Vous êtes sur la page 1sur 90

Cours de seconde

Pierre-Henry SUET

20 juillet 2017
a
m ire
I La santé 7

1 Le modèle de l’atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
I Structure de l’atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
m
1 Histoire du modèle atomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2 Le noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3 Les électrons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
4 Symbole d’un atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
o

II Masse et dimension de l’atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10


1 Masse de l’atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2 Dimensions de l’atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
S

III Les ions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11


1 Les ions monoatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
a Les cations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
b Les anions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2 Les ions polyatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3 Les composés ioniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
IV Structure électronique d’un atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1 Les couches électroniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2 Règles de remplissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3 Représentation de la structure électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

2 La classification périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
I Classification complète et simplifiée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1 La classification périodique moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2 Classification simplifiée des 18 premiers éléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
II Les familles chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1 Notion de famille chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2 Différentes familles d’éléments. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
III Utilisation de la classification périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1 Stabilité des éléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2 Formule des ions monoatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3 Pourquoi les atomes forment-ils des molécules ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

3 Les molécules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
I La formation des molécules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
II Représentation des molécules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1 Formule brute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2 Représentation de Lewis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3 Formules développées et semi-développées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
III Notion d’isomérie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
IV Groupe caractéristique dans une espèce chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1 Définition d’une espèce chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2 Définition d’un groupe caractéristique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3 Exemple de groupe caractéristique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4 Les polymères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

4 La mole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
I Quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
II Masse molaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1 Masse molaire atomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2 Masse molaire moléculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
III Calcul de quantité de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1 Solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2 Liquide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3 Gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
a Concentration molaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
b Concentration molaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

5 Solution, dissolution et dilution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26


I Les médicaments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2 Principe actif et excipient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3 Princeps et générique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4 Formulation des médicaments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
II Notion de solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
III Sur la paillasse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
1 Verrerie utilisée au laboratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2 Préparation par dissolution d’un solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3 Dilution d’un solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

6 Extraction, identification et séparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31


I Espèces chimiques, corps purs et mélanges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1 Définition d’une espèce chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2 Corps purs simples, corps purs composés, mélange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3 Eléments de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
II Caractéristiques physiques d’une espèce chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1 Solubilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2 Masse volumique ρ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3 Densité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4 Températures d’ébullition Teb et de fusion Tf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
III Identification d’une espèce chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
IV Extraction et séparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1 Aspect historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2 Techniques d’extraction et de séparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

7 Les signaux périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37


I Qu’est-ce qu’un phénomène périodique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
1 Notion de temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2 Définition d’un phénomène périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3 Période T d’un phénomène périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4 Fréquence f d’un phénomène périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
II La tension électrique périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
1 Définition de la tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2 Période et fréquence f d’une tension périodique u(t) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3 Tensions Umax et Umin d’une tension périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
III Exemples d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
1 Oscilllogramme d’une tension triangulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2 Ondes sonores . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3 Rythme cardiaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4 Echographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

8 Ondes et Imagerie médicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44


I Ondes sonores et électromagnétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
1 Définition d’une onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
2 Ondes sonores périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3 Ondes électromagnétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
II Ondes et imageries médicales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1 Utilisation des ondes ultrasonores en échographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2 Principe de la fibroscopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
III Réflexion et réfraction de la lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

33
II L’univers 50

9 Description de l’univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
I L’univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
1 Description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2 Unité légale de longueur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3 Echelle des longueurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
II Des outils de description de l’univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
1 Quelques préfixes à connaître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2 Les puissances de 10 - L’écriture scientifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3 Chiffres significatifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
III Lumière dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
1 Propagation de la lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
2 Le modèle du rayon lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3 Vitesse de la lumière dans le vide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4 L’année lumière (a.l.) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5 Voir loin, c’est voir dans le passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

10 Spectres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
I Nature de la lumière blanche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
1 Décomposition de la lumière blanche par un prisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
2 Le laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3 Longueur d’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
II Les spectres d’émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
1 Spectres d’émission continus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
2 Spectre de raies d’émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
III Les spectres de raies d’absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
1 Montage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
2 Spectre d’absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
3 Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
IV Application à l’astrophysique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1 Analyse de la lumière des étoiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
2 Spectre d’une étoile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

11 Gravitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
I L’interaction gravitationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
II La loi de la gravitation universelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
III Le poids d’un corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
IV Chute d’un corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

III Le sport 64

12 Description des mouvements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65


I Notion de relativité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
II Référentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
III Types de mouvements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
IV Principe de l’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

13 Force et Mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
I Les actions mécaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
1 Actions de contact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2 Actions à distance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
II Modélisation d’une action par une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
1 Modélisation d’une action par une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
2 Exemple de vecteur force, le vecteur poids . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

44
III Effets d’une force sur le mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
1 Modification de la valeur de la vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
2 Modification de la trajectoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
3 Influence de la masse du corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
IV Le principe d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
1 Expérience sur la table à coussin d’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
2 Enoncé du principe d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
V Application du principe d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
1 Forces exercées sur un projectile dans l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2 Le curling . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
3 Mouvement de la Lune autour de la Terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

14 Transformation chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
I Le système chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
2 Représentation d’une transformation chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
3 Réaction chimique entre le nitrate d’argent et le cuivre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
II La réaction chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2 Lois de conservation au cours des réactions chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3 Signification des nombres stœchiométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
III Effet thermique des transformations chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
1 La bougie brûle ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
2 Lesdeux2 effets thermiques possibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

15 Synthèse chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
I Pourquoi synthétiser des espèces chimiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
1 Définition de la synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
2 Les différents types d’industries chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
II Comment réaliser une synthèse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
1 Etape 1 : la transformation des réactifs en produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2 Etape 2 : le traitement du mélange réactionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3 Etape 3 : étape d’identification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
III Rappel : masse volumique et densité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
1 Masse volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
2 Densité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
IV Synthèse chimique et sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
1 Message de l’Union des industries chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
2 Travail de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

16 La pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
I Description d’un gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
1 A l’échelle microscopique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
2 Description d’un gaz à l’échelle macroscopique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
II Notion de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
1 Mise en évidence des forces pressantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
2 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3 La pression atmosphérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
4 Mesure de la pression d’un gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
III Température et agitation thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
1 De quoi dépend la température d’un corps ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2 Appareils de mesure de température . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
3 Echelles de température . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
IV Relation entre pression et volume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
1 Cas des gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
a : Equation d’état des gaz parfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
b Loi de Boyle-Mariotte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

55
2 Cas des liquides : Relation entre pression P et profondeur h . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
V Application au sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
1 La plongée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
2 En altitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

66
Première partie

La santé

7
Chapitre 1

Le modèle de l’atome

I Structure de l’atome
1 Histoire du modèle atomique
Démocrite (420 av-JC) a l’intuition que la matière est formée d’atomes. Au Ier siècle av-JC Lucrèce tente de
démontrer l’existence de l’atome. Atome vient de "tomos" qui signifie couper et le préfixe "a" signifie qu’on ne
peut couper, insécable. L’atome est décrit comme la particule la plus petite possible. C’est la théorie des quatre
éléments d’Aristote qui va s’imposer jusqu’au XIXe siècle. La combinaison de la terre, de l’eau, de l’air et du
feu explique la composition de la matière. En 1805, John Dalton reprend la théorie atomique car elle rend bien
compte de ses observations.

En 1881, J.J. Thomson découvre les électrons. En 1904 il décrit l’atome comme des ensembles de charges
positives occupant une petit volume au milieu d’électrons. L’atome n’est plus insécable ! C’est le modèle du
pudding de Thomson. Chaque charge positive est égale à chaque charge négative, au signe près :

En 1910, Rutherford montre que la matière contient essentiellement du vide et que le noyau qui est 100 000
fois plus petit que l’atome représente presque toute sa masse. Rutherford décrit un atome dont le modèle
est calqué sur celui des planètes. La masse du soleil représente 99 % de la masse du système solaire et son
diamètre est très petit par rapport à celui du système solaire. Le noyau est au centre et les électrons tournent
autour sur des trajectoires fixes.
Ce modèle ne permet pas d’expliquer de nouvelles observations. On doit admettre que la trajectoire des élec-
trons est plus compliquée. Le modèle actuel est très complexe et ne peut plus être représenté par un dessin.
Néanmoins, pour expliquer la physique et la chimie élémentaire il est suffisant d’admettre un modèle de
l’atome avec un noyau central positif très petit et des électrons qui tournent autour en formant un nuage sphé-
rique. On élabore un modèle conformément aux phénomènes observés, il doit permettre de prévoir d’autres
phénomènes. On modifie le modèle au fur et à mesure des observations.

2 Le noyau
Le noyau de l’atome est constitué de particules élémentaires : les protons et les neutrons désignés sous le nom
de nucléons.

88
Pour mieux comprendre, on peut comparer le noyau à une classe :

Nucléon : particule constituant du noyau.


Élève : personne appartenant à une classe C.
Deux sortes de nucléons (A) :
Deux sortes d’élèves (E) :
• Les protons (Z)
• Les filles (F)
• Les neutrons (N = A-Z)
• Les garçons (G = E-F)
Le noyau contient A nucléons dont Z protons et N
La classe contient E élèves dont F filles et G garçons.
neutrons.
Symbole : EF C
Symbole : A
ZX

Définition

• Numéro atomique Z, le nombre de protons contenus dans le noyau.


• Nombre de masse A, le nombre de nucléons contenus dans le noyau.

Les protons sont chargés positivement. Leur charge électrique vaut :

qp = e = +1,6.10−19 C
C est le symbole de l’unité de charge électrique : le coulomb
Le proton possède la plus petite charge électrique positive, appelée charge élémentaire e.
La masse du proton est
mp = 1,67.10−27 kg
Les neutrons, particules neutres électriquement (charge nulle, qn = 0 C) , ont une masse voisine de celle du
proton donc

mn = mp = 1,67.10−27 kg
Le nombre de protons du noyau s’appelle nombre de charge ou numéro atomique et se note Z.
Le nombre de neutrons se note N .
Le nombre total de nucléons, noté A est égal à la somme du nombre de proton et de neutron :

A = Z +N

3 Les électrons
Un électron est beaucoup plus léger qu’un nucléon.
Sa masse est
me = 9,1.10−31 kg
Le rapport entre la masse d’un nucléon (proton ou neutron) et d’un électron est :

99
mnucleon /melectron = (1 ,67 × 10−27 /9,10 × 10−31 ) = 1,83 × 103
Sa charge électrique est l’opposée de la charge élémentaire e :
qe = −e = −1,6.10−19 C

Propriété

L’atome est électriquement neutre. Cela signifie qu’il y a autant de protons positifs dans le noyau que
d’électrons négatifs dans le nuage électronique.

4 Symbole d’un atome


Un atome est symbolisé par une ou deux lettres. La première s’écrit toujours en majuscule et la seconde en
minuscule. Le symbole correspond souvent au début du nom de l’atome mais certains sont issus du nom latin
comme K(kalium) symbole du potassium.

AX
Z

A représente le nombre de nucléons


Z le nombre de protons (il y a Z électrons)
Il y a N = A-Z neutrons dans le noyau.
Exemple : l’ atome de sodium 2311 Na possède :
A = 23 nucléons
Z = 11 protons donc 11 électrons puisque l’atome est électriquement neutre
N = A-Z =23-11 = 12 neutrons.

II Masse et dimension de l’atome


1 Masse de l’atome
La masse de l’atome est égale à la somme de la masse de ses différents constituants :
matome = mnoyau + melectrons = (Z.mp + N .mn ) + Z.me
Si on néglige la masse des électrons devant celle des protons (mp /me = 1835) alors la masse approchée de
l’atome est égale à la masse de son noyau :

mat = Z.mp + N .mn ≈ A.mnuc

Exemple : l’atome de sodium


matome = mnoyau + melectrons = (Z.mp + N .mn ) + Z.me
matome = (11 × 1,67.10−27 + 12 × 1,67.10−27 ) + 11 × 9,1.10−31
matome = 3,84 × 10−26 kg
Masse approchée :
matome = A.mnucleons = 23 × 1,67.10−27 = 3,84 × 10−26 kg

10
10
2 Dimensions de l’atome
Le noyau d’un atome a un rayon de l’ordre de 10−15 m. L’atome peut être considéré comme une sphère de
rayon 10−10 m.
Le rayon du noyau de l’atome est environ 100 000 fois plus petit que celui de l’atome :
R(atome)/R(noyau) = 10−10 /10−15 = 105
Tout comme le système solaire, l’atome a une structure lacunaire.

III Les ions


1 Les ions monoatomiques
Définition

Un ion monoatomique est un atome qui a perdu ou gagné un ou plusieurs électrons.

• Un cation est atome qui perd des électrons devient chargé positivement.
• Un anion est un atome qui gagne des électrons devient chargé négativement.

a Les cations
Exemple : L’atome de lithium a pour symbole : 73 Li
Le cation lithium à pour symbole : 73 Li+
Il a perdu un électron par rapport à l’atome de lithium. Sa charge électrique vaut : q(cation) = 3.q(proton) +
2.q(electron) = 3.e + 2.(−e) = +e > 0 C
Quelques cations monoatomiques

nom de l’anion cation formule charge électrique


sodium Na+ +e = 1,6.10−19 C
magnésium Mg2+ +2e = 3,2.10−19 C
aluminium Al3+ +3e = 4,8.10−19 C

b Les anions
Exemple : l’atome de soufre a pour symbole 34 16 S
l’anion sulfure S2− a pour symbole
l’anion sulfure a gagné deux électrons par rapport à l’atome de soufre. Sa charge électrique vaut : q(atome) =
16.q(proton) + 18.q(electron) = 16.e + 18.(−e) = −2e < 0 C
Quelques anions monoatomiques :

nom de l’anion cation formule charge électrique


chlorure Cl− −e = −1,6.10−19 C
fluorure F− −e = −1,6.10−19 C
oxygène O2− −2e = −3,2.10−19 C

2 Les ions polyatomiques


Un ion polyatomique est constitué de plusieurs atomes le tout ayant gagné ou perdu un ou plusieurs électrons.
Exemple :
- l’anion polyatomique sulfate SO2−4 est constitué d’un atome de soufre, de 4 atomes
d’oxygène le tout ayant gagné 2 électrons. Sa charge électrique est q = −2e = −3,2.10−19 C
- le cation ammonium NH+4 est constitué d’un atome d’azote de 4 atomes d’hydrogène le tout ayant perdu 1
électron. Sa charge électrique est q = +e = 1,6.10−19 C

11
11
3 Les composés ioniques
Définition

Les composés ioniques sont des corps solides constitués d’ions positifs et négatifs. Ils sont électrique-
ment neutres, ils sont composés d’autant de charges positives que de charges négatives.

La formule d’un composé ionique ne fait pas apparaître les charges des ions qui constituent le solide ionique.
Exemples :
- le chlorure de sodium solide de formule NaCl(s) est constitué de cation sodium Na+ et d’anion chlorure Cl− .
En dissolvant du chlorure de sodium dans l’eau on obtient une solution notée (Na+(aq) ,Cl−(aq) ). (aq) signifie que
l’ion est en solution aqueuse.
- le fluorure d’aluminium AlF3 (s) est composé d’un ion aluminium de formule Al+3 et de 3 ions fluorure F− .

(aq) ,3Cl(aq) )
Une solution de fluorure d’aluminium serait notée : (Al3+

IV Structure électronique d’un atome


Au cours du XX° siècle, les scientifiques ont élaboré un modèle de l’atome plus riche que le modèle de Ruther-
ford, permettant d’interpréter la formation des ions et des molécules.

1 Les couches électroniques


Les électrons sont en mouvement autour du noyau : on parle de « cortège électronique » du noyau.
Les électrons d’un atome se répartissent dans des couches électroniques.

Chaque couche est représentée par une lettre ; pour les atomes dont le numéro atomique est inférieur à 19, les
couches occupées sont les couches K, L et M.
La dernière couche occupée s’appelle la couche externe. Les électrons qui l’occupent sont appelés les électrons
périphériques de l’atome.

2 Règles de remplissage
Une couche électronique ne peut contenir qu’un nombre limité d’électrons : 2 électrons sur la couche K ; 8
électrons sur la couche L ; 18 électrons sur la couche M ;
Une couche contenant un nombre maximal d’électrons est dite saturée. Les électrons commencent par occuper
la couche K puis la L et enfin la M. Ils ne peuvent se placer sur une nouvelle couche si la précédente n’est pas
pleine.
Le résultat de la répartition des électrons se nomme la structure électronique de l’atome.

3 Représentation de la structure électronique


La structure électronique décrit la répartition des électrons sur les différentes couches. Ainsi, elle est composée
des lettres correspondant aux couches K,L,M. Les lettres sont écrites entre parenthèse. On indique le nombre
d’électrons qu’elles contiennent en exposant.
Exemples : 63 Li : (K)2 (L)1 6 C : (K) (L)
12 2 4
17 Cl : (K) (L) (M)
35 2 8 7

12
12
Classification périodique.
Exemple de structure électronique :

atome ou ion Z structure électronique dernière couche saturée ?


oxygène 8 (K)2 (L)6 non
cation sodium Na+ 11 (K)2 (L)8 oui
carbone 6 (K)2 (L)4 non
anion chlorure 17 (K)2 (L)8 (M)8 non
anion oxygène O2− 8 (K)2 (L)8 oui

Remarque : l’ion chlorure, nombre de proton Z = 17, il a gagné 1 électron, il possède donc 17+1 = 18 électrons.
Sa structure électronique est (K)2 (L)8 (M)8 .

13
13
Chapitre 2

La classification périodique

I Classification complète et simplifiée


1 La classification périodique moderne
Trier pour mieux mettre de l’ordre dans ses idées !

Le tableau périodique des éléments, également appelé table de Mendeleïev, classification périodique des élé-
ments (CPE) ou simplement tableau périodique, représente tous les éléments chimiques, ordonnés par numéro
atomique Z croissant et organisés en fonction de leur configuration électronique, laquelle sous-tend leurs pro-
priétés chimiques.
Définition

Une ligne de la classification est appelée période.


Une colonne est appelée famille.

Propriété

Les éléments d’une même colonne possèdent des propriétés similaires.

La conception de ce tableau est généralement attribuée au chimiste russe Dimitri Mendeleïev, qui construisit
en 1869 une table différente de celle qu’on utilise aujourd’hui mais similaire dans son principe, dont le grand
intérêt était de proposer une classification systématique des éléments chimiques connus à l’époque en vue de
souligner la périodicité de leurs propriétés chimiques, d’identifier les éléments qui restaient à découvrir, et
même de pouvoir prédire les propriétés de ces éléments alors inconnus.
Le tableau périodique a connu de nombreux réajustements depuis lors jusqu’à prendre la forme que nous lui
connaissons aujourd’hui. Il est devenu un référentiel universel auquel peuvent être rapportés tous les types
de comportements physique et chimique des éléments. En novembre 2014, sa forme standard comportait 118
éléments.

2 Classification simplifiée des 18 premiers éléments

En classe de seconde on n’étudiera que les 18 premiers éléments de la classification périodique.

14
14
- Dans une même ligne, les atomes des éléments ont le même nombre de couches électroniques occupées :
- 1 couche (K) pour la première ligne
- 2 couches (K et L) pour la seconde ligne
- 3 couches (K, L et M) pour la troisième ligne
- Dans une même colonne, les atomes des éléments ont le même nombre d’électrons sur leur couche externe :
un électron sur la couche externe pour les atomes faisant partie des éléments de la première colonne puis 2
pour ceux de la seconde colonne etc.

II Les familles chimiques

1 Notion de famille chimique


Définition

Les éléments ayant des propriétés chimiques voisines forment une famille. Ils sont placés dans la même
colonne. Leurs propriétés chimiques sont dues aux nombres d’électrons de leur couche externe.
Le nombre de protons contenus Z dans le noyau est caractéristique de l’élément chimique.
Dés que Z est connu, l’élément chimique correspondant l’est aussi et réciproquement.

Exemples : Z = 1 ⇒ c’est de l’hydrogène ; Z = 6 ⇒ c’est du carbone etc...


Propriété

Deux atomes sont isotopes s’ils ont le même nombre de protons Z mais des nombre de masse A diffé-
rents (donc des nombres de neutrons N différents).
Deux isotopes appartiennent au même élément, puisqu’ils ont même Z.

Ex : carbone 12 : 126 C et carbone 14 : 146 C

2 Différentes familles d’éléments.


1 Les alcalins.
Première colonne de la classification, ils possédent tous un seul électrons sur la couche externe.
Ils ont tendance à facilement perdre cet électron (en vertu de la régle de l’octet) et devenir des cations
avec une charge positive.
A l’exception de l’hydrogène, les éléments de la première colonne appartiennent à la famille des alcalins.
Dans la nature on les rencontre sous forme d’ions Li+ (lithium), Na+ (sodium) ou K+ (potassium), comme
dans l’eau ou les eaux minérales. Ils sont responsables du goût salé. A l’état de corps purs simples ce sont
des métaux mous qui réagissent spontanément avec le dioxygène de l’air ou l’eau. Pourquoi forment t-ils
des ions X+ ? En perdant un électron ils répondent aux règles de stabilité des éléments chimiques (règle
du duet et de l’octet). Leur dernière couche d’électrons comporte soit 2 soit 8 électrons.

atome Li Na K
structure électronique (K)2 (L)1 (K)2 (L)8 (M)1 (K)2 (L)8 (M)8 (N )1
ion Li+ Na+ K+
structure électronique (K)2 (K)2 (L)8 (K) (L)8(M)8
2

Les atomes appartenant à la famille des alcalins ne forment pas de molécules.

2 Les alcalino-terreux.
Deuxième colonne de la classification, ils possédent deux électrons sur la couche externe, électrons qu’ils
ont facilement tendance à perdre pour donner des cations avec deux charges positives.

15
15
3 Les halogénes.
Dans la 17me colonne, ils possèdent sept électrons sur la dernière couche. Ils ont tendance à gagner un
électron pour donner un anion avec une charge négative.
Les éléments de la 17ème colonne (7 ème colonne de la classification simplifiée) appartiennent à la
famille des halogènes.
Dans la nature, on les rencontre sous forme d’ions monoatomiques : F− (fluorure) ; Cl− (chlorure) ; Br−
(bromure). Ils peuvent également exister sous forme de molécules diatomiques : F2 , Cl2 , Br2 . Ces espèces
chimiques sont fortement colorées et très nocives. Pourquoi forment t-ils des ions X− ? En gagnant un
électron ils répondent aux règles de stabilité des éléments chimiques (règle du duet et de l’octet). Leur
dernière couche d’électrons comporte 8 électrons.

atome F Cl
structure électronique (K)2 (M)7 (K)2 (L)8 (M)7
ion F− Cl−
structure électronique (K)2 (L)8 (K) (L)8 (M)8
2

4 Les gaz nobles.


Appartenant à la derniére colonne, ils possèdent déjà huit électrons sur la couche externe : ils sont donc
naturellement stables.
Les gaz rares sont peu présents dans l’atmosphère terrestre. Ce sont les éléments chimiques les plus
stables. Ils sont inertes chimiquement c’est-à-dire qu’ils ne participent à aucune réaction chimique. Ils
ne forment pas d’ions ni de molécules.
Pourquoi ? Leur dernière couche est saturée à 2 ou 8 électrons. Ces atomes sont stables chimiquement
Exemple :

He Hélium (K)2
Ne Néon (K)2 (L)8
Ar Argon (K)2 (L)8 (M)8

L’hélium est l’élément le plus abondant dans l’Univers après l’hydrogène.

III Utilisation de la classification périodique


1 Stabilité des éléments
Les électrons gravitant autour du noyau, ne sont pas répartis n’importe comment, mais en couches (niveaux
d’énergie) appelées, couches K, L, M, N...
La couche K ne peut recevoir que deux électrons, alors que les autres peuvent en accueillir huit.
Définition

• Règle de remplissage :
Une couche ne commence à être remplie que lorsque la précédente est pleine (saturée).

• Règle de l’octet (duet) :


Un élément chimique est stable si la couche électronique externe est saturée, c’est à dire si elle
contient 8 électrons.

2 Formule des ions monoatomiques


La colonne dans laquelle se trouve l’élément chimique nous renseigne sur l’ion qu’il va donner au cours
des réactions chimiques. Dans la classification simplifiée, les ions monoatomiques correspondant à la même
famille ont tous la même charge. La cause est due à la règle de l’octet et du duet.
Exemple :

16
16
- les éléments de la première colonne donne des cations X + , ceux de la seconde donne des cations X 2+ , ceux
de la troisième colonne peuvent donner des cations X 3+ .
- les éléments de la septième colonne donnent des anions X − , ceux de la sixième des anions X 2−

3 Pourquoi les atomes forment-ils des molécules ?


Pour satisfaire la règle du duet ou de l’octet, l’atome doit former des liaisons avec d’autres atomes. Chaque
liaison apporte un électron à sa dernière couche électronique.
Exemple : un atome appartenant à un élément de la cinquième colonne du tableau simplifié possède 5 élec-
trons sur sa couche externe. Il aura besoin de 3 liaisons avec d’autres atomes. Chaque liaison lui apporte un
électron. Il possèdera alors 5+3 = 8 électrons sur sa dernière couche. La règle de l’octet est respectée.

N° Eléments chimiques Nombre de liaisons Formules brutes


4 C,Si 4 CCl4 , SiCl4
5 N,P 3 NH3 , P Cl3
6 O,S 2 H2 O, H2 S
7 F,Cl,Br 1 HF, HCl, HBr

Tous les atomes appartenant à la même colonne établissent le même nombre de liaison dans une molécule.
Remarque : Les atomes des éléments de la première colonne (à l’exception de l’hydrogène de structure élec-
tronique (K)1 ) ainsi que ceux de la seconde colonne forment préférentiellement des ions.

17
17
Chapitre 3

Les molécules

I La formation des molécules


Définition

Une molécule est un assemblage électriquement neutre d’atomes reliés entre eux par des liaisons co-
valentes.

Qu’est-ce qu’une liaison covalente ?


Dans une molécule, les atomes mettent en commun des électrons de leur couche externe afin d’acquérir une
structure stable en duet ou en octet.
Une liaison covalente entre deux atomes correspond à une mise en commun de deux électrons de leurs couches
externes pour former un doublet d’électrons appelé doublet liant. Les deux électrons mis en commun sont
localisés entre les deux atomes. Elle se représente par un tiret entre les symboles des deux atomes.
Le nombre de liaisons covalentes que peut former un atome est égal au nombre d’électrons qui manque sur sa
couche externe pour avoir la structure stable en duet ou en octet...
Définition

Une liaison covalente résulte de la mise en commun d’un doublet d’électrons entre deux atomes.
Chacun des atomes apportant un électron.
On la représente par entre les symboles des deux atomes.
Les liaisons entre deux atomes peuvent être simples , doubles ou triples

Propriété

Un atome crée autant de liaisons de covalence qu’il lui manque d’électrons pour satisfaire la règle de
l’octet.

À retenir

Atome Structure électronique Électrons manquants Liaisons Exemple


H (K)1 1 1 H H
O (K)2 (L)6 2 2 O O
N (K)2 (L)5 3 3 N N
H

C (K)2 (L)4 4 4 H C H

Exemples :
L’atome d’hydrogène : (K)1 , il doit acquérir un électron pour obtenir la structure stable en duet donc il pourra
former 1 liaison covalente.
L’atome d’oxygène : (K)2 (L)6 , il doit acquérir 2 électrons pour obtenir la structure stable en octet, donc il
pourra former 2 liaisons covalentes.
L’atome de carbone : (K)2 (L)4 , il doit acquérir 4 électrons pour obtenir la structure stable en octet, donc il
pourra former 4 liaisons covalentes.

18
18
II Représentation des molécules
1 Formule brute
Définition

C’est la formule la plus basique d’une molécule.


Elle indique les différents atomes constituant la molécule ainsi que leur nombre en indice.

Exemples : H2 O , C6 H12 O6

2 Représentation de Lewis
Doublets liants et non liants :
Un doublet liant est constitué de deux électrons mis en commun dans une liaison covalente.
Un doublet non liant est formé de deux électrons de la couche externe qui ne sont pas engagés dans une liaison
covalente. Ils n’appartiennent qu’à un seul atome.
Représentation de Lewis :
Elle permet de représenter les doublets liants et non liants d’une molécule. Les doublets liants se représentent
par un trait entre les symboles des atomes et les doublets non liants se représentent par un trait à côté du
symbole de cet atome.

Exemple 1 : La molécule de dioxyde de carbone

• Ecrire le nom et la formule brute de la molécule. Dioxyde de carbone : CO2

• Ecrire la configuration électronique de chaque atome. C ∶ (K)2 (L)4 et O ∶ (K)2 (L)6


En déduire le nombre ne d’électrons externes des atomes mis en jeu.
ne (C) = 4 et ne (O) = 6

• En déduire le nombre nl de liaisons covalentes que doit établir l’atome pour acquérir une structure en
octet ou en duet.
nl (C) = 8 − 4 = 4 et nl (O) = 8 − 6 = 2
Calculer le nombre total nt d’électrons externes de la molécule.
nt = (1 × 4) + (2 × 6) = 16
En déduire le nombre nd de doublets externes.
nd = 16/2 = 8

• Répartir les doublets de la molécule en doublets liants et non liants en respectant les règles du duet et
de l’octet.

La formule de Lewis de la molécule de dioxyde de carbone est donc :

O C O

Exemple 2 : la molécule d’eau


La molécule d’eau a pour formule brute H2 O. Chaque atome d’hydrogène a besoin d’échanger 1 liaison cova-
lente, l’atome d’oxygène a besoin d’échanger 2 liaisons covalentes.

Aussi, dans la formule de Lewis de cette molécule apparaîtront 2 doublets non liants sur l’atome d’oxygène :
En effet, l’atome d’oxygène (O, Z = 8, (K)2 (L)6 ) utilise 2 électrons de sa couche externe pour créer 2 liaisons
covalentes. Il reste donc 4 électrons sur cette couche de valence qui ne participe pas aux liaisons covalentes :
ces 4 électrons forment les 2 doublets non liants.

On obtient pour formule de Lewis :

O
H H

19
19
Exemple 3 : La représentation de Lewis de l’acide sulfurique H2 SO4 est :

H O S O H

3 Formules développées et semi-développées


L’enchaînement des atomes peut être représenté par une formule développée ou semi-développée. Les for-
mules développées et semi-développées proviennent de la représentation de Lewis : seuls les doublets liants
sont représentés.
Dans une formule développée, toutes les liaisons covalentes apparaissent.
Définition

La formule développée montre toutes les liaisons entre les différents atomes de la molécule.
On peut ainsi voir l’enchaînement des atomes.

O H H O H H O H

Ex : H O C C C C N C C O C H

H N H C H H
H H
H

Dans une formule semi-développée, les liaisons concernant les atomes d’hydrogène ne sont pas représentées.
Définition

Une formule semi-développée est presque la même que la formule développée, mais quelques groupes
"évidents" mettant en jeu les atomes d’hydrogène qui ne sont pas détaillés.

O H

Exemple : HOOC CH2 CH C N CH COO CH3

NH2 CH3

III Notion d’isomérie


Définition

On appelle isomères des molécules ayant la même formule brute, mais des formules développées dif-
férentes. Elles portent des noms différents et ont des propriétés physiques et chimiques différentes.

Exemple : C4 H10
2 isomères correspondent à la formule brute C4 H10
a) le butane
formule semi-développée : CH3 − CH2 − CH2 − CH3
b) le méthylpropane

20
20
OH

Ex : C3 H8 O donne les isomères : H3 C CH2 CH2 OH H3 C CH CH3 H3 C CH2 O CH3


a b c
Ex : C2 H6 O
2 isomères correspondent à la formule brute C2 H6 O
a) l’éthanol, formule semi-développée CH3 − CH2 − OH
b) Le diméthyloxyde, formule semi-développée CH3 − O − CH3

IV Groupe caractéristique dans une espèce chimique


1 Définition d’une espèce chimique
Définition

Une espèce chimique est caractérisée par :


- sa formule chimique
- son aspect physique (couleur, forme liquide solide ou gazeuse), à la température et la pression am-
biante
- des grandeurs physiques (solubilité température d’ébullition, de fusion, masse volumique)

Exemple : à la température de 20°C et à la pression P = 1 bar (pression atmosphérique) le dioxygène est un gaz
incolore. Sa formule chimique est O2 c’est-à-dire qu’il est constitué à partir de molécule contenant 2 atomes
d’oxygène. Sa température de fusion est -219 °C sa température d’ébullition est -183°C sa masse volumique
est de 1,4 g.L−1 (à la température de 0°C et à la pression de 1 bar).
Une espèce chimique est soit naturelle soit artificielle (créée par l’homme).

2 Définition d’un groupe caractéristique


Un groupe caractéristique est une partie d’une espèce chimique. Un au moins de ces atomes n’est par un
atome de carbone. Un atome de carbone lié à un atome d’oxygène par une double liaison fait parti du groupe
caractéristique.
Définition

On appelle groupe caractéristiques, un groupe d’atomes donnant des propriétés chimiques particu-
lières aux molécules qui le possèdent.
On parle de famille chimique.

3 Exemple de groupe caractéristique


O O O O

Formule R OH R C R′ R C H R C OH R C O R′ R NH2

Famille Alcool Cétone Aldéhyde Acide carboxylique Ester Amine

4 Les polymères
Définition

Un polymère est une macromolécule dont un groupe fonctionnel est présent un grand nombre de fois.
On le représente à l’aide d’un motif.

O O O O
...O C (CH2 )4 C O (CH2 )6 O C (CH2 )4 C O (CH2 )6 O...

21
21
Chapitre 4

La mole

I Quantité de matière
Comme les molécules sont si petites, elles doivent vite être très nombreuses !
Les chimistes ont donc besoin d’une unité de mesure à la ... mesure des molécules. Cette unité s’appelle la
mole
Définition

Une mole d’objets est un paquet contenant 6,02.1023 objets.

Ainsi, pour pratiquer la chimie, les chimistes doivent dénombrer le nombre d’atomes, d’ions ou de molé-
cules appelés « entités chimiques » (échelle microscopique) présentes dans les échantillons de matière qu’ils
manipulent à l’échelle humaine (échelle macroscopique).

Exemple : Le nombre d’atomes de fer contenu dans un échantillon de masse m = 3,5 g sachant que la masse
d’un atome fer est égale à 9,3.10−23 g se calcule ainsi :

N = 3,5/9.3.10−23 = 3,8.1022 atomes

Ces nombres sont si grands que les chimistes ont eu l’idée, pour faciliter le décompte, de regrouper les entités
chimiques en « paquets » comme dans la vie courante (Ex : feuilles de papier regroupées en rames de 500
feuilles, œufs regroupés par 6 ou 12 ). Ce paquet appelé mole comporte toujours le même nombre d’entités.

Six cent deux mille milliards de milliards...

Définition

Ce nombre astronomique, c’est le nombre d’Avogadro NA


Il correspond au nombre d’atomes de carbone 12 contenus dans 12 g de carbone 12.

NA = 6,02.1023 mol−1

Définition

La quantité de matière d’une espéce chimique correspond au nombre de mole de cette espéce chi-
mique. (c’est à dire le nombre de paquets)
On la note n et son unité est la mole (mol)

Dans un échantillon il y a :
n moles d’entités.
NA entités dans 1 mole.
N entités en tout.
Rapport entre N et n :

22
22
Nombre d’entités
(sans)

Quantité de ma-
n = NNA
tière (mol)
Nombre d’Avogadro
mol−1

où NA = 6,02.1023 mol−1 s’appelle la constante d’Avogadro.

II Masse molaire
Une mole contient toujours le même nombre d’entités mais sa masse change selon la nature des entités qui la
constituent.

1 Masse molaire atomique


La masse molaire atomique d’un élément chimique est la masse d’une mole d’atomes de cet élément à l’état
naturel, c’est à dire compte tenu de tous ses isotopes et de leurs abondances relatives.
On la notera M ; elle s’exprime en g.mol−1 .
Définition

On appelle masse molaire atomique, la masse d’une mole d’atomes.


On la note M. Elle s’exprime en g.mol −1

Exemples : M(H) = 1 g.mol −1 ; M(C) = 12 g.mol −1 ; M(O) = 16 g.mol −1

2 Masse molaire moléculaire


La masse molaire moléculaire représente la masse d’une mole de molécules. Elle est égale à la somme des
masses molaires atomiques des éléments constituant la molécule. Elle est notée M. Elle est égale au rapport
de la masse m de molécule sur la quantité de matière de molécules :
Définition

On appelle masse molaire moléculaire, la masse d’une mole de molécules.


On la note M. Elle s’exprime en g.mol −1

Exemples :
- la masse molaire moléculaire de l’eau H2 O est égale à 2 fois la masse molaire atomique de l’hydrogène M(H),
plus une fois la masse molaire atomique de l’oxygène M(O) :

M(H2 O) = 2.M(H) + 1.M(O) = 18 g.mol−1

Quelle est la masse molaire moléculaire de l’espèce chimique de formule brute C8 H8 O6 ?

M(C8 H8 O6 ) = 8.M(C) + 8.M(H) + 6.M(O) = 200 g.mol−1

III Calcul de quantité de matière


1 Solide
Cette relation permet de prélever un nombre voulu de moles d’une substance sous forme solide, souvent en
poudre.

23
23
Masse (g)

Quantité de ma-
n= M
m

tière (mol)
Masse molaire (g.mol−1 )

- n : la quantité de matière exprimée en moles (mol) ;


- m : la masse de l’échantillon exprimée en grammes (g) ;
- M : la masse molaire de l’espèce qui correspond à la masse d’une mole de cette espèce, et s’exprime en
gramme par mol (g.mol−1 ).

2 Liquide
Cette formule est utile pour prélever une quantité choisie de matière d’un liquide, connaissant par exemple sa
densité que l’on peut relier à la masse volumique.

ρ (g.L−1 ) et V (L)

n=
ρ.V
Quantité de ma- M
tière (mol)
Volume molaire
(g.mol−1 )

Avec :
- n : la quantité de matière exprimée en moles (mol) ;
- ρ : la masse volumique exprimée en grammes par litre (g.L−1 ) ;
- V : le volume exprimé en Litre (L) ;
- M : la masse molaire de l’espèce qui correspond à la masse d’une mole de cette espèce, et s’exprime en
grammes par mole (g.mol−1 ).

3 Gaz
Cette relation s’applique aux gaz.

Volume du gaz (L)

Quantité de ma-
n = VVm
tière (mol)
Volume molaire
(L.mol−1 )

Avec :
- n : la quantité de matière exprimée en moles (mol) ;
- V : le volume de l’échantillon de gaz exprimé en litre (L) ;
- Vm : le volume molaire qui correspond au volume d’une mole de gaz dans les mêmes conditions de tempéra-
ture et de pression que celles de l’échantillon, exprimé en litre par mole (L.mol−1 ).
Le volume molaire est employé pour les gaz et dépend donc des conditions de température et de pression.
À la pression de 100 kPa (1 bar), il est égal à 22,710 980 dm3 /mol à 0°C et 24,789 598 dm3 /mol à 25°C.

24
24
4 Solution
a Concentration molaire.
Définition

On appelle concentration molaire C d’un soluté, la quantité de matiére n de ce soluté par unité de
volume V de solution.

Quantité de matière
(mol)

Concentration
C = Vn
molaire(mol/L)
Volume de solution (L)

- C : la concentration molaire exprimée en mole par litre (mol.L−1 ) ;


- n : la quantité de matière exprimée en moles (mol) ;
- V : le volume exprimé en litres (L).

b Concentration molaire.
Définition

On appelle concentration massique Cm d’un soluté, la masse m de ce soluté par unité de volume V de
solution.

Masse de soluté (g)

Concentration
Cm = Vm
massique (g/L)
Volume de solution (L)

25
25
Chapitre 5

Solution, dissolution et dilution

I Les médicaments
1 Définition
Un médicament est une substance présentant des propriétés curatives ou préventives permettant de guérir des
animaux ou des hommes.

2 Principe actif et excipient

Définition

Tout médicament contient deux types de substances :

• le principe actif : c’est lui qui joue le rôle thérapeutique.

• l’excipient : incorporé au médicament pour faciliter sa conservation ou l’administration.

3 Princeps et générique
Lorsqu’une substance active est découverte par les chercheurs, ceux ci déposent un brevet valable dix ans. Le
médicament est appelé princeps. Une copie du principe actif peut être ensuite réalisée : on appelle cette copie
le médicament générique.
Définition

Un médicament est dit princeps lorsqu’il est protégé par un brevet : le propriétaire en conserve l’ex-
clusivité jusqu’à expiration du brevet.
Un générique contient le même principe actif et peut être fabriqué par d’autres laboratoires, mais après
expiration du brevet.

4 Formulation des médicaments


La formulation d’un médicament correspond à la forme sous laquelle ce médicament va être ingéré par l’orga-
nisme.
Exemple : sous forme de gélule, sous forme de comprimé effervescent, sous forme liquide etc.

II Notion de solution
Quand une espèce chimique (corps pur solide, liquide ou gazeux) est dissoute dans un liquide, on obtient un
mélange appelé solution.
L’espèce dissoute constitue le soluté, le liquide utilisé pour la dissoudre est appelé solvant. Si ce dernier est
l’eau, la solution est dite aqueuse.

26
26
Définition

On appelle solution, le résultat de la dissolution d’un soluté dans un solvant.

Selon la structure du soluté, une solution peut contenir des molécules ou des ions. Ces dernières sont donc
conductrices du courant électrique.

1 Concentration massique Cm en soluté.

Définition

C’est la masse de soluté exprimée en gramme par unité de volume de solution exprimée en litre.

Masse de soluté (g)

Concentration
Cm = Vm
massique (g/L)
Volume de solution (L)

Quand le solide ne peut plus être dissous par le solvant, on dit que la solution est saturée.

2 Préparation de solutions.

a. Par dissolution.
Il suffit de dissoudre la masse de soluté voulue dans le volume de solvant adéquat pour obtenir la
solution désirée.

• Choisir une fiole jaugée de volume voulu.

• Ajouter une peu d’eau distillée dans la fiole jaugée.


• Verser le solide pesé dans un sabot.
• Rincer le sabot avec une pissette d’eau distillée.
• Agiter pour dissoudre le solide.

• Compléter avec de l’eau distillée jusqu’au trait de jauge.


• Homogénéiser.

27
27
b. Par dilution d’une solution mère.
On prélève un volume VmΓere de la solution mère de concentration Cm (mΓ
ere) pour préparer un
volume Vf ille d’une solution fille de concentration Cm (f ille).

Propriété

Dans le prélèvement et dans la solution fille diluée, la masse de soluté est la même : on
n’ajoute que de l’eau !

m(mere)

meme masse

m(f ille)

Cm(mere) × Vmere = Cm(f ille) × Vf ille

Définition

Facteur de dilution correspond au nombre de fois que la solution mère a été diluée.
Cm (mere) Vf ille
F= Cm (f ille)
= Vmere

Le facteur de dilution n’a pas d’unité.

28
28
III Sur la paillasse

1 Verrerie utilisée au laboratoire

III. La verrerie d’une dilution et d’une dissolution

1. La dilution

Une dilution consiste à diluer une solution aqueuse (solution mère) de manière à obtenir une nouvelle
solution de concentration moins élevée (solution fille).

Méthode :
Compléter la fiole avec de
l’eau distillée jusqu’au trait
de jauge en tenant compte du
ménisque.

Verser de la solution
mère dans un bécher Vider la pipette
et prélever un volume dans une fiole
précis de la solution jaugée du volume Pour finir, boucher
mère à l’aide d’une désiré. et agiter la fiole.
pipette jaugée.

2. La dissolution
2 Préparation par dissolution d’un solide
Une dissolution consiste à dissoudre un soluté dans un solvant.

Méthode :

Prélever la masse de Ajouter de l’eau


soluté nécessaire à distillée dans la fiole
l’aide d’une coupelle jusqu’au 2/3 et agiter Pour finir, boucher
et d’une balance. jusqu’à dissolution et agiter la fiole.
complète du soluté.

Introduire le soluté Compléter la fiole


dans une fiole jaugée avec de l’eau
du volume désiré. distillée jusqu’au
trait de jauge en
tenant compte du
ménisque.

Pour préparer
IV. unbien
Pour volume V deen
manipuler solution
T.P. de concentration C par dissolution d’un composé solide, il faut :
- Calculer la masse
L’évaluation de solide
des capacités à prélever.
expérimentales évalue l’aptitude du candidat à manipuler le matériel utilisé en TP de
Physique/Chimie.
- Peser Il estbalance
à l’aide d’une de ce fait électronique
indispensable de
labien connaître
masse le nomdans
de solide et l’utilisation de ce matériel. Le candidat
une coupelle.
doit réaliser l’expérience qui lui est proposée puis rendre compte de ses résultats et de ses observations dans un
- Introduire le solide dans une fiole jaugée de volume V et rincer la coupelle à l’eau distillée.
3/4
- Ajouter de l’eau distillée aux ¾. Boucher et agiter pour dissoudre tout le solide.
- Compléter d’eau distillée jusqu’au trait de jauge. Boucher, agiter pour homogénéiser. Fermer la fiole à
l’aide d’un bouchon

29
29
III. La verrerie d’une dilution et d’une dissolution

1. La dilution
3 Dilution d’un solution
Une dilution consiste à diluer une solution aqueuse (solution mère) de manière à obtenir une nouvelle
solution de concentration moins élevée (solution fille).

Méthode :
Compléter la fiole avec de
l’eau distillée jusqu’au trait
de jauge en tenant compte du
ménisque.

Verser de la solution
mère dans un bécher Vider la pipette
et prélever un volume dans une fiole
précis de la solution jaugée du volume Pour finir, boucher
mère à l’aide d’une désiré. et agiter la fiole.
pipette jaugée.

Pour préparer un volume V1 de solution fille de concentration C1 par dilution d’une solution mère de
2. La dissolution
concentration C0 , il faut :
Une dissolution
- calculer le volumeconsiste à dissoudre
V0 de solution mèreun àsoluté dans un solvant.
prélever.
- prélever ce: volume à l’aide d’une pipette jaugée munie d’une propipette.
Méthode
- introduire ce volume dans une fiole jaugée de volume
Prélever la masse de
V1 . de
Ajouter l’eau
soluté d’eau
nécessaire à distillée dans la fiole
- compléter distillée jusqu’au trait de jauge. Boucher, agiter pour homogénéiser. On a préparé la
l’aide d’une coupelle jusqu’au 2/3 et agiter Pour finir, boucher
solution fille de concentration C1 en soluté. jusqu’à dissolution
et d’une balance. et agiter la fiole.
Comment calculer Vo ? complète du soluté.

Lors d’une dilution, la quantité de matière no de soluté prélevée dans la solution mère est égale à la
quantité de matière n1 de soluté se retrouvant dans la solution fille :
Exemple 1 : L’eau de Dakin est un antiseptique à base d’eau de Javel de concentration C = 0,065 mol.L−1
en ions hypochlorite (ClO− ) contenant 20 g.L−1 d’hydrogénocarbonate de sodium ( Na+ ,HCO−3 ). La so-
lution est colorée avec du permanganate de potasium (K+ ,MnO−4 ).
On veut préparer V1 = 1L d’eau de Dakin
Introduire à partir de :
le soluté Compléter la fiole

[ClO− ] = 0,650 mol.L−1distillée jusqu’au


dans une fiole jaugée avec de l’eau
- une solution d’eau de javel du
devolume
concentration
désiré.
de −1
- de l’hydrogénocarbonate de sodium solide de masse molaire M = 74trait
g.mol jauge en
tenant compte du
- du permanganate de potassium solide ménisque.

Expliquez comment fabriquer cette solution.


Exemple 2 : La solution mère a une concentration Co = 1,0 mol.L−1 . On veut préparer une solution fille
de chlorure de sodium (Na+ ,Cl− ) de concentration C1 = 1,0 10−1 mol.L−1 et de volume V1 = 100 mL.
IV. Pour bien manipuler en T.P.

Au cours de la des
L’évaluation dilution la quantité
capacités de matière
expérimentales 0 de soluté
évalue nl’aptitude prélevée
du candidat dans la solution
à manipuler le matérielmère
utiliséest
en égale
TP deà la
Physique/Chimie.
quantité de matièreIlnest desoluté
1 de ce fait indispensable de bien
se trouvant dans laconnaître
solutionlefille
nom:et l’utilisation de ce matériel. Le candidat
doit réaliser l’expérience qui lui est proposée puis rendre compte de ses résultats et de ses observations dans un
3/4
C1 V1 = C0 V0
Le volume de solution mère à prélever est Vo = 10 mL.

30
30
Chapitre 6

Extraction, identification et
séparation

I Espèces chimiques, corps purs et mélanges

1 Définition d’une espèce chimique


Une espèce chimique est caractérisée par :
- sa formule chimique
- son aspect physique : couleur, forme liquide solide ou gazeuse (définie à une température et à une
pression donnée)
- des grandeurs physiques (solubilité, température d’ébullition et de fusion, masse volumique)
Exemple : à la température de 20 °C et à la pression P = 1 bar (pression atmosphérique) le dioxygène est
un gaz incolore. Sa formule chimique est O2 c’est-à-dire qu’il est constitué à partir de molécule contenant
2 atomes d’oxygène. Sa température de fusion est -219 °C sa température d’ébullition est -183 °C, sa
masse volumique est de 1,4 g.L−1 (à la température de 0 °C et à la pression de 1 bar).
Une espèce chimique est soit naturelle (produit par la nature) soit artificielle (créée par l’homme).

2 Corps purs simples, corps purs composés, mélange


Un corps pur simple est composé à partir d’un seul élément chimique.
Exemple : le corps pur simple diazote est constitué de molécule gazeuse de diazote de formule N2 ne
contenant que l’élément chimique azote de symbole N. Le corps purs pur simple hélium n’est constitué
que d’une seule espèce chimique le gaz hélium contenant un seul élément chimique l’hélium de formule
He.
Un corps pur composé est constitué d’une seule espèce chimique qui peut contenir plusieurs éléments
chimiques.
Exemple : le corps pur composé oxyde d’aluminium est constitué uniquement de l’espèce chimique de
formule Al2 O3 . Cette espèce chimique contient 2 éléments chimiques, l’aluminium de symbole Al et
l’oxygène de symbole O.
Un mélange est un corps contenant plusieurs espèces chimiques différentes.
Exemple : la bauxite est un mélange contenant plusieurs espèces chimiques : de l’oxyde d’aluminium
(Al2 O3 ) et de l’oxyde de fer (Fe2 O3 ). C’est un minerai dont on extrait l’aluminium.

Espèce chimique Corps pur simple, composé ou mélange ?


chlorure de sodium (NaCl) corps composé
l’oxyde de fer (Fe2 O3 ), la rouille ! corps composé
l’aluminium (Al) corps pur
la galène, minerai (PbS,Ag,Bi,Se) mélange

31
31
3 Eléments de sécurité

II Caractéristiques physiques d’une espèce chimique

1 Solubilité

Définition

La solubilité d’un corps correspond à la masse maximale m de corps pouvant être dissoute dans
1 litre de solvant. La solubilité est notée s.

La solubilité est aussi une caractéristique de chaque espéce chimique.


Unité : masse en gramme (g), volume de solution en litre (L), solubilité en gramme par litre (g.L−1 ).
La solubilité dépend de la température de la pression et du type de solvant.
Exemple : la solubilité du sel dans l’eau à température t = 0 °C est s = 347 g.L−1
Cela signifie qu’on peut dissoudre au maximum 347 g de sel dans un litre d’eau. Si on essaie d’en dis-
soudre plus le surplus se retrouvera sous forme solide au fond du récipient.
Exercice : la solubilité du diiode (I2 ) dans l’eau est, à température et pression normale, s = 250 g.L−1 .
On verse 400 g de diiode dans le solvant eau de volume V = 0,5 L. On obtient une solution d’eau iodée.
Quelle la composition de la solution ?

2 Masse volumique ρ
• Masse volumique :

Définition

La masse volumique ρ d’un corps est le rapport de la masse de ce corps et le volume de ce


corps.

32
32
Son expression littérale est :

Masse (kg)

ρcorps =
mcorps
Masse volumique Vcorps
(kg.m−3 )
Volume (m3 )

3 Densité

La densité d d’un corps solide ou liquide est égale au rapport de sa masse volumique ρ sur celle de
l’eau :

Masse volumique du
liquide kg/m3

d = ρeau
ρ
Densité (sans)
Masse volumique de
l’eau (kg/m3 )

Comme tout rapport de même unité, la densité n’a pas d’unité.


Exemple : la masse volumique du plomb est ρ(P b) = 11,3×103 kg.m−3 . La densité du plomb d(P b)
est 11,3

4 Températures d’ébullition Teb et de fusion Tf

La matière peut se trouver sous trois états : liquide solide et gazeux.


La température de fusion d’un corps est la température ou le corps passe de l’état solide à l’état
liquide.
La température d’ébullition d’un corps est la température ou le corps passe de l’état liquide à l’état
gazeux.
Ces 2 températures dépendent de la pression.
Exemple :
A une pression P = 1 bar l’éthanol à une température d’ébulition T(eb) = 79°C et de fusion de Tf =
-117 °C.
de -273 °C à -117 °C l’éthanol se trouve sous forme solide
de -117 °C à 79°C l’éthanol se trouve sous forme liquide
Pour une température supérieure à 79 °C l’éthanol se trouve sous forme gazeuse.

33
33
III Identification d’une espèce chimique

Une chromatographie sur couche mince (CCM) permet de séparer et


d’identifier les différentes espéces chimiques présentes dans un mé-
lange homogène.
Un éluant monte par capillarité le long d’une plaque recouverte de si-
lice et entraîne avec lui des espéces chimiques préalablement déposées
sur la plaque. Plus une espéce chimique est soluble dans l’éluant, plus
elle montera haut avec lui.
Selon leurs solubilités, les différentes espéces chimiques d’un mélange
homogéne monteront à des hauteurs différentes et seront ainsi sépa-
rées.
À côté du mélange M à étudier, on dépose des espéces chimiques de
référence A et B ; si le mélange contient une tache à la même hauteur
qu’une tache de référence, on en conclut que le mélange étudié contient
cette espéce de référence.
Ici, le mélange M contient l’espèce chimique A, l’espèce chimique B M A B
ainsi qu’une troisiéme espèce chimique inconnue.

front de l’éluant
Qu’appelle-t-on rapport frontal d’une espèce chimique ?
Il permet de comparer la hauteur de progression d’une espéce chimique
avec la hauteur de l’éluant :

(cm)
H
(sans unité) RB = h
H h
(cm)

M A B

Une fois la substance extraite il faut l’analyser pour en déterminer sa composition.


La chromatographie permet de séparer puis d’identifier les espèces chimiques d’un mélange.
1. On trace sur une plaque (feuille de papier généralement) un trait à 1 cm du bord appelé ligne de
dépôt. La plaque correspond à la phase stationnaire
2. On dépose sur le trait une goutte de substance A à analyser et une ou plusieurs gouttes de
substances connues notées B, C etc..
3. On plonge la phase stationnaire dans un solvant appelé éluant ou phase mobile.
4. Le solvant monte par capillarité en entrainant les gouttes de substances.
5. Lorsque le solvant arrive à 1 cm du bord supérieur de la phase stationnaire on sort la plaque et
on la fait sécher.
6. On analyse le chromatogramme obtenu pour déterminer la composition de la tâche inconnue.
Exemple :
Le colorant vert (V) est constitué de deux espèces chimiques puisqu’il contient deux taches. Ces
deux taches ont le même rapport frontal que les colorants E104 et E133. Par conséquent le colorant
vert est un mélange de colorant E104 et E133.
Pourquoi les espèces chimiques ne migrent-elles pas à la même hauteur ? Plus les espèces chimiques
sont solubles dans le solvant, plus elles migrent haut et plus leur rapport frontal est élevé.
C’est la masse de soluté exprimée en gramme par unité de volume de solution exprimée en litre.

34
34
IV Extraction et séparation

1 Aspect historique

Dès l’antiquité, les hommes extraient des substances animales ou végétales :


- des colorants
- des médicaments
- des parfums.

2 Techniques d’extraction et de séparation

Pour extraire des substances des composés utiles on utilise 4 techniques :


- l’expression ou pressage qui est l’obtention de substances par pression (exemple presser le raisin
pour obtenir un jus)
- la macération mettre une substance dans un solvant froid pour en extraire un de ces composés.
Exemple : faire macérer de l’écorce de quinquina dans de l’eau pour en extraire de la quinine qui
est un antipaludique.
- l’infusion : un solvant chaud est versé sur une plante pour en extraire un composé pendant une
durée limitée.
Exemple : infusion du thé !
- la décoction ; la plante est mélangée au solvant puis chauffée pendant plusieurs minutes pour en
retirer les substances actives.
Exemple : décoction de queues de cerises pour soigner certaines affections.

a. Filtration.

35
35
La filtration permet de séparer la phase solide de la phase liquide d’un
mélange hétérogène.
Mais la filtration ne permet pas de séparer les deux phases liquides de
deux liquides non miscibles.

b. Extraction par solvant.


Infusion : extraction des principes actifs ou arômes d’une plante par
dissolution dans un solvant initialement bouillant qu’on laisse ensuite
refroidir.
Décoction : chauffage de plantes et d’eau jusqu’à ce que cette dernière
bouillisse.
Macération : extraction dans un solvant à froid.
Soit un principe actif dissous dans de l’eau.

Comment le séparer de l’eau ?

Il faudrait faire évaporer l’eau, malheureusement, le principe actif


s’évapore souvent avec elle !
On utilise donc un autre solvant, non miscible à l’eau, dans lequel le
principe actif est plus soluble que dans l’eau et dont la température
d’ébullition est nettement plus faible que celle de l’eau.
On sépare ensuite les deux phases liquides avec une ampoule à décan-
ter.
Le solvant est ensuite évaporé pour ne laisser que le principe actif.
Ainsi, si une solution aqueuse contient un composé organique dangereux. On l’extrait en
mélangeant la solution aqueuse avec un solvant organique (comme le cyclohexane), dans une
ampoule à décanter. Le composé organique dangereux se solubilise préférentiellement dans
le solvant organique et disparaît de la solution aqueuse. On laisse décanter le mélange : la
séparation s’effectue. On élimine le solvant organique et on récupère l’eau épurée.
Seconde Thème santé
c. Distillation.
c ) Distillation.

Lors d’une hydrodistillation, l’eau a deux rôles essentiels :


→ Sa température d’ébullition
Lors d’une hydrodistillation,
étant de 100 l’eau a°C,
deux rôlesempêche
elle essentiels : les ma-
• Sa température d’ébullition étant de 100 °C, elle empêche les ma-
tières premières de brûler.
tières premières de brûler.

→ L’entraînement à• L’entraînement
la vapeur (d’eau)à la vapeur (d’eau) : tous les gaz sont miscibles,
: tous les gaz sont miscibles,
ainsi, la vapeur d’eau et la vapeur d’huile essentielle se mélangent
ainsi, la vapeur d’eau et la vapeur d’huile essentielle
très bien. L’huile essentielle est donc se la
entraînée par mélangent
vapeur d’eau.
trés bien. L’huileUne essentielle
fois liquéfiéesest doncduentraînée
au niveau parl’eau
réfrigérant à eau, la etvapeur
l’huile à
l’état liquide,
d’eau. Une fois liquéfiées auforment
niveau deux
duphases dans l’hydrodistillat.
réfrigérant à eau, l’eau et
l’huile à l’état liquide, forment deux phases dans l’hydrodistillat.

4 ) Synthèse.

Définition
On appelle synthèse, la fabrication d’une molécule par le chimiste dans le but d’imiter une molécule naturelle
ou d’en inventer de nouvelles.

Propriété
Cela permet très souvent d’obtenir une espèce chimique plus facilement à meilleur prix.
D’autre part, la demande est parfois telle que les plantes ne permettraient pas d’y répondre.

Sortie eau froide

Lors d’une synthèse, bien souvent, il faut accélérer la ré-


36
36 action : pour cela, il faut chauffer le milieu réactionnel.
Mais, en chauffant, les réactifs peuvent entrer en ébulli- Réfrigérant à eau
tion et s’évaporer.
Pour empêcher la perte des réactifs, on utilise le montage
Chapitre 7

Les signaux périodiques

I Qu’est-ce qu’un phénomène périodique ?

1 Notion de temps
L’homme a toujours cherché à se repérer dans le temps. Mais la mesure directe n’est pas aussi simple que
celle d’une longueur par exemple. Les phénomènes astronomiques, réguliers et facilement observables,
ont donné à l’homme ses premiers repères dans le temps : le jour, le mois, l’année. Plusieurs siècles plus
tard, ils ont appris à évaluer le temps en observant l’ombre d’un gnomon planté dans le sol ou grâce à un
réservoir d’eau ou de sable gradué qui se vide régulièrement. A partir du XVIIe siècle, l’élaboration de
dispositif ingénieux et performants a permis d’accéder à des mesures de durée de plus en plus précise.
Le temps est une grandeur physique. Son unité légale est la seconde, symbole s.

2 Définition d’un phénomène périodique


Un phénomène périodique est un phénomène qui se reproduit identique à lui-même à intervalle de
temps T régulier.
Exemples :

• Pendule simple
• Rotation de la Lune autour de la Terre
• Rotation de la Terre autour du Soleil
• Battements du coeur

• Période :
Définition

La période d’un phénomène périodique est la durée qui sépare deux événements identiques
successifs.

Exemples : période d’un journal... 24h


période d’un hebdomadaire... 1 semaine
période d’un mensuel... 1 mois
• Fréquence :

Définition

La fréquence d’un phénomène périodique correspond au nombre de fois que ce phénomène


se reproduit identique à lui-même en une seconde. C’est à dire, le nombre de périodes en
une seconde.
On la note f et elle s’exprime en Hertz (Hz)

Un phénoméne est d’autant plus fréquent qu’il se répéte souvent, c’est à dire que la durée entre
deux événements successifs est courte : sa fréquence est donc élevée.

37
37
3 Période T d’un phénomène périodique

Définition

La période d’un phénomène périodique est la durée qui sépare deux événements identiques suc-
cessifs. La période notée T s’exprime en secondes (s).

Exemples : période d’un journal... 24h


période d’un hebdomadaire... 1 semaine
période d’un mensuel... 1 mois

4 Fréquence f d’un phénomène périodique

Définition

La fréquence d’un phénomène périodique correspond au nombre de fois que ce phénomène se


reproduit identique à lui-même en une seconde. C’est-à-dire, le nombre de périodes en une se-
conde.
On la note f et elle s’exprime en Hertz (Hz)

f = T1
Fréquence (Hz)

Période (s)

Définition

Un phénoméne est d’autant plus fréquent qu’il se répète souvent, c’est -à-dire que la durée entre
deux évènements successifs est courte : sa fréquence est donc élevée.

Exemples :
La période d’un pendule simple est T = 1,5 s. Sa fréquence est égale à f = 1/T soit
f = 1/1,5 f = 0,67 Hz
La fréquence des oscillations d’un cristal de quartz est
f = 32768 Hz.
Sa période T = 1/f
T = 1/32768 T = 3,0518 × 10−5 s

II La tension électrique périodique

1 Définition de la tension
La tension électrique existant entre deux points A et B est notée UAB . L’unité de tension électrique est le
volt (V).
La tension UAB est égale à la différence de niveau électrique entre les points A et B. Un niveau électrique
est appelé potentiel électrique noté V.
UAB = VA − VB

38
38
VA : potentiel électrique du point A en volts (V)
VB : potentiel électrique du point B en volts (V)
La tension électrique est une grandeur physique que l’on mesure à l’aide d’un voltmètre, d’un oscillo-
scope ou d’une carte d’acquisition reliée à un ordinateur. Les appareils se branchent en dérivation pour
mesurer la tension.

2 Période et fréquence f d’une tension périodique u(t)

Définition

Un signal périodique est le résultat d’une mesure d’un phénoméne périodique à l’aide d’un
capteur.
Cette mesure est souvent une tension exprimée en volt (V).
Un signal périodique posséde donc un "motif" qui se répète identique à lui-même au cours du
temps.

Exemple :

U (V) T
Umax

0
t(s)
Umin
motif

On obtient ce signal en réalisant une mesure à l’oscilloscope de tension générée par un GBF, une dynamo,
et une pile.
Une tension variable u(t) est une tension dont la valeur en volt varie au cours du temps. Lorsque la
tension est variable et périodique, les variations se répètent identiques à elles mêmes au cours du temps.
La période T (s) de la tension périodique, est la plus petite durée au bout de laquelle les variations se
répètent identiques à elle-mêmes-.
La fréquence de la tension périodique est l’inverse de la période T :

1
f =
T

39
39
3 Tensions Umax et Umin d’une tension périodique

La tension maximale Umax est la plus grande valeur de tension que peut prendre la tension périodique
u(t) au cours du temps.
La tension minimale Umin est la plus petite valeur de tension que peut prendre la tension périodique
u(t) au cours du temps.

III Exemples d’application

1 Oscilllogramme d’une tension triangulaire

Voici l’oscillogramme d’une tension triangulaire. On donne les échelles suivantes :


- échelle verticale ou calibre de tension : C(tension) = 1 V/division
- échelle horizontale ou calibre de temps : C(temps) = 1 ms/division
Cette tension est périodique car ses variations se répètent identique à elles mêmes.
Sa période correspond à N = 4 divisions donc
T = N .C(temps) = 6 × 1 = 6 ms

T = 6 × 10−3 s
Sa fréquence
f = 1/T = 1/(6 × 10−3 ) = 166,7 Hz
Umax représente N = 2 divisions vers le haut donc :
Umax = N .C(tension) = 2 × 1 = 2 V
Umin représente N = -2 divisions vers le bas donc :
Umin = N .C(tension) = -2 × 1 = -2 V

2 Ondes sonores

Définition

Une onde sonore est la propagation d’une suite de compressions et dilatations du milieu de pro-
pagation.

40
40
4 ) Ondes sonores.
Définition
Une onde sonore est la propagation d’une suite de compressions et dilatations du milieu de propagation.

Propriété
Une onde sonore a besoin d’un milieu matériel pour se propager. Il n’y a donc pas de sons dans le vide.
4 ) Ondes
La célérité son dépend du milieu traversé. Dans l’air, à température ambiante, v son º 340m.s °1
dusonores.
Définition
Une onde sonore est la propagation d’une suite de compressions et dilatations du milieu de propagation.
Exemples de sons :
Propriété
• Diapason :
4 ) Une
Ondesonde sonore a besoin d’un milieu matériel pour se propager. Il n’y a donc pas de sons dans le
sonores.
vide.
Définition
LaUne
célérité du sonestdépend
onde sonore du milieu
la propagation d’unetraversé. Dans l’air, et
suite de compressions à dilatations
température ambiante,
du milieu vson ≈ 340 m.s−1
de propagation.

Exemples de sons :
Propriété
Une onde sonore a besoin d’un milieu matériel pour se propager. Il n’y a donc pas de sons dans le vide.
La célérité du son dépend du milieu traversé. Dans l’air, à température ambiante, v son º 340m.s °1

• Diapason :
Exemples de sons :
Propriété
• Diapason :
• Clarinette :
Une onde sonore a besoin d’un milieu matériel pour se propager. Il n’y a donc pas de sons dans le vide.
La célérité du son dépend du milieu traversé. Dans l’air, à température ambiante, v son º 340m.s °1

Exemples de sons :
• Diapason :

• Clarinette :

• Clarinette :
• Clarinette :

2/3

41
41
L(dB)
5 ) Audiogramme. Danger
L(dB) Seuil de douleu
r
Danger Le niveau sonore (en décibel) est représenté en or-
donnée.
IS Seuil de douleu US Il est fixé à 85Le
dBniveau sonore
au travail ! (en décibel) e
r
Attention aux oreillettes, concerts...
donnée.
Au delà de 20 kHz, les sons sont trop aigus pour
IS Conversation être entendusIlpar
US estune
fixè à 85d
oreille B au travail
humaine ! les
: ce sont
Attention aux oreillettes, concer
ultrasons, domaine des chauves-souris et des dau-
phins !
Se
uil
d’audibilité En de ca 20 Hz, Au trop
delàgrave
de 20kHz,
pour êtreles sons! Ce
audible so
Conversation êtreroyaume
sont les infrasons entendus par une! oreille
des éléphants
Inaudible
les ultrasons, domaine des cha
0 20 20k f(Hz)
Bande Spassante
eui dauphins !
l d’audibilité
En deça de 20Hz, trop grave po
Inaudible sont les infrasons royaume des
3 0
Rythme 20
cardiaque 20k f(Hz)
Bande passante
Voici l’électrocardiogramme qui traduit l’activité électrique du cœur au cours du temps.
6 ) Rythme cardiaque.
3T=2,4s

Méthode
Pour améliorer la précision,
plusieurs périodes.

La fréquence
Pour enprécision,
améliorer la Hz n’étant pas mesurer
il faut très pratique
plu- ici, on lui préfère le rythme cardiaque exprimé en ba
2,4
sieurs périodes. 1
Ici, T = = 0,80s ainsi f = = 1,25Hz
3 en Hz n’étant pas trèsTpratique ici, on lui préfére le rythme cardiaque exprimé en batte-
La fréquence
ments par minute.
Donc le rythme : R = f £ 60 = 75 batt/min
T = 2,4/3 = 0,80 s ainsi f = 1/T = 1,25 Hz
7 ) Ici,
Echographie.
Donc le rythme : R = f × 60 = 75 batt/min
Principe
Un émetteur et un récepteur d’ultrasons sont placés côte à côte. Les ultrasons émis par l
4 réfléchis
Echographiepar un obstacle puis captés par le récepteur.
Plus l’obstacle est dense, plus il renvoie les ultrasons.
Connaissant
Propriété la célérité des ultrasons dans le milieu, il est possible d’en déduire la distance ent
l’obstacle.
Un émetteur et un récepteur d’ultrasons sont placés côte à côte. Les ultrasons émis par l’émetteur
Un
sontordinateur crée
réfléchis par un alorspuis
obstacle unecaptés
image parde
le l’obstacle.
récepteur.
Plus l’obstacle est dense, plus il renvoie les ultrasons.
Connaissant la célérité des ultrasons dans le milieu, il est possible d’en déduire la distance entre
l’émetteur et l’obstacle.
Un ordinateur crée alors une image de l’obstacle.
R
E Organe
Sonde
42
42 Connaissant la durée ¢t entre
le deuxième et la célérité des ul
1er écho ème
R
E Organe
Sonde
Connaissant la durée ∆t entre le premier écho et le
deuxiéme et la célérité des ultrasons dans le milieu
1er écho 2eΓme écho traversé, on peut déterminer la dimension de l’or-
gane étudié.

vU S ×∆t
d= 2

0
t(s)

∆t

43
43
Chapitre 8

Ondes et Imagerie médicale

Introduction : La lumière et le son sont des ondes. En quoi diffèrent-elles ? Quels liens y a-t-il entre les
propriétés d’absorption, de réflexion et de réfraction d’une onde et le domaine de la santé ?

I Ondes sonores et électromagnétiques

1 Définition d’une onde

Définition

Une onde est un phénomène de propagation d’une perturbation sans transport de matière mais
avec transport d’énergie.

2 Ondes sonores périodiques


Une onde sonore périodique peut être produite par :
- un haut parleur
- la voix
- un instrument de musique
Dans le cas du haut parleur, la fréquence de vibration de l’onde sonore est identique à celle de la tension
appliquée aux bornes du haut parleur. Une onde sonore a besoin d’un milieu matériel pour se propager :
l’air, un métal, l’eau etc.
Domaine de fréquences :
0 Hz < f < 20 Hz domaine des infrasons (inaudibles pour l’oreille humaine)
20 Hz < f < 20000 Hz domaine des sons audible
f > 20000 Hz domaine des ultrasons (inaudibles)

3 Ondes électromagnétiques
Une onde électromagnétique correspond à la propagation simultanée d’un champ électrique et magné-
tique. Une O.E.M peut se propager :
- à travers la matière
- à travers le vide.

44
44
II Ondes et imageries médicales

Les ondes sont utilisées pour visualiser l’intérieur du corps humain. Celles-ci sont plus ou moins ab-
sorbées par les tissus. Pour l’échographie, on utilise des ultrasons (fréquence > 20 000 Hz). Ce sont les
phénomènes de réflexion et de réfraction des ultrasons à travers les tissus humains qui sont utilisé pour
construire l’image du fœtus :
- un solide (os) réfléchit pratiquement la totalité des ondes ultrasonores. Il apparaitra blanc à l’échogra-
phie.
- un gaz ou un liquide homogène ne réfléchit pas l’ultrason, il ne fait que le transmettre. Il apparaitra
noir à l’échographie
- un milieu hétérogène (muscle, organe...) réfléchit un peu l’ultrason il apparaitra gris à l’échographie
Pour visualiser le squelette on utilisera plutôt des rayons X.

1 Utilisation des ondes ultrasonores en échographie

45
45
L’échographie est une technique d’imagerie employant des ultrasons dont la fréquence est de l’ordre de
107 Hz = 10 MHz. La sonde fonctionne comme un radar : elle envoie des ultrasons et recueille l’écho (il
y a réflexion de l’onde au niveau des tissus et des os). Un ordinateur calcule alors la durée qui sépare
l’émission de la réception de chaque onde. En connaissant la vitesse de propagation de l’onde, l’ordina-
teur calcule les distances de tous les points sondés par l’appareil et reconstruit une image du fœtus.

2 Principe de la fibroscopie

La fibroscopie est une technique qui utilise la fibre optique pour explorer les organes à l’intérieur du
corps (estomac, bronches, etc.). On sait depuis le collège que la lumière se propage en ligne droite. Dans
une fibre optique, elle subit une succession de réflexions au niveau de la gaine.

Voici le trajet lumineux des reflexions dans la fibre optique courbée.

Chez le vétérinaire :

III Réflexion et réfraction de la lumière

a. Définitions.

Définition

On appelle réfraction de la lumière le changement de direction que subit un rayon lumi-


neux quand il change de milieu transparent.

46
46
Un peu de vocabulaire :
N
• Dioptre : surface de séparation des deux milieux transparents.
• Rayon incident : rayon lumineux arrivant sur le dioptre. i1
• Point d’incidence I : point d’intersection entre le rayon incident et le
dioptre. dioptre I milieu 1
milieu 2
• Rayon réfracté : Rayon lumineux traversant le deuxième milieu.
• Normale N : droite passant par I et perpendiculaire au dioptre. i2

• Angle d’incidence i1 : formé par la normale et le rayon incident.

• Angle de réfraction i2 : formé par la normale et le rayon réfracté.


b. Réflexion.
N

i1 i1
En réalité, à chaque fois qu’un rayon lumineux arrive sur un dio
dioptre I milieu 1 une partie traverse le dioptre et une autre y est réfléchie.
milieu 2
L’angle de réflexion est le même que l’angle d’incidence.

i2

c. Indice de réfraction.
Célérité dan
vide (m.s−1 )
Définition

L’indice de réfraction d’un milieu transparent est


le rapport de la célérité (c) de la lumiére dans le
vide et (v)dans le milieu considéré. Indice
n = vc
(sans)
c = 3,00.108 m.s−1 Célérité dan
milieu (m.s−

Propriété

Plus l’indice de réfraction d’un milieu transparent est grand, plus le milieu est réfringeant.

47
47
Exemples : nair = 1,00 nplexiglas = 1,50 neau = 1,33
Cela signifie que, pour le plexiglas, la lumiére se propage 1,5 fois moins vite que dans le vide.

d. Lois de Snell-Descartes.

i. Première loi.
Définition

Le rayon incident, le rayon réfracté et la normale sont dans le même plan appelé plan
d’incidence.

ii. Deuxième loi.


Définition

Les sinus des angles d’incidence et de réfraction sont proportionnels tels que :

n1 sin i1 = n2 sin i2

e. Réflexion totale.

• n1 < n2
N N

i1 i1

dioptre I milieu 1 dioptre I milieu 1


milieu 2 milieu 2

i2 i2lim

Le rayon réfracté se rapproche de la normale. Cas limite.

• n1 > n2
N N

i1 i1lim

dioptre I milieu 1 dioptre I milieu 1


milieu 2 milieu 2

i2 i2

Le rayon réfracté s’éloigne de la normale. Cas limite.

48
48
Propriété

Quand la lumiàre passe d’un milieu plus réfringeant vers un milieu poins réfringeant (n1 >
n2 ), il existe un angle d’incidence limite au delà duquel, il n’y a plus de réfraction, mais
seulement réflexion sur le dioptre.

Le dioptre se comporte comme un miroir !

C’est le phénomène de réflexion totale.

Application : la fibre optique : n2 > n1

n1
n2
n1

f. Dispersion.
N
Propriété

Les différentes couleurs de la lumière blanche ne sont pas toutes ré-


fractées de la même manière : le violet est plus réfracté que le rouge. dioptre I milieu 1
milieu 2
Cela permet la décomposition de la lumière blanche par un prisme par
exemple.

49
49
Deuxième partie

L’univers

50
Chapitre 9

Description de l’univers
!"#$%&'()*#+#,-./&0)(#12#$%(#/)(3&4)(#/)5*(%0.0&6%#7(#8"$%&'()*

!" #$%&'()*')(+%,+%-./012+(&
!"#$%&'()'#*+,-(.&#/' #,3*)4+0'%5# 01' #-./012+(&# &'#2$3-$&'#*' #6-$07'+&# '"#$(%45'#,15$1(#*+1"' #8'31-+# 61"#&7&5.3'#
&$/,4('89 # :'& # ;5$4/'& # &' # ('<($1-'"5 # '" #9$-$:1+&9 # :'& # <,/,=4'& # &' # ('<($1-'"5 # '" # ,4$& % ,+ % 9$-$:1+&# 014 # ('3-/4&&'"5#
I L’univers
-./012+(&%3;&+(2$;-+9
<8=101'130>
:,#4$'17(+#62'#014#-$&&.*'#1"'#3,&&'8#&'#*30*+0'(+#*,"&#/'&#6-$07'+&#'5#/'&#8'31-+&9#?0'(+#/'&#-/,".5'&#'5#/'&#;5$4/'&>#
1 Description
4/#7#,#10%21,+%@)$&1%$;&3-)9#!"#*45#,/$(&#01'#-./012+(&#,#1"'#&'()*')(+%-$*)0$1(+>#4/#'&5#2$3-$&;#*'#9($0,&%+&6$*+&%
21,+&#6/,21"'&8>#&,"&#3,54.('9

!"##"$%$&'("

)*+(,-".$/(-0#/"'#".
5%OPP%PPP%Q4

5%OPP%PPP%PPP%Q4
12.-,3"$.4*+/#"

5-4/*".$6#478".
5%OPP%PPP%PPP%PP
P%Q4

5%OPP%PPP%PPP%PP
P%PP P%Q4

5%OPP%PPP%P
PP%PPP%PPP
%PPP%PPP%Q4 5%OPP%PPP%P
PP%PPP%PPP
%PPP%Q4
<3+.$="$>+*+;/".
94-#"$:+*+;/"

!"#$%&'()*)+),#-&..&)&()/(0$#($0&)1&).23'45&0/)54/46.&7

L’univers s’étend de l’infiniment petit à l’infiniment grand, la référence étant la taille de l’homme dont
A" /'1-1&$'130%,+%-$%03'$'130%&*1+0'1=1@)+%+'%6)1&&$0*+%,+%,1:
l’ordre de grandeur est le mètre.
?$1( #($**3)(*1(%-.8*(1')(+# *'&#"$3%('&#5(.&#<(,"*&#$1#5(.&#-'545&>#$"#154/4&'#/, #03'$'130%&*1+0'1=1@)+# $@#$"% 4+'%+0%
=$*'+)(#1"#"$3%('#$%5'"1#+0%4)-'16-1$0'%3)%,121&$0'%6-)&1+)(&%=31&%6$(%,1:9
a. L’atome :
Sphére de rayon de l’ordre de 0,1 nanométre (nm) ; 1 nm =10−9 m.
B8'C3,+%D%&)12(+
Il est constitué ?:+46-+%5
d’un noyau positif et d’un nuage ?:+46-+%E
électronique négatif tout autour.
Le noyau est considéré comme une sphère de rayon de l’ordre du femtométre (fm) ; 1f m = 10−15 m
5"%F*(1(+%-+%034;(+ A#BCDEEEEE>E E>EEEDJE

E"%<8*$-+(%-$%21(9)-+%G)&@).$)%6(+41+(%*C1==(+%030%
La quasi totalité de la masse de l’atome
0)-H%+0%*344+0I$0'%6$(%-$%9$)*C+J
estA#BHCDEEEEE#E E#EEEDHJE
concentrée dans le noyau.
Entre le noyau et les électrons, il y a du vide : l’atome a une structure LACUNAIRE
K"%L346'+(%,+%*34;1+0%,+%*C1==(+%30%$%,8*$-8%-$% F;2,/,<'#)'(&#/,#9$)*C+>#*'# F;2,/,<'#)'(&#/,#,(31'+>#*'#M%
21(9)-+J N#2G4HH('&9 2G4HH('&9
b. La Terre :
M"%F*(1(+%$-3(&%-$%6)1&&$0*+%,+%,1:%$2+*%)0%&190+%
Planète du système solaire de rayon 6400 km
63&1'1=%&1%-+%,8*$-$9+%+&'%2+(&%-$%9$)*C+H%089$'1=%
environ.
A#B>CDEEEEEE#=#BE I D>JE#=#BEAD
&1030J
Décrit une trajectoire autour du Soleil, quasiment circulaire de rayon 150 millions de km.

Définition BKD

On appelle unité astronomique (UA) la distance Terre-Soleil.

51
51
c. Le système solaire :
Constitué du Soleil (étoile) et de huit planètes gravitant autour.
Environ 6 milliards de km de rayon.
Entre le Soleil et les planètes, il y a du vide : le système solaire a une structure LACUNAIRE

d. La voie lactée :
C’est notre galaxie ! Elle ressemble à un disque de 1021 m de diamètre et contient environ 200
milliards d’étoiles.
Entre les étoiles, il y a du vide : la voie lactée a une structure LACUNAIRE

e. L’univers :
Contient des milliards de galaxies. Il est en éternelle expansion : les galaxies s’éloignent les unes
des autres.
Aujourd’hui, on peut observer jusqu’ à 1026 m de distance.
Entre les galaxies, il y a du vide : l’Univers a une structure LACUNAIRE

2 Unité légale de longueur


L’unité légale de longueur dans le système international (SI) est le mètre (m).
Remarque : l’unité légale de surface est le mètre carré (m2 ) l’unité légale de volume est le mètre cube
(m3 ). On utilise aussi des multiples et sous-multiples du mètre

3 Echelle des longueurs

molécule cellule Terre système solaire

noyau atome bactérie homme km France Soleil UA AL voie lactée Univers

m
10−15 10−12 10−9 10−6 10−3 100 103 106 109 1012 1015 1018 1021 1024

II Des outils de description de l’univers

1 Quelques préfixes à connaître

1 Pm 1015 m
1 Tm 1012 m
1 Gm 109 m
1 Mm 106 m
1 µm 10−6 m
1 nm 10−9 m
1 pm 10−12 m
1 fm 10−15 m

2 Les puissances de 10 - L’écriture scientifique


La notation scientifique est l’écriture d’un nombre sous la forme du produit :

a × 10n

52
52
Avec a : nombre décimal 1 < a < 10 et n, entier positif ou négatif.
Exemple : 178 m en écriture scientifique s’écrit 1,78 102 m
Formules
10a 10b = 10a+b
10−a = 1/10a
10a /10b = 10a−b
(10b )a = 10a.b

3 Chiffres significatifs
Il n’est pas équivalent d’écrire : L=1,5 cm et L=1,50 cm.
La premiére écriture signifie que la mesure de longueur a été effectuée avec un instrument permettant
d’apprécier le millimétre, la deuxiéme écriture signifie que la mesure a été effectuée avec un instrument
permettant d’apprécier le dixième de millimètre.
Tous ces chiffres ont donc une signification.
Les chiffres significatifs nous informent sur la valeur de la grandeur mesurée et sur la précision de cette
mesure.
Recherche des chiffres significatifs.
Dans l’écriture scientifique d’un nombre (a.10n ) tous les chiffres servant à écrire le nombre décimal a
sont significatifs.

3 Chiffres significatifs et présentation du résultat d’un calcul.

Propriété

Lorsqu’on effectue un produit ou un quotient, le résultat ne doit pas être exprimé avec plus de
chiffres significatifs que la donnée qui en comporte le moins.

Exemple :

1,52 × 2,3 = 3,496 mais on écrira : 1,52 × 2,3 = 3,5

car 2,3 ne comporte que deux chiffres significatifs alors que 1,52 en comporte trois.

Propriété

Lorsqu’on effectue une somme ou une différence, le résultat ne doit pas être exprimé avec plus de
décimales que la donnée qui en comporte le moins.

Exemple :

200,1 + 50,25 = 250,35 mais on écrira 200,1 + 50,35 = 250,3 (ou 250,4)

car 200,1 ne comporte qu’une décimale (1) alors que 50,25 en comporte deux (2 et 5).(on pourrait écrire
le résultat sous la forme 2,503.102 ).

III Lumière dans l’espace

1 Propagation de la lumière
La lumière issue des étoiles traverse l’espace et nous parvient. La lumière se propage en ligne droite,
dans le vide et dans tous les milieux transparents et homogènes.

53
53
2 Le modèle du rayon lumineux
On modélise le trajet suivi par la lumière entre deux points par des segments de droite orientés dans le
sens de la propagation. Ces segments sont appelés rayons lumineux.

3 Vitesse de la lumière dans le vide


La première mesure a été effectuée par l’astronome danois Romer en 1676 à l’observatoire de Paris. C’est
une vitesse limite : aucun objet ou onde ne peut se déplacer plus vite que la lumière dans le vide.
La vitesse de propagation de la lumière dans le vide, appelée aussi célérité de la lumière vaut :

c = 3,00.108 m.s−1

Dans les milieux transparents la vitesse de la lumière notée v est inférieure à c. Dans l’air v < c
Rappel : définition de la vitesse moyenne vidéo
La vitesse moyenne v d’un objet est égale au rapport de la distance d (m) parcourue, sur la durée du
parcourt t (s) :

d
v=
t

L’unité légale de vitesse est le m.s−1

4 L’année lumière (a.l.)


Apprécier les dimensions entre les étoiles requiert une unité de distance appropriée, l’année lumière.

Définition

Une année de lumiére (AL) est la distance parcourue par la lumière en une année. Sachant que la
lumière se déplace à la célérité : c = 300000 km.s−1 calculer cette distance en km.

Il faut 100000 ans à la lumière pour traverser la voie lactée dans son diamètre. La galaxie la plus proche
de la voie lactée se trouve à 2 millions d’années de lumière.
Calcul d’une année lumière en mètre :

1a.l. = 3.108 × 365 × 24 × 60 × 60 = 9,45 × 1012 km

5 Voir loin, c’est voir dans le passé


La Nébuleuse d’Orion se situe à 1800 a.l. de la Terre ; la lumière provenant d’Orion que nous recevons
aujourd’hui sur Terre a donc mis 1800 ans pour nous parvenir.
Plus nous observons loin dans l’espace et plus nous regardons dans le passé.

54
54
Chapitre 10

econde Thème : L’univers


Spectres
Seconde Thème : L’univers
Chapitre 4 : Les spectres
Seconde Thème : L’univers
La lumière : messager des étoiles
I Chapitre
Nature de la lumière 4 : Les spectres
blanche
La lumière : messager des étoiles
) Décomposition de la lumière blanche.
Chapitre 4 : Les spectres
1 Décomposition de la lumière blanche par un prisme
1 ) Décomposition de la lumière blanche. La lumière : messager des étoiles

1 ) Décomposition de la lumière blanche.


C’est à Newton qu’est attribuée la décomposition de la lumière du soleil par
un C’est
prisme en C’est
à Newton
du
à Newton
qu’est
1666,
soleil
attribuée
prouvant
par un
qu’est
que
prisme
attribuée la décomposition
la décomposition
en
la1666,
lumière de laune
est
prouvant
lumière
que
onde
la
de
du!lasoleil
lumière
lumière
par
est une
un prisme en 1666, prouvant que la lumière est une onde !
Et, il obtint leondespectre de la qu’est
! à Newton lumière blanche, si connu aujourd’hui et si poé-
Et, il obtint leC’est
spectre de la lumière attribuée
blanche, la si décomposition
connu aujourd’hui de laetlumière
si poé- du soleil par
tique quand
tique quandiletse
Et,
un
il
il
se fait
obtint
prisme arc
fait arc
le
enenen ciel
spectre
1666,
ciel !
de la
! prouvant
lumière blanche, si connu aujourd’hui
que la lumière est une onde !
si poétique quand il se fait arc en ciel !
En En
cherchant
cherchantEn bien,
Et,
bien, il yytrouva
il obtint
il
cherchant
trouva
le spectre
bien,sept
septde couleurs
la lumière
il y couleurs
trouva sept
principales...
blanche,
principales... si connu aujourd’hui et si poé-
couleurs principales...
rouge,
rouge,orange,
orange,tique
jaune,
jaune,
rouge,
quandvert,
orange,
il
vert,bleu,se fait
bleu,
jaune,
arc
indigo
vert,
en
indigo cielet!
et violet
bleu, violet
indigo !
! et violet !
En cherchant bien, il y trouva sept couleurs principales...
rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet !

Même sans être daltonien, il est difficile de distinguer le bleu de l’indigo et le plus beau, c’est que Newton... était
daltonien !
Même sans être Même
Même daltonien,
sansêtre
sans il est difficile
êtredaltonien,
daltonien, il est
il est de distinguer
difficile
difficile de de le lebleu
distinguer
distinguer de
le bleu
bleu l’indigo
de l’indigo
de l’indigo. etetleleplus beau,c’est
plus beau, c’est que
que Newton
Newton... éta
daltonien ! daltonien ! Alors pourquoi sept couleurs ?
Alors pourquoi sept couleurs ?
À l’époque, on pensait qu’il devait exister une cohérence dans la création du monde par Dieu.
Alors pourquoi
Alors pourquoi septsept couleurs
couleurs ? ?
À l’époque, on pensait qu’il devait exister une cohérence dans la
Or, il y avait sept planètes (connues à l’époque) gravitant autour du Soleil : sept était donc création du monde par Dieu.
un nombre extraordinaire,
À l’époque, on pensait qu’il devait exister une cohérence dans la création du monde par Dieu.
À l’époque, onOr,
d’où les sept pensait
couleurs de
il y avaitqu’il
sept devait
l’arc en exister
ciel que
planètes Newton
(connues une cohérence
à s’est évertué
l’époque) dansautour
à trouver,
gravitant laainsi
création
que
du lesdu
Soleil septmonde
notes
: sept par
étaitde Dieu.
musique...
donc un nombre
Or, il y avait sept
extraordinaire, planètes
d’où (connues
les sept couleursà del’époque)
l’arc en gravitant autour du
ciel que Newton Soleil
s’est : septà était
évertué doncainsi
trouver, un nombre
que les extraordinair
Or, il y avait sept d’oùplanètes
sept les sept
notes (connues
couleurs
de musique... à l’époque)
de l’arc en ciel quegravitant
Newton s’estautour
évertuéduà Soleil
trouver,: sept étaitlesdonc
ainsi que un nombre
sept notes extraord
de musique...
d’où les sept couleurs de l’arc en ciel que Newton s’est évertué à trouver, ainsi que les sept notes de musique.
Définition
On appelle spectre, le résultat de la décomposition de la lumière par
Définition
Définition
un dispositif dispersif tel qu’un prisme ou un réseau.
On appellespectre,
On appelle spectre,lelerésultat
résultatde
delaladécomposition
décompositionde
delalalumière
lumièrepar
par
Définition un dispositif dispersif tel qu’un prisme ou un réseau.
un dispositif dispersif tel qu’un prisme ou un réseau.
On appelle spectre, le résultat de la décomposition de la lumière par
2 ) un dispositif
Spectres dispersif tel qu’un prisme ou un réseau.
d’émission.
Définition
2 ) Le
Spectres
prismed’émission.
est un système optique, taillé dans un milieu transparent comme le verre ou le plexiglas. Il est
Un corps émettant
constitué de
de la lumière
3 faces par lui-meme
planes est appelé
rectangulaires source
et de deux lumineuse
faces primaire. On le représente par un
planes triangulaires.
Définition
triangle.
Définition Un corps émettant de la lumière par lui-meme est appelé source lumineuse primaire.
) Spectres d’émission.
En passant à travers le prisme, la lumière blanche est déviée et décomposée en lumières colorées. On dit
On appelleque spectre d’émission,
le prisme le résultat
décompose de lablanche.
la lumière décomposition
La figuredecolorée
la lumière d’uneest
obtenue source lumineuse.
appelée (étoile,
spectre. La lumière
Définition
feu, lampe...) Définition
blanche est constituée de plusieurs lumières (ou radiations) colorées. C’est une lumière polychromatique.
Un corps émettant On appelle
de la spectre d’émission,
lumière le résultatest
par lui-meme deappelé
la décomposition de la lumièreprimaire.
source lumineuse d’une source lumineuse. (étoile,
feu, lampe...)
L’Homme s’est alors mis à décomposer la lumière de toutes les sources lumineuses qui lui tombait sous la55 main :
55
quand on est joueur, on ne compte pas...
Définition
L’Homme s’est alors mis à décomposer la lumière de toutes les sources lumineuses qui lui tombait sous la main
On appelle
Et, il spectre
quand ond’émission,
en distingue
est joueur, on le
deux sortes :
nerésultat de la décomposition de la lumière d’une source lumineuse. (étoil
compte pas...
Remarque : Les gouttes d’eau se comportent comme un prisme. Elles décomposent la lumière du Soleil
pour donner les couleurs de l’arc-en-ciel.

2 Le laser

Contrairement à la lumière blanche, la lumière du laser, en tra-


versant un prisme, n’est pas décomposée en un spectre mais en
une seule radiation lumineuse. Le laser est constitué d’une seule
radiation : c’est une lumière monochromatique.

3 Longueur d’onde

Chaque onde électromagnétique est caractérisée, dans le vide, par une grandeur appelée longueur d’onde,
notée. Elle s’exprime en mètre ou plus souvent en nanomètre (nm). 1nm = 10−9 m. L’ œil humain n’est
sensible qu’aux radiations dont les longueurs d’onde sont comprises entre 400 nm et 800 nm. A chaque
couleur correspond une longueur d’onde.

II Les spectres d’émission

Définition

Un corps émettant de la lumière par lui-même est appelé source lumineuse primaire.

Définition

On appelle spectre d’émission, le résultat de la décomposition de la lumière d’une source lumi-


neuse. (étoile, feu, lampe...)

1 Spectres d’émission continus


Qui n’a jamais observé un maréchal-ferrant façonner un fer à cheval ?
Qui n’a jamais admiré un verrier travailler une pièce ne verre ?

56
56
Seconde Thème : L’univers
Qui n’a jamais laissé fondre une plaque de chocolat au soleil ? Et retrouver ce même chocolat tout terne
Vaut-il mieux
alors qu’il était travailler untout
si appétissant fer brillant
à cheval ? chauffé au rouge ou à blanc ? Lequel est le plus chaud ?

Un verrier expérimenté
Seconde sait reconnaître àces
l’œil,
Thème
Le point commun à tous
la bonne
: L’univers
exemples
couleur rouge (et donc la bonne tempéra
est la température.
le verre se travaillera le mieux.
Vaut-il mieux travailler
Vaut-il mieux travailler un
un fer
fer àà cheval
cheval chauffé au rouge
chauffé au rouge ou
ou àà blanc
blanc ?? Lequel est le
Lequel est le plus
plus chaud
chaud??
Enfin, le chocolat cristallise de différentes manières selon la température : cristallisé, les moléc
Un verrier expérimenté reconnaître àà l’œil,
expérimenté sait reconnaître l’œil, la
labonne
bonne couleur
couleur rouge
rouge (et donc
donc la bonne température) à laquelle
bonne température)
rangées
àlelaquelle
les
le
unessepar
verre
rapport
travaillera le
aux autres et
mieux.
le chocolat est brillant. Solidifié à n’importe quelle te
verre se travaillera le mieux.
molécules
Enfin,
sont assemblées entre elles au hasard et le chocolat est matles ! Il est toujours comestib
Enfin, le
le chocolat
chocolatcristallise
cristallisedededifférentes
différentesmaniéres
manières selon la température
selon : cristallisé,
la température : cristallisé,molécules sont sont bien
les molécules
appétissant
bien rangées ! les unes par rapport aux autres et le chocolat est brillant. Solidifié à n’importe quelle
rangées les unes par rapport aux autres et le chocolat est brillant. Solidifié à n’importe quelle température, les
température, les molécules sont assemblées entre elles au hasard et le chocolat est mat ! Il est toujours
Propriété
molécules
comestible,sont
maisassemblées entre elles
moins appétissant ! au hasard et le chocolat est mat ! Il est toujours comestible, mais moins
appétissant !
Tout corps chaud émet de la lumière !
Propriété
Propriété
Tout
Toutcorps
corpschaud
chaudémet
émet de
de la
la lumière
lumière !!
La température d’un corps peut être déterminée à partir du spectre de la lumière qu’il émet : on obt
continu plus ou moins riche en couleurs.
La température d’un corps peut être déterminée à partir du spectre de la lumière qu’il émet : on obtient un spectre
La température d’un corps peut être déterminée à partir du spectre de la lumiére qu’il émet : on obtient
continu
un plus
spectre ou moins
continu plus riche en couleurs.
ou moins riche en couleurs.

Propriété
Propriété
Propriété
Plus un corps est chaud, plus son spectre s’enrichit en couleurs
Plus un corps est chaud, plus son spectre s’enrichit en couleurs
du rouge
Plus au bleu.
un corps (de l’infrarouge
est chaud, à l’ultraviolet)
plus son spectre s’enrichit en couleurs
du rouge au bleu. (de l’infrarouge à l’ultraviolet)
du rouge au bleu. (de l’infrarouge à l’ultraviolet)

Plus la température augmente, plus le maximum d’émis-


sion
Plus la se Plus vers
décale la température
température le violet ouplus
augmente, augmente,
même plus
l’ultraviolet.
le maximum le maxi
d’émission se
décale vers sion
le violet ou même l’ultraviolet.
se décale vers le violet ou même l’ultrav

b ) Spectres de raies.
Propriété
b ) Spectres
Un gazde raies.
sous faible pression, traversé par une déchargé électrique, émet de la lumière. C’est le principe de la
lampe à vapeur de néon (les fameux... néons) ou autres gaz pour d’autres couleurs.
Propriété
Un gaz sous faible pression, traversé par une déchargé électrique, émet de la lumière. C’est le p
Or, leurs spectres ne sont pas continus ! ! !
lampe à vapeur de néon (les fameux... néons) ou autres gaz du
spectre pour d’autres
sodium (Na) couleurs.
Chaque gaz possède un spectre de raies qui
lui est propre (sa carte d’identité en quelque
Or, leurs spectres nespectre
sont pas continus
du mercure (Hg)! ! !
sorte !)
spectre du sodium (Na)
Un Chaque
L’Homme spectre gazdonc
s’amuse possède
d’émissionainsi à un
continu spectre
répertorier
est lesde
un spectreraies
spectres
produitqui
de tous leslumière
par la corps possibles en fabriquant
directement émise par lui-même
une sourceses lampes !
lui est propre (sa carte d’identité en quelque
lumineuse (lampe
3 ) Spectres d’absorption.
à incandescence, corps chauffé). Il est constitué de bandes colorées.
spectre du mercure (Hg)
sorte !)on fait varier l’intensité lumineuse. On analyse la lumière en la décom-
A l’aide du curseur du rhéostat,
Définition
posant avec un prisme. On obtient des spectres d’émission continus.
On appelle source secondaire de lumière, un corps qui reçoit la lumière d’une source primaire et qui la
Exemple : on chauffe le filament d’une lampe progressivement à une température T1 puis T2 et enfin T3
L’Homme
avec Ts’amuse
diffuse ensuite .donc
< T < Tdans ainsi
Ontoutes àdirections.
lesla
analyse répertorier
lumière, les spectres
on obtient de continus
les spectres tous lessuivants
corps possibles
: en fabriquant lui-mê
1 2 3
3 ) Spectres d’absorption.
Mais pourquoi un objet est-il bleu, rouge ou vert ?
Définition
Pour le savoir, on réalise un spectre d’absorption. Voilà comment... 57
57
On éclaire
On appelle source
l’objet secondaire
(solution, de lumière,
gaz...) avec un corps qui reçoit la lumière d’une source primaire
une lumière
blanche
diffuse ensuite dans toutes les directions. So-
dont le spectre est continu (comme celui du
Seconde Thème : L’univers

Vaut-il
Un corps mieux
chaud travailler
émet un fer à
un spectre cheval chauffé
d’émission au rouge
continu dontou
la àcomposition
blanc ? Lequel est le plus
dépend chaud
de la ?
température.
Un verrier
La couleur émiseexpérimenté
par un corpssait reconnaître à l’œil, lapas
chauffé ne dépend bonne couleur
de sa rouge (etchimique,
composition donc la bonne
maistempérature)
uniquement à laquelle
de
le verre se
sa température. travaillera le mieux.
Enfin, le chocolat cristallise de différentes manières selon la température : cristallisé, les molécules sont bien
Exemple : couleur et température de surface d’un objet quelconque
rangées les unes par rapport aux autres et le chocolat est brillant. Solidifié à n’importe quelle température, les
molécules sont assemblées entre elles au hasard et le chocolat est mat ! Il est toujours comestible, mais moins
appétissant !
2 Spectre de raies d’émission
Propriété
Tout corps chaud émet de la lumière !

La température d’un corps peut être déterminée à partir du spectre de la lumière qu’il émet : on obtient un spectre
continu plus ou moins riche en couleurs.

Propriété
Plus un corps est chaud, plus son spectre s’enrichit en couleurs
du rouge au bleu. (de l’infrarouge à l’ultraviolet)

Lorsqu’on excite par une tension électrique un gaz enfermé dans une enceinte sous basse pression, il
émet une lumière que l’on peut décomposer grâce à un prisme. Le résultat de cette décomposition est un
spectre d’émission discontinu.
Un spectre d’émission discontinu est constitué de raies fines et colorées entrecoupées de bandes noires.
A chaque élément chimique correspond un spectre d’émission.
Plus
Exemple : Le spectre d’émission produit par une lampe la température
à vapeur augmente,
de mercure ou uneplus le maximum
lampe à vapeurd’émis-
de
sion se décale vers le violet ou même l’ultraviolet.
sodium est discontinu. La lumière émise par ces lampes est composée d’un nombre limité de radiations.

Propriété

Un gaz sous faible pression, traversé par une décharge électrique, émet de la lumière. C’est le
b )principe
Spectresde
delaraies.
lampe à vapeur de néon (les fameux... néons) ou autres gaz pour d’autres couleurs.
Propriété
Un gaz sous faible pression, traversé par une déchargé électrique, émet de la lumière. C’est le principe de la
lampe à vapeur de néon (les fameux... néons) ou autres gaz pour d’autres couleurs.
Or, leurs spectres ne sont pas continus ! ! !
Or, leurs spectres ne sont pas continus ! ! !
spectre du sodium (Na)
Chaque gaz possède un spectre de raies
Chaque gaz possède un spectre de raies qui lui estqui
lui (sa
propre est propre (sa carte d’identité
carte d’identité en quelqueen quelque
sorte !) spectre du mercure (Hg)
sorte !)

L’Hommes’amuse
L’Homme s’amuse donc
doncainsi
ainsià répertorier les spectres
à répertorier de tousde
les spectres lestous
corpsles
possibles
corps en fabriquant
possibles en lui-même seslui-
fabriquant lampes !
3 )même
Spectres
ses d’absorption.
lampes !
Définition
On appelle source secondaire de lumière, un corps qui reçoit la lumière d’une source primaire et qui la
58
58 diffuse ensuite dans toutes les directions.

Mais pourquoi un objet est-il bleu, rouge ou vert ?


III Les spectres de raies d’absorption

1 Montage

Pour obtenir un spectre de raies d’absorption d’un élément :


- produire une lumière blanche possédant un spectre d’émission continu. Cette lumière blanche doit
traverser une lampe contenant un gaz à basse pression et haute température. Ce gaz est constitué de
l’élément chimique qui nous intéresse
- décomposer la lumière qui sort de la lampe et la récupérer sur un écran.

2 Spectre d’absorption

Mais pourquoi un objet est-il bleu, rouge ou vert ?

Pour le savoir, on réalise un spectre d’absorption. Voilà comment...


On éclaire l’objet (solution, gaz...) avec une lumière
blanche dont le spectre est continu (comme celui du So-
leil). Lumière blanche Lumière transmise
On décompose la lumière transmise par le corps en
spectre. Corps

Définition

Un spectre d’absorption est le résultat de la décomposition de la lumière transmise par un corps,


Secondeaprès avoir été traversé par une lumiéreThème
blanche.
: L’univers

Définition
Un spectre d’absorption est le résultat de la décomposition de la lumière transmise par un corps, après avoir
a. traversé
été Spectrepar
de une
bandes.
lumière blanche.
Si le corps est une solution (ou un solide), il manque toute une bande (ou plusieurs) au spectre
a ) Spectre de bandes.
d’absorption.
Si le corps est une solution (ou un solide), il manque toute une bande (ou plusieurs) au spectre d’absorption.

Ce spectre d’absorption du sulfate de cuivre montre que le rouge a été absorbé.


Cefait
L’œil spectre
donc d’absorption
le mélange desdu sulfatequi
couleurs de restent
cuivre et
montre
perçoitque leune
ainsi rouge a été"bleue
couleur absorbé.
verte".
b ) Spectres de raies.
L’œil fait donc le mélange des couleurs qui restent et perçoit ainsi une couleur "bleue verte".
Dans le cas d’un gaz, il s’agit d’un spectre de raies qui sont soustraites du spectre de la lumière blanche. Mais, ce
b. Spectre de raies.
n’est pas tout !
Le spectre d’absorption d’un élément chimique est constitué d’une bande colorée entrecoupée de
Spectre d’absorption
raies noires. Ces raies noires correspondent aux raies d’émission de l’élément chimique.

Spectre d’émission
Propriété
Les raies absorbées par le gaz sont exactement les mêmes que celles qu’il émet lorsqu’il est traversé par une
décharge électrique !

4 ) Spectre d’une étoile.


59
59
Une étoile est constituée d’un coeur au sein duquel ont lieu des
transformations thermonucléaires. Ce coeur émet de la lumière.
Un spectre d’absorption est le résultat de la décomposition de la lumière transmise par un corps, après avoir
été traversé par une lumière blanche.

a ) Spectre de bandes.
3 Interprétation
Si le corps est une solution (ou un solide), il manque toute une bande (ou plusieurs) au spectre d’absorption.

Propriété

Un élément chimique absorbe certaines radiations caractéristiques. Les raies noires d’ab-
sorption correspondent aux raies d’émission de l’élément. Un élément chimique absorbe
Ce spectre lesd’absorption du sulfate
radiations qu’il de cuivre
est capable montre
d’émettre. que
Les le rouge
raies noiresad’absorption
été absorbé. et les raies colorées
d’émission ont la même longueur d’onde.
L’œil fait donc le mélange des couleurs qui restent et perçoit ainsi une couleur "bleue verte".
b ) Spectres de raies.
Dans le cas d’un gaz, il s’agit d’un spectre de raies qui sont soustraites du spectre de la lumière blanche. Mais, ce
IV Application à l’astrophysique
n’est pas tout !
Spectre d’absorption
1 Analyse de la lumière des étoiles
Une étoile est une boule de gaz sous haute pression dont la température varie beaucoup entre
le centre et sa surface. Le rayonnement que l’on perçoit d’une étoile provient de la photosphère
qui se trouve sur le bord externe de l’étoile. La couleur de la photosphère nous renseigne sur sa
température : les bleues sont les plus chaudes et les rouges les plus froides. A la périphérie de la
photosphère, il existe donc une atmosphère constituée d’un gaz sous faible pression. C’est dans
Spectre
cette partie de l’étoile que certaines radiations sontd’émission
absorbées par les éléments chimiques présents.
Le spectre de la lumière émise par une étoile est donc un spectre d’absorption.
Propriété
Le spectre d’absorption du soleil contient certaines raies noires d’absorption correspondant aux
Les raies absorbées par le gaz sont exactement les mêmes que celles qu’il émet lorsqu’il est traversé par une
raies d’émission de l’hydrogène. Par conséquent l’hydrogène est présent dans l’atmosphère de
décharge
l’étoile.électrique ! de surface d’une étoile nous renseigne sur sa température de surface.
La couleur

4 ) Spectre d’une étoile.


2 Spectre d’une étoile
En observant le spectre de la lumière émise par une étoile, on peut déterminer la composition
Une étoile
chimique de son atmosphère et sa température est constituée d’un coeur au sein duquel ont lieu des
de surface.
transformations thermonucléaires. Ce coeur émet de la lumière.
Il est donc possible de réaliser un spectre d’émission de l’étoile.
Coeur UneMais,
étoilel’étoile possèded’un
est constituée aussinoyau
une couronne de gazont
au sein duquel de lieu
faible den-
des
sité que la lumière
transformations émise par leCecoeur
thermonucléaires. noyaudoit
émettraverser avant de
de la lumière.
nous
Il est doncparvenir.
possible de réaliser un spectre d’émission de l’étoile.
Coeur Ainsi,
Mais, cettepossède
l’étoile couronne
aussideune
gazcouronne
doit absorber
de gazcertaines
de faibleraies.
densité
que la lumière émise par le coeur doit traverser avant de nous
Couronne
parvenir.
Ainsi, cette couronne de gaz doit absorber certaines raies.
L’étude du spectre d’une étoile nous renseigne sur deux points (au moins) :
• Sa température : Couronne

L’étude du spectre d’une étoile nous renseigne sur deux points (au moins) :
Plus le spectre est riche en couleurs, plus l’étoile est chaude
• Sa température :
• La composition
Plusdelesa couronne
spectre :
est riche en couleurs, plus l’étoile est chaude.
• La composition de sa couronne :
Les raies noires, véritables cartes d’identités des éléments chimiques, nous permettent de connaître la
Les raies noires, véritables cartes d’identités des éléments chimiques, nous permettent de
composition chimique de la couronne de l’étoile.
connaître la composition chimique de la couronne de l’étoile.

3/3

60
60
Chapitre 11

Gravitation

Introduction
Pourquoi la Terre tourne-t-elle autour du Soleil ? Pourquoi la pomme de l’arbre tombe-t-elle sur le
sol ? Le mouvement d’un corps est-il forcément le même pour deux observateurs différents ?

I L’interaction gravitationnelle
En 1687, Newton affirme dans l’une de ses œuvres majeures, "Les Principes Mathématiques de la
Philosophie Naturelle", que tous les corps (planètes, étoiles, pommes, etc.) s’attirent mutuellement :
il parle d’interaction gravitationnelle.

II La loi de la gravitation universelle


L’interaction gravitationnelle entre deux corps A et B, de masses respectives m1 et m2 , dont les
centres de gravité sont séparés d’une distance d, est modélisée par des forces d’attraction gravita-
tionnelle et dont les caractéristiques sont les suivantes :
- Direction : la droite (AB) passant par les centres de gravité
- Sens : vers le centre attracteur
Gm1 m2
- Valeur/intensité : F1/2 = F2/1 =
d2
- Point d’application : Le centre de gravité qui subit la force.

Propriété

Un objet de masse M exerce une force de gravitation attractive sur un autre objet de masse
m situé à une distance d telle que :

M ~
F2/1 ~F1/2 m
1 ~
u12 r 2

~F1/2 = −G × Mm ~u = −~F2/1
d 2 12

Où ~
u12 est un vecteur unitaire.

Les forces s’expriment en newton (N), les masses en kilogramme (kg) et la distance en mètre (m).
G est la constante universelle de gravitation et vaut : G = 6,67.10−11 m3 .kg −1 .s−2

Pourquoi deux personnes assises l’une à côté de l’autre ne ressentent pas cette force de
gravitation ?

61
61
Ces deux personne s’attirent avec une force dont la valeur est : F = G × m1d×m
2
2
= 6,67.10−11 × 70×70
0.52
=
−6
1,3.10 N ce qui est vraiment trés faible.
Pour comparer, une tablette de chocolat de 100 g posée sur une table exerce une force de 1 N sur la
table.

III Le poids d’un corps


La force de gravitation exercée par 1 sur 2 (d’après l’équation peut aussi s’écrire sous la forme :

ÐÐ→
F1/2 = m × (−G × dM2 ~u12 ) ~g

Ainsi, la force d’attraction gravitationnelle que la Terre exerce sur un corps de masse m situé à une
altitude h est :

GMT m GMT m
FT erre/corps = ≃ = m.g
(RT + h) 2 (RT )2

Cette force n’est rien d’autre que le poids du corps noté dont les caractéristiques sont les suivantes :
- Direction : la verticale du lieu (fil à plomb)
- Sens : vers le bas
- Valeur/intensité : P = mg avec P en newton (N), m en kilogrammes (kg) et g l’intensité de la
pesanteur (en N.kg−1 )
- Point d’application : Le centre de gravité du corps
Remarque : g dépend de l’altitude. A la surface terrestre g=9,8 N.kg−1 .

Définition

Le poids d’un corps de masse m est la force d’attraction exercée par la Terre sur ce corps
placé à sa surface.

Propriété

Le poids est proportionnel à la masse tel que :

Masse (kg)
Intensité de la pe-
santeur (N.kg−1 )

P = m×g
Poids (N)

(11.1)

En comparant les équations, on en déduit que :

gT = G × M T
= 6,67.10−11 × 6,0.1024
= 9,8N .kg −1
R2 (6,4.106 )
2
T

62
62
Et à la surface de la Lune ?

gL = G × M L
= 6,67.10−11 × 7,3.1022
= 1,6N .kg −1
R2 (1,74.106 )
2
L

IV Chute d’un corps


Lancé à la surface de la Terre, un objet finit toujours par retomber !
Plus sa vitesse initiale sera grande, plus l’objet retombera loin de son point de départ.
Seconde
z Thème : L’Univers.
(3)
3 ) Chute d’un corps.
(2)
Lancé à la surface de la Terre, un objet finit toujours par retomber !
Plus sa vitesse initiale sera grande, plus l’objet retombera loin de son point de départ.
~
v0
z (1)
~
k (3)
~
i
O x
(2)

°
!
v0
(1) Ici, v0 (1) < v0 (2) < v0 (3)
!
°
k !
°
i
O x

Ici, v 0 (1) < v 0 (2) < v 0 (3)


Mais que se passe-t-il si la vitesse initiale est vraiment très grande ?
Mais que se passe-t-il si la vitesse initiale est vraiment très grande ?

Il existe une vitesse Il existe


à partirune vitesse
de laquelle, l’objet à partirne retombe deplus laquelle,
à cause l’objet ne retombe plus à cause
de la sphéricitéde laTerre
de la sphéricité
et l’objet est de la
satellisé Terre ! et l’objet est satellisé !
Seconde Thème : L’Univers.

satellisation ≈ 8
À la surfaceÀde la la Terre,
surface la
de
3 ) Chute
vitesse
la
d’un corps. Terre, de la satellisation
vitesse vautsatellisation vaut v
de
v sat el l i sat i on º 8km.s−1°1 Lancé à la surface de la Terre, un objet finit toujours par retomber !

km.s Plus sa vitesse initiale sera grande, plus l’objet retombera loin de son point de départ.
z
(3)

(2)

°
!
v0
(1)
!
°
k !
°
i
O x

Cas de la Lune. Ici, v 0 (1) < v 0 (2) < v 0 (3)

Mais que se passe-t-il si la vitesse initiale est vraiment très grande ?

Cas de la Lune.
!
°
v
Il existe une vitesse à partir de laquelle, l’objet ne retombe plus à cause

~v
de la sphéricité de la Terre et l’objet est satellisé !
À la surface de la Terre, la vitesse de satellisation vaut
v sat el l i sat i on º 8km.s °1

!
°
F
Cas de la Lune. ~F
!
°
v
Sans la laprésence
Sans delalaTerre,
présence de Terre, la Lune se déplacerait en ligne
la Lune
se déplacerait
droite d’aprésenleligne droite d’après
principe le
de l’inertie. !
°
F

principe de l’inertie.
Pourtant, elle tourne !
Pourtant, elle tourne !
Sans la présence de la Terre, la Lune
se déplacerait en ligne droite d’après le
principe de l’inertie.

Donc,
Donc,elle tombe,
elle tombe, mais
mais rate
rate sa sa! chute !
chute
Pourtant, elle tourne !
Donc, elle tombe, mais rate sa chute !

2/2

2/2

63
63
Troisième partie

Le sport

64
Chapitre 12

Description des
mouvements

I Notion de relativité
Qu’est-ce qu’une chose relative ?

D’après le dictionnaire :

• Relatif : qui est défini en référence à autre chose.

• Absolu : qui est défini indépendamment de toute autre chose.

Par exemple, les affirmations suivantes sont-elles relatives ou absolues ?


(1) c’est chaud (2) je mesure 1,70 m (3) ma maison est au nord (4) il va vite
Dans les phrases (1), (3) et (4), il est nécessaire de préciser par rapport à quoi : ce sont des notions
relatives.
(1) Une casserole d’eau bouillante est assez chaude pour se brûler, mais elle est très froide á coté
d’une étoile !
(3) Ma maison est au nord de Turin, mais au sud d’Oslo !
(4) Un cheval au galop va plus vite que moi, mais nettement moins qu’un TGV !

65
65
Par contre, l’affirmation (2) est absolue parce qu’elle peut êre affirmée indépendamment de toute
autre chose : je mesure 1,70 m !

Relativité de Galilée.

Considérons une personne marchant à la vitesse v dans un train qui roule en ligne droite et à vi-
tesse constante V :
À quelle vitesse se déplace la personne par rapport au sol ?
Si le train et la personne vont dans le même sens : les vitesses s’ajoutent : V + v
Dans le sens contraire : les vitesses se retranchent : V − v
Propriété

En mécanique classique : la vitesse est relative. Les longueurs et le temps sont absolus.

II Référentiels
i. Définition.
z
Définition

On appelle référentiel tout objet servant de référence


0 t
pour décrire un mouvement.
k~ ~
~ı O y
En général, un référentiel est souvent un repère d’espace auquel
on ajoute un repère de temps. x
ii. Référentiel terrestre.
Définition

Un référentiel terrestre est un repère fixé au sol de la Terre.

iii. Référentiel géocentrique.

Définition

Un référentiel géocentrique est un repère dont l’origine est fixée au centre de la Terre
et dont les trois axes sont dirigés vers trois étoiles fixes.

iv. Réferentiel héliocentrique.

Définition

Un référentiel héliocentrique est un repère dont l’origine est fixée au centre du Soleil
et dont les trois axes sont dirigés vers trois étoiles fixes.

III Types de mouvements


Un mouvement peut être :

• Rectiligne ou non.
• À vitesse constante ou pas.

66
66
Deux qualificatifs sont donc nécessaires pour décrire le mouvement d’un objet dans un référentiel.
Exemples :
La durée s’écoulant entre deux points successifs est constante.

i. Rectiligne uniforme

~
v0 ~
v2 ~v4 ~v6 ~v8
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

le vecteur vitesse ~
v se conserve au cours du temps et la distance entre deux points successifs
est identique.

ii. Rectiligne accéléré

~
v2 ~
v4 ~v6 ~v8
01 2 3 4 5 6 7 8 9 10

La valeur du vecteur vitesse ~v augmente au cours du temps, mais sa direction est conservée.
L’écart entre deux points successifs augmente.

iii. Circulaire uniforme


~3
v ~32
v
4 2
~1
v
~
v4
5 1 La valeur (longueur) du vecteur
~v0 vitesse reste constante, mais sa
~
v5 direction change.
6 0

~
v6

iv. Circulaire accéléré


~
v5
6 5~v
4
~
v6
4
~3
v La valeur de la vitesse varie
7
3 ainsi que sa direction.
~v2
2
~
v7 ~v1
1
0

IV Principe de l’inertie
Comment se fait-il que le mouvement d’un objet puisse changer au cours du temps ?
On pourrait aussi se demander :
Qu’est-ce qu’un mouvement qui ne change pas ? Et pourquoi ne change-t-il pas ?

Pour que le mouvement soit modifié, il faut une action extérieure appelée force.
Cette force peut avoir deux effets différents :

67
67
• Modifier la valeur de la vitesse. (voir le mouvement rectiligne accéléré)
Les vecteurs force et vitesse sont colinéaires.
S’ils sont de même sens, le mouvement est accéléré, sinon il est freiné.
• Modifier la direction du vecteur vitesse.
~v
Les vecteurs force et vitesse doivent être
orthogonaux.
Le vecteur force n’a pas de composante
(coordonnée) suivant le vecteur vitesse. ~F
Seule la direction est modifiée, pas la valeur de la
vitesse.

• Ou les deux.

~
v
~
FT
Ð
→ Ð→ Ð→
F = FT + FN
La composante ~FT fait varier la valeur de la vitesse,
~
FN alors que la composante ~FN dévie le solide de sa
trajectoire rectiligne.
~
F

Que se passe-t-il si aucune force n’agit ?

Définition

Tout solide persévère dans son mouvement rectiligne uniforme si les forces extérieures
agissant sur lui se compensent et réciproquement.
C’est le principe de l’inertie.
ÐÐ→
Mouvement rectiligne uniforme ⇐⇒ Σ Fext = ~0

Dans la vie courante, l’inertie caractérise la résistance au changement.


Pour le physicien, l’inertie d’un objet représente la difficulté á modifier son mouvement.

68
68
Chapitre 13

Force et Mouvement

I Les actions mécaniques


Dans le sport on exerce différentes actions mécaniques : taper dans un ballon, déformer la figure
de son adversaire en boxe, soulever des altères etc.. On classe ces actions en 2 catégories.

1 Actions de contact
Lorsque qu’un objet exerce une action mécanique sur le système étudié et qu’il y a contact entre
l’objet et le système on parle d’action de contact.
Exemple : Un palet est posé sur une table inclinée. Il est en contact avec un ressort comprimé. A
combien d’action de contact est-il soumis ?
Il est soumis à 2 actions de contact :
- une table exerce une action de contact appelée réaction de la table sur le palet.
- le ressort exerce une action de contact sur le palet appelée tension du ressort.

2 Actions à distance
Lorsque qu’un objet exerce une action mécanique sur le système étudié et qu’il n’y a pas contact
entre l’objet et le système on parle d’action à distance.
Exemples :
- action d’un aimant sur une bille d’acier, appelée action magnétique
- action de la Terre sur un objet appelée action gravitationnelle
- action d’un peigne sur les cheveux : action de type électrostatique
Ces actions s’exercent sans qu’aucun contact ne soit nécessaire.
Observer l’animation suivante et répertorier les actions s’exerçant sur la masse m.
Animation : action d’un fil sur le pendule simple sur différentes planètes.
Sur la masse m s’exerce :

69
69
- une action à distance, l’action gravitationnelle de la Terre sur la masse m (appelée son poids ~
P)
- une action de contact du fil sur la masse, appelée tension ~T du fil.

II Modélisation d’une action par une force

1 Modélisation d’une action par une force


Comment modélise-t-on une action mécanique ?
Une action mécanique est modélisée en physique par une force. La force subie par un système de
la part d’un autre est représentée par un vecteur. Les caractéristiques du vecteur force ~F sont :
- son point d’application
- sa direction (attention il s’agit d’une droite !)
- son sens
- sa valeur F qui s’exprime en Newton (N). Elle est notée F sans la flèche !
On mesure la valeur d’une force avec un dynamomètre.
Remarque : Comment additionner des vecteurs ?

2 Exemple de vecteur force, le vecteur poids


Le vecteur poids d’un corps de valeur P = 600 N possède 4 caractéristiques :
- son point d’application : centre de gravité ou d’inertie
- sa direction : verticale
- son sens : vers le bas
- sa valeur F = 600 N

III Effets d’une force sur le mouvement

On se placera dans le référentiel terrestre. On répertorie 2 types d’effet d’une force sur un mouve-
ment.

1 Modification de la valeur de la vitesse


Quand on donne une impulsion à une bille initialement immobile, on exerce une force qui la met
en mouvement, sa vitesse est alors modifiée (elle passe d’une valeur nulle à une valeur non nulle).
Une force appliquée à un corps peut modifier la valeur de sa vitesse.

70
70
2 Modification de la trajectoire
En présence de l’aimant, la trajectoire de la bille d’acier est modifiée. L’aimant exerce sur la bille
une force appelée force magnétique qui modifie sa trajectoire.
Une force appliquée à un corps peut modifier sa trajectoire.

3 Influence de la masse du corps


Au rugby, il est plus difficile de plaquer un joueur de 120 kg qu’un joueur de 80 kg. Il est plus facile
de pousser un chariot vide que plein.
L’effet d’une force sur le mouvement d’un système dépend de la masse du système. Plus la masse
est faible, plus l’effet de la force est important.

IV Le principe d’inertie

1 Expérience sur la table à coussin d’air

Mobile autoporteur

Soit une table à coussin d’air sur laquelle on réalise un mouvement sans frottement sur une table
horizontale. Quelles sont les deux vecteurs forces agissant sur le solide ? Ces forces se compensent-
t-elles ? Les représenter sur un schéma et donner leurs 4 caractéristiques. Choisir la chronophoto-
graphie de l’objet et de son centre d’inertie. Quel est le mouvement du centre d’inertie de l’objet ?
Lorsque le solide est au repos est-il soumis à des forces qui se compensent ?
Conclusion : lorsque le palet est au repos ou que son centre d’inertie a un mouvement rectiligne
uniforme alors les 2 forces agissant sur lui se compensent. Ces deux forces sont :
Ð

- son poids P
Ð

- la réaction du plan R.
La somme vectorielle des forces agissant sur lui est égale au vecteur nul.

2 Enoncé du principe d’inertie

Principe d’inertie :
Dans un référentiel terrestre supposé galiléen, tout corps au repos ou
possédant un centre d’inertie en mouvement rectiligne uniforme est
soumis à des forces qui se compensent. La somme vectorielle des
forces agissant sur lui est nulle :

Ð→ Ð→ Ð
→ ÐÐÐÐÐ→
∑ F ext = 0 ⇔ v G = constant

71
71
Le respect du principe d’équivalence sera testé en 2011 avec une précision relative
inférieure à 10−15 par l’expérience satellisée MICROSCOPE mise au point par le
CNES. Une autre expérience satellisée baptisée STEP doit être réalisée par la NASA
devrait permettre d’atteindre une précision de 10−18 .
Remarques :
-Un corps soumis à des forces qui se compensent et un corps qui n’est soumis à aucune force (cas
3 Exemples
d’un objet dans l’espace éloignés de toute masse) ont le même comportement.
- le principe d’inertie est aussi vrai dans le référentiel géocentrique. Un principe résulte d’observa-
tions mais ne se démontre pas.
3.1 Chute libre sans frottement
Considérons un V point matériel de masse
Application m en chute
du principe libre dans un champ de pesanteur uniforme sans résis-
d’inertie
tance de l’air. Le principe fondamental de la dynamique associé au principe d’équivalence nous dit que
1 Forces exercées sur un projectile→
− →

a =dansg l’air
Le mouvement est donc uniformément accéléré.
z z

v
g g

Chute rectiligne Chute parabolique

Fig. 2:
Soit une table à coussin sur laquelle on réalise un mouvement sans frottement dans un champ de
pesanteur. Quel est le vecteur force agissant sur le solide ? Le représenter sur un schéma et donner
1. Cas unidimensionnel : si àChoisir
ses 4 caractéristiques. t = 0 on a z = h et v = 0, l’intégration
la chronophotographie deson
de l’objet et de l’équation différentielle
centre d’inertie. Quel est
le mouvement du centre d’inertie de l’objet ?
2
d àzson poids et à la force exercée par l’air sur le projec-
Conclusion : dans l’air, un corps est soumis = −g
tile. Si on néglige cette force de frottement dt 2 le corps est dit en chute libre.
alors
Le centre d’inertie du solide n’a pas un mouvement rectiligne uniforme, car il n’est soumis qu’à une
seule force non compensée.
c
�Jimmy Le principe
Roussel d’inertie est vérifié.
- http ://perso.ensc-rennes.fr/jimmy.roussel

2 Le curling
Quelles sont les forces s’exerçant sur le palet au repos, puis lorsqu’il est en mouvement ? Représen-
ter ces forces.
1) Palet au repos : il est immobile donc il est soumis à des forces qui se compensent :

- la réaction de la glace sur le palet


Ð

- son poids P
2) Palet en mouvement

72
72
Palet lancé : il glisse d’un mouvement rectiligne. Sa vitesse diminue et il s’arrête au bout d’un
parcours plus ou moins long. Une force supplémentaire s’exerce au cours du mouvement : la force
de frottement exercée par la glace sur le palet, dont l’effet se manifeste par la diminution de sa
vitesse.
Comment aller plus loin ?
Les joueurs balaient la glace devant le palet pour réduire les forces de frottements qui lui permet
d’aller plus loin. Si on pouvait faire totalement disparaître les forces de frottements, le palet aurait
un mouvement rectiligne uniforme (trajectoire une droite et la vitesse constante). Les forces qui
lui sont appliquées (poids et réaction du plan) se compenseraient, comme dans le cas du mobile au
repos.

3 Mouvement de la Lune autour de la Terre

Dans quel référentiel étudie t-on le mouvement de la Lune ? Quel est le mouvement du centre
d’inertie de la Lune dans ce référentiel ? Quel est la force s’exerçant sur la Lune ? Le mouvement de
la Lune peut-il être rectiligne uniforme ? Pourquoi ?
Dans le référentiel géocentrique, la Lune possède un mouvement circulaire uniforme. D’après le
principe d’inertie elle ne peut être soumise à des forces qui se compensent. En effet, elle n’est sou-
mise qu’à une seule force : la force d’interaction gravitationnelle de la Terre (et dans une moindre
mesure aux forces d’interaction gravitationnelle des autres planètes du système solaire et du soleil).
Remarque : c’est parce qu’elle possède une vitesse suffisante que la Lune ne tombe pas sur Terre.

73
73
Chapitre 14

Transformation chimique

I Le système chimique

1 Définitions

Définition

Un système chimique est un ensemble d’espèces chimiques susceptibles de réagir entre elles.
Son état sera décrit en précisant :
- La nature et la quantité de matière des espèces chimiques présentes ;
- L’état physique : solide (s), liquide (l), gazeux (g), en solution aqueuse (aq)
- La température T et la pression P du système
Un système chimique peut évoluer et subir une transformation chimique qui modifie son
état.

Définition

On appelle état initial du système chimique, l’état de ce système avant la transformation.


On appelle état final du système chimique, l’état de ce système après la transformation.
Les espèces introduites à l’état initial sont appelées "réactifs", les espèces obtenues après la
transformation, à l’état final sont appelés « produits »
La transformation chimique est le passage de son état initial à son état final.

2 Représentation d’une transformation chimique


On représente la transformation chimique par 2 cadres dans lesquels on inscrit :
- à gauche le système chimique avant réaction
- à droite le système chimique après réaction
Entre les 2 cadres tracer une flèche du cadre gauche vers le cadre droit.

Exemple : transformation chimique au cours de la combustion d’une pâte.

3 Réaction chimique entre le nitrate d’argent et le cuivre


On fait réagir à température T = 20 °C et à la pression P = 1 Bar une solution aqueuse de nitrate
d’argent (qui contient des ions argent Ag+ et des ions nitrate NO−3 ).
Quantités de matière initiales :

74
74
- n(Ag+ ) = n(NO−3 ) = 0,1 mol
- n(Cu) = 1 mol.
En fin de réaction, la température et la pression n’ont pas changé, on observe :
- un dépôt d’argent métallique de quantité de matière n(Ag) = 0,1 mol sur le métal cuivre. La
quantité de matière de cuivre restant est n(Cu) final = 0,95 mol.
- la solution de nitrate d’argent est devenue bleue d’ou la présence d’ion cuivre Cu2+ avec n(Cu2+ )f inal
= 0,05 mol, n(Ag+ )f inal = 0 mol, n(NO−3 ) final = 0,1 mol

Etat final
P = 1 bar!;! T = 20°C
!
Etat initial
produits formés
P = 1 bar!;! T = 20°C
Ag (s) : nAg(s) = 0,1 mol
n (Cu (s)) = 1,0 mol
n(Cu2+)aq = 0,05 mol
n [Ag+(aq)] = n [NO3-(aq)]=
!
0,1 mol
ion spectateur
Molécules d’eau H2O(l)
n(NO3-aq) = 0,1 mol
! !
réactif restant
n(Cu(s)) = 0,95 mol
molécules d’eau H2O(l)

II La réaction chimique

1 Définitions

Définition

La transformation chimique est due à la réaction chimique entre les réactifs.

Dans l’exemple précédent, la transformation chimique est due à la réaction chimique entre le métal
cuivre Cu(s) et l’ion argent Ag+ (aq).

Définition

L’écriture symbolique de la réaction chimique est l’équation chimique.


Les réactifs et les produits y sont représentés par leur formule : les réactifs à gauche de la
flèche, les produits à droite.

75
75
2 Lois de conservation au cours des réactions chimiques

Lors de l’effort prolongé du sportif, le glucose réagit avec le dioxygène de l’air et produit du dioxyde
de carbone et de l’eau. L’équation chimique est :

C6 H12 O6 (aq) + 6O2 (g) = 6CO2 (g) + 6H2 O(l)

Qu’est-ce qui se conserve au cours de cette réaction chimique (4 choses) ?

Propriété

Au cours d’une transformation chimique, il y a conservation :


- des éléments chimiques : les éléments présents dans les réactifs et les produits sont iden-
tiques
- de la charge électrique : la somme des charges des réactifs est égale à la somme des charges
des produits
- le nombre d’entités chimiques (atomes ou ion) de chaque élément présents dans les réac-
tifs est identique au nombre d’entités chimiques de chaque élément dans les produits.
- la masse des réactifs est égale à la masse des produits

Pour obéir à ces lois de conservation, il faudra ajuster l’équation avec des nombres placés devant
les symboles, appelés nombres stoechiométriques :
Exercice :

(aq) + 3HO(aq) = Fe(OH)3 (s)
Fe3+

- conservation des éléments chimiques : les réactifs et les produits contiennent les éléments chi-
miques argent et cuivre
- à l’échelle microscopique (échelle des atomes) les réactifs et les produits contiennent 2 entités
(atome ou ion) de l’élément argent et deux entités (atome ou ion) de l’élément cuivre.
- il y a conservation de la charge électrique car :
Deux charges positives dans les réactifs et deux charges positives dans les produits.

3 Signification des nombres stœchiométriques

A l’échelle macroscopique, les nombres stoechiométriques renseignent sur les proportions, en quan-
tité de matière, dans lesquelles les réactifs réagissent et les produits se forment.
Exemple :

Cu(s) + 2Ag+ (aq) = 2Ag(s) + Cu2+ (aq)

Cette équation indique que si 1 mole de cuivre est consommée alors 2 moles d’ions Ag+ seront
aussi consommées et il se formera 2 moles d’argent et 1 mole d’ions cuivre Cu2+ .
A l’échelle microscopique les nombres stoechiométriques renseignent sur les proportions, en nombre
d’atomes ions ou molécules dans lesquelles les réactifs réagissent et les produits se forment.
Exemple :

Cu(s) + 2Ag+ (aq) = 2Ag(s) + Cu2+ (aq)

Cette équation indique que si 1 atome de cuivre est consommé alors 2 ions Ag+ seront aussi
consommés et il se formera 2 atomes d’argent et 1 ion cuivre Cu2+ .

76
76
III Effet thermique des transformations chimiques

1 La bougie brûle !
Le combustible de la bougie est la paraffine de formule brute C18 H36 O2 , elle brûle dans l’air à
l’aide du comburant dioxygène de formule brute O2 . Les produits formés sont le dioxyde carbone
et l’eau. L’équation chimique est la suivante :

C18 H36 O2 (s) + 26O2 (g) = 18CO2 (g) + 26H2 O(l)


Cette réaction est exothermique : elle dégage de la chaleur.

2 Lesdeux2 effets thermiques possibles

Définition

Une transformation qui libère de l’énergie sous forme de chaleur est appelée réaction exo-
thermique.

Exemple : au cours de l’effort le glucose subit une transformation chimique produisant de l’acide
lactique et de chaleur.

C6 H12 O6 (aq) = 2C3 H6 O3 (aq)

Définition

Une transformation qui prend de la chaleur au milieu extérieur est appelée réaction endo-
thermique.

Exemple : la dissolution du chlorure d’ammonium est endothermique. Son équation chimique est :

NH4 Cl(s) = NH+4 (aq) + Cl− (aq)

77
77
Chapitre 15

Synthèse chimique

I Pourquoi synthétiser des espèces chimiques ?

1 Définition de la synthèse

Définition

On appelle synthèse, la fabrication d’une molécule par le chimiste dans le but d’imiter une
molécule naturelle ou d’en inventer de nouvelles.

Propriété

Cela permet très souvent d’obtenir une espéce chimique plus facilement à meilleur prix.
D’autre part, la demande est parfois telle que les plantes ne permettraient pas d’y répondre.

2 Les différents types d’industries chimiques


On distingue plusieurs types d’industries chimiques qui réalisent des synthèses de produits :
- la chimie fine ou chimie de spécialité, est une division de l’industrie chimique qui synthétise des
produits répondant à des besoins très spécifiques et de faible volume de production (pesticides,
pigments, arômes et cosmétiques)
- la pharmacie. Environ 30 % des principes actifs des médicaments sont issus de la nature. Il est
parfois couteux de les extraire, on les synthétise en laboratoire. Il faudrait par exemple abattre
2000 saules par heure pour répondre au besoin d’aspirine dans le monde ! !
- la chimie lourde qui fabrique des produits de base comme la soude (NaOH) le dichlore (Cl2 ),
l’acide chlorhydrique (H+ ,Cl− ) et des monomères.

78
78
II Comment réaliser une synthèse ?

Sortie eau froide

Lors d’une synthése, bien souvent, il faut ac-


célérer la réaction : pour cela, il faut chauffer
le milieu réactionnel. Réfrigérant á eau
Mais, en chauffant, les réactifs peuvent entrer
en ébullition et s’évaporer.
Pour empêcher la perte des réactifs, on utilise Entrée eau froide
le montage à reflux ci-contre.
Les vapeurs des réactifs s’échappent (flux), se
liquéfient au niveau du réfrigérant à eau, et
retombent (reflux) dans le ballon. Réactifs Ballon

Chauffe-ballon

Les trois étapes de la synthèse sont :


- la transformation des réactifs en produits
- le traitement du milieu réactionnel
- l’identification des produits obtenus

1 Etape 1 : la transformation des réactifs en produits


Dans cette étape on mélange les réactifs qui sont les espèces chimiques à faire réagir pour obtenir
le produit désiré. Il faut choisir les quantités de matière de réactifs à introduire dans le réacteur
ainsi que les conditions expérimentales (température, pression, catalyseur, solvant).
Exemple 1 : le chauffage à reflux,

On verse le mélange réactionnel dans un ballon à fond rond, on porte le mélange à ébullition, les
vapeurs montent dans le réfrigérant (tube en verre dans lequel circule de l’eau froide). Les réactifs

79
79
et produits qui se sont volatilisés repassent sous forme liquide et refluent dans le ballon (d’où le
nom de montage à reflux).
Exemple 2 : l’hydrodistillation.

Les réactifs se trouve en solution aqueuse. Lors du chauffage les molécules d’eau se vaporisent
entrainant le ou les produits de la réaction vers la tête de la colonne de distillation. Les vapeurs se
condensent dans le réfrigérant à eau. On récupère dans l’erlenmeyer 2 phases :
- une phase organique qui contient les produits à récupérer
- une phase aqueuse qu’on doit éliminer.
On utilise ce type de montage pour produire des huiles essentielles comme l’huile essentielle de
rose ou de lavande.

2 Etape 2 : le traitement du mélange réactionnel

Une fois la réaction terminée il faut séparer et purifier le produit qui nous intéresse du reste du
mélange réactionnel.
-Lorsque l’espèce qui nous intéresse est solide, il faut filtrer le mélange obtenu avec un filtre Büch-
ner.

Lorsque le mélange est liquide on utilise un solvant particulier dans lequel se solubilise les espèces
non désirées, la séparation du mélange s’effectue dans une ampoule à décanter.
Revoir le chapitre extraction, séparation identification d’espèces chimiques

80
80
3 Etape 3 : étape d’identification
Une fois le produit réalisé, on déterminera par différentes techniques sa pureté. On pourra effectuer
une chromatographie par exemple. On pourra utiliser les propriétés physiques du produit (aspect,
solubilité, températures d’ébullition et de fusion, densité etc) pour déterminer sa pureté. Voir le
chapitre extraction, séparation identification d’espèces chimiques

III Rappel : masse volumique et densité

1 Masse volumique
La masse volumique ρ d’une espèce chimique est égale au rapport de sa masse m par le volume V
qu’elle occupe :

m
ρ=
V
Unité légale : m (kg) ; V (m3 ) ;
Exemple : la masse volumique de l’eau est égale à ρ = 1000 kg/m3 . Cela signifie qu’un volume d’un
mètre cube d’eau correspond à une masse m = 1000 kg.

2 Densité
La densité d d’un corps solide ou liquide est égale au rapport de sa masse volumique sur celle de
l’eau :

ρ
d=
ρeau

la densité d n’a pas d’unité car elle est égale à un rapport de même unité.
Exemple : la densité du plomb est d = 11,3.

IV Synthèse chimique et sport

1 Message de l’Union des industries chimiques


La chimie transforme les pratiques sportives. Polyamide, polyester, fibre de carbone, matériaux
composites. Les nouveaux matériaux contribuent largement à l’amélioration des performances. Les
équipements sont plus légers, plus confortables et plus sûrs ; ils permettent d’aller toujours plus
haut, plus loin, plus vite. Les nouveaux sports de glisse ou de l’extrême n’auraient pas vu le jour
sans chimie. La chimie offre aussi aux sportifs des infrastructures mieux adaptées ainsi que des
produits d’hygiène et de santé.

81
81
2 Travail de recherche
La plupart des matériaux utilisés dans le sport sont des polymères. Un polymère est une macromo-
lécule constitué à partir d’un motif (molécule) qui se répète identique à lui même un grand nombre
de fois.

82
82
Chapitre 16

La pression

I Description d’un gaz

1 A l’échelle microscopique

Un gaz est constitué d’un ensemble de molécules (ou parfois d’atomes dans le cas des gaz rares)
assez éloignées les unes des autres. Ces atomes ou ces molécules sont en agitation permanente et
désordonnée.
Exemple : le gaz dioxygène composé de molécules de dioxygène (O2 ). Le gaz néon composé d’atome
de néon (Ne)

2 Description d’un gaz à l’échelle macroscopique


Il est impossible et trop compliqué, de décrire un gaz à l’échelle microscopique, car les molécules
sont en nombre trop important et il faudrait connaître un trop grand nombre de paramètres (vi-
tesse, position, masse etc.). On utilise alors, pour décrire l’état d’un gaz, des grandeurs macrosco-
piques, facilement accessibles à la mesure :
- la pression P en pascal (symbole Pa)
- la température T (en kelvin, symbole K)
- le volume V (en mètre cube, symbole m3 )
- la quantité de matière n de gaz (en mole, symbole mol).
Ces grandeurs qui permettent de décrire l’état d’un gaz sont appelées : variables d’état.

83
83
II Notion de pression

1 Mise en évidence des forces pressantes

On place un ballon de baudruche contenant très peu d’air sous une cloche à vide. On fait ensuite
le vide d’air sous la cloche. On observe alors que le ballon se gonfle. Son enveloppe se tend et son
volume augmente.
Dans la partie (1), la face externe du ballon est soumise à un bombardement incessant par les
molécules des gaz constituant l’air (O2 et N2 essentiellement)
Dans la partie (2), seule la face interne du ballon est soumise au bombardement par les molécules
enfermées dans le ballon (il n’y a plus d’air à l’extérieur). Sous l’action de ce bombardement qui a
lieu de l’intérieur vers l’extérieur, le ballon se déforme.
Une surface en contact avec un gaz est soumise à un très grand nombre de chocs des molécules
de gaz (aspect microscopique). Il en résulte, sur cette surface, une force appelée force pressante
(aspect macroscopique).
L’air atmosphérique est attiré par la Terre et tombe comme n’importe quel objet.
Il exerce donc une force pressante sur tous les corps à la surface de la Terre et par là même exerce
une pression : la pression atmosphérique.

i. Mise en évidence.

Vide partiel Vide partiel Ballon

Membrane

Aspiration Aspiration

La membrane semble "aspirée" vers l’intérieur. Le ballon grossit comme s’il se remplissait d’air !

En fait, c’est la différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur, et donc des forces pres-
santes différentes, qui engendre les déformations :

• La membrane est déformée vers l’intérieur, parce que l’air extérieur exerce une force
pressante plus grande que l’air intérieur.

• Le ballon semble gonfler, parce que l’air intérieur au ballon exerce une force pressante
plus grande que l’air extérieur.

De quels facteurs dépend-elle ?

84
84
• L’altitude :
Qui n’a jamais ressenti une gêne aux oreilles en partance pour la montagne (ou la plaine
d’ailleurs !) ?

Propriété

La pression atmosphérique diminue au fur et à mesure que l’altitude augmente.


(de 10hPa tous les 100 m en moyenne jusqu’à 5000 m)

La météo :
Quand on comprime de l’air dans une pompe à vélo (en bouchant l’orifice), l’air s’échappe
quand on débouche la pompe ! Si, si ! !
Et il en va de même pour l’air atmosphérique.

Propriété

Un fluide se déplace toujours des hautes pressions vers les basses pressions.

2 Définition

Soit F la valeur de la force pressante s’exerçant sur une surface plane d’aire S. La pres-
sion P résultant de cette force est égale au rapport de la force F sur la surface S.

Définition

La pression est le rapport de la force pressante sur la surface pressée.

Force (N)

p = FS
Pression (Pa)

Surface m2

Propriété

La pression est proportionnelle à la force pressante et inversement proportion-


nelle à la surface pressée.

85
85
Autres unités de pression :
L’unité légale du systéme international (SI) est bien sûr le Pascal (Pa), mais comme elle
est faible, il en existe d’autres plus usuelles.
→ Le bar : 1 bar = 105 Pa
C’est celle qu’on utilise pour gonfler les pneus de voiture par exemple : 1 bar est
proche de la pression atmosphérique (comparaison facile) et d’une valeur "ronde"
(pour simplifier).
→ L’atmosphère : 1 atm = 1,013.105 Pa
Cette unité est souvent employée pour justement comparer une pression avec la
pression atmosphérique.
→ Le cmHg (centimétre de mercure) :
Le baromètre de Toricelli contenant du mercure, on mesure la pression par la dif-
férence de hauteur h entre les deux niveaux de... mercure, d’où une pression ex-
primée en cmHg (ou encore en mmHg).
Exemple :
On pose une masse m = 1,6 kg sur une main. La surface de contact est S = 16 cm2 .
Calculer la pression exercée par la masse.
1) données : g = 9,8 N .kg −1 ; S =16 cm2 = 16×(10−2 )2= 16 × 10−4 m2 ; m = 1,6 kg
2) formule : P = F/S
d’où P = m.g/S
3) calcul
P = (1,6 × 9,8)/(16 × 10−4 ) = 9,8 × 104 Pa La pression qui s’exerce sur le livre est de 1 bar
environ (l’équivalent de la pression atmosphérique).

3 La pression atmosphérique
La pression atmosphérique est la pression exercée par l’air qui nous entoure.
Au niveau du sol la pression atmosphérique notée Patm est : Patm = 1 bar.
La pression atmosphérique diminue avec l’altitude. Plus l’altitude s’élève moins il y a
de molécules par m3 d’air et plus les forces pressantes sont faibles.

Nom de la couche Hauteur de la base h (en km) Pression (en Pa)


0 Troposphère 0,0 101 325
1 Tropopause 11,000 22 632
2 Stratosphère 20,000 5 474,9
3 Stratosphère 32,000 868,02
4 Stratopause 47,000 110,91
5 Mésosphère 51,000 66,939
6 Mésosphère 71,000 3,9564
7 Mésopause 84,852 0,3734

Quel rapport avec le beau temps ?


Un anticyclone est un lieu où la pression de l’air est plutôt élevée (en tout pour de l’air
atmosphérique).
Par contre, un endroit où il régne une basse pression est appelé dépression.
Alors, comme pour la pompe à vélo, l’air circule de l’anticyclône vers la dépression.

Et il emmène les nuages avec lui !

Donc, il n’y a plus de nuage sous l’anticyclone (il fait beau), par contre, il pleut sous la
dépression !
La mesure de la pression atmosphérique permet donc de prévoir la météo.

86
86
La valeur moyenne de la pression atmosphérique vaut : patm = 1,013.105 Pa = 1013 hPa.
Elle varie chez nous environ entre 980 hPa (vent plutôt fort) à 1030 hPa (temps très beau).
Les records enregistrés (pour indication) sont 1086 hPa en Mongolie et 870 hP a au centre du
typhon "Tip" en 1979.

4 Mesure de la pression d’un gaz

La pression se mesure avec un manomètre. Les baromètres vide


mesurent la pression atmosphérique. Les manomètres ab-
solus donnent la valeur de la pression du gaz par rapport
au vide. Les manomètres relatifs donnent la pression du
gaz par rapport à la pression atmosphérique.
On la mesure à l’aide d’un baromètre, dont le schéma est
donné ci-contre. h
Il a été inventé par Torricelli en 1644. mercure

Si, il y a bien du vide au-dessus ! ! air

Pourquoi ?
L’air exerce une force pressante sur la surface libre du mer-
cure et le fait monter dans le tube jusqu’à h = 760 mm,
mais ne peut pas plus !

c. Mesure d’une pression.


On utilise un manomètre.
• Manomètre à liquide. gaz
La dénivellation h entre les deux surfaces du liquide
manométrique représente (en cm de liquide) la dif-
férence de pression (pgaz − patm ).
• Manométre métallique.
h
La déformation d’un boîtier métallique est transmise
à une aiguille se déplaçant devant un cadran.
• Manomètre électronique.
Un capteur de pression produit un signal électrique
qui est transmis à un afficheur.

III Température et agitation thermique

1 De quoi dépend la température d’un corps ?


La température d’un corps, à l’état solide, liquide ou gazeux, est liée à l’agitation des molécules qui
le constituent. Plus les molécules sont agitées (plus leur vitesse est importante) plus la température
est élevée.

2 Appareils de mesure de température


La température se mesure avec un thermomètre. Il comporte un capteur mettant en jeu un phéno-
mène physique variant avec la température. Les phénomènes les plus courants sont :
- La dilatation d’un liquide : (expérience du ballon) thermomètre usuel à alcool ou à mercure,
- La résistance électrique d’un conducteur : thermomètre électronique
- L’émission de rayonnement : thermomètre à rayonnement infrarouge.
Pour repérer la température d’un corps la sonde du thermomètre doit être en contact avec le corps
suffisamment longtemps : la sonde et le corps doivent être en équilibre thermique.

87
87
3 Echelles de température
L’échelle légale de température est l’échelle de température absolue dont l’unité est le Kelvin (K).
Une échelle très utilisée est l’échelle Celsius dont l’unité est le degré Celsius (°C).
La température absolue, notée T et la température Celsius notée sont liées par la relation :
En l’absence de toute agitation thermique, la température absolue T est égale à 0 K : c’est le zéro
absolu. Il n’existe pas de température inférieure à 0 K. A cette température les entités chimiques
sont immobiles.

IV Relation entre pression et volume

1 Cas des gaz

a : Equation d’état des gaz parfaits


Pour décrire l’état d’un gaz, des grandeurs macroscopiques, facilement accessibles à la mesure :
- la pression P en pascal (symbole Pa)
- la température T (en kelvin, symbole K)
- le volume V (en mètre cube, symbole m3 )
- la quantité de matière n de gaz (en mole, symbole mol).
Ces grandeurs qui permettent de décrire l’état d’un gaz sont appelées : variables d’état.

P ×V = n×R×T

b Loi de Boyle-Mariotte

Définition

Pour un gaz, quel qu’il soit et à une température donnée, le produit de son volume par la
pression qu’il subit est constant.

P × V = constante

88
88
2 Cas des liquides : Relation entre pression P et profondeur h

Profondeur (10−2 m) Pression hydrostatique P (P a) P (totale) = P(atm) + P(P a)


0 0 101325
1,0 98 101423
2,0 2,0 × 102 101525
3,0 2,9 × 102 101615
4,0 3,9 × 102 101715
5,0 4,9 × 102 101815

La pression dans un liquide augmente avec la profondeur. A une profondeur h(m), dans un liquide
masse volumique ρ (kg/m3 ) la pression P est donnée par la formule :

P = Patm + ρ.g.h

g : intensité du champ de pesanteur terrestre g = 9,8 N.kg−1

Patm (pression atmosphérique) = 105 Pa

Dans le cas ou le liquide est l’eau, sa masse volumique étant p(eau) = 1,00 × 103 kg/m3 , la relation
devient :

P = Patm + ρ.g.h = 101325 + 1,00 × 103 × 9,8 × h

P = 101325 + 9,8 × 103 × h

Exemple : un plongeur se trouve à h = 10 m de profondeur. La masse volumique de l’eau est


ρeau =1,00 ×103 kg/m3 . Calculer la pression P à cette profondeur

La pression à cette profondeur est :

P = Patm + ρ.g.h = 1,0 × 105 + 1,0 × 103 × 9,8 × 10 = 2,0 × 105 Pa = 2 bar environ.

A 10 m de profondeur la pression est deux fois plus forte qu’à la surface. A 20 m elle est 3 fois
supérieure, etc.

V Application au sport

1 La plongée

Lors d’une plongée subaquatique, la pression de l’eau augmente avec la profondeur, dans les bou-
teilles le gaz est stocké sous haute pression. Le détendeur permet d’égaliser la pression de l’air que
respire le plongeur avec celle du milieu extérieur.

À quelle pression un plongeur est-il soumis ?

89
89
Plus la pression d’un gaz augmente et plus son volume diminue et vice et versa.
6 ) Application à la plongée sous-marine.
À quelle pression
Au-dessus un plongeur
du plongeur, il y aest-il soumis h? d’eau et l’at-
une hauteur
mosphére.
air Au-dessus du plongeur, il y a une hauteur h d’eau et l’atmosp
Il est donc soumis à la pression atmosphérique et à la
air
eau Il est donc
pression dûe àsoumis à lahpression
la hauteur atmosphérique et à la pressi
de liquide.
eau la hauteur
Donc : h de liquide.
Donc :
pplongeur = peau + patm
p pl ong eur = p eau + p at m
LaLa pression
pression atmosphérique
atmosphérique équivaut
équivaut à uneàhauteur
une hauteur
d’eau d’eau de
h de 10Propriété
m.
h
Propriété
À chaque fois qu’un plongeur descend de 10 m, la pression q
subit augmente d’une atmosphère.
À chaque fois qu’un plongeur descend de 10 m, la
pression qu’il subit augmente d’une atmosphére.
Définition
On appelle pression absolue, la somme de la pression at
Définition
sphérique et de la pression de l’eau.
On appelle pression absolue, la somme de la pres-
sion atmosphérique et de la pression de l’eau.
Gare à l’embolie !
Toutes les boissons gazeuses sont des exemples de gaz dissous dans un liquide.
Gare à l’embolie !
Propriété
Plus la
Toutes lespression
boissons est grande,
gazeuses plus
sont des le gaz peut
exemples deêtre
gaz dissous.
dissous dans un liquide.

Propriété
Quand on ouvre une bouteille d’eau gazeuse, le gaz dissous passe d’une pression élevée à la pression at
et onPlus
voitlaapparaître
pression estdes bulles
grande, de le
plus gaz.
gaz peut être dissous.

Dans le cas de la plongée, les gaz dissous dans le sang peuvent passer à l’état gazeux si la remontée est
Quand on ouvre une bouteille d’eau gazeuse, le gaz dissous passe d’une pression élevée à la pres-
Les
sionbulles de gaz produites
atmosphérique et on voitpeuvent boucher
apparaître des de
des bulles capillaires
gaz. et empêcher le sang de circuler, ce qui peut
leDans
cerveau,
le cas les poumons...
de la plongée, les gaz dissous dans le sang peuvent passer à l’état gazeux si la remontée
estPropriété
trop rapide.
Les bulles
L’air quede
le gaz produites
plongeur peuvent
respire boucher
se trouve des
à la capillaires
même et empêcher
pression le où
que l’eau sang
il de circuler, ce
se trouve... etqui
les gaz dissous
peut endommager le cerveau, les poumons...
sang aussi !!
Propriété
Le plongeur neplongeur
L’air que le doit pasrespire
remonter tropàvite,
se trouve sinonpression
la même les gaz que
dissous
l’eaupeuvent formeretdes
où il se trouve... les bulles dans le s
gaz dissous dans le sang aussi ! !

Le plongeur ne doit pas remonter trop vite, sinon les gaz dissous peuvent former des bulles
dans le sang.

2 En altitude
La pression atmosphérique diminue quand l’altitude augmente.
Au niveau de la mer, Patm = 1,013 × 105 Pa une inspiration de 5 litre d’air fait entrer 0,042 mol de dioxy-
gène dans le sang.
A 2200 m, Patm = 0,775 × 105 Pa, une inspiration de 5 L fait entrer uniquement 0,032 mol de dioxygène
dans les poumons. Les performances des sportifs faisant du fond sont moins élevées.

90
90