Vous êtes sur la page 1sur 26

Première réunion du

“Groupe de travail sur la révision des normes


hydrologiques en Afrique de l’Ouest et du Centre”

Historique
des normes hydrologiques actuelles
et perspectives

Pierre Ribstein
UMR 7619 Sisyphe, Université P. & M. Curie

2iE, Ouagadougou, 04 avril 2011 1


Quels repères chronologiques
Rodier et Auvray. 1965
Estimation des débits de crue décennale pour les petits
bassins versants de superficie inférieure à 200 km2 en
Afrique Occidentale. ORSTOM – CIEH

Dubreuil et al. 1972


Recueil des données de base des bassins représentatifs et
expérimentaux : 1951 – 1969. ORSTOM

Rodier. 1975
Evaluation de l’écoulement annuel dans le Sahel tropical
africain. ORSTOM
Puech et Chabi-Gonni. 1983
Méthode de calcul des débits de crue décennale pour les
petits et moyens bassins versants en Afrique de l’Ouest et
Centrale. CIEH

Nouvelot. 1994
Guide des pratiques hydrologiques sur les petits bassins
versants ruraux en Afrique tropicale et équatoriale.

FAO. 1996
Crues et apports. Manuel pour l’estimation des crues
décennales et des apports annuels pour les petits bassins
versants non jaugés de l’Afrique sahélienne et tropicale
sèche. Bulletin FAO n°54. 2
Un cadre plus large

1986 : Colloque international sur la révision des

normes hydrologiques suite aux incidences de

sécheresse, Ouagadougou (Burkina Faso), CIEH.

En Afrique : HAPEX, FRIEND-AOC, AMMA, …

PUB (Prediction in Ungauged basins) de l’AISH

3
Un sujet très (trop ?) vaste

• Crues et apports

• Petits et grands bassins

• Régional : Sahel, Afrique sèche, Afrique humide

• Situation passée, actuelle, future : climat, anthropisation

Séparer différentes questions ?


4
La prédétermination de la crue
décennale : 2 méthodes différentes
basées sur des observations identiques
2 méthodes : ORSTOM et CIEH
• Estimation de Q10 à partir des observations

• Explications des Q10 observés à partir de variables explicatives :


variables pluviométriques et géomorphologiques

Réviser les normes = réviser les observations

et/ou adopter de nouvelles méthodes d’explications?


5
Les observations disponibles

Rodier et Auvray. 1965 65 bassins < 120 km2 150 < Pan < 1600 mm

Dubreuil et al. 1972 250 bassins (89 ensembles de BVRE africains)

Puech et Chabi-Gonni. 1983 162 bassins (150 < Pan < 1600 mm)

Nouvelot. 1994 250 bassins

FAO. 1996 414 bassins

Qualité et quantité de nouvelles observations ? 6


Recueil des BVRE
(Dubreuil et al.
1972)

7
FAO (1996) : annexe 2

Pluviométrie Nombre de bassins Superficie Nombre de bassins

< 400 66 <1 21

400 à 800 75 1 à 10 67

800 à 1200 150 10 à 100 168

1200 à 1600 91 100 à 1000 122

> 1600 24 > 1000 36

non 8
mentionné

Un total de 414 bassins, avec au moins une estimation du débit décennal,


• 232 bassins revus par Rodier en 1992; • 301 bassins où l'on a des données anciennes; • 129 bassins où l'on a les 2 types d'estimations.
8
La crue décennale issue des observations
pour les méthodes ORSTOM et CIEH

• La crue décennale « observé » est issue de la pluie décennale par

une approche de type « hydrogramme unitaire »

• La pluie décennale est estimée à partir de la carte CIEH (1985)

• La pluie annuelle est utile pour les deux méthodes

Que faire des estimations passées si non stationnarité des pluies ?

Hors du Sahel, l’hydrogramme unitaire est il applicable ?


9
La pluie décennale CIEH (1985)

10
La pluie annuelle CIEH (1985)

11
Expertise pour estimer la crue
décennale à partir des observations

• Homogénéité des estimations de Q10 (J.A. Rodier a tout regardé) et

des variables explicatives (pluie, morphologie)

• Développement d’une « check-list » commune aux deux méthodes

qui traduit l’expertise nécessaire dans tous les cas

Pour les nouveaux bassins, il faudra être « expert » pour estimer Q10 ?

Expertise difficile à automatiser !


12
Révision de la méthode de calcul (Rodier, 1984)

13
La prédétermination de la crue
décennale par la méthode ORSTOM

Qr10 = A . P10 . Kr10 . α10 . S / Tb10


avec,

A le coefficient d'abattement
P10 la hauteur de pluie journalière décennale
Kr10 le coefficient de ruissellement correspondant à la crue décennale
α10 le coefficient de pointe correspondant à la crue décennale
S la superficie du bassin versant
Tb10 le temps de base correspondant à la crue décennale

14
La prédétermination de la crue décennale par la
méthode ORSTOM pour les plus petits bassins
• Superficie S
• Indice de pente Igcor
Valeurs choisies • Infiltrabilité P, Rimp, Imp
• Pluie décennale 70 ou 100 mm

• temps de montée unitaire Tm


Valeurs déduites • temps de base unitaire Tb
• Coefficient de ruissellement global Kr

• Forme du hyétogramme de pluie


Valeurs imposées • Forme de l’hydrogramme unitaire (Qmax/Qmoy = 2.5)
• Pluie d’imbibition, variation du ruissellement Kr

• Composition des hydrogrammes unitaires


Résultats • Débit de pointe Qmax
• temps de montée et temps de base
15
La prédétermination de la crue décennale
par la méthode ORSTOM

16
La prédétermination de la crue décennale
par la méthode ORSTOM

Coefficient de ruissellement décennal Kr70 pour S>70 km2 en zone Sahélienne


17
La prédétermination de la crue
décennale par la méthode CIEH
Basée sur un schéma de régression multiple sur 414 bassins :

où:
a, s. p. i, k. d.......sont des coefficients à déterminer et
S est la surface du bassin km²,
Ig est l'indice global de pente (m/km)
est la pluie annuelle moyenne (mm)
Kr10 est le coefficient de ruissellement décennal (%)
Dd est la densité de drainage (km-1)
(la liste n'est pas limitative). 18
La prédétermination de la crue
décennale par la méthode CIEH

• Sélection de sous-ensembles : climatique, géographique, selon la

fiabilité des données

• Nombreuses régressions possibles pour un même bassin

• Utilisation de la « check-list » pour corriger éventuellement

certaines variables explicatives

19
Commentaires valables pour les deux
méthodes ORSTOM et CIEH
• Même si ces méthodes semblent faciles à appliquer, elles
nécessitent une expertise (et donc beaucoup de formation !)
• Problème de l’estimation de la pluie décennale s’il n’y a pas
stationnarité
• Importance et difficulté d’estimer le coefficient de ruissellement
décennal
• Le Sahel semble une région plus homogène pour les deux
méthodes. Par exemple la méthode CIEH considère des
régressions sans coefficient de ruissellement au Sahel
• Résultats considérés avec une « erreur » de l’ordre de 50% 20
Perspective 1 : régionalisation

Q10 = A. Sa . Igβ
Exposants a et β
Variation selon la région

Comparaison de régionalisation en France pour 900 stations (Oudin et al., WRR, 2010) :
régionalisation par régression, par proximité, par similarité
21
Perspective 2 : Gradex (EDF)

Il n’y a pas de
validation possible
du débit décennal.

Obtenir quelques
valeurs fiables et
comparer
différentes
méthodes
22
Perspective 3 : méthode Schadex (EDF)
Une méthode basée sur la simulation

23
Perspective 4 : méthode Shyreg (Cemagref)

• Simulateur de pluies horaires, transformation pluies en débits par GR à l’événement


• Régionalisation des paramètres B et C, Calage du paramètre So/A
24
Les ruptures d’ouvrages

• Un problème de mauvais dimensionnement ?


• Un changement dans les conditions climatiques ?
• Un changement dans les caractéristiques de bassin ?

25
Quelques commentaires de conclusion
Il faut procéder par étapes pour réviser la norme hydrologique de calcul de la
crue décennale sur un bassin non jaugé
• Compléter par de nouvelles observations (nouveaux bassins)
• Chercher des séries plus longues pour obtenir des valeurs de débit décennal fiables,
• Relancer des observations sur des bassins déjà observés
• Initier des « retours d’expérience » à chaque fois qu’un ouvrage a cédé pour vérifier
les conditions de dimensionnement / les conditions de rupture
• Utiliser les nouveaux outils (télédétection, MNT, …) pour caractériser les bassins
• Appliquer des méthodes à base de simulation et de régionalisation

There are two kinds of forecasters : those who don't know, and
those who know they don't know... J. K. Galbraith (p.ph.) 26

Vous aimerez peut-être aussi