Vous êtes sur la page 1sur 185

LES ÉQUIPEMENTS

GÉNÉRATEURS ET MOTEURS ÉLECTRIQUES

SUPPORT DE FORMATION
Cours EXP-PR-EQ150-FR
Révision 0.2
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

LES ÉQUIPEMENTS
GÉNÉRATEURS ET MOTEURS ÉLECTRIQUES

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................7
2. INTRODUCTION AUX MACHINES ÉLECTRIQUES .......................................................8
2.1. ALTERNATEURS ET MOTEURS .............................................................................8
2.1.1. Différentiation ....................................................................................................8
2.1.2. Constitution .......................................................................................................9
2.1.3. L’induction électromagnétique.........................................................................11
3. GÉNÉRATION DE COURANT ÉLECTRIQUE...............................................................12
3.1. GÉNÉRATION DE COURANT CONTINU...............................................................12
3.1.1. Les batteries....................................................................................................12
3.1.2. Les Cellules photovoltaïques...........................................................................13
3.1.3. T.E.G. Thermo Électrique Générateur.............................................................15
3.1.4. Générateurs rotatifs.........................................................................................16
3.1.4.1. Conversion d’énergie .................................................................................16
3.1.4.2. Symbole .....................................................................................................16
3.1.4.3. Constitution ................................................................................................16
3.1.4.4. Principe du générateur à CC......................................................................17
3.1.4.5. Différents types de machines CC...............................................................19
3.2. GÉNÉRATION DE COURANT ALTERNATIF .........................................................21
3.2.1. Principe du générateur à courant alternatif......................................................21
3.2.2. Génératrice à aimant permanents ...................................................................24
3.2.3. Principe de l’alternateur de base .....................................................................26
3.2.3.1. Alternateur à 2 paires de pôles ..................................................................26
3.2.3.2. Alternateur à ‘x’ paires de pôles .................................................................27
3.2.4. Rectifieurs / Onduleurs ....................................................................................27
4. LA MACHINE SYNCHRONE – L’ALTERNATEUR ........................................................29
4.1. PRINCIPE ET FONCTION DES ALTERNATEURS DE PUISSANCE.....................29
4.2. LES PRINCIPAUX COMPOSANTS ........................................................................31
4.2.1. Le stator ..........................................................................................................31
4.2.2. Le rotor ............................................................................................................32
4.2.3. Excitatrice........................................................................................................33
4.2.4. Les paliers .......................................................................................................34
4.2.5. Détecteurs de température à résistance..........................................................34
4.2.6. Résistance de chauffage .................................................................................34
4.2.7. Carcasse .........................................................................................................35
4.3. CONSTITUTION D’UN ALTERNATEUR.................................................................36
4.3.1. Le générateur synchrone monophasé .............................................................36
4.3.2. Le générateur synchrone triphasé ...................................................................37
4.3.3. Générateur à courant alternatif en général......................................................38
4.3.4. Constitution du rotor ........................................................................................40
4.3.5. Isolation ...........................................................................................................42
4.3.6. Refroidissement ..............................................................................................42

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 2 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.3.7. Résistance de mise à la terre du point neutre .................................................44


4.3.8. Paliers isolés ...................................................................................................44
4.4. EXCITATION D’UN GÉNÉRATEUR .......................................................................45
4.4.1. Excitation classique .........................................................................................45
4.4.2. Excitation statique ...........................................................................................46
4.4.3. Excitation sans balais (cas général) ................................................................47
4.4.4. Excitation sans balais (sans excitatrice pilote) ................................................47
4.4.5. Excitation sans balais (avec excitatrice pilote) ................................................48
4.4.6. Pont de diodes ................................................................................................49
4.4.7. Les différentes pièces d’un alternateur............................................................51
5. CONNEXIONS ET PROTECTIONS D’UN GÉNÉRATEUR ...........................................53
5.1. CONNEXIONS D’UN GÉNÉRATEUR.....................................................................53
5.1.1. Le système Delta.............................................................................................53
5.1.2. Générateur connectlé en delta ........................................................................54
5.1.3. Le système en étoile........................................................................................56
5.1.4. Générateur connecté en étoile ........................................................................57
5.2. PROTECTIONS D’UN GÉNÉRATEUR ...................................................................59
5.2.1. Codes ANSI attribués aux protections.............................................................59
5.2.2. Protection classique d’un générateur comportant une seule ligne ..................60
5.2.3. Descriptions détaillées des protections de générateur ....................................62
5.2.3.1. Fonctions des protections connectées aux transformateur de courant
neutre de générateur...............................................................................................62
5.2.3.2. Fonctions des protections connectées à des transformateur de tension....62
5.2.3.3. Fonctions des protections connectées à des transformateurs de courant
côté ligne (fonctionnement en parallèle uniquement)..............................................62
5.2.3.4. Fonctions des protections mécaniques de générateur, connectées à des
capteurs ..................................................................................................................63
5.2.4. Contrôles pratiques à effectuer par les opérateurs..........................................63
5.2.4.1. Révision .....................................................................................................63
5.2.4.2. Protection de retour de puissance active ...................................................64
5.2.4.3. Protection de retour de puissance réactive (perte d’excitation)..................65
6. FONCTIONNEMENTT ET RÉGULATION D’UN ALTERNATEUR ................................67
6.1. RÉGLAGE DE CHARGE D’UN GÉNÉRATEUR (OU D’UN ALTERNATEUR) ........67
6.2. VARIATEURS AUTOMATIQUES DE TENSION (AVR) ..........................................69
6.2.1. Point de consigne d’un AVR (vériateur automatique de tension) ....................69
6.2.2. Variation de tension sur un générateur à courant alternatif .............................69
7. MISE EN PARALLÈLE ET SYNCHRONISATION DE GÉNÉRATEURS .......................71
7.1. CONDITIONS DE MISE EN PARALLÈLE...............................................................71
7.1.1. Introduction......................................................................................................71
7.1.2. Condition 1 : fonctionnement en phase identique............................................72
7.1.3. Condition 2 : fréquence identique....................................................................74
7.1.4. Condition 3 : tension identique ........................................................................76
7.1.5. Condition 4 : Synchronisarion ou phasage ......................................................77
7.2. SYNCHRONISATION / MISE EN PARALLELE ......................................................80
7.2.1. Prêt pour le couplage ......................................................................................80
7.2.2. Manoeuvres de couplage avec lampe d'un alternateur monophasé :..............80
7.2.3. Manoeuvres de couplage avec lampe d'un alternateur triphasé :....................82
7.2.4. Manœuvres de couplage avec synchronoscope .............................................84

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 3 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

7.2.5. Tolérances de couplage ..................................................................................85


7.3. FONCTIONNEMENT DES COMMANDES EN PARALLÈLE ..................................86
7.3.1. Application de charge ......................................................................................86
7.3.2. Répartition des charges...................................................................................86
7.3.3. Mode de commande statisme et Isochrone.....................................................89
8. MAINTENANCE D’UN ALTERNATEUR ........................................................................92
8.1. REMPLACEMENT D’UNE DIODE ..........................................................................92
8.2. REMPLACEMENT D’UNE VARISTANCE...............................................................96
8.3. SÉCHAGE DES ENROULEMENTS........................................................................97
8.3.1. Résistances de chauffage ...............................................................................97
8.3.2. Air forcé ...........................................................................................................97
8.4. DIFFICULTÉS OPÉRATIONNELLES .....................................................................98
8.4.1. Généralités ......................................................................................................98
8.4.2. Tableau de dépistage des pannes ..................................................................98
8.4.3. Résistance d’isolement....................................................................................99
9. MOTEUR SYNCHRONE .............................................................................................101
9.1. MOTEUR SYNCHRONE À AIMANTS PERMANENTS.........................................101
9.2. MOTEUR SYNCHRONE À ROTOR BOBINÉ .......................................................103
9.2.1. Avantages du moteur synchrone (à rotor bobiné) .........................................103
9.2.2. Inconvénients du moteur synchrone (à rotor bobiné) ....................................104
9.3. LES AUTRES MOTEURS SYNCHRONES...........................................................105
9.3.1. Les moteurs linéaires ....................................................................................105
9.3.2. Les moteurs asynchrones synchronisés........................................................105
9.3.3. Les moteurs pas à pas ..................................................................................105
9.3.3.1. Moteur synchrone pas à pas ‘Lavet’.........................................................108
9.3.3.2. Moteur synchrone pas à pas à griffes ......................................................109
9.3.3.3. Moteur synchrone pas à pas ‘Escap’ .......................................................109
9.3.3.4. Moteur synchrone pas à pas hybrides .....................................................110
10. MOTEUR TRIPHASÉ ASYNCHRONE ......................................................................111
10.1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT...................................................................111
10.1.1. Principe magnétique....................................................................................111
10.1.2. Création du champ tournant ........................................................................112
10.1.3. Glissement ..................................................................................................113
10.1.4. Vitesse de synchronisme.............................................................................114
10.2. CONSTITUTION .................................................................................................115
10.2.1. Le stator ......................................................................................................115
10.2.2. Le rotor ........................................................................................................116
10.3. LES DIFFERENTS TYPES DE ROTOR .............................................................117
10.3.1. Le rotor à cage ............................................................................................117
10.3.1.1. Rotor à cage résistante ..........................................................................117
10.3.1.2. Rotor à simple cage ...............................................................................118
10.3.1.3. Rotor à double cage ...............................................................................119
10.3.1.4. Rotor à encoches profondes ..................................................................119
10.3.2. Le rotor bobiné (rotor à bagues)..................................................................120
11. AUTRES TYPES DE MOTEURS ÉLECTRIQUES.....................................................121
11.1. MOTEURS ASYNCHRONES MONOPHASÉS ...................................................121
11.1.1. Constitution .................................................................................................121
11.1.1.1. Le stator .................................................................................................121

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 4 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

11.1.1.2. Le rotor...................................................................................................121
11.1.2. Principe de fonctionnement .........................................................................121
11.1.3. Démarrage moteur monophasé avec condensateur ...................................122
11.1.3.1. A condensateur permanent moteur biphasé ..........................................122
11.1.3.2. Moteur à condensateur permanent et à bobinage dit « 1 / 3 - 2 / 3 ».....122
11.1.3.3. Moteur à condensateur de démarrage (et à bobinage « 1 / 3 - 2 / 3 ») .123
11.1.4. Moteur triphasé en monophasé...................................................................125
11.1.4.1. Avec des condensateurs ........................................................................125
11.1.4.2. Avec un "moteur pilote"ou transformateur convertisseur de phases ......127
11.1.4.3. Avec un convertisseur de fréquence ......................................................128
11.2. MOTEURS À COURANT CONTINU ...................................................................129
11.2.1. Introduction..................................................................................................129
11.2.2. Constitution .................................................................................................129
11.2.3. Principe de fonctionnement .........................................................................130
11.2.4. Différents types de moteurs à courant continu ............................................132
11.2.4.1. A excitation parallèle (séparée ou shunt) ...............................................132
11.2.4.2. A excitation série....................................................................................132
11.2.4.3. A excitation série parallèle (composée ou « compound ») .....................133
12. EXPLOITATION DES MOTEURS ASYNCHRONES .................................................134
12.1. RACCORDEMENTS ET COUPLAGE.................................................................134
12.1.1. Boîte de raccordement ou plaque à bornes.................................................134
12.1.2. Sens de rotation ..........................................................................................135
12.1.3. Autres couplages des enroulements statoriques.........................................136
12.1.3.1. Moteurs à couplage de pôles .................................................................136
12.1.3.2. Moteurs à enroulements statoriques séparés ........................................137
12.1.4. La plaque signalétique.................................................................................138
12.2. CONDITIONS PARTICULIÈRES D’EXPLOITATION ..........................................140
12.2.1. Protection mécanique..................................................................................140
12.2.2. Refroidissement ..........................................................................................140
12.2.3. Moteur pour atmosphère explosive .............................................................142
12.2.3.1. Sécurité augmentée (increased Safety) EEx ‘e’ .....................................142
12.2.3.2. Enveloppe anti-déflagrante ‘d’................................................................143
12.2.3.3. Enveloppe pressurisée ‘p’ ......................................................................144
12.2.3.4. Non incentive ‘n’.....................................................................................144
12.2.4. Opération à 60 Hz .......................................................................................145
12.3. SCHÉMAS DE BASE - ALIMENTATION DES MOTEURS .................................146
12.3.1. Démarrage direct d'un moteur triphasé par disjoncteur-moteur...................146
12.3.2. Démarrage direct d'un moteur mono par contacteur ...................................148
12.3.3. Démarrage protection moteur à 2 sens de rotation .....................................149
12.3.4. Démarrage étoile triangle ............................................................................150
12.4. DISPOSITIFS DE PROTECTION DES MOTEURS ............................................152
12.4.1. Protection thermique ...................................................................................152
12.4.2. Protection électromagnétique......................................................................152
12.4.3. Protection par disjoncteur magnétothermique .............................................153
12.4.4. Sectionneur et interrupteur fusible...............................................................154
12.5. VARIATION DE VITESSE...................................................................................155
12.5.1. Le variateur de tension ................................................................................155
12.5.2. Variateurs à courant de Foucault ................................................................155

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 5 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.5.3. Groupe Ward Léonard.................................................................................156


12.5.4. Variation de fréquence ................................................................................157
12.6. COMPARAISON SUR L’UTILISATION DES DIFFÉRENTS MOTEURS ............159
12.7. MAINTENANCE ..................................................................................................160
12.7.1. Mesures d’isolement....................................................................................160
12.7.1.1. Moteur HT (haute tension 5,5 à 6kV) .....................................................160
12.7.1.2. Moteur BT (230 / 400V)..........................................................................160
12.7.1.3. Câble Basse tension ..............................................................................161
12.7.2. Travaux de maintenance ‘lourd’ ..................................................................162
12.7.2.1. Remplacement des roulements..............................................................162
12.7.2.2. Séchage, étuvage ..................................................................................162
12.7.3. Tableau de maintenance du moteur (Troubleshooting) ...............................163
13. EXERCICES ..............................................................................................................168
14. EXERCICES PRATIQUES ........................................................................................174
14.1. FABRIQUER SON PETIT MOTEUR ÉLECTRIQUE à courant continu...............174
15. GLOSSAIRE ..............................................................................................................179
16. SOMMAIRE DES FIGURES ......................................................................................180
17. SOMMAIRE DES TABLEAUX ...................................................................................184
18. CORRIGÉ DES EXERCICES ....................................................................................185

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 6 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

1. OBJECTIFS
Le but de ce cours est de permettre aux futurs opérateurs de comprendre les bases de la
génération du courant électrique, de son exploitation avec les moteurs et ce
principalement pour un site industriel à dominance pétrolière.

En fin de cours, dans le domaine instrumentation et régulation, le participant devra


être capable de :

Définir le principe de génération du courant alternatif

Définir le principe de génération du courant continu

Énumérer les différents types de générateurs et / ou alternateurs

Énumérer les différents types de moteurs électriques

Statuer sur les différents composants d’un alternateur et d’un moteur

Expliciter l’exploitation et la conduite des alternateurs

Déterminer les facteurs de régulation pour un alternateur

Coupler un alternateur sur un réseau

Définir les principes et l’utilisation des protections électriques d’un alternateur

Définir les principes et l’utilisation des protections électriques d’un moteur

Connaître les bases de maintenance d’un alternateur de puissance d’un site

Connaître la maintenance à effectuer sur les moteurs électriques d’un site

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 7 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

2. INTRODUCTION AUX MACHINES ÉLECTRIQUES

2.1. ALTERNATEURS ET MOTEURS

2.1.1. Différentiation

Un alternateur est une machine tournante


qui transforme l’énergie mécanique en
énergie électrique. L’alternateur s’appellera
également générateur de courant électrique
alternatif, le mot alternatif est donc à l’origine
de son appellation « alternateur ».

Figure 1 : Début du XXème siècle.


Alternateurs dans une salle hydro-
électrique en Hongrie

Les génératrices de courant alternatif


(alternateurs) produisent du courant
monophasé ou triphasé principalement (le
diphasé et l’héxaphasé ne seront pas
évoqués ici) à la fréquence de 50 ou 60 Hz.

La génération de courant de courant continu (en machine


tournante) est effectuée par une dynamo, une commutatrice,
une excitatrice. La production de courant continu est un
élément indispensable au fonctionnement de l’alternateur
qui a besoin d’une excitation (d’où le terme excitatrice) sous
la forme d’induction magnétique pour produire du courant
alternatif.

Figure 2 : Exemple de moteur électrique

Un moteur électrique est une machine tournante qui


transforme l’énergie électrique en énergie mécanique.

Figure 3 : Trois moteurs Siemens

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 8 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

2.1.2. Constitution

Un alternateur tout comme un moteur est constitué de :

Une partie TOURNANTE : le ROTOR

Figure 4 : Rotor d’alternateur

Une partie FIXE : le STATOR

Figure 5 : Stators de moteur / alternateur

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 9 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Un alternateur doit tourner à rotation constante pour produire un courant à fréquence


constante, il tourne à la vitesse de synchronisme.

L’alternateur est ainsi également appelé : MACHINE SYNCHRONE.

Une machine synchrone (l’alternateur) est également un moteur qui s’appelle dans ce cas
« moteur synchrone ». Mais comme moteur et alternateur sont rigoureusement identiques,
le terme « machine synchrone » est plus approprié.

Bien entendu, l’alternateur accouplé à une turbine ne sera jamais utilisé en moteur, mais
attention il peut devenir moteur et entraîner la turbine, d’où la nécessité des relais de
protection.

La machine synchrone a besoin d’une partie Auxiliaire : L’EXCITATION.

L’excitatrice produit du courant continu générant à son tour une induction magnétique qui
permet de réguler le courant (donc la puissance) généré par le stator pour l’alternateur, et
de réguler à la vitesse de synchronisme pour le moteur synchrone.

Le moteur « classique » est une MACHINE ASYNCHRONE.

C’est-à-dire que le moteur ne tourne pas à la vitesse de synchronisme (celle de


l’alternateur) mais à une vitesse moindre due à la puissance demandée sur l’arbre de
transmission.

La différence entre la vitesse de synchrone et la vitesse effective du moteur s’appelle le


GLISSEMENT.

Exemple : sur la plaque signalétique du moteur est indiqué, 20 kW – 1 475 tr / min. Pour
une puissance demandée de 20 kW, le moteur tourne à 1 475 tours par minute, soit un
glissement de 25 tours (la vitesse de synchronisme étant de 1 500 tr / min).

Un alternateur a généralement sa partie induction incorporée au rotor et la partie


production de courant alternatif dans le stator (mais ce peut être l’inverse).

Un moteur a toujours sa partie réceptrice de courant alternatif dans le stator, le rotor


recevant l’induction électromagnétique créant le mouvement de rotation.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 10 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

2.1.3. L’induction électromagnétique

Rappel de physique :

En 1820, le physicien Hans Christian


Oersted découvre que l’aiguille d’une
boussole magnétique dévie lorsqu’on la
place à côté d’un fil parcouru par un
courant. Il constate qu’elle s’oriente
perpendiculairement au courant.

Figure 6 : Boussole

Et tout est parti de là !

En partant de ce principe, il est


possible de recréer le champ
magnétique fourni initialement par un
aimant permanent, à l’aide de
conducteurs alimentés en courant,

Figure 7 : Recréation champ


magnétique

L’aimant permanent produit un courant,


le courant à son tour produit un champ
magnétique.

Sens des flèches :

empennage – vers l’intérieur de la feuille

pointe – direction vers « soi »

Un champ magnétique peut créer un courant et un courant électrique crée un champ


magnétique et en « faisant tourner » champ et courant, on obtient le générateur électrique
(ou alternateur, dynamo) et le moteur électrique. L’alternateur reçoit une énergie
mécanique pour produire champ et courant, le moteur reçoit le courant, produit un champ
magnétique qui est transformé en énergie mécanique.

D’où les applications générateur / alternateur ainsi que moteur dans les chapitres ci-après.
Voir l’induction électromagnétique dans le cours ‘électricité’ /

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 11 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3. GÉNÉRATION DE COURANT ÉLECTRIQUE

3.1. GÉNÉRATION DE COURANT CONTINU

Sur site, plusieurs sources de courant continu existent, les batteries, les cellules
photovoltaïques, les redresseurs, les générateurs rotatifs. Sujet des paragraphes ci-après.

3.1.1. Les batteries

Voir le cours « Batteries »

Le terme « battery » dans les


autres langues que le français
englobe le mot ‘pile’ telle qu’utilisée
dans nos ‘accessoires’ de tous les
jours (poste de radio, téléphone
portable, lampe de poche,…etc…)

Figure 8 : Exemples de batteries

Ces ‘piles’ sont aussi utilisées dans les armoires instrument, ordinateurs en tant que
« back up ».

Le terme ‘pile’ est mal interprété car nous employons les termes ‘piles rechargeables’ et
‘piles non rechargeables’. Une pile devrait (à priori) être uniquement non rechargeable et
pour le rechargeable il faudrait employer le terme « accumulateur ».

Le terme ‘accumulateur’ fait penser à la batterie (de voiture), ce qui est correct, le mot
accumulateur s’applique à toute source d’énergie de courant continu sous forme statique
qui peut être déchargée et rechargée.

Figure 9 : Exemples d’accumulateurs


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 12 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La « batterie » (accumulateur) classique au plomb acide est utilisée sur site dans les
véhicules (onshore…), pour démarrer les moteurs thermiques des pompes incendie,
générateur de secours.

Le jeu de batteries est quant à lui utilisé dans les ‘UPS’, où il est incorporé dans les
armoires ou dans une salle batterie.

Figure 10 : Exemples d’UPS

Et si la batterie de l’EDG est à plat, si les batteries des UPS n’ont pas tenu la durée du
shut-down, le redémarrage de l’alternateur principal ne sera pas évident.

3.1.2. Les Cellules photovoltaïques

Ce sont les ‘panneaux solaires’ des plateformes alimentant les feux de signalisation, et /
ou la télétransmission, les instruments…

Les cellules photovoltaïques prennent leur énergie dans toute source lumineuse, dans la
« lumière » en général, énergie solaire est un terme inapproprié, « énergie lumineuse »
serait plus juste.

Une cellule photovoltaïque est un composant électronique


qui, exposé à la lumière (photons), génère une tension
électrique (volt) (cet effet est appelé l'effet photovoltaïque).

Le courant obtenu est un courant continu et la tension obtenue


est de l'ordre de 0,5 V.
Figure 11 : Cellule photovoltaïque

Les cellules photovoltaïques sont constituées de semi-conducteurs à base de silicium (Si),


de sulfure de cadmium (CdS) ou de tellure de cadmium (CdTe).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 13 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Elles se présentent sous forme de deux


fines plaques en étroit contact. Un autre
nom est « photo-galvanique ».

Figure 12 : Structure d’une cellule


photovoltaïque

Ce semi-conducteur est pris en sandwich entre deux électrodes métalliques et le tout est
protégé par une vitre.

Les cellules photovoltaïques sont montées en série et en parallèle sur des panneaux.

L’ensemble des cellules est associé à un jeu de batteries (avec régulateur).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 14 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3.1.3. T.E.G. Thermo Électrique Générateur

Figure 13 : ‘Batterie’ de TEG installé sur plateforme Total (Peciko)

Figure 14 : Principe TEG

Un ensemble TEG est composé de cellules dont la particularité est de produire une
tension et un courant lorsque soumis à une certaine température.

Sur plateforme, le gaz naturel est brûlé dans chaque TEG, la chaleur émise par la
combustion est transformée en énergie électrique dans chaque cellule.
Comme pour les cellules photovoltaïques, les cellules du TEG sont montées en série et en
parallèle, elles sont associées à un jeu de batteries et à un régulateur de tension.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 15 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3.1.4. Générateurs rotatifs

3.1.4.1. Conversion d’énergie

Il faut plutôt dire : machine à courant continu car un générateur CC (ou une dynamo,
excitatrice, commutatrice) est la même machine que le moteur à courant continu. Voyons
donc les génératrices à courant continu et il n’y aura plus lieu de voir les moteurs…..

Énergie électrique fournie = Moteur = Énergie mécanique utile


Énergie mécanique fournie = Génératrice = Énergie électrique utile

3.1.4.2. Symbole

Figure 15 : Symboles générateurs rotatifs

3.1.4.3. Constitution

Figure 16 : Circuit magnétique d’une machine bipolaire


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 16 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La machine comprend :
Un circuit magnétique comportant une partie fixe, le stator, une partie
tournante, le rotor et l'entrefer l'espace entre les deux parties.

Une source de champ magnétique nommée l'inducteur (monté sur le stator) est
créée par un bobinage ou des aimants permanents. Les bobinages des inducteurs
sont toujours alimentés par une source continue annexe que la machine soit un
moteur ou une génératrice.

Un circuit électrique induit (le rotor) subit les effets de ce champ magnétique :
le collecteur et les balais permettent d'accéder au circuit électrique rotorique

3.1.4.4. Principe du générateur à CC

Figure 17 : Simple générateur de courant continu

Soit une spire tournant dans un champ magnétique (inducteurs). Le courant généré dans
la spire est ‘collecté’ sur 2 secteurs d’une bague collectrice par des balais (en graphite)
appartenant à la partie fixe (le stator) représentant les 2 lames de collecteurs (en cuivre,
qui sont sur le rotor) qui «commutent » à chaque rotation.

La fonction de commutation est essentielle. Chaque côté d’une spire qui tourne sur son
axe passe devant un pôle nord, puis devant un pôle sud, et ainsi de suite. De ce fait,
l’induction magnétique interceptée par la spire change de sens régulièrement, en fonction
de la position angulaire du rotor.

Pour éviter que le couple produit par la force électromagnétique ne s’inverse selon le
même rythme, il faut régulièrement inverser le courant dans la spire, ce que réalise le
collecteur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 17 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 18 : Pulsations de F.E.M. . (‘e’) produites par une génératrice CC

Le couple produit par le passage du courant dans une spire serait approximativement
sinusoïdal sans la présence du collecteur. Il prend l’allure d’une sinusoïde redressée
grâce au collecteur.

Ces pulsations sont cependant gênantes.


Aussi les machines à courant continu sont
équipées de plusieurs spires, chacune reliée
à une paire de lames sur le collecteur. La
figure ci-contre illustre l’effet de lissage du
couple réalisé en passant de 1 à 2 spires au
niveau du rotor, donc de 2 à 4 lames au
niveau du collecteur.

Figure 19 : Effet du lissage

Sur ce montage avec champ


magnétique du stator créé par
électroaimant, il y a 6 spires (ou 6
+
bobinages) sur le rotor. +
+
Le courant et la tension générés
+
sont en conséquence 6 fois plus
lissés avec autant de paires de +
lames de collecteur (split-ring +
commutator) qu’il y a de spires.

Figure 20 : Montage avec six spires

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 18 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Pour mieux lisser le couple électromagnétique,


les machines à courant continu comportent un
grand nombre de spires et de lames.

Le courant et la tension se trouvent ainsi


‘lissés’. Seules les crêtes des ‘sinusoïdes’ sont
commutées.

Figure 21 : Machine a courant continue

3.1.4.5. Différents types de machines CC

Question : pourquoi le terme « machine » a-t-il été employé dans le texte du paragraphe
ci-dessus au lieu de « générateur ». ?

Machine à aimants permanents :

On trouve des génératrices de courant continu à aimants permanents (inducteur donc


sans bobinage) comme excitatrice d’alternateur triphasé de petite puissance.

Les autres machines :

Il existe 3 types de machines correspondant au type du câblage entre rotor et stator.


L’avantage général de la machine à CC est la flexibilité en fonction de la vitesse.

Une génératrice CC pourra fournir la même tension dans une grande gamme de vitesse, il
suffit de moduler le courant dans les « inducteurs » du stator.

Un moteur CC possède une très grande plage de vitesse en variant le courant soit dans
« l’induit », soit dans les inducteurs (ou l’armature), soit dans les deux.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 19 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Machines « Shunt » :
Le stator et le rotor sont câblés en
parallèle.
Le moteur shunt produit un couple
N S
S constant quelle que soit sa vitesse.
N

Figure 22 : Machine Shunt


Figure 23 : Moteur Shunt

Machines « Série» :
Le stator et le rotor sont câblés en série.
Le moteur série produit un couple
important et particulièrement à faible
vitesse.

Figure 25 : Moteur série


Figure 24 : Machine « Série »

Machines « Compound » :
Combinaison du Shunt et du Série, les
inducteurs étant câblés une partie en série et
une autre en parallèle avec l’induit.

Avantages combinés pour le moteur qui est le


plus employé des 3. Vous le trouverez
entraînant les pompes huile et l’eau de
refroidissement d’un générateur.

Figure 26 : Machine “compound”


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 20 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3.2. GÉNÉRATION DE COURANT ALTERNATIF

3.2.1. Principe du générateur à courant alternatif

Figure 27 : Principe de la génération courant alternatif

Si l’on fait pivoter une spire dans un champ magnétique, une tension induite apparaît au
niveau de ses bornes. En effet, on fait ainsi varier l’angle α entre le plan de la spire et
l’induction magnétique.
Plus la rotation est rapide, moins il faut de
temps pour faire passer le cos α de 1 à -1 et
réciproquement. L’amplitude de la tension
induite ainsi créée est proportionnelle à
l’induction magnétique et à la vitesse de
rotation de la spire.

Figure 28 : Spire dans un champ magnétique

C’est le principe de l’alternateur et pour comprendre la forme sinusoïdale, se référer aux


schémas suivants.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 21 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 29 : Production d’un courant alternatif

La bobine est en mouvement (en rotation) dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

De (a) à (b) de 90°

De (b) à (c) de 90°

De (c) à (d) de 90°

De (d) à (a) de 90°

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 22 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Exercice : une spire tourne dans un champ magnétique (figure ci-dessus) et crée un
courant dans une résistance. S’il y a courant, il y a voltage ‘e’ ou ‘fem’ (force électro-
motrice), comme représenté ci-dessous.

Indiquer en face des lettres (a, b, c, d du schéma ci-dessus) le numéro correspondant de


la courbe sinusoïdale (de 1 à 7) du schéma ci-dessous :

(a) (b) (c) (d)

En fait, c’est faire correspondre les 4 lettres (a à d) avec les 7 chiffres. Il peut y avoir
plusieurs chiffres pour une lettre. Le chiffre est la valeur de ‘e’ (+maxi, 0, -maxi).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 23 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3.2.2. Génératrice à aimant permanents

C’est un générateur de courant alternatif, de forme sinusoïdale, avec un aimant


(permanent) créant une ‘fem’ dans une bobine « périphérique ».

On emploie ce générateur sur un vélo en utilisant le terme « dynamo de vélo », mais le


mot « dynamo » doit s’appliquer en principe à un générateur de courant continu, c’est
donc une erreur d’utiliser ce terme pour l’alternateur équipant un « vélo ».

Mais puisque cette appellation a été vulgarisée pour équiper nos motocycles, spécifions
simplement ‘dynamo de vélo’.

Axe Sin α V

V N
α Cos α

V = e = emf = U

Figure 30 : La dynamo de vélo

La tension produite s’appelle indistinctement ‘e’ ou ‘U’, ‘V’, ‘v’ , ‘u’, ‘E’, etc…

Des normes existent en ce domaine (quant au sigle de représentation) mais


internationalement parlant, elles ne sont pas homogènes et bien souvent vilipendées

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 24 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Sur la figure ci-dessous, 2 bobines ont été représentées (en série) mais une seule peut
très bien ‘faire l’affaire’.

Figure 31 : Tension induite par un aimant tournant dans une bobine

En faisant tourner l’aimant, la valeur ‘U’ à l’instant ‘t’ représente exactement la valeur du
sinus de l’angle de positionnement (α) de l’aimant. Pour une rotation complète de 360 °,
une sinusoïde s’est formée, c’est une « alternance ».

U (à l’instant ‘t’) = U sin α

Questions / Exercices :

Avec la “dynamo de vélo” quand j’effectue une rotation de 1 tour durant 1 seconde je
produis une tension induite à la fréquence de 1 hertz.

1) Combien de tours par seconde sont nécessaires pour obtenir 50 Hz ?

2) La vitesse des machines tournantes s’exprime en RPM (tours par minute, Revolutions
Per Minute, en anglais, d’où l’acronym RPM), à quelle vitesse doit tourner la machine en
rpm pour obtenir 50 Hz ?

3) À quelle vitesse doit tourner la machine en rpm pour obtenir 60 Hz ?

4) L’aimant central en rotation s’appelle-t-il « rotor » ou « stator » ?

5) Les bobines captant l’énergie induite (en périphérie) sont dans le « stator » ou dans le
« rotor » ?

Comme vous avez répondu aisément à ces questions, vous réalisez qu’il suffit d’un peu de
logique (sans formules) pour comprendre la relation entre vitesse et fréquence, c’est la
base du « synchronisme ».

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 25 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3.2.3. Principe de l’alternateur de base

La « dynamo de vélo » traitée au paragraphe ci-dessus est en fait un alternateur


monophasé.

L’aimant permanent tournant à 1 tour par seconde produit une tension (et un courant)
induite à la fréquence de 1Hz aux bornes de l’alternateur.

En faisant tourner l’aimant 50 tours par seconde, 50 Hz sont produits correspondant à une
vitesse de synchronisme de 50 tr / sec soit 3 000 tr / min et ce pour un « aimant »
composé d’une paire de pôles (un ‘Nord’ et un ‘Sud’).

3.2.3.1. Alternateur à 2 paires de pôles

+V
Sin α V

V S
N
α

N S
-V
1 Hertz V = e = emf

1 tour

Figure 32 : Alternateur à deux paires de pôles

Soit le « même » alternateur que celui du paragraphe précédent dans lequel on ajoute un
deuxième aimant permanent au rotor. Il y donc 2 paires de pôles.

En faisant un tour complet, la bobine du stator se verra ‘gratifiée’ du nombre de passage


des pôles et passera 2 fois par un maximum et un minimum.

Un tour produit 2 Hz et pour obtenir 50 Hz il faudra 25 tr / sec, cette vitesse correspond à


1 500 tr / min qui est la vitesse de synchronisme (celle produisant 50 hz) pour un
alternateur équipé de 2 paires de pôles.

Question :

Puisque vous avez compris et toujours sans formule cette relation fréquence / vitesse : à
quelle vitesse (en tr / min) doit tourner un alternateur à 2 paires de pôles ‘North american’
pour produire 60 Hz ?

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 26 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

3.2.3.2. Alternateur à ‘x’ paires de pôles

Questions :

C’est tellement évident que vous n’aurez aucun mal à trouver vous-même les différentes
‘configurations’ fréquence / vitesse / paire de pôles pour tous les types d’alternateurs
(note : c’est la même chose en mono et en triphasé).

Quelle est la vitesse de synchronisme en tr / min pour :

Un alternateur avec 1 paire de pôles 60 Hz ?

Un alternateur avec 3 paires de pôles 50 Hz ?

Un alternateur avec 3 paires de pôles 60 Hz ?

Un alternateur avec 4 paires de pôles 50 Hz ?

Un alternateur avec 4 paires de pôles 60 Hz ?

Tous ces types d’alternateurs existent.

Ce qui vient d’être vu ne constitue que le principe de base de l’alternateur, dans le


chapitre suivant, nous verrons les « vrais » alternateurs, ceux qui produisent de la
puissance électrique sur les sites. Il suffit de remplacer l’aimant permanent du rotor par
des inducteurs bobinés et alimentés en courant continu annexe et de construire
l’ensemble « un peu plus gros » que l’on dénomme la ‘machine synchrone’.

3.2.4. Rectifieurs / Onduleurs

Ce sont d’une part les UPS, les chargeurs de batteries qui à partir du courant alternatif
(généré par un alternateur) produisent du courant « redressé ».

Ce n’est pas du courant continu pur, courant continue que seule une batterie peut fournir.

+V

Figure 33 : Tension / courant redressé simple et signal lissé (redresseur ou dynamo)

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 27 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

L’alternateur de puissance ou la « machine synchrone » a besoin de courant redressé à


l’intérieur du rotor pour produire l’induction électromagnétique, généralement sous forme
de courant redressé simple.

L’alternateur utilise généralement une excitatrice (en bout d’arbre) pour produire l’énergie
nécessaire au champ magnétique. Si cette excitatrice est une machine à courant continu,
l’induit (le rotor) est directement alimenté (avec jeu de bagues / balais).

Dorénavant les excitatrices sont des (petits) alternateurs produisant du courant alternatif
redressé, ensemble excitatrice / pont redresseur monté sur l’arbre principal.

Nous reverrons la technologie plus en détail dans la suite du cours.

Utilisation Utilisation
redressée redressée
Alimentation vers rotor
C.A. triphasée

Alimentation C.A. mono

Figure 34 : Pont redresseur mono et Pont de Graetz en triphasé

Les « inducteurs » du rotor n’ont pas besoin de courant redressé ‘lissé’, la valeur moyenne
d’un courant redressé simple est suffisante. (Faites vous expliquer ceci par votre
instructeur si vous ne « voyez pas »

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 28 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4. LA MACHINE SYNCHRONE – L’ALTERNATEUR


Cette machine est à la fois l’alternateur industriel de nos sites et le moteur synchrone qui
lui ne se trouve guère sur « nos » sites.

La machine synchrone, appelée ALTERNATEUR si elle fonctionne en génératrice, fournit


un courant alternatif. En fonctionnement MOTEUR sa vitesse de rotation est imposée par
la fréquence du courant alternatif qui alimente les enroulements du stator.

4.1. PRINCIPE ET FONCTION DES ALTERNATEURS DE PUISSANCE

Une génératrice synchrone transforme de l'énergie mécanique (T, Ώ) en énergie électrique


(V, I de fréquence f).

Introduction / rappels

L’alternateur est la clé énergétique d’une installation, d’un site.

Le générateur CA convertit l’énergie mécanique produite par la turbine (ou le moteur


thermique) en énergie électrique au moyen de l’induction électromagnétique.

Deux types d’enroulements « armature » et « champ » sont nécessaires pour arriver à ce


résultat.

Le courant ‘principal’ ou courant d’utilisation est issu de l’armature (généralement le


stator).

Un courant continu (ou courant redressé) est injecté dans les enroulements de champ afin
de créer un champ magnétique de direction (ou polarité) fixe.

Figure 35 : Enroulements de l’alternateur


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 29 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Afin de produire une tension, il faut un mouvement relatif entre les enroulements de
l’armature et ceux de champ. ‘Mouvement relatif’ signifie déplacement du champ
magnétique à travers les conducteurs de l’armature ou déplacement des conducteurs à
travers le champ magnétique.

Pour produire ce ’mouvement relatif’, il y a le ‘stator ‘ et le ‘rotor’. Ce dernier, tourne dans


les enroulements du stator créant ainsi une tension induite.

Suivant les normes et les pays, la relation fréquence et tension est pour les alternateurs
standard :

Fréquence 60 Hz 50 Hz

480 380 / 400

600 440

Tension 2 400 3 300

4 160 5 500 / 6 000

13 800 11 000

Table 1 : Relation fréquence et tension

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 30 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.2. LES PRINCIPAUX COMPOSANTS

L’alternateur possède six composants majeurs : le stator, le rotor, les paliers / roulements,
la résistance de chauffage, la détection de température et la carcasse. Voyons en détail
chacun de ces composants.

4.2.1. Le stator

Le stator est constitué de lames d’acier à très haute teneur en silicium, minutieusement
perforées et isolées séparément. Les enroulements basse tension sont bobinés de façon
anarchique dans des encoches semi-fermées en ligne. Les enroulements haute tension
sont bobinés préformés dans des encoches en ligne.

Les armatures bobinées sont imprégnées de plusieurs couches de vernis synthétique


thermodurcissable et étuvées de façon à présenter une résistance maximale à l’humidité,
une rigidité diélectrique élevée et de hautes qualités de liaison électrique.

Les enroulements sont entrelacés afin de résister aux à-coups inhérents au démarrage
d’un moteur ou à des courts-circuits. Des résistances de chauffage permettent de réduire
la condensation au minimum pendant des arrêts prolongés.

Figure 36 : Ensemble stator

Une résistance de chauffage placée à l’intérieur du générateur prévient la formation de


condensat dans les enroulements du générateur à la suite d’un arrêt du système. La
résistance de chauffage se met automatiquement en ou hors tension via le circuit de
commande de la turbine lors des séquences de démarrage et d’arrêt sauf si le sélecteur
des circuits se trouve sur la position « off ».

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 31 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La seule action nécessaire de la part de l’opérateur est la vérification du fonctionnement


de la résistance en cas d’arrêt du générateur.

Des capteurs RTD (détecteurs de température à résistance) proposés en option peuvent


être installés pour la surveillance des températures des enroulements du générateur.

4.2.2. Le rotor

Un arbre à forte teneur en acier constitué de quatre pièces de métal se prolongeant à


l’extérieur est situé au centre de l’ensemble rotor, deux jeux de lames du ventilateur de
refroidissement et un induit d’excitatrice sans balais sont installés sur l’extrémité avant.
Les quatre « pôles » métal permettent la création des pôles magnétiques.

Les bobines de fil sont enroulées autour de chaque pôle de métal de façon à former un
champ magnétique de pôle opposé à celui placé à côté (voir figure ci-dessous).

Les quatre pôles de métal du rotor forment le second type d’enroulement, l’enroulement
de champ.

Lorsqu’un générateur fonctionne, un courant CC passe dans chaque enroulement de pôle


de façon à former en alternance des pôles nord et des poles sud, ce qui constitue le
champ magnétique tournant.

Figure 37 : Ensemble rotor

Si une charge est reliée au générateur, un courant circule dans le circuit. Ce courant
passant dans les enroulements d’induit, il engendre une chaleur qui doit être dissipée afin
d’éviter tout endommagement. Sur certains générateurs, l’air est aspiré à partir des deux
extrémités par les lames du ventilateur du rotor et dirigé ensuite autour des enroulements
du rotor et du stator afin de supprimer le battement. L’air de refroidissement s’évacue
généralement par la partie supérieure du générateur.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 32 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.2.3. Excitatrice

Un second générateur plus petit est installé à l’intérieur du générateur principal. Ce


générateur plus petit est monté sur l’extrémité avant de l’arbre de rotor, il est désigné
comme l’induit de l’excitatrice sans balais. Au sein de cette excitatrice, l’induit tourne à
l’intérieur des enroulements de champ constant installés sur la carcasse.
L’excitatrice sans balais produit une tension alternative triphasée utilisée dans les quatre
pôles magnétiques du rotor. Pour être utilisable, cette tension alternative doit être
redressée en tension continue via les six diodes placées sur l’extrémité avant de l’arbre de
rotor. Les six diodes assurent un redressement à onde entière triphasé produisant un
courant continu pulsatoire très lisse, celui-ci est directement alimenté vers les principaux
enroulements de champ sur les pôles saillants.

L’excitatrice sans balais permet de supprimer le commutateur, les bagues collectrices, les
balais et les porte-balai, le générateur est ainsi une machine à faible entretien.

L’excitatrice consiste en un générateur à courant alternatif de type induit tournant triphasé


et d’un redresseur pleine onde triphasé. L’excitation est possible lorsque le générateur
subit un courant nominal de 150 pour cent pendant une minute.

L’ensemble induit tournant et redresseur tournant est installé sur l’arbre de rotor du
générateur, ils sont reliés entre eux électriquement ainsi qu’avec les enroulements du
générateur.

Le stator destiné à l’excitatrice est composé d’un feuilletage bobiné installé dans une
bague à bride intégrée au support de palier avant du générateur.

L’excitatrice est entièrement étanche et protégée par un couvercle amovible.

Figure 38 : Ensemble des principales pièces stator / rotor / excitatrice

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 33 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.2.4. Les paliers

Les paliers dans un générateur classique de gamme moyenne correspondent soient à des
paliers de type anti-frottement autolubrifiés ou des paliers de type à coussinet-douille.

Dans les paliers de type à coussinet-douille, l’air de refroidissement du générateur refroidit


de façon efficace l’huile circulant dans les paliers et les réservoirs d’huile. Un voyant placé
sous les paliers permet le contrôle du niveau d’huile dans le réservoir.

4.2.5. Détecteurs de température à résistance

Les détecteurs de température à résistance (RTD) contrôlent la température des


enroulements et des paliers du générateur. Les RTD sont connectés à des capteurs à
distance comportant des points de consigne d’avertissement et d’arrêt afin de protéger les
composants contre toute surchauffe. Les RTD possèdent un coefficient positif de
résistivité.

Ceci signifie que la résistance de l’élément augmente parallèlement à l’augmentation de


température appliquée sur le détecteur.

Six détecteurs, deux par phase, sont installés dans les encoches du stator entre les
bobines de stator en haut et en bas. Un RTD est également placé sur chacun des deux
paliers dans le générateur.

Un signal est transmis au dispositif de capteurs à distance qui surveille la température du


stator et des paliers. Le dispositif de surveillance de température des enroulements et / ou
des paliers est muni de points de consigne d’avertissement et d’arrêt se déclenchant si le
problème de température persiste.

4.2.6. Résistance de chauffage

Une résistance de chauffage installée à l’intérieur du générateur afin de prévenir la


formation de condensat dans les enroulements du générateur à la suite d’un arrêt.

La résistance de chauffage se met automatiquement en ou hors tension via le système de


commande de la turbine lors des séquences de démarrage et d’arrêt sauf si le sélecteur
des systèmes se trouve sur la position « off ».

La seule action nécessaire de la part de l’opérateur est la vérification du fonctionnement


de la résistance en cas d’arrêt du générateur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 34 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.2.7. Carcasse

La carcasse du générateur porte les composants tournants et fixes et sert d’enveloppe de


protection pour les composants internes.

Le générateur possède un débit de gaz-fuel de 2 800 kW (de combustible liquide de 2 755


kW). La plaque signalétique du générateur comporte de nombreuses informations utiles
dont le nombre de tr / min, l’intensité, le regime d’isolation, le facteur de puissance, la
tension, les KVA et des informations de maintenance.

L’opérateur doit savoir localiser la plaque signalétique du générateur et être familiarisé aux
informations qu’elle contient.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 35 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.3. CONSTITUTION D’UN ALTERNATEUR

4.3.1. Le générateur synchrone monophasé

(Comparé au triphasé).

La loi d’induction de Faraday précise qu’un conducteur qui tourne dans un champ
magnétique induira une force électromotrice (emf).

Dans un générateur, le champ magnétique est créé par les électroaimants ; en d’autres
termes les pôles du générateur.

Une excitatrice (générateur) est utilisée obtenir ce courant d’excitation directe. L’excitatrice
installée sur le générateur à courant alternatif sera de type à pôle interne. La partie fixe
contenant un enroulement monophasé est placée à l’extérieur. La partie mobile utilisée
pour générer le champ magnétique est placée à l’intérieur (voir la fig. ci-dessous).

Le principal avantage du type à pôle interne est que le courant alternatif provenant du
stator peut être alimenté dans des connexions fixes.

Figure 39 : Principe de construction du pôle interne d’un alternateur monophasé

La F.E.M.. induite dans l’enroulement du stator sera de forme sinusoïdale par rapport au
temps.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 36 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Le courant continu est alimenté vers le rotor par des balais à charbons et deux bagues
collectrices.

La relation entre la vitesse (n), la fréquence (f) et la paire de pôles (p) :

nxp 60 xf
f = or n = n = rpm
60 p

Le temps est désormais venu de s’intéresser à un minimum de formules même si elles ne


vous semblent pas utiles. Vous connaissez déjà la relation entre la fréquence, la vitesse et
une paire de pôles étudiés dans le chapitre précédent.

4.3.2. Le générateur synchrone triphasé

Dans une machine à courant triphasé ou alternatif, le stator possède trois enroulements
au lieu d’un seul dans une machine monophasée. Ces enroulements sont placés et
orientés à 120° l’un de l’autre.

Figure 40 : Générateur avec enroulements à trois stators : U-X, V-Y et W-Z.

Le rotor excité par un courant continu possède un pôle nord et un pôle sud. Le rotor
possède donc une paire de pôles ; p = 1.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 37 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Le principal champ tournant (variant) génère ou induit une tension dans les enroulements
à trois stators.

Les trois F.E.M. possèdent la même fréquence et sont déphasées l’une de l’autre de 120°.

En effectuant un tour du rotor (R= 1) en un temps « t » secondes, les bobines du stator


couvrent le champ rotationnel maximum à intervalles de 1 / 3 x t secondes l’un de l’autre.
En un temps ‘t’ secondes, le champ tourne 3 000 fois (pour 50 Hz et une paire de pôles),
ce qui signifie que chaque F.E.M. de stator atteint sa valeur maximum de 120° en rotation
ou de 1 / 3 T = 6.66 millisecondes en temps pour chaque tour.

Figure 41 : Force électromotrice pour chaque enroulement de stator

Question :
Réécrire la phrase en italique ci-dessus pour une fréquence de 60 Hz.

Même consigne pour 2 paires de pôles et 50 Hz !

Pas de problème, vous en êtes capable, « par la logique » sans formules.

4.3.3. Générateur à courant alternatif en général

La figure ci-dessous représente la vue écorchée d’un générateur à courant alternatif


classique appartenant à la gamme des 15 mégawatts (20 000 hp). Le générateur en soit
protégé d’un coffre ou d’un « capot » ; celui-ci permet la réduction du niveau sonore et
l’intégration étanche du système de ventilation. Cela facilite également la purge de gaz
avant le démarrage le cas échéant. Les pièces rotatives sont colorées en jaune et le stator
apparaît en bleu.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 38 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Les enroulements d’induit (normalement le stator) transportent un courant débité qui varie
avec la charge. Ces enroulements possèdent une résistance et génèrent une chaleur
proportionnelle au carré du courant (W = I² R). L’enroulement d’excitation du champ
(normalement sur le rotor) transporte également un courant. Il possède également une
résistance et génère une chaleur I² R.

Figure 42 : Vue écorchée d’un générateur CA classique – appareil moteur (turbine,


moteur) non representé

Ces deux sources thermiques ainsi que la perte de chaleur due au fer se combinent
pour accroître la température de la machine.

Toute la chaleur doit être évacuée via le circuit de refroidissement s’il est nécessaire de
maintenir l’élévation de température sous le seuil prévu. Le générateur est refroidi par un
ventilateur entraîné par un arbre permettant la circulation de l’air dans un circuit d’air fermé
à travers tous les enroulements. L’air, en circulant, traverse l’échangeur thermique air /
eau.

Le stator (l’armature) contient un enroulement triphasé composé de conducteurs isolés


insérés dans les encoches situées autour de la face intérieure.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 39 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Ces conducteurs doivent être isolés à concurrence de la tension de service maximale


du système.
Tout excès important ou persistant de la température de l’enroulement entraînera la
détérioration et même la destruction complète de l’isolation en question à l’origine d’une
explosion interne.

Les enroulements du rotor établissant le champ fonctionnent à une tension bien inférieure
de l’ordre de 70 ou 120 VCC (plage de base), l’isolation est donc largement facilitée.

Remarque : il existe une « excitatrice principale » et une « excitatrice pilote ». Elle seront
étudiées dans le chapitre suivant Régulation de l’excitation et de la tension.

4.3.4. Constitution du rotor

Les générateurs à courant alternatif et à champs tournants possèdent des rotors pouvant
être classés en deux catégories : ceux à pôles saillants et ceux à pôles cylindriques. Ils
sont illustrés sur la figure ci-dessous.

Figure 43 : Types de rotor équipant les générateurs à courant alternatif

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 40 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Les pôles saillants sont de loin ceux les plus utilisés sur les générateurs offshore ainsi
que sur ceux de taille réduite onshore.

Le rotor à pôles saillants est généralement utilisé sur les générateurs à 4 pôles. Pour les
générateurs à six pôles ou plus, seul ce type convient.

Le rotor cylindrique (parfois appelé « type turbo ») est comme son nom l’indique de
forme entièrement cylindrique et ne possède aucune saillie.

Les enroulements de champ sont encastrés et enfoncés dans des encoches situées à la
surface du rotor telles les encoches d’un stator. Les encoches du rotor ne recouvrent
qu’une partie de la surface et sont disposées de chaque côté des pôles, l’enroulement de
champ complet forme une spirale autour de chaque centre de pôles.

Les rotors cylindriques sont très performants sur le plan mécanique et privilégiés pour les
grands générateurs à grande vitesse (3 000 ou 3 600 tr / min) sur lesquels les forces
centrifuges d’un rotor à pôles saillants seraient à l’origine de sévères problèmes.

En résumé les rotors cylindriques sont donc fréquemment employés sur les générateurs à
deux pôles et sont parfois utilisés sur ceux à 4 pôles. Ils ne sont jamais utilisés sur ceux à
six pôles ou plus, sur lesquels la construction du rotor présenterait trop de difficultés.

Question :
Concernant l’image du rotor ci-dessus :

Combien de paires de pôles sont nécessaires pour le type « saillant » ?

Combien de paires de pôles sont nécessaires pour le type « cylindrique » ?

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 41 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.3.5. Isolation

Les enroulements de générateur sont isolés par rapport aux tensions maximales
auxquelles ils peuvent être soumis et l’isolation doit pouvoir supporter une certaine
température spécifique maximale sans détérioration.

Les matériaux isolants sont nombreux : la classification se décline comme suit (selon la
Norme BS2757) :

Température
Classe Matériaux isolants classiques
limite

Y Coton, soie, papier, etc. ,non imprégnés 90° C

A Coton, soie, etc., papier, émail imprégnés 105° C

E Papier stratifié, époxydes 120° C

B Fibre de verre, mica 130° C

F Fibre de verre, époxyde imprégnés 155° C

H Fibre de verre, silicium imprégnés 180° C

C Mica, céramique, verre avec collage inorganique > 180° C

Table 2 : Matériaux isolants

Notons que les lettres de classification ne sont pas indiquées par ordre alphabétique. Cela
est dû au fait qu’à l’origine, seules les trois classes - ‘A’, ‘B’et ‘C’ existaient.

La plupart des générateurs rencontrés sur les plateformes et sur les installations onshore
appartiennent à la classe ‘B’ ou ‘F’.

La sélection ne s’établit pas seulement sur l’élévation de température ; si par exemple, la


température ambiante est de 40° C, un matériau de classe ‘B’ peut être utilisé si l’élévation
de température preuve n’excède pas 90° C, ce qui établit la température limite maximale à
130° C.

4.3.6. Refroidissement

Les générateurs utilisés sur les plateformes et sur les installations onshore sont
généralement refroidis par air.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 42 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

L’air circule derrière les enroulements de stator et de rotor via un ventilateur installé sur
l’arbre du générateur.

L’air réchauffé peut être évacué dans l’atmosphère et ainsi non réutilisé (‘Air circulant’ ou
‘AC’) ; ou peut être refroidi par eau dans un refroidisseur séparé par une circulation d’eau
forcée (‘Air circulant, Eau forcée’ ou ‘ACEF’ ) ; ou encore dans un refroidisseur de type
radiateur (‘Air circulant, Eau naturelle’ ou ‘ACEN’).

Un nouveau système de codage international des différentes méthodes de refroidissement


a été établi pour toutes les machines rotatives (BS 4999, Part 21).

Premier chiffre Second chiffre

0 Circulation libre 0 Convection libre

1 Canalisation d’entrée d’air ventilée 1 Auto-circulation

2 Composant complet monté sur un arbre


2 Canalisation de sortie d’air ventilée
distinct

3 Canalisations d’entrée et de sortie d’air 3 Composant dépendant monté sur la


ventilées machine

4 Surface de bâti refroidie

5 Échangeur thermique complet (utilisant


5 Composant indépendant complet
des supports environnants)

6 Échangeur thermique monté sur machine 6 Composant indépendant monté sur la


(utilisant des supports environnants) machine

7 Échangeur thermique complet (n’utilisant 7 Dispositif ou pression du système de


pas de supports environnants) refroidissement indépendant et séparé

8 Échangeur thermique monté sur machine


8 Déplacement relatif
(n’utilisant pas de supports environnants)

9 Échangeur thermique monté séparément

Table 3 : Système de codage des méthodes de refroidissement

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 43 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

S’il s’avère nécessaire de spécifier la nature d’un réfrigérant, le code lettre suivant est
utilisé parallèlement au code de refroidissement :

Gaz : Air A
Hydrogène H
Azote N
Dioxide de carbone C
Hélium L
Liquides : Eau W
Huile U

4.3.7. Résistance de mise à la terre du point neutre

Les points étoiles de tous les générateurs haute tension installés sur les plateformes sont
mis à la terre via une ‘résistance de mise à la terre du point neutre’ (NER) limitant le
courant. Cette résistance permet de limiter le courant de fuite circulant dans le
générateur si un défaut de mise à la terre se produit en un point du circuit.

Un courant nominal maximum en un temps maximum est ainsi attribué aux résistances de
mise à la terre du point neutre – par exemple '200 A pour 30 s’. (en haute tension).

L’unité à NER est également parfois équipée d’un transformateur de courant permettant la
mesure des courants de fuite telluriques et le déclenchement du dispositif de protection.

Voir le cours « électricité » pour la gestion du circuit neutre.

4.3.8. Paliers isolés

Les paliers d’une grande machine sont souvent isolés afin d’éviter la circulation d’un
courant vagabond (courants de Foucault) au sein de ces paliers.

Figure 44 : Isolation de paliers

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 44 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Ces courants peuvent accroître la F.E.M. générée dans l’arbre du rotor en raison de la
création de champs magnétiques vagabonds.

Dans des conditions dafavorables, ces champs vagabonds peuvent être présent en
grande quantité. La figure ci-dessous indique comment ces courants peuvent circuler dans
les paliers.

Si l’on permet la circulation de ces courants, ils formeront un arc à travers la surface du
palier et provoqueront de petits cratères qui détruiront rapidement le palier, telle une
corrosion. (La corrosion est le résultat d’un courant électrique naturel entre 2 pièces
métalliques en contact dans l’électrolyte – comme dans une batterie).

Pour des raisons de sécurité, l’arbre doit être placé au potentiel de la terre.

L’isolation du socle est réalisée au moyen d’une cale en matériau isolant placée entre la
base du socle et son rebord.

4.4. EXCITATION D’UN GÉNÉRATEUR

Ou les différentes manières de produire du courant continu induisant un champ


magnétique dans le rotor.

4.4.1. Excitation classique

Figure 45 : Excitation classique

Schéma type d’une méthode ‘classique’ dans laquelle une excitatrice CC entraînée (ici par
courroie) véhicule son CC de sortie via des bagues collectrices vers le champ principal du
générateur.

Le courant de champ destiné à l’excitatrice (le générateur CC) est fourni par un pont
redresseur lui-même piloté par un variateur de tension (VT) du générateur principal.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 45 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Remarque : au démarrage de cette unité, il n’existe aucune tension, aucune puissance


provenant de la distribution triphasée dans laquelle l’AVR tire son « énergie ». L’excitatrice
CC nécessite un courant dans son enroulement de champ (stator) afin de fournir à son
tour le courant dans l’enroulement de champ principal (rotor) et de produire une
puissance…

L’excitatrice fait appel au démarrage au « champ magnétique rémanent » de son propre


bâti en fer (tel un petit aimant permanent) capable de fournir au moins un petit courant au
niveau de sa sortie, courant suffisant pour obtenir une tension de sortie du générateur
principal et l’AVR peut alors disposer d’un courant « contribuant » au champ rémanent. Et
la boucle continue, augmente jusqu’à l’atteinte des valeurs de régulation.

4.4.2. Excitation statique

Figure 46 : Excitation statique

L’excitatrice CC rotative est remplacée par une excitatrice statique électronique.

Remarque : au démarrage comme pour l’excitation classique, il n’existe pas de puissance


en sortie du générateur, pas de courant CC transmis aux enroulements du rotor.

Deux solutions : pour les petits générateurs, ce système fait également appel au
magnétisme du champ rémanent du rotor, en produisant progressivement la tension
jusqu’en sortie du générateur.

En pratique, (seconde solution), le pont redresseur est fourni par une source classique
triphasée et non directement au départ du propre générateur en question. Ceci est réservé
à une distribution ‘importante’ dans laquelle plusieurs générateurs sont mis en parallèle.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 46 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.4.3. Excitation sans balais (cas général)

Figure 47 : Excitation sans balais – cas général

Le schéma ci-dessus présente un développement plus récent. Ici, l’excitatrice rotative


entraînée par un arbre a été rétablie mais désormais sous forme d’un générateur à
courant alternatif de type à champ fixe monté sur l’arbre principal lui-même. Sa production
de courant alternatif est dirigée via des connexions à l’intérieur de l’arbre, à travers un
pont à diode qui accompagne l’arbre dans sa rotation par rapport au champ tournant
principal du générateur. Le champ est ensuite excité par un CC sans nécessiter de balais
ni de bagues collectrices. Il est à noter que cette excitatrice ne peut pas être entraînée par
courroie ; elle doit faire partie intégrante de l’arbre principal.

Le principal avantage d’une excitation sans balais par rapport aux deux autres
types précédemment abordés est que l’absence de l’ensemble balais et bagues
collectrices facilite de manière importante la maintenance.

Dans des conditions de court-circuit ou de « grosse » demande de charge imprévue (sur


une distribution principale triphasée), la tension de sortie du générateur chutera
sévèrement – elle peut même disparaître.

Pour la maîtriser, on utilise une méthode résultant de l’amélioration de l’une de celles


suscitées qui fait appel aux courants de court-circuit eux-mêmes pour fournir l’excitation
manquante, ceci fait l’objet du prochain paragraphe.

4.4.4. Excitation sans balais (sans excitatrice pilote)

Trois transformateurs de courant à grande puissance sont disposés sur les lignes de sortie
du générateur comme illustré sur la Figure ci-dessous.

Dans des conditions de court-circuit, lorsque la tension de sortie du générateur est très
faible, le transformateur de courant en court circuit rétablit les conditions du court-circuit –

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 47 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

exigence nécessaire lors d’un fonctionnement en réseau afin d’assurer la fiabilité


opérationnelle du dispositif de protection.

Figure 48 : Excitation sans balais sans excitatrice pilote

4.4.5. Excitation sans balais (avec excitatrice pilote)

Figure 49 : Excitation sans balais avec excitatrice pilote

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 48 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Pour les grands générateurs sans balais, cette autre méthode est utilisée. Au lieu de
soutirer la puissance d’excitation en sortie du générateur, l’AVR est simplement équipé
d’une connexion sensible aux chutes de tension.

Comme dans le cas classique, l’excitation du générateur est ici indépendante de la tension
de sortie du générateur et est également maintenue égale dans des conditions de court-
circuit sans avoir recours à un transformateur de courant en court-circuit. Cette version est
la plus répandue pour l’ensemble des principaux générateurs rencontrés sur les
plateformes.

4.4.6. Pont de diodes

La Figure ci-dessous représente les diodes telles qu’elles sont disposées à l’intérieur de
l’arbre entre l’excitatrice et le générateur principal. La sortie de l’excitatrice est triphasée et
les diodes correspondent en fait à un pont triphasé à onde entière nécessitant six diodes.
Elles ne peuvent évidemment pas être noyées au milieu de l’arbre et dans la pratique elles
sont montées sur une plaque tournante sur l’extrémité extérieure de l’arbre au niveau de
l’extrémité de l’excitatrice (comme illustré en vert sur la Figure).

Figure 50 : Pont de diodes d’un générateur à courant alternatif

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 49 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Cela les rend facilement accessibles pour les besoins d’inspection, d’essais ou de
remplacement.

Note sur l’utilisation des diodes : Si l’une des six diodes est défectueuse à la suite d’un
circuit ouvert ou d’un court-circuit, d’un flux de courants harmoniques dans le circuit
principal du champ, ces harmoniques seront renvoyés dans le circuit du champ de
l’excitatrice principale et seront détectés par un relais de ‘diode défectueuse’ réglé pour
répondre à la principale fréquence des harmoniques ; le signal d’alarme (ou de
déclenchement) depuis ce relai possède une temporisation de 10 ou de 15 secondes afin
d’éviter tout fonctionnement intempestif.

Attention : (lors des opérations de maintenance)

Lors d’essais sur un inducteur de générateur à l’aide d’un mégohmmètre


(excitatrice + enroulement principal du champ), toutes les diodes doivent
préalablement être déconnectées ou court-circuitées afin d’éviter toute application
de la tension du mégohmmètre (500 V) sur les diodes qui les endommagerait.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 50 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

4.4.7. Les différentes pièces d’un alternateur

Figure 51 : Générateur sans balais - exercice

Exercice :

Nommer les différentes pièces de cette machine, même celles non demandées ou n’ayant
pas encore fait l’objet de notre étude…

Ensuite seulement, passer à la page suivante…

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 51 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 52 : Générateur sans balais – solution de l’exercice

Simple recommandation :

Supposons que vous soyez chargé d’assembler un générateur (français, Leroy-


Somer, 50 Hz 1 500 tr / min) avec un moteur diesel (américain, Caterpillar réglé pour
60 Hz à 1 800 tr / min).

Lors de la réalisation des essais de fonctionnement, notamment de l’essai de


survitesse (réglé à 2 100 tr / min sur un moteur pour 60 Hz), ne soyez pas surpris de
voir le rotor du générateur « perdre » ses pièces d’enroulement…….. (la survitesse
d’un générateur étant de 1 750 tr / min).

Si cela se produit, mauvaise journée, la survitesse du moteur était réglée à plus de


2 100 tr / min et le générateur avait déjà tourné pendant des heures (à 1 800 tr / min)
pour un essai de charge, veuillez ne pas blamer le constructeur du générateur….

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 52 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5. CONNEXIONS ET PROTECTIONS D’UN GÉNÉRATEUR

5.1. CONNEXIONS D’UN GÉNÉRATEUR

Les générateurs à courant alternatif sont en règle générale construits de façon à disposer
de deux types de connextions en sortie, étoile ou delta. (Y ou ∆).

Les fils de sortie sont appelés des électrodes. Celles-ci peuvent être au nombre de 6 ou
de 12.

Elles sont connectées à l’enroulement triphasé dans l’induit et extraites ensuite pour être
connectées de l’extérieur à l’appareillage de connexion.

C’est la façon par laquelle elles sont connectées de l’extérieur qui détermine si un système
est un système delta ou étoile.

Chaque jeu de bobines dans l’induit est bobiné à l‘aide d’un nombre prévu de fils dans
chaque bobine. Chaque bobine possède un fil de départ et un fil d’arrivée et pour
constituer un jeu de bobines, les bobines sont simplement reliées entre elles à l’aide de
l’extrémité du fil de départ et de l’extrémité du fil d’arrivée.
Un jeu de bobines est placé dans le stator afin de constituer une phase.

5.1.1. Le système Delta

Dans le système delta, les phases sont diposées en triangle. Important : se souvenir que
pour connecter un enroulement en vue d’une sortie delta, il est nécessaire de connecter le
départ d’un jeu de bobines avec l’arrivée d’un autre jeu et ceci doit être réalisé pour tous
les fils de départ et tous les fils d’arrivée, T1 avec T6, T2 avec T4, T3 avec T5.

T1
T5

T6 T1

2’ 1 T6

3 3’
3’ 1
T3
1’
3 1’ 2
T3 2’ 2 T4
T4
T5 T2 T2

Figure 53 : Système Delta

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 53 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Dans un système delta, la tension de ligne est égale à celle de phase....

Ligne E = Phase E

...de même le courant de ligne est égal à celui de phase multiplié par la racine carrée de 3.

Ligne I = Phase I x 3

Figure 54 : Courant et tension dans un système Delta

5.1.2. Générateur connectlé en delta

L’illustration suivante est un exemple d’un système delta. Il s’agit d’un générateur trifilaire
connecté en delta. Noter que les fils sortent du générateur au niveau de T1, T2 et T3. Une
mesure sur ces fils est effectuée par des transformateurs de potentiel et de courant.

Pour une connexion en delta, les fils de départ et d’arrivée sont connectés en triangle. T1
avec T6, T2 avec T4 et T3 avec T5. T1, T2 et T3 sont reliés au système sous forme
d’électrodes de ligne comme étudié au paragraphe précédent.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 54 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 55 : Connexions types en delta, générateur trifilaire

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 55 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5.1.3. Le système en étoile

Les sytèmes connectés en étoile peuvent posséder trois ou quatre fils suivant les besoins
de l’installation. Dans un générateur connecté en étoile, les jeux de bobines sont reliés en
Y.

Pour une connexion en étoile, les trois fils d’arrivée sont connectés avec les circuits
extérieurs de charge tandis que les fils de départ sont connectés en un seul et même point
de raccordement.

T1, T2 et T3 sont des électrodes de ligne reliées au réseau de distribution tandis que T4,
T5 et T6 sont raccordées ensemble en vue d’une connexion courante ou neutre.

Le neutre peut être ou ne pas être mis à la masse et le système peut être opérationnel
sous forme de système à trois ou à quatre fils.

T1
T1
T5

1
1’ 2’ 1 T6
T4 2’ 2
3 3’
T6 T3
T5 T2
1’ 2
3’

3
T3 T4
T2

Figure 56 : Schéma de connexion et disposition des enroulements pour une connexion en


étoile

Dans un système en étoile, la relation de courant de ligne et de celui de phase est telle
qu’ils sont égaux...

Ligne I = Phase I

... et la tension de ligne est égale à la tension de phase multipliée par la racine carrée de
3.

Ligne E = Phase E x 3

Prenons un exemple pour illustrer l’avantage de ce système. Soit une tension composée
de 400 volts, la tension de phase doit donc correspondre à 400 volts divisés par la racine
carrée de 3.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 56 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

E line
E phase =
3
La racine carrée de 3 étant 1,732 , nous obtenons donc dans notre exemple 440 / 1,732 =
230 volts.

De nombreux réseau de distribution d’énergie utilisent 220 / 230 volts pour l’alimentation
de l’éclairage et celle portative.

Certaines tensions composées produites à 50 cycles par seconde correspondent à :

380 - 415 - 3000 - 3300 - 5500 - 6000 - 6300 - 6700 – 11000.

La tension de phase pour n’importe quelle des tensions susmentionnées correspondrait à


cette tension divisée par 3 .

Par précaution, relever les lectures de tension au niveau de la tension induite des
transformateurs abaisseurs plutôt qu’au niveau des bornes de tension primaire situées
dans le boîtier de connexion du générateur placé au-dessus du générateur ou sur un autre
emplacement. La plaque signalétique d’un générateur indique le nombre de phases, en
règle générale il s’agit de trois phases et les tensions composées ainsi que d’autres
informations importantes.

5.1.4. Générateur connecté en étoile

Cette illustration présente un générateur au sein d’une installation, qui est connecté sous
forme de système classique en étoile à quatre fils.

Sur le dessin en étoile, les fils sortant des générateurs sont N, T1, T2 et T3.

Ces fils passent également par les transformateurs de potentiel et ceux de courant pour
les besoins de mesure. Dans le système étoile, les connexions doivent être T1, T2 et T3
connectés à la charge et T4, T5 et T6 connectés ensemble en un point commun ou au
neutre.

Ainsi vous pouvez voir ci-dessous que tous les fils de départ sont connectés ensemble et
que tous les fils d’arrivée sont connectés à la charge.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 57 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 57 : Connexion en étoile

Figure 58 : Générateur classique à quatre fils, connecté en étoile

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 58 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5.2. PROTECTIONS D’UN GÉNÉRATEUR

Le système de protection d’un générateur doit protéger la machine contre tout défaut
interne et parallèlement assurer la protection du réseau de tout dysfonctionnement
risquant de le mettre en dérangement. altérer

Les principaux défauts pouvant affecter un générateur sont :

Les surcharges

Les court-circuits externes entre phases (sur le réseau)

Les court-circuits internes entre phases

Les défauts internes entre les phases du stator et de la masse

Les défauts entre le rotor et la masse

La coupure d’une phase ou l’inversion de deux phases

La perte d’excitation

Le fonctionnement d’un générateur comme moteur

Une fréquence trop basse ou trop élevée

Une tension trop basse ou trop élevée

5.2.1. Codes ANSI attribués aux protections

Les protections requises utilisent des relais comportant des codes ANSI

Fonction du relais Code ANSI


• Protection différentielle 87 G
• Protection de défaut stator / masse 51 NG
• Protection d’impédance 21 G
• Protection de surtension 59-1 et 59-2
• Protection de défaut rotor / masse 64 F
• Protection de défaut de champ 40
• Protection de sous-tension 27
• Protection de retour de puissance 32-1
• Protection de déséquilibre de courant 45 P et 46 G
• Protection de surfluxage (fréquence) 59 / 81 G
• Protection de surchage 51-1 G
• Protection de surchage 49 G.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 59 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5.2.2. Protection classique d’un générateur comportant une seule ligne

Figure 59 : Protection classique d’un générateur comportant une seule ligne

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 60 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 60 : Exemple de générateur synchronisé sur réseau

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 61 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5.2.3. Descriptions détaillées des protections de générateur

5.2.3.1. Fonctions des protections connectées aux transformateur de courant


neutre de générateur

32P : retour de puissance active

32Q : retour de puissance réactive agissant telle une perte d’excitation (pour des
générateurs supérieurs à 1 MVA)

46 : système inverse (pour des générateurs supérieurs à 1 MVA)

49 : image thermique

51 : surintensité

51G : défaut de mise à la terre

51V : surintensité à tension retardatrice

87G : protection différentielle du générateur (pour des générateurs supérieurs à 2


MVA).

(Remarque : les protections 46, 49, 32P et 32Q peuvent également être connectées à des
transformateurs de courant côté secteur).

5.2.3.2. Fonctions des protections connectées à des transformateur de


tension

25 : contrôle de synchronisme (fonctionnement en parallèle uniquement)

27 : sous-tension

59 : surtension

81 : sur-fréquence et sous-fréquence.

5.2.3.3. Fonctions des protections connectées à des transformateurs de


courant côté ligne (fonctionnement en parallèle uniquement)

67 : surintensité directionnelle (non resquis avec une protection 87G)

67N : défaut de mise à la terre directionnel (sur TC à équilibre de noyaux pour


une meilleure sensibilité).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 62 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5.2.3.4. Fonctions des protections mécaniques de générateur, connectées à


des capteurs

49T : température de stator (recommandée pous des générateurs supérieurs à 2


MVA)

49T : température de palier (recommandée pour des générateurs supérieurs à 8


MVA)

64F : protection de défaut de mise à la terre de rotor.

5.2.4. Contrôles pratiques à effectuer par les opérateurs

Tous les numéros, types de protections électriques énumérés ci-dessus ne relèvent pas
(en règle générale) de la responsabilité d’un opérateur de production. Le principal but de
cette liste récapitualtive pour vous, opérateur, est une connaissance minimale de ces
équipements lorsque vous vous trouvez dans une salle d’appareillage de connexion
électrique.

Ne vous inquiétez pas, l’électricien lui-même ne connaît pas le lien entre le numéro et le
type de protection ; assurez-vous simplement qu’il connaît au moins l’usage de ces
différentes protections. Il doit également être capable (électricien de maintenance) de
contrôler / vérifier les réglages d’étalonnage de chacun de ces dispositifs installés. –
Vérifier si cela est intégré à la maintenance planifiée.

Néanmoins, l’opérateur « standard » ou « universel » est supposé effectuer le contrôle


des paramètres de son ‘installation électrique’, à cet effet il doit notamment connaître
l’indication de puissance des puissances actives et réactives et le facteur de puissance
(cos φ).

5.2.4.1. Révision

Dans le cours « électricité », il est possible d’étudier les descriptions détaillées relatives à
la puissance active, à celle réactive et au cos φ. Observons ici le principe d’un retour de
puissance.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 63 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 61 : Principe de retour de puissance

Un alternateur synchronisé sur un réseau fournit une puissance active (P) et une
puissance réactive (Q), avec un facteur de puissance (cos φ) de l’ordre de 0,85.

5.2.4.2. Protection de retour de puissance active

(Code ANSI 32 P) (P pour active)

Cette protection permet de détecter une inversion du signe de la puissance active en


l’absence de défaut électrique.

Cette protection permet notamment de :

Protéger un moteur électrique contre tout fonctionnement au sein d’un générateur


lors d’un arrêt d’alimentation et contre toute poursuite de fonctionnement du
moteur électrique entraîné par sa charge ;

Protéger un générateur contre tout fonctionnement au sein d’un moteur électrique


risquant de détériorer le moteur d’entraînement.

Figure 62 : Protection de retour de puissance active


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 64 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Un groupe générateur connecté à un réseau d’alimentation continue à tourner par


synchronisme même si l’appareil moteur (diesel ou turbine) n’est plus alimenté en énergie,
le disjoncteur principal étant maintenu fermé. L’alternateur fonctionne alors tel un
moteur synchrone. Tout fonctionnement dans de telles conditions peut s’avérer
préjudiciable pour l’appareil moteur.

Figure 63 : Représentation schématique du relais de protection de puissance active

5.2.4.3. Protection de retour de puissance réactive (perte d’excitation)

(Code ANSI 32 Q) (Q pour réactive)

Cette protection permet de détecter la perte de champ des entraînements synchrones.

Neutral
rotation point
I
S: apparent power (-)


Q: reactive power (-) G
V
P: active power (+)
3 Ph
Synchronized
I amp Ph on a network

Figure 64 : Protection de retour de puissance réactive

L’interruption ou le court-circuit de la bobine d’excitation d’un alternateur représente un


défaut sévère. Il peut entraîner le fonctionnement de l’alternateur tel un générateur
asynchrone ou l’arrêt de la conversion d’énergie et provoquer une augmentation de la
vitesse.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 65 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Il peut en résulter une surchauffe du stator en raison de l’augmentation du courant réactif


et une surchauffe du rotor en raison de son dimensionnement inadapté à des courants
induits.

Un courant induit conséquent circule dans le rotor et provoque une surchauffe.

Le courant continu traversant le rotor (appelé inducteur) réalise l’énergisation des


entraînements synchrones.

La perte de champ peut être due à un défaut dans l’artère de courant continu ou à un
défaut du rotor (arrêt, court-circuit, etc).

Lorsqu’une perte de champ se produit, l’entraînement compense la chute d’alimentation


magnétisante du rotor en absorbant la puissance réactive sur le réseau.

La puissance réactive de la machine est alors négative.

Figure 65 : Protection contre les pertes d’excitation à l’aide d’un relais de retour puissance
réactive.

Dans la pratique, le relais peut être réglé de façon à vérifier en permanence le cos φ, le
seuil s’établissant entre 0,91 et 0,93. Cela signifie que le relais « voit » la puissance
réactive aller dangereusement vers ‘0’ avec la possibilité de devenir négative ;

Sur votre installation électrique, veuillez vérifier la valeur de cos φ. Un facteur de


puissance de 0,90 est très correct en terme de consommation d’énergie mais se révèle
limite en terme de sécurité du générateur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 66 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

6. FONCTIONNEMENTT ET RÉGULATION D’UN ALTERNATEUR

6.1. RÉGLAGE DE CHARGE D’UN GÉNÉRATEUR (OU D’UN


ALTERNATEUR)

Un alternateur a pour fonction de produire une puissance active. Le fait qu’il existe
également une puissance réactive ne peut pas être attribué au générateur ; cela est plutôt
la conséquence des caractéristiques de charge.

Figure 66 : Gestion de la puissance réactive

La régulation de la charge s’effectue donc sur la puissance active.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 67 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Par exemple sur un EDG (Générateur diesel de secours) fonctionnant en commande


manuelle, il n’existe que 2 potentiomètres, un réservé à la vitesse du moteur électrique,
l’autre au réglage de la tension.

L’ajustement de la vitesse est décrit dans les cours relatifs aux turbines et / ou aux
moteurs, sur le plan du générateur, il s’agit simplement d’un instrument numérique ou
analogique: « veuillez augmenter ou diminuer ».

Figure 67 : Exemple de générateur diesel de secours

Pour maintenir une constante de fréquence et de tension, ces deux opérations doivent
être effectuées simultanément :

Contrôler la vitesse en intervenant sur la régulation de la turbine (ou du moteur)

Contrôler le courant d’excitation en intervenant sur le rhéostat à champ de shunt


de l’excitatrice (voir le dessin ci-dessus) ou via un quelconque dispositif statique
de réglage de rotation.

En pratique, ces deux opérations peuvent têtre réalisées grâce à un variateur de vitesse
et à un variateur de tension.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 68 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

6.2. VARIATEURS AUTOMATIQUES DE TENSION (AVR)

Le terme AVR pour Variation automatique de la tension peut être interprété autrement.
Comme de fait, c’est la charge (la puissance) qui est régulée, une augmentation de
courant diminue la tension et inversement, on pourrait l’appeler Variateur d’intensité.
(Interpretation personnelle non officielle…).

Les AVR sont de nos jours entièrement électroniques ; ils tirent leur puissance utile à partir
de la sortie principale ou de la sous-excitatrice à haute fréquence entrainée par un arbre
(en général à 400 Hz) ou encore du réseau ou des UPS.
.

6.2.1. Point de consigne d’un AVR (vériateur automatique de tension)

Comme tout dispositif asservi, un système de variation automatique de tension maintient


la tension constante au sein d’une plage d’erreurs convenues à un niveau auquel il a été
réglé. Ce niveau est appelé le ‘point de consigne’.

6.2.2. Variation de tension sur un générateur à courant alternatif

Lorsqu’une charge est appliquée sur les bornes d’un générateur tournant préalablement à
vide et sans contrôle d’AVR, la tension au niveau des bornes chute proprotionnellement à
la charge. Cette chute de tension est appelée la ‘régulation’ du générateur à la charge en
question.

Elle s’évalue généralement à pleine charge nominale, c’est à dire à un niveau de pleine
charge en courant nominal à un niveau de facteur nominal de puissance et s’exprime en
pourcentage de la tension à vide ou de celle du système. Ainsi, si V0 est la tension à vide
et V la tension sur la borne du générateur à pleine charge nominale avec un niveau de
facteur de puissance et une excitation inchangée, alors

V0 − V
× 100%
V0

correspond au pourcentage de régulation à pleine charge.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 69 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 68 : Générateur à courant alternatif avec régulation de tension

L’AVR est un « boîtier » recevant « l’image » essentiellement de tension entre 2 ou 3


phases et transmettant en sortie le courant requis dans l’enroulement de champ de façon
à compenser la variation de tension. L’AVR est semblable à un « ETC » au sens de la
norme d’instrumentation des « Contrôleurs de transmetteur de tension » … De nombreux
AVR intègrent « l’image » de courant de ligne qui agit telle une dérivation en anticipant la
demande de charge. L’AVR devient alors un JTC pour le Contrôleur transmetteur de
puissance…

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 70 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

7. MISE EN PARALLÈLE ET SYNCHRONISATION DE


GÉNÉRATEURS

7.1. CONDITIONS DE MISE EN PARALLÈLE

7.1.1. Introduction

Au cours de la durée de service d’une installation industrielle, la charge existante


transportant les capacités électriques peut nécessiter un renforcement.

Il peut s’avérer nécessaire de fournir une charge de crête pendant quelques jours ou une
extension permanente de la charge au sein de l’installation.

Une solution consisterait à remplacer le groupe générateur existant par une unité plus
puissante. Une autre solution efficace et plus économique consiste à disposer un autre
groupe générateur au sein du système pour faciliter les capacités des emports de charge,
c’est à dire, de mettre en parallèle le second au premier.

Figure 69 : Distribution avec plusieurs générateurs en parallèle

Lorsque deux sources électriques sont placées en parallèle, la tension du circuit


correspond à celle des sources distinctes mais la capacité d’intensité du circuit correspond
à la somme des intensités des unités mises en parallèle.

Ceci signifie qu’en faisant fonctionner deux unités ou plus en parallèle, une tension de
circuit peut être maintenue à la valeur désirée et la capacité des emports de charge du
circuit peut être augmentée.

Des unités présentant des taux de kW différents peuvent être mises en parallèle sous
réserve que les tensions respectives de ces unités soient identiques.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 71 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Plusieurs unités peuvent être mises en parallèle tant qu’il existe une possibilité de
répartition des charges proportionnellement à leurs taux respectifs.

Une mise en parallèle adaptée relève d’une réponse analogue des moteurs et d’une
sensibilité analogue des régulateurs de commande de vitesse, d’une réponse analoque
des régulateurs de vitesse et de la présence ou de l’absence de dispositifs de
compensation de courants contraires.

Quatre conditions applicables au générateur d’entrée et au bus (réseau) doivent exister


avant de pouvoir procéder à une mise en parallèle.

Ils doivent posséder une rotation de phases identique.

Ils doivent fonctionner à la même fréquence.

Ils doivent fonctionner à la même tension.

Ils doivent être synchronisés ou en phase.

Une fois ces 4 conditions simultanément remplies, le générateur de réserve fonctionnera à


une vitesse synchrone, la tension sera réglée, en phase, cela signifie que le générateur
sera synchronisé, alors seulement la fermeture du disjoncteur principal de charge pourra
être réalisée.

Figure 70 : Synchronisation d’un générateur

La fermeture du disjoncteur du principal constitue l’étape finale des phases de


synchronisation. Examinons maintenant les 4 « pré » conditions en détail.

7.1.2. Condition 1 : fonctionnement en phase identique

La rotation de phase est déterminée par les connexions effectuées au bus.


La Phase A d’une source doit être rencontrée par la Phase A de la seconde source.
La Phase B de l’une par la Phase B de l’autre et la phase C de l’une par la phase C de
l’autre.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 72 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 71 : Fonctionnement en phase identique

Cela signifie non seulement une rotation dans la même direction mais également une
correspondance entre chacune des paires de phases.

Figure 72 : Correspondance des phases – OK !

Figure 73 : Rotation de phase correcte, phases correspondantes à connecter ensemble

Le non respect de cette exigence primordiale entraînera la rotation des rotors en sens
inverse par suite des forces magnétiques puissantes présentes dans les stators.

Les ordres des phases importent peu, B C A par rapport à B C A ou C A B par rapport à C
A B sont également corrects.

Un indicateur de rotation de phase peut être utilisé pour vérifier l’ordre des phases du
bus et du générateur d’entrée.

Si des transformateurs de potentiel ou d’autres instruments sont utilisés pour baisser les
tensions du générateur et du bus (réseau) pour l’indicateur de rotation de phase de
témoins de synchronisation, une extrême vigilance doit être observée au maintien correct
des polarités primaire et secondaire de façon à déclencher le signal correct à l’indicateur
de rotation de phase, (En référer à l’électricien de « commissionning » !)

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 73 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La permutation ou le changement de deux lignes du générateur risque d’altérer l’ordre des


phases.

Nous pourrions également modifier l’ordre des phases en modifiant le sens de rotation du
générateur.

7.1.3. Condition 2 : fréquence identique

La seconde condition de mise en parallèle s’applique sur le fonctionnement des deux


ensembles sur la même fréquence. Dans la figure ci-dessous, on peut observer que le
groupe générateur à turbine 1 et le groupe générateur à turbine 2 possèdent des
fréquences différentes. GT2 fonctionne plus rapidement que GT1.

Figure 74 : Différentiel de fréquences 1

TG 1

1 Hertz

TG 2

Figure 75 : Différentiel de fréquences 2

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 74 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La différence de vitesse est appelée « glissement de fréquence ». Pour ajuster la


fréquence du générateur d’entrée à celle du bus, ajuster le contacteur de commande de
vitesse / potentiomètre sur le panneau du générateur jusqu’à ce que les deux indicateurs
de fréquence indiquent la fréquence désirée.

Le « taux de glissement » correspond au temps nécessaire à l’alignement de la vitesse de


la fréquence du générateur sur celle du bus . La Figure ci-dessous visualise les deux
générateurs fonctionnant à la même fréquence.

TG 1
TG 2

1 Hertz
1 Hertz

Figure 76 : Les deux générateurs fonctionnenent à la même fréquence 1

Les deux courbes peuvent se superposer.

TG 1
TG 2

Figure 77 : Les deux générateurs fonctionnent à la même fréquence 2

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 75 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

7.1.4. Condition 3 : tension identique

La troisième condition, la correspondance des tensions s’effectue en fournissant un signal


de réglage de tension d’augmentation (ou de réduction) au variateur de tension via le
rhéostat de réglage de tension placé sur le panneau de commande. Vérifier les voltmètres
sur chaque panneau de générateur.

La Figure ci-dessous présente une différence d’amplitude de tension et non de fréquence.

V1
TG 1

1 Hertz

V2
TG 2

Figure 78 : Différentiel de tension (fréquence correcte)

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 76 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

7.1.5. Condition 4 : Synchronisarion ou phasage

Des générateurs synchronisés auront leurs pôles nords de rotor placés face à face dans la
même position (Figure ci-dessous). Considérons le pôle Nord procurant l’induction
maximale (donc la tension maximale) vers une bobine en phase à un instant temps ‘t’. Au
même instant, le pôle sud procure une demi-induction (sin 30°) aux deux autres phases
(en tension inverse).

Figure 79 : Deux rotors avec deux pôles nord / phases face à face dans la même direction
à un instant ‘t’
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 77 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Les pôles nord peuvent se situer sur n’importe quelle position horaire en simultané, pas
uniquement dans la condition indiquée dans les figures ci-dessus. (Un rotor à deux pôles a
été utilisé pour des raisons de simplicité.)
La mise en parallèle dans l’exemple illustré entraînerait la fermeture du coupe-circuit en
sortie du générateur d’entrée (en présumant qu’une unité soit connectée au bus / réseau).

ATTENTION

Le disjoncteur ne doit jamais être FERMÉ lorsque les rotors de deux générateurs ne sont
pas en position identique car les forces magnétiques puissantes générées dans les rotors
entraîneront la rotation rapide des rotors afin d’atteindre des positions identiques. La règle
« d’opposition des pôles identiques et attraction des pôles opposés » est vraie et si elle
n’est pas respectée comme dans les figures ci-dessous, les rotors s’arrêteront
immédiatement et inverseront leur rotation ou tournoieront rapidement dans la même
direction afin d’atteindre des positions de direction identiques.

Si un tel évènement se produit, la turbine générant le circuit sera endommagée. Les


endommagements peuvent être des couplages de cisaillement interrompues, des arbres
ou des boîtes de vitesses cassées, des à-coups de courant / tension de ligne et des pertes
de puissance.

TG 1 TG 2 TG 1 TG 2

Figure 80 : Phases ‘A’ en opposition à 0 et 180° et en opposition identique à 90 et 270°

Il est possible d’obtenir des tensions et des fréquences assorties et cependant


« décalées ». La Figure ci-dessous indique une tension sur le bus (TG-1) et une tension
sur le générateur d’entrée (TG-2) de façon à avoir la même amplitude de tension. La
vitesse est également égale car les deux rotors ont effectué un tour dans le même temps.

Figure 81 : Générateurs pour synchroniser un déphasage à 30°

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 78 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Le déphasage n’est néanmoins pas identique. Le déphasage correspond aux degrés


relatifs électriques entre l’onde de tension de l’unité d’entrée et l’onde de tension du bus.

La détection du déphasage relatif et la fermeture du disjoncteur au niveau du déphasage


zéro ou aussi proche que possible de celui-ci correspond au facteur essentiel et le plus
critique dans le cadre d’une mise en parallèle.

Les figures ci-dessous illustrent un déphasage de tension en degrés électriques.

TG 1
TG 2

Figure 82 : En phase 0) déphasage entre les deux générateurs

Figure 83 : déphasés de 90° ou déphasage de 90°

Figure 84 : déphasé de 120° ou déphasage de 120°

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 79 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 85 : déphasé de 180° ou déphasage de 180°

La procédure d’atteinte du déphasage zéro sera décrite sous la rubrique « méthodes de


mise en parallèle ».

7.2. SYNCHRONISATION / MISE EN PARALLELE

7.2.1. Prêt pour le couplage

Les conditions du paragraphe précédent sont (presque) remplies.

Les phases sont correctement positionnées, le « commissioning » a fait son


travail ou la mise en parallèle a déjà été effectuée sur ces machines.

Le groupe (turbine + générateur) tourne depuis un (petit) moment a la vitesse


(approximativement) de synchronisme 3 000 ou 1 500 tours / minute.

La tension a été ajustée.

Il ne reste plus qu’à mettre les 2 « champ tournants » en phase et à appuyer sur
le bouton de fermeture du disjoncteur de couplage en fignolant ou en « jouant »
sur la vitesse de la turbine ou du moteur (4ème condition).

Le système de synchronisme est bien entendu en manuel, en version tout automatique, il


n’y a rien à comprendre « çà marche tout seul »

7.2.2. Manoeuvres de couplage avec lampe d'un alternateur monophasé :

Soit un alternateur GT2 (monophasé) que nous nous proposons de coupler en parallèle
avec plusieurs autres connectés aux barres PN, appelées barres de couplage. Le réseau
(ou GT1) a une F.E.M. . E1.

Effectuons le montage de la figure ci-dessous où L1 : L2 désignent des lampes


connectées entre les bornes de l’interrupteur de couplage.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 80 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 86 : Alternateur monophasé, couplage par lampes

a) L'alternateur GT2 tourne à une vitesse voisine de la vitesse du synchronisme N =


60 f / p (f = fréquence de la D. D. P. E1 entre barres).

b) GT2 a été excité de façon à avoir E2 (entre ses bornes de sortie) à la même valeur que
E1, les indications étant sur 2 voltmètres différents connectés aux points E1 et E2.
La première condition du couplage est réalisée. A ce moment, nous observons que les
lampes L1 et L2 marquent des battements. En effet, le circuit fermé (P – GT2 –N) est le
siège d'une F.E.M. . qui est égale à e1 + e2 en valeur instantanée (somme algébrique) et
à:

Tension aux
E1 bornes des
E = E1 + E2 lampes: ‘E’

E2

Figure 87 : Valeur algébrique de ‘E’ (en grandeur vectorielle)

Or, la fréquence de E2, n'étant pas égale à celle de E1 (il faut encore « titiller » la vitesse),
le vecteur E2, par rapport au vecteur E1 supposé fixe, tourne avec une vitesse angulaire
égale à la différence des pulsations des deux F.E.M.

Donc E varie entre les limites ‘0’ et (E1 + E2)

E = E1 + E2 = 2E1 = 2 E2
E = 0

Avec E1 supposé être égal à E2

Figure 88 : Variations de E
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 81 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Dans le premier cas, les lampes L1 et L2 sont soumises à extinction, dans le deuxième
cas, elle sont au maximum d'éclairement. Attention : prévoir des lampes pouvant
supporter 2 fois la tension E1 ou E2, les 2 tensions s’ajoutent (en valeurs
instantanées).

c) Agissons sur la vitesse de l'alternateur GT2, de façon à ralentir les battements des
lampes. Nous fermerons l’interrupteur de couplage dés qu'une extinction durera
trois secondes environ.

En effet c'est à l'extinction que le vecteur E est nul, c’est-à-dire que les F.E.M. . E1 et E2,
sont, dans le circuit commun (P – GT2 –N) en phase par rapport au réseau extérieur.

7.2.3. Manoeuvres de couplage avec lampe d'un alternateur triphasé :

L’on utilise exactement le même procédé, l’ordre des phases ayant été repéré
précédemment.

Figure 89 : Couplage avec lampe d’un alternateur triphasé

Les trois premières conditions étant remplies, on s’aperçoit que les trois lampes s’allument
et s’éteignent simultanément à une vitesse inversement proportionnelle à la différence de
vitesse entre les deux sources E1 et E2.

Il faut ajuster (gentiment) la vitesse de GT2 jusqu’à ce que la vitesse de battement des
lampes soit faible (au moins 5 secondes allumées) et lorsque les lampes sont éteintes,
fermer l’interrupteur de couplage.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 82 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Si les 3 lampes se mettaient à tourner de manière ‘anarchique’, cela signifierait que la


condition première « ordre des phases » a été « loupée ». La configuration pourrait
ressembler à quelque chose comme la situation ci-après.

Figure 90 : Exemple avec « ordre des phases loupé”


Dans ce cas, il vaut mieux de pas chercher à coupler….. et tout recommencer

Conseil : en triphasé, lors du commissioning (et du premier essai), il faut mettre au


moins 2 lampes aux bornes de 2 phases du disjoncteur / interrupteur de couplage,
même si tous les « autres appareils » présentent un état ‘OK’. Il y a toujours une
possibilité d’erreur, avec au moins 2 lampes vous êtes sûrs à 100% de coupler les
bonnes phases…

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 83 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

7.2.4. Manœuvres de couplage avec synchronoscope

Le couplage se fait en manuel ou en automatique, les lampes sont remplacées par un


« indicateur de différence de champ tournant » soit le synchronoscope, faisant partie de
l’ensemble de couplage.

Figure 91 : Exemple avec le système de chez ABB, complet et compact SYNCHROTACT


CSS prêt pour le montage

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 84 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 92 : Schéma de principe de l’appareil

En mode MAN, les fonctions seront ajustées manuellement par des boutons poussoirs
depuis la partie frontale, les valeurs de mesures seront indiquées sur les instruments.
L’ordre de fermeture sera libéré aux conditions exactes de correspondance des phases si
les boutons poussoirs de libération et de fermeture sont sollicités simultanément.

En mode AUTO, la tension et la fréquence de l’alternateur seront ajustées


automatiquement à leur valeur de tolérance. L’ordre de fermeture pour le disjoncteur tient
compte de son temps de fermeture aux conditions exactes de correspondance des
phases.

7.2.5. Tolérances de couplage

Les limites admissibles des écarts de tension, de fréquence et de synchronisme sont


généralement de :

Tensions : + ou - 5%.

Fréquences : 0,1 à 0,5 Hz - La fréquence du réseau est ensuite surveillée à l’aide


d’un relais.

Synchronisme ou déphasage : 5° max.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 85 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

7.3. FONCTIONNEMENT DES COMMANDES EN PARALLÈLE

7.3.1. Application de charge

Supposons un générateur en ligne sur un réseau mis en parallèle avec d’autres


générateurs, le couplage (synchronisation) a été effectué avec succès, nous désirons lui
appliquer une charge.

Seules 2 commandes peuvent agir sur le couple turbine / générateur ou moteur /


générateur, le Réglage de tension du générateur (AVR) et la commande de vitesse de
l’appareil moteur.

Pour appliquer une charge au générateur « nouvellement mis en place », la commande de


vitesse va augmenter / diminuer la puissance active (« vrai » puissance sur l’arbre).
Quand le voltage augmente, la puissance réactive augmente. En réalité, le voltage sur le
réseau ne se modifie pas ; en revanche le courant de sortie augmente et la puissance
(réactive) appliquée au générateur augmente.

En commande manuelle, l’opérateur augmente jusqu’à la valeur désirée.

En commande automatique, la « répartition » de la puissance progressera (graduellement)


jusqu’à la valeur pré-réglée, celle-ci peut correspondre à un pourcentage égal pour tous
les générateurs ou suivant ratio de capacité électrique du générateur concerné.

7.3.2. Répartition des charges

Ou équilibre des puissances entre des générateurs et selon la configuration de


l’installation électrique.

Générateurs identiques

Figure 93 : Distribution de charge sur des générateurs identiques

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 86 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Sur cette installation électrique, tous les générateurs sont identiques, en règle générale la
puissance est partagée à pourcentage égal.

Capacités électriques non équilibrées

Figure 94 : Générateurs non identiques

Il est impossible d’exiger du dernier générateur (0,6 KW) qu’il répartisse une puissance
identique à celle des 10 MW. Un système de répartition des charges est donc nécessaire,
celui-ci pouvant se réaliser:

Selon un ratio de capacité électrique distincte ou suivant un réglage manuel


permanent.

Selon un système centralisé de répartition de la puissance en fonction d’ordres


indépendants pour chaque circuit de commande du générateur, il s’agit de
« répartition des charges » dans laquelle un boîtier de commande supplémentaire
est ajouté à chaque unité en complément de son AVR et de sa commande de
vitesse.

Si vous êtes familiarisé aux installations électriques sur site, l’équipement de commande
Woodward est installé sur de nombreuses installations, quelques appareils de commande
de charge ou de commande de charge et de vitesse sont illustrés ci-après.

Le dispositif Répartition des charges et commande de vitesse 2301A est disponible sur
des circuits à effet direct-inversé et dans plusieurs plages de vitesse pour les applications
nécessitant soit une commande de statisme ou vitesse
isochrone. Les modèles sont disponibles avec des
rampes d’accélération ou de décélération.

Figure 95 : Commande de répartition des charges et de


vitesse

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 87 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Le dispositif Commande automatique de chargement de générateur (AGLC) peut être


utilisé avec n’importe quel système de répartition des charges et de commande de vitesse
Woodward à capteurs de charge intégrés ou externes. Il est conçu pour fournir de façon
régulière la charge et la décharge d’un groupe générateur selon un système de répartirion
des charges isochrone ou un réglage des charges de base à des débits contrôlés.

Les rampes électroniques s’ajustent facilement entre


cinq secondes et cinq minutes pour une modification
des charges à 100 %. Les débits des rampes de
charge et de décharge se règlent séparément.

Figure 96 : Commande automatique de chargement de


générateur

Évidemment, nous ne pouvons éditer ici tous les manuels d’instruction et d’utilisation
Woodward, d’ailleurs la répartition des charges + commande des alternateurs constituent
un cours complet en lui-même.

L’illustration suivante présente un exemple de configuration schématique avec répartition


des charges. Nous étudieront néanmoins dans les paragraphes suivants les significations
de (‘isochrone’ et ‘statisme.

Figure 97 : Schéma type du principe de répartition des charges

Le SC x correspond au Contrôleur de vitesse réceptionnant l’indication en tr / min et


renvoyant le signal vers le régulateur de l’appareil moteur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 88 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

L’AVR x correspond au Variateur automatique de tension réceptionnant la tension et le


courant de son générateur et renvoyant le courant de champ.

La LS x correspond au « boîtier » de Répartition des charges assurant le dialogue avec


chaque SC et AVR de générateur / appareil moteur, elle est interconnectée avec la LS0
principale qui contrôle la charge totale.

7.3.3. Mode de commande statisme et Isochrone

Le mode Isochrone procure une vitesse constante de la turbine pour une unité simple et
procure une répartition proportionnelle de la charge entre les unités pour des unités mises
en parallèle tout en conservant une fréquene fixe sur un bus isolé.

La commande de vitesse, en mode isochrone est pour chaque appareil moteur


(pratiquement) indépendante, le régulateur de la turbine (ou du moteur) agit comme un
régulateur simple, vérifiant et ajustant « sa » vitesse par rapport à la valeur de
synchronisme fixée.

Figure 98 : Forme de réponse isochrone pour une fréquence sur une barre de bus

Statisme, le régulateur de l’appareil moteur fonctionne de façon à diminuer la vitesse et à


augmenter la charge. Ceci correspond au mode fréquemment utilisé pour le
fonctionnement de générateurs en parallèle car cela permet une répartition des charges
proportionnellement à la charge nominale.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 89 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 99 : Réponse régressive

Mais qu’en est-il de la commande de fréquence ? Je désire que le réseau soit à 50 Hz en


permanence !

D’autres générateurs doivent être placés en ‘isochrone’ sur le réseau de façon à conserver
la fréquence à la valeur désirée. Le premier en « statisme», en règle générale un
générateur plus petit tournant en « sous vitesse » maintient juste (par ce système) sa
charge à la même valeur que celle sortant de l’autre générateur prenant lui-même
l’augmentation de charge. L’AVR, non concerné par le statisme effectue toujours le
contrôle à la tension réglée.

Le mode Statisme est pré-réglé sous forme de valeurs de projet / de commissioning ; elles
se situent dans la plage de 3 % ou 5 %, pour 50 %, 100 % de charge.

Figure 100 : Exemple de réglages en mode statisme

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 90 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Une seule machine est soumise à un règlage, si tous les générateurs mis en parallèle
possèdent la même courbe de statisme, la fréquence varie en conséquence, l’utilisateur
doit simplement accepter la modification de fréquences en fonction de la charge.

Les problèmes surviennent lorsque les machines mises en parallèle possèdent des
réglages différents de statisme. En référer à un spécialiste….

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 91 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

8. MAINTENANCE D’UN ALTERNATEUR


AVERTISSEMENT : avant d’engager une procédure de maintenance, déconnecter toutes
les sources d’alimentation des machines et des accessoires ; replacer toutes les
connexions de mise à la masse avant d’engager la procédure.

Le non-respect de ces précautions peut entraîner des blessures.

GÉNÉRALITÉS : Les instructions relatives à la maintenance en général, à la propreté, à


l’inspection et à l’isolation telles ques prévues dans les Instructions relatives aux
générateurs précisées dans les manuels d’instructions de maintenance édités par les
fabriquants s’appliquent à tous les types d’alternateur (y compris ceux à systèmes
d’excitation sans balais).

Le nettoyage des enroulements de l’excitatrice et de l’ensemble redresseur est


recommandé à intervalles réguliers.

ATTENTION : si l’extraction ou le séchage d’un rotor (dans une étuve) s’avère nécessaire,
déposer l’ensemble redresseur avant de procéder au sèchage du rotor.

8.1. REMPLACEMENT D’UNE DIODE

Ce travail doit être réalisé par un technicien qualifié ou dans tous les cas sous sa
supervision permanente ; s’agissant d’une opération / intervention relativement courante
sur un alternateur, étudions la première cause des problèmes et si cela s’avère
nécessaire, remplacer toute diode au silicium défectueuse en suivant les instructions
suivantes.

Figure 101 : Ensemble pont de diodes sur un générateur sans balais


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 92 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La liste des directives figurant ci-après est indiquée à partir d’informations extraites d’un
manuel d’instruction.

Il est recommandé de remplacer les diodes par des diodes identiques à celles
d’origine. Les diodes de remplacement doivent être commandées suivant la
référence prévue par le fabriquant pour le renouvellement.

Toujours serrer ou desserrer une diode en tournant l’écrou et en bloquant l’écrou


hexagonal sur le corps de diode stationnaire.

Nettoyer complètement le dissipateur thermique autour du trou de montage de la


diode. S’assurer de l’absence de saillies risquant d’empêcher le parfait logement
de la diode contre le dissipateur thermique. Cette surface de fixation ainsi que
celle de la diode doivent être parfaitement planes, lisses et propres afin d’assurer
un transfert thermique maximum de la diode vers le dissipateur thermique.

Les queues de cochon des diodes doivent être positionnées de façon à être
exemptes de toute tension et à n’exercer aucune contrainte sur la diode.

Certaines diodes peuvent présenter des électrodes soudées entre elles. Si le


soudage d’une nouvelle électrode sur la diode s’avère nécessaire, elle doit être
déposée du dissipateur thermique, sinon l’électrode doit être installée avant la
pose de la diode. Les diodes risquant d’être endommagées par un battement
excessif lors du brasage, utiliser une brasure à bas point de fusion telle que 60
pour cent d’étain, 40 pour cent de plomb et appliquer une chaleur juste suffisante
pour établir la liaison de la brasure. Utiliser exclusivement une brasure à noyau de
résine et nettoyer soigneusement les surfaces avant de procéder au brasage.
Lors de l’opération de brasage, la diode peut être bloquée en plaçant l’écrou dans
la tige de la diode et en pinçant légèrement l’écrou dans un étau. Veiller au
blocage correct de la diode au cours du brasage afin d’éviter de créer un
dissipateur thermique efficace sur la diode pouvant résulter en une surchauffe de
celle-ci et / ou un joint à brasure de qualité médiocre.

Vérifier les filets de la tige de la diode, ils doivent être propres et exempts de
bavure. L’écrou doit pouvoir être tourné manuellement sur toute le longueur du
filet. Si la diode correspond à celle déposée d’un ensemble redresseur de type
530 et qu’elle doit être réinsallée, éliminer toute trace de colle (« Loctite ») de la
tige et des filets de l’écrou avant de procéder à sa pose.

Avant d’installer la diode, appliquer une couche de Burndy « Penetrox A » ou


produit équivalent sur la surface de fixation du dissipateur thermique de la diode.

Lors de la pose d’une diode, appliquer l’une des procédures suivantes appropriée
au type d’ensemble redresseur fourni :

• TYPE 1. Installer la diode en position correcte. Installer la plaque de


verrouillage puis l’écrou de diode. Serrer l’écrou au couple correct (voir le

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 93 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Tableau ci-dessous) et relever la languette de la plaque de verrouillage de


façon à bloquer l’écrou en position.

• TYPE 2. Installer la diode en position correcte et installer la rondelle


élastique de façon à placer la surface au niveau du diamètre extérieur en
contact avec le dissipateur thermique. Appliquer une couche de ‘Loctite’
« Screwlock » ou produit équivalent sur les filets de la tige de diode, placer
l’écrou sur la tige et le serrer immédiatement au couple correct (voir le
Tableau ci-dessous).

Taille écrou
Couple (pouce / livres)
hexagonal,
Taille de al
diamètre de
tige
surplat
Maximum Minimum
(pouces)

1 / 1” – 28 11 / 16 30 25

3 / 18” – 24 1 1 / 16 100 95

¾” à 16 11/4 300 285

Table 4 : Couple de montage des semiconducteurs

ATTENTION : après avoir appliqué de la Loctite sur les filets de la diode et


avoir installé l’écrou, celui-ci doit être serré au couple selon sa valeur
correcte dès que possible et avant que la Loctite ne soit active. Le non
respect de cette consigne peut entraîner des lectures de couple erronées,
une pose incorrecte de la diode et sa défaillance.

Lors de la pose de diodes, utiliser une clé dynamométrique. L’écrou de la diode


doit être serré au couple spécifié. Pour les diodes fournies, observer les limites de
couple indiquées dans le tableau.

ATTENTION : Des diodes à polarité directe et à polarité inversée sont


utilisées dans l’excitatrice, une flèche sur le boîtier de la diode indique la
polarité de la diode de l’ensemble redresseur. Lors du remplacement des
diodes, s’assurer que les redresseurs de remplacement sur chaque
dissipateur thermique indiquent la polarité correcte

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 94 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 102 : Redresseur classique de type ‘1’

Figure 103 : Redresseur classique de type ‘2’

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 95 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

8.2. REMPLACEMENT D’UNE VARISTANCE

Figure 104 : Utilisation d’une varistance sur un alternateur Leroy Somer

Une varistance est un dispositif dont la résistance diminue proportionnellement à


l’augmentation de la tension qui la traverse. Sa fonction est de supprimer les pics de
tension et d’obtenir une charge de résistance.

Si le remplacement d’une varistance s’avère nécessaire, respecter les instructions


suivantes.

Les varistances possédant des caractéristiques particulières, elles doivent être


remplacées par le même type de varistance d’origine fournie par le fabriquant de
générateurs.

Une varistance peut être facilement remplacée en suivant la procédure suivante


indiquée en fonction du type de redresseur fourni. Lors de la dépose d’une
varistance ou d’un ensemble varistance, noter correctement la façon dont les
pièces sont assemblées de façon à les réinstaller de manière semblable.

• Type 1. Déposer la tige et l’embout isolant sur lesquels la varistance est


montée et dévisser les électrodes de la varistance sur les dissipateurs
thermiques.

• Type 2. Déposer le cavalier de connexion entre les dissipateurs thermiques


de la varistance et déposer la vis fixant l’ensemble varistance sur le
dissipateur thermique.

Préalablement à la pose d’une nouvelle varistance, vérifier ques les surfaces de fixation
des dissipateurs thermiques, des cales et des faces de varistance soient bien planes et
lisses.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 96 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Serrer l’écrou et la vis fixant l’ensemble varistance sur le dissipateur thermique de manière
suffisante pour établir une connexion électrique correcte.

Tout serrage excessif risque de se fissurer et d’endommager les varistances.

8.3. SÉCHAGE DES ENROULEMENTS

Les enroulements des générateurs en service peuvent être par mégarde exposés à des
projections ou à des vaporisations d’eau. Les unités ayant été en transit ou en stockage
pendant des périodes prolongées peuvent avoir été soumises à des températures
extrêmes et à des évolutions d’humidité entraînant une condensation excessive.

Indépendamment de la source d’humidité, des enroulements humides doivent être


parfaitement séchés avant de mettre l’unité en service. Le non respect de cette précaution
peut entraîner de graves dégâts sur le générateur. Les procédures suivantes peuvent être
employées pour le séchage des enroulements de générateur. La méthode choisie sera
fonction du degré d’hygrométrie de l’enroulement et des limites imposées par la situation.

8.3.1. Résistances de chauffage

Une résistance électrique peut avoir été fournie par le générateur. Si elle est énergisée
depuis une autre source d’alimentation que le générateur, la résistance sèchera
progressivement le générateur. Ce processus peut être accéléré en protégeant l’unité d’un
couvercle et en l’insérant dans des unités thermiques supplémentaires.

Un trou doit être présent au-dessus du couvercle pour permettre à l’humidité de s’évacuer.
Veiller à ne pas surchauffer les différents équipements des accessoires montés avec le
générateur.

Lors d’une intervention sur un générateur (ou d’un moteur électrique équipé d’une
résistance de chauffage) ne jamais oublier d’isoler (contacteur et neutralisateur
placés sur Off) l’alimentation de la résistance de chauffage en règle générale en 220
ou 380 V………..

8.3.2. Air forcé

Une autre méthode de séchage possible pour le générateur consiste à faire fonctionner le
groupe sans excitation. Le débit d’air ambiant dans le générateur aura tendance à sécher
les enroulements. Cette méthode peut être accentuée en ajoutant une source thermique à
l’admission d’air vers le générateur. La chaleur au niveau du point d’entrée ne doit pas
excéder 80 C.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 97 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

8.4. DIFFICULTÉS OPÉRATIONNELLES

8.4.1. Généralités

Une inspection minutieuse et ponctuelle des machines en cours de fonctionnement est


essentielle afin de détecter tout fonctionnement incorrect risquant à terme d’entraîner une
défaillance sévère.

Certaines difficultés de fonctionnement relatives à un système d’excitation sans balais


susceptibles de se produire sont indiquées dans le Tableau ci-dessous ainsi que leurs
causes, ces événements doivent être corrigés dès leur détection.

8.4.2. Tableau de dépistage des pannes

Pièce
Difficulté Élément à vérifier
affectée

Diode ou varistance défectueuse


Spires du champ interrompues dans
Courant de champ de
Excitatrice l’excitatrice ou dans le générateur
l’excitatrice excessif
Coupure dans le câblage du circuit
Surcharges

Électrodes du champ inversées


Tension de sortie du
Perte résiduelle dans l’excitatrice
générateur ne s’accumulant
Circuit ouvert dans le système d’excitation
pas
Variateur défectueux

Absence de commande de la Variateur défectueux


tension de sortie du Circuit ouvert ou court-circuit dans le
générateur système de l’excitatrice

Table 5 : Dépistage des pannes d’un générateur

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 98 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

8.4.3. Résistance d’isolement

Si un générateur est humide à la suite d’expédition, d’un stockage ou d’une période


d’inactivité, il est conseillé de mesurer la résistance d’isolement des enroulements du
stator et du rotor à l’aide d’un mégohmmètre (tension adaptée à la tension de l’alternateur
sur le stator et sur le rotor).

ATTENTION : Lors de l’utilisation d’un mégohmmètre pour vérifier la résistance


d’isolement du stator, s’assurer d’avoir déconnecté tous les équipements de contrôle et /
ou les condensateurs de suppression d’ondes radio au niveau des bornes du générateur
et de l’excitatrice.

Pour effectuer à l’aide d’un mégohmmètre la mesure du rotor d’un générateur équipé
d’une excitatrice à courant alternatif sans balais, couper les dissipateurs thermiques avant
d’appliquer l’alimentation.

Le non respect de ces précautions risque d’endommager les redresseurs ou les autres
dispositifs à semiconducteur connecté dans ces circuits.
Conformément aux normes établies, la résistance d’isolement minimum recommandée
pour les enroulements de stator est :

Rm = KV + 1 où

Rm = résistance d’isolement minimum recommandée pour les enroulements complets d’un


rotor en mégohms à 40° C (obtenue en appliquant un potentiel direct sur les enroulements
complets pendant une minute) et
KV = tension nominale de la machine en kilovolts.

La formule susmentionnée doit également être utilisée pour établir la résistance


d’isolement minimum recommandée pour un enroulement de champ en utilisant la tension
de champ en kilovolts indiquée dans le formule ci-dessus.

VALEURS DE RÉSISTANCE D’ISOLEMENT

Extraites des Spéc. Total :

SP-COM-511 ACTIVITÉS DE « PRECOMMISSIONING »

Valeurs lors du « commissioning » d’un GÉNÉRATEUR

Les connexions utilisées pour les tests de résistance d’isolement doivent être analogues
à celles utilisées dans le test de haute tension. Un mégohmmètre de 5 000 V doit être
utilisé pour les test des enroulements de 5,5 kV et un mégohmmètre de 1 000 V doit être
utilisé pour les enroulements de 440 V et les enroulements d’une excitatrice.

Un mégohmmètre de 500 V doit être utilisé pour les test de résistance anti-condensation
et du socle des paliers.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 99 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La valeur d’isolement minimum acceptable est :


Enroulements de générateur de 5,5 kV - 150 Mégohms
Enroulements de générateur de 400 V - 100 Mégohms
Enroulements d’excitatrice - 100 Mégohms
Résitances anti-condensation - 10 Megohms
Isolement des paliers - 1 Mégohm

Si la resistance d’isolement d’un enroulement de générateur est inférieure à la valeur


minimum acceptable, l’indice de polarisation (pour un électricien, il est lié à la classe
d’isolement) doit être mesuré. Un mégohmmètre motorisé ou un matériel analogue est
nécessaire pour la réalisation du test.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 100 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

9. MOTEUR SYNCHRONE
Vous venez de voir ce qu’est un moteur synchrone puisque c’est la même machine que
l’alternateur.

La caractéristique principale du moteur synchrone est que le rotor, à la différence des


machines asynchrones tourne sans glissement à la vitesse du champ tournant quelle que
soit la charge sur l’arbre (en restant dans la limite de la puissance nominale, bien
entendu). Il existe deux types principaux et distincts de moteurs synchrones : les moteurs
à aimants et les moteurs à rotor bobiné.

Il n’y a donc pas lieu de présenter sa technologie, c’est déjà fait, quand il est identique à
l’alternateur que nous avons vu dans les chapitres précédents, c’est-à-dire à rotor bobiné.
Nous voyons, quand même, ses avantage s et inconvénients. Le moteur synchrone à
aimants permanents (l’alternateur de vélo !) est utilisé pour les « petites » machines.

9.1. MOTEUR SYNCHRONE À AIMANTS PERMANENTS

Le rotor du moteur est équipé d'aimants permanents


en général en terre rare pour obtenir un champ élevé
dans un volume réduit. Le stator comporte les
enroulements triphasés.

Figure 105 : Coupe d’un moteur synchrone à aimants


permanents

Ces moteurs peuvent accepter des courants de


surcharge importants pour réaliser des accélérations
très rapides. Ils sont toujours associés à un variateur
de vitesse et ces ensembles moto-variateurs sont
destinés à des marchés spécifiques comme ceux des robots ou des machines-outils pour
lesquels un moindre volume des moteurs, les accélérations et la bande passante sont des
impératifs.

À aimants, à fréquence fixe et capable de démarrer ?

Pour qu’un moteur synchrone puisse démarrer directement à la fréquence du réseau


(sans l’aide d’une cage d’écureuil – voir moteur asynchrone), il faut des conditions tout à
fait particulières sur le moment d’inertie et le couple résistant. L’inertie totale ramenée sur
l’arbre doit être suffisamment faible pour permettre le premier pas et le couple résistant
doit être quasi nul, ce qui peut être obtenu grâce au jeu de ’éventuel réducteur mécanique.

S’il est, en outre monophasé, il ne peut théoriquement pas démarrer sauf si le rotor se
trouve à l’arrêt dans une position telle qu’il y aura un couple au moment de la mise sous
tension. Cette condition est obtenue soit par une bague de déphasage qui donne un
champ tournant soit grâce au couple de détente judicieusement décalé.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 101 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 106 : Moteur synchrone à aimants à un seul sens de rotation « SAIA »

Parmi les moteurs synchrones monophasés à aimants, on trouve les petits moteurs à
grand nombre de pôles et stator à griffes qui sont utilisés dans les programmateurs et
horloges électromécaniques.

Leurs puissances sont de quelques watts et leurs vitesses de quelques tours / mn. La
structure de la figure ci-dessus met en oeuvre une bague de déphasage.

Dans la gamme de quelques dizaines de watts, un moteur 2 pôles aimants permanents


ferrite, qui peut fonctionner en alimentation monophasée, grâce à son couple de détente
déphasé par une dissymétrie du stator au niveau de l’entrefer (figure ci-dessous), est
apparu sur le marché et a détrôné les moteurs asynchrones à bobine écran dans des
applications comme les presse-fruits, les pompes de vidange. Son principal avantage est
d’être beaucoup plus petit donc moins cher.

Figure 107 : Moteur synchrone monophasé à aimants : coupe [Alten 94], « Mabuchi »
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 102 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

9.2. MOTEUR SYNCHRONE À ROTOR BOBINÉ

Les machines synchrones à rotor bobiné sont réversibles et peuvent fonctionner en


générateurs (alternateurs) ou en moteurs. Pendant longtemps ces machines ont surtout
été utilisées comme alternateurs. Leur usage en moteur était pratiquement confiné aux
applications où il était nécessaire d'entraîner des charges à vitesse fixe en dépit des
variations relativement importantes de leur couple résistant.

Le développement des convertisseurs de fréquence directs (type cycloconvertisseur) ou


indirects fonctionnant en commutation naturelle grâce à l'aptitude des machines
synchrones à fournir de la puissance réactive, a permis la réalisation d'entraînements
électriques à vitesse variable performants, fiables et particulièrement compétitifs par
rapport aux solutions concourantes lorsque la puissance dépasse le mégawatt.

Bien que l’on puisse trouver des moteurs synchrones utilisés industriellement dans la
gamme de puissance de 150 kW à 5 MW, c’est au-delà de 5 MW que les entraînements
électriques utilisant des moteurs synchrones se sont pratiquement imposés,
majoritairement associés à des variateurs de vitesse. (Variation de fréquence = variation
de vitesse)

Caractéristiques de fonctionnement

Le couple moteur de la machine synchrone est proportionnel à la tension à ses bornes


alors que celui de la machine asynchrone est proportionnel au carré de cette tension.

Contrairement au moteur asynchrone, il peut travailler avec un facteur de puissance égal à


l'unité ou très voisin de celle-ci.

9.2.1. Avantages du moteur synchrone (à rotor bobiné)

Le moteur synchrone, par rapport au moteur asynchrone, bénéficie donc d’un certain
nombre de particularités avantageuses en ce qui concerne son alimentation par le réseau
à tension et fréquence constantes :

La vitesse du moteur est constante, quelle que soit la charge ;

Il peut fournir de la puissance réactive et permettre d’améliorer le facteur de


puissance d’une installation. Il est effectivement employé à cette fin dans des
installations ayant un ‘pauvre cos φ (beaucoup de charge inductive ).

Il peut supporter sans décrocher des chutes de tension relativement importantes


(de l'ordre de 50 % en raison de ses possibilités de surexcitation).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 103 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Puissance absorbée Puissance générée


côté moteur synchrone côté alternateur

P: puissance active (+) V


φ

Q: Puissance
Amélioration du cos φ réactive (+)
S: puissance
apparente

Figure 108 : Moteur synchrone améliorant le cos φ d’une installation

9.2.2. Inconvénients du moteur synchrone (à rotor bobiné)

Toutefois, le moteur synchrone alimenté directement par le réseau de distribution


d'énergie à tension et fréquence constantes présente deux inconvénients :

Il a des difficultés de démarrage ; de fait, si le moteur n’est pas associé à un


variateur de vitesse, le démarrage doit s’effectuer à vide, soit par démarrage
direct pour les petits moteurs, soit à l’aide d’un moteur de lancement qui l’entraîne
à une vitesse proche du synchronisme avant le couplage direct sur le réseau.

Il peut décrocher si le couple résistant dépasse son couple électromagnétique


maximal et, dans ce cas, il faut reprendre tout le processus de démarrage.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 104 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

9.3. LES AUTRES MOTEURS SYNCHRONES

Pour terminer le tour d’horizon des moteurs synchrones industriels, citons les moteurs
linéaires, les moteurs asynchrones synchronisés et les moteurs pas à pas.

9.3.1. Les moteurs linéaires

Leur structure est identique à celle des moteurs rotatifs de type synchrone : ils sont
composés d’un stator (plateau) et d’un rotor (tige d’avance) développés en ligne. En
général le plateau se déplace sur une glissière le long de la tige d’avance.

Ce type de moteur s’affranchit de toute cinématique intermédiaire pour la transformation


du mouvement d’où l’absence de jeu et d’usure mécanique de cet entraînement.

9.3.2. Les moteurs asynchrones synchronisés

Ce sont des moteurs à induction. Lors de la phase de démarrage, le moteur fonctionne en


mode asynchrone et lorsqu'il a atteint une vitesse proche du synchronisme, il passe en
mode synchrone.

Si sa charge mécanique est importante, il ne peut plus tourner en mode synchrone et


repasse en mode asynchrone.

Cette particularité est obtenue par une construction spéciale du rotor et en général pour
des moteurs de faible puissance.

9.3.3. Les moteurs pas à pas

Le moteur pas à pas est un moteur qui tourne en fonction des impulsions électriques
alimentant ses bobinages. Selon son alimentation électrique, il peut être de type :

Unipolaire si ses bobinages sont toujours alimentés dans le même sens par une tension
unique, d'où le nom d'unipolaire ;

Bipolaire lorsque ses bobinages sont alimentés tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre
sens.

Ils créent une fois un pôle Nord, une fois un pôle Sud d'où le nom de bipolaire.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 105 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Bipolaire à aimants Unipolaire à réluctance


Bipolaire hybride
permanent variable
Étapes de
fonctionnement 2 phases, 4 fils 4 phases, 8 fils 2 phases, 4 fils
8 24 12

Pas 1

État
intermédiaire

Pas 2

Table 6 : Les trois types de moteurs pas à pas

Les moteurs pas à pas peuvent être à réluctance variable, à aimants ou une combinaison
des deux (figure ci-dessus).

L'angle de rotation minimal entre deux modifications des impulsions électriques s'appelle
un pas. On caractérise un moteur par :

Le nombre de pas par tour (c’est-à-dire pour 360°). Les valeurs courantes sont 48, 100 ou
200 pas par tour.

La rotation du moteur se fait donc de manière discontinue. Pour améliorer la résolution, ce


nombre de pas peut être augmenté de manière purement électronique (fonctionnement en
micro-pas).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 106 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 109 : Échelons de courant appliqués aux bobines d’un moteur pas à pas pour
réduire son pas.

En faisant varier par échelon le courant (figure ci-dessus ) dans les bobines, on crée un
champ résultant qui glisse d'un pas à un autre, ce qui a pour résultat la réduction effective
du pas.

Les circuits pour micro-pas multiplient par 500 le nombre de pas d’un moteur qui passe
ainsi, par exemple, de 200 à 100 000 pas.

L'électronique permet de piloter la chronologie de ces impulsions et d'en comptabiliser le


nombre. Les moteurs pas à pas et leur circuit de commande permettent ainsi la rotation
d'un axe avec beaucoup de précision en vitesse et en amplitude.

Leur fonctionnement s’apparente donc à celui d’un moteur synchrone quand l’arbre est en
rotation continue, ce qui correspond à des limites spécifiées de fréquence, de couple et
d’inertie de la charge entraînée (figure ci-dessous). Si ces limites sont dépassées, le
moteur décroche ce qui se traduit par l’arrêt du moteur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 107 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 110 : Couple maximal en fonction de la fréquence du pas.

Un positionnement angulaire précis est possible sans boucle de mesure. Ces moteurs de
puissance en général en dessous du kW, sont, pour les petits modèles alimentés en
basse tension. Industriellement, ces moteurs sont utilisés pour des applications de
positionnement telles que réglage de butées pour coupe à longueur, commande de
vannes, de dispositifs optiques ou de mesure, chargement déchargement de presses ou
de machines outils etc.

La simplicité de cette solution la rend particulièrement économique (pas de boucle de


retour). Les moteurs pas à pas à aimants présentent également l’avantage d’un couple à
l’arrêt en l’absence d’alimentation. Par contre, la position initiale du mobile doit être
connue et prise en compte par l’électronique afin d’assurer un pilotage efficace.

Voyons quelques exemples d’application

9.3.3.1. Moteur synchrone pas à pas ‘Lavet’

Tout d’abord, une structure monophasée, abondamment exploitée dans les montres et les
pendules électriques, est celle du moteur dit Lavet, le diamètre rotor à aimant bipolaire
vaut environ 1 à 1,5 mm et le couple, dans le cas des montres, vaut environ 1 DN.m.

La figure ci-dessous montre un tel moteur qui peut fonctionner dans un seul sens de
rotation.

Figure 111 : Moteur Lavet monophasé pour l’horlogerie ‘Minot 98’ et ’Seiko’

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 108 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

9.3.3.2. Moteur synchrone pas à pas à griffes

La figure ci-dessous montre la structure, ainsi qu’une photo, du moteur à induit à griffes à
deux phases juxtaposées. Le rotor est un aimant multipolaire en ferrite (quelque fois en
NdFeB). Le moteur 48 pas par tour est le plus fréquent, il possède 12 paires de pôles.

Figure 112 : Structure à aimants diphasée à induit à griffes.

9.3.3.3. Moteur synchrone pas à pas ‘Escap’

Le moteur à aimant disque ‘Escap’ est unique en son genre, il met en oeuvre un disque
rotorique aimanté axialement et très fin (Oudet 81). Le stator est constitué de U en tôles
excitées par des bobinages globalisés, l’induit est diphasé.

Cette architecture originale permet d’obtenir de très grandes accélérations et des


fréquences très élevées grâce à de faibles pertes magnétiques.

Figure 113 : Moteur à aimant disque Portescap (Oudet 81)- (Kenjo 92)

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 109 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

9.3.3.4. Moteur synchrone pas à pas hybrides

Enfin, les moteurs hybrides dans leur structure la plus courante, celle à aimantation axiale
au rotor et deux dentures décalées d’un demi-pas pour obtenir un flux inducteur alternatif
au stator. La plus courante comprends deux phases composées chacune de 4 pôles
statorique dentés et un rotor à 50 dents qui confèrent une résolution de 200 pas par tour. Il
existe également des moteurs à 5 phases.

Figure 114 : Moteur pas à pas hybride Vexta, 200 pas par tour, 2 phases.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 110 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

10. MOTEUR TRIPHASÉ ASYNCHRONE


Ce chapitre est consacré à la présentation des moteurs asynchrones triphasés, moteurs
les plus utilisés sur les sites pour l'entraînement des machines.

Ces moteurs s’imposent en effet dans un grand nombre d'applications en raison des
avantages qu'ils présentent : normalisés, ils sont robustes, simples d’entretien, faciles à
mettre en oeuvre et de faible coût.

10.1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

A considérer (presque) comme un rappel puisque nous avons déjà vu les principes du
magnétisme et du fonctionnement des moteurs synchrones et à courant continu.

10.1.1. Principe magnétique

Le principe de fonctionnement d'un moteur asynchrone repose sur la création d'un courant
induit dans un conducteur lorsque celui-ci coupe les lignes de force d'un champ
magnétique, d'où le nom de « moteur à induction ». L’action combinée de ce courant induit
et du champ magnétique crée une force motrice sur le
rotor du moteur.

Supposons une spire ABCD en court-circuit, située dans


un champ magnétique B, et mobile autour d'un axe xy.

Figure 115 : Création d’un courant induit dans une spire


en court-circuit.

Si, par exemple, nous faisons tourner le champ


magnétique dans le sens des aiguilles d'une montre, la
spire est soumise à un flux variable et devient le siège
d'une force électromotrice induite qui donne naissance à
un courant induit ‘i’ (loi de Faraday).

D'après la loi de Lenz, le sens du courant est tel qu'il s'oppose par son action
électromagnétique à la cause qui lui a donné naissance. Chacun des deux conducteurs
est donc soumis à une force F de Laplace (de Lorentz, pour les Anglo-Saxons), de sens
opposé à son déplacement relatif par rapport au champ inducteur.

La règle des trois doigts de la main droite (action du champ sur un courant, (figure ci-
dessous) permet de définir facilement le sens de la force F appliquée à chaque
conducteur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 111 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Le pouce est placé dans le sens du champ de l'inducteur. L'index indique le sens
de la force.

Le majeur est placé dans le sens du courant


induit.

Figure 116 : La règle des trois doigts de la main droite


pour trouver la direction de la force.

La spire est donc soumise à un couple qui


provoque sa rotation dans le même sens que le
champ inducteur, appelé champ tournant. La
spire se met donc en rotation et le couple
électromoteur produit équilibre le couple
résistant.

10.1.2. Création du champ tournant

Trois enroulements, géométriquement décalés de 120°, sont


alimentés chacun par une des phases d'un réseau triphasé
alternatif

Figure 117 : Principe d’un moteur asynchrone triphasé.

Les enroulements sont parcourus par des courants alternatifs


présentant le même décalage électrique, et qui produisent
chacun un champ magnétique alternatif sinusoïdal. Ce
champ, toujours dirigé suivant le même axe, est maximal
quand le courant dans l'enroulement est maximal.

Le champ généré par chaque enroulement est la résultante de deux champs qui tournent
en sens inverse et ayant chacun pour valeur constante la moitié de la valeur du champ
maximal.

Figure 118 : Champs générés par les trois phases.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 112 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

A un instant t1 quelconque de la période (figure ci-dessus), les champs produits par


chaque enroulement peuvent être représentés comme suit :

Le champ H1 diminue. Les 2 champs qui le composent ont tendance à s'éloigner


de l'axe OH1,

Le champ H2 augmente. Les 2 champs qui le composent ont tendance à se


rapprocher de l'axe OH2,

Le champ H3 augmente. Les 2 champs qui le composent ont tendance à se


rapprocher de l'axe OH3.

Le flux correspondant à la phase 3 est négatif. Le champ est donc dirigé dans le sens
opposé à la bobine.

En superposant les trois diagrammes, nous constatons que :

Les trois champs tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre sont
décalés de 120° et s'annulent.

Les trois champs tournant dans le sens des aiguilles d'une montre se
superposent. Ces champs s'additionnent pour former le champ tournant
d'amplitude constante 3Hmax / 2. C'est un champ à une paire de pôles.

Ce champ effectue un tour pendant une période du courant d'alimentation. Sa vitesse est
fonction de la fréquence du réseau (f), et du nombre de paires de pôles (p). Elle est
appelée « vitesse de synchronisme », correspondant à la vitesse de rotation de
l’alternateur (ou du moteur synchrone) que le moteur asynchrone ne pourra jamais
atteindre à cause du « phénomène » du paragraphe suivant.

10.1.3. Glissement

Le couple moteur ne peut exister que si un courant induit circule dans la spire. Ce couple
est déterminé par le courant qui circule dans la spire et qui ne peut exister que s'il existe
une variation de flux dans cette spire. Il faut donc qu'il y ait une différence de vitesse entre
la spire et le champ tournant.

C'est la raison pour laquelle un moteur électrique fonctionnant suivant le principe que nous
venons de décrire est appelé : «moteur asynchrone».

La différence entre la vitesse de synchronisme (Ns) et celle de la spire (N) est appelée «
glissement » (g) et s'exprime en % de la vitesse de synchronisme.

g = [(Ns - N) / Ns] x 100

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 113 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

En fonctionnement, la fréquence du courant rotorique s’obtient en multipliant la fréquence


d’alimentation par le glissement. Au démarrage la fréquence du courant rotorique est donc
maximale.

Le glissement en régime établi est variable suivant la charge du moteur et selon le niveau
de la tension d’alimentation qui lui est appliqué : il est d'autant plus faible que le moteur est
peu chargé, et il augmente si le moteur est sous alimenté.

10.1.4. Vitesse de synchronisme

Encore un rappel, puisque vu avec les alternateurs.

L’on se représente la vitesse de synchronisme d’un moteur asynchrone comme étant la


vitesse théorique à laquelle il devrait tourner s’il n’y avait pas le glissement.

La vitesse de synchronisme des moteurs asynchrones triphasés est proportionnelle à la


fréquence du courant d’alimentation et inversement proportionnelle au nombre de paires
de pôles constituant le stator.

Par exemple :
Ns = 60 f / p

Ns : vitesse de synchronisme en tr / min


f : fréquence en Hz,
p : nombre de paires de pôles.

C’est bien entendu, la même chose que pour la machine synchrone.

Pour les fréquences industrielles de 50 Hz et 60 Hz et une autre fréquence (100 Hz), les
vitesses de rotation du champ tournant, ou vitesses de synchronisme, en fonction du
nombre de pôles, sont données dans le tableau récapitulatif ci-après.

Nombre de Vitesse de rotation en tr / min


pôles 50 Hz 60 Hz 100 Hz
2 3000 3600 6000
4 1500 1800 3000
6 1000 1200 2000
8 750 900 1500
10 600 720 1200
12 500 600 1000
16 375 540 750

Table 7 : Fréquence en fonction de la vitesse de rotation du champ tournant


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 114 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Dans la pratique il n’est pas toujours possible d'augmenter la vitesse d'un moteur
asynchrone en l'alimentant sous une fréquence supérieure à celle pour laquelle il est
prévu, même si la tension est adaptée. Il convient en effet de vérifier si ses conceptions
mécanique et électrique le permettent.

A noter que compte tenu du glissement, les vitesses de rotation en charge des moteurs
asynchrones sont légèrement inférieures aux vitesses de synchronisme indiquées dans le
tableau.

10.2. CONSTITUTION

Un moteur asynchrone triphasé (à cage) comporte deux parties principales : un inducteur


= stator et un induit = rotor. Et uniquement dans cette association alors qu’un alternateur
peut avoir un inducteur fixe (dans le stator) ou tournant (dans le rotor) et un induit fixe ou
tournant.

10.2.1. Le stator

C’est la partie fixe du moteur. Une carcasse


en fonte ou en alliage léger renferme une
couronne de tôles minces (de l'ordre de 0,5
mm d'épaisseur) en acier au silicium. Les
tôles sont isolées entre elles par oxydation ou
par un vernis isolant.

Le « feuilletage » du circuit magnétique réduit


les pertes par hystérésis et par courants de
Foucault.

Figure 119 : Stator d’un moteur asynchrone

Les tôles sont munies d’encoches dans


lesquelles prennent place les enroulements statoriques destinés à produire le champ
tournant (trois enroulements dans le cas d'un moteur triphasé). Chaque enroulement est
constitué de plusieurs bobines.

Le mode de couplage de ces bobines entre elles définit le nombre de paires de pôles du
moteur, donc la vitesse de rotation.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 115 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

10.2.2. Le rotor

C’est l’élément mobile du moteur. Comme le circuit magnétique du stator, il est constitué
d'un empilage de tôles minces isolées entre elles et formant un cylindre claveté sur l'arbre
du moteur.

Figure 120 : Rotor (à cage d’écureuil) d’un moteur asynchrone

Cet élément, de par sa technologie, permet de distinguer deux familles de moteurs


asynchrones : ceux dont le rotor est dit « à cage », et ceux dont le rotor bobiné est dit « à
bagues ».

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 116 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

10.3. LES DIFFERENTS TYPES DE ROTOR

10.3.1. Le rotor à cage

Plusieurs types de rotor à cage existent, ils sont tous conçus selon l’exemple de la figure
ci-dessus (et ci-dessous)

Figure 121 : Éclaté d’un moteur à cage

En citant ces moteurs dans l'ordre du moins répandu au plus courant :

10.3.1.1. Rotor à cage résistante

Le rotor résistant existe surtout en simple cage (voir plus loin la définition du moteur
simple cage). La cage est fermée par deux anneaux résistants (alliage particulier, section
réduite, anneaux d'inox …).

Ces moteurs présentent un fort glissement au couple nominal.


Leur couple de démarrage est élevé et le courant de démarrage faible (voir courbe ci-
dessous).

En raison des pertes dans le rotor, leur rendement est faible.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 117 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Ces moteurs sont en principe utilisés sur des applications pour lesquelles il est intéressant
d’avoir du glissement afin d’adapter la vitesse en fonction du couple, par exemple :

Cas de plusieurs moteurs liés mécaniquement sur lesquels doit être répartie la
charge, tels que train à rouleaux d’un laminoir, entraînement d’un portique de
levage ;

Fonction enrouleur-dérouleur à partir de moteurs Alquist (*) prévus à cet effet ;

Besoin d’un fort couple de démarrage avec un courant d’appel limité (palans de
levage ou convoyeurs).

Ils permettent la variation de vitesse par


modification de la seule tension, mais cette
application tend à disparaître au profit des
convertisseurs de fréquence. Si tous les moteurs
sont auto-ventilés, certains moteurs avec rotor à
cage résistante sont moto-ventilés (motorisation
distincte de leur ventilateur).

Figure 122 : Courbes couple / vitesse suivant les


types de rotors à cage (à Un).

(*) Ces moteurs asynchrones moto-ventilés à fort


glissement sont utilisés en variation de vitesse, leur
courant au calage est voisin de leur courant nominal ;
leur caractéristique de couple / vitesse est très
plongeante. Avec une alimentation variable il est
possible d'adapter cette caractéristique et de régler le
couple moteur en fonction de la traction souhaitée.

10.3.1.2. Rotor à simple cage

Dans des trous ou dans des encoches disposés sur le pourtour du rotor (à l’extérieur du
cylindre constitué par l’empilage de tôles) sont placés des conducteurs reliés à chaque
extrémité par une couronne métallique et sur lesquels vient s'exercer le couple moteur
généré par le champ tournant. Pour que le couple soit régulier, les conducteurs sont
légèrement inclinés par rapport à l'axe du moteur. L’ensemble a l’aspect d’une cage
d’écureuil, d’où le nom de ce type de rotor.

La cage d’écureuil est généralement entièrement moulée, (seuls les très gros moteurs
sont réalisés à l'aide de conducteurs insérés dans des encoches). L’aluminium est injecté
sous pression et les ailettes de refroidissement, coulées lors de la même opération,
assurent la mise en court-circuit des conducteurs du stator.

Ces moteurs ont un couple de démarrage relativement faible et le courant absorbé lors de
la mise sous tension est très supérieur au courant nominal (courbe ci-dessus).
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 118 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

En contre partie ils ont un faible glissement au couple nominal.

Ces moteurs sont utilisés principalement en forte puissance pour améliorer le rendement
des installations sur des pompes et ventilateurs. Ils sont également associés à des
convertisseurs de fréquence en vitesse variable, les problèmes de couple et de courant de
démarrage sont alors parfaitement résolus.

10.3.1.3. Rotor à double cage

Il comporte deux cages concentriques, l’une extérieure, de faible section et assez


résistante, I’autre intérieure, de forte section et de résistance plus faible.

Au début du démarrage, les courants rotoriques étant à fréquence élevée, l'effet de peau
qui en résulte fait que la totalité du courant rotorique circule à la périphérie du rotor et donc
dans une section réduite des conducteurs. Au début du démarrage, le courant rotorique
étant de fréquence élevée, le courant ne circule que dans la cage extérieure. Le couple
produit par la cage extérieure résistante est important et l’appel de courant réduit (courbe
ci-dessus).

En fin de démarrage, la fréquence diminue dans le rotor, le passage du flux à travers la


cage intérieure est plus facile. Le moteur se comporte alors sensiblement comme s’il était
construit avec une seule cage peu résistante.

En régime établi, la vitesse n’est que très légèrement inférieure à celle du moteur à simple
cage.

10.3.1.4. Rotor à encoches profondes

C'est la réalisation standard.

Les conducteurs rotoriques sont moulés dans les encoches du rotor qui sont de forme
trapézoïdale dont le petit coté du trapèze se situe à l'extérieur du rotor.

Le fonctionnement est analogue au moteur à double cage : l’intensité du courant rotorique


varie en fonction inverse de sa fréquence.

Ainsi :

Au début du démarrage, le couple est élevé et l’appel de courant réduit.

En régime établi, la vitesse est sensiblement celle du moteur à simple cage.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 119 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

10.3.2. Le rotor bobiné (rotor à bagues)

Dans des encoches pratiquées à la périphérie du rotor sont logés des enroulements
identiques à ceux du stator (figure suivante). Généralement le rotor est triphasé.

Figure 123 : Vue éclatée d’un moteur asynchrone à rotor à bagues

Une extrémité de chacun des enroulements est reliée à un point commun (couplage
étoile). Les extrémités libres peuvent être raccordées sur un coupleur centrifuge ou sur
trois bagues en cuivre, isolées et solidaires du rotor. Sur ces bagues viennent frotter des
balais à base de graphite, raccordés au dispositif de démarrage.

En fonction de la valeur des résistances insérées dans le circuit rotorique, ce type de


moteur peut développer un couple de démarrage s’élevant jusqu’à 2,5 fois le couple
nominal.

Le courant au démarrage est sensiblement proportionnel au couple développé sur l’arbre


moteur.

Cette solution est de plus en plus abandonnée au profit de solutions électroniques


associées à un moteur à cage standard. En effet ces dernières permettent de résoudre
des problèmes de maintenance (remplacement des balais d’alimentation du rotor usés,
entretien des résistances de réglage), de réduire l’énergie dissipée dans ces résistances
et aussi d’améliorer de façon importante le rendement de l’installation.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 120 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

11. AUTRES TYPES DE MOTEURS ÉLECTRIQUES

11.1. MOTEURS ASYNCHRONES MONOPHASÉS

Le moteur asynchrone monophasé, bien que moins utilisé dans l’industrie que son
homologue triphasé, représente néanmoins une part d'applications non négligeable dans
les petites puissances et dans les applications du bâtiment qui utilisent le réseau
monophasé 230 V.

A puissance égale, il est plus volumineux qu'un moteur triphasé.

Par ailleurs, son rendement et son cosinus φ sont beaucoup plus faibles que dans le cas
du triphasé et ils varient considérablement en fonction d’une part de la puissance, d’autre
part du constructeur

11.1.1. Constitution

Le moteur monophasé, comme le moteur triphasé, est composé de deux parties : le stator
et le rotor.

11.1.1.1. Le stator

Il comporte un nombre pair de pôles et ses bobinages sont raccordés sur le réseau
d’alimentation.

11.1.1.2. Le rotor

Il est le plus souvent à cage d’écureuil.

11.1.2. Principe de fonctionnement

Considérons un stator comprenant deux


enroulements raccordés sur le réseau
d’alimentation L1 et N.

Figure 124 : Principe de fonctionnement d’un


moteur asynchrone monophasé.

Le courant alternatif monophasé engendre

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 121 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

dans le rotor un champ alternatif simple H qui est la superposition de deux champs
tournants H1 et H2 de même valeur et de sens contraires.

A l’arrêt, le stator étant alimenté, ces champs présentent le même glissement par rapport
au rotor et produisent par conséquent deux couples égaux et opposés. Le moteur ne peut
démarrer.

Une impulsion mécanique sur le rotor provoque une inégalité des glissements. L’un des
couples diminue pendant que l’autre augmente. Le couple résultant provoque le
démarrage du moteur dans le sens où il a été lancé.

11.1.3. Démarrage moteur monophasé avec condensateur

Afin de résoudre ce problème de couple lors de la phase de démarrage, dans le système


le plus courant, un deuxième bobinage décalé de 90° est inséré dans le stator. Cette
phase auxiliaire est alimentée par un artifice de déphasage (condensateur ou
inductance) ; une fois le démarrage effectué la phase auxiliaire peut être supprimée.

11.1.3.1. A condensateur permanent moteur biphasé

Son bobinage comporte 2 phases égales occupant


chacune la moitié des encoches, l'inversion du sens
s'obtient par simple permutation de l'alimentation aux
bornes des fils allant au condensateur permanent, avec
de l'autre coté un commun. Les puissances sont égales
dans les deux sens de rotation. Utilisé pour les très
petites puissances.

Généralement utilisé pour des asservissements de


vannes, on "dope » alors sa puissance... mais pour un
service intermittent.

Figure 125 : Condensateur permanent Moteur biphasé

11.1.3.2. Moteur à condensateur permanent et à bobinage dit « 1 / 3 - 2 / 3 ».

Son bobinage comprend une phase principale qui occupe 2 / 3 des encoches, et la phase
auxiliaire occupant le tiers restant.

La phase auxiliaire étant en circuit en permanence, en série avec un condensateur dit «


condensateur permanent ».

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 122 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Ces moteurs ont faible couple de démarrage : CD / CN


compris entre 0,3 - 0,8 . C'est le classique des moteurs
bas de gamme de grande surface...

On doit donc réserver son utilisation à des usages où l'on


peut tolérer un faible couple de démarrage : pompes
centrifuges, machines démarrant à vide, etc.

Figure 126 : Condensateur permanent 1 / 3-2 / 3

11.1.3.3. Moteur à condensateur de démarrage (et à bobinage « 1 / 3 - 2 / 3 »)

Le bobinage comporte deux « phases » : une « phase de marche » ou « phase principale


», et une « phase auxiliaire » ou « phase de démarrage ».

Le bobinage de la phase de marche, qui occupe les deux tiers des encoches, son
fil est plus gros, il a la plus faible résistance ohmique.

La « phase de démarrage », qui occupe


elle le reste des encoches soit le tiers
restant.

Le moteur comporte aussi un artifice de


démarrage, qui peut être, soit un contact
centrifuge soit, un relais d’intensité ou de tension
(suivant le procédé) coupant le condensateur
après le démarrage

Figure 127 : Schéma à relais d'intensité et


condensateur de démarrage. I>

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 123 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 128 : Séquence caractéristique de démarrage moteur bi à relais et condensateur

Le condensateur, dit « condensateur de démarrage » est un condensateur


électrolytique de forte capacité : des centaines de µF, pour Service
Intermittent (*). Ces moteurs ont un fort couple de démarrage : CD / CN
compris entre 1,5 à 3 ce qui est quasi équivalent au Cd / Cn des moteurs
asynchrones triphasés

(*) Ce type de condensateur ne supporte pas de rester sous tension plus


longtemps que le temps d'un démarrage, au-delà il peut exploser

Figure 129 : Condensateur de démarrage

Il existe aussi des

Moteurs à condensateur de démarrage et à condensateur permanent

Moteur "Split-Phase" ou à phase de démarrage à haute résistance

Moteur à enroulement de démarrage dit « bifilaire », (ou à spires inversées )

Etc….

Il est impossible de tout énumérer, mais il est toutefois une question récourante : comment
on fait pour démarrer et faire tourner un moteur tri en mono ? ET ce n’est pas le propre
d’électricien ce type de question….paragraphe suivant.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 124 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

11.1.4. Moteur triphasé en monophasé

11.1.4.1. Avec des condensateurs

Il faut admettre une perte de puissance de 30%, et une perte de couple de démarrage
pour les schémas à 1 seul condensateur.

A. Phase principale = une phase du tri, Phase auxiliaire = deux phases en série.

Figure 130 : Moteur tri en mono : phase principale= 1 phase & Phase auxiliaire = 2 phases

Les deux bobinages ainsi répartis ont donc ainsi leurs axes respectifs décalés de 90°, un
condensateur de valeur appropriée servira à alimenter la phase auxiliaire.

Ce raccordement permet d'avoir le maximum de puissance en 220 V, toujours en


comptant une perte du tiers de la puissance d'origine (voir tableau).

B. Phase principale = deux phases du tri en série, Phase auxiliaire = 1 phase du tri.

Ce raccordement avec deux phases en série pour la phase principale, bien que plus
logique pour se rapprocher du bobinage 2 / 3 - 1 / 3 des vrais monophasés, devrait être
utilisé à tension double, soit en 400 V monophasé.

Ou alors en 220 V il faudra diviser par deux la puissance espérée ...

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 125 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

C. Moteur en triangle

Figure 131 : Moteur tri en mono – version couplage triangle

Le plus couramment utilisé

D. Phase principale = 2 phases du tri en parallèle, Phase auxiliaire = la phase


restante

Peu utilisé, car ne fonctionne que sous certaines conditions de schémas de bobinage et
avec des petits moteurs. (Petites pompes de machines-outils, à faible nombre d’encoches,
par ex.)

E. Tableau des valeurs de C

Au cas où vous désirez faire votre « bricolage….

Hauteur Cd (condo Id 220


Puissance Cp (condo In 220
d’axe du Puissance de Courant
en mono permanent Courant en
moteur en en tri (kW) démarrage) démarrage
(kW) µF 220V
mm (type) µF En 220V
80 0,55 0,37 120 30 2,2 11,5
80 0,75 0,55 225 32 3,3 18
90 1,1 0,75 300 47 4,2 25
90 1,5 1,1 500 75 6,1 38
100 2,2 1,5 560 90 8,3 45
100 3 2,2 650 140 12,2 60
112 4 3 1100 250 17 90

Table 8 : Valeurs de C

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 126 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

F. Nature des condensateurs :

Cd : condensateur type "démarrage" (électrochimique pour alternatif 50hz,


démarrage moteur mono) 260 / 330 V~ (se rajoute, le temps du démarrage, 1 à 2
secondes, en / / sur le condensateur de marche) On peut utiliser des interrupteurs
spéciaux à double contact dont un contact "maintenu", ou une temporisation rapide
commandant un relais de condensateur de démarrage.

Cp ; condensateur type "permanent" (polypropylène ou papier / huile) 400 / 450 V~

11.1.4.2. Avec un "moteur pilote"ou transformateur convertisseur de phases

On utilise un moteur tri que l'on fait démarrer à vide en premier, avec les artifices cités plus
haut, puis on peut connecter un autre moteur tri aux bornes de ce moteur tenant lieu de
génératrice : c'est le moteur "pilote".

Figure 132 : Moteur tri en mono – rack convertisseur de phase

Puis on peut brancher d'autres moteurs si le moteur pilote est de taille convenable, ensuite
le réseau ainsi créé augmente petit à petit sa capacité en puissance de démarrage avec
l’apport de nouvelles charges.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 127 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 133 : Moteur tri en mono - Convertisseur triphasé de la marque ISOMATIC (UK)

11.1.4.3. Avec un convertisseur de fréquence

On utilise un convertisseur de fréquence ou variateur de fréquence * (ou « inverter ») qui


à partir du réseau 230 V monophasé reconstitue trois phases décalées de 120°
électriques avec une loi U / f : 230V-50 Hz

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 128 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

11.2. MOTEURS À COURANT CONTINU

Nous avons vu plus haut la machine à courant continu, une génératrice et un moteur à
courant continu étant les mêmes appareils. Voyons plus en détail ci-après la fonction
« moteur » de la machine à courant continu.

11.2.1. Introduction

Les moteurs à courant continu à excitation séparée sont encore quelquefois utilisés pour
l'entraînement à vitesse variable des machines.

Très faciles à miniaturiser, ils s'imposent dans les très faibles puissances et les faibles
tensions. Ils se prêtent également fort bien, jusqu'à des puissances importantes (plusieurs
mégawatts), à la variation de vitesse avec des technologies électroniques simples et peu
onéreuses pour des performances élevées (plage de variation couramment exploitée de 1
à 100).

Leurs caractéristiques permettent également une régulation précise du couple, en moteur


ou en générateur. Leur vitesse de rotation nominale, indépendante de la fréquence du
réseau, est aisément adaptable par construction à toutes les applications.

Ils sont en revanche moins robustes que les moteurs asynchrones et beaucoup plus
chers, tant en coût matériel qu'en maintenance, car ils nécessitent un entretien régulier
principalement du collecteur et des balais.

11.2.2. Constitution

Un moteur à courant continu est composé des principaux éléments suivants :

L'inducteur ou stator

C'est un élément du circuit magnétique immobile sur lequel un enroulement est bobiné afin
de produire un champ magnétique. L'électro-aimant ainsi réalisé comporte une cavité
cylindrique entre ses pôles.

L'induit ou rotor

C'est un cylindre en tôles magnétiques isolées entre elles et perpendiculaires à l'axe du


cylindre. L'induit est mobile en rotation autour de son axe et est séparé de l'inducteur par
un entrefer. A sa périphérie, des conducteurs sont régulièrement répartis.

Le collecteur et les balais

Le collecteur est solidaire de l'induit.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 129 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Les balais sont fixes, ils frottent sur le collecteur et ainsi alimentent les conducteurs de
l'induit.

11.2.3. Principe de fonctionnement

Lorsque l'inducteur est alimenté, il crée un champ magnétique (flux d’excitation) dans
l'entrefer, dirigé suivant les rayons de l'induit. Ce champ magnétique « rentre » dans
l'induit du côté du pôle Nord de l'inducteur et « sort » de l'induit du côté du pôle Sud de
l'inducteur.

Quand l'induit est alimenté, ses conducteurs situés sous un même pôle inducteur (d'un
même côté des balais) sont parcourus par des courants de même sens et sont donc,
d'après la loi de Laplace, soumis à une force.

Les conducteurs situés sous l'autre pôle sont


soumis à une force de même intensité et de
sens opposé.

Les deux forces créent un couple qui fait tourner


l'induit du moteur

Figure 134 : Production d’un couple dans un


moteur à courant continu.

Lorsque l’induit du moteur est alimenté sous une tension continue ou redressée U, il
produit une force contre-électromotrice E dont la valeur est

E = U – RI

RI représente la chute de tension ohmique dans l'induit.

La force contre-électromotrice E est liée à la vitesse et à l'excitation par la relation

E=kωΦ

k est une constante propre au moteur,


ω, la vitesse angulaire,
Φ, le flux.

Cette relation montre qu'à excitation constante la force contre-électromotrice E,


proportionnelle à ω, est une image de la vitesse.

Le couple est lié au flux inducteur et au courant dans l'induit par la relation :

C=kΦI
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 130 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

En réduisant le flux, le couple diminue.

Deux méthodes permettent de faire croître la vitesse.

Soit augmenter la force contre-électromotrice E, donc la tension d'alimentation à


excitation constante : c'est le fonctionnement dit « à couple constant » ;

Soit diminuer le flux d'excitation, donc le courant d'excitation, en maintenant la


tension d'alimentation constante : c'est le fonctionnement dit en régime « défluxé
» ou « à puissance constante ».

Ce fonctionnement impose que le couple soit décroissant avec l'augmentation de vitesse


(courbes ci-dessous).

Figure 135 : Courbes couple / vitesse d’un moteur à excitation séparée.

D'autre part, pour des rapports élevés de défluxage ce fonctionnement nécessite des
moteurs spécialement adaptés (mécaniquement et électriquement) pour s'affranchir des
problèmes de commutation.

Le fonctionnement d'un tel appareil (moteur à courant continu) est réversible :

si la charge s’oppose au mouvement de rotation (charge dite résistante), l’appareil


fournit un couple et fonctionne en moteur,

si la charge est telle qu’elle tend à faire tourner l’appareil (charge dite entraînante)
ou qu’elle s’oppose au ralentissement (phase d’arrêt d’une charge présentant une
certaine inertie), l’appareil fournit de l'énergie électrique et fonctionne en
génératrice.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 131 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

11.2.4. Différents types de moteurs à courant continu

Figure 136 : Schémas des différents types de moteurs à courant continu.

11.2.4.1. A excitation parallèle (séparée ou shunt)

Les bobinages, induit et inducteur, sont connectés en parallèle ou alimentés par deux
sources de tensions différentes pour des questions d’adaptation aux caractéristiques de la
machine (ex. : tension d’induit 400 volts et tension d’inducteur 180 volts).

L'inversion du sens de rotation s'obtient par l'inversion de l'un ou de l'autre des


enroulements, en général par inversion de la tension d'induit en raison des constantes de
temps beaucoup plus réduites. La majorité des variateurs bidirectionnels pour moteur à
courant continu travaillent de la sorte.

11.2.4.2. A excitation série

Ce moteur est de construction semblable à celle du moteur à excitation séparée, excepté


que l’inducteur doit supporter le même courant que l’induit. Le bobinage inducteur est
connecté en série avec le bobinage induit, d'où son appellation.

L'inversion du sens de rotation est obtenue indifféremment par inversion des polarités de
l'induit ou de l'inducteur. Ce moteur est essentiellement utilisé en traction, en particulier
sur les chariots alimentés par batteries d’accumulateurs.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 132 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

En traction ferroviaire les anciennes motrices du TGV utilisaient ce type de moteur, les
plus récentes utilisent des moteurs asynchrones

11.2.4.3. A excitation série parallèle (composée ou « compound »)

Cette technologie permet de réunir les qualités du moteur à excitation série et du moteur à
excitation parallèle.

Ce moteur comporte deux enroulements par pôle inducteur. L'un est en parallèle avec
l'induit. Il est parcouru par un faible courant au regard du courant de travail. L'autre est en
série.

Le moteur est à flux additif si les ampères-tours des deux enroulements ajoutent leurs
effets. Il est à flux soustractif dans le cas contraire, mais ce mode de montage est très
rarement utilisé car il conduit à un fonctionnement instable pour les fortes charges.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 133 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12. EXPLOITATION DES MOTEURS ASYNCHRONES


Nous ne verrons ici que le moteur dit « classique » rencontré sur les sites, c’est-à-dire le
moteur à cage (à cage d’écureuil).

12.1. RACCORDEMENTS ET COUPLAGE

N’est concerné que le stator du moteur à cage, bien entendu puisqu’il n’y a aucune
communication avec le rotor

12.1.1. Boîte de raccordement ou plaque


à bornes

Tout moteur possède un minimum de 6 bornes


pour effectuer son raccordement sur
l’alimentation. Nous ne revenons pas ici sur le
principe du couplage étoile / triangle.

Figure 137 : Plaque à bornes d’un moteur de


taille ‘moyenne’

Figure 138 : Arrangement étoile-triangle des enroulements stator, 6 bornes sorties


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 134 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Dans l’exemple de la figure ci- Disposition des enroulements du stator


dessus l’on couple les à partir de la plaque à bornes
enroulements en triangle pour
un réseau triphasé en 220V, et
en étoile pour un réseau en
380V

Figure 139 : Plaque à bornes


d’un moteur à raccorder
plaque à bornes 3 lamelles de cuivre,
où les mettre?
L’électricien dispose de 3
lamelles (par construction dans la plaque à bornes). A votre avis, pour le couplage
étoile, n’ayant besoin que de 2 lamelles, que fait-il avec la troisième ?

La puissance est conservée en 220 et en 380V, les intensités étant supérieures en


triangle dans le même ratio que pour celui des tensions.

12.1.2. Sens de rotation

L’ordre des phases d’une installation électrique triphasée est (théoriquement) toujours
la même.

Quand l’ordre des phases U, V, W est


respecté, le raccordement
(correspondant) des bornes L1, L2,L3
doit faire tourner le moteur dans le sens
des aiguilles d’une montre en regardant
le moteur du côté arbre sorti (drive
end).

Figure 140 : Sens de rotation


« conventionnel » d’un moteur

En pratique, le test de sens de rotation des moteurs se fait toujours sur site, et pour
chacun des moteurs (il vaut mieux !) : Lorsqu’un moteur tourne dans le ‘mauvais sens’
lors de l’essai, il suffira d’inverser 2 phases.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 135 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.1.3. Autres couplages des enroulements statoriques

12.1.3.1. Moteurs à couplage de pôles

Il est possible d’obtenir un moteur à deux ou plusieurs vitesses en créant dans le stator
des combinaisons de bobinages qui correspondent à des nombres de pôles différents.

Petite vitesse Grande vitesse Petite vitesse Grande vitesse

Figure 141 : Couplage Dahlander triangle / étoile (pour couple constant)

Ce type de moteur ne permet que des rapports de vitesses de 1 à 2 (4 et 8 pôles, 6 et 12


pôles, etc.). Il comporte six bornes.

Petite vitesse Grande vitesse Petite vitesse Grande vitesse

Figure 142 : Couplage Dahlander étoile / étoile-étoile (pour couple quadratique)

Pour l’une des vitesses, le réseau est connecté sur les trois bornes correspondantes. Pour
la seconde, celles-ci sont reliées entre elles, le réseau étant branché sur les trois autres
bornes.

Le plus souvent, aussi bien en grande qu’en petite vitesse, le démarrage s’effectue par
couplage au réseau sans dispositif particulier (démarrage direct).

Dans certains cas, si les conditions d’exploitation l’exigent et si le moteur le permet, le


dispositif de démarrage réalise automatiquement le passage en petite vitesse avant
d’enclencher la grande vitesse ou avant l'arrêt.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 136 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Suivant les courants absorbés lors des couplages Petite Vitesse -PV- ou Grande
Vitesse -GV-, la protection peut être réalisée par un même relais thermique pour les deux
vitesses ou par deux relais (un pour chaque vitesse).

Généralement, ces moteurs ont un rendement peu élevé et un facteur de puissance assez
faible.

12.1.3.2. Moteurs à enroulements statoriques séparés

Ce type de moteurs, comportant deux enroulements statoriques électriquement


indépendants, permet d'obtenir deux vitesses dans un rapport quelconque. Cependant
leurs caractéristiques électriques sont souvent affectées par le fait que les enroulements
PV doivent supporter les contraintes mécaniques et électriques résultant du
fonctionnement du moteur en GV. Ainsi, de tels moteurs fonctionnant en PV absorbent
parfois un courant plus important qu'en GV.

Il est également possible de réaliser des moteurs à trois ou quatre vitesses en procédant
au couplage des pôles sur l'un des enroulements statoriques ou sur les deux. Cette
solution exige des prises supplémentaires sur les bobinages.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 137 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.1.4. La plaque signalétique

Toutes les information nécessaires se retrouvent sur la plaque signalétique comme sur les
exemples ci-après :

Fréquence des courants


statoriques Cos φ
vitesse
puissance
rendement

nombre de phases

Température maximale
d ’utilisation

intensité
normale
absorbée
pour un
couplage
triangle

intensité normale
absorbée pour un
couplage étoile

Figure 143 : Exemple de plaque signalétique de moteur Leroy-Somer

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 138 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Dans l’exemple suivant (moteur ABB), le rapport IA / IN = 4,7s doit être associé a tE =
9s.

Le courant de démarrage au moins égal à 4,7 fois le courant nominal ne doit pas
dépasser en durée 9 secondes. Il y a lieu de prévoir un dispositif de protection
approprié

Figure 144 : Exemple de plaque signalétique de moteur ABB

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 139 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.2. CONDITIONS PARTICULIÈRES D’EXPLOITATION

12.2.1. Protection mécanique

Tout équipement électrique


(et instrumentation) a un
degré « IP » de protection
contre l’entrée de
particules solides (1er
chiffre) et contre l’entrée de
particules liquides (2ème
chiffre). Voir le cours
‘électricité’.

Figure 145 : Vue éclatée


d’un moteur à cage
d’écureuil avec degré
de protection IP 54

12.2.2. Refroidissement

Voici quelques exemples de principe de refroidissement,

Figure 146 : Motor with Air-Air exchanger / Moteur à circulation d’air

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 140 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 147 : Open motor with or without filter / Moteur ouvert avec ou sans filtre

Figure 148 : Motor with Air pulse cooler / Moteur à refroidissement par air forcé

Figure 149 : Motor with Air-Water exchanger / Moteur avec échangeur air - eau

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 141 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.2.3. Moteur pour atmosphère explosive

Les moteurs doivent être certifiés pour installation dans une zone à risque et avoir sur

la plaque signalétique le sigle

Correspondant a l’approbation des normes européennes avec les lettres ‘CE’

Les nouvelles européennes (les normes américaines l’ont toujours fait) imposent de
spécifier l’utilisation en zone gaz avec la lettre ‘G’. Les autres lettres sont ‘M’ pour
Mines et ‘D’ pour Dust (poussière)

Sur la plaque signalétique doit figurer l’indication :

Exemple : EEx e IIC T3 (ancienne norme sur laquelle rien n’est indiqué)

xxx : numéro de certification par un organisme agrée


II : équipement à utiliser en surface (I est pour la mine)
2 : pour la zone « géographique » sur site. Attention les nouvelles normes sont 1, 2 et
3 quand les anciennes donnaient 0, 1 et 2
G : pour utilisation en zone à risque gaz ou vapeur : Attention un matériel estampillé
‘D’ ne doit pas être installé en zone ‘G’ et inversement.

Les plaques signalétiques comportent la nouvelle identification (ci-dessus) mais aussi


l’ancienne, par exemple

EEx ‘e’ IIC T3, voyons la signification des lettres minuscules, ‘d’, ‘e’, ‘p’ et ‘n’ qui
s’appliquent aux moteurs

12.2.3.1. Sécurité augmentée (increased Safety) EEx ‘e’

‘e’ signifiant en particulier

Le moteur, en service normal, ne doit avoir aucune partie susceptible de


produire un arc ou une étincelle ou d’atteindre un seuil de température
dangereux (auto ignition).

Toutes les précautions doivent avoir été prises, lors de la construction pour
prévenir de ce risque d’ignition par arc, étincelle ou température excessive qui
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 142 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

pourrait être provoqué par mauvais contact électrique (utilisation de bornes


spéciales), échauffement, dépassement de charge (overload) ou tout autre
phénomène.

La limitation de température s’applique aussi bien aux éléments internes qu’à


la température en surface extérieure.

Le degré de protection ‘IP’ ne doit pas être inférieur à IP54.

Toutes les connexions des parties sous tension doivent être sécurisées.

Le moteur doit avoir un raccordement à la terre par une borne interne et une
borne externe.

Figure 150 : Les impératifs de fabrication du moteur ‘Ex’ à sécurité augmentée ‘e’

12.2.3.2. Enveloppe anti-déflagrante ‘d’

‘Flameproof’ in English and not ‘explosion proof’


‘d’ signifiant en particulier

L’enveloppe du moteur doit être construite afin de contenir à l’intérieur de celle-


ci toute flamme, toute déflagration qui pourrait s’y produire et ce sans aucune
propagation dans l’atmosphère environnante et sans provoquer de déformation
suite à l’explosion.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 143 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Le moteur peut être étanche aux liquides mais n’est pas systématiquement
étanche au gaz et vapeur, le gaz peut circuler à l’intérieur

Le moteur doit avoir un raccordement à la terre par une borne interne et une
borne externe.

12.2.3.3. Enveloppe pressurisée ‘p’

‘p’ signifiant en particulier

Le moteur doit fonctionner avec à l’intérieur une pression positive par rapport à
l’atmosphère extérieure afin d’éviter la pénétration de l’atmosphère ambiante.

Une pression positive de 0,.5 milli bar relative par rapport à la pression
extérieure doit être maintenue dans l’enveloppe du moteur. En cas de perte de
cette pression le moteur doit avoir son (ou ses) alimentation électrique
immédiatement interrompue.

Le moteur doit avoir un raccordement à la terre par une borne interne et une
borne externe.

12.2.3.4. Non incentive ‘n’

Non sparking in English

‘n’ signifiant en particulier

Moteur ne pouvant être installé qu’en zone 3 (nouvelles normes), zone 2


(anciennes normes).

Moteur conçu de manière à éviter toute production d’étincelle, de flamme, de


haute température en fonctionnement normal. (Idem ‘e’).

Le degré ‘IP’ de protection doit être IP54 minimum pour les boites de
raccordement (plaque à bornes) et IP44 pour toutes les parties intérieures
isolées.

Le moteur doit avoir un raccordement à la terre par une borne interne et une
borne externe.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 144 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.2.4. Opération à 60 Hz

Un moteur fabriqué pour du 50 Hz et une tension déterminée peut être utilisé en 60. Hz
sans aucune modification

Moteur fabriqué pour du 60Hz et une tension spécifique peut être utilisé en 50 Hz,

Bon nombre de plaques signalétiques de moteur indiquent à la fois les caractéristiques


en 50 et en 60 Hz.

Ci-après un récapitulatif indicatif des possibilités.

Data pour du 60 Hz en ratio % du 50 Hz


Moteur fabriqué pour Tension d’utilisation
du 50 Hz sous 60 Hz Puissance + de
Vitesse + en %
sortie en %
220V 220V 100 120
255 V 115 120

380 V 380 V 100 120


415 V 110 120
440 V 115 120
460 BV 120 120

415 V 415 V 100 120


460 V 110 120

500 V 500 V 100 120


550 V 110 120
575 V 115 120
600 V 120 120

Table 9 : Utilisation d’un moteur 50 Hz en 60 Hz

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 145 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Exemple :

Ratio de
Paramètre Data à 50 Hz Data à 60 Hz
conversion
Tension 380 V - 440 V
Puissance 11 kW 1,15 12,6 kW
Courant 23 A 1,0 23 A
Vitesse 1450 Tr / min 1,20 1740 Tr / min

Table 10 : Exemple de conversion 50 Hz / 60 Hz

12.3. SCHÉMAS DE BASE - ALIMENTATION DES MOTEURS

Concerne toujours « notre moteur à cage


ci-contre ‘schématisé’

Ci-après quelques exemples des schémas typiques de câblage de moteurs

Le schéma de commande moteur comprend toujours :

Le schéma de puissance, alimentant directement le moteur.

Le schéma de contrôle ou circuit de commande.

Voir cours « électricité ».

12.3.1. Démarrage direct d'un moteur triphasé par disjoncteur-moteur

Courant de démarrage :

Un moteur mis sous tension présente un « courant de démarrage » plus ou moins long
et plus ou moins proportionnel au courant nominal, et ce suivant le type de moteur et le
type de charge.

La protection électrique tient compte (généralement) de ce courant de démarrage en


proposant deux types de protection, l’une pour le courant nominal (ou courant de
charge ‘normal’ et l’autre pour le ‘pic’ de démarrage.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 146 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

I La protection par relais thermique,


technologiquement plus « inerte »
attend que le courant du moteur se
stabilise à sa valeur de service.

Figure 151 : Courant de démarrage d’un


moteur à cage

Courant au démarrage en ∆
La protection magnétique, plus rapide
(et presque immédiate) tiendra compte
Courant au démarrage en Y N des courants de démarrage trop
s importants et anormaux.

La protection magnétique agit également pour les « très forts » courant comme les
courts-circuits :

Ces protections (thermiques et magnétiques) peuvent être par relais séparés ou


incorporés à des disjoncteurs ou des discontacteurs.

Voir le cours ‘électricité’ pour la technologie

Commande locale (uniquement)

L'appareil assure la commande manuelle locale (à proximité du


moteur on/off sur le discontacteur), protège contre les courts-
circuits et les surcharges

Protections assurées

Par un déclencheur thermique et / ou magnétique ou un


déclencheur magnétothermique.

Enclenchement manuel sur le discontacteur

Figure 152 : Schéma de câblage Démarrage direct -


discontacteur

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 147 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.3.2. Démarrage direct d'un moteur mono par contacteur

Un moteur monophasé est représenté sur


le schéma ci-dessous, la protection et le
contrôle sont identiques pour un moteur
triphasé, en mono, il suffit de mettre en
série 2 pôles pour Q1, KM1 et F1.

Le schéma de câblage pour un moteur ou


pour tout autre matériel comporte toujours 2
parties distinctes :

Le schéma de puissance

Le schéma de commande (ou de contrôle)

Voir cours ‘électricité’

Figure 153 : Schéma de câblage mono-


Démarrage contacteur

Note : Q1 est un interrupteur. Les


interrupteurs ne dont pas employés en
industrie pétrolière. L’on utilisera soit un
sectionneur, soit un disjoncteur

Commande locale

L'association d'un interrupteur (Q1), d'un contacteur (KM1) et d'un relais de protection
thermique (F1) dans un coffret, autorise la coupure en charge et protège contre les
surcharges.
Conformément aux normes d'installations en vigueur, chaque départ doit être protégé
contre les courts-circuits par des fusibles ou un disjoncteur placés en amont.

Protections assurées

Par un relais tripolaire de protection thermique contre les surcharges faibles et prolongées.
Dans le cas d’un moteur monophasé, 2 pôles de Q1, KM1, F1 sont mis en série.
Verrouillage de l'ouverture du coffret si l'interrupteur n'est pas ouvert.

Fonctionnement du circuit de puissance :

Fermeture manuelle de l'interrupteur Q1.


Fermeture de KM1.
Q1 : calibre In moteur.
KM1 : calibre In moteur en fonction de la catégorie d'emploi.
F1 : calibre In moteur.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 148 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Fonctionnement du circuit de commande

Impulsion sur « marche ».


Fermeture de KM1.
Auto-alimentation par contact auxiliaire de KM1.
Arrêt : impulsion sur le bouton poussoir « arrêt », ou par déclenchement du relais de
protection thermique FI.

12.3.3. Démarrage protection moteur à 2 sens de rotation

Le circuit de puissance comporte un contacteur complémentaire pour l’inversion du sens


de marche.

L'inversion du sens de marche est obtenue en croisant deux des conducteurs de phase
d'alimentation, le troisième restant inchangé. On inverse ainsi le sens du champ tournant,
et, par conséquent, le sens de rotation. Un verrouillage mécanique est nécessaire pour
éviter le court circuit entre les deux phases dans le cas où les contacteurs KM1 et KM2
seraient fermés simultanément. Un verrouillage électrique par les contacts auxiliaires de
KM1 et KM2, dans le circuit de commande permet de compléter le verrouillage
mécanique dans le cas où ce dernier serait défaillant.

Figure 154 : Circuit de puissance et circuit de commande


Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 149 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Circuit de commande :

Q est un contact qui est lié directement au sectionneur porte-fusible (interrupteur


ou sectionneur). Si celui-ci est ouvert il n'y aura pas d'alimentation du circuit de
commande.

Arrêt est un contact qui permet l'arrêt du moteur.

F est un contact à ouverture qui se déclenche si le moteur subit une trop forte
intensité.

bp1 et bp2 sont les boutons poussoir à fermeture qui vont permettre le pilotage du
moteur dans un sens ou dans l'autre.

km1 et km2 sont des contacts à fermeture liés aux deux contacteurs. On utilise
aussi des contacts à ouverture qui empêcheront la possibilité d'avoir une
commande de rotation du moteur dans les deux sens.

12.3.4. Démarrage étoile triangle

Figure 155 : Circuit de puissance – Schéma démarrage étoile triangle – circuit de


commande
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 150 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

La commande est effectuée par des boutons poussoirs momentanés (S1 et S2).

Une impulsion sur le bouton poussoir MARCHE (S2) met la bobine du contacteur étoile
(KM1) sous tension et ferme son contact ; ce dernier alimente KM2 le contacteur de ligne.

Le contact KM2 étant maintenant fermé, il auto alimente la bobine KM2, démarre le cycle
de la temporisation et permet l'auto maintient du contacteur KM1. Nous pouvons noter
qu'un contact de KM1 interdit la mise sous tension de KM3.

Dans cette phase le moteur est couplé en étoile et prend de la vitesse.

Le temps préréglé du dispositif de temporisation s'écoule et les contacts de la


temporisation se déclenchent.

La bobine KM1 n'est plus alimentée (le contact NC temporisé KM2 s'ouvre) et de ce fait
autorise l'alimentation de KM3 conjointement avec le contact NO de temporisation KM2.
KM3 s'enclenche et permet au couplage triangle d'être effectif.

Nous pouvons noter qu'un contact à KM3 interdit la mise sous tension de KM1 (ce
dispositif est un OU exclusif appelé verrouillage électrique).
Une impulsion sur le bouton poussoir S1 (BP ARRET) arrête le moteur.

L'intensité absorbée (proportionnelle à la tension appliquée) est le 1 / 3 de celle


qu'absorberait le moteur s'il démarrait directement en triangle. La valeur de la pointe de
l'intensité atteint en général deux fois l'intensité nominale.

Le couple au démarrage (proportionnel au carré de la tension appliquée) et le couple


maximum en étoile sont ramenés au 1 / 3 des valeurs obtenues en démarrage direct. La
valeur du couple de démarrage atteint en général 0,5 fois le couple nominal.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 151 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.4. DISPOSITIFS DE PROTECTION DES MOTEURS

Voir le cours « électricité » exposant en détail la technologie et le principe des contrôles et


protections. Voyons toutefois, ci-après les principes des principales protections.

12.4.1. Protection thermique

Le déclencheur thermique tripolaire, protège), contre les surcharges


faibles et prolongées (éléments thermiques).

En option, un additif limiteur branché en série avec les pôles du


disjoncteur moteur permet d'augmenter le pouvoir de coupure de
l'appareil.

Figure 156 : Protection thermique

12.4.2. Protection électromagnétique

Par relais à maximum de courant

Protection des installations soumises à des pointes de courant fréquentes et importantes.


Ce relais protège également contre les courts-circuits.

Raccordement du circuit de puissance


Insérer dans chaque phase ou fil
d'alimentation, un relais électromagnétique.

Fonctionnement du circuit de
commande (schéma) :

Commande 2 fils.
KM1 fermé.
Pointe de courant importante.
Déclenchement de F2, F3 ou F4.
Ouverture de KM1 par F2, F3 ou F4.
Rétablissement instantané du contact du
ou des relais déclenchés.
Fermeture de KM1 après impulsion sur le
bouton-poussoir marche.

Figure 157 : Protection électromagnétique

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 152 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.4.3. Protection par disjoncteur magnétothermique

Figure 158 : Représentation schématique du disjoncteur unipolaire.

En triphasé, 3 pôles identiques sont associés mécaniquement, l’action d’un seul pôle
faisant déclencher l’ensemble tripolaire (ou tétrapolaire).

La protection thermique et la protection magnétique font déclencher mécaniquement le


disjoncteur et ce pour un « problème » sur une phase (seulement) ou plusieurs phases. Le
disjoncteur est à préférer à la protection (classique) par fusible car évitant à 100% la
marche sur « 2 pattes » qui peut advenir lors de la rupture d’un seul fusible.

Le disjoncteur peut être à réarmement manuel ou automatique. Avec un disjoncteur


‘classique’, la commande moteur devra être associée à un contacteur, mais les
équipements de démarrage moteur petite et moyenne puissances utilisent le disjoncteur
télécommandé qui est un appareil associant la protection magnétothermique et le
contacteur.

Attention : un discontacteur télécommandé fonctionne comme un télérupteuril lui faut du


courant pour se fermer et du courant (voltage) pour s’ouvrir. S’il n’est pas équippé d’un
dispositif à coupue automatique (bobine à manque tebnsion) ceci peut être une source «
d’incident »

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 153 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.4.4. Sectionneur et interrupteur fusible

Le sectionneur est un appareil mécanique de connexion capable d'ouvrir et de fermer un


circuit lorsque le courant est nul ou pratiquement nul afin d'isoler la partie de l'installation
en aval du sectionneur.

Le sectionneur n'a pas de pouvoir de coupure ou de fermeture.

L’interrupteur a un pouvoir de coupure et peut être actionné en charge.


La coupure doit être visible soit directement par observation de la séparation des
contacts, soit par un indicateur de position si les contacts ne sont pas visibles.

Le sectionneur peut-être verrouillable par un cadenas en position ouvert. C'est


une sécurité sur un circuit des personnes qui travaillent en aval du sectionneur

Figure 159 : Sectionneur Figure 160 : Interrupteur Figure 161 : Interrupteur


Télémécanique fusible Socomec fusible Télémécanique

Le sectionneur, l’interrupteur doit comporter des contacts auxiliaires (à fermeture) qui


viennent se connecter dans le circuit de commande

Fusibles :

Les fusibles doivent être calibrés en fonction de la puissance du moteur, être


rigoureusement identiques et du type « a.m. » ((accompagnement moteur). Attention, en
distribution tétrapolaire 3 phases + Neutre. Il n’y a pas de fusible sur le pôle du neutre
mais une ‘barre de neutre’ (voir cours ‘électricité’).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 154 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.5. VARIATION DE VITESSE

L’entraînement à vitesse variable d’une machine réceptrice peut se faire de deux


manières :

Transmission entre le moteur tournant à vitesse fixe et l’organe entraîné à vitesse


variable, c’est le cas des systèmes mécaniques, hydrauliques ou électroniques.

Fonctionnement du moteur à vitesse variable à l’aide de solutions électriques ou


électroniques

Nous nous adresserons à cette dernière forme de variation de vitesse, la plus utilisée sur
nos installations.

12.5.1. Le variateur de tension

Ce dispositif n’est utilisé que pour des moteurs asynchrones de petite puissance. Il
nécessite un moteur à cage résistante.

La variation de vitesse s’obtient en augmentant le glissement du moteur consécutif à la


diminution de tension.

Son utilisation est assez répandue dans les systèmes de ventilation, de pompes et de
compresseurs, applications pour lesquelles sa caractéristique du couple disponible permet
un fonctionnement satisfaisant. Les convertisseurs de fréquence devenant très compétitifs
remplacent progressivement cette solution.

12.5.2. Variateurs à courant de Foucault

Il se compose d’une cloche connectée


directement au moteur asynchrone tournant à
vitesse constante, et d’un rotor comportant un
bobinage alimenté par du courant continu.

Figure 162 : Coupe schématique d’un


variateur de vitesse à courant de
Foucault.

Le mouvement est transmis à l’arbre de sortie


par couplage électromagnétique. En ajustant
l’excitation de ce bobinage, il est possible
d’ajuster le glissement de cet ensemble.

Une génératrice tachymétrique incorporée permet de contrôler la vitesse avec une bonne
précision.
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 155 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Un système de ventilation permet d’évacuer les pertes dues au glissement.

Ce principe a été largement utilisé dans des engins de levage et en particulier les grues de
chantier.

Sa constitution en fait un système robuste, sans pièces d’usure et peut convenir pour des
fonctionnements intermittents et pour des puissances jusqu’à une centaine de kW.

12.5.3. Groupe Ward Léonard

Ce dispositif, autrefois très répandu, est constitué d’un moteur et d’un générateur de
courant continu lequel alimente un moteur a courant continu

La variation de vitesse s’obtient en réglant l’excitation de la génératrice. Un faible courant


de contrôle permet de maîtriser des puissances de plusieurs centaines de kW dans tous
les quadrants couple vitesse. Ce type de variateur a été utilisé sur les laminoirs ainsi que
sur les ascenseurs de mines.

Figure 163 : Schéma d’un groupe Ward Léonard.

Cette solution de variation de vitesse était la plus économique et la plus performante avant
l’apparition des semi-conducteurs qui l’a rendu obsolète.

Le Ward Léonard fait maintenant partie des pièces de musée, il faut simplement savoir
que « çà a existé », à titre de souvenir….

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 156 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.5.4. Variation de fréquence

La solution en vogue, utilisée dans toutes les puissances.

Figure 164 : Schéma de principe du convertisseur de fréquence

Un convertisseur statique de vitesse transforme une alimentation alternative triphasée à


tension et fréquence fixes en une alimentation alternative à tension et fréquence variables
et contrôlées, en passant par un étage intermédiaire continu. Un circuit de contrôle et
régulation est chargé de gérer les différentes commutations réalisées à partir des semi-
conducteurs de puissance.

Avantages

Contrôle parfait du de la vitesse et du couple

Démarrage en douceur

Réduction des encombrements et poids des machines entraînées

Meilleur rendement que le « tout mécanique »

Maintenance plus réduite.

Inconvénients

Introduction d’éléments dégradant la qualité du réseau (HARMONIQUES) qu’il est


parfois nécessaire de Filtrer (FILTRES ANTI HARMONIQUES, d ’où des
équipements supplémentaires dans les locaux)

Nécessité de déclasser les matériels (moteurs, transformateurs…)

Dissipation calorifique significative dans les locaux (besoin climatisation).

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 157 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Chaque constructeur a sa technologie, son système de programmation, son manuel


opératoire suivant les gammes de puissance qu’il serait un peu long de reproduire ici…

Leroy-Somer Hitachi Danfoss Nitram

Figure 165 : Une gamme de variateurs proposés par certains constructeurs

Figure 166 : Une gamme de variateurs ‘Altivar’ proposée par Schneider / Télémécanique

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 158 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.6. COMPARAISON SUR L’UTILISATION DES DIFFÉRENTS MOTEURS

En conclusion, voyons un récapitulatif de ce qui a été vu au dessus.

Le tableau ci-après permet de visualiser très rapidement l’ensemble des moteurs


électriques disponibles, leurs principales caractéristiques et leurs domaines d’emploi.

Il faut souligner la place tenue par les moteurs asynchrones à cage triphasés dont le
qualificatif de « standard » est de nos jours renforcé par une parfaite adaptation à l’emploi
consécutive au développement des dispositifs électroniques qui autorisent la variation de
vitesse.

Asynchrone à cage Synchrone Rotor à


Type de Asynchrone A courant
à rotor aimants Pas à pas
moteur à bagues continu
bobiné permanents
Triphasé Mono

Coût du
Faible Faible Élevé Élevé Élevé Faible Élevé
moteur

Sur Sur
Moteur Possible Très
Standard Possible demande, demande, Standard Standard
étanche coûteux
coûteux coûteux

Démarrage Dispositif de Impossible à


direct sur le Aisé Aisé démarrage partir de Non prévu Non prévu Non prévu
réseau particulier quelques kW

Variateur de
Facile Très rare Possible Fréquent Toujours Toujours Toujours
vitesse

Coût de la De plus en
Très Très Assez Très Très
variation de plus Économique
économique économique économique économique économique
vitesse économique

Performance
De plus en Moyenne à Élevée à très
en variation Très faible Moyenne Élevée Très élevée
plus élevée élevée élevée
de vitesse

Vitesse En majorité Vitesse Vitesse


Vitesse Vitesse Vitesse
Emploi constante ou vitesse constante ou constante ou
variable variable variable
variable constante variable variable

Dans les Positionneme


Pour les grandes Machines nt en boucle
Utilisation
Universelle petites En diminution puissances outils, forte ouverte pour En diminution
industrielle
puissances en moyenne dynamique les petites
tension puissances

Table 11 : Table de comparaison pour l’utilisation des différents moteurs

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 159 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.7. MAINTENANCE

12.7.1. Mesures d’isolement

La maintenance préventive, sur site prévoit de mesurer l’isolement des moteurs et leurs
câbles d’alimentation au moins une fois par an

Cette opération s’effectue avec la ligne et le moteur hors tension et condamnés


(consignés) au tableau général de protection

12.7.1.1. Moteur HT (haute tension 5,5 à 6kV)

Chaque enroulement est testé par rapport à la terre et entre chaque phase avec un
mégohmmètre à la tension de 5000V. Lorsqu’une résistance de chauffage équipe ce
moteur (résistance de chauffage), celle-ci est testé à 500V.

Au moment du commissionning (moteur neuf) les valeurs sont (Spécifications Total).

Enroulements stator : 150 Mégohms.

Résistance anti condensation : 10 mégohms.

Isolation des roulements : 1 mégohm (protection contre les courants de Foucault).

12.7.1.2. Moteur BT (230 / 400V)

Chaque enroulement est testé par rapport à la terre et entre chaque phase avec un
mégohmmètre à la tension de 1000V.

S’il n’est pas possible de tester


chaque phase séparément, les 3
phases ensemble sont mesurés
par rapport à la terre.

Figure 167 : Schéma de


branchement pour la
mesure par phase

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 160 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 168 : Schéma de branchement pour la mesure générale

Au moment du commissionning (moteur neuf) les valeurs sont (Spécifications Total).

Enroulements stator : 10 Mégohms.

Résistance anti condensation : 10 mégohms.

12.7.1.3. Câble Basse tension

La mesure est effectuée avec un mégohmmètre 1000V pour les câbles à tension de
service 380 / 400V, leur isolement devant être à 1kV.

Un mégohmmètre à 500v est utilisé pour les autres applications.

Figure 169 : Exemple d'un câble (réduction des effets de fuite superficiels)

Au moment du commissionning (moteur neuf) les valeurs sont (Spécifications Total).

Câbles 400V : 50 Mégohms.

Câbles 220 / 230V et en dessous : 10 Mégohms.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 161 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.7.2. Travaux de maintenance ‘lourd’

12.7.2.1. Remplacement des roulements

C’est une opération relativement fréquente.


Les roulements doivent faire l’objet d’une attention particulière. Ils doivent être démontés
avec un extracteur et remontés à chaud ou avec des outils spéciaux prévus à cet effet.

Mise en place des demi-accouplements et poulies.

Les demi-accouplements et les poulies seront montés à l’aide de dispositifs et outils


adaptés pour ne pas endommager les roulements.

Ne jamais utiliser un marteau pour mettre un demi-accouplement ou une poulie en place


et ne jamais les retirer en utilisant un levier prenant appui sur la carcasse du moteur.

12.7.2.2. Séchage, étuvage

Lorsque l’isolement des enroulements est trop faible, la première « thérapie » est de
démonter le moteur, récupérer le stator seul, le nettoyer, et le sécher selon la taille du
moteur et ses moyens

L’idéal est bien entendu de placer la carcasse dans une étuve, mais pour un moteur de
plus grande taille : la pratique est d’utiliser des résistances de chauffage placées à
l’intérieur.

Lorsque le moteur est sec, il est ré-imprégné avec un vernis électrique adapté

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 162 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12.7.3. Tableau de maintenance du moteur (Troubleshooting)


Ci-après quelques « idées » pour entretien et dépannage

PROBLEME ORIGINE INTERVENTION

Remplacez par des fusibles de type et de calibre


Fusibles fondus adéquats.

Moteur déclenché sur défaut de Vérifiez et réarmez la protection au niveau


surcharge dudémarreur.

Comparer les caractéristiques de l’alimentation


Alimentation inadéquate réseau aux valeurs de la plaque signalétique du
moteur et le facteur de charge.

Signalé par un bruit de ronflement lorsque


l’interrupteur est fermé.
Circuit ouvert dans bobinage ou
Vérifiez le raccordement des fils.
interrupteur de commande
Vérifiez également la fermeture de tous les contacts
de commande.
Le moteur ne
démarre pas
Vérifiez que le moteur et la machine entraînée
tournent librement.
Problème mécanique
Vérifiez les roulements et la lubrification.

Signalé par des fusibles fondus.


Stator court-circuité
Le moteur doit être rebobiné.

Retirez les flasques du moteur, repérez les


Bobine stator mal raccordée
connections avec une lampe témoin.

Rotor défectueux : Rupture de


Changez le rotor.
barreaux ou d’anneaux

Moteur éventuellement en
Réduisez la charge.
surcharge

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 163 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

PROBLEME ORIGINE INTERVENTION

Une phase manquante Vérifiez le raccordement des conducteurs de phase.

Changez de type ou de taille de moteur.


Moteur inadapté à l’application
Consultez le constructeur.

Surcharge Réduisez la charge.


Le moteur se
bloque
Cf. valeur de tension sur la plaque signalétique du
moteur.
Tension trop faible
Vérifiez le raccordement.

Fusibles fondus
Circuit ouvert
Vérifiez le relais de surcharge, le stator et les
boutons-poussoirs.

Le moteur
démarre pour Vérifiez le raccordement au réseau, les fusibles et le
Défaut d’alimentation
ensuite câble de commande.
s’arrêter

Moteur inadapté à l’application Consultez le fournisseur pour le choix du moteur.

Utilisez une tension plus élevée ou un


transformateur, ou réduisez la charge.
Tension trop faible aux bornes du
moteur du fait de perturbations
Vérifiez les raccordements.
réseau
Vérifiez la section des conducteurs.
Le moteur
n’atteint pas la
vitesse Vérifiez la charge que le moteur peut encaisser au
Charge de démarrage trop élevée
désirée démarrage.

Présence de fissures dans la cage rotorique.


Barres rotor coupées
Changement de rotor conseillé.

Localisez le défaut avec un instrument de contrôle et


Circuit primaire ouvert
réparez.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 164 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

PROBLEME ORIGINE INTERVENTION

Charge excessive Réduisez la charge.

Le moteur est
trop long à Vérifiez la résistance ainsi que la section des câbles
Tension faible au démarrage
accélérer et / d’alimentation trop de courant.
ou prélève

Rotor à cage d’écureuil défectueux Remplacez par un rotor neuf.

Le moteur
Permutez le raccordement des fils au niveau du
tourne dans le Erreur d’ordre des phases
moteur ou du tableau de distribution.
mauvais sens

Le moteur
s’échauffe Surcharge Réduisez la charge.
anormalement

Ouvertures de ventilation dans la


carcasse ou le support Ouvrez les ouvertures de ventilation et vérifiez que
encrassées, empêchant le l’air de refroidissement circule librement.
refroidissement du moteur

Le moteur
s’échauffe Une phase manquante du moteur Vérifiez le raccordement de tous les conducteurs.
lorsqu’il est en
sous charge
Bobine mise à la terre Localisez et réparez.

Vérifiez les conducteurs, les raccordements et les


Tension aux bornes déséquilibrée
transformateurs.

Le ventilateur frotte contre le


Supprimez le problème.
déflecteur d’air

Bruit de
Le ventilateur tape contre la
frottement Dégagez le ventilateur.
Protection

Jeu du support de montage Resserrez les boulons de fixation.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 165 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

PROBLEME ORIGINE INTERVENTION

Défaut d’alignement du moteur Ré-alignez

Support de montage
Renforcez
insuffisamment rigide

Accouplement déséquilibré Équilibrez.

Machine entraînée déséquilibrée Ré-équilibrez.

Roulements défectueux Remplacez

Le moteur
vibre Paliers désaxés Ré-alignez.

Poids d’équilibre déplacés Ré-équilibrez le moteur.

Incompatibilité entre équilibrage du


rotor et de l’accouplement (demi Ré-équilibrez l’accouplement ou le moteur.
clavette- clavette entière)

Moteur polyphasé fonctionne en


Vérifiez tout circuit ouvert.
Monophasé

Jeu axial excessif Ajustez le palier ou insérez des cales.

Vérifiez et corrigez le montage des fl asques ou le


Entrefer non homogène
palier.
Moteur
bruyant
Rotor déséquilibré Ré-équilibrez

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 166 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

PROBLEME ORIGINE INTERVENTION

Arbre tordu ou faussé Redressez ou remplacez l’arbre.

Courroie trop tendue Réduisez la tension.

Poulies trop éloignées de


Rapprochez la poulie du palier du moteur.
l’épaulement du moteur

Diamètre des poulies trop petit Utilisez des poulies plus grandes.

Défaut d’alignement Corrigez l’alignement de l’entraînement.

Roulements à Insuffisance de graisse ou trop de Respectez la quantité de graisse spécifiée pour le


billes chauds graisse roulement.

Enlevez la graisse souillée, nettoyez à fond le


Dégradation de la graisse ou
roulement dans du pétrole et lubrifiez à la graisse
contamination du lubrifiant
neuve.

Réduisez la quantité de graisse, le roulement ne doit


Excès de lubrifiant
être rempli qu’à moitié.

Surcharge palier Vérifiez l’alignement, la pression latérale et axiale.

Bille cassée ou pistes de Remplacez le roulement, nettoyez d’abord à fond le


roulement déformées corps de palier.

Table 12 : Tableau de maintenance du moteur (Troubleshooting)

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 167 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

13. EXERCICES
1. Raccordement étoile-triangle d’un moteur à cage : le réseau est en triphasé 400V, la
plaque signalétique indique moteur 380 / 660V, quel est le couplage à faire ?

Étoile

Triangle

2. Excitation d’une génératrice : il y a 3 types d’excitation sur un alternateur de puissance,


choisissez les bonnes définitions ci-après en omettant les ‘fantaisistes’

Système Dahlander Avec génératrice à courant continu

Principe des courants de Foucault A polarisation inversée

Système Sans balais Avec bloc convertisseur statique

Avec moteur accouplé A aimants permanent

3. Utilisation d’un mégohmmètre : quelle précaution prendre lorsque l’on veut tester
l’isolement (en général) d’un alternateur)

Court-circuiter l’induit

Court-circuiter les inducteurs

Court-circuiter les enroulements stator

Débrancher la plaque à bornes

Débrancher les inducteurs excitatrice

Court-circuiter les diodes du rotor

4. Contrôle d’un alternateur : quel système régule le courant de champ de l’alternateur

Le contrôle de vitesse

l’’ AVR

Le courant statorique

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 168 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

5. Compléter le tableau ci-après (attention pôles et non paire de pôles)

Nombre de
Vitesse Fréquence
pôles

2 50 Hz

1800 60 Hz

6 1200

750 50 Hz

8 60 Hz

1000 50 Hz

12 600

4 3000

6. Associer la fonction principale avec l’élément de l’alternateur correspondant

Produire du courant continu • • Rotor

Produire du courant alternatif • • Stator

Produire un champ magnétique • • Excitatrice

7. Lequel tourne à vitesse constante ?

Le moteur synchrone

Le moteur asynchrone
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 169 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

8. Remplacer les mots manquants dans les phrases ci-après. Choisissez les mots dans la
liste « en vrac »

Liste : La charge - aimant - rotor - une tension - enroulements de champ -


mécanique - bobine - Induction électromagnétique

Phrases :
L’alternateur convertit l’énergie …………. en énergie électrique grâce à ……….

Pour produire de l’électricité, un générateur doit avoir un ……… et un


………….ayant un mouvement relatif entre eux.

L’aimant, généralement un aimant électromagnétique et sa bobine de fils est plutôt


appelé ………

L’aimant et son bobinage (pour un alternateur) sont montés sur le ……

Le champ magnétique induit ………….. dans les enroulements du stator qui à son
tour produit un courant qui alimente ……………

9. Associer le contrôleur avec le contrôlé en les identifiant

Tension de sortie

Vitesse de l’alternateur

Fréquence

Courant de champ

10. Dans quelle partie de l’alternateur est le induite la tension de service ?

Les balais

L’armature

Le rotor

La bobine de champ

11. Pour la “dynamo de vélo” quand j’effectue une rotation de 1 tour durant 1 seconde je
produis une tension induite à la fréquence de 1 hertz. Combien de révolutions par
seconde sont nécessaires pour avoir 50 Hz ?

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 170 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

12. La vitesse des machines tournantes s’exprime en RPM (Révolution Par Minute), à
quelle vitesse doit tourner la machine en rpm pour avoir du 50 Hz ?

13. La vitesse des machines tournantes s’exprime en RPM (Révolution Par Minute), à
quelle vitesse doit tourner la machine en rpm pour avoir du 60 Hz ?

14. L’aimant central en rotation s’appelle-t-il ?

Rotor

Stator

15. Les bobines captant l’énergie induite (en périphérie) sont dans le « stator » ou le
« rotor » ?

Rotor

Stator

16. Une spire tourne dans un champ


magnétique et crée un courant dans
une résistance. S’il y a courant, il y a
voltage ‘e’ ou ‘fem’ (force électro-
motrice), de la forme représentée ci-
dessous. Indiquer en face des
lettres (a, b, c, d du schéma) le
numéro correspondant de la courbe
2 6
sinusoïdale (de 1 à 7) du schéma ci-
dessous)

(a) 1 3 5 7

(b)

(c) 4

(d)

En fait, c’est faire correspondre les 4 lettres (a à d) avec les 7 chiffres. Il peut y avoir
plusieurs chiffres pour une lettre. Le chiffre est la valeur de ‘e’ (+maxi, 0, -maxi)

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 171 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

17. Quelle est la vitesse de synchronisme en Tr / min pour un alternateur 1 paire de pôles
60 Hz ?

18. Quelle est la vitesse de synchronisme en Tr / min pour un alternateur 3 paires de pôles
50 Hz ?

19. Quelle est la vitesse de synchronisme en Tr / min pour un alternateur 3 paires de pôles
60 Hz ?

20. Quelle est la vitesse de synchronisme en Tr / min pour un alternateur 4 paires de pôles
50 Hz ?

21. Name the different part of this machine :

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 172 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

22. Quelle est la vitesse de synchronisme en Tr / min pour un alternateur 4 paires de pôles
60 Hz ?

23. A quelle vitesse (en Tr / min) doit tourner un alternateur à 2 paires de pôles ‘North
american’ pour produire du 60 Hz ?

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 173 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

14. EXERCICES PRATIQUES

14.1. FABRIQUER SON PETIT MOTEUR ÉLECTRIQUE à courant continu

A la maison, avec 3 fois rien et avec votre enfant, vous pouvez fabriquer un moteur
électrique : ci-après voici la « recette ».

Pièces nécessaires pour monter le petit moteur électrique :

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 174 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Étape 1 : Construction de l’inducteur

Placer la pièce de l’inducteur sur son support. Utilisant un des deux rouleaux de fil
de cuivre, bobiner sur l’inducteur environ 65 tours de fil. Laisser environ 6 cm de
fil à chaque bout.

Étape 2 : Construction de l’armature

Placer les deux pièces de l’armature sur l’arbre du moteur (à 2 cm du bout de


l’arbre). Utilisant le deuxième rouleau de fil de cuivre, bobiner sur chaque côté de
la pièce environ 30 tours de fil. Laisser environ 6 cm de fil à chaque bout.

Utilisant un petit couteau, gratter les deux bouts du fil pour enlever le vernis.

Assembler ensemble les deux moitiés du commutateur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 175 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Insérer sur l’arbre du moteur les pièces suivantes :

o A un bout : un tube plastique noir de 1cm long.

o A l’autre bout : un tube plastique noir de 1cm long, le commutateur (en


faisant passer les deux fils dans les deux trous), et un tube de plastique noir
de 0.5 cm long.

o Couper les bouts de fil qui dépassent.

Étape 3 : Montage du moteur

Sur la plaque de montage, insérer (dans les trous) les pièces suivantes :

o les deux supports de l’arbre

o l’inducteur (construit dans l’étape 1)

o les deux épingles à papier (ne pas les ouvrir tout de suite)
l
o les deux supports de la pile.

Utilisant un petit couteau, gratter les deux bouts de fil de l’inducteur pour enlever
le vernis.

Passer un bout dans le trou d’un support de la pile. Tourner le fil pour faire un bon
contact.

Passer l’autre bout du fil dans une épingle à papier. Tourner le fil pour faire un
bon contact.

Avec le reste du fil de cuivre, couper une longueur d’environ 10 cm. Gratter les
deux bouts du fil pour enlever le vernis. Passer un bout du fil dans l’autre épingle
à papier. Tourner le fil pour faire un bon contact. Passer l’autre bout du fil dans le
trou de l’autre support à pile. Tourner le fil pour faire un bon contact.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 176 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Retourner la plaque à l’envers. Insérer les deux balais dans les deux petits trous
au centre. Insérer les bouts ronds des balais dans les deux épingles à papier.
Ouvrir les épingles à papier pour tenir les balais en place.

Placer l’armature sur ses deux supports. Il faut s’assurer que le commutateur est
entre les deux balais.

Il faut s’assurer aussi que les deux fils du commutateur soient bien dénudés de
vernis et qu’un bon contact soit fait entre les balais et les fils du commutateur.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 177 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Étape 4 : Essai du moteur

Insérer dans les supports à pile une pile AA de 1.5 V.

Donner un petit élan dans un sens pour faire tourner l’armature.

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 178 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

15. GLOSSAIRE

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 179 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

16. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1 : Début du XXème siècle. Alternateurs dans une salle hydro-électrique en Hongrie8
Figure 2 : Exemple de moteur électrique .............................................................................8
Figure 3 : Trois moteurs Siemens........................................................................................8
Figure 4 : Rotor d’alternateur ...............................................................................................9
Figure 5 : Stators de moteur / alternateur ............................................................................9
Figure 6 : Boussole ............................................................................................................11
Figure 7 : Recréation champ magnétique ..........................................................................11
Figure 8 : Exemples de batteries .......................................................................................12
Figure 9 : Exemples d’accumulateurs................................................................................12
Figure 10 : Exemples d’UPS..............................................................................................13
Figure 11 : Cellule photovoltaïque .....................................................................................13
Figure 12 : Structure d’une cellule photovoltaïque.............................................................14
Figure 13 : ‘Batterie’ de TEG installé sur plateforme Total (Peciko) ..................................15
Figure 14 : Principe TEG ...................................................................................................15
Figure 15 : Symboles générateurs rotatifs .........................................................................16
Figure 16 : Circuit magnétique d’une machine bipolaire ....................................................16
Figure 17 : Simple générateur de courant continu .............................................................17
Figure 18 : Pulsations de F.E.M. . (‘e’) produites par une génératrice CC .........................18
Figure 19 : Effet du lissage ................................................................................................18
Figure 20 : Montage avec six spires ..................................................................................18
Figure 21 : Machine a courant continue.............................................................................19
Figure 22 : Machine Shunt.................................................................................................20
Figure 23 : Moteur Shunt ...................................................................................................20
Figure 24 : Machine « Série »............................................................................................20
Figure 25 : Moteur série.....................................................................................................20
Figure 26 : Machine “compound” .......................................................................................20
Figure 27 : Principe de la génération courant alternatif .....................................................21
Figure 28 : Spire dans un champ magnétique ...................................................................21
Figure 29 : Production d’un courant alternatif ....................................................................22
Figure 30 : La dynamo de vélo ..........................................................................................24
Figure 31 : Tension induite par un aimant tournant dans une bobine ................................25
Figure 32 : Alternateur à deux paires de pôles ..................................................................26
Figure 33 : Tension / courant redressé simple et signal lissé (redresseur ou dynamo) .....27
Figure 34 : Pont redresseur mono et Pont de Graetz en triphasé......................................28
Figure 35 : Enroulements de l’alternateur ..........................................................................29
Figure 36 : Ensemble stator...............................................................................................31
Figure 37 : Ensemble rotor ................................................................................................32
Figure 38 : Ensemble des principales pièces stator / rotor / excitatrice .............................33
Figure 39 : Principe de construction du pôle interne d’un alternateur monophasé ............36
Figure 40 : Générateur avec enroulements à trois stators : U-X, V-Y et W-Z. ...................37
Figure 41 : Force électromotrice pour chaque enroulement de stator ...............................38
Figure 42 : Vue écorchée d’un générateur CA classique – appareil moteur (turbine,
moteur) non representé ..............................................................................................39
Figure 43 : Types de rotor équipant les générateurs à courant alternatif...........................40
Figure 44 : Isolation de paliers...........................................................................................44
Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR
Dernière Révision : 18/04/2007 Page 180 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 45 : Excitation classique .........................................................................................45


Figure 46 : Excitation statique............................................................................................46
Figure 47 : Excitation sans balais – cas général................................................................47
Figure 48 : Excitation sans balais sans excitatrice pilote ...................................................48
Figure 49 : Excitation sans balais avec excitatrice pilote ...................................................48
Figure 50 : Pont de diodes d’un générateur à courant alternatif ........................................49
Figure 51 : Générateur sans balais - exercice ...................................................................51
Figure 52 : Générateur sans balais – solution de l’exercice...............................................52
Figure 53 : Système Delta .................................................................................................53
Figure 54 : Courant et tension dans un système Delta ......................................................54
Figure 55 : Connexions types en delta, générateur trifilaire...............................................55
Figure 56 : Schéma de connexion et disposition des enroulements pour une connexion en
étoile ...........................................................................................................................56
Figure 57 : Connexion en étoile .........................................................................................58
Figure 58 : Générateur classique à quatre fils, connecté en étoile ....................................58
Figure 59 : Protection classique d’un générateur comportant une seule ligne...................60
Figure 60 : Exemple de générateur synchronisé sur réseau..............................................61
Figure 61 : Principe de retour de puissance ......................................................................64
Figure 62 : Protection de retour de puissance active.........................................................64
Figure 63 : Représentation schématique du relais de protection de puissance active.......65
Figure 64 : Protection de retour de puissance réactive......................................................65
Figure 65 : Protection contre les pertes d’excitation à l’aide d’un relais de retour puissance
réactive. ......................................................................................................................66
Figure 66 : Gestion de la puissance réactive .....................................................................67
Figure 67 : Exemple de générateur diesel de secours.......................................................68
Figure 68 : Générateur à courant alternatif avec régulation de tension .............................70
Figure 69 : Distribution avec plusieurs générateurs en parallèle .......................................71
Figure 70 : Synchronisation d’un générateur .....................................................................72
Figure 71 : Fonctionnement en phase identique................................................................73
Figure 72 : Correspondance des phases – OK !................................................................73
Figure 73 : Rotation de phase correcte, phases correspondantes à connecter ensemble 73
Figure 74 : Différentiel de fréquences 1 .............................................................................74
Figure 75 : Différentiel de fréquences 2 .............................................................................74
Figure 76 : Les deux générateurs fonctionnenent à la même fréquence 1 ........................75
Figure 77 : Les deux générateurs fonctionnent à la même fréquence 2 ............................75
Figure 78 : Différentiel de tension (fréquence correcte) .....................................................76
Figure 79 : Deux rotors avec deux pôles nord / phases face à face dans la même direction
à un instant ‘t’ .............................................................................................................77
Figure 80 : Phases ‘A’ en opposition à 0 et 180° et en opposition identique à 90 et 270° .78
Figure 81 : Générateurs pour synchroniser un déphasage à 30° ......................................78
Figure 82 : En phase 0) déphasage entre les deux générateurs .......................................79
Figure 83 : déphasés de 90° ou déphasage de 90°...........................................................79
Figure 84 : déphasé de 120° ou déphasage de 120°.........................................................79
Figure 85 : déphasé de 180° ou déphasage de 180°.........................................................80
Figure 86 : Alternateur monophasé, couplage par lampes ................................................81
Figure 87 : Valeur algébrique de ‘E’ (en grandeur vectorielle) ...........................................81
Figure 88 : Variations de E ................................................................................................81
Figure 89 : Couplage avec lampe d’un alternateur triphasé...............................................82

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 181 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 90 : Exemple avec « ordre des phases loupé”........................................................83


Figure 91 : Exemple avec le système de chez ABB, complet et compact SYNCHROTACT
CSS prêt pour le montage ..........................................................................................84
Figure 92 : Schéma de principe de l’appareil.....................................................................85
Figure 93 : Distribution de charge sur des générateurs identiques....................................86
Figure 94 : Générateurs non identiques ............................................................................87
Figure 95 : Commande de répartition des charges et de vitesse.......................................87
Figure 96 : Commande automatique de chargement de générateur .................................88
Figure 97 : Schéma type du principe de répartition des charges ......................................88
Figure 98 : Forme de réponse isochrone pour une fréquence sur une barre de bus .........89
Figure 99 : Réponse régressive.........................................................................................90
Figure 100 : Exemple de réglages en mode statisme........................................................90
Figure 101 : Ensemble pont de diodes sur un générateur sans balais ..............................92
Figure 102 : Redresseur classique de type ‘1’ ...................................................................95
Figure 103 : Redresseur classique de type ‘2’ ...................................................................95
Figure 104 : Utilisation d’une varistance sur un alternateur Leroy Somer..........................96
Figure 105 : Coupe d’un moteur synchrone à aimants permanents ................................101
Figure 106 : Moteur synchrone à aimants à un seul sens de rotation « SAIA »...............102
Figure 107 : Moteur synchrone monophasé à aimants : coupe [Alten 94], « Mabuchi »..102
Figure 108 : Moteur synchrone améliorant le cos φ d’une installation .............................104
Figure 109 : Échelons de courant appliqués aux bobines d’un moteur pas à pas pour
réduire son pas. ........................................................................................................107
Figure 110 : Couple maximal en fonction de la fréquence du pas. ..................................108
Figure 111 : Moteur Lavet monophasé pour l’horlogerie ‘Minot 98’ et ’Seiko’..................108
Figure 112 : Structure à aimants diphasée à induit à griffes. ...........................................109
Figure 113 : Moteur à aimant disque Portescap (Oudet 81)- (Kenjo 92) .........................109
Figure 114 : Moteur pas à pas hybride Vexta, 200 pas par tour, 2 phases......................110
Figure 115 : Création d’un courant induit dans une spire en court-circuit. .......................111
Figure 116 : La règle des trois doigts de la main droite pour trouver la direction de la force.
.................................................................................................................................112
Figure 117 : Principe d’un moteur asynchrone triphasé...................................................112
Figure 118 : Champs générés par les trois phases. ........................................................112
Figure 119 : Stator d’un moteur asynchrone....................................................................115
Figure 120 : Rotor (à cage d’écureuil) d’un moteur asynchrone ......................................116
Figure 121 : Éclaté d’un moteur à cage ...........................................................................117
Figure 122 : Courbes couple / vitesse suivant les types de rotors à cage (à Un). ...........118
Figure 123 : Vue éclatée d’un moteur asynchrone à rotor à bagues ...............................120
Figure 124 : Principe de fonctionnement d’un moteur asynchrone monophasé. .............121
Figure 125 : Condensateur permanent Moteur biphasé ..................................................122
Figure 126 : Condensateur permanent 1 / 3-2 / 3 ............................................................123
Figure 127 : Schéma à relais d'intensité et condensateur de démarrage. .......................123
Figure 128 : Séquence caractéristique de démarrage moteur bi à relais et condensateur
.................................................................................................................................124
Figure 129 : Condensateur de démarrage .......................................................................124
Figure 130 : Moteur tri en mono : phase principale= 1 phase & Phase auxiliaire = 2 phases
.................................................................................................................................125
Figure 131 : Moteur tri en mono – version couplage triangle ...........................................126
Figure 132 : Moteur tri en mono – rack convertisseur de phase ......................................127

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 182 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

Figure 133 : Moteur tri en mono - Convertisseur triphasé de la marque ISOMATIC (UK)128
Figure 134 : Production d’un couple dans un moteur à courant continu. .........................130
Figure 135 : Courbes couple / vitesse d’un moteur à excitation séparée.........................131
Figure 136 : Schémas des différents types de moteurs à courant continu.......................132
Figure 137 : Plaque à bornes d’un moteur de taille ‘moyenne’ ........................................134
Figure 138 : Arrangement étoile-triangle des enroulements stator, 6 bornes sorties.......134
Figure 139 : Plaque à bornes d’un moteur à raccorder....................................................135
Figure 140 : Sens de rotation « conventionnel » d’un moteur..........................................135
Figure 141 : Couplage Dahlander triangle / étoile (pour couple constant) .......................136
Figure 142 : Couplage Dahlander étoile / étoile-étoile (pour couple quadratique) ...........136
Figure 143 : Exemple de plaque signalétique de moteur Leroy-Somer ...........................138
Figure 144 : Exemple de plaque signalétique de moteur ABB.........................................139
Figure 145 : Vue éclatée d’un moteur à cage d’écureuil avec degré de protection IP 54 140
Figure 146 : Motor with Air-Air exchanger / Moteur à circulation d’air............................140
Figure 147 : Open motor with or without filter / Moteur ouvert avec ou sans filtre .........141
Figure 148 : Motor with Air pulse cooler / Moteur à refroidissement par air forcé ..........141
Figure 149 : Motor with Air-Water exchanger / Moteur avec échangeur air - eau............141
Figure 150 : Les impératifs de fabrication du moteur ‘Ex’ à sécurité augmentée ‘e’ .......143
Figure 151 : Courant de démarrage d’un moteur à cage .................................................147
Figure 152 : Schéma de câblage Démarrage direct - discontacteur ...............................147
Figure 153 : Schéma de câblage mono- Démarrage contacteur ....................................148
Figure 154 : Circuit de puissance et circuit de commande...............................................149
Figure 155 : Circuit de puissance – Schéma démarrage étoile triangle – circuit de
commande................................................................................................................150
Figure 156 : Protection thermique....................................................................................152
Figure 157 : Protection électromagnétique ......................................................................152
Figure 158 : Représentation schématique du disjoncteur unipolaire. ..............................153
Figure 159 : Sectionneur Télémécanique ........................................................................154
Figure 160 : Interrupteur fusible Socomec .......................................................................154
Figure 161 : Interrupteur fusible Télémécanique .............................................................154
Figure 162 : Coupe schématique d’un variateur de vitesse à courant de Foucault..........155
Figure 163 : Schéma d’un groupe Ward Léonard. ...........................................................156
Figure 164 : Schéma de principe du convertisseur de fréquence ....................................157
Figure 165 : Une gamme de variateurs proposés par certains constructeurs..................158
Figure 166 : Une gamme de variateurs ‘Altivar’ proposée par Schneider / Télémécanique
.................................................................................................................................158
Figure 167 : Schéma de branchement pour la mesure par phase ...................................160
Figure 168 : Schéma de branchement pour la mesure générale .....................................161
Figure 169 : Exemple d'un câble (réduction des effets de fuite superficiels) ...................161

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 183 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

17. SOMMAIRE DES TABLEAUX


Table 1 : Relation fréquence et tension .............................................................................30
Table 2 : Matériaux isolants ...............................................................................................42
Table 3 : Système de codage des méthodes de refroidissement ......................................43
Table 4 : Couple de montage des semiconducteurs..........................................................94
Table 5 : Dépistage des pannes d’un générateur ..............................................................98
Table 6 : Les trois types de moteurs pas à pas ...............................................................106
Table 7 : Fréquence en fonction de la vitesse de rotation du champ tournant.................114
Table 8 : Valeurs de C .....................................................................................................126
Table 9 : Utilisation d’un moteur 50 Hz en 60 Hz.............................................................145
Table 10 : Exemple de conversion 50 Hz / 60 Hz ............................................................146
Table 11 : Table de comparaison pour l’utilisation des différents moteurs ......................159
Table 12 : Tableau de maintenance du moteur (Troubleshooting) ..................................167

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 184 de 185
Exploration & Production
Les Équipements
Générateurs et Moteurs Électriques

18. CORRIGÉ DES EXERCICES

Support de Formation EXP-PR-EQ150-FR


Dernière Révision : 18/04/2007 Page 185 de 185