Vous êtes sur la page 1sur 4

La Renaissance : histoire et culture

Un symbole de la Renaissance en France c’est François I, un roi élégant, raffiné et aimant du luxe
qui jette les fondements d’un état fort et centralisé. Un autre symbole c’est le massacre de Saint-
Barthélemy (1572) : pendant la nuit, les catholiques assassinent 3000 protestants.

Histoire : Le règne de François I (1515-1547) et les guerres de religion


François I occupe Milan en 1515 ; après ça la Renaissance italienne se diffuse en France aussi.
François I jette les fondements de la monarchie absolue (se fait appeler « Majesté ») et il s’entoure
d’une cour brillant qui célèbre le roi avec fêtes.
Dans ce période commencent les guerres de religion entre Protestants et Catholiques ; le fait le plus
éclatant est la nuit de Saint-Barthélemy, quand les Catholiques massacrent les Huguenots (nom des
Protestants français).
En 1598 le roi Henry IV envoie l’Edit de Nantes, qui donne la liberté de culte aux Protestants.

La culture humaniste
Pendant le XV siècle il y a le retour volontaire aux sources antiques latines et grecques avec livres
et manuscrits anciens ; c’est un procès qui commence en Italie et puis arrive en France aussi.
Le mot même « Renaissance » désigne une deuxième naissance de la civilisation antique, après la
longue période de barbarie et de ténèbres représenté par le Moyen Age. Le Moyen Age est
important pour les livres que les moins ont conservé dans les bibliothèques.
La pensée médiévale est remplacée par l’Humanisme : l’homme est au centre de l’univers et il est
capable de dominer la nature avec son intelligence.
L’homme humaniste veut dominer :
 Le domaine scientifique : Copernic, en 1543, hypothèse que la Terre n’est pas au centre de
l’univers, comme affirme l’Eglise ; Galilée est condamné par l’Inquisition pour avoir repris
plus tard l’idée de Copernic ; en plus, les médecins pratiquent les dissections a l’insu de
l’Eglise.
 Le domaine religieux : l’homme humaniste revendique le libre arbitre et veut interpréter la
Bible lui-même ; grâce à la presse, les livres sont accessibles à tous.
Naissent les universités ; les premières sont : Bologne, Oxford, Paris (La Sorbonne est la plus
célèbre), Padoue, Naples, Montpellier et Toulouse. Elles dépendent par l’Eglise et la langue des
enseignements est le latin.
François Rabelais (1483-1553)

Il se consacre aux études humanistes. Il est d’abord un moine franciscain mais puis il abandonne la
vie monastique pour étudier médecine à l’Université de Montpellier.
En 1532 paraît Pantagruel sous le pseudonyme de Maître Alcoffribas Nasier, anagramme de son
nom et prénom. En 1534 paraît Gargantua. Ses livres sont censurés par la Sorbonne.
Son œuvre est très vaste ma l’ordre de parution des livres n’est pas logique : Gargantua est le
premier livre mais il paraît plus tard et les personnages changent de caractère entre les 2 premiers
livres et les 3 derniers.
Les 5 livres sont :
 Gargantua (1534) : c’est le fils des Géants et son éducation est d’abord scolastique (et donc
mauvaise) et après humaniste (et donc excellent).
 Pantagruel (1532) : c’est le fils de Gargantua et il reçoit une éducation humaniste ; il
encontre Panurge, qui est astucieux, et ils combattent contre les Dipsodes.
 Tiers Livre (1546) : Panurge devient le protagoniste : il veut se marier mais il a peur des
cornes et donc il part pour consulter l’oracle de la Dive Bouteille.
 Quart Livre (1552) : Panurge et Pantagruel rencontrent animaux fabuleux et des étranges
personnages, par exemple les papimânes (les idolâtres du pape) et les ventriloques.
 Cinquième Livre (1552) : les héros arrivent dans le temple et l’oracle eux dit : « trinch »
(c’est-à-dire « bois »).

Rabelais, dans son œuvre, représente de façon satirique la société française de son temps. Il veut
exalter la culture humaniste contre la culture médiévale. Le protagoniste représente l’idéal
d’homme tolérant et libre qui combatte contre le dogmatisme de la société de son temps, qui était
trop liée aux règles de la religion catholique et protestante.
Pierre de Ronsard (1524-1585) et la Pléiade

La Pléiade
C’est un groupe de 7 poètes où les plus fameux sont Joaquim du Bellay et Pierre de Ronsard. Ils
représentent l’Humanisme français. Ils voulaient défendre et valoriser la langue française contre le
latin en servant de leur œuvre et ils imitaient les œuvres latines et grecques. Ils admiraient en
particulier Pétrarque. Dans ce période, le latin était la langue des savants et des poètes.

Pierre de Ronsard (1524-1585)


Il fréquente la cour comme page mais il l’abandonne à cause d’une demi-surdité ; il commence à
étudier la poésie. Quand les guerres de religion commencent, il prend le parti des catholiques.
Il écrit des poèmes d’amour qui tournent autour de 3 femmes : Cassandra, Marie et Hélène.
Il écrit 5 livres d’odes (Les Odes) où il célèbre Cassandre ; elle est fille d’un banquier italien mais il
est évident que cette femme se confonde avec Cassandre de Troie, princesse de la cité et
prophétesse.
C’est Marie la destinataire de la Continuation d’Amour (1555) et de la Nouvelle Continuation
d’Amour (1556) ; elle est une paysanne mais, encore une foi, sa figure se confonde avec une autre :
c’est la de Marie de Clèves, la maîtresse d’Henry III.
Il dédie à Hélène les Sonnets pour Hélène (1578) ; Hélène de Surgères est la fille d’honneur de
Catherine de Médicis.
Michel de Montaigne (1533-1592)
Son vrai nom est Michel Eyquem mais il le change pour le nom du château où il s’était retiré après
de la mort de son père. Dans ce château, il y avait sa bibliothèque avec plus de 1000 volumes ; il
avait étudié grec et latin comme langues vivantes (caractéristique typique des Humaniste).
Il écrit Les Essais (1580-1588), où il compare ses expériences avec les expériences de ses auteurs
préférés ; c’est comme un dialogue entre Montaigne et ces auteurs. L’homme doit connaître ses
limites et ne pas penser qu’il est meilleur de comme il est vraiment. Montaigne parle aussi de la
peur de la mort : elle est absurde parce que nous sommes destiné à mourir et on doit dépasser cette
peur pour vivre mieux.