Vous êtes sur la page 1sur 25

Projet de pont

04/02/2013 Dimensionnement
d’un pont à poutre

Encadré par

M. OUTLIOUA

Réalisé par

BENDADA ABDERRAHIM
DALLAHI ABDELHADI
SOMMAIRE

Etude des poutres principales

A) Inventaire des charges :

 Charges permanentes :
 Charges routières selon le fascicule 61 titre II

B) Etude transversale du tablier : méthode de Guyon Massonnet

 Algorithme résumant la méthode

C) Détermination des sollicitations moyennes dans les poutres principales

 Sollicitations moyennes dues aux charges permanentes


 Sollicitations dues aux charges routières
 Sollicitations maximales dans les poutres

P. 1
I. LA CONCEPTION TRANSVERSALE DU TABLIER DU PONT :

II. SOLLICITATION SUR LA POUTRE


A. INVENTAIRE DES CHARGES :

CHARGES PERMANENTES :
 Données du calcul :

 Poids des éléments porteurs :

Tableau 7: Poids des éléments porteurs d'une travée


P. 2
 Poids des éléments de la superstructure :

 Récapitulation :

Tableau 9 : Poids total d'une travée

CHARGES ROUTIERES SELON LE FASCICULE 61 TITRE II :

 Données préliminaires :

Les systèmes de charges réglementaires :

1. SYSTEME A[L] :

P. 3
Caractéristiques du système A(l)

2. Système Bc :

3. Système Br :

P. 4
4. Système Bt :

5. SYSTEME 𝑀𝑐120 :

P. 5
SURCHARGES SUR TROTTOIR SURCHARGES SUR TROTTOIR :

P. 6
B. ETUDE TRANSVERSALE DU TABLIER : METHODE DE GUYON
MASSONNET
ALGORITHME RESUMANT LA METHODE :

Le recours à la méthode de Guyon Massonnet est justifié par la souplesse du tablier en raison d’absence des
entretoises intermédiaires.

Modèle de Guyon Comparaison du modèle au réel


Espacement réel entre poutres : b0 = 2,5m.
Espacement des poutres modélisées : b1 = 2,5m.
⟶Les deux valeurs se trouvent égales vu la symétrie
du tablier.
⟶Ainsi le nombre de poutres du modèle et du tablier
coïncident : 4 poutres principales fictives.
Les rigidités flexionnelle et tortionnaire des poutres
fictives et réelles sont supposées égales bien que la
distribution transversale des réseaux est différente.
⟶C’est une hypothèse pratique grossière mais qui
disparait dans une hypothèse encore plus grossière
de Guyon : répartir les rigidités concentrées
Modèle de Guyon pour une travée uniformément sur l’espace et les supposées partout
égales aux valeurs moyennes. C’est grâce à la symétrie
de l’hourdis qui charge chaque poutre de rive ;
débordement égale à la moitié de l’espacement,
qu’on rejoint fidèlement l’hypothèse de Guyon.
L’hourdis réel travaille à la place des entretoises
fictives intermédiaires.
⟶Ceci confirme l’hypothèse de souplesse de notre
tablier.
Tableau 1: comparaison du modèle de Guyon au réel

Aboutir au modèle de Guyon ; calcul des rigidités :

Les rigidités sont données par leurs définitions :

P. 7
Calculer les paramètres fondamentaux : α et θ :

D’après Guyon et Massonnet le comportement du tablier est complètement défini par deux paramètres :

P. 8
Tableau 2: Définition des paramètres de torsion et d'entretoisement

Interpoler entre les tableaux de Massonnet :

Ces tableaux donnent pour des tabliers types ; (θ; α) donnés, les coefficients d’influence des charges sur les
poutres. Ainsi, en vue de caractériser notre tablier de la même manière Massonnet nous propose une
interpolation particulière :

0,768−0,80
 Interpolation linéaire sur θ : 𝐾(𝜃=0,768) = 𝐾(𝜃=0,80) + × [𝐾(𝜃=0,80) − 𝐾(𝜃=0,75)
0,80−0,75

-Entre les tabliers (θ = 0,80, α = 1) et ( θ = 0,75,α = 1) ⇒⟹⟹( θ = 0,768,α = 1).


-Entre les tabliers (θ = 0,80, α = 0) et ( θ = 0,75, α = 0) ⇒⟹⟹( θ = 0,768, α = 0).

• Interpolation de Massonnet sur α : 𝐾0,502 = 𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )√0,502

-Entre les tabliers ( θ = 0,768, α = 1) et ( θ = 0,768, α = 0) ; une dernière interpolation qui aboutit à
notre tablier : (θ = 0,768 et α=0,502)

θ = 0,768 α=0,502
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,411 0,692 1,007 1,325 1,497 1,325 1,007 0,692 0,411
b/4 0,165 0,391 0,658 0,983 1,325 1,533 1,407 1,143 0,877
b/2 0,054 0,206 0,396 0,658 1,007 1,407 1,716 1,737 1,657
3b/4 0,014 0,093 0,206 0,391 0,692 1,143 1,737 2,356 2,810
b 0,003 0,014 0,054 0,165 0,411 0,877 1,657 2,810 4,274

Tracer les courbes d’influences pour chaque poutre :

Par symétrie nous traçons seulement les lignes d’influences pour:


3
• Une poutre de rive : 𝑌𝑃𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑖𝑣𝑒 = 3,75𝑚 = 0,75𝑏 = 4 𝑏

1
• Une poutre intermédiaire : 𝑌𝑃𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑚é𝑑𝑖𝑎𝑖𝑟𝑒 = 1,25𝑚 = 0,25𝑏 = 4 𝑏

Les résultats qui nous intéressent se présentent tel que :

θ = 0,768 α=0,502
P. 9
e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
𝑌𝑃𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑚é𝑑𝑖𝑎𝑖𝑟𝑒 0,165 0,391 0,658 0,983 1,325 1,533 1,407 1,143 0,877
𝑌𝑃𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑖𝑣𝑒 0,014 0,093 0,206 0,391 0,692 1,143 1,737 2,356 2,810
Tableau 3: Tableau de Guyon Massonnet pour la poutre de rive et celle intermédiaire

les tracés des coefficients d’influence en fonction des excentricités des charges :

y = -1E-05x6 + 0,0003x5 + 0,0012x4 - 0,0128x3 - 0,0544x2 + 0,2263x + 1,3335


1,8 Poutre
1,6 intermédiaire
1,4

1,2

1 Y
0,8 Poly. (Y)
0,6

0,4

0,2

0
-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 1: Courbe d'influence pour la poutre intermédiaire

3
y = 3E-06x6 - 9E-05x5 - 0,0009x4 + 0,0013x3 + 0,0506x2 + 0,3007x + 0,6909 Poutre de
rive
2,5

1,5

0,5

0
-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 2: Courbe d'influence pour la poutre de rive

Afin d’utiliser les équations des courbes nous avons interpolé les courbes à l’aide d’Excel avec une précision
poussée à l’extrême possible ; des polynômes de 6eme degré :

𝑘𝑟𝑖𝑣𝑒 (𝑒) = 3𝐸 − 06𝑥^6 − 9𝐸 − 05𝑥^5 − 0,0009𝑥^4 + 0,0013𝑥^3 + 0,0506𝑥^2 + 0,3007^𝑥 + 0,6909

𝑘𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟 (𝑒) = −1𝐸 − 05𝑥6 + 0,0003𝑥5 + 0,0012𝑥4 − 0,0128𝑥3 − 0,0544𝑥2 + 0,2263𝑥 + 1,3335

P. 10
Remarque :

Une charge qui coïncide avec le sommet de la courbe aura une influence plus intéressante sur la poutre.

Par ailleurs, les charges routières réglementaires font chacun une combinaison de charge, qui selon sa position
transversale sur le tablier induit un effet différent sur une poutre donnée.

Notre travail dans cette partie consiste à défiler les charges en mouvement transversalement sur le tablier, afin
d’appréhender la position favorisant l’effet maximal sur les poutres et de réagir en conséquence.

NB : Nous convenons de défiler les charges de gauche à droite sur les lignes d’influence.

Tableau 4: Valeurs des coefficients de répartition

P. 11
Pour trouver le cas de chargement le plus défavorable pour chaque système de charges nous avons à calculer leur
effets (moment et effort) une étape qui viendrait plus loin, cependant il est suffisant et nécessaire de comparer les
coefficients de majoration sur une base de charge donnée pour chaque système ; nous choisissons une voie pour
A(l), une file pour Bc, un tandem pour Bt et un trottoir pour les surcharges.

Tableau 5: Comparaison des cas de charge et détermination des cas défavorables

C. DETERMINATION DES SOLLICITATIONS MOYENNES DANS LES


POUTRES PRINCIPALES :
1. SOLLICITATIONS MOYENNES DUES AUX CHARGES PERMANENTES :

P. 12
Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :

Mx Tx
Section ELU ELS ELU ELS
0 0 0 59,535 44,1
0,05 56,55825 41,895 53,5815 39,69
0,1 107,163 79,38 47,628 35,28
0,2 190,512 141,12 35,721 26,46
0,3 250,047 185,22 23,814 17,64
0,4 285,768 211,68 11,907 8,82
0,5 297,675 220,5 0 0
Tableau 6: Valeurs du moment et de l'effort tranchant le long de la poutre

2. SOLLICITATION DUES AUX CHARGES ROUTIERES :


Les charges routières sont des charges dynamiques, et pour calculer leurs sollicitations dans une section donnée
du tablier nous avons recours absolument à l’utilisation des lignes d’influences des différents effets, celles qui
tiennent compte du mouvement des charges.

Pour une poutre simplement appuyée ces linges d’influence se présentent tel dans la figure suivante :

P. 13
Figure 3: Ligne d'influence pour une poutre simplement appuyée

SYSTEME A(L) :
Le cas le plus défavorable deux voies chargées :

P. 14
Figure 4: Lignes d'influence sous charge A(l)

Le tableau des résultats regroupe les effets maximaux dans chaque section lors du passage du système A(l) :

Mx en t.m Tx en t
Section ELU ELS ELU ELS
0 0 0 34.9044531 26.1783398
0.05 33.15956 24.86967 32.3449525 3.0323393
0.1 62.82864 47.12148 29.8375115 2.7972667
0.2 111.69536 83.77152 24.9884237 2.34266472
0.3 146.60016 109.95012 20.3801187 1.91063613
0.4 167.54304 125.65728 16.0431686 1.50404705
0.5 174.524 130.893 12.0192624 1.12680585
Tableau 7: Moments et Efforts tranchant sous A(l)

CHARGE DU TROTTOIR :

P. 15
Tableau 8: Expressions des sollicitations sous charge du trottoir

Résultats du calcul :

Mx Tx
Section ELU ELS ELU ELS
0 0 0 1.6 1
0.05 1.52 0.95 1.444 0.9025
0.1 2.88 1.8 1.296 0.81
0.2 5.12 3.2 1.024 0.64
0.3 6.72 4.2 0.784 0.49
0.4 7.68 4.8 0.576 0.36
0.5 8 5 0.4 0.25
Tableau 9: Sollicitations sous charge du trottoir

CHARGE BC :

P. 16
Figure 5: Ligne d'influence sous la charge Bc

Résultats du calcul :

Section Mx Tx
ELU ELS ELU ELS
0 0 0 51,8132815 38,8599611
0,05 47,8122559 35,8591919 48,612461 36,4593458
0,1 87,6224606 65,7168455 45,4116406 34,0587304
0,2 144,036922 108,027691 39,0099996 29,2574997
0,3 181,24646 135,934845 32,6083586 24,456269
0,4 192,049229 144,036922 26,2067177 19,6550383
0,5 194,049742 145,537306 19,8050767 14,8538075
Tableau 10: Sollicitations sous Bc

Démarche : nous défilons les charges tout en enregistrant les effets maximaux dans une section donnée.

SYSTEME MC120 :

P. 17
Résultats du calcul :

Poutre de rive
Mx t.m Tx t
Section ELU ELS ELU ELS
0L 0,00 0,00 52,99 39,25
0,05L 50,34 37,29 49,87 36,94
0,1L 95,39 70,66 46,74 34,62
0,2L 169,57 125,61 40,49 29,99
0,3L 222,57 164,86 34,23 25,36
0,4L 254,36 188,42 27,98 20,73
0,5L 264,96 196,27 21,73 16,10
Tableau 11: Sollicitations sous Mc120

P. 18
3. SOLLICITATIONS MAXIMALES DANS LES POUTRES :
→ Les combinaisons possibles sont :

M T
ELU ElS ELU ELS
0 0 0 112,948282 83,9599611
0,05 L 105,890506 78,7041919 103,637961 77,0518458
0,1 L 197,665461 146,896846 94,3356406 70,1487304
0,2L 339,668922 252,347691 75,7549996 56,3574997
0,3L 438,01346 325,354845 57,2063586 42,586269
0,4L 485,497229 360,516922 38,6897177 28,8350383
0,5L 499,724742 371,037306 20,2050767 15,1038075

ELU ELS
Mmax 4,997 MN.m 3,71 MN.m
Tmax 1,129 MN.m 0.8395 MN.m

III. ETUDE DES ENTRETOISES

Les entretoises sont situées au droit des appuis, elles encastrent les poutres à la torsion, rigidifient les
extrémités de l’hourdis et permettent le vérinage du pont pour remplacer les appareils d’appui.
Le fonctionnement d’une entretoise d’about se rapproche de celui d’une poutre continue, les charges
prises en compte pour le dimensionnement sont :
- Le poids propre de l’entretoise compté depuis les nus des poutres ;
- Le poids de l’hourdis et de la chaussée se situant à la zone limitée par les goussets, l’extrémité du tablier et
les droites à 45° : voir schéma après ;
- Les charges réglementaires B et M ;
- L’action des vérins lors du soulèvement du tablier.

P. 19
A) CALCUL DES SOLLICITATIONS EN SERVICE:

Pour calculer le moment en travée, on considère que la poutre est isostatique et on applique un coefficient
minorateur de 0,8 au résultat obtenu.

1. POIDS PROPRE DE L’ENTRETOISE :

Tableau 12: Sollicitations dans une entretoise sous sonpoids propre

2. CHARGES DUES A LA SUPERSTRUCTURE :

P. 20
Figure 6: Modélisation d'une entretoisesous les charges permanentes

• La densité surfacique des charges de la superstructure :

Figure 7: Charges équivalentes aux charges permanentes subies par une entretoise

P. 21
Tableau 13: sollicitations dans une entretoise sous les charges d'exploitation

3. SOLLICITATIONS DUES AUX CHARGES ROUTIERES :

LE SYSTEME BC :

Tableau 14: Sollicitations dans une entretoise sous le système Bc

LE SYSTEME BT :

P. 22
Tableau 15: Sollicitations dans une entretoise sous système Bt

SYSTEME MC120 :

La charge de la chenille (110/2=55 t) est répartie sur un rectangle de largeur 1m et de longueur


l= 0,7 + 2,1/2 - 0,25 = 1,5m

P. 23
Tableau 16: Sollicitations dans une entretoise sous système Mc120

Désignation de la charge Mt (t.m) Ma (t.m) Tmax (t)


Charges Poids propre 0.46 -0.37 0.79
permanentes Superstructure 0.72 -0.56 0.79
Charges Bc 11.94 -8.96 14.93
d’exploitation Bt 10.61 -9.26 17.70
Mc120 6.07 -4.49 6.59
Tableau 17: Tableau récapitulatif des sollicitations dans une entretoise

Tableau 18: Sollicitations à l'ELU et à l'ELS dans une entretoise

P. 24