Vous êtes sur la page 1sur 4

L’AVICULTURE EN TUNISIE :

45% DE LA PRODUCTION NATIONALE DES VIANDES

L’aviculture tunisienne se distingue par moyen durant la même décennie a été


une progression rapide qui a permis de 4.6%, en passant de 1,08 milliard
d’atteindre l’autosuffisance en œufs de d’unités à 1,18 milliard d’unités.
consommation et en viandes avicoles. La moyenne de la consommation tuni-
De plus, cet élevage occupe une place sienne des produits avicoles au cours
importante dans la production de de la décennie (1990-1999) a été de
viandes en Tunisie. 7.9 kg/habitant de viandes et de 132.1
En effet, la production annuelle unités d’œufs avec un maximum de
moyenne des viandes totales (nettes et 10.5 kg de viandes et 159.7 unités
ème
abats) au cours du VIII Plan a été de d’œufs en 1999.
169 mille tonnes avec une part de 38% Le prix de vente moyen à la produc-
pour les viandes de volailles soit 64,6 tion du poulet de chair en 1999 a été
mille tonnes. De même, au cours des de 1.502 dinars /kg vif, soit un taux
trois dernières années 1997-1999, la d’accroissement annuel moyen de
part des viandes de volailles dans la 3.2% depuis 1990. En 1999 égale-
production moyenne des viandes a at- ment, le prix de vente moyen à la
teint 43% soit 89 mille tonnes pour une production des œufs de consommation
production totale de 206 mille tonnes. a été de 80.6 millimes/unité avec un
En 1999, l’effectif des reproducteurs taux d’accroissement annuel moyen
avicoles a été de 464000 dont 369000 de 4.3% entre 1990 et 1999.
spécialisés dans l’élevage des poulets Le dynamisme du secteur avicole se
de chair, 53000 dans celui des poules traduit également par un développe-
pondeuses et 42000 dans celui des ment des exportations. En effet, les
dindes. Sur la période 1990- 1999, le exportations annuelles moyennes des
taux d’accroissement annuel moyen de produits avicoles enregistrées durant
ces effectifs a été de 6.8% pour l’éle- la période 1987-1999 sont réparties
vage des poulets de chair, de 2.3% pour comme suit :
l’élevage des poules pontdeuses et de • 893 000 poulettes démarrées à la
24.8% pour l’élevage des dindes. ponte,
Quant à l’effectif des animaux de pro- • 1 393 000 poussins d’un jour de
duction, il a été de 62 millions dont ponte,
85% de poulets de chair, 9% de poules • 186 000 dindonneaux d’un jour,
pondeuses et 6% de dindes de chair. • 65 000 poussins reproducteurs
Les taux d’accroissement annuels chair (femelles),
moyens de ces élevages durant la pé- • 4 510 000 œufs à couver chair,
riode 1990-1999 ont été de 7.9%, 6.4% • 659 000 œufs à couver ponte,
et 34.4% respectivement. • 143 kg foie gras et
En ce qui concerne la production de • 74 000 kg de produits dérivés de la
viandes avicoles, elle a enregistré un dinde.
taux d’accroissement annuel moyen de (D’après données GIPA).
9.6% en passant de 53,6 mille tonnes
en 1990 à 100 mille tonnes en 1999
avec une part de 66% pour les poulets L’aviculture en Tunisie______________1
de chair. Conjoncture agricole nationale_______2
Pour ce qui est des œufs de consomma- 1
tion, le taux d’accroissement annuel Conjoncture agricole internationale___3
Conjoncture agricole nationale
EXPORTATIONS DES AGRUMES : CAMPAGNE 1999/2000 :
Les prévisions des exportations d’agrumes pour la campagne 1999/2000 ont été de
30000 tonnes, dont 26 000 tonnes destinées au marché français.
Les réalisations sur le marché français ont été de 25 611 tonnes, soit 98.5% des
prévisions. Quant aux quantités exportées vers les autres marchés, elles ont atteint
1269 tonnes (31.7% des prévisions).
Les quantités totales d’agrumes exportées ont atteint 26 880 tonnes en 1999/2000,
contre 21178 tonnes au cours de la campagne précédente, enregistrant ainsi une nette
amélioration de 27%. Ainsi, la part des exportations dans la production des agrumes
est d’environ 12%, contre 10% pour la campagne précédente.
La France en tant que premier marché d’exportation a reçu des quantités en progres-
sion de 23% en comparaison avec les réalisations de la campagne écoulée où elles
étaient de seulement 20 811 tonnes.
Le second marché d’exportation pour la campagne 1999/2000 a été la Bosnie-
Herzégovine avec des quantités de 790 tonnes (3% des exportations totales), soit une
augmentation de 174% par rapport aux réalisations de la campagne antérieure.

Malte, la Norvège, la République Tchèque et les pays du Golfe ont été présents dans
la liste des clients cette campagne alors qu’ils étaient absents durant les campagnes
précédentes. Ils ont reçu ensemble 463 tonnes.

Par ailleurs, il y a lieu de signaler que le prix moyen des maltaises sur le marché
français a atteint, cette campagne, 3.78 francs français par Kg, contre un prix de 4.13
francs l’année dernière, enregistrant ainsi une diminution de (-8.5%).

Les recettes nettes des exportations d’agrumes durant la campagne 1999/2000 ont été
de 14.501 millions de dinars, soit une progression de 14% par rapport aux réalisations
de la campagne précédente.

LA CAMPGANE D’EXPORTATION DES ABRICOTS :


Les prévisions de production des abricots pour la campagne 1999/2000 sont estimées
à 30 250 tonnes, soit le même niveau que la campagne précédente.
Les quantités d’abricots exportées ont atteint au 19 mai 2000 environ 120 409 kg, en
diminution de 33% par rapport aux réalisations de la campagne précédente.
Le principal client de ce produit est l’Arabie Saoudite qui a reçu 80% des exporta-
tions tunisiennes jusqu’au 19 mai 2000.
Les quantités exportées des autres fruits (amandes fraîches, nèfles, prunes, necta-
rines, pèches et cerises) jusqu’au 19 mai 2000 ont atteint 75 658 kg. Les principaux
marchés d’exportation de ces fruits sont : la France, l’Arabie Saoudite, Qatar et les
Emirats Arabe Unis.
(Source: GIAF) 2
Conjoncture agricole internationale
USA : 100 MILLIONS $ POUR LE SECTEUR OVIN
Aux USA, le Ministère de l'Agriculture a mis 4 Les mesures de soutien visent à financer des
millions $ à la disposition du secteur ovin afin travaux d'amélioration d'infrastructure ainsi que
de financer une campagne publicitaire pour la d'aménagement des conditions d'exploitation. Le
promotion de la consommation de la viande programme prévoit explicitement des
ovine. Cette action fait partie d'un ensemble de subventions pour faciliter l'achat de géniteurs de
mesures élaborées en 1999 justifiant une race. L'intensification du programme
subvention totale de 100 millions $. d'éradication de la maladie de la tremblante du
En avril 1999, l'ITC (International Trade mouton (scrapie) est également à l'ordre du jour.
Commission) américain a déclaré que les Enfin, 15 millions $ doivent être consacrés à
importations croissantes de viande ovine en l'achat de viande de mouton par le Ministère de
provenance de Nouvelle Zélande et d'Australie l'Agriculture. Cette viande sera distribuée dans
représentaient une menace pour la survie du le cadre d'un programme d'aide alimentaire.
secteur ovin américain. Les USA ont instauré Toutes ces mesures ont pour but d'augmenter la
un mécanisme de sauvegarde qui prévoit, sur compétitivité du secteur ovin.
une durée de trois ans, la mise en place de On peut signaler qu'il y a à peine trois ans, le
quotas à l'importation ainsi que des taxes Ministère décidait de supprimer un programme
prohibitives. qui finançait la promotion du secteur grâce aux
En janvier 2000, le ministre de l’agriculture a contributions des éleveurs et du gouvernement.
annoncé les grandes lignes du programme de A la même époque, la Nouvelle Zélande et
soutien et a indiqué la répartition des 100 l'Australie ont, quant à eux, sensiblement
millions $. augmenté leurs efforts de promotion auprès des
Les mesures de soutien concernent 70.000 restaurants et des traiteurs américains.
éleveurs de moutons et un cheptel de 7 millions L'augmentation des importations, dénoncée par
de bêtes. 90 % de ces éleveurs détenant 25 % du l'ITC américain, est la conséquence directe du
cheptel disposent de moins de 100 animaux, succès de cette campagne de promotion dans un
alors que 2% des éleveurs détiennent 60% du secteur qui échappait à l'attention des
cheptel dans des exploitations de plus de 500 publicitaires américains. (Source : Agriforum)
moutons.

DE NOUVEAUX TYPES D'ENZYMES POUR REMPLACER


LES PESTICIDES CHIMIQUES
La société Asstem Godho Co. a développé deux enzymes, Harm Arvester et Cell Best, qui peuvent être
utilisées à la place des pesticides chimiques courants en agriculture. Harm Arvester est une enzyme qui
protège les plantes contre la rouille. Répandue sur le sol, elle renforce les mécanismes hormonaux de
protection de la plante et aide ainsi à limiter les infiltrations de bactéries pathogènes par les racines.
Cette solution enzymatique est inoffensive pour l'organisme humain et l'environnement. Un seul
traitement suffit au moment de la plantation, ce qui rend ce traitement plus économique que les
solutions chimiques traditionnelles. Enfin, les effets de cette enzyme sont multiples : stimule la
croissance des racines et des feuilles et augmente le rendement et la croissance latérale des plantes.
Cell Best est une enzyme de type SOD (super- oxyde dismutase) qui lutte contre les effets déletères des
productions excessives d'espèces réactives de l'oxygène produites lors de stress environnementaux.
Cette solution est répandue une fois sur les feuilles et protège la plante pour toute son existence.
Comme Harm Arvester, cette enzyme est non toxique et peut être utilisée sur tous les types de culture.
La combinaison des deux produits permettrait d'augmenter le rendement des cultures. (Source : agrisalon) 3
LES PERSPECTIVES DE LA SITUATION CÉRÉALIÈRE
MONDIALE
Selon les dernières prévisions de la FAO (Avril 2000), la production céréalière mondiale s’établirait à
2064 millions de tonnes en 1999/2000, en diminution de 1.4 % par rapport aux réalisations de la
campagne précédente. Il est prévu que les pays en développement produisent 1 212 millions de tonnes
(Mt), soit 59% de la production mondiale, et les pays développés produisent 852 Mt, soit 41%.
En 1999/2000, les pays en développement consommeraient 173 kg/personne, tandis que les pays
développés consommeraient 130 kg/personne, soit les mêmes niveaux de consommation que ceux de la
campagne précédente.
Les prévisions du commerce mondial des céréales en 1999/2000 s’établissent à 222 Mt. les pays
développés exporteraient 170.2 Mt et importeraient 62.4 Mt, alors que les pays en développement
exporteraient 52 Mt et importeraient 159.9 Mt.
ére
L’analyse par région montre que l’Asie occupe la 1 place du point de vue de la production céréalière,
avec une part de 49% de la production mondiale. Vient en deuxième position l’Amérique (25%) où les
Etats-Unis produisent 336 Mt. En troisième position on trouve l’Europe (19%) où l’Union Européenne
produit 203 Mt. Enfin on trouve l’Afrique avec 5%, suivie par l’Océanie 2%.
Les exportations de l’Amérique représenteraient 58% du total des exportations mondiales en
1999/2000. Quant aux importations de l’Asie, elles représenteraient 52% des exportations mondiales.
Les prévisions des stocks mondiaux de la campagne 1999/2000 sont de 332 Mt, où la part des stocks
des pays en développement serait de 52% et celle des pays développés de 48%.
En ce qui concerne les prix à l’exportation, on signale que le blé tendre des Etats-Unis (HRW, fob)
valait 112 dollars la tonne en mars 2000, soit environ 1 dollar la tonne de plus qu’en janvier 2000, mais
12.5% de moins qu’en mars 1999.
Les perspectives d’un fort relèvement des prix sont toutefois limitées étant donné que la production
devrait généralement être bonne et que les principaux pays exportateurs détiennent des stocks de report
relativement importants.
Evolution de la situation céréalière mondiale et par région pour la campagne 1999/2000

Production Exportation Importation Consom./tête Stocks


Asie 1 016 32.1 114.5
Afrique 109 2.8 40.4
Amérique 523 129.2 45.0
Europe 381 36.1 21.4
Océanie 34.6 22.0 0.9
Total Monde 2 064 222.2 222.3 332
Pays en dvpt. 1 212 52.0 159.9 173 172
Pays dvpés 852 170.2 62.4 130 160

Production, Exportation, Importation et stocks sont exprimés en millions de tonnes.


La consommation par tête est exprimée en Kg/an.
Source : FAO

O B S E RVAT O I R E N AT I O N AL D E L’ AG R I C U LT U R E
30, rue Alain Savary 1002 Tunis
Tél. : 801.478 Fax : 785.127
E ma i l : o n a g r i @ e ma i l . a t i . t n 4
L o c a l - ma i l : o n a g r i