Vous êtes sur la page 1sur 31

IRM fonctionnelle

et plasticité cérébrale

M CHENNOUFI, C MELLERIO, M TISSERAND, N CARPENTIER,


R SOUILLARD, C RODRIGUEZ-RÉGENT,
S PIERREFITTE, S PONS, C OPPENHEIM, JF MEDER

CH Sainte-Anne, Université Paris René Descartes


Introduction
• La plasticité cérébrale se définie comme la
capacité du cerveau à modifier son organisation
fonctionnelle de façon adaptative

• C’est Aristote qui est le premier à avancer que


nos pensées sont issues de l'expérience que
nous avons du monde.

• C’est cette vision que le neurobiologiste


Jean-Pierre Changeux qualifie d’épigenèse (1)

(1) JP. Changeux, 2005


• La plasticité est maximale pendant l’enfance,
commence in utéro dès la 18ème semaine
d’aménorrhée.

• Elle existe encore à l’âge adulte, sous deux


formes
1. Conséquence d’une lésion cérébrale siégeant en
zone fonctionnelle
2. Liée au phénomène d’apprentissage chez le sujet
sain (non illustrée dans cette présentation)
Plan
1. Rappel des bases de l’IRM fonctionnelle (IRMf)

2. Les principales fonctions étudiées


a) Le langage
b) La motricité

3. Les différents modes de plasticité cérébrale

4. Facteurs influençant la plasticité


1. Rappel des bases de l’IRMf : Le couplage neuro vasculaire

• « Repos » : signal IRM à l'équilibre

• « Activation » : augmentation du signal IRM


Effet BOLD (pour Blood-Oxygen-Level Dependent)
– Augmentation locale des besoins en O2
– Augmentation du transport en O2
– Augmentation paradoxale de l’oxyhémoglobine (oxyHb) en capillaire

¾ Augmentation du rapport
oxyHb / desoxyHb

¾ Augmentation locale du signal de 5% à 1.5T


1. Rappel des bases de l’IRMf : Le couplage neuro vasculaire

REPOS ACTIVATION

Paradigme en bloc: alternance de cycle d’activations (A) et de repos (R) (2, 3)

(2) L. Hertz-Pannier, 2000


(3) S. Rodrigo, 2008
2a. Les principales fonctions étudiées : le langage

• Le test de Wada (angiographie carotidienne avec


injection de barbiturique) est la technique référence pour
déterminer la dominance hémisphérique pour le
langage. Son caractère invasif fait rechercher d’autres
alternatives comme…

• … l’IRMf qui apporte :


- des données hémisphériques (dominance droite ou
gauche) mais en plus
- des données régionales (dominance frontale ou
temporale) (4,5,6)

(4) S. Dupont ,2005.


(5) M. Engstrom, 2006
(6) L. Santiago Medina 2007
2a. Les principales fonctions étudiées : le langage

Dominance hémisphérique pour le


langage à gauche en majorité chez
le sujet sain :
- droitier manuel (91%)
- gaucher manuel (71%)
2a. Les principales fonctions étudiées : le langage

Une dominance hémisphérique droite peut néanmoins s’observer :


- gaucher manuel (environ 10%)
- anomalie du développement cortical
- épilepsie temporale ou frontale gauche (7)

Patient âgé de 23 ans


Épilepsie cryptogénique depuis
l’enfance
Dominance droite pour le langage

Hémisphère droit

(7) L. Hertz-Pannier,J radiol 2000


2b. Les principales fonctions étudiées : la motricité

Les 3 étapes d’un mouvement « simple » :

1.Planification du mouvement: Homonculus de


Cortex préfrontal Penfield
(Représentation
schématique du corps
humain à la surface du
cortex moteur)

2.Exécution et ajustement du
mouvement
AMS (aire motrice supplémentaire)
pré-AMS

3.Circuit moteur primaire


(motoneurone)
2b. Les principales fonctions étudiées : la motricité

Ces différentes étapes sont retrouvé en IRMf


lors de l’exécution d’un mouvement simple
(ex : flexion des doigts de la main)

Cortex moteur primaire

AMS
3. Les différents modes de plasticité cérébrale
a. Facteurs déclenchant la réorganisation corticale

1.Changements pathologiques du SNC


SEP/Trauma/AVC,…

2.Des structures anatomo-fonctionnelles corporelles


Cécité/Amputation,…

3.Interactions environnementales
Apprentissage

(8) J. Froger, 2006


3. Les différents modes de plasticité cérébrale
b. Les différents types de réorganisation observés

1/ Variation en intensité de l’activité

2/ Extension de l’activation à proximité de la zone


fonctionnelle

3/ Sollicitation de nouvelles régions à distance de la


zone fonctionnelle
• Dans le même hémisphère
• Dans l’hémisphère controlatéral

4/ Exemples : les différents types de réorganisation du


réseau du langage
1. Variation en intensité de l’activité

Épilepsie temporo-insulaire gauche pharmaco-résistante

IRMf motrice : contraction de la bouche


D G

Asymétrie des réponses :


Nette diminution de l’intensité D G
des réponses corticales
gauches sous l’influence du
foyer épileptogène
1. Variation en intensité de l’activité

Épilepsie pharmacoresistante sur une lésion dysplasique occipitale droite

IRMf visuelle : ouverture versus fermeture des yeux

Lésion épileptogène

Réponses bilatérales du cortex visuel primaire, mais Les activations du côté


de la lésion (à droite) sont beaucoup moins intenses
2. Extension de l’activation à proximité de la zone fonctionnelle

Épilepsie sur dysplasie corticale focale frontale gauche

IRMf motrice : contraction de la bouche

Activation de part et
d’autre du sillon Sillon précentral
anormal lors de la gauche dysplasique
contraction de la
bouche
3. Sollicitation de nouvelles régions à distance de la zone fonctionnelle
Exemple dans l’hémisphère controlatéral

Dysplasie post-centrale
droite

Flexion de la main gauche:


Activations centrées sur le sillon central
droit en regard de l’oméga

Flexion du pied gauche:


activation du lobule para-central
controlatéral = réorganisation
4. Les différents types de réorganisation du réseau du langage

Une dominance hémisphérique pour le langage est


considérée comme atypique :
a) En cas de latéralisation droite
b) En cas de latéralisation bilatérale (codominance)
c) En cas de latéralisation croisée ou dissociée (ex :
dominance frontale gauche et temporale droite)

La détermination de cette dominance est fondamentale avant


d’envisager une cortectomie ou l’exérèse d’une lésion en
région fonctionnelle : prévision du risque de troubles
phasiques post-opératoires
4a. Dominance droite

IRMf pré-opératoire
Identification des aires
du langage et de la
dominance

Lésion gliale de haut grade frontale gauche


Patient gaucher

Nette dominance droite


du langage
Réorganisation des
zones du langage du
coté controlatéral à
la lésion
4b. Codominance

Lésion gliale temporale droite


chez un patient gaucher

Activations bilatérales des réponses à l’épreuve du langage sans


dominance équivoque
4c. Dissociation interhémisphérique ou dominance « croisée »

Sclérose
hippocampique gauche

Conclusion : Réorganisation « dissociée » du langage


- latéralisation gauche des réponses en région
frontale « Broca »
- et droite en régions temporales « Wernicke »
Epilepsie depuis l’enfance
hétérotopie péri-ventriculaire
gauche

Une réorganisation dissociée du langage: frontale gauche et temporale droite


Épilepsie temporale droite sur
une DNET (tumeur
dysembryoplasique)
Patient droitier

Une réorganisation inattendue à droite chez un droitier malgré la


localisation temporale droite de la tumeur
4. Facteurs influençant la plasticité

1. L’âge de sa survenue

2. La lésion
- Son type (dysplasie, sclérose)
- Sa topographie
- La rapidité de son développement
1. Effet de l’âge sur la plasticité

Antécédent d’ischémie néo-natale frontale gauche

activation droite a la partie


supérieur du cortex pré-
moteur droit lors de la
contarction du pied droit

Plus la lésion survient à un âge précoce du développement cérébral et plus la


plasticité est efficace aboutissant à un développement cognitif quasi normal

- Avant 6 ans une réorganisation inter-hémisphérique est le plus souvent mise en jeu (9)

(9) J. Pillai, 2010


2. Effet de la lésion sur la plasticité : l’épilepsie

L’épilepsie :

• Une réorganisation frontale intra-hémisphérique


serait mise en jeu en cas d’épilepsie précoce

• Par contre, une réorganisation temporale inter-


hémisphérique est le plus souvent observée en cas
de sclérose hippocampique (9)

(9) J. Pillai, 2010


Sclérose hippocampique gauche

verbe

Réorganisation interhémisphérique temporale


droite du langage
2. Effet de la lésion sur la plasticité : l’accident vasculaire cérébral

L’accident vasculaire cérébral :

En cas d’AVC gauche en zone fonctionnelle il y aurait 3


étapes de réorganisation corticale (9) :
1. À la phase aigue on observe une activation
gauche homolatérale péri-lésionnelle
2. Puis une mise en jeu de l’hémisphère controlatéral
3.Un retour de l’activation gauche qui est associé à
une récupération optimale des fonctions

(9) J. Pillai, 2010


AVC à la phase chronique

contraction de la main droite:


activation du sillon central droit et de
l’AMS droite et du lobule paracentral droit
Conclusion

• Toute modification durable des structures


anatomo-fonctionnelles corporelles ou des
interactions environnementales aboutit à une
réorganisation fonctionnelle adaptative du
cerveau

• L’IRMf permet d’étudier la plasticité cérébrale de


façon non invasive
• La plasticité cérébrale est faite d’un spectre très
hétérogène de réorganisation corticale pouvant
concerner toute les taches cognitives (langage,
motricité, vision,…)

• Plusieurs facteurs interférent sur cette


réorganisation comme l’âge du patient et le
mode d’installation de la lésion