Vous êtes sur la page 1sur 3

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 1

Polynôme en un endomorphisme Exercice 7 [ 02574 ] [correction]


Dans Mn (R), on considère la matrice
Exercice 1 [ 00753 ] [correction]  
0 1 (0)
Soient E un K-espace vectoriel de dimension n et u ∈ L(E).  . .. .. 
On suppose qu’il existe un vecteur x0 ∈ E telle que la famille  . 
J =
(x0 , u(x0 ), . . . , un−1 (x0 )) soit libre.

 .. 
 . 1 
Montrer que seuls les polynômes en u commutent avec u.
(0) 0

Exprimer simplement P (aIn + J) pour P ∈ R [X].


Exercice 2 [ 00754 ] [correction]
Soit u ∈ L(E) vérifiant u3 = Id. Justifier

ker(u − Id) ⊕ ker(u2 + u + Id) = E

Exercice 3 CCP PSI [ 02598 ] [correction]


Soient A et B deux matrices réelles carrées d’ordre n telles qu’il existe un
polynôme P ∈ R [X] de degré au moins égal à 1 et vérifiant P (0) = 1 et
AB = P (A).
Montrer que A est inversible et que A et B commutent.

Exercice 4 [ 03423 ] [correction]


Soient A, B ∈ Mn (K). On suppose qu’il existe un polynôme non constant
P ∈ K [X] vérifiant
AB = P (A) et P (0) 6= 0
Montrer que A est inversible et que A et B commutent.

Exercice 5 X MP [ 03033 ] [correction]


Soient A et B dans Mn (R). On suppose que A est nilpotente et qu’il existe
P ∈ R [X] tel que P (0) = 1 et B = AP (A). Montrer qu’il existe Q ∈ R [X] tel que
Q(0) = 1 et A = BQ(B).

Exercice 6 [ 03210 ] [correction]


Soient A ∈ GLn (C) et B ∈ Mn (C) telle que B p = On .
a) Montrer que In + A−1 BA est inversible et exprimer son inverse.
b) On pose
H = {In + P (B)/P ∈ C [X] , P (0) = 0}
Montrer que H est un sous-groupe commutatif de (GLn (C), ×).

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 2

Corrections Exercice 5 : [énoncé]


On sait qu’il existe p ∈ N? tel que Ap = On .
Exercice 1 : [énoncé] En introduisant les coefficients de P , la relation B = AP (A) donne
La famille (x0 , u(x0 ), . . . , un−1 (x0 )) constitue une base de E. Soit v ∈ L(E) B = A + a2 A2 + · · · + ap−1 Ap−1 .
commutant avec u. On peut écrire v(x0 ) = a0 x0 + a1 u(x0 ) + · · · + an−1 un−1 (x0 ). On en déduit
Considérons alors w = a0 Id + a1 u + · · · + an−1 un−1 ∈ K [u]. v(x0 ) = w(x0 ) et B 2 = A2 + a3,2 A2 + · · · + ap−1,2 Ap−1 ,. . . , B p−2 = Ap−2 + ap−1,p−2 Ap−1 ,
puisque v et w commutent avec u, on a aussi v(uk (x0 )) = w(uk (x0 )). Les B p−1 = Ap−1 .
endomorphismes v et w prennent même valeurs sur une base, ils sont donc égaux En inversant ces équations, on obtient
et ainsi v ∈ K [u]. Ap−1 = B p−1 , Ap−2 = B p−2 + bp−1,p−2 Ap−1 ,. . . ,
A2 = B 2 + b3,2 B 3 + · · · + bp−1,2 B p−1 et enfin A = B + b2,1 B 2 + · · · + bp−1,1 B p−1
ce qui détermine un polynôme Q ∈ R [X] vérifiant Q(0) = 1 et A = BQ(B).
Exercice 2 : [énoncé]
Le polynôme X 3 − 1 = (X − 1)(X 2 + X + 1) est annulateur de u avec les facteurs
X − 1 et X 2 + X + 1 premiers entre eux, il suffit alors d’appliquer le lemme des Exercice 6 : [énoncé]
noyaux pour conclure ! a) Posons N = −A−1 BA. On a

N p = (−1)p A−1 B p A = On
Exercice 3 : [énoncé]  donc
AB = P (A) = αn An + · · · + α1 A + In donc A αn An−1 + · · · + α1 In − B = In . In = In − N p = (I − N )(I + N + N 2 + · · · + N p−1 )
Par le théorème d’inversibilité, A est inversible et A−1 = αn An−1 + · · · + α1 In − B.
Puisque A commute avec A−1 et ses puissances, on en déduit que A commute On en déduit que I − N = In + A−1 BA est inversible et
avec B = αn An−1 + · · · + α1 I − A−1 . −1
In + A−1 BA = I + N + N 2 + · · · + N p−1

b) Soit P ∈ C [X] tel que P (0) = 0. On a


Exercice 4 : [énoncé]
Le polynôme P s’écrit P (X) = aX + bX 2 + · · ·

P (X) = P (0) + a1 X + · · · + ap X p Donc


P (B) = aB + bB 2 + · · ·
L’égalité AB = P (A) donne alors
puis
A(B − (a1 In + a2 A + · · · + ap A p−1
)) = P (0)In P (B)p = ap B p + b0 B p+1 + · · · = On
On peut alors reprendre le raisonnement de la question précédente et affirmer que
On en déduit que A est inversible et son inverse est
la matrice In + P (B) est inversible et que son inverse est de la forme
1
A−1 = B − a1 In + a2 A + · · · + ap Ap−1

P (0) In − P (B) + P (B)2 + · · · + (−1)p P (B)p

l’égalité A−1 A = In donne alors On en déduit que H est inclus dans GLn (C) et que l’inverse d’un élément de H
est encore dans H.
BA = P (A) Il est immédiat de vérifier que H est non vide et stable par produit. On en déduit
que H est un sous-groupe de (GLn (C), ×). Enfin, on vérifie que H est commutatif
et on peut conclure que A et B commutent. car les polynômes en une matrice commutent entre eux.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 3

Exercice 7 : [énoncé]
Par la formule de Taylor en a
+∞
X P (k) (a)
P (X) = (X − a)k
k!
k=0

donc
+∞
X P (k) (a)
P (aIn + J) = Jk
k!
k=0

Il est facile de calculer les puissances de J et l’on conclut


00
P (n−1) (a)
 
P (a) P 0 (a) P 2!(a) · · · (n−1)!
..

.. .. ..


. . .


 . 

P (aIn + J) =  . .. . .. P 00 (a) 

 2! 
 .. 
 . P 0 (a) 
(0) P (a)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD