Vous êtes sur la page 1sur 70

1. SECURITE > QU’EST‐CE QUE LA SECURITE ?

 
La sécurité est tout ce qui permet de protéger les personnes et les biens grâce à des processus continus
d’identification des dangers et de gestion du risque.

Elle inclut l’élaboration de procédures opérationnelles normalisées et de pratiques de travail efficaces. Cela
permet de reconnaître et de gérer les conditions qui pourraient mener à un incident ou à un accident.

En raison de la nature complexe de l’environnement de travail côté piste, les aéroports du monde entier mettent
en œuvre un système de gestion de la sécurité (SGS) par le biais de :

 L’identification et le signalement continus des dangers,


 L’évaluation et l’atténuation continues des risques.

RISQUE : Un risque désigne la probabilité qu’un évènement se produise et la gravité de ses conséquences.

DANGER : Un danger désigne toute condition existante ou potentielle qui peut mener à un accident ou à un
incident.

1.1. LES ACTEURS DE LA SÉCURITÉ AÉROPORTUAIRE


1.1.1. Normes et champs d’application des normes

Page 1 sur 70
1.1.2. OACI, ACC, Exploitant d’aéroport 

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est un organisme des Nations Unies
spécialisé dans l’élaboration de normes et pratiques recommandées à l’échelle internationale
(SARP, de l’anglais Standards and Recommended Practices) qui ont pour but d’assurer et de
promouvoir une approche commune en matière de sécurité aérienne partout dans le monde.

En tant qu’organisme des Nations Unies, l’OACI n’a pas le pouvoir de voter des lois dans
chaque pays et doit donc s’en remettre à l’autorité de l’aviation civile de chaque pays pour
approuver et adopter les SARP en adoptant des lois et règlements dans leur pays.

L’AAC élabore les lois et règlements en matière d’aviation qui devront, dans la plupart des
cas, être conformes aux normes et pratiques recommandées minimales de l’OACI. Chaque
AAC est responsable de surveiller la sécurité dans son pays.
Une partie de ses responsabilités est de s’assurer que chaque aéroport respecte les lois et les
règlements applicables en matière de sécurité.

Le gouvernement de chaque pays doit se doter d’un service responsable de réglementer


l’aviation civile.

Ce service est communément appelé l’Autorité de l’aviation civile (AAC), mais peut
également être connu sous le nom de ministère des Transports ou Administration fédérale de
l’aviation.

L’exploitant d’aéroport correspond à l’entité juridique autorisée à gérer et exploiter


l’aéroport.

Exploitant Cette entité peut être un organisme gouvernemental local, une entreprise privée ou une
d’aéroport combinaison des deux.

L’exploitant d’aéroport est responsable du fonctionnement de l’aéroport conformément aux


lois et règlements de l’AAC.

Qui sont les clients et fournisseurs de service ?

En plus de l’exploitant d’aéroport, d’autres entreprises fournissent des services et possèdent du personnel
travaillant côté piste, y compris les compagnies aériennes, les services au sol et une panoplie de fournisseurs de
services.

Chacune de ces entreprises doit se doter de politiques, règles et procédures opérationnelles en matière de sûreté
et de sécurité documentées. Celles-ci doivent être conformes aux lois et règlements de l’AAC et de l’exploitant
d’aéroport.

Ces responsabilités exigent que les employeurs fournissent :

 Un lieu de travail sécuritaire


 De la formation en matière de santé et de sécurité
 De l’équipement de protection individuelle (EPI), des vêtements, des appareils et du matériel
 Des procédures opérationnelles en matière de santé et de sécurité

Page 2 sur 70
Les employés individuels

OUI, LA SECURITE COMMENCE PAR VOUS !

Pour assurer cette responsabilité, vous devez :

 Comprendre le système de gestion de la sécurité (SGS) de votre entreprise


 Suivre et appliquer les procédures opérationnelles normalisées (PON)
 Utiliser quotidiennement les techniques de gestion de la sécurité
 Signaler les risques de sécurité
 Faire la promotion de la sécurité

1.2. Acteurs > Les obligations d’un exploitant d’aéroport


1.2.1. Mission d’exploitant d’aéroport
Page 3 sur 70
- Faire atterrir les avions en toute sécurité
Fournir une piste qui soit en conformité avec les exigences de l’Annexe 14 de l’OACI.
Cette annexe contient les normes et pratiques recommandées qui définissent les caractéristiques
physiques, les surfaces de limitation d’obstacles et les aides visuelles en zone réservée.

- Donner un point de stationnement


Permettre à l’avion de se stationner dans des conditions optimales de sécurité dans une zone qui lui est
réservée, séparée des voies de circulation et des autres avions en escale.

- Faciliter le traitement commercial


Lors de l’escale, faciliter l’embarquement et le débarquement des passagers, des bagages, du fret ou
encore de la poste.

1.3. Acteurs > Gérer la sécurité

La plupart des aéroports possèdent du personnel de sécurité responsable d’assurer le respect des exigences
des autorités de l’aviation civile et des autorités gouvernementales.

Pour cela les équipes doivent :


- Inspecter la clôture périphérique, la piste, les voies de circulations et les points de stationnement.
- Signaler tout individu qui ne respecte pas la sécurité.
- Signaler la présence d’oiseaux ou autres animaux.

Page 4 sur 70
1.4. L’ALPHABET INTERNATIONAL

L’alphabet international, défini par l’OACI, est utilisé en radiotéléphonie.


Il consiste à remplacer chaque lettre de l’alphabet par un mot de la même consonance et commençant par
la même lettre (exemples : alpha pour la lettre A, charlie pour la lettre C).
L’objectif est d’éviter, lors des communications radio, des ambiguïtés et des incompréhensions autour de
la prononciation de lettres ou de sons proches (exemples : V et P, M et N) afin d’éviter tout risque potentiel
d’incident ou accident.

Il est essentiel de maîtriser l’alphabet international de l’OACI afin de communiquer clairement avec les
différents acteurs de l’aéroport.

Le trafic aérien augmente tous les ans.

Page 5 sur 70
La mise en place de règles de sécurité de plus en plus strictes et la formation de personnels compétents
sur la sécurité côté piste est primordiale pour ADP International.
TOUS les employés, sous-traitants et fournisseurs de services qui travaillent à l’aéroport sont responsables
de la sécurité.
N’hésitez pas à signaler vos préoccupations en matière de sécurité !
Vous pourriez prévenir des accidents ou blessures futures.

Page 6 sur 70
2. SE REPÉRER CÔTÉ PISTE 
Un aéroport est constitué de deux zones principales, le côté ville et le côté piste. Nous nous concentrerons
dans ce module sur le côté piste, nous verrons comment identifier les différents périmètres d’évolution
(avions, véhicules, piétons) et les termes qui y sont associés.

2.1. Zonage de la plateforme > Côté ville/côté piste

Le côté ville, ou landside en anglais, est la zone publique : l’accès à l’aéroport (routes, voies ferrées), aux
parkings et à l’aérogare qui accueille les passagers et le fret.

Le côté piste, ou airside en anglais, est la zone réservée aux avions (à l’arrêt ou en mouvement).
Ce sont les pistes, les voies de circulations, les zones de stationnement avions ou encore l’espace aérien.
C’est donc une zone de vigilance maximale pour les personnes amenées à y travailler : contrôleurs et
métiers de l’assistance en escale entre autres.

2.1.1. Le côté piste

C’est une zone à accès réglementé relatif à l’exploitation, à l’entretien et l’entreposage des aéronefs.
Seuls les passagers détenant une carte d’accès à bord valide et le personnel autorisé possédant un badge
pour zones réglementées peuvent y accéder.

Cette zone intègre :

- Les pistes qui permettent aux aéronefs de décoller et d’atterrir.


- Les voies de circulation (ou Taxiway en anglais) qui permettent aux aéronefs de se déplacer entre une
piste et le tablier.
- Les aires de trafic (aussi appelées tabliers ou Tarmac) qui permettent aux aéronefs de se stationner pour
effectuer l'embarquement/débarquement des passagers et leur avitaillement.

Airside

Le côté piste (airside en anglais) est une zone réservée aux avions. Elle inclut principalement les pistes, les voies
de circulations et les points de stationnement avions. C’est une zone de vigilance maximale pour les contrôleurs
et métiers de l’assistance en escale notamment.

Landside
Le côté ville, (landside en anglais) est la zone publique incluant : l’accès à l’aéroport (routes, voies ferrées), les
parkings et l’aérogare qui accueille les passagers et le fret.

2.1.2. Que sont les aires de manœuvre ?

L’aire de manœuvre est la partie de l’aérodrome utilisée pour les décollages, les atterrissages et la circulation des
aéronefs à la surface.

Elle intègre également (quand elles existent) les routes de service et servitudes associées (comprend les pistes et
voies de circulation).

Page 7 sur 70
2.1.2.1. Que sont les aires de trafic ?

Les aires de trafic sont les aires destinées aux aéronefs pendant :
- L'embarquement ou le débarquement des voyageurs,
- Le chargement de la poste ou de fret,
- L’avitaillement ou la reprise de carburant,
- Le stationnement ou l’entretien.

Page 8 sur 70
Le personnel d’assistance en escale travaille autour de l’avion, sur son aire de stationnement, il évolue donc sur
l’aire de trafic.

2.1.3. ZOOM SUR LE CÔTÉ PISTE

Page 9 sur 70
Le côté piste est constitué de différents domaines de circulation :

- celui des avions en mouvement (VCA),

Les VCA sont les Voies de Circulation Avions (taxiways en anglais). Ce sont les voies marquées au sol sur
lesquelles l’avion va rouler pour aller entre son point de stationnement et sa piste de décollage ou d’atterrissage.
Elles peuvent aussi servir à atteindre d’autres zones de l’aéroport comme la zone de maintenance par exemple.

Les VCA sont tout d’abord séparées visuellement des autres zones (ZEC et voies de cheminement de véhicules
ou piétons) par une ligne de sécurité blanche au sol.
Elles sont ensuite signalées au sol par une ligne axiale jaune. Elles incluent également de chaque côté une zone
tampon de sécurité, appelée zone de servitude. La zone de servitude est interdite à la circulation, sauf au niveau
des intersections avec les VCA (voir module « Circuler sur les aires de trafic »).

Page 10 sur 70
Page 11 sur 70
Page 12 sur 70
 

Page 13 sur 70
- celui des opérations d’escale et d’assistance (ZEC),

La zone des opérations d’escale et d’assistance est la Zone d’Évolution Contrôlée (ZEC).
C’est dans cette zone délimitée au sol que l’avion vient se stationner sous la supervision du placeur avion, puis
que les opérations d’escale sont pratiquées (avitaillement, chargement de bagages, débarquement des passagers,
etc.).

Page 14 sur 70
Page 15 sur 70
BONNE RÉPONSE

La principale problématique en ZEC est la co-activité forte de nombreux intervenants autour de l’avion.

Le manque de synchronisation dans le flux d’intervention peut entraîner l’attente de certains intervenants et
allonger le temps d’escale. Mais surtout, le manque ou l’absence de communication est un des principaux
facteurs de risque d’accidents ou d’incidents. La ZEC est donc une zone de vigilance maximale, il en va de
la sécurité du vol mais aussi de celle des employés travaillant autour de l’avion.

Le manque d’espace de parking et de stockage peut aussi être une problématique.

Page 16 sur 70
- mais aussi celui de la circulation des véhicules et des personnes.

Le domaine du déplacement des véhicules et des personnes, ce sont les voies de cheminement et de stationnement
des véhicules (de transport ou de maintenance) et de cheminement des piétons sur les aires.
Elles sont délimitées au sol et peuvent parfois croiser les VCA, comme nous le verrons plus loin.
Les zones de circulation des véhicules, voies de cheminement ou route de services, sont marquées au sol par des
lignes blanches : une ligne axiale et deux lignes latérales.
Le conducteur du véhicule doit conduire avec prudence, respecter les limitations de vitesse et doit toujours laisser
la priorité absolue aux avions.
Les exemples ci-après vous permettront de visualiser les marquages de circulation des véhicules sur les aires.

Page 17 sur 70
Les piétons doivent se déplacer sur les voies qui leur sont réservées.

En cas d’absence de cheminements piétons, ils doivent longer les cheminements véhicules sur la gauche (face
aux véhicules).

Ils doivent toujours emprunter les passages piétons pour traverser les voies de circulation.

Ils sont prioritaires sur les véhicules aux sol dans toutes les zones de l’aéroport mais ils doivent laisser la priorité
absolue aux avions.

Être visible et se déplacer prudemment


Page 18 sur 70
Pour être visibles, les piétons doivent porter des vêtements de haute visibilité et se déplacer avec prudence :
marquer l’arrêt avant de traverser une voie, surveiller les feux anticollisions des avions et faire attention au
souffle des réacteurs.

Débarquement/embarquement de passagers

Lors du débarquement et de l’embarquement des passagers, le flux de passagers ne doit pas être interrompu.

La découverte des différentes aires côté piste est maintenant terminée.

Il importe d’être extrêmement vigilant quand on se déplace côté piste car les avions sont prioritaires, notamment
au niveau des intersections avec les VCA.

La Zone d’Évolution Contrôlée est elle une zone d’attention maximale. La sécurité des vols et des intervenants
en co-activité autour de l’avion en stationnement en dépend.

Completed

3. CIRCULER SUR LES AIRES DE TRAFICS 
Après avoir appris à repérer les différentes zones côté piste (VCA, ZEC, voies de circulation véhicules et piétons),
nous allons maintenant voir comment y circuler en toute sécurité, en nous concentrant sur l’aire de trafic.

3.1. Protection : s’identifier et se protéger


3.1.1. Accès à l’aire de trafic

L’industrie de l’aviation repose sur un niveau de sécurité élevé qui permet d’assurer la sécurité et la sûreté de la
communauté de l’aviation et du public voyageur. L’OACI et les autorités de l’aviation civile partout dans le
monde ont mis en œuvre des mesures de sécurité vigoureuses pour assurer notre sécurité.

Ces mesures doivent être mises en œuvre dans tous les aéroports.

Commençons donc par voir qui peut accéder à l’aire de trafic.

Titre de circulation

Pour accéder au côté piste en zone réservée, il faut être muni de son titre de circulation.

La zone réservée comprend 4 secteurs de sûreté et plusieurs secteurs fonctionnels. L’autorisation d’accès à ces
secteurs dépend des lettres figurant sur votre titre de circulation.

Titre de circulation Completed

Page 19 sur 70
a com
secteurs fonctionnels (TRA/MAN)
secteurs sûreté (ABFP)

ponent which allows you to select hot spots over an image. Select a hot spot to trigger a
popup that includes an image with display text. Select the close button to close the popup.

3.1.2. Accès à l’aire de trafic : Les 4 secteurs de sureté

- Secteur sûreté AVION : Vous pouvez accéder à l’aire de stationnement de l’avion en présence de
celui-ci.

Page 20 sur 70
- Secteur sûreté BAGAGES : Vous pouvez accéder aux salles de tri, de conditionnement et de stockage
des bagages.

- Secteur sûreté FRET : Vous pouvez accéder aux zones de conditionnement et de stockage du fret.

- Secteur sûreté PASSAGERS : Vous pouvez accéder aux salles d’embarquement et aux passerelles.

Page 21 sur 70
3.1.3. Accès à l’aire de trafic : Le permis véhicule

Le Permis T

Le permis T est requis pour des déplacements motorisés sur l’aire de trafic.

Deux programmes distincts de formation sont proposés pour les aires de trafic et pour les aires de manœuvre.

Il est recommandé de limiter au strict minimum le nombre de personnel pouvant accéder à l’aire de manœuvre.

Il est impératif de s’assurer que ces conducteurs suivent un programme de formation rigoureux pour pouvoir
conduire sur ou à proximité des voies de circulation avion et des pistes.

Cette formation peut comprendre:

 Une sensibilisation conduite côté piste,

 Un programme sur les communications côté piste (notamment avec la Tour de Contrôle) et
l’utilisation de l’alphabet international,
 Une familiarisation visuelle.

3.1.4. S’identifier et se protéger > Les équipements de protection individuelle EPI

PPE Personal protective equipment

Les EPI

Page 22 sur 70
Plusieurs entreprises et fournisseurs de services travaillent en zone côté piste. Ils peuvent œuvrer en hauteur,
manipuler des substances dangereuses, utiliser une panoplie d’engins mobiles et être exposés à des conditions
météorologiques défavorables ainsi qu’à des niveaux sonores élevés.

Le but des EPI est d’améliorer la sécurité des travailleurs. Il est important d’être visible et c’est pourquoi le port
du gilet de haute visibilité est obligatoire en tout temps sur les aires.

3.1.4.1. Vêtement Haute Visibilité

Le port d’un vêtement Haute Visibilité tel qu’une veste ou un manteau est obligatoire dans les zones où plusieurs
véhicules se déplacent et là où les procédures opérationnelles l’exigent.

3.1.4.2. Protections Auditives

Le port de protections auditives (casque antibruit ou bouchons) n’est pas obligatoire mais est fortement
recommandé pour améliorer votre sécurité.

3.1.4.3. Gants de sécurité

Le port de gants de sécurité n’est pas obligatoire mais est fortement recommandé pour améliorer votre sécurité.

Ceux-ci doivent-être portés en tous temps lorsqu’il y a un risque de blessure aux mains ou lorsque les mains sont
exposées à des hydrocarbures, des solvants ou autres matériaux dangereux.

Page 23 sur 70
3.1.4.4. Chaussures de sécurité

Le port de chaussures de sécurité est obligatoire pour votre sécurité.

3.1.4.5. Visibilité des véhicules en mouvement

Si vous vous déplacez en véhicule motorisé, celui-ci devra être muni d’un gyrophare et d’un moyen radio
permettant d’établir une communication bilatérale avec la tour de contrôle.

3.1.5. S’identifier et se protéger > Les règles de sécurité

Page 24 sur 70
3.1.6. Se déplacer sur l’aire de trafic
3.1.6.1. Règle n°1 > Les règles de priorité

Que vous soyez piétons ou conducteur de véhicule, vous devez la priorité absolue, dans l’ordre :

 Aux aéronefs (avions et hélicoptères) avec feux anti-collision allumés, même tractés ou
repoussés,
 Aux véhicules de secours (pompiers et service médical),
 Aux véhicules d’exploitation (avitaillement, transport de bagages).

3.1.6.2. Règle n°2 > Les feux anti-collision

Les feux anti-collision désignent un avion en mouvement ou à l’arrêt.


Allumés, ils indiquent que les moteurs sont en route, que la mise en
route est imminente ou que le repoussage de l’avion va démarrer.
Eteints, il est autorisé de s’approcher en toute sécurité. Ces feux sont
de couleur rouge ou blanche (rotatifs ou à éclats).

Lorsque les feux anti-collision sont allumés, vous devez absolument


vous écarter rapidement de l’avion et vous diriger en dehors de la
ZEC pour aller en zone de sécurité.

3.1.6.3. Règle n°3 > La gestion des passagers

Page 25 sur 70
Lorsqu’ils sont en transit côté piste, tous les passagers doivent
être supervisés et escortés.

Les travailleurs côté piste doivent être vigilants et s’assurer que


les passagers sont dirigés de sorte à s’éloigner de tout risque
potentiel (souffle/aspiration moteur, incursion sur VCA, chute,
etc.).

QUIZZ

BONNE RÉPONSE

Comme nous l’avons déjà dit, vous devez la priorité absolue aux avions en mouvement. Mais vous devez aussi
la priorité aux véhicules d’exploitation et de secours.

Les véhicules privatif de transport de passagers ne sont eux pas prioritaires. Mais rappelez-vous qu’être
prioritaire ne dispense pas d’être vigilant et de toujours avoir à l’œil les autres véhicules !

Page 26 sur 70
BONNE RÉPONSE

De nombreux risques peuvent se produire rapidement et être sujets à des pertes humaines si des passagers se
retrouvent à proximité des avions sans supervision.

Si vous rencontrez un ou des passagers seuls en zone réservée, alertez immédiatement votre supérieur et les
services compétents puis demandez à la/les personne(s) de s’immobiliser dans un endroit qui ne gêne pas
l’activité jusqu’à l’arrivée des représentants.

3.1.7. Se déplacer sur l’aire de trafic > Traversée de VCA Les règles de base

Suivre les marquages au sol

Il faut traverser les VCA au niveau des


passages réservés. On ne traverse pas
n’importe où !

Les traversées de VCA sont marquées par


un panneau stop et/ou un feu de traversée.

La ligne d’arrêt est située au niveau de la


ligne blanche de sécurité marquant le début
de la VCA et de sa zone de servitude.

Page 27 sur 70
Respecter les distances de sécurité

En raison du souffle des réacteurs, il faut


toujours garder une distance de sécurité de
150 mètres devant l’avion et de 200 mètres
derrière lui.

Faire attention au souffle

Le souffle des réacteurs des avions est


extrêmement puissant et le risque à
proximité des VCA est grand. Outre la
distance de sécurité de 200 mètres derrière
l’avion, il faut aussi surveiller avec
attention la trajectoire de l’avion, et donc
du souffle, notamment au moment des
virages.

BONNE RÉPONSE

Le véhicule n’est pas en sécurité ici, il est situé entre deux VCA !

Il est dans les aires de servitude et sa présence indique qu’il est passé devant l’avion quand celui-ci était en
mouvement sur la VCA et donc à proximité de lui. Il aurait dû s’arrêter avant la première voie, située derrière sur
la photo.

3.1.8. PRÉVENIR LES RISQUES SUR L’AIRE DE TRAFIC


3.1.8.1. FOD Foreign Object Damage
Page 28 sur 70
Les principaux risques inhérents à l’aire de trafic sont les incendies et les FOD (Foreign Object Damages).

Les FOD peuvent inclure une grande variété de matériaux et d’objets tels que des matériaux de construction
(roches, sable, bâches), de la quincaillerie non rangée (écrou), des fragments de chaussées, des fournitures de
restauration (sac plastique, gobelet), des chariots de transport de bagages ou bagages et même des animaux.

Les FOD peuvent causer des dommages aux


avions et coûter des millions aux compagnies
aériennes, mais aussi être extrêmement dangereux
pour les personnels travaillant sur les aires de
mouvement.

Les FOD peuvent causer de graves dommages


comme sur la photo ici qui illustre un accident
d’avion dû à un FOD.

Les risques pour les avions

Les dangers pour les avions sont l’ingestion de FOD par les réacteurs, mais aussi les débris projetés, qui peuvent
endommager gravement les pneus de l’appareil ou sa carlingue.

Le tristement célèbre crash du Concorde à Paris en 2000 a été causé par un FOD.

Le danger principal pour les personnes sur les aires est la projection de FOD par le souffle des réacteurs. Quand
on sait que le souffle d’un avion peut retourner une voiture, on imagine les blessures qui peuvent être infligées à
un être humain.

Page 29 sur 70
Pour lutter contre les FOD, toutes les aires doivent être nettoyées régulièrement et les FOD doivent être stockés
dans des conteneurs spécifiques.

La lutte contre les FOD nécessite l’implication de tous les utilisateurs des aires de manœuvres.

Le balayage peut être manuel ou se faire avec la


balayeuse de piste, plus efficace.

La balayeuse enlève les débris des fissures et des


joints de béton et peut être utilisée partout sauf
pour les endroits étroits qui nécessitent la main
de l’homme.

Toutes les aires (manœuvre et trafic) doivent être


nettoyées régulièrement, y compris les aires
adjacentes et les zones de stockage de matériel.

Les conteneurs à FOD doivent être placés sur


tous les parkings pour permettre la collecte des
débris. Ils doivent être vidés fréquemment pour
prévenir tout débordement et empêcher qu'ils ne
deviennent eux même une source de FOD.

En plus, le personnel de l’aéroport peut porter


de petits sacs pour ramasser les FOD. L’analyse
des FOD collectés dans les containers et dans
les sacs peut révéler les sources de FOD et
indiquer quels sont les endroits propices aux
FOD.

Chaque intervenant sur les aires est responsable


de la lutte contre les FOD.

Lorsque vous trouvez un objet, il est impératif de


:

- Le ramasser,
- Inspecter dans un périmètre élargi la
présence d’autres objets,
- Remettre l’objet au service compétent en
indiquant l’emplacement précis où vous l’avez
trouvé afin qu’il puisse établir une FNE (Fiche de
Notification d’Evènement).

QUIZZ

Page 30 sur 70
BONNE RÉPONSE

Tous ces points d’attention sont vérifiés lors des inspections, et vous devez vous aussi, en tant qu’acteur des
aires de mouvement, signaler toute anomalie de ce type au service compétent.

3.1.8.2. La Sécurité Incendie

Après les FOD, le deuxième risque majeur est le risque d’incendie.


Il est donc primordial de savoir identifier les principaux équipements de sécurité incendie.
En cas d’incendie, il faut immédiatement alerter l’équipage, les services de secours puis toute autre personne à
proximité du danger.

Extincteur

Les extincteurs doivent être facilement accessibles et visibles !

Bouton d’arrêt d’urgence d’avitaillement

L’avitaillement est une opération critique au niveau de la sécurité incendie. Il


peut y avoir des fuites et les vapeurs de kérosène peuvent s’enflammer à partir
d’une température de 38°C ! Si l’aéroport dispose d’un réseau de distribution
hydrant, en cas de fuite ou départ de feu, il faut arrêter de toute urgence
l’avitaillement grâce au bouton d’arrêt d’urgence (ou emergency fuel shut-off
button en anglais).

Page 31 sur 70
Deadman control

Dans certains aéroports dépourvus de réseau de distribution hydrant, il est de


la responsabilité du pompiste faisant le plein, de relâcher la commande
manuelle (« deadman control ») afin d’arrêter automatiquement
l’avitaillement en cas de problème.

Cigarettes

Il est strictement interdit de fumer, même dans son véhicule.

Appareil à flamme nue

Il faut disposer d’un permis pour pouvoir utiliser un appareil pouvant créer des
étincelles ou des flammes nues.

Stockage d’hydrocarbures et de gaz liquéfiés

Il faut respecter les zones de stockages d’hydrocarbures et de gaz liquéfiés.

Signaler tout incident

Comme pour les FOD, la lutte contre les risques d’incendie est l’affaire de
tous : vous devez signaler tout incident ou anomalie sur un équipement. Un
oubli peut coûter des vies !

3.1.9. PHÉNOMÈNES MÉTÉO

Nous pouvons être confrontés à divers phénomènes météo exceptionnels sur un aéroport : neige, grêle, tonnerre,
brouillard, fort vent, canicule…

3.1.9.1. Conditions de faible visibilité


Page 32 sur 70
Nous nous concentrons ici sur les actions associées aux conditions de faible visibilité et de fort vent.

Les conditions de faible visibilité incluent la pluie, les


tempêtes de sable ou encore les conditions de brouillard
quand la visibilité est inférieure à 800 mètres.

Dans ces conditions, la LVP (Low Visibility


Procedure en anglais) est lancée. C'est un signal
lumineux qui est activé sur tous les points de
stationnement avion ainsi que dans la zone de tri des
bagages (Baggage Handling System en anglais). Il permet
aux manutentionnaires d'être informés des nouvelles
conditions avant d'accéder au point de stationnement
avion.

Cette procédure exige également un balisage lumineux


spécifique sur la piste pour l'atterrissage des avions.

Equipements

Tous les équipements inutiles doivent être en dehors des


points de stationnement avion, rangés à leur place et
fixes. En procédure LVP, le minimum des équipements
requis sera autorisé.

Page 33 sur 70
Vitesse

Les véhicules circulant sur les voies de service doivent


diminuer leur vitesse si la procédure LVP est activée.
Ils ont l’obligation de se déplacer à la vitesse de 5km/h
dans la ZEC et le périmètre sécurité collision.

Visibilité
En procédure LVP, les équipements motorisés
se déplacent avec les feux de route allumés.

Traversée de VCA
Les conducteurs doivent faire preuve de plus
de prudence à toutes les intersections
notamment avec les points de stationnement
avion. Le passage d’une VCA (Voie de
Circulation Avion), doit se faire avec
l’assistance du «follow-me» véhicule.

3.1.9.2. Conditions de fort vent

En cas de fort vent (plus de 30 nœuds), c'est généralement la tour de contrôle qui étudie constamment
les bilans météo, qui va avertir les équipes au sol. Néanmoins, c'est normalement le chef des équipes
au sol (en charge de l'assistance en escale et de la sécurité/inspection des pistes), qui va demander le
bilan météo quotidien et briefer ses équipes.

Page 34 sur 70
Si le vent dépasse 60 nœuds, toutes les opérations en cours doivent être interrompues.

Calage des avions

Les avions doivent être calés et les hélices des


avions doivent être attachées. Tout matériel non
essentiel doit être écarté de l’appareil.

Arrimage du matériel

Tous les équipements de l'assistance en escale


doivent être correctement rangés à leur place, les freins bloqués, le frein à main activé. Pour les
équipements non motorisés mais avec des roulettes, ils doivent également être bloqués.

La découverte de la circulation sur l’aire de trafic est terminée.

Vous connaissez maintenant les principales règles de circulation, notamment la priorité absolue
données aux avions en mouvement, les principaux risques sur l’aire (les FOD, risques incendies et
phénomènes météo exceptionnels) et les procédures associées permettant la circulation de tous en
sécurité.

Enfin, n’oubliez pas, la sécurité sur l’aire est l’affaire de tous ! Pour cela, signalez impérativement
tout incident sur un équipement ou à propos d’un appareil.

4. ZEC (Zone d’évolution contrôlée) Aircraft Safety Area (ASA) 


La ZEC est une zone de vigilance renforcée du fait de la présence de nombreux intervenants autour de l’avion
en stationnement.
Découvrons comment s’y déplacer à pied en assurant sa sécurité.

Page 35 sur 70
4.1. Règles d’entrée ZEC

Pour l’entrée en ZEC, le placeur avion joue un rôle très important. aircraft marshaller
C'est lui qui a le premier rôle à l'arrivée d'un avion. Il doit s'assurer que le point de stationnement avion est
propre c’est-à-dire qu’il n’y a pas d'équipements, de véhicules ou de FOD (Foreign Object Damages).
Il guide ensuite l’avion pour se stationner et doit impérativement le stopper sur la "stop bar" adéquate afin
que la passerelle soit correctement connectée et placée pour débarquer les passagers.
C’est le placeur avion qui a la priorité. L’entrée en ZEC se fait donc une fois le placement de l’avion terminé
et les feux anti-collision éteints, et seulement après que le placeur a donné son feu vert.

Page 36 sur 70
BONNE RÉPONSE

Si le marquage de la ZEC n’est pas présent, le périmètre anticollision se substitue à la ZEC.Il


entoure l'avion à une distance minimum de 5 mètres. Nous verrons en détail les règles liées à ce
périmètre plus loin dans ce module.
Voici les principaux risques qui peuvent intervenir en ZEC
Les dangers liés aux hélices

Une fois le moteur éteint, les hélices sont silencieuses et peu visibles, mais elles peuvent être mortelles. Il
faut donc attendre l’arrêt complet des hélices avant de s’approcher et contourner largement les pâles.
Once the engines have been switched off, the propellers are silent and concealed, but
they are still lethal. You must therefore wait for the propellers to come to a total stop
before approaching and maintain a safe distance from the blades.

Les dangers liés aux réacteurs

Page 37 sur 70
L’aspiration des réacteurs est dangereuse dans un rayon de 5 à 8 mètres devant l’entrée du réacteur au régime
ralenti, et jusqu’à 15 mètres en cas de poussée. Le souffle à l’arrière peut lui aller jusqu’à 200 mètres comme
nous l’avons déjà vu. Dans ces conditions, il est important d’attendre l’arrêt complet du réacteur avant de
s’approcher et de contourner largement le réacteur en tout temps.

The suction of the jet engines is hazardous at a range of 5-8 metres in front of the turbine
inlet at idling speed and up to 15 metres when the engines are in thrust mode. As we
have already seen, the blast from the rear of the engine can be felt up to 200 metres. In
this situation it is important to wait for the full shutdown of the turbines before
approaching and to maintain a safe distance from the engines at all times. 
Autres dangers

Les autres dangers sont les problèmes auditifs à cause du bruit, l’éclatement d’un pneu et les risques de
brûlures sur les trains d’atterrissage et à la sortie des réacteurs. Le port des équipements de protection
individuels est donc requis : casque anti-bruit, gants et chaussures de sécurité.
Other hazards include hearing problems due to noise, a tyre blowout and the risk of
burns from hot landing gear and turbine outlets. It is therefore mandatory to wear
personal protective equipment, including protective headphones, safety gloves and
safety footwear.

Page 38 sur 70
BONNE RÉPONSE

Tous ces facteurs augmentent les risques d’accident !

Pour votre sécurité et celle des autres, respectez les règles (vitesse, pas d’alcool) et appliquez les consignes.

Soyez également plus vigilant si vous êtes fatigué ou stressé, car vos capacités sont amoindries.

Enfin, ne négligez pas l’habitude, on a beau avoir répété mille fois un geste, on n’est jamais à l’abri d’une
erreur ! Nous l’avons déjà dit précédemment, mais il est bon de rappeler aussi que le manque de
communication entre acteurs de la co-activité autour de l’avion est également facteur d’accident.

4.2. Périmètre sécurité collision


4.2.1. Principales règles à suivre

La collision est le risque principal rencontré par un avion sur l’aire de trafic.
Aussi, une zone de protection a été définie : Le périmètre de sécurité "Collision"

Il s’agit d’un polygone non matérialisé qui enveloppe extérieurement l’avion à une distance de 5 mètres.

Seuls les personnes et les matériels indispensables aux opérations d’escale sont autorisés à pénétrer dans ce
périmètre.

Il est interdit de pénétrer dans le périmètre lorsque les feux anti-collision de l’avion sont en fonctionnement.

En l'absence de ZEC, le périmètre sécurité collision se substitue et on applique les mêmes règles que pour la ZEC
: tant que les feux anti-collision ne sont pas éteints, strictement personne n’est autorisé à rentrer dans ce périmètre

Only persons and equipment essential for ground handling operations are authorised to
access this area.

It is prohibited to enter this perimeter when the aircraft collision avoidance lights are on.

The collision avoidance perimeter replaces the ASA in the absence of the latter, and the
same rules apply as for the ASA: all persons are strictly prohibited from entering this area
if the collision avoidance lights are still illuminated.
Page 39 sur 70
Page 40 sur 70
Page 41 sur 70
4.3. PÉRIMÈTRE SÉCURITÉ INCENDIE (Areas inside the fire safety perimeter)
4.3.1. Présentation

BONNE RÉPONSE

L’avitaillement avion est une opération durant laquelle le danger est très important. Le
périmètre de sécurité incendie a donc été créé pour diminuer au maximum les dangers
autour des zones à risques de l’avitaillement : les réservoirs, les conduits d’avitaillement
et les citernes des véhicules avitailleurs.

Page 42 sur 70
Page 43 sur 70
Les zones à l’intérieur du périmètre de sécurité incendie

Il existe des zones particulièrement dangereuses à l’intérieur de ce périmètre.

Ces zones sont des cylindres de 3 mètres de rayon soit verticaux soit horizontaux autour
des mises à l’air libre des réservoirs et des flexibles d’avitaillement.

Le périmètre de sécurité incendie


Ce périmètre délimite la zone dangereuse enveloppant, à une distance de 3 mètres, les
réservoirs, les conduits d’avitaillement et les citernes des véhicules avitailleurs.

4.3.2. Principales règles à suivre

Page 44 sur 70
Accès au périmètre

Seuls les personnes et le matériel des sociétés chargées de l'avitaillement sont autorisés à pénétrer dans le
périmètre sécurité incendie.

Ils entrent une fois que l’avion est immobilisé, moteurs et feu anti-collision éteints.

Véhicule avitailleur

Ne pas s’approcher à moins de 3 mètres du véhicule avitailleur et des flexibles de carburant, et ne pas rouler sur
les flexibles.

Ne pas entraver la trajectoire de dégagement du/des véhicule(s) avitailleur(s).

Appareils électroniques

Les appareils électroniques (téléphone portables, appareils photos, lecteur mp3…) sont interdits dans le
périmètre de sécurité incendie.

Les ondes électrostatiques qu’ils génèrent peuvent faire s’enflammer le kérosène !

Interdit de fumer

De toute évidence, il est strictement interdit de fumer dans le périmètre de sécurité incendie !

Page 45 sur 70
4.4. Zone Passerelle (Passenger boarding bridge area)

La zone d’évolution passerelle est une zone dangereuse


réservée uniquement au déplacement de la passerelle.
Cette zone lui permet d’évoluer en toute sécurité, sans percuter d’autres équipements, afin de se connecter à la
porte principale de l’avion et ainsi débarquer et embarquer rapidement les passagers.

La zone d’évolution passerelle est également une zone à risque qui demande une vigilance renforcée, comme
nous allons le voir.

 
Page 46 sur 70
Les risques autour de la passerelle
La passerelle est un élément mobile, haut et lourd, qui se déplace. Il faut être très vigilant quand elle
bouge, car elle va devoir venir au plus près de l’avion pour se connecter à la porte. Le risque
d’accident est alors élevé si une présence humaine et/ou d’un véhicule/équipement se trouve dans
son champ d’action.

La passerelle est donc une source de danger potentiel, et c’est pourquoi une zone lui est réservée.

La zone d’évolution passerelle est située au niveau du nez de l’avion (toujours côté commandant de
bord), de manière à pouvoir atteindre la porte avant.

Elle couvre toute la superficie sur laquelle la passerelle est amenée à se déplacer et elle est donc à
cheval sur la limite de la ZEC.

Elle est schématisée ici par le carré et les rayures rouges.

Le déplacement de la passerelle est signalé par un signal sonore (sirène) et un signal lumineux
(gyrophares au niveau des roues).

Page 47 sur 70
Voici un autre exemple de marquage de la zone
d’évolution passerelle signalée au sol par les bandes
diagonales rouges accolées à la ZEC (délimitation
rouge/blanche). On visualise également les larges
bandes blanches et noires de la zone de
stationnement des roues de la passerelle.

Voici à quoi peuvent ressembler les bandes rouges


d’une zone d’évolution passerelle et les bandes
noires et blanches indiquant le stationnement des
roues quand celle-ci n’est pas utilisée. Les bandes
noires et blanches peuvent se substituer à un large
cercle blanc entouré de rouge.

Le stationnement de véhicules

Le stationnement est interdit sur la zone d’évolution


passerelle.
LA PHOTO D’EXEMPLE EN FOND EST UNE
MAUVAISE PRATIQUE À NE SURTOUT PAS
REPRODUIRE !

Le mouvement de la passerelle

Aucun véhicule ni piéton ne doit se trouver sous


la passerelle quand elle est en mouvement, c’est
une zone de danger mortel !
LA PHOTO D’EXEMPLE EN FOND EST UNE
MAUVAISE PRATIQUE À NE SURTOUT PAS
REPRODUIRE !

La conduite de passerelles nécessite de suivre une formation théorique suivie


d’une évaluation pratique donnant droit à une habilitation.

Page 48 sur 70
Avant de manœuvrer la passerelle, le conducteur devra s’assurer que la zone est exempte de véhicules ou
d’équipements en effectuant une vérification visuelle par la fenêtre et/ou à l’aide d’une caméra ou d’un miroir.

Toute passerelle qui n’est pas en utilisation doit être stationnée dans sa zone avant l’arrivée d’un aéronef dans
l’aire de stationnement. Ses roues doivent être placées à leur point de parking généralement désigné par un grand
cercle.

La présentation détaillée de la circulation en ZEC s’achève.

Vous connaissez maintenant les principales zones à risques (le périmètre anticollision, le périmètre incendie et la
zone d’évolution passerelle) et les règles à suivre.

N’oubliez pas qu’il s’agit d'une zone de vigilance renforcée. Les dangers y sont multiples, pour les avions comme
pour vous !

Faites très attention à vos actions et mouvements, et surtout respectez les règles et suivez les consignes !

Page 49 sur 70
5. RÈGLES PENDANT L'ESCALE 
Nous allons voir dans ce module les règles qui s’appliquent autour de l’avion en escale. Ces règles visent à
standardiser les procédures autour de l’avion et à harmoniser la co-activité,toujours dans le but d’améliorer la
sécurité.

5.1. STATIONNEMENT DE VÉHICULES AVANT ARRIVEE DES AVIONS


5.1.1. Zones de stationnement et rangement de véhicules / engins

Les véhicules et autres engins qui vont être utilisés pour l’assistance en escale de l’avion doivent être rangés et
stationnés hors ZEC dans des emplacements prévus entourés d’une large bande blanche.

Ces emplacements sont communiqués à l’ensemble du personnel conduisant en zone réservée. Ils sont également
indiqués dans le manuel aérodrome par le gestionnaire d’aéroport.

Les véhicules concernés sont ceux permettant le traitement commercial de l’avion : chargement de bagages,
nettoyage de l’avion, ravitaillement, vidanges…

BONNE RÉPONSE

Effectivement, toutes ces zones sont interdites !

La zone d’évolution passerelle comme le périmètre sécurité incendie autour des véhicules avitailleurs et des
moteurs doivent être libres pour toute évacuation de véhicule en cas de danger.

Le dessous et les extrémités des ailes sont aussi interdits au stationnement afin de respecter le périmètre de
sécurité collision.

5.2. A L'ARRIVÉE DE L'AVION Arrival of the aircraft


5.2.1. A l'arrivée de l'avion > Mesures collectives de prévention

Prévention pendant l'escale

Les métiers de l’assistance en escale font face à une très forte co-activité en zone réservée, notamment aux heures
de pointe. Tous les corps de métiers travaillent ensemble, dans un laps de temps et un espace réduits.

Afin de limiter les risques et évoluer dans un milieu serein, il convient de connaître la tâche et la place de chacun.

Pour cela, voyons les différentes étapes de l’assistance en escale et les règles à suivre durant chacune d’elle, en
commençant par l’arrivée de l’avion.

Page 50 sur 70
Mesures collectives de prévention

La première règle à observer est la suivante : pendant toute la durée de l’arrivée de l’aéronef, aucun véhicule,
engin ou personnel ne doit être à l’intérieur de la ZEC. Par contre, ils sont prêts à intervenir en ordre de priorité
comme indiqué sur le schéma que vous allez découvrir à la page suivante.

1. Escalier de service pour débarquement/embarquement passagers

2. Tracteur et chariot à bagages

3. Camion de nettoyage

Page 51 sur 70
4. Camion de fuel

Autres mesures collectives de prévention

Organiser et respecter la séparation physique des piétons et des


véhicules.

Mettre à disposition des poubelles en nombre suffisant, fermées et


à proximité, et veiller à leur utilisation.

Page 52 sur 70
Identifier des espaces de rangement dédiés et les
respecter.

Assurer un éclairage suffisant.

Toujours faire attention à sa sécurité (port des EPI) et à


celle de ceux qui travaillent autour de nous.

Page 53 sur 70
5.2.2. Processus d'arrivée de l'avion

Les véhicules de support (ou GSE pour Ground


Support Equipment en anglais) sont positionnés
autour de la ZEC, dans les zones d’attentes prévues
à cet effet. C’est le placeur avion qui a la priorité
ici, c’est lui qui donnera son feu vert pour l’entrée
en ZEC.

Calage avion et déploiement passerelle

Une fois les moteurs, ou les hélices, arrêtés et les


feux anticollisions éteints, toujours sous la
supervision du placeur, l’avion est calé, puis, la
passerelle est accostée.

Entrée des véhicules en ZEC

L’entrée des véhicules ne se fait que si le placeur


a donné son autorisation, en levant le bras droit,
pouce levé vers le haut.

Les véhicules viennent se positionner à leur point


de travail, dans un ordre de priorité, sans gêner les
autres. Vous allez découvrir cet ordre de priorité
dans la partie suivante.

Page 54 sur 70
BONNE RÉPONSE

On déploie la passerelle en premier car, en termes de sécurité, cela évite les risques de collision entre la passerelle
en mouvement et d'autres engins mal positionnés dans la ZEC.

En terme de qualité de service, la priorité est également de débarquer les passagers.

BONNE RÉPONSE

Les véhicules de transport passagers et équipages ne sont pas autorisés à entrer en ZEC. On essaye de réduire le
plus possible le nombre d’acteurs en ZEC en ne conservant que les éléments indispensables.

5.3. PENDANT L'ESCALE (DURING THE STOPOVER)

Positionnement du matériel d’assistance en escale

Nous y sommes ! L’avion est stationné et calé, les moteurs sont arrêtés, la passerelle a été déployée et le placeur
a donné son feu vert pour l’entrée en ZEC.

Les véhicules de support se positionnent à leur point de travail.

Page 55 sur 70
5.3.1. Pendant l'escale > Positionnement du matériel d’assistance en escale (GSE) en ZEC

1. Passerelle 
2. GPU ground power unit 
3. Chargement / déchargement Baggage 
4. Transporteur palette 
5. Catering 
6. Water supply vehicule 
7. Véhicule avitailleur 
8. Push back tractor 

Le guidage des équipements d'escale s’effectue à l’aide


de signaux conventionnels.

Les véhicules qui font une marche arrière doivent


obligatoirement être guidés.

Page 56 sur 70
La vitesse est limitée au pas d’un homme.

Le passage par l’arrière d’un aéronef est strictement


interdit.

Tout véhicule à l'arrêt dans la ZEC doit avoir le


moteur arrêté et le frein à main enclenché. Certains
véhicules devront aussi être calés. Pour les
véhicules qui en sont équipés, le vérin hydraulique
doit être au sol.

Il est important de toujours respecter les


stationnements (dans la ZEC) et les emplacements
de parking (en dehors de la ZEC) pour ne pas gêner
les manœuvres de l’avion et les déplacements de
passagers. Ne jamais non plus s’exposer aux effets
du souffle.

Page 57 sur 70
Afin d’éviter les accidents, respectez strictement les règles et appliquez les consignes.

Il est préconisé de circuler autour d’un aéronef en “main gauche” à l’intérieur du périmètre de sécurité collision
pour éviter les dangers dûs à l’angle mort de son véhicule.

Découvrez plus précisément les règles de circulation en cliquant sur les boutons.

On circule dans le sens inverse des aiguilles d’une montre


autour du polygone/périmètre de sécurité collision.

Les véhicules circulent autour de l’avion dans ces 4 zones dans le


sens des aiguilles d’une montre.

Page 58 sur 70
5.3.2. L’avitaillement carburant

L’avitaillement carburant est une phase sensible, c’est pourquoi des règles particulières s’appliquent à cette phase
de l’escale et aux équipements qui l’exécutent. Découvrons maintenant plus en détails l’avitaillement et ses
règles.

5.3.2.1. Réservoirs de carburant

Position des réservoirs

Les réservoirs de carburants sont situés dans les ailes et sous le ventre de l’appareil, et parfois dans sa dérive.
Sur des avions de ligne, les réservoirs peuvent contenir plus de 130 tonnes de carburant.

5.3.2.2. Périmètre de sécurité autour du véhicule avitailleur

1. Le périmètre incendie, englobe extérieurement à une distance de 3 mètres les réservoirs de 
carburant, le camion avitailleur et les flexibles de carburant. 
Page 59 sur 70
 

 
 
 
 
2. Les cercles rouges représentent des cylindres verticaux de 3 mètres de diamètre où il est 
interdit de pénétrer. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Page 60 sur 70
3. La zone de sécurité avitaillement en carburant avion est une zone circulaire étendue à 6 
mètres tout autour des réceptacles carburant, y compris le camion avitailleur et les bouches 
carburant sur l’avion. 

Zone de sécurité avitaillement autour du camion


avitailleur.

Zone de sécurité avitaillement autour de l’oléoprise.

Page 61 sur 70
BONNE RÉPONSE

Toutes ces règles sont en vigueur dans le périmètre de sécurité avitaillement, nous allons les détailler
maintenant.

Interdit de fumer
Il est strictement interdit de fumer dans le périmètre de sécurité avitaillement.

Objets/appareil produisant des flammes


Il est interdit d’utiliser un appareil ou objet produisant une flamme nue (allumette, briquet,
appareil de soudure…) dans le périmètre de sécurité avitaillement.

Appareil électroniques
Les matériels électroniques portables tels que les téléphones cellulaires, radios, lecteur
mp3… doivent être utilisés à une distance de sécurité d’au moins 3 mètres des
équipements d’avitaillement.

Les ondes electro-magnétiques qu’ils produisent peuvent enflammer les vapeurs de


kérosène !

Stationnement
Les équipements et matériels servants les
aéronefs ne seront pas stationnés dans un
rayon inférieur à 3 mètres autour du système
d’avitaillement carburant.

Page 62 sur 70
Priorité au camion avitailleur
Une fois l'entrée en ZEC autorisée, le camion
avitailleur est toujours prioritaire sur les autres
phases de l'escale afin d'évacuer de toute
urgence en cas de dangers.

BONNE RÉPONSE

Il ne faut jamais rebrancher le fil de terre au véhicule avitailleur. Il faut prévenir le


responsable du camion avitailleur qui fera le nécessaire.

Page 63 sur 70
5.4. AU DEPART DE L’AVION Departure of the aircraft
MAUVAISE RÉPONSE 
Les étapes sont les suivantes : 
1. L'ensemble des vehicules sortent de la zec. 
2. Le placeur avion et le chef d'escale de la compagnie aérienne vérifient que les portes et soutes de l’avion sont 
verrouillées et que la zec est dégagée (pas de véhicules ni de fod). 
3. La passerelle (ou escalier escamotable) est retirée. 
4. Les cales de l’avion sont retirées. 
5. Le pilote demande l’autorisation de départ à la navigation aérienne. 
6. Départ autorisé : allumage des feux anticollision. 
7. Repoussage de l’avion (en anglais push‐back). 

The stages take place as follows:

1. All vehicles are evacuated from the ASA.


2. The aircraft marshaller and airline station manager check that the aircraft doors and bays
are locked, and that the ASA is clear (no vehicles or FOD).
3. The PBB (or airstairs) is withdrawn.
4. The aircraft chocks are removed.
5. The pilot requests departure clearance from air traffic control.
6. Departure clearance: the anti-collision lights are turned on.
7. Aircraft push-back.
 
 

Points d’attention au départ de l’avion


Souvenez‐vous qu’une fois les feux de collision allumés, l’aéronef a la priorité absolue sur les véhicules et les piétons. Il 
est donc interdit de circuler autour de l’aéronef pendant son départ. 
 

 
 
 
   

Page 64 sur 70
6. NOTIFIER UN ÉVÈNEMENT 
Nous avons vu jusqu’ici comment travailler et évoluer en toute sécurité. Malgré tout, le risque zéro n’existe pas.
Nous allons donc découvrir, dans ce dernier module, les gestes et réflexes de base à avoir si on se trouve face à
un incident, accident ou une situation d’urgence.

6.1. CONNAÎTRE LES ÉVÈNEMENTS


6.1.1. Bonnes pratiques

Vous devez être extrêmement attentif à votre environnement.

Une bonne connaissance des zones de sécurité et des bonnes pratiques qui y sont associées vous permettra de
repérer facilement une anomalie et un danger potentiel. Il en va de la sécurité de tous.

Ceci est une mauvaise pratique

Il est strictement interdit de se reposer sur l’ensemble des aires.

Ceci est une mauvaise pratique


Le périmètre de sécurité incendie n’est pas respecté ! Il
est interdit de laisser des conteneurs à bagages sous les
ailes d’avion et à côté des moteurs. En cas de fuite, le
carburant coulera sur les conteneurs.

Ceci est une mauvaise pratique


La zone d’évolution passerelle n’est pas respectée ! Ces
véhicules ne devraient jamais se stationner ici.

Ceci est une mauvaise pratique


Les bagages risquent de tomber sur l’aire de trafic et de
devenir des FOD pouvant provoquer un risque
d’accident ou être aspiré dans un moteur d’avion.

Page 65 sur 70
Ceci est une mauvaise pratique
Du matériel non rangé = des FOD potentiels ! Pour la
sécurité de tous, il est demandé à chaque employé de
ranger son matériel à l’endroit dédié après utilisation.

Ceci est une mauvaise pratique


Cette cale en bois n’a rien à faire là. A cet endroit, elle
est assimilée à un FOD et peut donc être la cause d’un
danger. Elle doit donc impérativement être rangée à son
emplacement quand elle n’est pas utilisée.

6.1.2. FAIRE CONNAÎTRE LES ÉVÈNEMENTS

BONNE RÉPONSE

La bonne signification est Protéger, Alerter, Secourir. Protect, Alert, Rescue

Vous avez probablement déjà entendu cet aide-mémoire très utilisé pour se rappeler la bonne
réaction à avoir face à un accident.
PROTÉGER
Baliser (ou faire baliser) la zone pour garantir sa sécurité ou celle du/des blessé(s). Ne pas déplacer la victime,
sauf en cas de danger immédiat.
 
ALERTER
Contacter les services d'urgences.

SECOURIR
Ne pas laisser la victime seule, mais attendre les secours en appliquant les gestes demandés par le régulateur au
téléphone. Si vous êtes blessé, éviter de bouger.

Page 66 sur 70
QUI ALERTER

Accident grave ou malaise côté piste

Contactez le poste de sécurité ou l’infirmerie et précisez dans


le message :

 le lieu;
 la nature de l'accident (chute, écrasement, malaise, ...);
 le nombre de victimes;
 la position et l'état des victimes.

Dommage matériel entre véhicules

Bonne pratique PAS (Protéger- Alerter- Secourir)

 1/ Protégez la zone en la balisant.


 2/ Alerter votre supérieur hiérarchique.
 3/
Sécurisez votre position en vous mettant à l’écart de tout
danger.

Dommage aux avions


 1/ Protégez la zone en la balisant.
 2/ Alerter votre supérieur hiérarchique et contactez
le bureau de piste ou la gendarmerie des transports
aériens.
 3/ Sécurisez votre position en vous mettant à l’écart
de tout danger.

Page 67 sur 70
Incendie côté piste

Contactez le poste central de sécurité ou les services


incendie de l’aéroport et précisez dans le message :

 le lieu;
 la nature du feu (armoire électrique, véhicule...);
 le nombre de victimes, le cas échéant.

 
 
 
 
 
 
Dans tous les cas, quand vous faites face à un accident, assurez-vous que l’alerte a
bien été donnée et que les secours sont en route. Si c’est vous qui devez donner
l’alerte, ne raccrochez jamais en premier.

Vous arrivez sur une scène d’accident, que devez-vous faire en premier ?
Sélectionnez la bonne réponse puis cliquez sur Valider.

Evaluer la présence d’autres dangers immédiats


Vérifier que la victime est consciente
Evaluer si d’autres que moi sont plus qualifiés pour gérer la situation
Vérifier que la victime respire
Feedback
Si vous êtes confronté à un accident avec des blessés, il faut appeler l’ambulance.
Sélectionnez la bonne réponse puis cliquez sur Valider.

Vrai
Faux
Feedback

BONNE RÉPONSE

Vous devez alerter les secours (pompiers et poste de sécurité). ARFFS - airport rescue
and fire fighting services

Ce sont eux qui décideront de la réponse à apporter selon la gravité et la nature de


l’accident.

Page 68 sur 70
6.2. RESPECT DE L'ENVIRONNEMENT
6.2.1. Respect de l’environnement > Adopter les bons gestes

Ramassage des déchets

Ramassez tout type de déchet côté piste (clous, bouteilles, sacs plastiques, journaux, bouts de bois,
pierres...) et videz-les dans les conteneurs prévus à cet effet.

Nettoyage des avions

Le lavage des avions doit se faire par temps sec sur une aire de stationnement prévue à cet effet.

Vidange des toilettes des avions

La vidange des toilettes d’avion doit se faire sur une aire aménagée à cet effet. Le système de
rinçage doit être actionné après chaque passage.

Si vous constatez un déversement de produit


toxique (kérosène, huile...), de l’avion, ou un
dépôt sauvage de déchets, prévenez
immédiatement les pompiers ainsi que les
services techniques compétents.

N’hésitez pas à sensibiliser les employés qui


travaillent autour de vous. La protection de
l’environnement n’est efficace que si elle est
garantie par chacun d’entre nous.

Page 69 sur 70
6.3. Conclusion > Améliorer la sécurité des vols et personnels côté piste

Les règles et procédures de sécurité que nous avons découverts au cours de cette formation visent à
améliorer la sécurité. Malheureusement le risque zéro n’existe pas et heureusement il est toujours
possible de faire mieux.

Voici quelques pistes et points d’attention pour une amélioration constante de notre sécurité sur les
aires.

Rappel des bonnes pratiques de sécurité


Identifiez les événements liés à la sécurité et faites-les connaître à votre entourage.

Communiquez clairement et extensivement autour de vous pour une gestion des


risques efficace.

Apprenez et suivez les procédures liées à vos tâches et à votre environnement de


travail.

Favorisez la coordination entre tous les acteurs et soyez responsable de vos actes.

Une réglementation respectée favorise un meilleur niveau de sécurité.

Vous savez maintenant précisément que tout le monde est acteur de la sécurité
aéroportuaire quels que soient son métier et son échelon.

Tout le monde est RESPONSABLE.

Un oubli ou un manquement peut coûter des vies dont la vôtre.

Nous comptons sur votre vigilance, votre respect des règles pour signaler tout
incident et danger potentiel afin de contribuer à faire de votre aéroport un lieu sûr et
d’excellence.

Page 70 sur 70