Vous êtes sur la page 1sur 1

Investir, le Journal des Finances / N° 2379 /  10 août 2019

PLACEMENTS / 17

PLACEMENTS
ls ac
tifs chois
ir à Actionner tous les leviers disponibles
45
e
Qu
A 45 ans, il n’est plus temps de tergiverser. Il faut structurer son patrimoine, le diversifier. Si à 30 ans, il fallait poser les fondations, il faut cette
fois bâtir. La retraite paraît encore loin, mais il est utile de la préparer à présent en mettant l’accent sur des placements plus risqués mais plus

ans rémunérateurs à un horizon d’une vingtaine d’années. Les revenus étant plus importants à cet âge, il faut aussi penser à intégrer la dimension fiscale.

Comme à 30 ans, il faut, avec un « petit » patrimoine, assurer ses arrières avec
l’épargne de précaution, qui doit représenter 50 % du total. Toutefois, on peut se
permettre un peu plus de diversification. Les contrats d’assurance-vie ayant été
ouverts (si vous avez suivi les conseils d’Investir…) depuis plus de huit ans, la partie en
euros peut être utilisée, sans problème, comme épargne de précaution supplémentaire

0
0
grâce aux abattements de 4.600€ ou de 9.200€ qui évitent d’être fiscalisés sur les

% 0
50 00
.0 retraits partiels. On peut ainsi commencer, même modestement, à investir pour ses

5.
10
vieux jours avec les unités de compte (UC).


20 00

Livrets
% 0
%
0

30 00
2.

réglementés
3.
Livrets
réglementés
Assurance-vie

0
Assurance-vie en UC

10 0
0
%
en euros

5.
Assurance-

% 0
Garder 15.000€, soit 30% du patrimoine sous forme de livrets et d’assurance-vie en euros de plus de huit ans vie en euros

0
20 .0
10
.0
est suffisant pour faire face aux dépenses imprévues. Cela laisse de la place, 35.000€, pour la préparation de la

50
retraite. Même avec une somme relativement modeste, il faut utiliser à la fois l’assurance-vie en unités de
compte, la Bourse et l’immobilier. Ce n’est pas de la dispersion mais de la diversification.

% 0
20 .00
On amorce la pompe dans chacun de ces domaines avec l’idée de compléter

10
les investissements à l’occasion de nouvelles rentrées d’argent.

% 0
30 00

20 .00
Assurance-vie

.0

%
Livrets

10
15
réglementés en UC

Assurance-vie Immobilier PEA


(SCPI ou OPCI)
5 00

en euros
0
%
5.

Même si le lien n’est pas systématique, un patrimoine plus important va souvent de pair avec
0

% 0

des revenus plus élevés. Dans ce cas, autant combiner investissement et réduction d’impôt
20 .00
0

20

grâce aux différents dispositifs immobiliers de défiscalisation qui existent, en particulier


.0

le Pinel, le plus répandu. Certes, 40.000€ sont insuffisants pour réaliser un tel
0

investissement, mais les taux bas actuels permettent de recourir à l’endettement.


10

Les loyers touchés et l’avantage fiscal couvriront une bonne partie des mensualités
% 0

15 00

de remboursement. Cet accent mis sur l’immobilier n’empêche pas de garder un œil
.
15

sur la Bourse, avec le PEA, et sur l’assurance-vie.


% 0
20 00

Assurance-vie
.
20

en UC
0
40 00
%
.
0
4

Livrets
PEA réglementés
% 0
5 00

Immobilier
.
15

(défiscalisé de type Pinel)


% 0

Assurance-
15 00
0

5 .

vie en euros
4
0
.0
0

Là, il faut jouer sur tous les tableaux. Une petite dose d’épargne de
% 0

Assurance-vie
15 00
30

5.

précaution et, à côté de cela, trois blocs à peu près identiques : en UC


4

l’assurance-vie, l’immobilier en jouant la défiscalisation (30% chacun)


et la Bourse qui représente 35 % du total, contre 20 % seulement pour un
patrimoine de 100.000 €. A vingt ans de la retraite, on peut prendre des
% 0
20 00
.

risques et supporter la volatilité des marchés. Sur longue période, la Bourse


0
6

a fait ses preuves. Si le PEA reste le pilier de cette poche actions, un


compte-titres permet de s’intéresser aux grandes sociétés américaines et de
% 0

% 0
30 .00

15 00

mettre une touche de pays émergents dans son portefeuille.


0

5.
9

PEA

Immobilier (défiscalisé) Comptes-titres

La boîte à outils des placements

IMMOBILIER
SCPI ET OPCI
IMMOBILIER EN DÉFISCALISATION
Grâce à certains dispositifs fiscaux, les particuliers bénéficient d’un 
avantage en achetant un bien immobilier dans le neuf ou dans 
NUE­PROPRIÉTÉ 
Le démembrement de propriété consiste à séparer la nue­propriété 
de l’usufruit, deux composantes du droit de propriété. Certains 
Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) permettent  l’ancien. Les conditions à respecter, assez strictes, évoluent d’un  programmes immobiliers proposent aux épargnants d’acquérir la 
d’investir facilement dans l’immobilier tertiaire (bureaux, commerces,  dispositif à l’autre : seule nue­propriété, alors que l’usufruit est confié à un bailleur 
entrepôts, résidences services, hôtels…). Il existe 88 SCPI dites « de  – avec le Pinel, l’acheteur bénéficie d’une réduction d’impôt sur le  institutionnel. Les avantages : un prix décoté de 20 à 40 % selon 
rendement » sur le marché, par opposition aux SCPI fiscales, qui  revenu (IR) de 12 %, 18 % ou 21 % du prix de revient du bien neuf  l’opération, pas de fiscalité foncière ni d’IFI, le recouvrement 
permettent surtout d’alléger son impôt sur le revenu. Leurs avantages  (prix d’achat et frais de notaire), selon qu’il le loue six, neuf ou  automatique de la pleine propriété sans frais sous dix à vingt ans 
sont multiples : des loyers réguliers assortis d’un rendement attrayant  douze ans. Elle est toutefois limitée à 6.000 € par an et soumise au  selon le contrat. Le principal inconvénient : pas de loyers touchés 
(4,35 % en moyenne en 2018 pour les SCPI de rendement), un ticket  plafonnement global annuel des niches fiscales à 10.000 €. pendant toutes ces années. 
d’entrée modeste (dès 1.000 € la part), l’absence de gestion locative,  La nouvelle loi Denormandie, entrée en vigueur le 1er janvier, est 
la possibilité de les acheter à crédit ou démembrés et de les loger dans  calquée sur le Pinel mais concerne des biens anciens situés en  LOCATION MEUBLÉE
l’assurance­vie. Parmi leurs inconvénients, on peut citer leur régime  centre­ville de villes moyennes ; Louer un logement meublé plutôt que « nu » (vide) présente deux 
fiscal lorsqu’elles sont achetées en direct : elles alourdissent les  – la loi Malraux offre également une réduction d’IR, mais de 30 %  avantages non négligeables pour les bailleurs. La location est plus 
revenus fonciers et entrent dans le champ de l’impôt sur la fortune  du montant des travaux de restauration du bien. Elle ne concerne  souple grâce à la durée du bail raccourcie à douze mois (et avec 
immobilière (IFI). Les organismes de placements collectifs immobi­ que des immeubles anciens de caractère nécessitant une lourde  préavis d’un mois). Surtout, la fiscalité est bien plus intéressante ! 
liers (OPCI) sont un peu les cousins des SCPI. Il n’en existe que 18. Leur  réhabilitation ;  Soit le bailleur applique le micro­BIC (pour les recettes annuelles 
composition est différente. Les OPCI sont constitués à 60 % au mini­ – le dispositif monuments historiques (MH) porte aussi sur des biens  inférieures à 70.000 €), qui offre un abattement forfaitaire de 50 %, 
mum d’immobilier, à 5 % au moins de liquidités et à 35 % environ  anciens de caractère devant être reconstruits, à la différence qu’ils  soit il opte pour le « réel » avec la déduction de chaque euro de 
d’une poche financière placée en actions, en obligations… Ils sont plus  sont justement classés monuments historiques. Il ouvre droit à une  charge décaissé, crédit inclus. Il peut aussi déduire l’amortissement 
liquides mais davantage soumis aux aléas des marchés. déduction fiscale illimitée. du bien (environ 3 à 4 % de la valeur du bien pendant vingt ans).