Vous êtes sur la page 1sur 5

L-P-Bourguiba deTunis Prof :Ben jedidia chokri

Chapitre 1 Fiche 1 Nombres complexes Classe :4 Math


Résumé du cours

Ecriture algébrique
Tout élément z de C s’écrit de façon unique sous la forme z = a + ib, où a et b sont des réels.
Et i un nombre vérifiant i2=-1.
Ecriture trigonométrique
Soit z un nombre complexe non nul tel que arg (z)   2 .Alors z  z (cos  + isin ).

Soit z un nombre complexe non nul tel z = a + ib, a et b des réels.


a b
Alors arg (z)   2 . si et seulement si, cos   et sin  
a 2  b2 a 2  b2

Conjugué
Soit z = a + ib et z’ = a’ + ib’, où a, a’, b et b’ sont des réels.
Le conjugué de z est le nombre complexe z  a  ib.

Propriétés
 z  z  2 Re(z) ; z  z  2i Im( z) ; z z  Rez 2  Im( z) 2

 z = z , si seulement si, z est réel.


 z =  z , si seulement si, z est imaginaire.
Affixe d’un point, affixe d’un vecteur

Le plan est muni d’un repère orthonormé direct O, u , v . 
L’affixe d’un point M (a,b) du plan est le nombre complexe z= a + ib noté Aff (M) ou ZM.
On dit aussi que le point M (a,b) est l’image de z.

Soit w un vecteur et M et N deux points tels que w  MN .

Alors l’affixe du vecteur w est le nombre complexe z, noté Aff ( w ), vérifiant z = zN – zM.

* Soit w et w1 deux vecteurs tels que w1 est non nul.


zw
Les vecteurs w et w1 sont colinéaires, si et seulement si, est réel.
zw
1

zw
Les vecteurs w et w1 sont orthogonaux, si et seulement si, est imaginaire.
zw
1

Module d’un nombre complexe et Argument d’un nombre complexe non nul
 
Le plan est muni d’un repère orthonormé direct O, u , v , soit z = a + ib et M (a,b) le point
d’affixe z.

On appelle module de z le réel positif, noté z , défini par z = OM = a 2  b2

On appelle argument de z et on note arg (z) toute mesure de l’angle u , OM . .  


Pour tous points M et N d’affixes z M et zN, z N  z M  MN.

Propriétés
Soit deux nombres complexes z et z’.
z = 0, si seulement si, z = 0

z  z'  z  z' ; kz  k z , k  R .

2 n
zz'  z z ' ; z  z; z  zz ; zn  z , n  * ;

1 1 z' z' 1 1
 , z  0;  ,z  0 ;  , z  0 et n  Z
z z z z zn z
n

Soit z un nombre complexe non nul et k un réel non nul.



arg z   argz 2.
arg( z)    arg(z )2.
Si k > 0 alors arg (kz)  arg (z) 2 . Si k < 0 alors arg (kz)   + arg (z) 2
Soit deux nombres complexes non nuls z et z’.
1  z' 
arg (zz’)  arg (z) + arg (z’) 2 . arg    arg(z ) 2 . arg   arg(z' )  arg (z) 2 .
z z
arg (zn)  n arg (z) 2 , n  .
n
Pour tout nombre complexe non nul z et tout entier n, z n  z (cos n + isin n).

Angles orientés et nombres complexes


Théorème
Le plan est muni d’un repère orthonormé direct O, u , v .  
Soit A, B, C et D des points d’affixes respectives zA, zB, zC et zD et tels que AB  0 et CD  0.
  z z 
  
Alors u , AB  arg (zB – zA) 2 et AB,CD  arg  D C  2 . 
 zB  zA 
Conséquence
z D  z C CD

z B  z A AB
(cos  + isin ) avec AB, CD   2 .  
Ecriture exponentielle d’un nombre complexe non nul
Notation
Pour tout réel , on note ei le nombre complexe cos  + isin .
Conséquences
 
i i
i
e = 1, e 2  i, e 2  i, ei  1.

Pour tout réel  et tout entier k, ei  ei  2k .

Pour tout réel , ei  1 et ei  e i et  ei  ei   .

Propriétés
Soit deux réels  et ’.

e i
ei .ei  ei ' ,
e i
1
 e  i ;
ei'
  n
 ei ' ; ei  ein , n  Z .

Théorème et définition
Tout nombre complexe non nul z, s’écrit sous la forme z = rei, où r = z et arg (z)   2 .

L’écriture z = rei, r > 0 est appelée écriture exponentielle de z.


Equation zn = a, n  1, a  C*.
Théorème et définition
Soit a un nombre complexe non nul d’argument  et n un entier naturel non nul.
  2 k 
i  
n
L’équation z = a admet dans C, n solutions distinctes définies par z k  re  n n  ,

k  0,1,..., n  1, où r est le réel strictement positif tel que r n  a . .

Ces solutions sont appelées les racines nièmes du nombre complexe a.


Conséquence

Le plan complexe est muni d’un repère orthonormé direct O, u , v . 
Lorsque n  3, les points images des racines nièmes d’un nombre complexe non nul sont les
sommets d’un polygone régulier inscrit dans le cercle de centre O et de rayon r tel que

r n  a . Les points images des solutions de l’équation z n  a ei .

Résolution dans C, de l’équation az2 + bz + c = 0, a  0.


Théorème
Soit a, b et c des nombres complexes tels que a  0.
L’équation az2 + bz + c = 0, admet dans C, deux solutions définies par :
b b
z1  et z 2  , où  est une racine carrée du discriminant  = b2 – 4ac.
2a 2a
Conséquences
Si z1 et z2 sont les solutions de az2 + bz + c = 0, a  0, alors
b c
az2 + bz + c = a (z – z1) (z – z2), z1 + z2 = et z1z 2  .
a a
Remarque :
Déterminer les nombres complexes z1 et z2 tels que :
 b
z1  z 2   a
az² + bz + c = a (z – z1) (z – z2) équivaut à résoudre le système : 
z .z  c
1 2
 a
Nombres complexes et trigonométrie
Théorème
Pour tout réel x et pour tout entier n, (cos x + isin x) n = cos (nx) + isin (nx). (Formule de Moivre).

eix  e ix eix  e ix


Pour tout réel x, cos x  et sin x  (formules d’Euler).
2 2i
Formule Binôme de Newton
k n
Pour tous nombres complexes z et z’ et pour tout entier naturel (z+z’) n=  Ckn z k z'n  k
k 0
Nombres complexes et transformations

Translation – homothétie – rotation

*forme complexe d’une translation



Soit u un vecteur d’affixe b et M d’affixe z et M’ d’affixe z’.
M '  t u (M )  z'  z  b

* Forme complexe d’une homothétie


Soit A un point du plan complexe d’affixe a, k  R*, M’ d’affixe z et M’ d’affixe z’.
M’ = h(A ;k) (M)  (z’ – a) = k (z – a).
* Forme complexe d’une rotation
Soit  le point du plan complexe d’affixe z  , M un point d’affixe z et M’ un point d’affixe z’
et  un réel. Soit r( ; ) la rotation de centre  et d’angle .
r( ; ) (M) = M’  z’ - z = ei (z – z).

Vous aimerez peut-être aussi