Vous êtes sur la page 1sur 228

RECONVERSION DU PORT DE

TANGER VILLE
Etude d’un quai en paroi moulée et d’une darse sur pieux

Réalisé par : Encadré par :


FARISSI Youssef yousseffarissi@gmail.com Jamal Benbouziyane (EHTP)
ZEMMARI Samih Zemmari.samih@gmail.com ZAHIR Youssef (SOMAGEC)
Ait Ali Youssef (SOMAGEC)

01 JUIN 2013
SOMAGEC

www.4geniecivil.com


 
 
  



 

Au terme de ce travail, Nous tenons à exprimer nos sincères remerciements à toutes les
personnes dont l’intervention, de près ou de loin, a favorisé son aboutissement.
D’abord, nous tenons à exprimer notre profonde reconnaissance à M. Youssef ZAHIR,
Directeur de projets chez SOMAGEC qui a accepté de nous donner une chance de participer à ce
projet et qui n’a jamais hésité de nous faire profiter de son expérience dès que son emploi de temps
chargé le lui permettait.
De surcroît, grande est notre gratitude envers notre encadrant interne M. Jamal
BENBOUZIYANE, qui n’a ménagé ni son temps ni son énergie pour nous assister lors de
l’élaboration de ce travail en vue de permettre sa réalisation dans les meilleures conditions. Nous
sommes très reconnaissants des conseils fructueux, avisés et précis qu’il n’a cessé de nous prodiguer.
Au surplus, il nous est impossible d’oublier notre encadrant externe M. Youssef AIT ALI de
SOMAGEC de par son extrême dévouement au suivi de la bonne progression de notre travail, Nous
tenons donc à lui adresser nos remerciements les plus vifs pour tous les efforts qu’il a consentis à
fournir pour nous assister, ainsi que sa disponibilité et ses conseils précieux et avisés. Nous
remercions également M. Rachid ADJAR pour son hospitalité et son engagement à nous faire
découvrir le monde du chantier maritime.
Un grand merci aussi à M. EL KARIDI directeur de S2G qui nous a honoré en présidant notre
soutenance. Nous exprimons également notre gratitude à M. El BAKKALI (CID) pour sa présence
parmi le jury.
A ces remerciements nous souhaitons associer tous les enseignants de l’Ecole Hassania des
Travaux Publics et tous nos amis lauréats, qui n’ont pas hésité à nous aider pendant la réalisation de
notre projet.

#
www.4geniecivil.com


 
 
  





 




!

"#
  $
%$
&'(
  
 )
**   
 
 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"
*** +,
  
&-.%/0+ (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##
** .'  
,
1 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##
**2 

33
 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%
**$ 43
 &-.%/0+ ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%
*  5. 0 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&
*2 6

3  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&
*$ 578,97
  ((((((((((((((((((((((((((((((((((( #)
*$*  8, (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #)
*$  
 5 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #*


54
 
 *(
* 3
5:   
  
   ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #+
  


 

 
  (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %"
* + 50
    
0" (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %"
 . 

 

0;;0 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &,
2  


 

  
 5 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -.
$ +
 
  ,< 
=  

 > )+
2  


 

    (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *"
2* ?  5 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *"
2 &

   ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *&
22 + 
  
=  , 
 > (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *)
2$ + 
    (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *+
2! &' , 
 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .#
?"

5?
" 
3#

%
www.4geniecivil.com


 
 
  


2*   
  5 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .&
2  


 

 
" ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .-
2* + 50
    
0" (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .-
2 . 

 

0;;0 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +-
22  


 

    ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"&
22* + 50
    
0" (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"&
22 . 

 

50".   (((((((((((((((((((((( ##"
222  


 

  
 5. 

 


&-0@A ##-



5" 
 **(
$*   

 
  (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##+
$**    3  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##+
$* B 
 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##+
$*2 .
 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%#
$*$ 0"
  " ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%%
$*! 7' ,  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%-
$*C +  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%-
$*# B   ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%*
$*( 0"
  " 
 

 
 ((((((((((((((((((((((((((( #%.
$*)   ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%.
$ % '
3  
 
 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&"
$*  "
 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&"
$    (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&"
$2  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&#
$2 D  
 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&#
$2* 
 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&#
$2  
 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&&
$$ 
" (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&&
B

,
*2#
%770E0&111111111111111111111111111111111111111111111111*2(

&
www.4geniecivil.com


 
 
  


  

Afin de permettre à la ville de Tanger de se positionner en tant que destination phare


dans le bassin Méditerranéen, le Maroc a lancé un grand projet pour la reconversion de la
zone portuaire de cette ville en l’un des plus beaux ports de plaisance méditerranéens.
Le présent travail s’inscrit dans ce grand chantier, deux grands ouvrages sont étudiés
et dimensionnés. Le premier ouvrage est un quai en paroi moulée stabilisée par des dalles de
frottement. Ce type d’ouvrages est l’un des premiers au Maroc. Le second projet est une
darse sur des pieux métalliques battus. L’étude des deux ouvrages fait appel à des
connaissances en géotechnique et structures.
.  / Quai en paroi moulée, Darse sur pieux, dalles de frottement, Module de réaction
soutènement.

%

In order to allow Tangier to be a leading tourist destination in the Mediterranean,


Morocco had launched a major project to convert the current port area in one of the best
marinas in the Mediterranean.
This work is a part of this large project, two structures are designed. The first structure
is a diaphragm wall quay. The second project is a dock on beaten steel piles. Geotechnical
and structural knowledge are needed for the design of the two structures.
F'G/ Diaphragm walls, Dock pilings, sub-grade reaction modulus, friction slabs.

-
www.4geniecivil.com


 
 
  





01 # 233 433!  ' ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##
01 %/ 5! !!  ' ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&
01 &/  1 1! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #-
01 -/ #+"" /    678  !!1! 7!   !!
9:18  1  #,+.;    6! <7 ! !(  3;  172 = ; 
    '!; ! !  
; 42>   ((((((((((((((((((((((((((((((((( #-
01 )/      #+*. ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #)
01 */ <   !7 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #)
01 ./  <   ?72 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #*
01 ,/   !! @ A(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #,
01 +/  :  5 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #+
01 #"/ 7! $7! !    !8 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %#
01 ##/  ! 1!  1!! B C !3 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %&
01 #%/  2: ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %)
01 #&/ !! ! !721! !   (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %)
01 #-/ 33 1 @6A (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %*
01 #)/ 7 !!   !! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %,
01 #*/ !!! 2:: (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( %+
01 #./
!! 2:: ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &"
01 #,/ 337!   ! 7! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &"
01 #+/      3( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &.
01 %"/ 11  ! 33 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -#
01 %#/  &
  !7 !! 33 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -%
01 %%/ 7 !  17 33 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -%
01 %&/ 33 7 ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -&
01 %-/ 33 7 !! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( --
01 %)/ 33; ! !D!((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( --
01 %*/ 33; !D ! !!((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -)
01 %./ 33; 'D! ! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -)
01 %,/ 33 ' D ! !! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -)
01 %+/ 33; 33 !   D ! !( ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -*
01 &"/ 33;01 3     (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -*
01 &#/33;01 !     ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( -.
01 &%/ EF;  (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )#
01 &&/  E  !7 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )%
01 &-/  EF;'2 4:! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )%
01 &)/  EF; 7  1!! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )&
01 &*/ $!;  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ))
01 &./ $!;
3! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ).
01 &,/ $!;
7! $ (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ).
01 &+/ $!; ! ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ),
01 -"/ $!; 33 !   ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ),
01 -#/ $!;
3!   ( !D!! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )+

)
www.4geniecivil.com


 
 
  


01 -%/      7 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *"


01 -&/ 21     7( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *%
01 --/ ' 2 !    7( ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *%
01 -)/ <1!     7( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( **
01 -*/ '8  ! < (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( **
01 -./ 37 <! = <!   !     (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *,
01 -,/ 01     (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *,
01 -+/ 37 <! = <!   !     (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *+
01 )"/ 01     (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *+
01 )#/   !! @
! ! $A (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .%
01 )%/    !/ (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .&
01 )&/ 7  61 ! $ (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .-
01 )-/ 337 !!  ! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .+
01 ))/ 07 437 : ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .+
01 )*/
7  7!!  4<1 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ,#
01 )./ '  7(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ,,
01 ),/ '  7 !! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ,,
01 )+/ 1  36 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +"
01 *"/ 06 ! $ ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +%
01 *#/  ! ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +*
01 *%/ !  721   ! # ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +.
01 *&/ !  721   ! % (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +.
01 *-/ !  721   ! & (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +.
01 *)/ '#  (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"%
01 **/ '% ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"%
01 *./ '& 172 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"%
01 *,/ EF 1  ' (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##-
01 *+/ EF !  !7  ' (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##)
01 ."/ EF 7  1!!  ' (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##.
01 .#/ $7< ! ! ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##+
01 .%/'! 1!  4$7< ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%#
01 .&/ 7  !  7 ! ! 1! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%%
01 .-/<  6 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%&
01 .)/7!   !   71 4 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%-
01 .*/!   71 ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%)
01 ../ 6 1 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%.
01 .,/72 ! !!!  71 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%,
01 .+/72       = 7 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%+
01 ,"/ 7  37 ! <! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #%+
01 ,#/1  5  ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&-
01 ,%/ 37; 72!  ! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&)
01 ,&/
1   G ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&*
01 ,-/
1   %E ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&*

*
www.4geniecivil.com


 
 
  



"

6 #/ !   ! 33! !! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &%


6 %/ 37  7 H (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &%
6 &/ !!  77   !!( ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &-
6 -/ 33 !    ! 33! 76!!(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &)
6 )/ !  $ 3! 33!  !( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &*
6 */
!  ( ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &.
6 ./ 7  !6     3 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &.
6 ,/ 37  I   ( ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( &.
6 +/ $!; 8! ! !! '2D6( ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ))
6 #"/ $!; 8! ! !! 9 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )*
6 ##/ $!; 8! ! !7! J (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )*
6 #%/ $!;
7  33 !   !D!( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )*
6 #&/ $!;
7  33 !    7! !! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( )+
6 #-/ ' 2 2K ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *&
6 #)/ ' 2 <7 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *&
6 #*/ 37  1!!  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *-
6 #./ 37  1!!  (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *-
6 #,/ 37  <!  (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *)
6 #+/ 37  <!  ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( *)
6 %"/  7! 2K!   ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ."
6 %#/  7! <7!    (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ."
6 %%/  7! 2K!    ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ."
6 %&/  7! <7!    ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( .#
6 %-/ 21 !  $ ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +)
6 %)/ 9:28!! !!!   %""" ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +)
6 %*/ 7 ! 1! H3  H34 ! $ (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( +)
6 %./ 6   6   ! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #""
6 %,/
! ! $ ! ! 36! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"#
6 %+/ 01 ! ! 36!   !( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"&
-( 6 &"/
!    ! (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"-
6 &#/ !! ! ! !    !8 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"*
6 &%/ !!  =     (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #".
6 &&/ !! ! !721! ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #",
6 &-/6  <!    !8 ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"+
6 &)/ 6  1!!    !8 (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #"+
6 &*/'! J    !8(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##"
6 &./
! ! !!  J (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##"
6 &,/ !!  !  ' <7 J ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( ##&
6 &+/ 6 ! !!7!  < ((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&%
6 -"/ 6 ! !!7! !( (((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( #&&

.
www.4geniecivil.com


 
 
  


&'
Symboles Signification Unité
PM Paroi moulée
PC Poutre de couronnement
MS Mur de soutènement
ij Angle de frottement interne degré
c Cohésion du sol T/m3
į Angle de frottement béton-sol degré
Ȗ Poids volumique T/m3
V Force verticale T
H Force horizontale T
ez Excentricité/Oz m
ex Excentricité/Ox m
M Moment T.m
Ka Coefficient de poussée active statique -
Kad Coefficient de poussée active dynamique -
Į Inclinaison des parements degré
Pa Poussée active T/m²
Pah Poussée active horizontale T
Pav Poussée active verticale T
p pression T/m²
Cr Coefficient de renversement -
Cg Coefficient de glissement -
Cd Coefficient de déplacement -
Cp Coefficient de poinçonnement -
Cs Coefficient de sécurité au grand glissement -
ș Angle apparent radian
ıh Coefficient sismique horizontal -
ıv Coefficient sismique vertical -
Ix Inertie suivant ox m4
Iy Inertie suivant ox m4
p Périmètre du modèle équivalent m
ȍ Section du modèle équivalent m²
A Section d’armature m²
ı Contrainte MPa
Vu Effort tranchant T

,
www.4geniecivil.com


 
 
  


  
 

#(#( ! 77 / '
#(%( 1 /   '7 ! 
#(&( 9!    1
#(-( ! 5! / < <!   K   1

+
www.4geniecivil.com


 
 
  


**   
 


 
              

Depuis sa création, la Société Maghrébienne de Génie Civil "SOMAGEC" n’a pas cessé de
mobiliser efficacité et efficience lors de la réalisation d’une large gamme de projets d’infrastructures
générateurs de développement socio-économique. Les édifices de grande envergure bâtis aux quatre
coins du pays et particulièrement dans le domaine maritime en sont le vrai témoignage.
Les opérations réalisées ont intéressé l’ensemble des ports marocains et ont permis au Maroc de
se doter d’un outil technologique disposant des mêmes compétences et de la même logistique que
celles des entreprises les plus performantes à l’échelon mondial.
L’implication, la mobilisation et la ferme volonté de son personnel a constitué un atout majeur
pour la concrétisation de ses plans stratégiques. Son défi aujourd’hui réside dans la consolidation des
acquis au niveau national et le partage de sa technologie et de son savoir-faire avec les autres pays
africains. Son ancrage dans le continent Africain l’oblige à contribuer activement pour son
développement durable.
¾ Siège Social, Bureau & Entrepôts :
Angle rue Mohamed El Mesfioui & Corbi - Oukacha - CP 20580 - Casablanca 05 -
Maroc
¾ Chiffre d’affaire en 2011 :
821 225 481,53 Dhs
¾ Téléphone:
(212) 522-35-49-45/46/47 (212) 522-35-47-87/88/89
¾ Fax:
(212) 522-35-44-24, (212) 22-35-59-95
¾ Site web :
www.somagec.ma
¾ E-mail:
somagec@somagec.ma

#"
www.4geniecivil.com


 
 
  


 
 
  


 !!  "!!  

       

SOMAGEC compte environ 5000 personnes qui excellent dans le domaine et qui brassent tous
les niveaux de qualification nécessaires pour réaliser les différents projets. Un tel arsenal de
compétences bénéficie de l’entière confiance des managers et couvre amplement les besoins de
l’entreprise lors de la réalisation de tout projet. Ces ressources sont donc aptes de satisfaire toutes les
entités, qu'elles soient opérationnelles, fonctionnelles ou d'appuis.
En outre, SOMAGEC dispose de moyens matériels très sophistiqués et adaptés à leur secteur
d’activité, dans un but de réaliser ses projets dans les meilleures conditions qui soient.
L’entreprise dispose de plusieurs moyens matériels dont on peut citer :
¾ Engins flottants : Grues flottantes, dragues, barges flottantes…
¾ Matériels de terrassement : Bulldozer, compacteurs, pelles hydrauliques.
¾ Matériel nécessaire à la mise en œuvre du béton : des centrales à béton, des camions
malaxeurs...
¾ Engins de transport : qui sont très nombreux et qui vont du simple camion utilitaire aux
puissants plateaux semi-remorques et des portes-char…
¾ Matériels de pompage et de plongée et des compresseurs...

##
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


 ! ! 


! ! 

Conformément à la norme ISO 9001 version 2000, SOMAGEC a mis en place un système de
management de la qualité dont la politique
politique générale correspond à une vision stratégique articulée
autour des points suivants :
• Sensibilisation, responsabilisation, développement des compétences et du sentiment
d’appartenance à l’entreprise de chaque collaborateur ;
• Optimisation et diversification
cation des moyens matériels ;
• Manager des projets à travers l’amélioration de ses performances par un pilotage efficace ;
• Amélioration continue de la qualité de ses prestations auprès de ses clients et par l’obtention de
leur satisfaction ;
• Gagner la confiance
onfiance des parties prenantes en renforçant son image en tant qu’entreprise
citoyenne notamment par le respect de l’environnement et le partage des acquis ;
• Encourager le partenariat avec ses fournisseurs et prestataires de service en les intégrant dans sa
stratégie de développement ;
• Confirmation et développement de sa présence à l’échelon international.

" #! $% & 


#! $% & 


#$ % %   
#$ % %   '%   
%   
 &%%   #     
&%%   #      (  )*+
(  )*+

#%
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


(
 %   ,  -  %  &   
 %   ,  -       -3 



#$   (.   '
(.   ' %   1%    % 
 %   1%    % 
 /0  "%% 
/0  "%%   

 . '2 

*  5.
5.
 0

Tanger est la principale porte du Maroc sur


l'Europe, dont elle est séparée par les 14 km du détroit
de Gibraltar. Porte de la Méditerranée, porte de
l’Afrique, elle dispose d’un site unique et idéalement
situé.
Ville internationale avant l’heure, elle a tous les atouts
pour retrouver à l’ère de la globalisation le statut
qu’elle a acquis il y a plus d’un siècle.
Le projet de reconversion du port constitue une
occasion unique pour refonder la relation ville - port.

*2 6

3
6

3 

Les lignes de récifs débordant à 300 m au large de la pointe de Tanger, et laissant entre elles un
abri naturel de 1 à 2 m de profondeur, ont déterminé l'emplacement du port actuel. Sur ces récifs, dès
le XVII° siècle, les Anglais avaient construit un môle de 225 m de long et de 33 m de large, qu'ils
démolirent lorsqu'ils furent contraints de quitter la ville en 1684, après vingt ans de présence.

#&
www.4geniecivil.com


 
 
  


Après le départ précipité des anglais en 1684, la cité de Tanger resta privée pendant plus de
deux siècles d'un accueil marin ou du moins d'une simple jetée.


 4 '#    


 5 6** 7     ,% 8  %   &98    
:6;0
 , % <! 0 % =  0      0   
> 0"?   

En 1910, le Service du Contrôle de la Dette prit en mains l'exploitation du port. Il développa


l'outillage, fit construire de nouveaux magasins, établit des grues à vapeur et installa des ateliers de
radoub. Le Contrôle de la Dette s'occupait aussi de l'aconage. Des remorqueurs et des barcasses,
pouvant porter de 15 à 20 tonnes, assuraient les opérations d'acheminement vers le rivage.
En février 1914, les travaux d'agrandissement du port furent confiés à la Société Internationale
de Tanger ; mais en raison de la première Grande Guerre, ce projet avorta. Il a fallu attendre le 2 juin
1921, date à laquelle le Sultan concéda par Dahir les travaux du port à la Société du Port de Tanger,
de capital en majorité français, qui s'était substituée à la Société Internationale. Mais ces travaux ne
lui furent adjugés que le 27 novembre 1923. Le premier tronçon de 340 m a été commencés en mars
et terminé en août 1926, il a nécessité l'emploi de la grue Titan dont la longueur totale est de 60 m. Un
bloc de 20 tonnes peut être posé à 44 mètres, un bloc de 50 tonnes à 29 m. En 1930, le bassin à
barcasses fut terminé. Il incluait l'actuelle darse du "Yachting Club International", fondé en 1925.
Avec la seconde guerre mondiale le trafic diminua considérablement; mais l'activité reprit très
fortement dès 1946. Le principe d'un agrandissement fut retenu. Le 17 décembre 1951, la
Commission du Port adopta le projet d'extension visant à permettre l'accostage simultané des courriers
d'Algésiras et de Gibraltar.
La digue fut prolongée entre 1954 et 1956, puis en 1960; sa carapace était constituée par des
cubes, dont certains de 100 tonnes.

#-
www.4geniecivil.com


 
 
  



 ) 7    6@;

1973: La gare maritime du port de Tanger dont la construction avait démarré en 1968.

*$ 578,97
 

Les projets dont l’entreprise SOMAGEC est responsable – Port de pêche et port de plaisance –
entrent dans le cadre de la reconversion de la zone portuaire de la ville de Tanger. En effet, Sa
Majesté le Roi Mohammed VI a initié ce grand projet parce qu’il représente une grande opportunité
pour donner une nouvelle vie à cette infrastructure portuaire, dotera la ville de Tanger d’une offre
touristique et culturelle à forte valeur ajoutée qui viendra s’ajouter aux différents projets structurants
lancés ces dernières années par Sa Majesté le Roi aussi bien dans la région que dans le reste du
Royaume.


 @ A   %

" ' (  $


 $)*

L’emplacement actuel du port de pêche constitue une gêne certaine à une reconversion
optimale du port : aux contraintes de salubrité, s’ajoute la problématique de la gestion des flux de
personnes et de véhicules générés par l’activité.
D’un autre côté, les infrastructures actuelles du port de pêche sont saturées et freinent le
développement du secteur.
Ainsi, le transfert de la pêche vers un nouveau bassin adossé au port actuel répond à trois
impératifs:
¾ Assurer une reconversion optimale du site;

#)
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


¾ Améliorer les conditions de travail des professionnels de la pêche en leur offrant des
installations plus modernes répondant à leurs besoins;
¾ Continuer à faire bénéficier le port reconverti de son attractivité.
Le futur port de pêche, adossé à la jetée principale, mettra à la disposition
disposition des professionnels
1900
00 mètres linéaires de quai, 13 hectares de terre
terre-pleins
pleins et 13 hectares de bassin, soit presque le
triple de la capacité du port actuel. La construction de ce port permettra ainsi, non seulement une
meilleure reconversion du site, mais également un meilleur développement de la filière pêche dans la
région.


 : '    0$ 

Il sera réalisé en deux phases :


¾ 1ère phase :
Construction des infrastructures de base du nouveau port (digues de protection, quais et terre-
terre
pleins). Les travaux seront entamés en juin 2011pour être achevés en juin 2013.
¾ 2ème phase :
Réalisation des superstructures et transfert des activités de l’ancien port pour une mise en
service en juin 2014.
! & ' 
'  #
 #  ) *

Le bassin Méditerranéen comprend environ 1000 ports de plaisance, dont 80% se concentre en
Italie, en France,
rance, en Espagne et en Grèce. La moitié de ce parc est constituée de marinas de moins de
300 anneaux. Une centaine de marinas environ dispose d’une capacité supérieure à 800 bateaux.
La région du port de Tanger, incluant, en plus de la côte Marocaine, la côte Andalouse et les
côtes Portugaises d’Algarve, comprend une soixantaine de marinas
marinas d’une capacité totale de 22 000
anneaux. Toutefois, contrairement aux autres zones, il n’existe pas dans cette région une méga-marina
méga
dont la capacité maximale est supérieure à 1100 anneaux.
Dans ce marché plein d’opportunités, le port de Tanger Ville ambitionne de devenir, à
l’horizon 2016, le port du Détroit disposant de l’une des meilleures offres de services aux navigateurs

#*
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


et aux embarcations de plaisance avec une capacité de 1610 anneaux. Son objectif, à terme, est de
devenir la méga-marina de sa région avec 3000 anneaux.

La capacité de 1610 anneaux dont disposera le port de Tanger sera réalisé en 03 phases :

¾ 1ère phase :
Une nouvelle darse de plaisance sera réalisée à proximité du môle de commerce et jouxtant le
Boulevard Mohammed VI. Il aura une capacité de 1080 anneaux. Les travaux relatifs à cette phase
seront lancés en Mars 2011 pour une mise en service fin 2013 ;
¾ 2ème phase :
À l’endroit du quai actuel de plaisance, la vieille darse sera élargie et approfondie pour une
capacité de 100 anneaux.
eaux. C’est la première étape de reconversion du vieux port. Cette étape permettra
également de doter le port d’une aire de 02 hectares destinée à la réparation navale. Les travaux y
afférents s’étaleront de Mars 2011 à Juin 2012.
¾ 3ème phase :
Une fois le nouveau port de pêche mis en service, la 2ème étape de reconversion du vieux port
dotera le site d’une capacité supplémentaire de 430 anneaux et ainsi porter la capacité totale à 1610
anneaux. Les travaux y afférents débuteront en Janvier 2014 pour être achevés en Juin 2015.
En plus de répondre à une demande en anneaux, la nouvelle darse permettra de ramener l’eau à
ses limites d’antan. Ainsi, son quai intérieur, situé au fond de la darse, longera le boulevard
Mohammed VI.
D’une capacité de 1080 anneaux, elle pourra recevoir des méga yachts d’une longueur
longu allant
jusqu’à 100 mètres. La réalisation de ce nouveau port permettra en plus la restitution du sable dragué
aux zones dégarnies de la plage. Elle permettra également la création, sur la digue principale,
principa d’une
place de 02 hectares sous forme de presqu’île
presqu île abritant des lieux d’animation et de restauration.

#.
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  




 43
 
 


43
 
 

%(#(   /  1 !!  37  
/  1 !!  37  
/  1 !!  37  
%(%( 37   !6    
37   !6    
%(&( 37   !6     7
37   !6     7


 9 &   A B

#,
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


) 2
49   
  
  
49   
  
  
49   
  
  

Un quai fait référence à un ouvrage intérieur du port qui assure les


l trois fonctions essentielles
suivantes :
¾ Se munir d'un dispositif d'appui pour permettre l'accostage
l'accostage et l'amarrage des navires.
¾ Assurer une liaison entre la terre et le navire qui est assurée par un terre-plein
terre des quais. Le
dispositif de liaison supporte
supporte donc une partie ou tout du matériel de manutention servant à la
réception et au transport des marchandises ou des voyageurs.
¾ Soutenir les terres à la limite de l'eau : ce soutien des terres peut faire intervenir l'ouvrage lui-
lui
même ou un ouvrage accessoire,
accessoire, par exemple un talus d'enrochement. La liaison n'est pas
seulement assurée par l'ouvrage d'accostage mais aussi par les terre-pleins
terre pleins situés en arrière de
l'ouvrage.
Il existe plusieurs types de quais qui se distinguent les uns par rapport aux autres par leur mode
de reprise de la poussée ou par leur mode de transmission des charges.
On ne s’intéressera dorénavant qu’aux quais en paroi moulée concernés par le présent projet de
fin d’étude.
Les quais en parois moulées planes sont constitués par un écrann frontal plan en paroi moulée,
buté ou encastré en pied, et ancré sur un ou deux niveaux par des tirants passifs ou actifs. Dans notre
cas, il s’agit d’un quai en paroi moulée simplement butée en pied et ancré sur un niveau par des tirants
passifs ancrés dans une dalle de frottement.
L'utilisation de la paroi moulée exige un site de construction terrestre, qui peut être obtenu par
remblaiement préalable, sous réserve qu'il soit suffisamment compact. Les couches dures ne gênent
pas la perforation; par contre,
e, la présence d'une couche de galets très perméable exige des précautions
(perte de boue, risque d'éboulements). En bassin marnant, l'étanchéité
'étanchéité entre les joints doit être
particulièrement soignée pour éviter la fuite d'éléments fins sous l'effet des gradients
ients d'écoulement.

 5    1 

#+
www.4geniecivil.com


 
 
  


  


 

 
 

La vérification de la stabilité de la paroi moulée en question est effectuée selon la démarche


classique des écrans de soutènement (à l’instar des rideaux de palplanches) c.à.d. que la méthode de
vérification repose sur des calculs à la rupture avec la prise en compte de coefficients de sécurité
partiels.
Dans cette optique, il est question dans l’étude qui suit de vérifier la stabilité de la paroi moulée
en quatre étapes :
¾ Etape n°1 : Calcul manuel (Méthode classique)
¾ Vérification de la stabilité géotechnique au renversement
¾ Vérification de la stabilité géotechnique au poinçonnement
¾ Etape n°2 : Modélisation sur Effel (Méthode du module de réaction)
¾ Confirmation des résultats obtenus par le calcul manuel
¾ Calcul du ferraillage de la paroi moulée
¾ Etape n°3 : Vérification de la stabilité vis-à-vis du grand glissement : Méthode de
Bishop
¾ Modélisation sur le logiciel SLOPEW.
¾ Etape n°4 : Modélisation sur Plaxis 2D
¾ Evaluation du comportement réel du sol.
  )   *  + 
  ,)
)) > 4

Cette partie a pour objectif de détailler la méthode de calcul établie pour la vérification de la
stabilité de la paroi moulée. Pour ce faire, un programme de calcul sur Excel a été développé. Le
programme calcule selon une stratification donnée, tous les efforts et les combinaisons et vérifie
toutes les conditions de stabilité dans les cas statique et dynamique que ce soit pour le mur ou pour la
dalle de frottement, et ce, à partir des données d’entrées qui sont :
¾ Données de la stratification : Il faut entrer les données relatives à chacune des couches
¾ Numéro (à partir de la couche supérieure)
¾ Poids spécifiques déjaugé et non déjaugé
¾ Cohésion
¾ Angle de frottement interne
¾ Profondeurs de début de la couche et de sa fin
¾ PHMVEE
¾ PBMVEE
¾ Profondeur du bassin (dénivelée)
¾ Surcharges sur terre – plein

%"
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ Données sismiques :
¾ Accélération nominal aN/g
¾ Coefficient de site S
¾ Coefficient de topographie
¾ Coefficient de comportement
¾ Données des tirants :
¾ Caractéristiques mécaniques : Contrainte limite, module d’Young, Ș (AFPS)
¾ Facteur de sécurité vis-à-vis de la traction des tirants
¾ Entraxe des tirants
¾ Dimensions de la dalle de frottement
Le programme d’Excel permet différents types d’utilisation :
¾ Vérification de la stabilité géotechnique de la paroi moulée ;
¾ Optimisation de la géométrie de la paroi et de la dalle de frottement.

) *+
2 4

Les charges appliquées sur la paroi sont les suivantes :

*
2

¾    "
  * -.

¾ Notions de poussée et de butée :


Soit cet ouvrage de soutènement simple qui retient le massif de sol en amont.


 ) $  # $   7  

En dehors des forces de pesanteur, représentées par le poids W du mur, s’exercent sur les faces
du mur, en contact avec le sol, trois forces dont la connaissance relève de la mécanique des sols. Ces
forces sont les plus importantes dans le cas de l’écran de soutènement (paroi moulée dans notre cas)
dans la mesure où le poids de l’écran est négligeable. En l’occurrence, les forces en question :

%#
www.4geniecivil.com


 
 
  


Sur la face amont du mur, généralement verticale, le massif de sol retenu exerce des efforts
ayant tendance soit à renverser le mur, soit à le déplacer horizontalement. La résultante générale de
ces efforts est une force dont la composante principale est horizontale. On l’appelle force de poussée
(ou encore poussée) et on la note Fa, l’indice a précisant qu’il s’agit d’une force active.
Sur la face aval du mur, dont la partie enterrée est souvent faible, le
sol exerce des efforts qui ont tendance à retenir le mur. Leur résultante
générale est une force dont la composante principale est horizontale et
opposée à la composante horizontale de Fa. On appelle cette résultante force
de butée (ou encore butée) et on la note Fp, l’indice p précisant qu’il s’agit
d’une force passive.
Sur la base du mur, le sol de fondation exerce des efforts dont la
résultante générale est une force inclinée par rapport à la verticale. Sa
composante verticale, notée N, est appelée force portante, tandis que la
composante horizontale, notée T, est appelée force de résistance au
glissement, car elle s’oppose au glissement du mur sur sa base sous l’action
de la force de poussée.
¾ Relation fondamentale entre pressions latérales et
déplacements :
Les valeurs des forces latérales (forces de poussée et de butée)
dépendent essentiellement des déplacements horizontaux de l’ouvrage de soutènement.
Il existe tout d’abord un état dit « de repos » pour lequel les déplacements sont nuls, elle est
notée sur le schéma par Fo.
Si on déplace notre écran vers l’intérieur du remblai, la force F croît en fonction du
déplacement ǻ jusqu’à un maximum Fp qui correspond à la mobilisation totale de la butée. La valeur
de Fp est de 3 à 4 fois la valeur de la force initiale Fo.
Inversement, si l’on effectue une translation horizontale de l’écran vers l’extérieur du remblai,
la force F diminue jusqu’à une valeur minimale Fa qui correspond à l’état complet de poussée. La
valeur de Fa est de l’ordre de la moitié de celle de Fo.
Si l’on compare les déplacements, on constate qu’il faut un déplacement ǻp beaucoup plus
important pour atteindre l’état complet de butée que le déplacement ǻa nécessaire pour atteindre celui
de poussée.
Plus précisément, si H est la hauteur de l’écran, les ordres de grandeur de ces déplacements sont
 
ǻp =  & ǻa = 

%%
www.4geniecivil.com


 
 
  


        CD ! 

¾ Coefficients de poussée et de butée :


Les équations de l’équilibre mécanique montrent
que la contrainte totale ıv s’exerçant sur un plan
horizontal à la profondeur z est verticale et a pour
valeur :
ıv = Ȗ.z

D’autre part, le calcul de la contrainte totale verticale ıh nécessite la connaissance de la loi du


comportement du sol.
Par une expérience d’un essai triaxial (pour lequel la pression interstitielle est nulle u=0), on
constate que les contraintes horizontales et verticales croient proportionnellement. On peut ainsi
écrire :
 ƍ

 ƍ

Où K représente le coefficient de pression latérale au repos et noté Ko.


¾ Méthode de COULOMB (1776)
Elle permet de déterminer les forces de poussée et de butée limites s’exerçant derrière un écran
ou un mur quelconque sans considération de l’état des contraintes s’exerçant dans le sol derrière le
mur.
Elle repose sur deux hypothèses :
™ Le sol se rompt suivant une surface de
rupture plane passant par le pied de l’écran.
™ La force agissant sur l’écran a une direction
connue. En d’autres termes, cela signifie que
l’angle de frottement į entre l’écran (ou le
mur) et le sol est connu.

Force de poussée de selon M.Havard :

%&
www.4geniecivil.com


 
 
  


Fca =  Kas Ȗ H²
Avec :
Kas = Kca =


( 1 + 

)-2
Où :
Ȝ: inclinaison du parement intérieur du mue
į: angle de frottement terrain / paroi
ȕ: angle du terre-plein avec l’horizontal
ij: angle de frottement interne du remblai

Pour le calcul statique, on prend



 


Les composantes horizontale et verticale de la force de poussée sont déterminées par les
composantes horizontale et verticale du coefficient de la poussée sont :

KaH= Kas.cos(į)
KaV= Kas.sin(į)

Le point d’application de cette poussée statique active est situé au tiers de la hauteur du bloc à
partir de sa base.
¾ 
 
   * -/.

Le quai est soumis à


™ La poussée de l’eau du bassin
™ La poussée de l’eau derrière le remblai.
Dans notre cas, on va étudier le cas le plus défavorable, qui est celui où le niveau d’eau dans le
bassin est Zo (niveau moyen de la marée) et où le niveau d’eau derrière la paroi est Z1 (niveau le plus
haut de la marée).
Les deux poussées ont des effets opposés, on déduit la poussée du côté bassin de la poussée du
côté remblai qui donne lieu à un gradient hydraulique comme sur la figure.

%-
www.4geniecivil.com


 
 
  



 -     

Le gradient a donc la forme de la deuxième figure, tel que :


- GH(z) = 0 si Z > Z1
- GH(z) = ࢢw (Z-Z1) si Z0 < Z < Z1
- GH(z) = ࢢw (Zo-Z1) si Z < Z0
Sur la feuille de calcul Excel développée, cet effet a été pris en compte lors du calcul de la
poussée des terres.
¾  
 , ) % * -".

Les surcharges d’exploitation sur terre-plein donnent lieu à une poussée qui agit sur le quai.


 3 &  $ 

Si q est la charge d’exploitation appliquée sur le terre-plein, alors Kas.q est la répartition de
charge appliquée sur les blocs du quai. Sans oublier de la décomposer en une composante normale et
tangentielle.
¾ 
  % * -.

Pendant leurs escales, les navires doivent pouvoir stationner en toute sécurité dans le port, à
l’abri de l’agitation de la houle. Ils sont accostés et amarrés à leur poste d’opération, ce qui permet de
prendre ou de déposer les cargaisons directement à terre, sans nécessiter un transbordement par un
moyen flottant.

%)
www.4geniecivil.com


 
 
  


Afin d’assurer une liaison directe entre le navire et les infrastructures terrestres du port, on
utilise un « bollard ». Il s’agit d’un dispositif qui est à l'origine une grosse masse en acier à la fois
cylindrique et coudée qui sert à amarrer les navires.
Pour le calcul de l’effort sur le quai, on a comme donnée au CPS la charge horizontale q
appliquée sur le bollard par ml.

 4 !! % A+ B

La force réelle appliqué au quai est donnée par :


FH = q.cos(Į)
FV = q.sin(Į)
*

24

Sous l’action des charges dynamiques (explosions, séismes), il peut y


avoir amplification de la poussée latérale appliquée au mur de quai, voire perte
de sa stabilité par translation ou par rotation. Donc, les ouvrages construits dans
des zones sismiques doivent être conçus pour résister à ces efforts.
Pour étudier la situation sismique, il faut étudier deux combinaisons :
™ (ıH , ıV) qui correspond à un séisme descendant.
™ (ıH , -ıV) qui correspond à un séisme ascendant.

Cas non sismique

Premier cas (a) : (ıH , ıV)


Cette première combinaison est en général déterminante en ce qui concerne les états ultimes de
renversement et de cisaillement.

%*
www.4geniecivil.com


 
 
  


M9((1
!"
Avec : La = Arctg (! ) #
L
@#NMA((1

@#NMA((1
! L

Deuxième cas (b) : (ıH , -ıV)


M9((1

L6 !"
Avec : Lb = Arctg ($! )
@#DMA((1 #

@#DMA((1
! L6

Dans notre cas, l’absence de joints entre la paroi et la pélite fait que celle-ci se trouve confinée.
La pélite est donc traitée comme sol fermé. L’angle ș est donc calculé selon une formule différente :

!"
L;b = Arctg %&'(! )
& #

¾ 0)
 # 
  * -0.
™ Hypothèses de calcul :

L’obliquité į des poussées est


limitée supérieurement au tiers de
l’angle de frottement interne du
matériau considéré :

,
-* + į +
-

™ Poussée active équivalente :

C’est la poussée exercée par les terres sur un écran réel ou fictif qui est la résultante de :

%.
www.4geniecivil.com


 
 
  


- La poussée active Po calculée dans la situation non sismique


- La poussée complémentaire Pc qu’on fait intervenir pour rendre compte des
effets dynamiques.
Ainsi on écrit :
Péq = Po + Pc
L’intensité Péq est égale à celle de la poussée active P1 qu’on calcule dans les hypothèses pour
la situation sismique.
Calcul de P1 :
P1 est calculé par la formule de MONONOBE-OKABE :

P1 = ./ Kad Ȗ H² (1 ± ıv )
Où Kad est le coefficient de poussée dynamique active donné par la relation suivante :
/01 2#3
Kad = 456734563 (1 + 689276892#3
45673
)-2

la résultante des forces massiques appliquées au terrain situé derrière l’écran..


Ainsi, on suit la démarche suivante:

a. On calcule Po appliquée au tiers inférieur à partir de la base ;


b. On calcule P1 par la formule de MONONOBE-OKABE ;
c. On déduit Pc = P1 – Po (en norme et non pas en vecteurs) ;
d. On détermine la répartition de la poussée complémentaire comme suit :
La poussée complémentaire et linéaire et est appliquée à une
distance de 0,6 H à partir de la fondation. Ce qui nous laisse
penser à la répartition
suivante :
Avec ǻq donnée par l’expression
suivante :
:
ǻq = Ȗ H [(1± ıv ) Kad – Kas]
;

On la décompose en deux
composantes l’une normale en multipliant
par cos į et l’autre tangentielle en
multipliant par sin į.
 (  $   

%,
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ 0)
1 , ) % * -0".

Il a une répartition similaire à celle de l’incrément des poussées des terres, avec :
<
ǻq = q [(1± ıv ) Kad – Kas]
;

Sa résultante est : qH( (1± ıv ) Kad – Kas). Elle est appliquée à une distane de 0,6.H à
partir de la base de la fondation.
¾ #  

 ! * -#.

Sous l’hypothèse qu’on est dans un milieu ouvert, c.à.d qu’on admet que les réponses de l’eau
et du sol sont découplées.

Il est donné par l’A.F.P.S.


l’expression suivante d’un des effets
hydrodynamiques défavorable à la
stabilité du quai, qui se fait par l’eau
emprisonnée dans le remblai, par la
répartition suivante :

q(z) = 0,35. Ȗw ıh =>?


Où H est la hauteur immergée

@
Sa résultante est : AB
Ȗw ıh H².  ?      

Elle est appliquée à 0,4H à partir de la base.


Cependant, sous l’hypothèse d’un milieu fermé (ce qui est apparemment notre cas), il n’y a plus
de raison de parler de surpression hydrodynamique.
¾ 2#  

 ! * -2#.

Lorsqu’il existe à l’aval du quai


un plan d’eau libre de profondeur H, il
est tenu compte des dépressions
hydrodynamiques consécutives à la
mise en oscillation du plan d’eau ; et
sa répartition est donnée par :

q(z) = @<. Ȗw ıh =>?

%+
www.4geniecivil.com


 
 
  


Sa résultante est donnée par :


@
Ȗw ıh H²
-.

Elle est appliquée à 0,4H à partir de la  : =     
base.
)1 *

  
 4

Les combinaisons étudiées sont les suivantes :


 9  !!$     $ 

)#  


 

 ! 4


G;G

 4

La stabilité vis-à-vis du glissement est vérifiée dans notre cas de figure pour la dalle de
frottement. De plus, c’est cette condition qui régit l’optimisation de cet élément de l’ouvrage.
DC EF9 2G /KLK
>C * J
HI- HI.

Où : HI- et HI. sont des coefficients de sécurité partiels.


>C : La résultante des efforts horizontaux appliqués à la dalle de frottement.

DC : La résultante des efforts verticaux appliqués à la dalle de frottement.

ELU fondamental ELU accidentel


HI- 1.20 1.10
HI. 1.50 1.30


G;G
  4

La stabilité vis-à-vis du renversement permet dans notre cas de figure la détermination de la


fiche de la paroi moulée ainsi que le dimensionnement et l’optimisation des tirants d’ancrage. Il s’agit
ici donc d’assurer la stabilité géotechnique de la paroi moulée.

&"
www.4geniecivil.com


 
 
  


Pour ce faire, on écrit l’équilibre des


moments en d’ancrage B :
Ȉ M/B = 0

La position du point d’ancrage B permise


par les conditions d’exécution est :
ZB = 2.75 m/ZH
D’où l’équation permettant la
détermination de la fiche D de la paroi moulée :
.MNO P NQ RSA J TA> P >- NO P A.> P >- NQ US. P V>> P >- NQ S P >. .> P A>- NQ  B

De plus, l’équilibre des efforts présuppose que le tirant reprend l’effort résiduel appliqué à la
paroi et que la butée n’a pas pu contrebalancer. L’effort se développant dans le tirant est donc :
W  W/O P W/Q

Où : W/O : La résultante des forces de butée pénalisée par un coefficient de sécurité partiel de 2.
W/Q : La résultante des forces de poussée.

Cependant, l’AFPS 90 (Art 16.461) prévoit la prise en compte aussi bien du cas statique que du
cas dynamique ainsi qu’une surtension possible due aux déformations différentielles du sol entre
l’écran et la zone d’ancrage. La formule à utiliser est donc :

WX  WB J YWZ P WB . J [\] H

Où : WX : La traction totale dans les tirants.


WB : La traction dans les tirants à l’ELS.
[\] : Surtension possible due aux déformations différentielles du sol entre l’écran et la
zone d’ancrage (dalle de frottement).
Calcul de ^_` :
L’allongement supplémentaire du tirant s’écrit :
bc Qf
aX   de
c I

Où d est un coefficient dépendant des caractéristiques mécaniques des sols.


La contrainte qui en résulte est : gX  he aX

Où h est le module d’Young de l’acier utilisé dans le tirant.


D’où : [\]  Li e gX

&#
www.4geniecivil.com


 
 
  


Où Li est la section d’acier.


G;G

I  4

Dans la mesure où la compagne de reconnaissance géotechnique s’est appuyée sur une série
d’essais pressiométriques. La vérification de la stabilité au poinçonnement s’est basée sur la méthode
pressiométrique. Ainsi, pour le calcul de la capacité de la capacité portante à partir du pressiomètre de
Ménard, on distingue les catégories présentées dans le tableau suivant :
"+  6    !! 

!!8
!!  !!
 @' A
 1!  ! ! O "(.
1!
J 1!  ! 3! #(% = %("
!
 1!  ! 8! 3! = ! P %()
 6!  1<! Q72! O "()
6
J 6!  1<! : 77! #(" = %("
<
 6!  1<! 77! P %()
 ! ! O "(.
! J ! ! #(" = %()
 ! 77! P &("
'! ! #() = -("
'D77! 7! -()
! %() = -("
72! @#A
31! -()
<)=  
 +      
!
J+
!
 

 

2 %
  


  
 
!  

  
     2

 
+
 
 ,   



 ! 
!2

   
 
2 
; ;'-
¾ ' 
  ) % 
 # -". *

Selon le Fascicule 62 titre V, la charge limite de pointe se calcule par la formule :


jk  lk mno


 / 7  
R H / 07  7
mno

/ !!  <

Le facteur de portance KP est donné par le tableau suivant :


"+ -  $   $ .&

! !  S< !! ! !  S< !!


   3  !
3  !
1!  #(# #(-

&%
www.4geniecivil.com


 
 
  


! J #(% #()


 #(& #(*
 #(" -(%
6
J #(# &(.
<
 #(% &(%
 #(# #(*
! J #(- %(%
 #(, %(*
'!
#(, %(*
'D77!
72! ! @#A #(# = #(, #(, = &(%
<=    E   
   
  ;    
     ;
2   
            

   +
     
 
! + 

2 
2+

Quant à la pression limite équivalenteOcp, elle est évaluée à partir de l’intégrale suivante :
q w,x
mno

 t m uvu
r J s w#y n

/ 9 7!
 / 8 T JE% ! J P #(""   "()"  !
R
6 / 8 T  @;2A E 2 / 2  <1 !
6

 772 !(
¾ ' 
     -" . *

L’effort total limite mobilisable par frottement latéral sur toute la hauteur h concernée du fût du
pieu est calculé par l’expression suivante :

jz  { t |z uvu

/ 8  
R  / 0  
2 / 9 R !$7 337<  3 

La hauteur h est égale à la hauteur d’encastrement du pieu diminuée de :


- La hauteur où le pieu comporte un double chemisage.
- La hauteur où s’exerce le frottement négatif.
¾ ' 
  ) # ) #  -". *

La capacité portante du sol de fondation se calcule à partir des charges suivantes.


Charge limite Charge de fluage
En compression En traction En compression En traction
j}  jk J jz j~}  jz j  €ej} j~  €ej~}

&&
www.4geniecivil.com


 
 
  


Or, le fascicule 62 titre V prévoit la vérification de la portance du selon un certain nombre de


facteurs de sécurité partiels déterminant la charge admissible correspondant à chacun des états limites.
Etat Limite Ultime (ELU) Etat Limite de Service (ELS)
Fondamental Accidentel Quasi-permanent Rare
Qmax Qmin Qmax Qmin Qmax Qmin Qmax Qmin
j} j~} j} j~} j} j~} j} j~}
P P P P
qe‚€ qe‚€ qe€ qe€ qe‚€ qe€ qeq€ qe‚€

Quant au DTU 13.2, il ne prévoit que deux états limites à savoir :


Etat Limite Ultime (ELU) Etat Limite de Service (ELS)
0.5 Qp + 0.75 Qs 0.33 Qp + 0.5 Qs
Cependant, on ne considèrera que les états limites adoptés par le fascicule 62 titre V dans la
mesure où le DTU 13.2 est adapté au bâtiment.
)   4

  

"+ 3 E $$  ;

 %+
 K C      C     
A 
2 

2 
2 

2 +&& 
2
5  5  5  5 
*+) ) ) B  # " G' !B # # " 
*+ (( )## "#! G'B '1 )1 B" G)1 )(
*+1 )1!) )# BB G)) ) )( '" G)B ))!
*+# G'"  )#! G" )'"  !#  

/   
   

L’effort dans le tirant est calculé pour les différentes combinaisons, On obtient l’effort maximal
avec la combinaison ELUA. Ci-dessous sont donnés les résultats complets des combinaisons.
¾ Résultat des différentes combinaisons

&-
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ 4           $+  ;

33!7
9K 7  
 @EA  @EA 0 77 6 !6 ! ! 0! !
!!N2! @$A %,(#+ -(%& #(&) #("" #(%" #("" #("" #(""
J N 2! @A D #%(&) D #("" #("" #(#" #("" #("" #(""
 6!! @0UA D +(". D #("" #("" #(#& #("" #("" #(""
721 @VA -(-* "()* #()" #("" #()" #("" #("" #(""
J @VA #()" D #(#" D #(#" D D "(..
7 !! #+(.& D %(+- D #("" D D D D
!! 2:: @0UA #(&- D #(&) #("" #(#& #("" #("" #(""
! ! !721! %(-, D "(&* D #("" D D D D

5
L  B"( 1#"' )('( )!" )!" )1"1
*+<?=

 B!B )! !( #' #' #'
   "!' 1#') "! )1#B )1#B )#!#

¾ Surtension due aux déformations différentielles du sol


Pour la combinaison ELUA qui tient compte des poussées et surcharges sismiques, on
ajoute une sutension possible due aux déformations différentielles du sol entre le tirant et la
zone de l’ancrage (dalle de frottement).
Suivant les recommandations de l’AFPS 90. (Art 16.461). et pour un sol de bonnes
carractéristiques mécaniques :
„c Q
ƒ]   -e : … -B#A … f†I
c

ƒ]  -e : … -B#A … Be -V  .e .: … -B#:


L’incrément de la force due à la surtension due aux déformations différentielles du sol
est déduit de l’allongement ƒ]

‡ˆ  ‰ … ƒ] 

‡ˆ  .B … -B#: … .e .: … -B#:  ::e <BŠ‹Q


[\X  ‡ˆ … Œ4E859ŽE8F9E

„WX  ::e <B … ‘ … Be ; … :B … -B#A .  ;e VA]

&)
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ (     #         ;

M5 N<)/G#= M<-= O:<?=


)B # ##J' !JB1

O:4% 
 $ 
 
 



En conclusion on calcule la Force dans le tirant par la formule

_’  “ J “ P “  J [\X

• Fo : Effort dans le tirant dans la combinaison non sismique. On prend l’effort


max des combinaisons non sismique.
• F1 : Effort dans le tirant due à la poussée sismique.
• [\ ” surtension due aux déformations différentielles.
X

¾ Effort total dans le tirant


Le pas adopté pour les cables est de 1.17 m, on en déduit alors la valeur de l’effort dans
le tirant.
En prenant la valeur de la combinaison la plus défavorable et en y ajoutant la
surtension due aux déformations on trouve :

:<?= 1B"#
<= ))"
:<= #((

>
 
  
 

On cherche le diamètre du tirant capable de reprendre l’effort de 43 t par la simple


formule :
—
•o … – …    “`


Avec :
o Fe=500MPA
o Ft=43 t

&*
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ ? =     ;


>

 P <= 1!J'
P<=
 
  #J

*  

˜v  ’™š) “m
J › œv
qe 
>  
C  -()

W % # "(&
W4 #(# 9' %(.
X %. Y #)

6 %(")  %(&&&
 G$ #(#.
:<= -%(++ % "(-)
C
#

J .
 5          ;

"+ : $ +       

 <= "J
/ 
 5<?= 1BJ"
/  :<?= BJ)B


<?= 1BJ!)

<?= !J!!

5<?= "1J1(
<?= ("J((

%

%

 
I  

"+ 9 6 $   F   ;


  

Q<-= J"B
><= #J')
R )J#
3<-6= !J#
3<-6= )J)
3<-6= BJB)



<-6= J!)
/ 
$
<-6= J)!

&.
www.4geniecivil.com


 
 
  


> +3<-6= JBB



%<3S3=

 
    %) 33&


)   
 

4

+
+
 

La gamme Effel propose un environnement complet


pour le calcul de structures dédié aux métiers de la
construction (Béton Armé, Construction Métallique,
Construction Bois, …). En effet, le logiciel permet de :
¾ žšŸ’ ¡¢ £¡š
žšŸ’ ¡¢ £ ¡š¤ž¥¦§£
¤ž¥¦§£
¾ §£™§¡§£  
§£™§¡§£
¾ ¨©§ž¢’£ §£
£¨©§ž¢’£  §£Ÿ ªŸ¡§’™’Ÿ
 §£Ÿ ªŸ¡§’™’Ÿ
Ÿ ªŸ¡§’™’Ÿ
¾  ª™§¢Ÿ£  ¡š££¨©£ ’¢Ÿ£¤ª’¢£ «§¬™¢¥£¥£Ÿ
 ª™§¢Ÿ£
¤ž¥¡§£Ÿ­®¨©£ ’Ÿ¯
¤ž¥¡§£Ÿ­®¨©£ ’Ÿ¯

%



La CAO d’Effel propose une description géométrique et qualitative de la structure à calculer à


l’aide des éléments suivants :
¾ _¢§™¢ £Ÿ”°™  £Ÿ±©ž¡’ £Ÿ±’¢ ™š’Ÿ
_¢§™¢ £Ÿ”°™  £Ÿ±©ž¡’ £Ÿ±’¢ ™š’Ÿ
¾ ²¡ ³™¢´¡£Ÿ”¤£¤° ™š£Ÿ±©§™´¡£Ÿ±ž´¡£Ÿ
²¡ ³™¢´¡£Ÿ”¤£¤° ™š£Ÿ±©§™´¡£Ÿ±ž´¡£Ÿ
¾ µ©©¡¢Ÿ”©žš’¡£§Ÿ±§¢šª™¢ £Ÿ±Ÿ¡ ³™¢´¡£Ÿ± ¢¶¢¥£Ÿ±ª§™Ÿ’¢´¡£Ÿž¡°¡’ª£Ÿ
µ©©¡¢Ÿ”©žš’¡£§Ÿ±§¢šª™¢ £Ÿ±Ÿ¡ ³™¢´¡£Ÿ± ¢¶¢¥£Ÿ±ª§™Ÿ’¢´¡£Ÿž¡°¡’ª£Ÿ

A la description géométrique s’ajoute une description d’un certain nombre d’attributs :


¾ ·™’ª ¢™¡¨”°ª’žš±™¢£ ±°ž¢Ÿ±¸
·™’ª ¢™¡¨”°ª’žš±™¢£ ±°ž¢Ÿ±¸
¾ µ’’™¹£Ÿ” ž’¡§£Ÿ±£š™Ÿ’ £¤£š’Ÿ±¸
µ’’™¹£Ÿ” ž’¡§£Ÿ±£š™Ÿ’ £¤£š’Ÿ±¸
¾ ²£’¢žšŸ” £’™š¶¡§™¢ £Ÿ±¢ ¡§™¢ £Ÿ±¸
²£’¢žšŸ” £’™š¶¡§™¢ £Ÿ±¢ ¡§™¢ £Ÿ±¸
¾ º™ ™¤ª’ ™¶£¥¡¤™¢§§™¶£
º™ ™¤ª’ ™¶£¥¡¤™¢§§™¶£

>


 + 
2

Pour générer tout chargement statique, les mêmes outils de CAO permettent de saisir :
¹™ ¶£Ÿ©žš’¡£§§£Ÿ
¾ »¹™ ¶£Ÿ©žš’¡£§§£Ÿ
¹™ ¶£Ÿ§¢šª™¢ £Ÿ
¾ »¹™ ¶£Ÿ§¢šª™¢ £Ÿ
¹™ ¶£ŸŸ¡ ³™¢´¡£Ÿ
¾ »¹™ ¶£ŸŸ¡ ³™¢´¡£Ÿ

&,
www.4geniecivil.com


 
 
  


ª©§™£¤£š’Ÿ¢¤©žŸªŸ
¾ ¼ª©§™£¤£š’Ÿ¢¤©žŸªŸ

A ces outils viennent s’ajouter des assistants de génération automatique :


¾ ºž¢¥Ÿ© ž© £
ž¢¥Ÿ© ž© £
¾ ºž¡ŸŸª£¹½¥ žŸ’™’¢´¡£
ž¡ŸŸª£¹½¥ žŸ’™’¢´¡£
¾ ¹™ ¶£Ÿ’¹£ ¤¢´¡£Ÿ
»¹™ ¶£Ÿ’¹£ ¤¢´¡£Ÿ
¾ »¹™ ¶£Ÿ¥£š£¢¶££’¾£š’Ÿ¡ ©ž ’¢´¡£±Ÿ’ ¡’¡ £«°™Ÿ£´¡™¥ ™š¶¡§™¢ £±Ÿ’ ¡’¡ £«
»¹™ ¶£Ÿ
°™Ÿ£©ž§½¶žš™§£Ÿ¡¢¾™š’¥£šž¤° £¡¨ ¦¶§£¤£š’Ÿ
°™Ÿ£©ž§½¶žš™§£Ÿ¡¢¾™š’¥£šž¤° £¡¨ ¦¶§£¤£š’Ÿ




 + & 
2

Effel est doté d’assistants générant les cas de charges suivant :


¾ ™ŸŸ£Ÿ©žš’¡£§§£Ÿ©ž¡ §£Ÿª’¡¥£Ÿ¥£¤™¹¢š£Ÿ¾¢° ™š’£Ÿ
·™ŸŸ£Ÿ©žš’¡£§§£Ÿ©ž¡  §£Ÿª’¡¥£Ÿ¥£¤™¹¢š£Ÿ¾¢° ™š’£Ÿ
¾ ¿ªšª ™’£¡ ¥¬™’¢žšŸ¢Ÿ¤¢´¡£
¿ªšª ™’£¡ ¥¬™’¢žšŸ¢Ÿ¤¢´¡£
¾ ¼½š™¤¢´¡£’£¤©ž £§§£”¥ª³¢š¢’¢žš¥¬™’¢žšŸ¹™ ¤žš¢´¡£Ÿž¡´¡£§žš´¡£Ÿ
½š™¤¢´¡£’£¤©ž £§§£”¥ª³¢š¢’¢žš¥¬™’¢žšŸ¹™ ¤žš¢´¡£Ÿž¡´¡£§žš´¡£Ÿ
¾ §™¤°£¤£š’
_§™¤°£¤£š’

. 
 

 

Une structure 3D est sollicitée par des actions permanentes, d’exploitation, accidentelles et doit,
conformément aux règlements applicables, être vérifiée sous une multitude de combinaisons. Dans
cette optique, Effel offre la possibilité de traiter les combinaisons d’actions réglementaires de façon
automatique. En outre, une génération manuelle de ces combinaisons est possible quoique souvent
très laborieuse.

+

La séquence de calcul s’articule autour de plusieurs étapes distinctes permettant de suivre le


cheminement de l’analyse de votre structure :
Àª ¢³¢™’¢žš¥£Ÿ £š’¢’ªŸ¥¡¤ž¥¦§£e®š™Ÿ¥¬£  £¡ Ÿ±¾ž¡ŸÁ’£Ÿ
¾ Àª ¢³¢™’¢žš¥£Ÿ £š’¢’ªŸ¥¡¤ž¥¦§£e®š™Ÿ¥¬£  £¡ Ÿ±¾ž¡ŸÁ’£Ÿ ™¡’ž¤™’¢´¡£¤£š’
™¾£ ’¢©™ §£© ž¶ ™¤¤££’¢š¾¢’ª«§£Ÿž  ¢¶£ e
™¾£ ’¢©™ §£© ž¶ ™¤¤££’¢š¾¢’ª«§£Ÿž  ¢¶£ e
¾ ·™¢§§™¶£ ™¡’ž¤™’¢´¡£ ¥¡ ¤ž¥¦§£ ¤™¢§§™¶£ £š ’ ¢™š¶§£ ž¡ ´¡™¥ ™š¶§£± ¤™¢§§£¡ 
¼£§™¡š£½±©žŸŸ¢°¢§¢’ª¥£¤™¢§§™¶£¢¤©žŸª± ™³³¢š£¤£š’±¸e
¼£§™¡š£½±©žŸŸ¢°¢§¢’ª¥£¤™¢§§™¶£¢¤©žŸª± ™³³¢š£¤£š’±¸e
¾ _¡Ÿ¢žš
_¡Ÿ ¢žš ¥£Ÿ ª§ª¤£š’Ÿ ¢¥£š’¢´¡£Ÿ £š ¡š Ÿ£¡§ £š ³žš’¢žš ¥¬¡š£ ’ž§ª ™š£ ³¢¨ª£ ©™ 
§¬¡’¢§¢Ÿ™’£¡ e
§¬¡’¢§¢Ÿ™’£¡ e
¾ £š¡¤ª ž’™’¢žš©žŸŸ¢°§£¥£Ÿª§ª¤£š’Ÿ™© ¦Ÿ¤™¢§§™¶£©ž¡ ³™¢§¢’£ §¬£¨©§ž¢’™’¢žš
¥£Ÿ ªŸ¡§’™’Ÿe
¥£Ÿ ªŸ¡§’™’Ÿe
¾ £¥¢Ÿ’ ¢°¡’¢žšª¾£š’¡£§§£¥£Ÿª§ª¤£š’Ÿ©™ ¶ ž¡©£e
£¥¢Ÿ’ ¢°¡’¢žšª¾£š’¡£§§£¥£Ÿª§ª¤£š’Ÿ©™ ¶ ž¡©£e
¾ Àª ¢³¢™’¢žš™©© ž³žš¥¢£¥¡¤ž¥¦§£™© ¦Ÿ¤™¢§§™¶£e
Àª ¢³¢™’¢žš ™©© ž³žš¥¢£¥¡¤ž¥¦§£™© ¦Ÿ¤™¢§§™¶£e
™©© ž³žš¥¢£¥¡¤ž¥¦§£™© ¦Ÿ¤™¢§§™¶£e
¾ »™§¡§ Ÿ’™’¢´¡£ £’Þ¡ ¥½š™¤¢´¡£ £’Þ¡ ™š™§½Ÿ£ ¥¡ ³§™¤°£¤£š’ ¶ªšª ™§¢Ÿª £’Þ¡
™š™§½Ÿ£šžš§¢šª™¢ £e
™š™§½Ÿ£šžš§¢šª™¢ £e

&+
www.4geniecivil.com


 
 
  


 !

  

Effel met à votre disposition de nombreux outils pour exploiter les résultats du calcul :
¾ & 
,#  % # 

Ils permettent d’afficher dans la zone graphique sous forme de diagrammes, de lignes ou
régions isovaleurs : les déplacements, les efforts, les contraintes, les modes et déformées sur
l’ensemble du modèle ou sur une sélection d’éléments
¾ & )+
   

Elles permettent de tracer des courbes à partir des résultats obtenus sur un ou plusieurs
éléments
¾ & 
 ) )

Effel génère automatiquement 3 types de notes de calcul :


ž’£ŸŸ½š’¹ª’¢´¡£Ÿ”
¾ Ğ’£ŸŸ½š’¹ª’¢´¡£Ÿ”

Il s’agit d’un compte-rendu succinct du calcul à travers des tableaux d’enveloppe de résultats
sur tout le modèle ou sur une sélection d’éléments.
Ğ’£ŸŸ’™š¥™ ¥Ÿ”
¾ Ğ’£ŸŸ’™š¥™ ¥Ÿ”

Elles permettent de générer juste les hypothèses et les principaux résultats d’un modèle.
Ğ’£Ÿ©™ ™¤ª’ ™°§£Ÿ”
¾ Ğ’£Ÿ ©™ ™¤ª’ ™°§£Ÿ”

Elles permettent de composer des tableaux regroupant n’importe quel type de résultats portant
sur tout le modèle ou sur une sélection d’éléments.
La figure suivante résume les différentes étapes d’utilisation du logiciel :

-"
www.4geniecivil.com


 
 
  



 -)       

%(%(%(%( '!
!   !7

Le bollard reportant l’effort de l’amarrage des bateaux est placé sur la poutre de couronnement
tous les 10 mètres, on choisit donc de modéliser par Effel une portion de la paroi moulée de largeur de
10m pour bien prendre en compte cet effort d’amarrage.
On saisit d’abord 1 mètre avec les charges et les appuis. L’appui du sol est supposé élastique
d’un module Kf calculé d’après la formule donnée par le fasc. 62.titre V.
Pour la vérification au séisme, on change seulement la valeur des charges en ajoutant
l’incrément sismique des poussées et des surcharges ainsi que l’incrément hydrodynamique.

-#
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


 - 6 3= $  


 -- $  $  

-%
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


 


 

 

La vérification de la stabilité par la méthode du module de réaction nécessite de vérifier que


•  Å Æ m•

• Y : déplacement
• Pf : pression de fluage
On obtient des déplacements faibles aussi bien pour les différentes combinaisons statiques ou
sismiques. On donne ci-dessous
dessous les déplacements de la combinaison la plus défavorable

¾ 2# )4    *



 -3   $   

-&
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


¾ 2# )4  
   



 -4   $   

%

   

Les contraintes dans le béton doivent être inférieures


inférieur à :
B± <;Ç/.<
 -@Š‹Q

¾   4  
   



 -(  /   2 

--
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


¾   4   
   



 -?  /   2 

¾ 4   


 -:  / 2 

¾  4    


 -9   2 

-)
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


¾ 
   


 
 -5  /     2 ;

¾ 3  %


 
 3)  /     

-*
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  



 
 3  /      

 5) 


   +  % 
%  *
5) 
   +  % 
% 
1) 

 4

Pour les ouvrages de soutènement,


il est question de s’assurer contre les
risques de rupture circulaire profonde
englobant la totalité de la construction.

1 %

    

La stabilité est étudiée en


considérant le problème plan, ce qui
revientt à analyser l’équilibre d’une masse
de sol d’épaisseur unité dans le sens
perpendiculaire à la figure.
Soit un cercle quelconque de centre
O et de rayon R pour lequel on vérifie la
sécurité vis-à-vis
vis du risque de glissement.
La méthode consiste à découper le volume de sol intéressé (compris dans l’arc EMF) en un
certain nombre de tranches limitées par des plans verticaux comme suit :

-.
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ C  
    
      I  2 

    

   

+<
.5= ; 

 !
 +
¾  ! 
  2
  
 
    
 +
  

 
 
 

Etudions l’équilibre de l’une de ces tranches, par exemple la


tranche « ABCD » affectée de l’indice n.
Les forces agissant sur cette tranche sont les suivantes :
¾ 
4@
¾  
 

G  $A4 
¾  
  
A*$>   
 
  +
L  5   5 T)  
     T) C
 
  
 
 


Définissons par rapport au centre O :


¾ -  U  
   @ <  +  =J 2
   ;
2
 
¾     
   !  
        
   
 +J;
   J5 J5 T)J  T)

La surface de rupture étant limitée par les points E et F, le coefficient de sécurité global Fs est
défini par le quotient :
ÉÓÔ ÊËÊÌÍ`ÎϪÎÐÎ`rÍ`ÎÊrÑÐÊrÒÑ
“ 
ÉÓÔ ÊËÊÌÍ`ÎÊË`ÌÒÏÎ

Etant donné le grand degré d’hyperstatisme du problème, il a fallu s’appuyer sur des
hypothèses pour parvenir à le résoudre. En effet, deux méthodes d’analyse à surface circulaire sont
utilisées :
¾ - +:/C69%
¾ - +AC%5,
Nombre Equation d’équilibre pour chaque tranche
n Equation des moments
n Equation des forces verticales
n Equation des forces horizontales
3n Equation d’équilibre
Degré d’hyperstatisme = 2n-2

-,
www.4geniecivil.com


 
 
  


11 ++

  
 



Pour déterminer le coefficient de sécurité réel, il faut rechercher le cercle donnant la valeur
minimale de FS puisque c’est le long de cette surface de glissement que la rupture risque de se
produire. En fait, il n’y a pas de méthode précise permettant de définir, à priori, la position de ce
cercle critique. Il faut procéder par tâtonnement en calculant le coefficient de sécurité pour un nombre
suffisant de cercles, et ceci en quadrillant les surfaces de rupture géométriquement compatibles avec
la topographie des lieux. Dans le cas général, il y a une triple infinité de possibilités :
¾    J

 

& 
¾ 

  
  +
L 
¾ 

    
  


Sur la figure suivante le coefficient de


sécurité correspondant au rayon donnant la valeur
minimale a été porté au droit de chaque centre
étudié. Il est ensuite possible de tracer des courbes
d’isofacteur de sécurité dites isocontours et de
définir le minimum minimorum donnant la valeur
recherchée du coefficient de sécurité global. La
recherche du coefficient de sécurité nécessite
souvent le calcul de nombreux cercles, opération
particulièrement fastidieuse si elle est faite
manuellement. Les calculs sur ordinateur sont
aujourd’hui d’un emploi courant. Dans notre cas,
c’est le programme SLOPEW du groupement
GEOSTUDIO qui nous a permis de déterminer le
facteur de sécurité global vis-à-vis du grand
glissement.
1# 
    4

Les développements qui suivent prennent en compte la pression interstitielle, qu’elle soit
statique ou influencée par des écoulements. En conséquence, ce sont les caractéristiques effectives c’
et ij’ qui sont considérées.

6
24

Sous le niveau d’une nappe statique à la surface libre horizontale, l’effet des pressions
interstitielles se traduit par le déjaugeage du sol.
Lors du calcul du poids W des tranches de sol, on doit considérer le poids volumique apparent
ܶ au-dessus du niveau de la nappe et le poids volumique immergé ܶ‘ de ce niveau.


   G
4

La prise en compte des écoulements est assez délicate. Il faut distinguer les écoulements au-
dessus du niveau statique à l’aval du talus et les écoulements éventuels au-dessous de ce niveau. Il est
donc question d’utiliser l’équation de Coulomb dans le calcul du facteur de sécurité :
Õ  /G J g P Ö EF9 2K

-+
www.4geniecivil.com


 
 
  


2 
  #    *

La valeur de la pression interstitielle u en chaque point du massif de sol se détermine à partir du


réseau d’écoulement. Considérons la tranche ABCD ; la valeur de u à introduire dans la formule
précédente est celle régnant au point M : elle est donnée sur la figure par :
H× e ?×

?× Étant la distance verticale entre le point M et le


point N où l’équipotentielle passant par M recoupe la
surface libre puisque, par définition de l’équipotentielle,
les charges hydrauliques en M et en N sont identiques.
En N la charge est due uniquement à l’énergie de
position (surface libre) ; on a donc :
Ö  ?f P ?Š e H×


    G
4

Lorsque la nappe avale est plus haute que le pied de la pente, il faudrait prendre en compte
l’eau du bassin dans le poids des tranches situées à l’aval.


1! - + +A
+4

- + 
 4

En 1954, Bishop a publié une méthode appelée méthode détaillée permettant de calculer le
coefficient de sécurité FS en tenant compte des sollicitations citées dans les paragraphes précédents.
D’où la formule générale suivante :
ÚÛÜ
q ÞØ J ˜Ú P ˜Ú  P ÒÚ e sß’™š)à K J áà Ke s
“z  ÚÛÜ eÝ
ÉÚÛ Ø Ÿ¢š Ù žŸ Ù J Ÿ¢š Ùe
âã+ä G
ÚÛ Ôå

Pour déterminer FS, il faut donc :

)"
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ 7  ! !77!!<!; ! 0 31 $ $ 6!  (
¾
3  B N# /  7;  2:28! ! ! 7!!(

- +


4

Afin de parvenir à calculer le facteur de sécurité, Bishop a formulé l’hypothèse simplificatrice


suivante :
« La résultante verticale des forces inter-tranches est nulle »
Soit : Dæ P Dæ-  B

En fait, c’est cette méthode qui est utilisée par le logiciel SLOPEW utilisé dans notre cas.
1B - 

 

%,/?@4
  
 



Slope/W est un produit de modélisation servant à évaluer la stabilité des pentes qu’elles soient
constituées de sols ou de roches. En effet, ce logiciel de CAO est destiné au calcul du coefficient de
sécurité vis-à-vis des grands glissements de terrain, et ce, grâce à sa capacité à analyser les problèmes
simples et complexes pour une variété de formes de glissement de surface à partir d’un certain
nombre de méthodes d’analyse et de paramètres à savoir : les conditions de pression d'eau
interstitielle, les propriétés du sol et les conditions de chargement. De ce fait, Slope/W peut servir à la
modélisation d’une large gamme de de sol dont la géométrie de surface stratigraphique et celle de
glissement sont complexes et dont les conditions de pression d'eau interstitielle sont variables.
Se basant sur la théorie de l’équilibre limite, Les analyses de stabilité de pente peuvent être
effectuées en utilisant des paramètres d'entrée déterministe ou probabiliste où les sollicitations sont
calculées par une analyse des contraintes par éléments finis.

9


 



¾   


¾ .  



 3- '&G*/  

)#
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ %K






 33 '&G $

¾ - +  &


 34 '&G*/  ! 

¾ C    
 
 

)%
www.4geniecivil.com


 
 
  



¾ 6  


 3( '&G*/ $    

)&
www.4geniecivil.com


 
 
  



- 

 "
>

Après avoir étudié le projet par les méthodes : Calcul manuel et méthode du module de
réaction, On a modélisé la structure en éléments finis, qui donne des calculs plus exactes si les sols et
différentes structures sont bien modélisées. Plaxis 2D est un logiciel puissant pour l’analyse du
comportement géotechnique des sols.
1#   
 "
>

Le code éléments fins « PLAXIS » est un outil pratique d’analyse d’ouvrage et d’essais
géotechniques. Il permet d’analyser des problèmes élastiques, élasto-plastiques, élasto-viscoplastiques
à l’aide de la méthode des éléments finis, son principe est de remplacer structure physique par des
composantes discrètes (maillage), qu’ils ont liées par des nombres des points (Nœuds), assembler à
l’aide des fonctions de forme.
La relation entre les déformations et les contraintes est assurée à l’aide des lois de
comportement qu’ils sont différents selon leurs surfaces de charge et les paramètres utilisés.
Dans le code PLAXIS on trouve 5 lois de comportements : élastique linéaire, Mohr Coulumb
(MC), Hardning Soil Model (HSM), Soft Soil Model (SSM), Soft Soil Creep Model (SSCM). Qu’ils
ont été caractérisés par des paramètres et des surfaces de charge, la détermination de ces paramètres se
fait avec une étude géotechnique classique.

)-
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


1' - 

 4

 3? &#/

On a modélisé le problème sur un espace de dimensions (60mx30m) pour avoir


a une bonne
précision. Les couches de sols sont ensuite saisies.
La paroi moulée ainsi que la dalle de frottement sont modélisées grâce à l’élément (Plate)

-+G*

"+ 5 &#/7  


&#/7  2+;

4+  1
 
 



& 



γunsat Z[E\] %"("" #+(""
#+(""
Eref Z[E^] &""""(""" )"""("""
)"""("""
Gref Z[E^] #)"""(""" %)""("""
%)""("""
cref Z[E^] #)("" "(#"
"(#"
ϕ Z_] %)("" &.(""
&.(""
Rinter. ZD] "(." "(."
"(."

))
www.4geniecivil.com


 
 
  


5




"+ ) &#/&7  8

7 
%   !
8   954:;;
9# <
 
2 

γ  =>?@AB C;; D;;
:; =>?@EB :;;;;;; !;;;;;;

 =>?@EB :;;;;;; FCC:C
) =>?@EB ;; ;;
ϕ =GB !;;; !;;;
 =>?@EB !:;;;;;; !F;;;;;;
'-. =4B ;;; ;;;
6 =4B ;C; ;;



"+  &#/7  $ H

? 0
)   0 H '
=>?@B =>?E@B =>?@@B =4B
 2  IID C!:;;; C:; ;;;
    C I!:: C:; ;;;
1(  4

Les résultats recherchés sont principalement les déformations maximales de la structure, l’effort
dans le tirant d’ancrage ainsi que les contraintes dans le sol.
"+ - &#/=$    !!    2 ;

>  !


7
<= #
/  
 < = #-
  

Le déplacement maximal en tête de la paroi est de l’ordre de 4cm qui est acceptable.

)*
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  



 3: &#/=! 


 39 &#/=$  #

 


Pour les contraintes dans le sol, les zones à observer sont surtout celle aux alentours de la dalle
de frottement. Les contraintes restent inférieures aux contraintes admissibles dans le sol sauf sur la
surface et le sol sur le parent de la paroi moulée ou on s’attend à une plastification du sol.

).
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  



 35 &#/    

   
 4

Pour l’effort dans le tirant le logiciel donne une valeur de service de 14.1 tonne, on rappelle
qu’on a obtenu la valeur de 14.87. La concordance des résultats s’explique car le calcul manuel s’est
basé sur la discrétisation du sol et le calcul de la contrainte en fonction de la profondeur ce qui donne
des résultats exactes.


 4) &#/!!    

  &

2

Le module dynamique de Plaxis 2D permet d’étudier des cas de chargement dynamiques


dyna ainsi
que l’analyse sismique. Il faudra changer les conditions aux limites en ajoutant un déplacement
imposé aux limites.

),
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


"+ 3 &#/=$    !!    


&#/=$    !!     $ 

>  !


7
<=
>  !
7 '
'
/  
 < = %"
%"


 
 4 &#/=!  ;2 

L’analyse a été effectuée pour donner des résultats exacts, ainsi on a effectué la modélisation en
utilisant un profil sismique de magnitude de 6 degré de l’échelle Richter.
Le déplacement maximal de la paroi atteint 27 cm, l’effort dans le tirant atteint 20 tonnes. Pour
le calcul manuel, on obtenue un effort dans le cas sismique de 43 tonnes.
La différence des valeurs
eurs s’explique par :
¾ >     J        
 
!     

2J  
    
    
¾ !
 
    !         
 
 
 
 
         
  
   

! #  


   

 
 J
#  
   

 
 J   
 ') -
  
 ') -

   .

   .

- + /  


 < =

)+
www.4geniecivil.com


 
 
  


*-  )1#B


- 

 !
> )#)B
- 

 /  )()

1  


 

   

La poutre de couronnement représente un ouvrage dont la face avant matérialise le front


d'accostage. Elle porte les défenses et les bollards. Son niveau d'implantation doit permettre aux
navires d'y prendre appui là où la structure de leur coque est la plus résistante, c'est à dire
pratiquement au niveau des ponts. Par ailleurs, cette poutre doit être suffisamment débordante par
rapport à la paroi, afin de limiter les chocs de bulbe de navire sur cette dernière.
 2 %  *
.  


Les dimensions de la poutre de couronnement sont données dans le schéma suivant

 4-     $  

- 
4

La poutre de couronnement est coulée d’un béton qui possède les caractéristiques suivante :
¾ -
2γγV#"?1
¾ - W /V#"-
¾  
 Ç/.<  .@Š‹Q
¾ >

 +
2ç  -B#;

*+4

¾  
 

Le remblai exerce une poussée sur les faces de la poutre de couronnement. Cette poussée est
calculée à l’aide du coefficient de la théorie de Coulomb avec un coefficient Ka

*"
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


Mais puisque Le talus n’est pas incliné, la poussée sera simplement calculée à l’aide du
coefficient de Rankine :

)
m  $`ë ì‚í P î(  è  u


¾ 

 + 

Le remblai prévu sur le terre


terre-plein exercera un
effort stabilisant du à son poids et sera calculé par la
formule :
m  è  u
è  qéêÃÊ

¾ 
##

Le poids propre de la poutre est calculé par une masse volumique du béton égale à 2.45t/m3
¾   % *

Un effort ponctuel horizontal de 15 tonne sera


appliqué et qui a pour sens la direction du bassin de la
mer. L’effort d’amarrage est normalement incliné et se
décompose en deux efforts (vertical et horizontal),
pour notre cas, l’effort sur le bollard n’est pas très
important et on le garde horizontal.
¾ 
 "

L’étude du comportement
comportement thermique de la poutre de couronnement consiste à vérifier le
comportement du béton face aux changements de température, ainsi deux types de gradients seront
pris en compte
¾ .
 
  <

  
  )'#X*=
.
 
  <

  
  )'#X*=
¾ .
 
 
.
 
 

%& + 

Pour les charges extérieures auxquelles est soumise la poutre On obtient les résultats suivants.

*#
www.4geniecivil.com


 
 
  


 -. 6+ 


2 #(*) W @E&A #(+
6 #(") X &)
 #())
24 "(* 
2
1 #" 2
W @E&A %()
)  -@E. 24
2 "(., +
< "(&-
 @!A "(%.#   #(*%"+#)-+
6 %(+-)
6 #) 4  6 @A"()

 43      $  ;

¾ 
  

Le moment thermique est calculé par une méthode qui consiste à discrétiser l’épaisseur sur
laquelle varie la température et calculer les contrainte dans chaque élément, Il est alors facile de
remonter au moment par une simple intégration.
La température varie linéairement sur une épaisseur de 80cm du béton, ainsi en discrétisant
cette épaisseur en des couche on peut calculer le moment thermique en suivant ces étapes :
¾ a  ç  [XQïp/ç  -B#; 
¾ g  he a
¾ CWð  g  Cð  ñ
¾ CŠð  CWð  òð 
¾ Š  Éð CŠð 


 44      $  ;

*%
www.4geniecivil.com


 
 
  


.
 +
2+
L 
"+ 4    , 


 7K # % & - ) * . ,
 @A "(,* "(.* "(** "()*
"(-* "(&* "(%*
"(#*
` %"("" #.()" #)("" #%()" #"("" .()" )("" %()"
OM<-= *(*" )(., -(+) -(#&
&(&" %(-, #(*) "(,&
' @'(EA %(-) #(,+ #(-# "(&,
"(%) "(#) "(". "("%
' BB1 '
.
 +
2

"+ (     $


 5) 
 @A #(&. #(%. #(#. #(". "(+. "(,. "(.. "(*.
` %"("" #.()" #)("" #%()" #"("" .()" )("" %()"
OM<-= *(*" )(., -(+) -(#& &(&" %(-, #(*) "(,&
' @'(EA "(+) "(.. "(*# "(-* "(&- "(%& "(#& "("*
' 1!! '
  +
  ' %
%

 
 

Le glissement est vérifié par la formule :


˜ó  ’™š)
œó Æ
qe

£³³ž ’¹ž ¢õžš’™§¥ªŸ’™°¢§¢Ÿ™š’
¾ ô¥£³³ž ’¹ž ¢õžš’™§¥ªŸ’™°¢§¢Ÿ™š’
£³³ž ’¾£ ’¢™§£Ÿ¡ §™©ž¡’ £
¾ À¥£³³ž ’¾£ ’¢™§£Ÿ¡ §™©ž¡’ £
¾ ö™š÷
ö™š÷ž£³³¢¢£š’¥£³ ž’’£¤£š’øª’žš
ž£³³¢¢£š’¥£³ ž’’£¤£š’øª’žšù
’žšùøª’žš© ¢Ÿª¶™§«€eí
øª’žš© ¢Ÿª¶™§«€eí

*&
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ 6   &<
"+ ? 6!$    '

   5  -.   




$$ ,(*+ #(&)
5 $721 *(.# #()
J %%()" #()
J **()* #
6 &"(+% #

$721 %&(%) #() T E^
@XA "()"

9DE#(% %(.%-%)

¾ 6   &

"+ : 6!$    '

   5  -.   




$$ *(-- #
5 $721 -(-. #
J #)("" #
J **()* #
6 &"(+% #

$721 #)()" # T E^
@XA "()"

9DE#(% #-(.#%%)

%

   

Le renversement est vérifié par le pourcentage de la base comprimée, on démontre que pour
toutes les combinaisons ELU et ELS, la base de la poutre de couronnement reste entièrement
comprimée ce qui indique sa stabilité au renversement.

*-
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ 6   &<
"+ 9 6!$      '


6'  




 #(& 
'E @(A $$ -(., #(&)
$721 )()& #()
J -,(&, #()
J #".(,+ #
6 %&(+* #
$721 $6 #,("% #()
%",()*
 D "(#".
JE* "(-&&
CCYA?B
M' @E^A )(.+
M @E^A &()"

¾ 6   &
"+ 5 6!$      '

6'  




 #(& 
'E @(A $$ &()- #
$721 &(*+ #
J &%(%) #
J #".(,+ #
6 %&(+* #
$721 $6 #%("# #
#,&(&)
 D "(""%
JE* "(-&&
CCYA?B
M' @E^A -(&*
M @E^A -(&&
    % -  )    .

- 

 

Pour la vérification vis-à-vis de torsion, On suppose la poutre de couronnement encastrée en ses


deux côtés, ceci se justifie par la présence de clavetages :

*)
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  



 
 4(      $  ;

On prend en compte pour l’effort de torsion juste la partie en L, le modèle de torsion


équivalent est obtenu en remplaçant la section totale par des sections
section d’épaisseur égale à b/6.

"(#.)

"(#

 4?  7    

La vérification selon le BAEL 91 de la section vis-à-vis


vis de la torsion pour une section pleine est
effectuée par la formule :
Õ.ÖD J Õ.ÖX Æ Õcðû 

/0æ]iQðæ]p]QæIpæ]ðpccpCÖp«cG pÇÇ0i]]iQæ/ñQæ]
¾ ÕÖD  Zp/]ð0æ /0æ]iQðæ]p

¾ ÕÖX  .È0ú/0æ]iQðæ]p]QæIpæ]ðpccpCÖp«cQ]0i1ð0æ
/0æ]iQðæ]p 
/0æ]iQðæ]pcðûð]pCÖȪ]0æ
¾ Õcðû /0æ]iQðæ]p


:
 A$/()

Les sections d’aciers qui compenseront les sollicitations dus à la torsion sont calculées selon les
formules du BAEL
¾ &   %
 
&   %
 

Pour l’effort tranchant, elles sont calculées par la formule :

**
www.4geniecivil.com


 
 
  


É lÐ  •Ì üý

Ò  è e þ

71  /
É ào
 €e‚{r
ýy

¾ É Lð 1p/]ð0æ]0]pcpCKQ/ðpi1
¾ Çpp1ð1]Qæ/pCG Q/ðpi;BBŠ‹Q
¾ ÖOpiðûp]ipCpcG Qðiú
¾ úcG QðiCpcQ1p/]ð0æCªcðûð]ªpOQicpû0C¦cpCp]0i1ð0æªÖðïQcpæ]
¾ £³³ž ’’ ™š¹™š’
XÖ £³³ž ’’ ™š¹™š’
¾ ԃ1 d0pÇÇð/ðpæ]Cp1ª/Öið]ª-e -;

¾ &     ' 


  9 

lÐ  •Ì üý

Î e ԃ e þ


71  /

lÐ  •Ì
 €e‚{r
Î e ԃ

¾ &     ' 


    ) 

lÐ  •Ì ý

Î e ԃ €eé


¾ 1] p1OQ/pûpæ]Cp1QiûQ]Öip1
€eé  v
Î  ÐÍ ‚€áÊ

qí  —ÊÐÍ

¾ ÕÖ dð1Qðccpûpæ]C «cG pÇÇ0i]]iQæ/ñQæ]

 /9

¾ 5) 
 +

Pour les combinaisons de l’ELU, On obtient des valeurs des cisaillements dus à l’effort
tranchant et à la torsion qui sont inférieures aux valeurs limites. Les sections de béton sont donc
vérifiées.

*.
www.4geniecivil.com


 
 
  


5) 
 8 a^Na ^Oa^ 3
33 72/
a @'A "(".#
!/
a # @'A "(",#
a % @'A "(#-%
a @'A %(.
@a^Na ^A
!7 # "(#".+-+"#
!7 % "(#),,.,%,
 4: 6!$ <   &'


¾ 3  %

Les calculs du ferraillage selon les formules de : Ferraillage selon le BAEL 91

3  % &%


  +(%- 7^
0$
'
! @7^A %(+#
!
! @7^A &(."
 @7^A *(&&
3  % 9  '  "(+* 7^
33 72/
! @7A #" ! @7A -"
! @7^A "(".
 @7^A "(-,
!/
! @7^A "(")
 @7^A "(-,
 49    &'


 /%

¾ 5) 
 +

Dans le cas de l’ELS, les sections du béton sont aussi vérifiées :

*,
www.4geniecivil.com


 
 
  


5) 
 8 a^Na ^Oa^ 3
33 72/
a @'A "("-+
!/
a # @'A "(##*
a % @'A "(%"-
a @'A %(.
@a^Na ^A
!7 # "(#%*"+&#+
!7 % "(%"+&"+))
 45 6!$ <   &'

¾ 3  %

Selon les formule du paragraphe : Ferraillage selon le BAEL 91

3  % &%


  +(%- 7^
0$
' @'(A "(&#).,.)
! @7^A %(+#
!
! @7^A %()+
 @7^A *(&&
3  % 9  '  "(+* 7^
33 72/
! @7A #" ! @7A -"
! @7^A "(##
 @7^A "(-,
!/
! @7^A "("&
 @7^A "(-,
 ()    &'

!    


  +

La poutre de couronnement possède un élancement supérieur à 5, et on peut donc lui appliquer


les règles de la RDM, Les contraintes de compression ou de traction sont calculées par la formule :




Les calculs sont effectués pour les deux directions du moment, la poutre peut fléchir sur le plan
horizontal ou vertical.

*+
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ ·””·ž¤£š’¥£³§£¨¢žš
·ž¤£š’¥£³§£¨¢žš””
·ž¤£š’¥£³§£¨¢žš
Ó}  qeíë J qeí| J €e~oܪxýo

Óz  ë J | J €e~oܪxýo

¾ ”·ž¤£š’¥¬¢š£ ’¢£e
·ž¤£š’¥¬¢š£ ’¢£e 

 /9 
+
L 4

"+ -) '


$   ,   &

 $, 
'T -(*&
M 7 #()%
M 7!! %(%*
! @7^A &)("&

 /9 

4

"+ - '


$    $  &

 $6 $
'T *(#)
M 7 "()+
M 7!! #(-#
! @7^A #&(*,

 /% 
+
L 4

"+ -- '$   ,   &

 $, 
'T &(.)
M 7 #(%&
M 7!! #(,-
! @7^A %,(&+

."
www.4geniecivil.com


 
 
  


 /% 

4

"+ -3 '$    $  &

 $6 $
'T -()+
M 7 "(--
M 7!! #(")
! @7^A #"(%#
: L 
 ) 

Pour les deux combinaisons ELU et ELS, on prend le maximum des résultats obtenus.

* 


Les contraintes maximales trouvées sont inférieures aux contraintes de traction admissible du
béton utilisé (qui est de l’ordre de ıt= 3.6 Mpa).

* 
-!<-=
M-!
 #()%
M-!
 %(%*
Z-!*

  "(-%

Si on doit ferrailler la poutre de couronnement, on calculera la section d’acier necessaires


pour reprendre la contrainte de traction maximale trouvée qui est 1.52 Mpa. On trouve alors :

:
<H=
$
 

 ).(+-
$
  #(+%
 <= %"(""

.#
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


>!


>!

4>
! 
2

! 
2

&(#( !  <1
!  <1
&(%( 37   !6 ! $
37   !6 ! $
&(&( ^37   !6    !8
^37   !6    !8


 ( &   A=  #B

.%
www.4geniecivil.com


 
 
  


1)   
  4

Une darse est un bassin rectangulaire destiné principalement à l'accostage des cargos. Dans les
grandes zones portuaires industrielles, les darses sont séparées par des môles (jetée) ou des traverses,
et implantées en épi par rapport au chenal d'accès.
Par ailleurs, selon le Dictionnaire de la Mer de Jean Merrien1, la darse est le « nom donné en
Méditerranée à un bassin d’un port ; par extension à certains petits ports entiers ». Dans ce contexte,
elle désigne soit les parties anciennes d’un port (par exemple : vieille darse de Toulon, darse de
l’arsenal de Venise), soit un petit port militaire (par exemple : Darse de Villefranche-sur-Mer).
Nom féminin issu de l'arabe dar sinaa signifiant à l'origine «atelier». S'écrit aussi darce.

Une darse du port de Saint-Nazaire, La Darse de Villefranche-sur-Mer


(bassin de Penhoët)
Cependant, La darse en question dans le présent projet est un ouvrage destiné à supporter un
portique à sangle servant à soulever les bateaux afin de les entretenir et les réparer en cas de besoin.
Dans la mesure où il s’agit ici d’un port de plaisance ne pouvant contenir que des bateaux de petite
dimension, la darse à mettre en place est de dimensions réduites.

 (-     

De plus, les fondations prévues pour


soutenir ladite darse des pieux entièrement
métalliques de nuance E 28 fichés dans le sol par

.&
www.4geniecivil.com


 
 
  


battage de près de 22.50 m de longueur. Le mode d’exécution des pieux peut être résumé dans la
figure suivante :
1. Mise en fiche, réglage
2. Battage du tube et injection simultanée de mortier
3. Refoulement (par le sabot) des maintenus et expansés par l’injection de mortier
4. Pieu terminé
5. Recépage et soudage d’une plaque

 (3 &$   +   #

1  


 

 
!

La vérification de la stabilité des pieux en question est effectuée selon la démarche classique
des fondations profondes c.à.d. que la méthode de vérification repose sur des calculs à la rupture avec
la prise en compte de coefficients de sécurité partiels.
Dans cette optique, il est question dans l’étude qui suit de vérifier la stabilité des pieux en deux
étapes :
¾ Etape n°1 : Calcul manuel
¾ Calcul classique
¾ Méthode du module de réaction
¾ Vérification de la résistance intrinsèque
¾ Vérification de la résistance aux charges axiales
¾ Vérification de la résistance aux charges horizontales
¾ Etape n°2 : Modélisation sur Effel
¾ Confirmation des résultats obtenus par le calcul manuel
  )   *  + 
  ,)
1)) > 4

Cette partie a pour objectif de détailler la méthode de calcul établie pour la vérification de la
stabilité des pieux. Pour ce faire, un programme de calcul sur Excel a été développé. Le programme
calcule aussi bien la capacité portante du sol de fondation que les sollicitations se développant dans
les pieux sous les différentes combinaisons de charges auxquelles ils sont soumis. En outre, le
classeur de calcul comporte des feuilles de calcul réservées à la vérification de la stabilité intrinsèque
des pieux, de la stabilité vis-à-vis des charges axiales et latérales, et ce, à partir des données d’entrées
qui sont :

¾ Données du pieu :
¾ Géométrie : Diamètre, épaisseur et longueur
¾ Nombre
¾ Durée de vie de l’ouvrage

.-
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ Perte par corrosion de la couche de protection par an


¾ Limite élastique fy
¾ Module d’Young de l’acier Eacier
¾ Poids spécifique de l’acierèx
ào
¾ Poids spécifique effectif du sable de remplissageèK xyno
¾ Hauteur remplie de béton
¾ Données de calcul :
¾ PHMVEE
¾ Type de formation servant de sol de fondation
¾ Hauteur d’encastrement
¾ Hauteur du pieu dans la couche porteuse
¾ Niveau supérieur de la partie fichée
¾ Diamètre de référence B0
¾ Coefficient de portance KP
¾ Données du sol de fondation :
¾ Poids spécifique effectif èK
¾ Poids spécifique de l’eau è
Angle de frottement interne
Coefficients de correction de la portance :  et 
¾
¾

¾ Données de calcul Béton Armé :


¾ Poids spécifique du béton
¾ Géométrie de la poutre de couronnement : Partie 1
¾ Géométrie de la poutre de couronnement : Partie 2
¾ Données de calcul sismique (RPS 2000) :
¾ Poids spécifique du béton 
¾ Poids spécifique de l’eau è
¾ Coefficient d’accélération horizontal AH
¾ Coefficient d’accélération vertical AV
¾ Facteur d’amplification dynamique D
¾ Coefficient du site S
¾ Coefficient de priorité I
¾ Coefficient de comportement K
¾ Coefficient de simultanéité ȥ
¾ Données relatives à l’essai pressiométrique.
1) * 4

La description du calcul théorique de portance a déjà été détaillée dans le paragraphe de


« stabilité vis-à-vis du poinçonnement » dans la mesure où le calcul se base, encore une fois, sur la
méthode pressiométrique.

.)
www.4geniecivil.com


 
 
  


1)1 /
  4

Si l’on veut connaître l’ordre de grandeur des tassements d’un pieu, il est bon de savoir que,
sous une charge égale à 0.7 QC, l’enfoncement yT en tête de pieu (ou plus exactement au niveau
supérieur du sol) est généralement compris dans les fourchettes suivantes :
¾ Pieux battus :
€e€€ Æ Å~ Æ €e€q

¾ Pieux forés :
€e€€ Æ Å~ Æ €e€q€

Toutefois, une connaissance plus précise du tassement nécessite que l’on se donne une loi
cisaillement-déplacement sur la surface latérale, ainsi qu’une loi réaction-déplacement en pointe. Les
lois préconisées par le SETRA et le LCPC sont les suivantes :

Où les pentes sont données par le tableau ci-dessous, dans lequel E désigne le module
pressiométrique.
kZP?/ k2P?/
Sol fins 2.0 11.0
Sol granulaires 0.8 04.8
Toujours est-il que si ce tassement est faible (n’excédant pas 2 cm), il ne devrait pas constituer
un paramètre préoccupant et n’influencerait donc pas le dimensionnement du pieu.
1)# *

24

Le règlement RPS 2000 adopte une démarche de calcul dite approche statique équivalente.

:

2 2
 

Les forces sismiques agissant sur les masses de la structure sont représentées par la force
équivalente de cisaillement à la base agissant dans la direction du calcul.

.*
www.4geniecivil.com


 
 
  


La force sismique équivalente représentant la réponse élastique V doit être calculée à l’aide de
la formule suivante :
LZS
D
N

Avec :
¾ A : coefficient d’accélération
¾ S :: coefficient de site
¾ D : coefficient d’amplification dynamique
¾ I :: coefficient de priorité
¾ K : coefficient de comportement
¾ W: charge prise en poids de la structure
¾ & ))
))   *

Pour simplifier le calcul des charges sismiques et uniformiser les exigences de


dimensionnement des structures à travers de grandes régions du pays, le RPS 2000 utilise l’approche
des zones. Il s’agit de diviser le pays en plusieurs zones de sismicité homogène et présentant
approximativement le même niveau de risque sismique pour une probabilité d’apparition donnée.
Dans chaque zone, les paramètres définissent le risque sismique, tels que l’accélération et la
vitesse maximales horizontales du sol sont considérées constantes. La carte de zones sismiques
adoptée par le RPS 2000 comporte actuellement trois zones reliées à l’accélération horizontale
maximale du sol, pour une probabilité de 10% en 50 ans. Cette probabilité est raisonnable, car elle
correspond à des séismes modérés, susceptibles de se produire plusieurs fois dans la vie de la
structure.

..
www.4geniecivil.com


 
 
  


Zonage sismique
Le rapport A (dit coefficient d’accélération), entre
l’accélération maximale Amax du sol et l’accélération de la
gravité g, dans les différentes zones, est donné dans le tableau ci-
contre.
¾ & ))
   *

L’intensité avec laquelle un séisme est ressenti en un lieu donné, dépend dans une large mesure
de la nature des sols traversés par l’onde sismique et des conditions géologiques et géotechniques
locales. Les conditions locales du sol sont très importantes en effet si la fréquence du sol est proche de
celle de la structure, on est en présence d’une amplification dynamique du sol.
Pour tenir compte de ces effets sur le spectre de réponse du mouvement du sol, un classement
des sites en trois types est adopté en fonction de la classe des sols. Les sols sont classés selon leurs
caractéristiques mécaniques.
Le choix du site tient compte à la fois de la classe de sol et de son épaisseur comme le présente
le tableau suivant.

.,
www.4geniecivil.com


 
 
  


 (4  %%$    

En cas de manque d’information sur les propriétés du sol pour choisir le type de site adéquat,
on adopte le coefficient et le spectre du site S2.
¾ &  )
#) 
 ! 2 *

Le troisième paramètre définissant le séisme


est le spectre de réponse. Dans le RPS 2000, le
spectre proposé est déduit du spectre élastique
représentant l’idéalisation de l’enveloppe de divers
spectres de réponse normalisé rapportés à la valeur
unité de l’accélération horizontale maximale du
sol. Il définit le facteur d’amplification (ou de
résonance) dynamique de la réponse en fonction
de la période fondamentale de la structure.
Alors que l’accélération nominale identifie
le niveau du risque, le facteur d’amplification
qualifie le comportement de la structure en
fonction de sa période de vibration.

 (( $  !%$   

¾ & ))
 # 0 *

Ce coefficient rend compte de la performance de l’ouvrage sujet au séisme. D’où la


classification d’ouvrage dont il dépend.
¾ Critère de classification :
Le niveau minimal de performance requis pour une construction dépend des conséquences
socio-économiques des dommages qu’elle aurait pu subir en cas de séisme. L’évaluation de
l’importance de ces conséquences est reliée essentiellement à la nature de l’usage de l’ouvrage et à
son intérêt pour le pouvoir public.

.+
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ Classes de priorité parasismique :


Le RPS 2000 répartit les ouvrages selon leur usage principal en deux classes de priorité. En
fait, à chaque classe correspond un facteur d’importance (ou de priorité) I constituant un facteur
additionnel de sécurité.
Toutefois, le maître d’ouvrage peut surclasser un ouvrage particulier par sa vocation. Or, tout
surclassement devrait être défini par décret.
™ Classe I : Importance vitale
Sont groupées dans cette classe les constructions destinées à des activités sociales et
économiques vitales pour la population et qui devraient rester fonctionnelles, avec peu de dommage,
pendant le séisme. On distingue notamment selon l’usage :
• Les constructions de première nécessité en cas de séisme
Les hôpitaux, les établissements de protection civile, les grands réservoirs et châteaux d’eau, les
centrales électriques et de télécommunication, les postes de police, les stations de pompage d’eau,
etc…
• Les constructions publiques
Les établissements scolaires et universitaires, les bibliothèques, les salles de fêtes, les salles
d’audience, de spectacles et de sport, les grands lieux de culte, les établissements bancaires, etc…
• Les constructions destinées à la production ou au stockage des
produits à haut risque pour le public et l’environnement
™ Classe II
Sont groupées dans cette classe les constructions n’appartenant pas à la classe I, tels que les
bâtiments courants à usage d’habitation, de bureaux ou commercial.
¾ Coefficient d’importance ou de priorité I :
Le coefficient d’importance I est égal à 1,3 pour
les bâtiments de classe I et à 1 pour tous les autres
bâtiments.
¾ &  )
 )# M *

Le facteur de comportement, ou coefficient de ductilité K, caractérise la capacité de dissipation


de l’énergie vibratoire de la structure qui lui est transmise par les secousses sismiques. Ce coefficient
est donné par le tableau suivant en fonction du type du système de contreventement et du niveau de
ductilité choisi.

,"
www.4geniecivil.com


 
 
  


 (? =$ $  ! 

¾ & ) % #   #



  ) / *

La charge W de la structure correspond à la totalité des charges permanentes G et une fraction q


des charges d’exploitation Q en fonction de la nature des charges et leur durée. On prend :
   J 

* 
 

2
 4

Il y a quelques décades, le principe de la


protection parasismique des fondations
profondes consistait à sur-dimensionner ces
ouvrages (pieux larges et raides) de manière à ce
que les ruptures par cisaillement qui pourraient
se produire au cours d’un séisme par suite des
déformations du sol ne compromettent pas la
transmission des charges verticales dans le fut
des pieux.
Depuis quelques années, cette approche a
été abandonnée, et la tendance qui se développe
à l’heure actuelle, comme dans les
recommandations de« l’Applied Technology Council de 1978, consiste à dimensionner les pieux de
fondation de manière à ce qu’ils soient suffisamment flexibles pour s’adapter aux déformations du sol
induites par le séisme (pieux longs et flexibles). Une méthode simplifiée consiste à déterminer la
déformation d’un profil de sol sous action sismique, et à calculer les pieux en admettant que leur
déformée propre est identique à celle du profil de sol considéré ; dans une telle approche, on néglige
la réaction du sol, ce qui va dans le sens de la sécurité ; on néglige aussi les forces d’inertie apportées
par la structure au cours du séisme, ce qui va cette fois en sens inverse du conservatisme ; toutefois le
calcul aux éléments finis de fondations profondes faisant intervenir le module de réaction du sol et
l’interaction sol-structure a montré que le résultat global différait peu de celui donné par la méthode
simplifiée.
La méthode simplifiée proposée consiste à définir l’équation de la déformation du profil de sol
étudié correspondant au mode fondamental d’oscillations libres de la colonne de sol ; au passage, il
sera utile de calculer le période de ce mode de vibration, permettant d’une part de déterminer le
déplacement maximum du sol pour une accélération en champ libre donnée, d’autre part de comparer
cette période de vibration à celle de la structure supportée , pour déceler s’il n’y a pas mise en
résonance de l’ensemble sol-structure .
¾ 2 
 
  # *

En reprenant l’hypothèse de base selon laquelle le pieu est suffisamment flexible pour suivre la
déformée du sol, on considère que la déformée du pieu est une demi-arche de sinusoïde ; dans ce cas

,#
www.4geniecivil.com


 
 
  


la ligne de charge et la courbe des moments sont aussi des sinusoïdes, affines de la déformée a un
coefficient de proportionnalité prés.
La ligne de charge supportée par le pieu peut donc être écrite en sinusoïde d’équation :
‘e 
‹  ‹e 1ðæ  
.e >

Equation de l’effort tranchant :


.e ‹e > ‘e 
f  e /01  
‘ .e >

Equation du moment fléchissant :


:e ‹e >. ‘e  :e >.
Š  e 1ðæ    e ‹
‘. .e > ‘.

Equation de la déformée :
-Ve ‹e >: ‘e  -Ve >:
C  e 1ðæ   e ‹
he e ‘: .e > he e ‘:

En éliminant P(Z) entre les deux dernières équations, on a :


‘.
Š  e he e C
:e >.

Le moment maximum et la flèche maximum étant obtenus à la surface du sol (Z=H), et le


déplacement maximum du sol étant lié à l’accélération en champ libre a par la relation fondamentale :
Q X.
C . Q
! :‘.

On en déduit la valeur maximum du moment en fonction de l’accélération :


X. he e Q
ŠûQò  e he e Q 
-Ve > . D.

Où V représente la vitesse de cisaillement des ondes sismiques définie par :


D"
#

Où [ !  !  !  . !   7!(


En calculant la charge maximum P à partir de la valeur de la flèche maximum (Z=H), soit :

,%
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


‘ A
‹ì î e he e C
.e >

On en déduit la valeur maximale de l’effort tranchant (Z=0) :


‘e X. ‘e he e Q
fûQò  e he e Q 
A.e > A .e >e D.

1)! - + 


 4

Cette méthode est la plus couramment utilisée.


utilisée Elle est basée sur le modèle de Winkler (1867).
Elle consiste
siste à modéliser l’interaction entre le sol et le pieu par une série de ressorts indépendants
entre eux et de raideur variable. La raideur permet de relier directement la réaction latérale do sol (P)
et de déplacement du pieu (Y). Cette méthode est à la base
b des courbes P-Y, Y, les « ressorts » ont alors
un comportement non linéaire.



 

Le modèle de Winkler énoncé en


1867, définit le sol comme étant un
empilement de tranches indépendantes.
Chaque tranche de sol est modélisée par un
ressort horizontal
zontal sur lequel s’appuie le
pieu.
La pression sur une « tranche » de
sol ne dépend que du déplacement
horizontal de cette dernière et d’un
coefficient de réaction du sol
‹  $e %ñ e &  hZ e
 &

Où : %ñ : Coefficient de la réaction


réa en une profondeur z.
hZ  : Module de réaction linéique du sol en une profondeur z.
& : Déplacement du pieu en une profondeur z.
$ :: Diamètre du pieu.

Le pieu est idéalisé comme une poutre élastique chargée latéralement. Le sol
so modélisé par des
ressorts horizontaux indépendants les uns des autres, et de raideur'z . Le comportement de la poutre,
en flexion dans le plan (Y-Z)
Z) résume à :
(. &
Š  h‹ e ‹ e
(.

Où : h‹ : Module d’élasticité du pieu


‹ : Moment d’inertie de la section transversale du pieu

Quant à l’effort tranchant, il obéit aux équations suivantes :

,&
www.4geniecivil.com


 
 
  


(Š (X
X et  P‹
( (

D’où l’équation d’équilibre statique sur un tronçon de pieu :


(: &
h‹ e ‹ e J hZ e &  B
(:

Le premier terme de cette équation est un terme d’amplification alors que le second est un
terme d’atténuation.
Les solutions de cette équation peuvent être obtenues soit par une méthode analytique soit par
une méthode numérique. Le principal avantage de cette méthode est qu’en tout point le long de pieu,
l’interaction sol pieu peut être définie. Mais cette définition est restreinte par l’hypothèse que la
pression en un point est une fonction linéaire du déplacement en ce point et par sa dépendance du
choix du profil des valeurs de kh caractérisent le sol.

 
    + 4

Dans le cas d’un sol sec et homogène ou le module de réaction du sol est constant, quelle que
soit la profondeur considérée, il est possible de résoudre l’équation différentielle en question.
La solution générale de cette équation différentielle est :

  
 
hZ   hZ  d1]p &  pcB ) 456 J * 689  J p cB H 456 J 7 689 
#
cB cB cB cB

Où : Į, ȕ, Ȗ, į : constantes d’intégration déterminées à partir des conditions aux limites


(en tête et en pied)
l0 : longueur de transfert du pieu ou longueur élastique
¾ &%
    ; *

La longueur de transfert l0 peut être définie en première approche comme la longueur de pieu
minimale pour laquelle le chargement latéral en tête existe. Son expression est la suivante :

:e h‹ e ‹
cB  "
:

hZ

Cette solution permet d’obtenir à tout niveau de sol, les expressions du moment fléchissant M,
de l’effort tranchant T et de la pression du sol P.
Š  h‹ e ‹ e &KK

X  h‹ e ‹ e &A

,-
www.4geniecivil.com


 
 
  


h‹ e ‹ e &: ‹
XP 
* *

¾ 6 ! *

En fonction de sa hauteur d’encastrement D. Le pieu peut être considère (Frank, 1999) comme :
¾ Souple (ou long) si :
S
›
cB

¾ Rigide (ou court) si :


S
Æq
cB

 
      G+ 4

Dans le cas d’un sol non homogène, pour lequel la réaction du sol n’est plus constante et est
une fonction complexe sur toute la profondeur, l’équation différentielle des déplacements ne peut plus
être résolue de manière analytique.
Le recours au calcul numérique est nécessaire. Plusieurs solutions sont explicitées dans la
littérature. En effet, le problème principal est de déterminer le module de réaction du sol &z
C’est la méthode des courbes P-Y ou courbes de réaction.

- + 

  
 

Diverses méthodes ont été élaborées et développées par des nombreux chercheurs par de
multiples approches : essais in situ, essais de laboratoires, modélisation physique ou modélisation
numérique afin de s’affranchir de la difficulté que pose le module de réaction. On peut en citer :
¾ La méthode de Terzaghi :
Terzaghi (1955) détermine le module de réaction du sol &z à partir du module d’Young du
matériau E constituant le sol.
Terzaghi propose comme relation pour du sable :
hZ -
  Be @:
h -e A;

Où : h  Le He 
*: Coefficient adimensionnel fonction de la densité du massif de sable
H : Poids volumique du sable
 : la profondeur

,)
www.4geniecivil.com


 
 
  


Densité du sable Lâche Moyen Dense


A 100 – 300 300 – 1000 1000 – 2000
¾ La méthode de Poulos :
Poulos (1971) propose pour des sables (sols sans cohésion) une valeur moyenne du module de
réaction en fonction du type de sol. Ce module est déterminé à partir d’essais sur des pieux réels
réalisés par Broms (1964) pour des sols non cohérents.
Poulos a établi que le rapport entre le module de réaction du sol &z et le module d’Young du
matériau E constituant le sol est égal à :
hZ
 Be <.
h

D’où le tableau suivant :


Densité du sable Lâche Moyen Dense
Module de réaction ES (Kg/m²) 91400 –210920 210920 – 421840 421840 – 984300
¾ Ménard, Bourdon et Ganbin :
Ces auteurs (Ménard & al ,1969) proposent de calculer le rapport entre le module de la réaction
du sol ES et le module pressiométrique EM en fonction d’un coefficient rhéologique Į, du diamètre du
pieu B et d’un diamètre de référence B0 (B0 = 0.60 m). Le coefficient rhéologique Į nous est donné
en fonction de la nature du sol.
hZ -<
 O0Öi# Æ #B
hŠ :.e V;( J A(
hZ A
  O0Öi# Æ #B
hŠ . ì#B î ì.e V; # î( J (
A # #B .

¾ Matlock et Reese :
La méthode de Matlock et Reese (1960) permet de déterminer le module de réaction du
sol ES à partir d’une analyse non linéaire des courbes P-Y expérimentales qui fait intervenir la
notion de module sécant en chaque point de la courbe.
Mc Clelland et Fochat (1958) sont à l’origine de cette loi. Ils essayèrent initialement de
corréler des courbes P-Y avec des essais triaxiaux. L’expression du module de réaction est
généralement donnée en fonction de la profondeur par une loi puissante.
Remarque :
Toutes ces méthodes sont cependant limitées. En effet, l’interaction sol – pieu est
réduite à l’hypothèse que la pression ou la réaction du sol pour un tronçon est une fonction
linéaire du déplacement. La représentation d’un sol par une loi de comportement élastique
semble illusoire. Il est nécessaire de modifier les hypothèses de la méthode du module de
réaction et de supposer que la réaction du sol en tout point du pieu est une fonction non

,*
www.4geniecivil.com


 
 
  


linéaire du déplacement. L’introduction des courbes P-Y est alors indispensable pour la
bonne modélisation du système sol – pieu.
* 
 8W4

La justification des pieux soumis à des sollicitations transversales se fait le plus souvent à partir
des méthodes qui nécessitent de modéliser l’interaction sol – pieu c'est-à-dire la loi de réaction du sol
en fonction du déplacement horizontale du pieu communément appelée « courbe P–Y ».
On retrouve ainsi ce type d’approche dans différents règlements (M.E.L.T, Fascicule 62, 1993)
et les codes (A.P.I, 1993 ; P.H.R.I, 1980 ; D.N.V., 1992) lesquels proposent chacun leur procédure
pour déterminer les courbes P-Y à partir d’essais in situ ou en laboratoire.
Dorénavant, on ne détaillera que la procédure adoptées par le fascicule 62 – titre V.
Les articles du Fascicule 62 concernant les courbes P-Y ont été rédigés à partir de
l’interprétation des essais in situ au pressiomètre (C.T.R.E.N°4 – Pressiomètres ,1991). Ménard
(1969) fait l’analogie entre le tassement d’une fondation superficielle uniformément chargée et un
pieu chargé latéralement.
On définit un module Kf égale à deux fois le module de réaction ES. Il est calculé par la formule
suivante :
-.hŠ
NÇ  : O0Öi# Æ #B
A
.e V;( J (
-.hŠ
NÇ  O0Öi# Æ #B
: #B # (
ì î ì.e V; î J(
A # #B

Où : #B : Diamètre de référence (B0 = 0.60


m)
+ : Coefficient rhéologique

Type Tourbe Argile Limon Sable Grave


Consolidation Į EM/pl Į EM/pl Į EM/pl Į EM/pl Į
Surconsolidé - >16 1 >14 2/3 12 1/2 >10 1/3
Très serré
Normalement consolidé 1 9-16 2/3 8-14 1/2 7-12 1/3 6-10 1/4
Normalement serré
Sous consolidé, altéré et 1 7-9 1/2 5-8 1/2 5-7 1/3 - -
remanié Lâche

,.
www.4geniecivil.com


 
 
  


On admet que le sol exerce en chaque section de l’élément une réaction perpendiculaire à l’axe
de celui-ci, fonction du déplacement transversal de la section considérée. Dans le cas de pieux de
sections carrés ou circulaires, on considère que cette réaction se compose uniquement de pressions
frontales. La pression frontales est modélisée par une pression uniforme s’exerçant sur la largeur de
l’élément perpendiculairement au sens du déplacement, notée B.
La loi de mobilisation de la réaction
frontale en fonction du déplacement du
pieu est définie par :
¾ Un segment de droite passant par
l’origine et de pente Kf
¾ Un palier PF = B.pf
Cette loi est illustrée par la figure ci-
contre dans le cas de sollicitations
dominantes de courte durée en tête.  (:    $

Pour certains calculs, par exemple


vis-à-vis des sollicitations accidentelles très
brèves (chocs), les justifications peuvent
être menées à partir d’un diagramme
d’interaction tel que celui représenté par la
figure ci-contre

 (9    $ 

Dans le cas de fondations allongées,


de type barrettes, un frottement se
développe sur les surfaces latérales des
éléments.
La courbe de réaction globale P-Y
est décomposée en deux courbes :
¾ Une courbe de réaction frontale.
¾ Une courbe de réaction
tangentielle définie par :
™ Un segment de droite passant par l’origine et de pente KS = Kf

,,
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


™ Un palier PS = 2.LS.qS
qS étant le frottement latéral unitaire limite et LS la longueur sur laquelle est calculé le
frottement latéral.

Commentaire :
Dans notre
otre cas de figure, c’est surtout pour estimer le déplacement du pieu lors du
séisme que la méthode au module de réaction s’avère être très intéressante ; et ce pour
pouvoir juger du service de la structure en cas de séisme.
1)B  
 

24

Dans cee paragraphe, on ne traitera que le type de pieux qui nous intéresse à savoir les
pieux métalliques.

 

Avant toute chose, il est nécessaire de prendre conscience de ce que les vérifications à
effectuer doivent porter sur le pieu tel qu’il sera au
au bout d’un certain temps, c’est-à-dire
c’est sur le
pieu corrodé.
La perte d’épaisseur est difficile à évaluer au stade de la conception du projet car elle
dépend de nombreux facteurs dont les effets sont difficiles à quaantifier (température et
salinité de l’eau,
au, proximité d’un débouché d’eau douce, importance du marnage, degré
d’agitation et importance des embruns, existance de corps flottants pouvant endommager le
revêtement de l’acier, aggressivité des constituants du sol de fondation, manutention de
produitss corrosifs tels que le soufre, corrosion microbienne, effet de pile avec les coques ou
les hélices de navire, influence des quais voisins protégés cathodiquement).
Les figures montrent des profils de corrosion mesurés sur des pieux. On y constate deux
extrêma
rêma situés respectivement dans la zone des embruns et dans la partie inférieure de la zone
de marnage, et, pour le second pieu, un troisième extrêmum dans le sol.

,+
www.4geniecivil.com


 
 
  


Ceci étant dit, il est d’usage de cosidérer une perte d’épaisseur de 1 à 3 mm selon les
conditions de site. Les justifications exposées ci-dessous portent donc sur un pieu de diamètre
D et d’épaisseur réduite e.
Les tubes disponibles étant plus au moins normalisés, on trouvera leurs caractéristiques
dans des catalogues. On peut aussi calculer leur section A, leur moment d’inertie I, leur
module I/v et leur rayon de giration a à l’aide des formules suivantes :
L  ‘e pe S P p

‘
 e ÞS: P S P p: ß
V:

 ‘ S: P S P p:
 e 
ï A. S

 S p p.
Q!  e !- P . J . 
L .=. S S

* 




De manière générale, dans le cadre réglementaire du fascicule 62 titre V du CCTG


« conception et calcul des ponts et construction métallique en acier », si une section de tube
est soumise à un effort normal N et à un moment fléchissant M, il convient de vérifier que les
contraintes restent bien dans le domaine élastique, ce qui s’écrit :
,f, ,Š,
g J * gp
L ï

Où les sollicitations N et M sont calculés à partir de la combinaison correspondant à un


état limite ultime
Pour les tubes particulièrement fins (caractérisés par un rapport D/e élevé), on doit adopter une
limite élastique gp K pour tenir compte des risques de voilement local des parois, selon le règlement
américain API celle-ci peut être évaluée à l’aide de la formule suivante : 

gp K ..@;B p .
 - P - P e 
gp gp Š‹Q S

: 

¾ &%
  +  ) 
 *

Considérons une poutre droite de section constante


articulée à ses deux extrémités et soumise à un effort normal N,
ou, ce qui revient au même, à une compression uniforme :
gû  fÃL

+"
www.4geniecivil.com  (5 '   !+  


 
 
  


Supposons de plus que cette poutre possède une déformée initiale yI(x) de la forme :
‘ò
- ò  -B 1ðæ
ñ

L’équilibre de la barre se traduit par l’équation :


h C. -
e  Pgû - J - 
L Cò.

Où : h : Module d’Young de l’acier (E = 2.1 107


t/m²)
. : La flèche supplémentaire prise par la poutre

La solution de cette équation, compte tenu des conditions aux limites, s’écrit :
‘ò
-  %1ðæ
ñ

Où la déflexion maximale Y est solution de :


h -
% ‘. P -  -B
Lñ. gû

Si la poutre est initialement parfaitement rectiligne (y0 = 0), l’instabilité ne pourra apparaître
que si le terme entre les parenthèses est nul, soit pour une contrainte :
h
gû  gd  ‘.
Lñ.

Plus généralement, cette contrainte critique (où contrainte d’Euler) peut être calculée à l’aide
de cette formule pour d’autres conditions aux limites en remplaçant la hauteur h par une longueur
fictive l, dite longueur de flambement¸ et qui s’exprime par :
ñ
c

Où m désigne un nombre donné, pour la plupart des cas par le tableau suivant :

+#
www.4geniecivil.com


 
 
  


 ?) +    #

™ Conditions en tête :
Une première difficulté réside dans le choix du type de condition aux limites en tête de pieu. Si
l’on se réfère au Fond 72, l’hypothèse de l’articulation en tête n’est pratiquement valable que pour les
pieux de dimensions transversales modestes (inférieures à 60 cm), travaillant essentiellement à l’effort
axial. C’est le cas des pieux en béton armé préfabriqués battus dans le ferraillage doit être déterminé
pour reprendre, notamment, les efforts de flexion engendrés lors des opérations de manutention. C’est
également le cas des pieux métalliques de petite dimension (pieux H par exemple).
Dès que le diamètre des pieux dépasse 60 cm, l’encastrement représente certainement
l’hypothèse la plus réaliste. Elle suppose naturellement que la liaison est bien conçue, sur le plan des
dispositions constructives, pour fonctionner en tant qu’encastrement.
Dans le cas des pieux en béton armé, les armatures longitudinales doivent être ancrées dans la
semelle sur une longueur d’au moins 20 diamètres et les armatures de flexion de la semelle doivent
être densifiées dans la mesure du possible au droit des pieux.
Dans le cas des pieux tubulaires en acier ou des palplanches, lorsqu’ils ne sont pas remplis de
béton, il est nécessaire d’assurer la liaison à la semelle à l’aide d’un bouchon de béton d’au moins un
mètre d’épaisseur (dans notre cas, le bouchon est de deux mètres d’épaisseur) dans lequel une
cage d’armatures est disposée de façon à assurer une bonne continuité avec le ferraillage de la
semelle.
™ Conditions en pied :
Il reste ensuite à modéliser la base du pieu, ce qui est encore plus difficile. Lorsque le pieu est
fiché d’une longueur assez importante dans un sol raide (sable compact ou argile raide), on peut le on
peut le considérer comme encastré à 2 à 3 diamètres en dessous de la cote supérieure de cette couche.
Si ce n’est pas le cas, on le considère comme articulé en un point situé à une profondeur comprise
entre 0 et 2 diamètres selon que le sol est plus ou moins raide.
Lorsque le pieu traverse une couche de caractéristiques médiocres, on peut soit la négliger, soit
la représenter par une raideur horizontale.
La longueur de flambement l étant ainsi déterminée, on définit l’élancement du pieu comme le
rapport entre cette longueur et le rayon de giration du pieu, soit :

+%
www.4geniecivil.com


 
 
  


c
ç
Q

Et la contrainte d’Euler se met alors sous la forme :


h
gd  ‘.
ç.

¾ +
  + %  *

Avec les définitions précédentes, la déflexion supplémentaire maximale Y s’écrit, pour une
déformée initiale y0 :
-B
% gd
P-

D’où la flèche totale (Y + y0), le moment maximal :



ŠûQò  Lgû % J -B   L-B gû
-P
gd

Et la contrainte maximale :

ï-B
gûQò  gû /- J gû
0
Q ì- P î
gd

En écrivant que gûQò  gp pour une valeur admissible g1û que l’on cherche, on obtient une
fonction qui, sous forme adimensionnelle, s’écrit :

g gp ï-B
 Ç  ± 
gp gd Q

Le second paramètre caractérise en fait les tolérances de rectitude des tubes usuels. De
nombreux essais ont conduit la C.E.C.M. (Commission Européenne pour la Construction Métallique)
à proposer trois courbes, notées a, b et c (les tubes circulaires relevant de la catégorie a) donnant :

 Çç2 
g
gp

ç2 Étant défini par :

ç2  !
gp
gd

Ces courbes et la répartition par catégories sont reproduites en annexe.


Leur expression analytique est la suivante (C.E.C.M. – 1980)

+&
www.4geniecivil.com


 
 
  



3- J (Yç2 . P Be B: J ç2 . P ì- J (Yç2 . P Be B: J ç2 . î P :ç2 4
g - .

gp .ç2


€eqímËÒÏ5ráËÒÏsÌr
Avec : Ù  €eqmËÒÏ5ráËÒÏsÌs
€e‚mËÒÏ5ráËÒÏsÌá

Ces formules sont à comparer aux expressions analytiques données par le fascicule 62 – titre V,
à savoir :
ç * .B 1 û  gp
g  
A gp A
1 û  gp - P
g  
 gd 6 g 
ç › € < gd : p
. A
1 û  gd
g 
 gd Æ gp
A :


1)"  
 ! 4

%

 
G;G
+!


A ce stade, il s’agit de vérifier l’inégalité proposée par le fascicule 62 titres V pour s’assurer de
la stabilité de l’ouvrage vis-à-vis du poinçonnement du pieu :
ûðæ *  * ûQò

Le calcul de Qmin et Qmax étant détaillé dans la partie « calcul de portance ».

%

 
G;G
+ 

C’est grâce aux résultats de l’essai pressiométrique et notamment de la pression de fluage que
l’on vérifie la stabilité vis-à-vis des charges latérales. En fait, il est question de vérifier que la pression
latérale sur le pieu ne puisse caser la rupture du sol dans lequel il est fiché :
g * OÇ 

 
    %) 33&

Grâce à ce logiciel, il est possible d’effectuer un calcul grâce à la méthode au module de


réaction dans le cas général. Toujours est-il que le résultat dépend grandement de la saisie des
données de la structure et du chargement.


1) %

 

>


 


> /   


2
>


    

! /  




% $
 
2

+-
www.4geniecivil.com


 
 
  


- 
!

> 
    J#
> 
 \
 "J'#
 
   ;'<-= "J#
:

   


>
<= ')1J

! /
<= )J

5
  <= J#
"+ -4     #

5&++ 




2; <= #J
*+ *
 
2; <= (#J
\!

  *+\!

 <= B"#J
*+\!

 
2<= (J),
"+ -( 87  E&-)))

5&+

2<%=

]  ] 1
%
 %)
*\ CC
*

   J

"+ -? $  .! .!%  #

>


 \

 G<


 =
     

- -
  -
  <
=
6
?]5
 
  


  


 !
 


  


 !

<=
<-=  <-= <-=  <-= <-=
G1     
G1# )#" "' 1'B ()#B ""(
GB )", 1B, ((1 ("1' ''"
G"#  B(" (, #,( ,'(
G, ' 1"1 B,1" "(B# )1'"#
G)# ),B #,( (' #)'' ,B(1
G) )1( )""( 1,B 1#(" B#,1
G)1# ) ,# #(1" #'# )'"1
G)# )B ))' 1,1B (1# "'"
G)B# (" 1B, B"B B#1' ))#1
G)' 1#1 (B" 'B'( ,1(( )"1B'

G),# )# '(B #', #B,) )#"'

*

  

-± A; …  J -± ; … -

-± A; …  J -± ; … .
/9

+)
www.4geniecivil.com


 
 
  


-± A; …  J -± ; … A
 J -
/%  J .
 J A
 J B± @; … ð ' Zò ' B± A … Z-
 J B± @; … ð ' B± A … Zò ' Z- 
$ &

2

¾ Position du portique
Le portique roulant et un pont métallique sur pneus qui sert à la manutension des bateaux pour

J


!

 ? &  

leur déplacement aux ateliers de réparation.

+*
www.4geniecivil.com


 
 
  




 )

 ?- &  $     



 

 ?3 &  $     -



 1<!  =

 ?4 &  $     3


1  


 

 

. 


 4/9


3!<= )(JB
3
<= "J')
 4/%


+.
www.4geniecivil.com


 
 
  


3!<= )(JB
3
<= G
 4/9$


3!<= (,J,"
3
<= "BJB



 
2


&<-= "#J
>  

4/9$



W!<= "J(


%

 
G;G

  4*

2
 

3
 <= "##,  
 ^
* X)
3 <= #  ^
3
 <= ,(B  
 ^
* X
3 <=   ^
3
 <= #BBB  
 ^
* X1
3 <= '  ^
3
 <= B#B  
 ^
* X(
3 <=   ^
3
 <= "#1"  
 ^
* X#
3 <= 1B  ^
3
 <= ',"1  
 ^
* XB
3 <=   ^
3
 <= B')#  
 ^
* X"
3 <= ,##  ^
3
 <= "#,  
 ^
* X'
3 <= (#(  ^
3
 <= "1'  
 ^
* X,
3 <= 1B  ^
3
 <= ',#  
 ^
* X)
3 <=   ^
3
 <= #('  
 ^
* X))
3 <= "),  ^
3
 <= B)(  
 ^
* X)
3 <= )(  ^
3
 <= ,(B  
 ^
* X)1
3 <=   ^
3
 <= """#  
 ^
* X)(
3 <=   ^
3
 <= ))##  
 ^
* X)#
3 <=   ^
3
 <= )),  
 ^
* X)B
3 <=   ^
3
 <= ,B(  
 ^
* X)"
3 <=   ^
* X)' 3
 <= '1B1  
 ^

+,
www.4geniecivil.com


 
 
  


3 <=   ^


3
 <= )"'  
 ^
* X),
3 <=   ^
3
 <= )B'  
 ^
* X
3 <=   ^
3
 <= ,)(  
 ^
* X)
3 <=   ^
3
 <= "(#(  
 ^
* X
3 <=   ^
3
 <= ))'B  
 ^
* X1
3 <=   ^
3
 <= ),"  
 ^
* X(
3 <=   ^
/  
 M!<-= )'# * 


 ^

%

 
G;G

  4*
2
  

3
 <= )1))B  
 ^
* X)
3 <=   ^
3
 <= )"11  
 ^
/9 * X
3 <=   ^
3
 <= )1#)1  
 ^
* X1
3 <=   ^
3
 <= ,""  
 ^
* X)
3 <=   ^
3
 <= ,(  
 ^
/% * X
3 <=   ^
3
 <= ,#(  
 ^
* X1
3 <=   ^

/  
 M!<-= )#"# * 


 ^

>  



2+
L !
<=
c ..e .;û
CûQò    @e :./û
ABB ABB
)1" >  

 ^
))( >  

 ^
)(( >  

 ^
)'1 >  

 ^
)1 >  

 ^
))1 >  

 ^
)() >  

 ^
)"B >  

 ^
)1" >  

 ^
))" >  

 ^
)(( >  

 ^
)'# >  

 ^

++
www.4geniecivil.com


 
 
  


)#' >  



 ^
)# >  

 ^
 >  

 ^
)'B >  

 ^
)1" >  

 ^
))" >  

 ^
)(1 >  

 ^
)"" >  

 ^
)1" >  

 ^
))( >  

 ^
)(B >  

 ^
)' >  

 ^

Remarque :
Il est à noter qu’à l’origine, la section des pieux prévue était circulaire creuse de diamètre 800
mm et d’épaisseur 12 mm d’un acier de nuance E24. Cependant, l’entreprise a opté pour une section
de diamètre 813 mm et de même épaisseur d’un acier de nuance E28. Les différences constatées entre
ces deux variantes sont présentées dans le tableau qui suit :
ĭ = 813 mm ĭ = 800 mm
Portance propre au pieu (T) 842.00 590.00
Contrainte maximale dans l’acier (MPa) 128.52 210.53
Déplacement maximal des pieux (cm) 2.42 9.30
Fiche suffisante à la stabilité du pieu (m) 21.75 22.25
On aura donc constaté que le choix de l’entreprise confère à l’ouvrage une meilleure résistance
aux sollicitations auxquelles il est soumis et qu’il aurait pu résister même en diminuant la fiche prévue
de 0.5 m.
11 %

   4

B± <;Ç/.<
Š‹Q
' 1J

)"J
_
)J!


"+ -: +    +    

/   + * 


$
<-= %

   
T 1J'  

^

G 1J  

^
-) $$T BJ(  

^
A   &&T BJ(  

^
$$G BJ'!  

^

#""
www.4geniecivil.com


 
 
  


&&G !J("  

^
T )J"#  

^

G )JBB  

^
$$T (J"(  

^
-
&&T !J!(  

^
A  
$$G "J1"  

^
&&G !J""  

^
T 'J!"  

^

G 'J'  

^
$$T 1J')  

^
-1
&&T #J(  

^
A  
$$G 1J"  

^
&&G #J#!  

^
T )J'(  

^

G )J(  

^
$$T !J)1  

^
-#
&&T !J)  

^
A  
$$G BJ)  

^
&&G BJ)  

^


1# * 
    
2 

"+ -9 =   #  !+

- 
$

> 
    J!
> 
 \
 "J'!
 
   ;'<-= 1
:

   


/ <= !

<-= !


- +

+)4 +
 
1`

  & 
2
+4 +  <   
4_V)"!?1=

Ce paragraphe présente le ferraillage des éléments préfabriqués uniquement. Quant aux autres
éléments recueillis du logiciel sont présentés en annexe.

#"#
www.4geniecivil.com


 
 
  


.  


¾  


 ?(   

¾  



 ??  -

¾  


 /  -1

 ?:  3$ 

#"%
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾  !

 


/  -#+ /  -#

:
   

Le ferraillage des éléments préfabriqués est calculé par le logiciel Effel.


"+ -5     !+   ;

    :
<H=
 
2  2!  <1 2!  61
, - #&
-)
,
 - #&
, % #%
-
,
 # #%
, , .
-1
,
 * *
, % #"
-#
,
 # ,

Il convient de signaler que le ferraillage à la manutention est inférieur au ferraillage au


bétonnage. Il est donc question de ferrailler les éléments préfabriqués au bétonnage.
11  


 

   

Pour protéger le terre-plein servant d’accès à la darse et pour se prémunir d’éventuels


éboulements menaçant les pieux, on a opté pour l’aménagement d’un mur de soutènement cantilever
en L.
  )   *  + 
  ,)

Cette partie a pour objectif de détailler la méthode de calcul établie pour la vérification de la
stabilité du mur de soutènement en question. Pour ce faire, un programme de calcul sur Excel a été
développé. Le programme calcule selon une géométrie définie, tous les efforts et les combinaisons
ainsi que les conditions de stabilité vis-à-vis du glissement et du renversement dans les cas statique et
dynamique. La vérification de la stabilité au poinçonnement étant superflue dans la mesure où la
fondation de l’ouvrage a été préparée avec des enrochements 0.5/1.5 T dont la stabilité sera vérifiée
lorsqu’il sera question d’évaluer la stabilité d’ensemble du site englobant l’ouvrage.

#"&
www.4geniecivil.com


 
 
  



11)) > 4

¾ Données de la stratification : Il faut entrer les données relatives à chacune des couches
¾ Poids spécifiques
¾ Angle de frottement interne
¾ Profondeurs de début de la couche et de sa fin
¾ PHMVEE
¾ PBMVEE
¾ Surcharges sur terre – plein
¾ Données sismiques :
¾ Accélération nominal aN/g
¾ Coefficient de site S
¾ Coefficient de topographie
¾ Coefficient de comportement
¾ Dimensions du mur de soutènement
Ces données entrées, le programme permet :
¾ Le calcul des charges
¾ La vérification de la stabilité au glissement.
¾ La vérification de la stabilité au renversement.
11) *+
2 J

  


 


 4

La méthode d’évaluation des charges appliquées à la structure a déjà été détaillée dans le
paragraphe 2.2.1.2, les combinaisons dans le paragraphe 2.2.1.3 et le soubassement théorique des
méthodes de vérification de la stabilité de l’ouvrage dans le paragraphe 2.2.1.4.
11)1  4
4; "+ 3) =      




 <?= B
-    <?= 1B
 -<?= B1



  <?= )
> 

 

 

   <?= )(

 ?) <?= 1((
   )G)R <?= "1!
5.
 <?= ))1#




#"-
www.4geniecivil.com


 
 
  



*

  
%
2  %

2
    

 *+ X a E *+ X / E<TM= E<GM=


) 111 # )  ( 1
aV?1Qb
 )' 11   # #
) ))B" !  +
 #! #B
aV)?1Qb
 ( 1!


6.
.
 +&
2
 

O+<= )J!

7.

*+ X ]<= M5<?H= M<?H= :5<= :<=


    
)
)    
)    
<    =
)1    
)1    
<  =
1 B!  )# 
   <?= )# 

#")
www.4geniecivil.com


 
 
  



"+ 3 &      7  

#"*
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ 3- &   <    

#".
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ 33 &  $ 

#",
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ 34 +      7  

"+ 3( +    7  

%

 
 



˜ó ’™š ) G á G lK
/9 /9

ϗ * J
   
 
è7 è7 _) ) ))
_ )! )1


5<?= )"B
:   %
;

 ^
<?= !(
/9
5<?= )'"
$
  %
;

 ^
<?= )B)

#"+
www.4geniecivil.com


 
 
  


 
    %) 6+ * ,# 
 L
11) .  


"+ 3?   EH"  7  

11 %

"+ 3: =   EH"

##"
www.4geniecivil.com


 
 
  


111 *+

11# 

###
www.4geniecivil.com


 
 
  


11!  




11B  

*

 

##%
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ 39 E     $EH"

     %



 
 
 4*

  
  )J1'' S)J  


 <=  Y)  


.
 4*

  
  )J'1# S)J!  


  4*

  
  J( S)J!  


·

* 


• Type:
• Barres: 14,0
• Espacement: 0,19 (m)
• nombre: 5
• longueur: 8,57 (m)

• Type:
• Barres: 14,0
• Espacement: 0,16 (m)
• nombre: 6
• longueur: 6,10 (m)

##&
www.4geniecivil.com


 
 
  


• Type:
• Barres: 12,0
• Espacement: 0,20 (m)
• nombre: 5
• longueur: 0,99 (m)

La note de calcul correspondant à cette modélisation est présentée en annexe.

 5) 


   +  % 
%  * 
    %)
&@/
¾   


¾ .  



 ?9 '&G*   

¾ %K

##-
www.4geniecivil.com


 
 
  











 ?5 '&G* $  

¾ - +  &K
   
 
 

La méthode d’analyse et l’intervalle d’entrée et de sortie des surfaces de glissement sont


déterminés de la même manière que dans le cas de la paroi moulée.

##)
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ 6  

##*
www.4geniecivil.com


 
 
  



 :) '&G* $     

##.
www.4geniecivil.com


 
 
  


!8  /  "7


-(#( 7  !    
-(%( :! ! !!  !!  <   7
-(&( < ! !!7!
-(-( 1 ! <"

##,
www.4geniecivil.com


 
 
  


#)   



 
 
! 6
  ")

Les panneaux primaires (P) sont les panneaux réalisés dans le terrain, sans qu’il n’y ait d’autres
panneaux en adjacence. Ils sont réalisés d’une largeur de 2.80 m.
Les panneaux secondaires (S) sont les panneaux réalisés entre deux panneaux primaires. Ils
sont réalisés s’une largeur de 2.80 m. Pour 15 cm de chaque côté ils se superposent aux panneaux
primaire. Ces 15 cm de béton sont fraisés au cours de l’excavation des panneaux secondaires.


 : #$   

L’excavation du panneau secondaire, compris entre deux panneaux primaires, est exécutée
après au moins 24h après la fin du bétonnage des panneaux primaires adjacents, pour garantir la prise
du béton.
Le rendement prévisionnel de réalisation est de 60 m2 de parois par jour. Le travail est prévu en
deux postes jour et nuit. Pour un total de 19.940 m2 de parois moulées, la durée de travail est estimée
en 167 jours ouvrables environ.
! 8
 +
#)) %R 
 

La bentonite est livrée en bag étanches de 1 tonne, stockés sur des planchers.
#) -! 


La boue de bentonite est nécessaire pour stabiliser les parois de la tranchée et pour transporter
les déblais d’excavation de la tranchée à l'installation de dessablage,
La boue de bentonite est malaxée par un turbo-mélangeur Bauer SK 11/15 et transférée dans
une cuve de stockage où elle sera maintenu agitée au minimum 12 h avant son utilisation, afin

##+
www.4geniecivil.com


 
 
  


d'obtenir les paramètres corrects de viscosité et de thixotropie. En suite la boue de bentonite hydratée
est transférée et stockée dans des réservoirs métalliques de grand volume.
Les valeurs nominales et tolérances à retenir comme caractéristiques des boues sont, de façon
indicative, les suivantes
¾ > 
 4 )18))?1
¾ 

 -+c#"$4 28 – 50 secondes
¾ *  
 4 18$` 

 
#)1 %R&  


La boue de bentonite est stockée dans des réservoirs métalliques (cuve et silos). La capacité de
stockage doit être minimum trois fois le volume du panneau, mais il faut considérer d’avoir une
capacité plus grande dans le cas de pertes significatives de boue de bentonite pendant l’excavation. Le
volume d'un panneau est en moyenne 2,80 m (largeur) x 24 m (hauteur) x 1 m (épaisseur) = 68 m3. Le
stockage prévu est de 440 m3.
Le système de transport de la boue de bentonite comprend pompes, tubes, tuyaux, valves et
dérivations conçus pour le gros débit (plus que 500 m3/heure) vers la tranchée. La boue de retour de
la tranchée peut avoir un contenu solide supérieur à 8 % et matériaux de diamètre supérieur à 80 mm.
Ce système comprend trois lignes de tubes :
Type de tube de transport Ø (mm)
Boue neuve de la centrale de production à la tranchée 150
Boue chargée de déblais dès la tranchée à la centrale de dessablage 150
Boue régénérée dès la tranchée à la centrale de dessablage pendant le bétonnage 100

#)# > 


La centrale de dessablage est composée de trois unités :


¾   A.%$4!  <6 ! " ! 1!  ,  b
¾ !  A A/ $ <+& & J  +
J J 0=4 ! ! !
" 3! = *$ 7!(

Les matériaux extraits (secs) sont transportés par camion à la décharge agrée par le Maitre
d’Ouvrage.
La boue de bentonite dessablée est stockée dans des réservoirs métalliques de stockage pour
être réutilisée.
Les valeurs nominales et tolérances à retenir comme caractéristiques des boues sont après
régénération, de façon indicative, les suivantes :

3
¾ > 
 4 < 1.30 gr/cm
¾ 

 -+c#"$4 < 70 secondes
¾   4  

< +    
 + =

#%$
www.4geniecivil.com


 
 
  


La boue de bentonite non recyclable, sera transportée par camion-citerne à la décharge agrée
par le Maitre d’Ouvrage.
!  %


Avant l’excavation des parois moulées, deux murets guide latéraux sont construits sur site
pour :
¾  


 
 

¾   

     7   !
  ;   +    G J 
J
 0
¾ 

  
¾    


   
    J ;    

  
  
     !
 
¾ 
 J2
   7 
¾ 
 
   
¾ 7  

Les murs guide ont forme et caractéristiques indicatives telles que montrées ci-dessous :

250 X + 50 250
BRACING EACH 2M

BACKFILLED & COMPACTED


1500

D16 EACH 250


OR LEAN CONCRETE
250 240 KG/CM^2 CONCRETE
BLINDING CONCRETE
100

700 X + 50 700

 :-   ! #$ 

c / !!  (

La construction des murs de fait suivant les phases ci-dessous :

#%#
www.4geniecivil.com


 
 
  



 :3 &$     $   

Pour la stabilité des murs et pour éviter leur déplacement pendant les manœuvres des machines
sur la plate-forme de travail, la tranchée entre les murs guide est renforcée tout le 2 mètres par étais en
bois. Un remplissage éventuel peut être envisagé.
La définition de détail des murs guide fait l’objet d’un plan d’exécution.
A la fin de la construction des parois moulées, le mur coté fouille est démoli et les détritus
débarrassés. Le mur opposé pourra être laissé s’il n’est pas en contraste avec l’aménagement définitif
de la zone, sinon il sera aussi démoli.
!! ,) ' 
 #  ,

Il sera réalisé une plate-forme de travail réglée et bien compactée de portance suffisante pour
les charges induites par les machines.
Le matériel utilisé pour l’excavation de la tranchée est le trépan benne (ou hammergrab). Il
s’agit là d’une benne preneuse à câble utilisée dans le forage, notamment des parois moulées, des
pieux forés et des barrettes. Il s'utilise à l'aide d'une grue treillis munie d'un treuil débrayable.
La benne est munie de deux godets « en pince » pour emprisonner la terre. On fait tomber en
chute libre la benne ouverte dans la fouille, et par un mécanisme, les godets se referment, permettant
de retirer et remonter les déblais. Les godets sont adaptables en fonction du terrain.
Lorsque l'excavation rencontre une zone dure, on utilise un trépan afin de fragmenter le sol
avant de reprendre le travail à la benne.
#)#)  G!
 

La méthode d’excavation prévoit une pré-excavation de trois mètres de profondeur avec


méthodes traditionnelles (pelle) suivant le schéma ci-dessous, en raison du fait qu’il n’est pas possible

#%%
www.4geniecivil.com


 
 
  


d’excaver les premier trois mètres par le trépan-benne (la pompe qui aspire la boue de bentonite est
installée au-dessus des roues mordantes du trépan benne, et elle ne serait pas plongée dans la boue).


 :4 @  +   

#)# /!
  !

Pour assurer le bon alignement des panneaux et réduire les déviations pendant l’excavation il
faut adopter une séquence de réalisation afin que le trépan-benne travaille entre les mêmes types de
matériel : sol–trépan-benne–sol ou béton–trépan-benne–béton ; donc les panneaux primaires seront
excavés dans le sol naturel et les panneaux secondaires entre deux panneaux primaires.
#)#1 /!
  



La largeur d’excavation de chaque panneau est de 2,8 m. Si les conditions des terrains le
permettent, on peut prendre en considération l’excavation des panneaux primaires multiples, réalisés
avec le creusement de 3 ou plus panneaux consécutifs et la mise en place des armatures et le
bétonnage dans une phase unique. Cette dernière méthode n’est pas prévue coté Océan.
Pendant l’excavation le niveau de la boue de bentonite est maintenu en permanence au niveau
des murets guides et il ne sera jamais à plus de 50 cm en dessous de l’arase des murs guide. En tous
cas, le niveau sera au moins 1 m au-dessus du niveau phréatique le plus haut.
Pendant l’excavation, la verticalité du trépan-benne est mesurée sur deux axes par deux
inclinomètres indépendants : axe X, longitudinal à l’alignement de la tranchée et axe Y
perpendiculaire à la tranchée. Les paramètres enregistres par les inclinomètres sont élaborés par
l’ordinateur à bord de la machine et visualisés à l’écran dans la cabine de l’opérateur. De cette façon
l’opérateur peut vérifier continuellement la verticalité et, si nécessaire, corriger la position du trépan-
benne sur les deux directions par un system de guides orthogonales. Pendant l’excavation le software
de la machine calcule la position du trépan-benne et indique à l’opérateur les actions à entreprendre.

#%&
www.4geniecivil.com


 
 
  


!: ? %
   ) 
 + %

Avant la descente des cages d’armatures et avant le bétonnage, la boue de bentonite dans la
tranchée devra être remplacée avec de la bentonite régénéré. Cette opération est faite par la pompe du
trépan-benne. Encore faut-il respecter les valeurs nominales et les tolérances à retenir comme
caractéristiques des boues avant la descente des cages d’armatures qui sont, à titre indicatif, les
suivantes :
3
¾ > 
 4 <1.15-1.20 gr/cm
¾ 

 -+c#"$4 < 90 secondes
<5%
¾   4

!D  %
 

Les cages sont réalisées de façon à laisser une place (environ 50 cm x 50 cm) pour le passage
du tube plongeur pour bétonnage. Elles sont équipées de tubes d’auscultation sonique métalliques. Le
nombre et la disposition des tubes sont précisés dans les plans d’exécution.
Les cages d’armature peuvent être assemblées à l’atelier de ferraillage et transportées ensuite
sur chantier ou bien assemblées directement sur chantier. Les connexions des nœuds sont faites par
ligature, soudure, ou système mixte, en nombre suffisant pour assurer la rigidité de la cage au cours
des opérations de levage à la grue.
Les cages sont vérifiées au fur et à mesure de leur fabrication ou livraison. Les cages réputées
conformes sont identifiées par moyen d’un couleur rouge. Elles sont aussi identifiées par rapport au
type au moyen d’une étiquette.
Seules les cages identifiées conformes et étiquetées peuvent être amenées à pied d’œuvre et
utilisées.
Pour le centrage de la cage dans le sens transversale, seront utilisés des centreurs en béton-
mortier tels que montrés ci-dessous. Ces centreurs sont installés sur des sections transversales
distantes au maximum 4 mètres l’une des autres. Pour chaque section sont installés 6 écarteurs (3 de
chaque côté). L’épaisseur des écarteurs est de 8.5 cm.


 :( $    $  ! 

#%-
www.4geniecivil.com


 
 
  


C 
  

La cage d’armature est installée par la grue de service. La cage est monolithique ou bien elle
peut être constituée de plusieurs tronçons ; dans ce cas chaque tronçon sera descendu dans la tranchée
et tenu suspendu sur les murs guide. Le tronçon suivant sera tenu suspendu avec la grue et sera
assemblé au tronçon déjà dans la tranchée. L’assemblage de ces tronçons sera fait en tenant compte
des recouvrements d’aciers nécessaires et en prenant toutes précautions quant à la liaison des
armatures (soudures ou serre câbles).


 :? I   $  % 

Avant la mise en place de la cage d’armature, ils seront faits descendre dans la tranchée deux
profilés métalliques provisoires latéraux ; ceux-ci permettront de guider la cage d‘armature pendant sa
mise en place, d'éviter le risque d'une déviation et garantir son centrage longitudinale dans la tranchée.
Cette opération favorise le chevauchement latéral entre les panneaux pendant l’excavation du
panneau secondaire, de sorte que les dents d’acier du trépan-benne ne touchent pas les fers d’armature
de la cage du panneau primaire.

La cage installée sera maintenue suspendue sur les murs guide pour éviter qu’elle touche le
fond de la tranchée.

#%)
www.4geniecivil.com


 
 
  



!C 8 %

La durée entre la fin du curage de la fouille et le début de bétonnage est inférieure à 2 heures.
Le bétonnage est exécuté par gravité, à l’aide de tubes plongeurs métalliques rigides et étanches
de diamètre 250/298 mm. Le tubes ont une longueur de 2 m et sont raccordés par câble d'acier (seuil
rope) et par O-ring pour assurer leur tenue. Les tubes sont descendus au fond de la tranchée et puis
relevés de 15 cm.
Lors de leur remontée, on vérifie continuellement que le pied du tube ne se trouve jamais à
moins de deux mètres sous le niveau atteint par le béton. Pour ce faire seront confrontées les mesures
suivantes :
¾    
      +  <
 
   
   
  =
¾ 6

  J &     
2

Les tubes plongeurs sont installés et manœuvrés par une grue de service. Quant au bétonnage, il
est réalisé par déchargement direct des camions malaxeur dans la trémie (hopper).
La progression de la remontée du béton dans la fouille sera suivie par plombage au moyen de la
même sonde métrique cité ci-dessus. Le premier béton que remonte jusqu’à la surface est le béton
d’amorçage ; il sera éliminé. Lorsque plusieurs tubes plongeurs sont utilisés, c'est-à-dire dans le cas
de réalisation de panneaux multiples, (deux ou trois séries), le bétonnage sera fait simultanément dans
les tubes. La remontée du béton chassant la boue sera le plus uniforme possible, et en tout cas sans
décalage vertical de plus de 0.5 m d’un point à un autre.
La boue de bentonite remplacée par le béton, sera pompée à la centrale de dessablage.

#%*
www.4geniecivil.com


 
 
  


H opper

L iftin g C a p S u p p o rt F o rk

T r e m ie P ip e

O - R in g

S e il R o p e

P ip e C o u p lin g P ip e C o n n e c t io n
w it h S te e l C a b le w ith T h r e a d s
S t a r t e r P ip e (S ta n d a rd ) ( O p tio n )


 :: "+   

La cadence de bétonnage est calée de sorte à réaliser le bétonnage dans un délai de 2 heures
environ, de façon que le premier béton coulé soit encore plastique à la fin du bétonnage. Cela
correspond, pour un panneau de 2.80x1.00x24m3 à une cadence maximale prévue d’environ 40-50
m3/h.
!F ,) ' 
 #  , )
    
 $

Le joint entre le panneau secondaire et les panneaux primaires est réalisé de la manière
suivante :
¾ 
          

     !
    
 
C 


 ++ 
 ! !)$
+2 
¾ + 
J    !




!I 6)# %

Le recepage est de type mécanique. Il est exécuté suivant les phases ci-dessous :
En cours de construction des parois moulées :
¾ '!  7; !   ! ! 71! ; ! !!! !<! /

™ Tubes en PVC øi = 30 à 32 mm sur tous les aciers filants des cages d’armature, entre le
niveau de recépage et la tête des aciers. Ces tubes sont solidarisés aux aciers d’armature
par ruban adhésif ;
™ Tubes en polyéthylène øi = 45 à 48 mm le long du niveau de recépage, et dans le sens
transversal des parois. Ces tubes seront en nombre de 4 par panneau ;
™ Tubes en polyéthylène øi = 35 à 40 mm aux extrémités des panneaux, dans le sens
transversal des parois. Ces tubes servent à marquer la rupture de la partie à éliminer du
béton ;

#%.
www.4geniecivil.com


 
 
  


¾ '!  7; < 61;  >!  ! ! "( ! >! ! 7!
! !! ! "  D!!!  <  71(

Après construction des parois moulées :


¾ 8! 7!!  6 ! ! !;  8!    1 7
; !  7 ! <! ! ! !<! d -)  b
¾ '!  72 ! ! <!;  :  !:!8 2:( ! <!; 
!! !  7 =  ! !<!; < ! 7!   
 6 = 7    !; 5!=   @77[A b
¾ 07  67 72 <7  6! 72 2: @J9A  7 ! 7!!!
<7!   1     6 11    ! !7! !
!   3   ! 1 7! 8! b
¾ 01 ! ! !!7!  :    =  b
¾ 0 <   !37 7(



 :9 $    $  

#%,
www.4geniecivil.com


 
 
  



 :5 $    < $  

 


 
7>

26 
7:

!

? = <!

'Q72!
 !!


<

! Q72!
 9) & $  # $    

#%+
www.4geniecivil.com


 
 
  


# % &
2  
 
 
! &
  ,) ' 
#)) 
2

¾ 7!  1  D6(


¾ <!   1   6
¾ 2 ! ! 3!

#) - 

Le conducteur de la grue au trépan-benne sera seulement un ouvrier spécialisé. Pour aucune


raison d’autres personnes pourront se mettre à la manœuvre du trépan-benne, et pour n’importe quelle
manœuvre. Tous les engins et matériels sont entretenus régulièrement sur la base des instructions du
fabricant.
Pour le risque de chute dans les fouilles ouvertes, pleines de boues de bentonite, il est interdit
de laisser les fouilles ouvertes au-delà des horaires de travail. Les fouilles sont ouvertes seulement si
le bétonnage suit immédiatement après. Si, pour une raison quelconque, il n’est pas possible de
réaliser le bétonnage avant la fin du poste de travail, une grue bouche la fouille par le trépan-benne.
Une corde de secours est gardée dans la zone de travail en cas de chute accidentelle dans les
fouilles ouvertes.
Les suivants dispositifs de protection individuelle (DPI) sont obligatoires pour tous les
travailleurs :
¾ !  ! ! = 
¾  2 <!6
¾ 2!!!  !7

Les consignes suivantes sont données :


A la fin du poste de travail le conducteur de la grue au trépan-benne doit laisser celui-ci appuyé
à terre et enlever les clés de démarrage. Dans aucun cas l’opérateur peut s’éloigner de son matériel
sans avoir enlevé les clés.
! &
 + %

Le bétonnage des parois moulées se fait par déchargement direct des toupies dans la trémie, qui
est maintenue par une autogrue.
#) 
2

¾ 7! <7  6


¾ 7!  1!
¾ <! 1!
¾ 2 ! ! 3!

#&$
www.4geniecivil.com


 
 
  


# - 

La vitesse maximale de circulation sur les pistes de chantier est arrêtée à 30 km/h. Une corde de
secours est gardée dans la zone de travail en cas de chute accidentelle dans les fouilles ouvertes. Les
suivants dispositifs de protection individuelle (DPI) sont obligatoires pour tous les travailleurs :
¾ !
¾  2 <!6
¾ 2!!!  !7
¾ !  ! <!  77 <7  6

! &
 )# %

Le recepage des parois moulées se fait par des vérins hydrauliques à haute pression (700 bars).
Les parties recepés sont soulevées par pelle et transportées par camion.

#1) 
2

¾ 7!  1!


¾ <! 1!
¾ 57 2  !!

#1 - 

La vitesse maximale de circulation sur les pistes de chantier est arrêtée à 30 km/h.
Le système hydraulique de recepage sera utilisé seulement par des opérateurs spécialement
formés. Le matériel est entretenu régulièrement sur la base des instructions du fabricant, avec une
attention particulière aux conduites hydrauliques.
Les suivants dispositifs de protection individuelle (DPI) sont obligatoires pour tous les
travailleurs :
¾ !
¾  2 <!6
¾ 2!!!  !7

#1 C  

! 6 )
  ' 

Le projet a été sous-traité à une entreprise spécialisé, Cependant aussi bien les ressources de
cette entreprise que les ressources de SOMAGEC ont contribuée à la réalisation des travaux. On
donne ci-dessous un tableau récapitulatif des ressources humaines et matérielles du projet, les
ressources de l’entreprise chargée de la réalisation de la paroi moulée ont été soulignées pour être
distingués.

#&#
www.4geniecivil.com


 
 
  


"+ 35 "+   $  

+ 5
 /2
 
# 1 23  # 
5 #  @ !A

# !!6 
  
# 727  !<
',-%./*
# 12
<* ;
# 23  72
+=
# 23 

% <! 
I
# 12
% 233!   #  = 1
/!
 
& <! #  = J! 72


# 23  # 
# 233 # '"
*
 * <!
# 23 
% 1! & !<! 
# " ! 6
% 233  1! # !!
- <! 3! #   
/!
 
 % <! #  = 
% 233! #  #*!
& '"!
#  = 1
# 7
# 23  # !  !1
) 0! # 1  
- 
) <!  ! # = 
 
# 1  !7

% 233 % '"!
>   ) <! # 
331 
  
  % <! & !
 + <  # 21!

= & !
A
! % 1   61 0!

#&%
www.4geniecivil.com


 
 
  


# 723  72 0#%


# 77 1   <1
- <
%    & 
   

! % <   
- 
) 3
 
& <   
   
2 
- 3
* & 7 !
& <   
! 6 )   
Les ressources matérielles sont principalement le béton et les armatures d’aciers. 58 barrettes
de paroi moulées seront mises en place. Chaque barrette nécessite 2.2 tonnes d’armatures et environ
30 m3  béton.
"+ 4) "+   $   ;

+  3 


 

 3 
 

   @ A   %(% #%,
  "(-)* .(-#
 @#"A

  3 @# "("&)&. )(.-
A [1
J @&A   &)(. %#""
  %*(* -&%
 @#"A

  3 @#A &(*& )+"
6 * &-,
 7
J D #*
> J @&A  36 _# #*()) #)"
 36 _% #)(")
 36 _& +().
 36 _- ##(+-
 1 +)(+&
7 @ A  36 _# %(#) *(,)
 36 _% #(,"
 36 _& #(""
  36 _- #(+"
 ! @A %& *+"

## 
!

#&&
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  


Pour mieux
ieux gérer les délais fixés par le maitre d’ouvrage, il est nécessaire d’effectuer un
planning précis des délais pour chaque tache et prévoir des outils de control et suivi de l’avancement
de chaque tache. Ainsi on a contribué à la réalisation du planning global des travaux pour les deux
projets à savoir La paroi moulée et la darse sur pieux.
Avant de commencer la saisi des taches il est indispensable de déterminer les heures du travail
adoptée par l’entreprise, de plus il est nécessaire de modifier le calendrier
calendrier de travail pour prévoir les
prendre en compte les arrêts de travail et prévoir les jours feriés.
Ci-dessous,
dessous, les grandes taches récapitulatives du projet. Chaque tache récapitulative englobe
un nombre de taches élémentaires.


 9    1   

#&-
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  



 9- & !$ /"$    

Le diagramme de Gant est un outil puissant et simple pour mieux avoir une idée sur les
différentes taches et leurs délais et avancements

#&)
www.4geniecivil.com


 
 
  
 
  



 93 =  @""J


 94 =  @""-G

#&*
www.4geniecivil.com


 
 
  


A

+

¾ $ J6K: (%"#&( e -  d( 7 = 9
¾ :
6XBG
481 72  77   77  3  <1
4 D  
¾ :
6XBG
C4 81 72  77   77  <1  7 7
 6  <  2    D J +# <  ++
¾ %/$8    
¾ A

+% A%'4* 
 /+

%
¾ A

+% A%B1#(8)4-

%8)4* 
  

¾ A

+% A%B1#(84-

%84>
  2&FJ
K+

¾ A

+% A%B1#(814-

%84>
  &RJRJ
F&K
+


+J+

KRKR
¾ A

+% A%B1#(8#4* 
 
    
 
&
¾ A

+% A%B1#(8"4* 
 
  
 
¾ A

+% A%B1#(8B4>
  
+
K 

¾ A

+% A%B1#(8,4.
+
   
  RF
¾    72   3< M.ARISTAGHES 6
 %* - 6X'B#4
7    !
¾ Jean PERCHAT, Jean ROUX)(('
2A$/()
¾ Gérard PHILIPPONNAT, Bertrand HUBERT)((': 
  
¾ Roger FRANK)((': 
 

  
¾ François SCHLOSSER-  
¾ Pierre BONAFOUS, Xavier LE BARS et Franci.1994. LEGRAS7+
¾ R.FRANK, C.BAUDUIN, R.DRISCOLL, M.KAVVADAS, N. KREBS OVESEN, T.ORR &
B.SCHUPPENER#>
 
/6)((,8)/,4.+

 8. 

¾ Andrew BOND, Andrew HARRIS'>
/,
¾ RAHMANI SAIDA   >& 
2>
!/ ] %

2 @'  '$ A
¾ Association Farançaise du Génie Parasismique)(( 
 $:%((
¾ SCDOT geotechnical design manual june 2010..+



 (
¾ Ministere d’equipement et de transport et logement.ENPC,CETMEF.2002.* 

 
 


(
¾ Brian Simpson, William Powrie. Istanubul 2001.

F4+&J
 
  
(
¾ JEAN-FRANCOIS CORTE.1979.$ + 
 
  
¾ Centre d’études techniques maritimes et fluviales.2002.%
 J
  



:
"43
 
 (
¾ Paulo Monteiro(+
 . Lecture
¾ (F-chart software(:/5J
 5   &

¾ Takeshi Kamei and Kimitoshi Iwasaki. $  7: 3  727 .June 1995./
  
 
+ + +


 
(

#&.
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



dĂďůĞĚĞƐĨŝŐƵƌĞƐĚĞƐĂŶŶĞdžĞƐ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϯϵ
ŶŶĞdžĞŶΣϭ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵůdžĐĞůWĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϬ
ŶŶĞdžĞŶΣϮ͗ŽƌƌĠůĂƚŝŽŶĞŶƚƌĞůĂĐŽŚĠƐŝŽŶĞƚůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐĚĞů͛ĞƐƐĂŝƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϲ
ŶŶĞdžĞŶΣϯ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞůĂƉĂƌŽŝŵŽƵůĠĞWůĂdžŝƐϮ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϭ
ŶŶĞdžĞŶΣϰ͗ŶĂůLJƐĞƚŚĞƌŵŝƋƵĞĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϭ
ŶŶĞdžĞŶΣϱ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵůdžĐĞůĚĞƐĐŽŶƚƌĂŝŶƚĞƐĚĂŶƐůĂƉŽƵƚƌĞĚĞ
ĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϱ
ŶŶĞdžĞŶΣϲ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵůdžĐĞůWŝĞƵdžŵĠƚĂůůŝƋƵĞ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϴ
ŶŶĞdžĞŶΣϳ͗ŽƵƌďĞƐĚĞĨůĂŵďĞŵĞŶƚƐĞůŽŶůĂ͘͘͘D͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϳϯ
ŶŶĞdžĞŶΣϴ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞƐƉŝĞƵdžŵĠƚĂůůŝƋƵĞƐƐƵƌĨĨĞů͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϳϱ
ŶŶĞdžĞŶΣϵ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞƐĠůĠŵĞŶƚƐƉƌĠĨĂďƌŝƋƵĠƐƐƵƌĨĨĞů͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϴϵ
ŶŶĞdžĞŶΣϭϬ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵůdžĐĞůDƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϮϬϱ
ŶŶĞdžĞŶΣϭϭ͗DƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚĂǀĞĐZKKd͗džƉĞƌƚDƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϮϭϮ
ŶŶĞdžĞŶΣϭϮ͗EŽƚĞƐĚĞĐĂůĐƵů^>KWͬt͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϮϮϮ


 

  ϭϯϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


dĂďůĞĚĞƐĨŝŐƵƌĞƐĚĞƐĂŶŶĞdžĞƐ

&ŝŐƵƌĞϭ͗ŽŶŶĠĞƐŐĠŶĠƌĂůĞƐĚĞůĂĨĞƵŝůůĞĚĞĐĂůĐƵůĚĞůĂWD͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϭ
&ŝŐƵƌĞϮ͗ĨĨŽƌƚƐĚĞƉŽƵƐƐĠĞƐƵƌůĂWD͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϮ
&ŝŐƵƌĞϯ͗ĂůĐƵůĚƵƚŝƌĂŶƚĚΖĂŶĐƌĂŐĞ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϯ
&ŝŐƵƌĞϰ͗ĂůĐƵůĚĞůĂĚĂůůĞĚĞĨƌŽƚƚĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϰ
&ŝŐƵƌĞϱ͗sĠƌŝĨŝĐĂƚŝŽŶĚƵƉŽŝŶĕŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞůĂWD͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϰϱ
&ŝŐƵƌĞϲWůŽƚŽĨĚĞĨŽƌŵĞĚŵĞƐŚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϰ
&ŝŐƵƌĞϳ͗WůŽƚŽĨƚŽƚĂůĚŝƐƉůĂĐĞŵĞŶƚƐ;ĂƌƌŽǁƐͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϰ
&ŝŐƵƌĞϴ͗WůŽƚŽĨƚŽƚĂůĚŝƐƉůĂĐĞŵĞŶƚƐ;ƐŚĂĚŝŶŐƐͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϱ
&ŝŐƵƌĞϵ͗WůŽƚŽĨĞĨĨĞĐƚŝǀĞƐƚƌĞƐƐĞƐ;ŵĞĂŶƐŚĂĚŝŶŐƐͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϱ
&ŝŐƵƌĞϭϬ͗WůŽƚŽĨƚŽƚĂůƐƚƌĞƐƐĞƐ;ŵĞĂŶƐŚĂĚŝŶŐƐͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϲ
&ŝŐƵƌĞϭϭ͗,ŽƌŝnjŽŶƚĂůĚŝƐƉůĂĐĞŵĞŶƚƐŝŶďĞĂŵ;ƉůĂƚĞŶŽ͗ϭͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϲ
&ŝŐƵƌĞϭϮ͗ĞŶĚŝŶŐŵŽŵĞŶƚƐŝŶďĞĂŵ;ƉůĂƚĞŶŽ͗ϭͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϳ
&ŝŐƵƌĞϭϯ͗dŽƚĂůĚŝƐƉůĂĐĞŵĞŶƚƐŝŶďĞĂŵ;ƉůĂƚĞŶŽ͗ϮͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϳ
&ŝŐƵƌĞϭϰ͗ĞŶĚŝŶŐŵŽŵĞŶƚƐŝŶďĞĂŵ;ƉůĂƚĞŶŽ͗ϮͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϴ
&ŝŐƵƌĞϭϱ͗ĨĨŽƌƚĚĂŶƐůĞƚŝƌĂŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϵ
&ŝŐƵƌĞϭϲ͗,ŽƌŝnjŽŶƚĂůĚŝƐƉůĂĐĞŵĞŶƚƐŝŶďĞĂŵ;ƉůĂƚĞŶŽ͗ϭͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϱϵ
&ŝŐƵƌĞϭϳ͗DŽŵĞŶƚ&ůĠĐŚŝƐƐĂŶƚĚĂŶƐůĂƉĂƌŽŝ;ƉůĂƚĞŶŽ͗ϭͿ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϬ
&ŝŐƵƌĞϭϴ͗ŽŶĚŝƚŝŽŶƐĂƵdžůŝŵŝƚĞƚŚĞƌŵŝƋƵĞĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϮ
&ŝŐƵƌĞϭϵ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞůĂWƉĂƌ&,d͕'ĠŽŵĠƚƌŝĞ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϮ
&ŝŐƵƌĞϮϬ͗&,d͕ƉƌŽƉƌŝĠƚĠƐƚŚĞƌŵŝƋƵĞƐĚƵďĠƚŽŶ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϯ
&ŝŐƵƌĞϮϭ͗&,d͗ŝĨĨƵƐŝŽŶƚŚĞƌŵŝƋƵĞĚĂŶƐůĞďĠƚŽŶ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϰ
&ŝŐƵƌĞϮϮ͗&,d͗ǀŽůƵƚŝŽŶĚĞůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĚĂŶƐůĞƚĞŵƉƐĚĞƋƵĞůƋƵĞƐƉŽŝŶƚƐ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϰ
&ŝŐƵƌĞϮϯ͗&,d͗dĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĚĂŶƐůĞďĠƚŽŶ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϰ
&ŝŐƵƌĞϮϰ͗^LJŶƚŚğƐĞĚĞů͛džĐĞůĚĞĐĂůĐƵůĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϲ
&ŝŐƵƌĞϮϱ͗džĐĞůĚĞĐĂůĐƵůĚĞƐƉŝĞƵdžĚĞůĂĚĂƌƐĞ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϵ
&ŝŐƵƌĞϮϲ͗DĠƚŚŽĚĞĚƵŵŽĚƵůĞĚĞƌĠĂĐƚŝŽŶ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϳϬ
&ŝŐƵƌĞϮϳ͗ZĠƐŝƐƚĂŶĐĞŝŶƚƌŝŶƐğƋƵĞĚĞƐƉŝĞƵdž͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϳϭ
&ŝŐƵƌĞϮϴ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĚĞƐƉŝĞƵdž͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϳϮ


dĂďůĞĂƵϭ͗ŽŶĚŝƚŝŽŶƐƚŚĞƌŵŝƋƵĞƐĂƵdžůŝŵŝƚĞƐĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘͘ϭϲϯ


  ϭϯϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



 

ŶŶĞdžĞŶΣϭ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵů
džĐĞůWĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ 

&ĞƵŝůůĞ͗ŽŶŶĠĞƐ
&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞƉŽƵƐƐĠĞ
&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞƐƚŝƌĂŶƚƐ
&ĞƵŝůůĞ͗ĂůůĞĚĞĨƌŽƚƚĞŵĞŶƚ
&ĞƵŝůůĞ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĂƵƉŽŝŶĕŽŶŶĞŵĞŶƚ

KŶĚŽŶŶĞĐŝͲĚĞƐƐŽƵƐƋƵĞůƋƵĞƐĂƉƉĞƌĕƵƐƐƵƌůĂĨĞƵŝůůĞĚĞĐĂůĐƵůĚĞůĂƉĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ͕/ůĞƐƚă
ƐŝŐŶĂůĞƌƋƵĞůĞƐĐĂƉƚƵƌĞƐƉƌĠƐĞŶƚĠĞƐŶĞƐŽŶƚƋƵĞĚĞƐĨĞƵŝůůĞƐĚĞƐLJŶƚŚğƐĞĚĞƌĠƐƵůƚĂƚƐ͕ůĞƐĨĞƵŝůůĞƐĚĞ
ĐĂůĐƵůƐƐŽŶƚďĞĂƵĐŽƵƉƉůƵƐĐŽŵƉůĞdžĞƐ͘

  ϭϰϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ŽŶŶĠĞƐ

www.4geniecivil.com


 

  ϭϰϭ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞƉŽƵƐƐĠĞ

    

www.4geniecivil.com
  ϭϰϮ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞƐƚŝƌĂŶƚƐ

www.4geniecivil.com
   

  ϭϰϯ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůůĞĚĞĨƌŽƚƚĞŵĞŶƚ

www.4geniecivil.com

   

  ϭϰϰ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĂƵƉŽŝŶĕŽŶŶĞŵĞŶƚ

! "    #  

www.4geniecivil.com


  ϭϰϱ
ŶŶĞdžĞƐ


ŶŶĞdžĞŶΣϮ͗ŽƌƌĠůĂƚŝŽŶĞŶƚƌĞůĂĐŽŚĠƐŝŽŶĞƚ
ůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐĚĞů͛ĞƐƐĂŝ
ƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞ 

WƌĠĂŵďƵůĞ͗

>ĞƉƌĠƐĞŶƚƌĂƉƉŽƌƚƉƌĠƐĞŶƚĞƵŶĞƐLJŶƚŚğƐĞĚĞĐĂůĐƵůĚĞůĂĐŽŚĠƐŝŽŶŶŽŶĚƌĂŝŶĠĞƉŽƵƌƵŶĞ
ƉĠůŝƚĞĞŶĞdžƉůŽŝƚĂŶƚůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐĚĞƐĞƐƐĂŝƐƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞƌĠĂůŝƐĠƐƉĂƌ>WĞŶEŽǀĞŵďƌĞϮϬϭϭĞƚ
DĂƌƐϮϬϭϯ͘

ZĠƐƵůƚĂƚƐĚĞƐĞƐƐĂŝƐƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞ

¾  
>ĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐĚĞů͛ĞƐƐĂŝƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞƉŽƵƌůĞƉŽŝŶƚ^WϮ^WϯĞƚ^WϰƐŽŶƚĐŽŵŵĞƐƵŝƚ͗

Ɖů;DƉĂͿ
nj
^WϮ ^Wϯ ^Wϰ
ϭ Ϭ͘ϯϴϬ͘ϱϭϬ͘ϰϯ
Ϯ Ϭ͘ϱϱϬ͘ϱϭϬ͘ϰϳ
ϯ Ϭ͘ϲϴϬ͘ϱϱϬ͘ϲϬ
ϰ ϭ͘ϬϮϬ͘ϲϴϬ͘ϲϴ
ϱ Ϯ͘ϮϭϬ͘ϳϳϬ͘ϴϱ
ϲ Ϯ͘Ϭϰϭ͘ϴϳϭ͘ϱϯ
ϳ Ϯ͘Ϭϰϭ͘ϳϬϮ͘ϳϮ
ϴ Ϯ͘Ϯϭϭ͘ϱϯϮ͘ϯϴ
ϵ ϰ͘ϰϮϭ͘ϴϳϮ͘Ϭϰ
ϭϬ ϲ͘ϴϬϭ͘ϴϳϮ͘ϴϵ
ϭϭ ϰ͘ϰϮϮ͘Ϭϰϯ͘Ϭϲ
ϭϮ ϰ͘ϵϯϮ͘Ϯϭϯ͘ϰϬ
ϭϯ ϰ͘ϳϲϯ͘Ϭϲϯ͘ϰϬ
ϭϰ  ϯ͘Ϭϲϯ͘ϰϬ


  ϭϰϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



¾
 
WŽƵƌůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐĚĞƐĞƐƐĂŝƐĚĞϮϬϬϭϭ
WŽƵƌůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐĚĞƐĞƐƐĂŝƐĚĞϮϬϬϭϭ

Ɖů;DƉĂͿ
nj
^ϭ ^Ϯ ^ϯ
ϭ͘ϱ Ϭ͘ϱϯϬ͘ϱϲϬ͘ϰϵ
ϯ Ϭ͘ϱϵ ϴ͘Ϭϲ
ϰ͘ϱ ϭ͘ϬϱϬ͘ϯϴϴ͘Ϭϵ
ϲ ϭ͘ϲϮϬ͘ϴϱϬ͘ϵϯ
ϳ͘ϱ ϭ͘ϲϭϭ͘ϴϰϭ͘Ϭϭ
ϵ ϭ͘ϲϱϮ͘ϳϳϭ͘ϵϬ
ϭϬ͘ϱ
ϭϬ͘ϱ Ϯ͘Ϯϳϭ͘ϭϰϮ͘Ϭϯ
ϭϮ Ϯ͘ϰϱϮ͘ϮϵϮ͘ϭϵ
ϭϯ͘ϱ
ϭϯ͘ϱ Ϯ͘ϯϮϮ͘ϭϲϮ͘Ϯϭ
ϭϱ Ϯ͘ϭϵϮ͘ϱϮϮ͘ϭϵ
ϭϲ͘ϱ
ϭϲ͘ϱ Ϯ͘ϱϰϮ͘ϴϰϮ͘ϰϯ


ĂůĐƵůĚĞůĂĐŽŚĠƐŝŽŶŶŽŶͲĚƌĂŝŶĠĞƵƉĂƌůĞƐĨŽƌŵƵůĞƐĚĞ
ĂůĐƵůĚĞůĂĐŽŚĠƐŝŽŶŶŽŶ
^^E͘

D͘^^EƉƌŽƉŽƐĞĚĞƵdžƌĞůĂƚŝŽŶƐĚĞĐŽƌƌĠůĂƚŝŽŶĞŶƚƌĞƉůĚĠƚĞƌŵŝŶĠĞƉĂƌů͛ĞƐƐĂŝ
D͘^^EƉƌŽƉŽƐĞĚĞƵdžƌĞůĂƚŝŽŶƐĚĞĐŽƌƌĠůĂƚŝŽŶĞŶƚ ƌĞƉůĚĠƚĞƌŵŝŶĠĞƉĂƌů͛ĞƐƐĂŝ
ƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞĚĞDĠŶĂƌĚĞƚƵ͘
ƉƌĞƐƐŝŽŵĠƚƌŝƋƵĞĚĞDĠŶĂƌĚĞƚƵ͘

¾ 


͗ƉƌĞƐƐŝŽŶůŝŵŝƚĞĚŽŶŶĠĞĚĞů͛ĞƐƐĂŝ
Ɖů͗ƉƌĞƐƐŝŽŶůŝŵŝƚĞĚŽŶŶĠĞĚĞů͛ĞƐƐĂŝ

WŽ͗ƉƌĞƐƐŝŽŶŚŽƌŝnjŽŶƚĂůĞdžŝƐƚĂŶƚĂƵƌĞƉŽƐĚĂŶƐůĞƐŽů
͗ƉƌĞƐƐŝŽŶŚŽƌŝnjŽŶƚĂůĞdžŝƐƚĂŶƚĂƵƌĞƉŽƐĚĂŶƐůĞƐŽůĞƚĚĂŶƐůĂŵġŵĞ
ĞƚĚĂŶƐůĂŵġŵĞƉƌŽĨŽŶĚĞƵƌŽƶ
ĞƐƚƌĠĂůŝƐĠů͛ĞƐƐĂŝ͘ůůĞĞƐƚĐĂůĐƵůĠĞĐŽŵŵĞƐƵŝ
ĞƐƚƌĠĂůŝƐĠů͛ĞƐƐĂŝ͘ůůĞĞƐƚĐĂůĐƵůĠĞĐŽŵŵĞƐƵŝƚ͗

  
   
͗ĐŽĞĨĨŝĐŝĞŶƚĚĞƉƌĞƐƐŝŽŶůĂƚĠƌĂůĞĂƵƌĞƉŽƐ     
<Ž͗ĐŽĞĨĨŝĐŝĞŶƚĚĞƉƌĞƐƐŝŽŶůĂƚĠƌĂůĞĂƵƌĞƉŽƐ

   ͗ŽŶƚƌĂŝŶƚĞǀĞƌƚŝĐĂůĞĞĨĨĞĐƚŝǀĞ
͗ŽŶƚƌĂŝŶƚĞǀĞƌƚŝĐĂůĞĞĨĨĞĐƚŝǀĞ

͗WƌĞƐƐŝŽŶŝŶƚĞƌƐƚŝƚŝĞůůĞ
͗WƌĞƐƐŝŽŶŝŶƚĞƌƐƚŝƚŝĞůůĞ

  ϭϰϳ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ 



>ĂĚĞƵdžŝğŵĞĨŽƌŵƵůĞĚĞ^^EĞƐƚ͗


   

!"
   ͗ŽŶƚƌĂŝŶƚĞǀĞƌƚŝĐĂůĞĞĨĨĞĐƚŝǀĞ

#͗WƌĞƐƐŝŽŶĚĞĨůƵĂŐĞ

ZĠƐƵůƚĂƚƐ

>ĞƐĨŽƌŵƵůĞƐĚĞĐŽƌƌĠůĂƚŝŽŶƐŽŶƚǀĂůĂďůĞƐƉŽƵƌůĞƐƐŽůƐĐŽŚĠƌĞŶƚƐ͘>ĞƐĐŽƌƌĠůĂƚŝŽŶƐŽŶƚĠƚĠĨĂŝƚĞ
ƐĞƵůĞŵĞŶƚƉŽƵƌůĞƐĂƌŐŝůŝƚĞ͘

  ϭϰϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾   
^WϮ
 ʍĞĂƵ;ƚͬŵϸͿ ƉůDƉĂ ʍΖǀ;ƚͬŵϸͿ <Ž ƉŽDƉĂ ƉΎDƉĂ Ƶ^^E<ƉĂ Ƶ^^EϮ<ƉĂ DŽLJĞŶŶĞ<WĂ
ϭ Ͳ  Ϭ͘ϯϴ ϭ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϬϴ Ϭ͘ϯϳϮ
Ϯ Ͳ  Ϭ͘ϱϱ ϯ͘ϴϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϭϲ Ϭ͘ϱϯϰ
ϯ ϭ͘Ϭϯ Ϭ͘ϲϴ ϰ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϯϭ Ϭ͘ϲϰϵ
ϰ Ϯ͘Ϭϱ ϭ͘ϬϮ ϲ͘ϬϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϰϲ Ϭ͘ϵϳϰ
ϱ ϯ͘Ϭϴ Ϯ͘Ϯϭ ϳ͘ϭϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϲϭ Ϯ͘ϭϰϵ
ϲ ϰ͘ϭϬ Ϯ͘Ϭϰ ϴ͘ϮϬ Ϭ͘ϰϮϰ Ϭ͘Ϭϳϲ ϭ͘ϵϲϰ ϭϯϬ͘ϵϱ ϭϵϵ͘ϳϵ ϭϲϱ͘ϯϳ
ϳ ϱ͘ϭϯ Ϯ͘Ϭϰ ϵ͘ϯϬ Ϭ͘ϰϯϵ Ϭ͘ϬϵϮ ϭ͘ϵϰϴ ϭϮϵ͘ϴϲ ϮϬϮ͘ϰϵ ϭϲϲ͘ϭϴ
ϴ ϲ͘ϭϱ Ϯ͘Ϯϭ ϭϬ͘ϰϬ Ϭ͘ϰϱϱ Ϭ͘ϭϬϵ Ϯ͘ϭϬϭ ϭϰϬ͘Ϭϴ Ϯϭϵ͘ϰϰ ϭϳϵ͘ϳϲ
ϵ ϳ͘ϭϴ ϰ͘ϰϮ ϭϭ͘ϱϬ Ϭ͘ϰϳϬ Ϭ͘ϭϮϲ ϰ͘Ϯϵϰ Ϯϴϲ͘Ϯϴ ϰϬϭ͘ϴϬ ϯϰϰ͘Ϭϰ
ϭϬ ϴ͘ϮϬ ϲ͘ϴϬ ϭϮ͘ϲϬ Ϭ͘ϰϴϱ Ϭ͘ϭϰϯ ϲ͘ϲϱϳ ϰϰϯ͘ϳϵ ϱϴϯ͘ϲϵ ϱϭϯ͘ϳϰ
ϭϭ ϵ͘Ϯϯ ϰ͘ϰϮ ϭϯ͘ϳϬ Ϭ͘ϱϬϬ Ϭ͘ϭϲϭ ϰ͘Ϯϱϵ Ϯϴϯ͘ϵϱ ϰϭϭ͘ϰϬ ϯϰϳ͘ϲϴ
ϭϮ ϭϬ͘Ϯϱ ϰ͘ϵϯ ϭϰ͘ϴϬ Ϭ͘ϱϭϱ Ϭ͘ϭϳϵ ϰ͘ϳϱϭ ϯϭϲ͘ϳϱ ϰϱϲ͘ϬϮ ϯϴϲ͘ϯϵ
ϭϯ ϭϭ͘Ϯϴ ϰ͘ϳϲ ϭϱ͘ϵϬ Ϭ͘ϱϯϭ Ϭ͘ϭϵϳ ϰ͘ϱϲϯ ϯϬϰ͘ϭϵ ϰϰϲ͘ϰϰ ϯϳϱ͘ϯϮ
ϭϰ ϭϮ͘ϯϬ ϰ͘ϳϲ ϭϳ͘ϬϬ Ϭ͘ϱϰϲ Ϭ͘Ϯϭϲ ϰ͘ϱϰϰ ϯϬϮ͘ϵϱ ϰϰϵ͘ϴϲ ϯϳϲ͘ϰϬ
^Wϯ ϯϭϳ͘Ϯϭ
 ʍĞĂƵ;ƚͬŵϸͿ ƉůDƉĂ ʍǀ;ƚͬŵϸͿ <Ž ƉŽDƉĂ ƉΎDƉĂ Ƶ^^E<ƉĂ Ƶ^^EϮ<ƉĂ
ϭ Ͳ  Ϭ͘ϱϭ ϭ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϬϴ Ϭ͘ϱϬϮ
Ϯ Ͳ  Ϭ͘ϱϭ ϯ͘ϴϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϭϲ Ϭ͘ϰϵϰ
ϯ ϭ͘Ϭϯ Ϭ͘ϱϱ ϰ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϯϭ Ϭ͘ϱϭϵ
ϰ Ϯ͘Ϭϱ Ϭ͘ϲϴ ϲ͘ϬϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϰϲ Ϭ͘ϲϯϰ
ϱ ϯ͘Ϭϴ Ϭ͘ϳϳ ϳ͘ϭϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϲϭ Ϭ͘ϳϬϵ
ϲ ϰ͘ϭϬ ϭ͘ϴϳ ϴ͘ϮϬ Ϭ͘ϰϮϰ Ϭ͘Ϭϳϲ ϭ͘ϳϵϰ ϭϭϵ͘ϲϭ ϭϴϱ͘ϰϰ ϭϱϮ͘ϱϯ
ϳ ϱ͘ϭϯ ϭ͘ϳϬ ϵ͘ϯϬ Ϭ͘ϰϯϵ Ϭ͘ϬϵϮ ϭ͘ϲϬϴ ϭϬϳ͘ϭϵ ϭϳϮ͘ϲϴ ϭϯϵ͘ϵϰ
ϴ ϲ͘ϭϱ ϭ͘ϱϯ ϭϬ͘ϰϬ Ϭ͘ϰϱϱ Ϭ͘ϭϬϵ ϭ͘ϰϮϭ ϵϰ͘ϳϱ ϭϱϴ͘ϭϵ ϭϮϲ͘ϰϳ
ϵ ϳ͘ϭϴ ϭ͘ϴϳ ϭϭ͘ϱϬ Ϭ͘ϰϳϬ Ϭ͘ϭϮϲ ϭ͘ϳϰϰ ϭϭϲ͘Ϯϴ ϭϵϬ͘ϲϯ ϭϱϯ͘ϰϲ
ϭϬ ϴ͘ϮϬ ϭ͘ϴϳ ϭϮ͘ϲϬ Ϭ͘ϰϴϱ Ϭ͘ϭϰϯ ϭ͘ϳϮϳ ϭϭϱ͘ϭϯ ϭϵϭ͘ϯϴ ϭϱϯ͘Ϯϱ
ϭϭ ϵ͘Ϯϯ Ϯ͘Ϭϰ ϭϯ͘ϳϬ Ϭ͘ϱϬϬ Ϭ͘ϭϲϭ ϭ͘ϴϳϵ ϭϮϱ͘Ϯϴ ϮϬϳ͘ϴϵ ϭϲϲ͘ϱϵ
ϭϮ ϭϬ͘Ϯϱ Ϯ͘Ϯϭ ϭϰ͘ϴϬ Ϭ͘ϱϭϱ Ϭ͘ϭϳϵ Ϯ͘Ϭϯϭ ϭϯϱ͘ϰϮ ϮϮϰ͘ϯϱ ϭϳϵ͘ϴϴ
ϭϯ ϭϭ͘Ϯϴ ϯ͘Ϭϲ ϭϱ͘ϵϬ Ϭ͘ϱϯϭ Ϭ͘ϭϵϳ Ϯ͘ϴϲϯ ϭϵϬ͘ϴϲ ϯϬϮ͘ϵϮ Ϯϰϲ͘ϴϵ
ϭϰ ϭϮ͘ϯϬ ϯ͘Ϭϲ ϭϳ͘ϬϬ Ϭ͘ϱϰϲ Ϭ͘Ϯϭϲ Ϯ͘ϴϰϰ ϭϴϵ͘ϲϮ ϯϬϰ͘ϭϯ Ϯϰϲ͘ϴϳ
^Wϰ ϭϳϯ͘ϵϵ
 ʍĞĂƵ;ƚͬŵϸͿ ƉůDƉĂ ʍǀ;ƚͬŵϸͿ <Ž ƉŽDƉĂ ƉΎDƉĂ Ƶ^^E<ƉĂ Ƶ^^EϮ<ƉĂ
ϭ Ͳ  Ϭ͘ϰϯ ϭ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϬϴ Ϭ͘ϰϮϮ
Ϯ Ͳ  Ϭ͘ϰϳ ϯ͘ϴϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϭϲ Ϭ͘ϰϱϰ
ϯ ϭ͘Ϭϯ Ϭ͘ϲϬ ϰ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϯϭ Ϭ͘ϱϲϵ
ϰ Ϯ͘Ϭϱ Ϭ͘ϲϴ ϲ͘ϬϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϰϲ Ϭ͘ϲϯϰ
ϱ ϯ͘Ϭϴ Ϭ͘ϴϱ ϳ͘ϭϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϲϭ Ϭ͘ϳϴϵ
ϲ ϰ͘ϭϬ ϭ͘ϱϯ ϴ͘ϮϬ Ϭ͘ϰϮϰ Ϭ͘Ϭϳϲ ϭ͘ϰϱϰ ϵϲ͘ϵϱ ϭϱϱ͘ϴϱ ϭϮϲ͘ϰϬ
ϳ ϱ͘ϭϯ Ϯ͘ϳϮ ϵ͘ϯϬ Ϭ͘ϰϯϵ Ϭ͘ϬϵϮ Ϯ͘ϲϮϴ ϭϳϱ͘ϭϵ Ϯϱϵ͘ϭϯ Ϯϭϳ͘ϭϲ
ϴ ϲ͘ϭϱ Ϯ͘ϯϴ ϭϬ͘ϰϬ Ϭ͘ϰϱϱ Ϭ͘ϭϬϵ Ϯ͘Ϯϳϭ ϭϱϭ͘ϰϭ Ϯϯϰ͘Ϭϲ ϭϵϮ͘ϳϰ
ϵ ϳ͘ϭϴ Ϯ͘Ϭϰ ϭϭ͘ϱϬ Ϭ͘ϰϳϬ Ϭ͘ϭϮϲ ϭ͘ϵϭϰ ϭϮϳ͘ϲϮ ϮϬϲ͘ϭϯ ϭϲϲ͘ϴϳ
ϭϬ ϴ͘ϮϬ Ϯ͘ϴϵ ϭϮ͘ϲϬ Ϭ͘ϰϴϱ Ϭ͘ϭϰϯ Ϯ͘ϳϰϳ ϭϴϯ͘ϭϯ ϮϴϮ͘ϰϵ ϮϯϮ͘ϴϭ
ϭϭ ϵ͘Ϯϯ ϯ͘Ϭϲ ϭϯ͘ϳϬ Ϭ͘ϱϬϬ Ϭ͘ϭϲϭ Ϯ͘ϴϵϵ ϭϵϯ͘Ϯϴ Ϯϵϵ͘ϯϱ Ϯϰϲ͘ϯϮ
ϭϮ ϭϬ͘Ϯϱ ϯ͘ϰϬ ϭϰ͘ϴϬ Ϭ͘ϱϭϱ Ϭ͘ϭϳϵ ϯ͘ϮϮϭ Ϯϭϰ͘ϳϱ ϯϯϬ͘ϳϮ ϮϳϮ͘ϳϰ
ϭϯ ϭϭ͘Ϯϴ ϯ͘ϰϬ ϭϱ͘ϵϬ Ϭ͘ϱϯϭ Ϭ͘ϭϵϳ ϯ͘ϮϬϯ Ϯϭϯ͘ϱϯ ϯϯϮ͘ϴϬ Ϯϳϯ͘ϭϲ
ϭϰ ϭϮ͘ϯϬ ϯ͘ϰ ϭϳ͘ϬϬ Ϭ͘ϱϰϲ Ϭ͘Ϯϭϲ ϯ͘ϭϴϰ ϮϭϮ͘Ϯϴ ϯϯϰ͘ϰϴ Ϯϳϯ͘ϯϴ
ϮϮϮ͘ϰϬ 


  ϭϰϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾  
 
^ϭ>ŽƚϮ
 ʍĞĂƵ;ƚͬŵϸͿ ƉůDƉĂ ʍΖǀ;ƚͬŵϸͿ <Ž ƉŽDƉĂ ƉΎDƉĂ Ƶ^^E<ƉĂ Ƶ^^EϮ<ƉĂ DŽLJĞŶŶĞ<WĂ
ϭ͘ϱ Ͳ  Ϭ͘ϱϯ Ϯ͘ϴϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϭϮ Ϭ͘ϱϭϴ
ϯ ϭ͘Ϭϯ Ϭ͘ϱϵ ϯ͘ϵϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϮϳ Ϭ͘ϱϲϯ
ϰ͘ϱ Ϯ͘ϱϲ ϭ͘Ϭϱ ϲ͘ϳϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϱϰ Ϭ͘ϵϵϲ
ϲ ϰ͘ϭϬ ϭ͘ϲϮ ϴ͘ϯϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϳϳ ϭ͘ϱϰϯ ϭϬϮ͘ϴϵϯ ϭϲϰ͘Ϯϴ ϭϯϯ͘ϱϴϴ
ϳ͘ϱ ϱ͘ϲϰ ϭ͘ϲϭ ϭϬ͘ϬϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϵϵ ϭ͘ϱϭϭ ϭϬϬ͘ϳϯϮ ϭϲϱ͘ϵϬ ϭϯϯ͘ϯϭϴ
ϵ ϳ͘ϭϴ ϭ͘ϲϱ ϭϭ͘ϲϱ Ϭ͘ϰϳϬ Ϭ͘ϭϮϲ ϭ͘ϱϮϰ ϭϬϭ͘ϱϲϴ ϭϳϬ͘ϰϭ ϭϯϱ͘ϵϵϭ
ϭϬ͘ϱ ϴ͘ϳϭ Ϯ͘Ϯϳ ϭϯ͘ϯϬ Ϭ͘ϰϵϯ Ϭ͘ϭϱϯ Ϯ͘ϭϭϳ ϭϰϭ͘ϭϱϴ ϮϮϵ͘ϭϴ ϭϴϱ͘ϭϳϬ
ϭϮ ϭϬ͘Ϯϱ Ϯ͘ϰϱ ϭϰ͘ϵϱ Ϭ͘ϱϭϱ Ϭ͘ϭϴϬ Ϯ͘ϮϳϬ ϭϱϭ͘ϯϲϰ Ϯϰϳ͘Ϭϲ ϭϵϵ͘ϮϭϬ
ϭϯ͘ϱ ϭϭ͘ϳϵ Ϯ͘ϯϮ ϭϲ͘ϲϬ Ϭ͘ϱϯϴ Ϭ͘ϮϬϳ Ϯ͘ϭϭϯ ϭϰϬ͘ϴϱϯ Ϯϯϱ͘ϰϴ ϭϴϴ͘ϭϲϴ
ϭϱ ϭϯ͘ϯϯ Ϯ͘ϭϵ ϭϴ͘Ϯϱ Ϭ͘ϱϲϭ Ϭ͘Ϯϯϲ ϭ͘ϵϱϰ ϭϯϬ͘ϮϵϮ ϮϮϮ͘ϰϯ ϭϳϲ͘ϯϲϭ
ϭϲ͘ϱ ϭϰ͘ϴϲ Ϯ͘ϱϰ ϭϵ͘ϵϬ Ϭ͘ϱϴϰ Ϭ͘Ϯϲϱ Ϯ͘Ϯϳϱ ϭϱϭ͘ϲϴϭ Ϯϱϲ͘Ϯϯ ϮϬϯ͘ϵϱϱ
ϭϲϵ͘ϰϳϬ

^Ϯ>ŽƚϮ
 ʍĞĂƵ;ƚͬŵϸͿ ƉůDƉĂ ʍǀ;ƚͬŵϸͿ <Ž ƉŽDƉĂ ƉΎDƉĂ Ƶ^^E<ƉĂ Ƶ^^EϮ<ƉĂ
ϭ͘ϱ Ͳ  Ϭ͘ϱϲ Ϯ͘ϴϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϭϮ Ϭ͘ϱϰϴ
ϰ͘ϱ Ϯ͘ϱϲ Ϭ͘ϯϴ ϱ͘ϲϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϱϬ Ϭ͘ϯϯϬ
ϲ ϰ͘ϭϬ Ϭ͘ϴϱ ϳ͘Ϯϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϳϮ Ϭ͘ϳϳϴ ϵϳ͘Ϯϲϭ ϵϬ͘Ϭϰ ϵϯ͘ϲϰϴ
ϳ͘ϱ ϱ͘ϲϰ ϭ͘ϴϰ ϴ͘ϵϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϵϰ ϭ͘ϳϰϲ ϭϭϲ͘ϯϳϴ ϭϴϯ͘ϭϱ ϭϰϵ͘ϳϲϲ
ϵ ϳ͘ϭϴ Ϯ͘ϳϳ ϭϬ͘ϱϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϭϭϳ Ϯ͘ϲϱϯ ϭϳϲ͘ϴϴϰ Ϯϲϲ͘ϰϮ ϮϮϭ͘ϲϱϮ
ϭϬ͘ϱ ϴ͘ϳϭ ϭ͘ϭϰ ϭϮ͘ϮϬ Ϭ͘ϰϵϯ Ϭ͘ϭϰϳ Ϭ͘ϵϵϯ ϭϮϰ͘Ϭϵϴ ϭϭϳ͘ϯϰ ϭϮϬ͘ϳϭϴ
ϭϮ ϭϬ͘Ϯϱ Ϯ͘Ϯϵ ϭϯ͘ϴϱ Ϭ͘ϱϭϱ Ϭ͘ϭϳϰ Ϯ͘ϭϭϲ ϭϰϭ͘Ϭϳϱ ϮϮϵ͘ϱϲ ϭϴϱ͘ϯϮϬ
ϭϯ͘ϱ ϭϭ͘ϳϵ Ϯ͘ϭϲ ϭϱ͘ϱϬ Ϭ͘ϱϯϴ Ϭ͘ϮϬϭ ϭ͘ϵϱϵ ϭϯϬ͘ϱϴϭ Ϯϭϴ͘Ϭϭ ϭϳϰ͘Ϯϵϰ
ϭϱ ϭϯ͘ϯϯ Ϯ͘ϱϮ ϭϳ͘ϭϱ Ϭ͘ϱϲϭ Ϭ͘ϮϮϵ Ϯ͘Ϯϵϭ ϭϱϮ͘ϳϬϰ ϮϱϮ͘ϱϯ ϮϬϮ͘ϲϭϲ
ϭϲ͘ϱ ϭϰ͘ϴϲ Ϯ͘ϴϰ ϭϴ͘ϴϬ Ϭ͘ϱϴϰ Ϭ͘Ϯϱϴ Ϯ͘ϱϴϮ ϭϳϮ͘ϭϬϵ Ϯϴϯ͘Ϭϲ ϮϮϳ͘ϱϴϰ
ϭϳϭ͘ϵϱϬ

^ϯ>ŽƚϮ
 ʍĞĂƵ;ƚͬŵϸͿ ƉůDƉĂ ʍǀ;ƚͬŵϸͿ <Ž ƉŽDƉĂ ƉΎDƉĂ Ƶ^^E<ƉĂ Ƶ^^EϮ<ƉĂ
ϭ͘ϱ Ͳ  Ϭ͘ϰϵ Ϯ͘ϴϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϭϮ Ϭ͘ϰϳϴ
ϯ ϭ͘Ϭϯ ϴ͘Ϭϲ ϯ͘ϵϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘ϬϮϳ ϴ͘Ϭϯϯ
ϰ͘ϱ Ϯ͘ϱϲ ϴ͘Ϭϵ ϲ͘ϳϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϱϰ ϴ͘Ϭϯϲ
ϲ ϰ͘ϭϬ Ϭ͘ϵϯ ϴ͘ϯϱ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϳϳ Ϭ͘ϴϱϯ ϭϬϲ͘ϲϳϰ ϵϵ͘ϴϴ ϭϬϯ͘Ϯϳϲ
ϳ͘ϱ ϱ͘ϲϰ ϭ͘Ϭϭ ϭϬ͘ϬϬ Ϭ͘ϰϮϲ Ϭ͘Ϭϵϵ Ϭ͘ϵϭϭ ϭϭϯ͘ϴϳϯ ϭϬϳ͘ϴϲ ϭϭϬ͘ϴϲϴ
ϵ ϳ͘ϭϴ ϭ͘ϵϬ ϭϭ͘ϲϱ Ϭ͘ϰϳϬ Ϭ͘ϭϮϲ ϭ͘ϳϳϰ ϭϭϴ͘Ϯϯϱ ϭϵϯ͘ϳϴ ϭϱϲ͘ϬϬϲ
ϭϬ͘ϱ ϴ͘ϳϭ Ϯ͘Ϭϯ ϭϯ͘ϯϬ Ϭ͘ϰϵϯ Ϭ͘ϭϱϯ ϭ͘ϴϳϳ ϭϮϱ͘ϭϱϴ ϮϬϳ͘ϬϮ ϭϲϲ͘Ϭϴϵ
ϭϮ ϭϬ͘Ϯϱ Ϯ͘ϭϵ ϭϰ͘ϵϱ Ϭ͘ϱϭϱ Ϭ͘ϭϴϬ Ϯ͘ϬϭϬ ϭϯϰ͘ϬϯϬ ϮϮϮ͘ϳϵ ϭϳϴ͘ϰϭϭ
ϭϯ͘ϱ ϭϭ͘ϳϵ Ϯ͘Ϯϭ ϭϲ͘ϲϬ Ϭ͘ϱϯϴ Ϭ͘ϮϬϳ Ϯ͘ϬϬϯ ϭϯϯ͘ϱϮϬ ϮϮϰ͘ϴϵ ϭϳϵ͘ϮϬϲ
ϭϱ ϭϯ͘ϯϯ Ϯ͘ϭϵ ϭϴ͘Ϯϱ Ϭ͘ϱϲϭ Ϭ͘Ϯϯϲ ϭ͘ϵϱϰ ϭϯϬ͘ϮϵϮ ϮϮϮ͘ϰϯ ϭϳϲ͘ϯϲϭ
ϭϲ͘ϱ ϭϰ͘ϴϲ Ϯ͘ϰϯ ϭϵ͘ϵϬ Ϭ͘ϱϴϰ Ϭ͘Ϯϲϱ Ϯ͘ϭϲϱ ϭϰϰ͘ϯϰϴ Ϯϰϱ͘ϯϴ ϭϵϰ͘ϴϲϱ
ϭϱϴ͘ϭϯϱ



  ϭϱϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


ŶŶĞdžĞŶΣϯ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞůĂƉĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ
WůĂdžŝƐϮ


  ϭϱϭ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

ĂůĐƵůƐƚĂƚŝƋƵĞ
^Žů


dĂďůĞ΀ϭϯ΁^ŽŝůĚĂƚĂƐĞƚƐƉĂƌĂŵĞƚĞƌƐ

     Ϯ ϯ

 WĠůŝƚĞ ZĞŵďůĂŝ

dLJƉĞ  hŶĚƌĂŝŶĞĚ ƌĂŝŶĞĚ

γunsat ΀ŬEͬŵϹ΁ ϮϬ͘ϬϬ ϭϵ͘ϬϬ

γsat ΀ŬEͬŵϹ΁ ϮϬ͘ϬϬ ϭϵ͘ϬϬ

kx ΀ŵͬĚĂLJ΁ Ϭ͘ϬϬϬ Ϭ͘ϬϬϬ

ky ΀ŵͬĚĂLJ΁ Ϭ͘ϬϬϬ Ϭ͘ϬϬϬ

einit ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϱϬϬ Ϭ͘ϱϬϬ

ck ΀Ͳ΁ ϭϭϱ ϭϭϱ

Eref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϯϬϬϬϬ͘ϬϬϬ ϱϬϬϬ͘ϬϬϬ

ν ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϬϬϬ Ϭ͘ϬϬϬ

Gref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϭϱϬϬϬ͘ϬϬϬ ϮϱϬϬ͘ϬϬϬ

Eoed ΀ŬEͬŵϸ΁ ϯϬϬϬϬ͘ϬϬϬ ϱϬϬϬ͘ϬϬϬ

cref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϭϱ͘ϬϬ Ϭ͘ϭϬ

ϕ ΀Σ΁ Ϯϱ͘ϬϬ ϯϳ͘ϬϬ

ψ ΀Σ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

Einc ΀ŬEͬŵϸͬŵ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

yref ΀ŵ΁ Ϭ͘ϬϬϬ Ϭ͘ϬϬϬ

cincrement ΀ŬEͬŵϸͬŵ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

Tstr. ΀ŬEͬŵϸ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

Rinter. ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϳϬ Ϭ͘ϳϬ

/ŶƚĞƌĨĂĐĞ  EĞƵƚƌĂů EĞƵƚƌĂů

ƉĞƌŵĞĂďŝůŝƚLJ

 !!"   ϭ ϰ

 ĂůůĂƐƚ dsϭͲϱϬϬ

dLJƉĞ  hŶĚƌĂŝŶĞĚ ƌĂŝŶĞĚ

γunsat ΀ŬEͬŵϹ΁ ϭϳ͘ϬϬ ϭϲ͘ϬϬ

  ϭϱϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

 !!"   ϭ ϰ

 ĂůůĂƐƚ dsϭͲϱϬϬ

γsat ΀ŬEͬŵϹ΁ Ϯϭ͘ϬϬ ϮϬ͘ϬϬ

kx ΀ŵͬĚĂLJ΁ Ϭ͘ϬϬϬ Ϭ͘ϬϬϬ

ky ΀ŵͬĚĂLJ΁ Ϭ͘ϬϬϬ Ϭ͘ϬϬϬ

einit ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϱϬ Ϭ͘ϱϬ

emin ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

emax ΀Ͳ΁ ϵϵϵ͘ϬϬ ϵϵϵ͘ϬϬ

ck ΀Ͳ΁ ϭϭϱ ϭϭϱ

E50ref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϭϱϬϬϬϬ͘ϬϬ ϭϰϬϬϬϬ͘ϬϬ

Eoedref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϭϱϬϬϬϬ͘ϬϬ ϭϯϴϳϳϱ͘ϯϳ

power (m) ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϱϬ Ϭ͘ϱϬ

cref ΀ŬEͬŵϸ΁ Ϭ͘ϭϬ Ϭ͘ϭϬ

ϕ ΀Σ΁ ϰϬ͘ϬϬ ϰϬ͘ϬϬ

ψ ΀Σ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

Eurref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϰϱϬϬϬϬ͘ϬϬ ϰϴϬϬϬϬ͘ϬϬ

νur(nu) ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϮϬϬ Ϭ͘ϮϬϬ

pref ΀ŬEͬŵϸ΁ ϭϬϬ͘ϬϬ ϭϬϬ͘ϬϬ

cincrement ΀ŬEͬŵϸ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

yref ΀ŵ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

Rf ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϵϬ Ϭ͘ϵϬ

Tstrength ΀ŬEͬŵϸ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

Rinter ΀Ͳ΁ Ϭ͘ϳϬ ϭ͘ϬϬ

δinter ΀ŵ΁ Ϭ͘ϬϬ Ϭ͘ϬϬ

/ŶƚĞƌĨĂĐĞ  EĞƵƚƌĂů EĞƵƚƌĂů

ƉĞƌŵĞĂďŝůŝƚLJ

dĂďůĞ΀ϭϰ΁ĞĂŵĚĂƚĂƐĞƚƐƉĂƌĂŵĞƚĞƌƐ

EŽ͘ /ĚĞŶƚŝĨŝĐĂƚŝŽŶ  / ǁ ν DƉ EƉ

  ΀ŬEͬŵ΁ ΀ŬEŵϸͬŵ΁ ΀ŬEͬŵͬŵ΁ ΀Ͳ΁ ΀ŬEŵͬŵ΁ ΀ŬEͬŵ΁

ϭ ĂůůĞ ϵ͘ϵϲ ϳϰϮϱϬ͘ϬϬ ϳ͘ϱϬ Ϭ͘ϬϬ ϭϭϱ ϭϭϱ

Ϯ WͺD Ϯ͘ϯϭϳ ϵ͘ϰϯϮϱϱ ϭϳ͘ϱϬ Ϭ͘ϬϬ ϭϭϱ ϭϭϱ

  ϭϱϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



dĂďůĞ΀ϭϱ΁ŶĐŚŽƌĚĂƚĂƐĞƚƐƉĂƌĂŵĞƚĞƌƐ

EŽ͘ /ĚĞŶƚŝĨŝĐĂƚŝŽŶ  ͮ&ŵĂdž͕ĐŽŵ ͮ&ŵĂdž͕ƚĞŶƐ >ƐƉĂĐŝŶŐ


Ɖͮ ͮ

  ΀ŬE΁ ΀ŬE΁ ΀ŬE΁ ΀ŵ΁

ϭ ĂŶĐƌĂŐĞ ϮϱϭϯϮϳ͘ϬϬ ϭϭϱ ϭϭϱ ϭ͘ϭϴ


$# $ % %   


% # $ %$ $&'  !$ (

  ϭϱϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



% " # $# #%&  # !


& " # $ $$ &# #     !

  ϭϱϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



' " # $# ##     !

WĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ



  ( #%&  #  %#  )

*#     +,-. % )

  ϭϱϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ





 /  !  #  %#  )

*#    -0,+ 1


2% )

ĂůůĞĚĞĨƌŽƚƚĞŵĞŶƚ



 3 #%&  #  %#  )

*#     ,+. % )

  ϭϱϳ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ





 /  !  #  %#  )

*#    -, 1


2% )

dŝƌĂŶƚ


  ϭϱϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



!    




#  ( #%&  #  %#  )

*#     +,-. % )

  ϭϱϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ





$   #45& # % %#  )

*#    -0,+ 1


2 &! Ϳ

  ϭϲϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


ŶŶĞdžĞŶΣϰ͗ŶĂůLJƐĞƚŚĞƌŵŝƋƵĞĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞ
ĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ 



  ϭϲϭ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

WƌŽďůğŵĞ͗

>ĂǀĂƌŝĂƚŝŽŶĚĞƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞƋƵŝĐĂƵƐĞůĞŐƌĂĚŝĞŶƚƚŚĞƌŵŝƋƵĞ;ŝŶƐƚĂŶƚĂŶĠ
>ĂǀĂƌŝĂƚŝŽŶĚĞƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞƋƵŝĐĂƵƐĞůĞŐƌĂĚŝĞŶƚƚ ŝŶƐƚĂŶƚĂŶĠŽƵĚŝĨĨĠƌĠͿƉĞƵƚ
ĐĂƵƐĞƌůĂĨŝƐƐƵƌĂƚŝŽŶĚƵďĠƚŽŶ͕ĂŝŶƐŝƉŽƵƌůĞĚŝŵĞŶƐŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚŽŶĚŽŝƚ
ĐĂƵƐĞƌůĂĨŝƐƐƵƌĂƚŝŽŶĚƵďĠƚŽŶ͕ĂŝŶƐŝƉŽƵƌůĞĚŝŵĞŶƐŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚŽŶĚŽŝƚ
ĞŶƚĞŶŝƌĐŽŵƉƚĞ͘

Ŷů͛ĂďƐĞŶĐĞĚĞůŽŐŝĐŝĞůƐĚ͛ĠůĠŵĞŶƚƐĨŝŶŝƐƋƵŝƚƌĂŝƚĞŶƚĐĞƉƌŽďůğŵĞ;Ğdž,dϴ͘ϱͿŽŶĂ
Ŷů͛ĂďƐĞŶĐĞĚĞůŽŐŝĐŝĞůƐĚ͛ĠůĠŵĞŶƚƐĨŝŶŝƐƋƵŝƚƌĂŝƚĞŶƚĐĞƉƌŽďůğŵĞ;Ğdž,dϴ͘ϱͿ
ĚĠǀĞůŽƉƉĠƵŶĞŵĠƚŚŽĚĞŵĂŶƵĞůůĞĞƚƐ
ƵŶĞŵĠƚŚŽĚĞŵĂŶƵĞůůĞĞƚƐŝŵƉůĞƉŽƵƌĞƐƚŝŵĞƌůĂǀĂůĞƵƌĚƵŵŽŵĞŶƚƚŚĞƌŵŝƋƵĞ͕ŝ
ŝŵƉůĞƉŽƵƌĞƐƚŝŵĞƌůĂǀĂůĞƵƌĚƵŵŽŵĞŶƚƚŚĞƌŵŝƋƵĞ͕ŝůĠƚĂŝƚ
ĐĞƉĞŶĚĂŶƚŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞĚĞĐŽŶŶĂŝƚƌĞů͛ĠƉĂŝƐƐĞƵƌƐƵƌůĂƋƵĞůůĞǀĂƌŝĞůĂƚĞŵƉ
ĚĞĐŽŶŶĂŝƚƌĞů͛ĠƉĂŝƐƐĞƵƌƐƵƌůĂƋƵĞůůĞǀĂƌŝĞůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞ͘

WŽƵƌŵĞŶĞƌĐĞƚƚĞĠƚƵĚĞ
WŽƵƌŵĞŶĞƌĐĞƚƚĞĠƚƵĚĞŽŶĂŵŽĚĠůŝƐĠůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚŐƌąĐĞ
ŐƌąĐĞĂƵůŽŐŝĐŝĞů&,d͘

WƌĠƐĞŶƚĂƚŝŽŶĚƵůŽŐŝĐŝĞů&,d

&,dĞƐƚƵŶůŽŐŝĐŝĞůĚĞƚƌĂŶƐĨĞƌƚĚĞůĂĐŚĂůĞƵƌĚĠǀĞůŽƉƉĠƉĂƌů͛ĞŶƚƌĞƉƌŝƐĞ&
&,dĞƐƚƵŶůŽŐŝĐŝĞůĚĞƚƌĂŶƐĨĞƌƚĚĞůĂĐŚĂůĞƵƌ ƉĂƌů͛ĞŶƚƌĞƉƌŝƐĞ&ͲŚĂƌƚ͘/ůĐŽŵƉŽƌƚĞ
ĚĞƐŵŽĚƵůĞƐŶƵŵĠƌŝƋƵĞƐƉŽƵƌƚƌĂŝƚĞƌůĞƐƉƌŽďůğŵĞƐĚƵƚƌĂŶƐĨĞƌƚ
ŶƵŵĠƌŝƋƵĞƐƉŽƵƌƚƌĂŝƚĞƌůĞƐƉƌŽďůğŵĞƐĚƵƚƌĂŶƐĨĞƌƚĚĞůĂĐŚĂůĞƵƌƉŽƵƌĐĂůĐƵůĞƌĂƵƐƐŝ
ĚĞůĂĐŚĂůĞƵƌƉŽƵƌĐĂůĐƵůĞƌĂƵƐƐŝ
ďŝĞŶů͛ĠƚĂƚƚƌĂŶƐŝƚŽŝƌĞƐŽƵů͛ĠƚĂƚĚ͛ĠƋƵŝůŝďƌĞĚƵƐ
ďŝĞŶů͛ĠƚĂƚƚƌĂŶƐŝƚŽŝƌĞƐŽƵů͛ĠƚĂƚĚ͛ĠƋƵŝůŝďƌĞĚƵƐLJƐƚğŵĞ͘/ůĂƵŶǀĂƐƚĞĚŽŵĂŝŶĞĚ͛ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶ;ŝŽůŽŐŝĞ͕
ĂƵŶǀĂƐƚĞĚŽŵĂŝŶĞĚ͛ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶ;ŝŽůŽŐŝĞ͕
ĐŽůŽŐŝĞ͕'ĠŶŝĞŝǀŝů͙Ϳ

ŽŶŶĠĞƐ
ŽŶŶĠĞƐ

>ĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚĂĚĞƵdžĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐĂƵdž
>ĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚĂĚĞƵdžĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ
ůŝŵŝƚĞƐ͘ĞƵdžƐĞĐƚŝŽŶƐƐƵďŝƐƐĞŶƚů͛ĞŶƐŽůĞŝůůĞŵĞŶƚă
ƐƵďŝƐƐĞŶƚů͛ĞŶƐŽůĞŝůůĞŵĞŶƚă
ƵŶĞƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĚĞϰϬΣĐĞƚůĞƐĂƵƚƌĞƐƐĞĐƚŝŽŶƐƐŽŶƚ
ƵŶĞƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĚĞϰϬΣĐĞƚůĞƐĂƵƚƌĞƐƐĞĐƚŝŽŶƐƐŽŶƚ
ĞŶƚĞƌƌĠĞƐĞƚƐŽŶƚƐƵƉƉŽƐĠĞƐƐƵďŝƌƵŶĞƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞ
ĚĞϭϴΣ

 %   ,-.


  ,-.
    


DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ
DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞůĂƉŽƵƚƌĞĚĞĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ

KŶƐĂŝƐŝƚĚ͛ĂďŽƌĚůĂŐĠŽŵĠƚƌŝĞ
ŐĠŽŵĠƚƌŝĞĚĞůĂƐƚƌƵĐƚƵƌĞ͗



&    ()*+  

  ϭϲϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



ŶƐƵŝƚĞŝůĨĂƵƚĚŽŶŶĞƌůĂĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞƚŚĞƌŵŝƋƵĞ
ůĂĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞƚŚĞƌŵŝƋƵĞĚƵďĠƚŽŶ͗



' ()*   -./  

ŶƐƵŝƚĞŽŶĚĠĨŝŶŝƚůĞƐĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ
ůĞƐĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐĂƵdžůŝŵŝƚĞƐĞŶĚĠƚĞƌŵŝŶĂŶƚĂƵƐƐŝďŝĞŶůĂ
ĂƵƐƐŝďŝĞŶůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĞƚůĞ
ĨůƵdžĚĞĐŽŶǀĞĐƚŝŽŶƚŚĞƌŵŝƋƵĞ͘

>ĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĞdžƚĠƌŝĞƵƌĞĞƐƚǀĂƌŝĂďůĞƉŽƵƌƉůƵƐĚĞƉƌĠĐŝƐŝŽŶ͕ŽŶĚŽŶŶĞƵŶƉƌŽĨŝůĚĞ
>ĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĞdžƚĠƌŝĞƵƌĞĞƐƚǀĂƌŝĂďůĞƉŽƵƌƉůƵƐĚĞƉƌĠĐŝƐŝŽŶ͕ŽŶĚŽŶŶĞƵŶƉƌŽĨŝůĚĞ
ƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞũŽƵƌŶĂůŝĞƌ͘
)/   -., 
  -.,    

 dĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞ;ΣͿ &ůƵdžŽŶǀĞĐŚ;tͬŵϸdžͿ
&ůƵdžŽŶǀĞĐŚ;tͬŵϸdžͿ
ŶƐŽůĞŝůůĞŵĞŶƚ sĂƌŝĂďůĞƋƵŽƚŝĚŝĞŶŶĞ΀ϭϴ͕ϰϬ΁
sĂƌŝĂďůĞƋƵŽƚŝĚŝĞŶŶĞ΀ϭϴ͕ϰϬ΁ ϭϲ͘ϲϳ
ϭϲ͘ϲϳ
ZĞŵďůĂŝ ϭϴ ϵ͘ϭ


ZĠƐƵůƚĂƚƐ

KŶĨĂŝƚƵŶĞĂŶĂůLJƐĞĞŶŵŽĚĞƚƌĂŶƐŝƚŽŝƌĞƋƵŝƉĞƌŵĞƚĚĞĚŽŶŶĞƌůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĚĂŶƐƚŽƵƚ
KŶĨĂŝƚƵŶĞĂŶĂůLJƐĞĞŶŵŽĚĞƚƌĂŶƐŝƚŽŝƌĞƋƵŝƉĞƌŵĞƚ ĚĞĚŽŶŶĞƌůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞĚĂŶƐƚŽƵƚ
ƉŽŝŶƚĚĞůĂƐƚƌƵĐƚƵƌĞĞŶƚŽƵƚĞŚĞƵƌĞĚĞůĂũŽƵƌŶĠĞ͘
ƉŽŝŶƚĚĞůĂƐƚƌƵĐƚƵƌĞĞŶƚŽƵƚĞŚĞƵƌĞĚĞůĂũŽƵƌŶĠĞ͘WŽƵƌƉůƵƐĚĞƉƌĠĐŝƐŝŽŶŽŶĨĂŝƚ
ƵŶĞĂŶĂůLJƐĞƐƵƌ
ϰϴŚ͘

KŶĚĠƚĞƌŵŝŶĞů͛ŝŶƐƚĂŶƚĚĂŶƐůĂũŽƵƌŶĠĞŽƵůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞ
ů͛ŝŶƐƚĂŶƚĚĂŶƐůĂũŽƵƌŶĠĞŽƵůĂƚĞŵƉĠƌĂƚƵƌĞƉĠŶğƚƌĞůĞŵĂdžŝŵƵŵƉŽƐƐŝďůĞĚĂŶƐ
ůĞŵĂdžŝŵƵŵƉŽƐƐŝďůĞĚĂŶƐ
ůĂƐƚƌƵĐƚƵƌĞ͘KŶŽďƚŝĞŶƚůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐƐƵŝǀĂŶƚƐ͘
ůĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐƐƵŝǀĂŶƚƐ͘

  ϭϲϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



 () 
 -. /  


 () 0    ..  


 () )  /  

  ϭϲϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


ŶŶĞdžĞŶΣϱ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵůdžĐĞů
ĚĞƐĐŽŶƚƌĂŝŶƚĞƐĚĂŶƐůĂƉŽƵƚƌĞĚĞ
ĐŽƵƌŽŶŶĞŵĞŶƚ 



  ϭϲϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



www.4geniecivil.com


 12 -34,    

  ϭϲϲ
ŶŶĞdžĞƐ



www.4geniecivil.com
  ϭϲϳ
ŶŶĞdžĞƐ



ŶŶĞdžĞŶΣϲ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵů
džĐĞůWŝĞƵdžŵĠƚĂůůŝƋƵĞ 

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĐůĂƐƐŝƋƵĞ
&ĞƵŝůůĞ͗DĠƚŚŽĚĞĂƵŵŽĚƵůĞĚĞƌĠĂĐƚŝŽŶ
&ĞƵŝůůĞ͗ZĠƐŝƐƚĂŶĐĞŝŶƚƌŝŶƐğƋƵĞ
&ĞƵŝůůĞ͗sĠƌŝĨŝĐĂƚŝŽŶĚĞůĂƐƚĂďŝůŝƚĠ

  ϭϲϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĐůĂƐƐŝƋƵĞ


! ,,

www.4geniecivil.com
  ϭϲϵ
ŶŶĞdžĞƐ


&ĞƵŝůůĞ͗DĠƚŚŽĚĞĂƵŵŽĚƵůĞĚĞƌĠĂĐƚŝŽŶ

www.4geniecivil.com

#  -   

  ϭϳϬ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ZĠƐŝƐƚĂŶĐĞŝŶƚƌŝŶƐğƋƵĞ

www.4geniecivil.com

$ 5    3.,

  ϭϳϭ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗sĠƌŝĨŝĐĂƚŝŽŶĚĞůĂƐƚĂďŝůŝƚĠ


% 1/ ,

www.4geniecivil.com
  ϭϳϮ
ŶŶĞdžĞƐ



ŶŶĞdžĞŶΣϳ͗ŽƵƌďĞƐĚĞĨůĂŵďĞŵĞŶƚƐĞůŽŶůĂ͘͘͘D


  ϭϳϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



  ϭϳϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



ŶŶĞdžĞŶΣϴ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞƐƉŝĞƵdžŵĠƚĂůůŝƋƵĞƐƐƵƌ
ĨĨĞů
DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶƐƚĂƚŝƋƵĞ
DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶƐŝƐŵŝƋƵĞ

  ϭϳϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶƐƚĂƚŝƋƵĞ

¾ 6% #7   5# 



¾ Effel2007 - Structure - 16.1 SP0 © GRAITEC

07/04/13

Date : le 21/05/2013 à 12h45

Données générales de la structure

Nom :
Espace de travail : SPATIAL
Rigidité en flexion : OUI
Nbre de noeuds : 978
Nbre de filaires : 362 Nbre de groupes de filaires : 1
Nbre de surfaciques : 510 Nbre de groupes de surfaciques : 1
Nbre d'appuis ponctuels : 330 Nbre de groupes d'appuis ponctuels : 1
Unités :
- de longueur : m
- de force : T
- de moment : T*m
- de contrainte : MPa
- de masse : T
- d'angle : °
- de temps : s
- de déplacement : cm

Facteur de gravité : 9.81 mètre/seconde²


Nombre de cas de charge total : 10

Groupes de la structure

Elément n Type Titre


°
Surfacique 1 Coque_E.
Filaire 1 Poutre_C.
Appui_Pct 1 Elastique

Cas de charge de la structure

Code Num Type Titre

  ϭϳϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

Code Num Type Titre
BAGMAX 1 Statique Poids propre
BAQ 2 Statique Portique chargé en position 1
BAQ 3 Statique Portique chargé en position 2
BAQ 4 Statique Portique chargé en position 3 (position excentrée)
BAELU 101 Comb_Lin 1.35Gmax+1.5Q
BAELU 102 Comb_Lin 1.35Gmax+1.5Q
BAELU 103 Comb_Lin 1.35Gmax+1.5Q
BAELS 104 Comb_Lin Gmax+Q
BAELS 105 Comb_Lin Gmax+Q
BAELS 106 Comb_Lin Gmax+Q

Combinaisons de la structure

N° Combinaison= Combinaison des cas de charges


101 = + 1.350* 1 + 1.500* 2
102 = + 1.350* 1 + 1.500* 3
103 = + 1.350* 1 + 1.500* 4
104 = + 1.000* 1 + 1.000* 2
105 = + 1.000* 1 + 1.000* 3
106 = + 1.000* 1 + 1.000* 4

Matériaux de la structure

Matériau E T/m² Nu P/V T/m3 Alpha Amortissement %


BETON 3320245.668 0.100 2.500 0.0000100 4.00
ACIER 21440000.000 0.300 7.850 0.0000120 2.00

Sections de la structure

Section Sx m² Sy m² Sz m² Ix m4 Iy m4 Iz m4
Vx m3 V1y m3 V1z m3 V2y m3 V2z m3
D81.3/1.2 0.03020 0.02718 0.02718 0.0048450 0.0024220 0.0024220
0 0 0 000 000 000
0.01192 0.00595 0.00595 0.0059590 0.0059590
000 900 900 0 0

D81.3/2.6 0.06428 0.05785 0.05785 0.0099650 0.0049820 0.0049820


0 0 0 000 000 000
0.02451 0.01226 0.01226 0.0122600 0.0122600
000 000 000 0 0

  ϭϳϳ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



¾   %%  5%&  #

  ϭϳϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾   %%   $$ #

  ϭϳϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾   %%  & # # 

DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶƐŝƐŵŝƋƵĞ

¾ 6% #7   5# 



Effel2007 - Structure - 16.1 SP0 © GRAITEC

07/04/13

Date : le 21/05/2013 à 10h32

  ϭϴϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


Données générales de la structure

Nom :
Espace de travail : SPATIAL
Rigidité en flexion : OUI
Nbre de noeuds : 978
Nbre de filaires : 360 Nbre de groupes de filaires : 1
Nbre de surfaciques : 510 Nbre de groupes de surfaciques : 1
Nbre d'appuis ponctuels : 330 Nbre de groupes d'appuis ponctuels : 1
Unités :
- de longueur : m
- de force : T
- de moment : T*m
- de contrainte : MPa
- de masse : T
- d'angle : °
- de temps : s
- de déplacement : cm

Facteur de gravité : 9.81 mètre/seconde²


Nombre de cas de charge total : 61

Groupes de la structure

Elément n° Type Titre


Surfacique 1 Coque_E. Poutre de couronnement
Filaire 1 Poutre_C. Pieux
Appui_Pct 1 Elastique Intéraction sol – pieu

Cas de charge de la structure

Code Num Type Titre


BAGMAX 1 Statique Poids propre
BAQ 2 Statique Portique chargé en position 1
BAQ 3 Statique Portique chargé en position 2
BAQ 4 Statique Portique chargé en position 3 (position excentrée)
MASSE 0 Dynamique Masse de la structure
SSX 5 Sismique Séisme selon X
SSY 6 Sismique Séisme selon Y
BAS 101 Comb_Lin SSX
BAS 102 Comb_Lin SSX+0.3SSY
BAS 103 Comb_Lin SSX-0.3SSY
BAS 104 Comb_Lin SSY
BAS 105 Comb_Lin SSY+0.3SSX
BAS 106 Comb_Lin SSY-0.3SSX
BAELUA 107 Comb_Lin Gmax+E
BAELUA 108 Comb_Lin Gmax+E
BAELUA 109 Comb_Lin Gmax+E
BAELUA 110 Comb_Lin Gmax+E
BAELUA 111 Comb_Lin Gmax+E
BAELUA 112 Comb_Lin Gmax+E
BAELUA 113 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 114 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 115 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E

  ϭϴϭ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

Code Num Type Titre
BAELUA 116 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 117 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 118 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 119 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 120 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 121 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 122 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 123 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 124 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 125 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 126 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 127 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 128 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 129 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 130 Comb_Lin Gmax+0.75Q+E
BAELUA 131 Comb_Lin Gmax-E
BAELUA 132 Comb_Lin Gmax-E
BAELUA 133 Comb_Lin Gmax-E
BAELUA 134 Comb_Lin Gmax-E
BAELUA 135 Comb_Lin Gmax-E
BAELUA 136 Comb_Lin Gmax-E
BAELUA 137 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 138 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 139 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 140 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 141 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 142 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 143 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 144 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 145 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 146 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 147 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 148 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 149 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 150 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 151 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 152 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 153 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E
BAELUA 154 Comb_Lin Gmax+0.75Q-E

Combinaisons de la structure

N° Combinaison= Combinaison des cas de charges


101 = + 1.000* 5
102 = + 1.000* 5 + 0.300* 6
103 = + 1.000* 5 - 0.300* 6
104 = + 1.000* 6
105 = + 0.300* 5 + 1.000* 6
106 = - 0.300* 5 + 1.000* 6
107 = + 1.000* 1 + 1.000*101
108 = + 1.000* 1 + 1.000*102
109 = + 1.000* 1 + 1.000*103
110 = + 1.000* 1 + 1.000*104
111 = + 1.000* 1 + 1.000*105
112 = + 1.000* 1 + 1.000*106
113 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 + 1.000*101
114 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 + 1.000*102
115 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 + 1.000*103
116 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 + 1.000*104

  ϭϴϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

N° Combinaison= Combinaison des cas de charges
117 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 + 1.000*105
118 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 + 1.000*106
119 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 + 1.000*101
120 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 + 1.000*102
121 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 + 1.000*103
122 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 + 1.000*104
123 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 + 1.000*105
124 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 + 1.000*106
125 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 + 1.000*101
126 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 + 1.000*102
127 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 + 1.000*103
128 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 + 1.000*104
129 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 + 1.000*105
130 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 + 1.000*106
131 = + 1.000* 1 - 1.000*101
132 = + 1.000* 1 - 1.000*102
133 = + 1.000* 1 - 1.000*103
134 = + 1.000* 1 - 1.000*104
135 = + 1.000* 1 - 1.000*105
136 = + 1.000* 1 - 1.000*106
137 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 - 1.000*101
138 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 - 1.000*102
139 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 - 1.000*103
140 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 - 1.000*104
141 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 - 1.000*105
142 = + 1.000* 1 + 0.750* 2 - 1.000*106
143 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 - 1.000*101
144 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 - 1.000*102
145 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 - 1.000*103
146 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 - 1.000*104
147 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 - 1.000*105
148 = + 1.000* 1 + 0.750* 3 - 1.000*106
149 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 - 1.000*101
150 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 - 1.000*102
151 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 - 1.000*103
152 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 - 1.000*104
153 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 - 1.000*105
154 = + 1.000* 1 + 0.750* 4 - 1.000*106

Matériaux de la structure

Matériau E T/m² Nu P/V T/m3 Alpha Amortissement %


BETON 3320245.668 0.100 2.500 0.0000100 4.00
ACIER 21440000.000 0.300 7.850 0.0000120 2.00

Sections de la structure

Section Sx m² Sy m² Sz m² Ix m4 Iy m4 Iz m4
Vx m3 V1y m3 V1z m3 V2y m3 V2z m3
D81.3/1.2 0.03020 0.02718 0.02718 0.0048450 0.0024220 0.0024220
0 0 0 000 000 000
0.01192 0.00595 0.00595 0.0059590 0.0059590
000 900 900 0 0

D81.3/2.6 0.06428 0.05785 0.05785 0.0099650 0.0049820 0.0049820


0 0 0 000 000 000
0.02451 0.01226 0.01226 0.0122600 0.0122600
000 000 000 0 0

  ϭϴϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


  ϭϴϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾   %%  5%&  #

  ϭϴϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ $$ # & %  *& &!  80

  ϭϴϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ $$ # #&# *& &!  8

  ϭϴϳ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾   %%  & # # 

  ϭϴϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


ŶŶĞdžĞŶΣϵ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚĞƐĠůĠŵĞŶƚƐ
ƉƌĠĨĂďƌŝƋƵĠƐƐƵƌĨĨĞů 

,LJƉŽƚŚğƐĞƐĚĞŵŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶ
ůĠŵĞŶƚDϭ
ůĠŵĞŶƚDϮ
ůĠŵĞŶƚDϯ
ůĠŵĞŶƚDϰ

,LJƉŽƚŚğƐĞƐĚĞŵŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶ

¾ "   ! 

¾ Effel2007 - Structure - 16.1 SP0 © GRAITEC

05/05/13

Date : le 22/05/2013 à 08h55

  ϭϴϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


Cas de charge de la structure

Code Num Type Titre


BAGMAX 1 Statique Poids propre de la structure
BAELS 101 Comb_Lin 1.30Gmax
BAELU 102 Comb_Lin 1.35Gmax

Combinaisons de la structure

N° Combinaison= Combinaison des cas de charges


101 = + 1.300* 1
102 = + 1.350* 1

¾ "  5# ! 

¾ Effel2007 - Structure - 16.1 SP0 © GRAITEC

05/05/13

Date : le 22/05/2013 à 08h58

  ϭϵϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


Cas de charge de la structure

Code Num Type Titre


BAGMAX 1 Statique Poids propre de la structure
BAQ 2 Statique Poussée du béton frais sur la dalle et les parois
BAELS 101 Comb_Lin Gmax+Q
BAELU 102 Comb_Lin 1.35Gmax+1.5Q

Combinaisons de la structure

N° Combinaison= Combinaison des cas de charges


101 = + 1.000* 1 + 1.000* 2
102 = + 1.350* 1 + 1.500* 2

  ϭϵϭ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

ůĠŵĞŶƚƐDϭ

¾ "   ! )95%&  #


¾ "   ! ) # # 




  ϭϵϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



¾ "  5# ! )95%&  #




  ϭϵϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ "  5# ! ) # # 




  ϭϵϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



ůĠŵĞŶƚƐDϮ

¾ "   ! )95%&  #


¾ "   ! ) # # 

  ϭϵϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



¾ "  5# ! )95%&  #




  ϭϵϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ "  5# ! ) # # 




  ϭϵϳ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ





  ϭϵϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

ůĠŵĞŶƚƐDϯ

¾ "   ! )95%&  #


¾ "   ! ) # # 

  ϭϵϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



¾ "  5# ! )95%&  #




  ϮϬϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ "  5# ! ) # # 





  ϮϬϭ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

ůĠŵĞŶƚƐDϰ

¾ "   ! )95%&  #


¾ "   ! ) # # 

  ϮϬϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



¾ "  5# ! )95%&  #

  ϮϬϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

¾ "  5# ! ) # # 







  ϮϬϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



ŶŶĞdžĞŶΣϭϬ͗ƉĞƌĕƵƐƵƌůĞĐůĂƐƐĞƵƌĚĞĐĂůĐƵů
džĐĞůDƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚ 

&ĞƵŝůůĞ͗ŽŶŶĠĞƐ
&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞĐŚĂƌŐĞ;ϭͿ
&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞĐŚĂƌŐĞ;ϮͿ
&ĞƵŝůůĞ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĂƵŐůŝƐƐĞŵĞŶƚ
&ĞƵŝůůĞ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĂƵƌĞŶǀĞƌƐĞŵĞŶƚ

  ϮϬϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



  ϮϬϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ŽŶŶĠĞƐ

www.4geniecivil.com


  ϮϬϳ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞĐŚĂƌŐĞ;ϭͿ

www.4geniecivil.com



  ϮϬϴ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗ĂůĐƵůĚĞĐŚĂƌŐĞ;ϮͿ

www.4geniecivil.com


  ϮϬϵ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĂƵŐůŝƐƐĞŵĞŶƚ




www.4geniecivil.com


  ϮϭϬ
ŶŶĞdžĞƐ

&ĞƵŝůůĞ͗^ƚĂďŝůŝƚĠĂƵƌĞŶǀĞƌƐĞŵĞŶƚ




www.4geniecivil.com


  Ϯϭϭ
ŶŶĞdžĞƐ



ŶŶĞdžĞŶΣϭϭ͗DŽĚĠůŝƐĂƚŝŽŶĚƵŵƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚ
ZKKd͗džƉĞƌƚDƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚʹEŽƚĞĚĞ
ĐĂůĐƵů


  ϮϭϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



Mur de soutènement
1. Paramètres de calcul:
MATERIAU:
• BETON: classe C25/30, fc28 = 2750,00 (T/m2),
poids volumique = 2,50 (T/m3)
• ACIER: classe HA 500, fe = 50985,81 (T/m2)

OPTIONS:
• Calculs suivant la norme: béton: BAEL 91 mod. 99
· sols: DTU 13.12
·
• Enrobage: c1 = 50,0 (mm), c2 = 50,0 (mm)
• Agressivité du Milieu: Tics agressif ou étanchéité
• Fissuration: trþs préjudiciable
• Dimensionnement du mur en fonction de:
- Résistance
- Glissement g = 1,500
- Renversement g = 1,500
• Vérification du mur en fonction de:
- Tassement moyen:
Sdop = 0,10 (m)
- Différence de tassements:
DSdop = 0,05 (m)
• Coefficients de réduction pour:
·- Cohésion du sol 100,000 %
·- Adhésion semelle-sol 0,000 %
·- Butée du voile 50,000 %
- Butée de la bĊche 100,000 %
• Angle de frottement sol-voile:
·- Butée pour les sols incohérents 0×φ
·- Poussée pour les sols cohérents 2/3×φ
·- Butée pour les sols cohérents 0×φ
·- Poussée pour les sols incohérents 2/3×φ

· 2. Géométrie:
·

  Ϯϭϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


·
·
· 3. Sol:
·
• Définition des paramþtres géotechniques suivant la méthode: A
• Talus Profondeur du sol aval Ho = 3,70 (m)
• Stratification primaire:

Paramètres:
Angle de
Epaisseur Cohésion Densité
N° Nom du sol Niveau [m] frottement
[m] [T/m2] [T/m3]
[Deg]
1. Enrochements 0,80 - 0,00 40,00 1,84

• Sols en amont:

Paramètres:
Angle de
Epaisseur Cohésion Densité
N° Nom du sol Niveau [m] frottement
[m] [T/m2] [T/m3]
[Deg]
1 Tout Venant 2,20 2,20 1,53 27,00 2,00

  Ϯϭϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

2 Remblai compacté 3,20 1,00 0,00 35,00 1,90

• Sols en aval:

Paramètres:
Angle de
Epaisseur Cohésion Densité
N° Nom du sol Niveau [m] frottement
[m] [T/m2] [T/m3]
[Deg]

4. Charges

• Liste de charges
·
· 1 répartie
· Dalle de répartition permanente x1 = 0,00 (m) x2 = 4,00 (m) P = 4,00 (T/m2)
· 2 uniforme
· Surcharge d'exploitation x = 4,00 (m) P = 4,00 (T/m2)
·

  Ϯϭϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

· 5. Résultats de calculs géotechniques
·
· POUSSEES
·
Poussée et butée des terres : limite
Coefficients de poussées et butées limites et équilibres pour les sols:

Angle d'inclinaison moyen du talus ε = 0,00 (Deg)


Angle d'inclinaison du voile β = 0,00 (Deg)
2
cos ⋅ (β − φ )
Ka = 2
§ sin(φ + δ ) ⋅ sin(φ − ε ) ·
cos
2
β ⋅ cos( β + δ ) ⋅ ¨¨1 + ¸
© cos( β + δ ) ⋅ cos( β − ε ) ¸
¹
2
cos ⋅ ( β + φ )
Kp = 2
§ sin(φ + δ ) ⋅ sin(φ + ε ) ·
cos β ⋅ cos( β + δ ) ⋅ ¨1 − ¸
2

¨ cos( β + δ ) ⋅ cos( β − ε ) ¸
© ¹
σ ν
Ko = x =
σ z 1 −ν
Ka ≤ Ko ≤ K p

Sols en amont:
Angle de
N° Nom du sol Niveau [m] frottement Ka Ko Kp
[Deg]
1. Tout Venant 2,70 27,00 0,376 0,546 2,663
2. Tout Venant 3,00 27,00 0,334 0,546 2,663
3. Remblai compacté 4,00 35,00 0,244 0,429 3,690

• Déplacements limites totaux


· butée 0,125
· poussée 0,012
· Sols en aval:
· Angle de
Nom du sol Niveau [m] frottement Ka Ko Kp
N° [Deg]
1. 2,70 1,000 1,000 1,000

• Déplacements limites totaux


· butée 0,000
· poussée 0,000

Cas simples
N° Cas x (m) y (m) Px (T/m) Py (T/m) Description
1. PM 0,74 1,36 0,00 -6,99 Poids mort du composant béton
2. P'a 0,33 1,33 0,00 0,00 Poussée exercée par le matériau aval
3. P'T 0,33 1,33 0,00 0,00 Poids du prisme côté aval
4. Pa 0,41 1,84 -3,04 -0,15 Poussée exercée par le matériau amont
5. PT 1,46 1,33 0,00 -8,70 Poids du prisme stabilisateur
6. W 0,95 2,00 -0,00 1,92 Pression hydrostatique
Dalle de
7. 0,33 1,33 0,00 0,00 Charge permanente
répartition

  Ϯϭϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

8. Surcharge 0,33 1,33 0,00 0,00 Charge d'exploitation

RESISTANCE

• Type de sol sous la semelle: uniforme


• Combinaison dimensionnante: 1,000*PM + 1,000*P'a + 1,000*Pa + 1,000*P'T + 1,000*PT
+ 1,000*W + 1,000*Dalle de répartition + 1,000*Surcharge
• Charge dimensionnante réduite:
N=-13,93 (T/m) My=-11,86 (T*m) Fx=-3,04 (T/m)
Coefficient de sécurité: 1,388 > 1,000

TASSEMENT

• Type de sol sous la fondation: uniforme


• Combinaison dimensionnante: 1,000*PM + 1,000*P'a + 1,000*Pa + 1,000*P'T + 1,000*PT
+ 1,000*W + 1,000*Dalle de répartition + 1,000*Surcharge
• Charge dimensionnante réduite:
N=-13,93 (T/m) My=-11,86 (T*m) Fx=-3,04 (T/m)
• Charge caractéristique unitaire due aux charges totales: q = 5,57 (T/m2)
• Epaisseur du sol en tassement active: z = 3,75 (m)
• Contrainte au niveau z:
- additionnelle: szd = 0,53 (T/m2)
- due au poids du sol: szg = 3,13 (T/m2)
• Tassement: S = 0,00 (m) < Sdop = 0,10 (m)
·
·
· RENVERSEMENT
·
• Combinaison dimensionnante: 1,000*PM + 1,000*P'a + 1,553*Pa + 1,000*P'T + 0,900*PT
+ 1,000*W + 1,000*Dalle de répartition + 1,500*Surcharge
• Charge dimensionnante réduite:
N=-13,14 (T/m) My=-9,96 (T*m) Fx=-4,72 (T/m)
• Moment de renversement: Mo= 11,98 (T*m)
• Moment empĊchant le renversement de la fondation: Muf = 21,97 (T*m)
• Coefficient de sécurité: 1,834 > 1,500

GLISSEMENT

• Combinaison dimensionnante: 1,000*PM + 1,000*P'a + 1,000*Pa + 1,000*P'T + 1,000*PT


+ 1,000*W + 1,000*Dalle de répartition + 1,000*Surcharge
• Charge dimensionnante réduite:
N=-13,93 (T/m) My=-11,86 (T*m) Fx=-3,04 (T/m)
• Dimensions équivalentes de la semelle: A = 2,50 (m)
• Coefficient de frottement:
- du sol (position du sol): f = 0,502
• Coefficient de réduction de la cohésion du sol = 100,000 %
• Cohésion: C = 0,00 (T/m2)
• Valeur de la force de glissement: Qtr = 3,04 (T/m)
• Valeur de la force empĊchant le glissement du mur:
Qtf = N * f + C * A
- au niveau du sol: Qtf = 6,96 (T/m)
• Coefficient de sécurité: 2,290 > 1,500

ANGLES DE ROTATION

  Ϯϭϳ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

• Type de sol sous la fondation: uniforme
• Combinaison dimensionnante: 1,000*PM + 1,000*P'a + 1,000*Pa + 1,000*P'T + 1,000*PT
+ 1,000*W + 1,000*Dalle de répartition + 1,000*Surcharge
• Charge dimensionnante réduite:
N=-13,93 (T/m) My=-11,86 (T*m) Fx=-3,04 (T/m)
• Contraintes unitaires maximales caractéristiques dues aux charges totales:
· qmax = 9,83 (T/m2)
• Contraintes unitaires mimimales caractéristiques dues aux charges totales:
· qmin = 1,31 (T/m2)
• Angle de rotation: ro = 0,00 (Deg)
• Coordonnées du point de rotation du voile:
X = 2,89 (m)
Z = 0,80 (m)
• Coefficient de sécurité: 12417,666 > 1,500

· · 6. Résultats de calcul béton armé


·
• Moments

·
·
·
Valeur Position
Elé Moments Combinaison
[T*m] [m]
ment
1,000*PM + 1,000*P'a +
1,553*Pa + 1,000*P'T +
Voile maximum 7,39 1,35 0,900*PT + 1,000*W +
1,350*Dalle de répartition +
1,500*Surcharge
1,350*PM + 1,350*P'a +
1,553*Pa + 1,350*P'T +
Voile minimum -0,13 3,98 1,485*PT + 1,000*W +
1,350*Dalle de répartition +
1,500*Surcharge
Semelle maximum 0,00 0,00
1,350*PM + 1,350*P'a +
1,553*Pa + 1,350*P'T +
Semelle minimum -11,87 0,40 1,485*PT + 1,000*W +
1,350*Dalle de répartition +
1,500*Surcharge

  Ϯϭϴ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

• Ferraillage

Section d'acier Surface réelle


Position Barres Espacement [m]
théorique [cm2/m] [cm2/m]
voile Ě tous
3,81 14,0 0,19 8,10
gauche les
tous
voile Ě droite 7,85 14,0 0,19 8,10
les
voile Ě droite tous
3,81 12,0 0,29 3,90
(h/3) les
voile Ě droite tous
3,81 12,0 0,29 3,90
(h/2) les
tablette 1 tous
3,40 12,0 0,20 5,65
(+) les
tous
tablette 1 (-) 3,40 0,0 0,00 0,00
les
semelle tous
8,70 14,0 0,16 9,62
droite (+) les
semelle tous
5,04 14,0 0,16 9,62
droite (-) les
semelle tous
0,00 14,0 0,16 9,62
gauche (+) les
semelle tous
0,00 14,0 0,16 9,62
gauche (-) les

Nomenclature des armatures:

  Ϯϭϵ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


• Type:
• Barres: 14,0
• Espacement: 0,19 (m)
• nombre: 5
• longueur: 8,57 (m)

• Type:
• Barres: 14,0
• Espacement: 0,16 (m)
• nombre: 6
• longueur: 6,10 (m)

  ϮϮϬ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


• Type:
• Barres: 12,0
• Espacement: 0,20 (m)
• nombre: 5
• longueur: 0,99 (m)

  ϮϮϭ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ



ŶŶĞdžĞŶΣϭϮ͗EŽƚĞƐĚĞĐĂůĐƵů^>KWͬt
WĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ
DƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚ

  ϮϮϮ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


WĂƌŽŝŵŽƵůĠĞ
ZĞŵďůĂŝ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϭϵŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϬŬWĂ
WŚŝ͗ϯϱΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
dsƌĠĐƵƉĠƌĠ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϬŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϬŬWĂ
WŚŝ͗ϮϳΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
WĠůŝƚĞ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϬŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱŬWĂ
WŚŝ͗ϮϳΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
ĠƚŽŶ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϱŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱϬϬϬŬWĂ
WŚŝ͗ϰϱΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ

^ůŝƉ^ƵƌĨĂĐĞŶƚƌLJĂŶĚdžŝƚ
>ĞĨƚWƌŽũĞĐƚŝŽŶ͗ZĂŶŐĞ
>ĞĨƚͲŽŶĞ>ĞĨƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;Ͳϯϰ͘ϵϵϵϴϳϳ͕ϰ͘ϰϵϵϲϴϴϲͿŵ
>ĞĨƚͲŽŶĞZŝŐŚƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;ͲϬ͘ϯϱϮϭϳϱϵϴ͕ϰ͘ϱϬϬϴϮϲϰͿŵ
>ĞĨƚͲŽŶĞ/ŶĐƌĞŵĞŶƚ͗ϰ
ZŝŐŚƚWƌŽũĞĐƚŝŽŶ͗ZĂŶŐĞ
ZŝŐŚƚͲŽŶĞ>ĞĨƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;Ϭ͘ϳϬϮϯϵϯϯϴ͕Ͳϰ͘ϬϬϯϴϴϯϴͿŵ
ZŝŐŚƚͲŽŶĞZŝŐŚƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;ϯϱ͘ϬϭϲϰϵϮ͕Ͳϯ͘ϵϴϴϬϬϳϯͿŵ
ZŝŐŚƚͲŽŶĞ/ŶĐƌĞŵĞŶƚ͗ϰ

  ϮϮϯ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ

ZĂĚŝƵƐ/ŶĐƌĞŵĞŶƚƐ͗ϯϬ

^ůŝƉ^ƵƌĨĂĐĞ>ŝŵŝƚƐ
>ĞĨƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;Ͳϯϰ͘ϵϵϵϴϳϳ͕ϰ͘ϰϵϵϲϴϴϲͿŵ
ZŝŐŚƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;ϯϱ͘ϬϭϲϰϵϮ͕Ͳϯ͘ϵϴϴϬϬϳϯͿŵ

WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞƐ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞϭ
ŽŽƌĚŝŶĂƚĞƐ

y;ŵͿ z;ŵͿ

Ͳϯϰ͘ϵϵϲϰϭϳ Ϯ͘ϳϬϬϭϲϯϭ

ϯϱ͘ϭϯϮϯϲϳ Ϯ͘ϳϬϰϮϰϳϰ

WŽŝŶƚ>ŽĂĚƐ
ŽŽƌĚŝŶĂƚĞ;ŵͿ DĂŐŶŝƚƵĚĞ;ŬEͿ ŝƌĞĐƚŝŽŶ;ΣͿ

WŽŝŶƚ>ŽĂĚϭ ;Ϭ͘ϲϬϮϵϳϰϬϵ͕ϭ͘ϵϵϵϳϯϭϭͿ ϯϬ͘Ϯϰ Ϯ͘ϴϲ

ZĞŐŝŽŶƐ
DĂƚĞƌŝĂů WŽŝŶƚƐ ƌĞĂ;ŵϸͿ

ZĞŐŝŽŶϭ ZĞŵďůĂŝ Ϯ͕ϯ͕ϰ͕ϱ͕ϲ͕ϳ͕ϴ͕ϵ ϴϳ͘Ϭϳϰϭϰϯ
ZĞŐŝŽŶϮ dsƌĠĐƵƉĠƌĠ ϭϬ͕ϭϭ͕ϰ͕ϯ ϴϳ͘Ϭϭϰϰϱϴ
ZĞŐŝŽŶϯ WĠůŝƚĞ ϭϮ͕ϭϯ͕ϭϰ͕ϭϱ͕ϭϬ͕ϭϭ͕ϭϲ͕ϭϳ ϭϬϵϴ͘ϲϴϯϳ
ZĞŐŝŽŶϰ ĠƚŽŶ ϭϲ͕ϭϳ͕ϭϮ͕ϭϴ͕ϵ͕ϴ͕ϳ͕ϲ͕ϱ͕ϰ͕ϭϭ ϭϬ͘ϬϰϮϯϰϳ

ƌŝƚŝĐĂů^ůŝƉ^ƵƌĨĂĐĞƐ
ZĂĚŝƵƐ
EƵŵďĞƌ &K^ ĞŶƚĞƌ;ŵͿ ŶƚƌLJ;ŵͿ džŝƚ;ŵͿ
 ;ŵͿ
;Ϯ͘ϲϵϯ͕ ;Ͳϭϳ͘ϲϳϲ͕ ;ϭϳ͘ϴϱϵϰ͕Ͳ
ϭ ϯϵϱ Ϯ͘ϵϬϭ Ϯϭ͘ϰϮϭ
ϭϭ͘ϭϯϮͿ ϰ͘ϱϬϬϮϲͿ ϯ͘ϵϵϱϵϱͿ


  ϮϮϰ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


DƵƌĚĞƐŽƵƚğŶĞŵĞŶƚ
ZĞŵďůĂŝĐŽŵƉĂĐƚĠϬͬϭϬϬŵŵ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϭϵŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϬŬWĂ
WŚŝ͗ϯϱΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
dŽƵƚǀĞŶĂŶƚϭͲϭϬϬŬŐ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϬŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱŬWĂ
WŚŝ͗ϮϳΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
ŶƌŽĐŚĞŵĞŶƚƐϬ͘ϱăϭ͘ϱd
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϭϲŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱŬWĂ
WŚŝ͗ϰϬΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
dŽƵƚǀĞŶĂŶƚϬ͘ϭͲϱϬϬŬŐ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϬŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱŬWĂ
WŚŝ͗ϮϳΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ
ĠƚŽŶ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϱŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱϬϬϬŬWĂ
WŚŝ͗ϰϱΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ

  ϮϮϱ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


WĠůŝƚĞ
DŽĚĞů͗DŽŚƌͲŽƵůŽŵď
hŶŝƚtĞŝŐŚƚ͗ϮϬŬEͬŵϹ
ŽŚĞƐŝŽŶ͗ϭϱŬWĂ
WŚŝ͗ϮϳΣ
WŚŝͲ͗ϬΣ
WŽƌĞtĂƚĞƌWƌĞƐƐƵƌĞ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞ͗ϭ

^ůŝƉ^ƵƌĨĂĐĞŶƚƌLJĂŶĚdžŝƚ
>ĞĨƚWƌŽũĞĐƚŝŽŶ͗ZĂŶŐĞ
>ĞĨƚͲŽŶĞ>ĞĨƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;Ͳϴ͘ϵϰϰϲϬϱ͕Ͳϯ͘ϵϲϵϳϳϳϵͿŵ
>ĞĨƚͲŽŶĞZŝŐŚƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;Ͳϴ͘ϭϯϬϰϭϳ͕Ͳϯ͘ϵϱϯϬϮϰϮͿŵ
>ĞĨƚͲŽŶĞ/ŶĐƌĞŵĞŶƚ͗ϰ
ZŝŐŚƚWƌŽũĞĐƚŝŽŶ͗ZĂŶŐĞ
ZŝŐŚƚͲŽŶĞ>ĞĨƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;ϭ͘ϳϵϮϰϰϲ͕ϯ͘ϴϱϰϬϯϵϯͿŵ
ZŝŐŚƚͲŽŶĞZŝŐŚƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;ϴ͘ϭϭϬϲϭϮ͕ϯ͘ϴϰϳϯϴϲϮͿŵ
ZŝŐŚƚͲŽŶĞ/ŶĐƌĞŵĞŶƚ͗ϰ
ZĂĚŝƵƐ/ŶĐƌĞŵĞŶƚƐ͗ϰ

^ůŝƉ^ƵƌĨĂĐĞ>ŝŵŝƚƐ
>ĞĨƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;Ͳϵ͘ϬϬϮϬϬϵϴ͕Ͳϯ͘ϵϳϬϵϱϵϭͿŵ
ZŝŐŚƚŽŽƌĚŝŶĂƚĞ͗;ϴ͘ϭϮϳϱϭϮϮ͕ϯ͘ϴϰϳϯϲϴϰͿŵ

WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞƐ
WŝĞnjŽŵĞƚƌŝĐ>ŝŶĞϭ
ŽŽƌĚŝŶĂƚĞƐ

y;ŵͿ z;ŵͿ
Ͳϵ͘ϬϬϮϬϬϵϴ Ϯ͘ϲϵϳϮϯϲϰ
ϴ͘ϭϬϵϮϵϯϲ Ϯ͘ϲϵϳϮϯϲϰ

^ƵƌĐŚĂƌŐĞ>ŽĂĚƐ
^ƵƌĐŚĂƌŐĞ>ŽĂĚϭ
^ƵƌĐŚĂƌŐĞ;hŶŝƚtĞŝŐŚƚͿ͗ϰŬEͬŵϹ
ŝƌĞĐƚŝŽŶ͗sĞƌƚŝĐĂů
ŽŽƌĚŝŶĂƚĞƐ

y;ŵͿ z;ŵͿ
ͲϬ͘ϯϯϰϵϴϮϰϴ ϯ͘ϴϱϲϮϳϵϱ
ϴ͘ϭϮϳϱϭϮϮ ϯ͘ϴϰϳϯϲϴϰ

  ϮϮϲ
www.4geniecivil.com
ŶŶĞdžĞƐ


ƌŝƚŝĐĂů^ůŝƉ^ƵƌĨĂĐĞƐ
ZĂĚŝƵƐ
EƵŵďĞƌ &K^ ĞŶƚĞƌ;ŵͿ ŶƚƌLJ;ŵͿ džŝƚ;ŵͿ
 ;ŵͿ
;Ͳϳ͘ϵϬϲ͕ ;ϰ͘ϵϱϭϱϯ͕ ;Ͳϴ͘ϭϯϬϰϮ͕Ͳ
ϭ ϭϭϯ Ϯ͘ϯϯϴ ϭϰ͘ϰϵϯ
ϭϬ͘ϱϯϴͿ ϯ͘ϴϱϬϳϭͿ ϯ͘ϵϱϯϬϮͿ


  ϮϮϳ
www.4geniecivil.com