négociations salariales dans les transports, les syndicats de sala- transformer la société).
riés ont ainsi modéré leurs revendications salariales. 2. Un mouvement offensif est un mouvement revendiquant de
3. Choisir le dialogue plutôt que l’affrontement ; modérer ses nouveaux droits, de nouvelles libertés (le « Printemps arabe »,
revendications. par exemple, les manifestations des années 1970 pour la légali-
4. Ces négociations créent du lien entre les salariés qui reven- sation de l’avortement…) tandis qu’un mouvement défensif vise,
diquent des hausses des salaires. Ils créent aussi du lien entre comme son nom l’indique, à conserver un droit, un emploi, une
salariés et patronat car ils doivent négocier pour trouver une conquête sociale (la mobilisation des salariés contre les ferme-
sortie de crise. tures d’usines, les modifications de leur droit à la retraite…).
3. Les mouvements défensifs se développent car, dans notre
société, les droits sociaux et les services publics se sont beau-
Prépa Bac
coup accrus depuis les années 1960, mais la tendance actuelle
Rassemblement
est plutôt à les restreindre dans un contexte de recherche d’éco-
d’individus nomies budgétaires.
portant les mêmes
revendications Actions collectives
Discussions Doc. 3 • Défendre des valeurs
Entraide
1. Les manifestants du collectif « Stop à l’État d’urgence » défen-
LIEN SOCIAL dent les libertés publiques, et la liberté d’expression en parti-
culier, et dénoncent les risques de dérives autoritaires liées à
Dialogue l’État d’urgence.
Modification
des négociations 2. Il n’est pas toujours évident de distinguer conflits défensifs
Négocations entre
adversaires et offensifs dans la mesure où le fait de défendre des valeurs
et droits existants c’est aussi, au-delà, défendre des valeurs
et un idéal de société à venir. Par exemple, défendre les liber-
tés publiques existantes, c’est aussi suggérer que ces libertés
publiques pourraient être encore accrues.
DOSSIER 3
CONFLITS SOCIAUX ET CHANGEMENT Doc. 4 • Garantir des statuts acquis
SOCIAL : FREINS ET MOTEURS 1. Dans un contexte de chômage des jeunes élevé, certains
jeunes diplômés ont échangé leurs titres scolaires contre une
Le dossier 3 questionne la place du conflit dans le changement sécurité de l’emploi dans la Fonction publique, quitte à renoncer
social. Là encore, il s’agit de partir du sens commun (les conflits à certaines ambitions salariales.
apparaissent aujourd’hui souvent comme défensifs) pour insister 2. L’appel à la grève du syndicat SUD dans la Fonction publique
ensuite sur le fait que les conflits impulsent des changements porte sur la défense des salaires mais aussi des conditions de
majeurs au sein de la société. travail dans la Fonction publique, montrant la détermination à

97
garantir l’étendu des services publics et les conditions de travail 3. La lutte des classes est, pour Marx, le moteur de l’histoire ;
des fonctionnaires dans un contexte de recherche d’économies c’est elle qui implique le passage d’un mode de production à un
budgétaires. autre. Les conflits sociaux sont donc à la base du changement
3. Il parait aujourd’hui difficile de modifier les conditions de social.
travail des salariés de la Fonction publique, dans la mesure où
Doc. 3 • Mobilisations sociales pour changer la société
une génération a renoncé à de hauts salaires pour justement
bénéficier de conditions de travail particulières : les personnes 1. Si, en 1990, 30 % des jeunes de 18 à 29 ans interrogés dans
qui ont fait ce choix ne peuvent donc que chercher à défendre le cadre de l’étude menée par l’INJEP répondaient favorablement
à la possibilité de participer à une manifestation, ils étaient
ces conditions de travail et d’emploi.
48 % à le faire en 2008, soit une augmentation de 18 points.
Exercice : Caractériser et illustrer une notion 2. En 2008, une proportion plus importante des jeunes interro-
1. Depuis 2008, à Roybon dans la Drôme, un projet touristique est gés se dit favorable à des changements radicaux de la société, et
dénoncé par différents collectifs. En 2014, la lutte a pris une autre ils sont aussi, en proportion, plus nombreux à déclarer vouloir
forme avec l’occupation des lieux (ZAD de Roybon). participer à des actions protestataires. Il y a donc une corréla-
2. Les NIMBY sont des conflits défensifs car il s’agit de s’opposer tion entre la progression des souhaits de changements radicaux
à des évolutions jugées néfastes. En revanche, les motivations des de la société et la participation à des actions protestataires.
acteurs ne sont pas forcément guidées que par des intérêts parti- 3. Une corrélation n’est pas une causalité. Deux variables peuvent
culiers et égoïstes. Par exemple, les zadistes de Notre-Dame-des- évoluer dans le même sens ou dans un sens contraire sans qu’il
Landes ne sont pas forcément tous des riverains du futur aéroport. y ait de lien de causalité directe entre ces évolutions. On prend
En s’opposant au projet, ils dénoncent au-delà un mode de vie souvent l’exemple de la taille des pieds et des fautes d’ortho-
trop générateur de gaz à effet de serre et défendent un mode de graphe… Par contre, il semble ici que le souhait exprimé par
vie décarbonné.
une partie importante des jeunes de voir changer radicalement la
société se traduise par une plus grande appétence des jeunes de
Prépa Bac moins de 30 ans pour la participation à des actions protestataires
comme les manifestations, boycotts…
Les opposants au mariage pour tous constituent un exemple
de mouvement social s’opposant au changement social. Ils Exercice : Conflits et changement social
s’opposent à l’égalisation des conditions entre les couples A. Les conflits sociaux B. Le changement social
hétérosexuels et homosexuels. encouragent le changement contribue à modifier
social les conflits sociaux
1 ; 2, 5 3 ; 4 ; 6
Pages 242-243 B. Des conflits sociaux
comme moteur du changement social Doc. 4 • Changement social et nouveau militantisme
Doc. 1 • Des grandes grèves de 1936 1. Pour J. Ion, il n’y a pas d’effondrement du militantisme,
aux premiers congés payés mais une transformation de ce dernier, liée essentiellement à
la progression de l’individualisme. Un militantisme distancié,
C’est par le conflit, les grèves, les manifestations… qu’un
efficace se développe, mais également un militantisme de proxi-
grand nombre de droits sociaux en France ont été acquis. Ainsi,
mité (NIMBY). Les individus se mobilisent pour des causes qui
les réformes du Front populaire (congés payés, etc.) ont été
reflètent la pluralité de leurs sentiments d’appartenance, au-delà
accompagnées de grandes grèves pour « faire pression » sur
de la classe sociale.
les employeurs pour lesquels les avancées sociales proposées
n’étaient pas envisageables. 2. Il s’agit du développement de l’individualisme au sens socio-
logique, c’est-à-dire une émancipation croissante de l’individu,
Doc. 2 • Lutte des classes et changement social une autonomisation par rapport aux tutelles traditionnelles
1. Selon Marx, une classe sociale est un groupement d’indivi- (clan, famille…).
dus occupant la même place dans le mode de production. Cette 3. Le développement d’une société des loisirs participe à la
place est définie essentiellement par la possession ou la non- modification de l’engagement : l’engagement associatif se déve-
possession des moyens de production. Il y a donc d’un côté la loppe, mais c’est aussi un engagement moins contraignant. Les
bourgeoisie qui dispose des moyens de production et, de l’autre, nouveaux militants veulent davantage concilier engagement et
les prolétaires qui vendent leur force de travail. Placés dans les vie privée, et font même parfois de leur vie privée le ferment
mêmes conditions matérielles d’existence, les membres d’une de leur engagement (association de lutte contre le sida par
classe développent une conscience de classe qui débouche sur exemple).
la lutte des classes
2. Avec le développement de l’industrie, les petits propriétaires Prépa Bac
ne peuvent faire face à la concurrence des plus grandes indus-
tries et rejoignent les prolétaires. La société tend à se bipolari- « Changement social et conflits sociaux : quelles sont les
ser. Marx distingue les classes en soi, celles qui existent de fait, relations entre conflits sociaux et changement social ? »
mais sans que ses membres en aient conscience et les classes
pour soi, classes dont les membres ont conscience de former
une classe et sont amenées à lutter contre les autres classes
Page 244 TD 1 • Conflictualité sociale :
(cf. chapitre 6). C’est la conscience de classe qui va pousser la taxis vs Uber
classe ouvrière à s’organiser et à lutter contre la bourgeoisie 1. Les chauffeurs de taxi et la société Uber, ainsi que les per-
pour prendre le pouvoir politique. sonnes qu’elle fait travailler, s’opposent sur l’exercice de leur

98
métier : le transport automobile de personnes. Les pouvoirs Pages 248-249 Réviser
publics participent aussi au conflit dans la mesure où les taxis
sont une profession règlementée, et que la loi Macron vise jus- Exercice 1 • Les conflits sociaux
tement à déréguler et à ouvrir à la concurrence, au moins pour 1. Vrai 2. Vrai 3. Vrai 4. Faux 5. Faux 6. Faux 7. Vrai 8. Faux
partie, les professions réglementées. La loi Thévenoud de 2014 9. Vrai
encadre l’activité des taxis et des voitures de transport avec Exercice 2 • Causes et effets des conflits sociaux
chauffeur.
2. Manifestations, blocages d’axes routiers… Les pouvoirs Causes Effets
publics sont intervenus dans la régulation des conflits en légi-
férant. L’activité des taxis et autres VTC est encadrée par la loi
Thévenoud du 1er octobre 2014. Ainsi, les taxis conservent « le A. Inégalités Acquis sociaux
monopole de la maraude et du droit de stationnement sur la voie
publique en attente d’un client. »
3. Les taxis s’opposent à des évolutions économiques et tech-
nologiques, significatives du changement social, qui permettent
aujourd’hui de concurrencer leur activité. Ils défendent leur
statut, lié au numerus clausus et au paiement d’une licence
pour exercer la profession de taxi. Conflits C. Changement
Synthèse sociaux social
Des évolutions technologiques, en particulier les applications
mobiles, donnent aujourd’hui la possibilité d’une alternative aux
taxis, profession réglementée, pour être transporté en véhicule.
Le changement social est ainsi source de conflit entre les taxis
et la société Uber, laquelle propose d’autres formes de transport
avec chauffeurs en mettant à profit ces nouvelles technolo- B. Classes
D. Nouvelles
gies. Au-delà du secteur d’activité du transport avec chauffeur, sociales
normes et valeurs
se joue la question de la réglementation des activités écono- antagonistes
miques, car l’une des versions de l’activité d’Uber, « Uberpop »,
pose la question du statut de salarié puisque les particuliers
affiliés à cette plateforme ne sont pas couverts par un contrat Exercice 3 • Acteurs et objets du conflit social
de travail. Le conflit des taxis peut être perçu comme un conflit a : 2 • b : 4 • c : 5 • d : 8 • e : 1 • f : 3 • g : 6 • h : 7
défensif, car ils cherchent à défendre leur activité, leur statut. Exercice 4 • Un exemple de nouveau mouvement social
Les pouvoirs publics sont intervenus dans ce conflit en légifé-
1. En décembre 1987, M. Barzach, ministre de la Santé, publie
rant en 2014 sur le secteur d’activité concerné.
un arrêté ouvrant l’accès aux études d’infirmiers aux non bache-
liers. Un groupe d’infirmières se réunit et décide d’organiser
Page 245 TD 2 • Les conflits des sociétés une mobilisation propre à la profession indépendante des syn-
post-industrielles dicats généralistes. Des grèves et manifestations sont déci-
dées. Le mouvement rencontre l’assentiment de la population
1. Pistes pour les recherches avec les élèves : et débouche sur un succès : abolition du décret Barzach et
– Climate justice : www.parisclimatejustice.org revalorisation des salaires. Ainsi, les infirmières se mobilisent
– La Marche pour l’égalité et contre le racisme : pour leur reconnaissance mais aussi pour obtenir de meilleurs
www.histoire-immigration.fr/musee/collections/ salaires.
la-marche-pour-l-egalite-et-contre-le-racisme
2. Cette profession étant très féminisée (en 2011, 87 % des
2. Dans La Révolution silencieuse publié en 1977, R. Inglehart infirmiers et sages-femmes sont des femmes), le conflit des
souligne que les mouvements sociaux reflètent les valeurs d’une infirmières est porté par des femmes qui dénoncent aussi les
société. Pour lui, dans les sociétés occidentales, la satisfaction stéréotypes sexistes pesant sur leur métier.
des besoins matériels de l’essentiel de la population permet-
3. Les infirmières s’organisent en coordination. Elles luttent
trait un déplacement du conflit vers des revendications plus
pour défendre leur identité professionnelle : ce sont des carac-
qualitatives. C’est donc pour lui une révolution culturelle qui
téristiques d’un NMS.
est à l’œuvre.
4. Les conflits du travail permettent de modifier les normes et
3. L’amélioration des niveaux de vie moyen dans les sociétés
les valeurs de la société.
occidentales et la satisfaction des besoins primaires ont permis
le déplacement de la conflictualité sociale, dans les années Exercice 5 • Décrire un nouveau mouvement social
1970, vers des combats post-matérialistes fondés sur la défense 1. Pistes pour trouver des informations sur le mouvement :
de valeurs. La Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 – www.anonymous-france.eu
ou la mobilisation contre le changement climatique sont des – Gabriella Coleman, Anonymous : hacker, activiste, faussaire,
exemples de nouveaux mouvements sociaux. mouchard, lanceur d’alerte, Lux éditions, 2016. 
4. Si les objets, les acteurs et les moyens de la conflictualité 2. La réponse à cette question doit être nuancée : certes, le
sociale se renouvellent, il ne faut pas négliger le fait que les mouvement cherche à modifier la société et peut compter sur
conflits liés au travail, à la sphère productive, restent centraux. des militants actifs et sympathisants, mais les contours des
Par ailleurs, il est difficile de distinguer revendications matéria- militants restent flous, comme certaines revendications qui
listes et post-matérialistes (cf. doc. 4 p. 235). peuvent être asses contradictoires.

99
Pages 250-251 Méthode Bac Pages 252-253 Bac blanc
1. Cadre Mots-clés Action
spatio-temporel du sujet à mener
Cadre Mots-clés Action
spatio-temporel du sujet à mener – Il est possible de – Conflits sociaux Quels changements
privilégier le cas – Changement social durables les conflits
Analyser
français. impliquent-ils en
La France depuis les les mutations
Conflits sociaux – Le cadre temporel termes de fonc-
années 1970 des conflits depuis
est assez ouvert : à tionnement de la
les années 1970
définir en fonction société ?
des connaissances → Impacts directs,
• Notions à mobiliser : sociétés post-industrielles, nouveaux
(xxe siècle, ou indirects des conflits
mouvements sociaux, valeurs, identités sociales, mouvement restriction aux der- sur le changement
social nières années) social ; conflits
• Auteurs : A. Touraine, R. Inglehart : Hausse du niveau de vie offensifs et défensifs
→ Déplacement des objets de conflictualité.
Comprendre et collecter
• Faits avérés : développement des mouvements antiracistes, des données
Exploiter les documents
écologistes, féministes…, diversification des objets de conflic-
tualité, nouveaux acteurs des conflits sociaux. Cf. note de lecture – Analyser les objets de
la conflictualité au travail,
2. Comprendre et collecter les thèmes de négociation
Exploiter les documents abordés.
des données DOC. 1
– Analyser les différences
– Taux de syndicalisation : – La baisse du taux de syn- de déclarations entre repré-
part de salariés adhérant à dicalisation peut participer sentants de la direction et
un syndicat. En France, en à un reflux des conflits du représentant du personnel.
2012, 7,7 % des salariés travail, dans la mesure où
adhéraient à un syndicat. les syndicats rendent pos- Grandes lois de l’histoire Relier avancées sociales et
– Dans tous les pays de sibles les conflits par leur du droit du travail mobilisations, grèves pour
DOC. 2
l’OCDE, à des niveaux diffé- capacité de mobilisation obtenir puis défendre ces
DOC. 1 rents, le taux de syndicali- et d’organisation. conquêtes sociales.
sation est en baisse entre – Les conflits risquent
Naissance d’une association Dans les sociétés post-
1999 et 2013, de 10 points aussi d’être plus violents
portant les revendications industrielles, les objets de
en Autriche, d’environ car les syndicats parti-
DOC. 3 des mal-logés DAL mobilisation se déplacent
7 points en Allemagne, cipent à leur régulation.
et de nouveaux acteurs
et d’environ 4 points pour
se mobilisent.
l’ensemble des pays de
l’OCDE. Proposition de traitement du sujet (ébauche d’introduction) :
Il est possible de distin- – Si les salariés sont moins De nombreux conflits, aujourd’hui, semblent avant tout s’oppo-
guer différentes périodes syndiqués, ils suivent ser à des « reformes » présentées comme nécessaires pour amé-
en termes de grèves depuis moins les appels à la grève liorer le fonctionnement de l’économie (mobilisation contre la
l’après-guerre : des syndicats, ils sont aussi
• Phase 1 (1946-1950) : moins étayés pour mettre réforme des professions juridiques règlementées, mobilisation
grèves nombreuses, très en œuvre des conflits sur contre le projet de loi travail, etc.). Pour autant, de nombreux
suivies, parfois violentes. leur lieu de travail. auteurs voient dans ces conflits l’origine du changement social,
• Phase 2 (1951-1962) : – Les syndicats participent c’est-à-dire des transformations durables de la structure ou du
stagnation des JINT, dans à la régulation des conflits
fonctionnement de l’organisation sociale. Dès lors, il convient
une période marquée par dans la mesure où ils ins-
DOC. 2 de s’interroger sur les relations entre conflictualité sociale
les guerres coloniales. taurent des espaces de dia-
• Phase 3 (1964-1977) : logue avec les employeurs et changement social. Si certains conflits, qualifiés parfois
nouvelle phase de et maintiennent le conflit de défensifs, peuvent avoir pour objectif de lutter contre les
conflictualité. dans des formes acceptées changements, il faut souligner que c’est grâce à la mobilisation
• Phase 4 (à partir des par toutes les parties.
d’acteurs défendant des valeurs ou des intérêts et cherchant à
années 1980) : baisse de
la conflictualité dans le modifier le rapport de forces à leur avantage, que de nombreux
secteur privé ; croissance changements sociaux se sont opérés.
des grèves dans le secteur I. La multiplication des conflits défensifs…
public.
A. Des conflits qui s’opposent aux changements
3. Un document évoquant la diversification des conflits : le B. Dans un contexte de remise en cause des droits sociaux et
document 4 p. 233, le document 3 p. 235 et le document 4 de difficultés économiques accroissant les crispations sociales
p. 235 sont envisageables. II. …Ne doit pas masquer le fait que les conflits sociaux
4. Proposition de séquences : sont l’un des moteurs du changement social
I. Une baisse des conflits du travail (doc. 1 et 2) A. Des conquêtes sociales liées aux mobilisations sociales
II. Ou plutôt une modification de ces derniers (doc. 2) B. Des changements de normes et de valeurs au sein de la
III. Et la progression d’autres objets de conflictualité dans une société qui amènent à un renouvellement des objets et des
société post-industrielle (doc. 3) acteurs de la conflictualité sociale

100
6. Justice sociale et inégalités
Page 254

Revoir les acquis de Première


Exercice 1
1. Prélèvement de la TVA car c’est une recette et non un revenu Revenus de transfert : revenus de remplacement, prestations
de transfert. familiales, aide au logement, minima sociaux.
2. Intérêts payés sur la dette : c’est une dépense et non un pré- Exercice 2
lèvement obligatoire. A. Affectent les revenus avant redistribution : 2, 5
3. Cotisations sociales : prélèvement. B. Affectent les revenus disponibles : 1, 3, 4, 6
4. Le salaire est un revenu primaire et non un revenu de transfert.
Exercice 3
Prélèvements obligatoires : cotisations et contributions sociales,
a : 2 • b : 4 • c : 1 • d : 3
prélèvements fiscaux.

Chapi
tre Comment les pouvoirs publics

10 peuvent-ils contribuer
à la justice sociale ?
La démarche du chapitre
Les doubles pages du premier dossier visent à questionner les valeurs liées à la notion de justice sociale (question
développée sur la forme d’un débat interdisciplinaire SES / philosophie dans le TD 1), puis à mettre l’accent sur l’existence
de choix politiques (dont un exemple est traité dans le TD 2). Différentes formes d’actions publiques sont ainsi articulées
aux valeurs de la République.
Le second dossier propose une étude détaillée des principaux mécanismes de la redistribution et demande dans quelle mesure
ces mécanismes permettent de réduire les inégalités ou d’aboutir à une protection contre les risques sociaux.
Enfin, le troisième dossier envisage les débats autour de l’action publique en deux temps : comment le système doit-il
assurer une sécurité financière, et donc se transformer, sans remettre en cause ses principes ? La dernière double page
du dossier 3 propose d’envisager plusieurs effets pervers de l’intervention de l’État face aux inégalités, à la discrimination
ou à la protection sociale : effets sur le coût du travail et effets pervers de la discrimination positive ou de certains minimas
sociaux.

Bibliographie et webographie
– « Quel avenir pour la protection sociale ? », Cahiers – PALIER Bruno, « La protection sociale, une diversité des
français, n° 381, 24 juin 2014. modèles » in « Quel avenir pour la protection sociale ? »,
– BOZIO Antoine, GRENET Julien (Dir.), Économie Cahiers français, n° 381, 2014.
des politiques publiques, éditions La Découverte, coll. – PARIENTY Arnaud, « À quoi servent les impôts ?
« Repères », 2010 ; www.editionsladecouverte.fr Y a-t-il trop d’impôts ? », Hors-série n° 103, Alternatives
– CHARMETTANT Hervé, SÉBASTIEN George, VALLET économiques, décembre 2014.
Guillaume, ROCCA Michel, Comprendre l’économie. – Dessine-moi l’économie avec plusieurs vidéos pertinentes
Questions économiques contemporaines, De Boeck, 2012. pour le chapitre (le fonctionnement de la protection sociale,
Avec, notamment, la sixième question à décrypter le calcul de l’impôt sur le revenu) :
(p. 145-154). http://dessinemoileco.com
– KEMPF Hubert, « L’État comme acteur économique » in – Une vidéo interactive de mai 2016, sur le site du Monde,
« La Place de l’État aujourd’hui », Cahiers français, n° 379, traite du thème « Comment fonctionnent les impôts ? » :
2014. www.lemonde.fr
– LAURENT Éloi, Le bel avenir de l’État-providence, Les – Une émission interactive sur le site d’Arte : « Les impôts :
liens qui libèrent, 2014. le prix de la démocratie ? », Déchiffrages, n° 3,
– MICHAUD Yves, conférence « Qu’est-ce que le mérite ? », http://dechiffrage.arte.tv
Université de tous les savoirs au lycée, octobre 2009.

101
Pages 256-257 Ouverture de chapitre – Un partage égalitaire du point de vue des sommes distri-
buées : chaque élève recevrait une somme identique. Il pour-
Pour commencer rait être vécu comme injuste que certains reçoivent plus que
Ce dessin met en avant différentes utilisations du terme « loi » d’autres.
(ou « règles ») : action réglementaire de l’État ou autres formes D’autres formes de partage peuvent bien sûr émerger, y compris
de régulation des rapports sociaux ou politiques. certaines propositions plus délicates à justifier. Par exemple :
Il oppose des lois, qui peuvent contraindre et sont parfois dif- Un partage qui avantage les élèves sur le mode du mérite : les
ficiles à appliquer mais qui, en même temps, apportent des élèves ayant le mieux travaillé à l’école recevraient davantage,
protections ou visent à redistribuer les richesses, à d’autres de manière à les récompenser de leurs efforts.
réalités également appelées « lois ». Ces dernières sont simples – Un partage qui donne davantage à celui qui peut imposer
en apparence, mais elles peuvent être socialement, ou humai- son pouvoir : parce qu’il a eu l’idée du voyage, parce qu’il est
nement, dures. délégué et que sans lui, rien ne se ferait, etc.
L’essentiel est d’inciter les élèves à expliquer pourquoi ils
Activité vidéo défendent tel ou tel partage. La justification permettra de déter-
1. La République ne propose pas d’identifier les individus en miner ce qui, pour les élèves, relève du principe du juste ou de
fonction de leur origine ethnique ou de leur couleur de peau. l’injuste. Tout est histoire de valeurs.
Les statistiques dites « ethniques » ne sont donc pas autorisées
car la République est une et indivisible. L’idéal est celui de Doc. 2 • Plusieurs conceptions de l’égalité
l’égalité républicaine : les individus sont égaux en droits. 1. La tension dont parle l’auteur s’applique entre l’égalité
2. Les non diplômés sont comptabilisés par des statistiques comme valeur de la République (le principe), et les inégali-
de l’Insee. Ce n’est pas le cas des personnes de couleur noire tés présentes dans notre société. Exemples possibles : principe
ou catholiques. En France, il n’est pas autorisé de classer les d’une égalité des salaires entre hommes et femmes mais exis-
individus selon leur couleur de peau, leur origine ethnique ou tence d’une inégalité de fait (cf. doc. 4A), non-discrimination
leur confession. des individus selon la religion, la couleur de peau..., mais exis-
3. Par exemple, les discriminations dans l’emploi, pour entrer tence de discrimination à l’embauche, d’inégalité de traitement
dans une boîte de nuit, etc. dans la rue lors des contrôles de police, etc.
4. Avoir des statistiques ethniques permettrait de lutter contre 2. La première conception propose de réduire les inégalités en
les discriminations liées à la couleur de peau. Il serait possible général. La société doit veiller à plus d’égalité des positions
de reconnaître officiellement qu’une différence de peau peut aux niveaux économique, politique, symbolique. Il s’agit donc
être à l’origine d’un préjudice. de réduire les écarts de positions entre les individus dans la
structure sociale. La seconde conception se préoccupe moins
de cet écart de positions mais cible l’amélioration des chances
DOSSIER 1 individuelles de chacun dans la conquête de ces places. L’idéal
d’égalité des chances peut s’accommoder d’une inégalité des
LES FONDEMENTS DES POLITIQUES positions pour autant que le mérite de chacun puisse s’exprimer,
DE LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS et donc que l’origine sociale ou culturelle ne soit pas systéma-
tiquement défavorable.

Pages 258-259 A. Qu’est ce qui est juste ? Doc. 3 • Une école inégale
1. Ce document pose la question de l’égalité à l’école. Certes,
Cette problématique, « Qu’est-ce qui est juste ? », permet d’étu-
les enfants en France vont tous à l’école, mais tous les établis-
dier un concept normatif, ou relatif à une norme, comme la
sements ne se ressemblent pas. Il pose aussi la question de
justice sociale, car celle-ci s’envisage par rapport à diverses
l’égalité des chances : comment accepter que ces jeunes, issus
valeurs. L’entrée dans le dossier propose ainsi aux élèves de
de milieux plus défavorisés, se retrouvent majoritairement dans
s’interroger sur la manière de partager une somme entre les
certaines filières scolaires, ici professionnelles ?
membres d’un groupe. Le document 2 permet d’aborder deux
La discrimination n’est pas toujours facile à identifier. Ici, on
conceptions de l’égalité. Les documents 3 et 4 proposent quant
peut se poser la question de la manière suivante : Est-ce vrai-
à eux des exemples d’inégalités afin que les élèves mobilisent
ment la couleur de peau qui guide la destinée scolaire de ces
ces concepts dans une réflexion plus sociétale.
jeunes ? On peut se demander si les stéréotypes sociaux ne
Doc. 1 • Qu’est-ce qu’un partage juste ? jouent pas en défaveur de ces jeunes. La société (les ensei-
On peut penser à diverses manières de partager : gnants, les parents, les pairs) les imagine peut-être plus
– Un partage lié à l’investissement de chacun dans la collecte facilement dans certaines filières professionnelles de service
de cette somme et une distribution de la somme en fonction (pressing, accueil), secteurs professionnels peu qualifié dans
de cet investissement (en temps, en apport de matériel etc.). lesquels les personnes noires sont plus souvent vues. Un autre
Il peut être vécu comme injuste que certains donnent de leur paramètre éclaire ici les processus d’orientation, et pas seule-
temps et soient rétribués de la même manière que ceux qui ne ment les résultats scolaires et le projet des élèves.
s’investissent pas dans la recherche d’argent. 3. La société valorise la réussite scolaire dans certaines filières
– Un partage lié au revenu des parents, c’est-à-dire en par- et l’obtention de qualifications élevées. Des sections « Accueil »
tageant la somme en avantageant les élèves dont les parents et « Sanitaire et social » sont des filières professionnelles qui
disposent de plus petits revenus. Il est par exemple possible de mènent à des diplômes, mais en même temps, ces qualifications
tenir compte du quotient familial. Ainsi, il pourrait être vécu donnent accès à des emplois faiblement qualifiés et donc sou-
comme injuste que certains élèves soient privés de voyage à vent peu payés. Les chances de réussite de ces jeunes existent
cause d’un manque de revenu des parents. mais leur orientation les cantonne à certaines filières. On pour-

102
rait observer que les groupes sociaux qualifiés et favorisés sont Autres hypothèses :
peu nombreux à mettre leurs enfants dans ce type d’établisse- – Moindre qualification (mais la tendance n’est plus exacte pour
ments professionnels. les générations les plus jeunes).
– Discrimination de la part de l’employeur (stéréotypes sociaux
Exercice : Quelle justice sociale ? sur la compétence, la disponibilité supposée d’une postulante).
1. – Égalité des droits : c. Bien sûr, l’implication des femmes dans la vie familiale est un
1965 : il s’agit bien ici de s’assurer que hommes et femmes ont les fait, de même que la possibilité d’une maternité, mais lorsque
mêmes droits dans la gestion de leur revenu. cette image est associée à toute femme au motif qu’elle est une
– Égalité des positions : a., b. femme, il s’agit d’une discrimination. Par contre, les discrimi-
• L’impôt sur le revenu permet de prélever des sommes sur celles
nations restent difficiles à prouver.
gagnées par les individus. Progressif, il touche davantage les per-
– Autocensure de la part des femmes, qui ne candidatent pas ou
sonnes ayant un revenu plus élevé. Les individus les moins aisés
sont assujettis à un taux de 0 %. avec retard par rapport aux collègues masculins.
• Le Smig permet d’éviter que certains salariés aient un salaire
trop bas. Il vise donc un relatif resserrement des revenus dans
l’échelle des salaires. Prépa Bac
– Égalité des chances : e., d. Principes ou valeurs qui peuvent constituer une référence
• Les bourses sur critères sociaux sont le principe même d’une allo- pour juger de ce qui est juste (certains se recoupent)  ;
cation versée pour les étudiants dont les revenus familiaux restent chaque principe devra être explicité et illustré :
faibles. Elles visent la poursuite d’études par certains jeunes.
– Égalité des droits 
• La loi sur la parité permet aux femmes de briguer plus facilement
– Égalité des chances et rôle du mérite. Ce principe peut
des positions politiques.
nécessiter un correctif vis-à-vis d’inégalités avérées
2. a. Il est possible d’affirmer que les individus sont égaux en
– Égalité des situations ou des positions
droits tout en constatant que de nombreuses inégalités existent.
Par conséquent, une égalité des droits n’est pas incompatible avec
une volonté de diminuer ou d’abolir dans les faits les écarts entre
les plus riches et les plus pauvres. Pages 260-261 B. Traiter également ou
b. L’égalité des chances peut consister à proposer une compétition inégalement : des choix politiques
la plus juste possible vis-à-vis de la réussite scolaire, l’accès à Ce dossier met l’accent sur l’existence de choix politiques dans
l’emploi, les salaires. Mais l’existence même de la compétition peut
une problématique comme celle de la justice sociale : diffé-
aboutir à des inégalités entre ceux qui vont réussir et les autres.
rentes formes d’action publique sont ainsi articulées aux valeurs
Si l’égalité des chances était parfaite, les individus du haut de
l’échelle sociale pourraient se retrouver tout en bas et inversement. de la République. Un premier document interroge le rôle de
Rien ne dit que les inégalités en général seront moindres. Un paral- la loi sur la parité face à la sous-représentation des femmes
lèle est pertinent avec le chapitre sur la mobilité sociale. aux mandats politiques. Le document 2 présente le concept de
c. La réponse à propos de cette affirmation ne peut être que l’ex- discrimination positive avant d’être confronté à un exemple de
pression d’un point de vue. Nous pouvons personnellement trouver cette discrimination. Un second exemple est proposé avec le
qu’il est plus juste, ou préférable, de lutter pour réduire les écarts TD 2 p. 271 ; ce TD propose d’étudier l’orientation des bacheliers
entre les populations. En fait, tout dépend de notre système de professionnels et les effets attendus de la loi Fioraso en matière
valeurs. Les valeurs sont des idéaux moraux qui vont permettre de d’orientation en BTS. Le document 3 articule, en matière de
se prononcer sur ce qui est juste ou injuste. Ces valeurs comme la logement social, l’outil de la réglementation et celui des pro-
liberté, le mérite, la solidarité, l’égalité des droits ou des échanges
ductions non marchandes. Enfin, l’exercice permet de constater
permettent d’adopter un point de vue normatif sur les situations
qui nous entourent. Sommes-nous plus sensibles au mérite ? À
les effets d’un impôt progressif sur les inégalités.
l’exercice de la liberté ? À l’égalité des places ? Nous le sommes
Doc. 1 • Quelle parité en politique ?
peut-être aux trois, mais quel est celui que nous plaçons en haut
de la hiérarchie ? 1. La situation des femmes dans les parlements nationaux est
très diversifiée en Europe. Les femmes restent minoritaires mais
Doc. 4 • Égalité formelle ou réelle ? approchent de la parité dans les pays du Nord de l’Europe. En
1. On constate des inégalités salariales (doc. 4A) et profession- France, seulement 26 % des députés sont des femmes. D’autres
nelles pour les postes à responsabilité. pays européens ont une représentation politique des femmes
En 2010, les femmes gagnaient 28 % de moins que les hommes encore plus inégalitaire. Par contre, l’évolution est présente. Le
en France. Par ailleurs, en 2013, si elles représentent 61 % des graphique montre une envolée, qu’il faudrait relativiser mais,
salariés de la Fonction publique, elles occupent une proportion depuis le début de la Ve République, il montre une présence de
largement réduite des postes à responsabilité : 19 % des postes plus en plus forte des femmes à l’Assemblée nationale en France.
de la haute Fonction publique et 57 % des postes de direction 2. Sur le graphique, la différence entre la situation avant la loi
d’établissement. et après la loi est nette. La part des femmes passe de 10 à 27 %
2. On peut l’expliquer par le nombre d’heures travaillées dans (aujourd’hui) des députés en France. Néanmoins, l’évolution
l’année (impact des temps partiels, faiblesse des heures supplé- avait commencé à se faire sentir auparavant. La médiatisation
mentaires), et le salaire horaire plus bas. D’autres explications du phénomène, sa mise à l’agenda, ont pu avoir un impact sur
existent mais ne sont pas évoquées dans ce document : la pré- les comportements des partis et des électeurs.
sence des femmes dans des secteurs où les emplois sont moins 3. On introduit des quotas pour viser à plus d’égalité entre les
qualifiés, dans des entreprises plus petites également. hommes et les femmes. Mais en même temps, on pose juste-
3. Il n’est pas possible de dire que ces secteurs sont peu fémi- ment comme principe que les femmes ne sont pas égales aux
nisés (hypothèse écartée au regard de leur présence en général hommes puisqu’elles disposent d’un traitement préférentiel au
forte à des niveaux hiérarchiques plus bas). motif qu’elles sont des femmes.

103
4. Une grande présence des hommes à l’Assemblée, situation qui, Rapport après impôt :
en elle-même, ne donne pas le signal que les femmes peuvent 10,8
Revenu
occuper des fonctions politiques. Par ailleurs, les représentants 9 600 € 103 210 €  Après impôt, l’individu
après impôt
masculins peuvent ne pas valoriser ou prendre des décisions en A gagne 10,8 fois plus
que l’individu B.
faveur des femmes. On peut aussi évoquer une présence moindre
dans les partis, des emplois du temps familiaux plus chargés…
Individu Individu
Rapport
Doc. 2 • La discrimination positive C A
est d’abord une discrimination Rapport avant impôt : 2,0
1. À la répartition d’une ressource entre deux individus, l’un Revenu  Avant impôt, l’individu
75 000 € 152 000 €
avant impôt A gagne 2 fois plus que
peut en obtenir plus que l’autre. Mais le choix (ou l’éviction) de l’individu C.
l’un des deux individus ne se fait pas sur un critère dit « légi-
time », c’est-à-dire juridiquement protégé comme, par exemple, Rapport après impôt : 1,8
Revenu  Après impôt, l’individu
la compétence ou l’ancienneté. On se trouve alors dans une 57 782 € 103 210 €
après impôt A gagne 1,8 fois plus que
situation de discrimination. l’individu C.
2. Pour réussir le concours, il faut être capable de montrer son
niveau académique et certaines qualités comme l’aisance à 4. L’impôt progressif a entraîné une réduction des écarts de revenus
entre les deux individus considérés. Cela est dû au fait que le taux
l’oral, la qualité de la langue…
d’imposition progresse lorsque le revenu augmente. On a donc traité
Critères légitimes  : niveau scolaire, maîtrise d’une culture
différemment les individus qui disposaient de davantage de revenus.
générale, niveau de langue étrangère, etc.
Critères prohibés : sexe, couleur de peau, lieu d’habitation, Doc. 3 • L’action de l’État pour le logement social
handicap, milieu social, confession, etc.
1. L’action des pouvoirs publics passe par la loi (loi SRU) et
3. Le critère prohibé est ici clairement celui utilisé : le fait d’être par la production de services non marchands avec des inves-
scolarisé dans un lycée ZEP, donc reconnu comme concentrant tissements publics, ici le logement social et le logement
des populations issues de milieu défavorisé. Le critère légitime, intermédiaire.
le niveau, n’est pourtant pas laissé de côté : lors d’entretiens
2. Intervention sur les personnes : certaines populations n’ont
sélectifs, ces élèves sont auditionnés par des jurys.
pas le droit de demander un logement social car leurs revenus
Un concours est par définition un classement. Seuls les meil-
excèdent le plafond des revenus pour y avoir droit.
leurs étudiants sont retenus. Cet institut étant prestigieux, des
Intervention sur les territoires  : toutes les communes ne
élèves de tous les milieux se présentent au concours. Les élèves
doivent pas respecter une obligation en matière de logement
de ZEP se retrouvent donc en compétition avec des élèves issus
social, mais au-dessus d’une certaine taille et si elles ont un
de milieux favorisés qui manient très bien la langue, ont une
caractère urbain, la règle est la même pour toutes : 20 à 25 %
culture générale importante. Par ailleurs, ces derniers sont sou-
des constructions nouvelles doivent être du logement social.
vent très bien préparés : cours particuliers, accès à des prépa-
Communes concernées par la loi SRU : toutes les communes
rations privées. Les autres élèves n’ont donc que bien peu de
excédant 3 500 habitants dans des grosses agglomérations (plus
chance d’être choisis. Ouvrir une voie de sélection parallèle est
de 50 000 habitants). Les communes de la région parisienne
une occasion pour cet institut de faire entrer dans l’école des
sont concernées à partir de 1 500 habitants.
élèves issus d’autres milieux sociaux, d’autres origines cultu-
Conclusion : les personnes et les communes ne sont pas traitées
relles que les élèves y entrant traditionnellement.
également en droits ; certaines personnes seulement ont droit
aux HLM (en fonction des revenus), certaines communes seule-
Exercice : Effet d’un impôt progressif (barème impôt 2015)
ment doivent appliquer la règle (en fonction de leur taille). En
1. 9 600 euros annuels engendrent un IR de 0 € (personne non
revanche, pour les personnes ou les communes relevant d’une
imposable). 75 000 euros annuels engendrent un IR de :
même catégorie, la règle s’applique à l’identique.
0 + 2 390 + 13 497 + 1 331 = 17 218 euros.
Ce traitement des personnes met en avant une priorité accordée
2. Individu Individu
Rapport à des ménages en difficultés financières qui ne pourraient pas
B C se loger dans le privé. Néanmoins, pour certaines personnes, la
Rapport avant impôt : priorité accordée à plus pauvres qu’eux pose aussi des problèmes
75 000 / 9 600 = 7,8 d’accès au logement.
Revenu
9 600 € 75 000 €  Avant impôt, l’individu
avant impôt
C gagne 7,8 fois plus que
l’individu B. Prépa Bac
Rapport après impôt : 6,0 Illustrations possibles :
Revenu  Après impôt, l’individu a. La progressivité de l’impôt sur le revenu ou sur le patri-
9 600 € 57 782 €
après impôt C gagne 6 fois plus que
l’individu B.
moine. On peut expliquer la progressivité qui vise à appliquer
des taux différents aux ménages en fonction de leurs revenus
3. Individu Individu ou de leur patrimoine.
Rapport b. Il est question ici de la discrimination positive. Toute
B A
situation d’inégalité (économique ou sociale) peut être
Rapport avant impôt : l’occasion d’un traitement inégal. Pour la loi sur la parité
15,8
Revenu (2000), on peut par exemple expliciter en quoi elle répond
9 600 € 152 000 €  Avant impôt, l’individu
avant impôt à une inégalité structurelle. On peut aussi citer le concours
A gagne 15,8 fois plus
que l’individu B. d’entrée spécifique à Science Po sur les conventions ZEP, etc.

104
• Rapports interquantiles :
DOSSIER 2 – Avant redistribution : 7,6
REDISTRIBUTION, PROTECTION SOCIALE – Après prélèvements : 6,4
ET JUSTICE SOCIALE – Après prélèvements et transferts : 4,0
1. En 2014 :
Le dossier 2 propose une étude détaillée des principaux méca- a. Les 20 % de la population la plus pauvre voient leur revenu
nismes de la redistribution, et cherche à savoir dans quelle augmenter de plus de 55 % grâce à la redistribution. L’impact est
mesure ces mécanismes permettent de réduire les inégalités surtout lié au versement des prestations sociales. Les 20 % de la
ou d’aboutir à une protection contre les risques sociaux. Le population la plus riche voient leur revenu disponible baisser de
document 2 présente le rôle de la fiscalité, puis le document 3 19 % par rapport à leur revenu initial. L’impact le plus fort est
analyse plus spécifiquement les effets de la redistribution. lié aux prélèvements obligatoires.
b. Les 40 % de la population juste au-dessus des 20 % les plus
pauvres voient leur revenu disponible à peine augmenter ou
Pages 262-263 A. Redistribution légèrement diminuer. L’impact reste limité.
et réduction des inégalités
c. Il convient d’utiliser ici le rapport interquantile. Dans ce
Doc. 1 • Services collectifs et égalité document, il porte sur des revenus moyens et non sur des seuils.
1. Services collectifs identifiés : un terrain de sport, un collège, La redistribution réduit les inégalités initiales de niveau de vie.
un lycée, une résidence pour personnes âgées (probablement), Ainsi, si le niveau de vie moyen avant redistribution est 7,6
une signalétique des routes. fois plus élevé pour le dernier quintile par rapport au premier
2. Il s’agit, là, d’envisager les représentations des élèves sur quintile, après transferts, il ne l’est plus que 4 fois plus.
cette question. d. L’effet redistributif des prestations est important, notamment
entre les 40 % de la population aux deux extrémités de l’échelle
Doc. 2 • La fiscalité peut-elle être un outil sociale. On l’observe grâce aux montants versés aux plus pauvres
de justice sociale ? et aux plus aisés (333 € contre 4 332 €). Il est possible de
1. Ces services sont mis à disposition par l’État et les collecti- voir que, après transferts, le niveau de vie moyen des 20 % de
vités locales, soit gratuitement, soit à un prix non significatif la population la plus aisée était 4 fois supérieur à celui de la
pour le marché afin de permettre l’accès au plus grand nombre. population la plus pauvre. Avant les prestations, en prenant en
L’existence de services produits par l’État tend donc à favoriser compte seulement l’effet des prélèvements, le rapport inter-
la justice sociale. Tous les individus, quel que soit leur niveau quantile est de 6,4.
de revenus, auront accès à ces services. L’égal accès est visé. 2. Ce principe peut être remis en question par ceux qui paient
2. Pour que la fiscalité soit fortement redistributive, il est beaucoup, ceux qui ne sont pas touchés réellement… C’est une
nécessaire que les impôts soient prélevés en grande quantité question de légitimité, de ce qui est juste ou injuste.
sur les revenus les plus élevés, et beaucoup moins sur les autres.
Dans le texte, il est même précisé que les plus pauvres pour- Exercice : Transferts et redistribution
raient se voir appliquer un impôt négatif, c’est à dire en fait 1. c • 2. g • 3. b • 4. f • 5. d • 6. e • 7. a
une prestation. Par conséquent, les plus aisés contribueraient
davantage que les plus pauvres au financement de ces services
ou à d’autres dépenses. Les écarts de revenus entre les catégo- Prépa Bac
ries de la population seraient alors réduits. Proposition d’une architecture de la réponse : dans le cadre
3. Seul l’impôt sur le revenu est redistributif, c’est-à-dire qu’il d’une EC1, ces trois temps sont à étayer avec des informa-
réduit les écarts de revenus entre les ménages. La taxe d’un tions de la double page :
montant fixe pèse plus lourdement sur les ménages les plus  La redistribution peut contribuer à la justice sociale par
pauvres. La TVA semble, au premier abord, ne pas changer les la fiscalité, le versement de prestations et la production de
écarts entre les individus. En fait, comme les plus défavorisés services collectifs.
utilisent une part plus forte de leur revenu pour la consomma-  L’une des composantes de la fiscalité (les impôts progres-
tion, cet impôt pèse plus lourdement pour eux. Elle ne réduit sifs) agit directement sur la réduction des écarts de revenus.
donc aucunement les écarts de revenus dans la population.  Les prélèvements obligatoires permettent de financer des
prestations sociales, dont certaines visent expressément la
Doc. 3 • Les effets de la redistribution
réduction des inégalités. De plus, les prélèvements obliga-
Pour information (résultats de calculs qui pourront être réalisés toires permettent la production de services collectifs acces-
par les élèves pour répondre aux questions) : sibles à tous.
• Effet de la redistribution sur chaque quintile de population
en moyenne :

B. La protection sociale,


population la

population la

Pages 264-265
moins aisée

population

population

population
20 % de la

20 % de la

20 % de la

20 % de la

20 % de la

plus aisée
suivante

suivante

suivante

entre assurance et assistance


En €
Ce dossier propose de parler des grands acteurs de la protection
sociale, en les associant à la dimension de la protection sociale
Variation qu’ils prennent en charge. L’activité du document 1 peut être
du revenu dispo- couplée avec celle du document 3 puisque ce dernier présente
nible par rapport + 55 + 1,6 - 6,2 - 10,6 - 18,8 une information similaire sous une forme chiffrée.
au revenu initial Le document 2 approfondit les deux logiques de protection
(en %)
sociale déjà évoquées dans le document 1 et faisant l’objet d’un

105
exercice. Le document 4, sur les retraites, permet de confron- n’en ont pas (momentanément ou de manière prolongée). La
ter la logique d’assurance à la question de la réduction des solidarité est la création d’interdépendances entre les individus.
inégalités.
Doc. 3 • Sécurité sociale, protection sociale et financement
Doc. 1 • Quels acteurs principaux derrière la protection 1. – 2013 : part des dépenses de santé dans les dépenses de
sociale ? protection sociale : 35 %  ; part des dépenses de vieillesse-
1. a. Faux : les mutuelles et assurances privées financent éga- survie dans les dépenses de protection sociale : 46 %.
lement les dépenses. – 2009 : 35 % pour les dépenses de santé et 46 % pour les
b. Vrai : les caisses de Sécurité sociale (pour les pensions de dépenses de vieillesse-survie.
retraite), les conseils départementaux (pour les allocations ver- Il y a peu de variations du poids de ces dépenses : à elles deux,
sées aux personnes âgées sans ressources), les mutuelles privées ces prestations représentent environ 80 % du total des presta-
(pour les compléments de retraite). tions entre 2009 et 2013 en France. Le plus gros poste est la
c. Faux : les chômeurs bénéficient d’une assurance chômage vieillesse, donc le versement des retraites ; le second poste est
lorsqu’ils ont travaillé sur une période suffisante pour leur ouvrir la maladie.
des droits à l’assurance chômage. En revanche, les prestations sociales en général ont augmenté
2. Les mutuelles et assurances privées sont financées par des de 12 % entre 2009 et 2013, soit une progression de 74,4 mil-
primes d’assurances volontaires  ; les caisses de la Sécurité liards. Cela s’explique par l’augmentation de la population et
sociale, de l’UNEDIC et de l’État le sont par des prélèvements son vieillissement, qui jouent à la fois sur les dépenses de
obligatoires. santé et de pension, mais aussi par les progrès techniques de
la médecine. Le montant total des dépenses a particulièrement
Doc. 2 • Assistance et assurance sociale augmenté mais le poids des deux principaux postes n’a pas par-
1. – La logique d’assurance sociale ticulièrement bougé.
2. La protection sociale est assurée en grande partie par la
Sécurité sociale. En 2013, la Sécurité sociale et l’UNEDIC se
chargeaient de 73,3 % des dépenses de la protection sociale. Les
organismes privés (assurances, mutuelles) assurent 9,3 % des
prestations de sécurité sociale. L’État central et les collectivités
locales assurent 17,4 % des prestations.
Approfondissement possible de la question :
– La logique d’assistance Si la Sécurité sociale assure la majeure partie des dépenses pour
la vieillesse (80 %) et une grande partie pour la maladie (50 %),
elle n’intervient pas dans le domaine de l’exclusion sociale : voir
le schéma ci-dessous.

Doc. 4 • Prestations et inégalités


1. 3 000 €/mois.
2. L’auteur affirme que ces deux logiques peuvent relever de la 2. 21 ans.
solidarité. Pour l’assistance, il s’agit bien d’une solidarité envers 3. Les cadres ont des salaires plus élevés, leur retraite sera
les plus démunis. La collectivité leur permet de ne pas tomber donc plus élevée. Par ailleurs, les cadres peuvent décider de
dans la pauvreté à cause d’une absence de travail, d’une mater- placer davantage d’argent dans des retraites complémentaires,
nité, ou du fait d’avoir des enfants. leur salaire élevé leur permettant de le faire ; cette épargne aura
Concernant la logique d’assurance, il s’agit bien de protéger des conséquences positives sur le niveau de leur retraite. Enfin,
les individus contre l’absence de revenu liée à une situation les cadres vivent en moyenne plus longtemps que les ouvriers.
les empêchant de travailler. Le système montre ici une forme Ils toucheront donc, à la fin de leur période de retraite, une
de solidarité entre les individus qui ont un travail et ceux qui somme augmentée de ces 6 années d’écart avec les ouvriers.

Structure de financement des différents risques sociaux en 2013


En % du financement du risque
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
lle
e
ie

es
e

t
e

e
l

e

ité
en
ai

ss

ill
ag

al
e
rv

ad

qu
ni
av

nn

m
lle

id
m

ci
Su
ôm

er
al

ris
tr

Fa

so
ge
o
ei

va
M

at
si
Ch
du

Vi

Lo

In

s
n
es

de
io
s

of

us
nt

e
pr

bl
de

cl
n

m
ex
ci

tio

se
Ac

et
r

En
se


In

re
uv
Pa

Cotisations sociales Impôts et taxes affectés Autres ressources


Sources : DREES-CPS, base 2010

106
Exercice : « Assurance » ou « assistance » ? Doc. 2 • Une scolarisation précoce
minée par la réduction des dépenses
a. Logique d’assurance b. Logique d’assistance
1. Le faible taux de scolarisation des enfants de 2 ans est une
1. Allocation de retour à l’emploi 2. Minimum vieillesse
4. Allocation de retraite 3. CMU
conséquence cumulée de la hausse des besoins pour la scolari-
8. Revenu de substitution 5. Allocation logement sation des enfants de 3 à 5 ans (liée à la démographie) et d’une
en cas d’accident du travail 6. Allocation parent isolé certaine limitation générale des dépenses.
7. Allocations familiales 2. – La baisse de la scolarisation des enfants de 2 ans permet
(version 2015)
9. Revenu de solidarité active d’éviter d’augmenter les dépenses d’éducation, pour absorber les
effectifs plus élevés des 3-5 ans et pour maintenir la scolarisation
des 2 ans. L’effet est donc bénéfique pour les dépenses publiques
Prépa Bac qui ne progressent pas.
– Les dépenses privées vont au contraire augmenter. Soit les
• Idée n°1 (notions à mobiliser) : Sécurité sociale et protec- parents laissent leur enfant à la crèche, ou chez une gardienne,
tion sociale ; illustrations à l’aide du document 3. et les coûts sont plus élevés qu’à l’école, soit ils souhaitent faire
• Idée n°2 (notions à mobiliser) : protection sociale, prélè- scolariser leur enfant de deux ans et, dans ce cas, ils risquent
vements obligatoires, assurance sociale ; illustrations pos- de devoir le faire dans le privé, ce qui peut engendrer des frais
sibles à l’aide des documents 1, 2 et 3. de scolarité.
3. Toutes les familles ne peuvent pas faire face à des frais de
scolarité dans le privé. Cela peut engendrer des inégalités entre
les enfants qui pourront fréquenter l’école précocement et les
DOSSIER 3
autres. Comme la scolarisation précoce est un facteur de réduc-
UNE ACTION PUBLIQUE EN DÉBAT tion des inégalités d’apprentissage, les enfants des familles
défavorisées risquent d’être doublement pénalisés en termes
d’égalité des chances.
Pages 266-267 A. Une efficacité sous contraintes
Doc. 3 • Crise des protections sociales : quels enjeux
Ce premier sous-dossier envisage le débat autour de l’action
pour la société ?
publique en termes de sécurité financière et de ses prin-
cipes : Comment le système doit-il à la fois assurer une sécu- 1. Le chômage de masse correspond à une frange large de per-
rité financière, et donc se transformer, tout en ne remettant sonnes actives qui ne cotisent pas faute d’emploi. Cette situa-
pas en cause l’idéal de justice sociale ? Un premier document tion affaiblit les ressources des organismes de Sécurité sociale.
permet de constater l’état financier de la Sécurité sociale, et ce La précarisation des relations de travail a une conséquence
depuis 2008. Les documents 2 et 4 présentent, à travers deux similaire : les salariés cotisent plus irrégulièrement pour la pro-
exemples, les tiraillements entre une logique de maîtrise des tection sociale.
dépenses et celle de la réduction des inégalités. Le document 3 2. La dualisation de la société renvoie à une société qui fonc-
permet de prendre du recul sur ces enjeux. tionnerait durablement en deux ensembles relativement décon-
nectés l’un de l’autre, à la fois à cause d’un statut au travail
Doc. 1 • Le « trou de la Sécu » différent (chômeur ou travailleur précaire vs travailleur stable)
1. Le déficit (le « trou ») de la Sécurité sociale est une situation et une protection sociale duale (faible protection sociale, prin-
liée à un excédent des dépenses par rapport aux recettes. cipalement basée sur l’assistance, vs forte protection sociale,
2. Depuis 2008, certains organismes de la Sécurité sociale, encore largement appuyée sur l’assurance).
spécialisés dans la gestion des risques maladie ou vieillesse, 3. Moindre légitimité, remise en question de la solidarité à l’in-
connaissent une situation financière délicate. Globalement, la térieur de la société, développement d’un sentiment de domina-
Sécurité sociale est en déficit. Mais certaines branches sont tion d’une partie de la population sur l’autre… Tout cela renvoie
plus en difficulté que d’autres : la retraite (jusqu’en 2012) et la à la question de la cohésion sociale.
maladie. En revanche, on observe aussi que si juste après 2008
les déficits se sont accrus, après 2010 ils existent toujours mais Doc. 4 • Quel remboursement des soins ?
dans une moindre mesure. Néanmoins, le déficit de l’assurance 1. Les frais réels correspondent à la somme versée par le patient
maladie reste le plus important. En France, le déficit prévu pour à son médecin à la fin de la consultation chez le médecin. Une
cette branche est de 7 milliards d’euros. fois les remboursements de la Sécurité sociale et de la mutuelle
3. L’une des solutions pour parvenir à réduire le déficit serait (le cas échéant) réalisés, le patient n’aura réellement déboursé
de réduire les dépenses. Il s’agirait donc de dépenser moins en qu’un euro sur les 23 €. Cet euro correspond à la participation
maintenant le niveau des prélèvements obligatoires. C’est du forfaitaire.
moins ce que semble proposer le personnage de la caricature ; 2. Pour les plus défavorisés, il peut être complexe de débour-
sa tactique reviendrait à faire durer la grève des pharmaciens, ser cette première somme, même si des remboursements sont
donc réduire les achats de médicaments. Dans la mesure où les réalisés par la suite. Par ailleurs, certains ménages n’ont pas
médicaments sont remboursés, moins de pharmaciens pour les de mutuelle ou une mutuelle basique, ce qui peut laisser une
délivrer aboutirait à réduire la facture de l’État. somme plus importante à la charge des patients. Enfin, un euro
Cette solution est évidemment risible. Les effets ne seraient ne pèse pas le même poids pour un bénéficiaire du RSA que pour
pas visibles à long terme, la santé des patients s’en ressentirait un cadre au salaire plus élevé.
et les causes réelles de la progression des dépenses sont plus
profondes : vieillissement de la population, niveau de vie élevé
et innovations dans le domaine médical.

107
Exercice occupés) et baisse du versement de prestations pour les per-
sonnes au chômage  Amélioration des comptes de la pro-
tection sociale malgré le coût de la mesure (des cotisations
sociales n’ont pas été versées à cause des exonérations).
b. Le coût de la mesure (des cotisations sociales n’ont pas été
versées à cause des exonérations) risque de ne pas être com-
pensé par les créations d’emploi. Les rentrées de cotisations
sociales seront faibles, il y aura donc un risque de la hausse des
déficits publics.
3. En exonérant les entreprises du paiement des cotisations
patronales, l’action des pouvoirs publics pourrait permettre de
baisser le coût du travail. En effet, le coût du travail ne cor-
respond pas seulement au salaire versé, mais bien à l’ensemble
des dépenses réalisées pour un salarié. Un prix de travail moins
élevé pourrait alors modifier le comportement des employeurs
qui seraient ainsi incités à augmenter leur demande de travail ;
on parle d’effet signal du prix.
4. Il n’est pas toujours possible de savoir comment les entre-
Prépa Bac prises vont utiliser cette baisse du coût du travail. Certaines
Mécanisme 1 pourraient plutôt augmenter les salaires, d’autres restaurer
Hausse du déficit de l’État  Endettement  Montée d’une les marges. Cela dépend aussi de la situation des entreprises :
dépense liée à l’endettement (charge de la dette)  Tendance marges dégradées, sureffectif, faible compétitivité et problèmes
à limiter les autres dépenses publiques  Réduction du champ de débouchés.
de la production non marchande  Moindre accès à l’école
(ex. : scolarisation des 2 ans)  Certaines familles peuvent Doc. 2 • Les limites de la discrimination positive en France
financer des frais de scolarité dans le privé, pas d’autres 1. Dans le domaine de l’emploi, il faudrait accorder les disposi-
 Inégalités d’accès à l’école à deux ans selon les milieux tifs les plus efficaces pour permettre à ceux qui en sont le plus
sociaux  Renforcement des inégalités scolaires. éloignés de retrouver un emploi. Les chômeurs non qualifiés
Mécanisme 2 devraient donc être prioritaires. Mais, en même temps, en étant
Hausse du déficit de la Sécurité sociale  Réforme du sys- très éloignés de l’emploi, ces populations risquent de ne pas
tème de remboursement (ex. : la participation à hauteur d’un réussir à rester en poste et pourraient « gâcher » les opportuni-
euro, ou la montée du rôle des mutuelles)  Moindre rem- tés qui se présentent. D’où la tentation de privilégier ceux qui
boursement possible de certaines dépenses des malades  ont une chance de se maintenir en emploi.
Peut obliger certains malades à renoncer aux soins (selon 2. Si on évite aux plus défavorisés de décrocher, l’intention n’est
la possibilité ou non d’avoir accès à une mutuelle)  pas forcément de réduire les écarts entre les populations.
Renforcement des inégalités.
Un troisième mécanisme est envisageable : Doc. 3 • RSA et désincitation au travail :
Faible rentrée de cotisations sociales pour certaines popu- des effets complexes
lations  Augmentation des populations non couvertes par 1. Une personne seule en 2015 peut obtenir 524 euros de
l’assurance  Hausse de la pauvreté pour ces populations. RSA-socle en France. Ici, il s’agit de sélectionner le cas d’une
personne seule qui ne tire aucune ressource d’une activité pro-
fessionnelle. Remarque : le RSA-socle est un minimum garanti
Pages 268-269 B. Action publique permettant d’assurer un revenu – certes faible – à une personne
et effets pervers au sein d’un ménage. Son montant varie en fonction des autres
Ce second sous-dossier propose d’envisager plusieurs effets revenus dont dispose le ménage. À partir du moment où un indi-
pervers de l’intervention de l’État face aux inégalités et à la vidu trouve une activité, les revenus ainsi obtenus vont soit cor-
discrimination ou pour la protection sociale : effets sur le coût respondre au montant perçu pour le RSA-socle, et donc l’individu
du travail (doc. 1), effets pervers de la discrimination positive ne percevra plus ce montant, soit rester très modestes, auquel
(doc. 2) ou de certains minimas sociaux (exemple du RSA avec cas l’individu pourra cumuler le salaire et le RSA-socle. Mais,
le dossier documentaire 3). La démarche sera néanmoins de pour inciter les demandeurs d’emploi à la reprise d’activité, que
garder un regard distancié sur la difficulté de la mesure et sur cette activité soit très modeste ou plus importante, les individus
ses effets, difficiles à généraliser à toutes les catégories de la ont droit à un supplément de ressources : le RSA-activité. Il est
population concernée… ainsi possible de cumuler activité et prestation sociale.
2. Une personne seule active à ¾ temps perçoit 855 euros de
Doc. 1 • Impact d’une réduction des cotisations sociales
salaire et 109 euros de RSA, soit 964 euros au total.
patronales sur l’emploi
Si elle passe à plein temps, elle percevra 1 140 euros de son
1. Les cotisations sociales patronales renchérissent le coût du seul travail. Ce quart-temps de travail supplémentaire lui fait
travail. Le coût du travail étant l’une des dépenses de l’em- gagner 176 euros de plus, mais elle perd son RSA et son statut
ployeur pour produire, des cotisations sociales patronales trop de bénéficiaire. Si elle doit réaliser des dépenses supplémen-
élevées pourraient désinciter les employeurs à embaucher. taires pour aller travailler (déplacement), il est possible que ce
2. a. Nouvelles embauches, donc possible baisse du chômage  supplément d’activité n’apporte pas de revenu suffisant pour
Hausse du versement de cotisations sociales (nouveaux actifs que cela vaille finalement le coup. La perte du statut de bénéfi-

108
ciaire risque également de lui faire perdre certaines aides pour
Prépa Bac
la mutuelle ou le transport. Par exemple, à Paris, un bénéficiaire
peut perdre la CMU, le transport gratuit et l’allocation logement Affirmations possibles :
complémentaire.  Si le coût du travail peut désinciter à l’embauche, il n’aide
pas de lutter contre le chômage, et donc à réduire les iné-
3. Le semi-échec du RSA est analysé de la manière suivante :
galités.
les promoteurs du RSA ont fait l’hypothèse d’un fort chômage