Vous êtes sur la page 1sur 13

CHEBAP 2017 / 2018

TD Mécanique des sols / Caractéristiques physiques d’un sol

Rappel définitions

w :Teneur en eau naturelle du matériau, s’exprime en % , m w m s ;


w sat :Teneur en eau à saturation ;
e :Indice des vides, v v v s ;
n :Porosité, v v v ;
 :Poids volumique apparent, W v ;
 ' :Poids volumique déjaugé ;
 sat :Poids volumique saturé, ( Ws  Ww ) v ;
 d :Poids volumique sec, Ws v ;
 s :Poids volumique des grains, Ws v s ;
 w :Poids volumique de l’eau ;
G :Densité des grains,  s  w  2.7 ;
S :Degré de saturation, w w sat ,s’exprime en %

Les paramètres du schéma triphasique :

m : Masse totale du sol ;


m s :Masse des grains ;
m w :Masse de l’eau ; v :Volume total du sol ;
v s :Volume des particules solides ;
m a :Masse de l’air ;
v w :Volume de l’eau ;
m  m s  m w  ma
v a :Volume de l’air ;
W :Poids total du sol ;
Ws :Poids des grains ; v v :Volume des vides ;
Ww :Poids de l’eau ; v  v s  v w  v a et v  v s  v v et v v  v w  v a
Wa :Poids de l’air ;

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 1 31/01/2018


Rappel relations entre paramètres caractéristiques

SOL SATURE
w n e  sat d
n e s   1 1
w - w    
(1  n)  G G G   s  d s 
wG e   s 
n - 1 d
wG 1 1 e w  s s
n s   
e wG - 1
1 n   w d
 s  (1  w ) s  e  w  1
 sat n   w  (1  n)   s -  d  1     w
wG 1 1 e  G
  w
s s
d (1  n)   s 1 -
wG 1 1 e 1
G

w
Autre relation :  '   sat   w   d  (1  )
d

SOL NON SATURE


w n e  d
s  
Sn S e 1 1
w - G S w    
(1  n)  G G    s  d s 
S
wG e   s d
n - 1
wG  S 1 e S w  s s
wG n s   s
e - 1
S 1 n   S w d
 s  (1  w )
s  S e w  S
 G S  n   w  (1  n)   s -  d  1    S   w
w 1 1 e  G
S
s   S w
s
d G (1  n)   s S -
w 1 1 e 1
S G

Autres relations :
w w   d wG
S   
1 1 1 1    e
w       w  1  d 
 d s  d G  s 

Autres définitions

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 2 31/01/2018


d 60
Facteur d’uniformité de Hazen : c u 
d10

d 230
Facteur de courbure : c c 
d10  d 60

Ip  w L  w p (Indice de plasticité)

e max  e     d min
ID   d max  d (Indice de densité)
e max  e min   d max   d min

Si 0.70  ID  1.00 , il s’agit d’un sable dense ;


Si 0.30  ID  0.70 , il s’agit d’un sable moyennement dense ;
Si 0.00  ID  0.30 , il s’agit d’un sable lâche ;

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 3 31/01/2018


wL  w
IC  (Indice de consistance)
wL  wP

w  wP
IL  (Indice de liquidité)
wL  wP

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 4 31/01/2018


Exercice 1.1.1 : Caractéristiques physiques d’un sol

A l’aide des relations usuelles :

e n  W
n , e , S  W   w  S  e , d  ,   (1  n)   s   w  n  S , S 
1 e 1 n 1 W w w

d s

Compléter le tableau suivant :

Sol n° (Mg / m 3 )  d (Mg / m 3 ) e n S W (%)  s (Mg / m 3 )


1 1.76 0.57 0.00
2 0.48 0.34 2.65
3 1.73 0.73 2.71
4 1.90 1.45 2.71
5 0.46 0.90 2.60
6 1.00 0.40 2.65
7 1.79 0.16 2.68

Exercice 1.1.2 Détermination des caractéristiques physiques d’un sol

Déterminer les paramètres d’états (e, n, S) d’une argile et d’un sable après avoir établi les modèles de sol
sachant que :

Paramètres  s (kN/m3)  d (kN/m3) W (%)

Argile 26.50 16.50 15.00

sable 27.00 18.50 12.00

Pour l’argile on prendra comme hypothèse un volume total de 1.00 m 3 et on fera le calcul en masse. Pour le
sable, on prendra un volume de particule solide de 1.00 m 3 et on fera le calcul en poids.

 Donnez dans les deux cas, la valeur du poids (masse) volumique saturé(e) et celle du poids (masse)
volumique déjaugé(e).

Exercice 1.2.3 Détermination des caractéristiques physiques d’un sol

On considère 1 m3 de sable humide dont les caractéristiques sont les suivantes :

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 5 31/01/2018


  = 1,9 Mg/m3
 d = 1,7 Mg/m3
 s = 2,7 Mg/m3
 w = 1 Mg/m3
 g  10 m/s2

1. Calculer les paramètres d’état du sable dans son état initial ;


2. Déterminer, à partir de cet état humide, la quantité d’eau à rajouter pour que le m3 de sable ait une
teneur en eau de 20% ;
3. Calculer le poids volumique déjaugé.

Exercice 1.1.4 Estimation des tassements

On considère un bâtiment industriel fondé sur un radier de fondation reposant sur une couche de sol argileux
saturé de 4.00 m d’épaisseur. Les caractéristiques initiales de cette couche sont :

 1  19.50 kN m3 , w 1  29.20% ,  s  27.00 kN m 3


Par suite de la construction, la compacité de la couche augmente et les caractéristiques finales sont :

 2  19.90 kN m3 , w 2  26.60% ,  s  27.00 kN m 3

1. Déterminer le tassement du radier en supposant qu’il n’y a aucune déformation latérale du sol autour du
radier, sachant qu’on trouve le rocher au-dessous de la couche de sol argileux ?

2. A votre avis, l’hypothèse d’un comportement oedométrique pour le sol sous le radier constitue-t-il une
hypothèse favorable ou défavorable vis-à-vis des tassements ? Justifier votre réponse.

Nota : On suppose que tout au long des travaux, le niveau de la nappe, initialement en surface, reste
inchangé.

Exercice 1.2 : Identification et classification des sols

Exercice 1.2.1 : Granulométrie

La granulométrie d’un sol grenu a été déterminée en laboratoire par tamisage. Les résultats sont présentés au
tableau suivant :

Maille de tamis (mm) 2 1.6 1 0.5 0.4 0.2 0.1 0.08 <0.08
Refus par tamis (g) 8.12 3.12 17.21 80.92 66.88 205.2 177.8 110.51 38.55

1. Tracer la courbe granulométrique ;


2. Déterminer le coefficient d’uniformité C u et le coefficient de courbe C c ;
Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 6 31/01/2018
3. D’après la classification des sols grenus du LCPC, de quel sol s’agit-il ?

CLASSIFICATION LCPC DES SOLS GRENUS (plus de 60% des éléments>0.08mm)


Définitions Symboles Conditions Appellation
D
C U  60  4
D10
Grave propre bien
Gb (GW) (D 30 ) 2
- de 5% et C C  graduée
d’éléments<0.08mm D10 xD60
+ de 50% des
GRAVES éléments>0.05mm ont un compris entre 1 et 3
diamètre>2mm Une des conditions de Grave propre mal
Gm (GP)
Gb non satisfaite graduée
Limite d’Atterberg au-
GL (GM) Grave Limoneuse
+ de 12% dessous de A
d’éléments<0.08mm Limite d’Atterberg au-
GA (GC) Grave Argileuse
dessus de A
D60
CU  6
D10
Sable propre bien
Sb (SW) (D 30 ) 2
- de 5% et C C  gradué
d’éléments<0.08mm D10 xD 60
+ de 50% des
SABLES éléments>0.08mm ont un compris entre 1 et 3
diamètre<2mm Une des conditions de Sable propre mal
Sm (SP)
Sb non satisfaite gradué
Limite d’Atterberg au-
SL (SM) Sable Limoneux
+ de 12% dessous de A
d’éléments<0.08mm Limite d’Atterberg au-
SA (SC) Sable Argileux
dessus de A
Lorsque 5% <% inférieur à 0.08mm<12%  on utilise un autre symbole
Classification LCPC des sols grenus

Exercice 1.2.2.1 : Limites d’Atterberg

Un sol fin est tamisé à 400 µm sous l’eau. Sur les passants séchés dans l’air ambiant les limites d’Atterberg
ont été déterminées.

La limite de liquidité WL est déterminée avec la méthode de la coupelle de Casagrande.

Les données brutes sont présentées dans le tableau suivant.

N° tare 1 2 3 4
Masse totale humide (g) 63.19 82.72 55.27 69.12
Masse totale sèche (g) 51.98 66.01 48.42 57.71
Masse de la tare (g) 20.85 23.35 29.66 28.44
Nombre de coups (N) 30 20 32 24

La limite de plasticité WP est déterminée avec la méthode du rouleau et les résultats sont donnés dans le
tableau suivant :

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 7 31/01/2018


N° tare 5 6 7 8
Masse totale humide 58.08 69.17 57.94 66.57
Masse totale sèche 51.97 61.91 51.68 58.99
Masse de la tare 25.07 29.63 24.05 2504

1. Déterminer WL et WP (valeurs moyennes) ;


2. Déterminer le type de sol d’après le diagramme de Casagrande.

40

39

38
Teneur en eau W (%)

37

36

35

34

15 20 25 30 35
Nombre de coups N

60

LIGNE A, IP=0.73 (WL-20))


50
Argiles très plastiques
At
Indice de plasticité IP (%)

40
WL = 50%

30
Argiles peu plastiques Limons très plastiques
Ap Lt
20
Sols organiques très plastiques
Ot
10
Limons Lp
et
sols organiques peu plastiques Op
0

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Limite de liquidité WL (%)
Diagramme de Casagrande

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 8 31/01/2018


Exercice 1.2.2.1 : Limites d’Atterberg

On a réalisé un essai au cône de pénétration et l’essai « des petits rouleaux » pour déterminer les limites de
liquidité et de plasticité d’un sol. Les résultats de ces essais sont présentés dans les tableaux suivants :

Essais 1 2 3 4 5
Enfoncement du cône (mm) 18.51 14.75 11.38 16.55 19.60
n° tare 10 5 27 8 38
Masse tare (g) 24.05 28.64 23.41 26.56 23.30
Masse totale humide (g) 106.25 97.22 92.43 103.85 104.19
Masse totale sèche (g) 83.71 79.38 75.16 83.02 81.56

Tableau 1. Résultats de l’essai au cône de pénétration

Essais 1 2 3 4
N° tare 3 9 14 22
Masse totale humide (g) 32.36 29.34 25.75 29.27
Masse totale sèche (g) 31.84 28.98 25.42 28.92
Masse de la tare (g) 29.45 27.18 23.84 27.26

Tableau 2. Résultats de l’essai des petits rouleaux

1. Quels essais du tableau 1 doit-on utiliser pour déterminer la limite de liquidité ? Justifier votre réponse ;
2. A partir du tableau 1 et à l’aide de la figure 1, déterminer la limite de liquidité WL de ce sol ;
3. A partir du tableau 2, déterminer la limite de plasticité Wp de ce sol ;
4. Déterminer l’indice de plasticité IP ;
5. Qualifier ce sol à partir de la classification du LCPC.

40

39

38

37
teneur en eau (%)

36

35

34

33

32

31

30
10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
enfoncement du cône (mm)

Figure 1 : Diagramme d’enfoncement du cône / WL

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 9 31/01/2018


Exercice 1.2.3 : Compacité

Un échantillon de sable (  s  2.65 Mg m3 ) a un indice des vides e  0.75 .

Afin de caractériser son état de compacité, un essai de détermination de l’indice de densité ID a été réalisé, qui
consiste à préparer deux échantillons de ce sable (le plus lâche et le plus dense dans un moule métallique et
à les peser ensuite.

Les données d’essais sont :

 Volume du moule : V  911 cm3 ;


 Masse du sol dense M d  1400 g ;
 Masse du sol lâche ML  1120 g .

1. Calculer l’indice de densité ID du sable ;


2. Quelle est la compacité de ce sable ?

Exercice 1.2.4 : Valeurs au bleu

L’essai au bleu de méthylène est souvent utilisé pour caractériser l’activité et la fraction des argiles dans un
sol. Le résultat est représenté par la valeur au bleu VBS qui correspond au rapport de la masse adsorbée à la
masse sèche du sol.

Un essai au bleu sur 30 g d’un sol fin a été réalisé. A la saturation de bleu, on a noté un volume de solution de
bleu de 99 cm3 à une concentration de 10 g/l.

 Calculer la valeur du VBS.

Connaissant les constantes :

2
 La surface par molécule de bleu = 130 A ;
 La masse molaire de bleu = 319.86 g ;
 Le nombre d’Avogadro = 6.022  10 23 molécules/mole.

 Calculer la surface spécifique de ce sol.

masse de bleu
Nota 1 : On définit le VBS par : VSB   100%
masse de sol
Nota 2 : La surface spécique S est la surface totale des particules d’argile pour 1g de sol

Exercice 1.2.5 : Essais Proctor

Lors d’un essai de compactage Proctor Normal, on a obtenu les résultats suivants :

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 10 31/01/2018


W (%) 11.90 13.40 15.00 17.50 19.00 20.00 22.00
 d (Mg / m 3 ) 1.48 1.53 1.60 1.67 1.67 1.64 1.58

1. Tracer la courbe Proctor Normal du sol ;


2. Tracer la courbe de saturation sur le graphique précédent (  s  2.7 Mg/m 3 ) ;
3. Déterminer l’Optimum Proctor Normal (OPN) du sol.

Jérôme Racinais, TD CHEBAP Groupe B3 Page 11 31/01/2018


Olivier Pal, TD CHEBAP Groupe B1 Page 12 26/11/2013
Olivier Pal, TD CHEBAP Groupe B1 Page 13 26/11/2013