Vous êtes sur la page 1sur 1

Origine, enjeux et consequences de la querelle des Bouffons 1752 - 1754

La querelle des Bouffons était une dispute entre les partisans de l'opéra italien et les
défenseurs de l'opéra francais entre 1752 et 1754.

L'opéra buffa d'Italien était en opposition avec le style francais, la tragédie lyrique. Le
déclencheur de cette dispute a eu le morceau de Pergolesi " La Serva Padrona" dans l'année
1733, stéréotypé pour l'opéra buffa.

Paris se developpait le centre européen pour la musique de l'opéra et se maintenait contre


la tradition de l'opéra italienne. Pour cela il y avait des rivalités entre le Coin du Roi, qui
soutenait l'opéra francais et du Coin de la Reine sur le côté de l'opéra italien. En plus les
changements politiques et sociales avant la Revolution francaise faisait l'objet d'une
revalorisation des forms du thêatre populaire. Mais avec sa "Letttre sur la musique
francaise" en 1753, dansquel Rousseau a déclaré que l'opéra buffa de moindre qualité, était
plus musical comme la tragédie lyrique exigeante, il mettait les partisans de Rameau en
colère.

La tragédie lyrique a un schéma fixé existant d'un prologue et cinq actes. L'ouverture
consiste de deux parties. La première partie a un tempo lente, la deuxième est souvent une
fugue vite. Cette form de l'opéra est un ouevre d'art totale, il regroupe le ballet et la
musique avec les chanteurs et le décors. Chaque acte contiens un divertissement du ballet et
du choeur. Les tragédies traitent des sujets sérieux de la mythologie antique et aussi des
personnages mythologiques. Scènes de Sommeil, de Vents et de Combats étaient typique.
Un grand représentant pour cette époque est Jean-Philippe Rameau, qui a publié en 1722
son oeuvre théorétique, le "Traité de l'harmonie reduite à ses princips naturels". Dans cette
document il déclarait que l'harmonie est l'essentiel de la musique. Plus tard il a représenté
son prémier oeuvre scènique, "Hippolyte et Aricie" en 1733.

L'opéra buffa consiste de trois actes et elle est caractérisé par des thèmes comiques et
traditionels et des scènes ordinaires et simples. L'ouverture est en trois parties, avec l'ordre
vite – lente – vite. Le secco-récitatif et l'aria da-capo sont les caractéristique importantes.
Seulement les meilleurs virtuoses pourrait chanter l'aria da-capo.

Rousseau était un grand partisan de l'opéra buffa et il a critisé la langue francaise avec sa
"Letttre sur la musique francaise". Il déclarait que la langue francaise est moins douce et
mélodieuse et sans un mesure. En oppsition la langue italien est "douce, sonore,
harmonieuse, et accentuée plus qu'aucune autre, et ces quatre qualités sont précisément les
plus convenables au chant". (Lettre sur la musique francoise, Rousseau, p. 297)

La conséquence était une harmonisation au style italien, par exemple dans l'opéra comique.
Plus tard, dans l'année 1774 Gluck refomait l'opéra en faveur de Rameau et des défenseurs
de l'opéra francais.

Vous aimerez peut-être aussi