Vous êtes sur la page 1sur 9

PALISSAGE

C'est une intervention qui consiste à garder la tige verticale, en enroulant


manuellement la plante autour de la ficelle à un tour complet entre deux feuilles, il
est préférable d'effectuer cette opération après 10h du matin lorsque la plante devient
élastique (souple) dans un but d'éviter la cassure du bourgeon apical. la ficelle doit
être fixée au fil de fer, prévu au dessus de chaque plante. Par un nœud de batelier,
l'autre bout de la ficelle est enfoncé dans le sol prés du collet de la plante à une
profondeur d'environ de 10cm.

Cette opération se répète selon les besoins (1fois/15)

INTÉRÊT DU PALISSAGE :

 Le soutien de la plante en lui permettant de supporter la charge des fruits.

 la garde des fruits sains et propres en empêchant leur contact avec le sol.

 la facilité des entretiens (effeuillage, ébourgeonnage, traitement….) et les


récoltes.

 l'exploitation maximale de la superficie abritée.

Le palissage permet aux plants de bien profiter de la lumière, le soleil et


l'aération.
EBOURGEONNAGE

Consiste à éliminer tous les bourgeons latéraux sauf ceux qui sont
réservés à la relève au niveau du 4ème et 9ème étages, sont supprimés.
les bourgeons doivent être supprimés à un stade avancé ( moins de 5cm ) car un
bourgeonnage tardif peut engendrer un affaiblissement des plants à cause de:

 Une concurrence entre la croissance des bourgeons, la floraison et la


maturation des fruits.

 Une perte considérable des éléments nutritifs exportés par ces bourgeons.

 Les grandes blessures au niveau des tiges peuvent constituer éventuellement


une porte d'entrée des maladies (botrytis).

Le 1er ébourgeonnage a été réalisé 10 jours après la plantation, les


suivants ont eu lieu au fur et à mesure de la croissance de la plante et à chaque fois
qu'il y a apparition d'un bourgeon.
EFFEUILLAGE

C'est une opération qui consiste à enlever toutes les feuilles âgées
jaunâtres ou apparemment malades. Cette opération ne doit pas être faite au
dessus du bouquet qui n'a pas encore complété son grossissement et doit
respecter un ratio minimal de 13 feuilles pour un plant car un effeuillage sévère
peut affecter les rendement et la qualité.

Le 1er effeuillage doit être pratiqué après le grossissement des fruits


du 1er bouquet (50 à 60 jours après la plantation).

INTÉRÊT DE L’EFFEUILLAGE :

 Une bonne circulation de l'air au niveau de la plante, ce qui permet


d'éviter le développement des maladies.

 Une meilleure coloration des fruits.

 La facilité des entretiens des récoltes.


CONDUITE DES PLANTS

LA TAILLE :

La taille se pratique pour certains cultures légumières surtout les cultures


sous tunnel tel que : la tomate, concombre etc. La taille a pour but principal la
régularité de la production sur la branche de la culture.

On peut tailler:

 A un bras: c'est conduire la plante à une tige en éliminant les ramifications


latérales (cas d'ébourgeonnage).

 A deux bras: c'est conduire la plante à 2 tiges qui se développent à l'aisselle


des deux premier feuilles ex: melon.

A 2 bras; on peut tailler court dans ce cas, on pince au dessus de la 4éme


feuilles.

Pour une taille longue, on pince les 2 bras au dessus de la 6ème feuille.

REMARQUE IMPORTANT :

Lorsqu'on pratique la taille de melon ou concombre, il faut faire très


attention à la variété mixte qui porte sur l'axe principal les fleurs males et sur l'axe
secondaire les fleurs femelles.
PAILLAGE DE SOL

Consiste à épandre à la surface de sol une couche de 2 à 5cm de


paille; fumier de feuille. On pratique également le paillage par l'utilisation des
films plastique de couleur noir(poly éthylène) c'est ce qu'on appelle le paillis.

INTÉRÊT DE PAILLAGE :

 Réduit l'évaporation de l'eau.

 Evite le contact des légumes avec le sol ex: fraisier; melon;


concombre.

 Permet de limiter le développement de mauvaises herbes.

 Le paillage plastique conduit à la lutte contre certains


maladies notamment: mildiou, etc.
FERTILISATION

1°) – DOSE :

On estime la dose, on calcule le billon: le billon de l'engrais à apporter


est la différence entre la dose optimum calculer suivant des évaluations et la somme
des apports évalués par l'analyse de sol ou des irrigations.

2°) – FORME :

Le choix et la nature de la forme d'engrais dépend:

 Pour P2O5 de l'alcalinité acide de sol(ca++).

 PourK2O, au Maroc, on apporte généralement et on conseil de nitrate ou KNO3 et


pas de forme KCL car les sols marocains sont très riches en CL.

 Pour N dépend de sol ; structure ; léger ; lourd; le PH ; la salinité de sol etc.

3°) – FRACTIONNEMENT :

 Fumure de fond: contient la fumure organique et phospho-potassique.

 Fumure d'entretien: contient l'azote et quelque fois K2O.

REMARQUE :

La fertilisation doit être fractionner en plusieurs apports et en fonction


des nombres d'irrigations pendant le cycle végétatif d'une culture.
MALADIES , RAVAGEURS ET ACCIDENTS
PHYSIOLOGIQUES

1°) - ALTÉRATION :

L'altération de mécanisme fonctionnaire de la plante peut résulter d'une


action:

a/ - Physique :
 chaleur------------------------------------échaudage.
 froid---------------------------------------la gelée.
 manque de lumière----------------------étiolement.
 asphyxie radiculaire---------------------excès d'eau.
 cassure-------------------------------------vent.

b/ - Physiologique :
 excès ou carence d'éléments fertilisants.
 substance toxique

c/ - Biologique :
 Champignons (maladie cryptogamique: ex: oïdium; mildiou)
 Virus.
 Nématodes.
 Les insectes: coléoptère; diptère (puceron; acarien; taupin).
 Les plantes phanérogames (Mauvaises herbes).

Ces altérations entraînent une diminution considérable de la production


qui peut quelque fois être nulle.

2°) – LUTTE :

 méthodes agronomiques: Assolement, travail de sol etc.


 Méthodes génétiques : Variétés résistantes.
 Méthodes mécanique : Ramassage ; arrachage ; etc.
 méthodes psychiques : Les apports lumineux; le bruit ; etc.
 méthodes biologiques : Insecte contre insecte ;champignons contre bactérie.
 méthodes chimiques : C'est la plus pratique exécuté par:

 des insecticides.
 des nématicides.
 des fongicides.
IRRIGATION

Les cultures légumières sont très exigeants à l'eau. La production est


conditionné par la quantité d'eau mise à leur disposition. les besoins en eau varieront
en fonction des paramètres suivant:

 Condition climatique ( précipitation et température) ;

 Condition agrologique ( nature de sol et la profondeur exploité par les


racines) ;

 Condition de culture (densité de plantation ex: variété, type de culture, stade


végétatif ; etc.)

PRATIQUE D'IRRIGATION

 Irrigation par ruissellement (gravitaire).

 Irrigation par calant( par planche): ce type d'irrigation nécessite un


évènement soigné pour que l'eau circule sans provoquer le phénomène des
érosions. L'eau est perdu par évaporation surtout en sol sableux et période
chaude, ces pertes sont évalués à peu prés à 70%.

 Irrigation par Aspersion: ( l'inconvénient: maladie cryptogamique;


champignons avec 30% de pertes d'eau).

 Irrigation localisé:( goutte à goutte: pas de perte d'eau ou légère 1%.


LES FAÇONS SUPERFICIELLES

Les façons culturales se pratiquent après le semis ou plantation.

BINAGE :

Les binages consistent à briser la couche superficielle de sol sur une


faible épaisseur. Les binages permettent à ameublir le sol; maintenir ses
réserves en eau; lutter contre les mauvaises herbes etc. Il se pratique avec la
binette; bineuse; sapes ; etc.

DÉSHERBAGE :

C'est une opération qui consiste à détruire les mauvaises herbes qui
entre en concurrence pour prélever les éléments nutritifs de sol et l'eau à leur
profit. Les mauvaises herbes transmettent les maladies et les parasites et
participe au faiblissement de la culture.

Soit à l'aide de la main; sape; binette; produit chimique.

BUTTAGE :

Consiste à accumuler la terre au pied des plantes tel que la pomme


de terre; l'asperge; le haricot etc. ce qui favorise la végétation; d'empêcher le
verdissement de la P de terre; soutenir le port de quelque espèces tel que : le
haricot et le petit pois et provoque le développement de racine adventifs ex:
chez la courge; de protéger le collet contre les variations des températures; des
gèles et des gilets rapide (choux) et pour obtenir des plantes blanchit à leur
base tel que le poireau.