Vous êtes sur la page 1sur 2

Message de M.Behri.

Bonjour chers collègues


Dans l'attente vos compte-rendu (bien détaillés) des journées sur le style,
veuillez diffuser le texte ci-dessous. Ce texte (qui est une synthèse de lecture)
vous pouvez aussi l'enrichir d'informations dont vous aurez pris notes lors des
journées.... Amitiés
Quelques conseils généraux pour aborder l’épreuve de style : (synthèse de
lectures)
- Il peut être intéressant de consulter les rapports de jury (marocain !), pour
comprendre ce que le jury attend et éviter de faire ce qu’il désapprouve.
- Ne faites pas d’impasse sur une partie de l’épreuve : « les correcteurs ont pu
constater que certains candidats prenaient l’option de ne pas traiter telle ou telle
question. Or, les exercices sont proposés dans un agencement logique et dès lors
que l’on sait que l’examen du lexique et l’étude de la langue engagent une
attention précise, fine, exigeante, au texte, on peut s’étonner de l’impasse faite
sur ce travail préalable précieux pour l’étude du style ». Dans l’idéal, donc, les
analyses que vous avez faites dans les deux premières questions ne sont pas
inutiles pour le commentaire stylistique. Mais même indépendamment de cet
idéal, vous ne devez pas laisser filer des points, et essayer au contraire d’en
prendre un maximum…..

La formulation de la consigne est en générale du type : « Vous proposerez un


commentaire stylistique de ce texte ».
Les attentes possibles : on attend toujours des candidats un commentaire de
forme composée, entièrement rédigé, prenant appui sur des faits de langue précis
(analyse lexicologique, syntaxique, étude de l’ancrage énonciatif, des figures, de
la versification, etc.). Les titres des parties et sous-parties (qui doivent être
reportés sur la copie) peuvent correspondre à ces entrées techniques. Il sera
toujours possible de pousser l’expertise linguistique à son plus haut degré, sans
négliger pour autant les perspectives interprétatives qui font l’autre intérêt de
l’exercice.
-avec cette formulation de la consigne qui ne précise pas l’objet du commentaire
stylistique : vous ne risquez pas de vous retrouver face à une notion que vous
avez du mal à définir, et vous avez plus de liberté dans le déploiement de votre
commentaire ; en revanche, il y a un risque de ne pas savoir par quel bout
prendre le texte, et c’est là que doit intervenir votre sensibilité, pour identifier
l’enjeu stylistique principal du texte et en faire votre problématique.
Il vous faut repérer l’idée qui unifie le texte ; pour cela, vous pouvez vous fier
notamment aux récurrences lexicales (répétition d’un même mot, ou présence
d’une ou deux isotopies dominantes) et syntaxiques (répétition d’un même type
de construction). D’une manière générale, on peut considérer que l’identité d’un
texte se fonde sur ce qui est fréquent et ce qui est rare dans ce texte.
Méthode de l’introduction : Étape 1 :à titre d’exemple pour l’entrée en
matière… si vous avez une citation (par exemple phrase issue de l’œuvre au
programme, de la littérature critique sur l’auteur au programme ou de la
littérature en général), qui correspond au thème majeur du passage ou à votre
problématique, mettez-la en accroche. Sinon, vous pouvez commencer
directement par montrer où se situe le texte dans l’œuvre, en évoquant les textes
précédents, pour indiquer une continuité ou une rupture. Sinon, et ce n’est pas
là-dessus que se jouera votre performance, passez directement à l’étape 2. Étape
2 : Présentez le texte par une phrase du type : « Le texte que nous nous
proposons d’étudier est un extrait de…, intitulé X, situé dans la section/chapitre
Y. Étape 3 : résumez en une phrase ou deux ce qui se passe dans le texte. Étape 4
: nommez précisément ce qui, pour vous, fait l’intérêt stylistique majeur de ce
texte, puis formulez une question en relation avec cet enjeu majeur, directe ou
indirecte, à partir de l’adverbe « comment » ou d’un équivalent (la littérature
s’occupe principalement du pourquoi, la stylistique s’occupe principalement du
comment). Étape 5 : annoncez votre plan, composé de deux ou trois parties. Le
plan doit être « dynamique » et ne pas contenir un « simple inventaire de faits » ;
il formule une réponse à la question que vous posez, et cette réponse est une «
proposition stylistique sur le texte étudié ».
Votre copie doit être lisible (soignez votre écriture), rédigée (ne faites pas de
séries de remarques sous forme de phrases nominales introduites par des tirets),
structurée (les titres de vos parties et sous-parties doivent apparaître). Attention à
l’orthographe. Une copie bien écrite, dans tous les sens du terme, vous valorise
auprès du correcteur.
- Gardez à l’esprit : 1) que l’épreuve de stylistique est une épreuve technique :
vous ne devez pas parler des enjeux du texte sans vous fonder sur un examen
précis, linguistique, syntaxique, rythmique du matériel verbal. Utilisez des
termes linguistiques, grammaticaux, stylistiques (isotopie, pronom personnel,
proposition subordonnée relative, métaphore nominale in praesentia…) :
nommez ce dont vous parlez, c’est sur votre maîtrise technique et votre manière
d’articuler précisément votre interprétation à la matière même du texte que vous
êtes évalués. Ne soyez pas (que) littéraires, soyez techniques et allez dans le
détail. 2) que les réponses apportées aux questions de lexicologie et de
morphosyntaxe peuvent vous aider à identifier les enjeux stylistiques du texte, et
nourrir votre commentaire.