Vous êtes sur la page 1sur 260

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/323430819

Bases de la mécanique des sols

Chapter · February 2018

CITATIONS READS
0 716

2 authors:

Bekkouche Abdelmalek Zoheir Benyelles


Abou Bakr Belkaid University of Tlemcen Abou Bakr Belkaid University of Tlemcen
90 PUBLICATIONS   119 CITATIONS    3 PUBLICATIONS   0 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

EEURO-MEDITERRANEAN INTEGRATION THROUGH LIFELONG LEARNING (EU-MILL) View project

Barrage en remblais View project

All content following this page was uploaded by Bekkouche Abdelmalek on 27 February 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


NISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

FACULTE DE TECHNOLOGIE

Bases de la Mécanique des Sols


Pr Abdelmalek. BEKKOUCHE
Z Benyelles

Version 2016
Charles Augustin De Coulomb
1736 – 1806
Grand Père de la mécanique des sols

J’ai tâché autant qu’il m’a été possible de rendre les principes
dont je me suis servi assez clairs pour qu’un Artiste un peu
instruit pût les entendre & s’en servir

Coulomb’s purpose in teaching soil mechanics


TA B L E D E S M A T I È R E S

BASES DE LA MECANIQUE DES SOLS .................................................. 0

TABLE DES MATIÈRES ...................................................................................... I


INTRODUCTION A LA MECANIQUE DES SOLS ................................................. 1
COURS N°I : IDENTIFICATION ET PARAMETRES D’ETAT DES SOLS ............. 3
1 GENERALITES .......................................................................................... 4
I- GEOLOGIE, GEOTECHNIQUE ET MECANIQUE DES SOLS ............................ 4
II- PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DU SOL ET DE LA ROCHE ........................ 5
III- FORMATION DES SOLS ................................................................................ 5
1. Constitution du globe terrestre .................................................................. 5
2. Formation des sols ..................................................................................... 6
IV- TERMES RENCONTRES EN GEOTECHNIQUE ................................................. 7
1. ROCHES : ................................................................................................. 7
2. Formations meubles ou sols ...................................................................... 8
2 STRUCTURE ET PROPRIETES DES SOLS ..................................................... 11
I- ELEMENTS CONSTITUTIFS D'UN SOL ................................................ 11
1. phase solide ............................................................................................. 12
2. phase liquide ............................................................................................ 12
3. phase gazeuse .......................................................................................... 13
II- INFLUENCE DE LA STRUCTURE DES SOLS SUR LEURS
PROPRIETES ................................................................................................ 14
1. Sols grenus .............................................................................................. 14
2. Sols fins ................................................................................................... 14
a. Effet de surface ........................................................................................ 17
b. Structure et eau interstitielle .................................................................... 19
III- PARAMETRES DE DEFINITION .......................................................... 24
1. Notations ................................................................................................. 24
2. poids volumiques..................................................................................... 24
3. Relations entre les paramètres ................................................................. 27
3 IDENTIFICATION DES SOLS ........................................................................ 29
I- GENERALITES .............................................................................................. 29

I
II- DETERMINATION DES PARAMETRES INDEPENDANTS................................. 29
1. Teneur en eau .......................................................................................... 29
2. Poids volumiques. ................................................................................... 30
a. Poids volumique des grains solides ......................................................... 30
b. Le poids volumique humide : .................................................................. 32
c. Le poids volumique sec ........................................................................... 32
3. Mesure de la porosité .............................................................................. 33
III- GRANULOMETRIE ET COURBE GRANULOMETRIQUE D'UN SOL ................. 33
1. Granulométrie d'un sol ............................................................................ 33
2. Courbe granulométrique .......................................................................... 33
3. Opération de tamisage ............................................................................. 34
4. Sédimentométrie...................................................................................... 36
IV- DETERMINATION DES LIMITES D'ATTERBERG .......................................... 41
1. Limite de liquidité ................................................................................... 41
a. Méthode de Casagrande........................................................................... 41
b. Méthode du pénétromètre à cône ............................................................ 46
2. Limite de plasticité .................................................................................. 47
3. Limite de retrait ....................................................................................... 49
V- TENEUR EN MATIERE ORGANIQUE ............................................................. 50
4 CLASSIFICATION GEOTECHNIQUE DES SOLS ............................. 51
I-INTRODUCTION ............................................................................................ 51
II- CLASSIFICATION SELON LA GRANULOMETRIE ........................................... 51
III- CLASSIFICATION TRIANGULAIRE .............................................................. 52
IV- CLASSIFICATION H.R.B............................................................................ 53
V- CLASSIFICATION L.C.P.C: ......................................................................... 54
VI- CLASSIFICATION DE CASAGRANDE (1948): .............................................. 57
VII- CLASSIFICATION ALGERIENNE (PROVISOIRE) ......................................... 58
1. Classification des sols à gros grains et à grains moyens ......................... 59
2. Classification des sols à grains fins ......................................................... 60
3. Classification des sols organiques ........................................................... 60
EXERCICES D’APPLICATION ............................................................................ 62
1. Formations et propriétés des sols ............................................................ 62
2. Paramètres D’ETAT DES sols ................................................................ 65
3. Classification des sols ............................................................................. 69
COURS N°II COMPACTAGE DES SOLS ......................................................... 73
5 COMPACTAGE DES SOLS .................................................................... 74
I- DEFINITION DU COMPACTAGE..................................................................... 74
II- COURBE DE SATURATION........................................................................... 75

II
III- ETUDE DU PHENOMENE DE COMPACTAGE ................................................ 77
1. Teneur en eau .......................................................................................... 77
2. Energie de compactage............................................................................ 80
3. Nature du sol ........................................................................................... 80
IV- ESSAI DE COMPACTAGE AU LABORATOIRE .............................................. 82
1. Principe.................................................................................................... 82
2. Caractéristiques de l’essai ....................................................................... 84
V- EFFET DU COMPACTAGE SUR LES SOLS ..................................................... 85
1. Effet du compactage sur les sols grenus .................................................. 85
2. Effet du compactage sur les sols fins ...................................................... 85
VI- PORTANCE D’UN SOL ................................................................................ 86
1. - Essai C.B.R ........................................................................................... 86
2. Essai de plaque ........................................................................................ 87
VII- ETUDE PROCTOR-C.B.R....................................................................... 89
VIII- CONTROLE DU COMPACTAGE ................................................................ 90
1. Epaisseur de la couche ............................................................................ 91
2. Effet de surface........................................................................................ 91
3. Contrôle de la densité sèche et de la teneur en eau in situ....................... 91
4. Contrôle par l'essai de plaque .................................................................. 93
5. Contrôle par l'énergie de compactage ..................................................... 93
6. EFFET de l’écrétage des matériaux grains .............................................. 94
EXERCICES D’APPLICATION ............................................................................ 97
COURS N°III : FLUIDES INTERSTITIELS .................................................... 105
6 PERMEABILITE DES SOLS ................................................................ 106
I- INTRODUCTION .................................................................................... 106
II- EXPERIENCE DU PERMEAMETRE .............................................................. 107
III- NOTION DE CHARGE HYDRAULIQUE ....................................................... 109
IV- NOTION DE VITESSE REELLE ET VITESSE APPARENTE ............................ 110
V- INTERPRETATION DE LA LOI DE DARCY .................................................. 112
VI- PERMEABILITE RELATIVE ET PERMEABILITE INTRINSEQUE ................... 113
1. Loi de Newton ....................................................................................... 113
2. Analogie du tube de Poiseuille .............................................................. 114
3. VI.3- Formulation théorique de la loi de perméabilité .......................... 117
4. Modèles de perméabilité : ..................................................................... 119
VII- VALIDITE DE LA LOI DE DARCY ............................................................ 120
VIII- DETERMINATION DE LA PERMEABILITE AU LABORATOIRE ................. 122
1. Perméamètre à charge constante ........................................................... 122
2. Perméamètre à charge variable.............................................................. 124

III
IX- PRECAUTIONS A PRENDRE LORS DE LA MESURE DE K ............................ 125
7 LOIS D'ECOULEMENT DANS UN MILIEU POREUX SATURE ... 127
I- GENERALISATION DE LA LOI DE DARCY ................................................... 127
II- EQUATION DE CONTINUITE ...................................................................... 131
III- EQUATION DE LA CHARGE HYDRAULIQUE ............................................. 133
IV- ECOULEMENT A DEUX DIMENSIONS ........................................... 134
1. Généralités ............................................................................................. 134
2. Equipotentielles et lignes de courant ..................................................... 135
3. Débit unitaire ......................................................................................... 138
4. Calcul du débit filtrant total................................................................... 139
5. Calcul de la pression interstitielle ......................................................... 140
6. Ecoulement à travers les sols anisotropes ............................................. 140
7. Ecoulement dans les sols stratifiés ........................................................ 143
8 RESOLUTION DES ECOULEMENTS PERMANENTS PLANS ..... 146
I- METHODE ANALYTIQUE ............................................................................ 146
II- METHODES NUMERIQUES ........................................................................ 147
1. Méthode des différences finies .............................................................. 148
2. II.2- Méthode des éléments finis ........................................................... 150
III- METHODE DE L'ANALOGIE ELECTRIQUE ................................................. 150
IV- METHODE GRAPHIQUE ........................................................................... 151
9 ECOULEMENT A TRAVERS LES BARRAGES EN REMBLAIS... 153
I- INTRODUCTION .................................................................................... 153
II- BARRAGE HOMOGENE SANS DRAIN ......................................................... 154
III- BARRAGE HOMOGENE AVEC DRAIN HORIZONTAL.................................. 156
10 ECOULEMENT DE REVOLUTION A TROIS DIMENSIONS ...... 163
I- INTRODUCTION ......................................................................................... 163
II- THEORIE DE DUPUIT ................................................................................ 163
1. Equation de la charge hydraulique ........................................................ 163
2. Surface libre dans un puits à écoulement unidirectionnel ..................... 166
3. Méridienne et rabattement ..................................................................... 168
4. Rayon d’action ...................................................................................... 170
5. Ecoulement vers un puits en charge ...................................................... 171
III- DETERMINATION IN SITU DE LA PERMEABILITE ..................................... 172
11 SUCCION ET CAPILLARITE DANS LES SOLS ............................. 174
I- GENERALITES ............................................................................................ 174
II- RELATION ENTRE LA PRESSION, LA COURBURE ET LA TENSION
SUPERFICIELLE.............................................................................................. 175
III- REMONTEE CAPILLAIRE - LOI DE JURIN ................................................. 177

IV
IV- TUBE CAPILLAIRE DE RAYONS VARIABLES ............................................ 179
V- CAPILLARITE DANS LES SOLS .................................................................. 180
VI- POTENTIEL CAPILLAIRE .......................................................................... 181
VII- VITESSE DE REMONTEE CAPILLAIRE ..................................................... 181
VIII- NIVEAU PIEZOMETRIQUE ET SURFACE LIBRE ...................................... 185
12 ACTION DE L’EAU INTERSTITIELLE SUR LES MILIEUX
POREUX ..................................................................................................... 187
I-HYPOTHESES DE BASE ............................................................................... 187
II DEFINITIONS.............................................................................................. 188
1. Pression interstitielle ............................................................................. 188
2. Contrainte effective ............................................................................... 188
3. Contrainte totale .................................................................................... 188
III- MODELE PHYSIQUE POUR LES SOLS SATURES ........................................ 189
1. Postulat de Terzaghi .............................................................................. 189
2. Modèle physique pour les sols partiellement saturés ............................ 193
III.3- Etat de contrainte dans un massif de sol homogène et à surface
horizontale .................................................................................................... 193
IV- INFLUENCE DE L’INFILTRATION SUR LES CONTRAINTES EFFECTIVES .... 196
1. Analyse des forces ................................................................................. 196
2. Analyse des contraintes ......................................................................... 201
a. Pression de courant ................................................................................ 201
b. Contrainte EFFECTIVE : ...................................................................... 203
c. Contrainte verticale - cas de la nappe statique...................................... 204
d. Contrainte verticale - cas d’un écoulement descendant......................... 205
e. Contrainte verticale - cas d’un écoulement ascendant .......................... 205
V- CONDITION DE BOULANCE .............................................................. 206
3. V.1- Gradient hydraulique critique ....................................................... 206
4. REGLE Lane et Bligh ........................................................................... 207
5. Mesures préventives .............................................................................. 208
VI- REGLE DES FILTRES .......................................................................... 209
1. Propriétés............................................................................................... 209
2. regles empiriques................................................................................... 210
13 PHENOMENE DE CONSOLIDATION .................................................. 212
I-MODELE DE CONSOLODATION ................................................................... 212
1. Modélisation des sols ............................................................................ 212
2. Analogie mécanique de la consolidation ............................................... 213
3. Processus de consolidation .................................................................... 215
II- CONSOLIDATION UNIDIMENSIONNELLE ...................................... 218

V
1. Hypothèses ............................................................................................ 218
2. Modèle de consolidation unidimensionnelle ......................................... 219
3. Sols normalement consolidés et sols surconsolidés .............................. 221
4. Phénomène de consolidation : ............................................................... 222
III- THEORIE DE LA CONSOLIDATION UNIDIMENSIONNELLE ...... 224
1. Equation différentielle de la consolidation ............................................ 224
2. Forme adimensionnelle de l'équation différentielle de la consolidation 228
3. Solution de l'équation de la consolidation ............................................. 230
4. La courbe tassement fonction du temps ................................................ 231
5. Détermination du coefficient de consolidation Cv:................................ 233
a. Méthode de Taylor: ............................................................................... 233
b. Méthode de Casagrande : ...................................................................... 234
EXERCICES D’APPLICATION .......................................................................... 237
1. Généralités sur les écoulements ............................................................ 237
2. Notions de contraintes effectives .......................................................... 240
3. Perméabilité des sols ............................................................................. 244
4. Ecoulements dans les sols stratifiés....................................................... 245
5. Ecoulement à travers les ouvrages ........................................................ 246
6. Essais de pompage-DUPUIT................................................................. 249
7. Consolidation des sols ........................................................................... 251

VI
INTRODUCTION A LA
MECANIQUE DES SOLS

La mécanique des sols consiste à étudier les propriétés des sols mises en jeu
dans les réalisations de Génie Civil. Elle étudie les problèmes d’équilibre et
de déformation des masses de terre meuble de différentes natures soumises
à l’effet d’efforts intérieurs et extérieurs. Elle permet aussi aux constructeurs
d’estimer la résistance d’un sol pour des besoins constructifs et aux besoins
d’améliorer certaines caractéristiques.

Dans la pratique l’ingénieur Génie Civil est conduit à se préoccuper du sol


sous des aspects très différents :

• Le sol sert comme support de fondation des bâtiments, des


ouvrages d’arts, des remblais, etc. L’ingénieur devra choisir le type de
fondation à adopter tenant compte de la nature et de l’intensité des
charges à supporter, des propriétés des sols, du niveau de la nappe, de la
nature des ouvrages, des ouvrages avoisinants, etc. En plus du problème
de portance, il devra prévoir l’amplitude des tassements afin d’éviter tout
dommage à la structure ou à son exploitation.

• Les travaux d’excavation (tranchées, travaux de déblais, talus, etc...)


exige la connaissance du profil qu’il faudrait donner au sol pour qu’il soit
stable. L’ingénieur doit évaluer la hauteur pour que les parois des
tranchées puissent rester verticales sans soutènement, les éventuelles
sollicitations pouvant s’exercer sur des structures de soutènement et la

1
pente donnée à un talus pour qu’il soit stable, tenant compte des
propriétés des sols, des effets de l’eau interstitielle, des charges existantes
ou prévues, des conditions géométriques, etc.

• Le sol agit sur toutes les structures souterraines construites en


dessous de sa surface libre (Tunnels, Conduites d’eau, Egouts, etc.).
L’ingénieur doit évaluer toutes les forces s’exerçant par le terrain sur ces
structures. Cette évaluation doit tenir compte de l’interaction entre le sol
et les structures. Le dimensionnement de ces structures doit tenir
compte des autres sollicitations telles que les vibrations, les explosions,
les séismes et des agents atmosphériques (gel et dégel).

• Le sol peut être utiliser comme matériaux de construction pour les


routes, autoroutes, pistes d’aérodromes, digues en remblais, des barrages
en remblais et/ou en enrochements, etc. L’ingénieur devra sélectionner
le matériau à utiliser, le monde de construction, les techniques de
contrôle d’exécution, etc.

2
Cours N°I : Identification
E t Pa r a m è t r e s D ’ é t a t D e s
Sols
Module 1 : Généralités
Module 2 : Structure Et Propriétés Des Sols
Module 3 : Identification Des Sols
Module 4 : Classification Géotechnique Des
Sols

3
1 GENERALITES

I- GEOLOGIE, GEOTECHNIQUE ET MECANIQUE


DES SOLS

La prolifération des constructions sous toutes leurs formes ainsi que leurs
extensions à des terrains de moins en moins favorables avaient montré que
la géologie ne répondait plus aux besoins des techniciens de la construction.
C'est pour parer à cette constatation d'insuffisance que s'est développée la
discipline dite géotechnique.

L'objectif de la géotechnique est d'évaluer les sollicitations auxquelles sera


soumis le sol sous l'effet des charges provenant des constructions pour en
dimensionner les éléments. Les méthodes de dimensionnement seront
celles de la géotechnique. Celle-ci se divise en:

• Mécanique des sols: C'est la science qui s'occupe d'appliquer les lois
de la mécanique et de l'hydraulique aux sols considérés comme matériau
d'ingénierie.

• Mécanique des roches : C'est la science qui s'occupe d'appliquer les


lois de la mécanique et de l'hydraulique aux roches considérées comme
matériau d'ingénierie.

4
II- PRINCIPALES CARA CTERISTIQUES DU SOL ET
DE LA ROCHE

Dans le langage courant, le mot sol désigne tous les matériaux se trouvant
à la surface du globe terrestre. En géotechnique, on différencie entre les sols
et les roches en se basant principalement sur le critère de cohésion. Les
roches sont constituées d'éléments solides fortement cimentés entre eux.
Par contre, les sols sont constitués d'éléments solides faiblement liés entre
eux. Ces éléments peuvent être facilement dissociés par de faibles actions
mécaniques, agitation dans l'eau par exemple.

III- FORMATION DES SOLS

1. CONSTITUTION DU GLOBE TERRESTRE

On admet schématiquement que la terre est constituée de:

• Un noyau solide de rayon approximatif de 1250Km et de densité


très élevée, d'environ 16.

• Un anneau visqueux de rayon approximatif de 5000km. La


température et la densité de cet anneau augmentent avec la profondeur.
La densité varie sensiblement de 2,7 à 11,8; ce qui donne un magma
visqueux.

• D'une couche superficielle dite croûte terrestre d'épaisseur


maximum de 100km. Pour les travaux de géotechnique, les ingénieurs
n'ont affaire qu'à cette couche.

5
2. FORMATION DES SOLS

A cause des mouvements relatifs des continents (plaques tectoniques), des


fissures peuvent apparaître dans la croûte terrestre et permettre au magma
visqueux de remonter jusqu’à la surface. En se refroidissant, ce magma
donne naissance aux roches magmatiques. Sous l'action d'agents
mécaniques et/ou physiques, ces roches se désagrègent en éléments fins
facilement transportables par les vents et l'eau. Ces éléments se déposent
aux fonds des vallées ou des mers pour donner naissance aux roches
sédimentaires. En géotechnique, le mot sol désigne ces roches-là.

Figure 1.1: Cycle de formation des sols et des roches.

Des phénomènes physiques ou chimiques peuvent conduire à une


modification de la structure des roches sédimentaires ou magmatiques pour
donner naissance aux roches métamorphiques. Il faut noter qu'il n'y a pas
de stade final d’évolution pour les sols et les roches à l'échelle des âges
géologiques.

6
Figure 1.2 : Altération des roches

IV- TERMES RENCONTRE S EN GEOTECHNIQUE

1. ROCHES :

Les roches se présentent en masse ou en fragments de grandes tailles. Elles


sont constituées par l'agglomération de minéraux qui peuvent être
identiques ou de natures différentes. On distingue, d’après le mode de
formation :

• Les roches magmatiques : Elles proviennent directement de


l’écorce terrestre ;

• Les roches sédimentaires : Elles sont produites par érosion, puis par
dépôts d’autres roches ou par dépôts d’autres résidus d’origine végétale
ou animale

• Les roches métamorphiques : Il s’agit d’autres roches dont la

• Composition minéralogique et structures ont été modifiées par


l’action combinée de forte pression et de fortes températures.

7
2. FORMATIONS MEUBLES OU SOLS

• Cailloux: Ce sont en général des éléments qui proviennent des


roches. Leurs formes peuvent être arrondies ou présentant des aspérités,
selon leurs origines.

• Enrochements: C'est un ensemble de blocs de roches liés ou non et


utilisés pour la protection des parties immergées des ouvrages d'art. On
les utilise aussi pour protéger les berges des barrages en terre ou en
remblai.

• Grave: Terrain alluvionnaire, possédant une granulométrie


homogène, et est utilisé pour la constitution de la couche de base des
chaussées.

• Graviers: Ce sont des débris de pierre de grosseur intermédiaire


entre les sables et les cailloux. Doués d'une forte perméabilité et de
bonnes caractéristiques mécaniques, les sols graveleux constituent un
bon sol de fondation.

• Sable: C'est un matériau formé d'éléments quartzeux de grosseur


entre 2mm et 20mm. On distingue, en fonction du diamètre moyen des
grains, les sables grossiers, les sables moyens et les sables fins. Secs ou
saturés, les sables n'ont pas de cohésion. Partiellement saturés, les eaux
capillaires les douent d'une légère cohésion, dite cohésion apparente.

• Limon: C'est un matériau de grosseur entre les sables et les argiles.


Contenant une teneur en calcaire suffisante, ces sols deviennent fertiles.
Ils seront dits limons organiques s'ils contiennent des matières
organiques. Ces sols sont difficilement compactables et ont de faibles
portances.

8
• Argile: C'est un matériau constitué d'éléments fins allant au-delà de
0,002mm. Ces éléments sont constitués par un complexe de silicate
d'hydroaluminium (Al2O3-nSiO2-H2O). La montmorillonite, l'illite et
la kaolinite constituent les principaux groupes de familles des argiles. On
peut rencontrer des argiles qui portent le nom de la région de leur
provenance (ex: L'argile bleue de Chicago). Imbibées d'eau, les argiles
deviennent malléables.

• Calcaire: C'est le nom donné à un important groupe de roches


sédimentaires formées principalement de carbonate de chaux. Les
propriétés de ces roches varient des roches tendres aux roches dures.

• Marnes: Ce sont des roches meubles formées principalement de


deux constituants, les argiles et les calcaires. Leurs propriétés varient
donc, en fonction du pourcentage de chaque constituant, des argiles
franches jusqu'aux calcaires francs. La sensibilité à l'eau diminue quand
la teneur en calcaire augmente.

%caco3 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Buison Argile Marnes Calcaire


(Veritas)
Argile marneuse Marne argileuse

LCPC Argile Argile Marnes Calcaire Calcaire

marneuse marneux
Tableau 1.1 Caractérisation des marnes

9
• Tourbe: C'est une roche organique formée par le pourrissement de
débris végétaux en site aquatique. Brûlées, ces roches constituent un
mauvais combustible ; elles dégagent beaucoup de fumée.

• Vase: C'est une boue qui se dépose aux fonds des eaux. Ce sont des
particules de sols érodés par les crues et qui se déposent aux fonds des
eaux quand la vitesse de l'écoulement est réduite.

• Agrégat: Quand ce terme est utilisé au singulier, il désigne les sols


en tant que matériau composite. Au pluriel, il désigne les éléments
granulaires d'un matériau reconstitué En géotechnique routière, on
préfère le terme granulat.

• Alluvions: Dépôts de sédiments souvent riches (boues, sables,


graviers) abandonnés par un cours d'eau quand la vitesse, ou le plus
souvent, la pente devient insuffisante.

• Galets: C'est des cailloux polis et arrondis par l'action de l'eau ou


tout autre phénomène d'érosion.

10
2 STRUCTURE ET
PROPRIETES DES SOLS

I- ELEMENTS CONSTITUTIFS D'UN S OL

En général, les ingénieurs du Génie Civil sont incapables d'identifier un sol


au sens des géologues. Ceci est dû en premier lieu à la spécificité de leur
formation, mais aussi au fait qu’une telle identification ne leur serait
d'aucune utilité. C'est pourquoi, ces ingénieurs ont cherché à caractériser les
sols par des grandeurs facilement mesurables et directement utilisables dans
leurs calculs.

Les sols, en tant que milieu naturel, associent généralement des grains
solides dont la taille, la forme et l'arrangement n’obéissent à aucune règle.
Ces éléments ménagent entre eux un espace vide qui peut être occupé par
de l'air, par de l'eau, ou par un mélange air - eau - vapeur d'eau. Les sols
organiques contiennent des gaz issus de la décomposition des débris
végétaux ou animaux.

11
1. PHASE SOLIDE

Les propriétés physiques essentielles d'un sol pour les applications de Génie
Civil se déduisent généralement de la taille des grains, de leurs formes, de
leurs arrangements, de la qualité de leurs contacts, de leurs compositions
minéralogiques, etc.

Pour les sols grenus, les grains sont le résultat d'une désagrégation
mécanique de la roche mère. Ils gardent par conséquent la même structure
minéralogique. Ces éléments sont en général quartzeux, donc insensibles à
l'eau. C'est le cas des sables et des graviers.

Pour les argiles, les particules solides sont le résultat d'une désagrégation de
la roche mère suite à des attaques chimiques combinées ou non avec des
attaques mécaniques ou physiques. Ces éléments ont donc une structure
minéralogique différente de celle de la roche mère. Cette famille de sol est
très sensible à l'eau.
2. PHASE LIQUIDE

Le liquide qui remplit les vides entre les grains du sol est en général l'eau.
Elle se rencontre sous différentes formes :

• L'eau libre, dite aussi gravifique parce qu'elle s'écoule sous l'effet
de la gravité. C'est l'eau ordinaire rencontrée dans les lacs et les rivières.
Elle s’élimine à 100°C et peut contenir des sels minéraux ou de l'air
dissous.

• L'eau capillaire, c'est une eau qui est maintenue à l'aide de force
de tension superficielle entre les points de contact des grains chez les

12
sols partiellement saturés. Elle ne s'écoule pas sous l'effet de la gravité
mais s’élimine à 100°C.

• L'eau adsorbée, dite aussi eau hygroscopique. Elle forme une


mince couche autour des particules argileuses. Elle possède des
propriétés plus proches des solides que des liquides. Elle ne s’élimine
qu'à de très fortes températures.

• L'eau de composition: Elle est constituée de molécules d'eau qui


entrent dans la composition minéralogique de l'élément. Elle ne peut être
libérée qu'en détruisant la structure élémentaire du matériau.
3. PHASE GAZEUSE

Les sols renferment dans leurs interstices, soit de l'air s'ils sont secs, soit un
complexe air- vapeur d'eau s'ils sont partiellement saturés. On peut
rencontrer des gaz issus de la décomposition des matières organiques chez
les sols organiques.

Figure 2.1: Les éléments constitutifs d’un sol. (a): Echantillon de sol grenu.
(b): Particule de sol argileux.

13
II- INFLUENCE DE LA STRUCTURE DES SOLS S UR
LEURS PROPRIETES

1. SOLS GRENUS

Les sols grenus sont constitués de matière inerte tel que le quartz. Leurs
comportements dépendent uniquement de la taille des grains, de leurs
formes, de leurs arrangements, etc...Chez ce type de sol, l'effet de surface
est négligeable devant l'effet de volume.
2. SOLS FINS

• Structure des particules argileuses : Les minéraux argileux ont une


structure en couche. Ils font partie du groupe des phyllosilicates. L'argile
est constituée d'un empilement de feuillets, le feuillet est formé d'un
empilement de couches octaédriques et/ou tétraédriques liées entres -
elles par des forces de nature ionique qui lui permettent d'être stables et
d'exister indépendamment des autres. Une particule argileuse ou un
grain est composé d'un ensemble de paquets de feuillets.

Figure 2.2: Feuillet, paquet de feuillets et particule argileuse.

14
Les feuillets de base, qui sont des ensembles cristallins plans, se forment de
la manière suivante:

• Dans le groupement SiO4, l'atome de silice occupe le centre et est


entouré de 4 atomes d'oxygène. Chaque atome d'oxygène possède une
valence de libre qu'il peut mettre en commun avec un autre groupement
SiO4. C'est le feuillet tétraédrique dont le symbole est donné en figure
2.3.

• Dans le groupement Al(OH)3, l'atome d'aluminium occupe le


centre et est entouré de 6 atomes d'oxygène ou de groupements
hydroxyle. Il existe dans ce groupement, des atomes d'oxygène qui
possèdent une valence de libre qu'ils mettent en commun avec un autre
groupement tétraédrique ou octaédrique. C'est le feuillet octaédrique
dont le symbole est donné en figure 2.3. Dans la brucite, l'atome
d'aluminium est remplacé par l'atome de magnésium.

Figure 2.3: Groupements tétraédrique et octaédrique.

L'épaisseur et les propriétés des feuillets permettent de distinguer les


principales familles d’argiles :

15
• Famille de la kaolinite : Le feuillet élémentaire de la famille de la
kaolinite résulte de l'assemblage d'un feuillet tétraédrique avec un feuillet
octaédrique. Dans le feuillet octaédrique, l'atome d'aluminium est
entouré de 2 atomes d'oxygène et de 4 groupements hydroxyles; ce qui
donne un feuillet élémentaire électriquement neutre. La liaison entre le
feuillet tétraédrique et le feuillet octaédrique est faible.

• Famille de l’illite : Le groupe de l'illite est formé d'un empilement


de feuillets élémentaires constitué d'un groupement tétraédrique entouré
de deux groupements octaédriques. De l'aluminium peut remplacer, en
proportions quelconques, le silicium des groupements tétraédriques.
Ceci entraîne un déficit en charges négatives qui peuvent être comblées
par des cations de potassium K+. Notons aussi que des cations tel que
K+, Mg2+, Fe2+, Fe3+,... peuvent remplacer l'aluminium du groupement
octaédrique. La fixation de ces cations change les propriétés de cette
argile.

• Famille de la montmorillonite : Le groupe de la montmorillonite


présente un feuillet élémentaire analogue à celui de l'illite. Seulement,
c'est des cations Na+ ou Ca+ moins énergiquement liés qui s’intercalent
entre les feuillets élémentaires. Ces cations s'entourent facilement de
molécules d'eau, ce qui donne en général une argile gonflante.

Les différents symboles des feuillets élémentaires, des groupements et des


empilements sont donnés par les figures 2.4 et 2.5.

16
Figure 2.4: Symbole des groupements et feuillets élémentaires. (a):
Groupement tétraédrique, (b): Groupement octaédrique,( c): Feuillet de
Kaolonite, (d): Feuillet de l’Illite et de la Montmorillonite.

Figure 2.5: Empilement de feuillets élémentaires.

A. EFFET DE SURFACE

Les particules argileuses se présentent sous forme aplatie. C'est pourquoi


l'effet de surface est beaucoup plus important chez cette famille de sol que
chez les sols grenus. Ce phénomène est directement lié à ce qu'on appelle
la surface spécifique. Celle-ci est définie comme étant le rapport de la
surface totale des grains à leurs volumes, parfois à leurs poids, elle se chiffre
en m2/m3 ou en m2/Kg. Elle est de l'ordre de 10 à 20 m2/g pour la kaolinite
et de l'ordre de 500 m2/g pour la montmorillonite.

Cette grandeur physique est très importante et joue un rôle primordial dans
le développement des processus physico-chimiques propre à la famille

17
d'argile, surtout la fixation de l'eau adsorbée. En effet, la molécule d'eau
étant polaire (H+-OH-), elle se trouve orientée par la charge négative de la
particule. Il se forme ainsi, une première couche d'eau si fortement liée à la
particule qu'on la considère comme rigide. Le pôle négatif de cette couche
d’eau peut fixer d'autres molécules d'eau et ainsi de suite. L'intensité des
liaisons décroît avec la distance. On passe d'une eau presque rigide à une
eau pratiquement libre.

La présence de cette couche d'eau ainsi que les cations Na+, Ca+, ou K+
permet de parler de la double couche (Théorie de Gouy et Chapmann).
Celle-ci est formée de la particule argileuse et de la couche d'eau adsorbée
de charge négative d'un côté, et le reste de l'eau faiblement liée de charge
positive de l'autre côté.

En fonction de la répartition des charges, on peut avoir deux types extrêmes


d'arrangements des particules argileuses. Quand les bords et les faces ont
même charge, il va y avoir répulsion. Les particules vont donc se mettre en
parallèle les unes des autres. Ceci donne une structure dite dispersée où les
vides se trouvent réduits. Si les bords et les faces ont des charges opposées,
ils vont s'attirer. Ce qui donne une structure dite floculée où les particules
vont se placer sous la forme d'un château de cartes. Dans ce cas, l'espace
vide est important même si la structure reste stable tant que la répartition
des charges n'est pas modifiée.

Ainsi, la résultante des forces interarticulaires dépend de la structure des


minéraux argileux. La structure floculée est plus compressible et plus
sensible au remaniement.

18
Figure 2.6: Structure des argiles. (a): Structure dispersée, (b): Structure
floculée.

B. STRUCTURE ET EAU INTERSTITIELLE

Nous distinguons deux grandes familles de sol :

▪ Sols pulvérulents : Les grains se détachent les uns des autres sous
leurs poids. Le sol s’écoule à la main.

▪ Sols cohérents : Les grains sont collés les uns aux autres. Le sol
se met en mottes lorsqu’il est trituré.

L'état de consistance d'une argile dépend de sa teneur en eau. La particule


argileuse est entourée d’une pellicule d’eau dite « Eau Adsorbée » dont les
propriétés sont très différentes d’une eau libre. Au contact des grains,
l’attraction est telle que le comportement d’un solide. Plus, on s’éloigne du
grain, plus le potentiel électrique dû à la présence des ions échangeables
diminue et plus la viscosité apparente diminue. Au-delà d’une distance de
100A°, l’eau n’est pratiquement plus affectée et a un comportement d’eau
libre.

En effet, une argile sèche se comporte comme un solide; gorgée d'eau, elle
réagit comme un liquide. L’ingénieur agronome suédois Atterberg (1911) a

19
proposé et définit cinq limites séparant des domaines dans lesquels l’argile
réagit différemment en fonction de sa teneur en eau :

▪ Limite de cohésion : C’est la teneur en eau à laquelle deux boules


de sol collent entre elles.

▪ Limite de collage (Sticky limit) : C’est la teneur en eau à laquelle


le sol colle à des surfaces métalliques. Elle a une très grande
importance pour les agronomes. Elle définit l’état du sol pour
lequel ce dernier se colle au matériel de labour.

▪ Limite de liquidité WL: C'est la teneur en eau qui sépare l'état


liquide de l'état plastique.

▪ Limite de plasticité WP: C'est la teneur en eau qui sépare l'état


plastique de l'état solide avec retrait.

▪ Limite de retrait (Shrinkage limit) WS: C'est la teneur en eau qui


sépare l'état solide avec retrait de l'état solide sans retrait.

NB : En géotechnique, seules les trois dernières limites sont utilisées.

L'état liquide se caractérise par une présence d'eau en quantité telle que les
particules argileuses se trouvent nettement séparées les unes des autres et
leurs mouvements deviennent très faciles. L'argile réagit comme un liquide
visqueux, c'est à dire qu'elle tend à se niveler selon une surface horizontale.

L'état plastique se caractérise par une présence d'eau en quantité suffisante


pour permettre un mouvement relatif aisé des particules mais pas
suffisamment pour annuler les forces de liaison qui les relient. Soumises à
de faibles charges, les particules argileuses se déplacent les unes par rapport

20
aux autres mais sans s’éloigner ; elles ont mis en commun leurs couches
d'eau adsorbée.

L'état solide avec retrait est caractérisé par le fait que l'argile réagit comme
un solide. Mais si elle est soumise à la dessiccation, elle diminue de volume
en libérant l'eau interstitielle et une partie de l'eau adsorbée.

L'état solide sans retrait est caractérisé par le fait que l'argile devient
difficilement déformable. Soumise à la dessiccation, son volume ne diminue
plus; les particules argileuses et l'eau adsorbée peuvent venir en contact.

Figure 2.7: Différents états de l’argile en fonction de la teneur en eau.

Des limites d'Atterberg, on en déduit un certain nombre d'indices utiles


pour caractériser l'état d'un sol argileux:

• Indice de plasticité: Cette plage de la teneur en eau caractérise


l'importance de la présence des particules argileuses dans un sol donné.
Un sol est plus plastique qu'un autre si son indice de plasticité est plus
élevé. Les faibles valeurs de IP (<15) caractérisent les sols sableux. Un
indice de plasticité inférieur à 10, n'a pas de sens pratique, il vaut mieux
exécuter un essai d'équivalent sable. Les valeurs moyennes de IP

21
(20<IP<60) caractérisent les sols argileux. Les fortes valeurs de IP sont
propres aux argiles gonflantes.

• Indice de consistance IC et indice de liquidité IL:

WL  W W  WP
IC  , IL  , IC  IL  1
IP IP

L’indice de consistance d’un sol a été défini par Terzaghi et Peck en 1948
et l’indice de liquidité par Lambe et Withman en 1969.

Ces deux indices permettent de situer une argile à l'intérieur et même à


l'extérieur de son domaine de plasticité. Une argile raide (dure) a un indice
de consistance élevé et un indice de liquidité faible ou négatif. C'est le cas
contraire si l'argile est dans un état pâteux ou si l'eau est en surabondance.

Teneur en eau W Indice de Indice de


consistance liquidité
<Wp >1 négatif
= Wp 1 0
Wp<W< Wl 1-0 0-1
=Wl 0 1
> Wl négatif >1
Tableau 2.1: Valeurs des indices de liquidité et de consistance.

• Activité d'une argile: Les limites d'Atterberg sont liées à la quantité


d'argile contenue dans le sol. Ceci est exprimé à travers le rapport ci-
dessous proposé par Skempton (1953) :

IP
Ac 
C

22
Ce rapport est appelé activité colloïdale ou simplement activité. C
représente le pourcentage d'éléments inférieurs à 2 m; c'est à dire les
éléments argileux.

La classification des sols fins en fonction de leur activité est donnée par le
tableau 2.2.
Description Activité
Inactive <0.75
Normale 0.75 - 1.25
Active 1.25 - 2
Très active (ex : Bentonite) >2 ( 6 ou plus)
Tableau 2.2: Activité des sols fins

A titre indicatif, le tableau 2.3 donne les ordres de grandeur de Wl, Ip, et Ac
pour les principales familles de sol.
Minéral Wl (%) Ip (%) Activité
Kaolinite 40 - 60 10 - 25 0.4
Illite 80 - 120 50 - 70 0.9
Montmorillonite Na 700 650 7
Autres Montmorillonites 300 - 650 200 - 500 1.5
Sols granulaires 20 ou moins 0 0
Tableau 2.3: Valeurs de W L , Ip et de l’activité de certains sols

23
III- PARAMETRES DE DEFINITION

1. NOTATIONS

Figure 2.8: Idéalisation d’un échantillon de sol.

Va :Volume de la phase gazeuse Wa :Poids de la phase gazeuse


Vw :Volume de la phase liquide Ww :Poids de la phase liquide
Vs :Volume de la phase solide Ws :Poids de la phase solide
Vt :Volume total Wt :Poids total
Vv : Volume des vides égal à Vw + Va

Le poids de la phase gazeuse étant négligeable, le poids total est égal à:


Wt  Ww  Ws

2. POIDS VOLUMIQUES

On définit :

▪ Le poids volumique total du sol:

WT

VT

24
Si le sol est sec, tous les vides sont remplis d'air, le poids volumique est dit
sec et il est noté d. Si le sol est totalement saturé, c'est l'eau qui occupe
l'espace vide et le poids volumique du sol est dit saturé ; il est noté sat. Dans
le cas intermédiaire où le sol n'est que partiellement saturé, le poids
volumique du sol est dit humide et il est noté  ou h.
Ws
s 
▪ Le poids volumique des grains solides: Vs

Les tableaux 2.5 et 2.6 donnent, à titre indicatif, les poids volumiques de
certains minéraux et de quelques matériaux.

Matériau s
(KN/m3)
Gypse 23.2
Orthose 25.6
Kaolinite 26.0
Illite 26.0
Quartz 26.6
Calcite 27.2
Muscovite 28.5
Dolomite 28.7
Biolite 30.5
Mematite 5.20
Tableau 2.4: Valeurs de  s pour certains minéraux.

25
Matériau s
(KN/m3)
Gravier, sable 26,5
Sable limoneux, loess 26,7
Limon 27,0
Argile limoneuse 27,5
Argile 28,0
Tableau 2.5: Valeurs de  s pour quelques matériaux.III.3- paramètres sans
dimension

On définit :

▪ La teneur en eau :   (Ww / Ws )100

La teneur en eau exprime le rapport du poids de l’eau contenue dans le sol


par rapport au poids des grains solides.

▪ L’indice des vides e: e  Vv / Vs

L’indice des vides sert à quantifier le volume des vides d’un sol par rapport
au volume des grains solides.

▪ La porosité n: n  Vv / VT

Dans le cas de la porosité, le volume des vides est exprimé par rapport au
volume total.

▪ Le degré de saturation Sr: S r  (Vw / Vv )100

Le degré de saturation donne la proportion du volume des vides qui est


occupée par l’eau. Il est nul pour un sol sec et il est égal à 100% (ou à l’unité)
pour un sol saturé.

26
e max - e
▪ L'indice de densité Id ou densité relative: I d 
e max  e min

L'indice de densité permet de situer l'état de compacité d'un sol dans un


intervalle caractérisé par une densité maximale et une densité minimale. Il
est utilisé uniquement pour les sols pulvérulents.

Densité relative (%) Etat de compacité


0 - 15 Très peu compact
15 - 35 Peu compact
35 -65 Compacité moyenne
65 - 85 Compact
85 - 100 Très compact
Tableau 2.6 Etat de compacité des sols (Lambe te Withman 1969)

3. RELATIONS ENTRE LES PARAMETRES

En partant des définitions des différents paramètres, il est possible


d'établir un certain nombre de relations les reliant :

27
Définition Teneur en eau  Porosité n Indice des Poids Poids spécifique
vides e spécifique  sec d
Ww / Ws - n S r  eS r  S S  1 1
 Sr S r  (  )
1 n S S     S r  d S

VV / VT  S - e S  1 1
n
 S  S r  d(  )
1 e  S  S r  d S
e VV / VS  S n - S  S(
1

1
)
d S
S r   S  S r 
1 n
 WT / VT (1   ) S Sr  (1 n) S  nSr   S  eS r   - (1   ) d
 S  Sr 
1 e
WS / VT  S S r  (1  n ) S S  -
d  S  S r  1 e
1
Sr V / VV W (1  n ) S  S 
(
1
d

1

)

(
d
1


1
)
  ( 1  1 ) n 
d S
e   ( 1  1 )
 ( 1  1 )
d S
d S

Tableau 2.7: Relations entre paramètres physiques


3 IDENTIFICATION DES
SOLS

I- GENERALITES

Pour les besoins techniques, les ingénieurs ont besoin de quantifier les
différents paramètres cités précédemment. Compte tenu des dispersions
inévitables des résultats, on utilise souvent la moyenne de plusieurs
mesures. Celles-ci doivent être effectuées au laboratoire sur des échantillons
de sol le moins remaniés possible.

II- DETERMINATION DES PARAMETRES


INDEPENDANTS

1. TENEUR EN EAU

La teneur en eau se détermine en pesant l'échantillon humide puis sec. Le


séchage s’effectue dans une étuve à 105°C pendant environ 24 heures. Il
existe des méthodes plus rapides mais moins précises utilisables sur
chantier. Il existe aussi des méthodes plus perfectionnées utilisant le
principe de rayonnement. Ces méthodes, qui utilisent des sondes émettant
des rayons X ou , évitent le prélèvement d'échantillons et donnent des
valeurs supérieures de 3 à 5 % pour les argiles à cause de la couche d'eau
adsorbée.
2. POIDS VOLUMIQUES.
A. POIDS VOLUMIQUE DES GRAINS SOLIDES

Le poids volumique des grains solides se détermine au laboratoire à l'aide


d'un flacon dit le pycnomètre. L'opération consiste à déterminer les poids
suivants:

(1) (2) (3) (4)

W1 W2 W3 W4
Figure 3.1: Détermination du poids volumique des grains solides  s.

W1: Poids du pycnomètre vide.


W2: Poids du pycnomètre plein d'eau distillée.
W3: Poids du pycnomètre contenant l'échantillon de sol.
W4: Poids du pycnomètre contenant l'échantillon de sol et complété avec de l'eau
distillée.

Dans chaque pesée, le pycnomètre est muni de son bouchon. La quantité


de sol à utiliser est de 10 grammes si le sol est fin et de 25 grammes si le sol
est pulvérulent. Pour éviter l'emprisonnement des bulles d'air, on place
l'échantillon de sol dans le pycnomètre, on remplit ce dernier à moitié par

30
de l'eau distillée et désaérée et on porte à ébullition. Le remplissage total
avec de l'eau distillée, ne sera effectué qu'à ce stade-là.

En général, on détermine directement la densité des grains solides, notée


GS.

▪ Le volume du pycnomètre est donné par:

W2  W1
V1 
w
▪ Le volume d’eau ajouté dans l’opération (2) est donné par:

W4  W3
V2 
w
▪ Le volume des grains solides est donné par:

W2  W1 W4  W3
V3  
w w
▪ Le poids volumique des grains solides ajouté en (3) est donné
par:

W3  W1
s 
W2  W1 W4  W3

w w
▪ La densité des grains solides est donnée par:

W3  W1
Gs 
W2  W1  W4  W3

31
B. LE POIDS VOLUMIQUE HUMIDE :

Le poids volumique humide d'un sol peut être déterminé au laboratoire


pour les sols cohérents, le prélèvement des échantillons étant difficile pour
les sols pulvérulents.

L'échantillon de sol prélevé doit être le moins remanié possible. Il est pesé
au départ, enduit de paraffine puis repesé. La détermination du volume de
l'ensemble échantillon plus la paraffine, est déterminé par plongée dans un
récipient gradué plein d'eau.

Connaissant la densité de la paraffine, de simples opérations arithmétiques


permettent de déterminer le poids volumique de l'échantillon de sol. La
paraffine étant une substance non saturante, solide à température ambiante
et fluide quand elle est chauffée, sa densité vaut 0,9.
C. LE POIDS VOLUMIQUE SEC

Le poids volumique sec de l'échantillon de sol peut être déterminé en


passant l’échantillon à l’étuve au départ. Cette méthode est déconseillée car
le séchage provoque en général l'effritement des parois de l'échantillon. On
préfère déterminer la teneur en eau de l'échantillon à part et d’utiliser les
relations entre le poids volumique sec, le poids volumique humide et la
teneur en eau.

Il existe des méthodes de rayonnement plus faciles et plus rapides comme


pour la détermination de la teneur en eau.

32
3. MESURE DE LA POROSITE

La mesure de la porosité consiste à déterminer deux des trois volumes


suivants: le volume total, le volume des vides et le volume des grains
solides.

En général, le volume total est déterminé en plongeant l'échantillon de sol


dans du mercure. Le volume déplacé sera égal au volume total de
l'échantillon. Le volume des vides est déterminé par pesée de l'échantillon
sec puis saturé. La différence de pesée donne la quantité d'eau nécessaire
pour remplir tous les vides de l'échantillon. La mesure du volume des grains
solides est effectuée par pesée de l'échantillon plongé dans un liquide
mouillant. La poussée d'Archimède donne le volume des grains solides.

III- GRANULOMETRIE ET COURBE


GRANULOMETRIQUE D'UN SOL

1. GRANULOMETRIE D'UN SOL

Le squelette solide des sols contient des particules dont les tailles sont
différentes. C'est ce qu'on appelle la granulométrie d'un sol. La taille, la
forme et l'arrangement des grains solides dépendent de l'histoire géologique
de formation. Des grains uniformes indiquent un processus de formation
identique.
2. COURBE GRANULOMETRIQUE

A partir de ce qui précède, on peut penser caractériser un sol par la taille de


ces grains. Comme elles ne sont pas toutes identiques, on les range par
frange: c'est la courbe granulométrique. Elle est tracée sur un graphique

33
dont les abscisses sont les logarithmes du diamètre et les ordonnées, le
pourcentage cumulé des tamisas ou des refus.

La séparation en frange s'effectue par l'opération de tamisage. Celle-ci


s'effectue à sec pour les sols pulvérulents et sous l'eau pour les sols
cohérents. Si le sol contient une proportion de sol dont le diamètre est
inférieur à 0,08mm, l'opération de tamisage est complétée par la
sédimentométrie.
3. OPERATION DE TAMISAGE

Le tamisage est l'opération qui consiste à faire passer une quantité de sol à
travers une série de tamis emboîtés les uns dans les autres et classés dans
l'ordre décroissant des ouvertures de haut en bas. L'échantillon de sol séché
et pesé au préalable est versé sur le tamis supérieur. La colonne est vibrée
manuellement ou mécaniquement pendant quelques minutes.

Figure 3.2 Tamisage sous l’eau

Pour les sols cohérents, il faut laisser détremper l'échantillon de sol pendant
un certain temps dans un bac d'eau pour désagréger les mottes et les
agglomérats de terre.

34
On peut utiliser pour l'opération de tamisage, soit des tamis dont l'ouverture
est carrée soit des passoires dont les ouvertures sont circulaires. Il existe
une relation d’équivalence :

 de la passoire
Coté du tamis 
1,25

Les grains passant à travers un tamis ou une passoire sont dits tamisas.
Ceux retenus sont dits refus.

35
Figure 3.3: Opération de
tamisage .

4. l'aide d'un appareil, dit


SEDIMENTOMETRIE
densimètre, en fonction du
Si le sol est constitué en totalité temps.
ou en partie de particules dont
la taille est inférieure à 0,08mm,
l'analyse granulométrique
s'effectue ou se complète par
sédimentométrie. Celle-ci
consiste à disperser une
suspension formée par les
particules du sol et à analyser
leurs décantations en fonction
du temps. On ajoute en général
un défloculent pour éviter la
floculation des particules.
Figure 3.4: Opération de
L'opération consiste à mesurer
sédimentométrie.
la densité de la suspension à
La résistance F opposée par un liquide de viscosité  à la chute, à la
vitesse V, d'une particule sphérique de diamètre D est donnée par la
formule suivante de Stockes:

F  3DV

Le poids de la particule diminué de la poussée d'Archimède est:

P  (1 / 6)D3 ( s   0 )

▪ s est le poids volumique des grains solides.

▪ o est le poids volumique de la suspension.

Si la résistance du liquide est égale au poids déjaugé de la particule,


celle-ci décantera à vitesse constante. Cette vitesse est donnée par:

D2
V ( s   0 )
18

La suspension est homogénéisée au départ par agitation. Cette


homogénéité est détruite par la décantation. Le densimètre est
introduit dans la suspension au temps t=0. Au bout d'un temps t1, les
particules qui étaient en surface se trouvent maintenant à la
profondeur Hr tel que:

Hr D 2y
V  ( s   0 )
t 18

37
A l'instant t1, toutes les particules dont le diamètre est égal ou supérieur
à Dy auront décantés. De la surface et jusqu'à la profondeur Hr il n'y a
que des particules dont le diamètre est inférieur à Dy.

Le poids volumique de la suspension est donc égal à:

P  P
 i  Y.  0  0 Y
V s V

Avec:

▪ P: Poids du sol sec mis en suspension.

▪ V: Volume de la suspension.

▪ Y: Proportion (en %) en poids des particules dont le


diamètre est inférieur à D.

Dans la formule précédente, le terme (Y.P/V) représente le poids


volumique des particules de diamètre inférieur à D. Le reste de
l’expression est le poids volumique du reste de la suspension.

La lecture du densimètre nous donne la densité r de la suspension au


centre de gravité de celui-ci. Nous pouvons donc obtenir le
pourcentage Y par:

Vr w   o

Nous venons d'obtenir un point de la courbe granulométrique (Y,D).


En faisant des lectures à des temps différents (en général, tous les10s,
20s, 30s, 1mn, 2mn, 5mn, 10mn, 20mn, 30mn, 1h, 1h20mn, 2h, 4h et
24h), on obtient le reste des points.

38
On introduit souvent des corrections dues à la température, à
l'introduction du densimètre, au défloculent, au ménisque capillaire,
etc... Un certain nombre de ces corrections est évité en utilisant deux
burettes, l'une contenant la suspension et l'autre servant de témoin.

Il faut noter que la sédimentométrie ne donne que des diamètres


équivalents puisque la formule de Stockes n'est valable que pour des
particules sphériques.

Figure 3.5: Visualisation de la granulométrie.

39
Les courbes granulométriques sont caractérisées par deux coefficients:
Le coefficient d'uniformité Cu et le coefficient de courbure Cc. Ils sont
définis par :

D 60 D 230
Cu  , CC 
D10 D10 xD 60

D10, D30 et D60 sont les diamètres tel que 10%, 30% et 60% des
particules du sol ont un diamètre inférieur à D.

On dira d'une courbe qu'elle est uniforme si Cu est inférieur à 2; sinon


elle est étalée.

Coefficient d’uniformité ou de Hazen


(uniformité)D
Cu  60
D10

Coefficient de courbure

D30 2
Cc 
D10 D60

Figure 3.6: Courbes granulométriques.

40
IV- DETERMINATION DES LIMITES
D'ATTERBERG

Pour la détermination de ces limites, c’est Terzaghi (1925) qui a


proposé les techniques de mesures des limites de liquidité et de
plasticité, et c’est Casagrande (1933) qui a développé un appareil
standard pour la mesure de la limite de liquidité. Plus tard (1940),
Casagrande a utilisé la limite de liquidité et l’indice de plasticité comme
base pour la classification des sols.
1. LIMITE DE LIQUIDITE

La limite de liquidité se détermine sur la frange de sol passant à travers


le tamis de 0,4mm par la méthode de Casagrande ou par la méthode
du pénétromètre à cône.
A. METHODE DE CASAGRANDE

La méthode de Casagrande consiste à placer la pâte de sol dans une


coupelle spéciale et de creuser un sillon avec une lame appropriée. On
fait subir à l'ensemble des chutes répétées sur un socle en bois. La
rainure va se refermer sous le coup des chocs. On compte le nombre
de coups nécessaire pour que les deux lèvres de la rainure se touchent
sur environ un centimètre.

41
.
Figure 3.7: Limite de liquidité-
Appareil de Casagrande

La limite de liquidité est définie comme étant la teneur en eau qui


correspond à la fermeture de la rainure au bout de 25 coups. Comme
en pratique, il est difficile d'obtenir la limite de liquidité du premier
essai, une formule empirique relie la teneur en eau, la limite de liquidité
et le nombre de coups.

En pratique, Il est conseillé de réaliser plusieurs essais, au moins 3 et


de prendre la moyenne. Le nombre de coups doit être étalé entre 15 et
35.
Après la réalisation de 767 essais de détermination de la limite de
liquidité par THE WATER EXPERIMENTS STATION,
VICKSBURG (1949), une corrélation a été établie pour l’estimation
de la limite de liquidité à partir d’un seul essai.

Il a été établi que la fonction W = f(logN) est linéaire pour des valeurs
de N variant de 10 à 100. On peut écrire alors :

W  F log N  C

Où :

▪ W : teneur en eau à N coups

▪ F : Indice de l’écoulement

▪ N : Nombre de coups

▪ C : Constante

La limite de liquidité est estimée par :

WL  W ( N / 25)

Elle est appelée courbe d’écoulement et où  est la pente de la droite


semi-logarithmique.

A partir de cette série de mesures, il a été montré que  = 0.121 est


une bonne approximation. Ceci n’est pas valable pour tous les sols,
cependant de bonnes estimations sont obtenues à partir d’un seul essai
avec un nombre de coups N compris entre 20et 30.

45
Figure 3.8: Détermination de WL par la méthode de Casagrande. (a):
Appareillage, (b): Coupe transversale de la coupelle, ©: Lame de
rainure, (d): Courbe d’écoulement et détermination de WL.

Dans le même temps, THE WASHINGTON STATE HIGHWAY


DEPARTMENT a abouti à la corrélation suivante :

WL  W (1419
.  03
. log N )
B. METHODE DU PENETROMETRE A CONE

L'utilisation du pénétromètre à cône permet de rendre la détermination


de la limite de liquidité indépendante de l'expérimentateur. En effet,
cette méthode consiste à laisser tomber un cône, de dimensions
données, sur le sol placé dans une coupelle métallique. La limite de
liquidité est définie comme la teneur en eau qui correspond à un
enfoncement de 20mm du cône. Là aussi, la limite de liquidité est
difficile à obtenir du premier coup; c'est pourquoi, plusieurs essais sont
nécessaires. La teneur en eau varie d'une manière sensiblement linéaire
en fonction de la profondeur d'enfoncement du cône. Cette droite
permet donc d'obtenir la limite de liquidité.

46
Figure 3.9: Appareillage et méthode de détermination de W L par la
méthode du cône.

2. LIMITE DE PLASTICITE

La limite de plasticité se détermine en confectionnant des rouleaux de


sol. Elle est définie comme la teneur en eau à partir de laquelle les
bâtonnets de sol d'environ 3mm de diamètre et de 10mm de longueur
se cassent en morceaux.

47
Figure 3.10: méthode de
détermination de W p

Pour la classification des sols, un indice de plasticité entre 5 et 10


recommande une analyse granulométrique soignée et un essai d'équivalent
de sable. Pour une valeur inférieure à 5, Ip perd toute signification physique.

Figure 3.11: Détermination de W P.

3. LIMITE DE RETRAIT

La limite de retrait est définie comme la teneur en eau à partir de laquelle le


volume de l’échantillon humide cesse de diminuer lorsque sa teneur en eau
décroît.

La méthode de mesure consiste à prendre plusieurs échantillons de sol à la


même teneur en eau initiale et les placer dans des coupelles de volume
donné. Ces échantillons seront soumis à la dessiccation. On reportera sur
un graphique la teneur en eau en fonction de la variation de volume pour
obtenir ws.

Figure 3.12: Détermination de w s.

V- TENEUR EN MATIERE ORGANIQUE

La teneur en matière organique est définie comme le rapport du poids des


matières organiques sur le poids du sol sec. Elle se détermine par analyse
chimique (destruction de la matière organique par du bichromate) ou par
perte au feu.

L'essai de perte au feu consiste à placer un échantillon de sol étuvé dans un


four à 550°C. La perte au feu, PF, est le rapport du poids perdu rapporté au
poids total de l'échantillon. La teneur en matière organique est donnée par
:

M  100  104
. (100  PF )

50
4 CLASSIFICATION
GEOTECHNIQUE DES SOL S

I-INTRODUCTION

Dans sa tâche, le géotechnicien se trouve confronté à un problème de


nomination des sols. Les essais énumérés auparavant permettent de
déterminer les principales caractéristiques des sols. En se basant sur ces
essais, des classifications ont été proposées. Ces classifications permettent
de prévoir les principales propriétés géotechniques des sols identifiés.

Il ne faut pas oublier que les sols se prêtent mal à une systématique trop
rigide. Les facteurs susceptibles de varier sont nombreux. La classification,
pour qu'elle reste utilisable, ne doit faire intervenir uniquement le minimum
des paramètres influençant directement le comportement du sol.

II- CLASSIFICATION SELON LA GRANULOMETRIE

En se basant sur le diamètre moyen du sol, on peut établir une classification


comme par exemple celle établie par ATTERBERG (1905) très utilisée en
France ou celle du M.I.T très utilisée par les anglo-saxons. Ce type de

51
classification est sommaire et n'est valable que pour les sols grossiers et
uniformes.
Classification d’Atterberg Classification anglo-
saxone (M.I.T.)
Nature du sol Taille (en Nature Taille (en
mm) du sol mm)
Enrochements  > 200
Cailloux 200 > >20 Cailloux  >63
Graves 20 >  >2 Graves 63 >  >2
Sable grossier 2 > >0,2 Sable 2 >  >0,06
Sable fin 0,2 >  >0,02
Limon 0,02>  Limon 0,060 > 
>0,002 >0,002
Argile  <0,002 Argile  <0,002
Tableau 4.1 : Classification selon la granulométrie.

III- CLASSIFICATION TRIANGULAIRE

Cette classification utilisée par les agronomes, repose sur le pourcentage


relatif en poids de sable, de limon et d'argile entrant dans la constitution du
sol considéré. Les définitions du sable, du limon et de l'argile sont
rapportées à une granulométrie uniforme.

52
Figure 4.1: Classification triangulaire des agronomes.

IV- CLASSIFICATION H .R.B

C'est une classification qui se base sur une granulométrie simplifiée. Selon
que le tamisât du tamis 0,08mm est supérieur ou inférieur à 35%, on
distingue les sols grenus des sols fins. Cette classification est très utilisée
pour les travaux routiers (H.R.B. Highway Research Board- Bureau de
recherche routier), mais n'a qu'une portée limitée dans les domaines de la
mécanique des sols.

53
Tableau 4.2: Classification H.R.B.

V- CLASSIFICATION L.C .P.C:

Cette classification repose sur la granulométrie pour les sols grenus et sur
la granulométrie et les limites d'Atterberg pour les sols fins. Elle est dérivée
de la classification américaine (U.S.C.S) et adaptée aux normes françaises.

Quinze types fondamentaux de sols ont été retenus et définis. Ils sont
caractérisés par deux lettres. La première, une majuscule, donne la famille
de sol; la seconde, une minuscule, donne la qualification principale relative
soit à la granulométrie soit aux limites d'Atterberg. Les tableaux 4.3, 4.4 et
4.5 donnent les désignations des sols, les caractères géotechniques et les
symboles utilisés en mécanique des sols.

54
En anglais En français
Peat ( Pt ) Tourbe ( T )
Grave ( G ) Grave ( G )
Sand ( S ) Sable ( S )
Mud ( M ) Limon ( L )
Clay ( C ) Argile ( A )
Organic ( O ) Organique ( O )

Tableau 4.3: Désignation des sols.


En anglais En français
Well graduated ( W ) Bien gradué ( b )
Poor graduated ( P ) Mal gradué ( m )
Low plasticité ( L ) Peu plastique ( p)
High plasticité ( H ) Très plastique (t )
Tableau 4.4: Caractères géotechniques

Dénomination En anglais En français


Tourbe Pt T
Grave bien graduée GW Gb
Grave mal graduée GP Gm
Grave limoneuse GM GL
Grave argileuse GC GA
Sable bien gradué SW Sb
Sable mal gradué SP Sm
Sable limoneux SM SL
Sable argileux SC SA
Limon peu plastique ML Lp
Argile peu plastique CL Ap
Organique peu plastique OL Op
Limon très plastique MH Lt
Argile très plastique CH At
Organique très plastique OH Ot
Tableau 4.5: Désignation des sols et symboles utilisés

55
Tableau 4.6 : Classification des sols grenus selon le L.C.P.C. (Plus de 50%
d’éléments > 0,08mm

56
Figure 4.2 Diagramme de Casagrande pour la classification des sols fins
(Plus de 50% d’éléments < 0,08mm)

VI- CLASSIFICATION DE CA SAGRANDE (1948):

C'est l'un des principaux résultat qu'a légué M.A.Casagrande aux


géotechniciens. C'est une classification qui se base sur la granulométrie et
sur les propriétés plastiques des sols. Elle est souvent appelée classification
U.S.C.S (Unified System Classification of Soils- Système unifié de
classification des sols).

On utilise le tableau ci-dessous pour les sols grenus et le diagramme de


Casagrande pour les sols fins, la limite en diamètre entre les sols grenus et
fins est 0,074mm.

57
Tableau 4.7: Classification U.S.C.S. des sols grenus.

VII- CLASSIFICATION ALGERIENNE (PROVISOI RE)

La classification algérienne est codifiée par l’arrêté du 10 Juin 1991 du


ministère de l’habitat. Elle se base sur la granulométrie et sur un certain
nombre d’essais simples. L’essentiel de cette classification est présenté ci-
dessous.

58
1. CLASSIFICATION DES SOLS A GROS GRAINS ET A
GRAINS MOYENS

La classification provisoire des sols à gros grains et à grains moyens, basée


sur les fractions prédominantes (gravier/sable) est donnée dans le tableau
suivant:

Tableau 4.8: Classification des sols à gros grains et à grains moyens.

Commentaires :
▪ Si plus de 50% de la fraction ont visuellement un diamètre
supérieur à 0.2mm (f>2.0mm), il s’agit alors d’un gravier, dans le
cas contraire, il s’agit d’un sable.

▪ Si la fraction fine est négligeable, le sol sera qualifié de propre,


dans le cas contraire, il sera qualifié de limoneux ou d’argileux
selon la nature de la fraction fine.

▪ Si le sol contient en plus des blocs, des matières organiques ou


de la tourbe, il sera fait mention.

59
2. CLASSIFICATION DES SOLS A GRAINS FINS

La dénomination provisoire des sols à grains fins, basée sur les résultats
de tests de chantier (argiles/limons) est donnée dans le tableau 4.9.

Commentaires :
▪ Les trois tests résumés sur le tableau ci-dessus doivent être
conjugués, afin de donner une appréciation de l’ordre de
grandeur de l’échantillon considéré.

▪ Les symboles sont empruntés de la dénomination L.C.P.C. des


sols.

Tableau 4.9: Classification des sols à grains fins.

3. CLASSIFICATION DES SOLS ORGANIQUES

La classification des sols à prédominance organique est donnée dans le


tableau suivant:

60
Tableau 4.10: Classification des sols à prédominance organique.

Commentaires:
▪ En plus des tests effectués sur chantier, la couleur des sols
permet aussi d’identifier les sols organiques. Une couleur brune-
sombre à noir indique souvent la présence de matières
organiques qui pourra être confirmée en chauffant l’échantillon
dont la couleur vire au clair, les couleurs claires étant
caractéristiques des sols non organiques.

▪ L’odeur est une caractéristique importante pour la


reconnaissance des sols organiques.

▪ Les sols organiques sont caractérisés par une faible densité,


laquelle peut être apprécier aisément.

Le sol organique sera plus ou moins plastique en fonction de


l’importance de la présence des particules argileuses.

61
EXERCICES D’APPLICAT ION

1. FORMATIONS ET PROPRIETES DES SOLS

Questions aux choix multiples (QCM) : Une seule bonne réponse

1. Dans le cas d’un sol saturé, le volume des vides est égal au
volume de l’eau.
□ Vrai
□ Faux

2. L’essai de sédimentométrie complète l’essai granulométrique.


□ Vrai
□ Faux

3. L’indice de plasticité Ip est la différence entre la limite de liquidité


et la limite de plasticité
□ Vrai
□ Faux

4. Le poids volumique déjaugé d’un sol saturé vaut


□ Le rapport entre le poids volumique saturé du sol et le poids
volumique de l’eau
□ La différence du poids volumique saturé du sol et le poids
volumique de l’eau.
□ Le rapport entre la masse du sol saturé et son volume.
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

5. Les sols fins, sont aussi appelés


□ Sols cohérents
□ Sols pulvérulents
□ Sols grossiers
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus
6. La teneur en eau d’un sol est le rapport entre
□ Le poids de l’eau sur le poids sec du sol
□ Le volume de l’eau sur le volume du sol
□ Le Poids sec du sol sur le volume de l’eau
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

7. Les sols les plus sensibles à la variation de l ‘eau sont


□ Les sols grossiers
□ Les sols fins
□ Les sols pulvérulents
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

8. Le poids volumique d’un sol est le rapport de


□ La masse du sol sur le volume
□ Le poids du sol sur le volume total
□ Le poids sec du sol sur le volume total
□ Aucune des réponses ci-dessus

9. L’argile qui se gonfle le plus en présence d’eau.


□ La kaolinite
□ L’illite
□ La montmorillonite
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

10. La pellicule d’eau qui se crée autour du grain d’argile est appelée
□ Eau interstitielle
□ Eau adsorbée.
□ Eau absorbée
□ Eau capillaire
□ Eau de composition

11. La teneur en eau d’un sol est le rapport entre

63
□ Le poids de l’eau sur le poids sec du sol
□ Le volume de l’eau sur le volume du sol
□ Le Poids sec du sol sur le volume de l’eau
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

12. Les sols les plus sensibles à la variation de l’eau sont


□ Les sols grossiers
□ Les sols fins
□ Les sols pulvérulents
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

13. Classer ces quatre grandeurs par ordre croissant

A. □.  w   d   h   s
B. □.  s   w   d   h
C. □.  d   s   w   h
D. □.  h   d   s   w

64
2. PARAMETRES D’ETAT DES SOLS

Exercice N°01 :
Démontrer que :
e.S r . w 
e
n
n
e w d 
1 n 1 e s 1 w

 h   s (1  n)  Sr .n. w

Pour un sol saturé

w. s  d   s (1  n) s  s (1  w)
e d  
w 1  ew 1  ew

Exercice N°02 :
Soit un échantillon de sol et son contenant qui ont une masse de 462 g.
l’échantillon qui a été asséché toute une nuit dans une étuve et son
contenant ont une masse de 364 g. La masse du contenant est de 39 g.
calculer la teneur en eau du sol ?

Exercice N°03 :
Soit un échantillon de sol dont le poids volumique γ=17,6 KN/ m3 et la
teneur en eau w=10%. Calculer les paramètres suivants :
• Le poids volumique du sol sec γd
• L’indice des vides e
• La porosité n
• Le degré de saturation Sr
• Le poids volumique du sol saturé γsat

On donne : Densité sèche des grains solides G=2,7


Exercice N°04 :
Un sondage de reconnaissance a été réalisé dont la coupe est donnée sur la
figure.

A l’arrivée des caisses de carottes au laboratoire, deux échantillons d’argile


ont été pris et sur lesquels des mesures usuelles de poids et de volume ont
été réalisés.

Echantillon 01 Echantillon 02
Poids total du sol 0.48 0.68
(N)
Volume total du sol 3.10-5 4.3.10-5
(m3)
Poids sec après 0.30 0.40
étuvage à 105°c (N)

Déterminer :

66
1. Le poids volumique et la teneur en eau w ?
2. L’indice des vides e, si l’on suppose que le poids volumique des particules
solides γs est égal à 27 KN/ m3 ?
3. Le degré de saturation sr pour la même hypothèse ?

Exercice N°06 :
Un échantillon d’argile saturé à une masse de 1526g et un volume de 862,14
cm3, après passage à l’étuve, sa masse n’est plus que 1053 g. Le constituant
solide des grains a une densité de 2,7. Déterminer :
1- La teneur en eau
2- L’indice des vides
3- La porosité
4- Le poids volumique humide
5- La densité humide
6- Le poids volumique sec
7- La densité sèche

Exercice N°07 :
Un échantillon de sol a un volume de 0,1 m3 et pèse 1,8 KN. La teneur en
eau déterminée au laboratoire est de 12,6%. Le constituant solide des grains
a une densité de 2,71. Déterminer :
• La masse volumique du sol

• Le poids volumique humide

• Le poids volumique sec

• L’indice des vides

• La porosité

67
• Le degré de saturation

Exercice N°08 :
1. Calculer le poids volumique sec, le poids volumique saturé et le
poids volumique déjaugé d’un sol ayant un indice des vides e=0.70
et un poids volumique des particules solides  s  27 KN / m 3 .

2. Calculer aussi son poids volumique humide et sa teneur en eau à un


degré de saturation S r  75% .

Exercice N°9 :

Un échantillon de sol de teneur en eau w=14.7%, sous forme d’un cube de


dimensions 10cm×10cm×10cm, pèse 18.4N. La densité relative des
particules solides Gs=2.72.
1. Calculez le poids spécifique, le volume spécifique et le degré de
saturation de cet échantillon de sol.
2. Quel serait le poids unitaire et la teneur en eau, si le sol avait le
même volume mais dans un état saturé ?
3. Quel serait le poids spécifique de cet échantillon de sol, si le sol
avait une teneur en eau égale à zéro (état sec)?

68
3. CLASSIFICATION DES SOLS

Exercice N°01:
Le creusement d’une tranchée de drainage a permis de mettre à jour deux
couches d’argile dont les caractéristiques sont :
Wl = 72 Ip = 35 Teneur en eau w = 65%
Wl = 72 W p = 37 Teneur en eau w = 30%

▪ Montrer que les deux argiles ont les mêmes limites d’Atterberg ?

▪ Calculer les indices de consistance respectifs ?

▪ Que concluez-vous quant à leurs propriétés ?

Le remblaiement a nécessité la mise en place d’un poids sec de 49,5 KN


d’un matériau, ayant en place un volume de 3 m3. Le poids volumique γs
des particules solides de ce sol est égal à 27 KN/ m3 .

Déterminer :

▪ La quantité d’eau qui serait nécessaire pour saturer les 3 m3 de


remblai ?

▪ L’indice des vides et la teneur en eau de ce sol à saturation ?


▪ La valeur du poids volumique γsat du sol à saturation ?

L’indice des vides vaut un maximum de 0.90 et un minimum de 0.40

▪ Calculer l’indice de densité correspondant Id du matériau ?


▪ Dans quel état de compacité se trouve ce remblai ?
▪ Exercice N°02 :

Une analyse granulométrique est pratiquée sur un échantillon de sol sec. A


la fin de l’opération de tamisage, des opérations de pesées des refus ont été
effectuées dans chaque passoire. Les résultats sont consignés sur le tableau :

1- Compléter le tableau ?

2- Tracer la courbe granulométrique du sol en question ?

3- Calculer le coefficient d’uniformité et le coefficient de courbure ?

4- Classer le sol sous étude ?

70
Exercice N°03 :

L’essai de densité selon la norme ASTM d’un sable lâche a donnée


 d max  17 KN / m 3 et  d min  17 KN / m 3 et l’essai au Gamma-densimètre a
donné  d  12KN / m 3 .

 d ,  d max ,  d min
1. Trouver l’expression de Id en fonction de .

2. Calculer l’indice de densité Id de ce sable.

Les échantillons de sol nous ont fournis les résultats suivant :


  31%; L  40%;  p  17%

Calculer les indices de plasticité, de consistance. En déduire l’état de


consistance du sol

71
Exercice N°4 :

Les résultats des essais granulométriques ainsi que ceux des essais de
détermination des limites sont donnés dans le tableau ci-dessous. Donnez
les classifications de ces différents sols.
Tamisas cumulés (%)
Diamètre des Diamètre des
tamis (mm) particules (mm) Sol E Sol F Sol G Sol H
63
20 100
6.3 94 100
2 69 98
0.6 32 88 100
0.212 13 67 95 100
0.063 2 37 73 99
0.02 22 46 88
0.006 11 25 71
0.002 4 13 58
Limite de
liquidité 32 78
Limite de
plasticité 24 31

72
Cours N°II C o m p a c t a g e
Des Sols
Module 1 :
Module 2 :
Module 3 :
Module 4 :
5 C O M PA C TA G E D E S S O L S

I- DEFINITION DU COM PACTAGE

Ce que l'on appelle "compactage" au sens strict correspond à la


communication d'une certaine énergie à un matériau. Cette définition étant
très limitative, il serait préférable de qualifier de "compactage" un ensemble
d'opérations permettant d'obtenir, à partir d'un matériau donné, des
caractéristiques appropriées aux fonctions à remplir.

D'une manière générale, on entend par compactage, l'ensemble des mesures


prises afin d'augmenter le poids spécifique apparent sec du sol traité, ce qui
conduit à réduire son volume apparent. Cette densification n'est pourtant
pas un but en soi, elle n'est recherchée que parce qu'elle entraîne d'autres
conséquences. En général, après le compactage, le sol acquière:

▪ Une augmentation de la résistance au cisaillement,

▪ Une augmentation du potentiel de gonflement,

▪ Une augmentation de la densité,

▪ Une diminution du retrait,

▪ Une diminution de la perméabilité,

74
▪ Une diminution de la compressibilité.

N.B: L'opération de compactage conduit à une diminution des vides


remplis d'air sans expulsion d'eau. C'est la différence fondamentale entre le
compactage et la consolidation.

II- COURBE DE SATURA TION

Considérons un échantillon de sol sec (=0) et imaginons que lui soit


appliquées des charges croissantes ; son volume décroît et sa densité sèche
d/w augmente et tend pour des pressions très grandes vers la densité de la
matière constituant les grains solides. Nous serons alors en présence d'un
sol dans lequel le volume d'air est devenu pratiquement nul.

Si l'on fait la même opération sur des éprouvettes du même sol mais à des
teneurs en eau variables, on conçoit que les densités sèches tendent dans
chaque cas, pour des pressions suffisamment élevées, vers des limites bien
définies. Ces limites sont représentatives d'état de matériaux plus ou moins
humides, mais ne contenant plus d'air, c'est à dire en définitive des
matériaux saturés.

Si l'on porte un diagramme d/w = f(w), les points figuratifs de ces états
permettent de tracer une courbe dite de saturation.

L’équation de la courbe de saturation s’obtient en écrivant que le volume


total est la somme des volumes élémentaires de chaque phase :

75
V = Vs + Vw + Va
Ms Mw
V = + + Va
w Gs w
Ms  Ms
V = + + Va
w Gs 100  w
V 1  1   Va
=  +  +
Ms w  Gs 100  Ms
V  V a 1  1  
1 -  =  + 
Ms  V  w  Gs 100 
V 1  1  
(1 - A) =  + 
Ms w  Gs 100 
d Gs
=
1 - A 
1 + Gs
100
w G s (1 - A)
d = w

1 + Gs
100
Si le sol est complètement saturé, alors A = 0 et l’équation précédente se
réduit à:
d s
=
w w +  s

Lorsque la teneur en eau augmente indéfiniment ( tend vers l’infinie), la


densité sèche tend vers zéro. La courbe est donc asymptotique à l'axe de .

Lorsque la teneur en eau tend vers 0, la courbe coupe l'axe des d au point
d'ordonnées s.

76
Quant aux points représentatifs d'état non saturé du sol (A # 0), ils se
situent sur des isobares de compactage qui se rassemblent dans l'aire du
graphique limitée par la courbe de saturation et admettent cette dernière
comme enveloppe.

III- ETUDE DU PHENOM ENE DE COMPACTAGE

L'opération de compactage consiste à resserrer les grains les uns contre les
autres et par conséquent réduire le volume des vides. Cette diminution peut
se faire en expulsant soit de l'eau (ce qui est rare mais arrive cependant avec
les sols très perméables - Remblais hydrauliques), soit de l'air (ce qui est
fréquent).

A partir de 1930, il est devenu nécessaire de mieux comprendre le


phénomène de compactage et son influence sur les propriétés du sol afin
de mieux contrôler le compactage et de développer les engins de
compactage. C'est à l'ingénieur américain R.Proctor (1933) que l'on doit les
premières études. Ainsi, Plusieurs facteurs influencent le compactage :
1. TENEUR EN EAU

La teneur en eau joue un rôle important dans la conduite du compactage et


suivant sa valeur, on obtient des résultats plus ou moins satisfaisants pour
une même dépense d'énergie.

Lors d'un essai de compactage, si l'on fait varier la teneur en eau de


l'échantillon et que l'on représente graphiquement la variation du poids
volumique sec d en fonction de la teneur en eau , on obtient une courbe
en cloche.

77
On notera que, pour les sables secs (<1%), il est possible d'atteindre des
poids volumiques secs supérieurs à ceux obtenus à l'optimum.

Cette influence peut être expliquée par l'effet d'attraction des forces
capillaires qui constitue une résistance au réarrangement des grains.

Les phénomènes d'attraction capillaire sont superficiels, ils sont donc


proportionnels à la surface des grains, c'est à dire à D2 (D étant le diamètre
des grains). En même temps, les grains sont soumis aux forces de la
pesanteur (poids du sol) qui sont proportionnelles au volume des grains,
c'est à dire à D3.

Le rapport des forces capillaires sur les forces de pesanteur est


proportionnel à 1/D.

Comme D est relativement grand dans le cas des sols pulvérulents, les
forces capillaires, qui s'exercent sur chaque grain, sont négligeables devant
l'effet de la pesanteur. Donc, plus le sol est fin, plus les forces capillaires
jouent un rôle important.

Si l'on considère qu'un film d'eau est coincé entre deux grains, la tension
capillaire due au ménisque conduit à une résultante R sur chaque grain et
tend à les souder.

78
Grain
R

Ménisqu
e R
Grain

Figure 5-1 Ménisque et tension capillaire

Sur les sables humides, cet effet se fait sentir. C'est ce phénomène qui
permet de construire des châteaux de sables sans que ceux-ci ne s'éboulent.
On l'appelle "La cohésion capillaire" (ou apparente).

Cette cohésion s'oppose au déplacement des grains lors du compactage.


Pour faciliter le réarrangement des grains, il faudrait éliminer la tension
superficielle et par conséquent les ménisques. Ceci pourrait se faire :

• Soit par séchage du sol: ce qui permet de compacter à sec (Fig.5.2).


Ce type de compactage est très utile dans les régions arides.

• Soit en rajoutant une certaine quantité d'eau. La densité sèche


maximale (Proctor) est atteinte quand la teneur en eau atteint sa valeur
optimale. Quand la teneur en eau est très élevée, l'eau absorbe une

79
importante partie de l'énergie de compactage, sans aucun profit. De plus
elle prend la place des grains solides (pressions interstitielles).

Figure 5.2 Courbe de compactage des sols sableux

Dans le cas des sols argileux, l'effet relatif de cette attraction devient
prépondérant par rapport au poids des grains et a pour résultat de coller les
grains les uns aux autres. C’est ce que l'on appelle la cohésion.

Ce phénomène dans le cas des sols argileux est beaucoup plus complexe.
2. ENERGIE DE COMPACTAGE

Un même sol compacté avec une énergie de compactage supérieure aura


une densité sèche supérieure (Figure 5.4).
3. NATURE DU SOL

L'allure des courbes de compactage varie avec la nature du sol. Très aplatie
pour les sables, elles présentent un maximum très marqué pour une argile
plastique (Figure 5.3).

80
Lorsque la courbe est très aplatie, le compactage est peu influencé par la
teneur en eau. Les matériaux de ce genre sont les meilleurs pour les
remblais.

Il est observé expérimentalement que l'optimum Proctor est très net tant
que la granulométrie du sol est étalée. La présence de particules de
différentes tailles améliore le compactage en permettant aux particules fines
particules de s'incruster dans les vides laissés par les plus grosses. Les sables
limoneux sont ceux qui donnent, en général, les densités sèches les plus
élevées.

Figure 5.3: Influence de la nature Figure 5.4: Influence de l’énergie du


sol sur la courbe Proctor. de compactage.

81
IV- ESSAI DE COMPACTAGE AU LABORATOIRE

Pour faire des études comparatives ou simplement pour savoir quelle est la
valeur d'un résultat obtenu sur un chantier, il est indispensable de se référer
toujours aux mêmes critères de base.

Ces essais ont pour objet de tracer les courbes de compactage dites
"A.A.S.H.O" (American Association of State Highways Officials).

▪ L'échantillon étudié est mis à l'étuve à 105°C pendant 24 heures.

▪ On ajoute un poids d'eau déterminé.

▪ On compacte l'échantillon dans un moule avec une certaine


énergie fournie par une dame, d'un poids donné, tombant d'une
hauteur constante.

▪ Après compactage, on pèse le moule, et on détermine la teneur


en eau du matériau, ce qui permet de calculer le poids volumique
sec.
1. PRINCIPE

L'essai Proctor est l'essai qui représente plus ou moins les conditions de
compactage in situ. L'essai lui-même consiste à compacter un échantillon
de sol placé dans un moule cylindrique par couches successives à l'aide
d'une dame tombant d'une hauteur constante. L'opération est répétée pour
des teneurs en eau croissantes. Si le sol ne renferme que des éléments
inférieurs à 5mm, on utilise le moule Proctor. Si le sol renferme des
éléments supérieurs à 5mm, on utilise le moule C.B.R. Si le sol contient des

82
éléments supérieurs à 20mm, ils seront remplacés par des éléments entre 5
et 20mm.

Figure 5.5: Appareillage de l'essai Proctor.

On peut aussi avoir à utiliser le Proctor normal ou le Proctor modifié. Le


premier est conseillé pour les remblais, le second pour les couches de
chaussées.

L'essai Proctor a pour but de déterminer, pour un compactage d'intensité


donnée, la teneur en eau à laquelle doit être compacté un sol pour obtenir la
densité sèche maximum. La teneur en eau ainsi déterminée, est appelée teneur
en eau optimum Proctor.

Le compactage du sol se fait dans un moule standard à l'aide d'une dame


standard, et selon un processus bien déterminé.

Le sol est préparé à des teneurs en eau différentes et compacté selon le


processus de l'essai. On détermine pour chaque compactage la teneur en eau

83
et la densité sèche du sol compacté. Les résultats sont portés sur le graphique
suivant, déterminant ainsi "la courbe Proctor".

Il faut que les points expérimentaux soient à peu prés également répartis de
part et d'autre de l'optimum.

Figure 5 6 : Courbe Proctor

2. CARACTERISTIQUES DE L’ESSAI

Les caractéristiques des essais de compactage de laboratoire sont :


Caractéristiques Moule Proctor Moule C.B.R

Volume du moule 948,55 cm3 2316,66 cm3


Diamètre du moule 10,16 cm 15,24 cm
Hauteur du moule 11,7 cm 12,70 cm
Essai Normal Modifié Normal Modifié
Poids de la dame 2,49 kg 4,54 kg 2,496 kg 4.54 kg
Diamètre de la dame 5,08 cm 5,08 cm 5,08 cm 5,08 cm
Hauteur de chute 30,5 cm 45,7 cm 30,5 cm 45,7 cm
Nombre de couche 3 5 3 5
Nombre de coups/couche 25 25 55 55
Energie de compactage 0,59 kJ/dm3 2,68 kJ/dm3 0,53 kJ/dm3 2,41 kJ/dm3
Tableau 5.1: Caractéristiques de l'appareillage des essais de compactage.

84
V- EFFET DU COMPACTA GE SUR LES SOLS

Il faut noter tout d'abord qu'il n'existe malheureusement pas de corrélation


entre le compactage au laboratoire et le compactage in situ. Pour cela, des
contrôles continus doivent être effectués sur chantier lors de l'exécution de
travaux.
1. EFFET DU COMPACTAGE SUR LES SOLS GRENUS

On peut dire que le compactage des sols grenus :

▪ - améliore leurs capacités portantes.

▪ - augmente leurs résistances aux cisaillements.

▪ - diminue leurs déformations.

On peut aussi noter que ces sols sont peu sensibles à la variation de la teneur
en eau.
2. EFFET DU COMPACTAGE SUR LES SOLS FINS

Pour les sols fins, l'influence du compactage dépend de quel côté de la


courbe Proctor on se trouve. Côté gauche (sec), le sol présente de meilleures
caractéristiques mécaniques : grande résistance au cisaillement ainsi qu'un
fort module (des déformations faibles). Pour la perméabilité, elle est plus
faible côté droit (humide). Ces différences dans les caractéristiques
s’expliquent par la structure des sols fins. La structure en château de carte
rend difficile les déformations, mais laisse un espace vide important, d'où
une forte perméabilité. Quand l'eau est abondante, les particules sont plus
orientées, d'où des déformations plus faciles et une faible perméabilité.

85
VI- PORTANCE D’UN SOL

Pour les travaux de routes, l'étude du compactage au laboratoire n'est pas


suffisante, il faut la compléter par une étude de portance. Cette dernière
avec l'intensité du trafic constitue les données de base pour dimensionner
les couches de chaussées.
La portance d'un sol peut être définie par:
▪ Le coefficient C.B.R.

▪ Le module de réaction K.

▪ Le module de compressibilité ME.


1. - ESSAI C.B.R

Le coefficient C.B.R d'un sol est le rapport exprimé en % entre les pressions
produisant un enfoncement donné d'un piston standard dans le matériau
étudié d'une part et dans un matériau type d'autre part.

Par définition, le coefficient C.B.R. est la plus grande des deux valeurs
suivantes :
Pr ession à 2,5mm d ' enfoncement en KN
x100 (%)
13,5

Pr ession à 5mm d ' enfoncement en KN


x100 (%)
20

La procédure pour l’obtention du coefficient C.B.R est la suivante :

86
▪ Enfermer un échantillon de sol dans un moule C.B.R.
L'échantillon est à une teneur en eau et à une densité donnée.

▪ Enfoncer dans l'échantillon un piston de 1925mm2 de section


avec une vitesse constante de 1,27mm/min.

▪ En notant les valeurs de la pression et l'enfoncement


correspondant, on obtient la courbe qui nous permet de
déterminer le coefficient C.B.R. à l’aide des deux formules citées
ci-dessus.

La portance d'un sol est d'autant meilleure que le C.B.R est élevé.

Figure 5.7: Appareillage de l'essai C.B.R.

2. ESSAI DE PLAQUE

L'essai de chargement à la plaque est un essai qui peut simuler l'essai C.B.R
in situ. Son utilisation permet d'évaluer les tassements, la capacité portante
et le module de réaction Ks (ou coefficient de raideur) du sol.

87
L'essai repose sur l'hypothèse de Westergaard qui relie le tassement à la
contrainte en un point donné par le module Ks:

 = Ks.S

 : Contrainte, S : Tassement et Ks: Module de réaction.

L'essai consiste à placer une plaque circulaire de 45-75cm de diamètre au


ras du sol. La plaque doit être très rigide par rapport au sol (25cm
d'épaisseur). Les charges sont appliquées à l'aide d'un vérin qui s'appuie sur
un camion ou un silo chargé de gravier (il faut environ 5t). Le tassement est
mesuré à l'aide de comparateurs au centième de millimètre. Ces
comparateurs doivent être fixés à un bâti non influençable par le camion ou
la plaque. Le résultat de l'essai se traduit par une courbe dont l'allure est
donnée sur la figure 5.8.

Figure 5.8: Appareillage de l’essai de plaque et la courbe correspondante.

Le coefficient ME est donné par la relation suivante:

88

ME  D
S
Le coefficient de raideur Ks étant égal à :


Ks   M E  Ks . D
S
Le coefficient C.B.R est relié au coefficient de compressibilité ME par:

ME
C. B. R.
C
Où C, est un coefficient entre 1 et 3 et qui dépend de la nature du sol.

N.B: Le coefficient Ks a l'unité d'un poids volumique, on préfère l'exprimer


en bar/cm.

VII- ETUDE PROCTOR-C .B.R

Une grande partie des problèmes rencontrés lors de la mise en place des
sols lors de terrassements proviennent des conditions atmosphériques.
Pour cela, on ne peut choisir un sol en fonction uniquement de son C.B.R
ou de sa densité sèche maximale, mais il faut inclure la teneur en eau
naturelle. L’étude la plus indiquée pour cela, est l’étude Proctor-C.B.R.

Cette étude consiste à compacter le sol à plusieurs teneurs en eau, avec


différentes énergies et en réalisant à chaque fois des essais C.B.R. On trace
sur des diagrammes :

89
▪ Le poids volumique sec en fonction de la teneur en eau pour des
énergies de compactage différentes encadrant l’énergie Proctor
normal.

▪ La valeur du C.B.R. en fonction de la densité sèche pour chaque


valeur de la teneur en eau.

▪ La valeur du C.B.R. en fonction de la teneur en eau pour chaque


énergie de compactage.

L'analyse des ces courbes peut conduire à juger de l'aptitude d'un sol pour
son emploi comme couche de chaussée. Le tout repose sur le fait que le sol
doit posséder le C.B.R. le plus élevé possible tout en ayant la densité sèche
la plus proche de l'optimum Proctor à sa teneur en eau naturelle.

VIII- CONTROLE DU COMPACTAGE

L'étude au laboratoire permet de déterminer la teneur en eau (en pratique


une plage de la teneur en eau ; c’est pour cela qu’il est facile de compacter
les matériaux qui présentent des courbes de compactage aplaties) à laquelle
il faudrait compacter le sol pour l’amener à sa densité sèche maximale et/ou
au coefficient C.B.R voulu. Il faut donc pouvoir contrôler si in situ, on
arrive bien à obtenir les valeurs recherchées.

Il faudrait donc que les courbes obtenues sur chantier correspondent à


celles obtenues au laboratoire. Ceci est illusoire car le compactage sur
chantier est statique, alors que celui du laboratoire est dynamique. Certaines
recommandations peuvent être très utiles pour le compactage sur chantier.

90
1. EPAISSEUR DE LA COUCHE

Quels que soient les engins utilisés, le compactage devra s’effectuer par
couches de faibles épaisseurs variant de 20cm à 30cm. Dans le cas d’une
couche de fondation, l’épaisseur de la couche peut être réduite à 15cm. Il
est bien entendu que l’épaisseur dépend des engins utilisés, du nombre de
passes et des matériaux utilisés. Il faudra donc réaliser des remblais d’essais
pour déterminer l’épaisseur de la couche.
2. EFFET DE SURFACE

Le sol est compacté sous le pneumatique car les contraintes latérales sont
grandes. Par contre, il peut être, par contre, décompacté sur les côtés du
pneumatique ou ces dernières sont faibles.

En conclusion, les sols, à une certaine profondeur, sont toujours


compactés, mais les premiers centimètres, surtout pour les sols pulvérulents
(2 à 5 cm) seront décompactés.
3. CONTROLE DE LA DENSITE SECHE ET DE LA TENEUR
EN EAU IN SITU

La teneur en eau est contrôlée en prélevant plusieurs échantillons de


différents endroits et en les passant à l'étuve. On peut utiliser in-situ la
méthode de l'alcool ou celle de la plaque chauffante.

Pour la densité, on peut utiliser la méthode du sable calibré. On creuse un


trou dans le sol et on le remplit d'un sable calibré. On peut utiliser le
densimètre à membrane. C'est le même principe que la méthode du sable,
sauf que le volume du trou est déterminé à l'aide d'un ballon rempli d'eau
qui épouse la forme du trou (Figure 5.9). On peut aussi utiliser la méthode

91
du carottier. C'est un tube en acier de volume connu qu'on enfonce dans le
sol.

Actuellement, il existe des méthodes plus perfectionnées utilisant des


rayons X ou les rayons . Ces méthodes donnent plus rapidement les valeurs
de la densité et de la teneur en eau.

En général, on exige qu’un certain pourcentage de la densité sèche Proctor


obtenue au laboratoire soit atteint :

▪ Pour les remblais de grande qualité, on exige une densité sèche


entre celle du Proctor normal et celle du Proctor modifié. Cette
dernière est très difficile à atteindre in-situ.

▪ Pour les remblais courants, on exige 95% de l’optimum Proctor


normal.

▪ Il est d’usage de demander un certain pourcentage de l’optimum


Proctor normal en fonction de la de la densité sèche maximale.
Densité sèche Pourcentage exigé
d
   19
. 90%


.  d   19
17 . 90% à 95%


.  d   17
16 . 95% à 100%

d
   16. 100%

92
Figure 5.9: Schéma du densimètre à membrane.

4. CONTROLE PAR L'ESSAI DE PLAQUE

La détermination du C.B.R au laboratoire doit être confirmée in-situ par


l'essai de plaque. Il faut que les mesures restent dans une marge acceptable.
Il faut être prudent dans l'utilisation de cet essai, car on peut obtenir des
C.B.R élevés pour des sols relativement secs, mais une fois imbibés d'eau,
ces sols s’effondrent sous faible chargement.
5. CONTROLE PAR L'ENERGIE DE COMPACTAGE

Il existe dans certains pays des tableaux qui donnent, en fonction de la


nature du sol, l’énergie nécessaire pour amener ce sol à son poids volumique
sec maximal. Cette énergie est calculée en fonction de la nature du sol, de
l'étendue de la surface à compacter, du type d'engin utilisé, du nombre de
passes et de l'épaisseur des couches.

93
6. EFFET DE L’ECRETAGE DES MATERIAUX GRAINS

Dans un essai de compactage au laboratoire, le matériau est écrêté à 20mm.


La densité sur site mesurée sur le matériau total ne peut pas être comparée
directement aux résultats du laboratoire.

Si la proportion du matériau supérieur à 20mm est connue et si elle ne


dépasse pas 25% de la masse totale sèche, les gros grains sont ainsi
distribués dans le matériau sans qu'ils soient en contact entre eux.

Les principaux symboles utilisés sont :


Propriétés des sols Matériau Eléments Matériau
matrice > 20 total
Masse volumique sèche mD D
Poids volumique Gs Gt
Volume Vm Vs 1
Masse/unité de volume du sol mm ms mm + m s

En pratique, la présence des grains supérieurs à 20 mm nécessite une


énergie supplémentaire de compactage.

A- Poids volumique :

La masse totale par unité de volume est égale à D, ainsi :

D = mm + ms

La masse de la matrice :
mm = (1 - Vs) mD

La masse des éléments supérieurs à 20mm sera :

94
ms = Vs . Gt w

Si F est la fraction du matériau passant à 20mm, alors :


F= mm/mm+ms

A partir de ces équations dérive la relation entre les masses volumiques :


Gt w
D =
Gt w
(1 - F) + F
 mD

Dans le système international, on a :


 G 
D =  t
  mD
 (1 - F)  mD + F G t 

C'est la densité théorique sèche in situ donnée à partir de celle de la matrice.


B- Teneur en eau:

Masse de l'eau contenu dans la matrice : = Wm mm = Wm F .(mm + ms) =


Wm FD

Masse d'eau contenue dans les grains > 20mm = Ws ms = Ws (1 - F) D

Ainsi la masse totale contenue dans le matériau complet sera:

W = Wm F + Ws (1 - F). D

La teneur en eau dans le matériau total est :

 = W / (masse volumique sèche) = W / D = F w + (1 - F) s

95
Si les grains > 20mm ne contiennent pas d’eau (ex: gravier de quartz) alors
s = 0 et  = F m; Avec, m : teneur en eau de la matrice et.s : teneur en
eau des grains > 20mm.

96
EXERCICES D’APPLICAT ION

Questions aux choix multiples (QCM) : Une seule bonne réponse

1. Le moule CBR est utilisé pour :


□ Les matériaux suffisamment fins (Ø< 5mm)
□ Les matériaux supérieurs à 5 mm et inférieurs à 20 mm
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

2. Pour les travaux de compactage routier, on utilise essentiellement :


□ L’essai Proctor normal
□ L’essai Proctor modifié
□ Toutes les réponses ci-dessus
□ Aucune des réponses ci-dessus

3. . Le type d’engins adapté pour le compactage d’argile est


□ Les compacteurs à pneus lisses
□ Les compacteurs cylindriques
□ Les compacteurs à pieds de mouton
□ Aucune des réponses ci-dessus
□ Toutes les réponses ci-dessus
Exercice N°01:

Un essai de compactage standard a été effectué sur un sol destiné à la


réalisation d’un barrage en terre. Les résultats obtenus sont présentés dans
le tableau ci-dessous. La densité des grains solides 2,7.
Teneur en eau (%) Masse volumique (Kg/m3)
5 1890
8 2130
10 2200
12 2210
15 2160
20 2080

I- Tracer la courbe de Proctor 𝛾d = f(w)

1. Déterminer les caractéristiques de l’optimum

2. Déterminer l’indice des vides, la porosité et le degré de


saturation de ce sol à l’optimum.
II- Pendant la réalisation du barrage deux couches ont été contrôlées.
Les résultats respectifs sont :
• Couche 1 :(𝛾d) 1= 18,35 KN /m3, w = 17,5)
• Couche 2 :( 𝛾d) 2 =15 KN / m3, w = 19, 23)

1. Ces résultats sont –ils acceptables ? Justifiez vos réponses

2. Si non, Quelles solutions sont adoptées, d’après vous, pour


remédier à ces deux situations.

98
Exercice N°02 :
Deux échantillons 1 et 2 du même sol (sable limoneux) ont été compactés
au même poids volumique sec  d  19.6KN / m 3 mais à des teneurs en eau
respectives 1  4% et 2  12% . Le poids volumique des particules
solides est  s  27 KN / m 3 .
1. Porter sur un graphique  d ,   la courbe de saturation du sol et les
points correspondant aux échantillons compactés 1 et 2.

2. Déterminer pour chacun deux le degré de saturation S r et le poids


volumique  .

3. L’échantillon 1 1  4% est amené à saturation sans changement


de son volume, qui est de 243cm3. Déterminer le volume d’eau
nécessaire.

Exercice N°03 :

Dans le but de définir les conditions de compactage d’une argile sableuse


pour un chantier de remblai routier, des essais Proctor Normal ont été
réalisés et ont permis de dresser la courbe  d en fonction de w .

99
1- Quelle serait la teneur en eau optimale de compactage à adopter ?

2- Le matériau a un poids volumique   18.7 KN / m , et un poids


3

volumique sec  d  17 KN / m . Déterminer le volume d’eau à


3

ajouter par mètre cube de matériau pour être à l’Optimum Proctor


Normal.

Exercice N°04:

L'essai Proctor modifié a donné pour une grave argileuse les résultats
suivants :

 (%) 3,00 4,45 5,85 6,95 8,05 9,46 9,9

γd /γw 1,94 2,01 2,06 2,09 2,08 2,06 2,05

1. Construire la courbe de compactage Proctor et déterminer les


caractéristiques de l'optimum.

2. Calculer le degré de saturation correspondant à l'optimum Proctor.


On prendra γs/γw =2,65.

3. Calculer le pourcentage d'air a que contient un sol de porosité n et


de degré de saturation Sr. Dans le plan de Proctor, trouver
l'équation des courbes lieu des points représentatifs des états du sol
ayant le même pourcentage d'air. En déduire l'équation de la courbe
de saturation. Caractériser cette courbe.

100
Exercice N°05 :

On a demandé à un inspecteur de chantier d’effectuer un contrôle de


compactage d’un remblai mis en place. La courbe de compactage du sol au
laboratoire est représentée sur la figure ci-dessous, le devis exige que la
densité sèche du matériau mis en place corresponde au moins à 95% de la
valeur de référence et que la teneur en eau ait un écart maximal de plus au
moins de 2% par rapport à l’optimum. Dans un essai au cône de sable le
volume de sol excavé était de 1153cm3, la masse totale de sol 2209g et la
masse de sol obtenue après séchage est de 1879g.

1- Quelle est la densité sèche et la teneur en eau du matériau mis en


place ?

2- Quelle est la compacité relative ?

3- Les résultats de l’essai sont-ils conformes aux exigences du devis ?

101
Exercice N°06 :

Un remblai de remplissage proposé nécessite 3500m3 de sol compacté.


L’indice des vides du remblai compacté est exigé d’être 0.65. Quatre terrains
d'emprunt sont disponibles, comme décrit dans le tableau ci-dessous, qui
représente les indices des vides des sols et le coût par mètre cube de sol
déplacé vers le site de construction proposé. Effectuer les calculs
nécessaires pour sélectionner le site d’emprunt qui représente le coût le
moins cher. Supposons que Gs soit la même pour tous les sols.

Terrains d’emprunt A B C D
Indice des vides 0.85 1.2 0.95 0.75
Coût (Da/m3) 900 600 700 1000

Les résultats d’un essai de compactage Proctor modifié d’un remblai destiné
à soutenir un pont routier sont représentés dans le tableau1. Utilisant ces
données :

1. Tracer la courbe de compactage de ce matériau ;

2. Estimer la masse volumique sec maximale  d max et la teneur en eau


optimale ;

3. Calculer le degré de saturation Sr à  d max ;

4. Tracer la ligne de saturation (Sr=100%) de la courbe de compactage


(en utilisant 3 points).

102
Exercice N°07 :

I. Les résultats d’un essai de compactage Proctor modifié d’un remblai


destiné à soutenir un pont routier sont représentés dans le tableau1.
Utilisant ces données :

1. Tracer la courbe de compactage de ce matériau ;

2. Estimer la masse volumique sec maximale  d max et la teneur en eau


optimale ;

3. Calculer le degré de saturation Sr à  d max ;

4. Tracer la ligne de saturation (Sr=100%) de la courbe de compactage


(en utilisant 3 points).
Tableau1 : Essai Proctor modifié (volume de moule 0.944
0.944  10 3 m 3 )
Echantillon Masse du sol humide Masse du sol sec (g)
(g)
1 1753.1 1550.0
2 1843.3 1605.7
3 1925.7 1650.1
4 1952.3 1637.8
5 1909.9 1578.4

II. Le pont faudra 72000m3 de remblai compacté (en utilisant


 d   d max et   opt de la partie 1 de l’exercice). Au banc
d’emprunt du sol a un indice des vides e=0.8 er Sr=75%

103
1. Si le foisonnement pendant l’excavation provoque une
augmentation de 10% du volume total, combien de camions
(voyages) de 6m3 sont nécessaire pour transporter le matériau
au site ?

2. Quelle quantité d’eau doit être soustraite où ajouter au matériau


avant compactage ?

Exercice N°8 :

Les résultats suivant ont été obtenu à partir d’un essai Proctor Standard :

Masse (g) 2010 2092 2114 2100 2055

Teneur en 12.8 14.5 15.6 16.8 19.2


eau (%)

La densité des grains solides Gs est de 2,67.

1. Tracer la courbe de la densité sèche et déterminer la teneur en eau


optimale ainsi que la densité sèche maximale correspondante.

2. Tracer aussi la courbe de saturation (0% d’air), celles à 5% et 10%


de teneur en air et donner la valeur de la teneur en air
correspondante à la densité sèche maximale.

NB : Le volume du moule est de 1000cm3.

104
Cours N°III : Fluides
interstitiels
Module 1 : Perméabilité Des Sols
Module 2 : Lois D'écoulement Dans Un Milieu
Poreux Saturé
Module 3 : Résolution Des Ecoulements
Permanents Plans
Module 4 : Ecoulement A Travers Les Barrages
En Remblais
Module 5 : Ecoulement De Révolution A Trois
Dimensions
Module 6 : Succion Et Capillarite Dans Les Sols
Module 7 : Action De L’eau Interstitielle Sur
Les Milieux Poreux
Module 8 : Phénomène de Consolidation
6 PERMEABILITE DES
SOLS

I- INTRODUCTION

Les sols, qui sont des milieux dont la structure est complexe, sont souvent
considérés comme des espaces poreux à travers lesquels l'eau peut circuler.
Dans les problèmes pratiques, on est toujours amené à estimer le débit de
percolation, que le sol soit naturel ou compacté.

Aussi, si les conditions aux limites hydrauliques restent constantes, un état


d’écoulement permanent se développe et la pression interstitielle en un
point donné reste inchangé dans le temps. Pour s’assurer de stabilité du
massif de sol, il est indispensable de connaître la variation des pressions
interstitielles si les conditions hydrauliques arrivent à changer. De plus, ces
eaux d'infiltration peuvent entraîner les grains du sol à l'intérieur ou sur les
limites géométriques du massif, menant l'ensemble à la ruine.

Pour mener à bien notre étude, nous sommes contraints de parler des
hypothèses d’homogénéité et d'isotropie. On dira d'un milieu qu'il est
homogène s'il présente dans une direction donnée la même résistance à un

106
écoulement de filtration. Si cette résistance est la même quelle que soit la
direction, on dira qu'il est isotrope. On remarquera que les sols sont plus
ou moins homogènes dans le plan horizontal et présentent une résistance
plus élevée et qui évolue avec la profondeur. Cette propriété s’explique par
le processus de formation des sols. Il faut aussi être prudent dans
l'utilisation de la notion de porosité pour caractériser un milieu poreux. En
effet la porosité est la plus utilisée en pratique est celle dite porosité globale
et qui est définie comme le rapport du volume des vides accessibles à l'air
et à l'eau sur le volume total. La porosité qu'il faudrait utiliser est celle dite
porosité effective et qui correspond au rapport des vides accessibles à l'eau
rapporté au volume total. Cette définition concerne surtout les sols argileux
où un certain volume des vides est occupé par de l’eau adsorbée. Ce type
d'eau ne s'écoule pas sous l'effet d'un gradient hydraulique et ne s’élimine
pas à 100°C.

II- EXPERIENCE DU PE RMEAMETRE

A la base de la théorie des écoulements d'infiltration, une expérience simple


réalisée par Darcy en 1856. Un échantillon de sol (2) est placé à l'intérieur
d'un tube. Ce dernier est relié par ses deux extrémités à deux réservoirs. Le
liquide filtrant s'écoule du réservoir supérieur (1) au réservoir inférieur (3) à
travers l'échantillon, le liquide remonte aussi dans les tubes manométriques
(4) à des niveaux décroissants dans le sens de l'écoulement. Ces niveaux
s'alignent pratiquement sur une droite reliant les hauteurs des deux
réservoirs.

107
Si le sol utilisé est du sable fin, l'expérience montre que le débit est
proportionnel à la pente de cette droite, à condition que celle-ci ne soit pas
trop forte.

On peut écrire pour le débit:

h1 - h 2
Q = a.
l

Où a est une constante, l la longueur de l’échantillon et h1 et h2 sont les


hauteurs de l’eau dans les deux réservoirs par rapport à un plan de référence
quelconque.

Figure 6.1 : Schéma du perméamètre.

L'inclinaison ou la forme de la section du tube ne change en rien la relation


ci-dessous.

Si l'expérience est répétée avec le même matériau mais avec des sections
différentes, les débits correspondants à une même pente de la droite des
niveaux piézométriques sont proportionnels à la section S de l’échantillon.
On peut écrire:

108
Q  bS Où b est une constante.

En constatant que le débit est aussi proportionnel à une constante


caractérisant le sol, Darcy a proposé la formule empirique suivante qui porte
le nom de loi de Darcy:
Q h -h
k 1 2
S l

III- NOTION DE CHARGE HYDRAULIQUE

La hauteur du liquide dans les tubes piézométriques, dite aussi charge


hydraulique, correspond à l'énergie totale par unité de masse de fluide. Elle
est donnée par la formule suivante de Bernoulli:

v2 u
H  z
2g  w

Où z est la côte du point considéré par rapport à un plan de référence, w


le poids volumique de l'eau, g l’accélération de la pesanteur, v la vitesse
apparente de filtration et u la pression du fluide. Cette pression est mesurée
relativement à la pression atmosphérique. Dans le cas où le fluide serait
parfait, c'est à dire sans viscosité, pesant et incompressible, la quantité H
reste constante.

Les vitesses de filtration réelles étant généralement faibles, le terme de


l'énergie cinétique est négligeable. La charge hydraulique s'écrit donc:

u
H z
w

109
Par ailleurs, la viscosité du fluide induit une dissipation interne de l'énergie.
Ceci se traduit dans l'expérience du perméamètre par la décroissance de la
hauteur du niveau de l'eau dans les tubes piézométriques dans le sens de
l’écoulement: Elle est dite perte de charge.

La pente de cette droite n'est autre que le gradient de la charge hydraulique


i. C’est un paramètre sans dimension, il caractérise la perte de charge par
rapport à la longueur parcourue du milieu poreux. Il s’écrit :

h1  h 2 H dh
i  
l l dl

N.B: Une vitesse de 1 cm/s correspond à un écoulement souterrain rapide;


or le terme v2/2g est égal à 5m.

IV- NOTION DE VITESSE REELLE ET VITESSE


APPARENTE

Le terme Q/S de la relation de Darcy est le débit par unité de l'aire du


perméamètre. Il a la dimension d'une vitesse: c'est la vitesse de filtration ou
la vitesse apparente qu'il faut distinguer de la vitesse réelle des molécules
d'eau. En effet, soit l'échantillon de sol dont la section totale est St, la vitesse
apparente utilisée dans les formules suppose que l'eau ne rencontre pas les
grains solides dans son écoulement. Imaginons qu'on puisse regrouper les
grains solides à part et le volume des vides à part. Ceci nous donnera un
tube dont une partie de la section est pleine et l’autre est complètement
vide. La vitesse de l’écoulement utilisée dans la relation de Darcy s’écrit en
fonction du débit et de la section totale sous la forme suivante:

110
Q
v
St

Or l’écoulement ne s’effectue qu’à travers les vides, c’est à dire:

Q
V=
Sv

Or :

Vv L.Sv
n   Sv  n.St
Vt L.St

De ces relations précédentes, on déduit:

v
V=
n

Il ne faut pas oublier que ces deux vitesses sont des vitesses moyennes:

▪ Pour la vitesse apparente v, il est fait abstraction des particules


solides.

▪ Pour la vitesse réelle V, il est fait abstraction du trajet parcouru.

111
Figure 6.2: Vitesse réelle et vitesse fictive. (a): Coupe longitudinale. (b):
Coupe transversale.

V- INTERPRETATION DE LA LOI DE DARCY

La loi de Darcy est une loi de perte de charge des écoulements dans les
milieux poreux saturés. Elle peut être écrite sous la forme suivante:

v  k. i

Le facteur k, qui a la dimension d'une vitesse, correspond à la vitesse de


filtration qui résulterait de l'imposition d'un gradient hydraulique unité.
C'est la perméabilité relative (ou cinématique) d'un milieu poreux par
rapport au liquide filtrant.

Le signe (-) qui est introduit dans la relation de Darcy exprime le fait que
l’écoulement s’effectue dans le sens des charges hydrauliques décroissantes.

112
VI- PERMEABILITE REL ATIVE ET PERMEABILIT E
INTRINSEQUE

1. LOI DE NEWTON

Si l’on considère un volume élémentaire abcd d’un fluide visqueux en


mouvement uniforme (Voir figure 6.3 ), on voit qu’il doit se déformer sous
l’effet de la différence de vitesse. Au bout d’un temps unité, ce volume aura
la forme abc’d’.

y
d F c c‘ v+dv

d‘

 v

a b
x
F Figure 6.3 : Schématisation d’un écoulement uniforme

La vitesse angulaire de déformation sera :

d dv
 tg 
dt dy

L’expérience montre que les forces de frottement visqueux, qui tendent à


s’opposer à la déformation du parallélépipède, sont proportionnelles à cette
vitesse de déformation :

113
dv
F  ds
dy

Dans cette formule, due à Newton, ds est l’élément de surface


perpendiculaire au plan de la figure sur lequel agit F et  est la viscosité
dynamique du fluide.
2. ANALOGIE DU TUBE DE POISEUILLE

L'écoulement dans les sols s'effectue à travers les canaux laissés entre les
grains. On peut penser assimiler ces canaux à des tubes très fins tel que les
tubes capillaires de Poiseuille.

Si, l’on considère l’écoulement dans un tube capillaire de section circulaire


(figure6.4), les forces agissant sur un petit volume élémentaire doivent
s’équilibrer.

F+d
u
u+d
dr
d
F R
z
r

ds

114
Figure 6.4: Forces agissant sur un volume élémentaire dans un tube
capillaire

La projection de ces forces sur l’axe du tube donne :

du d ( F . r. d . ds)
ds. r. d . dr  dr   w sin  . r. d . dr. ds  0
ds dr

Le premier terme de cette équation représente la résultante des forces de


pression, le second la force de frottement et le troisième celle de la
pesanteur. Les forces d’inertie sont nulles puisque l’écoulement est
uniforme.

En utilisant les relations suivantes :

dv dz
F  et sin   
dy ds

L’équation précédente devient :

dv
d (u   w z ) d (r )
r  dr  0
ds dr

En introduisant le gradient hydraulique :

d (u   w z )
i
ds

On obtient :

115
dv
 w 1 d ( r dr )
 0
 r dr

Deux intégrations successives donnent :

w 2
v= ir  C1 ln r  C2  0
4

La constante C1=0, car la vitesse ne saurait être infinie dans l’axe du tube
(r=0).

La vitesse sur la paroi du tube est nulle (le liquide adhère sans glisser). Cette
condition physique permet de déterminer la constante C2. Finalement, on
obtient :

 w.
v . i( R 2  r 2 )
8

Si l’on considère une répartition parabolique des vitesses, le débit véhiculé


par le tube sera :
R
 w. 4
Q   2rvdr   .R
0
8

C’est la relation de Poiseuille. En introduisant la vitesse moyenne


Q
V , elle peut être écrite sous la forme suivante :
R 2

 w.R2 g R2
V .i   i
8  8

116
Où v, R, w, , et i sont respectivement la vitesse moyenne de
l'écoulement, le rayon du tube, le poids volumique de l’eau, la viscosité
dynamique de l’eau, la viscosité cinématique de l’eau et le gradient
hydraulique de l’écoulement.
3. FORMULATION THEORIQUE DE LA LOI DE
PERMEABILITE

Par définition, le rayon hydraulique RH est le rapport de la surface de la


section au périmètre mouillé ou encore le rapport du volume à la surface
latérale. Dans le cas d’un cylindre, il est égal à :
R
RH 
2
La vitesse moyenne, dans le cas d’un tube capillaire, sera :
1  w.R H2
V .i
2 
Dans le cas d’un sol, le rayon hydraulique moyen des conduits élémentaires
est égal au rapport des vides à la surface latérale des grains ; il est égal à :
e
RH 
s S

Ou, S est la surface spécifique et s est la masse volumique des grains


solides.

Par définition, la surface spécifique est égale au rapport de la surface latérale


des grains au volume de ces mêmes grains. Si les grains étaient tous
sphériques et avaient le même diamètre d, le terme 1/s2 est proportionnel à
d2.

117
La vitesse de décharge (moyenne) s’écrit alors :
1  w e2
V .i
2  s2 S 2
e
Comme la vitesse effective est donnée par v = nV = V . Pour un tube
1+ e
capillaire, elle s’écrira sous la forme suivante :

1 w 1 e3
v .i
2  s2 S 2 1  e

Dans le cas d’un sol, elle s’écrit :

 w 1 e3
v  C f .i
 s2 S 2 1  e

Ou Cf est un coefficient de forme.

Partant de la loi de Darcy, la perméabilité sera alors :

 w 1 e3 w 1 n3
k  C f .  C f .
 s2 S 2 1  e  s2 S 2 (1  n ) 2

Il s’écrit souvent sous la forme :

w
k K

Ou K est un coefficient qui dépend seulement du milieu poreux et


indépendant du liquide. Sa dimension est celle d’une surface. Il est appelé
coefficient de perméabilité intrinsèque (ou géométrique).

118
4. MODELES DE PERMEABILITE :

Partant du modèle de perméabilité théorique, on peut dire que la


perméabilité dépend du fluide, du matériau et de la forme des grains.

Pour les sols, des formules empiriques ou semi-empiriques sont proposées :

▪ - Modèle de Kozeny-Carman:

C0 e3 1  w
k= 2
CT 1  e S 2 

Où C0 est un coefficient de forme des pores, il vaut 0,5 pour le cercle; 0,56
pour le carré et 0,59 pour le triangle équilatère.

CT dépend de la tortuosité des canaux interstitiels. Il est difficile à évaluer;


il vaut 1,4 pour un empilement de grains.

▪ - Modèle de Hazen (1895) : Ce modèle est principalement utilisé


pour les sables à granulométrie trop serrée (Cu < 2). Ces derniers
auront donc, une tendance homogène.

k = C.d102 (en m/s)

Où d10 est le diamètre efficace (en mm), C dépend de la granulométrie du


sol et varie entre 0,01 et 0,015.

▪ - Modèle de Casagrande:

k = 1,4 K 0,85 .e2

Où K0,85 est la perméabilité du sol quand son indice des vides vaut 0,85.

119
A noter que pour tous ces modèles (sauf pour celui de Hazen), la
perméabilité est donnée en cm/s quand d10 est en cm et  en poises.

On pourra remarquer que les modèles ne sont que des formulations


simplifiées de la loi théorique.

En conclusion, les paramètres influant sur la perméabilité sont :

▪ La viscosité et la densité du fluide ;

▪ La forme des conduits caractérisés par la granulométrie et


l’assemblage du matériau, ainsi que de la forme et de la taille des
grains ;

▪ Les paramètres de l’état initial ; Ce sont principalement la teneur


en eau de mise en place et la densité sèche initiale ;

▪ La pression interstitielle ; Le sol étant non saturé initialement, les


bulles d’air se trouvent piégées dans les pores et c’est la pression
interstitielle qui les écrase, augmentant ainsi la perméabilité ;

▪ Et enfin, la turbulence de l’écoulement.

VII- VALIDITE DE LA L OI DE DARCY

Par analogie avec l'écoulement de l'eau dans les conduites, on peut définir
un nombre de Reynolds qui serait donc égal à:
v. d
Re 
 / w

120
Où v, d, h et w sont respectivement la vitesse apparente de l'écoulement,
le diamètre moyen des pores laissés entre les grains, le coefficient de
viscosité dynamique et la masse volumique de l'eau.

Le nombre de Reynolds R est le rapport des forces d'inertie aux forces de


frottement dues surtout à la viscosité du liquide mais aussi à la finesse des
pores qui influe sur le régime d'écoulement en faisant passer l'écoulement
du laminaire au turbulent.

L'expérience a montré que l'écoulement de l'eau peut parfois ne pas suivre


la loi de Darcy. La linéarité observée entre la vitesse de l'écoulement et le
gradient hydraulique reste vraie dans un domaine limité caractérisé par des
bornes en nombre de Reynolds.

Figure 6.5: Domaine de validité de la loi de Darcy

Si en pratique, on adopte un domaine de validité de la loi de Darcy limité


par les nombre de Reynolds 1 et 10. Ceci ne correspond pas forcement à
un changement du régime de l'écoulement. L'expérience montre que la loi
de Darcy n'est plus linéaire au-delà d'un certain nombre de Reynolds alors
que l'écoulement était toujours laminaire. Il faut voir dans les nombres de
Reynolds, la limite de validité de la loi de Darcy sans se soucier du régime
de l'écoulement.

121
L'écart observé pour les valeurs élevées du nombre de Reynolds correspond
à une prépondérance des forces d'inertie par rapport aux forces de viscosité,
phénomène observé dans les milieux très perméables comme les graviers.
Pour les faibles valeurs du nombre de Reynolds, il y' a prépondérance des
forces de frottement dues principalement à la viscosité de l'eau, à la
tortuosité des canaux interstitiels laissés entre les grains et aux forces de
surfaces, propres aux sols argileux.

Ce qu'il faut retenir de ce paragraphe est que la loi de Darcy est une bonne
approximation de la loi de filtration de l'eau dans les sols poreux, car les
vitesses observées en pratique restent faibles et le nombre de Reynolds reste
souvent limité entre les valeurs 1 et 10. En plus de cela, l’hétérogénéité des
sols, le changement de température, etc... induisent des erreurs, qui si elles
sont calculées seront supérieures ou équivalentes aux erreurs introduites
par la loi de Darcy.

VIII- DETERMINATION DE LA PERMEABIL ITE AU


LABORATOIRE

1. PERMEAMETRE A CHARGE CONSTANTE

L'échantillon de sol à étudier est de forme cylindrique. Il a une section S et


une hauteur l. Il est placé dans un moule cylindrique. Pour que les grains du
sol ne puissent être transportés par le courant, deux pierres poreuses sont
placées aux extrémités de l'échantillon. Le tout est relié à un bac rempli
d'eau et donc la hauteur est maintenue constante. La perte de charge h est
mesurée à l'aide d'un manomètre placé entre les extrémités de l'échantillon.

122
Le volume V écoulé pendant le temps t est recueilli dans un récipient
gradué. Le coefficient de perméabilité k est obtenu en appliquant la loi de
Darcy.

Le débit de percolation est:


Q
q
t

La vitesse de l'écoulement peut être obtenue par:


q
v  k. i
S
En remplaçant le gradient hydraulique par son expression, on obtient :
Q h Q h
 k. k=
S.  t l S.  l  t

La précision avec laquelle on détermine k, est liée à la précision de


détermination du volume Q. Ce qui montre que ce type de perméamètre
est adapté pour les sols relativement perméables.

123
Figure 6.6: Perméamètre à charge constante.

2. PERMEAMETRE A CHARGE VARIABLE

Figure 6.7: Perméamètre à charge variable.

Dans ce cas aussi, l'échantillon est placé dans un moule cylindrique entre
deux pierres poreuses. L'eau s'écoule d'une hauteur h1 à une hauteur h2
pendant un temps t1. La quantité d'eau recueillie est notée Q.

En prenant les mêmes notations qu'auparavant, on peut écrire:


Q  adh  qdt

Avec a la section de la burette et q le débit d’infiltration.

On a:
q  vS   kiS

124
C'est à dire:
Q   kiSdt

En supposant que la loi de Darcy est applicable pour des intervalles de


temps dt., on peut écrire:
h2 t
h dh S
-a. dh = k.S. . dt  - a   k.  dt
l h1
h 0
l

C'est à dire finalement:


a l  h1 
k= ln 
S t  h2 

La précision, avec laquelle est déterminé le coefficient k, est liée à la


précision des mesures des hauteurs h1 et h2 et du temps t. Ce qui fait que
ce type de perméamètre est adapté pour les sols fins peu perméables.

IX- PRECAUTIONS A PRENDRE LORS DE LA


MESURE DE K

Pour que le coefficient de perméabilité soit mesuré correctement au


laboratoire, il faut prendre un certain nombre de précautions. En effet, il
faut veiller premièrement à ce que l'échantillon soit bien saturé. Cette
opération dure quelques minutes pour les sols perméables mais peut durer
des heures pour les sols argileux. La circulation de l'eau le long des parois
du moule, le bouchage des pierres poreuses, etc....peuvent fausser la mesure.
Il faut ajouter à cela, la variation de la température qui peut agir sur la
viscosité de l'eau.

125
La valeur de la perméabilité est souvent donnée pour la température
normalisée de 20°C. En cas de variation de température, on utilise la
relation suivante:
t
k 20  k t
20

 étant la viscosité dynamique du liquide.

On a d’après Helmoltz:
0,0178
t 
1  0,0337t  0,00022t 2

La viscosité t est exprimée en C.G.S. et la température t en degré Celsius.

126
7 LOIS D'ECOULEMENT
DA N S U N M I L I E U P O R E U X
SATURE

I- GENERALISATION DE LA LOI DE DARCY

La loi de Darcy telle qu'elle a été formulée au départ est une relation
empirique entre le module du gradient hydraulique et le module de la vitesse
d’infiltration. La direction de l'écoulement ne jouait aucun rôle puisqu'elle
était unique. En pratique, les écoulements à deux ou trois dimensions sont
plus prépondérants et la généralisation de la loi de Darcy s'impose.

Considérons une surface élémentaire dS traversée par un débit dQ. Soit n
le vecteur normal à cette facette :

127
Figure 7.1: Elément tétraédrique.


La vitesse normale Vn à la section est donnée par:
 dQ
Vn 
dS

La vitesse Vn est positive si l'écoulement se fait dans la direction de la

normale n .

Si le liquide est incompressible, la somme des débits entrant à travers les


surfaces OAB, OAC et OCB, est égale au débit sortant par la section dS
(ABC).

En notant Vx, Vy et Vz les composantes du vecteur vitesse sur les axes x, y


et z. On peut écrire:
 
Vn dS  (Vx dydz  Vy dxdz  Vy dxdy )

128
dx, dy et dz sont respectivement les dimensions du tétraèdre formé par les
surfaces OCB, OBA et OCA suivant les axes x, y et z.

Rappelons par ailleurs les cosinus directeurs du vecteur normal n
respectivement sur les axes x, y et z:

1 dy.dz 1 dx.dz 1 dx.dy


  
2 dS 2 dS 2 dS

Il en résulte:

Vn  V x  V y  V y

Ou simplement :

Vn  Vn

De cette dernière relation, on déduit que toute surface contenant ou



parallèle au vecteur normal n n'est traversée par aucun débit. De telles
surfaces sont dites surfaces de courant et portent les lignes de courant.

Par analogie avec l'écoulement monodimensionnel, la charge hydraulique,


qui correspond à l'énergie totale par unité de poids du fluide, dépend de la
position de l'élément du fluide considéré. On peut donc écrire:

h  h ( x, y , z )

En supposant l’écoulement tridimensionnel, on peut concevoir que les


dérivées partielles de la fonction h(x,y,z) définissent les composantes du
vecteur gradient hydraulique, c’est à dire:

129
h h h
ix  iy  iz 
x y z

Ou simplement :
 
i  gradh

En appliquant la loi de Darcy à un sol homogène et isotrope, on obtient:

h h h
v x  -k. v y  -k. v z  -k.
x y z

C'est à dire:
  
v  k.gr adh  gr ad(kh)

Ceci revient à postuler de l'existence d'un potentiel des vitesses  qui s’écrit:

(x,y,z)= - k.h(x,y,z)

Les surfaces sur lesquelles cette fonction potentielle est constante sont dites
surfaces équipotentielles.

En remarquant que la vitesse de filtration est colinéaire mais de sens opposé


au gradient hydraulique, on conclue que les surfaces équipotentielles sont
normales aux surfaces de courant.

130
II- EQUATION DE CONTINUITE

Le principe de conservation de masse exprime le fait que, la masse d'eau M


contenue dans un domaine D donné reste constante dans le temps. C'est à
dire:

La masse contenue dans le domaine D s'écrit:

M   n. w .dV
D

Figure 7.2: Domaine D.

Avec n la porosité et  la masse volumique de l'eau.

Cette masse doit rester constante au cours du temps, c'est à dire:


dM
0
dt
En d'autre terme:

131
dM  
   (n.  w )  div(n.  w .v).dD  0
D t
dt  
ou:
 
(n.  )  div(n.  .v)  0
t w w

Sachant que la vitesse réelle v est reliée à la vitesse apparente v par:


V  nv
On peut réécrire:
 
div(  w .V)   (n.  w )
t

Ecoulement permanent Ecoulement non permanent


 
Fluide incompressible div(v)  0 div(v)  0
Sol incompressible

Fluide compressible div(v)  0  
Sol incompressible div(  w .v)   n. w
t
Cette relation régit tout type d'écoulement permanent ou non avec
compressibilité ou non du liquide et/ou du sol. La compressibilité du
liquide est représentée par la variation de la masse volumique, celle du sol
est représentée par la variation de la porosité.

132
III- EQUATION DE LA CHARGE HYDRAULIQUE

Bien que l'inconnue du problème soit la détermination de la vitesse de


l'écoulement, on lui préfère généralement la charge hydraulique ; cette
dernière étant reliée à la vitesse par la loi de Darcy.

En supposant que le liquide et le solide sont incompressibles, le système


obtenu pour un tel problème s'écrit:

div(v)  0
 
v  gr ad(k.h)

Pour un écoulement permanent, ce système se réduit à:



div.gr ad(k.h)  0

Le milieu étant homogène et isotrope, cette dernière équation se réduit à


l'équation suivante, dite équation de Laplace :
 2h  2h  2h
  0
x 2 y 2 z 2

Notée symboliquement  h = 0, avec  l’opérateur Laplacien.

On déduit que le potentiel des vitesses (x,y,z) et la fonction charge


hydraulique h(x,y,z) sont des fonctions harmoniques.

Pour un écoulement bidimensionnel, l'équation précédente se réduit à:

2 h 2 h 2 2
  0 ou  0
x 2 y 2 x 2 y 2

133
IV- ECOULEMENT A DEUX DIMENSIONS

1. GENERALITES

Les écoulements souterrains sont en général tridimensionnels, mais il existe


en pratique un certain nombre de problèmes qui peuvent être ramenés à un
écoulement plan. Ces derniers présentent plus de facilité en ce qui concerne
leurs résolutions. Un des trois plans n'est traversé par aucun débit. Il en
résulte que le potentiel des vitesses ou la charge hydraulique sont
indépendants de la direction normale à ce plan.

On peut donc écrire que  et h ne dépendent que de x et de y. C'est à dire:


 2  2
 0
x 2 y 2

ou
 2h  2h
 0
x 2 y 2

On en déduit que:
 h
vx    k.
x x
 h
vy    k.
y y

Par intégration, on obtient:

 (x,y) = - k.h(x,y) + c, c étant une constante d’intégration

134
2. EQUIPOTENTIELLES ET LIGNES DE COURANT

Le fait d'avoir postuler de l'existence du potentiel des vitesses et le fait que


ce potentiel soit harmonique entraînent l'existence d'une fonction
analytique complexe f(x,y) telle que:

f(x,y) = (x,y) + i. (x,y)

Où  (x,y) est une fonction harmonique conjuguée du potentiel (x,y). Les


variables x et y sont respectivement la partie réelle et la partie imaginaire de
la variable complexe z=x+i.y.

Une fonction est dite analytique, holomorphe ou régulière, si la dérivée


première existe dans un ouvert convexe de R.

Les courbes vérifiant (x,y) = constante sont appelées lignes


équipotentielles ou lignes d'égales charges.

La fonction  =  (x,y) est dite fonction de courant ou fonction


d'écoulement de laquelle dérivent les vitesses de filtration vx et vy.

Les fonctions (x,y) et  (x,y) vérifient les conditions de Cauchy-Reimann,


qui sont:

 
vx  
x y
 
vy  
y x

135
Les conditions de Cauchy-Reimann sont nécessaires pour que la fonction
complexe f soit régulière, et de là découle le fait que les fonctions  et 
soient harmoniques et conjuguées.

Deux fonctions u(x,y) et v(x,y) sont dites conjuguées, si en se donnant l'une


d'entre elles, on peut déterminer l'autre à une constante prés de telle manière
que la fonction complexe w(x,y)=u(x,y)+i.v(x,y) soit analytique.

Soient les différentielles suivantes:

   
d  .dx  .dy  0 et d  .dx  .dy  0 De ces
x y x y
relations, on peut déterminer la pente des tangentes en un point courant
des familles de courbes (x,y) et  (x,y). On a:

 
  x   x x  v y
dy v dy
et 
dx  vy dx  vx
y y

Le produit de ces pentes donne -1. Ceci montre que les familles de courbes
des équipotentielles et des lignes de courant forment un réseau de courbes
orthogonales. Les lignes de courant représentent la trajectoire des particules
de l'eau dans leurs mouvements en faisant abstraction des tortuosités dues
aux grains du sol.

Considérons un écoulement régit par une famille d'équipotentielles  et une


famille de courbes de courant  .

136
1+

1

Figure 7.3 : Lignes de courant et lignes équipotentielles.

Au point A, la vitesse en direction de s est vs. Les composantes de cette


vitesse sur les axes x et y sont:

v x  v s cos  v y  v s sin 

L'angle α est l'angle d'inclinaison entre la direction s de l'écoulement et l'axe


x.

Dérivons respectivement les deux fonctions  et  par rapport à s et à n


dans le système de coordonnées (x,y):

  x  y
 
s x s y s
  x  y
 
n x n y n

C’est à dire :

137

 v s . cos 2   v s . sin 2   v s
s

 v s . sin 2   v s . cos 2   v s
n
On obtient l'égalité suivante:

 

s  n
Cette dernière égalité montre que si, dans un plan (x,y), les lignes de courant
 et les lignes équipotentielles  sont tracées à des intervalles  et 
réguliers, elles forment des quadrilatères curvilignes semblables. On peut
écrire approximativement que:

 

s n
s est la distance entre deux lignes équipotentielles voisines mesurée le long
d'une ligne de courant, et n est la distance entre deux lignes de courant
voisines, mesurée le long d'une équipotentielle.

En choisissant  = , les quadrilatères formés deviennent des carrés


curvilignes.
3. DEBIT UNITAIRE

Considérons deux lignes de courant pour lesquelles les valeurs  sont


connues (Figure7.4). Le débit unitaire q est donné par:
2
q   (-v y . dx v x . dy )
1

138
Ce qui revient à écrire

 2    
q    dx  dy
1  x y 

On conclut donc que le débit unitaire entre deux lignes de courants est
constant et est donné par l'équation.

q   2  1  

2

1

Figure 7.4: Débit unitaire entre deux lignes de courant.

4. CALCUL DU DEBIT FILTRANT TOTAL

Dans un réseau d'écoulement, deux lignes de courant successives limitent


un tube de courant. Dans ce dernier, transite le débit donné par:

q   2   1  

Si Nf est le nombre de tube de courant, le débit total sera:

Q= Nf . q

Or sachant que:

139
    k.h

k et h sont respectivement la perméabilité et la perte de charge entre deux


équipotentielles successives.

Connaissant la perte de charge totale hT et le nombre d’intervalles Nq entre


ces équipotentielles. On a le débit total filtrant:

Nf
Q  k. h T .
Nq

5. CALCUL DE LA PRESSION INTERSTITIELLE

L'inconnue principale dans les problèmes d’écoulement est la pression


interstitielle. Elle peut être déterminée à partir de la relation de Bernoulli.
Celle-ci s'écrit:

u
h z
w

6. ECOULEMENT A TRAVERS LES SOLS ANISOTROPES

Les équations et les résultats écrits précédemment l'ont été pour des sols
homogènes et isotropes. Ce qui n'est pas le cas de tous les sols où souvent
la perméabilité verticale est supérieure à la perméabilité horizontale. On
admettra en pratique que les sols sont homogènes mais anisotropes. Ceci
s'explique un peu par le processus de formation des sols.

Le tenseur de perméabilité dans le repère principale peut être écrit sous la


forme:

140
k x 0
k  
0 k y 

N.B: En réalité, la perméabilité telle qu'elle est utilisée n'est pas une
grandeur tensorielle puisqu'elle dépend du liquide filtrant. Mais puisque ce
liquide est souvent de l'eau, on admet cet abus.

La loi de Darcy généralisée pour un milieu anisotrope s'écrit:


 
v  grad ( k. h)

C'est à dire:

h h
v x  -k x . v y  -k y .
x y

L'équation qui régit l'écoulement s'écrit donc:

 2h  2h
kx  ky 2  0
x 2 y

On constate que ce n'est plus une équation de Laplace et on ne peut plus


prétendre à l'existence du potentiel des vitesses. On contourne cette
difficulté en procédant au changement de variable suivant:

ky
X  x. et Y  y
kx

Ce changement de variables nous conduit aux équations suivantes:

141
 2 h  X   2 h  2h  2h
2

  et 
x 2  x  X 2 y 2 Y 2

Ces relations donnent l'équation suivante qui régit l'écoulement dans un


milieu anisotrope:

ky  2h  2h
kx.  k . 0
k x X 2 Y 2
y

C'est à dire:

 2h  2h
 0
X 2 Y 2
Cette dernière équation est une équation de Laplace. Sa résolution ne pose
plus de problème. Le réseau obtenu est relatif à un milieu fictif dont la
perméabilité est donnée ci-après :

h h X k y h h
v x  -grad(k x .h )  k x .  k x . .  k x .   k x .k y
x X x k x X X

C'est à dire:

k '  k x .k y

L'obtention du réseau réel s'effectuera en appliquant la transformation


inverse. En pratique, il suffit d'allonger ou de raccourcir le réseau obtenu
kx
dans le sens horizontal selon le rapport
ky

142
Cette méthode de calcul est applicable si le sol est anisotrope. En pratique,
les sols se présentent en couches superposées de perméabilités différentes.
On peut, dans ce cas, chercher une perméabilité horizontale équivalente et
une perméabilité verticale équivalente et appliquer cette proposition. Les
résultats seront valables uniquement pour le débit, pour le reste, c’est plus
compliqué.
7. ECOULEMENT DANS LES SOLS STRATIFIES

On peut approcher le comportement d’un sol stratifié par un sol anisotrope.


Les perméabilités équivalentes horizontale et verticale se calculent de la
manière suivante :

Soit le cas de figure ci-dessous :

Figure 7.5: Ecoulement à travers un sol stratifié.

Pour un écoulement unidirectionnel horizontal, la vitesse dans chaque


tranche est donnée par la loi de Darcy:

v1  -k 1 . i v 2  -k 2 . i v n  -k n . i

Le gradient hydraulique, étant le même à la traversée de chaque couche, le


débit qui traverse une section de largeur unité est donné par:

q = v(H1  H 2 ... H n )  v1 . H1  v 2 . H 2 ... v n . H n

143
q = (H1  H 2 ... H n ). k x .i  ( k 1 . H1  k 2 . H 2 ... k n . H n ). i

Le coefficient de perméabilité kx s'écrit:

k .H  k 2 .H 2  ...  k n .H n  k .H i i
kx = 1 1  i

H 1  H 2  ...  H n H i
i

Si l'écoulement est dans le sens vertical, le principe de continuité exige que


la vitesse de décharge soit la même à la traversée des différentes couches,
c’est à dire:

v  k1 .i1  k 2 .i 2  ...  k n .i n

Le gradient hydraulique s'écrit:

h h  h2  ...  hn
i=  1
H H 1  H 2  ...  H n

Où h1, h2,..., hn sont les pertes de charges respectivement dans les couches
1, 2,...,n.

En écrivant:

h1  h2  ...  hn h h h
v  -k y .i = -k y .  -k 1 . 1  -k 2 . 2  ...  -k n . n
H 1  H 2  ...  H n H1 H2 Hn

c'est à dire:

144
h h h H H
 1  ...  n   i
H H1 Hn ky i ki
ky k1 kn

Finalement, on aboutit à la relation suivante de ky:

H
ky 
H
i k i
i

145
8 RESOLUTION DES
ECOULEMENTS
PERMANENTS PLANS

I- METHODE ANALYTIQUE

Cette méthode repose sur le fait que les équipotentielles et les lignes de
courant peuvent être définies à partir du potentiel complexe. En prenant en
compte les conditions aux limites correspondantes à l'écoulement et en
utilisant la théorie des transformations conformes, on arrive à établir des
relations mathématiques donnant le potentiel des vitesses et les lignes de
courant. Ainsi, les conditions aux limites courantes sont:

• Surfaces -imperméables : Les surfaces imperméables sont


souvent des terrains rocheux imperméables ou des parois étanches tel
que les corps des barrages en béton ou des palplanches. Cette condition
traduit le fait qu'aucun débit ne traverse la surface de ces parois. La
composante de la vitesse de l'écoulement par rapport à la normale à ces
plans est nulle. C'est à dire:
 h h
v.n = v n  -k.  0  0
n n

146
Cette relation veut dire que les équipotentielles et les surfaces
imperméables se coupent perpendiculairement. Une telle condition à la
limite est dite condition de Newmann et un tel problème est dit
problème de Newmann.

Le problème de Newmann consiste en la recherche de la solution d'une


fonction vérifiant l'équation de Laplace et dont la dérivée normale prend
des valeurs données sur la frontière.

• Surfaces libres : L'écoulement est en contact de surfaces d'eau


dont le niveau piézométrique reste constant dans le temps. Cette
condition se traduit par le fait que la charge hydraulique est constante.
Ces surfaces s'identifient avec des lignes équipotentielles où la charge
hydraulique reste constante. Une telle condition est dite condition de
Dirichlet et un tel problème est dit problème de Dirichlet.

Le problème de Dirichlet consiste en la recherche de la solution d'une


fonction vérifiant l'équation de Laplace et qui prend des valeurs
imposées sur la frontière.

L’avantage principal de cette méthode, par qui de nombreux problèmes


ont été résolus, est l’exactitude de la solution obtenue. Il reste qu’elle est
difficile à appliquer surtout si les conditions aux limites ou le contour du
problème deviennent complexes.

II- METHODES NUMERIQUES

Il existe principalement deux méthodes numériques utilisées pour la


résolution des problèmes d'infiltration de l'eau à travers les sols.

147
1. METHODE DES DIFFERENCES FINIES

Cette méthode consiste à discrétiser l'opérateur, qui est ici le laplacien, par
des approximations des dérivées premières et secondes par le
développement de Taylor. Cette méthode a l'avantage de la simplicité mais
a l'inconvénient d'être difficilement applicable si la géométrie du problème
est complexe.

Figure 8.1: Méthode des différences finies. (a): Nœud élémentaire. (b):
Discrétisation du domaine.

Soit une fonction f(x,y). L’approximation de la dérivée première par rapport


à x est donnée par les relations suivantes:
 f  f i, j  f i -1, j
  
 x  i , j x
 f  f i +1, j  f i, j
  
 x  i , j x
 f  f i +1, j  f i -1, j
  
 x  i , j 2x

La première relation est dite approximation à gauche, la seconde est dite


approximation à droite et la troisième est dite approximation centrée de la
dérivée. Cette appellation est relative aux points utilisés dans le calcul de la

148
dérivée. Il va de soi que c’est l’approximation centrée qui donne la valeur la
plus proche de la dérivée réelle de la fonction. Il n’empêche que parfois, on
est obligé d’utiliser les autres approximations.

Figure 8.2: Illustration des dérivées à gauche, centrée et à droite.

La dérivée seconde est approchée par la relation suivante:

 2 f  f - 2f i, j + f i-1, j
   i +1, j
 x x 2
2
 i, j

On remplace par ces expressions discrètes les dérivées partielles dans


l’équation continue. On aboutit à un système d’équations dont les
inconnues sont les valeurs de la fonction recherchée aux nœuds. A l’aide
des conditions aux limites, on peut résoudre le système, qui peut être
linéaire ou non linéaire.

Nous avons donné les expressions des dérivées discrètes uniquement pour
la variable x, le même calcul s’applique pour la variable y.

149
2. II.2- METHODE DES ELEMENTS FINIS

Au lieu de discrétiser l'opérateur, cette méthode se base sur la discrétisation


de l'espace en un nombre fini de sous domaine dit élément, d'où le nom.
L'inconnue est recherchée en des points particuliers, dits les nœuds de ces
sous-domaines.

Cette méthode, qui s’est énormément développée, s'adapte très facilement


aux problèmes non linéaires et/ou anisotropes.

III- METHODE DE L'ANALOGIE ELECTRIQUE

Cette méthode repose sur l'analogie existante entre l'écoulement de l'eau à


travers les sols et l’écoulement de l'électricité dans une plaque métallique.
En effet, le potentiel électrique pour un écoulement permanent vérifie
l'équation de Laplace. Les correspondances entre les différentes variables
sont:
Ecoulement de l’eau Ecoulement de l’électricité
Charge hydraulique h Potentiel électrique V
Vitesse de l’écoulement v Densité de courant i
Perméabilité k Conductivité 1/r
Débit Q Intensité de courant I
Tableau 8.1: Tableau de correspondance des variables.

Le principe de la méthode de l’analogie électrique consiste à découper un


papier conducteur selon les formes géométriques du milieu dans lequel
s’effectue l’écoulement. La limite du papier correspond, soit à une surface
imperméable, soit à une distance à partir de laquelle l’écoulement n’est plus

150
influencé. Là où la charge est connue, on colle une électrode (de la peinture
argentée) et on applique la différence de potentiel voulue.

On promène un stylo muni d’une tête électrique sur le papier conducteur


pour noter les endroits où le potentiel garde une valeur constante: c’est les
équipotentielles. Pour obtenir les lignes de courant, on inverse les données
du problème. Les limites imperméables deviennent des équipotentielles et
vis vers ça. On arrive ainsi à tracer le réseau d’écoulement en complet.

Un tel procédé devient difficile à mettre en œuvre si le problème est


tridimensionnel ou si le milieu est constitué de plusieurs couches de sols de
perméabilités différentes.

Figure 8.3: Dispositif de la méthode de l’analogie électrique. (a): Problème à


traiter. (b): Schéma du dispositif.

IV- METHODE GRAPHIQU E

Cette méthode fait appel aux propriétés géométriques et aux conditions aux
limites que doivent satisfaire les réseaux d'infiltration. La solution graphique

151
se ramène à tracer un réseau de lignes orthogonales vérifiant les conditions
aux limites en s'inspirant de cas théoriques analogues. On doit savoir que
les diagonales d'un carré curviligne se coupent perpendiculairement et en
leurs milieux, et qu’il est possible d’inscrire un cercle dans un carré
curviligne.

Cette méthode n'est qu'approchée et la précision dépendra beaucoup de


l'habileté du dessinateur. Actuellement, cette méthode n’est utilisée que
dans un but pédagogique.

Figure 8.4: Réseau d'écoulement autour d’un rideau de palplanche.

152
9 ECOULEMENT A
T R AV E R S L E S B A R R A G E S
EN REMBLAIS

I- INTRODUCTION

Un barrage forme avec ces assises une barrière qui crée entre le plan d’eau
de la réserve et l’aval, une charge hydraulique. Dans le cas des barrages en
remblais, formés de matériaux plus ou moins perméables, s’asseyant bien
souvent sur des terrains également plus ou moins perméables, l’eau de la
retenue aura tendance à s’infiltrer dans le massif et dans les terrains d’assise
pour venir resurgir à l’aval. Ces infiltrations ne seront pas gênantes tant
qu’elles n’affecteront pas :

▪ La stabilité de l’ouvrage par les pressions et forces de filtration ;

▪ L’économie de l’ouvrage ; les fuites ne doivent pas dépasser une


valeur admissible par rapport au volume régularisé par la retenue.

Donc, pour que l’ouvrage puisse accomplir efficacement son rôle, l’objectif
de l’ingénieur est double, d’une part réduire les fuites à des valeurs
acceptables et d’autre part les contrôler.

153
Les cas de figure étudiés ci-après sont supposés être fondés sur un
substratum imperméable.

II- BARRAGE HOMOGENE SANS DRAIN

Prenons l'écoulement représenté sur la figure ci-dessous. Les limites


perméables submergées sont les parements AB et DE. Les conditions aux
limites sont:

• Les équipotentielles : Les limites AB et DE sont des


équipotentielles. En effet, pour un point appartenant à ces limites, la
fonction potentielle s'écrit:

 = - k.h + C, C est une constante.

Or, en ces points, la charge hydraulique est donnée par:

u
h= +z
w

Dans la relation précédente, z représente la côte du point considéré par


rapport à un plan de référence prédéterminé et u la pression interstitielle.
Cette dernière vaut respectivement pour le parement amont et le
parement aval:

u = w(H0 - z)

u = w(h0 - z)

154
La charge hydraulique sur les parements amont et aval vaut
respectivement:

u  ( H  z)
h= +z= w 0  z  H0
w w

u  ( h  z)
h= +z= w 0  z  h0
w w

Ce qui montre bien que les parements AB et DE sont des


équipotentielles puisque les charges hydrauliques y sont constantes.

Sur AB, l’équipotentielle s’écrit: =-k.H0+C

Alors que sur DE, elle s’écrirait : =-k.h0+C

Figure 9.1: Ecoulement à travers un barrage homogène sans drain.

• Surface de suintement : La surface de suintement CD n'est ni une


équipotentielle ni une ligne de courant. Le long de cette surface, la
pression interstitielle est égale à la pression atmosphérique. La charge
hydraulique est donc égale à la côte z. Ainsi, dans un réseau régulier où
 est constant, cette ligne rencontre les équipotentielles à des
intervalles réguliers égaux à z. En effet, on a:

155
 = - k. h = - k. z

Les conditions d'émergence dépendent de l'angle de la limite du domaine


d'écoulement avec le plan horizontal.

• Ligne de saturation : La surface libre BC est un degré de liberté


additionnel au problème car sa position n’est pas prédéterminée.
D'autres conditions sont nécessaires pour pouvoir tracer le réseau. Ces
conditions concernent :

• La pression interstitielle qui est nulle le long de cette surface.

• Comme pour la surface de suintement, on peut écrire:

 = - k. z

Comme c'est une surface libre, l'écoulement selon la normale à cette


surface est nul. C'est donc une ligne de courant et par conséquent la
fonction  est constante le long de cette ligne.

III- BARRAGE HOMOGENE AVEC DRAIN


HORIZONTAL

Soit l'écoulement de la figure ci-dessous:

156
Figure 9.2: Barrage en terre avec tapis drainant.

Les conditions aux limites sont:

• Les équipotentielles : Les lignes AB et CD sont des


équipotentielles. En effet, pour le parement AB, le calcul est analogue au
cas sans drain, c’est à dire que la charge hydraulique vaut H 0 et
l’équipotentielle correspondante vaut: =-k.H0 +C.

Pour la ligne CD, la pression ainsi que la côte sont nulles. Ce qui fait que
la charge hydraulique est nulle et l’équipotentielle correspondante
vaut =C.

• Les lignes de courant : Les lignes AD et BC sont des lignes de


courant. En effet, les particules d’eau ne peuvent que suivre dans leurs
parcours la limite imperméable ou la ligne de saturation. Sachant qu’elles
sont les lignes de courant extrêmes et qu’elles font transiter le débit Q,
on peut écrire:

▪ La valeur de la ligne AD:  = 0

▪ La valeur de la ligne BC:  = Q

Le tracé du réseau d'écoulement s'effectue par la méthode analytique


moyennant quelques approximations.

157
Prenons la fonction complexe f de la variable complexe r, avec:

f(r) =  + i.  et r = x + i.y

Considérons la fonction suivante:

r = f2

On a dans ce cas:

(x + i. y) = (  i. ) 2  ( 2   2 + 2.i.. )

C’est à dire:

x = 2  2
y = 2.i. .

Ces équations gouvernent la transformation des points entre les plans r et


f. En effet, considérons la transformation ponctuelle suivante:

= n, avec n=0,1,2,...,N

On a alors:

z

2.n

et

z2
x  n2
4. n 2

Cette équation représente une famille de paraboles.

158
Figure 9.3: Correspondance entre les plans r et f.

En considérant la transformation = m, avec m=0,1,2,...,M; on a:

z

2. m

et:

z2
x  m2 
4. m 2

Cette équation représente une famille de paraboles conjuguées aux


paraboles définies par les équations précédentes.

N.B: Une transformation est dite conforme si elle transforme des figures
en des figures semblables en respectant la grandeur et le sens des angles,
ceci bien sûr pour des éléments infiniment petits.

159
Une telle transformation peut être utilisée pour résoudre le problème des
infiltrations des eaux à travers les digues en terre. En effet, en utilisant la
transformation conforme suivante:

r = C.f 2

avec C une constante.

Ainsi, on a:
x = C.( 2   2 )
y  2. C..

Figure 9.4: Obtention de la ligne de saturation.

L'équation de la ligne d'écoulement corresponds à la surface libre. On a


donc:

 = Q , et  = -k.z

On peut ainsi écrire:

1
y = -2.C.k.y.Q  C = -
2.k.Q

et

160
x=-
1
2.k.Q

k 2 . y2 - Q2 

ou

1  Q k 2
x=  - .y 
2 k Q 

Cette dernière relation porte le nom de la parabole de base de Kozeny.


Quand :

Q
z = 0  x0 =
2.k

Q
x = 0  y0 = = 2.x 0
k

La parabole de Kozeny peut se réécrire sous la forme suivante:

y2
x = x0 -
4.x 0

La parabole peut être représentée si on connaît un point qui lui appartient.

N.B: La transformation conforme donne des paraboles pour les


équipotentielles ; or la ligne équipotentielle à l'amont du barrage est le talus:
c'est donc une droite. Casagrande, en procédant à des études par analogie
électrique, recommande que le point initial de la parabole peut être pris au
point G tel que:

GB = 0,3 EB

161
Figure 9.5: Parabole de Kozeny.

Les coordonnées du point G sont injectées dans l'équation de la parabole


pour déterminer x0. Ainsi la parabole peut être représentée. Une correction
est nécessaire pour joindre la parabole au point B, ceci est réalisé par la
jonction de ce point au point C par une courbe douce.

Si la surface DC n'est pas horizontale, une correction (KD) est introduite


(Voir figure 9.6). L'angle b définie la direction de la surface de décharge. La
correction proposée par Casagrande est donnée en fonction du rapport
(a/a; Voir figure).
b (°) 30 60 90 120 150 180
a/a 0,36 0,32 0,26 0,18 0,1 0

Figure 9.6: Correction de la parabole de Kozeny.

162
10 ECOULEMENT DE
R EVOLUTION A TROIS
DIMENSIONS

I- INTRODUCTION

L'écoulement de révolution à trois dimensions est rencontré dans les


problèmes de pompage en vue de l'alimentation en eau potable des
populations ou dans les problèmes de rabattement de nappe. Dans tout ce
qui suit, on admettra que le régime permanent s'établit rapidement, c'est à
dire que le débit pompé sera égal au débit d'alimentation.

II- THEORIE DE DUPUI T

1. EQUATION DE LA CHARGE HYDRAULIQUE

La théorie de Dupuit a été publiée en 1863, soit sept ans après la


formulation de la loi de Darcy. Pour résoudre ce problème, Dupuit a
formulé deux hypothèses:

• Les équipotentielles sont verticales, ce qui exige un écoulement


horizontal et radial.

163
• Le gradient hydraulique (dh/l), où l est l’abscisse curviligne le long
de la surface libre, est égal à la pente de cette dernière.

Soit l’écoulement de la figure suivante :

Figure 10.1: Ecoulement radial.

Prenons la direction x, le débit entrant est égal à la vitesse de l’écoulement


multiplié par la section traversée.

Au point x=0, on a:

h
v x0  -k.
x

Ainsi, on a:

h
Q 0  -k. h.dy
x

Le débit sortant à la distance x =x est obtenu par développement en série


de Taylor suivant:

164
h   h 
Q x  -k. h.dy + dx.  -k. h.dy ...
x x  x 

En prenant le coefficient de perméabilité k constant, on aboutit à:

dx.dy   h 2 
Q x  k.  
2 x  x 

Il en serait de même pour la direction y. On a:

dx.dy   h 2 
Q y  k.  
2 y  y 

En supposant qu’il n’y a pas de mouvement dans le sens vertical et pour un


écoulement permanent, on a:

dx.dy   h 2  dx.dy   h 2 
k.   + k.   =0
2 x  x  2 y  y 

C’est à dire:

 2 h2   2 h2 
 2  + 2  = 0
 x   y 

où symboliquement:

h 2 = 0

Partant des hypothèses de Dupuit, le laplacien est vérifié par le carré de la


charge hydraulique.

165
Dans le cas où la nappe serait alimentée à partir d’une rivière par exemple,
l’équation doit être ajustée. Si R est l’intensité de la recharge (de dimension
LT-1), la recharge de l’élément rectangulaire considéré est:

R.dx.dy.

L’équation de continuité pour l’écoulement en question sera:

dx.dy   2 h 2  2 h 2 
k.  +  + R.dx.dy = 0
2  x 2 y 2 

Ou simplement :

2
h 2 + .R = 0
k
2. SURFACE LIBRE DANS UN PUITS A ECOULEMENT
UNIDIRECTIONNEL

L’application de la théorie de Dupuit permet de retrouver l’équation de la


surface libre dans un puits à écoulement unidirectionnel comme le montre
la figure ci-dessous.

Figure 10.2: Ecoulement unidirectionnel à surface libre.

L’équation de la charge hydraulique se réduit à:

166
 2h 2
h 2 = =0
x 2

Par intégration, on aboutit à:

h 2 = a.x + b

Où a et b sont des constantes d’intégration. Elles sont déterminées à l’aide


des conditions aux limites.

Nous avons à x=0,

h 20 = b

Par différentiation, on a:

dh
2h. =a
dx

Par comparaison avec la relation de Darcy, on peut écrire:

dh dh Q
Q = -k.h.  h. = -
dx dx k

2Q
C’est à dire finalement: a = -
k

L’équation de la surface libre, dite aussi surface de Dupuit s’écrit donc pour
x=L et h=hL:

2Q
h2 = - . x  h 02
k

167
Les surfaces de suintement sont souvent négligées. On peut ainsi écrire:

Q=
k
2.L
h 02 - h 2L 

3. MERIDIENNE ET RABATTEMENT

Si l’écoulement est radial comme nous l’avons supposé et comme le montre


la figure ci-dessous, le débit vaut:

dy
Q = 2. .x.y.k.
dx

Avec 2xy, la surface du cylindre à travers lequel s’effectue l’écoulement.

Figure 10.3: Ecoulement radial avec puits de contrôle.

L’équation ci-dessus peut être transformée en:

dx
Q = 2. .k.y.dy
x

c’est à dire après intégration:

 .k.(h2 2 - h12 )
Q=
Ln r2 
 r1 

168
Avec comme bornes d’intégration:

x=r1 y=h 1

x=r 2 y=h 2

Ainsi, en négligeant la surface de suintement, on peut intégrer l’équation


entre le rayon du puits rw et le rayon d’action R, on obtient:

Q  R
h 20  h 2w  Ln 
.k  rw 

Avec ici comme bornes d’intégration le couple:

pour x=R, y=h0

pour x=rw, y=hw

La courbure étant faible, on peut linéariser cette expression par:

h 20  h 2w  ( h 0  h w )( h 0  h w )  2sh

avec:

s  h0  hw
h0  hw
h
2

Ce qui nous donne pour un rabattement s pour un rayon r:

Q x
s Ln
2. .k. h r

169
De même, en intégrant entre le rayon du puits et le point courant, on aboutit
à l’équation de la méridienne:

Q x
y 2  h 2w  Ln
.k rw

L’équation de la méridienne n’est qu’une approximation de la surface libre,


spécialement à côté des parois du puits. Certains auteurs avancent que pour
x>1,5h0, la méridienne réelle et la méridienne de Dupuit sont pratiquement
confondues.
4. RAYON D’ACTION

L’application des formules retrouvées ci-dessus pour des cas pratiques pose
des problèmes. En effet, les hypothèses adoptées sont difficilement
vérifiables. On élimine cette difficulté en introduisant la notion du rayon
d’action.

Le rayon d’action est défini comme la distance à partir de laquelle le


pompage cesse de se faire sentir. La détermination de ce rayon est difficile
et les résultats obtenus par les expérimentateurs sont relativement dispersés
pour qu’on puisse trouver un consensus.

Il semble toutefois que ce rayon d’action soit compris entre 100r et 300r.
On peut adopter la formule proposée par Sichardt:
R=3000(H-h)k

où H, h et k sont respectivement la hauteur de la nappe, la hauteur et la


perméabilité. Ils sont exprimés en unités S.I.

On peut utiliser le tableau suivant:

170
Type de sol d10(mm) R(m)
Gravier grossier 10 1500
Gravier moyen 10-2 1500-500
Gravier fin 2-1 500-400
Sable grossier 1-0,5 400-200
Sable moyen 0,5-0,25 200-100
Sable fin 0,25-0,1 100-50
Sable très fin 0,1-0,05 50-10
Tableau 10.1 : Rayon d’action en fonction du diamètre efficace du sol

5. ECOULEMENT VERS UN PUITS EN CHARGE

Soit un puits traversant complètement une nappe en charge d’épaisseur


constante e. Cette nappe est enfermée entre deux couches de sols
imperméables. Une fois le régime permanent établi, on peut considérer que
seule la partie de la nappe en charge est en écoulement. Ceci donne (voir
figure ci-dessous):

Figure 10.4: Ecoulement vers un puits en charge.

dh dx
Q = 2. .x.e.k. Q  2. .e.k.dh
dx dx

171
2. .e.k.(h 2  h 1 )
C’est à dire après intégration: Q =
r
Ln 2
r1

III- DETERMINATION I N SITU DE LA


PERMEABILITE

Les résultats issus de la théorie de Dupuit permettent de déterminer la


perméabilité in situ des sols. En effet, il suffit d’appliquer les formules de
l’écoulement de l’eau des nappes à surface libre ou des nappes en charge en
prenant soin des mesures du débit pompé ainsi que du niveau d’eau dans
les piézomètres de contrôle.

Pour un débit de pompage Q fixé, les courbes s=f(Ln(r)) présentent une


partie linéaire à partir de laquelle la perméabilité peut être déterminée.

En effet, on trace les valeurs de H2-h2 ou de H-h en fonction de Ln(r). Ces


derniers sont reliés par:
Q
• Pour une nappe libre: H 2  h 2   Ln( R)  Ln( r )
1,36k
Q
• Pour une nappe H  h   Ln( R)  Ln( r )
2,72 k. e
captive:

Ces courbes sont en grande partie des droites de pente:


Q
• Pour une nappe libre: a
1,36k
Q
• Pour une nappe libre: a
2,72 k. e

172
A partir des pentes des tronçons de droites, on peut déterminer les
coefficients de perméabilité et le rayon d’action. Ce dernier étant le point
de concours du tronçon de droite avec l’axe des Ln(r). Bien sûr, il faut
disposer d’un ou plusieurs piézomètres.

173
11 SUCCION ET
C A P I L L A R I T E DA N S L E S
SOLS

I- GENERALITES

On peut regarder l’infiltration dans les sols comme une conséquence


naturelle liée aux forces de gravités. On ne peut admettre que l’eau puisse
se déplacer vers le haut défiant ainsi les forces de gravité. Or, si l’on
introduit partiellement un bout de papier, ou un morceau de tissu, etc...,
dans l’eau, l’objet en question devient humide et ceci dans la partie située
au-dessus du niveau de l’eau. De la même manière, si l’on introduit
partiellement un tube capillaire, de très petit diamètre, dans l’eau, on
remarque que cette dernière monte dans le tube jusqu'à ce qu’elle atteigne
une certaine hauteur au-dessus de la surface libre. De manière simplifiée, le
même phénomène se produit quand une masse de sol fin est mise en
contact partiel avec l’eau.

Les forces qui font monter l’eau au-dessus de la surface libre, sont appelées
forces capillaires. La hauteur de la colonne d’eau (hauteur d’ascension) est
appelée hauteur ou charge capillaire.

174
Les enfants qui ont l'habitude de creuser des pièges ou de construire les
châteaux de sables à la plage savent que ces jeux ne sont possibles que
quand le sable est simplement humide. Si le sable est sec ou totalement
saturé, le jeu n'est plus possible: Le phénomène qui permet ces jeux est le
phénomène de capillarité.

La capillarité des sols et les forces induites proviennent de l’interaction entre


l’eau et les particules solides. La remontée de l’eau au-dessus de la surface
libre est attribuée à la combinaison de la tension superficielle et de la
tendance de l’eau à humidifier les particules solides.

En conséquence, la capillarité dans les sols fins fait monter une tranche
d’eau au-dessus du niveau de la surface libre augmentant ainsi la teneur en
eau dans cette zone. Cette augmentation de la teneur en eau peut être dans
certains cas un avantage et dans d’autres un inconvénient. A titre d’exemple,
les forces capillaires développent un accroissement de la contrainte
effective renforçant ainsi la stabilité en augmentant la résistance au
cisaillement de certains sols fins. Par contre, dans les régions froides, la
teneur en eau capillaire proche de la surface des chaussées, peut causer un
soulèvement durant la période de gel et ceci par la déformation produite
par les lentilles et les cristaux de glace.

II- RELATION ENTRE L A PRESSION, LA


COURBURE ET LA TENSI ON SUPERFICIELLE

Quand un ou plusieurs fluides non miscibles coexistent dans espace poreux,


il y' a des forces de tensions qui agissent sur l'interface liquide-liquide ou
liquide-air dues aux actions moléculaires. Cette tension, qui se traduit par

175
l’existence d'une véritable membrane tendue, induit une différence de
pression qui dépend de la courbure de cette membrane.

La différence de pression capillaire est gouvernée par la formule de


LAPLACE qui s'écrit:

1 1
Pc  T (  )
r1 r2
O2

O1
Figure 11.1: Membrane capillaire.

Où Pc est la différence de pression de part et d'autre de la membrane et T,


la tension superficielle dont l'unité est la pression par unité de longueur.
Cette dernière dépend et caractérise l'affinité qu'ont les deux fluides entre
eux à se raccorder. r1 et r2 sont les rayons de courbure principaux. On
utilisera dans la formule le signe (+) si les centres de courbures 01 et 02 sont
du même côté de la membrane. Sinon, on utilisera le signe (-).

Si r1 est égal à r2 , alors :

T T
Pc  2 4
r d

D’une manière générale, la formule ci-dessus se simplifie pour les sols pour
s'écrire:

176
T
Pc  C
d

Où C est un coefficient sans dimension qui tient compte de l'affinité du


liquide pour le milieu poreux et d, le diamètre des grains du milieu poreux.

Il existe des liquides qui tendent à minimiser leurs surfaces de contact avec
le solide : ce sont les liquides non mouillant. Les liquides mouillant, au
contraire, ont tendances à s'étendre au contact du solide (Figure 11.2).

Liquide mouillant liquide non mouillant


Figure 11.2: Membrane capillaire.

III- REMONTEE CAPILL AIRE - LOI DE JURIN

Soit un capillaire ouvert des deux bouts ; On enfonce un bout dans le


récipient d'eau. Celle-ci est tirée vers le haut par une force de tension
superficielle T, qui agit uniquement au contact de l'eau avec la paroi du tube.
La résultante s'écrit 2rT, avec r le rayon du tube (d=2r).

177

T T
d
hc

Figure 11.3 : Expérience de Jurin

L'eau s’arrêtera de monter quand le poids de la colonne d'eau est équilibré


par la tension capillaire. On a donc:

d 2
hc  w  dT cos 
4

Ce qui donne :

4T cos 
hc 
d w

Cette relation porte le nom de LOI DE JURIN. Elle exprime le fait que
l’ascension capillaire soit inversement proportionnelle au diamètre du
conduit.

Pour l’eau à 15°C, Il a été montré expérimentalement, que cette loi s’écrit :

0.31 cos 
hc  hc et d sont exprimés en cm.
d

178
IV- TUBE CAPILLAIRE DE RAYONS VARIABLES

Si l’on enfonce deux tubes identiques de section variable dans le récipient


d'eau. Quand c'est la section rétrécie qui se trouve au niveau de la surface
libre, l'eau qui remonte dans le tube d'une hauteur hmax s’arrête au niveau
d'une section rétrécie.

Quand c'est la section élargie qui se trouve au niveau de la surface libre,


l'eau qui remonte dans le tube d'une hauteur hmin s’arrête au niveau d'une
section élargie.

2r

2R

hcm
ax

hcmi
n

Figure 3.4 : tube capillaire de rayons différents

Ces hauteurs sont données par :

2T cos  2T cos 
hc max  et hc min 
r w R w

179
V- CAPILLARITE DANS LES SOLS

D’après les expériences précédentes, on peut déduire les deux remarques


suivantes:

• La hauteur de remonté est d'autant plus grande que le sol est fin.

• Cette hauteur n'est pas constante quand les grains de sol ne sont pas
uniformes.

La remonté capillaire étant très importante pour les sols fins, on considère
que ces derniers sont saturés au-dessus du niveau piézométrique. Pour les
sols grenus, la remonté étant faible, le sol n'est que partiellement saturé.

La hauteur d’ascension varie dans de très larges limites, avec la granularité


des sols et de leurs indices des vides. Des ordres de grandeurs sont donnés
dans le tableau 11.1.
Nature des sols Ordre de grandeur de hc
Sables 10 à 50 cm
Limons 5 à 20 m
Argiles Dépasse 100m
Tableau 11.1 : Ordres de grandeur de la hauteur d’ascension capillaire en
fonction de la nature des matériaux

On a sensiblement :

C
hc 
ed10

Où, hc et d10, sont en cm et C, une constante variant de 0.1 à 0.5cm2.

180
Le paramètre ed10, représente le diamètre moyen des canaux d’un sol ayant
un indice des vides e et formé de particules toutes identiques de taille d10.

VI- POTENTIEL CAPILL AIRE

La remontée capillaire varie d'un sol à un autre dans des proportions


considérables, elle est négligeable pour les graviers, de l'ordre de 10m pour
les sables fins et de l'ordre du Km pour les argiles. On adopte la variable
pF, dite potentiel capillaire, pour caractériser la capillarité des sols. Celle-ci
s'exprime comme le logarithme décimal de la hauteur de remonté hc:

pF = log hc

hc est exprimée en centimètre.

La valeur de pF décroît quand la saturation augmente. A la saturation totale,


pF est égal à moins l'infini.

VII- VITESSE DE REMO NTEE CAPILLAIRE

Un autre paramètre, plus rapide à déterminer, est utilisé pour caractériser le


phénomène de capillarité dans les sols: c'est la vitesse de remonté capillaire
ou le groupe de paramètre (kh). Le sol à étudier est compacté puis séché
afin d’éliminer l’eau interstitielle. La mesure du produit kh, consiste à placer
un échantillon de sol (15cm de diamètre et 27cm de hauteur) dans un moule
cylindrique de telle sorte que sa base effleure la surface de l'eau (Figure ).
On suivra l'évolution de la remontée capillaire par pesée de l'échantillon. Le
temps de pesée est généralement pris égal à: 1h, 2h, 4h, 7h, 25h, 49h et 72h.

181
15cm

hc-z
hc 27cm
z
Environ
1cm

Si l’on admet que la loi de Darcy est applicable lors de la remonté capillaire,
alors la vitesse s’écrit :

v  ki

Avec :

hc  z
i=
z

Le volume d'eau absorbé par unité de temps est égal à v.A, A étant la section
de l'échantillon. Il sera égal au volume des vides remplis par l'eau dans sa
remonté et vaut :

dz
nA
dt

ou, n est la porosité.

182
Pendant un temps dt, le niveau de l’eau s’élève d’une hauteur dz. La hauteur
z atteinte au temps t vérifie donc :

k(h c  z ) dz
v= n
z dt

ou

k hc
dt  (  1)dz
n hc  z

Et par conséquent :

k z
t   h c ln(h c - z) - z + h c lnh c   z  h c ln(1  )
n hc

Ceci peut s’écrire :

kt 1 z
 ln( )
nh c z hc
1
hc

Si z est petit devant hc, en développant en série de Fourrier la fonction


logarithme et en négligeant les termes en ordre supérieur à 2, on peut écrire:

kt z2

nh c 2hc 2

D’où :

2kh c t
z
n

183
Le volume d'eau absorbé est donc égal à:

V  nAz  A 2nkh c t

On reporte sur un graphe le volume d'eau absorbée en fonction de la racine


du temps. On remarque que c'est une droite sauf à proximité de l'origine.
Ceci s'explique par le fait qu'au début de l'essai, le gradient hydraulique étant
très élevé, la loi de Darcy n'est pas applicable.

V2

V0

Figure 11.9: Courbe volume d'eau absorbé en fonction du temps.

On corrige la formule précédente par:

V  V0  A 2nkh c t

Ou :

V  V0 2 1
kh  ( )
A 2nt

Il suffit d'appliquer la formule à une pesée et déterminer le produit kh. Ce


produit qui s'exprime en cm /h permet de classer les sols en:

184
• Sols à forte remonté capillaire: kh>1

• Sols à moyenne remonté capillaire: 0,1<kh<1

• Sols à faible remonté capillaire: kh<0,1

Il faut rappeler qu'on a supposé que le sol soit saturé parés la remonté
capillaire. Si ce n'est pas le cas, on remplacera dans la formule la porosité n
d
par (W1 - W0 ) ; avec Wo et W1 respectivement la teneur en eau au
w
début et à la fin de l'essai.

VIII- NIVEAU PIEZOMETRIQUE ET SURFACE


LIBRE

Comme il a été déjà dit, au-dessous de la surface libre, le sol est saturé et
l’eau s’écoule sous l’influence du gradient hydraulique. Au-dessus de cette
surface, le sol est partiellement saturé. L’eau dans cette zone est équilibrée
par la pression de l’air par l’intermédiaire des surfaces de tension.
L’écoulement dans cette zone est négligeable.

Il est connu que la surface libre est à la pression atmosphérique. Il est donc
raisonnable de supposer que la pression de l’air ua est nulle sur la surface
constituant l’interface entre l’air et l’eau. Or, dans un sol partiellement
saturé, la pression de l’eau est toujours inférieure à celle de l’air. Ainsi entre
la surface libre et le niveau de la nappe (uw), il existe une frange capillaire ou
la pression de l’eau est négative (uw<0). Tout se passe comme si une
dépression aspirait l'eau vers le haut. L'eau qui est à une pression négative
est dite en état de succion.

185
Souvent l’épaisseur de la frange capillaire est négligée devant les dimensions
de la structure. Ainsi, la pression capillaire (ua-uw) est négligée et la surface
libre (ua=0) est considérée comme confondue avec le niveau de la nappe
(uw=0).

Le niveau piézométrique dans n’importe quel point de la zone d’écoulement


est le niveau d’une colonne d’eau qui équilibre la pression interstitielle en ce
point. La charge h en un point donné, est le niveau de la hauteur
piézométrique par rapport au plan de référence. S’il n’y a pas de composante
verticale de l’écoulement (pas de gradient hydraulique vertical), le niveau
piézométrique coïncide avec le niveau de la nappe.

186
12 ACTION DE L’EAU
INTERSTITIELLE SUR LES
MILIEUX POREUX

I-HYPOTHESES DE BASE

La mécanique des sols, passe nécessairement par la connaissance de l’état


des contraintes. Or, le sol étant un milieu polyphasique, nous serions
amenés à admettre certaines hypothèses faites sur chaque phase.

Si le sol est saturé, les actions se transmettent à travers les grains et l’eau
interstitielle. Comme il n’est pas possible d’étudier la répartition réelle des
contraintes en fonction de la position, de la taille, de la forme, de
l’orientation etc..., de chacun des grains, on est dans l’obligation de
considérer que le milieu est homogène et on supposera implicitement que :

• Le liquide interstitiel est incompressible ;

• Les grains solides formant le milieu poreux sont également


incompressibles ;

• Toutefois le milieu poreux est compressible ;

• Les forces d’inerties du fluide et du squelette solide sont négligées ;

187
• Les hypothèses de la mécanique des milieux continus sont valables
(continuité du milieu et celle des déformations)

Il faut dire que ces hypothèses sont raisonnables et s’expliquent par la


nature et la grandeur des charges et des mouvements auxquels les sols sont
souvent soumis.

II DEFINITIONS

1. PRESSION INTERSTITIELLE

Les vides laissés entre les particules solides d’un sol sont remplis de fluides
(eau et/ou air). Excepté, peut-être, les couches adsorbées, la résistance au
cisaillement de ces fluides est nulle. Cependant, ils supportent les pressions
normales qui forment une partie de la contrainte totale.
2. CONTRAINTE EFFECTIVE

L’importance des forces transmises à travers le squelette d’un sol, d’un grain
à l’autre, a été élaboré par Terzaghi (1923). La contrainte effective
représente la contrainte transmise dans le squelette seulement.
3. CONTRAINTE TOTALE

En imaginant que le sol est monophase et sur un plan à l’intérieur de la


masse de sol, c’est la force par unité de surface transmise dans la direction
normale à ce plan.

188
III- MODELE PHY SIQUE POUR LES SOLS SATUR ES

1. POSTULAT DE TERZAGHI

L'expérience suivante a été citée par Terzaghi. Elle consiste à prendre 3


récipients identiques remplis de la même quantité de sable saturé.

h
h

(1) (2) (3)

Figure 12.1: Expérience de Terzaghi.

• Dans l'éprouvette (2), on ajoute de l'eau jusqu'à la hauteur H

• L'éprouvette (1) sert de témoin.


• Dans l’éprouvette (3), on ajoute de la grenaille de plomb de telle
sorte que son poids soit égal au poids de l'eau ajouté en (1).

Les observations sont les suivantes:

• La hauteur du sable dans (2) reste constante; c'est à dire qu'elle reste
égale à hs.

• Dans l'éprouvette (3), la hauteur du sable diminue: on dit que la


sable a tassé.

189
Ceci a amené Terzaghi à formuler son postulat suivant: « Le sol se déforme
uniquement quand les charges sont supportées par les grains du sol ». Ce
postulat s'écrit :

   u
Où  est la contrainte totale; c'est la somme par unité de surface de toutes
les charges appliquées sur la sol ; ' est la contrainte effective; c'est la
somme par unité de surface de toutes les charges supportées uniquement
par les grains du sol ; u est la pression de l'eau remplissant les vides entre
les grains; elle est dite pression interstitielle.

Le postulat de Terzaghi se généralise, même quand il s'agit de tenseur de


contrainte, sauf que l'eau ne reprend pas les efforts de cisaillement. On écrit:

 
On adoptera pour la suite, cette notation pour les contraintes totales et les
contraintes effectives.

Physiquement, ce postulat signifie que la contrainte totale normale est la


somme de toutes les contraintes normales élémentaires qui s'applique sur
les grains du sol y compris celle de l'eau. La contrainte tangentielle est la
somme uniquement des contraintes tangentielles élémentaires effectives ;
c'est à dire celles que supportent les grains.

Si l’on considère un volume élémentaire de sol de surface A et soumis à une


charge P (figure).

190
P

X’
X’

Figure 12.2. : Modèle physique pour les sols saturés

La contrainte effective sera la somme des composantes N’ (composantes


verticales des forces intergranulaires) divisé par l’aire A :
N 

A
La contrainte totale est donnée par :
P

A
Si le contact entre les particules est un point, la pression interstitielle agit
sur la totalité du plan A (l’erreur est 1 à 3%). L’équilibre des forces donne :

P  N   uA
En divisant par la section A, on obtient :

191
P N 
 u
A A
ou :

   u
Cette façon de voir est très justifiée quand il s'agit des sols grenus tel que
les sables; c'est moins clair quand il s'agit des argiles. Néanmoins, le postulat
de Terzaghi se trouve très justifié dans la pratique.

Ainsi, on peut définir en chaque point du sol, un tenseur des contraintes.


L’extrapolation de toutes ces considérations constitue le postulat de
Terzaghi (1923) qui se résume dans la formule suivante:
 ij   ij'  u ij

avec

▪ [ij] : Tenseur des contraintes totales

▪ [’ij] : Tenseur des contraintes effectives

▪ u : Pression interstitielle

▪ [ij] : Symbole du Kronecker  ij   1

0
si i  j

si i  j

Ceci nous amène à affirmer que pour toute charge extérieure agissant sur
un tel matériau, son effet est très différent suivant qu’elle est supportée par
la phase solide ou la phase liquide.

192
2. MODELE PHYSIQUE POUR LES SOLS PARTIELLEMENT
SATURES

Si le sol est partiellement saturé, la pression de l’air ua est toujours supérieure


à celle de l’eau uw, ceci est dû à la tension superficielle. On notera aussi que
la pression interstitielle (ua-uw) augmente quand le rayon des ménisques
diminue.

Bishop (1955) a suggéré l’expression suivante :

 '    ua   (ua  uw )

 est interprété comme la proportion moyenne de la section de l’eau, il


dépend du degré de saturation. Si le sol est sec, =0 et  '    ua . Si le sol
est saturé, =1 et on retrouve la relation de Terzaghi  '    uw .

De la même manière que les sols saturés, on pourrait imaginer un modèle


physique. Dans ce cas, la pression est répartie entre l’air et l’eau. Si, l’on
interprète , comme la proportion moyenne de la section d’eau, l’équilibre
des forces donne:

A   A  uw A  ua (1   ) A

De cette relation, on retrouve celle proposée par Bishop.


III.3- ETAT DE CONTRAINTE DANS UN MASSIF DE SOL
HOMOGENE ET A SURFACE HORIZONTALE

En prenant un cube élémentaire soumis seulement à des forces de volume


(pesanteur) et en écrivant que la résultante des contraintes dans l'axe z est
nulle, on obtient les trois équations d’équilibre :

193
 xx  yx  zx
   X 0
x y z
 xy  yy  zy
  Y 0
x y z
 xz  yz  zz
  Z0
x y z

X, Y et Z sont les composantes des forces de volume. Si le milieu est en


mouvement, les forces d’inerties seront prises en compte.

L’équilibre de rotation des forces s’exerçant sur l’élément permet de


montrer que le tenseur des contraintes est symétrique ; c’est à dire :
 xy   yx ,  xz   zx ,  zy   yz
En mécanique des sols, on admet souvent que les problèmes sont
bidimensionnels. Si  est le poids volumique, les équations d’équilibres se
réduisent à :
 xx  zx
 0
x z
 xz  zz
 
x z
Le plan horizontal, étant un plan principal, les contraintes de cisaillement
sont nulles. On obtient :
 xx
0
x
 zz

z
Par intégration, on obtient :

194
 xx  f ( z )
 zz  z  c

La contrainte verticale peut être ainsi déterminée. Les conditions aux limites
permettront de déterminer la constante d’intégration C. La connaissance du
tenseur de contrainte nécessite la connaissance de la loi de comportement
du sol.

Si le sol est stratifié, la contrainte verticale s’obtient par :


 zz   i z i
1 Z1

2 Z2

zz
i Zi

Figure 12.3 : Cas d’un sol stratifié

Les contraintes déterminées sont des contraintes totales. Elles ne sont


égales aux contraintes effectives que si le sol est sec. La détermination des
contraintes effectives exige la connaissance des pressions interstitielles.

195
IV- INFLUENCE DE L’I NFILTRATION SUR LES
CONTRAINTES EFFECTIV ES

1. ANALYSE DES FORCES

Quand l’eau s’infiltre dans les pores, la charge totale est dissipée par
frottement. Il y a donc un transfert d’énergie de l’eau vers les grains solides.
Ce transfert est appelé force d’écoulement.

Considérons un élément plan (ABCD)de sol, délimité par deux lignes de


courant et deux équipotentielles (carré curviligne de côté b), incliné d’un
angle  par rapport à l’horizontale et soumis à une force d’écoulement
combinée avec celle de la gravité (figure).
uA
A

B
D

Soit h, la perte de charge en AD et BC. La différence de pression


interstitielle entre les points A et D est due seulement à l’élévation. Alors :

196
u B  u A   w (b sin   h )
u C  u A   w (b sin   b cos   h )
u D  u A   w b cos 

Ceci donne :

uB  u A  uC  uD   w ( b sin   h )
uD  u A  uC  uB   w b cos 

La résultante des pressions peut être représentée par le système donné par
la figure 3.
A

B
D

La force, due à la pression interstitielle, qui s’exerce :

• - sur BC est égale à :


 w (b sin   h )b
ou
 w b 2 sin   hb w

• - sur CD est égale à :

197
 w b 2 cos 

Si la nappe est statique (Pas d’écoulement), alors la force qui s’exerce :

▪ - sur BC devient :  w b 2 sin 

▪ - sur CD devient :  w b 2 cos 

La résultante de ces forces sera  w b 2 et orientée dans la direction verticale.


A

D 

La force  w hb représente la différence entre le cas statique et


d’écoulement. C’est la force qui agit dans la direction de l’écoulement.

Si le gradient hydraulique moyen est donné par :

h
i
b

La force due à l’écoulement sera :

h
J   w hb   b 2  i w b 2
b w

198
Dans le cas général, la force due à l’écoulement qui s’exerce sur un élément
de sol de volume V sera :

J  i wV

La pression d’écoulement (j) est définie comme étant la force d’écoulement


par unité de volume :

j  i w

On notera que la pression et la force d’écoulement ne dépendent que du


gradient hydraulique i.

On est toujours amené à déterminer les forces effectives (du squelette) et


pour cela, il intéressant de connaître le ou les cheminements qui le
permettent.

Si l’on fait le bilan des forces de volume et dues à l’écoulement qui


s’exercent sur l’élément ABCD et faisons la représentation graphique
(figure 3. ) :

▪ Le poids total de l’élément (ab) =  sat b 2

▪ La force statique et d’écoulement agissant sur CD (bd) =


 w b 2 cos 

▪ La force d’écoulement seule agissant sur BC (de) =


 w b 2 sin   h w b

▪ La force statique seule agissant sur BC (dc) =  w b 2 sin 

▪ La résultante des forces dues à l’eau en cas d’écoulement = be

199
▪ La résultante des forces dues à l’eau dans le cas statique = bc
▪ La force d’écoulement = h w b

▪ La résultante des forces du squelette (effective) en cas


d’écoulement = ae

▪ La résultante des forces du squelette (effective) dans le cas


statique = ac
a

c
e
d

En conclusion, la résultante des forces peut être obtenue par :

(1)- Poids total saturé (ab) + la résultante des forces dues à l’eau (be)

ou

(2)- Poids effectif ou déjaugé (ac) + la force d’écoulement (ce)

On notera que seules les forces du squelette contribuent à la contrainte


effective. La composante verticale de la force réduit la contrainte effective
dans le cas d’un écoulement ascendant par contre, elle l’augmente ce dernier
est descendant.

200
Dans le cas d’un écoulement ascendant, le vecteur be est vertical. Si le
gradient hydraulique est important, la force du squelette (ae) peut s’annuler.
Le gradient hydraulique, qui correspond à la force du squelette nulle, est
appelé gradient hydraulique critique (ic). On aura donc :

i c w V   ' v

et par conséquent :

  Gs  1
ic = 
 w 1 e

ou Gs est la densité des grains solides et e l’indice des vides du sol.

Quand cette condition est atteinte, le sol se liquéfie. C’est la condition de


boulance.

Pour les argiles, même si la contrainte effective devient nulle, on n’a pas
nécessairement la condition de boulance.
2. ANALYSE DES CONTRAINTES
A. PRESSION DE COURANT

Considérons un volume élémentaire dx.dy.1 de sol (figure 3 ) :

D C

u
dz
dx

A B
u

201
u
u+ dz
z

Le bilan des forces donne :


u
▪ Sur la face BC agit une force normale égale à : udz + dxdz
x
▪ Sur la face AD agit une force normale égale à : udz
u
La résultante horizontale sera égale à - dxdz
x

De même, la résultante des forces agissant sur les faces AB et DC, sera égale
u
à- dxdz
z

La résultante générale des forces agissant sur le volume élémentaire sera


donc :

u u 
(-  )dxdz   gradu. dxdz
x z

Tout se passe comme si le complexe solide - liquide était sollicité, en dehors



des forces de gravité, par un champ de forces de volume  gradu .

En introduisant la charge hydraulique, on peut écrire :


  
 gradu   w gradh   w gradz

202
Avec :
 
i  gradh

En outre, les forces de la pesanteur agissant sur le complexe solide - liquide


sont par unité de volume :

 sat gradz

Au total, l’élément de volume unité est donc soumis aux forces de volume
suivantes :

1- La pesanteur  sat gradz

2- La force de volume constante  w gradz ; C’est la force de
soulèvement hydrostatique.

3- La force de volume variable en fonction de l’écoulement de l’eau



interstitielle   w gradh . C’est la force de pression de courant. Elle
est dirigée en sens inverse du gradient de la charge hydraulique, c’est
à dire dans le sens de la vitesse de filtration si le milieu est isotrope.
B. CONTRAINTE EFFECTIVE :

Les équations d'équilibre pour un problème bidimensionnel s’écrivent :


 xx  zx
 0
x z
 xz  zz
 
x z

203
En introduisant les relations de Terzaghi, qui relient les contraintes totales,
les contraintes effectives et les pressions interstitielles, on aboutit à:
 ( xx
  u )  zx
 0
x z
 xz  ( zz  u )
 
x z
Sachant que :
  
 gradu   w gradh   w gradz

On obtient :
 xx
  zx h
 w 0
x z x
 xz  zz h
 w  (   w )
x z z
Avec     sat   w dit poids volumique déjaugé. La relation précédente
traduit le fait que le poids du sol se trouve réduit de la poussée d'Archimède.
C. CONTRAINTE VERTICALE - CAS DE LA NAPPE
STATIQUE

La nappe n'étant pas en mouvement, le gradient hydraulique est nul. Ceci


nous donne:
 xx

0
x
 zz
 (   w )
z
et par conséquent :
 zz  (   w ) z   z

204
D. CONTRAINTE VERTICALE - CAS D’UN
ECOULEMENT DESCENDANT

L'eau s'écoule vers le bas, dans ce cas, seule la composante verticale du


gradient hydraulique est non nulle. Ceci nous donne:
 xx

0
x
 zz h
w  (   w )
z z
La nappe étant descendante, le gradient hydraulique est négatif. En notant
i, sa valeur absolue, on peut écrire:
 zz  ((   w )  i w ) z  (   i w ) z
E. CONTRAINTE VERTICALE - CAS D’UN
ECOULEMENT ASCENDANT

L'eau s'écoule vers le haut, dans ce cas aussi, seule la composante verticale
du gradient hydraulique est non nulle. Par rapport au cas précédent, il y' a
le signe du gradient hydraulique qui change. On peut écrire:
 xx

0
x
 zz h
w  (   w )
z z
En notant toujours i, la valeur absolue du gradient hydraulique, on a:
 zz  ((   w )  i w ) z  (   i w ) z
En conclusion, on remarque que l'effet de l'écoulement s'ajoute au poids
quand il est descendant et se retranche quand il est ascendant. Dans le

205
premier cas, on a l'impression que le sol pèse plus lourd, et dans le second
cas, moins lourd.

V- CONDITION DE BOUL ANCE

3. GRADIENT HYDRAULIQUE CRITIQUE

Dans le cas de l'écoulement ascendant, la contrainte effective verticale


s'écrit:
 zz  ((   w )  i w ) z  (   i w ) z
i : étant la valeur absolue du gradient hydraulique.

L'expression ci-dessus peut s'annuler pour la valeur particulière de i :


  Gs  1
ic = 
 w 1 e

C'est ce qu'on appelle le gradient hydraulique critique.

Pour cette valeur du gradient hydraulique, l'effet de pesanteur est annulé


par l'écoulement. Les grains du sol ne se touchent pas, ils flottent dans l'eau.
On dit que le sol est en état de boulance. En pratique, icr est proche de
l'unité (G=2.7 et e=0.66).

C'est l'expression du gradient hydraulique critique en fonction de la densité


des grains solides et de l'indice des vides.

Ce facteur joue un rôle très important en hydraulique. En effet, si cette


valeur du gradient critique est atteinte, le sol ne fournit aucune résistance, il

206
réagit comme un liquide : C'est l'état de liquéfaction ou de boulance.
L'exemple le plus spectaculaire sont les sables mouvants.

Si le gradient hydraulique dépasse cette valeur, c'est le phénomène de renard


qui se produit. Ce phénomène s'illustre par un arrachement des grains et
leurs transports, ce qui risque de créer des galeries ou des crevasses
entraînant par-là, l’effondrement et la ruine des ouvrages ou de leurs
fondations. C'est pour cette raison qu’un certain nombre de précautions
sont à prendre.
4. REGLE LANE ET BLIGH

Pour éviter l’érosion interne régressive des sols qui risque de se développer
dans les milieux perméables, on adopte généralement pour dimensionner
les surfaces d’appuis des barrages en béton une règle empirique. Cette règle
a été établie par E.W. Lane (1920) puis reprise par Bligh (1927) en
introduisant le coefficient 1/3. Bligh et Lane définissent alors un coefficient
de sécurité C, qui dépend de la nature du sol, tel que:

1
C
i réel

Où iréel représente le gradient hydraulique de l'écoulement. Cette règle est


donnée par :

1
 l h  l v
C 3  C cr
H

▪ Σlh : La somme des distances horizontales parcourues par l’eau


sous l’ouvrage.

207
▪ Σlv : La somme des distances verticales le long du parafouille.

▪ (1/3) : Tient compte du fait que la perméabilité dans les couches


de formation alluviale est plus forte horizontalement que
verticalement.

▪ H : La charge hydrostatique totale

▪ Ccr : Coefficient dépendant de la nature des sols qui résulte


d’études statistiques.

Nature des sols Ccr


Sable très fin ou silt 8.5
Sable fin 7
Sable moyen 6
Sable grossier 5
Gravier fin 4
Gravier moyen 3.5
Gravier grossier et cailloux 3
Galets avec pierres et gravier 2.5
Argile molle 3
Argile moyenne 2
Argile dure 1.8
Argile très dure 1.6
Tableau 3 Valeurs critiques du coefficient de Lane et Bligh en fonction de la
nature des sols

5. MESURES PREVENTIVES

D’une manière générale pour pallier le phénomène de boulance, il faudrait :

• Augmenter la contrainte totale à l’aide de surcharge. Cette surcharge


comprendra en partie des filtres.

208
• Réduire le gradient hydraulique en augmentant le chemin
d’écoulement.

• Utiliser les filtres pour éviter la migration des fines particules et par
conséquent pallier l’érosion régressive des sols.

VI- REGLE DES FILTRE S

1. PROPRIETES

D'une manière générale, quand l'eau est présente dans le sol (par excès ou
dans le cas d’un écoulement), on préfère lui donner un chemin
d'écoulement privilégié par la pose de drains, enrochements, gros graviers,
conduites en P.V.C, en poteries, ou toute autre matière. Si ces drains sont
placés en contact direct avec le sol, il y'a deux risques auxquels ils seront
confrontés :

• Formation de galeries tout autour par entraînement des fines


particules du sol à travers les pores de ce dernier à cause des forces de
percolation de l'eau.

• Colmatage (bouchage) de ces derniers par ces fines particules du


sol.

Pour éviter ces risques, les drains sont protégés par des filtres. Ce sont des
sols de granulométrie intermédiaire entre le sol à protéger et les drains. Le
choix de la granulométrie des filtres doit obéir à certaines règles.

D’une manière générale, les filtres doivent avoir les propriétés suivantes :

209
• Assurer un état non cohérent ; c’est à dire ayant une propriété
d’auto-colmatage en cas de fissures probables ;

• Contrôler les écoulements en cas de fuites probables ; surtout dans


le cas des filtres critiques tels que celui de la parie aval des noyaux de
barrages zonés ;

• Etre stable en cas de gradient hydraulique très élevés (fissures


hétérogénéité du noyau, etc.).
2. REGLES EMPIRIQUES

En plus de ces propriétés, les filtres doivent satisfaire certaines conditions.


D’après le « corps of engineers » de l’U.S Army ; ils doivent satisfaire :

1- Condition de blocage des grains :

D15 ( filtre )
5
d 85 (matériau de base)

2- Condition, pour que les courbes granulométriques du filtre et du


matériau de base soient relativement parallèles :

D15 ( filtre ) D50 ( filtre )


 20 et  25
d 15 (matériau de base) d 50 (matériau de base)

3- La condition pour que le filtre ait une perméabilité suffisante

D15 ( filtre )
4
d 15 (matériau de base)

210
La condition de blocage a été vérifiée par plusieurs auteurs [Betram (1940),
Lund (1949) et Shérard et al (1984)].

Shérard et al (1984) ont montré que dans le cas des filtres en sable et en
graviers denses, la perméabilité est donnée par :

k  0.35( D15 ) 2

Quand la granulométrie du sol à protéger et celle du drain sont éloignées, il


est conseillé de placer des filtres en plusieurs couches (appelé filtres
inverses). Chaque couche doit vérifier les conditions par rapport à la couche
suivante.

Les filtres sont importants lors de la conception et la réalisation des murs


de soutènement ou les barrages en terre. Un nombre de ces ouvrages se
sont rompus à cause d'une mauvaise réalisation des filtres. En effet, une
fois les drains bouchés, ces derniers accumulent une charge d'eau qui par
poussée hydrostatique ou dynamique peut provoquer la ruine de l'ouvrage.

211
13 PHENOMENE DE
C O N S O L IDA T I O N

I-MODELE DE CONSOL IDATION

1. MODELISATION DES SOLS

La résolution d’un problème de mécanique des sols exige tout d’abord la


construction d’un modèle mathématique. Elle consiste à décrire une série
d’états du sol c’est à dire le comportement de ce matériau lorsqu’il est
soumis à des variations des forces extérieures, de pression interstitielle,
déplacement, ect. Chaque état est donné sous forme d’une expression
générale décrivant le comportement d’une classe de ces matériaux. Ces
expressions contiennent des paramètres mesurés à partir d’essais sur des
matériaux particuliers.

Toute tentative de décrire exactement le comportement des sols ne serait


certainement qu’une reproduction et ceci pour les raisons suivantes :

1- La nécessite d’une information parfaite et détaillée des sols qui serait


difficile et chère.
2- Les expressions mathématiques seraient très complexes et difficiles
à manipuler et donc impossibles à résoudre. Les modèles doivent
être simples sinon ils seraient inutilisables.

Un bon modèle de sol doit :

1- Décrire d’une manière significative le comportement avec une


précision suffisante pour résoudre les problèmes auxquels nous
sommes en face.
2- Négliger la partie insignifiante du comportement. On notera que la
partie insignifiante dans certains cas peut être significative dans
d’autres.
3- Etre le plus simple possible.
2. ANALOGIE MECANIQUE DE LA CONSOLIDATION

La consolidation des sols fins est directement liée à leurs faibles


perméabilités. En effet, lors de l'application d'une charge, le sol réagit
comme imperméable à court terme. Ainsi, toute la charge se trouve
supportée par l'eau. Mais en fonction du temps, cette charge va être
progressivement transmise aux grains du sol. Le tassement ne se produit
qu'à partir du moment où les grains du sol subissent la charge.

Pour mieux comprendre le phénomène de la consolidation, on a recours à


l'analogie mécanique suivante (figure13-1):

- Le sol est schématisé par un cylindre rempli d'eau et muni d'un


piston et d'un ressort.

- Le piston est muni d'un robinet pour permettre l'évacuation de l'eau.

213
Figure 13- 2: Analogie mécanique de la consolidation

Dans la phase (1), le système représente le sol saturé non chargé. Si on


néglige la masse du piston, la pression de l'eau en surface est égale à la
pression atmosphérique et par conséquent le ressort ne supporterait pas de
charge.

Dans la phase (2), le robinet est fermé et une charge Q est appliquée sur le
piston. L'eau ne pouvant être évacuée, c'est elle qui va supporter toute la
charge. Ainsi, la pression de l'eau en surface est égale à la charge Q/S (S
section du piston), par contre le ressort n'est toujours pas chargé. Cet état-
là représente les sols fins à court terme, ces derniers ont un comportement
non drainé.

Dans la phase (3), le robinet est ouvert. La différence de pression entre l'eau
et l’atmosphère va provoquer un écoulement ascendant. Du moment qu'il
y'a évacuation d'eau, il y'a création d'un certain volume de vide qui va être
comblé par la descente du piston. Cette descente du piston continue jusqu'à
ce que les conditions initiales en pression d'eau soient retrouvées (4). C'est

214
à dire, jusqu’à ce que la pression de l'eau à la surface retrouve la valeur de la
pression atmosphérique. A ce moment-là, l'écoulement s'arrête. Toute la
charge (Q/S), qui était portée par l'eau au départ est maintenant transmise
au ressort.

On remarquera que plus l'ouverture du robinet est petite, plus le


phénomène dure longtemps et inversement. L'ouverture du robinet
représente donc la perméabilité du sol; ce qui explique l'absence du
phénomène de consolidation dans le cas des sols grenus. Le ressort
représente le squelette solide.
3. PROCESSUS DE CONSOLIDATION

Considérons un échantillon cylindrique de sol saturé soumis à une pression


sphérique Pi. Nous supposerons que les limites de cet échantillon sont
perméables et que la pression interstitielle sur ces limites est constante et
est égale à ui.
Pi

Pi Pi

Pi

215
Figure 13- 3 : Echantillon de sol soumis à une consolidation sphérique

Si, à l’intérieur de l’échantillon, la pression interstitielle est aussi égale à u i ,


alors la contrainte effective serait P’i=Pi- ui.

Si, maintenant la contrainte sur les limites est augmentée de ∆P, comme le
sol est saturé (B=1), la pression interstitielle augmente à ui+∆P, alors que la
contrainte effective reste inchangée. Comme les grains solides et l’eau sont
incompressibles, la variation volumique après ce chargement reste
négligeable.

Comme nous avons supposé que la pression interstitielle sur les limites de
l’échantillon reste inchangée et égale à ui, la différence de pression entre
l’intérieur et les limites provoque un gradient hydraulique et par conséquent
l’eau s’écoulera vers l’extérieur. Ce départ d’eau provoquera une réduction
de volume.

Les grains étant incompressibles, cette réduction de volume se traduira par


une diminution de l‘indice des vides et par conséquent les grains se
réarrangent ce qui offre une résistance plus importante aux futures
variations volumiques.

Comme la contrainte effective augmente avec la diminution de l’indice des


vides, le gradient hydraulique diminue et par conséquent le taux de variation
volumique diminue.

Après un temps suffisant, l’échantillon s’approche d’un état stable dans


lequel la pression interstitielle redevient égale à la pression initiale u i. Dans
cet état la contrainte effective sera égale à P’i=Pi+∆P - ui.

216
P,P’,u

ui
ui+P u

ui

Pi P’
P’

t=0 Temps

217
Figure 13- 4 Variation des contraintes durant une consolidation sphérique

Le temps de dissipation dépend de la perméabilité des sols. Dans le cas des


sols grenus ou la perméabilité est grande, le temps de dissipation est
pratiquement nul. Ce n’est pas le cas des sols argileux ou la perméabilité est
faible.

II- CONSOLIDATION UNIDIMENSIONNELLE

1. HYPOTHESES

La théorie de la consolidation des sols fins élaborée par Terzaghi repose sur
les hypothèses suivantes:

- Le sol est considéré comme homogène et saturé.


- L'eau ainsi que les particules solides sont incompressibles.
- Le coefficient de perméabilité k est constant et l’écoulement de
l’eau s’effectue dans la direction verticale seulement.
- La couche de sol est horizontale et d'épaisseur constante.
- La surcharge appliquée est uniforme sur toute l'étendue de la
couche.
- Les contraintes, à un moment donné quelconque de la
consolidation, sont les mêmes en tout point d'une section
horizontale du sol.
- Tous les déplacements sont verticaux.
- L’indice des vides est fonction de la composante verticale de la
contrainte effective.
- Seul le tassement par consolidation primaire est considéré.

218
- Le coefficient de compressibilité spécifique αv est constant.
2. MODELE DE CONSOLIDATION UNIDIMENSIONNELLE

Dans ces conditions, la consolidation est similaire à l’état du sol durant


sa déposition (formation) et consolidation sous les poids des terres. Comme
les dimensions latérales des couches importantes devant leurs épaisseurs,
les déformations latérales sont petites.

219
e e
e0 e0
ei A A
ei
D
D ed
ed B ’
B’

C’
C

’0 ’1 ’e ’c ’ ’0 ’1 ’e ’c log’

(a) (b)
Figure 13-5 : Consolidation unidimensionnelle. (a) Courbe typique pour un
sol réel (b) Courbe idéalisée par la modélisation d’un sol.

La ligne ABC de la Figure 13- 4 (a), montre la relation entre l’indice des
vides et la contrainte effective pour un premier chargement. Les essais
montrent qu’il existe une relation linéaire entre l’indice des vides et le
logarithme de la contrainte effective comme le montre la Figure 13- 4 (b).
Cette relation est idéalisée par la ligne A’B’C’ et peut être exprimée par :

'
e  e0  C c log
0

où e0 est l’indice des vides pour une valeur particulière de la contrainte


de
effective 0 et Cc est l’indice de compressibilité égal à  .
d (log  ' )

220
Si la contrainte effective croit de ’i (point A) à ’c (point C), puis
réduite à ’i (point D), la distance AD montre l’importance de la
déformation volumique plastique qui s’est produite lors du premier
chargement de A à B. La contrainte ’c, qui est la plus grande valeur de la
contrainte appliquée, est appelée contrainte de consolidation.

La ligne de décharge BD peut être idéalisée par la ligne B’D’ et exprimée


par la relation suivante :

'
e  eg  Cg log
0

Où, eg est l’indice des vides pour une valeur particulière de la contrainte
effective 0 et Cg est l’indice de gonflement.

Bien que ça ne reflète pas le comportement réel des sols, pour des
contraintes inférieures à la contrainte de consolidation, le sol se comporte
d’une manière élastique et le coefficient de gonflement est le même pour le
déchargement et le chargement.
3. SOLS NORMALEMENT CONSOLIDES ET SOLS
SURCONSOLIDES

Les sols, pour lesquels la contrainte de consolidation n’a jamais été


dépassée, sont appelés normalement consolidés. Par contre ceux qui ont
subi une contrainte de consolidation supérieure à la contrainte appliquée
actuellement, sont appelés sols surconsolidés.

Tout point de la courbe vierge (ABC) définit un état de surconsolidation.


Pour chaque valeur de l’indice des vides e, il est utile de définir une

221
contrainte de consolidation équivalente ’e : C’est la valeur de la contrainte
sur la courbe de consolidation vierge correspondant à l’indice des vides e.
Ainsi :

e' 2.33(e  e0 )
e  e0  C c log   ' e   ' 0 exp( )
0 Cc

Pour les sols surconsolidés, on définit un taux de surconsolidation comme


'
étant O.C.R  e . On le définit aussi comme le rapport
'
'
O.C.R  c . Pour les sols normalement consolidés, l’O.C.R est égal à
'
l’unité.
4. PHENOMENE DE CONSOLIDATION :

Lors du chargement d’un sol fin saturé, toute la contrainte est reprise
d’abord par l’eau. Ce n’est qu’au fur est à mesure que l’accroissement de la
pression interstitielle se dissipe que le squelette solide reprenne cette
surcharge. Après dissipation totale des surpressions, la charge sera
totalement reprise par les grains. Si la perméabilité du sol est très faible, le
temps de dissipation sera très élevé. C’est à dire que pour les sols fins, tout
accroissement de contrainte totale se traduit par une surpression
interstitielle qui ne se dissipera que très lentement. Ce temps de dissipation
est lié à la perméabilité. C’est le phénomène de consolidation.

La consolidation n’est qu’une déformation différée de l’ossature des


grains par le transfert de la charge totale appliquée au matériau de la phase
liquide à la phase solide.

222
La figure ci-dessous représente un modèle viscoélastique (Kelvin-Voigt)
pouvant schématiser ce type de comportement.

223
=1 =1

x

’=0 ’=1
U=1 Grains U=0 Eau
Eau Grains

t=0
t= t
Figure 13-5 : Schématisation d’un chargement de sol

III- THEORIE DE LA C ONSOLIDATION


UNIDIMENSIONNELLE

1. EQUATION DIFFERENTIELLE DE LA CONSOLIDATION

Soit, une couche d'argile saturée et d'épaisseur constante, comprise entre


deux couches drainantes :

224
Figure 13- 6: Consolidation d’une couche d’argile.

La différence de la charge hydraulique entre les faces supérieure et


inférieure d'une couche mince dz est:

1 u (1)
dh  dz
 w z

dz étant faible, on néglige la charge due à la différence de cote des deux


faces.

La relation ci-dessus, traduit la loi de Bernoulli appliquée entre les faces de


la couche dz. La différence de la pression u est due à la surcharge q. Cette
surpression va induire un écoulement dans le sens des charges
décroissantes. La loi de Darcy appliquée à cet écoulement donne:

k u (2)
v   ki  
 w z

225
Au cours de la consolidation, le tassement sera la conséquence de la
réduction des vides suite à l'expulsion d'une partie de l'eau contenue dans
le sol. Si nous prenons un élément de sol, dont les sections sont infiniment
voisines, le volume d'eau qui sort QB est supérieur au volume d'eau qui entre
QA. Ceci nous donne:

dQ  Q B  Q A  S. v B  S. v A  S. dv (3)

Le volume d’eau éliminée de l’élément est:

dV  dQ. dt  S. dv. dt (4)

On peut appliquer à l’élément choisi la relation suivante:

dV dh de (5)
   dn
V0 h 0 1  e 0

Ceci nous permet d’établir la relation suivante:

dV  S. dz. dn (6)

On peut donc écrire:

S. dv. dt  S. dz. dn (7)

ou autrement:

v n (8)

z t

En repartant de la définition du coefficient de compressibilité spécifique av:

226
e (9)
av  
'

on peut écrire:

av (10)
n     m v '
1  e0

pour arriver à la relation principale suivante:

v ' (11)
 mv
z t

N.B: L'hypothèse selon laquelle av était considéré comme constant entraîne


que mv l'est aussi. Ce n'est pas le cas en réalité.

En prenant la relation de Terzaghi et sachant que la variation de la


contrainte totale au cours du temps est nulle; on écrit:

 = ' + u

 ' u (12)
 0, 
t t t

A partir des relations (11) et (12), on aboutit à:

v u (13)
 mv .
z t

En dérivant la relation (2), on obtient:

227
v k 2 u (14)

z  w z 2

La combinaison de (13) et (14) donne:

k 2 u u (15)
  mv
 w z 2
t

En posant:

k (16)
Cv 
mv  w

On aboutit à l'équation différentielle de la consolidation:

u 2 u (16)
 Cv 2
t z

Cv porte le nom de coefficient de consolidation.


2. FORME ADIMENSIONNELLE DE L'EQUATION
DIFFERENTIELLE DE LA CONSOLIDATION

En pratique, il est plus intéressant de résoudre une équation sous forme


adimensionnelle car elle devient indépendante des conditions géométriques
du problème. C'est le cas pour l'équation différentielle de la consolidation.

Pour cela, on pose:

u C z
U  1 , Tv  v2 t , X  2
u0 H H

228
Où u0 est la pression interstitielle après chargement, U est dit le degré de
consolidation et Tv est le facteur temps.

Nous avons:

u u u U Tv
U  1  u  u 0 (1  U ) 
u0 t U Tv t

En explicitant cette dernière relation, on obtient:

u C U (17)
  u 0 . v2
t H t

On procédera de la même manière pour les autres variables, c'est à dire:

 2 u  u

z 2 z z

u u U X

z U X z

En remplaçant dans l'équation différentielle de la consolidation, on obtient:

2 u 1 2 U (18)
  u
z 2 H 2 X 2
0

En égalisant entre les relations (17) et (18), on obtient:

U  2U

t X 2

229
C'est l'équation différentielle de la consolidation sous forme
adimensionnelle.
3. SOLUTION DE L'EQUATION DE LA CONSOLIDATION

L'intégration de l'équation de consolidation donne une fonction de deux


variables de la forme:

u = f(t,z) ou U = F(Tv,X)

La forme de cette fonction dépend de la surcharge, de l'épaisseur de la


couche, de la perméabilité k, des conditions de drainage, du mode de
l'application de la charge, etc...

Cette équation peut être résolue par les méthodes numériques telles que la
méthode des éléments finis ou la méthode des différences finies. On peut
aussi la résoudre par un développement en série de Fourier. Pour cette
dernière, on obtient:

U 2
(%)  1   2 e M Tv
2

100 n 0 M


M  (2n  1)
2

Un calcul d'ordre de grandeur montre que les deux chiffres significatifs sont
donnés uniquement par le premier terme (n=0), c’est à dire:

U
(%)  1  0,81.e 2, 47Tv
100

230
On préfère utiliser parfois des solutions empiriques qui sont moins lourdes
à manipuler et qui donnent des ordres de grandeurs très satisfaisants. On
cite les formules suivantes:

- La formule de Brinch-Hansen donne le résultat avec moins de 1%


d'erreur:

Tv3
U 6
Tv3  0,5

- - La formule de Terzaghi donne le résultat avec moins de 5%


d'erreur.

U  1,128 Tv

Il existe dans la littérature des tableaux ou des abaques qui donnent le degré
de consolidation U en fonction du facteur temps Tv. Nous illustrons cela
par l’abaque n°7.
4. LA COURBE TASSEMENT FONCTION DU TEMPS

Pour estimer l’évolution des tassements en fonction du temps, il est parfois


raisonnable de supposer le chargement instantané. Mais il arrive que la
construction d’un certain nombre d’ouvrages dure très longtemps. Dans ce
cas, il est plus indiqué de prendre en compte la durée de construction (tc).
Il n’existe pas de méthode rigoureuse, mais on peut admettre la méthode
approchée de Terzaghi. La procédure est la suivante:

1- La courbe théorique des tassements est obtenue en supposant


que la charge définitive a été appliquée instantanément.

231
2- Le chargement est supposé linéaire entre le début et la fin de
construction.
3- La courbe théorique des tassements est obtenue en supposant
que la charge définitive a été appliquée instantanément.
4- Le chargement est supposé linéaire entre le début et la fin de
construction.
5- Au-delà du temps de construction tc, le tassement approché est
obtenu en translatant vers la droite la courbe du tassement
théorique du temps tc/2.
6- Entre le temps 0 et le temps tc, le tassement atteint
théoriquement en un temps t1 est supposé être atteint à t1/2.

Figure 13- 7: Evolution du tassement en fonction du temps.

Soit par exemple un temps t<tc pour lequel on veut connaître le tassement
approché. A ce temps t correspond une charge σ', un tassement théorique
Δh et un degré de consolidation U. Le degré de consolidation U’ qui

232
correspond au tassement approché est donné par la relation suivante dans
laquelle σ'c désigne la charge définitive:

'
U ' U
 c'

Le tassement correspondant est donné par la règle de proportionnalité


suivante, et qui est valable même en dehors de ces approximations:

Ut
ht  h
U

Δht et Ut sont respectivement le tassement et le degré de consolidation au


temps t.

Δh et U sont respectivement le tassement et le degré de consolidation


définitifs (U=100%).
5. DETERMINATION DU COEFFICIENT DE
CONSOLIDATION C V :
A. METHODE DE TAYLOR:

1- Tracer la courbe tassement en fonction de la racine du temps.


L'allure de la courbe est donnée sur la figure 13-9 a.

2- Linéariser les deux premiers tiers de la courbe. C'est la droite AA'.

3- Calculer la pente de cette droite, puis tracer la droite AA" tel que: L'
= 0,15 L

233
4- L'intersection de la droite AA" avec la courbe des tassements donne
la racine de t90.

5- Le coefficient Cv est donné par la formule:

d2
Cv  0,848
t90

d étant la distance de drainage, elle est égale à:

- H si la couche d’argile est drainée d’une seule face.

- H/2 si la couche d’argile est drainée des deux faces.


B. METHODE DE CASAGRANDE :

1- Tracer la courbe tassement en fonction du logarithme du temps.


L'allure de la courbe est donnée sur la figure13-9-b

2- Tracer les tangentes TT' et FF'. Le point d'intersection de ces


droites définit le point t100.

3- Prendre un point A correspondant à un temps tA. Déterminer


le point B tel que tB=4.tA. L'origine des tassements est pris à
partir du point C tel que: A'C = A'B'.

4- Connaissant le tassement pour U=0% et pour U=100%, le


milieu correspondra au tassement pour U=50%.

d2
5- Le coefficient Cv est donné par la formule: Cv  0,197
t90

234
A partir de ces courbes, on définit les rapports de compression suivants:

hs
-Rapport de compression initiale: r0 
h f

-Rapport de compression primaire:

10 h90  hs
-Méthode de Taylor: rp 
9 h f

h100  hs
-Méthode de Casagrande: rp 
h f

-Rapport de compression secondaire: rs = 1 - (r0 + rp)

Ces rapports donnent la proportion de chaque composante du tassement


dans le tassement total.

235
Figure 13- 8: Détermination du coefficient Cv (a): Méthode de Taylor (b):
Méthode de Casagrande

236
EXERCICES D’APPLICAT ION

1. GENERALITES SUR LES ECOULEMENTS

Questions aux choix multiples (QCM) : Une seule bonne réponse

1. La perméabilité d’un sol a la dimension

□ D’une vitesse

□ D’un débit

□ D’une longueur

□ Sans dimensions

2. Les écoulements dans les milieux poreux sont régis par :


□ Le postulat de Terzaghi

□ La loi de Darcy

□ La loi de Newton

□ Toutes les réponses ci-dessus

□ Aucune des réponses ci-dessus

3. Le gradient hydraulique a la dimension

□ D’une vitesse

□ D’une longueur

□ Sans dimensions
□ D’un poids
4. Au laboratoire l’essai utilisé pour la détermination de la perméabilité
d’un sol argileux est :

□ Le perméamètre à charge constante

□ Le perméamètre à charge variable

□ L’essai de pompage

□ Toutes les réponses ci-dessus

□ Aucune des réponses ci-dessus

5. Lorsque le sol entre dans un état de boulance

□ La contrainte totale est nulle

□ La contrainte effective est nulle

□ La pression interstitielle est nulle

□ Toutes les réponses ci-dessus

□ Aucune des réponses ci-dessus

6. L’essai Luegeon est utilisé pour

□ Les sols stratifiés

□ Les sols meubles

□ Les sols rocheux

□ Toutes les réponses ci-dessus


□ Aucune des réponses ci-dessus

238
7. La perméabilité est faible pour

□ Les sols cohérents

□ Les sols pulvérulents

□ Les sols grenus

□ Les sols grossiers

8. Un réseau d’écoulement dans un milieu granulaire est formé de

□ Les lignes de courant et les tubes de courants

□ Les lignes de courant et les lignes d’équipotentielles

□ Les lignes de courant et les vitesses de courant

□ Toutes les réponses ci-dessus

□ Aucune des réponses ci-dessus

239
2. NOTIONS DE CONTRAINTES EFFECTIVES

Exercice N°01 :

En utilisant la stratigraphie donnée sur la figure

1. Calculer les contraintes totales et les contraintes effectives au point


A.

2. Représenter graphiquement les variations des contraintes totales,


des pressions interstitielles et des contraintes effectives en
profondeur. La nappe se situe à 3 m au-dessous de la surface

3m

1,5m

4m A

On donne :

▪ γw = 10 KN/m3

▪ Sable : γ =17 KN/m3 γsat =19 KN/m3

▪ Argile : γ =18 KN/m3 γsat =21 KN/m3

3. Un pompage rapide a fait rabattre la nappe de 1,5 m, donner les


nouvelles représentations graphiques des variations des contraintes
totales, des pressions interstitielles et des contraintes effectives en
profondeur

Exercice N°02 :

Un terrain se compose en surface d’une couche de sable (γsat = 20 KN/m3)


de 5 m d’épaisseur. Au-dessous de cette couche, il existe une couche d’argile
(γsat = 19 KN/m3) d’épaisseur 4 m. La nappe se situe à 3 m au-dessous de
la surface, le poids volumique du sable est de 17, 20 KN/m3.

Tracer le diagramme donnant la variation des contraintes totales, des


pressions interstitielles et des contraintes effectives en fonction de la
profondeur ?

Exercice N°03 :

En utilisant la stratigraphie donnée sur la figure, calculer les contraintes


totales et les contraintes effectives au point A ? La nappe se situe à 2 m au-
dessous de la surface

2m γsat =26,7 KN/m3 e = 1

3m

γsat =20 KN/m3


4m
1.

241
2. Représenter graphiquement, les variations des contraintes totales,
des pressions interstitielles et des contraintes effectives en
profondeur ?

3. Représenter graphiquement, les variations des contraintes totales,


des pressions interstitielles et des contraintes effectives en
profondeur, si :
▪ La nappe est relevée en surface ?

▪ La nappe phréatique se trouve à 2 m au-dessus de la


surface ?

Exercice N°04 :

Une couche d’argile submergée à une épaisseur de 15 m. La teneur en eau


moyenne est de 54%. La densité des grains est de 2,78.

Quelle est la contrainte verticale effective due au poids de l’argile à la base


de la couche.
Exercice N°5

1. Calculer au point M de la figure les contraintes


verticales totales et effectives.

2. Par suite d’une modification du régime


hydraulique, qui ne change pas les
caractéristiques des sols, la contrainte effective
a diminué de 16kPa. Quel est le nouveau niveau
de la nappe ?

242
Niveau de la nappe phréatique

Sable fin   20 KN / m3  s  27.2 KN / m


3
3m

3m
Limon
M   20 KN / m 3  s  27 KN / m 3

243
3. PERMEABILITE DES SOLS

Exercice N°01 :

Pendant un essai de perméabilité à niveau constant effectué sur un


échantillon de sable, on a recueilli 390 cm3 d’eau en 3 mn.

Si l’échantillon a une longueur de 100 mm, un diamètre de 40 mm, et que


la hauteur d’eau est maintenue à 200 mm, quel est son coefficient de
perméabilité ?

Exercice N°02 :

Un essai de perméabilité à niveau variable a été effectué sur un échantillon


d’argile de 25 mm de hauteur et de 65 mm de diamètre. L’écoulement de
l’eau a été observé dans un tube de 1,7 mm de diamètre. La hauteur
hydraulique initiale était de 320 mm, la hauteur finale de 300 mm et la durée
de descente du niveau de l’eau dans le tube fixe était de 6 mn et 30s.
Déterminer le coefficient de perméabilité ?

244
4. ECOULEMENTS DANS LES SOLS STRATIFIES

Exercice N°01 :

Un banc de sable comprend trois couches horizontales d’égale épaisseur. Le


coefficient de perméabilité des deux couches extrêmes est de 10 -3 cm/s, celui
de la couche intermédiaire est de 10-2 cm/s.

Déterminer le coefficient de perméabilité horizontale, le coefficient de


perméabilité verticale et le rapport de ces deux coefficients ?

Exercice N°02 :
Un dépôt d’argile de lac glaciaire s’est révélé comporter une série de couches
intercalaires de limon selon un espacement vertical moyen de 2 m. Les
couches de limon sont épaisses d’environ 3 mm et ont une perméabilité égale
à 100 fois celle de l’argile. En supposant que les deux matériaux sont
hydrauliquement isotropes,

Déterminer le rapport entre la perméabilité horizontale et la perméabilité


verticale ?

245
5. ECOULEMENT A TRAVERS LES OUVRAGES

Exercice N°01 :

En utilisant les piézomètres installés dans le barrage, illustrés au niveau de la


figure :

1. Calculer les charges de pressions hp et les charges totales h pour les


piézomètres A à E. ?

2. Déterminer la pression de soulèvement qui agit sur la base du


barrage au point C ?

Exercice N°02 :

La figure ci-après représente un réseau d’écoulement à travers une


palplanche.

246
1. Déterminer le débit d’infiltration sous la palplanche sachant que la
perméabilité du sol est égale à 22.10-4 cm/s.

2. Calculer la charge d’élévation, la perte de charge, la charge


hydraulique totale et la charge de pression pour les 12 points
représentés au niveau de la figure.

Exercice N°03 :

La figure ci-dessous représente un écoulement bidimensionnel autour d’une


palplanche.

247
1. Déterminer le débit d’infiltration sous la palplanche ?

2. Déterminer le facteur de sécurité relatif à l’état de boulance et la


charge hydraulique totale au point A ?

Exercice N°04 :

Un sable est formé de grains solides de densité 2,66. La porosité dans l’état
le plus léger est 45%, le plus dense 37%.

Quel est le gradient hydraulique critique pour les deux états.

248
6. ESSAIS DE POMPAGE-DUPUIT

Exercice N°01 :

Un essai de pompage a été effectué dans des sables s’étendant jusqu’à une
profondeur de 15 m, niveau où a été rencontrée une couche imperméable.
Le niveau initial de la nappe phréatique correspondait à la surface du sol.

Des puits d’observation ont été forés à des distances de 3 à 7,5 m à partir
du puits de pompage. Un état d’écoulement permanent s’est établi au bout
d’environ 20 heures, pour un débit d’écoulement de 3,80 l/s. Les niveaux
d’écoulement des deux puits d’observation se trouvaient à 1,5 m et 0,35 m
de profondeur.

Calculer le coefficient de perméabilité ?

Exercice N°02 :

Une couche de sable repose sur un sol imperméable avec surface


horizontale (bed-rock). Afin de déterminer la perméabilité du sol in-situ, un
puit principal est foré jusqu’au bed-rock. Deux autres puits secondaires sont
creusés à des distances de 12 m et 24 m respectivement du puit principal.
L’eau est pompée du puit principal à un débit de 180l/min, jusqu’à ce que
les niveaux d’eau dans les puits secondaires deviennent stables et cela à 4,2
et 6,3 m au-dessus du bed-rock. Déterminer le coefficient de perméabilité
du sol sableux.

Exercice N°03 :

249
Une couche de sol sableux surmonte une couche imperméable. Dans le but
de déterminer la perméabilité in-situ du sol, un essai de pompage a été
effectué dans le sol sableux s’étendant jusqu’à la couche imperméable. Deux
puits d’observations ont été forés à des distances 12,5 et 25 m
respectivement à partir du puit de pompage. L’eau est pompée à partir du
puit de pompage à un débit de d’écoulement de 32.103 m3/s pendant
environ 22h. Les niveaux d’eau dans les deux puits d’observation se
trouvaient à 4,25 m et 6,50 au-dessus de la couche imperméable. Si le niveau
initial de la nappe phréatique est situé à 1 m de la surface du sol. Trouver la
valeur, exprimée en m par jour, du coefficient de perméabilité du sol
sableux.

250
7. CONSOLIDATION DES SOLS

Exercice 01 :

On étudie la consolidation d’une couche d’argile drainée sur ses deux faces
de 08 m d’épaisseur. Cette argile a un coefficient de perméabilité de 3.10 -7
m/s et un module œdométrique de 400 daN/cm2.

Déterminer le temps nécessaire pour atteindre un degré de consolidation


de 40%, puis à 80%.

Exercice 02 : (Sanglerat, 1980)

On réalise en laboratoire un essai œdométrique sur un échantillon d’argile


de3 cm d’épaisseur. Au bout de 8 minutes, on obtient un degré de
consolidation de 50%.

Au bout de combien de temps obtiendra-t-on in situ le même degré de


consolidation pour une couche de 4m de la même argile dans les mêmes
conditions de drainage.

Exercice 0 3 :

Comparer les vitesses de consolidation des cinq couches d’argile homogène


dont les épaisseurs, coefficient de consolidation et conditions de drainage
sont données dans le tableau ci-dessous :

251
Couche N° Epaisseur Cv Drainage Drainage
(m) (m2/s) haut bas
01 05 10-7 Oui Non
02 10 2.10-7 Oui Oui
03 10 2.10-7 Oui Non
04 20 10-7 Oui Oui
05 20 4.10-7 Non Oui

Exercice 04 :

L’indice des vides d’une argile A décroit de 0,581 à 0,512 lorsque la


contrainte passe de 1,1 à 1,7 daN/cm2. L’indice des vides d’une argile B
décroit de 0,609 à 0,596 sous l’action de la même variation de contrainte.

L’échantillon A a une épaisseur de 50% à celle de l’échantillon B.


Néanmoins, l’échantillon B met trois fois plus de temps que l’échantillon A
pour atteindre un degré de consolidation de 50% à celle de l’échantillon A
pour atteindre un degré de consolidation de 50% dans les mêmes
conditions de drainage.

Quel est le rapport des coefficients de perméabilité de A et B.

252
REFERENCES

Aucune source spécifiée dans le document actif.


1. PHILIPPONAT G., FONDATIONS ET OUVRAGES EN TERRE , ED,
EYROLLES, PARIS, FRANCE. (1979).

2. SANGLERAT G., OLIVARI B., CAMBOU B., PROBLEMES PRATIQUE DE


MECANIQUE DES SOLS ET DE FONDATIONS , TOMES 1,2, ED , D UNOD ,

PARIS, FRANCE. (1980)

3. HOLTZ R, KOVACS W., INTRODUCTION A LA GEOTECHNIQUE. ED


DE L ‘ECOLE POLYTECHNIQUE DE MONTREAL , CANADA. (1992).

4. CRAIG R. F. (1978) « SOIL MÉCHANICS », SECOND EDITION, VAN


NORSTAND REINHOLD COMPAGNY.

5. SCHNEBELI G., HYDRAULIQUE SOUTERRAINE, ED, EYROLLES,


PARIS, FRANCE.(1987)

6. SCHLOSSER F., ELEMENTS DE MECANIQUE DES SOLS. PRESSE DE


L ‘ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES , PARIS, FRANCE.
(1988).

7. FELL R, MACGREGOR P. AND STAPELEDON D. (1992)


« GEOTECHNICAL ENGINEERING OF EMBANKMENT DAMS », A . A.
BALKEMA, ROTTERDAM .

8. BIAREZ J; (1963) « RELATION ENTRE CONTRAINTES,


DEFORMATIONS ET PRESSION INTERSTITIELLE », COURS DE
MECANIQUE DES SOLS APPLIQUEE , I.M.G DE GRENOBLE
(DOCUMENT INTERNE ).

9. DUBOIS P. (1986) « REFLEXION SUR LES DESORDRES AYANT


AFFECTE LE BARRAGE MIRGENBACH », (DOCUMENT INTERNE ),
BUREAU D ’ETUDES TECHNIQUES ET DE CONTROLE DES GRANDS
BARRAGES, DIRECTION REGIONALE DE L ’INDUSTRIE ET DE LA
RECHERCHE - RHONE - ALPES.

10. GIBSON, R. E AND SHEFFORD , G. C. (1968) « THE EFFICIENCY OF


HORIZONTAL DRAINAGE LAYERS FOR ACCELERATING

CONSOLIDATION OF EMBANKMENTS », GÉOTECHNIQUE, VOL 18,


N°3

11. HENKEL D.J. (1960) « THE SHEAR STRENGH OF SATURED


REMOULDED CLAYS » PROC., ASCE RESEARCH CONF ON SHEAR
STRENGH OF COHESIVE SOILS , 533-554.

12. SKEMPTON A. W.(1954) « THE PORE PRESSURE COEFFICIENTS A


AND B » GEOTECHNIQUE 4, 143-147.

254

View publication stats