Vous êtes sur la page 1sur 100

OBSERVATOIREDES

OBSERVATOIRE DESMULTINATIONALES
MULTINATIONALES

LE VÉRITABLE
CAC40

BILAN 2019

ANNUEL
RADIOGRAPHIE DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES
RAPPORT PUBLIÉ
PAR L’OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALE
AVANT-PROPOS

L'
Observatoire des multinationales est heureux de vous présenter la
deuxième édition de son «  Véritable bilan annuel des grandes entre-
prises françaises ».

Salaires, dividendes, impôts, mais aussi émissions de gaz à effet de serre, droits
des travailleurs, déchets, égalité entre homme et femmes ou lobbying : c'est
une tentative de radiographie complète du CAC40 du point de vue non pas
des marchés financiers (comme c'est le cas des rapports officiels publiés par
les entreprises), mais du point de vue de la société, c'est-à-dire des problèmes
qui se posent à nous tous en tant que travailleur.se.s et citoyen.ne.s.

L'objectif de ce « Véritable bilan annuel » reste le même : susciter et alimenter


l'indispensable débat démocratique sur les stratégies et sur les choix de « nos »
multinationales, mais aussi sur les politiques publiques qui les soutiennent de
manière directe et indirecte. Un débat qui n'a vraiment lieu aujourd'hui, parce
que souvent relégué hors du champ du « débattable » par nos dirigeants poli-
tiques et économiques, mais aussi faute d'informations accessibles, sincères
et indépendantes sur ces questions.

Inévitablement, notre publication appuie donc sur les points qui font mal et les
questions qui fâchent – celles que le CAC40 minimise ou passe sous silence
dans ses propres documents de communication. C'est parce que les questions
posées ici sont importantes, et la responsabilité des grandes entreprises –
françaises ou autres – souvent grande.
SOMMAIRE

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS


ET POUR TOUTES ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Malgré des profits en baisse, les dividendes du CAC40 battent de nouveaux records. . . . . . . . . . . 9
Qui sont les actionnaires du CAC40 et combien ont-ils touché en 2018 ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Rémunérations patronales : vers de nouveaux sommets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Les rémunérations patronales qui ont fait tache en 2018. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Des entreprises de plus en plus inégalitaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Pas besoin d’aller dans des îles tropicales pour optimiser ses impôts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Des milliers de filiales pour des impôts réduits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Ces cinq poids lourds du CAC, symboles d’un système malade . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE


DU CLIMAT ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Ces entreprises françaises toujours accros au charbon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Les nouvelles frontières du pétrole et du gaz ciblées par les multinationales françaises. . . . . . 28
Les « énergies vertes » pas vraiment vertes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Derrière les beaux discours verts, les émissions de gaz à effet de serre continuent souvent
à augmenter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Les entreprises françaises et le climat : 50 nuances de mystification ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Enlisement nucléaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES


LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Le CAC40 continue à supprimer des emplois en France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
En France, le droit du travail sous tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Droits syndicaux : les firmes françaises font-elles vraiment figure de modèle ? . . . . . . . . . . . . . . 43
Quand le travail nuit gravement à la santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Au sein du CAC, le pouvoir encore et toujours aux mains des hommes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Grand écart entre les « valeurs » et la réalité des pratiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
QUELS SONT LES IMPACTS DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES SUR LA PLANÈTE
ET SES HABITANTS ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Droits humains : les multinationales françaises face à leurs responsabilités . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Assaut sur les dernières régions préservées de la planète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Matières premières : comment les géants français épuisent la planète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Le plastique, pas si fantastique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Ces multinationales qui nous veulent du bien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES RENDENT-ELLES LE MONDE MEILLEUR ? . . . . . . . 61


Trump, Bolsonaro, Poutine et les autres : les liaisons dangereuses du CAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Le « business » toujours florissant des ventes d’armes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
La Françafrique a encore de beaux jours devant elle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Les champions français de la surveillance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À UNE ÉCONOMIE SAINE ? . . . 70


La privatisation plus que jamais à l’ordre du jour. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
À qui profite la libéralisation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Un « Grand Paris » pour quoi ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
La finance, toujours hors de contrôle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
Affaires : les casseroles du CAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES NUISENT-ELLES À LA SANTÉ ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . 81


La pollution au quotidien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
Agriculture et alimentation : soupçons dans nos assiettes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
L’industrie pharmaceutique, au service des patients ou des marchés ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Retour sur les « Pharma Papers ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES AMÉLIORENT-ELLES NOTRE DÉMOCRATIE ?. . . . 90


Les grandes entreprises au coeur du pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Paris, Bruxelles et Washington : un lobbying à 66 millions d’euros. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Quand les lobbys jouent avec la démocratie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Le droit à l’information et à la critique, une lutte de tous les jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
6 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES CHIFFRES CLÉS

63,4
MILLIARDS D'EUROS

C'est le montant des dividendes et rachats d'actions du


5,63 M€
CAC40 pour l'année 2018. Les sommes ainsi consacrées C'est la rémunération moyenne annuelle d'un patron
aux actionnaires sont en hausse de 15% par rapport à du CAC40 en 2018. Un chiffre en hausse de 10% par
2017, alors même que les bénéfices ont baissé. Le CAC40 rapport à 2017, grâce notamment aux rémunérations
a directement reversé aux marchés financiers près des records des PDG de Kering et de Dassault Systèmes, à
trois quarts de ses profits (72%), un niveau record 22 et 23 millions d'euros respectivement.

BlackRock®

1,76
1,65 MDS€ C'est le rapport moyen entre ce que gagne un patron
du CAC et ce que gagnent ses salariés. En d'autres
termes, un salarié moyen doit travailler 115 jours pour

MDS€ 1,46 que son entreprise lui consacre autant d'argent qu'à
son patron en un jour.

MDS€
C'est le montant des dividendes empochés respective-
ment en 2018 par l'État français, BlackRock et le groupe -
Arnault de la part du CAC40.

C'est l'évolution des dépenses


par salarié du CAC40 en 2018.
Soit une évolution inverse à
millions celle des rémunérations patro-
de personnes nales et des dividendes.

C'est l'effectif total du CAC40 dans le


monde au 31 décembre 2018. Sodexo,
Carrefour et Engie sont les plus gros
employeurs de l'indice parisien.

C'est l'évolution contrastée de l'effectif du CAC40


dans le monde, à la hausse, et de son effectif en
France, à la baisse.

C'est le nombre de filiales du CAC40 dans des


paradis fiscaux et judiciaires. Soit environ 14%
des plus de 16 000 filiales divulguées par les
grandes entreprises françaises.
CHIFFRES CLÉS I 7

C'est la proportion de femmes parmi les PDG du CAC40. Une pro-


C'est le nombre d'accidents mortels déclarés portion qui monte péniblement à 3,8% si l'on compte les femmes
par le CAC40 en 2018. Mais seul un tiers des seulement directrices générales ou présidentes de conseil d'ad-
firmes publient des chiffres à ce sujet. ministration. Dans les comités de direction du CAC, il y a 16,1%
de femmes, contre 39% dans leur effectif.

71 000
TONNES
C'est la quantité d'huile de palme et dérivés ache-
tée en 2018 aussi bien par Danone que par L'Oréal.

731
MILLIONS DE TONNES
Ce sont les émissions annuelles de gaz à effet de serre déclarées
par le CAC40 (sans compter Michelin et Safran qui ne publient
toujours pas de chiffre en valeur absolue). Ces émissions sont
en baisse de 2,3% d'une année sur l'autre grâce exclusivement à
Engie. Sans Engie, elles sont en hausse de 1,5%.
C'est la quantité de déchets produite par le CAC40
en 2018, pour les 31 firmes qui publient ce chiffre.
Soit 23,6 millions de tonnes en moyenne.

482
C'est le nombre d'entreprises du CAC40 qui ont MILLIONS
réduit leurs émissions de gaz à effet de serre
depuis la signature de l'Accord de Paris. Soit DE M3
seulement un tiers d'entre elles.
C'est la quantité d'eau consommée en 2018 par
les 30 firmes du CAC40 qui publient des chiffres
à ce sujet. Cela n'inclut pas l'eau consommée en
amont de leur chaîne de valeur.

65,9 M€
Ce sont les dépenses de lobbying déclarées par le CAC40 pour 750 000
2018 à Paris, Bruxelles et Washington. Le CAC a aussi versé 2,9 TONNES.
millions de dollars de contributions politiques dans le cadre
de la campagne électorale de mi-mandat aux États-Unis.
C'est la quantité de plastique consom-
mée chaque année par Danone. Très peu
de firmes publient des chiffres à ce sujet.
8 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

01
LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
CRÉENT-ELLES
DE LA RICHESSE POUR
TOUS ET POUR TOUTES ?
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 9

DONNÉES NOUVELLE ANNÉE FASTE POUR LES ACTIONNAIRES

MALGRÉ DES PROFITS EN BAISSE,


LES DIVIDENDES DU CAC40 BATTENT
DE NOUVEAUX RECORDS11 586,2 M€
8 164,8
Les profits générés par le CAC40 se sontM€
tassés en 2018 par rapport à l’année précédente, passant de
96 à 87,7 milliards d’euros. La rétribution des actionnaires sous forme de dividendes et de rachats
d’actions, en revanche, a fait un nouveau bond de 15%, de 47 à 51,8 milliards d’euros et de 8,2 à 11,6
milliards d’euros respectivement. Au total, ce sont près des trois quarts des profits du CAC40 qui sont
passés directement dans les poches de leurs actionnaires (72,2%), contre « seulement » 57,4% en 2017.

47 014,3 M€
63,4 MILLIARDS D’EUROS DE DIVIDENDES ET DE RACHATS D’ACTIONS,
EN HAUSSE DE 15% SUR UN AN

I
l y a un an, une étude de l’ONG Oxfam leurs dividendes d’année en année de Entre 2017 et 2018, les dividendes ont
et du Basic épinglait les grandes manière quasi-automatique, quels que progressé davantage que les profits
entreprises françaises pour leur soient leurs résultats. Le montant redis- pour 29 des 40 entreprises de l’indice
redistribution massive de dividendes.1. tribué aux actionnaires est de plus en boursier parisien. 11 d’entre elles ont
L’année 2018 confirme à quel point ces plus déconnecté de la performance éco- augmenté leurs dividendes malgré
mauvaises habitudes sont désormais nomique réelle des firmes, sans parler des profits en baisse. Conséquence :
enracinées. Une grande partie des de leurs besoins d’investissement et de alors que les bénéfices générés par
poids lourds du CAC40 augmentent ceux de leurs salariés. les grandes entreprises françaises ont
marqué le pas en 2018, leurs dividendes
et rachats d’actions ont augmenté
DIVIDENDES quant à eux de 15%. Ce sont désormais
ET RACHATS D’ACTIONS (M€)
près des trois quarts des profits du CAC
RACHATS D’ACTIONS
(72,2%) qui passent directement dans
DIVIDENDES
les poches des actionnaires. Cette
60 000 course folle pourra-t-elle jamais s’ar-
11 586,2 M€ rêter d’elle-même ? 

1 https://lebasic.com/
8 164,8 M€ cac-40-des-profits-sans-partage/

40 000

51 781,6 M€
47 014,3 M€ UNE GRANDE PARTIE
DES POIDS LOURDS
20 000 DU CAC40 AUGMENTENT
LEURS DIVIDENDES D’ANNÉE
EN ANNÉE DE MANIÈRE
QUASI-AUTOMATIQUE.

0
2017 2018
10 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

LES ENTREPRISES QUI VERSENT LE PLUS DE DIVIDENDES


AU TITRE DE L’ANNÉE 2018

L
LES PLUS IMPORTANTS DIVIDENDES
es plus grosses capitalisations
ET RACHATS D’ACTIONS EN 2018 (M€)
du CAC40 représentent, sans sur- 10 000

prise, la plus grosse part des divi-


dendes et rachats d’actions de 2018. 8 000
Largement en tête  : la major pétro-
lière Total, avec plus de 10,5 milliards 6 000 DIVIDENDES
d’euros redistribués directement à ses RACHATS D’ACTIONS

actionnaires. Suivent Sanofi (près de 4 000


5 milliards d’euros), BNP Paribas (3,8
milliards), Axa (3,7 milliards) et LVMH
2 000
(3,3 milliards). Ces cinq entreprises
représentent à elles seules presque la
moitié des dividendes et rachats d’ac-
TOTAL SANOFI BNP PAR. AXA LVMH ENGIE SCHNEIDER VINCI
tions du CAC. 

LES ENTREPRISES QUI REDISTRIBUENT


LA PLUS GROSSE PART DE LEURS PROFITS AUX ACTIONNAIRES

T
outes les entreprises du CAC40 qui a redistribué deux fois et demie à la fois en 2017 et en 2018 : Capgemini,
ont versé des dividendes aux ses profits, ou Veolia. Selon le Basic Carrefour, Engie, Sodexo, TechnipFMC
actionnaires cette année, y et Oxfam, sur la période 2009-2016, et Veolia.
compris Carrefour et TechnipFMC les dividendes versés par Engie et Parmi celles qui se distinguent au
qui ont pourtant enregistré des pertes Veolia représentaient déjà respective- contraire par leur modération, on
comptables. Douze autres firmes du ment 333 % et 122 % de leurs bénéfices trouve ArcelorMittal, qui jusqu’il y a peu
CAC redistribuent davantage à leurs réels. D’autres firmes ont maintenu versait des milliards à ses actionnaires,
actionnaires (en comptant dividendes leurs dividendes malgré des résultats ou encore ST, qui avait versé deux fois
et rachats d’actions) qu’elles n’ont enre- comptables en berne, comme Vivendi et demi ses bénéfices en 2017. Seule
gistré de profits – parfois bien davan- (qui a redistribué cinq fois ses profits une poignée de firmes a versé aux
tage – au détriment de la trésorerie à ses actionnaires, dont le premier est actionnaires moins de la moitié de ses
de l’entreprise. En tête du classement le groupe Bolloré) ou Saint-Gobain (qui bénéfices aussi bien en 2017 qu’en 2018,
de la générosité envers les marchés a redistribué trois fois ses profits). Six principalement dans le secteur indus-
financiers, on retrouve des entreprises firmes ont redistribué aux marchés triel (Airbus, Michelin, PSA, Renault –
habituées à ces excès, comme Engie financiers davantage que leurs profits ainsi qu’Atos et Pernod Ricard). 

- 100 % 0% 100 % 200 % 300 % 400 % 500 %

CARREFOUR - 63,94 %

TECHNIP FMC - 36,19 %

VIVENDI 499,21 %

SAINT-GOBAIN 299,12 %

ENGIE 253,05 %

AXA 171,87 %

UNIBAIL 144,85 %
LES ENTREPRISES DU CAC
SODEXO 119,28 %
LES PLUS GÉNÉREUSES
VEOLIA 115,82 % AVEC LEURS ACTIONNAIRES EN 2018
(TAUX DE REDISTRIBUTION DES PROFITS)
SANOFI 114,36 %

TOTAL 108,99 %
Les taux négatifs correspondent aux firmes
qui ont versé des dividendes malgré des pertes
CAPGEMINI 105,12 % en 2018 .

SAFRAN 103,83 %

ORANGE 100,24 %
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 11

DONNÉES À QUI PROFITE LE CAC ?

QUI SONT LES ACTIONNAIRES DU CAC40


ET COMBIEN ONT-ILS TOUCHÉ EN 2018 ?
Bernard Arnault et sa famille, BlackRock et l’État français : voilà les principaux bénéficiaires de l’inflation
des dividendes versés par le CAC40. Par delà la diversité de l’actionnariat de chacune des entreprises de
l’indice parisien, on peut distinguer trois grands profils : celles qui sont encore largement contrôlées par
leur fondateur ou sa famille comme LVMH, Bouygues ou L’Oréal ; celles qui sont largement ouvertes sur
les marchés financiers et notamment sur les grands investisseurs institutionnels comme BlackRock,
tels Sanofi ou Total ; celles enfin qui sont liées à l’État français comme Engie, Orange ou Safran. Dans
les trois cas, les politiques de dividendes semblent largement similaires.

LES CHAMPIONS DES DIVIDENDES

L
e CAC40 est régulièrement cri-
tiqué pour la proportion impor-
LES PRINCIPAUX BÉNÉFICIAIRES
tante de dividendes qu’il reverse DE DIVIDENDES DU CAC 40
aux marchés financiers. À qui profite EN 2018 (M€)
concrètement cette générosité ?
En première place avec 1,76 milliard de
dividendes touchés au titre de l’année
2018, on trouve l’État français, à travers
ses participations directes et celles de
Bpifrance et de la Caisse des dépôts.
1 500
Engie (711 millions d’euros versés à
l’État sous forme de dividendes) et
Orange (426 millions) représentent les
deux tiers de la cette somme.
Pas loin derrière, le fonds d’investissement
BlackRock touche quant à lui 1,65 milliard
d’euros de dividendes du CAC40 au titre ÉTATS
de l’année 2018. Selon les informations 1 000 FAMILLES FORTUNÉES
publiques (voir ci-dessous), il est présent INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS
dans au moins 19 des groupes de l’indice
boursier parisien, et probablement beau-
coup plus. Il est notamment présent au
capital des gros distributeurs de dividendes
que sont Total, Sanofi et BNP Paribas.
En troisième position, le groupe familial
Arnault émarge à 1,46 milliard d’euros de 500
dividendes grâce au groupe LVMH et à
sa participation au capital de Carrefour.
En quatrième position avec 720 millions
d’euros se trouve la famille Bettencourt,
actionnaire de L’Oréal. 

0
CAPITAL GROUP
ÉTAT FRANÇAIS

NESTLÉ

HERMÈS

ÉTAT BELGE

MFS

BELLON

BOLLORÉ
ARNAULT

BETTENCOURT

PINAULT
BLACKROCK
12 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

UNE INFORMATION
AIRBUS
PARCELLAIRE

T
ATOS
LES PRINCIPAUX BÉNÉFICIAIRES
ous les actionnaires du CAC40 ne DE DIVIDENDES EN 2018
BNP PARIBAS
sont pas connus, loin de là. Seule la
détention de plus de 5% des actions BOUYGUES

d’un groupe doit être notifiée publique- CAPGEMINI


ment. Certains fonds d’investissements
comme BlackRock sont passés maîtres CARREFOUR

dans l’art de « cacher » une partie de leur DANONE


présence dans l’actionnariat de groupes
ENGIE
en passant par plusieurs filiales diffé-
rentes. De sorte que les chiffres donnés LVMH
ici ne sont qu’indicatifs, particulièrement
ORANGE
pour les investisseurs institutionnels qui
disposent d’un grand nombre de petites PERNOD RICARD
participations invisibles.
PSA
Une étude réalisée par Euronext en
janvier 2019 (elle aussi sur la base RENAULT ETAT FRANÇAIS
de données partielles) estimait que SAFRAN
BLACKROCK
le fonds d’investissement Vanguard
détenait 2% du capital du CAC40, et SAINT-GOBAIN
GROUPE ARNAULT
BlackRock 1,9%. Sur la base de cette SANOFI
estimation, le premier pourrait avoir
SCHNEIDER
touché lui aussi plus d’un milliard d’eu-
ros de dividendes en 2018.  SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

SODEXO

LE CAC, PARADIS ST MICRO

DES MILLIARDAIRES TECHNIPFMC

A
vec l’entrée dans le CAC40 de TOTAL

Hermès et de Dassault Systèmes, UNIBAIL


l’indice parisien apparaît plus que
VALEO
jamais dominé par les grandes familles
fortunées. Selon l’étude Euronext pré- VEOLIA
cédemment citée, le groupe Arnault
VINCI
est depuis 2017 le premier actionnaire
du CAC40 avec 3,9% du capital, contre VIVENDI
seulement 2,7% pour l’État français. Ce
sont désormais 13 des entreprises sur 40
du CAC qui sont directement liées à une
grande fortune. Ce qui représente plu- L’ÉTAT, UN ACTIONNAIRE TOUJOURS
sieurs milliards d’euros redistribués par
les grandes entreprises françaises aux
AUSSI GOURMAND

P
super-riches sous forme de dividendes. aradoxe ? Parmi les entreprises ment un quart des actions fin 2018.
qui se montrent les plus géné- Mais aussi pour Orange (100% de ses

13/40
reuses en termes de dividendes profits redistribués aux actionnaires
et de rachats d’actions, on retrouve sys- en 2018), Safran (104%), TechnipFMC
tématiquement... les entreprises dont (600 millions de dividendes et rachats
l’État français est actionnaire. Comme d’actions en 2018 malgré des pertes) ou
si celui-ci maintenait une présence même Veolia, dont la Caisse des dépôts
13 DES 40 dans l’économie non pas pour déve- reste un actionnaire significatif. C’est
ENTREPRISES lopper une politique industrielle ou moins le cas pour les participations
DU CAC SONT des projets d’intérêt général, mais au industrielles (Airbus, Renault, PSA). Au
DIRECTEMENT LIÉES contraire siphonner du liquide pour total, l’État français a donc touché direc-
À UN MILLIARDAIRE boucler son budget. tement ou indirectement 1,76 milliard
ET À SA FAMILLE. C’est le cas pour Engie, dont l’État déte- d’euros du CAC40 en 2018, sans compter
nait encore directement et indirecte- les rachats d’actions. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 13

DONNÉES DES DIRIGEANTS D’ENTREPRISES AU SERVICE DE QUI ?

RÉMUNÉRATIONS PATRONALES :
VERS DE NOUVEAUX SOMMETS
Tout comme les actionnaires, les patrons du CAC40 continuent à tirer leur épingle du jeu en 2018.
Leur rémunération annuelle moyenne a encore augmenté de 10%, à 5,63 millions d’euros, malgré la
baisse des profits enregistrés par leurs entreprises en 2018. Ce chiffre cache cependant des situations
contrastées : certains dirigeants du CAC40 ont renoncé à une part de leur rémunération, tandis que
d’autres ont touché de copieuses primes exceptionnelles.

5,63 MILLIONS D’EUROS : LA RÉMUNÉRATION ANNUELLE MOYENNE


D’UN PATRON DU CAC40, EN HAUSSE DE 10%

L
es patrons du CAC40 ont touché RÉMUNÉRATION MOYENNE
225 millions de rémunération D’UN PATRON DU CAC40
au titre de l’année 2018, soit 5,63
millions en moyenne. Cela représente 5 628 963 €
une hausse de 10% par rapport à 2017,
où la rémunération moyenne s’éta- 5 095 087 €
blissait à 5,1 millions d’euros (sur le
même périmètre). Une hausse qui ne
tient qu’en partie à l’arrivée de Dassault
Systèmes (avec le niveau de rémuné-
ration astronomique de son patron
Bernard Charlès) dans le CAC, puisqu’à
périmètre comparable avec le CAC40
dans sa composition de 2017, la hausse
serait tout de même de 6%. 

BERNARD CHARLÈS
DE DASSAULT SYSTÈMES
ET FRANÇOIS-HENRI
PINAULT DE KERING 2017 2018
ÉMARGENT À 23
ET 22 MILLIONS D’EUROS
LES PLUS BELLES AUGMENTATIONS
ANNUELS RESPECTIVEMENT.
ET LES BAISSES LES PLUS SIGNIFICATIVES

L
a hausse la plus spectaculaire est sans surprise celle de François-Henri
Pinault, passée de 3,3 à 22 millions d’euros entre 2017 et 2018, soit une multi-
plication par 6,6. Le profit généré par Kering a augmenté parallèlement de 50%.
Les patrons de Publicis et de STMicro ont vu leur rémunération presque doubler
(multiplication par 1,72 et 1,65 respectivement). Les baisses les plus spectaculaires
se trouvent du côté de Legrand (-65%), Sodexo et Atos (-55%). 
14 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

LES PATRONS LES MIEUX ET LES MOINS BIEN PAYÉS DU CAC

D
eux patrons se distinguent cette
LES PATRONS LES MIEUX ET LES MOINS BIEN PAYÉS
année par leur rémunération :
DU CAC EN 2018
Bernard Charlès de Dassault
Systèmes et François-Henri Pinault
de Kering, qui émargent à 23 et 22 mil- 25000000
lions d’euros annuels respectivement.
En 2017, la rémunération maximale
d’un patron du CAC40 n’était « que »

22 985 334 €
de 11,2 millions d’euros, pour Douglas

21 873 974 €
Pferdehirt, le patron américain de
20000000
TechnipFMC. Pour Bernard Charlès,
ce niveau de rémunération est quasi
habituel puisqu’il a déjà touché 15 mil-
lions d’euros en 2017 (où son entreprise
Dassault Systèmes n’était pas encore
dans le CAC). En ce qui concerne 15000000
l’héritier de la fortune Pinault, dont
le père avait reproché en juin 2018, à
Emmanuel Macron de « ne pas com-
prendre les petites gens », cette rému-
11 348 630 €

nération record tient au versement 10000000


d’une prime exceptionnelle. Derrière
9 531 098 €

ces deux patrons très grassement


8 281 589 €

rémunérés, on trouve à nouveau celui


7 957 623 €

7 639 632 €

7 305 055 €
de TechnipFMC (11,3 millions d’euros

2 653 522 €
en 2018), puis celui de L’Oréal Jean-Paul

2 399 332 €

2 263 637 €

2 214 767 €
5000000
Agon (9,5 millions).
À l'autre bout du classement, c'est le PDG de

625 000 €
Legrand Gilles Schnepp qui se distingue.
Il ne touchera "que" sa rémunération fixe
normale de 625 000 euros. C'est le seul
patron du CAC40 à toucher moins de 0
PSA
L’ORÉAL
DASSAULT SYSTÈMES

KERING

TECHNIP FMC

ST MICRO

LVMH

CARREFOUR

BOUYGUES

SODEXO

ORANGE

CRÉDIT AGRICOLE

LEGRAND
1 million d'euros. Également parmi les
moins bien lotis (ou les plus raisonnables,
selon les interprétations), on trouve les
patrons du Crédit agricole et d'Orange,
avec 2,2 millions d'euros de rémunération
annuelle. 

GRAND ÉCART ENTRE PERFORMANCE DE L’ENTREPRISE


ET RÉMUNÉRATION PATRONALE

T
out comme le versement de plus vite d’une année sur l’autre que les
dividendes, l’évolution des bénéfices de son entreprise, celle du
rémunérations des patrons du patron de Dassault Systèmes cinq fois
CAC40 semble largement décorrélée plus vite. Celle du patron de Publicis a
de la performance de leurs entreprises. augmenté 26 fois plus vite que les pro-
Symbole de cette déconnexion  : le fits de son groupe...
patron de Carrefour, qui s’est adjugé On trouve également 7 entreprises où
LA RÉMUNÉRATION
une augmentation de 27%, à 7,3 millions la rémunération patronale a augmenté DU PATRON DE PUBLICIS
d’euros contre 5,7 en 2017, alors que d’une année sur l’autre malgré des résul- AUGMENTE 26 FOIS PLUS
son entreprise a enregistré des pertes tats en baisse : Air liquide, Capgemini, VITE QUE LES PROFITS
comptables en 2018. La rémunération Michelin, Safran, TechnipFMC, Unibail DE SON GROUPE.
du patron de Kering augmente dix fois et Vivendi. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 15

TOP 5 RETRAITES DORÉES, PRIMES EXCEPTIONNELLES, SALAIRES STRATOSPHÉRIQUES, INDEMNITÉS ET AVANTAGES EN NATURE

LES RÉMUNÉRATIONS PATRONALES


QUI ONT FAIT TACHE EN 2018
Cela commencerait presque à devenir répétitif. Cette année a connu son nouveau lot de scandales
autour de l’explosion des rémunérations patronales. En moyenne, selon le cabinet Proxinvest, les
rémunérations des grands patrons français ont progressé deux fois plus vite que celles des employés
de leur groupe1. Des rémunérations qui sont aussi totalement déconnectées de la performance sociale,
environnementale ou même économique des entreprises. Les patrons d’aujourd’hui ne semblent même
plus au service de leurs entreprises, mais de leurs propres intérêts et de ceux des marchés financiers.

CLARA GIRAUD
CARLOS GHOSN : L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

E
n novembre 2018, Carlos Ghosn, l’em- de l’alliance Renault-Nissan, dont le siège de ces rémunérations. Dans ce domaine,
blématique PDG de Renault – mais est aux Pays-Bas. Au total, il recevait une l’impunité continue à être la règle. La
aussi de l’alliance Renault-Nissan rémunération tournant officiellement généralisation progressive du «  say on
et président non exécutif de Nissan et entre 12 et 15 millions d’euros tous les ans. pay » - autrement dit le droit des action-
Mitsubishi Motors –, était écroué au Japon Dérives aussi en termes de transparence naires de se prononcer sur la rémunéra-
à la surprise générale. Il est notamment tion des dirigeants – ne signifie en rien
accusé d’avoir sous-déclaré ses revenus que ces rémunérations soient désormais
issus de l’achat et de la vente d’actions, sous contrôle des diverses parties pre-
ainsi que d’avoir utilisé les fonds de l’en- nantes de l’entreprise et encore moins
treprise à des fins personnelles. Il a depuis de la société dans son ensemble. En 2016,
été démis de la plupart de ses fonctions. le package de rémunération de Carlos
Au-delà des fraudes présumées, le cas de Ghosn avait été refusé par l’assemblée
Carlos Ghosn est surtout le reflet exacerbé générale des actionnaires de Renault,
de dérives au sommet des grandes mul- du fait notamment de l’opposition du
tinationales. Dérives en termes de rému- gouvernement français. Il n’en avait pas
LE CAS DE CARLOS GHOSN
nération et de privilèges, tout d’abord. Le moins été finalement validé par le conseil
patron de Renault figure depuis des années
EST SURTOUT LE REFLET d’administration du groupe automobile.
parmi les mieux payés du CAC40, alors EXACERBÉ Enfin, le cas de Carlos Ghosn est aussi
même que sa rémunération en tant que DE DÉRIVES AU emblématique de la personnalisation à > >  >
PDG de Renault s’ajoutait à celles liées à ses SOMMET DES GRANDES
fonctions au sein de Nissan, Mitsubishi et MULTINATIONALES. 1 http://www.proxinvest.fr/?p=5316
16 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

> > > outrance de la direction des grandes TOM ENDERS : RETRAITE EN OR MASSIF


multinationales. Il a cultivé sa réputa-

U
tion de « cost killer », présidant seul à la n retraité favorisé  : le patron tions gratuites. La société mère Airbus
destinée de près d’un demi-million de allemand d’Airbus, Tom Enders, étant de droit néerlandais, ce « para-
salariés de par le monde, jusqu’à faire qui a quitté le groupe en chute doré » n’a pas été soumis au
l’objet d’une quasi-vénération au Japon. avril 2019. Il touche à cette occa- vote des actionnaires. Suite à ces
Il s’est aussi érigé en garant incontour- sion un « package » record de près deux scandales, Emmanuel Faber,
nable de l’alliance Renault-Nissan, ce de 40 millions d’euros, compre- le PDG de Danone, a annoncé qu’il
qui lui a permis de maintenir sa posi- nant une retraite chapeau de 1,3 renonçait pour sa part à sa retraite
tion en dépit de scandales comme celui million par an, une clause de chapeau ainsi qu’à son indem-
des cadres licenciés en 2011 en raison non concurrence de plus nité de non-concurrence,
d’accusations fabriquées d’espionnage de 3 millions d’euros et des d’une valeur estimée à 28
au profit de la Chine.  plans de distribution d’ac- millions d’euros. 

THIERRY PILENKO : FRANÇOIS-HENRI PINAULT :


PRIME À LA CASSE UNE ANNÉE « EXCEPTIONNELLE »

T L
hierry Pilenko, ancien PDG es rémunérations 2018 ont été tage que 38 patrons du CAC40. C’est
de l’entreprise parapétrolière particulièrement confortables une illustration de la part croissante
Technip, va quitter l’entreprise, chez Kering. Le PDG François- des rémunérations dites « exception-
désormais fusionnée avec l’américaine Henri Pinault a vu la sienne se porter nelles » – en réalité de plus en plus
FMC, avec une indemnité de départ à 21,87 millions d’euros. Pourtant, son régulières – dans les sommes tou-
plutôt confortable : près de 14 millions salaire fixe n’est « que » de 1,2 million chées par les PDG des firmes fran-
d’euros au total. L’annonce a fait tache d’euros. Ce qui explique cette explosion çaises. Aucun risque cependant que
alors que le groupe TechnipFMC, issu est la « part variable pluriannuelle » de ces rémunérations soient reje-
de la fusion, affiche 1,9 milliard de dol- 18,63 millions d’euros, directement tées en assemblée générale
lars de pertes en 2018. Le patron de liée à la performance boursière du des actionnaires, puisque la
TechnipFMC, Doug Pferdehirt, était en groupe de luxe. Le numéro 2 de holding de la famille Pinault,
2017 le mieux payé du CAC40 avec plus Kering Jean-François Palus Artemis, détient plus de 57%
de 11,2 millions d’euros de rémunéra- s’en tire lui aussi très bien des droits de vote. 
tions. Thierry Pilenko, son numéro 2, avec 12,68 millions d’euros,
n’était déjà pas très loin derrière. En dont 8,63 de part variable
additionnant dividendes et rachats pluriannuelle. Soit davan-
d’actions, TechnipFMC était aussi
en 2017 l’entreprise du CAC40 la plus
généreuse envers ses actionnaires,
auxquels elle a versé directement et
indirectement plus de deux fois ses LES RÉMUNÉRATIONS DITES « EXCEPTIONNELLES »
bénéfices pour l’année. Cette année, elle - EN RÉALITÉ DE PLUS EN PLUS RÉGULIÈRES –
a encore augmenté ses dividendes et REPRÉSENTENT UNE PART CROISSANTE
rachats d’actions en dépit de ses pertes DES SOMMES TOUCHÉES PAR LES PDG
comptables. DU CAC40.
Du côté des salariés et de leurs repré-
sentants, le tableau est tout autre.
Beaucoup estiment que la fusion s’est
faite au détriment des intérêts français,
QUAND LES ACTIONNAIRES DONNENT DE LA VOIX
et que le départ de Thierry Pilenko ne

L
fait qu’officialiser le passage de l’en- e vote des actionnaires des sociétés cotées sur la rémunération des dirigeants
treprise sous pavillon américain. Les est désormais contraignant. La firme parapétrolière CGG, en pleine crise, a
mauvais résultats de Technip et les eu au printemps 2019 le douteux honneur d’être la première à voir la rému-
réorganisations et suppressions d’em- nération proposée pour sa patronne rejetée par l’AG. Plusieurs autres entreprises,
plois en série semblent avoir entraîné comme Valeo, Atos ou Total, ont modifié ou retiré certaines résolutions relatives à
- déjà avant la fusion – une vague de la rémunération de leurs dirigeants avant de les soumettre aux actionnaires, pour
souffrance au travail au niveau du s’éviter l’affront d’un vote négatif. Le score moyen d’approbation des rémunérations
siège, avec plusieurs suicides.  patronales pour 2018 s’établit encore néanmoins à 82 %. Tout porte à croire que
sans ces nouvelles dispositions légales et les frémissements de rébellion qu’elles
ont suscités parmi les actionnaires, les rémunérations des patrons du CAC40
auraient augmenté encore plus fortement en 2018. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 17

DONNÉES LES SALARIÉS VOIENT LEUR PART DU GÂTEAU SE RÉDUIRE

DES ENTREPRISES DE PLUS EN PLUS


INÉGALITAIRES
En 2018, les groupes du CAC40 ont dépensé moins pour leurs salariés, et le fossé entre les rémunérations
patronales et les sommes versées aux employés s’est encore élargi. Désormais, un patron « vaut »
autant que 115 salariés moyens de son entreprise... et bien plus si l’on pouvait comparer les émoluments
des dirigeants du CAC aux salaires minimaux pratiqués par leurs firmes.

EN MOYENNE, UN PATRON DU CAC40 GAGNE AUTANT QUE 115 SALARIÉS

L
es grandes entreprises fran- En 2018, les groupes les plus inégalitaires
çaises sont de plus en plus iné- étaient Accor (avec un ratio de 445) et
galitaires. En 2018, le ratio entre Kering (avec un ratio de 366), illustrant
la rémunération des patrons du CAC40 dans le premier cas la faiblesse des
et les dépenses moyennes par salarié dépenses moyennes par salarié dans EN 2018,
s’établissait à 115, contre 110 en 2017. le groupe, et dans le deuxième cas l’ex-
LES GROUPES LES PLUS
En d’autres termes, un salarié moyen plosion de la rémunération de François-
doit travailler 115 jours pour que son Henri Pinault. Ils sont suivis par Carrefour INÉGALITAIRES ÉTAIENT
entreprise lui consacre autant d’argent (327), Dassault Systèmes, Essilor et ACCOR (AVEC UN RATIO
qu’à son patron en un jour. Il s’agit bien TechnipFMC. Toutes étaient déjà parmi DE 445)
des dépenses moyennes par salarié et les firmes les plus inégalitaires en 2017.
ET KERING (AVEC
non des salaires minimaux, dont les Les moins inégalitaires, à l’inverse, sont
montants ne sont généralement pas Legrand (ratio de 15,8), Crédit agricole UN RATIO DE 366).
rendus publics. (22,5), Orange (37,6) et Unibail (39,9). 

ACCOR 444,5

KERING 365,6

CARREFOUR 326,6

DASSAULT SYSTÈMES 216,9

LES ENTREPRISES LES PLUS ET LES MOINS


ESSILOR 206,8 INÉGALITAIRES DU CAC40 EN 2018
(RATIO ENTRE RÉMUNÉRATION PATRONALE
TECHNIP FMC 206,1
ET DÉPENSE MOYENNE PAR SALARIÉ)

LVMH 163,8

BNP PARIBAS 41,2

UNIBAIL 39,9

ORANGE 37,6

CRÉDIT AGRICOLE 22,,5

LEGRAND 15,8
18 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

LES ENTREPRISES LES FIRMES QUI DÉPENSENT BEAUCOUP POUR


DU CAC40 DÉPENSENT LEURS SALARIÉS, ET CELLES QUI DÉPENSENT PEU

P
MOINS POUR LEURS
eu de groupes du CAC40 publient social différencié des différents groupes
SALARIÉS des informations sur les salaires qui composent le CAC40. Parmi ceux
minimaux ou moyens en leur sein. qui dépensent le plus pour leurs sala-

S
i l’on voulait une preuve du par- Les chiffres sont rendus plus difficiles à riés, on trouve des entreprises à effectif
tage de plus en plus déséquilibré manipuler encore du fait de l’éparpille- relativement réduit comme Dassault
des richesses au sein des grandes ment international des effectifs, avec Systèmes ou Unibail-Rodamco. Ils sont
entreprises françaises, elle est là. Entre des systèmes sociaux peu comparables suivis par Airbus, Crédit agricole, Sanofi,
2017 et 2018, les dépenses moyennes entre eux. La mesure que nous adop- BNP Paribas et Axa. Autrement dit, des
par salariés des groupes du CAC40 tons ici est la « dépense moyenne par firmes du secteur financier ou avec une
ont baissé de 1,15% en moyenne – tan- salarié », autrement dit les charges de importante activité de recherche.
dis que dividendes et rémunérations personnel (salaires, cotisations sociales À l'autre bout du classement, les firmes
patronales augmentaient de 15 et 10% et autres) divisées par l’effectif total du qui dépensent le moins pour leurs sala-
respectivement. Traditionnellement, groupe. La dépense moyenne par salarié riés relèvent du secteur de l'hospitalité,
la redistribution d’une partie des en 2018 s’établissait à 57 300 euros sur de la restauration et de la grande dis-
bénéfices produits par l’entreprise aux l’ensemble du CAC40 pour 2018, contre tribution (Accor, Sodexo et Carrefour)
salariés était un moyen de les motiver, 57 997 euros en 2017. avec probablement une proportion plus
voire d’acheter la paix sociale en cas Ces chiffres ne reflètent donc pas ce forte d'emplois à temps partiel. Essilor
de restructuration et de suppressions que touchent effectivement les salariés et Danone se distinguent également par
d’emploi. Au vu des chiffres de cette à la fin de chaque mois. En revanche, ils des dépenses par salarié relativement
année, c’est de moins en moins vrai.  mettent clairement en lumière le profil basses. 

DASSAULT SYSTÈMES 105 576 €

UNIBAIL 105 386 €

AIRBUS 98 353 €

CRÉDIT AGRICOLE 98 235 €

SANOFI 88 982 €

BNP PARIBAS 82 009 €

RENAULT 36 628 €

DANONE 35 261 €
LES ENTREPRISES DU CAC40
QUI DÉPENSENT LE PLUS ET LE MOINS
CARREFOUR 22 368 € PAR SALARIÉ EN 2018

SODEXO 21 486 €

ESSILOR 21 337 €

ACCOR 9 275 €

0 20 000 40 000 60 000 80 000 100 000 120 000


LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 19

TOP 5 MÉCÉNAT, FILIALES EN SUISSE, SECRET, RESCRITS FISCAUX ET SANCTIONS RECORD

PAS BESOIN D’ALLER DANS DES ÎLES


TROPICALES POUR OPTIMISER
SES IMPÔTS
L’année écoulée n’ayant pas connu de grand scandale d’évasion fiscale sur le modèle des « LuxLeaks »
ou des « Panama Papers », ce sont les pratiques d’évitement fiscal des grands groupes plus près de
chez nous, voire en France même, qui ont le plus retenu l’attention. Évitement fiscal qui emprunte
parfois des voies auxquelles on ne s’attendrait pas, comme celle du mécénat.

ACAZORZI
LE MÉCÉNAT COMME OUTIL D’OPTIMISATION FISCALE

S
uite à l’incendie de Notre-Dame, d’euros. Et environ 250 millions d’euros bitants affichés par le groupe LVMH et
milliardaires et multinationales pour les cinq premières firmes, dont les l’entreprise en charge de la construc-
se sont bousculés pour offrir des magistrats de la rue Cambon taisent le tion, Vinci, sans commune mesure avec
millions d’euros pour la reconstruction nom mais qu’il n’est pas trop difficile ceux observés sur d’autres projets com-
du monument. Mais le premier effet d’identifier parmi les ténors du CAC40. parables.  .
de cette générosité apparente a été de Un exemple en particulier ne peut
relancer le débat sur les exonérations manquer d’attirer l’attention : celui de
fiscales liées au mécénat, créées par la la Fondation Louis Vuitton, inaugurée
loi Aillagon de 2003. Le mécénat, un en 2016 dans le bois de Boulogne à Paris,
nouvel outil d’optimisation fiscale à dis- lieu d’expositions de prestige voulu par
position des multinationales ? Difficile le PDG de LVMH Bernard Arnault. Le UNE POIGNÉE
de ne pas se poser la question lorsque coût de cet édifice conçu par l’architecte DE TRÈS GROSSES
l’on constate, avec la Cour des comptes star Frank Gehry, initialement estimé
dans un rapport publié fin 2018, qu’une à 100 millions d’euros, aura finalement
ENTREPRISES
poignée de très grosses entreprises été selon les magistrats de la Cour des CONCENTRENT
concentrent l’essentiel des réductions comptes de 790 millions. Mais LVMH L’ESSENTIEL
fiscales au titre de la loi Aillagon. En aura pu décompter de son impôt sur DES RÉDUCTIONS
2016, les 36 plus grandes entreprises les bénéfices (via diverses sociétés du
représentaient à elles seules les trois groupe) environ 518 millions grâce à la
FISCALES AU TITRE
quarts des réductions fiscales consen- niche fiscale sur le mécénat. Beaucoup DU MÉCÉNAT.
ties au titre de cette loi : 432 millions s’étonnent d’ailleurs de ces coûts exor-
20 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

KERING SOLDE SANCTION EUROPÉENNE POUR ENGIE, AMENDE


UN SCANDALE FISCAL FRANÇAISE POUR UBS

E
À 1,25 MILLIARD
n 2018, la Commission euro- par la justice française à une amende
D’EUROS EN ITALIE péenne a contraint Engie à historique de 3,7 milliards d’euros, pour

L
e géant français du luxe a fini par verser 120 millions d’euros au démarchage bancaire illégal et blanchi-
se mettre d’accord au printemps Luxembourg au titre d’impôts non ment aggravé de fraude fiscale en France.
2019 avec la justice italienne pour acquittés. Le groupe énergétique avait Près de 23 milliards d’euros auraient
payer un montant d’impôts supplé- placé plusieurs milliards d’euros dans quitté la France pour être hébergés dans
mentaire de 1,25 milliard d’euros. En des filiales luxembourgeoises, où un des comptes en Suisse. La banque devra
cause : des pratiques d’optimisation arrangement fiscal avec le gouverne- également s’acquitter de 800 millions
fiscale de sa filiale Gucci via la Suisse. ment du Grand-Duché aurait permis d’euros de dommages et intérêts. Ses
Mediapart, qui avait révélé l’affaire que certains bénéfices soient taxés à avocats ont annoncé qu’ils feront appel.
avec des médias européens, avait évo- seulement 0 ,03%. Plusieurs dirigeants de la banque ont
qué de son côté une fraude fiscale de UBS, première banque privée mondiale, a aussi été condamnés à des amendes et
2,5 milliards d’euros, concernant non finalement été condamnée en mars 2019 des peines de prison avec sursis.  .
seulement l’Italie mais aussi la France,
et allant au-delà de Gucci. Une plainte
au pénal a été déposée en Suisse. Selon
LES MULTINATIONALES PAIENT NETTEMENT MOINS
une enquête de l’ONG suisse Public
Eye, près de 70% des profits de Kering D’IMPÔT QUE LES PETITES ENTREPRISES
avaient été localisés en Suisse, dans

D
la vallée du Tessin, pour l’année 2012, ans la plupart des pays euro- au lieu de 30). Les exceptions sont la
alors que seulement 2% des employés péens, les multinationales Grèce (28% de taux effectif contre 24%
du groupe y travaillaient.  . paient nettement moins d’im- de taux nominal) et deux pays dont le
pôts que ne le suggère le taux d’impo- taux d’imposition est déjà faible : l’Ir-
sition officiel1. La palme en la matière lande (16% de taux effectif contre 13%
revient au Luxembourg où le taux d’im- de taux nominal) et la Roumanie (17

70 %
position théorique est de 29%, mais où contre 16%).
les multinationales ne reversent au fisc Il s’agit bien d’un phénomène spécifi-
en moyenne que 2% de leurs bénéfices, quement européen. Par comparaison,
grâce à des arrangements du type de les taux d’imposition effectifs pratiqués
DES PROFITS DE KERING ceux dénoncés dans le scandale des par d’autres pays de l’Europe hors UE
« LuxLeaks ». Le phénomène concerne (comme la Norvège) ou d’autres conti-
POUR 2012 ÉTAIENT
non seulement des pays réputés pour nents sont beaucoup plus proches de
LOCALISÉS EN SUISSE leurs largesses fiscales comme les leur taux nominal - et dans de nom-
DANS LA VALLÉE Pays-Bas (10% d’imposition effective breux cas, plus élevés. L’étude confirme
DU TESSIN, contre un taux nominal de 25%) ou également que dans la plupart des
QUI NE REPRÉSENTAIT la Belgique (14% au lieu de 35%), mais pays européens, plus une entreprise
QUE 2 % DES EMPLOYÉS également des pays comme la France est grande, plus son taux d’imposition
DU GROUPE. (17% au lieu de 33%) ou l’Allemagne (20% est faible. Au final, le taux d’imposition
effectif moyen de l’UE tourne autour
1 https://www.greens-efa.eu/en/article/docu-
ment/effective-tax-rates-for-multination-com-
de 15%, alors que la moyenne du taux
panies-in-the-eu/ nominal est de 23%.  .

EN FRANCE, L’OPACITÉ FISCALE SE PORTE TOUJOURS BIEN

L
es autorités françaises ont partiel- domaine par le fisc. Malgré les aména- mières à en bénéficier. Il a également
lement supprimé, à l’automne 2018, gements apportés, la justice ne pourra annoncé que le recours aux rescrits (ces
le « verrou de Bercy », autrement toujours pas s’auto-saisir ni examiner arrangements fiscaux confidentiels au
dit le monopole de l’administration sur les affaires de manière autonome. centre du scandale des LuxLeaks) serait
les poursuites en matière de fraude fis- Parallèlement, le gouvernement a éga- facilité. Autre sujet sur lequel l’opacité
cale. Ce « verrou » était au centre des lement créé un dispositif de « partena- continue à régner : le montant des aides
critiques en raison du très faible nombre riat fiscal » entre grandes entreprises et publiques aux entreprises, et notam-
d’affaires effectivement portées devant l’administration, basé sur une « relation ment celui des crédits d’impôt comme le
les tribunaux par les ministères, et pour de confiance ». Engie, Total, BPCE, Nestlé CIR (crédit impôt recherche) ou le CICE
l’opacité des décisions prises dans ce et General Electric seront parmi les pre- (crédit impôt compétitivité emploi). 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 21

DONNÉES LES VRAIS CHIFFRES DE LA FISCALITÉ

DES MILLIERS DE FILIALES


POUR DES IMPÔTS RÉDUITS
Entre 2010 et 2017, l’impôt sur les sociétés versé par le CAC40 a baissé de plus de 6% en valeur absolue,
tandis que ses bénéfices augmentaient parallèlement de plus de 9%... et les dividendes de 40%. Entre
scandales de grande ampleur et optimisation fiscale au quotidien, l’impératif de réduire ses impôts
– et donc sa contribution à l’intérêt général – pour mieux servir les actionnaires est désormais bien
enraciné dans le CAC40. Au cœur de cet évitement fiscal : la structuration des groupes en milliers
de filiales de par le monde, dont une proportion significative sont ancrées dans des paradis fiscaux.

PLUS DE 16 000 FILIALES, DONT 14% DANS DES PARADIS FISCAUX

C
omprendre les stratégies d’évi- dizaines. Au total, ces informations plus dis fiscaux, selon les données disponibles,
tement fiscal des multinatio- ou moins exhaustives permettent de sont Vivendi, Publicis et Valeo.
nales implique de comprendre la retrouver la trace de 16 613 filiales du Ces proportions ne sont données qu’à titre
manière dont elles sont structurées juri- CAC40 partout dans le monde. indicatif, pour donner une idée du poids des
diquement en une pléthore de filiales aux Un peu moins de 2400 de ces filiales, soit paradis fiscaux dans la structuration des
quatre coins du monde. Si la plupart de 14,4%, sont localisées dans des pays ou groupes. D’un côté, les groupes du CAC40
ces filiales sont établies en vue d’une acti- des territoires considérés comme des peuvent très bien avoir des filiales dans
vité réelle, d’autres le sont pour alléger paradis fiscaux ou judiciaires – parfois des pays comme la Suisse ou les Pays-Bas
l’ardoise fiscale du groupe, typiquement des îles plus ou moins éloignées comme qui correspondent à des activités réelles,
en logeant certains profits dans des pays les Bermudes, l’île Maurice ou Jersey, et n’ont pas été établies pour des raisons
ou des territoires où ils seront peu ou pas mais le plus souvent des pays européens fiscales. À l’inverse, des filiales aux États-
taxés : les fameux « paradis fiscaux ». comme la Suisse, le Luxembourg, les Pays- Unis (non décomptées ici sauf lorsque leur
Si toutes les entreprises du CAC40 ont Bas ou l’Irlande. Ce sont LVMH et Kering, localisation est explicite) peuvent en réalité
recours à des degrés divers à ces paradis les deux géants du luxe, qui comptent la avoir été établies dans l’État du Delaware,
fiscaux, l’information qu’elles divulguent plus grosse proportion de filiales dans un paradis fiscal notoire.
à ce sujet est très variable. Certaines des paradis fiscaux (27 et 25% respective- Pour les entreprises qui publient des don-
comme Engie ou Vinci rendent publiques ment). Ce qui s’explique il est vrai en partie nées relativement complètes, il est pos-
des listes exhaustives où l’on trouve des par la localisation de leurs clients... Ils sont sible de comparer la localisation de leurs
centaines de filiales, avec leur pays d’im- suivis par ST, BNP Paribas, TechnipFMC, filiales aux pays où sont concentrés leurs
plantation. D’autres ne fournissent que Danone, Atos et Unibail, tous entre 20 et activités d’extraction de pétrole (dans le
le nom des principales filiales, quelques 24%. Les moins présentes dans les para- cas de Total) ou à ceux où se concentrent
leurs effectifs (dans le cas de BNP Paribas).
Les pays qui comptent de nombreuses
EN MOYENNE, LE CAC40 A PAYÉ 26,7% filiales sans activité réelle jouent probable-
D’IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ment un rôle dans les stratégies fiscales

L
es chiffres publiés par le CAC40 sur On retiendra tout de même qu’en moyenne, de ces groupes. 
leurs impôts sont notoirement peu les entreprises du CAC40 ont versé 26,7%
fiables et encore moins informatifs. d’impôt sur les sociétés en 2018, alors que

+ 295 M€
Tout d’abord, il s’agit de chiffres consolidés le taux nominal en France est de 34%. La
au niveau mondial. Seule une poignée de palme du taux d’imposition effectif le plus
firmes publie des chiffres pays par pays, bas revient cette année à ArcelorMittal, qui
qui permettent de comparer ce qu’elles a touché un crédit d’impôt net de 295 mil- LA PALME DU TAUX
paient réellement aux taux d’imposition lions d’euros sur un résultat avant impôt D’IMPOSITION LE PLUS BAS
théoriques. Diverses formes de reports de 4,2 milliards. Autres entreprises qui s’en REVIENT À ARCELORMITTAL,
d’une année sur l’autre, d’impôts différés et sortent bien : Atos (6,3% de taux d’imposi-
QUI A TOUCHÉ UN CRÉDIT
de crédits contribuent eux aussi à rendre tion), ST (7,3%), ou encore Unibail (8,4%).
les chiffres illisibles. Au gré des manipula- Cinq entreprises du CAC40 ont payé moins D’IMPÔT DE 295 MILLIONS
tions comptables, une entreprise peut très de 20% d’impôt sur les sociétés aussi bien D’EUROS SUR UN RÉSULTAT
bien verser des impôts exorbitants une en 2017 qu’en 2018 : ArcelorMittal, Atos, AVANT IMPÔT DE 4,2 MILLIARDS.
année et presque rien l’année suivante. Essilor, Renault et Unibail. 
22 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

DANS QUELS PAYS SONT LOCALISÉES JURIDIQUEMENT


LES FILIALES D'EXPLORATION ET PRODUCTION DE TOTAL ?

DANEMARK 3

ROYAUME-UNI 19 NORVÈGE 3

RUSSIE 4
FRANCE 63 PAYS BAS 56
CANADA 2

ÉTATS-UNIS 1

QATAR 3
EMIRATS ARABES UNIS 3

BERMUDES 8
ILES VIERGES BRITANNIQUES 2
NIGERIA 12 CONGO 2
VENEZUELA 2

BRÉSIL 3
AUSTRALIE 3

DE QUELS PAYS VENAIT VRAIMENT LA PRODUCTION


DE PÉTROLE ET DE GAZ DE TOTAL EN 2018 ?
(MILLIONS DE BARILS ÉQUIVALENT PÉTROLE)

KAZAKHSTAN 26 RUSSIE 142

CANADA 35 NORVÈGE 77
ROYAUME-UNI 65

QATAR 77
ÉTATS-UNIS 44 ALGÉRIE 17

LYBIE 23 EMIRATS ARABES UNIS 105

THAÏLANDE 19
NIGERIA 104

RDC 50

ARGENTINE 29 ANGOLA 77
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CRÉENT-ELLES DE LA RICHESSE POUR TOUS ET POUR TOUTES ? I 23

TOP 5 CARREFOUR, TECHNIP, ALSTOM, PSA ET SANOFI

CES CINQ POIDS LOURDS DU CAC,


SYMBOLES D’UN SYSTÈME MALADE
Les multinationales sont-elles devenues des machines à accaparer la richesse au profit de
quelques uns, et à faire sentir les coûts sociaux, économiques et environnementaux à tous les
autres, travailleurs compris ? Cinq groupes du CAC40 illustrent la dérive de la gestion des grandes
entreprises françaises.

CARREFOUR
dance s’est accélérée. 2400 emplois ont entre 2017 et 2018, passant à 7,3 mil-
été supprimés au siège en France, les lions d’euros. De sorte que Carrefour est
magasins de hard discount Dia ont été devenue l’une des entreprises les plus
vendus, et le groupe a annoncé en 2019 inégalitaires du CAC40 : son PDG gagne
3000 nouvelles suppressions d’emploi. presque autant en un jour qu’un salarié
Pourtant, Carrefour avait touché en moyen en un an. 
2017 149 millions d’euros des pouvoirs
publics au titre du CICE (Crédit impôt
pour la compétitivité et l’emploi), et 134
millions d’euros l’année précédente.

C
’est la saignée dans la grande Le groupe se porte-t-il si mal que ça ?
distribution. Les groupes de ce Il affiche certes un résultat négatif
secteur déjà caractérisé par des depuis deux ans, mais c’est en raison
salaires faibles et des conditions de de la dépréciation d’actifs dans ses
travail difficiles enchaînent les plans comptes. Et tout le monde n’est pas logé LES PERTES
de suppression d’emploi. À commen- à la même enseigne. Ces pertes ne l’ont DE CARREFOUR
cer par Carrefour. Depuis l’arrivée du pas empêché de distribuer 350 millions NE L’ONT PAS EMPÊCHÉ
nouveau PDG Alexandre Bompard, pur de dividendes par an à ses actionnaires, DE DISTRIBUER
produit de ces élites publiques-privées c’est-à-dire principalement des grandes
350 MILLIONS
à la française puisqu’il a été conseiller fortunes : la famille Moulin, Bernard
de François Fillon et inspecteur des Arnault, et le milliardaire brésilien
DE DIVIDENDES PAR AN
finances avant de prendre les rênes de Abilio Diniz. Alexandre Bompard a vu À SES ACTIONNAIRES.
Fnac-Darty puis de Carrefour, la ten- sa rémunération augmenter de 27%

TECHNIPFMC

U
ne autre entreprise qui pratique Côté face, TechnipFMC accuse une ce sujet. Enfin et surtout, loin de remettre
le grand écart est TechnipFMC. perte de 1,9 milliard d’euros en 2018. en cause son modèle industriel face à
Côté pile, l’entreprise parapétro- Les mauvais résultats de Technip et l’enjeu climatique, TechnipFMC parti-
lière issue de la fusion entre le français les réorganisations en série semblent cipe activement à l’ouverture de nou-
Technip et l’américain FMC est particuliè- avoir entraîné – déjà avant la fusion – veaux gisements de pétrole et de gaz
rement généreuse avec ses dirigeants et une vague de souffrance au travail au comme au Mozambique ou dans l’Arc-
avec ses actionnaires. Son patron améri- niveau du siège, avec plusieurs suicides. tique russe. 
cain Douglas Pferdehirt est l’un des mieux Plusieurs milliers d’emplois devaient
payés du CAC40 avec plus de 11 millions être supprimés au niveau du groupe,
d’euros par an, tandis que l’ancien PDG de dont 700 pour le seul siège parisien. Les
Technip Thierry Pilenko est parti avec une syndicats dénoncent le gel des salaires
indemnité de départ de 14 millions. En depuis deux ans. La firme est aux prises
2018, TechnipFMC a redistribué 600 mil- avec des affaires de corruption, ayant
lions d’euros à ses actionnaires malgré des récemment accepté de verser 300 mil-
pertes, et en 2017 250 millions, soit deux lions de dollars aux autorités du Brésil et
fois et demi ses résultats. des États-Unis pour clore des enquêtes à
24 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

ALSTOM

C’
est devenu le symbole même et un carnet de commandes en hausse. En Les pouvoirs publics sont souvent tenus
de la crise – certains diraient du revanche, les anciennes activités énergé- pour responsables des difficultés des
démantèlement – des champions tiques d’Alstom qui ont été revendues à GE groupes industriels français, mais il ne
industriels français. Les activités énergie sont sous la menace d’un plan de suppres- faut pas oublier que les principaux béné-
d’Alstom ont été revendues à l’américain sion d’emplois, malgré les promesses qui ficiaires d’opérations comme le rachat
General Electric en 2014 dans des condi- avaient été faites par le géant américain. d’Alstom par GE sont les dirigeants – qui
tions controversées, et ses activités ferro- partent avec de confortables indemni-
viaires étaient promises à un mariage avec tés de départ – et les actionnaires (et
l’allemand Siemens, avec la bénédiction notamment en l’occurrence la famille
des dirigeants, des actionnaires et de l’État Bouygues), qui empochent au passage des
français. Sauf que la Commission euro- ALSTOM EST DEVENU dividendes exceptionnels. Sans oublier
péenne s’en est mêlée, refusant ce rachat LE SYMBOLE MÊME les banquiers d’affaires et les cabinets
au nom de la lutte contre les monopoles. DE LA CRISE d’avocats grassement rémunérés pour
Dans les deux cas, l’argument était le - CERTAINS DIRAIENT DU boucler ce type d’opération. 
même : Alstom était trop petit pour peser DÉMANTÈLEMENT - DES
dans la concurrence mondiale, et devait
CHAMPIONS INDUSTRIELS
s’allier à plus grand pour survivre. Sauf
qu’en réalité, Alstom se porte très bien FRANÇAIS.
sans Siemens, avec un chiffre d’affaires

PSA

C
a r l o s mentant au niveau mondial. Le groupe bile européen, en critiquant les objectifs
Ghosn, a aussi dépensé presque 6 % de moins européens de réduction de la pollution de
l ’a n c i e n en rémunération par salarié qu’en 2017. l’air et des émissions de CO2, qu’il juge trop
PDG de Renault, Le tout grâce notamment aux nouveaux ambitieux. 
aura été cette outils de flexibilisation créés par la loi
année l’homme Macron. Son taux d’imposition effectif
par qui le scandale est arrivé, mettant n’a été que de 15 %. Carlos Tavares s’est en
en lumière les excès des grands patrons. revanche octroyé une augmentation de EN 2018, MALGRÉ
Mais c’est son principal concurrent PSA, 14 %, à 7,6 millions d’euros. Et n’oublions UN BÉNÉFICE EN HAUSSE
aujourd’hui dirigé par l’ancien adjoint de pas que les bons résultats sont principa-
DE PRESQUE 50%, PSA
Carlos Ghosn, Carlos Tavares, qui illustre lement dus à la croissance du marché
le mieux la dynamique négative dans des SUV, les «  sport utility vehicles  », A SUPPRIMÉ DES EMPLOIS
laquelle est engagée le secteur automobile ces véhicules très polluants et sources EN FRANCE.
français. En 2018, malgré un bénéfice en de multiples nuisances dans nos villes.
hausse de presque 50 %, PSA a supprimé Carlos Tavares s’est d’ailleurs illustré cette
des emplois en France tout en les aug- année, en tant que chef du lobby automo-

SANOFI

S
anofi défraie 114% de ses bénéfices. Son patron Olivier dépenses aux États-Unis plus un milliard
la chronique Brandicourt reste, malgré un salaire un de contributions politiques en 2018, et plus
depuis des baisse, l’un des mieux payés du CAC. Les d’un milliard d’euros à Bruxelles, Sanofi est
années avec ses bénéfices de Sanofi, comme de toute l’in- le groupe du CAC40 qui dépense le plus en
plans sociaux, dustrie pharmaceutique, sont pourtant lobbying. C’est aussi celui qui a le plus de
notamment en largement issus des fonds publics dédiés liens d’intérêts avec des professionnels de
France. Nouvelle à la santé et à la sécurité sociale. En 2017, santé en France, avec au moins 500 mil-
illustration en 2019 avec des centaines par exemple, le laboratoire a bénéficié de lions d’euros dépensés à leur profit entre
suppressions d’emploi annoncées dans les 561 millions de remboursements de l’assu- 2012 et 20181. 
fonctions support, chez les commerciaux rance maladie française. Ce qui explique
et – une nouvelle fois – dans la R&D. En les sommes consacrées par Sanofi à soi-
2018, le groupe a versé près de 5 milliards gner ses relations avec les responsables
d’euros à ses actionnaires sous forme de publics et les professionnels de santé.
1 https://www.bastamag.net/webdocs/
dividendes et de rachats d’actions, soit Avec près de 5 milliards de dollars de pharmapapers/
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 25

02
LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
CONTRIBUENT-ELLES
À LA SAUVEGARDE DU
CLIMAT ?
26 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 MINES, CENTRALES ÉLECTRIQUES, CHAUFFAGE URBAIN, CONVERSION À LA BIOMASSE ET SOUTIEN FINANCIER

CES ENTREPRISES FRANÇAISES


TOUJOURS ACCROS AU CHARBON
Le charbon est universellement reconnu comme l’une des sources d’énergies les plus sales, aussi bien
localement que pour le climat global. Il constitue donc une cible prioritaire pour pouvoir atteindre les
objectifs de l’Accord de Paris, et la plupart des grandes entreprises françaises ont annoncé à grand
fracas qu’elles en avaient fini avec le charbon. À y regarder de plus près, cependant, la sortie annoncée
apparaît plus lente et plus partielle que ce que la comm’ du CAC40 laisse à penser.

GUY GOREK
EN TOUTE DISCRÉTION, ENGIE CONSTRUIT LES AMBIGUÏTÉS
UNE NOUVELLE CENTRALE CHARBON AU MAROC DE VEOLIA

D E
epuis la COP21, Engie se veut un massives d’eau de mer pour son refroi- n 2018, Veolia a officiellement
champion de la transition éner- dissement. Elle risque de porter le coup décidé d’un programme de
gétique. Ce qui implique, notam- de grâce aux écosystèmes marins qui fai- « sortie » du charbon. L’occasion
ment, un désinvestissement résolu du saient naguère de Safi le premier port de de découvrir que ce groupe fait une
charbon (voir ci-dessous). Pourtant, dans pêche du pays. Pour couronner le tout, une consommation importante de cette
le même temps et en toute discrétion, partie importante de l’électricité produite source fossile, principalement pour
Engie a construit au Maroc une centrale à Safi a été exportée vers l’Espagne... Une ses activités dans le chauffage col-
charbon flambant neuve dans le port de manière pour l’Europe de sortir plus faci- lectif urbain en France et en Europe.
Safi, en partenariat avec Nareva, holding lement du charbon en « externalisant » ses À y regarder de plus près, la « sortie »
de la famille royale. Entrée en fonction fin émissions les plus polluantes.  telle que la conçoit Veolia reste très
2018, la centrale comprend deux unités partielle. Le groupe pourra continuer
de 693 MW. Elle reçoit pour fonctionner à utiliser du charbon tant qu’il y ajou-
plusieurs milliers de tonnes de charbon tera des combustibles « alternatifs »
par jour, mais comme le nouveau port qui ENGIE A CONSTRUIT (déchets ou biomasse) ou qu’il récupé-
devait accompagner la centrale n’est pas AU MAROC UNE CENTRALE rera la chaleur fatale des installations
achevé, ce charbon arrive par camion-re- CHARBON FLAMBANT NEUVE concernées. Dans d’autres pays, comme
morque. Les habitants de la ville, déjà vic- en Australie, le groupe Veolia continue
DANS LE PORT DE SAFI, EN
times de la pollution et des nuisances liées à faire la promotion active de ses « ser-
PARTENARIAT AVEC NAREVA,
à l’industrie des phosphates et du ciment, vices » à l’industrie du charbon, aussi
ont entamé un mouvement de protesta- HOLDING DE LA FAMILLE bien dans les mines que dans les cen-
tion. En plus de ses émissions de CO2, la ROYALE. trales. 
centrale de Safi utilisera des quantités
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 27

BNP PARIBAS ET SOCIÉTÉ GÉNÉRALE ONT TOUJOURS LES MAINS SALES

L
e constat des ONG est sans appel :
les grandes banques françaises
continuent, trois ans après l’Ac-
cord de Paris, à financer massivement
les énergies sales fortement émet-
trices de gaz à effet de serre, tandis
que leur soutien aux énergies renou-
velables patine. Et ce alors même qu’il
ne se passe pas un mois sans que ces
mêmes grandes banques annoncent
un nouvel engagement «  vert  » ou
lancent un nouveau produit financier
« décarboné ».

MARKUS LUTTER
Entre janvier 2016 et septembre 2018,
selon les Amis de la Terre1, BNP Paribas,
Société générale et Crédit agricole ont
encore investi près de 10 milliards dans
les entreprises actives dans le secteur 2015, alors même que le charbon est financement et d’investissement au
du charbon, comme l’allemande RWE, largement considéré comme la source charbon d’ici 2030 dans les pays euro-
au centre d’une lutte épique pour pro- d’énergie à éliminer en priorité pour péens et de l’OCDE, d’ici 2040 en Chine
téger la forêt de Hambach, dans l’ouest contenir le réchauffement des tempé- et d’ici 2050 dans le reste du monde. 
de l’Allemagne, contre l’extension d’une ratures globales.
de ses mines. 10 milliards, c’est 50 % Comment comprendre ce grand écart
de plus qu’au cours de la période 2013- entre les discours et la réalité ? C’est
que les banques, derrière une com-
ENTRE JANVIER 2016
1 http://www.amisdelaterre.org/Rapport-trois- munication soignée, se contentent
ans-apres-la-COP21-les-banques-francaises- généralement de demi-mesures et ET SEPTEMBRE 2018,
financent-toujours-plus.html
d’exclusions partielles, qui ne per- LES TROIS POIDS LOURDS
mettent pas d’inverser vraiment la ten- BANCAIRES FRANÇAIS ONT
dance. Le Crédit agricole a néanmoins ENCORE INVESTI PRÈS DE
CENTRALES CHARBON : publié, à l’occasion de son assemblée 10 MILLIARDS DANS LES
ENGIE CHOISIT générale 2019, une politique plus ENTREPRISES ACTIVES DANS
DE VENDRE PLUTÔT ambitieuse de sortie du charbon, avec
LE SECTEUR DU CHARBON.
QUE DE FERMER notamment l’engagement de réduire à
zéro l’exposition de ses portefeuilles de

N
aguère un champion toutes
catégories du charbon avec
plusieurs dizaines de centrales
électriques dans le monde, le groupe EDF ET UNIPER : ATERMOIEMENTS AUTOUR
énergétique Engie a amorcé en 2015, à DES CENTRALES CHARBON FRANÇAISES
l’occasion de la Conférence climatique

F
de Paris, une politique volontariste de ermeront, fermeront pas ? Et sur- préservation de l’emploi et exigences
retrait. Au grand dam des écologistes, tout quand ? Cela fait des années écologiques, en évitant soigneusement
cependant, Engie se contente géné- que le gouvernement français le vrai sujet : le besoin d’investir dans
ralement de revendre ses centrales à souffle le chaud et le froid sur la date de une véritable reconversion des instal-
d’autres entreprises, plutôt que de les fermeture des quelques centrales élec- lations industrielles et des salariés.
fermer. Au final, ces cessions n’ap- triques qui utilisent encore du charbon, Quant aux autres centrales charbon
portent donc aucun bénéfice pour le cli- notamment celles d’EDF à Cordemais françaises, historiquement propriété
mat – au contraire sans doute, puisque et au Havre. En cause notamment : le du groupe E.on, puis passées entre les
les firmes ou les fonds d’investissement coût social de ces fermetures. Un pro- mains d’Uniper, eelles ont été rache-
qui rachètent ces centrales risquent fort jet de reconversion de la centrale de tées par le milliardaire tchèque Daniel
de les exploiter à outrance pour rentabi- Cordemais à la biomasse a été élaboré Křetínský, qui s’est fait une spécialité
liser l’investissement. En janvier 2019 par les salariés, mais les écologistes de l’acquisition d’actifs devenus trop
par exemple, Engie a revendu ses cen- doutent de sa viabilité et craignent son « sales » pour les groupes énergétiques
trales charbon situées en Allemagne impact environnemental. La direction de l’ouest de l’Europe. Il ne risque pas
et aux Pays-Bas au fonds Riverstone d’EDF et l’État se contentent de mettre de rendre la sortie du charbon plus
Holdings pour 200 millions d’euros. en avant les difficultés d’arbitrer entre facile. 
28 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 BRÉSIL, ARCTIQUE, ÉTATS-UNIS, AFRIQUE ET AZERBAÏDJAN

LES NOUVELLES FRONTIÈRES


DU PÉTROLE ET DU GAZ CIBLÉES
PAR LES MULTINATIONALES FRANÇAISES
Les énergies dites fossiles – charbon, pétrole et gaz – représentent de loin la première source
d’émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Contenir le réchauffement des températures
globales à moins de 2°C et si possible à moins de 1,5°C, conformément aux objectifs de l’Accord de
Paris, implique de ne pas exploiter de nouveaux gisements de pétrole et de gaz, voire de fermer
prématurément les gisements actuellement exploités. Mais c’est tout le contraire que font les
multinationales françaises, à commencer bien entendu par la major pétrolière tricolore : Total.

JOISEY SHOWAA
LES EXPORTATIONS DE GAZ DE SCHISTE DEPUIS LES ÉTATS-UNIS

P
our être économiquement viable, hydraulique. Les importations en France comme le rachat du terminal d’exporta-
l’industrie du gaz de schiste améri- de gaz de schiste américain – rebaptisé tion Cameron LNG en Louisiane à Engie.
cain devait s’ouvrir l’accès aux mar- « gaz de la liberté » par l’administration Décisions qui ont confirmé son intérêt
chés internationaux, et notamment celui Trump – ont effectivement commencé non seulement pour l’exploitation du
de l’Europe. C’est désormais chose faite. fin 2018 et se poursuivent à un bon rythme. gaz de schiste proprement dite (avec
Dès 2015, aussi bien EDF qu’Engie avaient En 2018-2019, Total a pris plusieurs déci- ses parts dans des gisements au Texas
passé des accords pour importer du gaz sions d’investissements importants, et dans l’Ohio), mais aussi et surtout
de schiste nord-américain en France. Ces pour son exportation vers les marchés
contrats avaient été alors sévèrement cri- internationaux. Les banques françaises,
tiqués, parce que contradictoires avec les et notamment la Société générale, sont
engagements en faveur du climat pris au PARFOIS PRÉSENTÉ elles aussi activement impliquées dans
même moment par les deux géants fran- PAR L’INDUSTRIE COMME le financement des projets de gazoducs
çais, sur fond de COP21 à Paris. Parfois pré- UNE ÉNERGIE FOSSILE et de terminaux d’exportation qui ont
senté par l’industrie comme une énergie fleuri ces dernières années sur les côtes
« PLUS PROPRE », LE GAZ
fossile « plus propre », le gaz est en réalité nord-américaines. Le développement
une source importante non seulement EST EN RÉALITÉ UNE SOURCE des exportations vers l’Europe et l’Asie,
de CO2, mais aussi de méthane, un gaz à IMPORTANTE NON SEULEMENT favorise en retour l’intensification de
effet de serre 100 fois plus puissant à court DE CO2, MAIS AUSSI l’exploitation du gaz de schiste aux
terme. Et ce notamment lorsqu’il est extrait DE MÉTHANE. États-Unis, et attise les controverses
– comme c’est le cas ici - par fracturation sur son impact écologique et sanitaire. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 29

MOZAMBIQUE, OUGANDA... L’ARCTIQUE RUSSE

L
TOTAL CIBLE ENCORE ET TOUJOURS L’AFRIQUE
a fonte des glaces ne fait pas que

D
epuis toujours ancré en Afrique, le des malheureux. Plusieurs pays,
groupe pétrolier Total ne semble à commencer par la Russie et les
pas prêt d’aller voir ailleurs. Outre États-Unis, y voient aussi une opportu-
sa présence historique dans les pays de la nité d’ouvrir de nouveaux gisements de
« Françafrique » (Gabon, Congo...), la major pétrole et de gaz. Dans le Grand Nord
tricolore est également présente depuis russe, la péninsule de Yamal apparaît
comme un nouvel eldorado gazier,
exploité en particulier par Total en par-
LE MOZAMBIQUE MISE tenariat avec Novatek, une entreprise
GROS SUR L’EXPLOITATION dont le groupe français détient 20 %, et
DE SES RÉSERVES DE GAZ, une autre firme française, TechnipFMC.
Le projet Yamal LNG, inauguré fin 2017,
ALORS MÊME QU’IL A ÉTÉ
a commencé à exporter massivement
FRAPPÉ DÉBUT 2019 son gaz en Europe et en Asie, y compris
PAR DEUX CYCLONES dans les terminaux méthaniers d’Engie
HISTORIQUES. en France. Un second projet d’exploi-

CARSTEN TEN BRINK


tation gazière dans la péninsule russe,
Arctic LNG, a été officiellement lancé
des décennies dans des pays comme avec les mêmes partenaires en 2019. 
l’Algérie, le Nigeria et l’Angola. Elle vient
d’ailleurs d’y confirmer son ancrage en Au printemps 2019, Total a acquis pour
lançant des nouveaux projets, davantage 8 milliards de dollars les actifs africains VINCI ET LES BANQUES
tournés aujourd’hui vers l’exploitation du d’Anadarko, qui lui ont notamment ouvert
FRANÇAISES
gaz naturel et son exportation sous forme la porte des gisements gaziers offshore
liquéfiée. Dans le même temps, Total du Mozambique. Parfois présenté comme MISENT SUR LE GAZ
tourne ses regards vers de nouveaux pays un futur « Qatar africain », ce pays mise AZÉRI
du continent, comme l’Afrique du Sud ou gros sur l’exploitation de ses réserves de

D
la région des Grands Lacs. En Ouganda gaz, alors même qu’il a été frappé début écidément, tout le monde veut
et dans les pays alentour, le groupe fran- 2019 par deux cyclones historiques, qui approvisionner l’Europe en gaz.
çais développe des projets pétroliers qui ont fait des milliers de morts et des mil- Tandis que Russie et États-Unis
menacent la précieuse biodiversité de la lions de déplacés, dans lesquels beau- s’affrontent pour le marché européen,
région et sont accusés de porter atteinte coup ont vu la conséquence dramatique une autre source se prépare à arriver
aux droits des communautés. du réchauffement des températures.  par le Sud : le gaz en provenance d’Azer-
baïdjan, à travers un gazoduc en cours
de construction sur 3500 kilomètres,
DU BRÉSIL À LA GUYANE entre la mer Caspienne et le sud de l’Ita-
lie, le « Corridor gazier Sud ». La der-

U
ne autre région qui attire faveur des scandales qui ont embourbé nière section de ce gazoduc, le Trans
aujourd’hui les convoitises de la compagnie pétrolière brésilienne Adriatic Pipeline, ou TAP, est l’objet de
l’industrie pétrolière est la façade Petrobras, le groupe français a renforcé vives résistances notamment en Grèce
atlantique de l’Amérique du Sud. Total ses intérêts dans les gisements pétro- et en Italie, où paysans et riverains
s’est intéressé à des gisements potentiels liers offshore du « pre sal », au large de dénoncent des expropriations som-
situés à proximité de l’embouchure de Rio de Janeiro, situés à très grande pro- maires et le déracinement massif d’oli-
l’Amazone, au Brésil, mais ses projets ont fondeur sous une croûte de sel.  viers centenaires. Le groupe français
été retoqués par le régulateur brésilien, de BTP Vinci, via sa filiale Entrepose,
pour cause de risques environnemen- est l’un des principaux prestataires
taux. Un grand récif de corail abritant du chantier du TAP. Celui-ci bénéficie
une riche biodiversité vient juste d’être TOTAL A RENFORCÉ SES aussi d’un soutien appuyé de la finance
découvert au même endroit. Au large INTÉRÊTS DANS LES publique et privée française : la Société
de la Guyane française, Total a réussi à GISEMENTS PÉTROLIERS générale est la banque conseil du
convaincre l’administration hexagonale OFFSHORE AU LARGE DE RIO consortium TAP, localisé dans le canton
de lancer des forages tests, malgré les de Zug en Suisse, et l’un des principaux
DE JANEIRO, SITUÉS À TRÈS
critiques des écologistes. Ces forages financeurs du projet. 
n’ont pas été concluants.
GRANDE PROFONDEUR SOUS
Plus au sud, en revanche, Total semble UNE CROÛTE DE SEL.
rencontrer davantage de succès. À la
30 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 BIOCARBURANTS, BIOGAZ, BIOMASSE, BIOCOMPTEURS ET BIOVOITURES

LES « ÉNERGIES VERTES » PAS VRAIMENT


VERTES
Agrocarburants, gaz vert, voitures électriques, biomasse et compteurs intelligents... Les industriels
ne sont pas avares d’idées pour faire face au changement climatique. Mais ces « solutions » sont
souvent une source de problèmes supplémentaires, sans apporter de réponse décisive à l’impératif
de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Leur principal intérêt est sans doute de préserver
au maximum le modèle industriel des grands groupes et leurs profits potentiels, tout en évitant des
réformes plus radicales.

SIMONE FRATINI - DJFRAT


AGROCARBURANTS : QUAND LE REMÈDE EST PIRE QUE LE MAL

C
onsidérés un temps comme une production d’agrocarburants à base ravages environnementaux de l’huile
solution évidente au changement principalement... d’huile de palme en de palme ; et même celles de la profes-
climatique, les agrocarburants provenance d’Asie du Sud-est. Un pro- sion agricole, qui a elle aussi beaucoup
sont aujourd’hui fortement critiqués. jet lancé officiellement en 2019, qui a misé sur les agrocarburants... mais à
Leur développement rapide, encouragé base de colza.
par les législations européennes et Selon un document mis au jour par
nord-américaines, a entraîné la recon- Greenpeace et les Amis de la Terre,
version de cultures auparavant desti- TOTAL A CHOISI DE La Mède devait initialement importer
nées à l’alimentation et une importante RECONVERTIR SA 550 000 tonnes d’huile de palme par
déforestation. Avec pour résultat d’un RAFFINERIE DE LA MÈDE an. Total se défend en assurant qu’elle
côté, de faire monter le prix des denrées EN UNITÉ DE PRODUCTION n’achètera pour sa raffinerie que de
agricoles, et de l’autre de détruire des D'AGROCARBURANTS À BASE l’huile de palme « certifiée », c’est-à-
forêts qui stockent le carbone et nous dire respectant un certain nombre de
D'HUILE DE PALME.
protègent des effets du changement critères assurant qu’elle n’a pas été pro-
climatique. Bref, un remède pire que duite dans des conditions probléma-
le mal. tiques. Un argument qui ne convainc
Autant de leçons qui n’ont pas été réussi à fédérer toutes les critiques : pas les écologistes  : de nombreuses
retenues par Total, qui a choisi de celles des syndicats qui ne croient études ont démontré les insuffisances
reconvertir sa raffinerie de La Mède pas à la viabilité de cette production ; des systèmes de certification actuels,
(Bouches-du-Rhône) en unité de celles des écologistes qui dénoncent les conçus par et pour les industriels. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 31

DES COMPTEURS LES AMBIGUÏTÉS DU « GAZ VERT »

E
PAS SI INTELLIGENTS
ngie et les autres acteurs de l’in-

L
a contestation des compteurs dits dustrie française du gaz n’ont
intelligents « Linky », installés par plus que ça à la bouche : le « gaz
la filiale d’EDF Enedis, ne faiblit pas vert ». D’ici 2050, nous assurent-ils, la
en France. Les opposants réussissent de France pourrait être approvisionnée à
plus en plus à convaincre les maires de 100 % à partir de gaz « renouvelable ».
s’opposer à leur installation et ont même Alors, pourquoi hésiter ? C’est que l’ex-
commencé à obtenir des décisions de pression fourre-tout de « gaz vert » ou
justice favorables. Si la principale cause de « gaz renouvelable » cache en réalité
de refus reste la question des ondes élec- une multitude de technologies qui ne
tromagnétiques et de leur impact sani- sont pas toutes écologiques. Certaines
taire, ainsi que les atteintes à la vie privée reposent de nouvelles formes d’exploi-
liées à l’utilisation des données recueil- tation des déchets et des eaux usées, et
lies, l’opération Linky est aussi et surtout leur développement impliquerait donc
contestée pour son coût et son utilité, et qu’on renonce aux politiques officielles

TUMBLING RUN
ce jusqu’au sein de la Cour des comptes. de prévention et de réduction. D’autres
Ce compteur a été présenté comme un comme le biométhane, viable à un
moyen d’économiser l’électricité en la niveau local, requerraient pour être pro-
consommant de manière plus « intelli- duits à grande échelle, d’être associées gaz de l’Arctique russe. Évoquer l’ave-
gente », mais l’expérience montre que au développement d’immenses fermes nir radieux du « gaz vert », c’est aussi
les bénéfices réels pour l’usager, qui en d’élevage industriel hors sol, aussi nui- une manière de nous faire accepter
supporte le coût à travers ses factures, sibles pour l’environnement que pour le ou oublier que d’ici 2050, si les indus-
sont inexistants.  bien-être animal. Le « Power-to-Gas », triels obtiennent gain de cause, nous
un procédé visant à séparer les molé- continuerons à utiliser des quantités
cules d’eau et d’hydrogène en utilisant massives de gaz fossile, aux dépens du
LA VOITURE l’électricité en surabondance qui serait climat. 
ÉLECTRIQUE, FAUSSE produite, à l’avenir, par le solaire ou
l’éolien, est extrêmement gourmand
SOLUTION MIRACLE
en énergie.

L
a voiture électrique est-elle vrai- Surtout, les promesses des industriels LE GAZ « VERT »
ment la solution aux problèmes de doivent être mesurées à la réalité des NE REPRÉSENTE QU’UNE
pollution de l’air et d’émissions de faits. Aujourd’hui, le gaz «  vert  » ne FRACTION DU GAZ QUI
gaz à effet de serre du secteur automo- représente qu’une fraction du gaz qui
CIRCULE DANS LES TUYAUX
bile ? Beaucoup aimeraient le croire, aussi circule dans les tuyaux français. Ces
FRANÇAIS.
bien du côté des énergéticiens comme derniers sont de plus en plus alimentés
EDF, intéressés à trouver un nouveau par du gaz de schiste américain ou du
débouché pour le nucléaire, que de celui
des constructeurs soucieux de préserver
leur modèle économique. Les pouvoirs LES DOUTEUSES PROMESSES DE LA « BIOMASSE »
publics ont beaucoup soutenu le déve-

P
loppement du secteur, et notamment les our remplacer le charbon et les d’alimenter ces centrales biomasse
« champions français » comme Bolloré ou autres sources fossiles, beaucoup sans être surexploitées. La chaudière
Renault. Mais le moteur électrique est-il misent sur le bois et plus géné- de Gardanne brûlera pas moins de
vraiment plus écologique que le moteur ralement sur la « biomasse », un terme 850  000 tonnes de bois par an pour
à combustion ? L’empreinte environne- générique désignant tous les com- une puissance de 150 mégawatts. Ce
mentale de la voiture électrique est elle bustibles d’origine végétale. Plusieurs bois est actuellement importé en partie
aussi importante, notamment si l’on centrales électriques fonctionnant d’Espagne et du Brésil. Le développe-
tient compte des problèmes d’accès aux naguère au charbon ont été rénovées ment de la biomasse en Europe et sa
minéraux rares nécessaires à son fonc- pour carburer désormais totalement classification comme énergie « renou-
tionnement. Et elle ne réduit en rien les ou partiellement au bois. C’est le cas velable » ont suscité un véritable boom
émissions de gaz à effet de serre et de d’une unité de la centrale de Gardanne, forestier dans plusieurs pays, y com-
particules fines liées aux systèmes de frei- dans le sud de la France, appartenant à pris les États-Unis, dont les forêts sont
nage ou aux pneumatiques. Des politiques Uniper. L’argument est qu’il s’agit d’une reconverties en unités de production de
alternatives de transport et d’aménage- source « renouvelable », dont le bilan granulés de bois pour les centrales du
ment seraient certainement une solution carbone serait donc nul au final. Mais vieux continent. De sorte que les béné-
beaucoup plus efficaces pour réduire les beaucoup se demandent si les forêts fices du « bois énergie » pour le climat
pollutions à moindre coût pour la société.  françaises sont vraiment en mesure apparaissent de plus en plus douteux.
32 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

DONNÉES QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES FRANÇAISES POUR LE CLIMAT ?

DERRIÈRE LES BEAUX DISCOURS VERTS,


LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE
CONTINUENT SOUVENT À AUGMENTER
Fin 2015, la communauté internationale réunie à Paris pour la COP21 signait l’Accord de Paris pour
le climat. Un accord que toutes les entreprises françaises se sont empressées de revendiquer et dont
elles ont repris, au moins dans l’affichage, les objectifs. Presque quatre ans plus tard, il est temps de
confronter les discours aux actes. Depuis l’Accord de Paris, c’est-à-dire depuis 2016, le CAC40 a-t-il
effectivement commencé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre ?

DEPUIS LA SIGNATURE DE L’ACCORD DE PARIS, SEULEMENT UN TIERS DU CAC40


A EFFECTIVEMENT RÉDUIT SES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

L
a réponse est plus que mitigée. leurs émissions de CO2 depuis l’Accord La poignée de firmes qui ont effective-
En réalité, seules 13 des 40 entre- de Paris, on retrouve PSA (+60 %), les ment réduit leurs émissions de gaz à effet
prises de l’indice boursier parisien géants du luxe Hermès (+32 %), Kering de serre de plus de 10 % depuis 2016 sont
ont effectivement réduit leurs émis- (+17 %) et LVMH (+26 %), ou encore le Atos (-12 %), Pernod Ricard (-16 %), Publicis
sions de gaz à effet de serre entre 2016 Crédit agricole et Valeo (+ 27 % chacun). (-25 %) et surtout Engie (-27 %).
et 2018. 22 entreprises ont augmenté Ces chiffres doivent être maniés avec
leurs émissions, et les 5 dernières soit précaution parce que les groupes du
ne publient toujours pas d’information à LES GROUPES ÉNERGÉTIQUES CAC40 ne déclarent pas tous leurs
ce sujet (comme Safran ou Michelin, ce TOTAL ET ENGIE émissions de manière aussi complète,
qui n’empêche pas ce dernier de vanter mais ils indiquent bien une tendance
REPRÉSENTENT LA PART
abondamment ses émissions « évitées »), générale. Les grandes entreprises fran-
soit ont trop modifié leur mode de calcul
DU LION DES ÉMISSIONS çaises placent toujours la croissance de
pour que la comparaison soit possible. DU CAC40. leur activité et de leurs bénéfices avant
Parmi les firmes qui ont le plus augmenté la préservation du climat. 

IL N’Y A PAS QUE LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE...

S
i le secteur de l’énergie est la pre- source de multiples nuisances. Début émetteur de carbone que l’essence, ce
mière source mondiale de gaz à 2019, le PDG de PSA Carlos Tavares s’est qui est contesté si l’on tient compte de
effet de serre, d’autres secteurs également illustré par son plaidoyer toute la durée de vie des automobiles et
pèsent très lourd sur le climat. Moins contre des normes trop exigeantes en de ses émissions de protoxyde d’azote,
ciblés par les écologistes et les pou- matière d’émissions de CO2 des véhi- un gaz à effet de serre 300 fois plus
voirs publics, ils rechignent aujourd’hui cules, pour ne pas pénaliser l’industrie. puissant que le CO2.
encore à prendre les mesures néces- L’industrie a aussi cherché à défendre le  Le transport aérien est un autre sec-
saires pour réduire leur empreinte diesel sous prétexte qu’il serait moins teur très polluant où la France compte
carbone : plusieurs champions mondiaux  : le
• De la fabrication à l’utilisation des constructeur Airbus, la compagnie Air
véhicules, l’industrie automobile est LES COMPAGNIES AÉRIENNES France, et les gestionnaires d’aéroports
un autre émetteur majeur de gaz à SONT AVEC LES FIRMES Aéroports de Paris (promis à la privati-
effet de serre en plus de son rôle dans PÉTROLIÈRES LES PRINCIPALES sation) et Vinci. Non inclus dans l’Ac-
la pollution locale de l’air. La tendance ADEPTES DE LA PLANTATION cord de Paris sur le climat, le transport
ne s’est pas inversée ces dernières aérien est aussi l’un des plus résistants
INDUSTRIELLE D’ARBRES
années, puisque les constructeurs ont à l’adoption de mesures contraignantes
énormément misé, pour assurer leurs
DANS LES PAYS DU SUD de réduction de ses émissions, et conti-
profits, sur le développement des SUV. POUR COMPENSER LEURS nue à miser sur une forte croissance du
Ce sont des véhicules extrêmement ÉMISSIONS. trafic aérien pour les années à venir. Il
gourmands en carburant, en plus d’être préfère mettre en avant des mesures > > >
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 33

> > > volontaires et des systèmes de « com- L’EMPREINTE CARBONE DU CAC SE RÉDUIT


pensation carbone ». Les compagnies
aériennes sont ainsi avec les firmes
NÉANMOINS UN PEU, QUASI-EXCLUSIVEMENT
pétrolières les principales adeptes de GRÂCE À ENGIE
la plantation industrielle d’arbres dans

G
les pays du Sud pour compenser leurs lobalement, cependant, les émissions cumulées de gaz a effet de serre du
émissions, créant souvent des conflits CAC 40 sont orientées à la baisse, passant de 1,16 milliard de tonnes de
avec les populations locales. La mon- carbone en 2016 à 1,07 milliard. Une baisse de 7 %.
tée en force du mouvement écologiste Cela reflète le poids différencié des entreprises qui composent l’indice. Les groupes
et de la « honte de prendre l’avion » énergétiques Total et Engie représentent la part du lion des émissions du CAC40
pourraient forcer l’industrie à revoir (plus des deux tiers), d’autant plus que des firmes comme BNP Paribas ou Carrefour
ses plans. ne déclarent toujours pas toutes leurs émissions (celles occasionnées par leurs
 L’agriculture industrielle et en parti- financements pour BNP, celles de sa chaîne d’approvisionnement pour Carrefour).
culier l’élevage laitier et bovin sont une Or les émissions des deux poids lourds de l’énergie sont en baisse, significative
dernière source majeure de gaz à effet pour Engie (-27 %) et modeste pour Total (-4 %). Si l’on enlève Engie, les émissions
de serre. La France compte là aussi plu- du CAC40 sont en baisse très modeste de -0,5 % depuis l’Accord de Paris. Si l’on
sieurs grands groupes, comme Danone enlève également Total, elles sont en hausse de 3,3 %. 
ou Lactalis. Les dirigeants de Danone
s’affichent volontiers en champions
de l’environnement et de la respon-
DASSAULT 185,5 %
sabilité sociale, mais les émissions de SYSTÈMES
gaz à effet de serre de l’entreprise ont
augmenté de plus de 20 % entre 2017 PSA 59,7 %
et 2018.
 On n’y penserait pas forcément, mais
l’industrie de la mode est l’une des
L’ORÉAL 53,6 %
plus polluantes de la planète. Selon la
Fondation Ellen McArthur, le secteur HERMÈS 31,9 %
textile serait responsable de près de
1,2 milliard de tonnes de CO2 rejetées CRÉDIT 27,3 %
AGRICOLE

VALEO 27,3 %
L’INDUSTRIE DE LA MODE
EST L’UNE DES PLUS LVMH 25,9 %
POLLUANTES DE LA PLANÈTE.
LEGRAND 24 % ÉVOLUTION DES EMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE
dans l’atmosphère par an, d’un tiers de
ESSILOR 18,5 %
2016-2018
la pollution aux micro-plastiques dans
les océans et d’un cinquième de la pol-
lution globale des eaux. Ce que confir- KERING 17,4 %
ment les données environnementales
publiées par les trois groupes de luxe
SAINT-GOBAIN -7,1 %
du CAC40. LVMH a vu ses émissions
de gaz à effet de serre augmenter de
11% en 2 ans, sa consommation d’eau ATOS -12,2 %
de 13% d’une année sur l’autre, et la
quantité de déchets produits de pas PERNOD
-15,8 %
moins de 30% entre 2017 et 2018. Même RICARD
constat chez Kering : les émissions
de gaz à effet de serre ont augmenté PUBLICIS -24,6 %
de 17% depuis 2016, la consomma-
tion d’eau de 23%, et la production de
ENGIE -27,2 %
déchets de 128% ! Quant aux émissions
du groupe Hermès, elles ont augmenté
de 24% depuis l’année dernière (émis-
sions directes uniquement). 
34 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 HYPOCRISIE, PEINTURE VERTE, BEAUX DISCOURS, SUBVENTIONS ET « SOLUTIONS BASÉES SUR LE MARCHÉ »

LES ENTREPRISES FRANÇAISES


ET LE CLIMAT : 50 NUANCES
DE MYSTIFICATION ?
Tout ce qui se dit vert n’est pas écolo. Sur le dossier du climat, c’est le grand écart entre les discours
des grandes entreprises françaises et la réalité de leurs pratiques. Offres et produits verts cachent
une réalité moins reluisante, et l’invocation de la transition énergétique se voit souvent réduite à un
moyen d’obtenir des subventions, ou d’éviter des mesures contraignantes.

ADAM SINGER / CC BY-ND 2.0


TOTAL ET LE CLIMAT :
L’OPÉRATION « PEINTURE VERTE » SE FISSURE DE TOUTES PARTS

D
epuis la Conférence climatique de du carbone » pour retirer le CO2 émis par même pas le changement climatique.
Paris fin 2015, Total s’est construit Total de l’atmosphère. Des technologies Dans les documents publiés à l’occa-
une image de major pétrolière qui n’existent pas aujourd’hui, et dont sion de l’assemblée générale annuelle
engagée pour le climat. Le groupe beaucoup pensent qu’elles ne seront 2019, Total prétend dans certaines pages
français a fait plusieurs acquisitions jamais viables... inscrire sa stratégie de développement
dans des secteurs liés à la transition dans le cadre d’un scénario de l’Agence
énergétique. Il a publié en 2016 une international de l’énergie (AIE) limitant
« stratégie climat » censée prouver que le le réchauffement des températures à
LE PREMIER « PLAN DE
groupe pétrolier pouvait poursuivre ses 2°C à l’horizon 2100. Mais dans d’autres
VIGILANCE » PUBLIÉ PAR TOTAL
activités dans les hydrocarbures tout en pages, le groupe pétrolier admet se baser
restant dans une trajectoire compatible NE MENTIONNAIT MÊME PAS sur un autre scénario de l’AIE menant
avec les objectifs de l’Accord de Paris. Un LE CHANGEMENT CLIMATIQUE. vers un réchauffement compris entre 2,7
tel tour de passe-passe ne pouvait faire et 3,3°C... En 2018, selon l’analyse effec-
illusion qu’au prix de multiples omis- tuée par Notre affaire à tous, les investis-
sions et contorsions, comme la promo- Les dirigeants de Total prennent de sements de Total dans le pétrole et le gaz
tion du gaz (et notamment du gaz de moins en moins la peine de se cacher. Le se sont élevés à 9,2 milliards de dollars
schiste) comme une énergie « bas car- premier « plan de vigilance » publié par le en 2018 – contre seulement 0,5 milliard
bone », ou encore l’hypothèse implicite groupe en 2018, dans le cadre de l’appli- dans le secteur décrit comme «  bas
d’un déploiement massif, dans l’avenir, cation de la loi sur le devoir de vigilance carbone », lequel comprend des projets
de technologies de « capture et stockage des multinationales, ne mentionnait qui n’ont pas grand chose de vert. > > >
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 35

> > > Pour ces raisons, 14 collectivités LE TROMPE-L’OEIL DES OFFRES D’ÉLECTRICITÉ


locales françaises soutenues par des « VERTE »
ONG – suivant l’exemple de leurs

E
homologues aux États-Unis et ailleurs n France, tous les fournisseurs reçoit la même électricité, aux trois
– menacent de traîner Total devant d’énergie proposent désormais quarts d’origine nucléaire, et où les
les tribunaux pour manquement à son des offres d’électricité « verte » - renouvelables (hors barrages) ne pèsent
devoir de vigilance quant aux consé- même le géant pétrolier Total, qui s’est que quelques pourcents. Pour prétendre
quences du changement climatique.  lancé sur le créneau de la vente d’élec- vendre une électricité « verte », les four-
tricité au particulier en rachetant Direct nisseurs achètent à des producteurs
Energie et en lançant l’offre «  Total d’énergie renouvelable des « garanties
Spring ». Le succès de ces offres va-t-il d’origine » notamment auprès des entre-
TOUTES LES FIRMES DU CAC40 entraîner le système énergétique fran- prises scandinaves d’hydroélectricité,
OU PRESQUE ACCORDENT çais vers davantage de renouvelables ? qui inondent littéralement le marché
À LA COMPENSATION Pas du tout, car ces offres reposent en européen de telles garanties. Les certi-
UNE LARGE PLACE DANS réalité sur un trompe-l’oeil. Qu’il soit ficats d’origine française viennent quant
LEUR STRATÉGIE CLIMATIQUE client d’EDF, d’Engie, de Total ou d’un à eux pour la plupart d’EDF, pour la pro-
plus petit fournisseur, l’usager français duction d’électricité dans ses barrages. 

DES « ÉCONOMIES D’ÉNERGIE »


COMPENSATION QUI NE SE MATÉRIALISENT PAS
N’EST PAS RAISON

A
utre dispositif censé favoriser par exemple en changeant de chaudière

E
n matière de climat, les entre- une réduction progressive de nos ou en isolant leur logement. Problème :
prises du CAC40 ne réduisent émissions de gaz à effet de serre les études montrent que ces travaux sont
pas toutes leurs émissions grâce à des mécanismes de marché : les souvent incomplets ou mal faits, et que
(seulement 13 sur 40 le font selon les « certificats d’économie d’énergie ». Ils les économies d’énergie effectives sont
derniers chiffres), et certains secteurs doivent être produits par les fournisseurs très inférieures aux promesses. Leur
– comme celui du transport aérien – d’énergie en fonction d’objectifs fixés par coût n’en est pas moins répercuté sur les
ne font même pas semblant d’en avoir les pouvoirs publics, soit en modifiant factures de tous les Français, à hauteur
l’intention. Mais elles pensent avoir leur propre mode de production, soit – ce d’entre 100 et 150 euros par ménage et
une solution toute prête : la « compen- qui est le cas le plus fréquent – en inci- par an selon les associations de consom-
sation » des émissions, le plus souvent tant leurs clients à économiser l’énergie, mateurs. 
à travers des programmes de refo-
restation ou de protection de la forêt.
Toutes les firmes du CAC40 ou presque DES PROJETS ÉOLIENS SUPER-SUBVENTIONNÉS
lui accordent une large place dans leur NE FONT PAS DES CHAMPIONS DE LA TRANSITION
stratégie climatique. Problème : l’ex-

L
périence montre que les programmes a France a pris un retard consi- grands groupes énergétiques. Les prix
mis en avant par les multinationales dérable sur ses voisins européens de rachat ont finalement été baissés,
sont souvent peu efficaces en pratique dans le déploiement de l’énergie mais restent nettement supérieurs à la
pour protéger les forêts sous pression, éolienne. Ce n’est pas faute de soutien moyenne européenne. Et les géants de
ou ne font que déplacer le problème. public, puisque les industriels se sont l’énergie se sont posés au passage en
Le calcul par les multinationales des assuré, dès les premiers appels d’offre champions des renouvelables. 
émissions « compensées » par leurs en 2011, des tarifs de revente très confor-
programmes reposent généralement tables. Les grands groupes, EDF et Engie
sur des bases scientifiques très opti- en tête, se sont accaparé tous les mar-
mistes. Pire encore : ils se développent chés. Délais administratifs et recours ont
souvent aux dépens des communautés retardé les chantiers, et depuis, le coût de
locales et de leur accès aux ressources. l’électricité éolienne a largement baissé.
Comme d’autres firmes pétrolières, Mais quand le gouvernement a souhaité
Total a annoncé en 2019 des investis- renégocier à la baisse en 2018 le prix
sements de pas moins de 100 millions de rachat de l’électricité des fermes
d’euros dans les « puits de carbone », offshore, toute l’industrie est montée au
autrement dit des programmes fores- créneau en l’accusant de vouloir « tuer »
tiers. Beaucoup craignent que des pro- la transition énergétique. En tête de la
grammes aussi massifs n’entraînent mobilisation, le Syndicat des énergies
une nouvelle vague d’accaparement de renouvelables (SER), qui est malgré son
KATJA

terres.  nom le porte-parole des intérêts des


36 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 RETARDS, RISQUES, FISSURES, DÉPASSEMENTS BUDGÉTAIRES ET FUITE EN AVANT

ENLISEMENT NUCLÉAIRE
Le secteur nucléaire français a traversé ces dernières années une crise de grande ampleur dont il
n’est pas encore sorti. Avec le vieillissement des centrales, les enjeux de sûreté reviennent au premier
plan. Pourtant, le gouvernement et les industriels de l’atome semblent bien décidés à poursuivre dans
la même voie, avec à l’horizon une relance du programme nucléaire.

VINCENT DESJARDINS
EN FRANCE, LA SÛRETÉ ENCORE ET TOUJOURS EN DÉBAT

D
ans son rapport annuel sur l’an- sur la sûreté des réacteurs ne faiblissent sécurité des centrales, presque entiè-
née 20181, l’Autorité de sûreté pas. Le dispositif d’urgence imaginé rement soumise au secret défense.
nucléaire (ASN) juge que «  la par EDF pour faire face à des « scéna- EDF entend toujours pourtant obtenir le
radioprotection dans son ensemble rios catastrophe » type Fukushima est prolongement de ses centrales pour au
et la sûreté nucléaire se sont mainte- moins dix ans supplémentaires, alors
nues à un niveau satisfaisant », tout en que leur durée de vie prévue initialement
identifiant des points de vigilance sur était de 40 ans. Une concertation
la gestion des déchets et du démantè- publique a été menée dans la plus
lement, et sur le vieillissement des cen- LES CONTROVERSES grande discrétion début 2019. L’ASN
trales. En 2018, 1092 incidents ont été SUR LA SÛRETÉ DES doit publier en 2020 un avis générique
signalés sur les installations nucléaires sur la prolongation des centrales et ses
RÉACTEURS NUCLÉAIRES
de base (contre 1040 en 2017 et 948 en prescriptions pour la quatrième « visite
2016), dont 103 de niveau 1 et 989 de
FRANÇAIS NE FAIBLISSENT PAS. décennale » d’inspection des réacteurs
niveau 0 (sur une échelle allant de 0 à – celle qui décidera lesquels pourront
7) . L’autorité souligne également l’en- être effectivement prolongés et lesquels
jeu du maintien et du renouvellement non. EDF anticipe que la mise à niveau
des compétences professionnelles, contesté pour ses incohérences et ses de ses réacteurs – opération baptisée
sur fond de départs à la retraite et de insuffisances en interne, et même par « grand carénage » – nécessitera un
recours accru à la sous-traitance dans l’ASN. De même, la mise en place de investissement global de 45 milliards
les centrales nucléaires. Un problème moteurs de « diesels d’ultime secours », d’euros. 
sur lequel les salariés d’EDF tirent la autre préconisation post-Fukushima,
sonnette d’alarme depuis des années. n’a toujours pas eu lieu. Une com-
Dans le même temps, les controverses mission d’enquête parlementaire qui
a rendu son rapport en juillet 2018 a
1 https://www.asn.fr/Informer/Publications/ confirmé les risques, mais aussi l’opa-
Rapports-de-l-ASN/La-surete-nucleaire-et-la-
radioprotection-en-France-en-2018
cité qui règne en ce qui concerne la
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À LA SAUVEGARDE DU CLIMAT ? I 37

L'ÉCHEC INTERMINABLE DE L'EPR ENGIE, FARDEAU


NUCLÉAIRE DES BELGES

L
es réacteurs EPR sont devenus initialement. Auparavant, des malfa-

A
le symbole même de l’échec de çons dans la cuve du réacteur avaient u début de l’hiver 2018/2019, six
la filière nucléaire française. La menacé de forcer EDF à un abandon des sept réacteurs nucléaires
construction des deux premiers EPR total du chantier, mais le régulateur belges étaient à l’arrêt, la plu-
à Flamanville (France) et Olkiluoto avait fini par donner son feu vert sous part à cause de fuites, de fissures, ou
(Finlande) a accumulé les retards et condition en octobre 2018. d’un mauvais état du béton... Au point
leur budget a été multiplié au moins Les deux réacteurs EPR construit par que l’approvisionnement du pays en
par trois par rapport aux prévisions EDF en Chine, à Taishan, avec des électricité semblait menacé. La faute
initiales. Et ce n’est pas fini. Le réacteur partenaires locaux, sont quant à eux au vieillissement, puisque trois de
Olkiluoto 3 devait entrer en service en entrés en service en 2018 et 2019 avec ces réacteurs ont été mis en service
septembre 2019, avec plus de dix ans un retard moindre. Le réacteur EPR en 1975, il y a 44 ans. Suite à la sortie
de retard, mais des problèmes de der- construit par EDF à Hinkley Point, objet du nucléaire votée par la Belgique en
de controverse principalement pour le 2003, ils auraient dû être mis à l’arrêt il
prix de rachat très généreux consenti y a trois ans. Mais entretemps, Engie a
par le gouvernement britannique, est repris en main Electrabel, l’opérateur
officiellement toujours prévu pour 2025, des centrales, et a imposé ses condi-
LA CONSTRUCTION DES DEUX
soit deux ans de retard par rapport au tions au gouvernement belge, qui a
PREMIERS EPR À FLAMANVILLE planning initial. accepté leur prolongation. Les contro-
(FRANCE) ET OLKILUOTO Depuis l’absorption forcée des activi- verses se succèdent en Belgique sur
(FINLANDE) A ACCUMULÉ LES tés réacteur d’Areva, c’est désormais l’implication d’Engie dans la mainte-
RETARDS ET LEUR BUDGET A EDF qui mène les négociations avec nance de ses centrales. 
ÉTÉ MULTIPLIÉ AU MOINS PAR l’Inde en vue de la construction de pas
TROIS. ET CE N’EST PAS FINI. moins de six réacteurs à Jaitapur, sur la
côte du Maharashtra. Les discussions L’INQUIÉTANTE
durent depuis plus d’une décennie, et RELANCE DU NUCLÉAIRE
butent encore sur les conditions de

L
nière minute continuent de se présen- financement (dont la France devrait a France se prépare-t-elle secrè-
ter. Quant au réacteur de Flamanville, apporter une part significative sous tement à une relance massive du
suite à la découverte de problèmes forme de prêt), sur l’approbation de la nucléaire  ? Le gouvernement et
de soudure, sa mise en service a été technologie (en raison des retards de EDF y semblent en tout cas bien déci-
repoussée à au moins 2022 – là aussi Flamanville) et sur la question de la dés, même s’ils sont freinés par les
plus de dix ans après la date prévue responsabilité en cas d’accident.  déboires de l’EPR. Le président français
Emmanuel Macron a demandé au groupe
public de lui présenter à la mi-2021 un
AREVA/ORANO TOUJOURS AUX PRISES projet complet pour la construction de
AVEC SON PASSÉ nouveaux réacteurs en France. Dans le
même temps, la direction d’EDF réfléchit

D
ébut 2018, l’ex champion des milliers de personnes sans emploi à une complète transformation du groupe
nucléaire Areva, amputé de ses à Arlit, cité minière, ainsi qu’un héritage aujourd’hui propriété à 83 % de l’État.
activités réacteurs, renfloué de pollution et de problèmes sanitaires Transformation qui impliquerait une
à grands coups de milliards d’euros pour lesquels elle a toujours refusé de scission entre les activités nucléaires,
d’argent public et recentré sur le cycle reconnaître sa responsabilité.  qui redeviendraient 100 % publiques, et
de l’uranium, est devenu Orano. Un nou- les autres, appelées à être privatisées au
veau départ ? Malheureusement pour moins partiellement. Cette renationali-
lui, le nouveau groupe n’en a pas fini de sation du nucléaire serait le seul moyen
solder son passé. Sa situation financière pour EDF de faire face au « mur d’inves-
demeure fragile. D’anciens mégaprojets L’EX AREVA SE PRÉPARE À tissement » (les sommes requises pour
en souffrance, comme celle de l’usine FERMER PROGRESSIVEMENT maintenir en état les centrales françaises
Mox projetée aux États-Unis, ont été et lancer de nouveaux projets) qui l’attend
SES MINES AU NIGER EN
définitivement abandonnés. Les sites dans les prochaines années. Le projet,
de traitement de déchets nucléaires
LAISSANT DES MILLIERS DE élaboré par le gouvernement en lien avec
à Malvési, près de Narbonne, et à La PERSONNES SANS EMPLOI, des banques d’affaires, est fortement
Hague, continuent à inquiéter riverains AINSI QU’UN HÉRITAGE DE contesté en interne et par les syndicats.
et écologistes. Dans le même temps, POLLUTION ET DE PROBLÈMES Il verrait la sphère publique – et donc en
l’ex-Areva se prépare à fermer pro- SANITAIRES. dernière instance les contribuables et
gressivement ses mines au Niger. En les usagers – assumer tous les risques
partant, l’entreprise française laissera financiers de la production nucléaire. 
38 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

03
COMMENT LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
TRAITENT-ELLES
LEURS TRAVAILLEUSES
ET LEURS TRAVAILLEURS ?
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 39

DONNÉES QUI SONT LES 5,3 MILLIONS D’EMPLOYÉS DU CAC40 ?

LE CAC40 CONTINUE À SUPPRIMER


DES EMPLOIS EN FRANCE
Les groupes du CAC40 emploient aujourd’hui directement plus de 5 millions de personnes dans le
monde entier. La proportion de ces effectifs localisés en France ne cesse de décroître. Et derrière les
effectifs directs, les fournisseurs et sous-traitants des grandes entreprises françaises représentent
probablement des dizaines de millions supplémentaires de travailleurs et de travailleuses.

EFFECTIFS EN HAUSSE DANS LE MONDE...

F
in 2018, les 40 groupes du CAC Atos, Kering ou PSA. Parmi les quelques moins de 250 000 employés. Ils sont sui-
employaient 5,3 millions de per- exceptions, on retrouve Carrefour et vis par Capgemini, Vinci et PSA, tous les
sonnes dans le monde, contre un Sanofi, qui ont une nouvelle fois défrayé trois autour de 211 000 employés dans le
peu moins de 5 millions l’année précé- la chronique avec leurs suppressions monde. À l’autre bout du classement, les
dente sur le même périmètre, soit une d’emplois, ou encore Publicis. firmes qui emploient le moins de sala-
hausse de 6,65 %. Même abstraction Les groupes du CAC40 qui comptent le riés sont Unibail (3600), les nouveaux
faite des fusions-acquisitions (Essilor plus d’employés dans le monde sont venus dans le CAC Hermès (14 300) et
et Luxottica, Unibail et Westfield), plu- Sodexo, avec plus de 460 000 salariés Dassault Systèmes (15  500), et enfin
sieurs groupes du CAC enregistrent des dans le monde, Carrefour avec un effec- Pernod Ricard (18 500). 
hausses importantes d’effectif, comme tif de 363  000, et Engie avec un peu

LES GROUPES DU CAC40 AVEC LE PLUS D’EMPLOYES


DANS LE MONDE EN 2018

SODEXO 460 663

CARREFOUR 363 862

ENGIE 249 795

CAPGEMINI 211 313

VINCI 211 233

PSA 211 013

ARCELOMITTAL 208 583

BNP PARIBAS 202 624

ACCOR 196 020

RENAULT 183 002


40 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

DIVIDENDES
… MAIS ENCORE ET TOUJOURS À LA BAISSE EN FRANCE
ET RACHATS D’ACTIONS (M€)

C 18%
oncernant les effectifs du CAC40
en France même, la tendance
que nous relevions dans la pré- DES EFFECTIFS EN FRANCE
cédente édition du «  Véritable bilan

2017
annuel des grandes entreprises fran-
çaises » se confirme1. Seules 22 entre-
prises du CAC40 publient des chiffres
sur leurs effectifs en France, et sur ce
périmètre, ces effectifs sont en baisse
de 0,2 % entre 2017 et 2018. Pour ces
mêmes 22 firmes, la croissance des
effectifs mondiaux est par contraste
de près de 7,6 % d’une année sur l’autre.
Sur la période 2010-2017, les effectifs SUR UN TOTAL DE
en France du CAC40 ont déjà baissé
de 20 % (pour les firmes qui publient
4 961 877

15%
DES EFFECTIFS EN FRANCE

2018
LES DEUX ENTREPRISES
QUI ONT LE PLUS RÉDUIT
LEURS EFFECTIFS FRANÇAIS
ENTRE 2017 ET 2018 SONT AUSSI
PARMI CELLES QUI ONT LE PLUS
AUGMENTÉ LEURS EFFECTIFS
MONDIAUX, ATOS ET PSA.

SUR UN TOTAL DE

des chiffres), tandis que les effectifs


5 291 730
mondiaux augmentaient parallèle- employés), aux côtés d’Orange et de revanche les plus internationalisées
ment de 2 %. Une évolution divergente PSA avec 91 800 et 64 500 employés res- (parmi celles qui déclarent les chiffres
qui reflète les choix des dirigeants des pectivement. Les firmes qui comptent de leur effectif français) sont Atos et
grands groupes tricolores de privilégier la plus importante proportion de sala- Kering, avec environ 9,3 % de leur effec-
les investissements à l’étranger plutôt riés français dans leur effectif sont tif en France (15 500), et enfin Pernod
qu’en France, quand ce n’est pas sim- Orange (61 %) et Hermès (61,9 %), suivis Ricard (18 500). 
plement de chercher une main d’oeuvre par Bouygues (53 %). Celles qui sont en
moins chère sur d’autres continents.
Les deux entreprises qui ont le plus
réduit leurs effectifs français entre
2017 et 2018 sont aussi parmi celles ET LES TRAVAILLEURS CACHÉS DU CAC ?

L
qui ont le plus augmenté leurs effec- es chiffres officiels sur les effectifs Confédération syndicale internationale
tifs mondiaux, Atos et PSA. Seules cinq du CAC40 cachent une partie de la (CSI) en 2016 estimait par exemple qu’en
firmes de l’indice boursier parisien ont réalité. Au-delà de leurs employés plus de ses 300 000 employés directs
davantage augmenté leurs effectifs en directs, beaucoup de groupes du CAC40 dans le monde, le groupe Carrefour
France qu’au niveau mondial : Hermès, président souvent à de longues chaînes employait indirectement 3,3 millions
Legrand, Pernod Ricard, Renault et la de production et d’approvisionnement de personnes à travers la planète – soit
Société générale. qui occupent des dizaines de milliers 11 fois plus – dans ses chaînes d’appro-
Selon les chiffres disponibles, les firmes d’ouvriers ou d’agriculteurs partout dans visionnement1. Dans certains secteurs
du CAC40 qui ont les plus importants le monde. Ces derniers sont souvent tout comme l’agroalimentaire ou une partie
effectifs en France sont celles du aussi dépendants des décisions de la de l’industrie, les proportions peuvent
secteur de la construction Bouygues maison mère que les employés directs, être similaires. 
(68  500 employés) et Vinci (98  900 mais beaucoup moins protégés. Leurs
1 https://multinationales.org/ droits et leurs salaires sont en général
Le-CAC-et-la-France moindres. Une étude réalisée par la 1 http://www.ituc-csi.org/IMG/pdf/pdffront-
lines_scandal_en-2.pdf
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 41

TOP 5 ORDONNANCES MACRON, SOUS-TRAITANCE, DÉROGATIONS, TRAVAIL LE DIMANCHE ET JUSTICE À L’ENVERS

EN FRANCE, LE DROIT DU TRAVAIL


SOUS TENSION
L’union faisant la force, les salariés des grands groupes sont traditionnellement mieux protégés,
et leurs droits mieux respectés, que dans les entreprises plus petites. Ce qui ne signifie pas que les
directions ne cherchent pas occasionnellement à contourner le droit du travail pour supprimer des
emplois plus facilement ou imposer des réorganisations contre le gré des salariés. Pour les sous-
traitants des poids lourds du CAC40, à l’étranger mais aussi en France même, la situation est encore
pire. Les réformes successives du code du travail menées ces dernières années ont donné aux grandes
entreprises de nouvelles marges de manœuvre pour remettre en cause les droits et les règles établis.

MOHAMED YAHYA
PSA, CARREFOUR, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, SANOFI... COMMENT LE CAC40 A
UTILISÉ LES ORDONNANCES MACRON

D
e plus en plus, les grandes entre- puis à nouveau 750 en 2019, Total qui a mais aussi d’imposer à des salariés cer-
prises françaises qui souhaitent fermé de cette manière une filiale toulou- tains changements non prévus dans leur
supprimer des emplois en France saine. Pour son nouveau plan de réduction contrat de travail. Il doit être approuvé
ont recours à une formule créée par les d’effectifs annoncé début 2019, la direction par les syndicats majoritaires ou directe-
ordonnances Macron sur le code du tra- de Carrefour a signé avec deux syndicats ment par référendum. Dans leur version
vail de 2017 : la « rupture conventionnelle majoritaires un accord de rupture conven- bénigne, il s’agit de négocier les conditions
collective » ou RCC. Avantage ? La RCC tionnelle collective prévoyant 3000 pertes d’un déménagement ou d’une réorganisa-
permet, moyennant la signature des orga- d’emplois, dont 1230 suppressions nettes. tion. Dans un contexte de pressions sur
nisations syndicales majoritaires, d’évi- Idem pour Sanofi, qui a obtenu ainsi 700 l’emploi et d’injonction de compétitivité,
ter de passer par un plan de suppression suppressions d’emplois dans les fonctions c’est un moyen pour certaines directions
d’emplois justifié par des raisons écono- support. d’obtenir des syndicats une dégrada-
miques, lequel pourrait être retoqué par les Le groupe automobile PSA, décidément tion des conditions pour « sauver » leurs
tribunaux. Elle permet aussi de présenter très friand des « innovations » contenues usines. En l’occurrence, les salariés PSA
ces suppressions d’emplois comme des dans les ordonnances, a aussi signé en de Vesoul ont accepté une augmentation
« départs volontaires ». Plusieurs grands juin 2018 avec les syndicats de son usine de leur temps de travail de 8%, contre une
groupes du CAC se sont saisi de ce nouvel de Vesoul (hors CGT) un « accord de per- augmentation salariale de seulement 3,1%.
outil pour mener leur politique de réduc- formance collective » contrevenant aux Dans d’autres cas, comme pour l’usine
tion d’effectifs : PSA, qui a supprimé par ce 35 heures. Ce nouveau type d’accord Bridgestone de Béthune en juin 2019, les
biais 1300 postes en 2018, la Société géné- au champ très large permet de déroger directions n’ont pas réussi à obtenir un
rale avec 2100 départs cette même année aux conventions collectives du secteur, vote favorable de salariés. 
42 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

QUAND TRAVAILLER L’AFFAIRE GM&S MET EN LUMIÈRE LE SORT


LE DIMANCHE DEVIENT DES SOUS-TRAITANTS DE L’INDUSTRIE
OBLIGATOIRE

E
n mai 2019, deux salariés de l’en-
seigne de grande distribution
Cora (appartenant au groupe
belge Delhaize) étaient licenciés pour
« faute grave ». Justification ? Ils avaient
refusé de travailler le dimanche, comme

DEPARTMENT FOR BUSINESS / INNOVATION AND SKILLS


le souhaitait leur direction. En principe,
la libéralisation de l’ouverture des com-
merces le dimanche, prévue dans la loi
Macron de 2015, repose sur le volontariat
ou doit être inscrite dans le contrat de
travail. Dans les faits, alors que le secteur
du commerce et de la grande distribu-
tion est frappé par des plans de suppres-
sions d’emploi de grande ampleur, les
pressions sur les salariés sont fortes

L
pour qu’ils acceptent de travailler le eur lutte a fait la une des journaux Les syndicats de Renault et PSA
dimanche. Au sein du groupe Carrefour, tout au long de l’année 2017. Les avaient soutenu, sans trop de suc-
l’ouverture dominicale s’étend progres- salariés du sous-traitant automo- cès, la lutte des salariés de GM&S. Au
sivement, suscitant l’opposition des bile GM&S dans la Creuse s’étaient bat- niveau d’un autre groupe industriel,
syndicats mais aussi d’élus locaux.  tus pour la survie de leur usine alors que la CGT a impulsé la création d’une
ses deux grands clients traditionnels, « plateforme revendicative commune »
Renault et PSA, se tournaient de plus entre salariés d’Airbus et sous-trai-
en plus vers des fournisseurs étrangers. tants (notamment des filiales d’Al-
Un accord de liquidation judiciaire et de tran et de Capgemini) pour obtenir
LES ROUTIERS, FORÇATS reprise de l’usine a finalement été trouvé, de l’avionneur des garanties dans la
DE L’INDUSTRIE impliquant la perte de 157 emplois, et seu- gestion de sa chaîne d’approvisionne-
lement 120 maintiens. Un an plus tard, ment. « La politique d’achat d’Airbus a
AUTOMOBILE les salariés licenciés ont assigné en jus- des conséquences concrètes sur ses

C
’est une nouvelle illustration des tice Renault et PSA, qu’ils estiment res- sous-traitants en matière de baisse de
méfaits de la libéralisation non ponsables de leur sort, pour qu’ils leurs salaires, de suppression d’effectifs, de
contrôlée du marché du travail versent une indemnité. Ils ont également pression sur les salariés et de déloca-
européen. Pour transporter les pièces élaboré une proposition de loi sur la res- lisation », a expliqué à Reuters Xavier
détachées entre ses différentes usines ponsabilité sociale des donneurs d’ordre Petrachi, délégué syndical CGT chez
ou les voitures achevées vers leurs vis-à-vis de leurs sous-traitants. En mars Airbus. Une première en France, selon
points de vente, l’industrie automobile 2019, plus de la moitié des ouvriers licen- la CGT, inspirée par l’adoption de la loi
a abondamment recours aux services ciés n’avaient pas retrouvé d’emploi. sur le devoir de vigilance. 
de sous-traitants employant des chauf-
feurs routiers venus d’Europe de l’Est et,
de plus en plus, de pays extra-commu- DES AGENTS DE MÉNAGE SOMMÉS
nautaires. Souvent pour des salaires
de misère et des règles de sûreté mini-
DE REMBOURSER 2,8 MILLIONS D’EUROS À ELIOR

E
males. Campings improvisés autour n novembre 2018, 183 femmes et au nom du principe de « l’égalité de traite-
des usines Renault, contournement hommes de ménage marseillais, ment » est reconnu par les prud’hommes,
des règles sur la durée de conduite et le payés au Smic et souvent à temps puis confirmé en cour d’appel. Seulement
repos, paiement au kilomètre parcouru... partiel, doivent rembourser entre 5000 et voilà : en 2018, s’appuyant en partie sur
Une enquête du collectif Investigate 30 000 euros à leur employeur, la société des modifications du code du travail
Europe a ainsi révélé les conditions que de nettoyage Elior Services. Soit 2,8 mil- introduites par la loi El Khomri de 2016 et
subissaient des routiers oeuvrant, via lions d’euros au total. En 2013, ces salariés les ordonnances Macron de 2017, la Cour
une sous-traitance en cascade, pour le avaient décidé de saisir les prud’hommes de cassation a rendu un arrêt cassant les
groupe Renault.1  après avoir constaté qu’ils ne sont pas précédentes décisions, sur la forme plu-
payés au même niveau que certains tôt que sur le fond. Et le groupe Elior s’est
de leurs collègues qui exercent dans la empressé de demander le rembourse-
1 https://www.bastamag.net/Le-quotidien- même entreprise. Le combat de ces sala- ment des indemnisations qu’il avait été
intenable-des-routiers-nouveaux-forcats-de-l- riés réclamant le paiement de ces primes condamné à payer. 
industrie-automobile
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 43

TOP 5 GRÈVE, « LOCKOUT », DISCRIMINATION ANTISYNDICALE, DIALOGUE SOCIAL ET ACCORDS COLLECTIFS

DROITS SYNDICAUX :
LES FIRMES FRANÇAISES FONT-ELLES
VRAIMENT FIGURE DE MODÈLE ?
S’il est un sujet sur lequel les grandes entreprises françaises ont plutôt bonne réputation par rapport
à certaines homologues étrangères, c’est peut-être celui du dialogue social et de la représentation
des travailleurs. Bon nombre de groupes du CAC40 ont ainsi signé avec les organisations syndicales
nationales et internationales des « accords globaux » – autrement dit des accords sociaux à l’échelle
de tout le groupe – et quasi toutes disposent d’institutions représentatives du personnel au moins
au niveau européen. Mais si les formes sont relativement respectées, le fond ne suit pas toujours.

JEANNE MENJOULET

REPRÉSENTATION DES TRAVAILLEURS, DIALOGUE SOCIAL,


ACCORDS COLLECTIFS : OÙ EN EST LE CAC40 ?

D
ifficile de dresser un tableau com- formel –, la réalité du terrain est moins tralité » de 86% de ses entités vis-à-vis
plet de l’état du dialogue social et claire. Quelques firmes publient des des représentants des salariés il faut sans
de la représentation des travail- chiffres sur la proportion de leurs tra- doute comprendre que les directions de
leurs au sein des grandes entreprises vailleurs ou de leurs établissements qui ces établissements ne s’opposent pas
françaises, au vu des maigres informa- disposent d’une « représentation du per- activement à ces représentants).
tions disponibles. Quasi tous les groupes sonnel ». Le taux de couverture par une D’autres publient des chiffres sur les
du CAC40 disposent de comités d’entre- représentation de type syndical est ainsi accords collectifs signés en leur sein,
prise européens – puisque c’est obliga- de 80 % chez Total, de 67 % chez Bouygues et là, la tendance est plutôt négative.
toire – et parfois de comités mondiaux. ou Schneider, mais seulement de 29 % Sur les six entreprises qui publient des
Une bonne moitié d’entre eux ont signé au sein de Pernod Ricard. Mais cela ne chiffres d’une année sur l’autre, la ten-
avec les organisations syndicales inter- dit pas forcément s’il s’agit d’une repré- dance est à la baisse pour cinq d’entre
nationales des accords sociaux à l’échelle sentation par des syndicats réellement elles. Autrement dit, les salariés du CAC40
de tout le groupe – les « accords cadre indépendants. Air liquide, par exemple, sont de moins en moins couverts par des
internationaux » – avec des dispositions avance un taux de 86 % de salariés dispo- formes de protection collective, lesquelles
plus ou moins avancées sur les droits des sant d’une « structure de représentation, sont toujours plus solides que les garan-
travailleurs, le dialogue social et le droit dialogue ou concertation », sans plus de ties individuelles. Une tendance que l’on
à la représentation. détails. D’autres comme Danone utilisent retrouve également en France avec la
Au-delà de ce tableau général – qui reste un indicateur encore plus vague : la « neu- flexibilisation du code du travail. 
44 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TELEPERFORMANCE : IMERYS : UN « LOCKOUT » EN PLEINE CAMPAGNE


UN GÉANT DES CENTRES ÉLECTORALE AUX ÉTATS-UNIS
D’APPEL CONSTRUIT SUR
LE TRAVAIL BON MARCHÉ
ET MAL REPRÉSENTÉ

S
pécialiste des centres d’appel,
Teleperformance est l’une des nou-
velles multinationales françaises en
vogue. Avec 4,5 milliards d’euros de chiffre
d’affaires et 8 milliards de capitalisation
boursière, le groupe, qui a entre autres pour
client Orange et Apple, pourrait intégrer
à terme le CAC40. Son succès s’est aussi
construit sur le travail à bas coût. Les
principaux pays d’implantation où sont
situés ses 300 000 employés sont l’Inde, les
Philippines, le Mexique, les États-Unis, le
Brésil et la Colombie. Comme le rappelle la

AFGE
Fédération syndicale internationale dans
une note publiée à l’occasion de l’assemblée

C’
générale annuelle de l’entreprise, quatre est une pratique que l’on pour- campagne des élections de mi-mandat.
de ces pays (Inde, Philippines, Mexique et rait croire dépassée, mais qui Sa direction a empêché les travailleurs
Colombie) sont parmi les pires au monde prévaut encore dans certains syndiqués de rejoindre leur poste après
s’agissant de violations des droits des tra- pays : le « lockout », consistant à fer- qu’ils avaient refusé un nouveau contrat
vailleurs et de répression des syndicalistes. mer temporairement une entreprise et de travail réduisant drastiquement leurs
Est-ce un hasard ? Le syndicat relève que empêcher les travailleurs de rejoindre droits à la retraite et le paiement des
Teleperformance n’a pas pris de mesures leur poste de travail et d’être payés, pour heures supplémentaires. Le sénateur
concrètes pour s’assurer que ses employés calmer leurs ardeurs revendicatives. démocrate Jon Tester, confronté à une
soient adéquatement représentés. En juil- 2017 avait vu des filiales de firmes fran- réélection difficile dans un État qui avait
let 2019, il a mis en demeure le groupe d’y çaises s’adonner à cette pratique dou- donné à Trump une majorité deux ans
remédier dans le cadre de la loi sur le devoir teuse au Canada (Lafarge) et en Australie auparavant, s’est emparé du dossier.
de vigilance des multinationales.  (Lactalis). En 2018, c’est une filiale d’Ime- Finalement, au bout de 90 jours de « loc-
rys dans le Montana, aux États-Unis, kout », direction et syndicats sont par-
qui a fait la une des journaux en pleine venus à un accord et le travail a repris. 
CONFLIT SOCIAL AU
GABON POUR TOTAL
APRÈS LE LICENCIEMENT MÊME EN FRANCE, LES DROITS SYNDICAUX
DE TRAVAILLEURS NE SONT PAS TOUJOURS GARANTIS
GRÉVISTES

S
i les atteintes aux droits syndi- de faire. L’affaire sera jugée devant les

L’
année 2018 aura été marquée caux concernent principalement tribunaux, et le Défenseur des droits
par un nouveau conflit social de les implantations des groupes Jacques Toubon a transmis à la justice
grande ampleur pour Total au français à l’étranger, la situation faite des observations confirmant l’existence
Gabon. Sur fond de craintes de désen- aux représentants des travailleurs en d’une discrimination « systématique ».
gagement progressif de Total du pays, France même – particulièrement lors- Des syndicalistes – théoriquement
l’Organisation nationale des employés du qu’ils sont trop revendicatifs – n’est pas salariés protégés – sont aussi parfois
pétrole (Onep), principal syndicat du sec- toujours rose non plus. 2018 aura vu le licenciés contre l’avis de l’inspection du
teur, a mené une grève de 11 jours en juillet. lancement de la première action de travail. C’est ce qui est arrivé début 2019
La direction de Total Gabon y a répondu groupe en France contre une entreprise à un militant de Sud Commerce sala-
en congédiant six salariés syndicalistes, pour discrimination envers des syndi- rié d’Altice dont le licenciement a été
au motif qu’ils auraient porté atteinte à la calistes, ciblant le groupe d’armement tout de même validé par le ministère
sécurité des installations. Des décisions et d’aéronautique Safran. La CGT de l’en- du Travail. Un an auparavant, c’était le
de justice ont invalidé ces licenciements, treprise a mis en lumière un traitement licenciement d’un autre militant Sud
mais Total a fait appel et refusé de les res- défavorable systématique à l’égard des trop remuant, au sein du groupe La
pecter. Finalement, quatre des salariés salariés syndiqués et mis en demeure la Poste, qui était validé par le ministère
licenciés ont été réintégrés en décembre.  direction d’y remédier, ce qu’elle a refusé contre l’avis de ses services. 
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 45

TOP 5 ACCIDENTS DU TRAVAIL, RISQUES PSYCHOSOCIAUX, EXPOSITIONS TOXIQUES, PROTECTIONS DÉFAILLANTES ET IMPUNITÉ

QUAND LE TRAVAIL NUIT GRAVEMENT


À LA SANTÉ
Dans l’industrie et le bâtiment, comme dans les autres secteurs, travailler peut tuer. Mais les firmes
rechignent encore à reconnaître leur responsabilité dans la prévention d’accidents souvent évitables.
D’autant que les exigences financières ou l’organisation du travail vont à l’encontre des investissements
nécessaires. Le procès France Télécom, suite à la vague de suicides dans l’entreprise, a aussi rappelé
que la santé et la sécurité au travail ne concernent pas seulement les blessures et les violences
corporelles, mais aussi psychologiques.

MEDEF
SUICIDES AU TRAVAIL : OUVERTURE DU PROCÈS ARCELORMITTAL
FRANCE TÉLÉCOM MIS EN CAUSE À FOS

C’ L’
est un procès inhabituel qui s’est des organisations syndicales, des comi- usine sidérurgique d’ArcelorMit-
tenu au printemps 2019. Pendant tés d’hygiène, de sécurité et conditions tal à Fos-sur-Mer n’en finit pas
deux mois, trois anciens hauts de travail (CHSCT), des associations – de faire parler d’elle. Ces der-
dirigeants de France Télécom/Orange ont tenté de démontrer que la multina- nières années, une série d’enquêtes
qui présidaient à la destinée des 120 000 tionale et ses trois dirigeants avaient, environnementales et sanitaires ont
salariés de l’opérateur entre 2007 et au cours de cette période, mis en place confirmé les risques sérieux que cet
2009, ont dû répondre de l’accusation « une politique d’entreprise visant à dés- établissement industriel parmi les
de harcèlement moral. Une centaine de tabiliser les salariés et agents, à créer un plus polluants d’Europe fait courir aux
parties civiles – des familles de salariés, climat professionnel anxiogène ». travailleurs et aux riverains. Des procé-
Le procès et son délibéré (attendu fin dures d’infraction ont été lancées en ce
2019) sont suivis de près, alors que la qui concerne les rejets dans l’environ-
question de la souffrance au travail nement, mais les sanctions demeurent
PLUSIEURS ENTREPRISES concerne de nombreuses entreprises dérisoires. Début 2019, un rapport de
SONT POINTÉES DU DOIGT privées comme publiques ainsi que l’inspection du travail révélé dans la
COMME DE POTENTIELS des corps de fonctionnaires. Plusieurs presse a mis en lumière des carences
« NOUVEAUX FRANCE firmes sont pointées du doigt comme de criantes dans la protection des salariés
TÉLÉCOM », À L’INSTAR potentiels « nouveaux France Télécom », de la cokerie. Les ouvriers chargés de
à l’instar de TechnipFMC (ex-Technip). l’enfournement du charbon, en par-
DE TECHNIPFMC.
Le parquet de Nanterre a été saisi suite ticulier, sont exposés à un dérivé du
à des suicides au siège de l’entreprise.  benzène, un puissant cancérigène, > > >
46 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

> > > à un niveau correspondant à plus À LACQ, SALARIÉS, RIVERAINS ET PATIENTS UNIS


de 32 fois la norme, selon des mesures CONTRE LE VALPROATE (DEPAKINE) DE SANOFI
effectuées en octobre 2018. Lors d’une
précédente visite en juin 2018, ce niveau publiques des effets de son médica-
n’était « que » de 14 fois la norme, sans ment. L’affaire a cependant tourné au
qu’ArcelorMittal ne prenne les mesures scandale sanitaire et environnemental
correctives nécessaires. Plusieurs dis- quand des associations de riverains
positifs de détection et de ventilation ont révélé que l’usine de Sanofi à
de la cokerie seraient défaillants, et la Mourenx, dans le bassin de chimique
direction n’obligerait même pas ses de Lacq, où est fabriquée la Depakine,
ouvriers à porter des équipements de rejetait dans l’environnement des
protection respiratoire. Des travaux quantités énormes d’une substance
d’urgence ont été engagés.  cancérigène et reprotoxique, le bro-
mopropane. L’usine a été mise à l’ar-
rêt pendant deux mois pour régler le

PHILIPPE ROOS,
DEVANT LA JUSTICE, problème, qui datait peut-être de 2012.
L’IMPUNITÉ RESTE Des plaines ont été déposées contre
Sanofi et les autorités locales. À leur

L
LA RÈGLE e valproate de sodium (Depakine), tour, les salariés du site ont commencé

F
ace à des accidents du travail mor- c’était d’abord un scandale phar- à s’inquiéter. À raison puisque des
tels ou non, c’est quasi systéma- maceutique. Cet antiépilep- traces de Dépakine ont été trouvées
tique : l’entreprise concernée ne tique fabriqué par Sanofi s’est révélé dans le sang de plusieurs d’entre eux,
reconnaît pas sa faute, et rejette la res- extrêmement nocif pour les femmes alors qu’ils n’avaient jamais pris ce
ponsabilité du drame sur la victime elle- enceintes et leurs fœtus. Plusieurs mil- médicament. L’adéquation des dispo-
même, qui aurait manqué de prudence ou liers d’individus ont été exposés, mais sitifs de protection et de prévention de
n’aurait pas respecté les règles. Quand Sanofi refuse toujours de contribuer au l’usine, notamment en ce qui concerne
la victime est salariée par des sous-trai- dispositif d’indemnisation, estimant la ventilation, a été mise en cause par
tants – ce qui est la plupart du temps avoir dûment informé les autorités les services de l’État. 
le cas –, le donneur d’ordre se défausse
sur eux. Quatre accidents mortels ont eu
lieu depuis 2012 dans l’usine d’Arcelor- LES CHIFFRES DE LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL,
Mittal de Dunkerque, mais les plaintes PARCELLAIRES MAIS RÉVÉLATEURS
ont toutes été classées sans suite, dans

L
certains cas contre l’avis de l’inspection es grandes entreprises françaises
du travail. Quand les sanctions tombent, publient quelques indicateurs sur
elles restent limitées à des amendes sou- les accidents de travail, notam-
vent modestes. Début 2019, le géant du ment le taux de fréquence (indicateur
sucre Cristal Union et son sous-traitant lié au nombre d’arrêts de travail de plus
Carrard Services ont été condamnés d’un jour) et le taux de gravité (lié au
chacun à 100 000 euros d’amende pour nombre de jours d’arrêt), ainsi que le
la mort de deux « cordistes » intérimaires nombre d’accidents mortels. En 2018, on
en 2012, dans la Marne. recense par exemple pas moins de 51
Suite à la chute mortelle d’un salarié décès liés à des accidents du travail sur
sous-traitant dans sa raffinerie de le périmètre du CAC40 , pour 13 firmes
FRÉDÉRIC BISSON

Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, en qui publient ces chiffres, essentielle-


février 2019, Total est allé jusqu’à refu- ment dans l’industrie et le BTP.
ser une injonction de l’inspection du En ce qui concerne le taux de fréquence,
travail, au motif que ses prescriptions les résultats sont plus inattendus. Certaines firmes font pression sur leurs
seraient «  inapplicables  ». La major L’entreprise du CAC40 la plus « violente » salariés pour qu’ils ne déclarent pas
pétrolière semble préférer engager pour ses salariés est, de loin, Carrefour, d’accidents du travail ou reprennent le
une bataille judiciaire plutôt que de se avec un taux de fréquence des accidents travail au plus vite, ce qui a pour effet de
mettre en conformité avec la loi.  du travail de 22,8 et un taux de gravité diminuer les taux affichés. ArcelorMittal
de 0,69. Par comparaison, chez Total, qui a notamment été mise en cause par une
recense 4 accidents mortels en 2018, le enquête de Mediapart pour ce type de
taux de fréquence est de 0,58. Autres comportement1. 
firmes qui se distinguent par un taux de
fréquence relativement élevé : Veolia, 1 https://www.mediapart.fr/journal/econo-
Kering, Hermès, LVMH et – de manière mie/090818/harcelement-menaces-les-pres-
sions-d-arcelormittal-sur-des-salaries-en-acci-
plus attendue – Bouygues et Vinci. dent-du-travail?onglet=full
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 47

DONNÉES VOUS AVEZ DIT ÉGALITÉ?

AU SEIN DU CAC, LE POUVOIR ENCORE


ET TOUJOURS AUX MAINS DES HOMMES
La cause des femmes et de l’égalité entre les sexes occupe désormais une place de premier plan dans
les discours publics des grandes entreprises françaises. Mais la réalité des rapports de pouvoir reste
largement favorable aux hommes, particulièrement à mesure que l’on s’approche des échelons supérieurs.

LA VRAIE PLACE DES FEMMES DANS LE CAC40 UN POUVOIR

C
QUI SE DÉCLINE
e sont les chiffres qui résument quels la loi fixe un quota minimum de
tout. Les femmes représentaient femmes, la proportion remonte à 41,8% AU MASCULIN 

P
en moyenne, en 2018, 39% de (40,6% en 2017). armi les 53 présidents du
l’effectif total du CAC40, mais 30% des Deux enseignements ressortent de ces conseil d’administration, direc-
cadres, et seulement 16% des comités chiffres. D’abord, plus on monte dans la teurs généraux ou PDG à la tête
exécutifs ou de direction. En 2017, ces hiérarchie des entreprises, moins il y a du CAC40, on ne trouve toujours que
chiffres étaient respectivement de de femmes. Ensuite, seule l’adoption de deux femmes, Isabelle Kocher la DG
35,7%, 31% et 13,9%. Pour ce qui est des lois et de règles contraignantes fait vrai- d’Engie, et Sophie Bellon la présidente
conseils d’administration, pour les- ment changer les choses en pratique.  du conseil d’administration de Sodexo.
Aucune femme n’occupe la double fonc-
PLACE DES FEMMES tion de présidente directrice générale
DANS LE CAC40 qui la verrait seule aux manettes d’une
entreprise.
40 %
42 % Au niveau des conseils d’administra-
39 % tion, seules trois firmes comptent une
majorité de femmes : Kering, Safran et
30 % Sodexo. Trois autres, Accor, Publicis
31 % et Total ont une parité exacte de 50%
chacune.
20 % Pour ce qui est des comités exécutifs
cette fois, où s’exerce la direction opé-
rationnelle des groupes au quotidien, le
16 %
10 %
tableau change du tout au tout. Aucune
firme du CAC40 n’a plus d’un tiers de
femmes à son comité exécutif – chiffre
0%
4% 0% maximal atteint par Danone, Kering,
DG OU L’Oréal, Orange et Sodexo. Six n’ont
EFFECTIF GLOBAL CADRES COMITÉ EXÉCUTIF PRÉSIDENT PDG ADMINISTRATRICES aucune femme du tout au sein de leur
comité exécutif : ArcelorMittal, Atos,
Bouygues, STMicro, Vinci et Vivendi.
PREMIÈRE ACTION DE GROUPE Plusieurs firmes se distinguent par le
contraste entre leurs effectifs majori-
POUR DISCRIMINATION CONTRE LA BPCE tairement féminins et la faible place

A
u printemps 2019 a été lancée de moins que leurs collègues mascu- des femmes dans leurs comités exé-
la première action de groupe lins, et même 34% en ce qui concerne cutifs, notamment dans les secteurs de
en France pour discrimination les cadres (parmi lesquels les femmes la finance et du luxe : Axa (53,4% contre
contre les femmes. À l’initiative du sont ultra-minoritaires). Les hommes 9,1%), BNP Paribas (52 contre 15%),
syndicat CGT, cette action de groupe ont bénéficié de 56% des promotions en Carrefour (57,3 contre 18,8) Crédit agri-
cible la Caisse d’Epargne Ile-de-France 2018, alors qu’ils ne représentent que 38% cole (53,3 contre 6,3), EssilorLuxottica
(CEIDF), membre du groupe bancaire des effectifs. La direction, qui a désor- (58,5 contre 16,7), Hermès (68 contre
BPCE. S’appuyant sur le bilan social de mais six mois pour négocier avant de 12,5), LVMH (73 contre 13,7) et enfin la
l’entreprise, le syndicat a relevé que les devoir répondre devant la justice, a Société générale (58,1 contre 23). 
femmes y gagnaient en moyenne 18% contesté ces chiffres. 
48 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 « PINK-WASHING », « FÉMINISME-WASHING », « MIGRANT-WASHING », « GILETS JAUNES-WASHING » ET « HAPPY-WASHING »

GRAND ÉCART ENTRE LES « VALEURS »


ET LA RÉALITÉ DES PRATIQUES
Accueil des migrants et des réfugiés, égalité, défense des minorités... Les multinationales affichent
de plus en plus volontiers leur progressisme culturel et sociétal. Mais leurs pratiques sociales et
commerciales ont souvent des effets exactement inverses aux valeurs ainsi mises en scène, souvent
à des fins de marketing.

JEANNE MENJOULET,
ÉGALITÉ ENTRE HOMMES ET FEMMES :
UN INDEX GOUVERNEMENTAL TROMPEUR

D
epuis le 1er mars 2019, les entre- Prévu dans la loi « Avenir profession- 40 points. Pas du tout, elle n’en perd que
prises de plus de 1000 salariés nel  », cet index de l’égalité salariale 10 (l’écart de 15 % moins cinq points). Si
sont obligées d’afficher un « index – et sa note sur 100 – est calculé selon elle remplit les autres critères, qui ne
de l’égalité salariale » entre hommes et cinq critères : la suppression des écarts sont pas très compliqués à atteindre,
femmes. Cet index se présente comme de salaire (40 points), la chance égale elle peut se prévaloir d’une note de
une note sur 100. À en croire les scores pour les femmes et les hommes d’ob- 90/100, malgré une discrimination
qu’affichent les grandes entreprises tenir une promotion (15 points) ou une salariale conséquente entre hommes et
françaises, elles atteindraient qua- augmentation (20 points), l’augmen- femmes. Bienvenue dans le monde des
siment toutes la quasi perfection. Le tation du salaire au retour d’un congé baromètres gouvernementaux qui ne
groupe pharmaceutique Sanofi affiche maternité (15 points) et au moins quatre signifient plus rien, mais qui masquent
ainsi une note de 94, Arcelor Mittal 89, femmes dans les plus hautes rémuné- la réalité. 
BNP Paribas 87, Carrefour 80 ! rations d’une société (10 points). Les
Dans le cas de BNP Paribas par exemple, entreprises doivent obtenir 75 points
si les femmes sont plus nombreuses sur 100 pour éviter des sanctions
que les hommes au sein de la banque, pécuniaires qui peuvent atteindre 1 %
ceux-ci y sont payés en moyenne 23 % de la masse salariale.
de plus que leurs collègues féminins. Au Les modalités de calcul, des plus alam- LES MODALITÉS DE CALCUL,
sein de la direction et du comité exé- biquées, occultent en fait les inégali-
DES PLUS ALAMBIQUÉES,
cutif, ne siègent que 3 femmes pour 17 tés. Les écarts de salaires, par exemple,
hommes. À quoi correspond donc l’ex- pèsent en théorie 40 points dans la
OCCULTENT EN FAIT
cellente note de 87/100 obtenue par la note. On pourrait croire qu’une entre- LES INÉGALITÉS.
banque ? prise où cet écart est de 15 % perdrait ses
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 49

« PINK-WASHING » : MIGRANT-WASHING ?

D
LES DOUTEUX SPONSORS ans un contexte politique de plus d’accueil en entreprise. Des groupes
DE LA GAY PRIDE en plus polarisé sur les questions comme Carrefour peuvent s’acheter une
de culture et d’origine ethnique, bonne image sur des initiatives ponc-

S
igne des temps : la « Gay Pride » à l’ère de Trump et de la montée des tuelles, tout en poursuivant par ailleurs
organisée à New York en juin 2019 populismes d’extrême-droite en Europe, des politiques de suppression d’emplois
pour célébrer le cinquantième la plupart des grandes entreprises ont ou de dégradation des conditions de tra-
anniversaire des émeutes de Stonewall choisi le parti de la diversité. Elles ont vail. La politique d’accueil des entreprises
était sponsorisée par plusieurs dizaines le plus souvent pris position, aux États- est d’ailleurs intéressée, puisque les nou-
de multinationales, dont les françaises Unis et sur le vieux continent, pour l’ac- veaux arrivants sont perçus comme des
Axa, Danone et L’Oréal. Un engagement cueil des migrants et la célébration des travailleurs plus dociles et plus motivés.
positif, mais de la sincérité duquel on différences... Ce qui ne les empêche pas Sans parler des causes des migrations.
peut douter. Michel et Augustin par de faire des affaires avec des gouverne- Les entreprises qui vendent des armes
exemple, une filiale de Danone, avait ments prônant des valeurs exactement en Afrique ou au Moyen-Orient, ou
financé « La manif pour tous », un mou- contraires (voir la partie 5). celles qui y extraient des ressources
vement explicitement dirigé contre les Dans le débat sur l’accueil des réfugiés naturelles et pratiquent l’optimisation
droits des LGBTQ, tandis qu’un membre et des migrants en Europe, plusieurs fiscale, ne sont-elles pas aussi un peu
du conseil d’administration de l’entre- grandes entreprises ont similairement dans le déni, lorsqu’elles se prévalent
prise, Guido Barilla, s’était illustré il y a choisi de s’engager dans des programmes de leur attitude accueillante ? 
quelques années par des déclarations
contre les familles homosexuelles à la
radio italienne. D’autres multinationales
L’HYPOCRISIE DES « PRIMES GILETS JAUNES »
peuvent ainsi affirmer superficiellement
leur soutien à une cause progressiste,
tout en laissant prospérer en leur sein des
rapports de travail violents qui renforcent
et prospèrent sur les discriminations. 

LE « BONHEUR
AU TRAVAIL »,
OU LE TAYLORISME 2.0

B
eaucoup d’entreprises misent
désormais sur de nouvelles
méthodes de management
soucieuses de l’épanouissement pro-
fessionnel des salariés, voire de leur
« bonheur au travail ». Une tendance PATRICE CALATAYU

tantôt embrassée, tantôt raillée par les


salariés. Plusieurs grands groupes du
CAC40 ont nommé en leur sein des

L
« chief happiness officers », à l’image es multinationales et leurs diri- vernement aura été de demander aux
de Bouygues, Carrefour, Engie ou encore geants adorent se mettre en scène entreprises de verser une prime « excep-
Publicis. Une approche managériale en tant que porteurs de « solutions » tionnelle » et volontaire de fin d’année.
qui recouvre des pratiques très variées à des problèmes que, souvent, ils ont eux- Ce que la plupart des groupes du CAC40
selon les firmes, avec pour objectif plus mêmes grandement contribué à créer. se sont évidemment empressés de faire.
ou moins affiché d’augmenter la ren- C’est vrai de la crise climatique, alimentée BNP Paribas, L’Oréal, Publicis, Sanofi et
tabilité et de diminuer l’absentéisme. par l’industrie des hydrocarbures, de l’au- Total ont ainsi offert des primes de 1000,
Pour la sociologue Danièle Linhart1, ces tomobile et de l’agriculture industrielle, voire de 1500 euros à leurs salariés. Ils
initiatives, qui ne « soignent pas la souf- entre autres. On observe la même dis- pouvaient se le permettre, puisque ces
france au travail à sa source », visent à sonance cognitive, à plus petite échelle, mêmes groupes ont battu en 2018 un nou-
compenser la détérioration des condi- en France, à propos des « gilets jaunes ». veau record de versement de dividendes
tions de travail liées à la restructuration Le mouvement de protestation né en à leurs actionnaires. Le mouvement des
permanente et à l’individualisation de novembre 2018 était largement alimenté gilets jaunes est ainsi venu se télescoper
la gestion des salariés.  par une révolte contre l’injustice fiscale et avec les négociations salariales annuelles
les réformes fiscales et sociales visant à de fin d’année au sein des groupes, voire
1 https://multinationales.org/Daniele-Linhart-
rendre le pays plus « attractif » pour les s’y substituer en remplaçant les aug-
Les-methodes-de-management-centrees-sur- investisseurs. Et pourtant, l’une des prin- mentations par des primes rebaptisées
le-savoir-etre-des cipales réponses apportées par le gou- « prime Macron ». 
50 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

04
QUELS SONT LES IMPACTS
DES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
SUR LA PLANÈTE
ET SES HABITANTS ?
COMMENT LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAITENT-ELLES LEURS TRAVAILLEUSES ET LEURS TRAVAILLEURS ? I 51

TOP 5 MINES EN AFRIQUE, CHANTIERS AU QATAR, ÉOLIENNES AU MEXIQUE, PLANTATIONS D’HUILE DE PALME ET CRISE CLIMATIQUE

DROITS HUMAINS :
LES MULTINATIONALES FRANÇAISES
FACE À LEURS RESPONSABILITÉS
Des entreprises françaises se sont trouvées impliquées, ces dernières années, dans plusieurs affaires
importantes de pollution ou de violations des droits humains. La loi sur le devoir des vigilance, adoptée
en 2017, a pour objectif de prévenir de tels abus. Mais les grands groupes continuent à s’opposer aux
ONG sur l’étendue de leurs responsabilités, et plusieurs exemples montrent que la vigilance n’est
pas encore à l’ordre du jour.

SOLIDARITY CENTER
DÉNI COLLECTIF SUR LE DEVOIR DE VIGILANCE

E
n 2017, la France adoptait une loi plans publiés en 20181. Le bilan est tout ont été adressées coup sur coup à Total.
pionnière sur le devoir de vigi- sauf reluisant. Plusieurs entreprises La première, qui émane de 14 collectivi-
lance des multinationales. Le semblent avoir dédaigné de publier un tés locales, somme la major tricolore de
principe en est simple. Chaque année, plan de vigilance. Toutes se sont can- s’aligner véritablement sur les objectifs de
les grandes entreprises présentes en tonnées à un exercice purement formel, l’Accord de Paris sur le climat. La seconde,
France doivent rendre public un « plan listant les engagements et les mesures initiée par les Amis de la Terre, Survie et
de vigilance  » identifiant les risques de « responsabilité sociétale » existantes, quatre organisations locales, cible une
d’atteintes graves aux droits humains, sans plus de détail. Illustration carica- filiale de Total en Ouganda pour des
à l’environnement et la sûreté des per- turale : le plan de vigilance du groupe atteintes aux droits des communautés
sonnes occasionnés par leurs activités, et Areva (aujourd’hui Orano) passe sous locales et à la biodiversité. 
détaillant des mesures de prévention, y silence les mines que l’entreprise pos-
compris chez les sous-traitants et dans sède au Niger et ailleurs, où l’on constate
les filiales. Elles peuvent ensuite être pourtant de nombreux problèmes..
poursuivies devant les tribunaux en La deuxième vague de plans de vigilance, LES DEUX PREMIÈRES
cas de lien entre un abus grave et un publiée en 2019, n’apporte que des amélio- MISES EN DEMEURE
défaut dans le plan de vigilance ou son rations très marginales. En juin 2019, les DANS LE CADRE DE LA LOI
application. deux premières mises en demeure dans
SUR LE DEVOIR DE VIGILANCE
La coalition d’associations qui avaient le cadre de la loi sur le devoir de vigilance
mené la longue bataille pour l’adop- CIBLENT TOTAL.
1 https://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/
tion de la loi ont examiné les premiers 2019-etude-interasso_devoir_de_vigilance.pdf
52 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

MINES EN AFRIQUE : HUILE DE PALME : DU CAMBODGE À L’AFRIQUE,


VIGILANCE DE RIGUEUR SOCFIN (GROUPE BOLLORÉ) TOUJOURS

T
ravail forcé et travail des enfants,
AU CENTRE DES CRITIQUES

L
pollutions, déplacements for- es activités de la Socfin, filiale du d’accaparement des terres liés aux acti-
cés... Le secteur des mines en groupe Bolloré à 38,8% spécialisée vités de la filiale du groupe Bolloré. Enfin,
Afrique est probablement l’un des plus dans l’huile de palme, continuent de en mai 2019, associations camerounaises
concernés par les violations graves défrayer la chronique1. 77 paysans cam- et européennes ont assigné en justice
des droits humains. Les entreprises bodgiens ont lancé des poursuites contre devant le tribunal de grande instance de
françaises sont concernées principa- Bolloré et ses filiales devant les tribunaux
lement en tant qu’acheteuses de ces français pour obtenir des dommages et
minerais. Renault a ainsi été inter- intérêts et la restitution de leurs terres. DEUX RAPPORTS SUR LA
pellé à plusieurs reprises par Amnesty Neuf d’entre eux qui devaient venir en SIERRA LEONE ET LE LIBERIA
international pour son incapacité à France, convoqués par la justice pour une
CONFIRMENT LES PROBLÈMES
s’assurer que ses achats de cobalt audience en février 2018, se sont vus inex-
n’occasionnaient pas des abus. Issu plicablement refuser leur visa. En Sierra
D’ACCAPAREMENT DES
en grande partie de mines artisanales Leone, selon l’ONG Grain, le conflit entre TERRES LIÉS AUX ACTIVITÉS
en République démocratique du Congo, l’entreprise et les communautés locales DE LA FILIALE DU GROUPE
ce métal est un minerai essentiel pour s’est à nouveau enflammé en janvier 2019, BOLLORÉ.
les voitures électriques et les appareils menant à la mort de 2 personnes, à l’ar-
électroniques. BNP Paribas, la Société restation arbitraire de 15 militants et au
générale, Natixis et le Crédit agricole déplacement forcé de centaines de rive- Nanterre la société Bolloré, pour obtenir
financent aussi l’extension d’une mine rains. Deux rapports sur la Sierra Leone l’exécution forcée d’un plan d’action au
géante de bauxite en Guinée. Celle-ci et le Liberia confirment les problèmes bénéfice des communautés affectées
est pourtant une source majeure de 1 À lire : le « contre-rapport » spécifiquement
par la Socapalm, filiale camerounaise de
pollution et occasionnerait des dépla- consacré à la Socfin par le ReAct (mai 2019) : Socfin. Négocié il y a quelques années
cements forcés.  https://www.projet-react.org/ avec le groupe Bolloré, ce plan n’a jamais
wp-content/uploads/2019/05/
shadow_report-Socfin-2019_Fr_BD.pdf été mis en œuvre. 

AU MEXIQUE,
DES ÉOLIENNES D’EDF EXPLOITATION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS
TRÈS CONTESTÉES AU QATAR : VINCI VEUT SE DÉDOUANER

L’
isthme de Tehuantepec, dans
l’État de Oaxaca au Mexique, tion, des semaines de 70 heures, le tout
est particulièrement prisé des dans des situations de travail forcé du
multinationales pour y installer des fait de la confiscation de leur passeport.
WBUR BOSTON'S NPR NEWS STATION

grands parcs éoliens. EDF, de même L’association Sherpa a porté plainte


que plusieurs entreprises espagnoles, contre Vinci pour travail forcé en 2015.
y sont présentes pour y produire une Le groupe de BTP a répondu par plu-
électricité souvent revendue aux usines sieurs contre-plaintes visant l’asso-
mexicaines de firmes nord-améri- ciation et ses salariés. Mais la menace
caines. Ces projets sont très contestés judiciaire l’a aussi poussé à multiplier
par les communautés autochtones les initiatives pour redorer son image.

L
locales, qui dénoncent des consul- e Qatar s’est engagé à marché for- Vinci a signé un accord avec la fédéra-
tations biaisées et l’expropriation de cée dans la construction de stades tion syndicale internationale du bâti-
leurs terres traditionnelles. En France, et d’infrastructures en vue de la ment, et une visite syndicale d’un jour
elles ont déposé un recours devant Coupe de monde de football 2022. Une et demi sur place, en 2018, a conclu que
le « point de contact national », une aubaine pour les groupes de BTP, dont les conditions sur les chantiers étaient
instance extra-judiciaire sur les mul- Vinci qui compte l’émirat parmi ses prin- satisfaisantes. Après que la première
tinationales et les droits humains. En cipaux actionnaires et qui est présent sur plainte a été classée sans suite, avec une
attendant, la bataille se poursuit sur le place à travers une filiale co-détenue enquête minimale, Sherpa a déposé une
terrain et devant les tribunaux, notam- avec le Qatar. Syndicats, journalistes seconde plainte, avec constitution de
ment autour du nouveau projet de parc et ONG ont rapidement alerté sur les partie civile, sur la base de témoignages
éolien Gunaa Sicarú voulu par EDF, qui conséquences humaines de ces grands d’anciens ouvriers de Vinci et de ses
assure respecter scrupuleusement les travaux. Des milliers d’immigrés asia- sous-traitants recueillis en Inde. Selon
procédures en vigueur.  tiques sont exposés à des conditions de l'association, les mesures mises en place
travail dangereuses du fait de la chaleur par le groupe ne le dédouanent pas des
et de l’absence d’équipements de protec- violations passées. 
QUELS SONT LES IMPACTS DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES SUR LA PLANÈTE ET SES HABITANTS ? I 53

TOP 5 GORILLES, POISSONS CLOWNS, PUMAS, RENNES ET TAMARINS EMPEREURS

ASSAUT SUR LES DERNIÈRES RÉGIONS


PRÉSERVÉES DE LA PLANÈTE
Le monde devient de plus en plus petit. Malgré la crise climatique et autres menaces, les multinationales
semblent bien décidées à poursuivre l’exploitation de la planète jusque dans ses derniers recoins.
Arctique, jungle amazonienne ou africaine, océans... Autant de régions du monde jusqu’ici relativement
préservées qui se trouvent dans le viseur de l’industrie, au détriment de la biodiversité et des
populations – souvent autochtones – qui les habitent.

JOHN WEINHARDT / UNSPLASH


L’AMAZONIE LA PATAGONIE

P L
oumon de la planète, la forêt française a fait pression sur le régulateur a Patagonie argentine est la
amazonienne est plus que jamais brésilien pour qu’il l’autorise à mettre seconde région de développe-
menacée. Le nouveau président en service rapidement son barrage de ment du gaz et pétrole de schiste
Jair Bolsonaro ne cache pas son souhait Sinop, alors que l’entreprise n’avait pas dans le monde derrière les États-Unis.
de l’ouvrir encore davantage à l’agrobu- procédé aux opérations de déforestation Les multinationales pétrolières se bous-
siness, aux industries extractives ou auxquelles elle était tenue dans la zone culent pour exploiter le sous-sol de Vaca
encore aux grands projets énergétiques. qui sera submergée. Situé dans le bassin Muerta, au détriment des populations
Les multinationales se pressent à la du Tapajós, dernier affluent de l’Amazone indigènes, en particulier mapuches, qui
porte, dont plusieurs géants français. intact que l’industrie veut aujourd’hui s’y sont réfugiées. La région abrite une
Dans le secteur minier, par exemple, couvrir de barrages, Sinop s’est construit biodiversité aussi riche que menacée.
le groupe Imerys exploite une mine de sur fond de violences et de conflits avec On y trouve notamment des guanacos,
kaolin à Barcarena, dans l’État du Pará. les populations indigènes. des pumas, des condors, des nandous,
Les populations riveraines se plaignent Au-delà de l’implication directe d’en- des chats sauvages, des tatous ou des
depuis des années de la pollution de treprises françaises en Amazonie, les chinchillas – ainsi que des dizaines
l’eau. Idem dans le secteur énergétique. géants tricolores de l’agroalimentaire d’espèces de reptiles encore mal connues.
Après Engie, qui s’était lancée la première et de la grande distribution s’approvi- Total, Shell et ExxonMobil ont été accusées
dans le secteur des grands barrages en sionnent aussi au Brésil en matières par des ONG écologistes et des commu-
Amazonie avec le projet Jirau, mais qui a premières telles que le bois, le caout- nautés indigènes d’empiéter sur des zones
essuyé bien des déboires, c’est désormais chouc ou le soja (voir section suivante). naturelles protégées et de déverser des
EDF qui se positionne en fer de lance du Les banques comme BNP Paribas sont déchets toxiques dans l’environnement.
développement de l’hydroélectricité en elles aussi investies dans des entreprises Une plainte a été déposée contre Total et
Amazonie. Fin 2018, l’entreprise publique liées à la déforestation de l’Amazonie.  d’autres firmes en décembre 2018.  
54 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

LA GRANDE BARRIÈRE AFRIQUE CENTRALE :


DE CORAIL DE LA FORÊT ÉQUATORIALE AUX GRANDS LACS

S’
étendant sur des centaines de
kilomètres au large de la côte
ouest de l’Australie, la Grande
barrière de corail abrite des centaines
d’espèces de poissons et de crustacés,
des tortues et des dugongs. Déjà fragili-
sée par le changement climatique, elle
est aujourd’hui menacée par le déve-
loppement de l’industrie du charbon et
du gaz, en particulier la construction
de terminaux d’exportation et la crois-
sance du trafic de tankers, et les risques
de pollution associés.

MAJA HITIJ
Sous la pression de la société civile,
BNP Paribas, la Société générale et le
Crédit agricole se sont engagées à ne

A
pas financer les nouveaux projets de près l’Asie du Sud-est, la forêt patrimoine mondial naturel de l’huma-
développement et d’exportation de d’Afrique équatoriale se trouve nité, mais détient des concessions en
charbon d’Abbot Point. Elles restent elle aussi menacée par le déve- marge du parc des Virunga, en RDC, ainsi
cependant impliquées dans d’autres loppement des plantations industrielles. que, selon certaines informations1, sur le
projets du même type dans le péri- Les multinationales du bois et, plus périmètre du parc national de Nouabalé-
mètre ou à proximité de l’aire proté- récemment, de l’huile de palme lorgnent Ndoki. Tous deux figurent sur la liste de
gée. Notamment le grand terminal sur cette nouvelle frontière moins sur- l’Unesco et abritent, notamment, des
méthanier Gladstone LNG, sur l’île de veillée qu’en Indonésie ou en Malaisie. Un populations menacées de gorilles. Plus à
Curtis, dont l’un des propriétaire n’est secteur sur lequel se placent de plus en l’Est, Total exploite également du pétrole
autre, encore une fois, que Total. Plus au plus des multinationales asiatiques, mais au sein du parc national de Murchison
nord, la major française est également également des entreprises françaises, Falls, en Ouganda. Y vivent entre autres
l’un des acteurs clés de l’ouverture de directement en tant qu’exploitantes des éléphants, des girafes, des lions, des
nouveaux gisements de gaz offshore (comme la Socfin-Bolloré pour l’huile de rhinocéros, des buffles, des léopards et
en Paouasie-Nouvelle Guinée – ouver- palme) ou en tant qu’acheteuses. Autre des hippopotames. 
ture controversée puisqu’un Premier menace pour la région : le développement
ministre a dû quitter ses fonctions au de l’exploitation pétrolière. La major fran- 1 https://www.agenceecofin.com/explora-
tion/1907-68009-congo-le-gouvernement-
printemps 2019 pour avoir été trop favo- çaise Total s’est engagée à ne pas forer ouvre-au-marche-un-bloc-petrolier-situe-
rable aux multinationales.  dans le périmètre de sites inscrits au au-c-ur-dun-parc-animalier-sensible

LE GRAND NORD

L’
Arctique attire aujourd’hui Technip et Vinci, sont engagées dans
les convoitises des industries l’exploitation accélérée du gaz de la
minières et pétrolières, avides péninsule de Yamal, où les indigènes
d’exploiter les ressources auparavant nenets pratiquaient traditionnellement
cachées sous les glaces. ArcelorMittal l’élevage extensif de rennes. Les forages
détient l’un des projets miniers les plus fragilisent le sol et les zones de pâtu-
importants de la région, une mine de fer rage, tandis que les gazoducs qui sil-
géante au nord de l’île de Baffin, dans lonnent la région gênent les migrations
l’archipel arctique canadien. La plupart saisonnières des rennes et des éleveurs
des espèces animales emblématiques qui les suivent avec leurs tentes. Le
du Grand nord qui vivent sur l’île – ours dégel a provoqué une résurgence de
polaires, renards arctiques, caribous, la bactérie anthrax, qui a poussé le ARCELORMITTAL DÉTIENT
phoques et morses… – souffrent déjà gouverneur à décréter l’abattage d’au L’UN DES PROJETS MINIERS
des conséquences du dérèglement cli- moins 100 000 rennes pour contenir la
LES PLUS IMPORTANTS
matique. La population de caribous de propagation de la maladie – ce que cer-
l’île de Baffin a ainsi chuté en quelques tains Nenets ont dénoncé comme une
DE LA RÉGION ARCTIQUE,
années de 180 000 à 16 000 individus. mesure surtout motivée par les intérêts DANS L’ÎLE DE BAFFIN.
En Russie cette fois, Total, mais aussi de l’industrie gazière. 
QUELS SONT LES IMPACTS DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES SUR LA PLANÈTE ET SES HABITANTS ? I 55

TOP 5 DÉFORESTATION, PLANTATION, EXTRACTION, SUREXPLOITATION ET POLLUTION

MATIÈRES PREMIÈRES :
COMMENT LES GÉANTS FRANÇAIS
ÉPUISENT LA PLANÈTE
Il n’y a pas que l’huile de palme. Si les consommateurs sont désormais bien conscients des dangers
environnementaux associés à cette matière première utilisée dans de nombreux secteurs industriels,
d’autres encore sont exploitées et consommées à grande échelle par les multinationales françaises,
avec des conséquences environnementales et sociales tout aussi désastreuses.

WALBRON SIQUEIRA
SOJA : UNE PRISE DE CONSCIENCE INSUFFISANTE POUR PRÉVENIR
LA DÉFORESTATION ET LES ABUS

U
tilisé comme matière première nance d’Amérique du Sud1 : des groupes nom du secret commercial. La plupart
dans l’industrie agroalimentaire agroalimentaires (et notamment de celles qui identifient les risques liés
et surtout pour l’alimentation laitiers) comme Danone ou Lactalis, au soja se contentent de promouvoir
animale, le soja est devenue une den- des acteurs de la restauration comme des systèmes de « soja certifié » notoi-
rée clé pour l’industrie. Sa production Sodexo et Elior, ou encore des chaînes rement insuffisants pour empêcher la
a littéralement explosé en Amérique de grande distribution comme Auchan, déforestation. 
du Sud, associée à l’utilisation mas- Carrefour ou Casino. Ces firmes ne
sive de pesticides et de semences semblent pas avoir pris la mesure des
génétiquement modifiées ainsi qu’à risques liés à leur approvisionnement
des violations des droits des commu- en soja, ni de leur responsabilité (y
nautés et des travailleurs. L’expansion compris juridique, dans le cadre de la
du soja empiète non seulement sur la loi sur le devoir de vigilance) dans la LES GRANDES ENTREPRISES
forêt amazonienne, mais également sur prévention des abus constatés sur le FRANÇAISES NE SEMBLENT PAS
d’autres régions du continent comme la terrain. Seule une poignée d'entre elles AVOIR PRIS LA MESURE
savane du Cerrado au Brésil ou la région fournit des informations partielles sur DES RISQUES LIÉS
du Chaco (Brésil, Argentine, Paraguay). les volumes, l’origine et la part tracée À LEUR APPROVISIONNEMENT
Les associations Mighty Earth, France du soja utilisé dans leur chaîne d’appro-
EN SOJA, NI DE LEUR
nature environnement et Sherpa se sont visionnement. D’autres ont purement
associées pour identifier les principaux et simplement refusé de répondre au
RESPONSABILITÉ DANS
acheteurs français de soja en prove- LA PRÉVENTION DES ABUS.
1 https://www.asso-sherpa.org/service/
rapport-deforestation-devoir-de-vigilance
56 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

HUILE DE PALME : UNE INDUSTRIE DESTRUCTRICE LE CAOUTCHOUC, AUSSI


QUI CONTINUE À S’ÉTENDRE NOCIF QUE L’HUILE

D
DE PALME ?
e l’agroalimentaire aux cosmé- blèmes. Une fuite en avant alimentée

B
tiques en passant par les agro- entre autres par la demande de multi- ien au-delà des seuls pneumatiques,
carburants, l’huile de palme est nationales françaises comme L’Oréal ou le latex est un produit de plus en
un ingrédient bon marché apprécié de Danone (71 000 tonnes d’huile de palme demandé par de nombreux secteurs
nombreuses industries. Problème : son et de dérivés achetées chacune en 2018) industriels, supérieur en termes de coût au
exploitation à grande échelle a dévasté et bientôt de Total, qui a choisi de recon- caoutchouc synthétique à base de pétrole.
des millions d’hectares de forêt en vertir sa raffinerie de La Mède, dans le Matelas, chaussures de sport, préservatifs...
Asie du Sud-est, déplaçant des popu- Sud de la France, pour produire des Il est partout. L’essentiel de la production
lations entières et mettant en danger agrocarburants à base d’huile de palme. mondiale provient de l’Asie du sud-est
des espèces animales emblématiques Initialement, le géant pétrolier voulait (Thaïlande, Cambodge, Laos et Indonésie),
comme l’orang-outang. Malgré la prise en importer pas moins de 550  000 où le développement des plantations d’hé-
de conscience des consommateurs, tonnes par an. Les multinationales véas occasionne déforestation, pollutions
l’exploitation de l’huile de palme ne acheteuses se défendent souvent en et déplacements forcés de population.
ralentit pas. Davantage surveillées en arguant qu’elles n’achètent presque que L’exploitation du caoutchouc se développe
Indonésie et en Malaisie, les multina- de l’huile de palme certifiée « respon- également en Afrique et en Amérique du
tionales du secteur tournent désormais sable », mais l’expérience prouve que sud, avec les mêmes risques. Des géants
leurs regards vers l’Afrique et l’Amé- ces certifications ne sont pas fiables.  français sont très impliqués dans la filière,
rique du Sud, créant les mêmes pro- à commencer par Michelin, en tant que
fabricant de pneumatiques, et la Socfin,
filiale du groupe Bolloré. Face à la montée
des critiques, l’industrie du pneumatique
BOIS ET PAPIER :
a fini par lancer en 2018 une initiative
UNE FILIÈRE TOUJOURS OPAQUE « multi-parties prenantes » sur le caout-
chouc soutenable, sur le modèle de celles

M
algré une tendance à la réduc- la déforestation ou portant atteinte qui existent déjà pour le soja ou l’huile de
tion, les grandes entreprises aux droits des populations indigènes. palme. Lorsque l’on voit à quel point ces
françaises consomment encore L’entreprise Rougier, ainsi que Guillemette initiatives sont contestées, il n’est pas sûr
des quantités astronomiques de papier. & Cie se sont ainsi approvisionnés, selon que cela suffise à enrayer les problèmes. 
À quoi s’ajoutent des achats importants l’ONG Amazon Watch, auprès du groupe
de bois, principalement dans le secteur brésilien Benevides Madeiras, condamné
du BTP et de l’ameublement. Une partie pour déforestation illégale en Amazonie.
UNE PARTIE DE
de cet approvisionnement provient de D’autres firmes ont commercialisé les
L’APPROVISIONNEMENT EN BOIS
sources problématiques. Régulièrement, produits de l’entreprise forestière de RDC
des firmes françaises sont pointées du Ifco, accusée par l’ONG Global Witness DE GRANDES ENTREPRISES
doigt pour s’être approvisionnées auprès de couper des arbres en dehors des péri- FRANÇAISES PROVIENT DE
de fournisseurs douteux contribuant à mètres autorisés.  SOURCES PROBLÉMATIQUES.

EAU : LA SOIF INTARISSABLE DES GRANDS GROUPES

L
a plupart des industries dépendent que les problèmes liés à l’eau leur ont D’abord, les déclarations de consom-
directement ou indirectement de coûté pas moins de 38 milliards de dol- mation d’eau sont très incomplètes.
l’accès à des ressources en eau suf- lars rien qu’en 2018... Danone par exemple ne déclare que les
fisamment propres et abondantes – et Ces mêmes multinationales indiquent consommations d’eau de ses usines,
constatent que dans bien des régions également à CDP que leurs prélève- mais pas les énormes quantités d’eau
du monde, cet accès ne va plus de soi. ments en eau ont pourtant fortement utilisées pour l’élevage laitier. D’autre
Inondations ou sécheresses détruisant augmenté (de près de 50%) entre 2015 part, comme dans le domaine des gaz
les récoltes, pénuries d’eau affectant et 2018. Les chiffres de consomma- à effet de serre, il est en grande partie
barrages ou centrales électriques, pol- tion d’eau déclarés par les grandes tributaire des efforts d’Engie en matière
lutions entravant le bon fonctionnement entreprises françaises semblent indi- de sortie du charbon et d’autres éner-
d’usines ou leurs relations avec les rive- quer une dynamique plus vertueuse, gies sales (très gourmandes en eau).
rains et les autorités... 783 entreprises puisqu’ils montrent une baisse de près Sans Engie, la consommation d’eau est
du monde entier qui ont répondu à un de 7% des extractions d’eau entre 2017 en hausse de près de 2% d’une année
questionnaire de l’ONG CDP1 rapportent et 2018 (sur le périmètre des 28 firmes sur l’autre. Parmi les firmes qui ont le
1 https://www.cdp.net/en/research/
du CAC qui publient des chiffres). plus augmenté leurs extractions d’eau :
global-reports/global-water-report-2018 Mais ce chiffre est en partie trompeur. LVMH (+13% en un an) et PSA (+41%). 
QUELS SONT LES IMPACTS DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES SUR LA PLANÈTE ET SES HABITANTS ? I 57

TOP 5 BOUTEILLES, SACHETS, EMBALLAGES, USTENSILES ET POTS DE YAOURT

LE PLASTIQUE, PAS SI FANTASTIQUE


C’est devenu un enjeu environnemental presque aussi important que la crise climatique. À force de
reportages et d’images choc sur la pollution des océans et de tous les milieux naturels par le plastique,
l’heure de la mobilisation générale semble avoir sonné. Mais les multinationales qui profitent de la
production ou de la consommation de plastique sont-elles prêtes à remettre en cause cette source
de profits ?

LISA RISAGER
DANONE, OU LE « CAPITALISME DURABLE » COMBIEN LES GRANDES
À BASE DE PLASTIQUE ENTREPRISES

D
anone est sans doute le groupe par la fondation Ellen MacArthur, le FRANÇAISES
du CAC40 qui mise le plus, groupe a confessé consommer pas CONSOMMENT-ELLES
sous la houlette de son PDG moins de 750 000 tonnes de plastique DE PLASTIQUE ?
Emmanuel Faber, sur une image par an – le chiffre le plus important

T
«  durable  » et «  responsable  ». Une derrière ceux divulgués par Coca-Cola oujours attentives à l'opinion,
bonne partie des 5,6 milliards d’euros (3 millions de tonnes) et Nestlé (1,7 les équipes de communication
que la firme a dépensé en publicité en million). La coalition internationale du CAC40 parlent désormais
2018 a été consacrée à mettre en scène « Break Free from Plastic », regroupant abondamment de leurs initiatives sur
ses produits comme foncièrement des associations écologistes, a abordé le plastique. En ce qui concerne leur
bons pour la santé comme pour la pla- le problème par l’autre bout, en deman- consommation de plastique, pour la
nète. Problème : les produits laitiers dant à des milliers de bénévoles de fabrication ou la commercialisation
et l’eau en bouteille, qui constituent récolter des déchets plastiques sur de leurs produits, en revanche, elles
l’immense majorité de ce que le géant les plages partout dans le monde et sont beaucoup moins bavardes. Outre
de l’agroalimentaire cherche ainsi à d’identifier à quelles marques ces le chiffre déjà cité de Danone, rares sont
vendre, sont tous deux probléma- déchets étaient liés. Le résultat est les grandes entreprises françaises qui,
tiques du point de vue de leur impact. le même  : les déchets de marques comme LVMH ou Vivendi, mettent un
Ce qui explique sans doute que tous appartenant à Coca-Cola sont les plus chiffre précis sur les quantités de plas-
les indicateurs environnementaux du présents, suivis par ceux de PepsiCo, tique qu'elles achètent annuellement :
groupe (émissions de gaz à effet de Nestlé et Danone. Le groupe français 11 400 et 15 295 tonnes respectivement
serre, consommation d’eau, déchets s’est contenté pour l’instant d’annon- pour l'année 2018. L'équipementier
produits...) soient orientés à la hausse. cer un recours accru au plastique recy- automobile Valeo affiche quant à lui pas
En particulier, le yaourt et surtout l’eau clé pour ses bouteilles, exclusivement moins de 342 000 tonnes de plastiques
en bouteille requièrent des quantités en ce qui concerne sa marque phare et résines consommées sur une année.
astronomiques de plastique. Sollicité Évian.  Quant au groupe Carrefour, il rend public
58 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

le nombre de sacs plastiques jetables COMMENT LES INDUSTRIELS CHERCHENT


achetés au cours de l'année : 683 mil-
lions pour l'année 2018, un chiffre tout
À DÉTOURNER L’ATTENTION
de même en baisse par rapport à 2017 DES VRAIES SOLUTIONS

J
(775 millions) grâce aux interdictions usqu’à aujourd’hui, les industriels pollution. Ce type de programme met
qui entrent progressivement en vigueur producteurs et utilisateurs de l’accent sur des solutions illusoires
dans certains pays.  plastique (de l’industrie chimique comme le recyclage ou le bioplastique,
à l’agroalimentaire) avaient adopté une plutôt que sur des mesures volonta-
stratégie consistant à déplacer totale- ristes de réduction du plastique. C’est
ment l’attention vers la responsabilité dans le même esprit que le gouverne-
TOTAL A INAUGURÉ des consommateurs individuels, accu- ment français a lancé en grande pompe
DE NOUVELLES UNITÉS sés de ne pas mettre leurs déchets au un « pacte national sur les emballages
PÉTROCHIMIQUES DÉDIÉES « bon » endroit. Un message que l’on plastiques  », en partenariat avec la
À LA PRODUCTION retrouve par exemple en France avec la fondation Ellen McArthur. Parmi
DE PLASTIQUE AU TEXAS, campagne « Gestes propres », financée les signataires, on retrouve Auchan,
par Coca-Cola, Danone, Nestlé ou Total. Carrefour, Casino, Coca-Cola, Danone,
MAIS AUSSI EN ALGÉRIE,
Aujourd’hui, alors que le problème du L’Oréal, ou encore Nestlé. Une initiative
EN CORÉE ET EN ARABIE
plastique prend de plus en plus d’am- trop timide, selon les ONG Zero Waste
SAOUDITE. pleur, les industriels tendent à changer France et Surfrider, pour qui « le temps
leur fusil d’épaule. Ils misent plutôt sur n’est plus aux engagements volontaires
la participation à des initiatives comme mais à l’adoption de mesures réglemen-
DOUBLE PEINE : l’« Alliance pour mettre fin à la pollution taires nationales susceptibles d’enrayer
plastique », lancée en janvier 2019 par la crise de la pollution plastique ». 
LES LIENS ÉTROITS des multinationales parmi les prin-
ENTRE L’INDUSTRIE cipales responsables de cette même
PÉTROLIÈRE
ET LE PLASTIQUE RECYCLAGE ET INCINÉRATION :

P
ollution plastique et crise clima- LES MAUVAISES SOLUTIONS DE VEOLIA ET SUEZ
tique : et si les principaux cou-

À
pables étaient les mêmes  ? La mesure que la crise globale notamment les deux géants français
matière première pour produire du plas- de la pollution plastique des déchets Veolia et Suez. Les
tique, c’est en effet les hydrocarbures. commençait à faire la une deux frères ennemis ont commencé
Les majors pétrolières se sont posi- des journaux, certaines entreprises à remplir leurs documents de
tionnées sur ce créneau comme relais ont commencé à flairer l'aubaine, communication sur la « valorisation » et
de croissance pour faire face à une le « recyclage » du plastique, proposant
réduction possible de la consommation leurs services aux industriels, aux
mondiale de pétrole et de gaz. La crois- collectivités et aux consommateurs.
sance exponentielle du plastique ces Le terme de «  valorisation  » cache
dernières années est étroitement liée en réalité l'incinération des déchets
à cette stratégie. La surproduction de (plastiques et autres) pour produire de
gaz de schiste bon marché aux États- l'électricité ou de la chaleur, source de
Unis a encouragé les géants du pétrole pollution et peu efficiente. Quant au
à construire de nouveaux complexes « recyclage », il reste largement une
pétrochimiques sur la côte du Texas et illusion pour la plupart des matières
de Louisiane ou encore sur la côte Est. plastiques, les procédés étant soient
La major française Total a suivi le mou- techniquement inexistants, soit trop
vement en inaugurant ces dernières coûteux. Mis à part le PET, la plupart
années de nouvelles unités pétro- des matières plastiques ne peuvent
chimiques dédiées à la production pas être recyclées sans perdre en
de plastique au Texas, mais aussi en qualité. Quant aux « bioplastiques »
Algérie, en Corée et en Arabie saou- et autres substituts fabriqués à partir
dite. C’est double peine pour la pla- de matières végétales, la plupart sont
nète, puisqu’en plus d’envahir milieux en réalité très peu biodégradables,
naturels et océans, la production et et posent les même problèmes
la consommation de plastique sont environnementaux que le plastique
ALAN STANTON

responsables de quantités massives vierge à court et moyen terme. Il


d’émissions de gaz à effet de serre sur n'y a en réalité pas d'alternative à la
toute la durée de vie des produits.  réduction du plastique à la source. 
QUELS SONT LES IMPACTS DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES SUR LA PLANÈTE ET SES HABITANTS ? I 59

TOP 5 PHILANTHROPIE, RAISON D’ÊTRE, DÉVELOPPEMENT, RSE ET « IMPACT POSITIF »

CES MULTINATIONALES
QUI NOUS VEULENT DU BIEN
Les grandes entreprises françaises se sentent visiblement mal aimées. De plus en plus, elles insistent
sur leur « impact positif » et sur leur souhait de répondre aux grands défis de la planète et de nos
sociétés. Mais il s’agit systématiquement d’initiatives volontaires, sans droit de regard pour le public.
Pire encore : dans la plupart des cas, ces initiatives correspondent surtout à l’intérêt bien compris de
multinationales désireuses de soigner leur réputation ou de s’ouvrir de nouveaux marchés.

ANH VY / UNSPLASH
OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE :
UN DÉVELOPPEMENT PAR ET POUR LES MULTINATIONALES ?

E
n 2015, les Nations Unies adop- finir avec la pauvreté, la faim, les dis- tif de garantir l’accès de tous à l’eau
taient solennellement 17 « objec- criminations, les inégalités et les dégra- (Objectif 6) alors que toutes les expé-
tifs de développement durable » dations environnementales. riences passées suggèrent qu’il ne s’agit
(ODD). Succédant aux Objectifs du mil- Les multinationales ont sauté sur l’oc- pas d’une réponse adaptée pour étendre
lénaire pour le développement (OMD, casion. Les ODD ont rapidement été l’accès à l’eau de populations par défini-
2000-2015), les ODD visent à orienter repris par les entreprises françaises tion incapables de la payer, renforçant
les flux d’aide au développement et les dans leur communication et leurs ainsi la pauvreté et les inégalités, deux
politiques publiques dans le but d’en politiques de « responsabilité sociale » autres cibles majeurs des ODD. Au-delà
(RSE). Parfois jusqu’à l’absurde. Le des effets de communication et de leur
Crédit agricole par exemple, expliquait instrumentalisation pour éviter des
ainsi contribuer à l’objectif 16 « Paix, régulations contraignantes, la place de
Justice et Institutions efficaces » en choix accordée aux multinationales par
LES ODD ONT RAPIDEMENT étant « utile » à ses clients... Ces objec- les ODD, à côté et parfois à la place des
ÉTÉ REPRIS tifs du développement durable sont si États et des agences onusiennes, est
PAR LES ENTREPRISES généraux qu’ils peuvent être interpré- aussi souvent un moyen de légitimer la
FRANÇAISES DANS tés de différentes manières. Chaque privatisation de services publics, ainsi
entreprise peut choisir « son objectif » que les partenariats public-privé. 
LEUR COMMUNICATION
et détourner les yeux de l’impact géné-
DE « RESPONSABILITÉ SOCIALE », ral de ses activités. Veolia, par exemple,
PARFOIS JUSQU’À L’ABSURDE. légitime ses privatisations, dont celle
de l’eau de Nagpur en Inde, par l’objec-
60 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

LOI PACTE : TOUT LE POUVOIR AUX ENTREPRISES ?

F
inalement adoptée au printemps Aéroports de Paris. Les dispositions rela- en des termes tellement vagues qu’ils
2019, au bout de près d’un an de tives à la responsabilité et à la « mission ne changent rien au droit existant. Elle
discussions parlementaires, la sociale » des entreprises donnent toute ouvre aussi aux firmes la possibilité de se
loi Pacte (pour « Plan d’action pour la latitude aux directions des entreprises doter formellement d’une « raison d’être »,
croissance et la transformation des pour décider elles-mêmes comment et plusieurs géants du CAC ont sauté sur
entreprises ») avait pour ambition affi- elles exercent leur responsabilité sociale, l’occasion en des termes aussi empha-
chée de « réconcilier les Français avec selon des termes décidés par elles et tiques que généraux, à l’instar d’Atos
l'entreprise ». Au final, c’est une nouvelle contrôlés seulement par elles-mêmes. qui se voit « permettre [à tous] de vivre,
loi fourre-tout, dont la disposition la plus La loi Pacte introduit dans le code civil travailler et progresser durablement et
controversée est un vaste plan de priva- une mention des impacts sociaux et en toute confiance dans l'espace infor-
tisation d’entreprises publiques dont environnementaux des entreprises, mais mationnel ». 

LE MÉCÉNAT, OU COMMENT LES MULTINATIONALES POUR CULTIVER SON


GAGNENT DE TOUS LES CÔTÉS À LA FOIS IMAGE, BNP PARIBAS
S’OFFRE UNE LICENCE

L
es poids lourds du CAC40 consacrent tion de l’air ou que Total subventionne UNIVERSITAIRE
des sommes importantes au mécé- de grandes expositions de prestige met-

C
nat. Oeuvres sociales, organisations tant en valeur la culture des pays où elle omme d’autres multinationales
sportives, institutions culturelles ou de extrait du pétrole. françaises, BNP Paribas utilise
recherche sont nombreuses à bénéficier Le débat autour de la reconstruction depuis des années l’arme du
de leurs largesses et à arborer de manière de Notre-Dame (voir section sur la fis- mécénat pour se construire une image
plus ou moins visibles leurs logos. Outre calité) suggère que les abus les plus de banque « verte ». Ce qui ne l’empêche
qu’il est en grande partie financé indi- criants du mécénat touchent peut- pas d’être régulièrement montrée du doigt
rectement par les contribuables (sous être à leur fin. Les militants du climat pour ses investissements importants
formes de réduction d’impôts), le mécé- se sont emparés de la question en fai- dans les énergies sales. 12,7 milliards
nat apporte aux grandes entreprises des sant campagne pour que les grands d’euros consacrés au charbon et au pétrole
bénéfices symboliques considérables, en musées comme le Louvre et le British en 2016 et 2017, contre seulement 3,3 mil-
améliorant leur image dans la société Museum rompent leurs liens avec les liards pour les énergies renouvelables.
et en faisant oublier les aspects moins entreprises pétrolières comme Shell, BP Une nouvelle étape a été franchie avec
respectables de leurs activités. Dans ou Total. Ils ont obtenu partiellement l’introduction d’une licence universitaire
beaucoup de cas, ce mécénat est dirigé gain de cause en Grande-Bretagne. En entièrement financée par BNP Paribas
de manière intéressée, comme lorsque France, suite à leurs pressions, Total à l’université Paris Sciences et Lettres
des constructeurs automobiles financent ne sera pas sponsor officiel des Jeux (PSL). Pompeusement baptisée « School
des chaires universitaires sur la pollu- olympiques de 2024.  of positive impact » (« école de l’impact
positif »), cette formation sera dédiée aux
questions de développement durable et
UNE « AIDE » AU DÉVELOPPEMENT de transition énergétique. Initialement, le
contrat incluait même une clause de « non
TRÈS INTÉRESSÉE
dénigrement » contre la banque, ainsi que

D
errière la façade de la géné- ciera à Engie, Thales, Eiffage, SNCF et sa présence au comité de pilotage. Si le
rosité et de la solidarité, les Alstom, ou encore le métro d’Abidjan, secteur privé est de plus en plus présent
intérêts nationaux bien com- initialement octroyé à des entreprises dans l’enseignement supérieur, c’est la
pris ont la vie dure. Comme d’autres Sud-Coréennes, mais qui retombe fina- première fois en France qu’une entreprise
pays, la France démontre une forte lement dans l’escarcelle de Bouygues, se paye une licence entière – et soigne par
propension à diriger son «  aide au Alstom et SNCF (Keolis). Lors de la la même occasion une image « verte » très
développement  » prioritairement visite officielle d’Emmanuel Macron éloignée de ses pratiques réelles. 
vers des projets qui profitent... à des au Caire en janvier 2019, l’AFD a signé
entreprises françaises. L’Agence une nouvelle série d’accords avec le
française de développement (AFD) gouvernement égyptien concernant C’EST LA PREMIÈRE FOIS
finance ou soutient régulièrement des les secteurs du transport urbain et de EN FRANCE
grands projets dont les champions du l’accès à l’énergie. Des secteurs sur les- QU’UNE ENTREPRISE
CAC40 sont les parties prenantes et quels – comme par hasard – des entre-
SE PAYE UNE LICENCE
les principaux bénéficiaires. Citons le prises tricolores comme Schneider,
« train express régional » en cours de Vinci ou la RATP signaient au même ENTIÈRE.
construction au Sénégal et qui bénéfi- moment de gros contrats. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES RENDENT-ELLES LE MONDE MEILLEUR ? I 61

05
LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
RENDENT-ELLES LE MONDE
MEILLEUR ?
62 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 CHAUVINISME, SEXISME, NATIONALISME, AUTORITARISME ET CLIMATO-SCEPTICISME

TRUMP, BOLSONARO, POUTINE


ET LES AUTRES : LES LIAISONS
DANGEREUSES DU CAC
Un peu partout sur la planète, des leaders autoritaires allient une rhétorique chauvine, nationaliste
et masculiniste à une politique économique basée entre autres sur l’exploitation décomplexée des
ressources naturelles. Ce qui n’empêche pas les multinationales françaises de nouer des liens parfois
étroits avec ces régimes, voire de collaborer à leurs projets destructeurs.

DONALD TRUMP

L
e président américain est devenu initiée par son administration (voir
le symbole de ces nouveaux lea- section sur le lobbying).
ders populistes de droite qui Des multinationales françaises se sont
ont pris le pouvoir dans de nombreux également associées à certaines des
pays. Certains groupes français pré- politiques les plus controversées de la
sents aux États-Unis se sont démar- présidence Trump. Les dirigeants de
DES MULTINATIONALES
qués publiquement, à l’occasion, des Lafarge avaient ouvertement envisagé,
déclarations ou des mesures les plus avant de se rétracter, de participer à la FRANÇAISES
controversées du président Trump construction du mur voulu par le nou- SE SONT ASSOCIÉES
contre les migrants ou les minorités veau président à la frontière avec le À CERTAINES DES POLITIQUES
sexuelles. D’autres, comme le PDG de Mexique. Plus récemment, BNP Paribas LES PLUS CONTROVERSÉES
LVMH Bernard Arnault ou celui de Total a été mise en cause pour ses finance- DE LA PRÉSIDENCE TRUMP
Patrick Pouyanné, se sont affichés à ses ments au groupe GEO, spécialisé dans la
côtés en promettant emplois et inves- détention des migrants et grand béné-
tissements dans la foulée de son élec- ficiaire de la politique actuelle. Même sements dans le secteur, et les banques
tion. Surtout, les géants du CAC40 ont constat en ce qui concerne l’exploitation françaises, à commencer par la Société
sauté sur l’opportunité que représentait massive du gaz de schiste et son expor- générale, figurent parmi les principaux
la politique de dérégulation massive tation : Total a réalisé de gros investis- financeurs de cette industrie. 

MOHAMMED BEN SALMAN

L
e prince dirigeant de l’Arabie Parmi les PDG tricolores qui ont refusé
saoudite Mohammed Ben Salman de joindre à l’appel au boycott, Sébastien
(« MBS ») a failli se retrouver au Bazin d’AccorHotels, qui a de gros projets
ban de la communauté internationale en Arabie saoudite, ou encore Patrick
suite à l’assassinat dans des condi- Pouyanné, PDG de Total. Le groupe pétro-
tions sordides du journaliste Jamal lier a fait d’importants investissements
Khashoggi en octobre 2018. Plusieurs dans le pays, dont la construction de la
patrons de grandes multinationales, raffinerie géante de Jubail, au moment
PUBLICIS APPARAÎT COMME dont EDF et BNP Paribas, ont annoncé où Total fermait celle de Dunkerque en
L’UN DES PRINCIPAUX qu’ils renonçaient à participer au France, et d’un complexe pétrochimique
CHEFS D’ORCHESTRE DE LA « Davos du désert », le Forum écono- associé. Un autre poids lourd du CAC40
STRATÉGIE D’INFLUENCE DU mique international organisé par Riyad sur lequel «  MBS  » peut compter est
au même moment. Mais généralement Publicis. L’entreprise apparaît comme
ROYAUME SAOUDIEN ET DE
ces firmes ont refusé de couper leurs l’un des principaux chefs d’orchestre,
SON PRINCE DIRIGEANT DANS liens économiques avec le royaume. via sa filiale MSL (à Bruxelles et à Paris)
LES CAPITALES OCCIDENTALES. D’autres ont carrément résisté aux et Qorvis (à Washington), de la stratégie
appels au boycott, comme dans les d’influence du royaume saoudien et de
secteurs de l’armement et du pétrole. son prince dirigeant. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES RENDENT-ELLES LE MONDE MEILLEUR ? I 63

JAIR BOLSONARO

N
ouveau venu dans la galerie déjà Un autre domaine sur lequel les multina-
bien fournie des leaders autori- tionales françaises se positionnent est
taires de la planète : le président celui des privatisations. Jair Bolsonaro
brésilien Jair Bolsonaro, élu en octobre et ses conseillers économiques, formés à
2018. Nostalgique de la dictature, défen- l’école de Chicago, comptent bien mettre
seur des armes à feu, pourfendeur des en œuvre un programme de privatisations
féministes, des homosexuels et des éco- tous azimuts, notamment dans le secteur
logistes... Le personnage n’est pas très de l’énergie. Total a noué un partenariat
JAIR BOLSONARO
recommandable. Mais son programme stratégique avec l’entreprise pétrolière N’EST PAS UN PERSONNAGE
d’ouverture de l’Amazonie à l’industrie, nationale Petrobras (promise à la privati- TRÈS RECOMMANDABLE,
de démantèlement du droit du travail sation) et lui a raflé plusieurs gisements. MAIS SON PROGRAMME
et de relance du nucléaire pourrait bien Engie a mis la main sur l’entreprise TAG, DE PRIVATISATIONS
profiter aux entreprises françaises, de qui gère une partie des gazoducs bré- ET D’OUVERTURE
Carrefour à EDF. L’un des principaux siliens. Pour ne pas s’arrêter en si bon
DE L’AMAZONIE À L’INDUSTRIE
actionnaires de Carrefour, le milliar- chemin, le Medef et Bercy ont organisé
POURRAIT BIEN PROFITER
daire brésilien Abílio Diniz, a d’ailleurs un grand rendez-vous en juin 2019 avec
financé la campagne de plusieurs can- des responsables brésiliens pour étudier AUX ENTREPRISES
didats du PSL, le parti d’extrême-droite les opportunités futures pour les firmes FRANÇAISES.
de Bolsonaro. françaises. 

ABDEL FATTAH AL-SISSI

L
e général al-Sissi, leader de l’Égypte particulier sur la nouvelle capitale admi-
depuis le coup d’État de 2013, est à nistrative que souhaite construire le gou-
la tête d’un régime accusé de mul- vernement égyptien. Présentes sur place,
tiples violations des droits humains, qui les entreprises françaises se font aussi
emprisonne et torture ses opposants. parfois les complices de la répression des
C’est aussi devenu un partenaire pri- travailleurs dans une économie de plus
vilégié de la France, d’un point de vue en plus dominée par l’armée, comme l’a
politique comme économique. Plusieurs dénoncé un rapport de l’ONG Frontline LES ENTREPRISES
entreprises françaises ont fourni au Defenders à propos d’un sous-traitant de FRANÇAISES PRÉSENTES
régime égyptien des armes ou des équi- Naval Group à Alexandrie1. Des ouvriers
EN ÉGYPTE SE FONT AUSSI
pements qui ont ensuite servi à réprimer qui ont osé protester contre leurs condi-
les critiques et les opposants (voir section tions de travail se sont retrouvé licenciés PARFOIS LES COMPLICES
sur l’armement). Mais il n’y a pas que le en masse et pour certains d’entre eux DE LA RÉPRESSION DES
secteur de la défense et de la sécurité. Les emprisonnés.  TRAVAILLEURS DANS UNE
firmes françaises sont également très ÉCONOMIE DE PLUS EN PLUS
investies dans les secteurs de l’énergie DOMINÉE PAR L’ARMÉE.
1 https://www.frontlinedefenders.org/fr/
et des grands projets urbains, lorgnant en
statement-report/egypt-labour-rights

VLADIMIR POUTINE

L
e leader russe a été réélu pour un Parmi les géants du CAC40 les plus inves-
quatrième mandat présidentiel tis en Russie, le groupe pétrolier Total figure
en 2018. Ni la main de fer qu’il en bonne place, à travers ses projets d’ex-
maintient sur le pays ni son alliance ploitation et d’exportation de gaz dans la
avec l’extrême-droite européenne péninsule de Yamal, dans l’Arctique russe,
n’empêchent les multinationales tri- dont Technip est également partie pre-
colores de faire des affaires en Russie, nante. EDF et Engie ne sont pas en reste, à
souvent grâce à leurs relations privilé- travers l’achat de gaz russe ou la participa-
POUR FAIRE DES AFFAIRES giées avec des oligarques proches du tion à des projets de gazoducs voulus par le
EN RUSSIE, LE CAC40 NOUS Kremlin. Beaucoup de ces dirigeants Kremlin, comme le très controversé Nord
DES RELATIONS PRIVILÉGIÉES économiques français se font ensuite Stream 2 destiné à contourner l’Ukraine.
AVEC DES OLIGARQUES les défenseurs du gouvernement Auchan, Vinci, Bouygues et quelques
russe sur des dossiers comme la crise autres sont également des partenaires
PROCHES DU KREMLIN.
ukrainienne. privilégiés du régime russe. 
64 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 CHARS, MISSILES, FRÉGATES, CHASSEURS ET CANONS

LE « BUSINESS » TOUJOURS FLORISSANT


DES VENTES D’ARMES
Abondamment soutenue par les pouvoirs publics, l’industrie française de l’armement se porte bien.
Mais les ventes d’armes à des pays comme l’Arabie saoudite ou l’Égypte, et peut-être demain l’Inde,
sont de plus en plus dénoncées.

PHIL SHIRLEY
GUERRE AU YÉMEN : LA FRANCE ACCROCHÉE
À SON SULFUREUX CLIENT SAOUDIEN

D
epuis 2015, une coalition inter- pour plus de 1,3 milliard d’euros d’arme-
nationale dirigée par l’Arabie ments à Riyad. Début 2019, des médias
saoudite et les Émirats arabes français et européens ont apporté de
unis est engagée dans la guerre civile nouvelles preuves de l’utilisation de
au Yémen. Cette coalition est accusée canons Caesar et de chars Leclerc sur
– tout comme ses adversaires – de le théâtre de la guerre au Yémen.
crimes de guerre et de crimes contre Des parlementaires réclament en
l’humanité. La population civile est la vain la mise en place d’une commis-
première victime de ses bombarde- sion d’enquête. La ligne officielle du
ments et du blocus naval qu’elle main- gouvernement reste, contre toute évi-
tient sur les régions occupées par les dence, que les équipements militaires
Houthis. Le tout grâce à des armes vendus par la France ne sont pas uti-
françaises, puisque des groupes comme lisés contre des populations civiles
Nexter (chars Leclerc et canons Caesar), (voir la section sur le droit à l’infor-
DES MÉDIAS FRANÇAIS
Dassault (chasseurs Mirage), Thales mation). D’autres pays se posent plus
ET EUROPÉENS ONT APPORTÉ
(systèmes de guidage de missiles) ou de questions, comme l’Allemagne qui
encore Naval Group (frégates) ont vu a gelé ses exportations d’armement DE NOUVELLES PREUVES
leurs exportations à destination de à destination de l’Arabie saoudite en DE L’UTILISATION DE CANONS
l’Arabie saoudite et des Émirats arabes octobre 2018, s’attirant les foudres de CAESAR ET DE CHARS LECLERC
unis exploser ces dernières années. En la France... et d’Airbus, qui a menacé le SUR LE THÉÂTRE
2017 encore, alors que les conséquences pays de poursuites du fait de son inca- DE LA GUERRE AU YÉMEN.
dramatiques du conflit étaient déjà évi- pacité à honorer un contrat de sécurité
dentes, les industriels français ont livré aux frontières avec Riyad. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES RENDENT-ELLES LE MONDE MEILLEUR ? I 65

L’ÉGYPTE, NOUVEL ELDORADO DES MARCHANDS D’ARMES FRANÇAIS

D
epuis son coup d’État militaire en ment dans le Sinaï : navires de guerre aux services de sécurité égyptiens des
juillet 2013, le régime d’al-Sissi Mistral (entreprise DCNS)  ; frégates technologies de surveillance (comme
a mis en prison des dizaines de Fremm (DCNS) ; corvettes (Gowind) ; l’entreprise Amesys/Nexa), d’inter-
milliers personnes pour des raisons avions de combat Rafale ; véhicules ception de masse (l’entreprise Ercom),
politiques, dispersé des manifesta- blindés (Arquus) ; missiles air-air Mica de collecte des données individuelles
tions en faisant des centaines de morts, et de croisière SCALP (MBDA) ; mis- (Idemia) et de contrôle des foules (les
sans compter les exécutions extra-ju- siles air-sol 2ASM (SAGEM) », détaille drones de Safran, le satellite d’Airbus/
diciaires, les disparitions forcées et l’ONG dans un rapport publié en juillet Thales, les blindés légers d’Arquus,
le recours à la torture. Dans le même 20181. D’autres entreprises françaises ex-Renault Trucks Defense). Quelques
temps, entre 2010 et 2016, les livraisons ont vendu des véhicules blindés (200 mois plus tard, Amnesty international
d’armes françaises vers l’Égypte sont Renault Trucks vendus entre 2012 et enfonçait le clou en dénonçant, vidéo
passées d’un volume de 39,6 millions 2014) et des machines-outils pour la à l’appui, l’utilisation de blindés de
d’euros à 1,3 milliard d’euros, rappelle fabrication de cartouches (Manurhin) Renault Trucks dans la répression de
la FIDH.  «  Certaines entreprises ont aux services de police égyptien,  « qui manifestants2. 
vendu des armes conventionnelles n’hésitent plus à disperser des mani-
à une armée responsable de la mort festations au fusil mitrailleur  ». Des
de centaines de civils au nom de la sociétés hexagonales ont aussi vendu 2 https://www.amnesty.fr/controle-des-armes/
guerre contre le terrorisme, notam- actualites/france-egypte-aux-armes-poli-
1 https://madeinfrance.fidh.org/ ciers-egyptiens

LE RAFALE AU CENTRE INDE : L’AUTRE SCANDALE DE VENTES D’ARMES ?

S
DES CONTROVERSES ur la décennie 2008-2017, le vince durant l’été 2019 par le premier
principal acheteur de ventes ministre Narendra Modi, avec l’arresta-

L
e chasseur Rafale, construit par le d’armes françaises n’est pas un tion de milliers d’opposants, sont venus
groupe Dassault avec des équipe- pays d’Afrique ou du Proche-Orient : rappeler que ces armements pouvaient
ments fournis par MBDA, Thales c’est l’Inde. Une première place qui aussi être utilisés par New Delhi contre
et Safran, est devenu le produit phare s’explique notamment par le contrat sa propre population. 
de l’industrie française de l’armement. Il de vente de chasseurs Rafale pour 8
est aussi l’emblème de tout ce qui ne va milliards d’euros. Nexter, Naval Group,
pas avec cette industrie : diplomatie mise Airbus et d’autres ont également signé
au service des ventes d’armes, rappro- des contrats importants avec le gou- SUR LA DÉCENNIE 2008-2017,
chement avec des régimes autoritaires, vernement indien, et espèrent bien LE PRINCIPAL ACHETEUR
scandales de corruption, sans parler des en obtenir d’autres. De fait, le pays est DE VENTES D’ARMES
questions sur les bénéfices économiques depuis quelques années le principal FRANÇAISES N’EST PAS
réels qu’en retire la France. acheteur d’armes au niveau mondial,
UN PAYS D’AFRIQUE
Après des années d’échecs, trois pays – sur fond de tensions avec le Pakistan
OU DU PROCHE-ORIENT :
outre la France – ont fini à partir de 2015 et de rivalité avec la Chine. La révoca-
par passer des commandes fermes pour tion de l’autonomie du Cachemire et le C’EST L’INDE.
des Rafale : l’Inde, l’Égypte et le Qatar. couvre-feu drastique imposé à la pro-
En Inde, le contrat d’achat des Rafale a
tourné au scandale politique, l’opposition
accusant le premier ministre Narendra L’EUROPE APPELÉE À SUBVENTIONNER DE PLUS EN
Modi d’avoir imposé un homme d’affaires
très proche de lui, Anil Ambani, comme
PLUS MASSIVEMENT LES INDUSTRIES D’ARMEMENT

L
partenaire local de Dassault. Coïncidence ’Union européenne soutient de « pilotes » sur certaines technologies
troublante : au moment de la signature plus en plus les industries de « de rupture », comme les drones ou
du contrat, le fisc français a effacé une l’armement. Le « Fonds européen les armes incendiaires. Cette multi-
dette de 140 millions d’euros d’une société pour la défense » pourrait être multi- plication par 22 du budget est liée aux
appartenant à Anil Ambani. Parmi les plié par 22 pour la période 2021-2027, pressions des lobbies des industries de
autres pays dont Paris espère qu’ils pour- pour atteindre 13 milliards d’euros. l’armement, soutenus par certains États
raient se porter acquéreurs du chasseur Et ce, malgré les scandales liés aux comme la France. Le « Fonds européen
français, les Émirats arabes unis (engagés exportations d’armes européennes pour la défense » a été mis en place en
dans la coalition en guerre au Yémen) ou vers des zones de conflits, comme le 2016 suite aux recommandations d’un
encore la Malaisie, qui en a fait un instru- Yémen. Ces 13 milliards serviront à «  groupe de personnalités  » dont au
ment de chantage pour modérer les ambi- financer les multinationales de l’ar- moins sept des seize membres étaient
tions françaises sur l’huile de palme.  mement pour développer des projets issus de l’industrie de l’armement. 
66 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 MATIÈRES PREMIÈRES, BIÈRE, SUPERMARCHÉS, PRIVATISATION ET ÉVASION FISCALE

LA FRANÇAFRIQUE A ENCORE DE BEAUX


JOURS DEVANT ELLE
Les anciennes colonies d’Afrique francophone ont longtemps constitué le pré carré des multinationales
françaises, et restent aujourd’hui l’un de leurs principaux marchés d’exportation. Une position de force
qui n’avantage pas les populations et les recettes fiscales des pays concernés. La « Françafrique »
continue à peser lourd sur le continent.

D.R.
EAU, PÉTROLE, SUPERMARCHÉS... :
LES GROUPES FRANÇAIS CONTESTÉS AU SÉNÉGAL

C
es derniers mois n’ont pas été de société à capitaux français qui détenait
tout repos pour les géants fran- jusqu’alors la concession. La SDE et ses
çais présents au Sénégal. Ils ont responsables ont multiplié les recours
arraché certains contrats potentielle- judiciaires pour empêcher l’arrivée de
ment juteux, mais ils se retrouvent en Suez, arguant que leur offre était meil-
même temps en proie à une contes- leure et brandissant des accusations
tation croissante de la part de leurs de favoritisme. L’affaire pourrait être
concurrents, de la société civile et de définitivement tranchée par la Cour
la population. Le groupe pétrolier Total suprême.
a ainsi obtenu, dans des conditions Dans un autre secteur, celui de la grande
controversées, le droit d’exploiter les distribution, c’est un autre géant fran-
prometteurs gisements de pétrole et çais, Auchan, qui s’est trouvé la cible
AUCHAN EST LA CIBLE
de gaz découverts au large du Sénégal. d’un mouvement d’opposition lorsqu’il
D’UN MOUVEMENT
Mais certains, dont l’ancien ministre s’est implanté dans le pays en 2018. Le
de l’Énergie, dénoncent le choix du mouvement « Auchan dégage », regrou- D’OPPOSITION REGROUPANT
groupe français contre des concur- pant principalement des agriculteurs AGRICULTEURS ET PETITS
rents qui présentaient des offres plus et de petits commerçants craignant COMMERÇANTS, BAPTISÉ
avantageuses pour les rentrées fiscales la concurrence déloyale du groupe « AUCHAN DÉGAGE », LORSQU’IL
du pays. de supermarchés, a organisé de nom- S’EST IMPLANTÉ AU SÉNÉGAL
Une affaire similaire touche Suez, breuses manifestations. Ils ont obtenu EN 2018.
qui a raflé le marché du service de un moratoire sur l’ouverture de nou-
l’eau au détriment de Veolia et la SDE, veaux magasins Auchan. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES RENDENT-ELLES LE MONDE MEILLEUR ? I 67

LE NIGER AUX PRISES AVEC AREVA ET ORANGE

L
e Niger est un autre terrain de La question fiscale est également au filiale nigérienne. Les salariés locaux
chasse privilégié pour la France et cœur d’une autre affaire qui concerne, d’Orange multiplient les grèves pour
ses entreprises. Les événements cette fois, le géant des télécommuni- protester contre les conditions de cette
récents ont montré que le pays et ses cations Orange, deuxième opérateur revente. 
finances publiques n’en sortent pas for- du pays. Le groupe français a obtenu
cément gagnants. Orano (ex Areva) se du gouvernement nigérien la suppres-
prépare à fermer progressivement les sion d’une taxe sur les appels entrants
LA CONTRIBUTION FISCALE
mines d’uranium que le groupe exploite qui représentait des rentrées fiscales
dans le nord du pays. La région risque conséquentes. Cette réforme et d’autres D’AREVA AUX FINANCES
fort de se retrouver économiquement introduites en même temps ont pro- NIGÉRIENNES, RESTÉE
sinistrée, tout en ayant à gérer le passif voqué des manifestations. La taxe a TRÈS MODESTE, NE PERMETTRA
sanitaire et environnemental laissé par été partiellement réintroduite en 2019, PAS DE COMPENSER LE
l’exploitation de l’uranium. La contribu- et Orange a fait l’objet d’un redresse- PASSIF SANITAIRE ET
tion fiscale d’Areva aux finances nigé- ment record, que la firme française a ENVIRONNEMENTAL LAISSÉ
riennes, restée très modeste malgré la immédiatement contesté. Le groupe
PAR L’EXPLOITATION
renégociation de la convention minière de télécoms a finalement annoncé son
en 2014, ne permettra pas de compen- intention de quitter le pays et cherche DE L’URANIUM.
ser ces coûts. actuellement un repreneur pour sa

DÉBOIRES JUDICIAIRES POUR LE GROUPE BOLLORÉ VEOLIA CHASSÉE

L
DU GABON
e groupe Bolloré est réputé en France septembre 2018, sa filiale Camrail a été
pour les poursuites judiciaires à jugée coupable d’homicide involontaire Encouragés par la diplomatie éco-
répétition qu’il intente contre des pour le déraillement meurtrier d’Eseka sur- nomique française et la corruption
journalistes ou des associations qui osent venu au Cameroun en 2016, où la mauvaise de leurs élites, de nombreux pays
se pencher sur ses affaires africaines. gestion de la ligne ferroviaire par Bolloré d’Afrique francophone ont privatisé
Récemment cependant, ces mêmes avait été mise en cause. Quelques mois leurs services publics pour les confier
affaires se sont retournées contre lui. En plus tard, le groupe était mis en examen à des entreprises tricolores. Veolia
dans l’enquête sur l’obtention de conces- gérait ainsi depuis des années l’appro-
sions portuaires en Afrique de l’Ouest. visionnement en eau et en électricité
Bolloré est soupçonné d’avoir monnayé les du Gabon. Mais la faible qualité du
BOLLORÉ EST SOUPÇONNÉ
services de communication politique de sa service rendu occasionnait de nom-
D’AVOIR MONNAYÉ LES
filiale Havas en échange des concessions breuses frustrations et récriminations,
SERVICES DE COMMUNICATION des ports de Lomé (Togo) et de Conakry et le gouvernement a fini par décider de
POLITIQUE DE SA FILIALE (Guinée). Ultime avanie : début 2019, la chasser unilatéralement Veolia début
HAVAS EN ÉCHANGE DES justice française s’est finalement décla- 2018. La société civile gabonaise estime
CONCESSIONS DES PORTS rée compétente pour rouvrir l’instruction que la firme française et le gouverne-
DE LOMÉ (TOGO) du litige qui oppose depuis des années ment sont tous deux responsables de la
ET DE CONAKRY (GUINÉE). Bolloré à son ancien collaborateur Jacques qualité déplorable du service, et craint
Dupuydauby, toujours autour de l’obtention que son retour sous giron gouverne-
de concessions portuaires africaines.  mental n’amène pas de réelles amé-
liorations. D’autant plus que Veolia a
immédiatement déposé un recours en
QUAND BIÈRE RIME AVEC ÉVASION FISCALE arbitrage international – ces fameux

C
’est l’un des marchés les plus juteux Castel pour gérer les bénéfices réalisés en mécanismes de « règlement des litiges
de la planète : celui de la bière en Afrique1 : « Le groupe compte pas moins entre États et investisseurs » devant des
Afrique, que se partagent le groupe d’une vingtaine de sociétés immatriculées tribunaux arbitraux privés, si contestés
néerlandais Heineken, le belge AB InBev, au Luxembourg et à Gibraltar, mais aussi dans le cadre du Tafta et du Ceta – pour
et le groupe français Castel, propriété à Malte, en Suisse ou à l’île Maurice. » La réclamer une compensation au Gabon.
de Pierre Castel, huitième fortune fran- société mère, Cassiopée, est localisée à En février 2019, le litige a été soldé à
çaise. Point commun entre ces géants de Gibraltar, et elle est contrôlée par un fonds l’amiable entre les deux parties, et le
la brasserie ? Ils rivalisent d’inventivité d’investissement basé à Singapour, IBB, un Gabon a accepté de verser à Veolia une
pour limiter les impôts qu’ils reversent aux trust (aux bénéficiaires anonymes) géré compensation dont le montant n’a pas
gouvernements du continent noir. Une par un curateur dépendant de la Société été dévoilé. 
enquête parue dans le Monde diploma- générale, SG Trust (Asia) Ltd. 
tique met en lumière la savante méca-
nique d’évitement fiscal mise au point par 1 https://www.monde-diplomatique.fr/2018/10/
BLAMANGIN/59159
68 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 BIOMÉTRIE, FICHAGE, INTERCEPTIONS, VIDÉO-SURVEILLANCE ET MÉGADONNÉES

LES CHAMPIONS FRANÇAIS


DE LA SURVEILLANCE
Le nouveau « capitalisme de surveillance » qui se profile n’est pas l’apanage des géants américains
Google, Amazon, Facebook et autres. Plusieurs grandes entreprises françaises misent aujourd’hui
sur le suivi individuel et l’exploitation des « mégadonnées », que ce soit pour des fins sécuritaires ou
avec des objectifs commerciaux (ou les deux). Beaucoup s’inquiètent des risques pour la vie privée
et les libertés publiques.

SEANBJACK,
LES NOUVEAUX BIG BROTHERS DES « VILLES
INTELLIGENTES »

L
es « villes intelligentes » ou smart sûre ». À Marseille, un « observatoire
cities sont à la mode, et c’est un de la tranquillité publique » confié à
marché qui intéresse de nom- Engie Ineo va traiter des quantités
breux groupes du CAC40 spécialisés massives de données issues des ser-
dans les services urbains, le numérique vices publics, de partenaires institu-
ou encore les technologies électro- tionnels, des réseaux sociaux mais
niques. Mais elles suscitent aussi des aussi fournies par de simples citoyens.
craintes à la fois chez les défenseurs Nice eNice expérimente un système de
des libertés publiques, qui craignent vidéo-surveillance « intelligent », avec
une extension sans précédent des reconnaissance faciale, en partenariat
NICE EXPÉRIMENTE outils de surveillance, et chez les oppo- avec Thales. Quant à Toulouse, elle a
UN SYSTÈME sants à la privatisation. installé avec une filiale d’EDF des réver-
DE VIDÉO-SURVEILLANCE « Les projets de « villes intelligentes » bères « intelligents » dotés de capteurs
INTELLIGENT », sont parfois vendus comme une et de caméras. Des développements qui
AVEC RECONNAISSANCE manière d’améliorer les services interrogent sur les dérives possibles
urbains et de les rendre plus efficients, dans l’usage qui sera fait de ces don-
FACIALE, EN PARTENARIAT
mais aussi pour des raisons sécuri- nées aussi bien par les pouvoirs publics
AVEC THALES. taires : de plus en plus, la « ville intelli- que par les entreprises prestataires. 
gente » est aussi (surtout ?) une « ville
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES RENDENT-ELLES LE MONDE MEILLEUR ? I 69

QUAND LES SERVICES PUBLICS EXPLOITENT SURVEILLANCE


LES « DONNÉES » DE LEURS USAGERS « MADE IN FRANCE »
AU SERVICE DE RÉGIMES

C
onfrontée à une transformation Probayes une start-up grenobloise liée à
AUTORITAIRES
en profondeur de son modèle l’industrie de l’armement et spécialisée

P
historique, La Poste mise pour dans l’intelligence artificielle et l’analyse lusieurs entreprises françaises
se renouveler sur les mégadonnées. « prédictive » des mégadonnées. Dans le ont été mises en cause ces der-
Après tout, ne détient-elle pas de par sa but d’offrir des services encore plus opti- nières années pour avoir vendu
mission historique, du meilleur fichier misés aux annonceurs ?  des logiciels de surveillance et autres
d’adresses de France, avec des informa- solutions de contrôle des populations
tions actualisées sur ses usagers, indi- et des opposants à des régimes auto-
vidus et entreprises ? Le groupe public ritaires. Amesys a ainsi vendu un outil
ne s’est pas privé de monétiser cet actif LA POSTE MISE POUR SE de surveillance des télécommunica-
en revendant ces données, via sa filiale RENOUVELER SUR LES tions à la Libye du colonel Khadafi,
Mediapost, à des entreprises pour leur et quelques mois plus tard, une autre
MÉGADONNÉES. APRÈS TOUT,
prospection commerciale. Et La Poste firme tricolore, Qosmos, était dénon-
ne s’est pas arrêté en si bon chemin NE DÉTIENT-ELLE PAS DE cée pour un contrat similaire avec la
puisque, comme l’a révélé une enquête du PAR SA MISSION HISTORIQUE, Syrie de Bachar el-Assad. Les deux
média Le Postillon1, Mediapost a racheté DU MEILLEUR FICHIER firmes, qui avaient bénéficié de fonds
D’ADRESSES DE FRANCE. publics, font depuis l’objet de plaintes
1 https://www.lepostillon.org/-Hiver-2019-. pour complicité d’atteinte aux droits de
html
l’homme. Mais les affaires continuent.
Amesys a simplement changé de nom
PALANTIR OU UNE ALTERNATIVE TRICOLORE ? pour devenir Nexa et poursuivre les
mêmes activités, au profit cette fois

P
alantir ne cesse de faire des vagues d’écoutes judiciaires confiée à Thales. de l’Égypte d’Al-Sissi. Le pays est d’ail-
en France. En 2015, la Direction Depuis, des entreprises tricolores ont leurs un client fervent des solutions
générale de la sûreté intérieure uni leurs forces pour construire une telle de surveillance «  made in France  »
(DGSI) signait un contrat de 10 millions alternative, dont Airbus, MBDA et Atos et (voir section sur l’armement). Un
d’euros avec le géant américain spécia- d’autres firmes plus petites réunies au sein autre champion français du secteur,
lisé dans l’analyse des « mégadonnées » du cluster « Data intelligence » du GICAT Ercom, dont Engie détenait près de
pour muscler ses capacités de surveil- (Groupement des industries françaises 20% et qui a été racheté début 2019 par
lance. Liée à la CIA, dirigée par un proche de défense et de sécurité terrestres et Thales, s’est ostensiblement recentré
de Donald Trump, Peter Thiel, l’entre- aéroterrestres). Mais Palantir ne compte sur les activités de chiffrement, tout
prise suscite bien des craintes. La DGSI pas abandonner le terrain, puisqu’il s’est en poursuivant sous l’égide de sa filiale
avait invoqué à l’époque l’absence d’une assuré les services de l’ancien numéro 2 Suneris la vente de solutions de sur-
alternative française crédible, particuliè- d’Airbus Fabrice Brégier pour consolider veillance et d’interception à des gou-
rement depuis le fiasco de la plateforme sa présence en France.  vernements comme celui de l’Égypte. 

LE JUTEUX MARCHÉ DES « FRONTIÈRES INVISIBLES » DE L’EUROPE

S
ous prétexte de renforcer le l’Association européenne de biométrie tion de fichiers biométriques, qui pourraient
contrôle de ses frontières, l’Eu- (AEB), lobby du secteur. être un jour raccordés au fichier européen.
rope envisage de mettre en place De l’autre côté de la Méditerranée, en Parmi les industriels qui surfent sur ces
un gigantesque fichier d’identification de Afrique, les mêmes gouvernements euro- nouveaux marchés, les français Idemia
tous les citoyens de pays non membres péens financent généreusement la créa- (ex OT-Morpho) et Gemalto (aujourd’hui
de l’Union. Ce fichier européen géant uni- absorbé par Thales). Ces programmes sont
fierait six registres (existants ou à créer) poussés par des pays comme la France et
de données d’identification de citoyens l’Allemagne et bénéficient de généreux
extra-communataires. Le projet com- EN AFRIQUE, LES financements de la Commission euro-
porte des risques à la fois en termes de GOUVERNEMENTS EUROPÉENS péenne. Dans un pays comme le Mali, les
libertés civiles et de vulnérabilité aux FINANCENT LA CRÉATION DE intérêts français font même coup double,
cyberattaques. Mais, parce qu’il implique FICHIERS BIOMÉTRIQUES PAR puisque les nouveaux fichiers d’état-civil
d’énormes investissements pour sa mise DES FIRMES COMME IDEMIA sont mis en place par Idemia, et que le gou-
en place et en équipements de reconnais- vernement bénéficie en outre pour sa mise
(EX OT-MORPHO) ET GEMALTO
sance faciale et de prise d’empreintes en place du soutien rémunéré de Civipol,
(AUJOURD’HUI ABSORBÉ PAR
digitales aux frontières, il a été fortement une filiale publique-privée du ministère de
encouragé par les industriels et certaines THALES). l’Intérieur français. 
agences publiques, regroupés au sein de
70 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

06
LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
CONTRIBUENT-ELLES
À UNE ÉCONOMIE SAINE ?
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À UNE ÉCONOMIE SAINE ? I 71

TOP 5 AÉROPORTS, AUTOROUTES, EAU, GAZODUCS ET JEUX DE HASARD

LA PRIVATISATION PLUS QUE JAMAIS


À L’ORDRE DU JOUR
Avec la loi Pacte, promulguée en mai 2019, le gouvernement français a lancé un nouveau programme
de privatisation de grande ampleur concernant le secteur des aéroports, de l’énergie et des jeux de
hasard. Pourtant, les controverses suscitées par la dernière grande opération de privatisation en date,
celle des autoroutes, ne semblent pas prêtes de s’éteindre. Et au niveau local, la bataille fait toujours
rage entre les tenants de la gestion publique et de la gestion privée.

NICOLAS VIGIER,
AÉROPORTS : UNE PRIVATISATION QUI CONCENTRE
LES OPPOSITIONS

I
nscrite dans la loi Pacte (pour « plan n’est autre que Vinci, déjà actionnaire
d’action pour la croissance et la trans- d’ADP à hauteur de 8 %.
formation des entreprises »), la pri- Au même moment, un précédent
vatisation d’Aéroports de Paris (ADP) fâcheux est venu mettre en question
concentre les critiques. Elle pourrait les assurances gouvernementales  :
même faire l’objet du premier référen- les investisseurs chinois qui avaient
dum d’initiative populaire (Rip) de la racheté 49,99  % des parts de l’aéro-
Ve République si les opposants de tous port de Toulouse en 2015 veulent les
bords, qui dénoncent le bradage d’une revendre pour environ 500 millions
infrastructure stratégique (les aéroports d’euros à Eiffage. Soit une plus-value
LA PRIVATISATION de Roissy, d’Orly et du Bourget) au pro- de plus de 200 millions d’euros en seu-
D’AÉROPORTS DE PARIS (ADP) fit du secteur privé, parviennent à ras- lement quatre ans. Hommes d’affaires
CONCENTRE LES CRITIQUES sembler les signatures nécessaires (un douteux, pacte d’actionnaires secret,
ET POURRAIT MÊME FAIRE peu plus de 4,7 millions, 10 % du corps versement de dividendes exception-
électoral). Le gouvernement français, de nels siphonnant les réserves de l’entre-
L’OBJET DU PREMIER
son côté, assure que toutes les mesures prise... Cette privatisation comporte de
RÉFÉRENDUM D’INITIATIVE nécessaires ont été prévues pour s’assu- nombreuses zones d’ombre révélées en
POPULAIRE (RIP) DE LA Ve rer que l’intérêt du public serait préservé. particulier par Mediapart et confirmées
RÉPUBLIQUE. Autre source d’inquiétude : le principal ensuite par la Cour des comptes et une
candidat au rachat d’Aéroports de Paris commission de l’Assemblée nationale. 
72 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

ENGIE, FRANÇAISE DES JEUX, GRTGAZ :


LA PLUS IMPORTANTE VAGUE DE PRIVATISATION DEPUIS 20 ANS

D
ans la loi Pacte, il n’y a pas que risque de faire sauter à terme les garde- gré du gaz : l’ouverture supplémentaire
la privatisation d’Aéroports de fous éthiques qui encadrent encore ses du capital de GRTgaz, la filiale d’Engie
Paris. Une autre entité publique activités. en charge des gazoducs et des termi-
convoitée depuis longtemps par le sec- Autre cible de la loi Pacte : Engie. L’État naux méthaniers, au secteur privé. Ces
teur privé est elle aussi appelée à quit- pourra désormais revendre la totalité de infrastructures sont pourtant straté-
ter le giron de l’État : la Française des ses parts dans l’ancien Gaz de France, giques, dans un contexte de recompo-
Jeux (FDJ). L’opération est tout aussi confirmant son désengagement du sec- sition du secteur autour de quelques
contestée, parce qu’elle fera perdre aux teur de l’énergie en dehors du nucléaire. géants européens qui promeuvent de
pouvoirs publics une partie des revenus Autre signe du démantèlement pro- grands projets coûteux et controversés,
issus de la FDJ, mais aussi parce qu’elle grammé de l’ancien service public inté- en plus d’être nuisibles pour le climat. 

LES BATAILLES DE L’EAU SE POURSUIVENT AUTOROUTES :


EN FRANCE... UNE PRIVATISATION

L
a guerre de l’eau entre public et retour en régie (supérieur, selon les élus TOUJOURS AUSSI
privé fait rage depuis les années toulousains, au prix offert par Veolia) IMPOPULAIRE

T
2000. Plusieurs grandes villes aurait été fait sur la base de paramètres reize ans après, le privatisation
(Grenoble, Paris, Nice, Rennes et biaisés. Ils ne manquent pas non plus des autoroutes est toujours aussi
Montpellier entre autres, sans compter de rappeler que Veolia a reçu de l’État controversée. Elle s’est rapide-
des dizaines de communes plus petites) 100 millions d’euros de crédit d’im- ment transformée en source de profits
ont fait le choix de la remunicipalisa- pôt compétitivité emploi (CICE) entre assurés pour les multinationales bénéfi-
tion du service, tandis que d’autres 2014 et 2018, tout en supprimant des ciaires, Vinci, Eiffage et Abertis. En 2014,
(Lyon, Marseille et Bordeaux) ont recon- milliers d’emplois en France. Ce qui a le gouvernement (dont le ministre de
duit les concessionnaires privés, tout permis à l’entreprise, de l’aveu même l’Économie d’alors Emmanuel Macron)
en négociant des baisses de tarifs. La d’un dirigeant en comité d’entreprise, avait passé un accord secret avec les
dernière grande ville qui devait renou- de consentir des baisses tarifaires aux concessionnaires pour désamorcer une
veler, ou non, la délégation de son ser- collectivités pour garder leurs marchés. polémique grandissante sur la hausse
vice de l’eau et de l’assainissement était La privatisation subventionnée par les des tarifs des péages, en échange d’un
Toulouse. Finalement, la ville a opté contribuables... plan d’investissement autoroutier et
pour la reconduction du secteur privé Dans la banlieue parisienne, le contrat d’une prolongation des concessions.
(Veolia pour l’eau et Suez pour l’assai- géant de Veolia sous l’égide du Syndicat Cet accord, signé à une époque où la
nissement), avec une baisse du prix de des eaux d’Ile-de-France (Sedif) est tou- ministre de l’Environnement nommée
l’eau à la clé. Les partisans locaux de jours aussi contesté. 24 des communes à la suite de François de Rugy, Élisabeth
la remunicipalisation ont dénoncé un concernées ont décidé de sortir du péri- Borne, ancienne cadre d’Eiffage, était
passage en force. Selon eux, le calcul mètre du Sedif, et de se donner deux ans directrice de cabinet de Ségolène Royal,
du prix de l’eau hypothétique avec un pour mettre en place une régie publique.  montre un État prêt à se lier lui-même
les mains et à multiplier les concessions
au privé. Faut-il s’attendre pourtant à ce
...ET À L’ÉTRANGER que cette privatisation, des plus impo-
pulaires, s’étende encore ? Les sociétés

L
a remunicipalisation de l’eau niser un référendum citoyen sur le sujet, d’autoroute lorgnent aujourd’hui sur les
touche aussi les autres pays, en ce qu’Agbar entend éviter à tout prix. centaines de kilomètres d’autoroutes
Europe et au-delà. En 2018-2019, Pour se trouver des alliés, l’entreprise a encore non cédés au privé, qui souffrent
ce sont plutôt les contrats de Suez qui considérablement augmenté ses bud- d’un manque d’investissements, ainsi que
ont défrayé la chronique. Le groupe est gets publicitaires et de soutien au milieu sur certaines routes nationales pouvant
confronté à la perte de plusieurs mar- associatif local. Agbar est la seule des être transformées à terme elles-mêmes
chés détenus en Espagne par sa filiale filiales importantes de Suez pour lequel en autoroutes. 
Agbar, menacée jusque dans son fief le groupe refuse de divulguer combien
de Barcelone. La municipalité souhaite de dividendes il en reçoit chaque année.
remunicipaliser le service de l’eau de Autre dossier chaud pour Suez : celui de TREIZE ANS APRÈS,
la capitale catalane, qui n’a jamais été Dakar. Le groupe français a raflé, dans
LE PRIVATISATION DES
sous gestion publique. Parallèlement, des conditions confuses, le contrat de la
le contrat d’Agbar avec l’agglomération capitale sénégalaise à la SDE, une firme
AUTOROUTES EST TOUJOURS
barcelonaise pourrait être annulé par la elle aussi contrôlée par des capitaux fran- AUSSI CONTROVERSÉE.
justice. La ville de Barcelone veut orga- çais (voir section sur la Françafrique). 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À UNE ÉCONOMIE SAINE ? I 73

TOP 5 SOUS-TRAITANCE, HAUSSE DES PRIX, RESTRUCTURATION, INEFFICIENCES ET JUNGLE TARIFAIRE

À QUI PROFITE LA LIBÉRALISATION ?


Télécommunications, énergie, aujourd’hui transport ferroviaire... Les services publics ont tous été
soumis à une politique de « libéralisation » vendue comme bénéfique pour les consommateurs. Entre
hausses de prix, jungle tarifaire, suppressions d’emploi et dégradation du service, le bilan est tout
sauf reluisant.

CHRISTOPHE CHABOT
ÉNERGIE : UNE HAUSSE DE TARIFS
POUR SUBVENTIONNER LA CONCURRENCE

L
a libéralisation du secteur de régulation de l’énergie (CRE), l’agence
l’énergie a été « vendue » en 2007 chargée de réguler le secteur depuis
avec les arguments habituels : la sa libéralisation. Raison invoquée  ?
concurrence allait entraîner une baisse Améliorer la viabilité économique des
des prix bénéfique pour les usagers. Plus opérateurs concurrents d’EDF, alors
de dix ans après, l’évidence du contraire qu’ils se contentent souvent de racheter
est de plus en plus difficile à dénier. Les l’électricité produite dans les centrales
prix de l’électricité ont nettement aug- nucléaires du groupe public à un prix
manté. Les anciens services publics EDF fixe, pour la revendre ensuite à leurs LA HAUSSE DES TARIFS
et Engie (ex GDF) conservent une place clients, sans prendre le risque de déve-
RÉGLEMENTÉS
prépondérante sur leur marché respec- lopper leurs propres capacités. Bref,
tif, même si 2018 a vu une intensifica- une «  concurrence subventionnée  »
DE L’ÉLECTRICITÉ, DESTINÉE
tion de la concurrence avec l’arrivée sur par les usagers. Cette hausse de tarifs À AMÉLIORER LA VIABILITÉ
ce créneau d’un troisième poids lourd, fait d’ailleurs aussi les affaires d’EDF, ÉCONOMIQUE
Total, qui a racheté les deux fournisseurs confrontée à des besoins financiers DES OPÉRATEURS
Lampiris et Direct Energie. massifs pour assurer la maintenance de CONCURRENTS D’EDF,
Début 2019, malgré les critiques des ses centrales nucléaires vieillissantes. EST UN EXEMPLE
associations de consommateurs, du Tandis qu’EDF et ses concurrents se
UNE « CONCURRENCE
médiateur de l’Énergie et même de l’Au- partageront le gâteau, le coût – autour
SUBVENTIONNÉE »
torité de la concurrence, une hausse de de 2 milliards d’euros – sera essentiel-
5,9% des tarifs réglementés de l’électri- lement supporté par les particuliers et PAR LES USAGERS.
cité est décidée par la Commission de les petites entreprises. 
74 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TRANSPORT FERROVIAIRE : UN AVENIR QUI INQUIÈTE

C
ela aura été l’un des premiers créant une multitude de filiales de fermetures de guichets et de petites
gros dossiers de la prési- droit privé et en s’aventurant sur lignes. Le syndicat Sud-Rail évoquait
dence d’Emmanuel Macron : la les marchés privatisés à l’étranger, en juin 2019 une vingtaine de suicides
réforme de la SNCF et la préparation comme au Royaume-Uni. Parfois, la d’agents SNCF en lien avec la réforme
de la mise en concurrence du trans- SNCF a mis ces filiales en concurrence depuis le début de l’année, menaçant
port ferroviaire, qui a occasionné une avec la société mère, en encourageant de faire de l’entreprise un « nouveau
importante série de grèves en 2018. Au le recours à la sous-traitance et la France Telecom ». La présence future
programme, l’ouverture à la concur- recherche d’économies. Du côté des de multiples opérateurs privés sur un
rence des lignes régionales puis des salariés, on dénonce les conséquences réseau où se multiplient les incidents
grandes lignes, et une nouvelle réorga- sociales de la réforme ferroviaire et de suscite également des inquiétudes. 
nisation de la SNCF. De fait, le groupe la restructuration à marche forcée de
ferroviaire public s’est préparé depuis l’entreprise : le risque de disparition
des années à cette libéralisation en du statut de cheminot, mais aussi les
OÙ VA LA POSTE ?

ÉNERGIE : LES USAGERS DANS LA JUNGLE


DE LA LIBÉRALISATION

U
ne autre conséquence classique l’Énergie dénonce la recrudescence de
de la libéralisation, quel que soit « méthodes commerciales douteuses,
le secteur, qui tranche avec les multiplication de  “trophées clients”,
habitudes des « vieux » services publics, offres vertes pas si vertes ou promo-
c’est la multiplication d’offres tarifaires tions faussement alléchantes  ». Les

PICASA
de plus en plus complexes. Comme si litiges ont d’ailleurs augmenté de 30%

A
l’objectif était que les usagers se perdent en deux ans. Le pire fournisseur de ce utre entreprise encore nomina-
dans cette jungle. Le secteur énergétique point de vue est Eni, suivi par Total et lement publique mais soumise
ne fait pas exception. Il est aussi carac- Engie. En mars 2019, Engie a d’ailleurs à une cure intensive de res-
térisé par des pratiques commerciales été condamnée à verser 1 million d’eu- tructurations successives et de libé-
particulièrement agressives, souvent ros de dommages et intérêts à EDF pour ralisation « de l’intérieur » : La Poste.
proches de l’escroquerie, pour démar- concurrence déloyale.  Confrontée à la baisse du volume des
cher de nouveaux clients – soit direc- courriers, le groupe cherche à se recen-
tement de la part des fournisseurs, soit trer sur les colis et le développement
via les entreprises sous-traitantes qui de nouveaux services, aux dépens de
LES LITIGES AVEC LES
font du démarchage téléphonique ou du son ancrage territorial et de la proxi-
FOURNISSEURS D’ÉNERGIE
porte à porte, en ciblant notamment les mité avec les usagers. Comme la SNCF,
personnes âgées et en n’hésitant pas à ONT AUGMENTÉ DE 30% l’entreprise a créé de nombreuses
recourir au mensonge. Dans son rap- EN DEUX ANS. filiales pour ses activités de plus en
port pour l’année 2018, le médiateur de plus diverses, dont les employés ne
bénéficient pas des mêmes avan-
tages que les salariés « historiques ».
Le recours à des sous-traitants, moins
TÉLÉCOMMUNICATIONS : LES COÛTS CROISSANTS bien lotis que les facteurs classiques,
DE LA CONCURRENCE se généralise, occasionnant parfois

D
ans un secteur longtemps pré- appels mobiles. L’octroi des licences 5G des drames comme la noyade d’un
senté comme l’exemple des bien- a suscité de nouvelles controverses, livreur en 2012 à Boulogne-Billancourt.
faits de la mise en concurrence, puisque l’État a renoncé à des enchères Le tribunal de Nanterre a condamné
les coûts du poids excessif des opé- sur l’utilisation de ces fréquences – un en juillet 2019 La Poste, suite à cet
rateurs privés commencent à se faire revenu potentiel pourtant estimé à près accident, pour abus de sous-traitance.
sentir. Coûts d’abord sociaux, puisqu’à la de 3 milliards d’euros – en échange d’un Parallèlement, la direction de La Poste
politique agressive de réduction d’effec- engagement des opérateurs à mettre cherche à « monétiser » le métier de
tifs menée au sein de France Telecom fin aux « zones blanches » de la 4G. Et facteur en proposant de nouveaux ser-
(Orange) depuis des années se sont le déploiement de la 5G pose lui-même vices payants comme « Veiller sur mes
ajoutées des coupes sombres dans les question, puisqu’il obligera les opéra- parents ». Les grèves se multiplient
effectifs de SFR-Altice. Dans le même teurs à déployer chacun de leur côté ces derniers mois contre la ferme-
temps, les opérateurs peinent toujours un nombre considérable de nouvelles ture d’agences et les réorganisations,
à assurer la couverture de l’ensemble antennes beaucoup plus puissantes, témoignant d’un climat social très
du territoire, y compris pour de simples sources de multiples nuisances.  dégradé. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À UNE ÉCONOMIE SAINE ? I 75

TOP 5 DÉBAUCHE D'ARGENT PUBLIC, PRIVATISATION, POLLUTION, DÉRÉGULATION ET GRANDS PROJETS INUTILES

UN « GRAND PARIS » POUR QUOI ?


Avec l’organisation des Jeux olympiques en 2024 et le « Grand Paris », la capitale et son agglomération sont
soumises à une vague de grands projets urbains. Dans la construction et d’autres secteurs, les multinationales
brassent des centaines de millions d’euros de marchés publics. Mais l’impact environnemental de ces
projets, de même que leur utilité sociale et leur sens économique, posent question.

JEANNE MENJOULET
À QUI VA VRAIMENT PROFITER LE « GRAND PARIS EXPRESS » ?

L
ancée en fanfare en 2007, la des tunnels et des gares – en atten- est aussi très coûteuse et beaucoup
réflexion sur le « Grand Paris » dant ceux du transport comme Alstom plus polluante qu’un réseau classique
se résume aujourd’hui à un qui fourniront trains et équipements. ou en surface. La vision sous-jacente
ensemble de projets urbains plus ou Estimé initialement à 19 milliards est celle de relier rapidement les pôles
moins cohérents et à une nouvelle d’euros, le coût total du projet pourrait d’« excellence » et de « compétitivité »
infrastructure emblématique  : le atteindre 39 milliards d’euros. Selon de la banlieue parisienne, plutôt que
« Grand Paris Express ». Il s’agit d’un un décompte du Monde en avril 2019, de répondre aux besoins pratiques des
ensemble de quatre nouvelles lignes de les champions du BTP en avaient déjà habitants. 
métro automatiques (15, 16, 17 et 18, plus raflé une part significative : 3 milliards
le prolongement de la 14) destinées à pour Eiffage et 2 milliards chacun pour
relier entre eux les points névralgiques Vinci et Bouygues, pour le prolonge-
de la banlieue, dont la mise en service ment des lignes 11 et 14. La Société du
s’échelonnera jusqu’à au moins 2030. Grand Paris, en charge de la réalisation
Le projet est vendu comme un instru- du Grand Paris Express, a été mise en
ment de justice sociale et de dévelop- cause pour des irrégularités dans la
pement permettant de désenclaver passation de ses marchés ainsi que LES GÉANTS DU BTP
la banlieue. En attendant, il profite au pour sa faiblesse dans la négociation ADDITIONNENT LES MARCHÉS
secteur de l’immobilier, qui fait flam- avec les entreprises. PUBLICS SE CHIFFRANT
ber les prix dans les zones appelées Le Grand Paris Express pose également EN CENTAINES DE MILLIONS
à être desservies par le futur Grand question du point de vue environne- D’EUROS POUR LA RÉALISATION
Paris Express. Mais il profite aussi et mental et social. La solution technique
DES TUNNELS ET DES GARES
surtout aux géants du BTP, qui récoltent retenue, celle de faire circuler les
DU GRAND PARIS EXPRESS.
des marchés se chiffrant en centaines lignes à très grande profondeur, per-
de millions d’euros pour la réalisation met de gagner en rapidité, mais elle
76 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

DÉCHETS : VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU URBANISME


D’INCINÉRATION ? D’EXCEPTION

O L
fficiellement, l’heure est à la réduc- tri des déchets. Suez s’apprête également e « Grand Paris » et les Jeux olym-
tion des déchets et au recyclage. à augmenter la capacité de l’incinérateur piques, c’est aussi une opportu-
Dans l’agglomération parisienne, de Créteil (dépendant d’un autre syndi- nité d’accélérer la mise en œuvre
cependant, la politique mise en œuvre cat). Et ce alors que l’agglomération pari- de projets controversés, voire de pas-
est toute autre. Les incinérateurs d’Is- sienne affiche l’un des taux de recyclage ser outre les règles urbanistiques en
sy-les-Moulineaux et de Saint-Ouen, les plus bas de France. Ces extensions vigueur. La loi sur les Jeux Olympiques
gérés par des filiales d’EDF et d’Engie sont accompagnées de projets « verts » a mis en place des procédures accélé-
pour le compte du syndicat intercommu- qui représentent des volumes margi- rées et simplifiées pour la construction
nal Syctom, tournent à plein régime. Pire naux. Les géants des déchets Veolia et des équipements. Depuis des années,
encore, le Syctom souhaite aujourd’hui Suez continuent à promouvoir l’incinéra- le débat fait rage sur la construction
reconstruire entièrement son inciné- tion comme une contribution à « l’écono- de nouvelles tours dans la capitale.
rateur d’Ivry-sur-Seine, géré par Suez, mie circulaire », car servant à produire de Vantées par certains pour des raisons
pour un coût d’un milliard d’euros sur la chaleur ou de l’électricité, mais elle est de prestige et d’innovation, honnies par
20 ans, au lieu de mettre en œuvre une en réalité très peu efficiente du point de d’autres pour leur impact écologique, les
politique ambitieuse de réduction et de vue énergétique et source de pollution.  tours sont restées pendant des décen-
nies cantonnées à l’extérieur de Paris.
La première exception, la tour Triangle
projetée par le groupe du CAC40 Unibail-
BÉTONNAGE ET POLLUTION À L’ORDRE DU JOUR Rodamco porte de Versailles, avait été

L’
impact environnemental du de nombreux conflits, du plateau de bloquée par les recours des opposants.
«  Grand Paris  » risque d’être Saclay au triangle de Gonesse, et au-delà Qu’à cela ne tienne, elle rentrera dans
considérable. Des chantiers des frontières de l’Ile-de-France. De la le champ de la loi olympique, même si
d’une telle ampleur nécessiteront des Bourgogne à la Normandie, en effet, des aucune épreuve sportive ne s’y dérou-
milliers de tonnes de béton et de déblais, carrières sont ouvertes ou élargies pour lera. D’autres tours sont prévues sur le
modifiant profondément le paysage alimenter l’immense chantier en maté- territoire de la ville de Paris, notamment
de l’agglomération. À titre d’exemple, riaux de construction, ou en accueillir au niveau de la porte de Charenton.
Lafarge a obtenu début 2019 un contrat les déblais. Les inquiétudes sont d’au- Les impératifs des Jeux olympiques
de 110 millions d’euros pour fournir tant plus vives que les pratiques des sont aussi mis en avant pour justifier
650 000 tonnes de béton pour le Grand grandes entreprises ne sont pas toujours la construction rapide des lignes du
Paris Express. De nombreux projets à la hauteur : au printemps 2019, Vinci a Grand Paris Express, même si l’utilité
impliquent une extension du bétonnage été pris en flagrant délit de déversement réelle de certaines, comme la ligne 17
des sols franciliens. C’est pourquoi le de ciment dans la Seine, en marge du desservant EuropaCity, est controver-
Grand Paris occasionne déjà localement chantier de l’extension du RER E.  sée. 

EUROPACITY : LE CENTRE COMMERCIAL DE LA DISCORDE

C’
est devenu l’un des lieux emblé-
matiques de l’affrontement
entre deux visions de l’avenir
de la région parisienne. Dans le triangle
de Gonesse, à proximité de l’aéroport
de Roissy, Auchan souhaite construire
un vaste centre commercial et de loi-
sirs, baptisé EuropaCity, sur ce qui reste
des terres agricoles les plus fertiles de
la région, peu à peu bétonnées au cours
des dernières décennies. Les opposants
dénoncent l’impact écologique et éner-
EUROPACITY / FLICKR

gétique du projet, qui devrait accueillir


commerces, hôtels et restaurants, mais
aussi un centre culturel, un parc aqua-
tique et une piste de ski artificielle. Ils
évoquent également un non-sens éco-
nomique, puisque plusieurs gros centres par EuropaCity – qui séduisent les élus le petit commerce. La bataille s’est dépla-
commerciaux existent déjà à proximité locaux – pourraient être contrebalancés cée sur le terrain judiciaire, où de multi-
et que les emplois éventuellement créés par la perte d’emplois dans l’agriculture et ples recours sont en cours d’examen. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À UNE ÉCONOMIE SAINE ? I 77

TOP 5 DÉRÉGULATION, CORRUPTION, MANIPULATION, LOBBYING ET HABILLAGE DE BILAN

LA FINANCE, TOUJOURS HORS


DE CONTRÔLE ?
2018 aura marqué le dixième anniversaire de la crise financière globale. Les réformes introduites pour
remettre la finance sous contrôle sont restées insuffisantes pour prévenir les abus des « traders » et
réduire les risques systémiques engendrés par les grandes banques. Et le vent est peut-être en train de
tourner, à la faveur du Brexit.

GRAEME MACLEAN
« MON AMIE LA FINANCE » : LA FRANCE À L’HEURE DU BREXIT

D
u côté de la France et de son tions et autres avantages accordés aux bins des traders. Au final, un bel arsenal
secteur financier, le Brexit a été « impatriés » ou aux gérants de fonds de mesures plus ou moins techniques,
vu avant tout comme une oppor- d’investissement. Des aménagements dont il reste à chiffrer le coût total. Le
tunité. L’objectif ? Attirer les banquiers du droit du travail, comme l’exclusion tout étant abondamment encouragé par
et les traders de la City à Paris. La sor- des bonus des traders du calcul des les banques françaises et internatio-
tie programmée du Royaume-Uni de indemnités de licenciement ou une nales et leurs lobbys. Et tout ça pour
l’Union européenne signifie la fin du dispense temporaire d’affiliation au quoi  ? Quelques milliers d’emplois
« passeport financier », autrement dit régime des retraites. Des dérégulations, rapatriés depuis Londres tout au plus
de l’accès automatique de l’industrie comme l’abandon de l’extension de la selon les dernières estimations, dont un
financière britannique au continent. Et taxe sur les transactions financières millier pour les banques françaises. 
donc la nécessité de relocaliser hors de françaises aux opérations infra-quoti-
Londres une partie des 320 000 emplois diennes, ou encore la révision de toutes
directs que représente le secteur. Depuis les directives européennes relatives à
2016, les gouvernements successifs ont la finance qui auraient été « sur-trans-
multipliés les réformes visant à rendre posées » (autrement dit où la France a LES GOUVERNEMENTS
la place de Paris plus « attractive » pour été plus stricte que ce qu’exigeait l’Eu- FRANÇAIS SUCCESSIFS ONT
ces banquiers. Des mesures fiscales, rope). Des mesures juridiques, comme MULTIPLIÉS LES RÉFORMES
comme la suppression de la tranche l’intégration dans le droit français du VISANT À RENDRE LA PLACE
supérieure de la taxe sur les salaires contrat type sur les produits financiers
DE PARIS PLUS « ATTRACTIVE »
(concernant les secteurs comme la dérivés. Sans oublier la création d’une
finance qui ne versent pas la TVA). Ou école internationale et de nouveaux POUR LES BANQUIERS.
encore le renforcement des exonéra- lycées internationaux pour les chéru-
78 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

10 ANS APRÈS, LA FINANCE A-T-ELLE RETENU CORRUPTION EN


LES LEÇONS DE LA CRISE ? LIBYE : LE DÉNI DE

L
RESPONSABILITÉ DE LA
a faillite de Lehman Brothers et Dans le même temps, le secteur de
de la crise financière globale ont la finance semble remettre en cause
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

E
fêté leur dixième anniversaire. Le même les modestes régulations labo- n 2017, la Société générale a été
secteur bancaire a-t-il tiré les leçons rieusement mises en place suite à contrainte de reconnaître son
de l’histoire en adoptant des pratiques la crise de 2008. En Europe, elles se implication dans un scandale de
plus précautionneuses ? Pas sûr. Certes, plaignent de l’excès de régulation et corruption en Libye. À la faveur du rap-
plusieurs facteurs (les nouvelles régu- ont réussi à empêcher l’adoption d’une prochement entre Khadafi et Nicolas
lations, mais aussi l’automation des taxe sur les transactions financières au Sarkozy, entre 2005 et 2010, la banque
activités de marchés) ont entraîné une niveau européen. Aux États-Unis, les avait noué des liens privilégiés dans le
baisse des activités et d’effectifs dans grandes banques – dont BNP Paribas, pays. De manière typique, les dirigeants
la banque de financement et d’inves- bien implantée dans le pays – ont mené de la banque ont rejeté la responsabi-
tissement. Mais beaucoup des activités l’assaut pour détricoter la loi Dodd- lité de la corruption, qui a fini par coû-
spéculatives qui avaient été montrées Frank, adoptée par l’administration ter 1,5 milliard de dollars à la SocGen,
du doigt suite à la crise financière se Obama suite à la crise.  sur l’imprudence de quelques subal-
poursuivent, et les grandes banques ternes. Mediapart a pourtant publié des
françaises ont bataillé ferme pour empê- documents qui révèlent pourtant une
cher l’adoption de normes de solvabilité implication directe des dirigeants de la
trop hautes dans le cadre du Comité de banque, à commencer par le directeur
Bâle (instance réunissant les banques général Frédéric Oudéa1. 
centrales et autorités financières d’une
1 https://www.mediapart.fr/journal/
trentaine de pays). Les nouveaux « stress france/300419/pots-de-vin-et-comptes-
tests » réalisés par la Banque centrale offshore-le-poison-libyen-de-la-societe-ge-
européen en 2018 ont conclu que si des nerale?onglet=full
exigences plus élevées étaient appli-
quées, BNP Paribas et Société géné-
rale devraient augmenter leurs fonds AMENDES
ROBERT SCOBLE

propres de 3,4 milliards et 2,5 milliards POUR ENTENTES


d’euros respectivement. ET MANIPULATIONS

L’
une des conséquences de la crise
« CUMEX » : LES BANQUES FRANÇAISES EMPÊTRÉES financière globale aura été la mise
DANS UN IMMENSE SCANDALE FISCAL au jour de plusieurs affaires d’en-
tentes frauduleuses entre banquiers, en

E
n octobre 2018, un collectif de Une autre forme d’évitement de l’im- particulier autour des taux interbancaires
médias levait le voile sur un nou- pôt sur les dividendes, le « CumCum » comme le Libor et l’Euribor. En 2018, après
veau scandale fiscal de grande (par lequel les actionnaires étrangers d’autres, c’est la Société générale qui en
ampleur : les « CumEx Files »1. Il s’agit prêtent provisoirement leurs actions à a fait les frais. Dans le cadre de l’enquête
d’une escroquerie inventée au milieu des des banques pour ne pas payer la taxe de la justice américaine sur le scandale
années 2000, qui aurait privé plusieurs sur les dividendes) semble encore pra- du Libor, elle a dû accepter une amende
pays européens de plusieurs dizaines de tiquée à l’heure actuelle en France, et de 641 millions d’euros ainsi que le départ
milliards d’euros de recettes fiscales, les coûterait jusqu’à 3 milliards par an au de son numéro 2, Didier Valet. Deux
fraudeurs se faisant rembourser abusi- fisc. Là aussi, les grandes banques fran- anciennes trésorières de la Société géné-
vement l’impôt sur les dividendes. BNP çaises semblent se prêter au jeu.  rale restent mises en examen dans cette
Paribas, Société générale et Crédit agri- affaire. Comme dans d’autres affaires, les
cole apparaissent dans plusieurs de ces dirigeants de la SocGen ont su se défaus-
montages, à titre de banques de dépôt. ser de leur responsabilité sur les échelons
Elles prétendent n’avoir pas eu connais- LES « STRESS TESTS » RÉALISÉS inférieurs.
sance de leur caractère frauduleux, ce que PAR LA BCE EN 2018 ONT Après les taux interbancaires et les
nient de nombreux témoins. Les deux CONCLU QUE BNP PARIBAS taux de change, les autorités finan-
premières ont été perquisitionnées par ET SOCIÉTÉ GÉNÉRALE cières enquêtent aujourd’hui sur plu-
la justice allemande en 2014 dans le cas POURRAIENT DEVOIR sieurs affaires de manipulation sur les
de son enquête sur les « CumEx ». marchés obligataires. Le nom du Crédit
AUGMENTER LEURS FONDS
agricole a été cité dans le cadre d’une
1 https://www.lemonde.fr/cumex-files/ PROPRES DE 3,4 MILLIARDS ET enquête de la Commission européenne
article/2018/10/18/cumex-files-les-banques- 2,5 MILLIARDS D’EUROS.
francaises-empetrees-dans-le-scandale- sur des ententes concernant les obliga-
des-dividendes_5371021_5369767.html tions souveraines en dollars. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES CONTRIBUENT-ELLES À UNE ÉCONOMIE SAINE ? I 79

TOP 5 POTS-DE-VIN, COMPROMISSIONS, ABUS DE BIENS SOCIAUX, TRAFIC D’INFLUENCE ET FRAUDE

AFFAIRES : LES CASSEROLES DU CAC


Lafarge, Airbus, Alstom et quelques autres... Plusieurs affaires sont venues rappeler ces derniers mois la
part d’ombre qui se cache parfois derrière les activités et les profits du CAC40. Certains fleurons français
semblent avoir du mal à se dépêtrer de leurs mauvaises habitudes.

TRUCKPR
CIMENTERIE SYRIENNE : LAFARGE AIRBUS EN PROIE
ET SES DIRIGEANTS DEVANT LA JUSTICE AUX SOUPÇONS

E
n juin 2018, l’entreprise Lafarge 2013 et 2014, malgré la guerre civile. DE CORRUPTION

U
a été formellement mise en exa- Les sommes en cause sont évaluées n autre poids lourd du CAC40
men pour financement d’une par la justice à 13 millions d’euros. semble avoir du mal à se
entreprise terroriste et complicité de La mise en examen d’une entreprise désempêtrer des affaires de
crimes contre l’humanité, violation en tant que personne morale pour corruption : le géant de l’aéronautique
d’un embargo et mise en danger de de tels faits est exceptionnelle, et les Airbus. Des enquêtes ont été lancées
la vie d’autrui. Huit de ses dirigeants dirigeants de LafargeHolcim (qui a en France et en Grande-Bretagne sur
avait précédemment été mis en exa- absorbé Lafarge) ont immédiatement des soupçons de pots-de-vin dans pas
men pour les mêmes faits : les verse- annoncé contesteraient cette décision, moins de 14 pays. Surtout, la justice
ments d’argent de Lafarge à Daech et à chargeant les anciens dirigeants fran- américaine s’est elle aussi saisie du
d’autres groupes armés pour maintenir çais de l’entreprise cimentière à titre dossier. De quoi inquiéter le groupe et
en activité sa cimenterie syrienne en individuel. Dans le même temps, des ses grands actionnaires – les gouver-
interrogations se sont exprimées sur le nements français, allemand et espa-
rôle exact des actionnaires de Lafarge gnol – après l’affaire Alstom : un autre
– notamment les milliardaires Nassef champion européen allait-il être dés-
LA MISE EN EXAMEN Sawiris et le Groupe Bruxelles Lambert tabilisé et affaibli, pour le plus grand
D’UNE ENTREPRISE EN TANT d’Albert Frère – ainsi que sur celui de profit du rival Boeing ?
QUE PERSONNE MORALE, la diplomatie française, qui semble Une double menace pèse sur Airbus :
LAFARGE, POUR FINANCEMENT avoir été tenue au courant des agisse- le paiement d’une amende colossale
D’UNE ENTREPRISE TERRORISTE ments de Lafarge. L’ancien ministre des de plusieurs milliards d’euros et, pire
Affaires étrangères Laurent Fabius a été encore, une condamnation pénale qui
ET COMPLICITÉ DE CRIMES
entendu comme témoin.  l’exclurait automatiquement de nombre
CONTRE L’HUMANITÉ de marchés publics. Actionnaires et diri-
EST EXCEPTIONNELLE. geants ont pris les choses en main, en
exigeant que le  ménage soit fait au  > > >
80 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

> > > sein du groupe. Les justices britan- VENTES D’ARMES ET CORRUPTION,


nique et française se sont saisies du
LE COUPLE INFERNAL
dossier, ce qui n’avait pas été fait pour
Alstom et avait renforcé la position
américaine. Et Airbus, contrairement
encore une fois à Alstom, a cherché à
collaborer activement avec les enquê-
teurs. Les direction de l’entreprise a
été largement renouvelée, et plusieurs
dizaines de salariés ont été soit congé-
diés soit avertis dans le cadre d’une
vaste enquête interne. Du côté des
associations spécialisées dans la lutte
contre la corruption, on craint toutefois
que la justice finisse par faire preuve de
trop de mansuétude à l’égard d’Airbus et

MICKAEL DUVAL
accepte un accord à l’amiable pour des
raisons politiques, sans faire la lumière
sur les responsabilités. 

C
orruption et trafic d’influence sont Dans le même temps, d’anciennes
LES ZONES D’OMBRE depuis toujours une spécialité du affaires ont refait surface, comme celle
DE L’AFFAIRE ALSTOM secteur de l’armement, et plusieurs du contrat de vente de chars Leclerc aux
affaires récentes sont venues rappeler que Émirats arabes unis dans les années 1990.

L
a cession des activités énergé- les vieilles habitudes ont la vie dure. Il y a Des documents fournis par Wikileaks à
tiques d’Alstom à General Electric d’abord le scandale de la vente des chas- Mediapart et d’autres médias européens
en 2014 a-t-elle fini de livrer ses seurs Rafale en Inde : le gouvernement font état de plusieurs centaines de mil-
secrets ? La controverse continue de indien semble avoir imposé comme par- lions de dollars versés par Nexter (alors
faire rage sur les conditions de l’opé- tenaire local de Dassault une entreprise GIAT) à des intermédiaires pour obtenir
ration. Les anciens dirigeants de l’en- sans expérience dans le secteur de l’ar- le contrat. Aujourd’hui, ces chars Leclerc
treprise sont accusés d’avoir accepté la mement, dont le patron est très proche du sont utilisés sur le terrain dans le cadre de
revente en raison de l’enquête menée premier ministre Narendra Modi. Fin 2018, la guerre au Yémen1. En Afrique du Sud,
par la justice américaine sur plusieurs un dirigeant de Privinvest, holding du mil- c’est le groupe Thales qui se retrouve sur
affaires de pots-de-vin impliquant liardaire Iskandar Safa qui détient notam- le banc des accusés aux côtés de l’ancien
Alstom. Un exemple, selon certains, ment les chantiers navals de Cherbourg, président Jacob Zuma pour un contrat de
de l’usage sélectif du droit par les était arrêté par la justice américaine. En ventes d’armes passé également dans les
États-Unis pour favoriser leurs intérêts cause : le rôle de Privinvest dans le cadre années 1990, immédiatement après la fin
économiques. Une chose est sûre : les d’un vaste scandale de contrats opaques de l’apartheid. 
dirigeants et les actionnaires d’Als- passés par les dirigeants mozambicains,
1 https://www.mediapart.fr/journal/internatio-
tom portent une lourde responsabilité moyennant un emprunt de deux milliards nal/280918/de-la-corruption-la-guerre-au-
dans la fragilisation de leur groupe, et d’euros qui a ruiné le pays. yemen-l-histoire-secrete-des-chars-francais
ils ont tiré des profit substantiels de la
revente des activités énergie d’Alstom
à GE, au contraire des salariés mena- ORANO N’EN A PAS FINI AVEC LE PASSIF D’AREVA
cés de suppressions d’emplois. Autres

D
grands bénéficiaires de l’opération : les ésormais baptisée Orano, l’entre- pour « corruption d’agent public étran-
banquiers d’affaires et avocats qui ont prise qui a repris les activités liés ger », « corruption privée » et « abus de
touché de copieuses rémunérations à l’uranium de l’ex Areva n’en a pas confiance ». D’autres dirigeants d’Areva,
pour la mener à bien, et dont certains fini avec les scandales qui ont marqué dont l’ancienne PDG Anne Lauvergeon
se sont retrouvés ensuite parmi les la chute de l’ancien champion nucléaire sont poursuivies pour pour diffusion d’in-
principaux donateurs de la campagne français. La justice poursuit son enquête formations trompeuses, présentation de
présidentielle d’Emmanuel Macron. sur l’affaire « Uramin », celle du rachat par comptes annuels inexacts et entrave à la
Une enquête est en cours au sein du Areva d’une société minière canadienne mission des commissaires aux comptes.
Parquet national financier.  sans valeur en 2007 pour un montant Fin 2018, on apprenait que le Parquet
astronomique de 1,7 milliard d’euros. national financier avait ouvert une
L’ex-directeur des activités minières enquête pour soupçons de corruption
d’Areva Sébastien de Montessus et autour d’un projet minier conclu en
le financier belge Daniel Wouters ont 2013 par le groupe nucléaire Areva en
été mis en examen au printemps 2018 Mongolie, dans le désert de Gobi. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES NUISENT-ELLES À LA SANTÉ ? I 81

07
LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
NUISENT-ELLES
À LA SANTÉ ?
82 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 MARÉES NOIRES, DÉCHETS SAUVAGES, REJETS TOXIQUES, DÉVERSEMENTS ET FUMÉES SUSPECTES

LA POLLUTION AU QUOTIDIEN
De l’automobile au BTP en passant par la chimie, les activités économiques ont souvent un impact lourd
sur l’environnement et sur la santé. Impact parfois dénié ou minimisé au nom de l’emploi. Les régulations
en place ne sont pas toujours respectées, et les sanctions, quand elles sont prononcées, restent dérisoires.

LIVIO BURTSCHER,
DIESEL : L’INDUSTRIE CONTRE-ATTAQUE UNE NOUVELLE

D
epuis le scandale du « Dieselgate » a peu 55% des nouvelles immatricula- CENTRALE ÉLECTRIQUE
de 2015, avec ses révélations sur tions en France, est passé à environ un CONTESTÉE
les tromperies de Volkswagen et tiers aujourd’hui. EN BRETAGNE
de quasi tous les constructeurs auto- La contre-attaque de l’industrie auto-

L
mobiles (dont Renault et PSA) sur les mobile a néanmoins fini par venir. En a France a lancé la construction d’une
émissions réelles de leurs véhicules, le Allemagne, les constructeurs se sont nouvelle centrale électrique au gaz,
diesel n’a plus bonne presse. Il est l’un retournés contre l’association écolo- à Landivisiau en Bretagne. Les tra-
des principaux responsable de la pollu- giste qui a réussi à faire interdire les vaux préparatoires ont commencé début
tion de l’air aux particules fines et aux véhicules diesel dans plusieurs grandes 2019 sur fond de contestation. En plus de
oxydes d’azote, ainsi que des milliers villes, et ont mobilisé des scientifiques son impact en termes de rejets de gaz à
de décès prématurés qui en résultent pour dénoncer des règles européennes effet de serre, la centrale sera également
chaque année. Des restrictions ont été trop « sévères ». En France, c’est la perte une source de pollution locale importante,
imposées par plusieurs villes à la circu- d’emplois industriels qui est mise en notamment à l’oxyde d’azote, dans une
lation des véhicules les plus polluants. avant pour défendre la filière. En même zone qui abrite de nombreux établisse-
Le diesel, qui représentait encore il y temps, certains cherchent à relativi- ments scolaires et est déjà exposée à des
ser son impact environnemental et nuisances industrielles et routières. Outre
sanitaire. Les constructeurs et leurs la centrale elle-même, la construction d’un
sous-traitants, soutenus par une partie gazoduc de 111 kilomètres pour l’alimenter
LA PERTE D’EMPLOIS des syndicats et des pouvoirs publics, suscite également les craintes des rive-
INDUSTRIELS EST MISE EN militent aujourd’hui pour l’attribution rains. La construction de cette centrale,
AVANT POUR DÉFENDRE de la vignette la plus «  verte  » aux censée assurer l’autonomie énergétique
LA FILIÈRE DIESEL, ET SON moteurs diesel de dernière généra- de la Bretagne, n’est sans doute pas néces-
tion, censés être moins polluants. Une saire. Mais Total, en charge de son exploi-
IMPACT SANITAIRE ET
hérésie pour les écologistes, d’autant tation, ne compte pas abandonner un actif
ENVIRONNEMENTAL EST que l’indépendance et la fiabilité des aussi lucratif, puisque l’État s’est engagé à
RELATIVISÉ. contrôles anti-pollution ne sont tou- lui verser plusieurs dizaines de millions
jours pas assurées.  par an pour la faire tourner. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES NUISENT-ELLES À LA SANTÉ ? I 83

QUE DEVIENNENT LES DÉCHETS TOXIQUES D’ARCELORMITTAL ?

C
ertaines entreprises semblent ne
pas s’embarrasser de beaucoup de
scrupule dans la gestion de leurs
déchets toxiques : pourquoi prendre la
peine de les faire traiter conformément à
la réglementation quand il est beaucoup
plus rapide et surtout beaucoup moins
cher de s’en débarrasser dans le milieu
naturel ? Les pratiques d’ArcelorMittal
ont été plusieurs fois mises en cause.
Déjà montré du doigt pour les rejets de

HM REVENUE && CUSTOMS


ses usines dans l’atmosphère à Fos ou
à Dunkerque (voir section sur la santé
au travail), le géant de la sidérurgie est
concerné par une affaire de trafic de
déchets toxiques entre Dunkerque et la
Normandie, pour laquelle la justice a fini
par prononcer début 2019 des peines de d’alerte Karim Ben Ali a révélé en 2017 ses déchets ». Une très modeste amende
prison et de fortes amendes. ArcelorMittal, avoir déversé des acides issus des sites de 50 000 euros a été requise par le par-
bien qu’ayant bénéficié de la fraude, n’a lorrains d’ArcelorMittal dans la nature, quet. Quant à Karim Ben Ali, il déclare
pas été poursuivie pour des raisons de sur ordre d’un sous-traitant. La justice a avoir été « blacklisté » par les employeurs
prescription et de changement de raison poursuivi le groupe sidérurgique, mais de la région, et souffre des conséquences
sociale. Dans l’Est de la France, le lanceur seulement pour « gestion irrégulière de psychologiques de l’affaire. 

QUAND LES RIVIÈRES SE TRANSFORMENT EN FRANCE AUSSI,


EN DÉPOTOIRS LE PÉTROLE POLLUE

P I
ollutions accidentelles, déver- entre le groupe Lactalis et une petite l n’y a pas qu’en Afrique que les acti-
sements sauvages, ou rejets commune proche du Vercors, Saint- vités des multinationales pétrolières
quotidiens de substances poten- Just-de-Claix. Propriétaire d’une froma- polluent l’environnement et rendent
tiellement toxiques... Partout en France gerie dans la ville, Lactalis refusait de la malades les riverains. La France en a fait
et ailleurs dans le monde, fleuves et raccorder au réseau d’assainissement la triste expérience avec la rupture d’un
rivières souffrent de la pollution d’ori- public et rejetait directement ses eaux oléoduc de Total, en février 2019, dans
gine industrielle. Ils sont malheureu- usées dans l’Isère, en arguant qu’elle les Yvelines. Près d’un million de litres
sement aussi une proie facile pour les avait besoin de construire sa propre de brut se sont déversés dans le sol, et
entreprises indélicates, comme l’a mon- station d’épuration. Le maire a fini on en a retrouvé trace dans plusieurs
tré le déversement de ciment de Vinci par céder début 2019 et accorder l’au- cours d’eau qui se jettent dans la Seine.
dans la Seine au printemps 2019 (voir torisation de construire cette station. Également au centre des craintes : les
section sur le Grand Paris). Une autre Quelques mois plus tard, Lactalis était conséquences de l’accident pour la bio-
affaire qui a défrayé la chronique ces condamnée pour ses rejets dans l’Isère diversité, et une éventuelle contamina-
derniers mois est le combat judiciaire à une amende de 100 000 euros, dont la tion de la nappe phréatique. Riverains
moitié avec sursis. Loin du réquisitoire et écologistes s’inquiètent que Total soit
du parquet (500 000 euros) et du million seule en charge des relevés de pollution
d’euros que le groupe aurait économisé et des mesures de remédiation, et récla-
en ne traitant pas ses eaux usées entre ment des contre-expertises indépen-
2011 et 2019. Ce n’est pas la première dantes. Suite à cet accident, qui fait suite
fois que Lactalis se rend coupable de à une première mini-marée noire sur ce
PRÈS D’UN MILLION DE LITRES ce type de pollution, déjà signalée sur même oléoduc en 2014 en Normandie, la
DE PÉTROLE BRUT SE SONT son site de Craon en cause dans l’af- raffinerie de Total à Grandpuits (Seine-
DÉVERSÉS DANS LE SOL, faire du lait contaminé (voir section et-Marne) a été mise à l’arrêt. D’autres
ET ON EN A RETROUVÉ TRACE sur l’alimentation). En mai 2019, une raffineries françaises de Total se sont
DANS PLUSIEURS COURS filiale de Lactalis a été condamnée à fait remarquer. Celles de Feyzin (près de
une amende de 250 000 euros pour la Lyon) et de La Mède se sont faites remar-
D’EAU QUI SE JETTENT DANS
pollution d’une rivière d’Ille-et-Vilaine quer ces derniers mois par des torchages
LA SEINE. qui a entraîné la mort de milliers de spectaculaires, sans que les riverains et
poissons.  les élus locaux soient tenus informés. 
84 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 SUCRERIES, LAIT INFANTILE, VIANDE DE CHEVAL, PATRIMOINE GASTRONOMIQUE ET PESTICIDES

AGRICULTURE ET ALIMENTATION :
SOUPÇONS DANS NOS ASSIETTES
Entre pesticides, « malbouffe » et fraudes, manger une alimentation industrielle serait-il devenu dangereux
pour la santé ? Les scandales se succèdent, illustrant les dérives de l’industrie agricole et agroalimentaire.
Mais le poids des lobbys du secteur empêche de réelles avancées.

CHAT_44,
LA GUERRE DES PESTICIDES SE POURSUIT

D
énoncés de partout, mais tou- obscurs posent autant de problèmes. industrielle, qui fait le bonheur des
jours utilisés. Les pesticides À chaque fois, une grosse partie du puissantes coopératives agricoles que
sont de plus en plus mal vus de secteur agricole a fait bloc pour empê- sont Triskalia, InVivo, Tereos, Terrena,
l’opinion, qui s’inquiète de leurs consé- cher des mesures strictes, arguant Vivescia ou Sodiaal. Leurs profits sont
quences pour la santé des consom- que les risques des pesticides étaient étroitement liés à la vente de pesticides
mateurs comme des paysans. Et les surévalués et surtout qu’il n’y avait pas et autres intrants aux agriculteurs
pouvoirs publics sont bien obligés de d’alternative viable. En réalité, l’utilisa- membres. Face à ces blocages, des
suivre, avec des annonces à répétition tion massive des pesticides est étroi- citoyens prennent l’initiative en dépo-
sur la réduction de leur usage ou l’in- tement liée au modèle de l’agriculture sant plainte pour « mise en danger de
terdiction à venir des produits les plus la vie d’autrui, tromperie et atteintes à
toxiques. En attendant, l’utilisation à l’environnement » lorsqu’ils découvrent
grande échelle des pesticides se pour- des traces de glyphosate dans leur
suit. La fin du glyphosate en France urine, et certains maires prennent des
L’UTILISATION MASSIVE
sous trois ans, promise un temps par arrêtés interdisant les pesticides sur le
Emmanuel Macron, a été repoussée. Cet DES PESTICIDES EST périmètre de leurs communes.
herbicide commercialisé par Monsanto, ÉTROITEMENT LIÉE Autre problème : celui de la production
classé « cancérigène probable » par l’Or- AU MODÈLE DE L’AGRICULTURE en Europe, y compris en France, de pes-
ganisation mondiale de la santé, cris- INDUSTRIELLE, QUI FAIT ticides dont l’utilisation est interdite
tallise les controverses. L’interdiction LE BONHEUR DES PUISSANTES en Europe, exportés dans des pays aux
des néonicotinoïdes, pesticides nui- COOPÉRATIVES AGRICOLES législations moins regardantes, comme
sibles aux abeilles, a été atténuée par le Brésil de Jair Bolsonaro. Ces pesti-
QUE SONT TRISKALIA, INVIVO,
l’introduction de dérogations, et est cides nuisibles à la santé reviennent
combattue en justice. Et derrière ces
TEREOS, TERRENA, VIVESCIA alors en Europe par le biais des impor-
produits bien identifiés par le grand OU SODIAAL. tations de produits agricoles comme le
public, des dizaines d’autres aux noms café ou le soja brésiliens. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES NUISENT-ELLES À LA SANTÉ ? I 85

BATAILLE CONTRE L’ÉTIQUETAGE VIANDE DE CHEVAL


DE LA « MALBOUFFE » ET AUTRES FRAUDES

C’
est une bataille de lobbying au rendre l’affichage du NutriScore obligatoire AGROALIMENTAIRES

E
long cours. Des experts en nutri- dans toutes les publicités, et d’interdire les n 2013 éclatait au grand jour l’affaire
tion et en santé publique ont mis publicités pour les aliments à destination des lasagnes à la viande de che-
au point un système simple, le Nutri-Score, des enfants et adolescents affichant des val, ou « affaire Findus ». Plusieurs
pour informer les consommateurs sur la scores nutritionnels trop mauvais. Là aussi, marques de l’agroalimentaire et de la
qualité des produits alimentaires qu’ils ils se sont heurtés aux lobbys. grande distribution ont dû admettre que
achètent, au moyen d’un système de cou- Peu à peu, certains gros industriels des aliments étiquetés « pur boeuf » qu’ils
leurs allant du vert (A) pour les aliments finissent toutefois par se rallier au commercialisaient contenaient du che-
les plus nutritifs au rouge (F) pour ceux NutriScore. Mais du fait de son carac- val. Le procès du principal intermédiaire,
de moindre qualité. Une mesure modeste tère facultatif, il se développe lentement. l’entreprise Spanghero, s’est tenu début
et de bon sens, mais qui s’est heurtée à L’enjeu est désormais de rendre le sys- 2019, mais entre-temps une autre affaire
l’opposition résolue de l’industrie agroali- tème réellement obligatoire et de l’étendre de fraude à la viande de cheval, partie
mentaire. Alors que le NutriScore ne nuit au niveau européen. L’UFC Que Choisir et d’Espagne quelques mois auparavant,
véritablement qu’aux produits très sucrés, des partenaires européens ont lancé une est venue démontrer que les pratiques
gras ou salés commercialisés par des mul- pétition en ce sens au printemps 2019.  incriminées avaient encore cours. En
tinationales comme Coca-Cola ou Nestlé, il cause, le manque de moyens des auto-
a été présenté comme une attaque contre rités sanitaires, mais aussi des chaînes
le « patrimoine gastronomique français ». d’approvisionnement et de production
En France, les industriels ont mis en œuvre LA COMMISSION D’ENQUÊTE de plus en plus complexes et opaques.
tous les moyens possibles pour entraver A DÉNONCÉ GLOBALEMENT Les obligations d’étiquetage de la viande
son adoption, et ont réussi à le rendre seu- LES CONSÉQUENCES introduites suite au « chevalgate » ont été
lement facultatif. Les groupes Coca-Cola, SANITAIRES DE LA combattues pied à pied et restent souvent
Mars, Mondelez, Pepsico et Unilever ont CONSOMMATION RÉGULIÈRE contournées par les industriels. 
alors mis au point leur propre système
DE PRODUITS ALIMENTAIRE
d’étiquetage nutritionnel, NutriCouleurs,
qui dépeint leurs produits sous un jour bien « ULTRA-TRANSFORMÉS ».
POLÉMIQUE
plus favorable. Des députés ont tenté de
SUR LES ADDITIFS
ET LES ALIMENTS
LAIT CONTAMINÉ : « ULTRA-TRANSFORMÉS »

E
LACTALIS RESTE SOUS SURVEILLANCE n septembre 2018, c’est un rapport

C
ela reste l’un des plus gros scan- d’un produit préjudiciable à la santé » et accablant qu’a publié la commis-
dales sanitaires de ces dernières « blessures involontaires ». Au même sion d’enquête de l’Assemblée
années  : en décembre 2017, le moment, le groupe était accusé par le nationale sur l’alimentation industrielle.
groupe Lactalis était contraint de fer- Canard enchaîné d’avoir écoulé 8000 Parmi ses propositions, la réduction dras-
mer son usine de Craon, en Mayenne, tonnes de poudre de lait potentiellement tique du nombre d’additifs autorisés et
et de rappeler ses produits après des contaminée, ce qu’il a immédiatement l’imposition de limites au taux de sel
cas de contamination à la salmonelle nié. En janvier 2019, Lactalis procédait ou de sucre dans les produits. La com-
de laits infantiles. Plusieurs contami- à nouveau, « par précaution », au rappel mission d’enquête a dénoncé globale-
nations similaires avaient été signalées de laits infantiles à base de riz eux aussi ment les conséquences sanitaires de
dans l’usine au cours des années pré- potentiellement contaminés à la salmo- la consommation régulière de aliments
cédentes, sans qu’il y soit apporté un nelle, produits cette fois en Espagne.  « ultra-transformés ». Cette notion est
remède durable. Selon l’Institut Pasteur, issue du travail de chercheurs brésiliens,
204 bébés auraient été intoxiqués à la qui ont conçu une échelle classant de 1
salmonelle entre 2005 et 2017 du fait de à 4 le degré de transformation des pro-
ces défaillances. Les pouvoirs publics duits industriels. Le lobby français de
ont autorisé l’usine à reprendre ses acti- EN OCTOBRE 2018, LE PARQUET l’agroalimentaire, emmené par l’Ania
vités, sous haute surveillance, en sep- DE PARIS A OUVERT UNE (Association des industries alimentaires),
tembre 2018. Lactalis est sous le coup de INFORMATION JUDICIAIRE est immédiatement monté au créneau
plusieurs procédures pour cette affaire. À L’ENCONTRE DE LACTALIS pour dénoncer l’usage de ce concept
En octobre 2018, le Parquet de Paris a « stigmatisant ». Le gouvernement a jugé
POUR « TROMPERIE »
ouvert une information judiciaire à son un additif suffisamment inquiétant pour
encontre pour « tromperie », « inexécu-
ET « BLESSURES l’interdire dès maintenant par précau-
tion par exploitant du secteur alimen- INVOLONTAIRES ». tion : le dioxyde de titane ou E171, présent
taire de procédures de retrait ou de rappel dans de nombreux aliments sucrés. 
86 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

TOP 5 COMPRIMÉS, GÉLULES, SOLUTIONS BUVABLES, CRÈMES ET INJECTIONS.

L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE,
AU SERVICE DES PATIENTS
OU DES MARCHÉS ?
Côté pile, les laboratoires engrangent les profits et enrichissent leurs actionnaires. Côté face, le prix des
médicaments augmente, les scandales sanitaires se succèdent, et les ruptures d’approvisionnement se
multiplient. L’industrie pharmaceutique est-elle en train de perdre de vue la santé publique ?

MARCO VERCH, / CC BY 2.0


LE PRIX DES MÉDICAMENTS, CONTESTÉS EN FRANCE ET AUX ÉTATS-UNIS

L
e prix des médicaments est parfois à certains patients. Demain, certains anti- étrangement parallèle. Selon l’ONG Right
une question de vie ou de mort. Une cancéreux en cours d’autorisation, comme Care Alliance, un flacon d’insuline coûte
terrible réalité que les systèmes le Kymriah de Novartis, utilisé pour les 5 dollars à produire, mais son prix moyen
d’assurance maladie parviennent à nous leucémies aiguës des enfants, pourraient est passé de 25 à 500 dollars en quelques
faire oublier. Mais même en France, ces coûter bien plus cher à la « sécu ». années. Une action de groupe a été lancée
systèmes sont aujourd’hui sous pression, Aux États-Unis, où les prix des médica- dans l’État du New Jersey contre ce « car-
du fait des prix élevés pratiqués par les ments sont plus élevés encore, l’absence tel de l’insuline ». Même les Républicains
laboratoires pour les nouveaux médi- d’un système universel et équitable de et le président Trump dénoncent le prix
caments dits « innovants », notamment couverture maladie mène à des drames. élevé des médicaments, mais le lobbying
contre le cancer, qui représentent une part C’est ce que des parents ont voulu rap- des laboratoires a réussi à empêcher toute
de plus en plus importante des dépenses peler en déposant les cendres de leur mesure ambitieuse. 
de la sécurité sociale. Des médicaments fils devant un centre de recherches de
utiles et efficaces devront-ils être pro- Sanofi près de Boston en novembre 2018.
gressivement dé-remboursés afin de Celui-ci, diabétique de type 1, est décédé
financer l’arrivée sur le marché de nou- après avoir essayé de rationner son insu-
veaux médicaments présentés comme line. Dépourvu d’assurance santé, il aurait UN FLACON D’INSULINE COÛTE
plus innovants, mais plus chers et donc dû débourser autour de 1300 dollars par 5 DOLLARS À PRODUIRE,
moins accessibles ? Le Solvadi du labo- mois (1150 euros) pour un traitement MAIS SON PRIX MOYEN
ratoire Gilead a créé la polémique il y a normal. Avec ses concurrents Eli Lilly et EST PASSÉ DE 25 À 500
quelques années parce que, facturé initia- Novo Nordisk, Sanofi est l’un principaux
DOLLARS EN QUELQUES
lement à plus de 41 000 euros par patient fabricants d’insuline aux États-Unis, et
lors de son arrivée en France en 2015, il les prix pratiqués par les trois labora-
ANNÉES AUX ÉTATS-UNIS.
avait été réservé par les autorités de santé toires ont suivi une courbe ascendante
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES NUISENT-ELLES À LA SANTÉ ? I 87

BOIRON, « BIG PHARMA » ALERTE SUR LES RUPTURES


DE L’HOMÉOPATHIE D’APPROVISIONNEMENT

L’ L
homéopathie et son rembourse- e nombre de médicaments en rup- et sont jugés insuffisamment rentables
ment par la sécurité sociale ont ture de stock a été multiplié par 13 par le secteur privé. La sous-traitance de
fait débat en France ces derniers en 10 ans, pour atteindre 600 en 2018. la production dans des pays comme l’Inde
mois. Les camps opposés ont échangé Ce phénomène ne cesse de s’aggraver, ou la Chine, ainsi que la logique de produc-
des arguments véhéments, d’un côté sur notamment en ce qui concerne les anti- tion à flux tendu, accroissent encore les
l’absence de justification scientifique de cancéreux, les antibiotiques et les vaccins, risques de rupture. 
cette médecine « douce », de l’autre sur obligeant le gouvernement français à pré-
la corruption d’un système de santé senter un plan d’action à l’été 2019. Parfois,
conventionnel miné par l’influence des il s’agit de médicaments qui peuvent
grands labos. Un point à ne pas oublier aisément être remplacés par d’autres,
LES MÉDICAMENTS
dans ce débat est que l’homéopathie a mais dans d’autres cas, comme dans le
EN RUPTURE NE SONT JAMAIS
aussi son propre « grand labo » : Boiron, domaine du cancer de la vessie, il s’agit de
qui détient un quasi monopole sur le sec- traitements indispensables. Le problème LES PRODUITS LES PLUS
teur en France. Comme l’a montré une est lié à l’évolution de l’industrie pharma- ONÉREUX COMMERCIALISÉS
enquête de Franceinfo, cette entreprise ceutique. Les médicaments en rupture ne PAR LES LABORATOIRES,
déploie des moyens d’influence très simi- sont jamais les produits dernier cri les MAIS DES MÉDICAMENTS
laires à ceux des grandes firmes phar- plus onéreux commercialisés par les labo- ANCIENS, JUGÉS
maceutiques comme Sanofi ou Merck1 : ratoires, mais des médicaments anciens, INSUFFISAMMENT RENTABLES.
financement de centres de formation à qui ne sont plus protégés par des brevets
l'homéopathie et diplômes sponsorisés,
contrats rémunérés et avantages divers
offerts à des professionnels de santé,
lobbying à l'Assemblée nationale... Sans QUESTIONS SANS RÉPONSES SUR LE LEVOTHYROX
toujours s›afficher au premier plan, Boiron
a orchestré une bonne partie du contre-
lobbying du secteur de l'homéopathie
pour éviter le déremboursement de ses
produits. 
1 https://www.francetvinfo.fr/sante/medicament/
enquete-franceinfo-boiron-c-est-plus-qu-un-
monopole-comment-le-laboratoire-francais-
regne-sur-l-homeopathie_2938883.html

QUAND LES LABOS


INVESTISSENT
LA PSYCHIATRIE

À
un moment où le secteur de la
LEVO

psychiatrie traverse une crise

E
profonde en France et où les n 2017, le laboratoire Merck a cie, d’autant que les autorités de santé ont
grèves se succèdent dans les hôpitaux, changé sans prévenir la formule de argué du secret des affaires pour refuser
les laboratoires pharmaceutiques flairent son médicament très prescrit pour de révéler certaines informations vitales
une opportunité. Sous l’égide de la fon- la thyroïde, le Levothyrox. Rapidement, contenues dans l’autorisation de mise
dation Fondamental, une fondation de les patients ont commencé à se plaindre sur le marché de la nouvelle formule,
« coopération scientifique » très liée à d’effets secondaires. Le laboratoire a comme le lieu de fabrication du principe
« Big Pharma » et au secteur des cliniques décidé de remettre provisoirement sur actif et celui de l’entreprise en charge de
psychiatriques privées, ils poussent une le marché l’ancienne formule, tout en la production. Des études contradictoires
version de la psychiatrie mettant l’accent affirmant que la nouvelle ne présentait ont été rendues sur la substituabilité des
sur la neurologie, la biologie, la géné- aucun risque. Des dizaines de patients ont deux formules du Levothyrox et sur les
tique, l’imagerie cérébrale et les prises porté plainte, mais ont été déboutés au impacts sanitaires de la nouvelle formule.
en charge médicamenteuses. Soit une printemps 2019. En parallèle, une enquête Une chose est sûre : l’affaire a une nouvelle
vision de la maladie mentale centrée sur préliminaire a été ouverte pour « trompe- fois mis en exergue l’opacité de l’industrie
les causes organiques. Sous couvert de rie aggravée », « atteintes involontaires à pharmaceutique, et ses relations parfois
faire de la maladie mentale une « maladie l’intégrité physique » et « mise en danger incestueuses avec les autorités sanitaires
comme les autres », ne s’agit-il pas aussi d’autrui ». L’affaire n’est pas encore éclair- et la profession médicale. 
de s’ouvrir de nouveaux marchés ? 
88 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

DONNÉES LE COÛT EXORBITANT DES GRANDS LABOS POUR LA SOCIÉTÉ

RETOUR SUR LES « PHARMA PAPERS »


Il y a quelques mois, l’Observatoire des multinationales et Basta ! dressaient le tableau des stratégies
d’influence de l’industrie pharmaceutique auprès de la profession médicale et des décideurs, du coût
imposé à la société par le prix exorbitant de certains médicaments, et des profits mirifiques qu’en retiraient
les marchés financiers. Retour sur quelques-uns des chiffres révélés par les « Pharma Papers ».

ENTRE LES LABOS PHARMACEUTIQUES COMMENT LES LABOS


ET LES MÉDECINS, 14 MILLIONS DE CONFLITS SONT DEVENUS DES
D’INTÉRÊTS POTENTIELS MONSTRES FINANCIERS

E L
n leur offrant gratifications et milliards d’euros versés aux profession- es laboratoires pharmaceutiques
contrats rémunérateurs, les labo- nels de santé. n’ont plus grand chose à voir
ratoires pharmaceutiques ont tissé Sans surprise, les spécialistes du cancer avec ce qu’ils étaient il y a cin-
une dense toile de liens d’intérêts au sein dominent le classement des professions quante ans, ou même il y a vingt ans.
de la profession médicale. Cette influence de santé qui ont noué le plus de liens De plus en plus gros et de plus en plus
leur permet de peser sur les prescriptions d’intérêts avec les firmes pharmaceu- financiarisés, ils sont devenus des
et les décisions des agences sanitaires. tiques. Les médicaments anticancéreux machines à siphonner des milliards
Malgré la succession des scandales, la représentent une proportion importante d’euros ou de dollars pour les redis-
transparence reste très parcellaire dans des dépenses de santé actuelle. Les labos tribuer aux actionnaires, notamment
ce domaine. L’outil EurosForDocs permet comptent beaucoup sur leurs nouveaux les grands fonds de Wall Street. Ces
aujourd’hui d’y voir plus clair sur ces liens produits dans ce domaine, très onéreux, vingt dernières années, ils ont réalisé
d’intérêts : pas moins de 14 millions de pour soigner leur taux de profit. Parmi 1000 milliards d’euros de profits, dont
liens ont été répertoriés en France depuis les laboratoires, Sanofi et MSD déclarent 90% ont été directement transférés
2012, pour un montant total de plus de 3,5 les sommes les plus importantes.  aux marchés financiers. 

LES 10 LABOS LES PLUS GÉNÉREUX

LABORATOIRE NOMBRE DE LIENS D'INTÉRÊTS MONTANT DÉPENSÉ

SANOFI SA 830 546 502 227 940 €

MSD 694 820 203 691 182 €

CELGENE 32 654 179 350 433 €

BRISTOL-MYERS-SQUIBB 222 464 178 945 398 €

GLAXOSMITHKLINE 496 394 168 462 672 €

NOVARTIS 643 551 142 913 643 €

ASTRAZENECA 787 506 109 383 498 €

BAYER 345 019 103 641 064 €

ELI LILLY AND COMPANY 233 051 90 967 375 €

SERVIER 225 203 89 631 339 €


LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES NUISENT-ELLES À LA SANTÉ ? I 89

LE PRIX EXORBITANT DE LOBBYING À PARIS, BRUXELLES


CERTAINS TRAITEMENTS ET WASHINGTON : L’ÉNORME PUISSANCE
MENACE L’UNIVERSALITÉ DE FEU DES LABOS

L
DE NOTRE MODÈLE
es registres de transparence du lob- lobbying direct rien que pour l’année
DE SANTÉ bying mis en place à Washington, 2017 dans ces trois capitales. Si l’on

S
i l’on considère le classement des à Bruxelles et plus récemment à ajoute les dépenses du principal lobby
médicaments les plus remboursés Paris permettent de lever partiellement de l’industrie – le Leem à Paris, l’EFPIA
par la sécurité sociale, en 2017, un le voile sur les dépenses de lobbying à Bruxelles et PhRMA à Washington – il
constat se confirme : les médicaments déclarées par les dix plus grands labo- faut compter 30 millions de plus. Et ce
dits innovants, qui visent principalement ratoires pharmaceutiques au monde. chiffre ne tient pas compte des dépenses
le cancer, coûtent de plus en plus cher à Sanofi, Roche, Novartis, Pfizer... Les dix des autres labos et des dizaines d’asso-
notre système de santé. À eux seuls, trois poids lourds du secteur ont déclaré près ciations professionnelles qui défendent
médicaments coûtent 1,161 milliard d’euros de 100 millions d’euros de dépenses de les intérêts du secteur. 
en 2017.De nombreuses institutions s’en
alarment. À cause des traitements trop MÉDICAMENTS ÉVOLUTION GLOBALE
onéreux, les médecins devront-ils, demain, RÉTROCÉDÉS** DES DÉPENSES DE MÉDICAMENTS
2017
choisir d’allouer certains médicaments à REMBOURSÉS
une partie seulement des patients ?  PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE***
2017
2010

BÉNÉFICES ET DIVIDENDES (ÉVOLUTION


DES CHIFFRES DES 11 PLUS GROS + 29,41 %
LABOS* ENTRE 1999 ET 2017 EN 7 ANS

2010 MÉDICAMENTS
75 2017
70
DE LA LISTE EN « SUS »****
65
60

+ 219 %
55
2005
50
45 EN 12 ANS
40
35
30 2017 MÉDICAMENTS VENDUS
25 PAR LES PHARMACIES DE VILLE
20
15 2001
1999 2017
+ 74 %
PROFITS (EN MILLIARDS D’EUROS) + 112 % EN 16 ANS
DIVIDENDES( EN MILLIARDS D’EUROS) EN 7ANS

900 MDS€ LES 11 PLUS GROS 873


CA
800 MDS€
LABORATOIRES
ACTIFS
700 MDS€

600 MDS€ BÉNÉFICES

500 MDS€
DIVIDENDES
400 MDS€ 395

300 MDS€
265
197
200 MDS€

100 MDS€
50 71
34 20
0 MDS€
1999 2017

* Sanofi, Novartis, AstraZeneca, GlaxoSmithKline, Merck, Eli Lilly, Roche, Abbott, Pfizer, Bristol Myers Squibb et Johnson&Johnson
** Vendus par les hôpitaux à des patients non-hospitalisés
*** Base de données Retrocedam, medicam et liste en « sus «(MCO, HAD, SSR)»
**** Molécules onéreuses
90 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

08
LES GRANDES
ENTREPRISES FRANÇAISES
AMÉLIORENT-ELLES
NOTRE DÉMOCRATIE ?
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES AMÉLIORENT-ELLES NOTRE DÉMOCRATIE ? I 91

TOP 5 PANTOUFLAGES, RECONVERSIONS, PORTES TOURNANTES, CONFLITS D’INTÉRÊTS ET DÉBAUCHAGES

LES GRANDES ENTREPRISES AU COEUR


DU POUVOIR
Entre le CAC40 et les dirigeants politiques, les relations sont de plus en plus étroites. Sous couvert d’ouverture
à la société civile, Emmanuel Macron et son gouvernement ont encore davantage normalisé le mélange
des genres. L’influence des grands groupes et les conflits d’intérêts sont-ils en train de devenir la norme ?

PARTI SOCIALISTE,
DANONE, EIFFAGE ET VEOLIA À L’ÉCOLOGIE UN POUVOIR

E
« PUBLIC-PRIVÉ »...
n août 2018, Nicolas Hulot démis- de grandes entreprises plutôt qu’un

P
sionnait avec fracas, au bout d’un écologiste : difficile de ne pas y voir un lacés sous le signe de l’ouverture
an, du ministère de l’Écologie, en signe de l’orientation générale du gou- à la « société civile », le gouver-
dénonçant le poids des lobbys. Il n’avait vernement français en matière d’envi- nement d’Emmanuel Macron et
jamais vraiment réussi à s’imposer au ronnement.  sa majorité parlementaire sont surtout
sein du gouvernement et face à une marqués par une présence massive de
haute administration où les intérêts cadres du secteur privé, et notamment de
économiques pèsent lourd, particulière- grands groupes du CAC40. Deux membres
ment dans des secteurs comme l’éner- du gouvernements, Muriel Pénicaud et
gie ou l’agriculture. Il a été remplacé par Emmanuel Wargon, viennent de Danone,
François de Rugy, lequel a été contraint le premier ministre Edouard Philippe a été
à la démission suite à des révélations cadre d’Areva, Brune Poirson est passée
de Mediapart sur son train de vie. La par Veolia, Elisabeth Borne par Eiffage,
ministre de la « Transition écologique l’ancien porte-parole du gouvernement
et solidaire » est désormais Elisabeth Benjamin Griveaux par Unibail-Rodamco,
Borne, une haute fonctionnaire qui a LA MINISTRE DE LA Amélie de Montchalin vient d’Axa, Cédric
été cadre dirigeante de l’entreprise de « TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET O de Safran, Agnès Pannier-Runacher de
BTP Eiffage et patronne de la RATP. Elle SOLIDAIRE » EST DÉSORMAIS la Compagnie des Alpes, Florence Parly
y rejoint deux autres transfuges du sec- ELISABETH BORNE, UNE est passée par Air France et la SNCF, et
teur privé : Emmanuelle Wargon, secré- HAUTE FONCTIONNAIRE QUI l’ancienne secrétaire d’Etat Delphine
taire d’État nommée en octobre 2018 qui Gény-Stephann venait de Saint-Gobain...
A ÉTÉ CADRE DIRIGEANTE DE
a été responsable de la « responsabilité Une tendance que l’on retrouve parmi
L’ENTREPRISE DE BTP EIFFAGE
sociale » de Danone, et Brune Poirson, les principaux conseillers de l’Élysée, de
qui a occupé un poste similaire pour ET PATRONNE DE LA RATP. Matignon et des ministères, ainsi que
Veolia en Inde. Des anciennes cadres dans les rangs de l’Assemblée nationale. 
92 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

…FACE À UN POUVOIR POLITIQUE LARGEMENT « PRIVÉ-PUBLIC »


François Fillon entre 1995 et 1997. Il rejoint
ensuite l’entreprise pétrolière publique Elf
et y demeure après son rachat par Total
en 2000. Alexandre Bompard, le PDG de
Carrefour, vient de l’Inspection générale
des finances et du cabinet de François
Fillon, lors du passage de ce dernier au
ministère des Affaires sociales. Il a ensuite
rejoint Canal+, puis Europe 1, puis Fnac
et Darty. Stéphane Richard, lui aussi
inspecteur des finances, a été conseiller
de Dominique Strauss-Kahn, avant de
rejoindre Vivendi, puis les cabinets de
Jean-Louis Borloo et Christine Lagarde,
et devenir enfin PDG de France Télécom-
Orange. Jean- Pierre Clamadieu, nouveau

ALTOS
président du conseil d’administration d’En-

S
i le gouvernement, le Parlement sont dirigées par d’anciens haut fonc- gie, issu du corps des Mines, est passé par
et les cabinets sont de plus en tionnaires, issus des rangs de l’ENA ou les ministères du Travail et de l’Industrie
plus peuplés d’anciens cadres du de Polytechnique, et passés par les cabi- avant de rejoindre Rhône-Poulenc, devenu
CAC40, la réciproque est également vraie. nets ministériels. Et occasionnellement Rhodia (pour ses activités chimiques), puis
Un grand nombre d’entreprises françaises par d’anciens ministres, comme le PDG Solvay. Des profils que l’on retrouve aussi
d’Atos Thierry Breton. Quinze firmes du souvent dans les conseils d’administration
CAC40 ont un PDG, un directeur ou un et les comités exécutifs. 
EN 2016, président de conseil d’administration
issu de la haute fonction publique, prin-
TOTAL A DÉBAUCHÉ
cipalement de l’Inspection des finances ou
DENIS FAVIER, du corps des Mines. Par exemple, Patrick
TOTAL, OU LE GRAND
ANCIEN PATRON DU GIGN Pouyanné, l’actuel PDG de Total, est passé DÉBAUCHAGE

E
ET DE LA GENDARMERIE, par Polytechnique et le corps des Mines. n mai 2019, Total a procédé à un
POUR EN FAIRE SON DIRECTEUR Il a ensuite occupé plusieurs postes au recrutement remarqué : celui de
DE LA SÉCURITÉ. ministère de l’Industrie sous le gouver- Jean-Claude Mallet, qui a passé
nement du Premier ministre Édouard sa carrière de haut fonctionnaire dans
Balladur entre 1993 et 1995, puis auprès de le secteur de la défense avant de deve-
nir conseiller spécial de Jean-Yves
Le Drian au ministère des Armées
LE CONFLIT D’INTÉRÊTS INSTITUTIONNALISÉ ? puis à celui des Affaires étrangères.
Jean-Claude Mallet est le nouveau

À
commencer par le président de la employeur. Parfois, il s’agit de conflits responsable des affaires publiques –
République Emmanuel Macron d’intérêts économiques plus déran- autrement dit des relations avec les
lui-même avec son passage au geants encore. Beaucoup des avocats gouvernements – du groupe pétrolier.
sein de la banque d’affaires Rothschild, d’affaires et banquiers qui ont orchestré Celui-ci s’est fait une spécialité de ces
de nombreux membres du gouverne- la revente des activités énergétiques embauches de haut vol. En 2016, il avait
ment actuel ont travaillé pour ou côtoyé d’Alstom à General Electric, alors débauché Denis Favier, ancien patron
de près les groupes du CAC40. D’où le qu’Emmanuel Macron était secrétaire du GIGN et de la gendarmerie, pour
risque d’une vision du monde très biai- général de l’Élysée puis ministre de en faire son directeur de la sécurité.
sée en faveur des grandes entreprises. l’Économie, se sont retrouvés parmi Dans un autre domaine, Jean-François
Surtout, ces relations donnent lieu les premiers soutiens de sa campagne Minster, éminent spécialiste des océans
à toutes sortes de conflits d’intérêts. électorale. Autre cas emblématique, et membre de l’Académie des sciences,
Parfois, il s’agit de conflits d’intérêts celui d’Alexis Kohler, secrétaire général a été recruté comme directeur scienti-
politiques, comme lorsque l’on nomme de l’Élysée, accusé d’avoir favorisé son fique du groupe. En sens inverse, des
au ministère de l’Écologie une ancienne ancien employeur avec lequel il a aussi anciens cadres de Total se sont reca-
cadre de Danone, Emmanuelle Wargon, des liens familiaux, l’armateur italien sés dans le gouvernement d’Emma-
qui s’était chargée de défendre l’huile MSC, dans plusieurs dossiers dont celui nuel Macron, comme Ahlem Gharbi,
de palme pour le compte de son ancien des Chantiers de l’Atlantique.  conseillère diplomatique de l’Elysée
entre 2017 et 2019, ou Philippe Baptiste,
directeur de cabinet de la ministre de la
Recherche Frédérique Vidal. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES AMÉLIORENT-ELLES NOTRE DÉMOCRATIE ? I 93

DONNÉES LE PRIX DE L’INFLUENCE

PARIS, BRUXELLES ET WASHINGTON :


UN LOBBYING À 66 MILLIONS D’EUROS
Les entreprises du CAC40 sont partiellement obligées de rendre publiques leurs dépenses de lobbying dans
certains pays, notamment aux Etats-Unis, à Bruxelles auprès de l’Union européenne, et depuis 2017 en France.

ET LES PLUS GROS LOBBYISTES DU CAC40 SONT...

D
ans les trois principales capitales LES PLUS GROSSES DÉPENSES
où elles doivent théoriquement DE LOBBYING DU CAC40 EN 2018
publier des chiffres sur leurs (PARIS, BRUXELLES, WASHINGTON) (€)
dépenses de lobbying, les entreprises
du CAC40 ont dépensé collectivement
66 millions d’euros en 2018. Les plus gros CAC40 65 884 674

lobbyistes du CAC40 sont Sanofi (et de 9 892 743


SANOFI
loin, avec près de 10 millions d’euros de
dépenses à elle seule), Total (5,2 millions TOTAL 5 226 588
d’euros dans les trois capitales) et Airbus
AIRBUS 5 206 232
(5 millions). Ces dépenses sont à la fois
défensives – empêcher des régulations VIVENDI 3 744 285
trop contraignantes sur les émissions de
ENGIE 3 137 892
gaz à effet de serre ou sur le prix des médi-
caments, par exemple – ou offensives – CRÉDIT AGRICOLE 3 000 000
obtenir des marchés publics ou des aides.
Ces chiffres illustrent l’importance pour ARCELORMITTAL 2 994 708
ces multinationales de soigner leurs
PERNOD RICARD 2 907 790
relations avec les États et les décideurs.
Les trois leaders sont suivis par Engie, AIR LIQUIDE 2 801 185
ArcelorMittal et le Crédit agricole, toutes
BNP PARIBAS 2 609 272
entre 3 et 4 millions. Les firmes du CAC qui
font (ou déclarent) le moins de lobbying
sont Legrand, Dassault Systèmes et Atos.  LES PLUS GROSSES DÉPENSES
DE LOBBYING DU CAC40 À PARIS EN 2018 (€)

À PARIS, PRÉSENCE CAC40 19 440 000


EN FORCE DE TOTAL TOTAL 2 600 000
ET DES BANQUES

L
CRÉDIT AGRICOLE 1 900 000
’entreprise du CAC40 qui déclare le plus
de dépenses de lobbying est le groupe BNP PARIBAS 1 550 000
pétrolier Total, avec 2,6 millions d’eu- AIR LIQUIDE 1 300 000
ros de dépenses déclarées. Cette position
reflète le rôle important de l’État français ST MICRO 1 250 000
dans la régulation et le soutien au secteur
VEOLIA 1 000 000
énergétique, et la diversité des activités dans
lesquels le groupe pétrolier est engagé en RENAULT 900 000
France (gaz, raffinage et pétrochimie, solaire,
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
et désormais fourniture d’énergie et agro- 900 000

carburants). On remarque aussi le poids du BOUYGUES 850 000


lobbying du secteur bancaire (BNP Paribas,
Crédit agricole et Société générale), lui aussi ORANGE 700 000

très dépendant des régulations mises en


SANOFI 635 000
place au niveau national, et exposé aux
conséquences du Brexit. 
94 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

À BRUXELLES, LES PLUS GROSSES DÉPENSES


DE LOBBYING DU CAC40 À BRUXELLES EN 2018 (€)
LES ENJEUX
ÉNERGÉTIQUES
CAC40 25 385 000
ET CLIMATIQUES
ENGIE
À L’ORDRE DU JOUR 2 250 000

L
TOTAL 2 000 000
a capitale européenne est réputée
être un paradis pour les lobbys. AIRBUS 1 750 000
C’est aussi un lieu important d’éla- ARCELORMITTAL 1 750 000
boration des normes qui conditionnent
VIVENDI 1 500 000
l’accès au marché européen, et au-delà.
Ce qui explique que ce soit le lieu de LVMH 1 250 000
décision le plus investi par les firmes du ORANGE 1 250 000
CAC40, avec des dépenses de lobbying
SANOFI 2 250 000
de 25,4 millions d’euros en 2018. En tête
des plus gros dépensiers, on retrouve CRÉDIT AGRICOLE 1 100 000
les poids lourds du secteur énergétique,
BNP PARIBAS 1 000 000
Total et Engie, soucieux des règles que
pourrait mettre en place l’Union pour SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1 000 000

lutter contre le réchauffement clima-


tique. C’est en partie le même souci qui LES PLUS GROSSES DÉPENSES
anime le lobbying des deux suivants au DE LOBBYING DU CAC40 À WASHINGTON EN 2018 ($)
classement, Airbus et ArcelorMittal, qui
représentent deux secteurs industriels CAC40 20 094 330
très émetteurs de gaz à effet de serre. 
SANOFI 4 680 000

AIRBUS 4 070 000


À WASHINGTON, SANOFI PERNOD RICARD 2 135 000
ET AIRBUS LOIN DEVANT

L
VIVENDI 2 060 000
es dépenses de lobbying du ARCELORMITTAL 1 470 000
CAC40 à Washington sont large-
ment fonction de l’importance du UNIBAIL 1 060 000

marché nord-américain pour les firmes TOTAL 740 000


concernées. D’où le poids considérable
MICHELIN 717 000
de Sanofi, qui surfe sur le prix élevé
des médicaments dans le pays et veut AIR LIQUIDE 710 000
à tout prix éviter des mesures correc- 620 000
AXA
tives, et d’Airbus, confronté à la concur-
rence permanente de Boeing. Ils sont
suivis par des firmes plus préoccupées LES PLUS GROS FINANCEMENTS
À LA CAMPAGNE DES « MIDTERMS » EN 2018 ($)
de question de propriété intellectuelle
et de protection des marques, comme
Pernod Ricard et Vivendi. L’influence CAC40 2 917 040
politique des entreprises aux États-
SANOFI 1 026 992
Unis passe aussi par le financement
des campagnes électorales et, comme à VIVENDI 435 428
chaque fois, des groupes du CAC40 ont
AXA 410 876
déboursé des fonds conséquents – près
de 3 millions de dollars au total – dans AIRBUS 235 850
le cadre de la campagne 2018 des « mid-
UNIBAIL 115 996
terms ». Sentant sans doute le vent tour-
ner, certaines firmes comme Sanofi ou AIR LIQUIDE 109 969
Axa, qui penchaient auparavant pour BNP PARIBAS 740 000
les Républicains, ont rééquilibré leurs
financements, tandis que d’autres TOTAL 89 197

confirmaient leur attachement histo- ARCELORMITTAL 79 589


rique pour le camp républicain (Airbus
DANONE 41 469
et Air liquide) ou démocrate (Vivendi). 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES AMÉLIORENT-ELLES NOTRE DÉMOCRATIE ? I 95

TOP 5 OPACITÉ, MANIPULATIONS, FICHAGE D’OPPOSANTS, DOUBLE DISCOURS ET INSTRUMENTALISATION

QUAND LES LOBBYS


JOUENT AVEC LA DÉMOCRATIE
Au grand jeu de l’influence, parfois tous les moyens sont bons. À côté de la face officielle du lobbying,
celui qui s’exerce en public au moyen de notes argumentées et de rendez-vous avec les décideurs,
certaines entreprises n’hésitent pas à recourir à des méthodes plus douteuses, pour contourner le
débat démocratique.

LUTHER BLISSETT,
LES FICHIERS DES LOBBYISTES DE MONSANTO FONT SCANDALE

U
ne fuite de documents a révélé alliés potentiels. Un autre document, des fichiers  «  plein [leurs] ordina-
le fichage, par les lobbyistes de une «  cartographie des parties pre- teurs ». En l’occurrence, un des fichiers
Monsanto, géant des semences nantes », porte quant à lui le logo de de FleishmanHillard comporte même
et des pesticides, de dizaines d’hommes Publicis. Le groupe français propose des adresses et des numéros de télé-
et femmes politiques, de scientifiques, également, au-delà de son cœur de phone, dont certains en liste rouge. 
de militants et de journalistes franco- métier publicitaire, des services de
phones. Un tableau portant le logo de lobbying et de relations publiques au
la firme de lobbying FleishmanHillard profit de grandes entreprises ou de
classe plus de 200 personnalités selon gouvernements étrangers.
leur influence et leur degré de sympa- Plusieurs des personnes et institu-
thie vis-à-vis de Monsanto. Un autre tions ainsi fichées par les lobbyistes
identifie quelques dizaines de cibles de Monsanto ont annoncé leur inten-
prioritaires, certaines  «  à surveil- tion de porter plainte. La collecte et
ler  » ou «  à isoler », d’autres «  à édu- l’archivage de données personnelles,
quer  » ou « à recruter  », par exemple y compris les «  opinions politiques et
des journalistes auxquels envoyer philosophiques  », sont en effet illé- DES NOTES EN MARGE
des argumentaires cousus main ou à gales si le consentement des indivi- DE CES DOCUMENTS
inviter à des conférences. Des notes dus concernés n’a pas été sollicité. DONNENT UNE IMAGE
en marge de ces documents donnent Plusieurs lobbyistes interrogés dans ENCORE PLUS CRUE
une image encore plus crue des straté- les médias suite à ces révélations se
DES STRATÉGIES
gies d’influence de Monsanto, comme sont empressés de déclarer que ce
la mention « Ont-elles des loisirs (Golf, genre de pratiques faisait partie inté- D’INFLUENCE DE MONSANTO.
tennis, chasse) ? » au sujet de certains grante de leur métier et qu’ils avaient
96 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

CONSEIL CONSTITUTIONNEL ET CONSEIL D’ÉTAT FONT (UN PEU) LA LUMIÈRE


SUR LEURS RELATIONS AVEC LES LOBBYS

E
n juin 2018, les Amis de la Terre avec succès, une vision extrêmement communication des documents de ce
France et l’Observatoire des multi- large de la protection à accorder aux lobbying. Avec un succès partiel en ce
nationales levaient le voile sur les «  droits et libertés économiques  » qui concerne le Conseil d’État, qui a
mécanismes d’influence mal connus qui (droit de propriété, liberté d’entre- rendu public certains documents prou-
s’exercent en France sur le Conseil consti- prendre, sécurité juridique...), au point vant le rôle des lobbys patronaux et du
tutionnel et le Conseil d’État. Le rapport de les faire primer sur les exigences secteur pétrolier dans la révision des
Les Sages sous influence ? montre com- du climat, de la justice fiscale ou de la ambitions de la loi Hulot de 2017 sur
ment les milieux d’affaires ont défendu au transparence. la fin des hydrocarbures. Finalement,
niveau de ces deux institutions1, souvent En même temps que la publication en mai 2019, le Conseil constitution-
de ce rapport, les Amis de la Terre et nel a annoncé qu’il rendrait désormais
1 https://multinationales.org/Rapport-Les- l’Observatoire des multinationales publiques toutes les contributions
Sages-sous-influence-Le-lobbying-aupres-du-
Conseil-constitutionnel sont montés au créneau pour obtenir extérieures qu’il reçoit. 

À BRUXELLES, LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS AU SERVICE DES INTÉRÊTS PRIVÉS

L
es élections européennes du prin- les gouvernements des États-membres Les diplomates français pratiquent eux
temps 2019 ont fourni une nouvelle sont les premiers à faire prévaloir les aussi les « portes tournantes » entre le
occasion d’épiloguer sur le poids intérêts du secteur privé à Bruxelles. La secteur public et le secteur privé qui
des lobbys à Bruxelles. Non sans raison, France se fait ainsi souvent le défenseur défraient la chronique à Bruxelles. Début
puisque la capitale européenne abrite des intérêts du CAC40 au sein de l’Union 2018, Pierre Sellal, après avoir été dix ans
environ 30 000 lobbyistes, soit autant européenne, par exemple en cherchant le représentant permanent de la France
que d’employés de la Commission, avec de nouvelles sources de financement auprès de l’UE, a rejoint un cabinet d’avo-
des dépenses annuelles se chiffrant en pour ses entreprises d’armement (voir cats d’affaires. Quelques années plus tôt,
milliards d’euros. Mais les dénonciations section sur les ventes d’armes) ou en blo- son adjoint chargé des questions finan-
faciles du poids des lobbys au niveau de quant des régulations financières nui- cières avait rejoint la Fédération bancaire
l’Union européenne oublient souvent que sibles aux grandes banques tricolores. française, principal lobby du secteur. 

DOUBLE DISCOURS SUR LE CLIMAT AUX ÉTATS-UNIS,

E
LA FOIRE
n apparence, des firmes comme leur image. Ce « double discours » a été
Engie ou EDF se veulent des révélé une nouvelle fois en 2018 avec À LA DÉRÉGULATION

D
champions des énergies «  bas la « fuite » d’un document interne de ès son élection à la présidence
carbone ». Mais en coulisses elles conti- BusinessEurope, le plus puissant lobby américaine, Donald Trump a peu-
nuent à s’opposer à toute forme de régu- patronal européen, décrivant comment plé son équipe de transition et son
lation contraignante et à tout objectif il comptait faire capoter le projet d’in- administration de représentants du sec-
trop ambitieux de réduction des émis- troduire des objectifs climatiques plus teur privé. Des représentants de l’indus-
sions de gaz à effet de serre. Seulement, ambitieux au niveau de l’Union euro- trie pétrolière se sont retrouvés en charge
elles le font à travers des structures péenne à l’horizon 2030. Le quotidien de l’énergie et du climat, des anciens de
de lobbying et des associations pro- britannique The Guardian a contacté Goldman Sachs de la finance, des cadre
fessionnelles méconnues du grand plusieurs multinationales membres de l’industrie pharmaceutique de la santé.
public, ce qui leur permet de préserver de BusinessEurope, y compris les fran- L’ordre du jour était clair : se débarrasser
çaises EDF et Engie, pour solliciter leur de toutes les règles qui déplaisaient
réaction sur une proposition si éloignée au secteur privé. Les multinationales
de leurs discours publics1. Aucune de ont sauté sur l’occasion, y compris les
ces entreprises n’a souhaité prendre groupes du CAC40. BNP Paribas s’est
ses distances avec BusinessEurope.  ainsi jointe aux autres géants du sec-
teur bancaire pour pousser au détrico-
LE PLUS PUISSANT LOBBY tage de la loi Dodd-Frank de 2010 sur la
PATRONAL EUROPÉEN, régulation financière, Sanofi aux autres
BUSINESSEUROPE, A VOULU laboratoires pour empêcher une poli-
EMPÊCHER L'INTRODUCTION tique ambitieuse sur le prix des médica-
ments, et Total pour remettre en cause les
D'OBJECTIFS CLIMATIQUES
1 https://www.theguardian.com/ règles environnementales introduites par
PLUS AMBITIEUX environment/2018/sep/19/tech-giants- l›administration Obama pour les secteurs
fail-to-distance-from-businesseurope-fight-
against-eu-climate-targets
de la chimie et du pétrole. 
LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES AMÉLIORENT-ELLES NOTRE DÉMOCRATIE ? I 97

TOP 5 SECRET DÉFENSE, PROCÈS BÂILLON, INTIMIDATION, CONCENTRATION DES MÉDIAS ET ESPIONNAGE

LE DROIT À L’INFORMATION
ET À LA CRITIQUE, UNE LUTTE DE TOUS
LES JOURS
Enquêter sur les multinationales et dénoncer les mauvaises pratiques est souvent un parcours
du combattant. Journalistes, chercheurs et militants sont confrontés aux difficultés d’accès à
l’information, au poids des grands groupes dans les médias, et aux risques de représailles judiciaires
ou économiques

AGUSTÌN RALUY PIRLA


SECRET DES AFFAIRES : DÉJÀ DES ABUS

D
urant l’été 2018, malgré une Cette transposition n’a pas tardé à faire administratives, la santé et l’environ-
levée de boucliers au sein de la sentir ses effets. Lorsque les ONG se nement, dans un contexte de relations
société civile et une pétition qui sont penchées sur l’approvisionne- étroites entre les agences publiques et
a rassemblé des centaines de milliers ment en soja de grandes entreprises les entreprises qu’elles sont chargées
de signatures, la France a transposé françaises, par exemple, certaines ont de réguler. 
la directive européenne sur le « secret refusé de répondre en invoquant le
des affaires ». Celle-ci avait été adop- secret des affaires. L’une des premières
tée par l’Union en 2016, déjà sur fond entités à l’avoir officiellement fait valoir
de polémiques. Sous prétexte de lutter n’a pas été une entreprise privée, mais...
plus efficacement contre l’espionnage l’Agence du médicament. Dans le cadre
industriel, ce texte crée un droit géné- du scandale du Levothyrox, un avocat
ral au secret pour les entreprises, qui des victimes lui avait demandé de com-
leur permet potentiellement de traî- muniquer l’autorisation de mise sur le
ner devant les tribunaux quiconque marché de la nouvelle formule du médi- L’UNE DES PREMIÈRES
porterait à la connaissance du public cament. Ce que l’agence publique a fait ENTITÉS À AVOIR
une information sur leurs activités sur au bout de plusieurs semaines, mais OFFICIELLEMENT FAIT VALOIR
laquelle elles auraient préféré mainte- en « noircissant » plusieurs informa- LE SECRET DES AFFAIRES
nir l’omertà. Certaines exceptions ont tions capitales. L’affaire illustre un autre
N’A PAS ÉTÉ UNE ENTREPRISE
été ménagées, pour les journalistes en risque du secret des affaires : celui de
particulier, mais elles ne constituent réduire encore le droit à l’information PRIVÉE, MAIS... L’AGENCE DU
pas une garantie contre la menace d’un des citoyens (déjà bien faible en France) MÉDICAMENT.
procès. sur tout ce qui concerne les décisions
98 I OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES LE VÉRITABLE BILAN ANNUEL DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES

LES MÉDIAS FRANÇAIS, PRÉ CARRÉ LE CAC


DES MILLIARDAIRES ET SES BARBOUZES

E B
n France, les médias sont proches, et indirectement L’Obs)... Une situation ernard Arnault, le patron mil-
très proches des grandes entre- peu rassurante quant à la liberté des liardaire de LVMH, a été entendu
prises. Ils en dépendent pour journalistes d’enquêter de manière par la police dans le cadre de
leurs recettes publicitaires et, surtout, un critique sur les grandes entreprises. l’enquête sur l’espionnage de François
grand nombre d’entre eux sont direc- Dernier venu dans le paysage média- Ruffin et du journal Fakir qu’aurait
tement contrôlés par des groupes du tique français en 2018 : le milliardaire commandité LVMH en 2015 et 2016,
CAC40 ou leurs patrons milliardaires : tchèque Daniel Křetínský, qui a racheté au moment de la sortie du film Merci
Bernard Arnault, PDG du groupe de des magazines au groupe Lagardère et Patron  ! L’entreprise de luxe aurait
luxe LVMH (Les Echos et du Parisien), a fait une entrée remarquée – et contes- sous-traité cette mission, grassement
Dassault (Le Figaro), François Pinault (Le tée – au capital du groupe Le Monde. Il rémunérée, à un cabinet fondé par un
Point), Patrick Drahi, principal action- est aussi le patron du groupe EPH, qui ancien policier, et l’opération semble
naire d’Altice-SFR (Libération, L’Express, s’est fait une spécialité de racheter les avoir été supervisée par Bernard
BFM-TV, RMC), Vincent Bolloré (Canal+ actifs «polluants » dont ne veulent plus Squarcini, ancien patron des services
mais aussi Havas, l’un des principaux les entreprises énergétiques d’Europe secrets passé au service du privé. Il
pourvoyeurs de publicité des médias), occidentale. Il a d’ailleurs racheté, égale- n’est pas rare que d’anciens policiers,
Xavier Niel (co-propriétaire du groupe Le ment en 2018, deux centrales électriques gendarmes ou militaires en charge du
Monde qui inclut aussi Télérama, La Vie, au charbon en France.  renseignement ou de la lutte contre le
terrorisme se reconvertissent en fin de
carrière dans les groupes du CAC40.
VENTES D’ARMES À L’ARABIE SAOUDITE : Certains – souvent les plus haut gra-
JOURNALISTES ET ASSOCIATIONS FACE À L’OMERTÀ dés – y sont nommés en tant que res-
ponsables de la sécurité, comme Denis

A
lors que les révélations s’accu- le gouvernement à « cesser les intimi- Favier, ancien directeur du GIGN et de
mulent sur les ventes d’armes dations contre la presse et respecter le la Gendarmerie nationale, chez Total.
françaises à l’Arabie saoudite, la secret des sources ». Ces journalistes ont D’autres se contentent de prestations
politique de déni du gouvernement a pris délibérément choisi de rendre public ce d’« intelligence économique » (souvent
une tournure plus menaçante. Suite à la document « secret défense » pour « ouvrir en réalité d’une grande indigence intel-
publication d’un document classé « confi- un débat équilibré sur les contrats d’ar- lectuelle), en entretenant délibérément
dentiel défense » par le nouveau média mements liant l’État français à l’Arabie la confusion entre menaces sérieuses
Disclose, une information judiciaire a été saoudite et aux Émirats arabes unis. Une et critiques légitimes des grandes
ouverte fin 2018 pour « compromission nécessité d’autant plus impérieuse que entreprises françaises. 
du secret de la défense nationale », et ces documents dévoilent une volonté
les journalistes ont été convoqués pour de dissimulation de la part du pourvoir
une audition à la Direction générale de exécutif. » Et aussi que ces ventes violent
la sécurité intérieure (DGSI). Dix-sept potentiellement les engagements de la
organisations non gouvernementales France dans le cadre de traités internatio-
leur ont apporté leur soutien, appelant naux sur le commerce des armes. 

« POURSUITES BÂILLON » : DÉFAITES BOLLORÉ S’EST FAIT UNE


POUR BOLLORÉ SPÉCIALITÉ DE POURSUIVRE

D
epuis des années, le groupe Bolloré activités au Qatar, Areva contre des mili-
DES JOURNALISTES OU
s’est fait une spécialité de pour- tants anti-nucléaire, ou Veolia contre deux DES ASSOCIATIONS QUI
suivre des journalistes ou des asso- associations qui mettaient en lumière S’INTÉRESSENT DE TROP PRÈS
ciations qui s’intéressent de trop près à ses coupures d’eau illégales. Pour Bolloré, À SES AFFAIRES EN AFRIQUE.
ses affaires en Afrique, qu’il s’agisse de cette stratégie judiciaire semble avoir de
concessions portuaires ou de plantations moins en moins de succès, puisque le
d’huile de palme. C’est ce qu’on appelle des groupe a perdu les derniers procès qu’il a
« poursuites bâillon » : des procès intentés intentés contre France 2 et son journaliste
dans un but de représailles ou d’intimida- Tristan Waleckx, pour un documentaire
tion par des entreprises ou des dirigeants sur Bolloré, ainsi que contre le journaliste
politiques contre leurs critiques. D’autres Nicolas Vescovacci, auteur d’un livre sur le
grandes entreprises françaises ont recours milliardaire. Dans ce dernier cas, la justice
à ces méthodes, comme Vinci contre a même condamné Bolloré pour procé-
l’ONG Sherpa qui avait mis en cause ses dure abusive : une première.
Ce « véritable bilan annuel » Les chiffres
est largement basé sur des articles Les chiffres présentés dans ce contre-
publiés en 2018 et 2019 sur le site rapport sont extraits des « documents
de l'Observatoire des multinationales de référence » que les entreprises
(www.multinationales. org). Il est donc sont tenues de publier chaque année.
le produit du travail collectif Nous avons récolté les données des 40
Paris, septembre 2019 de l'équipe de journalistes groupes du CAC40 à la fin 2018 (Accor,
et des pigistes qui contribuent à ce site Air liquide, Airbus, ArcelorMittal, Atos,
Coordination : ainsi qu'au site d'information Basta ! Axa, BNP Paribas, Bouygues, Capgemini,
Olivier Petitjean (www.bastamag.net). Carrefour, Crédit agricole, Danone,
Dassault Systèmes, Engie, Essilor,
Conception graphique, infographies Plus généralement, il n'aurait pas Hermès, Kering, Legrand, L'Oréal, LVMH,
et mise en page : été possible sans le travail d'alerte, Michelin, Orange, Pernod Ricard, PSA,
Guillaume Seyral d'investigation et de veille d'innombrables Publicis, Renault, Safran, Saint- Gobain,
salariés, syndicalistes, journalistes, Sanofi, Schneider Electric, Société
Photo de couverture : militants associatifs, agents publics, générale, Sodexo, ST Micro, TechnipFMC,
Simon M. / CC BY-SA 2.0 experts et simples citoyens Total, Unibail-Rodamco, Valeo, Veolia,
sur les pratiques des grandes entreprises. Vinci, Vivendi).
Avec la participation de :
Sophie Chapelle, Thomas Clerget, Publié sous licence Creative Commons Les données complètes seront publiées
Simon Gouin, Rachel Knaebel, CC BY NC ND au cours des prochains mois sur le site
Ivan du Roy, Nolwenn Weiler (www.creativecommons.org) de l'Observatoire des multinationales.
Les photos, sous licence Creative D'ici là, pour toute question
Commons CC BY-NC-ND 2.0 & CC ou signaler un problème avec les
BY-ND 2.0, sont issues données, vous pouvez nous contacter
des sites flickr.fr, wikimedia.org, à l'adresse suivante : observatoire@
unsplash.com et pxhere.com. multinationales.org.
www.multinationales.org