Vous êtes sur la page 1sur 2

Allocution de Monsieur Edouard FRITCH,

Président de la Polynésie française


----------
Philippe COUTURAUD
Chevalier de l’ordre de Tahiti Nui
----------

Monsieur Philippe Couturaud,

Vous êtes né le 11 mars 1954, à Rochefort. Vous avez eu une carrière


exemplaire, dans laquelle s’inscrivent plusieurs séjours en Polynésie
française.

Entré dans l’Education nationale en 1976, comme enseignant en


économie, à la Réunion, vous serez dès 1982, chargé de mission auprès
du Recteur de l’académie de la Réunion, pour les technologies de
l’information et de la communication. Vous êtes ensuite affecté en 1986,
en Polynésie française, en tant qu’enseignant en section de technicien
supérieur en comptabilité et gestion, et ce quelques années après avoir
suivi votre scolarité à l’école de Tipaerui plage à Papeete. En 1987, dans
le cadre d’un transfert des compétences de l’Etat vers la Polynésie
française, vous prendrez la responsabilité de l'Inspection pédagogique
territoriale.

En 1989, vous devenez inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique


régional en économie et gestion pour la zone Polynésie française, Wallis
et Futuna, et Nouvelle Calédonie, avant de rejoindre en 1992 l’académie
de Montpellier. Vice-recteur de Mayotte en 2002, puis directeur des
services départementaux de l’éducation nationale dans les départements
du Morbihan en 2006, des Pyrénées Atlantiques en 2010, puis du Rhône
en 2015, vous serez également conseiller culturel à l’ambassade du Maroc
de 2013 à 2015.

Vous revenez en Polynésie française en 2015 pour devenir Vice-recteur,


fonction dans laquelle vous avez fait preuve d’une énergie considérable
pour impulser une dynamique de travail en synergie avec le ministère en
charge de l’Education, dans l’intérêt du système éducatif polynésien, et
pour la réussite des élèves.
Ainsi, des dispositifs innovants et prometteurs ont été mis en œuvre,
comme la classe de 6ème à l’école, dans les archipels éloignés, pour que
les élèves en âge de rejoindre le collège de leur secteur puissent rester un
an de plus dans leur vallée ou leur atoll, et réduire ainsi d’une année la
rupture psycho-affective tant redoutée par les parents. Deux ans après sa
mise en œuvre, ce dispositif est reconnu comme bénéfique pour les élèves
et pour les populations concernées.

Pour votre engagement et votre volonté d’oeuvrer avec le ministère de


l’Education de la Polynésie française, et ce toujours dans l’intérêt général
du système éducatif, j’ai donc l’honneur de vous élever, cher Philippe, au
rang de chevalier de l’Ordre de Tahiti Nui.

-o-o-o-o-o-