Vous êtes sur la page 1sur 103

Mémoire de Fin d’Étude pour l’obtention

du
Diplôme Master de recherche en:
«Audit et Contrôle de Gestion»

sous le thème :

Cas de l’association AESVT Maroc

 Réalisé et soutenu par : Mr ELALMI HAMZA

 Encadré par : Mr LAMALEM Ahmed

Année universitaire:2017/2018
1
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
INTRODUCTION
Le secteur associatif est l'objet d'un intérêt croissant de la part des pouvoirs

publics et de la société civile. La nouvelle réglementation qui le régit intervient

suite à une large concertation engagée sur le rôle des associations en tant

qu'acteurs dans la stratégie de développement économique et social du Maroc.

Les associations sont présentes dans la plupart des secteurs économiques. Leur

nombre et leur importance économique, les fonds qu'elles gèrent, les emplois

qu'elles sont en mesure de générer et le fait que certaines d'entre elles font appel

à la générosité publique, justifient l'intérêt qui leur est porté.

Les associations ont besoin de disposer d'un système d'information normalisé et

adapté pour répondre aux besoins de leurs membres, des donateurs, du public et

de leurs partenaires de façon générale, et pour rendre compte de l'utilisation des

fonds qui leur sont confiés.

Et depuis les associations, à l'instar d'autres entités, sont appelées à tenir une

comptabilité selon un plan comptable normalisé.

L'objectif étant de mettre à la disposition des associations un cadre de référence,

à apporter de l'ordre dans les règles de gestion des Associations, à garantir la

transparence des informations financières qui seraient contrôlées par des

Commissaires aux Comptes et à faciliter l'accès au financement des

Associations, du fait de la certification de leurs états financiers.

Certification qui s’avère être une étape phare d’un audit financier et comptable.

2
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
Cependant l’audit des associations étant assez récent dans le monde économique

marocain, il en résulte qu’il est encore sujet à certains perfectionnements de la

part des différents experts comptables et commissaires aux comptes.

C’est dans cette optique que j’ai effectué mon stage de mémoire pour l’obtention

du Master Audit et Contrôle de gestion à la Faculté des Sciences Juridiques

Economiques et Sociales de Mohammedia au sein de l’AESVT Maroc pour

assister à la mission d’audit effectué par LAHBABI AUDIT & CONSEIL

( Cabinet d’expertise comptable, de conseil, d’audit et de commissariat aux

comptes ) Sous le thème de : AUDIT DES ASSOCIATIONS :

PROBLEMATIQUES DES RISQUES ET TRAITEMENTS COMPTABLES

DES SUBVENTIONS ET AUTRES

SOURCES EXTERNES, ce afin d’avoir une idée claire de l’audit des

associations et du secteur associatif ; et par le biais de ce travail, de fort modeste

manière, participer au perfectionnement de l’audit des associations.

3
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
REMERCIEMENTS

Je tiens à adresser mes plus vifs remerciements à toute personne ayant contribué de

près ou de loin à la réalisation de ce travail.

Tout particulièrement, je voudrais remercier infiniment, et en premier lieu mon

encadrant, Professeur Monsieur Ahmed LAMALEM.

Je tiens aussi à exprimer toute ma reconnaissance au corps professoral pour leur

contribution à notre formation.

Au terme de ce travail, je tiens à remercier : AESVT Maroc, pour la qualité de son

accueil et pour m'avoir offert tous les moyens nécessaires pour réaliser ce travail.

Mes remerciements s’adressent plus particulièrement aux membres du Bureau

National de l’AESVT Maroc et les salariés de la Direction Technique du Centre

d’Education Environnemental Casablanca, qui m’ont guidé dans mon travail en

m’accordant un temps précieux. Dans l'impossibilité de citer tous les noms, mes sincères

remerciements vont à tous ceux et celles, qui de près ou de loin, ont permis par leurs

conseils et leurs compétences la réalisation de ce mémoire.

Aussi j'ai une pensée particulière à tous les étudiants qui m'ont accompagné tout au long

de mon cursus universitaire.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
4
SOMMAIRE

Sommaire
INTRODUCTION ................................................................................................................................... 2

REMERCIEMENTS ................................................................................................................................. 4

PARTIE I : GENERALITES ...................................................................................................................... 7


CHAPITRE I : PRISE DE CONNAISSANCE DE LA DEMARCHE D’UNE MISSION D’AUDIT ...................... 7
I. GENERALITES SUR L’AUDIT ............................................................................................................. 7
1. Définition et nature d’une mission d’audit : .................................................................................. 7
2. Les missions autres que l’audit légal : ............................................................................................. 7
3. Dispositif juridique relatif au CAC (Commissariat aux comptes) ................................................. 8
II. DEMARCHE GENERALE DE L’AUDIT .............................................................................................. 9
1. Acceptation du mandat : ................................................................................................................. 9
2. Orientation et planification :........................................................................................................... 9
3. Evaluation du contrôle interne : .................................................................................................... 12
4. Contrôle des comptes : ................................................................................................................... 14
5. Continuité d’exploitation et vérification spécifiques : .................................................................. 16
6. Rapport d’audit et interventions connexes :.................................................................................. 17
CHAPITRE II : LE SECTEUR DES ASSOCIATIONS ....................................................................................... 20
Section I : ASPECT JURIDIQUE ET ORGANISATIONNEL D’UNE ASSOCIATION ............................. 20
I. ASPECT JURIDIQUE ......................................................................................................................... 20
1. Définition juridique d’une association ......................................................................................... 20
2. Distinction entre une association et une entreprise ..................................................................... 21
3. Formalités légales de constitution d’une association................................................................... 22
4. Les formalités propres aux associations reconnues d’utilité publique ........................................ 23
5. Constitution d’une association ..................................................................................................... 25
6. Exemples d’associations particulières ........................................................................................... 26
II. ASPECT ORGANISATIONNEL D’UNE ASSOCIATION.................................................................. 28
1. Organes de délibération ................................................................................................................ 28
2. Organes de direction ..................................................................................................................... 29
3. Sanctions encourues dans le cadre de la gestion d’une association ............................................. 31
Section II : ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX ................................................................................. 33
I. ASPECTS COMPTABLES .................................................................................................................. 33
1. Cadres et obligations comptables ................................................................................................. 33
2. Normalisation comptable .............................................................................................................. 34
3. Les Etats de synthèse ..................................................................................................................... 39
4. Règles de réévaluation des éléments du patrimoine .................................................................... 40
II. ASPECT FISCAL ................................................................................................................................. 41
1. Cadre légal...................................................................................................................................... 42
2. Les associations qui sont restées purement non Lucratives ........................................................ 42
3. Les associations qui sont sorties du cadre de non-lucrativité ..................................................... 44

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
5
PARTIE II: PROBLEMATIQUES LIEES A LA PRATIQUE DE L’AUDIT DES ASSOCIATIONS ............. 54
CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE DES RISQUES ........................................................................................ 54
I. NOTION DE RISQUES ..................................................................................................................... 54
1. Notions générales de risques......................................................................................................... 54
2. Maitrise des risques ....................................................................................................................... 56
II. PROPOSITIONS DE PROCEDURE D’UNE MISSION D’AUDIT D’ASSOCIATION ...................... 63
1. Programme de vérifications .......................................................................................................... 64
2. Certification des comptes .............................................................................................................. 65
3. Vérifications spécifiques................................................................................................................ 67
CHAPITRE II : TRAITEMENT COMPTABLES SPECIFIQUES (CAS DES SUBVENTIONS ET AUTRES
SOURCES EXTERNES DANS L’AESVT MAROC) ......................................................................................... 72
I - PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L’AESVT MAROC ......................................................................... 72
1. Présentation Générale ................................................................................................................... 72
2. Mission de l’AESVT ....................................................................................................................... 73
3. Projet & Actions ............................................................................................................................. 74
II. LES SUBVENTIONS : ........................................................................................................................ 75
1. Obligations générales si la subvention relève du public.............................................................. 75
2. Subvention de fonctionnement et convention de financement. ................................................. 75
3. Subvention d’investissement......................................................................................................... 77
III. LES RAPPORTS DETAILLE DU CABINET D’EXPERTISE COMPTABLE. ...................................... 78
1. RAPPORT DE L’AUDITEUR INDEPENDANT. ............................................................................ 78
2. RAPPORT DETAILLE DES COMPTES DE L’AESVT AU TITRE DE L’EXERCICE 2017 .............. 84

CONCLUSION ...................................................................................................................................... 93

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................. 95

ANNEXES ............................................................................................................................................. 96

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
6
PARTIE I : GENERALITES
CHAPITRE I : PRISE DE CONNAISSANCE DE LA
DEMARCHE D’UNE MISSION D’AUDIT

I. GENERALITES SUR L’AUDIT


1. Définition et nature d’une mission d’audit :

Une mission d’audit des états de synthèse a pour objectif de permettre à l’auditeur
d’exprimer une opinion selon laquelle les états de synthèses ont été établis, dans tous
leurs aspects significatifs, conformément à un référentiel comptable identifié et qu’ils
traduisent d’une manière régulière et sincère, la situation financière de la société, ainsi
que le résultat de ses opérations et le flux de sa trésorerie.

2. Les missions autres que l’audit légal :

 Examen limité : l’auditeur exprime son opinion, sur la base de procédure ne


mettant pas en œuvre toutes les diligences requises pour un audit.
 Examen selon procédures convenues : l’auditeur met en œuvre des procédures
d’audit définit d’un commun accord avec les destinataires du rapport qui
tireront eux-mêmes les conclusions des travaux de l’auditeur.
 Compilation : le professionnel utilise ces compétences de comptable pour
recueillir, classer et faire la synthèse d’informations financières sans avoir à
fournir une assurance sur ces informations financières.
Les notions à retenir:
 Régularité : la conformité des comptes aux règles comptables et lois en
vigueur.
 La sincérité des informations contenus dans les états de synthèse, eu
égard aux opérations réalisés.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
7
L’image fidèle s’apprécie par rapport aux conventions de comptabilisations,
d’évaluation et de présentation des états de synthèses.
 Obligations de moyens et non de résultat pour l’auditeur.
 Règle de non immixtion dans la gestion : l’auditeur ne peut être « juge et
partie »
Caractère permanent de la mission : le CAC a un pouvoir permanent de contrôle, mais
pas un contrôle permanent.
Le CAC est investit d’une mission d’intérêt général.

3. Dispositif juridique relatif au CAC (Commissariat aux comptes)

 Sociétés anonymes et société en commandite par action: obligation


d’avoir au moins un Commissaire Au Comptes, mais pour les sociétés
faisant appel public à l’épargne, 2 CAC (Commissaire au compte) au
moins.
 Société à Responsabilité Limitée (SARL) et Société en Nom Collectif
SNC : obligation d’avoir un CAC au moins, si le chiffre d’affaire
dépasse 50 millions Dhs HT. Si ce seuil n’est pas atteint, les associés
peuvent nommer à la majorité un ou plusieurs CAC ou être demandé par
un associé ( ¼ du capital pour la SARL) au président du tribunal,
statuant en référé.
 Les associations : Il n’y a pas d’obligation d’avoir un commissaire aux
comptes mais il y a de plus en plus d’audit contractuel sur les
associations demandés par les bailleurs de fonds. Cependant, les
associations reconnues d’utilité publique doivent tenir un rapport annuel
à remettre au secrétaire général du gouvernement. Ce rapport doit être
certifié par un expert comptable inscrit à l'ordre des experts comptables,
attestant la sincérité des comptes qu'il décrit, sous réserve des
dispositions de la loi relative au code des juridictions financières.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
8
II. DEMARCHE GENERALE DE L’AUDIT
1. Acceptation du mandat :

Les 6 diligences d’acceptation et de maintient des missions :


 Procéder à une prise de connaissance globale de l’entreprise.
 Procéder à une appréciation de l’indépendance et de l’absence
d’incompatibilités.
L’indépendance est la qualité d’agir avec intégrité et objectivité, la loi interdit
d’exercer une autre activité de nature à porter atteinte à son indépendance.
Les incompatibilités : les fondateurs, les apporteurs en nature, bénéficiaire d’avantage
particulier ainsi que les administrateurs de la sociétés ou de l’une de ces filiales, les
conjoints, parents et alliés jusqu’au 2ème degrés des personnes citées, ainsi que les
sociétés d’experts comptables dans l’un des associés se trouve dans l’un des cas
précédent.
 Procéder à un examen de la compétence disponible pour le type
d’entreprise concernée.
 Contacter, éventuellement, le CAC précédent.
 Prendre la décision d’acceptation ou de refus du mandat.
(matérialisé par écrit)
 Veiller au respect des autres obligations professionnelles découlant
de l’acceptation du mandat.

2. Orientation et planification :
Principales étapes de la planification :

a. Organiser la réunion de la planification :


 Activité de l’entreprise,
 prise de connaissance des risques majeurs liés à l’activité de l’entreprise,
 relecture des rapports de l’exercice N-1 et discussion des points relevés et des
réserves,

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
9
 transmissions des connaissances entre les membres de l’équipe, nouveautés de
l’exercice N,
 lecture des instructions d’audit en cas de « job référé »

b. Prendre connaissance de l’activité de l’entreprise, de son secteur et des


normes
Travaux important la première année et mise à jour les années suivantes.
Dossier permanent : contient toutes les informations nécessaires (données sur la
mission, l’entreprise et son organisation, le contrôle interne, comptable, juridique,
fiscale et sociale) lors du déroulement de la mission de l’auditeur. Mis à jour pour ne
pas perdre son caractère opérationnel.
Dossier annuel : des données générales et de synthèse, sur l’évaluation des risques
inhérents et des risques liées au contrôle, et de contrôle.

c. Effectuer une revue analytique préliminaire


C’est un outil déterminant pour identifier les éléments significatifs de l’entreprise en
raison de leurs poids relatifs ou de leur nature, en raison de leur apparition ou
évolution.
Cet examen permet de détecter des modifications de structure, des événements
ponctuels ou exceptionnels et de comparer l’entreprise à d’autres entreprises du même
secteur d’activité.

d. Evaluer l’environnement de contrôle


Elle se fait à travers de l’évaluation de ces principales composantes : Rôle du conseil
d’administration, politique et procédure en matière de RH, respect des lois et
réglementation…
Les facteurs ayant un impact sur l’environnement de contrôle sont : l’intégrité, l’éthique
et la compétence du personnel, la politique de délégations, de formation…

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
10
e. Evaluer les risques
Risque d’audit= risque inhérent + risque de contrôle + risque de non détection
Risque inhérent : le risque qu’un compte ou qu’une catégorie d’opérations comportent
des anomalies significatives isolées ou cumulées avec d’autres anomalies, liés au
secteur d’activité, à la réglementation et à la complexité des opérations.
Risque de contrôle : risque de non détection d’une anomalie malgré le contrôle interne
du fait propre de l’entité elle-même.
Risque de non détection : responsabilité de moyen de l’auditeur.

f. Déterminer le seuil de signification préliminaire


Le montant à partir duquel des omissions ou inexactitude isolées ou cumulées, aurait
pour effet, compte tenu des circonstances, de modifier ou influencer le jugement d’une
personne raisonnable se fiant aux états de synthèses.
La détermination ne peut découler que du jugement de l’auditeur à partir d’une
combinaison de critères.
Si résultat ≈ 0 en retient un pourcentage du chiffre d’affaire (0,5 à 1%)
Si résultat d’exploitation sont mauvais, en retient un % des capitaux propres (1à 5% K)
Si les capitaux propres ≈ 0, en retient un % du total bilan (0,5 à 2%)

g. Identifier les composants (cycles ou comptes) significatifs


Ceux qui peuvent receler des erreurs significatives, en se basant sur :
 L’importance des comptes par rapport au seuil de signification et à la
probabilité d’erreurs ;
 La revue analytique ;
 La part que représente un compte donné par rapport aux comptes annuels ;
 Comptes qui sont fortement affectés par les jugements (comptes de provisions) ;
 Comptes qui font appel à des techniques comptables complexes (valorisation
des stocks) ;
 Comptes qui présentent des anomalies apparentes (comptes d’attente à
régulariser);
 Préparer le calendrier d’intervention, la répartition des tâches et le budget ;
 Documenter la stratégie d’audit et préparer un programme de travail ;

11
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
 Préparer le plan de mission.

C’est un document de synthèse qui récapitule les travaux et décisions prises au niveau
de la planification. 3 parties essentiels : données de base sur l’entité, données de base
sur la mission et organisation de la mission.

3. Evaluation du contrôle interne :

a. Caractéristiques :

Ensemble de méthodes et procédures, visant à organiser les activités de l’entreprise et


à sauvegarder son patrimoine.
Cet outil permet de prévenir et détecter les irrégularités et inexactitudes, et de s’assurer
de l’exactitude et de l’exhaustivité des enregistrements comptables.

b. Mise en œuvre de l’évaluation du contrôle interne :


 Identification des cycles et des opérations significatifs :
Ce sont les cycles qui traitent des données ayant une incidence significative sur les
états de synthèse (ventes, encaissements, achats…).

 Compréhension du flux des opérations significatives :


Il s’agit de recueillir les différentes étapes de circulation des documents et des
informations ainsi que les différentes personnes intervenant dans le processus, à l’aide
de flow-chart et si besoin d’un narratif.

 Identification des endroits ou des erreurs pourraient se produire :

 Identification et compréhension des contrôles pertinents


Les objectifs du contrôle : CAViaR
Completeness : Exhaustivité des enregistrements
Accuracy : Exactitude des enregistrements
Validity : validité des enregistrements (autorisation et caractère réel)
12
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
Reducted acces : accès restreint aux actifs et aux enregistrements

Les contrôles d’applications couvrent ces 4 objectifs, se sont les procédures mises en
œuvre pour assurer la fiabilité des enregistrements
Les contrôles de pilotage contrôlent les risques et permettent de déceler les erreurs
potentiels et/ou fraudes. Ils s’apprécient au niveau d’un cycle (achat, vente)

Les 7 principes de contrôle interne :


Principe d’organisation : des responsabilités et des objectifs définis, des moyens de
contrôle et une séparation des fonctions.
Principe d’intégration : étapes successives de circulation des documents,
informations et hommes.
Principe de permanence : contrôle constant sur toute l’année
Principe d’universalité : doit concerner tous les lieux et toutes les personnes
Principe d’indépendance : respect des objectifs du contrôle interne indépendamment
des l’importance des moyens et des méthodes
Principe d’information : fiable, utile, claire et vérifiable
Principe d’harmonie : adaptation du contrôle interne au fonctionnement de la
compagnie.

 Evaluation de l’efficacité des contrôles, évaluation des risques et les


conséquences

Evaluation du risque Orientation des tests vers les risques identifiés


Les contrôles sont efficaces Limité : les éléments rassemblés indiquent que des
et nous avons l’intention de erreurs sont peu susceptible de se produire.
nous appuyer dessus. Le
risque d’erreur est faible.
Les conditions sont efficaces Préventif : (nous n’attendons pas d’erreur) test élaborés

13
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
mais n’avons pas l’intention raisonnablement pour détecter les erreurs.
de nous appuyer dessus
Les contrôles ne sont pas Etendu : test étendu pour détecter les erreurs et estimer
efficaces et le risque leur impact potentiel.
d’erreur est moyen
Les contrôles sont non Extrapolation : nous attendons des erreurs importantes,
efficaces et le risque les tests sont réalisés pour estimer leur impact potentiel
d’erreurs est élevé

4. Contrôle des comptes :


a. Les assertions d’audit :
Exhaustivité : toutes les transactions et événements qui se sont produits et qui auraient
dus être enregistrés l’ont bien été.
Exactitude : les opérations sont enregistrées à leurs valeurs exactes
Spécialisation des exercices : les transactions ont été enregistrées dans la bonne
période
Existence : les actifs et les passifs existent à la date de clôture
Valorisation : les éléments financiers sont bien évalués
Droits et obligations : les actifs et passifs de l’entreprise correspondent respectivement
aux droits et obligations de l’entreprise à la date de clôture.
Présentation et information : les états de synthèses sont bien présentés y compris
l’information à l’ETIC.

b. Les techniques de contrôles :


L’examen analytique : c’est l’analyse des fluctuations par rapport aux budgets aux
chiffres des années précédentes et à tous autres chiffres de référence appropriés.
L’observation physique : consiste en l’examen des procédures et de leur mise en
œuvre (l’inventaire).
La circularisassions des tiers : permet d’obtenir directement des informations sur les
opérations effectués avec l’entité contrôlé.

14
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
La validation par rapport aux pièces justificatives : Le CAC sélectionne l’échantillon
sur lequel il va appliquer ses procédés de vérification.
Les recoupements internes : plus il y aura des sources d’information différentes,
meilleur sera la véracité d’un élément.
L’appréciation des évaluations : pour certain postes, il suffit à l’auditeur d’en vérifier
l’existence, pour d’autres le contrôle de l’existence se double d’une appréciation des
évaluations. (Stock, immobilisations)
La lettre d’affirmation : elle permet de rappeler aux dirigeants sociaux leur
responsabilité dans la préparation des états de synthèse et dans l’information
communiquées aux commissaires aux comptes.

c. Les événements postérieurs à la clôture :


Traitement comptable :
Si la continuité d’exploitation est menacée, il convient de le mentionner dans l’ETIC.
Evénement ayant un lien direct et prépondérant avec l’exercice clos, il doit être
rattaché à l’exercice.
Si l’incidence financière est mesurable, les comptes doivent être ajustés.
Si elle n’est pas mesurable, les comptes de l’exercice clos ne sont pas ajustés mais une
information est donnée dans l’ETIC.
Evénement n’ayant pas un lien direct et prépondérant avec l’exercice clos, il n’est
pas rattaché à l’exercice.
Incidence sur les travaux de l’auditeur :
Le CAC s’assure qu’ils ont reçus un traitement conforme aux principes comptables et
que l’information en a été donnée dans les documents destinés aux associés.
Il informe de leur incidence dans le rapport général.

d. Les travaux de fin de mission :


Synthèses des travaux
Cette étape vise à s’assurer que le plan de mission a été mené à terme.
Contrôle des états de synthèses
Revue des événements postérieurs à la clôture
Note de synthèse
15
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
Elle récapitule la démarche d’audit et les termes justifiant l’opinion émise.

5. Continuité d’exploitation et vérification spécifiques :


a. Risque de non continuité d’exploitation
Appréciation des difficultés de l’entreprise :
Pas de critère absolu pour apprécier si la situation de l’entreprise est définitivement
compromise, c’est l’accumulation des critères défavorables et leur combinaison qui
permet au CAC de fonder son jugement.

Conséquences de la difficulté sur la certification :


Continuité assurée :
 Les informations concernant les doutes sont décrites dans l’ETIC
 Le CAC formule une opinion sans réserve, en ajoutant un paragraphe
d’observation.
Continuité incertaine :
 Le CAC formule une réserve ou refuse les comptes
Continuité non assuré :
 Si les états de synthèses ne sont pas établis en valeurs liquidatives, le CAC
formule une réserve ou refuse les comptes.

b. Vérification spécifique :
 Conventions réglementées
Conventions ne portant pas sur des opérations courantes et non conclues dans des
conditions normales entre la société et ces administrateurs ou par personne interposés.
Le CAC se doit de présenter un rapport spécial sur ces conventions et informer les
administrateurs et les actionnaires (rapport général) dans le cas d’une convention
interdite.
 Actions de garantie
En cas d’irrégularité, le CAC en informe les administrateurs pour procéder aux
régularisations qui s’impose et le mentionne dans son rapport de gestion.
 Egalité entre actionnaire
16
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
Dans le cas de rupture illicite de l’égalité, le CAC fait mention des irrégularités dans
son rapport général.
 Rapport de gestion et Documents adressés aux actionnaires
Dans le cas où les informations du rapport de gestion, établi par le conseil
d’administration, ne sont pas toutes cités et/ou si les informations chiffrés ne
concorderai pas avec les états de synthèses, le CAC fait mention des irrégularités dans
son rapport général.

 Acquisition d’une filiale, prise de participation et de contrôle


Le CAC doit mentionner dans son rapport de toute acquisition de filiale, prise de
participation ou de contrôle.

6. Rapport d’audit et interventions connexes :


a. Rapport général
 Forme : écrit, il doit être clair et concis. Il doit faire ressortir en substance
 L’étendue des travaux
 Les éventuelles limitations à sa mission
 Les réserves éventuelles
 L’opinion finale
 Les informations prévues par la loi ou celles jugées utiles d’être portées à la
connaissance des associés ou des tiers.
 Destinataires : doit être libellés à l’intention des associés qui l’ont
mandaté.
 Datation : la date portée sur le rapport engage la responsabilité du CAC
pour ce qui concerne les événements post-clôture. La date du rapport
doit être celle de la fin des travaux de vérification dans la société.
 Signature en cas de pluralité de CAC : un rapport commun signé par
tous les CAC, en cas de désaccord, le rapport indique les différentes
opinions exprimés (nommément si exigé)
 Etendue de la mission
17
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
 Opinion sans réserve : le CAC donne son avis sur l’image fidèle des
états de synthèses conformément aux principes comptables admis.
 Opinion avec réserve : une réserve peut être de 3 natures :
 Désaccord : l’incidence de la réserve devra être dans la mesure du
possible chiffré
 Limitation des contrôles ou incertitude : préciser les montants figurant
dans les comptes annuels qui pourraient être affectés.
 Opinion avec refus : une impossibilité d’exprimer une opinion, ou une
opinion défavorable.
Observation du CAC : le rapport du commissaire aux comptes peut dans certain cas
intégrer un paragraphe d’observation pour mettre en lumière un élément affectant les
états financiers et qui fait l’objet d’une note annexe.
Continuité d’exploitation : le CAC s’assure que les comptes annuels ont été établis
dans le respect de la convention comptable de base de continuité de l’exploitation.
Irrégularité et inexactitudes : Quand elles sont relatives à l’objet direct de sa mission,
et qu’elles présentent un caractère significatif.

b. Rapport spécial :
L’obligation : les conventions réglementées font l’objet d’un rapport spécial destiné à
informer les actionnaires.
Objectif recherché : assurer la transparence des opérations sociales et prévenir des
éventuels abus des dirigeants.
Contenu : L’énumération des conventions soumises à l’approbation de l’assemblée
générale, les noms des intéressés, la nature et l’objet desdites conventions, les
modalités essentielles de ces conventions et aucune opinion personnelle sur
l’opportunité des conventions.
En l’absence de convention, le CAC présente un rapport dans lequel il exprime qu’il
n’a eu connaissance d’aucune convention réglementée.

18
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
c. Rapports spéciaux – interventions connexes :
 Interventions connexes :
Augmentation du capital par compensation avec des créances, suppression du droit
préférentiel de souscription, émission d’obligation convertibles en action, réduction de
capital, transformation de la société, émission de certificats d’investissements, création
d’actions à dividende prioritaire, convocation de l’assemblée générale en cas de
carence des organes sociaux, attestations et visas particuliers et certification du bilan et
chiffre d’affaire semestriel.
 Rapports spéciaux (exemple Augmentation du capital par compensation avec
des créances)
Le CAC certifie l’exactitude de l’arrêté de compte et vérifie que les créances
enregistrées sont liquides et exigibles (circularisation des tiers).

19
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
CHAPITRE II : LE SECTEUR DES ASSOCIATIONS

Section I : ASPECT JURIDIQUE ET ORGANISATIONNEL D’UNE


ASSOCIATION

I. ASPECT JURIDIQUE
1. Définition juridique d’une association
Le terme association est celui défini par les dispositions des articles 1 et 14 du dahir n°
1-58-376 du 15 novembre 1958 tel que modifié et complété par la loi 75-00
réglementant le droit d'association. Ainsi

«L’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en


commun d’une façon permanente leurs connaissances ou leur activité dans un but autre
que de partager des bénéfices. Elle est régie, quant à sa validité, par les principes
généraux du droit applicable aux contrats et obligations ».
«Les unions ou fédérations sont soumises au même régime que les associations».

Les principaux apports de la reforme sur le secteur des associations sont les suivantes:
 Toutes les restrictions qui accordaient au pouvoir exécutif la prérogative de
suspendre ou d’interdire certaines associations ont été supprimées.
 La notion d’ordre publique autrefois ambiguë laissant la porte ouverte à
l’arbitraire a été précisée.
 Les moyens financiers des associations ont été renforcés, leur permettant ainsi
de remplir plus efficacement leur mission.

Ainsi deux types d’associations sont définis :


 Les associations déclarées ou ordinaires ;
 Les associations reconnues d’utilité publique.

20
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
2. Distinction entre une association et une entreprise
Société commerciale Association

Personnalité morale. Dès inscription au RC. Dès déclaration aux autorités


conformément à l’article 5 de la loi
75-00.

Objet Commercial Civil (toutefois les associations


peuvent exercer accessoirement des
actes de commerce)

Capital Capital selon la forme. Pas de capital.


(exigence d’un minimum
pour les sociétés de
capitaux)

Droits pécuniaires des Oui Néant.


membres.

Responsabilité des Limitée ou illimitée. Néant.


membres.
Ressources financières. Capital ; Le droit d’adhésion ;
Compte courant ; Les cotisations ;
Emprunts ; Les subventions publiques et
Subventions. privées ;
L’appel à la générosité publique.

21
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
3. Formalités légales de constitution d’une association

a. L’assemblée générale constitutive


C’est la réunion qui regroupe l'ensemble des fondateurs. Elle confère la légitimité à
l’association qui est réputée régulièrement constituée.
Les décisions prises lors de cette assemblée concernent la vie future du groupement.
Elles portent essentiellement sur l'approbation des statuts et la constitution de l’organe
de direction. Le déroulement de l’assemblée et les décisions, qui y sont adoptées, sont
consignées dans un procès-verbal.

b. La déclaration de constitution
Autrefois dénommée la " déclaration préalable " sous l'égide de la loi de 1958, cette
déclaration constituait une entrave puisqu’elle pouvait donner lieu à des dépassements
de pouvoir, du fait de l’obligation de son double dépôt auprès des autorités
administratives (Wilaya) et des autorités judiciaires (Tribunal de première instance).
Le nouveau texte est plus souple en ce qu'il prévoit le dépôt de la déclaration auprès
d’une seule autorité, en l'occurrence l'autorité administrative locale et la délivrance
immédiate d’un récépissé provisoire de dépôt de la déclaration.
En effet, conformément à l’article 5 de la loi n° 75-00 " toute association doit faire
l’objet d’une déclaration au siège de l’autorité administrative locale dans le ressort
duquel se trouve le siège de l'association, directement ou par l'intermédiaire d'un
huissier de justice. Il en sera donné récépissé provisoire cacheté et daté sur le champ."
Cette déclaration de constitution doit comporter obligatoirement les mentions
suivantes :
- le nom, l’objet et le siège de l’association ;
- la liste des noms, prénoms, nationalité, âge, date et lieu de naissance, profession et
domicile des membres du bureau dirigeant ;
- la qualité dont ces membres disposent pour représenter l’association sous quelque
dénomination que ce soit ;
- une copie de leur carte d'identité nationale ou pour les étrangers de leurs cartes de
séjour et des copies de leur casier judiciaire ;

22
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
- le nombre et les sièges de ses succursales, filiales ou établissements détachés, par elle
créés, fonctionnant sous la direction ou en relation constante avec elle et dans un but
d'action commune.
La déclaration de constitution doit être déposée, en trois exemplaires accompagnés des
statuts, au siège de l'autorité administrative locale. Seul un exemplaire de la
déclaration et des pièces y annexées devra être signé et certifié conforme par son
auteur. Il incombe par la suite à cette autorité d'en transmettre un jeu complet au
Secrétariat Général du Gouvernement et au Parquet du Tribunal de Première instance
compétent pour avis de ce dernier sur le dossier de constitution.
Dans le cas où aucun document ne manque à la demande de constitution, un récépissé
définitif doit être délivré obligatoirement dans un délai maximum de 60 jours à
compter de la date du dépôt de la déclaration. A défaut, l'association est autorisée à
exercer son activité conformément à son objet. A la lumière de ce qui précède une
distinction doit être effectuée entre les associations simplement déclarées et les
associations reconnues d’utilité publique, qui comportent des différences au niveau de
leurs formalités de constitution.

4. Les formalités propres aux associations reconnues d’utilité publique

Le législateur distingue les associations déclarées ou ordinaires des associations


reconnues d’utilité publique.
L’association déclarée ou ordinaire est une association dont les formalités de
constitution ont été régulièrement accomplies auprès des autorités compétentes.
Les associations reconnues d'utilité publique doivent-elles aussi respecter cette
procédure lors de leur constitution. Toutefois, elles ne seront susceptibles d’être
reconnues d'utilité publique qu'après accomplissement de formalités légales
supplémentaires.
En effet et conformément à l’article 9 de la loi n° 75-00 qui a abrogé et remplacé le
même article du Dahir n° 1-58-376 du 15 novembre 1958, toute association "à
l’exception des partis politiques et des associations à caractère politique, après enquête

23
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
préalable de l’autorité administrative sur son but et ses moyens d’action, peut être
reconnue d’utilité publique par décret, sur demande présentée à cet effet."

Les conditions nécessaires à l'obtention de la reconnaissance d'utilité publique sont


fixées par voie réglementaire.

Antérieurement à la réforme du régime juridique des associations, cette reconnaissance


était octroyée par Dahir.
Sont exclues de cette formalité, les associations sportives qui sont reconnues de plein
droit d’utilité publique par décret.
Par ailleurs, les nouvelles dispositions régissant les associations déterminent le délai au
cours duquel l'autorité administrative compétente doit statuer sur la demande de
reconnaissance d'utilité publique. En effet, une décision motivée doit être prise dans un
délai de six mois à compter de la date de dépôt de la demande.
Les conditions d’obtention de la reconnaissance d’utilité publique seront fixées par
voie réglementaire.
Enfin et au-delà de ce formalisme auquel sont soumises les associations pour être
reconnue d'utilité publique, la loi n° 75-00 a introduit une condition importante dans la
gestion courante de ces associations Cette exigence spécifique permet de les distinguer
des associations ordinaires. Les associations reconnues d'utilité publique doivent en
effet tenir une comptabilité qui permet de donner une image fidèle de leur patrimoine,
de leur situation financière et de leurs résultats.
Enfin, les associations reconnues d'utilité publique doivent soumettre un rapport moral
annuel au Secrétariat Général du Gouvernement. Ce rapport doit comporter
l’affectation des ressources obtenues pendant une année civile et être certifié par un
expert-comptable inscrit à l’ordre des experts comptables, attestant la sincérité des
comptes qu’il décrit.

Les états de synthèse, les pièces justificatives des écritures comptables et les livres
doivent être conservés pendant un délai de cinq (05) ans.

24
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
L’association peut se faire retirer cette reconnaissance d’utilité publique en cas de non-
respect des obligations légales et statutaires après avoir été avertie par l'autorité
compétente de régulariser sa situation comptable, dans un délai ne pouvant excéder
trois mois à compter de la date de cette notification.

5. Constitution d’une association


a. Les statuts
Toute association, quelle que soit son objet, est tenue d'établir ses statuts. C'est l'acte
par lequel les membres fondateurs de l'association définissent et déterminent ses
conditions et modalités d'organisation et de fonctionnement.
En règle générale, les statuts comportent les mentions suivantes :
- la dénomination ;
- l’objet ;
- la durée ;
- le siège de l’association ;
- les conditions d’admission et d’exclusion des membres ;
- les organes d’administration et de gestion, leur pouvoirs et attributions ainsi que les
modalités de leurs réunions ;

- la composition des assemblées générales, leurs compétences, délibérations et quorum;


- les modalités de dissolution …
Cette liste n'est pas limitative et les statuts peuvent prévoir d'autres dispositions selon
la volonté des membres fondateurs et les objectifs qu'ils visent. Toutefois, il est
recommandé de veiller scrupuleusement à leur rédaction afin d'éviter toutes
contestations et difficultés qui nuiraient à la bonne marche de l'association.
Par ailleurs, les aspects d'organisation et de fonctionnement de l'association contenus
dans les statuts, sont généralement inscrits dans son règlement intérieur.

25
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
b. Le règlement intérieur
Le règlement intérieur est un document interne de l’association indispensable à son
organisation. Sa fonction consiste à préciser les rapports des membres entre eux et
avec l’association. Il précise en outre, les conditions et modalités de fonctionnement de
l'association dont les règles générales ont été prévues dans les statuts. Il constitue ainsi
leur complément qu'il ne peut ni modifier, ni contredire.
Le règlement intérieur ne crée pas de règles de fonctionnement nouvelles, ni contraires
aux statuts. Il est opposable à tous les membres, et la seule adhésion aux statuts
emporte acceptation tacite et de plein droit des dispositions du règlement intérieur.
Le contenu du règlement est en principe libre et chaque association peut y porter tel ou
tel point lié à son fonctionnement et qui n’est pas prévu par les statuts. Le règlement
intérieur présente l’avantage de pouvoir être modifié a tout moment par ceux qui ont
présidé sa rédaction. Sa rédaction peut être confiée aussi bien aux membres fondateurs
qu’à certains membres ou à l’organe d’administration de l’association. Il présente ainsi
beaucoup plus de souplesse dont la modification doit faire l’objet d’une part de
délibération collective à caractère extraordinaire et d’autre part auprès des autorités
administratives locales.
Dès l’établissement des actes juridiques cités ci-dessus, des formalités légales doivent
être accomplies afin de veiller à la régularité de la constitution de l’association.

6. Exemples d’associations particulières


a. Les partis politique et associations à caractère politique
Sont soumises aux dispositions du présent dahir les associations constituant des partis
politiques ou poursuivant, sous quelque forme que ce soit, une activité politique.
Est réputée activité politique, au sens du présent dahir, toute activité tendant,
directement ou indirectement, à faire prévaloir la doctrine de l'association dans la
conduite et la gestion des affaires publiques et à en faire assurer l'application par ses
représentants.

Les partis et associations à caractère politique ne peuvent être légalement formé que
s’il remplissent les conditions suivantes :

26
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
 Etre constitués uniquement par les nationaux marocains et ouverts à tous, sans
aucune discrimination suivant la race, le sexe, la confession ou la région
d'origine ;
 Etre constitués et fonctionner exclusivement avec des fonds d'origine nationale ;
 Avoir des statuts donnant vocation à tous les membres de participer
effectivement à la direction de l'association ;
 Ne pas être ouverts aux militaires en activité, aux magistrats aux fonctionnaires
d'autorité, aux fonctionnaires de la police, aux agents des forces auxiliaires, aux
gardiens de prisons, aux officiers et gardes forestiers et aux agents du service
actif de douane ;
 Ne pas être ouverts aux personnes déchues de leurs droits civiques.

Ils cependant à noter que les partis politiques et les associations à caractère politique
ne peuvent recevoir de façon directe ou indirecte de subventions de l'état, des
municipalités ou d'autres collectivités publiques, des offices et établissements publics.

b. Les Unions ou fédérations d’association


Les associations déclarées peuvent se constituer en unions ou fédérations.
Ces unions ou fédérations doivent faire l'objet d'une déclaration présentée dans les
formes prévues à l'article 5 ci-dessus qui comprend, en outre, le titre, l'objet et le siège
des associations qui les composent.
L'adhésion de nouvelles associations ou d'unions ou fédérations doit être déclarée dans
les mêmes formes.
Les unions ou fédérations sont soumises au même régime que les associations.

c. Les associations et fédérations sportives


Les fédérations sportives habilitées conformément aux dispositions de l'article 17 de la
loi n° 06-87 relative à l'éducation physique et aux sports acquièrent de plein droit la
reconnaissance d'utilité publique. Cette reconnaissance est conférée par décret.

27
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
II. ASPECT ORGANISATIONNEL D’UNE ASSOCIATION

1. Organes de délibération

Nous avons délibérément exclu l'assemblée générale constitutive de la typologie des


assemblées, étant donné que cette dernière ne se réunit qu'une seule fois à la constitution
de la société.

a. Assemblée Générale Ordinaire (AGO)


L'assemblée générale ordinaire est l’organe souverain de toute association. La
périodicité de ses réunions doit être fixée par les statuts. Toutefois, une assemblée
générale annuelle doit obligatoirement être tenue pour l’approbation du rapport moral
et financier de l'association et pour imposer aux dirigeants de rendre compte aux
adhérents de la gestion de l’association et de soumettre à leur approbation le
programme d’action et le budget prévisionnel.
C’est également l’assemblée générale ordinaire qui est compétente pour renouveler le
mandat des dirigeants.
Les statuts déterminent librement les modalités de convocation, de réunions et de
consignations des décisions prises par l’assemblée.
Pour la régularité de la tenue de l’assemblée générale, il est tenu une feuille de
présence.
En règle générale, l’assemblée est présidée par le Président de l’association, à défaut
l’assemblée élit son Président. En outre, les statuts ou le règlement intérieur doivent
fixer les modalités du droit de vote, du quorum, et le nombre de voix reconnues à
chaque membre, les règles de majorité, les procédés du vote ainsi que les modes de
scrutin (vote à la main levée, bulletin de vote…).

Ces règles s’appliquent aussi aux assemblées générales extraordinaires mais celles-ci
se distinguent des assemblées ordinaires par leurs compétences spécifiques.

28
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
b. Assemblée générale Extraordinaire (AGE)
La principale attribution des assemblées générales extraordinaires concerne la
modification des statuts. Toutefois, elle peut être aussi compétente pour exclure un
membre de l’association ou encore statuer sur l’union ou la fédération avec d’autres
associations.
Les règles spéciales relatives à cette assemblée concernent le quorum et la majorité.
En effet, les statuts peuvent prévoir que l’assemblée ne peut valablement délibérer que
si les 2/3 des membres sont présents ou représentés, à défaut d’atteindre ce quorum,
l’assemblée délibère valablement que si la 1/2 des membres est présente.
Enfin, lorsque ce quorum n’est pas non plus atteint, une troisième réunion peut être
convoquée et peut délibérer valablement quelque soit le nombre des membres présents
ou représentés. Toutefois, les membres de l’association conservent la liberté de prévoir
un quorum différent en fonction de leurs statuts.
Quant aux règles de majorité, les délibérations de l’assemblée générale extraordinaire
sont soumises à une majorité plus élevée que celle des assemblées générales
ordinaires. Il importe également aux membres de choisir celle qui semblera la plus
adaptée à l’association.

2. Organes de direction
Ce sont les organes qui sont investis en vertu d’un mandat donné par les membres de
l'association du pouvoir de la diriger et d’en assurer la gestion courante dans le cadre
des orientations générales définies par les organes de délibération. Cet organe peut
prendre différentes dénominations : conseil d’administration, bureau exécutif ou
comité de gestion par exemple.
Du point de vue légal, les associations doivent se doter d’un représentant qui agit en
leur nom. En cas de gestion collégiale, il est indispensable de prévoir un nombre
maximum de gestionnaires.
Mais en général et comme pour les organes de délibération, ce sont les statuts qui
fixent la dénomination de l’organe, sa structure et les modalités de sa désignation ainsi
que la durée du mandat de ses membres. Le procédé le plus utilisé est celui de
l’élection des dirigeants par l’assemblée, dans le respect des règles suivantes :
29
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
- Personne physique ou morale dirigeante : il n’existe aucune disposition qui interdit à
une personne morale de faire partie d’une association. Elle peut même participer à la
gestion de celle-ci, mais devra désigner une ou plusieurs personnes physiques pour la
représenter.
- Nationalité des dirigeants : les organes de direction doivent être de nationalité
marocaine. Si les dirigeants sont des étrangers ou si l’association est effectivement
dirigée par des étrangers, elle est réputée association étrangère au sens de l’article 21
de la loi n° 75-00.
- Déchéance : l’association ne doit pas être dirigée par une personne ayant été frappée
par une condamnation pour crime ou délit. En témoigne l’obligation de fournir le
casier judiciaire des membres à la constitution de toute association (article 5 de la loi
n° 75-00).
- Cumul des mandats : une même personne peut cumuler plusieurs mandats de gestion
dans différentes associations. Cependant, l’adhésion à une association exigeant une
parfaite disponibilité nous semble incompatible avec ce cumul.
- Durée des fonctions : elle doit être fixée par les statuts. Elle peut être déterminée ou
indéterminée. Les statuts fixent également la question de la rééligibilité mais aussi les
conditions de renouvellement de l’organe collégial de direction et ils précisent s’il doit
être réélu intégralement ou par fractions.
- Rémunération : rien n’interdit que les dirigeants d’une association perçoivent des
salaires mais ceci peut être de nature à remettre en cause le statut d’organisme à but
non lucratif.

30
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
3. -Sanctions encourues dans le cadre de la gestion d’une association

Le tableau suivant récapitule, l'ensemble des infractions et sanctions


auxquelles s'exposent les dirigeants d'une association.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
31
La réalité est toute autre. La gestion administrative des associations au Maroc est
souvent assurée par un embryon de services travaillant selon une configuration
horizontale sans beaucoup de communications entre eux, on assiste ainsi à l’absence
de concertation entre ces intervenants ce qui ne manque pas d’augmenter les risques
inhérents à la gestion. Le cumul pendant de longues périodes des fonctions de
directeur (avec pouvoir d’engager les dépenses) et la responsabilité du service
comptable et financier par la même personne ne sont pas faits ni pour améliorer la
qualité de la gestion ni pour renforcer le contrôle interne des associations.
Les associations ne sont pas généralement doter organigramme faisant ressortir les
principales fonctions opérationnelles accompagné d’une définition très précise des
tâches qui en découlent. Seule une telle entreprise accompagnée de l’amélioration des
compétences des ressources humaines devrait permettre d’assurer la mise en
application des décisions stratégiques prises par les organes de gestion dans des
conditions d’efficience, de sécurité et de transparence optimales tout en améliorant la
qualité des prestations fournies.
Certaines fonctions absentes dans la gestion actuelle des associations leur font courir
des risques énormes. Il s’agit de proceder à:

• La mise en place des procédures écrites respectant les règles de contrôle


interne et leur mise en application rigoureuse.

• La création de cellule d’audit interne ayant pouvoir d’investigations générales.

• Le renforcement de la fonction financière au sein des associations ( suivi des


comptes bancaires, suivi des recettes en espèces et en nature, gestion
budgétaire, contrôle des créances et des dettes, suivi des restes à recouvrer..).

• L’identification, la valorisation et le suivi du patrimoine foncier et immobilier


des associations. Un effort particulier doit être fait afin de clarifier la situation
de ce patrimoine, d’en apurer les dossiers et partant de le sécuriser.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
32
Section II : ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX

I. ASPECTS COMPTABLES

1. Cadres et obligations comptables


Obligation légale : la tenue d’une comptabilité par les associations une obligation
prévue par le dahir de 1958 réglementant l’activité associative au Maroc, qui précise
dans son article 9, alinéa 5 : « les associations reconnues d’utilité publique doivent
tenir une comptabilité dans les conditions fixées par voie réglementaire, permettant de
donner une image fidèle de leur patrimoine, de leur situation financière et de leurs
résultats. Les états de synthèse, les pièces justificatives des écritures comptables et les
livres doivent être conservés pendant une période de 5 ans ».

Intérêt de tenir une comptabilité par les associations :


- La transparence et la crédibilité dans la gestion des fonds gérés par les associations,
provenant des cotisations des adhérents, des dons, ou parfois des appels à la générosité
publique ;
- La communication des situations financières fiables, à tout intéressé.

Pratique comptable jusqu’au 2002: les associations tiennent une comptabilité de caisse, du
fait de l’inadaptation des dispositions du PCGE aux particularités des associations, et de la
limitation de l’obligation légale aux « associations reconnues d’utilité publique ».

Limite de cette pratique : des états financiers ne reflétant pas l’image fidèle du patrimoine,
de la situation financière et des résultats.

Conséquence : nécessité d’une normalisation comptable pour le secteur associatif, tout en


s’insérant dans le cadre du PCGE, et tout en tenant compte des spécificités du secteur.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
33
2. Normalisation comptable
a. Plan Comptables des associations
15 juillet 1999 : Décision de la VIème Assemblée Plénière du Conseil National de la
Comptabilité (CNC) de créer une Commission Technique Spécialisée (CTS) pour
l’élaboration d’un plan comptable normalisé spécifique au secteur des associations.

9 février 2000 : Signature de la Décision du CNC par le Ministre Chargé des Affaires
Générales du Gouvernement en sa qualité de Président du CNC

9 novembre 2000 : Élaboration d’un projet de document par la Commission


Technique Spécialisée qui traite des particularités et du mode de comptabilisation des
opérations propres au secteur associatif.

17 janvier 2001 : Examen préliminaire du projet par la 7ème Assemblée Plénière du


CNC.

Juin 2002 : La CTS a considéré pertinent :

 De maintenir le projet de Plan Comptable pour les grandes associations, de


maintenir, après l'avoir amendé, le projet de Plan Comptable du 11 novembre
2000 pour les grandes associations, qui ne traite que des particularités
comptables des Associations et de l'enrichir par la référence à certaines formes
particulières de soutien inspirées des préceptes de l'Islam, en l'occurrence le
Will (ou Habous) et la Wassiya (testament) ;

• D'élaborer un modèle simplifié destiné aux associations de petite taille ;

• D'élaborer des modèles d'états de synthèse exhaustifs et simplifiés et le


plan de comptes qui permet de les servir.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
34
Le champ d'application du plan comptable couvrira les associations au sens défini par
la législation en vigueur.
Cependant, les opérations réalisées par les associations et ayant un caractère marchand
doivent être "enregistrées selon les prescriptions du Code Général de la Normalisation
Comptable (CGNC).
Ce Code constitue la référence en matière d'informations financières et comptables.
Cependant, les particularités des associations ont été prises en compte après des
adaptations du CGNC afin de mieux refléter la réalité associative. Limitativement
prévues, elles permettent une meilleure information sur la gestion et le suivi de
l'activité.
La référence au CGNC entraîne le respect des sept principes comptables
fondamentaux: continuité d'exploitation, permanence des méthodes, coût historique,
spécialisation des exercices, prudence, clarté et importance significative, afin de
donner une image fidèle des comptes.
Les principales adaptations du Plan Comptable Général portent sur :
- la définition de notions essentielles ;
- les règles comptables particulières.

 La terminologie:
- le résultat positif est appelé «excédent » (au lieu de bénéfice) et le résultat négatif
«insuffisance » (au lieu de perte) ;
- le traitement des financements utilisés sur plusieurs années est revu avec la notion de
fonds dédiés, destinés à identifier et à suivre les ressources affectées non encore
utilisées à la fin de l'exercice;
- le prêt à usage ou commodat ;
- le fonds associatif ;
- le fonds statutaire ;
- les opérations sous contrôle de tiers financeurs.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
35
 Les règles comptables:

- la notion de résultat comptable est clarifiée avec une distinction entre le résultat
définitivement acquis par l'association et le résultat pouvant être repris par un tiers
financeur ;
- les apports sans ou avec droit de reprise sont précisés ;
- les subventions de fonctionnement et conventions de financement : leur traitement est
précisé en fonction du caractère définitif de leur attribution et de leur utilisation dans le
temps ;
- les ressources affectées provenant de la générosité publique sont identifiées ;
- les legs et donations sont prévus, en distinguant le traitement à opérer en fonction de
leur utilisation et de leur affectation ;
- la comptabilisation des ressources en nature est précisée ;
- l'information sur les contributions volontaires (le bénévolat) dans les comptes, au
pied du compte de produits et charges (CPC), est prévue.
Parmi les plus importantes de ces adaptations du CGNC, la CTS a retenu :
 Le suivi des financements pluriannuels : le traitement comptable prend en
compte l'affectation des financements ; le raisonnement étant identique pour les
subventions et les dons affectés :
- concernant l'inscription en produits des ressources de l'année, le montant
correspondant à la partie non utilisée, à la clôture d'un exercice, fait l'objet d'une
inscription en charges sous la rubrique «engagements à réaliser sur ressources
affectées» et au passif du bilan en «fonds dédiés».
Lors de leur utilisation effective, les fonds sont repris en produits au compte de
produits et charges (CPC) au rythme de la réalisation des engagements à la rubrique
«report des ressources non utilisées des exercices antérieurs» ;
- les ressources concernant des exercices futurs sont inscrites en «produits constatés
d'avance».
 Les contributions volontaires en nature : elles correspondent au bénévolat, aux
mises à disposition de personnes, de biens meubles ou immeubles. Par nature
effectuées à titre gratuit, elles font l'objet d'une information appropriée en

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
36
fonction de la qualité des données disponibles. Le traitement comptable est
clarifié. Si elles présentent un caractère significatif, une information est fournie
dans l'état des informations complémentaires
(ETIC).

Si l'association ou la fondation dispose d'une information quantifiable et valorisable,


l'inscription en comptabilité s'opère de manière distincte au pied du compte de produits
et charges (CPC) à la fois en charges et en produits (en compte de classe 8).

RECAPITULATIF:

Plan comptable des associations

Champ d’application les associations

Règles générales L'association doit tenir sa comptabilité conformément au


Code Général de la Normalisation Comptable (CGNC) sous
réserve des adaptations prévues par plan comptable des
associations décliné en modèle normal et modèle simplifié.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
37
Règles spécifiques Les principales adaptations du Plan Comptable Général portent
sur :
- la définition de notions essentielles ;
- les règles comptables particulières.

Autres particularités Adaptation des comptes au secteur associatif

États de synthèse - le bilan (BL) ;


- le compte de produits et charges (CPC) ;
- l'état des informations complémentaires (ETIC).
- Le CPC fonctionnel pour les grandes Associations.
-Les associations entrant dans le champ du modèle simplifié sont
dispensées de l’ ETIC.
États de synthèses Non prévu
consolidés

 Plan comptable des associations (à voir en annexe)

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
38
b. Avantages de la Normalisation comptable

Les avantages de la normalisation comptables sont :


- Un référentiel unique et normalisé.
- des outils d’une gestion transparente.
- Étendue du champ d’application aux petites associations, en prévoir un plan
comptable simplifié.
- Garantir la fiabilité des informations financières communiquées aux bailleurs
de fonds et aux adhérents
- Faciliter la supervision et le contrôle des comptes par le commissaire aux
comptes, afin de certifier leurs états financiers

3. Les Etats de synthèse

A titre de simplification et d'adaptation au secteur associatif, les états de synthèse sont


au nombre de trois uniquement au lieu de cinq dans le CGNC. Ils comprennent :
- le Bilan (BL) ;
- le Compte de Produits et Charges (CPC) ;
- l'Etat des Informations Complémentaires (ETIC).
Concernant l’ETIC, les annexes obligatoires prévues par le nouveau plan comptable
sont les suivantes:

- Les modalités de répartition du financement des emplois entre les ressources


collectées auprès du public et les autres ressources,
- La nature et la quantité des ressources en nature de l'organisme,
- L’état des effectifs bénévoles,
- La valeur des immobilisations, des stocks de produits à distribuer et des titres de
placement

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
39
En outre, les associations entrant dans le champ du modèle simplifié sont dispensées
de l'établissement de l'ETIC.

Au sens du présent plan comptable, le terme association est celui défini par les
dispositions des articles 1 et 14, ci-après, du dahir n° 1-58-376 du 15 novembre 1958
tel que modifié et complété par la loi 75-00 réglementant le droit d'association.
Concernant l'inscription en produits des ressources de l'année, le montant
correspondant à la partie non utilisée, à la clôture d'un exercice, fait l'objet d'une
inscription en charges sous la rubrique «engagements à réaliser sur ressources
affectées » et au passif du bilan en « fonds dédiés ».
Lors de leur utilisation effective, les fonds sont repris en produits au compte de
produits et charges (CPC) au rythme de la réalisation des engagements à la rubrique
«report des ressources non utilisées des exercices antérieurs » ; les ressources
concernant des exercices futurs sont inscrites en «produits constatés d'avance».
Les contributions volontaires en nature: elles correspondent au bénévolat, aux mises à
disposition de personnes, de biens meubles ou immeubles. Par natures effectuées à
titre gratuit, elles font l'objet d'une information appropriée en fonction de la qualité des
données disponibles. Le traitement comptable est clarifié. Si elles présentent un
caractère significatif, une information est fournie dans l'état des informations
complémentaires (ETIC).
Si l'association ou la fondation dispose d'une information quantifiable et valorisable,
l'inscription en comptabilité s'opère de manière distincte au pied du compte de produits et
charges (CPC) à la fois en charges et en produits (en compte de classe 8).

4. Règles de réévaluation des éléments du patrimoine

 Evaluation

A leur date d'entrée dans le patrimoine de l'association, les biens reçus à titre
gratuit sont enregistrés à leur valeur actuelle, «valeur estimée» à la date de
l'entrée, en fonction du marché et de l'utilité économique du bien de l'association.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
40
 Réévaluation:

L'association peut procéder à une réévaluation des immobilisations, conformément aux


dispositions du CGNC. L'écart de réévaluation entre la valeur actuelle et la valeur
comptable nette ne peut être utilisé à compenser les insuffisances; les modes de
réévaluation utilisés étant ceux de droit commun, l'écart de réévaluation doit figurer
distinctement au passif du bilan. La valeur d'entrée de l'immobilisation réévaluée doit
être indiquée dans l'ETIC.
Le poste « écarts de réévaluation » enregistre les écarts constatés à l'occasion
d'opérations de réévaluation. Les écarts peuvent être incorporés en tout ou en partie
dans les fonds associatifs par décision de l'organe délibérant prévu par les statuts. Ce
poste comprend les comptes «écarts de réévaluation sur des biens sans droit de reprise
» et « écarts de réévaluation sur des biens avec droit de reprise ».

II. ASPECT FISCAL

Le droit marocain est marqué par la suspicion des pouvoirs publics à l’égard de tout
groupement à but non lucratif. Il semble perpétuer jusqu’à aujourd’hui la notion
traditionnelle de l’association, qui exclut à priori la réalisation d’activités autres que
celles qui ne sont pas lucratives. Elle ne peut, par conséquent, servir de support
institutionnel qu’aux activités qui ne demandent pas de ressources importantes en
matière d’autofinancement et qui ne nécessite pas l’utilisation d’instrument de gestion
entreprenarial. La jurisprudence n’a pas non plus élargi la capacité juridique des
associations sur le plan patrimonial.
L’existence des associations simplement déclarées et les associations déclarées
reconnues d’utilité publique nous induit à établir pour notre étude des ressources
traditionnelles afin de marquer cette différenciation.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
41
1. Cadre légal
Une association, selon la définition donnée par l’article premier du dahir du 15
novembre 1958, «est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent
en commun d’une façon permanente leurs connaissances ou leurs activités dans un but
autre que de partager des bénéfices ».

A partir de cette définition, on peut dégager les éléments essentiels à la validité d’une
association : c’est d’abord un contrat mais en général il n’est pas formalisé par un
écrit. Ce sont les statuts et les formalités légales de constitution qui permettent
d’apporter la preuve de l’existence de cette convention.
Ce contrat suppose donc la rencontre d’au moins deux volontés.
Personnes physiques voire personnes morales compte tenu de l’absence de précision
de l’article premier du dahir susvisé. En effet, seul le terme « personnes » a été utilisé
dans le dahir du 15 novembre 1958.

2. Les associations qui sont restées purement non Lucratives


a. Principe d’exonération
La fiscalité des associations désintéressées (vocation non commerciale) est réduite au
minimum, puisque l'association a montré toutes ses vertus sociales, dans son montage
et dans son fonctionnement.
Il faut néanmoins prévoir la taxe d’édilité pour les locaux possédés par l’association
reconnue d'utilité publique et, en outre, la taxe urbaine pour des locaux loués par une
association simplement déclarée, sans activité commerciale. Sur un plan social, il faut
prévoir également l’IGR sur les salaires.
La non-lucrativité d’une activité d’une association exclue, en principe, l’application de
la TVA et l’impôt des patentes. Quant à l’impôt sur les sociétés, la situation n’est pas
la même. Des précisions doivent, ainsi, être apportées.

 Structures concernées

D’après la note circulaire relative à l’impôt sur les sociétés loi 24-86 du
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
42
31/12/1986, on désigne par association sans but lucratif les groupements de personnes
exerçant des activités à caractère purement social, éducatif, sportif ou humanitaire.
Cette même circulaire dans sa définition de « association sans but lucratif » se réfère à
l’article 1 du dahir du 15/11/1958 réglementant le droit d’association et énumère celles
qui peuvent rentrer dans ce cadre :
 Les associations reconnues d’utilité publique ;
 Les unions ou fédérations d’association ;
 Les parties politiques et associations à caractère politique ;
 Les associations étrangères autorisées par le secrétariat général du
gouvernement, conformément aux dispositions du dahir susvisé/
 Traitement fiscal

Le traitement est sans ambiguïté du fait que les associations sans but lucratif sont en
vertu de l’article 4, alinéa 1, de la loi sur l’impôt sur les sociétés exonérées en raison
des opérations dûment reconnues conformes à l’objet défini, dans leurs statuts, et
réalisées grâce aux cotisations versées par leurs membres, aux dons reçus, aux
subventions octroyées par l’état ou les collectivités publiques ou privées et ce, même
s’il en résulte un excédent de recettes sur les dépenses.

b. Les impositions posées par les textes marocains

 Au regard de l’impôt sur les sociétés


En vertu des dispositions du troisième alinéa de l’article 4 de la loi relative à l’impôt
sur les sociétés, les associations à but non lucratif sont imposées, en raison des
bénéfices et des revenus tirés de la gestion ou de l’exploitation, de ventes ou de
services (immeubles à usage locatif, magasin, restaurant, bar….).
Toute association qui tire ses revenus en dehors de son objet désintéressé est
imposable à l’impôt sur les sociétés. A cet égard, Il convient de souligner que
l’administration fiscale marocaine n’a pas à l’instar de la France affiché une volonté de
clarification du régime fiscal des associations.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
43
 Au regard de la T.V.A.
Les associations qui sont restées purement non lucratives sont, de par le principe
même de la TVA, situées hors du champ d’application de la TVA.
Elles supportent la TVA en amont sans pour autant pouvoir procéder à sa récupération.
Il est à préciser que les associations reconnues d'utilité publique bénéficient de
l’exonération sans droit à déduction quelles que soient leurs activités (article 7 du
dahir du 20/12/1985 portant promulgation de la loi 30.85 relative à la TVA). En effet,
toutes prestations de service fournies par les associations reconnues d’utilité publique
sont exonérées de la TVA.
A noter également que depuis le 01/07/1999, sont exonérées de la TVA avec droit à
déduction, les biens d’équipement, matériels et outillages acquis localement ou à
l’importation par les associations à but non lucratif s’occupant des personnes
handicapées et ce, conformément aux dispositions des articles 8-23° et 60-29° de la loi
30-85 relative à la TVA.
A cet effet, les anciennes dispositions prévues à l’article 7 IV –7° b qui exonéraient les
biens d’équipement acquis par les associations à but non lucratif ayant un caractère
exclusivement philanthropique, destinés à être utilisés par lesdites associations dans le
cadre de leur objet statutaire sont abrogées.
Ainsi l’exonération qui auparavant touchait une tranche d’association plus large (toute
association philanthropique) a été limitée aux associations à but non lucratif
s’occupant des personnes handicapées.
A la lumière de ce qui précède, nous constatons que l’administration marocaine
semble ne pas s’intéresser à la diversité des activités des associations et à leurs
importances macroéconomiques et sociales. Tantôt, elle favorise les associations
reconnues d'utilité publique en exonérant leurs prestations quelles soient lucratives ou
non, tantôt, elle restreint l’exonération aux associations s’occupant des personnes
handicapées.

3. Les associations qui sont sorties du cadre de non-lucrativité


Les associations qui sont totalement sorties du cadre de la non lucrativité sont
soumises, en principe, aux impôts commerciaux. Quant à celles qui n’exercent

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
44
qu’accessoirement une activité lucrative, l’alinéa 3 de l’article 4 de la loi relative à
l’impôt sur les sociétés impose des revenus et bénéfices tirés de la gestion ou de
l’exploitation d’établissements de ventes ou de services.
Cette position fiscale marocaine, laisse déborder bon nombre de questions d’ordre
pratique.
 Comment affecter les moyens d’exploitation entre l’association et le secteur
lucratif ?
 Comment ventiler les éléments communs entre l’activité imposable et l’activité
non imposable ?
 Quel est le sort fiscal des subventions entre les deux activités ?
 Comment procéder à la détermination des critères de non lucrativité d’une
association ?
 Quelles mesures transitoires à prendre ?
 Quelle est la portée de ces critères au regard des impôts commerciaux ?
En France, jusqu'en 1999, toute activité économique d'une association, même si les
bénéfices étaient entièrement réinvestis dans l'action associative, pouvait être taxée.
C'était à la fois injuste de taxer des activités désintéressées et totalement dissuasif pour
les bénévoles qui voyaient les fruits de leur activité repartir vers l'Etat.
En 2000, revirement total : les pouvoirs publics constatent que le secteur associatif est
créateur d'emplois, constitue un volant social unique, qu'il faut protéger et encourager.
Sur un plan fiscal, deux grandes idées :
 ne plus taxer les revenus accessoires des associations qui ont un but purement
social.
 admettre le statut d'association pour des structures aux activités ouvertement
commerciales, dont il faut alors sévèrement contrôler le cadre et leur trouver un
modus vivendi fiscal qui ne soit pas trop contraignant, au moins en début
d'activité.
Désormais, une association, dès sa création, doit " choisir son camp " et opter pour un
statut qui aura de grandes conséquences en matière fiscale. On aura alors le choix entre
" association désintéressée " (association à but social) et associations à activités
lucratives.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
45
Et ce choix, il faudra le faire apparaître clairement aux services fiscaux.
Encore faut-il être en phase avec le fisc, en matière de critères.
Nous tenterons, en l’occurrence, d’analyser, à travers l’expérience française, la portée
fiscale de la lucrativité des activités associatives.

c. Portée de la lucrativité d’une association au regard de son statut fiscal selon


le modèle français
Désormais, l’analyse de la situation fiscale se résout à l’aide d’un algorithme en trois
étapes.
 Etape 1 : la gestion est-elle désintéressée ? Si la réponse est non, il y a
imposition. Si la réponse est oui, on passe à l’étape 2.
 Etape 2 : l’association concurrence-t-elle le secteur commercial ? Si la réponse
est non, l’association est définitivement exonérée. Si la réponse est oui, on
passe à l’étape 3.
 Etape 3 : les conditions d’exploitation de l’activité sont-elles comparables au
secteur commercial ? Si la réponse est oui, il y a imposition.
Pour déterminer si ces conditions sont comparables, il est fait une analyse du produit,
du public visé, des prix pratiqués et de l’existence ou non de publicité. (Règle des 4 P).
Quels sont les critères d’appréciation qui ont été retenus pour classer les associations
selon que la gestion est désintéressée ou que l’activité concurrence le secteur
commercial ?

1er critère : la gestion bénévole et désintéressée.


 Remboursement des frais réels sans aucun avantage,
 Rémunération maximum des dirigeants égale ou inférieure aux
¾ du SMIC. (Rémunération globale incluant salaire + honoraires
+ avantages en nature)
 Les salariés peuvent être membres de l’association à titre personnel, mais pas
dirigeants.
 Par tolérance, les salariés peuvent participer au conseil d’administration s’ils
ne représentent pas plus du quart de la totalité des membres et en qualité de

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
46
représentant élus des salariés. Leur rémunération, sous réserve qu’elle soit
justifiée, n’est pas plafonnée.
 Les salariés ne peuvent exercer de fonction au sein du bureau.

2ème critère : la situation de la concurrence.


La situation de l'organisme s'apprécie par rapport à des entreprises ou des organismes
lucratifs exerçant la même activité, dans le même secteur géographique. L'identité
d'activité doit être appréciée à un niveau fin.

 L’activité:
La question qu'il convient de se poser est de savoir si le public peut indifféremment
s'adresser à une structure lucrative ou non lucrative.
Parmi les activités lucratives, on peut citer :
 les recettes de publicité ;
 la vente d’objets ou de produits divers : livres, disques, vêtements, produits
alimentaires etc. ;
 les activités culturelles : cinémas, théâtres ;
 certaines activités sportives : tennis, golf, rafting, surf, musculation etc. ;
 activités dans le domaine de la santé : maisons de retraite, cliniques, centres
de soin etc. ;
 tourisme : centre de vacances, etc. ;
 mise à disposition de personnels, de matériels.
 Activités de restauration, bars, buvettes etc.

 Le secteur géographique:
La zone géographique dans laquelle la concurrence est susceptible de s'exercer est la
zone d'attraction commerciale. Le périmètre géographique à prendre en considération
est donc fonction de la nature de l'activité: il se circonscrira à une localité ou un canton
pour une association dont le rayon d'action reste local, mais il pourra s'étendre au
département, à la région voire à la France entière.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
47
A titre d'exemple, on peut citer des associations organisant des spectacles, des
festivals, des compétitions sportives dont la renommée est nationale ou internationale.

Cette notion de concurrence peut donc varier:


 Dans l’espace:
Deux associations exerçant la même activité peuvent avoir une situation fiscale
différente selon que l'une se trouve dans une grande ville et l'autre dans un village. De
plus, de nombreux produits sont désormais accessibles sur Internet.

 dans le temps :
Le vieillissement de la population ou une réduction du temps de travail par exemple,
peuvent inciter des entreprises à développer ou à créer des services qui, pour le
moment, ne sont pas économiquement viables en raison d'un marché trop étroit. Une
association ne doit donc pas considérer que le caractère non lucratif de son activité lui
est définitivement acquis. Elle doit donc se préoccuper de son environnement
économique.
Ce critère s’apprécie par rapport au public. Peut-il s’adresser indifféremment à une
société commerciale ou à l’association non lucrative ?

3ème critère : les conditions d’exploitation : utilité sociale et affectation des


excédents.
 L’utilité sociale
 Le produit : « est d’utilité sociale, une activité qui tend à satisfaire un besoin qui
n’est pas pris en compte par le marché ou l’est de façon peu satisfaisante ».
Par "produit" il faut comprendre les différentes activités de l'association qui lui
procurent des recettes. Pour être d'utilité sociale une activité doit satisfaire un besoin
qui n'est pas pris en compte par le marché ou qui l'est de façon peu satisfaisante. Le
produit doit être différent de celui proposé par le secteur concurrentiel.
Les agréments délivrés par les pouvoirs ne constituent qu'un élément d'appréciation
pour établir ce caractère d'utilité sociale.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
48
 Le public : Sont susceptibles d'être d'utilité sociale les actes payants réalisés
principalement au profit de personnes justifiant l'octroi d'avantages particuliers
au vu de leur situation économique et sociale (chômeurs, personnes
handicapées notamment, ...), ce que l'administration appelle des personnes
dignes d'intérêt.
Ce critère ne doit pas s'entendre des seules situations de détresse physique ou morale.
Par exemple, le fait que le public visé nécessite un encadrement important relevant du
travail d'assistance sociale dans un village de vacances contribue à l'utilité sociale de
l'organisme organisateur.
 L’affectation des excédents
S’il est de saine gestion d’avoir des excédents, ceux-ci doivent être réinvestis.
 Le prix : les tarifs doivent être homologués par l’autorité administrative de
l’association ; inférieurs au marché ; modulés en fonction de la situation sociale
des bénéficiaires. Il convient d'évaluer si les efforts faits par l'organisme pour
faciliter l'accès du public se distinguent de ceux accomplis par les entreprises du
secteur lucratif, notamment par un prix nettement inférieur pour des services de
nature similaire : tarifs modulés en fonction de la situation des clients. Pour
l'établissement de la comparaison les subventions versées par les personnes
publiques ne sont pas retenues quand bien même ces subventions pourraient
être qualifiées de complément de prix.
Cette condition de prix est réputée respectée lorsque les tarifs de l'organisme se
trouvent homologués par la décision particulière d'une autorité publique ; ceci suppose
que l'organisme soit soumis à une tarification qui lui est propre.
 La publicité : sont autorisées, les campagnes d’appel à la générosité publique
et les informations envoyées aux personnes connues de l’association.
La publicité destinée à capter un public analogue à celui des entreprises est un indice
de lucrativité. Pour se faire connaître, l'association ne doit pas recourir à des pratiques
commerciales.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
49
L'organisme peut procéder à des opérations de communication pour faire appel à la
générosité publique (exemple: campagne de dons au profit de la lutte contre les
maladies génétiques).
Il peut également réaliser une information sur ses prestations sans toutefois que celle-
ci s'apparente à de la publicité commerciale destinée à capter un public analogue à
celui des entreprises du secteur concurrentiel.
Pour distinguer l'information de la publicité, il convient de regarder si le contenu des
messages diffusés et le support utilisé ont été sélectionnés pour tenir compte du public
particulier auquel s'adresse l'action non lucrative de l'organisme en cause.
Ainsi, une association peut présenter les prestations qu'elle offre dans un catalogue si
ce catalogue est diffusé soit par l'association elle-même aux personnes ayant déjà
bénéficié de ses prestations ou qui en ont exprimé la demande, soit par l'intermédiaire
d'organismes sociaux.
En revanche, la vente de ce catalogue en kiosque, la diffusion de messages
publicitaires payants dans les journaux, à la radio, la location de panneaux
publicitaires, l’appel à des professionnels (agences de voyages, participation à des
foires ou salons dont les exposants sont principalement des professionnels etc.) des
éléments susceptibles de remettre en cause le caractère non commercial de la
démarche.
 Internet : L’utilisation d’Internet est possible à condition que les pages soient
réservées à l’information du public et ne servent pas de support publicitaire
pour des entreprises du secteur concurrentiel

d. La portée des critères de lucrativité au regard des principaux impôts


commerciaux
Les critères de lucrativité d’une association ont une portée générale.
Soit elle remplit les conditions de la non-lucrativité et échappe de ce fait à l’ensemble
des impôts commerciaux, soit elle présente un caractère lucratif la soumettant aux dits
impôts, sous réserve des mesures d’exonérations spécifiques à chacun de ces impôts.
La corrélation systématique faite entre les différents impôts commerciaux doit être
quelque peu nuancée : l’impôt sur les sociétés, la TVA et l’impôt des patentes ont
chacun leurs critères d’application propres.
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
50
 Au regard de l’Impôt sur les sociétés
Compte tenu des règles d’application de la loi 24-86 relatives à l’impôt sur les
sociétés, il ne fait pas de doute qu’une association qui présente un caractère lucratif se
voit assujettie au dit impôt. En effet, toutes les sociétés quels que soit leur forme et
leur objet (y compris les associations qui s’apparente en l’occurrence à des sociétés)
qui exploitent un établissement ou pratique des opérations lucratives réalisées au
Maroc, même à titre occasionnel, sont passibles de l’impôt sur les sociétés.
A défaut d’établir une sectorisation des activités lucratives, à notre sens, l’ensemble
des activités est sujet à imposition tel le cas des associations dont les activités
lucratives se réalisent d’une manière prépondérante par rapport aux activités non
lucratives.
Notons que l’assujettissement à l’impôt sur les sociétés rend en outre l’association
passible de la cotisation minimale.
Quant aux associations qui remplissent les conditions de la non lucrativité, elle
échappe de facto à l’impôt sur les sociétés.

 Au regard de la Taxe sur la valeur ajoutée


Pour être exonérés de TVA, les organismes dont la gestion est désintéressée doivent
remplir les deux conditions suivantes (code général des impôts Français -article 261-7-
1°-a) :
 Les services doivent être rendus à de véritables membres :
Pour bénéficier des services de l'association, il faut donc en être membre. Ces
associations sont dites "fermées". Sont ainsi considérées comme membres d'un
organisme les personnes :
 qui ont adhéré à l'association et peuvent participer aux assemblées générales et
sont éligibles au conseil d'administration. En ce qui concerne les mineurs, seule
la condition d'adhésion à l'association est exigée. Les droits attachés à la qualité
de membre du mineur peuvent être exercés par son représentant légal. Les
associations doivent établir que les membres sont mis en mesure d'exercer

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
51
effectivement leurs prérogatives et notamment sont convoqués individuellement
aux assemblées générales.
 et qui ont souscrit une adhésion présentant réellement un caractère de
permanence. Cette condition n'est pas remplie dans le cas de personnes qui
adhèrent à l'association, ou acquittent une cotisation, pour une durée a priori
limitée et inférieure à l'année.
Ainsi, les personnes qui " adhèrent " ou " cotisent " à l'organisme pour une journée,
une semaine, etc., pour pouvoir bénéficier des services offerts par l'organisme, ne
constituent pas des membres pour la détermination du régime fiscal applicable. Il en va
de même des personnes qui, ne devant bénéficier que de façon occasionnelle des
services de l'association, acquittent de ce fait une cotisation minorée.

Seuls certains services sont concernés :


Il s'agit des seuls services à caractère:
 sportif : enseignement, mise à disposition des installations et de matériels ou
équipements nécessaires à l'exercice du sport;
 éducatif ou culturel ;
 social.
Sont expressément exclues de l'exonération les opérations d'hébergement et de
restauration, de même que l'exploitation de bars et buvettes.
En revanche, les ventes accessoires (fanions, brochures, épinglettes, articles de sport,
...) consenties aux membres dans la limite de 10 % des recettes totales bénéficient de
l'exonération.
Enfin, pour pouvoir bénéficier de ces exonérations, l'organisme ne doit pas avoir
recours à des pratiques commerciales.
D’une façon générale, le lien entre lucrativité et taxation à la TVA est délicat à établir.
En effet, la TVA frappe les opérations et non les personnes.
Elle a pour vocation de s’appliquer aux opérations payantes qu’elles soient lucratives
ou pas.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
52
Certaines exonérations de TVA sont de portée générale et s’appliquent par conséquent
aux associations sans considération de leur objet lucratif ou désintéressé (par exemple,
exonération des activités d’enseignement).
D’autres exonérations sont spécifiques aux associations et qui sont toutes
subordonnées au caractère de non-lucrativité (les associations reconnues d’utilité
publique et les associations s’occupant des handicapés).
En réalité, les associations ont assez souvent intérêt à être soumis à la
TVA pour pouvoir récupérer la taxe supportée sur leurs achats. Mais en l’état actuel de
la loi fiscale marocaine l’option à la TVA ne leur est pas ouverte.

 Impôt des patentes


Une association qui sort du cadre de la non-lucrativité est sujette à l’impôt des patentes
dont le champ d’application est proche de celui de l’impôt sur les sociétés. Cependant,
la corrélation entre les deux impôts n’est pas absolue : l’impôt des patentes ne frappe
que les activités professionnelles exercées à titre habituel.
Une association peut donc échapper à cet impôt alors qu’elle est soumise à l’impôt sur
les sociétés dans les conditions du droit commun.
A défaut de sectorisation des activités lucratives par les associations marocaines, la
tendance (et c’est ce que nous constatons actuellement) est l’affectation des moyens
d’exploitation propres aux activités désintéressées au secteur lucratif. L’avantage qui
en résulte est d’une part la possibilité de constater davantage d’amortissement et
d’autre part, la possibilité également de récupérer la TVA. En revanche,
l’accroissement corrélatif de la base imposable du secteur lucratif est inévitable.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
53
PARTIE II: PROBLEMATIQUES LIEES A
LA PRATIQUE DE L’AUDIT DES
ASSOCIATIONS
CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE DES RISQUES

I. NOTION DE RISQUES
1. Notions générales de risques

Le risque peut être défini comme étant une conséquence plus ou moins prévisibles
pouvant affecter l’atteinte des objectifs d’une organisation .il existe plusieurs types de
risques selon le genre d’activités réalisées par l’entreprise, les caractéristiques propres
de ses opérations, l’environnement dans lequel les biens sont produits et les services
sont rendus,
Le risque est également une incertitude, menace ou opportunité (résultant d’une action
ou inaction) que l’entreprise doit anticiper, comprendre et gérer pour protéger ses
actifs, atteindre ses objectifs dans le cadre de sa stratégie et créer de la valeur.
Ainsi, nous pourrons distingué deux types de classification des risques auxquels une
entreprise peut être confrontée.
La première classification consiste à classer les risques en deux types :
Les risques spéculatifs, qui sont l’essence même de l’entreprise : investir des capitaux
dans une nouvelle usine, se lancer sur de nouveaux marchés, lancer un nouveau produit
…ces prises de risques sont conscientes, et elle ont pour objet d’engendrer un profit.
Les risques purs, traditionnellement définis comme étant le résultat du hasard, ce sont
des événements (tels que les incendies, explosions, atteinte à l’environnement…)

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
54
engendrés par l’activité de l’entreprise qui se réalisent à la suite de concours de
circonstance et sur lesquels il est possible d’agir de manière préventive ou moyennant
un refinancement.

La deuxième classification comporte les risques suivants :


 Le risque inhérent, est celui qui existe en soi sans tenir compte des
mécanismes de contrôle et de maîtrise présents dans l’entreprise .on dit aussi
que c’est celui que l’on retrouve dans l’environnement des activités humaines,
qui fait partie de l’existence.
 Le risque de non contrôle, on le définit comme la probabilité qu’une mesure
de contrôle ou un mécanisme de contrôle faille à prévenir ou à détecter une
menace présente que l’on veut absolument éviter.
 Le risque de non détection : c’est la probabilité qu’une mauvaise conclusion
soit tirée des résultats de travaux d’audit interne ou d’autres analyses effectuées
par des personnes habilitées. On retrouve cela normalement en matière de
comptabilité publique.
 Le risque résiduel, c’est le risque qui subsiste après l’application des
techniques de maîtrise des risques.

Plus précisément, Le risque est, selon l’institut de l’audit interne (IIA :institute of
internal auditors) : « la possibilité qu’il se produise un événement susceptible d’avoir
un impact sur la réalisation des objectifs .le risque se mesure en termes de
conséquences et de probabilités. »
En effet, nous retenons la définition du risque selon l’institut de l’audit interne pour les
raisons suivantes :
La transversalité de la définition fait qu’elle peut être applicable dans n’importe quel
domaine, au niveau de toute entreprise ou de ses processus, il suffit qu’il y ait des
objectifs à atteindre ou à réaliser.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
55
La perception du risque sous une forme quantitative (probabilité et impact) qui permet
l’évaluation du risque selon des critères simples, mesurables et reproductibles.
La définition de l’IIA est une définition normée et sert de base pour l’identification et
l’évaluation des risques dans le cadre de la démarche de la maîtrise des risques.

2. Maitrise des risques


a. Définition
La maîtrise des risques est l’ensemble des initiatives souhaitables qu’une entreprise
devrait adopter pour faire face aux principaux risques inhérents à ses activités. En
d’autres termes, maîtriser les risques c’est prendre les initiatives pour éviter les ennuis
et pour ne pas manquer les opportunités. C’est une démarche managériale qui existe
souvent mais de manière non globale et non structurée. Sa possession procure un
avantage compétitif majeur puisqu’elle permet une meilleure :
 Efficacité dans l’atteinte des objectifs
 Sécurité dans la protection des actifs
 Transparence vis-à-vis des parties prenantes.

b. La valeur de la maîtrise des risques


 L’aspect organique
La maîtrise des risques bénéficie davantage à l’organisation puisqu’elle permet de ne
maintenir que les dispositifs efficaces. La maîtrise des risques est plus susceptible de
couvrir l’ensemble des préoccupations des gestionnaires puisqu’elle fonde son analyse
sur les risques plutôt que de repérer et d’analyser les mécanismes de contrôle.
Ainsi, la maîtrise des risques permettra de préciser les risques et d’évaluer les moyens
qu’empruntent les gestionnaires pour atténuer ceux-ci. En d’autres termes, la maîtrise
des risques va permettre de valoriser tout dispositif de contrôle interne adopté puisque
ne sera retenu que le dispositif permettant :
 La fiabilisation : elle est atteinte, en adoptant une approche systématique des
bonnes pratiques face aux risques identifiés de survenance d’ennuis.
 La stimulation : ceci en systématisant les bonnes initiatives face aux risques
identifiés de ratage d’opportunité
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
56
 La simplification : par la maîtrise des risques permettra de ne maintenir que
les dispositifs utiles et de ce fait, éliminer les contrôles bureautiques ou autres
non légitimés par un risques quelconque.

 La délégation : en maîtrisant les risques et en adoptant des contrôles internes


adéquats, le top management pourra déléguer sans risque les responsabilités.
 La transparence : un dispositif de contrôle interne basé sur la maîtrise des
risques permet de mieux assurer les actionnaires et les met en confiance.

 L’aspect économique
La maîtrise des risques confère un avantage concurrentiel majeur,
En effet, en réduisant les coûts évitables futurs, la maîtrise des risques permet de
restreindre les coûts liés aux risques inhérents de majoration de coûts normaux prévus
ou de minoration de gains normaux prévus.
Ainsi, la maîtrise des risques se veut un outil quantitatif de mesure de la valeur
économique et permettra à l’ingénierie de maîtrise (assistance à la maîtrise des risques)
et à l’ingénierie de fonctionnement (direction générale, stratégie et développement)
d’apprécier l’efficacité économique à partir du niveau des coûts liés aux risques futurs.

 L’aspect financier
L’aspect financier de la maîtrise des risques consiste en la mise en place et en une
surveillance des principes d’indemnisation financière, sur les risques difficilement
maîtrisables, mais assurables. A ce titre, il incombe au directeur financier de gérer ces
différents risques, soit de les transférer (cas assurances) ou de les traiter (cas
instruments financiers (option, swap.)

c. Frontière de la maîtrise des risques au sein du management global des


risques
Le management global des risques
La maîtrise des risques s’inscrit dans le cadre de la gestion des risques qui vise à
identifier les risques à l’échelle de l’entreprise, à mesurer financièrement l’ensemble

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
57
des risques, à prendre en compte cette mesure du risque dans l’appréciation des
performances des activités et à mettre en place des processus de suivi des risques
intégrés à la gestion des opérations.

Ceci nécessite au préalable, la mise en place d’une architecture de gestion globale des
risques afin de doter l’entreprise de moyens nécessaires pour réussir l’intégration de la
gestion des risques dans les processus de gestions opérationnelle et stratégique de
l’entreprise.
A défaut de ce dispositif, les risques ne peuvent être analysés, divulgués, comparés et
gérés d’une manière cohérente et efficace à tous les niveaux de l’organisation
considérée dans son ensemble .les principaux éléments d’un dispositif de management
des risques sont :

 Des politiques et des directives claires et cohérentes en matière de management


des risques.
 Des moyens adaptés à la diffusion d’information sur les risques et à leur
analyse
 Une définition claire des responsabilités et des pouvoirs en matière de gestion
des risques, et leurs attributions à des personnes clés.
 Des procédures et des programmes de gestion des risques adéquats
 Et un dispositif adéquat de suivi et de revue des processus de management des
risques (audit) permettant notamment de tirer en permanence les enseignements
de l’expérience acquise au sein de l’entreprise.

 La position de la maîtrise des risques au sein du management


global des risques.
La maîtrise des risques est l’un des trois thèmes du management globale des risques
qui sont : l’économie des risques (RISK ECONOMICS), la maîtrise des risque elle
même, et le financement du risque (RISK FINANCING).
L’économie des risques intervient lors de la prise de décision sur les choix des
investissements et projets arrêtés par l’entreprise, avec l’assistance de la direction de la
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
58
stratégie .l’économie des risques a pour objet de traiter les aspects stratégiques de
l’entreprise ainsi que les nouvelles orientations.
Le support est assuré par la direction de la stratégie et l’objectif étant d’évaluer le
couple (risque / opportunité).
Une fois les décisions prises, la maîtrise des risques intervient pour veiller à ce que les
objectifs tracés initialement (lors de la prise de décision) soient atteints. L’objectif est,
à cet effet, d’évaluer les risques susceptibles d’entraver la réalisation des objectifs et
d’élaborer les plans d’action idoines.
Le support à la maîtrise des risques est assuré par la direction business control où
contrôle général.
Le financement du risque par contre, se situe directement après la maîtrise des risques
puisqu’il tâchera de gérer tout risque jugé non maîtrisable (difficile).
Ainsi, le financement des risques pourra faire l’objet d’un transfert du risque (sous-
traitance) ou un financement pur moyennant un contrat d’assurance ou une provision
contre le risque .le support du financement du risque est assuré par la direction
financière.

d. le sens de la démarche de la maîtrise des risques


Tout dirigeant désireux de structurer la maîtrise des risques se pose les questions
suivantes : comment initier la démarche ? Où commencer ?
La mise en place de la maîtrise des risques s’appuie en premier lieu sur la définition du
risque. Comme nous avons cités précédemment, nous préconisons la définition normée
du risque de l’institut de l’audit interne.
Sur la base de cette définition, les risques seront dans un premier temps identifiés,
analysés, évalués, de manière subjective par les managers de l’entreprise en faisant
appel aux quatre notions suivantes : objectifs, risques, contrôle et alignement.
Les objectifs
Dans la mesure où les risques sont définis comme les éléments pouvant avoir un
impact sur la capacité de l’entreprise à réaliser ses objectifs, il est important de
commencer par répertorier les objectifs qui concernent l’ensemble soumis à l’examen :
l’entreprise dans sa globalité, la fonction, l’unité opérationnelle ou le processus .ils

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
59
sont ensuite comparés à ceux du niveau inférieur ou supérieur, et ainsi de suite selon
une approche pyramidale.
Cette première étape permet notamment de s’interroger sur la cohérence effective
entre les objectifs des différents niveaux de l’organisation et de mettre en évidence le
cas échéant les risques liés à une situation d’incohérence, de flou dans la définition ou
d’incompréhension des objectifs.

Les risques
Les risques sont ensuite identifiés sur la base des objectifs répertoriés lors de la phase
précédente. Il est procédé ainsi pour chaque niveau d’organisation de l’entreprise, en
partant du niveau le plus global sans pour autant atteindre, les sous processus
élémentaire au risque d’alourdir le processus d’identification des risques .après
synthèse et mise en cohérence, les risques sont évalués puis hiérarchisés en
considèrent leurs probabilités d’occurrence et leurs conséquences potentielles.
 Le contrôle
La notion de contrôle recouvre d’une part les réponses apportées par le management
pour gérer le risques et d’autre part le dispositifs de contrôle donnant l’assurance au
management que ces réponses sont effectives .les réponses aux risques comprennent
les dispositifs de prévention, de protection et de transfert du risque sur autrui ou
l’acceptation pure et simple du risque.

 L’alignement
Il convient enfin de s’assurer de la cohérence entre objectifs ,risques et contrôle à un
niveau donné ou d’un niveau à l’autre de l’organisation ou encore entre unités
comparables de l’entreprise .
En effet, une approche globale des risques implique toutes les activités et tous les
niveaux de l’organisation dans l’entreprise.
Pour éviter les zones non couvertes et les redondances dans le dispositif global
d’identification et d’évaluation des risques, il faut s’assurer que chaque activité et
chaque niveau de l’organisation agissent dans le même sens. Tous les éléments

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
60
nécessaires au diagnostic d’ensemble sont alors réunis et il s’ensuit, le cas échéant, un
plan d’action pour améliorer la situation.
 Le processus de la maîtrise des risques
Le processus de la maîtrise des risques supposes un dispositif de maîtrise des risques
global et construit sur la base d’éléments structurés et adaptés au contexte de
l’entreprise.
Il s’agit d’établir un cadre, de recenser les processus, d’identifier les risques, les
évaluer, les hiérarchiser (cartographie des risques) et de traiter ces dits risques.
Ce processus est continuellement amélioré, il permet de faire évoluer la cartographie
des risques (identification …hiérarchisation) préétablie et de faire passer les risques
d’une zone de criticité à une zone de couverture.
Aussi, il s’agit d’effectuer des revues d’audit interne pour évaluer le dispositif de
maîtrise des risques selon la figure ci-dessous :

61
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
 Etapes de la méthodologie
Le processus d’évaluation globale des risques peut être réparti en deux phases :
Une phase d’identification, évaluation et traitement des risques
Une phase de revue du processus.
 Etape1
Lors de cette étape, on définit un cadre, et on identifie les risques affectant les
ressources de l’organisation .on peut distinguer les ressources humaines, techniques,
informationnels, financières ou naturelles.
 Etape 2
La deuxième phase concerne la revue indépendante du dispositif d’évaluation des
risques pour une amélioration continue du processus et afin de s’assurer de la
pertinence de chaque étape d’évaluation des risques.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
62
II. PROPOSITIONS DE PROCEDURE D’UNE MISSION
D’AUDIT D’ASSOCIATION

L’auditeur dans le cadre de sa mission légale ou contractuelle doit s’imprégner du


même cadre que celui qui résulte de la loi 17-95 sur les sociétés anonyme en tenant
compte des spécificités du secteur.
Il est de principe que beaucoup de mécanismes utilisés dans le secteur commercial ont
une connotation toute différente en milieu associatif ; il convient donc de se défier des
réflexes, conditionnés par la pratique du secteur commercial :
Le commissaire aux comptes a une mission générale qui comprend la certification des
comptes et les vérifications spécifiques. Il procède également à des interventions
connexes à la mission générale. Lorsque la mission du commissaire aux comptes au
sein d’une association résulte de la loi, elle présente un caractère légal et doit s’exercer
dans le cadre des lois qui la réglementent et en observant les normes établies par
l’ordre des experts comptables.
Il peut arriver qu’une association à laquelle la loi n’impose pas de nommer un
commissaire aux comptes décide néanmoins de désigner, en dehors de toute contrainte
légale, afin d’affermir la crédibilité de ses comptes, une personne chargée d’effectuer
une mission de contrôle. Dans une telle hypothèse, l’association peut, soit nommer un
commissaire aux comptes, soit désigner un contrôleur qui effectuera contractuellement
une mission déterminée de façon particulière par les statuts ou par un organe de
l’association ayant pouvoir de définir ladite mission.
Dans ce dernier cas, le commissaire aux comptes désigné devrait, à notre avis,
effectuer sa mission dans les mêmes conditions que s’il avait été choisi dans le cadre
légal et ce, même s’il est nommé à l’initiative d’une association en dehors de toute
obligation légale. Dans l’hypothèse où l’association non assujettie de par la loi au
commissariat aux comptes souhaite confier à un commissaire aux comptes une mission
plus restrictive à sa mission générale ( mission d’évaluation…), il convient de
s’interroger sur la possibilité d’une telle mission.
Il semble difficile d’admettre qu’une mission soit acceptée en qualité de commissaire
aux comptes et que ce titre soit utilisé sans que le contenu de ladite mission recouvre
celui des missions habituellement dévolues aux commissaire aux comptes par la loi .
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
63
Le commissaire aux comptes dans le cadre de sa mission :
 A une mission générale qui comprend la certification des comptes et
des vérifications spécifiques

 Procède à des interventions connexes à la mission générale

1. Programme de vérifications

L’audit des associations étant récent au Maroc, ce qui fait qu’il n’y a pas de
procédures ou d’étapes universelle concernant ce genre de mission.
Nous allons juste essayer de vous proposer un programme de vérification inspiré
des pratiques faites dans le métier au Maroc.

Ainsi les étapes proposées sont les suivantes :


 Vérification des clauses statutaires.
 Vérification de la conformité de la procédure de création de l’association
aux dispositions de la loi 75-00.
 Contrôle des conventions réglementées
 Contrôle des documents adressés aux adhérents
 Vérification de la cohérence du budget
 Vérification de la sincérité et de la régularité des reportings comptables
adressés au bailleur de fonds.
 Examen des cycles :
- Dons monétaire et en nature ;
- Apports avec droit de reprise ;
- Subventions publiques ;
- Cotisations et droit des adhérents ;
- Charges de fonctionnement ;
- Charges relatives aux programmes ;

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
64
- Immobilisations ;
- Paie personnel ;
- Impôts et taxes ;
- Trésorerie.
 Faire des examens limités lorsqu’ils sont demandés par les bailleurs de fonds.

Dans le but de développer cette partie de façon efficace nous allons attarder sur la
certification des comptes, les vérifications spécifiques et les conventions réglementées.

2. Certification des comptes

Le commissaire aux comptes exerce sa fonction dans les conditions prévues par la loi
sur les sociétés anonymes, sous réserve des règles qui sont propres aux associations.

a. Modalités de certification des comptes annuels

Dans son rapport, il doit certifier que les comptes annuels sont réguliers et sincères et
qu’ils donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé, ainsi
que de la situation financière et du patrimoine de l’association à la fin de cet exercice.
Le contrôle des comptes doit s’appuyer sur les règles du code général de normalisation
comptable et du plan comptable particulier applicable aux associations.

Le commissaire aux comtes doit veiller, notamment, au respect des règles


particulières concernant :

 Les fonds associatifs externes, avec ou sans droit de reprise,


 Les fonds de réserve,
 Les fonds réglementés,
 Les subventions d'investissement et de fonctionnement,
 Les dons et legs, les apports,
 Les contributions volontaires,
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
65
Il sera également attentif :

 A la détermination et à l’affectation du résultat,

 Aux modalités de financement des investissements,

 Au traitement des contributions volontaires.

La réglementation comptable applicable aux associations renforce donc la nécessité de


cerner les particularités comptables des associations, notamment les fonds dédiés ou le
suivi des subventions.
S’il refuse de certifier les comptes annuels, il fait état dans son rapport des motifs pour
lesquels il a cru devoir refuser cette certification. L’organe délibérant reste libre
néanmoins d’approuver les comptes.
Il peut aussi assortir sa certification de réserves, par exemple lorsqu’il a décelé des
erreurs ou des irrégularités mais que celles-ci n’altèrent pas l’image de la situation de
l’association donnée par les comptes. Dans ce cas, il doit préciser dans son rapport les
motifs de ses réserves.
Etant donné la structure éclatée que peuvent revêtir certaines associations, le
commissaire aux comptes peut être confronté à la difficulté de l’identification
des documents à certifier. La certification des comptes porte sur les comptes
annuels de la personne morale, en tant que telle, que constitue l’association. La
mission de contrôle ne consiste pas, à notre sens, en la certification des comptes
d’ensemble de la personne morale que constitue l’association.

L’existence de contrôles administratifs à l’encontre d’établissements d’associations


bénéficiant de certains financements ne doit pas avoir pour effet de limiter les
diligences minima des commissaires aux comptes. Les missions étant différentes, les
contrôles administratifs ont pour principaux objectifs de s’assurer de la bonne
utilisation des fonds publics.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
66
b. Modalités de certification des comptes consolidés

Les associations, en l’absence de disposition applicable, ne sont pas tenues d’établir


des comptes consolidés. Les associations ayant des participations dans des sociétés
commerciales peuvent souhaiter les établir. Il y a lieu d’apprécier si le commissaire
aux comptes doit se prononcer ou non sur lesdits comptes.
Il convient, tout d’abord, d’opérer une distinction entre les associations qui établissent
des comptes consolidés dans une optique strictement interne, de celles qui établissent
des comptes consolidés et les présentent à l’instance chargée d’approuver les comptes
annuels (l’assemblée) et les diffusent éventuellement à l’extérieur de l’association.
Dans ce dernier cas, les comptes consolidés de l’association ne sont plus de simples
outils de gestion interne. Comme pour les sociétés commerciales, si les comptes
consolidés ont été établis librement et arrêtés par l’organe de direction (l’équivalent
d’un conseil d’administration), ils doivent être conformes aux normes comptables de
consolidation ainsi qu’aux règles juridiques requis (certification et communication à
l’assemblée). Quant à l’obligation de nomination d’un deuxième commissaire aux
comptes, en l’absence de disposition à cet égard, elle ne s’applique pas.
A l’instar des sociétés commerciales, lorsqu’une association établit des comptes
consolidés, le commissaire aux comptes certifie qu’ils sont réguliers et sincères et
donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière ainsi que du résultat
de l’ensemble constitué par les entreprises comprises dans la consolidation.

3. Vérifications spécifiques

Les commissaires aux comptes ont pour mission permanente, à l’exclusion de toute
immixtion dans la gestion, de vérifier les valeurs et les documents comptables de
l’association et de contrôler la conformité de sa comptabilité aux règles en vigueur. Ils
vérifient également la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
67
informations données dans le rapport de gestion et dans les documents adressés aux
adhérents sur la situation financière et les comptes annuels.
Ils effectuent un examen limité (et non une certification) en vue de s’assurer que les
informations financières sont cohérentes avec ce qu’il connaît de l’activité de
l’association, dans le cadre de sa mission générale. Cet examen limité consiste, pour
l’essentiel, à effectuer un examen analytique des informations et à obtenir, par
entretien avec les dirigeants, les informations jugées utiles.
Il est, ainsi, de principe que les documents adressés à d’autres personnes que les
adhérents sont exclus des vérifications spécifiques du commissaire aux comptes. La
compagnie nationale des commissaires aux comptes française précise dans son guide
de contrôle des associations (page 80) que la responsabilité éventuelle du commissaire
aux comptes vis à vis des organismes de contrôle ou de tutelle ne saurait être étendue à
des obligations de contrôle qui ne relèvent pas de sa mission : il n’a pas à vérifier (ni à
certifier) les comptes administratifs, les budgets ou toute information de nature
comptable ou financière dont la production est exigée par ces organismes dans le cadre
de l’exercice de leurs propres responsabilités, sauf s’ils sont mis à la disposition des
adhérents.
Cependant, dès lors que la communication des documents erronés à des tiers conduit
une association à obtenir des subventions majorées et dès lors que cette majoration
peut avoir une incidence significative sur le comptes annuels, il appartient au
commissaire aux comptes d’en tirer les conséquences sur la sincérité, la régularité, et
l’image fidèle des comptes en formulant, le cas échéant, une réserve dans son rapport
général.
Il convient de souligner que le commissaire aux comptes d’une association n’a pas à
satisfaire aux obligations de vérifications spécifiques propres aux sociétés
commerciales (actions de garantie, égalité entre les actionnaires…).
En revanche, il doit se prononcer sur la sincérité et la concordance avec les comptes
annuels des informations données dans les documents qui seraient éventuellement
adressés aux adhérents par analogie avec les dispositions de l’article 166 de la loi 17-
95 relative à la société anonyme.
Nous étudierons donc les différents documents concernés à savoir :

68
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
- Budgets,

- Rapports d’activité,

- Conventions réglementées

c. Budget

La notion de budget est fondamentale dans la comptabilité publique, le budget y étant


l’acte par lequel sont prévues et autorisées les recettes et les dépenses des organismes
publics. Or, ce besoin existe également dans les associations où la recherche de
l’équilibre financier étant prioritaire, la prévision budgétaire s’impose naturellement.
La présentation de budgets est du reste prescrite dans de nombreux cas, notamment
dans les associations reconnues d'utilité publique et dans les associations bénéficiant
d’un financement public.
Le budget d’une association, dès lors qu’il est communiqué à l’organe délibérant de la
personne morale, entre dans le champ des vérifications spécifiques du commissaire
aux comptes (bulletin de la compagnie générale des commissaires aux comptes n° 82, 6-
1991, page 262).
Le commissaire aux comptes ne devra donc pas ignorer lors de sa mission l’existence
éventuelle d’un budget. L’établissement d’un budget, s’il n’est pas prescrit par une
réglementation, figure généralement dans les statuts.
Le commissaire aux comptes doit vérifier :

 que ce budget est établi sur des bases raisonnables. Dans le cas contraire, il doit
réagir et si le problème persiste et est jugé significatif, il doit le mentionner
dans son rapport.
 et que ce budget est présenté dans les délais aux différents organismes
concernés.

69
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
d. Rapports d’activité

Il existe deux sortes de rapports :


 Rapport de gestion pour certaines associations tenues d’en établir un,

 Rapport moral et financier de caractère général prévu statutairement qui peut


tenir lieu de rapport de gestion dans la mesure où il reprend les informations
que ce dernier doit comprendre.

Le commissaire aux comptes vérifie la sincérité et la concordance avec les comptes


annuels des informations données dans le rapport de gestion. Sa mission est ainsi
articulée, d’après le guide de contrôle de la compagnie nationale des commissaires aux
comptes française (78 s.), autour de la mise en œuvre des diligences suivantes :

 Le commissaire aux comptes vérifie que les informations chiffrées d’ordre


comptable et financier et les méthodes d’évaluation ou de présentation
indiquées dans le rapport de gestion sont en accord avec les comptes annuels.

 Le commissaire aux comptes vérifie que les informations comptables et


financières sont sincères : les informations données sont laissées à la libre
appréciation des dirigeants tant au niveau de la forme que de la précision
apportée. Il vérifie essentiellement que les informations mentionnées ne sont ni
déformées, ni mal interprétées et permettent une information complète.

 Le commissaire aux comptes doit demander les modifications qu’il estime


nécessaires après en avoir informé l’organe d’administration. IL ne signale que
les erreurs manifestes et présentant un caractère significatif en faisant des
observations.

70
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
e. Conventions réglementées

En l’état actuel de la législation marocaine, aucune disposition particulière ne prévoit


la procédure des conventions réglementées et interdites.
En l’occurrence, pour sécuriser les relations d’affaires, une association – entreprise se
doit, à notre avis, de prévoir dans ces statuts la procédure des conventions
réglementées.
Cette procédure concerne toutes les conventions intervenant entre une association et
l’un de ses administrateurs directement ou par personne interposée. Sont également
concernées par cette procédure les conventions intervenant entre l’association et une
entreprise, si l’un des administrateurs de l’association est propriétaire, gérant,
directeur, membre du conseil de cette entreprise.
Le commissaire aux comptes n’a pas à établir de rapport spécial sur des conventions
qui ne sont pas réglementées par des textes spécifiques contrairement aux règles en
vigueur concernant les sociétés commerciales.
Ainsi, les statuts constituent la loi interne de l’association. Il convient pour le
commissaire aux comptes, de s’assurer de la stricte application des procédures
d’agrément des conventions si lesdits statuts comportent des spécificités sur la
question.
En somme, le commissaire aux comptes n’a pas à établir, à notre sens, faute de texte
de portée générale analogue à ceux des sociétés commerciales, de rapport spécial
sauf si la résolution de sa nomination l’a prévu expressément.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
71
CHAPITRE II : TRAITEMENT COMPTABLES
SPECIFIQUES (CAS DES SUBVENTIONS ET AUTRES
SOURCES EXTERNES DANS L’AESVT MAROC)
I - PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L’AESVT MAROC

1. Présentation Générale

Qui Somme Nous ?

L’association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre au Maroc


(AESVT – MAROC), créée en 1994, est une association nationale, à but non lucratif,
constituée d’un réseau de 34 section (villes ou préfectures), regroupant plus de 2000
membres actifs et gère un réseau de 18 Centres d’éducation à l’environnement (CEE).
L’AESVT – MAROC vise à travers ses différents programmes et projets locaux et
nationaux, la promotion de la culture scientifique en matière d’éducation à
l’environnement, à la santé et au développement durable.

Vision
 Contribuer à l’édification d’une société moderne et solidaire conformément aux
principes et valeurs du développement durable.
 Devenir une référence nationale en éducation au développement durable.

Organisation
 Les structures de l’AESVT :
 Congrès National
 Conseil National
 Bureau National
 Bureau local au niveau de chaque section
 Coordination par domaine d’intervention.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
72
Démarches & Approches

 Dans ses actions, l’AESVT privilégie :


 La démarche projet
 La gestion axée sur les résultats
 L’approche participative
 L’approche genre
 L’approche pédagogique
 L’approche systémique
 La proximité et l’écoute
 Le travail d’équipe

2. Mission de l’AESVT

 Contribuer à la préservation des écosystèmes naturels et l’amélioration du cadre


de vie par le développement de l’éducation à l’environnement et au
développement durable « EEDD » qui vise des changements individuels et
collectifs de comportements et de valeurs des citoyens.

 Promouvoir la veille scientifique et contribuer à la réforme de l’enseignement et


plus particulièrement des programmes des sciences de la vie et de la terre.

 Contribuer à la promotion de la santé par l’approche « IEC » : Information/


Education / Communication.

 Participer au processus décisionnel concernant le développement durable par des


actions de plaidoyer, ou par la participation aux instances de concertation, dans
le cadre de la démocratie participative.

 Développer des partenariats innovateurs avec les secteurs publics et privés

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
73
nationaux et les ONGs nationales et internationales pour contribuer à la
réalisation des objectifs du développement durable.

3. Projet & Actions

 Développement de projets scientifiques de protection de l’environnement


développement durable et préservation de la santé :

 Actions de plaidoyer pour la protection de l’environnement et le développement


durable.

 Création, animation et gestion des centres d’éducation à l’environnement.

 Conception et production d’outils et supports pédagogiques.

 Formations des enseignants, des animateurs des clubs d’environnement et des


acteurs associatifs ;

 Animation des clubs scientifiques d’environnement et de santé.

 Réalisation de programmes pédagogiques relatifs à la promotion de l’éco-


citoyenneté :

 Organisation d’excursions éducatives et culturelles de découverte et de


valorisation des milieux naturels.

 Création et gestion de 18 centres de l’éducation à l’environnement (CEE) sur


tout le territoire, qui constituent des structures permanentes, de formation,
d’exposition, d’animation et de documentation.

 L’AESVT est active au niveau de plusieurs nationaux (L’AMCDD, CMJC) et

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
74
internationaux (Réseaux Planétaire qu’elle préside, Réseau Climat &
Développement, PACJA, CAN).

II. LES SUBVENTIONS :

 L’attribution d’une subvention obéit à des règles qui sont fréquemment fixées par convention.

Il existe trois catégories de subvention :



Subvention de fonctionnement et conventions de financement,

 Subvention d’investissement,

 Subvention d'équilibre.

1. Obligations générales si la subvention relève du public

 L’association doit remplir les conditions d’attribution.

 L’aide financière apportée doit être utilisée à l’objet pour lequel elle a été accordée.

 L’association ou la fondation doit pouvoir justifier l’emploi des fonds reçus.

2. Subvention de fonctionnement et convention de financement.

Les conventions d’attribution contiennent généralement des conditions suspensives ou


des conditions résolutoires.

a. Conditions suspensives

Une condition suspensive non levée ne permet pas d’enregistrer la subvention en


produits.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
75
b. Conditions résolutoires

Une condition résolutoire permet de constater une subvention en produits.


L’association devra constater une provision pour reversement de subvention dès qu’il
apparaîtra probable qu’un ou plusieurs objectifs fixés dans la condition résolutoire ne
pourront être atteints.
Lorsque l’association constatera de manière définitive que ces objectifs ne pourront
être atteints, une dette envers le tiers financeur, sera constatée.
A cet égard, il est à noter qu’aucun numéro de compte spécifique n’a été prévu par le
plan comptable contrairement au plan comptable français des associations.

c. Etalement sur plusieurs exercices

Une subvention accordée pour plusieurs exercices est répartie en fonction des périodes
ou étapes d’attribution définies dans la convention ou à défaut, au prorata temporis. La
partie rattachée à des exercices futurs est inscrite en « produits constatées d’avance ».

d. Comptabilisation

Lorsque la décision de la subvention ne contient pas de condition suspensive, la


subvention est comptabilisée lorsqu’elle est signifiée, c’est à dire quand l’association
ou la fondation a reçu notification définitive d’attribution, et non pas lors de son
encaissement.
 Subvention d'exploitation : elle est accordée par l’état, les collectivités
territoriales ou autres organismes pour faire face à certaines charges
d’exploitation, ou pour compenser l’insuffisance de produits d’exploitation.
elle a un caractère structurel et souvent forfaitaire, par conséquent, elle est un
élément du résultat courant (compte 71).
 Subvention d'équilibre : elle est accordée par l’état, les collectivités
territoriales ou autres organismes pour compenser tout ou partie d’un déficit
global de fonctionnement. Elle a un caractère aléatoire et par conséquent, elle

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
76
est un élément du résultat non courant (compte 75).

3. Subvention d’investissement.
a. Principe.

Les associations peuvent recevoir des subventions d'investissement destinées au


financement d’un ou plusieurs biens dont le renouvellement incombe ou non à
l’organisme.

L’association doit analyser la convention de financement et prendre en considération


les contraintes de fonctionnement de l’organisme.

L’association doit analyser la convention de financement et prendre en considération


les contraintes de fonctionnement de l’organisme.

b. Comptabilisation

Les subventions d'investissement affectées à un bien renouvelable par l’association


sont maintenues au passif dans les fonds associatifs avec ou sans droit de reprise
(compte 111 ou 112).
Les subventions d'investissement affectées à un bien non renouvelable par
l’association sont inscrites au compte 131 « subvention d'investissement affectée à des
biens non renouvelables » et sont reprises au CPC au rythme de l’amortissement du
bien (compte 757).

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
77
III. LES RAPPORTS DETAILLE DU CABINET D’EXPERTISE
COMPTABLE.

1. RAPPORT DE L’AUDITEUR INDEPENDANT.

EXERCICE DU 1er JANVIER AU 31 DECEMBRE 2017.

Nous avons effectué l’audit des états de synthèse ci-joints de l’Association des
Enseignants des Sciences et Vie de la Terre « AESVT» comprenant le bilan, le compte
de produits et charges relatifs à l’exercice clos le 31 décembre 2017. Ces états de
synthèse font ressortir un montant de fonds associatifs de MAD 8 903 084.

 Responsabilité de la Direction:

La direction est responsable de l’établissement et de la présentation sincère de ces états


de synthèse, conformément au référentiel comptable admis au Maroc. Cette
respoisabilité comprend la conception, la mise en place et le suivi d’un contrôle interne
relatif à l’établissement et la présentation des états de synthèse ne comportant pas
d’anomalie significative, ainsi que la détermination d’estimations comptables
raisonnables au regard des circonstances.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
78
 Responsabilité des auditeurs :

Notre responsabilité est d’exprimer une opinion sur ces états de synthèse sur la base de
notre audit. Nous avons effectué notre audit selon les normes dee la profession au
Maroc. Ces normes requièrent de notre part de nous conformer aux règles d’éthique, de
planifier et de réaliser l’audit pour obtenir unr assurance raisonnable que les états de
synthèse ne comportent pas d’anomalie significative.

Un audit implique la mise en œuvre de procédures en vue de recueillir des éléments


probants concernant les montants et les informations fournies dans les états de synthèse.
Le choix des procédures relève du jugement de l’auditeur, de meme que l’évaluation du
risque que les états de synthèse contiennent des anomalies significatives. En procédent à
ces évaluation du risque, l’auditeur prend en compte le contrôle interne en vigueur dans
l’entité relatif à l’établissement et la présentation des états de synthèse afin de définir
des procédures d’audit appropriées en la circonstance, et non dans le but d’exprimer une
opinion sur l’efficacité de celui-ci.

Un audit comporte également l’appréciation du caractère approprié des méthodes


comptables retenues et le caractère raisonnable des estimations comptables faites par la
direction, de meme que l’appréciation de la présnetation d’ensemble des états de
synthèse.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
79
Nous estimons que les éléments probants recueillis sont suffisants et appropriés pour
fonder notre opinion.

Opinion sur les états de synthèse

A notre avis, les états de synthèse cités au premier paragraphe ci-dessus donnent, dans
tous leurs aspects significatifs, une image fidèle du patrimoine et de la situation
financière de l’AESVT au 31 décembre 2016 ainsi que du résultat de ses opérations pour
l’exercice clos à cette date, conformément au référentiel comptable admis au Maroc.

Fait à Casablanca, le 30 Mai 2018

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
80
31/12/2017

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
81
31/12/2017

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
82
31/12/2017

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
83
2. RAPPORT DETAILLE DES COMPTES DE L’AESVT AU TITRE DE
L’EXERCICE 2017

Passif
Le Passif de l’AESVT au 31 décembre 2017 est constitué des rubriques suivantes :

Fonds Associatifs
Les Fonds associatifs sont constitués du cumul des excédents/ insuffisances des
exercices précédents. Ces fonds totalisent au 31 décembre 2017 à KMAD 8 933.

Excédent ou Insuffisance de l’exercice


Au 31 décembre 2017, l’AESVT a dégagé une insuffisance de KMAD 29,6.

Organismes sociaux

Le compte des organismes sociaux enregistre la dette à payer à la CNSS au titre des
cotisations sociales du mois de décembre 2017 pour un montant de KMAD 20. Cette
dette a été payée en janvier 2018.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
84
Etat - Créditeur
Le compte d’Etat-créditeur comporte l’impôt sur les revenus du mois de Décembre 2017 pour un montant de
KMAD 10. Cette dette a été payée fin janvier 2018.

Divers Créanciers

Les divers créanciers qui totalisent au 31 décembre 2017 un montant de KMAD 35 ;


enregistrent des dettes envers les adhérents de l’association qui ont avancés des fonds
pour la réalisation de certaines actions en attendant de recevoir les fonds. Ces avances
réalisées pour le compte de l’AESVT se détaillent comme suit :

Actif

L’actif de l’AESVT au 31décembre 2017 est constitué des rubriques suivantes :

Actif Immobilisé

Immobilisations corporelles

a -Construction

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
85
Le compte construction porte essentiellement sur des agencements et aménagements de
constructions pour un montant brut de KMAD 1 321 amortis à hauteur de KMAD 616
sur une durée de vie 10 ans. La valeur nette de ces aménagements s’élève au 31
décembre 2017 à KMAD 705.

b – Matériel et Outillage

Ce compte enregistre le matériel technique acquis par l’association (Microscope,


Jumelles Bresser, Climatiseur …) pour un montant total brut de KMAD 518. Ce
matériel amorti sur une durée de vie de 5 ans, enregistre un cumul d’amortissement de
KMAD 487. La valeur nette de ces immobilisations s’élève à KMAD 31 au 31
décembre 2017

c – Matériel de Transport

Ce compte enregistre le matériel de transport de l’AESVT valorisé à sont cout


d’acquisitions, pour un montant brut de KMAD 173. Ce matériel est amorti sur une
durée de vie 5 ans et enregistre un cumul amortissent au 31 Décembre 2017 de KMAD
86. Ainsi, la valeur nette s’élève à KMAD 86.

d – Mobiliers, Matériels de Bureau et Aménagements

Il s’agit de l’ensemble du mobilier de bureau de l’AESVT pour un solde brut de KMAD


268, du matériel de bureau pour KMAD 247, du matériel informatique pour KMAD 448
et des aménagements pour KMAD850. Ces immobilisations sont amortie
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
86
de vie de 5 ans. Le cumul d’amortissement s’élève à la clôture de l’exercice 2017 à
KMAD 843. La valeur nette de ces derniers est de KMAD 969.

Actif Circulant

Clients et Comptes Rattachés

Les comptes de créance clients enregistrent principalement les subventions à recevoir


auprès des bailleurs de fonds pour un montant de KMAD 3 041. Ces subventions à
recevoir à la clôture de l’exercice se composent principalement de :

Trésorerie Actif

Banque

Ce compte regroupe les soldes des différents comptes bancaires de l’AESVT (siège,
projet, section), à la date du 31 décembre 2017 pour un total de KMAD 3 972 ;

Caisse

Ce compte regroupe le solde des caisses de l’AESVT (siège, section), à la date de


clôture de l’exercice pour un total de KMAD 163.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
87
COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES DE L’EXERCICE

COMPTE DE CHARGES

CHARGES D’EXPLOITATION

Les charges d’exploitation de l’AESVT sont constituées essentiellement de :

ACHATS CONSOMMES DE MATIERES ET FORNUTIRES

Les achats consommés de l’AESVT s’élèvent à KMAD 3 207 et portent essentiellement


sur :

ACHATS DE FOURNITURE D’ENTRETIEN

Ce compte englobe les achats de fourniture d’entretien de l’exercice 2017, il représente


un solde de KMAD 56 ;

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
88
ACHATS DE PETITS OUTILLAGES ET PETITS EQUIPEMENTS

Ce compte enregistre les acquisitions des petits outillages réalisées au cours de


l’exercice et dont le solde au31 décembre 2017 s’élève à KMAD 628.

ACHATS DE FOURNITURES DE BUREAU

Ce compte enregistre les acquisitions des fournitures de bureau réalisées au cours de


l’exercice et dont le solde au 31 décembre 2017 s’élève à KMAD 97.

ACHATS DE PRESTATION DE SERVICE

Ce compte englobe les prestations de service réalisées par des prestataires externes dans
le cadre des projets de l’AESVT. Le montant total de ces prestations de services s’élève
au 31 décembre 2017 à KMAD 2 376 ;

CHARGES EXTERNES

Les charges externes de l’exercice s’élèvent à KMAD 3 504 et enregistrent


principalement les charges suivantes :

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
89
LOCATIONS ET CHARGES LOCATIVES

Ce compte représente essentiellement les locations des salles de conférence et des


matériels de transport pour un total de KMAD 97 ;

DEPLACEMENTS, MISSIONS ET RECEPTIONS

Ce compte correspond principalement aux frais de transport, de restauration et


d’hébergement des adhérents de l’AESVT supportés lors des missions et pour le compte
des projets. Ces charges totalisent KMAD 3 209 au 31 décembre 2017.

CHARGES DE PERSONNEL

Rémunérations du Personnel

Ce compte enregistre les rémunérations du personnel de l’AESVT au titre de l’exercice


2017.

Ces rémunérations s’élèvent au 31 décembre 2017 à un total de KMAD 1 427.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
90
Charges Sociales

Ce compte représente la part patronale des cotisations CNSS et AMO de l’exercice 2017
un montant de KMAD 222 ;

DOTATIONS D’EXPLOITATION

Ce compte enregistre les dotations aux amortissements de l’exercice 2017 pour un total
de KMAD 303 ;

CHARGE NON COURANTES

SUBVENTIONS ACCORDEES

Ce compte englobe les subventions accordées par l’AESVT dans le cadre des
conventions et des projets de l’exercice 2017. Ces subventions totalisent KMAD 107 et
portent sur :

VNA DES IMMOBILISATION ET AUTRES CHARGES NON COURANTES

Ce compte regroupe des charges non courantes de l’exercice 2017 et des exercices
antérieurs pour un solde total de KMAD 80.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
91
COMPTES DE PRODUITS

PRODUITS D’EXPLOITATION

SUBVENTION D’EXPLOITATION

Ce compte enregistre les subventions au titre de l’exercice 2017 d’un montant de


KMAD 8749. Ces subventions portent essentiellement sur :

COTISATIONS

Ce compte représente les intérêts créditeurs sur compte bancaires pour un solde de
KMAD 4 ;

PRODUITS NON COURANTES

Ce compte d’un solde de KMAD 71 au 31 décembre 2017 regroupe les produits non
courants de l’exercice 2017 portant sur un bon reçu en mobilier estimé pour une valeur
de KMAD 35 et des produits non courants sur exercices antérieurs de KMAD 36
consécutif à l’analyse et l’apurement de certains comptes .

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
92
CONCLUSION
Ce stage été pour moi l’une des expériences les plus enrichissantes de mon cursus
universitaire.
En effet grâce à ce stage j’ai pu appréhender les réalités du monde des cabinets d’audit
et ainsi voir l’importance qu’à l’audit dans le système économique d’un pays.
Outre cela j’ai appris et ce à travers le personnel de l’AESVT que la réussite
professionnelle rime obligatoirement avec assiduité, amour du travail bien fait,
disponibilité, rigueur, et travail d’équipe et que sans ces principes aucune entreprise ne
résisterait au flot de concurrents qui s’accroît de plus en plus avec la mondialisation.

Ainsi toutes ces expériences acquises m’amènent à me questionner sur l’avenir du


secteur associatif et de l’audit des associations au Maroc.
En effet les associations malgré les efforts fournis par le législateur pour mettre en
place un cadre organisationnel bien structuré sont dans bien des cas sujettes à un
désordre tant sur le plan organisationnel que comptable et financier. Rendant ainsi
l’audit des associations assez délicat.

La difficulté se trouvant surtout au niveau des risques liées au manque de formalisme


des associations et à l’analyse des traitements comptables des subventions et des autres
sources externes de financement.
En effet les associations subsistent en majorité grâce aux subventions et à d’autres
sources externes. Le traitement comptable de ces subventions étant auparavant
ambiguë, il est dorénavant bien explicité dans le plan comptable des associations.
Cependant il s’avère que très peu d’associations sont mises à jour quant au traitement
de ces subventions comme prévues dans le plan comptable des associations.
L’auditeur doit ainsi lors de sa mission, en plus des autres étapes à respecter être très
attentif à la maîtrise de ces risques et au traitement comptable de ces subventions.
Il n’en demeure pas moins que les législations récemment mises en vigueur
commencent à rentrer progressivement dans les mœurs des dirigeants et bailleurs de
fonds des dites associations. Surtout que les fonds octroyés ne font que s’accroître
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
93
aiguisant ainsi l’intérêt de tous les acteurs économiques sur la transparence et la clarté
des activités menées par ces dernières (les associations).

Je demanderais ainsi aux acteurs économiques marocains de garder un œil sur


l’évolution du secteur associatif vu l’ampleur qu’il commence à prendre tant par le
nombre d’associations, et d’emplois créés que par sa participation à l’essor
économique et social du Maroc.
.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
94
BIBLIOGRAPHIE

Plan comptable des associations

 Dahir n° 1-58-376 du 3 joumada I 1378 (15 novembre 1958)


réglementant le droit d'association.

 Séminaire du cycle d’expertise comptable sur l’audit des


associations

 G. SOUSI : Le fonctionnement des associations : étude


Jurisprudentielle L'HERMES 1980

 Loi n°24-86 Instituant l’impôt sur les sociétés.

 Loi n°17-89 instituant l’Impôt Général sur le Revenu.

Associations : Un Nouveau Statut, Publications Masnaoui


Mazars.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
95
ANNEXES
EXTRAIT DU PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS

MODELE NORMAL

1. Plan de comptes
11. Fonds associatifs et réserves
111. Fonds associatifs sans droit de reprise
1111. Valeur du patrimoine intégré
1112. Fonds statutaires (à ventiler en fonction des statuts)
1114. Apports sans droit de reprise . 1115. Legs et donations avec contrepartie d'actifs
immobilisés
1116. Subventions d'investissement affectées à des biens renouvelables
112. Fonds associatifs avec droit de reprise
1124. Apports avec droit de reprise
1125. Legs et donations avec contrepartie d'actifs immobilisés assortis d'une
obligation ou d'une condition
1126. Subventions d'investissement affectées à des biens renouvelables.
113. Ecarts de réévaluation
1131. Ecarts de réévaluation sur des biens sans droit de reprise
1132. Ecarts de réévaluation sur des biens avec droit de reprise
115. Réserves
1152. Réserves indisponibles
1153. Réserves statutaires ou contractuelles 1154. Réserves réglementées
1158. Autres réserves (dont réserves pour projet associatif)
116. Report à nouveau
117. Résultat sous contrôle de tiers financeurs
13. Fonds propres assimilés
131. Subventions d'investissement affectées à des biens non renouvelables
132. Droits des propriétaires (Prêt à usage)
Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
96
15. Provisions durables pour risques et charges
15.Provisions pour risques d'emploi
19. Fonds dédiés
194. Fonds dédiés sur subventions de fonctionnement
195. Fonds dédiés sur dons affectés
197. Fonds dédiés sur legs et donations affectés
20. Immobilisations grevées de droits
44. Dettes du passif circulant
447. Usagers
4471. Confédération, fédération, union, association affiliées
4472. Legs et donations en cours de réalisation
65. Charges non courantes.
657. Subventions exceptionnelles versées
67. Impôts sur les résultats
Ce compte enregistre l'impôt sur les résultats pour autant que l'association y soit
assujettie
en fonction de ses opérations.
68. Dotations aux amortissements, provisions et engagements
681. Engagements à réaliser sur ressources affectées
6811. Engagements à réaliser sur subventions attribuées
6812. Engagements à réaliser sur dons affectés
6813. Engagements à réaliser sur legs et donations affectés
71. Produits d'exploitation
715. Cotisations
78. Report des ressources non utilisées des exercices antérieurs (à ventiler par type
de ressources)

04. Emplois des contributions volontaires en nature (à ventiler par nature)


05. Contributions volontaires en nature (à ventiler par catégorie)

2. Fonctionnement des comptes

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
97
Le poste 111 « fonds associatifs sans droit de reprise » est constitué de fonds qui ne peuvent
pas être repris par les membres de l'association, et par des subventions
d'investissement affectées à des biens renouvelables.

Le compte 1111 « valeur de patrimoine intégré » est utilisé pour l'établissement d'un bilan de
départ lors du passage d'une comptabilité de trésorerie à une comptabilité
d'engagement avec14 intégration du patrimoine, et après avoir, le cas échéant, isolé le montant
des subventions d'investissement.

Le compte 1112 « fonds statutaire » enregistre notamment dans les associations reconnues
d'utilité publique la contrepartie des valeurs placées conformément à l'article 12 du dahir n° 1-
58- 376 du 15 novembre 1958 tel que modifié et complété par la loi 75-00 visant les valeurs
mobilières de ces associations qui doivent être placées en titres immatriculés au nom de
l'association, l'aliénation des valeurs ainsi immatriculées, leur conversion, leur emploi en
autres valeurs ou en immeubles, ne pourra avoir lieu qu'après autorisation par arrêté du Premier
ministre. Les produits financiers de ces titres sont comptabilisés au crédit du compte 73
conformément au CGNC.

Le poste 112 « fonds associatifs avec droit de reprise» est constitué d'apports des membres
qui peuvent être repris dans les conditions prévues par la convention d'apport, et les subventions
d'investissement affectées à des biens renouvelables.

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
98
Le poste 117 « résultats sous contrôle de tiers financeurs » est constitué des résultats réalisés
sur des projets qui sont pris en considération par les organismes de financement pour
déterminer le montant des ressources à attribuer pour les exercices suivants. Ce poste est
utilisé, le cas échéant, lors de l'affectation du résultat (Excèdent ou Insuffisance) par les
instances statutairement compétentes. n fait l'objet d'une ventilation par exercice.
ETATS DE SYNTHESE
- Bilan Actif Normal Association
- Bilan Passif Normal Association
- CPC 1 Normal Association
- CPC 2 Normal Association
- CPC Global Normal Association
- ETIC Association : Ventilation des charges par projet

MODELE SIMPLIFIE

Le modèle simplifié, «emboîtable» dans le modèle normal, est considéré comme suffisant aux
besoins d'information concernant les petites associations.
Les critères à retenir pour les associations pouvant recourir au modèle simplifié, sont à fixer
par les pouvoirs publics.
Par rapport aux prescriptions du CGNC, les simplifications portent sur les méthodes
d'évaluation, l'organisation de la comptabilité, le plan de comptes et les états de synthèse.

Plan de comptes
L'association est autorisée à n'utiliser que les comptes prévus par le modèle simplifié du
CGNC et nécessaires pour l'établissement des états de synthèse selon la nomenclature des
comptes jointe en annexe.
Etats de synthèse

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
99
Les états de synthèse du modèle simplifié comprennent :
- Le Bilan ;
- Le compte de Produits et Charges.

CLASSE 1
Comptes de financement permanent
11. Fonds associatifs et réserves
111. Fonds associatifs sans droit de reprise
112. Fonds associatifs avec droit de reprise
115. Réserves
116. Report à nouveau
117. Résultats sous contrôle de tiers financeurs
119. Excédent - Insuffisance de l'exercice
13. Fonds propres assimilés
130. Fonds propres assimilés
14. Dettes de financement
140. Dettes de financement
15. Provisions durables pour risques et charges
150. Provisions durables pour risques et charges
19. Fonds dédiés
194. Fonds dédiés sur subventions de fonctionnement
195. Fonds dédiés sur dons affectés
197. Fonds dédiés sur legs et dotations affectés
CLASSE 2
Comptes d'actif immobilisé
20. Immobilisations grevées de droit
21. Immobilisations en non-valeurs
210. Immobilisation en non-valeur
22.Immobilisations incorporelles
223. Fonds commercial
227. Immobilisations incorporelles diverses 23. Immobilisations corporelles
231. Terrains
232. Constructions

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
100
233. Installations techniques, matériel et outillage 234. Matériel de transport
237. Immobilisations corporelles diverses
24. Immobilisations financières
240. Immobilisations financières
28. Amortissements des immobilisations 281. Amortissements en non-valeur
282. Amortissements des immobilisations incorporelles 283. Amortissements des
immobilisations corporelles
29. Provisions pour dépréciation des immobilisations
292. Provisions pour dépréciation des immobilisations incorporelles
293. Provisions pour dépréciation des immobilisations corporelles
294. Provisions pour dépréciation des immobilisations financières

CLASSE 3
Comptes d'actif circulant (hors trésorerie)
31. Stocks
311. Marchandises
317. Stocks divers
34. Créances de l'actif circulant
342. Clients et comptes rattachés
346. Comptes sociétaires Débiteurs 347. Débiteurs divers
349. Comptes de régularisation-Actif
35. Titres et valeurs de placement
350. Titres et valeurs de placement
39. Provisions pour dépréciation des comptes de l'actif circulant
391. Provisions pour dépréciation des stocks
394. Provisions pour dépréciation des créances de l'actif circulant
395. Provisions pour dépréciation des titres et valeurs de placement
CLASSE 4
Comptes de passif circulant (hors trésorerie)
44. Dettes du passif circulant
45. Autres provisions pour risques et charges
44. Dettes du passif circulant
441. Fournisseurs et comptes rattachés 446. Comptes sociétaires Créditeurs 447. Usagers
449.Comptes de régularisation-passif

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
101
45. Autres provisions pour risques et charges
450. Autres provisions pour risques et charges
CLASSE 5
Comptes de trésorerie
51. Trésorerie – Actif
511. Chèques et valeurs à encaisser
514. Banques, trésorerie générale et chèques postaux-débiteurs 516. Caisses, Régies d'avances
et accréditifs
55. Trésorerie - Passif
552/553. Crédits de trésorerie
554. Banques (soldes créditeurs)
59. Provisions pour dépréciation des comptes de trésorerie
590. Provisions pour dépréciation des comptes de trésorerie
CLASSE 6
Comptes de charges
61. Charges d'exploitation
611. Achats revendus de marchandises
612. Achats consommés de matières et fournitures
613/614. Autres charges externes
616. Impôts et taxes
617. Charges de personnel
618. Autres charges d'exploitation 619. Dotations d'exploitation
63. Charges financières
630. Charges financières
65. Charges non courantes
650. Charges non courantes
657. Subventions exceptionnelles versées
67. Impôts sur les résultats
670. Impôts sur les résultats
CLASSE 7

Comptes de produits
71. Produits d'exploitation
711. Ventes de marchandises

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
102
712. Ventes de biens et services produits 713. Variation des stocks de produits
714. Immobilisations produites par l'entreprise pour elle -même 715. Cotisations
718. Autres produits d'exploitation
719. Reprises d'exploitation; transferts de charges
73. Produits financiers
730. Produits financiers
75. Produits non courants
750. Produits non courants
CLASSE 8
81. Comptes d'excédent – insuffisance
810. excédent
811. insuffisance

ETATS DE SYNTHESE
- Bilan Actif Simplifié Association
- Bilan Passif Simplifié Association

Mémoire de Fin d’Étude en Master Audit et Contrôle de Gestion réalisée par Mr ELALMI HAMZA
103

Vous aimerez peut-être aussi