Vous êtes sur la page 1sur 55

CME

FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB


Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

CONCEPTION D’UNE LIAISON ELECTRIQUE :


CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
1/Introduction :
La construction d’une ligne électrique à haute tension fait partie des grands projets
de développement d’un pays. Un projet de ligne met en interaction plusieurs
structures de l’état. Comme tout projet, la construction d’une ligne procède d’une
expression de la nécessité de sa réalisation. Il peut s’agir :
- De relier deux postes à fin de garantir la continuité de service ;
- D’alimenter un nouveau poste en antenne
- D’évacuer l’énergie d’une centrale, d’un barrage
- D’alimenter un client industriel
L’objectif poursuivi dans la construction d’une ligne, c’est de réaliser un ouvrage
fiable au coût minimal mais s’intégrant parfaitement dans l’environnement.
Lors de l’étude d’un projet de ligne, les conditions électriques et mécaniques
sont interdépendantes et déterminent la nature de la liaison à réaliser. La
tension de service et la section des conducteurs sont déterminées en fonction
de la puissance à transiter et de la distance de transit. Pour le contrôle de
conformités des lignes, il est indispensable et nécessaire de connaître les
conditions techniques et électriques auxquelles doivent satisfaire les lignes.
La construction d’une ligne comprend deux grandes étapes subdivisées en
plusieurs opérations. Nous retenons l’étape administrative (cadre institutionnel,
règlementaire et normatif et l’étape technique (études et travaux)

Ce document rédigé et mis à la disposition des étudiants en licence professionnelle


a pour but de :
- donner aux étudiants un éclairage sur la conception d’une liaison
électrique basée ici sur la construction d’une ligne de transport d’énergie
à haute tension.
- Définir les notions de base à la construction d’une ligne
- Définir le processus de réalisation des travaux de construction d’une
ligne
Les objectifs visés sont :
- La maîtrise des données d’études prenant en compte les aspects
techniques, socio-politiques et environnementaux

1
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

- L’appropriation des grandes phases opérationnelles de la construction


d’une ligne à haute tension
- L’acquisition de connaissance pour un contrôle de conformité dans le
cadre du suivi des travaux, des essais et l’acceptation des travaux pour sa
mise en service.
2/ Enoncé des titres
2-1 terminologies et technologie d’une ligne
2-2 cadres institutionnels, règlementaires et normatifs
2-3 données de conception de base (phase études)
2-4 études de faisabilité
2-4-1 critères de dimensionnement
2-4-2 études de faisabilité
2-4-3 spécifications des composants de la ligne
2-4-4 spécifications techniques des travaux-cahiers des charges
2-5 phases d’exécution des travaux
3/Développement des titres
3-1terminologie et technologie d’une ligne
Terminologie
DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LES GENERALITES
BALANCEMENT
Déplacement horizontal d’un point quelconque d’un conducteur par rapport à
sa position de repos, sous l’effet de certaines charges.
ANGLE DE BALANCEMENT
Angle formé par la verticale passant par le conducteur à sa position de repos et
le plan contenant le conducteur auquel sont appliquées certaines charges, par
exemple le vent.

ANGLE DE PROTECTION
2
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

ANGLE DE GARDE

Angle formé par la verticale passant par le câble de garde et le plan contenant
le conducteur et le câble de garde à protéger contre la foudre.

DISTANCE A LA MASSE
Distance la plus courte entre les conducteurs ou une pièce métallique sous
tension et tout élément du support censé être au potentiel du sol.

DISTANCE AU SOL
Distance la plus courte entre un conducteur ou une pièce métallique sous
tension et le sol.

DISTANCE ENTRE PHASES


DISTANCE ENTRE CONDUCTEURS
Distance entre les axes de deux conducteurs au repos, adjacents ou
superposés, de phases différentes ou entre les centres de deux faisceaux de
conducteurs à leur position de repos.
AIRE DE STOCKAGE
Etendue de terrain située à proximité de l’emplacement d’un support et
réservée au déchargement du matériel de ligne à mettre en place.
BOUTEUR
Engin de chantier constitué d’un tracteur à chenilles équipé d’une lame à
l’avant, et servant à pousser des terres ou d’autres matériaux.
CÂBLE
Ensemble continu constitué de fils métalliques enroulés en hélice et utilisé
comme accessoire d’appareil de traction ou de levage.

3
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

CARRIERE
Lieu d’où l’on extrait les matériaux minéraux nécessaires à la construction.
CORDAGE CORDE
Ensemble continu constitué de fibres végétales ou synthétiques torsadées ou
tressées, utilisé comme accessoire d’appareil de traction ou de levage.
ELINGAGE
Opération consistant à entourer un objet d’une élingue pour le tirer ou pour le
hisser au moyen d’un appareil de levage.
ELINGUE
Cordage, câble ou chaîne se terminant habituellement par un ou deux
dispositifs d’accrochage et servant à manutentionner une charge ou à ancrer
un appareil ou un engin à un point fixe.

MATERIAU
Substance naturelle ou artificielle qui entre dans la construction d’une ligne.
DEFINITION EXPRESSIONS SUR LES CALCULS DES SUPPORTS
ALLONGEMENT
Déformation d’un élément de la ligne se traduisant par une augmentation de
longueur.
CAS DE CHARGE
Ensemble des forces appliquées à un élément de la ligne dans une hypothèse
de charge donnée.
CHARGE
Force externe appliquée à un élément de la ligne
CHARGE DE RUPTURE
Charge qui entraîne la ruine d’un ou de plusieurs éléments de la ligne.

4
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

CHARGE DE VENT
Charge résultant de l’action du vent sur tout élément de la ligne.
CHARGE (HORIZONTALE)
LONGITUDINALE
Charge horizontale appliquée au support en un point donné et située, quand le
support est en alignement, dans le sens de la ligne.
CHARGE (HORIZONTALE)
TRANSVERSALE
Charge horizontale appliquée au support en un point donné et située, quand le
support est en alignement, dans un plan perpendiculaire à la ligne.
CHARGE LIMITE
Charge au-delà de laquelle un élément de la ligne subit des déformations
permanentes inacceptables.
CHARGE VERTICALE
Charge dirigée de haut en bas et appliquée au support en un point donné.
CISAILLEMENT
Action que subit un élément de la ligne et qui tend à le trancher par suite du
déplacement relatif de deux surfaces.
COMPRESSION
Action par laquelle deux forces opposées tendent à rapprocher deux points
distinct d’un élément de la ligne.
CONTRAINTE
Force interne de sens et de direction donnés agissant sur une unité d’aire
(mm2, cm2, etc) d’un élément de la ligne.
COUPLE
Système de deux forces parallèles égales et de sens contraires.
DEFORMATION

5
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Terme générique désignant toute modification, sous l’application d’une charge


ou sous l’effet d’une variation de température, des dimensions ou de la forme
d’un élément de la ligne.
EFFORT
SOLLICITATION
Force interne provoquée dans un élément de la ligne par des actions
extérieures
FACTEUR DE SECURITE
Rapport entre la résistance limite qu’offre un élément de la ligne et la charge
qui lui est appliquée, ces deux grandeurs étant exprimées dans les mêmes
unités.
FLAMBEMENT
FLAMBAGE
Phénomène d’instabilité de la forme qui se manifeste dans des pièces soumises
à un effort normal de compression.
FLUAGE
Phénomène se manifestant dans le temps par un accroissement progressif de
la déformation sous l’effet d’une charge constante
FORCE
Action mécanique représentée par une direction, un sens et une grandeur.
HYPOTHESE DE CHARGE
Ensemble de conditions de nature normative, réglementaire ou
météorologique devant être considérées pour le calcul de chaque élément
d’une ligne aérienne.
LIMITE D’ELASTICITE
LIMITE ELASTIQUE
Contrainte au-delà de laquelle un élément de la ligne subit des déformations
résiduelles irréversibles.
PRESSION
6
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Contrainte exercée vers l’intérieur et qui agit sur une surface donnée d’un
élément de la ligne.(tension mécanique)
TEMPERATURE D’EXPLOITATION
Température maximale d’un conducteur parcouru par son courant admissible.
TENSION (MECANIQUE)
Contrainte exercée vers l’extérieur et qui tend à allonger un élément de la
ligne.
TORSION
Action résultant de deux forces opposées agissant dans des plans parallèles.

DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LES CALCULS DES FONDATIONS

ARGILE
Sol sédimentaire meuble, imperméable et cohérent, constitué de particules
d’un diamètre inférieur à 0,002mm.

GRAVIER
Ensemble de particules d’un diamètre compris entre 2 et 20 mm provenant de
l’érosion mécanique et de la fragmentation des roches ou des minéraux par les
agents naturels (gel, dessiccation, etc.)

MARECAGE
Etendue de terrain imprégnée ou recouverte d’eau, occupée par une
végétation surtout arbustive

7
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

MOMENT DE RENVERSEMENT
Action que subit la fondation d’un support ou l’encastrement d’un poteau, sous
l’effet d’une force horizontale appliquée dans le plan du massif ou du poteau, à
une hauteur donnée
Au-dessus du sol et à une distance donnée au-dessus de l’assise de fondation.

MORT - TERRAIN
Tout sol se trouvant au-dessus de la roche (masse minérale homogène liée par
des forces de cohésion importantes et permanentes)
SABLE
Ensemble de grains ou de menus fragments de minéraux ou de roches, d’un
diamètre compris entre 0,002 et 2 mm.

TERRE
Matière de composition variable (par exemple la terre végétale, la terre glaise
ou terre glaiseuse, etc) qui, par opposition à la roche, peut être séparée par de
légères actions mécaniques.

TOURBIERE
Formation végétale en terrain humide, résultant de l ‘accumulation de matières
organiques partiellement décomposées.
Une tourbière constitue un sol cohérent et élastique.

DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LES PORTEES


CANTON
Suite de portées de pylônes comprises entre deux supports d’ancrage ou
d’arrêt.
CHAINETTE

8
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Forme de la courbe prise par un conducteur comparable à un fil pesant,


homogène, inextensible et souple suspendu entre deux supports.
COULOIR
Espace nécessaire au passage d’une ou de plusieurs lignes aériennes.
EQUATION DE CHANGEMENT D’ETAT
Equation qui permet de calculer la tension mécanique d’un conducteur dans
une hypothèse déterminée en partant de la tension connue du même
conducteur dans une autre hypothèse
T22(T2+X) = C
FLECHE
Distance maximale verticale, dans une portée, entre un conducteur et la droite
joignant ses points d’accrochage sur les supports.

FLECHE AU POINT BAS


Distance verticale, dans une portée, entre la droite horizontale tangente au
point d’accrochage du conducteur sur le plus bas et celle tangente au point bas
de la chaînette.

FLECHE FINALE
Flèche théorique d’un conducteur qui a subi le fluage maximal prévu.

FLECHE INITIALE
Flèche théorique d ‘un conducteur qui n’a pas encore subit de fluage

FLECHE MAXIMALE
Flèche la plus accentuée pouvant résulter de conditions très spécifiques
comme une hypothèse de température, de givre ou de verglas maximale.
PARAMETRE (DE LA CHAINETTE)
9
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

PARAMETRE (DU CONDUCTEUR)


Rapport entre la tension horizontale (T) du conducteur ou du câble de garde à
une température donnée et leur poids linéaire (w), en tenant compte des
charges éventuelles de givre, de verglas ou de vent.
PORTEE
1° portion de ligne aérienne comprise entre deux supports consécutifs.
2° distance horizontale entre les points d’accrochage d’un conducteur sur deux
supports consécutifs.
PORTEE DE NIVEAU
Portée dans laquelle les points d’accrochage du conducteur sur les supports
consécutifs sont dans un même plan horizontal.

PORTEE DENIVELEE
Portée dans laquelle les points d’accrochage du conducteur sur les supports
consécutifs ne sont pas dans un même plan horizontal.

PORTEE EQUIVALENTE
Portée fictive dans laquelle les variations de la tension mécanique, dues aux
variations de la charge et de la température, sont sensiblement égales à celles
des portées réelles du canton
A=(somme a3/somme a)1/2

PORTEE POIDS
Distance horizontale entre les points bas, imaginaires ou non, d’un conducteur
de part et d’autre d’un support.
PORTEE SECHE
Portée unique située entre deux supports d’ancrage ou entre un support
d’ancrage et un support d’arrêt consécutifs

10
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

PORTEE VENT
Distance horizontale entre les milieux des deux portées adjacentes à un
support.

PROFIL EN LONG
PROFIL LONGITUDINAL

Coupe du terrain sur un plan vertical passant par l’axe de la ligne.


PROFIL PARALLELE
CONTRE-PROFIL A x METRES

Coupe du terrain sur un plan vertical situé x mètres de l’axe de la ligne et


parallèle à celui-ci. Intéressant pour voir les talus et les ravins.

TENSION FINALE
Tension mécanique d’un conducteur qui est à sa flèche finale.

TENSION INITIALE
Tension mécanique d’un conducteur qui est à sa flèche initiale.

TRACE (tracé)
Dessin d’une ligne ou encore configuration de celle - ci sur le terrain.

DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LES PHENOMENES

11
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

CLAQUAGE
Processus dû à un champ électrique élevé, qui transforme brusquement tout
ou partie d’un milieu isolant en un milieu conducteur.
CONTOURNEMENT
Arc électrique court - circuitant extérieurement un matériau isolant.
COURANT ADMISSIBLE
Courant maximal qui peut parcourir en permanence, dans des conditions
données, un conducteur, sans que sa température dépasse la température
d’exploitation.

COURANT DE CHOC
Courant qui traverse le corps d’un être humain ou d’un animal et ayant des
caractéristiques susceptibles de provoquer des effets pathologiques et
physiologiques.
COURANT DE DEFAUT
Courant en un point donné d’un réseau résultant d’un défaut (généralement un
court-circuit) survenu en ce point ou en un autre point du réseau.
COURANT DE FUITE
Courant qui, en l’absence de défaut, s’écoule à la terre ou à des éléments
conducteurs à travers un matériau isolant.
TENSION DE PAS
Tension engendrée par un courant de terre entre deux points du sol espacés
d’une distance conventionnelle correspondant à la longueur d’un pas moyen.

ECHAUFFEMENT

12
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Différence entre la température d’un conducteur ou d’un accessoire et la


température ambiante ; l’échauffement est le résultat de l’effet joule, c’est-à-
dire la production de chaleur due au passage d’un courant électrique.

EFFET (DE) EFFET CORONA


Effluve se produisant dans un champ électrique très élevé et non uniforme.

SURTENSION
Tension dont la valeur dépasse la valeur maximale d’exploitation.

TENSION COMPOSEE (D’UN RESEAU TRIPHASE)


Tension entre conducteurs de phase.

DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LES FONDATIONS ET ANCRAGES

ADJUVANT
Produit ajouté au béton ou au coulis, avant ou pendant le malaxage, ou étendu
à la surface d’un béton non durci afin d’en modifier une propriété.

BATTAGE
Opération qui consiste à enfoncer dans un sol un pieu, un tube ou une
palplanche (profilé métallique de section spéciale utilisé pour former une paroi
étanche) en utilisant les chocs répétés d’un mouton.

BETON
Matériau de construction obtenu grâce à un mélange homogène de granulats,
de sable, de ciment et d’eau.

13
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

BETONNAGE
Opération qui consiste à mettre en place du béton pour la confection des
fondations d’une ligne aérienne et de ses ancrages.

BETONNIERE
Appareil mécanique servant à mélanger les constituants du béton dans une
cuve tournante à axe incliné, équipée de pales fixes.

BLINDAGE
Dispositif de soutien mis en place sur les parois d’une fouille et capable de
reprendre la poussée des terres afin d’éviter les éboulements et les
déplacements de terrain.

CAISSON
Ouvrage en forme de boite ou de cylindre sans fond, enfoncé dans le sol dans
le but de retenir les parois d’un terrain et de permettre l’extraction des déblais
contenus dans le caisson.

CIMENT
Constituant de base du béton et du coulis, composé d’un mélange de calcaire
et d’argile cuit à haute température puis broyé après addition de gypse.

COFFRAGE
Assemblage d’éléments en bois, métal ou autre matière destiné à servir de
moule au béton d’une fondation ou d’un ancrage et à le maintenir en place
jusqu’à sa prise.

14
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

COMPACTAGE
Opération consistant à augmenter par vibration, percussion ou roulage
d’engins la densité du sol entourant un poteau ou les fondations d’un pylône

COULIS
Mélange de consistance assez liquide constitué principalement de ciment et
d’eau et servant à la confection d’ancrages injectés.

DEBLAI
Matériaux extrait du sol lors d’une fouille ou d’un forage.

DOSAGE
Opération qui consiste à mesurer les quantités requises des différents
constituants utilisés pour produire un béton ou un coulis.

DYNAMITAGE / MINAGE
Opération consistant à disloquer la roche au moyen d’explosifs

EMPRUNT
Excavation pratiquée au voisinage d’un support ou dans une carrière pour s’y
procurer des matériaux de remblai.

EPROUVETTE
Echantillons de béton ou de coulis durci soumis à des essais.

EPUISEMENT
ASSECHEMENT

15
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Opération consistant à vider une fouille des infiltrations d’eau par pompage ou
par des drainages.

GACHEE
Quantité de béton obtenue en une seule opération de malaxage.

MÂT DE BATTAGE

Dispositif de guidage relié à la flèche d’une grue utilisée pour le battage d’un
pieu, d’un tube ou d’une palplanche.

MISE EN TENSION (MECANIQUE)


Opération consistant à donner à un hauban la tension mécanique désirée.

MOUTON
Masse métallique suspendue à une flèche de grue ou à une sonnette et servant
à battre un pieu, un tube ou une palplanche.

REFUS
Arrêt de l’enfoncement d’un tube ou d’un pieu sous l’effet des coups d’un
outil de battage.

REGLAGE PIED PAR PIED


Méthode consistant à donner aux embases d’un pylône un écartement, une
inclination et un niveau prédéterminés en procédant au positionnement de
chaque embase, en prévision de l’assemblage du pylône sur les fondations.

16
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES SUPPORTS

AIRE D’ASSEMBLAGE
(AU SOL)
Etendue de terrain réservée à l’assemblage d’un support ou des éléments d’un
support destinés à être mise en place par levage.
ASSEMBLAGE
Opération consistant à lier entre elle les différentes pièces destinées à former
un ensemble.

BOULONNAGE
Opération consistant à assembler les éléments d’un support métallique au
moyen de boulons.

CORDE DE GUIDAGE
Cordage servant à retenir et à positionner un support ou un élément de
support en cours de levage ou d’assemblage.

LEVAGE A LA GRUE
MONTAGE A LA GRUE
Méthode de levage consistant à mettre un support en place en le soulevant
tout entier ou par ensemble successifs à l’aide d’une grue.

17
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

LEVAGE A L’AVANCEMENT
MONTAGE A L’AVANCEMENT
Méthode de levage consistant à mettre un support en place progressivement
en fixant chaque élément sur le dernier élément mis en place.

LEVAGE A L’HELICOPTERE
MONTAGE A L’HELICOPTERE
Méthode de levage consistant à mettre un support en place en le soulevant à
l’aide d’un hélicoptère, soit en entier, soit en plusieurs parties.

18
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

LEVAGE AU MAT MONTAGE AU MAT


Méthode de levage consistant à mettre un pylône en place à l’aide d’un mât de
levage, soit en entier en fixant le mât au sol, soit progressivement en fixant le
mât au sol puis à diverses hauteurs dans le pylône même, à mesure que
progresse l’assemblage.

LEVAGE MIXTE
MONTAGE MIXTE
Combinaison de deux méthodes de levage, le levage à la grue ou par rotation
près du sol, le levage au mat ou à l’hélicoptère par la suite.

LEVAGE PAR ENSEMBLES


MONTAGE PAR ENSEMBLES
Procédé de levage à l’avancement consistant à mettre en place un support à
treillis par levages successifs d’ensembles formés par assemblage au sol des
pièces élémentaires

LEVAGE PAR ROTATION / MONTAGE PAR ROTATION / LEVAGE PAR


PIVOTEMENT

MONTAGE PAR PIVOTEMENT


Méthode de levage consistant à mettre en place un pylône entièrement
assemblé au sol en le faisant tourner autour d’un axe.

DEFINITION DES EXPRESSIONS SUR LA POSE DES CONDUCTEURS

DEFORMATION EN PANIER

19
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Dislocation d’un câble ou d’un conducteur, caractérisé par le déplacement des


couches extérieures de fils ou de torons par rapport aux couches intérieures.

DEROULAGE
Opération consistant à mettre un conducteur ou un câble de garde en place en
le faisant passer à l’aide de matériel de traction, du touret où il est enroulé
au support où il doit être fixé.

MESURAGE A MI-PORTEE
Méthode de mesurage de flèche s’appuyant sur une visée optique du
conducteur ou du câble de garde au point milieu de la portée.

MESURAGE AU POINT BAS


Méthode de mesurable de la flèche s’appuyant sur une visée optique
horizontale du conducteur ou du câble de garde au point le plus bas de la
chaînette.

MESURAGE DE LA FLECHE
Opération consistant à vérifier la flèche au moyen d’appareils optiques..

MISE SUR PINCE


Opération qui consiste à mettre un conducteur en place dans la pince de
suspension.

PROTECTION AERIENNE
Dispositif installé entre les supports d’une ligne aérienne en construction et
servant à maintenir les conducteurs et les câbles de garde à une hauteur

20
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

suffisante au-dessus du sol pour éviter qu’ils ne s’endommagent et, parfois,


leur permettre de franchir les obstacles.

REGLAGE
Opération consistant à donner à un conducteur, en s’appuyant sur des
mesurages de flèche, la tension mécanique prédéterminée correspondant à la
température du conducteur.

SECTION DE DEROULAGE
Ensemble de portées le long desquelles s’effectue le déroulage d’un
conducteur.

SECTION DE TIRAGE
Ensemble de portées le long desquelles une traction est exercée sur le
conducteur ou le câble de garde mis sur poulies pour effectuer le réglage de ce
dernier.

TOURET
Bobine en métal ou en bois sur laquelle sont enroulés le conducteur ou le câble
de garde à dérouler ou les câblettes nécessaires à leur déroulage.

3-2 TECHNOLOGIE D’UNE LIGNE


3-2-1 LES PYLONES
Les pylônes sont en acier galvanisé choisis dans la gamme E24 (A37) ; E26 ; E30
ou E36 (A52) ou assimilé.
Les pylônes sont calculés selon les normes définies et validées
Pour le calcul des pylônes, il sera indiqué :

21
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

- Les types d’aciers utilisés ;


- Les coefficients de sécurité adoptés ;
- La qualité et diamètre des boulons choisis ;
- Les normes utilisées ;
- Le canevas détaillé de la structure des pylônes (silhouette des pylônes avec
le repérage des nœuds et des barres) ;
- Les conditions ou cas de charges envisagés ;
- Les effets du vent ainsi que leurs points d’application ;
- Le mode de détermination des efforts dans toutes les familles de barres ;
- L’analyse des barres au flambage et la détermination du nombre de
boulons nécessaires ;
- Les sollicitations auxquelles seront soumises les fondations des supports ;
- Les schémas d’utilisation des pylônes ;
- Le tableau caractéristique des barres et attaches avec le tableau des
efforts unitaires dans les barres ;
- Les efforts (vertical, longitudinal, horizontal et les rapports des
contraintes).

Un pylône est désigné par des lettres alpha numériques dans lesquelles sont
précisées :
- La famille (ensemble des pylônes ayant une silhouette voisine)
- La résistance mécanique du fût (désignée selon l’ordre croissant par K-
N-T-A-S – S1-S2…..)

- L’armement (la disposition géométrique des conducteurs ou console


désigné par les lettres B pour nappe voûte ; N pour nappe horizontale et
V pour armement en drapeau)
- La hauteur sous console (désigné selon l’ordre croissant des hauteurs
par les lettres R2-R1 ou R - W-X- Y-Z ou Z1-Z2 etc.
Exemple d’un type de pylône : B1 A C3 X
Quelques exemples de famille de pylône : C1 (chat)- B1 (chat)- F1- H1-
T1(Trianon)- J1-G1

22
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Equipement des pylônes


*Dispositif d’interdiction d’escalade
Les pylônes seront garnis d’une ceinture de défenses situées à une hauteur de 3
à 6m du sol. La ceinture comportera une rangée de pointe de 0,20m de longueur
dirigée vers l’intérieur et vers l’extérieur du pylône de manière à rendre toute
escalade difficile sans moyens spéciaux.
Les défenses peuvent également être constituées de herses ou une ceinture de
défense en barbelés.

* Plaques de numérotation des pylônes


Les pylônes devront être munis de plaques numérotées depuis le premier pylône
du nœud A au premier pylône du nœud B.
3. Des plaques de danger
Des plaques de danger avec les prescriptions « danger de mort » et « défense
absolue de toucher aux conducteurs même tombés à terre » seront installées.
* plaques adresses
Des plaques adresses comportant :
 le numéro d’appel téléphonique de l’exploitation à prévenir en cas
d’accident ;
 le niveau de tension de la ligne ;
 la désignation de la ligne

.* plaques de repérage aérien


Des plaques seront installées à la partie haute des pylônes (une plaque tous les
5 ou 10 pylônes pour le repérage par hélicoptère au cours des inspections).
NB : Les plaques installées aux pieds des pylônes seront fixées à un niveau de
lecture aisé. Les plaques et porte - plaques ne seront pas en alliage d’aluminium
*Echelons d’escalade
Le long d’une membrure de chaque pylône seront fixés des échelons de 15 à
20cm de longueur utile, distant de 30cm, régulièrement espacés et placés en

23
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

quinconce (alternativement) sur une face extérieure de la cornière puis sur


l’autre face.
Une autre variante est constituée par des boulons échelons de 15cm au
maximum de longueur utile et 20mm de diamètre.
Les échelons débuteront au niveau de la ceinture de défenses.
*Type d’armement
Les différents types d’armements sont :
- Triangle (quinconce)
- Drapeau -double drapeau
- Nappe (horizontale-type chat, nappe voûte).

Poutre

Console

Fenêtre
Tête
Fourche

Corset
Diagonale

Panneau
Fût

Traverse

Echelon
Massif
Pied

Pylône

24
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

3-2-2 Conducteurs et câble de garde,


Pour la construction des lignes électrique à haute tension, on utilise
généralement les conducteurs à base d’almélec. Le choix est orienté par rapports
aux avantages et intérêts d’ordre économique et technique ; La contrainte de
rupture de l’almélec est le double de celle de l’aluminium ; l’almélec résiste à la
corrosion. Les conducteurs sur le réseau ivoirien sont :
- en aluminium- acier
- en almélec (aluminium allié) ou almélec-acier
Selon la composition du conducteur on parle de conducteur homogène et
de conducteur mixte ou hétérogène.
Les sections des conducteurs couramment utilisées en exploitation(CIE) sont :
- en 225 kV, 366mm2 et 570 mm2
-
en 90 kV, 228mm2. On trouve la section 240 mm2
Les conducteurs sont désignés par les appellations suivantes :
 ASTER (conducteur en Almélec homogène
 PHLOX- PASTEL-PETUNIA-POLYGONUM (conducteur ou câble en almélec
avec âme d’acier de nuance 160daN/mm2 comportant respectivement 1 ;
2 ; 3 ; ou 4 couches d’almélec(le nombre de syllabes correspondant au
nombre de couches)
 CROCUS (conducteur ou câble en aluminium- acier
Le conducteur en almélec 570/AGS/61 est désigné ASTER 570 ; c’est le
conducteur le plus utilisé en 225 et 400kV.
Le câble de garde le plus utilisé est PHLOX 94,1mm2 ou PHLOX 147,1
Pour le choix : tenir compte
- de la puissance transitée pour le conducteur
- la tension mécanique maximale que le conducteur ou câble de garde
peut supporter
- l’échauffement admissible pour les conducteurs
Les câbles de garde sont en acier galvanisé ou en almélec-acier de préférence.
De plus en plus les câbles de garde sont en fibre optique de type OPGW.
L’installation du câble de garde est basée sur un modèle électro géométrique.

25
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

*Rôle d’un câble de garde


Le câble de garde disposé au-dessus des pylônes et orienté selon un modèle
électro géométrique par rapport aux conducteurs, joue les rôles suivants :
- un rôle électrique
- un rôle mécanique
- Le câble de garde est utilisé à l’exploitation comme moyen de
communication
Du point de vue électrique, le câble de garde a pour rôles de :
 protéger les conducteurs contre la foudre
 réduire l’importance des tensions induites dans les lignes
téléphoniques
 assurer le fonctionnement plus sûr de certains systèmes de protection
 réduire les pertes par induction
 éviter le retour dans les circuits de terre du poste des courants de terre
inopportuns

Du point de vue rôle mécanique, le câble de garde assure dans certains cas la
protection mécanique des pylônes contre les effets d’une rupture de conducteur
pouvant engendrer des sollicitations de torsion et de flexion. Le rôle mécanique
des câbles de garde est beaucoup plus perceptible lorsqu’il s’agit de deux câbles
disposés sur un même pylône.

* Dispositions particulières sur les conducteurs


Balisage diurne et nocturne (jour et nuit)
Les balisages diurnes et nocturnes seront réalisés selon les dispositions
contenues dans les cahiers de charge.

Distance minimale de séparation de 2 lignes de même tension


- 15mètres en 90 kV
- 30mètres en 225 kV
Distance minimale de 2 lignes de tension différentes

26
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

- 20mètres entre 225 kV et 30 kV


- 18mètres entre 90 kV et 30 kV
- 30mètres entre 225 kV et 90 kV

Caractéristiques géométriques à adopter


Les distances minimales à respecter au-dessus du sol, des constructions, des
voies de communication et des autres lignes aériennes sont définies dans
chaque cas comme étant la somme des deux distances :

- La distance de base (b) est déterminée en fonction de la nature du


surplomb (types d’installation traversée) et des considérations
d’encombrement. (généralement b est prise à 6m en surplomb de
terrains ordinaires, au-dessus des maisons b est prise à 3 m et dans les
traversées de cours d’eau navigable( b) = 8 à 9 m. Traversée de cours
d’eau non navigable (b ) est prise à 6m.
- la distance de tension ( t), fonction de la tension(volt) entre phases, de
la probabilité d’une surtension et de la présence simultanée d’une
personne ou d’un objet au voisinage de ligne.
Trois cas de probabilité sont prévus :
t1= 0.0025 U pour une probabilité de voisinage faible
t2= 0.0050 U pour une probabilité de voisinage moyenne
t3= 0.0075 U pour une probabilité de voisinage forte
t1, t2, t3 sont exprimés en mètres
U est la tension entre phase en kilovolts

Distance de tension Valeur usuelle en 90kV(m) Valeur usuelle en 225kV(m)

t1 0,20 0,60

t2 0,50 1,10

t3 0,70 1,70

27
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Distances à la masse
Les distances à la masse doivent être vérifiées dans deux hypothèses :
- température de l’hypothèse A sans vent,
- température de l’hypothèse A avec vent réduit (36 daN /m 2 )

Distances minimales entre phases


La distance entre phases est déterminée en tenant compte de deux
paramètres :
- le premier paramètre est proportionnel à la tension entre phases, il est
fixe. Il s’agit des surtensions de manœuvres, des surtensions dues à la
foudre.
- Le deuxième paramètre est variable, il s’agit de la flèche maximale.

Les distances entre conducteurs sont vérifiées pour la flèche médiane de la


portée. On prendra la valeur maximale de cette flèche.

La distance séparant deux conducteurs d’une même ligne doit être supérieure
ou égale à la valeur minimale calculée avec les formules suivantes :
Pour f+l< 80m : d min = 0.6 m’√( f+l) +t1√3 avec m’= coefficient de surcharge
vent réduit.

Soit :

d min = K1 √(f+l)+ t1 √3
k1 = 0.6m’ dépend du coefficient de surcharge dû
au vent

(l) = longueur de la chaîne d’isolateur en suspension


(f) = flèche médiane de la portée

28
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Formule pratique :

E= K √(f+l) + U/150

Avec K = 0.7 à 0.8


E = écartement minimal
l = longueur de la chaîne de suspension
Pour les grandes portées dont la flèche médiane est supérieure à 80 m,
d min = m’[( f+l)/ 30 + 2.7] + t1 √3

f+l> 80m

Distance minimale entre conducteur et câble de garde

Formule de calcul
f+ l < 80 m , d min = 0.6 m’ √ (f +l) + t1

f +l >80 m , d min = m’ [ ( f +l)/30 + 2.7] + t 1


Le paramètre du câble de garde étant supérieur à celui des conducteurs (15%
en général)
La flèche médiane à prendre en compte dans les formules est celle des
conducteurs.
Dans le câble de garde, la proportion d’acier est 4 à 6 fois plus élevée que dans
les conducteurs.
Le coefficient d’élasticité E > d’environ 50 %.
Le coefficient de dilatation est supérieur d’environ 25% à celui des conducteurs

29
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Traversées et voisinage de lignes aériennes (lignes de télécommunication et


autres lignes électriques).

Cas de croisement et cas de voisinage latéral


Les distances minimales des conducteurs par rapport aux éléments des lignes
aériennes de toute nature sur supports indépendants sont égales à :
b+ t avec b = 1+ (2x/a) ( 0.6 (√f) – 1)
a = longueur de la portée en mètres
f= flèche de la portée en mètre
x = distance au support le plus proche en mètre

Lorsque les deux lignes voisines sont électriques, cette distance de base est
déterminée par rapport à chacune des deux lignes et la plus grande valeur
obtenue est retenue. Elle ne peut être < à 1m .
La distance de tension prise en compte est :
t3 = 0.0075 U , cas relatif au croisement
t2 = 0.0050 U , cas relatif au voisinage latéral
Dans le cas des traversées de ligne HT, U= u1 + 0.4 u2 si les lignes sont de
tension différentes avec u1 > u2 . U= 1.25 U1 si les lignes sont de même tension.

Distance verticale de croisement


D = t3 + 1 + (2x/a) (0.6√f - 1)
Ces distances ne peuvent être inférieures à deux mètres.

3-2-3 ACCESSOIRES D’ACCROCHAGE


Les accessoires d’accrochage sont des pièces en alliage métallique ou
acier qui servent d’éléments d’ancrage, de liaison, de suspension et
d’armatures de protection. Les accessoires d’accrochage permettent la
30
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

retenue du conducteur par l’intermédiaire des isolateurs. La liste des


accessoires d’accrochage est longue et varie en fonction de la conception
du point d’accrochage à l’extrémité des consoles et du nombre de
conducteurs à accrocher. Le système d’accrochage adopté détermine la
nature des pièces d’accrochage. Nous donnons ici les éléments de base
à l’accrochage d’un conducteur et à la protection des isolateurs.
Eléments d’accrochage mécanique
 Etrier
 Ve (symétrique, dissymétrique)
 Connecteur (droit, chantourné)
 Tendeur
 Pallier de fixation
 Chappe tourillon
 Œillet à rotule (à maillon, à Chappe)
 Bal socket
 isolateur
 Maillon (à Chappe, à rotule)
 Palonnier
 Logement de rotule (à maillon, à Chappe), anciennement Ball socket
 Manille
 Rallonge
 Manchon (d’ancrage- jonction)
 Cosse de dérivation Bloc bifilaire
 Bloc bifilaire
 Cornes
 Raquettes
 Anneau pare effluves
 Pince (suspension, ancrage)

Eléments de protection des isolateurs


 Cornes (simple, double)
 Raquette (simple, double)
 Anneaux pare-effluves

Eléments de sécurisation
 Blocs antivibratoires

31
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

 Blocs de doublement
 Amortisseurs stock bridge
 Blocs de mise à la terre
 Contre poids

(Voir fichier de matériel pour l’identification)

3-2-4 CONSTRUCTION DE LIGNE

1/ ETAPE ADMINISTRATIVE
La phase administrative est l’étape de conception du projet qui prend en
compte:
- l’élaboration de toutes les stratégies d’avant-projet, d’études
préliminaires, d’études d’impact environnemental, économique, et tous
les aspects de droit.
- le choix du maître de l’œuvre, du bureau d’études
- l’élaboration de convention, des appels d’offres, des cahiers des charges
32
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

- la confection d’un dossier de l’étude d’impact relative au choix du tracé


proposé qui est soumis à l’enquête publique par arrêté ministériel,
préfectoral ou municipal. Cette enquête permet au public et notamment
aux propriétaires concernés par le passage de la ligne de faire des
observations sur le projet.

1-1 cadres institutionnels, règlementaires et normatifs


1-1-1 cadre institutionnel
Selon chaque pays la construction d’une ligne à haute tension prend en compte
les dispositions institutionnelles et juridiques. En COTE D’IVOIRE les
dispositions arrêtées au niveau du secteur électrique sont les suivantes :

Le secteur électrique est sous la tutelle technique du Ministère du Pétrole et


de l’Energie et sous la tutelle économique du Ministère de l’Economie et des
Finances.
• Le secteur de l’électricité de la Côte d’Ivoire a été jusqu’à une période
récente régi par la loi n° 85-583 du 29 juillet 1985 :
• la libéralisation de la production d’électricité; le transport et la
distribution de l’électricité sur l’ensemble du territoire de la Côte
d’Ivoire, ainsi que l’importation et l’exportation de l’électricité,
constituent un monopole de l’Etat;
• l’autorité chargé d’exercer les prérogatives de l’Etat;
• les dispositions relatives à la sécurité et à la protection des
installations électriques;
• les dispositions réglementaires et finales,
Présentation du secteur
• Maître d’ouvrage : Etat de Côte d’Ivoire, représenté par le Ministère du
Pétrole et de l’Energie
• Maître d’ouvrage délégué : CI-ENERGIES, créée par décret n° 2011-472
du 21 décembre 2011
• Maître d’œuvre des projets de développement et de renforcement du
réseau électrique : CI-ENERGIES
33
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

• Exploitant du réseau : CIE suite à une convention de concession de type


affermage signée avec l’Etat de Côte d’Ivoire en octobre 1990
• Producteurs indépendants : CIPREL, AZITO, AGGREKO
• Fournisseurs gaziers : FOXTROT, AFREN, CNR
Régulateur : ANARE

1-1-2 cadre règlementaire et administratif

• Le cadre règlementaire est basé sur le respect des décrets issus des lois.
Exemple respect de la nouvelle loi N°2014-132 du 24 Mars 2014 portant
code de l’électricité abrogeant les dispositions de l’ancienne loi.
• Respect du code des marchés
• Information et Consultation préalable du public : réunion d’échanges
de points de vue entre les parties prenantes
• Enquêtes de terrain
• Etat initial environnemental et socio-économique
• Etude d’impact environnementale et social

• La Loi n°96-766 du 03 octobre 1996 portant Code de l’Environnement :


ensemble des définitions et des principes généraux applicables à la
préservation de l’Environnement en République de Côte d’Ivoire.
• Le décret n°96-894 du 8 novembre 1996 détermine les règles et
procédures applicables aux études relatives à l’impact
environnemental des projets de développement, définit les règles
applicables à l’élaboration des études d’impact environnemental, à
leur instruction par l’Agence Nationale de l’Environnement et à la
consultation publique par enquête publique et aux modalités
d’approbation ministérielle des projets soumis à l’EIE
L’Agence Nationale de l’Environnement (ANDE), créée par le décret n°97-393
du 9 juillet 1997, est chargée de la gestion des EIE.

1-1-3 cadre normatif


Les normes applicables :

34
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

CEI 60826 : Critères de conception des lignes aériennes de transport


CEI 62219 : Conducteurs pour lignes électriques aériennes,
CEI 61466 : Isolateurs composites destinés aux lignes aériennes de tension
nominale supérieure à 1000V
CEI 60305 : Isolateurs pour lignes aériennes de tension, nominale supérieure à
1 000 V, Eléments d’isolateurs en matière céramique ou en verre pour systèmes
à courant alternatif – Caractéristiques des éléments d’isolateurs du type capot
et tige
CEI 60120 : Dimensions des assemblages à rotule et logement de rotule des
éléments de chaînes d’isolateurs
CEI 60815 : Guide pour le choix des isolateurs sous pollution
CEI 60652: Essais mécaniques des structures de lignes aériennes
CEI 61089 : Conducteurs pour lignes aériennes à brins circulaires, câblés en
couches concentriques
CEI 61773 : Lignes aériennes – Essais de fondations des supports
CEI 61774 : Lignes aériennes – Données météorologiques pour calculer les
charges climatiques
CEI 61284 : Lignes aériennes – Exigences et essais pour le matériel
d'équipement
EN 50341-1 : Lignes électriques aériennes de tension supérieure à 45kV
UTE C18-510(maintenant NF C18 510) : Sécurité des personnes contre les
dangers d’origine électrique

2/ETAPE TECHNIQUE
2-1 données de conception de base (phase études de
faisabilité)

• Présentation du réseau électrique ivoirien


• Conditions climatiques
• Niveaux d’isolement (CEI 60071& 60694)
• Niveaux de pollution & Ligne de fuite (CEI 60815)
• Distances d’isolement de parties sous tension dans l’air
• Méthode de mise à la terre du neutre

35
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

2-1-1Conditions climatiques
Température minimum : +20C
Température moyenne annuelle maximale : +30°C
Température moyenne journalière maximale : +40° C
Température maximum : +45C
Vitesse maximum des vents : 36 m/s
Taux d'humidité relative maximum de l'air : 100 %
Taux d’humidité relative minimum de l’air : 80 %
Niveau kéraunique : 155
Pluviométrie moyenne : 1900 mm/an
Altitude au-dessus du niveau moyen de la mer: 1000 m.
Radiation solaire maximale

2-1-2 NIVEAU D’ISOLEMENT

Désignation Unité 225 kV 90 kV

Tension normale du réseau kV 225 90

Tension maximale du réseau kV 245 123

Tension de tenue électrique aux ondes de choc de kV crête 1050 550


foudre 1.2/50µs

Tension de tenue électrique à fréquence industrielle à kV crête 460 230


50 Hz 1 minute

36
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

2-1-3 NIVEAU DE POLLUTION (à actualiser)

Tension composée nominale du réseau (kV) 90 225

Tension composée la plus élevée pour le 123 245


matériel (kV)

l
Classe de pollution (cm/kV) Lmin (cm)

3 2,5 250 613

4 3,1 310 760

2-1-4 DISTANCE D’ISOLEMENT

90 225
Tension nominales (kV)

123 245
Tension maximum [kV]

Distances minimum (mm)

1100 2100
phase à terre

1100 2100
entre-phase

37
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

3350 4350
phase au sol

2-1-5 MISE A LA TERRE

Niveau de tension

225 kV Mise à la terre directe

90 kV Mise à la terre directe

La valeur de résistance de mise à la terre est fixée à 10, sur les lignes

2-1-6 CRITERES DE DIMENSIONNEMENT


• Contraintes de résistance mécanique
• Contraintes liées au courant et à la tension
• Contraintes de la sécurité des biens et des personnes

Aspects développement durable


Etudes de dimensionnement de la liaison HT
 Cette étude permet de définir:
◦ Le type de conducteurs
◦ La section des conducteurs
◦ Le nombre de conducteurs par phase
 Ce dimensionnement est fait avec des logiciels de calculs qui
utilisent le modèle en pi de la liaison pour simuler son
comportement
38
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

 Les aspects pris en compte lors du dimensionnement sont:


◦ Le Courant nominal
◦ Le Courant de court-circuit
◦ La Chute de tension qui doit rester acceptable
◦ Le critère économique

◦ Le critère de stabilité
Les autres comportements (Effet FERANTI, Effet couronne, etc.)

2-1-6-1 Contraintes mécaniques


• Hypothèses météorologiques
• Hypothèse de l’EDS
• Hypothèse électrodynamique Hypothèse anti-cascade
2-1-6-2 Contraintes liées au courant et à la tension
• Prise en compte des effets thermiques du courant
• Prise en compte des contraintes diélectriques
• Mesures contre la foudre
• Exigence de mise à la terre
• Prise en compte des surcharges liées au cc
• Dispositions à proximité d’autres réseaux
• Réduction des perturbations électromagnétiques
• Réduction de l’effet couronne
2-1-6-3 Sécurité des personnes et des biens
• Distances de sécurité minimales au sol et aux obstacles
• Identification des ouvrages
• Distances de sécurité entre câbles
• Distances de sécurité à la masse
• Distances de travail

39
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

2-1-6-4 Aspects développement durable


• Réduction des pertes électriques
• Réduction des effets des champs électriques et magnétiques
• Impact visuel
• Réduction des nuisances sonores
• Préservation de la biodiversité
• Réduction des émissions des gaz à effet de serre

2-2 Spécification des composants de la ligne HT


• Supports
• Fondations
• Conducteurs
• Câble de garde
• Chaines d’isolateurs
2-2-1 Spécification des supports
• Famille de supports
• Contraintes mécaniques
• Marquage et identification
• Essais
2-2-2 Spécification des fondations
• Etudes géotechniques
• Famille de fondations
• Calcul des fondations
• Qualité des matériaux (béton, acier)
• Mise à la terre
• Essais
40
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

2-2-3 Spécification des conducteurs


• Conducteur de phase
• Câbles de garde
• Câbles à fibres optiques
• Essais
2-2-4 Spécification des isolateurs
• Définition
• Calcul des éléments
• type
• Essais
Toutes ces données sont contenues dans un cahier des charges qui précise :
• La proposition d’un tracé de ligne et l'établissement du rapport de
balisage
• la précision des données de conception des ouvrages (conditions
climatiques, normes et standards, niveaux d’isolement, etc.,);

• Les hypothèses des notes de calcul


• la définition des spécifications techniques des équipements
• la définition des spécifications des travaux de montage

Résumé sur l’étude de dimensionnement de la liaison HT


 Cette étude permet de définir:
◦ Le type de conducteurs
◦ La section des conducteurs
◦ Le nombre de conducteurs par phase
 Ce dimensionnement est fait avec des logiciels de calculs qui
utilisent le modèle en pi de la liaison pour simuler son
comportement
 Les aspects pris en compte lors du dimensionnement sont:
◦ Le Courant nominal
◦ Le Courant de court-circuit
◦ La Chute de tension qui doit rester acceptable
◦ Le critère économique
41
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

◦ Le critère de stabilité
Les autres comportements (Effet FERANTI, Effet couronne, etc.)

2-3. Choix et définition du tracé

2-3-1. Etude sur carte et sur site


La reconnaissance du tracé de la ligne s’obtient au moyen :
 de cartes aux échelles 1 /50000, 1/25000, 1/20000, 1/10000 ;
 d’une étude sur place(en véhicule, à pied) lorsque les cartes de précisions
font défaut;
 de survol aérien ;
Ces moyens d’identifications du tracé permettent de reconnaître :
 les points de départ et d’aboutissement de la ligne ;
 les agglomérations et habitations ;
 les aérodromes, les stades et les cimetières ;
 les forêts classées, les massifs forestiers, les plantations ;
 les routes et les chemins de toutes natures ;
 le relief du terrain, les massifs montagneux, les crêtes (les sommets), les
vallées, les rivières, les canaux, les cours d’eaux navigables ;
 l’importance des angles du tracé ;
 les lignes et les câbles téléphoniques ;
 les lignes électriques existantes ;
 les exploitations de carrières ;
 les parallélismes avec les canalisations comme les pipelines et oléoducs
(Aménagement d’hydrocarbures) ;
 les propriétés privées
 les emplacements des pylônes d’angles
 les traversées

Le tracé prend en compte toutes les contraintes de passage, tous les détails
techniques. La localisation du tracé est déterminée par un balisage dit sommaire.

42
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Le souci de respecter les constructions existantes, les coutumes, les points


stratégiques, l’évitement des obstacles et les difficultés de passage font que le
tracé est rarement une ligne droite et passe parfois loin des routes carrossables
existantes.

Les études sur le terrain, les avis et les informations recueillis auprès des
administrations, des mairies, des propriétaires, des différents ministères (eaux
et forêts, télécommunications, agriculture, défense) aboutissent au projet
détaillé de construction de la ligne qui comporte :
 les emplacements des pylônes matérialisés par des points alignés sur une
carte à l’échelle 1/ 25000. Tous les renseignements nécessaires pour accéder
à l’ouvrage figurent sur un document topographique qui donne le profil du
tracé de la ligne appelé « profil en long ».

2-3.2 Profil en long


Le profil en long est le document le plus important qui sert de base à la
détermination de l’emplacement et de la hauteur des pylônes. Il est dessiné à
l’échelle 1/500 pour les hauteurs et 1/2500 pour les longueurs (quelques fois
1/2000). Le profil du tracé de la ligne est complété par une bande planimétrique,
(plan parcellaire) de 100 à 120m de large suivant l’axe du tracé, destinée à
faciliter la figuration de tous les éléments susceptibles d’intervenir dans le choix
des implantations des pylônes. Il s’agit en particulier :

- des limites des plantations ;


- des talus, murs, clôtures, haies ;
- des habitations isolées ;
- des zones inondables, marécages ;
- des voies fluviales avec les côtes des hautes eaux ;
- des voies ferrées ;
- des lignes électriques ;
- des lignes de télécommunication ;
le plan parcellaire permet d’identifier les propriétaires des parcelles de terrain
concernées par la construction de la ligne (exemple du profil en long).
Le profil en long permet :

43
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

 la vérification des distances des conducteurs par rapport au sol et aux


obstacles
 la vérification des distances entre les conducteurs et entre conducteurs et
câble de garde.
Le profil en long renseigne également sur :
 L’altitude des pylônes
 Les distances entres pylônes
 L’altitude du terrain

2-3.3 Répartition des pylônes sur le profil en long


Muni des renseignements recueillis lors de l’établissement du profil en long et
des caractéristiques des pylônes, l’ingénieur commis pour l’étude va procéder à
la répartition des pylônes.
Plusieurs solutions sont techniquement valables mais on choisit la solution la
mieux adaptée. On fait le choix d’un paramètre de répartition correspondant aux
paramètres des conducteurs ou câbles. Il est conseillé d’effectuer la répartition
à partir d’un point obligé A vers un point B, puis de reprendre dans le sens
contraire (les points d’implantations obligés sont : les sommets, les angles, les
longues traversées, les bas-fonds traversés).
La répartition s’effectue en déplaçant sur le profil en long, la chaînette du
paramètre de répartition tracée sur une plaque en matière transparente (c’est
un référentiel). Cette ancienne méthode est remplacée par des logiciels pour
habiller le profil en long.
Au cours de l’implantation des pylônes, les points obligés déterminent la position
des pylônes. Par rapport à ces obstacles, on distingue :
 Les pylônes en contrebas (pylônes déchargés sur lesquels sont installés les
contrepoids, à l’inverse des pylônes chargés qui reçoivent une surcharge
descendante verticale qui les comprime à cause de la dénivellation). Ces
phénomènes sont observés sur les pylônes situés en un point haut du profil
 Les pylônes en angles souples, angles inférieurs à 15°
 Les pylônes sur les points hauts du profil introduisant la notion de
dénivelée (dénivelée négative et dénivelée positive)
 Les pylônes de traversées de fleuves ou de lacs (grandes portées dont le
rapport flèche/portée horizontale (f/a) est compris entre 5% et 7%).

44
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Après avoir effectué des répartitions provisoires des supports sur le profil en
long, l’ingénieur calcule les portées équivalentes des différents cantons de pose.
La répartition optimale des pylônes est obtenue lorsque le rapport entre le
paramètre de base (paramètre à 15°) des conducteurs (PBC) et la portée
équivalente PE est voisin de 4.

PBC = 4 PE

Le paramètre de base du câble de garde PBG est fonction de celui du conducteur


PBC soit :

PBG = PBC / 0,85

2-3-4. Localisation des supports par un piquetage


Lorsque tous les renseignements recueillis après une large consultation sont
validés, le géomètre établit le balisage définitif du tracé marqué par des piquets
rouges.
Des piquets bleus sont ensuite plantés pour matérialiser l’emplacement réel des
axes des supports. Les instruments utilisés pour matérialiser les alignements
(piquets rouges) ou les axes des supports (piquets bleus) sont des tachéomètres
ou théodolites.

45
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

2-3-5 Etablissement d’un carnet de piquetage


C’est un tableau qui rassemble sous un document unique, en utilisant des
symboles, tous les éléments nécessaires à la construction d’une ligne
notamment :
 Les numéros des pylônes, les indications de repérage ;
 La portée horizontale entre pylône, les dénivellations ;
 Les types de pylônes, les armements ;
 Les types de fondations ;
 Les types de chaînes….

Le carnet de piquetage est donc un résumé des études effectuées lors de la


recherche de la répartition des supports. Il est joint au dossier d’exploitation
constitué à la fin de la construction d’une ligne.
2-4/ PHASE D’EXECUTION DES TRAVAUX
• Programme d’exécution du chantier (planning mensuel et
hebdomadaire)
• Documents techniques à fournir (plan hygiène sécurité –
environnement : PHSE-)
• Installation de l’entreprise pour le démarrage des travaux
• Activités (contrôle des chantiers, réunions de chantiers)

Pour le démarrage des travaux à la suite des études et procédures


administratives, le dossier de réalisation de la ligne est remis à l’entreprise
désignée pour exécuter les travaux conformément aux spécifications
techniques, schémas et plans validés.

On distingue les étapes suivantes :


2.4.1 Reprise d’alignement
Le responsable chargé de la construction effectue une reconnaissance détaillée
du tracé et son géomètre exécute les reprises d’alignements en vérifiant les

46
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

bornes, les piquets d’axe des supports et les sommets d’angle de la ligne. Il
s’assure que les implantations correspondent à celles mentionnées sur le profil
en long et les profils d’empattement des pylônes.

2.4.2. Terrassement
En possession des états de déboisements, l’entreprise procède à l’ouverture du
couloir de la ligne par des engins tels les bulldozers, les explosifs…. Elle s’assure
des droits et des obligations à l’égard des tiers.

2.4.3. Traçage des fouilles


Le responsable des travaux démarre le traçage des fouilles en recherchant l’axe
du pylône et l’emplacement des pieds du pylône. Le traçage tient compte de
l’état du terrain, de l’orientation des massifs de fondation du pylône. La fouille
doit être tracée avec précision (respect des dimensions).

2.4.4 Réglage des embases et mise en place de la mise à la terre


Si l’empattement (écartement des pieds de pylônes) est inférieur à 6m, le
réglage par gabarit rigide est le plus rapide et le plus sûr. Dans tous les autres
cas, le réglage se fait pied par pied. L’embase (partie servant d’appui au pylône)
est scellée dans le massif de béton. Elle comporte un joint extérieur au béton sur
lequel vient fixer le pylône par l’intermédiaire des goussets. Les embases doivent
être disposées dans le prolongement rigoureux des montants du pylône qui ont
une pente diagonale résultant des pentes des faces latérales. Il est recommandé
que la cote de dénivellation et l’écartement horizontal de chaque embase soient
rigoureusement observés.

Avant le bétonnage des massifs de fondation, un dispositif de mise à la terre du


pylône est installé, il s’agit d’un fer ARMCO ou câble en cuivre disposé en boucles
autour des massifs à fond de fouille et à mi- hauteur.

47
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

La technique de mise à la terre adoptée est, soit la mise à terre en patte d’oie,
soit la mise à la terre continue

2.4.5. Bétonnage
C’est la consolidation de l’embase mise en place par un coffrage ou un
autre procédé technique. Il existe différents types d’embases.
Les embases :
 Classiques, coffrées et bétonnées
 Pour le roc avec boulons d’ancrage
 Grillagées sans béton peu recommandables (similaire à la fondation à dalle
superficielle)
 armées sans coffrage, la paroi sert de coffrage

Les différents types de fondations sont :


 Les fondations de type standard à dalle et fût
 Les fondations en rocher
 Les fondations à gradins

S’agissant des massifs de fondation à dalle et fût, on distingue 3 types de


figures décomposables :

 la partie pyramidale de volume V= A1h /3 (A1 : aire et h : hauteur)


 la partie tétraèdre de volume V= h / 3 ( A1 + A2+(A1A2)
 la partie parallélépipède de volume V = ABC (aires des parties composant
le parallélépipède)

2.4.6. Montage des pylônes


Le montage d’un pylône nécessite un parc de stockage pour réduire les temps
d’approvisionnement. Le procédé de montage utilisé dépend des
caractéristiques des pylônes (hauteur, dimension, masse des éléments à lever,
des possibilités d’assemblage au sol ; de l’accessibilité à pied d’œuvre, des engins

48
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

de levage et des moyens dont dispose l’entreprise de montage). Le montage de


pylône se réalise par :
 avancement (l’utilisation d’un mat de levage, de moins en moins utilisé
avec l’avancée technologique. Les grues sont privilégiées)
 rotation (l’emploi de grues, rapidité d’exécution)
 travaux héliportés (levage par panneaux ou tronçons).

Le montage de pylône est une opération de manutention qui exige la précision,


la rigueur et la vigilance pour la sécurité du personnel et du matériel.
Prescriptions à respecter :
Recommandations sur le montage des pylônes
Au cours du chargement, du transport, du déchargement et du
stockage,
 éviter la détérioration des surfaces galvanisées ;
 éviter les contraintes excessives dépassant la limite élastique ou des
frottements entre les éléments.

Le procédé de montage des supports et des armements devra être soumis à


l’approbation du maître de l’œuvre avant le début des travaux. Les procédés
sont :
 le levage par avancement
 le levage par rotation ou levage à la grue.
 toutes les pièces seront contrôlées avant le montage de sorte
qu’aucun fer plié, tordu ou autrement endommagé ne devra être
utilisé.
 Les pièces dont la galvanisation sera gravement endommagée
seront rebutées.
 Il est entendu que les endroits des pièces des pylônes ou la
galvanisation est constatée légèrement endommagée seront
retouchés selon les procédés requis :
- nettoyage à la brosse métallique ou au papier abrasif
- lavage au White spirit suivi d’un essuyage au chiffon

49
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

- application de 2 couches d’une peinture riche en zinc à liant


phénolique.

Le type de levage dépend parfois des difficultés d’accès au site des travaux. De
gros moyens peuvent être utilisés tel l’hélicoptère.
Avant le levage il faut procéder au serrage des boulons

Serrage des boulons


Avant le levage, les boulons seront bloqués mais pas fond de filets

Dispositions particulières prises sur le pylône :


- balisage des pylônes par peinture aux voisinage des aéroports ou
aérodromes et dans toutes les autres zones recommandées ;
- pose des plaques pour le repérage aérien en hélicoptère. Les plaques
seront installées au sommet des pylônes sur tous les 5 ou 10 pylônes ;
- repérage des phases, le repérage des phases sur tous les pylônes est
facultatif mais il est obligatoire aux deux bouts de la ligne et sur les
pylônes de transposition.

2.4.7. Mise en place des conducteurs et câbles de garde


C’est l’opération la plus délicate dans la construction d’une ligne. L e déroulage
des conducteurs commence lorsque tous les pylônes d’une section (plusieurs
cantons) de ligne sont levés.
La mise en place des conducteurs comprend les opérations suivantes :

* le montage des chaînes d’isolateurs et tous leurs accessoires, y compris


ceux du ou des câbles de garde

* la mise en place des poulies de déroulage

50
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

* le déroulage
Le choix de la méthode précisée dans les cahiers de charge s’opère de commun
accord avec le maître d’ouvrage. Les procédés de déroulage sont les suivants :

* Le déroulage sous faible tension mécanique ou semi tension mécanique


Pour le déroulage de façon générale, on distingue deux sites :
- le site de déroulement comprenant, les tourets de conducteurs montés sur
des dérouleuses avec des dispositifs d’ancrage. Un dispositif d’ancrage du
conducteur et câblette d’entrainement.

- le site d’entraînement ou de tirage, comprenant un engin de tirage


(cabestan), un petit touret pour l’enroulement du câble d’entraînement,
un dispositif d’ancrage de l’engin de traction, un dispositif d’ancrage pour
les conducteurs.

Dans ce cas de déroulage, Le câble d’entraînement ou de traction peut toucher


le sol. Des protections sont aménagées entre les pylônes pour sécuriser les
conducteurs.
L’opération de tirage commence dès que l’extrémité du câble de traction a été
raccordée à la chaussette du tirage montée à l’extrémité libre du conducteur ou
du câble à dérouler (l’usage d’un émerillon est nécessaire).
*. Le déroulage sous tension mécanique
Ce procédé nécessite une freineuse à installer au poste de déroulage entre le
touret et le premier support. La puissance du treuil placé au poste tracteur, à
l’extrémité opposée de la section de déroulage doit être adaptée à la tension
qu’il faut vaincre pour mettre en mouvement le conducteur à dérouler. La
freineuse permet de tendre à la tension désirée, le conducteur entraîné par le
câble de traction.
Pendant le déroulage sous tension mécanique, le conducteur ne frotte pas sur le
sol et ne risque pas d’être blessé au contact avec des obstacles.

51
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Au cours du déroulage, l’entrepreneur est amené à effectuer un raccordement


* le manchonnage
Lorsqu’un premier touret est dévidé, un autre touret est installé à la suite. Dans
ce cas, le conducteur est ancré provisoirement au sol. Cet ancrage au sol est
exécuté au moyen d’une grenouille, d’un crayon et d’une élingue (dispositif
adapté à la consistance du terrain, exemple : plots en béton).

Lorsque le touret suivant est dévidé, le nouveau conducteur est également ancré
provisoirement au sol. Entre deux pylônes de suspension, on raccorde les
extrémités des conducteurs avec un manchon de jonction.

Lorsque l’extrémité d’un conducteur atteint un pylône d’angle important sur


lequel, on va ancrer le conducteur à l’aide de treuils, le déroulage est
momentanément arrêté.
Les dispositions prises sont :
 L’ancrage au sol du conducteur en vue de sa mise en longueur ;
 Un haubanage du support pour compenser les efforts longitudinaux
(efforts de flexion et de torsion crées lors du réglage définitif du conducteur
en son point d’accrochage).
(Notion d’haubanage en annexe)

* Réglage des conducteurs


Après le déroulage des conducteurs et des câbles de garde, le réglage consiste à
leur donner dans chacune des portées (cas de conducteurs par exemple), une
tension correspondant à la température relevée.

Méthodologie
Le réglage s’effectue à l’aide de treuils. La tension se vérifie par des mesurages
de flèches. Les valeurs de flèches sont données dans un tableau de pose. Les
tableaux de pose sont établis en indiquant pour chaque canton et chaque portée

52
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

les tensions et flèches à respecter entre 15°C et 45°C, de 5°C en 5°C (le choix est
fonction de la réalité du pays. Pour l’exercice on retient -20°C à +45
Exemple de tableau de pose :

Données connues : Caractéristique du conducteur (exemple Aster 570mm2), canton de


pose (du support N°X au support N°Y), portée équivalente, paramètre de base à 15 °C sans
vent

Température (°C) -20 -15 -10 -5 0 +5 +10 +15 +20 +25 +30 +35 +40 +45

Paramètre (m)

Tension de pose
(daN)

Numéro des Flèches de pose


supports

(2) (3) (a)(h)

220

221

222

223

Abidjan le : Etabli par : Approuvé par :

Vérifié par : Signature :

(2) : numéro provisoire des pylônes

(3) : numéro définitif en cours d’étude

(a) : portée horizontale

(h) : dénivelée

Les flèches des conducteurs sont obtenues par calcul.


Les formules de calcul sont :
 terrain de niveau F = a2/8p (a, portée et p paramètre)
 terrain de faible dénivelée (formule à établir pendant le cours)
 terrain à forte dénivellation (formule à établir pendant le cours)

53
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

Le réglage des flèches s’obtient couramment par :


- la méthode directe ou méthode des planches

- la méthode de la tension mécanique

- l’utilisation d’un tachéomètre

*. Mise sur pinces


La mise sur pince consiste à transférer le conducteur initialement marqué au
centre de la poulie de déroulage après le réglage dans la gorge de la pince. Au

54
CME
FORMATION : CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HTB
Session du 4/02/19 Etudiants licence professionnelle TRAME

cours de cette opération, il faut maintenir les chaînes d’isolateurs verticales (cas
de suspension).

• le transport et la manutention de tout le matériel jusqu'à pied


d'œuvre
• l‘exécution des fondations
• la mise en place des prises de terre ainsi que leur raccordement à la
masse métallique des pylônes ou au câble de garde

EXECUTION DES TRAVAUX ANNEXES


• la mesure des résistances des prises de terre
• le montage des pylônes
• l'installation des chaînes d'isolateurs et pose du matériel
d'équipement pour la fixation aux pylônes des connecteurs et du ou
des câbles de garde
• le déroulage, jonction, tirage et réglage des câbles conducteurs et du
ou des câbles de garde, mise en place des armor-rods, bretelles et
accessoires;
• Le raccordement de chaque extrémité des lignes aux portiques des
postes;
• Les travaux annexes (pose des plaques, balise, dispositifs
antivibratoires)

• Essais de la ligne
• Inspection finale de la ligne
• la remise en état des pistes et accès en fin de travaux
• La réception provisoire
• La réception définitive

55

Vous aimerez peut-être aussi